<%BANNER%>







PAGE 1

L*M9* i o-idreTENDELYS donne un teint de lys I AMIN TaM?i Wenrh-. chair. Itowt mllltti. TOI* pot/F krvnl. f imil fit", carhri font. f.b p le wts*. L"^ Ttindely---lu leinil) | >rdi ,,„„ ,.our Mi""'. '< %  '" r :r mur roit HHMll*M "'" •r •f f**Mii'f. maux>M*t fo*"•""' f,u r0 Mftrrtt. r* vil cnoi I l Orm(V Mi|n' Plaisnque nous pubUont h lettre suivante qui avorte une. picisUmneewnre l'entrefilet paru dam nni idi'm tfWr,fJ* K rie tout le droit roarilim. parafai f• d 8 "< p AHl8 M. RavM.dy a repolie I iina-issions de la marin* mur Liaod* et la affaire trangre ^UchiiLbre de d pu l : on Lot qu la ratification du traite ri larde par M. Yalnde, i _| Hn Cher, prsident de la | oojenismon de la mttriue marcuan qui a t dsign pour laire on ippi.il ur le projet de loi. En Imninart le texte de la enven ko. a dit M. Nalude. on voit fae.i k . la propojilion" allemande de iellie eu iieint les leimti de Ue ord dfinitif avant de eorrtlnre le Ir/aitde commre provisoire avec Itf Trendelenburg ; il ndre^ Ida nouvelles suggestions que les lieux dlgation discuteiont de| ItMHlS— Le GnralNollet,mi Bistre de la guerre, a admis la •hambre de dpats pendant la Uscuieion de crdit pour le nord Jde l'Afrique franaise que de pe lit. renfort avaient t envoy Isa Marec.Ce troupes additionnel ni r i %  ... • ,iio Port au Prince, 7 lvrier 11)25 Mon cher Magloire, J ai lu li ier dan "Le M lin "la note concernant la nationalit Lu Laine du Dr Habib hs.fu.u. Je regrette qu'il ne soit ps Ici, il n'aurait certainement pa man que de rpondre avec franclnee a voire question. Ayant eu l'interviewer pour le "Nouv(Ui>te'\ j'avais eu h lui par 1er de Fa nationalit. Il ne m avait pas cach que laisant une tourne de confrences peur son pays oc • *i ^ — .. ..il tint le Prsident BORKO et huai! d'Hati Depuis I804,dbeaat pro S ram me d'vi'.ulion nationale eonl 'abors,miiH j.m.is ils n'ont t ecutirini*emRn:.;ludune loi vole, m^mo celle tnndanl A riper un monument au Fonda leur de la Rpublique est reste Ui're morte. Il avait fallu des guerres dan wqiulUs le MPC hailieo a coul inutilement, privant le Paye de nombre de bras.crant des WivW et des orphelins,semant le pillpg\ l'inceadie et autres cortges de mi sres humaines Ifop navrantes pour en parler, aboutissant la catastrophe du 28 Juillet, la plus horrible que nous ayons connue. Il y a Uni donc pour nous de chager le fusil d'paule et de •omprendre ei lin que la guerre eivi'e ne peut que n baisser un paye, dtruire chez lous l'amour Paul E.kila Te ni |asse,tcuts\llace, tout s\ ubhrw fais le >oi venir des neuve IMW> de chez Paul F. Aiixila reste vivace dans tout i les mmoires. THE NEW r mEBsmnp Companion to TOURNEZ lapi.ui:iui r'u na>on et vous aorei de rouvelles inrnrs.comme il (st "diqu dans la gravure; Celte a .pration vous prmettra d tn M hoisir urr faci tment. P Ceci cM un i es JI.V avant ? § ex l-t.fs q'i mplili-nt el perP f .iiioiinentl'asage du • Ever har P • % te,-(^ f '" t*• Fvfnharp r peul jamais tre obstru. Il a do nouvelles mines toujoi rs piles, se hMge d'ute ftoi f mp'e et wnMIliee. Il "> ufi, muni d'une attache plus o if*e que les autres. U \r WM'f l\'rshiir|i> H Jlfitli rniilr* lol dfaitl le liirrlmiinPiiiiiil pA %  l'tl soil la cause — Tml W* fc Fiershap est lenit de tMfkm ijraliiilein ni une ou plusieurs partie d rraina %  ni ffrairnl MAXWELL A MOU .e^llMISf p OB r AL .pB 1 >U..IAin THB WAHL COMPANY. NP.W YORK. N MUTILATE U. 8. A. N. et A. Ara GrandSRue ct delCaves de Bordeaux k oe, •t k, Feutre etPallle fias Cher, HBalloni fils _. .. •ddllionnel de confrences peur son r; pev, aeiruire cm 'v"* !" •u MarecU. ^^^nSZtM cun par la France, on avait une g£ p a|rie; cepen dant.plus d'une le, a t il expliqu, ne ffSSU fendaSce croire qu'il lai ait de voix autoris ^ e l nous sigf ,alent le tir que de dfen.e en ca| d meur •ion possibles par le tribu dn R,f. Li maichal Lyauty a reu W lrueliens lui prescrivant uug> r***•• --"•! nnur BM apegnolee PARIS. 4— LeeepiUiee •> %  >•' lr. 0t le lieutenant Arraenard avaient atteint 4100 kilomtres lonii'Ht •• ••* u '•!**•,*,* terrir eet apr midi a Hio Ord a 100 Wilomties de Dakar, lieu d detiDtien ; il n'ont donc pal battu I record de 19i3 de lieole aants Kelly et Mac P.ady de la mtinn militaire amrieaiae. BRIJCBXLMLi prix dn pain ayant atteint 1 Irne 7S le kilo, le j.>umai.x belgei tttaquent Ua ipeul:.teir qu'Ile usent da | ^air U l moit i attil^ellement le ptu d u bl T p^uil Lord Biadeuiy, na %  Ira inglai de la eommueion Ue {lparationa. qui prend a retraite, J aarlaal un djeuner d adieu < f • r fort t,ar le membre de la pree ^ aailo amricaine a P-ne, e de e rq.Marotnitque l'avenir eoro miaut de PBnropo paraieail me>l ptf ea' aueun autre moment de -'iraraxletiee. i lapropagandeanti fren^M et que ds lors, il (tait prudent, pour tre libre de t-e mouvements, le n'avoir pa voy.ger sou passe Lui'nn.v. • r. ix on nalinn" Les ciiionalances m'ayant per mis de eounatire ce dlhil, je crois honnle de vous le raptorter.hftn que l'homme droit qu'ett le Dr E telauo ne soit diminu aux y ux de personne. Recevez, je vois prie, mon clrr Hagloiie, me meilleures salula tioq. A. FAUBERT Varits Dimanche Programme de toute beaut avec Lucien Boyer ET Paul Chaubet dana de chansons indite Et un grand tilm 1 DrJ. Hta.. Dantlata Des facults eia Montral, da New-York at da la Havane, Travaux ait or t n porcelaine. Extractions indolores par l'anesthsie conduclive, ratiquo spcialement s jeudi. Naissance Monsieur et Madame Slanisla Janvier nouB oui f*>t part de la naianance de leur lit Joseph Q tara* En Dtresse Loge et places reseives l'remirea Secondes G. 5.00 ;G. 3,oo G. 2.00 Par sans fil P\nis.— La Comit de la Chtm re d*i Dpute en Fiance cal fortement oppos au trait qui d il mettre tin au tralie d boisson aleoo.ie.ue dans les taux U uitoriales de Ktt> l ni. \VASHINTO^.— La prrpcsitioa tendant eier un tiribunal uni* eetael a t i< jete psr le coaail du Snat ( Section des Relatio Ex ei m. et ne scia point Atrni. au ous de siien d r Congii. Prix da PU>on : 5 er*nos. Bumfc Bii£ue OnMm HmdHmit ri UOUrXE RMOMATISMFS NtVRALGISS BWOVt, l. B*I*. %  **+. voix autorise 'nous signalent le dmgr, dauies ava>mt tent c'a nous faire marcher dan l chemin du bien, mais hlHs ; i's ont l"0 jour* t les tremires victimes Er-lin, un moment o nous.nai lien^.nous ne pouvions plus servir a cause hatienne, une nation ( amie tint nous dire halte l.et au printemps de 1922, Die i qui n'a b.tndonne JMBaia compltement un peuple, nous envoya cet Homme qui ra ise actuellement un pro ramme d or Ire en domptait es passions, en bravant toutes les malsaines anbitions, en se faisant aimer .le larrassc paysanne, en lan<;ant dfnoil vtmei.t sou Pays dans la voie du progrs et d* a tivihsi tion. D'une vo'o:,l ferme el inbran labli", ctt *nvo\ leil voluer le pa\s par de SHK s nu sort s tinan eires et conom q.ies, crant d'au trs dbouchs au dehors Iftl de le mieux faire connatre, amilio ranl les ro itas publiques, jetant des ponts sur no rivires,construi sint des locaux UD peu partout pour nos ccles.nos tribunaux, nos e i ernes. n s piisom et en rpa rant ceux qui tombaient de vtus t en les amnageaul. VoilA ce qui est dj accompli dune ce court espace de pr* de trois annes et le peuple eat content. Seuls, ceux l qui voudraient avoir &a situation officielle et qui sont -jaloux de l'excution de son programme ' Bouvernemeul pensent pouvoir la di igrer, Bell le jea ne peul plus pienire aujourd'hui, car tout e monde voit clair. Fbarrass de toute paision,qui donc est plus pipar que Lui ? jui donc 1 heure actuelle, peut continur,son u-uvre de rnovation tociale et nationale ? Pour Dieu, pour la Patrie, pour l'humanit, souhaitons de long et d heureux jours Mr Si rno qui nous conduit ver le sentier du bien et du beau et qui incarne vistment lea senti n ent uobles et :evs des aieux. Qui tous ceux qui le compren nnt et qui aiment sincrement le Pavs aillent parcourir les plaines el le< mornes afin de faire enten dre tous qu'il est l'Ilrmmedsi gn pir la Providence peur rache ter toutes les Imites du pass, et ce era 1 accomplissement d'un devoir patriotique. Aortr AUbGAIRE AVIS ht pullic, en garal, "et le Commerce' en pal i< ulier, font informs que la Socit ci mmer ciale qui a ex : sl entre Messieurs S. A. FtHGFItK & Cie.a l.d m commun accord entrles assoc , dissoute le 3t janvier dernier pr suite de l'arrive du leiroe du con trat qi i les liait. Monsieur Fougre conliii: era les affainssou son propre > <"• et sous sa rtBBOBeabn' Aux ever, le ter Fvrier 19.5 rtlk MENAGERES! Pour teindre tous tlaau i LA.1NF. COTON, BOIK, ta... •ucui. produit n'flal "U MAVRESOVE". En**ni*l*ort . %  % % %  Hrmoi* w m n I IJirADM J. Ju B.iU.l. 1.1 11 R A I II I %  I I HODBKIVB el u< .lc bonne Mei^ni M BaJU.| |leArff/M $rii-j Cols et manchettes deruirs cra ions. Olefeni Ci£mai*on constitue un iu^aium et le meilleur accueil est rserv tous ceux J^ des eirent par une visite tre dlis sur la *" travaux fournis. tinan • %  u Tout costume command et qui ne rpon F aort du client est ri*oris. &f .i4*#n Tlti eaeele *r* nn in nnrtlnlj, m*rx a nnn\ A* it*tH- La maison C.L. Verret Tailleu -Marchand lo (823 Rie da Mafaaia da l'hatj Se reaammanJa au • %  Ut tt i aa nombtai* tl. iiti peur I ttaaaet da a cmijie at la protla axecatioa misa ansles • % % ragaa aanla stl Mlaa \a Milieu raata ouvarta jusqu' S bea r%t in tait*. Priai modre. En vente dans toutes les bonnes Epiceries de la Rpublique.; LAIT CONDENS NESTL LE PLUS RICHE EN CREME Voas trouverez tonjoura du jjnl Cona l ena t I astl, Lait 'vapar at Laate, en • dcpt^ckci i'^yeut, qui sa liant,^aussi euliram^Dl I ordres, pour rame u re vg^ commandes directes. L, PreBtzmann-Agqerholm AgntiginiraKPOur Baiti. ran vaa



PAGE 1

DlHKCrEUR PBOPB'T&IRE VMM Clment Magloire BOIS VERNA 13'>8, R M Amricaine NUMEROS 2Q CENTIMES Quotidien Les grandes craintes succdent aux grandes^ esprances, les passions violentes Jettent l'me dans les extrmits opposes. Bernardin de Saint Fiirr TLPHONE R. 2*8 1m 18me ANNEE N" S427 PORT-AU PRINCE (HATI ) SAMEDI 7 FEVRIER 1925 CRPUSCULE. Petite Chronique Lejourde(flnd;l.ba, sur les monta^nea. il Le reste plus qu une troite lande de poudre et d or, 1 adieu,' iu jour qui finit, [espoir que t'emain le soleil cnllera encore. A sa fentre, !e regard perdu dans le vide, unlenrjine est asfise, le menton ppuy sur sa main ; elle suit, d.ins un monde invisible, des visions tranges • tour a tour, gaies vu tristes, car sa ligure parfois si claire d'une ombre de sourire ; parfois aussi le pli amer des 1,-vres s'acentueetlait de soi masque immobile la statue de 1 ennui ou des illusions. broderie qu'elle tenait s'est chappe.. Elle rve mco-e. Pauvre temrae.ne te las* pas aller cette grisante mlancolie du jour. Fais retomber l'pais rideau qui te sparera Je ce calme qui l'engourdi. Allime-u; Jitnpe : sa clart dissiperi If s ombres qui te hantent. Reprends le travail interrompu : ce bouquet clos sous tes deiKts agiles portera de la joie %  oui un toit que tu connais. Reprends la ltitre commence: celleou celui -qui l'attend demain souffrirait, si elle n'tait &2P fc y m ^ lhj e de ton •Se^iS* ,a PP" de ton Nefve%Vs. r tr e8ieD pass, tes regrets n\? Dg ,a u reeeusciter, n? le faire n ta qu'il n'a t. Si C S ft. ,!,eUr • %  toi sous la garde*iKS vidence et ne ~aoute pas des mallie.ns chimriques. Tu na sais donc pas que le bonheur arrive souvent quand •n ne l'attend plus ; et s'il sur£ asair quelque jour, aurais-tu force de lui d>e : Vous venez trop tard, je ne vous connais plus 1 > Ne rve pas, travaille I C'est le devoir et tu es une vaillante. Les hochets vers lesquels tu as tendu les mains eussent t pour toi inutiles ou nuisibles. Nejrve pas. Attends l'heure, l'heure divine qui sonne toujours dans le mmelunineux clocher. Ne scrute pas l joie problmatique des autres ; songe ces parias qu'un rayon de bonheur n atteint jamais, ces dshrits qui n'ont pas, comme toi. de mission d'amour remplir, ces malheureux que Dieu ne poursuit plus de ses appels et qui sombrent dans le doute. Oublie-toi devant ces misres et charme la longueur du devoir journalier de doux projets pour les soulager ; la meilleure charit est celle qui n'adresse au cœur, ce vieux mendiant qui nn sait pas comm-nt se faire ai jene... Ne rva pis : l'aube de ta vie est close, mais souviens toi que la dernire lueur du crpuscule n'est pas seulement l'adieu du jour qui tombe, mais l'espoir consolant d'un lendemain plus beau... tmS££U Nouvelles Etrangres COMME LES HOMMES. Les femmes se coupent les c.ieveux afin de ressembler aux hommes. Si encore elles pouvait rit ? arrter celte imitation! Il en ut qui, de p'us, ne perdent LU une occasion de porter la culoi'e — qui pourtant leur va si ma!. Il est vident qu'elles considrent leuis frres comme les privilgis e qu'elles s'imaginent ouft l nnn.lp laiir puarSi c'est une infortune d'tre une femma, ce L'est pas cette mascarade qui amliorera la situation Les petite: filles la chevelure tondue, n'en sont pas moins des petite a-tiile.'; elles grand'mres aux bandeaux de teige.aux formes rebondi.*.*, qui menacent de faire clater leur vteme it, se dprcient sais se raieunir: car les jupes—comme le niai.lt au de la charit —couvrent bien des dfauts. La Question des frontires Nous lisons dans EL CAULE, de San Juan de la Maguana : lk Me Angel Morales, Secrtaire d'utat de l'intrieur, de la Police, Guerre et Manne at le Docteur Moses Garcia MUIa, Snateur de Monte Christy viailent le Cibao dans le Uni d'explijuer un plan defimtit pour la delimuauou des tronurea entre tiaiu et U Rpublique de SaintDomingue, lia ont dj mit Le Vega, Plo Plaia, Sac Francisco de Macuiia, Moca et Santiago. — Nous ne pouvons pas encore mettre une.opimon sur eue queiuon n'en connaissant pas le plan . feJNoua rservons notre opinion que ncus expostrous quand il nous sera connu. .Championnat de b oeV bail Demain aprs midi te joueia su l'arc Lfnie i na des plus intressants matchs de fuot ba 1 de cette saisen. Le Velox Alhltic Club est dcid ne pas se lais. ser vaincre par It Clab des Spoi la Gnraux . La partie promet d. tre passionuanle et mme lis farlit* an beaux rsultats, ear corn* aie on doit s* le rappeler, seule la e Jeunesse Sportive Hatienne a eu raison du Velox m, lui mme, a dj conquis tant de lauriers. Ut le Club des Sports Gnraux qui ara Dimanche soa premier matih de championnat, est form de meubies dissidents de deux anciennes Associations qui avaient eu du succs l'anne passe : Le Tivoli et te Junior . I^Comme on le voit les lattes n'annoncent de plus en plus remarquables pear le Championnat de premire catgorie. t".Un n'hsitera uone pas se ren dre Dimanche i heures 1/2 de l'aprs-midi au Parc Lecente peur m pat r&ter cette partie qui sera peu. lie plus intressante que toutes celles qui ont t dj joues. Mrs Stanley, Delage, membres de la commission internationale prside, en la circonstance, par l'honorable Magistrat, le Juge An selme, ont pris sige, mercredi et jeudi, au Tribunal du Cap pour entendre les tmoins dans l'affaire de la Cie des Chemins de fer. Sur les 15 tmoins cits, 5 seu lementsesonl prsents, Mrs Sam son Mompoint, Charles Zamor, Marc Pierre Louis, llyppolite Mom point et l'ex consul Lemuel Ltving s ton. Aux questions poses par le pr Mil nt de la commission sur l'incendie: lu de .<>scierie .iLacomtie, 2o de la maison de feu Tureune Jeun Gilles alors alerme aux in. guieurs de la Cie, 3o sur le pilla ge et la destrucli n de la gare de Bahon, tous les tmoin ont dcla r ne rien savoir pour la bjnne raison qu'ils n'taient point sur les il u*, lorsque ces actes de sabotage lurent accomplis. Seul l'ex consul Livingston a dclar avoir constat, comme con sul amricain, que des dgts avaient t commis Lacoiube et que le campement des Ingnieurs de la Cie avait t dvalise comme il avait jadis consign dans son rapport. La Commission des R, clama lions n'ayant pu avoir d'autres ren seignements, puisque les du autres tmoins s'taient abstenus sauf deux qui s'taient excuss, a du ordonner, par commission rogatoire, qu'un Juge du Cap recueil lirait les dpositions et que la Cie des Chemins de 1er aurait prsenter, comme l'avait demande Ma Cor vin-ion, dans son rquisitoire, B"^.'.'."-'*? Lvr et docuciieats oui ^JJttW &iW' et leur Comraan. daot s'est err en droit de dpo. ssr,^ prtend-il, une v..leur de $ 175 do.iais dans une maison de Commerce de c t Vil.,., pjur une commande de pompe A-bras. Il ne s'agit pas de savoir si lg I/o dollars soal effectivement deposes, quant a prsent. Le que nous reciamons, c'est que la valeur alloue parla CD H. sot verse a la Commune do:il le ioceveup avait sign le mandat d'ei. caissement. CORRESPONDANT. Par Cable Dans la diplomatie franaise PARIS— La nomination de M. Irank'in Bouillon comme premier reprsentant diplomatique de la h rituco auprs du gouvernement tur Angora sera, pansa t aa, annonce 8 ous peu l'ambassa d^ur de Turquie tait dj arriv, Taris. Autour du diffrend ;|ico-lurc Vhmentes protestalioos de hhr qm'e au sujet des agissements lus f Les autos vont trop vile Ou!, le dmon de la vilesse tourne la lte, ces joers ci, aux condu leurs d'automobiles. — II* vont, daus l.s rues de la Capitale, a uno allure dsordoane, ils ne' prennent plus la peine de corner aux carrefours, ils n'observe t !!d?A p, Kr Je r i U£ne 1 de police qui les obhg a aller sur leur droite et i on se demande, en vrir. nUPl por. iiar.s.idu^i ICI US SI ce sont les oulie ullantiuues qu'i.'s siugent, si c'est che/. eux un • for(Des Annales Ca/iuises) MARIAGE En l'Eglise paroissiale de Seint Pierre, l'Arcahaie sera bni le jeudi l'J lvrier le maiiag rie Melle Duna Thibault avee Mr Matendal Alvarez. Miii'eara complimenta. Um mm ^ e 9 ^es Doreur hraenteur No. 2034, pae du la tiare T"11 JMHUlia On trouvera chei Fra> eoia Jean Ctiaries, a Tno las l*yume, de tonte soi taa otada iiKemle; noix. Monseigneur Mthews Evque de l'Etat de New-Jersey Par le s(s Nickerie est arriv h Poil au Prince Monseigneur MatIhewsqui vient eipreesment pour a?sisler la crmonie de la poe de la Pierre angulaire de la Cub drale La Sainte Trinit. L'Kv que Carson a t sa rencontre au Cap. Nul doale que la prsenra rie cette haute dignit eccles as'laue p rehausse la fta de demain. me de la yankeemanie, qu'ils appreunent donc que c'esl aux biais. Unis que les statistiques rvleut le mo ns d'accidents d automobi es parce que e'et l que les voitures vont m lins vile. Cep. nd .m il faut que ce dsordre eeste. Les pilions, It s cavalier, tous ceui enfin que ces machines homicides menacent, demandent pr>.( clion a la l'olice. Si les ameudes prvues contre lei aateurs d'accidents par exeis de vitesse ne eut pas assez leves J iour corriger ces ecerveis, qu'on is double, qu'on les triple, qu'on y ajoute d autres peines et que d'cNtusIdiies punitions lappelleul i u ssieurs les chevaliers du volant au'il y K ane vitesse ( 15 milles a l'heure ) qu'en ville ils ne doivent ponu depakscr, qui se tiendront A Amsterdam. Celle somme serait rpartie sur quatre annes sait 160 OOU Qoiins par an ; il esl probable que le conseil provincial du nord de Hollande et le conseil municipal d'\msterdam accorderont des subventions aui olvmpiques. la question del uYimlitarisation des pays rhnans la Socit des .Nations lersque la commission de contrle interallie se dchargera de la question 9ur la S. D. N. qui ds maintenant a tous pouvoirs pour se livrer des enqutes sur les questions navales. lord Crewe cri. Hemot s'enttvliennent eu sujet du rglement des dettes interallies PAIUS— Le marquis de Ciew, ambassadeur d'Angltteire, qui vient de rentrer Londres, a eu hier un long entretien avec M. Ikrriol. llien qu'on ail gard le silei.ee sur celte conver ation pti ve, on dclare q> e l'amhass idt ur agissant dapri les ii. structio. s de M. Ila'dw n, a ex, o^ M. Ilerriot les glandes l^nes de la rponse du Trsor aoglaia aux sug gestions de M Clmenl. I au sujet des dttles interallies. C Ite rpoa se sera remise au geuvernemeol Fraaoaii dans qaelqeea joi re.L'am bassadeur aars|| tti u ,j autre part de II. Ilerriot-dcs reoseigoemsati complmentaires destin, s larili tet la rdaction de la rponse tri lannique. Lu sujet sur lequel M. Iltrriol et Lord Crewe se seraient arrts ga eraeu est la que.-liou de la tension entre la Grce et la Turquie. Autour de la vie chre en fiance PARIS— Le gouvernement est t'es proccup par la que>tion du prix du paiu tt sur les mesures a piendre pour l'enrayer : il a d ci d soumettre celle semaine ULC prposition de loi au parlement dans le but d J^^ArVeWW lion de (on. !.. tmck de bis cl passant UiOtl kilos et la rqbisl tion immdiate en cas de nor d claration ou fausse dclaration. Le projet prvoit gal, ment un crdit de cent millions de francs pour l'achat de bls trangers ( pour faire obstacle la spcula tion. Les boulang ries s. roi t I. p mes uu Jour par semaine cl 1* 'y des eral d rem pUeemenl ajoutes a. luelUmenl a la itriue de bl sera port de 8 pour cent a 1 1 pour cent. Des p, i Des svres se.ont dictes contra le-< ni'unicn .t les bouhngeisqul n obscrveraisnl pas les las rgla ttjtnts. frochaini treableroeoti de terre en Italie Le professeur Raphal Mitidaudi • nolegue, au l'est l'ail uu sp i ists dans les prdiutions des irtml.iem. mie dterre, a prdit uu tremblemenl de terre en iicur le centre ce soir.Laseco a i il dit, sera lgre. Le profiq Of prdit d'autre.; l.-eml i d. lerie eh dehori de l'Italiepoui les 7, 11 et 1 9 fvrier. la teire tremble eu Aorvge ' >lLO ; Norvge )— ,uin.e l %  bleracnts de terre accompagns CD certains cas fardes explosions s* sont pu duit* dans le sud e la ge au cours de la dernire faiaraiae. Kouf elles ive-s^ SENEVELa coranission mi litaire permanente de la S. 0. N. tudiera a parm de dmon ia question de h dmililarisalios des pays rhnans prvue p.i le Trait de Versailles. Le conseil de la a. D. N. a charg la commission d j rdiger un projet de ralisai ion pratique de celte elau.e la com mission discutera galement Us plans d'enqutes ultrieures surit s armements de l'Allemagne, de la Bulgarie et e l'Autriche itea|ri PARI^— Le ministre de l'avia lion ino'Mice cfriciellcment que le r un-' Lt-m'llre et le lieutenai.t A II JUI ont d nier on le .t arrives hier a r mi d Dakar. %  > trait au sujet des •us alcooliques entre le. ; I dans ses I I entre Ite t^lstu:* :or la est en t"'tlc uns vi e |ourese opposition de !a prt dea f I f'


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06348
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, February 07, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06348

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
DlHKCrEUR PBOPB'T&IRE
VMM
Clment Magloire
BOIS VERNA
13'>8, RM Amricaine
NUMEROS 2Q CENTIMES
Quotidien
Les grandes craintes succdent
aux grandes^ esprances, les
passions violentes Jettent l'me
dans les extrmits opposes.
Bernardin de Saint Fiirr
TLPHONE R. 2*8
1m
18me ANNEE N" S427
PORT-AU PRINCE (HATI )
SAMEDI 7 FEVRIER 1925
Crpuscule.
Petite Chronique
Lejourde(flnd;l.ba, sur
les monta^nea. il Le reste plus
qu une troite lande de poudre
et d or, 1 adieu,' iu jour qui finit,
[espoir que t'emain le soleil
cnllera encore.
A sa fentre, !e regard perdu
dans le vide, unlenrjine est as-
fise, le menton ppuy sur sa
main ; elle suit, d.ins un monde
invisible, des visions tranges
tour a tour, gaies vu tristes, car
sa ligure parfois si claire d'une
ombre de sourire ; parfois aus-
si le pli amer des 1,-vres s'ac-
entueetlait de soi masque
immobile la statue de 1 ennui ou
des illusions.
broderie qu'elle tenait s'est
chappe.. Elle rve mco-e.
Pauvre temrae.ne te las* pas
aller cette grisante mlanco-
lie du jour. Fais retomber l'-
pais rideau qui te sparera Je
ce calme qui l'engourdi. Alli-
me-u; Jitnpe : sa clart dissiperi
If s ombres qui te hantent.
Reprends le travail interrom-
pu : ce bouquet clos sous tes
deiKts agiles portera de la joie
oui un toit que tu connais. Re-
prends la ltitre commence:
celle- ou celui -qui l'attend
demain souffrirait, si elle n'tait
&2P fcym^lhje de ton
Se^iS* ,aPP" de ton
Nefve%Vs.rtr,e8ieD-
pass, tes regrets n\?Dg',a,u
reeeusciter, n? le faire n ta
qu'il n'a t. Si CS ft.,!,eUr
toi sous la garde*iKS
vidence et ne ~aoute pas des
mallie.ns chimriques.
Tu na sais donc pas que le
bonheur arrive souvent quand
n ne l'attend plus ; et s'il sur-
asair quelque jour, aurais-tu
force de lui d>e : Vous ve-
nez trop tard, je ne vous con-
nais plus 1 >
Ne rve pas, travaille I C'est
le devoir et tu es une vaillante.
Les hochets vers lesquels tu
as tendu les mains eussent t
pour toi inutiles ou nuisibles.
Nejrve pas. Attends l'heure,
l'heure divine qui sonne tou-
jours dans le mmelunineux
clocher.
Ne scrute pas l joie probl-
matique des autres ; songe ces
parias qu'un rayon de bonheur
n atteint jamais, ces dshrits
qui n'ont pas, comme toi. de
mission d'amour remplir,
ces malheureux que Dieu ne
poursuit plus de ses appels et
qui sombrent dans le doute.
Oublie-toi devant ces misres
et charme la longueur du de-
voir journalier de doux projets
pour les soulager ; la meilleure
charit est celle qui n'adresse au
cur, ce vieux mendiant qui nn
sait pas comm-nt se faire ai
jene...
Ne rva pis : l'aube de ta vie
est close, mais souviens toi que
la dernire lueur du crpus-
cule n'est pas seulement l'adieu
du jour qui tombe, mais l'es-
poir consolant d'un lendemain
plus beau...
tmSU Nouvelles Etrangres
Comme les hommes.
Les femmes se coupent les
c.ieveux afin de ressembler aux
hommes. Si encore elles pou-
vait rit ? arrter celte imitation!
Il en ut qui, de p'us, ne per-
dent lu une occasion de porter
la culoi'e qui pourtant leur
va si ma!.
Il est vident qu'elles consi-
drent leuis frres comme les
privilgis e qu'elles s'imagi-
nent ouft l nnn.lp laiir puar-
Si c'est une infortune d'tre
une femma, ce L'est pas cette
mascarade qui amliorera la
situation Les petite: filles la
chevelure tondue, n'en sont pas
moins des petite a-tiile.'; elles
grand'mres aux bandeaux de
teige.aux formes rebondi.*.*, qui
menacent de faire clater leur
vteme it, se dprcient sais se
raieunir: car les jupescomme
le niai.ltau de la charit cou-
vrent bien des dfauts.
La Question
des frontires
Nous lisons dans El Caule,
de San Juan de la Maguana :
lk Me Angel Morales, Secr-
taire d'utat de l'intrieur, de la
Police, Guerre et Manne at le
Docteur Moses Garcia MUIa,
Snateur de Monte Christy vi-
ailent le Cibao dans le Uni d'ex-
plijuer un plan defimtit pour la
delimuauou des tronurea entre
tiaiu et U Rpublique de Saint-
Domingue, lia ont dj mit
Le Vega, Plo Plaia, Sac Fran-
cisco de Macuiia, Moca et San-
tiago. Nous ne pouvons pas
encore mettre une.opimon sur
eue queiuon n'en connaissant
pas le plan .
feJNoua rservons notre opinion
que ncus expostrous quand il
nous sera connu.
.Championnat
de b oeV bail
Demain aprs midi te joueia
su l'arc Lfnie i na des plus in-
tressants matchs de fuot ba 1 de
cette saisen. Le Velox Alhltic
Club est dcid ne pas se lais.
ser vaincre par It Clab des Spoi la
Gnraux . La partie promet d.
tre passionuanle et mme lis far-
lit* an beaux rsultats, ear corn*
aie on doit s* le rappeler, seule la
e Jeunesse Sportive Hatienne a
eu raison du Velox m, lui mme,
a dj conquis tant de lauriers.
Ut le Club des Sports Gnraux
qui ara Dimanche soa premier
matih de championnat, est form
de meubies dissidents de deux
anciennes Associations qui avaient
eu du succs l'anne passe : Le
Tivoli et te Junior .
I^Comme on le voit les lattes
n'annoncent de plus en plus re-
marquables pear le Championnat
de premire catgorie.
t".Un n'hsitera uone pas se ren
dre Dimanche i heures 1/2 de
l'aprs-midi au Parc Lecente peur
m pat r&ter cette partie qui sera
peu. lie plus intressante que
toutes celles qui ont t dj joues.
Mrs Stanley, Delage, membres
de la commission internationale
prside, en la circonstance, par
l'honorable Magistrat, le Juge An
selme, ont pris sige, mercredi et
jeudi, au Tribunal du Cap pour
entendre les tmoins dans l'af-
faire de la Cie des Chemins de fer.
Sur les 15 tmoins cits, 5 seu
lementsesonl prsents, Mrs Sam
son Mompoint, Charles Zamor,
Marc Pierre Louis, llyppolite Mom
point et l'ex consul Lemuel Ltving
s ton.
Aux questions poses par le pr
Mil nt de la commission sur l'in-
cendie: lu de .<>scierie .iLacomtie,
2o de la maison de feu Tureune
Jeun Gilles alors alerme aux in.
guieurs de la Cie, 3o sur le pilla
ge et la destrucli n de la gare de
Bahon, tous les tmoin ont dcla
r ne rien savoir pour la bjnne
raison qu'ils n'taient point sur
les il u*, lorsque ces actes de sa-
botage lurent accomplis.
Seul l'ex consul Livingston a
dclar avoir constat, comme con
sul amricain, que des dgts
avaient t commis Lacoiube et
que le campement des Ingnieurs
de la Cie avait t dvalise comme
il avait jadis consign dans son
rapport.
La Commission des R,clama
lions n'ayant pu avoir d'autres ren
seignements, puisque les du au-
tres tmoins s'taient abstenus
sauf deux qui s'taient excuss, a
du ordonner, par commission ro-
gatoire, qu'un Juge du Cap recueil
lirait les dpositions et que la Cie
des Chemins de 1er aurait pr-
senter, comme l'avait demande Ma
Cor vin-ion, dans son rquisitoire,
b"^.'.'."-'*? Lvr et docuciieats oui
^JJttW &iW' avons eu l'ocasion*1ftrccu.,cuuji
avec quel tact, quelle afabilit,
quelle courtoisie, les avocats de
Port au Prince Me. hUmoud de
opinasse, Me Albert Kthari,
Me Eug. de Lsinasse, Me.
Corvington, l'avocat conneil du
G uvemement, ont su exposer et
dtendra les intrts e .x conlis.
Il serait dsirer que lesavocats
de tous lis barreaux puissent imi
ter les matres du barreau de Port
au Prince, et qu au lieu de ces
moyens vexetotree, comme l'avait
si bien dit un jour le regrett Me
Enock Dsert, ils sussent emp'oyer
ii lac) i de luire, ta couituisie la
gtntilhommene qui doit cx'iter
enl.u hommes qui se lespectent.
La justice, le barreau ne pour
ront q.''y gnegner/
D'aprs nos renseignements, la
t*o;un i-Mt.n qui est partie pour
Genaives, S: Marc et Port au Pria*'
ce reviendra lu mois de Mars Vu
Cip pour liquider les autres rgla
mations.
Au mois de Novembre dernier
50 mtres peioe de la {Station
des Pompiers de ceite ville, un in-
cendie clata, et avec une lenteur
qui semblait un insolent dli jet
aux pompiers, il consuma quatre
grandes maisons.
C'tait l'occasion peur les auto,
rites de la Ville d'ouvrir une en-
qute, alin de savoir si le Corps
des Pompiers est un corps mon,
mais elle- u'en tirent lien.
Voici que, en vertu d'une sen-
tence de la C. I). It une valeur i e
pies de trois cents dollars *3<)0)
vient d'eire pave a ces lamas
ins endormis > et leur Comraan.
daot s'est err en droit de dpo.
ssr,^ prtend-il, une v..leur de
$ 175 do.iais dans une maison de
Commerce de c t Vil.,., pjur une
commande de pompe A-bras.
Il ne s'agit pas de savoir si lg
I/o dollars soal effectivement de-
poses, quant a prsent. Le que
nous reciamons, c'est que la va-
leur alloue parla CD H. sot
verse a la Commune do:il le io-
ceveup avait sign le mandat d'ei.
caissement.
CORRESPONDANT.
Par Cable
Dans la diplomatie
franaise
PARIS La nomination de M.
Irank'in Bouillon comme premier
reprsentant diplomatique de la
h rituco auprs du gouvernement
. tur Angora sera, pansa t aa,
annonce 8ous peu l'ambassa
d^ur de Turquie tait dj arriv,
Taris.
Autour du diffrend
;|ico-lurc
Vhmentes protestalioos de hhr
qm'e au sujet des agissements
lus
f
Les autos
vont trop vile
Ou!, le dmon de la vilesse
tourne la lte, ces joers ci, aux
condu leurs d'automobiles. II*
vont, daus l.s rues de la Capitale,
a uno allure dsordoane, ils ne'
prennent plus la peine de corner
aux carrefours, ils n'observe t
!!d?Ap,Kr Je riUne1 de police
qui les obhga aller sur leur droi-
te et i on se demande, en vrir.
nUPl por. iiar.s.idu^i ICI US SI ce
sont les oulie ullantiuues qu'i.'s
siugent, si c'est che/. eux un for-
(Des Annales Ca/iuises)
MARIAGE
En l'Eglise paroissiale de
Seint Pierre, l'Arcahaie sera
bni le jeudi l'J lvrier le ma-
iiag rie Melle Duna Thibault
avee Mr Matendal Alvarez.
Miii'eara complimenta.
Um mm ^e9^es
Doreur hraenteur
No. 2034, pae du la tiare
T"11 JMHUlia
On trouvera chei Fra>
eoia Jean Ctiaries, a Tno
las l*yume, de tonte soi
taa otada iiKemle; noix.
Monseigneur Mthews
Evque de l'Etat de New-Jersey
Par le s(s Nickerie est arriv h
Poil au Prince Monseigneur Mat-
Ihewsqui vient eipreesment pour
a?sisler la crmonie de la poe
de la Pierre angulaire de la Cub
drale La Sainte Trinit. L'Kv
que Carson a t sa rencontre au
Cap.
Nul doale que la prsenra rie
cette haute dignit eccles as'laue
p rehausse la fta de demain.
me de la yankeemanie, qu'ils ap-
preunent donc que c'esl aux biais.
Unis que les statistiques rvleut
le mo ns d'accidents d automobi es
parce que e'et l que les voitures
vont m lins vile.
Cep. nd .m il faut que ce dsor-
dre eeste. Les pilions, It s cava-
lier, tous ceui enfin que ces ma-
chines homicides menacent, de-
mandent pr>.( clion a la l'olice.
Si les ameudes prvues contre lei
aateurs d'accidents par exeis de
vitesse ne eut pas assez leves
Jiour corriger ces ecerveis, qu'on
is double, qu'on les triple, qu'on
y ajoute d autres peines et que
d'cNtusIdiies punitions lappelleul
i u ssieurs les chevaliers du vo-
lant au'il y .K ane vitesse ( 15 mil-
les a l'heure ) qu'en ville ils ne
doivent ponu depakscr, voie publique appartient h tout le
monde et que 1 existence de qui
conque en une ihu.-e sacre.
Parisiana
Dimanche
La Porteuse it Pain
3e et 4e pisodee
Ces pisodes nous transportent
l'a lis, dans la riche demeure du
millionnaire Paul Harmant alias
(iaraud. .Nous assisterons une
soire Parisienne dans le g-and
monde, on verra les modles de
chez Lanvin le grand couturier pa
risien, et on assi-tera la renron
tre imiuvaiite de Lucien Labroue
avec l'assassin de son pre.
Ajoutons qu cette soire on ver
ra danser par des professionnels
la VALSE HKSITATIUN.
Entre : O 2, G. at G, 4
GENEVE Le Turquie est pnMe
a rgi, r le diffrend avec la Grce
au sujet de l'expulsion de Constan
Uaople du patriarche moomni
que Constantiuos en nommant i
e^ place un sujet turc d'origine
grecque. La nouvelle a t annen
cte p.r le repreantavl de la ur
quw la S I). H. qui en a reu
la communication de Thukri Uey,
niiiiistre des affaires trangres.
La Turquie a fait sensation en pro
lestant contre le traitement indi
g aux experte turcs attachs i la
commission spciale de la 8. D N.
change d'tudier sur place I dif-
frend entre la Turquie et la Cran
de bittagne au sujet de Mossoul.
La Grande Bretagne prtend que
les experts en question font
d' n c i e n e condamns aeen
s^s d'avoir dj foment des trou
bls p.ihtiques dans le V lia jet de
Mossoul et elle ajoute que leur
existence sera en danger s'ili *c
compngnenl la comroiseion dans
ses voyage d'enqute.
Snuukri Bejr dclara que le Irai
MnlljettC^ fV*iH?
nir le voeu des babitenls du lerri
taire contest. U ajoute que la
Grande Bretagne a recours des
menaces et h des mesures de ceer
cilion pour obliger les habitants
delaier qu'ils prfrent la domi
nation anglaise i la domination
turque ; il prtend que le roi Irak
Feycal, accompagn de personne
gee importants, avait travers la
rgion dn Mossoul en pr4chnt aax
hab tants la ncessit de reme'tre
le gouvernement entre les mains
e ['Aaj cleire.
La HolluiiJe se prpare
dernier aux prechaina
Jeux olympique le plus
delal
L\ ll.\YC Le ministre de Tins
tru tinii publique, d.s arli et
sciences va protkainesi at dpo
er aux Etats Gnraux un projet
de loi prvoyant l'allocation d'aa
cr dit d un million de florins pour
Us Jeux olympiques de I'-> qui
se tiendront A Amsterdam. Celle
somme serait rpartie sur quatre
annes sait 160 OOU Qoiins par
an ; il esl probable que le conseil
provincial du nord de Hollande et
le conseil municipal d'\msterdam
accorderont des subventions aui
olvmpiques.
la question del uYimli-
tarisation des pays rh-
nans la Socit des .Na-
tions
lersque la commission de contrle
interallie se dchargera de la
question 9ur la S. D. N. qui ds
maintenant a tous pouvoirs pour
se livrer des enqutes sur les
questions navales.
lord Crewe cri. Hemot
s'enttvliennent eu sujet
du rglement des dettes
interallies
Paius Le marquis de Ciew,
ambassadeur d'Angltteire, qui
vient de rentrer Londres, a eu
hier un long entretien avec M.
Ikrriol. llien qu'on ail gard le
silei.ee sur celte conver ation pti
ve, on dclare q> e l'amhass idt ur
agissant dapri les ii. structio. s
de M. Ila'dw n, a ex, o^ M.
Ilerriot les glandes l^nes de la
rponse du Trsor aoglaia aux sug
gestions de M Clmenl. I au sujet
des dttles interallies.C Ite rpoa
se sera remise au geuvernemeol
Fraaoaii dans qaelqeea joi re.L'am
bassadeur aars|| tti u ,j autre part
de II. Ilerriot-dcs reoseigoemsati
complmentaires destin, s larili
tet la rdaction de la rponse tri
lannique. Lu sujet sur lequel M.
Iltrriol et Lord Crewe se seraient
arrts ga eraeu est la que.-liou
de la tension entre la Grce et la
Turquie.
Autour de la vie chre en
fiance
PARIS Le gouvernement est
t'es proccup par la que>tion du
prix du paiu tt sur les mesures a
piendre pour l'enrayer : il a d ci
d soumettre celle semaine ulc
prposition de loi au parlement
dans le but d J^^ArVeWW
lion de (on. !.. tmck de bis cl
passant UiOtl kilos et la rqbisl
tion immdiate en cas de nor d
claration ou fausse dclaration.
Le projet prvoit gal, ment un
crdit de cent millions de francs
pour l'achat de bls trangers (
pour faire obstacle la spcula
tion. Les boulang-ries s. roi t I. p
mes uu Jour par semaine cl 1*
.......'y des eral d rem
pUeemenl ajoutes a. luelUmenl a
la itriue de bl sera port de 8
pour cent a 11 pour cent. Des p, i
Des svres se.ont dictes contra
le-< ni'unicn .t les bouhngeisqul
n obscrveraisnl pas les las rgla
ttjtnts.
frochaini treableroeoti
de terre en Italie
Le professeur Raphal Mitidaudi
nolegue, au l'est l'ail uu sp
' i ists dans les prdiutions des
irtml.iem.mie dterre, a prdit
uu tremblemenl de terre en
iicur le centre ce soir.Laseco
a i il dit, sera lgre. Le profiq
Of prdit d'autre.; l.-eml i
d. lerie eh dehori de l'Italiepoui
les 7, 11 et 19 fvrier.
la teire tremble eu Aorvge '
' >lLO ; Norvge ) ,uin.e l
bleracnts de terre accompagns
CD certains cas fardes explosions
s* sont pu duit* dans le sud e la
ge au cours de la dernire
faiaraiae.
Kouf elles ive-s^
SENEVE- La coranission mi
litaire permanente de la S. 0. N.
tudiera a parm de dmon ia
question de h dmililarisalios des
pays rhnans prvue p.i le Trait
de Versailles. Le conseil de la a.
D. N. a charg la commission dj.
rdiger un projet de ralisai ion
pratique de celte elau.e la com
mission discutera galement Us
plans d'enqutes ultrieures surit s
armements de l'Allemagne, de la
Bulgarie et e l'Autriche itea|ri
Pari^ Le ministre de l'avia
lion ino'Mice cfriciellcment que le
r un-' Lt-m'llre et le lieutenai.t
A II jui ont d nier on
le .t arrives hier a r mi
d Dakar.
> trait au sujet des
us alcooliques entre le. ;
I dans ses
I I entre Ite t^lstu:*
:or la
est en t"'tlc uns vi
e |ourese opposition de !a prt dea
f
I
f'
'


L*M9*
i
o-idreTENDELYS
donne un teint de lys
I amIn TaM?i Wenrh-. chair.
Itowt mllltti. toi* pot/F krvnl.
f imil fit", carhri font.
f.b p le wts*.
L"^ Ttindely----
lu leinil).....
| >rdi .............
,, ,.our Mi""'. '<'" r ':r
mur roit HHMll*M "'"
r f f**- Mii'f. maux-
>M*t fo*- """' f,u" r0"
Mftrrtt. r* vil cnoi I
l Orm(V Mi|n'
P adh*rnf*. d'un parfum dlice,
corneri* la fracheur de la ieu-
russe. embellir, efface les rides.
ou autre3 in-
fections de
l'appareil respiratoire
Il'EMULSION
SCOTT "
prise rgulirement
donne une nergie nou-
velle, augmente la capa-
cit de rsistance
et aide liminer
la cause de la
faiblesse.
Vr; 's-
ARYS
3. rue de 1 l'ai. 3
PARIS
;

|6P9 T*aUat r^isljniiuire pour
flaiti
Autour Je la Nation dit*
du Dr Habtb Estrfani
C'est avec indu1 ment lai-
sn- que nous pubUont h lettre
suivante qui avorte une. pici-
sUmneewnre l'entrefilet paru
dam nni idi'm tfWr,fJ*
K rie tout le droit roarilim. parafai f d 8 "<
pAHl8- M. RavM.dy a repolie
I iina-issions de la marin* mur
Liaod* et la affaire trangre
^UchiiLbre de d pu l : on
Lot qu la ratification du traite
ri larde par M. Yalnde, i
_| Hn Cher, prsident de la
| oojenismon de la mttriue marcuan
qui a t dsign pour laire on
ippi.il ur le projet de loi. En
Imninart le texte de la enven
ko. a dit M. Nalude. on voit fae.i
k. la propojilion" allemande de
iellie eu iieint les leimti de Ue
ord dfinitif avant de eorrtlnre le
Ir/aitde commre provisoire avec
Itf Trendelenburg ; il ndre^
Ida nouvelles suggestions que les
lieux dlgation discuteiont de-
| ItMHlS Le GnralNollet,mi
Bistre de la guerre, a admis la
hambre de dpats pendant la
Uscuieion de crdit pour le nord
Jde l'Afrique franaise que de pe
lit. renfort avaient t envoy
Isa Marec.Ce troupes additionnel
niri ' ... ,iio
Port au Prince, 7 lvrier 11)25
Mon cher Magloire,
J ai lu li ier dan "Le M lin "la
note concernant la nationalit Lu
Laine du Dr Habib hs.fu.u.
Je regrette qu'il ne soit ps Ici,
il n'aurait certainement pa man
que de rpondre avec franclnee a
voire question.
Ayant eu l'interviewer pour le
"Nouv(Ui>te'\ j'avais eu h lui par
1er de Fa nationalit. Il ne m avait
pas cach que laisant une tourne
de confrences peur son pays oc
*i ^ .. ..il tint
le Prsident BORKO
et huai! d'Hati
Depuis I804,dbeaat proSram
me d'vi'.ulion nationale eonl
'abors,miiH j.m.is ils n'ont t
ecutirini*emRn:.;ludune
loi vole, m^mo celle tnndanl A
riper un monument au Fonda
leur de la Rpublique est reste
Ui're morte.
Il avait fallu des guerres dan
wqiulUs le MPC hailieo a coul
inutilement, privant le Paye de
nombre de bras.crant des WivW
et des orphelins,semant le pillpg\
l'inceadie et autres cortges de mi
sres humaines Ifop navrantes
pour en parler, aboutissant la
catastrophe du 28 Juillet, la plus
horrible que nous ayons connue.
Il y a Uni donc pour nous de
cha- ger le fusil d'paule et de
omprendre ei lin que la guerre
eivi'e ne peut que n baisser un
paye, dtruire chez lous l'amour
Paul E.kila
Te ni |asse,tcuts\llace,
tout s\ ubhrw
fais le >oi venir des
neuve imW> de chez Paul
F. Aiixila reste vivace
dans tout i les mmoi-
res.
THE NEW
rmEBsmnp
Companion to
TOURNEZ lapi.ui:iui
r'u na>on et vous aorei de
rouvelles inrnrs.comme il (st
"diqu dans la gravure; Celte
a .pration vous p- rmettra d tn
M hoisir urr faci tment.
P Ceci cM un i es ji.v avant ?
ex l-t.fs q'i mplili-nt el per-
P f .iiioiinentl'asage du Ever-
harP
% te,-- (^f'",t*, Fvfnharp r
peul jamais tre obstru. Il
a do nouvelles mines toujoi rs
piles, se hMge d'ute ftoi
f mp'e et wnMIliee. Il ">
ufi, muni d'une attache plus
o if*e que les autres.
U \r WM'f l\'rshiir|i> H Jlfitli
rniilr* lol dfaitl le liirrlmiinPiiiiiil pA
l'tl soil la cause Tml W* fc
Fiershap est lenit de tMfkm ijraliiile-
in ni une ou plusieurs partie d rraina
ni ffrairnl MAXWELL A MOU
.e^llMISf pOB.r.AL.pB1>U..IAin
THB WAHL COMPANY. NP.W YORK. N
MUTILATE
U. 8. A.
N. et A. Ara
GrandSRue
ct delCaves de Bordeaux
koe,
t k,-----
Feutre etPallle fias
Cher,
HBalloni fils
_. .------.. ddllionnel de confrences peur son r; pev, aeiruire cm 'v"*
u MarecU. ^^^nSZtM cun par la France, on avait une g pa|rie; cependant.plus d'une
le, a t il expliqu, ne ffSSU fendaSce croire qu'il lai ait de voix autoris^e lnous sigf,alent le
tir que de dfen.e en ca| d meur
ion possibles par le tribu dn
R,f. Li maichal Lyauty a reu
Wlrueliens lui prescrivant
uug> r*- ** --"! nnur
bM apegnolee
PARIS. 4 LeeepiUiee >>'
lr. 0t le lieutenant Arraenard
avaient atteint 4100 kilomtres
lonii'Ht * ,u '!**,*,*
terrir eet apr midi a Hio Ord a
100 Wilomties de Dakar, lieu d
detiDtien ; il n'ont donc pal
battu I record de 19i3 de lieole
aants Kelly et Mac P.ady de la
mtinn militaire amrieaiae.
BRIJCBXLM- Li prix dn pain
ayant atteint 1 Irne 7S le kilo,
le j.>umai.x belgei tttaquent Ua
ipeul:.teir qu'Ile usent da
| ^air U l moit i attil^ellement le
ptu d u bl
T p^uil Lord Biadeuiy, na
Ira inglai de la eommueion Ue
{lparationa. qui prend a retraite,
J aarlaal un djeuner d adieu < f
r fort t,ar le membre de la pree
^ aailo amricaine a P-ne, e de e
rq.Marotnitque l'avenir eoro
miaut de PBnropo paraieail me>l
ptf ea' aueun autre moment de
-'iraraxletiee.
i
lapropagandeanti fren^M et que
ds lors, il (tait prudent, pour
tre libre de t-e mouvements, le
n'avoir pa voy.ger sou passe
Lui'nn.v. r. ix on nalinn"
Les ciiionalances m'ayant per
mis de eounatire ce dlhil, je crois
honnle de vous le raptorter.hftn
que l'homme droit qu'ett le Dr E
telauo ne soit diminu aux y ux
de personne.
Recevez, je vois prie, mon clrr
Hagloiie, me meilleures salula
tioq.
. A. FAUBERT
Varits
Dimanche
Programme de toute beaut avec
Lucien Boyer
ET
Paul Chaubet
dana de chansons indite
Et un grand tilm
1
DrJ. H-
ta.. Dantlata
Des facults eia Montral,
da New-York at da
la Havane,
Travaux ait or t n
porcelaine.
Extractions indolores par
l'anesthsie conduclive,
ratiquo spcialement
s jeudi.
Naissance
Monsieur et Madame Slanisla
Janvier nouB oui f*>t part de la
naianance de leur lit Joseph Q
tara*
En Dtresse
Loge et places reseives
l'remirea
Secondes
G. 5.00
;g. 3,oo
G. 2.00
Par sans fil
P\nis. La Comit de la Chtm
re d*i Dpute en Fiance cal
fortement oppos au trait qui d il
mettre tin au tralie d boisson
aleoo.ie.ue dans les taux U uito-
riales de Ktt> l ni.
\Vashinto^. La prrpcsitioa
tendant eier un tiribunal uni*
eetael a t i< jete psr le coaail
du Snat ( Section des Relatio
Ex ei m. et ne scia point At-
rni. au ous de siien d r
Congii.
Prix da PU>on : 5 er*nos.
Bumfc Biiue
OnMm HmdHmit ri
UOUrXE RMOMATISMFS
NtVRALGISS
BWOVt, l. B*I*. **+.
voix autorise 'nous signalent le
dmgr, dauies ava>mt tent c'a
nous faire marcher dan l chemin
du bien, mais hlHs ; i's ont l"0
jour* t les tremires victimes
Er-lin, un moment o nous.nai
lien^.nous ne pouvions plus servir
a cause hatienne, une nation (
amie tint nous dire halte l.et au
printemps de 1922, Die i qui n'a
b.tndonne JMBaia compltement un
peuple, nous envoya cet Homme
qui ra ise actuellement un pro-
ramme d or Ire en domptait
es passions, en bravant toutes
les malsaines anbitions, en se
faisant aimer .le larrassc paysanne,
en lan<;ant dfnoil vtmei.t sou Pays
dans la voie du progrs et d* a
tivihsi tion.
D'une vo'o:,l ferme el inbran
labli", ctt *nvo\ leil voluer le
pa\s par de shk s nu sort s tinan
eires et conom q.ies, crant d'au
trs dbouchs au dehors Iftl de
le mieux faire connatre, amilio
ranl les ro itas publiques, jetant
des ponts sur no rivires,construi
sint des locaux ud peu partout
pour nos ccles.nos tribunaux, nos
e i ernes. n s piisom et en rpa
rant ceux qui tombaient de vtus
t en les amnageaul. VoilA ce qui
est dj accompli dune ce court
espace de pr* de trois annes et
le peuple eat content. Seuls, ceux
l qui voudraient avoir &a situation
officielle et qui sont -jaloux de
l'excution de son programme '
Bouvernemeul pensent pouvoir la
di igrer, Bell le jea ne peul plus
pienire aujourd'hui, car tout e
monde voit clair.
Fbarrass de toute paision,qui
donc est plus pipar que Lui ?
jui donc 1 heure actuelle, peut
continu- r,son u-uvre de rnovation
tociale et nationale ? Pour Dieu,
pour la Patrie, pour l'humanit,
souhaitons de long et d heureux
jours Mr Si rno qui nous conduit
ver le sentier du bien et du beau
et qui incarne vistment lea senti
n ent uobles et :evs des aieux.
Qui tous ceux qui le compren
nnt et qui aiment sincrement le
Pavs aillent parcourir les plaines
el le< mornes afin de faire enten
dre tous qu'il est l'Ilrmmedsi
gn pir la Providence peur rache
ter toutes les Imites du pass, et
ce era 1 accomplissement d'un
devoir patriotique.
Aortr AUbGAIRE
AVIS
ht pullic, en garal, "et le
Commerce' en pal i< ulier, font
informs que la Socit ci mmer
ciale qui a ex:sl entre Messieurs
S. A. FtHGFItK & Cie.a l.d m
commun accord entr- les assoc ,
dissoute le 3t janvier dernier pr
suite de l'arrive du leiroe du con
trat qi i les liait.
Monsieur Fougre conliii: era
les affainssou son propre > <"
et sous sa rtBBOBeabn'
Aux ever, le ter Fvrier 19.5
rtlk
MENAGERES!
Pour teindre tous tlaau i
LA.1NF. COTON, BOIK, ta...
ucui. produit n'flal
"U MAVRESOVE".
En**ni*l*ort . '! Hrmoi* w m n ,
I IJirADM J. Ju B.iU.l. 1.1 11 R A I II I I
I HODBKIVB el u< .lc bonne Mei^ni M BaJU.|
|leArff/M $rii-j r vamncx)Q,Nita(
Voulaz-vous'.voaa habiller avec lgl
r arche.1 M _- .
Adressex-votis la Maison IN. *ftMXL\.
Dont la devise est de vendre a petit **Uoepour
vendre beaucouo. ..
Dans son personnel, la niaicon comptejjn ^ ,
Uilleur italien sorti d'un tablissement de piN^i^
KUeeesl en mesure de fournir des ^fP16*1*^
et sur mesure, en cheviote, diagonale, P*1 **
drill blanc et couleur, ooupons de Casimir pour pen
talons- toiles pour gilets.
Bonneterie
Chemises de jour et de nuit, au uout def > -
Cols et manchettes deruirs cra ions. Olefeni
Cimai*on constitue un iu^aium
et le meilleur accueil est rserv tous ceux J^ des
eirent par une visite tre dlis sur la *" -
travaux fournis. tinan *u
Tout costume command et qui ne rpon f
aort du client est ri*oris. .?.i4*#n
Tlti eaeele *r*nnin nnrtlnlj, m*rxannn\ A* it*tH-
La maison C.L. Verret
Tailleu -Marchand
lo (823 Rie da Mafaaia da l'hatj
Se reaammanJa au Ut tt i aa nombtai* tl-
. iiti peur I ttaaaet da a cmijie at la protla
axecatioa misa ansles ?ragaa aanla stl Mlaa
\a Milieu raata ouvarta jusqu' S bear%t in tait*.
Priai modre.
En vente dans toutes les bonnes
Epiceries de la Rpublique.;
LAIT
CONDENS
NESTL
LE PLUS RICHE
EN CREME
Voas trouverez tonjoura du jjnl ConalenatIastl, Lait 'vapar at
Laate, en dcpt^ckci i'^yeut, qui sa liant,^aussi euliram^Dl I
ordres, pour rameure vg^ commandes directes.
L, PreBtzmann-Agqerholm
AgntiginiraKPOur Baiti.
ran
vaa


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM