<%BANNER%>







PAGE 1

LEMAfm • • \ e*** le seul fala BpeBg* %  •lu.! Jlnlettin. %+:c l'Ap9MuUeU * l "Basrlt*. kppslnis 1M KamofoMes, Emp*ch 1 excs d'embonpoint. Rgularisa l'harmonie des lonoes. lax&Uf physiolmjiq MI %  nt la *4dw*tlon fcnctlonnollo do nntec'n eu t v'i .i c*a'|i: f" %  luiiTi" r'ir.*r.m<| <2 •>"• |>. rrn' % %  I liannanli tteong't WBUTM . rilrrnri 'AN : pomma ^*->k * .. IU. J„ mt.ni S *W U naTlur* .•. 9 .7-. 9 .r7c.tU .les. — .ntr. *M ..H,tio u JUBOL EXT*AITS BHJA1M du docteur My IK -rlistes 06 nloa'nvrtTj • t Paris nous envoi-ni. Il vont 11 u donner ur. evue compi'te des cabarets en fOgu'-Lune K> n*e. Il)ite FurtV,thtrd 1 s .1 ux ie--,".tc N MIS a'ion'oas'atar i une di ce. tonnes soi es qui rjouis sM,t IH. eue ir e 1 sprit. Et c > n me c' si un s uctacle rainein me r. artis'.iiue et de boa aloii tout I monde tajyt y assisterA ce soir aux Y.rii?. Funrailles AVIS Une lime par mois au lieu de deux par semaine Un lame Ce rctOirVWet AutoStrop vous servira pendant un mois au moins, en voue rasant tous le jours. En efii U lame est automat.qucrr.c:.* repasse parle rasoir lui-mmir. Quelques %  econdes de repasse et la lame est aussi bonne que lo premier jour. L'essayer, c"cst l'adopter. le Rasoir Wt ^utcrStrop *U*pn et sous s.i responsabilit p> rson Belle. Aux Caves, le ter I vrier ttji Cew 'rs-mtii auront lieu ri£„'lise bte Anne les tun rades di la petite SIMONE M'NI.IAS, til e de notre ami Lonce Monlaa, dc le hier soir. NDUS prsentons nos conlolances aux parents prouvs. — Il nous est encore hit pari di U mort de M die Immcula Roi gnez, dcie hi-r soir apa un 1 courte maladieLes fanerai les auront lieu cet aprs-mi li l'Eglise SaintJoarph Nous envoyons nos condolances ux pareits de la dfunte. i A VENDU „ t l ne auto marque Nash > en pa lait tat pouvint contenir ti pai gsrs. Vraie vci'ure de fi il le. S'adresser au Bureau du MATIN DF R. Charmant Mdecine Gnrale Chlrurglen-aecoucheur Spcltlfsto A l'honntur d* rapjeler si bienveillante cliaa 'e qu'il et chez lui tous les jours. Le matin de 6 h. a 9 heures Le soir de 3 h. h h. 1312 Chemin AVs Dali >*, 1312 pies LUfl llilione /97 Cor.su'talions d. mie o sur roadti v ou 9 S'airesser en ville la j-har QJ cie Bourraine. Mortalit Les Frres de l'Instruction Chr tienne ont eu la douleur de perdre le Frre Thodoric et le Frre La ubert Jh. Le fire Thodoric est moit aux Goulves, le 3 fvrier aprs 42 ans de vie religieuse et de dvouement la jeunesse. Le Frre Lambert Jh est dcd spr.'-s H voir consacr 48 ans de sa vie l'd i ion del Jeunesse de ce pays, h ait venu en Haiti le 11 dcembre 18rfU. Ses funrailles auront lieu ce s< ir dins la chipe le de I Institution St Leail le Goozague. SAVON Lifebuoy Nous avons reu aujou d'hui un chantillon de -:e savon dll cieux que repi*e de an Jlaiti la maison WISATCO. La mousse [crmeuse et anti septique du LIFEBUOY relire de la peau les impurets et les germes dangereux,et son US-K contant prollge contre les nern breuses maladi s causes i r le contact des obje s poilu**. Le pouvoir jiophylactique du LIFKbUOY est immense. Eug LE BOSSE & o gencts— Rcprtsentatai PORT AU PRINCE | Agents gnraux m : HemUer jonea Jewell MillingAH NEW-YOBK Farlaioe n a rr^>" < %  O **• ******* \Tne H m: In*ranee Company NRW YOR! A^sur anee contre Hooasaeile Bumond latab C A Hmttoteoo i Sale Honao 0. S. Ruhliei Impart 1 >.naay Pueua *'Ro yal Cord" S ojaUara !••• Chas T. Haltlage tt S [ pi ssons sals en toua g —raa Manulaclures Lite lna'ce C Aasaramae) sur la vio, Suilhoo Frres Mu Vlma^A l.a^saapagneJJordeaux l>h. llejraali CQFaW HgUl urro D uaoH t*j*S& 9i £2£f£Z2 Mn a1 W. P. lalkewa tt San Taba— fteamm •* ** ** la R;i>iaaala Oflawaatoa C-am*acl* KtiTtia dodaaat^a, %  m a • /i/ GnVarits CE SOIR M Gala Lucien Boyer Deux heures 1(2 d'art,' elfide fou rire! par LUCIEN BOYER et PAUL GUAUBET Du skatt'i aomiqua sur la chanson improvise EK HATI Chanson spcialement compose pour Port au Prince. LOGE i Dollar, fAUTEUltf 3 6011 Tout, s fawurs sont suspendues pendant le? reprt uons de LUCIEN BOYUR. Coombian En vente dans toutes les bonnei Epiceries de ta Rp itdique*; 91 £0 Uam*r ira



PAGE 1

DlUUCTfiUR PROPRIETAIRE v ; IMPRIMWR tt Clmeat Magioire BUlb, VARNA 13*8, Jue att*MO*tno NUMERO* JQ CENTIMES (JKoHrffcjt TLPHOW I . |4fi vrifier avee Possder la icionce de Ja v,' maiotenir dais lenrjusle Mesure ses vertns et ses^uilrls,^viter de Iroijser les hornmi s, leur rendre service autant qu'on le peut, prendre les dvieuiei.ti comme ils •tsenteiit, avec une srnit cordiale, c'est la v i ttablenent avoir an ben caractrt;inaia ta n'y arrive uisseut d'une certaine influence est discute avec une ^ine aigreur qui trahit l'in..aide gnrale des Magis*!*. Pour aea derniers, I ur amovibilit no serait que susndee et cerix qui auraient la wae d'tre maintenus par le savoir, pourraient savourer Niveau les dlices de l'inamo alit. [Il nous semble que, jusqu'il ait t dcid autrement par I Pouvoirs publics, les Juges 1 tribunaux frapps par la Pjfl loi sont b 1 et J>ien r iblea. Voyons un peu lei Mu, U Constitution de 1918, dit son article 93: cLasjugfs Tribunaux de Cassation, J des tribunaux d'appel et ramire Instance jouissent de l'inamovibilit. La loi rglera les conditions dans lesquelles ils cesseront de jouir du privilge de l'inamovibilit et le mode de leur retraite par l'ge ou tout autre erap bernent ou par suite de la suppression d'un tribuns 1 Comment fau -il interprter le seeond paragraphe de l'art 93 de la Constitution ? Fant-il voir une simplesuspension dans Us termes : c Ils cesseront de jouir.. ou faut-il considrer ces ternies comme l'expressien d'une cet salion complte ? Bien qua l'art. )3 prte quelque peu controverse, il nous parait parhitenFnt admissible que les Pouvoirs puh'ies. en dehors du caR de suppression prvu par la loi, aient la latitu le de faire cesser le privilge de l'inamovibilit. ( C'est l affaire de contingence, d'autant plus que ce sont Us mœurs, les besoins d'un Pays qui font les lois. Ds qu'il est reconnu par les pouvoirs com peunts que des ncessits d'ordre moral et politique com • an dent la refonte d'une loi, il n'y a rien d'illogiqu? et d'illgal ce qu j la refonte se fasse. C'est mme un principe qui domine toutes les lgislations, du moins celles qui sont scientifiquemen tablies chez les peuples civiliss et nous n aurions aucune fausse honte emboter le pas apis aux Aussi, la Constitution actuelle ne s' • te t elle nullem. nt des grandes traditions juridiques de i humanit et no tre interprtation n'est-elle point abusive ? Si le privilge de (inamovibilit est garanti par la Constitu tien de 19i$ il ne lYst que provisoireraent,puis]iif celle mme Constitution dont la lettre do t prvaloir vote sous la pression de certains bas >lni de la N ition hatienne dont celle-ci ne pou vait faire fi, a aussi prvu laas o il faudrait mettre un terme ce privilge redoutable qui ne constitue pas toujours une ga rantie d indpendance et i'impartia'it. Notre opinion est d'autant plus raisonnes qm, si la thse contraire tait s.ule admissible, a C institution serait conue en termes formels sur ce point, elle dirait plutt: e Ls loi rglera les conlitions dans lesquelles l'inamovibilit sera suspen due D'aillflurs, eaux qui tiennent an privilge de l'inamovibilit ne Sivent-iis pas qua le Magis trat est un homme cernai le i autras, qu'il a ses Inines, ses [•usions et ses dsirs ? Ne sa vent-il? pas qu? la tonstitution d'un peuple reflte forcment les ten lances de ce peuple, qu' %  Ile ne saurait ehap^v r aux fl :ctuiiioai le l'Ame de ce peu pie ? A ce compte, son champ d' >plicationestcirean8erit dans 1-s limites plus ou moins longues de l'Histoire nationale. Ls fait est il nouveau dans les annaUs de la Lgislation hatienne ? Notre opinion est do ic qua, mme aprs toute masure de suppression, Us juges restent et demeurent rvocables. AUGUSTE FAUCH, Avocat Jacrael 30 Janvier 1925. •Asie L'Alsace el la lorraine se-mu rp seM s auprs du Vatican PARIS.*Lachambrede.de P' ts a vot par 317 voix contra i4fi IM crdits pour une mission u Vatican reprsentant l'Alsace et la Lonaine. Auteur du diffrend ajreolurc PARIS.:iLe directeur des tf. •aires politiques au mieistre des artaires trangres a rocs Djevnb Bey, ambassadeur de Turquie qui lui a dclar que la Turquie forte de son droit redisent toute in:er vention de la cour de justice de la Hiye. Dans l'aviation ETAPES— L". capitaine Leraal tre et le lieutenant Arra h r p*r tis ce malin, pour Dakar, erapor tent suffisamment d'essence pour rester eu l'air 2. heures. L'ilin ra;re adopt passe par Biarril/, Lisbonne puis la cota orcdenlale africaine. Les iiviateurs comptent Couvrir la distance d-* plus de lOtO kilomtres en 33 heures. L'appa reil employ est lu mme modle que celui utilis par le capitaine Pelletier Doisy pour le raid Parie Tokio. Les dettes de guerre de lltalie aux liais Dois 110ME-Ou dit eue M de Mer tino, nouvel ambassadeur d I al* i ux Etais Unis, aura des intime ions compltea pour examiner ••prs son arrive Washington la question de la d tte de gutrre lia l'Italie aux KialaUiil-.Jusqu'ici 1 Italie na fait aucune prepoei l on peur le rglement de tes detlce. les embarras de la net* tique allemande MRUNPar suite de son ira possibilit de former un gouverne ment de cotlilion en Prime, le Premier ministre Otto Braun a d missionn du poste auquel la Di te l'avait lu vendredi II faudra ruainlenait que la Dite lite un nouveau premier minisire et moins qu'un raodiJ t se prsenta qui puise obtenir la majorit a parlement, l'assemble sera dis saute. ItaftllN Mvertw no de Bauet Sa Mgr Julien Conan r Bciae, 31 Janvier lOtfc. Grandeur Mgr Julien Cenan, trcheve.He de Pert-au-Prince. Monseigneur. Monseigneur, ness criene vers Voue NJUS rclamone, aur lm lee ton?, Vj Toi peetueueement en Jsus Chrit vos zles fidles. Le Magistrat Cemmunal, Antoa'o Dcastro; Le prpose des Contribntions, M-zaet Thomas; Juge de Paix, Christian Adrien; L'Olfi r de l'Klat Civil, Caarobert Lemaire; Les membres du Conseil de Fabrique i Uexil Fidlia, Paul La guerre, Almavy Jn Marie. Les notabilits de la ville plus de cent signatures. PARIS, 3— Le capitaine Lemat tre et le lieutenant Arracaerl ont quitt Etumpes 11 heures M dans le but d'atteiniie Dakar ans eaeale. PAHIS.3L'ue dpche de r 0 lomb Bcher annonce que la mis eion arier ne du lac Tchad a quit t A ira: a 10 heures 50. WASHINGTONLa commise on des allai r, y trangres de la ehsm hrj a approu\ une rsolution re eosam n.d ml 1 adhsif n des Klats Unis la Coor lntercatienale de Juitiee. MOsi OUUne mitsion eeienti i-iue franaia est anive poar tudier la question de lappliea ~ Jn systme mtrique ta rt MUTILATEO la (ii'ct*, selon toute proliaailiU, sollicitera Tinlervention de la Sawiaie des laitons ihn son dilleVend avec l Tur|uie CRNRVK|f. Dendrams, r prsiniant de la Grce, s'est ren du au secrtariat de la Soeit des .Nations; il a expos le dillrend gr.'co lurc rsultant de rexpuliee de Constantineple du p.itriarrhe Coostantinos. On a l'impression que ce diplomate gre" prpare la voe un appel possible de la So c ; i t des Nations s>us prtexte f ne 1 ne p de la Tu qui %  met en danger la piix. La rclamation s'annuierait sur l'article XI du pacte. Les rclamations amricaines contre l'llema^ne WA8 I.V.iTO.NL^ secrtaire Hughes a inform le Snat que l'aeord de Paris psur le paiement des rclamations amricaine* cou tre l'Allemague du produit des r para tion e t ngoci d'aprs l'autorit depuis longtemps recea nue eu prsident eVarranger le paiement des rclamations en fa veur des Itats Unis et de sec na tionaux. La fueetien du dsarmement au Comjrs amricain W MHINSTON La chambre a adopt un amen Jen-ent du Snat la loi ser les crdits de la mari re relative an dsarmement, mais en y apportant une lgre modifi cation, lsnvnatment du snateur King rst modiN de t Ile sorte que le prsident lit pri d'inviter les autres nation 1 une confrence sur la limitation des armements terrestres et maritime! au lieu d' tro antoris. Les cours fvrier entendmes frapper notre perte. Rv, ill en sursaut, mon mari ou vritetse trouva ec ptsenee du Ci poral Massillon Je Louis, d'an gendarme el d'un autre inouiiear. Aussitt il fut pris, et comme il no avait de quoi il en retournait, il relama des explications : on lira eur lui, et ia halle, par beatiaur pour lui, ace moment l, ne l'at teignit pas, mis transpera soa ehipeau. Comme une btelaj.o le caporal l'empoigna, le ligota •( commence le maltraiter. Treio de mes tilles qui imploraient a aiti dn eaporal. reurent doc ouid-ts et des coups de pied, fut dons ainsi conduit an post^ de la Croix des Miesieus. L, \ horreur, le caporal lui Ht subir Isa tortures les plus affreuses : il i„t battu i ta plante dn pieds, bl la partit la plus dlicate du corps et ,i temps en temps baign avec de Peau froid'. Il reut it plus huit coups de poignard, appert procs verbal dre< t par le Juge ds Paix de la Croi des iioaquets requis pour eensta ter l'tat du cada>re iju'eprs eela on essaie de couvrir un acte anssi a'roee, aussi abominali'e, j'en laltM la responsabilit celui l, | me demandant par contra 06 est la gara.iUe sociale ds aux indivi due. La culpabilit imaginaire ira pul^e mon roui, fut elle vraie, justifierait elle un assassinat aussi barbare en pie a ving irme siele ? I>'ailleurs, il n'appartenxil pas au caporal de faire justice de mea si eiiminelle. ijuaud le momeut viendra et je 1 attends avee rsi gnalion, on saura les vraits ca ses qui ont amen la mu t de mon mari dans les circonstances aussi tragiques. Je demeure persuade que le Haut Conami saire, Us hauts g'adsde la Gendarme ie, tous, reprsentants d'une Natica aussi civilise que l'Amiique laiseront k la JnaUOS Ma-tieane le soin de Lire le jeor sut et acte immoral et mchant. Veuillez, recevoir, Monsieur le Directeur, mes respoetueoscs eaU tationc. Mme Vve Maxim olLl.N P. S.— Il n'est pas inoppertu i galement de vous dire que l'ae i a t commis en dehors M suhds trict du Capora!, mais bien Sa i to (liais Noir) disliict de la Croit des Bcuqeets. Vve N. S 4.79 Ctst par cireur que nous avons hier mentionn la nomination de Mr Aug. Fabius, comme f, f jeur 1 Ecole J. B. Uamier. Mr PaMlM, 'jui conserve sa chaire de. Professeur de Hlhorique au Lyce National, a rsign sa charge de Censeur pour occuper celle deiro Itsseur de Langue Franaise l'E. cole Centrale d A^ricullure. iNous lui renouvelons nos sis. eres compliments. > Nos petites ie;i


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06346
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, February 05, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06346

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
DlUUCTfiUR PROPRIETAIRE
v -; IMPRIMWR

tt *
Clmeat Magioire
BUlb, VARNA
13*8, Jue att*MO*tno
NUMERO* JQ CENTIMES
(JKoHrffcjt
TLPHOWI . |4fi
' vrifier avee
Possder la icionce de Ja v,'
maiotenir dais lenrjusle Mesure
ses vertns et ses^uilrls,^viter
de Iroijser les hornmi s, leur
rendre service autant qu'on le
peut, prendre les dvieuiei.ti
comme ils tsenteiit, avec
une srnit cordiale, c'est la v
i ttablenent avoir an ben carac-
trt;inaia ta n'y arrive de nditatieus intrienres et par
un Jenu, sage de la vit. La Chaire
m ANNEE If M15
P*AJAU#
JOUII 5 FEVK1BR MA
A propos le rimmovillt des Jug s ^^Jle* Btrwig
Est-elle simplement suspendue ?
Le prjH de r/otme de la
lajislrature ayant provoqu
liant dans le monde judiciaire
\que dans la Presse des commen-
Maire* divers, nous publions au-
jourd'hui les considration* %ui-
wanles, bien qu'en l'espre cer-
taines ide* imites par l' uteur
m paraissent fort $ ntrover-
bhs.
La nouvelle loi lur la Magie-
ratura anantit-elle l'inamovi-
bilit daa Juges ou la suspend-
aile simplement en vue de la r-
lermation des tribunaux ? En
I astres termes, le privilge de
[inamovibilit sera-t il d'emble
[tabli aprs la rformation des
tribunaux qui parait tre la fin
Je la dernire loi ?
La question passionne beau-
loup le publie et dans les mi-
(eux o les Magistrats actuels
>uisseut d'une certaine influen-
ce est discute avec une
^ine aigreur qui trahit l'in-
..aide gnrale des Magis-
*!*. Pour aea derniers, I ur
amovibilit no serait que sus-
ndee et cerix qui auraient la
wae d'tre maintenus par le
savoir, pourraient savourer
Niveau les dlices de l'inamo
alit.
[Il nous semble que, jusqu'il
' ait t dcid autrement par
I Pouvoirs publics, les Juges
1 tribunaux frapps par la
Pjfl loi sont b 1 et J>ien r
iblea. Voyons un peu lei
Mu,
U Constitution de 1918, dit
son article 93: cLasjugfs
Tribunaux de Cassation,
J des tribunaux d'appel et
ramire Instance jouissent
de l'inamovibilit. La loi rglera
les conditions dans lesquelles
ils cesseront de jouir du privi-
lge de l'inamovibilit et le mode
de leur retraite par l'ge ou tout
autre erap bernent ou par suite
de la suppression d'un tribuns1.
Comment fau -il interprter le
seeond paragraphe de l'art 93
de la Constitution ? Fant-il voir
une simple- suspension dans Us
termes : c Ils cesseront de jouir..
ou faut-il considrer ces ternies
comme l'expressien d'une cet
salion complte ?
Bien qua l'art. )3 prte quel-
que peu controverse, il nous
parait parhitenFnt admissible
que les Pouvoirs puh'ies. en de-
hors du caR de suppression pr-
vu par la loi, aient la latitu le de
faire cesser le privilge de l'ina-
movibilit.
( C'est l affaire de contingence,
d'autant plus que ce sont Us
murs, les besoins d'un Pays
qui font les lois. Ds qu'il est
reconnu par les pouvoirs com
peunts que des ncessits d'or-
dre moral et politique com an
dent la refonte d'une loi, il n'y a
rien d'illogiqu? et d'illgal ce
quj. la refonte se fasse. C'est
mme un principe qui domine
toutes les lgislations, du moins
celles qui sont scientifiquemen
tablies chez les peuples civili-
ss et nous n aurions aucune
fausse honte emboter le pas
apis aux Aussi, la Constitu-
tion actuelle ne s' te t elle
nullem. nt des grandes traditions
juridiques de i humanit et no
tre interprtation n'est-elle point
abusive ?
Si le privilge de (inamovibi-
lit est garanti par la Constitu
tien de 19i$ il ne lYst que pro-
visoireraent,puis]iif celle mme
Constitution dont la lettre do t
prvaloir vote sous la pression
de certains bas >lni de la N ition
hatienne dont celle-ci ne pou
vait faire fi, a aussi prvu laas
o il faudrait mettre un terme
ce privilge redoutable qui ne
constitue pas toujours une ga
rantie d indpendance et i'im-
partia'it.
Notre opinion est d'autant
plus raisonnes qm, si la thse
contraire tait s.ule admissible,
a C institution serait conue en
termes formels sur ce point, elle
dirait plutt: e Ls loi rglera
les conlitions dans lesquelles
* l'inamovibilit sera suspen-
due
D'aillflurs, eaux qui tiennent
an privilge de l'inamovibilit
ne Sivent-iis pas qua le Magis
trat est un homme cernai le i
autras, qu'il a ses Inines, ses
[usions et ses dsirs ? Ne sa
vent-il? pas qu? la tonstitution
d'un peuple reflte forcment
les ten lances de ce peuple, qu'
Ile ne saurait ehap^v r aux
fl :ctuiiioai le l'Ame de ce peu
pie ? A ce compte, son champ
d' >plicationestcirean8erit dans
1-s limites plus ou moins lon-
gues de l'Histoire nationale.
Ls fait est il nouveau dans les
annaUs de la Lgislation ha-
tienne ?
Notre opinion est do ic qua,
mme aprs toute masure de
suppression, Us juges restent et
demeurent rvocables.
Auguste FAUCH,
Avocat
Jacrael 30 Janvier 1925.
Asie
L'Alsace el la lorraine
se-mu rp seM s au-
prs du Vatican
PARIS.*- Lachambrede.de
P' ts a vot par 317 voix contra
i4fi Im crdits pour une mission
u Vatican reprsentant l'Alsace
et la Lonaine.
Auteur du diffrend
ajreolurc
PARIS.:i- Le directeur des tf.
aires politiques au mieistre des
artaires trangres a rocs Djevnb
Bey, ambassadeur de Turquie qui
lui a dclar que la Turquie forte
de son droit redisent toute in:er
vention de la cour de justice de la
Hiye.
Dans l'aviation
ETAPES L". capitaine Leraal
tre et le lieutenant Arra h r p*r
tis ce malin, pour Dakar, erapor
tent suffisamment d'essence pour
rester eu l'air 2. heures. L'ilin
ra;re adopt passe par Biarril/,
Lisbonne puis la cota orcdenlale
africaine. Les iiviateurs comptent
Couvrir la distance d-* plus de lOtO
kilomtres en 33 heures. L'appa
reil employ est lu mme modle
que celui utilis par le capitaine
Pelletier Doisy pour le raid Parie
Tokio.
Les dettes de guerre de
lltalie aux liais Dois
110ME-Ou dit eue M de Mer
tino, nouvel ambassadeur d I al*
i ux Etais Unis, aura des intime
ions compltea pour examiner
prs son arrive Washington
la question de la d tte de gutrre
lia l'Italie aux KialaUiil-.Jusqu'ici
1 Italie na fait aucune prepoei
l on peur le rglement de tes
detlce.
les embarras de la net*
tique allemande
MRUN- Par suite de son ira
possibilit de former un gouverne
ment de cotlilion en Prime, le
Premier ministre Otto Braun a d
missionn du poste auquel la Di
te l'avait lu vendredi II faudra
ruainlenait que la Dite lite un
nouveau premier minisire et
moins qu'un raodiJ t se prsenta
qui puise obtenir la majorit a
parlement, l'assemble sera dis
saute.
ItaftllN Mvertw
no de Bauet Sa
Mgr Julien Conan
r
Bciae, 31 Janvier lOtfc.
Grandeur Mgr Julien Cenan,
trcheve.He de Pert-au-Prince.
Monseigneur.
Monseigneur, ness criene vers
Voue Njus rclamone, aur lm
lee ton?, Vj
Toi
peetueueement en Jsus Chrit vos
zles fidles.
Le Magistrat Cemmunal, Antoa'o
Dcastro; Le prpose des Contri-
bntions, M-zaet Thomas; Juge de
Paix, Christian Adrien; L'Olfi r
de l'Klat Civil, Caarobert Lemaire;
Les membres du Conseil de Fa-
brique i Uexil Fidlia, Paul La
guerre, Almavy Jn Marie.
Les notabilits de la ville plus
de cent signatures.
PARIS, 3 Le capitaine Lemat
tre et le lieutenant Arracaerl ont
quitt Etumpes 11 heures M
dans le but d'atteiniie Dakar
. ans eaeale.
PAHIS.3- L'ue dpche de r0
lomb Bcher annonce que la mis
eion arier ne du lac Tchad a quit
t A ira: a 10 heures 50.
WASHINGTON- La commise on
des allai r, y trangres de la ehsm
hrj a approu\ une rsolution re
eosam n.d ml 1 adhsif n des Klats
Unis la Coor lntercatienale de
Juitiee.
MOsi OU- Une mitsion eeienti
i-iue franaia est anive poar
tudier la question de lappliea
' ~ Jn systme mtrique ta
" rt
MUTILATEO
la (ii'ct*, selon toute pro-
liaailiU, sollicitera Tin-
lervention de la Sawiaie
des laitons ihn son
dilleVend avec l Tur-
|uie
CRNRVK- |f. Dendrams, r
prsiniant de la Grce, s'est ren
du au secrtariat de la Soeit des
.Nations; il a expos le dillrend
gr.'co lurc rsultant de rexpuliee
de Constantineple du p.itriarrhe
Coostantinos. On a l'impression
que ce diplomate gre" prpare la
voe un appel possible de la So
c;it des Nations s>us prtexte
f ne 1 ne p de la Tu qui met en
danger la piix. La rclamation
s'annuierait sur l'article XI du
pacte.
Les rclamations amri-
caines contre l'llema^ne
WA8 I.V.iTO.N- L^ secrtaire
Hughes a inform le Snat que
l'aeord de Paris psur le paiement
des rclamations amricaine* cou
tre l'Allemague du produit des r
paration e t ngoci d'aprs
l'autorit depuis longtemps recea
nue eu prsident eVarranger le
paiement des rclamations en fa
veur des Itats Unis et de sec na
tionaux.
La fueetien du dsarme-
ment au Comjrs amri-
cain
W MHINSTON La chambre a
adopt un amen Jen-ent du Snat
* la loi ser les crdits de la mari
re relative an dsarmement, mais
en y apportant une lgre modifi
cation, lsnvnatment du snateur
King rst modiN de t Ile sorte que
le prsident lit pri d'inviter les
autres nation1! une confrence
sur la limitation des armements
terrestres et maritime! au lieu d'
tro antoris.
Les cours
fvrier
entendmes frapper notre perte.
Rv, ill en sursaut, mon mari ou
vritetse trouva ec ptsenee du
Ci poral Massillon Je Louis, d'an
gendarme el d'un autre inouiiear.
Aussitt il fut pris, et comme il no
avait de quoi il en retournait, il
relama des explications : on lira
eur lui, et ia halle, par beatiaur
pour lui, ace moment l, ne l'at
teignit pas, mis transpera soa
ehipeau. Comme une btelaj.o
le caporal l'empoigna, le ligota (
commence le maltraiter. Treio
de mes tilles qui imploraient a
aiti dn eaporal. reurent doc
ouid-ts et des coups de pied,
fut dons ainsi conduit an post^
de la Croix des Miesieus. L, \
horreur, le caporal lui Ht subir Isa
tortures les plus affreuses : il it
battu i ta plante dn pieds, bl la
partit la plus dlicate du corps et ,i
temps en temps baign avec de Peau
froid'. Il reut it plus huit coups de
poignard,appert procs verbal dre<
t par le Juge ds Paix de la Croi
des iioaquets requis pour eensta
ter l'tat du cada>re iju'eprs eela
on essaie de couvrir un acte anssi
a'roee, aussi abominali'e, j'en
laltM la responsabilit celui l, |
me demandant par contra 06 est
la gara.iUe sociale ds aux indivi
due. La culpabilit imaginaire ira
pul^e mon roui, fut elle vraie,
justifierait elle un assassinat aussi
barbare en pie a ving irme siele ?
I>'ailleurs, il n'appartenxil pas au
caporal de faire justice de mea
si eiiminelle. ijuaud le momeut
viendra et je 1 attends avee rsi
gnalion, on saura les vraits ca ,
ses qui ont amen la mu t de mon
mari dans les circonstances aussi
tragiques. Je demeure persuade
que le Haut Conami saire, Us
hauts g'adsde la Gendarme ie,
tous, reprsentants d'une Natica
aussi civilise que l'Amiique lai-
seront k la JnaUOS Ma-tieane le
soin de Lire le jeor sut et acte
immoral et mchant.
Veuillez, recevoir, Monsieur le
Directeur, mes respoetueoscs eaU
tationc.
Mme Vve Maxim olLl.N
P. S. Il n'est pas inoppertu i
galement de vous dire que l'ae i
a t commis en dehors M suhds
trict du Capora!, mais bien Sa i
to (liais Noir) disliict de la Croit
des Bcuqeets.
Vve N. S
4.79
Ctst par cireur que nous avons
hier mentionn la nomination de
Mr Aug. Fabius, comme f, f .
jeur 1 Ecole J. B. Uamier. Mr
PaMlM, 'jui conserve sa chaire de.
Professeur de Hlhorique au Lyce
National, a rsign sa charge de
Censeur pour occuper celle deiro
Itsseur de Langue Franaise l'E.
cole Centrale d A^ricullure.
iNous lui renouvelons nos sis.
eres compliments.
>
Nos petites ie;i


LEMAfm


\
e***
le seul fala
BpeBg* lu.! Jlnlettin.
%+:c l'Ap9MuUeU * l"Basrlt*.
kppslnis 1m KamofoMes,
Emp*ch 1 excs d'embonpoint.
Rgularisa l'harmonie des lonoes.
lax&Uf physiolmjiqmi
nt la *4dw*tlon fcnctlonnollo do
nntec'n
eu t v'i .i c*a'|i: f"
luiiTi" r'ir.*r.m<| <2 >"
|>. rrn rsrtBe Pf F*nJ. ** "?
ut. t d' M.
vaJKcV-' ft m '
64fnt eu i Il
rK)Utt
- I'
pni.
Constipation
Entrite
Vertige*
Hmorrode
Dypepio
Migraines
BUM C**lll. ' v *?"
t^53^

li.V'M-
rot'.'** Pf -i
Sn llfetelr dU Mil
ont p W8""'^ -!ln'
tu kl t l lOO'K ' i'00'-
c'.inu trJMm
gH|.'.i .'i
Mtrt M Monip'HU
n
HEMonnorocs
*,/

w-
m
^
lUBOLITOlBI-' i **
poniolro anim/morrafl
1.1CI i" >''
I
liannanli
tteong't
WBUTM
.
rilrrnri
'AN : pomma
^*->k .._____iu. j mt.ni
S *W U naTlur* ..9.7-.9.r7c.tU .les. .ntr. *M ..H,tio u JUBOL
EXT*AITS BHJA1M
du docteur M Itr.irni lu /crwiioni du
Mil
Seifie Taillant fc4fnataire pour
Baiti
Parisiana
CE SOIR
Le clbre roman de (?forgea
Ohmft, m
Le Matre jou par la belle aclrice ltlisn
ne Pina Mankiielli-
Dcor* el intrigu de lt r ordre.
litrt'de ne pas confondre
ave* le lilui du mme nom dj
ne ici-
Le irado-iio ara JaitY
Entre G. 2 et G. "1
IB^WP!...... I .......
Conseil d'Etal
Suspendant son ordre du jour,
le Conseil d'Etat dans sa sance
d hier a vot, sur la demande des
Secrtaires d'Etat de l'Intrieur,
de l'Agriculture et des Finance-,
la loi qui ouvre un crdit de ii.OJO
gourdes au Dpartement de l'Agri
culture pour poursoir aux Irais
que ncessitera la participation de
la Rpublique d'Haili aux Kxpoei
lions de L\on et de Leipzig et une
qui pla<*e Win le contrle de la
tendarmerie l'entretien el le fone-
tionnemcr.l des Phares et baliss
ainsi que la Police maritime et
dooanire des ports, W harfs et la
blUttmeuts douauiers.
L'ordre du jour repris, I Assem
ble a saac'ionn un procs ver-
bal.
Pas dt pice la eonwpondance,
aucun lapporl n'tant prt, la
sance a t leve aprs proclama
Mon d*'nn ordre du ioar pur et
sirop e.
La croissance
des cheveux
le prjug extrmement rpandu
veut que de coup, r les ebevesx les
lasse pousser enst ite plus asen
dnmmen. C'est la principale rai-
son que donnent les balles dames
et genti les demei-elles hatiennes
pour excuser leur sotte saonie de
uitre la ridicule ruade d'iene^
venx coups.
Mail ce qu'allai ienoren', e es'
que le cheveu ne peusse pas par
ta pointe, rr.ais par sa racine.
Doue la coupe de eheveux, fr
qaente u rare, ne peut avoir aa
une action sur le dveloppement
eelluhire qui Ifs prodnit. On a
pn calculer qu'un cheveu pousse
une FaOOO peu prs constante
de 1 cm. par moi!1, donc de '.\ di-
ximes de millimire par jour.
Ce n'est loue pis, mesdames,4
mesdemoiselles, pour i voir ane
plue abondante lu velure que vous
vous laites CSiDCr le cheveux;
e'esl potutessembleraix homme .
et tre... laides.
Pauvres femmes '. __
Varils^
Vendredi
Fores & Valeur
Loge : (i. i .00
lintmrtn
aux Varits
C'eal ce si ir jauli qu'a Uni ca
Braad aila d i Lucien Boyer et
Paul Chaubt. Tout Port u-
P ince va se ) ts, pour appUu lir t ur tour
li chanson glta, la cliinsonsa-
tiriiu', la ronmc <*t l'htllBOU''
d c l de ix j >y ik -rlistes 06
nloa'nvrtTj t Paris nous en-
voi-ni.
Il vont 11 u donner ur. e-
vue compi'te des cabarets en
fOgu'-Lune K> n*e. Il)ite
FurtV,thtrd 1 s .1 ux ie--,".tc
N mis a'ion'- oas'atar i une di
ce. tonnes soi es qui rjouis
sM,t Ih. eue ir e 1 sprit. Et c > n
me c' si un s uctacle rainein
me r. artis'.iiue et de boa aloii
tout I monde tajyt y assister-
A ce soir aux Y.rii?.
Funrailles
AVIS
Une lime par mois au
lieu de deux par
semaine
Un lame Ce rctOirVWet Auto-
Strop vous servira pendant un
mois au moins, en voue rasant
tous le jours. En efii U lame
est automat.qucrr.c:.* repasse
parle rasoir lui-mmir. Quelques
econdes de repasse et la lame
est aussi bonne que lo premier
jour. L'essayer, c"cst l'adopter.
le Rasoir
Wt
^utcrStrop
*U*p Un a beaacoup parl ehf / aau
auxi^eultes se neurlei t ceux qa
venleat migrer au Etats-Unis
aaaie il faut que noue sachions en
eore que 1"< migrant aprs qu'il ait
satisfait aux uembreuses formalits
pilioiinaires doit savoir lire...
Ici o le nombre des Mtre M
peal tre compar dans les limites
raisonaables de la propoi lion ob-
serve eulre les dtux popu'alii us
l la masse des incultes qni peu-
pleut la patrie de Lnine, une d-
aiiion qu' voudrait uiteidiie l'ac
ces d'Hati aux immigrants illtrl
serait.droLatiejue et prterai'
Le publie, en geral, et le
Coinooerce1 en particulier, sont
inforn/s que la So u l commer
eiule qui S exist entre Messieurs
S. A. F0UOBK i/ Ci. ,a t,d;un
commun accord entre !is associ/s,
dissoute le 81 janvier dernier p-.r
suite de l'arme .lu tnme du con
rat qui les H. U.
Hoatiaur Koagin eon'in i ra
le- aff tir s sous son propre no>n
et sous s.i responsabilit p> rson
Belle.
Aux Caves, le ter I vrier ttji
Cew 'rs-mtii auront lieu
ri'lise bte Anne les tun rades
di la petite Simone M'ni.ias,
til e de notre ami Lonce Mo-
nlaa, dc le hier soir.
Ndus prsentons nos conlo-
lances aux parents prouvs.
Il nous est encore hit pari
di U mort de M die Immcula
Roi gnez, dcie hi-r soir
apa un1 courte maladie-
Les fanerai les auront lieu
cet aprs-mi li l'Eglise Saint-
Joarph
Nous envoyons nos condo-
lances ux pareits de la d-
funte.
i A VENDU t
l ne auto marque Nash >
en pa lait tat pouvint contenir
ti pai gsrs. Vraie vci'ure de
fi il le.
S'adresser au Bureau du Matin
Df R. Charmant
Mdecine Gnrale
Chlrurglen-aecoucheur
Spcltlfsto
A l'honntur d* rapjeler si
bienveillante cliaa 'e qu'il et
chez lui tous les jours.
Le matin de 6 h. a 9 heures
Le soir de 3 h. h h.
1312 Chemin AVs Dali >*,
1312 pies LUfl
llilione /97
Cor.su'talions d. mie o sur
roadti vou9-
S'airesser en ville la j-har qj
cie Bourraine.
Mortalit
Les Frres de l'Instruction Chr
tienne ont eu la douleur de perdre
le Frre Thodoric et le Frre
La ubert Jh.
Le fire Thodoric est moit
aux Goulves, le 3 fvrier aprs
42 ans de vie religieuse et de d-
vouement la jeunesse.
Le Frre Lambert Jh est dcd
spr.'-s h voir consacr 48 ans de sa vie
l'd i ion del Jeunesse de ce
pays, h ait venu en Haiti le 11
dcembre 18rfU. Ses funrailles
auront lieu ce s< ir dins la chi-
pe le de I Institution St Leail le
Goozague.
SAVON
Lifebuoy
Nous avons reu aujou d'hui
un chantillon de -:e savon dll
cieux que repi*e de an Jlaiti la
maison WISATCO.
La mousse [crmeuse et anti
septique du
LIFEBUOY
relire de la peau les impurets et
les germes dangereux,et son us-k
contant prollge contre les nern
breuses maladi s causes i r le
contact des obje s poilu**.
Le pouvoir jiophylactique du
LIFKbUOY est immense.
Eug LE BOSSE & o
gencts Rcprtsentatai
PORT AU PRINCE |
Agents gnraux m :
HemUer jonea Jewell MillingAH
NEW-YOBK
Farlaioe n a rr^>" < O ** ******* '
\Tne H m: In*ranee Company
NRW YOR!
A^suranee contre Hooasaeile
Bumond latab C
AHmttoteoo i Sale Honao
0. S. Ruhliei Impart 1 >.naay
Pueua *'Royal Cord" SojaUara !
Chas T. Haltlage tt S
[ pissons sals en toua graa
Manulaclures Lite lna'ce C
Aasaramae) sur la vio,
Suilhoo Frres Mu
Vlma^A l.a^saapagneJJordeaux
l>h. llejraali
CQFaWHgUl
urro D uaoH t*j*S& 9i 2fZ2 *Mn"a1
W. P. lalkewa tt San
Taba fteamm * ****
la R;i>iaaala
Oflawaatoa C-am*acl*
KtiTtia dodaaat^a,
' m
a
/i/
Gn- Varits
CE SOIR
M Gala Lucien Boyer
Deux heures 1(2 d'art,' elfide fou rire!
par Lucien BOYER et Paul GUAUBET
Du skatt'i aomiqua sur la chanson improvise
EK HATI
Chanson spcialement compose pour Port au Prince.
LOGE i Dollar, fAUTEUltf 3 6011
Tout, s fawurs sont suspendues pendant le? reprt
uons de Lucien BOYuR.
Coombian
En vente dans toutes les bonnei
Epiceries de ta Rp itdique*;
91
0 Uam*r
ira


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM