<%BANNER%>







PAGE 1

fiEM-YW r Crme / i ifc TE1NDELYS donne un teint de lye S. m :i yW Aumf %  • ••alto* jrqaiM U Cf*w TMIIDtL ta e WIMMI. —en. ta ~^!j3 •TenSanlic. 'SSfSJl (.hrlatr M • | Wfcl." g it • w e c* 1 ** t*Ti! 4a iaM#lr ••* • %  •*•• **T . hU M e*w *• S* • lmitnii Ce • %  ee* ARYS I, Ha* 4e U Peta, S PARU Tl Parfurl • irai*. M— %  %  * ; Coin des pilii MUSIQUE Voirie?, .lui yt fttc u tl J, H Ixiilrl Mrulrils a la Un. \\t\n an lin chicr, lotgU Uni m a relire In Wagues. Mon aine r\lraajuf M il ia<]r.N Du non xwloir laijiir patois; ln rhnn! la cieill t Ire, e'. neus ee parUrot une au lie foie. Varits Ce.Soir Carinea A Nree succda Galba. Ce lut un dee empereurs de la dcadence romaine Une rgnaqneMpt mois. Cependant d'un earaetre ai 1re, inflexible, dou d'une volont de fer, il semblait bien qo il d avoir un loi g et h^en faisant rgne Les prtori ns dont il rfrnait las caprices et les exaclions l'a •aisinient C'est Galba qui pronom;* es clbras paroles : •< J'enr e ns soldats.mais je ee lea acheta pM. Juste Requte Chacua • il que l'K'-o'e d'Agri•uller -• lient %  > l'an ien oeal de la r'erme B o'e de Thor. Ls tadiants qni ea lent partie, d aprs les rg ement* de Tr-Ubi se cet, •oui astreints a se lr.,uver IN ^ au ch que mitin 19 h-ares. La iirectlon leur piocui (les ti Real de la P. C. S dent la valeur st prUve sur les appointements d5 dollars pays meesuellemmt & chaque lve Dr nous apprfnon que e car de la P. O. S. qii c >nvoit h Ir.i'upedeno fu'urex eil agric illeur-, h -e nali yant pour maeda taire spcial le s ur Alciui Toui saiot ropri taire demeurant et do micili Pori au Prince ayant pour avocats con litus Mes Flix Diam bois si D. Estim avec lection de domicile en leur cabinet ; Il sera procd le mercredi quatre fvrier mil neuf cent vingt cinq du heures du m*tiu en l'tude et pr le mini. 1re de Me Jean Josiph Uieudonn Chirlcs notaire S Port au P.ia. eau No 831 de la rue r rmi la venle au dessous de la miss pi in d'une proprit fonds et bal s-es sise en cetle ville rue C'uibe ae la contenance de viogt dei x pieds sept pouces environ de f*,ade sur trente cir.q pieds cinq pouces de profondeur et borne au Nord par qui de droit, au Ssud par Dumay Th RRD, VM P" Bjnne Saint M..c; rv et un passage commun qui hb util un pu>|s commun et l'Ouest par ladite rue Courle aicsi dsigne; telle que cett* Proprit se poursuit comp rie et s'tend sais arcune exce;.ti"n ni r^se ve, cuistre la dite Let meilleurs Cigares sont ceux de P.rJ.B.Macsitda En vente chex Ed Estv & Co Avis • %  TPS actionnaires d la Compagnie Lithographique d'Hati sont convoqus en AMg&bli Gnrale annule le fvrier dix heures a. m. ju local de la dite Compagnie, Hue Amricaine, 1148. ..,._ ORURB DU JOUR 1 —Expos"' ont informs que. l'mu* ... sion des titres dfinitif* n'tsnt exce^li'-n ni rt'se ve, cuistre la ne ac heve, la Banque, pour fia* dame Charles Viurcneeau propn Y u perce p ll0 n des inb ris qui laire demeurant et domicile en cl etront le 1er Fxrier IHii.ftJ celle ville,dbitrice hypothcaire. g iemfnl des dits initrAls U dite i-nm.i.b'e arpsrtient la ( du Ur Fvril r> Mir , M al dbitrice cota i fostnei !• resu |ion du rtu ae di t au'i s d* d'i ne plus grande contenance par tf nfnl ._ Ceux qui n'onl ptl elle acquise de Mademoiselle .ls u —' y fl i n e pius gienuo w.... _..-.•• r tiennent.— ^eu. eu ""* r^ •ons.... elle acquise de Mademoiselle .!<>s enc(jre dpose Uut8 Kius Prv| T ,.c *l.o* Pnnl F Ami phine Estve, snivhnt iclesu rap Ml changes coidj TOUI lI raul t. AMI P r l de Me Joseph MtaffJi Hr r \ !" *\J tt dnn ilifs sont pris*! m vi'iul ui*A bons ..; ,I.,,„„I noh.irp en celte ville le ,_,-..... n i„. IAI la qui vend des bons artidlwS aurnr illeurs piix. Lts plus dilficiles sont sa listails. Dcs Ce malin 7 hsares est dcd en sa demeure au Bois Verna, EU cine alo, auciea membre de le Chambre des Comptes. Ses funrailles seront clbres demain malin 7 heures en l'Eglise du Sacr Cœur de Turgeau Ce la part de sa Veuve, de se* e lanls et de toi* Ien au'res pa r<;n.s\ iUitawart LeRsstsumm.lt r^'.^;* AaerW-ia *• U P'*J jyjg nal 'Le Temp'en faee de %  *• %  k Co, s'oflre au publie tant de la CapiUle que de la Province peur satisfsire ses go Us plus dlie il •t les plus difficiles. Cuisine bai enne — |ieprjl, promplitede. Une ueile Vins dincre pleinement.Ser demande.l'lahl scmut (nvric dr> repb % %  domicile. Pris modrs die nt toeke conu rrence. Propritaire, C. eMINARD lalrs : G. 1 •* ^Loge : S. S.US MeroreUi; L'HOMIJ-9 aux Trois Muquis 1er t 2e piaodee Entre : G 2, Loy 3 D OY trout sur le ritioe Ce matin on a dcouvert sur le rivage a I extrmit de la rue des Casernes le corps en dcom nosit on d'un homme qui s tait oy\ parait-il dt puis quelques jours. Un a trouv quelques pierres danc les poches de l'infortun dent l'identit n'a pas pu tTt tablie. 1 e malheureux se sera t sans doute iui< i! r.eitel.ypoih.'e e't a Im'ssihlo parce que vraitfiul.U' le. RUtuise IracedevioUn t,' ypnt t relev sur le eada\re. , Aires les %  • niialalion* Ig4" lea "ailes par le jugfS'Ma ry iccoirp gb "'" %  otBcierd* a Geudar.mr.e, le cadavre t Inhum au Ciuieie extrieur. Tribunaux de Paix La livraison lu Moniteur du lundi 2 Fefrisff en ours comporte.enlre autres matires la promulgation de la loi vo e par le Conseil d'K'at en s? se n ce du *8 JinviT coul abhssanl p es l-s Tribunaux 'e simple Police un Minis'rs pu blic Cette fonction spciale, dit i'artic e premier de la loi, sera ex ro' prun \g j nt de polise. m ij ur, jouissant de ses drnili civils el politiques, el elle ne sera nas salarie. lessi* ors lts automoliilistus Les iaurs de carnaval eu il y a, dans le* rues.beaucoup de pitons rarmi lesquels de nombreux en faits, nous iccommandons vive pnt a rnss-i'-urs |ee oadneteors i'eotoe)J< rwd ft r l'allurodelu s v.ilur. s et surtout d corner le plus longueiin nt possible aui cai ref-urs. El cela alin d'viter le ac<-idi nts qun aesonl jamais sans de grands dsag ments. tijots nettoys Vendredi dernier, le directeur du Service de la Voirie,M r Joseph Vivcns est venus personne 'ement laire procder au nettoyage et contrler la dsinfecuu i u<*gots de la NS du Centre dont nous rela lion* Pelai p-s'i entiel. Cela a t d'un grand bien pour les hab Unis de ces foaitltlSs, Parisiana es soin Les millions de Mamzelle sans le sou. E.ilree : Kd csatimea JEUDI Le c'hre romin le GeCRgfS Ohratt. Lt Natra da r'ORGLS jou par la belle ac'rice Italienne PlNA MANU-UELLIDcors el intrigue de 1er ordre. Prire de ne pas confondre avec le li 1 m du mme nom dj pass ici. fc Entre G. 2 et G. 3. Revue des Deux Mondes lis R"' Universit, Parts SjMMMHEDE L\ LIVRAISON DU 15 JANVIER 1925 Le cour ci le sanr — D uxime paine, lleury Ikrdeaux, de l'Aie demie Ireraibe. ChaUaubnand et l'oceitanu ci . Vkior ou' d L'Echec du Sparatisme HhiosL* I. ilVIb l.3;.Ui.y ue lMtMMV. Mmoire*. m L al011 ae Paris tn 1M0. Luc rie Broghe. Aurlie Tedjari, I rincesse des Sahlis -II. La vie Ain Mbhdi. Marthe B.ssenna. L A vtira* lu Sidiuigit. Louis de l-iui.ay, de l'Acadmie des Se >n e. Lu hibiorien de la Fiance pclili que, M. Louis t> ddelin, Gtorg s Ooyau, de l'Acadmie franais U torpillage du Gaulois. Jour nal du Commandant. II. ( 1016 ) U Moiache. Litlralures trangres. — Ua Mtit hls ue Lucrce. Louis GiUt. LhioL'iquo de la quiu/uiae. his teire politique Ben Finou. 1 H1X TE L'ABONNtM.NT Un'an SU moi Troit me" port de Me Joseph ci devanl notaire en celle ville le cinq juin mil hu-t cent quatre vin* on/e. enrpgUlr. la d.ie ad judicatien aura lit au daisous de ta mise prix port e au cahier des charge. Pour p us an p'ea ren saignements s'adresser au cabinet de Mes Flix Diambos el D Es:i m, angle Sud Ouesl des rues R publicaine et Prou ou en l'lude du notaire Diertdoon Charles, rue Prou, No 332. port au Prince, le 3 fvrier 1 9 88. F. DIVMBOIS, av. D. Estime.av. Compagnie . La uiU de l'itinraire se. a fixe l'arr #*** eto la (iadre .OIH'l.blttKI I ASTHME —-, M ^S-.ilrc-u.Liimniii- •t'.niaentarltt l'Globules ReLaud I lUauluU maevalllaua. turprai-i-U ct'na u |ra.M W-.-Uri.:lr ^.^.NlM.ri*. J la IZPSNSmn. ::.*• daallartjrr Pati* r VLUMINUM LINl New-Orlans & Soi American Sleamsip Co Prochain dpart direct pour Port-au Prince. Le steamw Trederikebor. a laLss* IeW l le 2t Jasivier courant pour Cayus, Peln uoi^, aaifes, f en de Paii et t fip^ailien. U prochain steamer* laissera Hew Orleaas Petrier pour Hati. C 2S 'snrier 19 A. de Matleis Agents entres a. nansn re>^T, a^. ,.„-i* A ;-.+ %  **^+-irX!., ^.e**^*^



PAGE 1

LK MATIN En vente dans toutes les bonnes Epiceries de la Rpuldiqup. LAIT CONDENS NESTL LE KLUS RICHE EN CREME ans jSUvaf L. PrttliiMD-Aplifl! i /g*nt gnral pour iaiii. i W 1 Goodrich ^u ION dans 'w march des pneus, Quand ?Bf aehetti on Silvtrl oun Ccrd xo:% TOUS a If.: la peioa^du ira\aii. Tcojoars le mme, et faLriqo avequn matriel lira et un? ir.a.n 4'œuvre scigue, veva pcu?as ton* le procurer ta a nuias lu dimension*. Maxwell and lfo.hr Watt** rin^,f£afc ^////(' i jg^ 3FE \ ftf fc^ <>"/^:&j|ji Goodrich '&M A maison C.L. Verret r — -^ i t8 n% di it-uiB (k Mi.! '*S* BAZA* aiWMunia Bicyclette! Bicyclettes ux grand* magasins D** tcvrnitures Gnrale* pour la Cordonneie. JOANNY CORDASCO [Haa de plus hic pour le* tftrtnnss qu'une maknt 4 eoudre "Teat u wplet fgance Fini Qualit liopidit Se licite ^J? S" • fc '-A>t > h0 ' •r.h.itru bon arah* rajas 7 u f 7 e 19.QC0 feuille* d 16 r A polio* eci n'est pas lire da la Rclama je ne fais paa ee. faire. C i tk> paatale. la Qrai.d'Kue fl#ntp e la-Cordonrie, Ernest Camille IA ta Coicience ..OUF"* I** 1 — akauiaaraa q.. m „n _.. ^:s2. u 1 y ^z,^ o , r # %  #t Chocolats Boit, d. a f u# mui tontaW. .as .r Bolw d* 1 d„ u „, 1.00 or t 0.1 • v - or ;ao " 10 |2.-> a.75 10 tor q.an „ u | prix.l vo.iZ ,T nr hqe article *t no.. H ••rrt latljj, ttaWtaiSU.J,,, f 8ui de a.u. **r Vo B9 V4*^£SFj£Fle.tdunaaoliditincatt.parablo. la bi.vclof SValU •st muai. d. tou. !. ..oo.solros IWpe.ole! TZlul et chambres air Michelin. ineu* !/•! In grande 1 marque qui astaorti victorieuse a HX plu* Importantes rouvesaprrtiveadansle mond^entie. P U £n vene chez Nicolas Cordasco i HL*v contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIMS de DELORT. Pharmacien, e. u (/MIIMIII PABIH C'EST LE MEILLEUR DES PUROATIFS — %^TH Hj PI arnKcia AI.HUI t| Pharmact du D' J : ( n v; \ n f ouf. ;. bonn— fharmtra, • 9flViw /a Dlicieuse OISSON IflV* Mf dnaitrr miruf I Cell holaaon nco; |>aiat!a. %  l'un laram xqnue lu* l'ai irai 4M in IU, M pr8 •ac wiataMiiriom ni ant lut ti farnauu. non en Ter u ai • ( lumani ui coi .rto a. FHUITAUMII. M lut d'Mii. U 7-ile %  ttxu pajti IraiurtM f-.u fiValU la, |lwi .-USOOI.I. Coaptotr r,me.luit,.,, VA1I l.ANT t B'UlliT, ^112, IM inunj -mu rnr-.i-nnrtl %  er%  Visitez MUTIUT61 ^ *Jfc —



PAGE 1

LE'MVTIN Ckn F. Lmtaait & Cie iricM, le, etc. CrtTi | M Br.tf-U, %  !!• lateir.*, lobes en caoutchoucNina dWMH ICI i rtfp Uwis. Hialognol, Quiaium Labarraque.PeplF 1 , ^ Jj^ S d. Glaub.rt, Ecenns en G,os, ^^^SSStLSA S55. hit..mre. pour Sirop., .queur. ^;^£3Sf ip.rtri. Kn mai reu le Vnlab e 1 ne de Aipes, ~*"" _T-M^ %  ISTOCK igurettes Cumel, Article de Mois ou £•. rnc fmwnt veir, nos pni *nt atanuf sm F. Lavelanet et Lie Grand Htel de Franco La maison H.SlLVgRV .•a oa tient 4 .rm*' TV^ j* —-r .--^ Pharmacie Sjourn JN avis au clientle et aux mdeni tt ^-^JSJjfjl t UN avis aa clientle et aux mdem t tu pati •jn*&*jr son Laboratoire d Wo#e eu ai ****** IfooVo appliqu aous la Directon .in DtRicoiet F. Sjourn U Uim'il •' ouveri ,ou l ? J< urf ?* 7 tl. eaim da eoir pour toutes les r. cbero es et aualym ,somme ei joint, saut pour le mM^^^M Wassermaucet ia constai te Ure-ew^wi Seront reues que le mardi ce chaque af.aiaiae. • 'adreir m Pharmacie pour les reuseigBawov A iiyni 'urines et Sucgastrique Raction de Wasscrmaon Raction de TriBoalet.l Etamen du sang et dn pas Examen de< matnrt* testes fixamen d* cmeVa* t-.it.Nt qne Tient ^.T' reiM r> L doivent, fans I* "f^ f f fC P^esl (MM dt tnui IN AfT^rca de balNui maisoll car nul H" %  nfatNuatlt .o.U..n. te.lN IN par*N fa U Mf^-1" |of irtliUi .sont %  ** *£ .en-rre*.. Tricotiue do soie a barre Ratine voile carraaax \olleeuiase brod fc aewreatM Crpon lranais barre e*_ c =v^„ Alpaga noir euprleur ftatln China pour tailleur Kaki blaao aupferleur DrtU ttnton blano anglais mes et roboa nouveaut. naptiuto iine poar c.iamisea Poroilo fine pour lingerio Caliott parcalo pour -ira aV Srgandi auiaao u i et couleur^ Raa loura dem soi Chawslttocoao,ises pour .najU rack Frisky, der ..1er, novauto5 Popli* fleura pour rofceo Tuwar blanc Llmbrio lilane \ olloa couleur lan-a Rhirting n ne suprieur Ba i dentelles Bas soie *>i d( Ba iil brod Lo-ion "tiver-*'la'lepovr preaiire Commuaioa ramyerturesblancke et coulear oMpaiou Knde. brod ; Madera pour clieaaJ-N ot )upoe •artN tfi -V i r4 P wbUqu. •^•r „ (kaobre. coilortiblf. t •urtout *N • roim. •1U.r. dan IN .han-km U d.-J aTN> plaa tarifa. D.mrdn vtoit#r (#4 m.ya.'"Vto *• meUeurs eru de EH,a, m 1 !^ 1 2ir |> taiTamelae-N, gallon, ijf-^~^ ^| ta Tuade ehateaua:, voa. *^"" l# '^ *^ V1K DE BOURGOGNE (blanN •^Stffff "" ( Pommard mouNiai, golt tfjng ) !.. pi„s gra d aast>rtlment de U^aean, Cefma irtn. xsinkies, etc. n— vau*o AbBlut.e Pemo 1. Amer Pie— , J^TlT ^l OBSERVES franaise et NM" % % % %  %  mf>ni arrives. n i n.^i V AH *T TE* do faute la^tbrlques a INIW ot Nll .--^ fARFUMBRlS ot 6artNj?aa4a*N. Pri .T#a mod*-^ Oro P. P. Patrizi ?La • %  !# peinture ne changent pa d taaitmrl SaS o moaokea ^1 Btte — t Moaqu.' MalUM/iMasUf/ M*""" P..r MU qui se ptif rai b..i Uur U • %  •Hd, t.. iq0a ai ^>o 1 ^ U naaeaal Suas Rival Sfcgare*U* Cka*e*r ****** Th CWarlN 1. B"t P*1 C 'Go.Jeaasme&ril, La maison H. Balloi Fils MlM Rua Rou, 1 Fret le '#6** d Rhum Vi\U)0%rA iori-au-PHnc* A l'hoaue.r de porur L1 c*oiU*e. ^ M b ^^. •nu.Mto qe .a rexo • e renoutellent iNmiUi dos marehau bas de romioi ooil et au go dlicat ds U oHootU, TtLI M QUE • Armoire k lace. POhTsmM miroirs d lonU sid.men rteS"^io."eo.n ^ .le tableaux en a.y.l. vsv'j oc£ .a.jjj. ot Si maogor.chaisoa et dodinea de Vianue, ohaisaa at dod.no. aaar. •aine., ehai.e. roulette, pour enf.nU, aar patte fmrtaJN* "tes dimen.ion,, ain-i que ^ ute. I. M, ^'• l P U ^ fer et en cuivre ( style .lilferent ), BOualiq iulrsa, service k 1 vab* • hr maill t en non elaine et comp'et lavabo I U de sain. rNaatou Mrvi "dner, a siel.es la,-es caf et k lait M orraelare, •> •-•' "anen aetmpe. i trot. et k K a,o. ne ( ft^^ff^O^ ••r et en bois pour < nfants.uu assortiment comp'et ot vuU a b.Mlo* de toute beaut. Cadeaux de Fianaille, de Mariage et d Baptaaoa CeadernioraRiicesfurtout se passent de tout relame, car j maison peut se rej.uir de les voir demander ahaenso de cas trou hourusos occasions parles plus aise comme par leo plus buaabie. preuve irrlutable qu ils font la joie des riches en mena tempe qu • sont la porto de* moins fortuns. Vous trouverez aussi les (amena sbapea-'x feiftre et paille 'Basaa lino", chapeaux en pailla et en iaio. forme de hapesax pour eeasaa •bel sssortiment", aatquss jaunes et blanes arualw siflaM ), lauaois, eravates. chemises blanches et couleur, ahanosltes fraaenieei ot Bmeines.ehapeaux melon, soulier pour aomoaes, daaa et aa Mfc ; 4rtielM da vo\*ge. tels que malle, mollettet vaJwe, jambt*rai : Automobiles et vloapde pour Hi-fanl ( da tou Us |TaudeafB ) mparm^oble i onr homimeg, ( aiticle apriur ), oanoe*, peeio %  IIIM poor hommes, porte trsors et fc k main pour pork ai>amaa par re N. et Aa Acra i GrandiRue \ A ct d Caves de Boremu* Voul z-vousjvoa habiller ava l; nce, >* march. .ea Adressez-vous la Maison N. A A. A \J^, Dont la devise estj de vendra pell bnena*! vendre beaucoup. Dans son personnel, la maison compta N tailleur italien sorti d'un tablissement de ordre d'Italie Elle esl en mesure de fournir daa complets et sur nieeure, en chcvlota, diagonale, P a m ^ drlil blanc el couleur, coupon de caaimr pot. tal< ns— fctoffes pour Jgilets. Bonneterie ( heinises de jour et de nuit, su aoui^da Cols et manchettes dernira cration.— et fylamas. C*tu maison constitue une i i:,ow -ii i •t le meilleur accueil est rserv ton eett ^L i sirent par une visite tre da sur;ia vaiea travaux fournls.j jji Tout costume command et qui ne rpon f*\ gort du elient est rpri. On parle araneaJa^oUjUl-, •sf ; -l et i'.alleat • -•-:



PAGE 1

DlftBGTAUR PROPRIG J 411. IMPRIMEUR Clmeut Magloire BUIS VflHNA i*#8, Hue AmviMUa* .NUMERO/, 2Q CtfNTIMfitf Qu0Mkm La mdaille numaiV a deux fates. L'une porta cri ors mais : f *Ji' t indulgence, respect de la M iMesse, fraternit*, justice, et amour ; sur Je i < vera on i : ruant.', bassesse, noirceur, l* chert, trima. Tiltitri TLPHONE N'M£ l&ms ANNEE N" 54M FORT AU-PR1NŒ 3 FJCTRJ POLITIQUE TRANGRE La Question des Dalles Interallies Parœentier et la Pomme de terre pet ite chron i que NouTeHe Etranger i la DAMMA JA UMi Paa* Cbabi La questioa des dattes interallie? est intimament lie tans les problme conomiques al financiers actaals : elle pse lourdement sur toutes les solutions envisages. Et somme elle est trs dlicate, on ne se dcide au i en aborder officiellement l'examen. Il est d'aillears presque impossible de lui trouver un fliment qui a le a*au que l'on ne sache de faon certaine i l'Allemagne paiera les rpartions et dans quelle ^mesure 'le paiera.| L adoption du plan Dawe* a irmis d'esprer — d'esprer ulement — le paiement par l'Allemagne. Ce plan comporte YalHeurs une rduction de cran e que la France n'a accepte a'Ivec l'espoir de voir, d'autre part, sa dette envers les Allis r luite galement. Mais de cela on n'a pas parl fort clairement li Confrence de Londres. Li question des dettes interallies est dlicate, parce qu'il est difficile, pour un pays d:teur.de demander au pays cran cier, son ami, ds renonssr tout ou partie de sa crance, tt difl le de rappeler lui-mme qu'il a dpens, DOIT servir la cause csmmuae, 1 argent qui lui lt prt... Les dettes* de gaerre, proprement dites — les emprunts faits par les nations europennes en Amrique aprs la guerre sont des oprations financires ordinaires — se chiflraient ainsi en 1922 : D par la Grande-Bretagne aux Etats Unis vu par la France aux Etats-Unis U par la France la Grande-Bretagne D par lltalM le Grande-Bretagne D par la Belgique la Grande-Bretagne | Du par la Serbie la Grande-Bretagne iD'une part, donc, la Grande reagne est grosse crancire la France, d'autre part elle rosse dbitrice des Etatsus auxquels la France doit aucoup d'argfnt, elle auss : I rrance est crancire, de son •ir k Ru8S e Pour prs de Milliards de francs ; de la Belne pour DIQS de 3 milliards Km-, de fa Roumanie de a Jce, d la Pologne, de l'Ilala** la Tchco-Slovaquie.Mais P. 4.166 millions 2-^50 L. S. L.S. L. S. L.S. 557 47ti 103 'U € f de l'Allemagne; elle tait aussi prte naturellement, annuler cette crance, si les Iv as Unis annulaient la leur. Mais les Etats-Unis ne veulent pis entendre parler d'une telle so'ution. Et les Allis d'Eu rop< ne peuvent insister, tant donn 1) caractre, qu'eut lieterveniion de r.tats-Unis. En 1922 la G an 1 -Bretagne a t amene conclura un arrangement avec le gouvernement de £ m .Plu. quejiSi. ce W^oneiTcZ^lr le t, de la dette rusae enFrance, que de la dette %  i?. ra ''D8 de livres — 1rs 1 Angleterre. moment o fnt rdig le de Versailles, il parut qi.a 'rance et le3 autres pays {raient s'acquitter de leurs A iW 1 J a Gra nde-Brela lai Je des paiements de rationa de l'Allemagne et Insi h Grande Bretagne Irait payer les Etals-Unis, [la t rance s'acquitterait de le envers ceux-ci. p l'Allemagne n'a pay Nu de chose La France a apporter la lourde charge reconstruction de ses rdvastes. E'Ie a d dire pierre et aux Etals Unis : lierai quand ou me paie paiement de sa dette. Ds lors, devant s'acquitter elle-mme et subissant, de ce faii, de lourdes charges, elle a rappel aux Allis, notamment la France, qu'ils lui devaient de l'argent. 'KHI t cela est trs compliqu. Mais il y a d'autres com^lica tions encore. L'opinion aux Etats-Unis, en ce qui concerne le paiement des dettes par l'Eu rop \ est assez confuse Elle veut un rglement. Elle serait prte aider l'Europe, mais si celleci renonait ses armements coteux.Dautre part.Etats-Unis et Angleterre savent que si les nations europennes devaient commencer m ML tenant le paiement de leura d ttes, elles scher lecteur, je voue yoie trs triste. De quoi soaffrez veii ? Ce a me l'autre du mal politieju* •an deule ||<| aa ; n , fai gaez-veuspasde perdre la traaoataae. Lee arrte du Deatio sont iaepatrailes;a ne p au ( les tonattire ,.' Icare effets. D'abord l'a usa me tu fait pat If s vnements. Il faut induhitab a ateat, irrvocablement qu'il te produisant dan toutes leurs phases eu ce monde, jusqu' la cou sommation des sicles ou des nom mes, peur arriver a une II i ou a des lias qui chappent notre on eepliea. Ecoute/. Pour vous distraire Je vais vous conter une petite histoire .c'est la meilleure fa>n de dissiper ecs penses nuagueuses qui envahissent vetre cerveau. Il s'agit de la pomme de terre (selanum tubero-um ) Des observations du clbre prsident de la Socit royale de Londres, sir Joseph Banaks, on constate que la pomme de terre fut introduite pour la premire lois, en Europe, par les colons que eir W aller Meleig envoya, en vertu d'eue patente de la reine Elisabeth, peer deouvrir et cultiver en Amrique des een* tree non en possession des ehr. tiens, et par les Espagnols qui occupaient les par i-e mentueoses de l'Amrique mridionale dans le voisinage de Ouilo. Gomme la pomme de terre ap. partient la famille dee solaoes, les savaote franais de l'poque disaient : Cette racine de quel. que manire qu'on l'apprte, est tonjeor daag.reuee et fade; on ae pou -M jamais la compter au ring des a'imente agrables*. Pr consquent le peuple l'avait an pr vent on. Lo euisiner ft co i • mi un atte reprh'oeibic 'il en eut se vi s son matre. Parmentier, quolidiennemfV, eombaitii, avec vhmence, l'ou, %  ion des savants et chercha le moyen de gagner le peuple p r la persuasion. Il avait beaucoup lutter. Dans une assemble popo aire, on allait au scrutin pour ui.e place a I . %  elle l 'estime publ que semblait le porter lorsqu'un orateur de faubourg, dans toute sa iougue, s'crie : Ne la lui donne/ pas; il ne noue ferait manger que des pommes de terre; e est lui qui les a inventes. Malgr tentes les attaques diriges contre lui Parmenlier. gnralisa dans la France entire celle importante eu turc. Il demanda et obtint pour ses plantations la plai. ne des sablons jusqu'alors iacult. Le roi, malgr les intrigue s des courtisans, accorda sa protection i cette nouvelle eul.ure: et le jour d'une fte solennelle, devant toute a cour, il se prsenta portant sa boutonnire un bouquet de fleurs de pommes de ferre. Ds ce jour la vogue de ce vgtal fut assure au grand applaudissement des savants eux-mmes qui, comme nous en ce moment, en raangeaient grabkmmt. Le gouverm ment envova des semis dans les provins 8' les plus lo ; gne; et la reconnaissance publique a donn ce tubercule le nom de solaae parmenlire: suggestion de M. le comte Franais de V iift bateau. Si, mon cher lecteur, il vous faut le jambon, la langue de veau, le poulet trieass, la dinde rtif, le bifteck, aux pommes de terre, on buvant a voire gr d* iempien temps, un Villejeiet, un Itarbao ourt, un R y uBUaetjeas de vingt...p ..,oa un Mdoe ou un Sauternes; Vite : aa Grand Hlel de l'i anee, chez Dereii; •t bientt i'Mft cl Belle VUP, car Henri y sera Ah J l'eau vous vieot S la beuehe. C'est l'argent qui manque le plus. Eh bien, con lente/va U8 fM j # J a morue g #i renne* de tirre rabeugriee de nos sachons rurales ea attendant que M. Fftemina nous fasse en av ir Je met ho liquemeat cultive. N: al n pae laae lee reslauian s s'il voua est i n possible d'acquitter la nota illico. Souvenez-vous, que nous ne e >mra s plus l'poque eu Kl i case, %  rpio, Vilain, Armai, a madame Gervais, a Mamle, Grosnon, Blane ou an bou viens pre Dupitemp'e, aprs le djeu ner, en client s Ivable, loi disait | No z C'est pour moi. L iculus LE0 JL'HIIIT Au Banque dea Juurna listes rpublicains, f. Doiiiutti-(,jue lait eiejs dclarations PARIS— W. Doumergue, prsi dent de h Rpub ique, a dclar au banquet de l'association des journalistes rouVi.;iV. que 'a France c'est eltbree et s e'iereera d'amliorer ses fimnees, d'quilibrer son budget de fortifier les liens d'amiti qui lunissent ses allis et d'assurer l'excution strie te du Trait de Versailles. Lia amis de la France, dit-il, doivent soogar ses ruines. 1 l'insufiisan ce de la s:uril de lendemain A %  es Iourtes chrges Ils doivent eompreo Ire avec justice la gran deui de se9 dfriculls. £n Grce LVxjnilsion du patriarahe a cr une agitaiioa prs que gtairaJe ATHENES, 1 — L'archevque a adress tous les chefh des glises d'Europe et d'Amrique un t lgrarame de protestation contre 1 expulsion du patriarche. Le gou vernement enverra incessamment Angora une note nergique cou lignant la violation flagrante des traite. Il a dcid de maintenir %  ou le drapeau s les soldats de la ClaSKS IWl L. munui r .|,u,,| N associations la'qiiec et les cemmu liantes religieusee de la (rce en lire ont protest contre l'expiil s on du patriarche tt demi, dent salisfaclion. L'eflerveseeoce rgne dans la presse, l'arme et le par lia politiques. E Alkanie, TIRANA— L'assemble conel' tuaatc albanaise a lu & l'unanimi t Ahmed iogou prsident de la rpublique penr 7 ans. Ahmed I gou tait la tte du m avtmeat qi a renverse demiremiat le gouvernement g* Mgr Koile. Autour aie fateord commeraial franao-alit mand UEMLIN—Le cabinet a ordoor au Dr Trendelenlurg de pcmrtti >re les ngociatioBs de I acceid commercial avec la France. 11 de via chercher i obtenir le trai a ment da la naliou la plue fVQll se pour l'exportation. Conann.nl i'AlitiiM^ne SJD tend rfier %  •• obliga lioiiA cJavanl el d'aprs* fuerre BEHUN— Les obligalairee d' vaut guerre du gouvernement ulle mand seront imite da la mante macire que les dtcnlrers elle meads quaud aura lieu la rvalua lion, c'est ce que le gouvernement a annonc. En nuaun cas, les d tenteuix ne ponirunt s 'illt-udre ce qu'oa les rachte laor valeur nominale parce ijue t' Vllmege **\ %  PP*uvi-ie ei si eaJette par suite de'sa dfaite, qu'un pareil rachat B'gniNcrait le hacnfee de toute sa richesse natiouale. Le geu vernetnenl value les ohlifstioa fl avan. B>oa^ia |,u.. u _; .. par lee gouvernements fdral, provinciaux et urbains 140 mil lione de mark-. la ilualion ouvrire et la vie chre e Italie eura :Ano\lr~r •" ""^ K"' raieot ^"ement appauvries qu' elle a fa t PnifnS" tf P e,le9 ne Pourraient plus acheter fJk mSSSK: enA 8 ,el erre et en Amrique •i OS $VK r 5 l que '* ,iluttion conomique t laaierL i. F aBce du m0Dde en ,erait d f ui la sienne a la charge sment aggrave.... lu |e?pect des Saints .lieux il Il est regrettable qu'on ait i re lever de pareils faite de la part de jeunes gens dont l'instruc besoin de le rappeler? t,0B e l'ducation ont t des plus . glise, quelque culte ^goen et aucune mesure de ri %  Ppartiennentetquellesque **"•"/ ? u on pourra prendre contre •s croyances religieusee de '• %  jeunes irrespectueux pour les • plu profond respect f ? ire rentrer dana l'ordre et la dis %  l r^gle pour tons. Or il 0, P^ue ne sera trop torle. heureusement remarquer I Dimanche, la messe de f, certains jeunes gens font Pgiiset le point terminus I bombe'' du Samedi et, c'ats de voiz, leurs pro mr tenue irrvrencieuse, II IofF(, e divin en mtme '• la prUrs dis pieux fi e ", viennent implorer non poitt r i re et g a m Mi Feutre et Paille f| 0 Chez HRalloni fils Autour de l'œuvre baj>tiiteJljledeliGesTe Quelquespr^ci ions utiles St.Marc, le 1 fvrier Id25. Monsieur Clment Magloire Directei'r de Le Malin s Tortau-Prince. Monsieur le Directeur, Ave/ l'obligeance de me per mettre de faire une mise au point en publiant ma prsente. La de vos correspondants a mis une note sur loetivre de Mr le pa-teur ll.nis la Gonave dans Je N" de voire journal du i6 jaavicr coul. Cet aimable corresponJant a t mal renseign. Il^conoalt comme moi ces paroles d'u Matre: < %  Kendee Csar ce qui eet Csar • et ce dicton : rf On ne doit pas dcouvrir Si -Pierre pour couvrir St Paul . L'ouvre Baptiste de la teatoe n'est pas aussi rcente que votre correspondant le croit et n'est point dn tout le rsnltat de l'activit de Mr le pasteur Marris. Ella a t fonde depuis plu* de 15 ara. par Mr Sainvilu Sainvil de l'gli*e Baptiste de Jaomel A vant mme l'arrive de Sainvilus Sain. petite atalioa.— Peu de temps aprs la cration de celte autre le pasteur Lnrisaon q, i se pen vail s'occuper srieuaement d'une station ai loigne de Jaemel l'a paase l'Fgliae, de St Marc. Ont dea travaille avant Mr Marris la Genve nos pasteura Delatire Lyane et Archibald. En arrivant ici en ltfii comme pasteur de notre Eglise Mr Huns a trouv nos stations de la Gonave trs florie sants. M se fait que rcolter ce que d'autres ont <• sem %  cl arrrs .. Et paie, il n'a pas eu, une centaine de baptmes en novembre. Votre correspondant ayant Pis teation de revenir aur ta question, je suis sa disposition, peur le renseigner, car c'est un ihomme qui veut savot. , Agrez, Monsieur le Directeur, mes salutations empresses et mes plus vils remerciements pour 1 hospitalit que vous avez SI gr CHUS, meut donne ma prsente. Dr Hector PAL L'1 HE Secrtaire de 1 Eglise Baptiste de St-Maia BOME-p', } r /.dr f t.ti, tlquf olliciellee, le nombre de sans tra J' 1 •njtah atteignait In 1014 180.445, fin neveutbiu 181.788 • I augmentation eer. i | due uniau met la saison d'hiver. D aprs ie journal faseisle, ua grand nom brade travaux par diffrents co miles sont en.oe i achever L'an nonce quelepiii du pain serait igm me pirt r d d.main pio % oque un mcoulcnli nient coi si rab.e le pain de qualit itf Heure paseia d 2 in a If t li re 3S par kilo, la qualit eup ri'.ure passera de lires 15 S i li res 60 et la qu:.lil extra de S lires 45 1 lires 70.L'augmentat B est dceque depuis une quin zame de jours le prix du bl est pass de 185 lires a 20 lire le quintal et que la tendance est due une nouvelle hausse. L'inllucfiza .svit avet violente eu aiiij'elerre LONDRES— L'influen/a eause de srieuses iaquiludes en Angle jarre ; le dcs sont nombreux bien qu un peu infrieurs ceux de l'anne dernire. Cependant dans les principales villes le total des morts at.eint prs de 200 1 pidmi svit aec une v el. ce paitiuulire dans Midlandr, Vor shue et Laneastershire. Beaucoup d coles sont fermes. U drapeau franaais a reiapparii en Russie M08COI' — Le drapeaa trico'are a fat UB rrrnurt %  •(> ritia-i a Russie d pais i rr k ma tiMiate., Aux Hocems de la alar^eil.alse •' loue par l'oreh stie da l'Op.e, le drapeau franais a t ki s r 1 imu.eufcioccupe patla mission de secours Xausea qui servira du quai lier gnral temporaire 4'am basaade de l'rance. Aucune nota bilil oflcielle ou trangre %  * sislait la crmeaic mi ellei Dit erses •'ARla— Interview par le Ma ta, Measiear Bratiano a inj aiale sur le d\nger .le la politique agressive dea Soviels cea bine avec la complicit allemande D'apis l'Echo de Paris M. Douruer gue irait ea I ulegue en avril ; il a ensuite t dmnti que M I)os mergue irait eu Pologne aucuu vo yage officiel l'lraager n'est pr va. WASHINGTON— M. Oeonnor, prsident du bhippisg Board an aoace que dans quelquea je.s, celte organisation melirail ea vea te toute sa lotte. Lee oifree de vront tre faites sur deux base : les navires vendu pourront tre nm en service sans restrictions eu ave certaines reslrialioao dans ce dernier cas le pris de vente ae ra rduit, mais l'acheteur devra prendre quelquee engHgemeuts d termins. PAkiS— Ls commission des g nancos a vol une proposition (en dant a augmenter da 70 o|o lee pensions de guerre. l'arisiana, ura (Grimace Malri Entr'esclave , vil la Soa.'iae l'Pi ise de Portau-Prince avait dans cette lie une A 8 heures h lieu la reprise de moniale < et de L'Entre gnnle e 9 | H'une gourde et non de deux gourdes comme l'a annonc Le Nouvelliste 1 d liier. Lufrin Lubin Llle irlnni. kl ciSarmante, l'ide d'olirir un llaeaa des uariaen, d^aatant plut ue c'est du IDWH. In % • ejaas leataa ie| kenaes maisons.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06344
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, February 03, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06344

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DlftBGTAUR PROPRIG J 411.
IMPRIMEUR
Clmeut Magloire
BUIS VflHNA
i*#8, Hue AmviMUa*
.NUMERO/, 2Q CtfNTIMfitf
Qu0Mkm
La mdaille numaiV a deux fa-
tes. L'une porta cri ors mais :
f*Ji't indulgence, respect de la
miMesse, fraternit*, justice, et
amour ; sur Je i < vera on i :
ruant.', bassesse, noirceur, l*
chert, trima. Tiltitri
TLPHONE N'M
l&ms ANNEE N" 54M
FORT AU-PR1N
3 FJCTRJ
POLITIQUE TRANGRE
La Question des Dalles Interallies Parentier et la Pomme de terre
petite chronique NouTeHe Etranger
i la Damma Ja UMi Paa* Cbabi
La questioa des dattes inter-
allie? est intimament lie
tans les problme conomiques
al financiers actaals : elle pse
lourdement sur toutes les solu-
tions envisages. Et somme elle
est trs dlicate, on ne se dcide
au i en aborder officiellement
l'examen. Il est d'aillears pres-
que impossible de lui trouver un
fliment qui a le a*au que
l'on ne sache de faon certaine
i l'Allemagne paiera les rpa-
rtions et dans quelle ^mesure
'le paiera.|
L adoption du plan Dawe* a
irmis d'esprer d'esprer
ulement le paiement par
l'Allemagne. Ce plan comporte
YalHeurs une rduction de cran
e que la France n'a accepte
a'Ivec l'espoir de voir, d'autre
part, sa dette envers les Allis
r luite galement. Mais de cela
on n'a pas parl fort clairement
li Confrence de Londres.
Li question des dettes inter-
allies est dlicate, parce qu'il
est difficile, pour un pays d:-
teur.de demander au pays cran
cier, son ami, ds renonssr
tout ou partie de sa crance, tt
difl le de rappeler lui-mme
qu'il a dpens, doit servir la
cause csmmuae, 1 argent qui lui
lt prt...
Les dettes* de gaerre, propre-
ment dites les emprunts faits
par les nations europennes en
Amrique aprs la guerre sont
des oprations financires ordi-
naires se chiflraient ainsi en
1922 :
D par la Grande-Bretagne aux Etats Unis
vu par la France aux Etats-Unis
U par la France la Grande-Bretagne
D par lltalM le Grande-Bretagne
D par la Belgique la Grande-Bretagne
| Du par la Serbie la Grande-Bretagne
iD'une part, donc, la Grande
reagne est grosse crancire
la France, d'autre part elle
rosse dbitrice des Etats-
us auxquels la France doit
aucoup d'argfnt, elle auss:.
I rrance est crancire, de son
ir k Ru8S'e Pour prs de
Milliards de francs ; de la Bel-
ne pour dIqs de 3 milliards
Km-, de fa Roumanie de a
Jce, d la Pologne, de l'Ila-
la** la Tchco-Slovaquie.Mais
P. 4.166 millions
2-^50
L. S.
L.S.
L. S.
L.S.
557
47ti
103
'U

f
de l'Allemagne; elle tait aussi
prte naturellement, annuler
cette crance, si les Iv as Unis
annulaient la leur.
Mais les Etats-Unis ne veu-
lent pis entendre parler d'une
telle so'ution. Et les Allis d'Eu
rop< ne peuvent insister, tant
donn 1) caractre, qu'eut lie-
terveniion de r.tats-Unis. En
1922 la G an 1 -Bretagne a t
amene conclura un arrange-
ment avec le gouvernement de
m.Plu. quejiSi. ce W^oneiTcZ^lr le
t, de la dette rusae en-
France, que de la dette
i?. ra''D8 de livres
1rs 1 Angleterre.
moment o fnt rdig le
de Versailles, il parut qi.a
'rance et le3 autres pays
{raient s'acquitter de leurs
a iW1 Ja Grande-Brela-
lai Je des paiements de
rationa de l'Allemagne et
Insi h Grande Bretagne
Irait payer les Etals-Unis,
[la t rance s'acquitterait de
le envers ceux-ci.
p l'Allemagne n'a pay
Nu de chose La France a
apporter la lourde charge
reconstruction de ses r-
dvastes. E'Ie a d dire
pierre et aux Etals Unis :
lierai quand ou me paie
paiement de sa dette. Ds lors,
devant s'acquitter elle-mme et
subissant, de ce faii, de lourdes
charges, elle a rappel aux Al-
lis, notamment la France,
qu'ils lui devaient de l'argent.
'Khit cela est trs compliqu.
Mais il y a d'autres com^lica
tions encore. L'opinion aux
Etats-Unis, en ce qui concerne
le paiement des dettes par l'Eu
rop \ est assez confuse Elle veut
un rglement. Elle serait prte
aider l'Europe, mais si celle-
ci renonait ses armements
coteux.Dautre part.Etats-Unis
et Angleterre savent que si les
nations europennes devaient
commencer m ml tenant le paie-
ment de leura d ttes, elles sc-
her lecteur, je voue yoie trs
triste. De quoi soaffrez veii ?.....
Ce a me l'autre du mal politieju*
an deule...... ||<|aa ; n, ,fai.
gaez-veuspasde perdre la traaoa-
taae. Lee arrte du Deatio sont
iaepatrailes;a ne pau( les ton-
attire ,.' Icare effets.
D'abord l'a usa me tu fait pat If s
vnements. Il faut induhitab a
ateat, irrvocablement qu'il te
produisant dan toutes leurs pha-
ses eu ce monde, jusqu' la cou
sommation des sicles ou des nom
mes, peur arriver a une II i ou a
des lias qui chappent notre on
eepliea.
Ecoute/. Pour vous distraire Je
vais vous conter une petite histoi-
re .c'est la meilleure fa>n de
dissiper ecs penses nuagueuses
qui envahissent vetre cerveau. Il
s'agit de la pomme de terre (sela-
num tubero-um ) Des observations
du clbre prsident de la Socit
royale de Londres, sir Joseph
Banaks, on constate que la pom-
me de terre fut introduite pour la
premire lois, en Europe, par les
colons que eir W aller Meleig en-
voya, en vertu d'eue patente de
la reine Elisabeth, peer deouvrir
et cultiver en Amrique des een*
tree non en possession des ehr.
tiens, et par les Espagnols qui
occupaient les par i-e mentueoses
de l'Amrique mridionale dans le
voisinage de Ouilo.
Gomme la pomme de terre ap.
partient la famille dee solaoes,
les savaote franais de l'poque
disaient : Cette racine de quel.
que manire qu'on l'apprte, est
tonjeor daag.reuee et fade; on
ae pou-m jamais la compter au
ring des a'imente agrables*. Pr
consquent le peuple l'avait an
pr vent on. Lo euisiner ft co i
mi un atte reprh'oeibic 'il en
eut se vi s son matre.
Parmentier, quolidiennemfV,
eombaitii, avec vhmence, l'ou,
ion des savants et chercha le
moyen de gagner le peuple p r la
persuasion.
Il avait beaucoup lutter. Dans
une assemble popo aire, on allait
au scrutin pour ui.e place a I .
.elle l'estime publ que semblait
le porter lorsqu'un orateur de fau-
bourg, dans toute sa iougue, s'-
crie : Ne la lui donne/ pas; il ne
noue ferait manger que des pom-
mes de terre; e est lui qui les a
inventes.
Malgr tentes les attaques diri-
ges contre lui Parmenlier. gn-
ralisa dans la France entire celle
importante eu turc. Il demanda et
obtint pour ses plantations la plai.
ne des sablons jusqu'alors iacult.
Le roi, malgr les intrigue s des
courtisans, accorda sa protection
i cette nouvelle eul.ure: et le jour
d'une fte solennelle, devant toute
a cour, il se prsenta portant
sa boutonnire un bouquet de
fleurs de pommes de ferre. Ds ce
jour la vogue de ce vgtal fut as-
sure au grand applaudissement
des savants eux-mmes qui, com-
me nous en ce moment, en raan-
geaient grabkmmt.
Le gouverm ment envova des se-
mis dans les provins 8' les plus
lo;gne; et la reconnaissance pu-
blique a donn ce tubercule le
nom de solaae parmenlire: sug-
gestion de M. le comte Franais
de V iiftbateau.
Si, mon cher lecteur, il vous faut
le jambon, la langue de veau, le
poulet trieass, la dinde rtif, le bif-
teck, aux pommes de terre, on bu-
vant a voire gr d* iempien temps,
un Villejeiet, un Itarbao ourt, un
R y uBUaetjeas de vingt...p ..,oa
un Mdoe ou un Sauternes; Vite : aa
Grand Hlel de l'ianee, chez Dereii;
t bientt i'Mft cl Belle vup, car
Henri y sera Ah J l'eau vous
vieot S la beuehe. C'est l'argent
qui manque le plus. Eh bien, con
lente/vaU8 ,fM j# Ja morue g#i
renne* de tirre rabeugriee de
nos sachons rurales ea attendant
que M. Fftemina nous fasse en
av ir Je met ho liquemeat cultive.
N: al n pae laae lee reslauian s
s'il voua est i n possible d'acquitter
la nota illico.
Souvenez-vous, que nous ne
e >mra s plus l'poque eu Kl i ca-
se, rpio, Vilain, Armai,
a madame Gervais, a Mamle,
Grosnon, Blane ou an bou viens
pre Dupitemp'e, aprs le djeu
ner, en client s Ivable, loi disait |
No z C'est pour moi.
L iculus LE0 JL'HIIIT
Au Banque dea Juurna
listes rpublicains, f.
Doiiiutti-(,jue lait eiejs d-
clarations
PARIS W. Doumergue, prsi
dent de h Rpub ique, a dclar
au banquet de l'association des
journalistes rouVi.;iV. que 'a
France c'est eltbree et s e'iereera
d'amliorer ses fimnees, d'quili-
brer son budget de fortifier les
liens d'amiti qui lunissent ses
allis et d'assurer l'excution strie
te du Trait de Versailles. Lia
amis de la France, dit-il, doivent
soogar ses ruines. 1 l'insufiisan
ce de la s:uril de lendemain A
es Iourtes chrges Ils doivent
eompreo Ire avec justice la gran
deui de se9 dfriculls.
n Grce
LVxjnilsion du patriarahe
a cr une agitaiioa prs
que gtairaJe
ATHENES, 1 L'archevque a
adress tous les chefh des gli-
ses d'Europe et d'Amrique un t
lgrarame de protestation contre
1 expulsion du patriarche. Le gou
vernement enverra incessamment
Angora une note nergique cou
lignant la violation flagrante des
traite. Il a dcid de maintenir
ou le drapeau s les soldats de la
ClaSKS IWl L. munuir.|,u,,|N
associations la'qiiec et les cemmu
liantes religieusee de la (rce en
lire ont protest contre l'expiil
s on du patriarche tt demi, dent
salisfaclion. L'eflerveseeoce rgne
dans la presse, l'arme et le par
lia politiques.
E Alkanie,
TIRANA L'assemble conel'
tuaatc albanaise a lu & l'unanimi
t Ahmed iogou prsident de la
rpublique penr 7 ans. Ahmed I
gou tait la tte du m avtmeat
qi a renverse demiremiat le
gouvernement g* Mgr Koile.
Autour aie fateord com-
meraial franao-alit mand
UEMLINLe cabinet a ordoor
au Dr Trendelenlurg de pcmrtti
>re les ngociatioBs de I acceid
commercial avec la France. 11 de
via chercher i obtenir le trai a
ment da la naliou la plue fVQll
se pour l'exportation.
Conann.nl i'AlitiiM^ne SjD
tend rfier obliga
lioiiA cJavanl el d'aprs*
fuerre
BEHUN Les obligalairee d'
vaut guerre du gouvernement ulle
mand seront imite da la mante
macire que les dtcnlrers elle
meads quaud aura lieu la rvalua
lion, c'est ce que le gouvernement
a annonc. En nuaun cas, les d
tenteuix ne ponirunt s'illt-udre
ce qu'oa les rachte laor valeur
nominale parce ijue t' Vllmege
**\ ' PP*uvi-ie ei si eaJette par
suite de'sa dfaite, qu'un pareil
rachat B'gniNcrait le hacnfee de
toute sa richesse natiouale. Le geu
vernetnenl value les ohlifstioa
fl avan. B>oa^ia |,u..u _; ..
par lee gouvernements fdral,
provinciaux et urbains 140 mil
lione de mark-.
la ilualion ouvrire et la
vie chre e Italie
eura------,
:Ano\lr~r " ""^ K"' raieot ^"ement appauvries qu'
' elle a fa t PnifnS" tfP e,le9 ne Pourraient plus acheter
fJk mSSSK: enA8,elerre et en Amrique
i OS $Vk r" 5l que '* ,iluttion conomique
t laaierL i.FaBce du m0Dde en ,erait df u-
i la sienne a la charge sment aggrave....
lu
|e?pect des Saints
.lieux
il
Il est regrettable qu'on ait i re
lever de pareils faite de la part
de jeunes gens dont l'instruc
besoin de le rappeler? t,0B e l'ducation ont t des plus
. glise, quelque culte ^goen et aucune mesure de ri
Ppartiennentetquellesque **""/ ?u'on pourra prendre contre
s croyances religieusee de ' jeunes irrespectueux pour les
plu profond respect f?ire rentrer dana l'ordre et la dis
l r^gle pour tons. Or il 0,P^ue ne sera trop torle.
heureusement remarquer
I Dimanche, la messe de
f, certains jeunes gens font
Pgiiset le point terminus
I bombe'' du Samedi et,
c'ats de voiz, leurs pro
mr tenue irrvrencieuse,
II IofF(,e divin en mtme
' la prUrs dis pieux fi
e", viennent implorer
non poitt rire et g-a
m Mi
Feutre et Paille f|0
Chez
H- Ralloni fils
Autour de l'uvre baj>-
tiiteJljledeliGesTe
Quelquespr^ci ions utiles
St.Marc, le 1 fvrier Id25.
Monsieur Clment Magloire
Directei'r de Le Malin s
Tortau-Prince.
Monsieur le Directeur,
Ave/ l'obligeance de me per
mettre de faire une mise au point
en publiant ma prsente.
La de vos correspondants a mis
une note sur loetivre de Mr le pa--
teur ll.nis la Gonave dans Je
N" de voire journal du i6 jaavicr
coul. Cet aimable corresponJant
a t mal renseign. Il^conoalt
comme moi ces paroles d'u Matre:
< Kendee Csar ce qui eet C-
sar et ce dicton : rf On ne doit
pas dcouvrir Si -Pierre pour cou-
vrir St Paul .
L'ouvre Baptiste de la teatoe
n'est pas aussi rcente que votre
correspondant le croit et n'est
point dn tout le rsnltat de l'acti-
vit de Mr le pasteur Marris. Ella
a t fonde depuis plu* de 15 ara.
par Mr Sainvilu Sainvil de l'gli-
*e Baptiste de Jaomel___Avant
mme l'arrive de Sainvilus Sain.
petite atalioa. Peu de temps
aprs la cration de celte autre
le pasteur Lnrisaon q, i se pen
vail s'occuper srieuaement d'une
station ai loigne de Jaemel l'a
paase l'Fgliae, de St Marc. Ont
dea travaille avant Mr Marris la
Genve nos pasteura Delatire
Lyane et Archibald. En arrivant
ici en ltfii comme pasteur de
notre Eglise Mr Huns a trouv
nos stations de la Gonave trs florie
sants. M se fait que rcolter ce
que d'autres ont < sem cl ar-
rrs .. Et paie, il n'a pas eu, une
centaine de baptmes en novem-
bre.
Votre correspondant ayant Pis
teation de revenir aur ta question,
je suis sa disposition, peur le
renseigner, car c'est un ihomme
qui veut savot-.
, Agrez, Monsieur le Directeur,
mes salutations empresses et mes
plus vils remerciements pour
1 hospitalit que vous avez SI gr
chus,meut donne ma prsente.
Dr Hector PAL L'1 HE
Secrtaire de 1 Eglise Baptiste
de St-Maia
BOME-p',}r/.drf.t.ti,tlquf.
olliciellee, le nombre de sans tra
J'1 njtah atteignait In 1014
180.445, fin neveutbiu 181.788
I augmentation eer. i | due uniau
met la saison d'hiver. D aprs
ie journal faseisle, ua grand nom
brade travaux par diffrents co
miles sont en.oe i achever L'an
nonce quelepiii du pain serait
igm me pirt r d d.main pio
?oque un mcoulcnli nient coi si
rab.e le pain de qualit itf
Heure paseia d 2 in a If t li
re 3S par kilo, la qualit eup
ri'.ure passera de lires 15 S i li
res 60 et la qu:.lil extra de S li-
res 45 1 lires 70.L'augmentatB
est dceque depuis une quin
zame de jours le prix du bl est
pass de 185 lires a 20 lire le
quintal et que la tendance est due
une nouvelle hausse.
L'inllucfiza .svit avet vio-
lente eu aiiij'elerre
LONDRES L'influen/a eause
de srieuses iaquiludes en Angle
jarre ; le dcs sont nombreux
bien qu un peu infrieurs ceux
de l'anne dernire. Cependant
dans les principales villes le total
des morts at.eint prs de 200
1 pidmi svit a- ec une v el. ce
paitiuulire dans Midlandr, Vor
shue et Laneastershire. Beaucoup
d coles sont fermes.
U drapeau franaais a
reiapparii en Russie
M08COI' Le drapeaa trico'are
a fat UB rrrnurt (> ritia-i a
Russie d pais i rrk ma tiMiate.,
Aux Hocems de la alar^eil.alse '
loue par l'oreh stie da l'Op.e,
le drapeau franais a t ki s r
1 imu.eufci- occupe pat- la mission
de secours Xausea qui servira du
quai lier gnral temporaire 4'am
basaade de l'rance. Aucune nota
bilil oflcielle ou trangre *
sislait la crmeaic
mi ellei Dit erses
'ARla Interview par le Ma
ta, Measiear Bratiano a inj
aiale sur le d\nger .le la politique
agressive dea Soviels cea bine
avec la complicit allemande D'a-
pis l'Echo de Paris M. Douruer
gue irait ea I ulegue en avril ; il
a ensuite t dmnti que M I)os
mergue irait eu Pologne aucuu vo
yage officiel l'lraager n'est pr
va.
WASHINGTON M. Oeonnor,
prsident du bhippisg Board an
aoace que dans quelquea je.s,
celte organisation melirail ea vea
te toute sa lotte. Lee oifree de
vront tre faites sur deux base :
les navires vendu pourront tre
nm en service sans restrictions eu
ave certaines reslrialioao dans
ce dernier cas le pris de vente ae
ra rduit, mais l'acheteur devra
prendre quelquee engHgemeuts d
termins.
PAkiS Ls commission des g
nancos a vol une proposition (en
dant a augmenter da 70 o|o lee
pensions de guerre.
l'arisiana, ura
(Grimace Malri
Entr'esclave ,
vil la Soa.'iae l'Pi
ise de Port-
au-Prince avait dans cette lie une
A 8 heures h
lieu la reprise de
moniale < et de
L'Entre gnnle e9| H'une
gourde et non de deux gourdes
comme l'a annonc Le Nouvel-
liste1' d liier.
Lufrin
Lubin
Llle
irlnni.
kl ciSarmante, l'ide d'olirir un llaeaa des
uariaen, d^aatant plut ue c'est du IDWH.
In ? ejaas leataa ie| kenaes maisons.


fiEM-YW
r
Crme
/
i
ifc

TE1NDELYS
donne un teint de lye
S.
m
:i
y-
W

Aumf
alto* jrqaiM
U Cf*w TMIIDtLta e
wimmi. en. ta~^!j3
TenSanlic. 'SSfSJl
(.hrlatr M |Wfcl."g
it w e c*1** t*Ti!
4a iaM#lr * * **T .
hU. M e*w * S* "
lmitnii Ce ee*
ARYS
I, Ha* 4e U Peta, S
PARU
Tl Parfurl irai*. M*
; Coin des pilii
MUSIQUE
Voirie?, .luiyt fttcu tl J, H
Ixiilrl Mrulrils a la Un.
\\t\n an lin chicr, lotgU
Uni m a relire In Wagues.
Mon aine r\lraajuf m il ia<]r.N
Du non xwloir laijiir patois;
ln rhnn! la cieill Large fl sur connu dis imirlrajn,
Tandis |it il pUgeiil, lilir,!,
Vrx drsirs en loi lac ilaiifil,
!ia\oDs-nou8 que dmn rmnpartr
l'ranl, il'in I* sieur ennir,
\a roDiiruinus, co-ur rur,
En l'iue dt fceMNi ^parsf f

Pi in i!lies
DuCapllaiien< il nous est
(ait part des tiarj-iHes de
Mlle Yvoniu Leconle
IV6C
Mr Clment Mai teat,
Nous olliMia nos meilleurs
compliments et vux de bon-
heur aux futurs poux.______
le^e TaOraot **#" t"""" ***_
k mm
Attitudes ta fi* telHiP-
et actes WS5P "*""
Pline et Diodere d Sicile rap
peittat que lorsque la conquit
remake eut fait de la Grce, l'A-
hae, les Folien qui avi ni im
rnecri.ntnt appel let Romeies
leur sceour, formrent taraive
ment nne I MUR PATRlOTlQea.
A la viit*, ce fut une Ligue
campe e de btards plu enclins
aex harangues fl , l'action ft qui
ereyaient s'tre gals eux hre
des'gserres modiques autad m
avaient os, dans des dlsconrs
riidemment voils, traiter les re-
mains de bi-rbarea.
Home s'mit de celte seirle
Apposition, et le Snat ayant dli
ti sur Us moyens d'en aveir
iom,ltment raison, il fut dcid
qu'en userait d'iudnlgence et de
rigeeni, suivant les sas et les ea-
raeins Cependant il e l'ut ja
maie ncessaire d'emplejer la ri
guenr pour mater lea rsistanoe,
eur les opposants ne annare
pus aciiai ne contre les Remalni,
quoique n'oeant par pu leur, riea
accepter jour eux-mmes, admi
tent eonii toute vraisemblance
eue lenrs enfants lussent au eer
vies de l'envali sseur qn i s perae-
aient lant abhorrai. Uu vit alors
le spectacle trange de jennes Re-
ains et llom inei se diniini
sant nvee la vielle ctviUealioe grec-
que, et la lange d'Homre,
eu u s la dindon lialli des rh-
teurs alhi.iens qui s'taient le
MmVelgoala par leuis eropoi een
Ire les eonquran a.
F.iue et Uio lore de Siei'e jeu
tent. ... sniii 'Si l'aolre chaj>t
Ire, e'. neus ee parUrot une au
lie foie.
Varits
Ce.Soir
Carinea
A Nree succda Galba. Ce lut
un dee empereurs de la dcadence
romaine Une rgnaqneMpt mois.
Cependant d'un earaetre ai 1re,
inflexible, dou d'une volont de
fer, il semblait bien qo il d avoir
un loi g et h^enfaisant rgne
Les prtori ns dont il rfrnait
las caprices et les exaclions l'a
aisinient
C'est Galba qui pronom;* es
clbras paroles : < J'enr e ns
soldats.mais je ee lea acheta pM.
Juste Requte
Chacua il que l'K'-o'e d'Agri-
uller - lient > l'an ien oeal de
la r'erme B o'e de Thor. Ls ta-
diants qni ea lent partie, d aprs
les rg ement* de Tr-Ubi se cet,
oui astreints a se lr.,uver IN
^au ch que mitin 19 h-ares. La
iirectlon leur piocui (les ti Real
de la P. C. S dent la valeur st
prUve sur les appointements d-
5 dollars pays meesuellemmt &
chaque lve Dr nous apprfnon
que e car de la P. O. S. qii c >n-
voit h Ir.i'upedeno fu'ur- ex eil
agric illeur-, h -e nali ville 7 heures II s'ensuit q ie c
jeune, g'n qui hibitenl le qear
lier li'lrenis de la ville n' ni-
vent pas Ions a I heure rg'e n^n
taire aux cours et onl Irapp s di
p. ! disriplin.iire.
Ni serait il pas prf n'.U d*
mettre la camion du Service Tech
nique la dispo i ion des lu
diants. lia se seraient rnais en
no endroit dtermin de la vile
pour tre tous dpoas Tnor.
Mr l'reeman ne refusera pas de
'< ceuper de !a aeealion qni inl-
r sse directement son service l aa
p'ompie dcisiea aoe p rait n-
e usaire pner mettra N i ee fi-
heua lal d Oie*.
Hos petite ifWftt
Le nod girdlen
D'iii vient ce mol' Voici:
Gordiu?, simple labour ur de la
Phrvgie, devint roi pour avoir ac
com'nli un oracle qui promsllail a
eouionne celui qui eniierait le
premier, un jour nrqud, mon
t sur un chsr, d^ra la Capitale.
Midas, on h s, onssca I Jupiter
Uchar rhqu'l fn P^,eL \ a.'1
mont. L pu-d qui allachaU le
io.- su linv.n Uil 'i lUstemenl
hit qu'on ne pouvait en dcouvrir
1 8 deux extrmits. Le m.i.dga.da
le nom de celui qui l'avait lait et
appela "noud gordien .
Alexandre le trancha d un coup
de sabre.
Une boavbt de publiciU
C'et une lort belle invenliondu
directeur du Tb' Aire PUr,San
Diego en Californie.
Aid de son agent d publicit,
U lana celte bombe munie d une
tuse dan le bu.eaux d un jour
nal. La fuse flamba La borne
clata. C'tait uce publicit magni
tljue si uiaf all une qae le uec
tsur du llitre et sou agent ont
tA arrts .
Us sent en prison. Mais est
neore de la publicit.
Une ito marque Nal
en pa lait tal pouvant conte- ir
6 pa?sa;eif. Y-.ie voiture d
famille.
S'adresser au Bureau du Matin
11. tltl
Paul Eiuxila
Vente ai detio**C! .
di la mite i prix
In vertu d'une ob'igation hype
thcaire sousciile par la dame
Char es Uu eocau ci devant Pau
lema Audig propritaire demei.
raat et domicilie lort au Pi n
e an rapport de Me Jean Jos. ph
Dieudonn Charles nol^ie en et lie
ville en date du vingt huit septem
bre rail neuf cent vingt ;
D'un jugement en d*te du lrn
le novembre mil neuf cf ni vingt
trois et d'un commaod mat rt
iniii'ciutiix exploit de l hu^sier
Luc A. Al ho.se. d'un certihcat -
en date du deux fvrier courant
du nolaire sus dsigne, le tout en
registre, en faveur du sieur Chry
< h risol propritaire d meurent et
domicili Gaze m c.mmuoe de
Port au Pi in e > yant pour maeda
taire spcial le s ur Alciui Toui
saiot ropri taire demeurant et do
micili Pori au Prince ayant pour
avocats con litus Mes Flix Diam
bois si D. Estim avec lection de
domicile en leur cabinet ; Il sera
procd le mercredi quatre fvrier
mil neuf cent vingt cinq du
heures du m*tiu en l'tude et pr
le mini. 1re de Me Jean Josiph
Uieudonn Chirlcs notaire S Port
au P.ia. eau No 831 de la rue r
rmi la venle au dessous de la
miss pi in d'une proprit fonds
et bal s-es sise en cetle ville rue
C'uibe ae la contenance de viogt
dei x pieds sept pouces environ de
f*,ade sur trente cir.q pieds cinq
pouces de profondeur et borne
au Nord par qui de droit, au Ssud
par Dumay Th RRD, VM P"
Bjnne Saint M..c; rv et un passage
commun qui hb util un pu>|s
commun et l'Ouest par ladite
rue Courle aicsi dsigne; telle
que cett* Proprit se poursuit
comp rie et s'tend sais arcune
exce;.ti"n ni r^se ve, cuistre la dite
Let meilleurs
Cigares sont
ceux de
P.rJ.B.Macsitda
En vente chex
Ed Estv & Co
Avis
*
Tps actionnaires d la Com-
pagnie Lithographique d'Hati
sont convoqus en AMg&bli
Gnrale annule le fvrier
dix heures a. m. ju local de
la dite Compagnie, Hue Amri-
caine, 1148. ..,._
ORURB DU JOUR
1 Expos"' l'anne 19H
2 -Election ou nouveau coq
sil d Administrai on
3 Toutes autres mesure*
utiles, la bonne inarche
de la Co np gnie.
LlBIUiANN HE1GI1E,'
Vice-PrsidenL
J'irai,
irons....
tu iras, nous
Banque National*
de la Rpublique [
dHaiti
AVIS
Messieurs les poneurs de litres
de la Dette Intiieure d'Ilaili, l.
lie B, >ont informs que. l'mu*
. ... sion des titres dfinitif* n'tsnt
exce^li'-n ni rt'se ve, cuistre la ne acheve, la Banque, pour fia*
dame Charles Viurcneeau propn Y u percepll0n des inb ris qui
laire demeurant et domicile en _cl,etront le 1er Fxrier IHii.ftJ
celle ville,dbitrice hypothcaire. g iemfnl des dits initrAls
U dite i-nm.i.b'e arpsrtient la .( du Ur Fvril r> Mir ,Mal
dbitrice cota i fostnei ! resu |ion du rtu ae di t au'i s d*
d'i ne plus grande contenance par tf nfnl._ Ceux qui n'onl ptl
elle acquise de Mademoiselle .ls ...... u'
------y fl i ne pius gienuo w...._..-. r- tiennent. ^eu. eu ""* r^
ons.... elle acquise de Mademoiselle .!<>s enc(jre dpose Uut8 Kius Prv|
T ,.c *l.o* Pnnl F Ami phine Estve, snivhnt iclesu rap Ml, changes coidj
TOUI lI raul t. AMI Prl de Me Joseph MtaffJi Hrr \*\Jtt dnnilifs sont pris*!
. m vi'iul ui*A bons ..; ,i.,,i noh.irp en celte ville le ,_,-..... ni. iai
la qui vend des bons
artidlwS aurnr illeurs piix.
Lts plus dilficiles sont sa
listails.
Dcs
Ce malin 7 hsares est dcd
en sa demeure au Bois Verna, EU
cine alo, auciea membre de le
Chambre des Comptes.
Ses funrailles seront clbres
demain malin 7 heures en l'E-
glise du Sacr Cur de Turgeau
Ce la part de sa Veuve, de se*
e lanls et de toi* Ien au'res pa
r<;n.s\
iUitawart
LeRsstsumm.lt r^'.^;*
AaerW-ia * U P'*J jyjg
nal 'Le Temp'en faee de *
k Co, s'oflre au publie tant de la
CapiUle que de la Province peur
satisfsire ses go Us plus dlie il
t les plus difficiles.
Cuisine bai enne |ieprjl,
promplitede.
Une ueile Vins dincre pleine-
ment.Ser demande.l'lahl scmut
(nvric dr> repb domicile.
Pris modrs die nt toeke con-
u rrence.
Propritaire,
C. eMINARD
lalrs : G. 1 *
^Loge : S. S.US
MeroreUi;
L'Homij-9 aux Trois
Muquis
1er t 2e piaodee
Entre : G 2, Loy 3
D oy trout .
sur le ritioe
Ce matin on a dcouvert sur
le rivage a I extrmit de la rue
des Casernes le corps en dcom
nosit on d'un homme qui s tait
oy\ parait-il dt puis quelques
jours.
Un a trouv quelques pierres
danc les poches de l'infortun
dent l'identit n'a pas pu tTt
tablie.
1 e malheureux se sera t sans
doute iui< i! r.eitel.ypoih.'e
e't a Im'ssihlo parce que vrai-
tfiul.U' le. RUtuise Iracedevio-
Un t,' ypnt t relev sur le
eada\re. ,
Aires les niialalion* Ig4"
lea "ailes par le jugfS'Ma ry
iccoirp gb "'"' otBcierd* a
Geudar.mr.e, le cadavre t
Inhum au Ciuieie extrieur.
Tribunaux de Paix
La livraison lu Moniteur
du lundi 2 Fefrisff en ours
comporte.enlre autres matires
la promulgation de la loi vo e
par le Conseil d'K'at en s? se n
ce du *8 JinviT coul a-
bhssanl p es l-s Tribunaux 'e
. simple Police un Minis'rs pu
blic Cette fonction spciale, dit
i'artic e premier de la loi, sera
ex ro' prun \gjnt de polise.
m ij ur, jouissant de ses drnili
civils el politiques, el elle ne se-
ra nas salarie.
lessi* ors lts automo-
liilistus
Les iaurs de carnaval eu il y a,
dans le* rues.beaucoup de pitons
rarmi lesquels de nombreux en
faits, nous iccommandons vive
pnt a rnss-i'-urs |ee oadneteors
i'eotoe)J< rwdftr l'allurodelu s
v.ilur. s et surtout d corner le
plus longueiin nt possible aui cai
ref-urs. El cela alin d'viter le
ac<-idi nts qun aesonl jamais sans
de grands dsag ments.
tijots nettoys
- Vendredi dernier, le directeur
du Service de la Voirie,M r Joseph
Vivcns est venus personne 'ement
laire procder au nettoyage et
contrler la dsinfecuu i u<*gots
de la NS du Centre dont nous rela
lion* Pelai p-s'i entiel.
Cela a t d'un grand bien pour
les hab Unis de ces foaitltlSs,
Parisiana
es soin
Les millions de Mamzelle
sans le sou.
E.ilree : Kd csatimea
JEUDI
Le c'hre romin le GeCRgfS
Ohratt.
Lt Natra da r'ORGLS
jou par la belle ac'rice Italien-
ne PlNA MaNU-UELLI-
Dcors el intrigue de 1er ordre.
Prire de ne pas confondre
avec le li 1 m du mme nom dj
pass ici. fc
Entre G. 2 et G. 3.
Revue
des Deux Mondes
lis R"' Universit, Parts
SjMMMHEDE L\ LIVRAISON
DU 15 JANVIER 1925
Le cour ci le sanr D uxime
paine, lleury Ikrdeaux, de l'Aie
demie Ireraibe.
ChaUaubnand et l'oceitanu ci .
Vkior ou' d
L'Echec du Sparatisme HhiosL*
I. ilVIb l.3;.Ui.y ue lMtMMV.
Mmoire*. m L al011 ae
Paris tn 1M0. Luc rie Broghe.
Aurlie Tedjari, I rincesse des
Sahlis -II. La vie Ain Mbhdi.
Marthe B.ssenna. .
L A vtira* lu Sidiuigit.Louis
de l-iui.ay, de l'Acadmie des
Se >n e. ,
Lu hibiorien de la Fiance pclili
que, M. Louis t> ddelin, Gtorg s
Ooyau, de l'Acadmie franais .
U torpillage du Gaulois. Jour
nal du Commandant. II. ( 1016 )
U Moiache.
Litlralures trangres. Ua
Mtit hls ue Lucrce. Louis GiUt.
LhioL'iquo de la quiu/uiae. his
teire politique Ben Finou.
1 H1X TE L'ABONNtM.NT
Un'an SU moi Troit me"
port de Me Joseph .
ci devanl notaire en celle ville le
cinq juin mil hu-t cent quatre
vin* on/e. enrpgUlr. la d.ie ad
judicatien aura lit au daisous de
ta mise prix port e au cahier
des charge. Pour p us an p'ea ren
saignements s'adresser au cabinet
de Mes Flix Diambos el D Es:i
m, angle Sud Ouesl des rues R
publicaine et Prou ou en l'lude
du notaire Diertdoon Charles,
rue Prou, No 332.
port au Prince, le 3 fvrier 1988.
F. DIVMBOIS, av. D. Estime.av.
Compagnie Transatlantique
l e sleamer Carabe m ni de
Borleaux via Cap iiiilif0tsttM
du vers le 8 Fv.ief.
Il repartira pour 9BUsf de
tuba el les poi ls .lu Sud le len
dem in -le SOO nniv>.
La uiU de l'itinraire se. a fixe
l'arr Tort au Prince, le * Janvi.r 1925
L'Agent, B.KOBILIN
d-is titres dtinilifs sont pries
le f ire su plu tt. 1
Port a Prinre 1*2* Jnvisrl9H
On demande
JnsJoune personne st-
cliaul lire poufant tenir
lieu irinlHiidiiiilf.
Bon saiairv.
Sadiesse^,3l6,Rue frou
Je ferais un mill<
pour une Camel
1 \K plUlr rut cela. Il n'y
Lw pti de tubititut pour U
quIlt* "Camel," ni pour le dou
rt agrWc .nnange "CamtL-
Celui nul fume de "Camel,''
exige dei 'CameU." P'C
qu'elles ont une douceur, ua
rome, une dlicatesse, que vous
ne trouvre dans aucune utr
cigarette.
Ne vous laisse pat dire qui
toute autre cigarette, d'un prljj
quelconque, vaut le "Camel,*
Essaye les Camel" vos,
mme Quelque bouffie
douces, raf ralchlasante, et vou
frre un mille pied pour UDC
"Camel."
ILJ.MTNOtDS
TOBACCO CO.
Wiaatoa-Salaa
No.lk C.relia
U.S. A.
amel
____Saine et One lo lt 41J'
Mpancmtnii et
SJaiani, s 1 .ii.v-i-e 86 44 If
Buangtr 98 lr je
Lht tbooDCmanls paru m du IM
de cMuc mois.
f KK DU M Ml hC 4 )o
11 io
r
1 Au n
Do*Mur uroeoteor
No- HUA, i>#*** eto la (iadre
.OIH'l.blttKI I
ASTHME.....-,
M ^S-.ilrc-u.Liimniii- t'.niaentarltt
l'Globules ReLaud
I lUauluU maevalllaua. turprai-i-U ct'na u
|ra.M W-.-Uri.:lr ^.^.NlM.ri*. J
la IZPSNSmn. ::.* daallartjrr Pati* r
VLUMINUM LINl
New-Orlans & Soi
American Sleamsip Co
Prochain dpart direct
pour Port-au Prince.
Le steamw Trederikebor. a laLss* IeW l
le 2t Jasivier courant pour Cayus, Peln uoi^,
aaifes, f en de Paii ett fip^ailien.
U prochain steamer* laissera Hew Orleaas
Petrier pour Hati.
C 2S 'snrier 19
A. de Matleis
Agents entres
a.
nansn
re>^T,

a^.

,.-i* A
* ;-.+* **^+-irX!., ^.e**^*^


LK MATIN
En vente dans toutes les bonnes
Epiceries de la Rpuldiqup.
LAIT
CONDENS
NESTL
LE kLUS RICHE
EN CREME
ans jSUvaf
L. PrttliiMD-Aplifl! i
/g*nt gnral pour iaiii.
i
W
1
Goodrich ^u ion
dans 'w march des pneus,
Quand ?Bf aehetti on Silvtrl
oun Ccrd xo:% tous a If.:
la peioa^du ira\aii.
Tcojoars le mme, et faLriqo
avequn matriel lira et un? ir.a.n
4'uvre scigue, veva pcu?as
ton* le procurer ta a nuias lu
dimension*.
Maxwell and lfo.hr
Watt** rin^,fafc
^////('i
jg^
3FE
\
ftf fc^
<>"/^:&j|ji
Goodrich
'&M
a maison C.L. Verret
r -^
i t8 n% di it-uiB (k Mi.!
'*S*


Baza*
aiWMunia Bicyclette! Bicyclettes
ux grand* magasins
D** tcvrnitures Gnrale* pour
la Cordonneie.
JOANNY CORDASCO
[Haa de plus hic pour le* tftrtnnss qu'une ma-
knt 4 eoudre "Teatu.
wplet
fgance
Fini
Qualit
liopidit
Se licite
^J? S" fc'-A>t> h0 ' r.h.itru bon arah*
rajas 7uf 7,e
19.QC0 feuille* d 16 r A polio*
eci n'est pas lire
' da la Rclama je ne fais paa ee. faire.
C i tk>* paatale. la Qrai.d'Kue
fl#ntpe *la-Cordonrie,
Ernest Camille
__IA ta Coicience
..OUF"* I**1 akauiaaraa q.. m n _..
^:s2.u'1.y^z,^,"o', r*#--, #t
Chocolats
Boit, d. a f u# mui tontaW. .as .r
Bolw d* 1 d u, 1.00 or
t
0.1 v- or
;ao "
10
|2.->
a.75
10
tor q.an u| prix.l vo.iZ ,T "nrhqe article *t no.. H
rrt latljj, ttaWtaiSU.J,,, f8ui de a.u. **r VoB9
V4*^SFjF Le fameux Champagne
Lanson Pn n is
HlISOiV 10NDEE EX 1790
Le ybmp.KD o|,M la aaar l'AafllfMit MiaM.
|^tatrc^^i^?rF, ,irtM p
, A ,? Lyeltw de st Bihnnr. < ; .-. ; x^ h,,
clelte Svelto Cat 1 seule qui runit la f i. tout*. i
qualits de perfaotlon requises de nos jours
mIJJh. Irrff:oc?abl0' iuae ^l^ce.indiaduta*
l>le.tdunaaoliditincatt.parablo. la bi.vclof SValU
st muai. d. tou. !. ..oo.solros IWpe.ole! TZlul
et chambres air Michelin. ineu*
!/! In grande1 marque
qui astaorti victorieuse aHX plu* Importantes rou-
vesaprrtiveadansle mond^entie. P U
n vene chez
Nicolas Cordasco
i
HL*v
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
de DELORT. Pharmacien,
e. u (/miiMiii
PABIH
C'EST LE MEILLEUR
DES PUROATIFS
%^THHj pi arnKcia aI.hui t|
Pharmact du D' J : (n v; \ n
f ouf. ;. bonn fharmtra,
9flViw /a Dlicieuse
oisson
IflV* Mf dnaitrr miruf
I Cell holaaon nco; |>aiat!a. l'un laram
xqnue lu* l'ai irai 4m in iU, m pr8-
ac wiataMiiriom ni ant lut ti farnauu.
non en Ter u ai ( lumani ui coi .rto a.
FHUITAUmii. m lut d'Mii.
U 7-ile ttxu pajti IraiurtM f-.u fiValU la,
|lwi .-usooi.i. Coaptotr r,me.luit,.,,
VA1I l.ANT t B'UlliT, !
^112, im inunj -mu rnr-.i-nnrtl
er- -
Visitez
MUTIUT61
^ *Jfc



LE'MVTIN
Ckn F. Lmtaait & Cie
iricM, le, etc. CrtTi|M, Br.tf-U, !!
lateir.*, lobes en caoutchouc- Nina dWMHicii rtfp
Uwis. Hialognol, Quiaium Labarraque.PeplF 1 , ^ Jj^
S d. Glaub.rt, Ecenns en G,os, ^^^SSStLSA S55.
hit..mre. pour Sirop., .queur. ^;^3Sf ip.rtri.
Kn mai reu le Vnlab e 1 ne de Aipes, ~*"" _T-m^
ISTOCK igurettes Cumel, Article de Mois ou . rnc
fmwnt veir, nos pni *nt atanuf sm
F. Lavelanet et Lie
Grand Htel de Franco
La maison H.SlLVgRV
.a oa tient 4 .rm*' TV^ j* -r
.--^
Pharmacie Sjourn
JN avis au clientle et aux mdeni tt ^-^JSJjfjl
t
UN avis aa clientle et aux mdem t tu pati
jn*&*jr son Laboratoire d Wo#e eu ai ******
IfooVo appliqu aous la Directon .in
DtRicoiet F. Sjourn
U Uim'il ' ouveri ,ou'l? J< urf ?*7 tl.
eaim da eoir pour toutes les r. cbero es et aualym
,somme ei joint, saut pour le mM^^^M
Wassermaucet ia constai te Ure-ew^wi
Seront reues que le mardi ce chaque af.aiaiae.
'adreir m Pharmacie pour les reuseigBawov
a iiyni'urines et Sucgastrique
Raction de Wasscrmaon
Raction de TriBoalet.l
Etamen du sang et dn pas
Examen de< matnrt* testes
fixamen d* cmeVa*
t-.it.Nt qne Tient ^.T' reiMr>
. -_______________ L doivent, fans I* "f^fffC P^esl (MM
dt tnui In AfT^rca de balNui maisoll, car nul H" nfatNuatlt
.o.U..n. te.lN In par*N fa U Mf^-1" |of irtliUi .sont "** * .en-rre*..
Tricotiue do soie a barre
Ratine voile carraaax
\olleeuiase brod fc aewreatM
Crpon lranais barre e*_
c=v^
Alpaga noir euprleur
ftatln China pour tailleur
Kaki blaao aupferleur
DrtU ttnton blano anglais
mes et roboa nouveaut.
naptiuto iine poar c.iamisea
Poroilo fine pour lingerio
Caliott parcalo pour -ira aV
Srgandi auiaao u i et couleur^
Raa loura dem soi
Chawsltto- coao,ises pour .najU
rack Frisky, der ..1er, novauto5
Popli* fleura pour rofceo
Tuwar blanc
Llmbrio lilane
\ olloa couleur lan-a
Rhirting n ne suprieur
Ba i dentelles
Bas soie *>i d(
Ba iil brod
Lo-ion "tiver-*-
'la'lepovr preaiire Commuaioa
ramyerturesblancke et coulear oMpaiou
Knde. brod ; Madera pour clieaaJ-N ot )upoe
artN
tfi -V i r4PwbUqu. ^r
(kaobre. coilortiblf. t urtout *n roim.
1U.r. dan In .han-km U d.-J a- Tn>
plaa tarifa.
D.mrdn vtoit#r (#4 m.ya.'"-
Vto * meUeurs eru de EH,a,*m1!^12ir |>
taiTamelae-N, gallon, ijf-^~^ ^|
ta Tua- de ehateaua:, voa. *^"" l# '^ *^
V1K DE BOURGOGNE (blanN ^Stffff-""
( Pommard mouNiai, golt tfjng )
!.. pis gra d aast>rtlment de U^aean, Cefma
irtn. xsinkies, etc. n vau*o
AbBlut.e Pemo 1. Amer Pie, J^TlT^l
OBSERVES franaise et NM"
mf>ni arrives. n i n.^i
V AH *T TE* do faute la^tbrlques a iniw
ot Nll .--^
fARFUMBRlS ot 6artNj?aa4a*N.
Pri .T#a mod*-^
Oro
P. P. Patrizi
?La !# peinture ne changent pa d taaitmrl
Sa-
S
o
moaokea
^1
Btte
t
Moaqu.' MalUM/iMasUf/ M*"""
P..r mu qui se ptif rai b..i Uur U
Hd, t.. iq<- i. r' < ,rMT#rt *"
loibau Uoeo.fl" C.
" lom Uiprii et poa tou In ftlto.
OLOaVFSO/V, LUC. Co
Eug. LE BOSSE & C
Agenctt ReprtoaWuu
PORT-AU.PRINCE
4amCa d*wrawac *
H**la^'Joea Jewell UU*****
NBW-\OltK
Farlao n^prlon O O Uonl P*3e. r
ITht lame laaaraa Company
-----NBW YORa
Aiaaranea contre l'incemdle
iamoad lateh Co
.jiiiaaaili Saf Home
'0. S.Rubecr upert lorapaPT
SiPneau "Rgyal Cord" ioaliara RM*
Cha F. lallUqe tt S
Poiaeons aate en toua genres
Mamilacture Uh Mc% Cy
\aeuranoe surjs vie,
5uilhou Trres M

Vin & Champagne_Borda ix
Pk 11)"
Beurre Bwm**S22S-*
if. S. ltbW tt Sen
Xahura jnat>0a ai ^>o1*,^
U naaeaal
Suas Rival
Sfcgare*U* Cka*e*r
******
Th CWarlN 1. B"t P*-1 C
'Go.Jeaasme&ril,

La maison
H. Balloi Fils
MlM Rua Rou, 1
Fret le '#6** d Rhum Vi\U)0%rA
iori-au-PHnc*
A l'hoaue.r de porur L1 c*oiU*e. ^ M"b^^.
nu.Mto qe .a rexo e renoutellent iNmiUi dos marehau
bas de romioi ooil et au go dlicat ds U oHootU,
TtLI M QUE Armoire k lace. POhTsmM miroirs d lonU sid.men
rteS"^io."eo.n ^ .le tableaux en a.y.l. vsv'j oc .a.jjj. ot
Si maogor.chaisoa et dodinea de Vianue, ohaisaa at dod.no. aaar.
aine., ehai.e. roulette, pour enf.nU, aar patte fmrtaJN*
"tes dimen.ion,, ain-i que ^ ute. I. M, ^'l.P'U^ "
fer et en cuivre ( style .lilferent ), BOualiq iulrsa, service k 1 vab*
hr maill t en non elaine et comp'et lavabo I U de sain. rNaatou
Mrvi "dner, a siel.es la,-es caf et k lait m orraelare, > -'
"anen aetmpe. i trot. et k Ka,o. ne ( ft^^ff^O^
r et en bois pour < nfants.uu assortiment comp'et ot vuU a b.Mlo*
de toute beaut.
Cadeaux de Fianaille, de Mariage et d Baptaaoa
CeadernioraRiicesfurtout se passent de tout relame, car j
maison peut se rej.uir de les voir demander ahaenso de cas trou
hourusos occasions parles plus aise comme par leo plus buaabie.
preuve irrlutable qu ils font la joie des riches en mena tempe qu
sont la porto de* moins fortuns.
Vous trouverez aussi les (amena sbapea-'x feiftre et paille 'Basaa
lino", chapeaux en pailla et en iaio. forme de hapesax pour eeasaa
bel sssortiment", aatquss jaunes et blanes arualw siflaM ), laua-
ois, eravates. chemises blanches et couleur, ahanosltes fraaenieei ot
Bmeines.ehapeaux melon, soulier pour aomoaes, daaa et aaMfc;
4rtielM da vo\*ge. tels que malle, mollettet vaJwe, jambt*rai :
Automobiles et vloapde pour Hi-fanl ( da tou Us |TaudeafB ) m-
parm^oble i onr homimeg, ( aiticle apriur ), oanoe*, peeio iIIm
poor hommes, porte trsors et fc k main pour bi*ant. e*uverts, eeuteenx de rr*mir lire et bien d'aulism arMeie* mn
De sont as des moin attrayant mai dot t je ne pais faire tan l'au
mrstion.
U Maison IaUrma loat partiaalieiornent sa a.taAleie
Tissa a'frUe a charfe ds expdiaa toua les porta a
, paee.
Voile blanc barrea el
Mtine blaneho
r aba dine blanche barre et nie
Crpon blanc et couleur jeara
Voiie biaac et eo eur uni
1 hemi*ettea alema-ides suprieur!
Brabant noir anglais
Iniitalien toile oru^
Serviettes de toilette blanahea dkaanlaar
damasses blanches pour famillel
Nappai couleur
Fetltea aarviettee blafiolna daaaaaojrN
Urganoi blanc & couleur;* barrea sa ceeaeaj
Lainage couleur anglais aup. Bolii*J*P** .
Mao ras barre de aoie pour ekeiaatsee k
patinette Foulard pour robes
paiemee fianais & aaarieain
Mcletons blaac et eonleur sup.
Poplin da soia uni blanc et crme
( kapeaa da pailla i.ne d'Hall
Casimir aaulaie sup !
Crpon brod hraaf aU|
Trpan traneaia eu: a, dernires bomtn
avriatsas de t ailette aou agi ia
Tapie eir klane *ep. pour labi*
Danaaesr ansjiNe peur mata a (OUble
. iaaaalN elieaU, roui qai tnlel |t
trais, l flu bnux Unu g{C\\ lt
trouxwr ur celle p'ace, aiaajaN !*
d'aller aillturf, dt paNr k.aeN f% P
actfaoH **n eet rsmni.
de U pro>
pork ai>amaa par re
N. et Aa Acra i
GrandiRue \
A ct d Caves de Boremu*
Voul z-vousjvoa habiller ava l; nce, >* *
march. .ea
Adressez-vous la Maison N. A A. A\J^,
Dont la devise estj de vendra pell bnena*!
vendre beaucoup.
Dans son personnel, la maison compta N
tailleur italien sorti d'un tablissement de
ordre d'Italie
Elle esl en mesure de fournir daa complets
et sur nieeure, en chcvlota, diagonale, Pa'm^
drlil blanc el couleur, coupon de caaimr pot.
tal< ns fctoffes pour Jgilets.
Bonneterie
( heinises de jour et de nuit, su aoui^da
Cols et manchettes dernira cration.
et fylamas.
C*tu maison constitue une i i:,ow-iii
t le meilleur accueil est rserv ton eett^L i
sirent par une visite tre da sur;ia vaiea
travaux fournls.j jji
Tout costume command et qui ne rpon f*\
gort du elient est rpri. '
On parle araneaJa^oUjUl-, sf ; -l et i'.alleat


--:


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM