<%BANNER%>







PAGE 1

• L& v .M^rir• i %  U ;. Lobtilte, asthme, tmpaj s il, rnuiaatismet. n%  earastheale, Insaw• ici. •rtiies, NiaUajae, le m I I* f.'irn.e 11 r. %  1 :. le U..[t I > l UNE BOA Vt BL PASTILLES ,ye, uUl.s PRSERVERA \ | Guruo. voi Bronches, vos Touiaoua COMBATTRA vus r.'.ur,-..-:, Bronchites, Gril Asti aii^ges I lin ; iliU rrjdci , Ici v milles , \ ,• ir i'entey radia (I T >' %  ii ,, ..::,.. IXI I y 0 1 i r itoane oubli q< t I 1 . r p M I i i I. M I %  ,,,. %  i \ parti i I i bll *mis *t cou i \ i. ei vouloir I I • '1 : M pat : %  i s l'honn< r t i • %  -nrrnu a 1 I I I Mirn-lui r. i 'vr. i lue le ] LES IPAnisMUl 1 ni en BOir l i mid I 0 '• (U l i ,.. lu LPI H u i h • 6hi I r d U \ cgion "i om il 1 en irn u l | \ r o •' n 11'. eb i la l|j i S', • | : i Ai Madaffl l on An ri h i,\r \ i< • i II • I Mad en, lis de M C. F. M.di Cm t I gi i.. i du Dact mark 'orl au l'rirce et Vaiaa MB. La tudid i lur a %  i .-u des Prs r^nrr.-'i; Serq 7a liant CM n i!me pour fl ilt -#a4&5**& s *&& &**-**** **** *g&* *%** ^^^ tir m J'y oui di Huerai"* v iile rr. Wbat Mire ta t il. Voas prean enr-g.'* ! Il i : "Oued ya"/ fona dit il enc re. Et, M ur e.ua tait le H leuie de U raoae \ •> s*' te aux y Ut, >a li / qae, aeuf f<>ia tar dis, aucun d< • deux n pirle li-ng i-. Li7. un p u leeneeignes die Cale Cellecomporta idei cm h iti.it ou f. c, ta di vieoni ri, h *'• le plu en plus rare. I, •ur 1 tira plaques, presqui Loua loi chirurgiens ont lapprimd l Ri i du mot a dentiste . 1) m (.'.t plul I B b %  r. p n'a lion de c'aura ta U i %  • i .| %  i .i i n I m loir a 8 I eu-. , i'.iii iftn i 'Va t par i fi ur qni, ia .. i i u • %  1.1 ir m % %  j n %  i. '... : a du Dr Es iuo, BU fiv u i n i %  i d %  n, i 11 i i li procu i > du %  %  >,. c le n in n i le p b i je -i ioau i i .{ ..i ir iliaque, i,,, i ,| assi ter %  I la o r M longtemp a lenduo. Kntrd 1', | on ;, BQ qie c'est 'i DQ n %  i i q aura Il u -, i B i .>.... a F .ii V. ici, d Irti r i me. iique el quiuousa l)ii.(l ur II" il re, le 1 1 B li i kuiqitl < ronl ni."'i a • i ml d I i | ce: .i. i 11 h •• %  4 m. h ii di i > h i, de mou 'i •' m tt i ce j h uoinone oui, u e li de \ lus i n v due d noli |. i e -< %  i' iini"! le les eau-en M t Naturi DO ru Il s Le w.al s't *t il |v de 'a p'l\ ^, Con 2 goa la bourgeoisie ou est ce etl C I i qui e lontainincille 1£ .' le ne i.. Ceiiecdanlnotco' bars stDoabrouat tieta na er. ni u ni : plaei au pilon luttantif ; el l'i u n'entend S lus a Port an frioec que i : od HBa'.'.-on ofbeah": pour ne dira que acla. Mas il y a ries symptmes plus si irin nie. I 0 | Il•', que ji.es kl)nie tillei d'Ameriqac e mon lierait dan las tues de n itrt bonne ville nstc le cheveux cou ps ra, v ne de robe* sans ui^n Cbaa, large dtcollele. On le* re ajarda avec curiosit et c'en fut as ifi. pour que nu jeun, s filles nous devinssent yankeenaner. Anssitf les Iteaui innenl nu e-i n '[ ebto ls e SUC le n r %  net 'I-' i <> Heure, les Iressea Mou Iles el brun". yoisinireBt trange menl ave les mches crpine-. La penle ta t rapide, elles la desccBliront TorUgtnauacmeot et ee'.ui qui, a'jo ird hui. dit que l'hiiil eune no I B abille plis d cainiient, rtit la Vriti. Le got de m robes stai ninoBao, dm %  iraient dcolletes, tioilesjus qu'a I uidcei.ee, costume contre lequel l Eglise, au nom de ta Mo raie, a'lv nvte force el que. le pie fctm'tssout bi< n coupab! s ue lai er p wttr leurs li i. -, est uue maladie : elle a'appe'le la y.n keenunta. Vai ktemane, cette h i tteuaio uni m >nt': a cluval <• a ta i; n d' hotumea. \ .u Ueemanes, ci. |euBCi BOm mes qui orvUtul dans les iu ,r • u e et ius fi lelfaakeemaBc, ce joueur de t n nia qui uub ie que U chemise d braille na do l e porlbr qae sur le Un MU du jeu. YanUeemanes, oit employ de n| m k qui vous d m ta I i I- pus dua BBJOt el q ii suis *. tuu llda sivju pari./ I ,1114.11o u p*, \ou rpond le p us aria isemei l du monde. •• tive g u deal e eominaii;inl qui, pour luie de l< r l me ses marshaidiee, -im bue des prospect— <-, laugua an i'.y t %  a m u cl iO qui eaqaiese un P„ ae inimmj en tapeat t In DIS uu air au criard de dm cing. lankeemaBO, e galpm q-u dans le rae, aile. U d ri ail 1 I t-l li ma une pipe aoeti g a e que aa tta. Mois qui vouiramulcr a crir: eaaea eoul et A mire "loucou ronge" tenlre le tBfrlb'o ha. il e de la jai keemann, es mal ludeux qol Und k l .ire de nOUS d. s elles di*pa k)ea, bjbiieVa, inl' %  conds prls toales s ( h :e el lur pour leutes las conqutes. rie. L 1 le soi II Varits J\C1\HE&REUR 1.. / 1 pia 1 • Entr : 50 cntim > hi.iiaaohi' trois M (i 11 e et 18 i • • Entre : ii. i 00 Loge >. i •ochaivi u /'..;/ u /' il "'i I ha n, 16 ,. i .J %  %  • i C t' Lip i*œ l s i l [li %  Pi ir.: I I r ||| I I M I .ni I l • par M. Aod Pou ,, ; >• i r Au l ni acc m, gi ie de M Pi go et m ri i • %  m > i' Wi d u ai 1 o n,. \ o l S i i a cr n '" vie i' i ne i • / M I Dr i, s Aula i de •h. 1 Stell, 6\ u Renn s, Pa C. P. adw n Dr LOD \.u.i u MIS 'ni.v'u'i l'2| ,l %  p ri • i • n\ l'.l-n M Jaa. il p.Van Pu H j n i i i mm lgiitGDr?i ail inl • Iraiii >a, ri.rt m ti I, Je li.nl lea ifl'rTBl il U'res-u.i lq CompaBD^.^el c> jusqu' vi contraire. Poit-au-Frincp. l7Jntiejr /9'25 U U. TU IMPIDN, /kgfjnt Gr.6ra!, NOTICE \ Tlii:is lo advise lhat on and ;fi,, .' : .i uaiy "J2, 1^25, and ,'ti i p i y :>li*rnee in ihe Unis on i'av Mr J. II. i \\f A, hi b an appoint. VMirffC n* i il Agent, at.l ; gi !wi'l irnnaaet %  I 1 hu*i 0 | |i, leresl of th^ Con* pair, ur.UadirUcd lo the couy. roi l auPii et, J?i u. -iv 17ih V.-'J.;i O, B THOMSON. General Agent. ne c i %  V r AVIS N ilr ( "H. i I0C, iP\ h i i i i : I I I i Il r jeu lit ;> i \', i : n S ci M c li ii •• i n rjBu h ni a li i M i %  I |>o ir l< i in lis tla ou J i vi i 1.1 i du le Di %  i i i ra u e d ii l i i du l'< j I • %  p e. tli r du i l ' c Ile | en oral %  i n %  U n pli a i' 'i 1 lantd D'o uuu 1 1 ri i e B 2 I i • i >' Dr i. v i I V iv I'. fi M i ieur E1 mo i La : i (I \ i v Doml lis 'n J; i h i le%  i : U foi; p 'ic e M i mu i es nl le itmA eto p t i ut le pi s -u uv nir. No, v iis boi.hu nou/ IUX BQ Le soussign, Miekel iiorlsoi, mi ..i pour un Umps jndli iii.ii , avise le publia e i i i i LI le cnii'.mi ree eu | art "nier que ses fieras et a-oiis, Uominique Gieidiia el I i, i;ii rdai'i.reslenl seuls rhar '.('ciinl't'ls et auioil la ia ,.ti IL sociale. M h UIORDAM S. C 8 p i; l'un, I iO Uambie It aaa^BBSSMaBVajBBK : auront l St Crai* Li '. lu ant Si C.rardsBei An r i n Su 1 )^8 i ;fs du Joir 1 T.n-.p 'm f ce !•. Maditl au | i blie inl dab i.. I il '.i i li l'rcvime peer s ii' -sKs plusdliiib il les plus illiiles. i m i'.e i ru! e — piopreU, pi mi lltnde| v e v us • difieia plaise I !.i d. ii„nde.'\UiullstBMlt ti.v in % t domicile, l'iii n u li iedtli.iiil loule^ss, urience. l'roprilairi', C. UEHNARD en c li Uou i Par n Batree g'no b ra & de s dii ppenl. 1)1 .s i .Nuld, u. I t l |u li il i s I I I !.. un i iV. qu %  i I 't u. D) o i u. i UJHIII I. i i > %  %  p • A via ii e 'I i \ % 1 [UlDOJiJI ils d ce a i, ii i i s m d i i i %  qu ne s a ml i d "> v i||y ; ne •'•' ce petit Tail pour qu il j i 't le suite re D %  > % %  r t dim i u" Pou cie e p u i [ic li n n fiiS'. (enirtl ,, ii C J tairai o i | M u • i | i -0.1 d gapi ige : u n .i ul i qu: Il I ; | i , I i h la us c ItiiB quarliei i i Ville. m I i .c ire ii pntb ai l- abo raig i ni i rduire le ir asage l u %  i 1 LViUTI N I rap M ui une o I traie que plOCi i elle ne p--1 nie .li i ton iiamen, lent qu i n a n Cu i '' p 1I II %  •" •• ,; rappoita a • J' urna oli %  I Q outre qu e i i| lasfcru.il i onn !,, orct'i anti i "• I ' ,l t „ | | i inu U.. c s rclam .u i devant [aire l'objet de s i en loutaequ l al impartialit. %  i pour an. lu K a ^ Ce II est requi |u -oit di.tleiii'i i ...t bai et du bci v Itydrau me, La Dire* on I n ui —. M %  i. i %  —^* Hem ts si me > ie tse .. e, i i .; . i I M .. • rs entant", i lire %  t cette i i on puis la i %  i > .ii' i e i i .i. • avaient .! 0 1 I i t 00,0 0 -.' du 0 M' Ulllll t : .il .1-11 't.. ll II I p i de ' %  %  m t i . i i |. aima .s i et la I lance h i r !..l0 Ai ', onclnt ie Bu.l i au %  ; Il •! I li il c o i vue r t ira. Le Public (Ft pi \ nu qu en vertu de l'accord provisoire inlerUg inl.. r n. .,,. m ...: ii. . > i ni,,,' % %  el le l'.otiseil d'adm^P lion %  • i mpagi ie les Ibemina de ici de la ruine du Cul dej %  Horaire les ii dns oui lea£ligoea de la Plaine du Cul de Bae, M g ii". tl Bu o n iarretour, est ainsi mod li cl ^era appliques tir du Lundi -" j n?i r cour i %  HORAIRE Sac 1 Di M: i!Ste \lin. Lgumes y^ m ii t>u trouvera oUo/. I i ^c. .lean t Larles, 'tior ton ie.uixifcj, de toutes sur ton *Jt;de ui cm.i niiotx. Du; No.', > > 11 uuAOu, uibnd'iv, Mr el Mme i dore et et leurs enl r el .d .ni De.eaet i.uieeBl'ao i oi ,i el .1 sai i les 8Ull^^ U le.. > • 'Te %  bli' i d an Prince leur regrttt de aor diale BJB •ail', lu ET • m I ... 2." .. 4 i %  %  • I Uet e et %  l Igni P du Cm i. n ,. I s Pi gei 1re cl .sse M ron di et \ D r 'i : P ; rt de 1 %  ie .iu .Non) 7 b 30 a. m. A \, . 10 b. 00 a. m. I ,i n l'Etang : b. 00 p m \ Arri ire du Soi B h, 30 p. m. |n< d< i .j ma i \. i .Kl jowa.j . i, gre :i :J, i pail %  %  b. 0 a. m. Ai No il li .'.o a, m.'j i Lan du .M %  -1 i h. ;iu n. m. %  \rritee i. l. un < h. 00 a. m a.l 12 h 00 p. m. Ai ll h, i.-> p. m. a l i i i K Ma I b 00 p. m.. III MU il I II ;."i p. m. OMuTIVtil Llgn i Cul da Sac tme c] Verdi, Je idi al Samedi D pa i l I ing i b. a. m. Ainvc i Gai In Nord 6 b. 00 a. ra. D| 'i de <> i i Nord I b. 80 p. m. Arrive k l'Etat s b. ;HJ p. m '• -itSj" %  L me Ti gra '.me clasie. JBI I A %  7 h. li a. m10 li. 30 a. m. 'i h 00p. m; Vin 30 p m. .l'oit uu Prince, le l'j jantiei 19 La Dirtclio



PAGE 1

_ LE MATIN \ %  Cooirbiaa Si 4jp C^paoy Inc. r s*l*J Kf^** s^* • % % %  %  %  %  s^a-a fer %  •t'U ^ 9 %  \j\ UlOo Mtellse Ih i 1 Pr< fwit j \ ii i Plioim!l • Une : • p : BAZAR ftETfiopoLiTAm Chocolats JM_ i r iicri au L VrRiCtet B. Sjour .gPOue a )0llife ( Jg re berchrte. analyses pr4?uw s 'SVI. %  i.e MBII .. Baction de nboBlti %  BSfffSS r art -itxres ical* ^mfnce rufeil 1 coolenaoe de s d. hidetor r ni I • S un Hr i M i „, M. Ulio Malb. ,h, %  ^— Loi meiile is Cigares saal ceux de UJ.y.Ma.ida j Ed.Estve 8 ; „ ^'^' i 5 i i fi [i .J-H'CEDAY' • ,fl [' ' '!•• rvoir car ,l s dern,e ni dt rrinoe et d-A rique lei articles suivants: Bonbons pari l ivre !' r,; c "' ' • aator • P" r. .I..l.,ns • lia lit -, tbo i" .%  I libaicl de llol Joua !e 8 io cl 30 dt rtq 0 •, lt maison raoU de S t,, i„ [oaala 0 faod | „ .,,,,_ JJ on e..ouvre et vous sorltr s oodrich ?, i mtH ifoti* ie UirtL des fBCQte Qatn Ytu^acbtttz un Silve \' own tora vous, voo^ptrgB 5 la peine du^ir^vaii..;^'. B Toujours' le iuui€,( iii ei t JaLhq li avec uu liiaifieMiira'cluueuii 1 H'uuvrts fccijjuee, voua pouvez voui le procurer dan. louita lei u>uieiiioo8. Maxwell and Mohr aa ^riaco^Caki le -* *x (|ra tels Hjisius O ^ N N Y CORDASCO No 310 Hue (1 s Fro ito orU,i !' ornas \Ja.i i<''i ,! < pins chic pour les trennes qu'una machin k coudre 'fait". cttuy. LE: BOSSE i& Co agences— Rtprs iitdttanft P01tT-Al\PRl CE Agents gnraux de : Heeker Joues J^rl M s llixag iSk €• NEW-YOHK Jarinns llu^a an O 0 | .. %  \H fixag e stc Tlie Hom II.MIMI.CB Company NEW-YORK Afsuranm contre linctiiaie Diamond laUh Co A llumettes < Snfs Firme" D. ?, Riiblwr xpail | 01 i no y Pneus u Royal Cord" AonMsrs IVort^ Clis F. l.Ot'.MfH li S"" Poissons sii^sfntsns (|enrcs Maniilut ttiri'c lik Ins'e\ Assuranoc sur la vis, Gniilioii Trres \ • VllW vS; hnmpafrne Hordenux S — i % %  ii^*r > Quulit pidlt U A i l>Miinn.li,j. t r c g lion i. i-dirf.Ur '....'mardi *>' ltaa 't. / .* co fitiillH d rleApoloa x *\\. HttTni-.i coiMNiUi,; | < io Danois, li o nago rt enn %  rvss airmoetiresi. W. s :. i., (an Tnliacs jaunt et no'i ii.'l .i.i'.il.l!.: Sans lilviii i;iart* • Chentttalcr louvoie cUdensi >-^ia>i *~&^V4*>&Jb? i %&*>*-*fr*1 Jt DO F 0 ..\ %  P L 1T NDENSE r C? JL %  -*M ^ LE PLUS RICHECN CREME [ff LtXS 5UvaC ^ L f PriiiTtii-Ajgjrhak



PAGE 1

Lfc M .LiX f Y < i II %  i 'i i Rhum Nectar et A. Acr i Ch* N Gœljens 1140, RM do Magaftiii .'Sti 417 Ro BOOM FM. 8*0, R* Covrff. A tt^G w <*• Voi mari c H \irtWMTOUi isvenalse derteeeet derealre Jori N. A. il ; b \ La maison H. Balloni Fils Sise Rue Houx, 120 Pr le dpt de Rhum Ville joint Port-au-Prince A l'h •utibui de porter la sonoaieeance de ta nombreuse i a*leote ebenlate que sea rayons ae renouvellent eonetamment en ils* inar lia* ieea le sremiei^eboix et au gotV dliant de la clientle. THLLKi ulk Armure n glaee, ooilleuses, miroirs de toute • dirnen %  Win--, un mwr u.wnt •• laplet de tableaux en s'\le vari i o ,r alon et Mlle iUHiiB! ,e!ihi-tt dodineu de Vienne, chaises et dodine ara'rl •aine*, ebai ti^leUes j.--ir enfanta, a-petite pour saloc M •*..* dimsoiions, MI M que dosantes de lit, grands et petit* lit* aa fer et en euivre ( style dilfraiit ), mou*'i<]..Hire-<, mivice lavabo MI UT maill et en porce'aine il comp el lav.bo, Us d> eamp, rendais. service dinar, aseielt-s taiaea i eaf 1 a lait un poioeUloe, un MMr • %  util de lampea 4 pftruie et a gtselioa ( ily e IdT.'r.-nt>, beretaui an Wr tl en boia pour entants,un assortiment complet et vaii de Llbabte •* loiila beaut. uadeaux le Kiitnailles, de Mariage et d 11 ip'met Ce derniers artitlee lurtoul n passent <'e tm'e rt< lame-, car ls %  • %  MI peut ae rjouir de les \o r 1 • ru %  M 1 r chacune de ces trois bas r vu ses oesteions par les plus aises comme par las plua humble, preuve irrfutable qu ils ',< m la joie dsa ikhes en mme Umps qui! sont la ports des moins fortuns. Voue trouverez aussi les fameux clmpenui feutre et pailla • R mlino", chapeau au paille et tm laine, fo m % %  de • hpsaux piur dam s 'bel assortiment", SasailSS JM ts et b'anea ] artistes n n st M i - ) fur sla. cravates, chemines Mauchfl et coulenr, ehaneeettes frsniisM et amri aines,rlnu MIIX m Ion, si liera pour h tnmes, datnea et enfsnM. Artislee de vojHge, tels que m %  %  u ellttleset vllie, smbleres: Aut'iinobilss et Tlocpf: le p ur finis ( ite looUl grandeurs), lmpermables pour homimes, ( H lie e lopMeur ), ou i ts, ports-fsnillei pour hommes, pore trsors et -ne a main pour dam", paifsm sris Hon binant, oouvsrts, couteaux de i rVa, diago n£jp !" fl!J M'tWano H roaaaar. ompoiia de caalmbr pour na SUOIBBr*ai P'WllU^. Bonneterie Gksniaaa de |>u r et de nuit, au qout des •*•• — C-le al iiianstaettes. derttirs orAatieaa. — Oalafei •t PyJ ms G ttem ionconsti u u ie i'iv.ovmikm en te aaar a'Anatetana et asama .^•aiM--***^*** -11 „, d. bun Co, WCMSI ds *• ; premier hait, q W ""**> l'.iii est non • %  * • •''afpiit'ie? j^piiLatesebas a maison H.SILVER li et le meilleur accueil sert rensrv h tout eM etreot par une vlaite eire d44Ua ter bm travaux fourni". Tout eiatume ooa nnii st (|sti ne rpaSA l goflt dm eliesit est repaie. On peale BraiaoAbsv, anfrnbs, eemegned a klallai !de uaa f f „ M ui n'ont P easaws s' c ;r..beau ^i*-i"r 1ns rliti ont trament de toele beeis Jiluretros prix dfi, nt ton. conca..t. ilrpe le CJ.ne couleu -a Q8B0rt,ei 4. • exlraaep Iie r --. -^n ;23a^as**-' marec lin a "'—.,, _, •! w eaux peurr bas.eteieme a earrsam S arUi 8. B !" wn ptdal C Go. Jeansme&ro et itsee I A(jnts Grand Hlei de Franc featOea eicspQonosUo, au centra dea alla'r s, proiuauia de tentes le Banquet, da la deaane et de toatrs les Agaaeea da hataaus. aaaaayMeineuts et tacihlea pour voyajes? an aab>rjtokile dan toates les parties da U Hpeliq te dlnru' et de la rpublii(ue dooiinicaina. kkambrei eonlortablr at surtout trav propres, m tailleurs dans les lut mares la demanda dea fa eeeaairat. Cui*ine tranuaiei trs soigne) et d# fiant farines. D(tna tUu vigiter {** m g inn de f Htel : Visse des moUlears crus de Bordeaux, nss. damajanaei, gallons et par boulai bas Vins de o lites u voua tnia-reter, le cel, pjtir lea qtialilca el pour l'Are VINS 1/ll'Ai.li; A 1) UsiPAGNK VIN DE noUKGOGNb: (Mnes et rougra I t Krenanta ^ ( Pommard mousseux, g |i Amdrieaia ) La plua flraul anaivrtluiont de l.l araser, Cognac estes, wlnkle, etc. Aatalutlie Pernod, Am.r Pi son, Veraueutlse CDNSKUVKS Iranalsea et Hinarlralnes freieheaneet arrivera. CIUARBS fie Cuba, Anrova at Habaiieve. Cl ARaT riiS de totifas lee)!abe>i r ir.ii p. in Hommes: Fata col, Otavales, irstellas, Cheaiir ds aeia, Jsi tel V, sta. I ou aibsiei po| micerie et Liugsris.— Coe eaas suprieuis. BOU Aii>>S KN Tl 1 K ak\NHC8 t H. . h na pair |>bunaeots. Aimi' n lalieu LiquMe : Liquasrs, Cognac, Vtas, CtieBS^iiaae aathen ,ae tulles en ssoulikoLC et l'onpee.— .!< %  <•* dtv, ra Accl d Ipaj m et de Glaubert, bceoBs en 9ro, Sevone aetise|>ti^> | u Ua quaiik s. tassait),essences psar sbious.'iquaun et CenKseaie.Cokranla raterai. Meus avona rsss le Vsllabls Tb dsa Alice, Ksaelltnl dpirratil Produite ailaeud, TVehres, Papisre timeNs, Tuabera moblbs. EN ^r.n.K igtrattss tnvil, Articles de Mode en aVaa. Prit onsVihm Pass^e-noMS roir, nos prix sont a?Antageux* F. I avelauet el Cie aarrea" x Soirie A car eaux p Tricotine la soie a barre lUtlne voile a evrre ux Vollaanleae brod Crpon franais barrea et a Diagonal noir rup Casimir ;ng'ais no veau' fi-rgn bleir an liais suprieur Paatmbsarta ang aie le toutes baaaw Alpaga n 'r suprieur %  tlil t'.tiine pour taillturi Kaki blea suprieur Kasl latine anglais nu~rieur Ituok union b'anc anu-ate "noaTaaats" Drlll un -m bla-o anfllalt fil Tin o Japonais r our ht misa homme lleps de soie A barrea couleur pour ehe mes et robos nouveaut. Hapt'ate ilne pour chemise Pereale Une pour lingerio Talloot peroale pour M Zphyr anolai' pour cben (sas %g entra aee Organdi suiaai ut lit con'earj llaa A jours dcml-ania Chaussettes oosaises nour ea'aata Irmih Frisky, dtr .l^renoeYeaatl Poplin A fleura ) oar robee Tiieerf blano Cimhrie blanc Votlaa oou'er j\ barre Shirting b'ano suprieur Bas de-.tv\l. s Ras soir brade Bas lil brod [.niions 4 • Pivert*Ta!le i our premli>ra Co-i muaios Couvertures blanohe et ooulear asxpeaiaur Handea brodea Madera povr e''emsasva et lurel Voile blnnc barres et A meaehes lisons blanchi. Oahardinfi blanohe A barrasfat amie i'r'pon banc et oouletir A )aara Yolie liane et eou*eur uni ( kem'sattes alemandea aaprlear Brabnnt noir anglais Imitation toile orun Sers-lattes de toilettes blanihea A aauleur damasses b'anehea peur familles Nappe oouleurs Petltea serviettes blanohae damassVee Oraandi blanc, Y ooulaur A barrea et eear la nage eoulrur anglais aup, pour lape* Madras A barr*s de suie pour aeasssseea A ne Sa' i natte Foulard |,our rob< a Petsmes franfals A amariealna Mollsteas b'anai eoulenre aaa I Poplin


PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE IMPRIMEUR Clment Magioire BOIS VKNA 13i8, Uu. Aaarioaiae NUMERO 5Q CENTIMES Quotidien TLPHONE M* 24a Oo ne uetn faire ua pis daas cette toeit vermoulue, sens que'Jea impeslures et t d ei mensoagea ne se mettent courir seas vos pieds, comme ees rat aot duieol ^devant voit quand vous \eus promette* daue les taagasuu de # dcora de^(judl(|ut tf vittux thtre. M., OruuMit l^me ANNEE N 5414 POM-AU-t 1MNCB (MATH ) VENDHillM JVNVIER as .%  Noire rponse m Prcisions du Temps Nouvelle GfrangArog Notre confrre 1S,TEMPS e* voulant prouver foule l'utilit patriotique de l'entrevue de son directeur avec le Haut Coromiswre, a. en manire de rectification, repria les considrations que nous avons publies ea propos, et fait ce qu'il dit tre une mise au point. Il semble que le TEMPS a t trs heureux de] l'occasion qui lui a t offerte pour annoncer rends tracas qu'il entretient excellentes relations avec l'a m bassadeur amricain dont il loue la grande politesse oinsi ue la courtoisie, et qui sou irecteur demandera une entrevue chaque fois qu'il s'agira de eonnallre l'opinion du reprsentant de Washington sur une question d'ordie national passionnant le public. Voil donc le TKMPS campant aujourd'hui son dircc'enr comme dfenseur du peuple hatien ?.. Mais contre qui vatil le dfendre.ee peuplent quel ?.? ye 5 e "Pjpiera-t-il pour le dfendre? C'est l que te prsente le spectacle trange, qu'obissant au mot d'ordre des assoiffs du Pouvoir, la premire dmarche aura t faite auprs du reprsentant du Pouvoir amricain. Quelle est doue cette logique qui veut que pour toutes les question* d'ordre intrieur, que pour les cas ne pou % ent relerar que de notre jm se, on essaye de faire in'erva nir cett force dont on critique parfois si inopportunment la •ooprslion. Ce qui est l'entire vrit c'est S ue la dmarche du directeur u TBMPS est demeure infructueuse pare qu'intempestive, et le silence daflaut Commissaire I a surabondamment prouv En admettant d'ailleurs luti ht de cette entrevue.nous main tenons que le directeur du IBMPS na pas l'autorit morale suffisante pour entreprendre u i, d ,a ,eu,e initiative une telle dmarche, comme nous soutenons galement qu'il n 'a pss I autorit morale ncessaire jour se dresser aujou d'Iiui en oefcnseur de ca pauvre peuple. elorsquiln3 s'agit qu3 d'assouvir certaines convoitises. Quelque set des que soient les manœuvres employes contre naus, nous demeu erons l'obstacle infranchissable, car toutes '"'•Mue sous eouleui d'indpendance et de patriotisme, J essaiera de jeter la poudre •us yeux des uns et des autres, nous serons l comme la senti i V a n i e pour %  * lre I ...M .de envieux ne peut atteindre d'une faon profonde lue 1er timides qui ne sont pss encore cuirasss contre le pan ttuflUa.e hajiea. Mais quand 2;A*u**ltiIeideuradee ceulous de conscience, on s'en ta tout seul sur les routes laant les vrits avec au coin des lvres un sourire plein de navrance et de mpris.' •Nous avons jur de faire une jruerre sans trve ni merci aux lches, aux hypocrites et aux fourbes, qui n'ayant le courage de courir aucun dangtf, accomplissent une besogne anti-nationale en tourmentant l'esprit de ce peuple par des crits pleins de fiel, imprgns du bolchvisvisme le plus outr, l'incitant un retour vers les orgies macabres de ce pass infime.. Mais le TKMPS ne s'est pas content de fournir des prcisions relativement l'entrevue en question, il a fait d'une pierre deux coups en s'attaquant notre journal lui mmo. C'est ainsi qu'ilnous a ac us d'avoir pris en l'oceurrence une attitude commande et qu'il afflrm plue loin n'avoir rien de ces serviteurs gages qui sont simple ment chargs de r fller la pense de leurs matres et qui sont pays, non seulement paur ua pas critiquer, mais pour chanter les louanges du patron et invectiver les adversaire, remplissant du reste cette doub'e besogne avec un dgoii i nvou de leur rOle abj ;et. dont aeus serieaa 1s sympathie. No %  dfendons encore M Borneparcs qu'avec lui nous dfe.v dois ii mme temps la socit et 1a famille haitienne, menac? dans ai qu'elles ont A* plus saer at de qualque orguail de mesura dont on noua accuse de faire montre, il ti! aartain que lorsque noua par'on s, nom na sommes que le porte-voix d'une majorit qui n'a jamais cass da nous entourer da aas attention et qui ns nouj a jamais refus sa confiance, A quelque poque que neus vivions le ""dit dont noua avons toujours joui auprs du peupla restera tel, ou se forti liera davantage,car nous n'avons jamais perdu I occasion de lui marquer notre invariable attachement. Toutes les fois donc qu il s'agira de revendications, noua au roos l'autorit indiscutable pour les faire valoir, ne pouvant nous xp. sera au. un dsaveu. En vrit LK TIMPS a eu raison de pruiser, car jamais I J rle fe ces serviteurs gages auxquels il Alt allusion n'aura t mieux di fini, et une oonceptien eewsl ad quate ne peut tre que le rsultat n.efC 'ongue pratique dans cet art difficile de rellter la pense des autres. L'assurance que nous donne Le Taure neus fait croira que ce sont l des services rmunra leurs, et tout fait penser que l.a vieux souvenirs du directeur du TEMPS doivent saoa cesse hanter son esprit, et que souvent il d >it lui arriver de regretter cette retraite qui lui art impo e... e qui menace de durer. Mais que voulez vous, la roi's de la fortune e t capricieuse et les blaaphmes et les imprcations ne peuvent rien contre-elle. Quant nous, nous n-avons jamais cherch avoir quels sont les contrats de pub ieit qui lient nos confrres, ni quels sont leur moyens d'existence et quelle source s'alimente leur caisse. Cela ne nous intresse nu le"lent et les rdacteurs du TIMPS qui, tous, eu peu prs, ont t les collaborateurs du MATIM savent que nous p>uvoas vivre de nos seules ressources. En prenant position dans les dbats comme noue l'avons fait, nous avons agi de notre propre mouvement, sans que noua ayooa eu recours au pralable aucune consultation, obissant simplesnea! aux traditions de notre maison qui veulent qua nous ne nous cartions jamais des principes d ordre et de disciplina aans lesquelles toute oeuvra est voue la faillite. M. Borno est notre ami, il ," urtil lr notre matre. Noua le drendons contre des attaque qui se rvlent injustes, mchantes, contre les calomnies et les perfidies tout comme nous surions dtendu ua autre ami Observateur attrist des vilenies, des contorsions, des hypociisies de ceux l qui se • ont dresss contre nous, clamant leurs vertu en des attitudes outrancirea, fai-ant la morale et distribuant des brevet, draps dans un manteau d'austrit aux coulears nationales, f.isant leur petit Oessalinee, reniant leur pass de jouisseur* et de sybarites dont la Princesse fai•ait tous les frais et scandalisant par leur cynisme cous qui n'igno. rent ries dea choes d hier, nous avons voulu cependant trouver des circonstances attnuantes ces eai tranges. Car enfin, on ne p ut c foi t manquer de m m .i e et jeter l'insulte A ceux qui, p*r leur Ci d ..te e! leur Iyaut5 d iverit I honneur d'tre classe en bonne place dans la profession en huant semb ant de ne pas savoir que nous ne dpendons que de nous mmes et ne relevons que de notre conscience quand nous croyons de notie d.voir de dtendre le Prhldent Itorno contre les a lu slons, les criailleries, les mens, n • ges des ngociateurs malluur.s-.ji de 1921 Indfinitivj nous sonmes prsque tents de n'en vouloir personne, car nous devinons quels tats d' ns d.vers doivent vivre Ses messieurs impititnta de reprendre le pouvoir, s .ns lequel i's se sentent dsempars. Et ce propos notre sentiment se fortifie de celui qne Mai Nordau, envisa gant cette catgorie d humanit qui est de tous les milieux, a exprim dans les lignes que nous reproduisons : a Le dgnr, dil-il, est incapable de s'adapter des conditions donnes .. Il se rvolte contre des tats de choses et dea manires di voir qui doivent ncessairement lui tre importuna, ne f..(-ee aie parce qu'ila lui imposent 'a devoir d exercer de l'empire surlui mme, ce A quoi il est impuissant de p r a dtuM organique de sa volont. Cest ainsi qu'il se met en devoir d'amliorer le monde .. Ne seed ce point les carastris tiques de ce n al que nous avons dnonc p'ua d'ans fois, et qui menace de gagner du terrain. Laissons donc LE Traies ses maniris car il y a souvent une grande volupt savoir fa cause de c rtains pslriotismes. Ifon, cir nous oe mus tuttnim point sialeoeit parce qoa je ni nis pas leur 'plaa ni ani la %  l'eii. Maiaria avait fort souvent des repirli s, en vrit, aimirable. t'a jour, c'tait l'poque des libelles et des pamphlets contre astucieux ministre, un conrtisan lui demanda si cette opposition qu'on faisait h sa politique ne lincuitait point M s'il n'en gardait pas ran une ceux qui en taient les ;iu( urs. Ma/aria secoua la tte en souriant : — Non, dit il, car eux et moi, nous ue nous entendons point, seulement parce que je ne sais pas Isar place ni eux lu mienne . I petit lire nerveux aeco a oui son corps; le rouge de sa calotte clats plus ei.core sous la lumire des lustres et il ajouta : — • Et si j'tais leur place peut rire ferais je comme eux !. Cependant Lieu nie garde i'. Inn g"' la nrenne contre la 'eur .• le cros fort qu'tn dfinitive, est ia la dfinition de toutes lea 0 positions politiques. Ah! Ma/arn, coTime tu .connaissais lea hommes Fear Cad) lo 1 la (omission germau amricaine des \. clainati'ifia WASHINGTON/^commission ermano amricaine des r clamations a devant elle environ 5000 demande solutionner for mant un total de pra de 081 mil lions de dollars. Le chiffre total des ro'clamatiou8taitdel2.4l6 I0i5 d entre elles ont t rsolues mo yennanlle paiement deB5.tMS.e63 dollars. A la faaabra Fraifliui les dtaeus^ions relativee au rlaMiseement des %  relations arec la'Ruaiie et le retrait ddfteitil de IMmbasaade du fatiean •nt &f t' lakorieusee t'A MISLa chambre a discut hier pendant quatre hcurei les qusstioas de la reprise des rets hnna IIIVTAIIIBIOI.... .._._ 1_ fa.. .*. Poufqiaoi les Etats-Unis ont particip • la conlrune des ministres des fioauces allis liiez chez Paul E. Amila Todjours^en tte de la mode et soueieux de pr* •enter le premier sa fidle clientle les tontes dernires nouveauts, soit en Crtes de soie, Souli s do lux". |ra?tl<, linP'*aux, tic, la Maison Paul EAuxil.i possde, en'ee moinrtni/un superlie atffaor liment. WASHINGTON Avei Qneations d'intrt gnral. Le Prsident, Abel .N LEGFR MUTILAIT D Cet apr.'-s midi sont attendus six destroyers faisant partie de l'esca dre amricaine excutant dea manrruvres dans les eaux kaitiennas D'aprs les renaeigacmeats que nous avons eus, la facult sera laisse une grande partie de Ir*qu:riigc ds dbarquer. Ltf mits repsrtirnnl probable meut samedi aprs midi. Piriui friQihimiQt Au cours des ceaMveneeel pro coneeapar le Dr Nabih Releino, La Socit l'oit au Princlenue a A\t vraimaul admirable et d'uue di>tii ction paifaile. Nos jeune g'ns autant que Ira jeune alls et les dames rfveHs rrnt de t h.w et d'lp inc. Cette petite note pourrait r gnraliser si tous indistinctement, rcus voulions nous constituer lee clients ftdlee de Kavrs IMMMI qui reoivent par chaque bateau dea marchandises de tonte beeut. Tout viaitear et eehetear e< toujours sr de pouvoir s'habiller suivant les dtanien cris de la mode. Efforcei vous d-*tre toujours le premier visiter lea nouveauts de Kawas R, lissait U territoire neutre de la Suisse Lee premirea dispositions de !a mobi lisation nationale furent prie* dans le but de repousser l'eg • a sioopenlantquedef. ordres taient donne la polie., .les viliageu voisins de l'invasion Cern* p M r 300 miliciens, le neuf u.arocaira se rendirent de bon gr ft kfoff mrent les autorits que sou iraui du froid dans leurs caeerres da Strasbourg, ils a-vaieni r> m le pian de retourner au Maroc a sied. Interroge sur le port de leurs armes, ils manifestrent qu' un bon marocain n'abandonne ja mais ses armes pour voyager. Kiu/elleiDtTirm PVRISUn. vague de (roid faisant suite l'intense brouillard se fait sentir dans le nord et la eenlre de la Franse. LLUMgOlJHvlU cabinet luxembourgeois a remis sa dmis s.or. k la rende Duchesse qui rserv sa dcisi >u sur son neseo U'.IOB K hmi % •• C'est trange, e v'ril comme nous changeons avec lgre ., formes soc aies souvent fort bon nsi eontre celles souvent fort mau vaises des Etjaugers. Serions nous donc rellement, ermme l'a dit un jour je ne sais plus euel critique acerbe, un peuple dniants ou de.. '.— Nor, dcidment le mot est trop fort. It rien n'est plus dplorable, savez veut, que cette adaptation sati'.e, dsinvolte dea merurs, ds coutumes et des formes sociales exotiques qui n'ont paa t la bise de notre dusatlou. E les ba rblent grotesquaaeat aotre cens tere et finiront par le rendre pareil au plus hurlexque habit d'Arle. qui'. Elles faut de noas I utiles si car. ux suj.U d'etprimeuU. troh pour le* spcialistes da U grands duetriae derwiuieene. Ces temps ci. 'e mal. t i svit A l'tat pidmiqu. ,-ii vous plait,— eeusiste copier rau>ur coutumes, expression de Isegagei costumes des amricains, des yen keea. Appelons donc ce nouveau mal: la Yaakeemanie Elle noua eseerSis, nes agrifle, |t|Bt ,hequs Jour, du terrain. Elle troute autour de roua lestement peut -r* mais se estent semme mare montante 'a mrr ato; r du rcif isol qa'elle rarouvrirs bisnt' tes lymriiass eu terrible mat sboad.ai : I n'y a qu' couter ou regirder autour e sel. ,i


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06335
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, January 23, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06335

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
IMPRIMEUR
Clment Magioire
BOIS VKNA
13i8, Uu. Aaarioaiae
NUMERO 5Q CENTIMES
Quotidien
TLPHONE M* 24a
Oo ne uetn faire ua pis daas
cette toeit vermoulue, sens
que'- Jea impeslures et tdei
mensoagea ne se mettent
courir seas vos pieds, comme
ees rat aot duieol ^devant
voit quand vous \eus prome-
tte* daue les taagasuu de#d-
cora de^(judl(|uttfvittux thtre.
M., OruuMit
l^me ANNEE N 5414
POM-AU-t 1MNCB (MATH )
VENDHillM JVNVIER as .-
Noire rponse m Prcisions du Temps "
Nouvelle GfrangArog
Notre confrre 1s,Temps e*
voulant prouver foule l'utilit
patriotique de l'entrevue de son
directeur avec le Haut Coromis-
wre, a. en manire de rectifi-
cation, repria les considrations
que nous avons publies ea
propos, et fait ce qu'il dit tre
une mise au point.
Il semble que le Temps a t
trs heureux de] l'occasion qui
lui a t offerte pour annoncer
rends tracas qu'il entretient
excellentes relations avec l'a m
bassadeur amricain dont il
loue la grande politesse oinsi
ue la courtoisie, et qui sou
irecteur demandera une entre-
vue chaque fois qu'il s'agira de
eonnallre l'opinion du reprsen-
tant de Washington sur une
question d'ordie national pas-
sionnant le public.
Voil donc le Tkmps cam-
pant aujourd'hui son dircc'enr
comme dfenseur du peuple
hatien ?.. Mais contre qui va-
til le dfendre.ee peuplent quel
?.?ye5 e"Pjpiera-t-il pour le
dfendre? C'est l que te pr-
sente le spectacle trange, qu'o-
bissant au mot d'ordre des as-
soiffs du Pouvoir, la premire
dmarche aura t faite auprs
du reprsentant du Pouvoir
amricain. Quelle est doue cette
logique qui veut que pour tou-
tes les question* d'ordre int-
rieur, que pour les cas ne pou
?ent relerar que de notre jm
se, on essaye de faire in'erva
nir cett force dont on critique
parfois si inopportunment la
ooprslion.
Ce qui est l'entire vrit c'est
Sue la dmarche du directeur
u Tbmps est demeure infruc-
tueuse pare qu'intempestive, et
le silence daflaut Commissaire
I a surabondamment prouv
En admettant d'ailleurs luti
ht de cette entrevue.nous main
tenons que le directeur du
Ibmps na pas l'autorit morale
suffisante pour entreprendre
u i,d* ,a ,eu,e initiative une
telle dmarche, comme nous
soutenons galement qu'il n'a
pss I autorit morale ncessaire
jour se dresser aujou d'Iiui en
oefcnseur de ca pauvre peuple.
elorsquiln3 s'agit qu3 d'assou-
vir certaines convoitises. Quel-
que set des que soient les ma-
nuvres employes contre
naus, nous demeu erons l'obs-
tacle infranchissable, car toutes
'"'Mue sous eouleui d'in-
dpendance et de patriotisme,
J essaiera de jeter la poudre
us yeux des uns et des autres,
nous serons l comme la senti -
i Va,nie pour * lre I
...M .de envieux ne peut
atteindre d'une faon profonde
lue 1er timides qui ne sont pss
encore cuirasss contre le pan
ttuflUa.e hajiea. Mais quand
2;A*u**ltiIeideuradee
ceulous de conscience, on s'en
ta tout seul sur les routes la-
ant les vrits avec au coin des
lvres un sourire plein de na-
vrance et de mpris.'
Nous avons jur de faire une
jruerre sans trve ni merci aux
lches, aux hypocrites et aux
fourbes, qui n'ayant le courage
de courir aucun dangtf, accom-
plissent une besogne anti-natio-
nale en tourmentant l'esprit de
ce peuple par des crits pleins
de fiel, imprgns du bolchvis-
visme le plus outr, l'incitant
un retour vers les orgies maca-
bres de ce pass infime..
Mais le Tkmps ne s'est pas
content de fournir des prci-
sions relativement l'entrevue
en question, il a fait d'une pierre
deux coups en s'attaquant
notre journal lui mmo. C'est
ainsi qu'ilnous a ac us d'avoir
pris en l'oceurrence une attitu-
de commande et qu'il afflrm
plue loin n'avoir rien de ces ser-
viteurs gages qui sont simple
ment chargs de r fller la pen-
se de leurs matres et qui sont
pays, non seulement paur ua
pas critiquer, mais pour chan-
ter les louanges du patron et
invectiver les adversaire, rem-
plissant du reste cette doub'e
besogne avec un dgoii i n-
vou de leur rOle abj ;et.
dont aeus serieaa 1s sympathie.
No dfendons encore M Borne-
parcs qu'avec lui nous dfe.v
dois ii mme temps la socit
et 1a famille haitienne, menac?
dans ai qu'elles ont A* plus saer
at de qualque orguail de mesura
dont on noua accuse de faire mon-
tre, il ti! aartain que lorsque noua
par'on s, nom na sommes que le
porte-voix d'une majorit qui n'a
jamais cass da nous entourer da
aas attention et qui ns nouj a
jamais refus sa confiance, A quel-
que poque que neus vivions le
""dit dont noua avons toujours
joui auprs du peupla restera tel,
ou se fortiliera davantage,car nous
n'avons jamais perdu I occasion de
lui marquer notre invariable atta-
chement. Toutes les fois donc qu il
s'agira de revendications, noua au
roos l'autorit indiscutable pour
les faire valoir, ne pouvant nous
' xp. sera au. un dsaveu.
En vrit Lk Timps a eu raison
de pruiser, car jamais I j rle fe
ces serviteurs gages auxquels il
Alt allusion n'aura t mieux di
fini, et une oonceptien eewsl ad
quate ne peut tre que le rsultat
n.efC 'ongue pratique dans cet art
difficile de rellter la pense des
autres. L'assurance que nous don-
ne Le Taure neus fait croira que
ce sont l des services rmunra
leurs, et tout fait penser que l.a
vieux souvenirs du directeur du
Temps doivent saoa cesse hanter
son esprit, et que souvent il d >it
lui arriver de regretter cette re-
traite qui lui art impo e... e qui
menace de durer. Mais que vou-
lez vous, la roi's de la fortune e t
capricieuse et les blaaphmes et
les imprcations ne peuvent rien
contre-elle. Quant nous, nous
n-avons jamais cherch avoir
quels sont les contrats de pub ieit
qui lient nos confrres, ni quels
sont leur moyens d'existence et
quelle source s'alimente leur cais-
se. Cela ne nous intresse nu le-
"lent et les rdacteurs du Timps
qui, tous, eu peu prs, ont t les
collaborateurs du Matim savent
que nous p>uvoas vivre de nos
seules ressources.
En prenant position dans les
dbats comme noue l'avons fait,
nous avons agi de notre propre
mouvement, sans que noua ayooa
eu recours au pralable aucune
consultation, obissant simplesnea!
aux traditions de notre maison
qui veulent qua nous ne nous
cartions jamais des principes
d ordre et de disciplina aans les-
quelles toute oeuvra est voue la
faillite. M. Borno est notre ami,
il - ,"urtil lr notre matre.
Noua le drendons contre des at-
taque qui se rvlent injustes,
mchantes, contre les calomnies
et les perfidies tout comme nous
surions dtendu ua autre ami
Observateur attrist des vilenies,
des contorsions, des hypociisies
de ceux l qui se ont dresss con-
tre nous, clamant leurs vertu en
des attitudes outrancirea, fai-ant
la morale et distribuant des bre-
vet, draps dans un manteau
d'austrit aux coulears nationales,
f.isant leur petit Oessalinee, re-
niant leur pass de jouisseur* et
de sybarites dont la Princesse fai-
ait tous les frais et scandalisant
par leur cynisme cous qui n'igno.
rent ries dea choes d hier, nous
avons voulu cependant trouver des
circonstances attnuantes ces eai
tranges. Car enfin, on ne p ut
c foi t manquer de m m .i e et
jeter l'insulte A ceux qui, p*r leur
Ci d ..te e! leur I- yaut-5, d iverit
I honneur d'tre classe en bonne
place dans la profession en huant
semb ant de ne pas savoir que
nous ne dpendons que de nous
mmes et ne relevons que de notre
conscience quand nous croyons
de notie d.voir de dtendre le
Prhldent Itorno contre les a lu
slons, les criailleries, les mens, n
ges des ngociateurs malluur.s-.ji
de 1921
Indfinitivj nous sonmes prs-
que tents de n'en vouloir per-
sonne, car nous devinons quels
tats d' ns d.vers doivent vivre
Ses messieurs impititnta de re-
prendre le pouvoir, s .ns lequel i's
se sentent dsempars. Et ce
propos notre sentiment se fortifie
de celui qne Mai Nordau, envisa
gant cette catgorie d humanit
qui est de tous les milieux, a expri-
m dans les lignes que nous re-
produisons :
a Le dgnr, dil-il, est inca-
pable de s'adapter des conditions
donnes .. Il se rvolte contre des
tats de choses et dea manires di
voir qui doivent ncessairement
lui tre importuna, ne f..(-ee aie
parce qu'ila lui imposent 'a devoir
d exercer de l'empire surlui mme,
ce A quoi il est impuissant de p r
a dtuM organique de sa volon-
t. Cest ainsi qu'il se met en de-
voir d'amliorer le monde ..
Ne seed ce point les carastris
tiques de ce n al que nous avons
dnonc p'ua d'ans fois, et qui
menace de gagner du terrain.
Laissons donc Le Traies ses ma-
niris car il y a souvent une gran-
de volupt savoir fa cause de
c rtains pslriotismes.
Ifon, cir nous oe mus tuttnim
point sialeoeit parce qoa je ni
nis pas leur 'plaa ni ani la
l'eii.
Maiaria avait fort souvent des
repirli s, en vrit, aimirable.
t'a jour, c'tait l'poque des li-
belles et des pamphlets contre
astucieux ministre, un conrtisan
lui demanda si cette opposition
qu'on faisait h sa politique ne lin-
cuitait point M s'il n'en gardait
pas ran une ceux qui en taient
les ;iu( urs.
Ma/aria secoua la tte en sou-
riant :
Non, dit il, car eux et moi,
nous ue nous entendons point,
seulement parce que je ne sais pas
Isar place ni eux lu mienne .
I petit lire nerveux aeco a
oui son corps; le rouge de sa ca-
lotte clats plus ei.core sous la lu-
mire des lustres et il ajouta :
Et si j'tais leur place
peut rire ferais je comme eux !. .
Cependant Lieu nie garde i'. Inn
g"' la nrenne contre la 'eur .
le cros fort qu'tn dfinitive,
est ia la dfinition de toutes lea
0 positions politiques. Ah! Ma/a-
rn, coTime tu .connaissais lea
hommes !
Fear Cad) lo
1 la (omission germa-
u amricaine des \.
clainati'ifia
Washington- /^commis-
sion ermano amricaine des r
clamations a devant elle environ
5000 demande solutionner for
mant un total de pra de 081 mil
lions de dollars. Le chiffre total des
ro'clamatiou8taitdel2.4l6 I0i5
d entre elles ont t rsolues mo
yennanlle paiement deB5.tMS.e63
dollars.
A la faaabra Fraifliui '
les dtaeus^ions relativee
au rlaMiseement des
relations arec la'Ruaiie
et le retrait ddfteitil de
IMmbasaade du fatiean
nt ? t' lakorieusee
t'A MIS- La chambre a discut
hier pendant quatre hcurei les
qusstioas de la reprise des rets
hnna IiivTaiiibIoi.... .._._ 1_ fa.. .*.
Poufqiaoi les Etats-Unis
ont particip la conl-
rune des ministres des
fioauces allis
liiez chez
Paul E. Amila
Todjours^en tte de la
mode et soueieux de pr*
enter le premier sa
fidle clientle les tontes
dernires nouveauts, soit
en Crtes de soie, Souli s
do lux". |ra?tl<, lin-
P'*aux, tic, la Maison Paul
E- Auxil.i possde, en'ee
moinrtni/un superlie atffaor
liment.
WASHINGTON Ave bation du prsident CoolicW le
secitaire Hughes a pubi hier le
couimumqu suivant : Les clauses
du rcent trait de Paris r. Ltivr*
la participation des Etats Unis
la distribution des fonds perfus
en Allemagne par lea Allies ont
t publis par Jour lea journaux.
Le texte complet du trait est en
route et il sera publi aussitt son
arrive. Entra temps oo peut aftlr
mer :1
m
Faut?* et "illlt Oie
Chez
H. Balloni fils
Lubin Lubin
Femmes Traiemen. U-
flentes que dsires-?eus
^is l'en vous ollre T
Oe flaeon do partum d
Luolfl.
la Vtnle dans les meil
Itres maisons.
Ctrtje Port-u-PrlHlea
L'Assemble Gnrale des ma m
brea actifs est convoque au local
o Cercle le dimanche 1er fvrier,
10 heures du matin.
ORDRE DU JOL'R
lo Election des Comits
*>i Qneations d'intrt gnral.
Le Prsident,
Abel .N LEGFR
MUTILAIT D
Cet apr.'-s midi sont attendus six
destroyers faisant partie de l'esca
dre amricaine excutant dea ma-
nrruvres dans les eaux kaitiennas
D'aprs les renaeigacmeats que
nous avons eus, la facult sera
laisse une grande partie de
Ir*qu:riigc ds dbarquer.
Ltf mits repsrtirnnl probable
meut samedi aprs midi.
Piriui friQihimiQt
Au cours des ceaMveneeel pro
coneeapar le Dr Nabih Releino,
La Socit l'oit au Princlenue
a A\t vraimaul admirable et d'uue
di>tii ction paifaile.
Nos jeune g'ns autant que Ira
jeune alls et les dames rfveHs
rrnt de t h.w et d'lp inc.
Cette petite note pourrait r
gnraliser si tous indistinctement,
rcus voulions nous constituer lee
clients ftdlee de
Kavrs Immmi
qui reoivent par chaque bateau
dea marchandises de tonte beeut.
Tout viaitear et eehetear e<
toujours sr de pouvoir s'habiller
suivant les dtanien cris de la
mode.
Efforcei vous d-*tre toujours le
premier visiter lea nouveauts de
Kawas R 'r a n'en pas ,1 i ter, '.es clien's
ds la maison sont touj^a.s 1 objet
d* M m illccr sffr!o e*. de la
flui haute admiration.
L'objt de la confrence conomi
que qui a eu lieu Paris entre les
ministres des Snmces allis tait de
tner la dis'ribution dea fonds qui
doivent tre perue en vertu du
plan lu* si. Les Ktata Unisse sont
vus forcs d'y participer pour d
fel Ire leurs propres intrts. La
confrence de Paris n'tait m une
organisation agence ou une com
mission cre par notre trait avec
I Allemagne ou par le trait de
Versailles.
En pr-nant part cette conf
rence lea Etala Unis n*ont pas vio
l les rserves faitesjper le snat
u trait de Berlin La convention
concerte Perie n'avait d'autre
but que la d i t r i b u t i o n dea
fonda. On n'y fix eucune aanc
tion pour te caa o l'Allemagne
n'effectuerait pas lea paiemeuta
qu'elle doit.Si cela avait lie, les
Etats Unis ne se sont pas rompro
mis avec lee Allis pour cooprer
|'Sp| licatien de reprsailles Le
trait' de Paris n'annule pas et ne
modifie en rien les droits d. s
Itals Unis.
Mouvelle eampagne
turque eontre les lies
LONDRES L* correspondant
Conalantinople du t l'Evchsnge
Telegraph tlgraphie que le gou.
vernemeul turc a ordonn une
nouvelle campagne de repr.-aUle*
contre les Srecs et que les propri
ta dea citojens hellnea CeViOSBl
Conslai.iino^leferont mises sous
squestre.
lions diplomatiques avec la Russie
Sotilique et la rupture avec le
Vatican. M. Herriot a dclar que
frour rtablir dfinitivement les re
arions entre la France et la Rue
sic, il tait indispensable que le
f;ouvernment russe reconnaisse
es droita de la France et spciale
ment ceux d-s porteurs franais
des bons de l'ancienne dette imr
riae russe. M. Ferdinand Enga
rend, dput- du) 'al va dos, parti
san du ma ntien de l'ambasecde
franaise auprs lu Vati.-an a cit
dans son discours l'exemple des
rpubli(pi< s md amrienines qui
corufirv.nl leurs re'atieaa av
Rome : il n'y a {.as. d t il. de r
publique pins oithodoxe que le
Brsil et cependant son gouverne
ent projette d lever la ectgo
rie d'amb,isade ai. lgation auprs
du Saint aige.
La prsence de neuf sol-
d.'its marocains en terri
loire suisse cause un re-
ntable moi
B\LI ( Suisse ) Ue pajiang
fuisses du voisinage de U le ir#nt
hier vie tonneme.it une pa
trouille de neuf soldats marocaine
des contingents colon aux de l'ar
me franai-a qui avanait en ar
mes sui U route do B.de. L'alsr
me fut donne et la tantaisle pa
pulaire aidant le tlgraphe Infor
ma les auto its suis-es qu'une
brigide de troupe franc..ies avait
vif< la frontire et env>,lissait U
territoire neutre de la Suisse Lee
premirea dispositions de !a mobi
lisation nationale furent prie*
dans le but de repousser l'eg a
sioopenlantquedef. ordres taient
donne la polie., .les viliageu
voisins de l'invasion Cern* pMr
300 miliciens, le neuf u.arocaira
se rendirent de bon gr ft kfoff
mrent les autorits que sou iraui
du froid dans leurs caeerres da
Strasbourg, ils a-vaieni r> m le
pian de retourner au Maroc a
sied. Interroge sur le port de
leurs armes, ils manifestrent qu'
un bon marocain n'abandonne ja
mais ses armes pour voyager.
Kiu/elleiDtTirm
PVRIS- Un. vague de (roid
faisant suite l'intense brouillard
se fait sentir dans le nord et la
eenlre de la Franse.
LLUMgOlJHvl- U cabinet
luxembourgeois a remis sa dmis
s.or. k la rende Duchesse qui .
rserv sa dcisi >u sur son neseo
U'.IOB K
hmi
?
C'est trange, e v'ril comme
nous changeons avec lgre .,
formes soc aies souvent fort bon
nsi eontre celles souvent fort mau
vaises des Etjaugers.
Serions nous donc rellement,
ermme l'a dit un jour je ne sais
plus euel critique acerbe, un peu-
ple dniants ou de.. '. Nor,
dcidment le mot est trop fort.
It rien n'est plus dplorable, sa-
vez veut, que cette adaptation sa-
ti'.e, dsinvolte dea merurs, ds
coutumes et des formes sociales
exotiques qui n'ont paa t la
bise de notre dusatlou. E les ba
rblent grotesquaaeat aotre cens
tere et finiront par le rendre pareil
au plus hurlexque habit d'Arle.
qui'. Elles faut de noas I utiles
si car. ux suj.U d'etprimeuU.
troh pour le* spcialistes da U
grands duetriae derwiuieene.
Ces temps ci. 'e mal. t i
svit A l'tat pidmiqu. ,-ii vous
plait, eeusiste copier rau>ur
coutumes, expression de Isegagei
costumes des amricains, des yen
keea.
Appelons donc ce nouveau mal:
la Yaakeemanie Elle noua eseer-
Sis, nes agrifle, |t|Bt, ,hequs
Jour, du terrain. Elle troute au-
tour de roua lestement peut -r*
mais se estent semme mare
montante 'a mrr a- to; r du rcif
isol qa'elle rarouvrirs bisnt'
tes lymriiass eu terrible mat
sboad.ai : I n'y a qu' couter
ou regirder autour e sel.
,i



L&v.M^rir DEPURATIF <. ^
Dr MANGET
Hp#M dUe Femmes
Vicaa du Suif
fjarieee, Glandes
MauvfcM* circulation
Maladies de Peau
Retour d 'ge
Nettoie
le Sang
\a DftUHATir u DOCTEUR MAW-
or.r neiiolt U tant. rltlBa t eu
i nltait. U I ' i i*l lai
m, '. u m '- un essieu ii
itt > i
U ;. Lobtilte, asthme,
tmpaj s il, rnuiaatismet. n-
earastheale, Insaw-
ici. rtiies, NiaUajae, le m
I I* f.'irn.e 11 r.
1
:. le
U..[t I > l ,
UNE BOa
Vt BL
PASTILLES
,ye, uUl.s
PRSERVERA
\ | Guruo. voi Bronches,
vos Touiaoua
COMBATTRA
vus r.'.ur,-..-:, Bronchites,
Gril
Asti
aii^ges
I lin ; iliU rrjdci
, .Ici v milles
, \ , ir i'enteyradia
(I T >'
ii .
,, ..::,.. IXI I y 0
1 i r itoane oubli q< t
I 1 . r p M
I i i I. M ,
I
!
,,,. i \ parti i
I i bll *mis *t cou
i \ i. ei
vouloir I I
'1
. : m pat :
i s l'honn< r t i
-nrrnu a 1

I
I
I Mirn-lui r. i 'vr.
i lue le ]
!
LES
IPAnisMUl1
ni
en BOir
l
i mid I 0 ' (U l !
i ,.. lu Lpi h u i h 6hi
I r d U \ cgion "i om il1, en
irn u l | \
r o ' n 11'. eb i la l|j i
S', | : i Ai Madaffl l'on An
ri h i,\- r \ i< i II I Mad
en, lis de M C. F. M.di Cm
t I gi i.. i du Dact mark ,'orl
au l'rirce et Vaiaa MB.
La tudid..... i lur a
i .-u
des Prs
r^nrr.-'i;
Serq 7a liant Cm n i!me pour fl ilt
-#a- 4&5**& s *&& &**-**** **** *g&* *%** ^^^
tir m
J'y
oui di
Huerai"* v ii-
le rr. Wbat Mire
ta t il.
Voas prean enr-g.'* ! Il i :
"Oued ya"/ fona dit il enc re.
Et, M ur e.ua tait le H leuie de U
raoae \ > s*' te aux y Ut, >a li /
qae, aeuf f<>ia tar dis, aucun d<
deux n pirle li-ng i-.
Li- 7. un p u le- eneeignes die
Cale Cellecomporta idei cm .
h iti.it ou f. c, ta di vieoni ri,
h *' le plu en plus rare. I,
ur 1 tira plaques, presqui Loua loi
chirurgiens ont lapprimd l Ri i
du mot a dentiste .
1)
m......
(.'.- t plul I B b r. p n'a
lion de c'aura ta U "
i i .| i .i i n I m loir a 8
I eu-. , i'.iii iftn i 'Va t par i fi ur
qn- i, ia .. i i u 1.1 ir m
j n i. '... : a du Dr Es iuo,
bu fiv u i n i i d
n, i 11 i i li procu ,
i > du
>,. c le n in n i le p b i je
-i ioau i i .{ ..i ir iliaque,
i,,, i ,| assi ter I la
. o r m longtemp a lenduo.
Kntrd .
1', | on ;, bq qie
c'est 'i dq n '' i i q aura
Il u -, i B i .>.... a
F .ii
V. ici, d Irti r i
me.ii- que
el quiuousa
l)ii.(l ur II"
il re, le 1 .1 B
li i kuiqitl <
ronl
ni."'i a i ml d I i |
ce: .i.
i 11 h 4 m.
h ii di i > h
i, de
mou 'i '
m tt i ce j h uoinone
oui, u e li de \ lus i.....n
v due d noli |. i e -< i' iini"!
le
les eau-en m -
t Naturi do
ru
Il s
Le w.al s't *t il |v de 'a p'l\ ^, Con 2 goa
la bourgeoisie ou est ce etl C I i
qui e lontainincille 1 .' le ne i..
Ceiiecdanlnotco' bars stDoabrouat
tieta na er. ni u ni : plaei au
pilon luttantif ; el l'i u n'entend
S lus a Port an frioec que "i:od
HBa'.'.-on ofbeah": pour ne
dira que acla.
Mas il y a ries symptmes plus
si irin nie. I 0 | Il', que ji.es
kl)nie tillei d'Ameriqac e mon
lierait dan las tues de n itrt
bonne ville nstc le cheveux cou
ps ra, v ne de robe* sans ui^n
Cbaa, large dtcollele. On le* re
ajarda avec curiosit et c'en fut
as ifi. pour que nu jeun, s filles
nous devinssent yankeenaner.
Anssitf les Iteaui innenl nu
e-i n '[ e- bto ls e SUC le n r
net 'I-' i <> Heure, les Iressea Mou
Iles el brun". yoisinireBt trange
menl ave les mches crpine-.
La penle ta t rapide, elles la
desccBliront TorUgtnauacmeot et
ee'.ui qui, a'jo ird hui. dit que
l'hiiil eune no IBabille plis d
cainiient, rtit la Vriti. Le got
de m robes stai ninoBao, dm
iraient dcolletes, tioilesjus
qu'a I uidcei.ee, costume contre
lequel l Eglise, au nom de ta Mo
raie, a'lv nvte force el que. le
pie fctm'tssout bi< n coupab! s
ue lai er p wttr leurs li i. -, est
uue maladie : elle a'appe'le la y.n
keenunta. Vai ktemane, cette h i
tteuaio uni m >nt': a cluval < a ta
i; n d' hotumea.
\ .u Ueemanes, ci. |euBCi BOm
mes qui orvUtul dans les iu
,r u e et ius fi le-
lfaakeemaBc, ce joueur de t n
nia qui uub ie que U chemise d
braille na do l e porlbr qae sur
le Un mu du jeu.
YanUeemanes, oit employ de
n- | m k qui vous d m ta I i I-
pus dua BBJOt el q ii suis *. tuu
llda sivju pari./ I ,1114.11-ou p*,
\ou rpond le p us aria isemei l
du monde. tive g u deal e
eominaii;inl qui, pour luie de l<
r l me ses marshaidiee, -im
bue des prospect <-, laugua an
i'.- yt amucliO qui eaqaiese un
P ae inimmj en tapeat da tes semelles el en ( donBa >t
In DIS uu air au criard de dm
cing.
lankeemaBO, e galpm q-u
dans le rae, aile. U d ri ail 1 I
t-l li ma une pipe aoeti g a e que
aa tta.
Mois qui vouiramulcr a cri- r:
eaaea eoul et A mire "loucou
ronge" tenlre le tBfrlb'o ha. il e
de la jai keemann, es mal ludeux
qol Und k l .ire de nOUS d. s elles
di*pa k)ea, bjbiieVa, inl' conds
prls toales s ( h :e el lur
pour leutes las conqutes.
rie. L
1 le soi II
Varits
J\C1\- HE&REUR
1.. / 1 pia 1
Entr : 50 cntim >
hi.iiaaohi'
trois M (i
11e et 18 i
Entre : ii. i 00
Loge >. i
ochaivi 93
di ictor i')
/. pi 3/1 VALD
: I /. : i I.' I
.'il,. I l'>
u /'..;/ u /' il "'i I ha n, 16
, ,. i .J
i
C
t'
Lip
i* l
.......s i
l [li Pi ir.: I.
I r ||| I I M I
.ni I
l par M. Aod Pou
,, ; > i r Au l ni
acc m, gi ie de M Pi
go et m ri i
m > i' Wi d u ai1 o n,.
\ o l S i
i a cr n '"
vie i' i ne i / M I Dr
i, s Aula !' i de
h. 1 Stell, 6\ u Renn s,
Pa
C. P. adw n
Dr LOD \.u.i u
MIS
'ni.v'u'i l'2|
,l p ri i n\ l'.l-n
, M Jaa. il p.Van Pu H j
n i i i mm lgiitGDr?i
ail inl Iraiii >a, ri.rt m ti I, Je
li.nl lea ifl'rTBl il U'res-u.i lq
CompaBD^.^el c> jusqu' vi
contraire.
Poit-au-Frincp. l7Jntiejr /9'25
U U. TU iMPIDN,
/kgfjnt Gr.6ra!,
NOTICE \
Tlii:- is lo advise lhat on and
;fi,, .':.i uaiy "j2, 1^25, and
,'ti i p i y :>li*rnee in ihe Uni-
s on i'av Mr J. II.
i \\f A, hi b an appoin-
t. VMirffC n* i il Agent, at.l
; gi !- wi'l irnnaaet I1 hu*i
, 0 | |i, leresl of th^ Con*
pair, ur.UadirUcd lo the cou-
y.
roi l auPii et,
J?i u.-iv 17ih V.-'J.;i
O, B THOMSON.
General Agent.

ne .
c -
i V r
AVIS
N ilr ( "H. i
I0C,
iP\
h
i
i
i
'
i :
I
I
I
i
'
Il r jeu lit ;> i
\', i :nS ci
M
c li ii i n
rjBu h ni
a li i M
i

I
|>o ir l< i in lis
tla ou J i vi i
1.1 i du
le Di i i i
ra u e d ii
l i i
du l'< j I
p '
e.
tli r du
i
.
l '
c Ile | en
oral

i n
U
n pli a i' 'i
1 lantd
"
. D'o
uuu
1
1
ri i e
B 2 I i i >'
Dr
i.
vi I
V iv I'. fi M i ieur
E1 mo i
La : !
i (I \ i v
Doml lis 'n
J; i h i
le- i : U
foi- ; p 'i- c e m i
mu i es nl le itmA eto
p t i ut le pi s -u u-
v nir.
No, v i- is boi.hu
nou/ IUX BQ
Le soussign, Miekel iiorlsoi,
, mi ..i pour un Umps
jndli iii.ii , avise le publia e i
i i i lI le cnii'.mi ree eu | art
"nier que ses fieras et a-oiis,
. Uominique Gieidiia el
I i, i;ii rdai'i.reslenl seuls rhar
'.('ci- inl't'ls et auioil la
. ia ,.ti il sociale.
M h UIORDAM S.
C8p i; l'un, I iO Uambie It
aaa^BBSSMaBVajBBK
-
-
: auront!l St Crai*
Li '. lu ant Si C.rardsBei
An r i n Su 1 )^8 i ;fs du Joir
1 T.n-.p 'm f ce !. Maditl
au | i blie inl dab
i.. I il '.i i li l'rcvime peer
s ii' -sKs plusdliiib
il les plus illiiles.
i m i'.e i ru! e piopreU,
pi mi lltnde|
v e v us difieia plaise I
!.- i d. iinde.'\UiullstBMlt '
ti.v in % t domicile,
l'iii n u li ie- dtli.iiil loule^ss,
urience.
l'roprilairi',
C. UEHNARD


en c li
Uou i
Par n
Batree g'no
'
b ra
&



de s dii
ppenl.

1)1
.s i
.Nuld, u. '
I
t
l |u li il
i s
I I I
!.. un i iV. qu ,
i I 't u. d)
o i u. i
uJhiiI I. i i >
p
A via
ii e
. 'I
i
\ ? 1

[UlDOJiJI
ils d ce a
i,
ii i i
s
m
d
i
i
i

qu ne s a
ml i d ">
v i- ||y ; ne '' ce petit Tail
pour qu il j i 't le suite re d >
r
t dim i u" Pou cie
e p u i [ic li
n n fiiS'.
(enirtl ,,
ii C J tairai o
i | m u i | .
i -0.1
d gapi ige : u n .i ul i qu:
Il I ; | i , I i h la us
c ItiiB quarliei i i Ville.
m I i .c ire
ii pntb ai l- abo
raig i ni i rduire le ir asage l u
i .
1 LViUTI N
' I
rap m .



ui une o
I
traie
que plOCi i
elle ne p--1
nie .li i
ton iiamen, lent qu i n
a n
Cu i '' '
p 1- I II " ,;
rappoita a J' urna oli I
, Q outre qu
e i i|
lasfcru.il i onn
!,, orct'i anti i " I ' ",l
t | | i inu U.. c s rclam .u i -
devant [aire l'objet de s i
en loutaequ l al impartialit.
.
i pour
an. lu
K a ^ Ce II est requi |u
-oit
di.tleiii'i i ...t
bai et du bci v Itydrau me,
La Dire* on
I nui .M i. i ^*
Hem ts
si me > ie tse
.. e,
i
i .;
. i
I M .. rs entant",
i lire
t cette
. i
i on puis
la i i >
- .ii'-
. i e i -
i .i. avaient
.! 0 1 I
i t 00,0 0
. -.'
du 0 M' Ulllll
t '
: .il .1-11
- 't.. ll II I p
i de ' m
t
i i i |.
aima .s i et la I lance h
i r ,
!..l0
Ai ', onclnt ie Bu.l i au ;
Il ! I li il c o
i vue
r
t ira.
Le Public (Ft pi \ nu qu en vertu de l'accord provisoire inlerUg
inl.. r n. .,,. m ...: ii.. > i ni,,,' el le l'.otiseil d'adm^P
lion i mpagi ie les Ibemina de ici de la ruine du Cul dej
Horaire les ii dns oui lealigoea de la Plaine du Cul de Bae, M
g ii". tl Bu o n iarretour, est ainsi mod li cl ^era appliques
tir du Lundi -" j n?i r cour i .
Horaire
Sac
1
Di .
M: i!Ste

\- lin.

Lgumes y^ m
ii
t>u trouvera oUo/. I i
^c. .lean t Larles, 'tior
ton ie.uixifcj, de toutes sur
ton *Jt;de ui cm.i niiotx.
Du;
No.',...... > > ,'11
uuAOu, uibnd'iv,
Mr el Mme i dore et et
leurs enl r el .d .ni
De.eaet i.uieeBl'ao i o-
i ,i el .1 sai i les
8Ull^^ U le.. > 'Te
bli'
i '
d
an Prince
leur
regrttt
- de aor
diale BJB .
ail',
lu
ET
m
I ... 2."
.. 4

'
i
I Uet
e et

l Igni P du Cm
i. n ,.
I, s Pi gei 1re cl .sse
M ron di et \ d r 'i :
P ; rt de 1 ie .iu .Non) 7 b 30 a. m.
A \, 10 b. 00 a. m. I
,i n l'Etang : b. 00 p m \
Arri ire du Soi B h, 30 p. m.
|n< d< i .j ma
i \. i .Kl jowa.j .
i, gre :i :J,
i pail b. 0 a. m.
Ai No il li .'.o a, m.'j
. i Lan du .m -1 i h. ;iu n. m.
\rritee i. l. un < h. 00 a. m
. a.l 12 h 00 p. m.
Ai ll h, i.-> p. m.a
l i i i K Ma I b 00 p. m..
III MU il I II ;."i p. m.
OMuTIVtil
Llgn i Cul da Sac
. tme c]
Verdi, Je idi al Samedi
D pa i l I ing i b. a. m.
Ainvc i Gai In Nord 6 b. 00 a. ra.
D| 'i de <> i i Nord I b. 80 p. m.
Arrive k l'Etat s b. ;hj p. m
' -- itSj"
L me
Ti gra '.me clasie.
JBI I
A *


7 h. li a. m-
10 li. 30 a. m.
'i h 00p. m;
Vin 30 p m.
.l'oit uu Prince, le l'j jantiei 19
La Dirtclio
.


_ _
LE MATIN
\


Cooirbiaa Si 4jp C^paoy Inc. r
s*l*J Kf- ^**
s^* ' s^a-a
fer 't'U
^ 9 ** \j\ UlOo Mtellse Ih
i
1

Pr< fwit j \ ii
i Plioim!l
Une : p :
Bazar ftETfiopoLiTAm
Chocolats
Jm UiP le G pour
J*oJted6 | Hx, cts 35 or
" 'te de | . .. 2. 00 or
18 Q i -it- i ** i-BO cr
1 tonbona ftoO.aSoMfc
H,iM....... g ; '- v - i ,..
0.10 ote or
20 '
20 '
S r '
fO
2 7G ' '
on < .
Coloinliiaii Sleamship
Uo^p. {iy |oc
i-cencan Aciilles Lins
Operateu ior
,, "" &/aro.li/p omaMiflI,
* a ce Ati.io./.
f.|,us. '"d'' P*il CM U ,,,s.
Cl*ij , (ieiKs.

AVIS
,*
-.^
nUS|,s|li ur ,0Mfc
r>_ i r iicri au
L VrRiCtet B. Sjour
.gPOue a )0llife ( Jg re berchrte. analyses pr4?uw s
'SVI. i.e mbii ..
Baction de nboBlti
BSfffSSr"
art -itxres ical*
^mfnce rufeil
1 coolenaoe de s
d. hidetor r ni I
S un Hr i M i ,
M. Ulio Malb. ,h,
^
Loi meiile is
Cigares saal
ceux de
UJ.y.Ma.ida j
Ed.Estve 8 ; ^'^'
i 5 i i fi
[i .J-H- 'CEDAY'
,fl [' '! rvoir car
,ls dern,e' ni dt
rrinoe et d-A rique lei articles
suivants:
Bonbons pari .livre.
!'r,;" c"' aator
P" r. .I..l.,ns
" lia lit -, tbo
i" .- I libaicl de llol
Joua !e8 io cl 30 dt rtq0
, lt maison raoU deS t,, i
[oaala 0faod | .,,,,_ JJ
on e..ouvre et vous sorltr s
oodrich ?, i mtH
ifoti* ie UirtL des fBCQte
Qatn Ytu^acbtttz un Silve \'
own tora vous, voo^ptrgB 5
la peine du^ir^vaii..;^'. B
Toujours' le iuui,-(iiieit JaLhq li
avec uu liiaifieMiira'cluueuii 1
, H'uuvrts fccijjuee, voua pouvez
voui le procurer dan. louita lei
u>uieiiioo8.
Maxwell and Mohr
aa ^riaco^Caki

le *

-* *x (|ra tels Hjisius
.,O^NNY CORDASCO
No 310 Hue (1 s Fro ito orU,i !' ornas \Ja !'nrt;jii 'lincr. \\\\>.i
i<''i ,! < pins chic pour les trennes qu'una ma-
chin k coudre 'fait".
c-
ttuy. le: BOSSE i& Co
agences Rtprs iitdttanft
P01tT-Al\PRl CE
Agents gnraux de :
Heeker Joues J^rl M s llixag iSk
NEW-YOHK
Jarinns llu^a an O 0 | .. \h fixage stc .
Tlie Hom Ii.mimi.Cb Company
NEW-YORK
Afsuranm contre linctiiaie
Diamond laUh Co
Allumettes < Snfs Firme"
D. ?, Riiblwr xpail | 01 i no y
Pneus uRoyal Cord" AonMsrs IVort^
Clis F. l.Ot'.MfH li S""
Poissons sii^sfntsns (|enrcs
Maniilut ttiri'c lik Ins'e- \
Assuranoc sur la vis,
Gniilioii Trres \
VllW vS; hnmpafrne Hordenux
S- i ii^*r>
Quulit
pidlt
U
A i l>Miinn.li,j.trcg lion i. i-dirf.Ur '....'mardi
*>' ltaa 't.
/ .* co fitiillH d rle- Apoloa
x*\\. HttTni-.i
coiMNiUi,; |
< io Danois, li o nago rt enn- rvss airmoetiresi.
W. s :. i., (an
Tnliacs jaunt et no'i
ii.'l .i.i'.il.l!.:
Sans lilviii
i;iart* Chentttalcr
louvoie cUdensi
>-^ia>i
*~&^V4*>&Jb?i%&*>*-*fr*-

1
Jt
DO-
F 0

..\

-

P

L 1T
NDENSE
r*C? JL -*m ^
LE PLUS RICHE-
CN CREME [ff
LtXS 5UvaC ^
Lf PriiiTtii-Ajgjrhak


Lfc M .LiX
f
Y
!
< i
'

II

i
'i
i
Rhum Nectar
et A. Acr i
Ch* N
Gljens
1140, RM do Magaftiii .'Sti
417 Ro Boom FM.
8*0, R* Covrff.
A tt^G w <*
Voi
mari
c H
\irtWMTOUi isvenalse
derteeeet derealre *
Jori
N. A.
il
; b
\
La maison
H. Balloni Fils
Sise Rue Houx, 120
Pr le dpt de Rhum Ville joint
Port-au-Prince
A l'h utibui de porter la sonoaieeance de ta nombreuse i a*leote
ebenlate que sea rayons ae renouvellent eonetamment en ils* inar lia*
ieea le sremiei^eboix et au gotV dliant de la clientle.
THLLKi ulk Armure n glaee, ooilleuses, miroirs de toute dirnen
Win--, un mwr u.wnt laplet de tableaux en s'\le vari i o ,r alon et
Mlle iUHiiB! ,e!ihi-- tt dodineu de Vienne, chaises et dodine ara'rl
aine*, ebai ti^leUes j.--ir enfanta, a-petite pour saloc M
*..* dimsoiions, mi m que dosantes de lit, grands et petit* lit* aa
fer et en euivre ( style dilfraiit ), mou*'i<]..Hire-<, mivice lavabo mi
Ut maill et en porce'aine il comp el lav.bo, Us d> eamp, rendais.
service dinar, aseielt-s taiaea i eaf 1 a lait un poioeUloe, un MMr
util de lampea 4 pftruie et a gtselioa ( ily e IdT.'r.-nt>, beretaui an
Wr tl en boia pour entants,un assortiment complet et vaii de Llbabte
* loiila beaut.
uadeaux le Kiitnailles, de Mariage et d 11 ip'met
Ce derniers artitlee lurtoul n passent <'e tm'e rt< lame-, car ls
mi peut ae rjouir de les \o r 1 ru- m 1 r chacune de ces trois
bas r vu ses oesteions par les plus aises comme par las plua humble,
preuve irrfutable qu ils ',< m la joie dsa ikhes en mme Umps qui!
sont la ports des moins fortuns.
Voue trouverez aussi les fameux clmpenui feutre et pailla R m-
lino", chapeau au paille et tm laine, fo m de hpsaux piur dam s
'bel assortiment", SasailSS JM ts et b'anea ] artistes n n st m i - ) fur
sla. cravates, chemines Mauchfl et coulenr, ehaneeettes frsniisM et
amri aines,rlnu miix m Ion, si liera pour h tnmes, datnea et enfsnM.
Artislee de vojHge, tels que m u ellttleset vllie, smbleres:
Aut'iinobilss et Tlocpf: le p ur finis ( ite looUl grandeurs), lm-
permables pour homimes, ( h lie e lopMeur ), ou i ts, ports-fsnillei
pour hommes, pore trsors et -ne a main pour dam", paifsm sris Hon
binant, oouvsrts, couteaux de i r ne s nt pas des mou: attrsraot*, mai* do: t je ne paia Taire isi l'end
?ration.
U Maison informe tout pnrt<< uliVremen' sa clisnlle 4s ls pro-
vince qu'elle se ebargs des expditions a, tsns les ; orls somme par l
La maison CL. Yerret
TaUleur~Mareh Ho 1823 Bue du Magasin de l'Etat
U r, eeinm.-iitde au publia ai m norubtoim li
euttie pair I tlduance da aa soupe t la prompt-
iseaUoa misa JaM lo* om r.iym eonliaeeiselnit
la laaiaen resta offert* ju juViS hrri.es da oir.
Prix mo 1er es*
Dont la
vuire bsuaea
1J.V
neepour
Le tameux Champagne
Lanso w *
MllSOiV lOiDEE Et 170
dopt4
.1
Le obampafne s
deves i le
9\
l) las asn f sMnMl( la g^gLSSS*'asTll
tiill-ar IUIUb arU 4'mn tab'isjaamsst Aa pr
or Ire VI bailla ,
KUe .U ms.ure da lo .rnlr des ^l^^u' k
Ptir maanva, ah.yi>Va, diago njp"fl!J
M'tWano H roaaaar. ompoiia de caalmbr pour na
sUoib- Br*ai P'WllU^.
Bonneterie
Gksniaaa de |>u r et de nuit, au qout des *
C-le al iiianstaettes. derttirs orAatieaa. Oalafei
t PyJ ms
G ttem ionconsti u u ie i'iv.ovmikm
en
te aaar a'Anatetana et asama
.^aiM--***^***-11
, d. bun Co, WcmsI ds *
! ; premier hait, q W ""**>
l'.iii est non * "
''afpiit'ie?
j^piiLatesebas
a maison H.SILVER
li
et le meilleur accueil sert rensrv h tout eM
etreot par une vlaite eire d44Ua ter bm
travaux fourni".
Tout eiatume ooa nnii st (|sti ne rpaSA l
goflt dm eliesit est repaie.
On peale BraiaoAbsv, anfrnbs, eemegned a klallai
!de
uaa
ffMui n'ont P- easawss'
c;r..beau ^i*-i"r
1ns rliti ont trament de toele beeis
Jiluretros prix dfi, nt ton. conca..t.
ilrpe le CJ.ne couleu -a Q8B0rt,ei
, 4. exlraaep Iie*r
--.
-^n ;23a^as**-'
marec lin a "'.,, _, ! w
eaux peurr bas.eteieme a
earrsam .
S
?
Satna
a.
'3

Prpare sposaleinent pour le olitnat d dh\ i
Tue) C>arUi 8. Bwn ptdal C
Go. Jeansme&ro
et
itsee I
A(jnts
Grand Hlei de Franc
featOea eicspQonosUo, au centra dea alla'r s,
proiuauia de tentes le Banquet, da la deaane et
de toatrs les Agaaeea da hataaus.
aaaaayMeineuts et tacihlea pour voyajes? an aab>-
rjtokile dan toates les parties da U Hpeliq te
dlnru' et de la rpublii(ue dooiinicaina.
kkambrei eonlortablr at surtout trav propres, m
tailleurs dans les lut mares la demanda dea fa
eeeaairat. Cui*ine tranuaiei trs soigne) et d#
fiant farines.
D(tna tUu vigiter {** m g inn
de f Htel :
Visse des moUlears crus de Bordeaux,
nss. damajanaei, gallons et par boulai
bas Vins de o lites u voua tnia-reter, le
cel, pjtir lea qtialilca el pour l'Are
VINS 1/ll'Ai.li; A 1) UsiPAGNK
VIN DE noUKGOGNb: (Mnes et rougra I t K- renanta
^ ( Pommard mousseux, g |i Amdrieaia )
La plua flraul anaivrtluiont de l.l araser, Cognac
estes, wlnkle, etc.
Aatalutlie Pernod, Am.r Pi son, Veraueutlse
CDNSKUVKS Iranalsea et Hinarlralnes freiehe-
aneet arrivera.
CIUaRBS fie Cuba, Anrova at Habaiieve.
Cl ARaT riiS de totifas lee)!abe>i al tait
r ArlFtMERl X at Carte poatAlea.
Prix tri* modre.
Chez F. Lavelanet & Cie
V ienttsMit 'arriver par le tarifai*
iet ariele suivant* ;
pltto
berat
Parmi
e/raad
Qrr
P. P. Patrizi
Deateass Sfers fUea. DaatBtfsa ds sole "DentelUa (k et] Arpnt
Rubast, Wklehes, Otiepeartaa earsa*, Plumes, Fleuri, Hail.e de e ai st
ess^erterles neuf Msdee.Sparttrie. I es Melifa Haute Fantaisie aa
se* es pour Ro* sbe ssei. de Saos l'erls de lo le basse, des
'aaa Daneirps, < hss su J ao Ilirt pour Entants, Bros sa | tte,
Feigne entier Ions g. i.-us des brosses dents, dea l'ssa Jssli
sri > r ir.ii p. in Hommes: Fata col, Otavales, irstellas, Cheaiir
ds aeia, Jsi tel V, sta. I ou aibsiei po| micerie et Liugsris. Coe
eaas suprieuis.
BOU Aii>>S KN Tl 1 K ak\NHC8 t H. . h na pair |>bunaeots.
Aimi'nlalieu LiquMe : Liquasrs, Cognac, Vtas, CtieBS^iiaae aathen
,ae -
tulles en ssoulikoLC et l'onpee. .!<<* dtv, ra
Acc S, m n, Tubas en ssosleliouc Vins et Sirap Uesrbisns, Vie Nour*y,
Lav.'is, Misti gaol, yaiairin labarraqua.Peplo 1er str.eti *>l d Ipaj m
et de Glaubert, bceoBs en 9ro, Sevone aetise|>ti^> | uUa quaiik s.
tassait),essences psar sbious.'iquaun et CenKseaie.Cokranla raterai.
Meus avona rsss le Vsllabls Tb dsa Alice, Ksaelltnl dpirratil
Produite ailaeud, TVehres, Papisre timeNs, Tuabera moblbs.
EN ^r.n.K igtrattss tnvil, Articles de Mode en aVaa. Prit onsVihm
Pass^e-noMS roir, nos prix sont a?Antageux*
F. I avelauet el Cie
aarrea"x
Soirie A car eaux p
Tricotine la soie a barre
lUtlne voile a evrre ux
Vollaanleae brod
Crpon franais barrea et a
Diagonal noir rup
Casimir ;ng'ais no veau'
fi-rgn bleir an liais suprieur
Paatmbsarta ang aie le toutes baaaw
Alpaga n 'r suprieur
tlil t'.tiine pour taillturi
Kaki blea suprieur
Kasl latine anglais nu~rieur
Ituok union b'anc anu-ate "noaTaaats"
Drlll un -m bla-o anfllalt
fil
Tin o Japonais r our ht misa homme
lleps de soie A barrea couleur pour ehe
mes et robos nouveaut.
Hapt'ate ilne pour chemise
Pereale Une pour lingerio
Talloot peroale pour M ___
Zphyr anolai' pour cben (sas %g entra aee
Organdi suiaai ut lit con'earj
llaa A jours dcml-ania
Chaussettes oosaises nour ea'aata
Irmih Frisky, dtr .l^renoeYeaatl
Poplin A fleura ) oar robee
Tiieerf blano
Cimhrie blanc
Votlaa oou'e- r j\ barre
Shirting b'ano suprieur
Bas de-.tv\l. s
Ras soir brade
Bas lil brod
[.niions 4 Pivert*-
Ta!le i our premli>ra Co-i muaios
Couvertures blanohe et ooulear asxpeaiaur
Handea brodea Madera povr e''emsasva et lurel
Voile blnnc barres et A meaehes
lisons blanchi.
Oahardinfi blanohe A barrasfat amie
i'r'pon banc et oouletir A )aara
Yolie liane et eou*eur uni
( kem'sattes alemandea aaprlear
Brabnnt noir anglais
Imitation toile orun
Sers-lattes de toilettes blanihea A aauleur
damasses b'anehea peur familles
Nappe oouleurs
Petltea serviettes blanohae damassVee
Oraandi blanc, Y ooulaur A barrea et eear
la nage eoulrur anglais aup, pour lape*
Madras A barr*s de suie pour aeasssseea A ne
Sa'inatte Foulard |,our rob< a
Petsmes franfals A amariealna
Mollsteas b'anai eoulenre aaa I
Poplin Chapeau d* paille iino d'itallj
Pualinlr aaijlaJa sup
Crpon brod tranfala]
Crssan tranaeia A tleura. dernires uouveeudat
Bai siestes de toilette eou<. aaqlals
tapla lr blane sa p. pour table
I a ma eue anajln-La pour matal&srie'sbTe
Aimab'es elienls, voui fui realel feftaT,
Irait, les plua beaux tissus n11 seit f
treefar sur calte place, ae aae
d'aller ai Jmrs, de pareer atman uesni et a
aeeafil *nm est rejrtrrd.


*=
VISITEZ KAWAS HERMAiv.OS


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM