<%BANNER%>







PAGE 1

> .*T URODONAL '•eoH 1 . Rhumatismes Nvralgies Goutte Gravelle Artrio Sclrose Obsit lamion rn laveur de la Compi ji'.m IP eoneoari 'antdes Pouvoir* une i-' Industries et d Socit I^orf notre voix ne tatf.lt Are |uX*e de pailia'it. Ayant tt* p rmi le BrenVa MIT lu lh aire du sinistre, nim |.pno'j que l'atiou des p ira > en nVveti jtVxercrr des le dbut A luira U vide aussi rapile-np.nl i| tu fofesiht*. Celte aetioi ne d'vait viser l'extinction ilu feu pui. ,. • tait imaossihle par la H *ue des maisons forfiniit en me , .. i 7 bloc, et ensuite a iMvc lin vent < ... ., *-?uvintali|e uni Miulfdil, mai aurait... _, _*_ tiojun PI elle avait coneaL 8 DOS eoidol*nr.fP Nonob-tant l'aaqute judiciaire, nous ne manqueroan point de nous onlourfr de tous les lment* possib'e* pouvant DOIIP permettre en faeiliiant la rle de la justiee, de renseigner non leclurs. Carnet Rondrfii Hier aprs midi U Secrtsire d'Etat des Hlationa ExUrituvM ot Mme Ufjean recevaient dans ;• nraalons. lue brillante sieit s'tait lu nie dans leur villa 4 Tuigeau ue 5 a 7 heures. A ct tics %  unis p i-uiiii" %  %  i %  i Ministre qui taient eu graud rnm hre, on y voyait beaueoup de pe sonnalits du monda officiel : I. • liant Commissaire, les membres du corps diplomatique, les Coniul*, les ninitres du Coavernemtiit, les Conseillers d'Etat et d'autres liant* fonctionnaires. C'est avee beaucoup >\-> z .' %  • que Mme tl.jean filles honneua le sa maison ses distingus in vtes. • a A cause d'un deuil survenu daus si famille six Etats Luis, Madume Hustcll Hgrstle ioniment dtre ob igt'e de i envoyer la ratptioo qu'elle donnait sa rsidence la 17 Jsnvier 1915, pour laquelle le* I ivit.il ions taient dj lances. Varits :;.::GE.SOIU Carmen Grand dramejmxirain / parties EntreG. £-0D Lo/f G. 3.00 Nnrc pjpalatua serait de : 2.028.000 habillais Suivant la Statistiqae Gnrale d i Clerg et des Congrgations Haligiauses de la Provitiee gcsl%  "•'jiqiia d'Hati parue au Bulletin de la iuinstine, notre population serait v| ui0 a a.023.000 nabi tants qui s. rpartiraient comme suit : t Arshidiok% de l'ort-auPrince, 7u,000.-Diou, e d u Capllaitien, it.oOt; • l)iou,se des Caves 50^,000; 4 Uioese J e Gjoaives. 2.\ .o00. K Uioese de Port-de-Pdix, 108 000. %  ta* --iTJ' 1 IteMur 4*ifBtourNo. 'MMk, p*3 C** l e dU NOVd. a iate U irj ft a fft Les noeef> (l ( ari|eol tf*r 1* natif**SSflC *rr**aw ISnm ESPIC e#—^?—?—yaeaeBBaajaa AVIS Mval, les ebMfM K P ,M vap ^ s e ,rm,v *" t ,,e Olotlson, lni Co. lou le prit * f0 tou '•• 9 u8t *OilotFSuH, LUCS # Co l*e Purgatif lWal c'est U Pilule du D r Denaut 147, Hu du Ftumtarg Ulnt-irii Parti ] raclle S pr*nflr, Ne nceiiuaal tuas, prparai,!. | tilt M frovsase |asuis es p it Supprimant U CIlM, I die ae MUU pas U ssslas. N>xi>eaut pi de repos S la coambra, cils as csase sacsss perte e tcsiawPlu aetlv* ene toua 1*1 itmllalret, | IIP st. par ceassseat, ois* ebrs. VOSE : PveesTivt, s • s PMI** 0 UkSATItS, I pliai* oodrich AVIS Le soussign, Mish %  ui rdtni, dt^aul s'absenier pour un e.up Indtermin, a\ise le pub M gnral et le ci nimei en parti 111 in. que ses iires cl a. fis, Messieurs Dominique Gio ttni si Joseph tiiordani, restent sauli ahar gs de ses intrt tt aurcLt la signature sociale. Michel I.IORD..M S Oap lltiiien, le 10 Uce uur I Q2i Parlais frniasmnt I „.. M wslswse Au ours des eiofdrei'.ss pro 110 i"--pule Dr Habib Met no, La fxKitt Port au Princicnoe a t vraiment admirable et d'aue distinction parfaite. Nos jeune gens autnt que les jeune nlles et le< iltni'M rivalisrent de uraee et d'lgance. Cette petite note p>urrdt se gnraliser si tous m iistmctsmeut, ne* voulions nous constituer les clients fidles de Kawas SeriiUuOS q ii r.'jiiveul par oha|es htai 1 d M tntrchandises \ > loota In m t. l'ost visitear et aeheteir est toniours sr de pouvoir s'hibiller suivant les derniers eris de la mode. Efforce vous d'tre toujours le premier visiter les noaveau's de Kawas Eermaai^ car a u'en pas douter, les client. ds la maison sont toujours 1'obje.eo de la m ill mattention et Je cul plus haute admiration. %  Eli : n'a pas pn avoir lieu hie soif, lt heita r rrseititioa des eeteiri de e.tte Intr as*e.4i a>oiti, 1 r.u H de l'iaeeetie E est fixe k samedi soir, i 'u -*• '0. S. Iji MM • yoit tooipany l'neue "Royal G


PAGE 1

DIHUCrflUa RROfRIKTaUR* mnumx Clment Magloire *W VttMA rrVaiBR# <^Q OBNT1MBS Ce qm est la (jrande allaire c'est d'aller jusqu'au bout de la >ie et de l'abaorber jour par jOur,de l'oecii|er, de !• rendro mlrtuaote et varie. Alfred Capus Quoliiien TELEPHONE No 242 lS-ne &NNRI M 5412 PO t iT-AtJ^m€K (HAIT! > MI'R'MWni 21 JANVIER 1SB .'galit argument-* ne flanqueront Ml a ceux i|iii discutent pour lontreIV{.'alii'-;el toujours lorsle mois oe sutliront pas aux kurs .te .\slirces, ceux ucii\^ ussb'ie... Au contact de la humide du tertre oubli, o : l'espace vide que recouvre la la or^ueilleu e de granit o. Imarbi'i', la nature ne traite>tPM ••' % %  *Uuttfirtdipoui|e de luoigi ni et le fumu! du poleVtat f J L'Iinmanilc.dH-di, pense, dW |a lea guerres que %  nt Ifs peuples ? %  i.o.ajne tant n a'.relle-n.int %  au vce et mettant toute 'uergie la reoherehe du pUi d la vaine g^ire yn oro i t Amar>lli s ,^Jaqda, Eva, Douea france,Kismel,Bou quel de Papillons. fous trouverai tous ces parfums dans las mail* leurss maisons qui vendent le LUBIlf, ainsi <,ue ses poadraa, lotion, eau de toilette. Paul E. .mil. h suis'uupiease e' j'aiiie m ( arrler aui iiiajaiiu^Jdc cf'ti'^ laOu je jas^( .mon te njis voir de jolies cltoscs.tnjiis sinlreuient c'est eboi Paul E.AuKla qu<* j'ai vu les plus liellee et aux meilleurs prix. Parisiana JKLDI M :AVEG Fr anceaea^'Bertloi." Kntre ll.O l r Ai i e pts f 1 nrj Le Public est prvenu qu'en vertu de l'accord i>ro\ioire intervenu entro, le Department de rrn>au. l'ub ics et le t^oaoil d'admtniatra lioa de 'a i:on]iBgriie des J>emina .te fer d la l'Uine .lu Cul te Sao, llloraire de r rai 01 sur lei \\#tu-* de la Plaine du Cul de Bec, de L-iu ga % %  et de Hi/olon Carrefour, e>t ain a. no P m. 8 h. 3(i p. m Port nu Prinae, le lft janvi. ri" Nouvelles trangres Par Cable L'FI cnnlorinil '• des dorniflres olouldi <1 • .1. Wi!-t)fi WkS i! ITO.NU v,.,.ve de l'ei'pr! lent .\ ils n aano i equ • d'accord avec If* dairs ex iim* par son •'!) "i elle a n un 1 Mi H ty Sann . I K ti 1 •: ml et lui a re mU aria la I 1 100 I m 1 1 ,,BMOl p^r e : >* arc vea parti u lires de .v!r VVilson et .i na les quelles •.• Irouv ml de 1 imbrem a lellrt'" i r. meet d s notes pi > g dans le -: un .1 • 1 n as 19P7, IV) 8 et f 1 %  ., si p oi I lure pen danl la gu rra el a la confras : • de la t. u. U'ie dclaralio i politiqua tiu nouveau ch inceliar allemand P v i S .\ urn la filer a t nu|.i • i mi, ite la Pi (lir de nombreuses r iunions des oathp li|iies en vue de protester contre 'a politique religieuse ^du gouver Btmeol aituel. A Ait, en Proven <•••, une collision produite entra IM membres de la fdration ni tiorale Mtholique et les partisan' 11 marchal de Caatainaa d'uni part et les communistes loeaua de I autre. Monseigneur Kivire, v que, u pris une pat active aii\ r, unions organises dans U; bu d'accrottre l'uuiou troita de tous I s catholiqa ta en defenae le leur* droits et de leur libert. Les r'omions catholiques te m iftiplienl en fraoaa IlIRUfTI, 10\u ReichaUg.'a chancelier Luther a lu cet apr midi la dclaration politique du ooufMo gouvernement. Dans la partit de te documeul relative la politique eitneure, Luther al liinie que l'Albnia-ue excute a Inyalemeot la coevealion de Lon >lii,fera reapeoter \*> obligations que la dite convintion lui impo se. f %  •?— %  La rponse du Haut Coriti A 1.1. f. Lln'risKon, / Prsident 'le laLigm Bp.i|ir c Lu Hoata un lH • i %  .'Ou .81. Un. •iinii.ii/cs the ? 0 ry oi t ti barbs \il, and aoi laii 1 a .mi oi ili'ii lo aiivocale the l ilion f put l.c o'ticials and p". 'iiie fo the d. porlalioD ol I eau IOKIV upon • ipreaaion of sudi sentiments o r. ir let *r prtests againt aile La DiraalioQ Terrible in:eolie Il t;ii! yi.viiou six U( Ul loir qoaod par Iroit (o e cri lugubre do (a tir e j^tt ui e nouvelle foi % %  t\ fiile .1 tiaw* la fille — On pensa.t &f • nrtiement un-: il , ne qu aurait t donne p*r e BU" fan de la lit-il Irtim ri \ pot r prouv, r l'art^n de n 1 porj p ers et Us tenir au.si dam un tal d-; perptu 1 veil. Il n'en .M mallieureusciii u; rien, el/ on ne tarda pis a bavoir .,..e le/ leu venait d'clater prs du -t Di i.i-iVr DE MM. LorrtoM LWCAS t> dp.it construit en \< )i et ittenant aux magttni principaux renfermait un Mock de Cal et Coton ainsi que |u Iaue tubes de Ctrbonia \id desUni l prp ration do [a K g< d inbumaait] iu tbe treatinenl o*' M. Houget, and detlaies bih Lifo to Le iu daigtr. U 1 .dcale-, h w evtr, iii;i tbeonlv danger lus in hib uUeuiptcd orfliieuttued selldtstructiou bj ataive ion, a aondi lion lliat be (ontinued lor sevtu dan. In tins coniiei lion, permit mefv>ay that sympolb] wibtt • % %  n 1 .1 il ui llnt ttli-ui .1 suicide will nul invoke unsupport ol ngbt minded non. Man] peuui codia 1 baraclerize .uiciUe s a grave p.. bile wioi.g uud heavil] penali/u ailiii.pi to coinmit il. An e>an.inati. n of (lie eondi lion-ul M. l'oug.ts conlinement faits lo disclose HII\ just caue for eomplaint us to Uie Intuuat ac orded bim. Vour protett as lo nlte>ftd i.lgal delav in tlie proctinga deals wuh inaltr e\LL [American ll.gb Comuusionner. Mr L. C. Lhrissun, Prsident, Ligue llaitienne piur la Dfense dea Droits de l'Homme et du Cito ven. bien -i prai ton. I lue] quantit la i^'ca de ceit 1 ira I nra avaient t achets dans la matiu'edli > Par la .s ui'ion roors de ce dpt II Lu se pro, lOOkOM une tranai de pou Ire, : le le fort vent qui Soufflait s. constituait un ml prniiagar ur paininl du terndle ilau Bon tri lequel iurani iui!iinants I. seilorts ligu dt %  ; pouipiei [olGciers de la (iendarmerie. IV t qu lq es minute H iard I nu'.eii li avait gagn jU'.iqtica maisons avoisinau e et c iiuue lu vaguea dvastitri' ces au mili u de la tempte, les Il uiiiues gourmandes se prcipiter, nt sur leur proie itnuioln e MU laisant ainsi leur raga de destruction. A un mom nt donn, le mardi.St Louis embras n e proiatiil plus que l'aspect .l'une mer de feu, et de partou 1 01 n'euteudait l'arrfi ir ()<><. Il mrrfl no t'naaisa qui faille d'aliment, auand le fan ivii< rnnu ra U dernire maison de II l H< Nord ( Hirst de place St 1 oui*. Causai DE i.Yw.. M> E n n ne sa ; t j.isiu'i i i q\ir attribuer cet incendi qui a cl it une demi heure environ aprs u fi rmMuredei Mamsini •CDptsde M\l OIOHSOB, Lucas &(]>. Sariit-ci a la n'agence ou la m.dvei lance 01 mrore ne se-; it-il qu'un ace• enl ? Autant de questions qui se posent sans pouvoir tre iLairitenant rsolu s, mais sir lesquelles l'et qui te judieiaiia qui devra se po irfnivrr aura faire le jour. Car Irop iliniorlun< sont victimes de cette soire tragique pour que la plus grande h mire ne n il na faite sur les causes fr m nuistre. 1 VA 1.1 • k>l pij %  '•"inns de ce n, 1 | %  • ;'' "laine..'.• 11 ni n n pte : -' 'a va'leur de i'ini 1 1 '. n' is comme d DOt, des rifl r<8 rue-, au mil nel senrinl A li prp.'; r : le lit il f"* • mer les partes h Or P. 12 000 H n ^ 1 I • taire une estimation paraill urs, car l'yalualion ni ppui raponr que sur la valeui mme des msitoM dtruit!*, alrs qu'il lautr.it pouvoir t. nu aussi n n pte du c pilai reprsint i ar les nom* let u .s |. ti'es lin tiques ta* b'ies,enc squirtiers. L' D. i'.u DB MM. 'MOII-OX.LC Cal C TAIT M. ASSCn? a> Demi qni'qu.i b mpa c'est la question 'j non enlrnd poaar sil.it qu'un incendie clate. \ nolra t. ur n us i^ona voulu iu ".il r '1 '">•< Mpi nr, et c'est aii >i que n us tiansmettona nos laeleurs le. rensi Ign roenl que nous 1 vous avons eu 4 cet rtard de Boorcaeettaine : le .1 J; dont il 8''^ii lHil 1 u t Ile ttvi.ie a la Impnal tni'i.mcp Co dont Mr lnnald Brandi est l'agenl • n llaiti, pour une \aleur de l %  n 0 dollars, r'i.ur r \. mr ce que nous d Boos prcdemment r. laivem et l'impossibilit d une pjsla < llltioi des perles, nous nous bor mim j'iui 1 lu i douner L\ LISTE AUSSI OHfLIfl Q< B NOUS A\.)N's PU L'AVOIK UEU MALIlKUlieUX SIR1BTRSS Fmilrt V< qii're, i maisons, H\ m 1 lre-ille. s maisooneltes, Jeil'n D'hitrd 2 Ueriraod Beauvolff 1. Glffrai l Pau!, I, i <1 Oriol 4 mni>.nr, 8 | rrifa, 'lemiMoiae, 1, LO 1 Jeai l. Pi rre l'aul Cassagne, t. Loui • Clfnton, 9, Fi rn ind I aro] I uaaalol K Mine Annu ytsa MaUbrancba et • .1 Itii'.in 5, I.' ni<% In \ • 11.1.. | • i. Prd' ri. Ii i VniH Duperai V+* 0.--r % %  Hoatin t, Ar hm %  1: / < %  > w ine Leb ae B Mm Lebrun 7. l ioUi IH ' alli %  ''. %  'n v ' ICI >ud, P'ilM I mr Vnlnv -/niro. Roh ri in Mi-.i-.|. Mme P •• Ptiail. Rulalie 'i %  %  r<-s, UiiiMMi Cavemitta, lpa<-ition. Ci .M 1 A \I>N...I 1 v L'ACTION lias l'.'upiane '. u u -u i.s omis ne fois rla p"^" %  "-tjagr \ T inter\entioM IA MM lie n^a 1 tout icaemrmut uoes 1 1 A


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06333
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, January 21, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06333

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text


DIHUCrflUa RROfRIKTaUR*
mnumx
Clment Magloire
*W VttMA
rrVaiBR# <^Q OBNT1MBS
Ce qm est la (jrande allaire
c'est d'aller jusqu'au bout de la
>ie et de l'abaorber jour par
jOur,de l'oecii|er, de ! rendro
mlrtuaote et varie.
Alfred Capus
Quoliiien
TELEPHONE No 242
lS-ne &NNRI M 5412
POtiT-AtJ^mK (HAIT! >
MI'R'MWni 21 JANVIER 1SB
.'galit
argument-* ne flanqueront
Ml a ceux i|iii discutent pour
lontreIV{.'alii'-;el toujours lors-
le mois oe sutliront pas aux
kurs .te .\slirces, ceux knt couls, qui au ont cru en
iose et qui en auront soif re-
front aux armes : l'pie, In ca-
ne et les canons seront mis en
re pou* tablir, pour asseoir
lil: tandis que a'aulres indi-
Bs lutteront aussi ponr assayer
l'aire disparatre le mot sa'nj
loir anantir l'ide, le senli-
ou l'instinct de lYgalil.
galit est-elle un principe ou
|caimera ?
l'on considi're que ch-ique
lence, chaque tre lia de-
lie valeur, sou gnie de force,
lanire d nergie, i-on ordre de
Vince, sa lorm d'action el que
jenneomt a l'ImpolaioD Ren,
laii mouvement universel; que
[sert prouver, tablir, fax- r
Virement une ralit langt-
lu occulte, r.n sera peut tre
| d'admettre qu'il esl impos-
I
piuvoir obtenir en afllrm nf et en
essayant do taire rnoii04ltre un
genre de npiiorit sur -es sein
niables, lutter* toujours pour ia
priorit de l'ide d'ingtlitj. Ainsi
les destructions, les lottes, la guer
M perptuelle conditionnera tou
jours les ingalits iadivi Iuelles
socia es ou internationales. Li
guerra n'est donc que le rsultat
fa'al e invitable de toutes ces
petites passions qui portant un
bornai croire q je par lui m.n
il est suprieure un autre homme
e' rciproquement.
Fli* DIAMBUIS d
Lubin
Lubin
fde
concevoir l'ingalit iks
|enls,.ln diversit de ressorts,
puividence il. s obj -, .
litre du ci p leur i ieeesit
hduelle et la nce- M
lue de les conserver, d<
rationner kuw BMiNTpourqVil
Mt po nt d'arri, poi ,t de i
I point de heurt t'ans la mari lie
ponieuse du Tout, que tout
Ititue.
lais encore, n'est-ce pu qu'on ^A '.'
Ve que tout est d'abord pop *pV
' et que tout doit, se rs>ucii\^
ussb'ie... Au contact de la
humide du tertre oubli, o :
l'espace vide que recouvre la .
la or^ueilleu e de granit o.
Imarbi'i', la nature ne traite>t-
PM '*Uuttfirtdipoui|e de
luoigi ni et le fumu! du poleVtat f
J L'Iinmanilc.dH-di, pense, dW
| Vice invincible, malgr ses prt-
'gs, ses dsior et ses besoin
tout est ci, que tout est
iseiv Qt qui tout doit dispa-
Itre suivant des lois irnmua.
8 d'une Itovidence qui sem-
n'avoir t jusqu' ce jour nul-
lent proccupe ni de l'espce,
I geire, ni de la classe, ni du
og dd lie* et des choses.
)rt rbu* enseigne religieusement
jaisis l'intelligeoce Suprme
A souci d'aucune position
d'Jeune situation : a.Au re-
lu d Celui qui lit l'immensit,
Isece vaut un monde : ils ont
^.'cout !
pouquoi, d'autre part, les
les princes, les souverains,
|saembles de nobles non con-
de rgner et de gouverner
peuples, emp'oi. nt-ila toutes
M de moyens, sans ddaigner
jensouge, la flatterie, les bas-
[adululions pour avoir l'appui
les faetions ou entendre der-
leurs chars les elameurs de
fue .' Pouiq oi recherchent-ila
lsion des gueux qui forment
Topulaces ? Pourquoi les ri-
les forts, les puissants sa
Inent-ils faire ap(.el aux
res, aux faibles, aux misera-
en tmoignages de ce qu'ils
'aient faire admettra pour
(eux oo de leurs bonnet inten
ou de la nobles8e de leurs
lents ? Pourquoi paient-ils
privilges l'opinion favo.
que le vulgaire nW leur
r Pourquoi un magistrat ia.
J-U un autre, un minietii
ue-t u contre sou collgue
.urt.san dnonce-t-il son eom
p Pourquoi tous les politiciens
utils au gouvernement '
juoi les ohels de sectea, lea
!ears de consciente, les pro-
leurs de dogmes se dnigrent,
autuellemenl ? Pourquoi les
lutions que (ont les citoyeas
|m*mapa>a lea guerres que
nt Ifs peuples ?
i.o.ajne tant na'.relle-n.int
" au vce et mettant toute
'uergie la reoherehe du pUi
d la vaine g^ire yn oroit
Amar>llis,^Jaqda, Eva,
Douea france,Kismel,Bou
quel de Papillons.
fous trouverai tous ces
parfums dans las mail*
leurss maisons qui ven-
dent le LUBIlf, ainsi <,ue
ses poadraa, lotion, eau
de toilette.
Paul E. .mil.
h suis'uupiease
e' j'aiiie m(arrler aui
iiiajaiiu^Jdc cf'ti'^ laOu
je jas^( .mon te njis
voir de jolies cltoscs.tnjiis
sinlreuient c'est eboi
Paul E.AuKla qu<* j'ai vu
les plus liellee et aux
meilleurs prix.
Parisiana
JKLDI
M
:aveg
Fr anceaea^'Bertloi."
Kntre ll.O

l
r
Ai
i
e pts f
1 nrj
Le Public est prvenu qu'en vertu de l'accord i>ro\ioire intervenu
entro, le Department de rrn>au. l'ub ics et le t^oaoil d'admtniatra
lioa de 'a i:on]iBgriie des J>emina .te fer d la l'Uine .lu Cul te Sao,
llloraire de r rai 01 sur lei \\#tu-* de la Plaine du Cul de Bec, de L-iu
ga ! et de Hi/olon Carrefour, e>t ain tir du Lundi 20 janvier courant.
Horace
Ligna Plaina du;,t;ul_.*k Sao
i. 110roa car
'Irain* Pas a.ers lie clase.
Mercredi et Vendredi :
Dpart de la Gare du Nord 7 h. 30 n. m.
Arrive l'Etang in h. 00 a. m.
Dpart l'ttaug 3 |,. qq .,,,.
Arrive la Gare du Noid 5 h. m j,. m.
Ligne de Logana
I. MOTOR GAK : Tous les jours.
Trains passagers 1re eltMt :
Ppait de Logane 7 h. 00 a. m.
Arrivl (lare du Nord 8 h. i'da. m.
Dpart de tiare du .Nord 4 h. :<0 a. m.
Arrive Logue Oh. 00 a. m
Dpari de tiare du Nord 12 I1.O0 p. m.
nivtie Mariani 12 li, 4 p. m.
Kpail de Mariani I h UO p. m.
Arrive liare du Nord I h. 4" p. m.-
t. LOCOMOTIVES
Ligne Plaine du ^ul de Sac
Trains Frit etVassaners 2me lasse
Mardi, Jeudi et Samedi
D pat de lKlar.g i h. a. m.
Arrive la Gare du Nor 1 0 u. OU a. m.
Dpart de Gaie du Nord i h 80 p. m.
Arrive l'htang s h. :tn p. ra
i. LOCOMOTIVES
Ligne de Logane
Trains Fret et Passagers -tme classe.
JEUDI
Dpart de Logne
Anive a Sara du Nord
Dpart de Gare du Nord
Arrive Logane
7 I' Il a. m.
i h. :I0 a. m.
'.> a. no P. m.
8 h. 3(i p. m
Port nu Prinae, le lft janvi. ri"
Nouvelles trangres
Par Cable
L'fi cnnlorinil ' des dornifl-
res olouldi <1 .1. Wi!-t)fi
WkS i! ITO.N- U v,.,.ve de
l'ei'pr! lent .\ ils n aano i equ
d'accord avec If* dairs ex iim*
par son '!) "i elle a n un 1 Mi
H ty Sann l'Ii jia i>. I K ti 1 : ml et lui a re
mU aria la I 1 100 I m 1 1 ,,-
BMOl p^r e : >* arc vea parti-u
lires de .v!r VVilson et .i na les
quelles . Irouv ml de 1 imbrem a
lellrt'" i r. me- et d s notes pi > g
dans le -: un .1 1 n as 19P7,
IV)8 et f1''., si p oi I lure pen
danl la gu rra el a la confras :
de la t. u.
U'ie dclaralio i politiqua
tiu nouveau ch inceliar
allemand
P v i S .\ urn la filer a t
nu- |.i i m- i, ite la Pi (lir
de nombreuses r iunions des oathp
li|iies en vue de protester contre
'a politique religieuse ^du gouver
Btmeol aituel. A Ait, en Proven
<, une collision produite entra
Im membres de la fdration ni
tiorale Mtholique et les partisan'
11 marchal de Caatainaa d'uni
part et les communistes loeaua de
I autre. Monseigneur Kivire, v
que, u pris une pat active aii\
r, unions organises dans U; bu
d'accrottre l'uuiou troita de tous
I s catholiqa ta en defenae le leur*
droits et de leur libert.
Les r'omions catholiques
te m iftiplienl en fraoaa
IlIRUfTI, 10- \u ReichaUg.'a
chancelier Luther a lu cet apr
midi la dclaration politique du
ooufMo gouvernement. Dans la
partit de te documeul relative
la politique eitneure, Luther al
liinie que l'Albnia-ue excute a
Inyalemeot la coevealion de Lon
>li- i,fera reapeoter \*> obligations
que la dite convintion lui impo
se.
f ,'?
La rponse du Haut Coriti
A 1.1. f. Lln'risKon, /
Prsident 'le laLigm B dt f Homme il dujniuyen
Jai uarv lu, VJib.
Sjr,
In r p!\ lo }(. ur lttbr probs
tiu^' Bgainal lie anesl uni cuutine
oit-ut ot M. Louis Ed. Pduget,
winch \ou, a* Prsident ot Ibe Li
gue iaiiieooe pcui la Dfense dt
Mioila de I Homme et du ( iloven,
adrtsidto me on JBuari J"),
1023, I ty lo point oui Ibal il is
a mat Ici ui common Lnowled.e
tha M, Pougel ^as itmted ou
i.c-.outii oi ... arliolo enlitled
. Dans le aog 1..., p il 1 ^t d m
hil iitv>p.i|ir c Lu Hoata un
lH i .'Ou .81.
Un- iinii.ii/cs the ? 0
ry oi t ti barbs
\il, and aoi laii 1 a touthat Ibe writer recommanda
t.... rtini val ol a Chief of State by
asaussinalion.
ni.li/en ol a lilirl\-lo\w g
ountry v Iiokc la a n I ai the admi>
.mi oi ili'ii lo aiivocale the
l ilion f put l.c o'ticials
and p". 'iiie fo the d. porlalioD ol
, I eau iokIv upon
ipreaaion of sudi sentiments
o r.
ir let *r prtests againt aile
La DiraalioQ
Terrible in:eolie
Il t;ii! yi.viiou six U( Ul
loir qoaod par Iroit (o e cri
lugubre do (a tir e j^tt ui e
nouvelle foi t\ fiile .1 tia-
w* la fille On pensa.t ?
nrtiement un-: il,, ne
qu aurait t donne p*r e BU"
fan de la lit-il Irtim ri \ pot r
prouv, r l'art^n de n 1 porj
p ers et Us tenir au.si dam un
tal d-; perptu 1 veil. Il n'en
.m mallieureusciii u; rien, el/
on ne tarda pis a bavoir .,..e le/
leu venait d'clater prs du -t.
Dii.i-iVr de MM. LorrtoM
Lwcas
t> dp.it construit en \< )i et
ittenant aux magttni princi-
paux renfermait un Mock de
Cal et Coton ainsi que |u I-
aue tubes de Ctrbonia \id
desUni l prp ration do [a
K
g< d inbumaait] iu tbe treatinenl
o*' M. Houget, and detlaies bih Lifo
to Le iu daigtr. U 1 .dcale-, h w
evtr, iii;i tbeonlv danger lus in
hib uUeuiptcd orfliieuttued sell-
dtstructiou bj ataive ion, a aondi
lion lliat be (ontinued lor sevtu
dan. In tins coniiei lion, permit
mefv>ay that sympolb] wibtt
n 1 .1 il ui llnt ttli-ui .1 suicide will
nul invoke un- support ol ngbt
minded non. Man] peuui codia
1 baraclerize .uiciUe s a grave p..
bile wioi.g uud heavil] penali/u
ailiii.pi to coinmit il.
An e>an.inati. n of (lie eondi
lion-ul M. l'oug.ts conlinement
faits lo disclose hii\ just caue for
eomplaint us to Uie Intuuat ac
orded bim.
Vour protett as lo nlte>ftd i.lgal
delav in tlie proctinga deals wuh
inaltr e\ ribdicliou ol tbe II 1 lian courir.
|Vejrj tru % voirai
Johu II. K. ->LL ,
[American ll.gb Comuusionner.
Mr L. C. Lhrissun, Prsident,
Ligue llaitienne piur la Dfense
dea Droits de l'Homme et du Cito
ven.
bien -i prai ton. I lue] quantit
la i^'ca de ceit 1 ira I nra
avaient t achets dans la ma-
tiu'edli >
Par la .s ui'ion roors de ce
dpt II Lu se pro, lOOkOM
une tranai de pou Ire, : le
le fort vent qui Soufflait s.
constituait un ml prniiagar
ur paininl du terndle ilau
Bon tri lequel iurani iui!iinants
I. seilorts ligu dt ; pouipiei
[olGciers de la (iendarmerie.
. IV t qu lq es minute
H iard I nu'.eii li avait gagn
jU'.iqtica maisons avoisinau e
et c iiuue lu vaguea dvastitri'
ces au mili u de la tempte, les
Il uiiiues gourmandes se prci-
piter, nt sur leur proie itnuioln e
mu laisant ainsi leur raga de
destruction. A un mom nt don-
n, le mardi.- St Louis embras
n e proiatiil plus que l'aspect
.l'une mer de feu, et de partou1,
01 n'euteudait s -pres de ces pauvres diables,
qui avaient su tiouver un gite
ia u C3s iiuiriurs insalubres.
R ti> l'arrfi ir ()<><. Il mrrfl
no t'naaisa qui faille d'aliment,
auand le fan ivii< rnnu ra U
dernire maison de II l H<
Nord ( Hirst de place St 1 oui*.
Causai de i.Yw.. m> e
nn ne sa;t j.isiu'i i i q\ir
attribuer cet incendi qui a
cl it une demi heure environ
aprs u fi rmMuredei Mamsini
CDptsde M\l OIoHsob, Lu-
cas &(]>. Sariit-ci a la n'a-
gence ou la m.dvei lance 01
mrore ne se-; it-il qu'un ace-
enl ? Autant de questions qui
se posent sans pouvoir tre
iLairitenant rsolu s, mais sir
lesquelles l'et qui te judieiaiia
qui devra se po irfnivrr aura
faire le jour. Car Irop iliniorlu-
n< sont victimes de cette soire
tragique pour que la plus gran-
de h mire ne n il na faite sur
les causes fr m nuistre.
1 va 1.1
k>l pij '"inns de
ce n, 1 | ;'' "laine-
..'. 11 ni n n pte ':-' 'a va-
'leur de i'ini 1 1 '. n' is com-
me d DOt, des rifl r<8
rue-, au mil nel senrinl A li
prp.'; r : le lit il
f"* mer les partes h
Or P. 12 000
H n ^, 1 I taire
une estimation paraill urs, car
l'yalualion ni ppui raponr que
sur la valeui mme des msitoM
dtruit!*, alrs qu'il lautr.it
pouvoir t. nu aussi n n pte du
c pilai reprsint i ar les nom*
letu.s |. ti'es lin tiques ta*
b'ies,enc squirtiers.
L' D. i'.u DB MM. 'moii-ox.Lc
Cal C TAIT M. ASSCn?
a>
Demi qni'qu.i b mpa c'est la
question 'jnon enlrnd poaar sil.it
qu'un incendie clate.
\ nolra t. ur n us i^ona voulu
iu ".il r '1 '">< Mpi nr, et c'est
aii >i que n us tiansmettona nos
laeleurs le. rensi Ign roenl que nous
1 vous avons eu 4 cet rtard de
Boorcaeettaine : le .1 j; dont il
8''^ii lHil 1 u t Ile ttvi.ie a la Im-
pnal tni'i.mcp Co dont Mr ln-
nald Brandi est l'agenl n llaiti,
pour une \aleur de l n 0 dollars,
r'i.ur r \. mr ce que nous d -
Boos prcdemment r. laivem et
l'impossibilit d une pjsla < -
llltioi des perles, nous nous bor
mi- m j'iui 1 lu i douner
L\ LISTE AUSSI OHfLIfl Q< B NOUS
A\.)N's PU L'aVOIK UEU MALIlKUlieUX
SIR1BTRSS
Fmilrt V< qii're, i maisons, H\
m 1 lre-ille. s maisooneltes, Jei-
l'n D'hitrd 2 Ueriraod Beauvolff
1. Glffrai l Pau!, I, i <1 Oriol 4
mni>.nr, 8 | rrifa, 'lemiMoiae,
1, LO 1 Jeai l. Pi rre l'aul Cas-
sagne, t. Loui Clfnton, 9, Fi r-
n ind I aro] I uaaalol K
Mine Annu ytsa MaUbrancba et
.1 Itii'.in 5, I.' ni<%
In \ 11.1.. | i. Prd'
ri. Ii i VniH Duperai
V+* 0.--r Hoatin t,
Ar hm 1: / < > w ine Le-
b ae B Mm Lebrun 7. l ioUi IH
' alli ''. 'n
v'' ICI >ud,
P'ilM I mr Vnlnv
-/niro. Roh ri in Mi-.i-.|. Mme
P Ptiail. Rulalie 'i r<-s,
UiiiMMi Cavemitta, l mer M .. i'i. 1 1 nmTii. vu
nilit Moi**", K-tven R'ienne Flo
110 1 Vtoise, etc. te.
\ aela il lui ^nrore comprn
dra 6B 1 ine: va'eura en argent
.1 mt on signale la 1 >pa<-ition.
Ci .m 1 a \i>n...i 1 v l'action
lias l'.'upiane
'. u u -u i.s omis ne
fois rla p"^" ' "-tjagr \Tinter-
\entioM ia mm lie n^a
1 tout icaemrmut uoes


1
1
A



>
.*-
T -
URODONAL

'eoH
1
.
Rhumatismes
Nvralgies
Goutte
Gravelle
Artrio
Sclrose
Obsit
Itirliumi'limri, leilurciaeemcni
de* artre* l'ensablement '..
tint, 1* varice* et l'obait* doit
liminer l'eaee d'acide urlque.
cm polaon de notre organisme,
l faire des cure rgultirea
WRODONAL
9
lave le sans
L'Indi-iti-n pri" .r'*. trait.,, mi Snnt tout a tir.p*cnrr In na'tssnce t-
le dveloppement Ois I ' i* rlrfl':-
If. A la period.* de prtsi roM, l'acide
urlqur tant I* sei, f r I I v i*r
ifi.tiou. on devra, mtiiu lou Jire
ehose. lutter .icra: y ment f fr-
quemment contre la r. i.n'.ion d'aetds
unqne dans l'crfanlune en employant
l'Urodonal
Professeur "atvas,
Prot et dm tnt I lUntvcnlt* U Poitiers
0
KUbt Chaula'*. I. r Valtoclannes. Parla'
et tt ph".
niai inni Ml earlat faieu, loni- I
LU M L. I nv L beutiii '.i !:" teierusc.

H
k
Goodrich m.
dans le^maich des pneus/^
\ pum Cordi jvous" ^oat^pari
jl peine Jdu travail, g
! Toujours le ; nime, ^et ffal
avec ao matriel sxtra et'onei
b d'uvre *of floe, f rt^ poi
voui le proewer dani totti
diuieusioai.
Maxwell and Mol
%* au ^riiu^tt5aiU
iraWl
L. -nmou'. Maltclii-t
iml, i miio.ithif.
femme.
laiurni !'. ime talmart nt-.uma-
l-iri I vUU MimM. Goutir. Luiubat'i. N-
m
Serge Ta H ml OonMgnaftdlr pcir laiii
4
Nj
>lamion rn laveur de la Compi
ji'.m Ip eoneoari 'antdes Pouvoir*
une i-' Industries et d Socit
I^orf notre voix ne tatf.lt Are
|uX*e de pailia'it.
Ayant tt* p rmi le BrenVa
mit lu lh aire du sinistre, nim
|.pno'j que l'atiou des p ira > en
nVveti jtVxercrr des le dbut A
luira U vide aussi rapile-np.nl i| tu
fofesiht*. Celte aetioi ne d'vait
viser l'extinction ilu feu pui-
. ,. tait imaossihle par la h
, *ue des maisons for-
finiit en me .. .
i 7 bloc, et ensuite a
iMvc lin vent < ...
., *-?uvintali|e uni
Miulfdil, mai aurait... _, _*_
tiojun pi elle avait coneaL aej efliirtp .-n doliseaol qnei |.,,
" (i'entifi cet f. m l'oii-i ne
lioni, ce qui et A re ralis
hvec le roncoura d'an timion prn
ploy dj aans des eiroonstan'es
h niblablts.
i'.n tiplorant p grave malhru-
noue r OM* apitoyons ior h 'ort
des r.nrah etes violiaei 4 qui
... <-nvo\o is tout >8 DOS eoido-
l*nr.fP
Nonob-tant l'aaqute judiciaire,
nous ne manqueroan point de nous
onlourfr de tous les lment* pos-
sib'e* pouvant doiip permettre en
faeiliiant la rle de la justiee, de
renseigner non lecl- urs.
Carnet Rondrfii
Hier aprs midi U Secrtsire
d'Etat des Hlationa ExUrituvM
ot Mme Ufjean recevaient dans
; nr- aalons.
lue brillante sieit s'tait lu
nie dans leur villa 4 Tuigeau ue 5
a 7 heures. -
A ct tics ,unis p i-uiiii" i i
Ministre qui taient eu graud rnm
hre, on y voyait beaueoup de pe
sonnalits du monda officiel : I.
liant Commissaire, les membres du
corps diplomatique, les Coniul*,
les ninitres du Coavernemtiit,
les Conseillers d'Etat et d'autres
liant* fonctionnaires.
C'est avee beaucoup >\-> z .'
que Mme tl.jean filles honneua
le sa maison ses distingus in
vtes.
a
A cause d'un deuil survenu daus
si famille six Etats Luis, Madume
Hustcll Hgrstle ioniment dtre
ob igt'e de i envoyer la ratptioo
qu'elle donnait sa rsidence la
17 Jsnvier 1915, pour laquelle le*
I ivit.ilions taient dj lances.
Varits
:;.::- ge.soiu
Carmen
Grand dramejmxirain
/ parties
EntreG. -0D Lo/f G. 3.00
Nnrc pjpalatua serait de :
2.028.000 habillais
Suivant la Statistiqae Gnrale
d i Clerg et des Congrgations
Haligiauses de la Provitiee gcsl-
"'jiqiia d'Hati parue au Bulletin
de la iuinstine, notre population
serait v|ui0 a a.023.000 nabi
tants qui s. rpartiraient comme
suit :
t Arshidiok% de l'ort-au-
Prince, 7u,000.-Diou,edu Cap-
llaitien, it.oOt; l)iou,se des
Caves 50^,000; 4 Uioese Je
Gjoaives. 2.\ .o00. K Uioese de
Port-de-Pdix, 108 000.
ta*
--iTJ'
1
IteMur 4*ifBtour-
No. 'MMk, p*3 c** l e
dU NOVd. aiateUirjftafft.
Les noeef> (l(ari|eol
1 n groupe de Sportsmen se pro
posent de comm4morer le vingt-
cinquime anniversaire de l'iutro-
dimtion d9 Sports aux Oiyes pir
de agniliqtii's ftes qui seront
organises cet effdt et qu ra 1
root tous les fervent* dei sports.
Ces runions auront probable-
ment li u le same.li saint et le
dimanche de PAques.

Nous avo:i3 reu ca mttin la
visite de Al. Sterne Bjnneiil d -
le^'ii.'-s des eiuos spOriits eayens
accomp ip;n dd M A. Cli)vaW
lier, prsident de l'U&Sil M.
iionnelil a voyag spcialement
potir s'enUndre avec l'Uni n tt
nos dillercntes or^iuisatioui
dans le but de comme .noter I -9
noces d argent de i'lnlrolutiou
des Sports chez nous.
Lu f lU t t'est en 1U(J0 qu'un
groupe de jeunes gstM de retour
de Franco londriiit le Clib
Athl iqtii Uevyeo
MM. Artliur \\ meau. Ht -
tli.ud Itourjolly, Andr et Lon
Chevallier, Le iioss, l'hipps,
Phipps, Les trrei llonnetil, Nu-
ina.t'tf, en lurent les londateirt.
C'est avec plaisir que nous
avons aecept l'invitaiton d'as-
sister ces jeux.
"a*^
Asthme
, Soelag^niMit *t Gurlaoo
ivlNCMllITTUMUrlHID r'V
I awata.wspa'"'......S Sa***ae
I f>tf*r 1* natif**- SSflC *rr**aw ISnm
ESPIC
e#^??yaeaeBBaajaa
AVIS
Mval, les ebMfM K P,M vap^s "e ,rm,v*"t ,,e
Olotlson, lni Co.
lou le prit * f0 tou ' 9u8t*-
OilotFSuH, LUCS # Co
l*e Purgatif lWal
c'est U
Pilule du Dr Denaut
147, Hu du Ftumtarg Ulnt-irii Parti ]
raclle S pr*nflr,
Ne nceiiuaal tuas, prparai,!.
| tilt m frovsase |asuis es p it
Supprimant U CIlM,
I die ae MUU pas U ssslas.
N>xi>eaut pi de repos S la coambra,
! cils as csase sacsss perte e tcsiaw-
Plu aetlv* ene toua 1*1 itmllalret,
| IIP st. par ceassseat, ois* ebrs.
VOSE : PveesTivt, s s pmi**
0 UkSATItS, I pliai*
oodrich
AVIS
Le soussign, Mish ui rdtni,
dt^aul s'absenier pour un e.up
Indtermin, a\ise le pub m
gnral et le ci nimei en parti
111 in. que ses iires cl a- fis,
Messieurs Dominique Gio ttni si
Joseph tiiordani,restent sauli ahar
gs de ses intrt tt aurcLt la
signature sociale.
Michel I.IORD..M S
Oap lltiiien, le 10 Uce uur I Q2i
Parlais frniasmntI .. M wslswse
Au ours des eiofdrei'.ss pro
110 i"--pu- le Dr Habib Met no,
La fxKitt Port au Princicnoe
a t vraiment admirable et d'aue
distinction parfaite.
Nos jeune gens autnt que les
jeune nlles et le< iltni'M rivalis-
rent de uraee et d'lgance.
Cette petite note p>urrdt se
gnraliser si tous m iistmctsmeut,
ne* voulions nous constituer les
clients fidles de
Kawas SeriiUuOS
q ii r.'jiiveul par oha|es htai 1
d m tntrchandises \ > loota In m t.
l'ost visitear et aeheteir est
toniours sr de pouvoir s'hibiller
suivant les derniers eris de la
mode.
Efforce vous d'tre toujours le
premier visiter les noaveau's de
Kawas Eermaai^
car a u'en pas douter, les client.
ds la maison sont toujours 1'obje.eo
de la m ill m- attention et Je cul
plus haute admiration. -
Eli : n'a pas pn avoir lieu hie
soif, lt heita r rrseititioa des
eeteiri de e.tte Intr as*e.4i a>-
oiti, 1 r.u h de l'iaeeetie E
est fixe k samedi soir, i 'u rant, toujoerc avec le D*Aie pro
gramme. ^
Uetuooup de carte syan1 et4
dj vendues,lesueeseit d avance
asser
a samedi dors.
Eufl.LB BOSSE &
Agences-- Reprsentatii
\POllT-AU*PRlNCE
Agents gnraux de i
docker JonM Je-well M 11';
NEW-YOHU
l-'nr'naa, llu(|arian O O Boule Ilot

IiOsflineiIleurs
Cigarea^sqnt
ceux de
B.UL\Hii
Et vente chez
^d Katve ft Co
1
Th f Insurance Company
NBW-YOfUC
^y&urancc. contre l'ineendte
-\ m^~m
\
j OiaifrGDti latch Co
Allumette^ 1 Safe Homo >
*. -*_
'0. S. Iji Mm yoit tooipany
l'neue "Royal G Z___IL
NEURASTHNIE. FAIBLKSSE
r/V.'CV CHLOROSE, DEBILITE
H"
**eaa*re*Br 4a aana
A le riend* eru* * u* fWri.
DMl IMMut DaecMiaN*. ..
Le gaspillage des lames
sa de rasoir
emop s
DESCHIENS
l'Hmogleblne y
H par l'allt* nidioau.
Acitiii. * i Hflpitmax de Par/a
i **,. *ia n pi,..', :i-
Chas F. laltlatie i. Son
Poisaons snJa en tous {jonreto
i aaiy
Manulaclures Lile lne'sa Cl
Afeauramoe sur l 'lia
tiilhou Tires Ahi
\ ins"t& Chaopagne liordeaetfj
l'tv. H)nusn
GOrERUAGDE
B re bnoli, fromage et coanorTe alii
AV. K^latliews (f Son
1 ali ace jaunes et asffi-
iia; Katisaala
Sans) Rival
l-iyaiw, Chant
i.nvoie e dei
Me Franais A. Deverson
Avocat
Ifa Rue I-'orou
Port au'Prinae
L* plupart daaeansjcttvnilaoralaiMs
eu qu*u* J01, Av h v.l.i Adio- .
i *~"_** SaasB "qui r.P.,, |u|.
i Oim*", la mm. lame p,ut *.rvir ;
If p*nd*nt pluai.uti aatajeja. On SM
JSalnd U gaipill*R( dM |lm#i qu(
, rat*nt nnmoina toujonrrr*lch*, *
j^Sian ami***, doue., rpW.ro.
LAIT
CONDENS
STL IMiM
LE PLUS RICHE
EN CREME
Sans 5lival!
Lt Prepfz^ann-jqatlidin

H


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM