<%BANNER%>







PAGE 1

. 1 ".' "OL 'anmie / %  \ > • .. %  %  %  Ccnra!c — rrculote .mio lui %  • CkaMtala, , *t vj'.'.den. ir,. n .*• %  '• %  ._ -, i [< irai ..<: %  • '/ ,| %  forge fHjMii To-is •< :"•"• p< ' VA1 D ara MOUCHSS CMttel *' des Ha rcicmenti. Rhumes • : - e8 BOUIM, CC. de 1' de Ace'; iTS-slat,"*, otc, etc. II JUI Le. rfi" T " Maladiss do U Foitnti. M^. r ; W f L't ccaraivnaDGitresl tUa ifi.eiitiiU entit les Ilii;6S6illineSl!iliillllllMCiS la question le l'occupation amricaine solutionne Us Etats-Unis bui.tierut d'un privil-gi de premier rang LUI les espets ra bfarees ta quand L I yV~ s: %  tarai > me et I 1 de ii r. IM4 eti cd> il, da onl ttversa i ar les i soit un: n tatioo de il 0,0. foiirel m \ d< s idlqus 1 J comnatrciauiJran^tis el aile nui dj nom B OEHBDEZ. EXISEZ dans Mutai le -' : L3p A STILl-CS lv/ Vfc: sment en BOn poc m lhatmari) Cttntr le n p a 1 •'. ; % %  "'•" 1 1 S, I I "" IL, \ ,_o 1 :.CZ d t du grec d ,, , ( | ,, 1 it I. lUMli roir v .1 I :• V'.IO roi il i de Mr 1,JpiabWtl lput du Cap H., lien. La maison Il Bulloni Fils Sise Rue Roux, 1^0 Pt* le dpt de ihum Vi te joint l-ho-.o'ur i-ott r !^'conmrtrtVc de si nombreuse et silecta euii.tl.queseei s.% %  ,...ou%e.l.ul coo.fcaaauitu de marabi e 3 ^ lu.Ml.uu ,.* et au 3 oU de.lC.u a. 1, dcel. ILLMUC* I c ce, Ou. deu.t, m uoii. .• toute I. diH s ,ou a. .s,o,.,meu c -~:n^a.TTirr. s l. v.r.e pour saionet ...10 • uao.. ,.&.... e loaiud.Vunue, cb..^. el doU.ucs auin fcc, .u omvre -^ c u il ^j^W&M*** iyiCtJii "?S M -f e r mtd i 1V0 V • tJi * hU d CdU,p f 60 * 1 ". •> eu u ... V-f eaul,, u:. .^o.u.u.ul ,0.a,c( et Vtl (U b.kjjo uii,.a.v do Fiaa/iilles, di .Jari.ge et de Baptmw .uo. ..a....uu u o.-.o H a 3 ..uiuo loo.e rclame, car ls mais.,, peu, . ..jouir Oc ..o..dcr d eu..uuo do coj. tre.l heureux uccMu,.o*. . H %  -.. CM ue par 1. plue %  . ., I.LW 4-%.. .0 .. .. j * oc= uebo. e^ u.eu...ump. qa-M| bUUt t' 1 Ol 1 Une*. ^ .„ , ..cbdpedUX feutre et paille "Ber, h .„ •. noe on ui-., looi.de cU.,eou .or> oou. 110aime., daa.. u.Qhtti. A -.;,.,, .0. p .0. .u>u U.UU. I2>J| per ,*.o.e l u ..rbu.o " ,Uc ^ P^'•••{• J iour Huai • ..-,po -oie %  %  • %  u->, u u,u;.ricHj i y< r ...... m.ccioua.a-uuo. eillolMf^ u.', .a ,... a oliroyoau, ^ ooul je uo pu., taire loi l'eot 0e.' llluU. 1. A .ouiuf -me liai H r ein.nl M elle. U e ue la prov„ lu.i.o re tbw.oa:.e* JLou.fcioalti porte enume ptr B j ,s*e. l'AlUS— La co:.i 'M 001 t. nanti, ic a Bgu lac id entre les u rt iui.,..|i-eon'.s ..toc. 01 d lue • l'rateo* ie ma* rioudce t .. 1 u et^tfoa bgifnUfiioi du ., u iirtv.es a 8 l/ mlihtfo u ...u or p'-ur la pT" B %  r* nm, B iepi .t AMI I 1 " l>^uix„, ir. Lb trais de la commission mtl,.llde de r h.naine il 0 milhwj. la premire anne lot Irai U 1. .A.oinisMon de contiulo in n ,1... a 8, I arme doc upelion ol Odl aou pour U2,l:'2. Use ,, v .\tsnii deteimiiitos par les .,', '. i les i ati Uoli ovdnt le v mbio IM5. Lee frta de nioa ame.ioaine seront ,. au Blwifeo d'une an K ,u ,, .0 million do imrUsor y4 , 00 ter septombre ItM Uy.a.ueiewnlBan prwUige de ,. .... .1 iaogurle*esp-V^irane *i t. m.i* aprs la -coueiilulion ou mauuial uectbSH.re pour assu u lr s .-i e de lempiu.it exl ri ufoe+? .awUlOM t tea frais Ucb c mm ss.ous ; si au cours d u r M ee qnelcouquo le total des ii ,u.l.oLSii.lp-i* tian;l*r t| lts .........eronl reportes aox TO.M „ ..„ je laooe lalvacte et por le.o.liot.t 0 4 1.: purceot. Su-i.r.pralionod:s p r . R tf i.<., lee Maislnta loucheront ST/iiotoeatdalouU.ls.toai f,.. /.ponibles p,.or le-rep-... 1 e p il... r" r.-... u ons juo* rduction de. aute> C n<. |U.qu concurronee |-lo l ..* ../.unr.u.lU m entons ces [ V.CO ndeWaissv ilb. Ltb,l... u. pour.ool modU.er ce. d> .. i ...; qu'aprfs ac,M.rd avec le, h( ,, L .Les Elat. Unis obl.ua . un droit proP ll 1 0,,n "'! I l V o.o dan toutes les opra f ..... ues au sujet des obi h fr ovines, inoublrielles *XEmm* de Soie prenant ran, rrte les diverse. !•• ftur | a il l-.tue recevra 8 om sur ul dipon.be des ann..,s KK! dTur .eptembie l^i dimii la col noun..l de e %  iioi., 1 dam • garn OBI de l'ia Un. %  1 SI Hit tlouinies de receltes uout le solde sera tare au compte des reparalioi 1 de 1. I .u ,. 1 do la Belgique. Le son aie dai recette eopaoc* com| rendra le pcodoit de lavas, il. 1 J >iti de lu., s,-. .1 M uen g l 0 11 I des raael 1 l de la rgion de* clmniil de fer. Les fraia cioila de la pei e< pi on des upenso.s do I ado i..i-tralion ides r ,is d,j :| < U ige des tliar bous de I exploitation des mue. ia! d iufu ; %  ' % %  1 lecoltosaoot U su de sera verse la B igque ou litre de si priorit, ft t'eaeep lion d une somme d euvirou q.iu 1 uiiunnis de u are dpose a La !•' rdl H seive Bank. Les cr dits douiinoiit au tire il |'fait d'occupation pour la pr.oia du 1er Mai \'il au 1 r M i i I 1 sont lix 1 i'%  ..>-'."1 Bldlkl or pou. la Fra.ea el S I U le jao pou, U B-K,,ueet ft 4^ M>* ' po ir l \ngleterre. La c m .1 1011 daa r^p ration* Qi ,is unir la pri ida -a I r M.i au ,n LOt Ii4 sur la ,i. : [ai fdt* l.iu : La J ipon 'eira dbite au titre de. ehamioe ., : i .loamiuesde Cliingt'iiiog montant dei ludennils que I \l imagna a pay ou piurra pa or se. natio iu* deteoeot eea aalraprisa e. eu a il aart e ris .t BOB ayuil droit un ,,IS— L unime uie a\. 1 ont r ittfce d : alaralion ft la pre^^e. L cou il I ;• 'i delenb m 1 M. Heyo il dy, mini iti 11 om B I a, d.:s contre ; i I e d s quelle les franais ip indront vendredi. Lee eon liions aile praaair • iblea. L Aile magne el la France ont d i lid ne pai m 1 Ufl %  • • u l les pourpailers actuels. i> ij i;* .i;iv: I l8 mij (jls direci Ir.nie is pour lauiij t,'24 p iRia le j m ml des Impoli li oa i' 1 -. co .-t lu ; „ | sncoiaa H .i de plui qu eo I9S I. lr.g scnn puure D i^e intgral d .raj ait i,u i* .1 a. bui d. faotliter le 1 Qctioaoa oeni da i in Dawa, La commision des repaial aai et 1 ge: 1 g loi ri ds au iemeuts •eill.ionl a %  que le p • D Dl| faire auui ebeti 0 il soient .-ba lonns rogulir meut 1 1 douze moi'. La G MO is %  o 1 >ts ropare lloai ara pi • o a>?u or ai d a .Jaitw .les psiaaiadti du p;.:>e.* ,tcf >i 1 dont, le Baajrra lutarpr 1er les dispo-ii.on* psr djunon unaunm, en ea. da oe.\eaord le litige sera bl w t ip r.. i .us 11 1 ...u.ia. 0.1 s'il y a lieu par les Btats Uoil ou pai le prsident da la Cour pfiiniueule de jut;c; IntaraaUoaala. Ce ; la 1 ai ri MI un jOllf M. (ic Po 1 Uni ii : in Port-au Prl anviar 1991 Au 1 du ...Matin•> .1 Leur, roUfl article : 1 J.' is 1 ul du m t d< ro dner, lo Don do aa de w D cb 1 per natl oa i ne va [ai .uiiv.i >on mari. i Ill \ earosses s'y ment. 1 u j >ur, ii eh 1 r.itra, li a.t LJ,I In n endroit on la 1 u trop troite pour que deux s >• puissent y passer de f. n', une autre voitut. allait au si ... 1 rta davani la kikinie. s 1 co. t l-oo, .ne le aa< mt, je porle le ma-qui. a Peatebar tenta r. reli 10I fi* remeat la %  ; Je BM 1 • di Ion l 01 1. e loo 1 bat et d, ton li.iin, nioi, jporte ta Ion eue. D.ll COtU VoilUM, Ltit le Une deC i rmooi Tonm rre. NKSCIO 1re l'art O 1 — cou ;'. A-. t> J r %  nale RoDE V • /, 't: e QVaLOtZ V. ;• r.rl Cil vMIVADB p t te On 1 llintfLSSOBJI V kK / %  ._ | 11' 5 V C -N Z / [7i.ti.ijG 2me l'artie 0.— L.. & • Vl .XX MP3 V. CANlZ -.— M, HaaML V 1A 1 Z b. 1 u %  • 1 ••" i t-UOPIN ; y g l.tHFELD V L .N.Z .10. -Hou u ci du '" 0 W11 1 .w. kl V. t ANIZ U.^81 eoadd u MI. csio Les earti s sont mv.it cn*i Mme \o,b(U n nu ), iou Vians, 1 x W -1 t.. la, au prix de la . . Aux yraotls mayasioi Des bourniture* Gnrales poil^ In Gw/ionneie. JOANNY CORDASC No :jlt) Ru de r oal^ |7prU,(.ThQinaa M*dio 4 No31 4 | l'on au **tiooa, Hati rien de |>lus chic pur ls ireanesqu'une^œt-Bi chiue 4couiire "wt'% ^ 3 M Soi p eus C^v^^3||v QualiUr hley>uitt ^^^^^^^^piditt^ i u> bon ni ;i M. tie %  J>" niaic ii.ltri'* bon ara 7.161 s 16 8 ll* U.tOO fienlll s d T'e ApolloM Viennent d Uk i iver fej maisonCarmen H S _.._„., ... .% ..I..' H (1 n•" — ' Mercredi ara nalnn C'n | li lue.-, p uplU I ' • '"' ". u . %  Il %  1 11 >l œ tre L-i i 1 > e* • I 1 t .• du. lion nvi U q e eu taol de K j 0o i H 010 des p-B ./.-.ds.Uaoomjs.ioBde.rp t ^^•"•Y'Jh.lladter d rr ^ 9 1 rucl^ nfai n e, l c# d',niit' n ds in (franco l uU*Bttaiotitf I (jnder les panpiea \era i.>, Iinnu el m luen,.i Jelnj. ocli-llaer ijraiid rabbra t laf-Ivrk, PAIU5— Inlervitw par •< Le Journal • ft Paris, M. SoheUner, g and raBbin a N w Y iU, a d c Mr. que la Kran.e doit i-viip r d ns li D 1 1 a pltce tern.ll 1, noll cou in.er guider 1 s peuplas ver. le beau el le bien ; d a ajLUl que V \m*riq.ie pea dmt la gue ru est venue *.}.. ft la France le dette qu'elle coulrac Vari ls CE SCWB JalljUcb-I.A-'ltRREUR 80 11 9e pisoijct. i; In B: lin O.K) Dimanche L'Homme aux trois Masques if g. ..1 Kern Pdieintots Mesdeu.oi-> it^ '-ou. t ei F nny | Me .-leur et Modal*. .1 a .11 | ramirei li tm en leu.s .,| .'eu c li 1 , tue Vie HeB J il., |„. . . o.l u i ,, m 'C.i^ q.il| .t 1 1 1 ; M II I I d .0 de leur regr li sa KO i U1S d •. l I u.bre 1 li il i" Les preuves de Chapeaux p tille fine d'Ualie. Casimir aglis (aouvauts|) Dnll Fil*titane asglaii Prix iras iatageiia v\m La maison-C^L. Verrfl ..fr.Lz^Lao. '! %  'r-Ma cJ.os.-ei v ; fJ •Le fiti SiU.. u or Uni, deva-il %  < 1-"r* indlf r wii'i 1 avis i c eu gnral 1 1 • p*'*i tu lier, n <• •• 4> • i# f III et auiott la vi ihtl G ' ; c CopU.Yen, >dvXa>kft lfM ft Al Sri t iUT'Ma l*#-i-d ,• Ko 1823 Ru .lu laoBoio de l'Etat te E*cninmaniir! nupuMic et sa nombieuat pn''p p tr I lgance d^ s;i coupe et la proaif xiVntiitn mita dan l#s ouvrages coiifip?#5Ci < > n, f la maison pe*l nUrartc ju>qu S heures du soir fr^x mode 8*



PAGE 1

•t 11..' %  i -£.. G00(lrich ttealle record d n> je marelle des Doeus, Un iuo V0U5 acdelti uu Miiv/ £ owu L*ord t \od& vuu* ep*ryuez iuujtiars le, mdie, el labrfvju • v t c uu uiienei >*.ir* 11 uue uiaiii ,'/œuvre btJiiuee, vous puiive* \OUJ te procurer danbiouun t -,.i 1/lllLUiiJU. Maxwell and lohr #nt au. %  -.., ikl ,. Wll P" 1 • t ..tylll 11 ,, i ai. .0.0 . .1 _Ol 11. j ,le l ia, eau*. . M It ,i u i„.ie uc-uu, ae* IC, eu., .l.. La%eiaiiei ci lie >irEroie Wrabbo-Drce l'rtp %  r atoii aux examens t M B 1 Un JH BORDAI Du I \T' ci 00 i'c l'laLlifreuii nt H lu n • ht 1 11.v ~ 1 e 1 i. r;• s 1 l lu I" n.i li s 1.1' l ili 'a Pr<,*ii •* %  qi 1 ii il n l'iincp. / %  nTrc fal i'tiVi i'It-r Ir c'ien qi e il u i i il n r 1 r* 1. >'.c tf> iji, p 0 \if 1 ;• M \. i 1, r n m viix c 1 1 1I1 • p'i • 1 • • M 1 n *P I Onn'rrf b'fhim \en-Dl de n ni 1 1 1i> i u in in r lie<• %  i.I• 1 • 11 i AIUI-I ii^i e n . 1. 1 i 1 %  1 H 1 %  n ut • • -S' i' 1 1: .-1 \H 'i. : < • 1 i.li' I I1. I > | i m h 11 1 bu 1 nr b< I • %  < l p u r 'ivie : D F ti; '• i-• ( < 1 '! r 1 I' • • 1 %  f i i||r t, li] • u i. kti 1 I-• h, B**or \ihi; I \< \P'i t T r t i' Mi ; un l iift, ibo 1 • J' n > -i K • ; I > n • i iI. il -. I 1 c;. il (J bel 1 dt Hol n i" 1. i h .le .Y.ii 1 a e de leade I 'oi '\iuIf 10 il 30 de duque IVinr 1 'u mi 1 nr'f'prtnr-i-, a maison H-ll il< l....m l 1 • i 1 i' B il B A I 1 n 1 M t % •'-•-I btt*mni KIB 'ii I' 1 &f n-p vivi'p n l'Kpi''rip N* Qn li 1 v l \ruinp li MT-i linf -!i GiMn-l IIIIP, ei IHCP du ta X,M Vvi \ 1 1 1 I, iriHi-n Ion e 1 ouvre el voub Bo.tirc* *• e 1 lif. a \ t Kiir de l b U. iit ii B %  •km-; ^ . !N jsSiv.1 A e faineui Champagne : ail h Pre il L s 1SON M) M EE E\ 1 00 I..li n | : g p itdo !* IH cour d An r le ir*l d*fcl gi "' -•'•nu le cli.-niBgrp fnton d'b( rccil^ d-J Po l ;>ti Plicca. Fn I • i • i i h H n* Blu ma b i '•• E D-rix. f ta M trr I 0 : i in 8 zar, Lopi Pi' v r I".' : -|Mf & O. u, t | ,'e \'t n P. L pr.iii i h iti n qui a i it cm jr-M • prre 1 r le Ltatoo l-l i l n i i M. l s ph l Botrfh*. Ceci n'est pas lue fur f* 1 la KcUme |r res.-ifsprs m Inrf, repu'HPt' si vous p->aez du r ^ • >i lureu-de VA.lxn instratio > po*tle,U lu Givnid |,ue, Rt-ntiez 1A *— 01 donner o Lruesl 1 auiille il A la Conci ntw Vous vriTfX fjuj' les chaupfures — |u.a ce aolt anijr o. minaude ou nonnollt faitc-a vet* ^ict, soins t s< iditi |. air ce |OH les I.UVIIH> qui 1 H Loi.tc-cUoiineol et les r< ntniaux qui y ont tamyloys epondeiit et | i 6tii.< Dl le HUe de la nuiuini. ALUMINUM LISE liw-DhDsftSiti iirican Sfeamsliip Co hc. Prochain dpart direct pour l'orl-au Tiince. Le sii'a n tr ( 3 oit il a lim N . 3 leans U .2 JuiiVicr ouidut diieciem ;ti< pu ?~*& et. |aiu.w p. u l n .., ,;iaax.oi, Orataisa, Brriaiisa, Ustes* |MHS l J wu.aa l jto/ Al lMMlMtaar !l| ^^^ „ ^ Llu 4V t ^ u lUX %  UyCilt. u. . %  ^ UOU toW, lAl plu Ll L,,,L., 1 .^o,r l l ,-, U ln c,t : p-.all.u ........ .1,,..,, ^ u-%1 ,,,, ( ,. u u .^ # ,, cfc U0 [**•• tu cot h c i IV. pj j ,t$Jiv,v_,x .u:, c < , g Lab ,, .Stcla^U^MSfc L fcr: ,..,-.. t u., £&* l\ua*-,.i B ,,','.'. .wui....w.u*iv*rt. 1.MIe,, fcr:: ; ** • %  • HM..-. LUIV "' *" w '•"•'"•. flsista Ui.u,,..-. [ fli ^ U" >-!., ob p,u sOal aV.iliia.euX, L.C 1...UI. cU. . U'.... 1 Lt /\i..| . %  V lu*) >. . w u. I llvl 'idH I il. f L v. L .i. | O I .. . U ( t. 1. .. ici. I il lu ii | u i> ^i - lu i m ii. |u.i i ..<. c>: c U j. i j i t lU. A..* 9 f. .S >ill .1 -u . ..ii.j — j iO r i I ^r. u.i .ubui -. %  • %  * > Ci I I i Iti i lu i ..ii.1 u. .. i.uul.1 u | Il tu.Cl l i..,. . iiM i> iiti, ii n, tii* U.O.!.: ulliulil l.ult COU etll lli.Lt >|' • ii j i n i i i, C. LLli.N 1;D %  LAST CONDENSE NESTL LE PLUS RICHE EN CREME ^ITCONDEN^ „. A NESTL,f ( XtITC Slll IX.'UtiCira_t-t.lJ 0 l. L t Prte'z i i^er: s v xOl E"\V;S HRMAKOSI,



PAGE 1

-~— / Grand Ftel de franco ffesiiioa exceptionnelle, nu centre des aiairer, I ffiimui de toutes le Banque, de U doasrie et teste les AQencee c* bateeux. leasfiynenie nts et laeilil* pour voyager en aaleaoaiie daas loutes las parlies dt 1a lepubliqae d'iati et de la rpublique (lorniriraine. tkassbrei conlortalde? el surtout tre* propre*, en •ilateuri dans les rhamkr^s i la demande des Penaieaairte. Cui-ine lraiiyaise ds soigne el de* plu varies. A #if. de* i $H*r tV* i*i Vies des irietllewr* r rus do Bordeaux, par barriaja a sien sienne*, galons et |iar bouteille Parmi tt Vins de otiateaux, vou* titiuvcrw le plm grand Obalx, pour KM q-ial t>s et pour 1 ge VINS i 1TALIR l> r.SrACNE Vlrt DE ROI Min(W: (blancs et ro gee j Mb n non in? ( Pommard m-u sux. j ni I (jonip. u y l'ueus "Hoy.il Cord" Souliei s Keds ciiis r. .i,nU|. a s" i pis son* su s n t oua ysofOe J^| inirl ictiiren l.ile "ltlses £y .mauidUCi' sur la vie, Guiiliou H en* ' Vins & 1 hamprtgne fordeaux l*|i, ].' \v • n COPfclMl'GCK fa irrs ft mois, f.o nago et conssrvMi alimentaires W S lalWVl X v ou Tobsra |a uns et no irsj,a Baiion n te Sans Rival ClUtareM s hanttclr Dlivo.'s ds i 3 111 %  '•es, Rhum Hectar j •^ Uu N. Gie j£ns (140, Rua lia M?gtsiitf d; \K<\ 417 Hue Bjftm Fo*. 820, R te Cuur e. la m isouH.SILVERA Ceux qui n'ont pas encore ru Use jntis articles de finesse que vient le recevoir La Maison aiUera doivent, dans leur iirtrl, empresser du pas*** crtte maison, car nul part ils ne peuvent trouver dans*i beaux trticlel I des prix si raisonnable* Ko* articles sont vrai nent de toute btyiatd et de irateVar et nos prix dB n tule concurren-e. Crpe de Clilne couleurs assorties c " extra suprieur marociin carreaux Soirie car.eiux pour raaei et chemisas "Urlootltt** le -io e barres Ratine voile carreaux Von n 'S bi d Cropon tranais barres otja earrsa x D atonal noir up. C smlr anglais nouveaut S>rgtbleu anglais supaeisur i'eaimbdacli anglais de toutes beauts Alpaga noir sjprleur S*tPn .m..'' po .r tai leurs Kaki blaito sunOrieur Kaiii jaune anglais aupriour I u k union b oao an lais "nouveaut i" Di'ill union blanc anglais ni Tussor japonais pour i hentiss A homaaos si robos lit-pa de Mole ;'i barres c n: nr pour choœisos a hommss et robos nouveauts. liapune fine pour cheauses i er--a e fine pour lii>ger e i"ii't per c^l pour Zphyr anglais pour -ln>mises extra sup, Organdi suisso'uni et couleur^ lta a jo -1 diiMi su • l'haussett.. s cosaises cour enfants trench l-Vi-ky. dern U T nr uveaut l J 0| bn fleurs pour robss 'I • %  • >ui BiUue Uasbris blase Voiles cou sur A barres Sbirtmg b ar.o h;'prieor Bas dsnulleS lias •!•• bi rfis Bas M lrcd Lotions *•• ivert** Tulls tour premiers Coran-union COuv*>rturblan'-h P\. 0 O U l e ur suprieur Ba.ids brodes Madsra pour chemises et Jupe • V s b ana K 1 rrt e ;| m oaohes Rat ns blanchb • M .i.) ,;.che barres st unis Crpon b'anr et coulsiir A jours l w*.o i'i. ue -t cou'tMir uni • he nisettrt:a lenaniss suprieur itrabaui. no r a gais I ii lui.i-.i to le ('•crui> S -i if d% tii!et|p S b'an-lies A couleur damasaiesblanoli-s pour familles Napo* (MII iifv Petites ssrv lottes blancbes damasses i)rq, n i > nlaiic steoalsir aerrasA • ainagecou cur ang.nU un po .ir bine ?JI \LH SVT* ?• oU nurehe.Tle damais Satlnettn Fonlsrd pour roboa Peignes franais A amrioains MJ i^ on.o unes sV couleurs sup. l'oplin de anfe uni blano \ crme extra i h H P H d" piufle i re d'Halls Casimir an .lais sup. Crpon brod franc [] Crpon franais f su s d rniere s nouvaate BwrvlstUs Je toile t.• <:>u'. anal it • apia o r Ki-^' i 'l'scrvt'. cor. eaux. SAVON A •:, .i A. 4 FPE4RS UmH Pear ereir 1e total trais et conserver toujei /este hreWlteur, serws-voiwdes ecoelleata tsai#ase msrqne 4. tt F. PMn.Bt.tf4 Elgllld Savea sSransp arsnts en bcune. Savons venu su fabisiles. Fias pondre de lato et p Tais pour Bb, Bstonsrou je pacte eeras la rente caei liaioa fidec et 4'trcii Pharmacie Sjour! l^er.i e trn a sa ettee le t HUX mdpcirj et au puWis TiM'c'me 'on l^horatcbe JUIope eu un Lab)rj bidl ft• r 1 IIQU 4 snus H DirTti n H>Dr jRicot et B. Sjourn Le laboratoire est ouvert tr.ub les jours de 7 bu do ai n^urei du • lr peur tcutea 1rs recherches et analyses pif J Y* n cee ci ointe, sui pourls Wis imMDcet \n constante Ure-S( Sir ot reues que le mardi de chaque sem oe. S'ddr >r a ia Pb 1 ma e pour les suastg seaai t -. tosvc a'i.u es -t Suegas'riqus ht-actinn de Was8ermaQD PfKCiioQ de tn boulet, tiameu du saug e du puai L^aajeu des nsa'ires (belles iiiuDDe" ^e "• %  et'i dlboailao f Constante Ureo i\. < t la Acra GranJjRue i. 4 c' i anstii'l lup we in'ioi et Is meilleur aeoueil est rserv tous 01 Blreot par uns visiie 6tre d.i ; a sur la v-dej travaux tournis. Tint ostiime com narid et ml na rj,):a* goUt du olint est repris; Oo paiie fraaaaas, anglais, aseeiad et Mal / xi m sx n %  f J i 10 Hue des Csars Tltlph.iie : N756



PAGE 1

OllttiCTeUR PROPRIUTA1RB IMFRlkEQg Clment Magloire MO VUWU EIUIIBRO 20 CENTIME Quotidien TSQDOOIIVMOIIS ^mtANIflim Mot le geais eet la ftila aeuffranc* qui •• trouve nnllr part de piti, pai mmo che< les e*nmet. Lia lsmes, qui s'atferi driitant ai rolontiera sur le i)i*ii Jeura fausses, sont ouvert:. sana aaiaricorde pour les (jran deurs vraie. Elles aiment e i qui trille, elles n'aiment pas et qui reaplendit. ouest fiello PORT-WWUKCK (HAR > TBfDMDl 16 JANVIEH 1325 SINGULIER NATIONALISME < %  I %  Parmi toute las incohrente du groupement natiu. liste, impos tn arsnda parti* du dfa.edulOAv.iUtqui.m. Reoldar.ivraup Lvoir. il s'en trouve une qui nousirmlle do miner toute s les autres, et qui Ig^Wt "lite d'tre aj J e a une lifon parUculire. On ne nous accusera pas d'in. ponuilorsque LOUS bffirmeroD que chaque foi que le Fiidei.t* de la Rpublique •fiait les dmarche de parent ou demis i fD iee> 1 intention e> quelque dtinu, toit pcV ratrtJO politique ou pour dlit de piffisr.'aiSM parler on ecur, eluieioucelu.-liMiilPsohstaaiel rail*. re trouve ri-n de Marna A taire que de s pavaner par les rues e latj.piiata al tant IOI ut les groupes fU il an nonce i grand frasas qu'il a binstiei de l'heureuse interven tionde Washington. U.auir' vous racontera, qu I se trouve en poiiesnon d'une importante eorraspondanee tablissant sua doidre de Washington des agents spiaux sont dsigns peur protger ses jours contre loui attentat possible, et QuW cunemeiurede police en de non de celle qu'eutorise le lia grant dlit ne peut tre prise antre lui, ai l'ordre ne part pas g Dpartement d'Etat amenait f*1 lai On dit souvent de beaucoup d. films, c'est un efcef d eauvre, mais 4 la vrit LA COMTESSE S*RAH est rellement un lima d 0 marque eonsuiuant une date dans 1 volu tien inmatogrepiiique franaise. V a* saurait jamais -sa u>eer *oir sas btu* tableaux c de ment la (MM.IOQ Ue i m U ui et iaaiDiiion.at o, eo delhnl.vB %  „„ •HMta de h m rt tragique de le Comtesse Sareh. incarnation vi note ue a aliments iossa.s. !*• date clbres litf uftif, %  , dersaia HUr.il y ut 17 nna ( 15 J„ var i,o qu M Au(euor Kif %  '.n | tes parlisana debirqurent •ui Gou.1 v 8s pour tentar a reuv^r L 'iB i* 1 1 du GB,aI AUJUUJ i uui, il j a 369 nos ( 16 I v M i 1556) qu. Cbane, Q C 11U aMdlfce la ou.ouu. ., aaafiS •oa r yuma entre aon pre F r liemn.ii, il y ura ij iaDs( |? ••J Naissances ^ U er. at lW.nt .; porte t 5.*OMS • Uur P 6t • %  *" S •' Z f>U1 q 1 < r '" -Mu h mena mn ar'^o-ent pAtan hj nation lita lt rmi'ilr. n • :4Sin el q pensant inci"ner k nirio ism, oi anispnt dintormin-bl j s p Daera vers les m-munrnts d>s afeei, publient par mt •rmittene d-s :n( pi ins Irt tu, convimt M p^uola mus n* stvr>ns qu'.ih luitimpMibl*i au cour* d< la nielle ils mratenl compts, sans doute par ni las premiers lidfteura Q i s* etch" 1 1 il dne sous %  n tfllla con Ktise ?.. fi tr i c j s rn -aai u-s co nra • ils l'occupant, il puissent par %  ll-*arj aee pter qu'il iimrvi^n'i) Uns (1 s qti'Hiions l'ordre ourr-mant iu'riMir. utremmt dit, puisquMi clam-nt qiotidiennemmt laur refus IJFSteUini |U de se soum-fre aux actes a.*',omjlis par le Gouvernement National, il nous parat suprmement bixarre et d'une logique urpr* nante qu'ils aaceptent de beflcier d'une attention quelconque de cet trange' auquel ils attribuent tous nos rnilheura. Et au surplus, voulant accepter leurs assertions pour vraies, 4 savoir qu'en maintes circonstances ils aient bnfici Je l'in I tVintion d'q'lel^U gros bon net amari^n, nous mus deOlSQlO"! alors, comment dfi • Dir ce r'e qu'ils raniplisseiVt ? Car, eonai lre ave atterHion, lt c^mpaane des nationalistes s mbh revtir ileux fa^idea: l'une % %  onrce u'eelat* d^ voi<, le data msi rat ions ta pgase, et de serai nu ioeJn* tres grouper autour d'eux looa lea g^gos lont il< sortent le ju', I nant I eux un tremplin pour eeaayer d'assouvir ieu r s MB^itiaii. l'au r> ,j ,i afl le •m nb' • 1 • 'a >'i "*ie veut qu'ils .'a su r en leur* r^tranclHtnents rli rc u\ i do t ill I disent les irrcoocilinbl s a Iversaires. On na voi' pas bien clair dan*ce j n t nfaut il Ml pe.o ser qm le j iar n est pas loin o, les exploiter fa'igut lire ainsi dupe, dern ii I root compta de leurs a ;te< .-.es faux intionalistes qui v iiem'nt se mom'ut-!. essaieront de se dfendre de l'ai'ctisition d'avoir t en intelligence ave; l'ennem. Ali! cej)url. les la ix dieux demeureront la fice consterne, et \s jours que la sienne, a banale la fin, lava tre pour >la moins don fourenee chaque lois: celle ds cœurs naifs, oteUffoeam m n •onges de la & luction, ^t sur la P ut des dhili oces, dgnn go'dtit au ruisseau. Pour fuir les reproches quotlditus d pareil s, el| s tait, o !•• simoia, elebieeh z-ll>-, at com n" Ile hitj une rt j> lin yrUitu.es fn aventure, e.le avait russi 4 s'a. h-ter un i tu mobilier —ohl bien sim pi : de chromos pour gayer \" mu< s, UD phonographe des chairs et des c dodioea, un ht dV j-u un miroir qui disparai'iait haque jour unptu plue, soudes c rir-s postal || d'* ta.i.i de visite La ince quelle oc,. pu e ait petite et coqu-tt-; l'on passai du talon 4 U ('hHnib-f a fou h r sans l'a* rserov po t-, ,| g 1S carts de rirfeiux Au mt ieu sur une table ronle, un ros j er ra V"gn, et qui f au t e de soleil f-ava.i jama.stlHiri, s'uiour it mmtftm dacj la pcieoo 4\aj troite mirmile, qu'enuohlissait u.i ct.tti p,r eu uuter pein, dcor legtan ls. S v me co i sole, u ie lampa biulli, surin n edus v 4 ,u g|g ,, fl a ni cirs, a voisin ut ivuri*i, el n'en chantait que mieux de sa voix d 'tant, au fi'et limpHe troube at.xcoup'etstii3;s i* ,, M -V Itfn P^' incertains matins el'e se rveil'ait le cœur oppress, avec de •nvie sans cause de suigloter, et la chanson habituelle ne la tentait pas. En chemis • de nuit elle se jetait dans as c do hue , et s'y accroupissait, le j inb s ramasses le genoux buit'i ".' tumait longuem ml i ee i • %  • me tourment de fu:.bres presS'ntiments Les voisins immanqiab'e tient s'.i.|iii •taient : Ros sumol n i chant pas c t crange< Etes-vou rnala le ? • s'm formait-on la fentre l>'in trieur, si petite voix crase rpondait avec enuui • Non j i vous renvcie , "t s m rœur nouveau s'enveloppait d • silne et de brume. Un soir, elle rentra au Lias d'un jeune homme qui le rhap j au sur les yeux, et la dmarche incertaine paraissait mal 4 l'aise dans ce quartier spcialIl fumait pour se donnci onteninae, et prenant sans douta pour lui les rires grivois, et 'es quolibets polisrons parti* les gro mes rencontrs, instinctive ment, ennuie un enfin qui aurait peur il se serrait contr s campagne. C'tait un tre de timidit et de tendresse, quy) i ir avoir g'anli dans le respect ilf-etueux o'une seur aime et d'une mre, Bavait parler aux femmes, le langige prosts o du cœur. Il avait remontr Hossignol Bizoten, tout prs de chanter, tout pr de pleurer, eontrarie du dernier tr m dj parti et s'impatientant dans l'aiteme d'un buss, invr liseinblabl<> pareille heure, e simplement,... sans arrire p-nse d'entreprise, il l'avait tire d'em barras, en lui faisant place dans sa voiture. Au cour du trajet, Ie9 mots (jui rendent aitentifs, et q li etfeei lient. leur taient d'eix-me.ne venus aux lvre?; leurs mninn s'taient cherches, et poueeesilf le coussin, et ils avaient dans l'ombre, derrire le buste proche du cocher, chang un Ion/ et preeqne chaste baiser d'amoureux. Kt ds lors la vie pour Ito-signol prit an sens, et el'e se jur.t iiue jamais plu, elle >e roulerait au ruisseau. Sa porte resta elossoba stttawat, aux quelconques amantH de la veille, et elle ne vout plus que dans la seule attente de sou doux ami, voquant pour tre plus digne de lui, sou enfanee d'hier, •a blanche robe de eommuniante. L'on n'enteudit plus les airs tyrov liens du phonographe, ni ses "hawaennes guitares, et le srnade de Schubert mme perdit lo le vertu. Lt journe n'eut plus pour elle que deux moments: l'heure ai triste de la sparation au matin, et la minute heureuse, anxieusement attendue, o dans le lointain, apparaissait au ^chemin du ratou, la silhouette uu peu gau ehe du mattre de tea ncir. Le seuil franchi, il lu serrait longuement sur sa poilrioe, puis il la prenait sur ses genoux, et se faisait raconter les moindres faits la la journe. Qui tait pass? et qui encore ? C'tait l'heure des p.o jets. On quitterait sans relaid le quartier trop lapngeur. et l'on ac cracherait son nid en que'que discrte campagne : Mariissant, Hipert, o l'on arroserait des rosiers qui fleurissent. Elle prfrait Vtar tissant, cause de la me:, des ilts de mangliers verts, (tas bar ques lentes qu'on regarderait ensemble, le soir, regagner le port; mais lui prfrait Ripai l pour plus de silence, le crMat des mi %  uscules ruiseaux serpentent I ombre des grands arbres, Us dparts d'oi*eaui en bandes, i l'aurore Elle lve leur insu leur faisait un crtur grave et soueieux ear ils s'arrtaient en m'me temps de bavarder .. et m C* jus qo'atj soir, ils guement elle touffa ses sanglot*. Au milieu de la nnit, des appels se prcipit eut sa porte, et des voix s.ntendresse, ironiques, proposrent d' .utrazeanls et g"reu\ inir h-s et elle se sen tl honteuse, comme d'tre nue Des injures dl irs souffletrent sa souffrance, ei .les pierres s'crasrent avec fraa sur la (Ole du toit. Les amants eonduits se vengeefnetC'tail Ir n Irlfts la lin p n si t aUStCel e vie, o les m illeurs b'eaeenl le plus srement, le cotupag'ion rv pour la vie von quitte et sans adiei, au preri ier rarrefonr. . t elle se prit fredonner la vieille romane ds sp r.nle de toujours : .Je suis In d laisse q,ii pleure nuit et jour . et elle se dcida a mourir. bar les dentelles e! les draps du lit, au creux du in.tela--, dans ses cheveux el sur tout sen corps adorable et las, elle vida jusqu' la dernire goutt, la Krosine de la grosse lampe au globe eu eou Ieu puis se coucha et au dee sus t* ses veux, ramena le drap raoui'l.'... Ses mains sous l'oreiller relrouvrent U i,.-..ie d'allu mettes, et rsolument tir nt de' l'ombre, jaillir l'tincelle fatale. La flam ne Inppa la uoutiqnaiie du lit, et s'largit pur In besogne de destruction et d'apaisement... et soudain dans la ctnmbre, tout devint dis'inct comme en plein jour : la pendule, au tic tac prcipit connue un battement de ..' r inquiet. .. les bibe'ots disparAbs... les chromos du mur, le phonojrn.ph*. La flamme n'largi toujours, et le vieux rosier nboifrl qui se mourait d'ombre et d'humidit, frissonna a sa chileur, son me ,t une caresse de soleil. Parlons fraataeot \u c urs de <• nf'ren es pio Boaeesperle Dr Habib ftetefano, La ^orit^ t'. t au Pr ncienne a t vra meute m'rab'e et i'uue dietisetioe p-irinite. N s jeune gens autant ea '• jeune lilles et les dam s rivr-1 srent de | kee et d'l|ta •. '.elle petit note OO.IT t •• gnraliser si tous indistinctement, neni vnaifoa* nous seesnteer Us cheats fidles de Kaw s Hermxoos qui revivent un cha|ie h.iteau des marchandises de toute beaut. Tout visieur et acheteur e.t toujours *r de pouvoir 'lml,i |,. r suivant les derniers cris de le mode. Efforce! voi d'tre toujours le pren: er stst t sf la nouveauts de Kawas Hermanw" ear n'en pas douter, les clients de U maison sont toujours 1 objet de la m. illeur attention et de la plus haute admiration. Parisiana Dimanche a US MM ip S Il fiai dire li venta, taHl !i friU: rt rien que li yj.,t.> Cette tormule desermrnt qu'n exige de ceux qui, au cour, d'il procs, tmoignent en jnt c;, n'a point t cre exprs p ur leho soins ju licieire. Au cot.tr ir. et voici conment M par qui elle lut Beeaeaeee pour la premire lois. Slaaielas Maillard dont le ro-a e>t rest tristement c'bre enmm prsident dn fameux Tribunal rvolutionnaire de section i>pe'^ "Tiibunal Mai lard'' et qui jng- le vieux marquis .le S. mbteuit. ex gouverneur desInvelidta, qu'.' acquitta d'.nllenrs a dsmt : Je croi* qu'il e-t End^ae ill Peuple de tremper ses mansd^ns 1 sna de ce vieillpr j", lut aussi lu des plus farouchu massacreurs du 2 Septembre la prison de la Pore L'est lia llard qui pend ut cjit PBRDHE leur temps faner — aux billes, aux mavambas ", a x cartes, la roulette, etc o u "donner audience", potioeot, polissonnant, se corrompant. Xe conviendrait-il pes de | fl ra lier tous et de Us achemi. er fug quelque svre Maison d-corr-ction, o ils apprendraient, dans l'ordre, la discipline et le trnv i' devenir de boue citoyan-?... M'est avis que c'est lt une i\-. sure, sinon une preauton a pren dre, si l'on ne veut que ces •• m m vaise graines", se dvlnpiui. ne viennent, demain, a%vaa n l sout haitienne. Avfe, par exemple, un g*n tar. me plac distance de cb.iia deux encoignures et chrg4 0 .ie sa resp. nsahilit peraonnelU, de mainteiir l'ordre dans l%neea confi sa surveillance, H • r il je croi*. assex Ucile d'ob'enir cela— U Maison Central servant de Maison de ceirectioa. Qu'en pensez vous?... In tout cas. veuillez pch'ier la pr>> ente, toutes Ans u iies et tnefroire Votre teujo.irs nsmn K d'il. Liiuaacue m n UIH IMR *** mm Te et Se pisodes.— • paitj 5 Entra; 10. O. stt. Dopamr wr^ramteur No. 'JUKI*, prnele lu ta'ara 4u .\

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06329
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, January 16, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06329

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
OllttiCTeUR PROPRIUTA1RB
IMFRlkEQg
Clment Magloire
MO VUWU
EIUIIBRO 20 CENTIME
Quotidien
TSQDOOIIVMOIIS
^mtANIflim Mot
le geais eet la ftila aeuffranc*
qui trouve nnllr part de
piti, pai mmo che< les e*n-
met. Lia lsmes, qui s'atferi
driitant ai rolontiera sur le
i)i*iiJeura fausses, sont ouvert:.
sana aaiaricorde pour les (jran
deurs vraie. Elles aiment e i
qui trille, elles n'aiment pas
et qui reaplendit. ouest fiello
PORT-WWUKCK (HAR >
TBfDMDl 16 JANVIEH 1325
SINGULIER NATIONALISME
<
I



*
' !
Parmi toute las incohren-
te du groupement natiu. liste,
impos tn arsnda parti* du
dfa.edulOAv.iUtqui.m.
Reoldar.ivraup Lvoir. il s'en
trouve une qui nousirmlle do
miner toute s les autres, et qui
Ig^Wt "lite d'tre aj Je
a une lifon parUculire.
On ne nous accusera pas d'in.
ponui- lorsque lous bffirme-
roD que chaque foi que le
Fiidei.t* de la Rpublique
fiait les dmarche de parent
ou demis ifDiee> 1 intention
e> quelque dtinu, toit pcV
ratrtJO politique ou pour dlit
de piffisr.'aiSM parler on ecur,
eluieioucelu.-liMiilPsohs-
taaiel rail*. re trouve ri-n de
Marna A taire que de s pavaner
par les rues e latj.piiata al
tant ioiut les groupes fU il an
nonce i grand frasas qu'il a bi-
nstiei de l'heureuse interven
tionde Washington. U.auir'
vous racontera, qu I se trouve
en poiiesnon d'une importante
eorraspondanee tablissant sua
doidre de Washington des
agents spiaux sont dsigns
peur protger ses jours contre
loui attentat possible, et QuW
cunemeiurede police en de
non de celle qu'eutorise le lia
grant dlit ne peut tre prise
antre lui, ai l'ordre ne part pas
g Dpartement d'Etat amen-
ait
f*1
lai
On dit souvent
de beaucoup d. films, c'est un
efcef d eauvre, mais 4 la vrit
La Comtesse S*rah
est rellement un lima d0 marque
eonsuiuant une date dans 1 volu
tien inmatogrepiiique franaise.
V a* saurait jamais -sa u>eer
*oir sas btu* tableaux c de
ment la (MM.IOQ Ue i mUui et
iaaiDiiion.at o, eo delhnl.vB .
HMta de h m rt tragique de le
Comtesse Sareh. incarnation vi
note ue a aliments iossa.s.
!* date clbres
litf uftif, , dersaia
HUr.il y ut 17 nna ( 15 J
var i,o qu, M. Au(euor Kif
'.n | tes parlisana debirqurent
ui Gou.1 v8s pour tentar a reuv^r
L'iBi*1'1 du GB,aI
Aujuuj i uui, il j a 369 nos ( 16
IvMi 1556) qu. Cbane, QC11U,
aMdlfce la ou.ouu. ., aaafiS
oa r yuma entre aon pre F r
liemn.ii, il y .ura ijiaDs( |?
J Naissances
^ U er. at lW.nt .;porte t
5.*oms Uur P6t *" '
S ' Z f>U1 q 1 qui l'^nneut ^ tAmraire tan-
f "* > <*r'" -Mu h mena
mn ar'^o-ent pAtan hj nation
lita lt rmi'ilr. n :4Sin el
q pensant inci"ner k nirio
ism, oi anispnt dintormin--
bljs p Daera vers les m-mu-
nrnts d>s afeei, publient par
mt rmittene d-s :n( pi ins
Irt tu, convimt M p^uola
mus n* stvr>ns qu'.ih luit- im-
pMibl*i au cour* d< la nielle
ils mratenl compts, sans doute
par ni las premiers lidfteura
Q i s* etch"11 il dne sous
n tfllla con Ktise ?.. fi tr i cjs
rn -aai u-s co nra ils h dire et l'irire sont lei
a lv^ aii-'es irrductibles -le l'A
fflrieaio nous ne comprenons
pin iroj) eo nn ni tout en pro
test nt vi il mm-nt co itr-> l'oc-
cupant, il puissent par ll-*arj
aee pter qu'il iimrvi^n'i) Uns
(1 s qti'Hiions l'ordre ourr-mant
iu'riMir. utremmt dit, puis-
quMi clam-nt qiotidiennemmt
laur refus IJFSteUini |U de se
soum-fre aux actes a.*',omjlis
par le Gouvernement National,
il nous parat suprmement bi-
xarre et d'une logique urpr*
nante qu'ils aaceptent de be-
flcier d'une attention quelcon-
que de cet trange' auquel ils
attribuent tous nos rnilheura.
Et au surplus, voulant accep-
ter leurs assertions pour vraies,
4 savoir qu'en maintes circons-
tances ils aient bnfici Je l'in
I tVintion d'q'lel^U gros bon
net amari^n, nous mus de-
OlSQlO"! alors, comment dfi
Dir ce r'e qu'ils raniplisseiVt ?
Car, eonai lre ave atterHion,
lt c^mpaane des nationalistes
s mbh revtir ileux fa^idea:
l'une onrce u'eelat*
d^ voi<, le data msi rat ions ta
pgase, et de serai nu ioeJn*
tres grouper autour d'eux
looa lea g^gos lont il< sortent
le ju', I nant I eux un tremplin
pour eeaayer d'assouvir ieurs
MB^itiaii. l'au r> ,j ,i afl le
m nb' 1 'a >'i "*ie veut qu'ils
.'a suren leur* r^tranclHtnents
rli rc u\ i do t ill I disent
les irrcoocilinbl s a Iversaires.
On na voi' pas bien clair
dan*ce j n t n- faut il Ml pe.o
ser qm le j iar n est pas loin o,
les exploiter fa'igut lire ainsi
dupe, dern ii I root compta de
leurs a ;te< .-.es faux intiona-
listes qui v iiem'nt se mo-
m'ut-!. essaieront de se dfen-
dre de l'ai'ctisition d'avoir t
en intelligence ave; l'ennem. Ali!
cej)url. les la ix dieux de-
meureront la fice consterne, et
\ sanction morale, aura dtruit le
programme mensonger du na
tionalisme siniJuli-ir, qu quel-
ques charlatans recomm indent
chaleureusement 4 l'exemple de
certaines panac s- dont la ver
tucirlmale est de rendre iou-
veut les maux incurables.
Coitiifu MATIN
Mzdemc iselle Rossignol
Elle avait un inpuisable r-
pertoire Uo io.u m e aanibioea*
t*le.s : amants ileliisss coudant
leurp ine su cl ir de lua*.i
puiiiiiiMire d. quinz-ans, ac
erotnea ta vie, h toussant
leur petit c .r amoureux, dans
fin dcor gns d'automn .te. i -
les qui tombmt .. dpeit d'hi-
rondelles Et du m-itio au soir
elle chant il berant aux vi ux
ai a luienis, sa m ci t O'resse
de n'avoir pu vive la vie h m-
note de son rve de j-mne lilh.
Une histoire de tou* l->s jours
que la sienne, a banale la fin,
lava tre pour >la moins don
fourenee chaque lois: celle ds
curs naifs, oteUffoeam m n
onges de la & luction, ^t sur la
P ut des dhili oces, dgnn
go'dtit au ruisseau.
Pour fuir les reproches quo-
tlditus d pareil s, el| s tait,
o ! simoia, elebieeh z-ll>-,
at com n" Ile hitj-une rt j>
lin yrUitu.es fn aventure,
e.le avait russi 4 s'a. h-ter un
i tu mobilier ohl bien sim
pi : de chromos pour gayer
\" mu< s, UD phonographe des
chairs et des c dodioea, un
ht dV j-u un miroir qui dis-
parai'iait haque jour unptu
plue, sou- des c rir-s postal ||
d'* ta.i.i de visite La ince
quelle oc,.pu e ait petite et
coqu-tt-; l'on passai du talon
4 U ('hHnib-f a fou h r sans
l'a* rserov po t-, ,| g ,1S car-
ts de rirfeiux Au mt ieu sur
une table ronle, un rosjer ra.
V"gn, et qui faute de soleil
f-ava.i jama.stlHiri, s'uiour it
mmtftm dacj la pcieoo 4\aj
troite mirmile, qu'enuohlissait
u.i ct.tti p,r eu uuter pein,
dcor legtan ls. S v me co i
sole, u ie lampa biulli, sur-
in n e- dus v4,u g|g ,, fl ,
a ni cirs, a voisin ut iv beo s ii -a -s et uns pen-
du-e eu uick'l sann-rieex
rieur1.
DVs la rveil ei sitt sea pan-
to .11 j rt-irouvees, elle courait
Ut-ii:re, pour regarder son
aller, la comgagooQ le hisirl
de la nuit, et reoounaissinte, lui
Sourire, qmu I il avait t gn-
relis., eteomm'. 4 son iqsu,
lui mootiii a ors aux lvr,s,
que' pie stu -i I- et nostalgique
ret aiu Je Sparatj )n et d' lien :
Je ta la Aliasai qx -a'ejre ouil ri jouri.
E a sens biHl* s'ilim-'nt.nt
4 a honte -ce , tait telle que
ara averti initie dlaisse .pieu-
r-*, lu. arra;h.tut parlais de
fe*t* la-me*, l"neieses, pro-
fo l-stl uoujescouraedicom
passion
S i amies la j ilonaaient bien
un peu. maisconm elle tait
bonne. et nrtnit ses bas et
m oe ses aman s sans en para-
tra ennu e, on .ut pardonnait
presque h tamyle tl une, le
pno .og-a(h, h 8 s toilettes so-
y uses Du.su ctiv envie au
tmt qu- d 11 elii'use admira
ion, taquerti , l'avait un ma-
Un najib-: *ii i-moiselle H is
Hgnol. .elle en s >uri*i, el n'en
chantait que mieux de sa voix
d 'tant, au fi'et limpHe trou-
be at.xcoup'etstii3;s i* ,,
M -V Itfn P^' in-
certains matins el'e se rveil-
'ait le cur oppress, avec de
nvie sans cause de suigloter,
et la chanson habituelle ne la
tentait pas. En chemis de nuit
elle se jetait dans as c do hue ,
et s'y accroupissait, le j inb s
ramasses le genoux buit'i ".'
tumait longuem ml i ee i .
me tourment de fu:.bres pres-
S'ntiments Les voisins imman-
qiab'e tient s'.i.|iii taient : Ros
sumol n i chant pas c t cran-
ge-
< Etes-vou rnala le ? s'm
formait-on la fentre l>- 'in
trieur, si petite voix crase
rpondait avec enuui Non j i
vous renvcie , "t s m rur
nouveau s'enveloppait d silne
et de brume.
Un soir, elle rentra au Lias
d'un jeune homme qui le rha-
pjau sur les yeux, et la dmar-
che incertaine paraissait mal 4
l'aise dans ce quartier spcial-
Il fumait pour se donnci onte-
ninae, et prenant sans douta
pour lui les rires grivois, et 'es
quolibets polisrons parti* les
gro mes rencontrs, instinctive
ment, ennuie un enfin qui au-
rait peur il se serrait contr s
campagne. C'tait un tre de ti-
midit et de tendresse, quy) i ir
avoir g'anli dans le respect il-
f-etueux o'une seur aime et
d'une mre, Bavait parler aux
femmes, le langige prosts o
du cur. Il avait remontr
Hossignol Bizoten, tout prs
de chanter, tout pr de pleurer,
eontrarie du dernier tr m dj
parti et s'impatientant dans l'ai-
teme d'un buss, invr liseinbla-
bl<> pareille heure, e simple-
ment,... sans arrire p-nse
d'entreprise, il l'avait tire d'em
barras, en lui faisant place dans
sa voiture.
Au cour du trajet, Ie9 mots (jui
rendent aitentifs, et q li etfeei lient.
leur taient d'eix-me.ne venus
aux lvre?; leurs mninn s'taient
cherches, et poueeesilf le cous-
sin, et ils avaient dans l'ombre,
derrire le buste proche du cocher,
chang un Ion/ et preeqne chaste
baiser d'amoureux.
Kt ds lors la vie pour Ito-signol
prit an sens, et el'e se jur.t iiue
jamais plu, elle >e roulerait au
ruisseau. Sa porte resta elossoba
stttawat, aux quelconques amantH
de la veille, et elle ne vout plus
que dans la seule attente de sou
doux ami, voquant pour tre plus
digne de lui, sou enfanee d'hier,
a blanche robe de eommuniante.
L'on n'enteudit plus les airs tyrov
liens du phonographe, ni ses "ha-
waennes guitares, et le srnade
de Schubert mme perdit lo le
vertu. Lt journe n'eut plus pour
elle que deux moments: l'heure
ai triste de la sparation au matin,
et la minute heureuse, anxieuse-
ment attendue, o dans le loin-
tain, apparaissait au ^chemin du
ratou, la silhouette uu peu gau
ehe du mattre de tea ncir. Le
seuil franchi, il lu serrait longue-
ment sur sa poilrioe, puis il la
prenait sur ses genoux, et se fai-
sait raconter les moindres faits la
la journe. Qui tait pass? et qui
encore ? C'tait l'heure des p.o
jets. On quitterait sans relaid le
quartier trop lapngeur. et l'on ac
cracherait son nid en que'que dis-
crte campagne : Mariissant, Hi-
pert, o l'on arroserait des rosiers
qui fleurissent. Elle prfrait Vtar
tissant, cause de la me:, des
ilts de mangliers verts, (tas bar
ques lentes qu'on regarderait en-
semble, le soir, regagner le port;
mais lui prfrait Ripai l pour
plus de silence, le crMat des mi
uscules ruiseaux serpentent
I ombre des grands arbres, Us d-
parts d'oi*eaui en bandes, i l'au-
rore Elle lve leur insu leur
faisait un crtur grave et soueieux
ear ils s'arrtaient en m'me
temps de bavarder .. et m C* jus
qo'atj soir, ils coliques, le dialogue intrieur de
leur tendresse.
Maladie, reproches maternels ou
lessitude, un maiia il parti!, et le
soir ne le remena pat. A la fen-
tre, les vaux fouillant la nul. Ros-
signol lattenlit jusqu'au jour et
vainement en^o-e le lendemtir....
et alors seu ement, elle songea
pleurer... et pour que personne
ne so-iillat son pur chs^nn de
quelque hypocrite pill, elle prit
pour confident de sa dtresse, lo-
relier sur lequel tant de fois il
avait Jormi, et qui ur lai| r .,,,,,,.
iateeta prsente, l'odeur tV'veux.. de sa chuir. et lo>-
guement elle touffa ses sanglot*.
Au milieu de la nnit, des appels
se prcipit eut sa porte, et des
voix s.n- tendresse, ironiques,
proposrent d' .utrazeanls et g-
"reu\ inir h-s et elle se sen
tl honteuse, comme d'tre nue .
Des injures dl irs souffletrent sa
souffrance, ei .les pierres s'cra-
srent avec fraa sur la (Ole du
toit. Les amants eonduits se ven-
geefnet-
C'tail Ir n Irlfts la lin p n
si t aUStCel e vie, o les m illeurs
b'eaeenl le plus srement, le
cotupag'ion rv pour la vie von
quitte et sans adiei, au preri ier
rarrefonr. . t elle se prit fre-
donner la vieille romane ds sp
r.nle de toujours : .Je suis In d
laisse q,ii pleure nuit et jour .
et elle se dcida a mourir.
bar les dentelles e! les draps du
lit, au creux du in.tela--, dans ses
cheveux el sur tout sen corps
adorable et las, elle vida jusqu'
la dernire goutt, la Krosine de
la grosse lampe au globe eu eou
Ieu puis se coucha et au dee
sus t* ses veux, ramena le drap
raoui'l.'... Ses mains sous l'oreil-
ler relrouvrent U i,.-..ie d'allu
mettes, et rsolument tir nt de'
l'ombre, jaillir l'tincelle fatale.
La flam ne Inppa la uoutiqnaiie
du lit, et s'largit pur In besogne
de destruction et d'apaisement...
et soudain dans la ctnmbre, tout
devint dis'inct comme en plein
jour : la pendule, au tic tac pr-
cipit connue un battement de
..' r inquiet. .. les bibe'ots dis-
parAbs... les chromos du mur,
le phonojrn.ph*.
La flamme n'largi toujours, et
le vieux rosier nboifrl qui se
mourait d'ombre et d'humidit,
frissonna a sa chileur, son me ,t
une caresse de soleil.
Parlons fraataeot
\u c urs de < nf'ren es pio
Boaeesperle Dr Habib ftetefano,
La ^orit^ t'. t au Pr ncienne
a t vra meute m'rab'e et i'uue
dietisetioe p-irinite.
N s jeune gens autant ea '
jeune lilles et les dam s rivr-1 s-
rent de | kee et d'l|ta .
'.elle petit note OO.IT t
gnraliser si tous indistinctement,
neni vnaifoa* nous seesnteer Us
cheats fidles de
Kaw s Hermxoos
qui revivent un cha|ie h.iteau
des marchandises de toute beaut.
Tout visieur et acheteur e.t
toujours *r de pouvoir 'lml,i |,.r
suivant les derniers cris de le
mode.
Efforce! voi d'tre toujours le
pren-:er ststtsf la nouveauts de
Kawas Hermanw"
ear n'en pas douter, les clients
de U maison sont toujours 1 objet
de la m. illeur attention et de la
plus haute admiration.
Parisiana
Dimanche
a US MM ip S
Il fiai dire li venta, taHl !i
friU: rt rien que li yj.,t.>
Cette tormule desermrnt qu'n
exige de ceux qui, au cour, d'il
procs, tmoignent en jnt c;, n'a
point t cre exprs p ur le- ho
soins ju licieire. Au cot.tr ir. et
voici conment M par qui elle lut
Beeaeaeee pour la premire lois.
Slaaielas Maillard dont le ro-a
e>t rest tristement c'bre enmm
prsident dn fameux Tribunal r-
volutionnaire de section i>pe'^
"Tiibunal Mai lard'' et qui jng-
le vieux marquis .le S. mbteuit. ex
gouverneur desInvelidta, qu'.' ac-
quitta d'.nllenrs a dsmt : Je
croi* qu'il e-t End^ae ill Peuple
de tremper ses mansd^ns 1 sna
de ce vieillpr j", lut aussi lu des
plus farouchu massacreurs du 2
Septembre la prison de la Pore .
L'est lia llard qui pend ut c joorses terribles, arrta les dni
Uls de 1 ex-ministre royal La Tour-
du Pin. Ces enfants s'e reniaient
l'cole, lorsque .Mnillsrd les ren-
coLtre, il saisit brutale ne-1 .-
l'paule le plus g qu' tait II
ans et lui dit d'un ton svre : "Il
faut dire la vrit, toute la vrit ;
et rien nue la vrit!"
aleis, comme en tout iri-r-es,
l'inluctable et juste ret ur des
choses se ralisa et, le I i 1793, Maillard lut arr non
tour. Lorsqu'il arrivai h pris .n
du Luxeiub iurg o et tien eo.! .
mes les deux malheur-.. l'.'sde
La Tour du Pin, l'entait q ti l'a-
vait reconnu, couru' In ea
eriatt :" Bonjoerciloven M il ard.
il faut d.re la vrit, ion l, viri-
le, et rien que le vril!"
h!t voil d'o vient ls formule.
Une Iettra de nitra
fieux collabora ea?
r. ra.
Port au Prince, le 15 Janucr 1^25.
Mon cher Clment,
L'aul nr.lt, l'entrefilet i.iru tane
"IE Vf ATI N" d'avant* rr. ,<
it lubrique "DSeocuvR^s 'TV.
QAeoftM", a oubli au b ut de
sa plume, il me sembe.ire
sut. e catgorie d'iaUrojj/i n,fJ
les ti-mounes tmu nana, les petits
e: voys ou l'cole, ou aux aa i-
missions, et qui, au lieu de se d-
pcher vers les buts eux ns.i.
gns. prfrent employ r, p >jit
pbrdhe leur temps faner aux
billes, aux mavambas ", a x car-
tes, la roulette, etc____ou
"donner audience", potioeot, po-
lissonnant, se corrompant.
Xe conviendrait-il pes de |fl, ra.
lier tous et de Us achemi. er fug
quelque svre Maison d-corr-c-
tion, o ils apprendraient, dans
l'ordre, la discipline et le trnv i'
devenir de boue citoyan-?...
M'est avis que c'est lt une i\-.
sure, sinon une preauton a pren
dre, si l'on ne veut que ces m m
vaise graines", se dvlnpiui.
ne viennent, demain, a%vaa n l
sout haitienne.
Avfe, par exemple, un g*n tar.
me plac distance de cb.iia
deux encoignures et chrg4 .0.ie
sa resp. nsahilit peraonnelU, de
mainteiir l'ordre dans l%neea
confi sa surveillance, H r il
je croi*. assex Ucile d'ob'enir ce-
la U Maison Central servant
de Maison de ceirectioa.
Qu'en pensez vous?...
In tout cas. veuillez pch'ier la
pr>>ente, toutes Ans u iies et
tnefroire
Votre teujo.irs nsmn
K d'il.
Liiuaacue m n
UIH IMR *** mm

Te et Se pisodes. paitj 5
Entra; 10. O. stt.
Dopamr wr^ramteur
No. 'JUKI*, prnele lu ta'ara
4u .\

-
.


1
".' "-
OL
-
'anmie
/
\ >
.. -






Ccnra!c

rrculote
.mio
lui CkaMtala, , *t vj'.'.de-
n. ir,. n .* '
._
-,
i
. [< irai ..<:'/
,- | .
forge fHjMii To-is < :"" p< '
VA1 D
ara mouchss
CMttel *'
des Ha rcicmenti.
Rhumes :-e8'
BOUIM, CC. .
de 1'
de Ace'; iTS-slat,"*, otc, etc.
iijui Le.'rfi"T""
Maladiss do U Foitnti.
M^.
r
; W
f

L't ccaraivnaDGitresl tUa ifi.eiitiiU entit les
Ilii;6S6illineSl!iliillllllMCiS
la question le l'occupation amricaine solutionne
Us Etats-Unis bui.tierut d'un privil-gi de premier rang
lui les espets ra bfarees
ta quand L I yV~ s:-
tarai >
me et I 1 !
de ii r. IM4 eti -
cd> il, da onl
tt- versa i ar les i
soit un: n tatioo de il 0,0.
foiirel m \ d< s idlqus
1 JcomnatrciauiJran^tis el
" aile nui dj
nom b
OEHBDEZ. EXISEZ
dans Mutai le -':
L3-
p A STILl-CS
lv/
Vfc: sment
en BOn
poc m
. lhatmari) Cttntr le
n p a 1 '. ; "'" 1
1 S, I I ""
__________
il, \ ,_o 1 :.CZ
d t du grec d
, ,, ,( | ,, 1 it I. lUMli roir
v .1 I : V'.IO
roi il i de Mr
1,JpiabWtl lput
du Cap H., lien.
La maison
Il Bulloni Fils
Sise Rue Roux, 1^0
Pt* le dpt de ihum Vi te joint
l-ho-.o'ur i-ott r !^'conmrtrtVc de si nombreuse et silecta
euii.tl.queseei s.% ,...ou%e.l.ul coo.fcaaauitu de marabi
e3 ^ lu.Ml.uu ,.* et au 3oU de.lC.u a. 1, dcel.
iLlmUc* '...... I c ce, Ou.deu.t, muoii. . toute I. diH
s,ou a. .s,o,.,meu c -~:n^a.TTirr.sl. v.r.e pour saionet
...10 uao.. ,.&.... e loaiu- d.- Vunue, cb..^. el doU.ucs auin
fc- c, .u omvre -^ c uil ^j^W&M*** *iyiCtJii"?S M
-fer mtd i 1V0 V tJi * hU d- CdU,p' f60*1".
> eu u ... V-f eaul,, u:. .^o.u.u.ul ,0.a,c( et Vtl (U b.kjjo .
uii,.a.v do Fiaa/iilles, di .Jari.ge et de Baptmw
.uo........a....uuuo.-.o Ha3..uiuo loo.e rclame, car ls
mais.,, peu, . ..jouir Oc--------- ..o..dcr d eu..uuo do coj. tre.l
heureux uccMu,.- o*. . H - -.. cm ue par 1. plue .
., i.lw 4-%.. .0 .. .. j * oc= uebo. e^ u.eu...ump. qa-M|
bUUt t- 1 Ol 1 Une*. .
^ . ..cbdpedUX feutre et paille "Ber,
h . . noe on ui-., looi.de cU.,e D uMiruaeolV. cooojo. Jmo.. ol'u.ooe. [ oriieio oag oi< ), lu.1.
oU rUC-o. ..o^^oiie. iroufiditot et
aa.,ri.di..t,Ll...pca,. u. bu, >ou .or> oou. 110aime., daa.. u.Qhtti.
A -.;,.,, .0. p .0. .u>u U.UU. I2>J| ,
per ,*.o.elu..rbu.o ",Uc^ P^'{ J
iour Huai -..-,po -oie u->, u u,u;.ricHj i
y< r ...... m.ccioua.a-uuo. eillolMf^
u.', .a ,... a oliroyoau, ^ ooul je uo pu., taire loi l'eot
0e.' llluU. 1. .
A .ouiuf -me liai h......rein.nl m elle. U e ue la pro-
v lu.i.o re tbw.oa:.e*JLou.fcioalti porte enume ptr B
j ,s*e.
l'AlUS La co:.i 'M 001 t. nan-
ti, ic a Bgu lac id entre les
.u rt iui.,..|i-eon'.s ..toc. 01 d
lue l'rateo* ie ma* rioudce
,t,.. 1 u et^tfoa bgifnUfiioi du
., u iirtv.es a 8 l/ mlihtfo !
u ...u or p'-ur la pT" B r* nm-
, b iepi .t AMI I1"" l>^ui-
x, ir. Lb trais de la commission
mtl,.llde de r h.naine il 0 mil-
hwj. la premire anne lot Irai
U 1. .A.oinisMon de contiulo in
,n ,1... a 8, I arme doc upelion
ol Odl aou pour U2,l:'2. Use
,, v .\tsnii deteimiiitos par les
.,', '. i les i ati Uoli ovdnt le
. v mbio IM5. Lee frta de
nioa ame.ioaine seront
,. au Blwifeo d'une an
K,u ,, .0 million do imrUsor
y4, 00 ter septombre ItM
Uy.a.ueiewnlBan prwUige de
,. .... .1 iaogurle*esp-V^irane
*i t. m.i* aprs la -coueiilulion
ou mauuial uectbSH.re pour assu
u lr s .-i e de lempiu.it exl
ri ufoe+? .awUlOM t tea frais
Ucb c mm ss.ous ; si au cours d u
r. M ee qnelcouquo le total des
ii ,u.l.oLSii.lp-i* tian;l*rt|lts
.........eronl reportes aox TO.M
.. je laooe lalvacte et por
le.o.liot.t 0 4 1.: purceot.
Su-i.r.pralionod:s p r .
Rtfi.<., lee Maislnta loucheront
ST/iiotoeatdalouU.ls.toai
f,.. /.ponibles p,.or le-rep-...
1 e p
. il... r"
r.-... u
ons juo* rduction de. aute>
Cn<. |U.qu concurronee |-lo
l ..* ../.unr.u.lUmentons ces
[ V.CO ndeWaissv ilb. Ltb,l-
... u. pour.ool modU.er ce. d>
.. i ...; qu'aprfs ac,M.rd avec le,
h(,, l'.Les Elat. Unis obl.ua
. . un droit proPll10,,n"'!
I l V o.o dan toutes les opra
f ..... ues au sujet des obi
h fr ovines, inoublrielles
*XEmm* de Soie prenant ran,
rrte les diverse. ! ftur
|a il l-.tue recevra 8 om sur
ul dipon.be des ann..,s
KK! dTur .eptembie l^i
dimii la col noun..l de e
iioi., 1 dam garn obi de l'ia
Un. 1 SI Hit tlouinies de recel-
tes uout le solde sera tare au
compte des reparalioi 1 de 1. I .u
,. 1 do la Belgique. Le son aie
dai recette eopaoc* com| rendra
le pcodoit de lavas, il. 1 j >iti de
lu., s,-. .1 m uen g l 0 11 I des
raael 1 l de la rgion de* clmniil
de fer.
Les fraia cioila de la pei e< pi on
des upenso.s do I ado i..i-tralion
ides r ,is d,j :| < U ige des tliar
bous de I exploitation des mue.
ia! d iufu ;' ' 1 lecoltosaoot
U su de sera verse la B igque
ou litre de si priorit, ft t'eaeep
lion d une somme d euvirou q.iu
1 uiiunnis de u are dpose a
La !' rdl H seive Bank. Les cr
dits douiinoiit au tire il |'fait
d'occupation pour la pr.oia du
1er Mai \'il au 1 r M i i I 1
sont lix 1 i- '- ..>-'."- 1 Bldlkl
or pou. la Fra.ea el S I U le jao
pou, U B-K,,ueet ft 4^ M>* '
po ir l \ngleterre.
La c m .1 1011 daa r^p ration*
Qi ,is unir la pri ida -a
I r M.i au ,n LOt Ii4 sur la
,i.: [ai fdt* l.iu : La J ipon
'eira dbite au titre de. ehamioe
., : i .loamiuesde Cliingt'iiiog
montant dei ludennils que
I \l imagna a pay ou piurra pa
or se. natio iu* deteoeot eea
aalraprisa e. eu a il aart
e ris .t BOB ayuil droit un
,,IS L unime
uie a\.
1 ont r ittfce d :
alaralion ft la pre^^e. L
cou il I ; 'i
delenb m 1 M. Heyo il
dy, mini iti 11 om b i a, d.:s
contre ; i Ie' d s
quelle les franais ip indront
vendredi. Lee eon liions
aile '
praaair iblea. L Aile
magne el la France ont d i lid
ne pai m 1 Ufl u l
les pourpailers actuels.
i> ij i;* .i;iv: I l8 mij (jls
direci Ir.nie is pour
lauiij t,'24
p iRia le j m ml des
Impoli li oa i'1-. co .-t lu ;
| sncoiaa
H .i de plui
qu eo I9S I.
lr.g scnn
puure D i^e intgral d .- raj ait
i,u i* .1 a. bui d. faotliter le
1 Qctioaoa oeni da i in Dawa,
La commision des repaial aai
et 1 ge: 1 g loi ri ds au iemeuts
eill.ionl a que le p D Dl|
faire auui ebeti 0 il soient .-ba
lonns rogulir meut 1 1 douze
moi'. La G MO is o 1 >ts ropare
lloai ara pi o a>?u or ai d a
.Jaitw .les psiaaiadti du p;.:>e.*
,tcf >i 1 dont, le Baajrra lutarpr
1er les dispo-ii.on* psr djunon
unaunm, en ea. da oe.\eaord le
litige sera b aigu par l. n aiesieB >l w t ip
r.. i .us 11 1 ...u.ia. 0.1 s'il y a
lieu par les Btats Uoil ou pai le
prsident da la Cour pfiiniueule
de jut;c; IntaraaUoaala.
Ce ; la 1 ai ri mi un jOllf
M. (ic Po 1 Uni ii : in
Port-au Prl anviar 1991
Au 1 du ...Matin>
.1 Leur,
roUfl
article : 1 J.' is 1 ul du m t d<
ro dner, lo Don do aa de
w d cb 1 per natl oa i ne
va [ai .uiiv.i >on
mari.
i .
Ill \ ea-
rosses s'y ment.
1 u j >ur, ii
eh 1 r.itra, li a.t
Lj,i In n endroit on
la 1 u trop troite pour que
deux s > puissent y passer
de f. n', une autre voitut. allait
au si ... 1 rta davani
la kikinie. s 1 co. t l-oo, .ne le
aa< mt,
je porle le ma-qui. a Peatebar
tenta r. reli 10I fi*
remeat la ; Je
bm 1 di Ion l 01 1. e loo 1 bat
et d, ton li.iin, nioi, j- porte ta
Ion eue. D.ll COtU VoilUM,
Ltit le Une deC i rmooi Tonm rre.
NKSCIO
1re l'art O
1 cou ;'. A-. t> j r
nale RoDE
V. /-
__ 't: e QVaLOtZ
V. !
; r.rl Cil vMIVADB
p t te
. On 1
llintfLSSOBJI
V kK /
._ | 11' 5
V C -N Z
/ [7i.ti.ijG
2me l'artie
0. L.. & *
Vl .XX MP3
V. CANlZ
-. M, HaaML
V 1A 1 Z
b. 1 u 1 " i
t-UOPIN
; '
y g l.tHFELD
V L .N.Z .-
10. -Hou u ci du '" 0
W11 1 .w. kl
V. t ANIZ
U.^81 eoadd u mi. csio
Les earti s sont mv.it cn*i
Mme \o,b- (U n nu ), iou
Vians, 1 x W -1 t.. la, au
prix de la . .
Aux yraotls mayasioi
Des bourniture* Gnrales poil^
In Gw/ionneie.
JOANNY CORDASC
No :jlt) Ru de r oal^ |7prU,(.ThQinaa M*dio .4 No314|
l'on au **tiooa, Hati
rien de |>lus chic pur ls ireanesqu'une^t-Bi
chiue 4couiire "wt'% ^ -3 M
Soi p eus C^v^^3||v QualiUr
hley>uitt ^^^^^^^^piditt^
i u> bon ni ;i M. tie J>" niaicii.ltri'* bon ara
7.161 s
16 8
ll*
U.tOO fienlll s d T'e ApolloM
Viennent d Uk i iver fej
maison-
Carmen H S
_.._., ... .% ..I..' h (1 n- " '
Mercredi ara nalnn C'n
| li lue.-,
p uplU I ' '"' ". u .
Il
1 11 >l '
tre L-i i 1 > e*
I 1 t .-
du. lion nvi U q e eu
taol de k 11 de M. l'i.u'ce.
>
j 0o,i H 010 des p--B
./.-.ds.Uaoomjs.ioBde.rp
t ^^"Y'Jh.lladter
d rr^91rucl^nfai
n e,lc#- d',niit'n ds
in (franco l uU*Bttaiotitf I
(jnder les panpiea \era
i.>, Iinnu el m luen,.i J-
elnj. ocli-llaer ijraiid
rabbra t laf-Ivrk,
PAIU5 Inlervitw par < Le
Journal ft Paris, M. SoheUner,
g and raBbin a N w Y iU, a d
c Mr. que la Kran.e doit i-viip r
d ns li D 11 a pltce tern.ll
1, noll cou in.er guider
1 s peuplas ver. le beau el le bien ;
d a ajLUl que V \m*riq.ie pea
dmt la gue ru est venue *.}.. ft
la France le dette qu'elle coulrac
Vari ls
CE SCWB
JalljUcb-I.A-'ltRREUR
80 11 9e pisoijct.
i; In b: lin O.K)
Dimanche
L'Homme aux
trois Masques
if g.
, ..1
Kern Pdieintots
" Mesdeu.oi-> it^ '-ou. t ei F nny
| Me .-leur et Modal*.
, .1 a .11
| ramirei li tm en leu.s
.- ,| .'eu c li 1 ......
, tue Vie HeB J
il., |. o.l u
, i ,, m 'C.i^ q.il| .t
1 1 1 ; M II I I d .0
de leur regr li
sa KO i U1S
d . l I u.bre
1 li il i" Les
preuves de
Chapeaux p tille fine
d'Ualie.
Casimir aglis (aou-
vauts|)
Dnll Fil*titane asglaii
Prix iras iatageiia .
v\m La maison-C^L. Verrfl
..fr.Lz^Lao. '!' 'r-Ma cJ.os.-ei v;fJ
Le fiti SiU.. u or Uni,
deva-il < 1-"r*
indlfrwii'i1' avis i c eu
gnral 1 1 p*'*i
tu lier, n < 4>* i#f
III et auiott la
vi ihtl G ' ; c.
CopU.Yen, >dvXa>kft lfM
ft Al
Sri t iUT'Ma l*#-i-d
, Ko 1823 Ru .lu laoBoio de l'Etat
te E*cninmaniir! nupuMic et sa nombieuat
pn''p p tr I lgance d^ s;i coupe et la proaif
xiVntiitn mita dan l#s ouvrages coiifip?#5Ci<>n,.f
la maison pe*l nUrartc ju>qu, S heures du soir
fr^x mode 8*


t 11..'

i -..
G00(lrich ttealle record
d n> je marelle des Doeus,
Un iuo V0U5 acdelti uu Miiv/
owu L*ord t\od& vuu* ep*ryuez
iuujtiars le, mdie, el labrfvju
vtc uu uiienei >*.ir* 11 uue uiaiii
,'/uvre btJiiuee, vous puiive*
\ouj te procurer danbiouun t-,.i
1/lllLUiiJU.
Maxwell and lohr
#nt au. Il /'

:

ES


I : :mii
f ... r_^
'.1
.
1 ^... ...U..
VOMSpOUYCZ ...
cette an :c
empK^ant r
ni r...rvc:rf toi
'iacoaapa.abli
."v

A
I AR.S

i ai
! -r-
Jeaneaas et Borate, el empteho
' r l'iconp
BCS j^arde.
Cotrp'clc : 1 de 1*
Crise Simcj pa* remploi de la
Poudre Simon
et du .
Savon Simon
r-
Icrta
*

\j (|UIiiS WeFraro's A.Deverson
On trouvera cliez PrUR
ui Joju 1,1 ai le-.. ;i 'i t or,
les |. y m. n. d-* tout- sor-
tes < t a pii m ex- cheix.
Av, rat
1-, Ru< Froi
11 Piince
La seule peinture ne ebang ni pas de couleur
Il FI. 4'. -- J K

I f
Ifpaffl ep('cialernei)l pour le diinat d B'aiii T
The Cl'BlJfl 8. BifWn P^int O ^
fo*. J. Miseine &
j
1/'
Atrnls


fez r. k?.L ; & die
Vii ii nf d'arricer <* ici radit,
,,u;;,|i' I ''' 1. telle* Of el Ai>
-.., ikl ,. Wll
P"1 t ..tylll 11 ,, i ai. .0.0 . .1
_Ol 11. j
,le .......lia, eau*. . M It,i u i.ie uc-uu, ae*
Ic, eu., .l..
La%eiaiiei ci lie
>ir-

Eroie Wrabbo-Drce
l'rtp ratoii aux examens
t M b 1 Un
J- H BORDAI
Du I \T' ci 00 i'c l'laLlifreuii nt
H lu n ht 1 11.v ~ 1 e 1 i.
r;- s 1 l lu I" n.i li s 1.1' l ili 'a
Pr<,*ii * qi 1 ii il n l'iincp. / nTrc fal i'tiVi i'It-r Ir c'ien
qi e il u i i il n r 1 r* 1. >'.c tf> iji, p 0 \if 1 ; m ,. \. i 1, r
n m v- iix c 1 1 1I1 p'i 1 m 1 n *p I Onn'rrf b'fhim \en-Dl de
n ni 1 1 1- i> i u in in r lie- < i.- I- 1 11 i Aiui-i ii^i e n . 1. 1
i 1 1 h 1 n ut -S' i' 1 1- : .-1 \h 'i. :
< 1 i.li' I I- 1. I > | i m h 11 1 bu- 1 nr b< I < l pur 'ivie :
D F ti; ' i- - ( < 1 '! r 1 I' 1 ! f i i||r t, li] u i. kti 1 I-- h, B**or
\ihi- ; I \< \p'- i t t r t i' Mi ; un l i ! r: ils 1.1 hj 1 i,'Ji -1' y f. 'i|n s r, fin If iUl>ift, ibo
1 J' n > -i k ; I > n - i i- I. il -. I 1 c;. il (J bel 1 dt Hol
n i- 1. i h .le .Y.ii 1 a e de leade
I 'oi '\iu- If 10 il 30 de duque
IVinr 1 'u- mi 1 nr'f'prt- nr-i-, a maison H-ll il< l....m
l 1 i 1 i' B il B A I 1 n 1 m t '?.
'--I btt*mni kIb 'ii I' 1 ?* n-p vivi'p n l'Kpi''rip N*
Qn li 1 vl \ruinp li MT-i lin-f-!i. GiMn-l IIiip, ei Ihcp du ta
.X,M- Vvi \ 11 1 I, iriHi-n Ion e 1 ouvre el voub Bo.tirc* *
e 1 lif. a \ t Kiir de l b U. iit iiB.
km-; ^ .
. !N jsSiv.1
A
e faineui Champagne
: ail h Pre il L
s
1SON M) M EE E\ 1 00
I.- .li n | : g p itdo !* Ih cour d Anrle ir- *l d*fcl gi
"' -'nu le cli.-niBgrp fnton d'b( rccil^ d-J Po l ;>ti Plicca.
Fn I i i i h h n* Blu ma b i
' E D-rix. f ta M trrI0: i in 8 zar, Lopi Pi'
v r I".' :-|Mf & O. u, t | ,'e \'t n p.
L pr.iii i h iti n qui a i it cm jr-M prre1 r le Ltatoo
' l-l i l n i i M. l s ph l Botrfh*.
Ceci n'est pas lue
fur f*1 la KcUme |r res.-ifsprs m Inrf,
repu'HPt' si vous p->aez du r ^ >i lureu-de
VA.lxn instratio > po*tle,U lu Givnid |,ue,
Rt-ntiez 1a * 01 donner o
Lruesl 1 auiille
il
A la Conci ntw
Vous vriTfX fjuj' les chaupfures |u.a ce aolt anijr
o. minaude ou non- nollt faitc-a vet* ^ict, soins t
s< iditi, |. air ce |oh les i.uviih> qui 1 H Loi.tc-cUoiineol
et les r< ntniaux qui y ont tamyloys epondeiit et
| i 6tii.< Dl le HUe de la nuiuini.
ALUMINUM LISE
liw-DhDsftSiti
iirican Sfeamsliip Co hc.
Prochain dpart direct
pour l'orl-au Tiince.
Le sii'a n tr ( 3 oit il a lim N . 3 leans U .2
JuiiVicr ouidut diieciem ;ti< pu ? \. de -Jatieis & *
; g lis t.riu
ZMF'* >~*&
et.
|aiu.w p.ul n .., ,;iaax.oi, Orataisa, Brriaiisa, Ustes* *
|MHSlJwu.aal*jto/Al.lMMlMtaar.!l| ^^^ ^ Llu 4V._ t^u
lUX UyCilt. u. . ^
UOU toW, lAl plu Ll. L,,,L.,1.^o,rll,-,Ulnc,t:.
p-.all.u ........ .1,,..,, ^u-%1 ,,,, ( ,.uu.^#,, cfc,U0
[** tu cot h c i IV. pj j ,t$Jiv,-
v_,x .u:,c<,. g ....... Lab ,, .Stcla^U^MSfc L
fcr:...........'.......... ,..,-.. t u., &*
l\ua*-,.iB ,,','.'. .wui....w.u*iv*rt. 1.MIe,,
fcr:: ;.....** -.....-hm..-.
Luiv ...... "' *"w" '"'". flsista Ui.u,,..-.
[ fli^,U" >-!., ob p,u sOal aV.iliia.euX,
L.C 1...UI. cU. . U'.... 1 Lt
/\i..| V lu*) >. . w u.
I
llvl 'idH I il. f L v. L .i.
, | OI .. . U ( t. 1. .. ici. I il lu
ii | u i> ^i - lu i m ii. |u.i
i ..<. c>: c U j. i j i t lU. A..*
9 f. .S >ill .1 -u
. . ..ii.j j iOri. I ,
^r. u.i .ubui .
-. * > Ci I I i Iti i -
lu i ..ii.1 u. .. i.uul.1 u | Il tu.Cl l
i..,. . iiM i> iiti, ii n,
tii* U.O.!.: ulliulil l.ult COU
etll lli.Lt >|'
ii j i n i i i,
C. LLli.N 1;D


LAST
CONDENSE
NESTL
LE PLUS RICHE
EN CREME
^ITCONDEN^
.ANESTL,f(
XtITC Slll
IX.'UtiCira_t-t.lJ0l.
Lt Prte'z i i^er: .
s
v xOl
E"\V;S HRMakOS-
I,


-~
/
Grand Ftel de franco
ffesiiioa exceptionnelle, nu centre des aiairer,
I ffiimui de toutes le Banque, de U doasrie et
teste les AQencee c* bateeux.
leasfiynenie nts et laeilil* pour voyager en aale-
aoaiie daas loutes las parlies dt 1a lepubliqae
d'iati et de la rpublique (lorniriraine.
tkassbrei conlortalde? el surtout tre* propre*, en
ilateuri dans les rhamkr^s i la demande des Pen-
aieaairte. Cui-ine lraiiyaise ds soigne el de*
plu varies.
A #if. de* i $H*r tV* i*i *
Vies des irietllewr* r rus do Bordeaux, par barri-
aja a sien sienne*, galons et |iar bouteille Parmi
tt Vins de otiateaux, vou* titiuvcrw le plm grand
Obalx, pour Km q-ial t>s et pour 1 ge
VINS i 1TALIR l> r.SrACNE
Vlrt DE ROI Min(W: (blancs et ro gee j Mb n non in?
( Pommard m-u sux. L* plus gra d ass i timent de Liqueurs, Cognac
fiae. wlnkles etr
Absinthe Pernod. Amer Pi son, Vsrmsuthe
CO\ KVhS franais* cl amricaines frache
ansat arrl vAps
aJltlaRES de Cuba, \nror.n el flnbansra.
Cl MR ^TTES do toutes les! .toriques d floltl OeOS
el dtail.
! Ait* UMERIE st Cartes postales.
Prf ir modr**
P. P. Palrizi
Agences H prsentations
IPOH7-JD ,*i liVCi
AQpvt gn aux de :
[eekor Jon Jfvvell Millincj A. Co
NBYV-YORK
Farines flujariai O 0 Houle Rouge e'r
f Tue l'jffli Insu-.inre Company
NEW YORK
Assurance contre l'incetliie
Diam ad S.iieli Co
Attamottea tSah I Jouis
D. S.iuMuT '>j ni I (jonip. u y
l'ueus "Hoy.il Cord" Souliei s Keds
ciiis r. .i,nU|. a s"
i pisson* su s n toua ysofOe
J^| inirl ictiiren l.ile "ltlses y
.mauidUCi' sur la vie,
Guiiliou H en* '
Vins & 1 hamprtgne fordeaux
l*|i, ].' \v n '
COPfclMl'GCK
fa irrs ft mois, f.o nago et conssrvMi alimentaires
W S lalWVl X vou
Tobsra |auns et noirs-
j,a Baiion n te
Sans Rival
ClUtareM s hanttclr
Dlivo.'s ds i3111 'es,
Rhum Hectar
j
^
Uu N. Gie jns
(140, Rua lia M?gtsiitf d; \K<\
417 Hue Bjftm Fo*.
820, R te Cuur e.
la m isouH.SILVERA
Ceux qui n'ont pas encore ru Use jntis articles de
finesse que vient le recevoir La Maison aiUera
doivent, dans leur iirtrl, empresser du pas***
crtte maison, car nul part ils ne peuvent trouver
dans*i beaux trticlel I des prix si raisonnable*
Ko* articles sont vrai nent de toute btyiatd et de
irateVar et nos prix dB n tule concurren-e.
Crpe de Clilne couleurs assorties
c extra suprieur
" marociin carreaux
Soirie car.eiux pour raaei et chemisas
"Urlootltt** le -io e barres
Ratine voile carreaux
Von n 'S bi d
Cropon tranais barres otja earrsa x
D atonal noir up.
C smlr anglais nouveaut
S>rgtbleu anglais supaeisur
i'eaimbdacli anglais de toutes beauts
Alpaga noir sjprleur
S*tPn .m..'' po .r tai leurs
Kaki blaito sunOrieur
Kaiii jaune anglais aupriour
I u k union b oao an lais "nouveaut i"
Di'ill union blanc anglais
ni
Tussor japonais pour i hentiss A homaaos si robos
lit-pa de Mole ;'i barres c n: nr pour choisos a hom-
mss et robos nouveauts.
liapune fine pour cheauses
i er--a e fine pour lii>ger e
i"ii't per c^l pour "
Zphyr anglais pour -ln>mises extra sup,
Organdi suisso'uni et couleur^
lta a jo -1 diiMi su
l'haussett.. s cosaises cour enfants
trench l-Vi-ky. dernut nr uveaut
lJ0| bn fleurs pour robss
'I >ui BiUue
Uasbris blase
Voiles cou sur A barres
Sbirtmg b ar.o h;'prieor
Bas dsnulleS
lias ! bi rfis
Bas M lrcd
Lotions * ivert**
Tulls tour premiers Coran-union
COuv*>rtur- blan'-h p\. 0oUleur suprieur
Ba.ids brodes Madsra pour chemises et Jupe
V s b an- a K1 rrt e, ;| moaohes
Rat ns blanchb
m .i- .) ,;.che barres st unis
Crpon b'anr et coulsiir A jours
l w*.o i'i. ue -t cou'tMir uni
he nisettrt:- a lenaniss suprieur
itrabaui. no r a gais
I ii lui.i-.i to le ('crui>
S -i if d% tii!et|pS b'an-lies A couleur
damasaiesblanoli-s pour familles
Napo* (mii iifv
Petites ssrv lottes blancbes damasses
i)rq,n,i > nlaiic steoalsir aerrasA
ainagecou cur ang.nU un po.ir bine
?JI \LH sVT* ? *oU nurehe.Tle damais
Satlnettn Fonlsrd pour roboa
Peignes franais A amrioains
Mj i^ on.- o unes sV couleurs sup.
l'oplin de anfe uni blano \ crme extra
i h h P. H., d" piufle i re d'Halls
Casimir an .lais sup.
Crpon brod franc []
Crpon franais f su s d rniere s nouvaate
BwrvlstUs Je toile t. <:>u'. anal it
apia o r Ki-^' Damans: anglais piur mateKs double Jsrgsiw te etc.
Aimable i lira!*, Vous qui vnnlc/ portvr, fyu|.
lra', bs | lus linnux Ittsaie qu'il soit p^ssilile de
Iroiiv-p sur vil- pli-n, ne , Xn<\ i a tas, MVMul
d'ail r ai lair, de passer cbez aeiM o^ k) ruribViir
acrem' ^oes e>i 'l'scrvt'.
cor. eaux.
Savon
A :, .i
A. 4 F- PE4RS UmH
Pear ereir 1e total trais et conserver toujei
/este hreWlteur, serws-voiwdes ecoelleata
tsai#ase msrqne 4. tt F. PMn.Bt.tf4 Elgllld
Savea sSransp arsnts en bcune. Savons
venu su fabisiles. Fias pondre de lato et p
Tais pour Bb, Bstonsrou je pacte eeras
la rente caei liaioa fidec et 4'trcii
Pharmacie Sjour!
l^er.i e trn a sa ettee le t hux mdpcirj et au puWis
TiM'c'me 'on l^horatcbe JUIope eu un Lab)rj
bidl ft- r 1 Iiqu4 snus h DirTti n H>-
Dr jRicot et B. Sjourn
Le laboratoire est ouvert tr.ub les jours de 7 bu do ai
n^urei du lr peur tcutea 1rs recherches et analyses pifj
Y* n cee ci ointe, sui pourls
Wis imMDcet \n constante Ure-S(
Sir ot reues que le mardi de chaque sem oe.
S'ddr >r a ia Pb 1 ma e pour les suastg seaai t -.
tosvc a'i.u es -t Suegas'riqus
ht-actinn de Was8ermaQD .
PfKCiioQ de tn boulet,
tiameu du saug e du puai
L^aajeu des nsa'ires (belles
iiiuDDe" ^e "et'i
dlboailao f
Constante Ureo
i\. < t la Acra
GranJjRue
i.
4 c' Voulsa-vcus to as hsbsUer m vso l ganea s
maa-eb.
Adresses tous la Maison \ A.
Dont la de vi ,-,st ds rendre ptll b
vsndr-* b nueoun.
Haiissm par.onnH.li lliaiso i comit Jin
Ullleur lia isn mu d'an takltisamsai. de p
erlre il ina
KUe est ^n rassure de foarnlr des complets ta
et sue iuaure, n o icviots, d ago 1 a a, palm
dr|ii bla u | couleur, obu^ons de easlcnlr po
talons K'.off.!* pour gilets.
Bonneterie
Chsmisss de ) un- et do nuit, au tout dea eU
(Vis st manohettss dernires or nions. G*\
st Py|amss.
i) * m **ri>i anstii'l lup we in'ioi
et Is meilleur aeoueil est rserv tous 01
Blreot par uns visiie 6tre d.i ;a sur la v-dej
travaux tournis.
Tint ostiime com narid et ml na rj,):a*
goUt du olint est repris;
Oo paiie fraaaaas, anglais, aseeiad et Mal

/
xi m sx n f j
i 10 Hue des Csars
Tltlph.iie :
N- 756


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM