<%BANNER%>






couile .i'u^in.iii, J..:u. m, qui slli
tait ttViU^Uiu. ni Us Uucil.u. i C
Huuopiciie. Ci- documenta ont
une nsrme valeur huloiique.
Su vue d'une en |ute sur
les couditiuiia sociales,
sOno'iiiijinis et |oliU'
iju's a p*i lo KitO
WAlUN^l'ON Le Snateur
Bro kaert a dpos sur le Lurc du ~n-ini une .mumu UeintndtMl
qu'une commis-iuii compil de
lin iliun du Sc-ual ull < Il uluco
eu vue u'uue enqueie sur les ton
dilions sociales, u. nm ( (t
pouliques de i lie de Puerto tiico.
La crise ministrielle
en ailt'iii.iijn.'
BKRl LN M. Marx.lniHuu. u
dernire leutelive pour former un
cabinet,a convoque a une runion
specii.e tous le eu U des oiii
leuts parus puni quts ulln ut Itur
exposer la ^luvu de la siiuntiou el
de Une re.soilir lit CCCCeallC u uu
csbiiicl qui u ail d ault-j ctrbCtere
que celui d une coii..boiuliou Iran
che et elluile u\eo lou.
BliKLlA Le Prsident Ebert a
S
noirs cnes,) n lant
propga
possib e puisque
protestation. Le* journaux Japo-
nais principalement pub lent des
dclsratious Une* par de* Ciart
ceins qui prtendra: q-'-' ] on doit
commente. Ih puntnc- d la ma
rine et de l'arme; .s journaux
font ressorti, en mme temps que
s'il est lait de Ms prpHiutiU
c'est que quelque chose s prpaie
contre le apt-n La Kerre l^'\
M toi.joi.rH pour celte clnfse d t
nents ...ilit r.-tes qui d>.re voir
eo activit ses macbn.es de |uer-
I
Mi x de loiinti nuiiiedia
le problme dm climat|e
en nfjeterre
LOVDRKa L'Angleterre ne
porl psss.m optimisme et ep.e
que daus le cour.ni le cetie an-
r* ; u.....m insu augmentera de
l,ll '".n. qu ' lui --'< ',
ae donner du travail au million
dct.nv i ui ; l, nenl acluel
i.mf. f. La s'iu i......imique
m% i. mais i bonne d p .is
logh^ire Les n -rs erri ^^^j, e, ^ 4i um ^
4l"/-eemaieiit au pouvoir peu vea/ *"u r
prie .4.
temeul uu cabinet mix.e, celle
mesure est totisid- ree cuime elitut
U seule soiulio appo. 1er a la
ciise ^ouveiiitui'nuie oer II u e-
xisle sutuii pbill publique a-e/
fort pjur cousii uei tout seul un
Muvernemaat assez solide pour
e maintenir.
' la question des dettes
interallies y
WASIIINL.TO.N
Le kouveru.meut se dispose
rpom.ie uiineuiiiUiijent a la L'Ole
de i iu(iieuc qui i ..u a reiu^er
tus HamU'ils le dr il U'iutere
nir dans la queatioa des rpirs
tions. Ou fioii qae lee dleg ie
mercaus *itToiit d imervenir
dans les discussion qui auroul
Irait pu> dlie luleraLifeS.
t' vlliS Ln'ii'" 'lk"| a i i
is avo envoya i. Cl
meJtal une I |
les intaraUiaee: il dclare svoir
reu de; S. Litiueuiel une HwU a
0i suiet m.is qui "'" qu'un
2 J,.nvir 1913
Les Ce'."* du pouvsl ce oui !6
d un en ua i ' onlume. G Soc
h.x orls le laCo n ninsioa liom-
muntle, L plaie d'au-s de S-
Rfsrc, a tilm :-cs b ii. s, el sa belle
io i. ic monuinental, replie
par i a lit Dcecleur den Travaux
i un us >l. A lie i. SixtD, donne
de superbes je;sd'eiu ce qii for-
me uu en if n >il coj,j d mil.
; i i> icembre, !< louC'O'i-
naire- pub i s et beiooovf d'amis
, .. i.nei de .'r.inl s'ei lient reuuis a
Moi l de Vnle o eareol lieu le*
roeplioes de i estim u.fet >up-
P n:e l'ils. Celui Csiuoe aux dieeours qui lui iu-
r nt adies-s ptr le Doyen Ra-
l.ian, le Supeiinle.il.nl des Tra-
Vtux l'ubi.s, A. Sut-, llnsp -c-
leir d m hWulfsL. A't >e Iran Ue te
Ro n n. h re .lii i iiiv i ni'iiii u L,
Pinchinat.
y .ueiit de la] Commission
Coiiiii.ii. le lit au?n un b. au die-
coui>, Owonant ie> paliiote* k
taue luni h lices t leurs rancu-
nes et s lrtadi< r avec le Prt
dent Uoruo au re.vemtnt Ntio*
oai.
ll.er aprs-midi ds ltea publU
qu s : jjux, cour.es, mat de coca-
n >nl lait la joie des gmnls et
petits.
., > ii il y aura courses de clie
van a T weii.ia Uealin*C, sjus
lt ,. sideoee Lu Krifet. bilai s'an-
non :e.ii lis iatereisaules.
cou m loule. !si-Vlait e cltur
galuieut l..m.te. el les fle >
poursuivroui ju-qoe von le il du
couiaul, due Dla pour le bip-
lii" de la i ..!< L' ton iruct'lOd do loqulle l'iioiiura
ble cuie le c iuno ...is t .me son
a.ne d'p te fins de ZOJJ i Ift-
i .ti io oui elo loncse. u'wl dire
OSS l, combien la te e lu 11 p.o-
iu^ i tre i. un-.-. V n e |e|
roi par l'invitaiioQ aiieiie au
S l.tliu '.
Echo de l'rcahal
Sur la demande du Cur Le-
roux dc'ux soires th^itr.ilas
ont i.,i cour uu Piisby'v il ait
tin nianr. iiique coup i*OSif un
public a .mi li im que n m-
lire ix ait runi pour s- l>-
ver ir. Lee pices iuterprlis
avec maitrie ont tapphu lt s.
L s acteurs : V B-rna >tiJ.
L. A\iu, Al Lrna lo le, lv S,l-
\i-i: l. iiomain. H. Ar i n 1
L,. A' uni I, 1 Avii, M. Wi i
li. Libiasi^rs, S. LalteuM i .ont
en -ve leurs rles dans i -s Lo
iu- ne.s : Ua C icnt S: irt.ix,
L-> Ljuiire t'.uiies el kleetiol
Sa iBaliouocl Ou a saucou,)
ap.luin le* ves des S i i r,
dans lea gymnases e1 iUo-
Su'' >rte . Le clou do la I nn*
re tte a deux mo i ..'.i^s
cruiih: Z't'itiiie Libi et Po:
m m lit lu dits par i'. ArnianJ
et vl. Avin.
.No.is i.-iiciions le. Cur Le-
m lira noble initiative, i. s
Sue irs de bi Joeeph de C uu/
aiu-i if le.* a :ieurs. \la Hierrj
Ai^iniit nous xfiisera de m,j-
. pel-i .i iu' l a ie lu p e di ces rjetll letf donn s au
prulii Je l t^'ie de it. fiorre.
lu u les uiiueiisious,
fer el ei
fer inai.le ti eu pOlc.
st. no* a dluer, a,siel.,. u,3e, a aie ei a lait e.i poroeUiue, uu aster
timeol de lampe a ,; a..ie et a g.* Lue i eiy.e d.lkreBti, aorceaiu n
1er ei eu boi* pour euiaut,, un asorlimeni commet et vari de bihsiot,
de tuult LnUUlt. j. , Jk.
u*a-u.\. da i'iinailiea, da Mariage et d i)aptasirw
ce u.iuieic oioc.es suiioui se pa,eui de tou.e rclame, car Isl
maison MUI se l.iUtttr u les >o.r dcmauao & CUacuue Uc CCs trlJ
bcereom uoceeiu^ sar le ptuffaias * p ! plue humbU,|
p.. ..e irreiutaMt qu .. .os., ta jo.c ue. riche, eu mme Umts qu'ib
sout la nui lee ue. moto, l.uluues.
Sous tio..e./ u i--.- lauicu chapeaux feulie et p Ile "Bsrni-
Unu", CUopenUX eu pan e e. en lai.ie, loiuie de cliapeaux p^ur snv
bel aasurumeui' c quw Jauuc et Uiauc. [ article* anglais ), fsu-
ois, erevau*, cU un.o.- u a. elles cl CoU aineiici..ts,cii. peaux iu .o.., sou.iei. poui u^u^-e u mes etenfti*.
11Wlll UC .; M te s 41 e IMStlto, mal.elle, tl VttlUe., j a U. *!;
. uou .. e. *. ewesHidee pour eniouis ^ de lotte o'"U.c"m ), .
pe.uiehii es jou. bomiuw! v. .Uie st-jeueur ), oa....., poile issilk.
.; u...u. ., po*.-ue.ors ec 0ac a uia.ii p-ui uoiue, pailuiueris tt#^ Plitxui, couVelU, eouna jo ,-icUi.er nue el oieu .une. artlSlSifi,
ne s.ui ,a.-;ie. .aoiu. OUTavaulS, u.Ols uCi je ue pou taire loi 1'*
u retiuu. ^_ -Ce,
^ui >iii>01 lui'or.ae lout puticu.ieiementsa clientle de Is f*.
tiuce hu li'c s elt*re uts eayxriiUuas a.i^u les. ivin comme ptru
La uiuisoa UL. Verret
Tailleur-Marchand I
lii 1823 Rue dd lagaa de l'Etat
Se recoiniiiamie au publi : et sa nornbieust &>
nifle pour iWgance de is coupe et la promet
?xrcuti n mise dans les ouvrages conlis se \a maison roi.- ouverte Jusqu' S heures du mt.
Prix mode es.

'';. I.:i seule peinture ne char; m pas de couleur.
1 =


.S
s
a
t.

Prpare spcialement pour le elinsat d'Hsiu* i
The Charles fl. B'Ofn Paint C
(ieo. .leaosme & A^ems
> -C
<^ -^J^
Oiof m toen % C)
M.a; et!" & c me.
allami lte> Bei gai
Restajnat 'StCrard*
Le Ke-iiuiiint St Grard* u. e
A D u"- Mu 1->*S pr m ''ur
nal Le l.mp"eu focs de Hideso
vt Co, el re su poSlit lant du la
l'Mpi.-ip que de I. l'r inee pour
- ^" t les plus dlicxts
Ot les pl 1 ,, ,, 1 sliieaoc propret,
promptitude.
L. f *i- v u- difiera p'eiru-
}ur de um lOfl'tehl'ss ment
1-
i.t 111 loule con
curre
Propi
C. ttiiiLV.VllD
\. et 1. Acra
UrandsRue
\ ci)i\d Cuves du bordeaux
v > ttas-voOS rjai h couler nv/aa ljaao, ,.et
mxrch*.
AdraRSOz-vous la Maison N. Se A. ACRA *x
Oant ta dj/noesl ds vsudre potit bmloa
V' ilr> hi.ia-ouu.
ii;iu>>on per^oano), la maison' compta un
tailleur italien sji li d'un tablissement da pr
or ire d'liai 10
UUie ai ou mesure de fournir des complais toat
et eue mesure, en orieviote, diagonale, palm bol
drili blanc ri couleur, coupons a; Casimir pour
talon; Lioiios pour gltsts.
Bonneterie
Chemis99 d |our et de nuit, au Ujaai des sllea
1 t et un u.idUos deruiorea crations. Calst
el Pyj in. -.
(; Uetn **<'.ncon** tu* unu in:iova'<^
at le matUaur aocueil eut ronerv tom ceux qui
siraii jar u.ia vieite 0-re diia sur la valsuxV
/tu v iou'. i*.
1 1 1 ooatUiiia OOOS nani ot |ui ue rpoai p'
1.11 ou Mit et repris
vJj wiils ssaai>a.vetaajl^ls, aapajaol st. iSsliam


! VAHN
PUy&i
i
Le Cin' des peliis et des grand*.
.
-A .


^% la
Gniale adaptation dtl ainina au -J|
eadre de la fannlla, r. lli.Bl*y apporte, ^\
lui roua uue source iupuisanie 1* -
|oies uouTklJes el laines, un moyeu
liaitsanl et luo d d'enseKjneiiieul par j
l'iinaye. Cliaeun des lilm* est un lra|-
meiit de vie, poiynant vu inatructil a
voire choix.
Allendu incossammonl
par le prochain bateau
venant 4% NevrYork-
Accourez vite vous inscrire-
POUR TOUS RENSEI-
GNEMENTS S'ADRESSER
Mr Keu
DREY'USS
*~4&* *&& *&, 4ipi ^
^VV ->&, ->$&*
J
LAIT
CONDENS
EhELE hBm
ma *'
LE PLUS RICHE
EN CREME
^atvs iRivaf
tt hlllim-^iklii

J-1- BfRDAT
Annonce st bieiivsillaate f lien
t'e qu'elle vient | 1 derniers bateaux venant de
F'ranee et d'AmeriqtH le* arSielei
suivants:
Bonbons par boite et par livre :
drages, liqueurs, amanites, essor
timent vrai, pralines, boabens
dcorer, fruits cristalliss, eho
eo.'a s. biscuits Olibet et de" Hol
lande
To les 10 el 30 de chaque
ino-, la mais.ii reoit des fruits
verts.
Faite* are visite l'Ipieerie Ma
lienale. fJ'and'Rue, en faee du sa
l)n le Louvre et vous sortirez 'sa
istai's.
lit Le fameux Cliaffi|>ajjne
Lanson fe* a us
-ism-Kixv^MaKWKS 'XLzr.TK&srzssQszs.
A

'tBIM PEYRARD
Depuis plus de 40 ans funt la BLENNORRHAGIE
et tsui Ecoulements rcents ou Chronique*
231 ARALE8 GURI sur 232
(Extrait d'u.i Rapport o. Mr. cmg d Algtr)
C'ss! Ii rtinedt qui a Uujours donn lis auIUeurs replats
CM VE\TE DA..S TOI TES BOMXES Ph.XRMAl.L5
' i rrS PEVTARD D'A! crp. 49. m is banaBe, p,\rr
^rtr^Msxvmwrrr'* vw . . asmu'n %
A. et F- PEAUS Limited
# #ur voir I. im.,( Irataei coneearveur toujours intacte
tte fratahaur, irrez-voua d s e*celleu-prfldaiti del
l airau atraneo ir,., ..,, ,,t.i .. Suo,it:aai,ii
rnua tabla*.-?. Fine poud ,- -i 3 lt pu ; tre I
lac po-r iiwh, iwto. erouace | ur tevree.
au c.ne final amesa ii>a . il ou fiaeu
Viennent d'arriver la
maison
H. Silma
Chapeaux paille fine
d'Italie.
CSasiifUf anglais (nou-
veauts )
DjiH Fi! blaa: aagNs
MilSOiV BOUDEE EN 17!jO
ILe Champagne adopt la ,:our dAaglelerrejel d'Eaf K- e
-m n.. nu ibupptjaa favonaela socit de Port u Mil .
Fn verte IcM i, tes les boonee>aison:: tata
Ch. 'iccukt, E. D.rrix, The Metrorol.Lin 3azar. Lopi Ri
vera, Id i:Sfv & ., IfAtel de Franee.
Le premier tim pj a Tait cocwitrefl ipprfcirr I I atuoti
"< Hati est notre grand ami M. Jos pli L-coiiibc.
N'oub'iez pas, <, ?e e qui le r* \*> p!u< ir>ai
li rtmme c deau, cetton Ikcondeptfluiu
Lubin
ol : Iat>.. am soleil bedor- 4.mai\llis-
Btaquaii de [apil|oni.- DouceFraiiM-Iva- rnmrna
dea.i. ela.ele, et aan R>l de toilette kOSIv.
P.u,k,A*:ul"*A,,ioinl Tala,IM' J- wu-til. timon il. ux
MM, Louny atSalti. Brea^rd, Phamacie CanWala et .
Atni qii. 4a, 1^ maiUearea maimmg da Bro,|acj >
Chez T. Laveianei & Cie
VUnnent d'arriver par U tranai*
l arlcl suivant* :
Deatelles I,.r. Finee. Dentelles de seie, Deatellee Or et Ara.t
Rubaca, Calatlea, Chapeaux Carnis, Plumes, Fleurs, Haii e i. Sa t
loas artieles pew Mees.-Sparterie.- Oe. Motifs Haute Pas>iaieif e,
eeriee pour Robe* et iheaeui, 4ea Saae Parie de toute bea.,, doi
lacs Danc.np, (.hapeaui Jean Rart pour Bolaets, 8ro.fc^ a ,,,.
Peignes h eoitfer tous genres des Bresses dents, .1.. Ples ').,,
Irices, etc. etc. '
articles pour Mnnuae* : Faux tek, Cravates, Bretelles, fanilsii
de soie, Jartelies, ete. tous article poar niereeiie et Linaeiie C J*
OBBl suprieurs. '"u
BOUCHONg KN TOUS GO'RBt et lofraoes poar aJsaraaaflle
llMI *" L,qUirfe: Li4Ue," Co*',ir' V,r> CI'-P^ u htt
Balles eu ^aeii'ckoac et Pou dlvofi
AecoMoi es se Pharmseie et Pbarmueul^s.. H1-.
asoina, T.bM eu eeoutcho i Vjoj et Sirep Otaeliiao*, V. Voat ,
Liv.ui, MistofBAl. Uumium UbHrraqne.Peplo Fer c!. Me loi i'KamL
e de .laubert, knceos en ro-, Savons aatiseeti |u. i M.tea anaUu.'1
Exlraits.essences pour ^ops.liqueurs et Ceuf.serie.Coleranla ,rlu'
.Nous vons reu le V niable Th des *!pas. Ei**ti .,, .
".-duita uilbsnd, Timbres, Papiers Hmlj i. \ .
WT0 jK C?3ir.tta- Caaaal, Alalaale 4aae e,',, Zr*\ -, -
Pavsei-Boit voir, noa pria .ont uTantageux,
F. I aveauel el Co
,


l> M/U1N
Crme
a i
o c

___________________________| |
donne ua :.<-
I
t..
-i're
" ,
. '*
I

\ !
1 I
1 i A

La Crtm* T.mMjr. * **;
ARYS
3, Rvio de la Paix, 3
Pigte
t "*""'
leiga Vaillant Consiu.ualire pour lait
contre
'constipation
prenez les
COMPRIS8
SUISSES
1, ntLORT, Pharmacien.
^g.'aggssg,,l_
. ( .;:i:.r,w"ic.t: ?.>.. y"-""^.
CHRISTIAN Ii0i\
DlSTIbAfc^tt
|-,r.ti tn.r.1 de ..nulle, vous
,m itee\oir >! amis chez.
".; lWaaiou des lletdefl.1
, .,, .mpM * vm"
n''r bien couuu .Ml
i RRltmN BuX t dont leiig*
n'st p a ^iie- ^
fcux iruwiBjcT,
...BKTI
,r. IAU CE-WIt.
-.> MWMS, 1LC00LS. e!0
I DEROY FILS AIM
, 4 .uni.' "' ..
/i, ^i5 tu Jntitn- '
r*'
:,-. manu.-:.- 4. r.-u.* <]
Quelesl volre..umro? Pharmacie Sjourn
JE SUIS PREMIER
O'est jugement o^nout
sommes aual.
.awrr.
25E5? appliqu sousTa Direction du
DrRtcof et B.Sfdurn
>'anno ic ci jointe, saut pour le
W^ mmiet la omtante Utfe Srrt ril
<;> nt reu"* que le ra'Hi ' ejie ajrjna|
Vtftm v a. la Pharmacie pour lej rsoselta 'npn{"
4 naves d'urine et Suciasinque
Raelion de Wemr ,r"
B&action d- 'rbou'a*,
Elaraen l cany ei du p"*
Etant* 'ai nuiiiir-* f*et'^
Biaraen i< cra"! a*
* j | i-rr Cm0to UrAo IftMtir*.
La maison HS1LVERA
Jcvea,, da. leur mM* ^ p|fw
f "7SU"- ':;;;;; ffii pri .iPraioaa.ble.:
Ir.icliur et nos pn\ u^ -a_orti-B
Crpe de Chine >*?*%?**
.. marocain a arr4da^Xa _t chtmU
S iria carreaux poil- f^" l Q"
Trictin le soie a barres
llaiiue voile a carreaux
VolUUiaee brod t carreaux
l'.r.pon franais a barre et> carreau
Diagonal noir eup
UeToiir anflial ooavaaat*
Sarat-Dieu anglais soiianear
Khab.ach anjtai. de touces beaut.
A.lpaja noir suprieur
babiu Cnine pj^' ta.ieurs
Kaki blauo sap.Tiear
!,u^ union blano aa a,s "nouveaut."
Dr II union blano anglais
Tussor japonais pour che^^e a h0"~ .V*SK*_
Hep de soie barras ooiHrOT pour oheaalae. |..
aie. et rooos nouvaauU s.
Rap\l.ta fine pour che alM
l'erca.eiine po-r lii-gene
Calicot percale pour "
Zphyr angiai. pour chemises extra auf
IH>waadi .un s uni et couleur
lias a jou s ueiul-.tue
i ri i s^ti. b i.eaat.H oomt enviuta
rench Fris /. darnlr nouveaut^
|ot un a t urs pour robw
i nskOt biano
I .imbr hlan i
Voiles oou eur barres
Soirtauy j ano suprieur
Ba dent-lies
a> soie biude
|{;i> 11] brod
l.itions *i ivert*-
Ti l. pour premire ''.nnmunion
G av^rtura- b'.a i tl t eoal.ur sin-'ri.ar
|i,nlMu.'nl ji \Ul.rt piir Miemiass et (a^ea
Voile i ne a narres ei moushe*
Rat ne blanche
< a iiriiiH bianah barre* et unie
fripon b anc et cnuletir jours
YO'id oiaao et couleur uni
i n ; m. :tte3 a le nandas sup jrieur
llr tbant noir anglais
I n latio i t jiie orue
Bar/iatta. 4a t l>ec.Ua blaa-'iea & aeulaur
i
Nappa
di ai ^*-
*sa"
oniiileura. u|| ,HiflH Batl doua ___
r^-S^ff^-',r Grand ?" uiutiii Williams.
ua axlra
Aux grande magasins
!> 0Hl%iirM Cfii'a pour
la Cordonneie.
JOANNY CORDASCO
,i.n de plu I""- lBS *tr,DnM ''"'Une *
,l,i0.wudr."*l".
aig.ie* traaTa a narioai is
l ji i ; j i O'iujs A o. ii mr. ->up. '
Popliti de a Ua a ai n i . v r
(.nippai de paille in d'ilaUa
Ca.lm r anjl.ii >up \.
Cr.pOtl Jiaia Ira.iii^
Crpu i Iran; ii a lieu s, d^rui a* neiivaautt
Servle'taa le toilette roui, aaqltl.
laplp or olaac su p. pour abUs
Dainaa auglaia ,our ;nateUs |j ible iargaar ete *|
F Mat le dl
hiiii> t >'ir i.ci"'- piiicat no -n min* a*, .vaai
il aller ailleurs, de passer cliei nous oh b mailaW
acceuil >ous eat rserv.
h
'\
Qualit
RnrlU*
Solidit
Souples*'*
Elgance
Fini ^r~=~
,oJS f aailb- d* Tle, ApolU
fositian ica^omell, au MOtrt Jta aHain
prolimita de toulM lak Ban^f, da la d.mane ti
,)i> toulei les A.janres le lulea ix.
Daaigneownli et lacilits pour "ivgr en Min.
molnle bus toutes les parties de H Rppubli|u
l*Valt el de la rpuBunut deminicaina. .
baobres conlortabtei et suri .... tr^ prnore. en Aimahlea clienla, vous qui voulal aortar,
.iUtenn dam las chambrai la demanda Saa an Ira.n, les plus I aux tia.ua qu il soit paai
sionairaa. tiMm IwaaiM Irai wionaa al dea trw* r .oatie place, ne n.n.piei paa
plus v.ri'es.
v lien ande* v *it< r t-A mvVi*it*
de l'Htel :
\laaa da meilleure cra. de Bordeaux, iar Dftfrl
HUVsVanT-nnes,galbnsrtpar boUlalUet l'ur-n
?,r\in* Se-linteaux, voua tr.uv mZnl* ujur le* qualit et pour 1 A
fkolr, P^w^M.; UTALIE D'ESPAGNE.
VIN DI BOURGOGNE (blanca et rouge; i alerenonm-.
' (Pommard mou.seux, (jot Amncajo )
La plus grattd a. irtiment da Uq leura, Cogna
9in, Ab^rtheeperiio, Amer Pi^on, yermootbe
CONSKaVE8 franaai. et Bmortcaanea waahj
""oiSra^i Cuba, Aurora .t liai.. v
Q^ARSTi ES de toutes leslabrl.i ie> 1 I IU d
%i pSf'UMBRII et Crte< postais
*=fe* -5?#*
P. P. Palrizi
Hectar
G\i* N. Gseljeus
\ il), Hue da Magasin de l'H
117 ne Bonoe F#J.
820, Roe Courte.
ni. i a. ii > Csars
Tlphone : i\ 756



PAGE 1

LB MATIN %  Nouvelles Etrangres \ n^ nectaire d'envoyer son uvernetuent. Par Cbla Mesures prises contre ta fi rft >>P " le g" *• • i i ncnique comme dan celui (Wiiii Pre*ae el -les lea |*r* de l*o r ipo>iti<>n en Italie ROMF.i Janvier— Presque ton 1M j IUI'I] m', de I opp i i ion ont t con % %  : i's .i i i ..i r 1 hoi ; quel ques uns ont prom.de s'abstenir •e loin comneiilaires sur lt situe tion dclarant qu ils se c intente raient seulement de donner de* nouvelle*. Ueai qui ont refus d faire eete prornes-e o i< t confis qus ; do nombreuse* ditious Tu reiit suspen Lies al >rs qu'elles taient djs aux muas des ven SaursROME. 2— DeVoarlirto, ambas codeur italien i li\i>. vient far river dus nette et dtslc ; ou dit avec ioctstaiiCC | i II serait dsign eomm • arabes nd ur WaahtQS te < m h cette r un J ir n'a pu tre confirme. Les m. sons de plusieurs leadars de 1 , i> > • 'H ont t minu tieuaeut'Mil eoreg'atrnes; cette .ne •ora e pr se dans toute 1 Italie car on craint un otoofo nent de rb lli i i d'un moment a l'aulre. de nombre ix et importants docu menis ont t dcouverts. Le preniier de l'an u t l|ia JoyeuseiBeut aux >Ktata-Bni* NEW 5 rU, i lnivi'r— Il y avait longtemps qu'un premier de l'an n'avait ei l •• avec autant de joie, tiroadvay Street tait ma i.-tra einenl Ulu mue et envftbi par des aut imobil %  Les agents de la pro .IIIIMD se limitrent a contam '1er le prs le m iuvement de cu.treu.itide mm ue pntr' rent m a soc ieliotels ni 1-ios les cals ; m i A ,( tout <> > Informa que ec j ui a ele le plus sec dtu luis toire de iSuw lork. t'eut tre que le pub ic stlerrCpar les nombr-u iocideu s isrfooue le, | ur Je .Nol y a u:-" c>i t cuuthbui. Les impressions <\. 1. Uuover sur la situation dan le Ceotre et te Sud de rimiique WASHINGTON— Le secriairo Hoover a ..oi.ne tas nopiessiuua sur son rcent vo H ; % %  Sans le ceu tre et te sud de 1 Amrique. Il a main t l que 1* lluujuras qui, nayampu obtenir I equi.ibie par SUiie de lt re.euie levulutiuo, lait de grobd* eilorts d tuce bas. Dans te uulies p..ys rgne la proc I rrite et les pcOiUC oui eie txcel cotes. Le prix de vente des pro Oui S Utttl>>i ' !"' %  > %  ' %  t bonne-, cl il est a-tuutiuur q S Ouiaui la ii i i>t %  .tiiii'M le ie culte coicni meUJeiireO ei par aui te la situalieu gnrale. Propagande anti-amricaiue Nli^V YORK, 3— \ l'Etranger, il e>t l'ait au Etats Unis une lpu tetion militariste qui rellement ne S eul lui Ctre attribue et qui n'est OC qu' la propagande de *.er tains .nents nui vu.draieut que l'arme et I marine soient aug ventes d'une œauire cousidra Lie. Les journaux lr-ngor* donnonl une krjnde impoitance a cette mde iliaut que l'ide est il n*J pas de qui; l" Xfi^iKttt re H devant elle une bclM n"rnc i vu r!a prospri t pour U nouve le anne. ',a plus (or n : d-ihle locomotive du monds PlfSBL'R"., 3— La plus puisante locomotive lectrique a t comruan l bar Henry Kord pour la Compagnie de ont mins de fer Tle lu and Ifo ilon a LMroit. Cet te g'gantrsque toc m il v.: aura un poids de,3*0 lonocc, 111 piedt de long et 13 de hiuteur. Elle a* ae ra pas cin-trute pour lam de la vitesse mus e le aur-t une foras di traction merveilleuse. Elle pourra remorq>e I i %  i^ ni a une vite* se le o mi lt* a l'iii-ur-*. E !| e % %  ri eon!itiqie par les demi'is v nt-menls, a Bpporl Un vole de fOoflOfC M. MOCCO Imi cl ! son .•Hbnet le rinnl di coiitinuer a agir comme il 1 a lait jusqu'oi. L'opioioti del presaobr* si 11 un ait avuj t des un iiidr %  nival.it uns RIO UE J vNr.lt), 3— D aprs l'uu iici-e iiirtjont del ^tcoce du tfrcsilf i ct .i rs de doute que les • 1 : i. %  r : ; %  > .1.1 u.iont ele fome lees pu' le k ^iui 1 nombre de r voiulioin il q M vive il dans ee p..i 'i eoul toujours eu anta jouis ne avec io* gouvernement* eousiilus. ''i .i de 2.) p ur cent de la pspuUtiou d^ Rio de latieiro lui I.IY IUII itu.uOJee compose d trangers venus en graude p r tu: de i .-.-,'....a-', du Portugal ec d'Italie. L'CUl de :Sao Ptulo q: fut le M"/,O du dei uicr mousemei.t rvoluliouuuie est une les rgiondoul la popumt ou t lrie eplu deue pour le moins id ( o i ce it soit SJd ooo de la populali • i totale de celle irgiuu. L blet du Brsil le p us pa .mque esl l'ia.liy complaul 1M..H.1 33(J lr.ug Accide il de chemins de ,'er P.O^'ON 4— 2S personnes out M .'i \i'. u m il*- .s par une explosi m | o a eu lieu dans un or ci tuiuee et les 111 n mec euv (ni-aieot i wcgoo bris rent les Ico i?s -t autoro'ot sur la v uc.ee q u tut la cause de leurs blessures. rTT* C!liTallT* "'' ,^Jv? t.. Ulef," TiS-ii'itn,. •Wt+fk .:"vTi,v". : i '*SJ5 ', f^. r, ai ^%  ^• ....M<)..%  •• _^ Bndiction solennelle. DE LA Chapelle dj SrnTi i o C'est le 25 Janvier rroch iin q l'aura lieu, ^c I il IH jjr ndesol'uiiit'. lt crmonie i i ufrurais de la neuve le G u ( ) Ha de Perjs. publi un* courte tlli o nous t usions nos lecte fi li description les edm ra A** excii'ion.. d'^rt qui (ont de l'œuvre du bon 1re LHU u-i des p'u 1 lie.nix nu Dumeots, -1 )ii Capi al-, i On 1 ;J0u'0tis ail* jourl'liui que 1^ travau< l'a cli^v ment oi t t r.ipi -ieineist pourauif s e> qu une irI j-jil o n m mstioi dcore t' n M u i e li l^wo %  "•* Nous renouvelons aux e du S'iunaire. et leur S i trieur le Uevvn i Heru (uanon i. iplus syiupatln ju^s L.iwitations. La maison U Halloni %  Fils Sie~Hue Houx, 1W Ht es te dpt d* mum Vitiejoint i orl-uiitcc A l'honneur de porttr la conoaiscanee de sa nombreuse et sleste cliuutcle que cei raju.s se re .ouvelieut consUmmeut en des marsaaa dises de preuiiei cuuix/ei au 6 ui deucat de U clieptcle. i t-LLUo Qct : Aim.uc a ui-ce, coitleu>es, miroirs de toute s dictta lions, un SMaruwant c.mp.c, de tableaux eu sl)le vari pour sslocet Buue a maoKcr^haisce et Uodiues de Vieni.e, chaises et dudiues smri. Chiues, CIWI.W aiouuites pour eulanU, caipeilea peur salo4s aiuieii>ions, aiu.. que de.e, utes de lit, grands el petits lits su iu cuivre v Mj.e uuf-raui ), IHUS iqudiie, service lavabo et si.lr ti eu pOlcwa.US ci couip el UVttUo, LU Ue encup, pefldtln, I %  • . %  :£Bt, i % %  •• %  einant de a i •ro•I de* ays ohaudl i ••M i ttm '** pharmic it bwP.ZIZINE.Sla4iCtffi.PAHI I ha UMlt M. I' i .u . ktra .^ l.l.mi M -'t i| mirait lt personnalil -le Robespierre beciaire d'un jour (iiouveau Musc M. 3 — U'iinportaiits ma ouscrits appiiteuuui a rtojcb^ur re ont ces uecou.ui 1 UotVeri t de loui k u au v i*** ^oca meuls eu 'i .e-..u < %  11 m ue uou Vettux utlul a sur |C perronuiUH Cl lC V.e OU n'.'lni i w, i i .muai re haooais. .re voir eo activit ses macbn.es de |uerI Mi x de loiinti nuiiiedia le problme dm climat|e en nfjeterre LOVDRKa — L'Angleterre ne porl psss.m optimisme et ep.e que daus le cour.ni le cetie anr* ; u m insu augmentera de l,ll '".n. qu '• lui --' %  < %  ' • ae donner du travail au million dct.nv i ui ; l, nenl acluel i. m f. f. La s'iu i imique m% i. mais i bonne d p .is logh^ire Les n -rs erri — ^^^j, e ^ 4i um ^ 4l"/-eemaieiit au pouvoir peu vea/ *" u r prie .4. temeul uu cabinet mix.e, celle mesure est totisidree cuime elitut U seule soiulio appo. 1er a la ciise ^ouveiiitui'nuie oer II u exisle sutuii pbill publique a-e/ fort pjur cousii uei tout seul un Muvernemaat assez solide pour %  e maintenir. la question des dettes £ interallies y WASIIINL.TO.N— Le kouveru.meut se dispose rpom.ie uiineuiiiUiijent a la L'Ole de i iu(iieuc qui i ..u a reiu^er tus HamU'ils le dr il U'iutere nir dans la queatioa des rpirs tions. Ou fioii qae lee dleg ie mercaus *itToiit d imervenir dans les discussion qui auroul Irait PU> dlie luleraLifeS. t' vlliS— Ln'ii'" lk "| a i i is avo envoya i. Cl •• meJtal une I ' | les intaraUiaee: il dclare svoir reu de; S. Litiueuiel une HwU a 0 i suiet m.is qui "•'••" qu'un 2 J,.nvir 1913 Les Ce'."* du pouvsl ce oui !6 d un en ua i •'• onlume. G Soc H.X orls le laCo n ninsioa liommuntle, L plaie d'au-s de SRfsrc, a • tilm :-cs b ii. s, el sa belle io i. ic monuinental, replie par i a lit Dcecleur den Travaux i un us >l. A lie i. SixtD, donne de superbes je;sd'eiu ce qii forme uu en if n > i l COJ,J d mil. ; i i> icembre, !•< louC'O'inairepub i s et beiooovf d'amis .. i.nei de .'r.inl s'ei lient reuuis a Moi l de Vnle o eareol lieu le* roeplioes de i estim u.fet >upP n:e l'ils. Celui e Iran Ue te Ro n n. H re .lii i iiiv i ni'iiii u L, Pinchinat. y .ueiit de la] Commission Coiiiii.ii. le lit au?n un b. au diecoui>, Owonant ie> paliiote* k taue luni h lices t leurs rancunes et s lrtadi< r avec le Prt dent Uoruo au re.vemtnt Ntio* oai. ll.er aprs-midi ds ltea publU qu s : j j ux, cour.es, mat de cocan • >nl lait la joie des gmnls et petits. ., > ii il y aura courses de clie van a T weii.ia Uealin*C, SJUS lt ,. sideoee Lu Krifet. bilai s'annon :e.ii lis iatereisaules. cou m loule. !si-Vlait e cltur galuieut l..m.te. el les fle >• poursuivroui ju-qoe von le il du couiaul, due Dla pour le biplii" de la i ..! %  < %  L' ver ir. Lee pices iuterprlis avec maitrie ont tapphu lt s. L s acteurs : V B-rna >ti J L. A\iu, Al Lrna lo le, lv S,l\i-i: l. iiomain. H. Ar i n 1 L,. A' uni I, 1 Avii, M. Wi i li. Libiasi^rs, S. LalteuM i .ont en -ve leurs rles dans i -s Lo iune.s : Ua C icnt S: irt.ix, L-> Ljuiire t'.uiies el kleetiol Sa iBaliouocl Ou a saucou,) ap.luin le* ves des S i i r, dans lea gymnases e 1 iUo- Su'' >rte . Le clou do la I nn* re tte a deux mo i ..'.i^s cruiih: Z't'itiiie Libi et Po: m m lit lu dits par i'. ArnianJ et vl. Avin. .No.is i.-iiciions le. Cur Lem lira noble initiative, i. s Sue irs de bi Joeeph de C uu/ aiu-i if le.* a :ieurs. \la Hierrj Ai^iniit nous xfiisera de M,J. pel-i .i iu' l a ie lu p eo.r dcmauao & CUacuue Uc CCs trlJ bcereom uoceeiu^ sar le ptuffaias *• p !• plue humbU,| p.. ..e irreiutaMt qu .. .os., ta jo.c ue. riche, eu mme Um t s qu'ib sout la nui lee ue. moto, l.uluues. Sous tio..e./ u i--.lauicu chapeaux feulie et p Ile "BsrniUnu", CUopenUX eu pan e e. en lai.ie, loiuie de cliapeaux p^ur snv •bel aasurumeui' c quw Jauuc et Uiauc. [ article* anglais ), fsuois, erevau*, cU un.o.u a. elles cl CoUiii>01 lui'or.ae lout puticu.ieiement„sa clientle de Is f*. tiuce H U li c s elt*r§e uts eayxriiUuas a.i^u les. ivin comme ptru La uiuisoa UL. Verret Tailleur-Marchand I lii 1823 Rue dd lagaa de l'Etat Se recoiniiiamie au publi : et sa nornbieust &> nifle pour iWgance de is coupe et la promet &f •xrcuti n mise dans les ouvrages conlis se -C %  <^ -^J^ Oiof m toen %  % C) M.a; et!" & c me. allami lte> Bei gai %  Restajnat 'StCrard* Le Ke-iiuiiint St Grard* u. e A D u"Mu 1->*S pr m •''•ur nal • Le l.mp"eu focs de Hideso v t Co, el re su poSlit lant du la l'Mpi.-ip que de I. l'r inee pour ^" t les plus dlicxts Ot les pl ttas-voOS rjai h couler nv/aa ljaao, ,.et mxrch*. AdraRSOz-vous la Maison N. Se A. ACRA *x Oant ta dj/noesl ds vsudre potit bmloa V' ilr> hi.ia-ouu. ii;iu>>on per^oano), la maison' compta un tailleur italien SJI LI d'un tablissement da pr or ire d'liai 10 UUie ai ou mesure de fournir des complais toat et eue mesure, en orieviote, diagonale, palm bol drili blanc ri couleur, coupons a; Casimir pour talon;— Lioiios pour gltsts. Bonneterie • Chemis99 d |our et de nuit, au Ujaai des sllea 1 t et un u.idUos deruiorea crations.— Calst el Pyj in. -. (; Uetn **<'.ncon** tu* unu in:iova'<^ at le matUaur aocueil eut ronerv tom ceux qui siraii jar u.ia vieite 0-re diia sur la valsuxV /tu v iou'. i*. 1 1 1 ooatUiiia OOOS nani ot |ui ue rpoai p' 1.11 ou Mit et repris vJj wiils ssaai>a.ve t a ajl^ls, aapajaol st. iSsliam



PAGE 1

! VAHN PUY&I i Le Cin' £&, > $ &* J LAIT CONDENS EhELE h Bm ma *' LE PLUS RICHE EN CREME ^atvs iRivaf t t hlllim-^iklii • J1 BfRDAT Annonce st bieiivsillaate f lien t'e qu'elle vient |ajjne Lanson fe* A us %  ism-Kixv^MaKWKS • 'XLzr.TK&srzssQszs. A 'tBIM PEYRARD Depuis plus de 40 ans funt la BLENNORRHAGIE et tsui Ecoulements rcents ou Chronique* 231 ARALE8 GURI sur 232 (Extrait d'u.i Rapport o. Mr. cmg d Algtr) C'ss! Ii rtinedt qui a Uujours donn lis auIUeurs replats CM VE\TE DA.. S TOI TE S BOMXES Ph.XRMAl.L5 i rrS PEVTARD D'A! crp. 49. m is banaBe, P,\RR %  ^rtr^Msxvmwrrr'* vw . a s mu n % A. et FPEAUS Limited # #ur voir I. I M ,( Irataei coneearveur toujours intacte tte fratahaur, irrez-voua d s e*celleu-prfldaiti del lA . il ou fiaeu Viennent d'arriver la maison H. Silma Chapeaux paille fine d'Italie. CSasiifUf anglais (nouveauts ) DJIH Fi! blaa: aagNs MilSOiV BOUDEE EN 17!JO ILe Champagne adopt la ,:our dAaglelerrejel d'Eaf K e -M n.. nu „ ibupptjaa favonaela socit de Port u Mil Fn verte IcM i, tes les boonee>aison:: tata Ch. 'iccukt, E. D.rrix, The Metrorol.Lin 3azar. Lopi Ri vera, Id i: S fv & ., IfAtel de Franee. Le premier • tim pj a Tait cocwitrefl ipprfcirr I I atuoti "< Hati est notre grand ami M. Jos pli L-coiiibc. N'oub'iez pas, <, ?e e qui le r* \*> p! u < ir>ai li rtmme c deau, cetton Ikcondeptfluiu Lubin •ol : Iat>.. AM soleil — bedor4.mai\llisBtaquaii de [apil|oni.DouceFraiiM-Ivarnmrna dea.i. ela.ele, et aan R>l de toilette kOSIv. P.u k , A : u l "* A ,,ioin l Tala,IM ' J •wu-til. timon il. ux MM, Louny atSalti. Brea^rd, Phamacie CanWala et •. Atni qii. 4 a 1^ maiUearea maimmg da Bro,|acj > Chez T. Laveianei & Cie VUnnent d'arriver par U tranai* l arlcl suivant* : Deatelles I,.r. Finee. Dentelles de seie, Deatellee Or et Ara.t Rubaca, Calatlea, Chapeaux Carnis, Plumes, Fleurs, Haii e i. Sa£ t loas artieles pew Mees.-Sparterie.Oe. Motifs Haute Pas>iaieif e, eeriee pour Robe* et iheaeui, 4ea Saae Parie de toute bea.,, doi lacs Danc.np, (.hapeaui Jean Rart pour Bolaets, 8ro. fc ^ a ,,,. Peignes h eoitfer tous genres des Bresses dents, .1.. Ples ').„,,• Irices, etc. etc. articles pour Mnnuae* : Faux tek, Cravates, Bretelles, fanilsii de soie, Jartelies, ete. tous article poar niereeiie et Linaeiie C J* OBBl suprieurs. %  '" u BOUCHONg KN TOUS GO'RBt et lofraoes poar aJsaraaaflle llMI *" L,qUirfe: Li4Ue, %  •• Co *' ,ir V,r> CI '-P^ u htt Balles eu ^aeii'ckoac et Pou dlvofi AecoMoi es se Pharmseie et Pbarmueul^s.. H1-. • %  asoina, T.bM eu eeoutcho i • Vjoj et Sirep Otaeliiao*, V„. Voat Liv.ui, MistofBAl. Uumium UbHrraqne.Peplo Fer c!. Me loi i'KamL e de .laubert, knceos en ro-, Savons aatiseeti |u. i M .tea anaUu.' 1 Exlraits.essences pour ^•ops.liqueurs et Ceuf.serie.Coleranla ,„rlu' .Nous vons reu le V niable Th des *!pas. Ei**ti .,, ".-duita uilbsnd, Timbres, Papiers Hmlj i. \ WT0 jK C?3ir.ttaCaaaal, Alalaale 4aae e,',, Zr*\ -, Pavsei-Boit voir, noa pria .ont uTantageux, F. I aveauel el Co



PAGE 1

l> M/U1N Crme a i o c | | donne ua : .. y"-""^. CHRISTIAN Ii0i\ DlSTIbAfc^tt |-,r.ti tn.r.1 de ..nulle, vous „, m itee\oir >!• amis chez. ".„; lWaaiou des lletdefl.1 „.,•, .mpM !" *• vm n''r bien couuu .Ml i RRltmN BuX t dont leiig* n'st p a ^ iie ^ fc ux iruwiBjcT, ...BKTI ,r. IAU CE-WIt. -.> MWMS, 1LC00LS. e!0 I DEROY FILS AIM 4 .uni.' "•'• .. /i, ^i5 tu Jntitn' r*' :,-. MANU.-:.4. r.-u.* < %  ] Quelesl volre..umro? Pharmacie Sjourn JE SUIS PREMIER O'est jugement o^nout sommes aual. .awrr. 25E5? appliqu sousTa Direction du DrRtcof et B.Sfdurn >'anno ic ci jointe, saut pour le W^ mmiet la omtante Utfe Srrt ril <;> nt reu"* que le ra'Hi ' ejie ajrjna| Vtftm v a. la Pharmacie pour lej rsoselta n pn{ 4 naves d'urine et Suciasinque Raelion de Wemr ,r B&action d'rbou'a*, Elaraen l c any ei du p"* Etant* 'ai nuiiiir-* f*et'^ Biaraen i< cra"! a* J | i-rr*•?*%?** .. marocain a arr4da ^ X a t c h t mU S iria carreaux poilf^" l Q Trictin le soie a barres llaiiue voile a carreaux VolUUiaee brod t carreaux l'.r.pon franais a barre et> carreau Diagonal noir eup UeToiir anflial ooavaaat* Sarat-Dieu anglais soiianear Khab.ach anjtai. de touces beaut. A.lpaja noir suprieur babiu Cnine pj^' ta.ieurs Kaki blauo sap.Tiear !,u^ union blano aa „a,s "nouveaut." Dr II union blano anglais Tussor japonais pour che^^e a h0 !" "~ .•V*S K *_ Hep de soie barras ooiHrOT pour oheaalae. |.. aie. et rooos nouvaauU s. Rap\l.ta fine pour che alM l'erca.eiine po-r lii-gene Calicot percale pour Zphyr angiai. pour chemises — extra auf IH> w aadi .un s uni et couleur lias a jou s ueiul-.tue i ri i s^ti. B i.eaat.H OOMT enviuta rench Fris /. darnlr nouveaut^ |o t un a t urs pour robw i nskOt biano I .imbr hlan i Voiles oou eur barres Soirtauy J ano suprieur Ba dent-lies • a> soie biude |{;i> 11] brod l.itions *i ivert*Ti l. pour premire ''.nnmunion G av^rtura- b'.a i tl t eoal.ur sin-'ri.ar |i,nlMu.'nl JI \Ul.rt piir Miemiass et (a^ea Voile i ne a narres ei moushe* Rat ne blanche < a iiriiiH bianah barre* et unie fripon b anc et cnuletir jours YO'id oiaao et couleur uni i n ; m. :tte3 a le nandas sup jrieur llr tbant noir anglais I n latio i t jiie orue Bar/iatta. 4a t l>ec.Ua bla a -'iea & aeulaur •i Nappa di ai 0Hl%iirM Cfii'a pour la Cordonneie. JOANNY CORDASCO ,i.n de plu • I""lBS tr,DnM ''"' Une %  ,l,i 0 .wudr."*l". %  aig.ie* traa T a a narioai is l JI i ; J i O'iujs A o. ii mr. ->up. Popliti de a Ua a ai n i •.• v r (.nippai de paille in d'ilaUa Ca.lm r anjl.ii >up \. Cr.pOtl Jiaia Ira.iii^ Crpu i Iran; ii a lieu s, d^rui a* neiivaautt Servle'taa le toilette roui, aaqltl. laplp or olaac su p. pour abUs Dainaa auglaia ,our ; nateUs |j ible iargaar ete *| F§< a .i Mat le dl HIIII> T >'ir i.ci"'piiica t no -n min* a*, .vaai il aller ailleurs, de passer cliei nous oh b mailaW acceuil >ous eat rserv. h '\ Qualit RnrlU* Solidit Souples*'* Elgance Fini ^r~=~— ,£OJS f aailbd* Tle, ApolU fositian •ica^omell, au MOtrt Jta aHain prolimita de toulM lak Ban^f, da la d.mane ti ,)i> toulei les A.janres le lulea ix. %  •Daaigneownli et lacilits pour "ivgr en Min. molnle bus toutes les parties de H Rppubli|u %  %  l*Valt el de la rpuBunut deminicaina. baobres conlortabtei et suri .... tr^ prnore. en Aimahlea clienla, vous qui voulal aortar, .iUtenn dam las chambrai la demanda Saa an Ira.n, les plus I aux tia.ua qu il soit paai sionairaa. tiMm IwaaiM Irai wionaa al dea trw* r .oatie place, ne n.n.piei paa plus v.ri'es. v lien ande* v *it< r t-A mv V i*it* de l'Htel : \laaa da meilleure cra. de Bordeaux, iar Dftfrl HU VsVanT-nnes,galbnsrtpar boUlalUet l'ur-n ?,r\in* Se-linteaux, voua tr.uv 1 I IU d %i PSF'UMBRII et Crte< postais *=fe* -5?#* P. P. Palrizi Hectar G\i* N. Gseljeus \ il), Hue da Magasin de l'H 117 ne Bonoe F#J. 820, Roe Courte. ni. i a. ii > Csars Tlphone : i\ 756



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRBT^tR 6 MPRltoEOR Clment Magioire 018 VKKMA 1358(1 RM A.mxiomf NUMERO 20 CENTIMES Hailin (e que nous appeloni U morale n'est qu'une entreprise dsespre le nos semblables contre l'ordre universel qui e*t la lutie, le carnage •t l'aveugle j u de lort s aontraires.* Anatole Fwce Quotiien T2LEPH0!*!E No^tt 186ms ANNEE N" 5399 PO-AUWtM (HATI ) MARDI 6 JANVIER iWi CHRONIQUE Les petites vertus: UBSSATIDN la tenta Fte de Qec IMJIP 8 La seule et vritable organisation prolesuonnelle des cullivateurs el industriels de la Piovinse de Qubec. Se rmoncer, se sacrifier, te Ltuier aux jouissances et aux >lai9irs, combien rares qui en dmaltent la ncessit? Nomireux, au contraire, les jeunes qui ont pris pour devise cette formule exaspre : VIVRE SA VIE, cette absurdit qui est aussi lune laute, en ratine l mpfl qu'elle est pour la tamiHe ei la socit une mena.e et un mal heur, b le i unie, fatalement, la paix gnrale-, le bonheur individuel, le boi.hei'r latuilial et le bien aocii. bile s'oppose directement aux etlets bienlaisants de fdueation qui se propose.de Ipolir et d'enrichir l'-spnt, d attendrir le cœur,remplissant l'un •t l'autre de penses dlicaus et tine, de sentimenis profonds et doux, superposition de !'..• le | Ute a 1 eu e U uMe cl itfiioiaul de la premire enfance, uonnaiit a l'a iue Ut vu lus au pailiuu dlicieux, la loi me charmante. lever un enlanl. c'est traiislormer s n naturel en bien et en i mieux : ^'oublier, c'est rpare aire son naturel , allumait rb'ullyt'rua'homine qui donnait au laiin ABNEUATIS un sens ptjoralit, elle viai visage reparaissant sous le vernis ciaqueie des conventions mondmes n'est pu* toujours agieabh. Le veillai)^ sens est rendu au mot t g'oiiblier dans ces ligues •d'LukiWie Mu beau : t Le plus limiue oui)\ie ta timidii, le plus \ain sou -orgueil, le plus mal| heureux ta misre ds qu'il esorts |e d?mes et de cinmas. Autrefois elles s'occupaient de le ira poupes.une poupe botineenfantqui se prtait volon'iers aux amusa ments de ses ppii'es mamans en he ne. aux soins de toilette, aux exercices scolaire, aux punitions cal m s iur celles de la vie enfantine ; elle supportait d'ire malade I de garder le lit entourde soi' s traite par'la tisane el les badig onnag-sCelait une occasion de jnuer I garde-malade. Les belles poupes aetuellei relltent dans buts parures et Y urs pestes Ions ba dtailla le IV lue i tion enfantine.... Mais, on ne joua plus Biire la poupe. PrMe/. Forai le aux propos d'enfants en recraoo Un prore au lieu de gamba tel • Notre voisin* i se divorce parce que son mari veut tre ie maitr-i tout seul, bll^ a bien la droit de le remettre s* place. Moi. quand je me m 'lerai, je ferai de mme ; je d enserai et qui me plaira. Si DO mari ne veut pas. on se initier voila tout . Voi tout. • • et c'est mvraut. Nous **on prcdemment dans une rn d'articles, rvl a nos lectenh quelques silhouettes de proetintata Caaadlena-Frauaia f„ianl Ions parti des titreMiver* 'le la Cooprative Fdre de Qubec. Non* allons msint'nant nous occuper de l'orgaaitotha de catte \aste i>ulreprie iii fsooa a I* n'.ie u K blraeaaQ ittra,l non-; mou lifjrons dana la s, 'iie ce que'al a a accompli y >nr le hin de 1 1 cl ISM paricole, qui daos tous ls P*y* r-t k partie la plus iutiessante de la nopulali'in. L* bureau l'.h I d" la Cooprative Fdre de Q i^bee e trouve s lue au II i. Hua Si l'uni Est Montral, suivant qu'on peu le vo : r uar la gra\ure qui arc•mip-iKn ce ligota.— Un conseil Wt4 cu'il compo- de c'.np membres s'occupe de l'Adiniiiistraiion J leuireiirise, ce sont : MM. J A' tbur Paquet, prsident, Nap. A. Labb, tin.leur gnral, Pta. Orin g.s, secrtaire, et I. M. Paquet e. trso'ier et l.amheri. Fonde le 29 Pcembre l* pr la fnaioo de la Cooorativa ('.•ntraie des Ajiri u'Ieurs de Uu bec, du t'.omploir Coopratif da Mo tral et da U foeUl Coopra lift Agritola de producteurs dt Sentons, la Cooprative Fdre ,!,> Q lbao compte aujourd'hui l..ooo memb e* idgul'art, el si on ajoute h ce nombre dj respet table Ite 25.000 a 30 000 cula ttnrt qui I nt partie d*9 cercles ogi ico'es et des coo'-ralives'ocales, il fan' due q >e 45 0U cultivateur* fm ..flaires avec la Cooprative rVrire. Par In f ion, la Cooprative F: Lt corps afwr eoiitaji ssnl,.toujours hou la Cet aflreux mot tttda Vitellius, empereur romain, tiisiement r*marquable par ses cruauts et se dbauches. Il visitait en compagnie te s*, officiers le champ de bataille d Bdriao ou d v.nait de vaincre Olhon, 1^ doux empereur des Pt* torien9 et qui se tui>, dit Sutone, cause de l'horreur que lui inspi rai' la Bjntrrt civi'e. Comme ceux qu iaccompgntlen Viteiiiua se pm^uaiant no l'aStuf inte. ie .(•" s exhal ail des cadavres, il leur rpondu : %  Le corps d'un eur.emi seul lOQJOUrtbOO Ht il ajouta en riant : i Surtout si ''est un compatrio te t. Les mots t, rrib'f a fou r millcot dans I Histoire ; m sis \f dots a* vouer que oe ui l eut le \ lus cruel que j'ti encore renmntr Petits Contes da i(H..tinr, U|lllbSilc8ilu Pourquoi est-elle venu^ miauler lumentuDlement sur le eui ••••• Y a-t-il d,ns l'inhtioct des JtBlnihiix une ob^cur pre.-ci' btt qui tes guide vers les loyers o ptisote ne les fera soutint.. %  Cette plaiulo dans les tnbres -oromeosntes tait triste a eiiUn d-c. C'est loi m i petite hlmme qui ouvert U porte a la bte < gaiee, taisant la gros dos. Iroliuut sa fourrure d bne luiduie c ntre tes jambes nues... J'aime ta voir compatir toutes les misres. De bonne tu lire, mi qui rsumes toui mon bui a travtra ait* vie, je t'ai habitue a eue accueillante au pauvie, u> uce aux animaux qui soi.t les ciselures de lieu. La pelile chaiie m,ire men ait, clic aussi, bile mei-duit les •bbris d-. notre pain, e co n trau %  -lilica o ion peul-d rtair MOI •tainte. Ton cela noule lui avons donne, ht toi, lu lui a Uouuc les carrasses de les cbeies petites aaaiua... Depuis ce soir du mois dernier, la chatte noire i-st de venue la cum pejuc et ton amie, bile ue veut fias te quulei, et tout, s deux tous : nveoiez mille jeux amusants o toa nre vibre sans c. -se. A l'heure Ow' l'ombre u tissante me nmne au fover, je te re rouve caressaut tend t'ueui la pr-hte b e qui rooro m i, ei !! 'ul aar m u tss yeux pleins <\ ..IJK lc lre-e i lime, tu m iattrrog : — Sais-tu, pr i ii d'jn pouvait bien v. i n Aior?, il ia.ii pie <' %  a bia un d i fa ei i*b avec trois raies rongea sur ta miin ro* Et parni tes san^hts. ti ne sivus a,;e dire que c-a n >u p'a n l'a : — Je ne lui avin ri>-n lait 1.-. Je ne Ui' avais nea l'ait !... L'iojaHiM da c^ -n il te faisait plus tnuffrir que U mal lui-mme. Ton cojjr gonfl le soupirs douloureux, battait o lire ma poitrine et ta cachaia a ir n >n paule toa front triste et te* yeux dus... Le soir Oat ne cipen Uni, lu as pariono la ci Ue no e et tes y aux ont r^pria i> P u* a>4at, JU • qu' hier. liier, sans q 1*0*1 aehe t ommtn 1 ni pour^'ioi ni par quel caprice, la petite tbatla esc parut. Le v nt lui ap ; ul* r apport l effluve du ^ e pj elle avait p-cde notant quille. P-ut-Atre aussi ne .Q l'or te, luisante dans sa fourrure de poils ue.il's. t'es elle s -oti la cou rage dacco opltl unycle nouveau de sa vie d'nvgraQ'.e, L petite chaite noire est partie? et noja ne... I avons plus rerue, et tu as encore pleur, mm amour !... M m Dieu, pourquoi lui avez vous fait un cœur si t-n Ir; .'... La v i m'pouvaute pour el e: o i ne dev ai pis taut aimar ici lia! .. Le m nde e-l plein Se'gn ur. de ces pactisa chalio noires av c q i l'on MM auica • n ni et qui vous i ilieni, a | il l'on parionncei ; n v nr i t it. i j r I on a 'o it ft ,o el |U • i fi il a l so iffiir ,. % r manne de ii i rc q i" l'o" ne Dti ua .. *| i, abirci Ce ou uia.ua aecoutcicnt, ac heurtent, •e ionl mal les uns les anlres. Les tœirs Us plu* doux et les plus tinttnla sont ""X qui souffrent davantage . Mm Ui u, pourquoi, ma pente Blliate avei-vo.i* fait le redoutable don d'tre parmi ceux-l... Fout bas, avec des mots simp Le choses teintes ou nulle fr ir;< ue ( luin-v uut Iles el munolc^ue co miqute. bnne : 1 gde. et 1.50 Vendredi •A la deman 1 de me? client. mm coiisOi Oh Cupiuon, Le Vrai amour Ctaiflofl Patine Entre :0,50 cts. Coins des potes EMPHYSIH(\ 0P>>*lSSI0*\ ( ASTHME o..Ugniei.'. .miUdiitti ^_. Globules Rbaud I Riultat* mtrv lieux, i.irprananli W n I ~:J I rsvfM • •". %  >£ iiFUtii'lii 0*m JiHtr llietW B.DALICHOUX "Huio. I Boi-colom' .as •1 A fat U-IM P R. Nestor Feliu Tailleur Pemer ie -es amia et clients r>' .1" h Tunitale on '• %  la '"ro vnea Oui lui ont rr>ntamment ( a ijinleur N nipHlIiieei leur ron e' leur Bfo a • < 'e'< ur j 0 | J si i>.'e f • illei ta MI bail an de .mu. H,:"v |f< Ifia lu rifiUM ivfc l'cal iliaiiimlio llfv kr;iu\ |>au\ i|ti la %  IWlai, h i n air tatl en IcMi LI jaffilMf, ipanil il l'arrssr, Ir Iftiml un !'"ri d'unDii, I a-lutire, les lfii mi-cUsrs, In Miunaiii 'i MII lit calii. —n— I,i reiijs supci.e ma pajy, Vii aaitf au rirr arjrnliu, Oii.nnl' d iiienlure fl f l'awt ,!• %  > |Mlti f mita, If isrul baM Mail wlost, le II rue illir •> ses dnigls lius, rW f\'* ua Irmii fil if poNt [n ^urunl d'n : air rln. ENVOI I!Aonou que" s'dilsat Bordeaux nu s est parvenue, l'.elle revue contient des m:li^ rcs intressantes eutr'aulre^ un br ticl : **Ut nue DOU* oiireul les p i dd l'A t tiqne Laine" dont noua recom i t-ndora la lecture. Nou* remercions pour ce gra aiaux envoi. Mariage Nous avons reu le faire part du mariage de Mille Louisa Mullcr avec no ie ami M. Coulilie i Fernand La B n. die ou Nuptiale leur a t ( onne le mardi 30 Dcemb.e 1914. Ni ne envoyons nos complimente aex nouveaux maris. Avis Commercial I ii l'honneur d'informer le puid • et le •mmerce que d' a commun;c< ri avec Mr Jerme l'ojtii, celui ci ne fait pies part e de ma maison de Commerce a par tir de cette data. Petit liove e 3 janvier luffr •an HH CWrn Un w wm [>> tur axpgntou No.'JO 4, |i lalflatam Nord, Graja


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06320
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, January 06, 1925
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06320

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRBT^tR6
MPRltoEOR
Clment Magioire
018 VKKMA
1358(1 Rm A.mxiomf
NUMERO 20 CENTIMES
Hailin
(e que nous appeloni U
morale n'est qu'une entrepri-
se dsespre le nos sembla-
bles contre l'ordre universel
qui e*t la lutie, le carnage
t l'aveugle j u de lort s
aontraires.* Anatole Fwce
Quotiien
T2LEPH0!*!E No^tt
186ms ANNEE N" 5399
PO-AUWtM (HATI )
MARDI 6 JANVIER iWi
CHRONIQUE
Les petites vertus: UBSSATIDN
_ la tenta Fte de Qec IMJIP8
La seule et vritable organisation prolesuonnelle
des cullivateurs el industriels de la
Piovinse de Qubec.
Se rmoncer, se sacrifier, te
Ltuier aux jouissances et aux
>lai9irs, combien rares qui en
dmaltent la ncessit? Nom-
ireux, au contraire, les jeunes
qui ont pris pour devise cette
formule exaspre : Vivre sa
Vie, cette absurdit qui est aussi
lune laute, en ratine l mpfl qu'-
elle est pour la tamiHe ei la so-
cit une mena.e et un mal
heur, b le i unie, fatalement, la
paix gnrale-, le bonheur indi-
viduel, le boi.hei'r latuilial et le
bien aocii. bile s'oppose direc-
tement aux etlets bienlaisants
de fdueation qui se propose.de
Ipolir et d'enrichir l'-spnt, d at-
tendrir le cur,remplissant l'un
t l'autre de penses dlicaus et
tine, de sentimenis profonds et
doux, superposition de !'.. le |
Ute a 1 eu e U uMe cl itfiioiaul de
la premire enfance, uonnaiit a
l'aiue Ut vu lus au pailiuu d-
licieux, la loi me charmante.
lever un enlanl. c'est traiislor-
mer s n naturel en bien et en
i mieux : ^'oublier, c'est r-
pare aire son naturel , allumait
rb'ullyt'rua'homine qui donnait
au laiin abneuatis un sens pt-
joralit, elle viai visage reparais-
sant sous le vernis ciaqueie des
conventions mondmes n'est
pu* toujours agieabh. Le veil-
lai)^ sens est rendu au mot
t g'oiiblier dans ces ligues
d'LukiWie Mu beau : t Le plus
limiue oui)\ie ta timidii, le plus
- \ain sou -orgueil, le plus mal-
| heureux ta misre ds qu'il es \tfeser occupe U'un autre pour
est
Lasser
rVouBer
S'oublier soi-me'u,:
ce
qu'il y a de plus beau dans 'a
naiur- humain?, la victoire sur
l'irosm0, le sacrifice du n'aisir
ninlevoir, le sacrifice de sa vie
propre la vie l'autrui. C'est
l'almgaiion que se attache le
mot ti n'ofundn nt vrai du
phio ophe quVst R n lii/ii. :
a Partout, rri rU o il y a un
loyer heurux, il v a une fem-
me oublieux de soi i. On peut
aj'Uier : Pariout ou se rencon-
tre l'hrosme, le dvouement
absolu, dans les actes Ips plus
obscurs, on bonve l'oubli de
soi en pratique. Quel est l'ani-
mal ur de tontes les grandeurs
mortes? L'oubli de toi, l'ab-
ngation-
Tout naturellement, ma pen-
se a rapprrch les I gnes S
Ren bazin i'auire.s lignes cueil-
lies dans un lead r de grand
quotidien. Apre? avoir parl du
relvement possible du pays pir
la bonne ducation des jeunes,
par Itxc-dUnte tomation des
entants qui deviendront des
homni't de belle droinr', de
citoyens clairs sur lems de-
vo rs et leurs droits, dposs
poursuivre dans la paix la pros-
ieme naiionale, I crivain con-
tinue je cite de mmoire,
peu pies : bduquer l'esprit
masculin n'est qu'une partie de
la lche pour la mener bien,
nous lais ns appel aux institu-
trices. C'est elles qu'il appar-
tient de prparer, ls l'cole, -le
luiures pouses, de lut lires m-
res de bonnes mnagres pour
que la P-lrie se relve de ses
truelles preuves et toutenne
dignement son rang -Un* le
monde. U'1 19 f'"'''* *<*mi
ou ne vot-nt pas, tri u'i-no te
gure, puisqu'elles apprendront
aux homrr.es bi n vot r. Un
penp'e vaut c* que vdent ljs
m';res; ce sont 1^8 mre' qui
faonnent I aune de l-ur* enfants
et du peuple tout m n i r. Or, les
mres p prparent *ir ljs bancs
de I cole, pir les laons t au Mi
par les j ux- Le* lil!- jour rimisontprise 'es >orts |e
d?mes et de cinmas. Autrefois
elles s'occupaient de le ira pou-
pes.une poupe botineenfantqui
se prtait volon'iers aux amusa
ments de ses ppii'es mamans en
he ne. aux soins de toilette, aux
exercices scolaire, aux puni-
tions cal m s iur celles de la
vie enfantine ; elle supportait
d'ire malade I de garder le lit
entour- de soi' s traite par'la
tisane el les badig onnag-s- Ce-
lait une occasion de jnuer I
garde-malade. Les belles pou-
pes aetuellei relltent dans
buts parures et Y urs pestes
Ions ba dtailla le IV lueition
enfantine.... Mais, on ne joua
plus Biire la poupe. PrMe/.
Forai le aux propos d'enfants en
recraoo Un prore au lieu
de gamba tel Notre voisin*
i se divorce parce que
son mari veut tre ie maitr-i
tout seul, bll^ a bien la droit
de le remettre s* place. Moi.
quand je me m 'lerai, je ferai
de mme ; je d enserai et qui
me plaira. Si DO mari ne veut
pas. on se initier voila tout .
Voi tout. et c'est m-
vraut.
Nous **on prcdemment dans
une rn d'articles, rvl a nos
lectenh quelques silhouettes de
proetintata Caaadlena-Frauaia
fianl Ions parti des titre- Mi-
ver* 'le la Cooprative Fdre de
Qubec.
Non* allons msint'nant nous
occuper de l'orgaaitotha de catte
\aste i>ulreprie iii fsooa a I*
n'.ie u k blraeaaQ ittra,l non-; mou
lifjrons dana la s,'iie ce que'al a a
accompli y >nr le hin de 11 cl ism
paricole, qui daos tous ls P*y*
r-t k partie la plus iutiessante
de la nopulali'in.
L* bureau l'.h I d" la Coopra-
tive Fdre de Q i^bee e trouve
s lue au II i. Hua Si l'uni Est
Montral, suivant qu'on peu le
vo:r uar la gra\ure qui arcmip-i-
Kn ce ligota. Un conseil Wt4
cu'il compo- de c'.np membres
s'occupe de l'Adiniiiistraiion J
leuireiirise, ce sont : MM. J A'
tbur Paquet, prsident, Nap. A.
Labb, tin.leur gnral, Pta. Orin
g.s, secrtaire, et I. M. Paquet e.
trso'ier et l.amheri.
Fonde le 29 Pcembre l*
pr la fnaioo de la Cooorativa
('.ntraie des Ajiri u'Ieurs de Uu
bec, du t'.omploir Coopratif da
Mo tral et da U foeUl Coopra
lift Agritola de producteurs dt
Sentons, la Cooprative Fdre
,!,> Q lbao compte aujourd'hui
l..ooo memb e* idgul'art, el si
on ajoute h ce nombre dj respet
table Ite 25.000 a 30 000 cula
ttnrt qui I nt partie d*9 cercles
ogi ico'es et des coo'-ralives'ocales,
il fan' due q >e 45 0U cultivateur*
fm ..flaires avec la Cooprative
rVrire.
Par In f ion, la Cooprative F:
" Lt corps afwr eoiitaji
ssnl,.toujours hou
la *
Cet aflreux mot tttda Vitellius,
empereur romain, tiisiement r*-
marquable par ses cruauts et se
dbauches.
Il visitait en compagnie te s*,
officiers le champ de bataille d
Bdriao ou d v.nait de vaincre
Olhon, 1^ doux empereur des Pt*
torien9 et qui se tui>, dit Sutone,
cause de l'horreur que lui inspi
rai' la Bjntrrt civi'e.
Comme ceux qu iaccompgntlen
Viteiiiua se pm^uaiant no l'aStuf
inte. ie .(" s exhal ail des cadavres,
il leur rpondu : Le corps d'un
eur.emi seul lOQJOUrtbOO Ht
il ajouta en riant :
i Surtout si ''est un compatrio
te t.
Les mots t, rrib'f a fourmillcot
dans I Histoire ; m sis \f dots a*
vouer que oe ui l eut le \ lus cruel
que j'ti encore renmntr .
Petits Contes da i(H..tinr,
U|lllbSilc8ilu
Pourquoi est-elle venu^ miauler
lumentuDlement sur le eui
Y a-t-il d,ns l'inhtioct des JtBl-
nihiix une ob^cur pre.-ci' btt qui
tes guide vers les loyers o ptiso-
te ne les fera soutint..
Cette plaiulo dans les tnbres
-oromeosntes tait triste a eiiUn
d-c. C'est loi m i petite hlmme qui
ouvert U porte a la bte < gaiee,
taisant la gros dos. Iroliuut sa
fourrure d bne luiduie c ntre
tes jambes nues...
J'aime ta voir compatir toutes
les misres. De bonne tu lire, mi
qui rsumes toui mon bui a travtra
ait* vie, je t'ai habitue a eue
accueillante au pauvie, u> uce aux
animaux qui soi.t les ciselures de
lieu. La pelile chaiie m,ire men
ait, clic aussi, bile mei-duit les
bbris d-. notre pain, e co n trau
* -lilica o ion peul-d rtair MOI
tainte. Ton cela nou- le lui avons
donne, ht toi, lu lui a Uouuc les
carrasses de les cbeies petites
aaaiua...
Depuis ce soir du mois dernier,
la chatte noire i-st de venue la cum
pejuc et ton amie, bile ue veut
fias te quulei, et tout, s deux
tous ,:nveoiez mille jeux amusants
o toa nre vibre sans c. -se. A
l'heure Ow' l'ombre u tissante me
nmne au fover, je te re rouve
caressaut tend t'ueui la pr-hte b e
qui rooro m i, ei !! 'ul aar m u
* tss yeux pleins <\ ..ijk lc lre-e
i lime, tu m iattrrog :
Sais-tu, pr i ii d'jn
pouvait bien v. i n
Aior?, il ia.ii pie <'
a bia un d i fa ei i*b Uun, dO ii i I -iiju de farios
mcli i .....jjv, de e. rue a i
ft%iei d i rjaiacittftiai%t..t
une lii-tnire qui met des lar ne3 au
bord de tes yen se fai-ant le pus
en plus t-ntres. une histoire
qui Huit bien puisqu'au bout il y a
touiours notre foyer, ta douceur et
ton j-ourire....
lep-ndaut un jour tu t'es fi-
che avec ton amie. J'ai entend1!
d^s cris,des miauleine ils puis daa
pltON. . Tu vea i-> avec trois
raies rongea sur ta miin ro* Et
parni tes san^hts. ti ne sivus
a,;e dire que c-a n >u p'a n l'a :
Je ne lui avin ri>-n lait 1.-.
Je ne Ui' avais nea l'ait !...
L'iojaHiM da c^ -n il te faisait
plus tnuffrir que U mal lui-mme.
Ton cojjr gonfl le soupirs dou-
loureux, battait o lire ma poitrine
et ta cachaia a ir n >n paule toa
front triste et te* yeux dus...
Le soir Oat ne cipen Uni, lu as
pariono la ci Ue no e et tes
y aux ont r^pria i> P u* a>4at, JU
qu' hier.
liier, sans q 1*0*1 aehe tommtn1,
ni pour^'ioi ni par quel caprice, .
la petite tbatla esc parut. Le v nt
lui ap;ul*r* apport l effluve
du ^ e pj elle avait p-cde notant
quille. P-ut-Atre aussi ne .ql'or
te, luisante dans sa fourrure de
poils ue.il's. t'es elle s -oti la cou
rage dacco opltl unycle nouveau
de sa vie d'nvgraQ'.e,
L petite chaite noire est partie?
et noja ne... I avons plus rerue,
et tu as encore pleur, mm
amour !...
M m Dieu, pourquoi lui avez
vous fait un cur si t-n Ir; .'... La
v i m'pouvaute pour el e: o i ne
dev ai pis taut aimar ici lia- ..
Le m nde e-l plein Se'gn ur. de
ces pactisa chalio noires av c q i
l'on MM auica n ni et qui vous
i ilieni, a | il l'on parionncei
; n v n- ri t it. i j r I on a 'o it
ft ,o el |U i fi il a l so if-
fiir
,. % r manne
de ii i rc q i" l'o" ne Dti
ua, .. *| i, abirci Ce ou
uia.ua aecoutcicnt, ac heurtent,
e ionl mal les uns les anlres. Les
tirs Us plu* doux et les plus
tinttnla sont ""X qui souffrent
davantage . Mm Ui u, pourquoi,
ma pente Blliate avei-vo.i* fait
le redoutable don d'tre parmi
ceux-l...
Fout bas, avec des mots simp
Le choses teintes ou nulle
fr i preuves plu giaves qu l'attaal
dre une t ' ' '' vpn'l "
organisme puissant, destin A gran
dir en proportion de la confiance
qu'il saurait inspirer au publie, et
lomme il latla.it en BtAmt temps
(n assurer'e contrle dsintress,
les lgislateurs de U proviuce de
Qubec ne crurent ,uu-u r munit
faire que de co itler ce rHa u Mi
nistre de t'Agricnlturc comm* le
reprsentant le mieux accrdit
jrsdj i* casse agricole.
Voici donc un des aspects de
cette importante organisation qui
eom| te des succursales Qu lie,
H brrtviie-SlBlion. St Flicien.
Waierloo. Heanceville, un entre
pt considrable ae grains t de se
menes Sle Rosalie, un abattoir,
une station avicole et une beurre
rie modle k Piinccvillc el qui
dans le cour- de l'anne ISI3
contrante1 des flaires pour plus de
HUIT M .LIONS UH PIASTRES.
C'est donc un champ d'action
magn tique qui s'offre notre coto
m. icc titbutaire jusqu'ici pour cer
tains artielaa de premire ncessi
t, d'un marclt unique.
Les rsppots h tablir avec la
CoopTative Fdre deviennent
d'autant plus 'aciles que nous
avons cite/ nous son reprsentant
autoris, fcir '. Edouard Mont*,
qui est sans conteste le ptomoteur
du rapprochement HailianoCa
nadien.
F.n m'coulant lu essuysdia
lai m. s. J'u pens pie si ut |Our,
peiiie Bltantc, lu dois en verser de
pins ann'ies, tu trouvera* n-us la
mu otre 1 heure impiisab e o
je te pillais de la vie, ils l'attooci
rott', vos pleurs, au souvenir de
l'espoir qui fimissait data ma
pio e .. au aouvaaif de nisa ca*
resps qui, l ndremeut, frlaient
tes cheveux. ..
Varits
Ce Soir
(a 5 heure)
Repre.tiiuiim pour les coles
(a 8 heures)
MCftUJ-U-tBaKBW
(el, le, -j<: el 4e ep MiJCC
butte : J cenlimea.
Vltrcrocil
Kobinoe, Alexan ire et Signorel
DANS
Le Roi do l'Air
( lilm eu couleurs j
BolrtC : )'-' cent' ns
Parisiana
Ce Soir
Dernire Kepiseutation de
[Danton
En ic:G.l ; Balcon: b. I
Jeudi
Soire ollerte pu
illain L >r;< ue
( luin-v uut Iles el munolc^ue co
miqute.
bnne : 1 gde. et 1.50
Vendredi
A la deman 1 de me? client.
mm coiisOi
Oh Cupiuon,
Le Vrai amour
Ctaiflofl Patine
Entre :0,50 cts.
Coins des potes
EMPHYSIH(\
0P>>*lSSI0*\
(ASTHME
o..Ugniei.'. .miUdiitti ^_.
Globules Rbaud I
Riultat* mtrv lieux, i.irprananli W n I
.............................~:J
I rsvfM- ".> iiFUtii'lii 0*m JiHtr llietW
B.DALICHOUX "Huio. I
Boi-colom' .as
1 A fat u-Im P
R. Nestor Feliu
Tailleur
Pemer ie -es amia et clients
r>' .1" h Tunitale on ' la '"ro
vnea Oui lui ont rr>ntamment
(a ijinleur-NnipHlIiieei leur ron
, e' leur Bfo a < 'e'< ur
j 0 | J si i>.'e
f illei ta mi bail an
de .mu.
H,:"v |f< Ifia lu rifiUM
ivfc l'cal iliaiiimlio
llfv kr;iu\ |>au\ i|ti la IWlai,
h i n air tatl en IcMi
Li jaffilMf, ipanil il l'arrssr,
Ir Iftiml un !'"ri d'unDii,
I a-lutire, les lfii mi-cUsrs,
In Miunaiii 'i mii lit calii.
n
I,i reiijs supci.e ma pajy,
Vii aaitf au rirr arjrnliu,
Oii.nnl' d iiienlure fl f l'awt
,!> |Mlti f mita,
If isrul baM Mail wlost,
le II rueillir > ses dnigls lius,
rW f\'* ua Irmii fil if poNt
[n ^urunl d'n : air rln.
ENVOI
I!A Tu Me n
lallM
J
Soire Ronmartrolsel
|mr l'artiste chanaonnltr
A lai a I unique
aooompaqn par l'artiata
A.Halmire
Parisiana Je idt M i n\ut,8 heurta
prcises.
tvjc le prcieux concourt des ta*
laotneusaa Mme F. Vltrd e' Me i*
Vaadl Wiener, du maestro Mi^n-l
E. Senior, pianiste laurat de New
Y..rk et du dsopilant iervais J .?-
tram.
Ohanfoopeataa et monologues
sensationnels, tatia comiques, voir
le programme afriche
Entre Gnrale : t. 1.00
Balcon A I Ofet : li 1.10
On ttouvera des carte Tari-
siana et chf Mme Cfa Norb ,
Grand'Rue.
Nos recettes djuaal^s
Le mois dernier a t l'un de*
meilleurs au point de Mie des re-
cettes douan-res. Ku effet, '
don in e de l'ort-au Priant a aocua.
pour le mois coul I r t-pectablc
somme de S 8.1.789.05.
Cala mrite d'tre signa'.
I;ALL\DE_R_U aOSS
Du mil la km triai lalriac.
Il rnsf, f'.tlf ai'." |arJio,
Ci n in! plu, lm l'air ai mm fm,
Oj'm parion mW! hv.
P?!i! Mri de \c!iurs ros",
| i HIH ''N II asil,
6 tlliiul cftiniiif uu* ajwthcsr,
Il vunaul d'us air clliu.
PublioatioQ reue
La livraison de Novembre de le
Revue. !.. r-ttd (l ic l b>onou
que" s'dilsat Bordeaux nu s
est parvenue,
l'.elle revue contient des m:li^
rcs intressantes eutr'aulre^ un br
ticl : **Ut nue DOU* oiireul les p i
dd l'A t tiqne Laine" dont noua
recom i t-ndora la lecture.
Nou* remercions pour ce gra
aiaux envoi.
Mariage
Nous avons reu le faire part du
mariage de Mille Louisa Mullcr
avec no ie ami
M. Coulilie i Fernand
La B-n. die ou Nuptiale leur a
t ( onne le mardi 30 Dcemb.e
1914.
Ni ne envoyons nos complimente
aex nouveaux maris.
Avis Commercial
I ii l'honneur d'informer le
puid et le - mmerce que d' a
commun;c< ri avec Mr Jerme
l'ojtii, celui ci ne fait pies part e
de ma maison de Commerce a par
tir de cette data.
Petit liove e 3 janvier luffr
an HH CWrn
Un w wm
[>> tur axpgntou
No.'JO 4, |i lalflatam
Nord, Graja


LB MATIN
.....
Nouvelles Etrangres '
\ n^ nectaire d'envoyer son
uvernetuent.
Par Cbla
Mesures prises contre ta fi"rft>>p " le g" *
i i ncnique comme dan celui (Wiiii
Pre*ae el -les lea |*r* de
l*oripo>iti<>n en Italie
ROMF.i Janvier Presque ton
1m j iui'i]m', de I opp i i ion ont
t con ': i's .i i i ..i r 1 hoi ; quel
ques uns ont prom.- de s'abstenir
e loin comneiilaires sur lt situe
tion dclarant qu ils se c intente
raient seulement de donner de*
nouvelle*. Ueai qui ont refus d
faire eete prornes-e o i< t confis
qus ; do nombreuse* ditious Tu
reiit suspen Lies al >rs qu'elles
taient djs aux muas des ven
Saurs-
ROME. 2 DeVoarlirto, ambas
codeur italien i li\i>. vient far
river dus nette et dtslc ; ou dit
avec ioctstaiiCC | i II serait dsign
eomm arabes nd ur WaahtQS
te < m h cette r un j ir n'a pu tre
confirme.
Les m. sons de plusieurs lea-
dars de 1 , i> > 'H ont t minu
tieuaeut'Mil eoreg'atrnes; cette .ne
or- a e pr se dans toute 1 Italie
car on craint un otoofo nent de
rb lli i i d'un moment a l'aulre.
de nombre ix et importants docu
menis ont t dcouverts.
Le preniier de l'an u t
l|ia JoyeuseiBeut aux
>Ktata-Bni*
NEW 5 rU, i lnivi'r Il y
avait longtemps qu'un premier de
l'an n'avait ei l avec autant
de joie, tiroadvay Street tait ma
i.-tra einenl Ulu mue et envftbi
par des aut imobil Les agents
de la pro .iIiimd se limitrent a
contam '1er le prs le m iuvement
de cu.treu.itide mm ue pntr'
rent m a soc ie- liotels ni 1-ios les
cals ; m i a,(* tout <> > Informa que
ec j ui a ele le plus sec dtu luis
toire de iSuw lork. t'eut tre que
le pub ic stlerrCpar les nombr-u
iocideu s isrfooue le, | ur Je .Nol
y a u:-" c>it' cuuthbui.
Les impressions <\.
1. Uuover sur la situation
dan le Ceotre et te Sud
de rimiique
Washington Le secriairo
Hoover a ..oi.ne tas nopiessiuua
sur son rcent vo h ; Sans le ceu
tre et te sud de 1 Amrique. Il a
main t l que 1* lluujuras qui,
nayampu obtenir I equi.ibie par
SUiie de lt re.euie levulutiuo, lait
de grobd* eilorts d tu- ce bas.
Dans te uulies p..ys rgne la proc
Irrite et les pcOiUC oui eie txcel
cotes. Le prix de vente des pro
Oui S Utttl sani, specii m" .i la cale atteint
un pri* v < nu m excellent. La
Guatemala ro Cit. (s de la raction et recouvre
peu a peusxi antn|ui splendeur.
is tondu uns conomiques du
ju.ua metioreut ; eu gnr. 1
C 'Il li S >>>i !"'>' ' t
bonne-, cl il est a-tuutiuur q S
Ouiaui la ii i i>- t .tiiii'M le ie
culte coicni meUJeiireO ei par aui
te la situalieu gnrale.
Propagande anti-amri-
caiue
Nli^V YORK, 3 \ l'Etranger,
il e>t l'ait au Etats Unis une lpu
tetion militariste qui rellement ne
Seul lui Ctre attribue et qui n'est
OC qu' la propagande de *.er
tains .nents nui vu.draieut que
l'arme et I marine soient aug
ventes d'une auire cousidra
Lie.
- Les journaux lr-ngor* donnonl
une krjnde impoitance a cette
mde iliaut que l'ide est
il n*J pas de
qui; l" Xfi^iKttt re h devant elle
une bclM n"rnc i vu r!a prospri
t pour U nouve le anne.
',a plus (or n:d-ihle
locomotive du monds
PlfSBL'R"., 3 La plus pui-
sante locomotive lectrique a t
comruan l bar Henry Kord pour
la Compagnie de ont mins de fer
Tle lu and Ifo ilon a LMroit. Cet
te g'gantrsque toc m il v.: aura un
poids de,3*0 lonocc, 111 piedt de
long et 13 de hiuteur. Elle a* ae
ra pas cin-trute pour lam de la
vitesse mus e le aur-t une foras di
traction merveilleuse. Elle pourra
remorq>e I i i^ ni a une vite*
se le o mi lt* a l'iii-ur-*.E!|e ri
eon ble locomotive du in uie.
Le retrait des troupes
amt'iic.iiiits di fl'Cara-
fj m sVHeetoera prochai-
nement
W \il m-iil ije l M-tifoe-ur un ordre
r u de la !viaiaon Rlaochc p-ei.d
d^^ di- pfiii"i s j'Oiir tirer du Ni
caragi'a les 100 soldat* amricain
qui taient dtuclis depuis lHt
p-nir la proie-lion d*' in'rts
nricains meiacs par les cons
ta t, rvolutions.
M. lossolini cbtient un
nouveau vote de cm-
li ne du Coogri lasciste
IttJifcl lu Ciinjl's fas-'i-te,
Cprs HVnir li.rgupriient 1lib''i
mit lt situation p>!itiqie par les
demi'is v nt-menls, a Bpporl
Un vole de fOoflOfC M. MOCCO
Imi cl ! son .Hbnet le rinnl di
coiitinuer a agir comme il 1 a lait
jusqu'oi.
L'opioioti del presaobr*
si 11 un ait avuj t des
un iiidr nival.it uns
RIO UE J vNr.lt), 3 D aprs
l'uu iici-e iiirtjont del ^tcoce
du tfrcsilf i ct .i rs de doute que
les 1 : i. r : ; >. .1.1 u.i- ont ele
fome lees pu' le k^iui 1 nombre
de r voiulioin il q m vive il dans
ee p..- i 'i eoul toujours eu anta
jouis ne avec io* gouvernement*
eousiilus. ''i .i de 2.) p ur cent
de la pspuUtiou d^ Rio de latieiro
lui i.iy iuii itu.uOJee compose
d trangers venus en graude p r
tu: de i .-.-,'....a-', du Portugal ec
d'Italie. L'CUl de :Sao Ptulo q:
fut le m"/,o du dei uicr mousemei.t
rvoluliouuuie est une les rgion-
doul la popumt ou t lrie e-
plu deue pour le moins id ( o i
ce it soit SJd ooo de la populali i
totale de celle irgiuu. L blet du
Brsil le p us pa .mque esl l'ia.liy
complaul 1M..H.1 33(J lr.ug -
Accide il de chemins
de ,'er
P.O^'On 4 2S personnes out
M .'i \i'. u m il*- .s par une
explosi m | o a eu lieu dans un
or ci celle ville les voyageurs, du tram
en voyant que 1 > tuiuee et les 111 n
mec euv (ni-aieot i wcgoo bris
rent les Ico i?s -t autoro'ot sur
la v uc.ee q u tut la cause de leurs
blessures.
rTT* C!liTallT*,"''!*
,^Jv? t.. Ulef," TiS-ii'itn,.
Wt+fk .:"vTi,v".:
i '*SJ5 ', f^. r, ai ^-^
, ....M- <)..- _^
Bndiction solennelle.
DE LA
Chapelle dj SrnTi i o
C'est le 25 Janvier rroch iin
q l'aura lieu, ^c I il ih jjr n-
desol'uiiit'. lt crmonie i i u-
frurais de la neuve le G u() Ha
de Perjs Il y aura. ;' c te occasion,
Rrriii i ll)^^si do itiii a e a ^
heures 1/^ et piusieur- haut h
per^ounaliis sero t eh i-i *
pour ' tc loi Pa r ii p' M ITO -
n de la nouve le M soo ie
Dieu-
.nous avions, il y a que1 ri i
tpm.)>. publi un* courte tlli
o nous t usions nos lecte fi
li description les edm ra A**
excii'ion.. d'^rt qui (ont de
l'uvre du bon 1re Lhu u-i
des p'u1 lie.nix nu Dumeots, -1 '
)ii Capi al-, i On1 ;J0u'0tis ail*
jourl'liui que 1^ travau< l'a
cli^v ment oi t t r.ipi-ieineist
pourauif s e> qu une ir-Ij-jil
o n m mstioi dcore t' n m u
i e li l^wo"*
Nous renouvelons aux !' e
du S'iunaire. et leur S i t-
rieur le Uevvn i Heru (uanon
i. i- plus syiupatln ju^s L.iwita-
tions.
La maison
U Halloni

Fils
Sie~Hue Houx, 1W
Ht es te dpt d* mum Vitiejoint
i orl-u- iitcc
A l'honneur de porttr la conoaiscanee de sa nombreuse et sleste
cliuutcle que cei raju.s se re .ouvelieut consUmmeut en des marsaaa
dises de preuiiei cuuix/ei au 6ui deucat de U clieptcle.
i t-LLUo Qct : Aim.uc a ui-ce, coitleu>es, miroirs de toute s dictta
lions, un SMaruwant c.mp.c, de tableaux eu sl)le vari pour sslocet
Buue a maoKcr^haisce et Uodiues de Vieni.e, chaises et dudiues smri.
Chiues, CIWI.W aiouuites pour eulanU, caipeilea peur salo4s
aiuieii>ions, aiu.. que de.e, utes de lit, grands el petits lits su
iu cuivre v Mj.e uuf-raui ), ihus iqudiie, service lavabo et
si.lr ti eu pOlcwa.US ci couip el UVttUo, LU Ue encup, pefldtln,

I
-



.
.
. :Bt,
i .'
einant de a i
ro-
I de* ays ohaudl
i m i ttm '** pharmic it
bwP.ZIZINE.Sla4iCtffi.PAHI
I ha UMlt M. I' i .u
. ktra .^ *
l.l.mi M -'t i|
mirait
lt personnalil -le Robes-
pierre beciaire d'un
jour (iiouveau
Musc m. 3 U'iinportaiits ma
ouscrits appiiteuuui a rtojcb^ur
re ont ces uecou.ui 1 UotVeri
t de loui k u au v i*** ^oca
meuls eu 'i .e-..u < , 11 m ue uou
Vettux utlul a sur |C perronuiUH
Cl lC V.e OU n'.'lni i w, i i .muai
re haooais. DBCOrUe lui'iui c m eu U,is.-loil
y u euvirou lJO un p
University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM