<%BANNER%>







PAGE 1

^ LC Mvnv %  ~ JUBOIL" laxatif physiologiq te le seul faisant la truz&'on fonctionnelle do J'intest.n Cpongs et nsttole l'Intestin, Evita l'Appendicite et l'Entente. Supprime let Hmorrodes, Empche l'excs d'embonpoint. Rgularise l'harmonie des formes Constipation k Entrite Vortifea Hmorrodes Dyspepsie Migraine* %  la>l u CfcalsUIQ. t r Vi.rn• lassa fana, el !"• F 1 *. N S'-e rri r r a,a'i ; r.r> .fee I partsM *r I II m i 3 • %  *V <*•• Ia*ti;rn4. le.il i 2^ m auptrUI. 'a k i* if tjef.l %  • •* * U f a.lli, • I c-e l hii ira Au '.) *rrfmpm&ii-cV.' t *.-. • r'.llWh. IMilMAsK #*•. G • %  mr| rtr *. JiH ( (fMfirr>ii autant nul IM rnaU'i.-* ** irent. c. tau tr" ;r. D* Biicirom, •> Il Pic pmilftre unil/Uinomji C ri. "€' %  ..di.d tnnatnu JUBOUTA* : fe*nm* sic cortfr* U4 h-..'-,1erl mmr Colon ton Steamship Coxioativ lac .i uiutn t>mtt Ma.saot d aUU. M %  V LA SOLIDARIT Scsisie/ioSiAaDv. amielle rtCBinue (Tutiliie publique CONVOCATION i ,i %  • n.Lli e (.'u.ira annuelle t'e la >diilaiil a t lixe au Di manche /B Nov^Bibie courant, a i luure de l'apte midi au local Au lirai.d Orient, ras du .Magasin de 1 Etat. Ordre du Jour I — Sanction du rai port de la CommiBsiun ko,.\Juiui K i .N u, •I KuLINB^Varits DIMANCHE 3mt et4tuio epiiodea KnlriaG. A.So u>w 2.00 ^vik) au HkUMirtS .le Kousslgue aie ie uuilc cD gniial ijuo je vieu* u uuiii une auc< ursaie a Petit Cuve uu la pi'in uratiuii du iiiuu hiain .\lichel 5au h ijin a iiiou a ma .-'ni.nluic. M Marc lu .v.w 11,1,1C I ;n i, Michel A. .M il.ll Aux Actionnaires de la lanque Rationah d% la Rpublique d'Haiti. I.'\a.seinliloe b.-ni.ile annucle dea Actionnaires de la Banque Nationale de la Rpublique (llluiti aura lieu au Sige sk> cial, rot t-au-Piince Haiti le • l Janvier 1020 dix heuies du malin, aux tins de discuter ifl rapport du Conseil d'administration sur la 6'ituation de la AJanque, sur le bilan et sur les comptes, de les approuver s'il y a lieu, de lixer el de dterminer les distributions de dividente el les atlactalionft aux rserves, de procder l'lection des Ma.ubrea du Conseil d'Adminialralion, el de dcidar de loutas autres questiona qui peuvent tre prcaeijtas leur pprcialion. C E.MlTt:ilEL. traiwn del banquei>tuturia(c de la Rpublique d'Hailt • m i n n 11 %  la m pasuaa— agences — lie prsentations., Porl-uu* Prince A genis gnraux je : lle)ker Jones Jewall Milling.A jQ NtwYork Farin es ffungariap OU — boula Rou ge tc. The Heine Ineuranee i orapany AaW-V''/tJ Assurance oontre l'incendls Diamend Mateli Co Aliun.titM u sais u. me < tLYRTTl Fosfer Wassermapi' t.l LC DiaiseH-losler Wassermant Evitant L AM.MflHbSEMKM dans la • IKMt.N \ob. IN IKLI.K(. Il Kl, Bn veme la Maison 0, WLR'MLIM A.' CO 312, Rue Ronn$-foi,;il:'. A Vis~ Echantillons gratuits i Muaient- Isa Mdecina ^ soussign a l'honneur d'tunoncer au public et au comour e, qu'a partir du (|uin/e de ce muis, il Mtient a leur disposition, p>ur loutaclmt de Kroaine etHazolin ( Marque Shell ). Hua lioiiu.. l'oi No VU hn lace du Mardi.'-. ETZBR JAME.\I U. S. Rubber Export Company Pneus Hi)sl Coid aioulie ri Itada. Chas F MsUlage.d: Son Poissons salta eu tous genru ManufaeUrers Lifo Ins'oe Cy AKruraaet sur la via. A Cullhou Frre rtio \ tas v i.lmnyBgiie Hoide aun |f 11. HsyiMMU Lv^enhaguc Beurre Dan ois, innnage at m.^iv. > ali mentaire s. W. S. Maths*s & >on l'abai-f iauiira et IU.IM. in Nationale Le Steamer larlinique ayant laine Hew-York le 8 lovembre couraal, pour baii-Haineu et Uonuivcs tst attendu i purt-au-l'rince le 15. • -— Il repartira le mme |oiir pour Kinijstou Ja. al les porls de la Colombie via i'ettl-lioavan, Cayas prenant Irt et passagers. M Horl-au-t'rince. le a I2 Hovembre 1924^ Gbara & 0., (pats, %  sWB^ai—ismBasn ^*m~^m**^~-~^-~—~~~~^~~--S*r+S9m m ~~k\^^k*\mMl LAIT CONDENS LAIT EVAPORE PRODUITS DU CANADA 1 ..t onral.m.nt r,.," u Hl0aM prodU, )e meilleur I, ait Condens 1 ', ,. lesprlxsontde 1/0& 2 ,0 DoMtrajM dissous ds (Te^an-7roTRFTT\"l"Ml"V> c p W. Quinlio Williams, Port-au-Prlnse Distributeur. Saaa Ri\al einretles Cbanteeler Envois da denres! Surmenage, AnmieCrbrae. Enervement ipuisement, Ides Noires. Insomnies Uraude Liquidatiuu chez Faul K AlXiLi J lliiiiaiitili. contre la 'CONSTIPATION prenez les COMPRIMES SUISSES d 8 DELORT. Pharmacien, <|B Ru aal"-AnMlB PABIS C'EST LE MEILLEUR C DES PURGATIFS PO?.:. ..%,„ ALaaMT^i f .T ..Tinta Pharmact* **%  •"* m i Que la^maiaon kawas Jlerman %  >* est celle qui pusale les meilleure* niaicliaiiUoas de la place, et vaadimi le meneur march. I ne vitile et voua en serez co: vaiucua. De itouvellea manhandisea sont i te ne pai ihaqua bftleau. tKawas Hurreaios I 0^9091 Rue Traverstre Astbme SoulifCmnl st Ousrlton CCntf |airiicinilTTBS.iurtlion bd^lV b Ml ••. M mm a rismaa a SM %  %  • I U-ltr 't nimlart i t i nr dm >.|iitta. alin do laiitdejajilace pour les raarebandise nou velles, nous vendons une partie r de noua stock avet une ijiaiitle icdutuun da pin.,, H Prierai tous de nun> Maiter avant d'aller' a illt-ui> il y en ajiour chacun et pour chaque got, chez Paul E. AttJLilu, t or l-au-r rince oluiubia lietoi ds ^Viennent^d'arriver par le dernier steamar un grand assortiment de Disques numcaux t u i que : lox-Tioi, Qne-Ait-p. Hnnguaa, faixet des morceaux cLa* quas de toute bt-autc. £u stock Lrapl.u|ihout?, %  :• Iiimliia'-, diverses diuieiisioiit*, dernier modela. Ka vente chez : v L PRiETZMANH'GGERHOLIVi 1 .111 ij ili Neurasthnie Di'coung.m-nl profond, trlSMSM incursbk, Itltitu moindre i rttstl. ma !6m<5 Je .-. WBSSS. D %  en ipi %  ib'ci loques hunaini Le^ neursitlieniqi. SSS n'f-l r* 5 m0 ulinieiu sB ii.e n.t\LUi ia Licnlaiamc nergie TilaiS qu< : LLIXIR ZIDAL neur nerveui q..: dcuple <•' qa i leur force milieui de mtlaJet tt de meJ> i i 11 tr SO ., PAKIS. • n h u m Barbanconrl 110, Hue dtsisars Tlphone N* 430



PAGE 1

MI5SING ISSUL5



PAGE 1

OtRECTGUR. PROPRIETAIRE IMPRIMEUR Clment Magloire BOlf 1XHA 1358 Rut Amricaine NUMERO $0 CENTIMES Quotidien Golumixi M*"*"! L*rei\ PAN .v M i JJ ya tellement d'ngralitodel et de tristesses aux chemins lit la terre, |ue l'on M peut yi pat* ser sans s'y uViliirer. Les humain seeoiuloienl,se heurtent, se tout mal les uns les autre*. Les'cotirs les |>lns^lonx el les plus aimants sont'ceu\ (|ui soutirent davuntuqe. TELEPHONE No Mfi ISAnw ANNEE N** 5361 PORT-AO-PRINLE (HAITI > SAMEW l> NOVEMBRE 1924 LES DISPARUS ANATOLE FttANCE i Anatole France lui do ceux doul on ne se laeefl point II est cl nvique, si l'ont nient par ce vocaliie un auteur ilonl les œuvres boni dans toutes les mmoires, qui a cri des types aoubbab es et fix des pense* orun. tirs dans un style absolument peTJOQUel. M us ce qui lui apurera dans I histoire littraire une place particulire cle — ou au-dessus de ses coniempo rains— c'est qu il ne s'en tint pas aux genres usits ; il se cria un uenre qui lui appartint en propre, parce qu'il correspondit prcisment la tournure de sua ebpnt ; ou, pour tre plus exact, il ii o.hlia si bien le cadre Ou lomaii suivant les beuins de sa pense, il renouvela M compltement le genre, qu'on le reconnat a peine Anatola Krance lut avant tout un philosophe; sa loue lion principale tait le penser, contrairement au commun des hommes qui aeoi pieut les opinion irauiiioiuieiles tt commodes sans laliguer leur esprit les distiller. Curieux des syst m M les plus divers, il a appro* ioii.ii tmes Its doctrines antiques ou modernes ; la thologie mme ne lui lut pas tranger', et cie ses exclusions dans le Uo maine des id< ts il rapDorta un But a us tes rujeli. Ce Tut un besoiu pour lui de philosupher. D'autres siuteiessent de prfrent e aux passioi s des liomnits et prennent plaisir les ana lyser et Us dcrire. Uuelquesuiib aiutni n ai on 1er dis aven tores lonidiit.qu s pour taire r ver les humus et les tout j. uuutgtii. Il IQ est qui appliquent leur e^pl n a l'tude des n.oui s cun einpoi aines et re doc n lut n te m laborieusement. Anatuit b'rance ne nglig p ni Ij i nations, in les inauis, mais il li s obaei va pour i n rauoi ner t 'uil que pour Ls dp indre. coiiiedh que lui donnrent hs homiins amusa sou tsprit plus que son IIDfcgutlOU, et quaud il prit la plume, ce lut pour prseiuei au punhedes reHexiuns piulol que des labltaiix. Ce n'est p.-s qu'il ddaigna le coi.te ni ie roman. Il lut trop aitiste pour rinoncer l'imagination. Le ci une tie Sykesiie Donnard tt c 1 Etui de .Nacre attestent son got pour ie rcit, qui prend clies lui des airs de navet o perse l'ironie et qui recle toujours une pense preciet se. Mais quelque souriante malice quil au apporte dans le roman et de quelques grces qu'il ait pare ses nouvelles, c'est ilans Ls ouvrages puis philosophiques, i.am lUais , dans La Unusserie de la U-me t'e langue, dans le* Opinions de Jr ne Uoi^uaru , dans .' Urine du Alan et d uis le Mannequin d'Uier , qu il faut chercher la veinalne ouginaiil d Au tlole Franc Ce suut l, en elbi, des livres l'un geure nouveau, des romans philosophiques, qui ne reesetiibl ni a aucune ouvre auteiiciire, et qu aucun contemporain u a en rore mut avec succs. Aussi bien le gont d Anatole France le porli ptuioi a piinoso pher sur les nes q.a se poser Cjmine deleuseur des unes ou adversaires des autres. Ce lut un raisonneur mtilijable. il chrissait ses ides pour le plaisir d'eu taire le tour, de les examiner eu tous teus, de leur dcouvrir des faces nouvelles et des consquences inattendue, d eu urer des vrits paaduxales qui elau naiciit le vuig ire moutonnier Anatole France a si bien saisi .ion seulement les iue.es piupres a chacun de ses pcisouua ges, mais encore le tour de leur conversation, que uous croyons les voir vivre, il a peint moins leurs alliludeS ou leur* tais dame que leur esprit. Ilsdillereiit les uns des autre*, moin pai leurs passions que pr leurs ides L auteur a doimejune tor me di lunatique la disctisMuii philosophique. Il a anime des personnages par l'expression de leurs ides. Cisi aiu.-i qu Anatole France renouvela le roman tt lahsa cet.s ouvre dilltcile d'mleresser le public la pense el d attacher son attention a tous tes proumes qui sollicitent l'esprit h.iiuaiu. Il pro ligua, pour sduire sou lect ur, des ti eoi s d'imagination t de spirilu Ile maie-. iC i m m; temps que e plu un u s pliiiuMjpiies, il lut le p us dlicat el le plus complet die ar tlslt'S... l'anni-tie, m it qu'elle n peut pas b'iger ton s les Cies de themiot de fer S rintgrer les si min. ts. l.-i cotamit-ron est galement luvor.tb e A l'amnistie des militaire-! iauf les insouneit et les dserteurs. M. Jo-eoh Caillaux a t le ces lie aujourd'hui, des dbati iutrestants au iiat a propoe d i pre jet de la loi l'amnistie q ii a t vote par la chambra Jet dputs S sa de r nire seision. Les tenumenti sont partagea sur 'a nuettion de avoir ti le tnat suivrait l'exemple de la chambre et rou vrirsit A l'es p-emier I porte de la politique. Iteaucoup de Hnateur* qui mil coudamn^ i-ail HS .ut tour Hk lear poale et les dirus on-* \l'a moi lie promettent de donner I-M de vif* inm deats. L-i ng>ciatient concernant h m > 'nu v *••! ti franco-bel e prmetteni d'envisager une o lutin aatiifaisaote S brve ebau ce. Nouvelles Etrangres Le Cabinet Herriot et le Parbcat La H.ambre vole les crdite, pour les tonde secret* Vote de coiifanicu Wl r tlerriot Au jeun, 1. Joseph tiillaix i t le ceilri dis dbits au sujet je li lu d'iiiistie PAKIS— La chambre a adopt le iliup, ie au Utret relatif i oppiitaliuii ou buUgel du '. Mai ly. i i unii II,H. i u carie d'ideuli it ut> tinu^is. M. Lliauteuip, iini.isire au loinuieree a dclare que le gouveraerneoi disliu^ueia mire le touii6lrtfel ta lrd.i leur. Ii iappelle que it dcret re n lut-iiliiiit la tlltulallOD des il'-l^.l tn linlue Le M?e liull*ni' Itttl i -. . a . I lit llial 4U. I. j 11.. ^ u es ... .o.i d'bospitkll e utieute qu' tut a i,.,n,Lif .iuj.,ui ; it ue LUI tue -111,1111.1kl a piimtllie .ix tt i 0 i de vovager tans I I ^ o.. 1 : . Le membre a arfopt tout lea thapilie uu bufljei du aiaialie de I Intrieur. Klle a discut les articles du budget du aunotere de I intruur K propu* detciedim peur lei tonds teertta et la trei |eurale.Le commukUtc Laclno a demand la suppression dea eruilt. M. Herriot allume le devoir uu (.uvarnement de pronger te ie k ime contre le faciiou* de loua le partit et la ncessite d'avoir t.Le colite dissimule. Il tludiert la qutMlluU d COklluir II pose la que-tu.u ae cuullauce il ia %  tutu bit repousse per JJ" ui.ut KOU la propusiiion Cacbiu d. 111 t.da.t la tuppitfion det crdits. Le teLat a discute ie 1 rejet rl'aaunistie en ce 41.1 roacoTM Ice cntiniiuis. Le rapporteur d*rltre qoe la conunissioa est favorable a Mort :B I e lins iiniui Encore uu vide'dans not raug-t que lusse la mort de notre charmant camarade JILKS UEVIEIX -ur venue hier aoir Il heures l/i k la aul e d'une pnible maladie. Il en qailes d>nnea lerueilliet par les reprnts le plua auto ri-.es de .a S-ience Mdicale eh** n >us. Hieni touies abouti k U BOD clusioo forme. I que le mal .luit uc ei qu on "ut eu cm equ 1 "fl t'rtlleii lr st fiu proeiiiin.', -1 disparit on n'en n pat m nu* caus uo vritabt chagrin Dou de fortes qualits d'eprit qui faisaient de lu< l'ua des reprtentanls led plus avertit Je ootre monle lettr, D.vie.ix t tait encore a 1 ir l'eslin gnral par -t probii prote-sio ietle, et. de plus pa une qu 1 it i • tim.neat rard en n lie unl.i' 1: U .lit r-ti m. li VlAriv l mi te dfunt tait e0 an de I u les m liti's salue a s luuer.oh'-s auront 1 u deuiiiu .1 ' tfi I I a,irem di. \ la II tilt i"i N tire 11 un-. — Co ..luliiices a ix f unilles prouves. I.ts mut. iitin jue. Geslii boi re^uliciiD,... cenae mu". Kn \XJ'<. les lectiont pour la pr si.Ience de la Kputn.qtie Iranaita lureul trs aguees. Lesiand. lu t.t eut llcurv tln>hoii et Petis t-niiii'. liii-.-.u jObbesH duuegiande pupu.anie paimi le f ieupie des l..uiuurgs, leouvi 1. 1-, et etudiauts. t.-:.! l'ami lut MI. Lts tudiants el its ouvnei, a 1 li .| e lois qu'Us la rencoati aient, citaient d lu. -lle %  Vive Uriston vive Biitson Lu j .ui.tnnuy de ces lis Flix l'aure bai.->a la glace de ta voilure et, s'adresant a set irrductibles adversaires: "Oui, aiestiturs, leur dr-ii, voua lune u en ; et je crie avec vous: \ ive linssou!. t est au bon repub.icaiu,... comme moi'. boiore un mot qui lira aon auteur d'un mauvait pat at lit taire lea hue al lea rire. Par OtiMe le i'ciii|'l.ii contre le Qircctsirc etpaflool PKHfll.NANIn nouvel Ktpa gnol, peiteur de browmgt el de 1 a l'geur, a t srrl a liaovuls Del reupet d'eipagnol-, teoos de l'.rts, Lyon, ^arteiile. Un deaui el divers pointu d*li Frar. c .Luis u but >ie participer nu mouvement rvolutionnaire en K i.aaiue. ont t refouls re malin vert l'intrieur. Dillieulle un sujet du traite do commerce Iranco* allemand Les allemands demasdent des mai difteattoos au plai Uawes I'.AHIS— I 0 -tlieux anicroche vient de se produite dans let n go i.lions franco allemande! au sujet Uu trait de commerce 4 eau re de la diltirult de e. i.ciher le a ipnlatiuat du traite avec les elau Boa il 11 plan Dawes conceiuanl tel livraisons en naiure au litie des rparait m. M Herriot a eu,her, ui luug entretien avec le priuci pal deirgu technique allemand Docteur IrniJeleoburg et l'aiabit ta leu,V011 lljeseliM .rii,ues les que s les allemands ne semble1 ueul pas dtspOi.es h faira lea eut cessions ncessaires uout fane ... ^irMimi, ROI ne mainienant lemous ue eip-rls, esi .'objet d uu change de vu< entre les deux goii>eiiie• ..l atiou iiniii.il ... eeg poils dans lei*gious >.ccup es. Le pr -1.1 nt du conseil a drl.u que ton gouvernement avait plus tenu | roUteSaes et qu'il appartenait au g .ii^eroamcot alletaand de tai te il m.iu L'entente Iranro-ilalienne II" II-. La ili.uabre dss depu les a adopte hier, apra diseus sioi.s, un pMijii u.|o| euucsraaiit I luise .u e*etulion de 1 ntsutc franco itat nne da H >aplembre "Itf uaut le tellement tes inl rtt des deux puis^autea eu Afri q.i M. Ali. sou.n dclara au co ira des dbals qu'il esprait qi n .{action tunisienne erait rgle da IJI; >n S rapprocher plut ...tiiueuieui let deux natioat. C'est /dotal M%m Oue toiu du nruii accablant u 1 -n n 1 .1 ouVr) e uuoiue 1 ar'u il .'u jouiseanl 4ds r rj'un ue roagoifl i i t ta y respire a lai*e et on n-uoie de tous les j >* |'j ; service irreprocuaiile. Ocl.11 al nui sensationnelle du h Ii-ijindu J;i|iuii I tienve GINKVB— Le dlgu du Ja pni n Ihit sensation la runtren ce u.ternaliona!e de l'opium en -Jeclaaiit qu'il iait convaincu que la '.lune collaborerait losalement a la aupprestioa de l'opiu.n al en rec.amant ie maiutiea du principe tl %  ion nteiv otlou .les puisiaaeea d .nt ita alla, rea intrieures del Lluiie. Sug'aura, Wlgu japo nais, dclara que la Ulnae passait par une crise intrieure daugereu se el qu'elle avait diuit la sym pathia da tous. Ce la declaiation 11.1 un vrai %  oiip de thtre pour ulrvi 1 lgation de la conf rene. Elles n'ont pat cach leur dsappointa ment inr-qne la eom .... • Uarge .1 lu nr l. .| r s 1 %  | 1 'ii n rap 1 I aucun i-liiilre pre ne .. -1 • J 1 tooeei l< liB-oin eu 1.x 11 %  ne ii iciil, ni 1. HI.--HII-.1 pre.. .• p ni en r .mu ni icita ) qui, dit le rapport, est pratique sur une -1 va!e elieda qu U est piaa^ue impossible de prendre des mesures effectives tant qu'on n'arrtera pat la contrebande. C<" qu'on pourrait daman 1er, ajoute t il, ce serait que let irouvdrne m.'utintresss fuurnitsenl tous let renseignements qu'ils pour raient recueillir k ce sujet dans niir juiidictioa respective. .Ledlgus aoglais et Iran, uont rdig une dclaration prc disant les monopoles il.1'Btat, la prohibition Je l'exporlatiou de l'o piiiiu des l'olotiiet el ttipulinl que je gouvernements devroul faire loua leurs florls pour diminuer la consommation de l'opium L'allaire Ziuoviell cl le nouveau ralnin-.t .int|laia l.ONDKKSl.afl.irr ZUovtaff, mi-e de 10 depuis let lections, e-i de nouvaaii sur lu lapis. M. Chamberlain, secrtaire les affaires trangre*, a no inn une rom uii.sioi. pour faire uiif enqu. 1 ".' A lapro luiue se— LUI il sera surtout .{.lestioii des alaires intrieures telles que le coul dea vivres, des logement, le chmage el let linan eea Lue autre question k l'tude eit c lia .1 uu no vean trait 1:0m lueroal avec l'Allemagne qui, ou l'otpere, sera conclu au commen cernent de I anne proi haine (raide batailles : les dpots lireot les uns sur les autres 2 blesses MkAICD— Deux membre de la chambre des dpute mexicains ont t grivement blesss k coups de rvoivera dans une bataiie qui l'eat produite a la lin de diseus lions 1 la i-n unli .h 1 r smr.Le d put Mor.ioea, ebel le plus cotnu uu pi. ii du Iriviil, a 11; une bi la dais • loin .c tan li que lu dput .Je /inn 1I1 %  a ete h eui fuit la poil i ie Le Se 1 rai Sain h l ex g us. i:u ur .1 Pue b a, aa.t .1 .11 n !•k \(oronea de u N.nier let accusations pni. eoinro 8ar. li t daoa un .li-oirs di 1 anehi lermer. Le 1 pnl a r p m lu q ie la diffrent pourr.ii se levier 1111111 .1 lemenl. Les d p i. s sont alls dan • le cui ..1 ir -.' de amis et on a milen lu d a coup* de revolver La %  h icab tent ajourne imui pu.aire allemand a fait l'loge du Prsident Coe.lid|e. i'tivtfa prochaine de I i. niDieiii conlraociar lr Dr labib Balolano Il n..u %  I 1 1. il,le d'unnoi 11. s le.-teui l.i pin 'li.iuie arrivl il', l'eni III-III 1 ..ulrei i.-r, It 1).Ilabih listel un, .pu -e | ropose p.: i liant le sjotr qu il tara chai nom de prononcer u ri. de conf rentes lesquelles, ftaoi inlnrma lions sont exal.-s, eonatitueroal une v. .roi-ad' se. iale et iiitellei-tuelli'. Non aspro 1.|iie I distingu viail m trou\e t ea ootre milieu un coin iu. le ) mpalb > i ( gal ce lui tlont il H t l'objet toal 1. lemment I L'abl il deas la R liliquc D KHI 11 1i allant une vitesse irrfuli. re beurtalun pilier tac trique a l'angle des ru s 1 1 *(>tiblicain : el les t'roni Portai \.i m ichine en se reavwaaiH entrami une vendeusi publiq du Dom da Witmioa |ui fut rt'leve avec des contusions la tle. La Police iiitervdinu hl .|a consUtations telle* lins utiles. CaraeOiodaio l.e 'inraI,:.lohn Hjssel et M ne Kussell recevront eu leur rsi Lu. as lsr e' .'e lundi de chaju.' mois, coaiaaeacsr par le lundi // Novemhre eourani de 7 li, n, m. %


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06295
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, November 15, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06295

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
OtRECTGUR. PROPRIETAIRE
IMPRIMEUR
Clment Magloire
BOlf 1XHA
1358 Rut Amricaine
NUMERO $0 CENTIMES
Quotidien
Golumixi M*"*"! L*rei\
PAN .v M i
JJ ya tellement d'ngralitodel
et de tristesses aux chemins lit
la terre, |ue l'on M peut yi pat*
ser sans s'y uViliirer. Les hu-
main seeoiuloienl,se heurtent,
se tout mal les uns les autre*.
Les'co-tirs les |>lns^lonx el les
plus aimants sont'ceu\ (|ui
soutirent davuntuqe.
TELEPHONE No Mfi
ISAnw ANNEE N** 5361
PORT-AO-PRINLE (HAITI >
SAMEW l> NOVEMBRE 1924
LES DISPARUS
ANATOLE FttANCE

i
Anatole France lui do ceux
doul on ne se laeefl point II est
cl nvique, si l'ont nient par ce
vocaliie un auteur ilonl les u-
vres boni dans toutes les m-
moires, qui a cri des types
aoubbab es et fix des pense*
orun. tirs dans un style absolu-
ment peTJOQUel. M us ce qui lui
apurera dans I histoire littraire
une place particulire cle
ou au-dessus de ses coniempo
rains c'est qu il ne s'en tint
pas aux genres usits ; il se cria
un uenre qui lui appartint en
propre, parce qu'il correspondit
prcisment la tournure de
sua ebpnt ; ou, pour tre plus
exact, il ii o.hlia si bien le cadre
Ou lomaii suivant les beuins de
sa pense, il renouvela m com-
pltement le genre, qu'on le re-
connat a peine
Anatola Krance lut avant
tout un philosophe; sa loue
lion principale tait le penser,
contrairement au commun des
hommes qui aeoi pieut les opi-
nion irauiiioiuieiles tt commo-
des sans laliguer leur esprit
les distiller. Curieux des syst
m m les plus divers, il a appro*
ioii.ii tmes Its doctrines anti-
ques ou modernes ; la thologie
mme ne lui lut pas tranger',
et cie ses exclusions dans le Uo
maine des id< ts il rapDorta un
But a us tes rujeli. Ce Tut un
besoiu pour lui de philosupher.
D'autres siuteiessent de pr-
frent e aux passioi s des liom-
nits et prennent plaisir les ana
lyser et Us dcrire. Uuelques-
uiib aiutni n ai on 1er dis aven
tores lonidiit.qu s pour taire r
ver les humus et les tout j. u-
uutgtii. Il iq est qui appli-
quent leur e^pl n a l'tude des
n.oui s cun einpoi aines et re
doc n lut n te m laborieusement.
Anatuit b'rance ne nglig p ni
Ij i nations, in les inauis, mais
il li s obaei va pour i n rauoi ner
t'uil que pour Ls dp indre.
coiiiedh que lui donnrent
hs homiins amusa sou tsprit
plus que son IIDfcgutlOU, et
quaud il prit la plume, ce lut
pour prseiuei au punhedes re-
Hexiuns piulol que des labltaiix.
Ce n'est p.-s qu'il ddaigna le
coi.te ni ie roman. Il lut trop
aitiste pour rinoncer l'imagi-
nation. Le ci une tie Sykesiie
Donnard tt c 1 Etui de .Nacre
attestent son got pour ie rcit,
qui prend clies lui des airs de
navet o perse l'ironie et qui
recle toujours une pense pre-
ciet se. Mais quelque souriante
malice quil au apporte dans le
roman et de quelques grces
qu'il ait pare ses nouvelles, c'est
ilans Ls ouvrages puis philoso-
phiques, i.am lUais , dans
La Unusserie de la U-me
t'e langue, dans le* Opi-
nions de Jr ne Uoi^uaru ,
dans .' Urine du Alan et d uis
le Mannequin d'Uier , qu il
faut chercher la veinalne ougi-
naiil d Au tlole Franc Ce suut
l, en elbi, des livres l'un geure
nouveau, des romans philoso-
phiques, qui ne reesetiibl ni a
aucune ouvre auteiiciire, et
qu aucun contemporain u a en
rore mut avec succs.
Aussi bien le gont d Anatole
France le porli ptuioi a piinoso
pher sur les nes q.a se poser
Cjmine deleuseur des unes ou
adversaires des autres. Ce lut un
raisonneur mtilijable. il chris-
sait ses ides pour le plaisir d'eu
taire le tour, de les examiner eu
tous teus, de leur dcouvrir des
faces nouvelles et des cons-
quences inattendue, d eu urer
des vrits paaduxales qui elau
naiciit le vuig ire moutonnier
Anatole France a si bien sai-
si .ion seulement les iue.es piu-
pres a chacun de ses pcisouua
ges, mais encore le tour de leur
conversation, que uous croyons
les voir vivre, il a peint moins
leurs alliludeS ou leur* tais
dame que leur esprit. Ilsdille-
reiit les uns des autre*, moin
pai leurs passions que pr leurs
ides L auteur a doimejune tor
me di lunatique- la disctisMuii
philosophique. Il a anime des
personnages par l'expression de
leurs ides. Cisi aiu.-i qu
Anatole France renouvela le
roman tt lahsa cet.s ouvre
dilltcile d'mleresser le public
la pense el d attacher son at-
tention a tous tes proumes qui
sollicitent l'esprit h.iiuaiu. Il
pro ligua, pour sduire sou lec-
t ur, des ti eoi s d'imagination
t de spirilu Ile maie-. iC i m
m; temps que e plu un u s
pliiiuMjpiies, il lut le p us dli-
cat el le plus complet die ar
tlslt'S...
l'anni-tie, m it qu'elle n peut
pas b'iger ton s les Cies de the-
miot de fer S rintgrer les si -
min. ts. l.-i cotamit-ron est gale-
ment luvor.tb e A l'amnistie des
militaire-! iauf les insouneit et les
dserteurs.
M. Jo-eoh Caillaux a t le ces
lie aujourd'hui, des dbati iut-
restants au iiat a propoe d i pre
jet de la loi l'amnistie q ii a t
vote par la chambra Jet dputs
S sa dernire seision. Les tenu-
menti sont partagea sur 'a nuet-
tion de avoir ti le tnat suivrait
l'exemple de la chambre et rou
vrirsit A l'es p-emier I porte de
la politique. Iteaucoup de Hna-
teur* qui mil coudamn^ i-ail HS
- .ut tour h- k lear poale et les
dirus on-* \- l'a moi lie promet-
tent de donner I-m de vif* inm
deats. L-i ng>ciatient concer-
nant h m > 'nu v *! ti franco-bel
e prmetteni d'envisager une o
lutin aatiifaisaote S brve ebau
ce.
Nouvelles Etrangres
Le Cabinet Herriot et le Parbcat
La H.ambre vole les crdite, pour les tonde secret*
Vote de coiifanicu Wlr tlerriot
Au jeun, 1. Joseph tiillaix i t le ceilri dis dbits
au sujet je li lu d'iiiistie
PAKIS La chambre a adopt
le iliup, ie au Utret relatif
i oppiitaliuii ou buUgel du '. Mai
ly. i i unii ii,h.i u carie d'ideuli
it ut> tinu^is. M. Lliauteuip,
iini.isire au loinuieree a dclare
que le gouveraerneoi disliu^ueia
mire le touii6lrtfel ta lrd.i
leur. Ii iappelle que it dcret re
, n lut-iiliiiit la tlltulallOD des -
il'-l^.l tn linlue Le M?e liull*-
...... ni' Itttl i -. . a
. I lit llial 4U. I. j 11.. ^ u es
... .o.i d'bospitkll e . utieute qu'
tut a i,.,n,Lif .iuj.,ui ; it ue
lui tue -111,1111.1kl a piimtllie
.ix tt i -0 i de vovager tans
. I I. ^ o.. 1 : .
Le membre a arfopt tout lea
thapilie uu bufljei du aiaialie
de I Intrieur. Klle a discut les
articles du budget du aunotere
de I intruur K propu* detciedim
peur lei tonds teertta et la trei
|eurale.Le commukUtc Laclno a
demand la suppression dea er-
uilt. M. Herriot allume le devoir
uu (.uvarnement de pronger te
iekime contre le faciiou* de loua
le partit et la ncessite d'avoir
t.Le colite dissimule. Il tludiert
la qutMlluU d COklluir II pose la
que-tu.u ae cuullauce il ia tutu
bit repousse per JJ" ui.ut KOU
la propusiiion Cacbiu d. 111 t.da.t
la tuppitfion det crdits.
Le teLat a discute ie 1 rejet
rl'aaunistie en ce 41.1 roacoTM Ice
cntiniiuis. Le rapporteur d*rltre
qoe la conunissioa est favorable a
Mort
!:B Ie lins iiniui
Encore uu vide'dans not raug-t
que lusse la mort de notre char-
mant camarade Jilks Uevieix -ur
venue hier aoir Il heures l/i k
la aul e d'une pnible maladie.
Il en qai- les d>nnea lerueilliet
par les reprnts le plua auto
ri-.es de .a S-ience Mdicale eh**
n >us. Hieni touies abouti k U bod
clusioo forme.I que le mal .luit
uc ei qu on "ut eu cm equ 1 "fl
t'rtlleii lr st fiu proeiiiin.', -1
disparit on n'en n pat m nu* caus
uo vritabt chagrin
Dou de fortes qualits d'eprit
qui faisaient de lu< l'ua des repr-
tentanls led plus avertit Je ootre
monle lettr, D.vie.ix t tait en-
core a1 ir l'eslin gnral par -t
probii prote-sio ietle, et. de plus
pa une qu 1 it i tim.neat rard en
n lie unl.i' 1: U .lit r-ti m.
li VlAriv l mi te dfunt tait e0
an deI u les m liti's salue a a .n .u m memiire, et partage
pi 1 .'lient ado ilear de sa veuve,
d 1 ses entants et de tout es autret
ereata.
l!-t dncVla aiijuurl'hui D-
Mtriuui Volci
> s luuer.oh'-s auront 1 u de-
uiiiu .1 ' tfi I I a,ire- m di. \
la II tilt i"i N tire 11 un-.
Co ..luliiices a ix f unilles
prouves.
I.ts mut. iitin jue.
" Geslii boi re^uliciiD,...
cenae mu".
Kn \XJ'<. les lectiont pour la
pr si.Ience de la Kputn.qtie Iran-
aita lureul trs aguees. Lesian-
d. lu t.t eut llcurv tln>hoii et
Petis t-niiii'. liii-.-.u jObbesH
duuegiande pupu.anie paimi le
fieupie des l..uiuurgs, le- ouvi 1. 1-,
et etudiauts. t.-:.! l'ami lut mi.
Lts tudiants el its ouvnei, a
1 li .| e lois qu'Us la rencoati aient,
citaient d lu. -lle Vive Uriston !
vive Biitson !
Lu j .ui.tnnuy de ces lis Flix
l'aure bai.->a la glace de ta voilure
et, s'adresant a set irrductibles
adversaires: "Oui, aiestiturs, leur
dr-ii, voua lune u en ; et je crie
avec vous: \ ive linssou!. t est
au bon repub.icaiu,... comme
moi'.
boiore un mot qui lira aon au-
teur d'un mauvait pat at lit taire
lea hue al lea rire.
Par OtiMe
le i'ciii|'l.ii contre
le Qircctsirc etpaflool
PKHfll.NAN- In nouvel Ktpa
gnol, peiteur de browmgt el de
1 a l'geur, a t srrl a liaovuls
Del reupet d'eipagnol-, teoos
de l'.rts, Lyon, ^arteiile. Un
deaui el divers pointu d*li Frar.
c .Luis u but >ie participer nu
mouvement rvolutionnaire en K
i.aaiue. ont t refouls re malin
vert l'intrieur.
Dillieulle un sujet du trai-
te do commerce Iranco*
allemand
Les allemands demasdent des m-
ai
difteattoos au plai Uawes
I'.aHIS I 0 -tlieux anicroche
vient de se produite dans let n
go i.lions franco allemande! au
sujet Uu trait de commerce 4 eau
re de la diltirult de e. i.ciher le
a ipnlatiuat du traite avec les elau
Boa il 11 plan Dawes conceiuanl tel
livraisons en naiure au litie des
rparait m. M Herriot a eu,her,
ui luug entretien avec le priuci
pal deirgu technique allemand
Docteur IrniJeleoburg et l'aiabit
ta leu,- V011 lljeseliM .rii,ues les
que s les allemands ne semble-
1 ueul pas dtspOi.es h faira lea eut
cessions ncessaires uout fane
... ^irMimi, roi ne mainienant
le- mous ue eip-rls, esi .'objet
d uu change de vu< entre les
deux goii>eiiie mau ls ieeiamer.iint avant tout
l'nbilition de I impt d- reeouvre
meut at certaines modifications
un pian lldvvet. M. Harriot a rap
pel au Docteur at Vou lloeche
que lesdlegues allemands avaient
proini-a la Prince, a Londret,
det nvau'.eg.'K eomiiiaiciaux d
I > ..-latiou iiniii.il ... eeg poils
dans le- i*gious >.ccup es. Le pr
-1.1 nt du conseil a drl.u que
ton gouvernement avait plus tenu
| roUteSaes et qu'il appartenait
au g .ii^eroamcot alletaand de tai
te il m.iu
L'entente Iranro-ilalienne
II" II-. La ili.uabre dss depu
les a adopte hier, apra diseus
sioi.s, un pMijii u.- |o| euucsraaiit
I. luise .u e*etulion de 1 ntsutc
franco itat nne da H >aplembre
"Itf uaut le tellement tes inl
rtt des deux puis^autea eu Afri
q.i M. Ali. sou.n dclara au
co ira des dbals qu'il esprait
qi n .{action tunisienne erait
rgle da Iji; >n S rapprocher plut
...tiiueuieui let deux natioat.
C'est /dotal M%m
Oue toiu du nruii accablant
u 1 -n n 1 .1 ouVr) e uuoiue 1
ar'u il .'u jouiseanl 4ds r
rj'un ue roagoifl i i -
t ta y respire a lai*e et on
n-uoie de tous les j >* |'j ;
service irreprocuaiile.
Ocl.11 al nui sensationnelle
du h Ii-ijin- du J;i|iuii
I tienve
GINKVB Le dlgu du Ja
pni n Ihit sensation la runtren
ce u.ternaliona!e de l'opium en
-Jeclaaiit qu'il iait convaincu que
la '.lune collaborerait losalement
a la aupprestioa de l'opiu.n al en
rec.amant ie maiutiea du principe
tl ion nteiv otlou .les puisiaaeea
d .nt ita alla, rea intrieures del
Lluiie. Sug'aura, Wlgu japo
nais, dclara que la Ulnae passait
par une crise intrieure daugereu
se el qu'elle avait diuit la sym
pathia da tous. Ce la declaiation
11.1 un vrai oiip de thtre pour
ulrvi 1 lgation de la conf
rene. Elles n'ont pat cach leur
dsappointa ment inr-qne la eom
. .... Uarge .1 lu nr l. .| r s
1 | 1 'ii n rap
1 I aucun i-liiilre pre
ne .. -1 j 1 tooeei l< liB-oin
eu 1.x 11 ne ii iciil, ni
1. HI.--HII-- .1 pre.. . p ni en r
.mu ni icita )
qui, dit le rapport, est pratique
sur une -1 va!e elieda qu U est
piaa^ue impossible de prendre
des mesures effectives tant qu'on
n'arrtera pat la contrebande. C<"
qu'on pourrait daman 1er, ajoute
t il, ce serait que let irouvdrne
m.'ut- intresss fuurnitsenl tous
let renseignements qu'ils pour
raient recueillir k ce sujet dans
niir juiidictioa respective.
.Le- dlgus aoglais et Iran, u-
ont rdig une dclaration prc
disant les monopoles il.- 1'Btat, la
prohibition Je l'exporlatiou de l'o
piiiiu des l'olotiiet el ttipulinl que
je gouvernements devroul faire
loua leurs florls pour diminuer
la consommation de l'opium
L'allaire Ziuoviell cl le
nouveau ralnin-.t .int|laia
l.ONDKKS- l.afl.irr ZUovtaff,
mi-e de 10 depuis let lections,
e-i de nouvaaii sur lu lapis. M.
Chamberlain, secrtaire les affai-
res trangre*, a no inn une rom
uii.sioi. pour faire uiif enqu.1".' A
lapro luiue selui il sera surtout
.{.lestioii des alaires intrieures
telles que le coul dea vivres, des
logement, le chmage el let linan
eea Lue autre question k l'tude
eit c lia .1 uu no vean trait 1:0m
lueroal avec l'Allemagne qui, ou
l'otpere, sera conclu au commen
cernent de I anne proi haine
(raide batailles : les dpots
lireot les uns sur les autres
2 blesses
MkAICD Deux membre de la
chambre des dpute mexicains
ont t grivement blesss k coups
de rvoivera dans une bataiie qui
l'eat produite a la lin de diseus
lions 1 la i-n unli .- h 1 r smr.Le d
put Mor.ioea, ebel le plus cotnu
uu pi. ii du Iriviil, a 11; une
bi la dais loin .c tan li que lu
dput .Je /inn 1I1 a ete h
eui fuit la poil i ie Le Se 1
rai Sain h l ex g us. i:u ur .1 Pue
b a, aa.t .1 .11 n !- k \(oronea de
u N.nier let accusations pni.
eoinro 8ar. li t daoa un .li-oirs
di 1 anehi lermer. Le 1 pnl a r
p m lu q ie la diffrent pourr.ii
se levier 1111111 .1 lemenl. Les d
p i. s sont alls dan le cui ..1 ir
-.' de amis et on a milen lu
d a coup* de revolver La h icab .
tent ajourne imui le dputs aliani I. s uns dans le
eoU|Oir, les autres dans la rue. I.a
bataille deviut gnrale Du peoso
que 100 eonps o .1 t tirs avant
que l'ordre fut rtabli.
il" Nodvelltt Divises
HltUXhLLKS- M. Theunis 1er
mints.re.i djolar devant ta hta
bu: bei^e que la mei leure solii
lion du probi:.ne dea rparitioi
tait le p an l'awee.
VlN'NC- Le servies de che
mns de far a repris sua eours
Boreul dans touta l'Autriche. Le
eonteil uationtl se runi 1 mu li
prirmm t procdera l'lection
du nouveau cabinet.
Slij;i\H JLVI.I3 L'Xoadmie
taiiMt a attribj aujuirJ'hui le
prix V ibel le litrature a l'auteur
piii'iu. Wialiilaw. Cet crivain
a^ptruenl 4 I cole molern dea
pote polonais.
L0M0RM-. Let restas d'ua
g 4 Mlec 1 M animil prhislon j n,
aruOabl uoao plus gran I que le
di.iloli.i-,.m l doivert- Uns
le langioya.a *.fri pie ).
DORTtil SU Oins m. dit-
COUI -, la plut iin|'oi'i...ii .j 1
proaoae au ou. s t t pi
cauipague ectorale. le paru p,>
pu.aire allemand a fait l'loge du
Prsident Coe.lid|e.
i'tivtfa prochaine de I i.
niDieiii conlraociar
lr Dr labib Balolano
Il n..u . I 1 1. il,le d'unnoi
11. s le.-teui l.i pin 'li.iuie arrivl
il', l'eni iii-iiI 1 ..ulrei i.-r, It 1).-
Ilabih listel un, .pu -e | ropose p.: i
liant le sjotr qu il tara chai nom
de prononcer u.....ri. de conf
rentes lesquelles, ftaoi inlnrma
lions sont exal.-s, eonatitueroal
une v. .roi-ad' se. iale et
iiitellei-tuelli'.
Non aspro 1- .|iie I distingu
viail m trou\e t ea ootre milieu
un coin iu. le ) mpalb > i(gal ce
lui tlont il h t l'objet toal 1. -
lemment I L'abl il deas la R
liliquc D khi 111<- une.
Lea BiliUd du mauvaie
i.' n/ i|it'il a lait
Au c 'm celteaern tint uout
relations h ailaatlon tlplurablo
il lis I 1 pi Ile Iroiiv l'I la ville
des 11<*r.i.|' 1. pu suite du mauvait
temps de ci 1 ail d ira
De: Douvollet iiilorinations ve-
1.....1, muni les premires,
dp i^'ieni l'tal d'eJaroo i dans la
quel a vcu la population. Se. h
lut ni- dm snt, p.tr.iii.ii, \ 1 u r
leur g rfnjrier les uns au
ireebyl.....tooatrafi sur une mi-
nenee, les utr. s gagner let mors
ns environnants.
I. I [%la onl t importante
et d stockI atte/ consilrablea
.le dtverBM denres ont .-' ou d-
truit ou emports pr leacouraots
en furie..
iaib b to unui
La pliilautliopie amricaine iu
tonnait pas d'obstacles.
Dea artistes do l-baa ont entra
pris de tin.-!.umer les criminel*
en artistes ou artisans.
Il parait que l'iuipulaionTcrimi
nolle n'tait qu'uneInpultio cra
trie perveitic lu- pliilanlliropet
Miuri. m. Bon eut le diriger
iimpiil-i u rr.itiice de prison
nier vers de plus nobles buts.
l'remiei tucce, Un in- eaeiea
lcid.viste |Iuiie prison d'BUl
vient d'tre cliarg tl taire le por
trait du prsident Coolidge.
u. s. s. h;
Coninnissira de Foot-3aU
La .. .1 non .1.: niai- li aj tut tti
contraru'e par la pluie, M,murs
lei Ma abree de let i n al m de
l'ont IUI e( les Capilam I |oi-
ptsaM il pries la se runir demain
dimagli , h. 1,2 prcises du
matin Cia Varits, aux Boa d*
BsefetrUine points do raJendriec
de la saison lJt-i5.
Lo puhli-. est avi*. data
aprs-midi, i U. t :, ,| sera lou
un maleh'ri tntaressant entre deux
quipes de la "Jeunesss Sportive
llaitieiine".
Entre g.nnle ou NatioaM.
I.- produit du mitih *rt afi'ectt
aux am-Wioratio ts que acettlts le
terrain de loot-ball.
Accident d-iuttl
Ce nu h 1.1 ito portant lo nu-
mro \>i allant une vitesse ir-
rfuli. re beurtalun pilier tac
trique a l'angle des ru s 11 *(>ti-
blicain : el les t'roni Portai
\.i m ichine en se reavwaaiH
entrami une vendeusi publiq
du Dom da Witmioa |ui
fut rt'leve avec des contusions
la tle.
La Police iiitervdinu hl .|a
consUtations telle* lins utiles.
CaraeOiodaio
l.e 'inraI,:.lohn Hjssel et
M ne Kussell recevront eu leur
rsi Lu. as lsr e' .'e lundi de
chaju.' mois, coaiaaeacsr par
le lundi // Novemhre eourani
de 7 li, n, m.


* %



^
lc Mvnv
~
JUBOIL"
laxatif physiologiq te
le seul faisant la truz&'on fonctionnelle do J'intest.n
Cpongs et nsttole l'Intestin,
Evita l'Appendicite et l'Entente.
Supprime let Hmorrodes,
Empche l'excs d'embonpoint.
Rgularise l'harmonie des formes
Constipation
k Entrite
Vortifea
Hmorrodes
Dyspepsie
Migraine*
la>lu CfcalsUIQ. t r Vi.rn-
lassa fana, el !" F1*.
. N S'-e rri
r r a,a'i '
; r.r> .fee
I
partsM *r I II m i
3

*V <* Ia*ti;rn4.
le.il i

2^
* m auptrUI.
'a k i* if tjef.l
- * * U f
* a.lli,
I
c-e l hii ira Au '.) *r-
rfmpm&ii-cV.' t *.-.

r'.llWh. IMilMAsK #*. G
mr| rtr *.
* JiH((fMfirr>ii autant
nul im rnaU'i.-* ** irent.
c. tau tr" ;r. .
D* Biicirom,
> Il Pic HEMORROTOEi ~
lUBOLITOIRCS : nf>
pmilftre unil/Uinomji
Cri. "'..di.d t-
nnatnu
JUBOUTA* : fe*nm*
sic cortfr* U4 h-..'-,1 tritmtt
l mir fournit l'tfar igir, eiiU ligue minni qm mtrt Uni I* cempesitiin du JUIOL
EXTRAITS nUAULS
lu dactmr Van .sv icnf ici farrioqj atu
MM
ANTIANMIQUE
FORCE
SANT
EMBONPOINT
[f lfff///ff/r
RiCOHSTITUfir DU SAM
LES TABLISSEMENTS BYLA
R-, t Mm Tl M
,?4AGRES I
"tur teindre tout tleau* |
w.VJT, COTON, sou
Serge Tillant Consignatalre pour Hati
f ... ,t f** i
lT-0.IXHOOO.ltN*:
i' mwim .ara*
i*tS(SMM)lNMI
Des milliers
de litres de sant concentre
vont de Norvge au monde entier par voie de
l'Emulsion Scott. La prcieuse huile de Foie de
Morue, incorpore en forme digestive dane cetfe
emulsion, constitue une bndiction pour t
multitude ds gens qui ont ainsi obtenu leur
dans toutes les poques de la vie. C'est un
duit pour toute la famille, unique en ?
pour presque toute forme de dbilita.
L'EMULSION SCO'i
L'exprience de quatre gnration*, t1
milliers de mdecine est votre meilleur
Prenez-la voue mme, et donnez In
femme et vos enfants. Que la sar.'.i
vigueur reignent dans votre fo>erl
mmr Colon ton Steamship Coxioativ lac
.i uiutn t>mtt Ma.saot d aUU. M V
LA SOLIDARIT
Scsisie/ioSiAaDv. amielle
rtCBinue (Tutiliie publique
CONVOCATION
i ,i n.Lli e (.'u.ira annuelle
t'e la >diilaiil a t lixe au Di
manche /B Nov^Bibie courant, a
i luure de l'apte midi au local
Au lirai.d Orient, ras du .Magasin
de 1 Etat.
Ordre du Jour
I. Sanction du rai port de la
CommiBsiun tes du Traorier.
'-'. Elections des M au. Lu.- du
bureau al du conseil d'adm.uittra
IIOD.
:i..restions, d'inlil gn
rai.
i.i socitaires sont pri* de se
rounir en trs grund noml re
La, lil HLaL
AVIS Eug. Le 30SSE el Co
kTAI\IIAKA.
DIMANCHE
l'n l*il:u trange d'ivAN Mos-
JOUKINB
U .BrisUr ari.Bt
0 pai ne
Ce liliu Ml juu la perfec-
tion par I .nik>ko,.\Juiui ki.nu,
I KuLINB-
^Varits
DIMANCHE
3mt et4tuio epiiodea
KnlriaG. A.So u>w 2.00
^vik) au HkUMirtS
.le Kousslgue aie ie uuilc cD
gniial ijuo je vieu* u uuiii une
auc< ursaie a Petit Cuve uu la
pi'in uratiuii du iiiuu hiain .\lichel
5au h ijin a iiiou a ma .-'ni.nluic.
M Marc lu .v.w 11,1,1c i ;n i,
Michel A. .mil.ll
Aux Actionnaires de la
lanque Rationah d% la
Rpublique d'Haiti.
I.'\a.seinliloe b.-ni.ile annucle
dea Actionnaires de la Banque
Nationale de la Rpublique
(llluiti aura lieu au Sige sk>
cial, rott-au-Piince Haiti le
l Janvier 1020 dix heuies du
malin, aux tins de discuter ifl
rapport du Conseil d'adminis-
tration sur la 6'ituation de la
AJanque, sur le bilan et sur les
comptes, de les approuver s'il y
a lieu, de lixer el de dterminer
les distributions de dividente el
les atlactalionft aux rserves, de
procder l'lection des Ma.u-
brea du Conseil d'Adminialra-
lion, el de dcidar de loutas au-
tres questiona qui peuvent tre
prcaeijtas leur pprcialion.
C E.MlTt:ilEL.
traiwn del banquei>tuturia(c
de la Rpublique d'Hailt
m in n 11 lampasuaa
agences lie prsentations.,
Porl-uu* Prince
Agenis gnraux je :
lle)ker Jones Jewall Milling.A jQ
NtwYork
Farines ffungariap OU boula Rouge tc.
The Heine Ineuranee i orapany
AaW-V''/tJ
Assurance oontre l'incendls
Diamend Mateli Co
Aliun.titM u sais u. me <
tLYRTTl
Fosfer Wassermapi'
t.l LC
DiaiseH-losler
Wassermant
Evitant L AM.MflHbSEMKM
dans la
IKMt.N \ob. IN IKLI.K(. Il Kl,
Bn veme la Maison
0, WlR'MLIM a.' Co
312, Rue Ronn$-foi,;il:'.
" a Vis~
Echantillons gratuits i Muaient-
Isa Mdecina
^ soussign a l'honneur d'tu-
noncer au public et au comour e,
qu'a partir du (|uin/e de ce muis,
il m- tient a leur disposition, p>ur
loutaclmt de Kroaine etHazolin ,
( Marque Shell ).
Hua lioiiu.. l'oi No VU
hn lace du Mardi.'-.
ETZBR JAME.\I
U. S. Rubber Export Company
Pneus Hi)sl Coid aioulieri Itada.
Chas F MsUlage.d: Son
Poissons salta eu tous genru
ManufaeUrers Lifo Ins'oe Cy
AKruraaet sur la via.
A Cullhou Frre rtio
\ tas v i.lmnyBgiie Hoideaun
|f 11. HsyiMMU
Lv^enhaguc
Beurre Danois, innnage at m.^iv. > alimentaire s.
W. S. Maths*s & >on
l'abai-f iauiira et iu.im.
in Nationale
Le Steamer larlinique ayant laine Hew-York le 8
lovembre couraal, pour baii-Haineu et Uonuivcs tst
attendu i purt-au-l'rince le 15. -
Il repartira le mme |oiir pour Kinijstou Ja. al les
porls de la Colombie via i'ettl-lioavan, Cayas pre-
nant Irt et passagers. M
Horl-au-t'rince. leaI2 Hovembre 1924^
Gbara & 0., (pats,
sWB^aiismBasn^*m~^m**^~-~^-~~~~~^~~--S*r+S9mm~~k\^^k*\mMl
LAIT CONDENS
LAIT EVAPORE
PRODUITS DU
CANADA
1 ..t onral.m.nt r,.," "u Hl0aM prodU,
)e meilleur I,ait Condens1'- ,. .
lesprlxsontde 1/0& 2 ,0 DoMtrajM dissous ds
(Te^an-7roTRFTT\"l"Ml"V> c p.
W. Quinlio Williams,
Port-au-Prlnse
Distributeur.
Saaa Ri\al
einretles Cbanteeler
Envois da denres!
Surmenage, AnmieCrbrae. Enervement
ipuisement, Ides Noires. Insomnies
Uraude Liquidatiuu
chez Faul K AlXiLi
j
lliiiiaiitili.
contre
__ la
'constipation
prenez les
COMPRIMES
SUISSES
d8 DELORT. Pharmacien,
<|B Ru aal"-AnMlB
PABIS
C'EST LE MEILLEUR
C DES PURGATIFS
PO?.:. ..%, ALaaMT^i
f .T ..Tinta Pharmact* **-"* m
i
Que la^maiaon kawas Jlerman>*
est celle qui pusale les meilleure*
niaicliaiiUoas de la place, et vaa-
dimi le meneur march.
I ne vitile et voua en serez co:
vaiucua.
De itouvellea manhandisea sont
i te ne pai ihaqua bftleau.
tKawas Hurreaios
. I 0^9091 Rue Traverstre
Astbme
SoulifCmnl st Ousrlton CCntf
|airiicinilTTBS.iurtlion bd^lV
b Ml . m mm a rismaa a SM *
I U-ltr 't nimlart i ti nr dm >.|iitta.
alin do laiit- dejajilace pour les raarebandise nou
velles, nous vendons une partierde noua stock avet
une ijiaiitle icdutuun da pin.,, H
Prierai tous de nun> Maiter avant d'aller'aillt-ui>
il y en ajiour chacun et pour chaque got, chez
Paul E. AttJLilu, t or l-au-r rince
oluiubia lietoi ds
^Viennent^d'arriver par le dernier steamar un grand
assortiment de Disques numcauxtui que : lox-Tioi,
Qne-Ait-p. Hnnguaa, faix- et des morceaux cLa*
quas de toute bt-autc. u stock Lrapl.u|ihout?, :
Iiimliia'-, diverses diuieiisioiit*, dernier modela.
Ka vente chez : v
L PRiETZMANH'GGERHOLIVi
1 .111 ij ili
Neurasthnie
Di'coung.m-nl profond, trlSMSM incursbk, Itltitu
moindre i
rttstl. ma
!6m<5 Je .-.
WBSSS. D ' en ipi
ib'ci loques hunaini
Le^ neursitlieniqi. '
SSS n'f-l r*5 m0 ulinieiu sB
ii.e n.t\LUi ia Licnlaiamc nergie TilaiS qu< :
LLIXIR ZIDAL
neur nerveui q..: dcuple <' qa i leur force milieu-
i de mtlaJet tt de meJ> i i
11 tr SO
-
., PAKIS.

n h u m Barbanconrl
110, Hue dtsisars
Tlphone N* 430


MI5SING ISSUL5


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM