<%BANNER%>







PAGE 1

1 LE MATIN i !j( p :oWreTEI N DEL Y S donne un teint d? lys raff lrH. mu povr ntmi IKV. •<( MM*. I ?*• • • La confiance de plusieurs milliers de personnes e&t ce qui aide rendre L'EMULSION SCOTT le tonique nutritif le plus populaire au monde. L Etnulsion Scott produit de la force. U\ 3. KM ii? I PARIS • Serge Taillant Consignatefre pour Hati llom Une Le steamer "Claus Horn" ventnl de Hambourg via Puerto Plata est attendu.Porl au Prime lundilma tin. Il continuera le mme jour pour Kingston.Sio \)< mingo.San l'edro, de Macoris, Cursio et l'Europe, prenant fit et passagers. Ololson U CkS, & Cie ALUM1NUM LINE Bew-Brleansfi South American Stsairiip Co hc Prochains dlpaits directe pour lort-au.Prinee,HaUi. \£t $. S *Uu ita faudra f(Uv ruai* P C *8 coaiaat diwcUriuat poux *E biccour.ni pour Ions las porU d'Haili.. Ce, t3 Cetrie, i#U A. c r e Matteis & C Sl-TI-M % %  J?La soire en',1 honneur ^.du Fondateur de l'Indpendance l U.S.S. H. LE ROI DES ROUTES •^L soire Ihlralr qui rut liu bar aoir fut un trioœph pour les membrei de la Renaissance. La vaste salle de l'arisianV • lait comble. A la grande pr rie d'entre on s'arrachait les caries et h un moment donn les orgini S'trurs e virent loi ci r de ne plus en vendre. La belle pice de Me I VtrM fu' trs applaudie et U ragi Ir le posie de HtMlUoD Ce'eoij l, l i< 1 istion' fut dite par M Honort hvec toute son Ame. et coule dans un silence religieux. Commission de l'oot-liall Dimanche aprs-midi,a il h. I|2 prcisep,*eia jou le match nnnou ce entre la .1. S IIet une quipe coalise. Nous donnons ci-aprs la composition de l'quipe coalise : Dut : Lavonise, Arrires: Jassagool, Augustin Demis : Maximilien, Ch pps, Si Cvr. Avants : Archer (cp* J llalaby. Mil'on, Villard, Pib \ m*. Kfmplacants : Aude I 01 Vit. HMUMi, ALCOOLS, le OEROY FILS AINl IMIIV. "' • ;l, rut lu Mtltrt. t .-m • OUIOE PKATIOUE %  ul .mii MUI osTU cssimas M. HIANUTI. . rtVnan .I PHCMS %  Tlf ILLUSIM lt.tM %  'Demain.au Parc Lcinle, aura lieu la fle sportive annonce depuis quelque temps la Colombie prenant Irt et passagers. Port au France, le 14 Octobre 1924 : .._.___rutt au i nucr, ic i uciumc ir Eua. Le 30SSE ei Co i ibara S C. tg ents, Paristana %  ^ %. Dimanche Deuxime et utruiie reprsentalion du chut d ouvre cmratilo graphique La FnUd'Odstti Marchal Jou par Eutr* : G 2.oo EmmyLynn. l'uulot, Joub, Tt cn'ur et Dubi,(|. Ualaun : '.ou Loge : 4.oo Varits DIMANCHE Su/iiine 5 pa La duchesse des Folies Bergres LutrtclOO Lo9; a.00. Mouvement des navires Le s s Nii Uerie qui a lait tous les ports du Nord est attendu ici cet aprs midi. Le courrier du Nord, i l'exception de celui de St Marc -t bord de ce bateau, et ne pourra lire rpondu que Mardi. Pnnsdei Nederlanden sera ici la il du courant, en routa pour Ntw York directement. Le Uaracoa sera ici cet aprs midi. Li s/s Gergas eat attendu iei le 20 ou le 21. Tennis Club Les membres du Tennis Club sont aviss que l'apre-midi sportive eu i iiunw ur des membres du f'ercle de Mariau et leurs familles est lenvoye une date uilrieure. LE COMITE Port au Pjince, le 18 Octobre 1924 Atjnice* — Reprsentations. Port-au-Prince A l tits gnraux de : llecker Jones Jewell Milling Co New York Farines llungar'an 0 0 — Boule Rouge elc. The Home Inauirance Company NturVon Aeettr enoe •• %  tre l'Incendi e I i lamond Metoh Co A llumettes Safe Home l '. S. ltubber Export Company Pneus Royal Cor Souliers He ds. Chae F. Mettleye A bon ( roiss oas sals en tous genres Manulaoturers Lifo Fne'oe Cy Ass urance sur la Tie. A Gullheu Frra Min Vln a Champagne Bordeaux Pb. Hcymnu Copenhague Beurre Danois. Tromsge et ronservs ali maataires. W. S Mathewa & -on lab^cijauLts tt noiis. Bbum Nectar J Ch. [\. Gaeljens 1140, Rue du Magasin de l'Etat 117, Rue BODIV Foi. 820, Rue Courte. TEUPHONE: 347 Aux grands Magasins De fournitures Gnrales pour la iCardonnerie. JOANNY CORDASCO No 31tf Rua des Fronte-Forta,(Thomae Maiilou; \ 0 310 Port-au-Princn, Hati lien de plus chic pour lec trennes qu'une maine coudre "feata". ; J chine Soupless Qualit La National a tais Rival CijtsreM'g Chantrrler Envois de denres Elgance n BapidM ^yySHHgH Solidit i tris bon ni reli A trs bon march, itrsbo.i march TloS lU T6U>3 12.000 Beuilks de Tle Apoll f,



PAGE 1

•MOTEUR PROPAil£T41RE MFRIMECR Clment Magloire Boi? roua 1358 Ru. Amricain. NUMERO 20 G BNT,MES FILE copr Cclumbus Mmorial LsVaiy Quotidien TELEPHONE No Wl Lj ronilHonA qui rgissant la vif i l'exislen e oiiue o ll dcouvertes dj civilisation trans orment tout dans l'univers, il n'est pas possible de maintenir son existence en se cramponnant i une mentalit vtust. Mustapha Reniai Fcha 18m ANNEE N 5340 P0**AU-KUNC1 (HAJTI ) SAMEDI 18 OCTOBRE 1924 HYGIENE SOCIALE Il laut rglementer la prostitution H [Voir Le t Matin iltt li 'HoOre. Il lemble que la rcg ementation de la prostiiutiou, pour cire ai dlicate manier cache des secrets inavouablesCar, il n'y a pas de plus grosse poutre dans notre œil que le dvergondage, la nudit qui sV talent dans les rues, au grand jour, l'ourlant, ds qu'on s'attaque au mal, des passions multipl s se dress nt pour s'opposer au redressement de cette calamit qu'est la prostitution et dont le Ministre C. Clemenceau a pu dire, en |B0 j: i Mlas, je viens me heurter maintenant la pire dcheanc hum.me, au plus abominable reste lu serviage bestial IVItroyable probe.ne devant I quel ha tlio iueus soda istes reculant eux-m n s pjuvan tes, JB veux pnrkr de la prostitution. Elle ne cesse pas cependant, cette question, de proccuper ardemment les Socits mdicales, Siiiitair. s, les Gouvernements. tout rcemment, en France, le pr Uranjux, parlant devant la Socit de Mdecine, rappelle le vœu mis par le Congrs d'Hygine interalli, de Pa-i-, t qu'un enseignement soit organis dans les tablissements dj garons, et que cet enseigne ment sera tabli dans chaque tablissement aprs consultation des parents, en vue de prserver les gironj contre les dangeis des maladies transmisaiblea de la prostitution En 1.22, au Journal c Les Nouvelles je terminais par ces lignes un article ayant pour ti • tre < La Nation est malade . La Service National d'Ilyf ine o le Dparlement de Intrieur entendrai il le cri d'aharme : La Nation est malade Nos coliers, 12 ans, sonl porteurs de maladies malfaisansants, le jeune poux attend yainement la venue du premier bb qui rjouira la lainill-. La nation est raalad*. Transformons nos bureaux en vastes hpitaux et taisons œuvre de chirurgiens Le remde, il n'est pas un. A m. ladiesdiveiSTM, remdes divers, t'n seul remde lie peut gurir toutes les malaJiea l'un ct, c'est le caractre qu'il faut tormer, les (acuit* morales de l'individu qu'il l lut dvelopper, alin qu'il voie la laideur du m .1 et I lierreur du vice. C'est par l'Ecole, c'est l'Ecole que ce ira /ail se fera. A ce compte, le Petit Sminaire, le St Louis de (lonzague, les Ecoles Congr^anistes en gnral.et certainement quelques coles diriges par les Hatiens o l'on accorde une attention toute particulire l'ducation, ne mriteront jamai< assez la sollicitufe des Gouvernements soucieux Ju devenir national. t De l'autre cot ie remil*. c'est le certificat du m lecin L'examen du sany, l'examen complet de l'hommn at de la femme qui se destinent au mariage, voil ce que les pres et mn s devraient exiger, voil ce que l'Etat devrait exiger! parce qu'il a sous sa respo habilit la conservation de la famille hatienne, l'augmentation de la population, le dvelopp m nt de la pers 'nue physique et mora'e; parce qu'il doit savoir qu'un homme sans caractre, sans nergie est un organe nuisible dans un milieu sain, et parce^ qu enliu une nation faible e peut tre bien dfendue que par des hommes forts. La question de la Sant pu bhque, intressant la collectivit nationale, comme le Jit le Dr Lon H rnsrd. est essentiellement allaire d'Etat. Il devient donc, dans ce ras, indispensable aux Pouvoirs Publics de trouver dans la june."83 la base d'une formation saine dont le ioveloppement assurera l'intftile vitale du peuple. Aussi, ne sommes nous p is tonns de lire cette pense du Dr Thomas lannwski. f Le trait de Versailles et l'Hygine Publique ). c la pierre angulain de la rich sse d'un paya moins la fortuue matrielle que le bien-tre phyique at moral de l'homme. C st, enfin, la Soci de M decine Publique et de Gnie sanitaire qui met le vœu qu'aucun d s moyens propre* assurer la protection uidiv. duel e m saurait tre nglig,' tous es moyens c n< ou a l un but unique : la prservation de la race, la protection de la lumille <>t de la Socit; qu'il im po te de mettre, ds 'colo, les adolescents en'garde contre le danger ( des mal -dies transmissibles de la prostitution ), et de leur rappeler mme que c'est un devoir moral de pratiquer la meilleure des abstentions. D ED. DEPESTR UD point d'Histoire claircir Port-au-Prince, le lu 0;t. 192'!. Acv MtMnnEs nt; LA SOCIT D I IlsTOlliE Bf DE GtoQRAMia D'HATI ED ville. Messieurs, Je ne sais plus quel auteur a crit: Le bruit ne fait pas rie In ii. le hin n^ hit pas du bruit. Cette pense co-nb n juste et vraie, m'est revenue ia mmoire, propos de la eont station qui s'est leve ces jours d joi rs autour de la dite. i v del naissance de Jean Jacques Dessalines. Les Membres de la Renaissance don; le souci ds cho *- patriotiques est incontestable, ont eu l'heureuse ide cette 'inne de commmorer la nais aauce de Celui qui lit l'Indpendance hatienne, et la comtn moration avait t projet* 4 : po ir la'2-1 S-ptembre, date connue pir ton?, jusq ie her eocor*, F O ir C'ill; a li i ue.ie oa put sur bab'tation Cormiers > J, | IJessahnes Toutes les mesures avaiot t prises ipgur donuar tout l'clat voulu cette manifestation ; la publicit la plus large avait t accorde cttie ide, propos de laquelle aucune discussion ne s'tait engage. Sins le moindre incident la crmonie eut lieu. Bien peu de monde y assistait Le prsiden de la Rpublique, entour des Secrtaires d'Etat, de sa Maison Mi itaire y participait et d'un geste digne de reteni-, il dposa un bouquet aux pieds de la statue de l essalinesUn si noble hommage, qui eut d tre apprci sa sigmlication, n'eut point la vertu de plaide tous. Bien plus, le len letosin de 1 1 %  anitf station, une lettri de Me. Ju''s R >semonJ repoussait la date lu 20 Septembre et propos lit ce 'e lu 2 Fvrier ( et ce ap i 1 pice qu'il dtient ; ^rivat il. C j fut l'occasion d'ui beau vacarme. Mr l'an ux Paul combalUn! 1' piiiiou de Me R seraand, le pri i d-t com uuniqiier les pice* qu d prtendait avoir. M' R )setnonil indignS r pondit que ces pices cons'i tuaient sa proprit. Fo-ce n nia eu donc faite .le croire M -, R >• samond sur parole. Mais !a si>n pie dclan io i • \le. Ros mond suflit el t* oour :o isaxer U date du 2 Fvrier commi celle de la naissance de J J. Ltessslinas? Non, croyons lous.cira [> ter la chose ainsi, ne serait-ce paa exposer notre histoire lia bouleversement complet ? Su ose/ qu'il plaise un autre de contester de m in, la due 1 • a mort de l'Ki.p^eu'-, un troi si.no, celle de la proclamait 11 dil'lulipiiiliuca, sois un p- tex e smiblable a coh;i none'; pjr M : Jules linen >nd et ain aide suite l'on vjitjuaqi cela peut noua conduire, Que deviendrait alors notrj histoire ? De la lunire, nous demm dons un pau de lu nire sur ^e poire, cala ost ncessaire pour clai -r in n-, mme lu p-uple A qui nous a lresser, sinon vous qui p'euv I 1 1 ihe le d gager les vents historiqu '* du Fatras le U lganl', vous qui tei appels instruire la jeu nease sar les faits qui lui s)ut inconnus et incomp-ii, la ra mener la raison en clturant preuve l'appui, les pieuses discussions qui surgiss*nt propos des faits historiques de notre vie nationale. Dans l'espoir que vous ne nous dire/ pas comme l'autre, que vos pices vous sont personnelles, je me souscris, Messieurs, votre dvou admirateur. P. D. PLAISIR, LicHnt 4 tu Droit, Le (jala cinmatomapliique i Parisiana La Faute d'Odette Marchal C'est demain toiraue, rpondant a la demniide gnrale, l'.insiaiu % %  redoLne la film sensationnel qui n pour nom "La Faute d'Odette Marchal '. Kn as-i^lant nux mafnilique tableaux de ce fi.m splendide, on a l'impression d'avoir li coaaaia sauce avec les meilleurs acteurs de France. SHdlor GioviLoZZu Doreur, Aryenleur .No. 21)34, prs de la Gare duNoril, Giand'hue. A propos ie rVouvelles LTtrangres j dsoccupation Depuis quelques jours le bruit courant avec persistance qu'il avait t arrt q ie l'Occupation arp#pondaat Las • x I ; l'tttibialta mon" lent sais ci si M mentant d'i. noolerla p'aiae. Malgr les e r forla di Sirvice des Trivaux pu b'in, il n'et pis poanble de Ira versjr la route natioiale, aprs nu' t >rto pluie, dans certains en•!r .ils .levjuus impraticables, — On a t oblige le flira l'acquisition d'iti ite< le? vieills* ruinie olonialrtsde la rgion pour e npierrer I l'ndrires creuse par l'inoo dation de cas jour* derniers. Ce •cra U seule fai.on d'arrter les mfii'g du fleuve. II est regretter que n> ne aprs ces rpartions le trafic entre Si M irfl et Petite lliviird de l'Artibo nite sera m t'ais, si du C irrefou "S-gur" l'entre du bourg de srieuses r pirations ne sonl pas faites. iJeji, c'est ave* mille peines que le iraj^l se fait. Kt sans lner gique in'tiative du Lieutenant ftrown. Sous District Conamander de la Petite H vire, actuellement acting capitaine du District de St. Marc, c ttte Commint israit eon f ltement isole de St Marc, par a route a itomobilisable. Le Omis il Communal apprciant too dvouement et son acti vite, ne lui a pas marchand le plus Nrge concours pour arriver la complte rfection de la routa. Mais malheureusement l'insuffi sance des recettes communales de la Petite Kivire, ne lui permet pas de faire faceaui dpenses que ncessitent d'aussi importants IraVllll. Il n'y a pas de doute que. si la Direction tnrale des Travaux publia s'inlres-e au travail entre pris par le Lieutenant llrown il aura fit ouvre qui vai'le. Et nous attirons son attention dans ce aena pour que tout le mal qu'il se donne actuellement pour enrayer les dgts de l'Anibonite ne soit pas rendu vain par l'interruption des communications entre At Mar et Petite Kivire, son principal d bnuch. De l'avis d<; tous ceux ajui on' 'e sentiment de justice, c'est grce l'esprit d ordre et d initiative de cet Oflicier de la Gendarmerie dont la main s'est rudement appe sentie sur les ennemis de l'ordre S ue la Ville de St Marc doit le splen ide a pft 'le ses n et spacieuse* t pro > "t , des belle avenue de Pivert et de l'Avenue Uessaline • et du March • Dartigu^nave •>. ijue ne peut il donc pas raliser '•us un centre moins grand, s'il trouve \<" 'Ohcours nce-saire'.' OA 'li-e qu'il a eu lerrilier les >o.eiirs et l'* brigands de tout-s sortes dans cette rgion, il i i rpandre Msis il est juste le dite au-si qu il ssl un ad mioistraleur dont la Gendaroierie peut s'epofgtreilllr. Par able Pour la ronjamsation iln commerce extrieu crusse PAKIS—a Le Journal s dit que Il r immission du snateur Mon/ie prconiserait un vaste systme de rgie internationale pour la Russie qui lorgaMiserait son commer ce extrieur et assurerait la liqui dation progressive du passif. ke capital amricain est bien dispos i l'oar de l'Europe PARIS— La conlrence qui au ra lieu samedi entre M Morgan, directeur de la banque amricaine, M. Ilerridt et M. Clmeotol, inisislia dea linaiii H propos do 'emprunt, serait favorable i la France I* succs des trois rcents emprunts des chemins de fer frau ais et de emprunt de 900 millions l'Allem tgue, d aprs le pr > jet Dawes, est roasidr comme une indication que le capital amricain c-l bien dispos i l'iard de l'Europe et m'ont a l'garu de la France. Le g uvernemeut fran cais a des intrt* annuels et des fonds u'.im<>rti>>em< nt 4 payer S l'Allemagne d'environ 48 millions qui sont payes par les remises en voyes de la France et un des buts du nouvel emprunt est d'allger le budget franais de ses intrts jus qu'a ce que comtaenrent les emprunts allemands. Pour la conversation dei ateliers Zeppelin UKKLIN— Le succs du voyage Zlt I a donn un nouveau regain la campagne en faveur de la revi sion des • lauses du trait de Versailles concernant la dmobilisa lien des ateliers el hangars Zeppe lin de Friedrichshalen. Uncomit du congrs des sommaisanls at industriels aile mands a adopt une rsolution ex p imant le voeu que ces ateliers os seisnl pas dmolis et continuent de travailler afin de contribuer a l'unification pacifique des nations et l'oeuvre de prospiit uoiver telle. Les nationalistes ont d pos une interpellation au Fleicnstag de mandant au gouvernement ce qu'il a l'intention de Une pour conser var lea atelier* X-ppelic. Autour du traitement mi niimim tics employs du l'Etat PAIll i— V. Il'rriot a trouv un moyen de satisfaire la demande de empl >ys de l'Klal pour'qu'on leur accorde un traitement mi nimum de 0000 frams. Il est arri v ce rsultat aprs une coule reuc* a laquelle ont a*.it<< M M. Cmeutel, m ; ni tre destinai le ptsil nt de la < omraission des fi an ces de la chambre et le rap poleur dea c ommisidoos du li'cl S et du sui l el de la chambre et 'autres personnes intresses. Apri-s avoir tudi attentivement 'a question, on e trouv le moyen d'adopter une chelle de traite ment a luit de SOOfl A 4//OO frs l'an -ans dpasser la limite des crdits nscrits au b idg t dans ce but. D'aprs ce projet les indemnils provisoires pour cheit de vie se raient comprises dans les traite meots. Les traitements des fon liminaires logs gratuitement -11b raient une rduction ptoportion nelle. !<>(W employs eraient sup prims. Le prsiden' 1 conseil re cevra les reprsent ut des fonc tionnaires et leur ex li iira la r forme en dtail. Piantillea rotalea HOMF.— Les i lurnaux eoulirment les nauteellles du priuce hri lier llumb rt d Italie et de la prin cesse Marie Jos, lille >lss souve rains belges. Les lianailles du ( irioce hritier de Belgique et de a princesse Msfelds seront fl c'.elieornt tooo^ces, croit on, le l ou le II .Novembre, anoiveraair! de la naissance du roi d'Italie. Cque scia le crdit pobr l'agent gnroJ do pnenient dos n'-paralioiis l'AHI.s— i.mand M. PerkerGil bert ira occuper le poste d'agent gnral permanent pour le paie ment des rparations Heilin le 30 Octobre, il aura sou crdit pour taire lace aux paiements des rpa niions l'quivalent de olO.iKXJ.oUu de marks or moins 1 ertaines peti es sommes qui ont di ji t payes |ar des livraisons en nature. Cette munie se compose de 1 1 0 mil lions de marks 01 perl par le gou vernrmeut a' 1. mand' de ses rve MIS et d'un crdit de NO milliens de marks or la Relehsbeok qui tout partie de la nouvelle mission de billets bass sur l'emprunt Dawes.La nouvelle banque d'mis sion d suoiera au-.. ,|,rJO million! de marks or dos rserves de la Rakhabsoli et de tout! rai?6iou der nies maiks qui sera retire. dans l'e.-|iaee de ans Le total du papier monuuie d'Allemagne qui el eouvnil par l'or ju-qu'a concur rence de 0|o se montera envi rnn :! milliards MO millions d marks a l'exclusion des restes marks. Nouvelle H diverse LONIIIŒS— D'aprs le corre* pondant du Daily Chrnnicle Ujeddah, !e roi Ali aurait dit que la paix sera impossible tant que la tribu des Waihubites demeurera a, lledjad. J'ai voulu viter un eon Mil sanglant et c'est pourquoi j'ai retir mes tore.s Mecque, ait il, et je dfendrai hjaddah '. HONGKONG La k eorpa de v* lontaiies des commeVauts a t battu par l'arme rouge aprs des combats des rues qui ont dur lu JOUIS Canton I n grand incondie • t allum par les combatiunts. Il ya7.0UO.OOO de dgts et un grand nombre de personnes ont t tues ou ble-ses. MADRIDPrimo da Hiver a t nemm Haut contai -^lire en remplacement du dnral Lui/ Ai/pure.Il n'abandonnera pas pour rela son poste de premier miris tre. PARIS— D ans un discours pro nonce A un dner oflerl en son honneur l'ASBeriru club, le Ce nial l'Iutan-o Call. %  • -, prSsideal lu du Mexique, a appuv sur la cordialit des relations qui exis lent entre son psyi .1 |,., EtatI nis. tu grand nombre de mera bres de la 1 %  look ami rit .iine taient venus souhaiter h bienve nue au Goral qui lu. ni om pagnes de loin tiooaaireBniMieaiu et de la colonie meiicaim CHII M,uLe comitibpcUl du snat qui s'occupe des dpenses pour la campagne lectorale, se livre une enqute pour dler miner etactenient les 1 nni • re cueillies --t distlibuM pal les ;i principaux partirpublicains, d mocrates et iadpendaala.Locoasi t pr.i l par le snateur de Ho rah, lpublicain, a exig les rap ports financiers dtaills. pMM C'est au milieu d'un public nombreux qu'eut lieu la repri sentaiion d'hier soir. Tous les Baairos ont M viv ment appiau us et qui Iquetuns d'entre cru • rm rvillrent tant raaaistani %  ,-. il lurent re(lemaii I. me. CE SOIR Un programoM loutnouv tu sera ollei 1 DEMAIN On verra le direcieur du Cirque M. SAENZ o^rautilans la ca^'e au


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06286
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, October 18, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06286

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
MOTEUR PROPAilT41RE
MFRIMECR
Clment Magloire
Boi? roua
1358 Ru. Amricain.
NUMERO 20GBNT,MES
FILE copr
Cclumbus Mmorial LsVaiy

Quotidien
TELEPHONE No Wl
Lj ronilHonA qui rgissant
la vif i l'exislen e lions Jsiiliisst'nl "ncessaire-
ment avec le temps des moili*
lications.A une |>oiiue o ll
dcouvertes dj civilisation
trans orment tout dans l'uni-
vers, il n'est pas possible de
maintenir son existence en se
cramponnant i une mentalit
vtust. Mustapha Reniai Fcha
18m ANNEE N 5340
P0**AU-KUNC1 (HAJTI )
SAMEDI 18 OCTOBRE 1924 '
HYGIENE SOCIALE
Il laut rglementer la prostitution
h
[Voir Le t Matin iltt li 'HoOre.

Il lemble que la rcg ementa-
tion de la prostiiutiou, pour cire
ai dlicate manier cache des
secrets inavouables- Car, il n'y a
pas de plus grosse poutre dans
notre il que le dvergondage,
la nudit qui sV talent dans les
rues, au grand jour, l'ourlant,
ds qu'on s'attaque au mal, des
passions multipl s se dress nt
pour s'opposer au redressement
de cette calamit qu'est la pros-
titution et dont le Ministre C.
Clemenceau a pu dire, en |B0 j:
i Mlas, je viens me heurter
maintenant la pire dcheanc
hum.me, au plus abominable
reste lu serviage bestial IVI-
troyable probe.ne devant I -
quel ha tlio iueus soda istes
reculant eux-m n s pjuvan
tes, jb veux pnrkr de la prosti-
tution.
Elle ne cesse pas cependant,
cette question, de proccuper
ardemment les Socits mdi-
cales, Siiiitair. s, les Gouverne-
ments.
tout rcemment, en France,
le pr Uranjux, parlant devant
la Socit de Mdecine, rappelle
le vu mis par le Congrs
d'Hygine interalli, de Pa-i-,
t qu'un enseignement soit orga-
nis dans les tablissements dj
garons, et que cet enseigne
ment sera tabli dans chaque
tablissement aprs consulta-
tion des parents, en vue de pr-
server les gironj contre les
dangeis des maladies transmis-
aiblea de la prostitution
En 1.22, au Journal c Les
Nouvelles je terminais par ces
lignes un article ayant pour ti
tre < La Nation est malade .
La Service National d'Ily-
fine o le Dparlement de
Intrieur entendrai il le cri
d'aharme : La Nation est mala-
de Nos coliers, 12 ans, sonl
porteurs de maladies malfaisan-
sants, le jeune poux attend
yainement la venue du premier
bb qui rjouira la lainill-. La
nation est raalad*. Transfor-
mons nos bureaux en vastes
hpitaux et taisons uvre de
chirurgiens Le remde, il
n'est pas un. A m. ladiesdivei-
stm, remdes divers, t'n seul
remde lie peut gurir toutes les
malaJiea l'un ct, c'est le ca-
ractre qu'il faut tormer, les
(acuit* morales de l'individu
qu'il l lut dvelopper, alin qu'il
voie la laideur du m .1 et I lier-
reur du vice. C'est par l'Ecole,
c'est l'Ecole que ce ira /ail se
fera. A ce compte, le Petit S-

minaire, le St Louis de (lonza-
gue, les Ecoles Congr^anistes
en gnral.et certainement quel-
ques coles diriges par les
Hatiens o l'on accorde une
attention toute particulire l'-
ducation, ne mriteront jamai<
assez la sollicitufe des Gouver-
nements soucieux Ju devenir
national.
t De l'autre cot ie remil*.
c'est le certificat du m lecin
L'examen du sany, l'examen
complet de l'hommn at de la
femme qui se destinent au ma-
riage, voil ce que les pres et
mn s devraient exiger, voil ce
que l'Etat devrait exiger! parce
qu'il a sous sa respo habilit la
conservation de la famille ha-
tienne, l'augmentation de la po-
pulation, le dvelopp m nt de
la pers 'nue physique et mora'e;
parce qu'il doit savoir qu'un
homme sans caractre, sans
nergie est un organe nuisible
dans un milieu sain, et parce^
qu enliu une nation faible e
peut tre bien dfendue que par
des hommes forts.
La question de la Sant pu
bhque, intressant la collectivit
nationale, comme le Jit le Dr
Lon H rnsrd. est essentielle-
ment allaire d'Etat.
Il devient donc, dans ce ras,
indispensable aux Pouvoirs Pu-
blics de trouver dans la ju-
ne."83 la base d'une formation
saine dont le ioveloppement as-
surera l'intftile vitale du peu-
ple.
Aussi, ne sommes nous p is
tonns de lire cette pense du
Dr Thomas lannwski. f Le trai-
t de Versailles et l'Hygine Pu-
blique ). c la pierre angulain
de la rich sse d'un paya l'existence d'une nation est
> moins la fortuue matrielle
que le bien-tre phyique at
moral de l'homme.
C st, enfin, la Soci de M -
decine Publique et de Gnie sa-
nitaire qui met le vu qu'-
aucun d s moyens propre*
assurer la protection uidiv.
duel e m saurait tre nglig,'
tous es moyens c n< ou a l
un but unique : la prservation
de la race, la protection de la
lumille <>t de la Socit; qu'il im
po te de mettre, ds 'colo, les
adolescents en'garde contre le
danger ( des mal -dies transmis-
sibles de la prostitution ), et de
leur rappeler mme que c'est
un devoir moral de pratiquer
la meilleure des abstentions.
D Ed. DEPESTR
Ud point d'Histoire claircir
Port-au-Prince, le lu 0;t. 192'!.
Acv MtMnnEs nt; la Socit
D I IlsTOlliE Bf DE GtoQRAMia
d'Hati
Ed ville.
Messieurs,
Je ne sais plus quel auteur a
crit: Le bruit ne fait pas rie
In ii. le hin n^ hit pas du
bruit. Cette pense co-nb n
juste et vraie, m'est revenue
ia mmoire, propos de la eon-
t station qui s'est leve ces
jours d joi rs autour de la dite.
i v
del naissance de Jean Jacques
Dessalines.
Les Membres de la Renais-
sance don; le souci ds cho
*- patriotiques est incontesta-
ble, ont eu l'heureuse ide cette
'inne de commmorer la nais
aauce de Celui qui lit l'Indpen-
dance hatienne, et la comtn -
moration avait t projet*4 : po ir
la'2-1 S-ptembre, date connue
pir ton?, jusq ie her eocor*,
FO ir C'ill; a li i ue.ie oa put sur
bab'tation Cormiers > J, |
IJessahnes Toutes les mesures
avaiot t prises ipgur donuar

tout l'clat voulu cette mani-
festation ; la publicit la plus
large avait t accorde cttie
ide, propos de laquelle au-
cune discussion ne s'tait enga-
ge.
Sins le moindre incident la
crmonie eut lieu. Bien peu de
monde y assistait Le prsiden
de la Rpublique, entour des
Secrtaires d'Etat, de sa Maison
Mi itaire y participait et d'un
geste digne de reteni-, il dpo-
sa un bouquet aux pieds de la
statue de l'essalines-
Un si noble hommage, qui
eut d tre apprci sa sigm-
lication, n'eut point la vertu de
plaide tous.
Bien plus, le len letosin de 11
anitfstation, une lettri de Me.
Ju''s R >semonJ repoussait la
date lu 20 Septembre et pro-
pos lit ce 'e lu 2 Fvrier ( et ce
ap i 1 pice qu'il dtient ; ^ri-
vat il.
Cj. fut l'occasion d'ui beau
vacarme.
Mr l'an ux Paul combalUn!
1' piiiiou de Me R seraand, le
pri i d-t com uuniqiier les pice*
qu d prtendait avoir.
M' R )setnonil indignS r
pondit que ces pices cons'i
tuaient sa proprit. Fo-ce n nia
eu donc faite .le croire M -, R >
samond sur parole. Mais !a si>n
pie dclan io i \le. Ros
mond suflit elt* oour :o isaxer
U date du 2 Fvrier commi
celle de la naissance de J J.
Ltessslinas?
Non, croyons lous.cira [>
ter la chose ainsi, ne serait-ce
paa exposer notre histoire lia
bouleversement complet ? Su
ose/ qu'il plaise un autre de
contester de m in, la due 1 a
mort de l'Ki.p^eu'-, un troi
si.no, celle de la proclamait 11
dil'lulipiiiliuca, sois un p-
tex e smiblable a coh;i none';
pjr M : Jules linen >nd et ain
aide suite l'on vjitjuaqi
cela peut noua conduire,
Que deviendrait alors notrj
histoire ?
De la lunire, nous demm
dons un pau de lu nire sur ^e
poire, cala ost ncessaire pour
clai -r in n-, mme lu p-uple
A qui nous a lresser, sinon
vous qui p'euv I 11 ihe le d
gager les vents historiqu '* du
Fatras le U lganl', vous qui
tei appels instruire la jeu
nease sar les faits qui lui s)ut
inconnus et incomp-ii, la ra
mener la raison en clturant
preuve l'appui, les pieuses
discussions qui surgiss*nt
propos des faits historiques de
notre vie nationale.
Dans l'espoir que vous ne
nous dire/ pas comme l'autre,
que vos pices vous sont per-
sonnelles, je me souscris, Mes-
sieurs, votre dvou admirateur.
P. D. PLAISIR,
LicHnt4 tu Droit,
Le (jala cinmatomaplii-
que i Parisiana
La Faute d'Odette
Marchal
C'est demain toiraue, rpondant
a la demniide gnrale, l'.insiaiu
redoLne la film sensationnel qui
n pour nom "La Faute d'Odette
Marchal '.
Kn as-i^lant nux mafnilique
tableaux de ce fi.m splendide, on
a l'impression d'avoir li coaaaia
sauce avec les meilleurs acteurs
de France.
SHdlor GioviLoZZu
Doreur, Aryenleur
.No. 21)34, prs de la Gare
duNoril, Giand'hue.
A propos ie rVouvelles LTtrangres
j dsoccupation
Depuis quelques jours le bruit
courant avec persistance qu'il avait
t arrt q ie l'Occupation a caino dut lover bientt sa tente,
n m- avons voulu nom instruire a
'bonne source.
Tout les renseignements que
nous avons pi) recueillir ce pro
pos ne tendent qu' dmontnv
que nous noustrouvons encore un*
fois en face d'un de ces pro laits
dus li aaxinatiQQ lertile de qnel
I hs noavellistes
I v da soi qu'il faut q ie le pay*
oit dg)ccup, un jour et ce joa1
n'arrivera jamais trop tt, maia eu
lin iti canard de plus ou de moins
ne ou fera pas avancer dans li
vo e d me Et dire que milgr l'exprience
d'un pass qui n'est que d'hier,
toit cal n'eat fait que pour tenir
l'esprit populaire dans un vaii
tat d'agitation.
de CirUbontia
Da a'itre c >rp#pondaat
Las x I ; l'tttibialta mon"
lent sais ci si M mentant d'i.
noolerla p'aiae. Malgr les er-
forla di Sirvice des Trivaux pu
b'in, il n'et pis poanble de Ira
versjr la route natioiale, aprs
nu' t >rto pluie, dans certains en-
!r .ils .levjuus impraticables, On
a t oblige le flira l'acquisition
d'iti ite< le? vieills* ruinie olo-
nialrtsde la rgion pour e npierrer
I l'ndrires creuse par l'inoo
dation de cas jour* derniers. Ce
cra U seule fai.on d'arrter les
mfii'g du fleuve.
II est regretter que n> ne aprs
ces rpartions le trafic entre Si
M irfl et Petite lliviird de l'Artibo
nite sera m t'ais, si du C irrefou -
"S-gur" l'entre du bourg de
srieuses r pirations ne sonl pas
faites. iJeji, c'est ave* mille peines
que le iraj^l se fait. Kt sans lner
gique in'tiative du Lieutenant
ftrown. Sous District Conamander
de la Petite H vire, actuellement
acting capitaine du District de St.
Marc, c ttte Commint israit eon
fltement isole de St Marc, par
a route a itomobilisable.
Le Omis il Communal appr-
ciant too dvouement et son acti
vite, ne lui a pas marchand le
plus Nrge concours pour arriver
la complte rfection de la routa.
Mais malheureusement l'insuffi
sance des recettes communales de
la Petite Kivire, ne lui permet
pas de faire faceaui dpenses que
ncessitent d'aussi importants Ira-
Vllll.
Il n'y a pas de doute que. si la
Direction tnrale des Travaux
publia s'inlres-e au travail entre
pris par le Lieutenant llrown il
aura fit ouvre qui vai'le. Et nous
attirons son attention dans ce aena
pour que tout le mal qu'il se
donne actuellement pour enrayer
les dgts de l'Anibonite ne soit
pas rendu vain par l'interruption
des communications entre At Mar
et Petite Kivire, son principal d
bnuch.
De l'avis d<; tous ceux ajui on'
'e sentiment de justice, c'est grce
l'esprit d ordre et d initiative de
cet Oflicier de la Gendarmerie
dont la main s'est rudement appe
sentie sur les ennemis de l'ordre
Sue la Ville de St Marc doit le splen
ide a pft 'le ses n et spacieuse*
t pro > "t , des belle avenue
de Pivert et de l'Avenue Uessaline
et du March Dartigu^nave >.
ijue ne peut il donc pas raliser
'us un centre moins grand, s'il
trouve \<" 'Ohcours nce-saire'.'
OA 'li-e qu'il a eu lerrilier
les >o.eiirs et l'* brigands de
tout-s sortes dans cette rgion, il
i i rpandre Msis il est
juste le dite au-si qu il ssl un ad
mioistraleur dont la Gendaroierie
peut s'epofgtreilllr.
Par able
Pour la ronjamsation iln
commerce extrieu crusse
PAKISa Le Journal s dit que
Il r immission du snateur Mon/ie
prconiserait un vaste systme de
rgie internationale pour la Rus-
sie qui lorgaMiserait son commer
ce extrieur et assurerait la liqui
dation progressive du passif.
ke capital amricain est
bien dispos i l'oar de
l'Europe
PARIS La conlrence qui au
ra lieu samedi entre M Morgan,
directeur de la banque amricaine,
M. Ilerridt et M. Clmeotol, ini-
sislia dea linaiii h propos do
'emprunt, serait favorable i la
France I* succs des trois rcents
emprunts des chemins de fer frau
ais et de emprunt de 900 mil-
lions l'Allem tgue, d aprs le pr >
jet Dawes, est roasidr comme
une indication que le capital am-
ricain c-l bien dispos i l'iard
de l'Europe et m'ont a l'garu de
la France. Le g uvernemeut fran
cais a des intrt* annuels et des
fonds u'.im<>rti>>em< nt 4 payer S
l'Allemagne d'environ 48 millions
qui sont payes par les remises en
voyes de la France et un des buts
du nouvel emprunt est d'allger le
budget franais de ses intrts jus
qu'a ce que comtaenrent les em-
prunts allemands.
Pour la conversation dei
ateliers Zeppelin
UKKLIN Le succs du voyage
Zlt I a donn un nouveau regain
la campagne en faveur de la revi
sion des lauses du trait de Ver-
sailles concernant la dmobilisa
lien des ateliers el hangars Zeppe
lin de Friedrichshalen.
Uncomit du congrs des
sommaisanls at industriels aile
mands a adopt une rsolution ex
p imant le voeu que ces ateliers os
seisnl pas dmolis et continuent
de travailler afin de contribuer a
l'unification pacifique des nations
et l'oeuvre de prospiit uoiver
telle. Les nationalistes ont d pos
une interpellation au Fleicnstag de
mandant au gouvernement ce qu'il
a l'intention de Une pour conser
var lea atelier* X-ppelic.
Autour du traitement mi
niimim tics employs du
l'Etat
PAIll i V. Il'rriot a trouv un
moyen de satisfaire la demande
de empl >ys de l'Klal pour'qu'-
on leur accorde un traitement mi
nimum de 0000 frams. Il est arri
v ce rsultat aprs une coule
reuc* a laquelle ont a*.it<< M M.
Cmeutel, m;ni tre destinai
le ptsil nt de la < omraission des
fi an ces de la chambre et le rap
poleur dea c ommisidoos du li'cl
Set du sui l el de la chambre et
'autres personnes intresses.
Apri-s avoir tudi attentivement
'a question, on e trouv le moyen
d'adopter une chelle de traite
ment a luit de SOOfl A 4//OO frs l'an
-ans dpasser la limite des crdits
nscrits au b idg t dans ce but.
D'aprs ce projet les indemnils
provisoires pour cheit de vie se
raient comprises dans les traite
meots. Les traitements des fon
liminaires logs gratuitement -11b
raient une rduction ptoportion
nelle. !<>(W employs eraient sup
prims. Le prsiden' 1 conseil re
cevra les reprsent ut des fonc
tionnaires et leur ex li iira la r
forme en dtail.
Piantillea rotalea
HOMF. Les i lurnaux eoulir-
ment les nauteellles du priuce hri
lier llumb rt d Italie et de la prin
cesse Marie Jos, lille >lss souve
rains belges. Les lianailles du
(irioce hritier de Belgique et de
a princesse Msfelds seront fl
c'.elieornt tooo^ces, croit on, le

l ou le II .Novembre, anoiveraair!
de la naissance du roi d'Italie.
C- que scia le crdit pobr
l'agent gnroJ do pne-
nient dos n'-paralioiis
l'AHI.s i.mand M. PerkerGil
bert ira occuper le poste d'agent
gnral permanent pour le paie
ment des rparations Heilin le
30 Octobre, il aura sou crdit pour
taire lace aux paiements des rpa
niions l'quivalent de olO.iKXJ.oUu
de marks or moins 1 ertaines peti
es sommes qui ont di ji t payes
|ar des livraisons en nature. Cette
munie se compose de 110 mil
lions de marks 01 perl par le gou
vernrmeut a' 1. mand' de ses rve
mis et d'un crdit de NO milliens
de marks or la Relehsbeok qui
tout partie de la nouvelle mission
de billets bass sur l'emprunt
Dawes.La nouvelle banque d'mis
sion d suoiera au-.. ,|,- rJO million!
de marks or dos rserves de la
Rakhabsoli et de tout! rai?6iou
der nies maiks qui sera retire.
dans l'e.-|iaee de ans Le total du
papier monuuie d'Allemagne qui
el eouvnil par l'or ju-qu'a concur
rence de 0|o se montera envi
rnn :! milliards MO millions d
marks a l'exclusion des restes
marks.
Nouvelle h diverse
LONIIIS D'aprs le corre*
pondant du Daily Chrnnicle
Ujeddah, !e roi Ali aurait dit que
la paix sera impossible tant que la
tribu des Waihubites demeurera a,
lledjad. J'ai voulu viter un eon
Mil sanglant et c'est pourquoi j'ai
retir mes tore.s Mecque,
ait il, et je dfendrai hjaddah '.
HONGKONG Lakeorpa de v*
lontaiies des commeVauts a t
battu par l'arme rouge aprs des
combats des rues qui ont dur lu
JOUIS Canton I n grand incondie
t allum par les combatiunts.
Il ya7.0UO.OOO de dgts et un
grand nombre de personnes ont
t tues ou ble-ses.
MADRID- Primo da Hiver a
t nemm Haut contai -^lire en
remplacement du dnral Lui/
Ai/pure.Il n'abandonnera pas pour
rela son poste de premier miris
tre.
ParisDans un discours pro
nonce A un dner oflerl en son
honneur l'ASBeriru club, le Ce
nial l'Iutan-o Call. -, prSsideal
lu du Mexique, a appuv sur la
cordialit des relations qui exis
lent entre son psyi .1 |,., Etat-
I nis. tu grand nombre de mera
bres de la 1 look ami rit .iine
taient venus souhaiter h bienve
nue au Goral qui lu. ni om
pagnes de loin tiooaaireBniMieaiu
et de la colonie meiicaim .
CHII M,u- Le comitibpcUl
du snat qui s'occupe des dpen-
ses pour la campagne lectorale,
se livre une enqute pour dler
miner etactenient les 1 nni re
cueillies --t distlibuM pal les ;i
principaux parti- rpublicains, d
mocrates et iadpendaala.Locoasi
t pr.i l par le snateur de Ho
rah, lpublicain, a exig les rap
ports financiers dtaills.
pMM
C'est au milieu d'un public
nombreux qu'eut lieu la repri
sentaiion d'hier soir.
Tous les Baairos ont M vi-
v ment appiau us et qui Iquet-
uns d'entre cru rm rvillrent
tant raaaistani ,-. il lurent re-
(lemaii I. me.
CE SOIR
Un programoM loutnouv tu
sera ollei 1
DEMAIN
On verra le direcieur du Cir-
que M. SaENZ o^rautilans la
ca^'e au


1
LE MATIN
i
!j(p:oWreTEI N DEL Y S
donne un teint d? lys
raff lrH. mu povr
ntmi ikv. <( MM*.

I
?*

. .


La confiance de
plusieurs milliers de
personnes e&t ce qui
aide rendre
L'EMULSION
SCOTT
le tonique nutritif le
plus populaire au
monde. L Etnul-
sion Scott produit
de la force.
U\
3. KM ii? I
PARIS

Serge Taillant Consignatefre pour Hati
llom Une
Le steamer "Claus Horn" ventnl
de Hambourg via Puerto Plata est
attendu.Porl au Prime lundilma
tin.
Il continuera le mme jour pour
Kingston.Sio \)< mingo.San l'edro,
de Macoris, Cursio et l'Europe,
prenant fit et passagers.
Ololson U CkS, & Cie
ALUM1NUM LINE
Bew-Brleansfi South
American Stsairiip Co hc
Prochains dlpaits directe pour lort-au.Prinee,HaUi.
\t $. S *Uu ita faudra f(Uv ruai*
PC *8 coaiaat diwcUriuat poux *E PU steamer flolama laissira SeW-Orlcans le O cta>
biccour.ni pour Ions las porU d'Haili..
Ce, t3 Cetrie, i#U
A. cre Matteis & C

Sl-TI-M

J?La soire en',1 honneur
^.du Fondateur de
l'Indpendance
l U.S.S. H. LE ROI DES ROUTES
^L soire Ihlralr qui rut liu
bar aoir fut un trioph pour les
membrei de la Renaissance.
La vaste salle de l'arisianV
lait comble. A la grande prrie
d'entre on s'arrachait les caries
et h un moment donn les orgini
S'trurs e virent loi ci r de ne plus
en vendre.
La belle pice de Me I VtrM
fu' trs applaudie et U ragi Ir le
posie de HtMlUoD Ce'eoij l,l i< 1
istion' fut dite par M Honort
hvec toute son Ame. et coule
dans un silence religieux.
Commission de l'oot-liall
Dimanche aprs-midi,a il h. I|2
prcisep,*eia jou le match nnnou
ce entre la .1. S II- et une quipe
coalise. Nous donnons ci-aprs la
composition de l'quipe coalise :
Dut : Lavonise,
Arrires: Jassagool, Augustin
Demis : Maximilien, Ch pps, Si
Cvr.
Avants : Archer (cp* J llalaby.
Mil'on, Villard, Pib \ m*.
Kfmplacants : Aude I Tnusaiiil, Jn Loui-1. T m ilon.
I.a partie sera aibitr. e par Mr W
II. Williams. Elle prienbra ccr
tainement un gr.ml mt et vu la
valeur des deux 'quipes,
?'
PNEUS
DUNLOP
f V*| le Pn
Iraclion G rd
Auttur de la dernire
sante di la Cernais-
sien dei Kehmatiois
Htim iux bois du
Trstr dits Daviimar
Nous rapportions c'ane to'.re
dition d'hier la d cisiou A lequel
s'tait arrte la Comm ssiou dei
rtcisujations rrlalivement aux bo. s
ll.vilinar dont le monl Ht re:au
ai divers parabeail aiS|Vf.
Rpondant A la i unmiisicn, quius repr
sentant des ancuuii's Agences du
service de la trsorerie et q el^i*
siinata.ree des bons Davi roar du-
ru.! assister la sance publique
ttue hier aprs midi.
l'aimi U p.emiers fuient enlen
dus MM. ium Cond r.p -
sentant de Itoberts Dulton l v.0
soi Cajes tt D Enneiv Ujoie pio
curateur de MM. Simmonda ir-
ree ; parmi les seconds MM A -
berl lioielle etCaiu Dautani.
.De loutee les dportions eulen
dues, celles deM.l-aus Daulanl
lut certainement la plus impoitan
4l parce que la plus decumeotr.
ha faisant sa dmonstration,
M. Dautant apperta un temptia
ment aux dbats sur lesquels se lit
un jour nouveau.
.1 prouva par des ch Ares lo
quant* que le montant d ucui.e
des sries A.C. A.A A A V
n'a jamais t ratine atteint voire
dpass
. Dniant l'appui de ses im
perlantes dclarations sortit des
eaeuments qu'il remit au prsi
dent de la Isidii esioo.
Vul'puiseiaeui de l'heure r*g'e
ealaire la sance fut leve pour
tre repiise mirciedi ou veadredi
prchai u.
L'impiession gnrale t-\ que
M. C. autant a dmontr en l'es
rce ce qu'il fallait dmonlrer.
NOUVEAUX ALAMBICS
,,.. dis mira stn mis I
!.. tU> 01 Vit.
HMUMi, ALCOOLS, le
OEROY FILS AINl
IMIIV. "'
;l, rut lu Mtltrt. t
.-m
, OUIOE PKATIOUE * ul.mii mui os-
tu cssimas m. hianuti. . rtVnan .I
PHCMS Tlf ILLUSIM lt.tM '-
Demain.au Parc Lcinle, aura
lieu la fle sportive annonce de-
puis quelque temps mro du programme o:it .
I Proclamation de rsu tats
du Championnat de Pool bail de la
saison I9t3it*. Remise d'une on
vre d arl l'quipe victorieuse,
Jeunesse Sperlive II lilienne.
23 Proclamation des r/sultats
de la course Cvclisle du 15 d'aot.
:if Match de" Pool bail entre 1
quipe d) la .leir esse sportive H i
tienne tt une Equipe coa'i-e.
On commencera A '.) hrures pr
ises de l'api* midi. Le coup de
pied d'envoi du match sera doun
3 l,i h.
Entre gcnra'e : .SO centimes.
Funraille
llieront eu lieu Pitit GoAve
le- funera l'es de Mu e Ludovic lis
gai.d au milieu duu grand con
(ou s d'amis.
Nous renouv Ions noire ami
le docteur Lud^v u li gHui si cuiel
lem-nl prouva, l'expression de
nos sincres condolances.
buulop Canadienne
Faire d la i.lam pour un article ^sl un, mais
montrer la preuve est autre chose.
Demandez donc aux chaulleura des routes du Cap
fl.nti.'ii et des Cayes.
C'est le Pttii ois Tropiques
Ln vente citez John Woolley, Port- au- Prince, Clis.
Javaux, (iap-Haitien, Mme Tve Sendral, aux cayes. T
Gouss, Iiraqoane,D.Bomhace, '- lillioave et Shields
St lare, B. Wolll, Qonai^cc, Tillanueva S Cie, Port
de Paix, P: Dorcainville, Pctit-Ririre, Salim loucsa,
Let|ane. B. Clerius conjts, Arcahaie
W. Uuinliu William
Distribuer
Viennent d'arriver
la maison
L PREETZM&NN AGGERHOLU
Hue du Quai
rieu d'oulremerIVo240
Fers repasser. Espadrilles,
Houes, Serpettes, Mancliclles, fil
en pelokte.fil lords.No 4"50tt:60
Coloufa Seamsbip Company hc
Ee Steamer l Baracoa~" ayant laiss lew-York
le II Octobre courant pour Cap-Hailien et it-Iarc,
est attendu Port-au-Prince le 19. il repartira le
ineioc||our dir9ctem|ul pour layes, en route pour
Iingston Ja, el) Us pors de>la Colombie prenant
Irt et passagers.
Port au France, le 14 Octobre 1924
____: .._.___- rutt au i nucr, ic i uciumc ir
Eua. Le 30SSE ei Co iibara S C. tgents,
Paristana
^ %. Dimanche
Deuxime et utruiie reprsen-
talion du chut d ouvre cmratilo
graphique
La FnUd'Odstti
Marchal
Jou par
Eutr* : G 2.oo
EmmyLynn. l'uulot, Joub, Tt
cn'ur et Dubi,(|.
Ualaun : '.ou Loge : 4.oo
Varits
DIMANCHE
Su/iiine
5 pa
La duchesse des
Folies Bergres
LutrtclOO Lo9; a.00.
Mouvement des navires
Le s s Nii Uerie qui a lait tous
les ports du Nord est attendu ici
cet aprs midi. Le courrier du
Nord, i l'exception de celui de St
Marc -t bord de ce bateau, et
ne pourra lire rpondu que Mardi.
Pnnsdei Nederlanden sera ici
la il du courant, en routa pour
Ntw York directement.
Le Uaracoa sera ici cet aprs
midi.
Li s/s Gergas eat attendu iei le
20 ou le 21.
Tennis Club
Les membres du Tennis Club
sont aviss que l'apre-midi spor-
tive eu i iiunw ur des membres du
f'ercle de Mariau et leurs familles
est lenvoye une date uilrieure.
LE COMITE
Port au Pjince, le 18 Octobre 1924
Atjnice* Reprsentations.
Port-au-Prince
Al tits gnraux de :
llecker Jones Jewell Milling Co
New York
Farines llungar'an 0 0 Boule Rouge elc.
The Home Inauirance Company
NturVon
Aeettrenoe tre l'Incendie
Iilamond Metoh Co
Allumettes Safe Home
l '. S. ltubber Export Company
Pneus Royal Cor Souliers Heds.
Chae F. Mettleye A bon
(roissoas sals en tous genres
Manulaoturers Lifo Fne'oe Cy
Assurance sur la Tie.
A Gullheu Frra Min
Vlna Champagne Bordeaux ,
Pb. Hcymnu
Copenhague
Beurre Danois. Tromsge et ronservs alimaataires.
W. S Mathewa & -on
lab^ci- jauLts tt noiis.
Bbum Nectar
J
Ch. [\. Gaeljens
1140, Rue du Magasin de l'Etat
117, Rue Bodiv Foi.
820, Rue Courte.
TEUPHONE: 347
Aux grands Magasins
De fournitures Gnrales pour
la iCardonnerie.
JOANNY CORDASCO
No 31tf Rua des Fronte-Forta,(Thomae Maiilou; \0 310
Port-au-Princn, Hati
lien de plus chic pour lec trennes qu'une ma-
ine coudre "feata". ;J
chine
Soupless
Qualit
La National a
tais Rival
CijtsreM'g Chantrrler
Envois de denres
Elgance n BapidM
^yySHHgH Solidit
i tris bon ni reli A trs bon march, itrsbo.i march
TloS lU T6U>3
12.000 Beuilks de Tle Apoll
f,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM