<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN fURODONAL] i *&* 3 -%* RhumaHimes Nvralgie Goutte Gravelle Artrlo Sclrose Obsit Qnl eui rcilar Jaune cl Seller lirliumilimri,ltdurtlnemen! ai arirrei l'enablemenl dee relaie, las earlcee at l'obeell doit liminer l'aics daclrfe urlque. cm potion da noire or(Unmi, ai faire des curai rsultera* TWRODONAL. lave le sang L'inuioion prin 4 .1. dent t tralK. cm du I sricrio "ni IUBV tiir.-.a.it Stase%  fSBJMS. ''* %  "ffi W**JISrf lerge Taillant Consignataire pour flaft. l'auut-e 19/2 el de 2i)o|o He syphilitiques, pour l'anne H 1, sur le lot il des malades vus dans l'Assistance oubliqu 1 Le rapport /922 23 du Service National a'llygi: e relate 34! dcs causs par la sypliili* dans le pays, ( dison* bien: cas de syphilis dnoncs dans les ville* ). YA\ plaine rue, au grand jour, — ( et le soir, c'est une calamit )• 1 marchandise s'tale avec une faon de rclame telle qu pour la refuser, il laut avoir vraiment les poches vides. — Avec le laisser-aller nu'on constate dans quelques familles, les gamins de U an *, vont dans Ibs cafs, fument la cigarette, se promnent tout seuls le soir, sauf l'assistance des grands parentsEl les rencontres ne manquent pas. On se reconnat, on s'attendait, on esprait se voir, et il y a la geste devant lequel on ne rsiste pas. '.'m donc racontera le* Icndenains douloureux de cet rencontre* funestes, et pourtant, si pleines de saveur au dbut Mais In nature va vile eu besogne, et le epirochte de Schaudian ", le germe malin, aura trou v un liou terrain pour ae dvelop per. -......<,.. .. Si mua ne voulons pas que I TU vredupraent ail t ut a jimtie perdue, Il y a quelque chose dur t>l raliter, c'ait de aauver la (euueisa par la rglementation da la prostitution." Dr ED. DEPhSTR VARIETES %  Prarmit CE SOIR Li Conte de NiQte Criste |5e chapitre .Entre : G.0.IO MEHCREUI Prs des Cimes r >l>ai iK-s ('.• tilm sera exhib ici pour la dernire fois devai t tre rxpii en province* Entre'n 1.00 Loge) : 2.00. Aiatete France est mort Par Cble TOIhS— Anatole Krance e ; | mort. Le grand crivain s'tst ttiat paiaibiamant Dr puis le mois d'aot aa sant causait la plu a/an da icquituda a ion entourage.Kn raiton da atn ge avanc (80 an) am avait perdu tout espoir de gurison, mais le clbre romancier a gard toute sa lueiditjusqu'au d r nier moment. eeaSBWHHe-ŒHeeKfB^eeaeaetaeeeee- Fte de Saint Girard Jeudi, 10 Octobre, est la fte da St. Grard Majtlis, envers qui la dvotio i de la population augin u ta de jour en jour, Il seia cUaul es son bonutui, s Si Joseph 6 h*uies prcises du matin uie iueee solenuellr, avtc diacre et nous diacre, tous les tidles de la TiJJe T 8nt cordialeoicut inv.tes. Notre confrre L'Issor , qui se trouve en dml avec notre ami Paul Sals, ehef de division au Dpartement des Finances, — priraordialement sur la question de la copie 'le lettre livie i la pu blicil, — a dclar hier qu'il re nonce la rpon** qu'il comptait faire et qu'il avait annonce la lettre da M. Sals publie dans le Matin da samedi. Nous Ce icilons noire confrre de ce geste, command ne serait ce que par celte considration qu'il n'eat gure convenable que nous nous battions entre noua.Ceci dit, il nous permettra de formuler sou intention un lger reproche sur l'otfg ne da ce dml. Notre centrer, trs prmatur ment, a fait des allusions irau-.ptrentes l'gard de M Sal corn me auteur de la filouterie %  > corn mise dans les bureaux l'occasion de la aepie de lettre dont nous va nons de parler Outre que, pour noire part, nous croyons notre ami Sals au-dessus d'un tel si>p on, nous trouvons que toute coo clusion sur cette affilie a?t prma ture. une enqute tant ouverte. L'Essor l'a si bien compris que, ayant appris que la rvoca tion da M. Chties Duplessy tait interprte comme pouva t avoir une ralatioo quelconque avec lai faire, il a'est empress da dfendre sen ami et collaborateur contre cette interprtation, —ca que aous "p.'IOIIU.Iji,. Mais pourquoi cette haie de dfendre l'un et d'accuser I autre, celte proccupation de erar une opinion sur cette affaire avant d'attendre la dposition des faits Notre coafrsre nous panlo, o-rs de lui Taire ce reproche bicu m crameot, car nous p nsooq i laisse trop parler ses symp.illiu -, ? ue nous respectons d'ai Irnra I est bien certain que.au poii,t o en sont les chose-, a %  u'm-t a mis, jusqu' nouvel rdie, nia die que c'est relui ci, ni pilandie que ce n'est pai celui l. En l'honneur de Jn'JacqueSaDessalines Dans trois jours ce sera l'anni versaire de la mort du Fondateur de nolra Iidpendance A c (te occasion un > messe solennelle s*ra dite le matin 7 heures la Catb stade. A l'issue de c tte crmonie le cortge aa formera pour sa rendre au Cimetire de Ste Vnne sur la tamba du Librateur. Toutes les coles, to ites hs as sociations se feront reprsenter par uaa dlgation. La soir, une soire tb Wrale au ra lieu PtrMana o il sari re prsent la belle p'ea da M n r din Vieux : < Mckendl <> \ '" ta pecision, le chA n g* s r* gn rai. Tennis Club Les membres du Tennis Club sont avise qi une aprs midi spor tira aura lieu le dimanche 19 du aourant 3 heure-, pneise*, m l'hou leur des membres du Cerck sportif de Mariant at laurs (milles. La Comit N. HLes invits sont pris d'entrer ptr la barrire du terrain qu'occupt la Coapagiie JEleetu que. fo.i u Pr ne 13 0-tobre o2 4 G (iti ni .lelu lei f in m ,ir. U.S. S. H. fommi --i.iu de Fool-Ball En vue de faciliter l'entrulnf ment des joueurs devant p'endre part au match do dimanche pro c'iaio, avis est donn HIII inli'res ts que It land du l'arc Le o le est exclu-ivemenl icseiv aux di's juip'ers toute lis iniim ei cours. Les autrt s joueurs ne -M -ni ndmisa ps t oiper aux e tr In. menls qu autant qu'ils es in i ir.s par Us t'apit ines d • la J S. II. ou de l'quipe coalise. HEMOGLOBINE BYLA •a-a. ANTIANMIQUE PUIS-.AN I 0 FORCE SANT EMBONPOINT 0 Li KiUliur RECONSTITUANT DU SHB LES TABLISSEMENTS BVLA H •••• •• i ow.. ^ USB IFSASCSI s c fcu. n w Avis Un franais, muni de toutes ses pie:s lgales se lrouv.ini en mau sim^t\^cs>i'9 m Omjnaf *•//#• B. DALICHOUX, 27, Bu* v,ciorH|o BeHa-Coloœriei .tut) •* A tm,+-Prxm~ Ps.auma.aia BUCK Rcpi adir Le rcpiss N l)8C de la Commission Dsuphi i, faveur R. David t<)0.53 tant adir e-t d clar nu', duplicata devant en tre d-maa d. Port au Prince, 11 Octobre \9U P. DAVID Le rcpiss au No. 161 de G. 500.50 de la Co n m i >n Dau phin mis par erreur au no-u de M. Lissage poir M. Desages est adir. Je le i stlera nul, duplicata dt eu re dress. Pjrt au Prince, le lt 0 ••oh-e I92J M. DESAGE"* — Le Roi des Digestifs • r PEPTODIASE Admis dans les Hpitaux de Paris AOTIOM iNatDiiTi MtVBJLka L eetTiT OOSLIRt LA OiaBSTION 'avaaisi L'tvacuatioa 01 L'inoa.t Suppneu SSna il Paaanlaur S'Iitomii. Ml. gralnaaiSiWiaiaCwiiayr,eairals VarUaa, Hauaaa. vamniamanw, •ellennemenle, Dlgulloni alniklaa. t r aVM Matai ht pirm*in D*sgt fiatial U iBstat. r. ztzaa. t. s 4 isas, rum A iuu, riimu:. AI. rarracs et iMtei aeaan pbiraucm i 0 ss. unmaifcs Le cession extrtorijn v?* eoir es examens da certili uni d'tals pi i m lire ;, a p-is'i 1 vodrJimatir'. Voici la liste le! mrats : Mles V. ta Ctstal, S pli a Be ne li 1. I. i-i-n 11Miihii, Bdan Clermonl, Adeline Auguste. Emma Parf.iit, I lora Ch mm lie, lier mance Dossous, Kmmi l m/i, Ali* ee Millery, Anna Laseioas'a, Liliane Baymond, Lucie Jn Uaplisle, .N'eila Su brme. Du col des gardons il y eut deusJurvs.— Ksultat du 1er Ju ry prsid par le Sous Inspecteur Duviella : MM. Luns Michel,Max St Tort, Jonbart Kerni/an, Paul Bonhom me, Eslinor Flii, Anlo ne l'cro', .Ih. Diir, Victor C.ha %  • Cyrius, Antoine Smith, S. I.ariche, L NH/OII, A. Pierre Louis. G. Tromaa. . Dupiton. A. Du mas, H. Innocent, P. Ptioa. Rsultat du 2e J irv priai II par la tJius Inspecteur Vieil. J Gsy P. Surprit N. Pi rre L011 , .Ih Alphonse. M N/on K. Co neille. F. Ba >ne. A. Princivti. W llh-mv II Blain, A. \nglade, M. 84'ap'iin \. Civ ; R. Joeph, C. Rh y A Vlem bnn, L. Lilatois. P M ton, L llilsire, A. Tthoa C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS •TORTi*T£j-*jS*I3tT01 ANa.PITRnB. r-arm.ela ALBESUT! Pharmiriu OJuaUr YUPD M .. !•• bonp.. ^arl^acle Les Secrtaires Gnraux des Clubs affilies sol piis de faire parvenir leur collgue de PU. S. S. H. la liste dfinitive des mimbre .i< leur, associations, eu allie l'mission des cries iliil-niii de I anne spor tive 1021*5 Les caites d'identi t mises l'anne d rnit're sont annules depuis 'e 1er 'iclobre. fianailles Nous avons revu la carte de •Je He i. 1 uni Grce avec Hf .Maurice Muheii Nos compliments au charmant couule. Pharmacie Genrale d'flai Rickards et G A 1712 (jsntid'Rue, Porf-av.R ince l'honneur d'annoocor t sa clientle de la Capila l*!*ovi ce, qu'elle vient de recevoir un laie el de stock de |i'-.li anunt et de #|.cialiles ; vl qu'elle se tient comme toujours r sa disposition. ^fpfeefeur l'iiicole de ilodex' ue LNE ALUM1NUM Nw-Crleans& Soutb American Stsamship Co lue I rocliains dpsrts directs pour ^ort-au-PrinseJaiti. X* 5. S tJcVta tat^ra c JUsu OrCatu Le steamer Bolama laissera BelOrlans le*30 Octo bie courant pour IOIH les ports d'Haili. A. de Matteis&C' Colombiaa Seanship Company Inc Vnpeur dirig par^la Colombidn Steamihip Company ifiT.,i>otr com lt de U n'id tate* SMppintf if >ird. L% S/S Sv.rnam ve tel da Trinidai et Dominique est attendu Jarin I 'e mi-d l eoura tt.^n route p r Port Rrince vi% le po **. du Sa* offrant u-ff G? ste mer nera P>rtau-Pri ce vers le iG *>t repar tira pour Vpwlork li mne j mr f*t*ant > seali m (ion v^, Port-iisl'aK et 'iap-H^ ie t offrant du fret. Ee Steamer Baracoi ayant laiss Hew-Iork le II Octobre courant pour Ctp Isitien et StMarc, est attendu I Poit-au-l'fince le 19. Il repartira le mme jour dir e ciein(n' pour Cayes, en roule pour Kinjjston Ja, et les ports de la Colombie prenant Irt et passagers. Port au Princ, 114 Octobre 1924 (iebdra t 0.Ay nls. Mariage En l'Eglise Mtropolitaine sera bni aprs demain Jeudi /Octo bre le >. riage Ue Mette rranciue Rigaulevrc vlr I'. lu .uri. Meilleurs cemplimentt. Dcs Est dcde cette nuitjMarie Rose Fillette K bran-. Lasfuoraillesiur>nllieu demain matin, et le eeattoi partira de i maison mortuaire, sisa place Sta Aon*., c'it NorJ Ouest, pour se rendre k l'Eglise Ste lonv contre la CONSTIPATION prenE les COMPRIMS SUISSES d) DELORT, Pharmacien, II, Itue Sainl-Anleiae PAKiai AVIS L'dministritioD Goraie des Postes ayant, il'ua oouiiii.in accord avec ie ilpnrtsuienl des r iii.iiiois et du.Co n.noico, rsolu d'ur.e laou dfinitive, la question de transport des correspondances entre l'uit-an rrince et les .ayos. par automobile. Via Logiine, Grand i.oaxe, Miragoaue, ..quln. >t Louis du Sud el Cavaillon — a l'iionneur d'informetr ie public et le commerce que l'horaire tabli pour ie trafic postal sur la li.'ne du Sud demeure modifi comme suit, partir de Samedi 11 Octobre courant : Ueorrter i i-llebdomudaire l'oi tau-Prince — Cayes Aller — Dpait de l'ort au l'rince ( 1er voyage ) atamedi n.p.m. "e • -V \o\agap Mercredi ih p.ra. |Retour — Dpart des Ca es 1er Voyage — Ma n 6 h m. 2a Vendredi h. a m. Courrier Tri-llebdomadaire l'ori-au Prince, \tiragoane Aller — Dpart de l'ort au Prince : Lfinii, Mercredi et Vendredi 2 h. p. m. Retour — Dpart de Miragone : 1 Verdi, Jeudi et Samedi G h. n. m. Courrier QuotidienPortail Prince — Petit dos val t Allr — l heure* p. m. M.tour —. 10 li. a m. Port-au-Prince, le 7 (Jet. \dl\. Beurre! Beurre! Beurr ŒTJEN / a Maison B* St N. Sada y Compa ny annonce ses clients quils trou i eronl Beurre Creannery pour la 'Table beurre Etiquette verte pour la ptisserie lied ttobiii Cuisine Dalsy %  arque' trs connue et trs apprcie'dans le marche! Kn vente chez : Simon Vieux, Alfred Vieux, Lope Rivera, Il Hoi-day, Apli. [tslr, A bcha, George H labl, Jean Assade. A des prix trs %  fit.tagtnx. E& yroe *& en dtail ohes : B. ^i>l t Sada %  $ ? J



PAGE 1

Ul HP(S M MAISON CL. VERRE! Tailleur Marchand: \ No 1823 lut du magasin de l'Etat Se recommande au puMic et sa nombreuse clientle pour lYl(jance de sa coupe et la prompte excution mise dans les ouvra.)s ont'is a se* soin*. la maison reste ouverte jusqu' 8 heures du soir. Prix modrs Protgez vos pneus avec la peinture : pour capote Good Year. A Qui changement UJpei I ( -i i e Goodjear^pour %  < ^ K n'.Vjipotc lait dans [ap| • %  su 'appsnnse de Votre pneu de re danijr. Il le conserve,!* rend plus ~OD>YEAJ5 E & AUTO T 01 PAINT | jl.iillaut et plus jli,ie proj ItMjeaut dj chaleur et du g^ lluid. C'est aussi^excellent "pour piiodre les capotes dauto, il ies protge contre toute action de l'eau, facile i appliqnerli piiitin Goo I Tar pur 6l))tl et piai s* •**' rapdeaiit, ridnie aux abiets ut cctleiriiire Irisant. Essayez-en en achetant u i | ot et voua serez surpris des rsultats obtenus. S GOOD A A F* PEABS LimitedFeur avoir le teint Irais et conserver toujoursjintacte rette fracheur, servez-vous des excellents produit* de la lameuse^marque A l\ F. Peais, liait ed Englaid ; tels que : RSarons transparents en bouiee, Savons transparente em tablettes, Fine poudre de 1 alo et pondre de Talo pour B6b, Ratons routes pour vres. In vente chez Simon lieux et A llred Vieux Tbe West Indies Trading Cumpany Port-au-Prince, (onaves, Cup-ilaitien Grand'Rue, Cryslal \ 1628, %  t Il est dlicieux Le Bœuf Sal du MARCHE CRISTAL prpar correctement et trs frais, Eu avez-vous fait fessai ? Nous le dtaillonsj quatorze centimes or, la livre, ceci veut dire une conomie de'"25 0 i en votre faveur sur vos achats du pass. i\os produite import*, tel* quej Bturre, fromages Camembert et^Crme, Saucisse*, Gigots de Mouton Ctelettes de Porc, F-vits, etc.. vouai seront^ioujours livrs dans les conditions les pi m fraches., Notre installatioii^Systme d'airijfroid, ( et non de glace ) liai vous donne celle garantie. No viandes fraches de bœufs, veaux, moutons, etc., ne vous sont vendues qu'aprs qu'elles ont bU\ dgotes dans nos ch mbres frigorifiques, par consquent, plus haines et plus tendres que Us viande* non frigorifies ^? Nous apprcierons voire clientle, et vous, vous appecierez nos marchandises. flou* dormons une fiche dmontrant* chaque article achet-de nous, et le montant de lachii. Si vous ne vtne* pas jnotre Magasin jprsonnette ment, ^txtyts que l'on vous remette eeUe ficheQlle g t cre pour v#(r# contrle^ — — —.... ms V



PAGE 1

LriMu; r Grand'Uue 1717, en face de la k>oste Provisions, Liqueurs, Vins.Paifumerie. Boulangerie & Ptisserie. Prix courant ie nos Arlicis : \ Whisky lilack A Whlle (|uart bout. P. or l.Bn • < pint llavk D,ttO email plut flask 0,70 Jobnie Walker Whisky red label Bile 1,60 " hlaok Label bout 2 oo Cemadlan Club 1,40 1/4 flaak 0,4o Champagne Pommery t$ ieno la l>out 2.oo Champagne Pom>ery & Creno 12 bout VvaClioquol IVnsardln bouteille I antoa |ere et FIN NVliite Split eu peUts flacons ftordon'r Di\ Gin l.lo 2 25 2.O0 0.50 Ml Sloe (Un / Excellent for cocktail ) 0.80 Cognac llenneasy \\\ A MartelleXW la b. 2 oo " 1/a bile |,oo 1/4 %  o tu Cognac Courvoisier bcuteille 1 -*o llrandy ••Comptoir \ inlcole Girondin l,o> Liqueurs Simon-ain Crme de Frambroisc*. Fraises, Bananes l'.llo /,oo Suc Simon jaune •• j 00 Cherry Hrandy.Abricot llrandy,l'each brandy 1,28 Grog amricain bile' 1 ,oo Yermouths v Noilly-Prat 1.10 Clmano 1 OO Dtibonnet /.OO Badii Une le litre I.M Mt le 1,2 litre Rider — Vin du d*sert|la bouteille 1,10 1 10 Absinthe PERNOD la 3.00 Chalreute Jaune ;i mi 14 bouteille 1 m Pippermiut Gel Prfet la bouteille i > Tripke Sec Coinlreau 1.80 Amer Picon 1.70 Madre, Malaga, Sherry Wi n e, Porto, Moscatel 0.B liqueurs |ari.|riltrd, Anisellc, Cacao cliouao cordial, Topaze. rturaeso triple Sec la bouteille I.U la demi bouteille W> Vini eu cai ses Bouteilles depu s P. 0,0 jiuju' P. t.50 Apreot Brandy, tharry Bran-ly Peach, BlacWberry Brandy la bouteille la demi boul-'.le Crme de Menthe verte la bouteille'! Pousse Ole Eau de. Vit de Dantii; l.tO 1.50 C71) Anis del lono depuis P. or 1,71 Jusqu' 0,25 Provisions Blefitd O.ives 6 e*. lejflacon H .. g ' Jambons Swift | ar pice,la livre fromages la liwe /spermes entiieloite Bouts d'asperges bo.te lluitres l'alde foie gras P. 0.50 0.75 t,tj Tomtta 'atsup 0.50 PimUatot MorroaM I tere'anc Lait vapor • Dancow • la Le le Lait Cotdens Luit coi denre Nestl la boite huitau jus assortis la b .le • '• •• l|t boite llmle d'olive $ 1. O.W 1,4 bile Saumon la boite Soupes "Campbell 1 asee.-ties la boita LaU Klin la boite Vinaigre en carafes Dessaux la boutelle Oign.ins blancs le Mai on Sucre amricain la Ib '• llasco la Ib •• rouge la Ib Tommes ne terre la lb Oignent la lb Ki/ la lb Manire 5 lbs Baco i 1> lbs Beurre Oueen •'> lbs le ferblanc Beurre Rose .' libres le ferblanc |s. urre Danois le Ferblanc d t litre •• le ferblanc de 1| livra Bardiaet Saupiqael 1|4 boite •• An ieux le firblanc'1 ,* boita i ardines l|tb< tte la boite |h le \/t livre i {4 livre Porter la douzaine P. or|3,'la beut. Ihvers \l leites" (grande?) <:artes jouer glaces I ja ')arlea iouer ordii aires le jeu fasses et eoucoupe-s on i< rci'ainej 'ouz i 1 Poupes depuis 1'. or 0.50 jusqu' bougies Fournier assorties; $ or ,0.40 I.M 0.40 0.60 040 0.60 Oif 0.15 0.45 0-O o.U 0.26 0,60 0.10 t,tn 0.16 0.20 1.00 0.30 0.30 0.55 ,0.12 o.to 0.07 0,06 0.07 Q.50 1.40 2.80 0.0*1 0.11 0.40 0S0 0.70 0,50 0.2s O.M P. or 3 et 3.0 ii.25 0.1* or 9, paire '.oO ,2.00 la eusse 5 50 Dpuratif Zeudejas doii7. 20 Dol


PAGE 1

DIRECTEUR NIOPRIKTAH.E Clment Magloire BOlf VIBNA 1358 Nue Amrlcslne MJMERt) 20G BNTiMBS Quotidien Nov y 1924 Quoique l'honnte hofluae lasse son devoir avec nttWi ment, uniquement parce ajii'j c'est le dcvoir,il trouve?cepen* tlant une premier* rcompense (l.ms lr tt'moi(|ii;i<|e "le BS ennscirnee. TELEPHONE No 342 lSmt ANNEE N* 9*36 POMMl>f RfNOI llUITl ) MARDI 14 UOl'uBRE 1924 / Une Brochure d'Actualit SilPiKjpllS Nouvelles Etrangres Monsieur le Directeur, L'imprimerie Chraquit vient d' diteravec un soin scrupuleux, une brochure de Mr Damaae t'ierre Louis, dont la (orme polie et polie aux deux sens du mot, Tait songer a la guerre en dentelle et qui constitue pour Mr Uellegarde une impralive mise eu demeure de s'ex pliquer. Mr Pierre Louis avec une ironie frocement, souriant, reproche a Mr Beltegarde, d'avoir trop ! haie, et avant tout Tolbiac, fart son petit clovis. et fier su-ambre, bnii ce que hier encore il adorait. A ceux qui lui reprochaient ses divers avalais politiques, Hugo r pondait aprs Mry que l'imbcile seul ne change pas; il est certain que Mr Uellegarde, a retenu la leun et t'elforce de n'tre pas un imbcile. Le malheur est que le camelionage politique ... la tactique de mnagement de la chvre et du chou... sont des choses mrie* que l'on ne saurait ressusciter dsor mais avec prestig ou mme prol. Il faut aujourd hui savoir quand on a adopt une altitude, s'y con former jusqu' la victoire, ou l'chec. C'est trop facile en somme de faire de la propagande franaise, •prs avoir lait de la propagande amricaine. Tour it tour coupera tille et nationaliste, Mr Uellegarde pass matre (c'est incontestable) dans l'art de lancer et d'attraper, a liai comme le plus habile jou gleur par se troubler, et casser sea assiettes. San* doute Mr Uellegarde est un bel orateur, mais enlin il y a ausri Dmosthnas, Cicron, Mira beau et quelques autres ; sans don te il a tout un jour gard Lyon suspendu ses lvres, mais nou'savonsqu'Orphea fait mieux. Ceux qui jugent sainement des choses ne sont pas tenus d'applau dir une loquence laquelle manque pour tre persuasive d'lee S ersuade Mr Damase esti ue que [r Uellegarde est une rserve d' finir... cela est d'une belle poli tesse, mais c'est tout, car s'il est vrai que, la littrature retiendra ahurie que Mr Uellegarde discourt avec une gale aisance sur n'im porte quel sujet : l'art uiirinairt. la situation matrielle des Hottentots et que sais je, par contre la politi que le tient pour an transfuge inca pable de dcision ou mme d'opi nion. Il est d'usage depuis quelque temps de ne pas chicaner Mr Itelle garde, sans prendre la prcaution de dclarer qu'on ne veut pas lui faire de la peins ... donc il est bien entendu que nous ne voulons pas faire, de la peine Mr Belle garde, mais nous tenons lui faire K marquer que la brochure de Mr Pierre Louis crite d'ailleurs avec un art chti, non seulement le prend partie, au collet si vous ai me/ mieux, mais encore met sa rputation mme en jeu. Si Mr Uellegarde se tait il n'a plus que la ressource de s'en retourner a Lyon... s'il s'explique (et nous le supplions vivement de s'expliquer) sa tAche sera assez, d il licite de nous prouver que Janus n'avait pas deux vu-aces. Veuillez agrer. Monsieur le Direc leur, mes salutations empresses. VOUTAI L'n v ntde patrioti me souffle ces joura-ci. un pourrait le croire un peu tardil.mais respirons-lequan 1 mme, cela fait du b en aux poumons. Toutelo -, le peuple, bon enfant, qu'on croit plus indi!)reiit qu'en ralit il n'est, se demande, un brin, pourquoi se dmne t on tant prouver qu'on est b>n patriote et qu'en toutes drconaUncM on a agi au mieux des intrts du pays Tout cela est fort beau, et nour -s de tout coeur avec ceux qi.r snt, noir sur blanc, qu'ils sont i.. U Initiens tiare au* au e : von .'tej ois patriotes si vous ne le crie/, pas sur tous le* toits I C'eut la consigne de ta u : c uelle Cependant, cette faon e faire trahit-elle l'exis tence d'un soupon de reproche in ime qui. tout au fond de soi, va git '.' Du teste, la chose n'a pas u'impirtance, et le peuple ne peut que beolicidr de celte mulation dmontrer qu'on c bien fait tout ce q i on a fait. Il y a toujours de la marge pour reparer l'erreur qu'on a couenne du us le pass. A tout pch misricorde. I ne ide. Chicun dsire, sans doute, prendre un noble maintien, pour le cas que viennent les Umps nouveaux anuoncs.l.a rdemption est la porte tu lin de compte, comme ou-* sommes b en loin des sacruRes & la Dandolo, on peut tuujo r* s'baleuir de signer les documents suspects,si sa signature doit tre l'objet de commentaires quivoques, tt pui?, n'oublions pas qu'en politique, dans ce/laines circonstances, 1 hou me.d'Elst nu _4>as si a einent que ta coescience consulter, il doit aussi complet avec la.grande conscience de l'opi nion publique, qui sait si b en classer ses hommes et leurs actes. La Question des Frontires Pon au Prinee, le 13 Octobre 1924 Monsieur le Directeur du Journal Le Matin En Ville Mou cher Magloire, L'Kditorial du • Matin s de Sa me ii 1 1 Octobre courant a produit dans toutes les couches de la Capi taie un tonnement inexprimable, en relatant la grave et tmraire proposition produite airUCongrs Dominicain. Nous nous tonnons qu'au sein mme de l'assemble, il ne se soit pas trouv des voix pour fltrir et condamner cette attitude que r rprouvent la fois et l'humanit •t l'histoire et la courtoisie inter naiiunule. Personnellement, descendant du Grand Gerhard, .je tiens simple ment rappeler ceci : C'est Tinter Motion hatienne dans la personne de mon oncle le Gnral Fabre (ieffrard, Prsident d'Hati, qui a permis par ses bons offices et un concours qui n'a pas de prix, au glorieux drapeau dominicain dont on se rclame tint aujourd'hui,de flotter encore. Tout rcemment le tournai Le Temps . dit en cette ville, l'a surabondamment prouv et les pices sont la. Ilaiti traverse des jours d'preuve, mais •lia %  • prira point. Il y a des insultes qui n'atlei gneat pas le bienfaiteur. A vous en la Patrie, _^ Gnral GEITRAItD Cirp sui. Ce soir, grande reprsentation ea l'honneur de la Socit de Port au Pnocequi a fait la Ccmpa gui Saen/ un accueil dont elle gardera le meilleur souvenir. Pro iiiu.c nche et vari. \• tidi> di, reprsentation au pro ht del Croix Rouge. Les %  iittis;de J l'Histoire L'œil de Cambetta I ^Gambetia, colier, eut ua accident la suite duquel il perdit un mil. — C'est ce fAcheux contrecoup qui lui a valu le dsagrable surnom que l.uii Duudel lui appli que dans tous ses d^cours borgne sonore. — Ut, Thiers qui tait nilleur en mme temps qu'hom me d'esprit disait souvent : "l'œil de Gambetia voit tout''. C'est sa sortie du Lyce que le futur membre du gouveraement de la.dlense nationale fit pla r un ieil en verre dan*l'orbite vide Ses amis lorsqu il le rencontr rent pour la premire fois, furent si heureux de ne plus lui voir sur la ligure l'affreux bandeau noir, qu'ils l'entranrent dans un caf du boulevard pour le fler. — On se versa force petits verres. Les bons mots et 1 espiit ptillrent comme le champague qui fusait des bouteilles. Cambetta avait pe du son sir morose, car ses am s lai avaien jur que 1 o-il en verre avait t si parfaitement introduit dans l'orbi te qu'il tait dsormais absolument impossible de discerner le quel de ses deux yeux tait l'arti ticiel. Gambetia tait au sepli ne ciel, car il aurait tout d, une au mon Je pour que l'on ne s' pan at jamais qu'il n'avait qu'un seul mL L'on festoya longtemps encore et puis l'on se spara. Dans la rue, Gambetia, un peu troubl par les vins capiteux qu'il venait de boire, alla buter contre une femme qui passait, mme il trouva bon d'avoir pour elle cer laine attention un peu trop familire. En plein Paris, juge/ La femme le repoussa rudement! Recommence un peu. lui ditelle, et de mon doigt je te crve l'autre .cil." Gambette fut dsol de eetle aventure. Ses amis venaient de lui assurer que ses deux yen taient identiques et comment don nlte ratane femme avait elle pu si vile s'apercevoir qu'il avait un col postiche Sa tri/teste recammia, A vendre !)• ballons pour "Asso dation %  t veasies de ballon. S'adresser 1 loger Dreyfus Lus cirai la In journal de Toulouse raconte la petite histoire savoureuse suivante >• Un -Ipute du Midi constata, ep reolrant le soir chez lui, que a fille, une jolie Lruoe de dixsept ans, avait profit de son absence pour se l'-iire couper les eue veux la garonne. Le d, ni vient d'envoyer du papier timbr au coifleur e pour avoir (ans s Air • nqu>> de l'auto risalion | ternelle, massacr la chevelure il une mineure . L'audience est assez amusante %  % %  %  —i i.fc %  . Gala Maonnique en perpeetive U nous est revenu que les Mem bres de la Loge L'htoile d'Haiti, •>o 5, proceueionl le uunanrbe Itf Octou e courant 1 inauguration de leur nouv-au le.upie rig a la i ue de I Egalit, en lace de l lldpi tal Gnral. Ce serait, parait il, une clatan te soiennit, l'atelier tenant a faire une manifestation aussi imposante que ceiles de Janvier dernier,! l'os cision du centenaire du Giaul Orient. Nous renseignerons. U-^aMaaNaaaaa-atMaaaaaaNT M. n aaM-VHaaBaaaaaaaalBBaaaartlSBa Parisiana Jeudi Par Cable L'Emprunt allemand PAHIS— AUX runions de la se maine dernire MM. Ilerriot et Clmente! ont eipos aux repr sentants des banques la nces-il de la participation franaise H l'en prunt de 900 millions de marks or. Les banquiers ont rpondu a l'appel du gouvernement. L'emprunt est ainsi rparti : r.lals l'aie 110 millions de dollars, puis en livres Angleterre 12 millions ; Kian ce, Il llaode et Suisse eh cuoe trois, Belgique, Nido et Italie 2 et un demi pour l'Allemagne.L'en semble des banquiers franais assureut la souscription du placement de la tranche rserve la France. One dclaration de Douinei'tjiie PARIS— I ne dpche de Nmes annonce qu< un banquet du son seit gural M Doumecgue, prsi dent de la K-publique, a dclar que la France a besoin d une paix durable. Elle l'implore avec une ferveur et une sincrit que person ne au monda ne peut mettre en doute. U faut alayer la paix solide ment perdes garanties sres dema les l'effort des organise ti mde scurit admirablement cre* par la Socit des Nations au m de laquelle la France a jou rcemment un rle si deisif, CD Fraice Lei rceptions ta l'honneur du Prsident luMu lexique continuent PAHIS— L'n dner a t donn par l 't.mon c nomique France' Mexique eu l'houueui du General ( %  allas, prsi lent du Mexique,sous la prsidence de M Kaynaidy, mi niaiie du commerce, u emineni s peisooualile* du commerce, de l'industrie et de la linauce y asSU talent. Le linral Gouraud tait prsent. Le voyage <) kilomtres, a t cou verte en • heures environ. PARIS— Le /tt'%  survol la France k une vit( I l'heure et k une ri grande allitu de que oersonne ne l'a aaei I, D'aprs le nouvelles ni ns, mi ne vit le dirigea deoi fois de la Iniii [ %  i I h ihiiuie Le gnrai taillaamal remplace le gnral Ov(joulle PARIS— Le Gnral (iuilaurnut. membre du coostil suprieur de guerre vi nt d'tre tiommau %  ora maudemeot des troupes tram dans les provime* rhnanes en remplacement du Gai r^ii I lgsotle qui a demand tre relev de ses fenctiens. Nouvelles diverses BORDEAUX— La station i tlgraphique a enr-gi tr k 1. heures un signal du zeppelin sur volant l'estuaire de la tiiromle. LATONK— Battant Ions 1 cords des courses de -H00 mitres de l'Etat de Kenturky, Sara zen Hongre, alezan de 'i ans, apparie naul a Mme W. K, Vandirbill, a vaincu Epinard dans la course na le des sries inlernutim ilile vaut une faute de , j'ai ilinon tre I ; perd qui menai ni le pa>s par l'uniilTrence des l'ouvoir publics devant la propagation de la Syphilis. (Juelqups annes plu tard,la pr s 1 'empara de la question il vint I inmmence du danger, et tant aux Ciy^i qu'au C

t dans les folies rvolutionnairav. Il Nation se rtSSIUl elle-tniuj de cet tat anorsML Il est lacile de constater qu' cause du dsarroi de la vieco* nomique dont l'tat prcairo pousse hommes et lemmfj lai Iransactions capables il i SOUilUris conscience, la prosliInlion s'i'len I avec une laciliu re narqu ble. Auruue loi ne ernii't d ai iin el d'ex amin' %  lemmequimne la i m uBKt Ifaii dans c i psys o l'on l'ait des loi D ni, p uirquoi ferait ou p il une pour rglementer II prostilution? Est M r cette iNiiiM 1 i nu: n'esl pa patente quon s'y adonne si facilement, avec tant de dsinvolture ? Dl mil* In'uiviis s filletti s dl 12 ans ont 1 %  r^ cl-ls, elles se sont maneip %  %  -.; aucune loi ne s'est oppose cette i ni ill' brutelemnt faite au Ho le. Personne ne s'opposera cet talage dlmpu licites de drergoodsfe si lgre meni appliqu devint la morale publique. T I il pas possib %  d'arrter la cro je MI s • ;> mis 18 11 'tries C itti n ne in I 0 ir aie i qui a caractris noire COO bute alors que les inti S les plus saia du pays tatenl mani ntinuera-i elle de nous guid r devant la marche proyi les iii' u\ q ,i m mu Dl lira la race elle-mme ? Ksi ce avec cea rabougrit le retnnm gran* dies par le choc que DOUS formerons hi m u dedemsio ? Si hi Service d'il gine appar tient i l'auires lments, n'a* VOJH nous pas quelqii' taire dl noire cl Ne pouvon s-nous pis, par une saine propagande, pp rjuer leur eftorl, en vue des t* ments essentn'l I la conservation de notre nationalit ; la pro niiaii-. n des iuvegs de d • h mo i i e .'— Et tout M d'une itra'.o de* Tilles / 1913 us uiw proportion do ll.^.'olo poux ,".


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06283
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, October 14, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06283

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR NIOPRIKTAH.E
Clment Magloire
BOlf VIBNA
1358 Nue Amrlcslne
MJMERt) 20GBNTiMBS
Quotidien

Nov y
1924
Quoique l'honnte hofluae lasse
son devoir avec nttWi
ment, uniquement parce ajii'j
c'est le dcvoir,il trouve?cepen*
tlant une premier* rcompense
(l.ms lr tt'moi(|ii;i<|e "le BS enns-
cirnee.
TELEPHONE No 342
lSmt ANNEE N* 9*36
POMMl>f RfNOI llUITl )
MARDI 14 UOl'uBRE 1924
/
Une Brochure d'Actualit SilPiKjpllS Nouvelles Etrangres
Monsieur le Directeur,
L'imprimerie Chraquit vient d'
diteravec un soin scrupuleux, une
brochure de Mr Damaae t'ierre
Louis, dont la (orme polie et polie
aux deux sens du mot, Tait son-
ger a la guerre en dentelle et qui
constitue pour Mr Uellegarde une
impralive mise eu demeure de s'ex
pliquer.
Mr Pierre Louis avec une ironie
frocement, souriant, reproche a
Mr Beltegarde, d'avoir trop !
haie, et avant tout Tolbiac, fart
son petit clovis. et fier su-ambre,
bnii ce que hier encore il adorait.
A ceux qui lui reprochaient ses
divers avalais politiques, Hugo r
pondait aprs Mry que l'imbcile
seul ne change pas; il est certain
que Mr Uellegarde, a retenu la le-
un et t'elforce de n'tre pas un
imbcile. Le malheur est que le
camelionage politique ... la tactique
de mnagement de la chvre et du
chou... sont des choses mrie*
que l'on ne saurait ressusciter dsor
mais avec prestig ou mme prol.
Il faut aujourd hui savoir quand
on a adopt une altitude, s'y con
former jusqu' la victoire, ou l'-
chec. C'est trop facile en somme
de faire de la propagande franaise,
prs avoir lait de la propagande
amricaine. Tour it tour coupera
tille et nationaliste, Mr Uellegarde
pass matre (c'est incontestable)
dans l'art de lancer et d'attraper,
a liai comme le plus habile jou
gleur par se troubler, et casser sea
assiettes.
San* doute Mr Uellegarde est
un bel orateur, mais enlin il y a
ausri Dmosthnas, Cicron, Mira
beau et quelques autres ; sans don
te il a tout un jour gard Lyon
suspendu ses lvres, mais
nou'savonsqu'Orphea fait mieux.
Ceux qui jugent sainement des
choses ne sont pas tenus d'applau
dir une loquence laquelle
manque pour tre persuasive d'lee
Sersuade Mr Damase esti ue que
[r Uellegarde est une rserve d'
finir... cela est d'une belle poli
tesse, mais c'est tout, car s'il est
vrai que, la littrature retiendra
ahurie que Mr Uellegarde discourt
avec une gale aisance sur n'im
porte quel sujet : l'art uiirinairt.
la situation matrielle des Hottentots
et que sais je, par contre la politi
que le tient pour an transfuge inca
pable de dcision ou mme d'opi
nion.
Il est d'usage depuis quelque
temps de ne pas chicaner Mr Itelle
garde, sans prendre la prcaution
de dclarer qu'on ne veut pas lui
faire de la peins ... donc il est
bien entendu que nous ne voulons
pas faire, de la peine Mr Belle
garde, mais nous tenons lui faire
k marquer que la brochure de Mr
Pierre Louis crite d'ailleurs avec
un art chti, non seulement le
prend partie, au collet si vous ai
me/ mieux, mais encore met sa
rputation mme en jeu. Si Mr
Uellegarde se tait il n'a plus que
la ressource de s'en retourner a
Lyon... s'il s'explique (et nous le
supplions vivement de s'expliquer)
sa tAche sera assez, d il licite de nous
prouver que Janus n'avait pas
deux vu-aces.
Veuillez agrer. Monsieur le Direc
leur, mes salutations empresses.
VOUTAI
L'n v ntde patrioti me souffle ces
joura-ci. un pourrait le croire un
peu tardil.mais respirons-lequan 1
mme, cela fait du b en aux pou-
mons. Toutelo -, le peuple, bon
enfant, qu'on croit plus indi!)reiit
qu'en ralit il n'est, se demande,
un brin, pourquoi se dmne t on
tant prouver qu'on est b>n pa-
triote et qu'en toutes drconaUncM
on a agi au mieux des intrts du
pays Tout cela est fort beau, et
nour -s de tout coeur avec
ceux qi.r snt, noir sur blanc,
qu'ils sont i.. U Initiens tiare
au* au e : von .'tej ois pa-
triotes si vous ne le crie/, pas sur
tous le* toits I C'eut la consigne
de ta u : c uelle Cependant,
cette faon e faire trahit-elle l'exis
tence d'un soupon de reproche in
ime qui. tout au fond de soi, va
git '.' Du teste, la chose n'a pas
u'impirtance, et le peuple ne peut
que beolicidr de celte mulation
dmontrer qu'on c bien fait tout
ce q i on a fait. Il y a toujours de
la marge pour reparer l'erreur
qu'on a couenne du us le pass. A
tout pch misricorde.
I ne ide. Chicun dsire, sans
doute, prendre un noble maintien,
pour le cas que viennent les Umps
nouveaux anuoncs.l.a rdemption
est la porte tu lin de compte,
comme ou-* sommes b en loin des
sacruRes & la Dandolo, on peut
tuujo r* s'baleuir de signer les
documents suspects,si sa signature
doit tre l'objet de commentaires
quivoques, tt pui?, n'oublions
pas qu'en politique, dans ce/laines
circonstances, 1 hou me.d'Elst nu
_4>as si a einent que ta coescience
consulter, il doit aussi complet
avec la.grande conscience de l'opi
nion publique, qui sait si b en
classer ses hommes et leurs actes.
La Question -
des Frontires
Pon au Prinee, le 13 Octobre 1924
Monsieur le Directeur
du Journal Le Matin
En Ville
Mou cher Magloire,
L'Kditorial du Matin s de Sa
me ii 11 Octobre courant a produit
dans toutes les couches de la Capi
taie un tonnement inexprimable,
en relatant la grave et tmraire
proposition produite airUCongrs
Dominicain.
Nous nous tonnons qu'au sein
mme de l'assemble, il ne se soit
pas trouv des voix pour fltrir et
condamner cette attitude que r
rprouvent la fois et l'humanit
t l'histoire et la courtoisie inter
naiiunule.
Personnellement, descendant du
Grand Gerhard, .je tiens simple
ment rappeler ceci : C'est Tinter
Motion hatienne dans la personne
de mon oncle le Gnral Fabre
(ieffrard, Prsident d'Hati, qui a
permis par ses bons offices et un
concours qui n'a pas de prix, au *
glorieux drapeau dominicain dont
on se rclame tint aujourd'hui,de
flotter encore. Tout rcemment le
tournai Le Temps . dit en
cette ville, l'a surabondamment
prouv et les pices sont la. Ilaiti
traverse des jours d'preuve, mais
lia prira point.
Il y a des insultes qui n'atlei
gneat pas le bienfaiteur.
A vous en la Patrie, _^
Gnral GEITRAItD '
Cirp sui.
Ce soir, grande reprsentation
ea l'honneur de la Socit de Port
au Pnocequi a fait la Ccmpa
gui Saen/ un accueil dont elle
gardera le meilleur souvenir. Pro
, iiiu.c nche et vari.
\ tidi> di, reprsentation au pro
ht del Croix Rouge.
Les iittis;deJ l'Histoire
L'il de Cambetta
I ^Gambetia, colier, eut ua acci-
dent la suite duquel il perdit un
mil. C'est ce fAcheux contre-
coup qui lui a valu le dsagrable
surnom que l.uii Duudel lui appli
que dans tous ses d^cours borgne
sonore. Ut, Thiers qui tait
nilleur en mme temps qu'hom
me d'esprit disait souvent : "l'il
de Gambetia voit tout''.
C'est sa sortie du Lyce que
le futur membre du gouveraement
de la.dlense nationale fit pla r
un ieil en verre dan*l'orbite vide
Ses amis lorsqu il le rencontr
rent pour la premire fois, furent
si heureux de ne plus lui voir sur
la ligure l'affreux bandeau noir,
qu'ils l'entranrent dans un caf
du boulevard pour le fler. On
se versa force petits verres. Les
bons mots et 1 espiit ptillrent
comme le champague qui fusait
des bouteilles.
Cambetta avait pe du son sir
morose, car ses am s lai avaien -
jur que 1 o-il en verre avait t si
parfaitement introduit dans l'orbi
te qu'il tait dsormais absolu-
ment impossible de discerner le
quel de ses deux yeux tait l'arti
ticiel. Gambetia tait au sepli ne
ciel, car il aurait tout d, une au
mon Je pour que l'on ne s' pan at
jamais qu'il n'avait qu'un seul mL
L'on festoya longtemps encore
et puis l'on se spara. .
Dans la rue, Gambetia, un peu
troubl par les vins capiteux qu'il
venait de boire, alla buter contre
une femme qui passait, mme il
trouva bon d'avoir pour elle cer
laine attention un peu trop fami-
lire. En plein Paris, juge/
La femme le repoussa rudement!
" Recommence un peu. lui dit-
elle, et de mon doigt je te crve
l'autre .cil."
Gambette fut dsol de eetle
aventure. Ses amis venaient de lui
assurer que ses deux yen taient
identiques et comment don nlte
ratane femme avait elle pu si vile
s'apercevoir qu'il avait un col pos-
tiche '
Sa tri/teste recammia,
A vendre
!) ballons pour "Asso
dation t veasies de bal-
lon.
S'adresser
1 loger Dreyfus
Lus cirai
la
In journal de Toulouse raconte
la petite histoire savoureuse sui-
vante .
> Un -I- pute du Midi constata,
ep reolrant le soir chez lui, que
a fille, une jolie Lruoe de dix-
sept ans, avait profit de son ab-
sence pour se l'-iire couper les eue
veux la garonne.
Le d, ni vient d'envoyer du
papier timbr au coifleur e pour
avoir (ans s Air nqu>> de l'auto
risalion | ternelle, massacr la
chevelure il une mineure .
L'audience est assez amusante
"-------i i.fc .
Gala Maonnique
en perpeetive
U nous est revenu que les Mem
bres de la Loge L'htoile d'Haiti,
>o 5, proceueionl le uunanrbe Itf
Octou e courant 1 inauguration
de leur nouv-au le.upie rig a la
i ue de I Egalit, en lace de l lldpi
tal Gnral.
Ce serait, parait il, une clatan
te soiennit, l'atelier tenant a faire
une manifestation aussi imposante
que ceiles de Janvier dernier,! l'os
cision du centenaire du Giaul
Orient.
Nous renseignerons.
U-^aMaaNaaaaa-atMaaaaaaNT m. n aaM-VHaaBaaaaaaaalBBaaaartlSBa
Parisiana
Jeudi
Par Cable
L'Emprunt allemand
PaHIS Aux runions de la se
maine dernire MM. Ilerriot et
Clmente! ont eipos aux repr
sentants des banques la nces-il
de la participation franaise h l'en
prunt de 900 millions de marks
or. Les banquiers ont rpondu a
l'appel du gouvernement. L'em-
prunt est ainsi rparti : r.lals l'aie
110 millions de dollars, puis en
livres Angleterre 12 millions ; Kian
ce, Il llaode et Suisse eh cuoe
trois, Belgique, Nido et Italie 2
et un demi pour l'Allemagne.L'en
semble des banquiers franais as-
sureut la souscription du place-
ment de la tranche rserve la
France.
One dclaration
de Douinei'tjiie
PARISI ne dpche de Nmes
annonce qu< un banquet du son
seit gural M Doumecgue, prsi
dent de la K-publique, a dclar
que la France a besoin d une paix
durable. Elle l'implore avec une
ferveur et une sincrit que person
ne au monda ne peut mettre en
doute. U faut alayer la paix solide
ment perdes garanties sres de-
ma les l'effort des organise
ti m- de scurit admirablement
cre* par la Socit des Nations
au m de laquelle la France a
jou rcemment un rle si deisif,
Cd Fraice
Lei rceptions ta l'hon-
neur du Prsident luMu
lexique continuent
PAHIS L'n dner a t donn
par l't.mon c nomique France'
Mexique eu l'houueui du General
(allas, prsi lent du Mexique,sous
la prsidence de M Kaynaidy, mi
niaiie du commerce, u emineni s
peisooualile* du commerce, de
l'industrie et de la linauce y asSU
talent. Le linral Gouraud tait
prsent.
Le voyage rilKDItl'HAFEN Le dirigea
ble ZtW, construit par la Cie _/ep
pelin pour la marine amricaine,
est parti h. 90 pour accomplir
le visage transatlantique si long
temps diffr. Avec un temps favo
rable et les moteurs fonctionnant
bien il espre couvrir la distance
de 6*00 kilomtres qui repaie itor
deaux de New Vo:k en moins de
00 heires et ^arriver Lakehurst
dans la seire mardi ou mercredi
de bonne beuie. La distance entre
In 'Irn-lishafen et ItorJeaux, va
lu.'-e. i '><) kilomtres, a t cou
verte en heures environ.
PARIS Le /tt'- survol la
France k une vit( I
l'heure et k une ri grande allitu
de que oersonne ne l'a aaei I,
D'aprs le nouvelles ni ns, mi
ne vit le dirigea deoi fois
de la Iniii [' i I
h ihiiuie
Le gnrai taillaamal
remplace le gnral Ov-
(joulle
PARIS Le Gnral (iuilaurnut.
membre du coostil suprieur de
guerre vi nt d'tre tiomm- au ora
maudemeot des troupes tram
dans les provime* rhnanes en
remplacement du Gai r^ii I lgsotle
qui a demand tre relev de
ses fenctiens.
Nouvelles diverses
BORDEAUX La station i
tlgraphique a enr-gi tr k 1.
heures un signal du zeppelin sur
volant l'estuaire de la tiiromle.
LATONK Battant Ions 1
cords des courses de -H00 mitres
de l'Etat de Kenturky, Sara zen
Hongre, alezan de 'i ans, apparie
naul a Mme W. K, Vandirbill, a
vaincu Epinard dans la course na
le des sries inlernutim ili- le
vaut une faute de leurs. Celte victoire a rapport
."tf.OliO dollars Mme Vandn bill
avec une coupe en or d'une valeur
de i") 0O doMtvrs ; Zpinard gagne
rJOOO dollars comme Sme prix.
TOKIO Le min.stre des coin
munications a fait savoir que le
major Zanni, llltrpida aviateur
argentin de, reeevr.i la mdaille de 0o e
classe de l'Ordre du Soleil LeWast
aprs son arrive I .Yi-umigara,
arodrome de Toko o il se rend
de Kushimolo.
PARISLe moto ye.iste Pich n il
a tabli le recoid u ond a d no
loeyoletls avec molem d'us tapa
cit do 500 l < ainetrea cubes. Il
a MMjveil lOi milles eu un h me
7 miinili- t M e iirtes i, -m ||
u tavelle pista de M ntb ry. De
nouveaux reeordi prol itonn I*
vn-nnent d'Mre tablis dans les
cuuises de I il '.H)H kilemi'-lres
qui uni marque I inauguration de
la piste de loUO mtres qui viant
d tie termine prs de Parte. Uni
nierai couvert 1 miaules 48 secondes l| i et 90 I. lo
mtres en iti minutes 89 aeeeadi I
Il i.l'ne panne'd moteur inleirom
pit la course. Thomas lierry d idi
une voilure de 3000 C. V.a rempm
t ca que l'on considre comme |o
record mendiai. Il a douverl B "
mtres en M isoendei
une vitrasa de 210 kilea II
1 heure.
HYGINE SOCIALE
U faut rglementer la prostitution
I 8e et 0e pisodes
atra*:O,50cts.
I
En 1913, dans la lievu)
f lluti Mi-licale >, j'ai ilinon
tre I ; perd qui menai ni le pa>s
par l'uniilTrence des l'ouvoir
publics devant la propagation
de la Syphilis.
(Juelqups annes plu tard,la
pr s1, 'empara de la question
il vint I inmmence du danger,
et tant aux Ciy^i qu'au C

Portau-l'/ince, mon'' udesur
la question eut les honneurs
d'une mention ou de la repro-
rju ti" le ne crois pas qu'
ire actu-lle la danger soit
moi ire Vu contraire, wrlaioi
g ttss, certaines rcriminafioni
ssrnblajjt aiiirm^r fiua la Soci-
t, notre nationalit elle-m- ut
est Kravein.iit m nice et que le
p oilome pos par l devajop-
p nient de It prostitutiun m
une srieuse et prompte s il ,
lion.
J'crivais alors dam I
al ces h,:u 's : c Si, en
dpit rjsj crises ;iliy-i il'j/iques
qui pourraient entrane) I
population, mo montre'
un pouvoir prolili |u I Iont on
lait tat si sou v ni, red
toutefois qu i -
nombre-lis i'd,
tro la tsJeur d'une u ilioo. q i
les mialil* native d'pnduran-
ce, devoloot' ei J'tMrgM dont
ils donnant hi prenv.'.
Li Nation 'I iHienne Q miur-
r. erles, pa -, i omm i le i einent
s D^nreiusenMnl ses illustres
p liseur prosateurs, pottti
hommes d'Etat, historiens.
\| u I nrations futures
s'i-ont aile eptee I recueillir le
patrimoine social, politiqu,
QtiBque, qui doit, en secom-
pltant, en se rgnrant et en
e perptuant.! causer une I laiti
grande, forle, prospre Depa quelques annes, l'antigoinsma
des gouret d mis et de ceux qui
s'intitulenl Nati inaustui fait
surgir ce redoutable problme :
l'ar qui el couun.'iit s^ra ?au-
ve la .Nation V
Tandis que le Pouvoir lgalc-
nii'iil constitu va, sans corn-
|iionnssii)ii, au devant de la so-
lution i|ui rpond son dsir, ;\
son programme de sauver la
.Nation, malgr elle ', les Nt-
uonaUsti i outre si dcide
prir se dreN Dl dans leur fieT"
tu avec un geste de sublime pro-
pre I intransigeance
des gouvernants diriger tout
s Mils les m- incts du peuple par
vertia pu- l'goisme el Tinhibi*
de ses ducateurs dans le
Pass I
\ est-il donc pas venu II mo-
ment de rapp lier i tous que la
Nation ne vint que pir ses l-
ments ciinstilulils et que, com-
iiii' ja l'crivais eu Id'll, dans
les Nouvelles ,ttot vaut 1 in-
dividu, tant vaut la nation L s
donc que l'm livi lu u'esl pis
s un, qui li vacille ou n-
me une boussole, au gr il n
cisc is; lorsque son en r-
gte s'mietl i dans i inaction > t
dans les folies rvolutionnairav.
Il Nation se rtSSIUl elle-tniuj
de cet tat anorsML
Il est lacile de constater qu'
cause du dsarroi de la vie- co*
nomique dont l'tat prcairo
pousse hommes et lemmfj lai .
Iransactions capables il i
SOUilUris conscience, la prosli-
Inlion s'i'len I avec une laciliu
re narqu ble. Auruue loi ne
ernii't d ai ii- n el d'ex amin'
lemmequimne la i m uBKt
Ifaii dans c i psys o l'on l'ait
des loi D ni, p uirquoi
- ferait ou p il une pour r-
glementer II prostilution?
Est m r cette iNiiiM1
i nu: n'esl pa patente quon
s'y adonne si facilement, avec
tant de dsinvolture ? Dl mil*
In'uiviis s filletti s dl 12 ans ont
1 r^ cl-ls, elles se sont man-
eip ' -.; aucune loi ne s'est oppo-
se cette i ni ill' brutelemnt
faite au Ho le. Personne ne s'op-
posera cet talage dlmpu lici-
tes de drergoodsfe si lgre
meni appliqu devint la morale
publique. t i il pas possib .
d'arrter la cro
je mi s ;> mis 18 11''tries,'
C itti n ne in I 0 ir aie i qui a
caractris noire COO bute alors
que les inti S les plus saia
du pays tatenl mani nti-
nuera-i elle de nous guid r de-
vant la marche proyi les
iii' u\ q ,i m mu Dl lira
la race elle-m- me ? Ksi ce avec
cea rabougrit le retnnm gran*
dies par le choc que DOUS for-
merons hi m u dedemsio ?
Si hi Service d'il gine appar
tient i l'auires lments, n'a* .
VOJH nous pas quelqii'
taire dl noire cl
Ne pouvon s-nous pis, par
une saine propagande, pp
rjuer leur eftorl, en vue des t*
ments essentn'l I la conserva-
tion de notre nationalit ; la pro
niia-
ii-.n des iuve-
gs de d h mo i i e .'
Et tout M
d'une itra'.o de*
Tilles /
1913 us uiw
proportion do ll.^.'olo poux
,".



LE MATIN
fURODONAL]
i
*-
&*
3
-%*
RhumaHimes
Nvralgie
Goutte
Gravelle
Artrlo
Sclrose
Obsit
Qnl eui rcilar Jaune cl Seller
lirliumilimri,ltdurtlnemen!
ai arirrei l'enablemenl dee
relaie, las earlcee at l'obeell doit
liminer l'aics daclrfe urlque.
cm potion da noire or(Unmi,
ai faire des curai rsultera*
TWRODONAL.
lave le sang
- L'inuioion prin 4 .1. dent t
tralK. cm du I sricrio " .Int tout trr.perne, la noi-asvce t,
le d*lolipemni ir A la ntilod- at iWicleru&r 1 acide
vZtQnt liant la kaul facrur dt r'
wn ,n, on dora. e.ani 10u,i toin
enoie lutter eoera 1 rnvni ai Irf
quaaimeni onirr ta rtelioft d'acc
uriqm dna l'urfariltme in employant
l'L'rodunal -
Pmfi Pral f elm mi 1 runiriniie t folUen
CU! CMttia'n. I
M 11" tt*f.
r Vil'Rcliaau Pari*.
nrn
eirfn r-.' t. losl-
.ruria
0 (aVOK,
Il l.miM.
DIALIROL
.-.jive. l,-"mi(o M!*dl#. U".
Aritriutm*. r.in1iouih.i
iiuvr>ni iubv tiir.-.a.it Stase-
fSBJMS.
''* "ffi W**JISrf
lerge Taillant Consignataire pour flaft.
l'auut-e 19/2 el de 2i)o|o He
syphilitiques, pour l'anne H 1,
sur le lot il des malades vus
dans l'Assistance oubliqu1.
Le rapport /922 23 du Ser-
vice National a'llygi: e relate
34! dcs causs par la sypliili*
dans le pays, ( dison* bien: cas
de syphilis dnoncs dans les
ville* ).
Ya\ plaine rue, au grand jour,
( et le soir, c'est une calami-
t ) 1 marchandise s'tale avec
une faon de rclame telle qu
pour la refuser, il laut avoir
vraiment les poches vides.
Avec le laisser-aller nu'on cons-
tate dans quelques familles, les
gamins de U an *, vont dans Ibs
cafs, fument la cigarette, se
promnent tout seuls le soir,
sauf l'assistance des grands pa-
rents-
El les rencontres ne man-
quent pas. On se reconnat, on
s'attendait, on esprait se voir,
et il y a la geste devant lequel
on ne rsiste pas. ,
'.'m donc racontera le* Icnde-
nains douloureux de cet rencon-
tre* funestes, et pourtant, si plei-
nes de saveur au dbut '
Mais In nature va vile eu beso-
gne, et le epirochte de Schau-
dian ", le germe malin, aura trou
v un liou terrain pour ae dvelop
per.
. -......<,.. ..
Si mua ne voulons pas que I tu
vredupraent ail t ut a jimtie
perdue, Il y a quelque chose dur
t>l raliter, c'ait de aauver la
(euueisa par la rglementation
da la prostitution."
Dr Ed. DEPhSTR
VARIETES
Prarmit
CE SOIR
Li Conte de
NiQte Criste
|5e chapitre
.Entre : G.0.IO
MEHCREUI
Prs des Cimes
-r>l>ai iK-s
('. tilm sera exhib ici pour
la dernire fois devai t tre rx-
pii en province*
Entre'n 1.00
Loge) : 2.00.
Aiatete France est mort
Par Cble
TOIhS Anatole Krance e;|
mort. Le grand crivain s'tst
ttiat paiaibiamant Dr puis le mois
d'aot aa sant causait la plu a/an
da icquituda a ion entourage.Kn
raiton da atn ge avanc (80 an)
am avait perdu tout espoir de gu-
rison, mais le clbre romancier a
gard toute sa lueiditjusqu'au d r
nier moment.
eeaSBWHHe-HeeKfB^eeaeaetaeeeee-
Fte de Saint Girard
Jeudi, 10 Octobre, est la fte da
St. Grard Majtlis, envers qui la
dvotio i de la population augin u
ta de jour en jour, Il seia cUaul
es son bonutui, s Si Joseph 6
h*uies prcises du matin uie
iueee solenuellr, avtc diacre et
nous diacre, tous les tidles de la
TiJJe T 8nt cordialeoicut inv.tes.
Notre confrre L'Issor , qui
se trouve en dml avec notre
ami Paul Sals, ehef de division
au Dpartement des Finances,
priraordialement sur la question
de la copie 'le lettre livie i la pu
blicil, a dclar hier qu'il re
nonce la rpon** qu'il comptait
faire et qu'il avait annonce la
lettre da M. Sals publie dans le
Matin da samedi.
Nous Ce icilons noire confrre de
ce geste, command ne serait ce
que par celte considration qu'il
n'eat gure convenable que nous
nous battions entre noua.Ceci dit,
il nous permettra de formuler
sou intention un lger reproche
sur l'otfg ne da ce dml.
Notre centrer, trs prmatur
ment, a fait des allusions irau-.pt-
rentes l'gard de M Sal corn
me auteur de la filouterie > corn
mise dans les bureaux l'occasion
de la aepie de lettre dont nous va
nons de parler Outre que, pour
noire part, nous croyons notre
ami Sals au-dessus d'un tel si>p
on, nous trouvons que toute coo
clusion sur cette affilie a?t prma
ture. une enqute tant ouverte.
L'Essor l'a si bien compris
que, ayant appris que la rvoca
tion da M. Chties Duplessy tait
interprte comme pouva t avoir
une ralatioo quelconque avec lai
faire, il a'est empress da dfendre
sen ami et collaborateur contre
cette interprtation, ca que aous
"p.'IOIIU.Iji,.
Mais pourquoi cette haie de
dfendre l'un et d'accuser I autre,
celte proccupation de erar une
opinion sur cette affaire avant
d'attendre la dposition des faits '
Notre coafrsre nous panlo, o-rs
de lui Taire ce reproche bicu m
crameot, car nous p nsoo- q i
laisse trop parler ses symp.illiu -,
?ue nous respectons d'ai Irnra
I est bien certain que.au poii,t o
en sont les chose-, a u'm-t a
mis,jusqu' nouvel rdie, nia die
que c'est relui ci, ni pilandie
que ce n'est pai celui l.
En l'honneur de
Jn'JacqueSaDessalines
Dans trois jours ce sera l'anni
versaire de la mort du Fondateur
de nolra Iidpendance A c (te
occasion un > messe solennelle s*ra
dite le matin 7 heures la Catb
stade.
A l'issue de c tte crmonie le
cortge aa formera pour sa rendre
au Cimetire de Ste Vnne sur la
tamba du Librateur.
Toutes les coles, to ites hs as
sociations se feront reprsenter par
uaa dlgation.
La soir, une soire tb Wrale au
ra lieu PtrMana o il sari re
prsent la belle p'ea da M n r
din Vieux : < Mckendl <> \ '"
ta pecision, le chA n g* s r* gn
rai.
Tennis Club
Les membres du Tennis Club
sont avise qi une aprs midi spor
tira aura lieu le dimanche 19 du
aourant 3 heure-, pneise*, m
l'hou leur des membres du Cerck
sportif de Mariant at laurs (milles.
La Comit
N. H- Les invits sont pris
d'entrer ptr la barrire du terrain
qu'occupt la Coapagiie JEleetu
que.
fo.i u Pr ne 13 0-tobre o24
G (iti
ni .lelu lei
fin m
,ir.
U.S. S. H.
fommi --i.iu de Fool-Ball
En vue de faciliter l'entrulnf
ment des joueurs devant p'endre
part au match do dimanche pro
c'iaio, avis est donn hiii inli'res
ts que It land du l'arc Le o le
est exclu-ivemenl icseiv aux di's
juip'ers toute lis iniim ei cours.
Les autrt s joueurs ne -m -ni nd-
misa ps t oiper aux e tr In. menls
qu autant qu'ils es in i ir.s
par Us t'apit ines d la J S. II.
ou de l'quipe coalise.
HEMOGLOBINE
BYLA
a-a.
ANTIANMIQUE
PUIS-.AN I
0
FORCE
SANT
EMBONPOINT
0
Li KiUliur
RECONSTITUANT DU SHB
LES TABLISSEMENTS BVLA
H i ow..'^ USB IFSASCSI
s c fcu. n w
Avis
Un franais, muni de toutes ses
pie:s lgales se lrouv.ini en mau
si n vain aux a,jt)r'l-ss et personnes
iofiueotes de sa nationalit solli
eite emphi ou aida.
AUGUSTE HIC. Poste restmle F. V.
tASTHMEi
Seuligemsot immdliiai m
OP PMSSIQHS
laulafamant immlilii gurlion k
Globules Rbaud
KsVaultAlirDtrra lUux.surprejnanti rnimi
T9wtm**Qrmo<:>m^t\^cs>i'9 m Omjnaf *//#
B. DALICHOUX, 27, Bu* v,ciorH|o
BeHa-Coloriei .tut) *
A tm,+-Prxm~ Ps.auma.aia BUCK
Rcpi adir
Le rcpiss N l)8C de la Com-
mission Dsuphi i, faveur R. David
t<)0.53 tant adir e-t d clar nu',
duplicata devant en tre d-maa
d.
Port au Prince, 11 Octobre \9U
P. DAVID
Le rcpiss au No. 161 de
G. 500.50 de la Co n m i >n Dau
phin mis par erreur au no-u de
M. Lissage poir M. Desages est
adir. Je le i stlera nul, duplicata
dt eu re dress.
Pjrt au Prince, le lt 0 oh-e I92J
M. DESAGE"*

Le Roi des Digestifs
r
PEPTODIASE
Admis dans les Hpitaux de Paris
AOTIOM iNatDiiTi
MtVBJLka l eetTiT
OOSLIRt LA OiaBSTION
'avaaisi L'tvacuatioa 01 L'inoa.t
Suppneu
SSna il Paaanlaur S'Iitomii. Ml.
gralnaaiSiWiaiaCwiiayr,eairals
VarUaa, Hauaaa. vamniamanw,
ellennemenle, Dlgulloni alniklaa.
t r aVM Matai ht pirm*in
D*sgt fiatial
UiBstat. r. ztzaa. t. s 4 isas, rum
a iuu, riimu:. ai. rarracs
et iMtei aeaan pbiraucm
i
0 s- s. u-
nmaifcs
Le cession extrtorijn v?* eoir
es examens da certili uni d'tals
pi i m lire ;, a p-is'i 1 vodrJimatir'.
Voici la liste le- mrats :
Mles V. ta Ctstal, S pli a Be
ne li 1. I. i-i-n 11- Miihii, Bdan
Clermonl, Adeline Auguste. Em-
ma Parf.iit, I lora Ch mm lie, lier
mance Dossous, Kmmi l m/i, Ali*
ee Millery, Anna Laseioas'a, Li-
liane Baymond, Lucie Jn Uaplis-
le, .N'eila Su brme.
Du col des gardons il y eut
deusJurvs. Ksultat du 1er Ju
ry prsid par le Sous Inspecteur
Duviella :
MM. Luns Michel,Max St Tort,
Jonbart Kerni/an, Paul Bonhom
me, Eslinor Flii, Anlo ne l'cro',
.Ih. Diir, Victor C.ha-
Cyrius, Antoine Smith, S. I.ari-
che, L Nh/oii, A. Pierre Louis.
G. Tromaa. . Dupiton. A. Du
mas, H. Innocent, P. Ptioa.
Rsultat du 2e J irv priai II par
la tJius Inspecteur Vieil.
J Gsy P. Surprit N. Pi rre
L011 , .Ih Alphonse. M N/on
K. Co neille. F. Ba >ne. A.
Princivti. W llh-mv II Blain,
A. \nglade, M. 84'ap'iin \. Civ;
R. Joeph, C. Rh y A Vlem
bnn, L. Lilatois. P M ton, L
llilsire, A. Tthoa
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
TORT- i*Tj-*jS*I3tT01
ANa.PITRnB. r-arm.ela ALBESUT!
Pharmiri- u O- JuaUr YUPD M
.-
. ! bonp.. ^arl^acle,
Les Secrtaires Gnraux des
Clubs affilies sol piis de faire
parvenir leur collgue de PU.
S. S. H. la liste dfinitive des
mimbre .i< leur, associations, eu
allie l'mission des
cries iliil-niii de I anne spor
tive 1021*5 Les caites d'identi
t mises l'anne d rnit're sont
annules depuis 'e 1er 'iclobre.
fianailles
Nous avons revu la carte de
Je He i. 1 uni Grce
avec Hf .Maurice Muheii
Nos compliments au charmant
couule.
Pharmacie Genrale d'flai
Rickards et GA
1712 (jsntid'Rue, Porf-av.R ince
l'honneur d'annoocor t sa clientle de la Capi-
la l*!*ovi ce, qu'elle vient de recevoir un
laie el de
stock de |i'-.li anunt et de #|.cialiles ; vl qu'elle
se tient comme toujours r sa disposition.
^fpfeefeur l'iiicole de ilodex' ue
LNE
ALUM1NUM
Nw-Crleans& Soutb
American Stsamship Co lue
I rocliains dpsrts directs pour ^ort-au-PrinseJaiti.
X* 5. S tJcVta tat^ra cJUsu OrCatu
Le steamer Bolama laissera BelOrlans le*30 Octo
bie courant pour ioih les ports d'Haili.
A. de Matteis&C'
Colombiaa Seanship Company Inc
Vnpeur dirig par^la Colombidn
Steamihip Company ifiT.,i>otr com
lt de U n'id tate* SMppintf if >ird.
L% S/S Sv.rnam ve tel da Tri-
nidai et Dominique est attendu
Jarin I 'e mi-d l eoura tt.^n route
p r Port Rrince vi% le po **. du
Sa* offrant u-ff G? ste mer nera
P>rtau-Pri ce vers le iG *>t repar
tira pour Vpwlork li mne j mr
f*t*ant > seali m (ion v^, Port-iis-
l'aK et 'iap-H^ ie t offrant du fret.
Ee Steamer Baracoi ayant laiss Hew-Iork
le II Octobre courant pour Ctp Isitien et StMarc,
est attendu I Poit-au-l'fince le 19. Il repartira le
mme jour direciein(n' pour Cayes, en roule pour
Kinjjston Ja, et les ports de la Colombie prenant
Irt et passagers.
Port au Princ, 1- 14 Octobre 1924
(iebdra t 0.Ay nls.
Mariage
En l'Eglise Mtropolitaine sera
bni aprs demain Jeudi /Octo
bre le >. riage Ue Mette rranciue
Rigaulevrc vlr I'. lu .uri.
Meilleurs cemplimentt.
Dcs
Est dcde cette nuitjMarie Ro-
se Fillette K bran-.
Lasfuoraillesiur>nllieu demain
matin, et le eeattoi partira de i
maison mortuaire, sisa place Sta
Aon*., c'it NorJ Ouest, pour se
rendre k l'Eglise Ste lonv
contre
la
CONSTIPATION
prenE les
COMPRIMS
SUISSES
d) DELORT, Pharmacien,
II, Itue Sainl-Anleiae
PAKiai
AVIS
L'dministritioD Goraie des Postes
ayant, il'ua oouiiii.in accord avec ie ilpnrtsuienl des
r iii.iiiois et du.Co n.noico, rsolu d'ur.e laou dfini-
tive, la question de transport des correspondances en-
tre l'uit-an rrince et les .ayos. par automobile. Via
Logiine, Grand i.oaxe, Miragoaue, ..quln. >t Louis du
Sud el Cavaillon a l'iionneur d'informetr ie public et
le commerce que l'horaire tabli pour ie trafic postal
sur la li.'ne du Sud demeure modifi comme suit,
partir de Samedi 11 Octobre courant :
Ueorrter i i-llebdomudaire l'oi tau-Prince Cayes
Aller Dpait de l'ort au l'rince ( 1er voyage ) atamedi n.p.m.
" "e -V \o\agap Mercredi ih p.ra.
|Retour Dpart des Ca es 1er Voyage Ma n 6 h m.
2a Vendredi h. a m.
Courrier Tri-llebdomadaire l'ori-au Prince, \tiragoane
Aller Dpart de l'ort au Prince :
, Lfinii, Mercredi et Vendredi 2 h. p. m.
Retour Dpart de Miragone :
1 Verdi, Jeudi et Samedi G h. n. m.
Courrier Quotidien- Portail Prince Petit dos val
t Allr l heure* p. m. M.tour . 10 li. a m.
Port-au-Prince, le 7 (Jet. \dl\.
Beurre! Beurre! Beurr
TJEN
/ a Maison B* St N. Sada y Compa
ny annonce ses clients quils trou
i eronl
Beurre Creannery pour la 'Table
beurre Etiquette verte pour la ptisserie
lied ttobiii Cuisine
Dalsy
arque' trs connue et trs apprcie'dans le marche!
Kn vente chez : Simon Vieux, Alfred Vieux, Lope
Rivera, Il Hoi-day, Apli. [tslr, A bcha, George H
labl, Jean Assade.
A des prix trs fit.tagtnx.
E& yroe *& en dtail ohes :
B. ^i>lt Sada *'$?
j



Ul HP(S

M MAISON
CL. VERRE!
Tailleur Marchand: \
No 1823 lut du magasin de l'Etat
Se recommande au puMic et sa nombreuse cli-
entle pour lYl(jance de sa coupe et la prompte
excution mise dans les ouvra.)- s ont'is a se* soin*.
la maison reste ouverte jusqu' 8 heures du soir.
Prix modrs
Protgez vos pneus avec la peinture :
pour capote Good Year.

A Qui changement UJpei
I ( -i i e Goodjear^pour <
^ K n'.Vjipotc lait dans [ap|
su
'apps-
nnse de Votre pneu de re
danijr.
Il le conserve,!* rend plus
~od>yeaJ5
E & AUTO T01
PAINT |
jl.iillaut et plus jli,ie pro- j
ItMjeaut dj chaleur et du g^
lluid.
C'est aussi^excellent "pour
piiodre les capotes dauto,
il ies protge contre toute
action de l'eau,
facile i appliqnerli piiitin Goo I
Tar pur 6l))tl et piai s* **'
rapdeaiit, ridnie aux abiets ut
cctleiriiire Irisant.
Essayez-en en achetant u i
| ot et voua serez surpris
des rsultats obtenus.


S
GOOD

A A F* PEABS Limited-
Feur avoir le teint Irais et conserver toujoursjintacte
rette fracheur, servez-vous des excellents produit* de la
lameuse^marque A. l\ F. Peais,liaited Englaid ; tels que :
RSarons transparents en bouiee, Savons transpa-
rente em tablettes, Fine poudre de 1 alo et pondre de
Talo pour B6b, Ratons routes pour vres.
In vente chez Simon lieux et Allred Vieux
Tbe West Indies Trading Cumpany
Port-au-Prince, (onaves, Cup-ilaitien


Grand'Rue,
Cryslal
\ 1628,

t .
Il est dlicieux
Le Buf Sal du MARCHE CRISTAL prpar correctement
et trs frais, Eu avez-vous fait fessai ?
Nous le dtaillonsj quatorze centimes or, la livre, ceci veut dire
une conomie de'"250i en votre faveur sur vos achats du pass.
i\os produite import*, tel* quej Bturre, fromages Camembert et^Crme, Saucisse*, Gigots de Mouton
Ctelettes de Porc, F-vits, etc.. vouai seront^ioujours livrs dans les conditions les pi m fraches.,
Notre installatioii^Systme d'airijfroid, ( et non de glace )
liai vous donne celle garantie.
No viandes fraches de bufs, veaux, moutons, etc., ne vous sont vendues qu'aprs qu'elles ont bU\
dgotes dans nos ch mbres frigorifiques, par consquent, plus haines et plus tendres
que Us viande* non frigorifies ^?
Nous apprcierons voire clientle, et vous, vous appecierez
nos marchandises.
flou* dormons une fiche dmontrant* chaque article achet-de nous, et le montant de lachii. Si vous ne
vtne* pas jnotre Magasin jprsonnette ment, ^txtyts que l'on vous remette eeUe fiche-
Qlle g t cre pour v#(r# contrle^
- ....
ms

V


LriMu; r
Grand'Uue 1717, en face de la k>oste
Provisions, Liqueurs, Vins.Paifumerie. Boulangerie & Ptisserie.
Prix courant ie nos Arlicis :
\
*
Whisky lilack A Whlle (|uart bout. P. or l.Bn
< pint llavk D,ttO
" email plut flask 0,70
Jobnie Walker Whisky red label Bile 1,60
" hlaok Label bout 2 oo
Cemadlan Club 1,40
" 1/4 flaak 0,4o
Champagne Pommery t$ ieno la l>out 2.oo
Champagne Pom>ery & Creno 12 bout
VvaClioquol IVnsardln bouteille
I antoa |ere et FIN
NVliite Split eu peUts flacons
ftordon'r Di\ Gin
l.lo
2 25
2.O0
0.50
. Ml
Sloe (Un / Excellent for cocktail ) 0.80
Cognac llenneasy \\\ A MartelleXW la b. 2 oo
" 1/a bile |,oo
" 1/4 o tu
Cognac Courvoisier bcuteille 1 -*o
llrandy - Comptoir \ inlcole Girondin l,o>
Liqueurs Simon-ain
Crme de Frambroisc*. Fraises, Bananes l'.llo /,oo
Suc Simon jaune j 00
Cherry Hrandy.Abricot llrandy,l'each brandy 1,28
Grog amricain bile' 1 ,oo
Yermouths v
Noilly-Prat 1.10
Clmano 1 OO
Dtibonnet /.OO
Badii Une le litre I.M
Mt le 1,2 litre Rider Vin du d*sert|la bouteille 1,10 1 10
Absinthe PERNOD la 3.00
Chalreute Jaune ;i mi
" 14 bouteille 1 m
Pippermiut Gel Prfet la bouteille i >
Tripke Sec Coinlreau 1.80
Amer Picon 1.70
Madre, Malaga, Sherry Wine, Porto, Moscatel 0.B
liqueurs |ari.|riltrd, Anisellc, Cacao
cliouao cordial, Topaze.
rturaeso triple Sec la bouteille I.U
la demi bouteille W>
Vini eu cai ses Bouteilles depu s P. 0,0 jiuju' P. t.50
Apreot Brandy, tharry Bran-ly
Peach, BlacWberry Brandy la bouteille
la demi boul-'.le
Crme de Menthe verte la bouteille'!
Pousse Ole
Eau de. Vit de Dantii;
l.tO
1.50
C71)
Anis del lono depuis P. or 1,71 Jusqu' 0,25
Provisions
Blefitd O.ives 6 e*. lejflacon
h .. g '
Jambons Swift | ar pice,la livre
fromages la liwe
/spermes entiie- loite
Bouts d'asperges bo.te
lluitres
l'alde foie gras P. 0.50 0.75 t,tj
Tomtta 'atsup 0.50
PimUatot MorroaM I tere'anc
Lait vapor Dancow la Le le
Lait Cotdens
Luit coi denre Nestl la boite
huit- au jus assortis la b .le
' l|t boite
llmle d'olive $ 1. O.W 1,4 bile
Saumon la boite
Soupes "Campbell1 asee.-ties la boita
LaU Klin la boite
Vinaigre en carafes
Dessaux la boutelle
Oign.ins blancs le Mai on
Sucre amricain la Ib
' llasco la Ib
rouge la Ib
Tommes ne terre la lb
Oignent la lb
Ki/ la lb
Manire 5 lbs
Baco i 1> lbs
Beurre Oueen '> lbs le ferblanc
Beurre Rose .' libres le ferblanc
|s. urre Danois le Ferblanc d t litre
le ferblanc de 1| livra
Bardiaet Saupiqael 1|4 boite
An ieux le firblanc'1 ,* boita
i ardines l|tb< tte la boite
|h le \/t livre -
" i {4 livre
Porter la douzaine P. or|3,'la beut.
Ihvers
\l leites" (grande?)
<:artes jouer glaces I ja '
')arlea iouer ordii aires le jeu
fasses et eoucoupe-s on i< rci'ainej 'ouz i1
Poupes depuis 1'. or 0.50 jusqu'
bougies Fournier assorties;
$ or ,0.40
I.M
0.40
0.60
040
0.60
Oif
0.15
0.45
0-O
o.U
0.26
0,60
0.10
t,tn
0.16
0.20
1.00
0.30
0.30
0.55
,0.12
o.to
0.07
0,06
0.07
Q.50
1.40
2.80
0.0*1
0.11
0.40
0S0
0.70
0,50
0.2s
O.M
P. or 3 et 3.0
ii.25
0.1*
or 9, paire '.oO
,2.00
la eusse 5 50
Dpuratif Zeudejas doii7. 20 Dol CIG4RES Dominicains Aurora en gros et en dtail,
Parfumerie Houbigant ~ grand assortiment
LOTIONS plVERT En gros et en dtail


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM