<%BANNER%>







PAGE 1

} LEMAT7 I %  Pagol nergique antiseptique urinaire • Agit vite et radicalement Supprime le douleur de la miction Evite toute complication L Passai r ; Li drouvarta du PAOftX < fait l'.'.jrt d'un* oomtaav mcaliuu l'Acadtinla 4* MMV ur Hjrlt du pi. laaWaur Lauabatie, mdaeia mil d U marine. 10PfBfMPSW daa C>>|M de niedtcioc navala. Nous •vjna tu I >f*-a%  I I .dur la l'ACEOI. Millau toujours SSi • I sala, ri p.rf.,11 aaatf, H BOUS >VI>DI vt>u' %  • •foi u i,aniu cl ...: wij • VAMIANINE 1 Avarlt.Maladlesde UFaau 1 RUCOVAL Pommada non loi qua oantra laa malaiaa a la >aau. SBRQR] YUU.ANT, Conspuai lire pour IliitiJ ; I tants des prlisions dfinitives • t de nature a confondre Saint I lioroas lui nv v n, et la riru'aire misants du Ministre des Piaaaeei nous a t communique : l'orl-au Prince, le 110 Avril 1014 i'.i'-nhitrran tStcrtairu d'Etal Mon Cler Collgue, Ivous serais oblig de birn vouloir prendre note que 10' la Mijc^estiou da Son Eicallence le l'rsideiit de lu M.-p ibliqu, une entente a t tablie entre mm J'paiteraent et l'Office du Rece• •• (jnral des douanes, taii< a t limiter \>, privilge de la franchise douanire aux cas slrittement dtermins par la loi. Le traitement de faveur ron-enti jusqu'ici certaias personnage olliciela devra cesser au 1er Juillet prochain. Agre/, mm < 1 erCellgue, mes civilits empressera, (S) Auguste MAtiLOIHE 1/s mois ioioitp cJ* leur laisse utl ciijare ;ill niir aux deux Jiouts; il • ne sauront couimenl l<' lumen. Apn's 0 annes de gouvernement, Lvsius Saloraon dt abandonner la Prsidence au devant de l'in-urecliuii allume, dans le Nord. r-arSeideTlmaque et de la fJrisid armes lailea l'orl-au Prince mme par l'ex praident Boisruml H.tnal. saloraon, en entendant Us bues et les outragea dont 1 accablait ce mrre peuple qui. '.t ans auparavant, l'acclamait corn me un librateur, se tourna vers aux qi i taient encore auprs de lui ri MU lit cette maistnprophtie : u .le leur laisse un cigare allum aux deux bouts, ils ne sauront comment le fumer a. Ah, ce cigare de Salomon (L^TSTH. La fte sportive primitivement .mu'.' %  r pour .1 ic MU au Par li i onlc est renvoye au dimanch %  li du courant. Celle dernire date devant coincider avec le retour en caite ville de no'.re adiniiah •athlte t.ator et de soncoimKIK.II Armand, le Conseil de I I SSII a drid, peur donner plus uV i lai la ricrpiion de us Mtssieuis.de intrieur leloua par une manifestalion ci nt le ph'gramme connu • tera, ei ('autres nunni intres tanta, IB p. u'ioananl maicli de l'ool-ball qui >>rs dispute* ci lie la Jeopeee* Sportifs Hatienne,ham pkvBBi delStl'24, et une excel lente iquipe coalise. Parisiana Dimanche La Vrit G parties Jou par I .1,111 v LVQD, Maurice Itcnniid, de l'opra, l'ol'ck de la comdie Fran beel Violette Jyl. Kntre i (', '2 oo I iloon : :$.oo Loge: 4 oo • tu ior llhliiicluli u ambrai actifs du Jm Ior 1 lie Club son! rooeoaot 00 LUtfl maie le ami lo ju ge Lon Pierre dont le dfunt tait le pre. Messe de Requiem Vendredi ! courant C> heures l|du matin une mes e solennelle de Requiem sera chaule la Ba-i 1 que de Noire Dame p-mr le rep s de l'me de la ngrelle Madame Jules Itarlhes ne Julia Andr. Les amis et parents sont pris de con>idr. r le prsent coame invitation. I lie fui ci.mi llemei.l merveill isr les tour incroyables et ex u ls avec ooe sr l rurpnaaDt* pir le Joekey li <\g, La vis i,\ I CaM lu Li m en lirem:nl soumis aux injonctions de son matre lit auhnt l'aimiii Ion des uns quelle su>cila l'effroi ehtl les ai.lr>s La diroction du C-rqn'i Saer./ Frres i la reprsentation offerte ce s'ir donne l'avantage i tout individu acheteur d'un liekel quelcorque de bntii ier d'une secondplace i v !u.-i\emeiit au profit d'une dan '• C'oal donc pratiquement un ra biis 'luir.il d : 50 Le Pn'sii.t ni lorno tt la Libration lu territoire Tel !sl le litre il'uoi lffinto petite brocliuif que nous avons n i u-' ce mutin et ilu la plume de Me Damas l'ierre Loutt,aocal. I. I nol'les i.les palrioli pi H qui y sont exposas lont que non? en recommatulons la lecture tous. D'ailleurs comme on le verra, la ttOOndl partie a puni prcdemautnl dan ni • ditions des S tl \e Brp embre coul. ; Nous remercions l'auteur le son aimable attention. Cirp Sw Frres La soire oigaoi'e hier d t un vritable suucis. Tl nies lis | ail ici lu | i r -1 m me ont ' applaudi) t>, mai> le [ u i Ecole S|ici;il! le Stt'noi|i ;i|ilnr el de Dur,l\lotira |ihie. Ont miii a l'is-ue des exa u,. ns du 4 (leti lue \'M\. Le Dipl '.ne de Slenogra| lie debi.tenl. M. l'ail Ai dain. Le Dip"me de Stnographe sta j nu : Me.le t.hiisliue Hardinal Le p'one de D.clyl gra;be : M. Lutovii M l.acombe 4U mots. Ii6) ; Melle IdaHl Vii 1er ( 40 1,3 M. Il mi Mevsyi US, Mtlle Ch'ii line Hnnlinal ^3, M. Weaner lias pil 41 < c Mtle Fugmie Laba tille /! i|t. Vell, (Jga Seuaa V6 Paul Ainlaiu il i|3 : Lot BieD'tbai si i> ar. les ont t a' i iii!i i %  | niir le labliau Oaclilogrepbiqoe : Asse/ hier, M. Wtner Hatpil, Melle ( 'hrisliue Hardi ual. Malle Lugnie Labaslilli loin Melle l.ulia Vctcr. MrUc Olfa S. ixna, M. I i dovie V La11 lobe : Paifail : M. Ht ni i Meva. M Paul Au-a a. I a moNf-nne g-iu ra'e par minu le a l i al u •'e s r textes difit reots. Los rompieitiooe (emportai'! pi' f i e B 0,0 d trieurs ont (l annuUi-. Ceci n'est pas lire Car tla la Rolame je lie sais pas en faire. Cependant ai vous paaaaz du cot du Bureau de l'Administration postale, la Granri'Kue, Rentrez D la cordonnerie Ernest Cane A la Conscience Vous verrez que les chaussures — quejce soit sur eommande ou non — sont faites avec ooiU, soins et so lidit, parce que las ouvriers qui les confectionnent et les matriaux qui y sont employs rpondent et justifient la titre de la maison. Pharmacie Centrale d'Hati Uickards el C lin (iand'llue, PorC-a*i-P rince A riioiineMir u'anntncer i sa clienUle le la Capitale et de la l'i'imnre, qu'elle vient de recevoir un st • k d . ;iiin nls el de Spcialits ; el qu'elle se lient comme toujours t M disposition. Emmanuel D.i/ l'ioios-ieur racole de Mdecine Prix du FI.-non : s franoe. Baume Btn^ •vfc GOUTTI RHUMATISMES NCVRALGIC& Or. BfcXilfc. 14, a> Bslla. 7 MALNUTRITION provient de ce que le systme ne peut pas convenablement assimiler la nourriture ion Scott est promptement assimile par les personnes de constitution dlicate et est un agent actif pour aider la croissance et resteurer les force. f ariaq I A I Kjlise du Sacr Civur de lu v i lr 11 Octobre ooraol la Ir.Jiliin nii|>i'xl*' *eia il. nue a Melle Simone Boueatd ,\>e U En II P< /i i .Nous i nv. y il r n x 'rs plus s i caret d li M h' ur au ili^r niant e: d etir-Ki < couple. L'H e! Bellevue Par sa situation exceelionnella le confort qu'on > lroue, gice un service irr| un hdble.se recoin man^e d'une fai.on toute parlicu lire tous ceux qui. p'rHr(pr on baIliiM '8teil M de bien vouloir s'adresser direclemenl a la mniso(ili l ton. Lucas &. Cie, Une du Quai, au lieu de se rendre an il., rt. .OLOFFSO.N, LUCAS & d.. Local Managers Rcpiss adir Le rcpiss Ni* de la Commission Dauphin, faveur J. II. Romain est adir. Je le dclare nul, duplicata dtvaut en eue dress. Port-au-Prince, U n c lnbre 1914 8. ADOLPHE PEPTODIASE Admis dans le Hpitaux de Paria ACTION laaEoiiri %  CVEILLC L *r>trir ecci.sai ta oieasriON FAVOSISI LtVtCUATION Dt L'CSTOMtC .n.iic Mna '• %  •"'•ur 'Citomaa. an. Qr.ln. Bouff a* Ch,leur.O.nvol. Vartlga, NauaSaa. Vomluamanto. •alionnamantt, Og.tiion. aamkiaa. t • dam louiii 4M pharmac* ll*p*I J.n.r.l Uhratolrn P ZIZIHE.i.1,, MpiMBJJ A IUUI Pharmacie > l. PBTRUS boann phnoiacici IP ffre d >no I rli .:<' %  U\* f l'aiaal |" on n -sut p i ... i I ' caaai | OKIAM %  'alasseLPreeUmaa Agg iholai L. HEEI /MANN AGGI M'!, 1 On rjeiiiaiule i'-, .. m >.• %  I u ut isl I g*'iii. a ni une bou. i i i nesl e par aul et • i T.v.il Uliai'. ai> e I liais courammei t.four servi cem m'commis boucher au "C ystal s'adresser Mr RENAt D LE ROI DES ROUTES lest le Pneu Iractij L Qord Duulop Canadienne Faire de lu rticlame pour un article est un, mai*. montrer la prouve tst autre chose. D .mandai/ donc aux chaulleurs des roules du Cap Hait en et des Caves. C'est le Pneu des Tropiques Lu venle chez John Woolley, PortauPrince, Clts. Javaiix, Ijap-Haitien, Ime Tve Sen Irai, aux cayes. T. (ouste, itragoane, D. Bomliaee, l'elit-fioave et Slnelds \l \flarc, B. \Volll, douar es, Tillanueva .1" Cie, Poil de' faix, P: Dorsainville, l'etit-livire, Salim Moussa, Loijane. B. tilerius Oronjes, ircahaie "* W. QutiiUii Williams^ Distrihutor SA-TI-N4 i L Avis Aux Ctamerants d'Biltl D api* tilde ivt'ii, j'ai \v plaisir d'annonrer aux ce n ineranls en provifions a'imenlaires perli* ( ulirement, ijue par l'un des plus prochains haUtttlje i cevrai des chan tillons de piuduils cana(liens, qui li'insfront soumis en menu temps que leur seront exposs les conditions d'allaires. J. Edcwrd MONTS Reprsentait t dt la Cooptr.liva Fdre do QillMC poaj f| licpubhqitis d'iiutu ei uomini tant. Cokin Steamship company h Le S/S Martinique* ayant Jais 9 New-York le 4 Octobre courant pour les ports avivants: Cap Hatien,Port de Paix t Gonavss et St Marc, est at endu Port au Prince vers le 13 11 repartira le mme jour pour : t' t, Mirayodnc, JrmieAux Cayes, Jacmel et les ports de la Col mbie, prenant fret et passagers. Port au Prince, le 8 Octobre 1924 Gbara { C./igents, Viennent d'arriver ia maison L PREET2MANN AGGERHOLM Rue du Qn*% Bleu d'outre mer N240 Kers repasser, Espadrilles. Houes, Serpelles Manchettes, lu pn peloslefilIonlsNo 4o503:6J



PAGE 1

01KECTEUR PROPWKTAIRE MPRlKlBhR Clment Ma^ioire UOlir VKRNA 1358 Ru* Amricaine NUMERO ^Q CENTIMES Quotidien %  PAN LA paix D'habi e que lai IIHM^ UMirs.C'est en tnofnant loiifou. s crue l.-i lutte devient harmonie, ci bue l'apparente incohe'rencH d''s eHortfl de l'homme aboutt cette grande lumire, la gloi re, i|in <-st encore, quoique l'on dM, ce i|ui a le plus de chance den'ttre pas tout i lut une vanit. ReiaB TELEPkiON E\o2VJ 8me ANNEE N" 5334 PORT-AU-PRINCS (HATI SAMEDI il OCTOBRE 1924 Autour de la Question les Fronta Motion .prsente Pjrlcl DtPUTES AnTUROPELLKlUNOSARDA.TEOFILO FERRER et Me. Luis F. MKIIV Au Congrs National One Ici lie .le Rp F, ni Sals i .'Essor Nouvel les trangres U llIljJP <|lll [t>ll> illl sf .!>'! Il<>> IIMJII iir l\\ tu -'i|fi tj l.i i.hiHmii iif> FrMlitra Bf ij'uir IdH atSatatSM ^ur ne i* s/ir Ir itlfMI Ir "il aKS< sain iimaul It prolsrolr liliajiSI M fil r** I.' ( Llslll Bhiri" t IIJHV sel rJiliov In J rrsilf (utiril a ff prowiN un arlirl ira illifonll dntl mi pnilmin-aprr\ la IradlICllull, (lailN If blll llull NTIlIruiruI dr rrusfljirr nos InInirv IU.IIS rureir il rrlairrr il m |'JII I mm 11 |ul|>ll.mlr l|l|rx||ii|| qui .1 (lr|;i fui nuln Uni dr„rrs ri maur I ni d'il isrts dr l,i pari de di|ili>nali\ Jb druv pais wisiw; A I.'lloNOrUULK CHAMBRB IIKS DtPUTI Messieurs les D'ptes, Un probl'-me TiiANsr.F.Nin:\ TAL pour l'avenir de la Rpublique proccupe proloudc-m mt, depuis quelque temps, ie peuple dominicain tout eu mritant une attention spciale de tous nos Gouvern.'m sois, sans pou voir jusqu'Ici arrivera un? SO'il tion mlistaisantc, du hnieii notoire qu'a la II publique dllaiu de s'y opposer. Je veux pirler de la dmarcation de la ligne frontire entre les d ux peuples ANTAGONISTES qui se r artagent le territoire de l'le USPANiOLA. Les hatiens aprs avoir t vaincus dans u-ie lutte lgsndaire et quasi homrique qui dura qum/3 annes n'eurent plus l'intention de conqurir notre territoire par les arm 1 ?; ils entreprirent une polilique •l'invasion picilique qui diminue anne par anne le sol de notre patrie, tandis qu ; sa diplomatie luit, avec une habilet txtrine. toute solution sur la question des limites: tmoin 1. non-rtusite dans la ornire tentative de rglement provoque par noire G JU virilement par l'.nvoi ,'i Ifaiti d'une mis MUII tp %  11 • i dont lu-aii ni parue le Secrtaire d'Etat Morales et U Snatesr < larcia Mella. Jn coup is i de m xnb es dis deux Ch unlires, du Ministre ou Scrtai e d Immig -aliu:i, d'un ingm ur agronome qui lu lie les cultures appropries, d uu ingnieur civil qui tulie le prob in des communications ; d un mdecin qui rtu h ; les con muons sanitaires des rgions coloniser, d'uu avoca charit de rsouire les problmes ju idiques qui se prsentent,pour l'appropriation des terrains et de leur casuoq aux immig r anW,et un repr*enuut de ta coioaie espagnole. A telles fins nous proposons le projet de loi suivant. I^e CON<;RI:S NATIONAL AU HOU UK l.A RtPUBLIQ I Considrant que la R -pub ique a une urgente ncessit de colouis T et euhiser les rgio is frontires a failfa'mgrants bl mes qui parlent l'espagnol ; Considrant que pour le suc cki de cette colonisation H importo de tra:er ?u prdable un plan scientifique, nohtiq-ie et conomique qui d?it lre u vi dam re dveloppement de telle il • \ l's u >rsonn n i to %  1 1 \s K bif rentes ua i(j ""• %  • pli seratiach :.it t œuvre, ta c s\ f iuon et sa prparalioa A VOTr. l.A LOI SCIVANTK : A ir 1 — La colonisation d< s rgions du territoire national limitioplie avec la voisine Rpublique d'I laiti est dclare L'utilit publique. A m 2. — Il eit cr une commission charge de rdiger et loi miiler un plan de coloni sation des dites rgions avec des immigrants provenant d'Espagne, les Iles Canaries, des Balares, et des pays hispano-amricains de race blanche. La dite commission te coin posera a) Du Secrtaire Jd'Etat d'Agriculture et d'Immigration, qui la prsi iera : b) D'un Snateur : c) D'un Dput ; dj D'un ingnieur agronome; e) D'un ingnieur civil ou de roules I) D'un mdecin (de c eux-l qui lont partie du Service d'I ly gine ); g ) D'un avocat-conseil du Gouvernement ; h) D'un membre del colonie espagnoleLes cinq derniers seront nom mes par le Pouvoir Excutif. Ain 3. — La dite Commiision pilera sas services gratuitement l'exception des ingnieurs qui jouiront d'une rmunration en proportion des services, laqu Ile sera fixe par la Commission sans ie vote des intresss. An r. i. — Li -oiniii %  d dix mille dollars dor est aflecte aux appointements des ingnieurs et aux hais de transport le la Commission et d'autres membres dans l'exercice de leurs fonctions. L'i dite somme iera consigne dans le budget ordinaire de H2V Ain 5. Li Commis-' m commencera fonctionner le 1er JIUVIT I 33 et elle devra rendre sou rapport ni remettre le plan au Pouvoir Kxeutil le 1er Juillet d %  la mme ann afin que celui ci puisse solliciter de< C'u i fil*' s dans leur l" ; i! i ure or liuaire d'aot de la dite ai'ne le vite ncessaire p unl'excution du dit plan Donn, etc. VARIETES DIMANCHE Le Dossier T il Un grand film policier AVEC Nick WioUr U TISANE Comdie dramatique (J3 Parties (Entr. : G. 1.00 Log : i 2.00 Fianailles Nous avons iei,j ave: pUuii trt de Ran-ailles (te Mlle Oi\u Nonw IVK M. Louis Cettagool. Compliment. 11. Tau! Nalr> kW dmamlr dr publiir l.i Ifllrr munir tt Oetobra ItW DirPileiir de I •Kssor", Port au Prise*. Monsieur, Je ne me loiicie pat de rpond re pour le moment aux uliiserie9 que votre journal a pub ie hier a mon gard le parleiai devant la Jutire, et rira bien qui rira le daiuiar Mais je doissaiir relie oectaiOQ pour faire une dclaration en r ponse lonle cette wmpsgae ht pocrile de fausses nnim-ll>n dont jesuislobjeldepuique'qutemps, et dont la dernire munle-tutn %  a t ce bruit slupide de mon < m prisonneraent mil en circulnlion par qiu-lqui uns le MIcollabora leurs et qui a motiv la leon que je suis all taire voire journal. Cette campagne ne peut pas mat laifldrr. Je puis reprendre t mon compte cette Hre altirmation faite nagure par A. L. au cours d'une polmique. Je suis uu lionnAle homme, c'est incontestable. Kl aa vez voua pourquoi 'C'est parce que d.ins ma vie prive et dans nv< vin puii i nie, aprs dix ann es pas* >s au t rvice de mon Pays, j'ai gard met mains immacules au milieu de la dmoralisation presque g nrale. l'eu m'importent lemensonges colports dans la nuit et let baves impuissante*. J'ai obtenu pour la I dont je m acquitta actut-lle mi ut de mes fonction; de Chef de Division au Dpartement des I i nancet dhautes apprciations dont une partie est cfatss dans les archive* de ce Dpartemert OI'I les eBvieux les trouveront un jour pour leur dconvenue. Kt ces appr dations ainsi que le linoi.-n.ige de mi piopre ronscience sont des satisfactions pluque sufHsanles piir compens r les attaque" dis ignorants .I des tars. Veuille/ publier cette lettre roi loi %  in-ii.i-iii i l loi. i*vii. sAti:s ifl'l'f le Lia Le Comit d Organisation de la Reprsentation d'Hati au Congres da Lima recevra avec plaisir jus qu'au ter Nuvemlue prochain les Mmoires qui lui seiont envoys sur les diffients sujets qui lont partie du progiamin* du UMtjaSBi uotammeut sur les que-lions de droit international suivantes : '• La docliiue Monroe :— L'in tervenlion ilf (irai des l'uisiauiet dans let affaires iiitri ures des Petites Nations. "LOrcupalion d'un ti rriloire ami contre Incrment de sa p pu lalion. Situation inlernationa'e d II l ti depuis U il Juillet I9tl Avantages politiques aicorlt par un liouvirnemeul uu r.t.u Etnii^i r Potiibililf v\ QoacUtioM. Let Uai ifs Iioisis seront pr tents au Cogr par l'interm diaire du Ci mu. Lt;s auteur* di s Mni invits remdie un n'-uin de ItOI liavail dl le .'o I) tobru au plus tard, au Prsident ou au Sa i l'inn du Comit Me Etienne Maihon et MrJ c Pressait. Las Datas de sous riptions r r oit fermes le 1" Novembre. Il Ml MM un ptiaSSM appel a t ma eu> qui dtirent qu liaili ne soit l.sent du Congn'-s o se trou erout les reprsentants de toute le Rpubliques d'A miique. A tendre Iles ballons pour "Asao citai ion et rasoitfl do ballon. S'adrftJS* liognr Dreyfus Par Cable Cu l'honneur lu prlelii| du exique |'\H|SM Sarriol l flerl re iiiihn un djeuner en I | onneur d • M Oal'aa, pfai I, ni ,.'., ,|„ \| ft '.r 1 •'" raiaarpmii parmi i .„ M tance des personnes de la suite du psilent, |a minis'r s. MM Riyii.ild, (i >da>t, Uiireal.Rynac et les prfils de la Seine et de po lie. Ce qu'a rvl ans insper lion le h commission le contrle interalli k Berlin M-lillimal dans la pnlitique franaise PAR'S— l ne dpfrlia de rVr lin annonce que la commission ,| f contrle interallie a di'cnuvert dans la caserne des environs de DrSkda vingt canois de calibre ;H non dclars. Selon La Ubarl '', M. Mille rand prendra prm biinement la di r.-i hou dune nouvelle ligne polili qui comprenlra tous le lra-'ils de l'ex bloc national et de l'oj.uo sition a. tue'le. Cotnmeol MI commente li chuta du Cabioel lacdon ill en Pranc • PIKIS Rien qualtendui' I. puis plusieurs Joara, la chute du cib.net Mac lonald a proluit une profon le impression c es franaises oui sont sous les ar met A m uns d'un demi million d'aprs les experts militaires. i\out Ue\ divars en PARIS La hausse subite et iiu portante dans les prix du bl un l'orl de t tranger ayant paru i ran^e au gouvcrucui-ni. M. Mer r il a m l'oine de Faire une toqul i |iul i ion' dans le but de poil s livre loi ip eulatei ri qui essaye i n ni de l'iire mouler les prix par des moyens illgaux. I :i .un niuion dili i a nomini itopb Sperre i mtjsbro iiiniicaiii du < omit' dsa. li oisferts i-oiitoi ininent au pi au Dauas, Mid.liOl SE On l lune que la ie alla dt M |i; > luira t Ifl mil I nus li un elle a t eu I I ; millions laane deruire. KI'.KDmCIIU'KS-iiu annonce que si le temps le permet U / %  l I in! ii i.uedi m.tin pour l.uUrmrtl ( New J r e\ Le| nutont % %  ont luit iiliou du metlie d-s sac* postaux pour l'Amrique du n rd^ du sud ul le il.lundi aji.nl. a \ dirigeable ruil la loule sud ii i r volera le territoire fran.ais m lis vitera autant que possible de pas %  u* des villes. Traite d'amitiai, ileo a 4 merea cl de navigation entre U lapon el le 1exi\ que MEXICO-Ua trait d'amiti, di i ommerce et de navigation a i c i hier par le ministre '.<•affairai trangres ILWeatrl la minisire iaponais pour remplacer la traite M l^ss I..BM|vaS0 pto'a porte let ttipu liions habituelles pli La ol .OH %  ip iestla par la quel II les dSHJ pOUIOl lie.llei'ts T* coonai >iii iliandooiici loule* h a rclitin ition qu'ils p mi i nent s'ad,i .i iiiuiu-lleuiiiil ii cause d< s lommages subis par leur, nalionaux de l'ait de rb Ifloai ou & % %  t ret civies tu.iiulc France l'eHeint l'AItls, II) La .unie d' Anatole Kranee, le l ilAbi I I I II Blieil n liiii.-ii-, e-i i onsidre comm i d II. il s'teint laalaasanl et il n j a plus 'd'otpoir de Buritoi. Encore la question de jraachise Notre cenfrre le S mvellleli i qui, eu enfant sreobigoard, met une certaine opioitret.i toej mis vouloir avoir le dernier mot isff lui., chose, nie la vrit que n m ; avom dite, A Ptard .le M. Il u DO, aur la dcision de tup.ir mer la franchise douiiif>re en laveui dl membres du gouvernement i.'u elles taisons allgua-l il pour dmontrer

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06281
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, October 11, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06281

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
01KECTEUR PROPWKTAIRE
MPRlKlBhR
Clment Ma^ioire
UOlir VKRNA
1358 Ru* Amricaine
NUMERO ^Q CENTIMES
Quotidien

PAN
La paix D'habi e que lai Iihm^
UMirs.C'est en tnofnant loiifou. s
crue l.-i lutte devient harmonie,
ci bue l'apparente incohe'rencH
d''s eHortfl de l'homme aboutt
cette grande lumire, la gloi
re, i|in <-st encore, quoique
l'on dM, ce i|ui a le plus de
chance den'ttre pas tout i lut
une vanit. ReiaB
TELEPkiON E\o2VJ
8me ANNEE N" 5334
PORT-AU-PRINCS (HATI
SAMEDI il OCTOBRE 1924
Autour de la Question les Fronta
Motion .prsente
Pjrlcl DtPUTES AnTUROPELLKlUNOSARDA.TEOFILO FERRER et Me. Luis F. MKIIV
Au Congrs National
One Ici lie .le Rp F, ni Sals
i .'Essor "
Nouvel les trangres
U llIljJP <|lll [t>ll> illl sf .!>'! Il<>> IIMJII
iir l\\ tu -'i|fi tj l.i i.hiHmii iif> FrMlitra
Bf ij'uir IdH atSatatSM ^ur ne i ra|i(*rli ir doit Htt iriliijr 'I prip.ijr i
Util loulr;i>i* s/ir Ir itlfMI Ir "il aKS<
sain iimaul It prolsrolr liliajiSI M fil
r**
I.' ( Llslll Bhiri" t iIjhv sel rJiliov In j
rrsilf (utiril a ff prowiN un arlirl ira il-
lifonll dntl mi pnilmi- n-aprr\ la Ira-
dlICllull, (lailN If blll llull NTIlIruiruI dr rrusfl-
jirr nos InInirv iu.iis rureir il rrlairrr il m
|'JIII mm 11 |ul|>ll.mlr l|l|rx||ii|| qui .1 (lr|;i
fui nuln Uni drrrs ri maur I ni d'il
isrts dr l,i pari de di|ili>nali\ Jb druv pais
wisiw;
A I.'lloNOrUULK CHAMBRB IiKS
DtPUTI
Messieurs les D'ptes,
Un probl'-me TiiANsr.F.Nin:\
tal pour l'avenir de la Rpu-
blique proccupe proloudc-m mt,
depuis quelque temps, ie peuple
dominicain tout eu mritant
une attention spciale de tous
nos Gouvern.'m sois, sans pou
voir jusqu'Ici arrivera un? SO'il
tion mlistaisantc, du hnieii
notoire qu'a la II publique
dllaiu de s'y opposer. Je veux
pirler de la dmarcation de la
ligne frontire entre les d ux
peuples antagonistes qui se
rartagent le territoire de l'le
USPANiOLA.
Les hatiens aprs avoir t
vaincus dans u-ie lutte lgsn-
daire et quasi homrique qui
dura qum/3 annes n'eurent
plus l'intention de conqurir
notre territoire par les arm1?;
ils entreprirent une polilique
l'invasion picilique qui dimi-
nue anne par anne le sol de
notre patrie, tandis qu ; sa diplo-
matie luit, avec une habilet tx-
trine. toute solution sur la
question des limites: tmoin 1.
non-rtusite dans la ornire
tentative de rglement provo-
que par noire G ju virilement
par l'.nvoi ,'i Ifaiti d'une mis
muii tp 11 i - dont lu-aii ni par-
ue le Secrtaire d'Etat Morales
et U Snatesr < larcia Mella.
J territoire, migreul ver. h n-
tre, obissant ainsi la loi na-
turelle d'expansion ; mais nous
autr-s obissant la ncessit
naturelle de wtense, nous nous
trouvons dans IVnpneuse n-
cessit de mettre uu Irem celt*
horde iJUl nous vient d'( icci-
dent, annihilant lentemeut no
ire langue, notre civilisation et
nos murs.
Le problme haiiteu na plus
dangereux que le problme am
ricaiti- Les Etats* unis pour-
raient loutetois nous subjuguer
i nou* ne procdons I avenir
avec plus de tact et de patrio
usrue que dans le pass m us ne
pourraient tuer l'a me nati
ils ne pourraient nous faire per-
dre jamais notre langue, nos
murs, ni cette caractristique
spciale'qui l'Orme l'.ime de la
race vu qu il ne sont pas
peuple l'migration et un jour
l'heure de 'a r 1 notion sonne-
rait p'-im nous- L-s hatiens, en-
trant piriiquetfient par nu
dans uo.re territoire, y substi
lnujnl iioire langue a la leur,
nos murs pures aux leurs no-
p)rtes du continent africain, et
continu r ainsi, la jour arrive-
ra qu'il habitera notre territoire
plus d'h ir l'lis que de dommi
cains, alors ils nous domine-
ront, nous absorberont, nous
Imuaniseront Nous aurons per
du alors que'qu chose de plus
intrinsque, de plus immanente
que l'indpendance politique,
nous aurons perdu notre mora-
lit sociologique comme peuple
hispano amricain, et nos glo
rieuses tradition?, notre langue,
notre .me nationale seront
mortes, absorbe, balayes par
ce'te horde de ng-es qui avan-
ce de l'Occident.
Il appartient aux gnrations
prsentes par l'interm liaire de
nous autres 1 urs reprsentant*
dans cette Chadlbre, de porter
rem le a a mal, sauver l'a-
venir de la patrie, prserver
notre existence nationale.
Les i u. i eus diplomatiques
n'ont pas russi; les moyens
belliqueux ne sont pis notre
porte en c* mo nent, nous ne
il vonspasv pjnser II su l'lit d'ob-
server une politique analogue
celle de nos voisins, en oppo-
sant la horde humaine qui
rige picitiqiietuent une mu-
raille humaine de contention;
Opposer l'homme de cou
leur I- b'ac; celui qui
parle franc US celui qui parle
l'espagnol Pour ce,nous devons
tracer un plan concret de coo-
nisation de la rgion frontire
par des Umilles d'immigrants
imports d'Espagne ou les |i s
(jinari'as, des l.imilles avec les-
quelles se formeraient des co
lmes d agricult -.urs le long de
la lrontire.
Ce plan pralable de coloni-
sation, noire enten Uni int,
doit tre trac par une Commis-
si >n coup is i de m xnb es dis
deux Ch unlires, du Ministre ou
Scrtai e d Immig -aliu:i, d'un
ingm ur agronome qui lu lie
les cultures appropries, d uu
ingnieur civil qui tulie le
prob in des communications ;
d un mdecin qui rtu h ; les con
muons sanitaires des rgions
coloniser, d'uu avoca charit de
rsouire les problmes ju idi-
ques qui se prsentent,pour l'ap-
propriation des terrains et de
leur casuoq aux immigranW,et
un repr*enuut de ta coioaie
espagnole.
A telles fins nous proposons
le projet de loi suivant.
I^e Con<;ri:s National
au HOU uk l.A RtPUBLIQ I
Considrant que la R -pub i-
que a une urgente ncessit de
colouis t et euhiser les rgio is
frontires a failf- a'mgrants
bl mes qui parlent l'espagnol ;
Considrant que pour le suc
cki de cette colonisation H im-
porto de tra:er ?u prdable un
plan scientifique, nohtiq-ie et
conomique qui d?it lre u vi
dam re dveloppement de telle
il \ l's u >rson-
nni to 11 \s K bif
rentes ua i(j "" pli seratiach :.it
t uvre, ta c s\f iuon et sa
prparalioa
A VOTr. l.A LOI SCIVANTK :
A ir 1 La colonisation
d< s rgions du territoire natio-
nal limitioplie avec la voisine
Rpublique d'I laiti est dclare
L'utilit publique.
A m 2. Il eit cr une
commission charge de rdiger
et loi miiler un plan de coloni
sation des dites rgions avec des
immigrants provenant d'Espa-
gne, les Iles Canaries, des Ba-
lares, et des pays hispano-am-
ricains de race blanche.
La dite commission te coin
posera
a) Du Secrtaire Jd'Etat d'A-
griculture et d'Immigration, qui
la prsi iera :
b) D'un Snateur :
c) D'un Dput ;
dj D'un ingnieur agronome;
e) D'un ingnieur civil ou de
roules
I) D'un mdecin (deceux-l
qui lont partie du Service d'I ly
gine );
g ) D'un avocat-conseil du
Gouvernement ;
h) D'un membre del colonie
espagnole-
Les cinq derniers seront nom
mes par le Pouvoir Excutif.
Ain 3. La dite Commii-
sion pilera sas services gratui-
tement l'exception des ing-
nieurs qui jouiront d'une rmu-
nration en proportion des ser-
vices, laqu Ile sera fixe par la
Commission sans ie vote des
intresss.
An r. i. Li -oiniii d dix
mille dollars dor est aflecte
aux appointements des ing-
nieurs et aux hais de transport
le la Commission et d'autres
membres dans l'exercice de
leurs fonctions. L'i dite somme
iera consigne dans le budget
ordinaire de H2V
Ain 5. Li Commis-' m
commencera fonctionner le
1er Jiuvit I 33 et elle devra
rendre sou rapport ni remettre
le plan au Pouvoir Kxeutil le
1er Juillet d la mme ann
afin que celui ci puisse sollici-
ter de< C'u i fil*' s dans leur l"
; i! i ure or liuaire d'aot de la
dite ai'ne le vite ncessaire
p un- l'excution du dit plan
Donn, etc.
VARIETES
DIMANCHE
Le Dossier T il
Un grand film policier
AVEC
Nick WioUr
U TISANE
Comdie dramatique (J3 Parties
(Entr. : G. 1.00
Log : i 2.00
Fianailles
Nous avons iei,j ave: pUuii
trt de Ran-ailles (te Mlle Oi\u
Nonw ivk M. Louis Cettagool.
Compliment.
11. Tau! Nalr> kW dmamlr dr publiir
l.i Ifllrr munir
tt Oetobra ItW
DirPileiir de I Kssor",
Port au Prise*.
Monsieur,
Je ne me loiicie pat de rpond re
pour le moment aux uliiserie9 que
votre journal a pub ie hier a
mon gard le parleiai devant la
Jutire, et rira bien qui rira le
daiuiar
Mais je doissaiir relie oectaiOQ
pour faire une dclaration en r
ponse lonle cette wmpsgae ht
pocrile de fausses nnim-ll>n dont
jesuislobjeldepui- que'qu- temps,
et dont la dernire munle-tutn
a t ce bruit slupide de mon < m
prisonneraent mil en circulnlion
par qiu-lqui uns le mi- collabora
leurs et qui a motiv la leon que je
suis all taire voire journal.
Cette campagne ne peut pas mat
laifldrr. Je puis reprendre t mon
compte cette Hre altirmation faite
nagure par A. L. au cours d'une
polmique. Je suis uu lionnAle
homme, c'est incontestable. Kl aa
vez voua pourquoi 'C'est parce que
d.ins ma vie prive et dans nv< vin
puii i nie, aprs dix ann es pas* >s
au t rvice de mon Pays, j'ai gard
met mains immacules au milieu
de la dmoralisation presque g
nrale.
l'eu m'importent lemensonges
colports dans la nuit et let baves
impuissante*. J'ai obtenu pour la
I..... dont je m acquitta actut-lle
mi ut de mes fonction; de Chef de
Division au Dpartement des I i
nancet d- hautes apprciations
dont une partie est cfatss dans
les archive* de ce Dpartemert oi'i
les eBvieux les trouveront un jour
pour leur dconvenue. Kt ces appr
dations ainsi que le linoi.-n.ige
de mi piopre ronscience sont des
satisfactions plu- que sufHsanles
piir compens r les attaque" dis
ignorants .I des tars.
Veuille/ publier cette lettre roi
loi in-ii.i-iii i l loi.
i*vii. sAti:s
ifl'l'f le Lia
Le Comit d Organisation de la
Reprsentation d'Hati au Congres
da Lima recevra avec plaisir jus
qu'au ter Nuvemlue prochain les
Mmoires qui lui seiont envoys
sur les diffients sujets qui lont
partie du progiamin* du UMtjaSBi
uotammeut sur les que-lions de
droit international suivantes :
' La docliiue Monroe : L'in
tervenlion ilf (irai des l'uisiauiet
dans let affaires iiitri ures des
Petites Nations.
"LOrcupalion d'un ti rriloire
ami contre Incrment de sa p pu
lalion.
Situation inlernationa'e d II l
ti depuis U il Juillet I9tl
" Avantages politiques aicorlt
par un liouvirnemeul uu r.t.u
Etnii^i r
" Potiibililf v\ QoacUtioM.
Let Uai ifs Iioisis seront pr
tents au Cogr par l'interm
diaire du Ci mu.
Lt;s auteur* di s Mni
invits remdie un n'-uin de
ItOI liavail dl le .'o I) tobru au
plus tard, au Prsident ou au Sa
i l'inn du Comit ,
Me Etienne Maihon et
MrJ c Pressait.
Las Datas de sous riptions r
r oit fermes le 1" Novembre. Il
Ml mM un ptiaSSM appel a t ma
eu> qui dtirent qu liaili ne soit
l.sent du Congn'-s o se trou
erout les reprsentants de toute
le Rpubliques d'A miique.
A tendre
Iles ballons pour "Asao
citai ion et rasoitfl do bal-
lon.
S'adrftJS*
liognr Dreyfus
Par Cable
Cu l'honneur lu prlelii|
du exique
|'\H|S- M Sarriol l flerl re
iiiihn un djeuner en I | onneur
d M Oal'aa, pfai I, ni ,.'., ,| \|ft
'.r1' '" raiaarpmii parmi i .
M tance des personnes de la suite
du psilent, |a minis'r s. MM
Riyii.ild, (i >da>t, Uiireal.Rynac
et les prfils de la Seine et de po
lie.
Ce qu'a rvl ans insper
lion le h commission le
contrle interalli k Ber-
lin
M-lillimal dans la pnlitique
franaise
PAR'S l ne dpfrlia de rVr
lin annonce que la commission ,|f
contrle interallie a di'cnuvert
dans la caserne des environs de
DrSkda vingt canois de calibre ;H
non dclars.
Selon La Ubarl '', M. Mille
rand prendra prm biinement la di
r.-i hou dune nouvelle ligne polili
qui comprenlra tous le lra-'ils
de l'ex bloc national et de l'oj.uo
sition a. tue'le.
Cotnmeol mI commente
li chuta du Cabioel lac-
don ill en Pranc
PIKIS Rien qualtendui' I.
puis plusieurs Joara, la chute du
cib.net Mac lonald a proluit une
profon le impression c a:tule du cibloet Herriot est a
b aucoup de points de vue la na/me
que celle du cabinet anglais Cne
personnalit touchant de tr^s pr.s
au prsi lent du conseil a dclar
ijn- le minire Ma grandement amlior les relations
liiii-o anglai'ess el as q lelle que sot la tournure que
prennent les prechain-s lections
anglaises, let relaliona entre les '.
ptyt demeureraient rranehement
amicales gre a l'altitude di \l
Mi-ionald. Ou est d'avis que la
crise angUise est due entirement
a des questions de polltlqut inl
rieure et qu'elle n'aura pas d'iu
flueace dfavorah'e sur l'accoil
conSM ontie M Herriot el M. M .
donali.
Les rsultais des lacliom
au I Ciit aipiu
UANGUl ( Nicaragua )Car
los S-lor/ano el le Ur Juin K ^i
casa ont t lus prtvo lent el vie
prsident du Nicaragua.
lana l'anaei Iranoaiee
P vins Cloquante pou- mq|
i Baolili da la casse 1981 se
ront roavoyi dant leurs loyors le
D) ill pro lu n. Ceux qui lOOl p r
lie les trou p aalropolitinaa on
d l'I l'rieur smoiiI renvoys 'e 7
N iwmlire. I.i aoBl ibilite'ioB de la
pis I ''< i r loil le total les trou
l>es franaises oui sont sous les ar
met A m uns d'un demi million
d'aprs les experts militaires.
i\out Ue\ divars en
PARIS La hausse subite et iiu
portante dans les prix du bl un
l'orl de t tranger ayant paru
i ran^e au gouvcrucui-ni. M. Mer
r il a m l'oine de Faire une toqul
i |iul i ion' dans le but de poil
s livre loi ip eulatei ri qui essaye
i n ni de l'iire mouler les prix par
des moyens illgaux.
I :i .- un niuion d- ili i
a nomin- i itopb Sperre i mtjsbro
iiiniicaiii du < omit' dsa. li oisferts
i-oiitoi ininent au pi au Dauas,
Mid.liOl SE On l lune que
la ie alla dt M |i; > luira t Ifl mil
I nus li un elle a t eu
II ; millions laane deruire.
KI'.KDmCIIU'KS-iiu annonce
que si le temps le permet U /* l
Iin! ii i.uedi m.tin pour l.uUr-
mrtl ( New J r e\ Le| nutont *
ont luit iiliou du metlie d-s sac*
postaux pour l'Amrique du n rd^
du sud ul le il.lundi aji.nl. a \
dirigeable ruil la loule sud ii i r
volera le territoire fran.ais m lis
vitera autant que possible de pas
u* des villes.
Traite d'amitiai, il- eo a4
merea cl de navigation
entre U lapon el le 1exi\
que
MEXICO-Ua trait d'amiti,
di i ommerce et de navigation a
i c i hier par le ministre '.<-
affairai trangres ILWeatrl la
minisire iaponais pour remplacer
la traite M l^ss I..- BM|vaS0 pto'a
porte let ttipu liions habituelles
pli La ol .oh ip iestla par la
quel II les dSHJ pOUIOl lie.llei'ts T*
coonai >iii iliandooiici loule* h a
rclitin ition qu'ils p mi i nent s'a-
d,i .i iiiuiu-lleuiiiil ii cause d< s
lommages subis par leur, nalio-
naux de l'ait de rb Ifloai ou & t
ret civies
tu.iiulc France l'eHeint
l'AItls, II) La .unie d' Anatole
Kranee, le l ilAbi I I I II Blieil n
liiii.-ii-, e-i i onsidre comm i d
ii. il s'teint laalaasanl et
il n j a plus 'd'otpoir de Buritoi.
Encore la question de jraachise
Notre cenfrre le S mvellleli i
qui, eu enfant sreobigoard, met
une certaine opioitret.i toej mis
vouloir avoir le dernier mot isff
lui., chose, nie la vrit que n m ;
avom dite, A Ptard .le M. Il u DO,
aur la dcision de tup.ir mer la
franchise douiiif>re en laveui dl
membres du gouvernement
i.'u elles taisons allgua-l il pour
dmontrer dit la vrit - Les deux suivantes
D'abord, M. Morno ayant a
pio-ieiirs fois aux aM lires Dsvail
rien fait dais catta voie et ne
jamais occup de supp i nor ou
de faire h ipprimer cette (nanhita
A quoi nous rpond m< un
la premire (oie qu'il est Preal I il
de la Rpublique, c'att-a din
plac pour le taire, el i' I a u,t
k.1 puit, qa' Ile raison '
hnauitn, no que le Oaral Selgsdo ayant t
en douane rels-ner des a^'-iir-'s
du pt- en ImuiUise, osls
litui une daosima prsompimi
'l1'1 n u, n i ,i,ns |ias dit la n i i
I n'est pi- irai qui i
Sa'gido ait ; on.u- t rclamer
le- afl lire- eu II, o In- | P0UI
pal ni Halamer lai ifl tii
N eit de la i ootn
ii'i n .|-parleiiienl m nistnel ipfm
ci I non de l'autorit mi il ire.
M le Gnral Balgad ivall l en
douane r<:la-ner les afli I
palais aniquemenl dan- ai
dit idi m iji dilea,
c'est -dir- t lici| ition et k
eh if^e q M II I '
ultriauramant, i tatme, u
'da a li
Il nous en mate. i
voir x in il i igei I
piur rfuti
railles et '
aae aoere i |ue el m
aoai nntre les hPi A 1 in
s d nitre rnr.f r- non
*v on ,,UV

< *


}
LEMAT7 I

Pagol
nergique antiseptique urinaire

Agit vite et radicalement
Supprime le douleur
de la miction
Evite toute complication


L Passai r) tuait u. uhui aeut
artaurat qu'il 'ranwl aouiplala
Kant a o*aJ en Jugaltat toji
tel lUeioata (ni la, habit!
tl CMt'ltin. t. r Vilrncltnn*. r>r
;
Li drouvarta du PAOftX
< fait l'.'.jrt d'un* oomtaav
mcaliuu l'Acadtinla 4*
MMV ur Hjrlt du pi.
laaWaur Lauabatie, mdaeia
mil d U marine. 10-
PfBfMPSW daa c>>|m
de niedtcioc navala.
. Nous vjna tu I >f*-a-
I I .dur la l'ACEOI.
Millau toujours
SSi I sala, ri p.rf.,11
aaatf, h bous >vi>di vt>u-
'
foi u i,aniu
cl ...: wij
VAMIANINE
1 Avarlt.Maladlesde UFaau
1
RUCOVAL
Pommada non loi qua oantra laa
malaiaa a la >aau.
SBRQR] YUU.ANT, Conspuai lire pour IliitiJ ;
I tants des prlisions dfinitives
t de nature a confondre Saint
I lioroas lui nvvn, et la riru'aire
misants du Ministre des Piaaaeei
nous a t communique :
l'orl-au Prince, le 110 Avril 1014
i'.i'-nhitrran tStcrtairu d'Etal
Mon Cler Collgue,
I- vous serais oblig de birn
vouloir prendre note que 10' la
Mijc^estiou da Son Eicallence le
l'rsideiit de lu M.-p ibliqu, une
entente a t tablie entre mm
J'paiteraent et l'Office du Rece-
(jnral des douanes, taii-
< a t limiter \>, privilge de la
franchise douanire aux cas slrit-
tement dtermins par la loi. Le
traitement de faveur ron-enti jus-
qu'ici certaias personnage olli-
ciela devra cesser au 1er Juillet
prochain.
Agre/, mm < 1 erCellgue, mes
civilits empressera,
(S) Auguste MAtiLOIHE
1/s mois ioioitp
cJ* leur laisse utl ciijare
;ill niir aux deux Jiouts;
il ne sauront couimenl
l<' lumen.
Apn's 0 annes de gouverne-
ment, Lvsius Saloraon dt aban-
donner la Prsidence au devant de
l'in-urecliuii allume, dans le
Nord. r-arSeideTlmaque et de la
fJrisi- d armes lailea l'orl-au Prince
mme par l'ex praident Boisruml
H.tnal. saloraon, en entendant
Us bues et les outragea dont
1 accablait ce mrre peuple qui. '.t
ans auparavant, l'acclamait corn
me un librateur, se tourna vers
aux qi i taient encore auprs de
lui ri mu lit cette maistn- proph-
tie : u .le leur laisse un cigare al-
lum aux deux bouts, ils ne sau-
ront comment le fumer a.
Ah, ce cigare de Salomon !
(l^TsTh.
La fte sportive primitivement
.mu'.' r pour .1 ic mu au Par
li i onlc est renvoye au dimanch
li du courant. Celle dernire date
devant coincider avec le retour en
caite ville de no'.re adiniiah -
athlte t.ator et de soncoim- kik.ii
Armand, le Conseil de I I SSII
a drid, peur donner plus uV i lai
la ricrpiion de us Mtssieuis.de
intrieur leloua par une manifes-
talion ci nt le ph'gramme connu
tera, ei ('autres nunni intres
tanta, IB p. u'ioananl maicli de
l'ool-ball qui >>rs dispute* ci lie la
Jeopeee* Sportifs Hatienne,ham
pkvBBi delStl'24, et une excel
lente iquipe coalise.
Parisiana
Dimanche
La Vrit
G parties
Jou par
I .1,111 v Lvqd, Maurice Itcnniid, de
l'opra, l'ol'ck de la comdie Fran
beel Violette Jyl.
Kntre i (', '2 oo
I iloon : :$.oo Loge: 4 oo
tu ior llhliii- cluli
u ambrai actifs du Jm Ior
1 lie Club son! rooeoaot 00
LUtfl maie le " .. i... i .' n
_ < preMil. ni, Rog.i (JfiEYFI S
Dcs
Il nous est fait pat de la mort
de Saint Preux Pierre survenue
hier.
S(l funrailles auront lieu ri t
aprs midi a l'Eglise Ste Anne.
Non prsentons nos cndolnn
cetaoi part-nis tiprouts et tout
parlieiiliremOBl notr> ami lo ju
ge Lon Pierre dont le dfunt tait
le pre.
Messe de Requiem
Vendredi ! courant C> heures
l|- du matin une mes e solennelle
de Requiem sera chaule la Ba-i
1 que de Noire Dame p-mr le rep s
de l'me de la ngrelle Madame
Jules Itarlhes ne Julia Andr.
Les amis et parents sont pris
de con>idr. r le prsent coame
invitation.
I lie fui ci.mi llemei.l merveill
isr les tour incroyables et ex u
ls avec ooe sr l rurpnaaDt*
pir le Joekey li <\g,
La vis i- ,\ I CaM lu Li m en
lirem:nl soumis aux injonctions
de son matre lit auhnt l'aimiii
Ion des uns quelle su>cila l'effroi
ehtl les ai.lr>s
La diroction du C-rqn'i Saer./
Frres i la reprsentation of-
ferte ce s'ir donne l'avantage i
tout individu acheteur d'un liekel
quelcorque de bntii ier d'une
second- place i v !u.-i\emeiit au
profit d'une dan '
C'oal donc pratiquement un ra
biis 'luir.il d : 50
Le Pn'sii.tni lorno tt la
Libration lu territoire
Tel !sl le litre il'uoi lffinto
petite brocliuif que nous avons
n i u-' ce mutin et ilu la plume
de Me Damas l'ierre Loutt,ao-
cal.
I. I nol'les i.les palrioli pi H
qui y sont exposas lont que
non? en recommatulons la lec-
ture tous. D'ailleurs comme
on le verra, la ttOOndl partie a
puni prcdemautnl dan ni
ditions des S tl \e Brp embre
coul.
; Nous remercions l'auteur le
son aimable attention.
Cirp Sw Frres
La soire oigaoi'e hier d t
un vritable suucis.
Tl nies lis | ail ici lu | i r -1 m
me ont ' applaudi) t>, mai> le [ u
i .
Ecole S|ici;il! le Stt'no-
i|i ;i|ilnr el de Dur,l\lotira
|ihie.
Ont miii a l'is-ue des exa
u,. ns du 4 (leti lue \'M\.
Le Dipl '.ne de Slenogra| lie de-
bi.tenl. M. l'ail Ai dain.
Le Dip"me de Stnographe sta
j nu : Me.le t.hiisliue Hardinal
Le p'one de D.clyl gra;be :
M. Lutovii M l.acombe 4U mots.
Ii6) ; Melle IdaHl Vii 1er ( 40 1,3
M. Il mi Mevsyi US, Mtlle Ch'ii
line Hnnlinal ^3, M. Weaner lias
pil 41 < c Mtle Fugmie Laba
tille /! i|t. Vell, (Jga Seuaa V6
Paul Ainlaiu il i|3 :
Lot BieD'tbai si i> ar. les ont t
a' i iii!i i- | niir le labliau Oaclilo-
grepbiqoe : Asse/ hier, M. Wt-
ner Hatpil, Melle ('hrisliue Hardi
ual. Malle Lugnie Labaslilli
loin Melle l.ulia Vctcr. MrUc
Olfa S. ixna, M. I i dovie V La-
11 lobe : Paifail : M. Ht ni i Meva.
M Paul Au-a a.
I a moNf-nne g-iu ra'e par minu
le a l i al u 'e s r textes difit
reots. Los rompieitiooe (empor-
tai'! pi' f i e B 0,0 d trieurs ont
(l annuUi-.
Ceci n'est pas lire
Car tla la Rolame je lie sais pas en faire.
Cependant ai vous paaaaz du cot du Bureau de l'Ad-
ministration postale, la Granri'Kue,
Rentrez D la cordonnerie Ernest Cane
A la Conscience
Vous verrez que les chaussures quejce soit sur
eommande ou non sont faites avec ooiU, soins et so
lidit, parce que las ouvriers qui les confectionnent et
les matriaux qui y sont employs rpondent et justi-
fient la titre de la maison.
Pharmacie Centrale d'Hati
Uickards el C
lin (iand'llue, PorC-a*i-Prince
A riioiineMir u'anntncer i sa clienUle le la Capi-
tale et de la l'i'imnre, qu'elle vient de recevoir un
st k d . ;iiin nls el de Spcialits ; el qu'elle
se lient comme toujours t m disposition.
Emmanuel D.i/
______________l'ioios-ieur racole de Mdecine
Prix du FI.-non : s franoe.
Baume Btn^
vfc GOUTTI RHUMATISMES
NCVRALGIC&
Or. BfcXilfc. 14, a> Bslla.
7
MALNUTRITION
provient de ce que le
systme ne peut pas
convenablement as-
similer la nourriture
ion Scott
est promptement assimi-
le par les personnes
de constitution dlicate
et est un agent actif
pour aider la crois-
sance et resteurer
les force.
f ariaq I
A I Kjlise du Sacr Civur de
lu v i lr 11 Octobre ooraol la
Ir.Jiliin nii|>i'xl*' *eia il. nue
a Melle Simone Boueatd ,\>e U
En II P< /i i
.Nous i nv. y il r n x 'rs
plus s i caret d li m h' ur au ili^r
niant e: d etir-Ki < couple.
L'H e! Bellevue
Par sa situation exceelionnella
le confort qu'on > lroue, gice
un service irr| un hdble.se recoin
man^e d'une fai.on toute parlicu
lire tous ceux qui. p'rHr(pr on
baIliiM Port au Prince
i in \ es t a la foi? m ville et la
ci.rj-.pagne, el ainsi toutes les i .m
n odil du transport sont hsmui^s
r.inli nu ni et a nimp"ile quelle
li' ure
On par'r fiai.rftis trgleis, Clft
gnol, bollaDdait,etc,
TUphoi p. \.. ~ 6
C(re!e Pcrtau-Pincen
Lee Mm lires da Cercle, leurs
(grailles et ami, ainsi que les in-
vite- habituels, sont i-onlialement
piis i a-s'stei & une confirence
que \V. t. |"i:/ (rald, 1 fcrivaio
Ir'aDdaii ri# n connu, dru su ('er
cl.- le jeudi Mi octobre courait,
R lieurps l|2 p^ci^es du soir,
I intention de la socit port au
prtirrieooe, sur DM vision u iiaiti
, ii.le corrparalive de I int i ence
de la lullure et drs traililinns
fnncai'e el espagnoles dans TlVi.
Le Prsidenl.
ABEL N. LEfiBIt
Avis
I n franais, muni de toutes ses
pices lgales se trouvant en mau
vaise situation et s'tant adress
.en \ain aux autorit et personnes
influentes de sa nationalit solli
cil emploi mi aille.
AUGUSTE IIIC. Poste restante E. V.
Ai in important
lnistic Petroleum "]
Company Shell "
A p tir de celle date noua
pie" les neisonnt. qui retirent
acheter de laiiasoline ou Kroiire
>'8teilM de bien vouloir s'adres-
ser direclemenl a la mniso- (ili l
ton. Lucas &. Cie, Une du Quai,
au lieu de se rendre an il., rt.
.OLOFFSO.N, LUCAS & d..
Local Managers
Rcpiss adir
Le rcpiss N- i* de la Com-
mission Dauphin, faveur J. II.
Romain est adir. Je le dclare
nul, duplicata dtvaut en eue
dress.
Port-au-Prince, U nclnbre 1914
8. ADOLPHE
PEPTODIASE
Admis dans le Hpitaux de Paria
action laaEoiiri
Cveillc l *r>trir
ecci.sai ta oieasriON
FAVOSISI LtVtCUATION Dt L'CSTOMtC
.n.iic
Mna '"'ur 'Citomaa. an.
Qr.ln. Bouff a* Ch,leur.O.nvol.
Vartlga, NauaSaa. Vomluamanto.
alionnamantt, Og.tiion. aamkiaa.
t dam louiii 4m pharmac*
ll*p*I J.n.r.l
Uhratolrn P ZIZIHE.i.1,, MpiMBJJ
A IUUi Pharmacie > l. PBTRUS
* boann phnoiacici
IP
ffre d
>no I rli .:<' U\*
f l'aiaal |"
on n -sut
p i ... i I caaai | okIaM
'alasseLPreeUmaa Agg iholai
L. HEEI /MANN AGGI M'!, 1
On rjeiiiaiule
i'-, .. m >. Iu ut isl I g*'iii.
a ni une bou. i i i nesl e par
aul et i T.v.- il U- liai'. ai> e I li-
ais courammei t.four servi cem
m'commis boucher au "C ystal
s'adresser Mr RENAt D
LE ROI DES ROUTES
lest le Pneu
Iractij l Qord
Duulop Canadienne
Faire de lu rticlame pour un article est un, mai*.
montrer la prouve tst autre chose.
D .mandai/ donc aux chaulleurs des roules du Cap
Hait en et des Caves.
C'est le Pneu des Tropiques
Lu venle chez John Woolley, Port- au- Prince, Clts.
Javaiix, Ijap-Haitien, Ime Tve Sen Irai, aux cayes. T.
(ouste, itragoane, D. Bomliaee, l'elit-fioave et Slnelds
\l \flarc, B. \Volll, douar es, Tillanueva .1" Cie, Poil
de' faix, P: Dorsainville, l'etit-livire, Salim Moussa,
Loijane. B. tilerius Oronjes, ircahaie "*
W. QutiiUii Williams^
Distrihutor
SA-TI-N4
i
L
Avis
Aux Ctamerants
d'Biltl
D api* tilde ivt'ii, j'ai
\v plaisir d'annonrer aux
ce n ineranls en provi-
fions a'imenlaires perli*
( ulirement, ijue par l'un
des plus prochains ha-
Utttlje i cevrai des chan
tillons de piuduils cana-
(liens, qui li'insfront sou-
mis en menu temps que
leur seront exposs les
conditions d'allaires.
J. Edcwrd MONTS
Reprsentait t dt la
Cooptr.liva Fdre do
QillMC poaj f| licpubhqitis
d'iiutu ei uomini tant.
Cokin Steamship company h
Le S/S Martinique* ayant Jais 9
New-York le 4 Octobre courant pour
les ports avivants: Cap Hatien,Port
de Paixt Gonavss et St Marc, est
at endu Port au Prince vers le 13
11 repartira le mme jour pour :
t' t, Mirayodnc, JrmieAux
Cayes, Jacmel et les ports de la Co-
l mbie, prenant fret et passagers.
Port au Prince, le 8 Octobre 1924
Gbara { C./igents,
Viennent d'arriver
ia maison
L PREET2MANN AGGERHOLM
Rue du Qn*%
Bleu d'outre mer N240
Kers repasser, Espadrilles.
Houes, Serpelles Manchettes, lu
pn peloslefilIonlsNo 4o503:6J


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM