<%BANNER%>







PAGE 1

MBMA'WN Crme TEINDELYS donne un teint de lys La tr.'rnt Tilnitla. tfsot. parfumt, cmmtrft '• fralctiiur t la fnMMt, imbitht. iffati Ifi ril Elle tient la poudre Assure une carnation exquis l.a Crem TF.INDEUYS. fint a mH M a ii, r-euff. t~< ".capable d'oflcni^r en rien la peau, qu'alk -1 l al blanchit tan. '.. 'Xcr, ou ).">at* 'a la'f. lu, *mrai!i ije h Crenir TEINDELYS t. in (an de la crr\e de toiletie: ion empl'ji evi'e le kak, 'i lajlie. de rov .' lea imitnoai Iu a la pom ARYS 3, Rue de la Paix, 3 PARIS Hami lerge Taillant Coottgnatatn pour fait %  i i i Concerl, Cinmas e! Danclny.i A la tuile de la -KI>OU d'l la i nnceris bebd'.madmies oui repris i u coquat hio'q.ic a Cann m de Mari Il y eut hier l'alfluence habituel la pour antandre le mme sempileniol programme 4 Cin'Tai'itiii la clientle >le cet Mablissemenl s'tait laite nombreux pour assi ter a la pr.ij'rli. n sur l'cran du film annonce : %  Su/anne i Lai tableau su droulent dm* ua cadre mgnilioyant joindre quelque aipoir. Les divers tableaux figurent cilsini ment parmi les plus beaux enngilr | ai l'ail cinmalogra pbique. Aus- l'enlhousiasuie fut tel. que chacun mnnile*la son recrat qi and lasame prit lin. Noadiflrentas salles de dans** ont offert pendant ces deux deri irft*. soires l'ativit habi'tue'le. lu Rnssl Cal' de !< bs l{8 a Baillait, l'auimati n lut continuelle, .aux accents d*l Ornires cralionr musicales, l.a 11 ipla pr s de plaisir s'en don icrent leur gr, sous l'.ril eu lieux de nombreux prrsounag's graves cherchant l'occasion de M drider, en oubliai.!, un peu le natterai quol.Jiennei. A l'H-itel laliMeine il y eut une bruyante manlieatv *i->n. Les abords de l'tab i.-sement regorgeaient d'amateurs e bonne musique venus tiprea pour tt m ter les notes dlicat M du m e>tro Jn-llaptiste et les igrablei loloa du baryton ( brlflian. Les Salles i-i.nn -; ... .,, et dcolra avr got (.liraient un aspect burinait, grce aussi | J'ordie pail.iil il,., L'Ecole libre d*Arpi ni,n|r l.a Direction i* I K.n'e lil. e • l'Arpentageil forme >ea M\ que l'labli< n .ni reprend %  < un t. PJOUTI au Collpe Lmvfr loi Pour I nli'er les ileirai des qui lui '"I l adi ?*•<•*, 'a lii.e.ii n se deeida a recevoir comme inl.-r i .i.1. i lu liants || Us j unes gent le | H province qui f, ni leurs tudes a Port eu Prince. La rafiatra untcrtplioD 'loi. ae-t ily 'i-i.r. | | I Draa J u 0 r *>a '!• pensent se l .ire, par oriesponrien< e. a. ( ,,' i i 1.00V ture, la R,.e I ,,„. i Fiancail. ^•T* •*oDs ireu av c i li r ' c ai i ih aUn(,ai.,e d Mel . Krida hiatus et da Mr Josejh Vtlm. If k Sl-M u. s. S. H La crmonie rtUgfauM de ai n:a r., a la thidraui, a l'ueca sion de U rouverture .)••i *l .les l'iibuwtux, a t des %  iu iuii ,,uules •".lie ttil rehausse pttl la pr ence de S. Kl. le Pisilent -I • la Itpulili |ue accoui[i igne de sa Maiaon militaire : de M\uguste Maglnire, Secrtaire d'Etal les pj nancas at de l'Instruction Pu di q le de Mr Luc Dominiqiit, Se erttira d'Btal de UJUIUM : I Meu.l.res de la Magislratur, 1 Rirra u, des n iloril scolaire, de* me nl>re du Corps Knseignant e' de toute la jaunessa des co'ei A|uas le '• Te Deum"entonna par S li Mgc l'Archevque, une iii's *e basse fut dite l.e aermou de %  i: i instance fut f.il p-r la pie Hrunet, au • onier .1 • Si Louii <'a /igua l.a bnliclion duSunt Sere.lient fut en-mle donne. A l'issu* de la crmonie reli gi u e, le Prsident le la Hapubli que entour des pr si lents des I i buna :\ de CatMlkll, d'Appel et de Premire Instance, fut sa'u par la Vusiq le de la Gen larmerie et le cortge se rendit au Tribunal de Cassation o diveia dUcOflrs 11 reut piononcs par le Ministre de la Juitiao, I Prsident du Tribu nul le C.ssatian, le Commissaire du ii niv.riiement et par l j Biln nier de l'O.dre des avocats. S '''vice H li'4uli|J : lel'orl-aiiliin1 el -IC Poliini Tille AVIS Ll StrVsM II; Iran | le le c Ile viM^ avise les ftbOMIi d attf'ia par le ll'.ei'm'r de Rail vue qu'ils seront priv 1 d'eau Mardi 7 Oelo lole dois h sur •< d l'aprs mi di a neuf bearoa du srir. caise d • IravuM nr| n!s P.irl au Pn i'". 'e i, i i • t i' ' La DIHECn N '.a liioilleur aeclalif des douleurs d'os SEDOGASTRINE Admis dao Us KpiUux do Paris Crampe, BrftluMS, Aifc'rmiri, Spaaraet iloulourmi, MintM, Viriijiv VoinUmenlt, l'o ; r. U 0 •m'Mit Je ' Uil. UN let OfltiroK Urii i %  .i M | a> t aht<|t En ttnt dant totil W pfiarmtcii I -.m I UUnlwri P ZI/INE.1 la. tC-pn. F*IU I UlU l'I.aiiiiiacU Al. I-KTRUS %  Collge La Sainte Trinit lisiimiioD de Demoiselles Ru* de l'Enterrement La iiirecin d a .i ui d aux pa ranl. que lt snpriai .tes c urs au ra lieu le lunii H iclobre 8 bras du matin. ECJI* des < cnr,a A p;li|iijs La ime session du oDCOan d'admisiion est Ii*e au mardi I; Octobre **. I.a r>gitre d'irsr,inliin e.-l oi verl au aiage de lKlah issemenl tous les jours de heures A midi. UDlALUlU.Y Cemnae nous l'avons annoa sanedi, il a ete f.ir.u une coinm: ; lien i h ." %  i r eue t .r ISH IJO pour la cl.Vura .Narl du l'arc L^ conte.C-^lle corani-si II t co np > ls le vteisieurs \V Il William •. Prsidant, Lulovic A nb oi*e e' Louis llerris %  Mnn'nres. Elle de vrr. faire eir-nier ld listes de eous crijiiion et recueilli* les don qui seront dpoas ; la llanque NaM naie de la R ipnbliq ie d ilaiti. Le i travaux seront e limes ds ,• i l'encai-se aura attsini une som'n %  %  uffliaota pjur permel'i de mal Ire sriet!S)7ient la main a l'oeu vre. Des f.tea sportives at IfeMIra les seront ultrieurement orga^i ses pour alimenter la caisse • I permettre, si possible, de faire la cl'il u complta du Parc Laconte. L I > S !l. .nui..! sur la bien veillant cir.iMiirs .1* ras, llaitien et lrang-m, p.'iir mn. r bel D lin ci Ile ituvia si utile (• la cause des spoita. Coimoissio.i de foolbaH Messieurs les Capitaines des q li pes des socits de I L'nion Mal pris de bien VOBloir se runirent cet aprs mi li H heures, au Parc. Lecont • pour une o.nmuni•• iti in les iutresant. Publication re le N nis avili rr, i %  • pram'nr \ i .1 i l( illelin oflieiel le. Dpirlemeuts Ho l' i gricutl • ta ul In Tn \a.|. Il i inli •• ii I i d IraseanN r i mi gnements sai | mreh • l vice* de eea Oparlemeola. Nous rem i mus p mr lenvji Fte de Siot-5*p PJ La fte dj Si Girard v| ,| • | don le pop i! l' eu ee le vil u augmente da jour sa j HIT, s. ra al li an • %  U jeu li tn octobre I i ebant ce jour l. i Saint l >pb, une me-se sol. nueile en son h m nur. La neiiiaine ptrparatoira la f't cominen.-era daOUIQ ba Mles de Si Joseph liront chaque matin, aprs la in idu Ro* ires, ( i fa 1 1 1 ) 1rs pru i ea da la ncu vaine el les lit DIM de Si Grard. Les dvols de ea 8eiol en soul aviss. Un conseil salutaire aux amis? U coas Biti et du cousu m ne. ( .i z Christian Box :i 1. Hue dee C*ara au \o:i23, vous trouverez, un bouillon succuii'iil A partir le S heures du soir. ('/ost aosol'imnl rcon fortant aprs uni' journe de pnible lalieur. Vous Ifotivare/ aussi du bon vin rou.io et blanc et toutes autres boissons. Siiils %  — l'romptitude -l'rupret \ oil la devise de rKtablissemont. AVIS Le' qoa les OOC urs 'l I Elie Dubois amont lieu le Jeudi 9 Octobre courant ..u Local da l'Et PlmamenL VARIETES i F noi DFS R OJTES Mardi 7 heures La Comte de Monte-Crlsti Oeuxime pisode Kolr.-e : 50 centimes S heures Le Conte d; Monte-Cristo 3e poque l-.uime : Q. o.5o Parisiana Mardi se et Ba pisodes outre : 50 centimes Comptabilit Aiiu s, l'K.-.ol; Spi' ciaie. a dei l d'ouvrir un nouveau cours de l'.o npUbi it le Mercredi fiOctobrea F.i nouvelli ivaitl ira 'I* 1 7 I s. 8 li-. du malin l.e-s iascrip* lion seront re tes ju' i l'I 'a date mantionn s-<5>^Ce>~- r lnteni li i il Aihli'lic r lu ! \ l'Inl ir i itia ni Alhltii Clu i qur^ lien % %  Mercredi M courant, li 7 3 i |i. m une rie ''ion intima pour m i Vi Itevoir s ^ Mr V. I. lii nmo 1 1 et Minai p vi* IM MI IIlir.'s ri" "ii n toi ^lua i lu lauai r.i. T.'s \l tihrea qui toi' \ iiur av i le T !iahm a nt iuv I tir la nille. route autre personne .loi cire munii l'une irte ug le pir le Prai I ml i i ir la Sacrtiire. Cette forni'i'sera ngoureoM* merit o'. %  • \V. QuiNTt.'s WILLIAMS, l'ccsi I ni. Il S H :\ftN .. ^e •••i ire. Socii'ii' d'Histoire ei d • (t4ot|raphia >V l{ai i La merrilirea Ir la S c • ' a lire 1 1 le H t nul, dupli sel .1 r>ol Aire >lr Po t au Prince, le 6 0d f*24. L i m vi-i. liU i i.i.\i:n :. Rpjii l^gnint d liai a Conni.iciti M Ritoistero d^Pe Funr. \ I v(i. s• • i l*|t| pj i m/. | il RagDQ d llulia lui cmanato in date 8 torrent a un Pccrelo ai termi ri dal qeeleoon prewedimenlo .ma. logo a loltato p. r i porta • lui i. -i li-nti nel Itegoo, i p irl i :. n lai LIS il ila | 8 >o per eanl i rmisaion 1901 il 1006 reaide a ti H r s ara lin. iovieeti .. dep %  -. lare : icall eorriap n d >nli dal ra '.ru i %  < iaao i litoli al artsi ara lall'je nn .t. iptel dei qu i lia no in p iieaso. I litoli depj-i la 1 1 sarannii liimati dal dcpifitanle d a c "Tipeg h 'a disii .la lui sot i > criltacon l'indica/ione Icll pro| i alita a r aaid aaie. l i la roeaaenat Japosili nia nm .i un' .ii dej.o i tn .il MM iati t l'a riir X.Tlk os li". iu a partne d.l ail o I.ujr'io Lai !8 coi niio.i litoli clic |i i Conso i lali uiraeao emessj dei Dbita ;< Mdi .> italiano anticipan du IM h. data il .'.niliio decen nale aba arekbedoaita aver nogo il piimo Gcnnaio 1917. La cilt t rie esta non ticabile ii.a DaM aaaare cadma p. r aller sait-a e •nelle allre forme pnscriU^ dalla ilaliana sul dfbiio publico pril tiesf tiin-iilod" litoli nomi r.a i la ateaaa ricevnla po-'adue ceil.ilc po il pa^'imcn'o d p rc-i .1 primo fiennais al prim i Lrax'io 10 Port .an Prince, 28 tolem!** 192. L lucai calo dm afi-.ri 1l'a tt. L fa iaafi Car ALFj\tUu Je ... aiUia PNEUS DUNLOP emt le Pneu 7 ta et ion Cord Duulop Canadienne Faire le la rclaine pour un %  rtioje^est un, jnais montrer la preuve est autre chose. D-uii n l.v. donc aux chaulleurs des roules du Cap Hatien cl des tayes. C'est le Pieu des Tropiques Ln veii <• et. /. John Wbolley. Porti-Prn %  Ch. Javaui, 'i>-!Iiiiii'ii, Biue h BW Cayt. T. Gouss-, I % %  nqoaoe, P. lorabu• %  •, %  ut >avc et ihiilda Si ffi r B. Vi.lll, Gk>n.iies, fillauticva J' Ci'-. Poil de P.iiv, ': Dopsainvi'le, Petit |i : i Olisf Uoqane. 1. Clcrins eortiri, IreahiioJ W. Quinliu Williams', Di si ri bu toi' Viennent d'arriver la maison L PREETZMAiN GutiitfQiJS Hue du QitatBleu d'outre mer i\240 Fors repasser, Lspadrilles. Houes, Serpelles, MaocheUes. lil en peloileJiilord9.No 4i),5(J:i60| Jf MM mtiE.U I n IAG1E I ironiques 231 ARABES Ol 9 sur 232 (Eixtrmi d'un Rappcrt da* Mtu\icim* d'Alutr) l\$\ U rtmbdi qui a loofo.-s \\mtk l** PeHTtars riulUU %  jajBBajaeaVaHHB^aVa*>aaSa^HB^^ SiV VENTS DANS TOUTES BONNES PIlAi iCIES SPCIALITS PEYRMtD D'ALGER.4fi. r. t de flriaiWl, PARIS n-.v. '. .->,IS Photographie Nouvelle 1257, Hue du Centr] 0 i '. %  !i sar< 1 d'une pro.nenadc nona conduits, nous sroi inervciil.'... %  • %  pli diractleo d^ 4. Cl ol.niri). Ji'sri ii au Oapai tement daa le .v n\ Publii i, Dapoia lea arb po aie* rap • % %  iota inlcic procd i ,i 11 it dur i d'un I b'e. Arjouii / prix -. a m .i 11 i'' i ml le m n le, il I >JI a i l'ii i ml % %  > ir lair i re p. /. i; onde abu i ci ganL k Ceei n'est pas lire Car le la Iljln ns j • m s ai ; | i ".-. j Copeuii.it el vou> pasaps lu ni • lu Bureau d l'Adminisli -atiou piat;i!o, a la Gran i'ilno, Rentrez. \i wwm Encst Cime A la Conscience Voue verrez que le chaussuree que ce 'soit sur commande .>u non — sont tau : s i, a .;oiil, oinset so liilite, pi ce que lea ou-/ i i i an.'nt et les in t • %  TUIIX |ui y soi.% emo'-i ndeut et jusliii ni le .itre de la ma. -on. %  Dr.BLVil.. lt R: ll^'J*. • PaeU. •Vas s



PAGE 1

IMftfiCTEUR PBOPRIBT41RB atrton Clmenl Maglore SOIS VER.NA 1358 Rut Amricaine Quotidien FILE COF-Y CcJumbai* Mmorial L flou* devons avoir pour gogtfi AMeRICAN m.' de ne pas nous tonner derf* 07 1B l9t dilficnll 5 prsentes non plus pie^d'un venl qui pisse, par ce que, a\ec un peu de palien', ou les verra se dissiper : le temps change tout. Saint Fruciis it Silei TELEPHONE No 242 18me ANNE N 5329 P >!-;;•• •i.'-Prt'.V.iJO HATI LUNDI 6 OCTOBRE li24 Le Couvercement et la Presse H' b IhiMN du ii fas to B a H *lr osin nimwaiwairtn Ln AitN A teC\Potaes un nlrsresi hrtu-lr mml ju HW r| adxrsjirts du IHWIMUI df . Kuro lasarrssl I fin a fail .s, dn, ijejj SOM qui i >MI! nina-m : Lea drcoostancea font plus qu'Y jamais au G .iivern m m I obligation, pour longteiu is encore, d'ire pri ]en i I. Je dis plus que jouais inlenlionndlementi car, en aucun temps de I existence nationale, il n'y eut aup.ivs un autre sys'tan de bouverncment Au contraire. M us cependant, si, dans le pasl, plus auto rate le Pouvoir navdn pis toujours un but lo ve a r.-. diser.tiiHjs inonlr it plu tt dans I actioq un amour de mesur -Je I ..i I .itrair.* et du ,| %  tordre, abouiissanl ainsi l'ii'catoqabo de IvJlt il est des chances i|u il H e oea jou si le spectacle permanent ou rgne des lois et de l'autorit, dans 1 ordre et la paix publics, pour ta conqute du mieux tre. Voil J >:JC un fait prcis lutour du.ju. 1 ne manqueront cer les pas .le se raher tous qui dsirent le bien du plus tt and uouib'e sous l'action des plu* capables, lie grandiose qui eut es martyrs aux poques sanglant, s je notre liisi >j re, et dont la constcratiou pour n'tre pas illusoire d viii f,-rcmeut attendre l'appui coas'aol et inbranlable de I force. Cet appui, le Gouvernement l'a ; de telle sorte que la n tion est libre de ne contier ses destines qu'aux mains d. s plus capabl s, c'est dire, de ceux qui, avec une soliJe cu.ture gnralo et le cœur bien lait, auront toujours assez de lumire et de paix intrieure pour coucev ir le bien public, asstz d i coustan ce et de cooraga pour y t n die qu md mme, en dpn des vacarines et malgr le drgle meut d'une pres.-e vo oulairement contrariante. Lh-iinine au pou oir, SOIM peine de trahir sa mission doit donc se crer une atmosphre sinon de soumission du moins de coiilunce, agir de faon gai der n.acle la plnitu le de s i force morde pour ne rien perdre de sou uti e collabo alion avec la Grande Nation amie dont le puissant concours n ui e>t assur tout le temps que l'exigera le urilleur avenir. Il y parvuu Ira, couo lr.vi bien %  -Imonne et plus avise, la /rosM prio liqufl ou non, qui semble reflter l'opinion pulilique, contracte enliu l'h ii.ituJe u'houocar le Chd ik l'Eui et lesd ileateursdeUutorii.mi m i qu an I .Ile en combat les ides un en critique les actes, si, plus sincre et mieux informe, elle n'agite en connaissance de cause que des .postions d intrt gnral et D envisage que les r form-possibles,erit.nant compte du temps et du milieu. Cet iJal n'est pis une chimre inaccessible... L'actuel Gouvernement enttnd le montrer par ure sria d actes louables. ffeat qu'il ne perd point de vue que la Nouvelle Uafli est en voie de torrnalion tt qu'il taut au iervice de son administration une f>rte discipiiuthors de laquelle l'action gouvernemni-de pourrait tout donner eu l"t .1rsii'l t. hormis le progrt. Qui reu la bu veut 1rs moyen. Atouaitur Ljuis Borno ne cache pas sa leime volon' dinstamer tout pix cette discipUne autour de lui. ft il coin mence par rgleraenU r 1 1 preese selon l'tat actuel de nos morara. Si grande fauta serait, en vue d'une rgleraema'ion plu* ou moins parlaite, da.a'inapirar nui muemant dea laitea da la i.> Iranaise de 18SI ou d'autrvs mesures contemporaines qui se raient ou DOO pris-s, au auj t d i la presse, en E irope o i aux Ktats Unis, au .1 pon ou en Turquie-. Il lui a suffi l^ron • Katar que la nouvell-* lgslalion tait opportun*, confirme, en H uti, la mentalit des journalistes qui. p^ine habitus l'X-r.'i-e l'une ib'rt longtemps rve mais rj ; conqate r ftcenle , I' xerent m d, la li force d'igeanle, on ne |-fni q ie Lui liire ronli.incp le plus longtemps nossible pour le cbeoiin qui resta i f • .le I J imatque et lu Canne japon iis., dite l !M ,\,IS g j,,, leur n % ^nuront gr sans dont. de i donner connaissance d"< r'nltits di Iravauv I, Mr P \\ Mu ri iv, m in. • i.-.s enfanta qui brisent E i t'tli aiment le plus lis lors, en homme mi ait prendra crnement ses respo'isabilns comme c'tait du resta — S >n droit et mme Son devoir, il n'a pis ajourn de remiier un tel tat de chose. Aussi l'iiitivi mom Mil ni d'un homme politique ne rside pis d ms le (ait le pouvoir dire si la I i sur 1 1 presse est ou non sans prcienl cliz L-s peuples plus ou moins p lies mis bien dam celui d'viter d i tomber sous le coup d'Une loi ni:ess4re tana oourl ni r nonr r son mti-r d j %  alitte C'eat l — C-J semble — urj tache q il ne re gardspas s mie mut I ml lligan ce mai* e-ico-e l CE ir. rir aprs tout elle nom ram i %  une jimpl qu-stioi dduca bon. et cil, un poin tel que celui-l dont l'un no lration dans h langue ou l'exagralion dms l'attiiu'. entraioa< raient la conUmnation. pr applicitiou de 11 loi sur h preese, ae serait de dum n • dcern un bravft dmeoovananoe ou d immoralit Cir je n^ HCIM pas en vrii de m heu,o, l'or limit, que n'excluent ni l'ardoum la nacrii de h lutta, soit plus en honneur qu %  .1 li presse iutelligeu'e et oresii gieu*e dont c'est justemant le privilip dparier au\ S m raina dms leur langue pour les mieux vaincre, n vue du bi >ntre populaire, I instar les roui uns qui n'assuraient jauiaia mteux la dfaite de l'ennemi qu'en lui prenant ses propres arrn s chez lui aftm %  Da jour 00 I .tutre l'unanime pressa lia'tienne pratiquer! cette vrM qu'enseigne d^j. k la manire f. ( rte, i" e-t vrai, le Chef lu G 'Uveiii'iu % %  nt vu ce qu'i' reprele de culture et de ehrilii .lioi Kn attendant, le (jouvern^menl dire, pours'iivaot sans r-l;'. Ii • >n iiwe d puration. Il a eoai aieaaada ne pouvoir l'a. c om,.|ir tout seul et il compte k retttin sur toun les Mmeols propres i eantribacr au succs notdinm ni las t ibuuaui. Le* Vt .gi*trat, se montrant s la hauteur de kur devoir d'aider,pir une heureuse application dm lo s, au maintien de l'ordre dans la Cit, nul doute que bientt vieul'en! l— jours, O, la fin d %  rie lencesde touta sorte dans la pressa, dsolera la fin lune ducation poiuiqua si funeste la Rpub i. r Uja les journaui les pi.n tp'riblae, d'il y a deus ans, coumencaat s'ass|ir... Et c'est trs bien !. Quand y eroul finie les basea prsonnalil*, Us impu I nies incursion dans les vies de t* vil le, %  tohrouse enfin le la d* 1 n qu'ont syaln iliq i ment enlie, rise de mabeureu. sdvar. •ne xaspers par l'iasu c s dans la gageure q il leur s t coatrair, alors ds .'saoui et de Le. ip t la m • Ce q i p,•' %  ent', es temps ci, le plu ds dogrs dm. las raes de Pe 1 1 Prias saavea vous — !.. %  > lutos — Noo. — I.e.i'o npg ii-'s d'a>'ira ; coolie le feu Ah. p.i* de '.' i — La P. C. 9.1 Pai .' n. D'aill IUI saltlaquo aujour I li il |ti soi | sei piee, aus aaaisooi qu'lu 14 m>lit. Klle ddaigna le m tin qu'a*) Is piton — CVal ,| i i — \ eroiri >/ v ,u ; t %  ta il les hicyd-Up.. I.:,-. lu.ruii'i -n, l'"t au P in • Biles \ -. u ; d m e. ru'i Ita dit.' La pu griv, •et que soi ve %  '. les %  I o lsa par ds v i b I %  i | n |Q I4 un long cirque o sas souci d i passant a qui p u lant u v lie pu u ijae appartient autaat qu a eux. ilsa livrant ses p • %  < prilleui louis d quilibre soui les ifgir.l. amuss ,i • _•••, : u e, rdieii peu laat de laseuril .i-'s piato is D'autrsi sont enfoi c!i-a p.r I rranci eo iraura qui, parce qu'ils ont vu deraireaieol uraani.ar salt, novateurs intelligents — une course en pleine ville, s y eroleat : ni au v lo dro i riteaaa le< '• np ."i lloi i m.llieur MI traoqm le pilo i : Vi>a,ttaeroM, qui n'. s" pu posiiivesna it eellade I 1 ' -'nii oduit brutale ment entre tes jaoab i, fait ses ir votre n-/ que I bitOO e*t dur, votie panlaloa et a vos souliers U inci que o'eal 1 1 p la a aire de la vaille qn DO sava i bs |oe m Un de nos raes, IIr, un de ce* d-oga eux rn-5 •.parlai t jour s. eotnp Irjene l ici vertigineux "t .erbi loo de la morl ', d u oda t U rue des <: sers une a lureexbaordioairc. lus ioetiveaaaoi on levait \< veux I |. tur > dr s il ne luttait pas aeyltessi n qu q leero. Il %  en iit riaa, l'quiliari te se grisait Mol de v,'. ,, irn (l <*t B.I I le police qui fols ige p >isal d'agaat, p dot d ordts Le liaai .'— c e ,i M„ i| ii lu ala 00< enf.int. Ls plu tort 'C'ett qu'en se relevant, a'taieQl ce les epeet %  leors de la scne, il roi battu in Iii' aune si c'tait elle qui I'' "' -|ui allait trop vite el qui a'tail pa> sur >a drosts \ la lin.r-nf'our. iunt sa bcane, car, nabirtll. mc-nt, il n y avait pas de geudaime.ilpour-u.vilsondi nsla, un paa u oies vile quand n c;.r le -'dieu inconnu" qui |.ro lige les bailiens avait fait qu'au eours de l'iccident une de ses roui a s tait di>lique. Je voule dm, t-n vr |e, 1 ni-s grand danger da la rue aujour d'bui, ce sont les bicyclettes. Avis important %  . Cl Ois ITOU en !\ m lis et M i eu L Par cnes 1 Uur p-'rioJe de croissance, aprs la |ue le la plan! %  e>t lionne pour le viouliu, -t peu prs gale. TIC d foi %  noiri t La Can ne L'b.i, a'uut plus t-.i Ire que le Caune crole exig< uneirortm ins i I de pression. La ditT. ••-' repraeo Se par le ri l(>7 ou 100 exprime I irl m . -'i me l :.i. meut en t on l'o | • .lu ren !• %  .las dcix varits de Cinne a Su ire, :l • i q !• %  .cul livr-1 de I %  o'e pro lui -MI •> i h res de >esou .t eaal liv e* de Cano i bi l> il lia '-.i is. M lis u perte le ren le na.it au p n ls est p us qu • I irgeaseni i ipee •••" p iui la Canne Obi ptr I et % % %  t j 'si icre. La Oui ue t J tt* pr n ni i i -il fO | p l'are que la Canna <)r oie. •i 'U ,i \u %  Sur Is li. 19 t loaes le i >psr c loi t ion i • %  -i %  i pour la Caooe C'ole, **t -le il i laaes poar Is Caooe L!ia, le rend "il ou en Su re est • e I i-'-.' qu ilerpour la un i varit le t l i loonea p -ur la d ovir-ne. La deosil si ici"-! U m.'ne pour les deux sortai I C m i infl pouf i '..i es ft -•. o tarais , .1-toi q i Is a'ev, | • i i.'iui sm4oag me it ip lai lu Mjulin Par Calilo ie ili.incelier autrirliittit Seipel laapparatl i la chambra VIENNE— Le chancelier Scipcl s fait hii i ^a premire apparition ba nbredep ils I .1 olald toi il a t victime an mois de Juin Dms son discours il a abord d'importiiitcs que.h u s et a do m uti i. vtrsion qui a circul sur li cration d'une fdration des I.UtllatiubiI.IIIS I |II, s du Doeteor llenes. Parlant de la I lilliie s ind ileuse de la banque CeatigltoaLlo chancelier eutriebteo a dit qu'elle repraeotail I cotis -l-i-nce aatareHe des troubles Dom | i s que le-; empies cenlriux ont traverse. loa tlloeutioi ika H. iriftide iriand I'IIOMAKD.oi une imposante al oculioa, M. s rislida Briaod, chef do li dlgition fi an.; lise, a dclar que le proloc !. tuuiul par la I igus des N nions Stl le plus lon.i'dabln obsta le contre la Kui-Te qui ait jamais t.i cr par 1 esprit humain. i la tiijiiidej Huions PARIS Lpr itoeols pour l'a I !'• iii i-ie des dispataa lalaroeliooaies et un document -I il lontleal un p.amiiula e| vmgi • i il-, nues Le prambule sti pile qus soa but sel li i*.tuciioo 'I i-me uenls jusqu'au ni'eau la plus bis et l'ai < .milissement de n s nb 1 g liions iolaruatiooals par le prioeipe de t'aetioo eooiaaoaa. Les clauses tes plus iitportantes so'il .ellequi iuteipit -nt et lorti dont le lglement de la Lig m tes Na'iousnt lourni-sent un melh de pour diiu r l'tat agresseur ; elles pro nrent les mlliod-s d'arbitrage p m toutes les disputes qui pour ru ni surg r l'ar l'intermdiaiie du proto oie, tous laa pays atgO i tairai se coaaprooietlfal ne pas se faire la g-ierre ni aucune OS tio i qui pourrait plus tard accep ter les obligations du pacte. LIS lis Ml!*! -,—••> te aass les prises sont re qu'elles ml: ta prisai. i m l:eo e 'use est de ne pis j tre ". Ba l'i iO, il j eut une fui i meur contre le sve e i nu alors eu vigaear dans les prisons de i sa. Ua rac niait des hotea ai |u. un -• pii h. sol li • b ltes murailles Irai %  i le^ p loi Ii ir| r..\ m <. i,. da Mil charg -^ li u |j t | belieu .le i latter la pria* ru ri d'amliorer ditious des pr, i on disait Irop dures, llu b I u n oplit le d n roi il "fcii bieo, i il on faire? de-nanda toi\lll loi ,| ie dnai eut Hli v. soa losp. -lion. —•• Sir rpoadil Klckelieo, les prisons sool re qu'elles SObt : la prison La aeeilleuN coosoest de ne pas > tre." A la recherche d'an traor s.Mis-in.iiiii dt 3 millions de dotlail NEW VORKLa troisime ex lion orgainsi c pour rcuprer un trsor d 3 millions de dollars q i gil au fond de la mer e-t p ,r Le hier de es port Les rspditloo %  mires au nombre de nu se sout embarqus sur deux navirea : U s l'oam el lo .Spray., emportant le matriel de recherche sous m .ri ns le plus perfectionn qui esiste, Le Trsor en quesii >u -• %  ii, ndaoi laas do s Vlerila ., de a W.rd Llne. q n lut coul il \ a l.i sus I la suiie d'uneeollisioo ave ie vapear \dmu-ai Pan i %  l Ha hi li n .f i aies a la Virui nii. Le M. ride portail 500 In d uig ni no 000dollars eu fameux diamants de atsaJosilise siosl que .le DoeabrOOS joyaux (t pierres picieusea. Ters l'ind ; |einlance de l • E < | v 111 e LONDRES Le Loodon Times • a publi hier un article seo >ationnei jetant l'alarme sn Ang'e terre sur l.i possibilit que M. Mae -onal t accde aux demandes dr Zsgboul Paeba, 1er ministre gvp lieu qui se propose d'obtenir Ho dpendance de son pays et le retrait des troupes britannia,uea. Cet article ^e fait l'cbo de ru meurs suivant lesquelles M. Mac. donald aurait t convaincus par les arguments de /aghoul t de son conseiller le docteur Hsaid Mdclimud dont le i ni-onaamnts persaaaUe se basent aur la fait que rAoaletarra a\,iut dj concd l'indpendance Domiaoll da l'E gypls, elle doit bisser l'admiuiitra tion aux mains de ce pays. Malgr le pouls que peut avoir la thorie sur le droit des gyptiens a ae gouverner eux ra^mee Aucun anglais ne consentira de compromettre Isa communications avec I In.lsen lais tant le canal de Baes la merci de l'Egypte si cutte histoire est certaine le Premier Mucdonald au ia expos leg i.veiiieiiienl laboris te la furie de 1 opiniou publique. tae protestation ciiinoiaa PEKIN— Le ministre daa affai rrs trangres chiuoia a protest auprs du gouvernement franais par l'iolermdiaiit de aonreprian tant diplomatique contra la vanta de 10 aroplanes t Cheng Taolin. Dan la valle de la Stise Il RINL'a dtachement de troupes alpines a t surpris dans la valle de la Snse par une sva laoebe, la d'achement entier a t enevli ; des recours sont par lis sur les lieux ds cette catastrophe. Nouvelle* diverse* WASHINGTONU Docteur llsrrison O. Dyar, entomologiste Ce la Sin.tlisouian hisliiul.on d r are 're le rouabucleur da (un i els dont la dcouverte a caus une grande sensation daucette Hpilalt). Le chasseur d insecte a re lal comment de 1008 i lui) il procda h la construction de ces tunnels lesquels constiturent sou unique dtversioa et un mago.tique exeicice physique eu mme temps qu'une raction m rla. BUENOS AlKBS— L< l.meuss quipe uruguaw une de foolbull a t battue hier par les Argentins par I points contre un. Le match devait av.ir lieu dimanche dernier mais la foule enlamo aur le Ur rain lut si grande q ie la partie ua put s'effeciuer MVDHIULes dOO dlgu* au congres de gographie physi OU se sonl rooiebJer ilseerout raoi leaaia pai le roi Alphonse. Kn outre des dlgus des natieoa amriaiaes qui liguraienl dj dans ce eoegres, on remarque la prsence de eeos de la Bolivie, de la Rpublique Dominicaine et du Venezuela. aujour Lecteurs du '' Malin", d'bui il ne reste que 18 Jour* rup'/seoter vos gourdes a l'sV chargeai guicbeU de la B NstioosJs. l'Ecole d'i^iiciillute Aujourd'hui, leatadisols I Kcole d'Agrii ullur qui oi i pu obis i. r la m .yeiine aux |.r uVrs d li . parlent pour ail u • eeos les^ villee de l'ial ri ur Us roes 'Uiti le der rrt du Prsideol de la R lie. Nous aliesaons nos mi: | VOJUI 4 ces BOwageos p inaiara t non qu'il russisseol plei U'.ai'.ut daus i'usuvrs eolreprise. Cirpe S Pffirs Depuis longtemps notre publie navaii .u l'ooportuoiM d'e-lm-rei aa ipe i c|e offrant d'intrt qu* c lui qui eut lieu hi-r soir et cm i lal dea tours assi difdciis. M Saenz de renomm .le un personnel de |uareoti arlLtaa tous rputs. ' l'sihl dont ont fait preuve hier dans des volu les .i,meurs, le< ne, les jongleurs, Isa bientt h rer I s d-buta du cvnocpha'e •• Garistioa "et de Teddv '' U lionne sup-rbe. jj/ersonae oe perde doue -ion de passer deux bonnes beores sous la 'eote Saeoi Frree capable de contenir JOOo perseu Des. r Ai. Luc Elie C'est evec plaisir qu nous avons •PpiSe la nomination da eotr. S Luc th. comme Piaidoid Je la commission communale d* la Co nlve. avec MM. Louis Sergii. e Uuclervil comme membre acuit C M" U f, 0Urs n i0,MMbI activit, M. hlie saura eerlaiee two dese> eoilgocsUot K0 djvouemant au serv.ee de | ao ] velle tommune. CooipliaMiitk. rtk r*\


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06276
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, October 06, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06276

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
IMftfiCTEUR PBOPRIBT41RB
atrton
Clmenl Maglore
SOIS VER.NA
1358 Rut Amricaine
Quotidien
FILE COF-Y
CcJumbai* Mmorial L
flou* devons avoir pour gogtfi AMeRICAN
m.' de ne pas nous tonner derf*07 1B l9t*
dilficnll5 prsentes non plus
pie^d'un venl qui pisse, par
ce que, a\ec un peu de palien-
', ou les verra se dissiper :
le temps change tout.
Saint Fruciis it Silei
TELEPHONE No 242
18me ANNE N 5329
P >!-;; i.'-Prt'.V.iJO HATI
LUNDI 6 OCTOBRE li24
Le Couvercement et la Presse
H' b IhiMN du ii fastoBaH *lr osin
nimwaiwairtn Ln AitNAteC\-
Potaes un nlrsresi hrtu-lr mml
ju HW r| adxrsjirts du IhwimuI df
. Kuro lasarrssl I fin a fail.s, dn, ijejj
SOM qui i >mi! nina-m :
Lea drcoostancea font plus
qu'Y jamais au G .iivern m m
I obligation, pour longteiu is en-
core, d'ire pri ]en i I. Je dis
plus que jouais inlenlionndle-
menti car, en aucun temps de
I existence nationale, il n'y eut
aup.ivs un autre sys'tan de
bouverncment Au contraire.
M us cependant, si, dans le pas-
l, plus auto rate le Pouvoir
navdn pis toujours un but lo
ve a r.-. diser.tiiHjs inonlr it plu
tt dans I actioq un amour de
mesur -Je I ..i I.itrair.* et du ,|
tordre, abouiissanl ainsi l'ii'-
catoqabo de IvJlt il est des
chances i|u il H e, oea jou s- i
le spectacle permanent ou rgne
des lois et de l'autorit, dans
1 ordre et la paix publics, pour
ta conqute du mieux tre.
Voil J >:jc un fait prcis lu-
tour du.ju. 1 ne manqueront cer
les pas .le se raher tous
qui dsirent le bien du plus
tt and uouib'e sous l'action des
plu* capables, lie grandiose
qui eut es martyrs aux po-
ques sanglant, s je notre liisi >j
re, et dont la constcratiou pour
n'tre pas illusoire d viii f,-rc-
meut attendre l'appui coas'aol
et inbranlable de I. force. Cet
appui, le Gouvernement l'a ; de
telle sorte que la n tion est li-
bre de ne contier ses destines
qu'aux mains d. s plus capabl s,
c'est dire, de ceux qui, avec
une soliJe cu.ture gnralo et
le cur bien lait, auront tou-
jours assez de lumire et de
paix intrieure pour coucev ir
le bien public, asstz d i coustan
ce et de cooraga pour y t n die
qu md mme, en dpn des va-
carines et malgr le drgle
meut d'une pres.-e vo oulaire-
ment contrariante.
Lh-iinine au pou oir, soim
peine de trahir sa mission doit
donc se crer une atmosphre
sinon de soumission du moins
de coiilunce, agir de faon
gai der n.acle la plnitu le de s i
force morde pour ne rien per-
dre de sou uti e collabo alion
avec la Grande Nation amie
dont le puissant concours n ui
e>t assur tout le temps que
l'exigera le urilleur avenir. Il
y parvuu Ira, couo lr.vi bien
-Imonne et plus avise, la
/rosM prio liqufl ou non, qui
semble reflter l'opinion pulili-
que, contracte enliu l'h ii.ituJe
u'houocar le Chd ik l'Eui et
lesd ileateursdeUutorii.mi m i
qu an I .Ile en combat les ides
un en critique les actes, si, plus
sincre et mieux informe, elle
n'agite en connaissance de cause
que des .postions d intrt g-
nral et d envisage que les r
form-possibles,erit.nant comp-
te du temps et du milieu.
. Cet iJal n'est pis une chi-
mre inaccessible...
L'actuel Gouvernement en-
ttnd le montrer par ure sria
d actes louables. ffeat qu'il ne
perd point de vue que la Nou-
velle Uafli est en voie de torrna-
lion tt qu'il taut au iervice de
son administration une f>rte
discipiiut- hors de laquelle l'ac-
tion gouvernemni-de pourrait
tout donner eu l"t .1- rsii'l t.
hormis le progrt. Qui reu la
bu veut 1rs moyen.
Atouaitur Ljuis Borno ne ca-
che pas sa leime volon' dins-
tamer tout pix cette discipU-
ne autour de lui. ft il coin
mence par rgleraenU r 11 preese
selon l'tat actuel de nos
morara.
Si grande fauta serait, en vue
d'une rgleraema'ion plu* ou
moins parlaite, da.a'inapirar nui
muemant dea laitea da la i.>
Iranaise de 18SI ou d'autrvs
mesures contemporaines qui se
raient ou doo pris-s, au auj t d i
la presse, en E irope o i aux
Ktats Unis, au .1 pon ou en
Turquie-. Il lui a suffi l^ron
Katar que la nouvell-* lgslalion
tait opportun*, confirme, en
H uti, la mentalit des jour-
nalistes qui. p^ine habitus
l'X-r.'i-e l'une ib'rt long-
temps rve mais rj ; conqate
r ftcenle , I' xerent m d, la
li force d parliculiremeii de M !. Pr^si-
ni de la il ;..;! :i.| e dont l'action
Idli e s-t I* priut-i| a fa. Uur ! i
Kloui .1 ll'i i i I. f.,,ijoni loltle
nni'ra, comme SOftB d'.me lu ge
active, une II Ii plus Vgoun
et plu* aMtf e parce aua m.nn*
Irou - ' t (iti.s reooaniisiiaate enw-is
l'Ouvrir .le la rttt nif. au Pal
Dilional. Vfi laa qu'il co^l*^
ai be1 av. air
L'Hoaaioa d'Ctat.i IHh-tinniion
do qui, .'on .1 i I1 ,. npliass
un ut qui.li lien il une la li I si >'i-
geanle, on ne |-fni q ie Lui liire
ronli.incp le plus longtemps nos-
sible pour le cbeoiin qui resta i
f dance.
A. ACACIA
Nouvelles trangres
1.1 naa wil loaal m d< s r
aj lie, BH llll.-rrt
smiar asai, if rautrln
H nous ulwtni dr Min n
lr re iliitibaerriilf laaslrdle rtljrirtln
Monsieur P. \V Mri p<
rintendanl d'Agriculture Hops
' .r ea J imatque s', -t livr 4
u e exprienri* .iei p us in
saules do .-.un, u ilon sa re la
Canne ordinaire, dite Cr > .le
I J imatque et lu Canne japon ii-
s., dite l !m ,\,is g j,,, leur n %
^nuront gr sans dont. de i
donner connaissance d"< r'nltits
di Iravauv I, Mr P \\ Mu ri iv,
m in. i.-.s enfanta qui brisent
E i t'tli aiment le plus
lis lors, en homme mi ait
prendra crnement ses respo'i-
sabilns comme c'tait du resta
S >n droit et mme Son de-
voir, il n'a pis ajourn de re-
miier un tel tat de chose.
Aussi l'iiitivi mom Mil ni d'un
homme politique ne rside pis
d ms le (ait le pouvoir dire si la
I i sur 11 presse est ou non sans
prcienl cliz L-s peuples plus
ou moins p lie- s mis bien dam
celui d'viter d i tomber sous le
coup d'Une loi ni:ess4re tana
oourl ni r nonr r son mti-r
d j ' alitte C'eat l c-j
semble urj tache q il ne re
gardspas s mie mut I ml lligan
ce mai* e-ico-e l CE ir. rir
aprs tout elle nom ram i
une jimpl qu-stioi dduca
bon. et cil, un poin tel que
celui-l dont l'un no lration
dans h langue ou l'exagra-
lion dms l'attiiu'. entraioa<
raient la conUmnation. pr ap-
plicitiou de 11 loi sur h preese,
ae serait de dum n dcern
un bravft dmeoovananoe ou
d immoralit Cir je n^ hcIm
pas en vrii de m heu,o, l'or
limit, que n'excluent ni l'ar-
dou- m la nacrii de h lutta,
soit plus en honneur qu .1
li presse iutelligeu'e et oresii
gieu*e dont c'est justemant le
privilip dparier au\ S m -
raina dms leur langue pour les
mieux vaincre, n vue du bi >n-
tre populaire, I instar les ro-
ui uns qui n'assuraient jauiaia
mteux la dfaite de l'ennemi
qu'en lui prenant ses propres
arrn s chez lui aftm
Da jour 00 I .tutre l'unanime
pressa lia'tienne pratiquer! cette
vrM qu'enseigne d^j. k la ma-
nire f.(rte, i" e-t vrai, le Chef lu
G 'Uveiii'iunt vu ce qu'i' repre-
le de culture et de ehrilii .lioi
Kn attendant, le (jouvern^menl
dire, pours'iivaot sans r-l;'. Ii
>n iiwe d puration. Il a eoai
aieaaada ne pouvoir l'a.com,.|ir
tout seul et il compte k rett- tin
sur toun les Mmeols propres i
eantribacr au succs notdinm ni
las t ibuuaui.
Le* Vt .gi*trat, se montrant s la
hauteur de kur devoir d'aider,pir
une heureuse application dm lo s,
au maintien de l'ordre dans la
Cit, nul doute que bientt vieu-
l'en! l jours, o, la fin d , rie
lencesde touta sorte dans la pres-
sa, dsolera la fin lune ducation
poiuiqua si funeste la Rpub i.
r Uja les journaui les pi.n
tp'riblae, d'il y a deus ans, cou-
mencaat s'ass|ir... Et c'est
trs bien !. .
Quand y eroul finie les basea
prsonnalil*, Us impu I-nies in-
cursion dans les vies de t* vil le,
tohrouse enfin le la d*
1 n qu'ont syaln iliq i ment
enlie, rise de mabeureu. sdvar.
ne xaspers par l'iasu c s
dans la gageure q il leur s t
coatrair, alors ds .'saoui et de
Le. ip t la m
Ce q i p,' ent', es temps
ci, le plu ds dogrs dm. las
raes de Pe 11. Prias saavea vous
!..> lutos '
Noo.
I.e.i'o npg ii-'s d'a>'ira ;
coolie le feu '
Ah. p.i* de '.' i
La P. C. 9.1
Pai .' n. D'aill iui
saltlaquo aujour I li il |ti soi |
sei piee, aus aaaisooi qu'lu 14
m>lit. Klle ddaigna le m
tin qu'a*) Is piton
CVal ,| i i
\ eroiri >/ v ,u ; t ta il les
hicyd-Up.. I.:,-. lu.ruii'i -n- ,
l'"t au P in Biles \ -. u ;
d m e. ru'i I- ta dit.'
La pu griv, et que soi
ve '. les I o lsa par ds v
i b I i | n |q i- 4
un long cirque o sa- s souci d i
passant a qui p u lant u v lie pu
u ijae appartient autaat qu a eux.
il- sa livrant ses p < prilleui
louis d quilibre soui les ifgir.l.
amuss ,i _, : u e, rdieii
peu laat de laseuril .i-'s piato is
D'autrsi sont enfoi c!i-a p.r I
rranci eo iraura qui, parce qu'ils
ont vu deraireaieol uraani.ar -
salt, novateurs intelligents
une course en pleine ville, s y
eroleat : ni au v lo
dro i riteaaa le<
' np ."i lloi i m.llieur mi
traoqm le pilo i : Vi>a,ttaeroM,
qui n'. s" pu posiiivesna it eellade
I1 ' -'nii oduit brutale
ment entre tes jaoab i, fait ses ir
votre n-/ que I bitOO e*t dur,
votie panlaloa et a vos souliers
U inci que o'eal 11 p laaaire de la
vaille qn do sava i bs |oe m Un
de nos raes,
II- r, un de ce* d-oga eux rn-5
.parlai t jour s. eotnp Irjene
l ici vertigineux "t .erbi loo
de la morl ', d uoda t U rue des
<: sers une a lureexbaordioairc.
lus ioetiveaaaoi on levait \< veux
I |. tur > dr s il ne luttait pas
aeyltessi n qu q leero. Il en
iit riaa, l'quiliari te se grisait
Mol de v,'. ,,irn
(l" <*t B.I I le police qui fols ige
p >isal d'agaat, p dot
d ordts Le liaai .' c e,i m i|
ii lu ala 00< enf.int.
Ls plu tort '- C'ett qu'en se
relevant, a'taieQl ce les epeet
leors de la scne, il roi battu in
I- ii' aune si c'tait elle qui
I'' "' -|ui allait trop vite
el qui a'tail pa> sur >a drosts \
la lin.r-nf'our. iunt sa bcane, car,
nabirtll. mc-nt, il n y avait pas de
geudaime.ilpour-u.vilsondi nsla,
un paa u oies vile quand n
c;.r le -'dieu inconnu" qui |.ro
lige les bailiens avait fait qu'au
eours de l'iccident une de ses
roui a s tait di>lique.
Je vou- le dm, t-n vr |e, 1 ni-s
grand danger da la rue aujour
d'bui, ce sont les bicyclettes.
Avis important
.
Cl Ois ITOU en !\ m lis et M
. i eu l Par cnes1
Uur p-'rioJe de croissance, aprs
la |ue le la plan! e>t lionne pour
le viouliu, -t peu prs gale.
tic d foi - noiri t La Can
ne L'b.i, a'uut plus t-.i Ire que le
Caune crole exig< uneirortm ins
, i I de pression. La ditT.
-' repraeo Se par le ri
l(>7 ou 100 exprime I irl m -
. -'i me l :.i.
. meut en t on l'o |
.lu ren ! .- las
dcix varits de Cinne a Su ire, :l
i q ! .cul livr-1 de I
' o'e pro lui -mi > i h res de >e-
sou .t eaal liv e* de Cano i bi
l> il lia '-.i is. M lis u per-
te le ren le na.it au p n ls est p us
qu I irgeaseni i ipee " p iui la
Canne Obi ptr I et t j -
'si icre. La Oui ue t J tt*
pr n ni i i -il fO | p
l'are que la Canna <)r oie.
i 'U ,i \u Sur Is li.
19 t loaes le i >- psr c loi t ion i
! -i i pour la Caooe C'ole,
**t -le il i laaes poar Is Caooe
L!ia, le rend "il ou en Su re est
e I i-'-.' qu iler- pour la
un i varit le t l i loonea
p -ur la d ovir-ne. La deosil
si ici"-! U m.'ne pour les deux
sortai I C m
i infl pouf i '..i- es ft
-. o tarais , .1-- toi q i Is
- a'ev, | i i.'iui sm4oag -
me it ip lai lu Mjulin
Par Calilo
ie ili.incelier autrirliittit
Seipel laapparatl i la
chambra
VIENNE Le chancelier Scipcl
s fait hii i ^a premire apparition
ba nbredep ils I .1 olald toi
il a t victime an mois de Juin
Dms son discours il a abord
d'importiiitcs que.h u s et a do
m uti i. vtrsion qui a circul sur
li cration d'une fdration des
I.Ut- llatiubi- I.- IIIS I |ii, s
du Doeteor llenes. Parlant de la
I lilliie s ind ileuse de la banque
CeatigltoaLlo chancelier eutriebteo
a dit qu'elle repraeotail I cotis
-l-i-nce aatareHe des troubles
Dom | i s que le-; empies cenlriux
ont traverse.
loa tlloeutioi ika
H. iriftide iriand
i'iIOMAK- D.oi une imposante
al oculioa, M. s rislida Briaod,
chef do li dlgition fi an.; lise, a
dclar que le proloc !. tuuiul
par la I igus des N nions Stl le
plus lon.i'dabln obsta le contre la
Kui-Te qui ait jamais t.i cr par
1 esprit humain.
i la tiijiii- dej Huions
PARIS L- pr itoeols pour l'a
.......I !' iii i-ie des dispataa
lalaroeliooaies et un document
-I il lontleal un p.amiiula e| vmgi
i il-, nues Le prambule sti
pile qus soa but sel li i*.tuciioo
'I i-me uenls jusqu'au ni'eau la
plus bis et l'ai < .milissement de
n s nb1 g liions iolaruatiooals par
le prioeipe de t'aetioo eooiaaoaa.
Les clauses tes plus iitportantes
so'il .elle- qui iuteipit -nt et lorti
dont le lglement de la Lig m tes
Na'iousnt lourni-sent un melh de
pour diiu r l'tat agresseur ; elles
pro nrent les mlliod-s d'arbitrage
p m toutes les disputes qui pour
ru ni surg r l'ar l'intermdiaiie
du proto oie, tous laa pays atgO i
tairai se coaaprooietlfal ne pas
se faire la g-ierre ni aucune OS
tio i qui pourrait plus tard accep
ter les obligations du pacte.
LIS lis Ml!*!
- -------------------,> te aass
" les prises sont re qu'elles ml:
ta prisai. i m l:eo e 'use est
de ne pis j tre ".
Ba l'i iO, il j eut une fui i
meur contre le sve e i nu alors
eu vigaear dans les prisons de
i sa. Ua rac niait des hotea
ai |u. un - pi- i h. sol li
b ltes murailles Irai ! i le^ p loi
I- i ir| r..\ m <.
i,. da Mil charg -^ l- i u |j t|
belieu .le i latter la pria* ru
ri d'amliorer
ditious des pr, i on disait
Irop dures, llu b I u n oplit le
d n roi il
- "fcii bieo, i il on faire?
de-nanda toi- \lll loi ,| ie
dnai eut h- li v. soa losp. -lion.
Sir rpoadil Klckelieo,
les prisons sool re qu'elles SObt :
la prison La aeeilleuN coosoest
de ne pas > tre."
A la recherche d'an traor
s.Mis-in.iiiii dt 3 millions
de dotlail
NEW VORK- La troisime ex
lion orgainsi c pour rcuprer
un trsor d 3 millions de dollars
q i gil au fond de la mer e-t p ,r
Le hier de es port Les rspditloo
mires au nombre de nu se sout
embarqus sur deux navirea : U
s l'oam el lo .Spray., emportant
le matriel de recherche sous m .ri
ns le plus perfectionn qui esiste,
Le Trsor en quesii >u - ii, n-
daoi laas do s Vlerila .,
de a W.rd Llne. q n lut coul il \
a l.i sus I la suiie d'uneeollisioo
ave ie vapear \dmu-ai Pan i l
Ha hi li n .f i aies a la Virui
nii. Le M. ride portail 500 In
d uig ni no 000dollars eu
fameux diamants de atsaJosilise
siosl que .le DoeabrOOS joyaux (t
pierres picieusea.
Ters l'ind ;|einlance
de l E < | v 111 e
LONDRES Le Loodon Ti-
mes a publi hier un article seo
>ationnei jetant l'alarme sn Ang'e
terre sur l.i possibilit que M. Mae
-onal t accde aux demandes dr
Zsgboul Paeba, 1er ministre gvp
lieu qui se propose d'obtenir Ho
dpendance de son pays et le re-
trait des troupes britannia,uea.
Cet article ^e fait l'cbo de ru
meurs suivant lesquelles M. Mac.
donald aurait t convaincus par
les arguments de /aghoul t de
son conseiller le docteur Hsaid
Mdclimud dont le i ni-onaamnts
persaaaUe se basent aur la fait que
rAoaletarra a\,iut dj concd
l'indpendance Domiaoll da l'E
gypls, elle doit bisser l'admiuiitra
tion aux mains de ce pays. Malgr
le pouls que peut avoir la thorie
sur le droit des gyptiens a ae gou-
verner eux ra^mee Aucun anglais
ne consentira de compromettre Isa
communications avec I In.lsen lais
tant le canal de Baes la merci
de l'Egypte si cutte histoire est
certaine le Premier Mucdonald au
ia expos leg i.veiiieiiienl laboris
te la furie de 1 opiniou publique.
tae protestation ciiinoiaa
PEKIN Le ministre daa affai
rrs trangres chiuoia a protest
auprs du gouvernement franais
par l'iolermdiaiit de aonreprian
tant diplomatique contra la vanta
de 10 aroplanes t Cheng Taolin.
Dan la valle de la Stise
Il RIN- L'a dtachement de
troupes alpines a t surpris dans
la valle de la Snse par une sva
laoebe, la d'achement entier a
t enevli ; des recours sont par
lis sur les lieux ds cette catastro-
phe.
Nouvelle* diverse*
WASHINGTON- U Docteur
llsrrison O. Dyar, entomologiste
Ce la Sin.tlisouian hisliiul.on d
r are 're le rouabucleur d- a (un
i els dont la dcouverte a caus
une grande sensation dau- cette
- Hpilalt). Le chasseur d insecte a re
lal comment de 1008 i lui) il
procda h la construction de ces
tunnels lesquels constiturent sou
unique dtversioa et un mago.tique
exeicice physique eu mme temps
qu'une raction m rla.
BUENOS AlKBS L< l.meuss
quipe uruguaw une de foolbull a
t battue hier par les Argentins
par I points contre un. Le match
devait av.ir lieu dimanche dernier
mais la foule enlamo aur le Ur
rain lut si grande q ie la partie ua
put s'effeciuer
MVDHIU- Les dOO dlgu*
au congres de gographie physi
OU se sonl rooiebJer ilseerout
raoi leaaia pai le roi Alphonse.
Kn outre des dlgus des natieoa
amriaiaes qui liguraienl dj
dans ce eoegres, on remarque la
prsence de eeos de la Bolivie, de
la Rpublique Dominicaine et du
Venezuela.
aujour
Lecteurs du '' Malin",
d'bui il ne reste que
18 Jour*
ru- p'/seoter vos gourdes a l'sV
chargeai guicbeU de la B
NstioosJs.
l'Ecole d'i^iiciillute
Aujourd'hui, leatadisols I K-
cole d'Agrii ullur qui oi i pu obis
i. r la m .yeiine aux |.r uVrs d li
. parlent pour ail u
eeos les^ villee de l'ial ri ur Us
roes 'Uiti le der
rrt du Prsideol de la R
lie.
Nous aliesaons nos mi: |
vojui 4 ces BOwageos p inaiara t
non qu'il russisseol plei
U'.ai'.ut daus i'usuvrs eolreprise.
Cirpe S Pffirs
Depuis longtemps notre publie
navaii .u l'ooportuoiM d'e-lm-rei
aa ipe i c|e offrant d'intrt qu*
c lui qui eut lieu hi-r soir et cm
i lal dea tours a- ssi difdciis.
M Saenz de renomm
.le un personnel de
|uareoti arlLtaa tous rputs.
* ' l'sihl dont ont
fait preuve hier dans des volu
les .i,meurs, le<
ne, les jongleurs, Isa .
bientt h
rer I s d-buta du cvnocpha'e
Garistioa "et de Teddv '' U
lionne sup-rbe.
jj/ersonae oe perde doue
-ion de passer deux bonnes
beores sous la 'eote Saeoi Frree
capable de contenir JOOo perseu
Des. r
Ai. Luc Elie
C'est evec plaisir qu, nous avons
PpiSe la nomination da eotr. S
Luc th. comme Piaidoid Je la
commission communale d* la Co
nlve. avec MM. Louis Sergii. e
Uuclervil comme membre
acuit CM"U,f,0Urs"n i0,MMbI
activit, M. hlie saura eerlaiee
two dese> eoilgocs- Uot K0
djvouemant au serv.ee de | ao]
velle tommune. *
CooipliaMiitk.
rtk '
r*\


MBMA'WN
Crme
TEINDELYS
donne un teint de lys
La tr.'rnt Tilnitla. tfsot. parfumt,
cmmtrft ' fralctiiur t la fnMMt, imbitht. iffati Ifi ril
Elle
tient la poudre
Assure une
carnation exquis
l.a Crem TF.INDEUYS. fint
amHMaii, r-euff. t~< ".capable
d'oflcni^r en rien la peau, qu'alk
-1 l al blanchit tan. '..
'Xcr, ou ).">at* 'a la'f.
lu, *mrai!i ije
h Crenir TEINDELYS t.
in (an de la crr\e
de toiletie: ion empl'ji evi'e le
kak, 'i lajlie. de rov .' lea
imitnoai Iu a la pom
ARYS
3, Rue de la Paix, 3
PARIS
Hami
lerge Taillant Coottgnatatn pour fait
i i i
Concerl,
Cinmas
e! Danclny.i
A la tuile de la -ki>ou d'l la
i nnceris bebd'.madmies oui repris
i u coquat hio'q.ic a Cann m de
Mari
Il y eut hier l'alfluence habituel
la pour antandre le mme sempi-
leniol programme
4 Cin'Tai'itiii
la clientle >le cet Mablissemenl
s'tait laite nombreux pour assi -
ter a la pr.ij'rli. n sur l'cran du
film annonce : Su/anne i .
Lai tableau su droulent dm*
ua cadre mgnili lioni tont prsentes daua un m
mrel parfait.
A l'ansian
Ce fat au milieu de la salle
grandiose Iiases i profusion le dii.ub n ni
ri tableaux aux dcers somptueux
du drame in'omp rat.le qu'est
La faute .l'Odette Mai, bal
Pas une minulc l'assistance n'a
pu rompre le lien qui l'unissait
entirement aux personnages, tan
lot en pailageant leurs angoisses
tanl.it m >oyant joindre quelque
aipoir.
Les divers tableaux figurent
cilsini ment parmi les plus beaux
enngilr | ai l'ail cinmalogra
pbique. Aus- l'enlhousiasuie fut
tel. que chacun mnnile*la son re-
crat qi and lasame prit lin.
Noadiflrentas salles de dans**
ont offert pendant ces deux der-
i irft*. soires l'ativit habi'tue'le.
lu Rnssl Cal'
de !< bs l{8 a Baillait, l'auimati n
lut continuelle, .aux accents d*l
Ornires cralionr musicales, l.a
11 ipla pr s de plaisir s'en don
icrent leur gr, sous l'.ril eu
lieux de nombreux prrsounag's
graves cherchant l'occasion de m
drider, en oubliai.!, un peu le
natterai quol.Jiennei.
A l'H-itel laliMeine
il y eut une bruyante manlieatv
*i->n.
Les abords de l'tab i.-sement
regorgeaient d'amateurs e bonne
musique venus tiprea pour tt m
ter les notes dlicat M du m e>tro
Jn-llaptiste et les igrablei loloa
du baryton ( brlflian.
Les Salles i-i.nn -; ... .,, ,
et dcolra avr got (.liraient un
aspect burinait, grce aussi |
J'ordie pail.iil il,.,
L'Ecole libre d*Arpi ni,n|r
l.a Direction i* I K.n'e lil. e
l'Arpentage- il forme >ea M\ -
que l'labli< n .ni reprend
< un t. PJOUTI au Collpe Lmvfr
loi
Pour I nli'er les ileirai des qui
lui '"I l adi ?*<*, 'a lii.e.ii n
se deeida a recevoir comme inl.-r
i .i- .1. i lu liants || Us j unes gent
le |H province qui f, ni leurs tu-
des a Port eu Prince.
La rafiatra u- ntcrtplioD 'loi.
ae-t il- y 'i-i.r. | | I Draa Ju ,0 r
*>a '! pensent se l .ire,
par oriesponrien< e. a. ( ,,'
i i 1.00V ture, la R,.e I ,,. i
Fiancail.
^T* *oDs ireu av c i li r '
cai i ih aUn(,ai.,e d Mel . Krida
hiatus et da Mr Josejh Vtlm.
If k Sl-M u. s. S. H
La crmonie rtUgfauM de ai
n:a r., a la thidraui, a l'ueca
sion de U rouverture .)- i
*l .les l'iibuwtux, a t des iu
iuii ,,uules
".lie ttil rehausse pttl la pr
ence de S. Kl. le Pisilent -I
la Itpulili |ue accoui[i igne de sa
Maiaon militaire : de M- \uguste
Maglnire, Secrtaire d'Etal les pj
nancas at de l'Instruction Pu di
q le de Mr Luc Dominiqiit, Se
erttira d'Btal de UJuiUm : I
Meu.l.res de la Magislratur, 1 .
Rirra u, des n iloril scolaire,
de* me nl>re du Corps Knseignant
e' de toute la jaunessa des co'ei
A|uas le ' Te Deum"entonna par
S li Mgc l'Archevque, une iii's
*e basse fut dite l.e aermou de
i: i instance fut f.il p-r la pie
Hrunet, au onier .1 Si Louii <'a
...../igua l.a bnliclion duSunt
Sere.lient fut en-mle donne.
A l'issu* de la crmonie reli
gi u e, le Prsident le la Hapubli
que entour des pr si lents des I i
buna :\ de CatMlkll, d'Appel et
de Premire Instance, fut sa'u
par la Vusiq le de la Gen larmerie
et le cortge se rendit au Tribunal
de Cassation o diveia dUcOflrs 11
reut piononcs par le Ministre de
la Juitiao, I Prsident du Tribu
nul le C.ssatian, le Commissaire
du ii niv.riiement et par lj Biln
nier de l'O.dre des avocats.
S '''vice H li'4uli|J : le-
l'orl-aii- liin-1 el -Ic
Poliini Tille
AVIS
Ll StrVsM II; Iran | le le c Ile
viM^ avise les ftbOMIi d attf'ia
par le ll'.ei'm'r de Rail vue qu'ils
seront priv1! d'eau Mardi 7 Oelo
lo- le dois h sur < d l'aprs mi
di a neuf bearoa du srir. caise
d IravuM nr| n!s
P.irl au Pn i'". 'e i, i i t i' '
La DIHECn N
'.a liioilleur aeclalif
des douleurs d'os-
SEDOGASTRINE
Admis dao Us KpiUux do Paris
Crampe,
BrftluMS, Aifc'rmiri, Spaaraet
iloulourmi, MintM, Viriijiv
VoinUmenlt,
l'o ; r. U
0 m'Mit Je ' Uil.
UN let Ofltiro-
K Urii i, .i m | a> t aht<|t
En ttnt dant totil W pfiarmtcii
I -.m I
UUnlwri P ZI/INE.1 la. tC-pn. F*IU
I UlU l'I.aiiiiiacU Al. I-KTRUS

Collge La Sainte
Trinit
lisiimiioD de Demoiselles
Ru* de l'Enterrement
La iiirecin d a .i ui d aux pa
ranl. que lt snpriai .tes c urs au
ra lieu le lunii H iclobre 8 bras
du matin.
EcjI* des La ime session du oDCOan
d'admisiion est Ii*e au mardi I;
Octobre **.
I.a r>gitre d'irsr,inliin e.-l oi
verl au aiage de lKlah issemenl
tous les jours de heures A midi.
UDlALUlU.Y
Cemnae nous l'avons annoa
sanedi, il a ete f.ir.u une coinm:;
lien i h ." i r eue t .r ish ijo
pour la cl.Vura .Narl du l'arc L^
conte.C-^lle corani-si ii t co np >
ls le vteisieurs \V Il William .
Prsidant, Lulovic A nb oi*e e'
Louis llerris' Mnn'nres. Elle de
vrr. faire eir-nier ld listes de eous
crijiiion et recueilli* les don qui
seront dpoas ; la llanque NaM
naie de la R ipnbliq ie d ilaiti. Le i
travaux seront e limes ds , i
l'encai-se aura attsini une som'n
uffliaota pjur permel'i de mal
Ire sriet!S)7ient la main a l'oeu
vre. Des f.tea sportives at IfeMIra
les seront ultrieurement orga^i
ses pour alimenter la caisse I
permettre, si possible, de faire la
cl'il u complta du Parc Laconte.
L I > S !l. .nui..! sur la bien
veillant cir.iMiirs .1* ras, llaitien
et lrang-m, p.'iir m- n. r bel D
lin ci Ile ituvia si utile ( la cause
des spoita.
Coimoissio.i de foolbaH
Messieurs les Capitaines des q li
pes des socits de I L'nion Mal
pris de bien VOBloir se runirent
cet aprs mi li H heures, au Parc.
Lecont pour une o.nmuni iti in
les iutresant. .
Publication re le
N nis avili rr, i ! pram'nr \ i
.1 i l( illelin oflieiel le. Dpirle-
meuts Ho l'igricutl ta ul In Tn
\a.|.
Il i inli ii I i d IraseanN r i mi
gnements sai | mreh l
vice* de eea Oparlemeola.
Nous rem i mus p mr lenvji
Fte de Siot-5*p pJ
La fte dj Si Girard v| ,| |
don le pop i! l' eu ee le vil u
augmente da jour sa j hit, s. ra al
li an U jeu li tn octobre I i
ebant ce jour l. i Saint l >pb,
une me-se sol. nueile en son h m
nur. La neiiiaine ptrparatoira .
la f't cominen.-era daOUIQ ba
Mles de Si Joseph liront chaque
matin, aprs la in i- du Ro* ires,
( i fa 111 ) 1rs pru i ea da la ncu
vaine el les lit dIM de Si Grard.
Les dvols de ea 8eiol en soul
aviss.
Un conseil salutaire
aux amis?
U coas Biti et du cousu m ne.
( .i z Christian Box :i 1.
Hue dee C*ara au \o:i23,
vous trouverez, un bouil-
lon succuii'iil A partir le
S heures du soir.
('/ost aosol'imnl rcon
fortant aprs uni' journe
de pnible lalieur.
Vous Ifotivare/ aussi du
bon vin rou.io et blanc et
toutes autres boissons.
Siiils l'romptitude --
l'rupret \ oil la devise
de rKtablissemont.
AVIS
Le- qoa
les OOC urs 'l I
Elie Dubois amont lieu le Jeudi 9
Octobre courant ..u Local da l'Et
PlmamenL
VARIETES i f noi dfs r ojtes
Mardi
7 heures
La Comte de
Monte-Crlsti
Oeuxime pisode
Kolr.-e : 50 centimes
S heures
Le Conte d;
Monte-Cristo
3e poque
l-.uime : Q. o.5o
Parisiana
Mardi
se et Ba pisodes
outre : 50 centimes
Comptabilit
Aiiu tous Im iut*rewn>s, l'K.-.ol; Spi'
ciaie. a dei l d'ouvrir un nou-
veau cours de l'.o npUbi it le
Mercredi fiOctobrea F.i nou-
velli ivaitl ira 'I*1 7 I s.
8 li-. du malin l.e-s iascrip*
lion seront re tes ju' i l'I 'a
date mantionn
------------ s- -<5>^-Ce>~- r-------------
lnteni li i il
Aihli'lic r lu !
\ l'Inl ir i itia ni Alhltii
Clu i qur^ lien ! Mercredi M
courant, li 7 3 i |i. m une
rie ''ion intima pour m i Vi
Itevoir s ^ Mr V. I. lii n-
mo 11 et Minai p vi* Im Mi ii-
lir.'s ri" "ii n toi ^lua
i lu lauai r.i.
T.'s \l tihrea qui toi' \ iiur
av i le T !iah-
mant iuv I tir la nille.
route autre personne .loi cire
munii l'une irte ug le pir le
Prai I ml i i ir la Sacrtiire.
Cette forni'i'- sera ngoureoM*
merit o'.
\V. QuiNTt.'s Williams,
l'ccsi I ni.
Il S H :\ftN .. ^e i ire.
Socii'ii' d'Histoire ei d
(t4ot|raphia >V l{ai i
La merrilirea Ir la S c "
Octobre 1&2\*Q loal prorisoi-
re de la Soctt'- I i i h':juil;
1 Amicale ) 5 hs r- m-
Onon i i : I" \ : il lu
prou'cad je lei ) i "! : u j
pulairea d'Hiatoire .!'il ici.
L' S "Ti-tai'' _' "i '" il,
DrC. i' IESS i t.
?'ra'jiissi' g lire*
I. il" 11 Oommiv
siou H m l'iin, \ i 146, livour
A i:. ni : vu 1m*Vi'>' a lire 11
le H t nul, dupli sel .1 r>ol
Aire >lr
Po t au Prince, le 6 0d f*24.
L im vi-i. liU ii.i.\i:n:.
Rpjii l^gnint d liai a
Conni.iciti M R-
itoistero d^Pe Funr. \
I v(i. s i l*|t| pj i m/. | il
RagDQ d llulia lui cmanato in date
8 torrent a un Pccrelo ai termi ri
dal qeeleoon prewedimenlo .ma.
logo a loltato p. r i porta
lui i. -i li-nti nel Itegoo, i p irl i
:. n lai lis il ila | 8 >o per eanl i
rmisaion 1901 il 1006 reaide a ti
h r s ara lin. iovieeti .. dep -.
lare : icall eorriap n d >nli
dal ra '.ru i < iaao i litoli al arts-
i ara lall'je nn .t. iptel dei qu i
lia no in p iieaso. I litoli depj-i
la11 sarannii liimati dal dcpifitanle
d a c "Tipeg h 'a disii .la lui
sot i > criltacon l'indica/ione Icll
pro| i alita a raaidaaie.
l i la roeaaenat
Japosili nia nm .i un' .ii dej.o i
tn .il mm iati t l'a riir X.Tlk os
li". iu a partne d.l ail o I.ujr'io
Lai !8 coi niio.i litoli clic |i i
Conso i lali uiraeao emessj dei
Dbita ;< Mdi .> italiano anticipan
du im h. data il .'.niliio decen
nale aba arekbedoaita aver nogo
il piimo Gcnnaio 1917. La ci- lt t
rie esta non ticabile ii.a DaM
aaaare cadma p. r aller sait-a e
nelle allre forme pnscriU^ dalla
ilaliana sul dfbiio publico
pril tiesf tiin-iilod" litoli nomi
r.a i la ateaaa ricevnla po-'adue
ceil.ilc po il pa^'imcn'o d p
rc-i .1 primo fiennais al prim i
Lrax'io 10
Port .an Prince, 28 tolem!** 192.
L lucai calo dm afi-.ri 1- l'a tt.
L fa iaafi
Car ALFj\tUu Je ... aiUia
PNEUS
DUNLOP
emt le Pneu
7 ta et ion Cord
Duulop Canadienne
Faire le la rclaine pour un rtioje^est un, jnais
montrer la preuve est autre chose.
D-uii n l.v. donc aux chaulleurs des roules du Cap
Hatien cl des tayes.
C'est le Pieu des Tropiques
Ln veii < et. /. John Wbolley. Port- i-Prn . Ch.
Javaui, 'i>-!Iiiiii'ii, Biue h bw Cayt. T.
Gouss-, I nqoaoe, P. lorabu, '' ut >avc et ihiilda
Si ffi r B. Vi.lll, Gk>n.iies, fillauticva J' Ci'-. Poil
de P.iiv, ': Dopsainvi'le, Petit |i : i Olisf
Uoqane. 1. Clcrins eortiri, IreahiioJ
W. Quinliu Williams',
Di si ri bu toi'
Viennent d'arriver
la maison
L PREETZMAiN GutiitfQiJS
Hue du Qitat-
Bleu d'outre mer i\240
Fors repasser, Lspadrilles.
Houes, Serpelles, MaocheUes. lil
en peloileJiilord9.No 4i),5(J:i60|



Jf
MM

mtiE.U I n
IAG1E
I ironiques
231 ARABES Ol 9 sur 232
(Eixtrmi d'un Rappcrt da* Mtu\icim* d'Alutr)
l\$\ U rtmbdi qui a loofo.-s \\mtk l** PeHTtars riulUU
jajBBajaeaVaHHB^aVa*>aaSa^HB^^
SiV VENTS DANS TOUTES BONNES PIlAi iCIES
SPCIALITS PEYRMtD D'ALGER.4fi. r. t de flriaiWl, PARIS
n-.v. '. '
.->,IS
Photographie Nouvelle
1257, Hue du Centr]
0 i '. !i sar< 1 d'une pro.nenadc non- a conduits, nous sroi
inervciil.'- ...! pli
diractleo d^ 4. Cl ol.niri). Ji'sri ii au Oapai
tement daa le .v n\ Publii i,
Dapoia lea arb po aie* rap iota
inlcic '
procd i ,i 11 it
dur i d'un I b'e.
Arjouii / prix -. a m .i 11 i'' i ml le
m n le, il I >ji a i l'ii i ml > ir lairi re -
p. /. i; onde abu i ci ganL
. kCeei n'est pas lire
" Car le la Iljln ns j m s ai ; | i ".-.
j Copeuii.it el vou> pasaps lu ni lu Bureau d l'Ad-
minisli-atiou piat;i!o, a la Gran i'ilno,
Rentrez. \i wwm Encst Cime
A la Conscience
Voue verrez que le chaussuree que ce 'soit sur
commande .>u non sont tau : s i, a .;oiil, oinset so
liilite, pi ce que lea ou-/ i i i an.'nt et
les in t tUiix |ui y soi.% emo'-i ndeut et jusli-
ii ni le .itre de la ma. -on.

Dr.BLVil.. lt R: ll^'J*. PaeU. *

Vas s '


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM