<%BANNER%>







PAGE 1

LS vUtN r^si ta fax cents GU vu mm MSTIU m t itdUlU lw tu ot vie. AH.Ut. lCOCLS,*lt OEROY FILS AIME | n, rm J TMt:.r > r'Attll m tft -IUt* % %  ( CAt i ut „ PRATIQUE EASEMCIS tu MAT. I CHS M IAAIF lUUt'Bi """ lr ta r..-*••! • • L'Htel BdlVJ JPar a silualion exception onl'ijii '| '"Oi j lroo< r' • n service ini pn eh ib %  -• %  i man-te l'une fecea lo..t^ partiiu liera toitCMi qui. trangre nu liailitDH.t-ont appels. ajo une! I Poil au Prince on v e t a la foie en lr> et rtmp*Kre si ii I' • '' modilj 'ii. Irai iporl lonl m facilement et a "'i BpO 11 A ">inm PAHIM C'EST LE MEILLEUR DES PURPA1IF8 "POKT-AU-PKINO '.>.PF-TI.'J3, l'I.arm.cw ALB rru tt toi ',.h.r m .c,--D J...lln VAFil l#a bon n r* \oicila lin de la bile— dul la premire paitie a paru avant b er des citoyens lir former le Jurv de la Sessiou Caiminelle tixe au lundi 1 Novembre prochain, a dix heures du matin : Ludovic Samson, Lon dis '* %  venture, C.anrtjbertLahens Julien Dieudonn,li id'l u* D-ir, Alfrel Bien Aim, F-lii l'lnloor. Luc I'n--.il-.. Dation Mv til, 'Franois llovert, Mire Th'ai. Maurice Ho ga th, Augu tn Bimn, Des ix Dai on Paul, Docteur Christian Mu pa ,II. Lai tuais 11 oi, Fi.'der que ll-'lnr Alexandre Qi 11 , Pn ippe L foutant. H*rniann 11 vjam n, Emmanu I Constant, (i orges CeleeUn, l itvepq ^diejoint, Hupra Mont' -, Il ibeil Corvinglnn, D us Desroirain. (Jeofgea Jacob, A'cius Latonlatit. Marcel (lin, Phi ippe Chalier, Saint Victor D-inor. Antoine Pierre l'util, Paul P. Narcisse, Etncianuel lias on, Louis Llfontanl, Migloire l-a-ton Aris b m'n^ .N'els m, R land DUalmnA, G-orgesLafonlan', Thermo t >' erre Pierre. Kdgard Simin t, Cment de H-lv a. I. cien >e atnae, Bitour l.afleur, Henry K'ie, Evav li iri.iniqii-, Kinile Via d, annibil B >lt, Paul ^olry, An Ir Btancll il, Emmanuel D.il ilour.i ieur^es Dugu, Jules I bile ICI, l>rnad Derenoncnurt, Clemenl Kmmanual Coirou, Boger Pila virn', Ii.. Annoual, Dieudinnrl*aie, 'ntoine Souvenir, Docteur Justin houiseau, Paul Cardre, Louis Sorav, Odilon Ca-iinir, Frui'k NeraliM, Kerniolll. Coico.i Se n.jtie B ain, Louis Vilgrai i Henry Brisson, Krdrique (ia'ieut, l-elix Tnvenin PMrUn* blnntrope, P. D. Plaisir, Albeitii.i N ictor, Edmond Gouraige. Aristobule Deverson fils, Klortan AlCred, Kmmanuiil Valm, II -niv Etienne, \ ictor lenjHinin, Ernest PoolUB, Edgard Fontua, Eugne Le^ios. / drien Elle, Joseph Obas, Justin lamy, Kibart Dorc, Dr Charles Cmlve, Elie Po lun, Pmo • thnea Tauss iint. Edgard Atig n tin, Gouch Fils, Baymond lluto-' rat, Louis Dieudonn. Dr Vi:ior Lorenceau, Maunc Kiviie. Collge La Sa'nte Trinit lnsiiunion de Demoiselles Rue de l'Kiiterreiucnt La directrice annonce aux pirenta que la repiisedes cours aura lieu le lundi 0 Octobre N lires du matin. LE ROI DES ROUTES PNEUS DUNLOP Cest le Pneu 1 radio i Cord Grande Liquidation chez Paul E AUXHA Ali i de luire de la place pour I* s marchandisrs no i vcllfs nous viinlons IIIIH partie de notae & Prou Telphoni' 721 Duulop Canadienne Faire de la rclame pour un arlicle^est un, 4 mail montrer la preuve est autre chose. Doin niez Jonc aux chaulle urs des roules du Cap Hatien et des Cayes." C'est le Pieu des Tropiques Ln vente chez John Woolley, Portau. Prince, Clis. lavaui t.p-Hailien, %  me fvt Sendral, auv Gayee. T. i\ lare *B. Wolll, aonar-es, Yillanueva e. Poil ile'Paiv'P. Dms.inville, l'el.t-livire, Salim louttea, Leonaoe. I. Oeriai eorgti, •Vca^a W. Quinliu Williams, Distribulor A P ecasion le la prochaine rentre b s etaMNH el des Tnhunaux les Magis r^ls. les parei is, instituteurs M co'ien troorerool la Mai ronGMt INKU k Co toutes sortes de f %  irniturcs classiqu s el des bu reaux aux millec res conditions possili e. La in tison a reu par les dernier* vipeurs l'raniis 'Ctraibe" et Caravelle les marchandises suivant s ( uePemml en douan: lormant une pailie de sou ravon de merc T t et de b inneterie: .t gtiilbs coudre el & repriser, pingles de laiton, erecha'a en acier, ds c m 1 e. Iiotilo i"i os, en mtal, bouto c .r /o et de nacre de toutes g'Hn lems. b ulo.is oidi laires, mesure* pour laiib urs.ctaie pour tailleur-. rdon e soie po r ootttonn re, coton ii broder ordinaire et lustr, m %  >-' uer, repriser ; cordonnet au cioch:t, co'pn perl, cha pelelso'diu ires, icapulaire*. ponge* en caoulsoue blagues tib.c v- '< %  de bil'-d'i i-h i'i--pi!es de lil et de colon cliemi es b'ain h et de /pbir,. ni hoirs de poche a brosses k ttVe et dents.eau el (lixir denlifrice. ilen liiceen pAte, tube, aavons et p udte b'illanline, eau de Cologne,aaeliM parfume, houppes diverses, bretelles, rhaussMtes etc. liwel p t


PAGE 1

IWHttTKlH PIWPRIET41REJ WriUMEIR Clment Magioiiv BOIS VERNA 1358 Rut Amricaine NUMERO 20 C ENT1MES Quotidien FILfc COPY Columbus Memer.ai Librarj ^N UN>0 1H1W4 %  onlie;, en louie occation, un lel respect pour la virile qu'on se lie! une simple [>arole de voire pari plus <|u'i tons les seniu'iiis Isocrate TELEPHONE No 242 18me ANNE N 5328 PORT-iU-PHlNOS (HATI ) SAMEDI 4 oCTnURli 1924 "L'Essor** et FEmigration I, Kssor >, avec lequel nous avons vcu en bonne harmonie, rpondant noire appel indirect de ne pas nous diviser sur des choses qui ne peuvent ne pas nous trouver d'accord, — telles la lutte contre les abus et tvjlro collaboration tranche au iouvernemeut pour les conibatlrf,— dit garder un mauvais souvenir du mot con u siou que nous avons emplo au sujet du service de lmigr lion, et a l'air presque d^ nous en vouloir d'avoir p le de l'migration elle mrn-; en termes qui lui paraissent dsobligeants. Il rsume et di-lare qu'il ne considrera que la paix existe entre nous que lorsque nous nous serons expliqus publique ment sur ce ternie de 'cor.;usMOU, b'il n'y a que cela, en vrit, notre confrre et nou? sommes dj dans les bras l'un de l'autre. Voici. f Nous n'avons pas invent l'migration, nous ne l'avons pas uou plus imagin-;: e le existe et t lie a exist voi' dj assez lo .giemps. U est arriv que parfois et mme souvei.t, des journaux et nous ne jure rions pas que L Essor i.e ft quelquefois du nombre, — ont signal qua, eu dehors des taxes tablies par la hi. on s'amusait dans ce servi:., exiger, sous forme de pourboir-, d'overtimes ou autres, 1 autres Valeurs des intress s avant de leur dlivrer passeport. Nous avons dit qu*, si cela existait, les tonctionnaires qui se 8eiai.ni rendus r.oupables de tels prlvements, auraient com mis ce que la loi pnale dnomma concussion ; c'est dire le tait de prlever du coutnbualile plus d argent que n'en exige la loi crant l'impt. Jusque l. nous ne pensons pts're en dsaccord avec notre conlr-e, un peu susceplible sur la que lion pour la raison, dit il que le service de l'migration est aujourd hui dirig par un de ses rdacteurs. Donc, s'il y a prlvement il y a i concussion . Dans le cas o notre (.oiifrre ne serait pas d'accord avec nous sur ce point prcis, nous serions heureux de le savoir, car, pour bien dis u ter, la premire condition est de parler ou de comprendre la mme langue et les mots dont elle se compose. Si notre conlire est d'accord avec nou.* que le terme est juste et propre, il ne pourra insister pour que nous le retirions, moins-qu'il nous en olre un autre exprimant la mne pen s.v, ce que par esp r it de conciliation,nous accepterions volor,I: rs Ceci exp'im, il reste seulement la que siion de savoir, en dehors du terme, si la chose existe, %  /est -Jire si dans le service dirig p ir le rdacteur d; n itrj ont re, il se l'iit de tels prlvera'Mils. Disons tout de suite que lans tout service public, il y a l.s abus et qu'ils se commet tent parfois l'insu des Che's du *jrvioe. La chose pourrait ainsi exister l'insu de notre confrre et ce point de vu : nous pourrions passer pour lui rendre service en le lui signa lant, au lieu d'encourir ses foudres. L'Essor n'est pas ass ceiplicite sur ce point et se borne relever ce qu'il croit tre une oll' -i.se personnelle pour son rcdact ur, alors que le 1 lit signal se rapporte au Service de I migrati >;>. Nous le lui disons re m rjuet quoiqu'il en soi, en r a p ) tant ce que tout le :no de a enten lu dire de ce service, nous n'entendons nullement ca. loranier ni notre conbre, ni personne de ce service. S il ne se lait pas l les prlvements que nous avons dits, nous ex P'im'rons tr f-.niheraent notre regret d'en avoir parl et il serait difficile de n* pas se con tenter de c la. Nous allons plus loin,ci notr: conf re allirme nettement que, dans ce service, os ne r lame, que les taxes lgales > t que l'on s'est tromp en croyant qu d'autres pr'evemenls s'y font, nous n 'hsiterons pas une minute elFacer compltement de notre pense jusqu' l'ide Blm de con ii*sion, et non pas e m nt le t rme Nous croyons que nous ne 10 ivons pis pousser plus loin la bonne loi et que la question se rduit maintenant une pure question de Fait. Nous ajoutons, en nous rptant, qu'il sutlit que notre confrre affirme et dclare que le lait n'existe pis pour qu?, laisaut tond sur celte allirmation, nous imprimions %  *, eette miii place < ju'il ne s'commet pas de concussion %  au service de l'ui gration, aucun prlvement auire qu • celui des taxes prvues par la loi, u Huit tait par aucun employ de ce service. qu'un dans n corps, remercions I) Ciel qui nom pargne cette an g-Meae qoaod mus ctm>idei JL certaines d'resses moralea.demin dons a Celui qui peut tout de les loigner de nous. Malt uc deinnu doo* pas d tre exempta dt la loi univers ille ; t pprenon* plutt aimer iu croix, notie croix qui p e 1111 es.— toute l'Espagne avait repris les armes. Les moinea parcouraient la pninsule brniuiisant d'aorruea crucifix et conviant les liibil mis h une sorte de guerre tinte Chique couvent lail une forte esta ai cbaqae pierre d K pagna^a< bail un soldat — Le Marchal Massmt, aprs avo'r subi .' faire niTepier par se sujets, ut abandonuer Madrid. — I n pli qara la fiont ilNapolon lorsqu'on lui apprit ces mauvai-es nouvel'es. Vlan, autour do lui, l'avis gnral tait que le presliga de l'Empire exigeait que des renforl lussent, au plus vite, envoys au [une d'Bsung . VARIETES DIMANCHE l ii programme de toule beau Suzanne 5 parties AVI.I; Su/anne (JrandaisJMarie-Louise Derval, Jean Signoret, etc. hi\\ i* la PlaUe Entre : 0. 1.00 Loge: i 2 00 La lime sur l-h^bitalion l*a!u BlHIllV COIllre i i I %  r i vode coeur, que sont ils dans ctl (e bataille d o vous sorti'e/pa' faits et meilleurs, ou vaincus par !e sort Regardez les artistes qui a'atrei gnent a des annes d'tude, des heure*| I>xe cice, des Iules, re garde/ les aihlea qui s'entranent S la course,r gariez les aviateurs' qui s'habituent voler en pUin ciel : C'eet vouloir longtemps et lermemeot que l'on arrive i quel que cho-e. SoinniR.— Noua sommes des U'ooranli en face de la souffrance. layons pi* de soupeser ou de choisir DOS croix. Ne disons pas : Je consentirai* bien souffrir mais pas de celle faon . On Tes sons notre lchet : la souffrance non fait peur... Nous ne connaissons pas notre force de r*i lance, nom ne ai VOQI \>i < | i-Iles preuves no i •Ml le p!'j* livoMble*. oijusqu'i qie' 1 •.:: "'le' j>-jvent nous cou,i^uaud WJH >ou BVeAlil u,al melte, Commune des Cayea. La i--iiie dans la Cumm me de Mai l m r l ion n • r. il d'aj r le |IKI^ HBOM arrt par le Serv ca V< linique de V K^n -ulture et approuv pule Secr i El tl U i tgrieuiiiiM, Arl. !l — Le prsent Arrt sera pub'i et e\ •< j| h la dibgmce il s S> i ; -I m as d'Etat de l'Agricul tara'du travail, da I lustructiei Fubli in• 1 des finance*. Ponn au Calais Nalion i | Portau PiiaeaJe lejtQrtebrt 1011 aa I 1 -'u %  da I In J, en I >nee, BOBM Par le Prsident : Le d'Etal de l'Agricu turi et du l'rav lil. Si|o L. PROPHI PE Le %  eertaira d E'at da l*tastroa lion Pub 11. ie, Si^n Auguste MHIL'MUI. Le Sc taire d Elat des Finances, Sign Auguste M.V.LOIIl Ecoles et Tribunaux Aprs demain, Lundi 6 Octobre, sera jour de rentre des cla-seg dans nos coles et de rouverture de nos Tribunaux. \prs deux I u.gamois de rong, juges, prufe.-eu et coliers vont ae rein Ir • la la lie p'us dispos el pluail. K es. Tius nos •ipagaeut le^ uns et les autres %  Par Cable fiiv,ilnlii. ; d i relia Ja?a k la Hnllaii.ilpar voie a rienne \M>TErtDA\lL'aviateur h I landais Vander lloop et parti de l' i -iti IKPIII • de Sehipsel a destina • 'on de Batavia qui est situ S lil milles le cette capitala. L'ob iel de e voyage es' d d m ntr r la possibilit dorganl-er une I gue a 4 rienno rommercia e entre la II I lande el Java. la situation MI CliimSIl'NGHAI -Li vilrt de Loties, si'.ue a milles de Liuln, eal la proie des flamme.!).milliers de rlugis des rgions dvastes par I* guerre arrivent journellement dans cette ville On croit que l'en leasemeal de cette population don ne lieu une pidmie. An Honduras TEGl CIUALPALes principe Ira familles de cette capitale y compris celle du prsident, ont abandonn la ville en prvision de l'arrive probable des forces re belles. i la lH|ii % %  ddJ Valions GGNI'.yK— L'assemble do la L : gue de. Nations a adopt l'u uanimil u le motion ra o nman itnii lacceplation du protocole d'arbitrage et de scur.l.i.iuaran e sept dlgations taient dans la salle el toutes ont vot an faveur de celle motion. En Belgique Taxe Bar les iraportalioaa allemaodei BRI \K .1 l.sUn dcret im posant de \6 i/o les imporialieM a'Ieman I s aa Belgique a t sou mi* I 'a rign itaia aa roi. Les haiits I Mi.ii. %  M ,ures A,\ gouverne ment erols it qae eetta mesure est compatible avec le pu le de Lnn dtei .-i i| ,',iu uns att< otioo ne e raprte aux protesnitlooi alleman des contre son tablissement. N( nivelle* diverses HAYENGB— lue collision de trains l'es) pro luita sous un (un nel de lu lig le \l. M ninliein causint l.i m 'M Ubiiles, asaiettea, lasse, lampes se b i'iei.1 sur le bton a une ai tulle sarabande que loiM|ue la pro pritaire arriva ;-ui le lieux, al e Dl ramassa que des miettes. I.-: bugg) qui avait tent des'esquiver sans leister sa caile fut arrt p,.i la l'oli-e. Il a i Irai ie d tablir, au cours de 'a premire enqute mene sur le lieux mmes par les geiHarme. qi avait tort ou rai.-on. Mais le l -le le celui ijui i euduisait le uggv de prendre la fui c duote \i e qu'il avait loft. Et, qui case les verres. Les vols u.s. s. H. A sa runion d/hier, le Ces —••— de 11 s. > n. ,, rorm les ikim mission de Pool bail, il Mbltla me et le Cyi i me. Il i di i idi que '' %  I h "'-i 11 1 n i da i ool n.iil eoai meiiterail le dinauebe 9 Noveon Im-, tout le mois .i Octobre tant rserv i,u\ enlratn i ne fle sportive aura lien ladimaaeha \i i lelobre poui la procUlDllioa oiiieii Ile du rsultai du Cbampiou pat de l'.iM— 21 et do la course e] ilist du i Vu.n Une Commi-sii.ij , %  (,. r<,rin' M pool recueillir des iooda pour la cl dur.-in ntaoDaarie da la fnrada nord du Parc Lecoi.lo. Portau l'r n.:, t.i uotobra leit La nuit dernire de* vuleurso. t pntr ta demeure de Mesdemoiselles Henriette Lafargue et >gn-'s CrOHwelf, moditea la Orand'ltue No 10 lu, o ils ont en lev! : 2 m u hines Su ger, 1 r. be, I limp-, t rhiiser, 1 tapiet une ta'eur de vingt gourd s. La poli e inlorm-e e t U rel.re lie des dlinquants. La faute d'Odette Marchal ,1-ns rae'irnpli*s' rr, n' Uuu. fcole des "cieicts appliques La ime session .lu O'OCOflN d'admisrion est li*e eu mardi 7 u lolue i<. Le regiitre d'inacri^lon est ou vert au sige de l'Etabis. tous les jours de 9 beun s a midi. LA UIHEifl'iN Kcole St-JaM|ues et St-Pierre La Direction de cet El b i--e m< ni porte la connaissance des que la rouverture des classeset lixe au lunpi 6 Octobre urant. Elle accepte doa lve pour des cours spciaux de lasgue atig'aise ainsi que les iejncgeneo relirJ. LA DtatMV'> ;i l'ariaiaii.-i • %  Osl demain que ce gala cinmatographique sera offert la dilrctiou de la < ientle choisie de l'arisiana". Par les grande lignes que nous avons reliace ce jour derniers l'on peut se faire une ide de lin* que prsente ce drame magnilique. Aussi personno ne voudra ne pas asaiater i celle soire d'a Iqal rserve K lou quelque, hearfS Je Kine joie. mm Mouvement des navires Le 1 s Medea venant de NewYoik el d< ports du nord, est ati tendu ici le 6 du courant. Il contnuera le mme jour pour les porta du Sud. Le H Amazone a laiss .NewYork hier directement pour la Ca pilale, y est attendu le Indu cou rant. Le *|s llaili Ini-ae Naw-York au joiird'bni pour Ions les ports bal tiens. Le s,' Bolivar en rade aujour d Inii, continue pour les porta du sud et ceux de la Colomb e apra dbarquement. Le / Crialobal laiwe Nev. York anjourd'liui cMnctement pour Port au Pu'.' < % %  I n 11 Sera quai ie 9 du rouraitt. Notre Dame du Rosaire Deœaia est le tts de Notre Demi du 1: 1 ibree 1 aaqae I|1 %  ''ir priai IpelemoBt i lu 1 rois a ii •< qa< ut De in 1 igaemeota qui u m sont paivi 1 u pov lont penser que laei ool • de denaia revu ra un rm lui ipcial. I).nombrau as loviiatiooa ont t OOVOVc %  par le Vagistral Com muiial et le Cbel du Dl Irli t voi lia t.jx psincipalea persoi.nalit il n 1 pour n hausser par leur pr lence l'clat del lte. Le iVlcl nv al du Nord, qui lui parlii cet api d' perle a,* • il, 1, • 1 inatton de Kingston. Le Gnral /ainor .oya^i pour raison de sant. Tous noa varai l'a ient. Fnblicatiotl reue Nous avons reeu lellul ciel du D] 1 .le l'Ju \ 1 lt at Baptembre t \ Nom mr ir ce gra cWsu* u v


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06275
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, October 04, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06275

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
IWHttTKlH PIWPRIET41REJ
WriUMEIR
Clment Magioiiv
BOIS VERNA
1358 Rut Amricaine
NUMERO 20CENT1MES
Quotidien
FILfc COPY
Columbus Memer.ai Librarj
^N UN>0
1H1W4
onlie;, en louie occation,
un lel respect pour la virile
qu'on se lie! une simple [>a-
role de voire pari plus <|u'i
tons les seniu'iiis Isocrate
TELEPHONE No 242
18me ANNE N 5328
PORT-iU-PHlNOS (HATI )
SAMEDI 4 oCTnURli 1924
"L'Essor** et FEmigration
I, Kssor >, avec lequel nous
avons vcu en bonne harmonie,
rpondant noire appel indirect
de ne pas nous diviser sur des
choses qui ne peuvent ne
pas nous trouver d'accord,
telles la lutte contre les abus et
tvjlro collaboration tranche au
iouvernemeut pour les coni-
batlrf, dit garder un mauvais
souvenir du mot con u siou
que nous avons emplo au su-
jet du service de lmigr lion,
et a l'air presque d^ nous en
vouloir d'avoir p'le de l'mi-
gration elle mrn-; en termes qui
lui paraissent dsobligeants.
Il rsume et di-lare qu'il ne
considrera que la paix existe
entre nous que lorsque nous
nous serons expliqus publique
ment sur ce ternie de 'cor.;us-
mou, b'il n'y a que cela, en v-
rit, notre confrre et nou?
sommes dj dans les bras l'un
de l'autre. Voici.
f Nous n'avons pas invent
l'migration, nous ne l'avons
pas uou plus imagin-;: e le
existe et t lie a exist voi' dj
assez lo .giemps. U est arriv
que parfois et mme souvei.t,
des journaux et nous ne jure
rions pas que L Essor i.e ft
quelquefois du nombre, ont
signal qua, eu dehors des ta-
xes tablies par la hi. on s'a-
musait dans ce servi:., exi-
ger, sous forme de pourboir-,
d'overtimes ou autres, 1 autres
Valeurs des intress s avant de
leur dlivrer passeport.
Nous avons dit qu*, si cela
existait, les tonctionnaires qui se
8eiai.ni rendus r.oupables de
tels prlvements, auraient com
mis ce que la loi pnale dnom-
ma concussion ; c'est dire
le tait de prlever du coutnbua-
lile plus d argent que n'en exi-
ge la loi crant l'impt. Jusque
l. nous ne pensons pts're en
dsaccord avec notre conlr-e,
un peu susceplible sur la que
lion pour la raison, dit il que le
service de l'migration est au-
jourd hui dirig par un de ses
rdacteurs.
Donc, s'il y a prlvement il
y a i concussion . Dans le cas
o notre (.oiifrre ne serait pas
d'accord avec nous sur ce point
prcis, nous serions heureux de
le savoir, car, pour bien dis u
ter, la premire condition est de
parler ou de comprendre la
mme langue et les mots dont
elle se compose.
Si notre conlire est d'accord
avec nou.* que le terme est juste
et propre, il ne pourra insister
pour que nous le retirions,
moins-qu'il nous en olre un
autre exprimant la mne pen
s.v, ce que par esprit de conci-
liation,nous accepterions volor,-
I: rs
Ceci exp'im, il reste seule-
ment la que siion de savoir, en
dehors du terme, si la chose
existe, /est -Jire si dans le ser-
vice dirig p ir le rdacteur d;
n itrj ont re, il se l'iit de tels
prlvera'Mils.
Disons tout de suite que lans
tout service public, il y a l.s
abus et qu'ils se commet
tent parfois l'insu des Che's
du *jrvioe. La chose pourrait
ainsi exister l'insu de notre
confrre et ce point de vu :
nous pourrions passer pour lui
rendre service en le lui signa
lant, au lieu d'encourir ses fou-
dres.
L'Essor n'est pas ass ceipli-
cite sur ce point et se borne
relever ce qu'il croit tre une
oll'-i.se personnelle pour son rc-
dact ur, alors que le 1 lit signal
se rapporte au Service de I mi-
grati >;>. Nous le lui disons re
m rjuet quoiqu'il en soi, en
r a p ) tant ce que tout le :no de
a enten lu dire de ce service,
nous n'entendons nullement ca.
loranier ni notre conbre, ni
personne de ce service. S il ne
se lait pas l les prlvements
que nous avons dits, nous ex
P'im'rons tr f-.niheraent no-
tre regret d'en avoir parl et il
serait difficile de n* pas se con
tenter de c la.
Nous allons plus loin,ci notr:
conf re allirme nettement que,
dans ce service, os ne r lame,
que les taxes lgales > t que l'on
s'est tromp en croyant qu -
d'autres pr'evemenls s'y font,
nous n 'hsiterons pas une mi-
nute elFacer compltement de
notre pense jusqu' l'ide Bl-
m de con ii*sion, et non pas
e m nt le t rme
Nous croyons que nous ne
10 ivons pis pousser plus loin
la bonne loi et que la question
se rduit maintenant une pure
question de Fait.
Nous ajoutons, en nous rp-
tant, qu'il sutlit que notre con-
frre affirme et dclare que le
lait n'existe pis pour qu?, lai-
saut tond sur celte allirmation,
nous imprimions *, eette
miii place < ju'il ne s'com-
met pas de concussion au ser-
vice de l'ui gration, aucun
prlvement auire qu celui des
taxes prvues par la loi, u Huit
tait par aucun employ de ce
service.
qu'un dans n corps, remercions
I) Ciel qui nom pargne cette an
g-Meae qoaod mus ctm>idei jl ,
certaines d'resses moralea.demin
dons a Celui qui peut tout de les
loigner de nous. Malt uc deinnu
doo* pas d tre exempta dt la loi
univers ille ; t pprenon* plutt
aimer iu croix, notie croix qui p
e amaJM. Pour n.... rconcilier
ave-: la do les mres ..
tttjffi iiSlOPo Nouvelles Etrangres
En passant
PE*BvfcBR. La persvrance
n'eat pas I enttern- ni Si vols
vous apercevez qu voua veus Aies
tromp de route, ne vous ohstine/
pa poursuivre votre chemin. Ke
tourne/, en arrire-, ta he/ de re
trouver le carrefour o la voie
droite croisait ce sentier qui
voua a tduit, mais qui. au lieu de
voua mener sur la route pierreuse,
au soleil et au grand air, voaa a
conduit dans la f r Al aux alles
tnuflues qui forment un labyrin
th..
Mais ai vous reconnaissez que
voua tes dur la bonne voie, qu"
elle conduit au but que vous i HH
r'" propos, ne l'alun loni;.
suus quc'.| pi Que 1.11 li'jsr ll< Want la
voloutc Je ponevarer. LCI nccsi
te itriUie, le h&UQIBU ds
Paristana
tiiiiaiic'.ie
La plus grande vedeKe du Cin
ma franais
Emmy tynn
. Dans
La Faut* d'Odette'
Marchal
* Les autres mies sont tenus par,
Mrs. Jean Tou'out. Joub. Duboiq
et Deeuaur.
Entre : i gdes.
Balcon : 3 gdes ; Loge ; 4 gdes
Libert 'Egalit Fraternit
Rpublique d'Hati.
ARRKTfi
BORISiO
Prsident de la Rtnultlique
Vu l'Arti :1e 78 del Constitu-
tion ;
\ i lAlicle / de la Loi le 18
Fvrer l'.2|. prs r'vaot l'tablis
ement d a Fermes Ec il
.uns l'ii l qu'il a lieu de
lixer 11 poslti iq de piein re Pi r
ni fcco. s, en allendaiit l-s don-
nes nce s lires qui penn-llMut
d'en tablir d'aulu-
S.ir le rappjn de* Secrtaires
d'Etal de 1- griru ture et de I lus
tructiau l'uli ique,
ARRTE
Article \<;v Il sera tabli les
aix iVmi i Ei-jii-s laivaeleq :
La l.-re ii- l'hibititiu.' Uiinav,
Commune .1 la Unis des Bou-
quels, l'uine Ju Lui de B IC
LeSiaa, dim la Commune de
Si Min-, l'iai ie d* I \ r 111 > 1111 -
couronne sur lu tl, ils se
ci oient rois, non nar moi,
mais du droi tdivin d
Les affaires al'aienl mal au des Pyrin>es. toute l'Espagne
avait repris les armes. Les moinea
parcouraient la pninsule brniuiis-
ant d'aorruea crucifix et conviant
les liibil mis h une sorte de guerre
tinte Chique couvent lail une
forte esta ai cbaqae pierre d K pa-
gna^a< bail un soldat Le Mar-
chal Massmt, aprs avo'r subi graves reveit, tait en pleine re-
traite Le roi J.isepb, qui n'avait
Su >.' faire niTepier par se sujets,
ut abandonuer Madrid. I n pli
qara la fiont il- Napolon lors-
qu'on lui apprit ces mauvai-es
nouvel'es. Vlan, autour do lui,
l'avis gnral tait que le presliga
de l'Empire exigeait que des ren-
forl lussent, au plus vite, envoys
au [une d'Bsung pr.-M rivll de lemellre.'.oate que
cote, le frre de I Empereur sur
le Iro te de Charles-Muint
.N'apo on aussi lo voulait bien;
mais a llerthier qui insistait pour
ce- 11 f- ii i - plus vivement encore
qu loua les autres.il rpondit avec
humeur : Oui, mais je suis fati
gu de me comprometlre pour des
imbciles. U.m q ;e je leur mets
une couronne oiir la tte, ils ae
croient ro s n n p r moi, mais
de du.it divin >.
VARIETES
DIMANCHE
l ii programme de toule beau
Suzanne
5 parties
avi.i;
Su/anne (JrandaisJMarie-Loui-
se Derval, Jean Signoret, etc.
hi\\ i* la PlaUe
Entre : 0. 1.00
Loge: i 2 00
La lime sur l-h^bitalion l*a!u BlHIllV COIllre i i I r i
vode coeur, que sont ils dans ctl
(e bataille d o vous sorti'e/pa'
faits et meilleurs, ou vaincus par
!e sort !
Regardez les artistes qui a'atrei
gnent a des annes d'tude, des
heure*| I>xe cice, des Iules, re
garde/ les aihlea qui s'entranent
S la course,r gariez les aviateurs'
qui s'habituent voler en pUin
ciel : C'eet vouloir longtemps et
lermemeot que l'on arrive i quel
que cho-e.
SoinniR. Noua sommes des
U'ooranli en face de la souffrance.
layons pi* de soupeser ou de
choisir dos croix. Ne disons pas :
Je consentirai* bien souffrir
mais pas de celle faon . On Tes
sons notre lchet : la souffrance
non fait peur...
Nous ne connaissons pas notre
force de r*i lance, nom ne ai
voqi \>i< | i-Iles preuves no i !
Ml le p!'j* livoMble*. oijusqu'i
qie' 1 .:: "'le' j>-jvent nous cou,-
i^uaud WJH >ou BVeAlil u,al
melte, Commune des Cayea.
La i--iiie dans la Cumm me de
Mai La arne dans la Commune du
l'Acul il u Noi'l-
l.-\ ll-me dans la Commune de
llim-he,
Ail i '.e-; E' '> l m r l ion n
r. il d'aj r le |iki^ hbom arrt
par le Serv ca V< linique de VK-
^n -ulture et approuv pu- le Secr
i El tl U i tgrieuiiiiM,
Arl. !l Le prsent Arrt sera
pub'i et e\ < j| h la dibgmce
il s S> i ; -I m as d'Etat de l'Agricul
tara'du travail, da I lustructiei
Fubli in- 1 des finance*.
Ponn au Calais Nalion i |
Portau PiiaeaJe lejtQrtebrt 1011
aa I -1-'- u da I In J, en I >nee,
BOBM
Par le Prsident :
Le d'Etal de l'Agricu
turi et du l'rav lil.
Si|o L. PROPHI PE
Le eertaira d E'at da l*tastroa
lion Pub 11. ie,
Si^n Auguste MHIL'MUI.
Le Sc taire d Elat des Finan-
ces,
Sign Auguste M.V.LOIIl .
Ecoles et Tribunaux
Aprs demain, Lundi 6 Octobre,
sera jour de rentre des cla-seg
dans nos coles et de rouverture
de nos Tribunaux.
\prs deux I u.gamois de rong,
juges, prufe.-eu et coliers vont
ae rein Ir la la lie p'us dispos
el plu- ail. k es. Tius nos
ipagaeut le^ uns et les autres
!
Par Cable
fiiv,ilnlii.; di relia Ja?a
k la Hnllaii.il- par voie a
rienne
\M>TErtDA\l- L'aviateur h I
landais Vander lloop et parti de
l'i-iti Ikpiii de Sehipsel a destina
'on de Batavia qui est situ
S lil milles le cette capitala. L'ob
iel de e voyage es' d d m ntr r
la possibilit dorganl-er une I gue
a4rienno rommercia e entre la II I
lande el Java.
la situation mi Cliim-
SIl'NGHAI -Li vilrt de Loties,
si'.ue a milles de Liuln, eal la
proie des flamme.!).- milliers de
rlugis des rgions dvastes par
I* guerre arrivent journellement
dans cette ville On croit que l'en
leasemeal de cette population don
ne lieu une pidmie.
An Honduras
TEGl CIUALPA- Les principe
Ira familles de cette capitale y
compris celle du prsident, ont
abandonn la ville en prvision
de l'arrive probable des forces re
belles.
i la lH|ii ddJ Valions
GGNI'.yK L'assemble do la
L:gue de. Nations a adopt l'u
uanimil u le motion ra o nman
itnii lacceplation du protocole
d'arbitrage et de scur.l.i.iuaran e
sept dlgations taient dans la
salle el toutes ont vot an faveur
de celle motion.
En Belgique
Taxe Bar les iraportalioaa
allemaodei
BRI \K .1 l.s- Un dcret im
posant de \6 i/o les imporialieM
a'Ieman I s aa Belgique a t sou
mi* I 'a rign itaia aa roi. Les
haiits I Mi.ii. m ,ures A,\ gouverne
ment erols it qae eetta mesure est
compatible avec le pu le de Lnn
dtei .-i i| ,',iu uns att< otioo ne e
raprte aux protesnitlooi alleman
des contre son tablissement.
N( nivelle* diverses
HAYENGB lue collision de
trains l'es) pro luita sous un (un
nel de lu lig le \l. M ninliein
causint l.i m 'M el en Massanl uca Iraotaioe.
TU^ I. ne l.e- eurabi
liera onl d......-.. i : :, kiiogs d'o
pin u lis i i; |i la ni las bagage
llmaigraol tur srrivi i .uns
celte ville.
BANGH\I L*avieteac argea
lin / mm, veo u,i Jt |,,, C.|,w,
est arriv daot cette villa d'o il
repartira du. ,1 ui joan d a
liiiaiion do K igoshima ; lapoa ).'
PRIBD'tIGHSIlAPRN l,- b'p it
du grand dirigeah e ZR3 pour le*
El ils l ni* a t retard I eauso d
quelque lger, dfauts dcouvert
u dernier moment, mai mil ne
lu I i ml p i. a 're rpar.
Hier, vers 0 heures, i.n I uguy,
descendant larue des Csars, heui*
ta un h m.n.e du peuple qui liane
poriait un norme panier rempli
de liiiiileiilfi.it de viu--iile appar-
tenant une m ..n ban I publique,
l.e porteur u'hut, peidil pied et
I h i -on [Min i Kl v. rres, b >U-
biiles, asaiettea, lasse, lampes se
b i'iei.1 sur le bton a une ai
tulle sarabande que loiM|ue la pro '
pritaire arriva ;-ui le lieux, al e
Dl ramassa que des miettes.
I.-: bugg) qui avait tent des'es-
quiver sans leister sa caile fut ar-
rt p,.i la l'oli-e. Il a i Irai
ie d tablir, au cours de 'a
premire enqute mene sur le
lieux mmes par les geiHarme.
q- i avait tort ou rai.-on. Mais le
l -le le celui ijui i euduisait le
uggv de prendre la fui c duote
\i e qu'il avait loft.
Et, qui case les verres.
Les vols u.s. s. h.
A sa runion d/hier, le Ces
de 11 s. > n. ,, rorm les ikim
mission de Pool bail, il Mbltla
me et le Cyi i me. Il i di i idi que
'' I h "'-i111 n i da i ool n.iil eoai
meiiterail le dinauebe 9 Noveon
Im-, tout le mois .i Octobre tant
rserv i,u\ enlratn i ne
fle sportive aura lien ladimaaeha
\i i lelobre poui la procUlDllioa
oiiieii Ile du rsultai du Cbampiou
pat de l'.iM 21 et do la course
e] ilist du i Vu.n
Une Commi-sii.ij ,(,. r<,rin'M
pool recueillir des iooda pour la
cl dur.-in ntaoDaarie da la fnrada
nord du Parc Lecoi.lo.
Portau l'r n.- :, t.- i uotobra leit
La nuit dernire de* vuleurso. t
pntr ta demeure de Mesde-
moiselles Henriette Lafargue et
>gn-'s CrOHwelf, moditea la
Orand'ltue No 10 lu, o ils ont en
lev! : 2 m u hines Su ger, 1 r. be,
I limp-, t rhiiser, 1 tapi- et une
ta'eur de vingt gourd s.
La poli e inlorm-e e t U r-
el.re lie des dlinquants.
La faute d'Odette
Marchal
,1-ns rae'irnpli*s',rr, n'
Uuu.
fcole des "cieicts appliques
La ime session .lu O'OCOflN
d'admisrion est li*e eu mardi 7
u lolue i<.
Le regiitre d'inacri^lon est ou
vert au sige de l'Etabis.
tous les jours de 9 beun s a midi.
LA UIHEifl'iN
Kcole St-JaM|ues
et St-Pierre
La Direction de cet El b i--e
m< ni porte la connaissance des
que la rouverture des
classeset lixe au lunpi 6 Octobre
urant.
Elle accepte doa lve pour des
cours spciaux de lasgue atig'aise
ainsi que les iejncgeneo relirJ.
LA DtatMV'>
;i l'ariaiaii.-i

Osl demain que ce gala cin-
matographique sera offert la di-
lrctiou de la < ientle choisie de
' l'arisiana".
Par les grande lignes que nous
avons reliace ce jour derniers
l'on peut se faire une ide de lin*
que prsente ce drame ma-
gnilique.
Aussi personno ne voudra ne
pas asaiater i celle soire d'a Iqal
rserve K lou quelque, hearfS Je
Kine joie.
mm
Mouvement des navires
Le 1 s Medea venant de New-
Yoik el d< ports du nord, est ati
tendu ici le 6 du courant. Il cont-
nuera le mme jour pour les porta
du Sud.
Le h Amazone a laiss .New-
York hier directement pour la Ca
pilale, y est attendu le Indu cou
rant.
Le *|s llaili Ini-ae Naw-York au
joiird'bni pour Ions les ports bal
tiens.
Le s,' Bolivar en rade aujour
d Inii, continue pour les porta du
sud et ceux de la Colomb e apra
dbarquement.
Le / Crialobal laiwe Nev. York
anjourd'liui cMnctement pour Port
au Pu'.' < I n 11 Sera quai ie 9
du rouraitt.
Notre Dame du Rosaire
Deaia est le tts de Notre
Demi du 1: 1......ibree 1 aaqae
"I|1" ''ir priai IpelemoBt
i lu 1 rois a ii < qa< ut
De i- n 1 igaemeota qui u m
sont paivi 1 u pov lont penser
que laei ool de denaia revu
ra un rm lui ipcial.
I).- nombrau as loviiatiooa ont
t OOVOVc par le Vagistral Com
muiial et le Cbel du Dl Irli t voi
lia t.jx psincipalea persoi.nalit
il n 1 pour n hausser par leur pr
lence l'clat del lte.
Le iVlcl tnenl dit Hord
Nous avons reg 1 os matin eu
aoa bureaux avec lofloiouot de
plaisir la visite du 1.mirai Chartes
/arnor prfet da Ui pari >nv al du
Nord, qui lui parlii cet api
d' perle a,* il, 1, 1 inatton
de Kingston.
Le Gnral /ainor .oya^i pour
raison de sant.
Tous noa varai l'a ient.
Fnblicatiotl reue
Nous avons reeu lellul
ciel du D] 1 .le l'Ju
\ 1 lt
at Baptembre t \
Nom mr ir ce gra
cWsu* uv


LS vUtN
r^si ta fax cents
GU
vu
mm MSTIU m t itdUlU
lw tu ot vie.
AH.Ut. lCOCLS,*lt
OEROY FILS AIME |
n, rm J TMt:.r > "
r'Attll
m tft-IUt*( CAt i ut
PRATIQUE
EASEMCIS tu MAT. I
CHS M IAAIF lUUt'Bi """ lr'
ta r..-*!

L'Htel BdlVJ
JPar a silualion exception
onl'ijii '| '"Oi j lroo< r' '
, n service ini pn eh ib - i
man-te l'une fecea lo..t^ partiiu
liera toit- CMi qui. trangre nu
liailitDH.t-ont appels. ajo une! I
Poil au Prince
on v e t a la foie en lr> et "
rtmp*Kre si ii I' ......- ''
modilj 'ii. Irai iporl lonl m
facilement et a "'i BpO 11 heure. .
On pare frai.ais, rgliM I l
1, pollaBdair ,ctc.
i,.i, ;,i o.... Mo 7f6
ASTHME
]
Oppression, Catarrhl,
Suffocation,
Tout nerotuis
Outrlion ortli*p par !
CIGARETTES CLRY
.tu POUDRE CLERY
CLKRY. 5. Boal Bt-MArtln, Part*
i ... ^_,-^ .,
i nst'ii de l'IrJie de
Ivociti du lTi 10 de
roit-au-'. rince.
Suivant dtotelM du Secrtaire
d-Etal il* ! .lublice datte du l1'
Septembre i coul, le* Avoats .tt
ce Barreau sont invits la na*e
lui nn i hante a U Cathdrale
u- lundi U Octobre c tirant, n h
I etes du malin, 1-occasiun de
l'ouverture des Tribunaux.
Porl au Pline*, le ,i Octobre 10 |
Le Secrtaire de lOrdie
L. DUPITON
contre
la
Constipation
prenez los
COMPniMS
SUISSES
j, DELORT, Pharmacien,
118. ftu. GkI >a' ">inm
PAHIM
C'EST LE MEILLEUR
DES PURPA1IF8
"POKT-AU-PKINO
'.>.PF-TI.'J3, l'I.arm.cw ALB rru
tt toi
',.h.rm.c,--D J...lln VAFil *
l#a bon n r*
\oicila lin de la bile dul la
premire paitie a paru avant b er
des citoyens dsigns par le tirage au ?orl |> lir
former le Jurv de la Sessiou Cai-
minelle tixe au lundi 1 Novem-
bre prochain, a dix heures du
matin :
Ludovic Samson, Lon dis '*
venture, C.anrtjbertLahens Julien
Dieudonn,li id'l u* D-ir, Alfrel
Bien Aim, F-lii l'lnloor. Luc
I'n--.il-.. Dation Mv til, 'Franois
llovert, Mire Th'ai. Maurice Ho
ga th, Augu tn Bimn, Des ix Da-
i on Paul, Docteur Christian
Mu pa ,ii. Lai tuais 11 oi, Fi.'der que
ll-'lnr Alexandre Qi 11 , Pn ippe
L foutant. H*rniann 11 vjam n,
Emmanu I Constant, (i orges Ce-
leeUn, l itvepq ^diejoint, Hupra
Mont' -, Il ibeil Corvinglnn, D us
Desroirain. (Jeofgea Jacob, A'cius
Latonlatit. Marcel (lin, Phi ippe
Chalier, Saint Victor D-inor. An-
toine Pierre l'util, Paul P. Narcis-
se, Etncianuel lias on, Louis Ll-
fontanl, Migloire l-a-ton Aris b .
m'n^ .N'els m, R land DUalmnA,
G-orgesLafonlan', Thermo t >' er-
re Pierre. Kdgard Simin t, C-
ment de H-lv a. I. cien >e atnae,
Bitour l.afleur, Henry K'ie, Evav
li iri.iniqii-, Kinile Via d, annibil
B >lt, Paul ^olry, An Ir Btan-
cll il, Emmanuel D.il ilour.iieur^es
. Dugu, Jules I bile ICI, l>rnad
Derenoncnurt, Clemenl Kmmanual
Coirou, Boger Pila virn', Ii..
Annoual, Dieudinn- rl*aie, 'n-
toine Souvenir, Docteur Justin
houiseau, Paul Cardre, Louis
Sorav, Odilon Ca-iinir, Frui'k
NeraliM, Kerniolll. Coico.i Se
n.jtie B ain, Louis Vilgrai i Hen-
ry Brisson, Krdrique (ia'ieut,
l-elix Tnvenin PMrUn* blnn-
trope, P. D. Plaisir, Albeitii.i
N ictor, Edmond Gouraige. Aristo-
bule Deverson fils, Klortan AlCred,
Kmmanuiil Valm, II-niv Etienne,
\ ictor lenjHinin, Ernest PoolUB,
Edgard Fontua, Eugne Le^ios.
/ drien Elle, Joseph Obas, Justin
lamy, Kibart Dorc, Dr Charles
Cmlve, Elie Po lun, Pmo
thnea Tauss iint. Edgard Atig n
tin, Gouch Fils, Baymond lluto-'
rat, Louis Dieudonn. Dr Vi:ior
Lorenceau, Maunc Kiviie.
Collge La Sa'nte
Trinit
lnsiiunion de Demoiselles
Rue de l'Kiiterreiucnt
La directrice annonce aux pi-
renta que la repiisedes cours au-
ra lieu le lundi 0 Octobre N lires
du matin.
LE ROI DES ROUTES
PNEUS
DUNLOP
Cest le Pneu
1 radio i Cord
Grande Liquidation
chez Paul E AUXHA
Ali i de luire de la place pour I* s marchandisrs no i
vcllfs nous viinlons iiiih partie de not une grande rd cliea de prix.
Prire lois du nous Agiter ;i\ ni d' lier il Cuis
il l en .-i p mi' cli.icun et pour cita j tu* (|"I, clic/
Paul E. uxila, Porf-ttti-Prince
GARDINER & W
A'Mlle rf^ rues Rpublica>ae & Prou
Telphoni' 721
Duulop Canadienne
Faire de la rclame pour un arlicle^est un, 4mail
montrer la preuve est autre chose.
Doin niez Jonc aux chaulleurs des roules du Cap
Hatien et des Cayes."
C'est le Pieu des Tropiques
Ln vente chez John Woolley, Port- au. Prince, Clis.
lavaui t.p-Hailien, me fvt Sendral, auv Gayee. T.
i\ lare *B. Wolll, aonar-es, Yillanueva e. Poil
ile'Paiv'P. Dms.inville, l'el.t-livire, Salim louttea,
Leonaoe. I. Oeriai eorgti, Vca^a
W. Quinliu Williams,
Distribulor
A P ecasion le la prochaine rentre b s etaMNH el des Tnhunaux
les Magis r^ls. les parei is, instituteurs M co'ien troorerool la Mai
ronGMt INKU k Co toutes sortes de f irniturcs classiqu s el des bu
reaux aux m- illec res conditions possili e.
La in tison a reu par les dernier* vipeurs l'raniis 'Ctraibe" et
Caravelle les marchandises suivant s (. uePemml en douan: lormant
une pailie de sou ravon de merc t t et de b inneterie:
.t gtiilbs coudre el & repriser, pingles de laiton, erecha'a en acier,
ds c m 1 e. Iiotilo i- "i os, en mtal, bouto c .r /o et de nacre de
toutes g'Hn lems. b ulo.is oidi laires, mesure* pour laiib urs.ctaie pour
tailleur-. rdon e soie po r ootttonn re, coton ii broder ordinaire et
lustr, m >-' uer, repriser ; cordonnet au cioch:t, co'pn perl, cha
pelelso'diu ires, icapulaire*. ponge* en caoulsoue blagues tib.c
v-'< de bil'-d'i i-h i'i--pi!es de lil et de colon cliemi es b'ain h et
de /pbir,. ni hoirs de pochea, brosses k ttVe et dents.eau el (lixir
denlifrice. ilen liiceen pAte, tube, aavons et p udte b'illanline, eau de
Cologne,aaeliM parfume, houppes diverses, bretelles, rhaussMtes etc.
liwel p t d'enveloppes de formats couiants, est bien ai*e offrir au public et au
Commerce ses services pour la confection do toutes celles spciale qn'il leur plaira de lui demander. Boo march exceptionnel
des prix, livraison rapide dea commandes.
Viennent d'arriver a
la maison
L, PREETZMMIII GGERHOLM
tiue du Quai
Bleu d outre merNQ240
Kcrs repasser, Espadrille*,
Houes Serpettes, Manchettes, lit
en peio.le.lillorJs.No 4-50ft60
Grand'Rue,
Il est dlicieux
Le Boeuf Sal du MARCHE CRISTAL prpar correctement
et trs frais. En avez-vous fait l'essai ?
Nous le dtaillons quatorze centimes or, la livre, ceci veut dire
une conomie de 25/ en voire faveur sur vos achats du pass.
iVo. produil* import,, t U que: B.ur c, tro m<,e Can.mbrlet Cm*. Sauri " ^"h^S,
Ctelettes de P*rc, fruits, etc.vou* seront toujours livr* dan* les conditions les plus /wueftes.
Notre installation, Systme d'air'froid, ( et non de glace )
vous donne cette garantie.
Aoa viande f.aicnes de 6 daotes dan nos chambre frigorifique, par eonsquent plu saine* et plu tendres
que U viande non ,r confies
Nous apprcierons votre clientle, et vous, vous appcierez
nos marchandises.
Nous rfonnon* une fiche dmontrant chaque article achet de nous, et le montant ^*l. S, vom n?
venez pis notre Mofloain peraor.eHenenl, exige* que Ion vous rvnnite celle (ithe
Elle a t cre pour tetre contrle.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM