<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN cr* m e TE1NDELYS donne un teint de lys La Crim* Tfindftyt, oaci. parfum: •MMTtV a fratchtur et la ;tunii, tmbtllti tf/act les ndti lerqe fi 11 i { i tu.'} ( ) r & i ti Delphine Gay : — Madame, ce que j'ai appris de nouveau c'es'. qu'incendie soit du fminin. Hein <|uel hasard '.— Si l'amie de Delphine Gay au lieu d'tre comtesse 'tait reine de France et la tille de Sophie Cay, dame de cour, incindie nous restait au fmi niu. l'anvrcs accadmiciens qui pet ne/ tant pour, votre Dictionnaire, voyez comme tout tient par un lil tt comme la belle lanaue de Nul laire restau ne langue de nuances'. Il ne faut pas oublier due la maison Kawas llerraano est*celle qui possde les meilleures marchandises de la place, et ven du ut le meilleur march. lue visite et vous en sere/ MM vaincus. De nouvelles inaichiodiae sont reues par chaque bateau. Kawas lUrmaaos | :M)J— 309, Rue Traversire. Un Dlit de presse. [ siid le niai S Cas lemps'derniers, les marins d navire inglus i Assistance" apercevaient uue bouteille flottant au large de cotes d'Amrique. Une bouteille la mer constitue toujours un vnemeut pour un quipage. Qui sait quel drame r veto, parfois, cette enveloppe de verre i un rtpcha donc la bouteille, et l'intrieur on dcouvrit, If gre meut jaunie, une fttiille de papier portant es mots : Je suis une jeuue lille qui cherche un lianc. Je conlie a celte bouteille le soin de dcouviir elui qui sera l'lu de mon ca ur '. Suksiei I le nom et l'adresse de Miss Ityrne. en Irlande. Spontanment plusM un mate lots crivirent pour s'oll'nr" ma risr la romanesque jeune lllle La rponse vint, mais elle ne fut J i s celle qu'ils escomptaient Ile M, disait Miss ll\rne, j'ai jet celte bouteille la mer, il y a qua raille auimaujourd'hui je suis mis vieille et j'ai des cheveux bhnes ". Mlancolie dis vnements! El combien est suggestive l'oJys t. e de cette bouteille qui pendant quara'nte annes erra travers limmensit des Ocans, recelant en ses flancs tous les espoirs de la sentimentale Irlandaise I L'Acadmie franaise a admiau dictionnaire le joli mol "assom brissemenf dans le deux sens' physique et moral, qu'il s'appli que au ciel par exemple, ou au ca ctre, aux penses, aux senti 1 i nts, aux vnements. Aussi ont t adopts "asepsie" il tes drivs et un |r*i d nombre ri antres terme, de ie< linique soil i • ilicale. s ni botanique, comme •'isexu" qu'o a pifr 'in .. -l". f a aT*+a9imV9flPxrse*t% /%o M nrnLtor>rnissiQ0s %  oiilagem*iu .t gu^rtson swln Globules Rbaud Raullata mervsillawi.turpranaau niSroa farta*anaa/ai LOUJ >lr OtMfwmof .# E. DA-LIO*OUX 27 Rui V wr MIIJO Bala-Colombaa \ • A rri*rn. i rkanaaaM SUCH Voici l'ordonnance qui \i lue par le Juge tfintlruction du us (affaire du jdurnal < Le Courrier Huiwn : AU NOM DE LA REPUBLIQUE Noos, Enramuel Beauvoir, juge d'instruction prs le Tribunal de Premire Instance de Port au Prin ce. Vu la procdure instruite contre le nomm J. .lolibois Fils, g de trente trois ans. journaliste, n Jrmie et demeurant Port au Prince, prvenu d outrage et d'in jures envers Monsieur Louis Borno, Prsident de la Rpublique; Vu le rquisitoire dliniiif de Ut T. Paret, commissaire du Gouver netnent de ce ressort concluant ce qu'il Nous plaise renvover le prvenu par devant le Tribunal correctionnel Attendu que dans le numro du 27 Juin de celte anne du journal Le Courrier llaitien • est publi sous la rubrique '• Flchette un crit ou on lit ce qui suit : La Rpublique Itiah est un pays bien connu des haitiens. Elle est conme tlaiti, place sous le joug Vankee. Pour le prsident portrait qui svit sur l'Iliah, il y a de pires ennemis <]ue les jouruali les indpendants et nationa'istes Ce prsident, ,il faut l'ajouter tout de suite, est la trahison et l immo ralit lait homme.Alors qu'il est plat ventre au pied du reprsen tant de la Bpublique toiles, il pourchasse les indignes qui ne voulent pas abdiquer leurs droi -, Les revenus d Itiah sont mis en coupe rgle. Tout le monde vo e, pille: Yankee et les quelques rares citoyens vreux du p.y*qui sont en charge etc ". Attendu que le nomm I. Joli bois Fils qui se reconnait l'auteur de cet entreiilel, soutient n'avoir entendu prsenter ses lecteurs qu'un petit pome en prose dans lequel il aurait simplement latsai parler son innginttlOI. Attendu qu'on n'a pas .1 rechercher si l'crit incrimin constitue rellement un petit pome en prose. Cet crit tant exlimement injurieux, il est vident que ce n'est pas sans arrire-pense qu'il a t co'icji et insj dans un organe politique. Attendu que lanire pense de l'auteur safiiuno avec d autant plus de prcision, qu'il parle d'une rpublique d'Iliah occupe par le Yankee, alors qu'ltiah est l'ana gramme d'il uti et que c'est prci sment llaiti qui est occupe par les forces amricaines. Il s'ensuit donc que le personne ge qui a t dsign sous Cappella non de Prsident de la Rpublique d Itiah et qui serait La trahis m et l'immoralit fait homme ",n'est autre que le P.sident de la Repu blique d'Ilaiti— Attendu que c'est en vain que, pour rtablir le con traire, lolibois Fils s'est avis de outenir que tout est de droit strict en matire pnale et qu'il n a nom mment dsign personne daas son article.On n'a qu' s'en tenir i l'enseignement des uilcn i pour reconnatre que ce q il e-i .le dioit si n t en matire pnale, S'est lia teipiUlion des textes. L)nt leur LUrrrlatioii ni i auci elle <>l ..bindon ne aux lutwsfM et la con.ua J ce du juge. T. s icitaiucu.ejil, duu> J'arli Prochain dbut DU Grand Cirque Equestre SAEM FKRES Le Meilleur RECONSTITUANT OU SANB LES TABLISSEMENTS BVLA <• MM, rit rci S-C <" fci. Il M* fttm peierasnts Madame \ %  • Itosa de Matleis.Vies sieurs Attila, Jean et Gennaro de M.itteis, Mes. ein >i-elles Sratmi, Ro a, Anna de Mttteis, MM *rtu ro et Alfred. de Matleis, les famil las Oeruili, Barralo, Gallo, l.auren lie, Guida, Alifuogeo, Abel. Defor gdo, Cianciulli et tous les autres parents et allis nmercient bien sinenement tous les amis qui. l'occasion de la mort de leur re Kretl JOSEPH DEMATTEI9 leur ont tmoign leur sympathie. Ils les prient de croire a leurs sentiments de profonde gratitude le en question, Monsieur le Prsi dent B iruo n'a pas t nomm ment dsign, mais celte circons tance n l saurait mettre obstacle ce que 1 existence du dlit d'outra ge ou d'injure puisse tre valable ment const te, car lorsqu'il s'agit d'injure ou doutrage a'issi bieu lor-qu il s'agit de d llamation, Il dsignation Ta pli s dtourne pour vu qu'elle soil certaine, quivaut a la dsignation nominale. C'est la un (oint sur lequel la Djctiine et la Jurisprudence Franaises sont eut i.-rrni. nt dacco d puisqu'elle) admettent saisrestiiition que bien q l'une personne ne soit pas nom me dn.s une imputation de natu re porter atteinte son honneur et sa considration, si elle est d^sig'ie de fam i ce qu'il n'y ait pas de doute MIT l'intention de l'autiur, 1 lment de dillamation exi-t". ( Voir Rallo/., Bp Jt>, P. ..t I ). Attendu que, comme on le voit, il te con U te i la charge du prveuu un soupon nisonnable de culp bilil du tait qu'il a rdig et ,ml!i l'article incrimin. Aitsn lu { l e sagissint l'ouvrage et l'injdij, toutei cli >ses que la Lii qnliliJ dlit, ces; ai Tribu nal correctijnnel qu'il apparlient d en connatre. Par ces notifs, H idons qu'il y a lieu de suivre co i re U nom u Jolibois Fils : — Le renvoyons par devant le Tribunal correciiouuel de ce res sort ali i qu il y soil jug coulorm me il i la L >i. pour avoir, dans le nu uro du il Juin de celte anne du joirual .< Le Courrier tliitien iiju.'i! Ut ouliag.5 le Prsident de la Rpublique dius l'exercice de sis fon'.lions en rdigeant et eu p .liait lcrit ci dessus reproduit, .1 lit prvu et puni par l'article premier Je U Loi du IK J lia lOlt m>lili:itive de l'article 1 2 del 1. 1 du 15 j.ceinbra \:ni sur la Prjsss ; — OrJoaaons que les pi ce* de la prjc4dare ainsi que la urtMita ieisiOa seront Iraasmi ses sain llii au Commissaire du G tiivdr.ie nent pur qu'il en sjit fait Ci que droit. Ainsi dci l en Notre Cabin t d'Iustructhu Criminelle, Calais Je Justice, puN .uEnnaauel K tu voir, juge d'instruction, ce jour d lui vingt ss,)t Aot mil neuf cent vingt quilre. Il e-t ord inn etcEn foi de quoi etc. Un reuvoi en mtrge bon l i autre renvoi bn. 'I;UJ mils rays nuls. In autre renvoi en mar^e bjn. — ( Sig i ) E. Beauvoir, Pif nand Casimir. Pour copie ronfor n :. Trois mots rays nu's et un renvoi en marge bin. \iuin. LU' PEPTODJASE Admis dam tel HpiUua de Paris AOTION IMMCOIATI MIVKILLK L PvfriT ACCSLCni LA DiaitTION rtvoaisi i-tvactMTioa et L'ISTOMIC an. M Patantaur a iiiom.. MI0''n, %  ouff.,, a cNilsur.Kan vala Vartlaa, Nautaai. Vomiaumanu, %  allonnamanta, Olgaallana anltlaa. I ravfa a gers. OLIOI'S i.N LUCAS ,k Cil Le public et le commerce sont aviss que le certificat d'ordounan ce, au No 96, de la Commission tambour est nul et nonavenu, duP ries la devant tre dlivr, orl au Prince.le 12 Sept. 192.* Cunel TU El S ^UUkSHaMMBHSBBBkMsMBBSaVasay* A vis inij uii.nii Les dbit, urs de la si.ccpssioa de fui Lusctse Mcu*v sont invits a se ('lsent, r en mon cabinet sis encelle ville,rueliamerton Killick ci-devant rue du (.entre, attenant au garage P.. li y. pour acquitter leurs dcl'es. In dlai .le quinze jours leur est accord pour rgler. Faute par eux de se conformer au piseut avis dans le dlai imparti, des poursuites seront exerces con lie CUX. Emm. HAMPY.aT. ft touu* bonne, pharmacie* Masse 'de Requiem Lundi prochain il Septembre, anniversaire de lamorl.du rvrend pre Foulon, un service et messe solennels de Btquiem seront rhants Ennen pour le repos de son me. Ses e. nlrres et >es amis qui ne peuvent y assister sont pris de pentei lui re jour l dans leurs pi., r s. La messe _aura lieu 6 eu .s. | De la part de son ancienne gouvernante. •^.^ Chu Mm Pressoir 1114, Avenue JonBrown (Lalue, Chaises roses,— Verres boire, Verres a Champagne. AS*taMaa, Ci ilTeaux,FourclictUs Pois (lace, Serviettes, Nappes, el en g'-'ral tous articles (.Our liece^Lua 1 el mariage. Compos de plus de 40 artistes dune renomme mondiale Btes froce* d'Afrique, chevaux, singes et nes Savants Le plus Cran! Cirqas i qui^,voyage dans^les Amriques Sa tente peut contenir 3000 personnes Lui, Ordfu Kl iBiiiie Prochain dbut avec programme trs sensationnels.— Cinquante num os m \ Arustes de diffrentes nations : fraaais, mexicains, IspMrjnU, liyenlins, Japonais et liuWani. — faimi es artistes, les deux plui (unes artistes lu monde, Elvita et Aui-ita, la premier* iyuu de 9 ans, et la seconda Je 4 ans, stuuassent^toutes les artistes de leur |enre. PHONOGRAPHES fjL PRE£TZiV,NM .lAGGERHOLM [fD&b" Czj-Lambta , et ci dbqfae> itv t->ate/ AVIS Au Commerce iHaii Par la fusion du 31 octobre Uti de : lo— La Cooprative Centrale des Agriculteurs de Qubec. 2o — Le Comptoir des Coopratifs de Montral. 3o — La Socit Coopratif i^n.ole des producteurs de semencu, ratifie par la lgislature de Qubec, le :il Dec. 1922. k pris naissance : La Cooprative Fdre de Qubec qui a 330 coopratives locales iifhlies et qui compte 15.000 membre |Tre proebainement j'aurai l'honneur de soumettre l'apprciation du commerce d'Haiti les produits des fermes canadiennes, de premire ncessit, des prix qui permellerontde faire une bonne concurrence. ft J. EDOUARD MONUS //',•/• ->>i'i" !, t -c pour Us Ha\ d Huit ne. \



PAGE 1

LS mm • %  Huile de l'Usine St Undr pourquoi eupJeyor les huiles importes, e-uand pour bien moin d' argent vous pouvez, obtenir la meilleure qualit ahuile, labnqae [par l'Usine de St ndr, dans les maisons suivaatea : S mon Vieux. Afflack # Allabl l'ort-aii-Princ*Socit Commet ci de d'IiaitiSt Marc& fiothv?' t f. M. Altieri, Cap-Haitie\ L'Huile St L Huile St \udi est toujours Iraiche, et n'a point subi les len leurs des expditions et aussi l'emmagasinage pendant plusienr mois, ainsi que les graines qui servent fabriquer les huiles un j l'huile S' andre* est ifone qualit tupri ure i n'importe qu'elle builss importes. L'Hmle St A'idi est d'une plus qrande consistance que la plupart dp huiles importes. i r. labriq "" portes. • ii lerblanc d'huile St \ndr est plus conomique dans son ml ploi qu'un ferhjanc de manljjue, car avec un lerblanc d'huile St| Andr vous pouvez prparer deux lois plus de nourriture que vous ne^le pouvez avec la mme quantit de manl()ue. L huile de Si Andr est beaucoup plus facile i digrer que la graisse animale, et ne cause pas d acidit dans l'estomac, ce qui e produit souvent avec la nourriture prpare par le lard. L'Huile de st ^ndr sert dans la prparation de toutes sortes de mets prpars par la manltjue. y compris la boulangerie et la ptisserie. Huile de st andi s'adapte admirablement bien pour la cuisine 1 et aussi la friture. C'est une huile dlicieuse pour la prparation des salades cl de la mayonnaise. En gros s adresser la ISocil commerciale d'Hati. pf Port-au-Prince -O-O LA SdalETE C0MERC1ALE d HAIIIJ 'et hi'i ni frai plaisir de TOUS teurairj (eus les renscuiaements ncessaires. La Ford etl tconomique] Une'auto et un* nceitf Achetez une Ford ! Neuve. THE UNIVERSAL CAR Socit Commrcale d'Hati Agents pour St Marc et Gonaiv99^_ Comment? avec Deux Cents Dollars cash et solde payable par lermes. Tenes nous voir, en s'entendra pour le reste. Ce n'est pas la mer i beirc. REM1HGT0N C'est tout dite. 1 c C'est lapremiie machine a crire invente. 2 • Elle a toujours t la premire, jamais surpasse par aucune autre marque. 3 = Pour ceux qui s'y connaissent, on n'a qu'fl la voir, pour reeonnstre que cest uee beaut, une nui veille de perlection. ] 4 pour la rapidit, la solidit, la prsentation, c'est la machine crire par excellence. La Babr'que REMlNGTOlSi puttl en tre fire Tous Us modles en stock. pour les conditions de paiements : Adrese* vous la SOCIT CMIEKCIAE D'hAITI. Aufi il* Frclutil. a l'taqc del banque nationale d'Hsiti, ort-auPr.nee. n LE ROI DLS ROI TES tirandlllelde France PNEUS DUNLOP Uest le Pneu lraction Cord> Position exceptionnelle, au centre des illaires, proximit de toutes les Ban.pies, de la douane et de toutes les Agences de bateaux. tenseignements et Iseiiits pour voyager en automobile dans toutes les pallies de la Rpublique d'Hati et de la rpublique dominicaine. Jiambres conloi tables et surtout trs pioprea. en lateurS dans les Chambres I la demande des Pensionaires. Cuisine Iranraise lis soigne et des plus varies. D.nmndeA visiter let> magasins de lUtet : Feuii/nn t.nna(1lP,ll4Z UVlua ilesjnallUun ai ni fle %  iritTTi par barri UUniOp UUnUUUmn*. }' d I|ie an 1 sfla .. on9< t par bouteilles. Parmi les Vins des>xcellents pri Irtl ee la |.mcuse>.rquei. ft 1. *A* ^i**^ Savon transparents en bc;ac, Svon. traa.pareas en ablette. Fin. poudre de 1 aie t puu*r. de %  T; :c pour bb, Uaton rouge pour l*%ra. £n ve'iitc clie/: %  Jmion fit*, P' ^llred fieu Paire de la rclame pour un arlicle est un, mais montrer la preuve est autre chose. Demandez donc aux chsulleurs des routes du Cap Hatien et des fayes. C'est le PBCU les Tropiques En vente chez John Woolley, l'oil-auP rince, Un Javaux,C*p-Haitien, Ime Y*e Sentirai, u\ (•J9S*. T. Gousse' %  irijoane,0 Bombace, Petit Goive.L. Shilds Si Marc, li, Wolll, aouiree Villaneuva l Cie port de paix', FDorsainvills, petite Hivire, Salim lous sa Loqane. B. Clenus ueoraes, ircihaic. W. Uuinliu \\ illims, DlstribuWr alDS. winkies, etc. Abslntlie pernod. Amer Ploon, Nermoutlic *"CONaVERVE8 franaise et amrleailkOS traloliment arriva. •IOAUKS de CubU, Aurora et llabanera. (.1 iAR^TTE! de toute leIal>rlqiies d'Iloiti Gros et dtail. PArtFLMKHtE et Cartes puaUlea. Prix tr modre. P P. Patrizi



PAGE 1

LE MATIN MI n Grand'Rue 1717, en face de la Poste Provisions, Liqueurs, Vins. Parfumerie. Boulangerie & Ptisserie, Prix courant Je nos Articles M Whisky Hlack A Whlle quart bout. 1. (r l,5o t < %  pint flatk 0,00 email plut fiask 0,70 Jolinie Walker Whisky ted I altel BUe f ,60 &f • hlack Label bout a.oo Canadien < lub 1.40 1/4 fhuk 0,4o Cliaui|ai|in' Pommeiy Jl Grenu la bout 2.oo Champagne l'ommery & (ireno 1,2 bout \ \ • Clicquol Pensardln bouteille lanson l're et Fils | ,\\hite Split eu petits flacons Guidon 1 Di \ Gin Mo 2 25 2oo o60 1,10 o.ac Sloe (iln ( excellent for cocktail ) Cognac llennessy %X% Se MarlelleXW la b. 2 oo •• 1/2 bile f.oo '• ." 1/4 Connue Courvolsier bouteille Brandy--Comptoir Vinieole Girondin 1(2 oui l.fto 1,00 o,0j Li(|nciirs Simon-ain Crme de Frambroises, Fraises, Bananes Bile /,oo Suc Simon jaune ] co Cherry Itrandy,Abricot Brandy,l'each brandy 1,_!5 Groy amricain bile l,oo Yermouths Noilly-Prat 1.10 Cllizano 1 oo iMihomiel /,>o Bndictine le litre 3.00 ,k, le 1 ( 2 litre *" 1,10 Ridor — Vin de dessert la bouteille 1-20 Absinthe l'KIt.NOI) la •• 3.00 Chatreuse Jaune 3,00 12 bouteille 1 00 l'ippermint (iel Krrts la bouteille I ( , TiipUSecCointreau %  i.50 Amer Picon 1.70 Madre, Malaga, Sherry Wine, Porto, Moscatel 0.*5 liqueurs Marie-Brizard, \niselle, Cacao cliotiao cordial,Topaze. l'iii.i' io Triple Sec la bouteille I ,fj '• la demi bouteille 0,0; Vias eu caisses Boute illes depuis P. ii.tiO jusqu' P. 1.90 Apiicot Brandy, Cherry Braoly Poai-h, UUckbarry Brandy la bouteille la de ni b>ut:iilj Crne de Menthe verta la boiteille PjUSSl 0l ai d* Vie de DauUiz. 1.40 0.79 1.13 < f.w .0.70 \upes "Campbell'' assorties la boita Lut Klm la boite Vinaigre en carafes Oessaux la boulelle Oignons blincs le llacon Sucre amricain la lb h liasco la lb . •', rouge la lb Pommes da terre la lb Oignons la lb Riz la lb Mantgre 3 lbs Bacon U lbs Beurre ijueen J lbs le ferblanc Beurre Rose i livres le feihlain Beurre U.inois le ferblanc de I livre M %  le ferblanc de \\1 liire Sardines Saupiquet 1|4 boite M •• Amieux le ferblanc \[8 boite Sardines litbolte la boite Th la \/t livre • i{4 livre Porter la douzaine P or 3, la bout. $. or Divers 0.40 0.30 0.40 0 60 0.00 0.00 1 M I r %  • JP.-.or3et38 02ff Mklettes ( grandes) Caries jouer laces le jeu (Partes jouer ordinaires le jeu Tasses et soucoupes en porcelaine douz P.Jor 3, ptre Poupes depuis I'. orO.50 jusqu' Bougies Fournier asaortiw la caisse 0.15 o.oo; 2.V0 ^^> Dpuralif Zendejas douz. 20 Dol le flacon 2 CIG1RES Dominicains Aurora en gros et en dtail, Parfumerie Houbiqant — grand assortiment €9 O „.ni III>.JJ1I m-nLOTIONS PIVERTen gros H en dtail | !„ - %  V / ' >*<



PAGE 1

MI5SING I55UL



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE IMtXlhietJt Clment Magloire BOIS VIKNA 135t Rut Amricains NUMERO 20 CENT1MESJ. F1LI GO** L'i'tal se>cial n'asl avantageux aux hommes qu'autant ju'il ont tous <|iilque chosaetqu' aucun d'eux n'a rien dtj trop. Quotidien Rousseau TELEPHONE Ht Ma 18fcM ANNE N 5312 PORT-AU-PRINCE (HATI > MARDI 16 SEPTEMBRE 1H4 Rtiezions en lisant M. Boroo et la libration du Territoire La Pairie est i otre Mre que nous devons aimer et servir. Qu'importe si parmi ses fils il en est qui en sont ses dtenteurs indignes ? Le vase sacr touch par une main impure en reste-t-il moins sacr? Le Prsident Borno a entrepris l'œuvre de reconstruction nationale. Si lourde que soit la tache, elle ne le sera pas trop eu gard la noblesse du sentiment qui anime celui qui l'a entreprise,en gard surtout aux bonnes intentions et au dvouement toute preuve des vaillants collaborateurs dont il s'est entour Nous sommes attachs un principe et nous y restons fidlesNotre conviction est irrductible aucune sympathie ne la fera flchir. Aussi avonsnous pour devoir de dmasquer les imposteurs et de tirer les choses au clair. Contrairement notre indiffrence serait coupable et notre mpris une l'auto capital. Le mensonge ne doit pas toujours triompher de la vrit. Et quelque ddain que nous ayons de nous aligner avec des adversres indignes, noiu devons nous faire violence afin d'empcher que ces audacieux ne viennent avec tant de cynisme se taire une rputation aux dpens de la notre intacte de toute souillure. Nous ne voulons pas, par notre silence, accorder un crdit ces lucubrations des tres eerviies. Nous avons l'habitude de parler haut et tort, pans peur et sans crainte, stygmatisant les uns, rappelant les autres au sentiment de la pudeur. Et nous ne nous allranchirons jamais de l'autorit de nos principes qui sont la base de toute organisalion srieuse et honnte la lgalit pour tous et puis... la libell. Le grand jour tait venu. Et le peuple l'avait accueilli avec un long soupir de joie et d'esprance. Il l'avait attendu dans i'nervement et la rvolte de la lutte insense. Par ses ovations l'lu du 10 Avril, il avait in 11 ig le plus nergique dsaveu aux rhteurs inintelligents qui, sans mandat et sans titre, croyaient et croient encore parler en ion nom. Cep ndanl qua de la masse des proltaires montaient des bndictions et des prires pour Mr Borno, l'envie et la haine soulevaient et soulvent les cœurs de ceux dont les rves de jouissances se sont crouls. En elTet.il eut le iOrt non pas seulement d'tre Prsident de la Rpublique comme Ta bien dit le Malin > mais surtout de ne pas s'tre entour des meurtriers et des fossoyeurs de la Patrie. Et avec les lambeaux d'une rputation en friche, ils se ont improviss nationalistes >, se sont entendus comme larrons en foire, pour continuer la lutte. Avec une ardeur digne d'une meilleure cause ces soi disant < Nationalistes > ritrent chaque jour leurs protestations contre le (ioimm'in. 11. Et aussi avec quel aveuglement : Ils ne comprennent pas ces (listes vocateurs des poques d licences et de turpitudes qu'ils sont et seront victime" de la loi. Eux surtout qui se r clament avec tant de grandiloquence d tre les leaders de la masse populaire qui U* ignore, ils avaient pour imprieux de voir de comprendre ses besoins, de connatre la loi et de la respecter. N'tait-ce pas triste de voir des gens se disant clairs s'insurger contre le Pouvoir tabli et usurpi r des titres de c snateurs # ? Et quand le gouvernement qui trouve sa ll'-.-nse dans la loi se met en garde contre ces agitateurs.ils en empu tent la responsabilit M.Boruo. N'a t on pas vu les juges se retrancher derrire leur inamovibilit pour faire de la politique? N'y avait-il pas un prt iidu raedm n qui jouissa l chaque jour du mensonge alin le troubler les esprits ? Et devant ce spectacle honteux et ciminel, le (ouveniement n'av i qu' se croiser les bras. En jetant l'outragt sur le Pouvoir, ils ont t assez, nuits pour penser que dans les temps actuels quelques cou^s de plume maladroits pouvaient abattre un gouvernement avec la mme facilit que, dans les temps rvolus, quelques coups de lusils tirs par de* cervels auantissaient un Ch?f d'EtatEl pour avoir cru o.la, ils se sont cru aussi trop pui-s mis pour se soumettre au tait accompli conditionn par la Constitution. Ils l'ont brave. Et pour avoir vou lu la mpriser, la dominer, ils se sont innocul le iticanda venenum . Dans la ghenne o 1 s ont conduits leurs passion*, i's ne se sont point amen ls Au contraire, ils gesticulent, chaque lis qu'une nouvelle ressource de la si'uation les pro jette en arrire. Ils pestilrent contre Mr Borno que leurs es prits exarcerbs leur priente comme la pei'sonnili abonde la loi. Iv ils en sont venus croire qu'une loi modifie ou anantie c'e^l le gouvernement lui-mme modifi ou ananti. Unt-ih pens ce que peut une intelligence claire servie par un: volont morale inflexible. are l'homme qui a raison. I iules efforts Humains ce n'est pas d'une lacon gnrale la forc, ni le bruii qui domine, c'est la liai sou qui froidement, mais suri m nt claire, r. Jipie le cli:min et mne la victoire. II, PIERRE ANTOINE. LA FIN /. DEMAIN Le prix de la modestie L'Ilali* a quille notre rade hier toir. Ce vaste et superbe navire, butin de guerre chu l'Italie, a t transform ta s liA'muExposition , et sa nouvelle destination est de faire connatre travers le monde les grandes beauts et les richesses ailistiques de l'Italie. Aussi, ce fut une fte de l'art, continue, gnrale et gran distant chaque minute, que toutes les manifestations qui se sont droules pendant le temps que nos htes, les Italiens, ont sjourn chez nous. Cette beaut ar lislieue si renomme, tant vante de l'Italie, toujours gale elle-mme, cette beaut que nous rv'rent l'Arioste, le Danle, le Corrge, Michel Ange, Cellini, Caruso, Rossioi, ne est pu dmentie dans cas Salons d Exposition de l'ilalia. Et ce iut ua blouissement, un mirtge tineelant 4M plus pana lumires, nos faux |aViniiia toiles et confondus, que produisit cette exhibition de tant et multiples tlieU d'aauvte. De noire c6t, ua bel effort sa manu i>vec entrain pour qua l'imC reefico d'en-cm' le k dgager de i rception de toi ho'es illu-lr s. fut entire. Aussi, (organisation des bais, couce. Is, .'tvrs peut on dire, tant diplomatiqueeetolliciels, que de oiY.ea piivs, r'a manqu -, a* qaUtie tu relief, la rputation de cordiale hospitalit donl nous jouissons. Elle fut enthousiaste, gaie, brillante et pleine d'motion C'est au milieu de cette joie dbordante que se produisit une scne louchante et belle qu on nous permit ra de lelaterici EMe atteste cembien est spontane la solidarit isfue du viai mrite; l'estime, ladraimtion qui ont leur source dans la force du gnie servi par le talent. Ua groupe de marins Italiens, faisant leur promenade a travers la ville, fut introduit aux ateliers de sculpture de la Hue des Miracles. Ils y virent les nombreux bustes, maquettes, esquisses qui remplissent ces ateliers. Ils regardrent avideroint, touchrent en connaisseurs tt parurent satisfaits. L'un d'eux surtout dont un regard brillant trahit sa vive intelligence, laisse voir toute sa sympathique curiosit. H veut avoir des prrj. sions; il harcle SOD cicrone de question poses en espagnol. Il est visiblement mu et tonn. Il appreri le nom de l'artiste et dsire la voir. Celui-ci, occup dans une autre picce. l'appel qu'en lui [ait de paratre, rpond : En. Mai-) 1 II lien e Lee de 1 homme n'eu croit pas ses yeux, en voyant ce ngre de belle stature se dresser devant lui. La rlua-e -jui ae lit dan sa pentCe : dtir de visiter la m Vn prive de l'artiste et la encore ils eurent 1rs mmes satisferions. Dire que NOHMIL CHARLES, Sculpteur ha>l.en, ne fut pas ho. nor r ume de l'envoi d'une Car* te Rouge won adrse pour sa rendre au Ba eau E position et qu'en ces journes de fles artistiques, nul n'avait pens nu Seul Sculpteur que le pays possda actuellement el qui restera pour nous une de nosCLOlUES N'ATIO. NALES. 13 Septembie lui Clment DESl.bOfTES Nouvelles Etrangres Parisiana CafSIR Le Sept de Trfle 5e et 6P pisodes Entre: 0.80 JEUDI Rouletabille chez les Bohmiens je & 10e pisodes Kntre. I oo gde. • Non, ce n'est pas lui !... s Et les explictlioiiscontinueutde f 0D convaincante. — Monsieur Charles est artiste-peintre, sculpteur, il a tudi d x ans Paris o il a expos au Crand Salon des artistes franais; il a t troisime, deuxim •, premier Prix, Hors con cours, aux Concours Gnraux de Eiaoce; dcor de Mdai les d'i r Paris, rEipositiori~Tjniver-elle de Bruxelles et a sa ville nilale, St-Muc. Il a viiit II ta ie; il a t Massier de l'Acadmie Julian i Pari .IleslOli ier d'.-u-admie. L'motinn qui a gagn tout le groupe; l'tonnement qui grandit et finit par faire place I une admiration sincre ne se contient plus, et 1 interlocuteur saisit la main de l'homme. Non, ce n'est lus un banal et impie shake. and, c'est une a'.-colade fraternelle, rpte par chacun des huit visiteurs prsents. L'artiste change de bons pro-'ds avec eux Ceux ci lui rclament un souvenir sign de sa main et reoivent chacun une photographia du buste da Toussaint Louverture. Alors, lajeane visiteur qui s'tait en particulier distingu, enflamm et gracieux, dit chaudement a l'artiste : • Tet ns/ ma carte, je suis A. Ceardo i Vjcen/o, Violoniste I Inciane, Via • Olivia, No 38 ; Napoli Torre Hrl (ireco, lalia ); crive:/ moi -o-jvent t croyez moi votre sin <-*re ami. En l artam, il B manifcUreut la Au TrlkuQil Correctionnel Ce matin, le tribunal devait en tendre l'allaire Jolibois dans sa partie concernant la mise en liber te provisoire du prvenu et Bief le cautionnement prvu pai la loi. Le Commissaire du Couvern ment Timothe l'arel (il remarquer qu'il y avait deux dlits, mais que le juge d'instruction n'avait rendu ses ordonnana que pour un seul de ces dlits. Il demanda au tri h ma de lit r un cautionna ment pour chacun de ces dlits. Me R gai, poiir.lnlihijis, demande que les parties soient lenvoves devant les Sriions runies, l'article-1 de la Loi Mir la Presse, dit il. tant inconstitutionnel. Le Tribunal lit droit a elle de mande. Varits ci: SOIR Les Trois Mousquetaires Clipi're8 Entre: 50 centime. MERCREDI Les de x Giss's ( t n entier ) i i,ii,•,. %  fi Par Cable Le (jiWral Pertliiof] rame! le commandement de l'arme amricaine WASHlNGIoN, tt— Le i.n rai Pershing, admis au grade de la rserve, a fait aujourd hui la re mise du commandement de Par me amricaine I e Prsident Coo lidge comme chef supime des ar m ode terre et de mer a fait pu blier un ordre du jour d'adieu au dfenseur des liberts moudiales de la Grande guerre. On clitli uni coite un million de dollars WASHINGTON— (n vient d'inaugurer dans la ville de Washington le club ron grsille dont la constiuction a rout un million de dollars et l'a iii'-uli i -ment ..'l'J.iXlil. Ce club ne sera frquent que par les hauts fonctionnaires fdraux, les diplo mates, les millionnaires et leurs anis. lin souvenir de S rail Bernard PARIS— Une puissante organi sation artistique a dcid de cons truire prs de Paris an souvenir de Sarah liernard una villa qui sera mise a la disposition des crivains, artistes et autres intellectuels o ils trouverout la tranquillit ncea saira pour travailler. Un prix littraire du 30.000 halles l' V ltlS —Sir Basil Zaharofl a ins titu un prix de 30.000 fiana des Une encourager les crivains el altistes romantiques lran v ais.Zalm rofl, n en Turquie de pre russe el de mre grecque, est considr comme l'un des hommes les plus riches d'Europe. Canada el Rusitie MOSCOU— On annonce ofAc I lemrnt que le Canada a reconnu le gouvernement russe. F Kntre : %  <" ntimei Prochainement i% des Cimes avec JEAN DAX, OfOMB LAMILS & CHBISTIANNI. \ l : y JN. AVIS, ,. ; u Inspection Scolaire I^s intresss ont informs que l'examen spcial pour I admission I I II oie Nalionale de Dioit esl fix au lundi tt S ptembre Cl uraat 10 heures a. m. Le registre d inscription est euvert partir da cette date jusqu'au 20 septembre 1 h. p. m. A louer i la Lii|tic des Rations PARIS— Dans 1rs cercles offi ciels, on dclare que M. Ilerriot travaille actuellement pour faire mirer avant la lin de l'anne l'Ai lemaiie, la ll.in-iie et la Bulgarie la Ligne des Nations. On assure que cette ide causa une impres ion favorable dans toute l'Europe ar elle promet une re future de paix et le tranquillit. Pour li' Prix Nolml LONDRES— Le monde littrair'Burona et aaa Btata Unit a pri. I initiative d'un mouveiaeut pouc que le prix Nobel ItM soit dce n 4 Thomas Bardv considra comme l'homme de lettres le plu, minent de l'poque actuelle. Li-s mtes de l'assassinai d'un dpute fasciste HOME— ( in annonce qae l'a ssssir.ut du dpolilaai i-te Casalin a provoqu des dsordres Turin Venise, i .. %  •m— et dans d'autre i villes de moindre importance.Le< uouvelles ajoutent que le gouver nemenl a pris des mesures pour maintenir l'ordre et qu'il procla mira la loi martiale si c'est n.es raire. Consqoencei probables de la irvoliiiion cliinoiise Khi \ — M. Tchitclierine, com missaire russe des allaires trange res, a prononc nn discours dans lequel il a diclai que la rvolu lion chinoire forcera tes Etals lois d'abandonner leur politique de la porte ouverte dans les allaires d' 1 ) rient. La Kussie, a du Tchitcheri ne. portera sou aido aux rvo i tionnaires et au camarade S i i Yat parce que le contrle de 1a Chine signiqerait le contrle si mullaiii' de h Frontire sovitique d'Orient. M. /innview,encore plus nergique, a dclar que la !t ne internationale qu'il prside et l'organisme qui rveille les mil lions d'Oriaolaoi el leur a fait comprendre de se llbn r du j ug des Occidentaux et de leurs capita listes. I na maison haute s tue Hue Charbonnire ( Place Louverture g'adreaaer aux Bureaux du >ou r nal. Chambre .louer Sadreeaar i Madame Augete DeUoux, vis vis da la Chambra da i mmerre italienne, ancienne mai I0fl KatUl. 0n nouveau parti catholique se COBftitus en Italie Les catholiques natlonaua se s.ut runis bolOfOf ulin de cou< tituer une associ> lion pu une a ton politique sociale qui preod a comme titre Centre n ilional ita lien ". Le but de cette association est de dfendre la mise en valeur, sur le terrain politique, du prim i p aligieut et d j prconiser dan-, U politiqu< io 10m que et BOailIc, la principe da l'cole sociale %  hr tienn*. Sur le terrain international, celte aasoc alion se propose de coop rer la ralisation de formes de justice internationale, propres A diminuer les d ffrends entre les nations, ijuant i la mission de l'Italie dans la via internationale, l'association s'inspirera des tradi lions glorieuses du droit romain, eorrigea et perfectionn es par l'thique chrtienne. K u 11 n, dans la politique intrieu re, l'associa ion soutiendra las liberts statuaires tendant I har monirer une pacifique coexistence d'opinions t do tendances diver Ma et contribuera dans la situa tion actu'-lle la pacification iut rieure Elle se tiendra loigne de toutes les intransigeances avec la conviction qua I intrt des partis doit se s .criHer l'intrt du paya. Le mintre de l'conomie pu hlique. le sr aicu, Nava, it Mat ti Gentille, aous secrtaire la justice, ont adhr ce nouveau groupement Les miettes k l'Histoire Carrosse et incendie sont du masculin Il n'est pas trs are de voir des "alhli'-les ".d'un bon gigantesque, D saut i faire se pmer d'admira tion Cad u d Aimand, rtro,; rider de trois cents ans, ai mettant car i e au genre fininin. Apra tout. nn'est pas plus rprochab'e que i la. Pi ni l'-lli' i-sl c : la du rpuhlii anisme sincre, incorrup tible qui fait penser que nous n'a vons plus aujourd'hui les min imprieuses rainons que les courli sans d'il y a trois sicles, pour im mortaliser une faute d'un roi. Avant Louis XIV, en ellt-M'on di sait la carrosse, ma carrosse. Mais, une fois, le roi s'oublia et deman da "son'' carrosse. Pont n'est besoin dVlre Cal chai ou Oedipe pour deviner ce qui arriva. Les t oiirlisans aimrent mieux que le genre d'un mot fut chang ce qui, en omme, ne ferait pas rouler le monde, plutt que de relever l'erreur rovale, ce qui • on ne sut jamais — pourrai! ln gr s de eoBssqueaeas. La % am maire, l'Acadmie succombrent cette petite conspiration de pa lais. La syntaxe eut tort. Le mot %  ua et noua-iirriva au mascu in. Ah ; ces erreurs des roi* — Msaventure pareille arrivi une grande dame du temps d I). 1 phine (ia\, plus tard .Mme Emi'e de Cirarrfin. — Ma chre, donnez-moi dona des nouvelle* de la giande incen diel— lui dit un jour une coœteasai je %•* X


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06265
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, September 16, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06265

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
IMtXlhietJt
Clment Magloire
BOIS VIKNA
135t Rut Amricains
NUMERO 20 CENT1MESJ.
F1LI GO**
L'i'tal se>cial n'asl avantageux
aux hommes qu'autant ju'il
ont tous <|iilque chosaetqu'
aucun d'eux n'a rien dtj trop.
Quotidien
Rousseau
TELEPHONE Ht Ma
18fcM ANNE N 5312
PORT-AU-PRINCE (HATI >
MARDI 16 SEPTEMBRE 1H4
Rtiezions en lisant
M. Boroo et la libration du Territoire
La Pairie est i otre Mre que
nous devons aimer et servir.
Qu'importe si parmi ses fils il
en est qui en sont ses dten-
teurs indignes ? Le vase sacr
touch par une main impure
en reste-t-il moins sacr?
Le Prsident Borno a entre-
pris l'uvre de reconstruction
nationale. Si lourde que soit la
tache, elle ne le sera pas trop eu
gard la noblesse du senti-
ment qui anime celui qui l'a
entreprise,en gard surtout aux
bonnes intentions et au dvoue-
ment toute preuve des vail-
lants collaborateurs dont il s'est
entour
Nous sommes attachs un
principe et nous y restons fid-
les- Notre conviction est irr-
ductible aucune sympathie ne
la fera flchir. Aussi avons-
nous pour devoir de dmasquer
les imposteurs et de tirer les
choses au clair. Contrairement
notre indiffrence serait coupa-
ble et notre mpris une l'auto
capital.
Le mensonge ne doit pas
toujours triompher de la vrit.
Et quelque ddain que nous
ayons de nous aligner avec des
adversres indignes, noiu de-
vons nous faire violence afin
d'empcher que ces audacieux
ne viennent avec tant de cynis-
me se taire une rputation aux
dpens de la notre intacte de
toute souillure.
Nous ne voulons pas, par
notre silence, accorder un cr-
dit ces lucubrations des tres
eerviies. Nous avons l'habitude
de parler haut et tort, pans peur
et sans crainte, stygmatisant les
uns, rappelant les autres au
sentiment de la pudeur. Et nous
ne nous allranchirons jamais de
l'autorit de nos principes qui
sont la base de toute organisa-
lion srieuse et honnte la l-
galit pour tous et puis... la li-
bell.
Le grand jour tait venu. Et
le peuple l'avait accueilli avec
un long soupir de joie et d'es-
prance. Il l'avait attendu dans
i'nervement et la rvolte de la
lutte insense. Par ses ovations
l'lu du 10 Avril, il avait in 11 i-
g le plus nergique dsaveu
aux rhteurs inintelligents qui,
sans mandat et sans titre, cro-
yaient et croient encore parler
en ion nom. Cep ndanl qua de
la masse des proltaires mon-
taient des bndictions et des
prires pour Mr Borno, l'envie
et la haine soulevaient et soul-
vent les curs de ceux dont les
rves de jouissances se sont
crouls.
En elTet.il eut le iOrt non pas
seulement d'tre Prsident de la
Rpublique comme Ta bien dit
le Malin > mais surtout de ne
pas s'tre entour des meur-
triers et des fossoyeurs de la
Patrie. Et avec les lambeaux
d'une rputation en friche, ils
se ont improviss nationalis-
tes >, se sont entendus comme
larrons en foire, pour continuer
la lutte. Avec une ardeur digne
d'une meilleure cause ces soi
disant < Nationalistes > ritrent
chaque jour leurs protestations
contre le (ioimm'in. 11. Et
aussi avec quel aveuglement :
Ils ne comprennent pas ces
(listes vocateurs des poques
d licences et de turpitudes
qu'ils sont et seront victime" de
la loi. Eux surtout qui se r
clament avec tant de grandilo-
quence d tre les leaders de la
masse populaire qui U* ignore,
ils avaient pour imprieux de
voir de comprendre ses besoins,
de connatre la loi et de la res-
pecter. N'tait-ce pas triste de
voir des gens se disant clairs
s'insurger contre le Pouvoir ta-
bli et usurpi r des titres de
c snateurs # ? Et quand le
gouvernement qui trouve sa l-
l'-.-nse dans la loi se met en garde
contre ces agitateurs.ils en empu
tent la responsabilit M.Boruo.
N'a t on pas vu les juges se re-
trancher derrire leur inamovibi-
lit pour faire de la politique? N'y
avait-il pas un prt iidu rae-
dm n qui jouissa l chaque jour
du mensonge alin le troubler
les esprits ? Et devant ce spec-
tacle honteux et ciminel, le
(ouveniement n'av i qu' se
croiser les bras.
En jetant l'outragt sur le
Pouvoir, ils ont t assez, nuits
pour penser que dans les temps
actuels quelques cou^s de plu-
me maladroits pouvaient abattre
un gouvernement avec la mme
facilit que, dans les temps r-
volus, quelques coups de lusils
tirs par de* cervels auan-
tissaient un Ch?f d'Etat- El
pour avoir cru o.la, ils se sont
cru aussi trop pui-s mis pour se
soumettre au tait accompli con-
ditionn par la Constitution. Ils
l'ont brave. Et pour avoir vou
lu la mpriser, la dominer, ils se
sont innocul le iticanda ve-
nenum . Dans la ghenne o
1 s ont conduits leurs passion*,
i's ne se sont point amen ls
Au contraire, ils gesticulent,
chaque lis qu'une nouvelle
ressource de la si'uation les pro
jette en arrire. Ils pestilrent
contre Mr Borno que leurs es
prits exarcerbs leur priente
comme la pei'sonnili abonde la
loi. Iv ils en sont venus croire
qu'une loi modifie ou anantie
c'e^l le gouvernement lui-m-
me modifi ou ananti. Unt-ih
pens ce que peut une intelli-
gence claire servie par un:
volont morale inflexible. are
l'homme qui a raison. I iu-
les efforts Humains ce n'est pas
d'une lacon gnrale la forc, ni
le bruii qui domine, c'est la liai
sou qui froidement, mais suri
m nt claire, r. Jipie le cli:-
min et mne la victoire.
II, PIERRE ANTOINE.
La Fin /. DEMAIN
Le prix de la modestie
L'Ilali* a quille notre rade
hier toir. Ce vaste et superbe na-
vire, butin de guerre chu l'Ita-
lie, a t transform ta s liA'mu-
Exposition , et sa nouvelle desti-
nation est de faire connatre
travers le monde les grandes
beauts et les richesses ailistiques
de l'Italie. Aussi, ce fut une fte
de l'art, continue, gnrale et gran
distant chaque minute, que tou-
tes les manifestations qui se sont
droules pendant le temps que
nos htes, les Italiens, ont sjour-
n chez nous. Cette beaut arlis-
lieue si renomme, tant vante de
l'Italie, toujours gale elle-mme,
cette beaut que nous rv'rent
l'Arioste, le Danle, le Corrge,
Michel Ange, Cellini, Caruso, Ros-
sioi, ne est pu dmentie dans
cas Salons d Exposition de l'ilalia.
Et ce iut ua blouissement, un
mirtge tineelant 4m plus pana
lumires, nos faux |aViniiia
toiles et confondus, que produi-
sit cette exhibition de tant et mul-
tiples tlieU d'aauvte.
De noire c6t, ua bel effort sa
manu i>vec entrain pour qua l'im-
Creefico d'en-cm' le k dgager de
i rception de toi ho'es illu-lr s.
fut entire. Aussi, (organisation
des bais, couce. Is, .'tvrs peut on
dire, tant diplomatiqueeetolliciels,
que de oiY.ea piivs, r'a manqu
-, a* qaUtie tu relief, la rputation
de cordiale hospitalit donl nous
jouissons. Elle fut enthousiaste,
gaie, brillante et pleine d'motion
C'est au milieu de cette joie
dbordante que se produisit une
scne louchante et belle qu on
nous permit ra de lelaterici EMe
atteste cembien est spontane la
solidarit isfue du viai mrite;
l'estime, ladraimtion qui ont leur
source dans la force du gnie servi
par le talent.
Ua groupe de marins Italiens,
faisant leur promenade a travers
la ville, fut introduit aux ateliers
de sculpture de la Hue des Mira-
cles. Ils y virent les nombreux
bustes, maquettes, esquisses qui
remplissent ces ateliers. Ils regar-
drent avideroint, touchrent en
connaisseurs tt parurent satisfaits.
L'un d'eux surtout dont un regard
brillant trahit sa vive intelligence,
laisse voir toute sa sympathique
curiosit. H veut avoir des prrj.
sions; il harcle sod cicrone de
question poses en espagnol. Il
est visiblement mu et tonn. Il
appreri le nom de l'artiste et d-
sire la voir. Celui-ci, occup dans
une autre picce. l'appel qu'en
lui [ait de paratre, rpond : En-
. Mai-) 1 II lien e Lee de
1 homme n'eu croit pas ses yeux,
en voyant ce ngre de belle sta-
ture se dresser devant lui. La
rlua-e -jui ae lit dan sa pentCe :
dtir de visiter la m Vn prive
de l'artiste et la encore ils eurent
1rs mmes satisferions.
Dire que NOHMIL CHARLES,
Sculpteur ha>l.en, ne fut pas ho.
nor rume de l'envoi d'une Car*
te Rouge won adr- se pour sa
rendre au Ba eau E position et
qu'en ces journes de fles artis-
tiques, nul n'avait pens nu Seul
Sculpteur que le pays possda
actuellement el qui restera pour
nous une de nosCLOlUES N'ATIO.
NALES. .
13 Septembie lui
Clment DESl.bOfTES
Nouvelles Etrangres
Parisiana
CafSIR
Le Sept de Trfle
5e et 6p pisodes
Entre: 0.80
JEUDI
Rouletabille
chez les Bohmiens
je & 10e pisodes
Kntre. I oo gde.
Non, ce n'est pas lui !... s Et
les explictlioiiscontinueutde f 0D
convaincante. Monsieur Char-
les est artiste-peintre, sculpteur,
il a tudi d x ans Paris o il a
expos au Crand Salon des artis-
tes franais; il a t troisime,
deuxim , premier Prix, Hors con
cours, aux Concours Gnraux de
Eiaoce; dcor de Mdai les d'i r
Paris, rEipositiori~Tjniver-elle
de Bruxelles et a sa ville nilale,
St-Muc. Il a viiit II ta ie; il a
t Massier de l'Acadmie Julian
i Pari .IleslOli ier d'.-u-admie.
L'motinn qui a gagn tout le
groupe; l'tonnement qui grandit
et finit par faire place I une ad-
miration sincre ne se contient
plus, et 1 interlocuteur saisit la
main de l'homme. Non, ce n'est
lus un banal et impie shake.
and, c'est une a'.-colade frater-
nelle, rpte par chacun des huit
visiteurs prsents.
L'artiste change de bons pro-
-'ds avec eux Ceux ci lui rcla-
ment un souvenir sign de sa
main et reoivent chacun une
photographia du buste da Tous-
saint Louverture. Alors, lajeane
visiteur qui s'tait en particulier
distingu, enflamm et gracieux,
dit chaudement a l'artiste : Te-
t ns/ ma carte, je suis A. Ceardo
i Vjcen/o, Violoniste I Inciane, Via
Olivia, No 38 ; Napoli Torre
. Hrl (ireco, lalia ); crive:/ moi
-o-jvent t croyez moi votre sin-
<-*re ami.
En l artam, ilB manifcUreut la
Au TrlkuQil
Correctionnel
Ce matin, le tribunal devait en
tendre l'allaire Jolibois dans sa
partie concernant la mise en liber
te provisoire du prvenu et Bief
le cautionnement prvu pai la loi.
Le Commissaire du Couvern -
ment Timothe l'arel (il remar-
quer qu'il y avait deux dlits, mais
que le juge d'instruction n'avait
rendu ses ordonnana que pour
un seul de ces dlits. Il demanda
au tri h ma de lit r un cautionna
ment pour chacun de ces dlits.
Me R gai, poiir.lnlihijis, demande
que les parties soient lenvoves
devant les Sriions runies, l'ar-
ticle-1 de la Loi Mir la Presse, dit
il. tant inconstitutionnel.
Le Tribunal lit droit a elle de
mande.
Varits
ci: soir
Les Trois Mousquetaires
Clipi're8
Entre: 50 centime.
MERCREDI
Les de x Giss's
( t n entier )
i i,ii,,. fi
Par Cable
Le (jiWral Pertliiof] rame!
le commandement de
l'arme amricaine
WASHlNGIoN, tt Le i.n
rai Pershing, admis au grade de
la rserve, a fait aujourd hui la re
mise du commandement de Par
me amricaine I e Prsident Coo
lidge comme chef supime des ar
m o- de terre et de mer a fait pu
blier un ordre du jour d'adieu au *
dfenseur des liberts moudiales
de la Grande guerre.
On clitli uni coite un mil-
lion de dollars
WASHINGTON
(n vient d'inaugurer dans la
ville de Washington le club ron
grsille dont la constiuction a
rout un million de dollars et l'a
iii'-uli i -ment ..'l'J.iXlil. Ce club ne
sera frquent que par les hauts
fonctionnaires fdraux, les diplo
mates, les millionnaires et leurs
anis.
lin souvenir de
S rail Bernard
PARIS Une puissante organi
sation artistique a dcid de cons
truire prs de Paris an souvenir de
Sarah liernard una villa qui sera
mise a la disposition des crivains,
artistes et autres intellectuels o
ils trouverout la tranquillit ncea
saira pour travailler.
Un prix littraire
du 30.000 halles
l'VltlSSir Basil Zaharofl a ins
titu un prix de 30.000 fiana des
Une encourager les crivains el
altistes romantiques lranvais.Zalm
rofl, n en Turquie de pre russe
el de mre grecque, est considr
comme l'un des hommes les plus
riches d'Europe.
Canada el Rusitie
MOSCOU On annonce ofAc I
lemrnt que le Canada a reconnu
le gouvernement russe.
F
Kntre : <" ntimei
Prochainement
i% des Cimes
avec Jean Dax, OfOMB La-
mils & ChBISTIANNI. \ l : -
y jn.
- avis, ,. ;
u Inspection Scolaire
I^s intresss ont informs que
l'examen spcial pour I admission
I I II oie Nalionale de Dioit esl
fix au lundi tt S ptembre Cl u-
raat 10 heures a. m.
Le registre d inscription est eu-
vert partir da cette date jusqu'au
20 septembre 1 h. p. m.
A louer
i la Lii|tic des Rations
PARIS Dans 1rs cercles offi
ciels, on dclare que M. Ilerriot
travaille actuellement pour faire
mirer avant la lin de l'anne l'Ai
lemaiie, la ll.in-iie et la Bulgarie
la Ligne des Nations. On assure
que cette ide causa une impres
- ion favorable dans toute l'Europe
' ar elle promet une re future de
paix et le tranquillit.
Pour li' Prix Nolml
LONDRES Le monde littrair-
'Burona et aaa Btata Unit a pri.
I initiative d'un mouveiaeut pouc
que le prix Nobel ItM soit dce
n 4 Thomas Bardv considra
comme l'homme de lettres le plu,
minent de l'poque actuelle.
Li-s mtes de l'assassinai
d'un dpute fasciste
HOME(in annonce qae l'a
ssssir.ut du dpoli- laai i-te Casalin
a provoqu des dsordres Turin
Venise, i ..m et dans d'autre i
villes de moindre importance.Le<
uouvelles ajoutent que le gouver
nemenl a pris des mesures pour
maintenir l'ordre et qu'il procla
mira la loi martiale si c'est n.es
raire.
Consqoencei probables
de la irvoliiiion cliinoiise
Khi \ M. Tchitclierine, com
missaire russe des allaires trange
res, a prononc nn discours dans
lequel il a diclai que la rvolu
lion chinoire forcera tes Etals lois
d'abandonner leur politique de la
porte ouverte dans les allaires d'1)
rient. La Kussie, a du Tchitcheri
ne. portera sou aido aux rvo i
tionnaires et au camarade S i i
Yat parce que le contrle de 1a
Chine signiqerait le contrle si
mullaiii' de h Frontire sovitique
d'Orient. M. /innview,encore plus
nergique, a dclar que la !t ne
internationale qu'il prside et
l'organisme qui rveille les mil
lions d'Oriaolaoi el leur a fait
comprendre de se llbn r du j ug
des Occidentaux et de leurs capita
listes.
I na maison haute s tue Hue
Charbonnire ( Place Louverture .
g'adreaaer aux Bureaux du >our
nal.
Chambre .louer
Sadreeaar i Madame Augete De-
Uoux, vis vis da la Chambra da
i mmerre italienne, ancienne mai
I0fl KatUl.
0n nouveau parti catho-
lique se COBftitus en
Italie
Les catholiques natlonaua se
s.ut runis bolOfOf ulin de cou<
tituer une associ> lion pu une a
ton politique sociale qui preod a
comme titre Centre n ilional ita
lien ".
Le but de cette association est
de dfendre la mise en valeur,
sur le terrain politique, du prim i
p aligieut et dj prconiser dan-,
U politiqu< io 10m que et BOailIc,
la principe da l'cole sociale hr
tienn*.
Sur le terrain international, cel-
te aasoc alion se propose de coop
rer la ralisation de formes de
justice internationale, propres A
diminuer les d ffrends entre les
nations, ijuant i la mission de
l'Italie dans la via internationale,
l'association s'inspirera des tradi
lions glorieuses du droit romain,
eorrigea et perfectionn es par
l'thique chrtienne.
K u 11 n, dans la politique intrieu
re, l'associa ion soutiendra las li-
berts statuaires tendant I har
monirer une pacifique coexistence
d'opinions t do tendances diver
Ma et contribuera dans la situa
tion actu'-lle la pacification iut
rieure Elle se tiendra loigne de
toutes les intransigeances avec la
conviction qua I intrt des partis
doit se s .criHer l'intrt du paya.
Le mintre de l'conomie pu
hlique. le sr aicu, Nava, it Mat
ti Gentille, aous secrtaire la
justice, ont adhr ce nouveau
groupement
Les miettes k l'Histoire
Carrosse et incendie
sont du masculin
Il n'est pas trs are de voir des
"alhli'-les ".d'un bon gigantesque,
D saut i faire se pmer d'admira
tion Cad u d Aimand, rtro,; rider
de trois cents ans, ai mettant car
i e au genre fininin. Apra
tout. n- n'est pas plus rprochab'e
que i la. Pi ni l'-lli' i-sl c : la du
rpuhlii anisme sincre, incorrup
tible qui fait penser que nous n'a
vons plus aujourd'hui les min
imprieuses rainons que les courli
sans d'il y a trois sicles, pour im
mortaliser une faute d'un roi.
Avant Louis XIV, en ellt-M'on di
sait la carrosse, ma carrosse. Mais,
une fois, le roi s'oublia et deman
da "son'' carrosse.
Pont n'est besoin dVlre Cal
chai ou Oedipe pour deviner ce
qui arriva. Les t oiirlisans aimrent
mieux que le genre d'un mot fut
chang ce qui, en omme, ne ferait
pas rouler le monde, plutt que
de relever l'erreur rovale, ce qui
on ne sut jamais pourrai! ln
gr s de eoBssqueaeas. La % am
maire, l'Acadmie succombrent
cette petite conspiration de pa
lais. La syntaxe eut tort. Le mot
ua et noua-iirriva au mascu in.
Ah ; ces erreurs des roi*
Msaventure pareille arrivi
une grande dame du temps d I). 1
phine (ia\, plus tard .Mme Emi'e
de Cirarrfin.
Ma chre, donnez-moi dona
des nouvelle* de la giande incen
diel lui dit un jour une coteasai
- je
%*
X


LE MATIN
cr*me TE1NDELYS
donne un teint de lys

La Crim* Tfindftyt, oaci. parfum:
MMTtV a fratchtur et la ;tunii, tmbtllti tf/act les ndti
lerqe fi
11
i
{ i tu.'} () r & i ti

Delphine Gay :
Madame, ce que j'ai appris
de nouveau c'es'. qu'incendie soit
du fminin.
Hein <|uel hasard '. Si l'amie
de Delphine Gay au lieu d'tre
comtesse 'tait reine de France et
la tille de Sophie Cay, dame de
cour, incindie nous restait au fmi
niu.
l'anvrcs accadmiciens qui pet
ne/ tant pour, votre Dictionnaire,
voyez comme tout tient par un lil
tt comme la belle lanaue de Nul
laire restau ne langue de nuances'.
Il ne faut pas
oublier
due la maison Kawas llerraano
est*celle qui possde les meilleures
marchandises de la place, et ven
du ut le meilleur march.
lue visite et vous en sere/ MM
vaincus.
De nouvelles inaichiodiae sont
reues par chaque bateau.
Kawas lUrmaaos
| :m)j309, Rue Traversire.
Un Dlit de presse.
[ siid le niai S
Cas lemps'derniers, les marins
d navire inglus i Assistance"
apercevaient uue bouteille flottant
au large de cotes d'Amrique.
Une bouteille la mer constitue
toujours un vnemeut pour un
quipage. Qui sait quel drame r
veto, parfois, cette enveloppe de
verre i
un rtpcha donc la bouteille, et
l'intrieur on dcouvrit, If gre
meut jaunie, une fttiille de papier
portant es mots : Je suis une
jeuue lille qui cherche un lianc.
Je conlie a celte bouteille le soin
de dcouviir elui qui sera l'lu
de mon ca ur '.
Suksiei I le nom et l'adresse de
Miss Ityrne. en Irlande.
Spontanment plusM un mate
lots crivirent pour s'oll'nr" ma
risr la romanesque jeune lllle
La rponse vint, mais elle ne fut
Ji s celle qu'ils escomptaient Ile
M, disait Miss ll\rne, j'ai jet
celte bouteille la mer, il y a qua
raille auim- aujourd'hui je suis
mis vieille et j'ai des cheveux
bhnes ".
Mlancolie dis vnements!
El combien est suggestive l'oJys
t. e de cette bouteille qui pendant
quara'nte annes erra travers
limmensit des Ocans, recelant
en ses flancs tous les espoirs de
la sentimentale Irlandaise I
L'Acadmie franaise a admi-
au dictionnaire le joli mol "assom
brissemenf dans le deux sens'
physique et moral, qu'il s'appli
que au ciel par exemple, ou au ca
ctre, aux penses, aux senti
1 i nts, aux vnements.
Aussi ont t adopts "asepsie"
il tes drivs et un |r*i d nombre
ri antres terme, de ie< linique soil
i ilicale. s ni botanique, comme
'isexu" qu'o a pifr 'in
.. -l".
fa aT*+a9imV9flPxrse*t%
/%o m nrnLtor>rnissiQ0s
oiilagem*iu .t gu^rtson swln
Globules Rbaud
Raullata mervsillawi.turpranaau niSroa
farta*anaa/ailouj >lr OtMfwm-of .#
E. DA-LIO*OUX 27 Rui V _wr Miijo
Bala-Colombaa \
A rri*rn. i rkanaaaM SUCH
Voici l'ordonnance qui \i
lue par le Juge tfintlruction
du us (affaire du jdurnal < Le
Courrier Huiwn :
AU NOM DE LA REPUBLIQUE
Noos, Enramuel Beauvoir, juge
d'instruction prs le Tribunal de
Premire Instance de Port au Prin
ce.
Vu la procdure instruite contre
le nomm J. .lolibois Fils, g de
trente trois ans. journaliste, n
Jrmie et demeurant Port au
Prince, prvenu d outrage et d'in
jures envers Monsieur Louis Borno,
Prsident de la Rpublique;
Vu le rquisitoire dliniiif de Ut
T. Paret, commissaire du Gouver
netnent de ce ressort concluant
ce qu'il Nous plaise renvover le
prvenu par devant le Tribunal
correctionnel
Attendu que dans le numro du
27 Juin de celte anne du journal
Le Courrier llaitien est publi
sous la rubrique ' Flchette un
crit ou on lit ce qui suit :
" La Rpublique Itiah est un
pays bien connu des haitiens. Elle
est conme tlaiti, place sous le
joug Vankee. Pour le prsident
portrait qui svit sur l'Iliah, il y a
de pires ennemis <]ue les jouruali
les indpendants et nationa'istes
Ce prsident, ,il faut l'ajouter tout
de suite, est la trahison et l immo
ralit lait homme.Alors qu'il est
plat ventre au pied du reprsen
tant de la Bpublique toiles, il
pourchasse les indignes qui ne
voulent pas abdiquer leurs droi -,
Les revenus d Itiah sont mis en
coupe rgle. Tout le monde vo e,
pille: Yankee et les quelques rares
citoyens vreux du p.y*qui sont
en charge etc ".
Attendu que le nomm I. Joli
bois Fils qui se reconnait l'auteur
de cet entreiilel, soutient n'avoir
entendu prsenter ses lecteurs
qu'un petit pome en prose dans
lequel il aurait simplement latsai
parler son innginttlOI. Attendu
qu'on n'a pas .1 rechercher si l'crit
incrimin constitue rellement un
petit pome en prose. Cet crit
tant exlimement injurieux, il
est vident que ce n'est pas sans
arrire-pense qu'il a t co'icji et
insj dans un organe politique.
Attendu que lanire pense de
l'auteur safiiuno avec d autant
plus de prcision, qu'il parle d'une
rpublique d'Iliah occupe par le
Yankee, alors qu'ltiah est l'ana
gramme d'il uti et que c'est prci
sment llaiti qui est occupe par
les forces amricaines.
Il s'ensuit donc que le personne
ge qui a t dsign sous Cappella
non de Prsident de la Rpublique
d Itiah et qui serait La trahis m
et l'immoralit fait homme ",n'est
autre que le P.sident de la Repu
blique d'IlaitiAttendu que c'est
en vain que, pour rtablir le con
traire, lolibois Fils s'est avis de
outenir que tout est de droit strict
en matire pnale et qu'il n a nom
mment dsign personne daas
son article.On n'a qu' s'en tenir
i l'enseignement des uilcn i pour
reconnatre que ce q il e-i .le dioit
si n t en matire pnale, S'est lia
teipiUlion des textes. L) faits nVelanl la pense .1 lag>nt
leur LUrrrlatioii ni i
auci elle <>l ..bindon
ne aux lutwsfM et la con.ua j
ce du juge.
T. s icitaiucu.ejil, duu> J'arli
Prochain dbut
DU
Grand Cirque Equestre
SAEM FKRES
Le Meilleur
RECONSTITUANT OU SANB
LES TABLISSEMENTS BVLA
< mm, rit rci
S-C <" fci. Il M*
fttm peierasnts
Madame \ Itosa de Matleis.Vies
sieurs Attila, Jean et Gennaro de
M.itteis, Mes. ein >i-elles Sratmi,
Ro a, Anna de Mttteis, MM *rtu
ro et Alfred. de Matleis, les famil
las Oeruili, Barralo, Gallo, l.auren
lie, Guida, Alifuogeo, Abel. Defor
gdo, Cianciulli et tous les autres
parents et allis nmercient bien
sinenement tous les amis qui.
l'occasion de la mort de leur re
Kretl JOSEPH DEMATTEI9
leur ont tmoign leur sympathie.
Ils les prient de croire a leurs
sentiments de profonde gratitude
le en question, Monsieur le Prsi
dent B iruo n'a pas t nomm
ment dsign, mais celte circons
tance n l saurait mettre obstacle
ce que 1 existence du dlit d'outra
ge ou d'injure puisse tre valable
ment const te, car lorsqu'il s'agit
d'injure ou doutrage a'issi bieu
lor-qu il s'agit de d llamation, Il
dsignation Ta pli s dtourne pour
vu qu'elle soil certaine, quivaut a
la dsignation nominale. C'est la
un (oint sur lequel la Djctiine et
la Jurisprudence Franaises sont
eut i.-rrni. nt dacco d puisqu'elle)
admettent saisrestiiition que bien
q l'une personne ne soit pas nom
me dn.s une imputation de natu
re porter atteinte son honneur
et sa considration, si elle est
d^sig'ie de fam i ce qu'il n'y
ait pas de doute mit l'intention de
l'autiur, 1 lment de dillamation
exi-t". ( Voir Rallo/., Bp Jt>, P.
..t I ). Attendu que, comme on le
voit, il te con U te i la charge du
prveuu un soupon nisonnable
de culp bilil du tait qu'il a rdig
et ,ml!i l'article incrimin.
Aitsn lu {le sagissint l'ouvrage
et l'injdij, toutei cli >ses que la
Lii qnliliJ dlit, ces; ai Tribu
nal correctijnnel qu'il apparlient
d en connatre.
Par ces notifs,
H idons qu'il y a lieu de suivre
co i re U nom u Jolibois Fils :
Le renvoyons par devant le
Tribunal correciiouuel de ce res
sort ali i qu il y soil jug coulorm
me il i la L >i. pour avoir, dans le
nu uro du il Juin de celte anne
du joirual .< Le Courrier tliitien
iiju.'i! Ut ouliag.5 le Prsident de
la Rpublique dius l'exercice de
sis fon'.lions en rdigeant et eu
p .liait lcrit ci dessus reproduit,
.1 lit prvu et puni par l'article
premier Je U Loi du IK J lia lOlt
m>lili:itive de l'article 12 del
1.1 du 15 j.ceinbra \:ni sur la
Prjsss ; OrJoaaons que les pi
ce* de la prjc4dare ainsi que la
urtMita ieisiOa seront Iraasmi
ses sain llii au Commissaire du
G tiivdr.ie nent pur qu'il en sjit
fait Ci que droit.
Ainsi dci l en Notre Cabin t
d'Iustructhu Criminelle, Calais Je
Justice, pu- N .u- Ennaauel K tu
voir, juge d'instruction, ce jour
d lui vingt ss,)t Aot mil neuf
cent vingt quilre.
Il e-t ord inn etcEn foi de quoi
etc. Un reuvoi en mtrge bon l i
autre renvoi bn. 'I;uj mils rays
nuls. In autre renvoi en mar^e
bjn. ( Sig i ) E. Beauvoir, Pif
nand Casimir.
Pour copie ronfor n :. Trois mots
rays nu's et un renvoi en marge
bin.
\iuin. lu'
PEPTODJASE
Admis dam tel HpiUua de Paris
AOTION IMMCOIATI
MIVKILLK L PvfriT
ACCSLCni LA DiaitTION
rtvoaisi i-tvactMTioa et l'istomic
an. m Patantaur a iiiom.. mi-
0''n,ouff.,, a, cNilsur.Kan vala
Vartlaa, Nautaai. Vomiaumanu,
allonnamanta, Olgaallana anltlaa.
I ravfa DtpAt |Q UWalairai P. ZIZINE. I, Sa, fUan.AIU
A Min Phamaeto al PtTBOS
Mme Veuve Alterna Fabien, Mi
dame Neodamise Lindor et en
fa nts, M r et Mme Nathan A. Fa
bien, Mr et Mme Raphal Jasmin,
Mr et Mme Aug Lemiine, Mr et
Mme Dufresne B. Ostin, les fa
milles Fabien, Lemaine e*. Hippo
lyte ainsi que tous les autres pa
i. ut- et allis remercient bien vi
ment le Rvrend Pfcre Henri
l les Filles de la Sagesse, les Frres
de l'Instruction chrtienne, les
Membres de la Presse de la Oiii
taie et les nombreux amis tant de
cette ville que ceux dei autres lo
ratils avoisinantes ; notamment
de Port au-Prince, de* Gonaives,
de Miragoune. des Fonds des
Blancs, de Logane et de Grand
Gove qui leur ont donn des t
moignag s d'amiti l'occasion
de la perte douloureuse qu'ils vien
nent d'prouver en la p.rsonnede
leur regrell
Jean Baptiste ALTEMA FABIEN
dcd le 30 aot dernier l'ge
de 70 ans.
Ils les prient de reoit l'ex
pression de leur profonde gralitu
de.
Petit Gonve le o septembre 19*4
Horn Line
Notre S, S Ingrid Horn '' ve-
nant de Hambourg via Cur eau
est attendu Port au l'un. e. \ers
le 26 cri. et partira probablement
le mme jour pour l'Europe via
Pueito Plata, prenant fret et pas>a
gers.
OLIOI'S i.N LUCAS ,k Cil
Le public et le commerce sont
aviss que le certificat d'ordounan
ce, au No 96, de la Commission
tambour est nul et nonavenu, du-
Pries la devant tre dlivr,
orl au Prince.le 12 Sept. 192.*
_____Cunel TU El S
^UUkSHaMMBHSBBBkMsMBBSaVasay*
Avis inij uii.nii
Les dbit, urs de la si.ccpssioa
de fui Lusctse Mcu*v sont invits
a se ('lsent, r en mon cabinet sis
encelle ville,rueliamerton Killick
ci-devant rue du (.entre, attenant
au garage P.. li y. pour acquitter
leurs dcl'es. In dlai .le quinze
jours leur est accord pour rgler.
Faute par eux de se conformer au
piseut avis dans le dlai imparti,
des poursuites seront exerces con
lie CUX.
Emm. HAMPY.aT.
ft touu* bonne, pharmacie*
Masse 'de Requiem
Lundi prochain il Septembre,
anniversaire de lamorl.du rvrend
pre Foulon, un service et messe
solennels de Btquiem seront rhan-
ts Ennen pour le repos de son
me. Ses e. nlrres et >es amis qui
ne peuvent y assister sont pris de
pentei lui re jour l dans leurs
pi., r s. La messe _aura lieu 6
. eu .s.
| De la part de son ancienne gou-
vernante.
^.^
Chu Mm Pressoir
1114, Avenue JonBrown (Lalue,
Chaises roses, Verres boire,
Verres a Champagne. AS*taMaa,
Ci ilTeaux,FourclictUs Pois (lace,
Serviettes, Nappes, el en g'-'ral
tous articles (.Our liece^Lua1 el
mariage.
Compos de plus de 40
artistes dune renomme
mondiale
Btes froce* d'Afrique, chevaux,
singes et nes Savants
Le plus Cran! Cirqas i
qui^,voyage dans^les Amriques
Sa tente peut contenir 3000
personnes
Lui, Ordfu Kl iBiiiie
Prochain dbut avec programme trs
sensationnels. Cinquante num osm\
Arustes de diffrentes nations :
fraaais, mexicains, IspMrjnU, liyenlins, Japonais
et liuWani. faimi es artistes, les deux plui (unes
artistes lu monde, Elvita et Aui-ita, la premier* iyuu
de 9 ans, et la seconda Je 4 ans, stuuassent^toutes
les artistes de leur |enre.
PHONOGRAPHES
fjL PRETZiV,NM .lAGGERHOLM
[fD&b- Czj-Lambta , et ci dbqfae> itv t->ate/
AVIS
Au Commerce iHaii
Par la fusion du 31 octobre Uti de :
lo La Cooprative Centrale des Agriculteurs de Qubec.
2o Le Comptoir des Coopratifs de Montral.
3o La Socit Coopratif i^n.ole des producteurs de semencu,
ratifie par la lgislature de Qubec, le :il Dec. 1922.
k pris naissance :
La Cooprative
Fdre de Qubec
qui a 330 coopratives locales iifhlies et qui compte 15.000 membre
|Tre proebainement j'aurai l'honneur de soumettre l'apprciation
du commerce d'Haiti les produits des fermes canadiennes, de premire
ncessit, des prix qui permellerontde faire une bonne concurrence.
ft J. EDOUARD MONUS
//',/ -- >>i'i" !,t-c pour
Us Ha\ d Huit ne.

\


ls mm


-
Huile de l'Usine St Undr
pourquoi eupJeyor les huiles importes, e-uand pour bien moin
d' argent vous pouvez, obtenir la meilleure qualit ahuile, labnqae
[par l'Usine de St ndr, dans les maisons suivaatea :
S mon Vieux. Afflack # Allabl l'ort-aii-Princ*-
Socit Commet ci de d'Iiaiti- St Marc& fiothv?'
t
f. M. Altieri, Cap-Haitie\
L'Huile St
L Huile St \udi est toujours Iraiche, et n'a point subi les len
leurs des expditions et aussi l'emmagasinage pendant plusienr
mois, ainsi que les graines qui servent fabriquer les huiles un
j l'huile S' andre* est ifone qualit tupri ure i n'importe qu'elle
builss importes. -
L'Hmle St A'idi est d'une plus qrande consistance que la plupart
dp huiles importes.
i
r.
labriq ""
portes.
ii lerblanc d'huile St \ndr est plus conomique dans son ml
ploi qu'un ferhjanc de manljjue, car avec un lerblanc d'huile St|
Andr vous pouvez prparer deux lois plus de nourriture que
vous ne^le pouvez avec la mme quantit de manl()ue.
L huile de Si Andr est beaucoup plus facile i digrer que la
graisse animale, et ne cause pas d acidit dans l'estomac, ce qui e
produit souvent avec la nourriture prpare par le lard.
L'Huile de st ^ndr sert dans la prparation de toutes sortes
de mets prpars par la manltjue. y compris la boulangerie et la
ptisserie. '
Huile de st andi s'adapte admirablement bien pour la cuisine1
et aussi la friture.
C'est une huile dlicieuse pour la prparation des salades cl de
la mayonnaise.
En gros s adresser la
ISocil commerciale d'Hati.
pf Port-au-Prince
-O-O *
LA SdalETE C0MERC1ALE d HAIIIJ
'et hi'i ni frai plaisir de tous teurairj
(eus les renscuiaements ncessaires.
La Ford etl tconomique]
Une'auto et un* nceitf
Achetez une Ford ! Neuve.
THE UNIVERSAL CAR
Socit Commrcale d'Hati
Agents pour St Marc et Gonaiv99^_
Comment?
avec Deux Cents Dollars cash et solde payable
par lermes.
Tenes nous voir, en s'entendra pour le reste.
Ce n'est pas la mer i beirc.
REM1HGT0N
C'est tout dite.
1 c C'est lapremiie machine a crire invente.
2 Elle a toujours t la premire, jamais surpas-
se par aucune autre marque.
3 = Pour ceux qui s'y connaissent, on n'a qu'fl la voir, pour
reeonnstre que cest uee beaut, une nui veille de perlection. ]
4 pour la rapidit, la solidit, la prsentation, c'est la machine
crire par excellence.
La Babr'que REMlNGTOlSi puttl en tre fire
Tous Us modles en stock.
pour les conditions de paiements :
Adrese* vous la SOCIT CMIEKCIAE D'hAITI.
Aufiil* Frclutil.
a l'taqc del banque nationale d'Hsiti, ort-auPr.nee.
n


LE ROI DLS ROI TES tirandlllelde France
PNEUS
DUNLOP
Uest le Pneu
lraction Cord>
Position exceptionnelle, au centre des illaires,
proximit de toutes les Ban.pies, de la douane et
de toutes les Agences de bateaux.
tenseignements et Iseiiits pour voyager en auto-
mobile dans toutes les pallies de la Rpublique
d'Hati et de la rpublique dominicaine.
Jiambres conloi tables et surtout trs pioprea. en
lateurS dans les Chambres I la demande des Pen-
sionaires. Cuisine Iranraise lis soigne et des
plus varies.
D.nmndeA visiter let> magasins
de lUtet :
Feuii/nn t.nna(1lP,ll4Z UVlua ilesjnallUun ai ni fle iritTTi par barri
UUniOp UUnUUUmn*. }' d.I|ie,an,1.sfla..on9<.t par bouteilles. Parmi
les Vins choix, pjur les qualits et pour l'Age.
VINS D'ITALIE i D'KSPAtNE.
VIN DE M HJRr.()GNE;(blancs et rouga ele renomm.
Sparklimj Burgundy
( pommard mousseux, got Amrieajn*) J|
l.e plu grand assortiment de Liqueurs, Cognac,
A.jJHF* PU A US Limited
cur avoir le'.teint Irais'.et conserver toujours intacte
relie Iralcheur, servez.vous>des>xcellents pri Irtl ee la
|.mcuse>.rquei. ft 1. *A* ^i**^
Savon transparents en bc;ac, Svon. traa.pa-
reas en ablette. Fin. poudre de 1 aie t puu*r. de
T; :c pour bb, Uaton rouge pour l*%ra.
n ve'iitc clie/: Jmion fit*, p' ^llred fieu
Paire de la rclame pour un arlicle est un, mais
montrer la preuve est autre chose.
Demandez donc aux chsulleurs des routes du Cap
Hatien et des fayes.
C'est le Pbcu les Tropiques
En vente chez John Woolley, l'oil-au-Prince, Un
Javaux,C*p-Haitien, Ime Y*e Sentirai, u\ (J9S*. T.
Gousse' irijoane,0 Bombace, Petit Goive.L. Shilds
Si Marc, li, Wolll, aouiree Villaneuva l Cie port
de paix', F- Dorsainvills, petite Hivire, Salim lous
sa Loqane. B. Clenus ueoraes, ircihaic.
W. Uuinliu \\ illims,
DlstribuWr
alDS. winkies, etc.
Abslntlie pernod. Amer Ploon, Nermoutlic
*"CONaVERVE8 franaise et amrleailkOS traloli-
ment arriva.
IOaUKS de CubU, Aurora et llabanera.
(.1 iAR^TTE! de toute leIal>rlqiies d'Iloiti Gros
et dtail.
PArtFLMKHtE et Cartes puaUlea.
Prix tr modre.
P P. Patrizi


LE MATIN
' mi n
Grand'Rue 1717, en face de la Poste
Provisions, Liqueurs, Vins. Parfumerie. Boulangerie & Ptisserie,
Prix courant Je nos Articles
m
Whisky Hlack A Whlle quart bout. 1. (r l,5o
t < pint flatk 0,00
email plut fiask 0,70
Jolinie Walker Whisky ted I altel BUe f ,60
? hlack Label bout a.oo
Canadien < lub 1.40
" 1/4 fhuk 0,4o
Cliaui|ai|in' Pommeiy Jl Grenu la bout 2.oo
Champagne l'ommery & (ireno 1,2 bout
\ \ Clicquol Pensardln bouteille
lanson l're et Fils
| ,\\hite Split eu petits flacons
Guidon1* Di \ Gin
Mo
2 25
2oo
o60
1,10
o.ac
Sloe (iln ( excellent for cocktail )
Cognac llennessy %X% Se MarlelleXW la b. 2 oo
" 1/2 bile f.oo
' ." 1/4 "
Connue Courvolsier bouteille
Brandy--- Comptoir Vinieole Girondin ,
.......1(2 '
oui
l.fto
1,00
o,0j
Li(|nciirs Simon-ain
Crme de Frambroises, Fraises, Bananes Bile /,oo
Suc Simon jaune ] co
Cherry Itrandy,Abricot Brandy,l'each brandy 1,_!5
Groy amricain bile l,oo
Yermouths
Noilly-Prat 1.10
Cllizano 1 oo
iMihomiel /,>o
Bndictine le litre 3.00
,k, le 1 (2 litre *" 1,10
Ridor Vin de dessert la bouteille 1-20
Absinthe l'KIt.NOI) la 3.00
Chatreuse Jaune 3,00
" 12 bouteille 1 00
l'ippermint (iel Krrts la bouteille I (,
TiipUSecCointreau i.50
Amer Picon 1.70
Madre, Malaga, Sherry Wine, Porto, Moscatel 0.*5
liqueurs Marie-Brizard, \niselle, Cacao
cliotiao cordial,Topaze.
l'iii.i' io Triple Sec la bouteille I ,fj
' la demi bouteille 0,0;
Vias eu caisses Boute illes depuis P. ii.tiO jusqu' P. 1.90
'
Apiicot Brandy, Cherry Braoly
Poai-h, UUckbarry Brandy la bouteille
la de ni b>ut:iilj
Crne de Menthe verta la boiteille
PjUSSl 0l
ai d* Vie de DauUiz.
1.40
0.79
1.13 <
f.w
.0.70
\ i. I
Provisions
.1 Mi -,
Stulel Olives 60/. le flacon
m s '
Jambjns Swift par pice la livra
Promages la livre
Asperges entires boite
Bjuts d'asperges boite
liuitres
Pt de foie gras P. 0.50 0.75 l.tj
Tomite Catsup 0 30
Pimientos Morrones le f-irblanc
Liit vapor Dancow le biite
Ltit Condens "
Lait condense Nastl la boite
traits au jus assortis la boite
h lit boite
Haile doive $ I. 0 50 i|4 bile
Sau non la boite
S>upes "Campbell'' assorties la boita
Lut Klm la boite
Vinaigre en carafes
" Oessaux la boulelle
Oignons blincs le llacon
Sucre amricain la lb
h liasco la lb
. ', rouge la lb
Pommes da terre la lb
Oignons la lb
Riz la lb
Mantgre 3 lbs
Bacon U lbs
Beurre ijueen j lbs le ferblanc
Beurre Rose i livres le feihlain
Beurre U.inois le ferblanc de I livre
m le ferblanc de \\1 liire
Sardines Saupiquet 1|4 boite
m Amieux le ferblanc \[8 boite
Sardines litbolte la boite
Th la \/t livre
i{4 livre
Porter la douzaine P or 3, la bout.
$. or
Divers
0.40
0.30
0.40
0 60
0.00
0.00
1 M
I
r


JP.-.or3et38
02ff
Mklettes ( grandes)
Caries jouer laces le jeu
(Partes jouer ordinaires le jeu
Tasses et soucoupes en porcelaine douz P.Jor 3, ptre
Poupes depuis I'. orO.50 jusqu'
Bougies Fournier asaortiw la caisse
0.15
o.oo;
2.V0
^^>
Dpuralif Zendejas douz. 20 Dol le flacon 2
CIG1RES Dominicains Aurora en gros et en dtail,
' -
Parfumerie Houbiqant grand assortiment
9 O .ni iii>.jj1i m-n-
LOTIONS PIVERT- en gros H en dtail
| !

- V
/

' >*<


MI5SING I55UL


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM