<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN Pagol MALNUTRITION provient de ce que le systme ne peut pas convenablement assimiler la nourriture L'Emulsion Scott est promptement assimile par les personnes de constitution dlicate et est un agent actif pour aider la croissance et restaurer les forces. letqe Taillant ton IJI ataire pour Baili AVIS Au Commerce l'Hati Psr la fusion du 81 octobre Util de : lo— I a Cooprative Centrale des Agriculteurs de (,)ubec. 2o — Le Comptoir des Coopratifs de Montral. 3o — La Socit Cooprative agricole des producteurs de semences, ratifie par la lgislature de Qubec, le 31 De. 1922. A pris naissance : La Cooprative Fdre de Qubec qui a 330 coopratives locales affilies et qui compte l.i.000 membres. Iris prochainement j'aurai l'honneur de soumettre l'apprciation %  'M commerce d llaiti les produits des fermes canadiennes, de premire cessit, a des prix qui permetteront de faite une bonne concurrence. J. EDOUARD MONTES Reprtentant exclusif folaCooprakvt /• Urte de Qubec pour les Rpubliques d'Hati et Dominicaine. e meilleur sdatif des douleurs d'estomac OGASTRINE Admis dans lo H*p.;uuxde Paris %  l ''' : Crasnp.'.. Brlure, Aigreur, H,,..,,.-. doulouro'n. Nami'os, Ventrei, Vomi.se jnsint,, Il BnM l< l'ois. Iai.il.le l*coi oinont de a Bile. Tr*i tfcace contre Ira GaatroE .leil:es des pajn ohauds fi r./..- d.m louln ',$ phtrmacu m iiia n P.zizan.1 R4,cari. rua l lUl-i Plm-n.cl. Al. PCTBUS Varits DIMANCHE L cal/a:rcdun fouine 3 RI lu 1,4 Vieillesse du peu: Hnroux 4 parties tiitre .M) centuries Loge 1 gOurV. l'arisiau i DIMANCHE L'n grand drame patriotique jou rar : biguoret, tVnv Ma* gnif r. Tr< ville L'IOftAE mu 5 par irs Dtrc 1 o 'le Balcon 2 e L"ge . A feu r l'i i DDisou hau'p "ilue l i L ChirboanirfH ( Place Loavei S'a Iresser aux bureaux du Journal. fwNAGREw?| Po-jr SttedM >o> tissus l I I Z.Ai !fl.-, :vroN, BOIK, Me !" "la MHUSESm" i %  LE ROI DES BOUTES vis au Comnlel ce Crsf le Pi eu Trac ion Cord PNEUS DUNLOP / abrtqu par Dunop Can d enn<\ Paire de la rclame pouun ani le est un, mais montrer la preuve esl autre chose Demandez donc aux chaulleurs des rutiles du 4* • p lailien et des fayes. C'est le Pneu des Tropiques En vente eliez John Woolley, Port-au-Prince, Chs •Jataux, Cap-Hatien, Ime Yve Sendral, lux Cayes. T. fiousse, %  iratvc,L. Miiclds |t lare, B. Wolll, Qonsvej Villancuva 1 Cie port de paix, p. loraainvill poli e .-tiviiv, Salim Mous a>, Loqane. B. Cluiiis Qeorqea, ira •haie, W. Quinliu Willims. IMstributor Devant la belle perspec ive qu ssm ble s'ouvrir pour les denres hati n ns j'ai Vhonneur d'apprt, dre et a exportateurs d'ha i qie la y ande maison Laporte Martio ; % Montr i (Canada) rentrer* tis prochainement tur les marchs hatien. J. '.uor RD MOMIS lteprscntant exclusif de la Maison Laporte M HTIN i fetf. pour les liep. d'Hati et Dominicaine Aujourd'hui plus que jamais avec l'organisation rcenle t l a librairie Ban Chemin Lttid// r o.u Comme ce d .tatti des articles de L b-airie, papeterie, livras et cahiers dicole, articles relijjieux, articles de bureau, ele, ete, des conditions trs profitable*. Pour les conditions et renseignements, s'adresser i : J. Edouard Modes PORT-AU-PRINCE HATI '. JAMBONS CONSERVES i CHOUCROUTE FOIES GRAr LGUMES FRUITS CONFITURES V NDIMENT8 En Vente dans toutes tes Bennes Maisons pour Hati Ch. MAGNANT GROS : 118, Rue Bsudin, LEVALLOIS-PERRET (Fr—) ALUM1NUMLINE New-Orlans & South American Efahip Co Inc. Produit. Sparts directs pour Port-au-Prince HATI Le s|s DE1 a laiss .New Orlans le 30 coul directement pour Port-au-Prince. te SJS lui s lais New-Orlans le 30 aot pour tous les ports de la cte.. L de Matteis & Go, AGENTS GNRAUX L* Garage KD ei vieot d'installer un appareil moderne pour charger les batteries. avec ce nouvel appareil nous pouvons recharger les batteries en hait heures. FiFales le sai de charger votre batterie en^une journe 't conomiser la location d'une autre batterie. Un essai sullira pour vous convaincre et vous ne chagereZ votre batterie jue par cette mthode moderne. Grand Utel de France Position exceptionnelle, au eentre des allairos, proximit de toutes les Bamjues, de la Douane et de toules les Agences de bateaux, lense.uncmeiils ej facilits pour voyager en auto mobile dans toutes les parties de la Rpublique d'Hati et de la rpublique dominicaine. Chambres confortables et surtout trs propres.Yen* (dateurs dans les chambres i la demande des Pensionaires. Cuisine Irancaise trs soigne et des plus varies. Den.andez visiter let* magasins de Htel : Mus de^. meilleurs crus de Bordeaux, par barriques, daine) nues, gallons <>t par bouteilles. Parmi les Vins le lia eaux, vous t ou-'erez le plus graud choix, pi ir les qualils el pour l'ge S i.\s i .'ITALIE & 1 1 ESPAGNE. VIN DE I' >UHG< K NK (titanes et rouges et le renomm. S| f rkiintj Hunjundy ( Pommard m ui>si'iix, <|oftt Amricain ) l.e plus gra id as irtiment de Liqueurs, Coijuae, gi ts. wiskies, iC. \!i.iiiiM e Per.ioi. Amer l'ioon, Vermoutlie CONSERVES Iranaises •'( ain.-rieaines frache ment arrives. CltleVRES de Cuba, Auror i el llabane a. Cl Vrt^T l i;S de (011(^3 l)3!.iorii|ties d'Iloll. Gros e( dtail. PAaKUMERIij et Cartes postales. / i X trs m td'r '. V P. Palizi ermoulh tkmw Ade Matteis. & C ^ n t



PAGE 1

MI5SING 1551)11



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE MNWiBbR Clment Magloire BOIS VENHA 1388 Rut Amricaine NUMERO '^O CENTIMES Matin FILE I Celumbus Mmorial L*rar) Quotidien TELEPHONE No 2i:> Dans la vie d'un peuple, if y a quelque chose de plus u il doit y avoir quelque chose de plut, que la'recnerclte "d<>/la£prosprit matrielle. Les hommes ont besoin d'un idal qui les [ (juide, qui Us soutienne dans les quotidiennes misres, qui'leur permette de s'lever au-rlessm d'elles. leiaidre lillerud 18ms ANNE N* 5304 PORT*AU?UNCK (HAITI SAMKD16 SEPTEMBRE 1924 Les rouages de contrle de la naivdUe Loi de Finances t La loi du 4 aol 1924, qui modifie en partie la loi de finances du prsent exercice, ainsi que la loi de finances du prochain exercic, ceaji nnent les dispositions suivantes : ART. 21 — Le contrle l'a Dpartement dts Eminces en ce qui concerne le Receveur Gnral des Douanes et IWdnii nistration Gnrale des Contri butions, s'ellectuera d'une m nire permanente par les Dlgus des Finances. En ou're. les agents dsigns par le D parlement des Finances seront accrdits auprs du R^cevdur Gnral et auront accs dans les Offices de l'Administration dus Douanes et dj l'Administration des Contributions o les bureaux ncessaires leur s ront rservs. L s originaux dj toutes les dclarations, factures, conuaisssments.documenls, bordereaux, rclamations, pices et proc*yerbaux relanis une p.rcep lion, restitution ou paiement, ainsi que tous les l.vrs et rgis trs de comptabilit des Offices du Re ;eveur Gnral des Doua ns et de l'Administration I i nrale des Couti ibutions leur seront accessibles toutes rquisitions. Un tat diaill de toutes les pices contrles sera envoy chaque jour au Dpartement des Finances. Toutes les erreur! releves ou rclamations noues seront signales pour correction au fonctionnaire charg du service contrl. En cas de dsaccord, les Dlgus des Finances ou les agents du Dp.rl m nt des Finances feront au Secrtaire d'Etat un rapport dtaill et motiv. Tout le monde se rappelle quedepuis l'installation de lad niinistralion amricaine dans nos douanes, le contrle des Administrateurs des Finances ne s'est plus exerc sur les oprations douanires. Il n'y a eu pirlie qu' Jr mie o une cei t une co labora lion continua entre l'Administration des Finances et la Douine, pour la raison que l'admitraliun beltieooe de la douan ; ne jugea pas bon.com me for tau Prince, de vi l.r les lieux l'arrive en douane des inspecteurs amricains. A part cette exception, h s douanes hatiennes chapprent, depuis 1915. au contrle des administrations des li >ances Et lorsque le rgime du trait lut compltement organis, les oprations dauanires ne dpassrent pas le cadre des fonctionnaires .in.'i icains du trait.' A ou* devons ajouter qua* en raison des procdes rguliers et honi es du personnel des doua r,es, l'absence de ce con'.tle ne Se fil pas trop sentir. Touleiois, hs p iiiisiiis du contrle ami nistralil ont louj >urs trouv, avocquelque raison,qu il y avan lieu, malgr la transfor.niliou du ser ice de s douanes, de re constituer, d'uue fjoo ou d une autre, le contrle disparu. Geui qui sont au courant de ces choses ne peuvent vraiinen qu* se rjouir de voir les ngociation? actuelles entre le Dpartement des Finaucs et les servi:;s amricains rsulter en les textes que nous venons de repro luire et qui nViab'issent pas seulement le co.ilr e lu {) %  parlent ni dans les douanes, mais aussi dans tout les service? du Receveur G'nral des douanes. Un tel rsultat lait honneur autant au Dpartem n de Fman es qu'au R.ceveur des Douanes lui mme Cependant il se trouve au Nouvelliste dit li lanciers pour penser de ces nouvelles dispositions de contrle qu ; c'est de la poudre aux yeux Discrditant dessein et plai sir les choses et les fonclionn lirehatiens, i s trouvent qu'on ne sera jamais la lniit-nir lraliser un tel contrle et, pour avoir l'air d'avoir des vues plus lves et plus transcenl mies, i's avancent que tout c la ne saurait remplacer la Chambre des Comptes et qu il y a 'out s m plein rit lieu de reconstituer ( eue dernire si on veut i ib'ir i,' > %  )niri'i|e srieux dans les a liniiiisir. lions douanire et au r s Il est facile d.' se rendre comp le que Btttl qui crivent ainsi n'ont qu'une ide trs insuffisante et trs vague dei p r o ds de l'administration gfl mie aclu lie; car il suffi d'reau courant di ces procds po ir reroinaitre qu> jamais, au cune poque rie l'a lmini-tratio i hati nne, le respect des deniers publics et la clart des compte publics n'ont t aussi b;en tablis i| l'a I heure aeUl le. Aujourd'hui il est possil. n'i nporle qui le faut h s>i de suivit-, l'oi/ratiou publiai! i depuis l'ouv irture du c tii ju qu a son puisement. Jatn iit,d i ni inoire*d'Hai':ien, les co.npt s publics n'ont t appuys de justifications co nm i d • n s jours et la publicit est telle qu ace d'une CbamhM des letH que nous 1 avons connue d tris I* pass, Q > se I lil nulle nmt sentir .... t xc ipt au %  Nouv !is'e . N rasj po irrions sl'er p'us loin et essayer ds voir dans le pass qu I mcanisai i ipti lit MI ilaiti av,c la Chain) %  d -s C Jinples comme contrleur S I y a lieu, D > ur l.>, m i n ni. nous n'avo is vou'u qu; sigid-r cette nouvelle forIII %  le U campago d • discr I entreprise par le Nouvelliste contre l'administration linincire a. tuell-j et montrer dans quelles exagrations il esl expo se tomber. C'est assez drle OU Comment on crit FHisloire Le Jt umal La Poste de vendredi de elle semaine a repioduit F fragment d'un mmoiie ad.< k au Uepaiteweiit d'Etat sous la prsidence de M. Darliguenave, aux tins dttablir : 1 que les ordres de paiement du Ministre des Kinauces n'taient pat soumis alors au contrle du Conseiller financier ; i que les services d'Ilygii ne et des Travaux Pub i s n'taient pas uon plus, ce moment l, dispenss, pour leurs dpenses, de la formalit de l'ordonnancement pralable. tel le double dmonstration ainsi faite,— selon lui,— c'est l'administration actuelle qui, dans les dernires lois de finances qui viennent d tre publies, subalt mise le ministre des liuaocea : I en disposant que les mandats de paiement doivent tre lignes du Conseiller Financier; i c en autorisant ie Hectveur Gnral el'lecluer avant ordoni..uumeiil les paiements du SerVue d'Ilygieuc, des Travaux Pu bliis et du Service technique de r_Africuliure. Le journal < %  La Posta est dirig par un ancien Ministre tes I i nancea e' il n est pas au courant des faits administrais et linanciers les pus rcents. Comment alors peut on avoir la prtention le renseigner le public lorsque • i mme on ne l'est pas t A moins d'admettre que ce confrre est parfaitement au o.urai t et qu'il se paie la lle de ses lecteurs peu averti, — ce qui ne se rait ni loyal ni < haritah e. Sur les deux faits ainsi rapports par La Poste •, voici la vrit telle qu'elle est crite dans Is actes officiels mme, et le lecteur est libre d'aller les j cons Iter. Sous la prtidence de M. Darliguenave, aprs la sortie de M. Horno du Ctunet. son successeur crivit une lette, qui a t publie dans le Livre Bleu, et par laquelle le Gouvernement acceptai! fourni lemenl que les mandata de paioII. 1.1 tu Mii finances futsei.t dsormais envoys au cou* h .".'r du i"nr*eiller financier avant d'tre achemins S l'Offre .lu (receveur Gtjural pour tre pijs. Et celle pratique n'ajanaist dieconlinue. S.mla prfidsies de V. Darligueaevo et partir de l'Exercice 1919 1920, toute? les lois ds %  nonces ont autoris le paiea ni s-Hiiordonnancement pralable des dpenses le tous les services crs par le Trait de 1915. • La Poste a donc dit, ce double sujet, juste le contraire de la vril, t Ile, nous le rptons, qu'on }•' >' 'dlei la liie .Imle Livre Bleu et dans lis ilf rents budgets La G Hivernera ut 'actuel n'a donc pas c ce double tat de B -n plus, dans les lois de liuance* qui ont t rcemment votes et q te La Pos'e prcis.: ment ci'e, le Gouvernement Itorno vient de i. re U . porteront eux-mmej la ij du Conseillai lloin ir c enm %  n la hurea i. a : nsi que cel> lu Chef de s. I ce, il *i>tn ain-i I iinilivemenl p.r le ministre nance, iront sans autre inter n diaire l'Olliedu K'cevaurGn; rai pour tre pays sans retard ni contestation : 1 — En ce qui e i nerne la pt i ment pr anticipation, c'est dira sans orjonnaneerneat pra'able, le Gouvernement %  olitenu que 1er > ppointem nts d-s emp'oys pi lilie, te aihv n'i >n, les I02 i i uf, les pensions reoivent I • mme pr.vilgs que l j s services du Irai l: et tel est U r r ;im en vigueur depuis le v iU de la lui de linanres du i a ail critique par les linan ciers d. 'La Poste". M.ds, en vril, c'est tro, fortre qui se passe l'heure actuelle dans la presse ei f.iit de fausses infor malions et du manque mme d'Infor mition. Les pratiques administra lives les nlin e tirantes sont igno res par les meilleurs d'eutie i SUS qui tiennent une plume et qui s'en sstvjnl. N us ferions certainement un vo'une des hrsies et des traenls ommises couramment dans li preste qui nonr.ombil et que nous ngligeons de relever par uientm"il que tous com^ren d oit. P i r le ci* actuel, nou n 1 pou vi i is %  u i u la lilenea, l'atts |ns n r p directe, el les erreurs q e n>us v nons do signaler clie/ 00 c fri %  >|iii, plus que les ailles, d s lit tre au courant d s cli i es do l'administration lin m montnnt que nous n'exn|i i ai pas dans es apprciations que uous venons i mettre. Knlii! Notrt confrre h"Noi" veltistd' et la Question Titres B Le Nouvelliste ", apprcinl i sa Iscj n la documentation qu i n us avons publie avant hier su.' la qie-lion d s Titres H, fait se; rserv< s sut la prsentation de< comptes de U II inqtie, — ce qui tst son droit le plus entier. M lis, poussant ses observations plus Ijiu, il prtend que si la II tu une achetait au-d la de c> rtaines limites, el'e aurait commis un vi rement ". Notre confrre emploie le terme un peu tort dans l'occun nce : il n'y a virement que quan I le crdit affect un oSjt est dtour n de son aflectation. Dans le cas actuel et si le Gouver nement autorisait des thats en bourse au delii du crdit bu.lglai re.ilv aurait plutt dpasaement de crdit, et nous pouvons dire quj la chose n'est pas possible. Notre conlrre a commis une se conde erreur en prtendant que l'iiiti-rwiilion du Syndicat des Agents de clringe est lgalement obligatoire dans le OU prsent Au cuo • loi ne fit pareille 00 i.' itioi au Gouvernement, et si notre ron trre en connat une. nous serions bien aise qu'il voult bien nous la signaler. Il y a prcisment.en ce .nenv-nt. une contestation pen lante devant le Dpartement des Finances sur le caractre nbligatoire des rertili cations du Syni est des \genU de change.Elle m ite 1*4 re l'autasl mieux esam ne, au p int de vue lgal comme h tous a tr -s, que le Syndicat prsente touj ,ur. au G m verneinent, pour ses attestations, des noies de courtage ass-/ respec tables, encore qu'il n p 111 • -, |. • pas directement aux opr certilies. La quoation mrite que nouv revenions et nous n'y manquerons r* %  lelle Lucie Paret d retour de France, annonce aux Lmilles qu'elle reprend ses cours el que la rentre des rvolulion qui cnte soixaote miliioni de dul lan MEXICOLo Gnral ObrfOa a adres e au Congrs nalional son dernier message prsidentiel. Par 1 ml da la rvolution du gnral Adolfo de la lluerla, il a dit que '. 000 hommes entre fdraux et rebelles y prirent pari %  t qu'elle a OOQt 80 090.000 de dollars i la %  atioa, Il a ajout que la paix tait com i dans toute la rpnhliqtie. Le m .tge termine en rappelant l'in pelal que son administra ti m a toujours manitest pour r pr.ndre l'iiistrncti m prim ire et suprieure l'Emprunt blUmanJ PARIS La oo nsalsokn des r pal n o'i'B t inform e que l'em pr int slloasaa l de BuO minions de .I ira pi vu pir le plan Dawea i i i i mu II menant offert lo 18 M i N'A York, Lon 1res, Ams l r la-n II rlin, Zurich et Madrid Las Btsta Unis roop^reiont pour c il r i n de dollars, U pirt I ii 'i rraspond \ l'Angleterre eot Il il da -'< millions o ilrt laSoiaee, la Hollande, l'Es pi:ue e! I Allemagne. Ou croit qu l'intrt sera fix a 1 huit pour cent. les ronlorti sont tnvoya :ni I.irtic LON0R8 La oorrsspoadail ,'i ( %  lirait. tr .le l'agence It uler d clara qnd'ii les informations de soin 'ptgnule 80.000 liom irie< d • troiipi-s ilrenfort ont t eiiviy.-* dernirement eu Maroc le orrosp n lanl ajoute qu'un sou |i v ment des tribus vo sines de Tanger q d jutsja prsent s' leienl montrs amicales envers lo guiv rnment espagnol est immi %  eut. 1. Hcrriot GENEVEM. Il'iiiot a dclar aux c rrespou lants de la pres-e trangre que son plus grand dsir tait de trouver un terrain de con ci iation et qu'il tait dispos al iler l'Allemagne si cette nation montrait i.a bonne volont peur ail rmir la paix. Prochaine conli'renee du il-'-sarmement GENEVE— L'opinion da M.Mac donald est que la prochaine oool e du dsarmement doit avoir lin en Europe alin de permettre aux Premiers ministres d y osais ter saos perdre le contact avae le Hibiies de leurs pays respectifs. Nouvelles diver§e& BftOOKLINM — Le fameux i h iiiileur llario Kesta a t tu au moment ou il se disposait battra le record mondial des 50 kilora trs, son mcanicien a t grave meut bless et l'aut m bile do course qu'il montait a t totale meut brle. SHVNiillM Les nouvelles du front de bataille accusent de gran des pertes parmi les troupes de gouverneurs rivaux sans rsultats apprciables. Les fores de l'un 1000 llsiang so sont retires vers Nanhiang o elles prsenteront combat d un moment l'outre. SU ANC II \lLe guerrier Mand l'Iinuchang d'aoli a menac le go i vernement d intervenir dans le %  ml il de Shanghai,ce qui ne raan i|ie:aii/|)Hs de compliquer uns ai • iiuiiion djt dlicate. III UNOS AIRES (In tlgraphie de Itin de Janeiro que le prsident linrnards vient de siti.aer un d rret par leq el I tat d)| aige est tendu jusqu'au 31 dcembre doua le district I dral et lea Etats de Iti >, S to Paulo. Mato Greaao, Para / ma/.one et liahia. I I PS Vois WouveTiea^dM naiirej DcidSMaH les voleurs ne respectent aucun dosai lie... Ne se sont ils pis aviss de s'introduire dans It maison du ConmlaoaifO du (i iiivernemeiil I un illne Paret el qui pis est de H introduire dans le CD uiihre m'-me ou se reposait le chef do Parquet. Ils Draot, pa r II il. un bon < li>i x d tus la gar de ^ob: du Commissaire, enlev ii ni m nul olijels d'importance el '•; .holiereut lurliveinent ne se doutant c rlainoment pas que la police, toujours vigi'ante, liniii lu n par mettre la iLain sur eux. — Nous annoncions hier, qu'un vol avait t commis au Marina rloapilal. La pol'ce a t assez heureuse pour mettre la m tin sur r.iiilour de ee vol audacieux. C'est un notant Diegne Emmanuel. — Dtpuis plus de trois mois des vo's da m il' n aux se commettaient S la Cathlra'e. La police, aprs urveillance active, a fait arlo nomm Lorraine Genesse 3 ii i. i pu justifier la prove H m ilriaux trouvs en II m — \ la Maison prive d'un employ du Cbla franais s-'iutroilmsil, cette nuit, un visiteur inati qui M prparait dbarrasser le propritaire de tout ce qu'il pouvait emporter. Mais dson travail, il prit la fuite, abandonnant ses sav„ts et un i I lesque's furent reiroov*dar le e rri lor. Le ss. Astrea, venant de N w York et des ports du Nord, sera ici le 7 du courant, en routa la mme jour pour lea porta du aud. I.: ss. Vnus, venant de Kings ton et du su f. est attendu ici le u du courant. Il chargera drsc'o ment pour l Kurope, via/lea, porta du Nord ollrant du fret auffiaant Le sa. I lira parti de New York le 5 du courant, directement pour la Capitale y est attendu le I <, en route le mme jour pour Curaao. Le ss. Grislobal, parti de Nova York hier 5 du courant, est attan du ici le IU du courant. II reparfi ra le mme jour pour Cristobal, Canal Zone. „ Le sa. Panama, venant de Cria lobai, eat attendu ici le 11 du cou rant en route directement pur New York. Le ss. Ilaiti partira de New York lo 'J du mirant 11 est attendu i i vers le IN du courant, on roua E our les porta du Sud.. Ce %  •' %  ne ateau retournera do Jactael vera le il Septembre et continuer i '• mme jour, directement pour New York. U.S. S. H. Les lections pour le renou* v lleraent du Cm-eil de l'Union dn Socits Sportives Hatiennes auront lieu proliablemsnt le dimanche 2S Septembre, ?q ra^llon du Tare Lecunte.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06260
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, September 06, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06260

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
MNWiBbR
Clment Magloire
BOIS VENHA
1388 Rut Amricaine
NUMERO '^O CENTIMES
Matin
FILE I
Celumbus Mmorial L*rar)
Quotidien
TELEPHONE No 2i:>
Dans la vie d'un peuple, if y a
quelque chose de plusu il doit y
avoir quelque chose de plut, que
la'recnerclte "d<>/laprosprit
matrielle. Les hommes ont be-
soin d'un idal qui les [ (juide,
qui Us soutienne dans les quo-
tidiennes misres, qui'leur per-
mette de s'lever au-rlessm
d'elles. leiaidre lillerud
18ms ANNE N* 5304
PORT*AU?UNCK (HAITI
SAMKD16 SEPTEMBRE 1924
Les rouages de contrle de la naivdUe Loi de Finances
t
La loi du 4 aol 1924, qui
modifie en partie la loi de finan-
ces du prsent exercice, ainsi
que la loi de finances du pro-
chain exercic, ceaji nnent les
dispositions suivantes :
Art. 21 Le contrle l'a
Dpartement dts Eminces en
ce qui concerne le Receveur G-
nral des Douanes et IWdnii
nistration Gnrale des Contri
butions, s'ellectuera d'une m -
nire permanente par les Dl-
gus des Finances. En ou're.
les agents dsigns par le D
parlement des Finances seront
accrdits auprs du R^cevdur
Gnral et auront accs dans les
Offices de l'Administration dus
Douanes et dj l'Administration
des Contributions o les bu-
reaux ncessaires leur s ront
rservs.
L s originaux dj toutes les
dclarations, factures, conuais-
ssments.documenls, bordereaux,
rclamations, pices et proc*-
yerbaux relanis une p.rcep
lion, restitution ou paiement,
ainsi que tous les l.vrs et rgis
trs de comptabilit des Offices
du Re ;eveur Gnral des Doua
ns et de l'Administration I i
nrale des Couti ibutions leur
seront accessibles toutes r-
quisitions.
Un tat diaill de toutes
les pices contrles sera envo-
y chaque jour au Dpartement
des Finances.
Toutes les erreur! releves
ou rclamations noues seront
signales pour correction au
fonctionnaire charg du service
contrl.
En cas de dsaccord, les
Dlgus des Finances ou les
, agents du Dp.rl m nt des Fi-
nances feront au Secrtaire d'E-
tat un rapport dtaill et moti-
v.
Tout le monde se rappelle
quedepuis l'installation de lad
niinistralion amricaine dans
nos douanes, le contrle des
Administrateurs des Finances
ne s'est plus exerc sur les op-
rations douanires.
Il n'y a eu pirlie qu' Jr
mie o une cei t une co labora
lion continua entre l'Adminis-
tration des Finances et la Doui-
ne, pour la raison que l'admi-
traliun beltieooe de la douan ;
ne jugea pas bon.comme for t-
au Prince, de vi l.r les lieux
l'arrive en douane des inspec-
teurs amricains.
A part cette exception, h s
douanes hatiennes chapprent,
depuis 1915. au contrle des
administrations des li >ances Et
lorsque le rgime du trait lut
compltement organis, les op-
rations dauanires ne dpass-
rent pas le cadre des fonction-
naires .in.'i icains du trait.'
A ou* devons ajouter qua* en
raison des procdes rguliers et
honi es du personnel des doua
r,es, l'absence de ce con'.tle ne
Se fil pas trop sentir. Touleiois,
hs p iiiisiiis du contrle ami -
nistralil ont louj >urs trouv,
avocquelque raison,qu il y avan
lieu, malgr la transfor.niliou
du ser ice de s douanes, de re
constituer, d'uue fjoo ou d une
autre, le contrle disparu.
Geui qui sont au courant de
ces choses ne peuvent vraiinen
qu* se rjouir de voir les ngo-
ciation? actuelles entre le D-
partement des Finaucs et les
servi:;s amricains rsulter en
les textes que nous venons de
repro luire et qui nViab'issent
pas seulement le co.ilr e lu {)
parlent ni dans les douanes,
mais aussi dans tout les servi-
ce? du Receveur G'nral des
douanes. Un tel rsultat lait
honneur autant au Dpartem n
de Fman es qu'au R.ceveur
des Douanes lui mme
Cependant il se trouve au
Nouvelliste dit li lanciers
pour penser de ces nouvelles
dispositions de contrle qu ;
c'est de la poudre aux yeux !
Discrditant dessein et plai -
sir les choses et les fonclionn li-
re- hatiens, i s trouvent qu'on
ne sera jamais la lniit-nir l-
raliser un tel contrle et, pour
avoir l'air d'avoir des vues plus
lves et plus transcenl mies,
i's avancent que tout c la ne
saurait remplacer la Chambre
des Comptes et qu il y a 'out
s m plein rit lieu de reconstituer
( eue dernire si on veut i ib'ir
i,' > )niri'i|e srieux dans les
a liniiiisir. lions douanire et
au r s
Il est facile d.' se rendre comp
le que Btttl qui crivent ainsi
n'ont qu'une ide trs insuffi-
sante et trs vague dei pro
ds de l'administration gfl mie
aclu lie; car il suffi d'reau
courant di ces procds po ir
reroinaitre qu> jamais, au
cune poque rie l'a lmini-tratio i
hati nne, le respect des deniers
publics et la clart des compte
publics n'ont t aussi b;en ta-
blis i| l'a I heure aeUl le.
Aujourd'hui il est possil.
n'i nporle qui le faut h s>i de
suivit-, l'oi/ratiou publiai! i de-
puis l'ouv irture du c tii ju -
qu a son puisement. Jatn iit,d i
ni inoire*d'Hai':ien, les co.npt s
publics n'ont t appuys de
justifications co nm i d n s
jours et la publicit est telle qu
ace d'une CbamhM des
letH que nous 1 avons
connue d tris I* pass, q > se I lil
nulle nmt sentir .... t xc ipt au
Nouv !is'e .
N rasj po irrions sl'er p'us
loin et essayer ds voir dans le
pass qu I mcanisai i ipti lit mi
ilaiti av,c la Chain) d -s
C Jinples comme contrleur S I
y a lieu, d > cet intressant travail. l> ur l.>,
m i n ni. nous n'avo is vou'u
qu; sigid-r cette nouvelle for-
iii le U campago d discr I
entreprise par le Nouvelliste
contre l'administration linin-
cire a. tuell-j et montrer dans
quelles exagrations il esl expo
se tomber.
C'est assez drle
OU
Comment on crit FHisloire
Le Jt umal La Poste de ven-
dredi de elle semaine a repioduit
F fragment d'un mmoiie ad.< -
k au Uepaiteweiit d'Etat sous la
prsidence de M. Darliguenave,
aux tins dttablir :
1 que les ordres de paiement
du Ministre des Kinauces n'taient
pat soumis alors au contrle du
Conseiller financier ;
i que les services d'Ilygii ne et
des Travaux Pub i s n'taient pas
uon plus, ce moment l, dis-
penss, pour leurs dpenses, de
la formalit de l'ordonnancement
pralable.
tel le double dmonstration ainsi
faite, selon lui, c'est l'admi-
nistration actuelle qui, dans les
dernires lois de finances qui
viennent d tre publies, subal-
t mise le ministre des liuaocea :
I en disposant que les man-
dats de paiement doivent tre li-
gnes du Conseiller Financier;
ic en autorisant ie Hectveur
Gnral el'lecluer avant ordon-
i..uumeiil les paiements du Ser-
Vue d'Ilygieuc, des Travaux Pu
bliis et du Service technique de
r_Africuliure.
Le journal < La Posta est diri-
g par un ancien Ministre tes I i
nancea e' il n est pas au courant
des faits administrais et linanciers
les pus rcents. Comment alors
peut on avoir la prtention le ren-
seigner le public lorsque i mme
on ne l'est pas t
A moins d'admettre que ce con-
frre est parfaitement au o.urai t
et qu'il se paie la lle de ses lec-
teurs peu averti, ce qui ne se
rait ni loyal ni < haritah e.
Sur les deux faits ainsi rappor-
ts par La Poste , voici la vri-
t telle qu'elle est crite dans I- s
actes officiels mme, et le lec-
teur est libre d'aller les j cons I-
ter.
Sous la prtidence de M. Dar-
liguenave, aprs la sortie de M.
Horno du Ctunet. son successeur
crivit une lette, qui a t publie
dans le Livre Bleu, et par laquelle
le Gouvernement acceptai! fourni
lemenl que les mandata de paio-
ii. 1.1 tu Mii finances
futsei.t dsormais envoys au cou*
h .".'r du i"nr*eiller financier avant
d'tre achemins S l'Offre .lu (re-
ceveur Gtjural pour tre pijs.
Et celle pratique n'ajanaist
dieconlinue.
S.m- la prfidsies de V. Dar-
ligueaevo et partir de l'Exercice
1919 1920, toute? les lois ds ' -
nonces ont autoris le paiea ni
s-Hii- ordonnancement pralable
des dpenses le tous les services
crs par le Trait de 1915.
La Poste a donc dit, ce
double sujet, juste le contraire de
la vril, t Ile, nous le rptons,
qu'on }' >' 'dlei la liie .Im- le
Livre Bleu et dans lis ilf rents
budgets
La G Hivernera ut 'actuel n'a
donc pas c ce double tat de
B -n plus, dans les lois
de liuance* qui ont t rcemment
votes et q te La Pos'e prcis.:
ment ci'e, le Gouvernement Itorno
vient de i. re U suivante, renJje possible, il fuit
I- dire, pir la bonne foi et U
loyaut lu Cooss i! 1er linancier.
1 Dsirant que les ordres de
paiement du ministre des finances
aillent directement au Iteeeveur
Gnral qui est leur vritable des-
tinataire d'aprs le trait < t ne se
joui neut plus Jnns l< iflice du Gon
seiller anaaclar o souvent ils
taient contests et refuss au paie
ment ; considrant, au surplus,
que la place vritable du Conseil-
ler liuamier n'est paa en face du
nioutri dei tinames. mais a ses
le Gouvernement viant
d'tablir, d'accord avec le Cooei!
li an i 1er lui n
or 1res de paiement, sous la for nie
nouvelle d ordonnancesmi) I !>.
porteront eux-mmej la ij
du Conseillai lloin ir c enm n
la hurea i. a:nsi que cel> lu
Chef de s. i ce, il *i>tn ain-i I
iinilivemenl p.r le ministre
nance, iront sans autre inter n
diaire l'Ollie- du K'cevaurGn;
rai pour tre pays sans retard ni
contestation :
1 En ce qui e i nerne la pt i
ment pr anticipation, c'est dira
sans orjonnaneerneat pra'able,
le Gouvernement olitenu que 1er
> ppointem nts d-s emp'oys pi
lilie, te aihv n'i >n, les I02 i i uf,
les pensions reoivent I mme
pr.vilgs que ljs services du Irai
l: et tel est U rr;im en vigueur
depuis le v iU de la lui de linanres
du i a ail critique par les linan
ciers d. 'La Poste".
M.ds, en vril, c'est tro, fortre
qui se passe l'heure actuelle dans
la presse ei f.iit de fausses infor
malions et du manque mme d'Infor
mition. Les pratiques administra
lives les nlin e tirantes sont igno
res par les meilleurs d'eutie i SUS
qui tiennent une plume et qui s'en
sstvjnl. N us ferions certainement
un vo'une des hrsies et des
traenls ommises couramment
dans li preste qui non- r.ombil et
que nous ngligeons de relever par
uientm"il que tous com^ren
d oit.
P i r le ci* actuel, nou n1 pou
vi i is u i u la lilenea, l'atts |ns
n r p directe, el les erreurs
q e n>us v nons do signaler clie/
00 c fri >|iii, plus que les
ailles, d s lit tre au courant d s
cli i es do l'administration lin m
. montnnt que nous n'exn|i
i ai pas dans es apprciations
que uous venons i mettre.
Knlii!......
Notrt confrre h"Noi"
veltistd' et la Question
Titres B
Le Nouvelliste ", apprcinl
i sa Iscj n la documentation qu i
n us avons publie avant hier su.'
la qie-lion d s Titres H, fait se;
rserv< s sut la prsentation de<
comptes de U II inqtie, ce qui
tst son droit le plus entier.
M lis, poussant ses observations
plus Ijiu, il prtend que si la II tu
une achetait au-d la de c> rtaines
limites, el'e aurait commis un vi
rement ".
Notre confrre emploie le terme
un peu tort dans l'occun nce : il
n'y a virement que quan I le
crdit affect un oSjt est dtour
n de son aflectation.
Dans le cas actuel et si le Gouver
nement autorisait des thats en
bourse au delii du crdit bu.lglai
re.ilv aurait plutt dpasaement de
crdit, et nous pouvons dire quj
la chose n'est pas possible.
Notre conlrre a commis une se
conde erreur en prtendant que
l'iiiti-rwiilion du Syndicat des
Agents de clringe est lgalement
obligatoire dans le OU prsent Au
cuo loi ne fit pareille 00 i.' itioi
au Gouvernement, et si notre ron
trre en connat une. nous serions
bien aise qu'il voult bien nous la
signaler.
Il y a prcisment.en ce .nenv-nt.
une contestation pen lante devant
le Dpartement des Finances sur
le caractre nbligatoire des rertili
cations du Syni est des \genU de
change.Elle m ite 1*4 re l'autasl
mieux esam ne, au p int de vue
lgal comme h tous a tr -s, que le
Syndicat prsente touj ,ur. au G m
verneinent, pour ses attestations,
des noies de courtage ass-/ respec
tables, encore qu'il n p 111 -, |.
pas directement aux opr
certilies.
La quoation mrite que nou- v
revenions et nous n'y manquerons
r* ______________________________
lelle Lucie Paret
d retour de France, annonce aux
Lmilles qu'elle reprend ses cours
el que la rentre des son Etablissement aura lieu le 1er
Lundi d'OctobrsA
Nouvelles Etrangres
i m
Par Cahle
Tremblement de terre Unt'uVclaration de
MANi'.LB Uns foi te secouas
il Inimblt ment de telle n caus
de gri u sur la cMe orien
l'Ui I indimao.
Uiu> rvolulion qui cnte
soixaote miliioni de dul
lan
MEXICO- Lo Gnral ObrfOa
a adres e au Congrs nalional son
dernier message prsidentiel. Par
1 ml da la rvolution du gnral
Adolfo de la lluerla, il a dit que
'. 000 hommes entre fdraux et
rebelles y prirent pari t qu'elle a
OOQt 80 090.000 de dollars i la
atioa,
Il a ajout que la paix tait com
i dans toute la rpnhliqtie. Le
m .tge termine en rappelant l'in
pelal que son administra
ti m a toujours manitest pour r
pr.ndre l'iiistrncti m prim ire et
suprieure
l'Emprunt blUmanJ
PARIS La oo nsalsokn des r
pal n o'i'B t inform e que l'em
pr int slloasaa l de BuO minions de
.I ira pi vu pir le plan Dawea
i i i i mu II menant offert lo 18 M
i N'A York, Lon 1res, Ams
l r la-n II rlin, Zurich et Madrid
Las Btsta Unis roop^reiont pour
c il r i n de dollars, U pirt
.I ii 'i rraspond \ l'Angleterre eot
Il il da -'< millions
o ilrt laSoiaee, la Hollande, l'Es
pi:ue e! I Allemagne. Ou croit
qu l'intrt sera fix a1, huit pour
cent.
les ronlorti sont tnvoya
:ni I.irtic
LON0R8 La oorrsspoadail
,'i ( lirait.tr .le l'agence It uler d
clara qnd'ii les informations
de soin.....'ptgnule 80.000 liom
irie< d troiipi-s il- renfort ont t
eiiviy.-* dernirement eu Maroc
le orrosp n lanl ajoute qu'un sou
|i v ment des tribus vo sines de
Tanger q d jutsja prsent s'
leienl montrs amicales envers lo
guiv rnment espagnol est immi
eut.
1. Hcrriot
GENEVE- M. Il'iiiot a dclar
aux c rrespou lants de la pres-e
trangre que son plus grand dsir
tait de trouver un terrain de con
ci iation et qu'il tait dispos al
iler l'Allemagne si cette nation
montrait i.a bonne volont peur
ail rmir la paix.
Prochaine conli'renee du
il-'-sarmement
GENEVE L'opinion da M.Mac
donald est que la prochaine oool
e du dsarmement doit avoir
lin en Europe alin de permettre
aux Premiers ministres d y osais
ter saos perdre le contact avae le
Hibiies de leurs pays respectifs.
Nouvelles divere&
BftOOKLINM Le fameux
i h iiiileur llario Kesta a t tu au
moment ou il se disposait battra
le record mondial des 50 kilora
trs, son mcanicien a t grave
meut bless et l'aut m bile do
course qu'il montait a t totale
meut brle.
SHVNiillM Les nouvelles du
front de bataille accusent de gran
des pertes parmi les troupes de
gouverneurs rivaux sans rsultats
apprciables. Les fores de l'un
1000 llsiang so sont retires vers
Nanhiang o elles prsenteront
combat d un moment l'outre.
SU ANC II \l- Le guerrier Mand
l'Iinuchang d'aoli a menac le go i
vernement d intervenir dans le
ml il de Shanghai,ce qui ne raan
i|ie:aii/|)Hs de compliquer uns ai
iiuiiion djt dlicate.
III UNOS AIRES (In tlgraphie
de Itin de Janeiro que le prsident
linrnards vient de siti.aer un d
rret par leq el I tat d)| aige est
tendu jusqu'au 31 dcembre doua
le district I dral et lea Etats de
Iti >, S to Paulo. Mato Greaao, Para
/ ma/.one et liahia. I
I PS Vois WouveTiea^dM naiirej
DcidSMaH les voleurs ne res-
pectent aucun dosai lie... Ne se
sont ils pis aviss de s'introduire
dans It maison du ConmlaoaifO
du (i iiivernemeiil I un illne Paret
el qui pis est de h introduire dans
le CD uiihre m'-me ou se reposait
le chef do Parquet. Ils Draot, pa
r II il. un bon < li>i x d tus la gar
de ^ob: du Commissaire, enlev
ii ni m nul olijels d'importance
el '; .h- oliereut lurliveinent ne
se doutant c rlainoment pas que
la police, toujours vigi'ante, lini-
ii lu n par mettre la iLain sur eux.
Nous annoncions hier, qu'un
vol avait t commis au Marina
rloapilal. La pol'ce a t assez
heureuse pour mettre la m tin sur
r.iiilour de ee vol audacieux. C'est
un notant Diegne Emmanuel.
Dtpuis plus de trois mois des
vo's da m il' n aux se commettaient
S la Cathlra'e. La police, aprs
urveillance active, a fait ar-
lo nomm Lorraine Genesse
3ii i. i pu justifier la prove
h m ilriaux trouvs en II
. m
\ la Maison prive d'un em-
ploy du Cbla franais s-'iutro-
ilmsil, cette nuit, un visiteur inat-
i qui m prparait dbar-
rasser le propritaire de tout ce
qu'il pouvait emporter. Mais d-
son travail, il prit la
fuite, abandonnant ses savts et
un i I lesque's furent re-
iroov*- dar le e rri lor.
Le ss. Astrea, venant de N w
York et des ports du Nord, sera
ici le 7 du courant, en routa la
mme jour pour lea porta du aud.
I.: ss. Vnus, venant de Kings
ton et du su f. est attendu ici le u
du courant. Il chargera drsc'o
ment pour l Kurope, via/lea, porta
du Nord ollrant du fret auffiaant
Le sa. I lira parti de New York
le 5 du courant, directement pour
la Capitale y est attendu le I <, en
route le mme jour pour Curaao.
Le ss. Grislobal, parti de Nova
York hier 5 du courant, est attan
du ici le IU du courant. II reparfi
ra le mme jour pour Cristobal,
Canal Zone.
Le sa. Panama, venant de Cria
lobai, eat attendu ici le 11 du cou
rant en route directement pur
New York.
Le ss. Ilaiti partira de New York
lo 'J du mirant 11 est attendu i i
vers le IN du courant, on roua
Eour les porta du Sud.. Ce ' ne
ateau retournera do Jactael vera
le il Septembre et continuer i '
mme jour, directement pour New
York.
U.S. S. H.
Les lections pour le renou*
v lleraent du Cm-eil de l'Union
dn Socits Sportives Hatien-
nes auront lieu proliablemsnt
le dimanche 2S Septembre, ?q
ra^llon du Tare Lecunte.
'


LE MATIN
Pagol
MALNUTRITION
provient de ce que le
systme ne peut pas
convenablement as-
similer la nourriture
L'Emulsion Scott
est promptement assimi-
le par les personnes
de constitution dlicate
et est un agent actif
pour aider la crois-
sance et restaurer
les forces.
letqe Taillant ton iji ataire pour Baili
AVIS
Au Commerce l'Hati
Psr la fusion du 81 octobre Util de :
lo I a Cooprative Centrale des Agriculteurs de (,)ubec.
2o Le Comptoir des Coopratifs de Montral.
3o La Socit Cooprative agricole des producteurs de semences,
ratifie par la lgislature de Qubec, le 31 De. 1922.
A pris naissance :
La Cooprative
Fdre de Qubec
qui a 330 coopratives locales affilies et qui compte l.i.000 membres.
Iris prochainement j'aurai l'honneur de soumettre l'apprciation
'm commerce d llaiti les produits des fermes canadiennes, de premire
cessit, a des prix qui permetteront de faite une bonne concurrence.
J. EDOUARD MONTES
Reprtentant exclusif folaCooprakvt / Urte de Qubec pour
les Rpubliques d'Hati et Dominicaine.
e meilleur sdatif
des douleurs d'estomac
OGASTRINE
Admis dans lo H*p.;uuxde Paris
' l''' : Crasnp.'..
Brlure, Aigreur, H,,..,,.-.
doulouro'n. Nami'os, Ventrei,
Vomi.se jnsint,,
Il BnM l< l'ois. Iai.il.le
l*coi oinont de a Bile.
Tr*i tfcace contre Ira Gaatro-
E .leil:es des pajn ohauds
fi r./..- d.m louln ',$ phtrmacu
miiianP.zizan.1 R4,cari. rua
l lUl-i Plm-n.cl. Al. PCTBUS
Varits
DIMANCHE
L cal/a:rcdun fouine
3 RI lu
1,4 Vieillesse
du peu: Hnroux
4 parties
tiitre .M) centuries
Loge 1 gOurV.
l'arisiau i
DIMANCHE
L'n grand drame patriotique
jou rar : biguoret, tVnv Ma*
gnif r. Tr< ville
L'IOftAE mu
5 par irs
Dtrc 1 o 'le
Balcon 2 e
L"ge .
A feu r
l'i i DDisou hau'p "ilue l iL
ChirboanirfH ( Place Loavei
S'a Iresser aux bureaux du
Journal.
fwNAGREw?|
Po-jr SttedM >o> tissus l I
I Z.Ai !fl.-, :vroN, BOIK, Me
"la MHUSESm"
i

LE ROI DES BOUTES vis au Comnlel.ce
Crsf le Pi eu
Trac ion Cord
PNEUS
DUNLOP
/ abrtqu par
Dunop Can d enn<\
Paire de la rclame pou- un ani le est un, mais
montrer la preuve esl autre chose
Demandez donc aux chaulleurs des rutiles du 4* p
lailien et des fayes.
C'est le Pneu des Tropiques
En vente eliez John Woolley, Port-au-Prince, Chs
Jataux, Cap-Hatien, Ime Yve Sendral, lux Cayes. T.
fiousse, iratvc,L. Miiclds
|t lare, B. Wolll, Qonsvej Villancuva 1 Cie port
de paix, p. loraainvill poli e .-tiviiv, Salim Mous
a>, Loqane. B. Cluiiis Qeorqea, ira haie,
W. Quinliu Willims.
IMstributor
Devant la belle perspec ive qu ssm
ble s'ouvrir pour les denres hati n
ns j'ai Vhonneur d'apprt, dre et a
exportateurs d'ha i qie la y ande
maison Laporte Martio ; % Montr i
(Canada) rentrer* tis prochaine-
ment tur les marchs hatien.
J. '.uor RD MOMIS
lteprscntant exclusif de la Maison
Laporte M HTIN i fetf.
pour les liep. d'Hati et Dominicaine
Aujourd'hui plus que jamais avec
l'organisation rcenletla librairie Ban
Chemin Lttid//r o.u Comme ce d .tatti
des articles de L b-airie, papeterie,
livras et cahiers dicole, articles relijjieux, articles
de bureau, ele, ete, des conditions trs profitable*.
Pour les conditions et renseignements, s'adresser i :
J. Edouard Modes
PORT-AU-PRINCE HATI
'. JAMBONS CONSERVES
i CHOUCROUTE FOIES GRAr LGUMES
FRUITS CONFITURES V NDIMENT8
En Vente dans toutes tes Bennes Maisons
pour Hati Ch. MAGNANT
GROS : 118, Rue Bsudin, LEVALLOIS-PERRET (Fr)
ALUM1NUMLINE
New-Orlans & South
American Efahip Co Inc.
Produit. Sparts directs
pour Port-au-Prince HATI
Le s|s DE1 a laiss .New Orlans le 30 coul di-
rectement pour Port-au-Prince.
te sjs lui s lais New-Orlans le 30 aot pour
tous les ports de la cte..
L de Matteis & Go,
AGENTS GNRAUX
L* Garage Kd ei vieot d'installer un appareil moderne
pour charger les batteries.
avec ce nouvel appareil nous pouvons recharger
les batteries en hait heures.
FiFales le sai de charger votre batterie en^une
journe 't conomiser la location d'une autre batterie.
Un essai sullira pour vous convaincre et vous ne
chagereZ votre batterie jue par cette mthode mo-
derne.
Grand Utel de France
Position exceptionnelle, au eentre des allairos,
proximit de toutes les Bamjues, de la Douane et
de toules les Agences de bateaux,
lense.uncmeiils ej facilits pour voyager en auto
mobile dans toutes les parties de la Rpublique
d'Hati et de la rpublique dominicaine.
Chambres confortables et surtout trs propres.Yen*
(dateurs dans les chambres i la demande des Pen-
sionaires. Cuisine Irancaise trs soigne et des
plus varies.
Den.andez visiter let* magasins
de Htel :
Mus de^. meilleurs crus de Bordeaux, par barri-
ques, daine) nues, gallons <>t par bouteilles. Parmi
les Vins le lia eaux, vous t ou-'erez le plus graud
choix, pi ir les qualils el pour l'ge
S i.\s i .'ITALIE & 11 ESPAGNE.
VIN DE I' >UHG< K NK (titanes et rouges et le renomm.
S|f rkiintj Hunjundy
( Pommard m ui>si'iix, <|oftt Amricain )
l.e plus gra id as irtiment de Liqueurs, Coijuae,
gi ts. wiskies, iC.
\!i.iiiiM e Per.ioi. Amer l'ioon, Vermoutlie
CONSERVES Iranaises '( ain.-rieaines frache
ment arrives.
CltleVRES de Cuba, Auror i el llabane a.
Cl Vrt^T l i;S de (011(^3 l)3!.iorii|ties d'Iloll. Gros
e( dtail.
PAaKUMERIij et Cartes postales.
/ i x trs m td'r '.
V P. Palizi
ermoulh tkmw
A- de Matteis. & C ^nt*


MI5SING 1551)11


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM