<%BANNER%>







PAGE 1

LE A, Tl, r* DEPURATIF <. W MANGET Ui ? • MtUtUt* m Fimmii Vfca* m Sani Varie**, Glande* MauvaiM circulatio IVtalads** d. PMU lUteur d'ig* Nettoie le Sang I* D£rMX*r **, OCTEUK MAM G '; r m -".r lr MII^ \l\ Ifle et essaient irai II vita ntiM tel arecSlMI fi unr imbuiliiiii I le* al.mrut* — au ralmrlXNeu I. nulritiun laaS eH *, nihme. BetlUa, ihuniatumfa. nevralfic* IrtaMaa, nturathtRif, insum%  I !4lM|U*, Illtl.l BfO*, mifr.i i a*mt, Il r^giiUrivr la flrIn ai 11 i %  In ma%  i-. i % %  jirctl lr %  nul t C'ieti Pr i i • . i i '^^Ta6 srat3i*aTJEsaacccw : lerge Taillant Consnjnaaire pour Hati Le chmage peu-il re prvu ? Certain* p \lsblisieni min i>naol des • baionieln-s .n.n nn qurs.htinde |.r.'v, ir lis p";" 1 1 u rosiitrite BUOrsaile itdf dpres.ioo #cr)iicn.iMnp. Ce l.arom lie conomique CSt destin a tir le mon'.e indu^liiel I s • c ui-iicn con.miqu's imminentes et doit permit! re de pi end i.en *.*ovBortio, dw %  eetm r" veotives .onlre lei nunaces du '"'' 'lude r.rule du Nu eau jnlMi.aliooaldii Travail, i..-*' ' .„ Comit onom que de la So i t de* Nalioas, OSpOM lesmlbi des etnuloNes dans ci tain ( u\,.ourla pftvbk" ,lf> fkclMitlom tionomique*. l: > rt RUX Etats UlS qui: "procds ecienliliqu* sm.l %  • l ,! h Knrsli^t. mais lit M S0Ug lement dlo| G snds U %  Ugne tl dan l'EUTOfS MB "" *La era\it ;<\ et si les lotissssim loi I iteili, lM fabricanls rduiront a leii i leur produ.Mion : l'encornl-icrn. I eurlemar.li .ers donc moudre lorsque la baisse annonce au. M D dra et celle l>aise n.mewa pro bmblemeut moins forte A nai le ralentissement de la produel o entran par 1 l.aivse d. s pris, e it moins marqu II >•> de s i q e la stabilit .coin mique qni n r ,ulleraserad-.ulanl plup rliitque les donnes permettant la pr vision seronl plu? e>actes et pli s compltes. Ladotdelafemœe Puisqu'il est d'usage, un peu partout, qu'une jeune Mie apporte son fianc non seulement ^es vertus, sa jeunesse et >on tes i mais encre une somme ronde pour l'aider vivie, qn OU in c I mettre de dite quelque a mots ur la dot de la forme Les | „ui liilt qui froisse gniulement le pr (en du it jette le premier brundon d'une guene intestine fa r|Jn a piolge, JIIH)U'S un CCIlaie point, Les pareota prvovsnli ojaricol k-ui tiile sous le lg me dola Je l'apport de la linnce a moil s que celle-ci, scit psr persi IIIOB, S. il par crainle. dlgue soi nui lous ses pouvons 11 peut alois grer le petit bit n i rAnBM in ro taire,non psrent.Lorrqoe le n i li di| !•• de la dot di.ii* f ton ibsO lue. il cherche, nslurellcinart, a la fsiie fiudilier — on n'a j ni I assez d'srgent parle ttmp<|uicoi.rt ol.tViC la me il ai re volont
  • i. lis que le capital il 101 dl sffaJn I dt ban lue, industiiellcs ou coin u i r cialen S il i e.-l pihiur. ux cela an e, Le petil svoii s cri >H ao fun >e et U d iiiuo s'j wi ,> e %  lu fei : Je ne viens pus pr l mes de SLII cl i 'a dlii.; leur mari daus las ut t | et. meije rappelle limidemsat a hou.m I |ilu d" • ii • tl n r L.oi'i " P*' 1 lJ ' ' sous peine de I rt • "' ' le pu 11 il i mbsriaa s'ils n i il k n si '| M i li ui I K.iip Q ie di--. me* i 11 r. i .le > %  i midi Li UI l %  ;ir g< nt du n iii'. K rstil 'A eombii n monl | il .' Peut il eanotl >-• r i u %  i''i ver .' B'ri gnreui ou Elle* ne s'en dooli ni p'-1' 1 vlvenl rnmii •• 'U i Ml I rese iu le loil i iiniuf*l. La meii lise un pei si n lorli quelle la m II n srapHIa aprs ' ( uisnh^re L'ure fait daoaer hsi se du pat l'ra rin i, be • %  • u %  Ire ua doul 'e fond e! I" m s.''onn %  qup l inlrie n *o ni li que tout aille k I m l'i La i' m i %  %  mari si ni ehi cher, eomme fi I n lil p ilt t nn i' n de la lemm" I — IMII '< palan dli enl qoe plus le | Il paver par leui les enfarts possd roi.1 [>* Irimoine. 5 i la femme Uil %  "urant des affaires alla sers il i d(H n 1re, car II : ''•' il, alri slli esl rsisi nn bi • i ne damai de qn i ilil '" pre %  i t • es la I mu.' n|i'Hi-.al>le. j '• pi'a un %  | oint, et alla lue de fourmi I i si < 001 1 : I u l dpt sacr. L'honi I n'y li.in li .|ii i' ni li-s r nies. Si l< ni spars par a > I %  commun, e' mmdoivent sa | • de leur roui lagm Li femme %  i •>! le mari sans for toi ssnfaals Ella fers son ti i mml rt d mm ra la port § il uie l'ami qu'all >l < i ut et r su tombeau cl que la I. im le n ji Heiail 00 nui: un intrus. Eat ce nu i onUtira le m i qtij est ri'h •'.' Il son,; i i si i iniii', crire ion t vair n';i j m lis 111 tnuurii ton ne — Il lui laissera u part, non comme* 6 une ml < i . dil la'loi. unis une porli 'il plus lar^'P, eu souv nu mx jours passif. La dot de la [en partient pas au ni u; lu Il eu jouit, doul grce elle, largil rs, achte uni 1 lu le t u uo li de connu, ne, d'une cou I e aui N UI I coiii'iiciVi n • parce qu'il esl mont sur ua ta '|ut p le i. i. que lui il MU iode l'un '. i n peu plu*. ,1 reop ici pour la dot, u p'tii i un mr poui la I m u %  '.t luil< u) li lafoii %  ' lituation in ipeud mie, en d lion qu'on soit q e |u un et VU la m IH'-I aiiou al la tdi Ireai siens. SI/VNN: CARON. Dcs .Nous apprenons la morl de Las ktauiy, le commerant bien connu, d i di ee matin k l'ge de T i i. s. Il s monl I r u di m in M de i api • midi 1 i ia de 11 mi isoo • M. nul Ru N • 7 •". I l'A a-la l'un r i< pour 1 Ai r e. Sic I II .i ii, s aux pa r nls prouvas. 0 [|.. ( i pis >ir qOO la l'importante :.. Ca i %  I Ira ml J U %  i La maison S1LVEUV Maison H>",LVEB *'" %  d( recevuir |.ar e de lien steamer lea uueci suifantede oue IraicLcu L. ni rs s| 1 tl.-s l'iiv r • i n la: Mariaye I. i l'Egliae Seul .l.,veph, ce ma tin, a l" i-' %  '•' i •• ni.iiiaj • reli |l IOI 'I • Ml li %  ii" rhilippaan, F, o ploy au nb m ni de llela (ioiEsl •' 1 1 Mlle d l'iinieir.ilili' i Ifiicier ministriel Vlil eanl Joseph, v'adeinoiselle Maria Jjoopfa L msrii nnl •'! conduits au i I IUt< I par M.elame Louis U |va al Mr Chai lea Slurpar.' Une bri lanl ri i ap i m fui I it i auv loviUi 'I %  i -.lous des poux l'upont H s. Nos meilleur* vieux accompi gnenl les heureux poux. Parisiaua JG* Ce Soir RoultabilU viioi les ttjikiii 4 *,5rui Je .K'IIIU epiNodra Iv tret; 1.00 — On jouera nu'me il pliul eu eepisodes seront expdi*. Vendredi Lirr*uTvmi t lea*attuoM i LES TABLISSEMENTS BYLA ri-api-anx de j aille fin.' l'.t;iiio, toutes spe 3 ( liapcaux (le laine d Italie i jeanx ttu tre d' la.n llaptiste l-'ine poui elieiliiSO* i'ussor 11 1 anglais Tnssur le scie anglais ;i bar es ^J r I eu is.c i. obos Satin de obtlM | our tail't'ur Msitez no s toujo rs etdi'ina. d.z tout M dont vou* avez bes i M I ustrino po ir t: 1 illeur Uoict e tn.ir tauliour ll.itl lucre, l'i- a.ncr icaiii(iiouv'aut Urtll iil blanc & uitioii anglais KaUi Jaune anglais e .tra I|:J alit Zaphil m glaia sup. poui liemiscs 'loue a i nir etc, i ni I in amis de SI Marc, iei Q IOBISM .la l'urt au l'r'iiie al II localiI li le i ont lonnd un lm >iB00C4 de • l'o ses i n le ta p rie dojloir i il • qu'allai o it prph, a':* ma CA IMIR len t %  • %  i. be le i if, h Ha m -, jr i il m ire, I inte il i ouiina, -nr-via leur a lioa i M Ko il i ni. Petit n'I : P & un! fi v ',;; ts ET i:\ D "//. vingt goiiria)* i r sa %  do quarante invrmuai. chez. Liiuponr Hue du y ..i NO itMl en face de la gare Me DonaldJ, Louage d*aulo Pour mariage et voyage, on peu' a'odr • %  uu u. :,i it g fph al m d'un heau Huuk u i xliudrei. Avis au C'ramerce d'Hati l'ar la fusion du 81 octobre la 1 sCoopietiva < entrale des Ag iculleura de outbec 2o Le ( i I %  • %  ' I ft| rallf de Montr il, :t i Lu Socit grico. dproduc l, un dsein, ne >. raliHe par la 1 • i le de Uubec le Jl Dec. i i % %  %  pria nai>aaoe*j la Coop tvrivK i ., 'h i, M qui a IOO cooprative! loealea afB lies it c|ui compta t.').)00 me:ubr action n di i frsproohsi icmenl j'aurai Thon i iir ns mu lire au commerce I uls des fermes cade premire nmuill et A lis p d permettant de faire OBI uni u o ilislci8aole. .1. Elouard Mnvn s fort au Prlneo, ( lliilj) enlaotaxrluaif pour le< lipub i |'i'd Hiiti el Dominicaine. la belle perspective qui uvrir pour les denres 1 es, j'ai I honn ur d'.ippren i iporlalaur< %  Haiti que io li m ii-m LAI TB, MAKI M nlraal (Tanad.i) rooli i [no hsinemenl sur lea m ireb* nallieaa. J. Edouard MONTS li p, i icluiil de la Maison Laporte Mai tin, Ui d pour le> Ri p. I Haiti el Dominicaine Lea enfanta adorent la GADUASE dlicieux Sirop framboise qui ~prremplace avanU",rTT geuaemenl l'huile de (oie de morue i' rpugnante, indigeste el trop facilement altrable • la chaleur. La Gaduase purifie le ang, •Uraule l'appetu. favorite la croiaaance, accrot Ici fore es el la rsistance aux maladie*. Produit expriment avec tucce* — dam lea Hpitaux franais, — En vrnlf dans toutas Us Pharmacia. tfaal Ck MACNANT f i Le Purgr %  : Ida 4 c'att la Pilule du D r D ehaut %  / 147, But du Faubourg SamtDtmt Uns Facile prenlra, N ncessitant aucun prparai, (II* a* provaM Jasait 4* ftt Supprimant la dlia, •11* M SeMlitt fit I* mtUt*. N'exlieant pas ir ttpot I la chambre, 11* a* caatt HCII* **rt* I* taaps Plut activa qua ton la* •Imllilret, II* ni, sar [MsiisMl, oins chert DOSE : *tM*Atrvt, ta* aiiuiaa % iiHini, %  %  nui* Changomanl il adroaaa tn ia DacaWlier .V. /:;', Ru. Ut C m Dana l* bloi i ilr" le Hues du Peupla et du Ceolra. Un rasoir pour les gna presss 'HiMbui plui qoe jamais sv< .lion r ceule la li IHEMIN LTSO ofr.e au coi il ijii de* arlicles de 1 brairi i, papeterie, livres et ' lii'" srticlss reli,; articles de boraao, etc. etc de* I r.i'iiable*. P. M r lea i ni dniooi et renieigoe luotils, l'adrcuer i : 3, I-'ilniMr.l MON" Porl au Prince ^llaiti) 8* raaer rapldaruent n'ait pat facile part il,a rasim*. Avec le I i ,i Valet AutoStrup. n.n CVst le raeoir qui "ee i.init". La mme lame I i panda** dea temamea, toujoure %  II.fa. toujoura douce la peau. L'eaaayer, c'eel l'adopter. le Rasoir Vaf Auia^Sxwp irx^Muee Itmm INJECTION PEYRARD Depuis plus de 40 an* guirit U BLENNORRHAG1E et tant Ecoulementi rcent* on Chronique* 231 ARABES GURIS sur 332 (Extrait d'un Rapport dea Midmcin d'Algir) C'itl II rmkdi qui i toujours imi lis %  illliirs rsultais IN VE,\TE DANS TOUTES BONNES PHARMACIES SPCIALITS PEYRARD DAI.GER,46, me de Grenelle, PARIS r A Port au Piluva ; i'Liiiuiucle W. UO('M ci toute bonne Pharmadea PharmaceF. Sjourn Donne avis sa clientle et aux mdecins et au public qu'il a iraotsorm son Liboraioire d'Glogte en uu LaboratoreJda biologie appliqu sous 1a Direction du, Dr Hicot et t. Sjourn Le la'orato re es ou en loas les jours de7 bres du mstin C o oral d s ir p-1. lou OJles ricberch s ai analyaea priuesdan a' nno'C d iciDtei ->ui, c u rie W-.S8B.eoostauto Ure Scrt rie e mardi de chaque serraine. S'. !raa*v a 1*1 pojrjeareoaeig'j u-i.ts* t e* arioei i %  iju-i actn do 'Assjerman'i l'i-n ife Tnboulet, tiamen du s t, e du pus fcaajBea cei m^ljres Ioales fc.\.ii ?ri te cDuths* Albuwmo tmJw or s'£rr*e ljr • MArr'> >s ETOILE &VjVENUS" Etoile Filante Manufacture de Tabacs St-jean Produite rbputf e npprc' En fr.ee da la Bai qua H tialeNo 1535 3ic ycletles, bicycletei %  a le* Kabrii|iioe pal* la grande Stfcit Manufaclurit'r*" d'Armes et t >cl.s de ?>t Etienne | France ) la bicyclette Svolte est la seule qui runit la fois louleo las qualits de perfection requises do nus jours. D'un fini Irrprocliahle.il'uuj lgance iiuliscutabla) et d'une solidilo incomparable, ta uiLyclelta SVKLThl est munie de tous l<-> tlotiaMolraa: rin|ia, clef, pnous; ot chambres a air Michelin. G'es'e lu grande Marque qui est sorti victorie"se aux plus importantes preuves sportives dans le monde entier. En vcnlc chez Nicolas Gorilasco A \



    PAGE 1

    LE MATIN Chez F. Lavelanet C ncifDDeJtVaffon Kaifel Grand'Rce On trouver.; des >arcbaodise< arrives MI le derme harnais tell, s qui' : < •Vnednr 9 dhnf t h, '"p que J la,quK S u : I Kw (..irteaOr ,:outeau ^ inondables Arfl.ntiles,.— I retelles fines pour homme-, llenl'llea fines On trouvera aussi tous artirl s pour mercerie. lin S! #!" ).! n " c i88e loueur, | < gnac et des article* de fantaisie et de mode. Produits GaUbaud tt Ko'a Ascencio en stock >cs prix sonl avantageux, puez nous voir, pour vous en convaincre. F N '* B lf" L *. cn me alimentai de Mais est aussi ne vente dans les maisons suivantcs:|'harmacie Bourrai ne, Pharmacie Boyard, Pharmacie Lamartine (-...mille Lope Hivera, Pharmacie Centrale, chez Simon Vieux, et dans toutes les bonnes maisons Pour les condition*. de gros el les commandes s'adresser a 1 Lmlanel V\ Co PHONOGRAPHES Vous trouverez fi la maison L PREETZMON JiGGERHOlNI Des Coluiiiliia , el des disques de toutes beau l. A <$ F PEARS i im led P, ur avoir I. leiol Irais el conserver toujoara intacte relU Intrieur, servi /. vom des excellent pr.ditti de la lam< ..se marque i. tt F. Pea;sliiuii?d England ; tels que : Savons transparents en bcj.ies. Hifii • transparents en ablettes Fine podre de laie t poudre de Talc pour Bb. Htons rouges pour lvres. En vente cluz Simon HeUl et illn d Yieux Demande* le Rhum Bataonrt 110, Rue des Csars TELEPHONE : :m (jrautl Htel de France Position exceptionnelle, au centre les sllairs*, i proximit de toutes les Baiii|ucs, de la Douane et de toutes les Agences de bateaux. %  enseignements el laeiliis pour voyager eo automobile dans tontes les parties de Li lepublique d'flaiti et de la rpublique dominicaine. Chambres confortables et surtout tra propres .Ventilateurs dans les chambres i la demande des fensionaires. Cuisine franaise trs soigne et des plus varies. Ikn.andez visiter tes migain de l Htel : F Vins des meilleurs crus de Bordeaux, par bai ri ques, damejannes, gallons et par bouteilles, Parmi les Vins de chteaux, vous trouverez, le plm graud eboiz, pjur les qualits et pour l'Age ,Y1NS L'ITALIE A DESPAGNE. VIN DE B< iuRGt KNE (blancs et rouges et le renomn Sp-iklint) Butuiiiidy ( Pommait! mousseux, g< l Amricain ) Le plus grand assortiment de Liqueurs, Co<|nar. gius. \viskies, etc. Absinthe Pernod, Amer Picon, Vermoutlio CUNbERVES Irancai-es 'I amricaines frachement arrives. ClUSkRES de Cuba, iVurora oi tlabanera. Cl fARBTl'LS de toute* lesffll>riq;i3N ,| Moili Gros et dtail PAill-l MLHIE et Cartes postales. } ix tt es modr. tonmpr bkjcl'its Gro el Irlajl Rhum Nectar Ch &f ;;1Y. Gaeljens 1140, Hue'du. Magasin de l'Etat 117, Rue Bonne Foi 8510, Kae Courte. TELEPHONE: 347 Cocirfau a : ^ bip Corrpanylac. 4 *• le iteamer t Martinique* ayant laie Ntw~York h 30 ncir coul est attvii'lu 1 or/ eu Prince le ~> cou m ant vu Cap uttten. Il epartira le n.iin four pour Petit Gcdv^ Hira (l'une, Jfrmir, Caye*,]acm9l, King u.n Jn. et le port de la Colombie prenant fret et pasgagers, i o i an Prinet, le '.\ Sptembr Mi (jbura C% Aiients. Vous qui voilz achatsr De bonnes jolies, et Iralches marchandises, ailes nhaz Paul IL Uixila Rite Traverire Magasin de Etat Visitez nos belles gabirdiiif) de laine pour costumas, nos diagonales noires et marines, nos casiniirs pis fantaisie, nos pahn-heachs nouveaux ; nos Fauxcols en toile d'Alsace,'ous modles Tous les articlos pour dames, tous les Parfums d'Iloubigant, C.oty, l.imni et Itigaud. (jrand clioix de Meuble*, Lits, Miroirs ete. P P. Iclii/i Tourelles, Cornes, Boni us { li;iines,Pdales,Ian ihes, Support pour bicyclettes, Oiriiis pour rparation liicyclettes, vclomlrei, Sperdomlre.Selles.'avniis rondelles.Conneet m pour pompes, Ressorti pour selles, l'neui en talon et (il. Biciiclettes pour Dame W. Quinlio Williams, Port-au-l'iinee Pholoyraphic Nouvelle V7, Hu> du Centr (lu le liasanl d'une prciiiMi il.' nous a u.n.lui, nous" utonsjli 1 merveillt la vus de* travaui photographique!, ureuMt sousjs direction da M. Clodomir D. JUSTE, phoiogtsybi Htacb au Upar tement les II\.KI\ l'.iM 0paw !§ %  oarUt puetalei raprsenlaol lot uw de loin Ut poinl< iol in -siui.lu pa>s, jatqu'aui Ifraa li teoeatt tuivaot let dernier-ls m i lerna i, tout la uvragi la %  •! .hlis-Hemeot tont i -1, ii < %  tstMoiblaaoa pari ilta 11 d'un Hi i in tb • Ajoutai cela qua las prix aoot mo I jua al l la p ii^de tout le ,u 11 r. viil liatea a i'il hul p ir taira ia ta <' %  < • i Moufelli la rao\>t/ vou 'tu moi la > in iSt. Ceci n'est pas lire t'.ar de la U c lame je ne sais pas en la|r. Cependant si vous passez du cote du Buroau aie l'A al ministration postale, a la Grand ltu<-, km lH C llltilfi hl\ u Ullil .1 la onuciincB Vous verrez' que les chaussures (pis oe soit sur commande ou non — sont laites avec joui, solnset solidit, parce que les ouviieisqui les confectionnent et les ni'aiTiaiix qui y soit employs rpondent et jusUlienl le iitreda la maisen. • %  Le Cu'n


    PAGE 1

    LE MATIN lift: IEI* P %  -Ip, .o pneus, i^ de 8 cK.nbres ai.Oood |* lu,. !....-—t pMission d'air teintante. les charnu ,ir lo-ge, UU I-T son. p p.*... P c"*"1 1*** ** i l'air de s'chapper. Chacune est labrique et inspect, soigneusementEnsuit, on ia uloe... et la .b~ * *** p ndant vingt quatre heurta. Chacun, d'elle d.il tre pariaitt. Les Chambre, air gesGood Ye.r assurent chaque achtttur une dure et un service e*eptionn.l. \ i *r An MiaUli-^. 1 ^hettzles, pour'le jr commodit,service et cono nie, un prix U.ttCi'jp plus has que celui de* autres ta inlcircure. Good Year Red Tubes TlieVVest Indies Trading Compatiy Port-au-Prince, Gonaves, Ci p a iiien OlJWEHTUHil DU Iirch Cristal N 1028, Grand'Kue,cn lace des Grands Vins de Bordeaux. MARDI 12 AOUT Cet laMisse lient de chok qui vient combler une lacune dans notre milieu met en vente p trlir de celle date a louie heure du pur,ds viandes fraches de toutes fspeces et pjur n'importe quelle quantit. DES mi SPCIAUX SONT FAITS IIP HOTELS ET RESTURMTS. Vous trouverez ce que voua voulez et quand voua vules. ,u, chaaue cnal •* la Maison dlivre une %+£?££ l -** ***"<* 1 de l'article ainsi que ta valeur paye. U. 0*1 doU-en, Mr. p^ta en MK a'une tlerie <( aura' ^JgSlS^ '"' ^^ "^ aagi' droit a une prime • Cinq Dollar, en marchandise. Ds aujourd'hui en route donc pour le BIiRCQ£GftSt\iL .. .#



    PAGE 1

    T UlflQTHUH PROPRIUTAURE Clment Magloire BOIS VEHNA 1318 Ru Amrloalne NUMERO ^0 C ENT1MES Hatin Quotidien FIL* O WumWos MmoPAN W Mais iju'importe un honu • IKUIIIUU et l un patriote du tjuel •i* parlent les applaudi?.eiiienls on les sillleti, s'il sait qu'il lait son devoir,_qu'il sert son pays el qu'il a pour lui la vrit et l'avenir ? Paul Dcschaitl TELEPHONE No 242 18me ANNE N" 5302 PORT-AU-PRINCX (AJTI .M Iil \ SEIM'EMBRE 1924 LWssenie&tet les achats en bourse des Titres B au tableau d'amortissement des obligation Sria B, j^ vous informe que j'approuve le tableau que vous m'avez soumis sous le couvert de votre lettrj du '.' i Septembre 1923 Je suis d'accord av^c vous qu'il y a lieu de co nrnen.vr sans retarl lea acha's pour l'amortissement de ces ob'igi ions Mais la loi 'u 27 S plemb e 1122 ne cont -nant pas da disposition* e* ^ard, vous vou drez bien me litre connai're v • tre avis sur h procdure qu'il convient d'adopter. Ag ez Monsieii" le Conseiller, la?surance de ma ooasid'ation distingu 1 Augusta MAGLOIRE itirrss du luUM-illrr fiiu.n in H Fvrier 182t. t AL' SccftTxiRi D'ETAT DES FINANCKS ET DU COMMI* i Mr le Secrtaire d'Etat, J'ai l'avantage d • vous accuser rception de vo rv che au No K-25, du 2 Fvri. r l'.t2i, par laquelle vou; m'inforn /.que vous avez approuv le tableau d*amortiiMin -nt des titres de la Srie 15 et ma d mand' /. mon opinion, vu l'ai) sence d^ toute disposition de la loi du 27 Septembre 1922, rglemmtu t la miti %  <*.. :o ic if nant la prodcre qui doit tre employe. t L'article 2 de la loi du 27 Septembre 1922 prvoit ce qui suit : t Ces titres de la Srie B porteront intrt de o o|o l'an et seront mis par la Banque Nationale de la llpub'ique d'il iti selon le mo I dtermin par le Secrtaire. d'Etal des Fiuan ces d'accord avec le Conseil-r Financier. c VA II*cireur Gnral d ta D .uan.s rservai a chaque IN >is un sonna %  stilli aille sur les recettis douaniers et les revenus gnraux de la Rpublique pour 'e paiement des int ir s et amortissements des Titres de celte Srie. t Cette somme sera dpos i la Banque qui en lera les rpar titions. D aprs le premier paragraFWAWCES Tw [ V GoiniBRCB; P-ie ci-dessus reproduit, on s'est entendu ; u sujet du texte des titres de la Srie B, duqu 1 est tir ce qui suit : c C;s obligations seront rachete* au moyen du Ion I? d' mortissement, soit au pair par roie de tirages au sort annuels, soit par achats en Lourse audessous du pur, selon un tableau d'amortissement conforme celui tabli pour la Srie A Notre confrre le NovvdUs'e avant agit dans des conditions qui paraissent un peu alarmantes la question des achats en hoirie des titres B, nousevons t, nous aussi, aux renseignements pour avoir les prcisions ncessaires sur 1er deux points suivants : • — Est-il vrai ue les achats en bourse annoncs par le Couseiller Financier notre eoatrre et effectus par la Ban jue sont ignors par le Dpartement des Finances ? 2 — Daus quelles conditions la Banque (ait-elle ces achus? Nous exposons ci dessous les renseignements qui nous ont t donns au Dpartement des Finances. Sur ht iireiiui'n questionI la sait bien que, une fois l'entente tablie entre le Dpartement des Financ ia et l'Office du Conseiller Financier sur le libell des titres B. —question reste fort longtemps contro/erse entre ces deux offices, -•un Tableau d'amortissement fut tabli pour organiser, selon l'usage et conformment la loi, le service des intrts et des amortisv ments de ces titres. Voici la correspondance change sur m point : Dpartement des Finances. 28 Janvier 1924 Au CONSEILLER FI.NANCIEH Monsieur le Conseiller, Sous ce couvert, je vous en voie a toutes lins utiles le text %  dfinitif des Obligations de la Srie B. < il est bien entendu que l'omission de ce* < Ibligations corriprendra des coupons de Cent et de Cinq cents dollars, dont Trentecinq mille (3>> OUU) pour les premiers et Trois mi le (3.0U0,) pour, les seconds Cijoint le texte crayonn. Recevez, Monsieur le Conseiller, l'assurance de ma parlaite considration. AUGUSTE MAG LOI II E. Itirrai • %  Cisailler Fiuirirr. 30 janvier 1924 Au SecntTAiHE U'ETAT DES achats, suivra la pratique usuelle des autres I anques dan* des casemblable; K le achtera les obli galion* au cours du march, en f iren^'il Min de ne pas augmenter e prix ilu march. Aucun pro ,'d spml, mon avis, n'est ncessaire. Un suivra le m^m> ir>cd suivi par la Binq e Ji il ninn Parisienne dan Isa luis en bourse pour l'anmr'iament le l'emprunt de 1910, et qui esl employ actuellement par la N il %  >• n if Ci y Bank dans les acli co irs du mtrch pour larao-'is se u ut de l'en;>• uni de Nlo, et gai %  si employ actuellement par h National C t y llank dan les achats au cours du mtrch p >ur l'am irtis.> ivoulu taire re-sorlir,— est perlkUamml normal; il est d'ac on! av. r la pratique universelle d n oprations de lianque.et particulirement, en ce qui nous concerne, a\ee les rgles suivies oar le banques tran gre* relativement nos diversai catgories de lire: I 1 10, Srie A, Srie C. Nouvelles Etrangres Variai le ApS ce. expor (tanl et* la r.Hisiueiices ,1,la ,,,„•,,•,• lion donl S'HITO, ne U service de .IMV.'II (Jniir de nos dfKrei.tfs letlei publiques, r.ous reviendras, lil v a ( %  •U, sur la question parliculi re souleve par le •Nouvelliste pour le' litres B, nvec, peisons-nous, un ju' ment pour le m il ur. moins pu t Monsieur le Secrtaire d'Etat, < J'ai l'avantage de vous ac cuser rception de votre dpche du '2c* janvier courant, renfermant le texte dfinitif des Obligations de la Srie M, qui sera expdi,par prochain couiner, The American Baiiknole Company. A ce sujet, je vous d. mande votre approbation du tableau d'amortissement relatif cette tinissioD, annonc dans l'avantdernier paragraphe de votre lettre du 'Il Noven bre 19'23,au ISo F *3, alip qu'on puisse procder l'achat des obligations ncessaires ramorussarui.nlI et ainsi viter 1 accumulation d inlrta e Veuillez agrer, Monsieur le Secrtaire d'Etat, Insurance Le tableau d'amortissement a t galement approuv. Le Receveur linial a dj rserv la somme sulli.-ante peur payer 1 intrt et l'ainorti'semenl sur cette srie, et ces valeurs sont dj dposes h la Banqne Nationale, conformment au second et troisime paragraphes de l'article 2 de la foi du 7 Septembre luit. t Ce troisime paragraphe qui de ma parfaite considialion-j,*! prvoit que U Banque fera les r iAJMAI MUS,.,' partitions applique (aussi bien Conseiller Financier. litiaiWii.ci.t dci Final.r I entre le D tarte meol des Pin in ses el le Conaeil • r Floanoier, at que rVi la Binoa* Na ion i | i esl eh I servira auta il i> r la i"i |iie par m nda p'ial du tieaaerneMal Le faih'e taux de ces ti're p^r rapp>rt au pair jusliti^ lu point de vue exprim par le Co iseil er Financier savoir qu'il u'y a pas | %  ** 11 ii'envi-ager en ce moment les tiraes annuels, qui devraient se laire an pair, a'ors qu'il est cou rant d'user de l'amoit sseme it par achats sur le march des tux sensiblement au desjuus lu pair, Au surp'us, il faut considrer que le m mlant de cinq millions Bl pow I -mission des titres II, n el que n > minai, cetie mission n'ait' i gn.int l'heure actuelle que 11 moi en irai e BS I bilfre. Nanmi'in-, les provisions pour assurer le service de celle mis aion se l'ont en vue durhil'tre de %  mil iooi et i-onformni' bl u d'amortisseim ni ta la ex plique que de fortes disponibilits existent pour le service de ces titres et la dclaration la te par a Conseiller l'inan-.ier qu'une forle prnpoitien de ces titres ont t a :li ts sur le mar h. v,; (g ium (iiirstien.— Dans quelles conditions la Banque nielle fait ces achats ?— C'est celle question nue le Dpartement deaPioaa :ea a 10 rpondre notre confn ri la Nonvelliata : qu'il ignore. I! ne peut, en effet qu'ignorer, canme le Contailler l Inaneii r | g ri ul rrW>m", ju-qu'.i H >|i e la Banque, lai-ant foeelion d'agent fiscal, renie compte de ses oprations,— absolument comme le fait habituellement 11 Banque de l'Unioa PariaiiOBi pour l'em prunl !910, ou la National City Bank pour l'emprunt Srie A. Nous croyons -avoir que la D n que prpare celte reddition de c mptes et nous ne pouvons anlii i|n i sur les jugements porter, encore moins mettre gratuitement en question la bonne foi el la lidlit de cet tablissement' Les oprations de celte sorte font l'objet d'critures courantes dans les livres des maisons de commerce ou de banques; les journaui, de leur ct, notent soigneusement les couinions du maich et les cours de bourse. Il n'y a donc pas beaucoup de place pour des iMiandlM, comme le >up,> m notre confrre le Nouvelliste , et, en 'oui cas, nous U rptons, il n v a pan lieu d'alarmer inutilement I op nion sur de prtendues fraudes. Le mcanisme dit oprations sa rappo tant aux titres B,— c'est Far Sans Fil .'t Septembre BHVNQlVl —Dixhuit navires. de guerre stationnent ici, parmi lesquels 10 apparlie ment SUS Ktats I nis. Les cuniman l.ints des navales navales tran. tiendront une confrence SIIJ lui il liui en vue de la dfense des vies al proprits trangres. BBRLIM. — LMlemagne a ef (.-.lu > aujanrd'bui le paiement ai i n i-i ni ki nr < %  mfortnl' m u iip!>i Di.v's. Le paiement a t reu ni mr I. mi Frcv ci, a Ijoinl di 'i ''''n 1 V taoa, agen pnur les eue is^emeuls des r iM ifl -. MBXI '. Cilj.— Le Prsident Obie. >n a d clar .lins son der nier viege au Coogre que 56. nOO h l'unis rumpri 5OO0 Irailres de l'arme ont pris part h la rcen t• rvolte souleve par A lolfo de h lliifiti. et que la rpression de ce mouvement a coul au Gouver n nent m xicain peu prs soi xaute millions de pesos. Le grand bal da Charil qui te prpare pour le diman'ie 7 du courant au profit de l'Ksjlise de P iionville aura lieu, comme celui WASHINGTONTrois dealro MM amricains ont r. u l'ordre de se lendra Shanghai et la ca n nu ; ore Sacraraen'o Amoy com me mesures de prcaution en rai son de la guerre civile. l'VKIS— Le ministre da lama nue a donn l'ordre aux croiseurs Jules PetT] et C.olmar. actuelle m ul Saigon de M icmlre imm di itement s Shanghai pour y pro lger les iutite frar,i,iis. (.r Souverain Punlile el le Cliol du i|ouvei'iieuieiil italien oui une enlrevue ROME— Pour la | rerav re fois dpute que le Soiiveniii I entit P il lit --on pouvoir leinporel. le chel lu gouvernement italien a eu une conversation piive avec le do yen du Sacr Collge Pendant la visite qu'il lit rcemment a t'.asen tine. le Crmier MuaaoHai l'an Malselco au monastre de Ca in il Dotes ou prcisment se trou vail le cardinal Vanutc.Hi. Le chef fasciste, aprs aoir praaBtl M i pai ls ce prince de l'K n ii eul une conversation prive avec ce dei nier. Daaa laa centres religieux et po UtiquM italiens, on attribua uue grande importance celle visite et nombreux sont ceux qui croient qu'elle n'eut ri m de fortuite. Un sait que la hirarchie des Vanu toi 1 i est seulement iufneure a celle du Cape et on assure que le Piemier ministre italien tente d'ob tenir l'aide du Vaticau pour rsou dre la crise que tiaverse l'Italie. Due iioliliialioii de l'Es|i.ii|iia la Li<|ue dei Na lion M \Ultli) — Les journaux espa gnols informent que l'Kspagne a n dili la Ligue des Nations son refus d'adlicrei au pacte d'aide mutuelle. Kn gnral i presse lait h i l'Ire de j"i'|'y R deux ans qui eut tant de peu de commeulains, mais la nl a ,a suc, au local du l'alais de la •' ^ol dit qu'il est regiettahle que v \ K i. l'K-pagne ail suivi dans cette ques Lee Dame pitrouneaaes, active lion l'ioitialivi ds l AngleUrri el dvoues, font tout p'.ur que la d..n'_ 1 poli iq le a pour h ie le d fte ail le plus gi ami surrs : elle promet en eflel des heures da fran che gaiel et d'aimab'e dlssaa ment ceux qui y assisteront. i.iue tout le monde >e donn rendez-vooa l'lionville diman che. I.a kermesse coreinencera ds 3 heures de l'aprs midi sur la gran de place. Cour le bal on trouver des car tel che/ Mesdames l'erval.Sannon, Perceval Thobv, da Vtndegiea, Louis Delva, Max ire^er, Constan tin Benoit, Marcel \udain, Lilotte Miol, Jules Laville, Jules Paine, Benoit Cassus Roiotpbl Itouey, Lo Alexis at La Dartini Camille. tir d'viter I solement de la Hus sie et de l'.VIIemigue que >eitai ns puissances poursuivent, lie journal juge svrement l'altitude du gouvernement lahoriste devant un trait eslin rendre la gueire sinon impossible au mo'iis plus dillioile. Chine CANTON ( China ) — Le doc leur Suu Val San, Praident de l Bpublique chinoise du sud, a tait la paix avec les ngociants di (an ton et a ordonn l'vacuation de lu ville par les troupes. Le dent insti uanl la loi martiale a t abro g. SHANGHAI— Les force com mandes par Lu Jun Chuang ont dtruit la voie terre allant de cette villa Naukiagcoupant aiu.i u u tes communications avec Pkin, Les avant-gard"s de Chi Sien Vuu continuent leur avance sur Shan gliai, mais aucun combat a'a in core eu lieu avec les troupes de Vun Chuang. Huit du Gnral Delacroix PAHIS— Le inral Delacro.x, ex vice prsident du conaeil m^.e me, esl dcd. Coude le Ku Klu\ Klan HAHR1SBUBG (ILL)— Neuf j dividus appaitenant la secte de lui hlux Klan ont t arrte lleirin en rapport avec lea INB bls d hier durant lesquels A pei sonues out t tues !\ouvelie* divers i BUENOS AIRESSur lea intances du ministre du Brsil, la prince Humbert d'Italie a renonc la visite qu'il devait faire Rio de Janeiro. La eauae de cette d termiuation ait attribue aux r cents attentat! terroriste! qui ont eu lieu dam cette ville. MONTEVIDEO—On dment ofli nullement quun conflit contre la via du prince hritier d'Italie,noie du gouvernement uruguayen, ait t dcouvert. PARU — Le lameux cheval fran cais Kpinard est la favori des cour ses qui ont lieu au Belmonl t'aik de New York en prsence du prin ce de Galles.Malgr la prsence de Xev, gagnant de Papyrus, le pari mutuel est de deux contre un en faveur d Kpinard.On conaidi,cet te m iiiifealation sportive aussi im portante que l'inoubliable lutta en tre Jaik Dempsey et George C.r peotier. GENEVEM Mola, ministre des affaires trangres de la auia te, a t lu prsident de la L14 ia dei Natiom. AVIS Mii t lecture Lei Frres d I lo'lrin lion 1 lire tienne vienner.t d'diter leur li* Ihode de lecture, illustre de gravures d'aprs la reproduction d'un certain nombre de photographies in'-n Publique est dit avec soin, et cartonn d une fam solide et l gante. Sur la couverturesetrouvent les artn*i de la Itpublique aux couleun national B), Meilleurs compliments aux boni M de l'Instruction Chrtienne dont on ne saurait jmiai t> p louer le dvouement et apprcier les mthodes d'enseigueinem Le Garage Kaeei vieut^d'insLaller un jappareil moderne pour clianjer las lialteries. avec ce nouvel ippireil nous pouvons recharger les liallerieb en luul heures. Faile l'essai de charger voire batterie "eu IMel joiirm'e et conomiier la localion d'une autre DtttW '• %  • Du issai sulliia pour vous convaincre et t/OUa Of chigerez voir*) batterie que.ptr cette mthode moderne. SA-TI-JXI -:


  • Le Matin
    ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
    Full Citation
    STANDARD VIEW MARC VIEW
    Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06258
     Material Information
    Title: Le Matin
    Physical Description: Newspaper
    Publisher: s.n.
    Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
    Publication Date: Thursday, September 04, 1924
    Frequency: daily
     Subjects
    Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
    Genre: newspaper   ( sobekcm )
    Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
     Record Information
    Source Institution: University of Florida
    Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
    Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
    Resource Identifier: aleph - 000358166
    notis - ABZ6468
    System ID: UF00081213:06258

    Downloads

    This item has the following downloads:

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )


    Full Text
    T
    UlflQTHUH PROPRIUTaURE
    Clment Magloire
    BOIS VEHNA
    1318 Ru Amrloalne
    NUMERO ^0CENT1MES
    Hatin
    Quotidien
    FIL* O
    WumWos Mmo-
    PAN W
    Mais iju'importe un honu
    Ikuiiiuu et l un patriote du tjuel
    i* parlent les applaudi?.e-
    iiienls on les sillleti, s'il sait
    qu'il lait son devoir,_qu'il sert
    son pays el qu'il a pour lui la
    vrit et l'avenir ? Paul Dcschaitl
    TELEPHONE No 242
    18me ANNE N" 5302
    PORT-AU-PRINCX (AJTI
    .M Iil \ SEIM'EMBRE 1924
    LWssenie&tet les achats en bourse des Titres B
    '
    au tableau d'amortissement des
    obligation Sria B, j^ vous in-
    forme que j'approuve le tableau
    que vous m'avez soumis sous le
    couvert de votre lettrj du '.' i
    Septembre 1923-
    Je suis d'accord av^c vous
    qu'il y a lieu de co nrnen.vr
    sans retarl lea acha's pour l'a-
    mortissement de ces ob'igi ions
    Mais la loi 'u 27 S plemb e
    1122 ne cont -nant pas da dispo-
    sition* e* ^ard, vous vou
    drez bien me litre connai're v
    tre avis sur h procdure qu'il
    convient d'adopter.
    Ag ez Monsieii" le Con-
    seiller, la?surance de ma ooa-
    sid'ation distingu1.
    Augusta MAGLOIRE
    itirrss du luUM-illrr fiiu.nin
    H Fvrier 182t.
    t Al' SccftTxiRi d'Etat des
    FinaNCKS ET DU COMMI* i
    Mr le Secrtaire d'Etat,
    J'ai l'avantage d vous ac-
    cuser rception de vo rv
    che au No K-25, du 2 Fvri. r
    l'.t2i, par laquelle vou; m'in-
    forn /.que vous avez approuv
    le tableau d*amortiiMin -nt des
    titres de la Srie 15 et ma d -
    mand' /. mon opinion, vu l'ai)
    sence d^ toute disposition de la
    loi du 27 Septembre 1922, r-
    glemmtu t la miti <*.. :o ic if
    nant la prodcre qui doit tre
    employe.
    t L'article 2 de la loi du 27
    Septembre 1922 prvoit ce qui
    suit :
    t Ces titres de la Srie B por-
    teront intrt de o o|o l'an et
    seront mis par la Banque Na-
    tionale de la llpub'ique d'il i-
    ti selon le mo I dtermin par
    le Secrtaire. d'Etal des Fiuan
    ces d'accord avec le Conseil-r
    Financier.
    c Va II*cireur Gnral d ta
    D .uan.s rservai a chaque in >is
    un sonna stilli aille sur les
    recettis douaniers et les reve-
    nus gnraux de la Rpublique
    pour 'e paiement des int ir s et
    amortissements des Titres de
    celte Srie.
    t Cette somme sera dpos i
    la Banque qui en lera les rpar
    titions.
    D aprs le premier paragra-
    Fwawces Tw [VGoiniBRCB; P-ie ci-dessus reproduit, on s'est
    entendu ; u sujet du texte des
    titres de la Srie B, duqu 1 est
    tir ce qui suit :
    c C;s obligations seront ra-
    chete* au moyen du Ion I? d'
    mortissement, soit au pair par
    roie de tirages au sort annuels,
    soit par achats en Lourse au-
    dessous du pur, selon un ta-
    bleau d'amortissement confor-
    me celui tabli pour la S-
    rie A
    Notre confrre le NovvdUs'e
    avant agit dans des conditions
    qui paraissent un peu alarman-
    tes la question des achats en
    hoirie des titres B, nousevons
    t, nous aussi, aux renseigne-
    ments pour avoir les prcisions
    ncessaires sur 1er deux points
    suivants :
    Est-il vrai ue les achats
    en bourse annoncs par le Cou-
    seiller Financier notre eoa-
    trre et effectus par la Ban jue
    sont ignors par le Dpartement
    des Finances ?
    2 Daus quelles conditions
    la Banque (ait-elle ces achus?
    Nous exposons ci dessous les
    renseignements qui nous ont t
    donns au Dpartement des Fi-
    nances.
    Sur ht iireiiui'n question- I la
    sait bien que, une fois l'entente
    tablie entre le Dpartement des
    Financ ia et l'Office du Conseil-
    ler Financier sur le libell des
    titres B. question reste fort
    longtemps contro/erse entre
    ces deux offices, -- un Tableau
    d'amortissement fut tabli pour
    organiser, selon l'usage et con-
    formment la loi, le service
    des intrts et des amortisv *
    ments de ces titres. Voici la cor-
    respondance change sur m
    point :
    Dpartement des Finances.
    28 Janvier 1924
    Au Conseiller Fi.nancieh
    Monsieur le Conseiller,
    Sous ce couvert, je vous en
    voie a toutes lins utiles le text
    dfinitif des Obligations de la
    Srie B.
    < il est bien entendu que l'o-
    mission de ce* < Ibligations corri-
    prendra des coupons de Cent et
    de Cinq cents dollars, dont
    Trentecinq mille (3>> OUU) pour
    les premiers et Trois mi le
    (3.0U0,) pour, les seconds Ci-
    joint le texte crayonn.
    Recevez, Monsieur le Con-
    seiller, l'assurance de ma par-
    laite considration.
    Auguste MAG LOI II E.
    Itirrai Cisailler Fiuirirr.
    30 janvier 1924
    Au SecntTAiHE u'Etat des
    achats, suivra la pratique usuelle
    des autres I anques dan* des ca-
    semblable; K le achtera les obli
    galion* au cours du march, en
    firen^'il Min de ne pas augmenter
    e prix ilu march. Aucun pro ,'-
    d spml, mon avis, n'est n-
    cessaire. Un suivra le m^m> ir>-
    cd suivi par la Binq e Ji il
    ninn Parisienne dan Isa luis
    en bourse pour l'anmr'i- ament le
    l'emprunt de 1910, et qui esl em-
    ploy actuellement par la N il >
    n if Ci y Bank dans les acli
    co irs du mtrch pour larao-'is
    se u ut de l'en;> uni de Nlo, et
    gai si employ actuellement par
    h National C t y llank dan les
    achats au cours du mtrch p >ur
    l'am irtis ria A.
    surtout te que nous a>.> i- voulu
    taire re-sorlir, est perlkUamml
    normal; il est d'ac on! av. r la
    pratique universelle d n oprations
    de lianque.et particulirement, en
    ce qui nous concerne, a\ee les r-
    gles suivies oar le banques tran
    gre* relativement nos diversai
    catgories de lire- : I1'10, Srie
    A, Srie C.
    Nouvelles Etrangres
    Variai le
    ApS ce. expor (tanl et* la r.Hisiueiices ,1,- la ,,,,,,
    lion donl s'hITo, ne U service de .imV.'ii (Jniir
    de nos dfKrei.tfs letlei publi-
    ques, r.ous reviendras, lil v a
    (U, sur la question parliculi re
    souleve par le Nouvelliste pour
    le' litres B, nvec, peisons-nous,
    un ju' ment pour le
    m il ur.
    moins pu
    t Monsieur le Secrtaire d'Etat,
    < J'ai l'avantage de vous ac
    cuser rception de votre dp-
    che du '2c* janvier courant, ren-
    fermant le texte dfinitif des
    Obligations de la Srie M, qui
    sera expdi,par prochain coui-
    ner, The American Baiiknole
    Company.
    A ce sujet, je vous d. man-
    de votre approbation du tableau
    d'amortissement relatif cette
    tinissioD, annonc dans l'avant-
    dernier paragraphe de votre
    lettre du 'Il Noven bre 19'23,au
    ISo F *3, alip qu'on puisse pro-
    cder l'achat des obligations
    ncessaires ramorussarui.nlI et
    ainsi viter 1 accumulation d in-
    lrta
    e Veuillez agrer, Monsieur
    le Secrtaire d'Etat, Insurance
    Le tableau d'amortissement a
    t galement approuv. Le Rece-
    veur linial a dj rserv la
    somme sulli.-ante peur payer 1 in-
    trt et l'ainorti'semenl sur cette
    srie, et ces valeurs sont dj d-
    poses h la Banqne Nationale,
    conformment au second et troi-
    sime paragraphes de l'article 2
    de la foi du 7 Septembre luit.
    t Ce troisime paragraphe qui
    de ma parfaite considialion-j,*! prvoit que U Banque fera les r
    iA- J- MAI MUS,.,' partitions applique (aussi bien
    Conseiller Financier.
    litiaiWii.ci.t dci Final. 2 Fvrier lfc'2*.
    c Au Conseille Fi.na.nuei'.
    Monsieur le Conseiller,
    eKii rponse votre Itt're question des tirages annuels,
    du 30 janmr dernier, relatif jU Ban^ en faiiant
    l'amortissement qu' l'intrt. Il
    faut seulement que la Banque
    achte la quantit ncessaire en
    b tarai au dessous du pair, selon
    U loi, n'tant nu leni nt nces-
    saire, vu le pli* actuel du march,
    d'envisager au moment actuel, U
    les
    . Veuille/ agrer, Mon-iour le
    Serrlaite d'Etat, l'assurance de
    ma parfaite conwliralion.
    W. W. r.UMBKH'.WI").
    Conseiller lun c i r.
    Il ressort de celte < n -| B-
    dance que les <-on liii im l!
    ques dans lesquelles .Lui m faire
    le service les titre Boni bi u M
    iHili ies d'aoo >r I entre le D tarte
    meol des Pin in ses el le Conaeil r
    Floanoier, at que rVi la Binoa*
    Na ion i | i esl eh I
    servira auta il i> r la i"i |iie par
    m nda p'ial du tieaaerneMal
    Le faih'e taux de ces ti're p^r
    rapp>rt au pair jusliti^ lu point
    de vue exprim par le Co iseil er
    Financier savoir qu'il u'y a pas
    | ** 11 ii'envi-ager en ce moment les
    tiraes annuels, qui devraient se
    laire an pair, a'ors qu'il est cou
    rant d'user de l'amoit sseme it
    par achats sur le march des
    tux sensiblement au desjuus lu
    pair,
    Au surp'us, il faut considrer
    que le m mlant de cinq millions
    Bl pow I -mission des titres II,
    n el que n >minai, cetie mission
    n'ait'ign.int l'heure actuelle que
    11 moi en irai e BS I bilfre.
    Nanmi'in-, les provisions pour
    assurer le service de celle mis
    aion se l'ont en vue durhil'tre de
    mil iooi et i-onformni'
    bl u d'amortisseim ni ta la ex
    plique que de fortes disponibilits
    existent pour le service de ces ti-
    tres et la dclaration la te par a
    Conseiller l'inan-.ier qu'une forle
    prnpoitien de ces titres ont t
    a :li ts sur le mar h.
    v,; (g ium (iiirstien. Dans
    quelles conditions la Banque ni-
    elle fait ces achats ? C'est
    celle question nue le Dpartement
    deaPioaa :ea a 10 rpondre notre
    confn ri la Nonvelliata : qu'il
    ignore.
    I! ne peut, en effet qu'ignorer,
    canme le Contailler l Inaneii r
    | g ri ul rrW>m", ju-qu'.i H >|i e
    la Banque, lai-ant foeelion d'a-
    gent fiscal, renie compte de ses
    oprations, absolument comme
    le fait habituellement 11 Banque
    de l'Unioa PariaiiOBi pour l'em
    prunl !910, ou la National City
    Bank pour l'emprunt Srie A.
    Nous croyons -avoir que la D n
    que prpare celte reddition de
    c mptes et nous ne pouvons anli-
    i i|n i sur les jugements porter,
    encore moins mettre gratuitement
    en question la bonne foi el la li-
    dlit de cet tablissement' Les
    oprations de celte sorte font l'ob-
    jet d'critures courantes dans les
    livres des maisons de commerce
    ou de banques; les journaui, de
    leur ct, notent soigneusement
    les couinions du maich et les
    cours de bourse. Il n'y a donc pas
    beaucoup de place pour des iM-
    iandlM, comme le >up,> m
    notre confrre le Nouvelliste ,
    et, en 'oui cas, nous U rptons,
    il n v a pan lieu d'alarmer inutile-
    ment I op nion sur de prtendues
    fraudes.
    Le mcanisme dit oprations sa
    rappo tant aux titres B, c'est
    Far Sans Fil
    .'t Septembre
    BHVNQlVl Dixhuit navires.
    de guerre stationnent ici, parmi
    lesquels 10 apparlie ment SUS
    Ktats I nis. Les cuniman l.ints des
    navales navales tran.
    tiendront une confrence siij lui
    il liui en vue de la dfense des
    vies al proprits trangres.
    BBRLIM. LMlemagne a ef
    (.-.lu > aujanrd'bui le paiement ai
    , i n i-i ni ki nr < mfortnl'
    m u iip!>i Di.v's. Le paiement
    a t reu ni mr I. mi Frcv ci,
    a Ijoinl di 'i ''''n 1 V taoa, agen
    pnur les eue is^emeuls des
    r iM ifl -.
    MBXI '. Cilj. Le Prsident
    Obie. >n a d clar .lins son der
    nier vie- ge au Coogre que 56.
    nOO h l'uni- s rumpri 5OO0 Irailres
    de l'arme ont pris part h la rcen
    t rvolte souleve par A lolfo de
    h lliifiti. et que la rpression de
    ce mouvement a coul au Gouver
    n nent m xicain peu prs soi
    xaute millions de pesos.
    Le grand bal da Charil qui te
    prpare pour le diman'ie 7 du
    courant au profit de l'Ksjlise de P
    iionville aura lieu, comme celui
    WASHINGTON- Trois dealro
    MM amricains ont r. u l'ordre
    de se lendra Shanghai et la ca
    n nu;ore Sacraraen'o Amoy com
    me mesures de prcaution en rai
    son de la guerre civile.
    l'VKIS Le ministre da lama
    nue a donn l'ordre aux croiseurs
    Jules PetT] et C.olmar. actuelle
    m ul Saigon de M icmlre imm
    di itement s Shanghai pour y pro
    lger les iutite frar,i,iis.
    (.r Souverain Punlile el le
    Cliol du i|ouvei'iieuieiil
    italien oui une enlrevue
    ROME Pour la | rerav re fois
    dpute que le Soiiveniii I entit
    P il lit --on pouvoir leinporel. le
    chel lu gouvernement italien a eu
    une conversation piive avec le do
    yen du Sacr Collge Pendant la
    visite qu'il lit rcemment a t'.asen
    tine. le Crmier MuaaoHai l'an
    Malselco au monastre de Ca
    in il Dotes ou prcisment se trou
    vail le cardinal Vanutc.Hi. Le chef
    fasciste, aprs aoir praaBtl M
    i pai ls ce prince de l'Knii
    eul une conversation prive avec
    ce dei nier.
    Daaa laa centres religieux et po
    UtiquM italiens, on attribua uue
    grande importance celle visite
    et nombreux sont ceux qui croient
    qu'elle n'eut ri m de fortuite. Un
    sait que la hirarchie des Vanu
    toi 1 i est seulement iufneure a
    celle du Cape et on assure que le
    Piemier ministre italien tente d'ob
    tenir l'aide du Vaticau pour rsou
    dre la crise que tiaverse l'Italie.
    Due iioliliialioii de l'Es-
    |i.ii|iia la Li<|ue dei Na
    lion
    M\Ultli) Les journaux espa
    gnols informent que l'Kspagne a
    n dili la Ligue des Nations son
    refus d'adlicrei au pacte d'aide
    mutuelle. Kn gnral
    i presse lait
    h i l'Ire de j"i'|'y R deux ans qui eut tant de peu de commeulains, mais la
    nl a" ,a suc, au local du l'alais de la ' ^ol dit qu'il est regiettahle que
    v\Ki. l'K-pagne ail suivi dans cette ques
    Lee Dame pitrouneaaes, active lion l'ioitialivi ds l AngleUrri
    el dvoues, font tout p'.ur que la d..n'_ 1 poli iq le a pour h ie le d
    fte ail le plus gi ami surrs : elle
    promet en eflel des heures da fran
    che gaiel et d'aimab'e dlssaa
    ment ceux qui y assisteront.
    i.iue tout le monde >e donn
    rendez-vooa l'lionville diman
    che.
    I.a kermesse coreinencera ds 3
    heures de l'aprs midi sur la gran
    de place.
    Cour le bal on trouver des car
    tel che/ Mesdames l'erval.Sannon,
    Perceval Thobv, da Vtndegiea,
    Louis Delva, Max ire^er, Constan
    tin Benoit, Marcel \udain, Lilotte
    Miol, Jules Laville, Jules Paine,
    Benoit Cassus Roiotpbl Itouey,
    Lo Alexis at La Dartini Camille.
    tir d'viter I solement de la Hus
    sie et de l'.VIIemigue que >eitai
    ns puissances poursuivent, lie
    journal juge svrement l'altitude
    du gouvernement lahoriste devant
    un trait eslin rendre la gueire
    sinon impossible au mo'iis plus
    dillioile.
    Chine
    CANTON ( China ) Le doc
    leur Suu Val San, Praident de l
    Bpublique chinoise du sud, a tait
    la paix avec les ngociants di (an
    ton et a ordonn l'vacuation de
    lu ville par les troupes. Le dent
    insti uanl la loi martiale a t abro
    g.
    SHANGHAI Les force com
    mandes par Lu Jun Chuang ont
    dtruit la voie terre allant de cette
    villa Naukiagcoupant aiu.i u u
    tes communications avec Pkin,
    Les avant-gard"s de Chi Sien Vuu
    continuent leur avance sur Shan
    gliai, mais aucun combat a'a in
    core eu lieu avec les troupes de
    Vun Chuang.
    Huit du Gnral Delacroix
    PAHIS Le inral Delacro.x,
    ex vice prsident du conaeil m^.e
    me, esl dcd.
    Coude le Ku Klu\ Klan
    HAHR1SBUBG (ILL) Neuf j
    dividus appaitenant la secte de
    lui hlux Klan ont t arrte
    lleirin en rapport avec lea Inb
    bls d hier durant lesquels A pei
    sonues out t tues
    !\ouvelie* divers i
    BUENOS AIRES- Sur lea in-
    tances du ministre du Brsil, la
    prince Humbert d'Italie a renonc
    la visite qu'il devait faire Rio
    de Janeiro. La eauae de cette d
    termiuation ait attribue aux r
    cents attentat! terroriste! qui ont
    eu lieu dam cette ville.
    MONTEVIDEOOn dment ofli
    nullement quun conflit contre la
    via du prince hritier d'Italie,noie
    du gouvernement uruguayen, ait
    t dcouvert.
    PARU Le lameux cheval fran
    cais Kpinard est la favori des cour
    ses qui ont lieu au Belmonl t'aik
    de New York en prsence du prin
    ce de Galles.Malgr la prsence de
    Xev, gagnant de Papyrus, le pari
    mutuel est de deux contre un en
    faveur d Kpinard.On conaidi,- cet
    te m iiiifealation sportive aussi im
    portante que l'inoubliable lutta en
    tre Jaik Dempsey et George C.r
    peotier.
    GENEVE- M Mola, ministre
    des affaires trangres de la auia
    te, a t lu prsident de la L14 ia
    dei Natiom.
    AVIS
    Mii t lecture
    Lei Frres d I lo'lrin lion 1 lire
    tienne vienner.t d'diter leur li*
    Ihode de lecture, illustre de gra-
    vures d'aprs la reproduction d'un
    certain nombre de photographies
    in'- Benoit Couba.
    Cet ouvrage qui esl approuv
    par le ministre de !'lnstavrli<>n
    Publique est dit avec soin, et
    cartonn d une fam solide et l
    gante. Sur la couverturesetrouvent
    les artn*i de la Itpublique aux
    couleun national B),
    Meilleurs compliments aux boni
    M de l'Instruction Chrtienne
    dont on ne saurait jmiai t> p
    louer le dvouement et apprcier
    les mthodes d'enseigueinem
    Le Garage Kaeei vieut^d'insLaller un jappareil moderne
    pour clianjer las lialteries.
    avec ce nouvel ippireil nous pouvons recharger
    les liallerieb en luul heures.
    Faile l'essai de charger voire batterie "eu IMel
    joiirm'e et conomiier la localion d'une autre DtttW '
    Du issai sulliia pour vous convaincre et t/OUa Of
    chigerez voir*) batterie que.ptr cette mthode mo-
    derne.
    SA-TI-JXI
    -:
    *


    LE a, Tl,
    r*
    DEPURATIF <.
    W MANGET
    Ui
    ?
    MtUtUt* m Fimmii
    Vfca* m Sani
    Varie**, Glande*
    MauvaiM circulatio
    IVtalads** d. Pmu
    lUteur d'ig*
    Nettoie
    le Sang
    I* DrMX*r **, OCTEUK MAM
    G '; r m -".r lr mii^ \l\ Ifle et essaient
    irai II vita ntiM tel arec-
    SlMI fi unr imbuiliiiii I
    le* al.mrut* au ralmrlXNe-
    u I. nulritiun laaSeH*, nihme.
    BetlUa, ihuniatumfa. ne-
    vralfic* IrtaMaa, nturathtRif, insum-
    I !4lM|U*, Illtl.l BfO*,
    mifr.i i
    a*mt, Il r^giiUrivr la flr-
    In ai 11 i
    In ma-
    i-. i jirctl lr
    nul .
    t C'ieti Pr i i
    . i i
    '^^Ta6,srat3i*aTJEsaacccw :
    lerge Taillant Consnjnaaire pour
    Hati
    Le chmage peu-il re prvu ?
    Certain* p \- lsblisieni min
    i>naol des baionieln-s .n.n nn
    qurs.htinde |.r.'v, ir lis p";"1'1"
    u rosiitrite BUOrsaile itdf d-
    pres.ioo #cr)iicn.iMnp. Ce l.arom
    lie conomique CSt destin a
    tir le mon'.e indu^liiel I s c
    ui-iicn con.miqu's imminentes
    et doit permit! re de pi end i.- en
    , *.*ovBortio, dw eetm r"
    veotives .onlre lei nunaces du
    '"'' 'lude r.rule du Nu eau
    jnlMi.aliooaldii Travail, i..-*' '
    . Comit onom que de la So i
    t de* Nalioas, OSpOM lesmlbi
    des etnuloNes dans citain (u\-
    ,.ourla pftvbk" ,lf> fkclMitlom
    tionomique*.
    l:>rt rux Etats UlS qui: "-
    procds ecienliliqu* sm.l l,!'h
    Knrsli^t. mais lit M S0Ug
    lement dlo| G snds U
    Ugne tl dan l'EUTOfS MB ""
    *La era\it nomiques. Be 1- ch6s eo ij
    dn llequMU mlrslp* m. I ';
    eosiande partie de labeuc.de
    prvision. Si les ItKmsn *o t
    nia a mme d prfet l avenir
    a,ec assez d'exal.tude. il y a Uni
    decioiie qua ce* Htctoaiioai m
    ront moins accuses 8 il .portait
    probatlt. par exemple quuna
    ri d) ds hausse d s prit t" ''' <
    salin, pour faire paceaum l..n>;<\
    et si les lotissssim loi I iteili,
    lM fabricanls rduiront a leii i
    leur produ.Mion : l'encornl-icrn. I
    eurlemar.li .ers donc moudre
    lorsque la baisse annonce au. m D
    dra et celle l>aise n.mewa pro
    bmblemeut moins forte A nai le
    ralentissement de la produel o ,
    entran par 1 l.aivse d. s pris, e
    it moins marqu II >> de s i q e
    la stabilit .coin mique qni n r
    ,ulleraserad-.ulanl plu- p rliit-
    que les donnes permettant la pr
    vision seronl plu? e>actes et pli s
    compltes.
    Ladotdelafeme
    Puisqu'il est d'usage, un peu
    partout, qu'une jeune Mie apporte
    son fianc non seulement ^es
    vertus, sa jeunesse et >on tes i
    mais encre une somme ronde
    pour l'aider vivie, qn OU in c I
    mettre de dite quelque a mots ur
    la dot de la forme
    Les |
    ui liilt .
    qui froisse gniulement le pr (en
    du it jette le premier brundon
    d'une guene intestine fa r|Jn a
    piolge, jiih)u's un CCIlaie point,
    Les pareota prvovsnli ojaricol
    k-ui tiile sous le lg me dola Je
    l'apport de la linnce a moil s que
    celle-ci, scit psr persi iiIob, s. il
    par crainle. dlgue soi nui
    lous ses pouvons 11 peut alois
    grer le petit bit n i rAnBM in ro
    taire,non psrent.Lorrqoe le n i li
    di| ! de la dot di.ii* f ton ibsO
    lue. il cherche, nslurellcinart, a
    la fsiie fiudilier on n'a j ni I
    assez d'srgent parle ttmp<|uicoi.rt
    ol.tViC la me il ai re volont monda, une en lien' bonie f>i. lis
    que le capital il 101 dl sffaJn I dt
    ban lue, industiiellcs ou coin u i r
    cialen S il i e.-l pi- hiur. ux -
    cela an e, Le petil svoii s cri >h
    ao fun >e et U d iiiuo s'j wi ,> e
    lu fei :
    Je ne viens pus pr l
    mes de slii cl i 'a dlii.;
    leur mari daus las ut t
    | et. mei- je rappelle limidemsat
    a hou.m I |i- lu d" ii tl n r
    L.oi'i " P*'1 lJ' '
    sous peine de I rt "' ' '
    le pu 11 il i mbsriaa s'ils
    n i il k n si '| m i li ui I K.iip Q ie
    d- i--. me* i 11
    r. i .le > i midi Li ui l ' ;ir
    g< nt du n iii'. K
    rstil 'A eombii n monl |
    il .' Peut il eanotl >- r i u -' i''i
    ver .' B'ri gnreui ou
    Elle* ne s'en dooli ni p'-1'1 vlvenl
    rnmii 'U i Ml I rese iu le loil
    i iiniuf*l. La meii lise un pei si n
    lorli quelle la m II n
    srapHIa aprs ' ( uisnh^re L'ure
    fait daoaer hsi se du pat l'ra
    rin i, be u Ire ua doul 'e
    fond e! I" m s.''onn
    qup l inlrie n *o ni li
    que tout aille k I m l'i
    La i' m i '
    mari si ni ehi
    cher, eomme fi I
    n lil p ilt t nn i' n de la
    lemm" I
    ImIi '<
    palan dli enl
    qoe plus le | Il
    paver par leui les
    enfarts possd roi.1 [>*
    Irimoine.
    5 i la femme Uil "u-
    rant des affaires alla sers il i
    d(H n 1re, car II : '''
    il, alri slli esl rsisi nn bi i ne
    damai de qn i ilil '"
    pre i t es la I mu.'
    n- |i'Hi-.al>le. j ' pi'a un
    | oint, et alla
    lue de fourmi
    I i si < 0011 : I u l
    dpt sacr. L'honi I
    n'y li.in li .|ii i' ni '
    li-s r nies. Si l< ni
    spars par a > I '
    commun, e' m-
    m- doivent sa |
    de leur roui lagm
    Li femme i >! le
    mari sans for toi
    ssnfaals Ella fers son ti i
    mml rt d mm ra la port il uie
    l'ami qu'all >l < i ut
    et r su tombeau cl que la I. im le
    n ji Heiail 00 nui: un intrus.
    Eat ce nu i onUtira le m i
    qtij est ri'h '.' Il son,; i i si
    i iniii', - crire ion t va- ir
    n';i j m lis 111 tnuurii ton
    ne Il lui laissera u part,
    non comme* 6 une ml < i . dil
    la'loi. unis une porli 'il plus
    lar^'P, eu souv nu mx
    jours passif.
    La dot de la [en par-
    tient pas au ni u; lu
    Il eu jouit, doul
    grce elle, largil rs,
    achte uni1 lu le t u uo li
    de connu, ne,
    d'une cou Ie aui n ui i
    coiii'iiciVi n parce qu'il esl mon-
    t sur ua ta '|ut
    p le i. i. que lui
    il mu iode l'un '. i n peu plu*.
    ,1 reop ici pour la dot, u
    p'tii i un mr poui la I m u '.t
    luil< u) li lafoii ' '
    lituation in ipeud mie, en d -
    lion .
    qu'on soit q e |u un et vu
    la m ih'-i aiiou al la tdi Ireai
    siens.
    Si/vnn: CARON.
    Dcs
    .Nous apprenons la morl de Las
    ktauiy, le commerant bien
    connu, d i di ee matin k l'ge de
    T i i. s.
    Il s monl I r u di
    m in m de i api midi
    1 i ia de 11 mi isoo
    m.nul Ru N
    7 ". I l'A a-la l'un r i< pour
    1 Ai r e.
    Sic I II .iii, s aux pa
    r nls prouvas.
    0
    [|..( i pis >ir qOO
    la l'importante
    , :.. Ca i I
    Ira ml J "
    . '.....U
    -i
    La maison S1LVEUV
    Maison H>",LVEB *'" d(' recevuir |.ar e de
    lien steamer lea uueci suifantede oue IraicLcu
    L.
    ni rs s|
    1 tl.-s l'iiv
    r
    i n la:
    Mariaye
    I. i l'Egliae Seul .l.,veph, ce ma
    tin, a l" i-''' i ni.iiiaj reli
    |l ioi 'I Ml li ii" rhilippaan,
    F, o ploy au nb m ni de llela
    (ioi- Esl ' 11 Mlle d !
    l'iinieir.ilili' i Ifiicier ministriel Vlil
    eanl Joseph, v'adeinoiselle Maria
    Jjoopfa
    L msrii nnl '! conduits au
    i I IUt< I par M.elame Louis
    U |va al Mr Chai lea Slurpar.'
    Une bri lanl ri i ap i m fui I it i
    auv loviUi 'I i -.lous des
    poux l'upont H s.
    Nos meilleur* vieux accompi
    gnenl les heureux poux.
    Parisiaua jg*
    Ce Soir
    RoultabilU
    viioi les ttjikiii
    4 *,5rui Je .k'iiiu epiNodra
    Iv tret; 1.00
    On jouera nu'me il pliul
    eu ee- pisodes seront expdi*.
    Vendredi
    Lirr*uTvmi t lea*attuoM i
    LES TABLISSEMENTS BYLA
    ri-api-anx de j aille fin.'l'.t;iiio, toutes spe 3
    ( liapcaux (le laine d Italie
    i jeanx ttu tre d' la.n
    llaptiste l-'ine poui elieiliiSO*
    i'ussor 111 anglais
    Tnssur le scie anglais ;i bar es ^j r I eu is.c i. obos
    Satin de obtlM | our tail't'ur
    Msitez no s toujo rs etdi'ina. d.z tout M dont vou*
    avez bes i m
    i ustrino po ir t:1 illeur
    Uoict e tn.ir tauliour
    ll.itl lucre, l'i- a.ncr icaiii(iiouv'aut
    Urtll iil blanc & uitioii anglais
    KaUi Jaune anglais e .tra i|:jalit
    Zaphil m glaia sup. poui liemiscs
    'loue a " coton 8.) "
    Itatis'e fine pour chrmise
    Du,- vitiia noire Bnison vois convainc a le la bon-
    ne qualit de nos atlii les et i. h mo 'tciteS de nos
    prix en comparaison avec eu. d'autres nutaona de 11
    place pour les articles similaires.
    Heinvrciem ml
    Lea ii aillaa \ lg nie Supplice,
    laose Hoal, Bra i I ri, ire SI
    Pleur, t'.H>i nir etc, i ni I in
    amis de SI Marc, iei Q iobIsm .la
    l'urt au l'r'iiie al II locali-
    I li le i ont lonnd un lm >i-
    B00C4 de l'o ses i n le
    ta p rie dojloir i il qu'allai o it
    pr rett4a Veuve Dofrna li>ph, a':*
    ma CA IMIR
    len t i. be le i if, h Ha m -,
    jr i il m ire, I inte il i ouiina, -n-
    r-via leur a lioa i M Ko il
    i ni.
    Petit n'I : P & un!
    fi v ',;; ts ET i:\ D "//.
    vingt goiiria)* i r sa
    do quarante invrmuai.
    chez. L- iiuponr
    Hue du y ..i NO itMl
    en face de la gare Me DonaldJ,
    Louage d*aulo
    Pour mariage et voyage, on peu'
    a'odr uu u. :,i it gfph
    al m d'un heau Huuk
    u i xliudrei.
    Avis
    au C'ramerce d'Hati
    l'ar la fusion du 81 octobre
    la 1 sCoopietiva < entrale
    des Ag iculleura de outbec 2o Le
    (' i I' I ft| rallf de Montr il,
    :t i Lu Socit grico. d- produc
    l, un d- sein, ne >. raliHe par la
    1 i le de Uubec
    le Jl Dec. i i ! pria nai>aaoe*j
    la Coop tvrivK i ., 'h i,M
    qui a iOO cooprative! loealea afB
    lies it c|ui compta t.').)00 me:u-
    br action n di i
    frsproohsi icmenl j'aurai Thon
    i iir n- s mu lire au commerce
    I uls des fermes ca-
    de premire nmuill
    et A lis p d permettant de faire
    OBI uni u o ilislci8aole.
    .1. Elouard Mnvn s
    fort au Prlneo, ( lliilj)
    enlaotaxrluaif pour le< li-
    pub i |'i'- d Hiiti el Dominicaine.
    la belle perspective qui
    uvrir pour les denres
    1 es, j'ai I honn ur d'.ippren
    i iporlalaur< ! Haiti que
    io li m ii-m Lai tb, Mak-
    i M nlraal (Tanad.i)
    rooli i [no hsinemenl sur
    lea m ireb* nallieaa.
    J. Edouard MONTS
    li p, i icluiil de la Maison
    Laporte Mai tin, Ui d
    pour le> Ri p. I Haiti el Dominicaine
    Lea enfanta
    adorent la
    GADUASE
    dlicieux Sirop
    framboise qui
    ~pr- remplace avanU-
    ",rTT geuaemenl l'huile
    de (oie de morue
    i' rpugnante, indi-
    geste el trop
    facilement altrable la chaleur.
    La Gaduase purifie le ang, Uraule
    l'appetu. favorite la croiaaance, accrot
    Ici fore es el la rsistance aux maladie*.
    Produit expriment avec tucce*
    dam lea Hpitaux franais,
    En vrnlf dans toutas Us Pharmacia.
    tfaal Ck MACNANT

    fi Le Purgr: Ida 4
    c'att la
    Pilule du DrDehaut
    /
    147, But du Faubourg SamtDtmt Uns
    Facile prenlra,
    N ncessitant aucun prparai,
    (II* a* provaM Jasait 4* ftt
    Supprimant la dlia,
    11* M SeMlitt fit I* mtUt*.
    N'exlieant pas ir ttpot I la chambre,
    11* a* caatt hcii* **rt* I* taaps
    Plut activa qua ton la* Imllilret,
    II* ni, sar [MsiisMl, oins chert
    DOSE : *tM*Atrvt, ta* aiiuiaa
    % iiHini, nui*

    Changomanl il adroaaa
    tn ia DacaWlier
    .V. /:;', Ru. Ut C m
    Dana l* blo- i i ilr" le
    Hues du Peupla et du Ceolra.
    Un rasoir pour les gna
    presss
    'HiMbui plui qoe jamais
    sv< .lion r ceule la li
    IHEMIN Ltso ofr.e
    au coi il ijii de* arlicles
    de 1 brairi i, papeterie, livres et
    ' lii'" srticlss reli,;
    articles de boraao, etc. etc de*
    I r.i'iiable*.
    P.m r lea i ni dniooi et renieigoe
    luotils, l'adrcuer i :
    3, I-'ilniMr.l MON"
    Porl au Prince ^llaiti)
    8* raaer rapldaruent n'ait pat facile
    part il,a rasim*. Avec le
    I i ,i Valet AutoStrup. n.n
    CVst le raeoir qui "ee
    i.init". La mme lame
    I i panda** dea temamea, toujoure
    II.fa. toujoura douce la peau.
    L'eaaayer, c'eel l'adopter.
    le Rasoir
    Vaf
    Auia^Sxwp
    irx^Muee Itmm
    INJECTION PEYRARD
    Depuis plus de 40 an* guirit U BLENNORRHAG1E
    et tant Ecoulementi rcent* on Chronique*
    231 ARABES GURIS sur 332
    (Extrait d'un Rapport dea Midmcin d'Algir)
    C'itl II rmkdi qui i toujours imi lis illliirs rsultais
    IN VE,\TE DANS TOUTES BONNES PHARMACIES
    SPCIALITS PEYRARD DAI.GER,46, me de Grenelle, PARIS
    r
    A Port au Piluva ; i'Liiiuiucle W. UO('M ci toute bonne Pharmadea
    PharmaceF. Sjourn
    Donne avis sa clientle et aux mdecins et au public qu'il a
    iraotsorm son Liboraioire d'Glogte en uu LaboratoreJda
    biologie appliqu sous 1a Direction du,
    Dr Hicot et t. Sjourn
    Le la'orato re es ou en loas les jours de7 bres du mstin C
    o oral d s ir p-1. lou oj- les ricberch s ai analyaea priuesdan
    a' nno'C d iciDtei ->ui,curie
    W-.S8B.- eoostauto Ure Scrt rie
    ' e mardi de chaque serraine.
    S'. !raa*v a 1*1 pojrjeareoaeig'j u-i.ts*
    t e* arioei i ' iju-i
    actn do 'Assjerman'i
    ' l'i-n ife Tnboulet,
    tiamen du s t, e du pus
    fcaajBea cei m^ljres Ioales
    fc.\.ii ?ri te cDuths*
    Albuwmo tmJw
    ' or s'rr*e ljr MArr'> >s
    ETOILE &VjVENUS"
    Etoile Filante
    Manufacture de Tabacs St-jean
    Produite rbputf e npprc'
    En fr.ee da la Bai qua H tialeNo 1535
    3ic ycletles, bicycletei
    a
    le*
    Kabrii|iioe pal* la grande Stfcit Manufaclurit'r*"
    d'Armes et t >cl.s de ?>t Etienne | France ) la bicy-
    clette Svolte est la seule qui runit la fois louleo las
    qualits de perfection requises do nus jours.
    D'un fini Irrprocliahle.il'uuj lgance iiuliscutabla)
    et d'une solidilo incomparable, ta uiLyclelta SVKLThl
    est munie de tous l<-> tlotiaMolraa: rin|ia, clef, pnous;
    ot chambres a air Michelin.
    G'es'e lu grande Marque
    qui est sorti victorie"se aux plus importantes preu-
    ves sportives dans le monde entier.
    En vcnlc chez
    Nicolas Gorilasco
    A
    \


    LE MATIN
    Chez F. Lavelanet C
    ncifDDeJtVaffon Kaifel Grand'Rce
    On trouver.; des >arcbaodise< arrives mi le
    derme harnais tell, s qui' :
    < Vnednr9dhnfth,'"pqueJla,quK Su : I Kw
    (..irteaOr engrar deu.*, | roclulta Pharmaeeuftqu i el nfeia
    in ps , b;.J^A,fre''la *"'" N-'ialit contre
    ;,;djUltl:' Pr-"tonnoir8.toules espces vons antiseptiques, des douche, lavements, des t l
    besen.-aoutrl.ouclu-elde.^auborrt d'Lpsom, ,1 .
    glycero Phosphate de chaux, des ttines et poire
    &TlCiJf-.7 "''r1 ''"* crme alimentaire
    de Mais pour les enfanls
    lprtlCl1r.Stfn.mrh>- ,:outeau^ inondables Arfl.nti-
    les,. I retelles fines pour homme-, llenl'llea fines
    On trouvera aussi tous artirl s pour mercerie. lin
    S! #!" ).!n' "c*i88e loueur, | < gnac et des article*
    de fantaisie et de mode.
    Produits GaUbaud tt Ko'a Ascencio en stock
    >cs prix sonl avantageux, puez nous voir, pour
    vous en convaincre. F
    N'*Blf" L*. cn'me alimentai de Mais est aussi ne
    vente dans les maisons suivantcs:|'harmacie Bourrai
    ne, Pharmacie Boyard, Pharmacie Lamartine (-...mille
    Lope Hivera, Pharmacie Centrale, chez Simon Vieux,
    et dans toutes les bonnes maisons Pour les condition*.
    de gros el les commandes s'adresser a
    1 Lmlanel V\ Co
    PHONOGRAPHES
    Vous trouverez fi la
    maison
    L PREETZMON JiGGERHOlNI
    Des Coluiiiliia , el
    des disques de toutes
    beau l.
    A <$ F PEARS i im led
    P, ur avoir I. leiol Irais el conserver toujoara intacte
    relU Intrieur, servi /. vom des excellent pr.ditti de la
    lam< ..se marque i. tt F. Pea;sliiuii?d England ; tels que :
    Savons transparents en bcj.ies. Hifii transpa-
    rents en ablettes Fine podre de laie t poudre de
    Talc pour Bb. Htons rouges pour lvres.
    . En vente cluz Simon HeUl et illn d Yieux
    Demande* le
    Rhum Bataonrt
    110, Rue des Csars
    TELEPHONE : :m
    (jrautl Htel de France
    Position exceptionnelle, au centre les sllairs*,
    i proximit de toutes les Baiii|ucs, de la Douane et
    de toutes les Agences de bateaux.
    enseignements el laeiliis pour voyager eo auto-
    mobile dans tontes les parties de Li lepublique
    d'flaiti et de la rpublique dominicaine.
    Chambres confortables et surtout tra propres .Ven-
    tilateurs dans les chambres i la demande des fen-
    sionaires. Cuisine franaise trs soigne et des
    plus varies.
    Ikn.andez visiter tes migain
    de l Htel :
    F Vins des meilleurs crus de Bordeaux, par bai ri
    ques, damejannes, gallons et par bouteilles, Parmi
    les Vins de chteaux, vous trouverez, le plm graud
    eboiz, pjur les qualits et pour l'Age
    ,Y1NS L'ITALIE A DESPAGNE.
    VIN DE B< iuRGt KNE (blancs et rouges et le renomn
    Sp-iklint) Butuiiiidy
    ( Pommait! mousseux, g< l Amricain )
    Le plus grand assortiment de Liqueurs, Co<|nar.
    gius. \viskies, etc.
    Absinthe Pernod, Amer Picon, Vermoutlio
    CUNbERVES Irancai-es 'I amricaines frache-
    ment arrives.
    ClUSkRES de Cuba, iVurora oi tlabanera.
    Cl fARBTl'LS de toute* lesffll>riq;i3N ,| Moili Gros
    et dtail
    PAill-l MLHIE et Cartes postales.
    } ix tt es modr.
    tonmpr bkjcl'its
    Gro el Irlajl
    Rhum Nectar
    Ch ?;;1Y. Gaeljens
    1140, Hue'du. Magasin de l'Etat
    117, Rue Bonne Foi
    8510, Kae Courte.
    TELEPHONE: 347
    Cocirfau a:^bip Corrpanylac.
    4 *
    le iteamer t Martinique* ayant laie
    Ntw~York h 30 ncir coul est
    attvii'lu 1 or/ eu Prince le ~> coum
    ant vu Cap uttten. Il epartira le
    n.iin four pour Petit Gcdv^ Hira
    (l'une, Jfrmir, Caye*,]acm9l, King
    u.n Jn. et le port de la Colombie
    prenant fret et pasgagers,
    i o i an Prinet, le '.\ Sptembr Mi
    (jbura C% Aiients.
    Vous qui voilz achatsr
    De bonnes jolies, et Iralches marchandises, ailes nhaz
    Paul IL Uixila
    Rite Traverire Magasin de Etat
    Visitez nos belles gabirdiiif) de laine pour costu-
    mas, nos diagonales noires et marines, nos casiniirs
    pis fantaisie, nos pahn-heachs nouveaux ; nos Faux-
    cols en toile d'Alsace,'ous modles
    Tous les articlos pour dames, tous les Parfums
    d'Iloubigant, C.oty, l.imni et Itigaud.
    (jrand clioix de Meuble*, Lits, Miroirs ete.
    P P. Iclii/i
    Tourelles, Cornes, Boni us
    { li;iines,Pdales,Ian ihes,
    Support pour bicyclettes,
    Oiriiis pour rparation
    liicyclettes, vclomlrei,
    Sperdomlre.Selles.'avniis
    rondelles.Conneet m pour
    pompes, Ressorti pour selles, l'neui en
    talon et (il.
    Biciiclettes pour Dame
    W. Quinlio Williams,
    Port-au-l'iinee
    Pholoyraphic Nouvelle
    V7, Hu> du Centr
    (lu le liasanl d'une prciiiMi il.' nous a u.n.lui, nous" utonsjli1
    merveillt la vus de* travaui photographique!, ureuMt sousjs
    direction da M. Clodomir D. JUSTE, phoiogtsybi Htacb au Upar
    tement les Ii\.ki\ l'.iM
    0paw ! oarUt puetalei raprsenlaol lot uw de loin Ut poinl<
    iol in -siui- .lu pa>s, jatqu'aui Ifraa li teoeatt tuivaot let dernier--
    ls m i lerna i, tout la uvragi la ! .hlis-Hemeot tont
    i -1, ii < tstMoiblaaoa pari ilta 11 d'un Hi i in ,......' tb
    Ajoutai cela qua las prix aoot moI jua al l la p ii^de tout le
    ,u 11 r. viil liatea a i'il hul p ir taira ia ta <'< i Moufelli la rao-
    \>t/ vou 'tu moi la > in iSt.
    Ceci n'est pas lire
    t'.ar de la Uclame je ne sais pas en la|r.
    Cependant si vous passez du cote du Buroau aie l'A al
    ministration postale, a la Grand ltu<-,
    km lHCllltilfi hl\uUllil
    .1 la onuciincB
    Vous verrez' que les chaussures (pis oe soit sur
    commande ou non sont laites avec joui, solnset so-
    lidit, parce que les ouviieisqui les confectionnent et
    les ni'aiTiaiix qui y soit employs rpondent et jusU-
    lienl le iitreda la maisen.
    -
    Le Cu'n i0j7.Rue Courb3 Po*l au Prinei
    \Ous prie le venir visiter son assortiment do tis-
    sus, spcialit de Calicots suprieurs, /pliirs, siama
    Indiennes, Voiles fantaisie, (.ouvertures de lit. lia st
    Chaussette, lapis cir et Damass nappes| Farmei
    de chapeaux, Souliers tennis
    '' JNoua avons ouverl un ravo,i de Tasses eu paras-
    laine daitioles rniills et de miroirs moyens.
    Los prix sont les meilleurs.
    ermoiilli
    A-de
    Ayeub


    LE MATIN
    lift:
    IEI*
    P..... -Ip, .o pneus, i^ de8 cK.nbres ai.- Oood |* lu,. !....-t
    pMission d'air teintante.
    les charnu ,ir lo-ge, UU I-T son. p p.*... P c"*"-1 1*** **
    i l'air de s'chapper.
    Chacune est labrique et inspect, soigneusement- Ensuit, on ia uloe... et la .b~ * ***
    p ndant vingt quatre heurta. Chacun, d'elle d.il tre pariaitt.
    Les Chambre, air gesGood Ye.r assurent chaque achtttur une dure et un service e*eptionn.l.
    \ i *r An MiaUli-^.1*
    ^hettzles, pour'le jr commodit,service et cono nie, un prix U.ttCi'jp plus has que celui de* autres ta
    inlcircure.
    Good Year Red Tubes
    TlieVVest Indies Trading Compatiy
    Port-au-Prince, Gonaves, Ci p- a iiien
    OlJWEHTUHil
    DU
    Iirch Cristal
    N 1028, Grand'Kue,cn lace des Grands Vins de Bordeaux.
    MARDI 12 AOUT
    Cet laMisse lient de chok qui vient combler une lacune dans
    notre milieu met en vente p trlir de celle date a louie
    heure du pur,ds viandes fraches de toutes fspeces
    et pjur n'importe quelle quantit.
    DES mi SPCIAUX SONT FAITS IIP HOTELS ET RESTURMTS.
    Vous trouverez ce que voua voulez et quand voua vules.
    ,u, chaaue cnal * la Maison dlivre une %+? l* -** ***"<*
    1 de l'article ainsi que ta valeur paye.
    U. 0*1 doU-en, Mr. p^ta en MK a'une tlerie <( aura' ^JgSlS^ '"' ^^ "^
    aagi' droit a une prime Cinq Dollar, en marchandise.
    Ds aujourd'hui en route donc pour le
    BIiRCQGftSt\iL
    ..
    .#


    University of Florida Home Page
    © 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Powered by SobekCM