<%BANNER%>







PAGE 1

' C&!M4Tin • • ff •#%-? %  %  ,!-* i C le heur et la l.i vie. La pro! M tien Je a tanl I %  et incisa FLiudsion Sec t F rojuit de la viguein nergie, et tant un alil concentr, die domine toute fuibiesee et renouvelle lea fore ^. L'Emtdsion Sc"il | votre sant, non eeulement /uh pendant l'enfance ; i. la / vieillesse, mais pour toute lu vie. Accessoires pour Bicyclettes Gros el Dlails fourchea, Cornes, Boulon, lii ; m's,P('d;ls,lancli'S, Support |.< or bicjelettea, Outils pour rparation bii yeletti s, Cyclomtraj, Iperdou lte,Se.les,rayons rtiulrll. s,Connecteur pour pompe, Resa>ii* pour ae' P**oi nw t.ilon et lil. Bicyclettes pour Dames W. Qufntin Williams l'crt-au-l i;i ce Parisiana DIMAMGHE DD film aux dcors somptuetx. Jou par de l>uiis*:ni-urLU ffLC 5 parties Entre ; i gourde Balcon : 2 gdes. — La pluie a contrari a m prsentation d'hier soir, PJRI n'a pas jou. "Vari ls DIMANCHE 5a3Urraioe r ta dVmiverte i PAOSOL • fait l'objet d'un conxmr alcaUun 1 rtcadmli 4* Mddormide Parla du prefaiseur Latsabatie. maMett principal d U marine, taCleo professeur dee CcMea de mdecine na.ela. • Noua avom eu looteMon d'tudl>r la PAGEOL el Isa rcsullate toujours excellente, t parfois onnuta, que eoua avooa oMa> oua noua permettent d'en afOrnier 1 efficacit abaoue •t ooDtUste. • VAMIANINE Avaria. Maladlaa de la Peau f-roduii ciTUl/iflu RUCOVAL P.mmee. non toiiaua saille les ...... tt la mu, SERGE VAILLAXT, Consignataire pour Hati lerge Taillant Consignataire pour Htrfti •a— epeelea •( rtoi grades eaneiicltit. %  nililiuui eoer la aaata, IHWIW ta Hm (MSKMI mtlm^t. et Wittatllmnaa pairTaiiaal Chu. Mme WFrmir 1114, .venue John Brown (Lalu Chaijes roses,— Verres hoir*, Vtiiti < lisospegna AIIH les, Coufai ,Foureli. 1 -Secrtairerie d'Eiat d l'inirienr mai AVIS A partir du 1er Septembr prochain, et en vertu des. in tructions du Dpartement d I lierieu l'uni ir ene .Niii" 1 s' nVditen pi 'le loirni (min | ave.'. I d ignatio* l. 1 Moniteur m i bien av %  • %  e t ; tre de • .1 mrnal i liii''iel tu la R.W. i ii' d'Htrti Po P la ••. i 10 oV 19'.4 Il Fn m i .11 B L iUivt V U Ls enfants adorent la GADUASE dlicieux Sirop frambonc' qui zrrenipliccavanUgeutrmrnt l'huile de (oie de morue rpugnante, indigeale et Imp facilement altrable a U chaleur. La Gaduaie purifie le ang, itimule l'apptit, lavoriae la croiaaance, accioil lea forcea et 1a rsiatence aux maladiea. Produit —.pe'rimonti! av-c uccea dana le Hpitaux franais. — En Mb dana toute, l Pharmaciea. A„.< Ck MAGN \NT Prix du Flacon : S franc. &9me Benue Otirtrieon l'n^icmim d* GOUTTE RHUMATISMES NVRALGIES Dr. BENOU. l, Rue Ballu, %  Parti. BUGGYS De la marque Luth Garriage avec harnais anglais, en vente la maison L. Prcetzmann-Agq^rii'm Avis Je ioiis^igni'p, '•eiliiit^ voir per du le H %  !•• j. ISM du Sa i ->l .U'a I ommissi u H. Italien |.,v ( ..ii f, %  Ituiv -'.Ivaul a li Miinii e de C ni |i ur.les. •* %  rou |"|!III M j.. la cime nul duplicat* devant on eli rclam. ut m Pih.ce), 1lcoft' lOii Mme Aur i Gl ILLOUEL DOGASTRINE Admis daus les Hpitaux de Parla CtlflH instantanment : Crampes, Brlurea, Aigraura, Spaamaa douloureux. Nauaaa, Vartlgaa, Vomiaaemanta. Dcongest onne le l'Ole, facilita l'oo ilement de la Bile. Tris cf'icice contre les OaatroE itritea des pays chauda. En finit dtni lovtM 'al phtrmttitt D k pAt gnral UkarMatmP ZIZINE. RataiCaari. rkWk iltVx Pharmacie Al. PETBUi bonne, pharn.ciaa X ai M *. fr*** 4 I Au Nord : du rivage de la mer partir de la bonne pnihlixe dea %  abitatiens U an.eralle et Robert, U ligne va au l'ont de Chu net relie suivant une dirci tu n Sutl 68* Kit ; et du l'ont de < liatncnlle la route de Lelmi- Miivent la lue tiea Nord Sud ; de l, la ligne suit les sinuoiils de la roule de lel mu justju au carrefour (onduif an au chemin de Prdelller ; .de ce iroier point, ftiivnnt ui e direc tioDsud iO" Ouest Juiqa' Itroatc de Ptionvitle, iravtiaanl Bl D do, peur .boutir la Sonne de Turgeau suivant une direction lud 3o Ouist ; de la Source de I ur M u suivant une direction Noid |o0 Ouest jusqu' atluudre la route de Dfit/, dont elle mil le %  inuosits jinqu u pou t o ele lencontre le seulitr qui polouge la rue Toussaint Hrave.de cette ioection au Canelour I cmlle tt la SourcrjuVaitelly, suivant une di rection sud 8*< SOoutat; de la h.our ce Marteilv au Port Mareredi.O l labouic'e Leclen : de la Sooree Leclerc la Botrct de I iqatai, en auivaut 1 Aqueduc actu I; d la Souict de Liauini au Monuiuenl daTIu-r. (t de U, f "'•*? i , ui viol une diiection -Noid 1,,ufc -J %  S Toutes le paitna 4' % %  '4ten ,nt de ces nouv.Uca liuntt |ua au' UakibmiUe, .i.l fsrlicle i o l'arrte coi.ht.luenl Ifl ban Uasjaa de la \ ni. qui eioi.l m mi nistres par le Cot, il U n.n.unal, conforn.ement la Loi sur Ita Un aeils co.nmunaux il au loi sur les impositions du et tes." A vendre Une automobile Overland en bon tat. Prix : .00 dollars. S'adretser je Texas tomp. m | vendra Un buss Ifc.cu SaVUrsUMBl neuf avec accessoire*. \ ifilea auv ateliers de H Centrale des Arts et lit tien ait Mh ^ •>'*.m •* -^^aK^N*. % .•JrV'~ Il existe Une force laquelle il est bien difficile de rsister—c'est la force de l'habitude. Malheureusement, cette force nous fait commettre de frquentes imprudences. Vous entrez, par exemple, dans une pharmacie o vous demandez un remde contre le mal de tte et vous le prenez sans savoir ce que c'est ni mme comment il se nomme. Pourquoi courir un tel risque? Ce n'est que par cette force de l'habitude que vous tes guid. 11 faut toujours, quand il s'a-it de soulager une douleur quelconque ou d'abrger un refroidissement, demander la CAFIASPIRINE (Aspirine et Cafine). Les meilleurs mdecins la prescrivent de nos jours de prfrence l'Aspirine simple parce que ses effets sont beaucoup plus rapides et qu'elle augmente les forces en rgularisant la circulation du sang, et surtout parce qu'elle n'a jamais d'action nocive sur le coeur. On l'achte en *POCHE ROUGE" (/IFl/ISIRIrNE tubes de vingt comprims et en petites "Poches Rouges Bayer" qui contiennent une seule doee. • •as ::'" % 



PAGE 1

MI5SING I5SUL



PAGE 1

tMKfiCTKUR PROPRIETAIRE lllPRitoEUR Clment Magloire BOIS VEIWA 1316 Rut Amer loti ne NUMERO *2Q CENTIMES Quotidien FILE OPY Celumsws Memorisl L brery PAN AMBH'CAN UNION SEP 10 1924 Ont socit sans tspranc sans^loi dans l'avenir, si com me' t 'un homme'.peidu dans I: dsert, comme une leuille mor; : miijroule au jr des vente. Il est bon de combattre Pigoo rance et la superstition, ma -, il Irai les remplacer par d s croyances rationnelles. Leoi Devis TELKPHONK Ne 242 18n:e ANNE N a2U8 PORT-AUPRINCK (HATI SAMkBl 30 AOUT 1014 ORIENTATION POLITIQUE Dans quelle couleur d'encre tremperons no re plume pour exprimer ici le langage de la raifon tant pour ceux qui la possdent d ne la pratiquent pas, que pour ceux qui se boucli.'iit 1rs oreilles pour ne pus l'entendre Quelle couleur poli ique r. v.tiia noire pense pour cailer toutes Ir s suggestions de hain s, d'indillrence.ile parti pns.d'uijtiatice et de vengeance, alin da montrer tou 0 au in lit u de tout ce qui a de dit, lait ou entendu, la voie o tous, quel parti que nous appartenions, nous d-vons nous engager pour le salut commun? V.\\ bien aprs avoir l'ait da notre Patrie cdle femme en guenille dor.t tou es les p!ai< s s'ouvrent bantes aux regards insolents, nous avions oublier le lass, puo'i'tt ,',. i e I tu , t vouloir son r. chat, sa i uriion, Oomme puisque nous ne voulons pas c %  racfa t av. c l'intervention amricaine que notre ceadui'e avait favorise, il nous restait le tenter av. c le Gouvernement, — quelle quen soit l'pithle, — reprsent par l'l ment HatienTel est le problme qui se pose? lomment l'avons-nous rsolu? I Cn ouvrage qui a lait beaucoup de bruit, ( u Europe, par ce que sa publication rvlait des question? d une haute importance pour la paix mondial •, jxr s t'' 0 0 '" 1 * contient une dfinition assez brutale de ce quon appelle Je lirait. Lisons: C e 11 mot de droit lui-mme, daiIKurs, ne voyt/-\o s pas qu il est d'un vague dfini ? cUiiconmence-til.olinitil? Uuand le droit exi tera til et quand Dexislerartil pas? Je prends des exemples. %  Voici un L'iat : La mauvaise organisation des pouvoirs public, la turbulence de la dmocratie, l'impuissance dts lois contre les laclieux, le dsoidre qui rgne partout vont le prcipiter dans la ruine. Un homme haidi s'elam e d. s rangs de l'aria toraue ou du sein du peuple ; il brise tous les pouvoirs constitus ; il met la main sur h s lois; il remanie tout.s les institutions et il donne vingt ans de paix son pays : Av;iitil le droit de taire ce qu'il a fut? II • Lors donc que llaliel commun se trouve entrav par la coalition des fores locales, debout acharne, ferme loue concession, dcide prir, sans nul souci du dferrai o l'int ri de tous va trouver sa perte, il ny a ni patri itisnu.ni bonne toi, ni dsiritr, , m „,_ ,| y a me sorte d'anarchie morale, de sentiment de destruction voisin de la folie. Il n'y a plus de coalition politique dans ce cahos des forces vitale d'une nation, il njr a que le seniimentrvo'utionnaire qui s'anime pour devenir une sorte de furie qui voudra tout anantir. El Q mine p*rvU-1 plus de eut uns.l'rii, r^u t'est £ ni< t< escalader les Biri li s du l'on voir, ce qui nous restait de force s'annihile d ni la loi e de des truciioi, | iene %  A ne vouloir combattre le Pouvoir que dans l'homme qui en Sal le chef, p rce qu'il est dit on, l'obstacle la ralisation du lve que l'on croit national, I > iprit de chicane et de haine s'est associ !out le contingent d'ambitions sourdes, de patriotisme! rabougris, — u >e \\ m qui inurt du Spasme de lim p is ance et du mpris d tre in co apne Si dans notre conception d'une patrie rachete, rhabilit nous nous en prenon* u'aborj aux hommes que notre b nue vo'ont, notre s ig ss ; ont appels au Pouvoir, quelle couleur de lgalit peut av >", n rtre r v n ration, si, d lai* gin t le PJIIV >ir, o-g-ni de la Nation lgalement constitu06. elle arbore le drapeau des enthousiasmes irrflchis, des as sauts insenss, et des corps corps sanglants Mais, quand la Haine, le geste irrllchi, la conscience dtraque, la Folie, eu un mot, sa dresse au d'nui de la N lion pour lu terroris r, l'entrainer dans queltju 'S puits, n y aura l il personne possda-i la rai ? on et s'y conliint, pour dire te bande affole: Tu n iras pas plvt loin ? qu'aux reprsailles de la p'um! irrflch.e, teinte de sang aient rpon du le frmissement du glaive de la loi et des mesures nergiques, o est le mal ? CrSK l le droit le la g terre Vas vu.ris 1 Cest i m-si le boit du Pou. voir: droit, pirce que les mesures qu'il dtermine sont approuves par la masse. l'ne rvolution dans tel mœurs ou dans les institutions d( l'Ktat qui reut sa t Sanction de la majorit re >it ipto facto sa lgalit c Pour justifier un coup d'Etat, il suffit de 1 1 fnre approuvrpa le. sulfrag; popul, ire, dit Machiavel . III Voulez vous descn Ire avec nous un moment dans le peuple, le populo, celui qui a tou jours soullert, que vous avez toujours trouv prt f tire le coup de leu au Bel Air.au Mur ne Tuf, au Fort Si Clair, 1 1 Siline, parce que vous lui dil h / que le coup de leu chasse r il la misre. Vou'ez vous q ie nous d scendions ensemble dms sa pense pour en suivi volutions, dans son cœur pour en conditionner les mouvements Vous ne nous suivrai pas, parce que ce peuple, vous ue le connaisse/ pas, vous en avi/ toujours voulu faire un instrument de des trudiea et de domination, vous ne lave/ jamais aim, nous n'avons 3 u' c miter les coles tablies ans les sriions c il dvore sa misre, nous n'avons qu' tudier le fond ornement de ces col's dans 1 Pass pour nous dili r •ur le cara< 1re de vo're am ur du peuple ; nous savons donc que vous ne veudre/ pas voir le mouvement de sa pense et le rythme de MU cflpur. — Mais vous les connailte/ par nous. Eh '. bien, le peuple a I. libert. Nous ne comprendrions pas un changement politique quelconque s'il u arborait ce drapeau-l. Mais quelle libert Il n'y en a 3 u'une, celle qui repose sur l'Or re, fondement du voit, < est & dire l'harmonie des intrts reiperlils, la libert, c'est a dire le droil de | "i • line.uenl m rga u -iii m le i \g iculture, dans I s Iravaua des rouies, foi che oint I i i, lia is las dill'rontes cul 8 prise* qui se f ml sur la sol d'Hati, •I doil \ lutoir i.ili-er le g gne pain de la masse, et la pr • loml n m c del main d u-iivie oatio na'e. IV I ue certaine lisciplincs impos u c ructie. Il n est pa* d^Iro > (t'adoi ter i| ni|i e m su; es en vue de tonner l'ducation plitiqtl d tous ceux qui disent aimer ce p i; et qui as.iirdnt a le diriger ou e J 4, ni sa rlirtbililalion. .N IUS avO' s toujours pens que l'u'uvre du salul nation t ne doil ae rep mer que sur la loyaut,— de lu part de cent •[ li gouvernent, en caitant les causes de haine. qui munirent 1 tranger con bien pou nuis respectons uolre dvi- et om b i n nous Kommes inapte.au pio |Ti mural, parle caractre imula cnb e avec lequel nous nous ju g-'ons les uns les autre*; loyaut de la part des gouverns, eu appor tant I exercice du droit de ai:i que, la logique qui dcoule de tout acli bon i u mauvais, l'ide de justice it lii dpen lance, in disprnsab es a un examen srieux. C'est vouloir prendre le• n Ihousiasmes de l'inconscience pour des mani e ts ions de la raison que nous crons entre nonun obstacle ce que nos effortsi dsireux qu'il soient d'aticii dre un unique objectit ne peuw ni y aboutir, leur directii n n tant pas unilatrale.— \ouloir paoeerqa'il appuiliei.l uniquement au Pi uvoir de drargei un or Ire de chota reprsent par la conven ion de 1915 et l'occupation amricaine imp ique un manque de tact poli tiqua. Nous n'avons pas exin. ici si Je l'ouvoir se montre, comme l'opposition le lui reproche, Irop docile devant la coopration amricaine. Miis tout la monie •ait que l'orrupati >n est arriva avant le (iouvernemenl de Mr Su dre 11 ut | :enave. — Or, pour la rpousser il et fallu d abord ne fa ai e,jli r le Pouvoir, t qu i que pensent nos coatndieleuf, le gouveinement qui aurait i la cooptialion, n et lait qu uni .ai.ii" hie, la maiu mire r ur toutes les biacches de IvAauniaUtration, sans aucune parts l'lment Ha tien; jour que quelque • 1 J • i rt iauiJu naifragi, il fallait que upalion trouvai i qui parler. On dit qu'aprs aw, r n mm un go..verni ur en l'omit i aini< le gouverniment des Blatl L nibien oblig de le rapp< -I, r 11 joui s ci I on sait qu'un gu ment autonome y a t constitu. Mais est-ce que la Dominitanie a t occupe dans les nmes condi lions qu llaiti Aucun Hatien ne peut dlirer qui I occupation fa.te en llaiti a la suite des massacres de juillet puisse s'y ternher. Qui peut dterminer par qusls moyens la paix aeetmoar de hiib-i-ler dans ce paye oi l'aaprit de haine et de rej r saill s n'a pas disparu ? Nous n'avons pp. encore ail -i nous sommes drids Bareber tout secl-i n<,i H\ nb idoles d tnei et ai, sur eet e d'flaili. imi'b^e du Sang dan N^re d'Afiiijiie, ruuiou,c est due N I %  I.II .', laiaots, de touti s les suines nergies et de leatei lai DUJBBI I I, sera notre mol d'ordie et de | irae C'est nous noua dbarrasser de l'Occupation Anllcafoe, mais par une bonne roktnU aalaaaai ni manr'i-! % %  %  i cooprer avaelaPoQ 'o r national a erier une lorce oto aie qui ni oui lie de l'ampriaa trangere. Un ne veut pas du Pou voir actuel, pane qu'il l'appuie sur la force trangre'.'Maia noua voyons de Dai i."ienave li i u in Hivernent nouveau <|iii, a a'laO lr 'I in le P] -, nous in DS au Salut : c sont lecrations u n iii les Iro .NCil un %  \ i .iii il uno polie nivelle sur l'Avenir: |4-irde iiiihiil-s ou infri mores, ilac i aphes, intitutricaa, ai ni elle, c • %  i • ntrepr se a l'Kcole des Sciencai ppli qulaa, de un h mmai 'r uva it une cari ^sr auaa el .!e> aoy t tin, par l'api' la l) ICI lion llniaie cl<'s in\ tua Publics: ce sont lea crations o le larvia ; d llygiae i >rrae des chefs de Dil ms ces cra lions la. Mtin M| elle pas mena ce par l'oli-lruclion de politicieoa daabttaa qui hier, pour arriver a ix plus huiles -iiuiiiou-, n ont r c il devant au un crime, devant aucune orale al q il ipandanl, aujout'il h n pour se raaeatif foui prounner ici et 1 Klrangi r le l| u le d un |ia\ s i unie jini l'aide trangre, apra av ir offert aui liions du Pass le spei lai le de leur in-i li-nue et de ledr — M nla pivi i • loin d %  paii, il Vaut nue II :., vivia que il ,us la paix Pour v >luer, il lui I u( l'Ordre, fraie de la Libert et s Hirea du Droit. Catta libert, il ne le oomprao dra et I aaarceia • in ai i ment que li le Pouvoir est proi i op le par fane l'du atioe p ilitiqua de pas pie, en i> i aoaaigoaal le respect de IDlUtUtioi s. | i lOUOitlien aux loi, la eeoil lie dans em |i U admiolal eol rt gouvernent et 1 es pi il de jus'ice Bllei l'appliqueraient bien en eore k notre tal politique cca parolei de Wnldeck lions M an %  i.li bien, le rle du Qonverae nu ni. i est de procder i pour discerner la volool dominante du paval l'afHrtne que li on le eonauiteil non pas dana rertaioea rupti ma, ou dans certains de ses cratres, la peja vrai, la ib tiaui celui qu on n'en li 'l psa aaaez, i BH pat l p .m-./ ,1 u,i il |„iit surpren dre l'opinio daoa *> %  s mamf sta li n toul mi m,, s, et pour aimi dire dan* lei mdit al iona et le re 1 de son n i > i|, on trou rerail qu'au deee as de toutes lea rontrover-es uno volont se dga l'afflrae, la volont de eona aprs tant de soullran cei, a; i i d'preuves et de la crilice. un oidre de choies telle ment dUnitlL ti-lliment durable que, n'tant plus oblig de faire face l I excursiona nn : iliser aux rem f l ies troupei, n'in, dana une part qu'il n'a j irn igner su dtriment de la (ir.m de llretigne un trait coni nvque avec les Sovie*s q il lui permettra de a'e npirer d-is gise"eii|, pftro litres lo U H it• blesas par les vagues giganUa q ies qui balayrent ses ponta peu d ml la tempte Le vapeur danois N rdfarer a eu sou capitaine M Mudsen enlev par nu paquet •I • mer. Essai du nouveau ipatid dirigeable imnotia FRIEDRIOHSHAFBN-. Le dm r-'ililo construit pour le gouverne nient amricain a ftit un estai da •I ni heures sur 'e lac de Conatan co sous une pluie battante ; on croit que le dirigeable pourra par tir le |n septembre destination des htnts Uni. Le voyage durera environ cent heurta. Dans l'aviation IVIOTIT— A cause du mauvais leiupv laiaviale rs amiiiaina ne partiront que vendredi pro -hain k destination de Indien llarbor de ce deruier point ; ils se ren iront k Cari Wright ll<\ qui se Iramve k 40 milles d. cette dernire vil Dans l'a lininistration pu ^Miijnc Irancaise PAU.I. goiiverncmint est d ; i d introduire toutes aortes d'con raies dans les dpensas pu b'iiues dm le but de niveler le b idgi i el de fortilier le crdit oa li nal. MM || rriot et Clmantel sou mettront h roniidration du parlement te rentre en Octobre une Iule revise des dpenses na tiona es. autour d'une uccession A li suite de notre enlrelilel d'hier paru sous cette rubiique notre ami Me Fdgard llyppolile au cours d'un entretien que nous svons eu avsc lui nous a promis de nous faire parvenir une rectili cation en rgle tant en son nom que pour ses confrres que nous publurons lundi eu bonne place et pour l'dification de nos lec leurs. Les mois J stops Tu ttenililes ? — Oui, nuis c'tft de Iroid" En l7'i:i, Jean Sylvain Bailly l'ancien praident d la fameuse s* nui du sermeal la salle du jeu de pi'iui l 'ancien maire tout puis sant de Paris lut condamn l chafa id H fut par un matin gla nal qu'eut heu 1 excution— Il pteuvjit neauoonp — 1-es apprts du supp ice taient inleim oab si et le condamn glilattait t u sans | nlotte lui dit alors en riant 'Tu trembles, Bnilly •• fOui.mon irai, rpliqua re'ui qui allait mou ir, mm c'eit de froid." Dans le cours du mois prochain il y aura du renouveau dans la monde mioonnique. lu Muni Lilian Ce sera M. Albeit Me Guflie qui sollicitera les suHragei de ses frrei en leur demandant de proro ger son mindat comme vnrable pour une dure d'un an. De l'avis des mac ms lea plus auloriss toutes les chancei lui sont acquises. lui Cœurs Unis M. Jean Jaques Dessalmes Ois se prsentera galement le U du m-ine mois, pour succder M. Abner Joaaphat, vnrable en eier cice de la dite loge. Tout fait croire qu'il sortira vais queur de la prochaine lutte. Dcs Nous avons appris le dcs sur venu cette nuit Petit uoAve de Mr \ltima Fabien, l'ge de 70 SDS. L'enterrement sera cha main mitin a Ihgliii pami No.. 11 l'irpenl-ur Na than Fabien el 4 Mme Raph-' Jami nn i"'r' -on loi -'not-s. Les vols aiidieieti\ < "iiliniient... Ce malin,ven quatre heures,ds voleurs ont pntr ctim M. Joubert Pk/N HiV lirand'Hua et y ont enlev une valeur de .100 gour dea et deux costumes. Cette nuit nue dnlalivn de vol a eu lieu galement chez M. Beau prin 17, Rue Kouiain. Fort heureu sment l'alarme d mne, le voleur s'est empress de 'excuser. Nouvelle dlimita tion lielaCapitmU Par un arrt pria par ton Ex Je Praideat de la Rpublique la date du M .Aot contant et pu btia au Jourual Uliiciel du SS, les limite de li Ville de Port au Pria c ti* 1:1e mil :


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06256
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, August 30, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06256

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
tMKfiCTKUR PROPRIETAIRE
lllPRitoEUR
Clment Magloire
BOIS VEIWA
1316 Rut Amer loti ne
NUMERO *2Q CENTIMES
Quotidien
FILE OPY
Celumsws Memorisl L brery
PAN AMBH'CAN UNION
SEP 10 1924
Ont socit sans tspranc ,
sans^loi dans l'avenir, si com
me't'un homme'.peidu dans I:
dsert, comme une leuille mor; :
miijroule au jr des vente. Il
est bon de combattre Pigoo
rance et la superstition, ma -,
il Irai les remplacer par d s
croyances rationnelles. Leoi Devis
TELKPHONK Ne 242
18n:e ANNE N a2U8
PORT-AUPRINCK (HATI
SAMkBl 30 AOUT 1014
ORIENTATION POLITIQUE
Dans quelle couleur d'encre
tremperons no re plume pour
exprimer ici le langage de la rai-
fon tant pour ceux qui la pos-
sdent d ne la pratiquent pas,
que pour ceux qui se boucli.'iit
1rs oreilles pour ne pus l'enten-
dre
Quelle couleur poli ique r. v.-
tiia noire pense pour cailer
toutes Ir s suggestions de hain s,
d'indillrence.ile parti pns.d'ui-
jtiatice et de vengeance, alin da
montrer tou0, au in lit u de
tout ce qui a de dit, lait ou en-
tendu, la voie o tous, quel
parti que nous appartenions,
nous d-vons nous engager pour
le salut commun?
V.\\ bien aprs avoir l'ait da
notre Patrie cdle femme en gue-
nille dor.t tou es les p!ai< s s'ou-
vrent bantes aux regards inso-
lents, nous avions oublier le
lass, puo'i'tt ,',. i e I tu ,
t vouloir son r. chat, sa i u-
riion, Oomme puisque nous ne
voulons pas c racfa t av. c l'in-
tervention amricaine que notre
ceadui'e avait favorise, il nous
restait le tenter av. c le Gou-
vernement, quelle quen soit
l'pithle, reprsent par l'l
ment Hatien-
Tel est le problme qui se
pose?
lomment l'avons-nous rso-
lu?
I
Cn ouvrage qui a lait beau-
coup de bruit, ( u Europe, par
ce que sa publication rvlait
des question? d une haute im-
portance pour la paix mondial ,
jxrs t''0'0'"1* contient une
dfinition assez brutale de ce
quon appelle Je lirait. Lisons:
'Ce11 mot de droit lui-mme,
daiIKurs, ne voyt/-\o s pas
qu il est d'un vague dfini ?
cUiiconmence-til.olinitil?
Uuand le droit exi tera til et
quand Dexislerartil pas? Je
prends des exemples.
Voici un L'iat : La mauvai-
se organisation des pouvoirs
public, la turbulence de la d-
mocratie, l'impuissance dts lois
contre les laclieux, le dsoidre
qui rgne partout vont le prci-
piter dans la ruine. Un homme
haidi s'elam e d. s rangs de l'aria
toraue ou du sein du peuple ;
il brise tous les pouvoirs cons-
titus ; il met la main sur h s
lois; il remanie tout.s les insti-
tutions et il donne vingt ans de
paix son pays : Av;iitil le
droit de taire ce qu'il a fut?
II
Lors donc que llaliel
commun se trouve entrav par
la coalition des fores locales,
debout acharne, ferme loue
concession, dcide prir, sans
nul souci du dferrai o l'int
ri de tous va trouver sa perte,
il ny a ni patri itisnu.ni bonne
toi, ni dsiritr, , m ,_ ,| y a
me sorte d'anarchie morale, de
sentiment de destruction voisin
de la folie.
Il n'y a plus de coalition po-
litique dans ce cahos des forces
vitale d'une nation, il njr a
que le seniimentrvo'utionnaire
qui s'anime pour devenir une
sorte de furie qui voudra tout
anantir.
El Q mine p*rvU-1 plus de
eut uns.l'rii, r^u t'est ni< t<
escalader les Biri li s du l'on
voir, ce qui nous restait de force
s'annihile d ni la loi e de des
truciioi, |
iene
A ne vouloir combattre le
Pouvoir que dans l'homme qui
en Sal le chef, p rce qu'il est
dit on, l'obstacle la ralisation
du lve que l'on croit national,
I > iprit de chicane et de haine
s'est associ !out le contingent
d'ambitions sourdes, de patrio-
tisme! rabougris, u >e \\ m
qui inurt du Spasme de lim
p is ance et du mpris d tre in
co apne '
Si dans notre conception
d'une patrie rachete, rhabili-
t nous nous en prenon* u'a-
borj aux hommes que notre
b nue vo'ont, notre s ig ss ; ont
appels au Pouvoir, quelle cou-
leur de lgalit peut av >",
n rtre r v n ration, si, d lai*
gin t le Pjiiv >ir, o-g-ni de la
Nation lgalement constitu06.
elle arbore le drapeau des en-
thousiasmes irrflchis, des as
sauts insenss, et des corps
corps sanglants Mais, quand
la Haine, le geste irrllchi, la
conscience dtraque, la Folie,
eu un mot, sa dresse au d'nui
de la N lion pour lu terroris r,
l'entrainer dans queltju 'S puits,
n y aura l il personne possda-i
la rai?on et s'y conliint, pour
dire te bande affole: Tu
n iras pas plvt loin ? qu'aux
reprsailles de la p'um! irrfl-
ch.e, teinte de sang aient rpon
du le frmissement du glaive de
la loi et des mesures nergi-
ques, o est le mal ?
CrSK l le droit le la g terre
Vas vu.ris 1
Cest i m-si le boit du Pou.
voir: droit, pirce que les me-
sures qu'il dtermine sont ap-
prouves par la masse.
l'ne rvolution dans tel
murs ou dans les institutions
d( l'Ktat qui reut sa t Sanc-
tion de la majorit re >it ipto
facto sa lgalit c Pour justifier
un coup d'Etat, il suffit de 11
fnre approuvrpa le. sulfrag;
popul, ire, dit Machiavel .
III
Voulez vous descn Ire avec
nous un moment dans le peu-
ple, le populo, celui qui a tou
jours soullert, que vous avez
toujours trouv prt f tire le
coup de leu au Bel Air.au Mur
ne Tuf, au Fort Si Clair, 11
Siline, parce que vous lui di-
l h / que le coup de leu chasse
r il la misre. - Vou'ez vous
q ie nous d scendions ensemble
dms sa pense pour en suivi
volutions, dans son cur pour
en conditionner les mouve-
ments
Vous ne nous suivrai pas, par-
ce que ce peuple, vous ue le con-
naisse/ pas, vous en avi/ toujours
voulu faire un instrument de des
trudiea et de domination, vous ne
lave/ jamais aim, nous n'avons
3u' c miter les coles tablies
ans les sriions c il dvore sa
misre, nous n'avons qu' tudier
le fond ornement de ces col's
dans 1 Pass pour nous dili r
ur le cara< 1re de vo're am ur du
peuple ; nous savons donc que
vous ne veudre/ pas voir le mou-
vement de sa pense et le rythme
de mu cflpur. Mais vous les con-
nailte/ par nous. Eh '. bien, le
peuple a I. libert.
Nous ne comprendrions pas un
changement politique quelconque
s'il u arborait ce drapeau-l.
Mais quelle libert Il n'y en a
3u'une, celle qui repose sur l'Or
re, fondement du voit, < est &
dire l'harmonie des intrts rei-
perlils, la libert, c'est a dire le
droil de | "- i line.uenl m non pas Je tout dire.
Ah vous demande/ i la Police
d'arrtci la petite m in h lie dont
<- I: i dm sont une
mit et voici que vous retenez t
Un 1res U 1 bert de dbiter OU
d ter ire ce qu'il veu enl contre la
nio-ale, contre I ordre public, con
ire l" respi 11 de 11 Nation t
Le peup e est Ntiafait d'avoir
une libert qu'il n'a pas connue
hier, il demaude le travail. Hall
vous lui donneie/ la ri liesse, d a-
p i voire programme ?
Il n y a gui re de pays o
n lia |.a de sans Ir.tvail Mis
quoi qu'en pen.e le Pouvoir, il doit
i ies moyens dvx-stourr nu
p us gra roua (as de lui dire : daoa 1'>rga
u -iii m le i \g iculture, dans I s
Iravaua des rouies, foi che oint
I i i, lia is las dill'rontes cul 8
prise* qui se f ml sur la sol d'Hati,
I doil \ lutoir i.ili-er le g gne
pain de la masse, et la pr loml
n m c del main d u-iivie oatio
na'e.
IV
I ue certaine lisciplincs impos
u c ructie. Il n est pa* d^- Iro >
(t'adoi ter i| n- i|i e m su; es en vue
de tonner l'ducation plitiqtl d
tous ceux qui disent aimer ce p i;
et qui as.iirdnt a le diriger ou e j
4, ni sa rlirtbililalion.
.N ius avO' s toujours pens que
l'u'uvre du salul nation t ne doil
ae rep mer que sur la loyaut,
de lu part de cent [ li gouvernent,
en caitant les causes de haine.
qui munirent 1 tranger con bien
pou nuis respectons uolre dvi- L'I nion fdit lu Force > et om
b i n nous Kommes inapte.- au pio
|Ti mural, parle caractre imula
cnb e avec lequel nous nous ju
g-'ons les uns les autre*; loyaut
de la part des gouverns, eu appor
tant I exercice du droit de ai:i
que, la logique qui dcoule de
tout acli bon i u mauvais, l'ide
de justice it lii dpen lance, in
disprnsab es a un examen srieux.
C'est vouloir prendre le- n
Ihousiasmes de l'inconscience pour
des mani e ts ions de la raison
que nous crons entre non- un
obstacle ce que nos effort- si
dsireux qu'il soient d'aticii dre
un unique objectit ne peuw ni y
aboutir, leur directii n n tant pas
unilatrale. \ouloir paoeerqa'il
appuiliei.l uniquement au Pi uvoir
de drargei un or Ire de chota
reprsent par la conven ion de
1915 et l'occupation amricaine
imp ique un manque de tact poli
tiqua.
Nous n'avons pas exin.
ici si Je l'ouvoir se montre, com-
me l'opposition le lui reproche,
Irop docile devant la coopration
amricaine. Miis tout la monie
ait que l'orrupati >n est arriva
avant le (iouvernemenl de Mr Su
dre 11 ut | :enave. Or, pour la
r- pousser il et fallu d abord ne
fa ai e,jli r le Pouvoir, t qu i
que pensent nos coatndieleuf,
le gouveinement qui aurait i
la cooptialion, n et lait qu uni
.ai.ii" hie, la maiu mire r ur toutes
les biacches de IvAauniaUtration,
sans aucune parts l'lment Ha
tien; jour que quelque 1 j -
i rt iauiJu naifragi, il fallait que
upalion trouvai i qui parler.
On dit qu'aprs aw, r n mm un
go..verni ur en l'omit i aini<, le
gouverniment des Blatl L ni-
bien oblig de le rapp<-I, r 11
joui s ci I on sait qu'un gu
ment autonome y a t constitu.
Mais est-ce que la Dominitanie a
t occupe dans les nmes condi
lions qu llaiti '
Aucun Hatien ne peut dlirer
qui I occupation fa.te en llaiti a la
suite des massacres de juillet
puisse s'y ternher.
Qui peut dterminer par qusls
moyens la paix aeetmoar de
hiib-i-ler dans ce paye oi l'aaprit
de haine et de rej r saill s n'a pas
disparu ?
Nous n'avons pp. encore ail -i
nous sommes drids Bareber
tout secl- -i n<,i h\ n- b
idoles d tnei et ai, sur eet e
d'flaili. imi'b^e du Sang dan N-
^re d'Afiiijiie, ruuiou,c est due
N I i.ii .', laiaots, de
touti s les suines nergies et de
leatei lai dujbBi i i, sera notre mol
d'ordie et de | irae
C'est nous noua dbarrasser
de l'Occupation Anllcafoe, mais
par une bonne roktnU aalaaaai ni
manr'i-! i cooprer avaelaPoQ
'o r national a erier une lorce oto
aie qui ni oui lie de l'ampriaa
trangere. Un ne veut pas du Pou
voir actuel, pane qu'il l'appuie
sur la force trangre'.'Maia noua
voyons de Dai i."ienave li
i u in Hivernent nouveau <|iii, a a'-
laO lr 'I in le P] -, nous in DS
au Salut : c sont le- crations u
n i- ii les Iro .NCil un \ i .iii.....il
uno polie nivelle sur l'Avenir:
|4-irde iiiihiil-s ou infri mores, ilac
i aphes, intitutricaa, ai ni
elle, c i ntrepr se-
a l'Kcole des Sciencai ppli
qulaa, de un h mmai 'r uva it
une cari ^sr auaa el .!e> aoy
t tin, par l'api'
la l) ici lion llniaie cl<'s in\ tua
Publics: ce sont lea crations o
le larvia ; d llygiae i >rrae des
chefs de Di leurs -.i i lirai d oii le pay bea
li ienco une il en I nficie m tin
tenant ; ce s ml ai i "i ms o
le Dpartement du ["rai < i 1 prp i
rac le sei bal pie de
l'Agriculture le no\ m 11 eompe
leni m qui re l mnan al I II liluon
titra la tu ai u#.
Ku 1909, au journal La Voia
du Peuple nous ei iviooa : For
nions d' h un m a p lur que le
Pay soit bien apprci an aehora
et que, iju.i I -o i Mil mo me i i
iiieu ce par la coalition des for
i augures, il se trouva des pa
tri tespit' soi.ioi leuis int
rfl s prrsoiio.'l- i .u Salut.''
l'Ile ce ,vre de S.lui. nous la
voyons q. i l ib ira >l ms ces cra
lions la. Mti- n m| elle pas mena
ce par l'oli-lruclion de politicieoa
daabttaa qui hier, pour arriver
a ix plus huiles -iiuiiiou-, n ont
r c il devant au un crime, devant
aucune orale al q il ipandanl,
aujout'il h n pour se raaeatif foui
prounner ici et 1 Klrangi r le
l| u le d un |ia\ s i unie jini l'aide
trangre, apra av ir offert aui
liions du Pass le spei lai le
de leur in-i li-nue et de ledr
'
M n- la pivi i loin d paii, il
Vaut nue II :., vivia que il ,us
la paix Pour v >luer, il lui I u(
l'Ordre, fraie de la Libert et
s Hirea du Droit.
Catta libert, il ne le oomprao
dra et I aaarceia in ai i ment que
li le Pouvoir est proi i op le par
fane l'du atioe p ilitiqua de pas
pie, en i> i aoaaigoaal le respect
de IDlUtUtioi s. | i lOUOitlien aux
loi, la eeoil lie dans em |iU
admiolal eol rt gouvernent et 1 es
pi il de jus'ice !
Bllei l'appliqueraient bien en
eore k notre tal politique cca
parolei de Wnldeck lions
m an
' i.li bien, le rle du Qonverae
nu ni. i est de procder i
pour discerner la volool
dominante du pav- al l'afHrtne
que li on le eonauiteil non pas
dana rertaioea rupti ma,
ou dans certains de ses cratres,
la peja vrai, la
ib tiaui celui qu on n'en
li 'l psa aaaez, i bh pat
l p .- m-./ ,1 u,i il |iit surpren
dre l'opinio daoa *> s mamf sta
li n toul mi m,, s, et pour aimi
dire dan* lei mdit al iona et le re
1 de son n i > i|, on trou
rerail qu'au deeeas de toutes lea
rontrover-es uno volont se dga
l'afflrae, la volont de eona
aprs tant de soullran
cei, a; i i d'preuves et de la
crilice. un oidre de choies telle
ment dUnitlL ti-lliment durable
que, n'tant plus oblig de faire
face l I excursiona
nn : iliser aux rem
fl ies troupei,
n'in, dana
une part qu'il n'a j irn t'availler a en organisation int
la rnovation que tout le
I jeter m !i sei
de sa |randev a reutr.
Nouvelles Etrangres
Par Cable
Le Japon .iin.iil violt- la
convention du Pacilijue
PAULS Dans sou dition d hier
le journal Saus Fil, spcialiste des
questions petrobfrea et des affai
ies d Kxtime Oiienl, dclare que
le Japon qui ugocie en ce mo
ment une entente politique avec
la Itussie pour la conqute et Pas
limitation de la Chine, t'eal rendu
CO ipible da viola ion ditecte de la
eonvenlloa du Paeilique, rsultat
d" a leUMata confrence de Wa
sh ngtee couvoquj par Mr llar
d
L Ban Fil m ntra que le gou
v rnement japo mis a| impati ni
de >igner su dtriment de la (ir.m
de llretigne un trait coni nvque
avec les Sovie*s q il lui permettra
de a'e npirer d-is gise"eii|, pftro
litres lo U H it nos anvillqu convoite pour sa
part e ha uni de 1er de lOiient
chiu is y compri* un Irsj t de
' "ll(i kilo n ires Je la ligne transi
b i une qui traverse la Mandchou
ri i, mais auquel prtendent les ja
pooail parce qu il contrle la r
|ioa .....1 depuis le golfe de Pet
chili a In mer du Japon. Ce jour
nal ajoute que la France doit soi
vie avec intrt cette question car
de gruids capitaux fran.vi ont
t placs dans le chemin de 1er
oriental chinois.
Anal le France {|iaveraent
malade
TOURS L'tat de iant d'aua
to.o Prenne inspire de srieuses iu
quitudes son entourage rt aux
lgions d dinii aleurs du grand
crivain
A la Liijtie dos Rations
PAfile MM Bo rgeois.llriand
el II nicour ont l u mm s dl
gus a la Ligue des .N.iion M VI
Maurice Harnut, Henri de Jouve
net et Lou. heur, membrei aup
peints auxiliiiiiei MM. Jouhaux
George U nn t et Cassin.
5
On relui de la Turquie
GgNGV : Ismet i'acha a tl
laphi-1 au secrtaire de la Ligue
es Nations son refus de partici
per aux travaux du conseil au su
jet de la dispute entre la Turquie
el l'Angleterre sur l'atTaire de Moi
SOIll.
Tiolenles temptes en mor
NBW YORK Le grand tranart
Iantique "Arabia" est arriv dam
ce port ayant i son bord plue de
> blesas par les vagues giganUa
q ies qui balayrent ses ponta peu
d ml la tempte Le vapeur danois
' N rdfarer a eu sou capitaine
M Mudsen enlev par nu paquet
I mer.
Essai du nouveau ipatid
dirigeable imnotia
FRIEDRIOHSHAFBN-. Le dm
r-'ililo construit pour le gouverne
nient amricain a ftit un estai da
I ni heures sur 'e lac de Conatan
co sous une pluie battante ; on
croit que le dirigeable pourra par
tir le |n septembre destination
des htnts Uni. Le voyage durera
environ cent heurta.
Dans l'aviation
IVIOTIT A cause du mauvais
leiupv laiaviale rs amiiiaina ne
partiront que vendredi pro -hain k
destination de Indien llarbor de
ce deruier point ; ils se ren iront
k Cari Wright ll<\ qui se Iramve k
40 milles d. cette dernire vil
Dans l'a lininistration pu
^Miijnc Irancaise
PAU.- I. goiiverncmint est
d; i d introduire toutes aortes
d'con raies dans les dpensas pu
b'iiues dm le but de niveler le
b idgi i el de fortilier le crdit oa
li nal.
MM || rriot et Clmantel sou
mettront h roniidration du
parlement te rentre en Octobre
une Iule revise des dpenses na
tiona es.
autour d'une uccession
A li suite de notre enlrelilel
d'hier paru sous cette rubiique
notre ami Me Fdgard llyppolile
au cours d'un entretien que nous
svons eu avsc lui nous a promis
de nous faire parvenir une rectili
cation en rgle tant en son nom
que pour ses confrres que nous
publurons lundi eu bonne place
et pour l'dification de nos lec
leurs.
Les mois J stops
' Tu ttenililes ? Oui,
nuis c'tft de Iroid"
En l7'i:i, Jean Sylvain Bailly
l'ancien praident d la fameuse
s* nui du sermeal la salle du jeu
de pi'iui-l'ancien maire tout puis
sant de Paris lut condamn l
chafa id H fut par un matin gla
nal qu'eut heu 1 excution- Il
pteuvjit neauoonp 1-es apprts
du supp ice taient inleim oab si
et le condamn glilattait t u
sans | nlotte lui dit alors en riant
'Tu trembles, Bnilly fOui.mon
irai, rpliqua re'ui qui allait mou
ir, mm c'eit de froid."
Dans le cours du mois prochain
il y aura du renouveau dans la
monde mioonnique.
lu Muni Lilian
Ce sera M. Albeit Me Guflie
qui sollicitera les suHragei de ses
frrei en leur demandant de proro
ger son mindat comme vnrable
pour une dure d'un an.
De l'avis des mac ms lea plus
auloriss toutes les chancei lui
sont acquises.
lui Curs Unis
M. Jean Jaques Dessalmes Ois
se prsentera galement le U du
m-ine mois, pour succder M.
Abner Joaaphat, vnrable en eier
cice de la dite loge.
Tout fait croire qu'il sortira vais
queur de la prochaine lutte.
Dcs
Nous avons appris le dcs sur
venu cette nuit Petit uoAve de
Mr \ltima Fabien, l'ge de 70
SDS.
L'enterrement sera cha
main mitin a Ihgliii pami
No.. 11 l'irpenl-ur Na
than Fabien el 4 Mme Raph-'
Jami nn i"'r' -on loi -'not-s.
Les vols aiidieieti\
< "iiliniient...
Ce malin,ven quatre heures,ds
voleurs ont pntr ctim M. Jou-
bert Pk/N HiV lirand'Hua et y
ont enlev une valeur de .100 gour
dea et deux costumes.
Cette nuit nue dnlalivn de vol
a eu lieu galement chez M. Beau
prin 17, Rue Kouiain. Fort heureu
sment l'alarme d mne, le voleur
s'est empress de 'excuser.
Nouvelle dlimita
tion lielaCapitmU
Par un arrt pria par ton Ex '
Je Praideat de la Rpublique
la date du M .Aot contant et pu
btia au Jourual Uliiciel du SS, les
limite de li Ville de Port au Pria
c ti* 1:1e mil :


'
C&!M4Tin

ff #%-? ,!-*
i
C le
heur et la
l.i vie.
La pro! m tien Je a tanl I
'
et '
. incisa
FLiudsion Sec t
Frojuit de la viguein
nergie, et tant un alil
concentr, die domine toute fui-
biesee et renouvelle lea fore ^.
L'Emtdsion Sc"il |
votre sant, non eeulement /uh
pendant l'enfance ; i. la /
vieillesse, mais pour
toute lu vie.
Accessoires pour Bicyclettes
Gros el Dlails
fourchea, Cornes, Boulon,
lii;m's,P('d;ls,lancli'S,
Support |.< or bicjelettea,
Outils pour rparation
bii yeletti s, Cyclomtraj,
Iperdou lte,Se.les,rayons
rtiulrll. s,Connecteur pour
pompe, Resa>ii* pour ae' P**oinw
t.ilon et lil.
Bicyclettes pour Dames
W. Qufntin Williams
l'crt-au-l i;i ce
Parisiana
DIMAMGHE
Dd film aux dcors somptuetx.
Jou par de l>uiis*:ni-ur-
LU
ffLC
5 parties
Entre ; i gourde
Balcon : 2 gdes.
La pluie a contrari a m
prsentation d'hier soir, Pjri
n'a pas jou.
"Vari ls
DIMANCHE
5a3Urraioe
Bosc Oux
Perdue
IT6C
Alexandre
Entre GOJW
Lo.'e < 1 UU
BELLE PfllTKINE
M dru. moi* par lM
PILULES ORIENTALES
I vain qui iMy*I"|i|*i.i. rulcr-
inlmil reooe.lttn.nt In ni.
ttiMni K satines omMi
t Mite u
Agit vit* et radicalement
Supprime le douleur
de la miction
Evite toute complication
Pagol
nergique antiseptique urinaire
t Pagtol decnontloine et
rajeunit lu Uaaua dea foies
exinairea qu'il rmi c.mpl.i.-
ment neol an jua.J.ul toat
les microbe, 4111 les habitent.
Il Cbairlain. t. r Valentleonra. Petit,
'S
l
> r
ta dVmiverte i PAOSOL
fait l'objet d'un conxmr
alcaUun 1 rtcadmli 4*
Mddormi- de Parla du pre-
faiseur Latsabatie. maMett
principal d U marine, ta-
Cleo professeur dee CcMea
de mdecine na.ela.
Noua avom eu loote-
Mon d'tudl>r la PAGEOL
el Isa rcsullate toujours
excellente, t parfois on-
nuta, que eoua avooa oMa>
oua noua permettent d'en
afOrnier 1 efficacit abaoue
t ooDtUste.
VAMIANINE
Avaria. Maladlaa de la Peau
f-roduii ciTUl/iflu
RUCOVAL
P.mmee. non toiiaua saille les
...... tt la mu,
SERGE VAILLAXT, Consignataire pour Hati
lerge Taillant Consignataire pour Htrfti
a
epeelea ( rtoi
grades eaneiicltit.
nililiuui eoer la aaata,
Ihwiw ta Hm (Mskmi mtlm^t.
et Wittatllmnaa pairTaiiaal
Chu. Mme W- Frmir
1114, .venue John Brown (Lalu
Chaijes roses, Verres hoir*,
Vtiiti < lisospegna aiih les,
Coufai ,Foureli Si i, Iles. Ns|pr, l an g 1 ral
loua article jour ftcep s, et
mnr sg*.
>. 1 --
Secrtairerie d'Eiat d l'inirienr
mai
AVIS ,
A partir du 1er Septembr
prochain, et en vertu des. in
tructions du Dpartement d
I lierieu l'uni ir ene .Niii"
1 s' nVditen pi '- le loirni
(min | ave.'. I d ignatio* l.1
Moniteur m i bien av e
t;tre de .1 mrnal i liii''iel tu la
R.W. i ii' d'Htrti
Po P la . i 10 oV 19'.4
Il Fn m i .11 B
L iUivt V U
,
Ls enfants
adorent la
GADUASE
dlicieux Sirop
frambonc' qui
zr- renipliccavanU-
geutrmrnt l'huile
de (oie de morue
rpugnante, indi-
geale et Imp
facilement altrable a U chaleur.
La Gaduaie purifie le ang, itimule
l'apptit, lavoriae la croiaaance, accioil
lea forcea et 1a rsiatence aux maladiea.
Produit .pe'rimonti! av-c uccea
___dana le Hpitaux franais.
En Mb dana toute, l Pharmaciea.
A.< Ck MAGN \NT
Prix du Flacon : S franc.
&9me Benue
Otirtrieon l'n^icmim d*
GOUTTE RHUMATISMES
NVRALGIES
Dr. BENOU. l, Rue Ballu, Parti.
BUGGYS
De la marque Luth
Garriage avec harnais
anglais, en vente la
maison
L. Prcetzmann-Agq^rii'm
Avis
Je ioiis^igni'p, 'eiliiit^ voir per
du le H ! j.ism du Sa i ->l .U- 'a
I ommissi u H. Italien |.,v(..ii f,
'' Ituiv -'.Ivaul a li Miinii e de
C ni |i ur.les.
* rou |"|!iii,m j.. la cime nul
duplicat* devant on eli rclam.
ut m Pih.ce), 1- l- coft' lOii
Mme Aur i Gl ILLOUEL
DOGASTRINE
Admis daus les Hpitaux de Parla
CtlflH instantanment : Crampes,
Brlurea, Aigraura, Spaamaa
douloureux. Nauaaa, Vartlgaa,
Vomiaaemanta.
Dcongest onne le l'Ole, facilita
l'oo ilement de la Bile.
Tris cf'icice contre les Oaatro-
E itritea des pays chauda.
En finit dtni lovtM 'al phtrmttitt
DkpAt gnral
UkarMatmP ZIZINE. RataiCaari. rkWk
iltVx Pharmacie Al. PETBUi
. bonne, pharn.ciaa
X

ai
M
*.
fr***

4
I" Au Nord : du rivage de la mer
partir de la bonne pnihlixe dea
abitatiens U an.eralle et Robert,
U ligne va au l'ont de Chu net relie
suivant une dirci tu n Sutl 68* Kit ;
et du l'ont de < liatncnlle la
route de Lelmi- Miivent la lue
tiea Nord Sud ; de l, la ligne suit
les sinuoiils de la roule de lel
mu justju au carrefour (onduif an
au chemin de Prdelller ; .de ce
iroier point, ftiivnnt ui e direc
tioDsud iO" Ouest Juiqa' Itroatc
de Ptionvitle, iravtiaanl Bl D
do, peur .boutir la Sonne de
Turgeau suivant une direction lud
. 3o Ouist ; de la Source de I ur
Mu suivant une direction Noid
|o0 Ouest jusqu' atluudre la
route de Dfit/, dont elle mil le
inuosits jinqu u pou t o ele
lencontre le seulitr qui polouge
la rue Toussaint Hrave.de cette
ioection au Canelour I cmlle tt
la SourcrjuVaitelly, suivant une di
rection sud 8*< SOoutat; de la h.our
ce Marteilv au Port Mareredi.O l
labouic'e Leclen : de la Sooree
Leclerc la Botrct de I iqatai, en
auivaut 1 Aqueduc actu I; d la
Souict de Liauini au Monuiuenl
daTIu-r. (t de U, f "'*?i,,ui
viol une diiection -Noid 1,,ufc-J
S" Toutes le paitna 4' '4ten
,nt de ces nouv.Uca liuntt |ua
au' UakibmiUe, .i.l fsrlicle i
o l'arrte coi.ht.luenl Ifl ban
Uasjaa de la \ ni. qui eioi.l m mi
nistres par le Cot, il U n.n.unal,
conforn.ement la Loi sur Ita Un
aeils co.nmunaux il au loi sur
les impositions du et tes."
A vendre
Une automobile Overland en
bon tat.
Prix : .00 dollars. S'adretser
je Texas tomp. m
| vendra
Un buss Ifc.cu SaVUrsUMBl neuf
avec accessoire*.
\ ifilea auv ateliers de H
Centrale des Arts et lit tien
ait
Mh ^ >'*.m * -^^aK^N*. -?.JrV-
'~-*
Il existe Une force laquelle il est bien difficile de rsisterc'est la force
de l'habitude. Malheureusement, cette force nous fait commettre de
frquentes imprudences. Vous entrez, par exemple, dans une pharmacie
o vous demandez un remde contre le mal de tte et vous le prenez sans savoir ce que c'est ni mme
comment il se nomme. Pourquoi courir un tel risque? Ce n'est que par cette force de l'habitude que
vous tes guid. 11 faut toujours, quand il s'a-it de soulager une douleur quelconque ou d'abrger un
refroidissement, demander la CAFIASPIRINE (Aspirine et Cafine). Les meilleurs mdecins la
prescrivent de nos jours de prfrence l'Aspirine simple parce que ses effets sont beaucoup plus
rapides et qu'elle augmente les forces en rgularisant la circulation du sang, et surtout
parce qu'elle n'a jamais d'action nocive sur
le coeur. On l'achte en
*POCHE ROUGE"
(/IFl/ISIRIrNE
tubes de vingt comprims
et en petites "Poches
Rouges Bayer" qui con-
tiennent une seule doee.

as
::'"


MI5SING I5SUL


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM