<%BANNER%>







PAGE 1

CMATm lo seul faisant I ii A physiologlq'ie la rducation fcnctic.nnollo do l'intestin Evl:e 1-' M***I tURptnM : Empche 1 excs d'rr. Rguuuuw !•' Conception Entrite Vertijes Hmotroe Dyspepsie Mijraine t l .u t tmnt %  usnifi ra*."'.*tirt lhl-- u r'j;-rA ... t''l %  nolni 0 %  fut le moins ar n.Mflr.<' %  dont K, iroih.calrv, auianr i.uiartf • llrriu t ion i Ut |*jlla lu la.-.r.l. ri'-AAt • • D> %  alaoaa. li U Fu il IM4 il Moaisalilt ,— HEMORRODES — JUBOUTOmCS : '"Pt rwfilni ti aniUintorr*§tM HfMaftWJ IUBOUTA.N : foi" < unir lu %  • %  U'i rdrmm EXTRAIT BH4AJKE la niirur anj'I •'VUr l'nl Kl icatrioni u Parisiana PHONOGRAPHES Vous Irouverez la maison t. Preetzuaia Agq^rholin Des Columbia , et des disques de tuiles beaul. CE SOIR LiAiulonne 7e et Ba pisode Entre G. 050 D1MAMC1IE En film aux dcors soiptceii, Jou par le bons act' urs U BIWX 5 parties Entre : 1 gourde Balcon : 2 gdes. — La pluie a contrai i la re prsentation d hier soir, PARISIANA U'I pas jou. Jfrtje Taillant Coneignatabre pour la* Les miettes de l'Histoire t'isprit de Rinstfynwr Flix Antoine l'hilibirt Dupan 1 BP, l a r J" loeuen • s l ries tr le?f Mr IVdoeel n Hon tnf.ii M le polu i .... - m 1,'e -L f n--' .lu pouvoir temporel dei I | ,l1 e IVHH' I d'un lg lime pn itM • Un jour cep< nlunl qu'il nat eu ebeœ n de for*, n i serve son coaluo I un mauvais p'el BI. 4 fc* s'approcha le ni : "Quelle *TO rene, n.' N01 s e ,re un ane et un v'•pe'.' Mon nloupse t.il. "Eli biex, T.', i' s. mlerln cutenr, e'esl RM l'ee porte a noix sur le dos et L'ivque sur !a poitrine". — "C'est jeute, dit l |U %  moula t il son ton Aux coules•• Autour l'une succession A la date Ju 13 Aot -.,, 1 j"g Lon Pierre pur 1 un ordonMOM .1'' rfr nommi Vonsieur Elie Pierre Antoire, se qu stre des biens dfeu Kernand Smilh. Le si. ur I ierre Antoi' e prta seimeut le 19 aot par de\, | : v |.|i pu t • i i e S Hacar] (I etiofl N rd) el e.itra en I I.. Ing %  SI M i. M\ as ? i-t .1 ' grf fflir aOtO'i in-O.formemI lu loi, l'ouverture d l'immeuble du dfunt, sis rue des Kr-nls Koils Mf IP squestre rgnliremeut dsign. ga n lu m .nt celte drision le dit BqutttM a la date du il de ce mois a \ rs nUlt ,v r, les 10 mais, d manda 1 il son ton ._, ^ mslin 8(jt |ing d e quelle diffrence u yfa vous enl e ^^ ^ ^..^ n de kt en un *ne et un D t r. |ou( in ff ^ ,„,, U e L hon me %  "•'•"•— le ne vit P „ prieure de Mes K-nfan, vois pas r,.ond. I il la B Ed „ ypp0 | ilei iU | ue | Mua ..rSr^MM TUttr \ H}a? • ' -''lorj ^brt, MqUltr Ifir lnternational allilhcCluI Les HwabrM de o rlub qui u lnt comm>nrer a apprendre !e jeu de Tennis sont avi es q iM y a ce avantari* ••••" pour eux. lendanl la semaine. Les dur.e* joueront Rir le ourt ouest, el les hommes sur le court Est. Sur de mande, 1 capitaine dj Tennu Club, Dr. L. Piuti r, ftr* les arrangements pojr faciliter les jn.inr. T us les Dimanche* il j i g r n de runi in partir de 7 h a m pour Tenuis, l'.roquet, (}y 'Dti ques et d verses distractions L* il.|. ner hi.l) tuel 9 li. r. m. e t loujo-irs la hauteur Les m n.bres qu 1 veulent pu t . Scott. • I.,J, •^c^iciauo L enfer des chats Ce serait New York, en croire uue st.tisiqu.'qui vient litiepiiblit'e. T-i.lanRmuses our les hum h, les rues de la capitale d^KaU-Uqit •• "u cours de 1 ane dernire, le; automobiles y ON c-as M o personnes dont 2iU en a l sont absolument fatale aux chats. Peut on ravu.r coinbien on a ramass Je -'.a lavtes de matous sur la o v b mt\ au Ion i de l'an v W M 2.UWDI E ct.u est d'oi an' plus impresiunaat J"''" J'-nral les .: : i ils awn dmrabl.'mfcnl vit lis* iures. nier mot teste touji urs ci lui qui a le plu d'etpril. Vari ls ci; si nu p" Lis Troi Mousquetaires jTJ DIMANCHE Sa Marraine avec Bosc & Dux Perdue avec Alexandre Entr* GO.0 Loge fl.00 Restaurant DUS Cntel de Bordeaux Les clients qui n'ont pas ncoie j i-uEOj.tes en ret-aru, Bont pris do i o" qu>l.16 du ; so met i e en tgli Passe i coznpu loin xei i de Portail Prince, o 20 Aortt ,924 LOPE KIVERii sreut le reconnsl're le sques re nomm par le juge Lon Pierre. Ils lie." t mieux, ci.r ils brisrent la s. mire d une des po tes de l'entre de l'immeuble en que tion .. Ou allons nous .'... Le clibat est in'laste Divers savants ont dj mis celte thorie. L"n professeur de • p. i l.i.-.ie M, nt encore de le prouver tout der.i r m nt s |H ide itistique, parait il, irrfute bls. Les j,ns iiiari s o t p: .1, ih.in.-es de vivre titas nt lec. 1 I b i.. s .(, peur tout ,i-e,la moi ttalit de teux-ci •-! plus g IU.I que celle d.s premiers. Ainsi.pour preudrun exemple, eutiu BU et 4*1 ans Qui constitua le moyi nue de la vie humaine le pourccntige d.!s dcsn'e*! que de 7 chez le maris ; il est de i chez les clibataires. On peut donc s'tonner apis eela que ce d raiera soient si nombrei x et que vo unlairement, ils abrgent ainsi leur existence,' alors qu il leur srail si facile de faire aulremen', en mme temps que serait ei.lin trouv le remde tout indiqu contre U dpopula. li'n... L;i C< nisire italienne a littera l k iinn<|iic latine 11 i u-1 .l.'iiiiare sance p'Diaire I* Comit de Port au l'un, e de la Croisire Italienne a fait membres les plus qaali< le la Socit P. rt au Prii.cicn ne pour former le Comi d honneur pour la rce ( t ou du Ne? re exposition "Italia'qui sera bientt Port au Prince. Le programme que nous avoi. < u i lii amplement pour r q. e ce seia la foi une relle mauifetetl >n de Part de U lu au; %  al du ira^viil. Occasion oxceptionDeI( A vendra L'n Lu, lelch entirement neuf eeoeaeoiree, ^ Wei aux ateliers de l'Eco'e de des Arts el Mener. Administration Gnrale dos Postes Aviade dpart Le dpche pour New Yo k el l'Europe (v a New Yo k direc 1 ; par le.'. \\ C Girgn seroo fermes le Lundi le Sjpt mbr pu"liai i. Por, ai Prince, le 17 A Itftl MNAGRES Pour teindre loua tiaau* i Z.A.1KB, COTON, SOIK, lo !" auoun produit n'gal* •losephJDwek RUE COURBE NO /736. Vieil' d'ouv ir el possde toutes sortes d'.irti.-l s n toile tine la pvtede tous. La Maison conseille p rli uliremeot ai x lgantes de lai ren Ire fi ile pour q il s puis . nt se. convaincra de " qoalil et du prix leiee wb les. Sri IA m-: Toil 8 poil ling.'ri.', Parfuma, Cheaieea, ChepeatUi etc VI.MI. en Quoi et en DTAIL *illlOQbil.te e No IJQ, Hue des Csars Dans I blo; co o >ri* entri leKues du Peuple et du Cen're. i Pour gurir ou viter i M.ONA.NII OONSTIDATie OIOIII amiiouiDiiiuu.il ll">l A1TKI0UI IL SUFFIT do prendre UMiSKESM" IJJ..1-lo. J. I III RAI III %  MODiaai H i %  .. ma >l. ... .: %  IU.U vc.n:nco,iie(....;f„M t a. l'un de vo rtpu HUlHWII une Pilule du D r Dehaut 147, m du raab* St-Denii. Pari Mais 11 laut exiger les Tritaoles al tat (eut A fait M — c lw •i Mr a— BMBBB lBI %  •• •• DEHAUT A PARIS Mat trt% mill mm il ImarlmM M Mlr Ceci n'est pas lire Car de la Hclame Je ne sais pas en faire. Cepsudant si vous passez du cotidu Bureau d,V \ i ministration postale, a la Grand Hue Reutrez a u nrioiune H Gaiiii. A la Conscience Vous verrez.' que les chaussures que oe soit sur commanda ou non sont faites avec IIOIII, soins et so Hdit, parce que les ouv^ersqui les confectionnent et lis inateriai lient le liti aux qui y sont employs rpondent et lusti %  e de la maison. Rhum Nectar Cl) N. liu-ljfiis 1*40, Rue du Magasin do l'K>t 117, KiiBo.tui Pe*, 820 Rue Onrnfv TELEPHONE: 3i7 Accessoires pT 3icycletles GrOo el D lai l s roorchei, Cornes, Boulons liain.s,P'ilales,Ianclies iii||> il |TB, pliologiaphe attach au Dpar t ment des Trnviux fubli -. Depu s les .aili> posta e nipn 'se. tant les vues de tou les points intressants du pa\s, jusq i aux agiandissemeuts suivant les derniers procde modernes, tous les ouvrages sortis de cet tablissement uont U-uiie resMtii.li nce purfaile et d'un tini irrprochable. £$ Ajout. / a ci-la que lea prix sont mistiques et la porte de tout le m ... ie, v, n tout ce qu'il tant pour faire de la Photo Nouvelle le rend< i vous du monde chic et .l.' tut. Vous qai voulez acheter De lioimt'8 jolies, et Iralehes marchandises, allez chez Paul K. Auxila Rue Traverire et Magasin de lElat Visitez nos belles gabardines de laine pour [costumas, nos diagonales noires et marines, nos easiniirs (jris fantaisie, nos palm-heachs t ouveauz ; nos Fauxcola en toile d'Alsace, tous modles. Tous les articlea pour dames, tous les Parfums d'il jubigant, Coty, l.ubin et Kigaud. drand clioix de Meubles LUs, Miroirs etc. Le Cuq.;jU iulois 1027. Rue Courbe Po*t au Prince Voue prie le venir visiter s >n assortiment de lissus, spcialit de Calicots siipcriours, /pliirs, siams Indiennes, Voi es fantaisie, Couvertures de^lit. Bas et Chaussettes, Tapis cir et Damass nappes|. l'orme de chapeaux, Souliers tennis Nous avons ouvert un rayon (fe Tassas en poroelain d articles mailis et de miroirs moyens. Les prix sont les meilleurs. • Demande/s le Rhum Barbancoart 110, Mu^ des Csars T.. •ErtlON'E .'430 ..



PAGE 1

DIRKCTBUR PROPRIETAIRE IMPRibEbR Clment Magloire SOIS VKKNA 1358 Rue Amricaine MMKlll) 20 C ENT1MES Quotidien TELEPHONE No 242 18*me ANNE N" 21I7 P0R1W*PRINCK (HATI ) La libi il.ne saurait tre abe pour I hou me, puisquei la libert de chaque membre (fla socit trouve M limite u ns la libert de ions leaatre, l libell .1 ses limites : cela) en c-t-il Qu'elle toit un l.u-u | Bile est un bien puisqu'elle eei un droit. tiUlBERGkH FILfe COPY Columfcui MemariaJ Lrn PAN AMPWCAN ONOK SEP 10 1824 VENDREDI a AOUT 1924 LA PETITE HISTOIRE • Une fantaisie du lieutenant Carri en l'an de grce 1830 Les promeneurs qui onl i croiser dans les rues de antoDomingo le 11 avril lJO le gnral Jrme Maximilien Boigeda, commandant de c. t arrondissement de par la volont de S E. Jean Tierre lioyer, Pu sident d'Ha i, onl dii lui trouver un air rveur et qoelqn ; | e.i soucieux. Ils ont d voirons peut-tre essay d&sComprendre, et s'en taient sans doute Uvf les mains en p nsant juste ti tre qu'il ne lait p s toujours lion de s'oc;uper des grands (Jnoiqu'il en soit, le gnra Uorg. Ha tait miuade et nerveux Eta ent ce les I). ir s de l'Eut qui or marchait nt pas? Ces diables de franais, adv. rsai', s reJoulabKs, avaient-ils dbarqu cinquante mille hommes uans dillerenls ports de la Republique? o le Prsident d Etait] tait-il mort I). um r ci, il n'tait n. n de tout c. la : le char de l'Etat tait plus que jamais sur ses roues marchant bonne allure et l'ordre, stlon la vieijle formule sacramnielle %  r gnait sur toute l'tendue du ter ritoire. Pourtant le coiniuau dant de l'arrondissement de Sto l'uiniugu aval) Uea raisons 10' lieuses pour tre mcontent. il avait se plaindre de l'attitude du lieutenant Carnmort le samedi saint quand loi cloches d*l glises annoncent que le Christesi ressuscit. Uonc les dominicains de Sto Dom ngo, ou plutt les h miens de ce te viile. cette poque,il n'existait ps encore de dominicains, — pour la aamaine sainte de l'aou s lii ), s taient conl >rm s Ct inno'.ent usij," qu leur avdent Innsm s leurs p<\ e* I e gnral Uorgelh qui devait re voltainen.les hoiumss de l'Indpendance l'taient peu prs tous, Ptun fut le olm ce tre u'. ntre eux, avaient naturellemen' trouv redire, parvenu au commandement de l'arrondissent-nt de Santo Duningo, au auj t de cette nave tradition Par arrt placard dans la Le lieutenant Carri, (ils du gr" lierai de brigade Alexis Carii, commandant la placo de Santo Domingo, s'ttait livr le samedi saint compt 10 a vril de l'an de g'ace 18 H', une biuyaute fantaisie contraire tous les points de vue aux rglements militaires et qui avait cam dans toute la ville une certaine motion. La vrit, est que pour tout autre dlinquant, 1 allarre aurait t rgle par dts arrts de rigueur, mais tomme le gnral de div sion Jrme Maximilien Borgi Ha et son MI bordoun !e gnral de b'igaie AUxis Carri, en bous soldats et en bons hartiens qu'ils taient se dltslaient Irait rue Ht ment, l'incidenl bruyant en lui-mme, avait pris une grave tournure et allong d'autres gti< Is contre le pre, avait t port la connaissance du rrrident d'Hati tranquillement ins all, Poitaii-1'nnce, au pal is national L. gnral Borgeila, avait pieusement ce &ujtL ce U Avril \60, rdig un rapport ver.kt-u r au seul homme qui lui tut suptritur par le grade et l'importance dam (oue I tt ntlue de la Rpublique, du c p Tiburon l'Ozama, nous avons di' SE Jean Pierre I loyer. Us petites choses en ce monde ont parfois une grande impt tance selon le rang social de aux qui les accomplissent : la suite de ce r cil va nous le prouver surabondamment L'affaire, en ell-meme, ne mritait pas un rapport, ce qui p'empche pas qu'elle avait servi de thme une correspondance qui avait dur deux bons mois. |^a fantaisie du lieutenant s'tait laite, excusez du peu, & coup n lusils. C'tait une vieille tradition locale, on pi ut dire en pays en entier, u ionnue,-qui -ti avait ete le prt) vte initial. Il fc'pjijsait en ralit, wardour uoville, sige de son commande nii'iit, il avait formellement sup prim la conl" cion des rn-nii • q insiruil m l< s juils , dans le louable but, il va de se i, d'arracher la populace de ses ad ministres au fanatisme > et de plaire en outre aux levantins, qui, parait il, cette poe. aient en asst z l> n non lire dans notre partie de l'Est,D'une pierre notre gnral avait fait soin pour lui cependant dans 6on premier rapport au Prsident d'Haiti d'crire la longue et savoureuse phrase que voi i qui n'est qu'une miuvse pri, phi-se: Ds que j'eus le coramandement d i cet arrondisse ra-'Ut, me co lormant aux principes tolrants de nos lois et aux vues bienveillantes du yer l'avoir vu sortir d la mette avec son pr-, se diriger vers leur maison d'o, toujours le lieutenant Carri s'enten I, suivi d'une troupe de canaille, il lit sortir et pendre une corde qu'il avait attach au balcon, un des mannequim an faisant tirer dessus par la garde du bureau de U P^-ed ensuite y faire mettre le bu, en mme temps que sur d'autres points de la ville, on faisait comm-'>' %  •' les mmes scandale . Voici qui est prcis: c'est gal, la prose du secrtaire du gnral Itorgella est dtestable ; car nom voulons bien croire pour son prestige littraire qu'il n'av il point, conrernant ce rapport, te nu la plume personnellement de la placo avait t dnonc au Pr-id-lit il il %  i ur c-einent pur I et n^goeianis juifs •> qui avaient tu |>a att il, se i aindre le lui. Ils i 11 sol | MIS aatara I meut reco mus dai.s 'a victime empaille du i.-u •-IJ.II.I Carri. Kn prsence. dune pareille attitude du lits d la fconde autorit de la ville, lBOlitMl il l'indignai iiiu ne p U va m rs IJU i ur e ml le rc I I av.d ltfSO sur li grand crime. Au>si le garal I rme Maximilien Uorgella, avait en ce qui le concernait, la conscience tranquille, en ayant ac< oui pi son devo.r en portant es agis sera, nts scanda eu* de ta uuiaa .] %  ni d'Haiti: il attendait de M dnnier une punitiou enamplaire. La correspondance, de part et d'autre, demandes d'explications et renseignements fournis, arait dur deux bons mois et le Unrai Cari je min en cau>e M milen on trui eiuent dais la fautai ie de Monsieur son (Ils s'tait vigoureus intiil il fendu prs de S.l. J nPierre ISojer, de toutes les caloin Q es por s son acif. I i U >eul tait jubqu'oi'i auril t cette malbeau u-'affaira,si I lei.edu l'ai inalional, sapp:ant alors guer royer i onlre la t tan e, i.'av it pa*, par sa haute autorit, fe, tu le dossier du liMilenuil Cirri en crivant la leU e*qui suit au p'cs tigittux g m lit qui avait eu I i li g .e lioun m datte un de ses repr •entants Us plus I itfl daOl It dyarlem nt luitie l le l'O/ un. Je ne saurai exprimer le regre que ces circonstances dsagrables m ont oectak nns, et j'tspre que l'ordre et la rgularit n'tprMVt ront dsoimais aucune atteii.le Ml i'g rJ. Je v irs s due f r ln.iiDMi t. (S) BOYEfl ijui aurait cr, grand di. u,qu'un mannequin excut somtn ireinent un sarredi saint par un ofl l factieux en qnrt d'imprvus, pour la plus g' n '" | de de li < naille de Santo Doming, aurait pu re t>e la hauteur d une allure dtalait point de do-iner du souci au Prsd.-nt d lliili. La faon dont lut rg |H cm du lieutenant Carri dplut elle au g'ni'ra" llor;e'la On te sait : ce qu'il y a de crlain n'est qu'e > cette mme anne 1830 ilp.irsiit sur sa demande au comminl'-ment de l'arrondi s-med des Ca yes, son susces-eur k Smto Do m ngo a\ant t, l'ir nie d s clio ses DamiioM veut qu'il i n soit ainsi, le gnral xlexil Carri en personne. Le gnra' J,W> M Muimilien Il %  ugrll daoa tout* n te lii mire. n'eu qirun tort a eoup r : > ui de n'avoir pis assez vacu*ll aura t eu la joie trooe de voir quelque vingt ans plus tard, en vieux rpit blicain qu'il tait, lui qui avait M lans sa jeaaesM pur les airs 'i i Rvolutioo I ii | tira, qui avait ch n t le t a ira %  et connu le ca'endrier rpublicain, le gn rai Alexis Ct'ri son ancien subor d inn de Sa ito Domingo cr duc de la Nga Real et charmirr d'' r de la tte aux pied par la grarieu sete de S. M. Kaustin Soulouiiua, lealwaant, le g nra'J ^ro.ne \t.\i mii a Borgella aurait iu mounir tranquille. I',.uu. T.n.. DI LESl'INAS-i; Paille I Pomm Les il. Mm "Tout est perdi lors I honneur honneur dans le l nous l'avons Devant cette fantaisie du lieutenant Carri dont l'anomalie tait patente, le commandant de l'arrondissement avait fait une enqute trs srieuse aut lins d'en connatre toute la porte. Le but de cet esclandren'tait que symbolique ce qu'il parait, l'excution sommaire d un juif empaill n'elait qu'une vengeance prtendait encore le gnral Borgeda, et ceci d aprs Us dqlances mmes qu'il avait reues des levantins de SantQ-Domingo qui aurait e*e exe.ce i • ' >' jn, cb<*ir et en us de la tUU, I Lllei t Fg dite Rpublique d llaiti Poil au-I'iince, le is Juin 18:10, an -Te de I Indpendance. i;:\\ PIBRRB BOYCR Prsident d Ijaiti Au I '('u 'rai Itu'ge'la, %  Comil a du t de I arrondissement c'e Santo homingo J'ai r. m. 'Jnral, voire lettre du li Os Bt s90l>. J'ai gai tceat i, 1 r|oiisedu ( oiel Carri |-iuter,i'll.tlion que je lut ai lut U dclara ca'om if a w les laeal pttioat ioel il tel eteot. D'abord il BtMrt que ni lui, ni son tilt n'ont fait tirer par la garde de la p'ace, le samedi saint, sur les mannequins p'acs auprs du I • i rata de la place; et que les dlo natiuns que l'on a entendues 'aient l'tffi t des ptards que des uu p.r x Conn iasri %  le p >< de i odeur eal la p eslion qi e fois s lini Pierre posa avant d'o viir les poites du l'un li-.— D'riureraent une psaVra aett se prsent i t las— du Ion \<>\a ge, implora du svre gai lien le siiprAna btnbaor de eonli i l'Bleraal, Le K 1 "" 1 talul f I • lt un moment et lui dem in I > : — C i lil i / unis ior lu terre le Pays i u les h mm C mime moi ( le saint se l'ia;>pi i pn'lrine) le 'endemain ce qu'ils I 1 liaient la veille, le paya de I un pu leur en un mut .' La pauvre .1rae se gratta la l e emb irasse. C'esl pcul tre la Praoee o l'S ri 'ic in s ial sle .ml r, t mt en que leirs pr lc SSi ura avaient considr o im u des l> ils intangibles. — N^nni lit le salai. C'a t peut tre i Uleni rot q •, air i i v ii r p nl r* de P o i eoelre tout et qui leil ua c ntrMe lraiiT, I d u pi t i I occupation militaire l. i Kubret le plan Dai Pis p'us, dit Si II" iV liml d ns sa longue |, f |,, — lia BMihearaa i nceie une IroUii me I — C'est sans doute l I oii les ouvriers, a; rtl avoir t H battu poei la paix sociale, la p il noiverselle, se mo,, 1 b lliqueux les hommes — La Rusait i Pas d'avant lil le gardien du Ptl i L'autre jojr, bbmol %  j'afci '"o". perde, je foui lais dant hivet universelles et j'y d i m %  ptea intitule : "L'alfi '.' i I et /ut pis mon tonne d'entendrt ulus tard son au le u — li u'tien antlientique qui"eut i mire eoueliette le dra anal", pontiiier au sujet opinion trop vraie sur ce I e nimeneement del sa liiitienne. Cet homme, pr l'intervention, 'se croit %  | m I li i le seul dfenseur auto l'iiivro peuple qu'il avait Il livrer ^lieds et poings Ili lien, mon enfant, ajouta Al l'ierr ', ils sont bien eoupibls nmes qui r,m| Je leur pau 'Ile l'aiiie II uii, le pays de ur e'_de|.'audace. L'action des totem au(I icieus se poonoil Celti des voleurs ont pa li %  %  li 1 la M .lleis. a Lslue, et oit tr mv le moyen d'enlever iit> liant des effiti aux et une certaine valeur on argent pouvant' tre v* I t dollars. ail environ qa 1 ' m I un ( j j p ,i il i ileur qui < > in II d I.IO -". luira d i i • It qui m er %  li' l'ai %  -, lur ileur se se valt il It de 1 q, tt II al Ira 1 lui louj M qui .ait i I In ilAlin 'M* %  !" Nouvelles t^.Mngres Par Cable One UniN ml Le l< Wi 1er |gU le n.i et Prsnra Fra lit 1er livra aux troupes de Clnrl-a Q uni com-nand es par le duc de Hmrbou, Pes ire, |,i i oy, et l'etpsgiol A'iloni i dt Lsyvila i'l" : meurtrie-e de* bataille q li miii| le eut les longue* luttes entre le* deux sOlVerallM : la ba'ai le de P vie. L s Susses Uh ent pie I prt que sans coup I -iir aban on "il U gendarmerie f i U* qui re-la ainsi seule sur le chimp de bataille Klle fut crase. Le* meilleur* tf raux, La Trmou'le. L^ Paiiet Bon nival, Lau'rec tomberni toi eotil du roi qui fut dit pdsoanlw B, le soir, Franois 1er crivit lato ni njenaeat a sa rrtAre L'iin-e de 'le toutes h *es nt m'est demru' que lhmneur I la vie qui est sauve %  • On dit plubrMj (OM al Iota est perla fors l'bxtfl uur. •hircit eu plus. liesritux, des juils empaills lipaiion du gnral Carn. _Ce rque kl t-iUuU aprs exposi; ultat de 1 enqute tait d'autant lufUenl j"\eusemeni a pus twt aat le eoma^odaut que Uwn parti' uliirs faisaient lancer, et non oups de feu lch; et ne d'aileurs ce jour l, c'tait une ch se tolre partout au dit lieu. 'i'ani sua concussions dont se plaint la commerce tranger, ce gnral ajoute encore au'tl dkie qui que ce so|t d'en pioduirs la maindre preuve Cependant dans une afftiie de cette gravit il fsut pour condamner que l'accuseuou soit prone, Kurquoi k plat nanti n'exigeaient ils pas u reu e l'argent qu'on leur demandait il! ettetaenl El que p inaienl ils redouter en relusant de piy i rl^fa-it de ce reu, puiaqu ils pouvait nt recourir votre autorit i Le iny-dre s 1 de plu A, la suite de njtre entr. li t d h.ei fixant un lis p .i it* qui para s a e d to it I il> M I is a re lativeinsnt li m rt du reg elle ne Ge vais, nous avons i u de nouvelle* > %  mauii etlieM le noire Service d inforindioas q i tablissent sju'un an ieti com uer aot serait compromis dans l'af (aire des effets p iblics ayant ap partenu teu Cbtrlea Ihimss. Des nom< de courtiers, de bail lears de (> ids sont gil-meot ci t, el le j uir n est pas loin ou la lumire sera faite sur <-etU l U fl affaire. Attendons •. %  de 1*l*-i coup a mis hier la main Un bon La Police lur un voleur de carrire recherche depuis Ijogtempa et en u nom de Decius Innocent. C'e.t I.I capl i (ti %  I de M. leri D' ll'IKItll P tl> M Ile riot a adl une lettre , vt. Ilnmonl, scrtai re d • la Ligue des Ni I n laquelle il fail eonsl i r qi I %  Pran ;e ne peut parti Ipe a u %  i n l iranea d>> Aetsrme < eut qu'au tant qie le girir.lies d n in agression lui arant t fotl par l'A lentgne La P01 tr l'r.n tis ajoute que s m g u • m i n'est pis favai. M irm ment qui sa ra p irtt u i > nsenl aux troupes di l'g %  en lai subsis'er des servieea tus I I B| M tants la sue r Il S I It sont l'aviation et autres analog S i'il entend q M le I nnl oit se faire tilalement et simu't ," nmeot. En glleioaqne MKHI.INLe rhan I r Har a annonc qu'il signera Convention de Londres. 0 que la dis lag as ra ncessaire ainsi i la l'i Itbli ment d'une lnta'ure. fiolentai leroptoi NKW YORK -Un te n %  U i| u fait i UJt Wf I l'Al'aulique a eau de UOlbn %  inistre* L'oiragan a t-avers fo'k. Virginia, 6tora4a, Mlau i.ily, New Je:.' 'i d'antres ville, a une v.tesse de 80 millet I b "L*. R4V4HIDes pluies lo rentielU ne cessent de ton. dans presque toute l'Ile tenon consquence du cy.-lone sjui svij sur les eotes nord d'.l'Allantique Nouvelle AtotrttM PAHIS — Le snat et la ehan des dput 4mt leur sance aprs que eut ratifi dans leU le trait de Lausanne. iiKNEVE-La Ligue lei Nations a invit olliciellement 1 n 1 pri 1 Is ou il est d que la Norvge a toujours r. point eseu nnlien 1 Itutlonnellet, de allons imlitaid'aulrui. iemeoude 1 li lie i l'iim 1 njite '.Ir— M Mossi .111 a donn I Kinliassadeur 11 remercie ments de la nalion itslienne 4 l'oc raslen 1 1 la marina icame de I aviateur Locslslii. .. %  4^-' m


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06255
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, August 29, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06255

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRKCTBUR PROPRIETAIRE
IMPRibEbR
Clment Magloire
SOIS VKKNA
1358 Rue Amricaine
MMKlll) 20CENT1MES
Quotidien
TELEPHONE No 242
18*me ANNE N" 21I7
P0R1W*PRINCK (HATI )
La libi il.- ne saurait tre ab-
e pour I hou me, puisquei la
libert de chaque membre (fla
socit trouve m limite u ns la
libert de ions le- aatre, l
libell .1 ses limites : cela) en
c-t-il Qu'elle toit un l.u-u |
Bile est un bien puisqu'elle eei
un droit. tiUlBERGkH
FILfe COPY
Columfcui MemariaJ Lrn
PAN AMPWCAN ONOK
SEP 10 1824
VENDREDI a AOUT 1924
LA PETITE HISTOIRE
Une fantaisie du lieutenant Carri en l'an de grce 1830
Les promeneurs qui onl i
croiser dans les rues de anto-
Domingo le 11 avril lJO le g-
nral Jrme Maximilien Boi-
geda, commandant de c. t arron-
dissement de par la volont de
S E. Jean Tierre lioyer, Pu si-
dent d'Ha i, onl dii lui trouver
un air rveur et qoelqn ; | e.i
soucieux. Ils ont d voirons
peut-tre essay d&sComprendre,
et s'en taient sans doute Uvf
les mains en p nsant juste ti
tre qu'il ne lait p s toujours
lion de s'oc;uper des grands
(Jnoiqu'il en soit, le gnra
Uorg. Ha tait miuade et ner-
veux Eta ent ce les I). ir s de
l'Eut qui or marchait nt pas? Ces
diables de franais, adv. rsai', s
reJoulabKs, avaient-ils dbar-
qu cinquante mille hommes
uans dillerenls ports de la Re-
publique? o le Prsident
d Etait] tait-il mort I). um r
ci, il n'tait n. n de tout c. la : le
char de l'Etat tait plus que ja-
mais sur ses roues marchant
bonne allure et l'ordre, stlon la
vieijle formule sacram- nielle r
gnait sur toute l'tendue du ter
ritoire. Pourtant le coiniuau
dant de l'arrondissement de Sto
l'uiniugu aval) Uea raisons 10'
lieuses pour tre mcontent. il
avait se plaindre de l'attitude
du lieutenant Carn-
mort le samedi saint quand loi
cloches d*l glises annoncent
que le Christesi ressuscit. Uonc
les dominicains de Sto Dom n-
go, ou plutt les h miens de ce te
viile. cette poque,il n'existait
ps encore de dominicains,
pour la aamaine sainte de l'ao-
u s lii ), s taient conl >rm s
Ct inno'.ent usij," qu leur
avdent Innsm s leurs p<\ e* I e
gnral Uorgelh qui devait re
voltainen.les hoiumss de l'Ind-
pendance l'taient peu prs
tous, Ptun fut le olm ce tre
u'. ntre eux, avaient naturelle-
men' trouv redire, parvenu
au commandement de l'arron-
dissent-nt de Santo Duningo,
au auj t de cette nave tradition
Par arrt placard dans la
Le lieutenant Carri, (ils du
gr" lierai de brigade Alexis Car-
ii, commandant la placo de
Santo Domingo, s'ttait livr le
samedi saint compt 10avril de
l'an de g'ace 18 H', une biu-
yaute fantaisie contraire tous
les points de vue aux rgle-
ments militaires et qui avait
cam dans toute la ville une
certaine motion. La vrit, est
que pour tout autre dlinquant,
1 allarre aurait t rgle par dts
arrts de rigueur, mais tomme
le gnral de div sion Jrme
Maximilien Borgi Ha et son mi
bordoun !e gnral de b'igaie
AUxis Carri, en bous soldats et
en bons hartiens qu'ils taient
se dltslaient Irait rue Ht ment,
l'incidenl bruyant en lui-mme,
avait pris une grave tournure et
allong d'autres gti< Is contre le
pre, avait t port la con-
naissance du rrrident d'Hati
tranquillement ins all, Poit-
aii-1'nnce, au pal is national L.
gnral Borgeila, avait pieuse-
ment ce &ujtL ce U Avril
\60, rdig un rapport ver.-
k-t-ur au seul homme qui lui tut
suptritur par le grade et l'im-
portance dam (oue I tt ntlue de
la Rpublique, du c p Tiburon
l'Ozama, nous avons di' S- E
Jean Pierre Iloyer. Us petites
choses en ce monde ont parfois
une grande impt tance selon le
rang social de aux qui les ac-
complissent : la suite de ce r
cil va nous le prouver surabon-
damment
L'affaire, en ell-meme, ne
mritait pas un rapport, ce qui
p'empche pas qu'elle avait ser-
vi de thme une correspon-
dance qui avait dur deux bons
mois. |^a fantaisie du lieutenant
s'tait laite, excusez du peu, &
coup n lusils. C'tait une vieille
tradition locale, on pi ut dire en
pays en entier,
u ionnue,-qui
-ti avait ete le prt) vte initial. Il
fc'pjijsait en ralit, wardour uo-
ville, sige de son commande
nii'iit, il avait formellement sup
prim la conl" cion des rn-nii -
q insiruil m l< s juils , dans le
louable but, il va de se i, d'arra-
cher la populace de ses ad
ministres au fanatisme > et
de plaire en outre aux levantins,
qui, parait il, cette poe.
aient en asst z l> n non lire
dans notre partie de l'Est,D'une
pierre notre gnral avait fait
soin pour lui cependant dans
6on premier rapport au Prsi-
dent d'Haiti d'crire la longue
et savoureuse phrase que voi i
qui n'est qu'une miuvse pri,
phi-se: Ds que j'eus le cora-
mandement d i cet arrondisse
ra-'Ut, me co lormant aux prin-
cipes tolrants de nos lois et
aux vues bienveillantes du vernement l'gard des hom-
mes qui viennent commercer
avec nous, je de t ndis ces sortes
d scandale,'oujours contrair. s
au bon ordre. Il a bu'u lire
sins doute au bon o.dre des
I Ut's.
L3 li aitM int Carri avi-it
jus', nu nt enf nt cet arrt, de
propos dlibr prtend l'acri-
m mieux Boigella, pusiu'il al
li m nt I mu l'i rrj R >yer l'a-
voir vu sortir d la mette avec
son pr-, se diriger vers leur
maison d'o, toujours le lieute-
nant Carri s'enten I, suivi
d'une troupe de canaille, il lit
sortir et pendre une corde
qu'il avait attach au balcon, un
des mannequim an faisant tirer
dessus par la garde du bureau
de U P^-e- d ensuite y faire
mettre le bu, en mme temps
que sur d'autres points de la
ville, on faisait comm-'>'' les
mmes scandale . Voici qui
est prcis: c'est gal, la prose
du secrtaire du gnral Itor-
gella est dtestable ; car nom
voulons bien croire pour son
prestige littraire qu'il n'av il
point, conrernant ce rapport, te
nu la plume personnellement
de la placo avait t dnonc au
Pr-id-lit il il i ur c-einent pur
Iet n^goeianis juifs > qui avaient
tu |>a att il, se i aindre le lui.
Il- s i 11 sol | mis aatara I meut
reco mus dai.s 'a victime empaille
du i.-u -ij.ii.i Carri. Kn prsence.
dune pareille attitude du lits d
la fconde autorit de la ville, l-
BOlitMl il l'indignai iiiu ne p U
va m rs iju i ur e ml le rc I I
av.d ltfSO sur l ma P. ut (Mre le coramai, aut de
I arrondissement traduisait il le
sentimei.t populaire quand il s'tait
ni a la li u de mm ne poit :
< Voi', Prsident, une de< lurpi
tudes de cet ollioier gaeral que
vous avez plac ici pour nt
cou,1er. Bien lo'n de atoprer
avec moi faire disparatre dM
coutumes eoB rtitra I solre proa
et i gagner des amis au
liouverncmeut, veut jouiuelleinent
user Us cilovenset les conme r
ani en exigeant des Ntriboliooi
dargent qui Le sont point tutolb
le.s par 11 loi .
I e a du lieiitinant C.i.ni luit
pemliilile pour avoir commis un >i
grand crime. Au>si le garal I
rme Maximilien Uorgella, avait
en ce qui le concernait, la cons-
cience tranquille, en ayant ac< oui
pi son devo.r en portant es agis
sera, nts scanda eu* de ta uuiaa
.] ni d'Haiti: il attendait de M
dnnier une punitiou enamplaire.
La correspondance, de part et
d'autre, demandes d'explications
et renseignements fournis, arait
dur deux bons mois et le Unrai
Cari je min en cau>e m milen on
trui eiuent dais la fautai ie de
Monsieur son (Ils s'tait vigoureu-
s intiil il fendu prs de S.l. J n-
Pierre ISojer, de toutes les caloin
Q es por s son acif. I i U >eul
tait jubqu'oi'i auril t cette mal-
beau u-'- affaira,si I lei.edu l'ai i-
nalional, sapp:ant alors guer
royer i onlre la t tan e, i.'av it pa*,
par sa haute autorit, fe, tu le
dossier du liMilenuil Cirri en
crivant la leU e*qui suit au p'cs
tigittux g m lit qui avait eu I i li
g .e lioun m datte un de ses repr
entants Us plus I.....itfl daOl It
dyarlem nt luitie l le l'O/ un.
Je ne saurai exprimer le regre
que ces circonstances dsagrables
m ont oectak nns, et j'tspre que
l'ordre et la rgularit n'tprMVt
ront dsoimais aucune atteii.le
Ml i'g rJ.
Je v irs s due fr ln.ii- DMi t.
(S) BOYEfl
ijui aurait cr, grand di. u,qu'un
mannequin excut somtn ireinent
un sarredi saint par un ofl l
factieux en qnrt d'imprvus,
pour la plus g' n '" | de de li <
naille de Santo Doming, aurait
pu re t>e la hauteur d une
allure dtalait point de do-iner
du souci au Prsd.-nt d lliili.
La faon dont lut rg |h cm
du lieutenant Carri dplut elle au
g'ni'ra" llor;e'la On te sait : ce
qu'il y a de crlain n'est qu'e >
cette mme anne 1830 ilp.irsiit
sur sa demande au comminl'--
ment de l'arrondi s-med des Ca
yes, son susces-eur k Smto Do
m ngo a\ant t, l'ir nie d s clio
ses DamiioM veut qu'il i n soit
ainsi, le gnral xlexil Carri en
personne.
Le gnra' J,W> m Muimilien
Ilugrll. daoa tout* n te lii mire.
n'eu qirun tort a eoup r : > ui
de n'avoir pis assez vacu*ll aura t
eu la joie trooe de voir quelque
vingt ans plus tard, en vieux rpit
blicain qu'il tait, lui qui avait M
lans sa jeaaesM pur les airs
'i i Rvolutioo I ii | tira, qui
avait ch n t le t a ira et connu
le ca'endrier rpublicain, le gn
rai Alexis Ct'ri son ancien subor
d inn de Sa ito Domingo cr duc
de la Nga Real et charmirr d'' r
de la tte aux pied par la grarieu
sete de S. M. Kaustin Soulouiiua,
lealwaant, le g nra'J ^ro.ne \t.\i
mii a Borgella aurait iu mounir
tranquille.
I',.uu. T.n.. DI LESl'INAS-i;
Paille I Pomm
Les il. Mm
"Tout est perdi lors I honneur
honneur dans le
l nous l'avons !
Devant cette fantaisie du lieu-
tenant Carri dont l'anomalie tait
patente, le commandant de l'ar-
rondissement avait fait une en-
qute trs srieuse aut lins d'en
connatre toute la porte. Le but
de cet esclandre- n'tait que sym-
bolique ce qu'il parait, l'excu-
tion sommaire d un juif empaill
n'elait qu'une vengeance prten-
dait encore le gnral Borgeda, et
ceci d aprs Us dqlances mmes
qu'il avait reues des levantins
de SantQ-Domingo qui aurait e*e
exe.ce i ' >' jn,
cb<*ir et en us de la tUU, I
Lllei t Fg dite
Rpublique d llaiti
Poil au-I'iince, le is Juin 18:10,
an -Te de I Indpendance.
i;:\\ PIBRRB BOYCR
Prsident d Ijaiti
Au I'('u 'rai Itu'ge'la,
Comil a du t de I arrondissement
c'e Santo homingo
J'ai r. m. 'Jnral, voire lettre
du li Os Bt s90l>. J'ai gai tceat
i, 1 r|oiisedu ( oiel Carri
|-iuter,i'll.tlion que je lut ai lut .
U dclara ca'omif aw les laeal
pttioat ioel il tel eteot. D'a-
bord il BtMrt que ni lui, ni son
tilt n'ont fait tirer par la garde de
la p'ace, le samedi saint, sur les
mannequins p'acs auprs du I i
rata de la place; et que les dlo
natiuns que l'on a entendues
'aient l'tffi t des ptards que des
uu
p.r
x Conn iasri..... le p >< de
i odeur eal la p eslion qi e
fois s lini Pierre posa avant d'o
viir les poites du l'un li-.
D'riureraent une psaVra aett
se prsent i t las du Ion \<>\a
ge, implora du svre gai lien le
siiprAna btnbaor de eonli i
l'Bleraal, Le k1""1 talul f I lt
un moment et lui dem in I > :
C i lil i / unis ior lu terre
le Pays i u les h mm
C mime moi ( le saint se l'ia;>pi i
pn'lrine) le 'endemain ce qu'ils
I1 liaient la veille, le paya de I un
pu leur en un mut .'
La pauvre .1rae se gratta la l e
emb irasse.
C'esl pcul tre la Praoee o
l'S ri 'ic in s ial sle .ml r,
t mt en que leirs pr lc SSi ura
avaient considr o im u des l> ils
intangibles.
N^nni lit le salai.
C'a t peut tre i Uleni rot
q , air i i v iir p n- l r* de
P o i eoelre tout et qui leil ua
c ntrMe lraii- t, i d u pi
t i I occupation militaire l. i
Kubret le plan Dai
- Pis p'us, dit Si II" iV
liml d ns sa longue |, ,f |,,
lia BMihearaa
i nceie une IroUii me I
C'est sans doute l I
oii les ouvriers, a; rtl avoir t H
battu poei la paix sociale, la p il
noiverselle, se mo,,1
b lliqueux les hommes
La Rusait i Pas d'avant
lil le gardien du Ptl i
L'autre jojr, bbmol j'afci


'"o".
perde, je foui lais dant
hivet universelles et j'y d
i m ptea intitule : "L'alfi
'.' i I et /ut pis mon tonne
d'entendrt ulus tard son au
le u li u'tien antlientique qui"eut
i mire eoueliette le dra
anal", pontiiier au sujet
opinion trop vraie sur ce
I e nimeneement del sa
liiitienne. Cet homme, pr
l'intervention, 'se croit
| m I li i le seul dfenseur auto
l'iiivro peuple qu'il avait
Il livrer ^lieds et poings
- Ili lien, mon enfant, ajouta
Al l'ierr ', ils sont bien eoupibls
nmes qui r,m| Je leur pau
'Ile l'aiiie II uii, le pays de
ur e'_de|.'audace.
L'action des totem au-
(I icieus se poonoil
Celti des voleurs ont pa
li' li 1 la M .lleis. a Lslue, et
oit tr mv le moyen d'enlever
iit> liant des effiti
aux et une certaine
valeur on argent pouvant' tre v*
I t dollars.
ail environ qa1'
m I un ( j j p ,i
il i ileur qui < >
in II d i.io -".
luira d i i
It qui m er
li' l'ai -, lu- r ileur se se valt
il It de 1 q, tt
II al Ira 1 lui louj M qui .ait
i I In ilAlin
'M*- "
Nouvelles t^.Mngres
Par Cable
One
Un-
iN
ml
Le l< Wi 1er |gU le n.i et
Prsnra Fra lit 1er livra aux trou-
pes de Clnrl-a Q uni com-nand es
par le duc de Hmrbou, Pes ire,
|,i i oy, et l'etpsgiol A'iloni i dt
Lsyvila i'l": meurtrie-e de* ba-
taille q li miii| le eut les longue*
luttes entre le* deux sOlVerallM :
la ba'ai le de P vie. L s Susses
Uh ent pie I prt que sans coup
I -iir aban on "il U gendarmerie
f i U* qui re-la ainsi seule sur
le chimp de bataille Klle fut
crase. Le* meilleur* tf raux,
La Trmou'le. L^ Paiiet Bon ni-
val, Lau'rec tomberni toi eotil
du roi qui fut dit pdsoanlw B,
le soir, Franois 1er crivit lato
ni njenaeat a sa rrtAre L'iin-e de '-
.....le toutes h *es nt m'est
demru' que lhmneur I la vie
qui est sauve
On dit plu- brMj (OM al Iota
est perla fors l'bxtfl uur.
hircit
eu plus. .
liesritux, des juils empaills lipaiion du gnral Carn. _Ce r-
que kl t-iUuU aprs exposi- ;ultat de 1 enqute tait d'autant
lufUenl j"\eusemeni a pus twt aat le eoma^odaut
que
Uwn
parti' uliirs faisaient lancer, et non
oups de feu lch; et ne
d'aileurs ce jour l, c'tait une
ch se tolre partout au dit lieu.
'i'ani sua concussions dont se
plaint la commerce tranger, ce
gnral ajoute encore au'tl dkie
qui que ce so|t d'en pioduirs la
maindre preuve Cependant dans
une afftiie de cette gravit il fsut
pour condamner que l'accuseuou
soit prone, Kurquoi k plat
nanti n'exigeaient ils pas u reu
e l'argent qu'on leur demandait
il! ettetaenl El que p inaienl ils
redouter en relusant de piy i
rl^fa-it de ce reu, puiaqu ils pou-
vait nt recourir votre autorit i
Le iny-dre s1
de plu
A, la suite de njtre entr. li t
d h.ei fixant un lis p .i it* qui pa-
ra s a e d to it I il> M I is a re
lativeinsnt li m rt du reg elle
ne Ge vais, nous avons i u
de nouvelle* > mauii etlieM le
noire Service d inforindioas q i
tablissent sju'un an ieti com uer
aot serait compromis dans l'af
(aire des effets p iblics ayant ap
partenu teu Cbtrlea Ihimss.
Des nom< de courtiers, de bail
lears de (> ids sont gil-meot ci
t, el le j uir n est pas loin ou la
lumire sera faite sur <-etU l U fl
affaire.
Attendons .*
de 1*l*-i
coup
a mis hier la main
Un bon
La Police
lur un voleur de carrire recherche
depuis Ijogtempa et en u
nom de Decius Innocent.
C'e.t i.i capl i (ti I
de M. leri
D' ll'IKItll
P tl> M Ile riot a adl
une lettre , vt. Ilnmonl, scrtai
re d la Ligue des Ni I n
laquelle il fail eonsl i r qi I
Pran ;e ne peut parti Ipe a u
i n l iranea d>> Aetsrme < eut qu'au
tant qie le girir.lies d n in
agression lui arant t fotl
par l'A lentgne La P01 tr l'r.n
tis ajoute que s m g u m i
n'est pis favai. M irm
ment qui sa ra p irtt u i > nsenl
aux troupes di l'g en lai
subsis'er des servieea tus I I B| m
tants la sue r Il S I It sont
l'aviation et autres analog
Si'il entend q m le I nnl
oit se faire tilalement et simu't ,"
nmeot.
En glleioaqne
MKHI.IN- Le rhan I r Har
a annonc qu'il signera
Convention de Londres. 0
que la dis lag as
ra ncessaire ainsi i la l'i Itbli
ment d'une lnta'ure.
fiolentai leroptoi
NKW YORK -Un te n
U i| u fait i UJt Wf I
l'Al'aulique a eau de UOlbn
inistre* L'oiragan a t-avers
fo'k. Virginia, 6tora4a, Mlau
i.ily, New Je:.' 'i d'antres ville,
a une v.tesse de 80 millet I b
"L*. R4V4HI- Des pluies lo
rentielU ne cessent de ton.
dans presque toute l'Ile tenon
consquence du cy.-lone sjui svij
sur les eotes nord d'.- l'Allantique
Nouvelle AtotrttM
PAHIS Le snat et la ehan
des dput 4mt leur
sance aprs que
eut ratifi dans leU
le trait de Lausanne.
iiKNEVE-La Ligue lei Nations
a invit olliciellement 1
n eprsentant aux dlibrati
la commission du dsarmement
qui -, ""
O.ius l'arme japonaise
rOKIO Le conseil des mare
tli nx a adopt le nouveau pro
Ki m n. di 1 org u i ation militai
e d'aprs lequel i divisions seront
upprlmes ; I cononte r.'a ise
1 ni sera consa
lit 1 ratlOI le 11 escidrons
1 I la fabriealiea de
p I il 1 li ni lues employs'dan
re.
I.i rvolution au BnVsil
IRBi Lis rvolu
lionaaires brsl eus qui oprent
.....Ittl dt Beo l'aulo ont Ira
le Parana avic Hio Pardo
comme objeetif. Les forces ldra-
le ont ur le point de les a tein
(lie.
autour du trait
l'assistai..;!- mutuelle
rOKHOLti Le gouvernement
1 < inlorm la Ligue des Na
' tt in on ollit-ielle et dfi
n t M qu'il n'entrera pas dan le
t'' d ssistaoee mutuelle proje
1 m 1 li re que ses avanta
toi pas les risques
q m peuvent rsulter de la partici
il trail.
1 pagne et la Nor
se sont prononces contre le
istance mutuelle rcem
uv par la France. Le
1 par lequel le gouverne
brietisaa l.il connatre
n, e t rdig dans des
teimes elain > 1 pri 1 Is ou il est d
que la Norvge a toujours
r. point eseu
nnlien
1 Itutlonnellet, de
allons imlitai-
d'aulrui.
iemeoude
1 li lie i l'iim 1 njite
'.Ir M Mossi .111 a donn
I Kinliassadeur
11 remercie
ments de la nalion itslienne 4 l'oc
raslen 1 1 la marina
icame de I aviateur Locslslii.
..4^-'
m


CMATm
lo seul faisant
I ii
A physiologlq'ie
la rducation fcnctic.nnollo do l'intestin
Evl:e 1-' m***i
tURptnM :
Empche 1 excs d'rr.
Rguuuuw !'
Conception
Entrite
Vertijes
Hmotroe
Dyspepsie
Mijraine

t
l
.u t tmnt

usnifi
ra*."'.*-
tirt lhl-- u r'j;-r-
A ... t''l
nolni 0
fut le
moins ar n.Mflr.<'
dont K, iroih.calrv, auianr
i.uiartf llrriu t
ion i Ut |*jlla lu la.-.r.l-
. ri'-AAt
D> alaoaa.
li U Fu il IM4 il Moaisalilt
, HEMORRODES
JUBOUTOmCS : '"P-
t rwfilni ti aniUintorr*t-
M
HfMaftWJ
IUBOUTA.N : foi"
< unir lu U'i
rdrmm

EXTRAIT BH4AJKE
la niirur anj'I 'V-
Ur l'nl Kl icatrioni u
Parisiana PHONOGRAPHES
Vous Irouverez la
maison
t. Preetzuaia Agq^rholin
Des Columbia , et
des disques de tuiles
beaul.
CE SOIR
LiAiulonne
7e et Ba pisode
Entre G. 050
D1MAMC1IE
En film aux dcors soiptceii,
Jou par le bons act' urs
U BIWX
5 parties
Entre : 1 gourde
Balcon : 2 gdes.
La pluie a contrai i la re
prsentation d hier soir, Parisiana
u'i pas jou.
Jfrtje Taillant Coneignatabre pour la*
Les miettes de l'Histoire
t'isprit de Rinstfynwr
Flix Antoine l'hilibirt Dupan
1 BP, lar J" "
loeuen s l"
ries tr le?f Mr IVdoeel n
Hon tnf.ii, m le polu i
.... - m 1,'e -L f n--' .lu pouvoir
temporel dei I | ,l1 e"
IVhh' i d'un lg lime pn itM
Un jour cep< nlunl qu'il
nat eu ebe n de for*, n i
serve son coaluo I
un mauvais p'el bI. 4 fc*
s'approcha le ni : "Quelle *TO
rene, n.' N01 s e' ,re
un ane et un v'pe'.' '
Mon nloupse t.il.
"Eli biex, t.', i' s. mlerln
cutenr, e'esl RM l'ee porte a
noix sur le dos et L'ivque sur !a
poitrine".
"C'est jeute, dit l |U
moula t il son ton
Aux coules-

Autour l'une succession
A la date Ju 13 Aot -.,, 1
j"g Lon Pierre pur1, un ordon-
MOM .1'' rfr nommi Von-
sieur Elie Pierre Antoire, se
qu stre des biens d- feu Kernand
Smilh. Le si. ur I ierre Antoi' e
prta seimeut le 19 aot par de-
\, | : v |.|i pu t i i e S
Hacar] (I etiofl N rd) el e.itra en
I
I.. Ing SI M i.m\ as?i-t .1 '
grf fflir aOtO'i in-O.formem- I lu
loi, l'ouverture d l'immeuble du
dfunt, sis rue des Kr-nls Koils
Mf Ip squestre rgnliremeut d-
sign.
ga n lu m .nt celte drision
le dit BqutttM a la date du il de
ce mois a \ rs nUlt ,v r, les 10
mais, d manda 1 il son ton ._, ^ mslin 8(jt |ing d e.
quelle diffrence u yfa vous enl e ^^ ^ ^..^ n de kt en
un *ne et un D t r. |ou( in. ff ^ ,,, U ,e
L hon me "'" le ne vit P prieure de Mes K-nfan,
vois pas r,.ond.I il la B Ed ypp0|ilei iU |ue| Mua
..rSr^MM TUttr \ H}- a? ' -''lorj ^brt, MqUltr Ifir
lnternational allilhcCluI
Les HwabrM de o rlub qui u
lnt comm>nrer a apprendre !e jeu
de Tennis sont avi es q iM y a
ce avantari* " pour eux.
lendanl la semaine. Les dur.e*
joueront Rir le ourt ouest, el les
hommes sur le court Est. Sur de
mande, 1 capitaine dj Tennu
Club, Dr. L. Piuti r, ftr* les
arrangements pojr faciliter les
jn.inr.
T us les Dimanche* il j i grn
de runi in partir de 7 h a m
pour Tenuis, l'.roquet, (}y 'Dti
ques et d verses distractions
L* il.|. ner hi.l) tuel 9 li. r.
m. e t loujo-irs la hauteur Les
m n.bres qu1 veulent pu t do aient s'inscrire a I avanc.
Chaque rn'mbre peu' amener un
ami t di s ce cas devra se faire
inscrire d avince p r l'Asst Serr
taire, Mr r. Ph'ilpoU, ou le Trso
rier.MrE N Balle J.
Les smi'.rtr etc qui veulec t
participer a la foiree littraire
m-n- uelle devront s'ailrrss. r au
Bib'iolhrcaire, MrC V,:U s. DU
eu vie prsidei.t, MrB. [>. Scott.
.......- i.,j, ^c^iciauo
L enfer des chats
Ce serait New York, en
croire uue st.tisiqu.'qui vient
litiepiiblit'e. T-i.lanRmuses
, our les hum h, les rues de
la capitale d^KaU-Uqit "u
cours de 1 ane dernire, le;
automobiles y ON c-as M o
personnes dont 2iU en a l -
sont absolument fatale aux
chats. Peut on ravu.r coinbien
on a ramass Je -'.a lavtes de
matous sur la o v b mt\ au
Ion i de l'an v W M 2.UWDI
E ct.u est d'oi an' plus
impresiunaat J"''" J'-nral
les .::i ils awn dmrabl.'mfcnl
vit lis* iures.
nier mot teste touji urs ci lui qui
a le plu d'etpril.
Vari ls
ci; si nu p"
Lis Troi Mousquetaires
jTJ DIMANCHE
Sa Marraine
avec
Bosc & Dux
Perdue
avec
Alexandre
Entr* GO.0
Loge fl.00
Restaurant
DUS -------
Cntel de Bordeaux
Les clients qui n'ont pas
ncoie j i-uEOj.tes
en ret-aru, Bont pris do i
o" qu>l.- 16 du
; so met
. i e en tgli
Passe i
coznpu
loin xei i de
Portail Prince, o 20 Aortt
,924
LOPE KIVERii
sreut le reconnsl're le sques re
nomm par le juge Lon Pierre.
Ils lie." t mieux, ci.r ils bris-
rent la s. mire d une des po tes de
l'entre de l'immeuble en que -
tion ..
Ou allons nous .'...
Le clibat est in'laste
Divers savants ont dj mis
celte thorie. L"n professeur de
p. i l.i.-.ie m, nt encore de le
prouver tout der.i r m nt s |-Hide
itistique, parait il, irrfute
bls. Les j,ns iiiari s o t p: .1,
ih.in.-es de vivre titas nt le- c.1
I b i.. s .(, peur tout ,i-e,la moi
ttalit de teux-ci -! plus g iu.i
que celle d.s premiers.
Ainsi.pour preudr- un exemple,
eutiu BU et 4*1 ans Qui consti-
tua le moyi nue de la vie humaine
le pourccntige d.!s dcsn'e*! que
de 7 chez le maris ; il est de
i chez les clibataires.
On peut donc s'tonner apis
eela que ce d raiera soient si
nombrei x et que vo unlairement,
ils abrgent ainsi leur existence,'
alors qu il leur srail si facile de
faire aulremen', en mme temps
que serait ei.lin trouv le remde
tout indiqu contre U dpopula.
li'n...
L;i C< nisire italienne a
littera lkiinn<|iic latine
11iu- -1 .l.'iiiiare sance p'-
Diaire I* Comit de Port au l'un, e
de la Croisire Italienne a fait
membres les plus qaali<
le la Socit P. rt au Prii.cicn
ne pour former le Comi d hon-
neur pour la rce( t ou du Ne? re
exposition "Italia'qui sera bientt
Port au Prince.
Le programme que nous avoi.
< u i lii amplement pour
r q. e ce seia la foi une
relle mauifetetl >n de Part de U
lu au; al du ira^viil.
Occasion oxceptionDeI(
A vendra
L'n Lu, lelch entirement neuf
eeoeaeoiree,
^ Wei aux ateliers de l'Eco'e
de des Arts el Mener.
Administration Gn-
rale dos Postes
Aviade dpart
Le dpche pour New Yo k
el l'Europe (v a New Yo k direc1;
par le.'. \\ C Girgn seroo
fermes le Lundi le Sjpt mbr
pu"liai i.
Por, ai Prince, le 17 a Itftl
MNAGRES !
Pour teindre loua tiaau* i
Z.A.1KB, COTON, SOIK, lo
auoun produit n'gal*
losephJ- Dwek
Rue Courbe No /736.
Vieil' d'ouv ir el possde
toutes sortes d'.irti.-l s n toile
tine la pvtede tous.
La Maison conseille p rli u-
liremeot ai x lgantes de lai
ren Ire fi ile pour q il s puis
. nt se. convaincra de " qoalil
et du prix leiee wb les.
Sri IA m-: Toil 8 poil '
ling.'ri.', Parfuma, Cheaieea,
ChepeatUi etc
Vi.mi. en Quoi et en Dtail
*illlOQbil.tee
No IJQ, Hue des Csars
Dans I blo; co o >ri* entri le-
Kues du Peuple et du Cen're.
i Pour gurir ou viter i
M.ONA.NII OONSTIDATie *
oioiii amiiouiDiiiuu.il
ll">l A1TKI0UI
IL SUFFIT do prendre
UMiSKESM"
IJJ..1-- lo. J. I III RAI III
MODiaai h i .. ma >l. ... .: iu.u
vc.n:nco,iie(....;fMt
a. l'un de
vo rtpu
HUlHWII
une Pilule du Dr Dehaut
147, m du raab* St-Denii. Pari
Mais 11 laut exiger les Tritaoles
al tat (eut A fait Mclw
i Mr a BMBBBlBI
DEHAUT A PARIS
Mat trt% millmmil ImarlmM m Mlr
Ceci n'est pas lire
Car de la Hclame Je ne sais pas en faire.
Cepsudant si vous passez du coti- du Bureau d,- V \ i
ministration postale, a la Grand Hue
Reutrez a u nrioiune H Gaiiii.
A la Conscience
Vous verrez.' que les chaussures que oe soit sur
commanda ou non sont faites avec iioiiI, soins et so
Hdit, parce que les ouv^ersqui les confectionnent et
lis inateriai
lient le liti
aux qui y sont employs rpondent et lusti
e de la maison.
Rhum Nectar
Cl) N. liu-ljfiis
1*40, Rue du Magasin do l'K>t
117, Kii- Bo.tui Pe*, 820
Rue Onrnfv
TELEPHONE: 3i7
Accessoires pT 3icycletles
GrOo el D lai l s
roorchei, Cornes, Boulons
liain.s,P'ilales,Ianclies
iii||> il | Oulils pour n'|) ration
liicyclilies, Cyclo ntrea,
S|ienl'nilre,Se r*s,rapin
rondelles, m t ur |om-
pomjie leaaeiti pour se l's, I eus eu
t.lon il iil.
Uicijdettes pou Dames
W Ouintia Williams
vl'crt-au-l'rinee
Piiotoyraphie Nouvelle
1V7, Hue du [Centre
O 'e hasard d'une promenade mus a conduits, nous avons t
merveills a la vue des travaux ph t. graphiques, excuts sous a
direction de M. Uodomir D. Jl>TB, pliologiaphe attach au Dpar
t ment des Trnviux fubli -.
Depu s les .aili> posta e nipn'se.tant les vues de tou les points
intressants du pa\s, jusq i aux agiandissemeuts suivant les derniers
procde modernes, tous les ouvrages sortis de cet tablissement uont
U-uiie resMtii.li nce purfaile et d'un tini irrprochable.
$ Ajout. / a ci-la que lea prix sont mistiques et la porte de tout le
m ... ie, v, n tout ce qu'il tant pour faire de la Photo Nouvelle le ren-
d< i vous du monde chic et .l.' tut.
Vous qai voulez acheter
De lioimt'8 jolies, et Iralehes marchandises, allez chez
Paul K. Auxila
Rue Traverire et Magasin de lElat
Visitez nos belles gabardines de laine pour [costu-
mas, nos diagonales noires et marines, nos easiniirs
(jris fantaisie, nos palm-heachs t ouveauz ; nos Faux-
cola en toile d'Alsace, tous modles.
Tous les articlea pour dames, tous les Parfums
d'il jubigant, Coty, l.ubin et Kigaud.
drand clioix de Meubles LUs, Miroirs etc.
Le Cuq.;jU iulois
1027. Rue Courbe Po*t au Prince
Voue prie le venir visiter s >n assortiment de lis-
sus, spcialit de Calicots siipcriours, /pliirs, siams
Indiennes, Voi es fantaisie, Couvertures de^lit. Bas et
Chaussettes, Tapis cir et Damass nappes|. l'orme
de chapeaux, Souliers tennis
Nous avons ouvert un rayon (fe Tassas en poroe-
lain d articles mailis et de miroirs moyens.
Les prix sont les meilleurs.
Demande/s le
Rhum Barbancoart
110, Mu^ des Csars
T.. ErtlON'E .'430
..


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM