<%BANNER%>







PAGE 1

CI'tfATI* ~J4 %J £3 donne de la farse Convalescence Neurasthnie Tuberculose Anmie L. Cuie dr Ct-OBOL augmente la force nrrveut* %  I rend aui nerfi rajeunit toute leur nergie, leur lOuplettc et leu* viaueur. \ ommjmcnllon Aca-Knil* '1* MtOcC'Aa 7 Juin 1010 UfttfrJ ICIH let avntajM %  M pr t prsrnter U acroIhcai le, dont %  • I Ml u 1 ii faire trne pabla de rtaiplacvi la tranifuslon aanfj'.i-a eJla-mtmr ri csrel a va* avaatt. dlsail-offi. malgr qu'il railla toujours avoir recours elle, an moins dans let cas argents, nous ne croyons pas S ua la serothaVapia pu (s sa onner. rn une foula de cas, les rsultait remarquables qu'on peut obtenir d'una^turprolonge de Olobol Ksi face d'un organisme A re* sBooter. a revivifier, a refaire, e'esi toujoara ce dernier (fui nous donnerons la ertffeace. D* H. CUISIT. Ln\ ;ct it icirnerf, Lititttt dt la Fmcut. de Mdecin de PnriB. ttiWiiwmirili Chatelat Grand Prix Fournie de 1 tApIt de Parle, 2, rue Vairnciamv**. Parla, al faute* pharmariat. serge Taillant Corn fjaltatfa p)ir Huti Un rasoir pour les gens presss r ^ Sa rawr rapidement n'ettpaa facile a*ac la plupart d* tutnira. Avec la rasoir da aurai* Valet AutoSuop, rien de plus alae. C'est le rasoir qui "se repassa lui niina". La ii.fi>.* laine aart pendant dee semaines, toujours bien alt-Ia, loajoura dotue la pssu. L'eaaayer, c'est l'adopter. felRasoir I Jfe I $ut(rStrop <£*>tanrtiit * Citz Mm WPreswir 1114, \Ttnua John BrowntLalu'; Chants roses,— Verres boi e, Verres k Champagne. Assiettes, Couteaux,Kourshdles Poli glact, Serviettes, Nappe*, et en gnral teus articles pour Ncep io t mariage. ar %  %  \ Avis !jClian;|oran( d'adresse inns Duchatpllier No 13 \ Hue '1rs U'tari Dans le b!oc compris ei tre les Hues du !Vi pis et du Centre. Fla de la Chapelle 'I* S.'int Louis i furgeau Dirranehe rrothaic ilait, la Chapelle de Saint tciiis Ti igciii %  olrrni: ira la Ifle de fen si-int pain n. Mcs>ea# li-urrs. mivie del le'n didioa du Suir I Sainmcnl. lcieriroD de rirronlance fera 1 1 t i < | r H P X Isi B h • rer. du l'e'ii S/mii aire. 1 c li ml. nu il), Lurtli 15 a( ni. DIMM a T l.r lires. A qui ic braci Ici ? l.e bracelet recueilli par lu Poli ce dans les oirtonstames que nous avons rapportes hier se trouve en core aux ordres de son propri taire qui peut aller le rclamer. rtiii si-Jipi Le Kestaurant St Joseph tis rue lrou No mil se met la disposi lion des clients pour la livraison des repas domicile et & des ion ditions avantageuses. l. Enta Ln. Hier apris midi est arriv par un S/S i. la ligne Hollandaise Mr Ernest Les ancien Consul d II iti New-York. Il fut sa u snn dl a qu ment par de nombreux amis qu, avaient t sa retcootre. Bulletin de la Cliamlnr Amricaine aie Commerce d'Hali Nous avons reu ce matin la dernire livraison de celle intres sant saslk lion Nouen recomn ai dons la les ure aux hoinm s dffaires tout articulirement. basse eu bon (lai couverte en tles comprenant trois pi^ees dont les deux premires sont plafonnes et une gai* rie latt raie. Dans la cour il y a un puits, sur la mire 1 prix tixepar l'experti e a m Ile dollars outre les cb .r^es soit P.or tuOi'.nO i 9 [ a pioprit, fonds et bu tisse, situe en cette ville, rue de la Place d'Armes occupe par Mr Alexandre GuicbarJ, sur luquele se trouve une maison In s cou verte en trtes en bon lat, baiie entre cour et jardin, conteninl 3 pices, 'es deux premires p'afon nes. La premire as /s,ucieoM teit de talon de rcpptii n. Celte proprit mfsure vingt j.ieds q<:a tre pruces de faade sur cent dix pieds de profondeur et est borne d'un cl par D. Guilloj et de l'autre par Pelter aine. Dans la cour donnant sur 1 1 rue il y a un puits et a l'intrieur son'waler closet et un appentis servant de cuisine, sur la mi prix fixe par l'expertise i,uin/' cents dol lars, outre les cLa'ges soit P or 500,00. 3 L habitation t icot situe ( n la pimire section rurale decette comn une de la contenance de trente sept carreaux et demi plus ou moins de terre' fertile, plante en i anue sucre et vivres, sur la quelle se trouvent un moulin v; (:i ur et des usines, aucsi une guildive en bon lat contenant une chemine en b' iques.une chau d re avec me (hepilii.u et MI|" n tin, six grandis pices k gisppe, une pompe eau, deux jaries. Llmbitation des ervie par un cabrouet el cinq bu.fs dout un jeune en lu n tat, est borne d'un ct par Marias Nol et de l'autre par la rivire de Picot (t de l'autre cot de la rivire par Fnelon Duilessis. Elle a accs sur les deux rand'roules c induis mt a Ko i rde et Plerin, sur la mise | riz fixe par l'i xperlise S huit Parisiana CE SOIR L'Aiglonne 3e dk 'n-mo pisodes Kiitra : 0,50 cts. D1MAMCIIE Le ami d'iiKBa mouvant lilm d'arl italien en cou leur en quatre parties, avec l'ex quise et livine NAI PUULOWSSA, Entre : 1 gourde n ille dollars, oulie Il it or 800ii 00 les charges, Vente par autorit de Justice. On fait savoir tous ceux k qui il appartient qu'en vertu de deux jugements rendus par le tiibunal de premire inslan e 'I' %  U JTM le premier date du vingt trois mai de celte anne ordonnant le pir tage des communauts al succession de feu le doctsar F, louai d Blapcluni selon les dioitnspec nfs des IMCUM, le second A date nn/e juil'et dernier entriiiinl \-1 rapports deai paru tel dites coin muoauts et succession, di'uue t e'irtgislrc'-; el lignifis, il sera pro iJj le lund' li ii' Septembre de c (ta anne S %  > lues du matin eu l'tude et p?r le miulrc Je Me Margron Pilorge, notaire public aux Caves, rue de la l'Iace d'Armes, ce commis el sur le cahier des charges rdig cet elfet et dpos entre set mains, la vente au plus offrant et dernier enchris scur de : 1 l ne proprit situe aux Caves l'Angle Nord-ouest des rues Camagnols et de l'I uion de quarante et un pieds de faade sur toute la profondeur jusqu'au petit cours d'eau qui se jette dans la rivire Kaynard, born au nord f iar le dit cours d eau, l'ouest par 'ancienne proprit du Dr. A. Csitss. Au milieu re treuve ace maison 4 0 Use proprit, fonds el l>u tisse, situe au faubourg des qua tre chemins plante, bo; ne d'un ct pai la voie publique et de l'autre par M. Marcius Jn Paul aux droits m s hritiers de leu Nogais Dpa -M'dm i, sur laqutlie se trou ve une maison basse couverte en lui i s donnant sur la rue, mesure c'nqiante huit pieds de largt ur ur cent vii^t liois | ieds de profon deur sur la mise a pii> fixe par l'expertise* qualoi/e ci nts g ur des, outre les chaig s soil (iotrJes HIIII.OO. Une proprit si'oae I Pi 1 1 au Prince au > -lieinin de I Iles, l'avenue Christophe.dqualr< vingt on/e pieds six pouces enviroi de faade sur l'avenue Chri lophe.ein quante sept pitds environ la l'a ade oppose, sur une profondeur de deux cent (rente huit pied> n viron de l'ouesl lest entier ment eliiture du ct de la Rivire Bois de Chne par les,murs soign.use ment faits et ui e hauteur sufti sente. Klle possde une vasle mai son lage supiieur et trois au re/ de chausse avec galerie tour naute. Elle est en bon elat. Elle est borne & l'est et au sud par la rivire de Bois de Chne, l'ouest par l'avenue Christophe et au nord ; ar qui de droit, sur la mise prix lixe par l'expertise huit mille dollars, oui re les char %  H soit or hunO.iiu 6 0 Ine autre proprit situe & Port au Prince A la mme avenue Christophe. Klle a uu un* mai son basse de dois pices, des Istri ns, une euisine, une chambre de bain, jardin, la tout en bon lat. ille mesure cinquante Mot pid erron d l'Av"-ue iphe. cinquante al un pieds oppose sur claquante trois pie Is de prolou d-'ur de l'e-t a loue.l EUt h rne au nord par la proprit I uc Th rd au sud B4| celle du d' eleer M iholire, l'ouest par celle de Pcrcv el l'est par I'.' va nie ( liri-to he. sur lu SIM 1 rix f'ue par l'expertise k quinze cents dollars, outre iMckargH soit P. or l 00 0 7o Une proprit sise a Port au Prince, a l'encoignure des rues des Caserne et de la Hunion C'est un emplacrment d'un hd aspect mesurant vingt et un pie ls envi 'O'i n la -u des Caserne, soixan le el un piels environ 6 la rue de la Iti •union, borne au noid par la proprit Itenaud Volcy. au sud par la rue des Caserne, l'Esl par leshrili'rs Brenor Prophte, sur la mise 1 prix fixe pir l'exper |U# six cents dollar, outre les charges soit or 600 "0 No Une proprit situe Port au Piinc, rue d la Runion con sislant en un emplacement de quin /e pieds environ de faade la rue de la Runion sur quatre vingt environ de profondeur, est borne au nord par Nla Laroche, au sud et l'est par Matlrlde Mavard el l'ouest par la rue de la Runion. Elle est clture, de pa lissades et posfd un jardin, sur la mise & prix fixe par l'expertise a deux cenls do'lars. outre 1rs charges FOI! or ?00 00 0 i Ine proprit ilue Poil au Prince avenue Rolnp snr la q"p|le se trouve une rraUon l>n se il deux pices avec galerie sur la rue, une cuisine, une chambre de bain avec bassin, des lalrine. le toul en bon tat, me ure vingt huit pieds environs de la-ge. vlrgt quatre pieds nviion !a faille oppose snr une profondeur de quatre ving's p eds nvirm. gllt est borne k l'ouet par la rue Mo re ly, au sud el Vf st par une autre proprit dp la iiccession, au nord par qui de dr' il, sur li mise a pr'x liv par l'expertise 1 quatre cents dollars, mire les charges soit or lOo.' 0 lOolne proprit sise Port au Prince, rue Morel'v. sur la quelle se trouve une maison basse en mauvais tat ayant la faade dans la dite rue sur une proton deur d'environ vingt riiq pieds. Cette proprit de si i/.e pieds deux pouces de faade sur quatre vingts environ de profondeur est borne au nord par Marguerite Aud ; g. au sud par Louis Souvenir, l'est par nne proprit de la f uecessh n el l'oue't par la >ue Mon-lly, sur la mi c e k pi ix fiVe par l'ex perlise k deux cents dollars, outre les charges soil or 200.00 tlo Ine autre proprit sise Port au Prince, rue Morelly sur laquelle se licuveot deux grandf chambres k une bonne distance de la dile rue. Celte proprit oui a une en're de douze pieds de lar geur sur la dile rue, mesure en outre rrnt soixante dou/e pieds la faade oppose sur une profon deur de six cent quatre vingt huit pieds environ en lignes brises au ct nord et sept cenls environ au ct sud Elle est borne au nord par les proprits CJuachy el Ferra ri : au sud par Alice Z*phyre, Louis Souvenir et les hritiers Calisthe ns Fouchard et k l'ouest par les deux autres proprits de la suc cession qui v sont ontigus et k l'est par Isnardin Liraque, sur la mise k prix fixe par l'expertise k s'x cenls dollars, outre les char get si il or 600 On Aux requtes, poursuite et dili genre de Madame Veuve Kdouaid Blanchard ne Eugnie Alexis pro prilaire et marchande publique pa nie au No i'.tl demeurant et donicilie aux Caves, agissant en sa double qualit de commune en liions avec feu son mxri el de lu tri.-e lgale de son enfanl lgitime mineure Kndovie Blanchard, et de M .ns'enr Edouard Blanchard, pro primaire, demeurant et domicili a Port au Piince agissant en sa double qualit de fils naturel heri ti r de feu le Dr Blanchard son p>e el de tuteur datif de ses fr re et soeur n ineurs Edouard et Clara Blan< hard. ayant pour avo cals constitus Mes Moravia Mor peau et Emm. Morpeau de ce bar reau, avec lection de domicile au cabinet du dernier, rue de la Con corde en cette villa contre les sieurs lo Albert Alexis pris en sa qualit de subrog tuteu de la mi neure Kudovie Blanchird, et o Albert Morisseau pris en sa qualit de subrog tuteur des mineurs Edouard et Clara Blanchard, les deux uropritsires. demeurant et domicilis aux Cayes, ayant pour avocat constitu Me J. Duclervil, de ce barreau. Pour plus amples renseigne ments, s'adresser k Me Margron t'ilcrge notaire dpositaire du ca hier des charges ou a Me Moravia Morpeau et Emmanuel Morpeau soussigns, avocats poursuivants. Les Cayes le li aot 1024Sign ) M. MORPEAU, avocat. i Sign l Emm. MORPEAU^ av. Avi* important Mme Vvi Murad Sfuiiitvb et Muriel Ellen Shemtob dr %  d Man In tler ( Angleterre) ai/uni /"mr mandAaire il Me kbel Thiardi fottt qu'elles un i le Keujt a d? feu M 28.46 20 1914 B. Obligations Nos 437, 416, 2035, 2'02 Or II 682 1914 A— Obligations Nos 248, MIS, 2516, 2525, 38I7, d8M $ 86'I3. 1911 C Certificats Nos 24, 26, 38, 45, 93.95 97, 120 $91100 50. Le tout slevanl ensemble k la somme de Or 32.141.70. vi* Important Monsieur Klie Salomon et Mr John Bou'os font savoirqu'il^n'exis te personne ayant qualit lgale pour s'appeler Vve Murad Shem tob et Mlle Muiiel Ellen Shemtob, du nom de feu Murad J. Shemtob ; que. par consquent,les man dantes de Me Abel Thard ne sont point du tout hritires* de feu Murad J. Shemtob. En consquence, l'avis publi au nom de ces dames n*a aucune va'eur, le juge des Rfrs ayant annul l'opposition par elles form'e sur des litres ayant appartenu non pas Murad J.Shem'.ob.mais b en k la Socit de Commerce Shemtob & Cie. Dcs C'est avec peine que noua enre ^i-trons la mort de Mme Veuve s, ne Marie Agathe F.esulie Dsir, dcde ce matin k une heure, muie des Sacrement! de l'Eglise. Ses funrailles auront lieu cet apr midi k 4 heures en l'Eglise Mtropolitaine. Condolances aux parents prou vs. Revue des Deux Mondes iS Hue de IbnivtrtiU Paru S ) 1M UH8 OR LA LIVR VISON DU 1er AOUT 1921 Le Ksstin des autrsa. — Troisime partie. Colette Y ver. Nos Grands Chefs. Le Marchal Foch. I. Jusqu'en 1914 Louis Madein. Alexandre Dumas Fils intime. Deux annes de sa vie [1883 188) Maurice Lippmaan. Nouvelles tudes sur l'Odysse. I.Le drame Epique Victor Brard. Au pjys de Louiie de 1a Vallisrs Eliuind Pilon. Lettres Japonaise*. —lSti-1903. LafcaJio llearu. Miuriee Birrs et la rechercha Scie.itiliiue 11. Charles Moureu. de l'Acadmie des Sciences. Liltralu es Etrangres. — Une Nouvelle Jeanne d'\rc anglaise. I. mis (illet. Revue .iltr.iira. —Un moraliste: M Euj>ue Marsan : Andr Bsaunier. C.hrjniie de la quinzaine. — Ilistoi.J p>liti|iie. Ileoi Pinoa. PB K PB L ABONNEMENT Un an SU mois frali noU 41 I' Paris Seine StaSttOia So Ir DcMrumeniiei Colonie iranrtl s 86 4 ( a tiringei jS ir ;o 1^4 tbono'rasis partent du ter et de .oique molt. rR'XUU NUMIHO Il 11 %  JI n 4 & i Jupiter Pluvius le Pnmpour les tropiques Avant de voyager, voyez, si vous lesrmuni Je Pneus caaadieane Dialip. Ils ont laits preuve de leur supriorit. Le Oualjp Tractai Co*d Gioidienae a travers les Fonds Des ngres et les boues de Dessali tel sans dillicull. Attendu par le prochain steamer : lincher cord 31x4 Traclion cord 33 x 4 l|2 Traction cord 34x4 1(3 et d'autre Itrjur, Lej fhanhres iir gris de do ihle juisseur rsistent sous une l'orte pression d air el Iriclion. AV. Quitia William*] Distributeur Anglaise et amricaiiie, qualits suprieures, p mr sacs' caf. \vendre chez L. Pr^tzmaiia-Aggerhoi venant de New~Yo.k via le§ port du Nord, est aHenda Por-aumPrince vers le 25 at i i courant. Il repartira le m n. jour, ^directe ment pmr Kingston et les ports de la Colombie, prenant fret et passa* gers. Port au Prince, le 22 AoV 1924 Gbara&% Agents t y i asr 1



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE.; IMPRIMEUR Clment Magloire^ BOIS VERNA 1358 Rue Amricaine NIUEHO ^Q CENTIMES Quotidien LVimui est un mal si inrjulifr, si crue!,<|u<' l'homme entreprend souvent Us liaxaux les plus pi il'les afin le, s^p.umier la peine d'tre tourment. Le Chevalier de Jiocoirt TELEPHONE No 242 18me ANNE N 5291 PORT-AU-PRINCE (HATI ) VENDREDI 22 AOUT 124 Monsieur E. F. CLEMENTS, LESYMPATIIIUUEAGENT-GENERAI.DE IA COLOMIHAN STEAMSHIPGO Explique aux lecteurs du "Bail; Son" de Lawinstou Comment les Etais-Unis ont pacili Hati aura lieu eu Ire ' > iiiviroTis et Si la petite Rpublique turbulente d'Hati n'tait pas sillisamment intressante par ellemme, les Revue) et ks Magasines par le rcit de ses rvolutions et ses assassinats de Pr sidents subiraient pour la rendre telle aux yeux de leurs lecteurs toujours assoit)es de nouvelles. Mais Mr Clments, qui babile Port-au Prince depuis quelques annes estime que ces articles sont toujours par trop eu,r8. La paix y est stable maintenant telle enseigne qu'il ne se soucie pas de lerini r ses portes ciel le soir en se couebant. Il a voyag dans tout le pays avec pour toute arme un simple canil, non pas en prvision d une dfense laire, mais comme obj^t d'utilitl epuis Toussaint Louverture la Rpublique a toujours vcu daoi uts convulsions, mais il n\n accuse pas le peuple. Au moment de la Rvolution Franaise la population 'ait compose de b ancs, de mulA 1res libres et de ngies isclaves absolument incultes Les mul itres rclamaient les mmes droite que les blancs et en 17U1 la Convention leur accorda ce pr.v.lge qui lut rvoqu plus tard hur a protestation des blancs Ce lut alcrs qu'clata la rvolution, o esclave? et mul res se sont unis dans un e Mort coin mun pour conqurir leur Inde|>endance. TOUSSAINT LOI. X KUTUHE Louverture tait dou d'un gnie militaire admirable. 11 sa confra le litre de Gouverneur vie sujet l'approbation du Gouvernement Pruneau, Bonaparte en devint ombrageux et expdia en llaiii 25UUUbommt8 de troupes pour y rtab'ir I esclavage. Louverlure leurr par des promesses fallacieuses qu'un trait Ferait sign entre es belligrants et la mrepatue dposa les armes quand il-fut fut prisonnier et elpdi ee France. Celle altitude du ftouVjrnement Kiamais n'tait pas tait pour les rassurer et la lutte s'engagea des plus belles avec toutes ses horreurs barbares L'apparition de la Hotte Anglaise dterm.na les Franc usa vacuer le pays et le soleil de l.SOi lit alors clore l'Ii.dpendanced I laiii lIi.sToiiii: sA.Mii.wri Le pr, inif-r Gouverneur lui DsstAUNBl qui inaugura son r gne par le massacre des blancs. En 18W il se proclama Empe reur mais lut assassin par s i sujets et depuis lors jttfqu'en 11115 l'Histoire d'Hati n'est qu'une page de sang et de t m vu'sions. Seul Hyppoli't a pu gouverner avec une autorit al>solue pendant sept ans sans avoir eu rprimer de r voile se rieuse. L'INTI nviirnoM AMRICAJIIE La situation tait devenue s*i dillicile en Hati que les R pr sentants E'rahgers n'y tal i I pas en Miret. L^ dernier trouble politique qui aboutit l'assassinat du Prsident VlLBBU.N GUILLAUME SAM et lemassicre de 'JUO prisonniers polilrjii. i justifia le dbarquement d'un corps de Marines pour y restau rer l'ordre. G ice aux efforts de notre Gouvernement un protectorat po'itique et lical axant une dure dedans y a t tabli: DIFFUSION DI U'INSTOUCTION L'instrur.lion qui n'tait qii le privilge d* la classe ais t Ml en pleine voie de dveloppamuni. On compte nc'u 't'enuit 8(10 coles pubhqu s et lui (in ves, dont 4 qui poste I nt dei cours l T niversila rp, lels (|u 1 1 m lecine, la pli irm icie \ le droit, les sciences appliquei el le commerce. L'i mploi des m'dfnles Fran (.aises prdomine chw les prolesseurs des Ecoles Suprieur* i. Beaucoup parmi les lliitiens appartenant la classe ai:j ont t levs soit enJFrance,en Angleterre et quelques uns en A m • r que II? voyagent de pil ven ci en Europ • o ils sont li sur un pied a'galil avec les autres ra;ts. "SI OMPAORIM M NA1 I. AI .. Autrefois les compagnies de navigation envoyaient des jeunea hatiens l't anger ai liever lur ducation et leur retour ille distinguaient comme de? leaders. Tans la lilU'iature. les sciences cl I i irtl beaucoup d'hailiens se distinguai I ; % %  • %  m.i!•• nt l'Ae i lme de M I lot 'I" Pei iS dlee u un prix dei plot i nvoi i leur Lon Xu h u. tu t ur d'un ouvr.'g) m lie il rem ir i|i tlile. La VAI BOI I m ,i .u-.. |'li iil IMI IIpi-il le culte du Nandou Martel par i lecture des Mag zincs d.u li rie dans la dante du Vaulou. LA BU tt x m Il titi • %  >! appelle la R< ioe d i Aui iles u e . %  I s n< m i et ea ba it elle eu< pa se t utes les I es des In JeOcOid n • % %  m %  %  il de : 00 l u 8000 pieds aa niveau de le un S i temprature vitiie le 80 i 9 degr s reurenhetl el mme aix jours eaaieuleires la t>ri?e de n i moniagnes la reul trs lo ble. On n'y eonaetl pu les imolilions. Ri i l.'agri u'iure, MUrce pi ioi de la rii b< ~>e d lleiti, o n 1 Learee imp trUMitee : le d 'lit la i ri duction pu n l'eone h i a %  ite IPJ! |9t3 • %  i ve 3>a •. j'i ; livras ayant une vt'eor d io KO i iiei dlais ( doi t 2i.OJO.000 .bs l'urenl eportes SU! l.tils Unis ),* le (an-ao I le co on. Ou expoite aus-i le p'i lie. Il |"' m, le miel, du -u cre et d'autres articles de moindre Impoi tance I ici. S us de lut .',.. %  lili ^ rieaal I |ugi de i I d< nn\ ince reli.i %  il u i DI n i eeturel lemeiitlioniiiMcs.i'iui.t i.' t n i m • ili MU i se torli t ciel lu soir. Ki, melfH |ue %  loi d< liibition n m ne reo • eoeitre j ua il i dei : % %  <>• en l t d'ivresi i lalti eel en p i loi de pi -i' %  maiob nant gi e la paii qui en est le la ti ui il 1erminant. Nouvelles fcliangres Far Cablo Lettre troublante d'un coin merant lierlinois PAHI— La correspondant du Matin Madrid publie une tel tre d'un commerant beilinois en ^la'ri^l de gu> rre inlormant un commeiant d'un p>it d'Andalnu Bie qu'il tbl charge pur un gouver nement tranger it-tniur m u-,n lion pour le. Iirraison de grosre sr tillerie et de munitions febn^utr tt tuliepotei en Ktpagne. Le cabinet belue approuve l'attitude le tffl deVb'ius i la confrence le Londres BHt XbLLtS— Aprs av., tendu p*poser aujourd'hui en d lai. |ti reeu'ti i de 11 i des ieparalius de Londres, le N bm t belge a approuv l'un mun t li ueuu duui M. Tbeuain, loi ministre et M. Hjnwns, a u iiai3tre des allai:"lrengree, ont EOIU donn la iiuesliou. Traverse^ uroebtine de Pill,Miii<|iiipar un di* rigeable gant IRIKDItlllsll.XKKNLe le dirigeable g. nul qu vu ourles LiaiI DIS prendra pro ablemer.t -on vol pour l-ake: N. J. v. i n, nouvelle a t publie aujourd Imi la preaire tuile publique du ible dont on leeitelle iclueUe ment les mo.eurs.Le gao l'hj Irogoe des 11 compertim du / ( i qui a t commenc, it y p'uaieurs jours, progre-f d'Une ii-aute. Le promiei I rra plusieurs baures. il i; I i |i uni DI US tC entre vol* d'i .me dure de I I 30 beiin n I que le diri geable < ni grend vo j igi |ram liai liqoe. Oi message 1. Mussolini ROME M U nrv P.FIetoher, erabeeeadeui : i' ; i m-, eu lia b', a reu aujourd'hui el a trans mis X M Mu--Mini, Ici mini un message du necrtaire d'Etat ilughes exprimint ses regrets de n'avoir pu se m Ire i Home peu tint -m rcent i lyege eo liur.vpe. V.iiiiiinl • I %  Il France k la suite l-s n'sultjls obtenus i Londres sera maintenue V \IIISLa tempte souleve la ietl e du l're.nii r unni-lre brilaanique A a Krani e el k la Belgique de i m 1 ml IO0 rjp de d la Ituhr continue I laire r ^e. Dan|i ml icu of8< e loulemii m raainlUjol que M. M.icdpnald a iigi loul a I iii neta Tellement en la circon i aol 'I la seule prr igelive qu'il u di i n • %  connatre ofll ii liera ni en i ors de la confrence de l.on dree le point de vue de son gou verneatenl. i in l'ait n n. ,i |uer i te le lettre d ile de saro b >li ior l lil I end leni au discoure pi M I n il I In et il ilis b 11" i espi lion de 1 lieu i du pr> bl me de i i u do la Kulir. Par eq_i quent la p d u ne lettre relui d ons 11 .-es purement fortuites, ne peut en eueooe faon m i lifter l'elUlo 'e H Fiance m amoindrir les r su taie eetiefeisanli obteooi Lon die>. Les diffrente jro ipi pa h m m 1 r s montrent Ifl l'enlhoil il i-ine, %  >it de la 1 | i loi bur coulem les p ies enne ni i de M llerriol ne p iivent en i loger • a i bu e len qu'il M pr 'itra devant lea chambre%  8 e pertise I ireot qu %  l'ai u-1 de Londre i sua tu ucin ii nppri uv, q unit a ses alvers i efl le propose! uni que u-ni de lui f.iiri puas, r qU'-J qUBS 11 :u es I es uli'l de faire \1 K '/, m i m ii -i %  [ ~ finances, et ;i i < I sm ni %  le I du gro.ip' ipii ininli ni que le Parlement ne doit p rue ob il prendre une d • inl ire voir dieeut en d il lil li t xi l • l'accord d .• 1 un lr s D eutree prJ t udml q ion peut se lurnera entendre vt. Il m I d m tin et qu'on pourra dieeuter I Hixord en %  Beeneoup le d a>f lirent que le p' in U ni u et rempleee I treili de \ i siilles et que per el il dotl (tre i imi i pir I aenl aprs avoir t sign. BaOfl l<) Mann %  niai rlia id lianrais • MU YORB OKI mun • |I u .' I %  ace 11 i ail inli p e i'it rme q e I ,i • du II sont teimioee, Lepassagers du i La S : qui de vaent pertlr avant hier out l tien • tnebot <• n dont le p i mler d pari aura lieu aujourd but sous le BM lsent du i eplteine Jules Robert. L inauguration de la %  tatue 'I" L ilayetle i.ii'iniiK Le ma re J i h son -i ic M. Kudolph prei di-niiel lui avait fait savoir 'pie le lent assisterait & I inai 1 une t il lu mar | : lieu le li %  impur uni t invili l'.r'.n i vernei.i | villes de'.'l'nion.l u gra i,l iin'ir' lin >mpns le* reprsentants des ambassades de France et II -I gique ml ea* %  leur adhsion. PL> viol rit ( Vermont )— Le lent Cot dge a eccept de pron meer un dieeoofi I H.ilimore le 8 s plembre l'occasion de l'in induration de lu statue de La Payeite. La siltialiou au Maroc \ l|||i_ | n | ommuniqu ofl lit BBfl nce que les opration i eun tre les rebelles Afrau dan i h /ne Est du Maroc ont l cou ronnpg de succs Les rebelles onl eu !*N tus el Util) ble'ss, mais le* rapports des in li;nos obse \ itfiirs en avion estime ni que loi i des ennemi 's s'lvent plu< le S50 hommes. D'xime anniversaire de la mort du papa Pa X ROMI". — \ l'occasion du dixime anniversaire de la mort du pape Pie \, de nombreux cierge* ont l allums ans la crypte de Si l'i r e devant la tomb ? du pontife 3 ni disparaissait sous'une quantit o cierges. Entre taaciatea et anti-fascisti's l(i )ME I ne bigarre qui a me i d'tre srieuse a eu lieu entre ouviio.s fasc stes et anti laseistes employs pa la compagnie mnri is les virent leur no nbre s'augm n ter de partnans vmus des envi luis. Ils administrrent une eu rection a coups de poings aux ad iniialeiiis de M-itti'otti et l'on dut f lire appel aux carabiniers pour me tre lin aux dsordres. Yers la]pl.niti! Mars FLAi;srAI'l'(\ri/one)— Les aslro nomes de l'Obiervatoire de l.ojvell vont proliter du rapprochement ine niinenl de la plaule Murs pour ob I' mr de nouvelles donnes sur la composition de l'atmosphre mar ti nue, la temprature des dill rentes parties de la plante et ai P leeible les causes des divers < li mgements qui se produisent a sa surface. WA8UING I O.N Se basant sur la proposition que les signaux par ratio tlgramme vonant de len pourraient tre entendus lorsque cette plante pissera au prigie, le prolcsseur Dvia Tedd. a liiivrteur du dpartement astrono mique a Amburst, a demand aux gouvernements des principales ua lions du monde entier de bien vru loir interrompre le fonctionnement des postes transmetteurs de L-m juridiction au cours des tt et 13 aot. Certains fonctionnaires de gouvernement amiicain semblent I p ses appuyer le projet mal gr le scepticisme qui prvaut quant aux rsultat, mais aucune n-li m tion n'a t donne dans ce cens par la section de contrle ra diotlgraphique du dpartement du commerce. iii"iir le la visite lu Prince le Galles aux Etats-Oiiis WASHINGTONM. J. Ba tlei XN righl, troisime secrtaire d Mat iciellement dsign pour sou Imiter la bienvenue eu Prince de lialles en qualit de reprsentant personnel du prsident Coolidge. M. Wright accompagnera le pria ce h Washington et reviendra avec lui a Longisland o le prime demeurera incognito jusqu'au 18 septembre. La visite Washington est considre comme quasi uili cielle et le prince prsentera ies 101 litre ses hommages ofii cV\s eu prsiduut. X mut?.l!e s diverses I.i INDRB8— Li visite du prince de Galles au Prsident Coolidge est comprise dans le voyage du prince, mais elle sera exemple au tant que possible de toute forma Ht 4. N XI'I.KS — Le gouvernement a dojn l'ordre de procder a une M |Ute approlondie sur lee dsor le dimanche au cours des quels la police a essay d'emp cher un meeting d'adhrents k l'opposition te o deux personn a furent tues et 10 blesses. Lescours L'I aot l'AKIS Dollar J ;,8.4b' Livre St. 90 \KU HntK— Francs 18 t E erling 1.5114 % %  %  Les ils loups c Les^chassepoisjpirtinieit tout seuls". Bu 1875, le parti royaliste fraaj e.iis, ineoirigib'.e, complota une restauration monarchique en fa* veur du comte de Charobord, duo de 'lordeaux.fils du duc de Herry, petit lits de Charles \ el uue, dj, l'on appelait Henry V Mais (haml'i.il. en h m et irrductible Bour bon, tenait aux traliliona puran do la moiiarchii. il ne voulut point eeoapter la maintien du drapeau tiicolore en place du drapeau blanc de la royaut. La tentative de restauration lut abandonn* et le marchal de Mae Mahon pronona alors ces paroles clbres : Si le ili ipeauBjbluni'etait arbor contre le drapaau tricotera, lee rhassepota partiraient tout seule a %  %  %  1 IL——— Mariage Mercredi aprs midi eut lieu la mariage civil de Mme Alexin'a Doi rin avec M. Vilus resta. Les t moiuw taient MM. Louis Gauthier, Ile I g irde Koureau, Georges Sa bouiin et Lon Durand. La lii'n di lion nu, tialc leur a t donne hier malin Ste Anna avec comme parrain et marraine Mrllirgelli Alain et Mme SUu lien Desroehes. <):i se ren l,i ensuite Bi/.oton o la rception dura toute la jour lie. M -Meurs compliments. Varits DIMANCHE La maison -d'Aruila rec Yvotti Andr^or 4 parties tt D'^' 'joli rayon da*jsolail •} parties Entre 05 %  <--_ 5335fl! A


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06253
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, August 22, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06253

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE.;
IMPRIMEUR
Clment Magloire^
BOIS VERNA
1358 Rue Amricaine
NIUEHO ^Q CENTIMES

Quotidien
LVimui est un mal si inrjulifr,
si crue!,<|u<' l'homme entreprend
souvent Us liaxaux les plus p-
i il'les afin le, s^p.umier la
peine d'tre tourment.
Le Chevalier de Jiocoirt
TELEPHONE No 242
18me ANNE N 5291
PORT-AU-PRINCE (HATI )
VENDREDI 22 AOUT 124
Monsieur E. F. CLEMENTS,
LESYMPATIIIUUEAGENT-GENERAI.DE IA COLOMIHAN STEAMSHIPGo
Explique aux lecteurs du "Bail; Son" de Lawinstou
Comment les Etais-Unis ont pacili Hati
aura lieu eu Ire >
. iiiviroTis et
Si la petite Rpublique tur-
bulente d'Hati n'tait pas silli-
samment intressante par elle-
mme, les Revue) et ks Maga-
sines par le rcit de ses rvolu-
tions et ses assassinats de Pr
sidents subiraient pour la ren-
dre telle aux yeux de leurs lec-
teurs toujours assoit)es de nou-
velles.
Mais Mr Clments, qui babile
Port-au Prince depuis quelques
annes estime que ces articles
sont toujours par trop eu,r8.
La paix y est stable mainte-
nant telle enseigne qu'il ne se
soucie pas de lerini r ses portes
ciel le soir en se couebant. Il
a voyag dans tout le pays avec
pour toute arme un simple canil,
non pas en prvision d une d-
fense laire, mais comme obj^t
d'utilit- l'epuis Toussaint Lou-
verture la Rpublique a tou-
jours vcu daoi uts convul-
sions, mais il n\n accuse pas le
peuple.
Au moment de la Rvolution
Franaise la population 'ait
compose de b ancs, de mulA
1res libres et de ngies isclaves
absolument incultes
Les mul itres rclamaient les
mmes droite que les blancs et
en 17U1 la Convention leur ac-
corda ce pr.v.lge qui lut rvo-
qu plus tard hur a protestation
des blancs
Ce lut alcrs qu'clata la rvo-
lution, o esclave? et mul res
se sont unis dans un e Mort coin
mun pour conqurir leur Inde-
|>endance.
Toussaint Loi. x kutuhe
Louverture tait dou d'un
gnie militaire admirable. 11 sa
confra le litre de Gouverneur
vie sujet l'approbation du
Gouvernement Pruneau, Bona-
parte en devint ombrageux et
expdia en llaiii 25UUUbom-
mt8 de troupes pour y rtab'ir
I esclavage. Louverlure leurr
par des promesses fallacieuses
qu'un trait Ferait sign entre
es belligrants et la mrepatue
dposa les armes quand il-fut
fut prisonnier et elpdi ee
France. Celle altitude du ftou-
Vjrnement Kiamais n'tait pas
tait pour les rassurer et la lutte
s'engagea des plus belles avec
toutes ses horreurs barbares
L'apparition de la Hotte An-
glaise dterm.na les Franc usa
vacuer le pays et le soleil de
l.SOi lit alors clore l'Ii.dpen-
danced I laiii
lIi.sToiiii: sA.Mii.wri
Le pr, inif-r Gouverneur lui
DsstAUNBl qui inaugura son r
gne par le massacre des blancs.
En 18W il se proclama Empe
reur mais lut assassin par s i
sujets et depuis lors jttfqu'en
11115 l'Histoire d'Hati n'est
qu'une page de sang et de t m
vu'sions. Seul Hyppoli't a pu
gouverner avec une autorit al>-
solue pendant sept ans sans avoir
eu rprimer de r voile se
rieuse.
L'Inti nviirnoM Amricajiie
La situation tait devenue s*i
dillicile en Hati que les R pr
sentants E'rahgers n'y tal i I
pas en Miret. L^ dernier trou-
ble politique qui aboutit l'as-
sassinat du Prsident VlLBBU.N
Guillaume Sam et lemassicre
de 'JUO prisonniers polilrjii. i
justifia le dbarquement d'un
corps de Marines pour y restau
rer l'ordre.
G ice aux efforts de notre
Gouvernement un protectorat
po'itique et lical axant une du-
re dedans y a t tabli:
Diffusion di u'Instouction
L'instrur.lion qui n'tait qii
le privilge d* la classe ais t Ml
en pleine voie de dveloppa-
muni. On compte nc'u 't'enuit
8(10 coles pubhqu s et lui (in
ves, dont 4 qui poste I nt dei
cours lTniversila rp, lels (|u 11
m lecine, la pli irm icie \ le
droit, les sciences appliquei
el le commerce.
L'i mploi des m'dfnles Fran
(.aises prdomine chw les pro-
lesseurs des Ecoles Suprieur* i.
Beaucoup parmi les lliitiens
appartenant la classe ai:j ont
t levs soit enJFrance,en An-
gleterre et quelques uns en A m
r que II? voyagent de pil ven
ci en Europ o ils sont li
sur un pied a'galil avec les
autres ra;ts.
"SI OMPAORIM M NA1 i. ai ..
Autrefois les compagnies de na-
vigation envoyaient des jeunea
hatiens l't anger ai liever lur
ducation et leur retour il- le
distinguaient comme de? leaders.
Tans la lilU'iature. les sciences
cl I i irtl beaucoup d'hailiens se
distinguai I ; m.i! nt l'A-
e i lme de M I lot 'I" Pei i- S
dlee u un prix dei plot i nvoi
i leur Lon Xu h u. tu
t ur d'un ouvr.'g) m lie il rem ir
i|i tlile.
La Vai boi
i m ,i .u-.. |'li iil imi II- pi-il
le culte du Nandou Martel par i
lecture des Mag zincs d fril de bon DOioture t' V or es us
a mot Vaudou* -i: Ifle oi
ne in-. Il y u mme dee ci i
veine qui vont jusqu' es u
de canine isme. Mr rie i
indignation proteste contre cee
eccoeetlo is, car il a a-- et
ii meee q ne tonl i u somme que
des amusements qui tirent I r
erigine de "tell N oil l DOOIi
Airic- kinee Pee plne que d in
- de n n tribu lu liet
n'y a de l>.u li rie dans la dante
du Vaulou.
La Bu tt x m
Il titi >! appelle la R< ioe d i
Aui iles u e . Isn< '
m i et ea ba it elle eu< pa se
t utes les I es des In Je- OcOid n
- m il de : 00 l
u 8000 pieds aa niveau de le un .
S i temprature vitiie le 80 i 9 '
degr s reurenhetl el mme aix
jours eaaieuleires la t>ri?e de n i
moniagnes la reul trs lo
ble.
On n'y eonaetl pu les imoli-
lions.
Ri i
l.'agri u'iure, MUrce pi ioi
de la rii b< ~>e d lleiti, o n
1 Learee imp trUMitee : le
d 'lit la i ri duction pu n l'eone
h i a ite IPJ! |9t3 i ve
3>a . j'i ; livras ayant une vt'eor
d io KO i iiei dlais ( doi t
2i.OJO.000 .bs l'urenl eportes
SU! l.tils Unis ),* le (an-ao I le
co on. Ou expoite aus-i le
p'i lie. Il |"' m, le miel, du -u
cre et d'autres articles de moin-
dre Impoi tance
I ici.S
, us de lut .',..
lili ^ rieaal I
|ugi de i.....I d< nn\ ince reli-
.i il u i di n i eeturel
lemeiitlioniiiMcs.i'iui.t i.' t n i -
- m i- li mu i se torli t ciel lu
soir. Ki, melfH |ue loi d<
liibition n m ne reo
eoeitre j ua il i dei :<> en l t
d'ivresi i lalti eel en p i loi
de pi -i'- maiob nant gi e la
paii qui en est le la ti ui il 1er-
minant.
Nouvelles fcliangres
Far Cablo
Lettre troublante d'un coin
merant lierlinois
PAHI La correspondant du
" Matin Madrid publie une tel
tre d'un commerant beilinois en
^la'ri^l de gu> rre inlormant un
commeiant d'un p>it d'Andalnu
Bie qu'il tbl charge pur un gouver
nement tranger it-tniur m u-,n
lion pour le. Iirraison de grosre sr
tillerie et de munitions febn-
^utr tt tuliepotei en Ktpagne.
Le cabinet belue approu-
ve l'attitude le tffl deV-
b'ius i la confrence
le Londres
BHt XbLLtS Aprs av.,
tendu p*poser aujourd'hui en d
lai. |ti reeu'ti i de 11 i
des ieparalius de Londres, le N
bm t belge a approuv l'un mun
t li ueuu duui M. Tbeuain, loi
ministre et M. Hjnwns,auiiai3tre
des allai:"- lrengree, ont eoIu
donn la iiuesliou.
Traverse^ uroebtine de
Pill,Miii<|iii- par un di*
rigeable gant
IRIKDItlllsll.XKKN- Le
le dirigeable g. nul qu vu
ourles Liai- I dis prendra pro
ablemer.t -on vol pour l-ake:
N. J. v. i n,
nouvelle a t publie aujourd Imi
la preaire tuile publique du
ible dont on leeitelle iclueUe
ment les mo.eurs.Le gao
l'hj Irogoe des 11 compertim
du / ( i qui a t commenc, it y
p'uaieurs jours, progre-f d'Une
ii-aute. Le promiei
I rra plusieurs baures. il
i;
I i |i uni DI US tC
entre vol* d'i .me dure de
II 30 beiin n I que le diri
geable < ni grend vo
j igi |ram liai liqoe.
Oi message 1. Mussolini
ROME M U nrv P.FIetoher,
erabeeeadeui : i' ; i m-, eu lia
b', a reu aujourd'hui el a trans
mis X M Mu--Mini, Ici mini '
un message du necrtaire d'Etat
ilughes exprimint ses regrets de
n'avoir pu se m Ire i Home peu
tint -m rcent i lyege eo liur.vpe.
V.iiiiiinl I Il France k
la suite l-s n'sultjls
obtenus i Londres sera
maintenue
V \IIIS- La tempte souleve
la ietl e du l're.nii r unni-lre
brilaanique A a Krani e el k la
Belgique de i m 1 ml IO0
rjp de d la Ituhr continue I laire
r ^e. Dan- |i ml icu of8< e -
loulemii m raainlUjol que M.
M.icdpnald a iigi loul a I iii neta
Tellement en la circon i aol
'I la seule prr igelive qu'il u di
i n connatre ofll ii liera ni en
i ors de la confrence de l.on
dree le point de vue de son gou
verneatenl.
i in l'ait n n. ,i |uer i te le lettre
d ile de saro b >li ior l lil
I end leni au discoure
pi M I n il I In
et il ilis
b 11" i espi lion
de 1 lieu i du pr> bl
me de i i u do la Kulir.
Par eq_i quent la p d u
ne lettre relui d ons
11 .-es purement fortuites, ne peut
en eueooe faon m i lifter l'elUlo 'e
h Fiance m amoindrir les r
su taie eetiefeisanli obteooi Lon
die>.
Les diffrente jro ipi pa h m m
1 r s montrent Ifl l'enlhoil
il i-ine, >it de la 1 | i
loi bur coulem les
p ies enne ni i de M llerriol ne
p iivent en i loger a i bu e len
qu'il M pr 'itra devant lea
chambre- 8 e pertise I ireot
qu l'ai u-1 de Londre i sua
tu ucin ii nppri uv, q unit a ses
alvers i efl le propose! uni
que u-ni de lui f.iiri puas, r qU'-J
qUBS 11 :u es I es uli'l de
faire
\1 K '/, m i m ii -i [ ~
finances, et ;i i < I sm ni le I
du gro.ip' ipii ininli ni que le
Parlement ne doit p rue ob
il prendre une d inl ire
voir dieeut en d il lil li t xi l
l'accord d . 1 un lr s D eutree prJ
t udml q ion peut se lurnera
entendre vt. Il m I d m tin et
qu'on pourra dieeuter IHixord en
Beeneoup le d a>f
lirent que le p' in U ni u
et rempleee I treili de \ i
siilles et que per el il
dotl (tre i imi i pir I aenl
aprs avoir t sign.
BaOfl l<) Mann niai rlia id
lianrais
MU YORB OKI mun
|i u .' I ,' ace 11 i ail inli p e
i'it rme q e I ,i du II
sont teimioee, Le- passagers du
i La S : qui de
vaent pertlr avant hier out l
tien tnebot
< n dont le p i mler d
pari aura lieu aujourd but sous le
bm lsent du i eplteine Jules
Robert.
l inauguration de
la tatue 'I" L ilayetle
i.ii'iniiK Le ma re J i h
son -i ic M. Kudolph
prei
di-niiel lui avait fait savoir 'pie le
lent assisterait & I inai
1 une t il lu mar
! | :
lieu le li
' impur
uni t invili
l'.r'.n i
vernei.i
| villes
de'.'l'nion.l u gra i,l iin'ir' lin
. >mpns le* reprsentants
des ambassades de France et II -I
gique ml ea* leur adhsion.
PL> viol rit ( Vermont ) Le
lent Cot dge a eccept de
pron meer un dieeoofi I H.ilimore
le 8 s plembre l'occasion de l'i-
n induration de lu statue de La
Payeite.
La siltialiou au Maroc
\ l|||i_ | n | ommuniqu ofl
lit BBfl nce que les opration i
eun tre les rebelles Afrau dan i
h /ne Est du Maroc ont l cou
ronnpg de succs Les rebelles onl
eu !*N tus el Util) ble'ss, mais
le* rapports des in li;nos obse
\ itfiirs en avion estime ni que loi
i des ennemi 's s'lvent plu<
le S50 hommes.
D'xime anniversaire de la
mort du papa Pa X
ROMI". \ l'occasion du dixime
anniversaire de la mort du pape
Pie \, de nombreux cierge* ont
l allums ans la crypte de Si
l'i r e devant la tomb ? du pontife
3ni disparaissait sous'une quantit
o cierges.
Entre taaciatea et
anti-fascisti's
l(i )ME I ne bigarre qui a me
i d'tre srieuse a eu lieu entre
ouviio.s fasc stes et anti laseistes
employs pa la compagnie mnri
<- liuc cinmalographe qui est en
t I n dd lllmer lien dur dans les
environs de Itome Les troubles pri
lit naissance lorsque les anli las
i .'s qui taient en majorit ten
t renl d'obliger les fascistes a se
j uudre A eux pour prendre une
demi journe de vacances en hon
m ur du dput socialiste (iiucomo
Maleotli. Mais ce matin les fn> is
les virent leur no nbre s'augm n
ter de partnans vmus des envi
luis. Ils administrrent une eu
rection a coups de poings aux ad
iniialeiiis de M-itti'otti et l'on dut
f lire appel aux carabiniers pour
me tre lin aux dsordres.
Yers la]pl.niti! Mars
FLAi;srAI'l'(\ri/one) Les aslro
nomes de l'Obiervatoire de l.ojvell
vont proliter du rapprochement ine
niinenl de la plaule Murs pour ob
I' mr de nouvelles donnes sur la
composition de l'atmosphre mar
ti nue, la temprature des dill
rentes parties de la plante et ai
P leeible les causes des divers
< li mgements qui se produisent a
sa surface.
WA8UING I O.N Se basant sur
la proposition que les signaux par
ratio tlgramme vonant de len
pourraient tre entendus lorsque
cette plante pissera au prigie,
le prolcsseur Dvia Tedd. a
liiivrteur du dpartement astrono
mique a Amburst, a demand aux
gouvernements des principales ua
lions du monde entier de bien vru
loir interrompre le fonctionnement
des postes transmetteurs de L-m
juridiction au cours des tt et 13
aot. Certains fonctionnaires de
gouvernement amiicain semblent
I p ses appuyer le projet mal
gr le scepticisme qui prvaut
quant aux rsultat, mais aucune
n-li m tion n'a t donne dans ce
cens par la section de contrle ra
diotlgraphique du dpartement
du commerce.
' iii"iir le la visite lu
Prince le Galles
aux Etats-Oiiis
WASHINGTON- M. J. Ba tlei
XN righl, troisime secrtaire d Mat
iciellement dsign pour sou
Imiter la bienvenue eu Prince de
lialles en qualit de reprsentant
personnel du prsident Coolidge.
M. Wright accompagnera le pria
ce h Washington et reviendra
avec lui a Longisland o le prime
demeurera incognito jusqu'au 18
septembre. La visite Washington
est considre comme quasi uili
cielle et le prince prsentera ies
101 litre ses hommages ofii
cV\s eu prsiduut.
Xmut?.l!es diverses
I.i INDRB8 Li visite du prince
de Galles au Prsident Coolidge
est comprise dans le voyage du
prince, mais elle sera exemple au
tant que possible de toute forma
Ht 4.
N XI'I.KS Le gouvernement a
dojn l'ordre de procder a une
M |Ute approlondie sur lee dsor
le dimanche au cours des
quels la police a essay d'emp
cher un meeting d'adhrents k
l'opposition te o deux personn a
furent tues et 10 blesses.
Lescours
L'I aot
l'AKIS Dollar J ;,8.4b'
Livre St. 90
\KU HntK Francs 18 t
E erling 1.5114
*
Les ils loups
c Les^chassepoisjpirtinieit tout
seuls".
Bu 1875, le parti royaliste fraaj
e.iis, ineoirigib'.e, complota une
restauration monarchique en fa*
veur du comte de Charobord, duo
de 'lordeaux.fils du duc de Herry,
petit lits de Charles \ el uue, dj,
l'on appelait Henry V Mais (ham-
l'i.il. en h m et irrductible Bour
bon, tenait aux traliliona puran
do la moiiarchii. il ne voulut
point eeoapter la maintien du dra-
peau tiicolore en place du drapeau
blanc de la royaut. La tentative
de restauration lut abandonn*
et le marchal de Mae Mahon pro-
nona alors ces paroles clbres :
Si le ili ipeauBjbluni'etait arbor
contre le drapaau tricotera, lee
rhassepota partiraient tout seule a
..... 1 IL
Mariage
Mercredi aprs midi eut lieu la
mariage civil de Mme Alexin'a Doi
rin avec M. Vilus resta. Les t
moiuw taient MM. Louis Gauthier,
Ile I g irde Koureau, Georges Sa
bouiin et Lon Durand.
La lii'n di lion nu, tialc leur a
t donne hier malin Ste Anna
avec comme parrain et marraine
Mrllirgelli Alain et Mme SUu
lien Desroehes.
<):i se ren l,i ensuite Bi/.oton
o la rception dura toute la jour
lie.
M -Meurs compliments.______
Varits
DIMANCHE
La maison -d'Aruila
rec
Yvotti Andr^or
4 parties
tt
D'^' 'joli rayon da*jsolail '
} parties
Entre 05 Loge UXi
il noyai Cal
Le rgime de restriction auquel
tait soumis cet tablissement, d.
fui il pre d'une anne vient d'lre,
ev par suite d'une dcision du
l'rvost Mai sel,Il.
.:e'a n'arrive pas trop tel, et
souhaitons que Royal Caf
reeeufse en revoyant ses beaux
tours d'antan o une clientle nom|
ireuse et choisie donnait libre
cours ses lans de joie.
fMNAGRESft
Pour lalndra tous llaaua i
l.Ai t., COTON, SOU, Ni..
nova produit n'aai*
La NAVRESVE^
r*ort *" l'ria.-a ni....-.. j_ > <--_
5335fl!
' "

a



CI'tfATI*
~j-
4 %J 3
donne de la farse
Convalescence
Neurasthnie
Tuberculose
Anmie
L. Cuie dr Ct-OBOL
augmente la force nrrveut*
I rend aui nerfi rajeunit
toute leur nergie, leur
lOuplettc et leu* viaueur.
\ ommjmcnllon
Aca-Knil* '1* MtOcC'Aa
7 Juin 1010
UfttfrJ Icih let avntajM
M pr t prsrnter U acro-
Ihcai le, dont
I Ml u 1 ii faire trne
pabla de rtaipla-
cvi la tranifuslon aanfj'.i-a
eJla-mtmr ri csrel a va* avaa-
tt. dlsail-offi. malgr qu'il
railla toujours avoir recours
elle, an moins dans let cas
argents, nous ne croyons pas
Sua la serothaVapia pu (s sa
onner. rn une foula de cas,
les rsultait remarquables
qu'on peut obtenir d'una^tu-
r- prolonge de Olobol Ksi
face d'un organisme A re*
sBooter. a revivifier, a refai-
re, e'esi toujoara ce der-
nier (fui nous donnerons la
ertffeace.
D* H. Cuisit.
Ln\ ;ct it icirnerf,
Lititttt dt la Fmcut. de
Mdecin de PnriB.
ttiWiiwmirili Chatelat
Grand Prix
Fournie de 1 tApIt de Parle,
2, rue Vairnciamv**. Parla, al
faute* pharmariat.
serge Taillant Corn fjaltatfa p)ir Huti
Un rasoir pour les gens
presss
r
^ Sa rawr rapidement n'ettpaa facile
a*ac la plupart d* tutnira. Avec la
rasoir da aurai* Valet AutoSuop, rien
de plus alae. C'est le rasoir qui "se
repassa lui niina". La ii.fi>.* laine
aart pendant dee semaines, toujours
bien alt-Ia, loajoura dotue la pssu.
L'eaaayer, c'est l'adopter.
felRasoir
I Jfe
I $ut(rStrop
, <*>tanrtiit
*
Citz Mm W- Preswir
1114, \Ttnua John BrowntLalu';
Chants roses, Verres boi e,
Verres k Champagne. Assiettes,
Couteaux,Kourshdles Poli glact,
Serviettes, Nappe*, et en gnral
teus articles pour Ncep io t
mariage.
ar

\
Avis
!jClian;|oran( d'adresse
inns Duchatpllier
No 13 \ Hue '1rs U'tari
Dans le b!oc compris ei tre les
Hues du !Vi pis et du Centre.
Fla de la Chapelle 'I*
S.'int Louis i furgeau
Dirranehe rrothaic ilait, la
Chapelle de Saint tciiis Ti igciii
olrrni: ira la Ifle de fen si-int
pain n.
Mcs>ea# li-urrs. mivie del
le'n didioa du Suir I Sainmcnl.
lcieriroD de rirronlance fera
11 t i < | r H P X Isi B h
rer. du l'e'ii S/mii aire.
1 c li ml. nu il), Lurtli 15 a( ni.
DIMM a T l.r lires.
A qui ic braci Ici ?
l.e bracelet recueilli par lu Poli
ce dans les oirtonstames que nous
avons rapportes hier se trouve en
core aux ordres de son propri
taire qui peut aller le rclamer.
rtiii si-Jipi
Le Kestaurant St Joseph tis rue
lrou No mil se met la disposi
lion des clients pour la livraison
des repas domicile et & des ion
ditions avantageuses.
l. Enta Ln.
Hier apris midi est arriv par
un S/S i. la ligne Hollandaise Mr
Ernest Les ancien Consul d II iti
New-York.
Il fut sa u snn dl a qu ment
par de nombreux amis qu, avaient
t sa retcootre.
Bulletin de la Cliamlnr
Amricaine aie Commerce
d'Hali
Nous avons reu ce matin la
dernire livraison de celle intres
sant saslk lion
Nou- en recomn ai dons la les
ure aux hoinm s dffaires tout
articulirement.
basse eu bon (lai couverte en tles
comprenant trois pi^ees dont les
deux premires sont plafonnes et
une gai* rie latt raie. Dans la cour
il y a un puits, sur la mire 1 prix
tixepar l'experti e a m Ile dollars
outre les cb .r^es soit P.or tuOi'.nO
i9 [ a pioprit, fonds et bu
tisse, situe en cette ville, rue de
la Place d'Armes occupe par Mr
Alexandre GuicbarJ, sur luquele
se trouve une maison In s cou
verte en trtes en bon lat, baiie
entre cour et jardin, conteninl 3
pices, 'es deux premires p'afon
nes. La premire as /s,ucieoM ,
teit de talon de rcpptii n. Celte
proprit mfsure vingt j.ieds q<:a
tre pruces de faade sur cent dix
pieds de profondeur et est borne
d'un cl par D. Guilloj et de
l'autre par Pelter aine. Dans la
cour donnant sur 11 rue il y a un
puits et a l'intrieur son'waler
closet et un appentis servant de
cuisine, sur la mi prix fixe
par l'expertise i,uin/' cents dol
lars, outre les cLa'ges soit P or
500,00.
3 L habitation t icot situe ( n
la pimire section rurale decette
comn une de la contenance de
trente sept carreaux et demi plus
ou moins de terre' fertile, plante
en i anue sucre et vivres, sur la
quelle se trouvent un moulin
v; (:i ur et des usines, aucsi une
guildive en bon lat contenant
une chemine en b' iques.une chau
d re avec me (hepilii.u et mi|" n
tin, six grandis pices k gisppe,
une pompe eau, deux jaries.
Llmbitation des ervie par un
cabrouet el cinq bu- .fs dout un
jeune en lu n tat, est borne d'un
ct par Marias Nol et de l'autre
par la rivire de Picot (t de l'autre
cot de la rivire par Fnelon Du-
ilessis. Elle a accs sur les deux
rand'roules c induis mt a Ko i
rde et Plerin, sur la mise
| riz fixe par l'i xperlise S huit
Parisiana
CE SOIR
L'Aiglonne
3e dk 'n-mo pisodes
Kiitra : 0,50 cts.
D1MAMCIIE
Le ami d'iiKBa
mouvant lilm d'arl italien en cou
leur en quatre parties, avec l'ex
quise et livine Nai PUULOWSSA,
Entre : 1 gourde
n ille dollars, oulie
Il it or 800ii 00
les charges,
Vente par autorit
de Justice.
On fait savoir tous ceux k qui
il appartient qu'en vertu de deux
jugements rendus par le tiibunal
de premire inslan e 'I' U JTM le
premier date du vingt trois mai
de celte anne ordonnant le pir
tage des communauts al succes-
sion de feu le doctsar F, louai d
Blapcluni selon les dioit- nspec
nfs des imcUm, le second A date
nn/e juil'et dernier entriiiinl \-1
rapports de- ai paru tel dites coin
muoauts et succession, di'uue t
e'irtgislrc'-; el lignifis, il sera pro
iJj le lund' li ii' Septembre de
c (ta anne S '> lues du matin eu
l'tude et p?r le miulrc Je Me
Margron Pilorge, notaire public
aux Caves, rue de la l'Iace d'Ar-
mes, ce commis el sur le cahier
des charges rdig cet elfet et
dpos entre set mains, la vente
au plus offrant et dernier enchris
scur de : 1 l ne proprit situe
aux Caves l'Angle Nord-ouest des
rues Camagnols et de l'I uion de
quarante et un pieds de faade
sur toute la profondeur jusqu'au
petit cours d'eau qui se jette dans
la rivire Kaynard, born au nord
fiar le dit cours d eau, l'ouest par
'ancienne proprit du Dr. A.
Csitss.
Au milieu re treuve ace maison
40 Use proprit, fonds el l>u
tisse, situe au faubourg des qua
tre chemins plante, bo; ne d'un
ct pai la voie publique et de
l'autre par M. Marcius Jn Paul aux
droits m s hritiers de leu Nogais
Dpa -M'dm i, sur laqutlie se trou
ve une maison basse couverte en
lui i s donnant sur la rue, mesure
c'nqiante huit pieds de largt ur ur
cent vii^t liois | ieds de profon
deur sur la mise a pii> fixe par
l'expertise* qualoi/e ci nts g ur
des, outre les chaig s soil (iotrJes
Hiiii.OO.
Une proprit si'oae I Pi 11
au Prince au >-lieinin de I Iles,
l'avenue Christophe.d- qualr< vingt
on/e pieds six pouces enviroi de
faade sur l'avenue Chri lophe.ein
quante sept pitds environ la l'a
ade oppose, sur une profondeur
de deux cent (rente huit pied- > n
viron de l'ouesl lest entier ment
eliiture du ct de la Rivire Bois
de Chne par les,murs soign.use
ment faits et ui e hauteur sufti
sente. Klle possde une vasle mai
son lage supiieur et trois au
re/ de chausse avec galerie tour
naute. Elle est en bon elat. Elle
est borne & l'est et au sud par
la rivire de Bois de Chne,
l'ouest par l'avenue Christophe et
au nord ; ar qui de droit, sur la
mise prix lixe par l'expertise
huit mille dollars, oui re les char
H soit or hunO.iiu
60 Ine autre proprit situe &
Port au Prince A la mme avenue
Christophe. Klle a uu un* mai
son basse de dois pices, des Istri
ns, une euisine, une chambre de
bain, jardin, la tout en bon lat.
ille mesure cinquante Mot pid
erron d l'Av"-ue
iphe. cinquante al un pieds
oppose sur
claquante trois pie Is de prolou
d-'ur de l'e-t a loue.l EUt
h rne au nord par la proprit
I uc Th rd au sud B4| celle du
d' eleer M iholire, l'ouest par
celle de Pcrcv el l'est par I'.' va
nie ( liri-to he. sur lu SIM 1 rix
f'ue par l'expertise k quinze cents
dollars, outre iMckargH soit P.
or l 00 0
7o Une proprit sise a Port au
Prince, a l'encoignure des rues des
Caserne et de la Hunion C'est
un emplacrment d'un hd aspect
mesurant vingt et un pie ls envi
'O'i n la -u des Caserne, soixan
le el un piels environ 6 la rue de
la Iti union, borne au noid par la
proprit Itenaud Volcy. au sud
par la rue des Caserne, l'Esl
par leshrili'rs Brenor Prophte,
sur la mise 1 prix fixe pir l'exper
|U# six cents dollar, outre les
charges soit or 600 "0
No Une proprit situe Port
au Piinc, rue d la Runion con
sislant en un emplacement de quin
/e pieds environ de faade la
rue de la Runion sur quatre
vingt environ de profondeur, est
borne au nord par Nla Laroche,
au sud et l'est par Matlrlde
Mavard el l'ouest par la rue de
la Runion. Elle est clture, de pa
lissades et posfd un jardin, sur
la mise & prix fixe par l'expertise
a deux cenls do'lars. outre 1rs
charges foi! or ?00 00
0 i Ine proprit ilue Poil
au Prince avenue Rolnp snr la
q"p|le se trouve une rraUon l>n se
il deux pices avec galerie sur la
rue, une cuisine, une chambre de
bain avec bassin, des lalrine. le
toul en bon tat, me ure vingt
huit pieds environs de la-ge. vlrgt
quatre pieds nviion !a faille
oppose snr une profondeur de
quatre ving's p eds nvirm. gllt
est borne k l'ouet par la rue Mo
re ly, au sud el Vf st par une
autre proprit dp la iiccession,
au nord par qui de dr' il, sur li
mise a pr'x liv par l'expertise 1
quatre cents dollars, mire les
charges soit or lOo.' 0
lOolne proprit sise Port
au Prince, rue Morel'v. sur la
quelle se trouve une maison basse
en mauvais tat ayant la faade
dans la dite rue sur une proton
deur d'environ vingt riiq pieds.
Cette proprit de si i/.e pieds deux
pouces de faade sur quatre vingts
environ de profondeur est borne
au nord par Marguerite Aud;g.
au sud par Louis Souvenir, l'est
par nne proprit de la f uecessh n
el l'oue't par la >ue Mon-lly,
sur la mice k pi ix fiVe par l'ex
perlise k deux cents dollars, outre
les charges soil or 200.00
tlo Ine autre proprit sise
Port au Prince, rue Morelly sur
laquelle se licuveot deux grandf
chambres k une bonne distance
de la dile rue. Celte proprit oui
a une en're de douze pieds de lar
geur sur la dile rue, mesure en
outre rrnt soixante dou/e pieds
la faade oppose sur une profon
deur de six cent quatre vingt huit
pieds environ en lignes brises au
ct nord et sept cenls environ au
ct sud Elle est borne au nord
par les proprits CJuachy el Ferra
ri : au sud par Alice Z*phyre, Louis
Souvenir et les hritiers Calisthe
ns Fouchard et k l'ouest par les
deux autres proprits de la suc
cession qui v sont ontigus et k
l'est par Isnardin Liraque, sur la
mise k prix fixe par l'expertise k
s'x cenls dollars, outre les char
get si il or 600 On
Aux requtes, poursuite et dili
genre de Madame Veuve Kdouaid
Blanchard ne Eugnie Alexis pro
prilaire et marchande publique
pa nie au No i'.tl demeurant et
donicilie aux Caves, agissant en
sa double qualit de commune en
liions avec feu son mxri el de lu
tri.-e lgale de son enfanl lgitime
mineure Kndovie Blanchard, et de
M .ns'enr Edouard Blanchard, pro
primaire, demeurant et domicili
a Port au Piince agissant en sa
double qualit de fils naturel heri
ti r de feu le Dr Blanchard son
p>e el de tuteur datif de ses fr
re et soeur n ineurs Edouard et
Clara Blan< hard. ayant pour avo
cals constitus Mes Moravia Mor
peau et Emm. Morpeau de ce bar
reau, avec lection de domicile au
cabinet du dernier, rue de la Con
corde en cette villa contre les
sieurs lo Albert Alexis pris en sa
qualit de subrog tuteu de la mi
neure Kudovie Blanchird, et o
Albert Morisseau pris en sa qualit
de subrog tuteur des mineurs
Edouard et Clara Blanchard, les
deux uropritsires. demeurant et
domicilis aux Cayes, ayant pour
avocat constitu Me J. Duclervil,
de ce barreau.
Pour plus amples renseigne
ments, s'adresser k Me Margron
t'ilcrge notaire dpositaire du ca
hier des charges ou a Me Moravia
Morpeau et Emmanuel Morpeau
soussigns, avocats poursuivants.
Les Cayes le li aot 1024-
Sign ) M. MORPEAU, avocat.
i Sign l Emm. MORPEAU^ av.
Avi* important
Mme Vvi Murad Sfuiiitvb et
Muriel Ellen Shemtob dr
d Man In tler ( Angle-
terre) ai/uni /"mr mandAaire
il Me kbel Thiardi fottt
' qu'elles un i le Keujt
a d? feu M / rt-au-Pritu I< 30
Juin 1{/2/t, !' qu'elles revend*
(/w ni i i,/r. MM KlieSalomon
el John Boulot la part de lenr
auteur sociale Shemtob &. Co.
En oonsqnence, tPes donnent
avis tous ceux qui il type**
tiendra qu'elles font oppoiition
A rirais napi'on dos ites sua-ans
san leur consen'emm1 ou leur
participa ion '
Dette Intrieure 1013. Cerlifl
cals Nos 51. 113. 114 Obligations
Nos 101. 104, 107, 47.r> 28.46 20
1914 B. Obligations Nos 437,
416, 2035, 2'02 Or II 682
1914 A Obligations Nos 248,
MIS, 2516, 2525, 38I7, d8M
$ 86'I3.
1911 C Certificats Nos 24, 26,
38, 45, 93.95 97, 120 $91100 50.
Le tout slevanl ensemble k la
somme de Or 32.141.70.
vi* Important
Monsieur Klie Salomon et Mr
John Bou'os font savoirqu'il^n'exis
te personne ayant qualit lgale
pour s'appeler Vve Murad Shem
tob et Mlle Muiiel Ellen Shemtob,
du nom de feu Murad J. Shem-
tob ; que. par consquent,les man
dantes de Me Abel Thard ne sont
point du tout hritires* de feu
Murad J. Shemtob.
En consquence, l'avis publi
au nom de ces dames n*a aucune
va'eur, le juge des Rfrs ayant
annul l'opposition par elles for-
m'e sur des litres ayant appartenu
non pas Murad J.Shem'.ob.mais
b en k la Socit de Commerce
Shemtob & Cie.
Dcs
C'est avec peine que noua enre
^i-trons la mort de Mme Veuve
s, ne Marie Agathe
F.esulie Dsir, dcde ce matin k
une heure, muie des Sacrement!
de l'Eglise.
Ses funrailles auront lieu cet
apr midi k 4 heures en l'Eglise
Mtropolitaine.
Condolances aux parents prou
vs.
Revue
des Deux Mondes
iS Hue de IbnivtrtiU Paru
S ) 1M UH8 OR LA LIVR VISON
DU 1er AOUT 1921
Le Ksstin des autrsa. Troi-
sime partie. Colette Y ver.
Nos Grands Chefs. Le Mar-
chal Foch. I.Jusqu'en 1914 Louis
Madein.
Alexandre Dumas Fils intime.
Deux annes de sa vie [1883 188)
Maurice Lippmaan.
Nouvelles tudes sur l'Odysse.
I.Le drame Epique Victor Brard.
Au pjys de Louiie de 1a Vallisrs
Eliuind Pilon.
Lettres Japonaise*. lSti-1903.
LafcaJio llearu.
Miuriee Birrs et la rechercha
Scie.itiliiue 11. Charles Moureu.
de l'Acadmie des Sciences.
Liltralu es Etrangres. Une
Nouvelle Jeanne d'\rc anglaise.
I. mis (illet.
Revue .iltr.iira. Un moraliste:
M Euj>ue Marsan : Andr Bsau-
nier.
C.hrjniie de la quinzaine.
Ilistoi.J p>liti|iie. Ileoi Pinoa.
PB K PB L ABONNEMENT
Un an SU mois frali noU
41 I'
Paris
Seine StaSttOia So Ir
DcMrumeniiei
Colonie iranrtl s 86 4 ( a
tiringei jS ir ;o
1^4 tbono'rasis partent du ter et
de .oique molt.
rR'XUU NUMIHO
Il 11 !
ji n
4 & i
Jupiter Pluvius
le Pnmpour les tropiques
Avant de voyager, voyez, si vous lesrmuni Je
Pneus caaadieane Dialip.
Ils ont laits preuve de leur supriorit.
Le Oualjp Tractai Co*d Gioidienae a travers les Fonds
Des ngres et les boues de Dessali tel sans dilli-
cull.
Attendu par le prochain steamer :
lincher cord 31x4
Traclion cord 33 x 4 l|2
Traction cord 34x4 1(3 et d'autre Itrjur,
Lej fhanhres iir gris de do ihle juisseur rsis-
tent sous une l'orte pression d air el Iriclion.
AV. Quitia William*]
Distributeur
Anglaise et
amricaiiie,
qualits suprieures,
p mr sacs' caf.
\vendre chez
L. Pr^tzmaiia-Aggerhoi Co!o b an taship Company hc.
Le tteim r i B odgtowm> venant de
New~Yo.k via le port du Nord, est
aHenda Por-aumPrince vers le 25
at i i courant.
Il repartira le m n. jour, ^directe
ment pmr Kingston et les ports de
la Colombie, prenant fret et passa*
gers.
Port au Prince, le 22 AoV 1924
Gbara&% Agents
t
y
i asr
1


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM