<%BANNER%>







PAGE 1

LU) MAIN Pagol Energique antiseptique urinaire Agit vit* et radicalement Supprime le* douleur v tfc fa fnkiiei urlftsires. qu'il re Tient nfu es> jaidliini iou> les mi qui lt hsMIeni VAM1ANINC Atari*. MalaeiM •• la W" riHmi MiMi/iau HUCOVAL p..m... mi M.leu* ••"!' '•• .*•'•*•• .• la Htu. PAGCOL est sns pille pour lei gonocoque, hies indsirables des vol. urtnalrae • U Paute!. oui deeontwaiiunn* les mu, I,UPUKI de* vola uiinalres. renouvelle la* tissus cric* un re, ]euntsemeiu comptai des cellules U Ptoiot meurirlrr non Mule ment pour le f onocoqae ptrioul on U iiau. mm encore pour mut les autres microbes, auxquels ce dernier r ul associer, suffll tout II est le rsidemenl. la base du irslirinem de l'arthrite ou du rhumsilsme blennorraylque. |isrcc qu'il est (.-lui de Is blcaoorrs(ie elle mme • II' HlKTIUSD. te Mel.-ttrtUs. Cubl Chsitlsis. . r ae slelirnn.l. PS/M. t P*— Ier|e Taillant Censignatalre ponr H. I i 1 envoya |> 1* U major Sluart Marlaren. I a'i leur anglais snnonre que son o yage a'rien aulour du mcndee>l abandonn. Le majoi avnil qu,l t'.ashot ( Angleterre ) le t'\ mars Il esl arlupllemenl a Nikolkl i l'a* komandorksiki, Sibiie ) loua Mf dit qu'il lui i"-l impo silile de ronlinuer pnrce qu'il neprut laire rparer on avion qui en toml>; n prt de Niko l,i Bbtcdl H tl furie meol endommag. AMSTERDAM — le lltoUBanl Loratelli, aviateur ila'itn qui a l'intention de voler ver les ri'$\ n* polaire?, a replis ce malin le vol 4 heure peur te rin 're en / tg'e tarra. WASHINGTON— La Dpartement d I lai a t in ferm qu'un nouveau mniiwiiiiut rvolutionnaire avait clata dan ie llondurus la 1er aot, mai* il ne considre pas la situation coin me M'riiiise. Le dparti -rr.eiit do commerce fait connatlie que un % •ni aon commifFaiie rommenia l.onnell lis douma,:'n. inrr.tr ciaux riultant des combat* in nr reelionnels Sao l'aulo taient valu mire 5 millions et 7,800, 000 de dollar*. PAHISLe march des giaint que la gouvernement avait lern le 1 8 lvrier peur ai •( %  %  ci la hausse lapide du prix du bl a t rou vert aujourd nui. La fermeture n'a pas amlior la situation et les au lorils espieut qu'avec la r< uter ture les piix du grain se stabilise root peu peu. LE HAVRE— Le paquebot La lavette dont le dpart n'avait pas eu lieu samedi par suite de la give d'un certain uo.i hir de ma lins et clu ulleurs, est patti aujour d'hui avec l'aide des marina de l'Etal. Les Cours 4 Aoat PAHIS Dollar Livre NEW YURK— Franc Livre lt.335 s | IN :i, 4 t'.'y PAR SANS FIL I Aot MEXICO CITY— Le Presidaal Obigon personnellenx ni a union n aux auliiilis de l'Etal de l'ie Mo d't nliepiendiii'es Investica lit.us dans I'* flaire du neorlri 3 M.i.lnni' llosalie K\ai sujelle ai glaise. NAl'1.1 : La croiseur Trco Ion a revu l'ordre de pu i.die son Lord et de ran encr aux Etait fins le corps de \Y. Bin iberie, le vice-consul amricain a Thran, qui a t tu lccmment |ar la pi pulare. MiME ( Alaka )Lis autorits russes ont sais< le lait au i moteur ••Nette" tppar'cnant a relie ville •I ont IM ntisqu M n rhanj' ment •uivant un mot n i;u d Amdv Si kiia ;. WfcllINCToN— Lesraiporls du dpaitraent de la |Mtn nu n Irenl que 311, M! jeunes himmes ont rponlu l'appel dans 27 campa d'entranement militaiie pour civils tenus dm art juillet, re qui accuse une augmentation de • 000 sur les prsences des annes prcdentes. \ASTHME ESoulafeajsui imaisdlslM su rephrsiei\ lOPPHlSSIOUS I Soulsgsiusut iBiaasdiaiM guerisos wu. Qlobulee Rbaud SaauJtais luarTaillaus.turprsnsati ssema Ttttmumimt u m LH... • %  I %  > %  —• *' %  B. OALIOatOUK, 27 Ku. .,. ;.i Mu eWts-0lombes snacl P A Psrla-rT~. W--a SUCH Comit Miiei D E L'association M France miriqut Latine \ M r lualon la jeoill 31 juillet I rniei I H dcision! suivantes 0 il lit pri i : li M fin s ncessaires pour qu la JuriJiell n de '-I attach t .m n 1 laj '' de France h II 1 van soit tend ie sur llaiii. lo Damtoder k I A. P. A L. da Parla de bien vouloir Insista* Paris sur la Domination de co i< seill raducommarea l'riaurdala Fiance". IVoi'C ml li's fi lii fceroni |>r pusi. ;tj DeoModar al, i idralion des Syndicats de* I npri M'U da Kiance d'avoir an rapraaatant a l'oit au Pri 1 ea ii 1 qua lai livrai aa piilsaanl ^'r^ v ndui eu Il iti aux m'en •• p ii I" K anea, majo es anturellam • 1 m s lem-nt de t >ui la fraii "AU rentre d'.sc'a1 octob • laa fimille^ rttj iBl lei no'es I i vres doit lemonl'iit est parfjta formidih'.o''. C'-st une situation d pi irable qu il faut amliorer, ce qui au.'ni 'i ara srement aus-i l'importation des l.vies frai all \ 1 I Il.'t !•> t'.iiini se propoaa d'entrer en pourotilers avec un libraire di Port aa Princo. 40 V'm 1 que lolabrieanti f n iiaadraaaroal iiu'e< *itM da renseigoenonts au Oomil lui', MI qui servir 1 d'int i rinitiair %  'i > Afla d a lirai l s c jiil iuf fra'i'.'ais, le c unit n-l !•• v e 1 da s'adresser a ui inganir aur U q HHllon de sAvoir c 1 u aaol amor er l'arrive eu llitti I aaa .ot;! Igaia frau ; 1 s %  ,| • • 1 nlrn lion 4 b nrrnr li • alii darrier III pr.x q lit iblfl il C il i "i cieux d %  | tyaf q ii so il actu d e %  • il n | i%  m ni exagr) 1 n II IW Cours il.; Comptabilit La direc ion d l'Keole spciale de Slno-I ai'ii'ii.'ia, h % %  itt lieu re :se d i fin ai la 1 1 bli* sJU'i a %  courage.'(ar le su. > croiaaanl des cours ni qu'i Ile a itiaiijr.ur-. cette anne,ella ouvrira en Octobre n a baia un c un de i-rnj• t li lit^et de Tti ue dcvlis/ies. Des conditions particulint) seront laite-, an\ eh \.en 1 n i.pta %  qilil qui se seront inscrits d'au r s ci us de s'lab U erat ut Mon d'iugnsle Durosier Une il'pche reue ce matin du i.'.ip II i iiien annonce la mort fti'tt Durpu, C.ettn uve !e a CMad en noire milirii nie doi.lou ruaa surprifa, car VI. Dyroaiar tonplait iei de n uiilii'. 11 x amis. Dans la politique O il milita pendant I inglemps, soit comme Scrtai'a u 0 %  -il des Sevr* ta rs d'El I, dput, ou Snateur, A tiisie r)nro ier moi Ira lojiura le 1 lis a .-11 1 e-p itd'opnor unuit, tlll au t ut le plu su! lil. Rentr dani !a vie piive depuis que que* ann'es. c'est loin du brut et des vames agitations que la ni 1 1 l'a Mr 1 lira, Pau de Choie Ti 10 ) en face de l'ancienne mtisoi Kit I 1 1.1 dolances 11 x pire it. prou vs. u 1 Rtppo 1 !a qu -l'o du —_ fret el il 1 prix des piaag*! 11 r %  It I mi \ Il ivre l'orl au Prince a 'in d'obtenir un; d ItLiiun n 0 %  lire. /" Di-.ii .1. h %  a faire pour la cration Paris d une Ch unbre de Commera Franco llaitien 1e ". Ce fut une sance intressante au cours de laquelle il \ eut le nombreux cchingei de Je ch T. h • c dt %  ]:ig -s ; je ce vjis quf des accasalears La Rvo'ution avall Irioonpli. La Uenventioa nationala )ug*ail I uni\\ I — Le ma lieurri avait ronHJ M> dfense Trou chai, U da harba, son am-in ml ni tr • ai I IL / • '.e f it ea li nier qui rd g e et pronom 1 la plaidoyer. Kl contestant a la Con van lion l'impartialit qu'il 'allait pour juger le toi.il s'cria dans un ti b:au mouvameat oratoire: Je charehi ici des jugea, je ne vois que des accusateurs . Avis matrionooial La soussign dclare n'tre plus responsable daa actea de son pousa, iite %  Jermaiae de Pradine, une action aa diverse devaal lui lra Intente. l'o.t au Pila.-.-, le 5 Aoit H't PAVL DELM.'I IS Parisiana JEOOI Honletaatbille chez les Bolii : inieiH Prologue el 1er pisode Entr! : G. 1.00 DIMANCHE Un (jrand ilrarrun 00 ileur jou par N'api ukows ka Le stciel (l'H'Una Avis .l'ai rhonneur d'inform >r mis clients et amis <|ue j'ai install ma pomp? il t|azo ine dans mon nouveau Magasin, Grand 1 Rao Ni 1523, et q ,'is trouveront clii'z moi le nii'iiie service att ntionn l'.n attendant mon matriel d'accessoires d'auto iiioldlc qui doit arriveu inccssamiiient des l'.tatsUnir, J'offre un prix exceptionnel un assortiment de si perb*i blcycu tt s, A d actas* tir,s d i ,out.s , or tes pour bicyclettes Antomoto et Gorona Yeirt'z me visilur Auto Equipmeni John H* Woolley ,|V4 v* rr. fin fnirp connatre aux /•*!! W VV 7< **^ f W de Priuce-au.Princi V> rame dm cig*re*U§ LUCKY &TRIKE, la H Uish Amer.ican Tcbaeco o, ncus a autorits dem er aux XOO prem'e climf* partir de Samedi m> tin b U aot, un paqutt de Ciywttte, *Luchy Strike* ttrt acieuvr d'un paquet de cigarette* FATIMA* ou u'ttnt bit r de Cigarettes Lucky Strihe de 50 en terbJarc hrmet qnement ferm. Veuillez bien renisVt{tier <|tie vv. n'est pas une simple lislrilmlion de Cijjareltea lnckj Sirike nrataitemeul tout !e monde. H n'y aura alMolomeDl tjue les 500 prtioiera tcbeteuri de cigarellet Faiima en paqael de lo, ou de tijarelirs iLfajf ."-trike on lu blanc de 50, qoi toroiit droit un piquet de 2o ciuareltea lnky Miike |)o:n iliM|U(> pamiet de Faiima ou chaque boite d' /.utky sirike. Dn s eii |ia(jiiet gratuit a chaqoi acheteur. Prix cotiraots < iljarettes l'atima paquet de 20 cigarettes P (',20 le carton IM 80 J Cigarettes Lucky Slrlke en ferhlanc de 50 cigarettes I. 0,35 ('i<|rettes l.ucky Strike p;it|uet de 20 ci. |. 0.14; le carton P. I,.'t5. Giyares de ia Havane : Nous venons de recevoir un assortiment de ciijarcs de la Havane que nous vendons a des prix sans galj' Port-au-Prince, tel que: Londres, Ailons, el Henry Ctuy au prix de 2 pour (25 centimes or:la boite de 25 P. 2!J0. PorUau-Prince Plus de raeeira qu'il faut dmonter Oike u rssolr de srel* Vslel A n M p, qu'il euffil, |">r \BMde pas"" ,v,u M *' Ui *"' %  ehSt. La %  *" %  'i" 1 Jur d Mma'.iiea, autnmatiqu.i.i'nt rapaMM par le lasoir lui .iifm. S" '• %  • "* XeRasoir'm, VlcV iuto^Strop Varits CE Si m La cure accessoires pour Bicyclettes Gros et Dtail Cli-iiiil.it s,Valves e! loulea I s'nices,Cnient,i)aleli, Bavons, Huns, liai >, pompet, nuilirea, rondelles, solution, Bachttl pour (utils clc etc. Bicyclettes anglaise Trs chic et lion marche,. illen In aussi par prochain vapeur amjlais de jolies Bicyclettes a femmes Et un tp-aiid .iiisoilimunl d'accaasoires pour toutes r.anjuea'de bicyclettes. W. Quint in Williams, 17H Hue du Magasin de l'Etat. lintra : 50 ceiilimes Loe 1 00 Pneus %  ifs&l el Chambres a air FIRESTONE L. Pretzmann -Aggerbolm 1 ; Agent pour Haiti %  V. is



PAGE 1

MISSING ISSUL5



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE IMFMliWR Clment Micjlo.ro BOIS VERNA 1358 Rue Amricain NUMERO ^Q CENTIMES Quoiirlien FILaT COPV (MumBHit Mme-al L'mr} %  AN AMFWGAN UNION Sf? 4 1924 L'homme util pas ne" pour lis lu ureux. Il tsl n pour lre^'un I < rnnie les risques el\ prrils. H laul donc aller a l;i M, comDi on v;i au le il, sans se de* mander cemmenl on en reviendra. Eraest Bersot TELEPHONE No 242 18me ANNE N ZJ78 POMttUatfUNŒ (HATI ) MERCREDI 6 AOUT 1924 Uo livre e qui vient son heure UD Miracle l>E Sont le p* udonynu Un (roupe de Perionnalita du Monde il vieni d'tre dit Tourchez Alfred tante w h'ils un volume inU'ul '• La l'oli tesse Franaise. l'iincipes de la Donne Education . Voici lu c thon", qu'en /'"t Charlt de A''!-/ dam l>i tnu Hebdomadaire du New-York Tunet du 2 Mm. La po'ilesse conduit une Meilleure existence I ne bonne ducation augmaftta lis agrments de la politesse; or l> s {Meilleures vbicules de II civilistlion consistent en son acquj sition et sa pratique Ce soiiiiii.ni'>' quelque peu sentencieux t'ait l'objet d'un liyreo l'auteur a expose les lites 4e la politesse en se cacliant sous le pseudonyme d Un groupe de personnages galement inconnu . Ce livre est I .enivre combin! de diverses personnes appartenant aux plus haut rangs sociaux et hritiers des nr.eilleu•-• irailions de politesse, de bont et d'honneur Le* malir-s traites ici le •ont gnrait aient avec tant de fpdrioisie que Ton sent peine 06 ci, de l quelque divergence svre parmi ce groupe sur les mœurs modernes et l'espoir de voir les Franais adhrer aux rgles qui se sont dveloppes graduellement pendant des si La signification de pontes*'. y est discute dans des observations gnrales; la va leur des mots ainsi que les vertus domestiques, la bont et le tact y sont bu n coi.sidrs avant d'arrjver l'anime de l'osteniaipn vulgaire, o uous verrou l dillrence entre un lut et un snob I. a vanit c'est lajaiblessi n snobs, ils sont toujours N chirelier la u |ueotation de. gens qui leur sont su(6rieurf Le lat se croit beau et irr* sislible. Don Juan es' un lat et beau, Diun.mel un icob. Il y a aussi l'osldilation l'inverse ; tel cet bon. nie qui ^ vente d'tre venu l'aris en aIKJIS t Je n'ai peint d'anctres. J'ai lait ma lortune par mes propres illorts . Mais ses auditeurs savent cependant qu %  tel mrites ne constituaient point l'lment le plus impoitant de ta prosprit. D'autres topiques traites dans cette partie prliminaire font l'cole du monde soi ial, la dignit morale, la race 11 la grand air, ces deux derniers tant presque synonymes et sus reptiblts de se manifester i ht i (tel gens de conditions obscur* comme un rsultat d'atavisnv jointe l'ducation. L'atavisme peut donner la qualit qu'on appelle race nnvs ce n'est pas une rjle absolue, car dans m e mme fa* mille on peut trouver des niem bref possdant cette qualit et d'autres qui n'en ont point L'atavisme aide beaucoup donner le grand air . l'lu cition et Ls bons sentiments font le rjte. D'aprs Louis XV un fort cou-de pi d est une m irqu i de race II appelait les gna lani anctres des pieds p'ats oublianl *ms doute que ls montagnards, tant donn la nature de leur sol, avaient de liants eous-de-pied, et que le pie I plat n'avait ri;;n .le commun a | >' la I imille. I (ans un court essai sur l'cole du monde social ctss conservaient s signalent du doigt l'usage de l'argot, la pose d< s coudas sur h tabla et le croisement des jambes devant lea il un S. D'aprs cet ducateur le monde social s'amricanise de plus en plus depuis une quarantaine d'annes. Tout nous vient d'Amrique ave: des vagu< le chaleur et de froi 1 : les danses les plus oses, les rythmes lea plus trao ges, et l'orchestration la plus bi a irre. F,t quoi encore \ De* r|gu res rases, des cheveux rej t s en arrire et oijlrigeusdin,jat pommades. Pour M qui s'agit le l'mancipation 1.; la jeune li!i \ elle est bonne ou mauvaise V Chacun peut avoir eon opinion sur ce rapport et nous signalons si uplein ut I-' (ail qui es! exacte niant aussi in t hiiabj ; i i el da nos alliui • ta main n mi il IS v c des femmes Amricaines No is adorons to it 08 |ql e I exui 11 %  h lu j ur qu; U Chine aura re once a cearob s riclrment !irol;s poijr al 1er nos cQ3tum^. on verra le* Fr Daisea prfrer lea costumes merveilleux des Chin M Dans ce livre lea re.gVs de 1 1 politesse sont djvises en trois ehanj res : sur le* gestes dans la rue, dans 1'cb.ange LB siluialions tt dans les poigne s I %  mains, lai publia le snob pou def la poitrine et dan linera ci inarhmt. L'homme lier lient la lte haute tan lia q i Infrieur rentre s | marchera de petits p il en re gardant avec des yeux inq li la 11 icrutateui Les caractres violents ironl le n zen l'air tan lis que l'h > a m" anUepreo ints'afanc ira av c des mains prles toute gll .que, I n homme jaloux rag M gauche et droite et en dessous, Suppression du^Tiiliunal de 1re Installe de Ouatiaminllie L livraison du Moniteur du 4 /ot courant comporte la promut -*lion d'une loi supprimant le Tri %  .usai InUaca de Ouiiii.uiii." qoi n I }' %  aux n/eesaili an nt guettant BTec I m ioa li. Ici B0C0I %  i: IUS BOI s un gril I conte e l'Anglais ou lAmriciin qui lume sa pipe dans la n • contra o ua qui a'iebani •• I t sono, r plus de li u\ I Us un> porte ne M doutant paa qu %  Ci lie insistance s *nble dire qu t un si qiKS su .1 n''gli r 'ents et la m i ; on mal t nue Une dune qui reoit dans ses nions din ] m s i %  I er P >ur re* luire ses ht ss. s. ou un Monsi ur de certain ., %  d'imi oriance jusqu' la poil • Cea m m rea aonl encore obK i n i f dans les mai ons o l'on li< ut aux traditions, La poigne de mains ne doit pas tre ni prolonge ni courte En allongeant di us doigts on connu t une impi rlieence, de m n • qu'on insulte en donnant la m un gauche. La prs mee a tabl • est une 1 .ni dre en Fran • •, pHn cipalment l o il y a beau coup de Ducs natifs tt trangers de source rcent.' OU ancii une, li s nobles ordinairi s venant d i Belgique, d Italie ou d'ispa/n. 1 il y a en premi r lii u li s mbaci i leura qui r clament la prsance parce que R prsentants de Monar^.. de PtsidentSi L r s savants ont louiouraxuor. i rompie avec loi. ces .•ras #. l'.i.-l. u; p r i I nipie s'ecliarnail p nout. u i al II inv l a dner a lbirassi i couveil de microbe ont il taiaail toujours la chasse. U l> vait li raisins dans son ei eau Un jour a tabl i' Kll m i.l ibsoibe i\ uis ;a uo i |u* but l'eau ayant servi l r sts raisii s Li qui n '•' sav-lr c m ;. icr JUX peisonnta pes I in.! litres est i n i re U < thme i grande comph atitu, • n peut dira M ni ime I il lilmk mais |iinais Madame la i i urale • De DOS jours on cuinaaaerement. Dans les salons un joue au h i dsns les clubs on i t le* journaux et les Revu quand on ne joue pa. I.'ur lectualite est eu baase et toute %  qprioril intellectuelle emb iraass. L'on doit jaholer cou.m les aqtrea I n tu iaii me i bapitra • st ci n r ai t Un a, ios latl n i visite 11 d si i jeudi ce g< are. B n qU I b aucoup de p u d'a lion ix coud.ton so iali ron |u ce uni d< i : i i 11 .il s loi %  rspays parce qu li u i oi %  ni s liesse aux gna tays, bkli 1 VS de tous les I a la loi sur la pension, ajoute un Juge, ur. juge d'instracUOD, ua si i stitut du Comii.i ; Q virutni' ut et uc commis grei > i au cadre" actuel du Tr banal da l'ietnire Instance du Cap Hatien. Les appointements des l'rlets et de leurs Secrtaires Le mme organe r mlient la loi du m l utile t l'iit modilicative de td % %  lu 10 libre ll relative niix ipp i .lui, pri Ici a.i.-. 4.10 .eux de certain! se% %  (imme ci a,. partir du ici Octobre prochain : Prfet du Cap Hatien G. 6'W I Been la si da la Pi tOII Hatien li, 15o la l'u li 1 ture Ue luit au l'iiuce G. 2Uo U. !.. if I B a. IS. 0. 4ij 1 -uli l des Caves I ileslionaives da i> ut Qova Prfsl de Jacmel da SI YUrc Prfet de l'orl de i-aix prfet de Jimie L'article 1 de cette loi dit |ue relativement au\ mois d'Aoltt .nbre dts i tien ne en (.(.uo, les appoint* rr'nts dts pr itiairei i ceu> deteriiiiuts IJMI la lo' Octobre Itfl. IX f &f Due promesse remplie I \ a ipia'or/e moi que le j une l.nis Paralta Rivera, oii^oaire >la a, .liirpeetUr, agi da I • mis aieuti sa premataa de nar ou* ir la Rpublique, nu pieds il nie dcouverte, sans s'enp iraonna pend i il iioU Hn j saerttica qu'il S'Iœ posa fi damead ml %  > la Sainte de rendre la raison A i kit .. (ta la "g', .\ %  •' %  <• de In HIIS li .liiliiil le quaitiir appel La Signa, ferait i o. nmem; t a m ircli'r cl devint muet volontur naenl an l 1 '.' i. Il a pan-ouru ton tw^ les provioeee d eonmoa t'.ibjo et 'ine inliuit de aactioos r irales, saafliant l.i f.iiin elles \ \ itioas, e ir un |i ii!iiiii pus '>rt le prit p m.' ua fui fa diverses s atone et mme dans lu section de I Lis mi le prit pour ua I al un al aille voulut Tarn rr r et le conduire la ville, nventures, ni les moiiueiias ut le faire (eiblir dans le |q il ^ ini|.)-i. V| ir.i.'ux m >IS il' J• 1 % %  Il•!.!_; h m iiheureuse mre re al atta jr Ace prottta .la lit feralla, sa volont 'I l %  tr sa promesse 11 ne parti ume sa mre U s'ent'ii d il par signes avec tous ceux qui u de lui ja'lcr. jusi| t'a. aier, aianq arriv on cette vi le, depu'a la Vejja, Iraverfanl li uine de I'i nentel, voyage 3 ii i| lit en l'o|* jours, il fut con .d n p/seuca de Monseigneur 1' \r liev.1 .e, qui, aprs les prires le clt on>tince et en IBtlU 'le ses pouv ira ''j prlat, dlipei sa : i .irvingt deux mois qui t i ie-t i nt lour accomplit ; pronaaae* CeA i>l rs qu'il pronona la premire pirate depuis 11 m >is il.11: ii l. ii. (i, sa preiiu.-ie phraaa tant : %  La Vierge m'a ac I,I I lui demandais, n II uil jatte ',11 • j ai i omplli s i i vous me le puri. donne/..." l'ralti dit 'i i il B eu <>l II B ••ii. %  dui (lin. ulls pour mettra U ..n, il lui s inli'o qu'il a une ItiU Jj'n la gerga, Pralta est UII jeune homme de l,m aspect, Staline rgulire, type I l'iiea, cheveux plats, veux non >, i s exprime bien. Il cl. sergent de la poin r Nationale DominTeai u %  et eu Sortit avec une bonne note. l'en 1 n i -i prgrination il porliil !a main un poilelcaille qu il noua montra: d'un trouvait l'image de la Vierge Ail %  n ii al da St-\u(..i ie."Del autre se trouva toutes Us i m' sa bonne conduite, dites par Us aulorits des lieux qu'il traversait. 'Ii'.l ( c | I ( une paire de l h ui-iii. et un 11, i,-. au. sujo i t ii i ou demain il p nlu a | oui la Vega. d'o il i sa roule poui i Bai lui, San doute, lea premiers mots mILsi la h 1 :'" bangeront s :oni : %  starn ni' -I us de ne %  et le silence sera le plus < liant deiano,'lu *c sont runis dans la ma line sous la praleDoa de M. Mncdoaald de 10 h. 1 II midi. Ils ont dcid de la proci-iline de a seconde partie de la oonfrem e laquelle s'ouviira demain.Les all mands ipii arriveront k huit heu les du malin seiotil aussil.'d eonvo qus pour la sance pltira I mi di alin de Ici r remettre le docu n ci i rsultant des discussions des F.llisoiur l'application du plan I). wes. Les allemands seront autoriss tre reprsents aux sances aie L res par les I chefs de li ur dl :ulion cl i expeils. M. Macdonal I au cours de la coolrence de la matine a manifest ferrarmant l'intention de faire tous SH ellorls I our que lu confrence se termini d'ici U lin de lu semaine, il est .!' %  M i travailler nuit el jour poui iriver ce rsiliai et a Unir l'eus el mme irois ssner par jour si celais! ncessaire. M. lier r ot a dclar dans la sance de lt n aline qu'il n'admettrait pat qui les allemands soulevassent la ques lion de la responsabilit de la guerre e il a ajout qu'une sembla ble altitude des allemand* soulve 'ait un inc dent de sa part. M. MacdoniiM a rpondu qu'il u'v avait an. u e raison de laisser ins litui i un tel dbat. L'opidion de M. ll.rrioti.-l que la question de l\vacuai'rn militai: r. de le Ruhr ce saura t Atia srulcve par les allemands produit la rouf ence. /.nord anijlo lusse I.O.NDMKS— OB assure que le goterai ment britannique aurait conclu daus la matine ave. Ir m pu entants des Sovii (s un Impor tant accord conomique et linan cieren vertu duquel la Kussie s'en %  garai) I payer Se millions de li vies sterling sur les I6U dus & l'Angleterre. i l'oCCaS&OO du I0o an nivcis.iirc de l'invasion • le la Bi'l;|i'|u"' BRUXELLES Aeioord'bul di sime anniversaire de l'invasion d" la lielgique, les sirne des fa briques, des bateaux k vapeurs el les silll'ls des loi omolives ont Ion i a a heurts et demie du m t m c signal de cinq minutes pour i l peler que c', k. Dimanche Cochet a baitu Zemla dans les sua pies et Ren Lacoste e bal lu M .ce Lee .icbea simples seront disputs demain. CORDIJVV (. Alaska j Jtaa A


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06248
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, August 06, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06248

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
IMFMliWR
Clment Micjlo.ro
BOIS VERNA
1358 Rue Amricain
NUMERO ^Q CENTIMES
Quoiirlien
, FILaT copV
(MumBHit Mme-al L'mr}
AN AMFWGAN UNION
Sf? 4 1924
L'homme util pas ne" pour lis
lu ureux. Il tsl n pour lre^'un
I < rnnie les risques el\ prrils.
H laul donc aller a l;i m, com-
Di on v;i au le il, sans se de*
mander cemmenl on en revien-
dra. Eraest Bersot
TELEPHONE No 242
18me ANNE N ZJ78
POMttUatfUN (HATI )
MERCREDI 6 AOUT 1924
Uo livre e qui vient son heure
Ud Miracle
l>E
Sont le p* udonynu Un
(roupe de Perionnalita du
Monde il vieni d'tre dit
Tourchez Alfred tante w h'ils
un volume inU'ul ' La l'oli
tesse Franaise. l'iincipes de la
Donne Education .
Voici lu c thon", qu'en /'"t
Charlt de A''!-/ dam l>i tnu
Hebdomadaire du New-York
Tunet du 2 Mm.
La po'ilesse conduit une
Meilleure existence I ne bonne
ducation augmaftta lis agr-
ments de la politesse- ; or l> s
{Meilleures vbicules de II civi-
listlion consistent en son acquj
sition et sa pratique '
Ce soiiiiii.ni'>' quelque peu
sentencieux t'ait l'objet d'un li-
yreo l'auteur a expose les li-
tes 4e la politesse en se ca-
cliant sous le pseudonyme
d Un groupe de personnages
galement inconnu .
Ce livre est I .enivre combi-
n! de diverses personnes ap-
partenant aux plus haut rangs
sociaux et hritiers des nr.eilleu-
- irailions de politesse, de
bont et d'honneur
Le* malir-s traites ici le
ont gnrait aient avec tant de
fpdrioisie que Ton sent peine
06 ci, de l quelque divergence
svre parmi ce groupe sur les
murs modernes et l'espoir de
voir les Franais adhrer aux
rgles qui se sont dveloppes
graduellement pendant des si
La signification de pon-
tes*'. y est discute dans des
observations gnrales; la va
leur des mots ainsi que les ver-
tus domestiques, la bont et le
tact y sont bu n coi.sidrs avant
d'arrjver l'anime de l'ostenia-
ipn vulgaire, o uous verrou
l dillrence entre un lut et un
snob
I.a vanit c'est lajaiblessi n -
snobs, ils sont toujours n
chirelier la u |ueotation de.
gens qui leur sont su(6rieurf
Le lat se croit beau et irr*
sislible. Don Juan es' un lat et
beau, Diun.mel un icob.
Il y a aussi l'osldilation
l'inverse ; tel cet bon.nie qui ^
vente d'tre venu l'aris en a-
IkjIs t Je n'ai peint d'anctres.
J'ai lait ma lortune par mes
propres illorts . Mais ses audi-
teurs savent cependant qu tel
mrites ne constituaient point
l'lment le plus impoitant de
ta prosprit.
D'autres topiques traites
dans cette partie prliminaire
font l'cole du monde soi ial, la
dignit morale, la race 11 la
grand air, ces deux derniers
tant presque synonymes et sus
reptiblts de se manifester i ht i
(tel gens de conditions obscur*
comme un rsultat d'atavisnv
jointe l'ducation.
L'atavisme peut donner la
qualit qu'on appelle race
nnvs ce n'est pas une rjle ab-
solue, car dans m e mme fa*
mille on peut trouver des niem
bref possdant cette qualit et
d'autres qui n'en ont point
L'atavisme aide beaucoup
donner le grand air . l'lu
cition et Ls bons sentiments
font le rjte.
D'aprs Louis XV un fort
cou-de pi d est une m irqu i
de race II appelait les gna lani
anctres des pieds p'ats ou-
blianl *ms doute que ls mon-
tagnards, tant donn la nature
de leur sol, avaient de liants
eous-de-pied, et que le pie I
plat n'avait ri;;n .le commun
a | >' la I imille.
I (ans un court essai sur l'-
cole du monde social ctss con-
servaient s signalent du doigt
l'usage de l'argot, la pose d< s
coudas sur h tabla et le croise-
ment des jambes devant lea
il un S.
D'aprs cet ducateur le mon-
de social s'amricanise de plus
en plus depuis une quarantaine
d'annes.
Tout nous vient d'Amrique
ave: des vagu< le chaleur et
de froi 1 : les danses les plus
oses, les rythmes lea plus trao
ges, et l'orchestration la plus bi
a irre. F,t quoi encore \ De* r|gu
res rases, des cheveux rej t s
en arrire et oijlrigeusdin,jat
pommades.
Pour m qui s'agit le l'man-
cipation 1.; la jeune li!i \ elle est
bonne ou mauvaise V Chacun
peut avoir eon opinion sur ce
rapport et nous signalons si u-
plein'ut I-' (ail qui es! exacte
niant aussi in t hiiabj ; i i el
da nos alliui ta main n mi il IS
v c des femmes Amricaines
No is adorons to it 08 |ql e I
exui 11 h lu j ur qu; U
Chine aura re once a cearob s
riclrment !irol;s poijr al
1er nos cQ3tum^. on verra le*
Fr Daisea prfrer lea costu-
mes merveilleux des Chin m
Dans ce livre lea re.gVs de 11
politesse sont djvises en trois
ehanj res : sur le* gestes dans la
rue, dans 1'cb.ange Lb siluia-
lions tt dans les poigne s I
mains,
lai publia le snob pou
def la poitrine et dan linera ci
inarhmt. L'homme lier lient
la lte haute tan lia q i
Infrieur rentre s | !
marchera de petits p il en re
gardant avec des yeux inq li la
11 icrutateui
Les caractres violents ironl
le n zen l'air tan lis que l'h > a
m" anUepreo ints'afanc ira av c
des mains prles toute gll .-
que,
I n homme jaloux rag M
gauche et droite et en dessous,
Suppression du^Tiiliunal
de 1re Installe de
Ouatiaminllie
L livraison du Moniteur du 4
/ot courant comporte la promut
-*lion d'une loi supprimant le Tri
.usai InUaca de
Ouiiii.uiii." qoi n I }'"
aux n/eesaili an nt il a t ci. Cttte loi i,ui prvoit
que lwstu|Utrttaajiil i aMaoaaki'
m Tr.buLal feront valoir leura
droits la retraite, onformmeul
, res u\ lui s'en vi louj u >
guettant BTec i m ioa li.
Ici B0C0I i: IUS BOI s un gril I
conte e l'Anglais ou lAmriciin
qui lume sa pipe dans la n
contra o ua qui a'iebani I t
sono, r plus de li u\ IUs un>
porte ne m doutant paa qu
Ci lie insistance s *nble dire qu t
un si qiKS su .1 n''glir'ents
et la m i;on mal t nue Une
dune qui reoit dans ses nions
d- in ] m s i I er p >ur re*
luire ses ht ss. s. ou un
Monsi ur de certain .,
d'imi oriance jusqu' la poil
Cea m m rea aonl encore ob-
K i n i f dans les mai ons o
l'on li< ut aux traditions,
La poigne de mains ne doit
pas tre ni prolonge ni courte
En allongeant di us doigts on
connu t une impi rlieence, de
m n qu'on insulte en donnant
la m un gauche.
La prs mee a tabl est une
1 .ni dre en Fran , pHn
cipalment l o il y a beau
coup de Ducs natifs tt tran-
gers de source rcent.' OU an-
cii une, li s nobles ordinairi s ve-
nant d i Belgique, d Italie ou
d'ispa/n.1. il y a en premi r
lii u li s mbaci i leura qui r
clament la prsance parce que
R prsentants de Monar^..
de PtsidentSi
Lrs savants ont louiouraxuor.
i rompie avec loi. ces
.ras #. l'.i.-l. u; p r i I ni-
pie s'ecliarnail p nout. u i al II
inv l a dner a lbirassi i
couveil de microbe ont il
taiaail toujours la chasse. U l>
vait li raisins dans son ei
eau Un jour a tabl i'
Kll m i.l ibsoibe i\ uis ;a uo i
|u* but l'eau ayant
servi l r sts raisii s
Li qui n '' sav-lr c m
;. icr jux peisonnta pes
I in.! litres est i n i re U <
thme i grande comph atitu,
n peut dira M ni ime I
il lilmk mais |iinais Ma-
dame la i i urale
De dos jours on cuinaaaere-
ment. Dans les salons un joue
au h i dsns les clubs on
i t le* journaux et les Revu
quand on ne joue pa. I.'ur
lectualite est eu baase et toute
qprioril intellectuelle em-
b iraass.
L'on doit jaholer cou.m les
aqtrea
I n tu iaii me i bapitra st ci n
r ai t Un a, ios latl n
i visite 11 d si -
i jeudi ce g< are.
B n qU I b aucoup de
p u d'a .
lion ix coud.ton so iali
ron |u ce u- ni d< i
: i i
11 .il s loi rspays parce
qu li u i oi n- i s liesse aux
gna
tays,
bkli 1 VS de tous les
I
a la loi sur la pension, ajoute un
Juge, ur. juge d'instracUOD, ua
si i stitut du Comii.i ; Q
virutni' ut et uc commis grei > i
au cadre" actuel du Tr banal da
l'ietnire Instance du Cap Hatien.
Les appointements des
l'rlets et de leurs
Secrtaires
Le mme organe r mlient la loi
du m l utile t l'iit modilicative de
td lu 10 libre ll relative
niix ipp i .lui, pri
Ici a.i.-. 4.10 .eux de certain! se-
- (imme ci a,.
partir du ici Octobre prochain :
Prfet du Cap Hatien G. 6'W
I Been la si da la Pi
tOII Hatien li, 15o
la l'u li 1
ture Ue luit au l'iiuce G. 2Uo
U.
!.. if I
B
a. IS.
0. 4ij
1 -uli l des Caves
I ileslionaives
da i> ut Qova
Prfsl de Jacmel
da SI YUrc
Prfet de l'orl de i-aix
prfet de Jimie
L'article 1 de cette loi dit |ue
relativement au\ mois d'Aoltt
.nbre dts i tien ne en
(.(.uo, les appoint* rr'nts dts pr
itiairei i
ceu> deteriiiiuts ijmi la lo'
Octobre Itfl.
IX f
-.....?
Due promesse remplie
I \ a ipia'or/e moi que le j une
l.nis Paralta Rivera, oii^oaire >la
a, .liirpeetUr, agi da I'
mis aieuti sa premataa de nar
ou* ir la Rpublique, nu pieds
il nie dcouverte, sans s'en-
p iraonna pend i il
iioU Hnj, saerttica qu'il s'I
posa fi damead ml > la Sainte
de rendre la raison A i
kit .. (ta la "-
g', .\ '< de In hiis li .liiliiil le
quaitiir appel La Signa,
ferait i o. nmem; t a m ir-
cli'r cl devint muet volontur -
naenl an l1'.' i. Il a pan-ouru ton
tw^ les provioeee d eonmoa
t'.ibjo et 'ine inliuit de aactioos
r irales, saafliant l.i f.iiin elles
\ \ itioas, e ir un |iii!iiiii pus '>rt le
prit p m.' ua fui fa diverses s
atone et mme dans lu section de
I Lis mi le prit pour ua
I al un al aille voulut Ta-
rn rr r et le conduire la ville,
nventures, ni les moiiueiias
ut le faire (eiblir dans le
|q il ^ ini|.)-i.
V| ir- .i.'ux m >IS il' J 1 Il!.!_;
h m iiheureuse mre re
al atta jr Ace prottta .la
lit feralla, sa volont 'I l
tr sa promesse 11 ne parti
ume sa mre U s'ent'ii
d il par signes avec tous ceux qui
u de lui ja'lcr. jus-
i| t'a. aier, aianq arriv on cette
vi le, depu'a la Vejja, Iraverfanl li
uine de I'i nentel, voyage
3ii i| lit en l'o|* jours, il fut con
.d n p/seuca de Monseigneur
1' \r liev.1 .e, qui, aprs les pri-
res le clt on>tince et en IBtlU 'le
ses pouv ira ''j prlat, dlipei sa
: i .ir- vingt deux mois qui
t i ie-t i nt lour accomplit ;
pronaaae*
CeA i>l rs qu'il pronona la
premire pirate depuis 11 m >is
il.- 11: ii l. ii. (i, sa preiiu.-ie
phraaa tant : La Vierge m'a ac-
i,i I lui demandais,
n II uil jatte ',11 j ai i omplli s
i i vous me le pur-
i. donne/..."
l'ralti dit 'i i il B eu <>l II B ii-
. dui (lin. ulls pour mettra
U ..n, il lui s inli'o qu'il a une
ItiU Jj'n la gerga,
Pralta est uii jeune homme de
l,m aspect, Staline rgulire, type
I l'iiea, cheveux plats, veux non >,
i s exprime bien. Il cl. sergent
de la poin r Nationale DominTeai
u et eu Sortit avec une bonne
note.
l'en 1 n i -i prgrination il por-
liil !a main un poilelcaille qu il
noua montra: d'un trouvait
l'image de la Vierge Ail n ii al da
St-\u(..i ie."Del autre se trouva
toutes Us i m'
sa bonne conduite, dites par Us
aulorits des lieux qu'il traversait.
'Ii'.l ( c |......I (
une paire de l h ui-iii. et un
11, i,-. au. sujo i t ii i ou demain
il p nlu a | oui la Vega. d'o il
i sa roule poui i Bai lui,
San doute, lea premiers mots
, m- il- si la h1:- '" bangeront
s :oni : starn ni' -- I us de
ne et le silence sera le plus
< liant de i gal. .
Dans quelques jours la BsfS 11
ne dirigeront ( r- lliguej
ea actions de ^nces la Vierge et
la seia dpot par Luis l'eralla
i le portefeuille qu'il portait
a course, et qui contient le
r de son cas.
Nous, qui avons une mre, qui
mme l'eralta, nous
reodu |in es la \ierge.
e son bnie...
(_~Uu Lii/in/>iano,'lu * fisnaillti
Nous avons reu avec plaisir la
miles de
u avec Mr
Sonton Cbeiaalv Complimcat
Nouvelles Etrangres
Par Cable
la seconde partie de 11
cont e ice et Lon Ires |
les sllimai.ds seront aubriss
tre reprsents aux sruces
plenires
LOM ItKS- Les chefs d*s dl
e il i. us >c sont runis dans la ma
line sous la praleDoa de M.
Mncdoaald de 10 h. 1 II midi.
Ils ont dcid de la proci-iline de
a seconde partie de la oonfrem e
laquelle s'ouviira demain.Les all
mands ipii arriveront k huit heu
les du malin seiotil aussil.'d eonvo
qus pour la sance pltira I mi
di alin de Ici r remettre le docu
n ci i rsultant des discussions des
F.llisoiur l'application du plan
I). wes.
Les allemands seront autoriss
tre reprsents aux sances aie
l res par les I chefs de li ur dl
:ulion cl i expeils. M. Macdonal I
au cours de la coolrence de la
matine a manifest ferrarmant
l'intention de faire tous SH ellorls
I our que lu confrence se termini
d'ici U lin de lu semaine, il est .!'
' M i travailler nuit el jour poui
iriver ce rsiliai et a Unir
l'eus el mme irois ssner par
jour si celais! ncessaire. M. lier
r ot a dclar dans la sance de lt
n aline qu'il n'admettrait pat qui
les allemands soulevassent la ques
lion de la responsabilit de la
guerre e il a ajout qu'une sembla
ble altitude des allemand* soulve
'ait un inc dent de sa part. M.
MacdoniiM a rpondu qu'il u'v
avait an. u e raison de laisser ins
litui i un tel dbat. L'opidion de
M. ll.rrioti.-l que la question de
l\vacuai'rn militai: r. de le Ruhr
ce saura t Atia srulcve par les
allemands produit la rouf ence.
/.nord anijlo lusse
I.O.NDMKS Ob assure que le
goterai ment britannique aurait
conclu daus la matine ave. Ir m
pu entants des Sovii (s un Impor
tant accord conomique et linan
cieren vertu duquel la Kussie s'en
garai) I payer Se millions de li
vies sterling sur les I6U dus &
l'Angleterre.
i l'oCCaS&OO du I0o an
nivcis.iirc de l'invasion
le la Bi'l;|i'|u"'
BRUXELLES Aeioord'bul di
sime anniversaire de l'invasion
d" la lielgique, les sirne des fa
briques, des bateaux k vapeurs el
les silll'ls des loi omolives ont Ion
i a a heurts et demie du m t m
c signal de cinq minutes pour i l
peler que c' 30 du malin que les preml
liuupes alltmandes ont fram hi la
'lonii-'ie belge, beaucoup de per
sonnes avaient las larmes aux w n\
lui-que h s cinq minutes passes
les cloches de toutet lea glises se
mirent sonner pour rappeler la
libration de lu lielgique aprs des
annes de souffrance.
Ce LIIM pense H. Hn<)hcs
du plan DaWes
i: Hit UNLe plan llawes inaugu
re une re nouvelle et ton applu a
tion est indispensable la rero m
truction conomique bran lenar la
guerre, dclara aujourd bui M. Mu
ghat, secrtaire d'Ktat aux journa
listes amricains au court d une
tonvenation prive dans laquelle
il leur exposait set irapretsions
sur 1 Europe.
Bien que dsireux de conser
ver son incognito ofliciel en ue fui
tant aucune dclaiation formelle,
le secrtaire d Lit a cependant
admis qu'il tait convaincu que
'.'li i'uju s'claUcissait et qu i. OfO
yail que l'Europe avait pass U
ou n n! diflicile.M. Ilugbis ne lit
.uiciine allusion aux conversation
qu'il avait eues Berlin, mais il
lai sait entrevoir que l Allemagne
tail entirement prle accepter
le | lau Dawca.
M. lerriot salislail 'des r-
sultais obtsnui Londres,
niiil hommsae i la m-
(lialiuii amricaine pu a
contribu k prevoipisr
l'sccordi
LONDRES M Ilerriot a dcla
ie. nii cours d'une interview que
le sueca liii.il de la confrence in
lerallie dpeDdail de l'aiiitude de
l'Allemagne. Si lea dlgue
sllemandi font preuve de sagette,
dit M. Ileiriot, nous auront une
bonne paix non seulement ea Eu
reps mais dana le monde entier ,
tout dpend maintenant d'une jue
le coiiipii linision de la part de
.'Alemagne du rle qu'elle a
ouer. Les ail es sont an complet
a.. m d Pour arriver cet heureux
rsultat la Kranre n'a pas fait
d'ail iiie avantageuse, elle a tiai
plemenl formul une thte de juati
e base sur la reconnaissance du
piimipe d'arbitrage qui forme la
la-.' de l'accord de Londres1'.
Le prsident du conseil a rendu
I ommage la coopration preieu
e de M Frank Kellog, ambatta
deer des htals Lnis et de MM.
James Logan et Owen Young qui
uni contribu provoquer lac
en d. Il a exprim ia gratitude en
vers le prsident Coolidge pour
BOB intii aaical. Nous avons
i h ''eu un accord complet et les
I t ls t nis nous ont puissamment
ai '* dans notre lche, ajouta M.
Sarriot. 11 auflit maintenant que
l'Allemagne so rende compte de
es devoirs ".
On espre que la confrence
preiulia lin vert les derniert jouea
de celle semaine. M. Macdonald a
dclae qu'il tait drid provo
quei une dcision rapide mme
s'il est ncessaire pour cela de te
nir plusieurs tancet jouruelle
mut.
autour du meurtre d
me Rosalie Evans
W ISHINGTON M. Mioenleld
charg l'allairet amiicain k Meii
io, a rendu compte au Dparte
ment d'Ktat qu'il nvail pris en
main le cas da Mme Itosalie Kvant
sujette britannique, tue hier par
des e mps d' feu.Lea aulorits me
m aines l'ont assur qu'elles Te
raient tous leurt efforts pour arr
ter le meurtrier.
iSouvelles diverses
Li: HAVRE Lat ftet franco
belges ont continu aujourd'hui au
milieu d'un grand enthousiasme.
Le prime Lopold et le ministre
l'oul.' t ont exprim toute la recen
naissante de la Belgique pour l'hot
pitalit que la ville a doane k des
milliers de belges pendant In guer
re. Le maire a lu un tlgramme
de M. Ilerriot disant qu'il aurait
voulu assister cet ftes, mais
qu'il tait retenu par dts travaux
al!n niant pi'uismmt l'affectueuse
solidarit des deux paya en aUen
dan) de leur assurer la paix mri
te par tant de sacrilices corn
muns.
KM AN LES H A INSLa France
a gagn le match des doubles de
la Coupe Davis liminant la Tefc
coslovaquie Henri l.o'helet |ac
ques Hruguon ont battu /emla et
Loaelur par >, k. Dimanche
Cochet a baitu Zemla dans les sua
pies et Ren Lacoste e bal lu M .ce
Lee .icbea
simples seront disputs demain.
CORDIJVV (. Alaska j Jtaa

A


LU) MAIN
Pagol
Energique antiseptique urinaire
Agit vit* et radicalement
Supprime le* douleur
v tfc fa fnki vite toute complication
SPftgtol deiongi-Honiie
Ml
RM
met eompleiemeni nful
JHi
c
ijeanit les iumi des
vr>iei urlftsires. qu'il re
Tient nfu
es> jaidliini iou> les mi
qui lt hsMIeni
VAM1ANINC
Atari*. MalaeiM la W"
riHmi MiMi/iau
HUCOVAL
p..m... mi M.leu* "!'
' .*'* . la Htu.
PAGCOL est sns pille pour lei gonocoque,
hies indsirables des vol. urtnalrae
U Paute!. oui de-
eontwaiiunn* les mu,
i,upuki de* vola uii-
nalres. renouvelle la*
tissus cric* un re,
]euntsemeiu comptai
des cellules U Ptoiot
meurirlrr non Mule
ment pour le f onocoqae
ptrioul on U iiau.
mm encore pour mut
les autres microbes,
auxquels ce dernier
rul associer, suffll
tout II est le rside-
menl. la base du irsl-
irinem de l'arthrite ou
du rhumsilsme blennor-
raylque. |isrcc qu'il est
(.-lui de Is blcaoorrs-
(ie elle mme
II' HlKTIUSD.
te Mel.-ttrtUs.
Cubl Chsitlsis. . r ae sle-
lirnn.l. PS/M. t P*
Ier|e Taillant Censignatalre ponr H un m pir s*n>. Ii 1 envoya |> 1*
U major Sluart Marlaren. I a'i
leur anglais snnonre que son o
yage a'rien aulour du mcndee>l
abandonn. Le majoi avnil qu,l
t'.ashot ( Angleterre ) le t'\ mars
Il esl arlupllemenl a Nikolkl i l'a*
komandorksiki, Sibiie ) loua
Mf dit qu'il lui i"-l impo silile de
ronlinuer pnrce qu'il neprut laire
rparer on avion qui en toml>; n
prt de Niko l,i Bbtcdl h tl furie
meol endommag.
AMSTERDAM le lltoUBanl
Loratelli, aviateur ila'itn qui a
l'intention de voler ver les ri'$\ n*
polaire?, a replis ce malin le vol
4 heure peur te rin 're en / tg'e
tarra.
WASHINGTON
La Dpartement d I lai a t in
ferm qu'un nouveau mniiwiiiiut
rvolutionnaire avait clata dan
ie llondurus la 1er aot, mai* il
ne considre pas la situation coin
me M'riiiise. Le dparti-rr.eiit do
commerce fait connatlie que un
?ni aon commifFaiie rommenia
l.onnell lis douma,:'- n.inrr.tr
ciaux riultant des combat* in nr
reelionnels Sao l'aulo taient
valu mire 5 millions et 7,800,
000 de dollar*.
PAHIS- Le march des giaint
que la gouvernement avait lern
le 18 lvrier peur ai ('ci la hausse
lapide du prix du bl a t rou
vert aujourd nui. La fermeture n'a
pas amlior la situation et les au
lorils espieut qu'avec la r< uter
ture les piix du grain se stabilise
root peu peu.
LE HAVRE Le paquebot La
lavette dont le dpart n'avait
pas eu lieu samedi par suite de la
give d'un certain uo.i hir de ma
lins et clu ulleurs, est patti aujour
d'hui avec l'aide des marina de
l'Etal.
Les Cours
4 Aoat
PAHIS Dollar
Livre
NEW YURK Franc
Livre
lt.335
s | ,
IN :i,
4 t'.'y
PAR SANS FIL
I Aot
MEXICO CITY Le Presidaal
Obigon personnellenx ni a union
n aux auliiilis de l'Etal de l'ie
Mo d't nliepiendii- i'es Investica
lit.us dans I'* flaire du neorlri 3
M.i.lnni' llosalie K\ai sujelle ai
glaise.
NAl'1.1 : La croiseur Trco
Ion a revu l'ordre de pu i.die
son Lord et de ran encr aux Etait
fins le corps de \Y. Bin iberie, le
vice-consul amricain a Thran,
qui a t tu lccmment |ar la pi
pulare.
MiME ( Alaka )- Lis autorits
russes ont sais< le lait au i moteur
Nette" tppar'cnant a relie ville
I ont im ntisqu m n rhanj' ment
uivant un mot n i;u d Amdv Si
kiia ;.
WfcllINCToN Lesraiporls
du dpaitraent de la |Mtn nu n
Irenl que 311, m! jeunes himmes
ont rponlu l'appel dans 27
campa d'entranement militaiie
pour civils tenus dm art juillet, re
qui accuse une augmentation de
000 sur les prsences des annes
prcdentes.
\ASTHME '
ESoulafeajsui imaisdlslM su
rephrsiei\
___lOPPHlSSIOUS
ISoulsgsiusut iBiaasdiaiM guerisos wu.
Qlobulee Rbaud
SaauJtais luarTaillaus.turprsnsati ssema
Ttttmumimtumlh... *I > *' '
B. OALIOatOUK, 27 Ku. .,. ;.i Mu .
eWts-0lombes snacl P
A Psrla-rT~. W--a SUCH
Comit Miiei
.DE
L'association M France
miriqut Latine
\ m r lualon la jeoill 31 juillet
I rniei I h dcision! suivantes
0 il lit pri i :
li m'fin s ncessaires pour
qu la JuriJiell n de '-I attach
t .m n 1 laj '' de France h II 1
van soit tend ie sur llaiii.
lo Damtoder k I A. P. A L.
da Parla de bien vouloir Insista*
Paris sur la Domination de '-co i<
seill raducommarea l'riaurdala
Fiance". IVoi'C ml li's fi lii
fceroni |>r pusi.
;tj DeoModar al, i idralion
des Syndicats de* I nprim'u da
Kiance d'avoir an rapraaatant a
l'oit au Pri 1 ea ii 1 qua lai livrai
aa piilsaanl ^'r^ v ndui eu
Il iti aux m'en p ii I" K anea,
majo es anturellam 1 m s
lem-nt de t >ui la fraii "AU
rentre d'.sc'a- 1..... octob laa
fimille^ rttj i- Bl lei no'es I i
vres doit lemonl'iit est parfjta
formidih'.o''. C'-st une situation
d pi irable qu il faut amliorer, ce
qui au.'ni 'i ara srement aus-i
l'importation des l.vies frai all
\ 1 I Il.'t !> t'.iiini se propoaa
d'entrer en pourotilers avec un
libraire di Port aa Princo.
40 V'm 1 que lo- labrieanti f n
iiaadraaaroal iiu'e< *itM da
renseigoenonts au Oomil lui', mi
qui servir 1 d'intirinitiair.
'i > Afla d a lirai l's c jiil iuf
fra'i'.'ais, le c unit n-l ! v e 1
da s'adresser a ui inganir aur
U q HHllon de sAvoir c 1 u aaol
amor er l'arrive eu llitti I aaa
" .ot;! Igaia frau ; 1 s ,| 1 nlrn !
lion 4 b nrrnr li alii darrier
III pr.x q lit iblfl il C il i "i
cieux d | tyaf q ii so il actu d e
il n | i- m ni exagr) 1 n
II IW
Cours il.; Comptabilit
La direc ion d l'Keole spciale
de Slno-I ai'ii'ii.'ia, h itt lieu
re :se d i fin ai la 11 bli* sJU'i a
courage.'(ar le su. > croiaaanl
des cours ni..... qu'i Ile a
itiaiijr.ur-. cette anne,ella ouvrira
en Octobre n a baia un c un de
i- -rnj t li lit^et de Tti ue dcvlis/ies.
Des conditions particulint) se-
ront laite-, an\ eh \.- en 1 n i.pta
qilil qui se seront inscrits d'au
r s ci us de s'lab U erat ut
Mon d'iugnsle Durosier
Une il'pche reue ce matin du
i.'.ip IIiiiien annonce la mort
fti'tt Durpu, .
C.ett- n uve !e a CMad en noire
milirii nie doi.lou ruaa surprifa,
car VI. Dyroaiar tonplait iei de
n uiilii'. 11 x amis.
Dans la politique O il milita
pendant I inglemps, soit comme
Scrtai'a u 0 -il des Sevr*
ta rs d'El I, dput, ou Snateur,
A tiisie r)nro ier moi Ira lojiura
le 1 lis a .-111 e-p itd'opnor unuit,
tlll au t ut le plu su! lil.
Rentr dani !a vie piive depuis
que que* ann'es. c'est loin du
brut et des vames agitations que
la ni 11 l'a M \ toutes les l'a m Uns que ce
d; dl nlleint Le Malin '' envoie
l'expression de ses sincre con-
dolances.
-
Dcs
Il nous a t fait '\< u l de 11
mo t de Mme Ica 1 l."p dr ia Brfanon, dic'de h -rmi
tin 10 lienr.s.
Les fu iiailles auront lieu cet
a.irs midi l heures en l'Ejd -e
du Sicr Cii-ur.
Li conv i pi rli a il 'a mv'soi
m>r 1 lira, Pau de Choie Ti 10 )
en face de l'ancienne mtisoi
Kit I
1 1.1 dolances 11 x pire it. prou
vs.
u 1 Rtppo 1 !a qu -l'o du _
fret el il 1 prix des piaag*! 11 r
It I mi \ Il ivre l'orl au Prince
a'in d'obtenir un; d ItLiiun n
0 lire.
/" Di-.ii .1. h * a faire pour la
cration Paris d une Ch unbre
de Commera Franco llaitien 1e ".
Ce fut une sance intressante
au cours de laquelle il \ eut le
nombreux cchingei de
Je ch t. h c dt ]:ig -s ; je ce
vjis quf des accasalears
La Rvo'ution avall Irioonpli.
La Uenventioa nationala )ug*ail
I uni- \\ I Le ma lieurri
avait ronHJ M> dfense Trou
chai, U da harba, son am-i- n ml
ni tr ai I il / '.e f it ea li
nier qui rd g e et pronom 1 la
plaidoyer. Kl contestant a la Con
van lion l'impartialit qu'il 'allait
pour juger le toi.il s'cria dans un
ti b:au mouvameat oratoire: Je
charehi ici des jugea, je ne vois
que des accusateurs .
Avis matrionooial
La soussign dclare n'tre plus
responsable daa actea de son
pousa, iite Jermaiae de Pradine,
une action aa diverse devaal lui
lra Intente.
l'o.t au Pila.-.-, le 5 Aoit H't
Pavl DELm.'I IS
Parisiana
JEOOI
Honletaatbille chez
les Bolii:inieiH
Prologue el 1er pisode
Entr! : G. 1.00
DIMANCHE
Un (jrand ilrarru- n 00 i-
leur jou par N'api ukows
ka* Le stciel (l'H'Una
Avis
.l'ai rhonneur d'infor-
m >r mis clients et amis
<|ue j'ai install ma pomp?
il t|azo ine dans mon nou-
veau Magasin, Grand1 Rao
Ni 1523, et q ,'is trouve-
ront clii'z moi le nii'iiie
service att ntionn
l'.n attendant mon mat-
riel d'accessoires d'auto
iiioldlc qui doit arriveu
inccssamiiient des l'.tats-
Unir, J'offre un prix ex-
ceptionnel un assortiment
de si perb*i blcycu tt s, a
d actas* tir,s d i ,out.s ,or.
tes pour bicyclettes Anto-
moto et Gorona
Yeirt'z me visilur
Auto Equipmeni
John H* Woolley
,|V4 v* rr. fin fnirp connatre aux
/*!! W VV 7<**^fW de Priuce-au.Princi
V> rame dm cig*re*U LUCKY
&TRIKE, la H Uish Amer.ican
Tcbaeco o, ncus a autorits
dem er aux XOO prem'e climf* partir de Samedi
m> tin b U aot, un paqutt de Ciywttte, *Luchy Strike*
ttrt acieuvr d'un paquet de cigarette* FATIMA* ou
u'ttnt bit r de Cigarettes Lucky Strihe de 50 en ter-
bJarc hrmet qnement ferm.
Veuillez bien renisVt{tier <|tie vv. n'est pas une simple lislrilmlion de Cijja-
reltea lnckj Sirike nrataitemeul tout !e monde. H n'y aura alMolomeDl tjue les
500 prtioiera tcbeteuri de cigarellet Faiima en paqael de lo, ou de tijarelirs
iLfajf ."-trike on lu blanc de 50, qoi toroiit droit un piquet de 2o ciuareltea
lnky Miike |)o:n iliM|U(> pamiet de Faiima ou chaque boite d' /.utky sirike. Dnseii
|ia(jiiet gratuit a chaqoi acheteur.
Prix cotiraots
< iljarettes l'atima paquet de 20 cigarettes P (',20 le carton IM 80 J
Cigarettes Lucky Slrlke en ferhlanc de 50 cigarettes I. 0,35
('i<|rettes l.ucky Strike p;it|uet de 20 ci. |. 0.14; le carton P. I,.'t5.
Giyares de ia Havane : Nous ve-
nons de recevoir un assortiment
de ciijarcs de la Havane que nous
vendons a des prix sans galj'
Port-au-Prince, tel que: Londres,
Ailons, el Henry Ctuy au prix de
2 pour (25 centimes or:la boite de
25 P. 2!J0.
PorUau-Prince
Plus de raeeira qu'il
faut dmonter
Oike u rssolr de srel* Vslel
A n M p, qu'il euffil, |">r \- BM-
de pas"" ,v,u M *' Ui*"'
ehSt. La *" 'i"1* Jur* d"
Mma'.iiea, autnmatiqu.i.i'nt rapaMM
par le lasoir lui .iifm. S" ', "*
XeRasoir'm,
VlcV
iuto^Strop
Varits
CE Sim
La cure
accessoires pour Bicyclettes
Gros et Dtail
Cli-iiiil.it s,Valves e! loulea I s'nices,Cnient,i)aleli,
Bavons, Huns, liai >, pompet, nuilirea, rondelles,
solution, Bachttl pour (utils clc etc.
Bicyclettes
anglaise
Trs chic et lion marche,.
illen In aussi par prochain vapeur amjlais de jolies
Bicyclettes a femmes
Et un tp-aiid .iiisoilimunl d'accaasoires pour toutes
r.anjuea'de bicyclettes.
W. Quint in Williams,
17H Hue du Magasin de l'Etat.
lintra : 50 ceiilimes
Loe 1 00
Pneus
ifs&l
el Chambres a air
FIRESTONE
L. Pretzmann -Aggerbolm1;
Agent pour Haiti

V. is '


MISSING ISSUL5


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM