<%BANNER%>







PAGE 1

LKI1MAT1IS %  ^ w ? ~1 il • Convalescence N'eut Tubercule Anmie Li Cure de •ugmenle II IJ'CC I H rend ,ui nerf rajeunis toute leur ntfg •euplewe el leur vigueur. I: mi' ii i i %  t)~*l i 'I %  I Ai I %  av_ irn 3 ta : rat, >1. En (ace d'un J rimoo ; Ifltr, • r*:ire. Vu toa-cur* < ferai la ace. I.' *i QsuaMr, i idtcmt tS /V/i. P e ur ae* <*• Parti, fc" v toute p\ar. lerrp faHiatll Canal |i-'n>, poir lllti Lr. Bul'rlm de A h du Pi y'"' l S u Htanl au Cai> Baitien I iitr / %  • liuns il'.ioi'il i gieiisrs mtf IRA •: Iiiuljeace del Plrtloifidl L'Indulgence d la Poilid ut une iftduIgMi | i i de (oui ceux qui '< ses et ayant ci l'glise de leur pa y| rienl eux intentions du S IUVI I tir*. Elle peut tre gagne aol de foi qu'un rei et la prire pour la Souverain I' n tilt. Elle est applicable eus In du Purgatoire. Cette anne, on peut g g or cette ludu geoce sluu re.au depuis le vendiedi Lar \ juaqu'nu samedi soil 1 — I nI J eroisses, depuis le MOI 1 d -' midi jusqu'au dimanche soir, 3 aat. F't Patronale du Cap Le jeudi soir 14 lin i 6 :i, 4, adoration gnrale A la Cathdrale: bndiction du fou de joie. Le vendredi 1S aot, Ai omp (ion de la lienheumiMarie. Patronne de In paroil t du Cap: fte d'obligation. A la Calhd drale on aoUHBl fJo IM l la sainte commun on ds 3 hrea l/t : grand'messe a Il lires, messe baste : I 8 h i -, D) poatilicale.sernu BUT, indulgence ploise. Au Sa Cour, messe baste t S lires. L aprs midi a i lu. pontificales, grande procession ; NU retour, salut du lu -, Saint Sa crament. La chorale d* |* Cathdiafc cutara tous Us chant* de la joui' ne. La "Iru.l u ra IOB concours la misse poi 11 lieale et la procession Retraite poor directeurs et professeurs La relraile pour lei dira* I M professeurs du dii cara le lundi \s aot, I I hn i la %  oir. Mlle aura lieu d i sment de* l-'n-i. %  du Cap el prche par lel'Ucu, eur au Collge. ae wo* a luil i 11 S TI • pri '.' %  i iIII. M Un in lisOQtielte dtxparnil dans les flammes an bois \"\' i 11 vI lier a ftlib il et lit nviron or inr] le I dans une i en i petite i : rrn 'I If. Charl. i irleani de qui" e rninub s i ni consu n %  I, rjuil ver de ce* lomnranl de la it I it 1 la direction gnrale de l'Ensi ii nemenl sec n d lire. atlallalloo du DrGa ner II H %  • ir rcatameol i : %  ri-; II iin'iit s3M IM ipinpl iceme nt d.' Mr W II Mi la Df I! u\ ir eil un de* jeun. an | • i le qu'il h'|ipi rriri ardu' 1 de i kiata i o ta do \. a i |us de In I ri'! 1 1 m di Hott\ h i m u" pli in n e i Une innoTMiimi l'One a Glace nenace la idem it des quartiers avoisinants Soii i nraux, soit pour viter le ( unuis constants que h la difficulU d\ t Irais de boii i brili r.l Iraiion de fllain i k i I aiite utilii r cert les pour Ir l n i M ses machim %  el ; m lion de ce i i conilrinin.il d'un unie l'or le capacit sur le i cup par la rue du Mao isin de I i I n'est nul I) menl dana ooi \.. i %  I il lalisferoril : la les p'us diiii ii| D'abor 1 il y an i 'i Pool B ail A n"meilleurs quii i avec leur rongm t n !. i 111 o 1 1 e ; ensuite ri sur lOttl une I : oie. )|< r u i a.i Prin 1 1 il > i Prisa*. D'ininlI irlea cyclisli i iix main 'i ii v u'enl m i ilrer qu I eu ro,ien*, mo il li ilii OW 'i nu ehalaura asliva'i , il* p i; :-: inces assr/ uran %  !e:ile e arwi ie d'un 1 H .!'• pi i n Ile I >ur e eons li'uen 1 1 p iriie i ri ai ipale de U fite. l ira b pr ici i aa id ult itsdj l'Inm il, la a a i de la pi • (| i vont lie > ii L i oala .. • |u c il une "gr^a b'e apri u.> ii arc et le q r i ,. luil 'le la f'.e tera ail cl A un ni n ni du l'arc Leeonte. la* amateurs iront en foule au I arc L conte U 1^ ^jch.in. Parisiati Venez Dimanche passer mr bonne soire, dans la salle la pl'is ha la | rnJM don la plus par| I S (llC, ulll.i rer le beau li'ui : • I. s hou v i 'llililitalion EisigraoU, Depoi i Loi |oi i hi lai I r maliti I ranplir | si hanigiant, i tn ilaiii ip pliqnenl I ea i' • roi rrn ils raqui iiur lgislalion en cette matire. Da l i|i %  i on 11 des qui 1111 iuti iri inqi fi tes avanl d'i IJ te ri ir le vi;n t] < leur j (l-M'| OlI. rail li u i ii les t." i eaa Il I I (jlli M | II, in I \iHus qui ne Boni | II, re qui peut doam tairai ^irubles % %  -. rinlenttons •de l'I Faine a i i aes servie s, m lia |uan jiosilions noiivi 'i s qu'ell aa^e doivent portai atti in |j acnrii de q i les con8tructiona en uoiuliiii. maulonf s'il n'i il pa* du Dpartemeiit de' fin a'o|iposti i itoa d'un hemblaile plan. El pour ce qui a trait qui fait l'objet de pous estimons que le rservoir Le Fri'lti l'olviiice %  pit M i un ni ( e malin k 11 bi ur. s a eu h. u ibaual d %  taaea de-ri il dissi m i d IMn i .il Mb balaii la roli i mat di'ler mine | lions de |i i vola cl pi %  ul. A cal le '! judiciaire, ei Ma l hi u m m du mpli il i n aallail lie le sou i .lu I il ne s'est jamais dparti. Djnn* fan Sports N lit*oa, se prii I le %  ul Bail I nuiront I lieu au Parc 1 1.) MOI, |' ur pilou I. ut, ds main .le peur la [le rnplte de rite mJ ; la .rxe coinVoulez-vous passer le soir quel qu% moments agrables \ u Caf La la] j |',n %  d li • i r | le Mars et 1 1 : ( '\l n Delinois) o veus reeevrra le plus ami ble de acii'ilvous trouverez en mme t mpa rvice de premier ordre et des consommations de choix. l)>s sorbeis dlideui font le bonheur des aa ateun les [dus alitliciles. Aussi l'labltaaement ne d%  emplit i Ail i-y donc et VCU serez satislailiRevue des Deux Mondes 1\ Rue df 1 Lr.nersil Ptrtt UMMAIKE DR l.A LIVRAISON DU tarJLILLLT ISS I I e festin de ai.Ires. Fremiie partie. Colette Vfl r. Letire la prineaas*Joli* —II. ( 1875 1891 Erneal llcnan. La On de la guerre. — I. La dmilitaiea allemande sur tous les i: ibrtal Hanoi S&d< 1 a i toi .ite. Au payi Breton — Les Ci\iliri. Aodr i de 1 academia ii ir. Le Mau'. i Fori — 1 I X l{a\nillac. Duc di I A l'I > de Wemb'ey.AaLe livre : i li tii io.l\ Constitu tim do Dot. J. d • I' | d.ux, M lilliaire. — Le Ko Dans de U Tabl H ''i 1 1 \i' I • %  Bi mirer llevue musicale. — .Vrone U S li de M t l'ellaigue. \l II %  M l( dieri l'Acad imii l il ori Hi ion Cliro quin/ainc-. Il s iu|iio, Reo Pin in P< \ DE L AI 0 JNBMBNC L'n n Su mois Tioii moll FM, r.cci l)i e 8o Ir 41 (• si Ir }0 Col >n.es Iran; se 8B 44 Ir JI fr Kirjn((ir •! Ir }o i -1 Lvl %  •' riueni du itr il du (I de ck I eWX DU NUMEHO 4 h >• \ieni iTrrivei PAK'UFiNE extra au prix de lUeen un;; Or A.rj>'r i c.un 1 1 livi •. En vante chef L 1' IVNN A .',1 :, lOLst. dis tles anglaises des il'* |;, wj 'eut* coneur r*nce. Cher A'rd-onie IhVMs JIS, Une donne Foi iiclfes AVEC I, e xquise artiste qui nomme Suzanne Gi .m lan Fntre : 1 (|d. PaleOBi 2 (jds, I oaje: 3gds ALUMINUM LINE New-Orleans et South imerican Steauipship Co. lue. /. • S'tamer* h o.f a laiss NewO''te fins le 29 faillit et sera Portflii-P i Ct'y le 4 aoi courait avec 290 tonnw de murclundises. Le SfS Sua?lfond laissera New-Or* lann le 19 aot courant directement pour Pori au Prince, Lf? S \fred ikib rg a laiss New Ocans le 29 Juillut seraauœ Gjyes le 7 aot et continuera pour Petit Qniio, S', Mac el Gonaioes. la SiS ld% laissera Newm')rlans le 26aoi pour^tojs [les ports cits. Ce 1er /_OI'I^1924 F Lavtilanet il Co lisi $V m G Gnraux Bit yclettes, bicyclettes Fabrique par la grande Socit Manufacturire d'\ra:set CvcU de St ii,tionno l Franre ) la liioyCletta Svalta'ost la seule qui runit la foi tout93 la qua it de perfection requises de nus jour. D'an fini IrrprocWlble.d'une 6iagan.Ce indiscutahlo et d'ane aOlldll inoDiniiarable, la bicyolelte SVBLTL est mialade tusles accessoires: IN.n[)e, clef, p^oux et chambres air Michelin. Ucst la grande Marque qui est sorti victorieuse aux plus importantes prouves sportives dan le mondes entier. En venle chez Nicolas GordascQ Afl^nt pour Hati Outra les Blayoletteat ''velle'" vous trouverez aqavl un assortiment complet d'aitirlc, tels qne : l'eau v nuances diverses et formes pour cliausaureS, lit poa*ortiunuir8ef sellicrs.Tole on 1er pour portas, Machines a coudre les meilleures du monae, |;Uoiy graphOS Ptaet Ulsqiios, (^hemUes supri>re pour |4 <.uii,c. r il'oris pointes le l'aris assorties, un aSSOrtl_ ii, IIIUN vnri*fc i;v b?*r Iurs pour lampe lectiique'etauaujou;: ?--aairW. Le tout des prix dfiant toute concurrena feule en (jros et en dtail. Chez F.lavelanel et C Aiii nneM'iion K le! Gard'i'ie Ou Ironvera des iii.uclir.n Brriyes jur Idarnier li snais i !* que : Chainpigno authentique Marquis Salael e't I.cniqu I .art d'Or ileml soc, Bouchons de licgi' e i tous gen res, Houchona spe-iaux pour l'harmarie 1res assortis engrardours, Produits Pharmaceutiques <*t SpciaI inaceiitiques, toutes espces d'extraits p ur sirops, et liqueurs, essences et eolorur.ts pour confiserie, le th des Alues, la meilleur* spcialit contre les boutons el les furoncles, Kau de MlUse des r.;umea, des filtre* pour entonnoirs.toutes'espces le Sa vous antiseptiques, des douches lavements, des tu bes en caoutchouc, du Sel de rilauber <-t il I psom, du glycero Phosphate de ch:ui\, des ttines et polve lavement pour Dhs, l'excellente crme' alimentaire de Mais pour le onfan s. Articles de mole. OuUauv inoxydables Ar(jentiles. — Lrotallos fines pour hommes, Dentelles tmes Untro v-nsi tous artlclCJ pjur mercarie, lin gerie. Yin3 an caisse, liqueur, Cognao et ;de articles de f int.Ubia et de mode. Produits imilhaud t Kola Ascencio en stock. \ >s prix sont avaut.lgeux, passez nous voir, pour vous en convaincre. .v V, La crme alimentaire de Mais est aussi en \ ente dans los maisons suivante,: pharmacie Mourrai ne, Pharmacie llayard, Pharmaeie l.amarline Camille l.ope Rivera, Pharmacie Onlrale, chez Simon Vieux, et dans toutes les bonnes maisons Pour les conditions de gros el les commandes s'adresser Pneus et Chambres air flrestone l. Prfietzmann -Agqerhoiai] Agent pourgHatti Parifiei votre nog. nettoy? les voies urinaires, empchez la fiivr*, v le rhume, la eonstipatien, ato. Une cuiller d'Kno's Fruit Sait dins 1 verre d'eau le malin'vous ma* Ira en b.unesaat. • s, gj WQuintia -Williams DISTRIBUTEUR H



PAGE 1

MISSING ISSUCS



PAGE 1

DKtfiCTBLR rilOPlUET&lKE Clment Magloiiv BOIS VKRiN 1358 Rue Amrlaaine NU \I lu II) %Q CENTIMES QuoliHen TELEPHONE Xo 242 18ine ANNE N 5274 PORTai>UNf!B (HATI ) Par li lotiu de l'infiai, le siraitirel itt ii fiai des coeors.Or, l'ide de Diei e:t ne fine de l'ide de I ['-r i.Tiit i,it le œjslre de l'infini psera sir la peise bnnaine, des temples sero&i levs i son cille et, sir lis dalles de ces temples, TOUS U\~ rei des hommes ac/ioiilles,prosternes, animes dan la peise de Mifiii. l'iSTEUI %  i i %  %  %  VENDREDI 1er AOUT 1924 FILS GOP Memenat S€P 4 in vJ FAITS ET VERITES Nouvelles Etrangres Autour de Nous n'aimons point les personnalits. Oiilre qu'elles n'apportent aucune lumire dans les dbats, elles les lont dvier au contraire de leur luit et Unissent par s'empaier tellement du champ d'ac'ion. que ics ques lions apitajis sont relgues au second plan, si elles ne sont total-ment carts es. Toutcli i ; m observant certains faits qui se droulent chez nous depuis quelque temps, nous serions tents, malgr notre rpugnance, de jeter de dures vrit* une catgorie de Rem qui n'ont de renomme i|iie parleurs tares et par leurs vices, dont la vie civile ollre un dossier dgotant d'indu'catoaao de tout's sortes, et la vie politique une fange ^touillante qu'il n\st pas pru deut de remuer. .Mais quoi bon, vraimentr L'inr.onsciance et l'audace ne sont-elles pas i Iraclaires 1 1 ttgaa e des remontrant >s'.' Il est in m leste. qu'd existe dans notre socit des esprits que l'on pourrait c,ualilier d I'IMA miabet: ler.-i .'onnement glisM sur eux comme l'eau sur les p'uni's du ci nard ; leurs intrts lss ne re connaissent point la valeur des arguments. ce sont ces esprits-l qui ont constamment justifi autrefois la violence des mieurs radicales employes par nos gouvernements omLragtux, Nous ne saurons tre tax* d'exagration, lorsque nous aurons ajout que d'une faon gnrale, l'entlemini est en II iii la caractristique nationale ; il part de l'lite pour se propager dans la masse mme du peup'e; et pour en avoir raison, il laut l'nergie des actes; c'est ainsi, pour citer ce seul exemplt, qu'en dpit de la volont de quelques uns de nos gouvernants d'hier, maljr le Concordat de 18Ctl, malgr les sermons evm gliques.l'harmonie macabre de s tambours d'une certaine secte ne trouble plus le calme de nos nuits, seulement depuis aprs yis. Ma notre dpart, en IflOi, un clich devenu trivial est ravi nu comme plaisir MMM la plume des journalisl >s de circi istance ou la bouche de* politiciens de hasard il KM d un {mi'ii ml le tWPi PI* ni iQii i 1 %  . et le raal i Eh bien les fi ondeurs du jour ouMient beau coii!) trop que notre Paya prouve les douleurs de l'an! interne il que d'autre* p lUples ont connu? avant nous: oou* Irai i lOtii une prioli de irn Usi ince. Dini leur ton,; 11 eli nivir, e;n p:ir leur goUan cruel, ce* Irondeurs ne s'aperoivent pas que leur attitude rein 1 la crue p'u* aigu, retarde la dlivrance Ils v l'.oivent peaquele dont ils nous assourdis-, ni, I us calomnie* hontee leur al J islemei t le car* quil* repro Imt au <" %  >ufe a %  m nt : la lib rte .1 • la Pi telle qu'ils la veulent, la conBulUtlOD il ti ni l'e telle q 1**1*1 la con iv ut n • peu veut qu' ibouur 1 1 plus com anarchie. Trop souvent, nous avons vu agir le p u, l so iv raii et eux l I qui il [liait le pouvoir. A ij i ir d'hui, leur dictature brut de et aveugle, il est av intag 'iix d substituer enfin l'initi itive gouvernemental %  intellig ni \ i r si |ue, impitoyable rinsiructioa P ubuqu I Agriculture, l'Administration, ajoutons ans si, quoique avec reg.vt, 1 1 .lus tic?, — obs rve sous un jour .n n-' -s )ut aui m l' :u l'Augia* q l'il es! in li*p n%  able dpurer, sous peine de coinprom -tire l'hygine politique et eoci le de la u ilion. Voil ce 'i i ont appren Ire tous les II u ims, sans dUl lion -I % % %  %  m le cl i~s -s. S cette grande e ivre, qui aurail da tre entrepri.-e depuis 1 IV constitue une menace pour les intrts de quelque*uns, si sa i i sdion met en dtresae la* apptits, que, nous import", pourvu quell.iti ne soil pln< en pril. En avant dins le ch %  mm du Progr, au milieu I • U iournaise rvolutionnai%  • !.. lar Caille Les facties d'un crivain Un vieux numro de* laaalM. celui du I Auil L9M, raconte sur Alphonse Ivarr des cho* M. que liante*.— A Taris, il se plaisait ne pas vivre corami tout le monde et adoptait des altitudes pro pies ii pater les bourgeois. Un jour, a une "premire-', il vint, l'Odon.en habit noir mais coiff d'un casque de pompier. Vers 1831, il hbitait rue Tron chat. Il avait banni tout meuble le sa chambre. Il n'y avait qu'une natte. U crivait, mangeait, dormait par Irrre. Mais pour recevoir se* diteurs, il endossait une magnilique robe de ebambre carlale, se coiffait td'u ne toque surmonte de trois immenses plumes de paon • et portail ses pieds nus des pantoufles jaunes — Il enlo', changement de dcor, il lit peindre sa chambre tout en noir : murs, plafond, tout tait noir. 'our augmenter l'effet de ce sinistre dcor, il garnit son logement lunbnd'o—ements lui n ttin. de vieill" armes, l'ai •.e cUabse el de h'boux empftill"-. La fameuse natte lut al u, aatre deux etera qui Jsitnt lenleiuent, AlphoaM Uirr co i li :t tout habill dao*.... une bire h oaax il ; nt le vi diter dans ce spulcre, il disait bonjour d'une voix caverncula et M i n,\ il allons dner lt pour le soir, clic/ un croque moi t de ses amis.— De In rue loni-liel il passa rue Yivieniie. l'as de dmnageur >: il emporta sa nulle sous son bras, sa ferraille el ses ossements dans des paniers. Au boni de rai Iquaa jours il vendit ses Incubes dlroqiies et -e lltua un Cadr* crient il. I.t l'auteur de <• Sous les Tilleul* M montra I taa amis daus un attirail da m lhom. Un matin, le premier ni fin: pa sa porte trouva i le garder, quoi pensez-vous .'. .. uue \, ieiitot cependant l'hyne lit place un pot i bien d appel hieyscbul/ el q-ie promenait dans les rues de Paris, un %  du plus beau noir, baptis t ar l'auleui Jis Gu II l'Eon a jam.is l'aris o^u'Aljihonie Karr ta'l fou. fvaeaalion le la itulir dpendrait de l'exculion iiiii'jf.ilc du plan Daffea par lr* leieb. t. is >H :s : i !.. n iH v i e]fi i ma ara ded u ner la primeur du (il ni 11 ibor soi i la du i de M oui p inr I i vaou il on | cl.lS pi uni (le BOfl mil h-, i • %  mari or. Lei l i icrai i.t u i i da i tian coaa d-! milliar ld'oblig i Ilea il i bamioa • 10 Is. I.l raient lue il Da m ni, Ha'h i n ira. SI li il roal in i P ibles d'ab %  pi u m 1 mit c |> n tint d %  liuilive n ni la Ruhr la 18 11 I %  Itei li .ut ie BpH lo ,>tiligi ti > is Ju p'au >a ses. I || .1 il tivem -, s'App' rd la c ii:in d i i ,i ir il i! i ma i | 11 i i i des c > 1.1 | il Mlil • I 1 pel des do.sl mit' d* Ira i l'-il i%  b t-, le* lel n ont pris co l'ici da l ( < le l'arbitrera sana aucune I si -n. ilI i m in aeeo M Harriol • faa.il rara la nniii n a MU a m al aai c >nst I itl 11 |ua menti m is aaeoM aui diffl rail ni eu n iture el aux ri l ..'il II lll -S 'lll transferts, ux pi'emeir c s de l'All :. u i n u sur li .,' lis Mal si i I ai b rage. Le projet d'amnistie au lnat PARI9 il Sur I. 11 .'i-l'il.il de la otiii niaaton des rtptrati i I J e-tniiut n*caaaaira une luda ap profondia du projet '1 a n-u-tie. la Sinit a uur les ins U i "gon, a que lo Mexique ne l | t "1 p "m t'es ai rr 1.1 ni. autour d'un diner dinlo%  11 ;i t i • 111 e I' RIS La rencontre lu taire d'Etal Hughes et de \l au dtai i il donn ce soir par l'amba i llerri'k asl eon lana les mi lieux fi mi nomme d'K tat an i Parla, il le que ces deux h ml laisser ; cette posants proli'i mes de l'heure, a ^l o a nciit sans souci de la situa ti n politique, l'aimi les personnrs pi se o loi a h lar se trou Mi 11 le ini'ii>lre I |i ntine al Mme ,1 et Mme l' tain, . • l'ay illc, M. Frank m Bouillon le snateur Lu u Hubert, pi i si I int da 1 1 I natoiia'o d s alfa le \ aminil e". I. la p u:. ni gl 11 Mot i |uiei i, la • %  n i • ir el Mme :• %  I recleui la l'UO .1 • ''a i • I ; \l.li-! l'aill a lin M II Ion gu • p; uni na la pied a d ivi n les ruaa ei la t rml 11 i l*ax de i n %  u li tu n .1 icoaai i, \ C'ttu n sai %  i dea rna* lion Landrei L par liions Iraa baarai poi p %  pei loi i u-i ta > de i i! %  I. 'O il t n n in IM r .1 1 l-ll .in N > i,ta, rapi • • il i il am i .1 i ali c. i ran la La M %  o r• i mie -M Ut loba Brad mry, ne a n g i| i e t dj Loti I n na une runion re \ 10 li idi. Ligouvernera ni anglais et la Convention de Wa sliin |liiii '.i i, KS3 — La |om ira iu ml iil loi i |i senl iti i is in tin en : u inti a n Irieaio et lia u i ija i • u laatbra i lions app irt-S s lappireil de n dal i, i i u d %  • n iiivdllei ai d liti deatiaaa nbar la t ^ m d aell m d'i i i i ili %  l'tvla du gouvernement il) un %  infi u ii m a la con rtli 11 li W lahiajtoa. Cette d aujourd hui a 11 lili i -i ,i I % % %  > i.i.n mine pir li in i a M il lirea '.ran |, \ if l'e is 'ul)y, eu ri a un, m nbra [ni t la i lit I ini la h il da ta* )ir si la ra i i natta an* aigaatalra* le laCoavaa lio du Wellington. Le mo.iipjle des ailumeties p Hld La i hiaabra d • bipa i p ,, un i ita -I 138 foi* con ,. rtabli 1J monopole des allumt la*, union a nricaini relali veinent l'ioUrprla* lion anglaiaa I i la Con* veotion . A quoi lai journaliste rpondirent in promettant un • fois dplus leur entier concours en cette DM* i u-e circonstance, avec d'autant plus de /-le que la Colonie Italii une jouit d'une relle sympaIh.e en notre milieu el que certains de se membres ont acquit nous droit de cit. Voici 1rs m %  u uni>rnconceim ,l le .Navire Kxposili-m Italia que nous avons obtenus du SerrMl*a du Comit, M. Bertolini : DIMINSIO.NS Longueur : 170 m ; largeur : .s m : tonnage: 22 OuO tonnes. %  QUIPAQB Etat major : 10 oflkiolari; tOO matelots, tous de la Marina itoy.il* Italienne. PERSONNALITES A BOllD S. Sic. l'Ambassadeur extraordinaire M. Oiovanni Ciuriali. 3. Kxc. Le Commissaire (inrai de la Croisire Capitaine da \ iaaaao Comte Charlee Napolon ien -i i ont m i ii .1 nt du bateau. Colonel d'Etal Major da l'Arme Italienne, Coinmegino Inveriiw/.i, Chef de la Mission Militaire. Professeur Aristide Sartorio, Commissaire pour l'Ait. Che^a 1 er IVanresco C ttafavi, Consul d > la Milice Fasciste, Chef d' la Mis on l'.t-ciste, Moi-sei goeur l'.iinl -i Lombard!, Kvqua, Aumouier de la luoisire. Connu indeiir Alexandre Mon do'li, Directeur Gnral de la Croisire, el,-. eli AMENAGEMENT (rand sulon pour les ftes et lions, dcor |>ir le peintre Arist'le Sarto io.— 810 pivillona euviiou, formant I exposition, at contenant les produits d'art, industrie et commerce italiens. Salle de Dante, dcore dans ia style de l'poquo. Pavillon du Livre. Pavillon du J uiual. Halle da.Merbre, etc., aie. etc. A bord Jdu bateau se trouvent trois professeurs du Couservetoire do Bologne nui donneront des concerts a bord, gratuitement. Ce sera donc un vritable rgal f iour tous ceux qui pourront avoir B plaisir do visiter cette magnifique unit de la marine italienne. Ajoutons en terminant que l'ultalia tait un navire allemand attach au Service particulier do I l.in|n leni. \ l'poque de la guerre s'tant trouv dans un des porta italiens de l'Adriatique, il fut captur, transform tout d'abord eu bateau hpital et en dernier lieu amnag tel qu'il est. paa comme srieux la situation fj, mu \ |,j ver e „ J,,^ cr i par l'interprtation Anglaise du trait. Les foi.clionnair. s 'u g m vernemenl qui ont eu h s'occuper de la question sont persuads que ni le gouvernement japonais ni le t ouvernera ni franais ni proba lement le gouvernement italien upartage ont lt faon devoir du gouvernement anglais. I.i question devait e're soumise au vote des puissances signataires.Ils sont convaincus que le vote se proDoncara contre l'Angleterre dans la proportion de 4 1. ROMEUn vague de froid tel qu'on n'en a jamtii vu paisse en ce moment sur l'Italie. Il a neig dans les provinces de Bergame et Vrone pour la 1re foia de m moire d'homme. Les habitants lea plus vieux dclarent |que leurs bi saieux n'ont jamais entendu par 1er de neige au mois de Juillet. Des temptes de pluie et de grlle ont ravag les rcolles dans les provinces de Milan.Piaeen/a, Maa loue, Novarre el Brescit.. Nouvelles diverses LOS (JOIITS KHIK W ALL ( Ilea Orcadaa Eeoa -Les aviateurs amricains sur I iieinui du retour sont arrivs I heures cet aprs midi. Le croiseur amricain li* h mond '' est arriv Houloi.bay -a niedi pour attendre les aviateurs. Au port se trouvait le mapir Ho ward Davidson, altich d'aviation l'ambassade des Etats UaJ* %  '• Londies. Les conditions atmospli li |ues sont excellentes. Le point de dbarquement a Houtonbay est si prs de l'endroit o les bti menta de la Hotte allemande se i ,ul rent eux-mmes, qu'on peut apercevoir la coqua de plusieurs d entre eux. D0N8TANTIN0PLILa major Zanni, aviateur argentin, est ani \i aujourd'hui 11 heures Cous tanlinople venant da Salotiqne L'aviateur et son rompsgnoo Bel Inme se sont srrAts pendant une (,,,,,. M ->nl psri h mil. 31 Juillet PABU Dollar 20.3 Livre MJ.Jt NEW VOHKFranc 19.73 Livra 4.40J1 Varits CE sont Les Mystres de New-York 10e, lia at 12a piaodea Kntrta : O-V) centime* DIMANCHE Bless au Coeur Deltiire et Jeai AYJM ET %  La i eraie aux \m Tirts Kntr* : 60 centimai Loge G l.UU


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06247
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, August 01, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06247

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DKtfiCTBLR rilOPlUET&lKE
Clment Magloiiv
BOIS VKRiN
1358 Rue Amrlaaine
NU \I lu II) %Q CENTIMES
QuoliHen
TELEPHONE Xo 242
18ine ANNE N 5274
PORTai>UNf!B (HATI )
Par li lotiu de l'infiai, le siraitirel itt
ii fiai des coeors.Or, l'ide de Diei e:t
ne fine de l'ide de I ['-ri.Tiit i,it le
jslre de l'infini psera sir la peise bn-
naine, des temples sero&i levs i son cille
et, sir lis dalles de ces temples, tous u\~
rei des hommes ac/ioiilles,prosternes, ani-
mes dan la peise de Mifiii. l'iSTEUI
i i
VENDREDI 1er AOUT 1924
FILS GOP
Memenat
SP 4 in
vJ

FAITS ET VERITES Nouvelles Etrangres
Autour de
Nous n'aimons point les per-
sonnalits. Oiilre qu'elles n'ap-
portent aucune lumire dans les
dbats, elles les lont dvier au
contraire de leur luit et Unis-
sent par s'empaier tellement du
champ d'ac'ion. que ics ques
lions apitajis sont relgues au
second plan, si elles ne sont to-
tal-ment carts es. Toutcli i;, m
observant certains faits qui se
droulent chez nous depuis
quelque temps, nous serions
tents, malgr notre rpugnan-
ce, de jeter de dures vrit*
une catgorie de Rem qui n'ont
de renomme i|iieparleurs tares
et par leurs vices, dont la vie ci-
vile ollre un dossier dgotant
d'indu'catoaao de tout's sortes,
et la vie politique une fange
^touillante qu'il n\st pas pru
deut de remuer. .Mais quoi
bon, vraimentr L'inr.onsciance
et l'audace ne sont-elles pas i
Iraclaires 11 ttgaa e des re-
montrant >s'.' Il est in m leste.
qu'd existe dans notre socit
des esprits que l'on pourrait
c,ualilier dI'ima miabet: ler.-i
.'onnement glisM sur eux com-
me l'eau sur les p'uni's du ci
nard ; leurs intrts lss ne re
connaissent point la valeur des
arguments.
ce sont ces esprits-l qui ont
constamment justifi autrefois
la violence des mieurs radicales
employes par nos gouverne-
ments omLragtux,
Nous ne saurons tre tax*
d'exagration, lorsque nous au-
rons ajout que d'une faon g-
nrale, l'entlemini est en II iii
la caractristique nationale ; il
part de l'lite pour se propager
dans la masse mme du peup'e;
et pour en avoir raison, il laut
l'nergie des actes; c'est ainsi,
pour citer ce seul exemplt, qu'-
en dpit de la volont de quel-
ques uns de nos gouvernants
d'hier, maljr le Concordat de
18Ctl, malgr les sermons evm
gliques.l'harmonie macabre de s
tambours d'une certaine secte
ne trouble plus le calme de nos
nuits, seulement depuis aprs
yis.
Ma notre dpart, en IflOi, un
clich devenu trivial est ravi nu
comme plaisir mmm la plume
des journalisl >s de circi istance
ou la bouche de* politiciens
de hasard il KM d
un {mi'ii ml le tWPi PI* ni iQ-
ii i1 .. et le raal i Eh bien les
fi ondeurs du jour ouMient beau
coii!) trop que notre Paya prou-
ve les douleurs de l'an! interne il
que d'autre* p lUples ont connu?
avant nous: oou* Irai i lOtii une
prioli de irn Usi ince. Dini
leur ton,; 11 eli nivir, e;n
p:ir leur goUan cruel, ce* Iron-
deurs ne s'aperoivent pas que
leur attitude rein 1 la crue p'u*
aigu, retarde la dlivrance Ils
v l'.oivent peaquele
dont ils nous assourdis-, ni,
I us calomnie* hontee leur
al j islemei t le car*
quil* repro Imt au <" >ufe a -
m nt : la lib rte .1 la Pi
telle qu'ils la veulent, la con-
BulUtlOD il ti ni l'e telle q 1**1*1
la con iv ut n peu veut
qu' ibouur 11 plus com
anarchie. Trop souvent, nous
avons vu agir le p u, l so i-
v raii et eux l I qui il
[liait le pouvoir. A ij i ir
d'hui, leur dictature brut de
et aveugle, il est av intag 'iix d !
substituer enfin l'initi itive gou-
vernemental . intellig ni \ i r
si |ue, impitoyable rinsiruc-
tioa Pubuqu I Agriculture,
l'Administration, ajoutons ans
si, quoique avec reg.vt, 11 .lus
tic?, obs rve sous un jour
.n n-' -- s )ut aui m l' :u
l'Augia* q l'il es! in li*p n-
able dpurer, sous peine de
coinprom -tire l'hygine politi-
que et eoci le de la u ilion.
Voil ce 'i i ont appren Ire
tous les II u ims, sans dUl
lion -I -! m le cl i~s -s. S
cette grande e ivre, qui aurail
da tre entrepri.-e depuis 1 IV
constitue une menace pour les
intrts de quelque*uns, si sa
i i sdion met en dtresae la*
apptits, que, nous import",
pourvu quell.iti ne soil pln<
en pril. En avant dins le ch
mm du Progr, au milieu I U
iournaise rvolutionnai- !..
lar Caille
Les facties d'un crivain
Un vieux numro de* laaalM.
celui du I Auil L9M, raconte sur
Alphonse Ivarr des cho* m.que
liante*. A Taris, il se plaisait
ne pas vivre corami tout le mon-
de et adoptait des altitudes pro
pies ii pater les bourgeois.
Un jour, a une "premire-', il
vint, l'Odon.en habit noir mais
coiff d'un casque de pompier.
Vers 1831, il hbitait rue Tron
chat. Il avait banni tout meuble
le sa chambre. Il n'y avait
qu'une natte. U crivait, man-
geait, dormait par Irrre. Mais
pour recevoir se* diteurs, il en-
dossait une magnilique robe de
ebambre carlale, se coiffait td'u
ne toque surmonte de trois im-
menses plumes de paon et por-
tail ses pieds nus des pantoufles
jaunes Il enlo', changement de
dcor, il lit peindre sa chambre
tout en noir : murs, plafond, tout
tait noir. 'our augmenter l'effet
de ce sinistre dcor, il garnit son
logement lunbn- d'oements lui
n ttin. de vieill" armes, l'ai
.e cUabse el de h'boux empftill"-.
La fameuse natte lut al
u, aatre deux etera qui
Jsitnt lenleiuent, AlphoaM Uirr
co i li :t tout habill dao*.... une
bire h oaax il -;nt le vi
diter dans ce spulcre, il disait
bonjour d'une voix caverncula et
m i n,\ il allons dner lt
pour le soir, clic/ un croque moi t
de ses amis. De In rue lon-
i-liel il passa rue Yivieniie. l'as
de dmnageur >: il emporta sa
nulle sous son bras, sa ferraille el
ses ossements dans des paniers.
Au boni de rai Iquaa jours il ven-
dit ses Incubes dlroqiies et -e
lltua un Cadr* crient il. I.t
l'auteur de < Sous les Tilleul* m
montra I taa amis daus un atti-
rail da m lhom tal) : s- Umik, odalik, s la h
IM sur les meuble-, divan,
circulaira, cassolettes, chibou-
ques. turbans, babouches, cafe-
tans <>.
Un matin, le premier ni fin: -
pa sa porte trouva i le garder,
quoi pensez-vous .'. .. uue \,
ieiitot cependant l'hyne lit pla-
ce un pot i bien d
appel hieyscbul/ el q-ie prome-
nait dans les rues de Paris, un
du plus beau noir, baptis
tar l'auleui Jis Gu II l'E-
on a jam.is
l'aris o^u'Aljihonie Karr ta'l fou.
fvaeaalion le la itulir
dpendrait de l'exculion
iiiii'jf.ilc du plan Daffea
par lr* leieb.
t. is >H :s : i !.. n iH v i
e- ]fi i ma ara ded u ner la primeur
du (il ni 11 ibor soi i la du i
de M oui p inr I i vaou il on
| cl.lS
' pi uni (le BOfl mil
h-, i mari or. Lei l
i icrai i.t u i
i da i tian
coaa d-- milliar l- d'oblig
, i Ilea il i bamioa
10 Is. I.l raient lue
il Da m ni, Ha'h i n
ira. SI li il roal in i
P ibles d'ab pi u m
1 mit
c |> n tint d liuilive n ni la Ruhr
la 18 11 I
Itei li .ut ie BpH lo ,>tiligi
ti > is Ju p'au >a ses.
I || .1 il
tivem -, s'App'
rd la c ii:in
d i i ,i ir il i! i ma i | 11
i i i des c >
1.1 | il Mlil I 1
pel des do.sl mit' d*
Ira i l'-il i- b t-, le* lel n
ont pris co l'ici da l ( <
le l'arbitrera sana aucune I
si -n. il- I i
m in aeeo
M Harriol faa.il rara
la nniii n a mu a
m al aai c >nst I itl 11 |ua
menti m is aaeoM aui diffl
rail ni eu n iture el aux ri l
..'il II lll -S 'lll
transferts, ux pi'emeir
c s de l'All :. u i n u .
sur li .,' lis Mal
si i I ai b rage.
Le projet d'amnistie au
lnat
PARI9 il Sur I. 11 .'i-l'il.il
de la otiii niaaton des rtptrati i ij
e-tniiut n*caaaaira une luda ap
profondia du projet '1 a n-u-tie. la
Sinit a u projet sti,,u ait- lo 11
de 1**11 li : il" la I i
tiint; j u | -au 1er Joill I IVJ -,
2) l'a 1 lu ii-xte le la ch un
bre ie .ttit la rhabilitation du
soldat lu-il' sans jugen.-il.
Le lexiijue prt i renouer
ses relations avec ht linsie
MEXICO U. Si h aacriUira
du mi

11 iveraa
n ai ni
o i da oa paa i
ment dci I
prt reprendre l

i 1 v ans, >ur les ins
U i "gon,
a que lo Mexique ne l
| t "1 p "m t'es ai rr 1.1
ni.
autour d'un diner dinlo-
11 ;i t i 111 e
I' RIS La rencontre lu
taire d'Etal Hughes et de \l
au dtai i il
donn ce soir par l'amba i
llerri'k asl eon lana les mi
lieux fi mi
nomme d'K
tat an i Parla, il
le que ces deux h ml
laisser ;
cette
posants proli'i mes de l'heure,
a ^l o a
nciit sans souci de la situa
ti n politique, l'aimi les personnrs
pi se o loi a h lar se trou
Mi 11 le ini'ii>lre
I |i ntine al Mme
,1 et Mme l'
tain, l'ay illc,
M. Frank m Bouillon le snateur
Lu u Hubert, pi i si I int da 11
I natoiia'o d s alfa
le \ aminil e".
I. la p u:. ni gl
11 Mot
i |uiei i, la n i ir el Mme
:
. I recleui la
l'UO .1 ''a i I ; \l.li-! l'aill
a lin M II Ion
gu p; uni na la pied a d ivi n
les ruaa ei la t rml 11 i l*ax de
i
n -u- li
tu n .1 icoaai
i, \ C'ttu n sai i dea rna*
lion Landrei
L par liions
Iraa baarai
poi p pei loi i u-i ta > de
i i! I. 'O il t
n n in im r
, .1 1 l-ll .in N
> i,- ta, rapi il i il am i .1 i
ali c. i ran la La M * o
r i mie-m Ut loba Brad mry,
ne a n g i- | i e t dj Loti
I n na une runion
re \ 10 li idi.
Li- gouvernera ni anglais
et la Convention de Wa
sliin |liiii
'.i i, KS3 La |om ira iu ml
iil loi i |i senl iti i is
in tin en : u inti a n Irieaio et
lia u i ija i u laatbra i
lions app irt-S s lappireil de
n dal i, i i u d n iiivdllei
ai d liti deatiaaa
nbar la t ^ m d aell m d'i
, i i i i- li l'tvla du gouvernement
il) un infi u ii m a la con
- rtli 11 li W lahiajtoa. Cette d
aujourd hui a
11 lili i -i ,i I> i.i.n mine pir li
in i a M il lirea '.ran
|, \ if l'e is 'ul)y, eu ri
a un, m nbra [ni t la
i lit I ini la h il da ta* )ir si la ra
i i
natta an* aigaatalra* le laCoavaa
lio du Wellington.
Le mo.iipjle des ailumeties
p Hld La i hiaabra d bipa
i p ,, un i ita -I 138 foi* con
,. rtabli 1j monopole des
allumt la*,
union a nricaini rela-
li veinent l'ioUrprla*
lion anglaiaa I i la Con*
veotion WASiliN ,i i\ La -i ai
da l'Ang etarre au u (t d i
fima i i isation de
i il i'i il [n ibabla
i pour i lira al.....I il la eoa'ro
ver*e aatn laaoa d i ailiaui
da la flotl .m u'
.i 'il nui i i i
1 idra dan
ix qu'ail'une dci
ra priai av ial le i
I ure llugbe- a< tuell IBMI
; at avaol qu'il ta soil en
ec le l'rsid -il Coolldf*.
i lirbjd paraoanella
lli/atinn
naine & la confr-mee il A i
ton.
I liing
'ain temps
i ii pooeevaion du point de vue an
11 i l'-stion, mais il n'en
publiraenei'
( i-, im
.0- /u n en
La Prochaine Croisire Italienne
travers i'mrip latine
1
Hier rpondant 6 l'invitation
du l.omil italieu quelques mem-
bres de 1 l'res-.e gelaient rendu
au I m il de la Chambre Italienue
de (omiieri mi 1. lurent aima
liViii'iit re. ni in M.M. Ailuru de
Matteis et llertolmi. prsident et
I cuvant) du Comit.
Du pro^rxmine arrt A loi a
lion de lu prochaine visite de
'l'Italii nom nom r tenu par
li. ili.- nent q l'une urne cons-
truite avec la matire des canons
pris aux Autrichiens et contenant
de la lerre des Chimps de bataille
d II .lie sern ofterte su peuple
hatien.
l'es cartes seront mi as la dis-
l"i-ili'.n des ililrentes personna-
lits de tout ordre pour leur per-
mettre de visiter le b.i'cau.
L*a dir,deurs et rdacteurs en
cbel de journaux seront l'objal
d une rception spciale dont lia
fixer nt eux-mmes le jour et
l'heure.
Au cliMnpii^ue qui fui servi
.|i que leclure fut donne de re
i unine, Messieurs Matteis et
llei tuliui trouvrent d heureuses
expressions pour remercier les
membres de lu Crasse d'avoir r-
p m I i l'appel du Comit italien,
et leur Oient pat en meme temps
des esprances qu'ils londtienl sur
celle prochaine visita de I* -Italia >.
A quoi lai journaliste rpondirent
in promettant un fois dplus
leur entier concours en cette DM*
i u-e circonstance, avec d'autant
plus de /-le que la Colonie Ita-
lii une jouit d'une relle sympa-
Ih.e en notre milieu el que cer-
tains de se membres ont acquit
nous droit de cit.
Voici 1rs m u uni>rn- concei-
m ,l le .Navire Kxposili-m Italia
que nous avons obtenus du Serr-
Ml*a du Comit, M. Bertolini :
DIMINSIO.NS
Longueur : 170 m ; largeur :
.s m : tonnage: 22 OuO tonnes.
QUIPAQB
Etat major : 10 oflkiolari; tOO
matelots, tous de la Marina itoy.il*
Italienne.
PERSONNALITES A BOllD
S. Sic. l'Ambassadeur extra-
ordinaire M. Oiovanni Ciuriali.
3. Kxc. Le Commissaire (in-
rai de la Croisire Capitaine da
\ iaaaao Comte Charlee Napolon
i- en -i i ont m i ii .1 nt du bateau.
Colonel d'Etal Major da l'Ar-
me Italienne, Coinmegino Inver-
iiw/.i, Chef de la Mission Militaire.
Professeur Aristide Sartorio,
Commissaire pour l'Ait.
Che^a 1 er IVanresco C ttafavi,
Consul d > la Milice Fasciste, Chef
d' la Mis on l'.t-ciste, Moi-sei
goeur l'.iinl -i Lombard!, Kvqua,
Aumouier de la luoisire.
Connu indeiir Alexandre Mon -
do'li, Directeur Gnral de la
Croisire, el,-. eli .
AMENAGEMENT
(rand sulon pour les ftes et
lions, dcor |>ir le peintre
Arist'le Sarto io. 810 pivillona
euviiou, formant I exposition, at
contenant les produits d'art, in-
dustrie et commerce italiens.
Salle de Dante, dcore dans ia
style de l'poquo.
Pavillon du Livre.
Pavillon du J uiual.
Halle da.Merbre, etc., aie. etc.
A bord Jdu bateau se trouvent
trois professeurs du Couservetoire
do Bologne nui donneront des
concerts a bord, gratuitement.
Ce sera donc un vritable rgal
fiour tous ceux qui pourront avoir
b plaisir do visiter cette magni-
fique unit de la marine italienne.
Ajoutons en terminant que
l'ultalia tait un navire allemand
attach au Service particulier do
I l.in|n leni. \ l'poque de la
guerre s'tant trouv dans un des
porta italiens de l'Adriatique, il
fut captur, transform tout d'a-
bord eu bateau hpital et en der-
nier lieu amnag tel qu'il est.
paa comme srieux la situation fj, mu\ |,jver e J,,^
cr i par l'interprtation Anglaise
du trait.Les foi.clionnair. s 'u g m
vernemenl qui ont eu h s'occuper
de la question sont persuads que
ni le gouvernement japonais ni le
touvernera ni franais ni proba
lement le gouvernement italien
u- partage ont lt faon devoir
du gouvernement anglais. I.i
question devait e're soumise au
vote des puissances signataires.Ils
sont convaincus que le vote se
proDoncara contre l'Angleterre
dans la proportion de 4 1.
ROME- Un vague de froid tel
qu'on n'en a jamtii vu paisse en
ce moment sur l'Italie. Il a neig
dans les provinces de Bergame et
Vrone pour la 1re foia de m
moire d'homme. Les habitants lea
plus vieux dclarent |que leurs bi
saieux n'ont jamais entendu par
1er de neige au mois de Juillet.
Des temptes de pluie et de grlle
ont ravag les rcolles dans les
provinces de Milan.Piaeen/a, Maa
loue, Novarre el Brescit..
Nouvelles diverses LOS (jOIITS
KHIK W ALL ( Ilea Orcadaa Eeoa
-Les aviateurs amricains sur
I iieinui du retour sont arrivs
I heures cet aprs midi.
Le croiseur amricain li* h
mond '' est arriv Houloi.bay -a
niedi pour attendre les aviateurs.
Au port se trouvait le mapir Ho
ward Davidson, altich d'aviation
l'ambassade des Etats UaJ* '
Londies. Les conditions atmospli
li |ues sont excellentes. Le point
de dbarquement a Houtonbay est
si prs de l'endroit o les bti
menta de la Hotte allemande se
i ,ul rent eux-mmes, qu'on peut
apercevoir la coqua de plusieurs
d entre eux.
D0N8TANTIN0PLI- La major
Zanni, aviateur argentin, est ani
\i aujourd'hui 11 heures Cous
tanlinople venant da Salotiqne
L'aviateur et son rompsgnoo Bel
Inme se sont srrAts pendant une
(,,,,,. M ->nl psri h mil.
-
31 Juillet
PABU Dollar 20.3
Livre MJ.Jt
NEW VOHK- Franc 19.73
Livra 4.40J1
Varits
CE sont
Les Mystres
de New-York
10e, lia at 12a piaodea
Kntrta : O-V) centime*
DIMANCHE
Bless au Coeur
Deltiire et Jeai Ayjm
ET
La ieraie
aux \m Tirts
Kntr* : 60 centimai
Loge G l.UU


LKI1MAT1IS

^
w
?
~1

-
il



Convalescence
N'eut
Tubercule
Anmie
Li Cure de
ugmenle II Ij'cc i
H rend ,ui nerf rajeunis
toute leur ntfg
euplewe el leur vigueur.

I: mi'
ii i
i

t)~*l i 'I
I
Ai
I av_
irn
3 ta
: rat,
>1. En
(ace d'un j ri-
moo; Ifltr, r*:i-
re. Vu toa-cur* < fer-
ai la
ace.
I.' *i QsuaMr,
' i
idtcmt tS /V/i.
Peurae* <* Parti,
fc"v
toute p\ar. .
lerrp faHiatll Canal |i-'n>, poir lllti
Lr. Bul'rlm de A h
du Pi y'"'l S u Htanl
au Cai> Baitien I iitr /
liuns il'.ioi'il i
gieiisrs mtf IRA :
Iiiuljeace del Plrtloifidl
L'Indulgence d la Poilid
ut une iftduIgMi | i i
de (oui ceux qui '<
ses et ayant ci
l'glise de leur pa y| rienl
eux intentions du S iuvi I
tir*. Elle peut tre gagne aol
de foi qu'un rei
et la prire pour la Souverain I' n
tilt. Elle est applicable eus In
du Purgatoire.
Cette anne, on peut g g or
cette ludu geoce sluu re.au '
depuis le vendiedi Lar \
juaqu'nu samedi soil 1 I' n- I
Jeroisses, depuis le MOI1 d -'
midi jusqu'au dimanche soir, 3
aat.
F't Patronale du Cap
Le jeudi soir 14 lin i
6 :i, 4, adoration gnrale A la
Cathdrale: bndiction du fou de
joie. Le vendredi 1S aot, Ai omp
(ion de la lienheumi-
Marie. Patronne de In paroil t du
Cap: fte d'obligation. A la Calhd
drale on aoUHBl fJo IM l
la sainte commun on ds 3 hrea
l/t : grand'messe a Il
lires, messe baste : I 8 h i -, D)
poatilicale.sernu BUT,
indulgence ploise. Au Sa
Cour, messe baste t S lires.
L aprs midi a i lu.
pontificales, grande procession ;
nu retour, salut du lu -, Saint Sa
crament.
La chorale d* |* Cathdiafc
cutara tous Us chant* de la joui'
ne. La "Iru.l u
ra iob concours la misse poi 11
lieale et la procession .
Retraite poor directeurs et
professeurs
La relraile pour lei dira* I
M professeurs du dii
cara le lundi \s aot, I I hn i la
oir. Mlle aura lieu d i
sment de* l-'n-i. * du Cap el
prche par lel'Ucu, eur
au Collge.
ae wo*
a luil i 11
S ti pri '.' i i-
III.M
Un in lisOQtielte dtxparnil
dans les flammes an
bois \"\' i 11 v-
I lier a ftlib il et lit nviron
or inr] le I
dans une i en
i petite
i : rrn 'I
If. Charl. i irlea-
ni de qui" e rninub s
i ni consu n
I, rjuil ver
de ce* lomn-
ranl de la it I it
1 la direction gnrale
de l'Ensi ii nemenl
sec n d lire.
atlallalloo
du DrGa ner II h ir rcatameol
i : ri-; II
iin'iit s3M im ipinpl iceme nt
d.' Mr W II
Mi la Df I! u\ ir eil un de*
jeun. an |
i le qu'il h'|i-
pi rriri ardu'1 de
i kiata i o ta do
\. a i |us de In I ri'!
- 11 m di
Hott\ h i m u" pli in n e
i
Une innoTMiimi l'One a
Glace nenace la idem it
des quartiers avoisinants
Soii i
nraux, soit pour viter le ( u-
nuis constants que h
la difficulU d\ t
Irais de boii i brili r.l
Iraiion de fllain i k i I
aiite utilii r cert
les pour Ir l n i m
ses machim el ; m
lion de ce i i
conilrinin.il d'un unie
l'or le capacit sur le i
cup par la
rue du Mao isin de I i
I n'est nulI) menl dana ooi


\..

i
I il lalisferoril : la les p'us
diiii ii| D'abor 1 il y an
i 'i Pool B ail A n"- meil-
leurs quii i avec leur
rongm t n !. i 111 o 11 e ; ensuite ri sur
lOttl une I : oie. )|<
r u i a.i Prin 11 il > i
. Prisa*. D'ininl-
I ir- lea cyclisli i iix main 'i ii
v u'enl m i ilrer qu I eu
ro,ien*, mo il li ilii OW 'i
nu ehalaura asliva'i , il* pi-
;:-: inces assr/ uran
!e:ile earwiie d'un
1 H .!' pi i n Ile I >ur e eons
li'uen 11 p iriie i ri ai ipale de U
fite. l ira b pr ici i aa
id ult itsdj l'Inm
il, la a a i de la pi
(| i vont lie
. > ii L i oala .. '
|u c il une "gr^a
b'e apri u.> ii arc et
le q r i ,. luil 'le
la f'.e tera ail cl A un ni
n ni du l'arc Leeonte.
la* amateurs iront en foule au
I arc L conte U 1^ ^jch.in.
Parisiati
Venez Dimanche passer mr
bonne soire, dans la salle la pl'is
ha la | rnJM don la plus par-
| I S (llC, ulll.i
rer le beau li'ui :
I. s
houvi'lli- lilitalion
EisigraoU,
Depoi i Loi |oi i hi lai I r
maliti I ranplir | si hanigiant,
i tn ilaiii ip
pliqnenl I ea i' roi rrn ils
raqui iiur lgislalion en
cette matire. Da l i|i i on
11
des qui 1111 iuti iri inqi fi
tes avanl d'i Ij te ri ir le vi;n t] < leur
j (l-M'| OlI.
rail li u i ii
les t." i eaa
Il I I (jlli M |
II, in I \iHus qui ne
Boni | II, re
qui peut doam
tairai ^irubles
*-.
r-
inlenttons
de l'I Faine a i i
aes servie s, m lia |uan
jiosilions noiivi 'i s qu'ell
aa^e doivent portai atti in |j
acnrii de q
i les con8tructiona en
uoiuliiii. mau-
lonf s'il n'i il pa* du
Dpartemeiit de' fin
a'o|iposti i itoa d'un
hemblaile plan.
El pour ce qui a trait
qui fait l'objet de
pous estimons que le rservoir

Le Fri'lti l'olviiice

pit m i un ni
( e malin k 11 bi ur. s a eu h. u
ibaual d taaea
de-- ri il dissi m i d
IMn i .il Mb balaii
la roli i mat di'ler
mine |
lions de |i i vola cl pi
ul.
A cal le '!
judiciaire,
ei Ma l hi u m m du
mpli
il i n
aallail
lie le sou i .lu
I il ne s'est jamais d-
parti.
Djnn* fan Sports
N lit*oa, se pr-
iiI le
ul Bail '
I nuiront I
lieu au Parc
1 1.) MOI, |' ur
pilou I. ut, ds main
.le peur la
[le rnplte de rite
mJ ; la .rxe coin-
Voulez-vous
passer le soir quel
qu% moments
agrables
\ u Caf La la]
j |',n ! d li i r | le Mars et
11 : ( '\l n
Delinois) o veus reeevrra le
plus ami ble de acii'il-
vous trouverez en mme t mpa
rvice de premier ordre et
des consommations de choix.
l)>s sorbeis dlideui font le
bonheur des aa ateun les [dus
alitliciles.
Aussi l'labltaaement ne d-
emplit i
Ail i-y donc et vcu serez sa-
tislaili-______________________
Revue
des Deux Mondes
1\ Rue df 1 Lr.nersil Ptrtt
UMMAIKE DR l.A LIVRAISON
DU tarJLILLLT ISSI
I e festin de ai.Ires. Fremiie
partie. Colette Vfl r.
Letire la prineaas*Joli* II.
( 1875 1891 Erneal llcnan.
La On de la guerre. I. La d-
militaiea allemande sur tous
les i: ibrtal Hanoi S&d< 1 a
i toi .ite.
Au payi Breton Les Ci\iliri.
Aodr i de 1 academia
ii ir.
Le Mau'. i Fori 1 I X
l{a\nillac. Duc di I
A l'I > de Wemb'ey.Aa-
Le livre : i li tii io.l\ Constitu
tim do Dot. J. d I' | d.ux,
M lilliaire. Le Ko Dans
de U Tabl H ''i 11, \i' I Bi mirer
llevue musicale. .Vrone U
S li de M t l'ellaigue.
\l II m l( dieri
l'Acad imii l il ori Hi ion
Cliro quin/ainc-. Il s
iu|iio, Reo Pin in
P< \ DE L ai 0 JNBMBNC
L'n n Su mois Tioii moll
FM,
r.cci l)i e 8o Ir 41 ( si Ir }0
Col >n.es Iran; se 8b 44 Ir JI fr
Kirjn((ir ! Ir }o i-1
Lvl ' riueni du itr il du (I
de ck I
eWX DU NUMEHO 4 h >
\ieni iTrrivei
PAK'UFiNE
extra au prix de lUeen un;; Or
A.rj>'ric.un 11 livi .
En vante chef
L 1' IVNN A .',1 :, lOLst.
dis tles anglaises
des il'* |;,wj 'eut* coneur
r*nce.
Cher A'rd-onie IhVMs
JIS, Une donne Foi
iiclfes
AVEC
I,exquise artiste qui
nomme
Suzanne Gi .m lan
Fntre : 1 (|d.
PaleOBi 2 (jds, I oaje: 3gds
ALUMINUM LINE
New-Orleans et South
imerican Steauipship
Co. lue.
/. S'tamer* h o.f a laiss New-
O''te fins le 29 faillit et sera Port-
flii-P i Ct'y le4 aoi courait avec 290
tonnw de murclundises.
. Le SfS Sua?lfond laissera New-Or*
lann le 19 aot courant directement
pour Pori au Prince,
Lf? S \fred ikib rg a laiss New
Ocans le 29 Juillut seraau Gjyes
le 7 aot et continuera pour Petit
Qniio, S', Mac el Gonaioes.
la SiS ld% laissera Newm')rlans
le 26aoi pour^tojs [les ports cits.
Ce 1er /_oi'i^1924
F Lavtilanet il Co
lisi $VmG
Gnraux
Bit yclettes, bicyclettes
Fabrique par la grande Socit Manufacturire
d'\ra:set CvcU de St ii,tionno l Franre ) la liioy-
Cletta Svalta'ost la seule qui runit la foi tout93 la
qua it de perfection requises de nus jour.
D'an fini IrrprocWlble.d'une 6iagan.Ce indiscutahlo
et d'ane aOlldll inoDiniiarable, la bicyolelte SVBLTL
est mialade tusles accessoires: IN.n[)e, clef, p^oux
et chambres air Michelin.
Ucst la grande Marque
qui est sorti victorieuse aux plus importantes prou-
ves sportives dan le mondes entier.
En venle chez
Nicolas GordascQ
Afl^nt pour Hati
Outra les Blayoletteat ''velle'" vous trouverez aqavl
un assortiment complet d'aitirlc, tels qne :
l'eau v nuances diverses et formes pour cliausaureS,
lit poa*ortiunuir8ef sellicrs.Tole on 1er pour portas,
Machines a coudre les meilleures du monae, |;Uoiy
graphOS Ptaet Ulsqiios, (^hemUes supri>re pour
|-4<.uii,c.r il'oris pointes le l'aris assorties, un aSSOrtl-
_.....ii, iiiun vnri*fc i;-vb?*r Iurs pour lampe lec-
tiique'etauaujou;: ?--aairW. '
Le tout des prix dfiant toute concurrena
feule en (jros et en dtail.
Chez F.lavelanel et C
Aiii nneM'iion K le! Gard'i'ie
Ou Ironvera des iii.uclir.n Brriyes jur I-
darnier li snais i !* que :
Chainpigno authentique Marquis Salael e't I.cniqu-
I'.art d'Or ileml soc, Bouchons de licgi' e-i tous gen
res, Houchona spe-iaux pour l'harmarie 1res assortis
engrardours, Produits Pharmaceutiques <*t Spcia-
I inaceiitiques, toutes espces d'extraits p ur
sirops, et liqueurs, essences et eolorur.ts pour confi-
serie, le th des Alues, la meilleur* spcialit contre
les boutons el les furoncles, Kau de MlUse des r.;u-
mea, des filtre* pour entonnoirs.toutes'espces le Sa
vous antiseptiques, des douches lavements, des tu
bes en caoutchouc, du Sel de rilauber <-t il I psom, du
glycero Phosphate de ch:ui\, des ttines et polve
lavement pour Dhs, l'excellente crme' alimentaire
de Mais pour le onfan s.
Articles de mole. OuUauv inoxydables Ar(jenti-
les. Lrotallos fines pour hommes, Dentelles tmes
Untro v-nsi tous artlclCJ pjur mercarie, lin
gerie. Yin3 an caisse, liqueur, Cognao et ;de articles
de f int.Ubia et de mode.
Produits imilhaud t Kola Ascencio en stock.
\ >s prix sont avaut.lgeux, passez nous voir, pour
vous en convaincre.
.v V, La crme alimentaire de Mais est aussi en
\ ente dans los maisons suivante,: pharmacie Mourrai
ne, Pharmacie llayard, Pharmaeie l.amarline Camille
l.ope Rivera, Pharmacie Onlrale, chez Simon Vieux,
et dans toutes les bonnes maisons Pour les conditions
de gros el les commandes s'adresser
Pneus
et Chambres air
flrestone
l. Prfietzmann -Agqerhoiai]
Agent pourgHatti
Parifiei votre nog. nettoy? les voies urinaires, empchez la fiivr*,
v le rhume, la eonstipatien, ato.
Une cuiller d'Kno's Fruit Sait dins 1 verre d'eau le malin'vous ma*
Ira en b.unesaat. s, gj
W- Quintia -Williams
DISTRIBUTEUR
H


MISSING ISSUCS


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM