<%BANNER%>







PAGE 1

* *•) LE MATIN le* goiivern M l'Ai lemngne corn m la plu[ la p'ui il applique h M un esprit le ju lie des ration OIIIODS sortir .ledil \t sien il Nouvelles d verses GENEVE—La commi.sion de la coopration la cit d>,s s i moment til un catalcye inti Bis •eUnuflq i pronom i d'un eongi cinni phtq international | ; I leiaent les t U tkUstiqa • %  %  %  l'art cinmato/rnphi ]ie elle a de ma me jug utile uni exp ition lai aatioaale de pli >logta| ieatid que t ilucali L commi--' D en O I Ire qu'elle rfcuei nients sur 1de dillrenl* pays et, d la bal d'encourager un pro fesseurs et tui li d de former U I ipei •! pour stimuier 1< ganisaliou' b u ii m BS.''.e comit MI, I e de M [. H Lorent/ ( HJ dent. M, Henri Bergso •Jilbert Marra] .Vngleti i |,la u eo Cilobe ( 'apen el V rn >0 U. Kellog Btali I .i BKUL'GII ( Angleterre ; — Les aviattiirs amricain* partlronl * main a 9 beotea p ur Kirkvrall. Toutes le> dlipodlioe* mil t pri ses pour que la ro le I ut*r* pai les aviateurs vers I Islande -oit p i Irouille par des deatro] rs an n cains ; tous les al onl t munis de Beltenri el les • -> lis et feclus ont t sali il-. n cliaudf funraillea i DI I Ce fut au milieu d'un nombreu< Convoi d'amiqu 11 %  hier (es feairaillee du \ier llou/ier don) ion n 0 tri la mort dans notre Au Citai >ur* la rent prononcs ; i un pu M J.R. Clieutt qui fui liera .nuis du d lunt. l'a] mr 1 • bancs do l'ci le. 11 I ar M. littner TUu, d'Appel qui et sua navre i le dln ti m d pection scolaire de l'Anse. llora Lime 1 ,, ; /< H 'ni h -, • ,. ,, | ; | a rvic* d rljgi D* | mi. i,l nous seconder en la instance. Puise Ml v ir RU moins dans m i ilsq ie no s repro luisons une pelili i [ui, si elle tait toumieaau publie, aurait recueilli l'a iprob ii in go raie. a lieur -. es obli gafio Y tjouale de* Chan ini 'I f" d M* li, f>nl t m i'| >ts, en %  io i. queti I i i l'e pb r i man i i ; i.M u | i* q-i'i e du taux de 4 op. i i • "receiver" de la Ce a f iagoie iiiirn efl c u ce rereem'o', %  aporlmraisronl a\issen utile de )'a nouvel e leur revenant. temps rpirtilun f roins A l'Ecoleficloria Plaisante Lun li 'y * miJi eut lien la dil Irili.ili m .les prix aux lves de \ n lui m Plaisanea. La lle or^ mise en la aire >ai lame reus-it pleini'ineiil r.vaut la riche programme'jui avait t' i. Les inspecteurs Duviella el Polhel av lient tenu a tmo par leur pri5ser.ee de leur attention pour I -cole que dirige avec tant de lact cl de savoir Melle rmina 0. Najaa. Celt* o'e tant ljii-iil par un grand nombre d'lves, il y au mit lieu, croyom n JUS, le proliter du temps des vaoaoe** pour apjior ter au local les an-liorations que neces-itno ettt dplorable. C'J*1 u ie peti e re n u | i %  sir laquelle nous attirons l'attention tant di Dpartement des Travaux Publics que celle du Opailexent de 1*1 s trudiot Publiq 1 *. Duc visite a l'atelier de harlista Itwmil Qurbss Hier vers troii bu es de l'aprs midi, le Commxndsnt l'arsons ao compaKn de I lugoieur Moreell ont vi-il l'atelier de noire sculp leur national, Norra 1 Clnrles. Kn pr-ence d • nombreux Ira v u\ d'art expos', les liooorao'es Vielleur* en liantes ont fait pat l'artiste de tous leu s seuliments d'al niratioa, en lui renouvelant leur d. part leurs plus cha'eureux con p iLents "Dcs L s funraille* de Mme Veuve Constanlin Kou, liarl. ne Lumne cie/.,b d cde lii.r, auront lieu cet i, i. midi t b u es pr 0U<8. le ionvv pirtira de la mai son uior uii *, ^ise au Poste Mar cliand, pour se rendre la Ca h' d aie. Nos sincres condolances aux parents prouvs. Voulez-vous passer le so'r que. que* moments ayrabies Alt./ I m auCift l.iiiyi!'" %  k |'*ogle lu Champ U Mari el le l'Avenu; Du:ovs( Mnson |, i u voua recevrez le plus aimable des acii'ilseto vous tri iiwn /. n n M t-'rrp* un servi :e de premir oidre et ides confommalions do cho . D s sorbets dlici ux font \& leurs les plus dilli:iles. Aussi l'tablissement 03 i semplit pasAllez-y do'i". et ro M aajr M tislaitsLPS Faux-cols Van Hussen (^es roi los plus coufortables sont mous et ont I s poctotla distinction du col empes. Ils sont mntoctiouns d'une saule pice avec un tissus spoial extra t olido. Mettez vous^u|)-to^date~en aisant un visite la maison i. m Varits kk CESOin %  Mystres de New-York 8e, 9e et 10e pisodes Ilutre : 0.50 centimes Avis di Dpart UMdep bas pour N rw-York et l'Europe ( vu N y York li rel ) par le *|i W G 60RGAS seront ferm s lemi u v ud edi 1er A'it prochain Portau-rrinee, U Juilet U2I I Le Purgatii Idal i c'est la Pilule du D r Dlia ut 147, Rue du faubturgiinl tnn ?rt$ facile prendra, Ne neceiillanl aacin rparIH, •Us M eruvoa,M |auli U 4f*4t Sapprlmanl la dlie, •IU M sebilita fii le Balai*. N>il|eanlpaiderepoa la ebambre, •Ut %  • cias* iKiii perte de Uaps. Pin icllTt que toni In aluillalrea, II* st. tu ceaiitjieat, notai tUrt. DOSE : UM0*rivi, je* UuMe S U'Ui.l, %  piiaie Paul E. Auxila Voua savez ce que vaut une brosse dent Prophy lac lie La Maison Paul E. Al'XILA vous en ra?rve Les jolis tissus <|al£nline de lninren couleurs mode que vous voyez sur le Monsieur chic qui passe, s'aoh tentehez V. E. AUXILA. De mme que les flanelles Diagonal ncir et marine, drill Shuntung, pour costumes. Les damas e*. demoiselles seront contentes d apprendre que nous venons de recevoir un nouvel aaaortl ment de Crpe-satin,Crpe de Chine, Satin Sport, Bas de soie pure • ni^fit,Voilas blanc fantaisie pour l't Tte indien, Calicot et toile drap, Sac main Jolis, Souliers satin noir. Tous les parfums d'Iloubigant, de Coty, de Itigaud, les Kaux d.toiletta de Lubin et sa poudre de rix Douce Francs si apprcie par Isa onnaisseurs, Pommades,etc. JOSEPH SERGILE Angle des Rues du]Magain de l'Etat $ de Front forts Le s. 8. i n irn naui de llao ta aal allai I i brobal Il partira i m l glo. UOIIUH^'-. coris el San Juan Port an Prie l*t l'-'tOLOFFeu Co. 1)1 h ttjuilttl /t t( Journal de la lourse" i i tes i •,;. que nom UIJ>JI \r %  bu ,/' %  ru agrmbU I -:• ni h )' %  tr. Ihcittins de FIT Nationaux d'Hati' V \ %\\ili I.Œuire du Clerg callioliqe *". Le Bulletin di luini lin* dins sa demi' ' 7 juillet cou M sur i Inaisl Bl ', euro des Qran la Boi le concours de* con ti il d* li |a loiue, 9\ i li lu' s dan rre la veille d* la i pelrpnale. I. 10 mari'ifV'*' 'i' qui porte I i I II n rabri I unions rfull ,i ne. La eln du i luillel im pressiomid Irca li ,, e \enue de loule la pai pour j assister, et ni, i i ijue les maii'-s de a joui i lonl '. %  n lot de DOUVI i ri al qu' une nouvi ll< cri celle du S Ji ndi ra p i i tre calibre. I .Les IV,. Sidai i de Tlioma/cau, Un m h, i ir de La* caobaa et ( de St Jowphjtai ni mo IUI Giands Bois uonnei I* ur < n un au l're L* Blet et onl | trs lout-hs d.' t ni ci qu'ils ont ^u. boabailom que i un de taroissc* 1i entendu cojin l a x Grands Rois. In li ieux Mraliieruk. Ncrologie Suivant dpcku nous vons np|>ri* < i Buitus Tipl aine aurvi del'aix. Condolanetb proil p tri ur* d'oH'iKalions ti o|0 in* de i.r .Nationaux d'Ilaili qui onl aceepld les propolilion du gouvernamanl liailien en i l >i'l'ai bal de leur litres onl reiu, ii ; irtii du 1 1 mais I914,un |n ii.i.i \ • i s. ment pour sa eaatre*valanr en Iran* calcul* au mme taux de change que celui qnl %  t ippUqu au pramief v*r %  lu U. Les porleori ou intermdiaire* Invit* apporter le* reus qui N ni. 1,ni le dlivrs par la la Seine, lors du d Ce* reu* seront remis, pour alioa, la Italique alin de lui 111e de ccnlr'er les dcompra dni les Bicyclettes, bicyclettes Fabrique par la grande Socit Manufacturire d'V.rmDset Cvclea de St Etienne France) la l'ioyelette Svelte'est la seule iui runit la fois loutes '.es qualits da perfection requises de nos jours. D'un fini irrproch;il>le,dune lgance indiscutable et d'une solidit incomparable, la bicyclette S\ L 1 L est munie d3 tous les accessoires: Fompe, clef, pneux et chambres air Michelin. Qe*t la (fraude Marque qui est sorti victorie "se aux plus importante* preuves sportives dans le monde entier. Kn vcnle chez Arlul<< d Famille C.li ,t Paroala Il ii 1.te pur (il anglais) Nan 1 rot lJaiuass pour nappes blanr et C ui'.eu" Toile drap col in "t a drap pur til angl i-> Dnia*al pmr mi elas Uiableineut tirtj Article p mr Qomt%t Drill blanc cou'eur Chapi 1 ui I 1 aille d'Italie %  de laine Celniu 0I m eaouti lioiic l'alm il 1 li DiaKon il Beir Houeboin blanc aaarieuta Chausset'c Cravattes Toile pour chemise Cols Houlons'pour'manches llo.ilons [ioiir cols Chapeau* i>iille d'Italie poar'garj.nuct et lillelte. Voile uni couleur et blanc. • ramages] merceris c barres a Mm iiiiselte perle Organdi Suisse Orginli -olon:^ Grp >n de soie H i is couleur. Tte d'Indien blanc el couleur Ci liemerienne .N tnsouk tin anglais toute* nuanc i pour chemise^ Voile pon^i Soie Lavable Crpa de Chine Tussor |ii liei-ue anglaise Sjrge'noire pour jupes| G .'iMilui'* b anclie et bleu marine •t .s mercrisj Bis jour Chaussettes d'enlanlsio'on Chaussettes t "sup. jjour Satin de chine'noir Cipe noir Tulle Sivon l'alm olive; Poudre Kloramye, jlava* A. Santal I Ue danliliice Colgate Brosses a dents vcnle Nicolas ordasco Afl nl P our IIH *^ Outre les Hiayclettes "Svelte" vous trouverez aussi un assortiment complet d'article, tels qne : Peativ nuances diverses et formes pour chaussures, fil pourcordonniersel sellier3,Tle en fer pour portes, Machines coudre les meilleures L. Preetzmann Agqerholm Agent pour Hati Demandes les Bi yclettes t SVLTLY de la grande fabriqu anglaise iThs sailleij Cycle Co. > de Birmingham, Angleterre. Elles sont les meilleures et les moins chres* En vsnteyhex : Alphonse Haynes 115 Rue Bonne toi ETO'S,[FRUIT SALTl DHRIVATIVB COMPOUND jjy 4 •lepar par J.C. ENO Ldt Londres [fsrol*' F. HiUki* il Ce Ino — New York Sales Agent Purit'ui votre sang. netto\* les voie* urinairei, empaehM la fvra, le rhume, la conslipatien, tr. [Une cuiller d'Eno's Fruit Sait dans 1 verre d'eau le matin vou* et Ira en bouunaal. ...... -t W* Quiatii Williim rr i v> *m ^



PAGE 1

%  E -> BIHECTKL'H PHOPR1KTA1RE VMPmiElR Clment Magloiiv 801$ VKRiNA 1358 Rue Amricaine NUMERO %Q CENTIMES^ Quoliiien fi_c CUiI 1 Columbus Memarnl Libraf^ £tu MI t.lis t-;ii,n!>, mais ne k-s coule ouefd'une oreille ; que l'autre soit toujours | tte recevoir les attenta de ton Ami cleste. lifre TLLEP110M:Xo242 18me ANNE N *273 Pi lil'-AU-PRINCK ( HATI,) JIUDI 31 JUILLET im' La Confrence du lieutenant Augustin Des Relations Commerciales ENTRE Si'ivant co qu'il avait t annouc, eut li u h er soir dans la co(|uetlo salle de (vn Vari les au milieu d'une salle plutt clairseme. OCVEKTLRK DE LA SANCE La sance dbuta par une allo:ution de M. Joseph Cassa* gnol qui trouva des termes heureux pour prse iter le Conl'rencier, tout en mainl s tant le regret qu il prouvait de ne p s voir tous les ejgqa de la salle occups, soulignant trs acerbeinent l'iudillrence du milieu l'gard de tout ce qui lui est propre. En d'autres circonstances, lit remarquer le dvou secrtaire de l'U. S S II, un ol licier franais entretenant le pu blic de choses qui lui sunt plutt inilillrentes eut salk comble. L'apathie le l'Hatien l'gard le ce qui lui est particulier se rvle au moins aver lit et chose tonnante c'asl qu'en certaines occasions, il se montre plus franais que le franais lui n.cin. Ll I.II.I IKNAM Ai lii-sriN prit alors la parole. Faisant un brillant rsum de son voyage avec ces compagnons, il rappela tout d'abord la cordiale rception qu'on leur lit au Cap llaiiien, invoqua quelques bons souvenirs de San Juan de l'orlo Rico qui par sa prosprit contrasta tant avec notre tat de misre, et enlin l'arrive au Havre aprs qu'ils avaient t l'objet de l'ironie la plus narquoise de la part de quelques oliieiers du bord qui trouvaient trange que quelques petits ngres pussent se dplacer pour aller si loin prendre part un concours international o les plus grandes nations allaient s'engager. • L, ils prouvrent toutes le peines du monde dbarquer avec leurs armes et munitions ayant tu pair de l'intervention des douanes qui voulurent s'y opposer quand mme et il lallut en lin de compte toute leur adresse.. et la finesse du seul langage qui donne raison en ces circonstances pour carter cette opposition. L'AJUUVtl A PAKIS Sur la terre de France ils n'taient p?s encore au terme de leurs misres. -Cetta ironie qui les accabla au cours de leur traverse, ils la rencontrrent encore sitt arrivs l'ans.mais cette lois elle tait plus dure car elle partait d'hatien-. Le Ministre d'Hati lui mme les accueillit hoidement et cette atiitude ne changea que lorsque arai Me l)ougal iutei venant lit ouvertement part .! %  s espoirs qu il fonda sur la v.ctoire ds l'quipe Hatiens*. La lieutenant Augustin eut quelques mots particuliers a I adresse de notre Consul Gnral a Pris, M. Henri Roux, qui, dit-il, leur lit une rception enthousiaste et se mil leur disposition. A L'HTEL tfi ils prirent Rite, ils furent en tore l'objet de la curiosit gnrale de la part des Unmes prin jipaleinent qui voyaient sans doute eu eux des chantillon! Di'iginauxJtoti 'ls purent nouer des relaiious avec quelque* ai; niables franaises qui les| piloter* nt dans ce milieu parisien la foi' si attrapant et si plein de p-i's Ils allrent dans quelques th Vitres et visitrent les dancings. A Rot i i Leursj'ur Paris ne fut pas long et ils durent partir pour Rom n. Pendant les quelques jours qu'ils y vcurent ils furent l'objet de la meilleure attention des (troupes Tli ;co-Slova |U6 et R )ii nuin desquels ils ontempoit le meilleur souvenir. A partir de ce moment, comme il.tuent toujours l'objet d l souiiies n.iiqiiois de certaines quipes venues pour oonci unr galement, ils prirent la division de ne plus bouger, de loir tous les plaisirs et de s'adonie r %  rieust m al des exercices constants. A Rems S i jours aprs ils quittaient Roui D i distination de ReimsCi st la ville mnrlyre qui a r siicit. Outlques traeis de la grande catastrophe se rvlent i i core I l'attention du curieux observt ur mais la ned.li ation est presque totale Un de meure tonn devant les prodiges de lart aiehittcluial hanaifl i \ i mes 'a lois si pion pli ment et dans des proportions si grandiose*. I. s rceptions nvgniqura en riioiuiur des participants hatiens au grand Tournoi International lurent organis) i tant par le Comit I Hyinpi.jue que par le Maue de Reims. Malgr le Iroul de loup qu'il faisait les txercices d'enlralne ment se poursuivirent mais la temprature glaciale qu'ils MI bissaient ne permirent pas eux hatiens de mire l< urs preuves dans h s exercices de tir debout. Plus veinards aux preuvi i de lu dans la position couche, ils furent classs 2e dans les otfJ mtres. Ce qui provoqua une surprise gnrale, d'autant plu? panda qu'on avait cru se trou.er non en prsence de concurrents .-.-• rieux. mais en prsence d". ments vraiment infrieurs. A ce moment des t i m lions partirent du camp Iran* eaisrelalivein.nl A la position lui attribu, et le Comit < Hympique jugeant souverainement reconnut que par erreur deux points ports sur le carton Iran* ais avaient t on il 11 ainsi la France lut classe le comme Hati A partir de ce moment la partie tait gagne. Hati n'tait plus l'inconnue et ses -(lampions n'taient plus dea obieti de curiosit par* a qu'ili avan 11 su Kulevir l'adiniralicii raie. CONCOlllS IMJIVIhl I l >!aii l ne devaient |(,u,t rrltr le succs hatien?. Au i rouis individuel, lei tireurs I. ailiens merveillrent, assistants et oncurrents, par leur prcision tonnants qui leur valut il' classs tous en bonne plaie ni que 4 amricains, 1 anglais, _' franais, z belges la furent seulement Ds ce BMMDfBl. 1 toile bail ii un plu vil clat au pal cumpen. Le conlruucirj interrompu par des applaudissements enthousiaste de i kMMtenee, se reprit enlin Erar r. 1 1 1 .• sa li minage pu* li au Pn si I -ut do a Rpublique P enla meoura personnel q l'U eut i donner ta la tire osl m le, au dvouement intenable d nral Mac-Dougal, qui durant leur aj men France Ln igaa toi memh es il i l'eq i*p i baille ia de tir une sollicitude toute pateri II eut g ite n.' i' de i termes hevraaa pour relrmeer les i In sou i ippTrrte par la Nej r s n,iii. i, mins'ru. teur,d in* l'a-c np bneme .1 de •• ru le b eo< gie pourliouelle i' ne sentit j la m lirulrc laaeilude lit, n Mimm \ une s | r ,. r c>pfortauli au cours de laquelle • i eut souvent itpp'aulu *u\ pelitt incid nis rapporte par le lieutenant Augaitin, dama nn i ilmple 11 Iri souvent la ml. N >ui i. grattons toutefois li i liii ire ice h dUenne e'e I %  i cors, rv U; c, l e % %  ; e car 11 vi. t, r ; t-nx au milieu de eoi renia exree bien loi eu doit Ali•• conei lr i i un vi lo're i a'I ia 11 qoi f il li n r t • reeouveloni an lieute Au-'istiu et tou>i lei \ li m. Dl champioi de l'quipe liai loi i'iuchaleon m ropl m Parisiaii (le Soir La Fille Sauuage 7e, Se et 9o pisodee I ntre>: 2 ijd ). Le Canada el Hati La roule Porl -ati-Piiiicc — Caves Les dernires pluies ont pareil il itlonc la roule 10 maints en droits, partit ulii n ment .i • ette partie avoiaiuaut le luud des No iras. Dee voyegeori revenus recam ment du lparlemenl .lu Sud nous i -n sur les dilTicul ls qu'piouvciit en ce moment Ulea cil pas.-aul pai i, ont il j i m nd vi,un. ni eourantes. Hier ti %  .m II • I de SUbll .ut de rapi leoi i II in porta qui la Din i lioa g arait dea Treveui Publiie y ie m< du de suite, aaj %  al lerai sont aiij..uni liui d'une loijnmlj lion coostaule. Avis t ne r. i 10 eoata or le n. i ii", i.'. paiin du %  r aui ii.'i i bai .li i tre Hati el New \ urk Celte rduc lion s'appliquera galement au de l de s, c'est .'i dire q ic pour 1 K.-l Mississipi la tuxe e-l de pOUf I Ouest I is.i*5'pi 0 i.. I ri | O.Tt, Angb-i 0.70, AilemagM 0.75 le... La taxe entre fort au l'rinre, Banliigo de Lu^a, Cuentai |i.e > b'.ir sa.t ir 1er un rg n -i .1 • unr li.i'i lis i| ...ili %  |< il IIX Saya. II est venu i 11 damin • de MM B 11I-I 'l i i Com m du port de Montral, .-t i i II .ni.. pr il lin i i li m |u l'r ivioe i c qui i I ira m >is li. \1 \l Cl SUJ I I s pi i. ...il .| i engageai el Ion leotora d %  tan ingim ni com a i • al. U pi ni d M ..i. m i i dl i unler luiiP >it -i irl in rciproqui inc.it Le pre niai >ei dl i • -.q I inle i.. lei i i n 1 York, r, pooi obti di d pro lulb uieoa, lai liaili .• d dvenl li ne se b %  pi c ir. i.t |u'n p i in i i di n .'ou il.m-:.il .i II i disait M M nCHW i :.l. ijili: l'un rie un -. q .i pi un :i un profit loutil ui aoa pr doila ci b D Il ne vous les livrent qu'api voit ri ii i inga .< leur i ic .n D.-reli ioni eomm reiilM dll N I. I et plus niliiii. %  m ii ni .1 I ii latega .les II iitiene, qui paie* ip n 0101 i ln'i et i qui vendraient lu IUI ..ii|i |.luit en i -t de mme lorsque le (.Blinda importe des pioduits baiI .i Il plupiirt du lempa, il l'uul aneore qu'ils passent par les coinmisii.nn.iin's new-yorkais, ce qui MII charge inutilement pour nous ces marchandises. Parmi tes nouveaux marthn ili.iien. le aUCCn canadien es l'un il.s plus sympathiques la i publique. Konciremenl l'ran. .i .1 catbollqoee, \e* Hatiens .il lient M lier plut troitement IIVCC li Canada, el principalement Qubec, n cause des sin liludes de langua t de coutume < t da religion. ilili imporlje aiuiiiellement pour plus ib ^ 1.500 non de farine, pour ib,," m U- si mines de morue, poitMa lam, aatsean se th, le vtement, (haussurea, p iiiim-, arlielsa de toilette et i omBM d'autres produits. Kl l'on il..une In prfrence aux produite de fabrication canadienne. De son ale, l.i rcpiibliqua produit en grandes quantits le caf, le • .'ton, le cacao, le ricin, lu boll de teinture, les hoia de cami i ie. le gaiac t l'arajuii, ipai est arbre le plub lpandu. II y a si I i le facilit prsente d'expdition pour lesgi undth quatits_d'aci ,-'| n pioduitea, qua ce Lui pr> ii ii v M M ml | oui presque rien, dit M. Mouls. I ne s'agit donc quid ouvrir n ne voie M iiiiiiii.iiiiicaliiiiis, n % %  gulari-ir un service il. %  x | >-. 1 111 • • i %  p ur ouvrir se noaveaentdihuui in .IL \ produite dee doui paye. I' i l'on pipare lies dmanb. s au;ii. du miniatre de la marine pour qu'un navire de la ma me i.i.u I. unie liiiiailienne fasae escale a l'oit au frime, pour Iss i \| cillions que l'on prvoit. In n.iMre de nulle mariui se rend Kingston, el passe 200 milles de l'oit au l'rincc, mais sana y m roter. On espre, grfiea aoa prochain.-. .1. marchai, avoir un terMI lgulier d'ici peu de temps Nouvelles Etrangres l'ar Sahlo Communication de M. Ennui sur la Conlreuce tli; Londres R19 i %  Parlemi si i taeala ni l'hol .Luun iiieu i vu %  m..Froideur BUT qui •• I i i iiiniiniciili'iu de M Ibr riot ni i ifirem •• ii.ierallie In M Herriot est oblig mu nir .id n- pu ivae II y banquiers amri I I curit Je l'emprunt faire a I \|: 0 • DawM. A I ,i s di qui Iqm • i oo ment i d'uni d la i b.,m %  .'•'• IIII pei.dant que M. Ken ull liaail II ae du pu lu COQ seil Api li | lare .lu : %  mbre .--i pei 's.n, i i,m ii.mtaire i l'i nlre du jour. le gouveriicm n 1 dit II n. M. n-11 sentir irdbol di ranl le parlement ..v la le "i ; 1 ,n du | p tant les d 'iui impliquent de nombrtu lie lei lu | 'iianits Ue. 1. | ngociations avec la ferme volont irer et en mme temps de sauvegarder les droits de la r i m | et le rtablisse meut de l'entente inlra les allis. !.< %  K'.uvei mil,enl soumettre au parlement le iisullat de ces ngociations SM qu nu rglement sera conclu de leon qu'il puisse dlibrer sur ce rglement la date qu'il choisira. Jeux olympiques i:\SlllDl lt\K( Angleterre )L'quipe franaise de tennis a ga gn auioiird liui la darni linale irai la Grande liretagne dna 1 C l i m .qi.'euiie de la coupe I a I' rinii %  !• se ICI., oi hei;i I i li hcoslovaquie dans la finale du groupe europen I l'qui pe franaise avait ib'ii gagn les |,ii mien matrbes simples el au jourd hui Jacques Brugnon et Jean Borolre de Preaee ont battu i. d free et Woomant d'Angl'-i, i n dans les doubles par 'i.4,4.A, o I, 0.1. L'llom.'iijiie paiticiperg la cooireocei de londreg LONDRES* four la atamira loi depuis que la confrence i n %  •-. s'est runie, la dlgation i indiqu que, Bl culmines condiUOI rr BU droit d'action spare nV la Krance contre l'Allemrg,-e en cas de manquement de ce dernier f iays au sujet des rparations. Si rs allis ne sont pas unanimei constater le manquement dans l'ap plii a'.ion du p'an Dawes, la l'rance i dmi t qu'un conseil d'abitoge c'ars lequel sigeraient les experts c'a 'a commission DHWI-. dcide da la ques'ion ; dans l'tat actuel de la confrence, l'attitude amricai ne semble p'ulot pencher vers la I ranca que vers la (rande Dicta gaa. la proposition faite hier par le i i'h n I Logan, a leeu l'approba tion dis dlgus franais, tandis que les anglais s'y sont oppots nmidialcm.nl. M. Philip Suovv dm a dclar que la suggestion mricaina affectait la commis i ion des rparations l'une des l i lies les plus importantes da la i onfrence de Landies et entrt i ait ce'tecomnvss'on dam la quas lien politique La lirande Bretagne i e pouvait nec p'rr i ar alla avait toujours e lim que la commission des rpart on< ne pouvait partiel I cr des ngociations politiques. Bien que les dlguas aient des vues s. uvert bit n o| poses pour l'applicalion du projet Dawes, ils ne d-i'sprr-nl pas SB succs final et la eommi sion des rparationa viendra discutera Londres avec la missiun allemande lorsque l'accord si in fait mlie les dlgus de la ronlrence. (In pi n-e qi-e l'invita tiou aux allemands seia envoye la lin de In semions el que les alla mands arriveront Londres lundi 1 rochain. La rsolution au Brsil BUENOS AYfllS— Les rebelles militaires qui se sont rvolts la 5 Juillet 4 San fnulo s'enfuient vers l'intiieur du Brsil poursuivies parles troupes fdrales. Le gou Minciir CaiSBoe, uslallde nou vi au dans la espilalc de son Etat, a conslal les dommages cmiss par un l oml irdi mi ni de trois se mninis, par les n .fi.-s et lea | lllagl s. A Kio de Janeiro, le prsident lb-niard<'-s a enliepiis de rtablir solidement l'unit de la nation. M. Iliiijlic.s i Paris l'AKIS— Le secrtaire d'Etal amricain el Mme Hughes, arrive hier faris venant de Lond.as, ont commenc la j o u r n e par l'inspection en compagnie de Mon sieur M. T. Derrick, de l'a m baisa du des Ktati I nis nue laquelle la drapeau toile fut hiss pour la F manire fois depuis le jour da 'anniversaire de (indpendance. M. Hughes a t reu par l'Ordre des avocats de Paris et cette oc casion il a prononc un important discours. Aprs avoir remerci ses htea en sa qualit de prsident de l'A merican Bar association,M Hughes s'exprima ainsi : Les avocats dont les diplames portent le sceau d'une autorit de conscience qui est bien plus haut place que i elle de tout gouvernement, doivent sar vir de guide aux dmocraties du monde, car si nous sommes fidlei aux principes de notre profession alors nous sommes les aptres du progrs •'. Le discours de bienvenue adrea se M. Iliighss, au nom du Bar n au de Paria, a t pronenc par M. Manuel l'oureade, btonnier de l'Ordre des avocats.S'adressant M Hughes qui tait entour de ses collgues amricains et esoa d ens, M. l'oureade ddira : A I. ou lus vous vene/ prcisment .1 obeai ver que le monde a soif de justice et de paix, il ne saurait y avoir de paix dans l'iniquit ". M. Kourcade remarqua qu'il tait heu. rtux d'affirmer cette rdrit devant de grands juges d'Amrique at conclut en rendant hommage I Amrique et au Canada pour leur aide la France durant la guerre.! Hpondant au journal Excel sior qui lui d les vraies us ta Ma optimisme concer chut l'issue de la confrence de I mires, le secrtaire Huches a ndu : ll ne m lent eraue au ni 'I. s pi uph i, le plan Dawes a t appe ave par tona J %  1 <


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06246
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, July 31, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06246

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
E
->
BIHECTKL'H PHOPR1KTA1RE
VMPmiElR
Clment Magloiiv
801$ VKRiNA
1358 Rue Amricaine
NUMERO %Q CENTIMES^
Quoliiien

f- i_c CUi- I 1
Columbus Memarnl Libraf^
tu mail nej ''* regarda <|im d'il ; que (en autre ni soit cens-
l.iininenl li\ sur la lumire ik Ile. E> mi t.- lis t-;ii,n!>, mais
ne k-s coule ouefd'une oreille ;
que l'autre soit toujours | tte
recevoir les attenta de ton Ami
cleste. lifre
TLLEP110M:Xo242
18me ANNE N *273
Pi lil'-AU-PRINCK ( HATI,)
JIUDI 31 JUILLET im'
La Confrence du lieutenant Augustin
Des Relations Commerciales
ENTRE
Si'ivant co qu'il avait t an-
nouc, eut li u h er soir dans
la co(|uetlo salle de (vn Vari
les au milieu d'une salle plutt
clairseme.
OCVEKTLRK DE LA SANCE
La sance dbuta par une al-
lo:ution de M. Joseph Cassa*
gnol qui trouva des termes heu-
reux pour prse iter le Conl'-
rencier, tout en mainl s tant le
regret qu il prouvait de ne p s
voir tous les ejgqa de la salle
occups, soulignant trs acerbe-
inent l'iudillrence du milieu
l'gard de tout ce qui lui est
propre. En d'autres circons-
tances, lit remarquer le dvou
secrtaire de l'U. S S II, un ol
licier franais entretenant le pu
blic de choses qui lui sunt
plutt inilillrentes eut salk
comble. L'apathie le l'Hatien
l'gard le ce qui lui est parti-
culier se rvle au moins aver
lit et chose tonnante c'asl qu'en
certaines occasions, il se mon-
tre plus franais que le franais
lui n.cin. .
Ll i.ii.i iknam Ai lii-sriN
prit alors la parole.
Faisant un brillant rsum de
son voyage avec ces compa-
gnons, il rappela tout d'abord
la cordiale rception qu'on leur
lit au Cap llaiiien, invoqua
quelques bons souvenirs de San
Juan de l'orlo Rico qui par sa
prosprit contrasta tant avec
notre tat de misre, et enlin
l'arrive au Havre aprs qu'ils
avaient t l'objet de l'ironie la
plus narquoise de la part de
quelques oliieiers du bord qui
trouvaient trange que quelques
petits ngres pussent se dplacer
pour aller si loin prendre part
un concours international o
les plus grandes nations allaient
s'engager.
L, ils prouvrent toutes le
peines du monde dbarquer
avec leurs armes et munitions
ayant tu pair de l'interven-
tion des douanes qui voulurent
s'y opposer quand mme et il
lallut en lin de compte toute
leur adresse.. et la finesse du
seul langage qui donne raison
en ces circonstances pour car-
ter cette opposition.
L'AJUUVtl A Pakis
Sur la terre de France ils n'-
taient p?s encore au terme de
leurs misres. -- Cetta ironie qui
les accabla au cours de leur
traverse, ils la rencontrrent
encore sitt arrivs l'ans.mais
cette lois elle tait plus dure car
elle partait d'hatien-.
Le Ministre d'Hati lui mme
les accueillit hoidement et cette
atiitude ne changea que lorsque
arai Me l)ougal iutei ve-
nant lit ouvertement part .! s
espoirs qu il fonda sur la v.ctoi-
re ds l'quipe Hatiens*.
La lieutenant Augustin eut
quelques mots particuliers a
I adresse de notre Consul Gn-
ral a Pris, M. Henri Roux, qui,
dit-il, leur lit une rception en-
thousiaste et se mil leur dis-
position.
A l'Htel
tfi ils prirent Rite, ils furent en
tore l'objet de la curiosit gn-
rale de la part des Unmes prin
jipaleinent qui voyaient sans
doute eu eux des chantillon!
Di'iginauxJtoti 'ls purent nouer
des relaiious avec quelque* ai;
niables franaises qui les| pilo-
ter* nt dans ce milieu parisien
la foi' si attrapant et si plein de
p-i's
Ils allrent dans quelques
th Vitres et visitrent les dan-
cings.
A Rot i i
Leursj'ur Paris ne fut
pas long et ils durent partir
pour Rom n.
Pendant les quelques jours
qu'ils y vcurent ils furent l'ob-
jet de la meilleure attention des
(troupes Tli ;co-Slova |U6 et R )ii
nuin desquels ils ontempoit
le meilleur souvenir.
A partir de ce moment, com-
me il- .tuent toujours l'objet d l
souiiies n.iiqiiois de certaines
quipes venues pour oonci unr
galement, ils prirent la divi-
sion de ne plus bouger, de loir
tous les plaisirs et de s'adonie r
rieust m al des exercices
constants.
A Rems
S i jours aprs ils quittaient
Roui d i distination de Reims-
Ci st la ville mnrlyre qui a r
siicit. Outlques traeis de la
grande catastrophe se rvlent
i i core I l'attention du curieux
observt ur mais la ned.li a-
tion est presque totale Un de
meure tonn devant les prodi-
ges de lart aiehittcluial han-
aifl i \ i mes 'a lois si pion p-
li ment et dans des proportions
si grandiose*.
I. s rceptions nvgniqura
en riioiuiur des participants
hatiens au grand Tournoi In-
ternational lurent organis) i tant
par le Comit I Hyinpi.jue que
par le Maue de Reims.
Malgr le Iroul de loup qu'il
faisait les txercices d'enlralne
ment se poursuivirent mais la
temprature glaciale qu'ils mi
bissaient ne permirent pas eux
hatiens de mire l< urs preuves
dans h s exercices de tir debout.
Plus veinards aux preuvi i
de lu dans la position couche,
ils furent classs 2e dans les
otfJ mtres.
Ce qui provoqua une surprise
gnrale, d'autant plu? panda
qu'on avait cru se trou.er non
en prsence de concurrents .-.-
rieux. mais en prsence d".
ments vraiment infrieurs.
A ce moment des t i m
lions partirent du camp Iran*
eaisrelalivein.nl A la position
lui attribu, et le Comit < Hym-
pique jugeant souverainement
reconnut que par erreur deux
points ports sur le carton Iran*
ais avaient t on il 11 ainsi la
France lut classe le comme
Hati
A partir de ce moment la
partie tait gagne. Hati n'tait
plus l'inconnue et ses -(lam-
pions n'taient plus dea obieti
de curiosit par* a qu'ili avan 11
su Kulevir l'adiniralicii ,
raie.
___ CONCOlllS IMJIVIhl I
l >!aii l ne devaient |(,u,t r-
rltr le succs hatien?. Au i
rouis individuel, lei tireurs I.ai-
liens merveillrent, assistants et
oncurrents, par leur prcision
tonnants qui leur valut il'
classs tous en bonne plaie ni
que 4 amricains, 1 anglais, _'
franais, z belges la furent seu-
lement
Ds ce BMMDfBl. 1 toile bail
ii un plu vil clat au
pal cumpen.
Le conlruucirj interrompu par
des applaudissements enthousias-
te de i kMMtenee, se reprit enlin
Erar r.111 . sa li minage pu*
li au Pn si I-ut do a Rpublique
P en- la meoura personnel q l'U
eut i donner ta la tire osl m le,
au dvouement intenable d
nral Mac-Dougal, qui durant leur
aj m- en France Ln igaa toi
memh es il i l'eq i*p i baille ia de
tir une sollicitude toute pater-
i II eut g ite n.' i' de i ter-
mes hevraaa pour relrmeer les
i In sou i ippTrrte par la
Nej r s n,iii. i, m- ins'ru. teur,d in*
l'a-c np bneme .1 de ru le b eo<
gie pourliouelle i' ne sentit j
la m lirulrc laaeilude
lit, n Mimm \ une s |r ,. r
c>pfortauli au cours de laquelle
i eut souvent itpp'aulu *u\
pelitt incid nis rapporte par le
lieutenant Augaitin, dama nn
i ilmple 11 Iri souvent
la ml.
n >ui i. grattons toutefois
li i liii ire ice h dUenne e'e I i
cors, rv U; c, l e ; e
car 11
vi. t, r;t-nx au milieu de eoi
renia ex- ree bien loi !
eu doit Ali conei lr i i
un vi lo're i a'I ia 11 qoi f il
li n r t
reeouveloni an lieute
Au-'istiu et tou>i lei \ li m. Dl
champioi de l'quipe liai
loi i'iu- chaleon m ropl m
Parisiaii
(le Soir
La Fille Sauuage
7e, Se et 9o pisodee
I ntre>: 2 ijd ).
Le Canada el Hati
La roule
Porl-ati-Piiiicc Caves
Les dernires pluies ont pareil
il itlonc la roule 10 maints en
droits, partit ulii n ment .i ette
partie avoiaiuaut le luud des No
iras.
Dee voyegeori revenus recam
ment du lparlemenl .lu Sud
nous i -n sur les dilTicul
ls qu'piouvciit en ce moment
Ulea cil pas.-aul pai
i, ont il j i m n- d
vi,un. ni eourantes. Hier ti

.m II I de SUbll
.ut de rapi
leoi i
II in porta qui la Din i lioa g
arait dea Treveui Publiie y ie
m< du de suite, aaj al lerai
sont aiij..uni liui d'une loijnmlj
lion coostaule.
Avis
t ne r. i 10 eoata or le
n. i ii", i.'. paiin du '. r
aui ii.'i i bai .li i
tre Hati el New \ urk Celte rduc
lion s'appliquera galement au de
l de s, c'est .'i dire q ic
pour 1 K.-l Mississipi la tuxe e-l de
pOUf I Ouest I is.i*5'pi
0 i.. I ri | O.Tt, Angb-i
0.70, AilemagM 0.75 le...
La taxe entre fort au l'rinre,
Banliigo de Lu^a, Cuentai
|i.e ) ( Itpulilique
Don li
bureaux inti i
cubains : 0 31 et l.ur. i
ri dominicains
Kl JMTUI !.. : i. i; I I .il.tl!
II .il rrn-
Ii.ilnil< hU .
Dm r I d ma on i -1 ilei i lus
directe! en'n U it p ibhq m ete
il ii i et le Ci i a tei ml bii it-t
entrepriess, s'il iiut eu croiri le
Il | ;i 'i.nt il ;. Ul | n
plus M i lu p irt du certains
ladusa-iele et BoaacMn dea deiaa
pays.
M J. EdonerJ Monte, .1 Porfc-
lu-Pri i,i arriv i Mootr a',
cette Mm liai, dans le but d'ta>>
b'.ir sa.- t ir 1er un rg -
n -i .1 unr li.i'i lis i| ...ili |<
il iix Saya. II est venu i 11 damin
de MM B 11- i-i 'l i i Com
m du port de Montral, .-t
i i II .ni.. pr il lin i
i li m |u l'r ivioe i c qui
i
I ira m >is li. \1 \l .
Cl SUJ I I s pi i. ...il .| -
i engageai el Ion leotora d
tan ingim ni com a i -
al.
u pi ni d m
..i. m i i dl i unler
luii-
P >it -i irl in
rciproqui inc.it Le pre niai
>ei dl i -.q
. I inle i.. lei i i n
1 York, r,
pooi obti di d pro lulb
uieoa, lai liaili . d dvenl
li
ne se b pi c ir. i.t |u'n p i in
i i di n .'ou
il.m-:.il
.i II i disait M M
nCHW i :.l. ijili: l'un
rie un -. q .i pi un :i un profit
loutil ui aoa pr doila ci b d
Il ne vous les livrent qu'a-
pi voit ri ii i inga .< leur
i ic .n D.-- reli ioni eomm reiilM
dll N I. I et plus niliiii. m ii ni .1
I ii latega .les II iitiene, qui paie*
ip n 0101 i ln'i, et
i qui vendraient
lu IUI ..ii|i |.lu-
it en i -t de mme lorsque le
(.Blinda importe des pioduits bai-
I .i Il plupiirt du lempa, il l'uul
aneore qu'ils passent par les coin-
misii.nn.iin's new-yorkais, ce qui
miicharge inutilement pour nous
ces marchandises.
Parmi tes nouveaux marthn
ili.iien. le aUCCn canadien es
l'un il.s plus sympathiques la
i publique. Konciremenl l'ran-
. .i .1 catbollqoee, \e* Hatiens
.il lient M lier plut troitement
iivcc li Canada, el principalement
Qubec, n cause des sin liludes
de languat de coutume < t da re-
ligion.
ilili imporlje aiuiiiellement
pour plus ib ^ 1.500 non de fari-
ne, pour ib- ,," m U- si mines de
morue, poitMa lam, aatsean se
th, le vtement, (haussurea,
p iiiim-, arlielsa de toilette et
i omBM d'autres produits. Kl l'on
il..une In prfrence aux produite
de fabrication canadienne.
De son ale, l.i rcpiibliqua pro-
duit en grandes quantits le caf,
le .'ton, le cacao, le ricin, lu
boll de teinture, les hoia de cam-
ii ie. le gaiac t l'arajuii, ipai est
arbre le plub lpandu. II y a si
I i le facilit prsente d'expdi-
tion pour lesgi undth quatits_d'ac-
i ,-'| n pioduitea, qua ce Lui pr-
> ii ii v M m ml | oui presque rien,
dit M. Mouls.
I ne s'agit donc qui- d ouvrir
n ne voie M iiiiiiii.iiiiicaliiiiis, n '
gulari-ir un service il. x | >-. 1111 i ,
p ur ouvrir se noaveaentdihuu-
i in .il\ produite dee doui paye.
I' i l'on pipare lies dmanb. s
au;ii. du miniatre de la marine
pour qu'un navire de la ma me
i.i.u I. unie liiiiailienne fasae es-
cale a l'oit au frime, pour Iss
i \| cillions que l'on prvoit. In
n.iMre de nulle mariui se rend
Kingston, el passe 200 milles
de l'oit au l'rincc, mais sana y
m roter. On espre, grfiea aoa pro-
chain.-. .1. marchai, avoir un ter-
mi lgulier d'ici peu de temps
Nouvelles Etrangres
l'ar Sahlo
Communication de M. En-
nui sur la Conlreuce tli;
Londres
R19 i Parlemi si i taeala
ni l'hol .Lu- un iiieu
i vu m..- Froideur but
qui I i i iiiniiniciili'iu de M Ibr
riot ni i ifirem ii.ierallie
In m Herriot est oblig
mu nir .id n- pu
ivae II y banquiers amri
I I
curit Je l'emprunt faire a I \|:0
DawM.
A I ,i s di qui Iqm i oo
ment i d'uni d
, la i b.,m
.'' IIII
pei.dant que M. Ken ull liaail II
ae du pu lu coq
seil Api li | lare .lu :
mbre .--i pei '- s.n, i i,m
ii.mtaire i l'i nlre du jour. le
gouveriicm n1, dit II n.
M. n-11 sentir
irdbol di ranl le parlement
..v la le "i
; -1. ,n du | .
p tant les d
'iui impliquent de nombrtu
lie lei lu | 'iianits
Ue. 1. |
ngociations avec la ferme volont
irer et en mme temps de
sauvegarder les droits de la r i m |
et le rtablisse meut de l'entente
inlra les allis. !.< K'.uvei mil,enl
soumettre au parlement le
iisullat de ces ngociations SM
qu nu rglement sera conclu de
leon qu'il puisse dlibrer sur ce
rglement la date qu'il choisira.
Jeux olympiques
i:\SlllDl lt\K( Angleterre )-
L'quipe franaise de tennis a ga
gn auioiird liui la darni linale
irai la Grande liretagne dna 1
Cl i m .qi.'euiie de la coupe
I a I' rinii! se ici., oi hei;i
I i li hcoslovaquie dans la
finale du groupe europen I l'qui
pe franaise avait ib'ii gagn les
|,ii mien matrbes simples el au
jourd hui Jacques Brugnon et Jean
Borolre de Preaee ont battu i. d
free et Woomant d'Angl'-i, i n
dans les doubles par 'i.4,4.A, o I,
0.1.
L'llom.'iijiie paiticiperg
la cooireocei de londreg
LONDRES* four la atamira
loi depuis que la confrence in
-. s'est runie, la dlgation
. i indiqu que, ,
Bl culmines condiUOI
rr bu droit d'action spare
nV la Krance contre l'Allemrg,-e en
cas de manquement de ce dernier
fiays au sujet des rparations. Si
rs allis ne sont pas unanimei
constater le manquement dans l'ap
plii a'.ion du p'an Dawes, la l'rance
i dmi t qu'un conseil d'abitoge
c'ars lequel sigeraient les experts
c'a 'a commission Dhwi-. dcide da
la ques'ion ; dans l'tat actuel de
la confrence, l'attitude amricai
ne semble p'ulot pencher vers la
I ranca que vers la (rande Dicta
gaa.
la proposition faite hier par le
i i'h n I Logan, a leeu l'approba
tion dis dlgus franais, tandis
que les anglais s'y sont oppots
nmidialcm.nl. M. Philip Suovv
dm a dclar que la suggestion
mricaina affectait la commis
i ion des rparations l'une des l
i lies les plus importantes da la
i onfrence de Landies et entrt
i ait ce'tecomnvss'on dam la quas
lien politique La lirande Bretagne
i e pouvait nec p'rr i ar alla avait
toujours e lim que la commission
des rpart on< ne pouvait partiel
I cr des ngociations politiques.
Bien que les dlguas aient des
vues s. uvert bit n o| poses pour
l'applicalion du projet Dawes, ils
ne d-i'sprr-nl pas SB succs final
et la eommi sion des rparationa
viendra discutera Londres avec la
missiun allemande lorsque l'accord
si in fait mlie les dlgus de la
ronlrence. (In pi n-e qi-e l'invita
tiou aux allemands seia envoye
la lin de In semions el que les alla
mands arriveront Londres lundi
1 rochain.
La rsolution au Brsil
BUENOS AYfllS Les rebelles
militaires qui se sont rvolts la 5
Juillet 4 San fnulo s'enfuient vers
l'intiieur du Brsil poursuivies
parles troupes fdrales. Le gou
Minciir CaiSBoe, uslallde nou
vi au dans la espilalc de son Etat,
a conslal les dommages cmiss
par un l oml irdi mi ni de trois se
mninis, par les .....n.fi.-s et lea
| lllagl s.
A Kio de Janeiro, le prsident
lb-niard<'-s a enliepiis de rtablir
solidement l'unit de la nation.
M. Iliiijlic.s i Paris
l'AKIS Le secrtaire d'Etal
amricain el Mme Hughes, arrive
hier faris venant de Lond.as,
ont commenc la j o u r n e par
l'inspection en compagnie de Mon
sieur M. T. Derrick, de l'a m baisa
du des Ktati I nis nue laquelle la
drapeau toile fut hiss pour la
F manire fois depuis le jour da
'anniversaire de (indpendance.
M. Hughes a t reu par l'Ordre
des avocats de Paris et cette oc
casion il a prononc un important
discours.
Aprs avoir remerci ses htea
en sa qualit de prsident de l'A
merican Bar association,M Hughes
s'exprima ainsi : Les avocats
dont les diplames portent le sceau
d'une autorit de conscience qui
est bien plus haut place que i elle
de tout gouvernement, doivent sar
vir de guide aux dmocraties du
monde, car si nous sommes fidlei
aux principes de notre profession
alors nous sommes les aptres du
progrs '.
Le discours de bienvenue adrea
se M. Iliighss, au nom du Bar
n au de Paria, a t pronenc par
M. Manuel l'oureade, btonnier
de l'Ordre des avocats.S'adressant
M Hughes qui tait entour de
ses collgues amricains et esoa
d ens, M. l'oureade ddira : A
I.ou lus vous vene/ prcisment
.1 obeai ver que le monde a soif de
justice et de paix, il ne saurait y
avoir de paix dans l'iniquit ". M.
Kourcade remarqua qu'il tait heu.
rtux d'affirmer cette rdrit devant
de grands juges d'Amrique at
conclut en rendant hommage
IAmrique et au Canada pour leur
aide la France durant la guerre.!
Hpondant au journal Excel
sior qui lui d les vraies
us ta Ma optimisme concer
chut l'issue de la confrence de
I mires, le secrtaire Huches a
ndu : ll ne m lent eraue au
ni 'I. s pi uph i, le plan
Dawes a t appe ave par tona
J

1 <


*
*)
LE MATIN
le* goiivern m l'Ai
lemngne corn m '
la plu- [
la p'ui
. il '
applique h M un
esprit le ju lie
des ration oiiIods
sortir .le- dil \t
sien il
Nouvelles d verses
GENEVELa commi.sion de la
coopration la
cit d>,s s i
moment til un
catalcye inti Bis
eUnuflq i
pronom i
d'un eongi cinni phtq
international | ; I
leiaent les t U
tkUstiqa l'art
cinmato/rnphi ]ie elle a de ma
me jug utile uni exp ition lai
aatioaale de pli >logta| ieatid
que t ilucali
L commi--' d en o i
Ire qu'elle rfcuei
nients sur 1-
de dillrenl* pays et, d la bal
d'encourager un pro
fesseurs et tui li
d de former U I ipei !
pour stimuier 1<
ganisaliou- b u ii m
BS.''.e comit mi, i e de M
[. H Lorent/ ( Hj
dent. M, Henri Bergso
Jilbert Marra] .Vngleti i |,la u
eo Cilobe ( 'apen el V rn >0 U.
Kellog Btali I .i
BKUL'GII ( Angleterre ; Les
aviattiirs amricain* partlronl *
main a 9 beotea p ur Kirkvrall.
Toutes le> dlipodlioe* mil t pri
ses pour que la ro le I ut*r* pai
les aviateurs vers I Islande -oit p i
Irouille par des deatro] rs an n
cains ; tous les al onl t
munis de Beltenri el les -> lis et
feclus ont t sali
il-. p )ur la e us >n cliaudf
funraillea
i
DI
I
Ce fut au milieu d'un nombreu<
Convoi d'ami- qu 11 hier
(es feairaillee du
\ier llou/ier don) ion n 0 tri
la mort dans notre
Au Citai >ur* la
rent prononcs ; i un pu M J.R.
Clieutt qui fui liera .nuis
du d lunt. l'a] mr 1
bancs do l'ci le. 11 I ar M.
littner TUu,
d'Appel qui '
et sua navre i le dln ti m d
pection scolaire de l'Anse.
llora Lime
1 ,, ; /<
H 'ni
h -,
,. ,, | ; |a I I .'.'/;/ g il -
i la mis '
Efitei ii sol iir sur
1, i ou* Po "ter ni eba te
, il.1 ri r
,i e
Porter Jcs coh souple* el
~ or l'omlre.
I es fe An i onpacte*
ci lreavee.
m cl.ml un aaii
liaire ; 1 li .issons frai
clies, m lis ne pot mellie dglace

- Eviter d r braeaor-
,1 lioiil ou dans
un i OUI -fil d1
i ,i r de* i ''emenla levers,
i lit* le tissu* A tram*
i
Ne pas alui-or les fruits,
l mrltnt le rafrachissement ilal ;
e* ( h propf**.
I le Ih mt utiles.
ii l'ai -oui aal naisible; il
i )).
Le cure de soleil, oavoralae,
pe'it i'Im" dangereuse. Cm-ult/.
sou s 11 ' i ; in
l.i i ii 1 ,longettion, aseoir
le m'lui' I mb <. la t^te sole
ve largement,
arroser la figura el la* braj avec
de le m bien fralehe. Prictioaner
Il rgi 'ii du < d t. Au besoin,
faire li i respiration artificielle.
;- l'a- i;i,i\ s, f.nre une sai
gne d'urgence avec un canif
pre, mu moyen l'un* Incision i
le I bule d l'oreille, c' l dire
dans la partie o les dames accro
client les boucles.
Le grand soleil est moins
ui que le lempi lourd,
f;ris, ou le* OU '- 1 I lissent passer
m m ta* ultra violet*.
| i i ut | i unis e\ln\ons
d.- i',i a* I lions de
noire i* "ta Ma-
tin m iritent bien l'Ai e | r s
il ili m it apprcis,
eom enl par exemple wter
eni / BOUS le- roulai p msireu
se- .,. Seal, l > rvic* d rljgi
D* | mi. i,l nous seconder en la
instance.
Puise Ml v ir RU moins dans
m i ilsq ie no s repro luisons
une pelili i [ui, si elle tait
toumieaau publie, aurait recueilli
l'a iprob ii in go raie.
a lieur -.
es obli
gafio Y tjouale
de* Chan ini 'I f" d M* li, f>nl
t m i'| >ts, en
,
io i. queti ,
I. i i l'e pb
r i man
i i ; i.M u | i*
q-i'i e du taux de 4 op.
i i "receiver" de la Ce a
fiagoie iiiirn efl c u ce rereem'o',
aporlmraisronl a\issen
utile de )'a nouvel e
leur revenant.
temps
rpirtilun
fro-
ins
A l'Ecoleficloria Plaisante
Lun li 'y * miJi eut lien la dil
Irili.ili m .les prix aux lves de
\ n lui m Plaisanea.
La lle or^ mise en la aire >ai
lame reus-it pleini'ineiil r.vaut
la riche programme'jui avait t'
i. Les inspecteurs Duviella
el Polhel av lient tenu a tmo
par leur pri5ser.ee de leur attention
pour I-cole que dirige avec tant
de lact cl de savoir Melle rmina
0. Najaa.
Celt* o'e tant ljii-iil par
un grand nombre d'lves, il y au
mit lieu, croyom n jus, le proliter
du temps des vaoaoe** pour apjior
ter au local les an-liorations que
neces-it- no ettt dplorable.C'j*1
u ie peti e re n u | i sir laquelle
nous attirons l'attention tant di
Dpartement des Travaux Publics
que celle du Opailexent de 1*1 s
trudiot Publiq1 *.
Duc visite a l'atelier de
harlista Itwmil Qurbss
Hier vers troii bu es de l'aprs
midi, le Commxndsnt l'arsons ao
compaKn de I lugoieur Moreell
ont vi-il l'atelier de noire sculp
leur national, Norra 1 Clnrles.
Kn pr-ence d nombreux Ira
v u\ d'art expos', les liooorao'es
Vielleur* en liantes ont fait pat
l'artiste de tous leu s seuliments
d'al niratioa, en lui renouvelant
leur d. part leurs plus cha'eureux
con p iLents
"Dcs
L s funraille* de Mme Veuve
Constanlin Kou, liarl. ne Lumne
cie/.,b d cde lii.r, auront
lieu cet i, i. midi t b u es pr
0U<8.
le ionvv pirtira de la mai
son uior uii *, ^ise au Poste Mar
cliand, pour se rendre la Ca h'
d aie.
Nos sincres condolances aux
parents prouvs.
Voulez-vous
passer le so'r que.
que* moments
ayrabies
Alt./ I m auCift l.iiiyi!'"
k |'*ogle lu Champ U Mari el
le l'Avenu; Du:ovs- ( Mnson
|, i u voua recevrez le
plus aimable des acii'ilseto
vous tri iiwn /. n n M t-'rrp*
un servi :e de premir oidre et
ides confommalions do cho .
D s sorbets dlici ux font \&
leurs les plus
dilli:iles.
Aussi l'tablissement 03 i -
semplit pas-
Allez-y do'i". et ro m aajr M
tislaits-
Lps Faux-cols Van Hussen
(^es roi los plus coufortables sont mous et ont I s
poctotla distinction du col empes. Ils sont mntoc-
tiouns d'une saule pice avec un tissus spoial extra
t olido.
Mettez vous^u|)-to^date~en aisant un visite la
maison
i. m
Varits
kkCESOin _______
Mystres
de New-York
8e, 9e et 10e pisodes
Ilutre : 0.50 centimes
Avis di Dpart
UMdep bas pour N rw-York
et l'Europe ( vu N y York li
rel ) par le *|i W G 60RGAS
seront ferm s lemi u v ud edi
1er A'it prochain
Portau-rrinee, U Juilet U2I
I Le Purgatii Idal i
c'est la
Pilule du Dr Dlia ut
147, Rue du faubturgiinl tnn ?rt$
facile prendra,
Ne neceiillanl aacin rparIH,
Us M eruvoa,M |auli U 4f*4t
Sapprlmanl la dlie,
IU M sebilita fii le Balai*.
N>il|eanlpaiderepoa la ebambre,
Ut cias* iKiii perte de Uaps.
Pin icllTt que toni In aluillalrea,
II* st. tu ceaiitjieat, notai tUrt.
DOSE : UM0*rivi, je* UuMe
S U'Ui.l, piiaie
Paul E. Auxila
Voua savez ce que vaut une brosse dent Pro-
phy lac lie
La Maison Paul E. Al'XILA vous en ra?rve
Les jolis tissus <|alnline de lninr- en couleurs mode
que vous voyez sur le Monsieur chic qui passe, s'aoh
tentehez V. E. AUXILA. De mme que les flanelles
Diagonal ncir et marine, drill Shuntung, pour costu-
mes.
Les damas e*. demoiselles seront contentes d appren-
dre que nous venons de recevoir un nouvel aaaortl
ment de Crpe-satin,Crpe de Chine, Satin Sport, Bas
de soie pure ni^fit,Voilas blanc fantaisie pour l't
Tte indien, Calicot et toile drap, Sac main Jolis,
Souliers satin noir. Tous les parfums d'Iloubigant,
de Coty, de Itigaud, les Kaux d.- toiletta de Lubin et
sa poudre de rix Douce Francs si apprcie par Isa
onnaisseurs, Pommades,etc.
JOSEPH SERGILE
Angle des Rues du]Magain
de l'Etat $ de Front forts
Le s. 8. i n irn
naui de llao
ta aal allai I i
brobal
Il partira i m l
glo. Uoiiuh^'-.
coris el San Juan
Port an Prie l*t l'-'t-
OLOFFeu Co.
1)1 h ttjuilttl /t
t( Journal de la lourse"
, i i tes i
,;. que nom uij>ji \r
bu ,/' ru agrmbU
I -: ni h )' tr.
Ihcittins de Fit
Nationaux d'Hati-
' V
\
%\\ili
. I.uire du Clerg callioliqe
*". Le Bulletin di luini lin*
dins sa demi' 7
juillet cou M
sur i Inaisl Bl ',
euro des Qran la Boi le
concours de* con ti il d* li |a
loiue, 9\ i
li lu' s dan rre
la veille d* la i
pelrpnale. I. 10
mari'ifV'- *' 'i'
qui porte I i I II n rabri I
unions rfull ,i
ne.
La eln du i luillel im
pressiomid Irca li ,, e
\enue de loule la pai pour j
assister, et ni, i i ijue
les maii'-s de a joui i lonl '. n
lot de douvi i ri al qu'
une nouvi ll< cri
celle du S Ji ndi ra p i i
tre calibre.
I .Les IV,. Sidai i de
Tlioma/cau, Un m h, i ir de La*
caobaa et ( ,
de St Jowphjtai ni mo iui
Giands Bois uonnei I* ur < n un
au l're L* Blet et onl |
trs lout-hs d.' t ni ci qu'ils ont
^u.
boabailom que i un
de taroissc* 1- i
entendu cojin l a x
Grands Rois. In
li ieux Mraliieruk.
Ncrologie
Suivant dpcku nous
vons np|>ri* < i
Buitus Tipl aine aurvi
del'aix.
Condolanetb proil
p tri ur* d'oH'iKalions ti o|0
in* de i.r .Nationaux
d'Ilaili qui onl aceepld les propo-
lilion du gouvernamanl liailien
en i l >i'- l'ai bal de leur litres onl
reiu, ii ; irtii du 11 mais I914,un
|n ii.i.i \ i s. ment ni ligalion, mu' le munlunt de il^
dol. 73 qui d v,.it leur eire pay
en espi .Le solde, soit B del.
7.1, avall M ltan dans l'attente
d'une dcision d* lMtlmilii*tr'ion
d* l'enregistiemenl aux imiids
1 l'i | 1 lu n .
A la suite de U dcision <|ue
vient de prn lia cel e adi.....istra-
lioo, la nanqu* de 1,1 s, la* a fsd
, 1 | p iinni d 1 droit* foi
1 uni i,l :
lu Pour la* uD'ipatious qui n'-
I al ; I I t du dpt,
natal da dreil de limbra au
8 in|itaut ( 2 0(0 t di ime ;
OUr toutes les obligations,
paiement de l'impol s ir la reveau,
,11 sur 11 ,1 lan 61, raaraaeataal
le paieaa al des coupons arrii
ait uii ..u laui de l'uni M m vi-
inear ii chaque lUhame el ps^
h u cour* du 1 lisng* a l'poijue du
rglencot, ceal itlira la 'de
laqui Ile I* Nanti totale do :i l.jB
H | ! im r el I )
preaaiei 1 1 sa aal de M dullirs
l.et impt ropisenle la 1 n're
valiur.au iliange ouii ler, ue
0 dollar M,
Les poileurs recevront donc par
onligaiio 1 M| ose le so de de la
iiolinr* > pour sa
eaatre*valanr en Iran* calcul* au
mme taux de change que celui
qnl t ippUqu au pramief v*r
lu U.
Les porleori ou intermdiaire*
Invit* apporter le* reus
qui N ni. 1,ni le dlivrs par la
la Seine, lors du d
Ce* reu* seront remis, pour
alioa, la Italique alin de lui
111e de ccnlr'er les dcomp-
ra dni les
Bicyclettes, bicyclettes
Fabrique par la grande Socit Manufacturire
d'V.rmDset Cvclea de St Etienne France) la l'ioy-
elette Svelte'est la seule iui runit la fois loutes '.es
qualits da perfection requises de nos jours.
D'un fini irrproch;il>le,dune lgance indiscutable
et d'une solidit incomparable, la bicyclette S\ L 1 L
est munie d3 tous les accessoires: Fompe, clef, pneux
et chambres air Michelin.
Qe*t la (fraude Marque
qui est sorti victorie "se aux plus importante* preu-
ves sportives dans le monde entier.
Kn vcnle chez
Arlul<< d Famille
C.li ,t
Paroala
Il ii 1.te pur (il anglais)
Nan 1 rot
lJaiuass pour nappes blanr et
C ui'.eu"
Toile drap col in
"t a drap pur til angl i->
Dnia*al pmr mi elas
Uiableineut tirtj
Article p mr Qomt%t
Drill blanc
cou'eur
Chapi 1 ui I 1 aille d'Italie
de laine
Celniu 0I m eaouti lioiic
l'alm il 1 li
DiaKon il Beir
Houeboin blanc aaarieuta
Chausset'c
Cravattes
Toile pour chemise
Cols
Houlons'pour'manches
llo.ilons [ioiir cols
Chapeau* i>iille d'Italie poar'gar-
j.nuct et lillelte.
Voile uni couleur et blanc.
ramages]
merceris
c barres
a Mm iiiiselte
perle
Organdi Suisse
Orginli -olon:^
Grp >n de soie
H i is couleur.
Tte d'Indien blanc el couleur
Ci liemerienne
.N tnsouk tin anglais toute* nuan-
c i pour chemise^
Voile pon^i
Soie Lavable
Crpa de Chine
Tussor
|ii liei-ue anglaise
Sjrge'noire pour jupes|
G .'iMi- lui'* b anclie et bleu marine
t .s mercrisj
Bis jour
Chaussettes d'enlanlsio'on
Chaussettes t "sup. jjour
Satin de chine'noir
Cipe noir
Tulle
Sivon l'alm olive;
Poudre Kloramye, jlava* A. Santal
I Ue danliliice Colgate
Brosses a dents
vcnle
Nicolas ordasco
Aflnl Pour IIh*^
Outre les Hiayclettes "Svelte" vous trouverez aussi
un assortiment complet d'article, tels qne :
Peativ nuances diverses et formes pour chaussures,
fil pourcordonniersel sellier3,Tle en fer pour portes,
Machines coudre les meilleures graphes l'tel Uisquos, liemUes suprleares pour
hommes, Cloos pointes de Paris assorties, un assorti-
ment des plus varis d abats jours pour lampe lec-
trique et abatsjours ordinaire*.
Le tout des prix dfiant toute concurrence
Tente en ijros el en dtail.
Pneus
el Chambres air
Trestone
W ____M~->
L. Preetzmann Agqerholm
Agent pour Hati
Demandes les Bi yclettestSVLTLY
de la grande fabriqu anglaise iThs
sailleij Cycle Co. > de Birmingham,
Angleterre.
Elles sont les meilleures et les moins
chres*
En vsnteyhex :
Alphonse
Haynes
115 Rue Bonne toi
ETO'S,-
[FRUIT SALTl
DHRIVATIVB COMPOUND jjy 4
lepar par J.C. ENO Ldt Londres
[fsrol*' F. HiUki* il Ce Ino
New York
Sales Agent
Purit'ui votre sang. netto\* les voie* urinairei, empaehM la fvra,
le rhume, la conslipatien, tr. _
[Une cuiller d'Eno's Fruit Sait dans 1 verre d'eau le matin vou* et
Ira en bouunaal. ...... -t
W* Quiatii Williim
rr

i
v>

*m
^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM