<%BANNER%>







PAGE 1

LKJ MATIN /:. r i * Hpoir ter Jrqacl die devait 'niner a l aiouroe au rata du /Dit. *" Par sans fil ^DETROIT-Des affiches oDt t | kl lui l tlaUUuutc* U erMbt?,lt S me, fii. et Un oitlic de lieu" lo.ii mioimanl qte tout emplu; ,.i *eta iiouve avec la Louri e a hiUui uueoueir d'alcool, taia r je Uu |N-IOII pour ceit leisou. ta A&III.'MJ'IOA-*le tutlaue Wiibui Mjiiuiii e (,u'uu |o>-cu>Dea pour >uu muni u oi|fe par le t. igis stra ibbnque^a t'< ru PKI ih it que le u ol bf MU COLB Uuil u ILVNIIMJO, .\o*\. Le tous ni. lia aura une vitee de >uiiac •re | > u pi • l uoeud i i ne \i ( i ki 01 8 i.otbde ou riau. >\ AVUl.MaTOtW OU I II OI te que, 3.000 civi.a oui el UCa ou i..uu Obiit les ion.bals a fcao I kbiu ( IJie.il eulie laa lioupes i e> raies tl laa louu ictuiuiiuu litlllt r, tUINaBt .e Il 0l fc Lt Uirllt reu au l eper.ttue> t u r.iai. il ij i*a eu d-aui. uca.LS tauxi u hnaMi MMU3 (Brt.il,— Suivant une inloiu.e.ioi. mgi a de loi pei venue loi les lattes ui k.ouvcibkutcui ont co|iLie ol le lit telie u< cc liou antiraMaU ieo faon et eue* y eiuebeul bue armicr.t lourde q*t le placent daus uua liuaiiiub coiunubd-aui la lotte posi t Q de rebelle*-.Les rebe.lea U-wL,t I s pu ue.ogtr leatioupea loyales q< I aseirgeul la ville par lioi co t ai qui .ne lt ur laitUl qua la c le uoki pour leur leirei e. Un rit q e le moral daa ratellca • ifli LUI. Bulletin de la Quinzaine i .Vu avoua ieu le piemier DU cia.K datt'ie puuiicaliou uui * ou a i lui,limon V. r.eii\>oel f t 4U1 coni.eui a iuireiin ui tirei. .ttl temercious tour ce gra itaua envoi et eu tkomnteoduua le lei.bie. ,i 1 1 1 %  11 1 1 %  Jl VMUi Droit *: A la suite es pieuvt oraks du jt-t y ou la plOBMSa ce uu evttl lu ,ab n eu, Maurice Liauleiid, K.ux Itou au, a,ug. r'ucue, Flix Ka bre H< xwiu.au, f.iukiviu aoul f.abl, H. L). t lulktl, 11 t SnlMlVU, Lllbc\kul,tiiu.|l> aMalLVU, U. I U 1 11 -Un uki iVauiite t.i, y. CuUUUWO, LiipCii l>apllte, bauU e; 1 une AnUiue tl.br.*, leu .>b. Uui|ii.tti kul uubtkau*. II ceuit paiiKuiittiiutbi a u.ue au.1 u cynatoitavkbi f. U. I'KU.I. H. David Yilao (D lilierf l >fis trers reu e nalin la i aile dS iiiviu Xi'a'n qu : | ar uro oidoni ai ce du ('en n • re du Got .eicemci I. MP ILimcIhe l'an I, .1 tte mis co Mut Mi aoue Au ccurs de KO ml tti n ave ror, h r \ilfin 1 01 • K psr! d %  Waiite 1 quel tlafkairl le pii-oi mua el 1 ou a iflrm l< qun IIAi de uuosii du l'rp Ftolt, l'a* luel l r de lu Pilera qui, ncus t il dil. em un pmfi.il •r 1 llenwi / uv ale.'ifi. dei.x u.'cier', les lirtlu nuls Hot be el Mmce-e^e (Piistin avec une rire tntrgie dai.s n lad e t,uo id < 11 a. A 1 li<>| iinl, le ru b des foi vrni 1> rr.ti|iur H. in qui leur IODI |Hdtg, f^vtr.ruira.s.m ni pi-r \r m jor Ti. ktnal linn priei. aka^aa^. *'* % % %  %  ^^mm^^mimm i ^ i % % % % %  n M MM I. %  %  %  i ai %  %  LFRUIT SALT^ DERTVATIVB COMPOtTNO "c % %  • 1 ••• *• *.v ui l.o.drea 1-101 1 I'. H : 'ehii. & Co Ino — H Y ik Pelea i(r'nt Purifier voire sang, nettoyez lea voies utiaaire, anf.fi.bex la 6evre, le rhume, la <\instipation, etc. Une cuiller l'cin .'s Fruit Sait dios 1 verra d'eau le m.tiu voui mal Ira au b^uac sijl. WQuintifl-Will^u insTRiULTuun A. % F. PEARS Limite l Pour avoir le leinl Irais el conserver toujours inlac d relie Iraictieur, aerviZ-vous de i evcellenls produits Je la latnuMJ warqttt|. tt t". rtl lti.*M iJJlaai ; lb i"e : Savons trau.tparjnts 11 Le .t. a, .'.avoua t ansparents an ao.tUes Klne paudro de lato 'tpunl-da 'l'aie pour IJb, Uaionit rou^a* pour levrea. M • 9 Tulo pour Ub, lia.onrou^aa pour levraa. *A*L" lira Viras el Afad Vin .'..cole Pierie fauberl Ce Ibkliu il ; vut lu. kgleut) a Oiaiioek nul.i.v a 11.10.a f.e.ia ttiiLtii un b ie a>vev M>I . oe ubiuiVUI ai u luie.iigtbve ^r %  Mu.! ivtbv isuliel. Kta l (wiutk poits au Jpro ,IUI iu oui le HIILU aVSM IWIb. La lailiaei | Ucetta ; lasagtsse a'a 1 ta de pii.v, Ui<.bgiuk.ii 1 l'e ntt ei gi.uui. tajidi ; tek uvcaa dlliibut'i U.eboiikjbt 1 Wut ivule Va Hk Bpi ikbdi:>clbet.i U 1 ui latici. 1 o.ons le pied, efitot ivlbm, Hutavi uiauV lui Itcv. Uiu ue, kiblra tunps dei pria firei.t d c.iLi aux uavaa qui LUI LIU u v.1.,1 OuibUl 1 abbe tcuiuil. iV ivu pnu.t ou a 1 IL k.iiuii ice dvueie t,ue 1 toute lieue .v..Ui*l il fccX Uitiublea de 10U |troullcl ijbi ibi pu uuiai.i uu uia r leia I.ViLbilii tOUIl lutltie I eeuie or lepicUkU ede ae licuva kvaialt uabl. Varie! es '_,. ^ \ cadreil yj§& Lt.8 Mntre..^^ 5a, 6a t 7o pisode. Lune; Gl.vA>„ JIDlMANaiE f e Ccuvnble L'Oracje < 3 panipa ) Fntw# : G 1 (Yi L",re G.200 lier, le Ltnquel trgani/ a Fa\ S de Ion, pbi 1, a ions de • Uali a u uu plein sucis. Mrnutaqiie. su vice inrricha lie, il bia tu abondance, r an i.e nikUt|uui a cili le MOiliveit L,I.I lui uu: ci celle des MUS etdi IOD tw t Ci >. Au Un irpsgne. i if ( nls tosMs fuitbl |on(b ikr le lebt'b. nu Ur moiH, le I lHccnt de I L b. S il M A. Uiivkllin, U M n stie de l'Inti ieui, le Gnral Me Uoug.l, 1 mm. Un ian.t-bt.rle* Mo avia, au 10.11 de in l'itue, Atiel HollanJ. lejieulenant Auitustir. La Manque de U Gendarmerie qui anlrs sur les lieux n les lu b'Uies viut dunbtr un renouveau de gaiet. L'cclnin anima les un et iaa autres et l'ou^dansa un peu Jusqu'apif* minuil Hunaii|ii* (Miiin les d nus qui avaient rehauss pir le r pisen ce 1-clat de celte runija : Muta Me Uuugal, lima .rirnest Ibautai, .U.lie naahai .tl.iavU, lella Augj.ni', Mur ^uc l'.i art, Melle ^pii. CiuJ, Mme Llio Juaepb, .Urne ciermonl, Mme A. tUavai.iu. Melle liiauibaid. ti paimi les n.cssieii'1 : La prra dnis d nos --i\71 repirt>ra h mme jour pour Mlra-fne, Ca\je*, KinqnVm ,l(i. et Us ports de li ColombiB p t>nant fret plissage** Port-au-Prince, U2\ Juillet i\?24. Gbara & C, Ajjeiits AVIS imporiumi!! 'Le (lus grauJ assortiment de l mi s. TUS tl de U.is de aoie | uui uoiuth ei llummia (S Mliv a latsr'A.NA, vut-a-vi du burau de U l'ea.e. 7. La Meiaau a icu ULC varie*l da l'un ci ne lit tl iro* u. lie ii. Amt qua de ViUPSiCX pu. r da* lue ei liotbine et . 1 x.i II u s \ Mi d'taP.vo.NK, eu *clile pi lui. liqoa de liui cilil boulviller. ce Aiauon a rtuu ega 1 ment uiia iiuiiut qu. ntue de I.VEILL .s puietiiouuk a rjton.1 viutius jour il nui! La tAPANA l'honneur o'al-endie que .• ub M lui larse e .mi>n ue vi.lu MI Aiaiaoi dcuu • ii eic, tu elle a laLK c teui T.iLi, |trubukine de UJHJ irnr ic it oe I e-j i.luliob 1 Inter.ellt) Cau a ue ion bon ft ut tl de a Hue ma* i re e uctvo.i tl UalUr uuaqca a le ut. oile uni couleur et blaa: t a Mtuag i M lUt: 1 • a a boire J •• .Mar| nette > perle Orgiudi Mttl Uif u U oi>>n Urepon 1'. aoii lt-p. co ileur Tte d'I.id eu l.'acc elcouleurj Cacbeme taune .Njiisouk liu aitg'ni* toutes )Dlt> ce puur chemises V >ile pong if 1.0.1,1. i.r,te de China Vu aor lu l.euie angUisa SeigH u nru ,oir jupes G*j.ruu %  i. auebe el b! u maiine M mercr Ut jour Cluuiaettes d'enfio's colon i.lfausselld* t aj,>. 1 jour buli a Jecli'ne noir Cipe noir Tulle 81 m Palm Olive P0.1 Ire Kixr.imye Ji i S.intal l'Aie dallffiee u .i k atj UrOkMs tleuts Ar'ide* de Famill* Ci' l'ail •'< iuir fi' anglai* N.n .k L...t-u par nap.m bine ai C'.ulu" 1 lr.1.1 en! I a ilmp 1 u bt anglais Dam BSi p Nlf mi'eia Dub e:Qd .1 luit Airles pour lloin n• Dri 1 lilarr a coulur' Cbapfaux de pai'l. d'Ia le t de laibe Ce : n!n ont t n tMOuUbotM l'rtlm Bas li l>iH|fonal nir Moui hoir* b aa suaiieura l'Lassal e Crav ils T 1 e ; our chemise CI H iloai piur'-n.nebe Il util pou (o's C.ipi'.iuv p. le .1 IUlie prar .tjara ,. • 1. el tt li.lelli. I i i Le paquebot "Caraville" de 1* tour de 1 otl du S-d est alluulu iHinedi iO ruiranl. Ik il reperdra le jour de s n an i. ve joui Cooaives, l'ort de Pu, CHU liniiien, l'uarto 1*1 s 5*au Juao el le Havre, prenant ut et patiagcra. 1 LU au Prince, tl Juillet 192k . rt e v. 1 . itOUlLlN. A louer Chez tee WPressoir La Maisou E. IDEU1X Annonce ta clientle qu'elle a r u par le Steamer iVaraveltet un qra •<* assortiment de ''Bonbo is Jacqain' tbiiie ae chocolats fantaisie'. Vins dr> Bordeaux lilinc 5 cjourfi!t, : lt. • ji.... v. pu u ur ,• tla i. ii, Tia..i., Btu :• \L\ fro'mje, L M ^.t:, ele. T1 L L Ull L Preetsm%nn lyjerliolm. Ayant poui Hati • Bicyclettes, bicyclettes La Jicycelt Svelle a.t 11 s3,1 la q ai raa lit 1 1 l >\> to JISI Isa q lallfcA da p 'claiAoa r^q i %  ds nu |ll,ira. L)'J3 fini Irrji.-ja.'i ihl'.il'im t>.s jan •• m .issutsble et t'a.ii* 1 tj 1a ji api a i\ >, la bioy^Sci ) fiVal i ri, • %  t -n 1 >• do t IUI li'* aocasitrea l*OOp>, clsf, pieux al c 1 bra • 11 eir M •• lotm Gc*t la grande Marque 1 qi esl sorti vi=tarie se aux p'us importa.ues tipreiivea s]i jrtlv aa dius le m mie entier. En "veille chez Nicolas^ordasco Aueai | > ir H i I Outrie'x nicyalat'oaV^iH •• %  > ustrouveti Ui assartiatiiit eooaplct d'article, tais qu ; : L l'e.uiv. n.i i.ue mverse el lormespoui cm t rouverez aillsl aussurea, fil pa trcor l 1 larai aatltcrs, l'ute eu 1er j-oar pm tes, m ire le> m MI!.' i ra au iiOiia, i'iv aln?h)nis • o flr.iiihss l'.'il • t|)isfi< h Tim'a, 1 -> %  >'. > •• • 1 ri • -o Ji-j.a M > n.at Lt '. 'i •• ... •C4 l'I a 0 houo •are* pour %  i a orti. a^i laty a>noaICulj CU ylu* Cl u.. au .du. w; \ .**



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE .MHU\iE9* Clment Magloire BOIS VBMU 135* R Am*rloin NLMEIU $Q CENTIMES *Sea ANNE W* 6067 Quotidien lELBPBVNa P0RT4U (HAHI) FILE COPy L'hnaiinr, la patrie et le sol fr'**' Mnmitj u la patrie ne forment qu'un.ainsi P AN **u uwo notre honneur, c'est l'honnaur AUais Unis une extemion formidable au point d'tre la troisime industrie. Le cinma amiicain a d a vedettes fameufea, les Peailwhite, les Fanny Ward pour ne citer que celles l Les magnats de I in* duitrie du film n'h*?it nt p:i dpenser vini cinq millions de dollars pour iilmer un roman, .-sde rentrer dans leurs dbours. A los Angeles IU reconstrui-ent de lie-* vieill a a villes franaises, la liide, ran.Jcir Utiur^ile de monuments, tels que Noire dam 1 de Paris, lea nef* de ce dernier difice ave; Uur monde de statu-s est d'une ressemblance si gran lu gui I on pourrait ai-ment s'y mprendreCeci pour dire que aot ne taisons p is la guerre en cri vaut ce qui va suivre, une RU r re systmatique au cinma am ricain, dont 1:011 reconnu-soi s l'inxuiosit | our 11e pas dire le gnie La guerre? faisons la nousmmes. l'auian?, Dimanche soir, exhibait un tilman.ciic.iin : (.œur de mreCertains sentiments qui y sont exprims, sont l> eu propre choqur nos cots la tins et mme atro latin-, l moin cette scne o le mari d une femme toute de semiCiut qui le su'prend eml.rassar.l chez Ile, une mal rtsse lui dire avec une brusque rie toute saxon ne un million de dollars si etaccepte de Jivorcer. Nanmoins pour intressantes que soi Mit les critiques d'art et Ue nears ell. s ue nous proccupant poi .t ce li'm tant, a n'eu pas douter, pO'jr beaucoup d'esprits di-tur gus une merveille d'art et de composition et les mœurs Iranaises pouvant laisser rveurs Usbeik et Rldt taul il est vrai que tout est reLlil bien avant ,iiisieiu ei <[ it ue taut pas discuter des gots et d. s coud urs C" qui m'a MVcin ut f app, je ne sais pourquoi, ce soir la j i le lus puucu it-n luen 1 c'est le peu de soi ci qu'appoi lent les f iropntaires de cinma muie ia'ins de 1 aissance, dan: le choix de film* %  0 unie Cœur de mre, pour n'en citer qu'un, o h race noire est reprsente sous 11.1 aspect mprisable tua au plivsique qu'au moral, au moral surtout, le pliysi-ju et ni secondaire. (Jue. es films soient exhibas Nc\v-Yo'k ou dm* la Vrgi i)i-„ iLilm ou Londres, pe 1 nous cliau', mai.-, lions entendons tre nspeci", dans notre rac, boom soit qui mal y pense 1 quand nous payons de notre argeuli en II -1 1, dans un cin* ma h tienA quoi veut on en arriver inconsciemm-nt en pro* duisaut ces films tendanci ngropliob'* ? insinuer en nom . poison vinlriit propre pnui r udre mfprisab'es tVos'propr s yeux, augmenter 1< toit? vanit de quelques uns qui sa Aillent peulue de n' ie pas du vil troupeau, nous taire IV noiict-r l'idal que poursuit leuvineut la race mire qm est uVssay r de renouer le cycle brise de l're antique o eihj lut dpositaire, pile aussi, d ; la civitisaii m i-t v mirai b.-m voir uns. linaa .insre do*' uer eu alLioagrie, un lilm de propagande aiitrallem m le Mairie IJ renomme mondiale qui 1 a-compsgue, le im • Les quatre UiV*UMi de l'apocaly-pad y a-t-il trouve grce, mme tilie de documentation ? Cest douteux. Un autie fait m'a mu ce mme soir, ce fut la passivit liai li nuDans tout autre milieu, en tentrd compte de circonstances quivalentes, ce Glm.Cœur de mre , eut dtermin un toile. I -i, rien d* teia Qu'ils sont ingni ux I s lilarcs e qiils savbnt se moquer de es inoricauds , aini d v.iit tre le propos que be 1112011 p se e nai-nt a eut nim s Q i'il* s'it 1 fri -urs c '8 n/rj a n i '.'in devait se dire un autre et qu •' aut-e I peut tre un de ceux qui w peut laisser aucun doute sur son online Nous aiilrts, deviit penser le petit nombre qui accepte d'tre ngres nous situm s autrement suprimis bim que ngres. Iv j* nen-ais qu; nos toul'S, sauf <|iian I elles ne sont pas moutonnire!, no t j t m'is ii'i 1 ' co'Ti M ni 1 priori ell-s se trouvent d'accord, commquand il s'agit d>! c-s %  .randes mites : religion, rai' ', patrie. Celui qui, le soir de x C ir de mre •, eut vou'u 1 rntester nairatt ps< trouv l'appui de son voiinquu lui.se oroit p ut-lre un blanc II s 111 ble que toute une sali* C'aigu d'avouer son origine. Qu'un srtist • 1 trang %  '• ait eu devoir montrer I., noir as-t ;rvi au ftichisrpa au point d* ne pas pouvoir* rsister l'ordre d'une prlress* notre lui enj lignant de sacrifier une tiaiusi humaine, qu'il le rep'6sentear m dson ,-outeau pwir tu-r uninno.enl petit 'Btb'anc. c't son affaire Mais de IU films, noire d voir aujourdlu i plue que j z qu'une p opagande i' tresse d>-|>/isa des mil'ions de dollais en vue de nous j-ure C nsn r c Mii; ba|. s pour que ce pu' jug qui diminuai, a'alii nui n u tre chez bi n des lrasjeis vivant ds notre vie. ne vienne f% ral'umer eac6 es lisons d la ta 'amalion systmUiqe de ton e une c atse de ngres, le ngre amririmi. IJ s. ese pisse aux Klatf-L'nis ; que ce mmeaitisie, ce irm sriviin "n'ainl pas cru d voir choir en Europe ou dans i'Am/riqus blanche les cœurs n irs d nt il avaiei t lvsoin pour ren a nous ne pouvons eus empehr de penser que parmi I s gens de li ur rice ils pou vaient en freunemci'soii miraculeuse : trois cents dtectives nous apprend un sans li' rcent recherchent Pastu-ssin d'une petite lille, le cCoturier da c; m 1nom i 1 I jrm • q e la police a 11 .i par mettra la main sur un m urtri -r a son 'rg'-deux'inicrirae.'t .< Paris, Paris q ti aprs i'Atlicis et la Home antique* est sou c J de toute lumire-, la voix ue Lourget s'est lev inqmte de cne tdguri d. 1 oaul qui traverse le monde : cruaut dont ne soit pas exempts ceui mme dont le i-hrisl disail : Quiconque n -'st pas semblable a ce p l.t enfai.t. • Non Q* dsvons pu laissar p<1 trel efetS uou, la cbaval ds Trois doui Us l.-_Ci icokr n al las grm-s dlait-rei de U l; il a morale - poisua subtila qui DO IS fait nous aMprisar jus^ua nous (ilataira Sa BU- anima. Au caa* traira, *ars devrkjp avoir Pauda. e lia rpudier an parue l'an ci. noa gense qui v ta t qu* nuira race ft maudite, comme d'au r s dai une ncessit moins vi'ale, non imper >e> af, voudraient avoir une bible moderne don' 'es petoi nagea aaraieat des ameiicaios niiiatti. O a-l-00 pris que la race ooira t u maudite ? qui a pu pouseer la pr raiera h> mm-- qui rapandirant puis tirrent crtte ida sur pareil min* a-ir dans ca sens?.N'estce pas une inconsquence dans un piyngre d'enseigner la jeunesse que la race a laquelle elle ta rattache fut maudite, — n'et ce paa la livrer a i dcouragerne ut, cet'e ide ne peut que sourire aux peuples ennquiants dont la. jeunesse, pour tre tdus apte domi ner, est Mturee de cette ide qu'el e apiaxliaot la rare lue. Al'e* via faiie savoir quelqu'un qui souffre que loin ses paraats sont m ta du mal dont il et at eint IJ i explicatio-i plus a-iauiitique n e-t-elle pas da notre leainerescence t De h mues intresse rdure d'autre* l'ea :la ge n ont il' pas mis cette opinion a, desseio ? Ne f ut il pas sa aais V l da la iradilion inspire .' des rnnf li> g'giotesques pour la upr.'m it a n'unl-i s p s eu ieu o a race 110 e a perdu la partie, le v le droit iiteroi ionl tait lettre morte.ou seule l< f>rce pimai', da tfinpots'e lut l'ampleur da l'.lprale de la lullb qu* Ua hommes ne puran. pir euis IravaiM. sulfl-e a la suhsis l^n e dl'humilit entire laissant d*ns U misera U race vaincu Audet Je probl ni <|ui devraient intre*er les rrch ih s d ur> esprit savant de la race. Loin le non la pens ; de n.iur r'r ou d'env. nimer lea querelle de rice. de prA ha le e'.our l'\fri q te nous rptemaa avt-c le grand • lu I qui a sori la Turq>na de I* ri 1re : Le* m* ont diverses, U t ivi|i*tion et use, on lie nous oleia ie|indai.l paa le dioil de riUN lever rouira la lendatice tous otfrir dis films injuiieui qu; noua divisent. puisque tei tains tspi ils soot assez faible s. je la devine, pour vouloir n jeter luuie •.lia ha avec la tare eu tfusant da reconn. lire Mit l'c an, ne se r-it-ee qu'un anir* yiaud (re, Itta re mttiie avec es conI u pleur* refais nul le ste de l'.uia tandis que la race, en attendant la Terre rrojiiar, gravit le ( o'gotha. De ce mpris de soi mme et des au'rrs que ces (i uis dvelop p nt insensiblement, dans le ul c n'i ut, que veniez vous qu'il l-u'le >itiun un iiiuimiii.li n a I r our des quaslious d'affinit ua lureliade vwuluir a'vleier Juiu gamme daa couleurs jusqu'au as> u, mais ils uoiveai M auuvauir de leur origine, aa paa cratadia de se (attacher au trou n,.ir da la robuste Afriqa< qui a ven lo sang gnreux de aea e. tante /pars dens le monde, pour 'utee les grande* ceu**s o se ttouvaent mlera le* i lea A* Libell, de JuMiee, l'Afri |e dnt e eer* veau repos sers peut 're un jour le cei> rgnrateur de la >i 4 ua blanche. Fred. DESTOLCHS^, av. Bulletin des Statisliquaa Nous avons reu le premier nu m^ro d nn U i Iflin da* sl^tiatiques qae le Bure 0 illelin comoren un ta•'eau * la Ostie P.ih i-|ito y r• n pris I* m.Mnde li luciare, juiq>i au 3<' ii %  coul et s'leint e*. xt, y 3, J I7.il, un tat des recettes et paiements ar t i la m>ne date, un re*um rnensue! du Commerce lOxi sur da la Kpubliqua d Hati p' ur -a .noi* d'Avril lwz< i-omjar Avril t)z3, cl les 'pt moii fi-i-sant \vii 1/21 compars', aux se d miis finitssnl A,ul l.;3. u i lab B 1 dl l'Impi'l! *t d i l'Xpo talion auivtn las eilYrertl vh d*os noi diffre us uorf, et euii i ui ttbleiu StlaMtlII le* prod lit* im n.-tJ* et exjjr* dans m* diffra it-< pirs dirinr les se,>t moi* liai-an i t en \vr.l 192|. C e-t une nuS'icdio i uti a a -p l#e an dr^da* ^elvice i Htirtut blaa eux hommes daffa tes et aux coin meranla. Nouvelles Etrangres Pef r|)|*) Pour combattre la aoil Depuis qielquas jxira il frit une cbileur iusupportiba* Li gr me quj.t OQ, l'u i q le questitn : Uieul qi'il fat cliul! Q est eiquoi va boire? Comm ml ne pia hoir-* qiand en a chiu I Ku! Sans diute. si l'on s'ecouUit. on b irait dea toaa aux. La vrit c'est qu'on se ir.itnpe du tout au tout. Eu buvant |tlac, on croit se ralfraicbir, se d^altrer. Ce n'est qu'unillusion! La sensation de fr I. heur q l'on p ou Ve est si cuurte, i patiagie. et U lsultts en son ai uvuneuarl D'abord ou transpira de plubelle et mme davantage ; et ensuite, on est ancoie plus altr aires qu'avant. A cela, vous m* rpoa dr z. probablement, qu'il u y a qu rcidiver / Xous ie)*a rien qie vou* tombez da tuite data le ires. Voici ca qu'on enserre : Las i rarigeade. lea ciiroonade-s et d'ebireab isaons soui laulai.Usau ai pime d g ni'i sucuaa d'elles De dratie vra.oenl. A c i slns m p ai bis, e le*onldaegereune — ca r ne 1 oublie/ pas, les b i-ona g'a. es ira* b eut la digeetiou. Lea deux boirons q ii datai reru soat, dllae ie vuus bien, le th et le ef, pas (lac ; quant au th, n'hai tr/. as* prenez le t Je. Voua in doutez.' Ls..MU a* iM uiiui i anute. da el ta "H Antoine Fwer. .Noua avoiih IM,U le I'. f. C nwire ami An oii.e Kerraf nui l-aHi hier par a Carael'e' rendant &>i,tisgo de < il-a.ea m lile C Ccolibur Guialda l'r m'gralion. A celle occaioa noi %  looa uuncuoipUHMDi a u rerrar. lutiur da la truublanle qtiealioii dea rparations l.tNORKSLes chefs des dl gat.o.ie a* soot runis daoa la ma •• teeet ont envisag U poaaibilil d une cotamiasion des rparations rsofj t) par .i s am >ic .tus cou* i-Haut les latnqae neuts aprs coo a l'tilmu de la ao it de< N ttio.is ou du ermite de i part a. aise t > %  4*1 a eoulev la quaaliou de fin vilalioo de l'Allemague aux aaa aa*. Adcuae dcisiou n'a t prie. lea frani;>is s'opposent la eeevj cation dea allemand* ar.nl qu'un acrorJ complet ue ao t ralis au saia le la confrence. Le dc'i|>poinlenient do I. Paul Boncou M Paul tloncou, da retour .1^ I* Itubr, crit dans INEuvra q t'il a le c.uur a-rr a l'ide qua I'AIK e'.erre refused'adhrer si pacte de garantie propos p r la Socit des Natious. L.s]Jcux Oljmpi |ues PAMIS — L'preuve pnne paie pour l'obtention de* points s'est tri ie hier par li victoire a n r ca ne au tenais, il res'e encore q .ir preuvee avant te ermo uie io lotira le il Juillet T.ois il-ealre lies : I a tp rts {uetre<, le yii h in^ *l le lever de pndt, ai root eu iiu ;* a>j niidh >i. I. V ni nqui il rcpis n a aux suori' qa i r s, m us la seul sport d us leqiel e le cherche a* a.sling mr a i la tourae cjdisr* ; sii arari ai H parmi les cooour.ants de 3 i n t 00, prendront f rt aux ieu >eoiin, le* i>riuvee) d-bie roui p rr la c lurte le IdS kiloma 1res su roJle.ll y ajn eg • emnt une eu irse pu rqiip* da VX) i mi trs lequel e q ,mz* natlana aa sont lai. inacrirr. Le rjcor 1 IOO i iil du lever d a poils l'errachv d'an h ai a battu deuv foie aujourd'hui. De Cotligmet (Kratice, en kilo Lan Uspietiva un iiuids da la var de i ou., V udepuile (France) a remport la vie oira, il arraiha d'u i bra* ?: k lu 50o. Las d us argeotiiie Meule il Hutre s* sont |,.a.e dernire et leur ovilleire p rluiuiauce fut OS kilos 500. Heu ri .o .lu-i et Itene IACOSI* d.puie roui ie* simp.es de la coupe Devis avec I i quitMeaagl i*e k hnsibo na ( UIMO |, Samedi prochain daoa le liu le iulop enuas de lt unis, LIN bel et Jacquee tlruguee joue r mi le* d ubs, Jeau somin, fa ig i apr lat. m ttou a d* SVtm u.e.i.u et d** J*u oiyotpi^uea, e r-pose maiil ira aux d.i Uni* ai c* o la Krau • battrait l'An g a.ena. 4 la Coulrenee ioterallie Di sarcoi d* l'Cipriit .peiira la aise ei tijienr II injit Oawej LONDRESLea garanties pr vu, pour sauvegarder 1 emprunt allemand pr lequel on aa piopoa de m (te an vitruenr le projet lia** oat t le l'ilnrip il sujt de la ili• -i selon parmi lea dlyu* i I* c n ter* Si* iuleral.ie sujour d'hni i Le ditcu.rions antre lea d 1'gue linaccier* e>la eonfrecce et des bai qu ers euieticin qui, d' i>'ei te qo l'ou peuprcuuiu %  la plu* grande parti* d l'em M. at de zOO.OnO.O'Mi dollar* ir at et qui aVkieul romasenrd irrun-'ia tenu lit aprs la publication d>* rappo'ts d* la c mmission des manqu'BMnls et Je* sanitii aa >• aonl poursuivies. Alui que dsna la* miliiux olfl stria nu D **a.ble pas dispose •vtMfeVves l'altitude dea Lanqui is i craat una erse, un re< i n I • l'iILl-'aiiOile-v ItliUXiiirS a iiu.iliSa* Se* gi* suffi aantaa pour l'ampruat propos doit tre satiitaite. Ou eJuiet, en effet, que la mise an vigu-ur du projet Da** dpend eutiremeut du suc ces da 1 emprunt. Le vagua d* 1 ar ticle d'apr lequel U Franco pour rsil ioeiater sur aqn droit d'actiaj spar** an ca* do m>a ,o*meut da la part da l'A leaeBjoe. t*t un.dea principaux obalaole* ; la, ligure ue M. Itay aoud t'oia are apparat toujoure comme ce la d'un d -s c i tiqua* 1** plu* a'.-re* da la cjnte re.ic* et u Lut qu* le Irauai, tiennent comp'a dsna les conce* %  iot au il* pourraient fa ra au au jet de leur .iroit* i'aprs le trait da Versailles D'apr* 1. jourasl r*|egraph", le* baa|uier* cousildreot la sauva f erle d* politique reprsent i par i *inptad|onclijn d'ud ciioj-n aiiricaia la cassa asioa daa r psralioae cmnmu protectiou i lemisaut %  pojr la. aouscrpteur p d q te, d'api* eu., cet ,ir n s < nj*t ue leu.-asjre.it .aa uni m t,i i,e iiu.iarsle da . cette a* aedble. •I f'ieuait a sujji qua la ta M h U a Usit p %  i | iieir. .,11,111 et aoiiricaiii* oui reuui la que.lij i deraccirl des ixpsrts al celles sur lea gtnn t et de* emprunts et da la libsrt d'action de lt France. P.MIS—La eomnssioa d il nsace* d* 1* chambra a aiept un %  >r-jj*l concernant c rtaii* cieln* a ijpimentairaa pour l'exercice xesl, (ensemble des rduction* avortes aux cinls demande* pai ie gouverumeni e'iva 10 millious. Ou maa la da Home que la Ptpa a euirelanu M^r i'.*reiti d* la poli ti (ne religieua* de* giuckss eu Fraoca. L'aairal t'au a ' non n vice praouleot due JUS il su^ leur data UMU-ta*. Lue uepecue da M dr i anu ia ce qne M: fiLno u idvcra est UU ie du Maioc daut la malin, j et a i obiuqu aussitt 1> Diiectoi • %  Au cour* d'un* neptioni Meiiila dimanche, u dclara qu il iait dcid xcuier le plan | • vu au Maroc esta le saiia.au* ie dsir de l'ba, ague. PARISIl iCsuilede* dbats dua pie*.*pblil tl,SUJI* qui s aot do toute*u*ui %  cour aa Caasaton qu* la ptujet d'aoui U* vol |r U inau.vt* at %toanl au MI at ir vnit l'amuiatie ue bigauite Uau4 eisiaa d* la Cour relative aa ca* &f • e V 41 \ | ^Sv. 0te*-.^#:;~; f^tm rt V El


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06240
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, July 24, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06240

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
.-
MHU\iE9*
Clment Magloire
BOIS VBMU
135* R Am*rloin
NLMEIU $Q CENTIMES
*Sea ANNE W* 6067
Quotidien
lELBPBVNa
P0RT4U
(HAHI)
FILE COPy
L'hnaiinr, la patrie et le sol fr'**' Mnmitj u
la patrie ne forment qu'un.ainsiPAN **u uwo
notre honneur, c'est l'honnaur au de la palria ; ootre honte, fa
honte ; nolie gloire, sa jloiie.
Hous somme donc tenua Je
nous ttir de dignit, pour qu'-
aile aeit ditjne ; de grandir, piur
qu'elle grandisse t accomplisse
ses destines. Fui Lecharal
JlLDI 24 JUILLET 18H
A propos d'un film
V
Nous savons tout que le sep-
time art que qu 'ques uns
vou iraient p'acer au premier
rant a pria aux fc>ais Unis une
extemion formidable au point
d'tre la troisime industrie. Le
cinma amiicain a d a vedettes
fameufea, les Peailwhite, les
Fanny Ward pour ne citer que
celles l Les magnats de I in*
duitrie du film n'h*?it nt p:i
dpenser vini cinq millions de
dollars pour iilmer un roman,
.-sde rentrer dans leurs d-
bours. A los Angeles iU recons-
trui-ent de lie-* vieillaa villes
franaises, la liide, ran.Jcir
Utiur^ile de monuments, tels
que Noire dam 1 de Paris, lea
nef* de ce dernier difice ave;
Uur monde de statu-s est d'une
ressemblance si gran lu gui I on
pourrait ai-ment s'y mpren-
dre- Ceci pour dire que aot
ne taisons p is la guerre en cri
vaut ce qui va suivre, une ru r
re systmatique au cinma am
ricain, dont 1:011 reconnu-soi s
l'inx- uiosit | our 11e pas dire le
gnie
La guerre? faisons la nous-
mmes.
l'auian?, Dimanche soir, ex-
hibait un tilman.ciic.iin : (.ur
de mre- Certains sentiments
qui y sont exprims, sont l> eu
propre choqu- r nos cots la
tins et mme atro latin-, l
moin cette scne o le mari
d une femme toute de semiCiu-
t qui le su'prend eml.rassar.l
chez Ile, une mal rtsse lui dire
avec une brusque rie toute saxon
ne un million de dollars si et-
accepte de Jivorcer. Nanmoins
pour intressantes que soi Mit
les critiques d'art et Ue nears
ell. s ue nous proccupant poi .t
ce li'm tant, a n'eu pas douter,
pO'jr beaucoup d'esprits di-tur
gus une merveille d'art et de
composition et les murs Iran-
aises pouvant laisser rveurs
Usbeik et Rldt taul il est vrai
que tout est reLlil bien avant
,iiisieiu ei <[ it ue taut pas dis-
cuter des gots et d. s coud urs
C" qui m'a MVcin ut f app,
je ne sais pourquoi, ce soir la j i
le lus puucu it-n luen1, c'est le
peu de soi ci qu'appoi lent les
firopntaires de cinma muie
ia'i- ns de 1 aissance, dan: le
choix de film* 0 unie Cur de
mre, pour n'en citer qu'un, o
h race noire est reprsente
sous 11.1 aspect mprisable tua
au plivsique qu'au moral, au
. moral surtout, le pliysi-ju et ni
secondaire.
(Jue. es films soient exhibas
Nc\v-Yo'k ou dm* la Vrgi
i)i- iLilm ou Londres, pe 1
nous cliau', mai.-, lions enten-
dons tre nspeci", dans notre
rac, boom soit qui mal y pen-
se 1 quand nous payons de notre
argeuli en II -1 1, dans un cin*
ma h tien- A quoi veut on en
arriver inconsciemm-nt en pro*
duisaut ces films tendanci n-
gropliob'* ? insinuer en nom
. poison vinlriit propre pnui
r udre mfprisab'es tVos'pro-
pr s yeux, augmenter 1< toit?
vanit de quelques uns qui sa
Aillent peulue de n' ie pas
du vil troupeau, nous taire IV
noiict-r l'idal que poursuit
leuvineut la race mire qm
est uVssay r de renouer le
cycle brise de l're antique o
eihj lut dpositaire, pile aussi, d ;
la civitisaii m i-t v mirai b.-m
voir uns. linaa .insre do*'
uer eu alLioagrie, un lilm de
propagande aiitrallem m le Mai-
rie Ij renomme mondiale qui
1 a-compsgue, le im Les qua-
tre UiV*UMi de l'apocaly-pad
y a-t-il trouve grce, mme
tilie de documentation ?
Cest douteux.
Un autie fait m'a mu ce m-
me soir, ce fut la passivit liai
li nu- Dans tout autre milieu,
en tentrd compte de circonstan-
ces quivalentes, ce Glm.Cur
de mre , eut dtermin un
toile. I -i, rien d* tei- a Qu'ils
sont ingni ux I s lilarcs e
qiils savbnt se moquer de es
inoricauds , aini d v.iit tre
le propos que be 1112011 p se e
nai-nt a eut nim s Q i'il* s'it
1 fri -urs c '8 n/rj a n i '.'in
devait se dire un autre et qu '
aut-e I peut tre un de ceux qui
w peut laisser aucun doute sur
son online Nous aiilrts, deviit
penser le petit nombre qui ac-
cepte d'tre ngres nous situ-
m s autrement suprimis bim
que ngres. Iv j* nen-ais qu;
nos toul'S, sauf <|iian I elles ne
sont pas moutonnire!, no t j t
m'is ii'i 1 ' co'Ti m ni 1
priori ell-s se trouvent d'accord,
comm- quand il s'agit d>! c-s
.randes mites : religion, rai' ',
patrie. Celui qui, le soir de
x C ir de mre , eut vou'u
1 rntester nairatt ps< trouv
l'appui de son voiinquu lui.se
oroit p ut-lre un blanc II s 111
ble que toute une sali* C'aigu
d'avouer son origine.
Qu'un srtist 1 trang ' ait eu
devoir montrer I., noir as-t ;rvi
au ftichisrpa au point d* ne
pas pouvoir* rsister l'ordre
d'une prlress* notre lui enj li-
gnant de sacrifier une tiaiusi
humaine, qu'il le rep'6sentear
m d- son ,-outeau pwir tu-r
uninno.enl petit 'Btb'anc.
c't son affaire Mais de I-U
films, noire d voir aujourdlu i
plue que j accepter, c'est bien a'S> z qu'une
p opagande i' tresse d>-|>/isa
des mil'ions de dollais en vue
de nous j-ure C nsn r c Mii;
ba|. s pour que ce pu' jug qui
diminuai, a'alii nui n u tre
chez bi n des lrasjeis vivant
ds notre vie. ne vienne f% ral'u-
mer eac6 es lisons d la ta -
'amalion systmUiq- e de ton e
une c atse de ngres, le ngre
amririmi. Ij s. ese pisse aux
Klatf-L'nis ; que ce mmeai-
tisie, ce irm sriviin "n'ainl
pas cru d voir choir en Europe
ou dans i'Am/riqus blanche les
curs n irs d nt il avaiei t lv-
soin pour ren roi an ou I ur lilm c'eel gale-
ment leur afl'e.nous trouvons
iusle qu ils iiit pir^ti'les
1 urs, chirit bien n-do-ne*
c-jramen int par soi mm*
Mais io> a nous ne pouvons eus
empeh- r de penser que parmi
I s gens de li ur rice ils pou
vaient en freunemci'soii mi-
raculeuse : trois cents dtectives
nous apprend un sans li' r-
cent recherchent Pastu-ssin d'une
petite lille, le cCoturier Etats Um>da c; m 1- nom i 1
I jrm q e la police a 11 .i par
mettra la main sur un m urtri -r
a son 'rg'-deux'inicrirae.'t .<
Paris, Paris q ti aprs i'Atlici- s
et la Home antique* est sou c j
de toute lumire-, la voix ue
Lourget s'est lev inqmte de
cne tdguri d. 1 oaul qui tra-
verse le monde : cruaut dont
ne soit pas exempts ceui mme
dont le i-hrisl disail : Quicon-
que n -'st pas semblable a ce p -
l.t enfai.t.
Non q* dsvons pu laissar p<-
1 trel efetS uou, la cbaval ds
Trois doui Us l.-_Ci icokr n al
las g- rm-s dlait-rei de U l; il a
morale - poisua subtila qui do is
fait nous aMprisar jus^ua nous
(ilataira Sa bu- anima. Au caa*
traira, *ars devrkjp avoir Pau-
da. e lia rpudier an parue l'an
ci. noa gense qui v ta t qu* nuira
race ft maudite, comme d'au r s
dai une ncessit moins vi'ale,
non imper >e> af, voudraient avoir
une bible moderne don' 'es pet-
oi nagea aaraieat des ameiicaios
niiiatti.
O a-l-00 pris que la race ooira
t u maudite ? qui a pu pouseer la
pr raiera h> mm-- qui rapandirant
puis tirrent crtte ida sur par-
eil min* a-ir dans ca sens?.N'est-
ce pas une inconsquence dans un
piy- ngre d'enseigner la jeu-
nesse que la race a laquelle elle ta
rattache fut maudite, n'et ce
paa la livrer a i dcouragerne ut,
cet'e ide ne peut que sourire aux
peuples ennquiants dont la. jeu-
nesse, pour tre tdus apte domi
ner, est Mturee de cette ide qu'el e
apiaxliaot la rare lue. Al'e*
via faiie savoir quelqu'un qui
souffre que loin ses paraats sont
m ta du mal dont il et at eint '
IJ i explicatio-i plus a-iauiitique
n e-t-elle pas da notre leaineres-
cence t De h mues intresse *
rdure d'autre* l'ea :la ge
n ont il' pas mis cette opinion a,
desseio ? Ne f ut il pas sa aaisVl
da la iradilion inspire .' des rnn-
f li> g'giotesques pour la upr.'m i-
t a n'unl-i s p s eu ieu o a race
110 e a perdu la partie, le v q eur n'a li pa< Uit prdominer
Si- ides, o'a-t il pas crit 1 liistci
re; ainsi que le dis lit ua trnerai
sllemsii I, ce*t nous quicrirmi
l'hntoire si nous avjai t victoire.
Cette d'gineretcence n'ett-ellu
p li r lt t des ssaffraorri
physiques qm til en Jurer le vla-
q i ur en des lem js o l'ovin i m
ruo aie des peuplas ne pouvait
es 1er. <> le droit iiteroi ionl
tait lettre morte.ou seule l< f>rce
pimai', da tfinpots'e lut
l'ampleur da l'.lprale de la lullb
qu* Ua hommes ne puran. pir
euis IravaiM. sulfl-e a la suhsis
l^n e d- l'humilit entire lais-
sant d*ns U misera U race vain-
cu Audet Je probl ni <|ui de-
vraient intre*er les rrch ih s
d ur> esprit savant de la race.
Loin le non la pens ; de n.iur
r'r ou d'env. nimer lea querelle de
rice. de prA ha le e'.our l'\fri
q te nous rptemaa avt-c le grand
lu I qui a sori la Turq>na de
I* ri 1re : Le* m* ont diverses,
U t ivi|i*tion et use, on lie nous
oleia ie|indai.l paa le dioil de
ri- un lever rouira la lendatice
tous otfrir dis films injuiieui
qu; noua divisent.puisque teitains
tspi ils soot assez faible s. je la
devine, pour vouloir n jeter luuie
.lia ha avec la tare eu tfusant
da reconn. lire Mit l'c an, ne se
r-it-ee qu'un anir* yiaud (re,
Itta re mttiie avec es con-
I u pleur* refais nul le ste de
l'.uia tandis que la race, en at-
tendant la Terre rrojiiar, gravit
le ( o'gotha.
De ce mpris de soi mme et
des au'rrs que ces (i uis dvelop
p nt insensiblement, dans le ul
c n'i ut, que veniez vous qu'il
l-u'le >itiun un iiiuimiii.li n a
I r i uiuiuDS ibaciin, ne vouant paa
ia so ida-re Ce son |iochaiia
q i i re cr< Il rupricur 1 ur iub
n te fait que p*r l'amour. Le l-
gislateur qui u aima pas sa race
na peut cornpieodre ses aspira-
tions ou Intheia de na paa Ua
c< mprendae C'ert quend son cm r
a saign da la dlieras romuiuuo
que 1 homme d Ktat est dirpi se
liittir pour ltr intrts la ph.
humbles- Ls j-uBes tienralio ,
hcnieusts d leur or g ne, veu nt
passer pour ce qu ailes ne so, t
pos; vtiutaiil p^*3i ja*irte|jj un
ne aot p1, elles roulai ^ga-
le*, il n y a pis de piaca ai s
le cu'ur du ren--gat p i neceeseire au biei : tel et a
syllogisme dont chacun dei ter-
maa pounait tre dm juti.
Il faut que les biitieus sa pi -
tr ni da cette id-e qu i's oi.t
causs lborgra h quemenl du s
1 grondement non; ubiea a eux
>our des quaslious d'affinit ua
lureliade vwuluir a'vleier Jui- u
gamme daa couleurs jusqu'au as>
u, mais ils uoiveai m auuvauir
de leur origine, aa paa cratadia
de se (attacher au trou n,.ir da
la robuste Afriqa< qui a ven lo
sang gnreux de aea e. tante
/pars dens le monde, pour 'utee
les grande* ceu**s o se ttou-
vaent mlera le* i lea A* Libell,
de JuMiee, l'Afri |e dnt e eer*
veau repos sers peut 're un jour
le cei> rgnrateur de la >i4ua
blanche.
Fred. DESTOLCHS^, av.
Bulletin des Statisliquaa
Nous avons reu le premier nu
m^ro d-nn U i Iflin da* sl^tiati-
ques qae le Bure l-inancier et celui du Itecveor 06
nral se propost de publier cha-
que moi.
i> 0 illelin comoren un ta-
'eau * la Ostie P.ih i-|ito y r n
pris I* m.Mnde li luciare, jui-
q>i au 3<' ii coul et s'leint
e*. xt,y 3,JI7.il, un tat des
recettes et paiements ar t i la
m>ne date, un re*um rnen-
sue! du Commerce lOxi sur da
la Kpubliqua d Hati p' ur -a .noi*
d'Avril lwz< i-omjar Avril
t)z3, cl les 'pt moii fi-i-sant
\vii 1/21 compars', aux se d
miis finitssnl A,ul l.;3. u i la-
b B 1 dl l'Impi'l! *t d i l'X-
po talion auivtn las eilYrertl
vh d*os noi diffre us uorf, et
euii i ui ttbleiu StlaMtlII le* pro-
d lit* im n.-tJ* et exjjr* dans
m* diffra it-< pirs dirinr les
se,>t moi* liai-anit en \vr.l 192|.
C e-t une nuS'icdio i uti a a -p l#e
an dr^da* ^elvice i Htirtut blaa
eux hommes daffa tes et aux coin
meranla.
Nouvelles Etrangres
Pef r|)|*)
Pour combattre la aoil
Depuis qielquas jxira il frit
une cbileur iusupportiba*
Li gr me quj.t OQ, l'u i q le
questitn :
Uieul qi'il fat cliul! Q est
eiquoi va boire? Comm ml ne
pia hoir-* qiand en a chiu I '
Ku! Sans diute. si l'on s'ecou-
Uit. on b irait dea toaa aux.
La vrit c'est qu'on se ir.itnpe
du tout au tout. Eu buvant |tlac,
on croit se ralfraicbir, se d^alt-
rer. Ce n'est qu'un- illusion! La
sensation de fr I. heur q l'on p ou
Ve est si cuurte, i patiagie. et
U lsultts en son ai uvuneuarl
D'abord ou transpira de plu- belle
et mme davantage ; et ensuite,
on est ancoie plus altr aires
qu'avant. A cela, vous m* rpoa
dr z. probablement, qu'il u y a
qu rcidiver / Xous ie)*a rien
qie vou* tombez da tuite data
le ires.
Voici ca qu'on enserre : Las
i rarigeade. lea ciiroonade-s et
d'ebireab isaons soui laulai.Usau
ai pime d g ni'i sucuaa d'elles
De dratie vra.oenl. A c i slns
m p ai bis, e le*onldaegereune
car, ne 1 oublie/ pas, les b i-ona
g'a. es ira* b eut la digeetiou. Lea
deux boirons q ii datai reru soat,
dllae ie vuus bien, le th et le e-
f, pas (lac ; quant au th, n'hai
tr/. as* prenez le t Je.
Voua in doutez.' Ls Extrait t/e. Annnlu Polili-
0"ei e. ht raires.
I. larceau Csinor
Fn attendent qua nou- pih'ions
1 lista g'niele uea r.iu i n a de
I Frle NhH'h aie de I rail <| t
n li U urs cxarr.eD* a ec Muas,
II u* semmes heureut d isvom
i,ue noua collabort i or il ami,
y. aaiceau Ltuiuor et de U pio
u.>..mu a* i- m uiiui i anute.
da
el
ta
"H Antoine Fwer.
.Noua avoiih im,u le I'. f. C
nwire ami An oii.e Kerraf nui
l-aHi hier par a Carael'e'
rendant &>i,tisgo de < il-a.ea
m lile C Ccolibur Guialda
l'r m'gralion.
A celle occaioa noi
looa uuncuoipUHMDi a u
rerrar.
lutiur da la truublanle
qtiealioii dea rparations
l.tNORKS- Les chefs des dl
gat.o.ie a* soot runis daoa la ma
teeet ont envisag U poaaibilil
d une cotamiasion des rparations
rsofj t) par .i s am >ic .tus cou*
i-Haut les latnqae neuts aprs coo
a l'tilmu de la ao it de< N ttio.is
ou du ermite de i part a. aise t >
4*1 a eoulev la quaaliou de fin
vilalioo de l'Allemague aux aaa
aa*. Adcuae dcisiou n'a t prie.
lea frani;>is s'opposent la eeevj
cation dea allemand* ar.nl qu'un
acrorJ complet ue ao t ralis au
saia le la confrence.
Le dc'i|>poinlenient
do I. Paul Boncou
M Paul tloncou, da retour .1^
I* Itubr, crit dans INEuvra "
q t'il a le c.uur a-rr a l'ide qua
I'Aik e'.erre refuse- d'adhrer si
pacte de garantie propos p r la
Socit des Natious.
L.s]Jcux Oljmpi |ues
PAMIS L'preuve pnne paie
pour l'obtention de* points s'est
tri ie hier par li victoire a n
r ca ne au tenais, il res'e encore
q .ir preuvee avant te ermo
uie io lotira le il Juillet T.ois
il-ealre lies : I a tp rts {uetre<,
le yii h in^ *l le lever de pndt, ai
root eu iiu ;* a>j niidh >i. I. V ni
nqui il rcpis n a aux suori'
qa i r s, m us la seul sport d us
leqiel e le cherche a* a.sling mr
a i la tourae cjdisr* ; sii arari
ai h parmi les cooour.ants de 3 i
n t 00, prendront f rt aux ieu
>eoiin, le* i>riuvee) d-bie
roui p rr la c lurte le IdS kiloma
1res su roJle.ll y ajn eg emnt
une eu irse pu rqiip* da VX) i mi
trs lequel e q ,mz* natlana aa
sont lai. inacrirr.
Le rjcor 1 ioo i iil du lever d a
poils l'errachv d'an h ai a
battu deuv foie aujourd'hui. De
Cotligmet (Kratice, en v. sues ftoxr, | uie le iiiieee Videlt
le batlll eu nui liant > kilo
Lan Uspietiva un iiuids da la
var de i ou., Vudepuile (France)
a remport la vie oira, il arraiha
d'u i bra* ?: k lu 50o. Las d us
argeotiiie Meule il Hutre s* sont
|,.a.e dernire et leur ovilleire
p rluiuiauce fut OS kilos 500. Heu
ri .o .lu-i et Itene IacosI* d.puie
roui ie* simp.es de la coupe Devis
avec I i quitMeaagl i*e k hnsibo na
( uimo |, Samedi prochain daoa
le liu le iulop enuas de lt unis,
Lin bel et Jacquee tlruguee joue
r mi le* d ubs, Jeau somin,
fa ig i apr lat. m ttou a d* SVtm
u.e.i.u et d** J*u oiyotpi^uea, e
r-pose mai- il ira aux d.i Uni*
ai c* o la Krau battrait l'An
g a.ena.
4 la Coulrenee ioterallie
Di sarcoi d* l'Cipriit .peiira
la aise ei tijienr II injit Oawej
LONDRES- Lea garanties pr
vu, pour sauvegarder 1 emprunt
allemand pr lequel on aa piopoa
de m (te an vitruenr le projet
lia** oat t le l'ilnripil sujt de
la ili -i selon parmi lea dlyu* i
I* c n ter* Si* iuleral.ie sujour
d'hni i Le ditcu.rions antre lea d
1'gue linaccier* e>la eonfrecce et
des bai qu ers euieticin qui, d'
i>'ei te qo l'ou peu- prcuuiu
la plu* grande parti* d l'em m. at
de zOO.OnO.O'Mi dollar* ir at
et qui aVkieul romasenrd irrun-'ia
tenu lit aprs la publication d>*
rappo'ts d* la c mmission des
manqu'BMnls et Je* sanitii aa >
aonl poursuivies.
Alui que dsna la* miliiux olfl
stria nu D **a.ble pas dispose
vtMfeVves l'altitude dea Lanqui is
i craat una erse, un re< i n
I l'iILl-'aiiOi- le-v ItliUXiiirS
a iiu.iliSa* Se* g- i* suffi
aantaa pour l'ampruat propos doit
tre satiitaite. Ou eJuiet, en effet,
que la mise an vigu-ur du projet
Da** dpend eutiremeut du suc
ces da 1 emprunt. Le vagua d* 1 ar
ticle d'apr lequel U Franco pour
rsil ioeiater sur aqn droit d'actiaj
spar** an ca* do m>a ,o*meut da
la part da l'A leaeBjoe. t*t un.dea
principaux obalaole* ; la, ligure ue
M. Itay aoud t'oia are apparat
toujoure comme ce la d'un d -s c i
tiqua* 1** plu* a'.-re* da la cjnte
re.ic* et u Lut qu* le Irauai,
tiennent comp'a dsna les conce*
iot au il* pourraient fa ra au au
jet de leur .iroit* i'aprs le trait
da Versailles
D'apr* 1. jourasl r*|egraph",
le* baa|uier* cousildreot la sauva
ferle d* politique reprsent i par
i *inptad|onclijn d'ud ciioj-n
aiiricaia la cassa asioa daa r
psralioae cmnmu protectiou
i lemisaut pojr la. aouscrpteur
p d q te, d'api* eu., cet ,ir ns<
nj*t ue leu.-asjre.it .aa uni
m t,i i,e iiu.iarsle da . cette a*
aedble.
I f'ieuait a sujji qua la
ta M h U a Usit p inii-i Muiiot de I vleimg,ia 4 a
pr. ie projet Uiw#* fut p rfoctioo
n) pir l'a 1,01 ttts do cm| mira
b ei S la cormes on du repara
tiim ; comn* cjti* pr i, rsd oi ta
aa ailai pi .au.f. r lea bia
q lier, M. ivellog a aoj ni sou p,i)
jet d tjr* lei| i I o i ne pour .au
| appliquer Je ainctiora atus
consulter la* cinq aiaricaina qui
uerie il sens douta le* mamb '
dj c imit awivLi p ojei Ke lo|
e.i^e au ai qa d.uft rallies i,u
de la sanction, ou na faaaerieu
qui puiase nuire au service d*
l-emjrunt S V ulema^ni C-. projet
aen examin 4 un* imiorlante
reunioj S Ujw.nugd.reei demain
Dcor de Ij Lcj on d bon-
rieur par 1. tferriut
WASIU.NOrON M. VTil.ia II.
t -mil Jr de .Ne* Yo.k, prsid nt
d* l* riMiabio de c mmerce mur
naii .iiiato, fient i lr., ni u u- olri
card, la Lgioo d lleoneur par
M. ilerrioi, p.esideu.iu cou.eil,
pour le* *ei vices renita eo taat
que preUenl de le che abre de
comiaerce internat on tie et pour
11* i*o u uns passe* a Itoia* qui
ont provoque i* lurianiou du o
mita Dawes. La ren i de a dco
r dion a au lieu l'ambassade da
France.
Nouvelles diverges
l'AKIS Le.* journaux soat une
ni an. Uepiorir 1* un que ie
!> i | iieir. .,11,111 et aoiiricaiii*
oui reuui la que.lij i deraccirl
des ixpsrts al celles sur lea gtnn
t et de* emprunts et da la libsrt
d'action de lt France.
P.MISLa eomnssioa d il
nsace* d* 1* chambra a aiept un
>r-jj*l concernant c rtaii* cieln*
a ijpimentairaa pour l'exercice
xesl, (ensemble des rduction*
avortes aux cinls demande*
pai ie gouverumeni e'iva 10
millious.
Ou maa la da Home que la Ptpa
a euirelanu M^r i'.*reiti d* la poli
ti (ne religieua* de* giuckss eu
Fraoca.
L'aairal t'au a ' non n
vice praouleot due jus il su^ leur
data UMU-ta*.
Lue uepecue da M dr i anu ia
ce qne M: fiLno u idvcra est
UU ie du Maioc daut la malin, j
et a i obiuqu aussitt 1> Diiectoi
Au cour* d'un* neptioni
Meiiila dimanche, u dclara qu il
iait dcid xcuier le plan |
vu au Maroc esta le ,saiia.au* ie
dsir de l'ba, ague.
PARIS- Il iCsuilede* dbats dua
pie*.*- pblil tl,SUJI* qui s aot do
toute*u*ui * cour aa Caasaton
qu* la ptujet d'aoui U* vol |r
U inau.vt* at %toanl au mi at ir
vnit l'amuiatie ue bigauite Uau4
eisiaa d* la Cour relative aa ca*
?
e
V
41 \ | ^Sv. 0te*-.^#:;~; f^t-
m



rt
V
El


LKJ MATIN
/:. '
r i

* Hpoir ter Jrqacl die devait
'niner a l aiouroe au rata du
/Dit. *"
Par sans fil
^DETROIT-Des affiches oDt t
| kl lui l tlaUUuutc* U erMbt?,lt S
me, fii. et Un oitlic de lieu"
lo.ii mioimanl qte tout emplu;
,.i *eta iiouve avec la Louri e
a hiUui uueoueir d'alcool, taia
r je Uu |n-ioIi pour ceit leisou.
ta a&IIi.'mj'Ioa-*- le tutlaue
Wiibui Mjiiuiii e (,u'uu |o>-cu>Dea
pour >uu muni u oi|fe par le
t. igis stra ibbnque^a t'< ru
pki ih it que le u ol bf mu colb
Uuil u ILvniImJO, .\o*\. Le tous
ni. lia aura une vitee de >uiiac
re | > u pi l uoeud i i ne \i
( i ki 01 8 i.otbde ou riau.
>\ AVUl.MaTOtW Ou i ii oi te
que, 3.000 civi.a oui el UCa ou
i..uu Obiit les ion.bals a fcao
I kbiu ( IJie.il eulie laa lioupes
i e> raies tl laa louu ictuiuiiuu
litlllt r, tUINaBt .e Il 0lfcLt Uirllt
reu au l eper.ttue> t u r.iai. il
ij i*a eu d-aui. uca.LS tauxi
u hnaMi -
MMU3 (Brt.il, Suivant une
inloiu.e.ioi. mgi a de loi pei venue
loi les lattes ui k.ouvcibkutcui ont
, co|iLie ol le lit telie u< cc
liou antiraMaU ieo faon et
eue* y eiuebeul bue armicr.t
lourde q*t le placent daus uua
liuaiiiub coiunubd-aui la lotte posi
t Q de rebelle*-.Les rebe.lea U-wL,t
I s pu ue.ogtr leatioupea loyales
q< I aseirgeul la ville par lioi co
t ai qui .ne lt ur laitUl qua la
c le uoki pour leur leirei e. Un
rit q e le moral daa ratellca ifli
LUI.
- Bulletin de la Quinzaine
i
.Vu avoua ieu le piemier du
cia.K datt'ie puuiicaliou uui *
ou a i lui,limon V. r.eii\>oel
f t 4U1 coni.eui a iuireiin ui
tirei.
.ttl temercious tour ce gra
itaua envoi et eu tkomnteoduua
le lei.bie.
,i 1 1 1 11 1 1-------------------
Jl VMUi Droit *:
A la suite es pieuvt oraks
du jt-t y ou la plOBMSa ce uu evttl
lu , Il lli' SUlVeul |ta| Obtenu leui -
a.kki eu uiou.
U sout mm. Justin Bois, G-
d'ju Civil, laauuee vba.lu.ei.
Jau.uouiliuu. 1 uet.cJu J* 41 r,
L.ulk rtaJIilobU, J. JlalUullii, tlau
r. a .\au, ittUu, lleur.euk, Jue^n
5>ab n eu, Maurice Liauleiid, K.ux
Itou au, a,ug. r'ucue, Flix Ka
bre H< xwiu.au, f.iukiviu aoul
f.abl, H. L). t lulktl, 11 t SnlMlVU,
Lllbc- \kul,tiiu.|l> aMalLVU, U.
I U 111 -Un uki iVauiite t.i, y.
CuUUUWO, LiipCii l>apllte, bauU
e; 1 une AnUiue tl.br.*,leu .>b.
Uui|ii.tti kul uubtkau*. II
ceuit paiiKuiittiiutbi a u.ue
au.1 u cynatoitavkbi f. U. I'ku.i.
H. David Yilao
(D lilierf
l >fis trers reu e nalin la i
aile d- S iiiviu Xi'a'n qu:, | ar
uro oidoni ai ce du ('en n re
du Got'.eicemci I. Mp ILimcIhe
l'an I, .1 tte mis co Mut Mi *
aoue
Au ccurs de ko ml tti n ave
ror, h r \ilfin 1 01 k psr! d
Waiite 1 quel tlafkairl le pii-oi
mua el 1 ou a iflrm l< qun IIAi
de uuosii du l'rp Ftolt, l'a*
luel l r de lu Pilera qui, ncus
t il dil. em un pmfi.il r 1 llenwi
/ uv ale.'ifi. dei.x u.'cier', les
lirtlu nuls Hot be el Mmce-e^e
(Piistin avec une rire tntrgie
dai.s n lad e t,uo id < 11 a.
A 1 li<>| iinl, le ru b des foi
vrni 1> rr.ti|iur h.in qui leur
iodI |Hdtg, f^vtr.ruira.s.m ni
pi-r \r m jor Ti. ktn- d ni Itvi n ; nid/s de* in fi u
alla, lis a la C.vix it.u a I i
tient a.
Pari si a 11a
C Soir
La Mlle Siuvaae
Euirf 9 G. 2.Q)
DIMANCHE]
Harcelle
D'air la pio dp
V bAUDOr.
Afin de perni'llie a ions de
voir h filin, l'euiie leia a
1 gourlp.

Royal Caf
m
Eo l-ifc t.* la Banque N=li maie
Propri'.a'rc Anaaci Tncoceil
I. non.' et b'i-sa.'neiit M.racom 1 n le par un serves irra^roeha
b'e tle- n nirr,m fions '* p-em. ebii>al linn priei A* M r, i 1 if ttlruTiol Jiri^ par 1 1 0 eeiu nels de grao I
m'r le.
In parfaite Piv r. d->.
aka^aa^. *'* . ^^mm^^mimm i ^ i n m mm i. i ai
LFRUIT SALT-
^ DERTVATIVB COMPOtTNO ,
"c 1 * *.v ui l.o.drea
1-1011 I'. H:'ehii. & Co Ino
H Y ik "
Pelea i(r'nt
Purifier voire sang, nettoyez lea voies utiaaire, anf.fi.bex la 6evre,
le rhume, la <\instipation, etc.
Une cuiller l'cin .'s Fruit Sait dios 1 verra d'eau le m.tiu voui mal
Ira au b^uac sijl.
W- Quintifl-Will^u
insTRiULTuun
A. % F. PEARS Limite l
Pour avoir le leinl Irais el conserver toujours inlac d
relie Iraictieur, aerviZ-vous de i evcellenls produits Je la
latnuMJ warqttt|. tt t". rtl lti.*M iJJlaai ; lb i"e :
Savons trau.tparjnts 11 Le .t. a, .'.avoua t anspa-
rents an ao.tUes Klne paudro de lato 'tpunl-da
'l'aie pour IJb, Uaionit rou^a* pour levrea.
M 9 Tulo pour Ub, lia.on- rou^aa pour levraa.
*A*L" lira Viras el Afad Vin
.'..cole Pierie fauberl
Ce Ibkliu il ; vut lu. kgleut) a
Oiaiioek nul.i.v a 11.10.a f.e.ia
ttiiLtii un bie a>vev m>I . oe
ubiuiVUI ai u luie.iigtbve ^r
Mu.! ivtbv isuliel.
Kta l (wiutk poits au Jpro
,iui iu oui le hiilU aVSM
IWIb.
La lailiaei | Ucetta ; lasagtsse
a'a 1 ta de pii.v, Ui<.bgiuk.ii 1 l'e
ntt ei gi.uui. tajidi ; tek uvcaa
dlliibut'i U.eboiikjbt 1 Wut ivule
Va Hk Bpi ikbdi:>clbet.i U 1 ui
latici.
1 o.ons le pied, efitot ivlbm,
Hutavi uiauV lui Itcv. Uiu
ue,
kiblra tunps dei pria firei.t d
c.iLi aux uavaa qui lui liu u
v.1.,1 OuibUl 1 abbe tcuiuil.
iV ivu pnu.t ou a 1 ilk.iiuii ice
dvueie t,ue 1 toute lieue .v..Ui*l
il fccX Uitiublea de 10U |troullcl
ijbi ibi pu uuiai.i uu uiar leia
I.ViLbilii tOUIl lutltie I eeuie or
lepicUkU ede ae licuva kvaialt
uabl.
Varie! es
'_,._____ .
^ \ cadreil yj&
Lt.8 Mntre..^^
5a, 6a t 7o pisode.
Lune; G- l.vA>
JIDlMANaiE
f e Ccuvnble
L'Oracje
< 3 panipa )
Fntw# : G 1 (Yi
L",re G.200
lier, le Ltnquel trgani/ a Fa\
S de Ion, pbi 1, a ions de Uali
a u uu plein sucis.
Mrnutaqiie. su vice inrricha
lie, il bia tu abondance, r an i.e
nikUt|uui a cili le MOiliveit
l,i.i lui uu: ci celle des mus etdi
Iod tw t Ci >.
Au Un irpsgne. i if ( nls tosMs
fuitbl |on(b ikr le lebt'b. nu Ur
moiH, le I lHccnt de I L b. S il
M A. Uiivkllin, U M n stie de
l'Intiieui, le Gnral Me Uoug.l,
1 mm. Un ian.t-bt.rle* Mo avia, au
10.11 de in l'itue, Atiel HollanJ.
lejieulenant Auitustir.
La Manque de U Gendarmerie
qui anlrs sur les lieux n les lu
b'Uies viut dunbtr un renouveau
de gaiet. L'cclnin anima les un
et iaa autres et l'ou^dansa un peu
Jusqu'apif* minuil
Hunaii|ii* (Miiin les d nus qui
avaient rehauss pir le r pisen
ce 1-clat de celte runija :
Muta Me Uuugal, lima .rirnest
Ibautai, .U.lie naahai .tl.iavU,
lella Augj.ni', Mur ^uc l'.i art,
Melle ^pii. CiuJ, Mme Llio
Juaepb, .Urne ciermonl, Mme A.
tUavai.iu. Melle liiauibaid.
ti paimi les n.cssieii'1 :
La prra dnis d nos cli La iporlils, Ma Abel Lger, C'.
lieiuge, |. Cbauvat, Maiiitws,
a tbB CUef da la GenJermeria, aU
JOSEPH SERGILE
Angle de Hues du Magasin
de l'Etat cV des tronls torts
Colonbiai Stamship Cospiay las-
Le S/Se Martinique* ayant laisn New
York le 10 i aille couran\ eut aiten-
u V# l*o < a frn9*i* V() via Un
offar/11 \>--i\71 repirt>ra h mme
jour pour Mlra-fne, Ca\je*, Kinqn-
Vm ,l(i. et Us ports de li ColombiB
p t>nant fret plissage**
Port-au-Prince, U2\ Juillet i\?24.
Gbara & C, Ajjeiits
avis imporiumi!!
'Le (lus grauJ assortiment de
l mi s. tus tl de U.is de aoie
| uui uoiuth ei llummia (S Mliv
a latsr'A.NA, vut-a-vi du burau
de U l'ea.e.
7. La Meiaau a icu ulc varie*l da
l'un ci ne lit tl iro* u. lie ii.
Amt qua de ViUPSiCX pu. r da*
lue ei liotbine et . 1 x.i II u s
\ Mi d'taP.vo.NK, eu *clile pi lui.
liqoa de liui cilil boulviller.
ce Aiauon a rtuu ega 1 ment
uiia iiuiiut qu. ntue de I.veiLl .s
puietiiouuk a rjton.1 viutius
jour il nui!
La tAPANA l'honneur o'al-en-
die que . ub M lui larse e .mi-
>n ue vi.lu mi Aiaiaoi d- cuu
ii eic, tu elle a laLKcteui T.iLi,
|trubukine de ujhj irnr ic it
oe Ie-j i.luliob 1 Inter.ellt) Cau a
ue ion bon ftut tl de a Hue ma*
i re e uctvo.i tl UalUr uuaqca
a le ut.
oile uni couleur et blaa:
t a Mtuag i
M lUt: 1
a a boire j
.Mar| nette
> perle
Orgiudi Mttl
Uif u U oi>>n
Urepon 1'. aoii
lt-p. co ileur
Tte d'I.id eu l.'acc elcouleurj
Cacbeme taune
.Njiisouk liu aitg'ni* toutes )Dlt>
ce puur chemises
V >ile pong
* if 1.0.1,1.
i.r,te de China
Vu aor
lu l.euie angUisa
SeigH u nru ,oir jupes
G*j.ruu i. auebe el b! u maiine
M. mercr
Ut jour
Cluuiaettes d'enfio's colon
i.lfausselld* t aj,>. 1 jour
buli a Jecli'ne noir
Cipe noir
Tulle
81 m Palm Olive
P0.1 Ire Kixr.imye Ji i S.intal
l'Aie dallffiee u .ikatj
UrOkMs tleuts
Ar'ide* de Famill*
Ci'
l'a-
il '< iuir fi' anglai*
N.n .k
L...t-u par nap.m bine ai
C'.ul- u"
1 lr.1.1 en! I
" a ilmp 1 u bt anglais
Dam BSi p Nlf mi'eia ,
Dub e:Qd .1 luit
Airles pour lloin n-
Dri 1 lilarr
a coul- ur'
Cbapfaux de pai'l. d'Ia le
t de laibe
Ce:n!n ont t n tMOuUbotM
l'rtlm Bas li
l>iH|fonal nir
Moui hoir* b aa suaiieura
l'Lassal e
Crav ils
T 1 e ; our chemise
CI
H iloai piur'-n.nebe
Il util pou (o's
C.ipi'.iuv p. le .1 IUlie prar .tjara
,. 1. el tt li.lelli.
I i i
Le paquebot "Caraville" de 1*
tour de 1 otl du S-d est alluulu
iHinedi iO ruiranl.
Ik il reperdra le jour de s n an i.
ve joui Cooaives, l'ort de Pu,
Chu liniiien, l'uarto 1*1 s 5*au
Juao el le Havre, prenant ut et
patiagcra.
. 1 lu au Prince, tl Juillet 192k
. rtev. 1 . itOUlLlN.
A louer
Chez tee W- Pressoir
La Maisou E. IDEU1X
Annonce ta clientle qu'elle a r u
par le Steamer iVaraveltet un qra <*
assortiment de ''Bonbo is Jacqain'
tbiiie ae chocolats fantaisie'.
Vins dr> Bordeaux
-
lilinc 5 cjour liouge 4 gourdes *
Vins pur i)Cir eal**e
i.>fi!t, :
lt.
ji.... v. pu u ur , tla
i. ii, Tia..i., Btu : \l\ fro'mje, LM^.t:, ele.
.
T-
1 L L_________Ull
L Preetsm%nn lyjerliolm.
Ayant poui Hati

Bicyclettes, bicyclettes
_____La Jicycelt Svelle
d \r a a et ijyj aa da jt r.uiai ( f'r* ne \ la liioy-
Cil''.ta Sv'elt > a.t 11 s3,1 la q ai raa lit 1 1 l >\> to jIsi Isa
q lallfcA da p 'claiAoa r^q i . ds nu |ll,ira.
L)'J3 fini Irrji.-ja.'i ihl'.il'im t>.s jan m .issutsble
et t'a.ii* 1 tj 1a ji api a i\ >, la bioy^Sci ) fiVal i ri,
t -n 1 > do t iui li'* aocasitrea l*OOp>, clsf, pieux
al c 1 bra 11 eir M lotm
Gc*t la grande Marque1
qi esl sorti vi=tarie se aux p'us importa.ues tipreii-
vea s]i jrtlv aa dius le m mie entier.
En "veille chez
Nicolas^ordasco
Aueai | > ir H i I
Outrie'x nicyalat'oaV^iH > ustrouveti
Ui assartiatiiit eooaplct d'article, tais qu ; :
L l'e.uiv. n.i i.ue mverse el lormespoui cm
-trouverez aillsl
aussurea,
fil pa trcor l 1 larai aatltcrs, l'ute eu 1er j-oar pm tes,
m ire le> m mi!.'ira au iiOiia, i'iv
aln?h)nis o
flr.iiihss l'.'il t- |)isfi<
h Tim'a, 1 ->>'. >
1 .
ri -o Ji-j.a m > n.at
Lt '. 'i ...
C4 l'I
a 0
houo
are* pour
'i a orti.
a^i laty
. a>noa-
ICulj CU ylu* Cl u.. au
.du.

w;
\
.** *


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM