<%BANNER%>







PAGE 1

LE MAlift — DPURATIF du MANGET Vices du Sang Varices, Glandes Mauvaise circulation Maladies de Peau Avarie Maladies des Femmes ftablieaamanta Chtelain GRANDS PRIX clous I aang, charge d dchets, d'humeur tl d'impurets, circule mal. (asonsaat ainsi la congestion du fuie, provoquant lei a, les sariecs. le hnorroidet et >l< t, mutant de nombreuses aOectiuoi df la peau am\i que clous cl aothra*. __U_J)EPUATir DO DOCTEUB HANOET. nettoie le sang, sisifle et assainit l'orga* ni>ine. Il tclla ainsi les arfectioo dut* a une rninliustimi incomplte des aliments — au ralentissement le la nutrition totvsile. asthme, emphysme, goutte, rhumatismes, ovralgics tenace, aturasthtnla, insomnies, tt-rti.es, sciatiqut, iMmbajps. migraine. Chef la femme. Il rgularise la rlraalattoa ilu sang, facilite le poque, pr*F are la formilim et vite le malaises da ge critique II ecliircit.le teint et allure la beaut de la peau. II constitue un cirelltnt traiiemeat da rarlenn-srlerisr en abaissant la tension artrielle, en diminuant la viscosit san ajsuiic et en lacilitaut le travail des reinsI ,I-,r.l le l'I rwlonal. 2. rue \nleneien I l i'" l'Iiarruac'". uaataCEC.. i lerje Taiilant Constijnatctire pour Hatli toute noire ailmiration. J .No t |i % %  -•ni .tu ooa vives flici tSiisicu %  la talentueuoe organisa liui de celle petite tte scolaire. A recala Nitioaale Colberc LochdpJ Avant hier dimaoebe a eu Pis IribulH u ue Prix l'Ecole Natio* n,iii i uiiiiil l.mliar.l dirige par lit iltsiiiiguee. .Vielle Atina Augustin. lin M que le temps Tut la pluie, un ptili'ii iiurobn ux pitrliripa a celle njtiiiifeslatiuii qui lui pn-itle par M. .I. l'olhel, soutinspseteur des Kcoles de cefecir. > 11 — ii pi ii in. La lele dbuta par le citant de U D#a*IIOID06 suivie n'une iiiiiiilnIft iiiitilimule Le Jeu de Chemin de Pei Ue Jcuques h, i iu/' 1.1 .u i ,i la .ii?l nos de tous La Basique tait plue Mata la direction de A. Constantin Dumerv. Melle Marie Claire Jean Lnns ob int de lgitimes applaudisnemeots dans l'interprtation du Bonolt g"e • Fente preseuse %  .. La dialogue LesUtux i rur-. dit avec gul u.n ait lit.Veuus Frmonl ei Aulonia Vmcenl lut bieu apprci. La ..Medingole comdie enfantine en un acte agimeiild davaulage les heures agi tables vcues l'broie Cul bel t Loiliard. Les cUurs s eu te |iiil.rel si bien qu Ha turent i .ippels p-tr lasatatince. Le inonolofaie <• Le Palmars • fut Mm i. i u u %  i, is i ipr^v.t, 1 1 • sa %  '' %  • i ut i api i lu ,i-i m de i,i e un i,' i %  -. i aa u m tt.ii .t ,i iV.u ltea pour l.i n-ii ibulion les prix de l'beoia J. U. Delioux. Mtis Luiia l'aul qui dlrlgl cet tiblisseinent, o l'on remarqua dsi sujets vraiment intfressuiis, s droit a nos sincres flicitations. Le public nombreux qui ,t--islait a cette petite l't scolaire est sorti suiisiiii .tu dfousaa i d*M m lUraesaj et de jeu de scn a des ac. tices. Aini.istrjUi. Go raie des Postes Avis do dpart L8 dpAh-s p >'ir Ni i et l'Europe ( vu > m York l rael t pir le s -Ori-oliil serool i M demai i mercre li -'I juillet courant. Port au t'rincs. i> juillet lVit Bulletin de lu < hambre ii iiii'i-i-;i i ne de <' iimierce fit n.nli No0l le la i h nhre amricini • ,II ll.uli un exeuip 1 ure il.-on il. UI'.T liul letin, laauel rooliaol dtui nume ros runis en un seul, el dont l'en famille forma un Guida Ju rovs genr et un asDttaira eommarcial d'Uaili ". Ce Ittiiltlin est tlivis ont les ui vants : i m %  i i .i i %  Topographie— Hivirea— Lacs. Climat Ki g mi dw pluie* lad eau p u\, m iiriq e da la Kepablirjoa La popolali : et sa rparliiion Langue. DISIH I H de la | i'.'tle nui pcrls • iM'v'i; | ,|.. |, ,i. | ajiieos par terre et par n t. r< lgn | ha al I b n ma d< r< r.— Barvu %  it li| hoDiqua. •'( idet meMires PormaiiUi pour le passe porJ. Aiiraocbisaamrol postal Hm que. • luminiHlions afciaiei pour vo Pateoleaal I saa I e li billions mat ui lioi Gi Di i ••H i DI -n :. • ; t %  1 neus ous |ropoaoDi d" ravanir, m En l'I gliaa du Sacr t'oeurdi THKI su br i a mai i RI ih M, ll< ..min %  M iiha>J avec Mr liaoQi I Pairy. i. mai ii ont Aie MI doit* l'autel par Mme Lon Casuignol et Mr Paul borao. I B aaaiaj i i i boisis et distin mji e.. u l'un renia qoail !• %  < prisai pales pei-iini :t liei|,. t',,, | M l'une,' donnait a la cilmonia le %  lui daa gi odes ll mondaiosa. | .Nonrenoufalooi noa me I leurs souhai s aux nouveaux poux. 1 i ami d I n res du soir qu i ..• i. athdraa le mari le n. nias llorelle ave' Mr Pian/ 8iegal Lat maris u induits l'autel, par %  me Itu aoad Laro t-lie, nep ,\liea II in e. arcompa goi %  da i i imea Mac Q "lie. ; i la p i"i-s .M .-.. un< illoc i rchaus %  onie la % %  -t -l'-ul ie nombreux amis les cimrmaute) jamilje aux quelles appartiennent les jeunes poux, t ne rc plion cordiale fut offerte ensuite cht* Mm KJiiion 1 It.uiiiHin, o un monde distingu gota les prev, nan e dea -\mpa ihiques li ns de l'Avenue Ma gloire Ambroise. Tous nos compliments. Examens Hier aprs /nidi ont eu lieu les e\ i n.:n* oraux de Melle Alberto Moud qui s tait prsente de vaut le jury en vue d obtenir son Ur >et -u,.ei leur laa laurate a eu la mention Bien. .N mlui adressons nos otnpli m -nts pour ce nouveau succs. %  • Aujouri'hui a une heure ont f i ilin les exam ns pour le Cerli i • %  d'apliluJe-11 dag gique*. Dut t ad aes : Vmes l-uw dit Vieux, Sosll eue Prs oii, Melle, han en-ie u audonu, Nina Cas-eu%  I llavde Augustin. Nos c< mplim n'a ces nouvelle i inslit. lu, es ,|itj .,tues. Le jury tait prsid par M • .Iule.;, vi in, l), e. ur de I E • setgn ment Pnmair : laa mires ineuiii lient l'i •' Arc i ge. I)r Itiun Iir l'rice Mars, Mr et Mme George Honort. Evitons toute quivoque Port au.Prince, t Juillet 1924. Mon lier Oiiecteur, Dat s l'dition JU mardi 15 jui 1 lt t i tu.. i,ljc-urnal La Pi ste i a tt|tniltil un extrait du -The Pressai iide New Y ik du M avril l!'22. hn entnp r ni le les e anglais n In (induction •!• nn* par La P. ste, j'ai constat que les leeiemide ce journal pet-vent tte n.ilnii. e" er'itir par le fait qu il ne se liouvs point dans l'ex > n la i OIIIIIH n. ni q>. -tut immdiate niei.l et qui est re'alif h une d claralloo l.>ile, — il v %  qu*lqul< mut, — par le I "s• -idei.t de la Rpuliiqne. Il rs< eerii. en effet, i la mit %  de la Iradtic ion. re qui suit : •.C'tait re que M. Ilorno appela, l'anne suivante, les i fso rres de h s'Insllon ac'uele. Ja rru q> i l-ii bCSMSlrS de dissipe celt qiMMIIple pilir des |e,-|, ||, s i| ni i-iini paa l'anglais, punir ien 'r I ,,t i • %  I. i, etotre que lu jo na' new \ kaJ .'i i niai u i-s pi, i -n u valsa pai i. u e dclara in du '' %  • -i lent il • la 11 p lilnj i Hati. Ce qui conslil • r lit ans etreur. Ilucve/. mon cher Directeur l'i pri arri vent ici de la censure, l'a t on cisive officiellement ann. nce par laquelle le gouv.rue nent brsilien espre mettre tin la rbellion de Sso Paulo rencontreia les rebelles bien prpars On dit que les. re belles at'.eu lent avec connan"e l'attaque deroupes fdrales On afliim q I J la rebelles tiennent toutes Us p si i ns stratgiques dan* et autour de ta vine et o ,t une H R leijrj .ainouflie qui iom ma'id' lea ruul a conduisante la ville. „4r FlU UvelMet Nous av us appris avec plaisir qte uotr Htoi Hr l' u Lavelanet pren la Uir > i ffdires da ia m son K ..iv ii i ji ",o. r Lavaltsata pas-equei |IHH annes la Banque .Nadoi nie ou il a ocru p d'importantes fiuctioii. nul dou'e que ton arrive la maison ro tribu i donner* une nouvelle impulaion aux affaires. ASTHME', Soulafm*Qt immdiate* i CKPHYSllX orf>K£Uro*$ lg niamt m mdia las gurUon sa* ma Globules Rbaud sUaultatsmarra llaux.surpranaaia same Ttmm*i,-msc m i in. %  - m #eataaeee*r.r B. OALICBOCX. n Rue V saisi llago Bais-Caloaabes Setae) A Tm — rvu<. P,M BUCH I A louer Chez MmjWPressoir 1114, weuue Juli.i lliuwii (Lalue u •ro a aa, V'erraa bore, Vcr.cs lu u g.i.Assiettes, i.uuleaix.F nirch Iles fols agisse, Ssr-ietlea, Napp s, et en gnral tous articles po .r dceptions et mariage. Agents de %  %  niif'.ieliiifs Imi'ricaines et £uroieoi)tts nui < stix et 1 1 (|asins: Isisnr KEITEL, Grai.d'^u* hul-ati-Piince, Hati .\qents |xc't|tiU pour les maisons suivantes: Diamond Oraidinij Mills Chicago Lacet pour Clnii*ures RohortaOn l.eatlier Company \. Y. Cuiral peaux en tOSI genres Oregory ;md lia tri Ce n paay layaa. Talons tel u!oi le. Henry Qtltsal ftColf. Y. Voiles, Tssus an tous g • reS Max kauffiiiann N Y. Ponges, Soieries \\J Bn0r MilN lieading Bas et chaussettes de soie Evsrshaps Co Troy Faux-cola soiples. Etablissements Front.toit Paris Accessoiies de Pharmacie. Iletlimatit Paris Houppes en tous g nres. Barahttr J M. '.oliu l'hll idalphie Cravates Tricotes. atc, etc. Soeita das ProdatU Bott ParlaLea meilleure dentifrices connues IV Poiaat lUs & Us Lyon Produit pharmaceutiques et chiai ques. tablisse Miaula Adrien Snrrazin lijoi Ltiiueuis et Spiritueux, Vins Pins Marquis Saizl at Laniqao Dizy l)p. Champagnes Aulhea'iques Claude Delomior Saint Ctloniie bretelles, la telles, Ru bans,Tresses ( '. la ronce & Co I '.crdaauz Vins en Baniques et Caisses. Socit industrielle da Jouet Poupes, ehivaux.e'c. \ J. Classa Calais Dentelles Puas. Il TVrnaux Bois ?*> Roi. Pi igns en tous genre*. 7.tablissemen*s Bugna Marechai Venissieus Foe Tapis Cirs ordinaires el da luxes. Gay Renaud #t Cie Cognas Cognac et Spiritueux. etc, etc. Ru m tisons sont de p>emiei" ordre et net pris % %  £ %  concurrence, et nous sommes en mesure de Lire d;s cendittous spciales el des termes aie paie ment extrmement avantageux aux iniisin de preatiire aiiinaltue. Nos chantillons et prix sent i la disposition d clients Je 8 heures Ju matin i $ heures du soir. l'orl-au-riniM-, le 17 Juillet 1924 ENO'S [FRUIT Si\LT* **DERIVATrVB COMPOUND Prpar par J.C. E.NO LdlL^-drea Hsrold r, Ktlcbic & LO lue — fcaw Yoik Sales Aivnt •'uriii,^ votre ,,„.. n6ttj>yM | foeg ur j 0 ,i rM) 4m? Arhz la fitre, le rhume, la constipation, etc. Une cuiller d'Kno's Fruit Sait dans 1 verre d'eau le matin vous met Ira en bonne aant. i W* Uuiaiii Williams A. et FPEURS Limited* Four a voir le teint Irais \ conserver toujeurs|iiiUal /ette lralcheur,aerve>..voas des excellents prtiliU la la la.neuse in n que ^ Jt f. fr m |i a i led Easlu ; lela <|aia : SVonitranv p i riate er bcjiI ,. s> Savone traaspe ranta an &f ah ^ttes. Pina poudre de Talo at pOra a Talo pour ab, Btons rougaa pour lvraa. Simon Vieux et Alfred Vieux Le PreeUmann Aggerholm. Aysat poor HalM .^i.:" ^l



PAGE 1

LE MATIN nui I PNEUS & CHAMBPES A AIR Les produits STERLING Sonl garantis EN STOCK % Socit coimercidle d'Hati Agents exclusifs A l Etage de la Banque iVa.ionale d'Ha U toit au l'iinee. REM1H0N C'est lout dire. 4 •> f est la premire machine a crire invent. 2 Me a touourt t la premire, jamais surpass* par aucune autre marque. 5 Pour ceux qui S'Y connaissent, on n'a qu' la voir, peur t reconnatre que c est une beaut, une merveille de perlecti on. 4* pour la rapidit, la solidit, la prsentation, c'est la machine] i crire par excellence. La fabrique jREtallSiGTOIi ph ui en tre flr> Tous les modles en stoek. four les conditions de paiements : dreites vov* la SOCIETE C0AHEKC1AE D HATI. ort-au<'n in. LA SOCIETE CQMERC1ALE d'HAIT/ Se lera un vrai plaisir de vous lournir tous les renseignements ncessaires. u i tord est ecoiioii) iqut 1 J.*ti auto ct une neeteit Achetez uue Ford ! Neuve. Comment? &k)feC avc Ont Ct,iti Dollar* eu'ement. fenei nu ri •, oi s'entendra po.ir le reste. .'. ,... U ,,.. %  • hoi. . THE UNIVERSAL CA 4, Socit Commerciale d'Haili *g*nt on*• 5 Mnrc et Gonolve. CRUiULS. Ressente la Suprierit sur les autres Karque de Swn SAVON Cest le Savon de Lessive conomique et en usaje dans toutes les lamilles. Il blanchit le linqe admirablement. En vent dans toutes les bonnes nuisons de la place, tels coule si peu pour vous convaincre. Due Brique. Socile Commerciale dliaili. Ayents Exclusifs A Vlfige de ta Punque Nationale 0*ilaii> tort-au-t'rmee %  %  %  %  %  lEfti PJ11EUS nu piolr|f r 'os jnruf, inlieduisct y dci (Un.lues a air Gond tfl 1 Beige, le*qurlles conservent une pression d'air constante. Les chambres l air 4>UJJ*S fiee-J Yr ne sont pas perus** l par consquent ne permettent pa l'an de s'chapper. Chacune est laliriipie et inpecle soifiieussun VL Ensuite on la ilenll %  l I. iubmeru dans l'*an pendant TlOUl quant. ueulUk. fc* MHH I* M I Uoiit Uuil aie parteite. Les ksmbres i air leigil fioed Tear assurent i chaque acheteur uue dors e. un servie* iMeptiMBsi ichstes'les, peur leur commodit, seivice infirenre. et conomie, un prix beauceup plus bas qu* celui des autres chambres air do*q u l l# Good Year Red Tubes Tbe West Indies Trading Company Port-au-Prince, Gonaves, Cap-ilaitien ••Mil ^CZ *k •*•% V



PAGE 1

tl'MATM Bazar llrovolilain Qui Sets de 75 75 Urnes poui R.soirs Gilletle 70 Kizv 1 Giiette 90 Raxo rs : s doit bjvoi Woodbjijs } pi M 0 Hicds Cru ai bou JO Hune de coco 7> I Ifflolive Sbimpoo 7\ eioxide bjut. 2S 1 ctiu cizeaux 20 limes pour Rasoirs Gem 20 Grandes Houppes 20 Pipe de }o c. 1 00 l'oud.e ae l'aie Mivis jS kpto^lesoidioites (H tiicgicide turet 03 08 1 ;eis four cheveux 3 pour 25 Angle des Rues Pave el du Peuple Nouvellement Reues pmg'es a cheveux toi'e If Peigaes d-. 2 c. i 03 Lac:ts pour ^oalirrs 05 Foii'chit es peu1 siae Ij Biosse pour paquet 3 > H oc uotes 8 x I> 1 i Servit tus eo p p n 50 20 Cuili-r en pap : t: boite ao Fouichelt.-s 20 Tasses T Jarretelle P*-i • >-> fc astic pour bis '5 Oi i jouer, | ux 1 S Billai a bi ne I 00 Verei i co k-ail drax. 1 5 Verres 6a i bo -e r-oux > j Chemises d horaires 3 2) Tapi 27 s do }x b ''6.9 do 9 x 12 Lunere pour auto 1 00 2C0 SCC 1 s 00 "75 Verte* 6i i chnij'g c di <, 3J Mou:h rs p->ur hvmes pr S* Soibe es tonte difflr Sions Sivoi olosal Savoi H y rham 1 ponr C n • p >ar |i b be oattt 1 es b < ns iM'qasi V.se de nt trxui *s V„t!i e Mallettes Je j 50 l< Pru es 1 livre Ljre ferbltnc Ol a NO o;s P i 18? 1 30 Clive de <8 c 90 Lait vapor (erb >. c 20 Sa'dines en sau tcmitti feibia cd 1 b 10 Avoine la bni e 3$ Cream ol Wn-i b ite IJ Ri i s saas ppias bjite 2s Dies en piauet JJ Fdt J'Anetmx leSndh't et de h re giur 4o Po'vres ro::e terb iS H.le i polir le cuivre 2s l'oudre insect c de bo tl 12 Abricots lcb: la livre t, Sa Flcsh pour W C s"> A'n-dni pour ieive 18 Jambon Swill la livre 40 Bacon Ferris eo prquet de a livis*, la t-v:e \ rjfcanttta Meiachrino pocte CiRif tes Cbanhcltr poche L. ". N Inw 'e b ac Lait ei poulie K ia uhoco at p.qa'i 05 et Nois ttes la .ivre Arondes 6 .bits NB^ a n mis B eau de 10 c La 1 Mal e 1b h lu fut e. bju de 1 itre 7) c "i.kec oiisux s c Ciga eues Lutky 3 nkl b >ne de 5 > pi Tabac pnnee A'P-.t ao poui 0 25 OOj 0 20 1 U J 19 }0 )• IJ 3) ?i I 00 40 Tabac VelveVtc 4". ** • Bo3gis d couleurs doox P p er Toilette Ps ier Toilette exil S* iC premier pour Salai* So la Fontaine Conets avec c t> ls glace • } Sol. ave: Frau',Oi:o!t;tc^ !• O.ang* Crusb, Ro3 ber levertej |:fv, Cne la g'ice avec Chr l , Fraise etc. *f$ Comme nous avons reu plus de P. 18.000.00 en marchandises le mois dernier Il nous eit impossible de les numrer toutes. H >:.\ sjxaa Nul! 1 1 r?,l. L. mue: • tu t$t JH m: M M. r %  *?*COMME FtEsion Bcvzier t3r28 Champ de Mais I < Mlli.li 1)1 t | IM'I lit'll Kiiin, icifice .ii(|H*M)ie* 11 %  1 rtt. Farine lacte NES1U iiKin i .11 li.ii it[ l'biiD tni le ; nie; lu il lt | |b< mm 1. en • ( 1 • 11 .1 ii 1 1 %  1 u a.on.ti 1 mu^iigt il 111 i.it 1 1 I tl 11 1 I :. 1 1 I lit 1 1 Vtl .. I \ ii I 1 1 . I. Af 1 1 LOUI 11. iii : L. 1 Htfcl ZalANN-A0Ufc.1t HUI.M Quand vous achetez "un remrle contre le mal de tte", sans connatre sa composition, vous agissez comme un aveugle. Qu'est ce que cette poudre contenue dans une capsule ou comprime sous forme de pastille? Est-elle efficace? st-elle pure? Est-elle de fabrication rcente ou a-t-elle tran dans un tiroir depuis longtemps? Et, surtout, peut-eile tre nuisible pour le coeur? Vous n'en savez rien! Il est bien dangereux de jouer avec sa sant. Aujourd'hui l'analgsique prfr des mdecins est la CAF1ASPIR1NE (Aspirine et Cafine), dont l'action est bien plus rapide que celle del simple Aspirine. De plus, elle augmente les forces en rgularisant la circulation d sang, et, ce qui est de la plus haute importance, est entirement inoffensive pour le coeur. Il ne faut donc accepter aucun substitut pour les comprims de CAFIASPIRINE, qui se vendent en tubes de vingt tablettes ou en petites "Poches Rouges" Bayer contenant une seule dose. "POCHE ROUGE" %  I AS PI RI NE I ( iVnprirnV "BAVER". l^d'AVi^* C.f.tf. A -\ S I' — J—3 a PI. 110, Hue irbanconrt I ^1 des tiesais Tlphone : 430 tv •••



PAGE 1

TEtlR PROPRIETAIRE Clmpnf Magloire BOIF VBBNA 1358 Rut Amricain. NUMERO |> te k tous >s coups de main el (oues s aventures la nation chef ..< 1 1 n• I %  ils cessent d'exister. li s homuii's peur \ivre oui lieiin il>: •' rassembler tout leur cœur autour d'un ijrand amour". D. Bellegarde Mme ANNfiC N MCS PORT*U-PRINCE (HATI ) MARDI 22 JUILLET 19 A la lumire des faits Au Palais National %  Dans deux prcdais articles paru cette mme place; nous envisagions la politique trangre at particulirement les vnements 'tant accompli rcemment en France. Et dan notre conclusion nous nous appesantissions sur l'ide dom naate chei les hommes d'tat franais, qu'il y a la France par dessus tout. A ce propos, nous rappefio"8 lu rcentes dclara ions de M Poincarr au Snat lors UrFin terpellution d> M llernot, au cours desquelles l'ancien P.sident du conseil lit l'loge de son successeur, prou ttant en mme temps de ne tenir aucun propos susc. ptibldd'branler .-es bonnes disposition Aujourd'hui largissant lu champ de nos observations, nous allons montrer comment la personneht des journalistes franais dont l'action est raison ne s'eflace, disparait pour ne voir que Irur Patrie qu'i s dsirent voir tous, toujours plus grande et plus forte. On se souvj. m qu'. n de jours r piques pour le Figaro lors de l'assassinat de M. (lastOB'Cafrortte, M. Doumergue n'avait point t juste pour l'homme qui venait de mourir ainsi. Cependant voil qu'au lendemain des dernires lecfoTs ^ l residentitlles, le Figaro en rappelant la conduite de l'an cien Prsident du Conseil l'oc nasidn de ce malh. 111 eux vne. ment, tout en tablissant qu il l\ rn'avait point oubli l'erreur que .1 ce dernier commit par solidari' \ l ministrielles ajoutetfe suite \que ce n'est nas de ses res-enii pgjj mtnts qu'il s'agit aujourd'hui. Et notre confrre parisien conQmjaDt.crit : quelqu'un qui s'y-connail le disait avant-hier : M. Doumergue sera un bon Prsident la Rpublique, car .c'est un bon prsident d Assecu Ne . \Ce n'est pa un homme de gnie, mais c'est un homme de mtiery Le gnie n'est pas ncessaire l'Elyse. Le mfier politique y est inJis.,ensabl-... M Doumergue apportera dans ses fonctions rduites au minimum par les dernieta v nemerits, des quali's acquiseau cours de sa longue carrire ministrielle : du scepticisme et de lu bonne giace, de la tinesse, du coup d'œil, de l mthode et de. J'auti 11 il. G est un homme qui a du bon sens et de la mesure. .< %  Et puis Prsident de la Rpublique, il ne sera plus l'homme d'autr fois, ni d hier. 11 savait tre impartial du haut de la tribune snatoriale. Le nouveau gardien de la ConslUuuou va reaitr. puisque Ul est i.sornuua son rle, ( et coaane il t'a promis dans son premier discours de ch. f d Eut ) Paibitre des partis. U n'est, il n'a voulu tre l'lu d'aucun ; C'EST I.'.L DU GJNGRES. C'est un patriote. Souhaitons lui, pour la France, une prsidence heureuse. > Voil les termes fidlement reproduits et cot, nus dans une longue apprciation parue au Figaro • ds le lendemain de l'lection de M. Uoitulo*< la PieMdruuc ue la It-.-puiiuque Franaise Libai ivai ur, a la le. twrr uV C** lignes, St-nt Lien que Ctt Or gaua de publicit garde encore uu mauvais souvenir des circonsiances qui ont accompagn et fUivi u un malheureuse de V son di-retour en 101 i et que M Doumergue n'.;hipp> p• lut • faire relire. Tout s u blait aller trs bien qil ...d la v ni du j >U' Sx 4 pour i s ..p T,III m> lectoral, s, u ie m.f-rrit s mo r>ri ontr • n re. I cuii. \oi.z j e la Cm- tiitio'i Uu- l'emp^e .le laqu le il av.nt j lu -xorim >it cl i einent qu'il n'tait pas n li^Lle et d'autre part il venait d'accoiri p ir un m ridai de sept ans dans le calm>et U paixCe premier acte consomm, on pouvait cnir I nh-nte ra 1 se au Conseil d Fui sur le choix d'un can 11 lai qui serait o-lui de t m le* uenibh-a. Jus que la 1 s n p uivii ut si mettre d'a'.'O !, ei qui pis .-st quand MIT le vœu del majorit Mllorno tut lu, la plupart de ceux qui avai ut l des adv. rsaires, au lieu d'accepter tranquilhmenl la dlaite, crurent encore possible d'emurouil er la siludion Pend ibl des mois ils essayer nt de bouleverser la R publique par les moyens I s plus c indaliix • t les plus inhabiles. De cou>ervat> lira qu'ils avaient • ele jusqu'alors ils allrent il.-ms une lacuou qui s inutile l'Opuo •ition) compose de tous eux qui, obissait des prjugs s'upi es ou d-s rancœurs, a ant leur source dans notre p^ss abominabit>, s'acharRent rrcerheiit aprs le rgime tabli Telle a toujours t l'indisci plinp les membres >i< notre sysluie po ihque q .• 'œuvre destsa^rgatiou a pu laire sun • o 1rs. y>. qui cœure davantage c'est que maigre lespeclacle nuvrmtdes ell.ts dsastreux de cet tfoisme outr, il se trou 19 •ncore en notre milieu, de mauvais gnies pour vouloir en pro longer la lure En appe ant ds le dbut tous les eutnts capables de l'aider dan 1 la ralisation de son programma patHouque, c''-i U..3 '. v II Cil l '' i •! I M' I IftA 1 cu.M-• % %  f t. t 1 un qu e lfi)uvrn u il actuel V ilil 1 gr 0'< -1 us "ix Ion pii l'en tuureut lecompivnn nt cornu* n "ij .t 1; leilort commun s J %  tirotlt des eilets saluuiree ,pjur la coilttivit. Rception en Ihonneur df>8 Gendarme* vainqueurs aux Jeux Olympiques Nouvelles Etrangres Hier, de 5 7 rures, au Palais Nation il, Monxieur le l'rsilent de la Itpiiblique et Madame Itorno recevaient k l'orcssion du re tour de l'quipe hatienne de tir, classe ime aux J^ux Olympiques, lue brillante levue militaire eut 1 1 j en riinnneur de ces vail\*ml* % %  Ihltes qui avaient su faire liiomph.r nus culeurs au gmnd tournoi irai* rnational o s 'aient doao' rende/ vous les plus grandes Dations du monde. Des balcons du Palais, on suivait avec intrt les volutions excutes avec une correction parfaite par nos gendarmes. Remarqu parmi es invits : MM. J. Il Husse 1 Haut Commissain amricain, Miguste Magloire, Secrtaire d'Elat des Finances, du r.0T.œerce l ncesshire t'is les poinis de vue et d'uni.n t p.uk uigi nie qu'on sa demande, ti> vrit, si cette associa ion sss te encore et c> immeut les m mbies qui la i iim^ioent considieut leur n.le. bn effet, depuis trois ans environ, on n'entend plus p • r 1r de etlle A>-II luiiou qui a eu de si beaux dbuts. (lu ue suit ce qu'est devenue lu ibliollie jue de l'A. M, C K. et la proprit qu'elle possde la me Daniel Drsluuches e-t trais ferme eu un vritable dpotoir — Le burcu de \njuiliou a tout 1 aif de u eue plu qu'uu mvilie, ei les lueiiture qui le coiupux'nl semblent oublier que cuiuiue tels ils ont quelque chuM fu re. Dans ces cuudilious il est vrai msnt plu, que ncessaire qu'une runion des membres ait lien au plus tt p iur Mire au moins un t-ste : liquider le afiaires de la Socit pour ne pas ln.-ser e perdre kaus prolit aucuu ce qui peut eui'O' K s-1 vir a quelque ch %  e d* tactil de l'A. M. C. E. fl' La lutie contre les Chenilles Ou se rappelle que la se uni ie derinriiii'iutijj ii.i i ,II i,i |i i ce de chenilles dans \m plaioas de l'Artihon ti'. Notre co ifi s des Ooildives de q n IloUafhias tir ci| leaiii i. i IU-II complote dans soo editioii du 10 de ce mnis, en nous apprcua il que le liiueau tecbiiique de l'AgH caltiiie a d. legu %  un employ qui v tudier ^ul'pi, n-e lc> poaobi Ites agricoles de lu r^iunei qui et eu ame temps charg ds tnaner la luite contre les ooeaillM qui dIruisent les OOtOOOian. C i • x • part, Mr teiceron, ajoute nul e soufrera nui i si un hait en, no is a dit avoir I ni i, i > ( ieii.'u s assez concluanlis il,m e MI Il a d*| Visit les lialnlaliouOubedou, li berneras 1 1 i oaliout. Il se propnsi' il vulgariser les | io cJs SOiSCiliilquea Ue tulle cou o Uulieuill %  n |i m .nu pTOO I %  I lires la SII/^I > i,ii m | de vapurimleurs pour anose lei cutouiiieiK al laque. l'uis-r i inimtidtive se p mr Suivie mthodiquement et li f coude en heureux rsultats. Ecole Ui Mu Varits Ce Soir Mystres de NewmYork 1er, 2e, 3a et 4e pisode Entre: 0.60euMERCREDI Entre : 1 gourde A VivNltll^ Ford, eu bonne condition self atarter, roues diaoutab.ce, enveloppes de rechange. J0rtjt.>8cN, Milquc. O. d'il i ler Caille James Thomas, Conseillers d Ktat, K ni o Marc lu. t.In I du Cabine particulier lu l'r sideAI de la H' lue, Klix Magloire. \ti st Mme ternanl Dennis, Mr Abel i 1, i hef du l'rol i .i e st Mme lli'ud. Mr et M le Clment Magloire, MM Il nies du Del va / i. Ii irie lli imas et A. C i b il, memW.'s de la Commision t'. >mmuuale, Mr el Mme I* ut II io, Me. Kimoii i I' lynico, Prt ', Au'oilie leii r, Cil l)ii|i ch I di division au Dpartement du Commerce. Raoul l.i/eire, secrtaire 'lu Conseil des Secrtaires d'Etat, Melles l'ern in le et Cilotte Mlglece, Grauville Itonaparte, ch f de bureau au Dpartement des Kn une-, A n il 11 1 Chevallier, secrtaire gnral de la lendar meiie, Pascal Stines, tl-'inenl Touestint, un grand nombre d'ollieie e (le l'Occupation et de la C-endtrmirie, etc. La Musipae an Palais charma l'esaistauce par i'eicutiou d-' s> aire les plus entranants. Itclleel charmante rception au coure de laquelle on ne sesM d' voir des attentions spc ilet po-ir h g vaiuqueuis h en dignes de toutes les ma lifeslalions urg mises en 1 m h iiiiicui Les rapports fram o ni.-ses PARIS— On mande de Vonou que M. Ileriiol a llKiepbi M i l.i n i .i i p i|ue leB rieta n lui i i pi syt m iliquiMin*ni 1 vii-, il s basas I orts i me ,i> p ,i r 1 1 I u • lia i e | iUet ne, u. ni II .un |4j %  I.IIHIIC un ingem 11 t'auilu l< de la part %  i s s,, v B t| ifm ,|,. i | iin,, |,, f i I i i d In q if-ln n dei a|i| or s franco ruse', i miell sera sb r dee api es la c fereac de lo M 1 1 h %  herine a pi • % %  m s u i i x iiiieu ses c i de la qaesli n. Brill.mi-' rcon iir.i | l.i l* •j il i > ri de C tlombi i a P*ri l'AItlS — Le mi lit le Je Colons bie a donn DBS b lllanle re i a li m a l'oeeasio de la i s n itie Data i o ombienne ''i i oum f ue et !!• %  not t.ient i te s aulori te, les diplonutaa d I Am^ri^ue latine al la Dombr ux amis ont apport leurs mai et f lieitaliooa. On don de 259000 Iranci l'j lorbonne PARIS M Qeorge Blu ne Ib I do New >oik, membre de le bto que l.i/ u l l'iei,-. i I ni ,| m ft |., Hnrboni •• il'uii'' h B90. 0 0 francs avec laslrucl.enej pauif que ci Ile somni. IQ le p par I n Vf mit selon sei B'OIUS. %  n il, minislrr il" I'IISIMIC tion publique, a iovit M III men i 11 u van r au inini-n rt mn u-y i' v,, n h ri un n i u i ts de lu niver-.ii k l.-i t onldience Ir Loodref : I M>l(i:s les d hgus a 'a ei nu 1.1 i • %  mi '.ilije oni raoom % %  eu repos loin |aatl alla de habr b un u .vaut 11 le rendra pei i ble la runion d'une iteat e pl Dirs | Dur n srdi piorl.ain I i e li. vreii-iac ivi' reg ait au ou r t es ni arai do i baeuM des dlea t onet es ,ous comits ont Ira vaille p ndaut plusieurs heures aux problmes touchant le relve ment conomique de la Ruhr. R erahle q ie 1 entente raliser au uj t d l'vicnation conomique oit un travail aeaaa complexe, mais niai qu'il y n des divergea m dont lion entre les tlgul ngleis, franais, be'ges ; on a<-u e que ces obstacles ne sont pa nsurmonlahles Ce comit a a r -nulle le problme le plus co.npli que et il lui finira pas-er en r< vue d. s queatiooe susceptibles di milevi'i d'ardentes eoniroverse; e que e • h Minus de fer de 1 Hnhet l'vacuation conomiqu des n rritoires oc ipte. Iirjarna i Lishanne LISIt'/SNE — Huit personne ont l unes et plusieurs blesses hi-r ili-iune bataille ,\ coups de il '••! %  e i %  • sollnis de la gerde i ilieaine i les agents del i oli e. La ti'-Mil itou au Bi't'sil BUI.NO 4 RBi Le corr s pondaoi de La Naei >n a It • i | tan ira envoie a son journel la texte siivani d un eommuniq i oiticiel relatif la rvolution ai Il -il l,i -, irnupes l lralee ro \ mandes par le tinral l'otyguax ont M up de nouvelles position* In a ; des ieennnaissances arie l ns uni t ellei tues conjoint* mnl aux opiallons en couis.N aviateurs ont elertu plusieu vola au d ssus de Sao l'aulo. I i appareil appartenant A une aviain ce du nom ii\\i,e-ia i'inheiro Ma < h i du dont se ervnirnt les rebelles a l dtruit el un lieutenant et • soldais rebelles qui tentaient d i s'enfuiront t faits prisonniers. Li. ilalh ns de Sun l'an o ont organis • une lgion mi Maire qui a l Inco pure aux troupes rebelles, dit It presse. Les Cours K Juillet M.W VOliBl— Franc l).17 Livre t.M l'Aitls Dollar 19 j 1/2 Livre 81 n, .)K LA il La 1re tesiion du concours d' ti i--' n a .i, ola des Heiaoi %  s Appliques est Uses au lundi .H JuilletLe rgi-tre dlnscriptiofl s! on veil au sige de ll.i.,i,.i n Si t (ou les JOUIS de9 breell li.a.m. Fort au Pin i uillei iVtt LA OlRLUluN l.\. nul s Sti'llo Lai i\ !i. i ,i, j | %  Il . I i roui n i, ,,i|,. le i I I ' U %  i II .le n, • kigraplu ,i/u ,. le, il aux I mies d, Deetvlogrepbie. Ces examens seront publics. /. Biinqm XalionaU i I: /' ib i /n III ii'i n Chonm u d InJOI un' M /> ibllC '/m', "ii/ni mme i lu Gotu in l~> Juillet 1!(22, anrtmne / %  la | oui 'l' la m ""' a //;•..) .V" pT| 'i /'', luin i cesser ont, d.-s le 24 Octobre lQ'24 d'.v ulorca libratoire ula i %  puhti /n,. le i u/ij i %  / sf< ah m de li '% qui 1 1 ' %  (ail a n -/' m il /ni, I -ml ii i ni i-ti, 11 i i/H r i /n ovin "-.tous les jouis ouvrables, do U hres. . m j| 3 hren. p. m. il In prit %  ' Uuer U ii'irni du dili bUU \ si ./, tei loui i m /"''/' nu n\ '/' . /"/ %  tUu a in It '' %  i aii %  jourt f i './ / %  nangt. ml au P a 17 Juillet i •-•. l'.n i IH \ itionale <1 i hpublique d'il Mil A. vendre Baggj laoutchout neuf,harnais en trs lion tal, excellent tii booues condili'iii*. S'adresser a l'do.el i. Tt io< I Distribution da Prix A l Eeili Dafiuoss au-Lespinisse Uns l licieusa matine rcrait v runissait v*ndradi dernier A Il oie Nationale Dimuesseau-Les pinasse, Outre les parents des l vi -, m. publie de %  bois, fora -mu de la I tinlis vendre li dernier on ne pourra s'interdire de reeon nuire Mi Lune OJilon Charles un mrita rel qui lui donne droi\ V '


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06238
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, July 22, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06238

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
TEtlR PROPRIETAIRE
-
Clmpnf Magloire
BOIF VBBNA
1358 Rut Amricain.
NUMERO Quotidien
1BLEPBON& N9*4t
L'idal dV.Diea, l'idal d pa pile
irip, Pitttal de lamille rt cetoiumbus Mmorial Lier
lO plC.e8 m:ij|ri*s-a de la p** Aat0
Dfcienca eoJI< dite comme 8 1924
s ap|ii Ile un (' que -i lnslo-
en, lai** m ->|> te k tous
>s coups de main el (oues
s aventures la nation chef
..<11 n 'I. ils cessent d'exister.
li s homuii's peur \ivre oui lie-
iin il>: ' rassembler tout leur
cur autour d'un ijrand
amour". D. Bellegarde
Mme ANNfiC N MCS
PORT*U-PRINCE (HATI )
MARDI 22 JUILLET 19
A la lumire des faits Au Palais National

Dans deux prcdais articles
paru cette mme place; nous
envisagions la politique tran-
gre at particulirement les v-
nements 'tant accompli r-
cemment en France. Et dan
notre conclusion nous nous ap-
pesantissions sur l'ide dom -
naate chei les hommes d'tat
franais, qu'il y a la France par
dessus tout.
A ce propos, nous rappefio"8
lu rcentes dclara ions de M
Poincarr au Snat lors Ur- Fin
terpellution d> M llernot, au
cours desquelles l'ancien P.si-
dent du conseil lit l'loge de
son successeur, prou ttant en
mme temps de ne tenir aucun
propos susc. ptibldd'branler .-es
bonnes disposition
Aujourd'hui largissant lu
champ de nos observations,
nous allons montrer comment
la personneht des journalistes
franais dont l'action est raison
ne s'eflace, disparait pour ne
voir que Irur Patrie qu'i s dsi-
rent voir tous, toujours plus
grande et plus forte.
On se souvj. m qu'. n de
jours r piques pour le Figaro
lors de l'assassinat de M. (las-
tOB'Cafrortte, M. Doumergue
n'avait point t juste pour
l'homme qui venait de mourir
ainsi.
Cependant voil qu'au lende-
main des dernires lecfoTs
^ l residentitlles, le Figaro en
rappelant la conduite de l'an
cien Prsident du Conseil l'oc
nasidn de ce malh. 111 eux vne-
. ment, tout en tablissant qu il
l\ r- n'avait point oubli l'erreur que
.-1. ce dernier commit par solidari-
' \ l ministrielles ajoutetfe suite
\que ce n'est nas de ses res-enii
pgjj mtnts qu'il s'agit aujourd'hui.
Et notre confrre parisien
conQmjaDt.crit : quelqu'un qui
s'y-connail le disait avant-hier :
M. Doumergue sera un bon
Prsident la Rpublique, car
.c'est un bon prsident d Assecu
Ne .
\Ce n'est pa un homme de
gnie, mais c'est un homme de
mtiery Le gnie n'est pas n-
cessaire l'Elyse. Le mfier
politique y est inJis.,ensabl-...
* M Doumergue apportera
dans ses fonctions rduites au
minimum par les dernieta v
nemerits, des quali's acquise-
au cours de sa longue carrire
ministrielle : du scepticisme et
de lu bonne giace, de la tinesse,
du coup d'il, de l mthode
et de.J'auti 11 il.
G est un homme qui a du
bon sens et de la mesure.
.< Et puis Prsident de la R-
publique, il ne sera plus l'hom-
me d'autr fois, ni d hier. 11 sa-
vait tre impartial du haut de la
tribune snatoriale. Le nouveau
gardien de la ConslUuuou va
reaitr. puisque Ul est i.sor-
nuua son rle, ( et coaane il t'a
promis dans son premier dis-
cours de ch. f d Eut ) Paibitre
des partis. U n'est, il n'a voulu
tre l'lu d'aucun ; c'est i.'.l
du Gjngres. C'est un patriote.
Souhaitons lui, pour la France,
une prsidence heureuse. >
Voil les termes fidlement
reproduits et cot, nus dans une
longue apprciation parue au
- Figaro ds le lendemain de
l'lection de M. Uoitulo*< .
la PieMdruuc ue la It-.-puiiuque
Franaise
Libai ivai ur, a la le. twrr uV
C** lignes, St-nt Lien que Ctt Or
gaua de publicit garde encore
uu mauvais souvenir des cir-
consiances qui ont accompagn
et fUivi u un malheureuse de
V
son di-retour en 101 i et que
M Doumergue n'.;hipp> p pjiirce qui a -nit cl acte
0lieux a une appreeiilion quel-
que peu desOiigeaQte; mii. le
sens des ra ils reprend vu-' 'e
de-sus et les vues -lu s (reportent aussitt sur l'op-
portunit' H u vote du Confis
di Versailles qu'il approuve
hau'ement.
Ouin 1 dans un pays, les l
meuts capables comprennent si
bien leur rle en ayant de si no
bls intentions, comment vou
lez-rous ci fil n'y soit oi redi-
se le plus de bien possibh ?
Est il besoin que nous las"
sion* un raporoenemmt entre
un tel tat de choses, et ce q i
se passe chez nous ?..... Il n'eu
pas ncessaire de remonter bien
loin pour dmontrer que dans
l'ensemble n' -bissant aucune
direetive, notre ptlitiqua n'a
riei qui .puisse lui donner le
crlit qui lui est ncessaire,
pour qu'elle aboutisse des r-
s liais fructueux.
Un ex -mpl rcent. lors des
dernires l riions prsiden-
tielles, il y a deux ans et 3
mois, ! ( ii Mn gouvernement
d'alors, v > lut faire relire.
Tout s u blait aller trs bien
qil ...d la v ni du j >U' Sx4, pour
i s ..p t,iIi m> lectoral, s, u ie
m.f-rrit s mo r>ri ontr n
re. I cuii. \oi.z j e la Cm-
tiitio'i Uu- l'emp^e .le laqu le
il av.nt j lu -xorim >it cl i e-
inent qu'il n'tait pas n li^Lle
et d'autre part il venait d'accoiri
p ir un m ridai de sept ans .
dans le calm>- et U paix-
Ce premier acte consomm,
on pouvait cnir I. nh-nte ra 1
se au Conseil d Fui sur le
choix d'un can 11 lai qui serait
o-lui de t m le* uenibh-a. Jus
que la 1 s n p uivii ut si met-
tre d'a'.'O !, ei qui pis .-st
quand mit le vu del majo-
rit M- llorno tut lu, la plu-
part de ceux qui avai ut l des
adv. rsaires, au lieu d'accepter
tranquilhmenl la dlaite, cru-
rent encore possible d'emurouil
er la siludion
Pend ibl des mois ils essa-
yer nt de bouleverser la R pu-
blique par les moyens I s plus
c indal- iix t les plus inhabiles.
De cou>ervat> lira qu'ils avaient
ele jusqu'alors ils allrent il.-ms
une lacuou qui s inutile l'Opuo
ition) compose de tous eux
qui, obissait des prjugs
s'upi es ou d-s rancurs,
a ant leur source dans notre
p^ss abominabit>, s'acharRent
rrcerheiit aprs le rgime ta-
bli
Telle a toujours t l'indisci
plinp les membres >i< notre
sysluie po ihque q . 'uvre
destsa^rgatiou a pu laire sun
o 1rs.
y>. qui cure davantage
c'est que maigre lespeclacle nu-
vrmtdes ell.ts dsastreux de
cet tfoisme outr, il se trou 19
ncore en notre milieu, de mau-
vais gnies pour vouloir en pro
longer la lure
En appe ant ds le dbut
tous les eut- nts capables de
l'aider dan 1 la ralisation de son
programma patHouque, c''-i
U..3 '. v I- I Cil l '' i ! I M' I
IftA 1 cu.M-- f t. t 1 un qu e
lfi)uvrn u il actuel V ilil
1 gr
0'< -1 us "ix Ion pii l'en
tuureut lecompivnn nt cornu*
n "ij .t 1; leilort commun s j
tirotlt des eilets saluuiree ,pjur
la coilttivit.
Rception en Ihonneur
df>8 Gendarme* vainqueurs
aux Jeux Olympiques
Nouvelles Etrangres
Hier, de 5 7 rures, au Palais
Nation il, Monxieur le l'rsilent
de la Itpiiblique et Madame Itor-
no recevaient k l'orcssion du re
tour de l'quipe hatienne de tir,
classe ime aux J^ux Olympiques,
lue brillante levue militaire
eut 11-j en riinnneur de ces vail-
\*ml* Ihltes qui avaient su faire
liiomph.r nus culeurs au gmnd
tournoi irai* rnational o s 'aient
doao' rende/ vous les plus grandes
Dations du monde.
Des balcons du Palais, on sui-
vait avec intrt les volutions
excutes avec une correction par-
faite par nos gendarmes.
Remarqu parmi es invits :
MM. J. Il Husse1, Haut Commis-
sain amricain, Miguste Magloire,
Secrtaire d'Elat des Finances, du
r.0T.erce b ique, mille Lon. Se refaire
d Ktat des Relations Bstriavrea
t Mme Lon. Lue Thsrd. Si i
i-aire d'E'at de l'Intrieur et des
Tr-*ux l'ub'ics ei Mme Tbaid,
Louis Prophte, Secrluire d'Etat
de l'Agrii ulture, J M.Grandoit,
pri'-ident du Conseil il II.t. Del-
hi 1e t'i-rre Louis, Ch. Kouzier,
K ml Iliga. d, Placide I
ll-i Auguste. Duc i se Chr.es
l'iene. Georiien Soray, Bt-Pbsr,
Ad V Ibiune, L aurore Nsu,
lu sujet de
l'A. M. CE.
Il nous a pass sous les yeux
u e leltie circulaire convoquaot
le meiubies de i Assoc ation du
i\i* V.tirr r,ii;ini m runiou pl
u ne & '< isiaua.
< ne i iiimiii liiee au Diinan-
< he 27 du courdQt i>l ncesshire
t'is les poinis de vue et d'uni.n t
p.uk uigi nie qu'on sa demande,
ti> vrit, si cette associa ion sss
te encore et c> immeut les m mbies
qui la i iim^ioent considieut leur
n.le.
bn effet, depuis trois ans envi-
ron, on n'entend plus p r 1- r de
etlle A>-ii luiiou qui a eu de si
beaux dbuts.
(lu ue suit ce qu'est devenue lu
ibliollie jue de l'A. M, C K. et
la proprit qu'elle possde la
me Daniel Drsluuches e-t trais
ferme eu un vritable dpotoir
Le burcu de \njuiliou a tout
1 aif de u eue plu qu'uu mvilie,
ei les lueiiture qui le coiupux'nl
semblent oublier que cuiuiue tels
ils ont quelque chuM fu re.
Dans ces cuudilious il est vrai
msnt plu, que ncessaire qu'une
runion des membres ait lien au
plus tt p iur Mire au moins un
t-ste : liquider le afiaires de la
Socit pour ne pas ln.-ser e
perdre kaus prolit aucuu ce qui
peut eui'O' k s-1 vir a quelque ch e
d* tactil de l'A. M. C. E.
fl'
La lutie contre les Chenilles
Ou se rappelle que la se uni ie
derinrii- ii'iu- tijj ii.i i ,ii i,i |i i
ce de chenilles dans \m plaioas
de l'Artihon ti'. Notre co ifi s des
Ooildives de q n IloU- afhias tir
ci- | leaiii i. i iu-ii
complote dans soo editioii du 10
de ce mnis, en nous apprcua il
que le liiueau tecbiiique de l'AgH
caltiiie a d. legu un employ qui
v tudier ^ul'pi,n-e lc> poaobi Ites
agricoles de lu r^iunei qui et eu
ame temps charg ds tnaner la
luite contre les ooeaillM qui d-
Iruisent les OOtOOOian. C i x
part, Mr t- eiceron, ajoute nul e
soufrera nui i si un hait en, no is
a dit avoir I ni i, i >(ieii.'u s
assez concluanlis il,m e mi .
Il a d*| Visit les lialnlaliou- Ou-
bedou, li berneras 11 i oaliout.
Il se propnsi' il vulgariser les | io
cJs SOiSCiliilquea Ue tulle cou o
U- ulieuill n |i m .nu pTOO I
I lires la sii/^i > i,ii m |
de vapurimleurs pour anose lei
cutouiiieiK al laque.
l'uis-r i in- imtidtive se p mr
Suivie mthodiquement et li f
coude en heureux rsultats.
Ecole Ui Mu
Varits
Ce Soir
Mystres
de NewmYork
1er, 2e, 3a et 4e pisode
Entre: 0.60eu-
MERCREDI
Entre : 1 gourde
A VivNltll^
" Ford, eu bonne condition "
self atarter, roues diaoutab.ce,
enveloppes de rechange.
J0rtjt.>8cN, Milquc. O. d'il
i
ler Caille
James Thomas, Conseillers d Ktat,
K ni o Marc lu. t.In I du Cabine
particulier lu l'r sideAI de la H'
lue, Klix Magloire. \ti st
Mme ternanl Dennis, Mr Abel
i 1, i hef du l'rol i .i e st Mme
lli'ud. Mr et M le Clment Ma-
gloire, MM Il nies du Del va
/ i. Ii irie lli imas et A. C i b il,
memW.'s de la Commision t'. >m-
muuale, Mr el Mme I* ut II io,
Me. Kimoii i I' lynico, Prt ',
Au'oilie leii r, Cil l)ii|i
ch-I di division au Dpartement
du Commerce. Raoul l.i/eire, se-
crtaire 'lu Conseil des Secrtaires
d'Etat, Melles l'ern in le et Cilotte
Mlglece, Grauville Itonaparte,
ch f de bureau au Dpartement
des Kn une-, A n il 111 Chevallier,
secrtaire gnral de la lendar
meiie, Pascal Stines, tl-'inenl
Touestint, un grand nombre d'ol-
lieie e (le l'Occupation et de la
C-endtrmirie, etc.
La Musipae an Palais charma
l'esaistauce par i'eicutiou d-' s>
aire les plus entranants.
Itclleel charmante rception au
coure de laquelle on ne sesM d'
voir des attentions spc ilet po-ir
h g vaiuqueuis h en dignes de
toutes les ma lifeslalions urg mi-
ses en 1 m h iiiiicui.
Les rapports fram o ni.-ses
PARIS On mande de Vonou
que M. Ileriiol a llKiepbi M
i l.i n i .i i p i|ue
le- B rieta n lui i i pi syt
m iliquiMin*ni 1 vi- i-, il s basas
I orts i me ,i> p ,i r 11 I u lia i e
| iUet ne,u. ni II .un |4j - i.IihiIc un
ingem 11 t'auilu l< de la part
i s s,,v Bt| ifm ,|,. i | iin,, |,, f i ,
I i i d In q if-ln n de- i a|i| or s
franco ruse', i miell sera sb r
dee api es la c fereac de l- o
M 11 h herine a pi m s
u i i x iiiieu ses c i de la qaesli n.
Brill.mi-' rcon iir.i | l.i l*
j il i > ri de C tlombi i a P*ri
l'AItlS Le mi lit le Je Colons
bie a donn DBS b lllanle re i a
li m a l'oeeasio de la i s n itie
Data i o ombienne ''i i oum -
fue et !! not t.ient i te ,
s aulori te, les diplonutaa d
I Am^ri^ue latine al la Dombr ux
amis ont apport leurs mai et f
lieitaliooa.
On don de 259000 Iranci
l'j lorbonne
PARIS-M Qeorge Blu ne Ib I
do New >oik, membre de le bto
que l.i/ u l l'iei,-. i I ni ,| m ft |.,
Hnrboni il'uii'' h B90.
0 0 francs avec laslrucl.enej pauif
que ci Ile somni. iq le p
par I n Vf mit selon se- i B'OIUS.
" n il, minislrr il" I'iisImic
tion publique, a iovit M III men
i 11 u van r au inini-n rt mn u-y
i' v,, n h ri un n i u i ts de lu
niver-.ii .
k l.-i t onldience
Ir Loodref
: I M>l(i:s les d hgus a 'a
ei nu 1.1 i mi '.ilije oni raoom
eu repos loin |aatl alla de habr
b un u .vaut 11 le rendra pei i
ble la runion d'une iteat e pl
Dirs | Dur n srdi piorl.ain I i e
li. vreii-i- ac ivi' reg ait au ou r
t es ni arai do i baeuM des dlea
t on- et es ,ous comits ont Ira
vaille p ndaut plusieurs heures
aux problmes touchant le relve
ment conomique de la Ruhr. R
erahle q ie 1 entente raliser au
uj t d l'vicnation conomique
oit un travail aeaaa complexe,
mais niai qu'il y n des divergea
m dont lion entre les tlgul
ngleis, franais, be'ges ; on a<-u
e que ces obstacles ne sont pa
nsurmonlahles Ce comit a a r
-nulle le problme le plus co.npli
que et il lui finira pas-er en r<
vue d. s queatiooe susceptibles di
milevi'i d'ardentes eoniroverse- ;
e que e h Minus de fer de 1
Hnh- et l'vacuation conomiqu
des n rritoires oc ipte.
Iirjarna i Lishanne
LISIt'/SNE Huit personne
ont l unes et plusieurs blesses
hi-r ili-i- une bataille ,\ coups de
il '! e i sollnis de la gerde
i ilieaine i les agents del
i oli e.
La ti'-Mil itou au Bi't'sil
BUI.NO 4 RBi Le corr s
pondaoi de La Naei >n a It
i | tan ira envoie a son journel la
texte siivani d un eommuniq i
oiticiel relatif la rvolution ai
Il -il l,i -, irnupes l lralee ro \
mandes par le tinral l'otyguax
ont m up de nouvelles position*
In a ; des ieennnaissances arie l
ns uni t ellei tues conjoint*
mnl aux opiallons en couis.N
aviateurs ont elertu plusieu
vola au d ssus de Sao l'aulo. I i
appareil appartenant A une aviain
ce du nom ii\\i,e-ia i'inheiro Ma
< h i du dont se ervnirnt les rebelles
a l dtruit el un lieutenant et
soldais rebelles qui tentaient d i
s'enfuiront t faits prisonniers. Li.
ilalh ns de Sun l'an o ont organis
une lgion mi Maire qui a l Inco
pure aux troupes rebelles, dit It
presse.
Les Cours
K Juillet
M.W VOliBl Franc l).17
Livre t.M
l'Aitls Dollar 19 j 1/2
Livre 81 n,
.)K LA
il
La 1re tesiion du concours
d' ti i--' n a .i, ola des Heiaoi s
Appliques est Uses au lundi .H
Juillet-
Le rgi-tre dlnscriptiofl s! on
veil au sige de ll.i.,i,.i n Si t
(ou les jouis de9 breell li.a.m.
Fort au Pin i uillei iVtt
LA OlRLUluN
l.\. nul s
Sti'llo Lai i\ !i. i ,i, j |
'Il I
i
roui n i, ,,i|,.
le i I I ' U i II .le n,
kigraplu ,i/u ,. le,
il aux
I '
mies d, Deetvlogrepbie. Ces exa-
mens seront publics.
/. Biinqm XalionaU i
I: /' ib i /n III ii'i n Chonm u
d InJOI un' M /> ibllC '/m', "ii/ni -
mme i lu Gotu in l~>
Juillet 1!(22, anrtmne / la
. | oui 'l' la m ""' a
//;..) .V" pT| -
'i /'', luin i cesser ont,
d.-s le 24 Octobre lQ'24
d'.v u- lorca libratoire
ula i " puhti /n,.
le i u/ij i / sf< ah m de
li '% qui 11 ' (ail a
n -/' m il /ni, I -ml
ii i ni i-ti, 11 i i/H r i /n ovin
"-.tous les jouis ouvrables,
do U hres. . m j| 3 hren.
p. m. il In prit ' U-
uer U ii'irni du dili bUU \ si
./, tei loui i m /"''/' nu n\ '/'
. /"/ tUu a in It '' i aii jourt
fi './ / ' nangt.
ml au P....... a 17 Juillet i -.
l'.n i ih \ itionale
<1 i hpublique d'il Mil
A. vendre
Baggj laoutchout neuf,harnais
en trs lion tal, excellent tii
booues condili'iii*.
S'adresser a l'do.el i. Tt io< I
Distribution da Prix
A l Eeili
Dafiuoss au-Lespinisse
Uns l'licieusa matine rcrait
v runissait v*ndradi dernier A
Il oie Nationale Dimuesseau-Les
pinasse, Outre les parents des l
vi -, m. publie de bois, fora
-mu de la pense d. ,i nies aux lves mri
Remarqu : le Ur N foyer, In*
p, i leur des t.eoles.le l'eie l.uillss,
Cur du Baer Coeur, Melles Anna
Il Angn.lin el Ic-in l'uni. Ilirec.
li ne. ,i l'.uie-, laVMeaB. La fond,
C. Ma yard I vonne Mayard, Insli
lui"1 i i I n d autres iulressan
I irmanles jeunes tilles.
Bat Islingute qui ne s'en
pren Ireol qu' nuire souci de ne
pus allonger ouire mesure celte pe
lile note, de ne pas y lire leurs
noms.
Des mon I gus gais, des ssyn
tes comiques et un conle mis en
m tion ( Le Pctil Poucet), excu
ts, le plus grand nombre, par de
trs tenues acteurs el actrices avec
un succs dont tout I honneur re
vient a la directrice, U dvou ri
l, u m inle Madame Odilon Char
II n ni ni i rompu
11 i i < -. i i 11, g
lar du chroniqueur de la fle don
n' i --- i i u ni pa PI S. V., ou
s'en rappoiti ti pr| u .lion hti
ve des enfants qui ont l si chan
demerit m|i;>I tinlis vendre li dernier
on ne pourra s'interdire de reeon
nuire Mi Lune OJilon Charles
un mrita rel qui lui donne droi\
V
'



LE MAlift

DPURATIF
du
MANGET

Vices du Sang
Varices, Glandes
Mauvaise circulation
Maladies de Peau
Avarie
Maladies des Femmes
ftablieaamanta Chtelain
GRANDS PRIX
clous

I aang, charge d dchets, d'humeur
tl d'impurets, circule mal. (asonsaat
ainsi la congestion du fuie, provoquant lei
a, les sariecs. le hnorroidet et
>l< t, mutant de nombreuses aOectiuoi df
la peau am\i que clous cl aothra*.
__U_J)EPUATir DO DOCTEUB HANOET.
nettoie le sang, sisifle et assainit l'orga*
ni>ine. Il tclla ainsi les arfectioo dut*
a une rninliustimi incomplte des aliments
au ralentissement le la nutrition totv-
sile. asthme, emphysme, goutte, rhuma-
tismes, ovralgics tenace, aturasthtnla,
insomnies, tt-rti.es, sciatiqut, iMmbajps.
migraine.
Chef la femme. Il rgularise la rlraa-
lattoa ilu sang, facilite le poque, pr*-
Fare la formilim et vite le malaises da
ge critique II ecliircit.le teint et allure
la beaut de la peau.
II constitue un cirelltnt traiiemeat da
rarlenn-srlerisr en abaissant la tension
artrielle, en diminuant la viscosit san
ajsuiic et en lacilitaut le travail des reins-
I ,I-,r.l le l'I rwlonal. 2. rue \nleneien.....,
I l i'" l'Iiarruac'".
uaataCEC..-------i
lerje Taiilant Constijnatctire pour Hatli
toute noire ailmiration.
J .No t |i -ni .tu ooa vives flici
tSiisicu la talentueuoe organisa
liui de celle petite tte scolaire.
A recala Nitioaale
Colberc LochdpJ
Avant hier dimaoebe a eu Pis
IribulH u ue Prix l'Ecole Natio*
n,iii i uiiiiil l.mliar.l dirige par
lit iltsiiiiguee. .Vielle Atina Augus-
tin.
lin m que le temps Tut la pluie,
un ptili'ii iiurobn ux pitrliripa a
celle njtiiiifeslatiuii qui lui pn-i-
tle par M. .I. l'olhel, soutins-
pseteur des Kcoles de cefecir-
. > 11 ii pi ii in.
La lele dbuta par le citant de
U D#a*IIOID06 suivie n'une
iiiiiiiln- Ift iiiitilimule Le Jeu
de Chemin de Pei Ue Jcuques
h, i iu/- 1.1 .u i ,i la .ii?l nos
de tous La Basique tait plue
Mata la direction de A. Constantin
Dumerv.
Melle Marie Claire Jean Lnns
ob int de lgitimes applaudisne-
meots dans l'interprtation du
Bonolt g"e Fente preseuse ..
La dialogue LesUtux i rur-.
dit avec gul u.n ait lit.- Veuus
Frmonl ei Aulonia Vmcenl lut
bieu apprci.
La ..Medingole comdie enfan-
tine en un acte agimeiild davau-
lage les heures agi tables vcues
l'broie Cul bel t Loiliard. Les c-
Uurs s eu te |iiil.rel si bien
qu Ha turent i .ippels p-tr lasata-
tince.
Le inonolofaie < Le Palmars
fut par Melle Clr.t i^upervit et tu
suite le < Soleil des vacances
chaul en chu ur pai les giand s
lves traduisit leur joie o durant
dru mois elles auront a guler
le* douceurs Je vacam -.
Le i Ion de la fte fut le beau
pome u'Isuarlm Vieux Le I ra
priu b.eu el tuii^e qui lui u.t
tlrtii II, m ni par Melle LuliiM
l.m ou au lutiieu d'un ferique
dco' Nsll mal.
la* loi avec laquelle cette pi.'ve
fut rendue anima les frisson- pa-
triotiques df l'ami loire el ce lot
sous tel e agi "-i le impression que
l'on -e -iiiii. aoaisut if.isuir
pn-n | dm tasorsi eba isaiitM
i'ta oe Colbert Lucliard.
i l'Ecol f > Mm
i. i u u i, is i i- pr^v.t, 11
sa ''' i ut i api i lu ,i-i m
de i,i e un i,' i,-. i aa u m t-
t.ii .t ,i i- V.u ltea pour l.i n-ii i-
bulion les prix de l'beoia J. U.
Delioux.
Mtis Luiia l'aul qui dlrlgl cet
tiblisseinent, o l'on remarqua
dsi sujets vraiment intfressuiis,
s droit a nos sincres flicitations.
Le public nombreux qui ,t--is-
lait a cette petite l't scolaire est
sorti suiisiiii .tu dfousaa i d*M
m lUraesaj et de jeu de scn a des
ac.tices.
Aini.istrjUi. Go
raie des Postes
Avis do dpart
L8 dpAh-s p >'ir Ni i
et l'Europe ( vu > m York l rael t
pir le s -Ori-oliil serool i M
demai i mercre li -'I juillet cou-
rant.
Port au t'rincs. i> juillet lVit
Bulletin de lu < hambre
ii iiii'i-i-;i i ne de <' iimierce
fit n.nli
No0l le la i h nhre
amricini ,ii ll.uli
un exeuip1 ure il.- -on il. ui'.t liul
letin, laauel rooliaol dtui nume
ros runis en un seul, el dont l'en
famille forma un Guida Ju rovs
genr et un asDttaira eommarcial
d'Uaili ".
Ce Ittiiltlin est tlivis par ie-. I ,i pn u irre fournit dea
bits al lit s in fi u ii al ions pi .iiiijiics,
utiles aux fojagtari qui piojt lient
de v i llaiii ( n a des mai
son- us ,le IVlr.trger qui
s'inti i ni ni au Commene .u liai
ti .
" les i hapiirea >ont les ui
vants :
i m i i .i i
Topographie Hivirea Lacs.
Climat Ki g mi dw pluie*
lad eau p u\, m iiriq e da la
Kepablirjoa
La popolali : et sa rparliiion
Langue.
DisIh i h de la | i'.'tle nui pcrls
iM'v'i- ; | ,|.. |, ,i. | ajiieos
par terre et par n t.
r< lgn | ha al I b n ma d< r< r.
Barvu it li| hoDiqua. '( id- et
meMires PormaiiUi pour le
passe porJ.
Aiiraocbisaamrol postal Hm
que.
luminiHlions afciaiei pour vo
Pateoleaal I saa I eli billions
mat ui lioi Gi D Ils.
latorin itiooa d en dit.
Ii,x''-. I n licencea
Ta< i, ,|, rnlions etc.
La tletiM, q ,. M,ii, n comprend
un lablcaa rfi l.. || D|ali< i r! du
Con infi.f UtVgti sveC us iorls
oaverlt d r il) ri une brve d s
c ip ion de chacun da fe* port ,
av.. u- i, loin alioi s * tas"iav..
nui e i n t i |, -.in les vi, Ut t un.me ce.
Ii i table n iralirei traites
soi le-1 uil du mil numros du
bulletin de ia t i m l ia amoXeai
"* da 0 u n i rce d Hati tirmine
a nun ro.
' r ce rran'eux
loti i, ni ni ,, m |
suais i de et ll< u ile'
'Il 'mi qtu .,. i. I <.....>i i
H.....i di -n :. ;t 1 neus
' ous |ropoaoDi d" ravanir,
m
En l'I gliaa du Sacr t'oeurdi
Thki su br i a mai i _
ri ih M, ll< ..min , m iiha>J
avec Mr liaoQi I Pairy.
i. mai ii ont Aie mi doit*
l'autel par Mme Lon Casuignol et
Mr Paul borao.
I B aaaiaj i i i boisis et distin
mji e.. u l'un renia qoail !< prisai
pales pei-iini :t lie- i|,. t',,, | M
l'une,' donnait a la cilmonia le
lui daa gi odes ll mondaiosa.
| .Non- renoufalooi noa me Ileurs
souhai s aux nouveaux poux.
1 i ami d I n res du soir
qu i .. i. athdraa
le mari le n. nias llorelle
ave' Mr Pian/ 8iegal
Lat maris u induits
l'autel, par ' me Itu aoad Laro
t-lie, nep ,\liea II in e. arcompa
goi da i i imea Mac Q "lie.
; i la
p i"i-- s .M .-.. un< illoc i
- rchaus
onie la
-t -l'-ul ie nombreux
amis les cimrmaute) jamilje aux
quelles appartiennent les jeunes
poux, t ne rc plion cordiale fut
offerte ensuite cht* Mm KJiiion 1
It.uiiiHin, o un monde distingu
gota les prev, nan e dea -\mpa
ihiques li ns de l'Avenue Ma
gloire Ambroise.
Tous nos compliments.
Examens
Hier aprs /nidi ont eu lieu les
e\ i n.:n* oraux de Melle Alberto
Moud qui s tait prsente de
vaut le jury en vue d obtenir son
Ur >et -u,.ei leur
laa laurate a eu la mention Bien.
.N m- lui adressons nos otnpli
m -nts pour ce nouveau succs.

Aujouri'hui a une heure ont
fi i- lin les exam ns pour le Cerli
i d'apliluJe-11 dag gique*.
Dut t ad aes : Vmes l-uw
dit Vieux, Sosll eue Prs oii,
Melle, han en-ie u audonu, Nina
Cas-eu- I llavde Augustin.
Nos c< mplim n'a ces nouvelle i
inslit. lu, es ,|itj .,tues.
Le jury tait prsid par M
.Iule- .;, vi in, l), e. ur de I E
setgn ment Pnmair : laa mires
ineuiii lient l'i ' Arc i ge.
I)r Itiun Iir l'rice Mars, Mr et
Mme George Honort.
Evitons
toute quivoque
Port au.Prince, t Juillet 1924.
Mon lier Oiiecteur,
Dat s l'dition ju mardi 15 jui1-
lt t i tu.. i,l- jc-urnal La Pi ste i
a tt|tniltil un extrait du -The
Pressai ii- de New Y ik du M
avril l!'22. hn entnp r ni le les e
anglais n In (induction ! nn* par
La P. ste, j'ai constat que les
leeiemide ce journal pet-vent tte
n.ilnii. e" er'itir par le fait qu il
ne se liouvs point dans l'ex > n la
i oiiiiih n. ni q>. -tut immdiate
niei.l et qui est re'alif h une d
claralloo l.>ile, il v qu*lqu-
l< mut, par le I"s -idei.t de la
Rpuliiqne.
Il rs< eerii. en effet, i la mit
de la Iradtic ion. re qui suit :
.C'tait re que M. Ilorno appela,
l'anne suivante, les i fso rres
de h s'Insllon ac'uele. r f n est e L P, I el r"-
du aThe Ki- n a > Ja rru q>
i l-ii bCSMSlrS de dissipe celt
qiMMIIple pilir des |e,-|, ||, s i| ,
ni i-iini paa l'anglais, punir ien
'r I ,,t i I. i, etotre que lu jo
na' new \ kaJ .'i i niai u i-s
pi, i -n u valsa pai i. u e d-
clara in du '' -i lent il la 11
p lilnj i Hati. Ce qui conslil
r lit ans etreur.
Ilucve/. mon cher Directeur
l'i pr timents. AMICL'S
^rn?/" F Lavelanet et C
PHILADELPHIE Le Brigadier
Gnral Smadlay D. Butler, du
< orpa des Marines, qui e t plac
ici par le Mai e Kendrick pa '
"nettoyer" la i le, sera contraint
de rsigner sa situation de Direc
leur de la Smele Publique.i mo ns
qu'il ncoule le latgas/e de la rai
an d'aprs ce qui se dit dans l'en
tourage officie. 1 mme du gnral
Il sera accu de * n tre pas en
harmonie '' avec l'a'mini-tration.
PAHIS- Uspr* les Ullra*i
changt'ea < ntre le Premiei -lier
riol el m. le.t, le moi Jre des *f
faires tia gres de Russie, dea
euvenures ont esquisses en vue
des relations plus amie le. eitre
la France et le o vtrne nent les
iSoviel* de Kt-aie.
TEHERAN ( Perse - La oi
maitiale a t dcrte et plusieurs
personnes suspectes de compliei
ti dans le meurtre de IL b rt In
biic, vire consul mriraia.ont t
a ries Mr Rnbeit I biic mourut
le vendredi dans la nu;t des bbs
uier. r-ues p'ovenanl dea coups
oui lui oui le pot l* pa- une t'onle
fanatique, a't.r- qu'il l .il en train
de pbotograpii er la loulaine sa
cre.
MONTEVIDEO (Uruguay)- D'
Eres un mot reu ici plusieurs
rsiliena prominents opposs au
gouvernement ont t arrte
Santa Maria el a Pelotoa, dans I E
tat de Rio Grande. On rapporte
3ne les f n tes le irales ont occup
'autres po i ions avances prs
da -a,i Paulo, et qu'uue recoiitiais
stnee d'aroplaqe a cl eflectue
D'aprs lea termes du dernier rap
Port, lis rsidents it.liens de Sao
aulo ont organ S une l.ion mi
litaire qui a etu incorpore dans
les for, t, rebelles pour dfendre
la vida.
BL'E.NOs AIRES- I aprs les
dpches non censures q >i arri
vent ici de la censure, l'a t on
cisive officiellement ann. nce par
laquelle le gouv.rue nent brsilien
espre mettre tin la rbellion de
Sso Paulo rencontreia les rebelles
bien prpars On dit que les. re
belles at'.eu lent avec connan"e
l'attaque de- roupes fdrales On
afliim q ij la rebelles tiennent
toutes Us p si i ns stratgiques
dan* et autour de ta vine et o ,t
une h R leijrj .ainouflie qui iom
ma'id' lea ruul a conduisante la
ville.
4r FlU UvelMet
Nous av us appris avec plaisir
qte uotr Htoi Hr l' u Lavelanet
pren la Uir > i ffdires da
ia m son K ..iv ii i ji ",o. r
Lavaltsata pas-equei |ihh annes
la Banque .Nadoi nie ou il a ocru
p d'importantes fiuctioii. nul
dou'e que ton arrive la maison
ro tribu i donner* une nouvelle
impulaion aux affaires.
ASTHME',
Soulafm*Qt immdiate* i
CKPHYSllX
_ orf>KUro*$
lg niamt m mdia las gurUon sa* ma
Globules Rbaud
sUaultatsmarra llaux.surpranaaia same
Ttmm*i,-msc m i in. - m #eataaeee*r.r
B. OALICBOCX. n Rue Vsaisi llago
Bais-Caloaabes Setae)
A Tm rvu<. p,m BUCH I
A louer
Chez MmjW- Pressoir
1114, weuue Juli.i lliuwii (Lalue
u - roaaa, V'erraa bore,
Vcr.cs lu u g.i.- Assiettes,
i.uuleaix.F nirch Iles fols agisse,
Ssr-ietlea, Napp s, et en gnral
tous articles po .r dceptions et
mariage.
Agents de .niif'.ieliiifs Imi'ricaines et uroieoi)tts
nui < stix et 11 (|asins: Isisnr KEITEL, Grai.d'^u*
hul-ati-Piince, Hati
.\qents |xc't|tiU pour les maisons suivantes:
Diamond Oraidinij Mills
Chicago
Lacet pour Clnii*ures
RohortaOn l.eatlier Com-
pany \. Y.
Cuir- al peaux en tOSI genres
Oregory ;md lia tri Ce n
paay layaa.
Talons tel u!oi le.
Henry Qtltsal ftColf. Y.
Voiles, Tssus an tous g reS
Max kauffiiiann N Y.
Ponges, Soieries
\\j Bn0r MilN lieading
Bas et chaussettes de soie
Evsrshaps Co Troy
Faux-cola soiples.
Etablissements Front.toit
Paris
Accessoiies de Pharmacie.
Iletlimatit Paris
Houppes en tous g nres.
Barahttr J M. '.oliu l'hll i-
dalphie
Cravates Tricotes. *
atc, etc.
Soeita das ProdatU Bo-
tt Parla-
Lea meilleure dentifrices connues
IV Poiaat lUs & Us Lyon
Produit pharmaceutiques et chiai
ques.
tablisse Miaula Adrien
Snrrazin lijoi
Ltiiueuis et Spiritueux, Vins Pins
Marquis Saizl at Laniqao
Dizy l)p.
Champagnes Aulhea'iques
Claude Delomior Saint
Ctloniie
bretelles, la telles, Ru bans,Tresses
( '. la ronce & Co I '.crdaauz
Vins en Baniques et Caisses.
Socit industrielle da
Jouet
Poupes, ehivaux.e'c. ,
\ J. Classa Calais
Dentelles Puas.
Il TVrnaux Bois ?*> Roi.
Pi igns en tous genre*.
7.tablissemen*s Bugna
Marechai Venissieus Foe
Tapis Cirs ordinaires el da luxes.
Gay Renaud #t Cie Cognas
Cognac et Spiritueux.
etc, etc.
Ru m tisons sont de p>emiei" ordre et net pris
concurrence, et nous sommes en mesure de
Lire d;s cendittous spciales el des termes aie paie
ment extrmement avantageux aux iniisin de pre-
atiire aiiinaltue. Nos chantillons et prix sent i la
disposition d clients Je 8 heures Ju matin i $
heures du soir.
l'orl-au-riniM-, le 17 Juillet 1924
ENO'S
[FRUIT Si\LT*
**- DERIVATrVB COMPOUND
Prpar par J.C. E.NO LdlL^-drea
Hsrold r, Ktlcbic & lo lue
fcaw Yoik
Sales Aivnt
'uriii,^ votre ,,.. n6ttj>yM | foeg urj0,irM) 4m?Arhz la fitre,
le rhume, la constipation, etc.
Une cuiller d'Kno's Fruit Sait dans 1 verre d'eau le matin vous met
Ira en bonne aant. i
W* Uuiaiii Williams
A. et F- PEURS Limited*
Four a voir le teint Irais \ conserver toujeurs|iiiUal
/ette lralcheur,aerve>..voas des excellents prtiliU la la
la.neuse in n que ^ Jt f. frm |iailed Easlu ; lela <|aia :
SVonitranvpiriate er, bcjiI,.s> Savone traaspe
ranta an ?ah ^ttes. Pina poudre de Talo at pOra a
Talo pour ab, Btons rougaa pour lvraa.
Simon Vieux et Alfred Vieux
Le PreeUmann Aggerholm.
Aysat poor HalM


.^i.:"
^l


LE MATIN
nui I
PNEUS
&
CHAMBPES A AIR
Les produits
STERLING
Sonl garantis
EN STOCK %
Socit coimercidle d'Hati
Agents exclusifs
A l Etage de la Banque iVa.ionale d'Ha U
toit au l'iinee.
REM1H0N
C'est lout dire.
4 > f est la premire machine a crire invent.
2 Me a touourt t la premire, jamais surpas-
s* par aucune autre marque.
5 Pour ceux qui s'y connaissent, on n'a qu' la voir, peur
t reconnatre que c est une beaut, une merveille de perlecti on.
4* pour la rapidit, la solidit, la prsentation, c'est la machine]
i crire par excellence.
La fabrique jREtallSiGTOIi phui en tre flr>
Tous les modles en stoek.
four les conditions de paiements :
dreites vov* la SOCIETE C0AHEKC1AE D HATI.
l'taye de la 4* nque Haoual* d'Hati, t>ort-au<'n in.
LA SOCIETE CQMERC1ALE d'HAIT/
Se lera un vrai plaisir de vous lournir
tous les renseignements ncessaires.
u i tord est ecoiioii) iqut1
J.*ti auto ct une neeteit
Achetez uue Ford ! Neuve.
Comment?
&k)feC
avc Ont Ct,iti Dollar* eu'ement.
fenei nu ri , oi s'entendra po.ir le reste.
.'. ,... U ,,.. hoi. . THE UNIVERSAL CA 4,
Socit Commerciale d'Haili
*g*nt on* 5 Mnrc et Gonolve.
CRUiULS.
Ressente la Suprierit sur les autres Karque de Swn
SAVON
Cest le Savon de Lessive conomique et en usaje dans toutes les lamilles.
Il blanchit le linqe admirablement.
En vent dans toutes les bonnes nuisons de la place,
tels coule si peu pour vous convaincre. Due Brique.
Socile Commerciale dliaili.
Ayents Exclusifs
A Vlfige de ta Punque Nationale 0*ilaii>
tort-au-t'rmee

,
* .
lEfti PJ11EUS
nu piolr|f r 'os jnruf, inlieduisct y dci (Un.lues a air Gond tfl1 Beige, le*qurlles conservent une
pression d'air constante.
Les chambres l air 4>ujj*s fiee-J Yr ne sont pas perus** l par consquent ne permettent pa
l'an de s'chapper.
Chacune est laliriipie et inpecle soifiieussunVL Ensuite on la ilenll l I. iubmeru dans l'*an
pendant TlOUl quant. ueulUk. fc*MHHI*MI Uoiit Uuil aie parteite.
Les ksmbres i air leigil fioed Tear assurent i chaque acheteur uue dors e. un servie* iMeptiMBsi
ichstes'les, peur leur commodit, seivice
infirenre.
et conomie, un prix beauceup plus bas qu* celui des autres chambres air do*qu*ll#
-
Good Year Red Tubes
Tbe West Indies Trading Company
Port-au-Prince,
Gonaves,
Cap-ilaitien
Mil
^CZ
*k *%
V


tl'MATM
Bazar llrovolilain

Qui Sets de 75 75
Urnes poui R.soirs Gilletle 70
Kizv 1 Giiette 90
Raxo rs : s
doit bjvoi Woodbjijs } pi M0
Hicds Cru ai bou JO
Hune de coco 7>
I Ifflolive Sbimpoo 7\
eioxide bjut. 2S
1 ctiu cizeaux 20
limes pour Rasoirs Gem 20
Grandes Houppes 20
Pipe de }o c. 1 00
l'oud.e ae l'aie Mivis jS
kpto^lesoidioites (H
tiicgicide turet 03 08
1 ;eis four cheveux 3 pour 25
Angle des Rues Pave el du Peuple
Nouvellement Reues
pmg'es a cheveux toi'e If
Peigaes d-. 2 c. i 03
Lac:ts pour ^oalirrs 05
Foii'chit es peu- 1 siae Ij
Biosse pour paquet 3 >
H oc uotes 8 x I> 1 i
Servit tus eo p p n 50 20
Cuili-r en pap:t: boite ao
Fouichelt.-s 20
Tasses T
Jarretelle P*-i >->
fc astic pour bis '5
Oi i jouer, | ux 1 S '
Billai a bi ne I 00
Verei i co k-ail drax. 1 5
Verres 6a i bo -e r-oux > j
Chemises d horaires 3 2)
Tapi 27 s
do }x b
''6.9
do 9 x 12
Lunere pour auto
1 00
2C0
SCC
1 s 00
"75
Verte* 6i i chnij'g c di <, 3J
Mou:h rs p->ur hvmes pr S*
Soibe es tonte difflr Sions
Sivoi olosal
Savoi H y rham 1 ponr
C n p >ar |i b be oattt
1 es b < ns iM'qasi
V.se de nt trxui *s
Vt!i e
Mallettes Je j 50 l<
Pru es 1 livre
Ljre ferbltnc
Ol
a no
o;s
p i
18?
1
30
Clive de <8 c 90
Lait vapor (erb >. c 20
Sa'dines en sau tcmitti
feibia cd 1 b 10
Avoine la bni e 3$
Cream ol Wn-i b ite IJ
Ri i s saas ppias bjite 2s
Dies en piauet jj
Fdt J'Anetmx leSndh't
et de h re giur 4o
Po'vres ro::e terb iS
H.le i polir le cuivre 2s
l'oudre insect c de bo tl 12
Abricots lcb: la livre t,
Sa Flcsh pour W C s">
A'n-dni pour ieive 18
Jambon Swill la livre 40
Bacon Ferris eo prquet de
a livis*, la t-v:e \
rjfcanttta Meiachrino pocte
CiRif tes Cbanhcltr poche
L. ". N Inw 'e b ac
Lait ei poulie K ia
uhoco at p.qa'i 05 et
Nois ttes la .ivre
Arondes
6 .bits NB^ a n mis
B eau de 10 c
La 1 Mal e 1b h lu
fut e. bju de 1 itre 7) c
"i.kec oiisux s c
Ciga eues Lutky 3 nkl
b >ne de 5 > pi
Tabac pnnee A'P-.t ao poui
0 25
OOj
0 20
1 U J
19
}0
)
IJ
3)
?i
I 00
40
Tabac VelveVtc 4". **
Bo3gis d couleurs doox
P p er Toilette
Ps ier Toilette exil
S* iC premier pour Salai*
So la Fontaine
Conets avec c t> ls glace }
Sol. ave: Frau',Oi:o!t;tc^ !
O.ang* Crusb, Ro3 ber
levertej |:fv,
Cne la g'ice avec
Chr l , Fraise etc. *f$
Comme nous avons reu plus de P. 18.000.00 en marchandises
le mois dernier
Il nous eit impossible de les numrer toutes.
H >:.\ sjxaa
Nul!1
1
r?,l. '
L.
mue:
tu t$t
jh m: m m. r
*?*-
COMME
FtEsion Bcvzier
t3r28 Champ de Mais
I < Mlli.li 1)1 t | IM'I lit'll
Kiiin, icifice .ii(|H 'Jii.ji d, y\(. ;;v
r
AVEUGts
S'irp 1 AI.ll.tZ.CK
( 1 1 mi iurmn' lo
r 1 dc '< | !"
1 1 1 ci ni
I.M- li
iii I 1n n
(|i-, il *- M)ie*
11 1.....rtt.

Farine lacte NES1U
iiKin i .11 li.ii it[ l'biiD tni le
; nie; lu il lt | |b< mm 1. en
( 1 11 .1 ii 1 1 1 u a.o-
n.ti 1 m- u^iigt il 111 i.it 1 1
I tl 11 1 I .....:. 1 1 I lit 1 1
Vtl .. I \ ii I 1 1 . I.
Af 11 LOUI 11. iii :
L. 1 Htfcl ZalANN-A0Ufc.1t HUI.M
Quand vous achetez "un remrle contre le mal de tte", sans connatre sa composition, vous agissez
comme un aveugle. Qu'est ce que cette poudre contenue dans une capsule ou comprime sous forme
de pastille? Est-elle efficace? st-elle pure? Est-elle de fabrication rcente ou a-t-elle tran dans un
tiroir depuis longtemps? Et, surtout, peut-eile tre nuisible pour le coeur? Vous n'en savez rien! Il
est bien dangereux de jouer avec sa sant. Aujourd'hui l'analgsique prfr des mdecins est la
CAF1ASPIR1NE (Aspirine et Cafine), dont l'action est bien plus rapide que celle del simple
Aspirine. De plus, elle augmente les forces en rgularisant la circulation d sang, et, ce qui est de
la plus haute importance, est entirement inoffensive pour le coeur. Il ne
faut donc accepter aucun substitut pour les comprims de CAFIASPIRINE, qui se
vendent en tubes de vingt tablettes
ou en petites "Poches Rouges"
Bayer contenant une seule
dose.
"POCHE ROUGE"
I AS PI RI NE
I ( iVnprirnV "BAVER".
l^d'AVi^* C.f.tf. A
-\
S
I'
J3 a
PI.
110, Hue
irbanconrt
I
^1
des tiesais
Tlphone : 430
tv
-

'


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM