<%BANNER%>







PAGE 1

LE MAXIM lo soui r~: i Suf -i M i F.nUrit* Dyspepsie g ** j .:. -.2'.: ,'. " .i. • r vMvr.f i %  I -es* -r l %  %  'ntrHaPftl* • • 1^* .'.--I, ; :.LIti.n'i <• .t i > tuiaul iiut t* mtMtm %r • U ... %  • %  • I 0-".FJ j J t I KLQ : SHp \ I l i.r.na .'i .".F I I un j ] Varits Ce Soir Le Masque aux dents blanches Entie gnrale. G. 0.50 Mercredi froment Jime et Q1 I '' SSBSttSjMSt JUL Wffi-i in,;'' < .^ fargi Taillant CoastffoaHrin pour Hati saBBEsausciKu ., 4 Jiiuu naynui Les crancier du sieur Shaoul Sillon Zaglial, d.'clar en tat de lailli'e par jugement du Tribunal de Premire Instance de ce reisort ( en tes attributions commerciales ) sn dale du quatre Juin Jernier, sont invits se prsenter en la Chambre du Conseil du dit Tribunal par devant Mr le Juge Commissaire, i le jeudi 17 Juillet courant, dix KISlvP A1DB heures du matin, jour la prsentation et l'affirmation de leurs crances. Port-au-Prince.le 14 Juillet 1921 Le Grelier du'Trbunal. L. LAU1SSIKRE. Le Conseil d'administration de la Crche remercie Monsieur C. Toussaint de l'initiative qu'il a eue en voulant faire la part aux *u vres d'assistance mutuelle dans ls ftes qu'il compte donner ; celle d'hier n'ayant pas eu l'clat attendu par suite de circonstances imprvues : M. C. Toussaint se proposant de continuer on o--u vre. Le Convi le re uercie de si bonne volont. 15 'uillet IOV4 RemercleBwts .Monsieur et Madsme. Altea Nelson et leurs enfants remereieat bien sincrement les amis et tout particulirement las chers frres de Saint Louis de Gonzagua qui leur ont donn des preuves de avœpalbie l'occasion de la mort dehur legitltiils Othello Nelsoi, tuivenue le 2 Juillet courant. Ha les. priei.l de croira leur piolonde gratitude. Port au Prince, le 15 Juillet 1914 Suite et lin Entre G. ns et la dndarmene c'est celle ci qui (lsitvie les piaque* et pomsuit les r. uiddUi. 1.-. ce aarvice est apics terni des m rchcl putilics et des palsntaSf cuiut qur apporte le plus d'aigcut S la luisae com muiMle. il dcoule de tua* ces faits, contrlmes pour 11 irop.nu qui. que la buieau de Couliiuuiions seia mieux arin prui queuieut que Us Receveurs cumateuaui pur la perception ii.teg.alu des iiAuOte et qu'il apportera, ipso I .':to, aux caisses .u.luiiiiunii. une plu-. vaiue impt Unie itaa reeeilee. Je dis : Dieu S arm piai.ii.i meiil, car les Lu&aCI <"ii.ii.uu.tux, lus par vole | %  >>, u.aiie .un. 1, t-| que tous nous MVOU i{u 1. M pudique chez noua, sont pista )MN uer un atuiiiiKiit QOgratuue D'nbuabla un certain bien Mie et les cummodits auxquelles il a du, 1. Muis la Loi instituant le Bureau de l.oulribuiioi.s n'a pas que de bon (ols H e ( n a aui qui | r lent critiqua. Ainsi j't.-timc que le poun image t Iv, iqo qui doit elle pi lev sur le moi tant des test* pt-'UM est In \> elev.'. Qa %  •rail une trieur de ne conid ni dais la qiustioB que les Com U. unes de iert c'.se nantiede ,reMouues aa*ei rondes. M y H, de vue. Il ne, sera jaunis trop tard pour refus. 1 'r e que l'un ue peut aceep ter. Maicel GiUHAlG£ lia rei ear qii ne ddtnaade pis cher La.SOLIDAHH'L a organis,ces jour* derniers, une inauile-ilalion eu I honneur du grand industriel l niil.ileuu C-uilbaud. t\ien de plus juste. I; serait bon qu'il continuai un si joli travail et qu'il en fosse d'autres au profil d'iiidustneii BOOM tuncieux et coinptl. ni. .Nul doute que u arrive alors i leur u Liieiiue Cauilie qui! a ralis le unit te lve de reiier le pus • I guiiiueul du m u le, 1 • p us o.l Joi eu >lu iiioiiue tout eu deman • .mi pourl.ut le moins clur que i.aiioui ailleurs. ici eu ugne ue. oui, le. „a par i p •cli, les | eti.es Jonimunes dtme tiou de lax.i par .e li'i. tribuera a diminuer np^reriablemei.t lis cherg s des i. .nui et leur peiiueiiiit de pratiquer sur leur budget eerteioae eeuao i I qui comme un a le voir, ue sont Pas dU luUt S deilalgiu r. Ainsi, pieiioii-, aiexemple, l'Admiuisiraiiou Ctsuimuitaia da Poi'-ttu -Ci 111 • i. eut i u que viiiur qu'e.le pti.iit, tin. duei a \/ "/' p-ur payei iu u..veur tt. au moins, > l compris •U appointements de percepteurs, compieuis, eaaaier, aida atsaier, •le. Mais que ce SOil le liaie.iude Contributions qui pi • • repu-mu I i"iil da %  mie in.000 f u il l.-l ce ass L loquent .' Botta uue chose csi u observer, c'est que iiuii.ure m MI. w n-ne aot opp< si an nouveau syatflM de ITI aus < ointi intiiui.auv et de i Mai .,11c parce qu'il existe, dan* mur aapnt, une certaine ooafuiiuu d o rsultent une appieliension at une dtliance qu'il uni 01 lu de dissiper. ils croient que le nouvel ordre de choses doit ncessairement comporter I augmention de impositions BSiUellas et la cration de nouvelle charges J* t-m un aiiV.iiM.iie (isola d* toute avfDseolation iruniolset da toute crealion es lavenouvelles qui ue COIOl ideraienl pu avec la l forme de noue situai sou liuanciie •t la devel. |yi liant MOnoBique du Pays. Mais je SUI SUSai la 1 ar tissn luflsxibla de la peicplion ml. gis e de 1. le las taies Miltantes. Or, il u'y aaii'iuip trace dans la Loi du 6 juin dooUal \ m de nouvelles taxes Si raient ci eues ou querelles qui aiislent a> tue lemanl seraieiil auginantas. Mais la Bureau de c 1 u b on 1 ttaul p l'on mui.ts iiiuvii.l 1 oucier leur budget, b II leur lai.ail veiM 1 l oio pour la peicepuon de leurs taxs ; ce qui leur lesterait sefail iii'iisoirel ne ripnteulcri.ii peut tre ni me pas d s apiointemenls du Ma giktrat Communal Hoir ma m i* u s e [.arl, je ciois que p. u 1 que la loi ail on plein ilkl tt qu. 1. s I 1 11.11 1. .' en tirent tout le bn lice po Mb e il laudi.il runin> r 10 pourcentage pi dicter par le Unit au de \ unir bi.tiuu un taux moins eieve ; j ojo pur exemple. II y a, .an la lu., une autie dis pcsiliou a laquelle en toute sinc ni,il n'est LU UI possible de cou seer aux teoseua Cimmunanx de souscrite. La Loi stipula que tiutis les val.urs peiuea seront ilrpi lejl ta baiiq.ih Nationale le la Iti pub ique d'il ni au curap te du Kaeaveui goatm —J'ai dit quelques meta aur la i l oealiua h la lin 0' 1 .. de* p> i ti q n -n il 11 ries de gr nl uneor tance, nuxfai qui ue |ttol li ni pas l'i lS pr> CO I IS qu OUI les I 0111: jinmiin.iuA le lepojsser la 11.n> autre i >. 11 ruiiou. ~ .. ld 'jue prS ut 1 1, n H ' i %  I %  -, le I'. u h m %  t d. n r I. les Communes a 10.1t ae*u e ment toute libell de discu sia at pourront faire agrer leur poiul I u, iiiain.u de loti iu l'rince se prpare a laite a requipe Aaiiona le de lu, .li .u nu ion. oui s de la V lll. me 1 n v u.pi .... ___ Le tendait vous usl lixe eu port (oui saluer et appi.u.lu nos meurs a 1 r.ivco du paquolM> liai.gus • Caravelle" e uou iaJe. Ces inembies des a. ll de II n .m vouuroul bieiij pour la cir coitslau e, aitorer a leur bouton m. !•• n 111 couleurs de leui club. Cm trouvera des tles anglaises a du prix deliaut luule coueur I > !.. I Chei Vphonse II VVNLS Ht, Hut Bount *ot d'Eau. Il y aura galement demain mes tes S Ddina, a Uizolon et i Bo MNOO. mm j 1 mi — %  Le Receveur Communal d fort au^frince. Donne avis aux fermiers des tsiraius communaux qu'un dlai de trois jours leur est accord pour acquitter leurs redevaacss ea relard. Ce d. Ui exp i,leurs b.tux seront re.-ilies et us ittuul invites S vider jes neux. tort au Prince, le I4 Juillel'IOi Cousuu. C.iSSAuNUL JOSEPH SERGILEj A vgle den Rues du Magasin de VEtat < des Fronts forts Article* de Famille \ ciilr'uw couleur et blanc a ramagea raeieris s, S barres a k Marquisctte perl Organdi Suisse Orgindi coton ("repmi de oia Bepcouleur TAie d'Indien blanc et couleur C<. h metienne N .n.-i.i.k Tin anglais toutes Jnuances pour .lumises Voile pong Sme Lavable Crpe de China Tu-sor Indieune anglaise Serge noire pour jupes GabarJiae blanche et bleu marina Bas merceris. Bas jour Cliai ssellea d'enfants colon Chaussettes auu a j our Salin de chSpe noir Tulle 8av n Palm Olive Poudre Floramye. Java Santal Pale •• nlifiice e.olgate Brodes dents Calicot Percale Batiste pur fil anglais Nansouk Damass pour nappes blanc et couleur Toile k drap cetnn J t k drap pa' fil snglsis D^m^ss pour maielaa Diablement fort Arftdsj aoar Hommes Drill blanc coub ur Chapeaux de paille d'Italie a de laine Cemturons en caoutchous Palm Beach Diagonal nair Mouchoirs blanc suprieurs Chamaatfaa CravatlesJ Toile pour chemises Cols Boutons pour manches Boul'MH pour cols Chapeaux piille d'Italie poar gar* oanet at lilletle. Preetonmnn g gerholm. Agent poui Hati Bicyclettes anglaises Radge—whilworlhs Istiuwells Bieyclcttes de courses Bit'M ld les Couiinereialts Lt -" bit yi leltes les meilleures Se vendant aux utix raisonnables. Tassez les voir et vous s. r.-/ s.ili hih,,lotit an notes faisant (jrand plaisir. W. Quiuliu Williams] 1714 Rue du Magasin do l'Etat. Demand* les Bicyclettes cStLJLY de la grande fabrique anglaise iTh Sallley Cycle Co, de Birmingham; Angleterre. Elles sont les meilleure% el les moins chres. En vente ehe* : Mu cka.ldLesd toute /rai;htw et au Hsitleur prix de ta Plf-e. Alphonse lia) ns 115 Rue Bone-nboi



PAGE 1

•y EMTUS PNEUS & CHAMBRES A ATR Les produits STERLING Sont garantis EN STOCK huit Imtm (l'Hati *•Agents exclusif* A VEtoge\jde la Banque Nationale (il!a t Fort au ttin. U S0:iETE UMERCIAIE d HAITi SiFera no vrai plaisir de vous lournir tous le> renseignement! ncessaires. La tord esl conomique Une vuto est U'\e ncessit i ord ! Neuve. m* Achetez une I ( ommenl? avec Dux (enta potiers feulement. THE UNIVERSAL CAR Socit Commerciale d'Hati ^jf'tifM pour Sf Ma cl don 8. g jnefna s ami win.aaawgR B* k --" !,! =^?a dfonc BE11RGT0I O'esl loul dire. i (Test la premire machine a crire invente. 1 Elle a touours t la premire, jamais surpasse par aucune autre inarque. 3 • Pour ceux qui s'y connaissent, on n'a qu' la voir, pour reconnatre que c'est une beaut, une mei veille de peileclicn. 4 • pour la rapidit, la solidit, la prsentation, c'est la machine crire par excellence. La tabrique t \REllNlGTON peut en Ire fier,. Tous les modles en stock. four les conditions de paiements : dresses vom la SOCIT CMME&CIAE


PAGE 1

'. CTMATW Bazar Htropolifain Angle des Rues Pave el du Peuple Nouvellement Reues 1 Catci Sets de ; j J j Lmet poui Rasoirs Gillette R.xo r unttte Raxo r • 1 dote bivoo Woo'buiys 3 pr I Hiod Crctm boni. Houe de coco Palmolive Sbampoo feioxide bjut. Petit citfMS Limei ,our Rasoirs Gem (iaoats Houppes Vift de }o c. '| 1'ut.die Oc l'aie Mavij i-piLg.es 01c mnes Epicgie* de sret 05 Fiieu peur chtveui a pour ]•> Epingles cheveux boite 70 Peigues d: 33 C. y) LaC:is pour ,sojlieri >o Four.h t es pom eu 1 ne <,o rJiosse pout |>iq aet 70 'i oc uoles 8 x 11 7> Servie M. s eo ppier 50 75 Luil re eo papei boite 3) Fourchettes 30 Tasses 30 Jiiutelle ePails 30 xileatie pour bru oa L)j a jouer, j ux i Ballai a hune ca 1 Ver.ei i cockail doux, 08 Veitea fia 4 boue doaz a) Chemises d hommes If 1 03 os M S 'i il 30 30 10 i> M 3ja 1 oa 150 J }0 Tapis 37 -5i do is do 6 x 9 do 9 x 12 Lunet e poursoto Vertes fia chs-n^ig-ie d Mouchons pour notimes 1 or Soibei es toute dimeciions Savoa oio sil S i/o 1 B y rham ; ioor C o' ?)ir || ba 'J; toitei s> b.a i- ni'-q 1-s Vas; d; au t nu *j Vt.tliae Mallettes de 1 50 cPruaes la livre Lye tcrblanr loo a 00 S 00 lo 00 07s [s J> Si ois on 011 18 0 S ao Olive de \8 c Lut vapore ferbluc Sardiaet ea sauce 'omttet ferblaoc i1 !b Avoioe la boue Cream o( Wb;at bon* R i i:$ sans ppias bjit; Dues en paquet f d' d'Anchaix de Sudioei et de hti-f ne, raur Poivres roire tetb Pte i po ir le caivr Poudre insect ci Je boite Abricots scbi la livre Si n Plush pour W : Amidon pour lessive v JmbM Swill la livre Bacan Feriii en piquet de a .ivre la livre Cigarttiee M.-iachrino poch %  Cgirvttai Cbaotecler poche L< 1 N >* (e b 11c Lut ea pouire Klio Choco at p.qti't 05 el Noisettes la livre AmiaJes B s.uiti NB J aaimils B lititi de 10 c Ltil M.l Ho lickl f 1 k ii bjut de 1 Lire 75 c u i k :r Aaiieux j$ c Cgareties Lut! y S r k: bo te de 5 J pr 40 Tabac prince Albert ao pour 90 a 10 ; •P S 3- •0 it S 11 Ji S n 18 50 3) oc<, O 10 I OJ I> 50 )0 13 *% 7S 103 5 40 Tabac Velvet.etc 4c*, ii j Boagies Je caa'etirs doux 1 eo Papier Toilette lo Papier Ta lette ex ra IJ Sauce premier pour Salade 63 Soda Fontaine i CorneU avec crme i la glace o; Soli ave: Frais", Oaoclat etc to Orange Crush. Root ber 'e verre • t 3 Cime la glace avec Chocolat, Fraise etc* o i$ Comme nous avons reu plus de P. 18.000.00 en marchandises le mois dernier Il nous ( st impossible de les numrer toutes. util; ii i n itide ii ut lie Ici une maghioi loriative en bon tal, Marque "Unilerwood". 'Royal'' ou "•8m li Premier". — S*adretseer au Joi mal. S'rco D AMBR0Z10N A.U Connu comme le' remde le plus eflicace pour etm i ballre (outra les maladii* do Ixon clier, et rlea soie! 1 11 | III II 1118. Fiiine lutte NESTL •aecuet au lait et l'alin-uu le agieblfM il le plus met. n.an a ai..\ ti.ianli, surtout au I.Oniei.i uu sevrage et ptiidant la puuUi de croiaiance bile on vieut aux ettunais dlicats. Agent pour llaili : L. 1 MtnsaUMN>Acci I.IH LM Avis Piolesieti dvi glaii il de |iDO ( Mit us -i mu, il, | i | M., Il >ll I t. Il.n.,1, ,,, ||X, ,,,, ,|, ,,. %  *. ICI .i i i„ Ccile d< |L> v %  *' • Itoe L>tbtel i uli u< IHM. • aVv POCHE ROUGE Quand vous avez mal la tte et vous demandez un comprim, ou de l'Aspirine, vous risquez votre sant tout comme un joueur qui confie son argent un tour de ds. Savez vous si ce que vous recevrez est vraiment efficace et inofensif, et si, parmi les milliers d'analgsiques qu'on trouve dans le commerce, vous aurez la chance d'obtenir exactement ce qu'il vous faut? Pour ne courir aucun risque demandez toujours la CAFIASPIRINE (Aspirine et Cafine), qui est le dernier mot de la science. Elle soulage non seulement toutes les ddleurs et abrge les refroidissements plus rapidement que la simple Aspirine, mais encore elle renouvelle les forces, rgularise la circulation du sang et n'a aucune action dangereuse sur le coeur. Achetez un tube de vingt comprims pour le garder chez vous en cas de besoin. S'il ne faut qu'une seule dose, demandez la "Poche Rouge" contenant un comprim Bayer* IFRXPIKINE \mpriml "BAYER" •t *hfu^it(t • CatVi'a* V {(/IFi/SPIRIftE I (\ K 110, I a e des lies is court Teiphonr : 430 % 



PAGE 1

t.MNKTWA PHOP1UIIV41R3 CMmenf Migloiiv •0* WH laBS '.Rue^AmHcalne NU VIBIKJ. . Lrouillard. iux Jeux olympiques Ticloire* et delaibM COLOMBE.Les Etal. Umont t vainqueurs aujouru'lmi daat I preuve du cour.e pied aur pite et cross counlry obtenant 215 pointa, la Finleude a'eal pla ce aeconde avec 170 pointa. Les amricains ont gagn douze foia la S remire place et lea finlandais ii foia. Sieurou*, inlan laii, a g n aujourd hui la course '-Marathon' 1 l'.talitn Bertiai vient ensuit* suivi F ar De Mar de l'quipe des Etats ait. Steurooa a couvert la distan ca ea t heures 42 minutes %l e cud a. tia eaea, li il n. I ils, set plac quatreoie a p. /, Haye*, chtiiea, iiniur, .n .rctiili. Je* buis Luis, a liui avec ta i-i : ne S a:* et son compagnon d'equ pe eilar avec la ie u*. Les rsultai* des 3000 .mtra* j-ar ysiffa sont la* uivant : Nai mi, (Folande) premier, Hitola Fin lande ; seconde, Mac ionald ( An gleterre ) trui.ime, , e ( l'Iulie ), q stnin. ; Swab, de la Suisse, cinquime ; C'ark, d'Angleterre, tmm* ; te garanti a couvert la distance eu 17 .munies 4tt secondes. Iluikle des Etals (Jais a lini neuvime. L'quipe dea Etala Unis d'escri ma au sabre a essuy une dfaite complte de la part des hongrois dana 1 preuve par quipe, les lion groi* oui ma.que 14 vicioi.ea cou Ire deux aux amener IUS ; ls deux victoire auiricjtioa* vont a I aci.f de J b.o. k, B l'a.k r da Phila delpbie et i.luucey Me Oison ou .New Vok. Lequ.p* argeutine a battu I quipe espagnole, la ri li toslovaqi.ie a battu le Danemark S 12 comia 4 et l'Italie a vaincu la U Igique aux louches 4b 50. Voici la liste ue* pointa pour les diffrends concurrente aux Jeux olympiques : Elals Lois 221, En l.ude i'i .. Angeterre 83 1,2, Su de 31 1,2,Fiana so 1,2, liane lv Puisse 1 >, Afrique du .d 11,lion gri* 10 l|2, AwtSBlM 10, 1-aiMJs H, tNorvege 6, Argentin* 5, Mou velle Zlande 4, Eslhoni* 4, Ilot lanle 4, Danemark 3, Japon J, Chili. CE TOURELLESCe fut la journe dea Dames 1 Etang dea louialiea et les amricains rempor lreul lea preuves aisment .l.ms les iUU ujires libre*. Les hommes ne •oiiireiii aiL ,ut ors que d uue se,.* preuve il furent blinda plut-s i u .lu.es au p lo d'eau, Ces preuves m.,qii-'iiui ledebutdu concours de ii.iii.ms. Le grand tana oltrail les eoiidilious les plus favoi sblcs. l'AKia— L'quipe des Etats Unis a gagn la premire 'preuve u'uiiiuiuauua des 4 avirons avec laflfsai au lgdtes olympiques sur la Belgique et 1 Espagne. La h rame a o.i.tu l'Au^leteiie et la Pologne. L'Itaita uiii.t la lion grie et la llollaude a bil'.u la >u s ss.Les biais Uuis, 1* F.ance lia lie et la llol.aude a* reucoul.a ronl .i.n s 1M demi li iaUa marji prochain. Les Eiau Un.s oui rem porte trois victoiies et essuy uu* delaile dans le q i ut de liaaiea .le, preuves de IU la ai vci<.dr aiadiei, minislie des CJIOUICS, a ajuuie que HM.wM hommes de lrou,e uoiies te bat t rcul pour I > Fraucc ri que JO.UcO d'aune >u lOosOeraill au caauip d'boupeui %  i la'Cli.tmbiv Iranraise lprojet d'amnistie est vot eu laveur de Caillaux t I ilv PARIS— Daot uie sance de nuit qui a dur jaaq.r i heures du matin, la .lu noie des dpu ta dis. u ant 1 amnistie a adopt par 310 voix contre 202 l'article S du pr,ei compsrlaiil Tamnisti* de Mvt Jaillaux al Ma.y. La i'tM.)lutio:iJ|M.lili.ju,' l au Bit'sil HIO t'i: HNEIRO Le •tournai l),i COM usuio ", pstiUi.l de 1* r v, It dans l'Etal d* Sao Paulo, dit : Letr.iupet fdrales conti niieut arriver ei len enl de net lie a excution ie pi u. co**islut A ce. oer les rcO n ta atl i d* le lof cer M rendre tans causer de a neux d At la ville de Sao Pau lo. Hauval exploit de filou Porchains mariages itejilsi adir* La public et leOomiuerca sont a'itj* ,|a* ld rooapiia dj qiUiist mille Unix CH noient t Mme gouitles i/istilie v nji an centimes mi* par la oiiiuiisaion .-mmtoour ea laveur il tsa* Maasour suas le No 1 Jd J, qui a'eal ejare, eat adir, • i que Uupiioiita en aara laaiUUid tau l)a,i.u tenant diu e'tuuacea. l'or t au l'iiace, 1* Il Juillet l,U-t Tue loyal Bank ol k Cauada ror.au-i'iinc' llayli. 0. J. Iraudt Les in il mn t de la tummi *JK t on Communale L* nouvelle (Commission Com mimai t'est vol les indemnit* a livanta* : Prsidant, 800 gourd*, 2 membras OJO gourde*, ce qui l'ail un total d* G. 2 100. Pour le prochsiii budget de non vei.,x chiffre* eut t prvus : Pr •iueotG. I 125, deux memb.ea G. 7j, lolal U. 2,875 par ni is Le inigii.ir.it commuuai fou. hait G. 1.175, A ce a, il faut ajoular les fraia d auto et de gauline fc'ctefaal G. 450 par mois. Tia|K|ue aecidenl d'auto Ce matin vrs tes 0 b uret, i au to p dU.il le u.iiuro tt, allant A une vils* auj .u lea CJiun.e par le i baufl'edr Ueerga n .m.!, qi:qiespit lu Puai .1 11 /. i.)u, le a iinin • Pharot Li mrre. emp.uy la maisoo Ca-ij;u, au IN, sut ou ce ui i qui veoait d* descendre du ca on ti ntetu, des aerva.it la ligne Biz >tou Carrefour, linvartaicia voie. L. v ctiin a eM projete at la hoc a le ou ne violence telle que la iuv.it lui iu laaaaa, Le Joge de faix resjaia verbali t* et i* csuavre de la victime fut Uauspori u villa. Pari si a lia Jeudi • i lut beau Cin Komta de la tsiton I a Fille Sauvage D'a r** le roaao de Julet Mary 1er, 2e t 3a pieoaea tiuli • .2 gourdos. — Ce film aaldonn peur I* dcruii* lots ; il aara reiouiue a 1a la de sauts. Contrairement I ufer, I* lias p*v* a 'su p U ptvs de bonnet uileetion. leur/ hier neut *vont relat la cocasse histoire des deux audt cieui iilom qui ont drout de* gendarma* Dimanche soir. Eb bien, ce malin, "> h*jrs, un autr* voleur, mais celm-U ax ladroit, comme tout, M Isiis* "pine*r" de la belle hea, ai mo ment o il enlevait un dea aormes barsaca de la galerie du Th* Ire Monibrun feetil, anciennement o cup par Ecole j u MariaGuilloix. La gtrdie* des matriaux prov* nant 0* la dmoli! o* du clbre liflca. ayant rrraa. que qu'un d bardeur nouveau gnre tait occu P* "d a.'.uei "un bars c le leia sa Taire. El 4e* que la d^li.. quant eutHaiJ'ajuslersurta'iroqu tle" mo*lleu-e, I* icurd fruit d* son travail qui avait probablement dur tout* ua* bonne partie de la nuit, il cria : "Moin vouai ou 1 vol paacouri. Le bonhomme voulait sa d'har ger da son fardeau, mais dit la laaio du gardien tait i son collet. — Lause ni' metter I'* terre, supplia 1* voleur. — Non, rp iqua le virgilant gardieu, "fais pnileoc* ou, telon crime ou." El voil noir* boum* tu roule pour le Dureau d* la po lie*, suant, grognant comme un* bel* hiesse. ** tordant tout l'crasant poids du orpt de dlit, pour mivi des guolibeta dea petite gamins dsoeuvrs. Dieu seul sait ti, avant d'aboutir U Poltc*, il n ni pas tomb plus de trois fois, car son conducteur en l'arrtaut iurade le faire ptiser par 14 carrefours qu'il a du, lui I* voleur, considrer comas U tta tiea! Depuis quelques jours ces gi hiara de potence'' oprent avec un* rare action, parait il, mais ils finissent par tr* toujours pinces, heureusement Nous avons rru le faire-part OU mariage de Mademoiselle Lucine Liliane, l'intressante lille cl* notre ami M. Lalane, svec M. le Juge Darthoo Latortue. La HnJiction nuptiale leur sera itouoe le mardi 2y du cri. en l'Eifliu du Sacr-Cœur de lurg-Hii, 8 lieures du matin. Aux futurs poux nous renouvelons nos pli uis. Ci lui uu homme de bien, dans toute I acception du mot. Li i.M.ui salue respjctu.usrttn m *a dtsparuuou st prsente a si u mile M sincres condolances. Le Bureau de Coniribafions BTLES Receveurs Communaux Dans un prcdent article, je ma suit el or. e da ma dbarrasser de tout perti prit, de tout prjug p mr monliar que, mme ti las Communes avaient pu couserver leur entire autonomie, le fait par alle de confier la perception de leurs revenus au Bureau de Contributions n'eatamerait nullement ceUt* autonomie. Dan* le nouveau projet d* Lui d unification d* l'oc! %  oi parisi o HM es autres octrois • onunuia.i an <>• parlement de la sem, i, JoinajiKS u la llauuau* ue Hsiie y oai**u*S vu un* dttciuli a leur uiouo.iuc fa* I* inoint du .uou la. Ce fait rcent vient comme propos pour tonifier mon opinion sur cette question. cependant aujourd'hui II vais %  'arrter a prouver, premirelueul. le buli e qui pourra rsulter p un les ixiininuues du nouveau • yste.oe d'^dinin.slr.ili m, seoju leiu;Ul a iudiquar, eu toute loyaut et justice, ce qui. dam eerteiues disposition d* Lot, me parait eire^preju Jiciahle aux intrts dea ummunes Je ueaa loulefeis h ca que l'on aoil bieu persuad que je me garde de m* ire an doute, ame pour une seul* miuute, Ihountpercepteur* actu*ts dea reveu communaux. L, n'est point l'objet de ca qu* (crit. Et je les considra comme autti bonorab'tt qua ceux qui demain pourraient a>oir a recouvrer las recette* desCemBMSSB. L y a un fait qui, assurment, na seia point du got dae thoricteot; IK.I qui, pourtant, consi dr au point de vue pratique devient la plua ioaluctable vrit c est que la 1/4, •tjaut-lre plus, det revenus des communes chap. p. m a i<. oiiviiiti. ni. La Lai, caries, arme .ea receveurs commuuaux da tous les moyens de ton Irai ma pour es ger dea contribuables le paiement intgral de leur* icdevances; mais, pour uue raisoa ou pour uue nulle, la perception n'atteint jamais son maximum d* reu, dnient. U serait lias eiflcil* d* piecis,r les ventabie* causai d ua si uiiiciiooiilieu tat 4e dises E*i c* .i tile^saai ujnj.uiairatioa] a*t-ee etiet u. ta b i* publique .' — Je ue s na. — uepeodaat une anomalie qui saut* aui yeux et •Joui les axcmpUe pullulant la i.npital* norme, c est qua les contnuusuics qui peuveul la miaux payer sout ceux qui paient moius et le i..us ditiiciiemeut. Mais,— e. il ct u.s peuib.e d* l'avouer qu ou i.reujei soif plac 1* Irie a uu ILII.II; que conque, aui. s.lol us le. eue-., aliiueul. Cari* deoi.oji, jSiraafet aa banian, s eaecutu au. isebiguemaot. La ShiM el si vi aie que le Service lljdrauiique, maigre l'arlici* III de la •.-iititiuiiu.i qm formule qu'aucuua augmeutauoo ou diminution d impts ne peuvent tre eub.-.s que par une loi %  >, a i ,iio, augment la taxa 'eau il* 1 u s ourdes tans qu* p isoone au songe a i crier contra cette surtaxa aiutiraire Ll tout la monde a paye. Veui-oo uu autre ticrajile ? 0 L;,.,ue a'ktatl l'almiuisiration couiuiuoaia qui s occupait seul* de ueuver les p.aquas, paient**, lieeueCi pour vetLcuiej cl daeprel.eiiier les o.ui>usques •• les re;ettei pio.uicei par e servi,* ia.eut presque uulles. Depuis qu api es accord cuir lea Coaaq.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06235
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, July 15, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06235

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
t.MNKTWA PHOP1UIIV41R3
CMmenf Migloiiv
0* WH
laBS '.Rue^AmHcalne
NU VIBIKJ. . QttofUen
PILE COPY
Calumbus Mmorial Librarj
PAN AMERii'-AN LNIOU
JUL 30 1924
TMLBPBONB y 24t
Jt crois au Clirist'et je l'aima
utre uVboui,ti aigre' le temps
al laa ruines de toutes sortea
accumlues.aucune vrit hu*
maine n'a eu cette fortuna et
quoique, les hommes aient a-
aytj, elle, eatlJ au-dessus d
(OHlaa leurs philosophas.
m ANNE N 5259
FORT-AU-PBINGal (HATI )
MAHDI 15 JUILLET 11X24
Le Travail de la Fcirire
C'est une question qui sa
pose depuis de longues mues
et qui sa posera encore long-
temps aprs nous : La femme
doit-elle travailler ? Si j'en veux
laire un sujet d'article, c'est qu'-
il me semble que le travail de
la lemme est envisag par beau-
coup de nos contemporaines,
eonime une tare, une sorte de
pis aller : c'est cioire que le
travail imiuin parait dshono-
rer elle qui s'y livre. Combien
n'entendez-vous pas de mres
prner leurs jtunes filles
l'heure bnie du mariage qui
leur permettra de rester chez
elles a s'occuper simplement
de leur mnage je parle pour
la petite bourgeoisie et la classe
ouvrire, attendu que la demoi-
selle de lamille ayant une ai-
sance relaUve, ne connait en
fait d'occupations que celles de
tapoter Jes touches d ivoire ou
de lcher a coups de piuceau
des toiles qui mriteraient un
meilleur fort.
Or, je viens dire ces mres
quicousidient le travail som-
me indgue des main de leuis
filles, eju elles sont de mauvaises
conseillres, qu'elles commet-
tent une grave I__; en venaut
donner ces tues de tuturee
jeunes tnu m es qui, par loi.*,
n'out gure besoin d'encoura-
gement eu ce sens A mon avis,
quelles que soient la eiluaion
de fortune et la position occu-
pe, le travail de la lemme est
utile, parce que non seulement
il si un drivait, une occupa
bon, mais aussi parce qu'il peut
tre, le cas chant, une sauve-
garde.
Examinons ensemble ces dif-
frents points. Si nous prenons
la tmme que sa position d : ior-
tune ou Ci le d son mari
met l'abri du besoin, il est
hors de doute que je ne deman-
de pas pour elle une tche ab-
sorbante, une sorte de coi cur
reuce l'gard de celles qui
ont besoin de travailler. Mais
j'estime qu une occupation qui,
lorsque le besoin s'en fera senUr,
sera capable n'eue rmunre,
s'impose. Les situations chan-
gent : tel, puissant hi?r, tombe
S plat aujourd'hui ; les dsas-
tres peuvent s'abattre sur un
mnag* jusqu'alors heureux.Le
travail de ia femme, le mtier
qu'elle a pu apprendre et qu'-
elle pratique, lui sera d i pr-
cieuse ressource quand il fau-
dra laire flche de tout bois. Si
l'heureuse chance veut que l'a-
venir lui soit clment ad vi-
tam, le travail auquel elle s'as-
treindra, ddevient un drivatif
aui fait mieux goter les joies
e l'exist nce. La femme u. ac-
tive, indolei ie, e-1 Sur la foie de
la neurasthnie (Juel contente-
ment trouver en une vie qui
n'est qu'une suit de longues
heures perdues inutilement ?
Ainsi que le disait un biss
Itien de plus navrant que les
plaisirs 'niuteriomous En 'f-
lel, rien de plus fatigant, mora-
lement et physiqu meut, que
ces journes dites iiiond-inrs
o la femme trompe son ennui
en des plaisirs dcevants. Cela
va bien quelques mois : mais
on est vite rassasi d'une exis-
tence toute factice qui ne laisse
aucune impression de joie sai-
ne.
Je n'ai pas besoin d inister,je
passai sur la .ncessit du tra-
vail It iiiiuin quand la position
du mnage rclame toutes les
bonnes volonts. La femme qui
ferait preuve d'un suptrbe ",ois
me. Le peu qu'elle apporte per-
met, sinon I aisance, du moins
le ncessaire. Il est un encoura-
gement pour le maii qui peine
n travaillant, il lui est une lian-
quillil. Il sait que le jour o il
disparatra, la lemu-e. sera
mme de gagner sa vie. Il a plus
de conhance en l'avenir, il ne
craint plus autant le chmage,
la maladie. Pour le bon ou-
vrier, pour le travailleur cons
cient -dais le bon sens du
mot ci appui t du travail l
irnnin est un nage de prospri-
t pour la |tmme, c'est une.
satislaction u orale de I tre qui
su eut utile, qui n'est poini
la charge de quelqu'un-..
^
Nouvelles Etrangres
Far Cable
La raid des aviateurs
amricains continue"
VIENNE Les aviateurs amri
eaina qui effectuent ie tour du mon
deaont arriv* i 3 heurea de la,;
ire midi de but turent. En route
ils ta ?uni n,if. a Uudapeal, ca
piialc dt la Hongiie, o il* ont d
jeune.Demain rualm.les aviateurs
partiront pour Paria, o ila eep
raat participer a la fte du U Juif
Jet ; mardi matin ila quitteront
pour Loedie*.
aigri de multiples pri*
ptiea laclaren poursuit
son voyage arien
M1NAT0 (Japouj Vainqueur
da mulbplea dilbcults provenant
d* paiinas da moteur et d un brouil
lai i utenae, laviataw anglais
fctuarl Macleun Bal mnve ici au
juurU hui veuaul do hstumigaura
demain i, uecotiera p ur accomplir
ud aaui pculleui a Ifavste le H.ci
fiq e. fendant son vol de hasumi
gauia S Miul, l'aviateur a d
rintgrer aitae (loiaa haamigaur*
par auita d'une parfne de mn'eur
t il atterrit daui foia pendant sa
deuxime tentative en rai, a d >
Lrouillard.
iux Jeux olympiques
Ticloire* et delaibM
COLOMBE.- Les Etal. Um-
ont t vainqueurs aujouru'lmi
daat I preuve du cour.e pied
aur pite et cross counlry obtenant
215 pointa, la Finleude a'eal pla
ce aeconde avec 170 pointa. Les
amricains ont gagn douze foia la
Sremire place et lea finlandais
ii foia.
Sieurou*, inlan laii, a g n
aujourd hui la course '-Marathon'1
l'.talitn Bertiai vient ensuit* suivi
Far De Mar de l'quipe des Etats
ait. Steurooa a couvert la distan
ca ea t heures 42 minutes %l e
cud a. tia eaea, li il n. I ils, set
plac quatreoie a p. /, Haye*,
chtiiea, iiniur, .n .rctiili. Je*
buis Luis, a liui avec ta i-i : ne
Sa:* et son compagnon d'equ pe
eilar avec la ie u*.
Les rsultai* des 3000 .mtra*
j-ar ysiffa sont la* uivant : Nai
mi, (Folande) premier, Hitola Fin
lande ; seconde, Mac ionald ( An
gleterre ) trui.ime, Sleterre j quatrime, Kalz \ Fiitlan
e ) cinqirae, Kirby ( Etaia Unis )
siiim* temps 8 minutes 32 sacon
des. I* s Etala lois ont t vain
qu- un dan* les 1600 mtres relai*,
la Sude se place deuxime, l'An
liieterre troisime, le Canada qua
trime, la France cinquime, I lia
lie sixime temps 3 minute* 16 se
condes, ces performances conati
lueni un nouveau record mou lui
l'ancien tant da 3 minute 10
coudes I actif de l'quipe amen
caine aux jeux olympiques de
Stockholm eu 11*12 Li liuale des
400 rutrra relais a t gagne par
laa Etats Unie, l'Angleterre vieot
ensuite suivie par la Hollande, la
H Dgrie, la France et la Seine
temps 41 seconde*.
Clarence II .user, de l'Universit
d* la Californie du Sud. a gagne
lalinaladu lancement du disque
avec un jet de 4b' mtres 50 bat
tant le record olympique. Gringe
rio ( Italie ) est vainqueur dana la
finale dea lO.OiH) mtres da nv.r
clie. (oodwin, ( d'AngleUrr* _),
e place leuxime, Mtcmasler. de
(,l'Af'iq l'..J >, e ( l'Iulie ), q stnin. ;
Swab, de la Suisse, cinquime ;
C'ark, d'Angleterre, tmm* ; te
garanti a couvert la distance eu
17 .munies 4tt secondes. Iluikle
des Etals (Jais a lini neuvime.
L'quipe dea Etala Unis d'escri
ma au sabre a essuy une dfaite
complte de la part des hongrois
dana 1 preuve par quipe, les lion
groi* oui ma.que 14 vicioi.ea cou
Ire deux aux amener ius ; ls deux
victoire aui- ricjtioa* vont a I aci.f
de J b.o. k, B l'a.k r da Phila
delpbie et i.luucey Me Oison ou
.New Vok. Lequ.p* argeutine a
battu I quipe espagnole, la ri li
toslovaqi.ie a battu le Danemark
S 12 comia 4 et l'Italie a vaincu
la U Igique aux louches 4b 50.
Voici la liste ue* pointa pour les
diffrends concurrente aux Jeux
olympiques : Elals Lois 221, En
l.ude i'i .. Angeterre 83 1,2, Su
de 31 1,2,Fiana so 1,2, liane lv
Puisse 1 >, Afrique du .d 11,lion
gri* 10 l|2, AwtSBlM 10, 1-aiMJs
H, tNorvege 6, Argentin* 5, Mou
velle Zlande 4, Eslhoni* 4, Ilot
lanle 4, Danemark 3, Japon J,
Chili.
CE TOURELLES- Ce fut la
journe dea Dames 1 Etang dea
louialiea et les amricains rempor
lreul lea preuves aisment .l.ms
les iUU ujires libre*. Les hommes
ne oiiireiii aiL ,ut ors que d uue
se,.* preuve il furent blinda
plut-s i u .lu.es au p lo d'eau, Ces
preuves m.,qii-'iiui ledebutdu
concours de ii.iii.ms. Le grand
tana oltrail les eoiidilious les plus
favoi sblcs.
l'AKia L'quipe des Etats
Unis a gagn la premire 'preuve
u'uiiiuiuauua des 4 avirons avec
laflfsai au lgdtes olympiques
sur la Belgique et 1 Espagne. La
h rame a o.i.tu l'Au^leteiie et la
Pologne. L'Itaita uiii.t la lion
grie et la llollaude a bil'.u la >u s
ss.Les biais Uuis, 1* F.ance lia
lie et la llol.aude a* reucoul.a
ronl .i.ns 1m demi li iaUa marji
prochain. Les Eiau Un.s oui rem
porte trois victoiies et essuy uu*
delaile dans le q i ut de liaaiea .le,
preuves de iu la ai vci<.dr u iiivci.
Le Miir.i,| des mur pio-
clatu par un gnidl
franais
El vis A l'occasion d* l'ioau
guration d'un monument aux uou
pe* noires ayant pua pat S la
Grande Guerre, la gnral A. Li
uard a vaule tour eouiage H 10
I* cpilale,qu'ellea oui e dai.s
la vicioire iiuale.ll a rpooJu a la
campagne allemand* contra les
troupes indignes en disant : "Nos
lin u eurs noirs m vsout conduits
e uou liauuais lignes en tous
v Muta de cj.uualirj a uos c es '.
.4 biuiiaiu i>aiadiei, minislie des
CjIouIcs, a ajuuie que HM.wM
hommes de lrou,e uoiies te bat
t rcul pour I > Fraucc ri que JO.UcO
d'aune >u lOosOeraill au caauip
d'boupeui
i la'Cli.tmbiv Iranraise
l- projet d'amnistie est
vot eu laveur de Caillaux
t I ilv
PARIS Daot uie sance de
nuit qui a dur jaaq.r i heures
du matin, la .lu noie des dpu
ta dis. u ant 1 amnistie a adopt
par 310 voix contre 202 l'article S
du pr,ei compsrlaiil Tamnisti*
de Mvt Jaillaux al Ma.y.
La i'tM.)lutio:iJ|M.lili.ju,' l
au Bit'sil
HIO t'i: HNEIRO Le tournai
l),i Com usuio ", pstiUi.l de 1* r
v, It dans l'Etal d* Sao Paulo,
dit : Le- tr.iupet fdrales conti
niieut arriver ei len enl de net
lie a excution ie pi u. co**islut
A ce. oer les rcO n ta atl i d* le lof
cer m rendre tans causer de a
neux dAt la ville de Sao Pau
lo.
Hauval exploit de filou Porchains mariages
itejilsi adir*
La public et leOomiuer-
ca sont a'itj* ,|a* ld rooa-
piia dj qiUiist mille Unix
CH noient t Mme gouitles i/isti-
lie v nji an centimes mi*
par la oiiiuiisaion .-mm-
toour ea laveur il tsa*
Maasour suas le No 1 Jd J,
qui a'eal ejare, eat adir,
i que Uupiioiita en aara
laaiUUid tau l)a,i.u tenant
diu e'tuuacea.
l'or t au l'iiace, 1* Il Juil-
let l,U-t
Tue loyal Bank olkCauada
ror.au-i'iinc' llayli.
0. J. Iraudt
Les in il mn t de
la tummi *jk t on
Communale
L* nouvelle (Commission Com
mimai t'est vol les indemnit*
a livanta* : Prsidant, 800 gourd*,
2 membras OJO gourde*, ce qui
l'ail un total d* G. 2 100.
Pour le prochsiii budget de non
vei.,x chiffre* eut t prvus : Pr
iueotG. I 125, deux memb.ea
G. 7j, lolal U. 2,875 par ni is
Le inigii.ir.it commuuai fou. hait
G. 1.175,
A ce a, il faut ajoular les fraia
d auto et de gauline fc'ctefaal
G. 450 par mois.
Tia|K|ue aecidenl d'auto
Ce matin vrs tes 0 b uret, i au
to p dU.il le u.iiuro tt, allant
A une vils* auj .u lea CJiun.e
par le i baufl'edr Ueerga n .m.!,
qi:qiespit lu Puai .1 11 /.
i.)u, le a iinin Pharot Li mrre.
emp.uy la maisoo Ca-ij;u, au
in,sut ou ce ui i qui veoait d*
descendre du ca on ti ntetu, des
aerva.it la ligne Biz >tou Carrefour,
linvartaicia voie.
L. v ctiin a eM projete at la
hoc a le ou ne violence telle que
la iuv.it lui iu laaaaa,
Le Joge de faix resjaia verbali
t* et i* csuavre de la victime fut
Uauspori u villa.
Pari si a lia
Jeudi
' i lut beau Cin Komta de
la tsiton
I a Fille Sauvage
D'a r** le roaao de Julet Mary
1er, 2e t 3a pieoaea
tiuli .- 2 gourdos.
Ce film aaldonn peur I*
dcruii* lots ; il aara reiouiue a 1a
la de sauts.
Contrairement I ufer, I* lias
p*v* a 'su pU ptvs de bonnet
uileetion.
leur/ hier neut *vont relat
la cocasse histoire des deux audt
cieui iilom qui ont drout de*
gendarma* Dimanche soir.
Eb bien, ce malin, "> h*jrs,
un autr* voleur, mais celm-U ax
ladroit, comme tout, m Isiis*
"pine*r" de la belle hea, ai mo
ment o il enlevait un dea aor-
mes barsaca de la galerie du Th*
Ire Monibrun feetil, anciennement
o cup par Ecole ju MariaGuil-
loix.
La gtrdie* des matriaux prov*
nant 0* la dmoli! o* du clbre
liflca. ayant rrraa.que qu'un d
bardeur nouveau gnre tait occu
P* "d a.'.uei "un bars c le leia
sa Taire. El 4e* que la d^li..quant
eutHaiJ'ajuslersurta'iroqu tle"
mo*lleu-e, I* icurd fruit d* son
" travail qui avait probablement
dur tout* ua* bonne partie de la
nuit, il cria : "Moin vouai ou1 vo-
l paacouri.
Le bonhomme voulait sa d'har
ger da son fardeau, mais dit la
laaio du gardien tait i son collet.
Lause ni' metter I'* terre,
supplia 1* voleur.
Non, rp iqua le virgilant
gardieu, "fais pnileoc* ou, telon
crime ou." El voil noir* boum*
tu roule pour le Dureau d* la po
lie*, suant, grognant comme un*
bel* hiesse. ** tordant tout l'-
crasant poids du orpt de dlit,
pour mivi des guolibeta dea petite
gamins dsoeuvrs.
Dieu seul sait ti, avant d'aboutir
U Poltc*, il n ni pas tomb plus
de trois fois, car son conducteur
en l'arrtaut iurade le faire ptiser
par 14 carrefours qu'il a du, lui I*
voleur, considrer comas U tta
tiea!
Depuis quelques jours ces gi
hiara de potence'' oprent avec
un* rare action, parait il, mais ils
finissent par tr* toujours pinces,
heureusement
Nous avons rru le faire-part
OU mariage de Mademoiselle
Lucine Liliane, l'intressante
lille cl* notre ami M. Lalane,
svec M. le Juge Darthoo Lator-
tue.
La HnJiction nuptiale leur
sera itouoe le mardi 2y du cri.
en l'Eifliu du Sacr-Cur de
lurg-Hii, 8 lieures du matin.
Aux futurs poux nous re-
nouvelons nos pli ques v ix d* parlait bonheur.
Nous avons 'gaiement re-
u une invitation au mariage
de Mr Mar-nl Dulanal avec Ma
eteutoiseUa Franoise Deslandes.
La Uudictioa nuptiale leur
sert .1 mu le i Aot prochain,
d iii^ti es prcises du soir
la CiiiiiJr.ile.
Nos iin;iiluurs vibui Tes ac-
cjinpagnent.
A la Rutu ilit Scolaire
Les membras d'honneur.bien-
laiieu .s, i liiurents et actifs de la
Mutualit Scolaire sol invits
a la imnti m m soeuudlle des
prix, .pu au i e.i le jaudi 17
juillet courant, 8 heures du
m un, au local de l'Association.
t
Tluratuiue funbre j \
U.ie dpche reue des Cayes
ce manu, nous appieud la mort
du U:Vtii'onJ Pasteur Charles
E mu iitii.'l Mine net, dcd
lAjs .le /> uis.
Ci lui uu homme de bien,
dans toute I acception du mot.
Li i.M.ui salue respjc-
tu.usrttn m *a dtsparuuou st
prsente a si u mile m sinc-
res condolances.
Le Bureau de Coniribafions
BTLES
Receveurs Communaux
Dans un prcdent article, je
ma suit el or. e da ma dbarrasser
de tout perti prit, de tout prjug
p mr monliar que, mme ti las
Communes avaient pu couserver
leur entire autonomie, le fait par
alle de confier la perception de
leurs revenus au Bureau de Con-
tributions n'eatamerait nullement
ceUt* autonomie. Dan* le nouveau
projet d* Lui d unification d* l'oc-
! oi parisi o hm es autres octrois
onunuia.i an <> parlement de
la sem, i, JoinajiKS u la
llauuau* ue Hsiie y oai**u*S vu
un* dttciuli a leur uiouo.iuc -
fa* I* inoint du .uou la. Ce fait
rcent vient comme propos pour
tonifier mon opinion sur cette
question.
cependant aujourd'hui II vais
'arrter a prouver, premire-
lueul. le buli e qui pourra r-
sulter p un les ixiininuues du nou-
veau yste.oe d'^dinin.slr.ili m,
seoju leiu;Ul a iudiquar, eu toute
loyaut et justice, ce qui. dam
eerteiues disposition d* Lot, me
parait eire^preju Jiciahle aux int-
rts dea ummunes
Je ueaa loulefeis h ca que l'on
aoil bieu persuad que je me garde
de m* ire an doute, ame pour
une seul* miuute, Ihount-
percepteur* actu*ts dea reveu
communaux. L, n'est point l'ob-
jet de ca qu* (crit. Et je les consi-
dra comme autti bonorab'tt qua
ceux qui demain pourraient a>oir
a recouvrer las recette* desCem-
BMSSB.
L y a un fait qui, assurment,
na seia point du got dae thori-
cteot; ik.i qui, pourtant, consi
dr au point de vue pratique de-
vient la plua ioaluctable vrit
c est que la 1/4, tjaut-lre plus,
det revenus des communes chap.
p. m a i<. oiiviiiti. ni. La Lai, car-
ies, arme .ea receveurs commuuaux
da tous les moyens de ton Irai ma
pour es ger dea contribuables le
paiement intgral de leur* icde-
vances; mais, pour uue raisoa ou
pour uue nulle, la perception n'at-
teint jamais son maximum d* reu,
dnient. U serait lias eiflcil* d*
piecis,r les ventabie* causai d ua
si uiiiciiooiilieu tat 4e dises
E*i c* .i tile^saai ujnj.uiairatioa]
a*t-ee etiet u. ta bi* publique .'
Je ue s na. uepeodaat une
anomalie qui saut* aui yeux et
Joui les axcmpUe pullulant la
i.npital* norme, c est qua les con-
tnuusuics qui peuveul la miaux
payer sout ceux qui paient moius
et le i..us ditiiciiemeut. Mais,
e. il ct u.s peuib.e d* l'avouer
- qu ou i.reujei soif plac 1*
Irie a uu ilii.ii; que conque, aui.
s.lol us le. eue-., aliiueul. Cari*
deoi.oji, jSiraafet aa banian,
s eaecutu au. isebiguemaot. La
ShiM el si vi aie que le Service
lljdrauiique, maigre l'arlici* III
de la .-iititiuiiu.i qm formule
qu'aucuua augmeutauoo ou di-
minution d impts ne peuvent
tre eub.-.s que par une loi >, a
. i ,iio, augment la taxa
- 'eau il* 1 u sourdes tans qu*
p isoone au songe a i crier contra
cette surtaxa aiutiraire Ll tout la
monde a paye.
. Veui-oo uu autre ticrajile ?
0 L;,.,ue a'ktatl l'almiuisiration
couiuiuoaia qui s occupait seul*
de ueuver les p.aquas, paient**,
lieeueCi pour vetLcuiej cl dae-
prel.eiiier les o.ui>usques les
re;ettei pio.uicei par e servi,*
ia.eut presque uulles. Depuis
qu api es accord cuir lea Coaaq.


LE MAXIM

lo soui r~: i
Suf -i M
i
F.nUrit*
Dyspepsie



g
**
j
.:. -.2'.: ,'. " .i.

r vMvr.f
i

I -es* .-r l

-
'ntrHaPftl*

* *
1^* .'.--I, ; :.LIti.n'i < .t
i *
> tuiaul -
iiut t* mtMtm %r
U ... .
I .
!
0-".FJ-----j
J t I KLQ : SHp \
Il
i.r.na .'i
.".F I I
un j ]
Varits
Ce Soir
Le Masque aux
dents blanches
Entie gnrale. G. 0.50
Mercredi
froment Jime et
Q1
I
' '' SSBSttSjMSt JUL
Wffi-i
' in,;'' <
.^

- -
fargi Taillant CoastffoaHrin pour Hati
saBBEsausciKu
.,4 Jiiuu naynui
Les crancier du sieur Shaoul
Sillon Zaglial, d.'clar en tat
de lailli'e par jugement du Tri-
bunal de Premire Instance de
ce reisort ( en tes attributions
commerciales ) sn dale du qua-
tre Juin Jernier, sont invits
se prsenter en la Chambre du
Conseil du dit Tribunal par de-
vant Mr le Juge Commissaire,
i le jeudi 17 Juillet courant, dix
KISlvP A1DB heures du matin, jour la pr-
sentation et l'affirmation de
leurs crances.
Port-au-Prince.le 14 Juillet 1921
Le Grelier du'Trbunal.
L. LAU1SSIKRE.
Le Conseil d'administration de
la Crche remercie Monsieur C.
Toussaint de l'initiative qu'il a eue
en voulant faire la part aux *u
vres d'assistance mutuelle dans
ls ftes qu'il compte donner ;
celle d'hier n'ayant pas eu l'clat
attendu par suite de circonstances
imprvues : M. C. Toussaint se
proposant de continuer on o--u
vre. Le Convi le re uercie de si
bonne volont.
15 'uillet IOV4
RemercleBwts
.Monsieur et Madsme. Altea
Nelson et leurs enfants remereieat
bien sincrement les amis et tout
particulirement las chers frres
de Saint Louis de Gonzagua qui
leur ont donn des preuves de
avpalbie l'occasion de la mort
dehur legitltiils Othello Nelsoi,
tuivenue le 2 Juillet courant.
Ha les. priei.l de croira leur
piolonde gratitude.
Port au Prince, le 15 Juillet 1914
Suite et lin
Entre G.
ns et la dndarmene c'est celle
ci qui (lsitvie les piaque* et pom-
suit les r. uiddUi. 1.-. ce aarvice
est apics terni des m rchcl putilics
et des palsntaSf cuiut qur apporte
le plus d'aigcut S la luisae com
muiMle.
il dcoule de tua* ces faits, con-
trlmes pour 11 irop.nu qui. que
la buieau de Couliiuuiions seia
mieux arin prui queuieut que Us
Receveurs cumateuaui pur la
perception ii.teg.alu des iiAuOte et
qu'il apportera, ipso I .':to, aux
caisses .u.- luiiiiunii. une plu-.
vaiue impt Unie itaa reeeilee. Je
dis : Dieu S arm piai.ii.i meiil,
car les Lu&aCI <"ii.ii.uu.tux, lus
par vole |>>, u.aiie .un. 1, t-| que
tous nous MVOU i{u 1. m pudique
chez noua, sont pista )mn uer un
atuiiiiKiit QOgratuue mehres lectorale. 1 s mut 1 1 -
ges Ue iSIgea tuseiamek et luis-
seiil amM m |ii i' uu< m.- glan-
de port Ues Ha.UUIU.i Uulllllillli.1-
les.
Une autre considration arrive
nislrs des Conseils coramunaua
sont gens difBoiles a romanier et
ila sont sine .Tes en jugeant Ma
ne fout rien ee< la pr m re phra
sa qu'ils prononcent chique foia
qu-its parlant d. leur Mnue.li ne
faul donc pas lis desservir contre
eux n 1 ru.-- en repoussant, pour
une question de principe dont
l'apprciation peut d'auiieura sa
111 I l'infini, uue disposition ml-
imiiistrative qui. en augmentant
les rev. nus peimeltra de procurer
an e> D'nbuabla un certain bien
Mie et les cummodits auxquelles
il a du, 1.
Muis la Loi instituant le Bureau
de l.oulribuiioi.s n'a pas que de
bon (ols H e ( n a au- i qui | r
lent critiqua. Ainsi j't.-timc que
le poun image t Iv, iqo qui doit
elle pi lev sur le moi tant des
test* pt-'UM est In \> elev.'. Qa
rail une trieur de ne conid
ni dais la qiustioB que les Com
U. unes de iert c'.se nantie- de
,reMouues aa*ei rondes. M y h,
de vue.
Il ne, sera jaunis trop tard pour
refus.1'-re que l'un ue peut aceep
ter.
Maicel GiUHAlG
lia rei ear qii ne
ddtnaade pis cher
La.SOLIDAHH'L a organis,ces
jour* derniers, une inauile-ilalion
eu I honneur du grand industriel
l niil.ileuu C-uilbaud. t\ien de plus
juste. I; serait bon qu'il continuai
un si joli travail et qu'il en fosse
d'autres au profil d'iiidustneii
BOOM tuncieux et coinptl. ni. .Nul
doute que u arrive alors i leur
u Liieiiue Cauilie qui! a ralis
le unit te lve de reiier le pus
I guiiiueul du m u le, 1 p us o.l
Joi eu >lu iiioiiue tout eu deman
.mi pourl.ut le moins clur que
i.aiioui ailleurs.
ici eu ugne ue. oui, le. a par i p cli, les | eti.es Jonimunes dtme
tiou de lax.i par .e li'i.
tribuera a diminuer np^reriable-
mei.t lis cherg s des i. .nui
et leur peiiueiiiit de pratiquer sur

leur budget eerteioae eeuao i I
qui comme un a le voir, ue sont
Pas dU luUt S deilalgiu r.
Ainsi, pieiioii-, ai- exemple, "
l'Admiuisiraiiou Ctsuimuitaia da
Poi'-ttu -Ci 111 i. eut i u que viiiur
qu'e.le pti.iit, tin. duei
a \/ "/' p-ur payei iu u..-
veur tt. au moins, > -l compris
U appointements de percepteurs,
compieuis, eaaaier, aida atsaier,
le. Mais que ce SOil le liaie.iude
Contributions qui p me valeur bon du ,ouM'enla^e
qu'elle devra pa].....i ouiiu.n.a
ri-aiiM-ia eudiic uni tioi*i uiic de
2u,0 au mciiis | i ..i nmpiifica-
tiou des sel le. s plill | tfl ep-
Hou, evaaptMt, m. .i itiMenl -e-
roul deawsouis tusu^a au Lia
re*u de Couliibuta.il-. i, LUUT
illustrer leraisounaouuttiei pie-
nat un chiffre, ou o o g urdes
par ( icoi| ii i couuiiiU de i>i
repu-mu.....I i"iil da mie in.000
f u il l.-l ce ass L loquent .'
Botta uue chose csi u observer,
c'est que iiuii.ure m mi. w n-ne
aot opp< si an nouveau syatflM
de iti aus < oin-
ti intiiui.auv et de i Mai .,11c par-
ce qu'il existe, dan* mur aapnt,
une certaine ooafuiiuu d o r-
sultent une appieliension at une
dtliance qu'il uni 01 lu de dissiper.
ils croient que le nouvel ordre de
choses doit ncessairement com-
porter I augmention de imposi-
tions BSiUellas et la cration de
nouvelle charges
J* t-m un aiiV.iiM.iie (isola d*
toute avfDseolation iruniolset da
toute crealion es lave- nouvelles
qui ue COIOl ideraienl pu avec la l
forme de noue situai sou liuanciie
t la devel. |yi liant MOnoBique
du Pays. Mais je SUI SUSai la 1 ar
tissn luflsxibla de la peicplion
ml. gis e de 1. le las taies Mil-
tantes.
Or, il u'y aaii'iuip trace dans
la Loi du 6 juin dooUal \ m de
nouvelles taxes Si raient ci eues ou
querelles qui aiislent a> tue le-
manl seraieiil auginantas. Mais
la Bureau de c 1 u b on 1 t-
taul p dra iooa d'uiiiie I" i"i .1......
litique, exigera 1 11, ent le
paieiMU. 10.ai de 1 leJe-
vti pas. ki 1 a*l,
i Pion
in 1
que de ue poiul avoii nu* 1 si g
me ilatim I na.es aux lias de iali*Uir aux be-
soins des tomumnes. Les admi
et de Maordres La les revenus
sont malgies. Ils sont, trs
pi u de dio-e pu-, iiitgialement 'm Tous Us mimbies tt athltes
peia, car autreoleal l-ad- derli.s.t.ll. seul invites ft. pieu bommege k la.vieige tant vnre
minoration coimm nue De pour die peil a la manilesiaiion que 1a au petit bourg hospitalier de Haut
"Tiolelle IthMtiqiM Club"
Le* Membres de la V. A. C.
ont renouvel leur conseil d ad-
miniatration comme suit :
Franois Hrard, l'rsiJenl; L.
Blain, Vice-Prsident: J. Valry
et A. Cave, ter et '2e Secrtaires;
lliram P. Nol. Trsorier; L. Mit-
ton et E. Woolley, ter et le Ca-
pitaines; Brice, L. Lamolhe et F.
Dun -' -u. Membres.
Toutes eommuuicalions doivent
lre adresses au t'is.dent du
Conseil, 5j0 Itue des Csars.
Nous prseutor-s nos meilleurs
souhaits.
I. Pharns Lamarre
Compltant nos renseignements
concernant le mortel acciileiit dont
a t victime M. Pharns Lamarre,
il nous est levcnu que l'auto ayant
(usece regietiable malhrui tait
conduit par M. Andr Hoc.
M. Frdric liaeijens avec qui
nous avons fait rencontre ce ma
tin, noua a lait l'loge du dlunt
qui fut aou eaploy pen tant assez
longtemps et don il n'ait j un m
tu se plaindre.
La Fte do Hotte-Dame Ju
H.iiil-Cai'iiiel
Demain ro clbrera lune de
ltes ieligeut.es les plus en
nenr chez uous : Notre Pin
Mont Carmel-
L'tst suivaul l'Histoire sur la
montagne de ce uom en Palestine
?ue vcut le prophte bue et o
ut bilie la pieu.leie glise ddie
la Sainte Vieige.
Dj le plerius^en nombre par
tis de tous les poinis.de la Hpu
bhque, ont t rendre leur pieux
lion
Noire Time du
rail MiliM-.ii r. Ii 1,-v. h 'psi de re
c vi m a y, vu ii I. n ortaol des
u 1 n,iiCb n v. nu- 11 flil a ( chic a
liiin lace aux e.|. i,m s les pins
urgeoua. te 1 '.s i;i rliltii le.
u 1 1 1,1.1 ces p- uie>- l'on mui.ts
iiiuvii.l 1 oucier leur budget,
b II leur lai.ail veiM 1 l oio pour
la peicepuon de leurs taxs ; ce
qui leur lesterait sefail iii'iisoir-
el ne ripnteulcri.ii peut tre ni
me pas d s apiointemenls du Ma
giktrat Communal Hoir ma m i*
u s e [.arl, je ciois que p. u1 que la
loi ail on plein ilkl tt qu. 1. s
I 1 11.11 1. .' en tirent tout le bn
lice po Mb e il laudi.il runi- n> r
10 pourcentage pi dicter par le
Unit au de \ unir bi.tiuu un taux
moins eieve ; j ojo pur exemple.
II y a, .an la lu., une autie dis
pcsiliou a laquelle en toute sinc
ni,il n'est lu ui possible de cou
seer aux teoseua Cimmunanx
de souscrite. La Loi stipula que
tiutis les val.urs peiuea seront
ilrpi lejl ta baiiq.ih Nationale
le la Iti pub ique d'il ni au curap
te du Kaeaveui goatm J'ai dit
quelques meta aur la iloealiua h
la lin j ajouterai anjoi lu'hui que c'est
peut tre celte disposuion qui a
veill une certaine metunce dans
les Conseils Communaux. Trop
souvent les hauts fonctionnaires
amiicains sont sortis de leurs v
1 il, li es aili iliutioi s pc ur imposer
leur volont bonne ou mauvaise
11 esl k cimidie eu Ifel que le
veur g< m rai, deti nanl m com
P'iement es I unis tommunaux'
ue son leule de loujouis s'riger
BBCOOl "ii m louveiatu de l'admi
lulialiou communal'; il, a l'aide
de moyens vt,lents, relus de pie
n.eni eulic nulle-, u'uipj.c des
volonts aux Conseil. Je le
rpte le moutaul des levenui
communaux perus doivent tre
remis directement aux Communes
ou dpos la Biiiq je Nie,mais a
.i co"e v 1 la lilu ma'iu en ion
C p d ni c* >0' 1 .. de* p> i ti
q n -n il 11 ries de gr nl uneor
tance, nuxfai qui ue |ttol li ni pas
l'i lS pr> CO I IS qu OUI les I 011-
1: jinmiin.iuA le lepojsser la
11.- n> autre i >. 11 ruiiou. ~
.. ld 'jue prS ut
1 1, n H ' i I -, le I'. u h m t
d. n
r I. les Communes a 10.1t ae*u e
ment toute libell de discu si- a
at pourront faire agrer leur poiul
I u, iiiain.u de loti iu l'rince se
prpare a laite a requipe Aaiiona
le de lu, .li .u nu ion. oui s de la
V lll. me 1 n v u.pi .... ___
Le tendait vous usl lixe eu port
(oui saluer et appi.u.lu nos meurs
a 1 r.ivco du paquolM> liai.gus
Caravelle" e uou iaJe.
Ces inembies des a. ll de
II n .m vouuroul bieiij pour la cir
coitslau e, aitorer a leur bouton
m. ! n 111 couleurs de leui club.
Cm trouvera des tles anglaises
a du prix deliaut luule coueur
I > !.. I .
Chei Vphonse II VVNLS
Ht, Hut Bount *ot
d'Eau.
Il y aura galement demain mes
tes S Ddina, a Uizolon et i Bo
MNOO.
mm----j 1 mi
Le Receveur Communal
d fort au^frince.
Donne avis aux fermiers des
tsiraius communaux qu'un dlai
de trois jours leur est accord pour
acquitter leurs redevaacss ea
relard.
Ce d. Ui exp i,leurs b.tux seront
re.-ilies et us ittuul invites S vider
jes neux.
tort au Prince, le I4 Juillel'IOi
Cousuu. C.iSSAuNUL
JOSEPH SERGILEj
A vgle den Rues du Magasin
de VEtat < des Fronts forts
Article* de Famille
\ ciilr'uw couleur et blanc
a ramagea
raeieris
s, S barres
ak Marquisctte
perl
Organdi Suisse
Orgindi coton '
("repmi de oia
Bep- couleur
TAie d'Indien blanc et couleur
C<. h metienne
N .n.-i.i.k Tin anglais toutes Jnuan-
ces pour .lumises
Voile pong
Sme Lavable
Crpe de China
Tu-sor
Indieune anglaise
Serge noire pour jupes
GabarJiae blanche et bleu marina
Bas merceris.
Bas jour
Cliai ssellea d'enfants colon
Chaussettes auu, a jour
Salin de ch C>Spe noir
Tulle
8av n Palm Olive
Poudre Floramye. Java Santal
Pale nlifiice e.olgate
Brodes dents
Calicot
Percale
Batiste pur fil anglais
Nansouk
Damass pour nappes blanc et
couleur
Toile k drap cetnn
J t k drap pa' fil snglsis
D^m^ss pour maielaa
Diablement fort
Arftdsj aoar Hommes
Drill blanc
coub ur
Chapeaux de paille d'Italie
a de laine
Cemturons en caoutchous
Palm Beach
Diagonal nair
Mouchoirs blanc suprieurs
Chamaatfaa
CravatlesJ
Toile pour chemises
Cols
Boutons pour manches
Boul'MH pour cols
Chapeaux piille d'Italie poar gar*
oanet at lilletle.
Preetonmnn ggerholm.
Agent poui Hati
Bicyclettes anglaises
Radgewhilworlhs
Istiuwells
Bieyclcttes de courses "
Bit'M ld les Couiinereialts
Lt -" bit yi leltes les meilleures
Se vendant aux utix raison-
nables.
Tassez les voir et vous s. r.-/ s.ili hih,,lotit an
notes faisant (jrand plaisir.
W. Quiuliu Williams]
1714 Rue du Magasin do l'Etat.
Demand* les Bicyclettes cStLJLY
de la grande fabrique anglaise iTh
Sallley Cycle Co, de Birmingham;
Angleterre.
Elles sont les meilleure% el les moins
chres.
En vente ehe* :
Mu cka.ldLesd toute /rai;htw et au
Hsitleur prix de ta Plf-e.
Alphonse
lia) ns
115 Rue Bone-nboi


y

EMTUs
PNEUS
&
, CHAMBRES A ATR
Les produits
STERLING
Sont garantis
EN STOCK
huit Imtm (l'Hati
*- Agents exclusif*
A VEtoge\jde la Banque Nationale (il!a t
Fort au ttin.
U S0:iETE UMERCIAIE d HAITi
Si- Fera no vrai plaisir de vous lournir
tous le> renseignement! ncessaires.
La tord esl conomique
Une vuto est U'\e ncessit
i ord ! Neuve.
m*
Achetez une
I
( ommenl?
avec Dux (enta potiers feulement. __
THE UNIVERSAL CAR
Socit Commerciale d'Hati
^jf'tifM pour Sf Ma cl don 8.
g jnefnas ami win.aaawgR B*k--"!,!=^?a
dfonc
BE11RGT0I
O'esl loul dire.
i (Test la premire machine a crire invente.
1 Elle a touours t la premire, jamais surpas-
se par aucune autre inarque.
3 Pour ceux qui s'y connaissent, on n'a qu' la voir, pour
reconnatre que c'est une beaut, une mei veille de peileclicn.
4 pour la rapidit, la solidit, la prsentation, c'est la machine
crire par excellence.
La tabriquet\REllNlGTON peut en Ire fier,.
Tous les modles en stock.
four les conditions de paiements :
dresses vom la SOCIT CMME&CIAE /*/ i 18 JbLctani/et
l'laye de la .Banque Nationale d'Hati, t'orl-aufriuee.
-^Ste
RSFULDS
Reprsente ia StipiLrit sur les autres Marque 4e Sayon
SAVON
est le Savon de Lessive conomique et en Otage dans toules les lamilles.
U blambit le linge idmirablement.
Lu tcnldans toutes les bonnes ni.iismis de le pli ce.
Ida ltut*?si peu pourvotti oonvsBcre One Brique.
Socit Commerciale dHaili.
/ g ent Exclusifs
A l'tog de la lianq National* d*ll iX\
l'ort-au-"r -ne
Il .G M -PNEUS
les ebambres a air touges fiootl Tiar ne sont pas poreuses l par consquent ne persaeReal pas
l'air de s'chapper.
Cbaciine est lahriq-ie et in pactes saga seul t Ensuite ou la gtootle et la itliNBtrgi dm l'eau
peudai.l linul quali. ucuie.-. u < uik d H. 0 i. Iti r"-"^
les cliim'irjs i air RoiJS 3oJ T-iar assurent chaque ao.i.Uur uuo litire ^. * .cc ex pUuuUtfl.
rrrrprole*oer oi pneus, introduisez j des chambres a air Gond Tear
pression d'air constante.
e, lesquelles coaserreat une
cblteirUe, pour leur commodit, seivice et conomie, i un prix beaucoup plus bas que celui des auties chambres air ds" qualit
infireure.
ut
(iood Year Red Tubes
The West ndies Trading Company
Port-au-rrince, Gonaves,
Cap-Hatien


'.
CTMATW
Bazar Htropolifain
Angle des Rues Pave el du Peuple
Nouvellement Reues '
1
Catci Sets de ; j J j
Lmet poui Rasoirs Gillette
R.xo r unttte
Raxo r 1
dote bivoo Woo'buiys 3 pr I
Hiod Crctm boni.
Houe de coco
Palmolive Sbampoo
feioxide bjut.
Petit citfMS
Limei ,our Rasoirs Gem
(iaoats Houppes
Vift de }o c. '|
1'ut.die Oc l'aie Mavij
i-piLg.es 01c mnes
Epicgie* de sret 05
Fiieu peur chtveui a pour
]> Epingles cheveux boite
70 Peigues d: 33 C.
y) LaC:is pour ,sojlieri
>o Four.h t es pom eu 1 ne
<,o rJiosse pout |>iq aet
70 'i oc uoles 8 x 11
7> Servie M. s eo ppier 50
75 Luil re eo papei boite
3) Fourchettes
30 Tasses
30 Jiiutelle ePails
30 xileatie pour bru
oa L)j a jouer, j ux
i Ballai a hune
ca1 Ver.ei i cockail doux,
08 Veitea fia 4 boue doaz
a) Chemises d hommes
If
1 03
os
M
S
'i
il
30
30
10
i>
M
3ja
1 oa
150
J }0
Tapis 37 -5i
do is
do 6 x 9
do 9 x 12
Lunet e poursoto
Vertes fia chs-n^ig-ie d
Mouchons pour notimes 1 or
Soibei es toute dimeciions
Savoa oio sil
S i/o 1 B y rham ; ioor
C o' ?)ir || ba 'j; toitei
s> b.a i- ni'-q 1-s .
Vas; d; au t nu *j
Vt.tliae
Mallettes de 1 50 c-
Pruaes la livre
Lye tcrblanr
loo
a 00
S 00
lo 00
07s
[s J>
Si
ois
on
011
18 0
S
ao
Olive de \8 c
Lut vapore ferbluc
Sardiaet ea sauce 'omttet
ferblaoc i- 1 !b
Avoioe la boue
Cream o( Wb;at bon*
R i i:$ sans ppias bjit;
Dues en paquet
f d' d'Anchaix de Sudioei
et de hti-f ne, raur
Poivres roire tetb
Pte i po ir le caivr
Poudre insect ci Je boite
Abricots scbi la livre
Si n Plush pour W :
Amidon pour lessive
vJmbM Swill la livre
Bacan Feriii en piquet de
a .ivre-, la livre
Cigarttiee M.-iachrino poch
Cgirvttai Cbaotecler poche
L< 1 N >* (e b 11c
Lut ea pouire Klio
Choco at p.qti't 05 el
Noisettes la livre
AmiaJes
B s.uiti NB J aaimils
B lititi de 10 c
Ltil M.l Ho lickl
f 1 k ii bjut de 1 Lire 75 c
ui k :r Aaiieux j$ c
Cgareties Lut!y S r k:
bo te de 5 j pr
40 Tabac prince Albert ao pour
90
a
10
;
P
S
3-
0
it
S
11
Ji
Sn
18
50
3)
oc<,
O 10
I OJ
I>
50
)0
13
*%
7S
103
5
40
Tabac Velvet.etc 4c*, ii j
Boagies Je caa'etirs doux 1 eo
Papier Toilette lo
Papier Ta lette ex ra ij
Sauce premier pour Salade 63
Soda Fontaine i *
CorneU avec crme i la glace o;
Soli ave: Frais",Oaoclat etc to
Orange Crush. Root ber
'e verre t3
Cime la glace avec
Chocolat, Fraise etc* o i$
Comme nous avons reu plus de P. 18.000.00 en marchandises
le mois dernier
Il nous ( st impossible de les numrer toutes.
util;
ii i n itide ii ut lie Ici une ma-
ghioi loriative en bon tal, Mar-
que "Unilerwood". 'Royal'' ou
"8m li Premier". S*adretseer
au Joi mal.
!
S'rco D AMBR0Z10N
A.U
_
Connu comme le'
remde le plus
eflicace pour etm i
ballre (outra les
maladii* do Ixon
clier, et rlea soie!
111 | III II 1118.
Fiiine lutte NESTL
aecuet au lait et l'alin-uu le
agieblfM il le plus met. n.an
a ai..\ ti.ianli, surtout au i.o-
niei.i uu sevrage et ptiidant la
puuUi de croiaiance bile on
vieut aux ettunais dlicats.
Agent pour llaili :
L. 1 MtnsaUMN>Acci i.ih LM
Avis
Piolesieti dvi glaii il de |i-
DO ( Mit us -i mu, il, | i | m.,
Il >ll I t. Il.n.,1, ,,, ||X, ,,,, ,|, ,,.
**. ici .i i i Ccile d< |L> v
*' Itoe L>tbtel i uli u< Ihm.
a-
Vv
POCHE ROUGE
Quand vous avez mal la tte et vous demandez un comprim,
ou de l'Aspirine, vous risquez votre sant tout comme un joueur qui confie son argent un tour
de ds. Savez vous si ce que vous recevrez est vraiment efficace et inofensif, et si, parmi les
milliers d'analgsiques qu'on trouve dans le commerce, vous aurez la chance d'obtenir exactement
ce qu'il vous faut? Pour ne courir aucun risque demandez toujours la CAFIASPIRINE
(Aspirine et Cafine), qui est le dernier mot de la science. Elle soulage non seulement toutes les
ddleurs et abrge les refroidissements plus rapidement que la simple Aspirine, mais encore elle
renouvelle les forces, rgularise la circulation du sang et n'a aucune action dangereuse sur le
coeur. Achetez un tube de vingt comprims pour le garder chez vous en cas de besoin.
S'il ne faut qu'une seule dose, de-
mandez la "Poche Rouge" con-
tenant un comprim Bayer*
IFRXPIKINE
\mpriml "BAYER"
t *hfu^it(t CatVi'a* V
{(/IFi/SPIRIftE
I (\ K
110, Iae des lies is
court
Teiphonr : 430


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM