<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATLN GLOBOL donne de la force Convalescence Neurasthnie Tuberculose Anmie U Cur A* CI.OBOL augmente la force nerveuse •t rend lui nerli ra,eiin'i toute leur nergie, leur souplesse t leur urueur. U>msni*ltcaU'.n A>i'Hle M 7 Ma igio Malgr loot tel avantagea crue peut prsenter le erol>iru> %  ilitlcielle. dont • %  %  parfoit >uuto faire ne mthode capable de reasalaeer la transfusion aengulaa elle-mme et ceci avec avantage, disait-un, malgr qu'il faille toujours avoir recourt elle, au moins dana Ul cas argent. Douf ne croyons pat I ue la srothrapie puisa* ooBer. en uae foule sfc cet les rsultats remarquables qu'on peut obtenir d'une cure prolonge de Clobol gta face d'un argaalerae reasootsr, a revivifier, refaire, c'est toujours ic dernier que ii.u donnerons In ratas LV f Cesser. I ,<., t, aclmeee. Ltjrat dt l> fa ul.i f J U tt im de Parle. CUbhsseaienU ChitcUla Grandi Pria• H— KpH f.t s*rh. \ .1. M, r mxxm. • %  %  !*-?'z' = %  •,. .•-• large Taillant C j i .iijii.iiAre pour He-J a—— lm blagi Four 2 joui 'ds seii'cmeiil vous pouvei i| i>|i.ti Die Ba.soDDMte ltal neuf Kllr atMMira 1 Bit lie ') |iiil)i'f)t de l-ii'n, l* C" da largeur, 12 le hriii 1 '-! t On |> %  ii la \u r devant la clealdelacliitjtl e duS^minnir. Li %  ..ai-outt Ile ni mi.e la rallc nu j rix r Le tirage ae fera le plut loi pot •ible t——.. Il %  %  %  %  1 m f • AW* % Ncrologie N ut avons appris avec peint la m 'il survenue Iner aprt midi a Plion Ville dt Madame Louis IU ron, ne ..trie Louist Clara II y p polile. Les funrailles seca.nl chanles eel aprs midi l'Kglise St Pierre de l'elion Ville i deux heures et dmit. L'inhumation aura lieu au Cime tirt de'l'ort au Prince. Nous envoyons nos syraptlhi tjues condolances tous ceux que ce deuil afflige, particulirement notre ami le L)r Louis litron. %  %  %  *Funrailles Ce matin ont tu lieu en 1 Eglisa du Sucr t'.'i'ur les funrailles de Lon Van Langendooc, aY-de hier la suite d uae courte mala die. Condolancei aux parents prou *t. Les' J eux Olympiques A' jour! Iini se tiendra le congre, de li Fdration lnlernaliona'e l> Il ne Arnstejir et le co ci es de l'International Amateur Ih!4t.c A**ncialion. Auiytni ie.i de* preuve, pour li i vrciresde Peut li'un viron, Tf m-, Malet ion, Wriu PU. Detvtin l<, jnilM : Congres ri. I i len al'nnal Atraleur Penla'hon Avirot— Tennis—Natation — Boxe Meicieill llijullkl : i inities de l'International Amateur A hlelic \--oci lion IVuli'lilon — Avinn — Tennis Natation, Boxe. lu Service .lu Tlphone atil(ini;ili(|ue far suitt du dpart Je Vit Lonce Homo, e'e-t Vi. Krneit Cloliu* qui a t charg du service d'Ins peclion du restau lM r ,li iniqu-, l.e nouvel inspecte r ayanl ac quia une r-'l-t -xprience dans r-'lle b-anch', nul doute qu'il n• %  do ir.e Mtisfswt >n entire tent aux nomSreu •beee* qu'A a Diron'loi, reprsente par lingenieur Orl. Fianailles C'est avec plaisir que nous erre gislrons les fianailles de Melle /•lice tluiraud avec noire ami Ca mille P. Mit, lu II. Meilleurs compliment. Parisiana Jeudi Le plus beau Cin lloman de la saison l a F Sauvage D'aprs le roman de Jules Mary 1er, 2e et .'ie pisodes Entre) : 2 gourdes. — Ce lilm si donne pour la dernire lois ; il sera retourn la fin du mois. Mariage NIU avon reu deslion iivetle fitirt inrl du urocliaie mariage de Mtlle Flora \\ o 1 lille d* M. Willitm Woel, a/tnt consulaire des Rtals-Unis d'Amrique, avec r Aristide llriand, tilt de Mme Vve Aristide Pria i I. La bndiction nuptiale leur sera donne le Jl Juilet curant en l'Eg ist paroistitle des (ionaives. N meilleurt vosui dt boahtur a.x fulurs poux. mi CollisioQ d autos Hier toir il tait euviroo 8 hs. 1/t deux autos portant les num rot iiuBtf el aKrl st sont %  MUtM ioleiuineiit a i entre de l'Aveuue du l'ravail. Les deux voilures te trouvaient CD contr.tvt IIIMII rtvtte de bieloye appliqu soui la Direction du Dr jRicol et t. Sjourn Le laboratoire ne' ouvert toua lœ jour de 7 hiee du matin i 6 ueuree J J eoli p* ur to ne lee rccfaercbee e. analyse prfiiuedet • ? A nui c ci it. n. t MU pour le V\ s inrai cet ia coottiote Ure-Scrt rie Seront rei ea-quo le mardi d cbaqi-e actneine. S'adrt.->r ie Pharmacie pour.le* reneveigneateotr, nalyeed'uiinea et 6u:gastnqu Raction de WaaMrmenn Badion de Triboulet,\ Examen du uog et du puai Eiaœeu dee uutiree lecalee Fiemp" -e eraehc) iliblimiuo recttoc Cooateote Ureo ScrteJr PHARMACIE PIUNCIPaALB H. CANONNE 4e, Rua RtAUMua ea-eo eouLavsao •it-uToetx PARIS Tendant U MUU.Il B MARCJli ne Mon* PradalU des Prtmiru MarqBtt et toujours dt premire fralcksu l NE SELLE QUALIT : • LA MEILLEURE • %  %  RAYON aPI^CIaVL. POUR LRe COLONIIt DROOCBRIB, HEItBORISTIlUI apiciAXJTia rrtaVOa U w t Xtrsngerea 8BLS DB Ql INlNE PCM Prouf produite en flaeoni. tunpoulei, eomprimi, cachtti. SOLtmONt HTPODBMalQtTie BANDAGES, CEINTURES, BAS A VARICES APP.mi.LS HTOltlIIOUII pcmr tous ueagtf Ar*r*AREIL ORTHOPtOIQUte Seringues hypodermique •HtMACIEI DE POCHE, DE VOTtSE COFFRES PHARMACEUTIQUES pour Usines, Communes, etc. Projet de Facture*' et tous renseignement *tv demande adrtu PHARMACIE PRINCIPALE 41, RUE RAUMun 11-91, BOULEVARD ItBASTOPOL PARIS MAISON UNIQUE AUCUN! eUCCURBALI ni en France ni l'Etranger. Ficyci! ttes anglaises R-t^ge-wb twciths i.unwe.ls BicycleUes de courses "n jclkjtle Commereialrs if bicyclettes Us meilleures Se vtuda it aux prix raisonnables. Tassez les vwir et vous serez sali lait, i tout en nous faisant grand plaisir. Y>. Quinlin Williams; 1714 Rue du Magasin de l'EUt. A louer Chez Jim i WPressoir III*. Avenue Jidm Brown (Calue t haise ro'et, Verret A boi'e, \ erres A rliampagne. Assietles, Couleam.Fnurchelles.Pots A glace, Serviettes, N'ni p. , et en gnral tout articles pour dception tt mange. F, les des tconoœies En r< vts servant du I oil Co dense NESTL i 1 roduit qui a permis aux mnageras de ne plus se soucier de 1'approT.sieiiB.emcnl du uiarcli en lait el eu sucre; f lus de pnurie de ces denres, lorsque l'os emploie la marque &f Mestl \ iabnqu setltlcil atee du luil de vache de 1 qualit la plus netie et du sucre raffin, exempt d impuieta, le LU'. ctUtilt, 1114Lt 'fi es li est le pioduit le plus sain el le meilleur maicli qie la mnagre puisse employer lentes tel luis que le lail et le sucre lui seraient %  eeesaires. Les sauces, p .udiugs, cn-inos, gteaux, petits biscuits codleclionnes avec le /int condeos mar. jue flesil oui une saveur dlicieuse et collent pree que moiti prix. Demandezaujouid'bui mime i Totre louruistieur uite boi-ede Luit condens marque lut le, essayez-la et par la comparaison, couslatei sa bonne qualit el l'conomie ralise. Le nom et l'tiquetteuarantisfteut sa boene qualit L.Q vente dans lee r'u.im.cit.. Centrale et Joseph Bourruine. u. Preetsmmn iggtrholm. Agent pour Hati La maison SILYEKA Lee Hicycleltea VICTORIA , pour Hommes e( avec double transmission ), amea el enfants s'enlvent v\\> T. OLOFFSON, LUCAS & Co. 0 la iai80n H.SiLVEHA vienl ^ e recevoir par les der rFi !lS Z"V uiof lea ner *•* articles .suivants de toute traicheur des prix rduits: Chapeaux de paille Une d'Italie, de toute* espces Chapeaux de iaiue d'Italie. Chapeaux r'eutre d'Italie Baptiste 1ino poup chemises Tussor fil anglais Tussor de soie anglais barres pour oheosiee A rekes Satin de ohine pour tailleur t,-'| Lustrine pour tailleur Colette pour taiheur Drill mei'cerise amt'icain(nouveaut, Drill fil blano 1 union aug.als Kaki Jaune anglais extra qualit Zephir anglais eup. pour cliemises Toile a drap fil angtais i>0 pouces ootou 80 ilatiste fine pour chemisa AT.S important Le toutsign Robeit l.inau/e, avise au public tt au commette eu particulier qu'il n'est plut res punsaole les actes et action Je ton pouse ne Nu/us !uut i/il. pour cause grave, ku atteadant qu une demande en divu.ee lui toit intente. Cotes de fer, le 0 jt.il et I9i<< ROBfcRT LANAIZE laKjrta t A its Le souttign avise que Itt rcWtt de la Comaissiou Uauphie, i 3 18, au uoin dt Vgr Iteauge; N Me et U4, au nom ue Mgr Pou,iiard tout alirj al unis, est* phea'a* devant es ire demandes. Porl-su Prince, Il Juillet I '., il repartira I.jour de de son arrive pour Gunaves, Po t-dePaix,Cap Hmiien.Puerto Plata, San Juan et Le Havre, prenant lict et passagers. PoiiauPnnce, H Juillet 1924. L'Agent, E. HUbLLI.N Due visite noire Maison vous convaincra de la bonne qualit de nos articles et de la modicit de no pm eu comparaison avec ceu* d'autres maisons del place pour des articles similaires. ALUMINUM LINE New-Orleans et Soalii (Viiiericau Steampship Go. Inc. Le SU amer binn laiera New OrUan le 15 courant directement pour Porl-au-rince Un prochain vapeur laissera New* Orlans le 29 Juillet pour tous Us ports sus mention) f. IWt-au-IVinfG, le 5 j-iiHet 4924 il. ds Malisi Co. asem. Gttttm ^ %  i



PAGE 1

MHUCrBl'It MIOPIUHTAIRB VUritlUElK Clament M^qloire •O* HtNA Si Ru* Amricain* NUYIBRO \"l(j GKNTIMES Quotidien TELEPHONE No Ut 18m ANNE N S268 PORT-AU-PRINCE (HATI ) tsi-11 unt attitude piui embarrassante que elle d'un homme clbre en un lieu o beaucoup de yens obscurs le savant prsent? Ces obscurs l'envient, ce n'est pas douteux, tout en clierehant'comment et par o ils pourraient bien le rabaisser,' mais ils ne l'envient pas "jutant qu'il envie leur obscurit, s'il mrite vraiment le rem in qu'il a. i. Omis ?, FILE CO Olumkus Mwrwr* PAN AMERICAN UNO* IUL80 1924 LUNDI lOUiLLET 1 Autour l'une page rce de la piiqie le Monsieur Poincarr Noire vie politique est gnralement si pleine de laideurs, qu'aucun acte patriotique s'accomplissant dans le monde civilis, ne doit manquer d'tre soulign et ollert en exen-ple nos antagonistes. Tous ceux qui s'informent, en lisant nos journaux, ont &f prouv que4qurtoouement devant l'attitude roeute de M. Poincarr, interpellant au Snat la Prsident du Louseil, M. lierrioL Habitus comme nous sommes nos lulles perptuelles ne reposant la plupart du temps que sur unenvalit de personnes, lin tei et gnral passant au'second plan, de telles vues dpassent noire concep tiou politique. Voir, eu tflet, au Snat M. Poincarr reiy-e publiquement hommage au u JI ge et au patriotisme de M. Herriot, le leliciter de s'ellorctr resserrer la collaboration avec l'Angleterre, dclarer qu'il ne dira quoi que ce soit qui puisse crer des obstacles A son successeur, tandis qu'une loule %  uneuse s'y eiail bile nombreuse pour l'entendre, prouve suffisamment, de quel esprit est auime le grand homme d'tat franais. M. Poincarre u est vrai s'octroie bieu un prix u'honneur en rappelant au cours de celle mme sance u'iuterpellauou au Snat que si le rapport Dawes est appliqu avec succs, ceci sera d uniquement a l'occupation de la Rhur par l'arme' franaiseMais qu'importe N en a-t-il p s le droit ?.. Ne signale t il point du mme coup A sou successeur, en la soulignant, la nouvelle attitude de il Macdouvld qui a cess d'envisager conjoiutemeat le questions des Rparations et des dettes? Ce dernier point est essentiel et bien que ne menant point personnellement fae ngociations, M. Poincarr a voulu sans doute qu'A la veille de la Confrence de Lou lies l'ait, ntiou du nouveau cliel du Gou.verneroent Iranus se concen trt tout entire sur c .• point ira portant, pensant qu'une concession ainsi obtenue par l'Angleterre au prolil de I Allemagne, dtruirait des prrogatives franaises consacres par des arrangements antrieurs. En outre, c'est que l'anrien prsident du Conseil, au courant comme il I est de la silua" uou turopeenne comprend bien quou ne saurait exiger d'un Cabinet aucun de ces prodiges a l'aide desquels les dieux ont coutume d annoncer la nais sauce des grands prdestins 1. Voici donc les taUs tel qu ils nous ont t transmis, et que nous avons accompagns de quelques commentaires relatifs ace que nous croyons tre le point de vue franaisMais quel enseignement peutil se dgager^ pour nous de ces faits rcents : Nouvelles trauueres % Par Colilo AelatWeaaent i'exeation :.du plan Dawes rpendant t une question du snateur Daueset, I. Herriot dc lare que la France ^ seule doit dominer dan a Je dbat. Le Seul iccirie M MM yoferieMit u me te cuiiince PARIS— Au Snat, au cours d'une discussion tur U politique extrieure, M. Dausset, snateur de la Seine, traita la situation financire rsultant du rapport des experts et a demand 11 M. lier riet garda lee mai us libres. M. Daueset fait remarquer que le plan Dawee devant rapporter tO s 22 milliard* de m, ke or la France rduit incontestablement la dette alina ad*. M. Mecdooald accep tarait il de diacuter les dettes al lies Lt France ne les reniera pas, nui* i elle payait avec le pro duit du plan ; etie devrait reuon car reconstruire. -oM. Herriot dclare que laTrn ee Mule doit dominer daoe le d aat. Le plan Dawee n'est pas ar fait, mai le rie au gouvernement eet de rtablir I entente avec l'An gleterre, la cordialit souligne la •leur uu rsultat de l'eutrevue des tbequere en crant une at ssosphre isvorable. Le prtkident du conseil comps re u pi, tocole anglais avec la no te franco-anglaise et montre le 1 fort accompli vers la conciliation alla cooneace. Par uoe actioa franco beige, dit-il, noue devons nem bter de subi ituer un eccord interalli ; aueune contradiction n'existe entre les iatirts dei fu tur* porteur de bine aile uan-i et te inlenliom franaise*. L ordre du jour suivant a e.e adopte par le Snat : Le Snat af maut une loi de plus que 1a France el pro fondement attache la cause de la paix et exprimant si confiance au gouveruement pour poursuivre l'accord avec lee allie pour l'ex culion du treit d* Verseille et assurer la rrance lee rpara tion et la scurit, passe S l'ordre du jour. Le Snet a accord un vo te de conliioce au gouvernemeut sar2tG vu contra IS. One lettre de I. Herriot IBarthoti Ou csilereace sir l'actin siiitaire Ci M PARIS M. Herriot a crit M. Uarthou, prsident delacom mission de rparations, que la corn nissiou de* rparation c >n ttera si l'Allemagne met le pUn Dewea a excution. L'Italie et la Belgique ont accept lee bases de la note anglaise. M. DelvalU, directeur du service de eant de la Havane, a fait une confrence au sige de la Croix Rouge sur la lgislation de l'aclioo aanilaire Uuba ; le savant vi vement iutereaMe ont flicite le confrencier. C'est qu'en France toutes les fois qu'il s'agit de l'intrt^ nation il* les partis s'ellaceul po lise confondre en un.blo^ qui n envisage alors que les lins suprieures atteindre. Aussi l'Histoire de ce pays est pleine de ces pages magnifiques o une heure a sulti pour rallier toutes les opinions vers uu idal co nmun, enregistrant ainsi d'clalanies victoires. Gi;ecetie discipline d'un bout l'autre ue l Europe li Mars illaisj a retenti et c'est g a;e l'action unie des.s fils qu'eu ce jour me ue, toutes les l i-. m.-IIIM-III abitlUS.reiiilaui a la libert tous les tioui mes Il est de tradition CIIP non 8 de rpter que uous somme 8 un peu les lits i : la France laquelle ooui uous rattachons par bien dis c a(J le nous inspirons nous alors, de ces exemples leentl en les mettant prolil par u.ie rglera uiti ion de noire vie politique que nous pouvons rendre prolilaule a la collecu.ite, la coudiliou deli di-.cip.iier eu lui donmai plu de prestigeCe rsilit ne pourra tre at* teint que si nous 'sono n s animes du dsir siucre de roin ne ave; nos erreurs scul lires en nous allr.ii.-.iii-tSliit de u M |> jugsslujilesot en iMiiutci.n > le des obligations qui cou li uounent noire existence nitu nale Autoar du rai 1 |IM, je raglie p > foudin.ut : ueoglen. S*' ne; orajp.use n la Clitubro Irtaaif Lis cniuiiUs accuss d'aTjir ejJi Uor pjjrs PARIS—Le vole du p.ojelde lo de i aimudie li en uu. i du dpute p4 d.i Je prsident de la rhnmbre se couvrit, MI peudant ainsi la sance. Au cour aie son vnyaye en nrilelerre, I*; secrtaire Huijhes sjournera Paria WASHINGTON Le *ecrteire Hughes passera au moins deux jours Paris au cours de on vo yage en Angleterre et sur le conti aent qu'il entreprend .!•• mm ; or. ann >nce qi'ii a eie d'elle de comprendre dans l'itinraire cette v site 4 Paris eu q ialii dinvii-* du Ixrreiu fransli 1^ e-r lai e Highe. res'eri .tlini li Vi umg ton pen 1 un uu m >u %  nvtroi a uloiir du voyage de l'j.nbiandeur japonaif u n Ctits-Dms W SHISi, ION -L'ambassadeur du Jipin VI II un Hara a quitt Washington p iur rentrer au 'a pou bieu qu oltkielleraeiit il aille u lupou ^our vicances. oa eroU dans les milieux diplom iliques qu' il ne reviendra pas, Lt rsolution uu Brsil Unedp'h %  de %  "ao l'aolo au d paiit-meui I Kl il annonce que le £ luveriit'in ut de Mafl l'aolo el les autre roaelioaaaires de l'Ktat sa sont rlir di lapilole qui est eu'.ie les m unlee MI urg, cette •l'-ocrli i e-l l'Oliai lid coiiuae la pro mre iufc iliin U0 ci, .,, ..,,!., u ,, L ,u. 11 let lie K. i\ h. j uuo gfauaeur dj trjl pjU ,c oulie la* cpdUleS. Ii •• ui.ieuiiui a 1 SOp lai ri u.seuiou, ilec.c l.iul au pbjsi qu* qu BU kUjcl U 1 aiqui,llou 00 tic l'aiiuu.. altu IVIOO qualaule Uiilies kUU la juu tttes uavao, ne u* MiNauao. ( oncert, UtCllll* el l)i icinif*. Le concert d'hier a t pour aiusi ii.ru nul. Ue ,.i ^1.1 uiii a co.isist en un pis reio.u.e uB poul* au •eut uor 1 coijie nins aucuu Brio et eu dru lucriiigiies. A I 'J 'ixiaiia I u public slect a applaudi les scOnea vaVaiitus du teaiile si II ibi Il inou orcsi'ii.i'e Uni le o ,111 lilui J a> 1 lidiii; us 1 .Mi MnelleS < et Neusdeavaetaperlsouon Util a,>pieciee de ou/iuue lu au 1,111. A Varit* Lei beaui tubleaui contents dans les linns. Leulaut d un autre et Les teuille tombent* oui t rendus S la joie de noiaoreux assisUut qji marqurent leur IIISHI lion par de ap^laudissemeut embounasles. Uauomj >• daueiaic* psi suit* del reeuie tu*>ur* dont u .ui avons psi'ie daui noire dition dBirueai, u oui pa ton eu l aeimatioa cuiiui.uiere : Monte-Carlo Qui jusqu'ici avait (eau le record de I entrain, vit, ses selles plutt clairseme. Il en sers ainsi tant que les daneuset ne pourroui pa* eue accjiopagu s ue cavalier* u* Kur th.,11 et silot l'ouvartuie. iN ,u eaperous voir iappoil m celle mesure. Itoyal Cal Refleurit, bien qu'tant loujour sou le rgime de la restriction qui en dlsud l accs aui f menues . Se salle* regorgeaient d'un monde divtr* durent les deui dernires soires. Le coup d ail a plu aui yeui, mais cela ne suflit pas au patron car la clientle est p.uto. nre. Aujo.ird liui r>sl]daos le monde entier et en francs particulimenl l'anniversaire de la Prie delH lUstille qui, devenue le symbole de l'absolutisme royal el d 1 rgime du bon plaisir fut dtruits par le Peuple de Paris. Aprs 185 ans. c'est toujours avec un enthousiasme dlirant que lo peuple franc i vil celte d* lin dit gnralement que c'e* l plueluule journe d't Paris. Sur les boulvards, travers les pUces lt foule se croise, e choque, tandis que le fiert brills dans tous le* yeux. A 1 orc.niou d* cet heureux anadversaire u 1.* Matin adresse ses 1 01 ,|i, es flicitiilion S le Lgation de l'iame, rpiseute par l'Iionor ilne M. \fiirii, < t formule les v' 11 i,s u „ ardente pour la glo re grnunissante de In France. D'n\ audacieui lilous M Hier soir, ven |, s 7 heures la m :'si 1 1 ,1 mise en moi par un marebaod de PeUt beurre*, qui venaient de dvaliser deui uu lactoui bious. l.e pauvre homme se mil S crier tue tte karru dtux voltun qu\ diutnt, bamt^\%\ les voleurs, peur leur bonheur, passrent sous le nei de deux gendarmes qui sans se douter de rien, leur demandaient : avez vous vu passer 1 hommes t — Oui, rpondirent-ils, en indiquant la direction de la prison, tandis que les gendarmes sa laucrenl a la poursuite des voleuis, les 2 timus mirent jambes par dessus SM, el dieparuroal dans la pnombre de la direction oppose. leva ne savons pas ce qui leur est arm daus la uite, mais dans tous tes cas, ils ont lui preuve de tact... dans le mal. LOJMII rEbi A la sance de ce mi m il a t dis nie, 1 • les cou isio > u Itippor. du Oepirtemeut 1 1 lolei leur i-ur lo projet de Loi qui coucede a la fabrique National* uu leiiaiu du Uumaue uaduual ; J* les 1 mu I,. mon du Itappul de la commission des compta gnraux p ur l'Exeni.* \.ut t,\: 3le.s cooulusiOBBla iinpp ri de ladeciieade travail t ne 1 \lure m ie projet qui fii dpeudie ou i.epai Uu, u. kU II U croit iroicssiouueliee. .iiioiif di Scandais . FJ le-fiuiia Des tmoins vont dTiler, ils sont prs d'une cin• 11 1. S1 %  t. 1, 1 L'affaire de Mr Peters contre Me l)uininii|iit llyppolite se poursuit levant le 'nbunal corractKMujoL Ce matiu le Juge Franuif Acloque a rendu sa deoiMuii sur let incidents de la prtluiiLi audience qui ne ina'iqu lent ..as .l'tre intreesani la avucdis de Me Dominique lltppolile ave lorce arguments avaient protest contra I audition ne tmoins appele par S J11 Louis, avocat de Peters. La dcision rendue ce malin du qui! les tmoins de MPeU-is sel oui entendus, SEULBMI.M sur la 'iirlaiiiaiion et les lliue il'auloril leproclis Me II ppolilu. fcgLis dbats promellent d'tres trs anims, car un bruyant avocat, aux distingus .lfenseuisde la cause de Mellyppolile, vient de s'ajouter : c'est Me (jranvilie Bonaparte AuRllSle H A bientt le compte renduLu lecareur Gommunaf de Port au finir.-. Donne avis aux fermiers des leiraus communaux quuo dlai de liui5 JOUIS leur est eccord pour hcquitUf leurs redevances en relard. Ce dlai expir, lenrs baux seiont el 1; teroel Invite i vider les lieux. a-u.i au 1 1 11.ee, le I4 Juillet Itx CouUut CA!A0MJL ; f


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06234
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, July 14, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06234

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
MHUCrBl'It MIOPIUHTAIRB
VUritlUElK
Clament M^qloire
O* HtNA
Si Ru* Amricain*
NUYIBRO\"l(j GKNTIMES
Quotidien
TELEPHONE No Ut
18m ANNE N S268
PORT-AU-PRINCE (HATI )
tsi-11 unt attitude piui embar-
rassante que elle d'un hom-
me clbre en un lieu o beau-
coup de yens obscurs le sa-
vant prsent? Ces obscurs l'en-
vient, ce n'est pas douteux,
tout en clierehant'comment et
par o ils pourraient bien le
rabaisser,' mais ils ne l'envient
pas "jutant qu'il envie leur
obscurit, s'il mrite vraiment
le rem in qu'il a. i. Omis
---------?,----------------
FILE CO
Olumkus Mwrwr*
PAN AMERICAN UNO*
IUL80 1924
LUNDI lOUiLLET 1

. Autour l'une page rce de la piiqie
le Monsieur Poincarr
Noire vie politique est gn-
ralement si pleine de laideurs,
qu'aucun acte patriotique s'ac-
complissant dans le monde ci-
vilis, ne doit manquer d'tre
soulign et ollert en exen-ple
nos antagonistes.
Tous ceux qui s'informent,
en lisant nos journaux, ont
?prouv que4qurtoouement de-
vant l'attitude roeute de M.
Poincarr, interpellant au S-
nat la Prsident du Louseil, M.
lierrioL
Habitus comme nous som-
mes nos lulles perptuelles
ne reposant la plupart du
temps que sur unenvalit de
personnes, lintei et gnral pas-
sant au'second plan, de telles
vues dpassent noire concep
tiou politique.
Voir, eu tflet, au Snat M.
Poincarr reiy-e publiquement
hommage au u ji ge et au pa-
triotisme de M. Herriot, le leli-
citer de s'ellorctr resserrer la
collaboration avec l'Angleterre,
dclarer qu'il ne dira quoi que
ce soit qui puisse crer des obs-
tacles A son successeur, tandis
qu'une loule uneuse s'y eiail
bile nombreuse pour l'enten-
dre, prouve suffisamment, de
quel esprit est auime le grand
homme d'tat franais.
M. Poincarre u est vrai s'oc-
troie bieu un prix u'honneur en
rappelant au cours de celle m-
me sance u'iuterpellauou au
Snat que si le rapport Dawes
est appliqu avec succs, ceci
sera d uniquement a l'occupa-
tion de la Rhur par l'arme'
franaise- Mais qu'importe !
N en a-t-il p s le droit ?.. Ne
signale t il point du mme coup
A sou successeur, en la souli-
gnant, la nouvelle attitude de
il Macdouvld qui a cess d'en-
visager conjoiutemeat le ques-
tions des Rparations et des
dettes?
Ce dernier point est essentiel
et bien que ne menant point
personnellement fae ngocia-
tions, M. Poincarr a voulu
sans doute qu'A la veille de la
Confrence de Lou lies l'ait, n-
tiou du nouveau cliel du Gou-
.verneroent Iranus se concen
trt tout entire sur c . point ira
portant, pensant qu'une conces-
sion ainsi obtenue par l'Angle-
terre au prolil de I Allemagne,
dtruirait des prrogatives fran-
aises consacres par des arran-
gements antrieurs.
En outre, c'est que l'anrien
prsident du Conseil, au cou-
rant comme il I est de la silua-
" uou turopeenne comprend bien
quou ne saurait exiger d'un
Cabinet aucun de ces prodi-
ges a l'aide desquels les dieux
ont coutume d annoncer la nais
sauce des grands prdestins 1.
Voici donc les taUs tel qu ils
nous ont t transmis, et que
nous avons accompagns de
quelques commentaires relatifs
ace que nous croyons tre le
point de vue franais-
Mais quel enseignement peut-
il se dgager^ pour nous de ces
faits rcents :
Nouvelles trauueres
?
Par Colilo
AelatWeaaent i'exeation
:.du plan Dawes rpendant
t une question du sna-
teur Daueset, I. Herriot
dclare que la France
^ seule doit dominer dan a
Je dbat.
Le Seul iccirie m MM yo-
ferieMit u me te cuiiince
PARIS Au Snat, au cours
d'une discussion tur U politique
extrieure, M. Dausset, snateur
de la Seine, traita la situation fi-
nancire rsultant du rapport des
experts et a demand 11 M. lier
riet garda lee mai us libres. M.
Daueset fait remarquer que le plan
Dawee devant rapporter tO s 22
milliard* de m, ke or la France
rduit incontestablement la dette
alina ad*. M. Mecdooald accep
tarait il de diacuter les dettes al
lies Lt France ne les reniera
pas, nui* i elle payait avec le pro
duit du plan ; etie devrait reuon
car reconstruire. _-o-
M. Herriot dclare que laTrn
ee Mule doit dominer daoe le d
aat. Le plan Dawee n'est pas ar
fait, mai le rie au gouvernement
eet de rtablir I entente avec l'An
gleterre, la cordialit souligne la
leur uu rsultat de l'eutrevue
des tbequere en crant une at
ssosphre isvorable. ____
Le prtkident du conseil comps
re u pi, tocole anglais avec la no
te franco-anglaise et montre le1
fort accompli vers la conciliation
alla cooneace. Par uoe actioa
franco beige, dit-il, noue devons
nem bter de subi ituer un eccord
interalli ; aueune contradiction
n'existe entre les iatirts dei fu
tur* porteur de bine aile uan-i
et te inlenliom franaise*. L ordre
du jour suivant a e.e adopte par
le Snat : Le Snat af maut une
loi de plus que 1a France el pro
fondement attache la cause de
la paix et exprimant si confiance
au gouveruement pour poursuivre
l'accord avec lee allie pour l'ex
culion du treit d* Verseille
et assurer la rrance lee rpara
tion et la scurit, passe S l'ordre
du jour. Le Snet a accord un vo
te de conliioce au gouvernemeut
sar2tG vu contra IS.
One lettre de I. Herriot
I- Barthoti
Ou csilereace sir l'actin siii-
taire Ci
M
PARIS M. Herriot a crit
M. Uarthou, prsident delacom
mission de rparations, que la
corn nissiou de* rparation c >n
ttera si l'Allemagne met le pUn
Dewea a excution. L'Italie et la
Belgique ont accept lee bases de
la note anglaise.
M. DelvalU, directeur du service
de eant de la Havane, a fait une
confrence au sige de la Croix
Rouge sur la lgislation de l'aclioo
aanilaire Uuba ; le savant vi
vement iutereaMe ont flicite le
confrencier.
C'est qu'en France toutes les
fois qu'il s'agit de l'intrt^ na-
tion il* les partis s'ellaceul po li-
se confondre en un.blo^ qui
n envisage alors que les lins
suprieures atteindre. Aussi
l'Histoire de ce pays est pleine
de ces pages magnifiques o
une heure a sulti pour rallier
toutes les opinions vers uu idal
co nmun, enregistrant ainsi d'-
clalanies victoires.
Gi;ecetie discipline
d'un bout l'autre ue l Eu-
rope li Mars illaisj a retenti et
c'est g a;e l'action unie des.s
fils qu'eu ce jour me ue, toutes
les l i-. m.-- Iiim-iiI abitlUS.reii-
ilaui a la libert tous les tioui
mes
Il est de tradition cIip non8
de rpter que uous somme8
un peu les lits i : la France
laquelle ooui uous rattachons
par bien dis c a- (J le nous
inspirons nous alors, de ces
exemples leentl en les mettant
prolil par u.ie rglera uiti ion
de noire vie politique que nous
pouvons rendre prolilaule a la
collecu.ite, la coudiliou deli
di-.cip.iier eu lui donmai plu
de prestige-
Ce rsilit ne pourra tre at*
teint que si nous 'sono n s ani-
mes du dsir siucre de roin ne
ave; nos erreurs scul lires en
nous allr.ii.-.iii-tSliit de u M |>
jugsslujilesot en iMiiutci.n >
le des obligations qui cou li
uounent noire existence nitu
nale
Autoar du rai 1 leurs amricains
CONSTANTINOP uS Les via
leurs militaire amricains, conti
nuant leur voyage au tour du mon
de, sont arrivs hier Conslanli
nople. Ils taient Iju< eu purfai e
sente. Les aviateurs repartiront le
m iiu pour R li - t et eepreel
tre rendus Pari temps pour
prendre ptrt aux ltes du 14 Juil
let.
Les Jeux olympique*
CO.OdBSH M LidJell, pis
te r aoglais, a gagn les 400 n*
tret oly-np que en renouvelant le
reeorl mit lui de 4.7 e :ondes, il
a butu H.iin Pueki I) Gh sagOi
qui a'tic btt u le record mai lui
uni II iu e avant la d ni li nie a
l'p.e iv: du 10) mHrei p At lu
Dicath oa. L'tiutiea Armul s'est
cl ur | i a n'.a i UiLillirte,
d;i! n|i-, a gi{i le chimp o i
nat olyin i ) n I r'nuce eti sewa l.vlisirt,chi a
pi 11 ily n ). | n lt 114 ), e tim cm
qui n; .Si/ mu ,4iij:en ue parti
cipira pu i |*e ' Qui:
Ut match li leoni* lantsttenlu
entre H n u W 11, :ii impionne am i
ri : ii na et Suitias Ltaglen n'aura
pi liai cttte anne, cette derme
re s'ti'ii d-liauivemeat relire
de j -ut o.y n, j Wi. f i tlgrua
mi dm d uer d cim iniiti dient de juer an
jjux i y n> |im, je rag- lie p >
foudin.ut : ueoglen.
S*' ne; orajp.use n
la Clitubro Irtaaif
Lis cniuiiUs accuss d'aTjir
ejJi Uor pjjrs
PARISLe vole du p.ojelde
lo de i aimudie li en uu. i du
dpute p4 d.i Je meut marqu par dee auspeusious
de sance dues des risques entre
dput* celle qui sVst dchane
cet aprs midi a t provoque par
une accusation porte contre les
communistes d'avoir vendu heur
pays. Lne dou/aice de l'ommuui
les'conduits pur M. Marcel Uacnio
se picipitreul sur l'accusateur,
M. Henri Le Mire, dput modr
de l'rure, et le tumulte devint g
nral. Avant que les huissiers pus
seul intervenir, l> prsident de la
rhnmbre se couvrit, mi peudant
ainsi la sance.
Au cour aie son vnyaye en
nrilelerre, I*; secrtaire
Huijhes sjournera Paria
WASHINGTON Le *ecrteire
Hughes passera au moins deux
jours Paris au cours de on vo
yage en Angleterre et sur le conti
aent qu'il entreprend .! m- m ; or.
ann >nce qi'ii a eie d'elle de
comprendre dans l'itinraire cette
v site 4 Paris eu q ialii dinvii-*
du Ixrreiu fransli 1^ e-r lai e
Highe. res'eri .tli- ni li Vi umg
ton pen 1 un uu m >u nvtroi
auloiir du voyage de l'j.n-
biandeur japonaif u n
Ctits-Dms
W SHISi, ION -L'ambassadeur
du Jipin VI II un Hara a quitt
Washington p iur rentrer au 'a
pou bieu qu oltkielleraeiit il aille
u lupou ^our vicances. oa eroU
dans les milieux diplom iliques qu'
il ne reviendra pas,
Lt rsolution uu Brsil
Unedp'h de ""ao l'aolo au d
paiit-meui I Kl il annonce que le
luveriit'in-ut de Mafl l'aolo el les
autre roaelioaaaires de l'Ktat sa
sont rlir di lapilole qui est
eu'.ie les m un- lee mi urg, cette
l'-ocrli i e-l l'Oliai lid coiiuae la
pro mre iuf inul du centre de la rvolte qui
soit pu venue au |( Hiverne,neut
a neriiiui ; elle ne donne pis de
dtails et aj mte simple ueat que la
protection dei vies et de biens
est assure.
A ia Cathdrals 14 Juillet
Crmonie d- la Tonsure
Hier, a eu lieu une trs belle ce
rr-in nie au cours de laquelle Mgr
Conan a impos la tonsure M VI.
Ludovic llrierrc, du diocse des
G:iyes. ha Kbreau el Jules Vil -
tor, de l'Arcludiocse de i'ort au
Prince.
L anne prochaine, 3e de leurs
tudes, ils recevront les Ordres
Miueurs; puis ils ee prpare
renl au Sous Uiacoael ( 4e eeae).
Au cour de la Se en ne, ils pren
dront le Diaconat, puis la Pr
trie.
Contrairement 4 ce fui a t
avanc par un do uos Quotidien,
ce n'est pas .1 oui 4 annes que
les tonsur* d'hier son! & l'Keole
A,i m i.ique : i s y sont entr que
vers la mi o lilre 1921, c'est
dire depuis il ui n.
Nil* reiiouvelon, nos flicita
ti ins ce unt.eisaotconcitoyens,
en s mil n a u qui, ouvrent la
voie bien d'autre.
iicpibs adi et
Le public v,t le ilommer-
ce sont avise que le rc-
piss d.' quinte tnitt deux
cen sot an v set t ou tint 7 ta-
tre v ngt un otnl^iMt omis
par la Commission .Saui-
buur n faveur d' aaae)
Mansoiar sous le No 1088,
qui s'est gare, est adir,
et t|ue tltipiiciita u aara
demand au Dpartement
dss Kinancea
'ort au l'riuce, le // Juil-
let / U24
fit' Royal Bank of Canada
l'on-au-l'dnsa, llayli.
0. J. lira dt
t'ar sait* fil
14 luillet
BUENOS Allllii Jualre ceuta
citjyeu oui t tus au cour de
n reeeule lu uirection Ue 3ao
l'uni sunaut avis reu du m mis
tic ajoii.ain laidmt a aiutoS.
B 1 tua LiltaiLiv lui Van
Ljju, pasteur prOlQstOat qui est
i.j.e assaSl Je r, aiai,nu pcuilaut
Oa/o fju.*, e,e rct ua>c iliin U0
ci, .,, ..,,!., u ,, L,u. 11 let
lie K. i\ h. j uuo gfauaeur dj
trjl pjU ,c oulie la* cpdUleS.
Ii ui.i- euiiui a 1 SOp lai
ri u.seuiou, ilec.c l.iul au pbjsi
qu* qu .. . lui ue gouvernement
la.iuiua tuiame Ue n-.gocia
li ua SiSIl lo jj,,.e, uemeiil de*
l> bu kUjcl U 1 aiqui,llou
00 tic l'aiiuu.. altu IVIOO
qualaule Uiilies kUU la juu
tttes uavao, ne u* MiNauao.
( oncert,
UtCllll*
el l)i icinif*.
Le concert d'hier a t pour
aiusi ii.ru nul.
Ue ,.i ^1.1 uiii a co.isist en un
pis reio.u.e uB poul* au eut
uor 1 coijie nins aucuu Brio et
eu dru lucriiigiies.
A I'j'ixiaiia
I u public slect a applaudi les
scOnea vaVaiitus du teaiile si II ibi
Il inou orcsi'ii.i'e Uni le o ,111
lilui J a> 1 lidiii; us 1 .Mi MnelleS < et
Neusdeavaetaperlsouon Util a,>-
pieciee de ou/iuue lu au 1,111.
A Varit*
Lei beaui tubleaui contents
dans les linns. Leulaut d un au-
tre et Les teuille tombent* oui
t rendus S la joie de noiaoreux
assisUut qji marqurent leur
iIishi lion par de ap^laudisse-
meut embounasles.
Uauomj
. > daueiaic* psi suit* del
reeuie tu*>ur* dont u .ui avons
psi'ie daui noire dition dBirue-
ai, u oui pa ton eu l aeimatioa
cuiiui.uiere :
Monte-Carlo
Qui jusqu'ici avait (eau le re-
cord de I entrain, vit, ses selles
plutt clairseme. Il en sers ainsi
tant que les daneuset ne pour-
roui pa* eue accjiopagu s ue ca-
valier* u* Kur th.,11 et silot l'ou-
vartuie. iN ,u eaperous voir iap-
poil m celle mesure.
Itoyal Cal
Refleurit, bien qu'tant loujour
sou le rgime de la restriction
qui en dlsud l accs aui f men-
ues .
Se salle* regorgeaient d'un
monde divtr* durent les deui
dernires soires.
Le coup d ail a plu aui yeui,
mais cela ne suflit pas au patron
car la clientle est p.uto. nre.
Aujo.ird liui r>sl]daos le mon-
de entier et en francs particuli-
menl l'anniversaire de la Prie
delH lUstille qui, devenue le sym-
bole de l'absolutisme royal el d 1
rgime du bon plaisir fut dtruits
par le Peuple de Paris.
Aprs 185 ans. c'est toujours
avec un enthousiasme dlirant
que lo peuple franc i vil celte
d* .
lin dit gnralement que c'e*
l plu- eluule journe d't
Paris. Sur les boulvards, travers
les pUces lt foule se croise, e
choque, tandis que le fiert brills
dans tous le* yeux.
A 1 orc.niou d* cet heureux an-
adversaire u 1.* Matin adresse
ses 1 01 ,|i, es flicitiilion S le Lga-
tion de l'iame, rpiseute par
l'Iionor ilne M. \fiirii, < t formule
les v' 11 i,s u ardente pour la
glo re grnunissante de In France.
D'n\ audacieui lilous M
Hier soir, ven |, s 7 heures la
m :'si 1 1 ,1 mise en moi par
un marebaod de PeUt beurre*,
qui venaient de dvaliser deui
uu lactoui bious.
l.e pauvre homme se mil S crier
tue tte karru dtux voltun qu\
diutnt, bamt^\%\ les voleurs, peur
leur bonheur, passrent sous le
nei de deux gendarmes qui sans
se douter de rien, leur deman-
daient : avez vous vu passer 1
hommes t
Oui, rpondirent-ils, en in-
diquant la direction de la prison,
tandis que les gendarmes sa
laucrenl a la poursuite des vo-
leuis, les 2 timus mirent jambes
par dessus sm, el dieparuroal
dans la pnombre de la direction
oppose.
leva ne savons pas ce qui leur
est arm daus la uite, mais dans
tous tes cas, ils ont lui preuve de
tact... dans le mal.
lojmii rEbi
A la sance de ce mi m il a t
dis nie, 1 les cou isio > u
Itippor. du Oepirtemeut 1 1 lo-
lei leur i-ur lo projet de Loi qui
coucede a la fabrique National*
uu leiiaiu du Uumaue uaduual ;
J* les 1 mu I,.mon du Itappul
de la commission des compta
gnraux p ur l'Exeni.* \.ut t,\:
3- le.s cooulusiOBBla iinpp ri
de ladeciieade travail t ne 1 \-
lure m ie projet qui fii d-
peudie ou i.epai Uu, u. kU II
U croit iroicssiouueliee.
.iiioiif di Scandais
. Fj le-fiuiia
Des tmoins vont dTiler,
ils sont prs d'une cin-
111. S1 t. 1,1 -
L'affaire de Mr Peters contre
Me l)uininii|iit llyppolite se
poursuit levant le 'nbunal cor-
ractKMujoL Ce matiu le Juge
Franuif Acloque a rendu sa
deoiMuii sur let incidents de la
prtluiiLi audience qui ne
ina'iqu lent ..as .l'tre intree-
sani la avucdis de Me Domi-
nique lltppolile ave lorce ar-
guments avaient protest contra
I audition ne tmoins appele
par S J11 Louis, avocat de Pe-
ters. La dcision rendue ce ma-
lin du qui! les tmoins de M-
PeU-is sel oui entendus, Seulb-
mi.m sur la 'iirlaiiiaiion et les
lliue il'auloril leproclis Me
II ppolilu.
fcgLis dbats promellent d'tres
trs anims, car un bruyant
avocat, aux distingus .lfen-
seuisde la cause de Mellyp-
polile, vient de s'ajouter : c'est
Me (jranvilie Bonaparte Au-
RllSle .
h A bientt le compte rendu-
Lu lecareur Gommunaf
de Port au finir.-.
Donne avis aux fermiers des
leiraus communaux quuo dlai
de liui5 jouis leur est eccord pour
hcquitUf leurs redevances en
relard.
Ce dlai expir,lenrs baux seiont
- el 1; teroel Invite i vider
les lieux.
a-u.i au 1111.ee, le I4 Juillet Itx
CouUut CA!A0MJL

;f'


LE MATLN
GLOBOL
donne de la force
Convalescence
Neurasthnie
Tuberculose
Anmie
U Cur A* CI.OBOL
augmente la force nerveuse
t rend lui nerli ra,eiin'i
toute leur nergie, leur
souplesse t leur urueur.
U>msni*ltcaU'.n
A>i'H- le M
7 Ma igio
Malgr loot tel avantagea
crue peut prsenter le ero-
l>iru> ilitlcielle. dont
parfoit >uuto faire ne
mthode capable de reasala-
eer la transfusion aengulaa
elle-mme et ceci avec avan-
tage, disait-un, malgr qu'il
faille toujours avoir recourt
elle, au moins dana Ul cas
argent. Douf ne croyons pat
Iue la srothrapie puisa*
ooBer. en uae foule sfc cet
les rsultats remarquables
qu'on peut obtenir d'une cu-
re prolonge de Clobol gta
face d'un argaalerae re-
asootsr, a revivifier, refai-
re, c'est toujours ic der-
nier que ii.u donnerons In
ratas
LV f Cesser.
I ,<., t, aclmeee.
Ltjrat dt l> fa ul.i f
JUttim de Parle.
CUbhsseaienU ChitcUla
Grandi Pria-
H KpH f.t s*rh.
\ .1.
m, r
mxxm. !*-?'z' =,. .- -

large Taillant C j i .iijii.iiAre pour He-J
a
lm blagi
Four 2 joui'ds seii'cmeiil
vous pouvei i| i>|i.ti
Die Ba.soDDMte ltal neuf
Kllr atMMira 1 Bit lie ') |iiil)i'f)t
de l-ii'n, l* C" da largeur, 12 le
hriii1'-! t On |> ii la \u r devant la
clealdelacliitjtl e duS^minnir.
Li ..ai-outt Ile ni mi.e la
rallc nu j rix let. Heu amie/ en loi i de) .uile nu
Smii'Htir- ou MM t liarle I)u
pun nu lm I. \inl>r
Le tirage ae fera le plut loi pot
ible
t.. Il ! 1 m f AW* %
Ncrologie
N ut avons appris avec peint la
m 'il survenue Iner aprt midi a
Plion Ville dt Madame Louis IU
ron, ne ..trie Louist Clara II y p
polile.
Les funrailles seca.nl chanles
eel aprs midi l'Kglise St Pierre
de l'elion Ville i deux heures et
dmit.
L'inhumation aura lieu au Cime
tirt de'l'ort au Prince.
Nous envoyons nos syraptlhi
tjues condolances tous ceux que
ce deuil afflige, particulirement
notre ami le L)r Louis litron.
'" '"*-
Funrailles
Ce matin ont tu lieu en 1 Eglisa
du Sucr t'.'i'ur les funrailles de
Lon Van Langendooc, aY-de
hier la suite d uae courte mala
die.
Condolancei aux parents prou
*t.
Les'Jeux Olympiques
A' jour! Iini se tiendra le congre,
de li Fdration lnlernaliona'e l>
Il ne Arnstejir et le co ci es de
l'International Amateur Ih!4t.c
A**ncialion.
Auiytni ie.i de* preuve, pour
li i vrciresde Peut li'un viron,
Tf m-, Malet ion, Wriu pu.
Detvtin l<, jnilM : Congres ri.
I i len al'nnal Atraleur Penla'hon
Avirot TennisNatation Boxe
Meicieill llijullkl : i inities de
l'International Amateur a hlelic
\--oci lion
IVuli'lilon Avinn Tennis
Natation, Boxe.
lu Service .lu Tlphone
atil(ini;ili(|ue
far suitt du dpart Je Vit Lon-
ce Homo, e'e-t Vi. Krneit Cloliu*
qui a t charg du service d'Ins
peclion du restau lMr,li iniqu-,
l.e nouvel inspecte r ayanl ac
quia une r-'l-t -xprience dans
r-'lle b-anch', nul doute qu'il n
do ir.e Mtisfswt >n entire tent
aux nomSreu beee* qu'A a
Diron'loi, reprsente par linge-
nieur Orl.
Fianailles
C'est avec plaisir que nous erre
gislrons les fianailles de Melle
/lice tluiraud avec noire ami Ca
mille P. Mit, lu II.
. Meilleurs compliment.
Parisiana
Jeudi ,
Le plus beau Cin lloman de
la saison
l a F Sauvage
D'aprs le roman de Jules Mary
1er, 2e et .'ie pisodes
Entre) : 2 gourdes.
Ce lilm si donne pour la
dernire lois ; il sera retourn la
fin du mois.
Mariage
Niu avon reu deslion iivetle
fitirt inrl du urocliaie mariage de
Mtlle Flora \\ o1, lille d* M. Wil-
litm Woel, a/tnt consulaire des
Rtals-Unis d'Amrique, avec r
Aristide llriand, tilt de Mme Vve
Aristide Pria i I.
La bndiction nuptiale leur
sera donne le Jl Juilet curant
en l'Eg ist paroistitle des (ionaives.
N meilleurt vosui dt boa-
htur a.x fulurs poux.
mi
CollisioQ d autos
Hier toir il tait euviroo 8 hs.
1/t deux autos portant les num
rot iiuBtf el aKrl st sont MUtM
ioleiuineiit a i entre de l'Aveuue
du l'ravail.
Les deux voilures te trouvaient
cd contr.tvt iiImii rtvt<- U loi tur
la rirciilatiuii dtJ vhicules, allant
tur le eAM gain In de la voie.
r.lles ont mbi quelques avaries
vais toit sVeunUMasUQl les paska
gtrs oui t quilles poui I motion.
Cltcimbr du Cummerc^
d'Iaiti
Ecole de Commerce
Ont rubi avec succs l'examtu
de premire annet les levas dont
Ut noms suivent :
Melle Jetnnt Uelltgarde, Melle
Thrse belleginle, Mr Charles
Duclialellisti, Mi Kaoul Jrme,
Mr Julien Ltloiitant, Mr Louit
Lamaule.M. Mdnea Liaultud.MelIt
Yvonne Michauil. Mr Weber Mi-
cbtud, Mr. A. J. Michel. Mr Mtre
Or.enad, Mr Croest I aul, Mr Sce
vola Haineau, Mr Phocioa Sanou,
Malle Madcltiue Sylvain, Mallt
Jttunt tylvaiu, Mr Hbert Tho-
mas.
Compliments.
Brevet S'mph et
brevet Suprieur
A 'vendre l'Imprimerie
CHRAUlIsT
Hue un Htsetvoir
J'nx Induit
Remuciesents
" Lt .Mutila i.e nourn tux En
(unis indigent en Allemagne" ie
u i n ,r nu l'itu.eul lou it tu qui
onlbien voulu vt i-ci let.r nbo eux
ii.tiiil.it du Comit, tu roulii
buaut, de la boitf, soulitger les
ni.-.us des maibeureux enfanta
en AiUmugne.
Le Cornue les prie, tn outre, de
croue la prolonde gialiiude de
es jtuoeg inloituos.
Port au Prince, le lt Juillet 1924
Dniai.iloz
l.e s.'MU.ON'S DKY GIN qui
par M puret, sa malui le et ton
uniformit n'a pat d'gal.
f-n vente dant toutes les bonott
maisons.
ALPHONSE H VYNBS,
,Distributeur
A veudre
Due chaudire vapeur eytt
me vertical de \2 chevaux de force
avec tuyaulene, niveau dVau, ma
nomire., chemine en lole dt 1er
et grilles pour le toumeau.
Iiiflallation complte en trs bon
tat.
S-,Ji ester u Bureau iluJuurual.
Titiilties- l'uslr
" Collet iiuiui.'iii iliiieu dsire
connatre des correspondants dans
la Hpublique de lititi et Uoiuiui
caine peur rechange des Timbre
poste de ces pays et destles Janaiea,
Bah tma, Porto Hico, lie Vieiget,
contre des timbres iUliens, europ
M, coloniaux, asiatiques, elt.
Ecrire M. "Pellegatli lt. Ca
selle Postale I00 -lieues '. Italie''
Tles
Oe trouvera det llet anglaises
det prix dliant toute contur
reice.
Chez Alphonte H VYNES
115, Hue Bonne Foi
Pharmacie F.Sjourn
Donne avii- a clienlla t au* metlecins et au publie qu'Ile
tpauiiBorto son Laboratoire d Ulogie en ue Laborai*>te de
bieloye appliqu soui la Direction du
Dr jRicol et t. Sjourn
Le laboratoire ne' ouvert toua l jour de 7 hiee du matin i 6
ueuree J j eoli p* ur to ne lee rccfaercbee e. analyse prfiiuedet
? a nui c ci it.n. t mu pour le
V\ s inrai cet ia coottiote Ure-Scrt rie
Seront rei ea-quo le mardi d cbaqi-e actneine.
S'adrt.->r ie Pharmacie pour.le* reneveigneateotr,
nalyeed'uiinea et 6u:gastnqu
Raction de WaaMrmenn
Badion de Triboulet,\
Examen du uog et du puai
Eiaeu dee uutiree lecalee
Fiemp" -e eraehc)
iliblimiuo recttoc
Cooateote Ureo ScrteJr
PHARMACIE
PIUNCIPaALB
H. CANONNE
4e, Rua RtAUMua
ea-eo eouLavsao it-uToetx
PARIS
Tendant
U MUU.Il B MARCJli ne Mon*
PradalU des Prtmiru MarqBtt
et toujours dt premire fralcksu
l NE SELLE QUALIT :
LA MEILLEURE

RAYON aPI^CIaVL.
POUR LRe COLONIIt
DROOCBRIB, HEItBORISTIlUI
apiciAXJTia
rrtaVOaUw t Xtrsngerea
8BLS DB Ql INlNE PCM
Prouf produite en flaeoni.
tunpoulei, eomprimi, cachtti.
SOLtmONt HTPODBMalQtTie
BANDAGES, CEINTURES,
BAS A VARICES
APP.mi.LS HTOltlIIOUII
pcmr tous ueagtf
Ar*r*AREIL ORTHOPtOIQUte
Seringues hypodermique
HtMACIEI DE POCHE, DE VOTtSE
COFFRES PHARMACEUTIQUES
pour Usines, Communes, etc.
Projet de Facture*'
et tous renseignement
*tv demande adrtu
PHARMACIE PRINCIPALE
41, RUE RAUMun
11-91, BOULEVARD ItBASTOPOL
. PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUN! eUCCURBALI
ni en France ni l'Etranger.
Ficyci! ttes anglaises
R-t^ge-wb twciths
_____
i.unwe.ls
BicycleUes de courses
"n jclkjtle Commereialrs
if bicyclettes Us meilleures
Se vtuda it aux prix raison-
nables.
Tassez les vwir et vous serez sali lait, i tout en
nous faisant grand plaisir.
Y>. Quinlin Williams;
1714 Rue du Magasin de l'EUt.
A louer
Chez Jim i W- Pressoir
III*. Avenue Jidm Brown (Calue
t haise ro'et, Verret A boi'e,
\ erres A rliampagne. Assietles,
Couleam.Fnurchelles.Pots A glace,
Serviettes, N'ni p. , et en gnral
tout articles pour dception tt
mange.
F, les des tconoies
En r< vts servant du
I oil Co dense NESTL
i
1 roduit qui a permis aux mnageras de
ne plus se soucier de 1'approT.sieiiB.e-
mcnl du uiarcli en lait el eu sucre; f lus
de pnurie de ces denres, lorsque l'os
emploie la marque ? Mestl \ iabnqu setltlcil atee
du luil de vache de 1 qualit la plus netie et du
sucre raffin, exempt d impuieta, le LU'. ctUtilt, 111-
4Lt 'fi es li est le pioduit le plus sain el le meilleur
maicli qie la mnagre puisse employer lentes
tel luis que le lail et le sucre lui seraient eee-
saires. Les sauces, p .udiugs, cn-inos, gteaux,petits
biscuits codleclionnes avec le /int condeos mar-
. jue flesil oui une saveur dlicieuse et collent pree
que moiti prix. Demandezaujouid'bui mime i Totre
louruistieur uite boi-ede Luit condens marque lut
le, essayez-la et par la comparaison, couslatei sa
bonne qualit el l'conomie ralise.
Le nom et l'tiquetteuarantisfteut sa boene qualit
L.Q vente dans lee r'u.im.cit.. Centrale et Joseph
Bourruine.
u. Preetsmmn iggtrholm.
Agent pour Hati
La maison SIlYEKA
Lee Hicycleltea Victoria ,
pour Hommes e( avec double
transmission ), amea el en-
fants s'enlvent v\\> t.
OLOFFSON, LUCAS & Co.
0 la iai80n H.SiLVEHA vienl ^e recevoir par les der
rFi !lS Z"V uiof* lea'ner ** articles .suivants de toute traicheur
des prix rduits: ,
Chapeaux de paille Une d'Italie, de toute* espces
Chapeaux de iaiue d'Italie.
Chapeaux r'eutre d'Italie
Baptiste 1- ino poup chemises
Tussor fil anglais
Tussor de soie anglais barres pour oheosiee A rekes
Satin de ohine pour tailleur t,-'|
Lustrine pour tailleur
Colette pour taiheur
Drill mei'cerise amt'icain(nouveaut,
Drill fil blano 1 union aug.als
Kaki Jaune anglais extra qualit
Zephir anglais eup. pour cliemises
Toile a drap fil angtais i>0 pouces
" ootou 80
ilatiste fine pour chemisa
At.s important
Le toutsign Robeit l.inau/e,
avise au public tt au commette
eu particulier qu'il n'est plut res
punsaole les actes et action Je
ton pouse ne Nu/us !uut i/il.
pour cause grave, ku atteadant
qu une demande en divu.ee lui
toit intente.
Cotes de fer, le 0 jt.il et I9i<<
ROBfcRT LANAIZE
laKjrta
t
A its
Le souttign avise que Itt rc-
Wtt de la Comaissiou Uauphie,
i3 18, au uoin dt Vgr Iteauge;
N Me et U4, au nom ue Mgr
Pou,iiard tout alirj al unis, est*
phea'a* devant es ire demandes.
Porl-su Prince, Il Juillet I'. Kranvoit PAl.'L, tecr. gn.
ru.
iuisaiiaime
Le paquebot Caravelle
parti de Bordeaux le 4 courant
ei stteuUU a t'ori-au-Prince le
20.
li repax ra le lendemain de
son arrive pour dauliago de
Cuba et les ports du Sud.
De retour Port au-Prince
vers le'Ja>, il repartira I.- jour de
de son arrive pour Gunaves,
Po t-de- Paix,Cap Hmiien.Puer-
to Plata, San Juan et Le Havre,
prenant lict et passagers.
PoiiauPnnce, H Juillet 1924.
L'Agent, E. HUbLLI.N
Due visite noire Maison vous convaincra de la bon-
ne qualit de nos articles et de la modicit de no
pm eu comparaison avec ceu* d'autres maisons del
place pour des articles similaires.
ALUMINUM LINE
New-Orleans et Soalii
(Viiiericau Steampship
Go. Inc.
.
Le SU amer binn laiera New Or-
Uan le 15 courant directement pour
Porl-au-rince
Un prochain vapeur laissera New*
Orlans le 29 Juillet pour tous Us
ports sus mention) f.
IWt-au-IVinfG, le 5 j-iiHet 4924
il. ds Malisi Co.
asem. Gttttm
^

i


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM