<%BANNER%>







PAGE 1

Lfi MAgW proportion Hn meml.n Ernesl Camille, fiil ensuite leve en ijga dcuii M | et dp ao 'li pour I 11 -i %  Al'* I* >-M Il C# tut B'OB I nifesttlion rel riionrem CI l l:\ll. A i etll D i rtnoiivelons noire sir.i .1 1 toiihnils de Loi) MI marche m av.nl, etprraal i| e jamais aurun obstacle ne se fl civique el moi %  Or A. |i bro i 'lu telles. Flix ?oray, lliad Ire t-t Geo ace ntale. lue Habot, iu-tru:i on rel giouse. F11.1 ES 1er Jurv leur P. l'uvi deut M Varie Nftdal, frt 1 lia ; Mai Pli rre, ari'.lin • 1 | le, ma Fq 1 re, v 1. n i!u alli \ 1 I 11 e l.nliii lu.-. Il III ||i; Basai Maria Plail un ne, d* il 1 et coulure, II. I erlong >, histoire al gogr pbie n laal lion civique • t m ir da Pi ra Dui 1 s instruction ri ligiai .1 1 j — Soui loap %  • Cl. Pothel, prsident. Mou OJilon %  I nrles. 1 1 ai lis, I I r li ,I)u iwar, e Mimtique, Yvonae Maytrd, bis ire >i g i de, Mme Reo ••* 1 ha Hi-l ira et go. gol nl 1 mornle Carmen Dor suinvil, Srience* pby*iqu< 1 t nalu relie ; Mine I ton M ni el ( or. I ure. Brevet Suprieur : hr \ Boyer, laapi cteu •. dent. M m %  Lcreboura, ira ou* Frre llyopolite, iiullimali.| Ferluna Augustin, I li !< Ire ai go graphie l II illi : Justin M ml 1-, piyl. 1 ojii al in"i 1 ; Mme !'iJ> anglais 1 t dtaaeio, Dr G. 1 \. MMica 1 M : l'. Deelrel, Bsiooi •naturelles : Mroa) Pierre espagnol, G. Ilonoi .1 luI 1 1 go. fi m'r lia, I 1 ins truction religieuse. Varits Mardi Masque aux lests blanches 7, 8 et 11 tSntra BO eta Mercredi Frtrment Jeune et Kisler Aine r.nlive : 1 gourde 1 A La Serre Brillante maniu-l Uion hier La Barra ou l un 1 siabi ni la Ma de N. I). lu Perptuai Secourt. Beaucoup de parsoonaliti 1 d 1 1 hll l'il • ihl /. vous la pro| 1 t Ri ud o lea attend ut 1. an nul u o les grncaef aura attraits 11 li ura sou 1 H mettaient leur note d rlegai Meilleur) N I I nisateurs de celle belle matine donne au bnfice de la chapelle. Faisons un Rve On demande acheter une ma* ahins p wi iti* an D m tal, Marque "Uadet : .v, ( | ou "Sm :, .!i I'' ..11' — > adi 1 au Joui n I. BOUQVKIS: Un jour -.un.'.n A'.brt vermtH U fin euM l s U can* 1 %  ' %  .1, Ira I S5 Parfum fleuri Iera,e Taillait CsasigaaMaare paw Hati {ne et Strasbourg. KV.OSIIIVP— M. Stuart Ma claren, aviateur anglais, est arnv ici de Shanghai 'J I: .'('> du mati 1 comme l'heure japonaise avan d'une heure sur celle de San ;lr 1-aviateur a vol prndinl 8 h ura et 25 minutes Wimbledoa Angl terre. M sa Heleo WiUaat Mrs Georg* N\ ighlmua, Amrique, ont rempor t le championnat des double: pour dames dans l'pieuve delawn tennis d aujourd'hui Wirnbledoi battant le couple anglais Mi*< b.nlibnn Mekane el MraPhvIlis dans lr miiili lin I par 6|4, 6|1 ARYS 3, rue de la Pai PARIS Nouvelles KtraQjjres --JB Par Galila •Vne lie doPrfidenl de la lpnbliquo Iran* (•lise ,111 Pri'sidi'iit dfi El la 0 li* i I OCC tsioti Ici 1 1 lii; .I l'Indpendance ;rmi iciliii' PARIS* M. Doumergue, prii deal de la Xi-publique, a tlgra pbi b> M. Coolidg) que le peuple Pi laait s'associait 1res cordialeinint J i la clbration de l'Indpen dance Uay. Tous les btiments pu b ici taient pavolada, la Lgation aine a lluii la tombe de Lafayelte, 'es statues te I alavetle et de Washington cl le monument des amricains moits pour lafhVsn iuii! pU|ue commmorative n t appose psr le comi' Fram-.e Amrique. M llcrriot a rappel dans un diseoun l'aide morale de I Amrique p -iidant la gut ne et a ai ni'.pi ce lirait un crime de iir a l'a 'nir celle amiti, ptllidium de lou* l^s idala. autour des Jeux oUmpiquet 1 l~— La confrence d 11 ,m'|ie*de l'Amrique cenlra 111 1 I e 1 a Paria sous U pr-ii deucedeM. Iltillet Lalour, a ta bll IOB prigramme. Elle recom manie bioration dis llrations des comits olympiques -lalioaaoi aitiliaaei Ftiratioei internatio nales et dsigne Mexico comme sige cls premiers jem en lOii. D IIM le match de polo aux jeux oljmpi lies l'Argent! ie bat l'apa l pa 18 contre 1. Les luggestioas ang-ai^ei i pr fcpoa tic la proahai its conlrence Londres veillent l'all-nti MI les cliuls de la |ii>lil> | u •• Irai i;ai e I* t ;l %  — > i\ 11mvital ns les Il 11 M tl d! linan • •< de la ci'in.ir.', M. ll:rnot a an 0 ; 1 rail envoy dans la ne .i oadrea une note lcia raa qu 1 le g niverueme il Tan lis ne se uoasi lait pu eng i^ par les 11 doal la Kouvfi'n iraanl % %  .1 toc opa-n sin i .> %  11 li 11 a la confrence de bon.1res. 1 uravux sont mianimament la U teneur le l'invitation 1 1 .m | le p'tur la confienca la 1 1 Irai i| 'i "-' en eonlradicti 11 il dfs l'duver.'a 1 101 qui eurent l'eu aui Lhaquara. s n I Malle ", daa exp'ic i I I 1. uules L'indres %  ini r \on eu ire ne recon 11,1 111: pi-que li note contient ds suggeations parsonnelles des M. ninaires anglais ; la l'rin e ne participera pat la confirme. [n situation politiqm en L'S|>;H|IH' M VOUIU -In d -et royal ren du aujourd'hui droil 'iirise le Di rei 1 tire mi iteira go ivernant ac 1 •' 1 B pal l al m > hlie %  avoirs dicUtoriau du Qo in l'iiin ) de Riv ra, prai I ni ; le membn de I M actoira ont re c 1 di no f ui les et un d'eux eu M qui les concer ne sera raapoDi l>l 1 vis vis de la Counnne, ils ont prt serment devant le roi Alphonse.D'aprs ce dcret, le Gnral Itivera devient mini-l r e d*a Mille: *i .) la justice, mais il demeure la blte du cabi net. Un %  iinj) irlanlc entrevue tic I. Herrinl MVi'e les princip itix me mines -lu minialre des allaites •Stranij -.'s PAUli M IIriot a %  mlcr ci apra mi li avec les principaux membre; du mini 1re des afi'aires ttrangr ! concernMiit l'envoi aux nmbassidi ura de France dans di vers piv alli's d'uno note expo saillie point de vue franais a 1 la cunf'ieiue interallie qui doi avoir lieu Londres le 1er juillet il n-mu tant 11 main rin iii.n a glais a • 1 npagitol l'invila'ion celte c mfretee. 0 1 assure que le prsilent du conseil qui doit pro loacer un discours k Trnyes de n on fera valoir la position de la Fiance vsk vsdel llemagne et ,iu i-ra du plan >aw -s et de U pi 1 hune runion de Londres Lepiclede col adoration conli nue que le Premier mini tre avait annonc a son retour de la conf ren ce avec le Premier minisire an glais A Chequers Court semble p en dre ds maintenant une mauvaise tournuie. L'entretien qu'a eu M Herriot avec les commissions des finances des affaires trangres et de la Chambra des dpite* a |dur troia heures.Il a lu le compte reodu ofti ciel des rntreliens des Chequers ain-i que le tlgramme qu'il avut airess au Premier ministre an .{lais etpri nant sa surprise devant li oatara du mmorandum envoy par M. vite 1 mald en mme temps que l'invil ition la confrence tu erallie pn jete. M. It iiiil, ancien prsiJent du consei pr ipoaa M lltrriot d esayer de repremlie les ngocii lions p >ur obtenir In signature du pacte d-g nantie qu'il avitmis sur le tapit la conlrenca la Canne*. M. lierriul rpondit qu il avait lait o" pressants eff ils dans c sens a:iprs de VI. Macdomld, in lis ajouta que depuis la conf renra la ailuatioe politique s'tait n-i I.Tiblemetit modifie et q la l'o,union pub i 1 i ainsi qin \'. par le nent ang ais taient 1 ont f >i In ailes 1 un aooorJ militaire que! conque. En l'honneur Je IMerriol l'A ils .Let .n ft %  laissons ip 1 Ui | IM la l'\ lrl j M Iji'i oe o'I oont le li I .ilt.t un |eae I dieaneren l'hmioar de \I UT riot L'a niu> 1 1 1 0f .11 Braail al M. Ilerriot pionouceront dtsdi. cours. L-'s annal ta convention • Dlies le It politique irjtencaine l'enrioniaaent •I tin I lit nouveau NBW VOBK La Co venlo. naliinale s'est ajourne hiei apies mi li I Lin li 0 lia 1 heures, c* q 1 si^nilie que les .l-l^us quel que hll i" lll toi* ni de Voter 1 tour de£brat pour daa can iidalt qui t.e ta dcident pas* recueillir les TU* voix ncessHir.s la noiiii r. tieti dmocratique du candidat la prsidence n* sont gure j lut aval \ "'le 'nira i; 1e lo-aq-i' ilt c > 1 n' 1 -sr r. I a 1 li i liera parti :bar 11 s-ri'i 1 %  on de lasaiin g xi via il le li 1 r ; les %  H'". i's I 'a r.vnv^n i >n nt pis se par les a lioai de 77 tiurs ds scr itin. JKail tans r4Je*lol dau lo< an nales convenliennelles'h U politi que amricaine et qu'o l'-ils 0lot td au biut du comote .' Ka 00 np tint les chiffres du pr! •• 'nr du dernier nous trouvons : 1er tour Un \dooi31 Ji, S 1I1 lit. 77me tour vie \doi 113 ; mith 397,ptur le premier un gain de 81 viix et demie et un gai 1 de 196 v >ix pour le gouverne 1.' le New York. Aux Grands Vins de Bordeiiu ianquel en l'Iionneur de Rr limand Hassicotle Samedi quelques employs de la Royal Pank if Cmada, piur tmrigner de leur tympalhi! Mr Mstsirotte, sous-chef de la comptabilit qui doit partir pro chainemcol pour le Canada, avaient organis en son honreur un banquet auxCrnnds Vins de Bord nu: Le menu tait de choix. La plus grande c rdialil a rgn au cours de celte eharmante runie n. Au Champagne Mr Biandt, el to -r tour les divers htes. ,ont trouv des mois heureux peur tri luire Mr Armand Massi'olle la pense dlicate qui avait prsid 1 l'organisation de ce banquet, en tant qu'e-nploy modle et aympathi3 ue camarade qui part e 1 voyage e cong. Il importe de noire milieu le meilleur souv nir. Etaient prsent : M '. 0. J. Brandi, U Sau'erre, P il Fils Vim, J. Ifouliane, M. h-ffer, II. Ilepole. F.|Drepsac, D. Toussaint, II. Reiher, llandrick, Lic'iard, Augier, Iton'iom ne, Pehux et lloisef'e. Rceplion —j Concert, Cinma %  et Dancingt" Le mauvait tampt a empch I* concert d'hier. v>* salles de f'e ont prsent n anmoina un bel aspect.— A l'ariaiana un public de choix a assist la p ojc ion du film immortalisant sur l'errn le roman de Dumat fils La Dame aux Camlias''. .L'motion agita plus d'un devant les scnes pathtiques de Margue rie Gautier et d'Arm nd Duv .1 a Vieaai avec un naturel o U p s si >a ardente des vrais amoureux fut reprsent dans des scn-a d'une vrit poignante. A Varits I' AUCMelamouretrObtlacla" a tu galement les faveurs d l'A* sistance. Dans nos dancings, ce fut l'an train habituel.— Monta Carlo ne re. >it de 7 10, que des '' ma rines ", o'ii*sant en cela un ordre de la polie.— Ce qui a fait perdre h cet tablissement une gran le parlie de la clientle hai tienne, nos petits monlainsn'y allant plu*, l'ai contre iloyalCif et absolument en faveur. Ses salles ne dsemplissent pat. Le Service est irrprochable.— La musique de boi got et c'est toujours avec u 1 aimable sourira que le direrteu M. Innocent, sa lue l'arrive de nouveaux clitnts. LU .tel do U Madeleine a rouvert ses portes. L c'est au balcon que l'observateur trouve un refug*. Les salles regorgent d'une jeunesse assoiffe dt plaisir et qii, aux *ons d'un orchestre dchois. tavoaro en des mouvements da hanche admirables, let notes h net de* "fox trots'' et daa "Shimmy" Demain, M heures et demie du soir, les dlgus domieictins I. | U VII, 1^ UV1QIUC9 UUI11IHIL1I 119 iSOUVelle I ftiVen << Angel Morales, Secrtairj d Fiat PVIUSK-ea*nit lei altacb4s militaire de l' a mi i| a l.-tne, h Gnral Solle' 1Ur4 qu'il voulait entreta iir avec wt Im re latious les plui trottat et les plus co.li les ; il a le nan l saluer les nombreux ifHeierada le ir M ionali acludlenent en France IIKUUNOn dment qua le Hei'-h ait n; i une inv talion hri tannique h confienca de Los dreidu 10 Juillet. WIMBLv) >S Melle llelen Wllla, chiiipionne amr'caine di tennis, a l baltue aujourd'hui dans la parlie finale par Vielle lia hleen iekane, ), latoai o i j?a pour livres. w



PAGE 1

LE MATIN JOSEPH SERGILE La roaiso Angle des Rues du Magasin de Œtat $ des Fronts*torts 1 T f I '.'Il de. leu y oile uni couleur et blanc ^_t ramages S merceris a barres Marquisette perl Organdi Suisse Organdi oolon Crpon de soie Heps couleur T le. d'Indien blanc et couUsr Cachemerienne Nansouk lin anglais toutes nun ces pour chemises \ oile pong S lie Lavable Crpe de Chine Tussor In lieuoe anglaise Sirge noire pour jupe* ( iiiarJiau blanche et bUu marine Il is merceris H n a jour ChauMsllcs d'tnfauh co'on t hausselles t t soe. jour Satin de chine,noir Ctpe noir Tulle Bavon Palm Olive Poudre Floramye, Java & Santal Pte denlifiice Colgate Itrosses dtntsj Article* de Famille Calicot Percale Itilisic pur fil arglais Nansouk D .misse pour nappes b'anc t couleur Toile drap cul m drap pur til anglais Damasse pour antelas Diablement fort Articles pour Hommes Dri l bWnr • eouleur Chapeaux de paille d'Italie t de lai'14 Ce/nluron-i en cau'.chouj Palm lion li Diagonal noir Mouchoirs blanc suprieurs Chaussettes Cravattes Toile peur chemises Cols H niions pour manches Binions pour cols Chipeaux paille •l'Italie potr gnri i'inii'1 et tillelle. la laisiii J-*ILV|]<\ v ' ;l '*"' '•''' niers stcameri |*a/a ,\ %  > Mii\a i des pru i luit s: Chapeaux de pa le .ine l9aln(newvenuUj Drill filbl.mo A unioi anjiaU Ktiii Jiune an.|lal-. tri '| nlit'> Znlii.a gais aup ,nar ciu.ni.Js Toile drap fila aU i>0 pouces '• coton 80 Batiste Une po r .hemtss Due visite no r3 ii^n v au Hivaimia -I -la I. >n%  qualit de nos article* el II. modicit de nQi j)iu en comparais m avec een* d'entre maiaoni d • la I lace p wr tJei articles .unitaires. Lanuit comuie l e jou Hiriis Dtee p Marchandises de toute fracheur et au meilleur prix de la Place* Demandez LeQ0RD0N8 DRY Cl M qui p r m parat, si o atunl e'. soi H iformit n'a pan d-pgal. hn venu dans toutes lu bonnes mtiioot. I ALPHONSE II4YNES, Distributeur %  £*>?* OIre d'Emploi I our Monsieur nenji ,11 % %  et capalde. IJUI a ira s'occuper dejmon Dpartement "leeurance" ex* dusiveuient S'adresse i S |L. PRlBTZMANlf*AGOEl HOLM La Pharmacie Sjourn Avisa ses clients que le service de nuit est snspen du du 1 i au :> Juillet. Ces lampes cl fanatu k (jasolinc ne cofttei i qi •> cinq centimea | ai nuit pi ui opn r. ren e 3 0 i 45 I ou m'es, Le gi urateur |eul lire nettoy lacih ment r%i un entant. Toutes pices de reehange]jen stock h Ha'ionsl Stampiny 'Ekclric Woiks. *V. Qiiiiilin i i n. A i r 1 11 Hue du Magasin de I" i PlvEUS & CHAMBBE3 il Les prutluils STtl{Ll\u Sonl QMrantii ES STO ii •SciitH miih d'Etui ., g ente exclusif* A Etvge dt lu Uunq e Rationne d'Hail Port au i'/ iiue. i caelez un Commeul? Faites d rconoories En tu ? s n r a t du Lait %  • n NESTL • IroJuil rj'ii a permis aux rnnaaAroa le HlJJjl "'' |l) < ' * %  i i 1 "'' !'' I a||uoTisionnciiiei.l tlti maivlu' 1 en lait et eu suer.-; plu* de pnurie d e ces denras, lorsque l'on emploie la marqua 4 Nestl '. Fabrique seuleneot avec du iaii I; v.i.ii.,| t la qualit la plus riehs at hn. \s^ Ceci n'est pas it lire Car .le la il J I i au j %  i j s ns pis en taire Cepauoant si vous passez du cote du Bureau de l'Adn .inifctration postule, A la Gramlitur', Htsiii. a ii u'iiioipii Etusi Cuilii A la Gonwiimve Vo is vi'rrez que les etiaussures — pie ce "soit sur r > IITI ni le ou non — sont faites avec cjol, soluaet soliilite, p-xr ce que les ouvrier, qui lus confectionnent et 1RS o itrlaux qui y sont employs rpondent et jusllf ient lo titre de la maison. L4 SQ lETfi CMUKUB d HATI Sfera un frai plaisir de rooi louroir IIK.S les rcns Ma cd Gonolvt* iV R B M1 .-i n T D I C'csl loul dire 1 e C'est la premire macliine a crire utfenlde. 2 a Elle a loiiours t la premire, jamais surpasse par aucune autre marque. 3 Pour ceux qui l'y connaissent, "on n'a qn'J | a voir, pour raconnailie que eett une beaut, une meiTeille de j'erlection. ^ • pour la rapidit, lasolidit, la prsentation, e'eet la luatliine i crire par excellence. La h abrique \IŒM1.\GT)\ peut en te fier Tous Us modles en s oek. Tour ls conditions de paiements : ,r e-rs vous la SOCIT CQMERCIAE D'HATI. Sqcn's F$telasil9 % ltale del lenqufl Nationale J Haili, l'or! 2U-frince. CROSFUS. Rtprscnte la Stpilorit sur les autres Marque i% SavonS A V 0 1M Ces! le a\on de Lessive conomique et en usaije dans toules les iamilles. Il klancliil le linge aduuralileraent. En vent dans tout s. les lionnes maisons de la l'Iaee. Cela Ltuleai peu pour vous convaincre. Due Irique. Socilc Cow erriale dHaili. g Us Exi tarifs A l'tage de ta Bunqi • "Hdth l'orlAU>



PAGE 1

LV.j VTI1 D§ FNykEU Pour protger -os pneut, intredu's /-y is charaSres a air Oo I ear Hll|l, Usuelle* eauservent une pli 's ion d'air aoristant*. .w les chambrai a air louges Good uar ne sont pas pereuiee It par convoquent ne permettent pat l'air de s'chapper. Chacune est labrique et inspecte soigneusement. Ensuite on la m : .e, m uru !••> oup plu basqueeelui dei wrtrii clia nbres air de 4 Good Year Red Tubes le West Indes Trading fnmpuiy Poii-au-Prince, Gonaves, Jap-Haitien roiioliain Antjle Rue Pave el Rue du Peuple Liste partielle des i*iticlex que nous avons reue pendant le mois d* Avril* ^Chtmiaerie,' Bonneterie QMWHIIMII piet iu u n i Faux co<* t \ faut cola ( vr i %  %  i MMoko i i, .1 Cravataa au croclieH i n % %  JI t iti'ei Parin faailfH E'sbtitjaai i.ra thami"' a d lignai' blaacb • do i a leoi kehkl do de aolrta ft plia IiliU ,)JUI articles de mhiage Toila air#a toui Boilaa i Testa Creii pourUe tl I Tartl* k 4iap Telle anacreil'eMoun'qiuirii ri'ialiii x'ra llttiarat Malles da voyagei M alle rmoire Survietlea de toi u. a 1 >'i ' i i • I ; i ftee. Pota-i MU i m iii1 f\ i > n'a ( lui M:' me 0 ne daai • n boii Hjuillottu et cmerelea eaiitMee o rus au 1er Kalvmi u H i .i i i u t.r tnlv.nie o i tli u %  a i U) lll>l l o :, lei J'I'gO ru i< la rur,| H Wi ilio: cou leaut, tj-iicluUei, coillreaec K'i9 e ock -u •• %  au uioiu a SiriC9 i ath o I ni ui.u iVonoe po r h lita a narquet H ntui pour prq>Dt Kroeiei hjreux Pincecat Roiaglaa ad o-ri i ooat a aclier|i piaier k leitrei 4) l)k Ha cenM H'iii boite • Uuijt* il) Solaaj toute i i->r a i I; ii ittl coulaara t i il > D )ii p'u.n i riir i K irta et Ou une H |uiie Bjilai i* crayjoset autrj* aroM lea d'ecoliin d-< 8o A P 2 la boita Cnyooa 9, et 5o^ Picklig ea fiaci'i d'un litre de lo k P. Sirop i Ktro* blvic .Mrop < jane Mla'i? lirer Haibil it iioaaaai Pp n : a-nul Fralcbei N i t • t N M 11 e> ualc.iSi Dl 4t it M lit Q H U 11 VI -t P.'ini 111/.::. 11 /ii K 11 1 • i r i 1 1 : 111v i \'i i l'y.un :. i firam: AD ,IIIII(II I h ntillj Poioa pu,In Hi i > 15| H Poilre Ina*:ticiJe W Eiu de Vichy, la bouteille Vo JXI'M IS et choc date CtlOBOUta orlia an btrre o n7 cbi| n oo V pur i • Cti >30latl en ho t k I > Cioei *t "vlin ii an'' I"'! r&M 1 ; ii n> ivt la II 5i, Il jann II i lu la li r e 4i Cnoli'.i m iftia la li 1 u fablCS, cijars, (jijjrett'js Ci : .. i u pipa "Lick/| Si lk i i V • / t, a] i me il cur I il : .c no >. a pi d'> ; . ddpicarta Je plui .eaaa a. e uuii 4 aaorU 4a,.P>>n:aai Vrlasa .Von .ai IUWU.I aaaa iMkar. air.,;i pro opta t aijati* BV* dei dinulorta alanoha ai aitaai ] S01)\ FOUlTUN : Avis aux amateurs!!! Nous servons de nonveau une vm* ta ghee sans gale, que nos clients se rappellent bienj Venez vous rafraiebir 110, hue des Csars Teipiione : 430



PAGE 1

MISSING ISSUCS



PAGE 1

m DlUaKlBLU PaOPRlKTliaE IMFRIMEi R Clment Magloir 80h? VBRNA lt5€ Rut Amricaine M MKIIO UL 30 1924 Ce n est pas toujoun unt me thotJe sre de ne se pr* parer que pour l'eftnrt surhumain ei I.' sacrifice loUMl n'eat pas lertain que le jour en vienne |* mis, i-i, en attendant, oa tlcilaitjno toute: les petites occations de bien laire dont la rie journalire a!>onde. Gustate Lsasoi LUNDI 7 JUILLET K8 L k LA SOLIDARITE Le Travail National glorifi en la personne de PAJXTALON GUILBAUD Malgr le mauvais temps qu'il • tait hier aprs-midi, nombreux ent t ceux qui ont pris part la manitcsta'ion en l'honneur de r'anlalon Guilbaud la c Solidarit . [.Ouverture d la Vaac* La sance est ouvert* sous la l 'rsidents de M. Duvielb, le Vice-Fisident M. Solon Vieux, tait empch at s'tant tait excuser. Ouelques coups de clochette rappellent l'auditoire au silmce qu'il convient de garder en cette solennit, et la parole est accorde au Docteur Dbrosse qui — avec une sret de langage o la science du mdecin s'allie a l'lgance de la forme — dveloppe le dlicat sujet DE i.\ SYPHILIS ET DE SES UAV.VC.ES • Rendant un hoinmiRe clatant au dvouement du Docteur Flix Cticou, initiateur de l'œuvre prophylactique le Doc. leur Dliro**) iVst itlaquA au lernlHf mai | i eau** ch'Xnous tant de maux, m i/. a %  s i va^es et se toi lans dans notre socit. Le Syphilitique qui n'est pas soign et l'homme qui a sacrifi de propos dlibr quelques diiaincs d'annes de sa vieBien que son indiffrence l'; gard du mal dont il est atteint dvoile souvent une dose de philosophie ou percent I amer tume et le d-g'iU qu'il a de l'existence, le syphilitique se marie, il va au bal, Irquente les lestaurants et les cercles. Il procre. Ainsi le mal se porplue en gagnant chaque jour du terrain, bon ti.l nt nat chli', offre, coup sr, dei manifestations morbides variabks. souvent des ddlormi es. C'est donc contre ce m il al freux que le Dr Debrosie. rclame une action en avant dmontr l'tendue amant que la svrit de ses avaii s,rolamant de i'ensemble.? qu'elle approuve le I rincipe de la loi.dation d'une igue contre l'Avari>. lit puisque nous en causons trs ouvertement, il n'est pas %  %  utile, pensons-nous, de rappeler ce petit trait rapport par le Dr Dlirasse, s'agissent ton joins ue ce mal allreux qui se propage de plus en plus par la contamination. Au Congre de l'Education tenu eu l'anne K'22, les Docteurs Dbiosse et Bruno rrent l'honneur de soulever la question de la rglementation de la prostitution.Ils virent la lecture de leur vœu plus d'un visage svre se froncer, plus d'une dame jpudibonde s'effaroucher a l'audition des termes employs par eux de tilles de joie et de prostitution, et ce petit mau-ve avait heu tandis que les pr." s et lea frres de 1 Instnn non Chr i iiti.rie prsents marquaient par des acquicsc-uieiii* de leie I opportunit et la ne s>n du v.eu. Observateur exrr . I* Dr D I ressf,de ex Lit lira une do> UIII..U.I. i aat %  : U"-"' iccil Vf ut 'gnoar le uiol dont ttie eatvictim", o>* ssaoi eooame a une tiauiiioii. le mot d or f re tant de i.'en dire mot. Cette utile Confirent fut vivj m,nt appUu lie et un non van point de l'or Ire lu jour lutabor d M. Juvielh qua depuis qu Ique tenps on n'avait eu l'oc-aaion d'entendre, prit la parole et prononei le beau discou r s sui vanten prsentant l'assemble le rcipiendaire, .ir.l'wivii \ tjii.ii\i!u, i.'iii'in: DU JOUR ni: L\ f SOLIDARIT . Messieurs, Ouvre/ ui Manuel quelconque d'Instruction civique l morale, au chapitre des devoirs de l'ho n me euvers lui-mme, vous verre/, qu'on y parle .le la loi du travail. Toutes les socits polices reconnaissent que leurs membres sont oblig', de s'y conformer. U'uu pi'ne Je la terre a l'autre, par consquent, ce que l'un condamne, parce que gnratrices le vices, ce sont l'oisivet et la luinaiilisi. Puisque, telles sont les dispositions uuauimes des peuples, les mtiers et les profrions sonl les rW.teun 'I i prgrsT. >ur %  o ii*i i- i v |e I ,u lie Ue < Il.'nu lice., • (UI I.I •: ,.ii,.o* ni -e manifeste par la un-e en jeu > il Je l'esprit, de l'.i-il ou de lu ma n. Il en rsulte un qui ib e qui condilionnt le dveloppement de s s forces vive*. L'unit u esl pas I truite par le foatl inneneut mu! tiple de rouage* divers. Llia m nis nitt de cetli varit. Il est videmment irt S i rpter q le te in eauis.De .l'.i %  corps >oci.it donne ne dilfia M heauoup d-celui Jei innombl >bls inolenis que u science i inventes. .Nous re—embl.in Il I dr lits iu rail m ieiiie.it et s la r.i oo respects, .ges du ne nu lieuse iniebiie ni mouvement. i.!l l'-uil I: IlOUi a un n'ile s remplir. I.n Hati cm n tuteur*, qu' Iviuir.l n t'a y avait pleiliore d'avocii-, te ia4eswe, l'mgateurs, ie ^oo, de vanta et puuria ai, olue de menuitieis, de cordonniers, d'or.vres, d horlo gers, de cultivateurs (jj'adf eudrait-il si nos euisiuiers refusa eut de nous apprlar nos mets, si nos tailleurs reuonaieul a nous conl'ectioQiier nos vetemeols, si nos lavandires br'aieot leurs butoirs, si nos jeunes tilles brisaient leurs quenouilles, >i Pauinlni Guilbaud/ermsil sa Manufacture de Tabac Nous sarames solidaires les uns des autres comme les pices d'une machine, comme les maihes d'une longue et so ide ch d .e. Il est temps jue celle notion de soliarisme te sa ue resler cuei nous 4 l'tal d abstraction. Notre fo-'it an a fait son programme, s'ingnie a rsoudre la quesli m du travail et se couda de In dilion de nos ousrisn. Otite initial e tst belle et nob e, i eilaiuDment. Mais considie/ la dislanee qui spare notre uiuvre de celle du bienfaiteur de notre jeunette fminine. P ntre/ dans sa vaste fabrique o les machines •,. u ttautee captivent laiiention. Le personnel qua vous y voyez travaioer avec une activit d'abeilles intalligeiiies ue iestmbie pat a celui, oinbien clairsem, d une oftinnt de mdecin, d'une pli .nnaeif, d un cabinet d avoct, d'une lude de notai.e, d'un t>uii. 1-1 ri1 u l'u; e maia n L'tst uc esshim de rraiunt jeunei-, lioi n. s, epliOUies luUJu.e les i.li d'uu terre ci, i>ourlaat, j-Uiue d aideur au inv.iii. laearaaoi une phytiologi nouvelle, elles exsreent les unet ir les autreuni d atmosphre qui exalte leur nergie individuelle %  cl i> .ngnilie. Mr l'anlalon Guilbau i a ouvert une voie cette bioc.li t s de je i e eonc-toyeaaes. ESlea ee sini plaa de -impies oraem nia de salons R les oui la no lalgie de la Fabrique |ui sans <• %  %  mi'.i %  Cffl ml d %  • ron i r ibta ni i gagn, est in l.'.ieiidint du lu d'aulrui. KllaS sont' des vealal d'une femiuit.| il aoes tait inconnue. Di s nui ii-, le ir h.. • t est assure et di.uinuei le> sol i ont %  n 'I tre ra, i ii liomi e qui en tait ...u, IIM pur une u mi %  ki. > m ni, ,i i l.ori/ |. • .. ils lu salut par lo Irat,parj.ut.:i g%  ml, i D gu IC in1 i un • %  M du ; i uple i "i 'i s \ %  m i ; • h ,i .i, i H ii.. ,,.. o uvret 11 m ti n nanl u.jgnal de 1 1 nue u votti une ai 10 I'AMALIJIN i.l ILIJAUD citudes de leurs familles. A i bit point de. vue m voil une catgorie d'baili unes do!ii la Mloation a ehai De plis, gr -e II de reaeeap s, des perso h... ni < : ii i : cl emploient ils t>i i L elloii initial %  u s 1res. Gaitbau t a un i progrs n: i penst qu o il le de U grao i re i'iiro;i*enne du.aiu irlti* Iran; us nous ui ment dfaut. Mr I'. i. ii,!iuJ, flaira q avait une mine %  %  gptoiter et il se mit rsolu me.il I fa besogne. l.tut q li n'ignorent pas les difticullts iuli leules au leb ( d'une entreprise! l'exigeront pu qu'an leur relat ee que le grand manui.icturier eadura avant d aboulir au IU le | bien des lails. laieMBl Ire voit plut auto te tout les retracer. ktau is rebt.au litie uc r baud. Uaiis un milieu o les lor, ii i ndetpoi : i DO leste, "La So lente d 10I i us eai utai si ;ulia i UB|0 i mu ige I Cju k "S I I % %  \ oui al.!-/ preo tu'uie et uos d m t la rputation "le voi alclieit e re batite l'cUiL I.n d'autres lieu et en d autres circonstances, i parfuaa puI illalil le I lall ni'.ili noiel i n m ne une ouate ble. Ici, el ion 'le votre reeptios i >. as voulue vous re-| n n /, c'est parti. i la i"i< i de not |utt el reconnais > Bal > cxliale de cet i m m menti de la nature, i font le VOtre labiiqiia. molstOOibaaiit U* libres d ur lui comtn i du dlire au M 1 1 %  l'Asemble. D slnuialis pal tuent de lotis ion iini ainsi i AIII', 1 II.' c a i il 'in loul 'i uiien lui Si,liant d'un II il I ni ii i:i|ien li lire, \ iup d'oeil rapi le sur "ire qui s'tait I l •.lient |ilus nombreux pour i sn•, remercia alon i n. imneiix : eur.-,— I / m H \out ra.nercier d'avoir eu in belle el ujble Ide le n. tgnillei le Travail en dr< sant, • omii.c \ous b) faites niiji) .ird'liui, -m* I r i risuses qui, loin des vainei agitalions de la politique d soi taiioaalea e.us leur uise Mi [ m do plus en pais I. L'honneur est imc IDO. d'avoir t eboisi com ne i ul.iiits les plus qua de I lllorl in l'i-'n. I npo-l npln i qu nid m 'ine, qu'il te trouve t.ml d liou.mes icn .n | des litres d | "i.i ap| I i il ho soi sr li initial es p ir n qe i %  n fi %  leol i i vite • i i inti I e bnitii'ii.ics. I l.i-i i i que VOUS ni'. Il B2. je les e j s do ut les o pur le travail itti i.i \u o te de d n Ire le Paine I n belli que | u %  it le en imp in s i on i' onde, — aaspagnae o n 1re ,u j .m la n ni ageu.eul el q a i H par nt -I utea in luiii' si i iiuiii les par des nu ua qui i pour uite d iiii|iiigiblet n m iiuaod, 'i ins lehu ii.es, ii:s chantiers, elat la %  .ii J i Ti't ni -i | ,'u -1 1 m n mu % %  i porta aiu |< i Munree d'une benate on ee prend i i inar d i vaal ge la Paine, se a m 1! i si nous iiieinliii i ni ..,'. stage el ".n sffrsi chiste ni ni total devu ni poui p n s une banllae que nous carat oos • ins s, ans eus d) li i ebai nit. Vous hit d i. i n rouvre |> ilnoliqus quand ton |i-/ lo il' %  I II • I le ili i n uns %  i" ibie voua laite u.' palrioti pie H don n BOtioo de leurs de %  el quand vous spo b ose/ le Ira r ir l est le salut, l et l'Mil I 101 !•• ealmede cons cienees orientes ri pei da lil< H bien compris, dans i |ui e'iiiu orgaaisa lur de-1, %  ••le justioe, av.-i i ( du prvoyance sociale et des me sures de protection pour lesclas-es Vous co nnren'.-/ co n'iien celle itl I.I m'i Umchl el m %  i : conforta, Vous vont renie/ rom^ le de 1 moli m q te j'prouve et < -d mon excuse de ne trouver qua ct jM'ol| o ir M. us NOM e ucnl de vol %  geile d une si liaule, d uni si balle si d u oeatloa, \ ee BBOOM >t le Se. rtaira de l'Aas eiahoa de Lllo Joaepb.pril i. parole fi campe Mr l'iutalon iud. I 'bote du jour de la Solidarit h drod ii nos lioiamages.el notre rai oa. l! me le tra 11 natioual, letlort couronn de luccs, N Jrmie Mr l'anlalon Unit hand a :t7 ans peine. Il dbut il.tnt la mcanique. .\ rem outre de l'ouvrier htitiu.i 'I n ne s'aHirino pas sullisainmeiii b u que depuis quelque temps il li il) p il. niioiiuer, Paul* 14 .n i, lilbaud a toujours anviiag* plaees. — Esprit in vent l i Minais considr i ii lit.petit, il a t et il demeure un chercheur, Il i tout appris,tout i. i ce qui explique qui ayant deb itd a lu t'C. B. il de vint vite un chef en vue. V l'I'sine glace, il lit partie du personnel leclmique. La entore, iiinlliaid i lien liour, essayait de trouver ta voie. Liant devenu dans la suite bouti quier 'niiiliiiil vendant des ciga i lies nul l'i ls gniale de s'at franiliir en pi lin la la tutelle trangre, poui un de ces articles d premire ncessit dont la in s'afttraalt ebaque jour. II cra de toutes pices une petite m u lune pour la fabrication des cigarettes. Elle tait loiu d'tre parfaite mai elle maqua quand mi ne un date ilaut la vie du graul I i lualr.ol qui avait pour %  1 vho : Russir en dpit de tout. A uomenl t appal du gain ne le t. nt ut |i mil ni m il levait de met Ire •> profil le-, forces de ton etpr.t an service de sa pitne. Callcidd r nlriotique a i on-l iiiuaant guid 'iinlaleoii (• n liuid. a M i mu i \a gran I" futrrt il voyagea pu n i %  m il vil las l a ata l ial i e u s el li i let fabri quet • Paolalo luilbau I di retour en Il iin onviaagaa de .suite ie proble me conomique qui urgieaau alore p %  11 inito une slgoria d baillent fuinam i scaferlati franais qui mini |uail (ou entent. Il i ul ni II il 1er le 'got de ces ameti n' i an a 6m leape aller vite, l'aulal.n (iuiibauS im-s;i i -tut. a ors une coiuposjon dont ii; l la ecret, uni en vente 11 n taba : Beafsriatl q n ne le cdait an i rien au labac i aneaii tam recherch. I ir, 1 1 i i Unie de Panla I %  • n 'U liiiid tait I nte. Si mai I %  i, livrant ainsi la voie il l'eciaii ni d'un jour nou V' m s uii btud ki bien que nous nuiloui eu l'envie de le voir il di le co i u h si dj il ue comptait par ..i .es amis naaies de notre maison. Le inoa tur U


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06233
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, July 07, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06233

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
m
DlUaKlBLU PaOPRlKTliaE
IMFRIMEi R
Clment Magloir
80h? VBRNA
lt5 Rut Amricaine
M MKIIO Quotidin
1ELEPUONB No 24S
Mme ANNE N" 52
PORT-AL' PR1NS (HATI
pil4 copr x
CaJumbus Mmorial Liera
PAN AMFR.CAN UHKM
. ->UL 30 1924
Ce n est pas toujoun unt me
thotJe sre de ne se pr*
parer que pour l'eftnrt surhu-
main ei I.' sacrifice loUMl n'eat
pas lertain que le jour en vien-
ne |* mis, i-i, en attendant, oa
tlcilaitjno toute: les petites oc-
cations de bien laire dont la
rie journalire a!>onde.
Gustate Lsasoi
LUNDI 7 JUILLET K8
L
k LA SOLIDARITE
Le Travail National glorifi en la personne de
PAJXTALON GUILBAUD
Malgr le mauvais temps qu'il
tait hier aprs-midi, nombreux
ent t ceux qui ont pris part
la manitcsta'ion en l'honneur de
r'anlalon Guilbaud la c So-
lidarit .
[.Ouverture d la Vaac*
La sance est ouvert* sous la
l'rsidents de M. Duvielb, le
Vice-Fisident M. Solon Vieux,
tait empch at s'tant tait ex-
cuser.
Ouelques coups de clochette
rappellent l'auditoire au silmce
qu'il convient de garder en cette
solennit, et la parole est accor-
de au Docteur Dbrosse qui
avec une sret de langage
o la science du mdecin s'allie
a l'lgance de la forme d-
veloppe le dlicat sujet De i.\
Syphilis et de ses uav.vc.es
Rendant un hoinmiRe cla-
tant au dvouement du Doc-
teur Flix Cticou, initiateur de
l'uvre prophylactique le Doc-
. leur Dliro**) iVst itlaquA au
' lernlHf mai | i eau** ch'Xnous
tant de maux, m i/. a s i
' va^es et se toi lans dans notre
socit.
Le Syphilitique qui n'est pas
soign et l'homme qui a sacri-
fi de propos dlibr quelques
diiaincs d'annes de sa vie-
Bien que son indiffrence l'-
; gard du mal dont il est atteint
dvoile souvent une dose de
philosophie ou percent I amer
tume et le d-g'iU qu'il a de
- l'existence, le syphilitique se
marie, il va au bal, Irquente les
lestaurants et les cercles. Il
procre. Ainsi le mal se porp-
lue en gagnant chaque jour du
terrain, bon ti.l nt nat chli',
offre, coup sr, dei manifesta-
tions morbides variabks. sou-
vent des ddlormi es.
C'est donc contre ce m il al
freux que le Dr Debrosie. rcla-
me une action en avant dmon-
tr l'tendue amant que la sv-
rit de ses avaii s,rolamant de
i'ensemble.? qu'elle approuve le
Irincipe de la loi.dation d'une
igue contre l'Avari>.
, lit puisque nous en causons
trs ouvertement, il n'est pas
utile, pensons-nous, de rappe-
ler ce petit trait rapport par le
Dr Dlirasse, s'agissent ton joins
ue ce mal allreux qui se pro-
page de plus en plus par la con-
tamination.
Au Congre de l'Education
tenu eu l'anne K'22, les Doc-
teurs Dbiosse et Bruno rrent
l'honneur de soulever la ques-
tion de la rglementation de la
prostitution.Ils virent la lectu-
re de leur vu plus d'un visage
svre se froncer, plus d'une da-
me jpudibonde s'effaroucher a
l'audition des termes employs
par eux de tilles de joie et de
prostitution, et ce petit mau-ve
avait heu tandis que les pr." s
et lea frres de 1 Instnn non Chri
iiti.rie prsents marquaient par
des acquicsc-uieiii* de leie I op-
portunit et la ne s>n du v.eu.
Observateur exrr . I* Dr D
I ressf,de ex Lit lira une do>
uiii..u.i. i aat : U"-- "'
iccil Vf ut 'gnoar le uiol dont
ttie eatvictim", o>* ssaoi eooa-
me a une tiauiiioii. le mot d or
f re tant de i.'en dire mot.
Cette utile Confirent fut vivj
m,nt appUu lie et un non van
point de l'or Ire lu jour lutabor
d M. Juvielh qua depuis qu I-
que tenps on n'avait eu l'oc-a-
aion d'entendre, prit la parole et
prononei le beau discours sui
vanten prsentant l'assemble
le rcipiendaire, .ir.l'wivii \
tjii.ii\i!u, i.'iii'in: DU jour ni:
L\ f Solidarit .
Messieurs,
Ouvre/ ui Manuel quelconque
d'Instruction civique l morale,
au chapitre des devoirs de l'ho n -
me euvers lui-mme, vous verre/,
qu'on y parle .le la loi du travail.
Toutes les socits polices recon-
naissent que leurs membres sont
oblig', de s'y conformer. U'uu
pi'ne Je la terre a l'autre, par con-
squent, ce que l'un condamne,
parce que gnratrices le vices, ce
sont l'oisivet et la luinaiilisi.
Puisque, telles sont les disposi-
tions uuauimes des peuples, les
mtiers et les profrions sonl les
rW.teun 'I i prgrsT.
>ur o ii*i i- i v |- e I
,u lie Ue < Il.'nu li-
ce., (Ui i.i : ,.ii,.o* ni -e mani-
feste par la un-e en jeu > il Je
l'esprit, de l'.i-il ou de lu ma n. Il
en rsulte un qui ib e qui con-
dilionnt le dveloppement de s s
forces vive*. L'unit u esl pas I
truite par le foatl inneneut mu!
tiple de rouage* divers. Llia m
nis nitt de cetli varit.
Il est videmment irt S i
rpter q le te in eauis.De .l'.i
corps >oci.it donne ne dilfia m
heauoup d-- celui Jei innombl >-
bls inolenis que u science i in-
ventes. .Nous reembl.in Il I
dr lits iu rail m ieiiie.it et s la
r.i oo respects, .ges du
ne nu lieuse iniebiie ni mouve-
ment. i.!l l'-uil I: IlOUi a un n'ile
s remplir.
I.n Hati cm n tuteur*, qu' I-
viuir.l n t'a y avait pleiliore
d'avocii-, te ia4eswe, l'mg-
ateurs, ie ^oo, de vanta et
puuria ai, olue de menuitieis, de
cordonniers, d'or.vres, d horlo
gers, de cultivateurs (jj'adf eu-
drait-il si nos euisiuiers refusa eut
de nous apprlar nos mets, si nos
tailleurs reuonaieul a nous con-
l'ectioQiier nos vetemeols, si nos
lavandires br'aieot leurs bu-
toirs, si nos jeunes tilles brisaient
leurs quenouilles, >i Pauinl- ni
Guilbaud/ermsil sa Manufacture
de Tabac '
Nous sarames solidaires les uns
des autres comme les pices d'une
machine, comme les maihes d'u-
ne longue et so ide ch d .e.
Il est temps jue celle notion de
soliarisme te sa ue resler cuei
nous 4 l'tal d abstraction. Notre
fo-'it an a fait son programme,
s'ingnie a rsoudre la quesli m
du travail et se couda de In
dilion de nos ousrisn. Otite ini-
tial e tst belle et nob e, i eilaiu-
Dment. Mais considie/ la dis-
lanee qui spare notre uiuvre de
celle du bienfaiteur de notre jeu-
nette fminine. P ntre/ dans sa
vaste fabrique o les machines
,.u ttautee captivent laiien-
tion. Le personnel qua vous y vo-
yez travaioer avec une activit
d'abeilles intalligeiiies ue iestm-
bie pat a celui, oinbien clairsem,
d une oftinnt de mdecin, d'une
pli .nnaeif, d un cabinet d avoct,
d'une lude de notai.e, d'un t>u-
ii. 1-1 ri-1 u l'u; e maia n
L'tst uc esshim de
rraiunt jeunei-, lioi n. s, ep-
liOUies luUJu.e les i.li d'uu
terre ci, i>ourlaat, j-Uiue d aideur
au inv.iii. laearaaoi une phytio-
logi nouvelle, elles exsreent les
une- t ir les autre- uni .
d atmosphre qui exalte leur
nergie individuelle cl i> .n-
gnilie.
Mr l'anlalon Guilbau i a ou-
vert une voie cette bioc.li t s de
je i e eonc-toyeaaes. ESlea ee
sini plaa de -impies oraem nia
de salons R les oui la no lalgie
de la Fabrique |ui sans <--.
mi'.i Cffl ml d
ron doui le s.-tl tire, h.> i r ibta ni i
gagn, est in l.'.ieiidint du lu
d'aulrui. KllaS sont' des vealal -
d'une femiuit.- | il aoes tait in-
connue. Di s nui ii-, le ir h.. t
est assure et di.uinuei le> sol i
ont ' n 'I tre ra-
, i ii liomi e qui en tait
...u, iim pur une u
mi ki........> m ni, ,i i l.ori-
/ |. .. ils lu salut
par lo Ira-
t,par-
j.ut.:i g-
ml, i D gu
IC in-
1 i un

m du ; i uple i "i 'i s
\ '
m i ; h ,i .i, i
H ii.. ,,.. o uvret 11 m ti n nanl
u.jgnal de 11 nue
u votti une ai 10
I'AMALIjin i.l ILIJAUD
citudes de leurs familles. A i
bit point de. vue m -
voil une catgorie d'baili unes
do!ii la Mloation a ehai
De plis, gr -e II
de reaeeap s, des perso
h... ni < : ii i :
cl emploient ils t>i i
L elloii initial u s
1res. Gaitbau t a un i
progrs n: i
penst qu o il le de U grao i
re i'iiro;i*enne du.aiu ,
irlti* Iran; us nous ui
ment dfaut.
Mr I'. i. ii,!iuJ, flaira q
avait une mine gptoiter et il se
mit rsolu me.il I fa besogne.
l.tut q li n'ignorent pas les
difticullts iuli leules au leb (
d'une entreprise! l'exigeront pu
qu'an leur relat ee que le grand
manui.icturier eadura avant d a-
boulir au IU le |
bien des lails. laieMBl
Ire voit plut auto te
tout les retracer.
ktau is re-
bt.au litie uc r
baud. Uaiis un milieu o les lor-
, ii
i ndetpoi : i DO leste, "La
So lente d 10I i us eai utai si
;ulia i
UB|0 i mu ige I
Cju k "S
I
I
\ oui al.!-/ preo
tu'uie et
uos d m t la
rputation "le voi alclieit e re
batite l'cUiL
I.n d'autres lieu et en d autres
circonstances, i parfuaa pu-
I illalil le I lall ni'.il-
i n- oiel i n m ne une ouate
ble. Ici, el ion 'le
votre reeptios i >. as vou-
lue vous re-| n n /, c'est par-
ti.i la i"i< i de not
|utt el reconnais
> Bal > cxliale de cet i
m m menti de la nature, i
font le VOtre labiiqiia.
molstOOibaaiit U* libres d
ur lui comtn i du dlire
au m 11 l'As- emble.
D slnuialis pal tuent de lotis
ion iini ainsi i AI-
II',1.....II.'
c a i il 'in loul 'i uiien lui
Si,liant d'un II il
I ni ii i:i|ien li lire, \
iup d'oeil rapi le sur
"ire qui s'tait I l
.lient |ilus nombreux pour i sn-
, remercia alon
i n. imneiix :
eur.-,
I / m h \out ra.nercier d'a-
voir eu in belle el ujble Ide le
n. tgnillei le Travail en dr< sant,
omii.c \ous b) faites niiji).ird'liui,
-m* I r i
risuses qui, loin des vainei agita-
lions de la politique d soi
taiioaalea e.us leur
uise Mi [m do plus en pais
I. L'honneur est imc
ido. d'avoir t eboisi com ne
i ul.iiits les plus qua
de I lllorl in l'i-'n. I npo-l
npln i qu nid m 'ine,
qu'il te trouve t.ml d liou.mes ic-
n .n | des litres d
| "i.i ap| I i il ho
soi sr li initial es p ir n qe i
n fi leol i i vite i i inti I
e bnitii'ii.ics. I
l.i-i i i que VOUS ni'. Il B2. je les
e j s do ut les o
pur le travail itti
i.i \u o te de d n Ire le Paine
I n belli que | u it le en imp
in s i on i' onde,
aaspagnae o n 1re
,u j .m la n
ni ageu.eul el q a i H par nt -I
utea in luiii' si i iiuiii
les par des nu ua qui
i pour uite d iiii|iiigiblet
n m
iiuaod, 'i ins le-
h- u ii.es, ii:s chantiers, elat la
- .ii J i Ti't ni -i | ,'u -1
1 m n mu i porta aiu
|< i Munree d'une benate
on ee prend i i inar d i
vaal ge la Paine, se a m 1!
i si nous iiieinliii
i ni ..,'. stage el ".n sffrsi chiste
ni ni total devu ni poui p n s une
banllae que nous carat oos ins
s, ans eus d) li i ebai
nit.
Vous hit d i. i.....n
rouvre |> ilnoliqus quand ton
|i-/ lo il' I II I le ili
' i n uns i" ibie
voua laite u.' palrioti pie
H don n '
BOtioo de leurs de
el quand vous spo b ose/ le Ira
r ir l est le salut, l et
l'Mil I 101 ! ealmede cons
cienees orientes ri
pei da lil< H bien compris, dans
i |ui e'iiiu orgaaisa lur
de-1, - le justioe, av.-i i (
du prvoyance sociale et des me
sures de protection pour lesclas-es
Vous co nnren'.-/ co n'iien celle
itl i.i m'i Umchl el m i :
conforta, Vous vont renie/ rom^
le de 1 moli m q te j'prouve et
< -d mon excuse de ne trouver qua
ct jM'ol- | o ir m.us NOM
e ucnl de vol geile
d une si liaule, d uni si balle sidu
oeatloa,
\ ee BbOOM >t le Se. rtaira de
l'Aas eiahoa de Lllo Joaepb.pril
i. parole fi campe Mr l'iutalon
iud.
I 'bote du jour de la Solidarit
h drod ii nos lioiamages.el notre
rai oa. l! me le tra
11 natioual, letlort couronn de
luccs,
N Jrmie Mr l'anlalon Unit
hand a :t7 ans peine. Il dbut
il.tnt la mcanique.
.\ rem outre de l'ouvrier htitiu.i
'I n ne s'aHirino pas sullisainmeiii
b u que depuis quelque temps il
li il) p il. niioiiuer, Paul*
14 .n i, lilbaud a toujours anviiag*
plaees. Esprit in
vent l i Minais considr
' i ii lit.- petit, il a t et il demeure
un chercheur, Il i tout appris,tout
i. i ce qui explique qui
ayant deb itd a lu t'- C. B. il de
vint vite un chef en vue.
V l'I'sine glace, il lit partie du
personnel leclmique. La entore,
iiinlliaid i lien liour,'essayait de
trouver ta voie.
Liant devenu dans la suite bouti
quier 'niiiliiiil vendant des ciga
i lies nul l'i ls gniale de s'at
franiliir en pi lin la la tutelle
' trangre, poui un de ces articles
d premire ncessit dont la
in s'afttraalt ebaque jour.
II cra de toutes pices une petite
m u lune pour la fabrication des
cigarettes. Elle tait loiu d'tre
parfaite mai elle maqua quand
mi ne un date ilaut la vie du
graul I i lualr.ol qui avait pour
1 vho : Russir en dpit de tout.a
uomenl t appal du gain ne le
t. nt ut |i mil ni m il levait de met
Ire > profil le-, forces de ton etpr.t
an service de sa pitne. Callcidd
rnlriotique a i on-l iiiuaant guid
'iinlaleoii ( n liuid.
a m i mu i \a gran I" futrrt
il voyagea pu n i m il vil las
laatalialieus el li i let fabri
quet
Paolalo luilbau I di retour en
Il iin onviaagaa de .suite ie proble
me conomique qui urgieaau alore
p 11 inito une slgoria d baillent
fuinam i scaferlati franais qui
mini |uail (ou entent.
Il i ul ni II il 1er le 'got de ces
ameti n- i an a 6m leape aller
vite, l'aulal.n (iuiibauS im-s;i
i -tut. a ors une coiuposjon dont
ii; l la ecret, uni en vente
11 n taba : Beafsriatl q n ne le cdait
an i rien au labac i aneaii tam
recherch.
I ir, 11 i i Unie de Panla
I n 'U liiiid tait I nte. Si mai
le m b' fans et ne veut atiivmt
i .n populeire lumer que
|| trotte Hantai. Cent tout
le moade, le botnoseo, les jiunet
fient, les femmes en l'bonneur de
qui sans doute Panlalea liuilband
i. i.i dlit leuses cigartllet
tCameli qui ne connaissent point
de rivales.
Luire dans la lutte avec set uni
lues ressouras, il avait ci pendant
ta fortune, qu'il g.r.ia.t jalouse
n..ni mu- son pi u I ne fut avec
une opim.iii'. u v m i a i 'i i>i , i,livrant ainsi la
voie il l'eciaii ni d'un jour nou
V' m s toute catgorie.
j b soliori h lilieni s'inspirent donc
de l'exemple du grand industriel
Indien qu'est l'anlalon liuilbsud.
Que comme lui ils sa mettent rso
lumenl 4 l'ouvre an ayaut une
i u. que qui soit une ruebr qui
plail galement uax veux et qui
..ire a 1 tranger que aot
eoflueee rellemenl un pauplt, car
autrement cesi luen eu vais que
aoui ii' rptons.
ul tur oa vou que te terini
na la belle alUeulion de Me LlKi
Joeeph qui campa PaaleJd ta '>uii
btud ki bien que nous nuiloui eu
l'envie de le voir il di le co i u
h si dj il ue comptait par ..i .es
amis naaies de notre maison.
Le inoa tur U


Lfi MAgW
proportion Hn meml.n Ernesl Ca-
mille, fiil ensuite leve en ijga
dcuii m |
et dp ao 'li pour I 11 -i
Al'* I* >-m Il
C# tut B'OB I
nifesttlion rel
riionrem CI l
l:\ll. A i etll D i
rtnoiivelons noire sir.i .1 1
toiihnils de Loi) mi -
marche m av.nl, etprraal i| e
jamais aurun obstacle ne se era devant lui.
R Me Mtelus Benoit, Fmru C
Constantin ha. 'ii via,
Plera Haveau.F.ii.i m Fei lini n I.
Clmnl Magloire Cl. D.'fgrotlr.
Il. [Iedor,0 1 .1 l izb 1 1
Antoine Sor i\, M Lalsn ne, t
en nombre le* reprsentiali
filas autorits du noli
sdaitri*'.

Les Jurys d'i xamens
Comme non- Im
nous d n 11 t.- tuioui d nul 11 li IB
de diffrenli |uryi d 1 iam< di
peur l' B'Bfelfl K . m1 ut iiie el
Suprieur.;
Brve! Elmi otaire :
Cm' o.\t Boa i' cteur A
Vutiii 11' tidenl. \ i 1 1.
r 11 li ; C D- in ngl s ar hm
li(|ur, Arlliur An h 1. Histoire et
i, ographiqui lotirai li >fl
civique el moi
Or A. |i bro i 'lu
telles.
Flix ?oray, lliad Ire t-t Geo ace
ntale. lue Habot, iu-tru:i on
rel giouse.
F11.1 ES 1er Jurv
leur P. l'uvi deut M
Varie Nftdal, frt 1 lia ; Mai
Pli rre, ari'.lin 1 | le, ma Fq 1
re, v 1. n i!u alli \ 1 I 11 e
l.nliii lu.-. Il .....III ||i;
Basai Maria Plail un ne, d* il 1 et
coulure, II. I erlong >, histoire al
gogr pbie n laal lion
civique t m ir da Pi ra Dui 1 s
instruction ri ligiai
.1 1 j Soui loap
Cl. Pothel, prsident. Mou OJilon
I nrles. 11 ai lis, I I r li ,I)u. iwar,
e Mimtique, Yvonae Maytrd, bis
ire >i g i de, Mme Reo
* 1 ha Hi-l ira et go. gol
nl 1 mornle Carmen Dor
suinvil, Srience* pby*iqu< 1 t nalu
relie ; Mine I ton M ni
el ( or. I ure.
Brevet Suprieur :
hr \ Boyer, laapi cteu .
dent. M m Lcreboura, ira ou*
Frre llyopolite, iiullimali.|
Ferluna Augustin, Ili !< Ire ai go
graphie l II illi : Justin M ml 1-,
piyl. 1 ojii al in"i 1 ; Mme !'iJ> ,
anglais 1 t dtaaeio, Dr G. 1 \. ,
MMica 1 m : l'. Deelrel,
Bsiooi - naturelles : Mroa) Pierre
espagnol, G. Ilonoi .1 lu-......I 1 1
go. fi m'r lia, I 1 ins
truction religieuse.
Varits
Mardi
Masque aux
lests blanches
7, 8 et 11
tSntra BO eta
Mercredi
Frtrment Jeune et
Kisler Aine
r.nlive : 1 gourde
1
A La Serre
Brillante maniu-l Uion hier
La Barra ou l un 1 siabi ni la Ma
de N. I). lu Perptuai Secourt.
Beaucoup de parsoonaliti 1 d 1 1
hll l'il ihl /.
vous la pro| 1 t Ri ud o lea
attend ut 1.
an nul u
o les grncaef aura
attraits 11 li ura sou 1 h mettaient
leur note d rlegai
Meilleur) n i i
nisateurs de celle belle matine
donne au bnfice de la chapelle.
Faisons un Rve
On demande acheter une ma*
ahins p wi iti* an D m tal, Mar-
que "Uadet : .v,(| ou
"Sm:,.!i I'' ..11' > adi 1
au Joui n I.
BOUQVKIS:
Un jour -.un.'.n A'.brt vermtH
U fin
euM
l s U can*
1
'
'
.1, Ira
I

S5
Parfum
fleuri
Iera,e Taillait CsasigaaMaare paw Hati
{ne et Strasbourg.
KV.OSIIIVP M. Stuart Ma
claren, aviateur anglais, est arnv
ici de Shanghai 'J I: .'('> du mati 1
comme l'heure japonaise avan
d'une heure sur celle de San ;lr
1-aviateur a vol prndinl 8 h ura
et 25 minutes Wimbledoa Angl
terre.
M sa Heleo WiUaat Mrs Georg*
N\ ighlmua, Amrique, ont rempor
t le championnat des double:
pour dames dans l'pieuve delawn
tennis d aujourd'hui Wirnbledoi
battant le couple anglais Mi*<
b.nlibnn Mekane el MraPhvIlis
dans lr miiili lin I par 6|4, 6|1
ARYS
3, rue de la Pai
PARIS
Nouvelles KtraQjjres
' --JB
Par Galila
Vne lie doPrfidenl
de la lpnbliquo Iran*
(lise ,111 Pri'sidi'iit dfi
El la 0 li* i I OCC tsioti Ici
11 lii; .I l'Indpendance
;rmi iciliii'
PARIS* M. Doumergue, prii
deal de la Xi-publique, a tlgra
pbi b> M. Coolidg) que le peuple
Pi laait s'associait 1res cordiale-
inint .Ji la clbration de l'Indpen
dance Uay. Tous les btiments pu
b ici taient pavolada, la Lgation
aine a lluii la tombe de
Lafayelte, 'es statues te I alavetle
et de Washington cl le monument
des amricains moits pour lafhVsn
iuii! pU|ue commmorative
n t appose psr le comi' Fram-.e
Amrique. M llcrriot a rappel
dans un diseoun l'aide morale de
I Amrique p -iidant la gut ne et a
ai ni'.- pi ce lirait un crime de
iir a l'a 'nir celle amiti,
ptllidium de lou* l^s idala.
autour des Jeux oUm-
piquet
1 l~La confrence d 11
,m'|ie*de l'Amrique cenlra
1111 I e 1 a Paria sous U pr-ii
deucedeM. Iltillet Lalour, a ta
bll IOB prigramme. Elle recom
manie bioration dis llrations
des comits olympiques -lalioaaoi
aitiliaaei Ftiratioei internatio
nales et dsigne Mexico comme
sige cls premiers jem en lOii.
D iim le match de polo aux jeux
oljmpi lies l'Argent! ie bat l'apa
l pa 18 contre 1.
Les luggestioas ang-ai^ei
i pr fcpoa tic la proahai its
conlrence Londres
veillent l'all-nti mi les
cliuls de la |ii>lil> | u Irai
i;ai e
I* t ;l ' > i\ 11mvital ns les
Il 11 m tl d! linan <
de la ci'in.ir.', M. ll:rnot a an
0 ; 1 rail envoy dans la
ne .i oadrea une note lcia
raa qu 1 le g niverueme il Tan lis
ne se uoasi lait pu eng i^ par les
11 doal la Kouvfi'n iraanl
.1 toc opa-n sin i .> 11
li 11 a la confrence de bon.1res.
1 uravux sont mianimament
la U teneur le l'invitation
1 1 .m | le p'tur la confienca la
! 1 1 Irai i| 'i "-' en eonlradicti 11
il dfs l'duver.'a
1 101 qui eurent l'eu aui Lhaquara.
s n I Malle ", daa exp'ic
i I I 1. uules L'indres
i- ni r \on eu ire ne recon
11,1 111: pi-que li note contient
ds suggeations parsonnelles des
m.ninaires anglais ; la l'rin e
ne participera pat la confirme.
[n situation politiqm
en L's|>;h|ih'
M VOUIU -In d -et royal ren
du aujourd'hui droil 'iirise le Di
rei 1 tire mi iteira go ivernant ac
1 ' 1 B pal l al m > hlie
avoirs dicUtoriau du Qo
in l'iiin ) de Riv ra, prai I ni ;
le membn de I m actoira ont re
c 1 di no f ui les et
un d'eux eu M qui les concer
ne sera raapoDi l>l 1 vis vis de la
Counnne, ils ont prt serment
devant le roi Alphonse.D'aprs ce
dcret, le Gnral Itivera devient
mini-lre d*a Mille: *i .) la justice,
mais il demeure la blte du cabi
net.
Un iinj) irlanlc entrevue
tic I. Herrinl MVi'e les
princip itix me mines -lu
minialre des allaites
Stranij -.'s
PAUli M II- riot a . mlcr
ci apra mi li avec les principaux
membre; du mini 1re des afi'aires
ttrangr ! concernMiit l'envoi aux
nmbassidi ura de France dans di
vers piv alli's d'uno note expo
saillie point de vue franais a 1
la cunf'ieiue interallie qui doi
avoir lieu Londres le 1er juillet
il n-mu tant 11 main rin iii.n a
glais a 1 npagitol l'invila'ion
celte c mfretee. 0 1 assure que
le prsilent du conseil qui doit
pro loacer un discours k Trnyes
de n on fera valoir la position de
la Fiance vsk vsdel llemagne
et ,iu i-ra du plan >aw -s et de U
pi 1 hune runion de Londres
Lepiclede col adoration conli
nue que le Premier mini tre avait
annonc a son retour de la conf
ren ce avec le Premier minisire an
glais A Chequers Court semble p en
dre ds maintenant une mauvaise
tournuie.
L'entretien qu'a eu M Herriot
avec les commissions des finances
des affaires trangres et de la
Chambra des dpite* a |dur troia
heures.Il a lu le compte reodu ofti
ciel des rntreliens des Chequers
ain-i que le tlgramme qu'il avut
airess au Premier ministre an
.{lais etpri nant sa surprise devant
li oatara du mmorandum envoy
par M. vite 1 mald en mme temps
que l'invil ition la confrence tu
erallie pn jete.
M. It iiiil, ancien prsiJent du
consei pr ipoaa M lltrriot d e-
sayer de repremlie les ngocii
lions p >ur obtenir In signature du
pacte d-g nantie qu'il avitmis
sur le tapit la conlrenca la
Canne*. M. lierriul rpondit qu il
avait lait o" pressants eff ils dans
c sens a:iprs de VI. Macdomld,
in lis ajouta que depuis la conf
renra la ailuatioe politique s'tait
. n-i I.Tiblemetit modifie et q la
l'o,union pub i 1 i ainsi qin \'. par
le nent ang ais taient 1 ont f >i
In ailes 1 un aooorJ militaire que!
conque.
En l'honneur Je IMerriol
l'A ils .Let .n ft . laissons
ip 1 Ui | im la l'\ lrl j m Iji'i
oe o'I oont le li I .ilt.t un |eae I
dieaneren l'hmioar de \I Ut
riot L'a niu> 1110f .11 Braail al
M. Ilerriot pionouceront dtsdi.
cours.
L-'s annal ta convention
Dlies le It politique
irjtencaine l'enrioniaaent
I tin I lit nouveau
NBW VOBK La Co venlo.
naliinale s'est ajourne hiei apies
mi li I Lin li 0 lia 1 heures, c*
q 1 si^nilie que les .l-l^us quel
que hll i" lll toi* ni de Voter 1
tour debrat pour daa can iidalt
qui t.e ta dcident pas* recueillir
les TU* voix ncessHir.s la noiiii
r. tieti dmocratique du candidat
la prsidence n* sont gure j lut
aval \ "'le 'nira i; 1e lo-aq-i'
ilt c > 1 n' 1 -sr r. I a 1 li i liera
parti :bar 11 s-ri'i 1 on de
lasaiin g xi via il le li 1 r ; les
H'". i's I 'a r.vnv^n i >n nt pis
se par les a lioai de 77 tiurs ds
scr itin.
JKail tans r4Je*lol dau lo< an
nales convenliennelles'h U politi
que amricaine et qu'o l'-ils 0lot
td au biut du comote .' Ka 00 np
tint les chiffres du pr! 'nr
du dernier nous trouvons : 1er tour
Un \dooi31 Ji, S 1I1 lit. 77me
tour vie \doi 113 ;mith 397,ptur
le premier un gain de 81 viix et
demie et un gai 1 de 196 v >ix
pour le gouverne 1.' le New York.
Aux Grands Vins
de Bordeiiu
ianquel en l'Iionneur
de Rr limand Hassicotle
Samedi quelques employs de
la Royal Pank if Cmada, piur
tmrigner de leur tympalhi!
Mr Mstsirotte, sous-chef de la
comptabilit qui doit partir pro
chainemcol pour le Canada, avaient
organis en son honreur un ban-
quet auxCrnnds Vins de Bord nu:
Le menu tait de choix. La
plus grande c rdialil a rgn au
cours de celte eharmante runie n.
Au Champagne Mr Biandt, el to -r
tour les divers htes. ,ont trouv
des mois heureux peur tri luire
Mr Armand Massi'olle la pense
dlicate qui avait prsid1 l'or-
ganisation de ce banquet, en tant
qu'e-nploy modle et aympathi-
3ue camarade qui part e 1 voyage
e cong. Il importe de noire
milieu le meilleur souv nir.
Etaient prsent : M '. 0. J.
Brandi, U Sau'erre, P il Fils Vi-
m, J. Ifouliane, M. h-ffer, II.
Ilepole. F.|Drepsac, D. Toussaint,
II. Reiher, llandrick, Lic'iard,
Augier, Iton'iom ne, Pehux et
lloisef'e.
Rceplion j
Concert,
Cinma
et Dancingt"
Le mauvait tampt a empch I*
concert d'hier.
v>* salles de f'e ont prsent
n anmoina un bel aspect.
A l'ariaiana
un public de choix a assist la
p ojc ion du film immortalisant
sur l'errn le roman de Dumat fils
" La Dame aux Camlias''.
.L'motion agita plus d'un devant
les scnes pathtiques de Margue
rie Gautier et d'Arm nd Duv .1 a
Vieaai avec un naturel o U p s
si >a ardente des vrais amoureux
fut reprsent dans des scn-a
d'une vrit poignante.
A Varits
I' AUCMelamouretrObtlacla"
a tu galement les faveurs d l'A*
sistance.
Dans nos dancings, ce fut l'an
train habituel.
Monta Carlo
ne re. >it de 7 10, que des '' ma
rines ", o'ii*sant en cela un
ordre de la polie. Ce qui a fait
perdre h cet tablissement une
gran le parlie de la clientle hai
tienne, nos petits monlainsn'y
allant plu*, l'ai contre
iloyalCif
et absolument en faveur.
Ses salles ne dsemplissent pat.
Le Service est irrprochable.
La musique de boi got et c'est
toujours avec u 1 aimable sourira
que le direrteu M. Innocent, sa
lue l'arrive de nouveaux clitnts.
LU .tel do U Madeleine
a rouvert ses portes. L c'est au
balcon que l'observateur trouve un
refug*. Les salles regorgent d'une
jeunesse assoiffe dt plaisir et qii,
aux *ons d'un orchestre dchois.
tavoaro en des mouvements da
hanche admirables, let notes h net
de* "fox trots'' et daa "Shimmy"
Demain, M heures et demie
du soir, les dlgus domieictins
. I. | U VII, 1^ UV1QIUC9 UUI11IHIL1I 119
iSOUVelle I ftiVen << Angel Morales, Secrtairj d Fiat
PVIUS- K-ea*nit lei altacb4s
militaire de l'ami i| a l.-tne, h
Gnral Solle' 1Ur4 qu'il
voulait entreta iir avec wt Im re
latious les plui trottat et les plus
co.- li les ; il a le nan l saluer
les nombreux ifHeierada le ir m
ionali acludlenent en France
IIKUUN- On dment qua le
Hei'-h ait n; i une inv talion hri
tannique h confienca de Los
dreidu 10 Juillet.
WIMBLv) >S Melle llelen
Wllla, chiiipionne amr'caine di
tennis, a l baltue aujourd'hui
dans la parlie finale par Vielle
lia hleen iekane, ) par i-fi, 'i t, 6" l| celle dernire
devient loue diimpionne dans les
simples lames, vielle Lenglen avait
termina les demi finales, mais en
raisoa de sa sant ses mdecins
lui ont interdit de jouer, de sorte
qu'.'ll n'a pu d ndre -on titre.
SaLTIlAViPrON- I iuu.l, le
fameux cheval de quatre nt de
M. Pierre WeMh* Inner, a t em
barque aujourd'hui -ur le Beien
caria destination de New York.
Ce paquebot arrivera probable
ment le 10 J aille! aux Ktats dais.
NEW YOilK Sortiralon de
l'impasse en vue de mettre Qn
use situation sans issue le sent
teur Ralatin de llndiaoa el l'ex
Souverne ir Cox retirent leur can
idature, MM Smith el Me Ado*
ta mai itiennent sur leurs posi
lions.
PARIS M Ducret, champion
de France, a remport le chara
pion i it individuel de Heure! d*s
jeux olympiques en gagnant six re
S irises des finales. M. Cattiau dois
oit champion de France a t deu
xime et M. Vandamm, be'g",
Gaucher troisime. Malle Oawier,
du Danemark, a gagn le cham
pionaat olympique da fleuret pour
'mes.
DUSSE'.DuHF Vingt et ui
Demanda, accusas d'appartenir
dsorganisations secilus pro-cri
tea at de chercher t provoquer des
enilemenU pour la iteirhswehr
dans la /.one occupe, ont 't cou
damns aujourd'hui pir K conseil
de guerre franais de Oortm i l I
daa peinai liant di six nsoit
dix aii dt nrio et des amendes
de 5 in 150.000 marks i quatre
dts accuss ont t conda i
la peine minimum, lroi jaunes
gens qui s'taient enrls pour six
aamainea'.dans la Reichtwahr nt
t condamne des peine- lg
ras.
PARIS On a inaugur aujour
d'hui uo service arien Paris Var
tovie en une journe, les habitants
matinaux de la cauitale polonai-e
pourront avec les ho- aires le celtrt
nouvelle ligne partir a 4 bant
du matin et arriver l'aii 5 hed
res 15 d- l'aprs mi b. I horaire
Bt n n- viteae m i;o i, lomltrea ft l'h ura ou i
lomtres. \ 1 heure de lai vrita
b'e pendant 70u kilomtres Us
avions devant tr. changs Pra
de* Relations Extrieures el Dr
Moises Garcia Meil.i, Snateir, re
cevront dans les salins del \A
ation Dominicaine, ea himma;e
e sympathie la Socit de Port
au Prince.
Des invitations ont t lances.
Martatje
Nom avons reu le faire part du
prochain mariage de
Melle Denise llorelle
avec
Mmsienr Fram S i
Voua pr'-soi' int nos meilleure
voeux de" bonheur aux future
poux.
.croloijie
Nous avons appris ce matin la
mort de JJJ
Marie Elitabttb Ctilt Laurenct <
dcde cette nuit.
Les funraillu aurovt liai cet
aprs mi li 11 ''. Ihdrale.
Condolances aux parents prji
vs.
Avis
A roceasion nale /' / H'ptblique Franj M
/c Mituslrt de h runre el Mada-
m' \ ritt'it teroni liturfin dr r
rrron- ,', i i^gi lltn U lundi 14
Juille'. 10 linces du malin les
inemhres de la Colonie Fronai
I tin <(mis de la France.
foies
Oa trouvera des tles anglaisas
des prix dliant toute consar
ronce.
Chez Alphonse HAYNES
113, Itue Bine Foi
Aris importait
Associ capitaliste est demand
pour alfaire absolument sre, trs
avantajeuse et honorabl.
Ecrire J. KAR, Poste Restante..
A f #" PEARS Limited
Pour avoir le teint (rais et eootenrer tnujotirsjintael
,-elie Iraleh tur, ssrvex-voui les excellents prodiits de la
lamense marque4. li'F. Pears liniDd Engliad ; tels que :
Savons transpirants ei bci.i.'e, Savons tranapa-
rents en 'ablettes, plna pi lire d' lac et po lire do
Ta'cpoar 'l*>, latoai o i j?a pour livres.
w


LE MATIN
JOSEPH SERGILE La roaiso
Angle des Rues du Magasin
de tat $ des Fronts*torts
1
T f
I
'.'Il
de.
leu
y
oile uni couleur et blanc
^_t ramages
S
merceris
a barres
Marquisette
perl
Organdi Suisse
Organdi oolon
Crpon de soie
Heps couleur
T le. d'Indien blanc et couUsr
Cachemerienne
Nansouk lin anglais toutes nun
ces pour chemises
\ oile pong
S lie Lavable
Crpe de Chine
Tussor
In lieuoe anglaise
Sirge noire pour jupe*
( iiiarJiau blanche et bUu marine
Il is merceris
H n a jour
ChauMsllcs d'tnfauh co'on
t hausselles tt soe. jour
Satin de chine,noir
Ctpe noir
Tulle
Bavon Palm Olive
Poudre Floramye, Java & Santal
Pte denlifiice Colgate
Itrosses dtntsj
Article* de Famille
Calicot
Percale
Itilisic pur fil arglais
Nansouk
D .misse pour nappes b'anc t
couleur
Toile drap cul m
drap pur til anglais
Damasse pour antelas
Diablement fort
Articles pour Hommes
Dri l bWnr
eouleur
Chapeaux de paille d'Italie
t de lai'14
Ce/nluron-i en cau'.chouj
Palm lion li
Diagonal noir
Mouchoirs blanc suprieurs
Chaussettes
Cravattes
Toile peur chemises
Cols
H niions pour manches
Binions pour cols
Chipeaux paille l'Italie potr gnri
i'inii'1 et tillelle.
la laisiii J-*ILV|]<\ v'' ;l '*"' ''''
niers stcameri |*a/a ,\ > Mii\a
i des pru i luit s:
Chapeaux de pa le .ine Chapeaux le ia.e l'Iialia.
Chapeaux l'autre d'.lalH
Haptiste l-'ine pour eh i ^ *
TllMOr iil anglais
Tussor le soie anglais A havres pi ur oliom se & roi as
Satin de chine pour tailleur
Lustrine pour t.iill ur
Colette pour taille ..
Dnii mereartaam >l9aln(newvenuUj
Drill filbl.mo A unioi anjiaU
Ktiii Jiune an.|lal-. tri '| nlit'>
Znlii.a gais aup ,nar ciu.ni.Js
Toile drap fila aU i>0 pouces
' coton 80
Batiste Une po r .hemtss
Due visite no r- 3 ii^n v au Hivaimia -I -la I. >n-
qualit de nos article* el I- I. modicit de nQi
j)iu en comparais m avec een* d'entre maiaoni d la
I lace p wr tJei articles .unitaires.
Lanuit comuiele jou
Hiriis Dtee
p
Marchandises de toute fracheur et au
meilleur prix de la Place*
Demandez
LeQ0RD0N8 DRY Cl M qui
p r m parat, si o atunl e'. soi
h iformit n'a pan d-pgal.
hn venu dans toutes lu bonnes
mtiioot.
I ALPHONSE II4YNES,
Distributeur
-*>?*
OIre d'Emploi
I our Monsieur nenji ,11
et capalde. ijui a ira
s'occuper dejmon Dpar-
tement "leeurance" ex*
dusiveuient S'adresse i
S |L. PRlBTZMANlf*AGOEl HOLM
La Pharmacie Sjourn
Avisa ses clients que le
service de nuit est snspen
du du 1 i au :> Juillet.
Ces lampes cl fanatu k
(jasolinc ne cofttei i qi >
cinq centimea | ai nuit
pi ui opn r.
ren e 3 0 i 45 I ou m'es,
Le gi urateur |eul lire
nettoy lacih ment r%i un
entant.
Toutes pices de reehange]jen stock h Ha'ionsl
Stampiny 'Ekclric Woiks. "
*V. Qiiiiilin i i n.
A i r
1 11 Hue du Magasin de I" i ,
PlvEUS
&
, CHAMBBE3 il
Les prutluils
STtl{Ll\u
Sonl QMrantii
ES STO ii
SciitH miih d'Etui
., g ente exclusif*
A Etvge dt lu Uunq e Rationne d'Hail
Port au i'/ iiue.
i
caelez un
Commeul?

Faites d rconoories
En tu ? s n r a t du
Lait * n NESTL
IroJuil rj'ii a permis aux rnnaaAroa le
HlJJjl "'' |l) <' * i i1"'' !'' I a||uoTisionnc-
iiiei.l tlti maivlu'1 en lait et eu suer.-; plu*
de pnurie d e ces denras, lorsque l'on
emploie la marqua 4 Nestl '. Fabrique seuleneot avec
du iaii I; v.i.ii.- ,|t. la qualit la plus riehs at ni raftiu, c\, mpl dimpurelea, U Lait coiileas, iar-
que "Hefcil" est le produil le plus sain elle meilleur
march que la mena^rj puisse empl iyar toute*
les Ittis qua le lui et li^ subre lui seraient nsees-
sairea. Les sauces, poudings, crmes, ijteaux,petits
biscuits couleetionns avec lj /.ait condea tnat-
|ii' Rtttl ont une saveur dlieieuse el cotenlprei
que moiti prii. Pemandez mjourd'hui oiimi rolre
lo iraisaeur une boite de Util condena marque Hest
le, ayei II al par l eomparaiaon, eoiutatez s;i
bonne qualit el IVcolomie raliaee.
Le nom et l'tiquedj [jaranUsMot u bonne qualit
Bn vente dms les Pbarmucies Centrale et Joseph
Uourruins.
A|ent poui ll.nti
t* Pr. t II m -n aq?rh >hn.
\s^
Ceci n'est pas it lire
Car .le la il j I i au j i j s ns pis en taire
Cepauoant si vous passez du cote du Bureau de l'Ad-
n.inifctration postule, A la Gramlitur',
Htsiii. a ii u'iiioipii Etusi Cuilii
A la Gonwiimve
Vo is vi'rrez que les etiaussures pie ce "soit sur
r > iiti ni le ou non sont faites avec cjol, soluaet so-
liilite, p-xr ce que les ouvrier, qui lus confectionnent et
1rs o itrlaux qui y sont employs rpondent et jusll-
f ient lo titre de la maison.
L4 SQ lETfi CMUKUB d HATI
S- fera un frai plaisir de rooi louroir
Iik.s les rcns La Furd esl conomique
Une fivto est une ncessit
Fa ni! Neuve.
a\n' Deux unis Qollots rulcnalll.
Tenex nous \%ir, o i ' i li.'ndra pour le i
Ce n'til pas la m r I o i s
THE UNIVER8AL CAR
Socie mmerciate d'Ilaili
tt f(u > Ma cd Gonolvt*
iV
R B M1 .-i n T DI
C'csl loul dire
1e C'est la premire macliine a crire utfenlde.
2 a Elle a loiiours t la premire, jamais surpas-
se par aucune autre marque.
3 Pour ceux qui l'y connaissent, "on n'a qn'J |a voir, pour
raconnailie que eett une beaut, une meiTeille de j'erlection.
^ pour la rapidit, la- solidit, la prsentation, e'eet la luatliine
i crire par excellence.
La h abrique \IM1.\GT)\ peut en te fier
Tous Us modles en s oek.
Tour ls conditions de paiements :
,r e-rs vous la SOCIT CQMERCIAE D'HATI.
Sqcn's F$telasil9%
ltale del lenqufl Nationale J Haili, l'or! 2U-frince.
CROSFUS.
Rtprscnte la Stpilorit sur les autres Marque i% Savon-
S A V 0 1M
Ces! le a\on de Lessive conomique et en usaije dans toules les iamilles.
Il klancliil le linge aduuralileraent.
En vent dans tout s. les lionnes maisons de la l'Iaee.
Cela Ltuleai peu pour vous convaincre. Due Irique.
Socilc Cow erriale dHaili.
g Us Exi tarifs
A l'tage de ta Bunqi "Hdth
l'orl-au- >


LV.j VTI1

D FNykEU
Pour protger -os pneut, intredu's /-y is charaSres a air Oo I ear Hll|l, Usuelle* eauservent une
pli 's ion d'air aoristant*.
.w
les chambrai a air louges Good uar ne sont pas pereuiee It par convoquent ne permettent pat
l'air de s'chapper.
Chacune est labrique et inspecte soigneusement. Ensuite on la pendant vingt quatre heures. Chacune d'elle doit tre parlaite.
Lei clia nbroa k air lmy.% Goo-i Tenr assurent! chaqu' MbeUor une dure et un service exceptionnel.
I
Lchettllei, pour leur commodit, Mi vice et cen >m:.e, m uru !> oup plu basqueeelui dei wrtrii clia nbres air de 4
Good Year Red Tubes
. le West Indes Trading fnmpuiy
Poii-au-Prince, Gonaves,
Jap-Haitien
roiioliain
Antjle Rue Pave el Rue du Peuple
Liste partielle des i*iticlex que nous avons reue pendant le mois d* Avril*
^Chtmiaerie,' Bonneterie
QmWhiImii piet iu u n i
Faux co<* t \
faut cola ( vr i ' i "
MMoko i
i, .1
Cravataa au croclieH
i n
ji t iti'ei Parin
faailfH E'sbtitjaai i.ra
thami"' a d lignai' blaacb
do i a leoi kehkl
do de aolrta ft plia
IiliU ,)jui
articles de mhiage
Toila air#a toui Boilaa i
Testa Creii pourUe tl I
Tartl* k 4iap
Telle ana- creil'e-
Moun'qiuirii ri'ialiii x'ra
llttiarat
Malles da voyagei
M alle rmoire
Survietlea de toi u. a 1 >'i Verrai i \w, Mi M. ro k ail
etc.
le da ii l>' i
i I ; i ftee.
Pota-i mu i m iii-1 f\ i >
' n'a ( lui M niuvem y. i
Paroolt tu m iloni
rra rapaasc, il Itoola ^g i
fioi luctii'i
P Uta Rob a l< 'le ti |uei
l'inta au tout g'orea pour pa iiai
rie
PlIBO ni al vive i >:' me
0 ne daai n boii
Hjuillottu et cmerelea eaiitMee
o rus au 1er Kalvmi u
H i .i i i u t.- r tnlv.nie
o i tli u a i
U) lll>l l o :, lei J'I'gO
ru i< la rur,| H Wi ilio: cou
leaut, tj-iicluUei, coillreaec
K'i9 e ock -u ! au uioiu a
SiriC9 i ath o I ni ui.u
iVonoe po r h lita a narquet
H ntui pour prq>Dt
Kroeiei hjreux
Pincecat
Roiaglaa ad o-ri i ooat a ,aclier|i ira, et le linge
HatiA ni J lien* c'i'qa i
Porte vUtitet i
iixliis a i iv 0 et 7 ) ! .rit
C iivrt'iii ** ti-i ,laine
HitUi ipala pour parqae^s]
Pipelarie
il tti d > piaier k leitrei 4) l)k
Ha cenM H'iii boite
Uuijt* il) Solaaj toute i i->r a
i I; ii ittl coulaara t i
il > d )ii p'u.n i riir
i K irta et Ou une H |uiie
Bjilai i* crayjoset autrj* aroM
lea d'ecoliin d-< 8o A P 2 la boita
Cnyooa 9, articles l'picerie
Si l,i m n iiiici tiOit 3"i
Hir ai* ei atJCI tm .t) n
r i I l h ne ii
Civil' Ai
Oivei ei fltcn le 18 7i
Ciroie imia i A lirai i'> et 5o^
Picklig ea fiaci'i d'un
litre de lo k P.
Sirop i Ktro* blvic ,
.Mrop < jane
Mla'i? lirer Haibil
it iioaaaai Pp n :
a-nul Fralcbei
N i t t N m 11 e> ualc.iSi
Dl 4t it M lit Q H U 11 VI -t
P.'ini 111/.::. 11 /ii
K 111 i ri 11: 111- v i \'i i
l'y.un :. i firam:
Ad ,iiiii(ii i h ntillj
Poioa pu,- In Hi i
> 15|
H

Poilre Ina*:ticiJe W
Eiu de Vichy, la bouteille Vo
jxi'm is et choc date
CtlOBOUta orlia an btrre
o n7 cbi| n oo V pur i
Cti >30latl en ho t k I >
Cioei *t "vlin ii an'' I"'!
r&M 1 ; ii n> ivt la II 5i,
Il jann ii i lu la lire 4i
Cnoli'.i m iftia la li 1 u
fablCS, cijars, (jijjrett'js
Ci ai firbla i li 5i '
.' aru K.f a' le cirt.t Sj
r > : .. i u pipa "Lick/|
Si lk i i V / t, a] i me il
cur i il : .c no >.
a pi Fruits et Uyii.aai F'
i glwin par le 19)m il
10 il 3J ,.e ciaiit Mil.
U ) ii fo a pir mois noua raaavMa
par U Vapsir da la lu ie l'u
rai du djiirre traia, Siaonawr,
Bien, r'rjtn yre, liui.iirt, Froraa^a a h
uriua, Je la baitoe, Clary.rooi
mea. Poirea, des .iXelatua 4a
porc. Huima fraia etc. BtC-J
BISCUITS dej toutaa aortaa ton
loura trwa a lu i 2) le paqar*
Uiacuit* Saltioai, Hoyal Loaofe.ai
Biport Soda eu farblaic.
:;Noaa avoue- toujoure la alac>
d'> ; . ddpicarta Je plui .eaaa
a. e uuii 4aaorU 4a,.P>>n:aai
Vrlasa
.Von .ai iuwU.I aaaa iMkar.
air.,;i pro opta t aijati* BV*
dei dinulorta alanoha ai aitaai ]
S01)\ FOUlTUN : Avis aux amateurs!!! Nous servons de nonveau
une vm* ta ghee sans gale, que nos clients se rappellent bienj
Venez vous rafraiebir
110, hue des Csars
Teipiione : 430


MISSING ISSUCS


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM