<%BANNER%>







PAGE 1

L£ dAlLN i — B _>.' DPURATIF du D^ M AN CET Maladie de Funmti Vie* du Snj Varie**, Glaod* Mauvais* circulatioa Maladie* de Peau R*toui d'g* Nettoie le Sang U Bf.lTIT a BOCTtOa MA OCT ntoit |t sang, s-lvlfle rt assainit l'organisai* Il vite ainsi le* %  ffeelioi.s Jun a uni combustion Incomplte de alimente — au ralentisse. ment de la nutrttMn (obetite. aiihm, rtesne, guutta, rhumatisme, nvralgies traaeet, ncarasthcaie, inaonv oies, veitiges, KiaOqua, lumbalue, I Oiei la lentme. Il rgularise la elrrulalinn rlu sjng. facilite 1rs rnuques, prt-aare la loi nialt.ui rt vite les niaijises le l'gc critique II claiccit le tout cl assure la beaut de la peau r/o' p/fect'ons de l'appareil respiratoire L'EMULSION SCOTT prise rgulirement donne une nergie nouvelle, augmente la capacit de rsistance et aide liminer la cause de la faiblesse. Bazar Mtropolitain AZKJIP d ne* Pave # du Peuple. •Ht' n -ut it i Or rj .,•• *,'tes la livra ^5 aJbiicota " 35 Lail vapor lerblanc sV Patd'.Vnchoix, Sardines 40 Bo lirons, 12 varits llv.40 Rtsotllts vtvmal s|,., KoM O a MON iv) u les 3) Avoiue le paquet 2? H i*>in sans ppins paq.-5 ••'•Mil la jiim u luaiaUiit partit ulii i manl sur l'applu allon du i roji I I aw< -. M ll0Ug*lon tst ailW rcennneit La crise anglo-gyptienne LuM'IlKS Lu criaa anglo gvptituue au suiet de I. qui >'"•" de ^OBSCMlon il" >oudan a | uoe i Ittce iiniioiUnle dans Ici pl .emenis biitaiinique et gvpli n. Lne ucente ded. talion de I. ni l'ai mut r a la i.liniul/ic b a isfus. Apis de longtca •aoluVraUoos, if Pu miei miouue /.agluui a COBMDli •> lesltr au peu voir. MADRID- l n cemmuniq i oifi ciel auiioiire un toulvimcol par un Itb Kabvles de la |.ailie oui deulala du Meroe ispngnol q i avait ljasqu ici p i .lique. Varits VENDREDI Masque aux dents blanches 4a, Je sV ii c[ii>.de 1 •, i,i rue 'ii timi % %  !—> %  —Il I %  • a t.tour 04 B Jeux llympiquea IJAii >'i *e l'Uiiii.t le Coogrs du Bureau pern ai Mil dtaFcdi ratioua Int'i rnal D L5porUve8. I lani l< coun de la n joun aa il y aura | ; ut un Baoqui tdeaFdi on* iBltr national* • s ; i livi a — Di'iiKiiu il y aai t i du ( %  Il h 1,1 .1 .i, ur Alhllic Aia teiatio i ti des prei Polo I d'eterinae. t*opioioi (l'un cnnlrrc i propos de I Administration Gf'iiia'f.ltsConli il) liions Dali ion lilion du 5 Juin di iniiT nolte confiera j^rmien "Le Petit liait! n" — aprs.avotV i.t|'l tl>' Ira ut. .1 i exposes Imiii neuMiiiinl parla Mini-lrn ilt-t Finance en expliquant la Dleai du nooveaa roeaga %  IniDbiratif ii ipl dooa la leodaoca p*i.rale d, M .1.h iiir iiux prraciiplion lgale* par d'habila aublarfugasi— app i %  • (ta i< i % % %  m auivaata cette DOUVI Ile 'I sp i> lion : Eaira prod lr-r BoadiffareDU la pois, n'est c 1 pas un 1ml au-inio lil i| if |uli iolique. Nirru'-l mi |u"il conv eni d'aug nifiiicr les a|ipi)ii,lein>eiits i nous illusion er nois mt>rae KesajfODI p Utt le rali aei si iaoi manl si siocraoeal ce t|ue nos lois nuis lomdetit: el sans augmenti r nos im, '• %  lll gel i iintriliuab ea le vies un ni elfaclif de leu s piolalions : e'eitd'uoiqui souci de la loi ac bielle. N i".t ce pis parler le langag*. de l'exprience et de la raison?... Sainte Rose de Lima Les membre" de l'Association tins Anciennes Klves et Us amies de I Uoiivre soni avi> •q it) ia con rraolcs meaauella aurai h u di nui % % %  li %  1 '.'Il et l mu. I, i Secitaira : Eponine JEAN LOL'IS K ai< nt prt'fenls B*tr VM. les BeriiaJraa U'E'ut Lie Tn&rd et Louis l'roplilt!. Uli'enant I iulervrT'issement de l'ordre du jour, le Secr taire d'tlai ife l'Intrieur dpose sur les Im i IIIX de I Asrmbl-e. I 5 Un projet de loi qui rige Trouin en Qu rii'-r,— i L'n projet de lui qu io.ee la I '..bi i .u-de a Caib diile de Port au-l'rince, pour la construction d'une cole, le terrain du domaine national situ en celte ville, l'angle des avenu a .Iules l'oup'ard el NorlAlexi-, !l J li projet de loi qui modifie les article" i el -' de la loi du 20 fvrier 1V42 V, en ce qui concerne les tarifs dts biens-loms Disai. en vue d'une meilleure app'icaliou de ce tarif,— 4 Ln p ojet d loi qui fait dpen Ire a M i -on Centrale les Ans et Mtiers du I paittment du Travail el li |>I.ii %  %  soua la direction du Service technique de l'Enseignement l'rofei-ioqnel. Mil. les SecrtairesdElat ayant soll cii eu f iveur du dernier projet le benflsa de l'urg-tnce, sont eoBkbaJlui ave; nergie par les l'.o iseiilers d'Elat Itouzier. Iten Au^usle, Ernesl Rlgaut Cliarllinii li reao et D abarre PierreLouis. I.e s, rrtaire d'Elat de l'Int rieur, ma ^re l'animation des dbats, maintient l'urgence rclame pai lui el son Collgue du Travail el enlin l'urgumentatiou des Con n illeis dont les noms sont cits plus h ut ni'jinplie des raisons inso|ues par es honorables Secrtaires d'iJiil. • En cons | un e les qu tire pr )• jejs sont eivoys l'luda dis Se lion co u;i. tentes, l'uis le Sserl vire d'Et i' du l'ravul I p>.' le projet de Budget du Nouveau Dpartement. tien Driiar /Vowf>* IS Rut Je 1 IniversM Pr OVMAIRE Dr LA LIVRAISON |.U lerJLTN 1 08S Les Collrquts d'Erasme. Victorien Sardou. Le I abynntbe —Demiro r ,srli. Edouard Estauni, de I A'demie franaise llonsard et Muiset. Gabriel IUno'aui, de l'Aead mie rtan.,ise. En Russie — La terre aux paysans. Cli W. Kols'vi/on Les trois Ampre.— H • "• imo r.^ux de Madane lie,.ne r. Louis de Laun y d V ad ne des sciences. Journes de prit* mps en II >' lande, Marcelle Tlm \re. L'histoire des"ii'nes el le roi de la France, Emi e l'.carl, d l'/>cadmie des K ri n t* e • S* Avis importait JJAssoci capitaliste e9t demand pour allaire absolument sre, trs avantageuse el honoraliid Ecrire J. KAR, Costa Restante 1 Naissance "JNous'avoos appris avee plaisir la naissance de MAIK TintnZE THEBACD tille de Mr et .unie i.eou R. Tu baud. Compliments. vendre I ne chaudire vapeur ny sic me vertical de 12 chevaux le force avec tuyaute, te, nivettj d au. ma nomtre, chemine en tle Jde fer et grilles pour le luurneau. Installation complte en lias bon tat. S'adresser au Bureau duJJournal. Pour gurir ou viter H'IMIKII CON'.I irai. ON eoaonTiomiTouaostcanNi IL SUFFIT de prendre AV l'un dm yrom repsa.*) tassa M* eus Jamet atan>at une Pilule du 1T Dehaut U7, rur du J'aub* 6t-D*ni Prit Hais I1J-.U! exiger les vritables qui ont tout k lait bltathei M tue e.iun laenelfe le* rnota DEHAUT A PARiC • sant iras iistilamsail ima>rlms n aolr 1 Mente de Requiem Las membies de l'Association des Ancienue* Elves sont pries d'asSIaUll I il BSeaae de t.c,,ui.iin ; iii ilile ,i 1,1 t.hapi lit) Me i Lima, mai li S Juillet I u i, i. fi ii h mes ei Qe me, > n m m ira de Mm Vi V. R auvoir, ( umtnlde Ria.), I lienI lai l I, i i :• me i.un nuel Beauvoir i \i iju i le Roy ) |,e ptrcn > cl les amis de nos regrettes* i y sont mssi cordial) BM al loi t. B La s< i i laira : l ).mine JEIN LOI 18 "F^rr^ilue NISTI ci au lait tfct lalin tut ld et le | In? ri ici. niand< ; UN i lauts, FUI tout au moniLiii du aivrag ti peoitaal la lr tic c romana Elle conrienl aux astotuics dbcata. Agent pour Hati : |. l'HI.Kr/MWN-AGGF.nilOI.M ^_ ___^_ aaaaa*l Chili in.i. iiiiinijue \vanl hier, au cours d'une r m itn des i u.' lle %  H p 0 s B t fa v i u %  Ile / ... Cl uni. I UI il. I :. 11 I.. .. N i s-ii i i > < I ||, P. Un by. Jve Wi I. initiuii i %  %  I-OI f en ht i I-I voie tt nous souliailulis qu'elle ahoutise un plein I ParSiana Vtti par voie parti CE SOIR L' \i %  I.'.M v <: 7e, 8e ot3 i'>jiiodes Enlre : 1 gourde. Uitre Remploi letsieuri J. L. Yilliiuevi H Co le Poil de Paix,deinaitdi'iit un Pharmacien diplm pour dii'ijer tour Itabnuemenl i portlelaix. Prire le s'adresser i e iv soit en personne ou par CoiTesimn l.ince. V" Postulant a.ira i pr •enter son dipli) ne et dsi lli'ieint is, Port de-l'aix.a juin 1924 J.L_TilliMen la i"ii unatif Sjourn Avise s s -liants que le servie i de nuit est si.spen du du 1er au II Juillet. On dsire Employai un jeune homme a-ahl ii-j.i lut le service de la douane el du Cdtioia.e. i ailes des ollres au Journal. A. et F PKARS Limited four lyir Is teint Irais si eoiiRi-ner toujouri,inUcle relie Iralclftir, servez-vous des evaellenls proinil! del lameuse marque 4. tt F. PeaiS liffli-d Engla.d ; li'ls qua: Savons tran*ip irents en boi.i-'s, Savons transparents en tablettes. Fina^oudrs de I aie et poudre Sa Talc pour Bb, Htons rouijes pour lvres. SiM Vtfiu ei Wlrei Vieux. ; En vertu d'un* obligation^hypo Ihcaue, rapponee par Me L m (h u les et son 1 ou frre notaires A Port au Prime, le 10 mirs l(i£3 et d'un commandement demeure ir.frue.lt ux, il sera procda, par le miiu-ie e de Me Lon Charl-s.no. taire requis a cet effet, en soi iu de aise l'oit au l'unie. Hue 'u Peuple, le lundi sept jaillit eu cours, neuf heurea du malin, la vente au plus offrant et dem er enchrisseur d~un demi carreau le terre arrn.r, dpen tant de rbibi talion Roulard, sise dans la l.iitn munc de lAn-liaie et prendre r 11 tir de la borne d 1 sieur .nnu ysse, d t 11 ne I' erre l'anel'e, tel que ctl imtif ul.le >e 10 .rxuil.com porte at s'tend sans sucun • *x p lion ni rserve, sur la mise prit de US gourdes. Aux requte, poursuite et dili gence du siaur Catulle Jrmie, ( iropritaira demeurant et d mici i Port au Prince, ayant jour avocat Me Llio Malabranche et pour domicile ela le cabinet du dit avocat. Mal Hue liante* D-Hlmi chea, il*, ainsi que le Grefi • • 11 Tribunal de Paix de 2'Areahsis, Contre le sieur lieneas Estime, pro, in 1 demaurasl *l domici li l'Ait' -h ne pour p u> amples rnfe : gnmenls s'adiessif au nolaiie lus d-tign, d.|u-i!aire du cahier de* charges, ou Me Llio Malembianche sous ligne. Porlau Prtnca. la 1 juillet I9J, Llio MALEBRANCI1E a nuit con;nele jour Mail. Dpense. Ces lampes et (snaui k (jasoline ne cotent qi s eiiiq cSnlime* uar nuit pour opier. l'orce 11O i 45. bougies. Le (j, nraieur peut tre nettoy lacilemeul [>ar un 1 nlnnl. > Totitei picss de iceliaiiije en slocli 1 S tampinij H' Electric Works. W. Quiiili Williams, A'.l 1 ,l entrai 1714 Hue du Magasin de l'Etst. la National Ceci n'est pas lire Car (ta la Holams |' U3 sais pi-sonlalre. Cepeudant si vous passez du cotidu Bureau dc.l Administration postale, :l la Granilltue, Rn'iU. hCottneMstMiB A la Conscience Vous verrez] que les chaussures — que oe soit sur commande ou non — sont faites avec |oi.t, soins et solidit, parce que les ouvriers, qui les confectionnent ei vss mat* Taux qui y sont employs rpondent et justifient le litre de la maison. •aUae do fcana. preecrit Ml im orum 1 sut rrrn0iiMue A4 C.-.4S. i DftSCHiSWa a i Uaeioglokla* % %  'Uni la r(aadrr".-"'." aaai"arrui'i5ia. '-Xmlt .au. .. %  ..-s..* S* 'araS. Dawi .au., eisemaa*. ; a r** *....>. raiu* M 1 u.1 S S



PAGE 1

T %  F "SS au u la U les i: • y BiKfiGTEtn l'HOPRIKTAIRE |/HM/.ViEl-ir Clment MagloirPRlNGK(Hviri JUD1 %  JUILLET 1924 Un sicle de mdecine en Hati L Journal Mdical Hatien dans M dernire livraison publie sous la signature de notre ami le docteur L. Pressoir une lude sur les dillrentes phases par lesquelles a pass la Mdecine chez nous, qu'il importe que nous signalions l'attention de nos lecteurs. Cette tude est certainement la premire en date sur ce sujet. Des 1 instant o I Indpendance avait t proclame, le gouvernement hatien comprit que les mjecins et pharmaciens Iran;us qui avaient chap p au massacre gnral grce aux instructions form Iles de L)essalmes,ne pouvaient rpondre aux besoins de la clientle et se dcida de crer en troit rapport avec les hpitaux existants, edes colss de sant pour lenseiKnemeni de la Mdecine opratoire et des soins d'uigence accorder aux malades et aux blesss *. LA GE.NKSF DO SEIIVICE LE SANT .Ce fut la suite de ces premires dispositions que le Snat de la rpublique vola le 3 Mars 1808 une loi sur le service de sant des hpitaux militaires, tablissant une cole de sant dans les hpitaux de Portau-Prince et des Cayes sous la direction de l'Ollicier de Sant en Chef du Dparlement. La nouvelle organisation prvoyait l'admission d'aspirants, sachant lire et crire, dont l'ge varierait entre douze et seize ans. LECOUE DE ..1DECINE L'Ecole de Sant a Port-auPrince, prit rapidement de l'un porlance et ne larda pas tre dsigne sous le nom d'Ecole deMde.ine, titre tor.f acre ollirielkmcnidarsunarit [ublic taru tu IttiO transformant dliMiivcntnt la premire ergai isalicn en tendant sts aiini plions. C'est donc nous dit le Docte tir Pressoir 11 Optai (;i < se U-itain i les (ouis,c'7 conliait aux juges de paix et aux commissain s de police la propret des villes, le conlrle des boucheries, des V avisions etc. et une autre le Juillet /817 conlia aux Conseils des nolfbles la surveillance des cimetires, le conliole de l'Etat Civil. L'EXERCICE DI LA MDECINS lut rgl par un* loi de Mai 1816. Des dispositions contenues dans cette lui qui n'.i j imais t abroge il est intressant de signaler le tarit en usa ge celte poque dans les villes, suivmt lequel ch que vis te en ville de joutait pt 0 50 cls et chaque visite de nuit l J. Pour accouch m H t s mpie 4 00, accouchement la'ioneux Uiljo. Les temps sont changs et comme nous sommes loin de ce tard humanitaire. Il est /rai de dire aussi que les besoins se sont accrus dans une proportion qu'il ne laudrait point ddaigner. De/838U850, l'Ecole Nationale de Me 1er ne ne revt aucune caractristique apprciable, si ce n'est la cration du Jury mdical par la loi du 7 Juin /87 et les vnements de 1818 la privrent des lumires de ceitains professeurs qui furent tus et d'autres qui durent s carter de la vie publique. AVEC I.'AIHIVE I R GcVTRAJtD A LA PRSIDENCE Unadeuxn; mesure h>ireuse fut celle prise en /S77 par ie goufer letaeal li ilti m, qui accor la une rleur >h natre mille piastres pour f>mli > ration du -natriel le 'Ko de Mais IVep it altruiste du hdirecteur de l'Eco'e le \| | %  ci i • se mvvtesu s.irt >ut ,i, les suggestions qu'il lit au Gou vernetnenl pour lu cration de bO'ieses R'rm'tt Mil \ g Bj | idiants d'aller coitio.il •I MIS %  '•lu les i la feq M l> |f lecin i de Paris. Ses d'mir. hrs lurent cou ou 's le SMC : dix tudiants pirt r nt -t s f vrent Paris en N iv rob c /N73. Ctaient messi m i I '. %  •tou Baron, Gouttent M i Znlm'us Choiail, lb:h i ''.relier, Archirn lu l)s>r, Gun Ifo Jos ifa, Il liahotire et Loufr Jos ) Ja ivi >r de h s ictio i d M %  lecin %  et Dure Du ilesay, El ooad Coic ) i, de h lecti i i de pharmacie. Le Dr Camille Joseph eut pariculirem nt du succs si obtint une mention Itonorabh Dour uns thsintitule: c Da l'albuminurie et de l'cla npsie puerprale C'.s m leci is revenus en Hati, ce lut un vritable vae ment mdical. Malheureusement avec ravinement de Salomon sa pou vo ; r, le Dr Delioux fut rvoqu. 1 < ; i urn %  M. F, Sel i "n il son conco ircomui* pliar* im i "i. Nom ptMom on; "ilrnce ht dombrine< hl ( ilis que le Mani m^iTii" lfd naonierre'ten l'avis e I Ko > de M'. • %  qu p ieiid.il <| i'e Iseule avait le droit de mnrrer le titre < %  in o de i.' fan me. Ce cou l I Ni iit tre funeste la Poli liniqoe L'axt-mp'e du Doreur Audain ( irodui-it es fruits. Ainsi atimu es an aatre | mdecia fondi le II Janvier 18 /^Wav Nouvelles Etrangres Par Caltle O.i 11 s herme ireneise Commmoration de la fte de liaamricaine ea fribce M %t\ HMI p| f,,,, AL -."R|„ K 'sa doeteuri V '..Michel. l'over, I). r)a| i che<, ''. y. M hoti ire, Rlfa u |, M L*. feri H i, I. I \ K '\i\ Survinreal les T^nements de Le docteur Au Juin fut p. I Cm ,i pour SUC' i au Dr I. B. JstDtt comme Jiirci-eude l'Ecole d 1 I M li's rc moment le point i irt d'an • inimoei i lis proD wes entre |es groupAiulaiu et leanlj La | eaag< d i Dr \u 1 .in n I'.cole ne f i paj de loBgae dai le (>r.len(\ ne hrda pal y re•' y L'ACADMIE DE MKI.I CI M: qui cre par un avis du 4 Janvier 1823 du Secrtaire Gnral Inginac et place sous la direction du Dr Fournier Pescay ne fonctionna mallieureusement jamais. Celle Acadn.ie nous %  ut le Dr Dehoux, eut t mme de pioduire des bienfaits, car le Dr l'tsiay tait dinede la diriger. Mauqua-t-il de persvrance ou JetlmenU qui pouvaient le seconder ne rpondirent-ils pas ses appels ? Sans doute ajoute le Docteur Pressoir, l'esprit public n'tait pas encore prpar une pareille cration . LES SII.MU I I' ( MITALIERS re lurei I fcir.1 r^ligs. L loi c'i y an ni crait .un bopiUil nililaire di quatre c-enls lit ;i Port au Prince et ,ualrc hpilaui de deux cen's lits a Janiiel. aux Caj.s, | Je icmie et l'An.-. I Veau, lit pal une loi du 10 Juin f8/8, il liait atrt qu'un hospice de chante et de bitidaisauce serait I Ecole de Mdecine reut une impulsion nouvelle. Le matriel fut renouvel. Un jardin botanique fut cr dans la cour de 1 b| ilal militaire, le corp des proies?eurs et le service de sant furent rorganiss. Les conditions d'admission lurent respectes ; on eut ainsi dfs tudiants mirux prpars. Ce fut cette poque que s'insen virent ceux dont les noms suivent et qui pour la plupart devaient a arquer dans l'histoire de la Mdecine hatienne: Constantin V. Do\er, Hoche Grellier, Cdon Baron, Camille Joseph, Castagne, Marcel Joseph, Acloque Mendaga : L'cole de Mdecine suhu une clipse peu dant les trois annes de la pre sidtnce de Salnave. A ce moment le Dr Dehoux se multiplia pour lui garder son prs, tige. L'avnement de N'issage Saget au pouvoir, le clbre mdecin eut la direction de 1 Lcole de Mdecine. L'ŒDTBI DO Dr Diiiin \ La nouvelle direction qui Jura de f870 1875 fut leon de en rsultats heureux. % Un contact troit entre la direction de l'Ecole et le Ministre de l'Instruction pub ique lernut une srie d'arclioralifi. dit malr-e| et i'org8.ni* H lta de CEeu e d ; n,ei a la p nitilgaiioii de |!usiurs lois e,i.i ii n nt in i a lortatttri t Di l'volution mdical j de notre pays. 1 %  •" '".i parla loidu27SepI.II i ie l.s.n, | e litre de docteur en Mdecine lut aux tudiants de IVole Je IfJr ine ayant subi avec su leurs exaiiaens. L\ Pfll IDE m: /H8l) I 8*1 A part h sollicitude que i • moigna lo Gxjvernwi! it de Salomon l'orgmisation de l'K cole de M lecine, il convient de noter la rentre en II un dumit relie poque des Do leurs lliboul. Ducnalellier, Boro >, bibourin, etc. et la sepefattoo de rilopul le l'Ecole •!• \l ideeioeiCttte dernires^aui rui si avoir son locil pronre l' difioe qui avait abrit l'evp >sition de WtXI et o elle devait rester jusqu'en '910. Celte dislo-.ition fut la I lis funeste et I llopila! et IL cole. LVnseignerner.t clinique en soullrit Les gnrations md cales qui se euccVireot l'E cole de 1888 i'J06 furent obliges de cheiclier pniblemeut dans les cliniques prives l'ducation technique qui leur manquait. L \Ki:iu'. f M Du I ION Al DAU Revenu de France aprs avoir fait ses ctudea classique au Lyce Louis le (iraud pah des liid, mdicalea h la Facult de |fde> cine — l'arrive du Dr L. Audain coDlitua un vnement considrable dans le inonde mdirai. Dl effet, quelque Jemp. || aon arrive en Ivil le ,')i \i,di n •avril la Clinique Claude Bernarl o i'ensei^uem rit qu'il donna aux Ma li mil rempl/t. i I loi ui,e lar^i meure les eoora Sa l'Baola de Mdecine. Avec lui les tudiants apprirent la smiologie,l'anatomie pathologique, la pratique dea ncropaies, la physiologie, 1 1 tli raiieutique, 1* pathologie mdicale et chirurgicale et surtout la clinique. Les choses continurent ainsi peniaul I •• aon-^as, le mouveiii'ni un i,. ,| l'afrim ri par la paMn nlion .1— \„ riodiquei, c LeJour* Etudiante %  > ei -La Lanierne Mndiea • loraqu'i i IM IS niqu.Claude Bernard •< %  Iran ma eo • Policlinique Pi 'e cor, | lves du Dl dain. I.hailes Mathon, \ i "• Kii de, G Dalci.cour, J. ( DofsninvUla ques j^rfreres, les Drs Armnd. Mnoa, balomon, romond, J Dcr OBRaaLi DUIS i.'ms; ions LE IA MIUKIIM iv mitl Imprgn des conceptions pathologiques de iKcole IraagsJse, le Dr Audain publia son premier euvraire : Palhologia intertro le, et s'taut ensuite rendu en France il s'inscrivit au laboratoire du professeur llaphael lllam liard et pi'ininiil une anne uppril i faire des aniiK liTiolouie, d'il Histologie" et de l'arasitologie. '(•venu m Mnitl il ouvrit en mai I' i avec le concours ppcuiihiru de qurlqurs amis un petit lal> i .Mira d'Hmatologie et de H. rio.'ogie Clini |uaa. La cralion de ce lahoratoi e, dit le Dr C. Pressoir • -t une d 'H I m port an te, i losidrabta da I 1 histoire del M-le, in,. u Haili Aprs la publestion an 1906 des •lleoiooiicroblistocytes*, sa(> vant laquelh, Vudain croyait IVOil trou\c un moyen suaai iufaillibU de duliqmr I.; paludisme, mme en l'absanedeshmatozoau*aa de Laveran que la lactioa de i. dal et la di/o raction pour la le vre Ivphoide. du gros volume des i. Plvres inlerlropicale •de I tUrfaoteme dam les Infeelionss, ce d.rnier ouvrage couronn par I Acadmie da Mdecine de Paris, ii parlit pour France. Be nu en llaili en 101 ., aprs un pesante malh.ureux au Minis1re de l'iDStriU IlOI Pub iqu •. il reprll l'exercice de sa proies,. n lit une brillante srie d'oprations • I dgot de la situation politique du pa\s, repartit pour I r.nce en I'JI8. I. unie sociale et mdicale du br Audain a t donc considrable et depuis elle a t continue par une pliade de Mdecins au nombre desquels il laut citer par tkulierement le Dr Salomon que qui, nomm la direction de I I cote d* Mdecine, la a I Hpital militaire, il qui .1. vei 1 MU aprs Dite leur Mdical de 1 hospice Si Franois de Salles, Iranslorma est tabliasemas Par IMOI ta qui 0 peut sa faire une ide des • Morts tent,, par le I .,,, Mdical pour niniilanir celte i util nlion a la hauteur de 'a noble mi-sion, car les wcours de IKtat n on' jamais t bien giands. C'est ce qui 1 |. clique qu'aprs cent ans l'K. oie de Mdecine vgte encore. I n adressant no* oomplinsantl au Dr Pressoir pour le nob'e souci dont il a lait preuve an mi usai .-n svideBoe les traits qui ont mi.c..us cette Institution de k Iode,. 1 dan a s nos jours, us mil ux coin lure qu'ai 1 bainn qui, dit il, Il 1er I'I T .iniioii de sa | ,. 1, ,{,ii m a lierle. 11 n'a tait que du bit 11 t rien que du bien son ps\s. PABI3 1.1 anral VVaJ di est 'a 11 • preidenl da la c >mn issi m iati le eanlrola ml Allemagne eu rems ' neol du .. %  nral Nollel. Le gnral Sari lil.an eien 1 omm indanl sn aaaf s ar %  • eu Oiteni sel r ppel A j'acliMi M M. v i„ (i ,„.j en minia re du la ,.|„ l : idaal de la commission de Par m e le I 1 1I1 mine pal !\ .., j con 1 k M. Paul llonc %  Inillet une plaque comme 'Y par le comi M Pranee-Amrique sur laquelle %  I in-ciiles les paroles minn nbits les qratrs dernii rs 'ambaa ui amricaine. M. Ilerrio! p s l ra la nrm MM n,.ri k "i il mot lus > assisteront. autour d'uni' rponee elle m tnde i le noie det imbaseedeure ttkt PARISSuivant l'Bcho .le Pn ris la premire reral m dalla r poose du fouvernenaenl allemand li note des imbun l • ir alll ipd du coutrol 1,1 hii irn eo „ muoiqul le il Juin au charg '.ires de Franco II," Pn ..on tenai< trois importante rneilll c m nues le Jii |uin Lord Daberuon et le charg d il fa tes dl France, au nom des aile 1 -, dolarrenl ces rserves lue l i 1 ibles M. Ilerri.d avis | |i Ffl ii ige 'uni 1 de ses taHi. la gou ver Dament allemand e ravisa alon •I lUpprima les roser\es. b's Jcu\ lllvni|iijues l' v ltls —. Lan escrimeurs italiens L'.i'liluuV els opposant i li ili.iiiilue italienne R 'MI— Les dputs de l'oppo sili m ont de, i,| : de continuer l'abstenir da participer aux Ira VIUI pirlemmtaires. Ils consid reol que les cliangements effectus dans le cabinet ne garantissant pas que le gouvernement suive nue nouvelle politique el dsirent loir d'abord comment le gouver n.inenl rtablira la vie normale dan* le pavs. Ko attendant ils ont a.bess une protestation contre la praeoca da M, Aldo Oviglio au mi ni-lre de la Justice et contre l'em pi 1 y< s lui batla par le franais Coolrol et la norvcieo Aas mais lui vainqueur de I anglais ^lenif ei de l'uruguayen Telle enta. Bloomer lui battu par ses ad ver-ain d'Angleli rre et da Suieec mais, batlil Paatrich an Hubert Les autres earrimeui|u dl pour les demi tin : |,., mi, ses Alhicel cl I cliui.; les anglais Montgom>r\ .t Sberirf.Panlrii Mea Etiiogar, I uruguayen Moaa^y, l'ar f /niin Lerros, le belge Chabayet es franais Dm r I et CoutlOt. I. Nussiiliui n'.issisteua pu Londrei • %  la eeo* lrence ioterelliee, Le Japon j s ra reprsent "• >MB'. eabinets de Un dres .i da l' 111 .i p irticuIirenMBt n de llruxelles ..ni insist au I" %  %  M MUM 'Imi pour l'enaa ni A perticiner s la contrance ls tarai lie sur les rparations qui au ra lieu ie mois*! 1 i Londres, mais le prsident du conseil d'Italie ne l''"| l 1 %  n |Nl y assister en raison de la situation intrieure en Italie qui rclame sa prsence. M. Mnaeorini a dcid d'envoyer Iree M Uoertn de Stefan.',mi nietw ,| 'i'" ie,lamiliana avec la question d s rparali >ns 1 nul c limait pertaitemeal les ides de M. Mussolini ce sojal. LONDItl.SL'agence 11, annonce que le Japon a 1 '" le prendre part la il'e de Londres ration! ; il sera rapr sente par ses ambasadeurs eo France el en Grande Bretagas, Du nouvel in i'e f. NecJonald LONDRBSl'our la septime fois depuis s ( *or nation, lo gouver nement travailliste Macdonsld a •M batte A la .In mbre des Corn mmes sur li m ition des conserva leurs p M mue 1er le projet de •ol M iiuier. L'ami nlem eut appu > pir les libraux milgr l'oppo sition du chancelier Seowder a t aloji par HO contre 15. Les circonstances qui ont eolooH linciilent le dra |MMII .iinrneain au Japon TOKIO— L'enqute de la pahea a clabli comment s'tait produit l'incident du drapeau de l'embaa sade des I.I.N I uig, V'ers midi 45, un japooais est parvenu a ae glis ser sans tre vu dans le btiment dl'iinliassade, il a ensuite griro p sur le mi\t el coup la pavillon I %  l d s cordas qui la mainte n lenl lusse L'hornma descendit alors et put chapper avant l'arri i de la police japonaiae.il a pro lil du moment o il n'y avait au cun amricain daus la partie o il Ml mir. Le charg d'affaires Caf fep s'eal rendu immdiatement au m""1 les aflairea trangres pour prolester nuprea du ministre M. Nhuieliara. I.a police a plac une garde prs du btiment. I.i loi ;iiiu'iic;iine surl'im initinition Lui l'objet de copieueee dlibrelioot • le chembre japonaise inKlilLea dni chambres de la Dite I'I ' l leur premire sance ont v il des rsolutions fortement Opposes la loi amricaine sur l'immigration interdisant l'entra de. Japonais aux Klats Unis. Le vote de cca rsolutions a t suivi d'adresses prsente su Premier ministie halo et au ministre des sflaires trangres La rsolution del chambre des pairs approuve Pacte du gouverna ment japonais i l'gard da cette loi, celle de U chmbre demande au (jou*ernemeat de prendre laa mesuies que comporte la situation et dclare que | a Inuse d'exclusion viole les pria pas de justice et • oimro.nel les r Liions amicales d.s deux 1, ys v eilles de soixaale dix ans. Le pi ••,. kai t du conseil a prom s de cheiclier une nouvelle solution 1 la question d'immigra liou et d'accorder la suffrage uni versel. lu Dpartement d'Etat on considre I incident du drapera ta Japon comme tant clos WtSHLNGTO.yLe Dparte m Dl

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06231
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, July 03, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06231

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text

T
F
"SS
au u
la
U
les
i:

y

BiKfiGTEtn l'HOPRIKTAIRE
|/HM/.ViEl-ir
Clment Magloir BOIS VERNA
1358 Rut Amricaine
MO *am ^QcBrniflcs

^80 .,,
i jCe n'est pas le tout d'aimer le
: uple, il faut m juste ; ce
n'est pas le tout d'tre juste, il
Irai aimer le peuple, et le ier-
T* Jen Jokaiet
Quotidien
TELEPHONE No U1
18ime ANNE N 5249
RORT^l>PRlNGK(Hviri
JUD1 JUILLET 1924
Un sicle de mdecine en Hati
L Journal Mdical Hatien
dans m dernire livraison pu-
blie sous la signature de notre
ami le docteur L. Pressoir une
lude sur les dillrentes phases
par lesquelles a pass la M-
decine chez nous, qu'il importe
que nous signalions l'atten-
tion de nos lecteurs.
Cette tude est certainement
la premire en date sur ce sujet.
Des 1 instant o I Indpen-
dance avait t proclame, le
gouvernement hatien comprit
que les mjecins et pharma-
ciens Iran;us qui avaient chap
p au massacre gnral grce
aux instructions form Iles de
L)essalmes,ne pouvaient rpon-
dre aux besoins de la clientle
et se dcida de crer en troit
rapport avec les hpitaux exis-
tants, edes colss de sant pour
lenseiKnemeni de la Mdecine
opratoire et des soins d'uigen-
ce accorder aux malades et
aux blesss *.
La ge.nksf do Seiivice le
Sant
.Ce fut la suite de ces pre-
mires dispositions que le S-
nat de la rpublique vola le 3
Mars 1808 une loi sur le ser-
vice de sant des hpitaux mili-
taires, tablissant une cole de
sant dans les hpitaux de Port-
au-Prince et des Cayes sous la
direction de l'Ollicier de Sant
en Chef du Dparlement.
La nouvelle organisation pr-
voyait l'admission d'aspirants,
sachant lire et crire, dont l'ge
varierait entre douze et seize
ans.
LECOUE DE ..1DECINE
L'Ecole de Sant a Port-au-
Prince, prit rapidement de l'un
porlance et ne larda pas tre
dsigne sous le nom d'Ecole
deMde.ine, titre tor.f acre ol-
lirielkmcnidarsunarit [ublic
taru tu IttiO transformant d-
liMiivcntnt la premire erga-
i isalicn en tendant sts aiin-
i plions.
C'est donc nous dit le Doc-
te tir Pressoir 11 Optai (;i < se
U-itain i les (ouis,c' i e*e 1 Iccle de frdrcine, Itti -
lernaiien de l'Ecole de i-an
eie tar la Ici de Mars 18) S.
1/autns iinovauons de\aient
suivre.
Ce lurent :
tabli dans le chef-lieu de cha-
que Dpartemeii i pour recevoir
les pauvres valides et les inlir-
mes des deux sexes et de tout
ge.
Uuant la police sanitaire
une loi sur la police du 18
Avril 18>7 conliait aux juges
de paix et aux commissain s de
police la propret des villes, le
conlrle des boucheries, des
Vavisions etc. et une autre le
Juillet /817 conlia aux Con-
seils des nolfbles la surveillan-
ce des cimetires, le conliole de
l'Etat Civil.
L'Exercice di la Mdecins
lut rgl par un* loi de Mai
1816. Des dispositions conte-
nues dans cette lui qui n'.i j i-
mais t abroge il est intres-
sant de signaler le tarit en usa
ge celte poque dans les
villes, suivmt lequel ch que vi-
s te en ville de jou- tait pt
0 50 cls et chaque visite de nuit
l'J. Pour accouch m h t s m-
pie 4 00, accouchement la'io-
neux Uiljo.
Les temps sont changs et
comme nous sommes loin de
ce tard humanitaire. Il est /rai
de dire aussi que les besoins se
sont accrus dans une propor-
tion qu'il ne laudrait point d-
daigner.
, De/838U850, l'Ecole Na-
tionale de Me 1er ne ne revt
aucune caractristique appr-
ciable, si ce n'est la cration du
Jury mdical par la loi du 7
Juin /87 et les vnements de
1818 la privrent des lumires
de ceitains professeurs qui fu-
rent tus et d'autres qui durent
s carter de la vie publique.
Avec i.'aihive i R GcVTRAJtD
A LA PRSIDENCE
Unadeuxn; mesure h>i-
reuse fut celle prise en /S77
par ie goufer letaeal li ilti m,
qui accor la une rleur >h na-
tre mille piastres pour f>mli >
ration du -natriel le 'Ko de
Mais IVep it altruiste du h-
directeur de l'Eco'e le \| |
ci i se mvvtesu s.irt >ut ,i,
les suggestions qu'il lit au Gou
vernetnenl pour lu cration de
bO'ieses R'rm'tt Mil \ g Bj | i-
diants d'aller coitio.il - I mis
'lu les i la feq M l> |f lecin i
de Paris. Ses d'mir. hrs lu-
rent cou ou 's le smc :
dix tudiants pirt r nt -t s f -
vrent Paris en N iv rob c
/N73. Ctaient messi m i I '. -
tou Baron, Gouttent M i
Znlm'us Choiail, lb:h i ''.re-
lier, Archirn lu l)s>r, Gun Ifo
Jos ifa, Il liahotire et Loufr
Jos ) Ja ivi >r de h s ictio i d
M lecin et Dure Du ilesay,
El ooad Coic ) i, de h lecti i i
de pharmacie.
Le Dr Camille Joseph eut
pariculirem nt du succs si
obtint une mention Itonorabh
Dour uns ths- intitule: c Da
l'albuminurie et de l'cla npsie
puerprale
C'.s m leci is revenus en
Hati, ce lut un vritable vae
ment mdical.
Malheureusement avec ravi-
nement de Salomon sa pou
vo;r, le Dr Delioux fut rvo-
qu.
1 <;i urn . M. F, Sel i "n
il son conco ir- comui* pliar*
im i "i.
Nom ptMom on; "ilrnce ht
dombrine< hl ( ilis que le M-
ani m^iTii" lfd naonierre't-
en l'avis e I Ko > de M'.
qu p ieiid.il <| i'e I- seule
avait le droit de mnrrer le titre
<' in o de i.' fan me. Ce
cou l I Ni iit tre funeste la Po-
li liniqoe
L'axt-mp'e du Doreur Audain
(irodui-it es fruits. Ainsi atimu
es an aatre | mdecia
fondi le II Janvier 18
/^Wav
Nouvelles Etrangres
Par Caltle
O.i 11 s herme ireneise
Commmoration de la fte de lia-
amricaine ea fribce
M %t\ HMI p| f,,,, AL-."R| K
" 'sa doeteuri V '..Michel.
l'over, I). r)a| i che<, ''.
y. M hoti ire, Rlfa ,u|, M L*.
feri h i, I. I \ K'\i\
Survinreal les T^nements de
Le docteur Au Juin fut p-
. I Cm ,i pour SUC'
i au Dr I. B. JstDtt comme
Jiirci-eu- de l'Ecole d
1 I M li's rc moment le point
i irt d'an inimoei i lis pro-
D wes entre |es group- Aiulaiu
et leanlj .
La | eaag< d i Dr \u 1 .in n I'.-
cole ne f i paj de loBgae dai
le (>r.len(\ ne hrda pal y re-
'

y
L'Acadmie de Mki.i ci m:
qui cre par un avis du 4 Jan-
vier 1823 du Secrtaire Gnral
Inginac et place sous la direc-
tion du Dr Fournier Pescay
ne fonctionna mallieureusement
jamais. Celle Acadn.ie nous
ut le Dr Dehoux, eut t
mme de pioduire des bien-
faits, car le Dr l'tsiay tait di-
nede la diriger. Mauqua-t-il
de persvrance ou JetlmenU
qui pouvaient le seconder ne
rpondirent-ils pas ses ap-
pels ?
Sans doute ajoute le Docteur
Pressoir, l'esprit public n'tait
pas encore prpar une pa-
reille cration .
Les Sii.mu i I'( mitaliers
re lurei I fcir.1 r^ligs.
L loi c'i y an ni crait
.un bopiUil nililaire di quatre
c-enls lit ;i Port au Prince et
,ualrc hpilaui de deux cen's
lits a Janiiel. aux Caj.s, | Je
icmie et l'An.-. I Veau, lit
. pal une loi du 10 Juin f8/8, il
liait atrt qu'un hospice de
chante et de bitidaisauce serait
I Ecole de Mdecine reut une
impulsion nouvelle. Le mat-
riel fut renouvel. Un jardin
botanique fut cr dans la cour
de 1 b| ilal militaire, le corp
des proies?eurs et le service de
sant furent rorganiss. Les
conditions d'admission lurent
respectes ; on eut ainsi dfs
tudiants mirux prpars. Ce
fut cette poque que s'insen
virent ceux dont les noms sui-
vent et qui pour la plupart de-
vaient a arquer dans l'histoire
de la Mdecine hatienne: Cons-
tantin V. Do\er, Hoche Grel-
lier, Cdon Baron, Camille Jo-
seph, Castagne, Marcel Joseph,
Acloque Mendaga : L'cole de
Mdecine suhu une clipse peu
dant les trois annes de la pre--
sidtnce de Salnave. A ce mo-
ment le Dr Dehoux se multi-
plia pour lui garder son prs,
tige. L'avnement de N'issage
Saget au pouvoir, le clbre
mdecin eut la direction de
1 Lcole de Mdecine.
L'dtbi do Dr Diiiin \
La nouvelle direction qui
Jura de f870 1875 fut leon
de en rsultats heureux.
% Un contact troit entre la
direction de l'Ecole et le Minis-
tre de l'Instruction pub ique
lernut une srie d'arcliora-
lifi. dit malr-e| et i'org8.ni*
H lta de CEeu e d ; n,ei a la
p nitilgaiioii de |!usiurs lois
e,i.i ii n nt in ia lortatttri
t Di l'volution mdical j de
notre pays.
1 " '".i parla loidu27Sep-
i.ii i ie l.s.n, |e litre de docteur
en Mdecine lut aux
tudiants de IVole Je IfJr
ine ayant subi avec su
leurs exaiiaens.
L\ Pfll IDE m: /H8l) I 8*1
A part h sollicitude que i
moigna lo Gxjvernwi! it de
Salomon l'orgmisation de l'K
cole de M lecine, il convient
de noter la rentre en II un du-
mit relie poque des Do leurs
lliboul. Ducnalellier, Boro >,
bibourin, etc. et la sepefattoo
de rilopul le l'Ecole ! \l i-
deeioeiCttte dernires^aui rui
si avoir son locil pronre l'
difioe qui avait abrit l'evp >si-
tion de WtXI et o elle devait
rester jusqu'en '910.
Celte dislo-.ition fut la I lis
funeste et I llopila! et IL
cole.
LVnseignerner.t clinique en
soullrit Les gnrations md
cales qui se euccVireot l'E
cole de 1888 i'J06 furent
obliges de cheiclier pnible-
meut dans les cliniques prives
l'ducation technique qui leur
manquait.
L \Ki:iu'.f. M Du I ion Al DAU
Revenu de France aprs avoir
fait ses ctudea classique au Lyce
Louis le (iraud pah des liid,
mdicalea h la Facult de |fde>
cine l'arrive du Dr L. Audain
coDlitua un vnement consid-
rable dans le inonde mdirai.
Dl effet, quelque Jemp. ||
aon arrive en Ivil le ,')i \i,di n
avril la Clinique Claude Bernarl
o i'ensei^uem rit qu'il donna aux
Ma li mil rempl/t. i I loi ui,e lar^i
meure les eoora Sa l'Baola de
Mdecine. Avec lui les tudiants
apprirent la smiologie,l'anatomie
pathologique, la pratique dea n-
cropaies, la physiologie, 11 tli
raiieutique, 1* pathologie mdi-
cale et chirurgicale et surtout la
clinique.
Les choses continurent ainsi
peniaul I aon-^as, le mouve-
iii'ni un i,. ,| l'afrim ri par la pa-
Mn nlion .1 \ riodiquei, c LeJour*
Etudiante > ei -La Lanier-
ne Mndiea loraqu'i i im is
niqu.- Claude Bernard < Iran
ma eo Policlinique Pi
'e cor, | lves du Dl
dain. I.hailes Mathon, \ i
" Kii de, G Dalci.cour,
. J. ( DofsninvUla
ques j^rfreres, les Drs Armnd.
Mnoa, balomon, romond, J Dcr
OBRaaLi DUIS i.'ms-
; ions le ia Miukiim iv mitl
Imprgn des conceptions pa-
thologiques de iKcole IraagsJse, le
Dr Audain publia son premier
euvraire : Palhologia intertro
le, et s'taut ensuite rendu en
France il s'inscrivit au laboratoire
du professeur llaphael lllam liard
et pi'ininiil une anne uppril i
faire des aniiK liTiolouie,
d'il Histologie" et de l'arasitolo-
gie.
'(venu m Mnitl il ouvrit en mai
I' i avec le concours ppcuiihiru
de qurlqurs amis un petit lal> i .-
Mira d'Hmatologie et de H.
rio.'ogie Clini |uaa.
La cralion de ce lahoratoi e,
dit le Dr C. Pressoir -t une d 'h
i m port an te, i losidrabta da I
1 histoire del M-le, in,. ,u Haili
Aprs la publestion an 1906
des lleoiooiicroblistocytes*, sa(>
vant laquelh, Vudain croyait IVOil
trou\c un moyen suaai iufaillibU
de duliqmr I.; paludisme, m-
me en l'absanedeshmatozoau*aa
de Laveran que la lactioa de i.
dal et la di/o raction pour la
le vre Ivphoide. du gros volume
des i. Plvres inlerlropicale - de
I tUrfaoteme dam les Infeelionss,
ce d.rnier ouvrage couronn par
I Acadmie da Mdecine de Paris,
ii parlit pour France.
Be nu en llaili en 101 ., aprs
un pesante malh.ureux au Minis-
1re de l'iDStriU IlOI Pub iqu . il
reprll l'exercice de sa proies,. n,
lit une brillante srie d'oprations
I dgot de la situation politi-
que du pa\s, repartit pour I r.nce
en I'JI8.
I. unie sociale et mdicale du
br Audain a t donc considra-
ble et depuis elle a t continue
par une pliade de Mdecins au
nombre desquels il laut citer par
tkulierement le Dr Salomon que
qui, nomm la direction de I I
cote d* Mdecine, la a
I Hpital militaire, il qui .1. vei 1
MU aprs Dite leur Mdical de
1 hospice Si Franois de Salles,
Iranslorma est tabliasemas .
Par ImoI ta qui 0,
peut sa faire une ide des Morts
tent,, par le I .,,, Mdical pour
niniilanir celte i util nlion a la
hauteur de 'a noble mi-sion, car
les wcours de IKtat n on' jamais
t bien giands. C'est ce qui 1 |.
clique qu'aprs cent ans l'K. oie
de Mdecine vgte encore.
I n adressant no* oomplinsantl
au Dr Pressoir pour le nob'e souci
dont il a lait preuve an mi
usai .-n svideBoe les traits qui ont
mi.c..us cette Institution de
k Iode,. 1 dan a s nos jours,
us mil ux coin lure qu'ai
1 bain- n qui, dit il,
Il 1er i'i t .iniioii
de sa | ,. 1, ,{,iima
lierle. 11 n'a tait que du bit 11 t
rien que du bien son ps\s.
PABI3 1.1 anral VVaJ di est
'a 11 preidenl da la c >mn issi m
iati le eanlrola ml
Allemagne eu rems ' neol du ..
nral Nollel. Le gnral Sari lil.an
eien 1 omm indanl sn aaaf s ar
eu Oiteni sel r ppel
A j'acliMi M M.vi ,(i ,.jen
minia re du la ,.|
l: idaal de la commission de Par
m e le I 1 1I1 mine pal !\ .., j con
1 k M. Paul llonc
Inillet une plaque comme
'Y par le comi
M Pranee-Amrique sur laquelle
I in-ciiles les paroles minn
nbits les qratrs dernii rs 'ambaa
ui amricaine. M. Ilerrio!
p s l ra la nrm...... MM n,.-
ri k "i il mot lus > assisteront.
autour d'uni' rponee elle
m tnde i le noie det im-
baseedeure ttkt
PARIS- Suivant l'Bcho .le Pn
ris la premire reral m dalla r
poose du fouvernenaenl allemand
li note des imbun l ir alll
ipd du coutrol 1,1 hii irn eo
muoiqul le il Juin au charg
'.ires de Franco II," Pn ..on
tenai< trois importante rneilll
c m nues le Jii |uin .
Lord Daberuon et le charg d il
fa tes dl France, au nom des ai-
le1-, dolarrenl ces rserves lue
l'i'1 ibles M. Ilerri.d avis | |i Ffl
ii ige 'uni 1 de ses taHi. la gou ver
Dament allemand e ravisa alon
I lUpprima les roser\es.
b's Jcu\ lllvni|iijues
l'vltls. Lan escrimeurs italiens
L'.i'liluuV els opposant i
li ili.iiiilue italienne
R 'MI Les dputs de l'oppo
sili m ont de, i,| : de continuer
l'abstenir da participer aux Ira
VIUI pirlemmtaires. Ils consid
reol que les cliangements effectus
dans le cabinet ne garantissant
pas que le gouvernement suive
nue nouvelle politique el dsirent
loir d'abord comment le gouver
n.inenl rtablira la vie normale
dan* le pavs. Ko attendant ils ont
a.bess une protestation contre la
praeoca da M, Aldo Oviglio au mi
ni-lre de la Justice et contre l'em
pi 1 (i ume garde uil t lire a la cham
b e.
1 Ofl
3ui l'talant
1 protestation
retirs hier en guise
contra la dcision
eu |u'\ a leui endroit, onl t dis
qualifie aujourd'hui q un i ||
iti a,u prouvai indl
viduellei. Cette mesure a t prise
p rce que I-s aacrimenn ila'iena
n )iit pas adress leurs riu,,s ,i
jury et au comit. Aujourd'hui Ma
rold Illuminer de New V01I al II.
Il ijrca de llo.ton ont t qiiaHfla
pour les detli linalea des preuves
indivl i lelles B >y< s lui batla par
le franais Coolrol et la norvcieo
Aas mais lui vainqueur de I anglais
^lenif ei de l'uruguayen Telle
enta. Bloomer lui battu par ses ad
ver-ain d'Angleli rre et da Suieec
mais, batlil Paatrich an Hubert
Les autres earrimeui- |u dl
pour les demi tin : |,., mi,
ses Alhicel cl I cliui.; les anglais
Montgom>r\ .t Sberirf.Panlrii Mea
Etiiogar, I uruguayen Moaa^y, l'ar
f/niin Lerros, le belge Chabayet
es franais Dm r I et CoutlOt.
I. Nussiiliui n'.issisteua
pu Londrei la eeo*
lrence ioterelliee,
Le Japon j s ra reprsent
" >MB- '. eabinets de Un
dres .i da l' 111 .i p irticuIirenMBt
n de llruxelles ..ni insist au
I" ' M Mum 'Imi pour l'enaa
ni a perticiner s la contrance ls
tarai lie sur les rparations qui au
ra lieu ie mois*! 1 i Londres, mais
le prsident du conseil d'Italie ne
l''"| l 1 n |Nl y assister en
raison de la situation intrieure en
Italie qui rclame sa prsence.
M. Mnaeorini a dcid d'envoyer
Iree M Uoertn de Stefan.',mi
nietw ,|'- i'".....ie,lamiliana avec
la question d s rparali >ns 1 nul
c limait pertaitemeal les ides de
M. Mussolini ce sojal.
LONDItl.S- L'agence 11,
annonce que le Japon a
1 '" le prendre part la
il'e de Londres
ration! ; il sera rapr
sente par ses ambasadeurs eo
France el en Grande Bretagas,
Du nouvel in
i'e f. NecJonald
LONDRBS- l'our la septime
fois depuis s ( *or nation, lo gouver
nement travailliste Macdonsld a
M batte A la .In mbre des Corn
mmes sur li m ition des conserva
leurs p m mue 1er le projet de
ol M iiuier. L'ami nlem eut appu
> pir les libraux milgr l'oppo
sition du chancelier Seowder a
t aloji par HO contre 15.
Les circonstances qui ont
eolooH linciilent le dra
|mmii .iinrneain au Japon
TOKIO L'enqute de la pahea
a clabli comment s'tait produit
l'incident du drapeau de l'embaa
sade des I.i.n I uig, V'ers midi 45,
un japooais est parvenu a ae glis
ser sans tre vu dans le btiment
d- l'iinliassade, il a ensuite griro
p sur le mi\t el coup la pavillon
I" l d s cordas qui la mainte
n lenl lusse L'hornma descendit
alors et put chapper avant l'arri
i de la police japonaiae.il a pro
lil du moment o il n'y avait au
cun amricain daus la partie o il
Ml mir. Le charg d'affaires Caf
fep s'eal rendu immdiatement au
m""-1.....les aflairea trangres
pour prolester nuprea du ministre
M. Nhuieliara. I.a police a plac
une garde prs du btiment.
I.i loi ;iiiu'iic;iine surl'im
initinition Lui l'objet de
copieueee dlibrelioot
le chembre japonaise
inKlil-
Lea dni chambres de la Dite
I'I ' l leur premire sance
ont v il des rsolutions fortement
Opposes la loi amricaine sur
l'immigration interdisant l'entra
de. Japonais aux Klats Unis. Le
vote de cca rsolutions a t suivi
d'adresses prsente su Premier
ministie halo et au ministre des
sflaires trangres
La rsolution del chambre des
pairs approuve Pacte du gouverna
ment japonais i l'gard da cette
loi, celle de U chmbre demande
au (jou*ernemeat de prendre laa
mesuies que comporte la situation
et dclare que |a Inuse d'exclusion
viole les pria pas de justice et
oimro.nel les r Liions amicales
d.s deux 1, ys v eilles de soixaale
dix ans. Le pi,. kai t du conseil a
prom s de cheiclier une nouvelle
solution 1 la question d'immigra
liou et d'accorder la suffrage uni
versel.
lu Dpartement d'Etat on
considre I incident du
drapera ta Japon com-
me tant clos
WtSHLNGTO.y- Le Dparte
m Dl du drnpaao i Tokioaat sans aucun
doute le l'ait d individus irrespou
-Mes Aussi le gouvernement
imriealn a n attache pas plus
d' I m incidents da
-' "'"'- qui a-v sont pro
doits depuis le vole de la loi sus
l'immigration.


L dAlLN
'

i
B
_>.'
DPURATIF
du
D^ M AN CET
Maladie de Funmti
Vie* du Snj
Varie**, Glaod*
Mauvais* circulatioa
Maladie* de Peau
R*toui d'g*
Nettoie
le Sang
U Bf.lTIT a BOCTtOa MA
OCT ntoit |t sang, s-lvlfle rt assainit
l'organisai* Il vite ainsi le* ffee-
lioi.s Jun a uni combustion Incom-
plte de alimente au ralentisse.
ment de la nutrttMn (obetite. aiihm,
rtesne, guutta, rhumatisme, n-
vralgies traaeet, ncarasthcaie, inaonv
oies, veitiges, KiaOqua, lumbalue,
I
Oiei la lentme. Il rgularise la elr-
rulalinn rlu sjng. facilite 1rs rnuques,
prt-aare la loi nialt.ui rt vite les nia-
ijises le l'gc critique II claiccit le
tout cl assure la beaut de la peau
r/o'
p/fect'ons de
l'appareil respiratoire
L'EMULSION
SCOTT
prise rgulirement
donne une nergie nou-
velle, augmente la capa-
cit de rsistance
et aide liminer
la cause de la
faiblesse.
Bazar Mtropolitain
AzkjIp d ne* Pave # du Peuple.
Ht' n -ut it.....i

Or
rj ., *,'- tes la livra ^5
aJbiicota 35
Lail vapor lerblanc sV
Patd'.Vnchoix,
Sardines 40
Bo lirons, 12 varits llv.40
Rtsotllts vtvmal
s|,., KoM O
a MON
iv) u les 3)
Avoiue le paquet 2?
H i*>in sans ppins paq.-5
'Mil Or
Tapis J*12 pie le lO.oo
S .von (.olossal 15
" Bay l.hura 3 pr. 50
Sorbetires 2 litre 4,50
Brosse a dent
l'rouhylactic extra 61
M urhoirs en paquet
3 pour 50
(huai ses Arrow poux*
hommes li 25
Cendriers couleurs
7 pour 4,00
L'aignoiresgnlvanisfs 1 50
Jeijje Taillant Consijjiia taire pour Hafci
les prliminaire* des pro
cliaineb Iftiioiis presi-
leutielles aux Emis-Un s
Coup iU Au Conseil d'Etat
WASHINGTON Les dates de
nolUi ttien su Pr< lideol Coo
litige il M. Charles G I1
i kiiiinlai '| ublii lin I la tici prsi
s par II
i (invention t-e Cltveland mit
iM-ie ptcliunien' au 2i ?] ;:i
, i.ii.i i La ...... mii
asialton 0 po i M. Coolni
, t et ."'tu \l l la s/es sa r id n
ie a lvai Mon Il......is ).
UaMiaoB H Soi tiloo, n.i
rfi u
c porcra dama |
ni. a>la jiim
. u luaiaUiit partit ulii i manl sur
l'applu allon du i roji I I aw< -. M
ll0Ug*lon tst ailW rcennneit
La crise anglo-gyptienne
LuM'IlKS Lu criaa anglo
gvptituue au suiet de I. qui >'""
de ^OBSCMlon il" >oudan a |
uoe i Ittce iiniioiUnle dans Ici pl
.emenis biitaiinique et gvpli n.
Lne ucente ded. talion de I. ni
l'ai mut r a la i.liniul/ic allumant que lefouu rut ment iri
tannique n'abeodi nnerait le Sou
dan sous au< uo prtexte, a snoti
la d( mission du l'it nui mu:
tre egvpiien Zegloal que la roi
Foui>b a isfus. Apis de longtca
aoluVraUoos, if Pu miei miouue
/.agluui a COBMDli > lesltr au peu
voir.
MADRID- l n cemmuniq i oifi
ciel auiioiire un toulvimcol par
un Itb Kabvles de la |.ailie oui
deulala du Meroe ispngnol q i
avait ljasqu ici p i .lique.
Varits
VENDREDI
Masque aux
dents blanches
4a, Je sV ii c[ii>.de
1 ,i,irue 'ii timi *
. !> Il I......
a t.tour 04 B
Jeux llympiquea
IJAii >'i *e l'Uiiii.t le
Coogrs du Bureau pern ai Mil
dtaFcdi ratioua Int'i rnal D
L5porUve8.
I lani l< coun de la n
joun aa il y aura | ;.....ut un
Baoqui tdeaFdi on* iBltr
national* .s; i livi a
Di'iiKiiu il y aai t i
du ( . Il h 1,1 .1
.i, ur Alhllic Aia teiatio i
ti des prei Polo I
d'eterinae.
t*opioioi (l'un cnnlrrc i
propos de I Administration
Gf'iiia'f.ltsConli il) liions
Dali ion lilion du 5 Juin
di iniiT nolte confiera j^rmien
"Le Petit liait! n" aprs.avotV
i.t|'l tl>' Ira ut. .1 i exposes Imiii
neuMiiiinl parla Mini-lrn ilt-t Fi-
nance en expliquant la Dleai
du nooveaa roeaga IniDbiratif
ii ipl dooa la leodaoca p*i.rale
d, m .1.h iiir iiux prraciiplion l-
gale* par d'habila aublarfugasi
app i (ta i< i m auivaata cette
DOUVI Ile 'I sp i> lion :
Eaira prod lr-r BoadiffareDU la
pois, n'est c1 pas un 1ml au-inio
lil i| if |uli iolique. Ni- rru'-l mi
|u"il conv eni d'aug
nifiiicr les a|ipi)ii,lein>eiits imail -ilentpl yapuklies,
eooairuira des BaioM dvelopper le travail, raliser l'uni
galioo Be DOS plaioes, asHiierla
ivp n lilion du I t IH-.Ii' e il tus de
meilleures g n litlo il 0 coin
in ni atteindre ces nobles liiU-i
nos voles el OBoyeui ial ii' uf' et
ne residaal que sur du papier.
l'.i u-ilii >i nous illusion er nois
mt>rae KesajfODI p Utt le rali
aei si iaoi manl si siocraoeal
ce t|ue nos lois nuis lomdetit:
el sans augmenti r nos im, ' lll
gel i iintriliuab ea le vies
un ni elfaclif de leu s piolalions :
e'eitd'uoiqui souci de la loi ac
bielle.
N i".t ce pis parler le langag*.
de l'exprience et de la raison?...
Sainte Rose de Lima
Les membre" de l'Association
tins Anciennes Klves et Us amies
de I Uoiivre soni avi> - q it) ia con
rraolcs meaauella aurai h u di
nui li 1 '.'Il et l mu.
I, i Secitaira :
Eponine JEAN LOL'IS
K ai< nt prt'fenls B*tr VM. les
BeriiaJraa U'E'ut Lie Tn&rd et
Louis l'roplilt!.
Uli'enant I iulervrT'issement de
l'ordre du jour, le Secr taire d't-
lai ife l'Intrieur dpose sur les
Im i iiix de I Asrmbl-e. I 5 Un
projet de loi qui rige Trouin en
Qu rii'-r, i L'n projet de lui
qu io.ee la I'..bi i .u-- de a
Caib diile de Port au-l'rince, pour
la construction d'une cole, le
terrain du domaine national si-
tu en celte ville, l'angle des
avenu a .Iules l'oup'ard el Norl-
Alexi-, !l J li projet de loi qui
modifie les article" i el -' de la loi
du 20 fvrier 1V42 V, en ce qui con-
cerne les tarifs dts biens-loms
Disai. en vue d'une meilleure ap-
p'icaliou de ce tarif, 4 Ln
p ojet d loi qui fait dpen Ire a
M i -on Centrale les Ans et M-
tiers du I paittment du Travail
el li |>I.ii soua la direction du
Service technique de l'Enseigne-
ment l'rofei-ioqnel.
Mil. les SecrtairesdElat ayant
soll cii eu f iveur du dernier pro-
jet le benflsa de l'urg-tnce, sont
eoBkbaJlui ave; nergie par les
l'.o iseiilers d'Elat Itouzier. Iten
Au^usle, Ernesl Rlgaut Cliarl-
linii li reao et D abarre Pierre-
Louis.
I.e s, rrtaire d'Elat de l'Int
rieur, ma ^re l'animation des d-
bats, maintient l'urgence rclame
pai lui el son Collgue du Travail
el enlin l'urgumentatiou des Con
n illeis dont les noms sont cits
plus h ut ni'jinplie des raisons
inso|ues par es honorables Se-
crtaires d'iJiil.
En cons | un e les qu tire pr )
jejs sont eivoys l'luda dis
Se lion co u;i. tentes, l'uis le Ss-
erl vire d'Et i' du l'ravul I p>.'
le projet de Budget du Nouveau
Dpartement.
tien Driiar /Vowf>*
IS Rut Je 1 IniversM Pr
OVMAIRE Dr LA LIVRAISON
|.U lerJLTN 108S
Les Collrquts d'Erasme.
Victorien Sardou.
Le I abynntbe Demiro r,srli.
Edouard Estauni, de I A'demie
franaise
llonsard et Muiset. Gabriel IU-
no'aui, de l'Aead mie rtan.,ise.
En Russie La terre aux pay-
sans. Cli W. Kols'vi/on
Les trois Ampre. H "
imo r.^ux de Madane lie,.ne r.
Louis de Laun y d V ad ne
des sciences.
Journes de prit* mps en II >'
lande, Marcelle Tlm \re.
L'histoire des"ii'nes el le roi
de la France, Emi e l'.carl, d
l'/>cadmie des Kri n Les Sbmt de l'.'i|, R de la si-
/eranne.
Revue Littraire. L'snie r '"
GrandMeaulnes,AndrR u er
Rception de M. Henri lire-
moml l'Acadmie FraOCaitS.
Grard Rauer
Chronique de la Quin/ain. -
Hiatoire Politique, lien* l'inon.
Le droit de rp nse et le Cour
de Cassation. Ren Doamic, de
l'Actdmie fnni.nse.
PRIX l^B L BONNEMENT
Un m Si mot Ttoii raor
Tans
Seine Vincrt OtH So lr 41 I"
Dpaiemenn et
Colon es sTSBCaiiei ** 44 * *
Bnaaaaf S k jo *
^Ia abonnement panant du w 1
et chaau* mois.
i'RIX DU NUMERO 4 > t*
e
S*
Avis importait
JJAssoci capitaliste e9t demand
pour allaire absolument sre, trs
avantageuse el honoraliid
Ecrire J. KAR, Costa Restante1
Naissance
"JNous'avoos appris avee plaisir
la naissance de
Maik TintnZE Thebacd
tille de Mr et .unie i.eou R. Tu
baud.
Compliments.
vendre
I ne chaudire vapeur ny sic
me vertical de 12 chevaux le force
avec tuyaute, te, nivettj d au. ma
nomtre, chemine en tle Jde fer
et grilles pour le luurneau.
Installation complte en lias bon
tat.
S'adresser au Bureau duJJournal.
Pour gurir ou viter
H'IMIKII CON'.I irai.ON
eoaonTiomiTouaostcanNi
IL SUFFIT de prendre
AV l'un dm yrom repsa.*)
tassa M* eus Jamet atan>at
une Pilule du 1T Dehaut
U7, rur du J'aub* 6t-D*ni Prit
Hais I1J-.U! exiger les vritables
qui ont tout k lait bltathei
M tue e.iun laenelfe le* rnota
DEHAUT A PARiC
sant iras iistilamsail ima>rlms n aolr
1
Mente de Requiem
Las membies de l'Association
des Ancienue* Elves sont pries
d'asSIaUll I il BSeaae de t.c,,ui.iin
; iii ilile ,i 1,1 t.hapi lit) Me
i Lima, mai li S Juillet I u
i, i. fi ii h mes ei Qe me, > n m
m ira de Mm Vi V. R auvoir,
( umtnlde Ria.- ), I lien- I lai l
I, i i : me i.un nuel Beauvoir
i \i iju i le Roy )
|,e ptrcn > cl les amis de nos
regrettes* i y sont mssi
cordial) bm al loi t. .
BLa s< i i laira :
l ).mine JEIN LOI 18
"F^rr^ilue NISTI
, ci au lait tfct lalin tut ld
et le | In? ri ici. nian-
d< ; un i lauts, fui tout au mo-
niLiii du aivrag ti peoitaal la
lr tic cromana Elle con-
rienl aux astotuics dbcata.
Agent pour Hati :
|. l'HI.Kr/MWN-AGGF.nilOI.M
^_________________^_-----------------------aaaaa*l
Chili in.i. iiiiinijue
\vanl hier, au cours d'une r
m itn des i u.' lle
.........- H p 0
s b t fa v' i u
Ile / ... Cl uni......IUI il. I
:- 11 I.. .. N i s-ii i i > < I
||, P. Un by. Jve Wi
I. initiuii i i-Oi f en ht i i-i
voie tt nous souliailulis qu'elle
ahoutise un plein I
ParSiana Vtti par voie parti
CE SOIR
l' \i i.'.m v <:
7e, 8e ot3 i'>jiiodes
Enlre : 1 gourde.
Uitre Remploi
letsieuri J. L. Yilliiuevi
H Co le Poil de Paix,de-
inaitdi'iit un Pharmacien
diplm pour dii'ijer tour
Itabnuemenl i port- le-
laix. Prire le s'adresser i
e iv soit en personne ou
par CoiTesimn l.ince.
V" Postulant a.ira i pr
enter son dipli) ne et dsi
lli'ieint is,
Port de-l'aix.a juin 1924
_____J.L_TilliMen___
la i"ii unatif Sjourn
Avise s s -liants que le
servie i de nuit est si.spen
du du 1er au II Juillet.
On dsire
Employai un jeune homme
a-ahl ii-j.i lut le service de la
douane el du Cdtioia.e.
i ailes des ollres au Journal.
A. et F PKARS Limited
four lyir Is teint Irais si eoiiRi-ner toujouri,inUcle
relie Iralclftir, servez-vous des evaellenls proinil! del
lameuse marque 4. tt F. PeaiS liffli-d Engla.d ; li'ls qua:
Savons tran*ip irents en boi.i-'s, Savons transpa-
rents en tablettes. Fina^oudrs de I aie et poudre Sa
Talc pour Bb, Htons rouijes pour lvres.
SiM Vtfiu ei Wlrei Vieux.
;
En vertu d'un* obligation^hypo
Ihcaue, rapponee par Me L m
(h u les et son 1 ou frre notaires A
Port au Prime, le 10 mirs l(i3
et d'un commandement demeure
ir.frue.ltux, il sera procda, par le
miiu-ie e de Me Lon Charl-s.no.
taire requis a cet effet, en soi iu
de aise l'oit au l'unie. Hue 'u
Peuple, le lundi sept jaillit eu
cours, neuf heurea du malin,
la vente au plus offrant et dem er
enchrisseur d~un demi carreau le
terre arrn.r, dpen tant de rbibi
talion Roulard, sise dans la l.iitn
munc de lAn-liaie et prendre
r 11 tir de la borne d 1 sieur .nnu
ysse, d t 11 ne I' erre l'anel'e, tel
que ctl imtif ul.le >e 10 .rxuil.com
porte at s'tend sans sucun *x p
lion ni rserve, sur la mise prit
de US gourdes.
Aux requte, poursuite et dili
gence du siaur Catulle Jrmie,
(iropritaira demeurant et d mici
i Port au Prince, ayant jour
avocat Me Llio Malabranche et
pour domicile ela le cabinet du
dit avocat. Mal Hue liante* D-Hlmi
chea, il*, ainsi que le Grefi 11
Tribunal de Paix de 2'Areahsis,
Contre le sieur lieneas Estime,
pro, in1.....- demaurasl *l domici
li l'Ait' -h ne
pour p u> amples rnfe:gnmenls
s'adiessif au nolaiie lus d-tign,
d.|u-i!aire du cahier de* charges,
ou Me Llio Malembianche sous
ligne.
Porlau Prtnca. la 1 juillet I9J,
Llio MALEBRANCI1E
a nuit con;nele jour
Mail. Dpense.
Ces lampes et (snaui k
(jasoline ne cotent qi s
eiiiq cSnlime* uar nuit
pour opier.
l'orce 11O i 45. bougies.
Le (j, nraieur peut tre
nettoy lacilemeul [>ar un
1 nlnnl. >
Totitei picss de iceliaiiije en slocli1
S tampinij H' Electric Works.
W. Quiiili Williams,
A'.l1' ,l entrai
1714 Hue du Magasin de l'Etst.
la National
Ceci n'est pas lire
Car (ta la Holams |' U3 sais pi-sonlalre.
Cepeudant si vous passez du coti- du Bureau dc.l Ad-
ministration postale, :l
la Granilltue,
Rn'iU. hCottneMstMiB
A la Conscience
Vous verrez] que les chaussures que oe soit sur
commande ou non sont faites avec |oi.t, soins et so-
lidit, parce que les ouvriers, qui les confectionnent ei
vss mat* Taux qui y sont employs rpondent et justi-
fient le litre de la maison.
aUae do fcana. preecrit Ml
im orum 1 sut rrrn0iiMue A4
C.-.4S. i
DftSCHiSWa
a i Uaeioglokla* %
'Uni la r(aadrr".-"'." aaai"arrui'i5ia. '-Xmlt .au. .. ..-s..* S* 'araS.
Dawi .au., eisemaa*. ; a r** *....>. raiu* m 1 u.1
S S
*



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM