<%BANNER%>







PAGE 1

LEJHTIM im 1 ,11 t d • i.lea! me ml ">p i ,1, VIT'*. '. i" ; j il i i i niq i t 1*1 ire d'Irlande t,9X0RE i— M. lair* < l r* dea coin mu nement bi U |M lauie d r rsea i \Vh'n| i|H' %  i ri %  enl loi i pendante iWu lemenl i niniit 1 • mtO'D i il in | i )fni in nirra de U Teiai Ce | Kouve.ies diverses LuNDRES i ii ihnig > m llre rt< u citapirs ,i U reine M au Ci I u. j i que ; lai aient gali mi DI PARIS I.. | !„ ,; 1 V Mott, J 11. t %  h militai'. "i • l! | o roniie U tombe du nom eombaltaQtg ;!i mulil ititl \i'.LLi..>_ .M. II. riote.l arriv ., bru lie ; il i par I i Ul LKi '. m — Le : ni i i r miai m m Sud afr ca ne, donl la p .-il ca M i liooi, i loune -. (| n arai %  du i Uaasen le Sta iJerl ^ i ranai • BLUl 'M i IN I Herlzog, lu m H de. ara qni omp Ui il %  Cl .1 M Mlionalittea ne est pa |)aser do leur coni un Les cours PARU 14 —Dollar „._ I.IMO 8-' l Ubar.i.,,.. P iCpn.rARIS Ali. I .. Faisons un Rve terne f illanl Consum < %  •* pour Hati ^m* *"— —*-—F — la Vo di bmdidenolrt atmbli confrre LEuoi t l'art %  >' %  Us Organes de l'Opposition et le Prsident Sorno autour IIM rjlum il I • l.i question des fronti il'.illn m r |US le .1. jet du Gouvi M emenl II iilien • u ispon nuis par li h li Ri pulih i mis m irci il i un de l'aprs mi li, M. Mi , L" i m ; l V I pari par a liiions .1 ... i ii pat le M m i li u po ii 'urop '. auj i' %  i M M .i i | .i en France pour r us m le sari • N tua lui 11 th ni ma un • bono — %  Lato. Urmie 1 i m.' i tre d'un ,'• ire n ive ... uni donn le I" |. u ..n jili m Petil Hatien t COQ •,ii i d'ei Lea f.n i al qui M ni .i %  oeura, aonl i Lti i' i lions aonl ... | au euoi i.. ; l'aclutli l. 1111 i • lloi applau lis i i. PEPTODIASE Al. ACTl ,r. %  F/WOHISC LI IUMC Or, >>..„.. r UT...... Mlgraines BouO*> . Nauea %  %  Il m.,. .... t>,. tn te La S'ouvt Ilirlea, la Pt 11 "le Terni en) des moiSf BU publ c obsai \ % %  ti m le i| e i lua proiesi le plut o lit ux qui journauii en et Irepranaol outre la personne du Ch I de n' %  I I • in us m,; 'S ut figurs qu ils liutr ii -ni 1 i;d ta il i ex ispri r e' le par d* n. Pauvre Pougt t p iu M. \l iravi i pauvn Duvi.i | pauvre Ti Chauvel pauvi i : ne Si Aude loi mo no le il I MI ii i du Blanc kl i I i mai n mon D %  n .i i l i ii''. ces joui i ,i Moravia-La L)ouaue lu* iiii'iu •. Kit n, avoue-t'il, rien ul rut imer la pi nom ne .v\eu invo uulaire d'un dpil iinpuiasani i lui aucune ;iti iq e de l'op i isition eone n. • ii %  preii i sur prai l i.i d' iet il c'i si c i qui i ni i ir 'i ces \l s ira, r,oi„'. i .' beau, chaque lue li i lui' i l esprit, le balire les il mes i v m 1 roduire nu article uouvt au sur 11, Borno au pie Le Pisidi m cli iqu dimmiche* avec !>• calme le plus P tri m, ; >mra % %  M Po g 1-1'Alli ii.ivii ii i xisiail p is. COQ inua i •i i, n Ire au T mple, en pia s.-11 %  t devanl la n le m.' mme du Directeur .o la l util • r m n n an t tira i m i limai ti poui ti H • i |UC I U .i no a |iaur i, | I.I de cela, a peut .r iiuv Gona eaj d-alltr Si Marc d'al'ar au <;p ; l'imper lui, h •• Prai lenl, a l'heure qu'il n n, \irule froidement ee qu'i l, N u Si Marc, va eux G n ilta \ .i'. Cap, parcourt le \ .i I al I \rlil. ointe ; et lea po p u! .lions applaudirent partout la par la vigourauaa l >ip de ca i na| %  ont igeux, qu'elles sentent el qu'allai saranl patriote ti honnte, r ni reenl la Praidenl dia aot pnur giav? iriv^ultriti, le Conseil Commu i>l de l'oii au Prinea. N leifratioos Je oppo ganl-, irip'leptiquae, menace o nlra l Prdaidaal Ht sa moment o ils voeifreot, il* voient tout A roup pfHMr deos I.i rue" quel qies p is d eux, eomiant, '< faa pieu d ma M Packar I le l'ceailent Borno, acM npigu d'un seul aile d 1 1 L's o ip i. n'. en ~o il abaaour ,1 i. .m d 11\ Pi ebna eo o pltoox ut ibruei dans une lutte stiiii', a prfr renoncer l'ioanoseil le beaafna: i a abandonn le Tempe pour aller se refaire les iinn i lea aolrti ne f-nl P s eomme lai .<• la '' ''''" %  ,'"' if mbi | El llora, jour es^aver di donner le eh inge non p us a P .n -au Prinea qu lia savent ab olninenl au i-air ul .le leurdeoO;,-. m i mi lenteurs de ia pniviu e quiU sinaginoni peu rens ligo •-. iU e inliuuanl I rpter devenu* g lleui leurs ml ues ieas cliche blai : Boroe est fou; Berno a p %  K ce jeu lan> vitib'e, le •Non ve 1 i-le i lai OM perdre le p -u | i lui reitail de c rvele : Sii'i.ii quoi il n et arriv ? \ i laver de preeoter la Prei de il li > i B qui p isonne ne I i i l I i oui totale en chair i -, omme avant lcroalier vii i M* de Irois jetnes-llee nX.ili ual IJ.Non i mvel — no i Duvifoeno : il y a t uit de ui ne des limitei la laua; el l > i humilier gravement \ M teut qu in l e is li i iup pos. i itea i liota pour avaler celle • ligne '. DAnavt Par le Mi mi llorn de U Il UN Lime laissent aujoii d'Imi p 'ir l'K i"OD : \l Christian F Minier l j \)r Flix C ri JO ii '.n lvi| C Koh1er, An ir Se lan ViMAJoinl et ss iliix fil*. P M Dncaaaa, M ml-e-"^, M n T, Cordozo et enfante, Madame I .Millier J-**n Philiooe ^ ** l"', Mlle Mina Madioif ln-*m%. BYLA UrTIANMIQUfl FORCE SANT EMBONFOINT j Le meilleur RECONSTITUANT DU SANG LES FTAHI ISSI Ml NTS BV LA H, •* %  • aa ixiw Baej Oa Mti Il l Mariatje Ce inittu a t clbr l Citlilrale le miriage I lelle V\ >SM; ll.vs il. avec M. iv>\i IMD BL4N tlvitn LM 6[n tx mi' t 500 Itllta a l'autel pr \I n 1 llorell -. Ilaspil, mre d %  la mari i aux bras de II. Au rus'e Ro t-niin. .\i< cou iliui iits au jentil couple. Cabinet DE Mon Flix I nuiy et Vlotor 3lbaauJ 1322 Rue du Centre. Bazar Mtropolitain A:, y le (Us Hues Pave af du Peuple. Jfouvelleiin.Mil Reu Or l > run's srclies la livre 25 Ab.icotn " :t." I.aii vapord ^erblamc "J I l'.ite d'Anchoix, Or Sardines 40 '*i unirn *tr l'onl ons,l2varits i;v.4ii Itiscuits Animal etC, boite 10 S.mllnie en axtee Tomates 30 A\ oint'le paquet 2S> Raisin sans ppins paq.25 Vaseline le put 10 I apis'Jxl2 pieds a 10,oo Savon r.olossal 15 I ay lihum 'A pr. 50 Sorhetii-res 3 litre 4,50 liresse dent Pronhylactic xtra 6* Mouchoirs en paquet 3 pour 50 Chemises Arrow pour hommes 2,25 Cendriers couleurs 7 pour 1,00 Baignoiresgalvanises.1,50 MM Colombisn Steamship Company k Le Steamer Bogota ayant laiss Afew York le 'Samedi 21 Juin courant, est attmdu Port au-Prince le 28 via (es potts du Nor.l, Il *eptrtira le mme jour pour Cay m, Jacm^LKinys ton Ja* et les p >rt* de U Colombie prenant j et pa* age*s. Port ai P in:ele95 Juin 1 ( J2£ CEBnlU Dt Ci Agents NEURASTHNIE. FAIBLESSE r/ej\"SJ CHLOROSE, DEBILITE SIROP de DESCHIENS .Hmoglobine fUgenratenr du Sang, praecrit par l'lite mdicale. atuprJear A la rien de orua Jl aux / pour liahierd, ituy Hum, Chocolat dre, Unie ioie de Morue, l.mui>ion Coltl (rate, r traiU pour faire essences et en i tle tonetlc,tau Quniiic, l'oudre contre les insectes, Solution pour u con%  wrver les tels Irais, Lait de Magnsie, l'oinlre supf rieure pour la loilclte ilrsenlaols, cissence de fleurs, Sv;i l'ioritla, .Miel pour lahle, Moutarde, Huile d'Olive pour la table, H rosss driils, IVppcrinint.liutlepeur Siineeer les mouatlojaas el autres insectes, iteguloconcie constipations et doublet des intestins ch"0 niqaes lue, i.ire pour les parquets, (Comestibles. Eli lira, Bpiees,Sirops divers, IViutiiras divergea, Vlaeaa iM'in.'tii.i-!/ le catalogues tles spcialits. Confiant vos commandes LriN & rlNK, tno ; voua serez, absolument satisfaits. Toutes les lionnes pharmacies du pays s'appro vtj sinu.ionl ilii7. I.i.Il N &IMM\ Inc. LJCUII R. i libaud .Agent exclusif pour Halte Lss Faax-:ols <(Vaa Heusea Ces cols les*plus oontortables sontjmous et ont l'as pectet la distinction du col empes, fils sont confectionnes d'une seule pice avec un tissus spcial extra solide. Mettez vous up-to date en aisant une visite V la maison Paul K. Auvila Nous savez es que vaut une brosse dent 'I*rophy lac lie i JLt Maison Paul Iv Al'XII.V. vous eu rserve Les jolis tissus ijaberdine de laine en couleurs mode que vous voyez sur le Monsieur chic qui passe,s'aelie teut chez P. E. AU XI LA l'e mme que les flanelles liiagonal noir et marine, drill Shantuug, pour costumes Les dames et demoiselles seront c > tentas d apprendre que nous venons de recevoir un nouvel assorti mat de Crpe satin.Crpe de Chine, Satin Spoit.Mss de soie pure t nugfit.Yoles blanc fantaisie pour l't Tte indien, Calicot et toile drap. Sac main jolis, Souliers satin noir. Tous les parfi-ms d'IN'M isant, de Cot>, de Itigaud, les Haux dtoilette de l.ubin et sa poudre de rix Douce fiante, si apprecie par les connaisseurs, .' ommades.etc. \ Isitez nous toujours et demandez tout ce dontvoUs avez besoin.



PAGE 1

MI5SING ISSULS



PAGE 1

LHRkClll K IMUMMUKTAIHE IMPRIXiFL R ClAment Maqloire BOIS VBRNA 1358 Ru Amricaine NJ al fi 11 %0 CKNTIMKs Le Matin Quotidien TELEPHONE No 243 L<> peuple qui, ptnremi au* H iMin. tI,i;i civilisation, oui inj rcs*< [loris < t lBCr. mine les lonqs 1 a t • nneinents eV < eux nui "ni moins jn.'ino's i ans L voie du | rogrs, se moiiIrc aussi ridiculemsnl inj us • I n"iiii liommc mr qui reprocha i ;nl a un cillant sa laiblesse <'l son ignorance. Benilo Sytoiii *me ANNlE N 524PORT-AU-PRlNCK (HATI ) MERCREDI ii> lyiN ltf24 La rforme des services finaccicrs et l'augnentation du Irskeut des Fcncticrnaires Publics au Conseil d'Etal Lui)'li, la Conseil il Etat a vot deux projets ds loi dpoaa la semaine derniie par le Secrtaire d htat de Finance t rorganisant le services dfi >e parlements ministriels des r'i i.ancei et du Commerce. m lira plus loin l'Expose des Muiits qui accompagna le dpt de et projets, Ce que nous voulons faire ressortir, propos du vole de lundi.ee sont les longues discussions qui ont prcd ce voteetau cotirsdesquelles, lout en dclarant nVtie pas contre l'augmentation de traitement demandeles conseillers d'tiat, brnesl lliKaud et Charles Bouchereau, ont tenu en chec, deux heures durant, le vote lgisiaul. Les ellorts du Con-eiller d'Etat Higaud ont principalement tendu donner un traitement gal aux deux chefs de division des Finances et du Commerce, lors que les projets fixaient G. 750 les appointements du Chef de division des Km an et a G. 7(JO ceux du Chel de division du Commerce. Il s'agissait de rduire 7< K les premiers ou d'lever 750 les secondH. Le Conseiller d'Etal Rigaud, aid de son codine Laurore Nau, a essay d'tablir, en tirant argument de sa propre exprience, que les deux Chels de division fournissent un travail gal.Le Secrtaire d'Etat ne fou lut pas s'appesantir sur ce point •l fit simplement remarquer qu'il ne lui a pas t possible de prvoir la mme augmentation pour les deux services, esprant que, lorsqu'il sera question de lire une augmentation gn raie d'appointements, il sera 'possible, non seuli m. ni d'galiser la situation du c tel de divi sion du Commerce, mais encore de iiiellie sur le mme pied tous les chefs de service. Il demande le voler la loi av c c celle signilicatiun, savoir que ce.-1 une ureclie laite a la srie de dilliculles que le Gouvi i Dment a rencontres chaque lois qu'il s'est agi jusqu'ici d'augmenter le salaire des fonctionnaires. Cette brche a t heureuse* nient prcde par le rota stgni* licatil du crdit BCCOrd dernirement pour Irais de reprcsen* talion des Conseillers d'tat. tjuant su Conseiller d'Elat Roucluieaii, il a t jusqu' prtendre que la loi en qu< mon repoMit sur l'injustice parce qu'elle n'intressait que les services des Dpartements deFinances et du Commerce, alors que ceux des autres Dparte' menti sont aussi intrfsasnlSi et mme plus, en ce qui cou* cerne les Dpartements de l'Instruction publique et de l'Agi iculture. Le Conseiller d'LUt Rouchereau opin qu'il l >ul augmenter tous les tonctionnii res ou rejeter l'augmentation demande par le Miu&ire des Finances, Il a tailu tout le l du i '. Dseilli r irles F lier pour de l pro| osilion Moucher. Le Conseil d Koiuier a fortitij les ai. 'lions du Ministre des finances en recouunaod toi les augmenl i deman les comme un ah mi* iii-meiii la mesurj gnrale d'augmenter plus tard tous b I Icnctionnaiii s publics II a fa : remarquer A son collgue Boucliereau que, l'autre jour, on l propt se et vol sans nui I i bon et sans discussion la I crdit • n lav, m h s Consi illei 9 d'Etal, et que c'tait la l'o sion pour le Conseilli r d'Etal Boucbareau de crier A l'injustice et de produire ta proposi lion. Cet rgumenls rastuiii tans rplique. Finalement, la loi a oii. nous le rptons, aprs de II i longs dbats. Ces discussions ont laiss I impres ion que Conseil d'Etat, maintenant qu'il est satisfait, fait le difficile pour voler d'autres aiigin ntati ns i que, au moment nu me o il tst attaqu en raison mi me de et sujet, il a manqu de lael en chicanant outre mesure, — pour des molils sbsolum ni pt isohin Is et p..ilM ulii is de la part dis orateurs qui se sont lait remarquer hier, — avaol d'aci onli r aux loncliunuains inii resss les augmeulationa de mandes par le Convenu m ni. Ci ne mauvaise uni ression a t heureusement quelque pi u attnue par li %  obsi r?al judicieuses du Conseille! d Etal Rouzier il aussi celle! du Couseilltr d Liai Emile Elie liouvsnl trange que, dans la situabon aciueile dis salaires des fonctionnaires publics, tout pro jet d'augmi ntaiiou n ail pas la chance d'tre vott par le Cne il d'Ltat sans difficult et sans discussion. Expos'des lotits Messieurs les i onseillers d'Elat, J'ai llionni m de di i eaei -11 h* l.ureaux duCooteil d Etal deux proitU de loi oitaniaaat, l'ui k' i v i' M du I parli ment mioisarieldrs I manie, ei l 'uiilr*du Dpartement miaiilri 1 du Commerce. Ils se distinguent to %  deux pur le.i ni.tc.ii-li ju.t Mutantes D ali'inl. uni | i n ne aux des i, coi lit le daoi an • iloii d'amliotal il Ji | liiii.m mi ni iii icrvici u. m l i parti mi nti i oui h i rpaitili ssivieea qui l > dM| esa a uni partait* coaofcl lii et qui 1 n t et Ire eus 111 m. 1,1 mthodique. Lui projet dirpoe que >t. r hglemen • intrieurs pourvoirobi lu n | u t lu travail aalri Or, vou-svi / ce qu'esl M t ravi au Dpertessenl ai 1 1 niii n | oui pai • 1 un [nia nu ni, dam ili< D al l'am u.. i.t de la n celle; puii ai la rtcelle raligemtiit de la dpaDM, dani la justification, dani loa rglement, — le tout i onfornv a |u eo a dispos lu volont lgislative II Il IM (... • iuiIi n actuelle d. meut des Fin incw peu a l'sccr B>\ ilie diiiia.t ii ci nq lique lemn.e il in porta que la 1 • soit quanil 0,1 11 %  • %  %  i • du • l |i. rfODI • I du I fi'sncc des rouages, ci si wu. ouii ttdli.i lire, au MII pi sonuel u est pas lui u. toulea les parties, i la li iul< la l ii. \" ivo i de tuile i ompte que le p rWda %  ffain du D.'ji n !• ni' ni i ivei aulonl d'inju t la |. u de lionnairea de bonoa volont • i plus ou ru ui I IM'|IIIn\ adminietralivea que i w -ni.' le Dpiilac enl. I %  Si re d'Etal eal forc lui mn i unacrei aui dtaili d DU d m pu al un loue! qui | i sire plus i liletn ml eut" i ludi ili %  li m'' ques lion[in M posant devant le iiouMI Demi ri. I>.-,' nque la I Compte n'i liala plus, i i lacuoa s'est trouve • onal dans noire ; %  I ainisli ii in Uni ci T ; an I abi in i de si %  m I i i • dont parla Boj r Ba %  • laie, il'pati i | la n n >i • %  la n itribui > S cet o B d i ir ij 11 entre le O| i n MI. ni I|I hinani ea, | oui la pi Sparation des rorapl Con> seil d'Kial depuis qu'il exiate. 1*1. 1 ftllldr I '|lli Mil aujourd'hui inomia raton 1 li vire d lu Cinq Ulhl de i non ft l mettre mme de remplir \< roncliom de la Chambre dt < omplea, al c'eal l iolen lion il>i 8ei 11 lait i d'Etal dei Ki Baoi aa d'appliquei l'art i le S de re projet de loi de telle aorte qu'une ii Ile fin rail anti i ami ni I n MU. ml earaatra de la loi [il "| Ill'lllli 11 MIS il, li1110 eal qu'elle organi iei ricei finai rien an vu< culion de lu loi du <> Juin II H MU l'Adm inialralion Gi 11 i 11 ibulioi Bi voua n'avei i .p rdu de vi.e h* imporl lidraliooi ex pou na les Molif qui avait ni dlerntu i M i m m. nt ,i piaei Ici relia di i h. vola, ai ui liai / bien que la pro pa lion da di li > aer lai tdminiali a li'iudea Finance 'le loura fonci '• qui i don n l'iolenl on du Go iverne in.-ni. Par la faon donl i ui a\ i org loia, en ol toi ci tta : Uea publivoui avi / allg '!' %  1 1 m illi da leui I he !• Vdmini^li > %  lions 'l Fin im ai Lu %  lora, l'imposail : ell da 7 m : on da I %  E • lu I i i 'i al : qua la ai i raliaei p *e laire mi ii ml n. vous n • i |ue la ii lin .'n iai il q inique i 11 i il.' i. | : ijni oni erne a pei ii Lamenl d F n in: t, \ iliiniiii ui %  le j II cornplit, est exigeante et coin Le proi' menl Ira lu i lion d 'm ment da tire da %  i la rouage menl i|n il i onalitoa 1 i la pi tomme ut le Gouvernaro %  i 11 i i i m dont n i la: | i u i %  1 1 II.m-, un \\ I OU':! i. le i i %  ., : i I ; I d nenl Ii pi Ii .n I %  ; la chu A [a ; ic : 1' ; I 1 |i il \| I i ; %  i,. i. i I i i Heim l. l. I. [)t Pi d leur ie la P, i n nv pfa i ..i d. M ix Pi M l • i pri 11 Co inniine, I | l d r Allie II %  %  ou. t'km l.i F geau aeid I Jui.i. Il j • U I J. |.| ,,| .Mil II j -1 il mu i ; '•' • ,i i -i i i i I •1 u in-1 i i i duo %  Varits La Conte ' Jjlll 1M \ I > La Fit; de Noitu D ,I "'' iill Porp Mel V UI'i s 1 1 l Se"n .ni I I \ IU I ga. IVouvelles Fli-aoares Pair Cable Ii* 'j ignanl lla t'oupe leoumoiil l • i ', I. leur Sadi I %  n mil %  • i i laumonl d'avia I Lis ,|I ti\ Oljmpiques ui.i^i > — IL ii i ... IIS I 1 ri %  ... %  m rd .' i i n Dinwidd i i. ; I I 1 Les preouera Iranui I ai i,lals aill r-si l'OIll |• I 0i li.iiuriiieiil nui' noie ail KL d. r \ i. — L'ge 1 en l i %  M \l M u d n.'il i i. .i m %  i i usa probAlio i du gou ai m mont b 1 .1.1 l(.-|. Il M.l 1 ..(.Il pou celui ii d.' I "nner di m il Il II, X il %  i... n ivec 1 I elle lui |u'il doit repoi I liant |C d .i un un ni Du monfimcnl sera U'.v a Wuiiiliiiw Wtl-oi! a G• > un j j 1 ma le i i lati i bui R. III.|.IIII .iiiiui i extenIII du corps militaire dea la-' iules • : i. l'ri mii r mi %  I I i r pi le mi %  i M | le la i i inti : • • In di de M an dbut. lu Jupon roKio 1 ' %  y %  d : i calme. La iuiiiiiii.il' di* M. Herriiii -iil.ii les assauts J • la pi es86 parisienne l' Uils. — Loi journaux pariateni l'entrevue des Ch ijn u i.dour polili nisii lelle s'abila Ira lei la queatien an d i a M Hennit de d politiqw rrantsiia QUI n lienl in nivelle luiiimiil Iii "millions que pOUf l'ar ff I Duwee par la n n m \ expri 0 i 1 i |.iiir i|ue i \ -.ii Impreaslonnia f i >-.i | lei exlalant entre |i Uietagae eipi i n. d ma la ommuciqu pu I prs l'enti avue dea Premire ministres. Cepi ndanl beaueoup d'oi le I nuaneea voient niai \ >ii t ion de la lui la ques i i i di Paria" v.iil mt I \l|. m ioia I'V la non iiiii'i iillii^e et nou %  nenl membre de la Bocit .1 N iona m lil install'-e au cou aeil B. Epitacio Peasos ajjent t\u psciliane inlelli(|ent au Bi'i'sil "(BILES— Le Dr Bpitaess Pi I m Ii u praidenl du Mrsil. II m. ifi.ii i l'ouver lui e .ii' la onf< rene ioiei aatloaa u • mentaira du nomnisme II n promit de faire lont soi |,nsible i dvi lopp menl d'un paci riame intelligent HU Brsil, Ce ba umpa, pr idenl de la con Ii rem a, a insist an presses du i M mi la ncesail le la U 'I .m.l M inli i nitlional. lai un mbrea du oips Diplo lui assisl ilenl a cette ru ni'iii autour da la conlrsnss des premisra anglais ci Iranaia t.' l.NDRES — La Premier minis In M doi ild ri | l anl une ai. aux CemniuBSs ij i '.i. ,,i, U prsi du conseil le I'IHIII a lait un ire i une "onfrence Dti t Cou le Id juillet. La con i uliliu Iner %  i Mai lonald. est un i i onvereetioaa i ment i i nia soisat 01 il lUlri na soin u n uniestioa ricaia m allona y entrer imm un ni Au IUJI i de la ra I i .u. n de I Alli'iBHgne la M lonald dit que lis, maia il Il .il ju d d l d'sbord avoir "n allis sur | 'l'i'ii. ont in tention de fans in du rapport 1 1 1 Lu projet devanl conduire a la consolidation ie la dette polunaise WASHINGTON— La praidenl Cooli %  ..• po iden i l ; %  I.I .1 une ma LUI ane deiaioa im porl inte u a t prise. Ladialsi Wrobieski, miaiatra JOIIS i la romii.K %  ion de la ileltn SOsriraine une I i ,i fion Il Klat i II n. lue de la Mon ont lail itioa que U luinislro a cooaanli i seit mettra k son gouvernement.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06228
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, June 25, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06228

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
LHRkClll K IMUMMUKTAIHE
IMPRIXiFL R
ClAment Maqloire
BOIS VBRNA
1358 Ru Amricaine
NJ al fi 11 %0 CKNTIMKs
Le Matin
Quotidien

TELEPHONE No 243
L<> peuple qui, ptnremi au*
h iMin. t- I,- i;i civilisation, ou-
i inj rcs*< [loris < t lBCr.
mine les lonqs 1 a t nneinents eV
< eux nui "ni moins jn.'ino's
i ans L voie du | rogrs, se moii-
Irc aussi ridiculemsnl inj us
In"iiii liommc mr qui reprocha
i ;nl a un cillant sa laiblesse <'l
son ignorance. Benilo Sytoiii
*me ANNlE N 524-
PORT-AU-PRlNCK (HATI )
MERCREDI ii> lyiN ltf24
La rforme des services finaccicrs et l'augnentation
du Irskeut des Fcncticrnaires Publics
au Conseil d'Etal
Lui)'li, la Conseil il Etat a vot
deux projets ds loi dpoaa la
semaine derniie par le Secr-
taire d htat de Finance t r-
organisant le services dfi >e
parlements ministriels des r'i
i.ancei et du Commerce.
' m lira plus loin l'Expose des
Muiits qui accompagna le d-
pt de et projets, Ce que nous
voulons faire ressortir, propos
du vole de lundi.ee sont les lon-
gues discussions qui ont prc-
d ce voteetau cotirsdesquelles,
lout en dclarant nVtie pas
contre l'augmentation de traite-
ment demande- les conseillers
d'tiat, brnesl lliKaud et Char-
les Bouchereau, ont tenu en
chec, deux heures durant, le
vote lgisiaul.
Les ellorts du Con-eiller d'E-
tat Higaud ont principalement
tendu donner un traitement
gal aux deux chefs de division
des Finances et du Commerce,
lors que les projets fixaient
G. 750 les appointements du
Chef de division des Km an
et a G. 7(JO ceux du Chel de di-
vision du Commerce. Il s'agis-
sait de rduire 7< K les pre-
miers ou d'lever 750 les se-
- condH.
Le Conseiller d'Etal Rigaud,
aid de son codine Laurore
Nau, a essay d'tablir, en ti-
rant argument de sa propre ex-
prience, que les deux Chels de
division fournissent un travail
gal.Le Secrtaire d'Etat ne fou
lut pas s'appesantir sur ce point
l fit simplement remarquer
qu'il ne lui a pas t possible de
prvoir la mme augmentation
pour les deux services, esprant
que, lorsqu'il sera question de
lire une augmentation gn
raie d'appointements, il sera
'possible, non seuli m. ni d'gali-
ser la situation du c tel de divi
sion du Commerce, mais encore
de iiiellie sur le mme pied
tous les chefs de service. Il de-
mande le voler la loi avcc celle
signilicatiun, savoir que ce.-1
une ureclie laite a la srie de
dilliculles que le Gouvi i Dment
a rencontres chaque lois qu'il
s'est agi jusqu'ici d'augmenter
le salaire des fonctionnaires.
Cette brche a t heureuse*
nient prcde par le rota stgni*
licatil du crdit BCCOrd derni-
rement pour Irais de reprcsen*
talion des Conseillers d'tat.
tjuant su Conseiller d'Elat
Roucluieaii, il a t jusqu'
prtendre que la loi en qu< mon
repoMit sur l'injustice parce
qu'elle n'intressait que les ser-
vices des Dpartements de- Fi-
nances et du Commerce, alors
que ceux des autres Dparte'
menti sont aussi intrfsasnlSi
et mme plus, en ce qui cou*
cerne les Dpartements de l'Ins-
truction publique et de l'Agi i-
culture. Le Conseiller d'LUt
Rouchereau opin qu'il l >ul
augmenter tous les tonctionnii
res ou rejeter l'augmentation
. demande par le Miu&ire des
Finances,
Il a tailu tout le l du
i '. Dseilli r irles F
lier pour
de l pro| osilion Moucher.
Le Conseil d Koiuier a
fortitij les ai. 'lions du
Ministre des finances en re-
couunaod toi les augmenl i
deman les comme un ah mi*
iii-meiii la mesurj gnrale
d'augmenter plus tard tous b I
Icnctionnaiii s publics II a fa :
remarquer A son collgue Bou-
cliereau que, l'autre jour, on l
propt se et vol sans nui I i
bon et sans discussion la I
crdit n lav, m h s Consi illei 9
d'Etal, et que c'tait la l'o
sion pour le Conseilli r d'Etal
Boucbareau de crier A l'injus-
tice et de produire ta proposi
lion. Cet rgumenls ras-
tuiii tans rplique.
Finalement, la loi a oii.
nous le rptons, aprs de II i
longs dbats. Ces discussions
ont laiss I impres ion que
Conseil d'Etat, maintenant qu'il
est satisfait, fait le difficile pour
voler d'autres aiigin ntati ns i
que, au moment nu me o il
tst attaqu en raison mi me de
et sujet, il a manqu de lael
en chicanant outre mesure,
pour des molils sbsolum ni
pt isohin Is et p..ilM ulii is de la
part dis orateurs qui se sont
lait remarquer hier, avaol
d'aci onli r aux loncliunuains
inii resss les augmeulationa de
mandes par le Convenu m ni.
Ci ne mauvaise uni ression a
t heureusement quelque pi u
attnue par li obsi r?al
judicieuses du Conseille! d Etal
Rouzier il aussi celle! du Cou-
seilltr d Liai Emile Elie liou-
vsnl trange que, dans la situa-
bon aciueile dis salaires des
fonctionnaires publics, tout pro
jet d'augmi ntaiiou n ail pas la
chance d'tre vott par le Cne il
d'Ltat sans difficult et sans
discussion.
Expos'- des lotits
Messieurs les i onseillers d'Elat,
J'ai llionni m de di i eaei -11
h* l.ureaux duCooteil d Etal deux
proitU de loi oitaniaaat, l'ui
k' i v i' m du I parli ment mioisa-
rieldrs I manie, ei l'uiilr*-
du Dpartement miaiilri 1 du
Commerce. Ils se distinguent to
deux pur le.- i ni.tc.ii-li ju.t Mu-
tantes
D ali'inl. uni | i n
ne aux des i, coi lit le daoi an i-
loii d'amliotal......il Ji |
liiii.m mi ni iii icrvici
u. m l i parti mi nti i oui h i
rpaitili .
ssivieea qui l > dM| esa a uni
partait* coaofcl lii
et qui 1 n t et Ire eus 111
m. 1,1 mthodique. Lui
projet dirpoe que >t. r hglemen
intrieurs pourvoirobi lu n | u
t......lu travail aalri
Or, vou-- svi / ce qu'esl M t ravi
au Dpertessenl ai 1
1 niii n | oui pai 1 un [nia nu ni,
dam ili< d al l'am
u.. i.t de la n celle; puii ai
la rtcelle rali-
gemtiit de la dpaDM, dani la
justification, dani loa rglement,
le tout i onfornv a |u eo
a dispos lu volont lgislative II
Il IM (...
iuiIi n actuelle d.
meut des Fin incw
peu a l'sccr B>\
ilie diiiia.t ii ci nq lique
lemn.e il in porta que la 1
soit quanil 0,1 11 i du l
|i. rfODI I du I
fi'sncc
des rouages, ci si wu. ouii.
ttdli.i lire, au mii pi
sonuel u est pas lui u.
toulea les parties, i la li iul<
la l ii. \" i- vo i
de tuile i ompte que le p rW- da
ffain du D.'ji n ! ni' ni
i ivei aulonl d'inju
t la |. u de
lionnairea de bonoa volont i
plus ou ru u- iiim'|iii- n\
adminietralivea que i w
-ni.' le Dpiilac enl. I Si
re d'Etal eal forc lui mn
i un- acrei aui dtaili d
du d m pu al un loue! qui |
i sire plus i liletn ml eut"
i ludi ili li m'' ques
lion- [in m posant devant le iiou-
mi Demi ri.
I>.-,' n- que la I
Compte n'i liala plus, i......i
lacuoa s'est trouve onal
dans noire ; I ainisli ii in Uni -
ci t ; an I abi in i de si m I
i i dont parla Boj r Ba
laie, il'- pati i | la n n >i . la
n itribui > S cet o
b d i ir ij 11 entre le O| i
n mi. ni i|i hinani ea, | oui la pi S-
paration des rorapl Con>
seil d'Kial depuis qu'il exiate.
1*1.1 ftllldr I '|lli Mil
aujourd'hui inomia raton 1 li
vire d lu Cinq Ulhl
de i non ft l mettre mme de
remplir \< roncliom de la Cham-
bre dt < omplea, al c'eal l iolen -
lion il>i 8ei 11 lait i d'Etal dei Ki
Baoi aa d'appliquei l'art i le S de
re projet de loi de telle aorte
qu'une ii Ile fin rail anti i ami ni
I n mu.ml earaatra de la loi
[il "| Ill'lllli 11 MIS il, li-
1110 eal qu'elle organi
iei ricei finai rien an vu<
culion de lu loi du <> Juin II H
mu l'Adm inialralion Gi
11 i 11 ibulioi Bi voua n'avei i .-
p rdu de vi.e h* imporl
lidraliooi ex pou na les Mo-
lif qui avait ni dlerntu i
m i m m. nt ,i piaei Ici relia di i
h. vola, ai ui
liai / bien que la pro pa
lion da di li > aer lai tdminiali a
li'iu- dea Finance 'le loura fonc-
i ' qui i
don n l'iolenl on du Go iverne
in.-ni. Par la faon donl i ui a\ i
org loia, en ol toi ci tta :
Uea publi-
voui avi / allg '!' 11 m il-
li da leui I he ! Vdmini^li >
lions 'l Fin im ai Lu lora,
l'imposail : ell da
7 m : on da I E
lu I i i 'i al
: qua la ai
i raliaei p
*e laire mi ii ml
n. vous n -
i |ue la ii
lin .'n iai il q inique ,
i
11
i il.' i. | :
ijni oni erne a pei
ii Lamenl d F n in-
: t, \
iliiniii- i ui le j ii
cornplit, est exigeante et coin
Le proi'
menl Ira lu i
lion d 'm ment da tire da
i la rouage
menl
i|n il i onalitoa
1
i
la pi
tomme ut le Gouvernaro
i
11 i
i i m
dont
n i la-
:
| i
u i 1 1
II.m-, un \\
I OU':!
i. le
i
i
., :
i
I ; I
d
nenl Ii pi
Ii .n I; la chu
A [a ; ic
:
1' ;
I ,
1 |i il \| I i
;. i,. i. i
I
i i Heim
l. l.
I. [)t Pi d
leur ie la P, i n nv
pfa i ..i d. M ix Pi m
l
i pri 11 Co inniine,
I | l d r All-
ie ii ou.
t'km
l.i F
geau aeid I
Jui.i. Il j
U I J. |.| ,,| .Mil II j -1
il mu i ;
'' ,i i -i i i i .
I
1 u
in-1 i i i duo

Varits
La Conte '

Jjlll
'
1M \ I
>
La Fit; de Noitu d ,i"''
iill Porp Mel V UI'i
s 11 lSe"n
.ni
I I
\ IU
I
ga.
IVouvelles Fli-aoares
Pair Cable
Ii* 'j ignanl l-
la t'oupe leoumoiil
l i ', I. leur Sadi I

- n mil
, i
i laumonl d'avia
I
Lis ,|i ti\ Oljmpiques
ui.i^i > il
ii i ...
IIS I ,
1 ri
! ...
m rd .' i
i n Dinwidd
i
i.
; I
I 1
Les preouera Iranui I
ai i,lals aill r-si l'OIll | I 0-
i li.iiuriiieiil nui' noie ail
Kld.
r \ i. L'ge
1 en l i M \l M u d n.'il i '
i. .i m i i usa
probAlio i du gou ai m mont b
1
.1.1 l(.-|. Il M.l 1 ..(.Il
pou celui ii d.' I"nner di
m il .
Il II, X il
i... n ivec 1 I elle lui
|u'il doit repoi I
. liant
|C d .i un un ni.
Du monfimcnl sera U'.v
a Wuiiiliiiw Wtl-oi! a G >
un j j
1 ma le
i
i
lati i
bui
R. iii.|.iiii .iiiiui i exten-
iii du corps militaire
dea la-' iules
: i.
l'ri mii r mi

I
I
i
r pi le mi

i
M |
le la
i i inti
' : .
In di de M an
dbut.
lu Jupon
roKio
1
' ' y

d :
i
calme.
La iuiiiiiii.il' di* M. Herriiii
-iil.ii les assauts
J la pi es86 parisienne
l' Uils. Loi journaux pariateni
l'entrevue des Ch
ijn u i.dour polili
nisii lelle s'abila
Ira lei la queatien an d
i a M Hennit
de d politiqw rrantsiia
qui n lienl innivelle
luiiimiil Ii- i "millions que
pOUf l'ar
ff I Duwee par la
n n m \ expri
0 i 1 i |.iiir i|ue
i \ -.ii Impreaslonnia
fi >-.i | lei exlalant entre
. |i Uietagae
eipi i n. d ma la ommuciqu pu
I prs l'enti avue dea Premire
ministres. Cepi ndanl beaueoup
d'oi le I nuaneea voient
niai \ >- ii t ion de la
' lui la ques
i i i di Paria" v.iil mt
I \l|. m ioia i'v la non
iiiii'iiillii^e et nou
nenl membre de la Bocit
.1 n iona m lil install'-e au cou
aeil .
B. Epitacio Peasos ajjent
t\u psciliane inlelli(|ent
au Bi'i'sil
"(BILES Le Dr Bpitaess
Pi i m Ii u praidenl du Mrsil.
ii m. ifi.ii i l'ouver
lui e .ii' la onf< rene ioiei aatloaa
u mentaira du nomnisme II
n promit de faire lont soi |,nsible
i dvi lopp menl d'un paci
riame intelligent hu Brsil, Ce ba
umpa, pr idenl de la con
Ii rem a, a insist an presses du
i m mi la ncesail le la U
'I........m.l. m inli i nitlional.
lai un mbrea du oips Diplo
lui assisl ilenl a cette ru
ni'iii.
autour da la conlrsnss
des premisra anglais ci
Iranaia
t.' l.NDRES La Premier minis
In m doi ild ri |.....lanl une
ai. aux CemniuBSs
ij i '.i. ,,i, U prsi
du conseil le I'ihiii a lait un
ire i une "onfrence
Dti .......t Cou
' le Id juillet.
La con i uliliu Iner
.i Mai lonald. est un
i i onvereetioaa
i ment
i i nia soisat
01 il lUlri
na soin
u n uniestioa
ricaia
. m allona y entrer
imm .....un ni Au iuji i de la ra
I i .u.n de I Alli'iBHgne la
M lonald dit que
lis, maia il
Il .il ju d d l d'sbord avoir
"n allis sur |
'l'i'ii. ont in tention de fans
in du rapport
111
Lu projet devanl conduire
a la consolidation ie la
dette polunaise
WASHINGTON La praidenl
Cooli .... po
iden i 'l ;
i.i .1 une ma
lui ane deiaioa im
porl inte u a t prise.
Ladialsi Wrobieski, miaiatra
joiis i la romii.K
ion de la ileltn SOsriraine une
I i ,i fion
Il Klat
i ii n. lue de la Mon
ont lail itioa
que U luinislro a cooaanli i seit
mettra k son gouvernement.


LEJHTIM
- im
1 ,11 t
d
i.lea!
me ml
">p i ,1, ,
VIT'*.
'. i" ; j il i i i -
niq i t 1*1 ire d'Ir-
lande
t,9X0RE i M.
lair* <
l r* dea coin mu
nement bi
U |M
lauie d '
rrsea i \Vh'n|
i|H' i ri
enl loi i
pendante iWu
lemenl i
niniit
1 mtO'D i il in | i
)fni in
nirra de U
Teiai Ce |
Kouve.ies diverses
LuNDRES i ii
ihnig > m llre rt< u
citapirs ,i
U reine M
au Ci I.....u. j i
que ; lai
aient gali mi dI
PARIS I.. | ! ,; 1 V
Mott, j 11. t h militai'. !
' "i l! | o roniie
U tombe du
nom
eombaltaQtg ;!i, mulil
ititl \i'.LLi..>_ .m. II. riote.l
arriv ., bru lie ; il i
par I i Ul
LKi '. m
Le : ni i
i r miai m m Sud
afr ca ne, donl la p .-il
ca m i
liooi, i loune -.
(|n arai
-
du i Uaasen le Sta iJerl
^ i ranai
BLUl 'M i IN I
Herlzog, lu m H
de. ara qni omp
Ui il
Cl .1 M '
Mlionalittea ne est pa
|)aser do leur coni un
Les cours
PARU 14 Dollar
._ I.IMO 8-' l
!
Ubar.i.,,.. P iCpn.rARIS
Ali. I ..
Faisons un Rve
terne f illanl Consum <* pour Hati
^m*

*" *-F
la Vo di bmdidenolrt atmbli confrre
LEuoi t l'art >'
Us Organes de l'Opposition
et le Prsident Sorno
autour iIm rjlum il I
l.i question des fron-
ti
.
il'.illn m r |US le .1. jet
du Gouvi m emenl II iilien u
ispon nuis
par li h li Ri
pulih i .
mis m irci il i un
de l'aprs mi li,
M. Mi,- L" i
m
; l V I !
pari par a
liiions .1 ... i ii
pat le M m i li u po ii
'urop '. auj i' ! i M
M .i i | .i en
France pour r us m le sari
N tua lui 11 th ni ma un
bono

Lato. Urmie
1 i m.' i
tre d'un ,' ire n ive ... uni donn
le I" |. u ..n
jili m
Petil
Hatien t COQ
,ii i d'ei
Lea f.n i al qui
m ni .i
oeura, aonl i
Lti i' i
lions aonl ... | au
euoi i.. ; l'aclutli
l.
1111
i
lloi
applau lis i i.
PEPTODIASE
Al.
ACTl ,r-
.
F/WOHISC LI IUMC
Or, >>.... r UT...... Ml-
graines BouO*>
. Nauea
Il m.,. .... t>,.
tn te -
La S'ouvt Ilirlea, la Pt
11 "le Terni en)
des moiSf bu publ c obsai \
ti m le i| e i lua proies-
i le plut o lit ux qui
journauii en et Irepranaol
. outre la personne du Ch I de
n'
I I in us m,; 'S
ut figurs qu ils liutr ii -ni
1 i;d ta
il i ex ispri r e' le par
. d*
n. Pauvre Pougt t p iu
m. \l iravi i pauvn Duvi-
.i | pauvre Ti Chauvel !
pauvi i : ne Si Aude loi
. m louu-.s leurs combtuaisoua iu-
vmi'S oui n 11 i v.iii la -
rnit v'H a ilem nt olympi >o
no le il I mi ii i du Blanc kl i
I. i mai n mon d
.n .i i l i ii''. ces joui
i ,i Moravia-La L)ouaue lu*
iiii'iu . Kit n, avoue-t'il, rien
ul rut imer la pi
nom ne .v\eu invo uulaire
d'un dpil iinpuiasani
i lui aucune ;iti iq e de l'op
i isition eone n. ii preii i sur
prai l'i.i d' iet il c'i si c i
qui i ni i ir 'i ces \l s
ira,
r,oi'. i .' beau, chaque lue li
i lui' i l esprit, le balire les
il mes i v m-1 roduire nu article
uouvt au sur 11, Borno au
. pie Le Pisidi m cli iqu
dimmiche* avec !> calme le plus
P tri m, ; >mra m Po g 1-1'Alli
ii.ivii ii i xisiail p is. coq inua i
i i, n Ire au T mple, en pia
s.-11 t devanl la n
le m.' mme du Directeur .o
la l'util
r
m n n an t tira
i m i limai ti poui ti
H i |UC I U .i no a |iaur
. i, | i.i de cela, a peut
.r iiuv Gona eaj d-alltr
Si Marc d'al'ar au <;p ; l'imper
lui, h Prai lenl, a l'heure qu'il
n n, \irule froidement ee
qu'i l, n u Si Marc, va
eux G n ilta \ .i'. Cap, parcourt
le \ .i I al I \rlil.ointe ; et lea po
p u! .lions applaudirent partout la
par la vigourauaa l >ip de ca
i na| ont igeux, qu'elles sentent el
qu'allai saranl patriote ti honnte,
r ni reenl la Praidenl dia
aot pnur giav? iriv^ultriti, le
Conseil Commu i>l de l'oii au
Prinea. N leifratioos Je oppo
ganl-, iri- p'leptiquae, menace
o nlra l Prdaidaal Ht sa moment
o ils voeifreot, il* voient tout A
roup pfHMr deos I.i rue" quel
qies p is d eux, eomiant, '< faa
pieu d ma M Packar I le l'ceailent
Borno, acM npigu d'un seul aile
d 11
L's o ip i. n'. en ~o il abaaour
,1 i. .m d 11\ Pi ebna eo o
pltoox ut ibruei dans une lutte
stiiii', a prfr renoncer l'ioa-
noseil le beaafna: i a abandonn
le Tempe pour aller se refaire
les iinn i lea aolrti ne f-nl
P s eomme lai .< la '',''''" ,'"'
if mbi | El llora, jour es^aver
di donner le eh inge non p us a
P .n -au Prinea qu lia savent ab o-
lninenl au i-air ul .le leurdeoO-
;,-. m i mi lenteurs de ia
pniviu e quiU sinaginoni peu
rens ligo -. iU e inliuuanl I rpter
devenu* g lleui leurs ml ues ieas
cliche blai : Boroe est fou;
Berno a p
K ce jeu lan> vitib'e, le Non
ve1 i-le i lai OM perdre
le p -u | i lui reitail de c rvele :
Sii'i.i- i quoi il n et arriv ?
\ i laver de preeoter la Prei
de il li > i B qui p isonne ne I i
- i l I i oui totale en chair
i -, omme avant lcroa-
lier vii i m* de Irois jetnes-llee
. n- X.ili ual IJ.Non
i mvel no i Duvifoeno : il y a
t uit de ui ne des limite- i la lau-
a; el l > i humilier gravement
\ m teut qu in l e is li i iup
pos. i itea i liota pour avaler celle
ligne '.
DAnavt
Par le Mi mi llorn de U
Il un Lime laissent aujoii -
d'Imi p 'ir l'K i"OD :
\l Christian F Minier lj \)r
Flix C ri jo ii '.n lvi| C Koh-
1er, An ir Se lan ViMAJoinl et
ss iliix fil*. P M Dncaaaa,
M m- l-e-"^, M n T, Cordozo
et enfante, Madame I.Millier
J-**n Philiooe ^ ** l"', Mlle
Mina Madio lerth.
Parisiana
Jeudi
Repassez vos lames de
rasoir en dix secondes
L'aij|l(tiiiic
4e. 6e & 6e pisodes u
LEntri l \ pourde.
I linian. h)
l mi t d'smour
et i e, jo e par aes
arlinles I i.uiala.
M Qswald Brandt
llier.esl arm la von' de
M '.n ii qui vient de
i mta au
a :.n
'limitons la 1
venue.

Avec le Valrt AutoSirop, raa.ir
de eifi qui " repasse lui-mnie"
t uni dnitinUa:*. en dis ateconilM.
La mme lama ilura lei aatnatnaa,
aani rian paiJra ni de son fil ni da sua
douceur. L'eflMyei, t'est l'adopter.
le Rasoir
Vale
^ul(rStrop
|*pu>if ln-*m%.
BYLA
UrTIANMIQUfl
FORCE
SANT
EMBONFOINT
j
Le meilleur
RECONSTITUANT DU SANG
LES FTAHI ISSI Ml NTS BV LA
H, * aa ixiw
Baej Oa
Mti Il l
Mariatje
Ce inittu a t clbr l
Citlilrale le miriage I
lelle V\ >sm; ll.vs il.
avec
M. iv>\i IMD BL4N tlvitn
Lm 6[n tx mi' t 500 Itllta a
l'autel pr \I n1 llorell -. Ilaspil,
mre d la mari i aux bras de
II. Au rus'e Ro t-niin.
.\i< cou iliui iits au jentil
couple.
Cabinet
DE
Mon Flix I nuiy
et Vlotor 3lbaauJ
1322 Rue du Centre.
Bazar Mtropolitain
A:, y le (Us Hues Pave af du Peuple.
Jfouvelleiin.Mil Reu
Or
l>run's srclies la livre 25
Ab.icotn :t."
I.aii vapord ^erblamc "J I
l'.ite d'Anchoix,
Or
Sardines
40
'*i unirn *tr
l'onl ons,l2varits i;v.4ii
Itiscuits Animal
etC, boite 10
S.mllnie en axtee
Tomates 30
A\ oint'le paquet 2S>
Raisin sans ppins paq.25
Vaseline le put 10
I apis'Jxl2 pieds a10,oo
Savon r.olossal 15
" I ay lihum 'A pr. 50
Sorhetii-res 3 litre 4,50
liresse dent
Pronhylactic xtra 6*
Mouchoirs en paquet
3 pour 50
Chemises Arrow pour
hommes 2,25
Cendriers couleurs
7 pour 1,00
Baignoiresgalvanises.1,50
MM
Colombisn Steamship Company k
Le Steamer Bogota ayant laiss Afew
York le 'Samedi 21 Juin courant, est
attmdu Port au-Prince le 28 via
(es potts du Nor.l, Il *eptrtira le
mme jour pour Cay m, Jacm^LKinys
ton Ja* et les p >rt* de U Colombie
prenant j et pa* age*s.
Port ai P in:ele95 Juin 1(J2
CEBnlU Dt Ci Agents
NEURASTHNIE. FAIBLESSE
r/ej\"SJ CHLOROSE, DEBILITE
SIROP de
DESCHIENS
.Hmoglobine
fUgenratenr du Sang, praecrit par l'lite mdicale.
atuprJear A la rien de orua Jl aux / Parti oaea*i DfSCHlINS, 9, rua s*al laudrr. FArUS ei 1-l.a.euaae.
RtuQ9rcitnsits
Madame Veuve J. N. Ki^nol,
Moniieur et Madame Job l'i^nol.
Mi L. N. Alrgaire et tout les
autre* parant* remerci.-nt iiucre
mes! tous Us amis qui leur ont
tmoign laurs ivinp^iliiei I 1* e
casiou de la mort de leur regrett
Ali, frre, Jienu fr^re, cousin, et
aareoU.
CAMILLI N. I ICNO .1
dcd k l'elel 1,17 juin courant.
lia le prient de croira leur
profonde gratil i le
Compagnie G-mi i.-.le
Transatlantique
Le sljamer i.ira.b,' de retour
de SeoliaSJO el iIm port* di Sud
est iltn In la i J l al
Il repai lira ulUt pour San
lifn, Uont vei, rorl Je l'aix,'" Hail'oo, Piietle f'Iata, San Juan
.1 le Mil e.
Perl au Piince le 11 Juin Iwl4
L Agial : I. ItOBi-.LIN
Lelin et F in k, Inc
Fonde en 18 "6
Supriorit Bas prix Promptitude
Tous produits ohiniiqiies,ptiarmnceutiques et entra
articles vendables dans une pharmacie.
ftvpioee), l'oi\re,Cannelle,tiroflc.Aui toile, Mat s a
de etc. etcSUCRE UAI'i.Nh.__
Spcialit : .Warijue prive l.ysol dslnteotant,
mena, .vittcle> pour liahierd, ituy Hum, Chocolat
dre, Unie ioie de Morue, l.mui>ion Coltl (rate, r--
traiU pour faire essences et en i tle tonetlc,tau Qu-
niiic, l'oudre contre les insectes, Solution pourucon-
wrver les tels Irais, Lait de Magnsie, l'oinlre supf
rieure pour la loilclte ilrsenlaols, cissence de fleurs,
Sv;i l'ioritla, .Miel pour lahle, Moutarde, Huile d'Olive
pour la table, H rosss driils, IVppcrinint.liutlepeur
Siineeer les mouatlojaas el autres insectes, itegulo-
concie constipations et doublet des intestins ch"0
niqaes lue, i.ire pour les parquets, (Comestibles. Eli
lira, Bpiees,Sirops divers, IViutiiras divergea, Vlaeaa
iM'in.'tii.i-!/ le catalogues tles spcialits.
Confiant vos commandes LriN & rlNK, tno ; voua
serez, absolument satisfaits.
Toutes les lionnes pharmacies du pays s'appro vtj
sinu.ionl ilii7. I.i.Il N &IMM\ Inc.
LjCuii R. i libaud
.Agent exclusif pour Halte
Lss Faax-:ols <(Vaa Heusea
Ces cols les*plus oontortables sontjmous et ont l'as
pectet la distinction du col empes, fils sont confec-
tionnes d'une seule pice avec un tissus spcial extra
solide.
Mettez vous up-to date en aisant une visite V la
maison
Paul K. Auvila
Nous savez es que vaut une brosse dent 'I*ro-
phy lac lie i
JLt Maison Paul Iv Al'XII.V. vous eu rserve
Les jolis tissus ijaberdine de laine en couleurs mode
que vous voyez sur le Monsieur chic qui passe,s'aelie
teut chez P. E. AUXILA l'e mme que les flanelles
liiagonal noir et marine, drill Shantuug, pour costu-
mes
Les dames et demoiselles seront c > tentas d appren-
dre que nous venons de recevoir un nouvel assorti
mat de Crpe satin.Crpe de Chine, Satin Spoit.Mss
de soie pure t nugfit.Yoles blanc fantaisie pour l't
Tte indien, Calicot et toile drap. Sac main jolis,
Souliers satin noir. Tous les parfi-ms d'IN'M isant,
de Cot>, de Itigaud, les Haux d- toilette de l.ubin et
sa poudre de rix Douce fiante, si apprecie par les
connaisseurs, .' ommades.etc.
\ Isitez nous toujours et demandez tout ce dontvoUs
avez besoin.


MI5SING ISSULS


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM