<%BANNER%>







PAGE 1

JUBOL rieduca l'intestino Stitichezza [ Entrite Vertigine Dipcple Lmicrania P#r conserverai *o buona eelutc prcuilrrc ogni e-o uno compresse di JUIiOL M>Nilimpnii Cbatarata, I tu. tr '• alaacirane. Pana t> i aottn amrvjkfl aveaaaro polo o pr.ndrado ont Hrl qaalcfe* tuuiprfiu di lut-uT rrndtrv al Jaro lauaiino mrrta rrr l'aWaao e>li#tro | [h dri la.aagi. ta lai rl.mciU a la* Sortli!*, a* eau avraaaaa nau J lo.*/6i,pa~irlone la rtao.u 4tta i.ada.auaotla'eiUnaJf coal tliaa.ol %  MU niUiiMt al Juaol, fora* la Maria de) clulere coolara aal io tiio mroo ora tllaatn Par co%tr • l'a%  il ta aTrcbba coaiau. aaana aoffa rta"%t taoo 1 aaaitarl cal vil as nalan %  •on a fuaa.ro a tuttc It apo(hr uaalvrmaii 10 locaariaati a' tSJMata Dr Bataoao alla F.r..'i di M.aauaa di Montpellier EMORROiOl faltol rrfiolarfzmtnrr tfetj" lut tr/an titts JUaOUTOIt Seppontan onlUmoi -g ulm^nitl dtCingtfUirutilli. JOSOUTAK Pvml. itmtrm k tmctmti ttlrrm* uriTTi luiati 4,1 OH SBasev Pfgr.ti/Ulan.i 'e *J*a*eaV *>' 'rfo'o Seije Faillaul Consijiiatiire pour Hati COILnM ', le droit i oui niatrei lei ail lirai ; la Go a iniiiip. Noua n M p i< bT > corn aenl Si n lurii l,i \< n ..: | I ii, il %3i I | l 11,1! •ment. 1 1 de p • %  savoir 11 1 11 il %  d'en extra couvrit li Iran di 1 1 Ile 1" 1 caption. 1 ; li n im IPA le %  *oit lei 8J •, l'a Iministi ilion commun \ L'admiiiialraUoD de 1 %  %  des 1. 1 allaire qui r par Je an lum tmenl l'a irainistra'ion commun P( mBOUI %  DOUa 'liions que : : 1 uil • 1 : --.ni..' •in on aaaaia de 1 iutour des 'i.S| de Ki loi gin il< nu • 1 1 I eu lux munes de recourir .1 i Administration daa Contributiooa pour le recouvremi ni de li un nceti lep u h pria et ii •trilation ; Une lei Commun -, .1 Ni actuelle, sont lain Ii auto111 mes, la plupai 1 vues ttaenlieia ci.un .1 la char x de 1 l Que leui 1 en D directe 1 1 p nuri %  .U leuia i. ell irl bit en rue 1 augm ni >,i cos re M est un paai 1 mi 1 1 oie de l'autonomie 1 omrai nale vritable Aonavi 11 dit. I lit un e n .1 1 1 BOUI *< us -'n Nou ea %  un DM d'autani pi 1 ilisl iil -1| ie l 'ii.i.nu \u s .1. g nom MUd 1 v lislei imue a '1rs -;. m. n. 11 rive rn< ni que lei perl ttm meei de qui doiveal p irtii ajoataal 1 '•'• iu luttn au non hailiea, 1 1 |uoi : n" reroot que mivre v.iii. pie Veuil ti agrer, 1 ii^r Mooeieor, I' 1 iiiraaca le no meilleui %  leati 1 l. '. 1 %  tire fioral, Sign) JoMph CASSAG.N IL Parisiana I limanche 11 Grande Fte ^ Saint Franois : || H u 1 que sera B l •ment > %  l >i • >< Wle du Perptuel Srr iir Il \ iimi I %  tob 11 me*e, etc.— Oo i liati re au ii rge die U r*f e do l-lanj n ecn'Gqi e .'l. aito 1 0" le par Madame l'ietri. \ demain dOB< /erl 1 MI l'E 1 I ••-• Pi maires. L<" ex ii upoar I 0 l ni n du cerlili'.at d'lude pri auront ll> Il lundi linln .m de l'ti'i!iilee I n • io Vlr e liuilloua. ti~ lui ii it• "'' inxrild 1.1I loOgir 101 > %  77 lill. Quatre lur\s ont t forme comme rail • UJN 'N8 1er Jur\ : *t le Souf-lmpecleur Vieu, praidanl. MM. M .min e h in 1 1 aie ; M .miea Detiiu, iinili ntiqui \erdieu, leooi'de r,hoses|. et Hjjjiein : il. Luveolur*, hi i lire et .rapliie d'Hall i : D. S U leam, Inetroctioa civique et inorale. terne JIRYM. Reu Dura lu 1, pr>iilenl MW II mi.i m Pierre, fiamni 1. Jrine,aritli mtique : (i. Aug ste, lli>loire et (iograpliie d-lldili ; Pr Craia \\\ gine et leoue de chose*. Il Lain>, Ir.struciion civique et morale. FILLSter Jury M le eoua lii-|ii'rt,-nr l'.iliiuIl i\iel a, prai il 11 : Mellee Luce Noisette. Cran' cais ; Li'ia afiliort, aiiihmdqua ; .. me Mtverd. Hieloire 11 6eogra l'hie d'Ualll : Yvonne Lrecoulla r, llxfiiene et Lacni de cluses Li 1 Boyer, conture. lme .11 \\\. Mi le loui Ina eclenr (.li ment l'ethel.prsi enl le Im Leda l aulii'e Irar Aniia llolse, arithmtiq t JLucla l'util. Histoire il Gngrapbie d'Ha u ; Lame i ie (iermai •, Il vgine et lee ms .li? ehOBl. — Ni une III..|I |i.'.iiipat vues avec Washiog tou en raiiOO d la sim.lit.ile qui txiile antre la politique de la Fran ce et elle il-s h.uts I uis a l'gard .le li Russie Jep'ji* ce, denneie* ai.ne Le yi;iv,ri.e; u eiU Herriot nttl de la chambre des dput; 00 jle de coofiaoce PARIS La cl.embra d •% dpu le. u vu 1 ,' M BOil sa OOQ dam le gouvarnamcnl par Ml > 1 v mil* 134, Ou lit que M. Il rriol dlire que sa viiite a N, M 1 donald soit conailra plutt riuu' ruill |ie.'ioinelle qu'olli ciello.ll veul laire Iv ennnaUiance do sou collgna anglais et appren dre quelles sont iea opinions au iiijet des duleteulei qufitioni de politique mondiale et des probl meMMilova par l'application du trait de \ersallles. M Berriot ritra a Ghequeri Court de lamedi soir I lundi ma lin et arrivera A Biuxelles luali Sun pou conlrer avec la Premier minisii %  I li ••'ni et le miniitre dee '* agi r. Il\ mani de Belgique) : il prendra avec lui en Anileterrr Nt Caraei Ivnrl. qui a ti 1 l'interprie de le deljatina franaise v la cenlrence de Wa %  btnglœi m '1 limitation des ar memeuie. M par UiiTf Ba tort ... ( I 1 al I' n lian 1 M laires l'uit > t { 0,6, 8fi, il,8, Bill daule troisime match de lenuie pour la coupe cluniiiatone D.li <. Dans les eeiiee predenlee Iea joueurs Irancais avaient i l d t rs gagnauls dans leurs mati liai avec le i qnipts hiodouea. La de mi linale europenne entre la France el l'Angleterre era dispu te Cobourg avant le 1er jitiUt. Lei aulrei demi Unales europ n nui kr,)iit entre la Ti i !o l ipne et le D.iuemirk. Hbild—> Dna le conc-oai in leruaiional d* lir au p sto'l la di> tance de 10 mtrs ; | qu p • si te a gign la p-emtre place av e UQ total do 1571 piinti, l'quipe des Etats I r..s est venue qustri me avec t .d punis s mile de l'Argentine septime av.-c *40. Due itflervievj de Joseph Ciillaui P\HU• ..i, rwilaoa a t interview par M. Mariii' Mou tel, dput et avocit qui dfeg II I ancien prtident du censeil de vant la Haute cour. M. Voolel d clare qon M. Caillaoi aceeptara lamniitie dool le projet ern ou mi* prochaisenBMl au parlem-il Tout 'i aeesptanl l'amnistie, M. Caillajsae rservera le dnitde d-miider U rvision de un pro 09. U.S.S.ll. OMMIS5I0.N iEI IT BALL LaCoo mieeion del'oot ballo'lre demain au pub ic deux matchs de ld ampio n il BU l'are LeCOIll : 1 = Iroih urevinqln in.. La lieuda m rie et le Voloa Baior tif Club ]'iinr.int la pallie q il a\ .i' d tre renvoye dimaarihe deraier a c iuee de la pluie. 1 -. — ." h aur I eu la pirlie antre le l'en i et le violette .Ihltic l'.lub. i...* leua mai. lier ml ce t i mni ii ii L'entre ^. u rile tant maintenue i c niiine. il > aura certainement foule au Parc Leconle. Rswc.8T.M.t<, \l .t \l ne Juls Dvieux, Mi Franck Dvie x, Mr Vnl mio llogu, Mr et M n i Evrard Lajor, Mr et Mme Jules Levt, Mr Joseih Lave!, Us familles Lola^n?, Hog i, Devient, Meabruo, Lger et Messac remercient b : en sincrement les personnes te Miragtne, de Pelit-Goivi de Port-eu-rrinee et dei autreloealite qui leur ont donn le P'inoignages de sympathie l'occaeioa de la morl de Uur regrette mre, belle-mre, graud'mre, tante, parente et allie : 2S \l ne Vve 9AI.VT-CYR ItGU j ue Klvire Levet. Ils les prient de croire £leur profonde gratitude. "'' %  Md Cli Pierre-Louis, Arioste Pi n ;..).us etenfaits, MretMmt alciuJ l'ierre-Li lis et enfants. \lr al Mme Jamase Pierre-Louis el en enta, Mr et Mme Joseph AI lonOa et enfants, Mr et Msse Taeia< P.er.e Louiet enfants, Mraea Fraa>ii Vulroet eofiat, Mesdej mii-e loi Vmuiite, Amanise e. Anne Pierre-Louis, Mr Jults Piei re Loin-, Ls familles Piirrc Louis, Midi m I, D paloir remercient bien %  incrominl S [ %  '.. le Prsident de l.i Hpubliqua, vtessieurs les Serai d Kl ils. Messieurs les Concilier! l'Etat eltoai lejams d; r t a i Priaee, du Port-dePdii li Cap II litien el des autres viles de la lt,uib.i pi • qui leur oui di.iue des le u u^nages de sympathies l'occasion de la morl de leur regrett ClItHLEi PIERilELOlTS, leur pre, beau pre et pin il, dcd au Borgne la SI Mn coul. Cl 20 Juin l'Jii. AYIS Les aboine auinents parla SJ rce Le aie ( soil portion Sud w i -I di U Ville ), onl aviss quill seront privs d'eau dun.nt toute li journe dujLuudi ti juin courant. p mr causa de rparations U g lllePort au l'rioc?, le il Juin l-'i Farine lact NESTLE L'.iliiiient otaplet laliiiqti dapuis pris (l'un ileini-airle spcuileuieiil, pour las nourrissons, les convslsMtoU, las viaill.inU et vu I,I oral tous aaux doul las lorecs BODI dbilites. Tous le prsuils .vimihiii t M' rapprochant! lgrrasaanl de la larins htele lesll, sont das senlrcfiions ut n onl sucune^dea qualits olrianues par la Disison lesll dus la latine laciw. Remarqua judicieus.U poids net dejla boils lariae lacts \rsiii' usi di; .'{75 grs. 4 ii colla aulasu c|uc colla p.'sani environ 25<> grs dss simi'siras. Eu vents dans I s li t riii.it i cs J.oiiiraiiie, C entrale L. Pretxm *u QQtrholm, Auent de Nentlw l'ood Company" Ouiilop Pueus ET Chambre Air Lut Dunlop CanaJian sont labriqoes %  prislsmsat pou las pays tropisaux et c ast pour cette raison ajoute leur prix rsissonsble. qtj ils sont au premier ranci s la Jamaque, Cuba, Pananti, Iea antres antilles l 'i .IIII.'M ique Centrale. Sauvegarder votre intrt el voyager avec Dunlop (%  anadion Lorsque vous pansez llunlop. pensez li \\ Ouinttn \\ il'lams. Lorsque vous \ouloz nchetor un Pnau, p3n>se/ a llunlop. W. QII.OUQ Williams, %  / o



PAGE 1

LE VA!IN L'Assurance Il RM P : Cl T Les cliamhrtjg i air Rougfs G
    iVHa ti lo l au i vice. L\ SC ETE COIIBUALE d'HAITI Se fera un vrai plaisir de vous lournir lues les renseignements ncessaires. La Ford ( si econom itjuc uto i i une ncessit xicueiez uiie Ford ! Neuve. THE UNIVER9AL CAR J Socit fommerciale d'Haili fnrwt* rti* Si Ma "' Gon > • Coauncul? avec Deua Cents Dollars seulement. tenez nous vvir, on s'entendra pour le reste. Ce a'eai pas lu nier a bon i %  REMINCTON C'est tout dire. 1 • fal la premire machine a •••rire invente. '2 Elle a touours t la premire, jamais surpasse par aucune autre marque. 3 Pour ceux <|iu |*j connaissent, on n'a qu'i la voir, pour reconnatre que c'est une beaut, nnemerveills de perfection. 4 pour la rapidit, la solidit, la prsentai ion, c'est la machina i eriru par excellence. La Fabrique ŒMIGTO poui en ire flre,] Tout les modles en stock. Pour les conditions de paiements : drets'* vous la SOJiFE CQMERCIAE'D'BITI. AaeniH fccciuat/f, l'tage del Baiij sive conomique t en usage dana toutes les lamine. Il blanchit le linge ad a blement. Invenldani toutes lea bonnes maisons de la Place. tjt-la i oteai peu pour NOM, convaincre. One Irique. Socit Commerciale d'Haili. Agents Exclu*ij* A l'i'Und B"


    PAGE 1

    LSMA.TI* Lis ChBMrie, Bonntlerie Cbabioeieoat p) • >* Faux '-o\t • S l Faux cola An %  ) ) > Mao n J.M 11 Sravaiee il CreviMi U 111 bttj l'iilUM tu SO*.l Jiruu lie Fui .^i BtQilt* B>bli'|. t | i,,j8 CfceiBiatfc a hOtatne blai i nef do leur k*l kl do it kui e 4 | I f lUts pour.cbevovx |iliclefl il" inrii.'H.i'' Toile ia'e, looies rou > Tapi* Cr %  i ; 'loi .iiap l'oil • poO! i i Mois'iqi:i nia qa llli i Biaorti Angle Rue Pave el Une du Peuple te partielle des article que nom avonn rac*3 psilmt te mois d'ivril. ... %  ii • il l'i.k^U. 1J i Ira Inia-' %  • 1' 1 ,\ Vf, 8 gei a cock'iil : ; i i (Cl imeaoi en v. :• pei n n inlrœ Ki'i n p*n-, il Mui/e .i g'u tiiqaca i t |U9I data eu tou gorirte pour peinte 'ie I laao rea el c a! bllCM Cor* rient H I Po i UUi et i •• ma r ee i H f' lei BjMvi n an ; i ea cl | c ivr'iei ilco : v %  Unit'.' '•'• c n leaui h %  • i %  i %  * e'c n a i ni' 11 a rica a c : m IU o oaal pour h'vl par pet %  l| pour a 'ftli r|'ee • ra. et I I l' f Rati ai l 1M qna Y ie Man'eaci Bi'tla a laver le p'i nr ] orn pi • 7 i d-nt l %  • %  tu*aa (I4 ,'*>ine Il lie epi'uale pour p rq nf tg lea deci'ure 1 < S i P Jll a o.8 i dix cjQiJ Jlie Fapalerie lloile' le papi •" a lettres de lo S i eaitliB'i la • oite Carott le Nota* <1r tcatei arrtee d in es eoi 'erra t er rre a (Sf"' I > TOT p 'IIP rlibrvoir Cillia K irtf p' Ooa ne lqu ; de lires de er yo el aot ea arcti articles l'picei Sirdinaa an §tw* tnnvt* Il iraoga an ai 1 3 t J 11 l'a Ttion a 1 lioile Cavnr 1 rai en f|*CO I • • C ira cboai • Aireux G 1! M en faon ri r.n li re de 7o i P. I s.rop Karta b anc S'ioii ja ne Malatae II er Ha %  i>d K mina a>n> f>t\i na *ma>dea Fra'chei N vi e \ ip'ia raU-u'* .") 1 e SB ce liraea la livre I* ma nojv.>llja li 'ivr 1 \ nil in o ) ir loi vu Ko l'rt'aaae l.ve" ferh'anc ATTio!)iTie la li 1 .lei 1 "jo 00n lei Ki i II! 81 l". *o 7d &l I o: %  : > '2 •J"> •:& u 2> •l'jlra [ma llcila w ).i') > 1^ 'l chocolat* Ch it • J >oletaen bo':t I %  Clii33'it v( un m" > i i' ta da G 11 1)' vi U 'i' •>> lioibo 1 %  *'-> tu la li ) ' Clioc3li 1 ai lia la lw l )J Tabacs, i.i.i ira, ^ !• .| * <• %  t .s. Qiga*tai "(.'.•' SUriltl* en ftrbUoc la 5i 'K ". n'* ti Fal Ui"l :ar\t 1o l'tbic pur U pipe' l.'icky n 11"/ /it >a 1 > 5 ) J Ci| r -1 a Me':cbnoo la paquet 2o Fruit* et Ltjumt- F''' en glicitre }v le viittr il 10 el 30 it ckiqn iiiiDe ii fois par m lia aoaa raaataoa ,. .i le Vapoor d' la ligna Paaa ma di Beurre irai, Siuciaaa, HICJ'O, Kr-in'ge Va e graaaeGm v'*, Hiqiefirt. Krouage II %  '.ie, d) u Laitue, Calary.ro 10 maa. t" ,ir V /^ f p *>. f l ^ LX f K.!-%  ^jr ^^ *m i£ IS Quand on entre dans une pharmacie et qu'on demande quelque chose contre le mal de tte, si on prend ce que l'on reoit —poudre, capsule, comprime—i,ans s'occuper de lavoii si c'est efficace et n'offre pas de danger, on agit par routine au lieu de suivre un raisonnement personnel. Si l'on rflchit un instant on doit raliser qu il existe tant d'analgsiques adultrs, et tj.:t d'autres qui sont nuisibles pour le coeur, qu'il est vraiment imprudent de prendre le premier mdicament venu. Il ne faut pas tre esclave de la routine. Quand il s'agit de soulager quelque douleur et de couper court un refroidissement il faut demander LA CAI'I A S P I R I N E (Aspirine et Cafine), qui est l'Analgsique prescrit par les meilleurs mdecins de prfrance l'Aspirine simple, parce qu'elle agit plus rapidement; elle remonte les forces, et elle n'a aucun mauvais effet sur le coeur. Elle se vend en tubes de vingt comprims et en petites "Poches Rouges Bayer" contenant une seule dose. 'POCHEROUGE"' i' '— i >lRlf> ) K* I £aV



    PAGE 1

    AISSING issues



    PAGE 1

    LHHLCTKllt PnoPiUHTAlHE mniuEi R Clment Magleire BOIS VERNA 135t Rua Amricaine PtUMBAO ^QcBNTIMIS Quotidien 9 rs pari iens. Il M ISvT", % Ml. CES SUBVENTIONS Trois stades seront dilis l'olombe, eil sportive de la banlieue bien connue des sportsmen pansiens : ce sont : Le stade athltique, 60.Onu place-; Lt stade nautique, 10,000 places; Le stade de tennis, 10,000 places; In fronton de pelote basque pour les dmonstrations de ce jeu minemment national. L'Aviron aura lieu dans le bassin d'Argenteuil amnag sflet; les rgates U voi'e dmcelui de Meulan, le ryclieme sur a |i-l %  du buis de Vincennes. le tir qui ncessit une installation Ipr aie, a Salory, les sports de coinb.t dans le centre de Paris. Le stade Rlhle tique, avons nous dit, contiendra(iO.ooo spectateurs. C'est la construction ni'urelle ment la plus imposante parce qu'elle doil rpondre S eei l,mes conditions imposes pur le p-oloeole "ly mpjque et qui enlrainenl un a; uc m ni que n "\i-' ul 1 l Il ill il On, IS 1 .ni 1 tes 1 1 faut, en effet prvoit nue tribuns prsidentiel e, l'emplacement tas 1 1 ge spscialss p ur I Oorp* diplo matique, le loail international olympi |iie. les cor s eootitus, les dlgus des omila olymplqU'S nationaux, les I '• • 1. 1 tons u tei uatior.aieetc. Il tant une poi te d'honneur, une nuire perle dite c monumentale • pour les dnis qui ?e mas.er nt a l'extrieur, pourle psssngidts chevaux, car il y a des teui questres; peur le dpart at l'arrive dea courses qui as tout sur le stade, tel le VUruthon. Les installations intrieurs elles mmes sont plus eoospli i Il est ncessaire, do prvoir des vestiaires pour 1>00 alhltes ds nationalits diffrentes et qui par eonssjusnt, doivent tre logs M* parement; c'est la salle d appel. pour le rassiinhlein-ni les toneu r( nl<. 1 |f il hnporb que Is programme monstre d uns joui n de sports allilli|iies > %  droule saus coups s'est i'inslal ; alion dune iiii(ii 1111. rie provisoire limita eoafcetios dsi profrainm j' uinalier-, el 1 onI mo ditis suivant les rsultatl preuves, celle des Igns lli n %  j u. s st li (graphiques pour le millier de journalistes qui viendront des cinq parties du moods Le stade de tennis avec se gi 1 din< pou lo,000 personnele stade nautique, avec son bassin aux dini' DStOOS rglementaire* de ,0 m-ires sur !<• mtres et sou •• ta strilise, et sans CSOSS pirili-, demandent galamant un amn 1gemen' tout a fai spci < PHUGRIMMB DU JEI X I." programme des .leuv s'ten 1 de Mai A .luill-t, et 1 I dsai grandes priodes : ce le de \1 • 1 Juin pour le lugby, le foot^ball, le tir de ilii• A la cible, le yacbling; rails de Juillet pour les sp irts sbli liqnes, la i)>i %  et haltres, l'os 11 .r. quM ; •. polo a 1 Il est I* m Je rsmarqu Jeux •Jl-.upi^ua modreront une rnovation totale des leu\ de l'sntiquii, enmporte it deconcours d'art qui, 1 1 nombre de ci a |,poitenl inr '< lraturo, Is ssuiplurs, I srchilectara, 11 musl |ue et la pain ura On 1 on.' uir-i M, nt Sg le 111 snt Itllei BStionSUI et \i arli-li m 111 -oivonl. tout euuiTii athltes, Is mdaille olym dq le d p A 11 c >'nm-m irallf d m Iro s premiers l'sura s de ehsq u pn 1 v a. 0RGAM8ATIO.N DES JKl \ L'orgaoisttioi dss leui .1 Isus probli'in C lu" des transports si celui du log ment des slhltSS Le pramjar tait du dsmaioi Is la Oonipa| is les Chsm DS ds Ki 1 de l'i.t it 11 d li miporti en Commun de la rgion parisienns La Compagnie des chsmins ds [ai 1 tabli les plans d'une hait* proximit du stads de Uo'omli avec quais ds dbarquement nom bi su s st 1 isti pour I couli rapide des millier%  %  spscl ilnn i|ue dvsrssront les stades sussill u 11 m, iooi ii rmii Les transports en commun ni snvissg des d dooblsmen I prolongemants ds ligr>oa de tramsi un servies inlsnsif d'sutohus. Le lecoai Varits aw m singes, C owni -1 t ur, 11. ad issant. hlnlre G, 1.00 lIM \\i .IIK G PI \ M ' %  V I V I/l |. le fie noi Avor i pi ne Fran Bortini Eiilicn 2 qoui i 3 Ton* ce ix n fut I ib iriauss in lie i to t i n Is m nsi c's -i o isi qu un v il i,-ci construit au abor ti" n is du sis la, ige constitu par des vil i comportanl tout i" co iforl av sailss dj ma-igs, i m chauds et froid -, i h imbres i deux lits. Des q i irtb idislii cl-, en qusli|iie H n ta, peu in-'t lent de gro i| lOUS las ithllSS d'unr unIO I DS* tionalit, ds li ur smnagsi di resl luranta parti ulicrs, dsi >a les ds repos, ds louchas, ds I urd • %  • lier Bliflii l'illusion ,1e ic-tar non ssulemeol soirs conapstriotss mais en v i\a.il il toi i SOrtS d .unbuncS) de sembler respirei cure ou inti -i une pro i ap ti u qui n'ssl p is vsios car il ssi autant n< BM tirs de soigner Is moral cora i physiqus de cas viiiables pur MQ| li mi u i %  ; is i mondiale en vsrrs les quai | iints du globe i Paris! Vo I I Is : Il litl BI |U l'organii 11 • m il, Jsai 'ta l< \ nie o npl il'', d mt U i i-r ni d'ei. au t J ni O i f liai i ei d i it .i cloturs 'i u i lieu le i ; ipi i fts de nuit qui i li ribul i ompen %  Fte-Dieu C ssl d" n un matin ras les autrepara B MI Cosu 'I • Si l iss| %  r. n' Is fts I -i 3 i % %  ojsnt. A u 91 ci %  i '. n, i! surs rsposoln l un t bi i Hi Lui h munique et l'autre eti • •/ M A *ii Josaph, la pro sasi n s'ar rtsra Is Grand'Rus, au rsposoir de M • i du grand Industt i i iuilliiu I. un.' 1 !' '!••Kuaa i i ubli caine et Justin Lhrisson. Fianailles irons avi • i .A,i ii ti %  I M MB tiogai Le Coin da la mode renouveau de la Jaquotte ii' ts q l'un 'i M P ,. IS Dami donl Is n plus %  lait i i tant d optai • il M tara cet t .es obsertsi on• idrs au ae\i' u I u in : I gallon qui le bordait i lie m lintenanien d ploie I i vigi aussi |> ir le i n n i mai i i ml ii i i w i i .i i 11 11quelle no bei I u ne imle u La jaqnells d ai leui %  rstrouvs II . %  eli ipi m ne I %  loul • %  tant ' ils i portai I iblie l dos de no Comms Is mode rde mires ehe; noni qu'il I ni -in: m nlion ds nooda IlIlllS M en me n ipulaisnl I ma rsrV ,1. ouata n ai, s esrnsl m nia t il i f t qui I i u DS voudi al lire! BU %  i li • qui | I I ;i Constilu h s communes lonl ml mn ns. lire qu'i Is'ad m n -lier su ; n • tll I liai . \ nu d'aller p us loin. lona l'ern ui i omn • i par un Irsestini n re qui, i*v humant 1 1 t S il "u m, l'un g n • v f I y a il Ul I ISSI s 'I • n'> i M l'administi ni m ou.'-, 11 les auti es qui, N Ion lr u rji \. | ipperaenti pas •u fur ri i m .'li pn mi' re i II d< uxu m n t. II y a belle lurette que lei ci m m uni l'admini Irenl loi) h feules, unilorm* m ni ; l.i 1 lu nui ,,r u-'llc i'-l VI loul simplemi ni onsa i l il ild Cil iSSfl NOUS I l.i Constitution pio lame l'autonomie dea comraut III II' Il III lit'': int" Util ni n > i I i ,t le i ; lier l 1/ il l elles le IV fui > et elle d i.i' %  pu les i i % %  i Miiinii nia i l ap Lion ilu S rr a re I K'.it 'I riiitrieur. Voil bi m cequ %  %  i %  me i on .l l niiii de l'autre. il ',' n 1 1 it,rec mn lisson |ue in l p?s in mcili ible; ni ml i" l'El i' el le Seerl red I liai d • l'Intrieur %  i i J I mil sur I s a liions elles s'adminittri ni convi n ibl i menl I li • %  *< n Mais, la loi orp iniq t 1 I iln l i i iu\ qui sonl & ; .i h u ge di s i ommunea Parm d< voil l "ii |" m iicr les MII\uiita Le rei i menl de I i n ition dei continu* Dt milii i uns Par Sans fil iutonr de la loi u'a Porl iu-1 'i un'.', cas servie si son) i omplis par l'Etat, moyenn ml une lubvention impo< on, un'. Nom avons eu dans ls temps, a l'oit m Prince, par exempte, un il vice du pompas ,i iujeudis ri un de pompiers, '. %  •il %  i .il lll plutt uns couipsgnie libre q w la Commune av. ni iiiu par -nliveutionner tous savsnl que le service n'staii i> i m ui communal. I I i mi aux llitres ut aux bu i • %  le rle coaunu dans cet dom i u |ue lans loua autres, et .' n'est pipeu lire. Il ie i imenl lu tous i rlai "unuunss, au ii.' leurs chargea, -oui loin de i llise leur sutonoi il que, dans prasejue tous I. est l'Elit qui Isur le W pnili's. l oui |uoi lu '-— Sinon par' l'i i i. -oniees coininu leui bonne volont tant luppo ml insullisanlespour leui i' i m in %  de se tirer d'alseules. I. 'a mono I III.I il>' n'est ainsi qn' une expre i n, el pour corn m m. i par i ur.' qu'elle puisse 11 on p ilita, il l.iut, u toute premire ligne, 'assurer %  n n r, li voi..s el m ii Lore donc qu il est question que ri.' it m .u.i la disposition iramunea i iiistrurnent qu'il vient le ret I i m propre Mira le recouvremenl mpts, t 'est-*dire i on i i ur augmentaliot i! ne fait qu'ai 1er la commun) Ue autono. recettes suflis mit i la mettront mme incllir de la tutelle de l'Eut Un I auli pie 'e t lit que la : s re.'laiacrsit, I i •tV:


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06227
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, June 21, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06227

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text

LHHLCTKllt PnoPiUHTAlHE
mniuEi r
Clment Magleire
BOIS VERNA
135t Rua Amricaine
PtUMBAO ^QcBNTIMIS
Quotidien
9-
Tonte pense, par le (ait qu'elle
est jptte, jinereuse, morale,
m n ralise chez un ul esl
h i : llirm ition de I rc r
n-apiw pour elle Iras leyg!^
__E COPY
;,,r e,,p i;;,m,,co;m^,lm
v 18 penclianLs ; elle rav^u) n0h
m;,l,,n; q,alla r'i'LiyBilr UL101924
ltihEPnOlSK No 24!
f

Mme ANNE N ."^39
PORT*AL'-P*UN fHA?Tl )
SAMEDI 21 JUIN ltt*
Etant donn fintrt maifet puisque c'est Paris qui prolilen,
ti tant par nos tpotttmen que
pur If publo hat ii i en gnral
l'gard daim* de la Ville
Olympiade, nom croyons faire
plaisir net lecteur m lu te-
nunt au ctirant dm dtail de
estte mmnifeslaiten sportive inter
national'' laquelle vont bien-
tt participer trois leurs joueur :
Les Jeux
Olympiques
Les Jeui de la Mlle Olympiade
dont la clbration a lieu relie an
ne Paru, constitue la BUnlfes
talion spoilive internationale d'
mateurs la plus considrable des
lempi moderne.
On sait que, suivant la ronrep
lion antique, ces jeux se droul
rent tous Its quatre ao. Chacune
de ces priodes ((instituant une
olympiade. Les prcdent!s olym
piades se sont successivement'd
roules : la 1re Allient-, en
1898 ; la ime Taris, en l'iUO ;
la :ie Si Louis en IBO4 : la 4e a
Londres en 1908 ; la 5e & Stoe
kliolin en 1912 ; la lie qui devait
avoir lieu a llerlit, a t mivanl
les termes du protocole olympque,
lolvmi iade noire ; U "e Ai.veis.
Aprs la s qui se droule actuel
liment Paris, la 9e aura lieu
Atmterd m, et la 10e a Los ADSje
las, ainsi qu'en a dcid le Comit
International olympique qui s'est
. runi Kome en Avili I'.'_'.1.
L'ide de rnover les jeux ohm
piques est due un fraisais le ba
ron Pierre Je Coul rlin ; elle daie
de lSOii c'est pourquoi lis jeui
de la Ville olvi. pinde seront, en
mme temps, la clbration du
(reatenaiie que des If Us midi
n< lies < einn.r 11 on n ni cette n
me Soi bonne ou le baron Pirie
de I onbfitiu tnt ce eongis qui
dcida la pienieie olympiade.
C'est piVcifr^ment i cause de ce
cODgis que le baron l'ieire de
Conbt rtin constitua les Lses du
comit olympique au sain duquel
quarante-deux nations m ni h n -
leurJ lini ieii side encore son londateur.
C'est ce Comit in ei national
olympique, vigilant gaidien de la
otiu.e olympique, qui donne
mandat tous les quatie ans a une
ville u'i ijiujim 1 lolvn piade.l lus
exactement, ce n'est pas la villa
qu'il donna pouvoir d organisation
mais un Comit olympiqte natio
nal qui est chaig. d crganUer les
jeux sous sa propre responsabilit
dans la ville dsigne.
I tA propos donc des jeux olympi
quee en cours celle anne, c'e t le
comit ohmpique Iran.ais qui u re
u mission de les organiser.ijuelle
est la lche de celui-ci ?
C'est dt constiuire eu de faire
cobstiuire les installations rportl
ves ncessaires la cbbralion
des jeux, d invittr les nation-de
recueillir les engagements, de re
cavoir les quelques cinq mille
athltes qui viendient et les in
nombrables nationaux qui les ac
conipaf Dtiont, c'est da prvoir
leur logement, leur nourriture,
c'rsl[d'organier les lenlaines d
preuves inscrites au programme,
tuivaol las rglements dicts par
les Fdrations international! s
sportives, d'aider i la prparation
des athltes, itt,
ouels sont ses movens d'ac
tiens '
Pour mettre sui^pied estte r
niable exposition internati na
du muscle, il faut disposer
moyens financiers qui dpassent
considrablement le- ressources
ordinaires des comits ou fdra-
tions sportives.
Cet pourquoi le Comit* Olym-
pique liai < us s'est adress aux
pouvoirs publie et municipaux,
et LSBTCC que. d'une psli, les Jmii
tei hent a la propagande franaise
i l'tranger et que de l'attire, liai
intressent le* lallta parisiens,
dans la plus grande mesure, d*
l'afflux des voyageurs trangers
Pour ra'iser le programma
qu'avait cornu le C. 0. t. il fa lut
un certain nom! re de mi'lions,
dont une partie Hait demu de n
la Ville, mais qui devait lui taire
retour sous forme d'une vritable
cit sportive, destine dans l'ave
nir la jeunesse parisienne
Pour des considrations qui
n'ont pas place dans le cadre de
est article la Mlle n'a pas fait
l'effort digne de la capitale et sa
collaboration financire s'est Ira
duite par un million.
L'K.tat de son etH, a vot tliv.
millions dont six seulem-nt
au Coml o'viQpiqiie fran-
ais, les quatre au'res tant gards
en garantie de construction Olym*
piques.
Ajoutons que le Conseil ural
participera, pour une somme d'en-1
v ron JO 1,000 francs de Iraviui
ncessits par l'installation d'un
bass n permanent d'aviron pour
les ram> rs pari iens.
Il M ISvT", % Ml. CES SUBVENTIONS
Trois stades seront dilis l'o-
lombe, eil sportive de la banlieue
bien connue des sportsmen pan-
siens : ce sont :
Le stade athltique, 60.Onu place-;
Lt stade nautique, 10,000 places;
Le stade de tennis, 10,000 places;
In fronton de pelote basque
pour les dmonstrations de ce jeu
minemment national.
L'Aviron aura lieu dans le bas-
sin d'Argenteuil amnag
sflet; les rgates U voi'e dm-
celui de Meulan, le ryclieme sur a
|i-l du buis de Vincennes. le tir
qui ncessit une installation Ip-
r aie, a Salory, les sports de coin-
b.t dans le centre de Paris.
Le stade Rlhle tique, avons nous
dit, contiendra(iO.ooo spectateurs.
C'est la construction ni'urelle
ment la plus imposante parce
qu'elle doil rpondre S eei l,mes
conditions imposes pur le p-olo-
eole "ly mpjque et qui enlrainenl
un a; uc m ni que n "\i-' ul 1 l
Il ill il On, IS 1 .ni 1 tes 11 faut,
en effet prvoit nue tribuns pr-
sidentiel e, l'emplacement tas 11-
ge spscialss p ur I Oorp* diplo
matique, le loail international
olympi |iie. les cor s eootitus,
les dlgus des omila olympl-
qU'S nationaux, les I' 1. 1 tons
u tei uatior.aie- etc. Il tant une
poi te d'honneur, une nuire perle
dite c monumentale pour les
dnis qui ?e mas.er nt a l'ext-
rieur, pourle psssngi- dts chevaux,
car il y a des teui questres; peur
le dpart at l'arrive dea courses
qui as tout sur le stade, tel le VU-
ruthon.
Les installations intrieurs
elles mmes sont plus eoospli i
Il est ncessaire, do prvoir des
vestiaires pour 1>00 alhltes ds
nationalits diffrentes et qui par
eonssjusnt, doivent tre logs M*
parement; c'est la salle d appel.
pour le rassiinhlein-ni les ton-
eu r( nl<. 1 |f il hnporb que Is
programme monstre d uns joui n
de sports allilli|iies > droule
saus coups s'est i'inslal;alion
dune iiii(ii 1111. rie provisoire limi-
ta eoafcetios dsi profrainm
j' uinalier-, el 1 on- I mo
ditis suivant les rsultatl
preuves, celle des Igns lli
n j u. s st li (graphiques pour le
millier de journalistes qui vien-
dront des cinq parties du moods
Le stade de tennis avec se gi 1
din< pou lo,000 personne- le
stade nautique, avec son bassin
aux dini' DStOOS rglementaire* de
,0 m-ires sur !< mtres et sou ta
strilise, et sans CSOSS pirili-,
demandent galamant un amn 1-
gemen' tout a fai spci <
PHUGRIMMB DU JEI X
I." programme des .leuv s'ten 1
de Mai A .luill-t, et 1 I dsai
grandes priodes : ce le de \1 1
Juin pour le lugby, le foot^ball,
le tir de ilii-..... A la cible, le
yacbling; rails de Juillet pour les
sp irts sbli liqnes, la i)>i
et haltres, l'os 11 .r. quM
' ; . polo a 1
Il est I* m Je rsmarqu
Jeux Jl-.upi^ua modre-
ront une rnovation totale des
leu\ de l'sntiquii, enmporte it
de- concours d'art qui, 1 1
nombre de ci a |,poitenl inr '<
lraturo, Is ssuiplurs, I srchilec-
tara, 11 musl |ue et la pain ura
On 1 on.' uir-i m,nt Sg le 111 snt
Itllei BStionSUI et \i arli-li
m 111 -oivonl. tout euuiTii
athltes, Is mdaille olym dq
le d p A 11 c >'nm-m irallf d
m Iro s premiers l'sura s de
ehsq u pn 1 v a.
0RGAM8ATIO.N DES JKl \
L'orgaoisttioi dss leui .1
Isus probli'in C lu"
des transports si celui du log -
ment des slhltSS
Le pramjar tait du dsmaioi Is
la Oonipa| is les Chsm ds ds Ki 1
de l'i.t it 11 d li miporti en
Commun de la rgion parisienns
La Compagnie des chsmins ds
[ai 1 tabli les plans d'une hait*
proximit du stads de Uo'omli -
avec quais ds dbarquement nom
bi su s st 1 isti pour I couli
rapide des millier- ! spscl ilnn
i|ue dvsrssront les stades sussill
u 11 m, iooi ii rmii
Les transports en commun ni
snvissg des d dooblsmen I
prolongemants ds ligr>oa de tram-
si un servies inlsnsif d'su-
tohus.
Le lecoai
Varits
aw m singes, C owni -1 t ur,
11. ad i- ssant.
hlnlre G, 1.00
lIM \\i .IIK
G PI \ M V I V
I/l '
|. le fie noi
Avor i pi ne Fran
Bortini
Eiilicn 2 qoui i
3
Ton* ce ix n specia i
il'motions p! rie I li
c n- n ml rju' i ''' mer
\ n film ii ili n avec litre
coup lora i ti sul I ml 'le
-u i
TAutoDoniie Communale
Coiv.ment il faut l'ente.idre
el comment II faut la raliser
dirfl H" i rgler et
Juement du
ran us qui
problms il ail p'us
d 'paodail mu-
lu comit 'i np
]iii a charma d'aspirer le
logement des athltes,
gnateurs officiels, masseurs el si I
gOeurSj et non- SVOBI dit qu'ils
ISI .lient envii un il II N I
Par ces temps de cii-e, il I
vit* aliaml iiiner 1 ide l'utiliser
les htel- psjsvisns mi SBH urbains
el i tait pourtant la m lotion la
plus rationnelle.
Le 0.0, I'. eovitigss don
n.'itian 'l uns iiritsole cit; l'o
prali >n fut I ib iriauss in lie i
to t i n Is m n- si c's -i o isi
qu un v il i,-- ci construit au
abor t- i" n is du sis la, ige
constitu par des vil i comportanl
tout i" co iforl av sailss dj
ma-- igs, i m chauds et froid -,
i h imbres i deux lits.
Des q i irtb i- dislii cl-, en qusl-
i|iie h n ta, peu in-'t lent de gro i|
lOUS las ithllSS d'unr unIO I DS*
tionalit, ds li ur smnagsi di -
resl luranta parti ulicrs, dsi >a les
ds repos, ds louchas, ds I urd
lier Bliflii l'illusion ,1e ic-tar non
ssulemeol soirs conapstriotss mais
en v i\a.il il toi i..... SOrtS d .un-
buncS) de sembler respirei
cure ou inti -i
une pro i ap ti u qui n'ssl p is
vsios car il ssi autant n< bm tirs
de soigner Is moral cora i
physiqus de cas viiiables pur
MQ| li mi u i ; is i -
mondiale en vsrrs les quai | iints
du globe i Paris!
Vo I I Is : Il litl BI |U
l'organii 11 m il, Jsai 'ta l< \ nie
o npl il'', d mt U i i-r ni
d'ei.
au t J ni O i
f liai i ei d i it .i cloturs 'i u i lieu
le i ; ipi i fts de nuit
qui i li ribul
i ompen
Fte-Dieu
C ssl d" n un matin ras les au-
- tre- para B mi Cosu 'I
Si l iss| r. n'
Is fts I -i 3 i ojsnt.
A u 91 ci i '. n, i! surs
rsposoln l un t bi i Hi Lui h mu-
nique et l'autre eti / M
A *ii Josaph, la pro sasi n s'ar
rtsra Is Grand'Rus, au rsposoir
de M i
du grand Industt i
i iuilliiu I. un.'1!' '!- Kuaa i i ubli
caine et Justin Lhrisson.
Fianailles
irons avi
i .A,i ii
ti I
M MB
tiogai
Le
Coin da la mode
renouveau
de la Jaquotte
ii'
ts q l'un 'i m
. P ,. IS
Dami donl Is n
plus ! lait i i tant d
optai il m tara cet
t. .es obsertsi on idrs
au ae\i' u I u in :
I
gallon qui le bordait i lie
m lintenanien d ploie
I i vigi
aussi |> ir le
i
n n i mai i i
ml ii i i w
i i .i i 11 11-
quelle no bei
I u ne
imle u
La jaqnells d ai leui rstrouvs
II . !
eli ipi m ne I loul "
tant ' ils i portai I
' iblie
l dos de no
Comms Is mode rde
mires
ehe; non- i qu'il
, I ni -in- : m
nlion ds nooda
IlIlllS
M en me
n
ipulaisnl I ma rsr-
V ,1.ouata
n ai,
s esrnsl m nia
t il i
f t qui I i u
ds voudi
al lire! BU i li qui | I
I ;i Constilu
h s communes lonl ml mn ns.
- lire qu'i Is'ad
m n -lier su ; n tll I
liai .
\ nu d'aller p us loin.
lona l'ern ui i omn i par un
Irsestini n re qui, i*v
humant 11 t
S il "u m, l'un g n vf I y a
il Ul I ISSI s 'I n'>
i m l'administi ni
m ou.'-, 11 les auti es qui, N
Ion lr u rji \. | ipperaenti pas
u fur ri i m .'li
pn mi' re i II d< uxu m
n t.
II y a belle lurette que lei
ci m m uni l'admini Irenl loi)
h feules, unilorm* m ni ; l.i
1 lu nui ,,r u-'llc i'-l VI
loul simplemi ni onsa i
l il ild Cil iSSfl NOUS I
l.i Constitution pio lame
l'autonomie dea comraut
III II- Il III lit'': int"
Util ni n > i I i ,t le
i ; lier l 1/ il
l elles le IV fui > et elle
d i.i' pu les i i i Miiinii
. nia i l ap
Lion ilu S rr a re I K'.it
'I riiitrieur. Voil bi m cequ

i me i on .l'lniiii de l'autre.
il ',' n 11 it,rec mn lisson |ue
in l p?s in mcili ible;
ni ml i" l'El i' el le
Seerl red I liai d l'Intrieur
, i i J
I mil sur I s a liions
elles s'adminittri ni convi n ibl i
menl I li *< n
Mais, la loi orp iniq t
1 I iln l ,
i i iu\ qui sonl & ;.i h u
ge di s i ommunea Parm
d< voil l "ii |" m iicr les mii-
\uiita .
Le rei i menl de
I i n
ition dei
continu* Dt milii i
uns
Par Sans fil
iutonr de la loi lion
vvva ^ La
imrici
i. la loi 'i ii la
t p
qu-1 Toi i d laranl
i
i|
n 10

:
I
' < 'lll
.i lournir
J. i pjr
lu M
La pi
ce dea t ull
La ci i!i m
.
I.t crait i. i enlr iti.....t
l'admiuisti ili m I

li m-, dut d1 un
ut dan i
dans les. arU i
i'
menl ;
l.ii parali m, I entretien el
des i
n i 1 d oui.mn'-, dea pur-
I
I gouut
L'tabli! sment,
la disposition ; |uais,
i jardins
pubb
I. s i v ici id i iii-
,1'ii li -. n.
Li onsU u u i.i les m li
.o .m bure'
I .i
i
i la
-
ii : i! i" procurer le loge-
nie il IU1 pp I
Le i 'ni de la popu-
lation i t faite, il v a trois ans
;i peu ti irgisJe l'E-
tat, les ress turc s de U plupart
1 un min s ne leur ayant
pas permis de taire les dpens s
iiinii.
Li i.iini ition des listes de cou-
lingenl militaire ne ligure pas
il m- celte enumerati m, et n'y
;i i un us h uiv, que eoinnie me
i in peul itet l s rares cas o
la commune a pu crssr et n-
tii'ti'iur 'I les primaires
les,
l.n fait d'il isptoes comiuu-
inii\. q.....-i ce qui le connat,
en dehors le deux, ut peut i tre
ti i plus mi moins
ilui le Saint Vin'
re ii de r.iul de Porl ^u Prince,
i ippellenl l'tat
pet m ment de dliras
I.'' le- rues? Mme
uv mi le systme actuel d'cUi-
IU ruine, pour
ne cites que ce seul e.ss, c'eat
l'Eut qui concdait l'clairags
,i 11 gazoline que nous avions-
I ,i rparation, l'Mtretiesi des
ponts, egouls, rtalilisse-
iii. ni des qn us, des places, etc..
auiitii peu dans les villes importantes,
ont pass i I Kiai. On sait n>u'a
Porl iu-1 'i un'.', cas servie si
son) i omplis par l'Etat, mo-
yenn ml une lubvention impo-
< on,un'.
Nom avons eu dans ls temps,
a l'oit m Prince, par exempte,
un il vice du pompas ,i iujeudis
ri un de pompiers,
'.il ' i .il lll plutt uns couips-
gnie libre q w la Commune
av. ni iiiu par -nliveutionner,
tous savsnl que le service n's-
taii i> i m ui communal.
II i mi aux llitres ut aux bu
i le rle coaunu
dans cet do-
m i u |ue lans loua autres,
et .' n'est pi- peu lire.
Il ie i imenl lu tous
i r- lai "unuunss, au
i- i.' leurs chargea,
-oui loin de i llise leur suto-
noi......il que, dans prasejue
tous I. est l'Elit qui Isur
le W pnili's.
l'oui |uoi lu '- Sinon par-
' l'i i i. -oniees coininu
leui bonne volont tant
luppo ml insullisanlespour
leui i' i m in ' de se tirer d'al-
seules. I.'a mono
I iii.i il>' n'est ainsi qn'
une expre i n, el pour corn
m m. i par i ur.' qu'elle puisse
11 on p ilita, il l.iut, u
toute premire ligne, 'assurer
n n r, li voi..s el m i-
i
Lore donc qu il est question
que ri.' it m .u- .i la disposition
iramunea i iiistrurnent qu'-
il vient le ret I i m propre
Mira le recouvre-
menl mpts, t 'est-*dire
i on i i ur augmenta-
liot i! ne fait qu'ai 1er la com-
mun) Ue autono-
. recettes
suflis mit i la mettront mme
incllir de la tutelle de
l'Eut
Un
I auli pie 'e t lit que la
: s re-
.'laiacrsit,
I
i

tV:


JUBOL
rieduca l'intestino
Stitichezza
* [ Entrite
Vertigine
Dipcple
Lmicrania
-
P#r conserverai *o buona
eelutc prcuilrrc ogni e-o
uno compresse di
JUIiOL
M>Nilimpnii Cbatarata,
I tu. tr ' alaacirane. Pana
t> i aottn amrvjkfl aveaaaro po-
lo o pr.ndrado ont Hrl qaalcfe*
tuuiprfiu di lut-uT rrndtrv al Jaro
lauaiino mrrta rrr l'aWaao e>li#tro
|[h dri la.aagi. ta lai rl.mciU
a la* Sortli!*, a* eau avraaaaa nau
j lo.*/6i,pa~irlone la rtao.u 4tta
i.ada.auaot- la'eiUnaJf coal tliaa.ol
MU niUiiMt al Juaol, fora* la
Maria de) clulere coolara aal io t-
iio mroo ora tllaatn Par co%tr l'a-
il ta aTrcbba coaiau. aaana aoffa
rta"- %t taoo 1 aaaitarl cal vil as
nalan on a fuaa.ro a tuttc It apo-
(hr uaalvrmaii 10 locaariaati a'
tSJMata
Dr Bataoao
alla F.r..'i di M.aauaa
di Montpellier
EMORROiOl
faltol rrfiolarfzmtnrr tfetj" lut tr/an titts
JUaOUTOIt Seppontan onlUmoi
-g ulm^nitl dtCingtfUirutilli.
JOSOUTAK Pvml. itmtrm k tmctmti
ttlrrm*
uriTTi luiati 4,1 OH SBasev
Pfgr.ti/Ulan.i 'e *J*a*eaV *>' 'rfo'o


Seije Faillaul Consijiiatiire pour Hati
COILnM ', le
droit i oui
niatrei lei ail lirai ; la Go a
iniiiip.
Noua n M p i< bT >
corn aenl Si n
lurii l,i \< n ..: | I ii,
il %3i I | l 11,1! -
ment. 1 1 de p
savoir 11 1 11 il ,
d'en extra
couvrit li Iran di 1 1 Ile 1" 1 -
caption. 1 ; li n im ipa le
*oit lei 8j , l'a Iministi i-
lion commun
\ L'admiiiialraUoD de 1
des 1. 1 allaire qui r -
par Je an lum tmenl l'a irainis-
tra'ion commun
P( m- BOUI DOUa 'li-
ions que : : 1 uil 1 : --.ni..'
in on aaaaia de 1 iu-
tour des 'i.S| de Ki loi
gin il< nu 11 I eu lux
munes de recourir .1 i Adminis-
tration daa Contributiooa pour
le recouvremi ni de li un ncet-
i lep u h pria et
ii trilation ;
Une lei Commun -, .1 Ni
actuelle, sont lain Ii auto-
111 mes, la plupai 1
vues ttaenlieia ci.un .1 la char
x de 1 l
Que leui 1 en
d directe 1 1 p nuri .U
leuia i. ell irl
bit en rue 1 augm ni >,i cos re
m est un paai 1 mi 11
oie de l'autonomie 1 omrai nale
vritable
Aon- avi 11 dit.
I lit un e n .1 11 BOUI *< us -'n
Nou ea
un dm d'autani pi 1- ilisl iil -1| ie
l 'ii- .i.nu \u s .1. g nom mu-
d 1 v lislei i- mue a '1rs -;.
m. n.
11 rive
rn< ni que lei perl ttm meei de
qui doiveal p irtii ajoataal
1 '' iu luttn au non hailiea,
1 1 |uoi : n" reroot que mivre
v.iii. pie
Veuil ti agrer, 1 ii^r Mooeieor,
I' 1 iiiraaca le no meilleui leati
1
l. '. 1 tire fioral,
Sign) JoMph CASSAG.N IL
Parisiana
I limanche

11
Grande Fte ^
Saint Franois
: || h u 1 que sera B l
ment > l >i >< Wle du Per-
ptuel Srr iir
Il \ iimi I tob 11
me*e, etc. Oo i liati re au ii
rge die U r*f e do l-lanj
n ecn'Gqi e .'l. aito 1 0" le
par Madame l'ietri.
\ demain dOB<
/erl 1 mi l'E 1 I -
Pi maires.
L<" ex ii u- poar I 0 l ni n
du cerlili'.at d'lude pri
auront ll> Il lundi linln .m
de l'ti'i!i- ilee I n io Vlr e
liuilloua. ti~ lui ii it- "''
inxril- d 1.1I loOgir 101 >! 77 lil-
l. Quatre lur\s ont t forme
comme rail
UJN 'N8 1er Jur\ : *t le
Souf-lmpecleur Vieu, praidanl.
MM. M .min e h in 1 1 aie ;
M .miea Detiiu, iinili ntiqui
\erdieu, leooi'de r,hoses|. et Hj-
jjiein : il. Luveolur*, hi i lire et
......rapliie d'Hall i : D. S U
leam, Inetroctioa civique et ino-
rale.
terne JIRY- M. Reu Dura
' lu 1, pr>iilenl MW II mi.i m
Pierre, fiamni 1. Jrine,aritli
mtique : (i. Aug ste, lli>loire et
(iograpliie d-lldili ; Pr Craia \\\
gine et leoue de chose*. Il La-
in>, Ir.struciion civique et morale.
FILLS- ter Jury M le eoua
lii-|ii'rt,-nr l'.iliiu- Il i\iel a, prai
il 11 : Mellee Luce Noisette. Cran'
cais ; Li'ia afiliort, aiiihmdqua ;
' .. me Mtverd. Hieloire 11 6eogra
l'hie d'Ualll : Yvonne Lrecoulla r,
llxfiiene et Lacni de cluses Li
1 Boyer, conture.
lme .11 \\\. Mi le loui Ina
eclenr (.li ment l'ethel.prsi enl
le Im Leda l aulii'e Irar
Aniia llolse, arithmtiq t JLucla
l'util. Histoire il Gngrapbie d'Ha
u ; Lame i ie (iermai , Il vgine
et lee ms .li? ehOBl.
Ni u- ne iii..|i |i.'.iii- pat rar ktigi.er sur lis rsultats oble
m.g'
Les cours
PABIS^I Dollar I8.:i8
Litir 79.88
Nivv Voit v :\ France 18 lii
Li\re /
4e'5e & 6 pisodes
l In. I et :i gour.Ie.
Mardi
li.iili firpo Dsmpsey
E 1 u le,
Nouvelles Etrangres
l'ar Cal.le
NouvtKiBtteoavlm Au ""' l,,^*
i,o Jeax Oiympiijdes
tfi'ur pii \t il*A
1
a lie : m I / H. I'.
Gu tb 1
i la ;/ I
Port au Piia 1 1011
Au 1 ri -. -.11.
En Ville.
Mi ieii 111-
\ 1 1 lou
.1 1 IUt ( u I- I | u n \ .1 1 .
en il uiiii 1 une 11 iuvelle preu\ i,je
\n 11 remeti 1. ri,en n
m. parti< | ili m p 1 alla :i
l'anVOi 'le- il lei"- 1 l'i i .' 1 1
rn- le ru |U lllte doll 'l .
Inutile le 'i
va uxaecomp ig anl Mei .1
luhaiti joutett,
an Stade de Colomb i,uo nmn au
In ii nu 1 'i. n
1 i..\. 1 chri M 1 n -
IHi il in.'iil- .
(Sign P.GI I BAI H
La ci Ciial 1.1 et attendu i<
le :; du s" ni. venant i
tobali Cannl Zone. Il repartira e
iiniiiB jour, direelemeni pour \aw
ork
Le h. l'ai.ma partira de n i
la 2 1 du eiiiirani, directe
aenl pour P011 eu Pi ince, o il
f-i .1 1 1 lu ' 30
I. -- < .ini il retour lu Su I,
11 l'iiui il du
c m.ml II lia gttia aui |o ls li i
ti osolTrenrl du h ' lufliaeol pour
\i. Yoik et I Europe, v ia N' w
1
l. ia Nii i. rie. parti d Nia
du 0 1 "lit. er.i \
Port au Prince le j 1 .lu couraat,
mi U- porta il u N. 1 r 11, ( cou II nue
n i' m me jour pour lei p irte
du Su I
StLouisd Gaozaai
La 1 ie de 01 1 mr an l'honneur
du p iii'iin le 1 e piaetiajieo
1 uinine aux pi i
il. ni. la te al iuci ,.
Ita coure l 11 naeeee -1 1 mal
qui 1 ii .1 !' I r. 11 1
pelle beaucoup d'lve 1 i" lonl
j| proi ha de 11 Sainte I1I111.
y,n Etcalleni 1 le Pri lidenl de
U Rpublique et de aombroueee
poreOUUalill le nuire M irl \
aiti taieol Durant la 1 1 m0 11
:,, fanl m le I Initilulion fit enten
dr lee plue jolis morceaui de iea
11.ure.
17. .S. S* 11.

31 Mai 1924
Le meilleur edattf
dei douleurs d'eilonnir
SEDOGASTRINE
A Juin di\i la Hpliaui d" Paru I
Ifonaieui I md
Ci 1
\ tue avoua 1
mi tire li
ge te en laveur de II
pour le dpari dee nous a


f rajM
e*
Justin de Selfes est lu prsident
de l'assemble
PARIS Le snat a procd au
jiiiinl liait J l'li-i'tiou de son prai
dent n (emplacement de M. lias
ton D iiiuiergue port par l'aas bla nationale a la preHeaee de
le Rpub iqoe, Ju-im de Selvei,
oluaii ure Lus minietre et iduateur
iiu 1 ira al Garonne, a l...... par
t il mu contra 131 .M. Ilienve
nu Martin, un des vice prsident!
du Snat. .Monsieur De Selvei
aal membre du paiti |radical ou
parti llerriot, D'apre le "Matin')
M- KIouiiJ lien loi n'enviiajerait
paa de 1 ippm lieraenl politique
avec le .Soviets avant d'avoir
i li 1 *' <> vues avec Washiog
tou en raiiOO d la sim.lit.ile qui
txiile antre la politique de la Fran
ce et elle il-s h.uts I uis a l'gard
.le li Russie Jep'ji* ce, denneie*
ai.ne -
Le yi;iv,ri.e;ueiU Herriot nttl de
la chambre des dput; 00 jle
de coofiaoce
PARIS La cl.embra d % dpu
le. u vu1,' M BOil sa OOQ
dam le gouvarnamcnl par Ml
> 1 v mil* 134, Ou lit que M.
Il rriol dlire que sa viiite a N,
M 1 donald soit conailra plutt
riuu' ruill |ie.'ioinelle qu'olli
ciello.ll veul laire Iv ennnaUiance
do sou collgna anglais et appren
dre quelles sont iea opinions au
iiijet des duleteulei qufitioni de
politique mondiale et des probl
me- MMilova par l'application du
trait de \ersallles.
M Berriot ritra a Ghequeri
Court de lamedi soir I lundi ma
lin et arrivera A Biuxelles luali
Sun pou conlrer avec la Premier
minisii I li 'ni et le miniitre
dee '* agi r. Il\ mani de
Belgique) : il prendra avec lui en
Anileterrr Nt Caraei Ivnrl. qui a
ti1 l'interprie de le deljatina
franaise v la cenlrence de Wa
btngli m '1 limitation des ar
memeuie.
M par UiiTf
Ba tort
... ( I 1 al I' n
lian 1 M
laires l'uit bre 1810 et il un 1 in ni
demain- mini t eux, il sera pro
pai le ainiatre de Me brli
i 1. notaire n |u I et
ril .1 ... u ujale lin en 1 le
\ Rui H unertou Kilirk, t
Lundi vingt Iroie Juia an c ma. a
te I beuica cl demie du malin t
la vente ai plis oflreot el derLiir
anchrieaour d'un empiaeemeat ii
tu m ' I Villa, Hue Juilin Lli
. 1 li ..mi Hue Tiioaaaaao,
de la contenance de quinze pitda
de faade sur c ni vingt p e ls de
profuiiJiur. born m B id par la
dite rue Justin Llirision, au sud
par Adam lUIrnyre, I est par le
passage coramuu aux Bommc Ko
aanoe Charles,M^eiaodra Cameau,
hritire Cam- Mardi et Pierre
lils et l'oue t par les lieritieit de
1, .1.1 ne Simoniile D.pilou
1'. I qui cet iknmeub e se pour
suit, ci 111(11,1 le et s'tend, sans ex
n m 1. erve, sur la mis ,1
prix de " ',
Au rO|Ute, p 1 irsuite el dili
gence du bleui A'inulv-se Ferai
oand, propiielaire, deineuraat tt
domicili a Port au Prince, ayant
pour av 1. I Me Lelio Malebranche
tt pour domicile lu le cabinet du
dit avocat, sis hue Uanls Destuu
i-lies. 231.
Contre le ?ieur N.qo ton Jean
Baptisle,proprilairO|demeurant et
domicili Port ao-Prin
Pour plu amplei reneaigna
nient*, s'adresser au notaire ine
d-igne, dpositaire du cah ir des
charges, ou a Me Llio Malibrau
clie souuifb.
Port au Prince le Jl juin 1921
Llio UALEBRAKCHB

l'app '
L'EM.TJSC
SCOX
prifto rgulij
donne une :
vell-. .
cite d
et aide a liminer
la cause de la
faiblesse.
olour il* \u danaritioa
du dpute italjS h.illeolii
ROME M Giovanni atarinelli
ex-membre d i d rduire du parti
l'is.-i !- a t arrt la suite de
i en vemeol et du aoupon da
meurtre du dput Matieotli :] il
e l aceua d avuir avec d'autres
personnes, Haaj le priver M.
Malleutlt de a hbeit p r-onnelle.
Il n'v a pas de p.euve d recto que
M. Mat'.iotti ail e e as.i-tin.
Los Jeux Olympiques
PARIS La date des p emiers
ies de ple dss jeux olymoi
quee a t avance. Les eipes
a g. ntines et ararii-aines s'aflrin
temnl. L programme antrieur
lixait le dbut des maleliev de polo
an Sfjuio entre les quipe de*
Etats lira il de le Itepub ique
Argentine. M uieieui H nri
Cm bel, Iraneeie, a battu Baon,
lnn I.iii, par >>t{, 0,6, 8fi, il,8, Bill
dau- le troisime match de lenuie
pour la coupe cluniiiatone D.li <.
Dans les eeiiee predenlee Iea
joueurs Irancais avaient i l d t
rs gagnauls dans leurs mati liai
avec le i qnipts hiodouea. La de
mi linale europenne entre la
France el l'Angleterre era dispu
te Cobourg avant le 1erjitiUt.
Lei aulrei demi Unales europ n
nui kr,)iit entre la Ti i !o l
ipne et le D.iuemirk.
Hbild> Dna le conc-oai in
leruaiional d* lir au p sto'l la di>
tance de 10 mtrs ; | qu p si
te a gign la p-emtre place av e
UQ total do 1571 piinti, l'quipe
des Etats I r..s est venue qustri
me avec t .d punis s mile de
l'Argentine septime av.-c *40.
Due itflervievj de
Joseph Ciillaui
P\HU- ..i, rwilaoa a
t interview par M. Mariii' Mou
tel, dput et avocit qui dfeg II
I ancien prtident du censeil de
vant la Haute cour. M. Voolel d
clare qon M. Caillaoi aceeptara
lamniitie dool le projet ern ou
mi* prochaisenBMl au parlem-il
Tout 'i aeesptanl l'amnistie, M.
Caillajsae rservera le dnitde
d-miider U rvision de un pro
09.
U.S.S.ll.
OMMIS5I0.N iEI IT BALL
LaCoo mieeion del'oot ballo'lre
demain au pub ic deux matchs
de ld ampio n il BU l'are LeCOIll :
1 =. Iroi- h ure- vinqln in..
La lieuda m rie et le Voloa Baior
tif Club ]'iinr.int la pallie q il
a\ .i' d tre renvoye dimaarihe
deraier a c iuee de la pluie.
1 -. ." h aur I eu la pir-
lie antre le l'en i et le vio-
lette .Ihltic l'.lub.
i...* leua mai. li- er ml ce t i
m- ni ii ii L'entre
^. u rile tant maintenue i
c niiine. il > aura certainement
foule au Parc Leconle.
Rswc.8T.M.t<,
\l .t \l ne Juls Dvieux, Mi
Franck Dvie x, Mr Vnl mio llogu,
Mr et M n i Evrard Lajor, Mr et
Mme Jules Levt, Mr Joseih La-
ve!, Us familles Lola^n?, Hog i,
Devient, Meabruo, Lger et Mes-
sac remercient b:en sincrement
les personnes te Miragtne, de Pe-
lit-Goivi de Port-eu-rrinee et dei
autre- loealite qui leur ont don-
n le P'inoignages de sympathie
l'occaeioa de la morl de Uur
regrette mre, belle-mre,
graud'mre, tante, parente et
allie : 2S
\l ne Vve 9AI.VT-CYR ItGU j
ue Klvire Levet.
Ils les prient de croire leur
profonde gratitude.
"- ''
Md Cli Pierre-Louis, Arioste
Pi n ;..).us etenfaits, MretMmt
alciuJ l'ierre-Li lis et enfants.
\lr al Mme Jamase Pierre-Louis
el en enta, Mr et Mme Joseph AI
lonOa et enfants, Mr et Msse Ta-
eia< P.er.e Loui- et enfants, Mraea
Fraa>ii Vulroet eofiat, Mesdej
mii-e loi Vmuiite, Amanise e.
Anne Pierre-Louis, Mr Jults Piei
re Loin-,
Ls familles Piirrc Louis, Mi-
di m I, D paloir remercient bien
incrominl S ['.. le Prsident de
l.i Hpubliqua, vtessieurs les Se-
rai d Kl ils. Messieurs les
Concilier! l'Etat eltoai lejams
d; r t a i Priaee, du Port-de-
Pdii li Cap II litien el des autres
viles de la lt,uib.i pi qui leur oui
di.iue des le u u^nages de sym-
pathies l'occasion de la morl de
leur regrett ClItHLEi PIERilE-
LOlTS, leur pre, beau pre et
pin il, dcd au Borgne la SI
Mn coul. Cl 20 Juin l'Jii.
AYIS
Les aboine auinents parla
Sj rce Le aie ( soil portion Sud
w i -I di U Ville ), onl aviss
quill seront privs d'eau dun.nt
toute li journe dujLuudi ti juin
courant.p mr causa de rparations
U g llle-
Port au l'rioc?, le il Juin l-'i
Farine lact NESTLE
L'.iliiiient otaplet laliiiqti dapuis pris
(l'un ileini-airle spcuileuieiil, pour las
nourrissons, les convslsMtoU, las viail-
l.inU et vu i,i oral tous aaux doul las
lorecs bodI dbilites. Tous le prsuils
.vimihiii t m' rapprochant! lgrrasaanl de
la larins htele lesll, sont das senlrc-
fiions ut n onl sucune^dea qualits olrianues par la
Disison lesll dus la latine laciw.
Remarqua judicieus.U poids net dejla boils lariae
lacts \rsiii' usi di; .'{75 grs. 4ii colla aulasu c|uc
colla p.'sani environ 25<> grs dss simi'siras.
Eu vents dans I s litriii.itics J.oiiiraiiie,Centrale
L. Pretxm *u QQtrholm,
Auent de Nentlw l'ood Company"
Ouiilop Pueus
ET
Chambre Air
Lut Dunlop CanaJian sont labriqoes prislsmsat pou
las pays tropisaux et c ast pour cette raison ajou-
te leur prix rsissonsble. qtj ils sont au premier
ranci s la Jamaque, Cuba, Pananti, Iea antres an-
tilles l'i .iiii.'m ique Centrale.
Sauvegarder votre intrt el voyager avec Dunlop
(-anadion Lorsque vous pansez llunlop. pensez li
\\ Ouinttn \\ il'lams. Lorsque vous \ouloz nchetor
un Pnau, p3n>se/ a llunlop.
W. Qii.oUq Williams,
'

/
o


LE VA!IN

L'Assurance
Il RM
P
:
Cl
T
Les cliamhrtjg i air Rougfs G
    Peur protger vos pneut, introduisez*) les chambres i air G.....I Teer Routje, lesquelles conservent uni*
    preaaion d'air constante.
    Le chambres a air toujes Cood oiti ne sonl pas poreuses ii par couaqaaot ne permettant pas
    i l'air de s'cliappel.
    Chacune est labrique et inspeate soigneusement. Ensuite on la u/ontle el la submerge dam l'eau
    pendant vingt quatre heures, Chacune d'elle deil tre pat laite.
    achetez-les, [mur leur commodit*, seiric el conomie, un pria beaucoup plus bas que celui dei autres ebambrea air de qualit
    infrieure,
    Good
    The West
    Porl-ait-Pincf,
    Year lied Tubes
    huiles Trading Compauy
    Gonave,
    Gnp-llaitien
    PIS EUS
    &
    CHAMBRES A ATR
    Les produits
    STHRLliMG
    Sonl garantis
    ES HlOd
    Siil tmm (M
    Agents exclusif*
    A i Etage d? la Banque A a iot ah> iVHa ti
    lo l au i vice.
    L\ SC ETE COIIBUALE d'HAITI
    Se fera un vrai plaisir de vous lournir
    lues les renseignements ncessaires.
    La Ford ( si econom itjuc
    uto i i une ncessit
    xicueiez uiie Ford ! Neuve.
    THE UNIVER9AL CAR J
    Socit fommerciale d'Haili
    fnrwt* rti* Si Ma "' Gon >
    Coauncul?
    avec Deua Cents Dollars seulement.
    tenez nous vvir, on s'entendra pour le reste.
    Ce a'eai pas lu nier a bon i
    REMINCTON
    C'est tout dire.
    1 fal la premire machine a rire invente.
    '2 Elle a touours t la premire, jamais surpas-
    se par aucune autre marque.
    3 Pour ceux <|iu |*j connaissent, on n'a qu'i la voir, pour
    reconnatre que c'est une beaut, nnemerveills de perfection.
    4 pour la rapidit, la solidit, la prsentai ion, c'est la machina
    i eriru par excellence.
    La Fabrique MIGTO poui en ire flre,]
    Tout les modles en stock.
    Pour les conditions de paiements :
    drets'* vous la SOJiFE CQMERCIAE'D'BITI.
    AaeniH fccciuat/f,
    l'tage del Baiij CROSFULD.S.
    lt|rtoiatti Supriorit sur m autres Marque de Savon-
    SAVON
    Coi le lavon de l> sive conomique t en usage dana toutes les lamine.
    Il blanchit le linge ad.....ablement.
    Invenldani toutes lea bonnes maisons de la Place.
    tjt-la i oteai peu pour nom, convaincre. One Irique.
    Socit Commerciale d'Haili.
    Agents Exclu*ij*
    A l'i'Und B" i'ort-au Jrmc

    J


    LSMA.TI*
    Lis
    ChBMrie, Bonntlerie
    Cbabioeieoat p) >*
    Faux '-o\t S l
    Faux cola An ) ) >
    Mao n j.m 11
    Sravaiee il
    CreviMi U 11-1 bttj
    l'iilUM tu SO*.l
    Jiruu lie Fui .^i ,
    BtQilt* B>bli'|- t | i,,j8
    CfceiBiatfc a hOtatne blai i nef
    do leur k*l kl
    do it kui e 4 | I
    f lUts pour.cbevovx
    |iliclefl il" inrii.'H.i''
    Toile ia'e, looies rou >
    Tapi* Cr i ;
    'loi .iiap
    l'oil poO! i i
    Mois'iqi:i nia qa llli i
    Biaorti
    . Angle Rue Pave el Une du Peuple
    te partielle des article que nom avonn rac*3 psilmt te mois d'ivril.
    " ... . ii il l'i.k^U. 1J i Ira Inia-' 1' 1
    ,\ Vf, 8 gei
    a cock'iil
    : ; i !
    i (Cl
    imeaoi en v. : ,
    .
    pei n n inlr
    Ki'i n p*n-, il Mui/e .i g'u
    tiiqaca
    i t |U9I
    data eu tou gorirte pour peinte
    'ie
    I laao rea el c a! bllCM
    Cor* rient h I
    Po i UUi et i ma ree
    i h f' lei BjMvi n
    an ; i '
    ea cl | c ivr'iei ilco :
    v
    Unit'.' '' c n
    leaui h i i * e'c
    n a i ni' 11 a
    rica a c : m iu o
    oaal pour h'vl par pet
    e i b ve i
    l'i reaux
    >l| pour a 'ftli r|'ee
    ra. et I I l'f
    Rati ai l 1m qna
    Y ie Man'eaci
    Bi'tla a laver le p'i nr ] orn
    pi 7 i d-nt
    l tu*aa (I4 ,'*>ine
    Il lie epi'uale pour p rqnftg
    lea deci'ure 1 < S i P Jll
    a o.8 i dix cjQi- j j- lie
    Fapalerie
    lloile' le papi " a lettres de lo
    S i eaitliB'i la oite
    Carott le Nota* <1r tcatei arrtee
    d in es eoi 'erra t er rre
    a (Sf"'I > TOT p 'IIP rlibrvoir
    Cillia K irtf p' Ooa ne lqu;de
    lires de er yo el aot ea arcti
    articles l'picei
    Sirdinaa an tw* tnnvt*
    Il iraoga an ai 1 3 t j 11 l'a
    Ttion a 1 lioile
    Cavnr
    1 rai en f|*CO I
    C ira cboai Aireux G 1!
    M en faon ri r.n
    li re de 7o i P. I
    s.rop Karta b anc
    S'ioii ja ne
    Malatae II er Ha i>d
    K mina a>n> f>t\i na
    *ma>dea Fra'chei
    N vi e \ ip'ia raU-u'*
    .") 1 e SB ce liraea la livre
    I* ma nojv.>llja li 'ivr 1
    \ nil in o ) ir loi vu Ko
    l'rt'aaae l.ve" ferh'anc
    ATTio!)iTie la li 1 .lei
    1 "jo 00n lei Ki i
    II!
    81
    l".
    *o
    7d
    &l
    I
    o:
    :>
    '2
    J">
    :&
    u
    2>
    -
    l'jlra [ma llcila
    w ).i') > 1^ 'l chocolat*
    Ch it j ouT z\% 111 ii i po ir
    h>>oletaen bo':t I
    Clii33'it v( un m" > i
    i' ta da G 11 1)' vi U 'i' >> ,
    lioibo 1 *'-> tu la li ) '
    Clioc3li 1 ai lia la lw l )J
    Tabacs, i.i.i ira, ^ ! .| * < t .s.
    Qiga*tai "(.'.' SUriltl*
    en ftrbUoc la 5i 'k
    ". n'* ti Fal Ui"l :ar\t 1o
    l'tbic pur U pipe' l.'icky
    n 11"/ /it >a 1 > 5 ) J
    Ci|r-1 a Me':cbnoo
    la paquet
    2o
    Fruit* et Ltjumt- F'''
    en glicitre }v le viittr il
    10 el 30 it ckiqn iiii-
    De ii fois par m lia aoaa raaataoa
    ,. .i le Vapoor d' la ligna Paaa
    ma di Beurre irai, Siuciaaa,
    Hicj'o, Kr-in'ge Va e graaaeGm
    v'*, Hiqiefirt. Krouage II
    '.ie, d) u Laitue, Calary.ro 10
    maa. t" ,ir porc. H usina fraie etc. etc-
    BISZU.rs de tau'ea aortea tou
    I jui t fraa di 11 J6 le ;pi/iu*\
    Uiacjita Si Pu's. Hoy*l l.aoonjet
    L'xport So 'a en ferblaoe.
    Noia avon toijoara 'oc''
    d'article ri ep carie la plu arala
    t'e mie 11 aaiorti *J Pnitt
    l'rioc
    Vo h ea inv<'4.l noua riait*?,
    aarvea nrnanta' at aoiajaa air
    dea cmphyas ainaiblaa et Mit. ',
    SODA F0UMT41.^ ; 'vis aux amal urs Nous servons de nouveau
    une ruie la ylace sans gale, que nos clients se rappellent bien]
    Venez vous rafraicliir
    UNO, Hue!? i
    -e rr i
    Maaasinlde l'fifal
    ijmi 8P
    8
    Tlphone : Vu
    T T
    I
    F
    1
    Ai. '. 1 '' l'Ilop lal
    ili t 1 lien 1
    ippien 1
    l'11 Me Het; lofinoM n 1 de I ll< pi-
    la] si-i eors-H '
    v, irii N'. 1 ; 1 1 1 m le
    l'Airre.
    Ccru liai 011: 7 I 2 B
    :'
    All'K Cil
    r*Jln K' B
    A l'Htel St Charles
    Thor
    (in lioura acheter P iota
    il* t'.riro en quui'lilr illimita
    l'ruil L4gUD3M iliveii,
    partiauliremeal dei 1 a ni* J;
    ute Uni".
    Lail pur h un prix raiionnable
    rendu an villa.

    ' '
    SruD iv KOZuIN
    Conau coBune ii'j
    le pluaj
    efl cace 1 our cooa-
    li -
    | mu

    BW
    N

    t
    1&:
    5fc^\
    C
    feA
    iV s
    %
    \ \
    \
    .S
    a:

    "V
    Ti


    f

    uli
    ^
    .-> V
    /^
    f p *>.
    f
    l
    ^
    LX
    f
    K-

    .!--


    ^jr^^
    *m -
    i
    IS
    Quand on entre dans une pharmacie et qu'on demande quelque chose
    contre le mal de tte, si on prend ce que l'on reoit poudre, capsule,
    comprimei,ans s'occuper de lavoii si c'est efficace et n'offre pas de
    danger, on agit par routine au lieu de suivre un raisonnement person-
    nel. Si l'on rflchit un instant on doit raliser qu il existe tant
    d'analgsiques adultrs, et tj.:t d'autres qui sont nuisibles pour le
    coeur, qu'il est vraiment imprudent de prendre le premier mdicament
    venu. Il ne faut pas tre esclave de la routine. Quand il s'agit de
    soulager quelque douleur et de couper court un refroidissement il
    faut demander LA CAI'IASPIRINE (Aspirine et Cafine),
    qui est l'Analgsique prescrit par les meilleurs mdecins de prfrance
    l'Aspirine simple, parce qu'elle agit plus rapidement; elle remonte
    les forces, et elle n'a aucun mauvais effet sur le coeur. Elle
    se vend en tubes de vingt comprims et en petites
    "Poches Rouges Bayer" contenant une seule dose.
    'POCHEROUGE"'
    - i- ' i
    >lRlf>
    )
    K*
    I
    aV


    aissing issues


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM