<%BANNER%>







PAGE 1

LE H \ IIP ~X r~ FOX TROT lievue i. %  Parfum enveloppant caressant dus Deux Mande i IS Rut d I i nurul l'.n IDVMAIHEUF. I A LIVRAISON I II |i vi \ 1 1921 Le Labyuoth %  '. QuatriiOMpiri. lou i 1 Eal isai, de I A >• dmit Iran, n-e. L Franc* ri !• %  illiaacea L'ai prochain Jrusalem — lll.l ne Palestine BOBVa e JdfAfllC el Jean Tbaraud. Le Mr. i bal de La Foi e. — I. Le Capitaine des liai des i ne da Lu Fora Ce (jiie pi blient les SerieU. Michel d lltibig . Lea Originel lUligieusea du Can td i. IV. L' 'j:e de Martyrs, de I Acadmie \li •• %  ARYS ,. i, i Il !.. II. 3, Rua de la Pais PARIS .:: ~ •-•/ "? >::z~~ 1 lercje faillanl fonsignataire pour Hati "Le Souri> < Le S, mi lie • linsi que leui fan ionl isvili .i ni e | Hli t DM que donne le CCI II l m lia jeudi i" il" i di l'api %  •> B la i iveaux ICI Pi il au Prim • LECOM1 n. (tes Commuais Non' avant ru al i om ne "rop lard, poui • lr \ jourd'hui lioia pi ,! i' I n* nu > E MI d* 1 lui i i in Mil 1 inii.uinl qu II.II c- Bai kai R i b ir| 1 1 oi bai. N Kbre m. i bel ,i Division au Dpartement da l'Agriculture, L. Lamothe, chef Cabinet %  e DE Mes Flix Ininy et \icto r Delbeau I 121 Kue au Ltlllre Gt orges Qoyau, frani aise. L< g Trois A m pin e ie d'un bomme de gnie. L. de Lnun y, de l \n demie det Sciences. Las rtl de loilelli — Coiffures, Vimu t 11 P> joui Vie Ci ..i^ed'.Wenel. I. Cuit, de Balzac, Maioal Houteron. Ratui Sci iililn|ue.— L > / .ns de silence, Chai le Norin.nin. Let crivain >'uites et laFran, S \ ICli r lillaUd. Chronique de la Quinzaine. — Hitloira Politique, Hu Pinon. PRIX PH L MO.NN1MBN1 L'n an Si. moiTroii moi !.. | Itine Scit cl >i c I I • If lo Dtpjciciiicnu cl 14 b l| (H Binants ." ir }o 16 LAI ibOODCIMMI pjiuni Ju Itr ti JJ I^ ik chaque i iR.XUL NUMEHO 4 H.so Ces cola loa plua oonfortabl sont mous et ont l'a peu et l,i ilistm : Ion li roi e pbe ll> sont conleetionnes d ans seule pirce avec m tissus spi-cial extra solide. Mettez vou i >ip to dit; eu t lisant un 1 visite la maison Paul E. Auxila Vous savez ea que vaul une brosse dent i lrophy-lac tic l.n Maison Paul I', AUXILA vous en rserve. Les jolis tissus ijahcnline de laine en couleurs mode que vous voyez sur le Monsieur chic qui passe,sache tent chez P. E. AUXILA. De mme que les flanelles Diagonal noir et manne, drill ShHntung, pour costumes. Les limes et demoiselles seront eontentes d apprendre que nous venons de recevoir un nouvel aatorti mont d • Ori'pe satin Crpe de Chine, Satin Spoit, Lias de soie pure < i nugfit.N oilos hlanc fantaisie pour l't Tte indien, Calicot etloile drap, Sae main jolie, Souliers satin noir. Ions les parfums d'Ilouolgant, de Cotv, de Kigaud, les Eaux de toilette ih Lubln et sa poadre de rix .Douce l'rancc si apprcie par Isa connaisseurs, f ommades.etc. Visitez nous toujours et demandez tout ce dontvous avez b on, (( PERFGT Klack ^lioe Dressiog Le Produit le plua pur qu'on ail encore imporljdans le pan I n.; Miiiplc fin l,e MI. les souliers les plus dlrior** !.• lemi f.e liquiue appliqu sur Isa sbaoMirn ne telil paalalinfEe b \\ rend le i un bi ili.nu el suuple.peut tre appliqu sur touttt let peaux Letportesmonnajaa,lanalifcaa,Ieaceinturae,laasaca mains les portes leuillas Ptuveni Aire ismfa) neuf par une seule couche de ce meivell 'dnit. Ut cbanlilloni ;oul la disposition de nos cheuts. Fulion |hoe Polisb, FDC. R. Toik nein oc Lire nu* >i . A if, ovi -.ii'i (Il Ml -111 >,.ltll 1,1 Ncrologie pris •'• matin i %  rai la m i i une Veuve LYSII I •' ne Lo ichi lui le hier nr. Lei funi ^ : :| !i1 lieu col apn ---11*1 lia l 'I i lath Moi ionlolau parenli i prom • sa fille M111 %  L lin ID I I lohue. En clianue |1 111 li et des pays y rai des cai les i |i i ... pi) l'IlllC, Mita I ee, blia i Lon dres, ,ogli i, i !• %  vb oaformaMut a l'art. de l Ar |. I. i i Itf.i, ie ie des .n lil ils L..-.>. I il > m,en au h iii-iiii de l'I i.on dCOial.e a pailu Un .i i i. i. de 10 b . s ii b i. i. i in U'insCI 1,111011 seld i, II m I. U L.m. • | iblis emeol .1 snai i .' lavilAa a ... ;i ma i i m daui, lai %  .m u un i si eyi le ,. lop u..-i dentaire da Port au I'I m Avis l.lnspecliou ">uiiiire de l'ut au Prince minium ie. chala ueu .,,. n, i M u .i.i, |ut les i %  lu ... i. r*. V, grvoni irwnl ueu au loi %  ioie Jtuuteigutur Jaau tlUlllUUI ' g rai iu. sure .i .1 se plina un No UIICUI Ue>ia ai i .iiii|.., P ,iiei les au ll|U ldt li | .' %  .... .i reilUIOil u • %  iesigue, ni.iiiu . .MI. J.IM|HI lu lui .i tBUIVUS. ii M -, u,„iie le l jkiu IWi' Varils Jeudi Le'Yuile du Mensonge Entre •"' centimaa. Geo. Jeansme, IfMUEicIa, f pou Unli fie tics mir.n les en lace tle la Bm ju el .le I I. Mane oHt>ulinc l fiieti que de ta raiitinc quaaD Oi>u^ entiez Odiu un rnoacUla et OeindiiDr itn Oeiuutttli pai [o tent |aiL que ton nom cy[ Ot:jd ca-aiiu. -— . ( iom dpprt'cifrrJaOi||eu'iuc,L'c (jofc, Miauei\licu'ax, incompatabtiV 0 un ^Virmoulli 5tipeiitui 0>u6 devez OemaaDer te ^Vermaut ftO&C&i CL ui>u\ pautiei alaoi en tdGtir t'a Mtpi'iidiitc abtoUK tuf let ailliez marq\xtt. Au Caf Cot mopolite* — Maison Keitel E. BEKTOLIM Fils A l'aimable et distingue clicElle i.i Grand iiUi de France el h •' Mit • PEP3T0PIASE Admis xdoParit Al.TION IMM'OItTC %  evii. i r T T ACCCLtnt • l HF-TION fVOn ,t . IMTM '0lc 3*n r. axanicur d Clomu Mig.aln. Ch leur Ri Vs'llg*, Mauitii V .iMlllmull, % %  "-"" 4" %  • p*rlcl>. L.Ur.ic 2.IU.iC.pn.PAIUi| Un jeuae'bomme honnte el ac lit. capulilu do voxager cri provin Hou ne 11 opoaiuoQ. s'adresser au Kureau du Jour nal. hUiur* et Pleurs l*ocatioo lis vacances, MM les otnmeranls messieurs les enijiloys ijiu ne peuveol se ren ' %  a l.i oampafjne nue nudi el deux lieures^son <|n a partir du premier juin, dci prix ipi soit par M iii.nne sf.ii par moiI.ISI'S partir Caui Vonl flalilis Lis menu sera le mme |i 6 Celui niies ei do*clients le passage, la maison garan* lit de latislaire les ijots les plus dlicats. ilfs reusiunP.;jP. Palrizi On trouxera an prix 1 ] 2 iur e>, l'ouvrage M dame N alcii de de NEURASTHNIE. FAIBLEiSE CHLOROSE, DEBILITE Ail Au '. rmi da PJI is • he.itre Pat tlana A l'Ipic i c Miifort, rue du C< ntre. A l'Anije Gardier.,rue du l\ser\olr sincp n ^3 i. ii-nr-seusse, • • .. Fcriij lacli EUi L alinienl conijilel labrian depuis prs d'un demi-skole s|n ; cialeniciit T pour les neurlissons, les coavalestsols, les vieillards et en lids net de la lioite l.n ine lacts Nestl est de ,175 grs. el colle aulant que elle pesant environ 25i) grs des similaires. L. Prcetsma >n ygerliolm^ Aijent de Nestl Food Company Ottulop Pneus ET Chambre Air les Ounlop^Cicadiao sont Isbrmes spcialement pour les pays iropieaux et c'est pour celle raison ajoute leur prix raisonnable, qu*us sent au premier rang a la Jsmlque, Cuba, Panama, les autres M* tilles "t amriijue Centrale. Sauveijarder votre intn't et voyager avec |)unlop (^anadian Lorsque vous pensez a llunlop, penaez n \\'. Ouintin Williams l.ors^ue^ vous voulez acheter un Pneu, pense/ iiunlop. W. Qiiiuliu Williams, A(P nt t'ural Ctififop Tire an ( Itubbe Goois Co. /. 7U ALUMINUM LINE [Mew-Urleans et Soulli American Steamp hip Co. lue. Pfoc'iaiusdptrts directspiarPtctaPriacs-HiTti Le Stuamer ln>Ht* a laiss N


PAGE 1

MI5SING I55UE



PAGE 1

DlKLv/ifcXK PROPRIETAIRE (llPMliiBUt Cttnent Marjloire BOIS VERNA 135f Rue Amricaine V .lt "10 CENTIMES Quotidien .1 coOMUre < 1 11 un nayg atteint -.1 |luhauts lin m' tl't^ilucalion civique quand' toui les part politique) sentent gue leura intri Ut sont leeontiairea •il lac* des inlrla de la nation ••t <|iiaiid ila s", dclarent dispeas**. diaparaitra ti l*s interiti Je la nation l'exigant. lissilioi %  r„ %  1ELEVUONK No 4 s. 18ma ANNE N' 52*7 PORT-AU-PRINCK (HAIT! > MERGHD1 18 JUIN mf Le Gouvernement et son programme d'ordre adminislrali Nouvelles El rangeras Il y a une chOM souvent per due de vue daua l'esprit despuliliastes qui crivent sur Its dith-renls aspects de la chose puhlique : cest que, au-dessus de toutes li'i considrations polili<|U3s, ce qu'il laul pu-dessus tout considren c'eal uue administration rytjlire, honnte des intrts de i hlatloui tfi.uvirneii.ent est institu pour cela, ei une lui:, consl.tu, tout youverueiuenl est oblig de n'avoir que cela pour boussole. Si la chose publique est mal jjre, tout coninliuanle a le droit de lui eu demander compte. -Nous avons eu aulrelois de patriotes con/aiucua qui ont pass la postrit et dom nous saluons la meino.re bien profondment, alun que leur seul mente est d avoir t probe et honnte et d avoir tau des ellorts consciencieux poui introduire l'honntet dans nos pratiques administratives. Nos daordfM aaaai se manifestaient principalement par des fraudes douanires, de la part des fonction! aires mme de la douane. .Nous n'avons pa? pour devoir d innocenter les uu portaleurs; n introduisant la corruption dans les oprations douanires, ils faisaient œuvre de mauvais chorus. Mais, lout bien consitJ.it, il* agissaient dans le sens de leui mieits personnels : dans tout coutri buable il y a uu traudeur ventuel ; c'est au lise se dtendre par s(s agents. Mais que dite loryqiie ce sont ces agents eux mmes, prposs sa de.Vnst*, qui itauilent. Un peu lie huilantes ex* ceplions pus, ialmoapli.it de Iraude existait dans nus douanes, et pai Mulenieni dam itur administration, mais encoi e jusque dans leur contrle. En effet, on doit te raj peler que nous avions aulrelois des inspecteurs les linances et ue douane?, dont le rle consistait En l.t hut. LUI me rr^Hitle, puis de ion air le plus gavroche, cet air t|ui excuse toute iei espiglelies et qui sied ki bien i M physionomie qu aurole uni' malice luenjdissimule me dit : VoMtn, matiobite. au lieu tle maugrer sur les doultuis de l'heure que l'cris*lu pluiot pour les lecteurs du Matin, pouf ceuxl qui u l'Ut pas comme loi le bonheur de pouvoir se transporter en -imagination i cet (je d'or,ou l'on vivait dan la plus libre et la plus heureure des Rpubliques, pour eeux-la pourquoi n 11 ri lu pas quelques liguts en forme de < Il tait une fois en remuant tas lOuvenirs '.' A quellet dures Innoves M u net il mon dvouement Car rien •n'est plus douloureux oour cet i qui ont beaucoup aim que de rou*rir le eo/lre', o da OBI rong jaloosemenl cei brihborioai raofrelut bei ces petits lient Undaissont* |ui lei r rappelleul d'une 1er n si mouvante [poque ou ii oheui ne It ur maidian dail point lei tourna. essentiellement, ainsi que leui nom l'indiqueiassurerUpercep lion intgrale des revenus doua niers et di i iui| ta dtvcts. i.a plupart de ces inspecteurs gmiaux, il tant lea due, .-ai n dt s ciiO,ens IIOIIOI abies et qui jouissaient, et jouissent encore, pour ceux qui vixenl toujours, du respect gnral. Mais il n'y a pas de rgle sans exception i cOl de i l s'en trouvaient d'autres ns remarquables pur leur esprit vreux Ll cela tait vril ment uu comble, que les coutroieua eux mmes les wJmi* instratious douanires et lioancires se livrassent a la liaude et la contrebande. kleurtflU temps! selon les uns ; mais aussi poque de hontes continuelles on la noti D d'iiidividualisme obscurciagfcil compltement celle de l'un, i i gnral et le sens du bien public leinps, au surplus, dont le prs, nt est la ranon. An ii.ni; tnre que les dou i ns, les uillreutea administra' tions publiques suaient l'eS| l il vreux a pleines gouttes les buieauxdt* uiiinsleres, le* bu reaui nailiuuies, les aoaununi s, les grelles, les services de paiement, paitout ou l'argent se maniait et ou tes allaites sabrassaient, celait .a bamboche maigre le sanction pnales. Si vous voulez avoir une iJee plus ou moins concrte de ce pasi qui dlie pait,is li aagi nation, suivez un peu Ce qui s i plaue :i se jue a la Commission des llet %  i.iinatioi.s la U" veur des anciens pan nu ni lui ret.ua, des aucu nues commandes, des anciens contrats.Non, vraiment, pu de pa\s ont on paaa aussi lourd que le n Au joui d luii.e'tsi l'effort sou tenu pour instaure! l ordre 1 1 muiisiraiii, cet ordre pour le quel Un.t de patuoi. s oui i il \ la voix, se sont muie sacrilit s. M louveaira I .. Reasenv brantes d anlau Ilien qu'en les voquant je sens un grand li doubler Uiou mue ; tni il simule que comme pour rpondre 1 1 appel d'une mystrieuse do.nptlle api.cal\ptique I. ui ceux que |e %ai rveiller, d ordre .J. mun Ut recteur, vont se dressai pour me crier i Va le Rtro • I sool -i heureux dani leur BOaUBoU U 10 quille Dan ce dfil J i t a lona au gr de l'inaginati m glauer pitmi ceux-l qui tout les plus elier, qui sont II plus gais, ceu qui cachent dans leur plia quelque rayons ii< leil p'ur les .i Mi dcoui ipritS s.:e|ill |UOS, le I i li mtl en lui Kt dfaut de tqn* de neige qu un clair de lune gaio, oomma dan lea coules de lee, aeus al Ions, chers lecteurs, nous tendre sur la sivaoe au leiut d'eina.au le de que que bomg avoisiuanl, l o les aneAires dressaient autrefois des aut 1 la Patri et je voua lirai al >r quelque chapitre de •non beau < %  uivre d Ur. Lau;el de la Patrie avec son i. dnaier rovaJ.ce symbole Jet Iti > > • i il m igmtt lue souveuir e f-ii'c blai pic \t | il( D des p '.u M grand nepi UOi J I i. I I .11.1 lie lier tle miracle historique A biault donc, cher Directeur! La li pense p il |uei aujour il'liui, s'eii %  ;tue suivant la les lilii res des rgh inenis ; la loi linaiiii. re rgne t'ii mail s'. Pour la m i.n.ire dp l'intr i public ssl consult, l'an teution des parti lest s ititv. Au dehors, ou se plaint .11 U tl de soucis du ll ni. Au si bien, t tua les c i npl s i i 11 publique sont a jour. i vices ouranta sont ssu' res le trsor p tblic n'est j tm na vi le 'l eu sise 0, Mais voila : le patri itisme l'alarme le sentiment nalionsl s'ellarouche 11 non sans raia o Le problme hatien esl vr i m 'ni angoissant ou la libert av,c les ds ulies d'hier, dont tant de p itriotea s ml m 1 0 1 la discipline imp %  1 JH I'OI b %  1 lui uistraUl 11 1 a respect tle la chose pub 1 |u 1 Mous pouvoua cepen 1 ml avoir assez de patriotisme pour DO ia 1 apose noua mm 1 œtte discii lioe. C imbien, en vrit, se il la liau e ir de comprendre uu Lei probl' u. I I lombien, le 1 ompre %  1 • 111 mal, sein al lent Kl com bieiii 11 laveur d'un h I pro* b e n : -i o nplex %  ont I 1 m u iceuc ta e rv m?, e 1 dei 1.ra l s m i n 'tiiii pi s et d d s lonll ml 8, a Cet U DOS au jourd ii 11 1 itua ou 1 o. < 1 1 empHtssart h s p niti %  >, ou le contribu ible tait tondu pour le seul plaisir drs geua en p 1 a, 1 mps impitoyables qui ont puis et an tuli o sgran ta li.inui'i 1 hommes qui avaient pour uoma Ha/ ai-, l'aul, lliob, pour ne ciui q cliels .. H -il • lu-' ma donc 1 ces etiosea 1 n rrona nou tour du Gou .a aussi lon,tciup> qu u sera dan 1 m ii' aduuuistratil qui, en dpit des appai 1 m li -. n. IMISI ne sa uctuelles, sont les seu p 1 de cous cou.lune li libration et a l'm dpend mi e il F.I8Demain le monde catholique le tera avo eeial le Muni Satr de l'Kui 1 1 in-1 r.' • p ir Sainla Julien 1 Il II 1 -'^e ds 1 elle fut et iii ii ("tur ti ute 1 1 I I'I,> • d M 1 h .'i 1 ii n 1 .u traditi • le hdi ti r-i t I %  ] 1 ...Ma 1 1 1 .1 . I 1 1 • •• 1 ,i, t'jul d %  !< .1 I |. .1 la me dm I i la : U 1 Rep isoii Si n 11 ^IOUX, lie l(e| soir boz^M ne M u ivia *l 1 • 1 1 !' %  l 1 !k l. Calbdral D S OO due 1 l sera t ii uile. Hun anxieux Olympique* l ni (ni il %  Dougal adresse la tien larrntrie annona la oui es ol tenu au ai 10 1 m u. li ml 1 n liions! pir 1 • luilienne d lir P II -ni les M / • B iru 'I m%  lie pi %  a l ; et | justiQl p.auement nos pr.ji. Pr Cable Declarattun l'un .1 i I I .lit 1111 tii 1 iinina 'i It taxi 11 |i 1 1 ; 1 li I • v 1 II 1 \ ,.|i,i 1 1 .lu .1 ut i llUI'll-ll \ 1 itne 1 1 1 1 1 1 e '. Il U I .11 11. pi' 11 tlu 1 oie -la la Si 1 .1 iti %  le a ii ..1 u .1 11,1. u: et I 1 leruadoni I %  Il 1 r ib isse m -ai d %  rela 1 h II 1 utaiiou a lu ma'm. -i % %  .11. 1 ,1 u i\ u 1 1 'i 1 t li n miss 1 is I' rus 1 1 % %  ,, 1 It gi 1 1 1 .leui ni Je 1 l.i I :.. ,|. \ | 1 ifl. B irthou ne sera pas I 1 lll,ll.l'T PARIS M. [tarifa iu 1 qu'il n lion il• %  la l I 1 ..1111111 -1 V) lleiriol .1 1 %  • m m. |u il partira | 1 'i I U l'i'.i h lu pout 'i M .. .1 .n. lii. PAUIS— Lan irai ion min -1 nelli l i' n .nu u stin 'm 1 alii lu-i Ki'ponse amricaine a la proUtelaliou 11| uuaise w \sill\i.lu\ La 1 %  %  1 : dtinantl %  1 < n d 1 ..u ; ipte.i 1 1 %  1. 1 1 1 1 1 il. 1 ; .1111 pMjuaqufcuns anerra le-, doua .ont trop de bon seu* poai cela. houvelies diverses %  EVE M. Bien 1 1 ; -leicuce. R Kl VI s I de lli ,1! de lu quj ,..| toi 1; 1 ir les 1 1 HIN qui ' un il il en ^ .' .' .1. p -dla Sui isl .' ne 1 s 1 P 1 .'la 111 poio 1 %  wii' — La ha I impino, l'un des 1 mi urrenla l D I) 1 .11. pi .1 l p u .1 irvnlle, a 1 loi ri ins inrl il col .i|n midi I ii .1 I bit rge\ il le, localit ail da Kecamp. C'eal le loi b 1 1 in •I u 1 iltei ri 1 .-1 1 1 1, i 1 couvert un peu plus di La : M u .. irel, pilot p ir M Sp : 1 leui •• %  1.1 i.n d m id do la ville. BRI s CLLB4 Le 1 ip 1 II Vol, p in in s Sam' 1 1 stti .1 %  Rouen 1 .1 heures 1 1 1 m li %  •-i Limmerli l 'i kilo n 1res I II u telles 1 u %  lut 1 1 1 '.i" %  l.i ils dt 11 us Iles .1 iveot a lOh ; iu-d 1 'eut trs favotl 1 1 %  i tut v 1 le n 1 b n i Deus %  ilt.n I le lui 11 1 li U" %  l'ie polJ %  li illo 1 I'^I |ii^-e an ilui .t n.i ni in puis II 'lui fvoiS l'Allemagne, pull vers le %  i 1 ouest. HU.N'K JJf i : svl I m nui lu tour .Il monde aujo n 1 h il .1 .: lien 1 : i i|i. I % un II | 1.1 in, 1 || ,, Sanj capitale l I Indo inc 1. 1 . 1 me. . i 1 < la 1 i| le l'ainb 1 1 1. u 1 ,1 u B. V\ ni '.illl -1,1 |i w| ( t|, : I %  VI. el ut |.i 1 i1 1 i.. 1 m I 1 finirent d.ii.sir d'un 1 ranotr J [M MM n>1 1 •atle) lf r\ U laiii.st I ire nrnisnnon *n est1 la p< Le Rasoir Valet Aito^Strop • -''Cane 1 Par Sans fil 11 lum R< I *l I. I Ile 1 1 .du Del italien ont mis leui porli l< unie iii.'ii du lei duMulinl n ... 1 1.1 in,. 11.. e lorin %  l ice de la 1 lu IU dont on n,m Ue S. So lie, Foot-ball \ ne u M. |'ii ,n promis mm11 aprs la composition d sdeui quipe uii\ 1 doivent te^osesuror demaiu H Pn Leconti I hi urea et de mie de I apr< midi : tn Ira Laroche: But : Aud mi ; Arrires Jourdan. Cane/ Demis M iximilien, t.d. Cas 1 srd 1 AvenU) : Fils* lotte, Paul Chanel, Paiiison (.Lapilaiue;, Appoloa. Kouplaoanta: Malebranche.Del a, llyacinilis, luronne, Bernadot te jr. Equipe GsTon Maxmilieo But Michaud An., ma lUiot (JheMt, 1 bippi Dosnii St. Victor, 1 Pierre Louis, Andr Pierre; "an! In 1 n |uei CapRalno), *"""' s Cloud, llalaby, Ren 1 arl. Ilompla u li Mevi \iubroisr, Hi in, Hnliqua refaar. 1 amateurs verront que les 1 ri llemeol .1 chou. •"' 1'"' %  parti m saurail ne pas ' l n mie leiuceui trout reut ci dooani sont dt 1 l. I: l.iitunt dn 1 "'"" ne Min rtainoment pa on 1 n pout son ar gi ui %  l""-. 1 ippelle qu h 1 """ut .1.1 iiiniiii %  1 destin an n -mi alls ! ' illl"'" 1 qu ll,.ili | ...M,detlc portils de valeur iadia m iui li n... i„ie, aana 1. Dde demain au I n I '• ' sotimosl pa>er urda pour sontei ivre inleressanle, 1 des plus il! qui aura • t< oui • %  cetli liioo, Ml V\ Il WIIIIHIUS arbitrera. L6 Util.. MM is-jsni m ila III I. n.l d 1. |, > n 1 en 1 ,in 1 1., 11 Le la 1 1 p .1 1 1 il ci mil |. iui les ni ,1,1. 1 .1-. 1 tonne! 1 se ne 1 il. | matj,, | e j A 1 ut \i la Fte* Dieu :| LG AVEL Max llndor a : 2 et .1 n.iurde — Us • Itsnta lui suivent -L'Aiglonnat sont nvieeo 'nie ce Ida sera continu U Jeudi aprs.. <* A.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06226
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, June 18, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06226

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DlKLv/ifcXK PROPRIETAIRE
(llPMliiBUt
Cttnent Marjloire
BOIS VERNA
135f Rue Amricaine
V .lt "10 CENTIMES
Quotidien
.1 coOMUre <111 un nayg atteint
-.1 |lu- hauts lin m' tl't^iluca-
lion civique quand' toui les
part politique) sentent gue
leura intri Ut sont leeontiairea *
il lac* des inlrla de la nation
t <|iiaiid ila s", dclarent dispe-
as**. diaparaitra ti l*s interiti
Je la nation l'exigant. lissilioi
r

1ELEVUONK No 4
s.
18ma ANNE N' 52*7
PORT-AU-PRINCK (HAIT! >
MERGHD1 18 JUIN mf
Le Gouvernement et son
programme d'ordre adminislrali
Nouvelles El rangeras

Il y a une chOM souvent per
due de vue daua l'esprit despu-
liliastes qui crivent sur Its dit-
h-renls aspects de la chose pu-
hlique : cest que, au-dessus de
toutes li'i considrations polili-
<|U3s, ce qu'il laul pu-dessus
tout considren c'eal uue admi-
nistration rytjlire, honnte des
intrts de i hlat-
loui tfi.uvirneii.ent est insti-
tu pour cela, ei une lui:, cons-
l.tu, tout youverueiuenl est
oblig de n'avoir que cela pour
boussole. Si la chose publique
est mal jjre, tout coninliuanle
a le droit de lui eu demander
compte.
-Nous avons eu aulrelois
de patriotes con/aiucua qui
ont pass la postrit et dom
nous saluons la meino.re bien
profondment, alun que leur
seul mente est d avoir t pro-
be et honnte et d avoir tau des
ellorts consciencieux poui in-
troduire l'honntet dans nos
pratiques administratives.
Nos daordfM aaaai se ma-
nifestaient principalement par
des fraudes douanires, de la
part des fonction! aires mme
de la douane. .Nous n'avons pa?
pour devoir d innocenter les uu
portaleurs; n introduisant la
corruption dans les oprations
douanires, ils faisaient uvre
de mauvais chorus. Mais, lout
bien consitJ.it, il* agissaient
dans le sens de leui mieits
personnels : dans tout coutri -
buable il y a uu traudeur ven-
tuel ; c'est au lise se dtendre
par s(s agents.
Mais que dite loryqiie ce
sont ces agents eux mmes, pr-
poss sa de.Vnst*, qui itau-
ilent. Un peu lie huilantes ex*
ceplions pus, ialmoapli.it de
Iraude existait dans nus doua-
nes, et pai Mulenieni dam itur
administration, mais encoi e jus-
que dans leur contrle.
En effet, on doit te raj peler
que nous avions aulrelois des
inspecteurs les linances et ue
douane?, dont le rle consistait
En
l.t hut. lui me rr^Hitle, puis
de ion air le plus gavroche, cet
air t|ui excuse toute iei espigle-
lies et qui sied ki bien i M phy-
sionomie qu aurole uni' malice
luenjdissimule me dit :
VoMtn, matiobite. au lieu tle
maugrer sur les doultuis de
l'heure que l'cris*lu pluiot pour
les lecteurs du Matin, pouf ceux-
l qui u l'Ut pas comme loi le bon-
heur de pouvoir se transporter en
-imagination i cet (je d'or,ou l'on
vivait dan la plus libre et la plus
heureure des Rpubliques, pour
eeux-la pourquoi n 11 ri lu pas
quelques liguts en forme de < Il
tait une fois en remuant tas
lOuvenirs '.'
A quellet dures Innoves M u
net il mon dvouement Car rien
n'est plus douloureux oour cet i
qui ont beaucoup aim que de
rou*rir le eo/lre', o da OBI rong
jaloosemenl cei brihborioai
raofrelut bei ces petits lient
Undaissont* |ui lei r rappelleul
d'une 1er n si mouvante [poque
ou ii oheui ne It ur maidian
dail point lei tourna.
essentiellement, ainsi que leui
nom l'indiqueiassurerUpercep
lion intgrale des revenus doua
niers et di i iui| ta dtvcts. i.a
plupart de ces inspecteurs g-
miaux, il tant lea due, .-ai n
dt s ciiO,ens Iioiioi abies et qui
jouissaient, et jouissent encore,
pour ceux qui vixenl toujours,
du respect gnral.
Mais il n'y a pas de rgle
sans exception i cOl de i
l s'en trouvaient d'autres ns
remarquables pur leur esprit
vreux Ll cela tait vril
ment uu comble, que les cou-
troieua eux mmes les wJmi*
instratious douanires et lioan-
cires se livrassent a la liaude
et la contrebande.
kleurtflU temps! selon les
uns ; mais aussi poque de hon-
tes continuelles on la noti D
d'iiidividualisme obscurciagfcil
compltement celle de l'un, i i
gnral et le sens du bien pu-
blic leinps, au surplus, dont
le prs, nt est la ranon.
An ii.ni; tnre que les dou i
ns, les uillreutea administra'
tions publiques suaient l'eS| l il
vreux a pleines gouttes les
buieauxdt* uiiinsleres, le* bu
reaui nailiuuies, les aoaununi s,
les grelles, les services de paie-
ment, paitout ou l'argent se
maniait et ou tes allaites sabras-
saient, celait .a bamboche mai-
gre le sanction pnales.
Si vous voulez avoir une iJee
plus ou moins concrte de ce
pasi qui dlie pait,is li aagi
nation, suivez un peu Ce qui s i
plaue :i se jue a la Commis-
sion des lleti.iinatioi.s la U"
veur des anciens pan nu ni lui
ret.ua, des aucu nues comman-
des, des anciens contrats- .Non,
vraiment, pu de pa\s ont on
paaa aussi lourd que le n
Au joui d luii.e'tsi l'effort sou
tenu pour instaure! l ordre 11
muiisiraiii, cet ordre pour le-
quel Un.t de patuoi. s oui i il \
la voix, se sont muie sacrilit s.
M louveaira I....... .. Reasenv
brantes d anlau Ilien qu'en les
voquant je sens un grand li
doubler Uiou mue ; tni il simule
que comme pour rpondre 11 ap-
pel d'une mystrieuse do.nptlle
api.cal\ptique I. ui ceux que |e
%ai rveiller, d ordre .j. mun Ut
recteur, vont se dressai pour me
crier i Va le Rtro I sool -i
heureux dani leur BOaUBoU U 10
quille !
Dan ce dfil J i!t
a lona au gr de l'inaginati m
glauer pitmi ceux-l qui
tout les plus elier, qui sont II
plus gais, ceu qui cachent dans
leur plia quelque rayons ii<
leil p'ur les .i Mi dcoui .
ipritS s.:e|ill |UOS, le I
i li mtl en lui
Kt dfaut de tqn* de neige
qu un clair de lune gaio, oomma
dan lea coules de lee, aeus al
Ions, chers lecteurs, nous tendre
sur la sivaoe au leiut d'eina.au le
de que que bomg avoisiuanl, l o
les aneAires dressaient autrefois
des aut 1 la Patri et je voua
lirai al >r quelque chapitre de
non beau < uivre d Ur.
Lau;el de la Patrie avec son
i. dnaier rovaJ.ce symbole Jet Iti > >
i il m igmtt lue souveuir
e f-ii'c blai pic \t | il( D
des p '.u m grand nepi
UOi J I i. I I .11.1 lie ,
lier tle miracle historique
A biault donc, cher Directeur!
La li pense p il |uei aujour
il'liui, s'eii ;tue suivant la
les lilii res des rgh inenis ; la
loi linaiiii. re rgne t'ii mail
s'. Pour la m i.n.ire dp
l'intr i public ssl consult, l'an
teution des parti lest s ititv.
Au dehors, ou se plaint .11 U tl
de soucis du ll ni.
Au si bien, t tua les c i npl s
i i 11 publique sont a jour.
i vices ouranta sont ssu'
res le trsor p tblic n'est j t-
m na vi le 'l eu sise 0,
Mais voila : le patri itisme
l'alarme le sentiment nalionsl
s'ellarouche 11 non sans raia o
Le problme hatien esl vr i
m 'ni angoissant ou la libert
av,c les ds u- lies d'hier, dont
tant de p itriotea s ml m 1
0 1 la discipline imp 1 Jh
I'oi b 1 lui uistraUl 11 1 a res-
pect tle la chose pub 1 |u 1
Mous pouvoua cepen 1 ml
avoir assez de patriotisme pour
do ia 1 apose noua mm 1 tte
discii lioe.
C imbien, en vrit, se il la
liau e ir de comprendre uu Lei
probl' u. I I lombien, le 1 ompre
1 111 mal, sein al lent Kl com
bieiii 11 laveur d'un h I pro*
b e n : -i o nplex . ont I 1
m u iceuc ta e rv m?, e 1 dei 1.-
ra l s m in'tiiii pi s et d ,
d s lonll ml 8, a Cet U DOS au
jourd ii 11 1 itua ou 1 o.
< 1 1 empHtssart h s p niti >,
ou le contribu ible tait tondu
pour le seul plaisir drs geua en
p 1 a, 1 mps impitoyables qui
ont puis et an tuli o sgran ta
li.inui'i 1 hommes qui avaient
pour uoma Ha/ ai-, l'aul,
lliob, - pour ne ciui q
cliels ..
H -il lu-' ma donc 1
ces etiosea 1 n rrona nou
tour du Gou .a aussi
lon,tciup> qu u sera dan
1 m ii' aduuuistratil qui,
en dpit des appai 1 m
li -. n. imisi ne sa uctuelles, sont
les seu p 1 de cous
cou.lune li libration et a l'm
dpend mi e
il F.I8-
Demain le monde catholique le
tera avo eeial le Muni Satr
de l'Kui 1 1
in-1 r.' p ir Sainla Julien 1
Il II 1 -'^e ds 1
elle fut et iii ii ("tur ti ute 1 1
I i'i,> d m 1 h .'i 1
ii n 1 .u traditi
le
hdi .
ti r-i t I ] 1 ...Ma 11
1 .1 . I 1 1 1 ,i,
t'jul d !< .1 I |. .1 la me dm I i
la :
U 1 Rep isoii
Si n 11 ^ioux,
lie l(e| soir boz^M ne
M u ivia *l 1 1 1
!' l 1 !k l.
Calbdral D S OO due 1
l sera t ii uile.
Hun anxieux Olympique*
l ni (ni il '
Dougal adresse la tien larrntrie
annona la oui es ol tenu au ai 10 1
m u. li ml 1 n liions! pir 1
luilienne d lir.
P II -ni les m / B
iru 'I m- lie pi
a l ; et |
.
justiQl p.auement nos pr.ji.
Pr Cable
Declarattun c tliinel
P tRIS l.. 11 soi i ,,i
n lnbon u U
ilion mil -c- puioti
princi| iui |
1 .le aiuf
I' 'i' i' h .ilra :
l'inli |e 1 vo
|
| \ ati m, stri 1 ipp 1 1
imii di la I .i mu I .
lions, rdi
a lcuril up| rei
ai m .1 1
l iblisnineiil .1 un in\ ri
g lureul d iti ... lin .1
I iiii-r I .| nid'.
Illl l.'.'l, |l llll 1 .1 s
> l'un
.1 i ,
I I .lit '
1111 tii 1 iinina
'i It taxi 11 |i
1 1 ; 1 li I
v 1 II
. 1 \ ,.|i,i 1
1 .lu .1 ut
i
llUI'll-ll
\ 1 itne 1 1 1 1 1 1 e
'. Il U I .11 11.
pi' 11 tlu 1 oie -la la Si
1 .1 iti le a
ii ..1 u .1 11,1. u: et I 1
leruadoni I Il 1 r ib isse
m -ai d rela 1
h II 1 utaiiou
! a lu
ma'm. -i .11. 1 ,1 u
i\ u 1 1 'i 1 t li n miss 1 is .
I' rus 1 1 ' ,,
1
It gi 1 1 1
.leui ni Je 1 l.i
I !
:.. ,|. \ |
1
ifl. B irthou ne sera pas
I 1 lll,ll.l'T
PARIS M. [tarifa iu 1
qu'il n lion il la
' l I
1 ..1111111 -1 V)
lleiriol .1 1 m m. |u il partira
|! 1 'i I ..... U l'i'.i h lu pout
'i M .. .1 .n. lii.
PaUIS Lan
irai ion min -1 nelli
l i' n .nu u stin 'm 1 alii
lu-i
Ki'ponse amricaine a la
proUtelaliou 11| uuaise
w \sill\i.lu\ La
1

1
:
dtinantl

1 < n d 1 ..u
; ipte.i
1
1

.....1. 1 1 1 1 1 il.
1 ; .1111
'
pMjuaqufcuns anerra le-, doua
.- ont trop de bon seu* poai
cela.
houvelies diverses
EVE M. Bien
1
1
;
-leicuce.
R Kl VI s I
de
lli ,1! de lu quj ,..| toi 1;
1 ir les 1 1 hin
qui ' un il il en ^ .' .' .1.
p -d- la Sui.....isl .' ne 1 s 1
P 1 .'- la 111
poio
1 wii' La ha
I impino, l'un des 1 mi urrenla
l d I) 1 .11. pi .1
l p u .1 irvnlle, a 1 loi ri ins inrl
il col .i|n midi I ii
.1 I bit rge\ il le, localit ail
da Kecamp. C'eal le loi b 1 1 in
I u 1 iltei ri 1 .-1 1 1 1, i 1 couvert
un peu plus di
- La :
M u .. irel, pilot p ir M Sp : 1
. leui
1.1 i.n d m id do la
ville.
BRI s CLLB4 Le 1 ip 1
II Vol, p
in in s Sam'1 1 stti
.1 Rouen 1 .1 heures 1 1 1
m li
-i Limmerli
l 'i kilo n 1res I II u telles 1 u
lut 1 1 1
'.i" l.i ils
dt 11 us Iles .1 .
iveot a lOh ;
iu-d 1
'eut trs favotl
1 1 i tut v 1 le n 1 b n i Deus

ilt.n I le lui 11 1 li U" ' l'ie
polJ li illo 1 i'^I |ii^-e an ilui
.t n.i ni in puis II 'lui
fvoiS l'Allemagne, pull vers le
i 1 ouest.
HU.N'K JJf i : svl I
m nui lu tour .Il monde
aujo n 1 h il .1 .: lien
1 : i i|i. I % un II | 1.1 in, 1 || ,,
Sanj capitale l I Indo inc
1. 1 . 1
. me.
. i 1 < la 1
i| le l'ainb 1 1 1. u 1 ,1 u B. V\ ni
'.illl -1,1 |i w| ,( t|,
: I VI.
. el ut |.i 1 i- 1 1 ,
i..
1 m I
1 finirent
d.ii.sir d'un
1 ranotr j
[M MM n>-
1 1 -
atle)
lf r\ U laiii.st
I ire nrnisnnon
' *n est-
1 la p<
Le Rasoir
Valet
Aito^Strop
-''Cane1
Par Sans fil
11 lum
R< I *l I. I Ile 1 1 .du
Del italien ont mis leui porli l< unie
, iii.'ii du lei duMulinl
n ... 1 1.1 in,. 11..
e
lorin
l ice de la
, 1 lu
iu dont on n,m
Ue S. So lie,
Foot-ball \
' ne u m. |'ii ,n promis
mm- 11 aprs la
composition d sdeui quipe uii\
1 doivent te^osesuror demaiu
H" Pn Leconti I hi urea et de
mie de I apr< midi :
tn Ira Laroche: But :
Aud mi ; Arrires Jourdan. Ca-
ne/ Demis M iximilien, t.d. Cas
1 srd 1 AvenU) : Fils*
lotte, Paul Chanel,
Paiiison (.Lapilaiue;, Appoloa.
Kouplaoanta: Malebranche.Del
a, llyacinilis, luronne, Berna-
dot te jr.
Equipe GsTon Maxmilieo But
Michaud An., ma lUiot (Jhe-
Mt, 1 bippi Dosnii St. Victor,
1 Pierre Louis, Andr Pierre;
"an! In 1 n |uei CapRalno),
*"""' s' Cloud, llalaby, Ren
1 arl.
Ilompla u li Mevi \iubroisr,
Hi in, Hnliqua refaar.
1 amateurs verront que les
1 ri llemeol .1 chou.
"' 1'"' ' parti m saurail ne pas
' ' l n mie leiuceui trout
' reut ci dooani sont
dt......1 l. I: l.iitunt dn
1 "'"" ne Min rtainoment pa
on 1 n...... pout son ar
gi ui
'' l""-. 1 ippelle qu
h 1 """ut .1.1 iiiniiii , 1 destin an
n -mi alls !
' illl"'" 1 qu ll,.ili | ...M,detlc
portils de valeur iadia
m iui li n...iie, aana
' 1. Dde demain au
I n I.....
' ' sotimosl pa>er
urda pour sontei
ivre inleressanle,
......1 des plus
il! qui aura
t< oui cetli liioo,
Ml V\ Il WiIIihius arbitrera.
L6 Util.. MM is-jsni m
ila
III
I. n.l d
1. |, > n 1 en 1 ,in 1
1., 11
Le la 1 1
p .1 1 1 il ci
mil
- |. iui les ni
,1,1.
1
.1-.
1
tonne!
1 se ne 1 il. | matj,, |e jA
1 ut 1 [ni m .iiiln.nl
1 sur le* Brevets
il lie.. 11I1.mi
' da loi modifiant
I .ni m de la Loi .'su, |a prSio.
Parisiana
Jeudi
\ la dt manda tle" uombreus
tension >\i la Fte*
Dieu :|
LG
AVEL
Max llndor
a : 2 et .1 n.iurde
Us Itsnta lui suivent -L'Ai-
glonnat sont nvieeo 'nie ce Ida
sera continu U Jeudi aprs..

<*
A.


LE H \ IIP
~X
r~
FOX TROT
lievue


i.

Parfum
enveloppant
caressant
dus Deux Mande i
IS Rut d I i nurul l'.n
IDVMAIHEUF. I A LIVRAISON
I II |i vi \ 1 1921
Le Labyuoth'. QuatriiOMpir-
i. lou i 1 Eal isai, de I A >
dmit Iran, n-e.
L Franc* ri ! illiaacea
L'ai prochain Jrusalem
lll.l ne Palestine BOBVa e JdfAfllC
el Jean Tbaraud.
Le Mr. i bal de La Foi e. I.
Le Capitaine des liai des
i ne da Lu Fora
Ce (jiie pi blient les SerieU.
Michel d lltibig .
Lea Originel lUligieusea du Ca-
n td i. IV. L' 'j:e de Martyrs,
de
I Acadmie
\li .
ARYS
,. i,
i
- Il !.. II.

3, Rua de la Pais
PARIS
.:: ~-/
"?
>:: ->z~~
1
lercje faillanl fonsignataire pour Hati
"Le Souri> < "
Le
S,mi lie linsi que leui fan
ionl isvili .i ni e | Hli
t DM que donne le CCI II l m lia
jeudi i" il" i
di l'api> b la
i iveaux ici
Pi il au Prim
LECOM1 n.
(tes Commuais
" Non' avant ru al i om ne
"rop lard, poui lr \
jourd'hui lioia pi ,! i'
I n* nu > E
mi d* 1 lui i i in
Mil 1 inii.uinl qu
ii.ii c- b i lu
rel Col
rr iu .n au pi
let InUrl i dt la tamua da
Port an Princ : I oe letl
Mi Ludti I '"
un non ''i en lu Cons< il
contre ladCiai parUtni ni
dt l'Intrieur -ali a nun
lulion pai U lui ho M I
Moi-. -lII v u/'i
Ch. i.o...u. I. P. "
Cnssagn.il. Dr
taut. i
qu'il continu i ;<-'''~
fonclioii'
Ce matin a !" Ii
a IN o ia i i le '.
Ire.h
majnbn dt j '
muna
l du itda ii il
Ma I
rle et formula u
u nom .1
qu'un ll< aro ' "'
prie la Tribu i ll1
lance il srail in
d.
A l'Ecole Centrale
d'AuricuIture
l, m ii i 10 battrai al i mie
.. i |ii u a I h.ir 11 uveiliire det
cour* d't de Kole Centrale
d'An, ioultura. Prt da i" i
., ,i, ni rpondu I l'appel.
l,i rrinioia tra impie dhu
la par la lecture d'un- lettre du
D, i i, apAch e1 qui fui
|u n n' 'A Dj lie I.nmiile M. Lo
|,in di lai i iterti les cour.
Pu le Se l'tltal de l'A
o.....Hure iu ni il discoure
i ma p .Ii ieroui bieatl avec
plaisir.
Li premier c hin q li fui tiil en
. pi \l Ih Dr K o Finpin
ni ira lull en i ai ni i p t M schil
|i i Su il .-. fut 1res guul pal le
lves.
ii narq l n l> Bai kai R i
b ir| 11 oi bai. n Kbre m. i bel
,i Division au Dpartement da
l'Agriculture, L. Lamothe, chef
Cabinet
-. e de
Mes Flix Ininy
et \ictor Delbeau
I 121 Kue au Ltlllre.
Gt orges Qoyau,
frani aise.
L< g Trois A m pin e
ie d'un bomme de gnie.
L. de Lnun y, de l \n demie det
Sciences.
Las rtl de loilelli
Coiffures, Vimu t 11 P> joui
Vie Ci ..i^e- d'.Wenel.
I. Cuit, de Balzac, Maioal
Houteron.
Ratui Sci iililn|ue. L > / .ns
de silence, Chai le Norin.nin.
Let crivain >'uites et laFran-
, S \ ICli r lillaUd.
Chronique de la Quinzaine.
Hitloira Politique, Hu Pinon.
PRIX PH L MO.NN1MBN1
L'n an Si. moi- Troii moi
!.. |
Itine Scit cl >i c I I If lo
Dtpjciciiicnu cl
14 b l| (h
Binants ." ir }o 16
Lai ibOODCIMMI pjiuni Ju Itr ti Jj i^
ik chaque i
iR.XUL NUMEHO 4 H.so
Ces cola loa plua oonfortabl sont mous et ont l'a
peu et l,i ilistm : Ion li roi e pbe ll> sont conlee-
tionnes d ans seule pirce avec m tissus spi-cial extra
solide.
Mettez vou i >ip to dit; eu t lisant un1 visite la
maison
Paul E. Auxila
Vous savez ea que vaul une brosse dent i lro-
phy-lac tic
l.n Maison Paul I', AUXILA vous en rserve.
Les jolis tissus ijahcnline de laine en couleurs mode
que vous voyez sur le Monsieur chic qui passe,sache
tent chez P. E. AUXILA. De mme que les flanelles
Diagonal noir et manne, drill ShHntung, pour costu-
mes.
Les limes et demoiselles seront eontentes d appren-
dre que nous venons de recevoir un nouvel aatorti
mont d Ori'pe satin Crpe de Chine, Satin Spoit, Lias
de soie pure < i nugfit.N oilos hlanc fantaisie pour l't
Tte indien, Calicot etloile drap, Sae main jolie,
Souliers satin noir. Ions les parfums d'Ilouolgant,
de Cotv, de Kigaud, les Eaux de toilette ih Lubln et
sa poadre de rix .Douce l'rancc si apprcie par Isa
connaisseurs, f ommades.etc.
Visitez nous toujours et demandez tout ce dontvous
avez b on,
((
, PERFGT
Klack ^lioe Dressiog
Le Produit le plua pur qu'on ail encore imporljdans le pan
I n.; Miiiplc fin l,e mi. les souliers les plus dlrior** !. lemi
f.e liquiue appliqu sur Isa sbaoMirn ne telil paalalinfEe b.....
\\ rend le i un bi ili.nu el suuple.peut tre appliqu sur touttt let peaux
Letportesmonnajaa,lanalifcaa,Ieaceinturae,laasaca mains les portes
leuillas Ptuveni Aire ismfa) neuf par une seule couche de ce meivell
'dnit. Ut cbanlilloni ;oul la disposition de nos cheuts.
Fulion |hoe Polisb, Fdc. R. Toik
nein
oc
Lire nu* >i.. '
A if, ovi. -.ii'i
(Il Ml -111 >,.ltll
1,1
Ncrologie
pris ' matin
i rai la m i i une
Veuve Lysii i ' ne
Lo ichi lui le hier nr.
Lei funi ^ : :| !i1 lieu
col apn ---11*1 lial'I i lath
Moi ionlolau pa-
renli i prom
sa fille M111 L lin id I I lohue.
En clianue "|1"
111
li et des pays y
rai des cai les i
|i i...., pi)
l'IlllC,
Mita I ee, blia i Lon
dres, ,ogli i, i !
vb
oaformaMut a l'art. de l Ar
|. I. i i ..... Itf.i, ie ie
des .n lil ils
, L..-.>. I il
> m,en au h iii-iiii de
l'I i.on dCOial.e a pailu Un
. .i i i. i. de 10 b . s ii b
i. i. i in U'insCI 1,111011 seld
i,ii m I. U L.m.
| iblis emeol .1 snai i
......' lavilAa a
... ;i ma i i m daui, lai
..m u un i si eyi le ,.
lop u..-i dentaire da Port au
i'im .
Avis
l.lnspecliou ">uiiiire de l'ut
au Prince minium ie. chala ueu
.,,. n, i m u.i.i, |ut les i
lu ... i. r*. V, grvoni
irwnl ueu au loi "
ioie Jtuuteigutur Jaau
tlUlllUUI '
g rai iu. sure .i .1 se plina un No
UIICUI Ue>ia ai i .iiii|..,P,iiei les au
ll|U l- dt li | .' .... .i reilUIOil
u iesigue, ni.iiiu . .mi. j.im|hi
lu lui .i tBUIVUS.
ii m -, u,iie le l jkiu IWi'
Varils
Jeudi
Le'Yuile du Mensonge
Entre "' centimaa.
Geo. Jeansme,
IfMUEicIa, f pou Unli
fie tics mir.n les en lace tle la Bm ju .
el
.le I I.
Mane
oHt>ulinc lfiieti que de ta raiitinc quaaD
Oi>u^ entiez Odiu un rnoacUla et OeindiiDr
itn Oeiuutttli pai [o tent |aiL que ton nom
cy[ Ot:jd ca-aiiu. - .
(iom dpprt'cifrrJaOi||eu'iuc,L'c (jofc, Miaue-
i\licu'ax, incompatabtiV 0 un ^Virmoulli 5ti-
peiitui 0>u6 devez OemaaDer te ^Vermaut
ftO&C&i CL ui>u\ pautiei alaoi en tdGtir
t'a Mtpi'iidiitc abtoUK tuf let ailliez mar-
q\xtt.
Au Caf Cot mopolite*Maison Keitel
E. BEKTOlIM Fils
A l'aimable et distingue clicElle
i.i
Grand iiUi de France
el
h
'
Mit
PEP3T0PIASE
Admis xdoParit
Al.TION IMM'OItTC
evii. i r t t
ACCCLtnt l HF-TION
fVOn ,t . IMTM '0lc
3*n r. axanicur dClomu Mi-
g.aln. Ch leur Ri
Vs'llg*, Mauitii V .iMlllmull,
"-"" 4" p*rlcl>.
L.Ur.ic 2.IU.iC.pn.PAIUi|
Un jeuae'bomme honnte el ac
lit. capulilu do voxager cri provin
Hou ne 11 opoaiuoQ.
s'adresser au Kureau du Jour
nal.
hUiur* et Pleurs
l*ocatioo lis vacances, MM les otnmeranls
messieurs les enijiloys ijiu ne peuveol se ren
' a l.i oampafjne nue nudi el deux lieures^son
<|n a partir du premier juin, dci prix ipi
soit par m iii.nne sf.ii par moi-
I.ISI'S
partir
Caui Vonl flalilis
Lis menu sera le mme |i 6 Celui
niies ei do*clients le passage, la maison garan*
lit de latislaire les ijots les plus dlicats.
ilfs reusiun-
P.;jP. Palrizi
On trouxera an prix1]
2 iur e>, l'ouvrage
M dame N alcii
de
de
NEURASTHNIE. FAIBLEiSE
CHLOROSE, DEBILITE
Ail
Au
'. rmi da Pji is
he.itre Pat tlana
A l'I- pic i c Miifort, rue
du C< ntre.
A l'Anije Gardier.,rue du
l\ser\olr
sincp n
^3
i.
ii-nr- -seusse, ..
Fcriij lacli EUi
L alinienl conijilel labrian depuis prs
d'un demi-skole s|n;cialeniciitT pour les
neurlissons, les coavalestsols, les vieil-
lards et en lorcei sont dbilitea. Tous Us produits
siinilaites se rappnicliant lijtjrenent de
la laiine lacte Ifi-slli1 sont des eontre-
(,-ieons el n'oul aiicuiu^des qualits obtenues par la
maison llts(! dus la larme lacte,
Remarque judicieuse.le |> lids net de la lioite l.n ine
lacts Nestl est de ,175 grs. el colle aulant que
elle pesant environ 25i) grs des similaires.
L. Prcetsma >n ygerliolm^
Aijent de Nestl Food Company
Ottulop Pneus
ET
Chambre Air
les Ounlop^Cicadiao sont Isbrmes spcialement pour
les pays iropieaux et c'est pour celle raison ajou-
te leur prix raisonnable, qu*us sent au premier
rang a la Jsmlque, Cuba, Panama, les autres m*
tilles "t amriijue Centrale.
Sauveijarder votre intn't et voyager avec |)unlop
(^anadian Lorsque vous pensez a llunlop, penaez n
\\'. Ouintin Williams l.ors^ue^ vous voulez acheter
un Pneu, pense/ iiunlop.
W. Qiiiuliu Williams,
A(Pnt t'ural
Ctififop Tire an ( Itubbe Goois Co.
/. 7- U
ALUMINUM LINE
[Mew-Urleans et Soulli
American Steamp hip
Co. lue.
Pfoc'iaiusdptrts directspiarPtctaPriacs-HiTti
Le Stuamer ln>Ht* a laiss N Orteatif le Vi Juin cou "ani directe
ment poy*r Port nu- 'rince o il est
attendu ver s te 10 courant avec 500
tonnes de marchandises.
le S/S tSvartfond laissera New-
Oileans le 27 courant, directement
pour PorlmaumPrince, et le S/S Ki-
nacn yuai laissera JSewO rie an s le 30
cou ant% a'vsrinaiion de tou les
foi t* d'Hati.
Pari-aa-Prnce '< 17 j n 11)24
L de Mattisft iu^lt Mm
.... .
' V i-
I**


MI5SING I55UE


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM