<%BANNER%>







PAGE 1

^-^m r N( ledwrrgi I -l h rniei %  1 1 0 ^ ri: i I I On i ^ nt 1 M •' nu i %  nijjm i>ali< i I I t I t SU de. i HON) KONG — Le i i m 'H lioi 'lu lour du i i iln re riii\ : ui i IC h urei i i r Haiphon| ' • f u jl pVRIS— % %  loi nom pi Jeui 0 )va\ • %  Etal %  i e le Lee iris Ma. ii' %  i ii(i tiODI Juin %  juaqu %  lions ur l< lii h %  di i I. u i.uli e ti s n > -' r ju-'i i p Orli i I ' de l'o "u dioLt parti Les cours PARIS il — DolUu „ Liera \ 8\ i ,*EW YORK l s %  *• %  tel i ;i i7 l'Amour dans le Cœur Par Sans fil !er;|(faillanl Consiijnattnie pour Haiii Il Ji MAS ;| l i '" I1L vie n iba • nique dai a la i l Chine I ton) en dangi roKio— L) %  didi %  ment l'agitation I)III -u vil la : loi 'l I en faire*. Seloa i iiiuu eel loulai u par certain d'afTaiiei iln ; •!" mi. qui di lirent elimin urreaaa eti sur l ,;; i japi Daia i tioa i ur la i"ii*Commissioa des tUclamatious La Uemn lelama lions rapi>o.; | un %  '" I %  il i %  dai 'ii lie 'i'i i 1 'i loua r i P • ,n P rei u avant la la Juin, di%  Porl au Prioi La Saint-Antoine "• %  ', lea babilanta ( dn I ISadre leroul ea tieaaa pour fler la S uni • seront dites i > lin .i i tuira t i biea. 1 mencera S i %  aborda da al des %  divi ra wi ut mil i la i i i lea lioui i A i II.II u da i ap i midi a l'iaaue dei \i, raa, la K i masM M i au 'i du i %  lit-Cei • u 11 Belle. i ua sera de I i attrav h >ue de lou1 %  fer iQtoine. liaBailIes Un rut,,, d'gonl lu un homme -t un voleur. \ v*m llio .i.iii uuc ii< al la 1 1 in Dtiraclti ml |ua al • I, il avive une bouUantei >.•>• il II 'O II ol l'I i i* avi %  i homme 'III II II..il ,,.,1 i|r| i nlie dura eut u on quatre ili un i'i i -i eu viiic y retrouva i imbu u un tauaun. |ui ; oiaivele u m, i u d uu m. udtai: un. "u D lut pria d'aanoucer lei ullaa da Monaieor llarald .i idaeo, h,di Honak ur C. I'. n. Consul gin irai .de Danemaik un ll.i,, i | Madame ne l! .i/ii -v ivec >la lemoiaelie Udelle %  il h bi Ile lille el fil e du Dca leur %  •' n Aud iin, Lhi valier da la L yi n il honni ur, ancien interna i i Parie,md in aa bel 'iI I. ipiul sicii et ,1e Hada m ne Bruniar. lie m broiements Madame Veuva E. Von LanI %  hue til. Mcvs i el aie blug eve, |i uice \ in i. logenachwarz, .vu ,. ... ii >i*ii. ui MIS aofaaia, M Icnou i BJUlk, Vlr tt vliue II, m i I,I i.iuii cl lamilte, >lr et n *\ iliar vo.i Langent Ch n ,l*,.Vli I .vliiia Leif 11 enl mi, Dr i '.un' Oaor ievi, Mi 11 vim ; i. ireuce A %  > %  Il U I -.M. I >llllB llll£l> Mata el eulaula,Mr ti Mme llemi i pa eteufaui ui mua laaaulraa la al aliiea i aui 11 laui ineu ne remeut loua i %  amis qui leur oui il nue de l< uiOiguagea MEVa Avis [.> %  hafa databliaiemaili lairta elles i>areiita,nliesks lu ni aviii pua le registre d nsnipii n aux vamens du Certifie t d Kl iule* Brimairee sera uuveri au bureau de I luspeclion Scolaire du lundi '.' juin au mardi I S juin cuurani de 10 beurea Ju malin 12 lirures. "La durnande d in cription in diquera les noma et prnoms, la date et le lieu d'.naissai • e de chaque candidat. Lea eiaanaua pour lu l'.eitilir.it d'A ptitude pdagogique 1 er et irne dagra auront lieu le SI juillet prochain. Pon au Priaae. 7 .luio 1984* lia b %  prn u 1 de ctoira 1 11 '• 1 11 %  ugralilu ie. leur eeidvnl de motor-cw Hier apraa midi ci 11 lea I r . ,i 1 ,m idenl eut lieu ei lu s 1,1 Le r uni Irin, 1 n„ii 1 ami El il ren MM. ; 1 UB ni u 1 ni : imiit lea %  h 1! -"il 11 I 1 cou u-1 m pre M Ann D N I ai pi juuiliiiL Sien ique De ta routine/ quanD Ooui entiez \i\is un nid^aiin cl OcmaaOct un t-iiiijuih pai Le toul fait, que ton nom i ,\d connu. I, J,\HU apprcier ta ai||ence .te aoL Mia^eDetieieaXi iniompaiablc0 un ^crmoulb ^upiieui v''>ui devez demander Ce tytfme*uXb O^CJ tii'i>u^ pointe; ainsi en tapttr ta MipitiJaU' olWCue 5uf tel ailliez mar-quey AuCa/ Cosmopolite. — Maison Keitel K. iiEUTOUNI 1 ils BB^BJBBJjjV M >9 Les Fiana, de Romulu iTOisaffl a'aal I i al| lue", revue et due. i %  ne I tri il Balcon : 1.50 L Fariue farine Monsieur (EVAAUTO ALVAll./.. Ageoi du i i .WII un AN MAIO l'inru AIn.i.s, du iluuslon r xai, a li plaisir d'ioformer li (jommurcti eignral el le* Buiilangera n particulier que, par le S|S i Finn #, tient %  rro un bran loi de farine aux marquas lie li lienna el l'aima lirai , M appn ciees pour 11 ur qualit •tipcneure el leur rendement pro ligieux. lin vente chez : tir hllie A. Ilackime, Hue Kpublicaine, .No HM Mrs. Afllack & tlalaby, Hue IL-, une, .\o |8/5 Mrs. Ce,if si SIIIIOII liage Bue KopubUcaui %  .\o iu,; Mr. AliJali.ih Ai kme I, Hue I,IV, laieu No307 Mr llniii'.'i' Ion lin, Rue Rpublicain No UU.' el chez AL l'.v utisTo .U.WI.I z, Seul Agent pour Hati Rue du Huai, |' n ra de a Douane. Portiu-Princ,U lOJuin /9-jiSe raser n'est plus une affaire SIROP t DESCHIENS u Ilmoglobtn* fc PflAn^ratetirdu Bar-n rr- rit rr VhU irc^iral. -. .. r.>ur*l* vifiaria) eru< i IVrruias.sw i i i nJ-FevI. .,..,, UISCMltNS.t Nt TaWi.l'* rAlU Qtl. tau Valtt AutoStrop. w raB i davleint un i. I ' ; '•me> Ml toujours parfnti, mr | qui "• lapatselui menu. 1 lamtt don ••cnainea. tou)nura U-..1 v! • !• Pu qu* la i 1rs) Mt q-i on m at %  •'*•L aM)*i, .'vit T. (JiU"(|uiua des Princes Vin apritif enl recommand au.r familles Lu ?cnle chez B. eli\ Sada& C le Rasoir Valfr ^utcKStrop JifiSVH IsUKBX Cabinet DI Mes FelK I fliii> et \ ictor Delbeau 1321 Rue du ('.entre POUB DEVENIR PAftFMT PIAfVISTt t f* ^*J Court SlNAT de PIANO ~~~" par CorreipondKoo* ArrrCable. facile inlrra /lu irinpn d'tal*. 't, virtaoflii, *ax*i d* j*c Bond laollo tout e*/ umtlait tlfUU. COURS SINU O'HIRMONIE (t*. —) "^"11 Mil •aaO0iMa'. lB'i^f tm*M |n'ii| % %  . 4a BINAT I RM Iru M*foe. HAKU le. /!.*<$• F* PEARS Limited lour avoir lu teint trais ci conaarvar ton jours intacte • tte Iralahaor, aarvei-voua des exaellanta produits de la lamiiae nsarejuc m tt F. Peais lmited Eogland ; leiaopa: ^Savons triui+p ai enta, en boilU'a, Savons transparents en tablettes, l'ine poudre dr I ;ilc et poudre de l'aie pour Bb, latons rouijes pour lvres. Simon Vieux et Aiired Vieux Farina laetc HESTUE5! : L aliini'iii aamplal fabrique depuis pre 5 d un (Kiiii-aicli' spcialement, pour i aa •urriiaona, lus convaleacenta, les vieilI. rda il Colorobian uteamsiiip Cinspany lac le S/S tlioluar ayant luisi NewYcrk le 8 juin courant, est attendu Porl m awtrince v via Cap-Hatien le l. Il t repartira le mrnic jour pour Petii (iove, Miragoane, lt < mie, Ca yes, Jaemel. Kingston ,la* et le perte de ta Colombie prenant fret et passagers, rori-au-Prince, le 10 juin 1924 \iMU k d, Apis • K --y 4 aks



PAGE 1

MSSING ISSUL5



PAGE 1

JfRfCGTSUR PROPRITAIRB UUtUMtO Olmeot Mayloire BOIS VBRNA 1368 Rue Amricain 0M8RO ^0 *mw* Quotidien • senaibilit oeV mili^^ '•' ^ •jtreeel dei I |ui idlr* A M: il un ut, i esl lire Bain, bien JUN 801924 j • 1tant, 111 ai livit m 1 M use, IIS li |i, 1 Lu \ • \. 111 1 1 l|>af> iouu s la lois ; ( esl (Ire Urne 'in au service d'un cœur, et intelligence au service 'ta paeeion: J. F. laltitiii lLLhl UOMs No 242 6me ANNKE X 5232 PORT-A.U PRINCE (HATI l JEUDI la lUIN 1924 PARIS, 12 JMr Alexandre Millerand a amii* aujcX'hi au Pr£side&l du Snat et an Prsident de la Chambre sa dmission de Prsident de la Rpublique. Les Attitudes Le corps laponne l'me c'esl tout aussi vrai < 1 ne le Laineui axiome deBichal : Lame fait le corps . c'est une rgle souvent Vrifie qu'il existe un 1 port intime entre l'acte et la pense, celle-ci rvle par lui-la, mme simplement p r %  .attitude de la personne qui pense. I ne altitude affaisse dit la tristesse et le ni. I attitude langoureuse, la rveri.. pas toujours saine ; l'aUitude du repos aprs uu eltorl exceptionnel, ne peut ftre c m i'oiiitue avec celle de la par u II est remarquable — l'exprience est facile lairequ'il sultit de s'tendre dans un tauteuil, de laisser pendre ses l.ras avec un mol accal.l. m ni, de prendre un air alflig, pour i bientt envahi d'une lgion d'ides noires et depnin intes,pour eue le cœur oit traint. que le oerveau s'ensile dans la brume. Voulez-vous au contraire, favoriser l'activit cn brale '..Allez, venez, 111 vous par les yeux aux choses contingentt, les ides agrables accourront telle de blondes abeilli ce sera la rcompense de votre volont, et vous prouverez comme une frache caresse sur votri me. La lionne -race se rpandra sur vous : vous en lerez largesse aux au lies. Autant que les altitudes, les toilette faonnent la personnalit. J'entends qu'on se 1 f L'habit ne lait pas le moine % Eh sans doute, mais il marque toui de mme 1 adivi lu. L'uniforme du soldat, la soutane du prtre, la hure de la religieuse, donnent ceux qui les porti ni une mentalit spciale. 1-e port de la toilette impote une altitude qui entre pour beaucoup dans ta formation de I tn m rai Dites si la pense G minin suit le chemin identique quand la forme de l'enveloppe appai tient une lemme dshabille pour une soire mondaine, ou vtue sagement pour une confrence srieuse ou une visite ds condolanies? La lemme applique a eue tuujouis : avec unelgani •• de bon ton et de lion got, avec une dignit et une rsi rve l lactl I, ne pense en rien al sur rient omme l'vapore dont 1 1 icentli li provoque la moquerie, voue le blme cinglant A ce compta, ce qu'on appelle la jeune iiiie moderne n'est plus quunecoiiiii : 1 on de 1 1 vraie jeune tille, car tlle a perdu qui fanait la jolie parure d pnnte'iips. I >ju> une runion mondaine peut-on tablir, au coup d'oeil, une dmarcation entre jeunes Miles et jeunes temmes T Mme toilette, mm< collet ose, mme tenue dlure, mme ton dlibre, mme langage dbrideLa moderne lit tout, regarde tout, comprend tout, elle s'en vante; sa .cience pr* r> gloire. Ah sans doute, une jeune fille appele commune, la \ H*K., UOll SaVOll | et magij .aura loonntui tlaia eue peut, u pi titan t tcntatuce tf lelat j rj OUI auquel elle aspire, u blanche. Ne 1 pas, je vous prie, une b ai I e et 01e blanche l'ern ur aussi dplorabl • que dangi reuse Pour une grande part, non,' mal actuel vient de l, sous prtexte de dniaiser • la jeune lille, on la lance a sœur perdu d ma le ebamp de la s tu %  • complte qui, faute de discernement, devient souvent 1,1 p i on I l'esprif Pour s 1 me pure d une 1 une fille u lui donm / que des gots simples Jadis, l'entre dans le m m le ne .s • faisait pas 1 1 lince n oe plu tt; I I Mes de b il tat ni blan :h 1 el m 1 I '-t m ni l i.lt %  %  • u 11 lundi ; pas I • bijoux 1 aviui le mari 11. pas de bas 1 lsa tus fastueux m us des lingeries d'u simp e. Aujourd'hui le ti seau d une |eun 1 fille co n. du,linge de soie, dans 1 IUS 1 colons, de 11 li %  h ntelli 1, il is broib ries le l \ des bijoux de dame. La tenu..' de bal d'une ]• une fille esl I. en pour i lui tfuer les pouseuN srieux. Et, souvent ce luxe extrieur m corn ipond pas a I apport dotal, ni 1 a t'a 1 appe Le d'un nom abominable, les ip n u, res .. I. s anciei ns praiiqui a> du bon, et le mari ige plus le s alal.le. Cominenl la banane eel devenue dans bmonde eolier un aliment de consommation gnrale 1 !'( -1 sus Biais I nia qui 1 1 reair, dan* I ICCepI ai 1I11 ne.t. un objet .le consommation in< 1 le. 1 1 le plui curieux est ;q fui l re suliat d un simple hasard. Neis le milieu du m i e ,|, rnier, le capitaine d'un voilier m.. ; se trouvant Kingston, j que ; se vil dpouvu le liet il.re tour prcisment .1 ce moment la place 'c Kingston •tut aboodam ujenl pourvue Je banane*, que I -n 11 exporlail pus .ilor> le rapi laine eul 1 idi 1 1 .-n pieodn lisque 1 perds un chargement pour .'Ire vendu ,. L % % %  o il . tout > 1 . charge ment ieoul %  imai di il< n MI: I 1 av.w.t ,1 : si I, qui iv.i 1 aie 1 ellel d'une ci tance loriuiie eut loi tail a. devi air uu 1 ..;. 1 Peu %  > i" u l< de la lu Dna prit une Ira ii<,, sinneleuglul.il. ,, |,.. A.t Ile-, 11.11 l lui \ 1. Centra aaaa te peine a w raol 1 tuer 1 :. I MI, ,1 Pjuii 1 une de lu me les plus | u monde ; elle posai de milliard 'le 1 apilal, BO 1 1 l !<• 0 -. d,,ni le ge H quinze aoa, il lai un npenl iti j r Mines entires ans Antilles ainsi que dans le ii'.ueau monde Cannai l'cui r, |ui iiou concerne, il v 1 que lu banane pounait iluer nue grande source de ma pour notre paya si l'alleu lion des capitalistes e portail vers son exploitai i n en grand la con i mmali mil qui e-t un %  Irepriee | i i.anari. 1. a la Jamaque, eu Uuiuee et daat Amii cjue Centrale Fdiiais Mm. Rception >nii ExoelU n e le Prsidenl de l.i Rpublique 11 Mme L n et ronl au 1 alaia k Nalional le jeuili_l 2 juin courant de i t n. m. M. A. Millerand velle qu .i la suite de I intransi' M. Mil.. 1 d ,| %  1 1 I. 1 I o u 1 % %  1 %  1 u -t 1 r une • en Le lu ...1 i| lue de 1 b 1. .. M Uenandre Milli rend 1 -1 n I en l^ ei l.ii ni au ba lom de Parin il db it 1 n.p une daaa 1 1 Pu ili||U'' en Mai 18 Ma m -i,. n de Parie Paeij il 1 1 1 • il fut consl 1 .. 1 ius Le t-': arroi de t'.n ii r. 1 1 v .. i| | d*a:ouN d 1 Sain *Man 1 un 1 11 m %  n il appl IUIII ,..r les p nie I 1 Juin 1 9 90, if esl i W 1 le k II ..i—t m au mu, i il n -i' II esl ministre des 11 1 lillel I90U i N 1 vembre 1 1 EC 1 Janviei 1911 M. Poin irn lui lufie l p trie l tu Ile MI >e pend tnl %  IL i. • • I .1 ... i 1913. H eel de DOUVI iu min i %  lu 1 1 Aol 191 i jui lin ()i lobre 191 i. L M ni il I \! Clmen le i hoisil i omme Uommia lioSral il %  %  i. | m |ue I Slras* rg t. i lanv.ei I9i H i ,i i i | i du i oneeil. Enfla le ; Sepli mbre : ii p emu re M re il" la hVpui pie. telle est II cet 1.., I %  I vuet eue p'tlil : .. i qu il a iiuiuuvanle letlre Prsidenl feilleraud Par Cable P Ull V %  r m i a 11 %  ; I j %  1 l.l .1 %  %  a • \ i i i -i u %  i > i opiinyii-, pr u | lei ; il mi i || il la ii | I %  re | ni i i Ikliea I : :. i i .1 rre ni d • 1 I. Il %  19 il. I %  i I i %  un.il. i a 11 n. t %  i iniiu %  i i SI u.' %  i i i \iill P. lie.lu | I Il il • | ., I i I.' U Le Message f^iiiiti a ia au ufiMi Fianais il Parisiana s MR i.'Aijij.i2e lil; \l\ la la Iranaiaa ,' 1er 2t ai 3a iode. Entre 1 gourde AVIS Il a t*. soin •-< M n et i %  au Pi '•*e. |. Ruilifl reproche d I.Herriot d avoir relue le Pouvoir dans I unique Lui de provoquer une crise politique, fiolenl rquisitoire du eointnunista Jean Renaud contre M. ailii'i nid l'A. I l.l u M I ; %  M lit i %  I IL, Il 'i | l N > i are, ne M i i ibel} M. I erend, avai t i i •'', avait appeln MU' ur lui di n uni. i .f qu II ni dans i uns si nue aui' ii\,ut au pouvoir, M Millerand a a< mm : i l'ii n ni u, davi u i n adre sai t ii n • ge nui i hambri • in n -ti i tenue consti iulu nneli I le *it>ledu i MM. Palais* mt&srgueei Pams


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06224
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, June 12, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06224

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
JfRfCGTSUR PROPRITAIRB
UUtUMtO
Olmeot Mayloire
BOIS VBRNA
1368 Rue Amricain
0M8RO ^0 *mw*
Quotidien
senaibilit oeV mili^^ '' ^
jtreeel dei I |ui idlr*AM:-
il un ut, i esl lire Bain, bien JUN 801924
j 1tant, 111 ai livit m 1 m use,
IIS li |i, 1 Lu \ \. 1111 1 l|>af>
iouu s la lois ; ( esl (Ire Urne
'in au service d'un cur, et
intelligence au service 'ta
paeeion: J. F. laltitiii
lLLhl UOMs No 242
6me ANNKE X 5232
PORT-A.U PRINCE (HATI l
JEUDI la lUIN 1924
PARIS, 12 J- Mr Alexandre Millerand a amii* aujcX'hi au Prside&l du Snat et an
Prsident de la Chambre sa dmission de Prsident de la Rpublique.
Les Attitudes
Le corps laponne l'me c'esl
tout aussi vrai < 1 ne le Laineui
axiome deBichal : Lame fait
le corps . c'est une rgle sou-
vent Vrifie qu'il existe un 1
port intime entre l'acte et la
pense, celle-ci rvle par
lui-la, mme simplement p r
.attitude de la personne qui
pense. I ne altitude affaisse dit
la tristesse et le ni.
I attitude langoureuse, la rve-
ri..pas toujours saine ; l'aUi-
tude du repos aprs uu eltorl
exceptionnel, ne peut ftre c m
i'oiiitue avec celle de la par u .
II est remarquable l'exp-
rience est facile laire- qu'il
sultit de s'tendre dans un tau-
teuil, de laisser pendre ses l.ras
avec un mol accal.l.m ni, de
prendre un air alflig, pour i
bientt envahi d'une lgion d'i-
des noires et depnin intes,pour
eue le cur oit traint. que le
oerveau s'ensile dans la brume.
Voulez-vous au contraire, fa-
voriser l'activit cn brale '..Al-
lez, venez, 111 vous par
les yeux aux choses contingen-
tt, les ides agrables accour-
ront telle de blondes abeilli
ce sera la rcompense de votre
volont, et vous prouverez
comme une frache caresse sur
votri me. La lionne -race se
rpandra sur vous : vous en
lerez largesse aux au lies.
Autant que les altitudes, les
toilette faonnent la personna-
lit. J'entends qu'on se 1
f L'habit ne lait pas le moine ?.
Eh sans doute, mais il marque
toui de mme 1 adivi lu. L'uni-
forme du soldat, la soutane du
prtre, la hure de la religieuse,
donnent ceux qui les porti ni
une mentalit spciale. 1-e port
de la toilette impote une altitu-
de qui entre pour beaucoup
dans ta formation de I tn m -
rai Dites si la pense G minin
suit le chemin identique quand
la forme de l'enveloppe appai
tient une lemme dshabille
pour une soire mondaine, ou
vtue sagement pour une con-
frence srieuse ou une visite
ds condolanies? La lemme
applique a eue tuujouis :
avec unelgani de bon ton
et de lion got, avec une digni-
t et une rsi rve l lactl I, ne
pense en rien al sur rient omme
l'vapore dont 11 icentli li
provoque la moquerie, voue le
blme cinglant
A ce compta, ce qu'on appelle
la jeune iiiie moderne n'est plus
quunecoiiiii : 1 on de 11 vraie
jeune tille, car tlle a perdu
qui fanait la jolie parure d
pnnte'iips. I >ju> une runion
mondaine peut-on tablir, au
coup d'oeil, une dmarcation
entre jeunes Miles et jeunes tem-
mes T Mme toilette, mm<
collet ose, mme tenue dlu-
re, mme ton dlibre, mme
langage dbride- La
moderne lit tout, regarde tout,
comprend tout, elle s'en vante;
sa .cience pr* r> gloire.
Ah sans doute, une jeune
fille appele
commune, la \
H*K., UOll SaVOll |
et magij .- aura
loonntui tlaia
eue peut, u pi titan t tcntatuce
tf lelat j rj OUI
auquel elle aspire, u
blanche. Ne 1
pas, je vous prie, une b ai I e
et 01e blanche l'ern ur -
aussi dplorabl que dangi reu-
se Pour une grande part, non,'
mal actuel vient de l, sous pr-
texte de dniaiser la jeune
lille, on la lance a sur perdu
d ma le ebamp de la s tu
complte qui, faute de discer-
nement, devient souvent 1,1 p i -
on I l'esprif Pour s
1 me pure d une 1 une fille u
lui donm / que des gots sim-
ples Jadis, l'entre dans le
m m le ne .s faisait pas 1 1 lin-
ce n oe plu tt; I
I Mes de b il tat ni blan :h 1 el
m 1 I '-t m ni l i.lt u 11
lundi ; pas I bijoux 1
aviui le mari 1- 1. pas de bas 1
lsa tus fastueux
m us des lingeries d'u
simp e. Aujourd'hui le ti
seau d une |eun 1 fille co n.
du,linge de soie, dans 1 ius 1 -
colons, de 11 li - h ntelli 1, il is
broib ries le l \ des bijoux de
dame. La tenu..' de bal d'une
] une fille esl I. en pour i lui -
tfuer les pouseuN srieux. Et,
souvent ce luxe extrieur m
corn ipond pas a I apport do-
tal, ni 1 a t'a 1 appe Le d'un
nom abominable, les, ip n u,
res ..
I. s anciei ns praiiqui a>
du bon, et le mari ige plus le
s alal.le.
Cominenl la banane eel
devenue dans b- monde
eolier un aliment de
consommation gnrale
1 !'( -1 sus Biais I nia qui
1 1 reair, dan*
I ICCepI ai 1I11 ne.t. un objet .le
consommation in< 1 le. 1 1 le plui
curieux est ;q fui l re-
suliat d un simple hasard.
Neis le milieu du m i e ,|, rnier,
le capitaine d'un voilier m.. ;
se trouvant Kingston, j
que ; se vil dpouvu le liet il.- re
tour prcisment .1 ce moment la
place 'c Kingston tut aboodam
ujenl pourvue Je banane*, que
I -n 11 exporlail pus .ilor> le rapi
laine eul 1 idi 1 1 .-n pieodn
lisque 1 perds un chargement
pour .'Ire vendu ,.
L '' o il . tout > 1 . charge
ment ieoul imai di il< n mi: i 1
av.w.t ,1 : si I,
qui iv.i 1 aie 1 ellel d'une ci
tance loriuiie eut loi tail a. devi
air uu 1 ..;. 1
Peu > i" u l< de la lu
Dna prit une Ira ii<,,
sinneleuglul.il. ,, |,..
A.t Ile-, 11.11 l lui \ 1.
Centra
aaaa te peine a w ,
raol 1
tuer 1 :. I mi, ,1 Pjuii 1
une de lu me les plus | u
monde ; elle posai de
milliard 'le 1 apilal, BO 1 1
l.....!< 0 -. d,,ni le
ge h quinze aoa, il lai un
npenl
iti j r Mines entires ans Antilles
ainsi que dans le ii'.ueau monde
Cannai.
l'cui r, |ui iiou concerne, il v
1 que lu banane pounait
iluer nue grande source de
ma pour notre paya si l'alleu
lion des capitalistes e portail vers
son exploitaii n en grand la con
i mmali mil qui e-t un

Irepriee | i
i.anari.
1. a la Jamaque,
eu Uuiuee et daat Amii
cjue Centrale
Fdiiais Mm.
Rception
>nii ExoelU n e le Prsidenl de
l.i Rpublique 11 Mme L
n et ronl au 1 alaia kNalional le
jeuili_l2 juin courant de i t n.
m.
M. A. Millerand
velle qu .i la suite de I intransi'
.
M. Mil.. 1
d ,| 1 1
I. 1 I o u 1 1 .. 1 u -t 1
r une
en Le lu ...1 i| lue de 1
b 1. ..
M Uenandre Milli rend 1 -1 n I
en l^ ei
l.ii ni au ba lom de Parin il
db it 1 n.- p une daaa 11 Pu ili-
||U''
en Mai 18 Ma
m -i,. n de Parie Paeij il
, .
1
1 1 .
il fut consl 1 ..
. 1 ius Le t-': arroi
de t'.n ii
r. 1 1 v .. i| |
d*a:ouN d 1 Sain *Man 1 un 1 11
m n il appl iuiIi ,..r les p nie
I 1 Juin 1990, if esl i
W 1 le k II ..it m au mu,
i il n -i'
II esl ministre des 11
1 lillel I90U i n 1
vembre 1 1
EC 1 Janviei 1911 M. Poin irn
lui lufie l p trie l tu Ile
mi >e pend tnl
il i. I .1 ... i 1913.
H eel de douvi iu min i
lu 11 Aol 191 i jui
lin ()i lobre 191 i.
L M n- i il I \! Clmen
le i hoisil i omme Uommia
lioSral il i. | m |ue I Slras*
rg
t. i lanv.ei I9i
H i ,i i i | i
du i oneeil.
Enfla le ; Sepli mbre :
ii p emu re M re il" la hVpu-
i pie.
telle est II
cet 1..,
I

I vuet
eue p'tlil
: .. i
qu il a
iiuiuuvanle letlre
Prsidenl feilleraud
Par Cable
P Ull V

r m i a
11

;
I j
1 l.l
.1


a \ i
i i -i u

i
> i
opiinyii-, pr u |
lei ;
il m- i i || ,
il la ii
|
I
re | ni i
i
Ikliea
I :
:. i
i
.1
rre
ni d 1 I.
Il

.
19
il.
I

-
i
I i

un.il.
i a
. 11 n. .t
i iniiu

i i
SI u.'

i
i i
\iill P. lie.lu
| I
Il il
| ., I i I.' U
Le Message f^iiiiti a ia
au ufiMi Fianais
il
Parisiana
s MR
i.'Aijij.i2e
lil; \l\ la la
Iranaiaa ,' 1er 2t ai 3a
iode.
Entre 1 gourde
AVIS
Il a t*. soin
-< M n et i

au Pi
'*e.
|. Ruilifl reproche d I.Herriot d avoir relue le Pou-
voir dans I unique Lui de provoquer
une crise politique,
fiolenl rquisitoire du eointnunista Jean Renaud
contre M. ailii'i nid
l'A.
I
l.l u
M I
;

M lit
-
i
I IL, Il
.
'i
|
l
N> i are, ne
M i i ibel}
M. I erend, avai t
i i '', avait appeln
MU' ur lui di n uni. i .f
qu II ni dans i uns si nue
aui' ii\,ut au pouvoir,
M Millerand a a< mm
:i l'ii n ni u, davi u i n adre
sai t ii n ge nui i hambri
in n -ti i tenue consti
iulu nneli I ......le lonl n: i i m..leur.
^ii Uarsal, pi toaal la
l u mai que iai i| riae de tatr
la di p sei un.' motion
|ua lee riaoa
le gouvernement
pH'i < m ut el il | i ai iil.'l la pis
u menue
qu'i ,i.i i bain
i ait iiinr
n I Mil
I que II
M M i i and si
I 'i a .. l'un
lialive de |ou ti qui ti uleot
' en aouvei ne
001 lui < n (lisant
l'UO I.....i .1-.
erail efli a i par lo
Proaidi poui i ou par
' de la Cous
Utution
,''' lejli an Renaud pra
'i n e un In I requiailoirc
contre M. Millet ind qu'il iccuaa
e .a un en nasal &
M i abi v i ippelle les aarvieca
M. Millerand, ministre de la
pe n. i i, de 11 batailla du la Mar
i"' France
N|. Painli aui vois la mo
lion i a des |aucnea.
\l inel dt ri marquer
ne
lion d ajourai menl n esl inlarvaau
n i selon kaa
propre! i. un, pria I initiative
d t | M Millerand \i
il en non manl que
t poai la queatioa
d< La < nombre adopta
par M. lier
riol p.u I vois i ontn M .al*
lie
1 n et d un u rutin puia s'aiour
ne di | |, |,.
ii du K'iu
\ rnemcnl.
\n i ,i \i miniatra
D i -mil;.' j i, i
i' u u iniatrii l
11 II ludis pai t:,\iti n
1 l M. Dtu
1 I m m, Snat, an
1 in m.,mie
' i | lilique gni ia
l du . ; ; n! In .1. ri.aude
' nLliger
I M.
r celti interpel
mal
M Mariai, le
ition
-mi Mari
1 .nu soiia
1111,111,11 .
1.1 i lion
. g
i 4
I M l.lii m Vpres ce
' li-ui i n a t
les i enaplai mil poeaiblea
de H. liilerand
i rati
runie e
lier au iuji t de la
i- tehaSi
vi M.
1 ut ^u
M I r i
m,t.
ii nia
i >*it>ledu
i mm. Palais*
mt&srgueei Pams


^-^m
'
r
N( ledwrrgi
I -l
h rniei
-
110
^ ri: i I I !
On i ^nt
1 M ' nu
i nijjm i>ali< i
I I t I t
SU de. i
HON) KONG Le i i
m 'H lioi 'lu lour du i
i iln re riii\:ui i IC h urei
i i r Haiphon| ' f u
jl
pVRIS ' "
loi
nom pi
Jeui 0 )va\
Etal ie'
le Lee
iris
Ma. ii' i ii(i
tiODI
Juin '
juaqu ''
lions ur l< lii '
h. di i I. u i.uli e
ti s n > -' "
r ju-'i i
p Orli i I '
de l'o "u '
dioLt parti
Les cours
PARIS il DolUu
Liera \ 8\ i
,*EW YORK ls*
tel i ;i i7
l'Amour dans le Cur
Par Sans fil
!er;|(- faillanl Consiijnattnie pour Haiii
Il Ji
MAS ;|l i '" i1l'
vie n iba nique
dai a la i l
Chine I
ton) en dangi
roKio L)
didi
ment l'agitation
i)iii -u vil la :
loi 'l I en
faire*. Seloa i iiiuu eel
loulai u par certain
d'afTaiiei iln ; !"
mi. qui di lirent elimin
, urreaaa eti sur l ,;; i
japi Daia i
tioa i ur la i"ii*-
Commissioa des
tUclamatious
La Uemn lelama
lions rapi>o.;<- qua ia a< Dtani
Il \w daroiar, ai i
r, PB*
lion San .()'
pal ia> | un '"
I
il i
dai 'ii lie 'i- 'i i1 'i '
loua r i P ,n Prei u '
avant la la Juin,
di- '
Porl au Prioi
La Saint-Antoine
"', lea babilanta (dn I
ISadre leroul ea tieaaa pour fler
la S uni .
' seront dites
i > lin .i i tuira t i biea.
1 mencera S
i aborda da
al des
divi ra wi ut mil i la
i i i lea lioui i
A i Ii.ii u da i ap i midi a
l'iaaue dei \i, raa, la K i masM
m i au 'i du i lit-Cei
u 11
Belle.
i ua sera de
I i attrav h >ue de lou-
1 fer-
iQtoine.
liaBailIes
Un rut,,, d'gonl
lu un homme
-t un voleur. \ v*m
llio .i.iii uuc ii< a-
l la 11 in Dtiraclti
, ml |ua al
I, il avive une bou-
Uantei >.>
il II 'O II ol l'I
i i* avi i homme
'III II II..il ,,.,1 i|r|
i nlie dura eut u on quatre
ili un i'i i -i eu viiic
y retrouva i imbu
u un tauaun. |ui
; oiaivele u m, i u
d uu m. udt- ai: un.
"u d lut pria d'aanoucer lei
ullaa da Monaieor llarald
.i idaeo, h,- di Honak ur C. I'.
n. Consul gin irai .de Dane-
maik un ll.i,, i | Madame ne
l! .i/ii-v ivec >la lemoiaelie Udelle
'il h bi Ile lille el fil e du Dca leur
!' n Aud iin, Lhi valier da la L
yi n il honni ur, ancien interna
i i Parie,md in aa
' bel 'i- I I. ipiul sicii et ,1e Hada
m ne Bruniar.
lie m broiements
Madame Veuva E. Von Lan-
I hue til. Mcvs
i el aie blug eve,
|i uice \ in i. logenachwarz,
.vu ,. ... ii >i*ii. ui mis aofaaia,
M Icnou i BJUlk, Vlr tt vliue
II,m i i,i i.iuii cl lamilte, >lr et
n *\ iliar vo.i Langent
Ch n ,l*,.Vli I .vliiia Leif
11 enl mi, Dr i '.un' Oaor
ievi, Mi 11 vim ; i. ireuce
A > Il U I -.M. I >llllB lllll>
Mata el eulaula,Mr ti Mme llemi
i pa eteufaui ui mua laaaulraa
la al aliiea i aui 11 laui ineu
ne remeut loua i amis qui leur
oui il nue de l< uiOiguagea . i.i mu ue m mm t
laui regrette.
I hl.Di N.Uv Il \KLK> MEVa
Avis
[.> hafa databliaiemaili
lairta elles i>areiita,nliesks lu ni
aviii pua le registre d nsnipii n
aux vamens du Certifie t d Kl iule*
Brimairee sera uuveri au bureau de
I luspeclion Scolaire du lundi '.'
juin au mardi I S juin cuurani de
10 beurea Ju malin 12 lirures.
"La durnande d in cription in
diquera les noma et prnoms, la
date et le lieu d'.- naissai e de
chaque candidat. '
Lea eiaanaua pour lu l'.eitilir.it
d'A ptitude pdagogique 1 er et irne
dagra auront lieu le SI juillet
prochain.
Pon au Priaae. 7 .luio 1984*
lia b prn u1 de ctoira
111 ' 1 11 u- gralilu ie.
leur
eeidvnl de motor-cw
Hier apraa midi ci 11 lea I
r.. ,i 1 ,m idenl eut
lieu ei lu s"1,1
Le r uni Irin, 1
nii 1 ami El il ren
mm. ; 1 UB ni u 1 ni : imiit lea
h 1! -"il- 11"
I 1
cou u-1 m
pre..... M '
Ann D
N
I
ai pi
juuiliiiL Sien ique De ta routine/ quanD
Ooui entiez \i\is un nid^aiin cl OcmaaOct
un t-iiiijuih pai Le toul fait, que ton nom
i ,\d connu.
i,j,\hu apprcier ta ai||ence .te aoL Mia^e-
DetieieaXi iniompaiablc- 0 un ^crmoulb ^u-
piieui v''>ui devez demander Ce tytfme*uXb
O^Cj ti- i'i>u^ pointe; ainsi en tapttr
ta MipitiJaU' olWCue 5uf tel ailliez mar--
quey
AuCa/ Cosmopolite.Maison Keitel
K. iiEUTOUNI 1 ils
BB^BJBBJjjV M
>9
Les Fiana,
de Romulu
iTOisaffl a'aal
I i al-
| lue",
revue et
due.
i ,

ne
I tri il
Balcon : 1.50 L
Fariue
farine
Monsieur (Evaauto ALVA-
ll./.. Ageoi du i i .Wii un an
MaIO l'inru AIn.i.s, du iluus-
lon r xai, a li plaisir d'iofor-
mer li (jommurcti ei- gnral el
le* Buiilangera n particulier
que, par le S|S i Finn #, tient
rro un bran loi de farine
aux marquas lie li lienna
el l'aima lirai , m appn ciees
pour 11 ur qualit tipcneure el
leur rendement pro ligieux.
lin vente chez :
tir hllie A. Ilackime,
Hue Kpublicaine, .No HM
Mrs. Afllack & tlalaby,
Hue IL-, une, .\o |8/5
Mrs. Ce,if si Siiiioii liage
Bue KopubUcaui .\o iu,;
Mr. AliJali.ih Ai kme I,
Hue i,iv, laieu No307
Mr llniii'.'i' Ion lin,
Rue Rpublicain No UU.'
el chez AL l'.v utisTo .u.wi.i z,
Seul Agent pour Hati
Rue du Huai,
|' n ra de a Douane.
Portiu-Princ,U lOJuin /9-ji-
Se raser n'est plus une
affaire
SIROP t
DESCHIENS
u Ilmoglobtn* .
fc PflAn^ratetirdu Bar-n rr- rit rr VhU irc^iral. -. ..
r.>ur*l* vifiaria) eru< i IVrruias.sw i i i nJ-FevI.
.,..,, UISCMltNS.t Nt Ta- Wi.l'* rAlU
Qtl. tau Valtt AutoStrop. w raBi
davleint un i- I ; 'me>
Ml toujours parfnti, mr |
qui " lapatselui menu- 1 *
lamtt don cnainea.
tou)nura U-..1 v! ! Pu qu* la
i 1rs) Mt q-i on m at '*-
L aM)*i, .'vit T.
(JiU"(|uiua des Princes
Vin apritif enl recomman-
d au.r familles
Lu ?cnle chez
B. eli\ Sada& C
le Rasoir
Valfr
^utcKStrop
JifiSVH IsUKBX
Cabinet
DI
Mes FelK I fliii>
et \ ictor Delbeau
1321 Rue du ('.entre
POUB DEVENIR PAftFMT PIAfVISTt
t f* ^*J Court
SlNAT
de PIANO
~~~" par CorreipondKoo*
ArrrCable. facile inlrra
/- lu irinpn d'tal*.
. 't, virtaoflii, *ax*i d* j*c
Bond laollo tout e*/ umtlait tlfUU.
COURS SINU O'HIRMONIE (t*. )
"^"11 Mil aaO0iMa'. lB'i^ Cmh'.m fr-.Violon. Soli.. Chant. M**l*Uae
f tm*M |n'ii| ?,.
4a BINAT I. RM Iru M*foe. HAKU le.
/!.*<$ F* PEARS Limited
lour avoir lu teint trais ci conaarvar ton jours intacte
tte Iralahaor, aarvei-voua des exaellanta produits de la
lamiiae nsarejucm. tt F. Peais lmited Eogland ; leiaopa:
^Savons triui+p ai enta, en boilU'a, Savons transpa-
rents en tablettes, l'ine poudre dr I ;ilc et poudre de
l'aie pour Bb, latons rouijes pour lvres.
Simon Vieux et Aiired Vieux
Farina laetc HESTUE5!:
, L aliini'iii aamplal fabrique depuis pre5
d un (Kiiii-aicli' spcialement, pour .iaa
urriiaona, lus convaleacenta, les vieil-
I. rda il lurces aoal dbilites. T< ua lus produits
niuiilaii-aa se rapprochai t lgreaaeal de
l.i larioe lacte lestl sont des cuntie-
latoiis tt n'uni aucune^des qualits obleaueepaf la
maison leatl dus la lai me lacte.
Remarqua judicieuse.Le p< ida ni i de la Laite larine
lacte S'eatl cal de 371 grs. el coite aulaat que
celle peaanl environ^lBo yrs des simi.'airaa.
L aPraielJiHann A|ent de NehtU- |-ood i omp.iny
*-m^*r a^?W f3^ ?'Ji- -~ ^**- ~-^
^<^.f^^f^ *m?^ ^^^ *- *~*^ ~**r ^!>
Colorobian uteamsiiip Cinspany lac
le S/S tlioluar ayant luisi New-
Ycrk le 8 juin courant, est attendu
Porlmawtrince vvia Cap-Hatien le
l. Il t repartira le mrnic jour pour
Petii (iove, Miragoane, lt < mie, Ca
yes, Jaemel. Kingston ,la* et le
perte de ta Colombie prenant fret et
passagers,
rori-au-Prince, le 10 juin 1924
\iMU k d, Apis

K --y
4
aks


MSSING ISSUL5


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM