<%BANNER%>







PAGE 1

Lt M A m rDPURATIF du D r MANGET- combat Maladies de la Femme %  %  \ 1 1 h /%  !'' %  %  la iM"* ', %  %  %  hume-un prc%  i i Minai i l'attlu* > \ rivait pou' ^ I M,11, J, ;/ . e i. titre. ; r V.l. I GRANDS PRiX rmnim la HM %  FM . pan %  %  i S'rc D'AMBROZOIN CODBU utame 1* remde 1* plu •Mit, e pour ion •titra tout. le n xlaitii ilt" 1>I oii r'/-\ il il* \oiet rerpiraloi i STj|e Vaillant ConsKjnataire pour Hati Choses lioimmiuales Tndii que Iss rumsun eoncer ua.ni l'%d M'.. | I t que il' n • %  I iivoili' du in .II.O loppn ii o| rati >ns i I la demie! Ex| ''" duslnvii >: :. (Il II. I •• ,|. la i \ ni i. : | m.". i onfrera : Li i .1.1 :. ; liant Les livice de la < valeur i n. A quoi lui qu il n %  n.i ut di plu* il lea, car cal lei i livras ( a i I. mu.' u: liiait d< fourni par i !'' Ma eitlial Communal i al !<' le, an dat -" I Dan blions aujourd'hui, la Commune i .i i au ii lu* • %  li| ira pu i !. Kn ili h .. i 1 i i i %  • %  i omrn i i n don m E ci la l'i || i . t'est lav i %  joui les et an plu* > i i ; %  pporti leui | • la p ta I ,. i m inifesl di ; i ., ., i l • .1 i ootel vali m liti ''ut .i on ; na dai rai rorrepni ml • Itur i |i m -...i lie, 11 ; i ootli i n'eu une g'axe ii n KUI irit. i| orla donc, a le rel ird %  manl • a ar [i I ; m I • %  i. e nu* i i ii |uidation noua lai ra | e aalia a< I ou aura ibuablaa, .il %  laurala foi la i du i i i daai las s Uni d i i une de ii i i oi n •• qui leur oui donn n i. naznei de sympathie a i-i... i le la n.i.rt da leur rs| al Mad i \ i iuii BEAI UHR Elisabeth Malhilde Bt > Il lei piie le croira leur proi ii li' |rai i Is. l'oi ., Prit re, le 2 juin L9JM La comp gnie de hrpaaux d Panama ier.l .1*. M %  di f | V|!le un i 0 1 ?s,iiiniiiiil da chapeaux spciaux qui jan ai ne sont arri x, i plut lit l'ort-au-l'ntice. J'ai l'Iioi.iifi.i d attendre que Isa n ent* de 1 Rpublique 11 ut lissent comme toujouis le r de visiter noire m•saiin. Pria il-o us /i' dollar jusqu' 101 ( par chapeaux dataI ur raile). Sont arms aussi des chapet ux de Panama de m lit prix ctux, de; uia L*n dolI ir insqu' 5. Nous allcndom galement lis shapaaux pour entants. Ni.u luisons comme toujours un escompte en fata ir le ai in leuia en gros. L'agent pour l PpubliqMt iTHaiU l> minii'aim *i d u bu IRNARO HURTADO 173, Rue Courbe. ALUMINUM UNE New-Orlans et South Imericaii Steampship Co. Inc. Prochains dpartsdirects piur Hati Le sUamer c Eid&jaay > a laits NewmOleans, le 3 Juin courant avec 420 tonnes dinetement pour AuxCoyer, continuant pour Gonuve* •! (Uip Hatien. Le steamer •Kunacnoya* laissera New Orlans le 30 Juin destination du tous le ports d'Hati Port au Prince, 6 Juin 1924: A de Malleis & Co. Agents Gnraux Machina I i oudra ae marcha arrira al a\nl munie de ton mo'eui lectrique. Pour 1rs condition t'adretier au l'lit-Tour V 1124 Varioles ( '.* son LisTreisttaisqy \ 1 : %  > < u r.. I UuiHi.ii ei Ai iii 1 %  Vil 1. U Kilhior qal pis e I 1 N tpiet i> Chiiiineita Bnlie I yourdt Logo '2 iiourdiil l.Ljlise du .„ PERFEGT Klack 8iioe Dressiny l.e Produit le plu, p ul qil 01 ai pnMrt JHip rl 4kttt 1, vs 1 ni .impie roneha ur les soulier laa plu dtriort lea rarnil nru. ircs-.Yforiitj • [rayoni 1 a 1 suri passa* _' l'un DU n.-aiit article pam u .1 nu 1 bulleliu Iti ligitux 1 i.e a | %  : %  e 11 lie BUU e 1 our HUM r %  1 1.1 111' \ 1. mitai u a rai lu au uidu M uni 11 aui eaa o uit rra opi niatn Uavail u cisaant ai ,. 1 i...'|ue la bon Uii u si '• %  p 111a 1 mu pu, Stl V %  li .1 II |iv, lui lime I lEu vro da notre 1 22f Pi j "' v lw hauawirea ai talil 1 mu le cuir br 1 ant at Miiip|,i.eul tre appliqu ur t >ulalea peaux ''•03oaieejM*aliaes4.8ceiBlBraa,Teaaaei m iai, lea portea M 'niyin rlir lerni a neuf par une teule oouche de ra msrveil ..--. ., pavaxaia j* mi' iui '"" "t SBC • % %  m 11 il iiudoir. Les chantilioaj ont la bssaition de.nea alient. MlonShoe Poliab, In., l.Torli Geo. Jeansme, Hqoni Exclusif pour Haffi 1I^,RII les Nii 'aclei en lace de la B anque Horn Liue attan le ci Juillet r. Nous qui M '"' 1 1 \llr I Port-au-l i Ju 1 DU EJ S( '.N. 1 1, ats itra • ii.| ayiiie bi natals li liiisailanliiiut) un 1 1 ..i 1 1 MI i i da i • aal aile u du a 1 1 : iu< .1 L cou ant Il lf| u in n.i ii m < | 1 di h le I I I l'cll l> l|. \9H Ajjeut. L. HuiihU.N IONCTIPATION 1 c Rims %  inciera Sfaaoul Sitt m / ighrl ni m il lam e;l un iieiai sa quarante jniii , .1 partit da cette date, pour lettre, Isura litres d ersance au >< ml Provuous. ..1 juin igi 1 bjuUic A. Cl.li.illA BELLE FiiiliiiNE em rl#-us m.'to fit la PILUL1I OHIfcNTALES • SMIPS ajatl d**e|. de Canada^esl la dtraiar mol au "parltclion etj pni. Tous |Oinstlea tiioiilar sans iliaujar vol roue. |oyei~a*/ea noua pour ion laa renMigntmtnil y •oneernanl avant d aller ailleurs. latUUe^Zacha'l W. QllUll.U WilliaillS, rV axM Dishil.iiteur, Hunlopl Tire and ltubber Goods Co L T D17i4, Hue du Magasin de l'Etat Quinquina des Princes Vm apritif est recommand aux familles En vente chez I*. ttiV Sada&C 0 11. il Pli inneur d'annsnosr au public et au Comm res |u ita \ ien lient d'uuvi i r sur celle place u.ie mai.m le c BUnerce l an. s .1 s ri a 1 pub icaine el Krou. un y trouvera las artisl a au] vaul* : PAPETERIE, l'.ipnr imprts sion puni pnu i i.iux. pour brochu te blanc el esulssn, papieri • Hond %  loi u. al divan blanc el eonlsora, papier pour sJjli bas cou leun assortiei k Haut .papier co lui,., lettre, buvard, papier .1 compte*, t,K tablette de pa niera lettre, papeteries en boites lanlaisie et deu.l, carie de Visite, carton bristol biairts, calii'i-. puni., i^orta plumes, crayons, rgle, valiaea asrfietter.gommei k elfacer, ciaie aidoite. etc. Ail. 1 les de Iv-in. l'apier lansoii, Rflss gradues, Aquerrat, plumes, euen Us Chine, crayoni mine nuire, boilts de ma Ihmatiqussj punaise, etc. l'i urnitunt de bui v.m. Ki.11 div rssr, irgislree, l.roclm r .k 1 "ii p.ili lit • I | "m Irana cription d'a lea, 1 mla da nota. remet de ni ua.altscliss diverse, colla liqui l 1 ne a carlieUr pince noies, el Maroquinerie. •Si^.i muni pourdarnaa et lillttee porto monnaie, porte billet, perte touille, eir. Objsta dr pit et de premire Communion. Paroieeiese divert, formulaire .le prires, Ao^e conducteur, cha psieta en nacre, >erre, cocoline, un gsa asuoiliea.erucilix, brassards couronnes, mdailles diverses,etc. Notre stock sera complt inces aammenl 1 un impoiiaui ravoude mercerie dont nous ferons austilt connatre le dtail par un nouvel avis. Enveloppes de lettres. La Maison -e recommande au public et au commerce pour la confection dus enveloppe de lettres en loua formats, hlle di pots, .-t 1 fiel, d'un ostiUsge complet peifectionn entre les ii:..ind'un babile incudista et peut satisfaire aui plu fo.let dtm m. I. iliius leMlelaia de livraiton urls el a de prii extrme nu ni bat. Farine lacte NESTLE „ y Laliinent aomplel lahritju dapuia prs il nu demi-siclfl gpcialaniaul, pour laa 1:01111 ii-sons, les (-niivaleacenla, laa viaillardi et en gnral tous ceux dont lea lorcea sont dbilites. Tous les produita similaires se rappr c tant lt ; (|reuiatit de la larine lactilaatl sont des contrafaons cl n'ont aucune de* qualits obtenues par la maison lestl dois la larme lacte. lamarqua judicieuae.Ira poids/pnel ,di-jl;i boite larine lacte \ ( all eal de ^175 grs. ••( colia mlanl pie cille peaanl environ 2o> yra de kiuaiiairaL L Pi cet*m .un ggerh Un\ Aijent de Nestl l'ood Company



PAGE 1

MI5SING I55UL



PAGE 1

HRKCSrtfOR PROPRIKTAIRH UtttUMKUR Cl me ut Maj loi Tison VERTU r 1*0 Rue &tlK Quotidien Toula CIMM sociala rpond*^* ses oer(|umnet. If est-il pa* i'-f*> iiu'ell' btta'hYe reui eut paur l'enta. Rfie Johiniel lELEt'HOM£.flio242 Wme ANNfi N H27 POHT'AU-I'RIN^ii U1A1TI VENDREDI G Jl.'IMW* Passion el Vril Si vous avez lu le petit opusule publi eu IWU7 par Louis Juseph Janvii-r sou le titra d< ; riUMBLC AURKSSK AUX hi.K.. TEURS DE LA COMMUNS DB PUHT-AU PRINCE , vous avi I d vous taire une ide dti transloimations que le temps et le chaogsmeol des circonstances ont tait subir a l'esprit politique et aux conceptions de ce liriiluni crivain. II est vrai qui cette publication ne lut qu'une < euvra de cir constance : candidat aux eleclions lgislatives de lWt, c'est* -dire eu plein rgime de restrie tion, et n tant connu des lecteurs de l'ort-au-1'rince qu le loin, — vu le loux temps qu'il avait pass l'tranger, et dfavoiablemeni, cause de ses publications polniqu. s, il avait senti la ncessite de se pn-M-nter sous un jour lavoraldo, et peut 'Ire ne manquait-il pas de sineiil eu reniant, cette poque, bien des ides au service desquelles il s'tait plac anietrieurei.ient. L# parti libral, dans le prsent ; Petiot) et iioyer, dans le paea, — lurent la cible continuelle de ce publn iste vigoureux. Il ne rendu aucune justice a ces deux cliels u'htai, et chaque lois qu'ils sont rencontrs sous sa plume,il les lustige uns inenageintn %  Dans son livre sur les CONSTITUTIONS D'HATI , non n'avons trouv qu'un passage un peu bienveillant pour l't'ion: c'est le sui vaut : Les petites gens oui 111tit soutenir l'lion: il meurt au pouvoir, on le pleure. > du pense alors aux distributions de tirre du grand dmocrate et son StlPcbement invincible pour le petit peuple, et on M dit tout de suite que Louis Joseph Jan.ier a voulu lui rendre justice au moins par l. Mais, la mme page du livre, ou ht avec etonneacnt ce qui suit : • l'lion, dictateur ou prsident, trompe le peuple par des hbtrles illusoires ou qui Irisent la licence : il distribue quelques caireaux de terre aux vtrans qu'il i envoie du service, tout en rservent les plus belles plantations du Domaine national ses oliiciers Et l'effet de cette pense dtruisant celui de la pense prcdente, on se demande alois, puisque tel tait l'lion. pourquoi le peuple a pleine Ption sa mort, et surtout pouiquoi ici [ tetites gens avaient-us util rt l soutenir, et Dieu sait s'ils Tout constamment soutenu Il en est de mme pour Uoyer. I ne seule penste du livre Uu Dr Janvier parait lui ire I .vorable ; eesl quand il dit que la runion d'Hati sous un unique gouvernement est la s m le grande oeuvre de IJoyer. Un se dit alors que lioyera pu, au moins, accomplir < une gran de œuvre , par laquelle M I I chte peut cire l'ensemble de son admmislration. Mais, a neiae Janvier a-l il liai de parler ainsi qu'il ajoute de cette grande œuvre de Uorer : Il u ni ai mal qu'elle n a pas dure .|a .Nous croyons qu'il est .1 de reviser, au tournant o nous sommes, les ides directrices et matresses avec lesquelles on a essa)e, de part et d'autre, de COD luire l'opmio:i publique le ce pa>s. Aussi nous nous contentons, Oetls Mu, de uiUlre eu lace les Uliei les autro*. les mations qui suivent Z" La Constitution qu'elle (l'Assemble consti uante avait vote sans diSCUS;Ol en un* seule sance, celle Constitution qui lui avait t-tn impose parles anus ci les 1 raturea de tviion, aprsqu'ils l issenl 1 dige sous I s ordres de P tiu.i, elle chargea Ption dladelindre par les ai m . La CouSiilUStV le de itiOO se m titra au dessous dfl sa l;li.: celle de c eer une nation tort* par son homogni l et ses I018. bille 11 sp u a sans gloire lguant au pis une Constitution que personne, ne devait respecter, une guerre * vile qui dura quatoi/.e ans, un malaise politique qui dure ton jours ( Les Constitution! d'Hati. ) &f Quelle perversit ou quelle ignorance du cœur humain p lUSSait Moyer crer une ans LosraUj de la minorit a 1 leli 1111e .i du princip %  de 1 galit Qu lia singulire aberiauou de sa parti quelle outrecui lam e quedevouloir russir dans sette Combinaison de rtrograde, de ractionnaire I toutes lesom s g 11er usas qui 1 ssayai ni de protester, mme par la piiuiu-, contre ses macbiavli |ues rlions, lloyer les immolait A sa colre II Ion a le peuple croupir dans l'ignorance et la supeisiition lin que, compli te in> nt abruti, il se laissai toujours conduira par lui ou par les hritiers de sa publique... 1 Les Constitutions d'Hati* ) Voici maintenant une p de I llumbla Adresse aux Electeurs ds Pori-au Prince C'est dans la vieille Gain drale de Port au Prince que la Rpublique lui proclame pour la premire lois et que la 1 titutioude HWU lui vote l'on au Prince que fut vote la Constitution de lOtd.laquellc lut discute longw ment • deux ConstituUona de lSUG et de li'i sont les deux p'us librales qui aient l conslruiles par des carvaux liailienaC'est vous, l'ort-au l'rincieiis. c'est vous qui avez lond la Rpublique avec Alexandre Ption c'est vous, par consquent) qui ave/ consolide l'indpendance nationale d'Iluiti. Pourquoi doiic auriez vous p tir mainte nant d'exercer les droits politiques que la Constitmion de \&*j reconnsiisail d j.< 1 nos aeux Srement, vous ne ssurii z avoir peur de rclamer le droit ilr voter aux lei lions lgislatives, senatoridea, communales; car c'est un dioit primordial que vos aie 1 tret Qui exi ic lr bremenl d 1616 i 184 I dire pendant toute la pi.se. ence de Jean-Pierre Boyer?... Ste Rose de Lima k La dernicre.main est min l prparants de la l't du diman S juiu. au prjlil de la < liapellu du Petit sminaire. Llle promet d'.-lra^bnllanla a •n juger pjr le beau t riche pi 1 juaiaoe (jui sa. elra excut et ..us 'uii sou les xeux. t .'-. portes I-l 'elablisseint 1 r .lit ouvertes a partir de li l|J exclusivement aux personnes uoar vues de cai les. On trouvera de 1*0la aux diNer uuiplo.r, .. loatea le* boura*, crais ,i legtaci-, b>o | L. VSl 'lu cul 1 uit-iit T lieui M, L* puiuic eatavia qu il Basera pas vaaiu de carte a la porte. i raaw S distingue Clientle *JaWj Un rasoir pour le* gia presss Grand Hlel de France A l'occasion des vacancet, MB. !••> Commerants cl messit'iirs les employas i|iu ne petnenl se rendre i la eamptyne entra midi el deux heures,eonl •viss <|n' partir du premier juin, des pris apciauij suni tablt suit par semaine soil par nuu>. Les iiienii sera la muic que celui des Pension J n;iiri's et don cliente de passage. L<* maison garan* tii de aatialaire les jouis les [ius dlicate. J| P P. i'atrizi iitm t la Diuii : {louvi \% dclaration 1 • f Hii.'u LU d m Par 11 ble l'\ ; n ,M.P, >. ei n.lul.i des giuch t lu 1 riidei 1 de dei d| I 1 voit di M. M ot, • ifl d. lat I liai. M. Milleraud M uun ui iqu ail 1 1 I :.. .i iqi e qu 1 sur un %  li n I d 4 % ^m— — CtPilDWPS... N .us .il l ooi aujourd li li 1 sm\re n. MI .. I %  — L r vali ii• • M 1 il. s, -MIS la moi idrj prteolioo taire une pij rouraec uimplemeDl pat d pi iU terieui qui oui au L'An Lut. ooa nolea De • toi q a daa n..m htt de i ie bai : i aoa Moua ktvi upi -1 1 de noti e -L• 1 publiooa pur -.ij 1 ellei r<-v lenl iiotre aurpreuanU i.iilili di d foi Dation Puia .ebai 110 en tirer lea eoieig oarni nta nti -•Pour c:-l 1, 11. MIS nous impo la dei ui ot prendre li ce • NI lea plui ii im r-iiui mi que 1 ie n n esl pi 1 -. m ip t %  que la o teaptioo tri -M eu\ qui pe 1nt que l'huin mit il seule U.JIII d'et< a^liaa I y a .1 e> 1 iw, de dlicieux 1 la s', ipli |u lai ilemi ol une pareille appreciati >a veoua de (en babilui i.iinieiii nie u aux d li le a qu.l'on veut bien appelai I 1 Mai ea D'MI p >tout de ip.ie-i.. vertu*, de limidaa rificea n Iejoorea ou ioaouponDi %  dool aiiatCDi in'est rSv4M qu'aui obeervatoun qui >* 100I in la Foule. Noua m trop qui .1 crit la .1 roani ba U ndoac ii la j'.iiin. u la plue Irble qu'on i> IIII(JIIIPI V iyeoa ce que c'awl lui 1 a 1 Pi DI i to 1 • "' I" toute U vie iudi 1 1 otami qui m-. ; it aux mootdi la travail . | iraote .. |uaod heures lui que laa eoupa da eut Caaoraai et d'aillaora rool raaooai 1 amma un toupie ou uoe plaioti pi 1 .1. Il.lt %  • t. I)|| t I,,, ,,; durai ttrunbii 1 au 1 1 em< 1.1h. Uroaji re• %  1 .-u % %  bru\al.les U t. „dlil(., p 0 i ques etgroteMiuei par la. Li m 1 ,.,1 ib>n I : I ea s I %  u re, 1 Irolt .u -1 bi< P ' il .i t de -.ni. a 1 1 ... 1 1 %  : 1 I I mari i. ind< ..u 1 / au iraurai ot, lea ni 1 I m le prin i| ae une 1 n. On .1 un I ; 1 I v .l Niill Ai— Lea avi iteura I 1 \\ .1 de %  I 1 1,Mlle. P u U I \\ e .111 il. 1 Met llleue : 1 111111 %  11 • k ha m... AhfcJ B ( l)i .u a —Li t. i< nd ml Ma i, m t arrive ici. UUHLIN— Le pi 1 li ol Ebeil 1 il Dot .11,' Man li ur a li.:. du Itaicb. 1 u In 1 ni ii. J .-iii'.u .i. 1 pe dai parti au II i Vicloi l a ie el la i hritier il m iei 1 | 1 II •, j Les cours Juin M-.w > H .1 ., : Livre AMS a Pomp Pablieitioo reaa letia H .1 II nti : \| ri dpart d 1 — In il Varit L %  a li Val. \ %  Bti 1 n. 1 la 11 1 %  1 l .!. %  M WIIM I %  <• ;. i .. ,. Le Rasoir^ ValT iliitcrStrop -J. .aOW' : f i .aire in "T1il.1111.il Coircclinnnel 1 H ula afl lire inlreseante an I ndue au Corn 1 lionnel, celle ae m .i M ne '" "ie;?i < m lu Bupi i.nlandaiit da I 11-111. • li clrii \ 11 luila .l'un vol roanmia au 1 de 1 1 aine lectriqi a, de I %  1 umpa. aie, nai di pour lea foodatioi a de la n. uvelle t aine, lut trouve rh./ Madame Georgea qui un a'cp 1 1 nlei .i. Mi Mil ei 1 ut l'outil et l'npror lu en 100 iViiiT. Mai Mndan.e '.. rgei : ,-til de ipielqu'. Inlreu, rormula plainte contre Vi M1II1 1 -MUS limite, sont la for— ma rei mi anlionnella — prteudaatqua %  lei nier l'avail frappe, un ni.'imiil .! %  lui n'vlamer lapin I le d< m n 1 1 I0.0S0 dollars de dnmmafaa ini.-i.-t I an pol uit. lionuelle, Mr Mille r n comparu I la dernire UU.II. II. .' Pluaieura lmoioa ont dpos, n. eal edireee d claranl qui Mme (eorgea n'a point aubi lea voiaa d ml Ile ae l lainl. M* Christian Lapoi le repraent'i \li Miller ; Sulun Vieux el Zphyi repr enlaieal la prtendu, vii tin. ilvj l'audieace. L'un dei lm ina a dil qu'il 1 Mi Milli 1 depuia 14 l |u'il na l'a jamais *u faire m a 1 "i mi ice ui plua laf> rieui des Iravailleura de 11 aise |ua lion du Juge Ai la %  i 1 1 1 1 ai Mi Miller n'est ja m u 1 H. > un tal d'i i.ri-t, lo 1 lmoin rpondil .pin Mr l ; 0 {amaad'aleoeli |uc .l.n | Ul le tir'|e du 1 1 l> un 1 eal que. Mi Miller esl injustement cru.k la pio IVir le utomat I. ', %  il'iiir.i liien 1 lire u b itoonier. t mene 1 i. .ii.' p .1 lea 1 n lisana des 1 ni MB l.on du Tribun*! i1 d nia NU de Droit si Me 1.1n I I 4iilan Ncroloyie Nous avons apprisses matin la [es llr i-fon, sur Isa tuurdillaa sur 1 I api es midi N 'U'ii %  sdolaa ut parlicu 1'' n>" il '!i i nmanuel Uni 1 irre, notrs ami M II 'Sa. 1' Lw


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06222
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, June 06, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06222

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
HRKCSrtfOR PROPRIKTAIRH
UtttUMKUR
Cl me ut Maj loi Ti-
son VERTU
_r 1*0 Rue &tlK
Quotidien
Toula cImm sociala rpond*^*
ses oer(|umnet. If est-il pa*
i'-f*> iiu'ell' btta'hYe < lile ? Le malljt'iir *sl stulenoan!
i|Uf le nergunnes sa |>reu-
i eut paur l'enta. Rfie Johiniel


lELEt'HOM.flio242
Wme ANNfi N H27
POHT'AU-I'RIN^ii U1A1TI
VENDREDI G Jl.'IMW*
Passion el Vril

Si vous avez lu le petit opus-
ule publi eu IWU7 par Louis
Juseph Janvii-r sou le titra d< ;
riUMBLC Aurkssk aux hi.K..-
teurs de la Communs db
Puht-au Prince , vous avi i
d vous taire une ide dti
transloimations que le temps et
le chaogsmeol des circonstan-
ces ont tait subir a l'esprit poli-
tique et aux conceptions de ce
liriiluni crivain.
II est vrai qui cette publica-
tion ne lut qu'une < euvra de cir
constance : candidat aux elec-
lions lgislatives de lWt, c'est*
-dire eu plein rgime de restrie
tion, et n tant connu des lec-
teurs de l'ort-au-1'rince qu le
loin, vu le loux temps qu'il
avait pass l'tranger, et
dfavoiablemeni, cause de ses
publications polniqu. s, il avait
senti la ncessite de se pn-M-n-
ter sous un jour lavoraldo, et
peut 'Ire ne manquait-il pas de
sineiil eu reniant, cette po-
que, bien des ides au service
desquelles il s'tait plac anie-
trieurei.ient.
L# parti libral, dans le pr-
sent ; Petiot) et iioyer, dans le
paea, lurent la cible conti-
nuelle de ce publn iste vigou-
reux. Il ne rendu aucune justi-
ce a ces deux cliels u'htai, et
chaque lois qu'ils sont rencon-
trs sous sa plume,il les lustige
uns inenageintn Dans son li-
vre sur les Constitutions
d'Hati , non n'avons trouv
qu'un passage un peu bienveil-
lant pour l't'ion: c'est le sui
vaut : Les petites gens oui 111-
tit soutenir l'lion: il meurt
au pouvoir, on le pleure. > du
pense alors aux distributions
de tirre du grand dmocrate et
son StlPcbement invincible
pour le petit peuple, et on M
dit tout de suite que Louis Jo-
seph Jan.ier a voulu lui rendre
justice au moins par l.
Mais, la mme page du li-
vre, ou ht avec etonneacnt ce
qui suit : l'lion, dictateur ou
prsident, trompe le peuple par
des hbtrles illusoires ou qui
Irisent la licence : il distribue
quelques caireaux de terre aux
vtrans qu'il i envoie du ser-
vice, tout en rservent les plus
belles plantations du Domaine
national ses oliiciers Et l'ef-
fet de cette pense dtruisant
celui de la pense prcdente,
on se demande alois, puisque
tel tait l'lion. pourquoi le
peuple a pleine Ption sa
mort, et surtout pouiquoi ici
[tetites gens avaient-us util rt
l soutenir, et Dieu sait s'ils
Tout constamment soutenu '
Il en est de mme pour Uo-
yer. I ne seule penste du livre
Uu Dr Janvier parait lui ire I .-
vorable ; eesl quand il dit
que la runion d'Hati sous
un unique gouvernement est la
s m le grande oeuvre de IJoyer.
Un se dit alors que lioyera pu,
au moins, accomplir < une gran
de uvre , par laquelle M I I
chte peut cire l'ensemble de
son admmislration. Mais, a nei-
ae Janvier a-l il liai de parler
ainsi qu'il ajoute de cette gran-
de uvre de Uorer : Il u ni
ai mal qu'elle n a pas dure .|a
.Nous croyons qu'il est .1 ,
de reviser, au tournant o nous
sommes, les ides directrices et
matresses avec lesquelles on a
essa)e, de part et d'autre, de
COD luire l'opmio:i publique le
ce pa>s.
Aussi nous nous contentons,
Oetls Mu, de uiUlre eu lace les
Uliei les autro*. les mations qui
suivent
Z" La Constitution qu'elle
(l'Assemble consti uante avait
vote sans diSCUS;Ol en un*
seule sance, celle Constitution
qui lui avait t-tn impose parles
anus ci les 1 raturea de tviion,
aprs- qu'ils l issenl 1 dige
sous I s ordres de P tiu.i, elle
chargea Ption d- ladelindre
par les ai m . La CouSiilUStV
le de itiOO se m titra au dessous
dfl sa l;li.- : celle de c eer une
nation tort* par son homogni
l et ses I018. bille 11 sp u a sans
gloire lguant au pis une
Constitution que personne, ne
devait respecter, une guerre *
vile qui dura quatoi/.e ans, un
malaise politique qui dure ton
jours
( Les Constitution! d'Hati. )
? Quelle perversit ou quelle
ignorance du cur humain
p lUSSait Moyer crer une ans
LosraUj de la minorit a 1 leli 1-
111e .i du princip de 1 galit '
Qu lia singulire aberiauou de
sa parti quelle outrecui lam e
quedevouloir russir dans sette
Combinaison de rtrograde, de
ractionnaireI toutes lesom s
g 11er usas qui 1 ssayai ni de
protester, mme par la piiuiu-,
contre ses macbiavli |ues
rlions, lloyer les immolait A
sa colre II Ion a le peuple
croupir dans l'ignorance et la
supeisiition lin que, compli te
in> nt abruti, il se laissai tou-
jours conduira par lui ou par
les hritiers de sa publique...
1 Les Constitutions d'Hati* )
Voici maintenant une p ,
de I llumbla Adresse aux
Electeurs ds Pori-au Prince
C'est dans la vieille Gain
drale de Port au Prince que la
Rpublique lui proclame pour
la premire lois et que la 1
titutioude HWU lui vote
l'on au Prince que fut vote
la Constitution de lOtd.laquellc
lut discute longw ment
deux ConstituUona de lSUG et
de li'i sont les deux p'us lib-
rales qui aient l conslruiles
par des carvaux liailiena- C'est
vous, l'ort-au l'rincieiis. c'est
vous qui avez lond la Rpu-
blique avec Alexandre Ption
c'est vous, par consquent) qui
ave/ consolide l'indpendance
nationale d'Iluiti. Pourquoi
doiic auriez vous p tir mainte
nant d'exercer les droits politi-
ques que la Constitmion de
\&*j reconnsiisail d j.< 1 nos
aeux '
Srement, vous ne ssurii z
avoir peur de rclamer le droit
ilr voter aux lei lions lgislati-
ves, senatoridea, communales;
car c'est un dioit primordial
que vos aie 1 tret Qui exi ic lr
bremenl d 1616 i 184 I
dire pendant toute la pi.se.en-
ce de Jean-Pierre Boyer?...
Ste Rose de Lima
,kLa dernicre.main est min l
prparants de la l't du diman
S juiu. au prjlil de la < liapellu du
Petit sminaire.
Llle promet d'.-lra^bnllanla a
n juger pjr le beau t riche pi 1
juaiaoe (jui sa. elra excut et
..us 'uii sou les xeux. t
.'-. portes I--l'elablisseint 1
r .lit ouvertes a partir de li l|J
exclusivement aux personnes uoar
vues de cai les.
On trouvera de 1*0la
aux diNer uuiplo.r, .. ,
loatea le* boura*, crais ,i legta-
ci-, b>o |
L. VSl 'lu cul 1 uit-iit T
lieui m,
L* puiuic eatavia qu il Basera
pas vaaiu de carte a la porte.
i raaw S distingue Clientle *JaWj
Un rasoir pour le* gia
presss
Grand Hlel de France
A l'occasion des vacancet, MB. !> Commerants
cl messit'iirs les employas i|iu ne petnenl se ren-
dre i la eamptyne entra midi el deux heures,eonl
viss <|n' partir du premier juin, des pris ap-
ciauij suni tablt suit par semaine soil par nuu>.
Les iiienii sera la muic que celui des PensionJ
n;iiri's et don cliente de passage. L<* maison garan*
tii de aatialaire les jouis les [ius dlicate. J|
P P. i'atrizi
iitm t la Diuii :
{louvi \% dclaration 1
f Hii.'u lu d
. m Par 11 ble
l'\;n ,- m.p, >. ei n.lul.i
des giuch t lu 1 riidei 1 de
dei d| I 1
voit di M. M ot, ifl
d. lat I liai.
M. Milleraud m uun ui iqu
ail 11
I :.. .- i iqi e qu 1
sur un li n I d brea.
., . iltl L'i v pn
mutin malii il d l'ai
lav 1, li u pn 1 di 1 1 de <
. Ii.iiiil.il ; tt,
Petiie chronique
^a> 4 ? ^m
CtPilDWPS...
N .us .illooi aujourd li li 1
sm\re n. mi ..Ilrvali ii- m 1 il. s,
-mis la moi idrj prteolioo
taire une pij
rouraec uimplemeDl pat d
pi iU terieui qui oui au
L'-
An Lut. ooa nolea De toi q a
daa n..m htt de i ie bai: i aoa
Moua k- tvi u- pi -1 1
de notie -L 1 .
publiooa pur -.- ij 1 ellei r<-v lenl
iiotre aurpreuanU i.i- ilili di d
foi Dation Puia .- ebai 110 en tirer
lea eoieig oarni nta nti --
Pour c:-l 1, 11.mis nous impo
la dei ui ot prendre li ce
ni lea plui ii im
r-iiui mi que 1 ie n n esl pi 1 -. m ip
t que la o teaptioo tri -m
eu\ qui pe 1- nt que l'huin mit il
seule u.jiii d'et< a^liaa I
y a .1 e> 1 iw, de dlicieux 1 la
s', ipli |u lai ilemi ol une pareille
appreciati >a veoua de (en babi-
lui i.iinieiii nie u aux d li
le a qu.- l'on veut bien
appelai I 1
Mai ea d'mI p >- tout
de ip.ie-i.. vertu*, de limidaa
rificea n
Iejoorea ou ioaouponDi dool
. aiiatCDi i- n'est rSv4M qu'aui
obeervatoun qui >* 100I in
la Foule. .
Noua m trop qui .1 crit
la .1 roani ba U ndoac ii
la j'.iiin. u la plue Irble qu'on
i- > iiii(jiiipi
V iyeoa ce que c'awl
lui 1 a 1 Pi diito .
1 "' I" toute
U vie iudi 1 1 otami
qui m-. ; it aux mootdi
la travail tanl rou n r, l 1 heurta p m
1 1 i 1
animal on, une aorte le ;;.
emplil U ville, refoulant daoa
H I .
ci noire dujiii
rnonl : laa restaurants,
renl le
reoiuiul aapei 1 d'un Mai 1 :
1 leita boaliqui esl d'uni
H' livili .-n irn ul 1.. -
1
1.. ut 1 illueioa de 1 n- eapuiiioa 11
-. dawchargei et oaa m
de la Me hailMUDl eenl fbil d>
. | iraote ..
|uaod heures lui
que laa eoupa da eut
Caaoraai et d'aillaora.
rool raaooai 1 amma un toupie ou
uoe plaioti
pi 1 .1.
Il.lt ! t. I)|| t I,,, ,,;
durai ttrunbii 1
au 1 1
em< 1.1- h. Uroaji re-
1 .-u bru-
\al.les U t. dlil(., p0i
ques etgroteMiuei par la.
Li m
1
,.,- 1
ib>n I
: I ea
s .
I

. u re, 1 -
Irolt .u -1 bi<
P '
- il
.i t de
-.ni. a 1 1 ...
1 1
:
1 I I '
mari i. ind<
..u 1 /
au iraurai ot, lea ni 1
I m le prin i|
ae une
1 n.
On .1 un
I ; 1 I v <-
Hj 1 i.
voua, on pou ra
il.ii'
1
..... odeui mve, 11 ., 1 i.ii.i
m. ni lorl erei
I euffo'
. ml .1 lu un 1
1 .n
M. I)
Internai itlltelic < JuI
l .u 1I0
m u n lei ua
ti m d A I ls 1 ii. li-'
- 1
bi illao
.
,iJililinD des V111JL mule
irariM d.ijj.cs piar u edesn-
uuu Je la tte NllMUH de
l'A'ji icjitdre-1 1er mai M/4 .
11,
di
Pi et au un 1
Mi
1 1 1
P
li
Item
li
l'i .1 ni
...
1 r Cal
1TII
1 h 1 '
-in "de poi.d
1
1
da Smyrne. J
I u I
rOKlO L'avlaleui 1
i parti le l'ing
\ aog 1 m .111 ivai t
......le ) a
j
, ..: ayi d lloi in 1
cte cbio 1 il ilu
eonuDandanl Bmitb ayant
une avarie de iiihI.-iii il durent
rel un aei 1 Kafoehimaej
JHouyIIos Diverses
>.l Niill Ai Leaavi iteura
I 1 \\ .1 de I
11,- Ml-
le. P u U I \\ e .111 il.
1 Met
llleue : 1 111111 11
k ha
m...
" AhfcJ B ( l)i......u a Li
t. i< nd ml Ma
. i, m t arrive ici.
UUHLIN Le pi 1 li ol Ebeil 1
il Dot .11,' Man li ur a
li.:. du Itaicb. 1 u In 1
ni ii.
J. .-iii'.u .i.
1
pe dai parti au II
i Vicloi l
a ie el la i
hritier il m iei 1 |
1
II , j
Les cours
. Juin
M-.w > H .1
., .
:
Livre
AMS
a '
Pomp
Pablieitioo reaa
letia H .1 II nti :
\| ri dpart d
1
In
il Varit L

a
li Val. \ Bti 1 n.
. 1 la 11
1
1 l .!.* MWIIMI
. < ;. i .. ,.
Le Rasoir^
ValT
iliitcrStrop
-J. .aOW'
:fi
.aire
' in "T1il.1111.il Coircclinnnel
1 h ula afl lire inlreseante an
I ndue au Corn 1 lionnel, celle ae
m..... .i M ne '" "ie;?i
< m lu Bupi i.nlandaiit da
I 11-111. li clrii
\ 11 luila .l'un vol roanmia au
1 de 1 1 aine lectriqi a,
de I 1 umpa. aie,
.....nai di pour lea foodatioi a
de la n. uvelle t aine, lut trouve
rh./ Madame Georgea qui un a'cp
1 1 nlei .i.
Mi Mil ei 1 ut l'outil et l'npror
lu en 100 iViiiT. Mai Mndan.e
'.. rgei : ,-til de ipielqu'.
Inlreu, rormula plainte contre
Vi M1II11. -mus limite, sont la for
ma rei mi anlionnella prteu-
daatqua lei nier l'avail frappe,
un ni.'imiil .! lui n'vlamer lapin
. I le d< m n 11 I0.0S0 dollars
de dnmmafaa ini.-i.-t
I an pol......uit. lionuelle,
Mr Mille r n comparu I la dernire
UU.II. II. .' .
Pluaieura lmoioa ont dpos,
n. eal edireee d
claranl qui Mme (eorgea n'a point
aubi lea voiaa d ml Ile ae
l lainl.
M* Christian Lapoi le repr-
aent'i \li Miller ; Sulun Vieux el
Zphyi repr enlaieal la prten-
du, vii tin. ilvj l'audieace.
L'un dei lm ina a dil qu'il
1 Mi Milli 1 depuia 14
l |u'il na l'a jamais *u faire
m a 1 "i mi ice ui plua laf>
rieui des Iravailleura de 11 aise
. |ua
lion du Juge Ai la
i 1 1 1 1 ai Mi Miller n'est ja
m u 1 h.> un tal d'i i.ri-t, lo
1 lmoin rpondil .pin Mr
l; 0 {amaad'aleoeli |uc
.l.n
| Ul le tir'|e du
1 1
l> un 1 eal que.
Mi Miller esl injustement cru.-
k la pio
IVir le utomat
I. ', ' il- 'iiir.i liien
1 lire u b itoonier.
t mene
1 i. .ii.' p .1 lea 1 n lisana des
1 ni Mb l.on
du Tribun*!
i- 1 d nia NU de
Droit si Me 1.1- n I I 4iilan .
Ncroloyie
Nous avons apprisses matin la
[es llr i-fon,sur
Isa tuurdillaa
sur 1 I api es midi
N 'U- 'ii sdolaa
ut parlicu
1'- n>" il '!i i nmanuel
Uni 1 irre, notrs ami
M II 'Sa.
1'
Lw


Lt M A m
rDPURATIF du Dr MANGET-
combat
Maladies de la Femme

'
"
\ 1 1 h
/- !''

la
, i- M"*
',


hume-un prc-

i i Minai
i
l'attlu*
> \ rivait pou'
^ I M,11, J,
;/ . e i. titre.

; r V.l. I
GRANDS PRiX rmnim la HM FM
. pan i .
S'rc D'AMBROZOIN
Codbu utame 1*
remde 1* plu
Mit, e pour ion
titra tout. le
n xlaitii ilt" 1>ioii
r'/-\ il il* \oiet
rerpiraloi i
STj|e Vaillant ConsKjnataire pour Hati
Choses lioimmiuales
Tndii que Iss rumsun eoncer
ua.ni l'%d
m'.. | I t
que il' n I ii-
voili' du in .ii.o
loppn ii o| rati >ns i I la
demie! Ex| ''"
duslnvii
>:
:. ,
(Il II. I
,|.
la i
\ ni i. : |
m.".
i onfrera : Li
i .1.1 :. ;
liant Les livice de la <
valeur
i '
n. A quoi lui
qu il n
n.i ut di
plu* il lea, car cal
lei i livras
, ( a i
I. mu.' u:
liiait d< fourni
par i !'' Ma
eitlial Communal i
al !<' '
le, an
dat -"
I .
Dan
blions aujourd'hui, la Commune
i .i i au ii lu* li| ira pu i
. !. Kn ili h .. i
1 i i i i omrn
i i n don
m E ci la l'i
|| i . t'est lav i
joui les et an plu* > i i;
pporti leui | la p ta I
,. i m inifesl di
; i ., ., i l .1 i ootel
- vali m liti ''ut
.i on ; *
na
dai rai rorrepni ml Itur
i |i m -...i lie, 11 ; i ootli
i n'eu une g'axe
ii n kuI irit.
i| orla donc, a le rel ird
manl a ar
[i I ; m
I i. e nu*
i i ii |uidation
noua lai
ra | e aalia a< I ou aura
ibuablaa,
.il laurala foi la
i du i i i daai las s li h. n liii':. s-i | mi |. i pi.ii.s re
u Buraaa Commun il eut
ri i le u.oui iii t le
prii, ont ri ili' u .i
; iiiim illsfai I OP.
I dom
Rem relents
Mooaiaur le juge al M I ime
Em menue I;.- ii Vi,nii< ur e'
M la'u voir, Mu i
tiaur U r r Ce-sner Beauvoir, Mr
\ lli i II auvi il- ,i loua lei pa
raali I iss n m < i. ut bien in
cremen s n En t| ai ce la Priai
Il la Ri pub 11 U Contai
I Bl t. la Coopa Ju li air .Si Iran
il ur Mooaeigneur l'Arne voqu*,
I ' 'i In .i t vott',la Cor,i* M. di-
al. lea i rrei de l'Institution Si
Lo lit de 'i ; i'\ I. fa ir le
Si loti I les lu ire de
ril,,.|. .. -i Kraoi oia de lallea.la
t. ml .' d Mi rea Ontieon:,
r li i ition lea Anciennes
1 lai Su-un da Bt Joseph do
Cluoy, le c rcle Porl au Princien
el Ion > Uni d i i une de
ii i i oi n qui leur oui donn
n i. naznei de sympathie a
i-i...i le la n.i.rt da leur rs| al
Mad i \ i iuii BEAI UHR
Elisabeth Malhilde Bt >
Il lei piie le croira leur pro-
i ii li' |rai i Is.
l'oi ., Prit re, le 2 juin L9JM
La comp gnie de hrpaaux
d Panama ier.l .1*. m di fon Ani > ",f|" V|!le- un i0'1
?s,iiiniiiiil da chapeaux sp-
ciaux qui jan ai ne sont arri
x, i plut lit l'ort-au-l'ntice.
J'ai l'Iioi.iifi.i d attendre que
Isa n ent* de 1 Rpublique
11 ut lissent comme toujouis le
r de visiter noire msaiin.
Pria il-o us /i' dollar jus-
qu' 101 ( par chapeaux data-
I ur raile). Sont arms aussi
des chapet ux de Panama de
m lit prix ctux, de; uia L*n dol-
I ir insqu' 5.
Nous allcndom galement
lis shapaaux pour entants.
Ni.u luisons comme toujours
un escompte en fata ir le
ai in leuia en gros.
L'agent pour l PpubliqMt
iTHaiU l> minii'aim *i d u
bu
Irnaro HURTADO
173, Rue Courbe.
ALUMINUM UNE
New-Orlans et South
Imericaii Steampship
Co. Inc.
Prochains dpartsdirects piur Hati
Le sUamer c Eid&jaay > a laits
NewmOleans, le 3 Juin courant avec
420 tonnes dinetement pour Aux-
Coyer, continuant pour Gonuve* !
(Uip Hatien.
Le steamer Kunacnoya* laissera
New Orlans le 30 Juin destination
du tous le ports d'Hati
Port au Prince, 6 Juin 1924:
A de Malleis & Co.
Agents Gnraux
Machina I i oudra ae marcha
arrira al a\nl munie de ton
mo'eui lectrique.
Pour 1rs condition t'adretier
au l'lit-Tour V 1124
Varioles
( '.* son
LisTreisttaisqy
\ 1
: > < u r..
I
UuiHi.ii ei Ai iii 1
Vil 1.
U Kilhior qal pis e
I 1 N tpiet i>
Chiiiineita
Bnlie I yourdt
Logo '2 iiourdiil
l.Ljlise du
. PERFEGT
Klack 8iioe Dressiny
l.e Produit le plu, pul. qil-01 ai, pnMrt JHip,rl 4kttt 1, vs
1 ni .impie roneha ur les soulier laa plu dtriort lea rarnil nru.
ircs-.Yforiitj
[rayoni 1 a 1 suri passa*
_' l'un du n.-aiit article pam
u .1 nu 1 bulleliu Iti ligitux
1
i.e a | :
e 11 lie buu e 1 our hum r
1 1.1. 111' \ 1. mitai u a rai lu au
' uidu
M uni 11 aui eaa o uit rra opi
niatn Uavail u cisaant ai
. ,. 1 i...- '|ue la
bon Uii u si ' p 111a 1 mu pu,
Stl V li .1 II |iv,
lui lime I lEu
vro da notre 1
22f *Pi j "' v" lw hauawirea ai talil 1
mu le cuir br 1 ant at Miiip|,i.eul tre appliqu ur t >ula- lea peaux
''03oaieejM*aliaes4.8ceiBlBraa,Teaaaei m iai, lea portea
M 'niyin rlir lerni a neuf par une teule oouche de ra msrveil
..--. ., pavaxaia j* mi' iui '"" "t SBC m
11 il iiudoir. Les chantilioaj ont la bssaition de.nea alient.
MlonShoe Poliab, In., l.Torli
Geo. Jeansme,
Hqoni Exclusif pour Haffi
1I^,Rii les Nii'aclei en lace de la Banque
Horn Liue
attan le ci
Juillet r.
Nous
qui m '"' 1 1
\llr
I
Port-au-l i Ju 1
DU EJ S( '.N. 1
1, ats
itra
ii.| ayiiie bi natals
li liiisailanliiiut)
un 1 1 ..i,1 1 miii da
i aal aile u du a
1 1 : iu< .1 L cou ant
Il lf| u in n.i ii m
< | 1 di h le
! I I I l'cll l> l|.
\9H
Ajjeut. L. HuiihU.N
IONCTIPATION
1
c Rims

inciera Sfaaoul Sitt m
/ ighrl ni m il lam e;l
un iieiai sa quarante
jniii, .1 partit da cette date, pour
lettre, Isura litres d ersance
au >< ml Provuous.
..1 juin igi
1 bjuUic
A. Cl.li.illA


BELLE FiiiliiiNE
em rl#-us m.'to fit la
PILUL1I OHIfcNTALES
smips ajatl d**e|. llsssatl, TCrASIBl '
M insssass d
psnle-* ri dnnaWbl a Wsta u
TS.VII1 rrsrknnpainl.
aHsBlaiUMut MM. U AJeU.
*f r--a*-ssi sa 'as a* b"*,
' w- Mhss
U y a des Kliunis et
Quinquinas de princes.
U y a des Champagoes
de ducs, marquis.coin
les et vicomtes.
Mats qliant^ au vermouth)
un vermouth d* rois.
11 n'y a que le BOSCA
6AR0INER & C
Balloou TIRLS
PNEU BALLOON
La Puait Balloon libriqu, par lo Daulop C<> de
Canada^esl la dtraiar mol au "parltclion etj pni.
Tous |Oinst- lea tiioiilar sans iliaujar vol roue.
|oyei~a*/ea noua pour ion- laa renMigntmtnil y
oneernanl avant d aller ailleurs.
latUUe^Zacha'l W. QllUll.U WilliaillS,
rVaxM Dishil.iiteur,
Hunlopl Tire and ltubber Goods Co
L T D-
17i4, Hue du Magasin de l'Etat
Quinquina des Princes
Vm apritif est recomman-
d aux familles
En vente chez
I*. ttiV Sada&C0
11.il Pli inneur d'annsnosr au
public et au Comm res |u ita \ ien
lient d'uuviir sur celle place u.ie
mai.m le c BUnerce l an. s .1 s
ri a 1 pub icaine el Krou.
un y trouvera las artisl a au]
vaul* :
PAPETERIE, l'.ipnr imprts
sion puni pnuii.iux. pour brochu
te blanc el esulssn, papieri
Hond loi u.al divan blanc el
eonlsora, papier pour sJjli bas cou
leun assortiei k Haut .papier co
lui,., lettre, buvard, papier .1
compte*, t,K tablette de pa
niera lettre, papeteries en boites
lanlaisie et deu.l, carie de Visite,
carton bristol biai papier carbo v union ^ri, sic.
Librairie et fauruiiuree 1 aeaiquee.
Li>rts, calii'i-. puni., i^orta
plumes, crayons, rgle, valiaea
asrfietter.gommei k elfacer, ciaie
aidoite. etc.
Ail.1 les de Iv-in.
l'apier lansoii, Rflss gradues,
Aquerrat, plumes, euen Us Chine,
crayoni mine nuire, boilts de ma
Ihmatiqussj punaise, etc.
l'i urnitunt de bui v.m.
Ki.11 div rssr, irgislree, l.roclm
r .k 1 "ii p.ili lit I | "m Irana
cription d'a lea, 1 mla da nota.
remet de ni ua.altscliss diverse,
colla liqui l 1 ne a carlieUr pince
noies, el
Maroquinerie.
Si^.i muni pourdarnaa et lillttee
porto monnaie, porte billet, perte
touille, eir.
Objsta dr pit et de premire
Communion.
Paroieeiese divert, formulaire
.le prires, Ao^e conducteur, cha
psieta en nacre, >erre, cocoline,
un gsa asuoiliea.erucilix,brassards
couronnes, mdailles diverses,etc.
Notre stock sera complt inces
aammenl 1 un impoiiaui ravoude
mercerie dont nous ferons austilt
connatre le dtail par un nouvel
avis.
Enveloppes de lettres.
La Maison -e recommande au
public et au commerce pour la
confection dus enveloppe de
lettres en loua formats, hlle di
pots, .-t 1 fiel, d'un ostiUsge
complet peifectionn entre les
ii:..in- d'un babile incudista et
peut satisfaire aui plu fo.let dt-
m m.I. iliius leMlelaia de livraiton
urls el a de prii extrme
nu ni bat.
Farine lacte NESTLE y
Laliinent aomplel lahritju dapuia prs
il nu demi-siclfl gpcialaniaul, pour laa
1:01111 ii-sons, les (-niivaleacenla, laa viail-
lardi et en gnral tous ceux dont lea
lorcea sont dbilites. Tous les produita
similaires se rappr c tant lt;(|reuiatit de
la larine lacti- laatl sont des contra-
faons cl n'ont aucune de* qualits obtenues par la
maison lestl dois la larme lacte.
lamarqua judicieuae.Ira poids/pnel ,di-jl;i boite larine
lacte \( all eal de ^175 grs. ( colia mlanl pie
cille peaanl environ 2o> yra de kiuaiiairaL
L Pi cet*m .un ggerh Un\
Aijent de Nestl l'ood Company


MI5SING I55UL


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM