<%BANNER%>







PAGE 1

*ru,n-inrt'i -i. •110 LE M AUX O W MANGET • > i. %  • i. air\>\* les poi In i rlUQui il .1 ...o ... i p • • M t* LUT' "• i lerge Taillant Conaiynataire pour Haiti lve <'Ont' < U* ID ,aaairea dont la | i\t dj liquide. I," | iir, Ci ii c i qa'oo i de In patrie lui tau use p'*' • *" ri compense , fvrier i-'i i. |uitau mes eue, %  ' N '~ meien lui aal depuii longterapi d; ja demanda et ol %  %  < d ,; ri . ,-. iptiuoi d l'ani iain Il n'est pu somissibli *•* deei lnateursi ou di ili ont t*ii l* meseei lgialalun • |,. pil i %  • tB| de Pieri raaUi 1 cin |u |,., ( ira p uon i t li qui %  Igalion i i loi du fvril Quant (OUI Pau', vous ava/ ,ii .71 .i cinquanla d que c'ait le mu da l loi dont veosav / ttaiidiila promi S parlai pal iai du p | I 1, n u rtroai lii l< un i i amliore 1 sort daa i | FI .1, I Etal i. car aline lavit sucun droit ac | Ri |'opi i prvaloir, il lia ne dii| i i 1 avenir, e'esl dire p< %  i 11 ne toot eiitiu au que dapaia M publi ati o au Moni laur< — Mai le i menl et l'ofttca destin m"'-oui I iil pi de boa aen en nire loi au b citoyen qui a'laii | a M,, pubiiqu ton in'elle i fole Noua vernemint de vouloi nu protil >!'" Dputs, jouiiiaot i ttai II i aenl de la panaioo i par l'aa i leoni lai, lt i valle loi A %  prineip • abroge toutei loii poaitiooi trairai Si l'eicuti n n avait p M al "' l '" laterprlati 11 n n taire i. 1 11 iovembre I9t£, ni MU I mant dei pi i *d •. p tr le %  il Ma '• i %  le .le : I i *i Rua medi vio|l heurta ,, ,i itio, a le raoti plut offr • I • lai niai se. bel urd'un ci lani de lai <-. inl il* l'lUbilal Dpr, au M H ipital, born au norJ raal i a i l'Habile i IO, au .u i par i an B plisle, u l'eit ; it pal a -iaur I i, que ( i imm uble se pour < am| arts I i'i ton 1 tant ex m rserve, mi la naie a pris d i aol iii loti Daui Del t,:"i IM p mriuite al d II gn. • du aieur liiaodoia Wela Il llll .'I cili .ri au Pria , ayaol p u avoral ' Vl Bi •• i la cabinet %  i d>t Daniel i itra \>aieur Granville SiO' pi 11 i| m" -I in urant et d i m liai Port au Pri r ,,ii |i m a nplea raoai U. s *lra*.er au notaire lui M LlioMi ibraneha, ru*. i au Pria •• Io li i\ t2. \l\I.KIUt\M il.. Il roodi et bliuei, aiie en lette tille, l'ai gle dae rues d* l'Egalit el Pav ou rue l'anti l)> -louches, rowiui smu !e nom de Moiita'aii, borne au Nard par la >rO| :. I Io M l'ait-, au Sud | a m Danti Deitoucbci, 1 Bat par la rue Monlalaii t B l'Oueat |, r la rue de l'F|i it de la con, i I.I %  an t de I M piedi lafin n d • lai.ade II iviron de pro liindeu Sur la mise | r i de Trois mille ,1 ,|| ra Or 3 MM) lix^e par le axprit A la requl i 'le Mmr Vve Paacher Le*pe, pr pritaira demau raalcl dorniciliaaPo t au Prinee, vaut [loin M- B Jeanl.ouis at Louii i'u'vx nlrc l'lu.n Kaubeil, axant pour amcat Me II, Ck i li il.'iaill. Tour plus ample* re meigii''naenU, l'adreeaer aui axoeatasou* ou m Qolairea Louis N >l n anav, dpoaitaire du cahier dea i barg •. Porl lu-Princa, la il mai 1924. Sigue : S Jean LOUIS. Louii 01 LI X. i Pour gurir ou viter ^ Miaa*iais eoaTiTio coaiTioa-aTouoiamv IL SUFFIT de prendre a l'un *• % • "Paxe MM Mt NI (••' •• %  !•!"•• une Pilule du D'Dehaut t47,ruedurau>8t-Denii Paru Mais 11 iaui exiger les vritables qui MOI !•"< '*'' blaachci •I i IM MnnW w* '• DEHAUT A PARIS • ont trt itallt lmgrim>a ••> ''Otr tm ETRE cPolriT i uwta rwiilo^ -l' •• ,. -| H W %  )*, • "*• %  < • • ,1-.. .Iuitr-.til'i.i %  nu WXi.Cl lUI. %  .%  • %  taufm%  M rt'lja • aw % *••*• MF Ul rcpifi den Ui mis par lai mraiiiioi P mb or en faveur di Madame Luce ictaio l ,, lu t idiriiont dclariimh duplicata dava! en lri uVlivi : i; cp'aa No 8" x ileur G. '".' 0 K rpi sN l88valturC. 110.00 Poit-U-l'ii Ci, ce 10 Mai 1924 Alfred y iAU, avocat. MESSI DEMrQUBVl \-, 1IM Nni Cbar'ee M r rrfixi. 1 -, Mme Louili < l.mle et -, eiil'ai.ls. Monsieur Eugne i h \T IM forint clian'er le ver.dredi i3 M,, nortnl 'i Leurea el dnrrie du matin k l'Egttie l'allilii'e %  • m^ase I m en mmoire de leur* regrett! pre 11 m if Auriine inxiletion apciale n'a x ,nt t failf. lai amla de la fai mille i liarles font pri/i If COBI itrer le prsent :iii comme en te liant lifUi LM dabiteura da la "' non I • fi 'i le Dr .Vu'iiii* Corne^iu qui uni dei ffieti d| "^^ •n garantie sont inrita M prsenter i h. / \f ii nr Halfeth IMI Irhnuuu, *00^ Gi nd Rua, a Imtniflialeur proviiotre >le la dita .-ii p ir r (tlerlauri comptes. IH ul ti de huitaine I ur gai accoi lP'auta de quoi, il i ra proc M contr eux conEormmenl la convention les parties et d'aprs la loi. Port-au-Prince, U 1 C J Mai /92i. Meuble* fronait _(i vendre: ~{ CliAmbra Louia \\ lit d'enfant, meuble, dlvrara, buraau, ooff.e-foit, vai%  elie, arga.ilerio, tapis, tu Irtaanx, peintuies l huile aq .arellas torre cuite, ob )ets d'ar flacans de toiletle. lampea cleetr.ques el ptroie. li.iz iv h t'Iien au bout du Wharf. Voule sur Ucitation in verlu i! un \< naul iln liiil Civil i i • au Priai ,I,I i ,lu %  mai 1903 et %  '3 d'ua nul de 1re la l'oit au n ; I entri a inl II rapport i n etpert il \ Ira U [ui • r* toi dii n ((io an I p*i • iPtaisi a Mi L >uii Vilnn may, noi,,, .. i i, i la viate ;, i plm o i, .ni el %  inch i i i Port-nul'rinoe: Simon Vieux, Ckartea jjgg£££\f N.Sada.Lope Rivera, llazar MtropaliUln. Go*aivea: Madame Ragone Dhrosae. Saint-Marc ; Mme Maurice Cleaoa •laeinel : Clie Uoug. Potion Ville : Oreate Cllry. i llrcd VIEUX Agant pour llaitl %ip\$ adirs Li louiifga doaan svJi h Ions ea ini' ippartieodra que lei rc i suivant tant idiras, il les dclare suie duplirata dvitt lui en re dlivr. i Sonan i i*ion 8 imbour ; No 585, laeui ligrsmm >ii I leuae ll. f 3 Cummiffiin Dauuliin : No. '•". favei.r |i ^rsmmond Jeui.e 138 60 No 24S, rav.ur DgraaiBiond l uni >; 30 Mdrii' MORGAN, manit i ra PERFEGT liack Shd Uressiag La Produit le plus pur qu'on ait encore import dans le paya Une simple t... I.e sur fai Mulien lea plui dlnori lea remit aaai Ce liquide appliqu sur les chaun-nea e aHl pal le lingi •* vt rend le CUII brillant et souple,|i.iil Btre appliqu sur toutes las %  aaas rjeieiorles.nont.tties.lesxalisas.Us^iiiluiei.lesacs main, la panas lnifie Peuveot tre terni neuf pr une seule rouctie de ae mrvan leux produit Les ehaaUUoaa sont la disposai >a >ie no e lente. Ft.llonSItMO UolisliJnc^H.'Tork 6(0. Jtansme, j^ent Ixtlasf poiw HAI I,J,!U. idwlirtelea en laee de la "anque Propritaires d'Autos SALUT PiT liprochain steamer nous attenlons les PNEUS et CIIAMlU'il.S AU! le la lameuse marque Duulop Ganidia Le DUNL'JP TIRE AND RUDBE1 liOODSCo .le Cana'a une labric il ion spcial pour lea Poeua et Clumbrasi air p un lea paya Tiopicaui. La qualit al le pria sont sana concur i i ce. l'ia,/ voi i liiiiu m lea ls maint ninl, ,iv i.il .i'ao.'i -t> r iil..__——— leurs i uni i Tire and Ribber Goods Co' %  J Canada, t>AH W. Quiiilin Williams, S latributeun I7M, RueduMafieindarEurt, Tort au Piince %  LTmaisoii SILVERl .^r.vS .i-.. lua... t„ut.. ..,-. %  .. Chapeaux do laine dltahe. Chapeaux l'autre dllalii ltaptite lino pour ehnusea J ,'l Si ani..ls t~Tpour>.,.... — Satin do chine pour tailleur Lustrine pour tailleur Colette pour tailleiiiDrill merceris ameiicain(nouvenuta llrill fil blanc & union anglais kaki Jaune anglais extra quali /.eeliir anglais aup pour lia.uiaaa loile a drap fil anglais 0 pouce, •i coton 8'* BatlSta fine pour chemise Une visite i tt)IW By^oit vous coiivaincta gela liouiif HII ilit If IMW ai ticles cl le la modicit le nos pris en compwafon svtc ceu* il'aulias maisons dais place pour lis arlicus similairas. fidal^aV M 110, Hue des Csars Tlphone : VM)



PAGE 1

MRKGTfiCR 4-ROPRIKTA1RF litfUkBCH Cteineot Majloire BOIS VERNA 1958 Rue \merioaiiie Quotidien lLkU'HUXK No Mi I ne JI.III le prosprit attache mi ni le regard de l'honuii • aux thosas Itirestres, <|u'il oule conditions Irauiles du [humanit el les droits de la frovidi m cil lui l.ini des coups dt loudre pour que ion regard dtourn si relve vers le ciel. hua M* • *** r l MM 18me ANNE N Bli POR-AIM'WN'CK (HAJ 'EUDI K2 MAI 1934 PROPOS PERDUS Bonnes et Mauvaises Lectures L'cSPfUT ET l.\ MATiiiti:. — L'INITIATION. — L'.U.IUI.M MON Dl I.'KSI-RIT. — LES MAUVAISES LECTI MES, — l.i.i LEcn M BIEN! MsANTKS. L'homme est compos d'esprit et de matire, d'une me et d'un corps, et le sens dont le corps est dot, servent d'agents lie liaison entre I intelligence et les cboes extrieures, irts ui> r tes on organissLe* no ions ainsi acquises laissent leur empreinte sur les ides dont chacun est reprsente par un mol; tous les mots entrent au fur et a mesure dans le vocabulaire ; mais, pour s'imposer la mmoire, pour crer une impression durable, ils doivent veiller une image dont les con'ours sont inclinables. Si l'impression est trop rapide, le souvenir phmre, le son du mot demeure vague comme un cho lointain et le sens dparait. C'est la mardi odinaire. '.'ne fait la maman iiu.'anl son tout petit la vie gn iU '.' Dite lui apprend le nom c objets el lui en montre le des* Nous commenons tous par .a : plus tard, on nous initie la vie des ti* cls passs, aux particularits des contres lointaines, car nul homme ne peut se tonner tout seul ; il lui faut puiser dans le rservoir des ides il autrui, rservoir abondant, car, depuis qu'il y a des hommes qui ont pens, crit, parl, multipli les cliels d'nuvre en toutes langues, tout a 6te exprim, et l'hu inanit retrouve et renouvelle plus qu'elle ne cro. De sicle en sicle, de millnairs en millnaire, les hommes vivant en socit, ont constitu un trsor commun ouvert tons par l • %  tude. L'homme ne vil pas seulement de pain* Si l'organisme physique a besoin d'une alimentation convenable pour soutenir ses lorces ou les rcuprer aprs leur d-perdition par le travail quotidien, l'esprit dont cet organisme est le serviteur, doit choisir l'aliment substantiel qui •xalte ses facults, dveloppa >a vie suprieure, et en multip le le pouvoir rayonnant. L 'intelligence est un teu qui. pour brler,* besoin d'tre sans cesse alimentMalheureusement, un trop grand nombre de journaux et de livres sont crits dans un esprit dtestable, par des hommes jugement faux ; par des Ci vains sans principes ni scrupu* les, sans autre parti que le parlipns di combattre I M id a su in-el le mœurs par des plu* milite sans conviction et suuvi ni •SOS instruction, qui dlayent les penses de leurs smployi un, laute d'en trouver dans leur pro pre fond 1res peu de e<8 ouvrants et de ces teuiltea mritant de retenir l'alteniioii, mus si peu qu'il taille eu li ir compta, il ii< laissent pas d r >elr, durant leur vie eph.uei le g du s-iii-ur d'ivraie. fous c ux qui passleot une conscience claire de leurs devoirs, qui s sentent responsa* bls d'un groupe d'Amas, s'eilorceut de prserver du mal rpandu p;'r les publications nuls fines, l'atelier od l'usine qui dpendent de leur maison, '.est que la ngligence sur ce punit est des plus graves LaCU'lOSIl SUVSi, car beaucoup, surtout pai un d . ternines. pchent par la curiosu qui prtend tout lira, tout savoir en liant du danger, en le bravant audsriaiISSBiant Qui na combien de nobles vies se sont croules sous la pi sion exerce sur l'esprit par une littrature que ma plume relus de qualifier, par respect pour moi-mme et pour mes lectrices. Un IKUI livre esl un ami. un conseiller, un directeur, un m decin ; au surplus tjUt s les lectures sont luentaisMiies quau 1 elles clamni l'ami et la loin liant. On peut donc s lotrtsi r aux choses de son temps, suivre les progrs des scien.es. ce qui esl une miniers de glontier ielarnelle Sagesse ^ *t l'ternelle Beaut, Il est inftniment probable que d'.ci la lui dus teinpS'les causes v. ineineut cher.-lies jus qu'ici et eniui trouves, rcompenseront le lte des e.licrcheurs. Mais I heure de la science ne devrait pas laire oublier l'heure des mes, h pauma ames meurtri.s dans la n >US U* lade des mien t. Imuiams el des passions saus b m, et qui pei lient le long de la route au bout de laquelle eUesesperent ferme ment trouver la paix, la paix des mondes ionomurablea jets, ainsi que des poussires d or, d ma I mlmi de I espace et des kgi s.. . bnins .le iei ; dans Mai rapport I. s iiperti aooi >i. m n total l' i t. M looai i toul iiitra pari, |'o r rupalion militaire est relative meut di re. BQ ra'it i ir. ceoponi la Itulii i iipoui i i tenir I sel ion i Ile oe cupation dj rduite peul l'.Hra encore et pourrait mi'me tre tbtn donne i avenir, mu s eulement sons n ci v qui l.s gaianti< ii. leralliea :.-rcr ri I i M i H m des pi, II.I -le r \ll. ii < r L i pinion publique a voit qu'une choea : I oci u, alloa mililalra '•. Les initis ont .. i boieil • aire i es ploilation ci ai m qua .le la Ruhr et la solution ibler lli< t du pro blome de reps.ii.tioi>' l'ai Cable Nouvelles lraujives Un repas ilmariago l'tfll lian; |n m* ivcau Irai sra ni de In llili T, lllnsi' Varits \ enclreili LU Trois 7'IH6 chapitre Entre 5o centimes autour de li dermlre Bip isition Coinimiii.il • t.. lurj sa la di i oii ra ExposU ti m i. .,iiiiniiii.ii'' aal i ifi i i el nous croyoos sa< port a t remis au Magisti il munal Nous rappelons ea i I conlbrmin-ul l'articla I :nentrelatifs i celli I w m ce r.puoit doit dira | u L'Affaire Ai Fonds Parisien Ou >it que Mi Batte Paiera dont la ii'iiu t 111 tons un rapport fall par Mr Dominique rlyppolite a latente s celui 11 un pro % %  su diflam itio i. i. iftairi -ei i api i ic en i lioinal luudi proch ira Ba iu >up da tmoins onl sera r p iaent par Me Shoj i bar Jesu-Louis I I Mi llyppolite dfendra lui mme sera a n-t .le Mes Usrri et Duvivier. PARIS i e du pris Nobel de i i i ,i un noi • %  pai les en jus .n %  La | el.i i a fait i L,i prochaine E >., %  % %  • ' %  •;• 'r in n iii.ii.ildi i Srenoble p ,WS La I ran i i invil i par I u de de i ' un ru.il encours i : ils ,U, du Cana li di i il e, du le I i et de la Sui l„i Fif nationale i uliaine PARIS M 1 ; l r, cl l,i rci plion i n ,.le cubaine l '• m I, .m du Bi -H lea chifs da n, ; itl dl| r '| n.enlas do a remis I ii igi es de la 1 1 gmn d bon ni ui iu dex U ur \moe .n. L;i participation amerir;ui i ;iu\.lt'ii\ ol\ lil|iii|lli'S l'.\l IS— La ci mit olj mpiipie h i .... ... IDI in : i n. M Ki nu i. \ prendenl i tubait U lui u* s remerci las i.ii,. i u tins d'avoii ; [ i. M • de I . dration i 10. La Situation politique te France M MilUrand voudrait dmissionner. L'opinion de Painlev concernant le Rapport des Experts PAR OABLB : i I >.il ,;l ,n ri fsl i .ni | • I. n il dti uil %  i n Mit n dan "III. S H I I il.il.Il ua le : i,. I L's rapports ciaus entre I [iidncliiiie .m i Japi L".i\Min r ivllcii, r Duisj chappe par miracle un accident il !.. PARIS. Il Mal— L'ii ir b la i "n i ,i i ord pr limin aarap [.mi, ..mu erciau* du pon 11 da La n"" i ,. bai 'i dailin, H hiue ni 'le I, kio 'i'' I i 11 i i que d'un s roi • qui ,II .. i. i a nu accord msnl ,.| i, ion ikamaa l Paris par les ngociateurs des daus paya. Nouvelles diverses i i LGRADE— M. Pal il 11 .n. un nou BRI \.ELLLa l.. sou re-w da %  So< • l di s %  • us I. |.,, %  tenee du pri i ,il i. i ii i \u,i |, u ii M piopotilion du gouvai ne i I d'tal lil uns uni versil iul-1 l 'Sua Bfti i ivanlagei pciaua | de i l uropa m i, I.I.II qui sont M. i li i | u la I nui.qui i. imiw misa h calai Un a ei| i , il i i .i impj mbie I u un i.l d'i I uni Iclois on M, |ui des masuiti II sii al lie | rues imi i oar I II,,11 I |i ui.l.i 1-lU'S I!I ,li I. li ni psi U. lu qui Dis %  LaiigiR de pro uls. I.i le ka" 1111-e du rkiluii Albi M Teitelbaum avec le \ 11 11 iberatan,qui lut i M train inoa-Suget, pelita ville i Roumanie sep* Uni: lle-t-il pas, i r plus l'un cti les laineuses i is de I iamai ht Uu'on en juge 33 ba ufs, 210 moutons, loti veaux, iUOOoiea, 3.ajtiii i oulels nt i t sa* tilii •. I lusii un w agonade boissons varies i lanclu rent la toit d< niviii ^. Il est vrai de dire i rail i le Inla sur llli 11 ,!••, m IIH^ eea rsuiil i niiaiil. ni i in ma encourageants el il sein reprieeti grand au mois de Septembre pro\> .ua ion pas un exemple MII> ( t.e Fiitro) firnl M Sporlii Les amiteura seront bi.tnia d'sppren Ira que i TENNIS i Ll U Jtil NESSEsi Doilivemenl jou la S9, i l'A" em -DU. un dit qu'il j a da nombrans , pris Ail Ire : William* Entr "."-iinile I got Voilure I gourde. Un* Etats-Unis st Japon l'ai Sans I il l'AltlSLa prsident Millerand a eu une longue confrene avec M. Poincar probablement SOT la situation politique intrieure,C cntievue lait le piimipal sujet dea conversations dans les couloirs de la chambre eu lea nouveaux dputs arrivent en giaud uora bre. L prsident ie la r| euv *.,' i %  veol ntr. L -. at. Mlli n'a pas vene.Le puutipuk ebsfa radicaux conlereront entre eux de main soir aprs quoi une runion da comit excutif du parti m socialiste sera t'orc depieodi.I poukOit bon gr mal gre. Quoi - la paituipation des socialistes dans le gouvernement, elle parait de plus eu p.us loigne M Paul Painlev, ancien prsi dent du conseil, a dclar q,.e le il jeek,< rts demande a la Franre rabi..ooui,^i uue poeitino %  Y i n .e\ d'une iBB|oi uuue cspiuis pc cit 1 txpUiislioii directe de la Hulir et le contrle de ses Le Prudeol Coelidge a accept la dmi>MOii de t MUS l: ^ eomme ambassadeur di • i I nia au Japon I a do Mr \N M ..Uribue des rai. sons personnelles. Deux BBvin soronl Blfrts psi uns : i i i our donnai s i .i n da j ip< i Irin II %  die la loi sur I iinrnit' entre en vigueur. exposition de ehauasui es La Core se i ordonoieis le une i runion i.. ili iiii prside l ti \, itri i Port BU'Pl 1. 1 1 i elle i .i prouvi I | n ls ., ii %  %  %  %  ' L Sctlt Ja-Iine tiuiiioux 'u• . DO i.. local — D'un BUII nous pi io de 'Joui e, Isi iflecte (ion liue. Ce Soir i de I.l-.nii irde Conmission Cadastrale Centrale del Rpublique La • ommisai i i,i., utile i mis au *IIJi Uea i i i I. pu.i |uiu/i ... l l des i immenl M*t i mib • < %  u -m |i ... i i I i | i %  pet vil. bile s su i i. i hsbil I Pari notaire A i. ito itsl de La otte Bau ... •. si 11 riolle Judi Y %  i i. fU, n outre, de di leurs liliei de | c lt< loin %  I : .MI IBI les %  : I Pour la Chapelle du Sminaire Lai I |i rea de Bte l!" de Lima prparent une imitante lte e,ui sera Ibnne i l'iabliesaBsent ia me lr M Juin prochain eu profit du la Chapelle du Petit Bnsinalfa, r, — —^ .J 1 aiLA TRIBUNE .lu 5 lvritr 192: L.* L'>i 'in a tevriai MU' l.i ju-nsieii < i MiU isesl distia gue. Hrioee. Il es aa< riflis uii'liilii vs aies Gliainbrea L^ifUlativat Il j a prs d DB au qne la rvi i la paasioe a t nce, et l'ea i ir i OU11 de la lea Conseil d Ktal iers un projet qui donnera satis faation sas iBciees giau'isli'une lionnairss du orpa Ogialati*. %  savoir qua ' a'eit pat la lionne intention qui manqua a ceux qui I .1 la ra I -aliun dl i Tiuiii. — II en qui e damna lent ii pour l'aire aaaaar, par exemple, la du iiailsinaat entre 1 maires dout la iqul le loua • '-eux lide a i 1911, n,u.i usa loi, '• — Ils l 'A, que la h nou velle est asae/ claue pour faire r toutes i %  .a* iju'oa reaav


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06214
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, May 22, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06214

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
MRKGTfiCR 4-ROPRIKTA1RF
litfUkBCH
Cteineot Majloire
BOIS VERNA
1958 Rue \merioaiiie
Quotidien
lLkU'HUXK No Mi
I ne ji.iii le prosprit attache
mi ni le regard de l'honuii
aux thosas Itirestres, <|u'il ou-
le conditions Irauiles du
[humanit el les droits de la
frovidi m cil lui l.ini des coups
dt loudre pour que ion regard
dtourn si relve vers le ciel.
hua M* ***rl
MM

18me ANNE N Bli
POR-AIM'WN'CK (HAJ
'EUDI K2 MAI 1934
PROPOS PERDUS
Bonnes et Mauvaises Lectures
L'cSPfUT et l.\ MATiiiti:. L'initiation. L'.u.iui.m MON Dl
i.'ksi-rit. Les mauvaises lecti mes, l.i.i LEcn m bien-
! MsANTKS.
L'homme est compos d'es-
prit et de matire, d'une me et
d'un corps, et le sens dont le
corps est dot, servent d'agents
lie liaison entre I intelligence et
les cboes extrieures, irts ui> r
tes on organiss- Le* no ions
ainsi acquises laissent leur em-
preinte sur les ides dont cha-
cun est reprsente par un mol;
tous les mots entrent au fur et a
mesure dans le vocabulaire ;
mais, pour s'imposer la m-
moire, pour crer une impres-
sion durable, ils doivent veiller
une image dont les con'ours
sont inclinables. Si l'impres-
sion est trop rapide, le souvenir
phmre, le son du mot de-
meure vague comme un cho
lointain et le sens dparait.
C'est la mardi odinaire. '.'ne
fait la maman iiu.'anl son tout
petit la vie gn iU '.' Dite lui
apprend le nom c objets el lui
en montre le des* Nous com-
menons tous par .a : plus tard,
on nous initie la vie des ti*
cls passs, aux particularits
des contres lointaines, car nul
homme ne peut se tonner tout
seul ; il lui faut puiser dans le
rservoir des ides il autrui, r-
servoir abondant, car, depuis
qu'il y a des hommes qui ont
pens, crit, parl, multipli les
cliels d'nuvre en toutes lan-
gues, tout a 6te exprim, et l'hu
inanit retrouve et renouvelle
plus qu'elle ne cro. De sicle
en sicle, de millnairs en mil-
lnaire, les hommes vivant en
socit, ont constitu un trsor
commun ouvert tons par l -
tude.
L'homme ne vil pas seule-
ment de pain* Si l'organisme
physique a besoin d'une alimen-
tation convenable pour soute-
nir ses lorces ou les rcuprer
aprs leur d-perdition par le tra-
vail quotidien, l'esprit dont cet
organisme est le serviteur, doit
choisir l'aliment substantiel qui
xalte ses facults, dveloppa >a
vie suprieure, et en multip le le
pouvoir rayonnant. L'intelligen-
ce est un teu qui. pour brler,*
besoin d'tre sans cesse alimen-
t- Malheureusement, un trop
grand nombre de journaux et
de livres sont crits dans un es-
prit dtestable, par des hommes
jugement faux ; par des Ci -
vains sans principes ni scrupu*
les, sans autre parti que le parli-
pns di combattre I M id a su
in-- el le murs par des plu*
milite sans conviction et suuvi ni
SOS instruction, qui dlayent
les penses de leurs smployi un,
laute d'en trouver dans leur pro
pre fond 1res peu de e<8 ou-
vrants et de ces teuiltea mritant
de retenir l'alteniioii, mus si
peu qu'il taille eu li -ir compta,
il ii< laissent pas d r >elr, du-
rant leur vie eph.uei le g
du s-iii-ur d'ivraie.
fous c ux qui passleot une
conscience claire de leurs de-
voirs, qui s sentent responsa*
bls d'un groupe d'Amas, s'eilor-
ceut de prserver du mal rpan-
du p;'r les publications nuls fi-
nes, l'atelier od l'usine qui d-
pendent de leur maison, '.est
que la ngligence sur ce punit
est des plus graves LaCU'lOSIl
SUVSi, car beaucoup, surtout pai
un d . ternines. pchent par la
curiosu qui prtend tout lira,
tout savoir en liant du danger,
en le bravant audsriaiISSBiant
Qui na combien de nobles vies
se sont croules sous la pi
sion exerce sur l'esprit par une
littrature que ma plume relus
de qualifier, par respect pour
moi-mme et pour mes lectrices.
Un Ikui livre esl un ami. un
conseiller, un directeur, un m -
decin ; au surplus tjUt s les lec-
tures sont luentaisMiies quau 1
elles clamni l'ami et la loin
liant. On peut donc s lotrtsi r
aux choses de son temps, suivre
les progrs des scien.es. ce qui
esl une miniers de glontier ie-
larnelle Sagesse ^ *t l'ternelle
Beaut, Il est inftniment proba-
ble que d'.ci la lui dus teinpS'les
causes v. ineineut cher.-lies jus
qu'ici et eniui trouves, rcom-
penseront le lte des e.licr-
cheurs. Mais I heure de la scien-
ce ne devrait pas laire oublier
l'heure des mes, h pauma
ames meurtri.s dans la n >US U*
lade des mien t. Imuiams el des
passions saus b m, et qui pei
lient le long de la route au bout
de laquelle eUesesperent ferme
ment trouver la paix, la paix des
mondes ionomurablea jets, ain-
si que des poussires d or, d ma
I mlmi de I espace et des kgi s.. .
. bnins .le iei ; dans Mai rapport
I. s iiperti aooi >i. m n total l'i
t. m looai i toul iiitra pari,
|'orrupalion militaire est relative
meut -......di re. Bq ra'it i
ir. ceoponi la Itulii iii- poui i i
tenir I sel ion i Ile oe
cupation dj rduite peul l'.Hra
encore et pourrait mi'me tre tbtn
donne i avenir, mu s eulement
sons n ci v qui l.s gaianti< ii.
leralliea :.-- rcr ri I i m i H m
des pi, ii.i -- le r \ll. ii pinion publique a voit qu'une
choea : I oci u, alloa mililalra '.
Les initis ont .. i boieil aire i es
ploilation ci ai m qua .le la Ruhr
et la solution ibler lli< t du pro
blome de reps.ii.tioi>' .
l'ai Cable

Nouvelles lraujives
Un repas il- mariago
l'tfll
lian;
|n m* ivcau Irai sra ni de
In lliliT, lllnsi'
Varits
\ enclreili
LU Trois
7'IH6 chapitre
Entre 5o centimes
autour de li dermlre
Bip isition Coinimiii.il
t.. lurj sa la di i oii ra ExposU
ti m i..,iiiiniiii.ii'' aal i ifi i i
el nous croyoos sa<
port a t remis au Magisti il
munal
Nous rappelons ea i I
conlbrmin-ul l'articla I
:nent- relatifs i celli I
w m ce r.puoit doit dira | u
L'Affaire Ai Fonds
Parisien
Ou >it que Mi Batte Paiera
dont la ii'iiu t 111 tons un
rapport fall par Mr Dominique
rlyppolite a latente s celui 11 un
pro - su diflam itio i.
i. iftairi -ei i api i ic en i
lioinal luudi proch ira Ba iu >up
da tmoins onl
sera r p iaent par Me Shoj i bar
Jesu-Louis i i Mi llyppolite
dfendra lui mme sera a
n-t .le Mes Usrri et Duvivier.
PARIS -
i e du pris Nobel de
i
i i
, ,i un noi
pai
les en jus
.n La |
el.i i a fait
! i '
-
L,i prochaine E>., ?" ' ;
'r in n iii.ii.il- di i Srenoble
p ,WS La I ran i i invil
- i par I
u de
de i ' "
un ru.il encours i : ils
,U, du Cana li di i il e, du
le I i et de la
Sui
li Fif nationale i uliaine
PARIS M 1 ; l r, cl
l,i rci plion i n
,.le cubaine l ' m
I, .m du Bi -h lea chifs da
n, ; itl dl|
r '|
n.enlas
do a remis I ii igi es de la 11*
gmn d bon ni ui iu dex U ur \moe
.n.
L;i participation ameri-
r;ui i ;iu\.lt'ii\ ol\ lil|iii|lli'S
l'.\l IS La ci mit oljmpiipie
h i .... ... idi
in : i n. M Ki
nu i. \ prendenl i tubait
U lui u* s remerci las
i.ii,. i u tins d'avoii ;
[i. M
de I. dration
i
10.
La Situation politique te France
M MilUrand voudrait dmissionner.
L'opinion de Painlev concernant
le Rapport des Experts
PAR OABLB
: i
.
I >.il ,;l ,n ri fsl i .ni
| I. n il dti uil i
n Mit n dan
"III. S H
I I il.il.Il
ua le
: i,.
I
L's rapports
ciaus entre
I [iidncliiiie
.m i -
Japi
L".i\Min r ivllcii, r Duisj
chappe par miracle
un accident
il !..
PARIS. Il Mal L'ii
ir b la i "n i
,i i ord pr limin aarap
[.mi- ..mu erciau* du pon 11 da
La n""
i ,. bai 'i dailin,
h hiue
ni 'le
I, kio 'i'' I i
11 i i que
d'un s roi qui
,ii .. i. i a nu accord msnl
,.| i, ion ikamaa l Paris par les
ngociateurs des daus paya.
Nouvelles diverses
i i LGRADE M. Pal il
11 .n. un nou
BRI \.ELLLa l.. sou
re-w da . So< l di s us
I. |.,, . tenee du pri i ,il
i. i ii i \u,i
|, u ii m piopotilion du gouvai ne
i I d'tal lil uns uni
versil iul-1 l 'Sua
Bfti i ivanlagei pciaua |
de i l uropa
m i, i.i.ii qui sont M. i li i | u la
I nui.- qui i.
imiw misa h calai Un a ei|
i , il i i .i impj mbie
I u un i.l d'i I uni
Iclois on
, m, |ui des masuiti iisii al
. lie | rues imi i oar
! I II,,11 I
|i ui.l.i 1-lU'S i!i ,li I. li ni
psi U. lu qui Dis LaiigiR de pro
uls.
I.i le ka" 1111-e du rki-
luii Albi m Teitelbaum avec le
\ 11 11 iberatan,qui lut
i M train inoa-Suget, pe-
lita ville i Roumanie sep*
Uni: lle-t-il pas,
i r plus l'un cti les laineuses
i is de I iamai ht Uu'on en
juge 33 ba ufs, 210 moutons,
loti veaux, iUOOoiea, 3.ajtiii
i oulels nt i t sa* tilii .
I lusii un w agonade boissons
varies i lanclu rent la toit d<
niviii ^. Il est vrai de dire ci ux-ci laienl au nombre le
l lus ds W.i OU, reprsentant les
imunauts juiv, s de l'olo-
11 isie. d'Autriche, stc
\i,--i bii n, li s [iMiivres ne lu-
i qi :,- p ia oublis au cours le
i,i ii, 11, de le commence*
m 'i,t dia n-jou asaii as, le grands
banquets leur turent ullerta.
Lu essai de mobilisation
iudustrieiloeaiBriaua
t u sas u original de mobilist ioo
. i i u lieu u l'.tala-
i m- le U avril, jour anniversaire
Itralion le guerre h l'Ai-
Imi,
i la laver du soleil, un t-
11111110 a ti en"v du oaiais-
i' i .le ,i Guerre pour .uinoucrr
1.1 II,ils I mis taient en gur-
ir ,i\i i Bra -in. i pava origi-
Dsire i m.un iei Remuai Butler.
M. W u ah, banquier ai eolonel dea
i .iiiatre In
Bouvalie, l'a auaaitol lait sonnatlra
i, Dtreprisas induatriattea.
Avant midi, ta d'antre Biles aTtieat
i n terrompu li.-iivstnsnt
- douta leurs laluicalions
pour ateuter Ua cora-
i l,i gouvai n.'inaui, portant
sui i.lni-, .u millions ds
i iiImu. psotsursd'avions,
- ni pour but d YSri-
in i ii b-. ordres peuvent entrer
i n i .i 1111 n ii en vingl quau* hau-
i -, comme le < -.ni\oriirinnl la>
i rail i le Inla sur
llli 11 ,!, m iih^ eea r-
suiil i niiaiil. ni i in ma
encourageants el il sein reprieeti
grand au mois de Septembre pro-
\> .ua ion pas un exemple
mii> ( t.e Fiitro)
firnl M Sporlii
Les amiteura seront bi.-
tnia d'sppren Ira que i
TENNIS i Ll U Jtil NESSEsi
Doilivemenl jou la S9, i
l'A" em-du.
un dit qu'il j a da nombrans
, pris
Ail Ire : William*
Entr "."-iinile I got
Voilure I gourde.
Un*
Etats-Unis
st Japon
l'ai Sans I il

l'AltlS- La prsident Millerand
a eu une longue confrene avec
M. Poincar probablement SOT la
situation politique intrieure,C '
cntievue lait le piimipal sujet
dea conversations dans les couloirs
de la chambre eu lea nouveaux
dputs arrivent en giaud uora
bre.
L prsident ie la r|
euv *.,' i veol
ntr. L -. at. Mlli
n'a pas vene.Le puutipuk ebsfa
radicaux conlereront entre eux de
main soir aprs quoi une runion
da comit excutif du parti m
socialiste sera t'orc depieodi.- I
poukOit bon gr mal gre. Quoi -
la paituipation des socialistes
dans le gouvernement, elle parait
de plus eu p.us loigne
M Paul Painlev, ancien prsi
dent du conseil, a dclar q,.e le
il je- ek,< rts demande a la
Franre rabi..ooui,^i uue poeitino
Y i n .e\.
d'une iBB|oi uuue cspiuis pc
cit 1 txpUiislioii directe
de la Hulir et le contrle de ses
Le Prudeol Coelidge a accept
la dmi>MOii de t mus l: ^
eomme ambassadeur di i
I nia au Japon I a do
Mr \N M ..Uribue des rai.
sons personnelles.
Deux BBvin
soronl Blfrts psi uns -: i
i i our donnai s -
i .......i n da j ip< i
Irin II

die la loi sur I iinrnit'
entre en vigueur.
exposition
de ehauasui es
La Core se i ordonoieis
le une i
runion
i..
ili iii-
i prside
l ti \, itri
.
i Port
BU'Pl
1.11 i elle
i .i prouvi
I | n ls
., ii
''
l Sctlt Ja-Iine tiuiiioux
'u-

. .
DO .
i.. local
.
D'un buIi nous
pi io de 'Joui e, Isi iflecte
(ion
. liue.
Ce Soir
i de
I.-
l-.nii irde
Conmission Cadastrale
Centrale del Rpublique
La ommisai
i i,i., utile
i mis au *iij- i Uea i i i
I. pu.i |uiu/i
... l l des
i immenl M*t i mib <

u -m |i
... i i
I i | i '
pet vil. bile s su
i i.
i
hsbil I Pari
. notaire A i. ito
itsl de La
otte Bau ... . si 11
riolle Judi Y
i i. fU, n outre, de di
leurs liliei de |
c lt<
loin

I : .mi IBI les
:
I
Pour la Chapelle
du Sminaire
Lai I |i rea de Bte l!" de Lima
prparent une imitante lte e,ui
sera Ibnne i l'iabliesaBsent ia
me lr m Juin prochain eu profit
du la Chapelle du Petit Bnsinalfa,
-------r,---------------- ^------. .J1 aiLA
TRIBUNE
.lu 5 lvritr 192:
L.* L'>i 'in a tevriai
mu' l.i ju-nsieii <
i
MiU isesl distia
gue.
Hrioee. Il
es aa<
riflis uii'liiliivs aies
Gliainbrea L^ifUlativat
Il j a prs d DB au qne la rvi
i la paasioe a t
nce, et l'ea
i ir i OU11 de la lea
Conseil d Ktal iers
! un projet qui donnera satis
faation sas iBciees giau'isli'une
lionnairss du orpa Ogialati*.
savoir qua ' a'eit
pat la lionne intention qui manqua
a ceux qui I .1 la ra
I -aliun dl i Tiuiii. II en
qui e damna lent
ii pour l'aire aaaaar, par exemple,
la du iiailsinaat entre
1 maires dout la
iqul le loua
'-eux
lide a
, i 1911,
n,u.i usa loi, ' Ils
l 'A, que la h nou
velle est asae/ claue pour faire
r toutes i .a* iju'oa
reaav


*ru,n-inrt'i -i.
110
LE M aux
O
W MANGET


>
i.
,
i. air-
\>\* les po-
i In i rlUQui il
. .1 ...o ...
i
p
! M t*
. LUT' "
i
lerge Taillant Conaiynataire pour Haiti
lve <'Ont'< U* ID
,aaairea dont la |
i\t dj liquide.
I," |
! iir, Ci ii c
i qa'oo i
de In patrie
lui tau use p'*' *" ri'
compense l.t
doit pa^ ; dani la cir
eoailaace. nu la a
>, fvrier i-'i i. |uitau mes
eue, ' N'~
, meien
lui aal depuii longterapi d; ja
demanda et ol < d ,;
ri . "
, ,-. iptiuoi d l'ani iain
Il n'est pu somissibli **
deei lnateursi ou di, ili *
ont t*ii l* meseei lgialalun
|,. pil i tB| de
Pieri raaUi 1 cin |u
|,.,(. ira p u- on i t li
qui Igalion i i '
loi du fvril
Quant (OUI Pau', vous ava/
,ii .71 .i cinquanla d
que c'ait le mu da l loi dont
veosav / ttaiidiila promi
S parlai pal iai du p | I
1, n u rtroai lii l< un i i "
amliore 1 sort daa
i |FI .1, I Etal i.
car aline lavit sucun droit ac |
Ri |'opi......i
prvaloir, il
lia ne dii| i i
1 avenir, e'esl dire p< i11
ne toot eiitiu au
que dapaia m publi ati o au Moni
laur< Mai le i menl et
l'ofttca destin m"'-- oui i iil pi
de boa aen en
nire loi au b
citoyen qui a'laii
|a m,, pubiiqu ton in'elle i
fole
Noua
vernemint de vouloi
nu protil >!'"
Dputs, jouiiiaot i ttai II i aenl
de la panaioo i par l'aa
i leoni lai, lt i "
valle loi A
prineip abroge toutei loii
poaitiooi
trairai
Si l'eicuti n
n avait p m al "' l '"
laterprlati 11
I
ru u '
Veule
!';n- Coivtntion Spcial*
Et vertu d'uM obligation hpo
rapporte par Ma Le >n
n taire
i. 1 11 iovembre
I9t, ni mu I mant de-
i pi i *-
d . p tr le ' il Ma ' i
le .le
:
I i *i
Rua medi vio|l
heurta
,, ,i itio, a le raoti
plut offr I lai niai se. bel -
urd'un ci lani de lai <-.
inl il* l'lUbilal..... Dpr,
au M H ipital, born au norJ
raal i a i l'Habile i io, au
.u i par i an B plisle, u l'eit ;
it pal a -iaur
I
i, que ( i imm uble se pour <
am| arts I i'i ton 1 tant ex
m rserve, mi la naie a
pris d i aol iii loti Daui Del
t,:- "i IM -
p mriuite al d II
gn. du aieur liiaodoia Wela
! Il llll .'I
cili .ri au Pria , ayaol p u
avoral 'Vl Bi
i la cabinet ! i d>t
Daniel i
itra \>- aieur Granville SiO'
pi 11 i| m" -I in urant et
d i m liai Port au Pri
r ,,ii |i m a nplea raoai
U. s *lra*.er au notaire lui
, M LlioMi ibraneha,
ru*.
i au Pria Io li i\ t2.
, \l\I.KIUt\M il..
Il roodi et bliuei, aiie en lette
tille, l'ai gle dae rues d* l'Ega-
lit el Pav ou rue l'anti l)> --
louches, rowiui smu !e nom de
Moiita'aii, borne au Nard par la
>rO| :. I Io M l'ait-, au Sud |
a m Danti Deitoucbci, 1 Bat
par la rue Monlalaii t b l'Oueat
|, r la rue de l'F|i it de la con-
, i i.i an t de I M piedi lafin n
d lai.ade II iviron de pro
liindeu
Sur la mise | r i de Trois mille
,1 ,|| ,ra Or 3 MM) lix^e par le
axprit
A la requl i 'le Mmr Vve Paa-
cher Le*pe, pr pritaira demau
raalcl dorniciliaaPo t au Prinee,
vaut [loin M- B Jean-
l.ouis at Louii i'u'vx nlrc l'lu.n
Kaubeil, axant pour amcat Me
II, Ck i li il.'iaill.
Tour plus ample* re meigii''-
naenU, l'adreeaer aui axoeatasou*
. ou m Qolairea Louis N >l -
n anav, dpoaitaire du cahier dea
' i barg .
Porl lu-Princa, la il mai 1924.
Sigue : S Jean LOUIS.
Louii 01 LI X.
i Pour gurir ou viter ^
Miaa*iais eoaTiTio
coaiTioa-aTouoiamv
IL SUFFIT de prendre
a l'un * ? "Paxe
MM Mt NI (' !!"
une Pilule du D'Dehaut
t47,ruedurau>8t-Denii Paru
Mais 11 iaui exiger les vritables
qui moi !"< '*'' blaachci
I i im MnnW w* '
DEHAUT A PARIS
ont trt itallt lmgrim>a > ''Otr
tm ETRE cPolriT i
. uwta rwiilo^ -l'.....
,. -| H W )*, "*! <
,1-.. .Iuitr-.til'i.inu
WXi.Cl lUI.

.-
-
taufm-
M rt'lja
aw -?** MF
Ul rcpifi den Ui mis
par lai mraiiiioi P mb or en
faveur di Madame Luce ictaio
l ,, lu t idiriiont dclariimh
duplicata dava! en lri uVlivi :
i; cp'aa No 8" x ileur G. '".' 0
K rpi sN l88valturC. 110.00
Poit-U-l'ii Ci, ce 10 Mai 1924
Alfred yiAU, avocat.
MESSI DEMrQUBVl
\-, 1IM Nni Cbar'ee M -r*
rrfixi.1-, Mme Louili < l.mle et
-, eiil'ai.ls.Monsieur Eugne i h \T
Im forint clian'er le ver.dredi i3
M,, nortnl 'i Leurea el dnrrie
du matin k l'Egttie l'alli- lii'e
m^ase I m en mmoire de
leur* regrett! pre 11 m if
Auriine inxiletion apciale n'a
x ,nt t failf. lai amla de la fai
mille i liarles font pri/i If COBI
itrer le prsent :iii comme en te
liant lifUi
Lm dabiteura da la "'
non I fi 'i le Dr .Vu'iiii* Co-
rne^iu qui uni dei ffieti d| "^^
n garantie sont inrita m pr-
senter i h. / \f ii nr Halfeth imi
Irhnuuu, *00^ Gi nd Rua,
a Imtniflialeur proviiotre >le la
dita .-ii p ir r (tlerlauri
comptes. IH ul ti de huitaine
I ur gai accoi l- P'auta de quoi,
il i ra proc M contr eux con-
Eormmenl la convention les
parties et d'aprs la loi.
Port-au-Prince, U 1CJ Mai /92i.
Meuble* fronait
_(i vendre: ~{
CliAmbra Louia \\ lit
d'enfant, meuble, dlvrara,
buraau, ooff.e-foit, vai-
elie, arga.ilerio, tapis, tu
Irtaanx, peintuies l huile
aq .arellas torre cuite, ob
)ets d'ar flacans de toi-
letle. lampea cleetr.ques
el ptroie.
li.iz iv h t'Iien au bout
du Wharf.
Voule
sur Ucitation
in verlu i! un \<
naul iln lii-
il Civil i i au Priai
,i,i i ,lu ' mai 1903 et '- 3 d'ua
nul de 1re
la l'oit au n ; I ent-
ri a inl II rapport i n etpert il
\ Ira U [ui r*
. toi dii
n ((io an I p*i iPtais-
i a Mi L >uii Vilnn may, no-
i,,, .. i i, i la viate
;, i plm o i, .ni el inch
i
i

____i
Port-nul'rinoe: Simon Vieux, Ckartea jjgg\f
N.Sada.Lope Rivera, llazar MtropaliUln.
Go*aivea: Madame Ragone Dhrosae.
Saint-Marc ; Mme Maurice Cleaoa
laeinel : Clie Uoug.
Potion Ville : Oreate Cllry.
i
llrcd VIEUX
Agant pour llaitl
%ip\$ adirs
Li louiifga doaan svJi h Ions
ea ini' ippartieodra que lei rc
i suivant tant idiras, il les
dclare suie duplirata dvitt lui
en re dlivr.
i Sonan i i*ion 8 imbour ;
No 585, laeui
ligrsmm >ii I leuae ll.f3
Cummiffiin Dauuliin :
No. '". favei.r
|i ^rsmmond Jeui.e 138 60
No 24S, rav.ur
DgraaiBiond l uni >; 30
Mdrii' MORGAN, manit i ra
PERFEGT
liack Shd Uressiag
La Produit le plus pur qu'on ait encore import dans le paya
Une simple t... I.e sur fai Mulien lea plui dlnori lea remit aaai
Ce liquide appliqu sur les chaun-nea e aHl pal le lingi *
vt rend le cuii brillant et souple,|i.iil Btre appliqu sur toutes las aaas
rjeieiorles.nont.tties.lesxalisas.Us^iiiluiei.lesacs main, la panas
lnifie Peuveot tre terni neuf pr une seule rouctie de ae mrvan
leux produit Les ehaaUUoaa sont la disposai >a >ie no e lente.
Ft.llonSItMO UolisliJnc^H.'Tork
6(0. Jtansme,
j^ent Ixtlasf poiw Hai
I,j,!u.idwlirtelea en laee de la "anque
Propritaires d'Autos
SALUT
PiT li- prochain steamer nous attenlons les PNEUS et CIIAM-
lU'il.S AU! le la lameuse marque
Duulop Ganidia
Le DUNL'JP TIRE AND RUDBE1 liOODSCo .le Cana'a
une labric il ion spcial pour lea Poeua et Clumbrasi air
p un lea paya Tiopicaui. La qualit al le pria sont sana concur
i i ce.
l'ia,- / voi i liiiiu m lea ls maint ninl, ,iv i.il .i'ao.'i -t> r iil-
..__ leurs
i uni i Tire and Ribber Goods Co-
' J Canada,
t>AH
W. Quiiilin Williams,
S latributeun
I7M, RueduMafieindarEurt,
Tort au Piince

LTmaisoii SILVERl
.^r.vS .i-.. lua... tut.. ..,-...
Chapeaux do laine dltahe.
Chapeaux l'autre dllalii
ltaptite lino pour ehnusea
J ,'l Si ani..ls t~T- pour>.,....
Satin do chine pour tailleur
Lustrine pour tailleur
Colette pour tailleiii-
Drill merceris ameiicain(nouvenuta
llrill fil blanc & union anglais
kaki Jaune anglais extra quali
/.eeliir anglais aup pour lia.uiaaa
loile a drap fil anglais 0 pouce,
i coton 8'*
BatlSta fine pour chemise
Une visite i tt)IW By^oit vous coiivaincta gela liou-
iif hii ilit If IMW ai ticles cl le la modicit le nos
pris en compwafon svtc ceu* il'aulias maisons dais
place pour lis arlicus similairas.
fidal^aV
M
110, Hue des Csars
Tlphone : VM)


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM