<%BANNER%>







PAGE 1

n !.. CKSO Un Jour Viendra %  •'''•wm Ti ni •. %  • ' %  %  • H,0t H *>/"'' .•' -S -1 %  -'. >J "v Parfum, troublant captivant &f pntrant X ARYS Feafatsesaf Si ls Ma..on H ,l. i tipi|n t d* N •* II H.II,d .-aei il i I" \nie rel .1 l< i quel pies hab lalion lu %  "Food Pari i el Ju S .1 > '" sllrel L l l une i • trield La nrlo'ta BtuJuy, h TI larlotle lu lilh Piocan i. n I i re ;. sn nuira, iin • i Tennis lui Jeunesse S|ui I mHatienne I.I in i M .t li ,l %  l'.n.i Bail en i %  i Club et Ji uni IH Sportif il l %  -'•' M n i i heu t-tni li tu Parc l. i.n i ieG ii' le Voiture : • InlreisanU comdie locale en deux actes. raie : 1 su i lia; .' u Tivoli tliltic Clab As M • libres actifs \ -N >mb|e >n iu lo il ir lin lire h M*.r J.[ du co iranl •'. haurai i m de l'apr. s a di ,> mr o luti mai r %  |U itiion ; i itres* %  nui I.I bo ci iti .n. %  s irtairt-Gnral' vuuiieFonauPnLce. Sicreiaireiie d'£lat do l'iil La U i.iii!. i .,iii traie de la il i ni i de fou vaut* .i i il i priait i i i ee, poui i Depuis qui o< les i" i terra e Koau I no tain ..i ut, MM. Lu i %  Horaee lictlaaton si l) Arrt Le Gonstil Communal \' i i e a 1er a le la Loi du fi -. .i le celle du n les lui Les ; i • ; il ii.ii i e ijiil lie ii> illj el les aol ui il i om sol de i les l 141 n%aus I %  u • i i nire leurs m iicli m h ,. pu iliqua ei %  il l< i i ml |ne cette ptsti [i e esl e j i L'i ilil* au iotrAta 'les %  i mu :r • ml i i[iii l'es plaignent et k la libre circulatioa ; qu'elle il une li -u souvent \ 'les Menas allab es q li p >rl %  nl .•.lieinle I r>r Ire p iblic ; l'.onsul ri'ii que l toi porteur B'est autoris i< u,Ire que par les rues et sur le p'scei publiques; Arrta ce qui suit: Arl 1. Il iioUein'iil il later •( de ven Ire des mu hsadisea lur les galeries de maisons de lontntres et sur la v i publ que. \ii i', II.II lads el nur > %  11 i lai ml libres da v ndre pir les rues ou il eii'er lai articles qu'ils ilebilenl l'intriem .ta l'extrie r des m in hs publies. Art. 3. !•'* tunlrav. 'niions au prsent arrt' lerool dfr, aux Tribunaui comptsats, sans judiea des mesures de poli.-e auxquelles elles pouiront donner lieu. Art t.Le pr. s-nt arrl*. aprs approbalioa du Secrtaire d'Ktat de I Intrieur, s. r exeui la diligence du Migutrat Oornmunil al d i Ch I d la Poliee de Dette Ville. l'ail en ^anrB do CooseH Corn muiial. le 7 Mai 1984. Le Msgiili il i i ii IHIIPSI, (Hum*) L. Luders UOlSE V u i H p i n uv : i rtaire •! t il la i Intrieur, n) ucTHEMtD Pour copie coiifoime : Le Si i lelnue du 'onseil Communal, II. LOI HISDOM Dur caution d'un million le dollars I e hreni l'antique i IRDSMA, I loyal Mail i ioe. A boid il. i|iu I les boissons alcooliques, roiir m e v.il. in de 100 d dollars, svaii 11 i : • laisiea, si uni ;i\ail .''I. n,i-,, l,i h loti n',i ti autoris A conliouei aoa soy ige qui IIIDVI iiii.ini le dpt d'une caulii n d'un million de Jullars les dpches panr Nos York et l'Europe ris N i ork direcl par le aie in ar i rltt. lui seront (sr m c ls jeudi -'mal i mranL Port au Prioee, 1a 10 Mm i.'i Une lame par mois au lieu de deux par semaine mi Un latr.f de nwr Valet AutoStrop vous seprira i rva hir'ts ttse. er.fanls, Mme I ou se Charles e s g enfanls,Monsieur E %  '^ ta t'Ii r les feront t -hanter le vendredi H Mai courant k > heure el de • ie du matin k l'hgli-c i '.alli Irai : une messe .'e r quiem en mmoii ds leurs regre'tst (re et mre. Au,une incitation spciale n'a vaut t r ail, les amis de la fai mille cliules ont pris de cne l'rer le prsent avis comme en le nant lieu. Putain reue Nous avons re.-u le premier nu mro d'une nouvelle revue ejsat p> K titre "i mis' dool ls devi*e eil Ai !'.il.huii c'est ad re Vus U tau Ki r.'-p i 1 1 il au sal il le mire co i frre, mus lu prsentons aoa m-'leurs souhaits de longue vie. I.i compagnie d cha tas de Panama rieni d|sxplisr son Arent en rett** ville, un joli assortiment de chapeaux sp ciaux qui jamais oe soot arrivs plus tin* i Perl a'i-Prince. J'ai l'h moeur d'atten Ire jne les so-ils de la K publique DOUS las-ent connue toujours ls p'aisir la visiter notre m gasinPrix depuis /' tlollars jusqu' HW ( par chapeaux de va1 ur relle). Suit arrivas aussi des chapeaux de Pa lams de petit prix ceux, depuis l n dollar jusqu' 5. iNous stten Ions galement des hapoaux pour entants. Nous faisons comme toujours un escompte en faveur des achei-uis en pris. L'aeni p \*r I s Pipubliq i i tTHaiti Domina M d d *M 6a JKNARO lliniTADi 17 Mi, W eCour'oe 1 Soulagement nnindiaitei (ueriaoa BBuUe Globules Rbaud tulisltmrTillns,surpranaBta m*m | u iH'n,.'ni., -. i • • 9 *" 0,ma4t' o' et %  DALICHOU, il Hu'V -..: l'uf Bol-Colotnb,,| b< n) • A ri • Pfi>< Pl>v~ SI i H Le meilleur sedutif -• niao SEJDOGASTRINE Admis ds I. > ii MI, taux de Paris 1 Crasapes, uras, Aifraur. Spasmet iln.ilo >, Ns •. Vettltfs, ..•il*. i ,i is. facilite iule. < GauroE ilSriiei fl,'. pays chauds f" M '#• 't p^ormam • L.k.r.t. in .P /I/INF-? ..,C.an. r*UI | I :,i in.rliAI. PETHUS rort-auPrinee. Simon Vioux, Char.es Picoule, B. et N. >. ii .",'. %  Rivera, Itazar Mtropolite!*. OoasalTOS: Madame Hagne Dlirosse. haint-Marc ; Mena Maurice Cleaca, •Jae.nel : Clia liouge. Allred VIEUX 2 Agent pour liait! "-'| I H -4 i U dbiteurs de la IUCCSS* i.i l'eu le Dr Auguste 'lou i m qui "Ht di -il' i s iK'i'oss n garantie sont invits se prsenter di./. le sieur Cabsth es Mintasss, '*'• %  ', Grand Ru*, admusUstsur provisoire de la .lite siiacttssii.ii D ur rgler leurs comptesi I ii dlsi de huit iii e Lur esl ac T li' Taule de quo', I < iu proc l contre eux conlorniuunt i la convention des I ariies el d'aprs la loi. Port-au-Priose, le 19 .N'ai /924. Trop faible pour travailler. La vie couran;c des femmes n'est souvent 'lu'ci travail iiuc-sant. Combien plus ardue 1 :.'. t.chc OUUsd des mal..i>ts particuliers S leur sexe rendent chaque n.ouvement pnible. 1 stme nerveux est drang et )a vie est loin d'tre gaie. Les femmes qui se trouvent dans cette situation devraient profiter de l'exprience de celle qui nous a envoy cette lettre: Lisez Ce Que Celte Femme Dit ] etjit anmique et sou*. ..' a (' il'diliurs me formaient souvent leur, toujours djns le bas ventre, taient quel |aefoia aigus, quelquefois sourdes tt je vomisivent. J'ai souffert de ce malaise pendant quatre ans a\aht de faire connaissance par l 'entremise d'un fisocott i "tfftsln de T jrlia r rhithaai Ja mpteta Httafactioa et je me fais un plaisir n ladet toutes nus amies qui souffrent de mme n. S'il MAKI-. Mu AS. C'alle de Caridad, Cuba. Les femme* soummule ne fl.-irin( pas faire d'aasata U. doivent Insister poor la Composition \egetale [Il de Lydia E. Pnkham 3f. J l*OI I i~M Mteic.nc C. t.VNM.MASa, v.f. A Skis ail Su H Produit spcialement prpardlpettr remplacer If lail niaternel alimtnt complet |Oiir les COnvtlatcenlN, 1rs viaillatds etc. Do 'joui dltcieuseiiieiil Igrabl > tin en trou\era t'hez Simon \ iaux, Ch. _^l'itoulet, |,ope Itirera, l'harmaeia l'.Sjorne, II. Itorday. .!£!. Keltre \ Lo, |{. & Y >ada, fcvansto Alvarez Pour commandes directes prit're de 'adi ester _a Li t i'rtvi* m tit Agyi -/i ut ira. Aetitae VtatU Kuo ua.|sy i | i,e chose plua iinpoitante a coneideier, c'est la quantit da iarinc lacte contenue aaiis chaque boiie. \e.U !sert S7b t|ia net pour 27>0 gis env. dae boitas concurrentes. 18 1 1 0 Bue des Csars Tlphone : i'M)



PAGE 1

I JffaMVfKJR PROPRIETAIRE IM*A*MBCB Cteiiitmt May loi re BOIS VBRNA 1806 II.' Yxni'ioatae Quotidien H ,ue lembla ujue li I on euu;c un noneui il ttUun de lsent, OU no peut avoir aucun doute sur iimoiortalil de lame. J'a chert lie a douter. Mai la r I lsion a prouv mon erreur. j\ M M es dsireiu (k croire, car j ne suis point heureux %  TOC mos incertitude. BYIO.Y IBLM'UQHENotM eue ANNE S 521 PORTfAU-riUNf-K iHAlTJ Ul -I HA] 19B4 La tension entre le Japon et les Etats-Unis l)parteieiit de r£\gricuiuire Uue Jcrise a clat une lois de plus dans les relations entra l'Amrique et le Japon, et toujours propos de l'migration japonaise en Californie. Le \2 avril, la Chambre des reprsentants, i|in discute une loi sur l'immigration, vota un paragraphe qui quivalait in terdire aux Japonais le s'tablir aux tats-L'nis. Le liausur, la discussion commena au S. nat, et les choses prirent tout de suit un aspect trs grave. L'ambassadeur du .lapon Was hiogloni M. Ilanihara, av.ut, quelque temps auparavant, remit une note qui pro'estail contre toute restriction aux accords existants. Cette note blessa vivement l'opinion amricaine. 1 a snateur Lodge lit n marquer qu'aile touchait au droit fondamental qu'a un pays d'ouvrir at de lermer sa porte. Des liscours lvres lurent pronom:i s. Kn lin de compte on mit aux voix un paragraphe qui admet* tait a -l'immigration les trangers entrs aux Etats Unis, en vertu d'un trait ou d'un accord relatif l'immigration . Le paragraphe fut rejt par soixante stize voix contre deux. < >r, les six derniers mots concernaient prcisment les Japonais, 3ui sont sous le rgime, non 'un trait, mais d'un accord. Ainsi exclus, ils sont rduits au rang des Chinois et des Hindous. Ou imagine l'indignation et la colore l'okio. C'est une vieille querelle qui se rveilleI n chillre le fera aisment comprendre. Il'aprs nue statistique le M\, il y avait eu Californie 6.300 1er uueis japonais et tilO propritaires. Leurs Tproprifts atteignaient preMjue J/0"00 acresHt leurs revenus agricoles qui li i ni i!e /'Jt millions de yens, riaient trois fois plus consi lra bls que ceux des agriculteurs i IlitTI ains. Un premii r accord, r stn i gnant I immigration japonaise, a t sign en l'.'tw. Cest le gen* llem ii s a.'nemenl. ou l'accord Root-'lekhiraEn tWS, le Parlement de Caliloi nie interdit aux Japonais d'acqurir de nouvelles terres et de signer le* baux dont la dure excderait trois ans. Enfin, en hflo, une troisime crise clata. Le Parlement le Californie enleva aui Japonais la l'acuit d'tre propritaires fonciers. La loi. sou mise au n feivn liim, fut ratili %  • %  pai 600.000 oui contre 220.00U non Sur ces entrefaites un jugera ni leur av. MI mme interdit le i rer les bit us de leurs enfanta ns en Amrique, et qui, par la loi, sont c toyens am ic iioa : on leur tait ainsi le dern subterluge par lequel ils pouvaient tourner linterdi lion de possder Ces m suies son! parUculi res l'Etal de Californie qui est, il es vrai, le principal l.'it via.Le gouvernement de l'okio m gociaii bien avec celui de VVaa liington. mais celui ci sdclarait iinpiiiss i i.t ,i lairemodifier la lgiilation des Etals particuliers* Il engageait, en dsespoir de Cause, les Jjp mus ,i ,m 'iiler un procs I Ivai de Californie devant un tribunal amricain, comme ayant promulgi des lois contraires aux a coi i sius par le gouvernement de EaJ i du D d< \ m cullun dam l< M *ii IVSI rel a i.t dea • r I m i • i. | %  ieui up i a tni-p ii hodei iiil.-i. lit qui le pi uni ri M de> rol i riiM i dt I'M D u de ,i i i par te le I iii •" I le suivant : i shingti n, c esti-JIre i l'acCor I de l'.Hi, La situation la i un a >s. V. I %  • n i .-i m i ii... I i rise %  i %  • %  % %  h i -ans si lufion La loi californienne resta en rigueur. Tout le mou le tait cord pour n manier i' f90H ; m ,i | gO lllOt I 11' 1 boutirenl pas nl] i, une l >i i le sur l'immigration m prparation ds <')2 n I cette foi qui vient mail len mi en discussion, et qui provoq i %  la i ouvdlle cri Cell • ii il v a beaucoup de rV riminationa r ipro peut assurment re Il y a une situ ili m trs nubrouille.qu'il faut tirer au clair, al liqui 1er M lia il restera un i ivi problme celui de l'migralioii 11, on ise ai rai I." Japon i si contraint ira le surplus de ipulation, al c n'i s: ulem ni lea Etala U protgi ni contre cette immi i n m Le Cana la compte 2 J.i, mais, et leur chiure d' 'il ir. > i al de mil:. alors qu %  le co omet e du Ga ua 1 1 est le ni millions I pas do ite i\ que Canila el El ii i nia s'enten Iront pour i nu i i o mtin ni am i n • m sures ont t pris ce i ii conc rue I iw ti el les i. .•..' %  | i i [ . r. 11 iu Pi .il ilu l'il : II. i . In' le l'Arrt • n i ..il ma u i 11 liuf, le De partial pourrs u li. position un | ibleiae %  i|u< u le question dt % ici" es ua ..i %  ilruclui ; :i %  • lions, 1. 1 raui i ruii i dit %  lille? m il at i ai I i • Il |U i I d I i lion. — ii. -11 in, i imposiliou 'I | 1 I • ... S .1. > ||i !.. n ition i luiti de i [ion \ %  i n i ti sol Dicol; bon ti Pal I i lolouji • 1 ; dimtoi Il v poil i. ... y, 1)1 Philippin i. v' i i ra-l il aux ii -m m .i i Kploiler l'tx t'. n -i trient Et qui n les cons i a le celte dir %  • ij i nouvelle sur la p ililiqu %  %  el sur lea inb : a am i i nus eux m.'.n 11 ni y lin f* Par Cable Nouvelles Etrangres Hiie>. Ils ont eslim Lie la conclusion duo accord in teralh au sujet du manquement iwUuebdt Allemagne, el dsira bta. de convoquer .une ni.itetsn.ee interalli lorsque les changes de vues seront sullisamment avance. Le Belgique et t Italie s'ellorceront de raliser sans dlai le plan des eiperts reconnaitsant que la que lion de dettes interallies res'.; connexe au rglement intgral et desti ait 11 des^rpsrcitious. lclarations td'un lutur ehef PeB 1 1 ri t les prein miis de LOtt les Importations uses ont t dt 1 I mille M s millions de francs SOil un menlaiiou de i m I lards sur la p riode eorresp mdante de l'anne l< nli et .ie lu milliai .1 sur les ehillres des i premiers DSOil de 101 I Les exportation! n mont %  >•> i I i iniil i Wfl millions (le Irui lOi UD ex U)97 miliiuusiur la mime n de ii/.::t et de 12 mille f m t liooi sur les premieis mois de 191'J. Nouvelles diverse PARIS Le roi de Roummie irtl pour llucarest. M. Breton a pisid le lme dner de I Amrique latin) inislavo Lansmi et plusieurs diplo maie* il allaebs pomqi*r c >*a> ) n-sisUi. nt. M. K'IWlD 11 d i I ! :,, !' • scMocea, Ultl X'.I.LL-> ltf-La fdration de l'glise protestante belge a en vov par cable nu gouverneur de .New V'ik un u. %  i ialisl.il ; M .m siij I de l.i ii.rin i it. i. .i Si A ^'H l < de i l i lilis lia il de II | 1 1 llooie lluguenut VVallo&a. 11 klO 19 Le (ministre dei aflairi m* inlorme que le li dt de i ausanne i ndsi %  < eo vi gueur dam -i M Ikpon. Li l ranca n ; siato eu une i n laioo peur a itifio ition. MELBOI RNE Les avi ; Mcialyre • i (oble ont V rmim vol de l.lT'id ki.i'ini Ires auluui de l'Australie eu '.'U II.UHS do vol. LIIERBOI RG i" !.. mLrci de %  |uipe imi ieajoe di b tl .I,I m rsaujoui \\ \-lll.\'i,i l.\— I'.U %  < v ,11 contre 2 i d a vot a d'bui le projtt de lui IUI le bonu au sol la ta su pi 1 le pi l .ii Ige avait oppo • %  ri un trait sur les b tiesooi iu trait aogl 11 i n nu i • le ligu pni le s-.cn m u l D'au Ini m lion pub i |ue. du n • i u mot, ml 'i u rosi m i i .; 3 L)U sui de m i i D un l'Ioipee 11 ..u | .. i i '. iil • d M lei iiie. 1.1 !.. rei IUI .i.. Ilot inique %  i il. — li M ue i. i i i. UlTCI II -. ml. l. l'byniqup Il I , : || tal %  i li 11 !', anteui %  • %  limlion du | I ti du i enti pe. I'u di i masser dea |, ..... i | %  — Prin< i %  Vrutume de. i ii • iji. Ded | i i irl ii' i"ii .ii'ii te l> i 1 1 I i.et I i. Vpp M .i i I • I I;.' | Cli tb m. i lialeui 0 B. I. I I %  I i Kvap i i i i. i t, I' I ,' 'III lu llll li lllirIeui i l'util' Q08 h res de h? Arthur Uidere Cil m PS i .. iDoiieat Non conlrre* \ oiUi par U .Tribunal (l'ADDiji i du 17 Hughes el M ATiedl ildt, .iminl||llli:i .. ur d \ib m igoe n doute BU i BUK i i %  !•• p itroui l d %  invirei ailteui'. pprlei de* b u %  %  l,. i .i III.H rR (FOI H 19— J aroplane : aujour du moo le, suut arrivs '. beuna svoir couvert la disl mi a d< kilomtre* de l'Ile Pe i ta lliron, l'i H\|i) — La accord i t loclo enlre M. Merlii verneur goi >l de l'Io I i Iraoaiaa .et M statsudalr i mututiu des aliaires trau^res. ; i, au i n In Li i n ni i .in m : ml le ; ; i ,n 1 1 i i i ; lea in Il n i i i •' | %  !• i n. %  raison que dans les K< MI l< JjuIIIDIIII la leur LES 'JiUltS Li.ie M.W VuttKfranc 18.68 Livre sterilnj i %  ; %  -|ue s le ni aucun autre diver* amenL i i rtndu u 1 i'J du i n i ml i, i l piir /t) duiih 'i \imUm dt i> i .,. Vtti i de loutee doi 1 tm i d lermio il M ,i i.ui la I. I : .-i, %  Isi Ion iiii iiuiii • ..lu qu n i n i -i j i i .'l 1 >r J i 1 .lu mie \,,li. — Combinai i liimiqui %  u,,,, i al i ', uinposs. , \l des corps. N aique n-. ehlmiquM. Alliages. ires, l'oids etomi i alor iu|iie qui sept i ni l,i uni llull i'llllllli|iie i.lilore i i de la lie iiii.ui. S luilre. I II.I 'talluides de I I sme lamill • avec i hvdrofiM. I. tau oi >. iun|ioies de I %  u v ..in 1 .in soulre. .mi v li i jur \ ide sulfui i |i famille • \ \ i uiospbl ique I pli MI .il-, \ntimoine, se et pi iipnts. •• ii animal, i.iiarbon, i.-' i J ris. Actylnes. I . %  > nli j li le rai bouique. M taux, proprits > humques et i quei (viiiagee. i 1 %  i %  Dl 'les, l'sages. i.iii, i .u buuaies. Hvdralti .i. i.ub nr, l'ioprits Zoologie lgaa animal. — \ei Vilhropodes, Mollusaoi • Protozoaires. Ma m • i %  -, • lui..iu\. Heptiles, i .m-. Musele, u.. du mouvement. Neiu. i u Lui uialion, Scrtion, rail .i Lb Ualif nunale. Lan Insectivores, Humiii mi ,i leiinvoree. 1 | appareil di J'' i %  m m. Ki'Fipu at'oa, I >l llllpi m s i les — Poissoaa : Nourrii Lin ulation, ltespirstion. 1 Arl — liie,|es, Metam rptioses, lubdivisioa del classe les. \ i el Ipooajiairee. in., nu iquea, ariUnaliqaea. !.. nlli II 1 reuves seront I'.u le Jui J et approuve per I i Etat de l'Afri -i noies ealeules d al lia de 0 ,i is .4111-1 tale lus bien h Hun 7 • '. Assez bien Mi .no Mal O Nul i .lit Ion KM le moyena de cet Bupi I ; 1 l'Ordo n tu • n ilique '. Lus de causa. • pai noua, Ctaudiua ti lent, Dora une 11 lin Montas, juges, en lique du du neuf ni ul eut vingt quatre, an i de Me Flix M i if.Suka tilul du C mn. luG >uvei un .i M inee de M' a* refli il i -t m lonni. • i %  (Sig i \ Milieu Duracin \ w ib i m \i"M\s. Di--iiiniii.ii BenorifiiJiifl i i la IVI rnera al branaii i ruse du rannintre de > i ii'in 1 • t lies i mlerer la 1 i l Vca l.'inie I 1 % %  lion p I l'i \panletle Irancaiaa en) Hati Soa complimsnls, \ 1 n %  • ; -A



PAGE 1

; JfttOinUB PROPRIETAIRE 1M*MM3C* Cl in a t May loi re SOIS VERNI 1096 IU* 1 Amrioalu QuotUtien Il tB semble que) si I un euxje un momeui al aci.cn n DC peu! iVOir aucun doute sur nmoioruht de l'me. J'a lirt.lu* a douler. Mai* larII.'VMII i prouva inuu erreur... Je iai • ii es dsireux de T>HV. l ne suis point heureux avec ni^> uu-iTtitudes. BLBPBOHK No2M eue ANNI' N* 521 1>0RTAU-P1\1N< K iMAlTi I .1 LIAI IQfi La tension entre le Japon ei les Etats—Unis l>pauiei^ai de l'Agriculture Uue Jcrise a clat une fois de plus dans les relations entre l'Amcriijue et le Japon, et toujours propos de l'migration japonaise en CalifornieLe 12 avril, la Cliamlire des raprsent.-Mits, qui discute une loi sur I immigration, vota un paragraphe qui quivalait in terdire aux Japonais de s'tablir aux Etats-L'nii. Le 1 i au soi', la discussion commena au Senat, et les choses prirent tout de suite un asuect trs grave. L'ambassadeur du Japon Was i Iiiiikilon, M. llaniliara, av.ut, quelque temps auparavant, rtiiH une note qui pro'estait r.onIre toute restriction aux accords existants. Cette note blessa vivement l'opinion amricaine, 1 s snateur Lodye lii n marqtti r qu'elle louchait au droit fondamental qu'a un pays d'ouvrir et de fermer sa porte. Des iliscours svres lurent prononcs. F.n tin de compte on mit aux voix un paragraphe qui admettait J'immifration les trangers entrs aux Etala Unis, en vertu d'un trait ou d'un accord relatif l'immigration . Le paragraphe fui rejet par soixante stize vois contre deux. < r, les six derniers mots concernaient prcisment les Japonais, 3ui sont sous le rgime, non 'un trait, mais d'uu accord. Ainsi exclus, ils sont rduits ,iu rang des Chinois et des Hindous. Un imagine l'indignation et la colre okio. C'est une vieille querelle qui se rveilleI n clullre le fera aisment comprendre. D'aprs une statistique de l'-dy, il y avait eu Calilornie li.JUO l'ermieisjaponai el till) propritaires. Leurs 'proprits atteignaient presque !J"A)"U l acn i. Lt leurs revenus agricoles qui et; i ut i!e (30 millions de yens, t'taient trois fois plus consi lra bls que ceux des sgricull tirs ; IIII'II unis. Un premier accord, r< sti %  tgaant I immigrationjaponaise, a t sign en l'j'K Cesl le g< n* Uemen's a/reemont, ou l'accord R toi lekhira. Eo i913, le Parlement de Calilornie interdit aux Japonais d'acqurir de nouvel'es terres el le ligner des b mi dont la dure excderai! trois ans. Enfin, .-n l.*'-'i i, une troisime crise clata. Le Parie* ment de Californie enleva aux Japonais la facult d'tre pi i pritaires fonciers. La loi. sou miss au n leren lum, lut ratili ta peu GrJO.OOQ oui contre 220.0 %  non Sur ces entrefaites un jugeai ni leur av.ut mme interdit de [ rei les biens de leurs enfants ns en Amrique* et qui, par la loi, sont doyens amricains: on leur niait ainsi 1 1 dern sul'tcrluge par lequel ils pouvaient tourner linterdi tiou de possder Ces mesures son! parUculi res l'Etat de Californie qui est, il e> vu, le principal Mal vis.Le gouvernemenl de l'okiu m gociait bien avec o lui de W is hington< mais celui-ci s • dclarait impuissant a laire modifier la lgi -talion des Etuis particu ; shingli n, casl-1 r e I eccor l de IU0J 1. 1 situation tait un ri a . E'Ie *n eal un enco s l.i iriss ans S'lui ion La loi californienne rgla an ri* gu -mTo a le mon le tail cord p ni n m inier l' i ccord le f908 ; m lit les ngociatioi i n 1 1 boulirenl pas Lutin, uni le sur l'immigration l lit m prparation ds '"j.i\ i r11*lui I|UI vient maii len int en di ust ion, el qui pro* | la 11 Cetli ci ise, o il v a beaucoup de r< riminations r ipn prui assurment reco jure. Il y B une situ llion li?eiubrouille.qu'il faut tirai au clair, al liqui i ir M lis il rester i un trs grava problme oelui ils l'migralioti japon lise an rai I. Japon i si '-111111-111,1 m dehors le surplus de sa population, el ce n'esl p is m ni les Liais Unis qui se En* ii ju D dans le rel.ili recruu mi 1 : pour In 1 1 • %  il, : %  I op itilrei mu %  devront ; 1, I 1 j I ,11 .1 lie l'i\ III, .'Il < in a-cord 1 t\ le suivant : Liexan f iui 1 lieu, I | : 111 1 i I de I A fol. .. il mua 1 .1 1 m liais. Il engageait, en dsespoir trnt MJrieni 7 Li qui D de cause, les Japonais iiitsnles consquences de celte direi i prolgi 1 contre cette immii 1 1110 Le Cans 11 c irnote '-' 1 11 leur chiure d ifl ires esl de millions de do alors que le co amercs du Ca ua 11 isl le 30 millions I 1 n'esl pris do iteux 1 1 1 '.111 1 1 el El ii 1 %  l nis s'enten Iront pour 1 1 ,n 1 la e intin ni un 1 n m sures ont t pria ni'! I iw n el les Philippin -. Que restera-l il aux I i, m 'i 1, siu 1 nier l'Es tar un procs rival de Calilornie devant un tribunal an' ricain, comme ayant promulgu des lais contraires aui s 1 suies par le gouvernement de 11 >n nouvelle sur la p iliiiqu • gnra % %  el sur les int •" %  am • us eux min< I 11 niy Bl %  Par (Sable Nouvelles traugres Honimai|! de Ne\v-V > lielle, a-t-il dclar. Il os laarail lre questiop de retirer k I ardlM II Basai m de notre aime avant 1 Ifl la situation de la l-raiu*. visa vis de l'Europe, ait l clain c II n j a point le r lisons, a 1il co iti D'il', pour que le recouvn IIHIII crcaiii.es IranaiseB ne oit poiul li aux restauiatiuus de l'Europe et la | i\ mondule. 1 >y pai 'ible nu foavei DSUI >tc .New V • 1 k un n ixpi .1 ttU n M ;,u tojet de la ii.i'-iu 1 iti n i N< H ^ '>il> de 1 61 1 I h-n.' n 'kla piumire colonie llugueuot Wallons. h hlU 1 J— l i - ; du t'n %  ,|, i le el du U kli i ml 'i M.I prosus. D'un '",'' %  .1 i iturellea Ue l'I BCIU ; ; 1 11 tu n i 1 Du il I u I i ,il %  il M |i ni I. • • :n 1l.i i. tig is sou ter r lin I.. irai le I raui i ruai 1 >li\ in • A 0 ilal ii>n 111I01 iphylu noe ;i .1 ll %  iig tnei de H ion. — In %  1 0 n 1 irnpotition 'I u • Jleur u | • 1 isgi %  ii 1 tu m-, iruits, nation U Idili d< 1 1 m \ 1 %  — I lie 1 B .1 1 Sol I 1 I 1 Ijphj Is 1, '. I '• ' Ilot 11 tentai es. — • 1 il — 1 1 M 1 ne, tuorpli I n :. La. |'n 1 li rei es orti l'hyalqae de li 1 |ue. — Pro pril 1 ii. 11, rps ]' %  ni, m . 1 liaid in poids il du I I ; Il 'I I — l'i 1 I, d krobim ad Dell : il. n nu M 1 | Prs tque et bi \ pp 1 .1 1 %  1 : Poiapi %  %  h .h m si oa a 1 ,. 1 ,1 I n r 1.1 |'i 1, 1 ii 1 Irici 1 Il Ml 1 Chimie \,,iii. u isies.— Combinai 1 iiiiin l'u 1 rps sun| 1 pi cota p osSi 1 tugi u,' nia 'i' 1 u des oorpa. %  1 1 m i'i ne 1 himiquM. Alliages. ures. Poids atomi u.11 Inpies qui ac, 1 %  ... iiuu 1 liuniqiu' L>) m-, i.hlore. I je des m de la lie 1.m.i.i.. Soutire. : • talliiules de ; ne rauiille avei i bjdrogens. 1 .nii|ioscs de I laygeoe, Su soulrs. Ai ida loi j In |ue, A ida -iiiiiui |i famille • \ tri pbriqua PnoS| \ 1 u ni' \nlimoine, Usages si |iiu|irils. 1. a| In.' 1 iiiin.il. i.liarbon, 1 uibuslib.es naturels, Aolytass. I. u, ue, .mil. Il i.le ,-aiLomque. iu, piu, iinuiquas et pli |uei Alliages. 1 1 l'in < .les, l'sagas. lias, l'U aonalas. H Irslti di .no as, l'ioprits /.ooloi|ie bivision au iSgee animal.— \ei Vi ibropodes, Mollus1 n iloxoairss. M m taux, KeptUas, n.' — Squelette, Muscles, n lu mouvameal. Nerfs, N ilri 1 u. '•'! in.iiiuii, Scrtion, < m niuiale. 1 in .1 livoree, Itunii1 1 u '-, 1 U-i i iivores. Uiseaul Squeielies, appareil digeslil Circulation, Kes|iuat'oa, 1 .1 .lll|n III s I .iiu.i|M! •.. — Poissons : Nourriliin, Urculatioa, Itcspiration. i laces Art es.— Insaoiee, Mta1 sul li vision dais classe 1 res et Bpoogiairas. I .viitliieliquen. 1 1 reuvss seront le Juij et approuves I lU l.tat u ,, ie ainsi ib 10 I ras l.ien h Bien 7 • S A n bien 1 \l> dioci a 1 Mal 0 Nul l'our ims libres ne Cil in ps Mr Arthur Uidre Iiniiiii talion el e\|-orla> in ', 1 W \-III.N'i,i 'V— Kai 8 % 111 tationa Iranatsea l'AltlS Pendant les prerti. 1Non ailes par 1 17 mus de 1921 les Importalioni uses ont l de II mille M H millions de francs soit un me ni M in de 1 m 1 1 .i di sur la p riode corresp.indaots de l'aoaee picdeoti 11 la I U milliai ds sur le? ohutree des 1 pretaiers de l'M.t. Lee exportations se sont montes I i mil] B99 millions de francs Mil un exr.de,, ^97 iQilliuua -.ui I mme (i de itf:::t et de !-' mille TW m I lions sur les 4 premiais mois de 1 ( ilJ. .Nouvelles diverses PARIS—La roi de Kouminie .iti pour Bucarest. M. Breton a pisid le tme dner Ue l'Amrique latine. M. h itavo Lan-'in et pluiieur^ dip 0 maie etalla.-lis couim^r-i.ux • |4Slstai< nt. 4 l 1. Il ! mit .1 -1 u 1. Iilt M y -La fdration de l'glise protestante belge a en i au i n tu l Gomma a de p 1111 Mi 1 1 1 1 %  -. 111 i cootn J vot au ,1 h.u le pi L t sur li bonu aux 10 1 .iau pi 1 i'1 G mil | I un traib -m les boieaooi 1 .1 sa trafl soglo a n rulin 1 la lig l par Is it.cn M 11. .nul, 1iad< M d tlli B igat II douas au > ni' 1 pat roui 1er u\ |.i 1 il ,1 laies ut aux navires alitai ,u l d ep| de-, :. l,. DEYETOR lITOI KOI I 19— il SroplaBSS >lu 1 .uni'-e au.a ue volant aupiur .lu 1:. sont arrivas a bsaras svoir couvert la distance de kilomtre! ds l'Ils Pai suai • TUKIiJ — Ln accord 1 m n a l conclu ealre M. Mer.in, gou verueur gol si de lin I ,,„ e • g /UI %  divarut. IHQlMti %i,a[ d Appui 1 1 1, tu l'I I I 11,1 I ta l'i 1 lei mojens d cet appel ; < l'Ordo n m • critiqus ; ni' u laidors hors ds pu nous, 1 laiuliiii li 1 lent, i'ni milin M IOUS, juges, en I ul'lipic du dix neuf Mai m il ngl quatre, sa I .i M1 "\Sus 1 lu Cm m saira du Gouverna taaee de Me as ireflsr, il 1 VIL ulee doi %  %  u quoi, el •> \MIIII:II Duracin V A V AL IO.YT \ Il n'y. 3 ; I. buili %  Noti r tison c 1 1 les Jaudei indice* dool il s uit Is DiHlinclion Henonlique 1 la leur minutie des allairos trangres. LES 'HiUltS ti.ie NEW VuBKfranc lK.i i Livre sterling i Il : I la su M tri t Isi du 3 I nera nt franais I ministre de I Instrui lion i te ei des i iris s Nolrer la i Vca lmis > I .la I IptlOU r vpanIranaiae en llatli \ M complirnanls, \ :


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06213
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, May 21, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06213

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
;-
JfttOinUB PROPRIETAIRE
1M*MM3C*
Cl in a t May loi re
SOIS VERNI
1096 IU*1 Amrioalu
QuotUtien
Il tB semble que) si I un euxje
un momeui al aci.cn <>n DC peu! iVOir aucun doute
sur nmoioruht de l'me. J'a
lirt.lu* a douler. Mai* lar-
II.'vmii i prouva inuu erreur...
Je iai ii es dsireux de t>hv.
l ne suis point heureux
avec ni^> uu-iTtitudes.

BLBPBOHK No2M
eue ANNI- N* 521
1>0RTAU-P1\1N< K iMAlTi
I .1 LIAI IQfi
La tension entre le Japon ei les EtatsUnis l>pauiei^ai de l'Agriculture
Uue Jcrise a clat une fois
de plus dans les relations entre
l'Amcriijue et le Japon, et tou-
jours propos de l'migration
japonaise en Californie-
Le 12 avril, la Cliamlire des
raprsent.-Mits, qui discute une
loi sur I immigration, vota un
paragraphe qui quivalait in
terdire aux Japonais de s'tablir
aux Etats-L'nii. Le 1 i au soi',
la discussion commena au Se-
nat, et les choses prirent tout
de suite un asuect trs grave.
L'ambassadeur du Japon Was
i Iiiiikilon, M. llaniliara, av.ut,
quelque temps auparavant, rt-
iiH une note qui pro'estait r.on-
Ire toute restriction aux accords
existants. Cette note blessa vi-
vement l'opinion amricaine, 1 s
snateur Lodye lii n marqtti r
qu'elle louchait au droit fonda-
mental qu'a un pays d'ouvrir
et de fermer sa porte. Des ilis-
cours svres lurent prononcs.
F.n tin de compte on mit aux
voix un paragraphe qui admet-
tait J'immifration les tran-
gers entrs aux Etala Unis, en
vertu d'un trait ou d'un ac-
cord relatif l'immigration .
Le paragraphe fui rejet par soi-
xante stize vois contre deux. < r,
les six derniers mots concer-
naient prcisment les Japonais,
3ui sont sous le rgime, non
'un trait, mais d'uu accord.
Ainsi exclus, ils sont rduits ,iu
rang des Chinois et des Hin-
dous. Un imagine l'indignation
et la colre okio.
C'est une vieille querelle qui
se rveille- I n clullre le fera ai-
sment comprendre. D'aprs
une statistique de l'-dy, il y
avait eu Calilornie li.JUO l'er-
mieisjaponai el till) propri-
taires. Leurs 'proprits attei-
gnaient presque !J"A)"U l acn i.
Lt leurs revenus agricoles qui
et; i ut i!e (30 millions de yens,
t'taient trois fois plus consi lra
bls que ceux des sgricull tirs
; iiii'ii unis.
Un premier accord, r< sti t-
gaant I immigrationjaponaise, a
t sign en l'j'K Cesl le g< n*
Uemen's a/reemont, ou l'accord
R toi lekhira. Eo i913, le
Parlement de Calilornie interdit
aux Japonais d'acqurir de nou-
vel'es terres el le ligner des
b mi dont la dure excderai!
trois ans. Enfin, .-n l.*'-'i i, une
troisime crise clata. Le Parie*
ment de Californie enleva aux
Japonais la facult d'tre pi i
pritaires fonciers. La loi. sou
miss au n leren lum, lut ratili ta
peu GrJO.OOQ oui contre 220.0
non
Sur ces entrefaites un jugeai ni
leur av.ut mme interdit de [
rei les biens de leurs enfants
ns en Amrique* et qui, par la
loi, sont doyens amricains:
on leur niait ainsi 11 dern
sul'tcrluge par lequel ils pou-
vaient tourner linterdi tiou de
possder
Ces mesures son! parUculi
res l'Etat de Californie qui
est, il e> vu, le principal Mal
vis.Le gouvernemenl de l'okiu
m gociait bien avec o lui de W is
hington< mais celui-ci s dcla-
rait impuissant a laire modifier
la lgi -talion des Etuis particu
; shingli n, casl--1re I ec-
cor l de IU0J
1.1 situation tait un ri a .
E'Ie *n eal un enco s l.i iriss
ans S'lui ion La
loi californienne rgla an ri*
gu -m- To a le mon le tail
cord p ni n m inier l'iccord le
f908 ; m lit les ngociatioi i n11
boulirenl pas Lutin, uni
le sur l'immigration l lit
m prparation ds '"j.i\ i
. r11*- lui i|ui vient maii len int
en di ust ion, el qui pro* |
la 11
Cetli ci ise, o il v a beaucoup
de r< riminations r ipn
prui assurment reco jure.
Il y B une situ llion li?- eiu-
brouille.qu'il faut tirai au clair,
al liqui i ir M lis il rester i un
trs grava problme oelui ils
l'migralioti japon lise an
rai I. Japon i si '-111111-111,1
m dehors le surplus de
sa population, el ce n'esl p is
m ni les Liais Unis qui se
En* ii ju D
dans le
rel.ili recruu mi 1 :
pour In 1 1
il, : I op-

itilrei mu
devront
; 1, I 1 j I ,11 .1 lie l'i\ III,.'Il
< in a-cord 1
t\
le suivant :
Liexan
fiui 1 lieu,
I | : 111
1 i
!
I de I A
fol.
.. il mua
1 .1
1 m
liais. Il engageait, en dsespoir trnt MJrieni 7 Li qui d
de cause, les Japonais iiitsn- les consquences de celte direi
i
prolgi, 1 contre cette immii 1
1110 Le Cans 11 c irnote '-'.....
1 11 leur chiure d ifl i-
res esl de millions de do
alors que le co amercs du Ca
ua 11 isl le 30 millions I1 n'esl
pris do iteux 1 1 1 '.11111 el
El ii 1 l'nis s'enten Iront pour
1 1 ,n 1 la e intin ni un 1
n m sures ont t pria
ni'- I iw n el les
Philippin -. Que restera-l il aux
I i, m 'i 1, siu 1 nier l'Es
tar un procs rival de Cali-
lornie devant un tribunal an'
ricain, comme ayant promulgu
des lais contraires aui s 1
suies par le gouvernement de
11 >n nouvelle sur la p iliiiqu
gnra el sur les int " am
us eux min< I '
11 niy Bl
'
Par (Sable
Nouvelles traugres
Honimai|! de Ne\v-V i I mis
l'AllISM. Lulou.prsident du
conseil municipal, l'occasion du
tricentenaire de .New York a tl
graphie au maire de celle ville les
sentiments de tierl de joie, de
pit et de gratitulede Paris. Il a
adress ses vu-us fervents pour
l'avenir toujours plus rayonnant,
la prosprit, la gloire et la grau
deur de la ville.
Toujours la Question dos
flimaralions
ROME I n commu nipi otii
ci-l annonce que MM. I lieunis,
llvmani et Mussolini ont estim
ncessaire de rsoudre immdiate
ment la question dm rparations
en appliquant le rapport dea ex
perla cou lilion que l'Allemagne
prenne localement les mesures
ncessaires, lit ont estim pos-i
Lie la conclusion d'un accord in
teralli au sujet du manquement
<*iUuel da 1 Allemagne, el dsir*
bla.de convoquer ,uue Lu.ilomuce
interalli* lor vues seront sullisammeut avancs,
La Belgique el Utalie a'ellorceroot
de raliser sans dlai le plan des
experts reconnaissant que la -pie
lion de dettes interallies r.
connexe au rglement intgral et
dtunitil desj.rpardtions.
Dclaratinits 'd'un futur
chef I Al;l- '' ad -I
riot, 1 n 1 1 1
louu piwL
vainement, commence a uo..irr
mous de rasue dans sas dclara
{ions $na toutefois sortir du do
maine des neutralits.La politique
trangre est la seule cboae > >
lielle, a-t-il dclar. Il os laarail
lre questiop de retirer k IardlM II
Basai m de notre aime avant 1 Ifl
la situation de la l-raiu*. visa vis
de l'Europe, ait l clain c II
n j a point le r lisons, a 1- il co iti
D'il', pour que le recouvn iihiiI
crcaiii.es IranaiseB ne oit poiul
li aux restauiatiuus de l'Europe
et la | i\ mondule.
1 >y pai 'ible nu foavei dsui >tc
.New V 1 k un n ixpi
.1 ttU n m ;,u tojet de la
ii.i'-iu 1 iti n i N< h ^ '>il> de 1 611
I h-- n.' n 'k- la piumire colonie
llugueuot Wallons.
h hlU 1 j l nilui'-- trao| ras lolo b pie l<
h iit de 1 susanas sotrsrs eo vi
nieur '1101 Is semaine y ir luite de
-1 rsUlicalioa par le Japon. L
II ii,i in .' pression
peur ei 1 ralitleation.
MLBOI l'.M-. Les svi
Mi atjre I UobU ool v m.un- tau
Mil de I.; Tut) kiim< lies auloui
de l'Australie eu *JU Ikuhs do
sol.
UIERBOI 1 , 11 meral r,. de
11 pupe au 11isajoc '! b 'ii' 'il sa
I. i
: | i ntne
de Klu loi qui u i< - -
A Port su Piin Il I
1 n g la
. i. m lion pu
1.1 |ue, 'lu 'H ir de i '. ^> i - -
; du t'n
,|, i le el du U kli
i ml 'i m.i pro-
sus.
D'un '",'' .1
i
! iturellea
Ue l'I bciu
; ; 1 11 tu n
i
1 Du ..... il
I
u I i ,il
il M |i ni .
I. :n 1-
l.i i.
tig is sou ter r lin
I.. irai le I
raui i ruai 1 >li\ in
A 0 ilal ii>n 111I01 iphylu noe
;i .1 ll
iig tnei de H ion. In

1 0 n
1 irnpotition 'I u Jleur u
|

1 isgi ii 1 tu m-, iruits,
nation U
Idili d< 1
1 m \ 1 I lie 1
B .1
1 Sol
' I 1
I
1 Ijphj Is 1,
- '. I ' '
'
Ilot 11
tentai es.

-
1 il.
1 1 m 1 ne, tuorpli .
I n :.
La. |'n 1 li rei es orti
l'hyalqae
de li 1 |ue. Pro
pril
. 1 ii. 11, rps
]' ni,m . 1 liaid.....in poids
il du
I
I
;
Il 'I.....I
l'i 1 I, d krobim
' ad
Dell..... : il. n
nu m 1
| Prs .....
tque et bi \ pp 1 .1
1 1 : Poiapi
h .h m
si oa a
1 ,.
1
,1 I n r 1.1 |'i 1, 1 ii 1 .
Irici 1.....
Il Ml 1
Chimie
\,,iii. u isies. Combinai
1 iiiiin l'u
1 rps sun| 1 pi cotaposSi
1 tugi u,' nia 'i' 1 u des oorpa.
1 1 m i'i ne
1 himiquM. Alliages.
ures. Poids atomi
u.11 Inpies qui ac-
, 1 ... iiuu 1 liuniqiu'
L>) m-, i.hlore.
I je des m de la lie
1.m.i.i.. Soutire.
' : talliiules de
; ne rauiille avei i bjdrogens.
1 .nii|ioscs de
I laygeoe, Su soulrs.
Ai ida loi j In |ue,
A ida -iiiiiui |i
famille
\ tri .....pbriqua
PnoS| \ 1 u ni' \nlimoine,
. Usages si |iiu|irils.
1. a| In.' 1 iiiin.il. i.liarbon,
1 uibuslib.es naturels, Aolytass.
I. u, ue, .mil. Il i.le ,-aiLomque.
iu, piu, iinuiquas et
pli |uei Alliages.
1 1 l'in < .les, l'sagas.
lias, l'U aonalas.
H Irslti di .no as, l'ioprits
/.ooloi|ie
bivision au iSgee animal.
\ei Vi ibropodes, Mollus-
1 n iloxoairss.
M m taux, KeptUas,
n.' Squelette, Muscles,
n lu mouvameal. Nerfs,
N ilri 1 u. ''! in.iiiuii, Scrtion,
< m niuiale.
1 in .1 livoree, Itunii-
1 1 u '-, 1 U-iiiivores.
Uiseaul Squeielies, appareil di-
geslil Circulation, Kes|iuat'oa,
1 .1 .lll|n III s .
I .iiu.i|M-!.. Poissons : Nourri-
liin, Urculatioa, Itcspiration.
i laces
Art es. Insaoiee, Mta-
1 sul li vision dais classe
1 res et Bpoogiairas.
I .viitliieliquen.
1
1 reuvss seront
le Juij et approuves
I l- U l.tat 1 m 1 ileu lies d'a-
1 h .Ue s<> u ,, ie ainsi i-
b
10 I ras l.ien
h Bien
7 S A n bien
1 \l> dioci a
1 Mal
0 Nul
l'our ims libres
ne
Cil in ps
Mr Arthur Uidre
Iiniiiii talion el e\|-orla- > in
. ', 1 W \-III.N'i,i 'V Kai 8 % 111
tationa Iranatsea
l'AltlS Pendant les prerti. 1-

Non ailes par
1 17
mus de 1921 les Importalioni
uses ont l de II mille M H
millions de francs soit un
me ni m in de 1 m 1 1 .i di sur la p
riode corresp.indaots de l'aoaee
picdeoti 11 la IU milliaids sur
le? ohutree des 1 pretaiers
de l'M.t. Lee exportations se sont
montes I i mil] B99 millions
de francs Mil un exr.de,,
^97 iQilliuua -.ui I, m- me (i
de itf:::t et de !-' mille TW m I
lions sur les 4 premiais mois de
1(ilJ.
.Nouvelles diverses
PARISLa roi de Kouminie
.iti pour Bucarest.
M. Breton a pisid le tme
dner Ue l'Amrique latine. M.
h itavo Lan-'in et pluiieur^ dip 0
maie etalla.-lis couim^r--i.ux
|4Slstai< nt.
4 l 1. Il
! !
mit .1 -1 u 1.
Iilt! M y -La fdration
de l'glise protestante belge a en
i
au i n tu l Gomma
a de p 1-
111 Mi 1 1
1 1 .-. 111 i
cootn j vot au
,1 h.u le pi L t sur li bonu
aux 10 1 .i- au pi 1 i'- 1
G mil | I
un traib -m les boieaooi 1
.1 sa trafl soglo a n
ru- lin 1 la lig l par Is it.cn
M 11. .nul, 1-
iad< m d tlli b igat II douas au >
ni' 1 pat roui 1er
u\ |.i 1 il ,1 laies ut
aux navires alitai ,u l d ep|
de-, :.
l,.
DEYETOR lITOI KOI I
19 il SroplaBSS >lu 1 .uni'-e au.a
ue volant aupiur .lu 1:.
sont arrivas a bsaras
svoir couvert la distance de
kilomtre! ds l'Ils Pai suai
TUKIiJ Ln accord 1 m n
a l conclu ealre M. Mer.in, gou
verueur gol si de lin I ,,e

g /UI

divar-
ut.
IHQlMti
. %i,a[ d Appui
1
1 1, tu l'I I .
I 11,1 I
'
ta l'i
1
lei mojens d cet
appel ;
< l'Ordo n m critiqus ;
ni' u laidors hors ds
pu nous, 1 laiuliiii
li 1 lent, i'ni mi-
lin M ioUs, juges, en
I ul'lipic du dix neuf
Mai m il ngl quatre, sa
I .i M1 "\Sus
1 lu Cm m saira du Gouverna
taaee de Me as
ireflsr,
il 1 .
VIL
ulee doi

u quoi, el
- > \miiii:ii Duracin
V A V AL IO.YT \
Il n'y. 3
; I. -
buili

Noti
r tison c 1
, 1 les Jau- dei indice* dool il s uit Is
DiHlinclion Henonlique
1 la leur

minutie des allairos trangres.
LES 'HiUltS


ti.ie
NEW VuBK- franc lK.i i
Livre sterling
i Il :
I '
la su m tri t Isi
- du 3 ,
I nera nt franais
I ministre de
I Instrui lion i te ei des
i iris s..... Nolrer la
i Vca lmis
> I .la I IptlOU
r vpan-
Iranaiae en
llatli
\ m complirnanls,
\
:



n !..

CKSO
Un Jour Viendra
''''wm


Ti ni .

H,0t H *>/"''
.' -S
-1 *-'.

"

>J
"v___________
Parfum,
troublant
captivant
? pntrant
X ARYS "
Feafatsesaf
Si ls Ma..on H ,l. i tipi|n
t d* N * II H.ii,-d .- 3, Rua de la Paix
PARIS

I
Conseil d'Stai
A la iy,i ilin, le S
cieu.io d'tlal ni- ru iii- a d
pos n pi
la ci i< uns
d /ou* delermim i |
eomrni naui tppro i 'e Se
crtaire -.i m
.'ji ut prise eu vertu de 11
loi qui m Gi uia!-
AUX l'tll.lii i,
i l'Ecole de Droit;
I Me I ix La
ram Pi
m.'ni ilt Me
cd.
Meilleui
((
JEl'DI
))
Serge Taillant Consi .aUir e pour Hati
Fianailles
Noue avoua reu la chanasata
earlede Fiaaeaulm anne
Pereun avec al r Fl il il ri
,Meilleurs SODipliments.
Varits
L'iiisiiiicl
Entr* : 1 y do
Parisiatia
Ella a iseifoa
\ lay et
|ul i : i p >aei il -
i I" \- nie rel .1 l< i quel pies
hab lalion lu "Food Pari
i el Ju S .1 > '" sllrel L
l l une i trield La
nrlo'ta BtuJuy, h ti
larlotle lu lilh Piocan
i. n I i re ;. sn nuira, iin 1 titrai de pi opi it et
il |l .; |U If
t il .i ie.
Elle i joui que, poussai i plus
loin .-'.n en |..... 11 ses iofasli^ i
i doi i lie - leod bien) il I F n l
1 i |i ur ilendre sur les
lieui les il ': ni' m des petits pro
i
lin r il inilivamenl sur
' lit il.
En proc laol ainsi, li < droits
-l ii a erool il distin
a, l" 2" '' i I > i
Tennis lui
Jeunesse S|ui I m-
Hatienne
i.i in i M .t li ,l l'.n.i Bail
en i i Club et Ji uni ih
Sportif il l -'' M n i
i heu t-tni li tu Parc
l.
i.n i ieG ii' le
Voiture :
InlreisanU comdie
locale en deux actes.
raie : 1 su i
lia; .' u
Tivoli tliltic Clab
As M
libres actifs
, \ -n >mb|e >n
iu lo il ir lin lire h M*.r
J.[ du co iranl '. haurai
i m de l'apr. s a di ,> mr o
luti mai r ! |u itiion; i itres*
nui i.i bo
ci iti .n.

s irtairt-Gnral'
vuuiieFonauPnLce.
Sicreiaireiie d'lat do l'iil
La U i.iii!.i .,iii
traie de la il i ni i
de fou
vaut* .i i il i
priait i i i
ee, poui i
Depuis qui o<
les i" i -
terra e Koau I no
tain ..i ut, MM. Lu i
I" '
.uigiii i le i i i. >
Horaee lictlaaton si l)
Arrt
Le Gonstil Communal
\' i i e a
1er a le la Loi du fi
-. .i le celle du n
les lui
Les ;
i .
; il ii.ii i
e ijiil
, lie ii> illj
el les
aol ui il i om sol de
i les l 141 n%aus I u
i i nire leurs m iicli m h
. ,. pu iliqua ei - il l< i
i
ml |ne cette ptsti [i e
esl e j i L'i ilil* au iotrAta 'les
i mu :r ml i i[iii l'es plaignent
et k la libre circulatioa ; qu'elle
il une li -u souvent \ 'les Menas
allab es q li p >rl nl ..lieinle
I r>r Ire p iblic ;
l'.onsul ri'ii que l toi porteur
B'est autoris i< u,Ire que par les
rues et sur le p'scei publiques;
Arrta ce qui suit:
Arl 1. Il iioUein'iil
il later ( de ven Ire des
mu hsadisea lur les galeries de
maisons de lontntres et sur la
v i publ que.
\ii i', ii.Ii lads el nur
> 11 i lai ml libres da v ndre pir
les rues ou il eii'er lai articles
qu'ils ilebilenl l'intriem .ta
l'extrie r des m in hs publies.
Art. 3. !'* tunlrav.'niions
au prsent arrt' lerool dfr,
aux Tribunaui comptsats, sans
judiea des mesures de poli.-e
auxquelles elles pouiront donner
lieu.
Art t.- Le pr.!s-nt arrl*.
aprs approbalioa du Secrtaire
d'Ktat de I Intrieur, s. r exeui
la diligence du Migutrat Oorn-
munil al d i Ch I d la Poliee de
Dette Ville.
l'ail en ^anrB do CooseH Corn
muiial. le 7 Mai 1984.
Le Msgiili il i i ii ihiipsI,
(Hum*) L. Luders UOlSE
V u i h p i n uv :
i rtaire ! t il la i Intrieur,
n) ucTHEMtD
Pour copie coiifoime :
Le Si i lelnue du 'onseil
Communal,
II. LOI HISDOM
Dur caution d'un million
le dollars
I e hreni l'antique i Irdsma,
I loyal Mail i ioe. A boid
il. i|iu I les boissons alcooliques,
roiir m e v.il. in de 100 d dol-
lars, svaii 11 i : laisiea, si uni
;i\ail .''I. n,i-,, l,i h loti n',i ti
autoris A conliouei aoa soy ige
qui iiidvi iiii.ini le dpt d'une
caulii n d'un million de Jullars
les dpches panr Nos York et
l'Europe ris n i ork direcl par
le aie in ar i rltt. lui seront (sr
m c ls jeudi -'- mal i mranL
Port au Prioee, 1a 10 Mm i.'i
Une lame par mois au
lieu de deux par
semaine
mi
Un latr.f de nwr Valet Auto-
Strop vous seprira i iu moins, fn VOUS r'-.'
raoelsaJoui I
eal aiilomat;i|ii'n.-nt repassee
parlaaat Irlul-mtua Queiquei
econdes de repassage et la lame
est aussi bonne que le premier
jour. L'essayer, c'est l'adopter.
le IUsoir'fv
Valel**
ifuto^Strop
jw Avis
Les rcpisss ci desmus mis
par la Commission Sanibour en
faveur de Madame Lure Arcbin
I. s tant adn es sont deleieenule
dnplirati devant en Mre dlivi :
Itcajiss No87'j valeur G. r.o/'O
Rrf.issN 1881 va'eirli. 1*0.00
Poittu-Piiece, c^ 10 Mai I9i4
Alfnd MAI', avocat.
Mo-is'n u \> rva hir'ts ttse.
er.fanls, Mme I ou se Charles e
s g enfanls,Monsieur E '^ ta t'Ii r
les feront t -hanter le vendredi H
Mai courant k > heure el de ie
du matin k l'hgli-c i '.alli Irai : une
messe .'e r quiem en mmoii ds
leurs regre'tst (re et mre.
Au,une incitation spciale n'a
vaut t rail, les amis de la fai
mille cliules ont pris de cne
l'rer le prsent avis comme en le
nant lieu.
Putain reue
Nous avons re.-u le premier nu
mro d'une nouvelle revue ejsat
p> k titre "i mis' dool ls devi*e
eil Ai !'.il.huii c'est ad re Vus
U tau
Ki r.'-p i 11 il au sal il le mire
co i frre, mus lu prsentons aoa
m-'leurs souhaits de longue vie.
I.i compagnie d cha tas
de Panama rieni d|sxplisr
son Arent en rett** ville, un joli
assortiment de chapeaux sp
ciaux qui jamais oe soot arri-
vs plus tin* i Perl a'i-Prince.
J'ai l'h moeur d'atten Ire jne
les so-ils de la K publique
DOUS las-ent connue toujours ls
p'aisir la visiter notre m gasin-
Prix depuis /' tlollars jus-
qu' HW ( par chapeaux de va-
1 ur relle). Suit arrivas aussi
des chapeaux de Pa lams de
petit prix ceux, depuis l n dol-
lar jusqu' 5.
iNous stten Ions galement
des hapoaux pour entants.
Nous faisons comme toujours
un escompte en faveur des
achei-uis en pris.
L'aeni p \*r I s Pipubliq i i
tTHaiti Domina m d d *m
6a
Jknaro lliniTADi
17 Mi, W eCour'oe
1 Soulagement nnindiaitei (ueriaoa BBuUe
Globules Rbaud
tulisltmrTillns,surpranaBta m*m
|uiH'n,.'ni., -. i 9 *" 0,ma4t' o' et
. DALICHOU, il Hu'V -..: l'uf .
Bol-Colotnb,,| b< n)
A ri Pfi>< Pl>v~ SI i H
Le meilleur sedutif
- niao
SEJDOGASTRINE
Admis ds I. > ii mi,taux de Paris 1
Crasapes,
uras, Aifraur. Spasmet
iln.ilo >, Ns . Vettltfs,
..il*.
i ,i is. facilite
iule.
< Gauro-
E ilSriiei fl,'. pays chauds
f" M '# 't p^ormam

L.k.r.t.in.P /I/INF-? ..,C.an. r*UI |
I :,i in.rli- AI. PETHUS
rort-auPrinee. Simon Vioux, Char.es Picoule, B. et
N. >. i- i .",'. Rivera, Itazar Mtropolite!*.
OoasalTOS: Madame Hagne Dlirosse.
haint-Marc ; Mena Maurice Cleaca,
Jae.nel : Clia liouge.
Allred VIEUX
2____________________Agent pour liait! "-'-
|
I

*
H
-4
i
U dbiteurs de la iuccss*
i.i l'eu le Dr Auguste 'lo-
u i m qui "Ht di -il'is iK'i'oss
n garantie sont invits se pr-
senter di./. le sieur Cabsth es
Mintasss, '*'', Grand Ru*,
admusUstsur provisoire de la
.lite siiacttssii.ii d ur rgler leurs
comptesi I ii dlsi de huit iii e
Lur esl ac t li' Taule de quo',
I < iu proc l contre eux con-
lorniuunt i la convention des
I ariies el d'aprs la loi.
Port-au-Priose, le 19 .N'ai /924.
Trop faible
pour travailler.
La vie couran;c des femmes n'est souvent
'lu'ci travail iiuc-sant. Combien plus ardue
1 :.'. t.chc OUUsd des mal..i>ts particuliers S
leur sexe rendent chaque n.ouvement pnible.
1 stme nerveux est drang et )a vie est loin
d'tre gaie. Les femmes qui se trouvent dans
cette situation devraient profiter de l'exprience
de celle qui nous a envoy cette lettre:
Lisez Ce Que Celte Femme Dit
- ] etjit anmique et sou*.
..' a (' il'diliurs me formaient souvent
leur, toujours djns le bas ventre,
taient quel |aefoia aigus, quelquefois sourdes tt je vomis-
ivent. J'ai souffert de ce malaise pendant quatre ans
a\aht de faire connaissance par l'entremise d'un fisocott
i "tfftsln de T jrlia r rhithaai Ja
mpteta Httafactioa et je me fais un plaisir
n ladet toutes nus amies qui souffrent de
mme n. S'il Maki-. Mu as. C'alle de Caridad,
Cuba.
Les femme* soummule ne fl.-irin( pas faire d'aasata
U. doivent Insister poor la
Composition \egetale
[Il de Lydia E. Pnkham
3f. J l*OI I i~M Mteic.nc C. t.VNM.MASa, v.f. A
Skis
ail Su H
Produit spcialement prpardlpettr rem-
placer If lail niaternel alimtnt complet
|Oiir les COnvtlatcenlN, 1rs viaillatds etc.
Do 'joui dltcieuseiiieiil Igrabl >
tin en trou\era t'hez Simon \ iaux, Ch.
_^- l'itoulet, |,ope Itirera, l'harmaeia l'.Sjorne,
II. Itorday. .!!. Keltre \ Lo, |{. & Y >ada, fcvansto
Alvarez _
Pour commandes directes prit're de 'adi ester _a
' Lit i'rtvi* m tit Agyi -/i ut ira.
Aetitae VtatU Kuo ua.|sy
i | i,e chose plua iinpoitante a coneideier, c'est la
quantit da iarinc lacte contenue aaiis chaque boiie.
\e.U !sert S7b t|ia net pour 27>0 gis env. dae boitas
concurrentes.
18
110, Bue des Csars
Tlphone : i'M)
* -


I
JffaMVfKJR PROPRIETAIRE
IM*A*MBCB
Cteiiitmt May loi re
BOIS VBRNA
1806 II.' Yxni'ioatae
Quotidien
H ,ue lembla ujue li I on euu;c
un noneui il ttUun de lsent,
OU no peut avoir aucun doute
sur iimoiortalil de lame. J'a
chert lie a douter. Mai la r
I lsion a prouv mon erreur. .
j\ M M es dsireiu (k croire,
car j ne suis point heureux
toc mos incertitude. BYIO.Y
IBLM'UQHENotM
eue ANNE S 521
PORTfAU-riUNf-K iHAlTJ
Ul -I HA] 19B4
La tension entre le Japon et les Etats-Unis l)parteieiit de r\gricuiuire
Uue Jcrise a clat une lois
de plus dans les relations entra
l'Amrique et le Japon, et tou-
jours propos de l'migration
japonaise en Californie.
Le \2 avril, la Chambre des
reprsentants, i|in discute une
loi sur l'immigration, vota un
paragraphe qui quivalait in
terdire aux Japonais le s'tablir
aux tats-L'nis. Le liausur,
la discussion commena au S.
nat, et les choses prirent tout
de suit un aspect trs grave.
L'ambassadeur du .lapon Was
. hiogloni M. Ilanihara, av.ut,
quelque temps auparavant, re-
mit une note qui pro'estail con-
tre toute restriction aux accords
existants. Cette note blessa vi-
vement l'opinion amricaine. 1 a
snateur Lodge lit n marquer
qu'aile touchait au droit fonda-
mental qu'a un pays d'ouvrir
at de lermer sa porte. Des lis-
cours lvres lurent pronom:i s.
Kn lin de compte on mit aux
voix un paragraphe qui admet*
tait a -l'immigration les tran-
gers entrs aux Etats Unis, en
vertu d'un trait ou d'un ac-
cord relatif l'immigration .
Le paragraphe fut rejt par soi-
xante stize voix contre deux. < >r,
les six derniers mots concer-
naient prcisment les Japonais,
3ui sont sous le rgime, non
'un trait, mais d'un accord.
Ainsi exclus, ils sont rduits au
rang des Chinois et des Hin-
dous. Ou imagine l'indignation
et la colore l'okio.
C'est une vieille querelle qui
se rveille- I n chillre le fera ai-
sment comprendre. Il'aprs
nue statistique le M\, il y
avait eu Californie 6.300 1er
uueis japonais et tilO propri-
taires. Leurs Tproprifts attei-
gnaient preMjue J/0"00 acres-
Ht leurs revenus agricoles qui
li i ni i!e /'Jt millions de yens,
riaient trois fois plus consi lra
bls que ceux des agriculteurs
i IlitTI ains.
Un premii r accord, r stn i
gnant I immigration japonaise, a
t sign en l'.'tw. Cest le gen*
llem ii s a.'nemenl. ou l'accord
Root-'lekhira- En tWS, le
Parlement de Caliloi nie interdit
aux Japonais d'acqurir de nou-
velles terres et de signer le*
baux dont la dure excderait
trois ans. Enfin, en hflo, une
troisime crise clata. Le Parle-
ment le Californie enleva aui
Japonais la l'acuit d'tre pro-
pritaires fonciers. La loi. sou
mise au n feivn liim, fut ratili
pai 600.000 oui contre 220.00U
non
Sur ces entrefaites un jugera ni
leur av.mi mme interdit le i
rer les bit us de leurs enfanta
ns en Amrique, et qui, par la
loi, sont c toyens am ic iioa :
on leur tait ainsi le dern
subterluge par lequel ils pou-
vaient tourner linterdi lion de
possder
Ces m suies son! parUculi
res l'Etal de Californie qui
est, il es vrai, le principal l.'it
via.Le gouvernement de l'okio
m gociaii bien avec celui de VVaa
liington. mais celui ci s- dcla-
rait iinpiiissii.t ,i lairemodifier
la lgiilation des Etals particu-
liers* Il engageait, en dsespoir
de Cause, les Jjp mus ,i ,m 'ii-
ler un procs I Ivai de Cali-
fornie devant un tribunal am-
ricain, comme ayant promulgi
des lois contraires aux a coi i
sius par le gouvernement de
EaJ i du D
d< \m, cullun
dam l< M *ii
IVSI rel a i.t dea
r I
m i i. | ieui up
i a tni-p ii
, hodei
iiil.-i. lit qui le pi uni
ri M de> rol
i riiM i dt I'm
d u de
,i
i i par te
le I iii
" I '
le suivant :
i shingti n, c est- i-JIre i l'ac-
Cor I de l'.Hi,
_ La situation la i un a >s.
V. I n i .-i m i ii... I. i rise
i '. h i -ans si lufion La
loi californienne resta en ri-
gueur. Tout le mou le tait
cord pour n manier i'
f90H ; m ,i | gO lllOt I 11' 1
boutirenl pas nl] i, une l >i
i le sur l'immigration
m prparation ds <')2n. I
cette foi qui vient mail len mi
en discussion, et qui provoq i
la i ouvdlle cri
Cell ii il v a beaucoup
de rV riminationa r ipro .
peut assurment re
Il y a une situ ili m trs nu-
brouille.qu'il faut tirer au clair,
al liqui 1er M lia il restera un
i ivi problme celui de
l'migralioii 11, on ise ai .
rai I." Japon i si contraint
ira le surplus de
ipulation, al c n'i
s: ulem ni lea Etala U
protgi ni contre cette immi i
n m Le Cana la compte 2......
J.i, mais, et leur chiure d' 'il i-
r. > i al de mil:.
alors qu le co omet e du Ga
ua 11 est le ni millions I
pas do ite i\ que Canila el
El ii i nia s'enten Iront pour
i nu i i o mtin ni am i
n m sures ont t pris
ce i ii conc rue I iw ti el les
i. ...' | i i
[.
. r. 11 iu Pi
. .il ilu l'il
: II.
i In-
' le l'A-
rrt
n i ..il ma
u
i 11. liuf, le De
partial pourrs
u
li.
position un | ibleiae

i|u< u le question dt
? ici" es ua ..i
ilruclui
; :i lions,
1.1
raui i ruii i dit
- lille?.
m il at i ai
I i Il |U i I
d
I i lion. ii.
-11 in,
i imposiliou 'I
|
1
I ... S .1. > ||i !..
n ition i
luiti de i
[ion \ i
. n
i ti sol
Dicol;
.
bon ti Pal
, I .
i
lolouji
1
;
dimtoi
Il v poil
i. ...
y, 1)1
Philippin i. v' i i ra-l il aux
. ii -m m .i i Kploiler l'tx
t'. n -i trient Et qui n
les cons i a le celte dir
ij i nouvelle sur la p ililiqu !
el sur lea inb : a am i
i nus eux m.'.n '
11 ni y lin
f*
Par Cable
Nouvelles Etrangres
H j I ans
l'AHISM. Lalou,prsident du
conseil municipal, l'occasion du
tricentenaire de New York a tl
graphie au maire de cette ville les
sentiments de tierl, de joie, de
pit et de gratitude de Paris. Il a
adrets ses vu-ux fervents pour
l'avenir toujours plus rayonnant,
la prosprit, la gloire et la grau
deur de la ville.
Toujours la Question de -
Rparations
ROME In commu ilipi ot'li
ri 1 annonce que MM I lieunis,
ll\mans et Mussolini ont estim
ncessaire de rsoudre immdiate
ment la question dt rparations
en appliquant le rapport des SI
pris condition que l'Allemagne
prenne localement les mesures
nces>iie>. Ils ont eslim
Lie la conclusion duo accord in
teralh au sujet du manquement
iwUuebdt Allemagne, el dsira
bta. de convoquer .une ni.itetsn.ee
interalli lorsque les changes de
vues seront sullisamment avance.
Le Belgique et t Italie s'ellorceront
de raliser sans dlai le plan des
eiperts reconnaitsant que la que
lion de dettes interallies res'.;
connexe au rglement intgral et
desti ait 11 des^rpsrcitious.
lclarations td'un lutur
ehef PARIS il M .1 l'er
riol, cli-i uii i nli i
louU proim u |MI
vemement, commente a DSOtalrer
moias de rsre dans ss dclara
(ions sans toutefois sortir du do
maine les neutralits.La poliliq te
trangre est la m <.I cl M
lielle, ai il dclar. Il ae saurai!
tre questiop de retirer la fardeau
financier de notre aime avant que
la situation de la France, is-a vis
de l'Europe, ait t clair, e. Il
n v a point de r.iisui.s, n i il ce ili
u i| pour que le recouvrement des
crances franeisas ue oit point
li ua rosUufatiooi de l'Europe
el a la pais n.midi le.
Importalioni el exporta-
Utioai lianeaises
l'AI(l> PeB 11 ri t les prein
miis de LOtt les Importations
uses ont t dt 1 I mille M s
millions de francs SOil un
menlaiiou de i m I lards sur la p
riode eorresp mdante de l'anne
l< nli et .ie lu milliai .1 sur
les ehillres des i premiers DSOil
de 101 I. Les exportation! n
mont >> i I i iniil i Wfl millions
(le Irui lOi UD ex
U)97 miliiuusiur la mime n
de ii/.::t et de 12 mille f m t
liooi sur les premieis mois de
191'J.
Nouvelles diverse
PARIS Le roi de Roummie
irtl pour llucarest.
M. Breton a pisid le lme
dner de I Amrique latin)
inislavo Lansmi et plusieurs diplo
maie* il allaebs pomqi*rc>*a> )
n-sisUi. nt.
M. K'IWlD 11d i I
! !
. :,,
!' scMocea,
Ultl X'.I.LL-> ltf-La fdration
de l'glise protestante belge a en
vov par cable nu gouverneur de
.New V'ik un u.
i ialisl.il ; m .m siij I de l.i .
ii.rin i it. i. .i Si a ^'Hl< de i l i
lilis lia il de II | 11 llooie
lluguenut VVallo&a.
11 klO 19 Le (ministre dei
aflairi m* inlorme que le
li dt de i ausanne i ndsi< eo vi
gueur dam
-i m Ikpon. Li
l ranca n;* siato eu une i n laioo
peur a itifio ition.
MELBOI RNE Les avi ;
Mcialyre i (oble ont V rmim
vol de l.lT'id ki.i'ini Ires auluui
de l'Australie eu '.'U Ii.uhs do
vol.
LIIERBOI RG i" !.. mLrci de
! |uipe imi ieajoe di b tl
.i,i m rsaujoui .
\\ \-lll.\'i,i l.\ i'.u < v ,11
contre 2 i d a vot a
d'bui le projtt de lui iui le bonu
au sol la ta su pi 1 le pi
l .ii Ige avait oppo ri
un trait sur les b tiesoo- i
iu trait aogl 11
i n nu i le ligu pni le s-.cn
m u -
l D'au
Ini m lion pu-
b i |ue. du n
i u
mot, ml 'i u
rosi m i
i
.; 3 l)u sui de m
i i
. D un l'Ioipee
11 ..u | .. i i '. iil
d M lei iiie.
1.1
!.. rei iui .i..


Ilot inique
_ i il.
li m ue
i. i i i. UlTCI II -. ml. l.
l'byniqup
Il I :
||
tal i li 11
!', anteui limlion du | I
ti du i enti
pe. I'u
di i masser dea
|, ..... i |

Prin< i ' Vrutume
de. i ii iji.
Ded
| i
i
irl ii' i"ii .ii'ii te
l> i 11 I i.- et I i. Vpp m .i
i
I I I;.' | .
Cli tb m. i lialeui
, 0 B. I. I I
I i
Kvap
i i i i. i -
t, I' I ,' 'III lu llll li lllir-
Ieui i
l'util' Q08 h res
de
h? Arthur Uidere
Cil m PS i ..
iDoiieat
Non conlrre* \ oiUi par U .Tribunal (l'ADDiji
i du 17
Hughes el M ATiedl ildt, .imin- l||llli:i ..
ur d \ib m igoe n doute BU i
buk i i ! p itroui
l d '
invirei ailteui'. pprlei
de* b u
l,.
i .i IiI.h rR (FOI H
19 J aroplane :
' aujour du moo le,
suut arrivs '. beuna
svoir couvert la disl mi a d<
kilomtre* de l'Ile Pe i ta lliron,
l'i H\|i) La accord
i t loclo enlre M. Merlii
verneur goi >l de l'Io I i
Iraoaiaa .et M statsudalr i
mututiu des aliaires trau^res.
; i,
au i n In Li i n ni
. i .in m : ml le
; ;
i ,n 11 i i i ; lea in
Il n i i i
' -
|

! i n.

raison que dans les k< mi l<
. Jju-
iiidI-
iii la leur
LES 'JiUltS
Li.ie
M.W VuttK- franc 18.68
Livre sterilnj i ';
, -|ue
s
le
-
ni aucun autre diver*
amenL
i
i
rtndu u1 i'J du i n
i ml i, i !
l
piir /t) duiih 'i
. \imUm dt i>
.
i .,.
Vtti
i de loutee doi
1 tm i d lermio
il M ,i i.ui la I.
I : .-i,
Isi Ion iiii iiuiii
..lu qu n
i
n i -i j
i i
.'l 1 >- r J i
1 .lu mie
\,,li. Combinai
i liimiqui
u,,,, i al i ', uinposs.
, \l des corps.
N aique
, n-. ehlmiquM. Alliages.
.....ires, l'oids etomi
i alor iu|iie qui se-
pt i ni l,i uni llull i'llllllli|iie
i.lilore
i i de la lie
iiii.ui.. S luilre.
I ii.i'talluides de
II sme lamill avec i hvdrofiM.
I. tau oi >. iun|ioies de
I u v ..in1, .in soulre.
.mi v li i jur
\ ide sulfui i |i
famille
\ \ i uiospbl ique
I pli mi .il-, \ntimoine,
se et pi iipnts.
ii animal, i.iiarbon,
i.-' i j ris. Actylnes.
I > nli j li le rai bouique.
M taux, proprits > humques et
i quei (viiiagee.
i 1 i Dl 'les, l'sages.
. i.iii, i .u buuaies.
Hvdralti .i. i.ub nr, l'ioprits
Zoologie
lgaa animal.
\ei Vilhropodes, Mollus-
aoi Protozoaires.
Ma m i -, lui..iu\. Heptiles,
i .m-.
Musele,
u.. du mouvement. Neiu.
' i u Lui uialion, Scrtion,
rail .i Lb Ualif nunale.
Lan Insectivores, Humi-
ii mi ,i leiinvoree.
1 | appareil di
J'' i m m. Ki'Fipu at'oa,
I >l llllpi m s .
i les Poissoaa : Nourri-
i Lin ulation, ltespirstion.
1
Arl liie,|es, Meta-
m rptioses, lubdivisioa del classe
les. \
' i el Ipooajiairee.
" in., nu iquea, ariUnaliqaea.
!.. nlli II
1 reuves seront
I'.u le Jui J et approuve
per I i Etat de l'Afri
-i noies ealeules d a-
l lia de 0 ,i is .4111-1 ta-
le lus bien
h Hun
7 '. Assez bien
, Mi .no
' Mal
O Nul
i .lit Ion Km le moyena de cet
Bupi I ;
1 l'Ordo n tu n ilique ,
'. Lus de
causa.
pai noua, Ctaudiua
ti lent, Dora une
11 lin Montas, juges, en
lique du du neuf
ni ul eut vingt quatre, an
i de Me Flix M i if.Suka
tilul du C mn. luG >uvei un
.i m inee de M' a*
refli
il i -t m lonni. i .

(Sig i \ Milieu Duracin
\ w ib i m \i"M\s.
Di--iiiniii.ii BenorifiiJiifl
i i la ivi rnera al branaii
i ruse du rannintre de
> i ii'in 1 t lies
i mlerer la
1 i l Vca l.'inie
I
1 lion
p I l'i \pan-
letle Irancaiaa en)
Hati
Soa complimsnls,
\

1
n
;

-A


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM