<%BANNER%>







PAGE 1

1 %  %  n y > rtr> ,: %  La Marine de Suerre fflrieai i %  3, n r ;. .. Pat** PARIS :^=L-, j^^s: large faillie I Cousitjnataiie pour Hati Parisiana mn CoHgufatjfiu Prou •leuJi La Monte van ji\poio A*#e France D M ;ide Ncrologie PI l'IoN IAII.I LUD li dei nier,2 avril, i lisp u : I un des hommes le: sap* blet de la \ la d< lion Eveiller I. Jamais i lanl n-a port ur le vin i plus mm eipi* les tignea p ui d I rite impoeai te el ; i chie. Il \ evail ci | %  %  lotaoa 'U a barbe, un IOUI ire i malile pour loua i M" ehaiect de lui, et i • qu itre vingts an, rien De 11 quel* la dio de l > fo naoi i inte et tranquill inverse eu lui la traire! A le voir, d'an i %  • lenl 11 pesant seul lieu qu il visl I niera t' mpa on ai agi til I quel que baobab amb ur il di minuit tous p*l >a taille. Que Ptiou Bveillard |* Arrondissement de Saint M qu'il le dtendit dea i envabiaaantea, comm l'ann 1889, qu'il ii< [el au '% %  n il 'I • la Rpublique,qu'il I" teil excutil igrjj, louj ur il a d ma l'exeni I feimeit' raiaoni el intelligenle. -.,., conlemp irains ra :ontenl \ son gard, d bi i qui i onlloenl a la iujparaisaenl ordinaires Soldai d ton ; %  • me ge, il a M< 11 toute l'a vacante d'un bn re, i i il al rapporte I ai d* %  •' f lacer, laul seul fort d'un it, anua V li canon da M) I Ceal pi de aastn i da %  i Pal i ui l'a 61 de laul depuia III i' Eu affal 11 tiucalanta, au dei nii ; rnom avait les yens irn i liiatee el l >n di vin lit, rie a q i' le foir.ee Gi inl le tut atteint mes el l ,.|,, le m ut |i M le m il ingurissable qui roi lei met a'autl ifaia, lui po'rlanl d il leun indei" lible du Patrim in • Sa de noi ancl Noua ialo n bia nir du bon i ito; an que fut Ption Eveillant <"esl 'l v.iiii un i ublic nom* br ux • 111' se disputa le match i S.I1 11 le T.C. Data |i % n. | pri m %  l' i mit utes du ii I S. Il p rd t l'un -le ira, Mou* ;. pori i lion du 1erra i a. Ilub par ii ombim PI ru il m irquer un but malgr l'b xo* qu re W le* |,i irirli Don > liU .1. S. II. Le < nuis Club metlani 11 ai ien le au jeu n usait %  > m irquer un M I bui gr i D i tp laine J ii I l.i mi-lemps foifi il '. i n leniii I, roaei ii,11 .isil fui %  "n le ier: | i d; passes lui rept ia avec plui de force. Painson, Appoli n, Il ac n'h • et leur I itaine Thar I font il i Berna* do le, i'. i; |ii • m tla I • eic tte d' Imii drbb • Los 'I n. Pierre et M us shoo> tenl par un jeu pa \; p n dpassa la ii ii i nvoie : Ion au ipitaine rh ird qui, d'un revi i>, entre le but. Ci m< nia. 11,1 i Ltque, Armai • s ra* pi les. 'il aussi, m i ntre 1 1 le Mali I u t • i't le iii.l.iu La I S. li i un mu si i qu .11' la Hfen* M,, I ...u pai i imeux < ii impe la d< fi use %  i ballon i I liard bul La Tennis Club v ul p ign< r, il attaque I i m i1 II uvc i r M lei uns d ii JSll ionli* i une laute d'Ar* u .m i p tr Ai.* ,ii, | i bul li n!!• ni Iran*.i | un I in. i. m a i ic I rrn n ; ir les alla i n oui i I" || s i clia| du tennis Club. e U J-.11 qui, m. j< tirs IDJ trouva I %  u | |_,.!. i.ruons .i Mr W. Il Williams qui arbitra I, ,,. || h ii imparualit. La touaejgn, Consul du Prou. | ni dei lil rappeler que le Troisime i Scientifique Pan Amne lia qui u tiendra Lima i n Novenalir,' pro :,n\a a i, i i. i ii eue tellement Scientifique, Il regrette que. 1 la ruoion qui H en heu .i Pariai tua, dion dei ii i an le de faire pai il nii au dit rioogrs, "iuelqui • ii. ioui d ardre politique tient • %  i"m 1 "* "t dclare que i ela ne aaui ul en rii n engager laraei du (JOQVi | "rui\i 1; ri ai ci n Iteprseiitaat. Pi ri au Priai i le %  \fai \t1t4 Alphonse IUY.NES Par Sans 1il w ASHINCTO.V Deui rraola sni ni 11 ti'-i mies iiiijour ii I in ,1 la chambre en >ui de i'as• 1 ri da 'a fon Je la Virn e de gu 11e leEtala t'nia 1 ompi a de laCiran k Bre^i da 1 ipoa. l %  rapiajaeatakt BriUi n de I il• r*ng (omme n | ub i< sin danle comit naval el Rogers rpublicain le Maaaachuaietla introiliiiriint des riolutil n q 11 %  %  11 il dclar Mre la raoltal do rcaat rapport dei amiral Coonlz. coramaodaat en chel de la Hutte de ra dan lequel un <-t.ii de reki. men dam la marine d {uerie < rie signal. Ce > i mer a dit qu'une rsolution attirerai! I'at> lention du pa\i iur IV ut 1 b >i|unl de la Mu n* de "ii.erre au 1 de ue de ma a jue de pr1 -1 .'ion. Imagine/ vi us, i 1 il du, qu n a d-Uie av. .M d< pens 1T.' million* loi une pri" le .1 annes pour des anal rue tiona de >.,utinaiina, pour apercevoir que nous 1, avoaa lion accompli) pas mne 1, Inul ua nav ia va'ant quelque Je uilerlaui que noire Marine de Hu-rre. e-l parite aec relie de l'Angleterre et d n'aal pas bien ar que le .lapon est bien loin de DOUa, en d,. il du lait que d ipra le droit nui noua e>i 1 oafr parla Confrence de \\4Sh nglon n iui %  ommes supposs I • iir deux lois >a forci. Conseil d'Elal A la laoee de ce m itin il 1 t di pos sur les bureaux du Conseil d tal 1 un projet de loi daman dant l'rection en Comraunea des quartiers : La liontve et Pignon; 1 • un pioj 1 de crdit au i par* tement des Travaux Publie*: ei,lm il a t v')l d urgeioe un projet rformant le cadra et augru. le sala'ie des aides de camp du Prsident d'Ilaili. Yieiineul d'arrivei Fanaux uatoline deux manchons. Manchon de toute qualits. ToU le* acceftoires pour lampe gaxoline. W.Qiiiutiii William lllh, Kue Mayain de l'Etat, %  %  a F-: ". DP h l Hme'*lofctn* taVs-n-.i-ateur du fcarq vrearrtt r ir TUt • Im Wimmdm eu* •< MUS /•rr-iy%  •,!* Ammta .'*•• i H^ pitmux dm PmrtOiftCHiINS, . KM ranl aUun, FAIU al Pb4.9M.aa. Royal Mail Steam Packet C Le S/S 'RIVERTABP' 1 venant de Vhurope et de§ ports de Kingston $ des porls du Sud est attendu ici le Ui \iai courant: Il repartira le m me jour pour Us ports du Nvrd $ Havre directement, Port-au-Prince, i (i Mai 192i tioberis 5 D i ittonSCliic Aijents Gnraux Cocpagcie Interccctioentale du Tlphone et du Tlgraphe' lue Systme MU SU) luette l'.oinpatnie possde le droit exclusil .le se servir des Patenta*. MUSSO, enregistres Jans le inonde entier. E le est insciite au Bureau de l'Enregistrement Commercial le la Havane la page b.U du IV giatlt des Socits, depuia le 21 Juillet yii*;. Son capital autoris est de '2UI)KJ et la.valeur nominale de cbacur.a de ses action est de Por l'MXJ. ^^ linteau principal et Laboratoire SQ Maiden Lane V* * New York IL. D. A./ mSZ Agence Gnrale etLaboratoire IIAJCZAMA de GOMEZ -J Appartement^ JtiT i 111 Havane, Cuba ) -ar 7 -**' Tour plus amples renseignmanta s'adragier aw'C-i Pascaal.Pielropaol Agent Gnral Lxcelsior lltl. Ayraiidisscment IM Grand Htel de France On ij trouvera : Des Vins de liordeauss,blancs et rouges.par barriques PERFGT Kiack ^hoe Dressiog le l'induit le plus pur qu'on ail eneore import danse pavs Use limpla eoueha ur les souliers les plus dtriora'lee rmit( neuf i.e liquide appliqu sur les obaiUMire* ne ? alif pas le lirnse bltnc Il rend le eu r b'illant et souple, ( u t tie appliqu sur toutes Ici piaai pesportumonoaiaadeavaliaea.leaceinturM.lesaacs i mains, IM pertes laadlaa Pauvi m Utt remia a nouf par une seule couche de ce merveil leux produit Les chantillons sont la disposition de neajjeli aie, r..lionSI.l > olisii,Iii.'C.M|.TaiL a Geo. Jeansme, Ayeiit Exclusif pour HaA lI(;,Rua les l iiasln en"lace dt la B anque ^ y Sl .;,..• a



PAGE 1

MI5SING I55UL



PAGE 1

7 >MG*6UR RROPRIGTMRB Qkm%ut Magloire BOIS VBtWA lesOs) Rue iVm*P>ia* traita <|()BNTlMBb Quotidien lELEPUOiyBiN&i Urae ANNE N 62 '2 PORTAU-PRINCK (HATI) IAN Ai' Taai 4.. la v-uiiid de l'itUr|t, ou regarde en avant, ou CM J espiance ; quaoi ne pautplua nen proaneili e relutiim vers le piag. iurg on \oii le autres comme ils taient, el loi comme on aurait vouiu tre. v liCUKDI MAI VS* 1 Les causes qui ont paralys la pleine russite de la dernire Exposition au pointfde vue agricole Moyens du obvier d l'avenir l'aiCal.le Nouvelles titrangres fidle notre ^promesse nous allons essayer de dgager les cause* diverses qui, noire poinl de ue, l'ont que dans une Exposition comprenant une partie agri cole et une partie industrielle, la seconde doit ncessairement l'emporter sur la pi entire. ("est d'abord lu pnurie de notre Agriculture Il reste avr que des tendues immenses de terre denieui.nl encore incultes, et le rail d'avoir cr dea Conseillera d'Agriculture, n'a pas pour cala augment la production, parce que est agent! reprsentent plutt l'autorit mi litaire en ces lieux, el conoivent •i bien leur rle comme tel, qu'il* ne croient nullement relever du Magistrat Comrauaal L) uilleuis, si celui i i lot %  oramissionne. c'est toujours sur la recommandation expresse de la Gendanni rie qui voit galement su eux ses mandataires particuliers. De soi te que les Conseillers d'Agrieultore peut avant tuul de l'aire lu police, et constituent dans tous nus cet.trs ruraux des matres Craints, au lieu d'tre des producteur* aviss. Ce dernier rle leur sied tout fait mal, car, dpourvus de toute connaissance agricole, c mratnt voulez-vous qu'ils puissent conseiller sur des choses qu'ils ingnorenl totalement. S'ils onleuxin.'ine-. des plantaiions, c'asl au petit bonheur qu'il! en attendent les produits, ne pouvant tablir l'avance aucune bats Srieusi Des instrusneiils aratoires.ils ne csanaiskcnt ijue ce qu'il j a de plus primitif, n'ayant jaraai. pour la plupart, vu une charrue... Il y a ensuite I loigneinent considrable de certaines sections rurales qui ne sont relies la Capitale .|ue par des chemins dilli cullueuv, conslituanl un obstai le srieux. Arrive encore la question des rcompenses. L'Agrirulteur a t tant de fois berne que depuis tSMi loi gteu pa, le plus grand nombre a'ssl rsolu ne participer a au une manifes* talion faite en ion honneur. Ki csla ae justifie par l'accueil peu rassurant qoi lui est lail, et par h-s prix insignifiant! ,|,, |Q| ont ,ii i ords. >an> nullement dprcier la valeur des ouvrages a'srt, nuu limoni que le 1er Mai tant avant (ou! la ete Nationale de 1 | culture, les agtieultsun devi tro particulirement glorifis. I ne telle ippn i iatisn -. rail uns • La l'allitsade , si ,e n'lail le contraire qui arrivait. . L'Exposition ouveite. la p, lion officielle acbsvs, le planteur n'est l'objet d'aucune altsotioo et tout Ici dboun i iten ion nom, ne profitant qu' d autres .1 .us une notable proportion, i . a-t-on observ que des *.-. I ooi rurales, jouissant di italioo d tre 'les centrai de grande production, ont t peu ou point repi est nies. I |ui itioo .lu Ismpa doit t nir aussi dans ces rsmarq M. Car, quand le Conseil Commun .1 d< de uns les premiers jours d'Avril qu'il j aura Exposilio i esl bien trop laid pour qu'une prparation mthodique ait lieu. Le campa gnard des centres loigns n arrj ve a le savoir souvent qu au der nier moment. De telle sorte que b un oupd'sntn t u l'sbsliennenl et ce sont souvent ceui dont les produits un uent fait meilleure li gure l.n dfinitive l'on voit que l'in • d'une KVJI tsition agricole lient j des es ISSI que les i | ti. iprojetsa du Miuistn actuel %  mdronl Binon encourager mais amortir au fur et a masure liai en attend ml il tant que l'impulsion l'Vgrirul ture denenue un l'ait, et que la confiance suit ramen) ehsj If paj au ; pour cela, ii faudra l'interven lion directe du secrtaire d'Etat complsnl et du Magistral Comm nal danloute* les SOStions rur t las, le paysan n'ayant aucune mil ID< S dans le Conseiller il A griculturs — ou leur sjoui que court qu'il soi i rassnrara le pav^an qui bien imbu de leur pro gramme de prose lion dploiera de nouveaux elforl-. EN PASSANT Suivi". — Ltien des personnes, surtout les jeune', r. \\ ni Je taire de grandes choses. Klles •limeraient tre dis hrones canailles d'action d'clat : se lancer L h"l>' d'un cheval empoi l, lutter contre un chien atteint %  le la rage, sauver uu entant qui se noie ou que l'incendie menace; mais ce sont l, heur.usement,des circonstances im e prsentent rarement, el ellesnV-mes ne savent pas toujours n Us mnerait leur brai Elles considrent Us m. tes actions de tous le* jours avec un peu de mprit; et pourtant, elles sont innombrables le* chances d'.'ire utile au piochain. IA bonne volont de ren Ire toute heure, n'importe pu, un service si humble et S er soit-il, est une 3xcelle,nte iipowtion: esta demande dans la prati j : JUI n'est .Nous ai mont u ros aises, et laisser au pi appel un un ,ivic qui nous plaid une couver salio ; .iiiiusaub', suppose une .un.' bien tr.mp' %  ei matresse d\ il.* mme. I ail uis chaque jour, alin pn n Ire I habitude, queli >n matriel : de largi ni un v i u --n t usag, 'i lel |ue chose dunn de boa ra ur el tons-y un en ourag. m uu bon conseil, une parole de sympathie o i d'amiti, tin qu • i i -pi %  rien Ira l'occasion d • taire un grand sacrifice, notre me m se dresse p is i m MIS et le but attein 1.1 : VI. II. Il i m.s PAI i. 1 • Les meilleur) u sont celli s que non a wso Voyez la u. re auprs il tille : elle l'aperoit que son es prit est troubl, que son hu* u. u CM ingale, bile pressent un ni > : re uni i un %  le son ui ; elle pourrait la pie I. questionner, mais aile que sou I pliera comme musensiave ; la confidence ira son heure, bile redouble daaction, de galle, elle i rien, mais son silen le meill ur i i. mnl'ss i gajj tant su t j de I. s si%  prsm %  !.> di Dan %  :. es quatre on i n q m iivanl de l'Agriculture .1. vronl I I n Mivel ss dans las mm ;s ."ii'li ti ns un mois tu moins avant qu la m inifesl ili m ni di i iennedliui live : le telle soi le que le pa\ sansi pni lier, bu u du rle qu'on en e d qu il joua aise gloiifierad'l e l'obji i de i.iui da sollicitude.. Ainsi reviendr i la confiam e el son ODI oui sera s rare M lis M s'agira d< | islifii i eell • 'le la maintenir I de la fortifier. Ce d< i nier rsultai ne pou ra I re obtenu qu'en riant dea rcompenses inlreesratee. immenl *oulez*i tua, en effet, Isa Indii dus sortent des r d.sl tntSS de IH : • i ii..el parfois davantage, de Porl au l'une.', pour la lell tctiou d i n l'-n Ira citer leurnoms el d voir une pilance tjuelle pil i ii N n. -i nous voul mi que manifeatation nationale aille suc c qu Ile iii*i lie. il 11 ii qu'y i '• u n. i sp U m irque cette dsle, o i alors noncontinuerons p i t titre ri li< ules aux yeux de I rao gl i |'ii unis eut. n 1 t.pler ; luellemenl que "Noire pa\ saenlieU i m :it agricole", qu n I n n ne le prouve ,.. Il faut que i bomme des i h impa SOil mi* eu honneur ce jour, n m n des discours ixqua il n'entend r en mais |i II des r comp i nia iras, Miivant lu mrite de CB IC in lii i .11 l ntsrvention persan nelle du Ministre de l' grii allure el du Magislral • lommun .1 si i rore m • sssairo, et cal SrTi I ils lourronl l'entounr de quelques nss de i onne volont, av mi dssoonnaissances appropri s, leui permeltaai .1 idis nu ter les i i faon la plus •• |u lab e, i .r il ssl bisn dtffieile i prend..un Ministre de i \.TI ul i aucun inla t ai administras, sa q toi celli *ion si i | ms une telle o Mnen e si poui i a plirun i Is.coi de tous lui sers acquis.... menti quon tient ne sont pis toujours .eux qu'on util au 11 ur de luu.'.i'n la prenanl %  < u moin; o u\ qui l'imprimeol au qu m I il n y a i ir les %  %  Parmi i i m, il y i des i... comptes • t des nul mlendus les qu lies q .,'"• ls qui si OH | ui se lei m us imbien i intplus iu qui savent se que le m liai i ipe. Il y a bien des douleurs difoonde revers de lortune, [-iii il I|UI oui b mpaseion u i Dlo iraga ; il en est qui sunl lai )U< b 's et qui n'a. pas qu on leur t. h • m m • les doigta Li s impren Ira, le silence... fianaille S u l ni 11 omplimenl G . II [iost m miles! ilion illa fresse lalini* ri:La S maine .1 • l' t m rique I atiue, qui esl une m igmti que n mifi m is< saul les i Lalina l'Eu rope, a al au jouru'hui ivanl l'inau M. Mille ra I iposil I D, M Henri di nisln de l'in Iru ion publi ; rapi el le i er se latine el dn • • i %  de I i i tel pnlrati in in le lei luell • are 'i 'une Ii I tail i 1 1 %  i .i i' \u. I il le ... i II il uivre i. pr ni I i. i 1111 es lembl 11 • il ms lei autres i ipil les afin d i I I \m | :e I i lue I latine Sous s mime i 111, dit I a. Dten Ire dnigi r les 1 1 i r. i i. nouve uiv venus d in i u m -ii on aiment i chsnl Il fau i tire %  m a II i en o le init lonl i Ii :. m cet d d| i ..-lit I il lu | .' I edvi En Beluiuuc nu a grand espoir i|u a la suite de la visite ilr > ministres a Paris el Londres un nrranu 'incol interviendra | ur haier Ii c inclusion MU jeui olvmai jnes PAI | des In n a* e, | n, no %  v s | ' Il f Ma Les dilli'i'.Mi ls au H ind i rassol itionn • fjrce i l'in lei ention uutriniine \\ tsHI.N 1 L' '> L D menl d Bi tl > el ni m %  par M a i \ Uul per mu' a iveulion s i Am ip.ili > nlr. les I i mies du II induras p ur i i,. n i i aveuli ta i .. u -m s d'une i onf i e par les b sis i lanls des paya d I m. n |ue i ntral i %  laienl prK sur le n-vi'ilii L iinpol WASHINGTON L a i relique sur l'un .i i. venuH eu rsulte que le t IUI norm il sui le i ve i :. D|o in le NVI enlr i : sui les revenu • n fi "i" Le -m bue sui ail le > qo. Succs ilc> llea Iranco-poloiiaises \ \\' "I 1 m futile, e-lli.i I I I I n n aux ltes fran i II gi. .iiuii ip 11 '.i u i i I glise du I .n .-• . n ou -. SSII -II %  Li : i de I" i I i esl •iiiII.-. i. smbssssdeui II Po I ^II il ni Imil ni russu alluin ml BEH M. KrslintLy, an : .i.m de le Kusaie, qu llei i i la dl iinmon i le russe 11 II i mi i'-i n • jusqu' i que le gou %  n.iii 1 ail i li m s ijel de i enti 1 de eaux de i lgation 1 1 di t i lier obi -i ii ti %  |i .o li ouvai i 1 muuiste I. n,eohai dl Le i i I ut qui I m ui \~ mit pi ivi ei et autre i i imenls u i v int i l'-n a ^ m .*. 11 |i ..n tuile .i uuni li I 'n !|| i En BavieiT Bl ILI.N Une di p ni li Mu ne n -m |ui Bava % %  iii uua le abiosl h oilling retraite i ooforme 1 1 on Utuiion e-.i I uni %  |ueui des i lei lions. 1 le Von kanilli f.iti.iitia Kailroail sieauibliip Lmw Panama iiaiiroad Conpany ries rise ibal oa and af li, and duru Il:' 1 a M' ,I„N. Il I teen ippomte 1 \. liog U Agent, an b will ira ici i ol ibis I o", tu;. unti l to II 0 li. rilOMPSON Ueueral Agi Varils i.e Soir Us Faux v E'itrww : t %  Gourde. Rouvelles Religieuses \ iiinot.i i. iu. l'uni vi i I u lClSlOO le Mgr l'Ai [ue. m i .-i.' nomms: \ Monsieur pn cedeinui ml I lion (iui munie, .Mr l'abb i." |uenun, prcedemmeni vicaire a Hireliauiu A luiuiisiiaii.'iii lie Logana, Mr i ,ii.ii Luc is, prcdemment ad* iiuiiMiau-ui de tlabarai\ liniuisu*ateur de Grand' Mr l'a Pi S l. prcui\ i ionaives* l • I I i IAYES, -Par .1. i.-i"ii de M, ; i I An iit'V.'-.piir.. |ue en date uu -.> Mari, uni ii nommes admimslralaun eu : du cur en cong : Mr l'abb Le Mouuj . l'ort-aPimi nt. \ii i abb • S il"iii a Arniquet AU l'abb Le lirai s L'oroeck. Ul'" i i nu l.vi 11 XIIII \. --• l'ai n ie MgrltVrqui i u : de 'lu l'J atara ont t nu ntn \ liniiusti ai m de Vallire, Mi I il' I. mn Haut, prc%  m vu a.ie a la Cathdrale). v iininiatrateui de Sle Anne i jm< n.i le, .Mr l'abb l'eiieiin, i n '• i IIIIII ni vicaire la i latin 'li. de. Administrateur du Borgne, Mi i abb I unguj pro .ieinlu ml pro n taire levi ch. la I latin drala, Munii i abb .1.unier prcdejn* nient vicaire a l'iaiiainv. l'aiaans-lil I Mn Li mouvement rvolutionaaire qui i. u. ii tus la Provinee de, Sanl i ( i s'est i mdui .. la l'ro de i Il unie suivant une iu loi mail. m olln lelle Yfinie aliude ci ufiie il cuori M ssl le titra d'un h-scicule %  pi. i, os reu hier, porlanl li timbre franais, o Paui "i qui se. 111 un neutre, 6tu die le derniei document aile ' J'ai MI i et i ssaye sui" ci qu'il du lui-mme de •' a qui i les professionnels du n i Lon lail qus depuis qua lia I BOl la Hhur.l'A!; lOUtea lsai' 1 au mon li i rance esl un -.m m u i t. A i %  ... m ailei multiplies, gnels divers i m i troupes d'oecuilation el di i jours Je le* emblmes 1 • %  portes u ,III*Ibon de i-. itinjeu tes ues et jeui par la roupes Iran* '•'' i icaa J.-' hnaur du tre %  les, le i : i i q • %  ri n'i tissu dinveLtioni moi ilrueu%  /


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06207
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, May 07, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06207

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
7
>MG*6UR RROPRIGTMRB
Qkm%ut Magloire
BOIS VBtWA
lesOs) Rue iVm*P>ia*
traita <|()BNTlMBb
Quotidien
lELEPUOiyBiN&i
Urae ANNE N 62 '2
PORTAU-PRINCK (HATI)
IAN Ai'
Taai 4.. la v-uiiid de l'itU-
r|t, ou regarde en avant, ou
cm J espiance ; quaoi ne
pautplua nen proaneili e
relutiim vers le piag. iurg
on \oii le autres comme ils
taient, el loi comme on aurait
vouiu tre.
v liCUKDI
MAI VS*
1
*
Les causes qui ont paralys la pleine russite
de la dernire Exposition au pointfde vue agricole
Moyens du obvier d l'avenir
l'ai- Cal.le
Nouvelles titrangres
fidle notre ^promesse nous
allons essayer de dgager les cau-
se* diverses qui, noire poinl de
ue, l'ont que dans une Exposi-
tion comprenant une partie agri
cole et une partie industrielle, la
seconde doit ncessairement l'em-
porter sur la pi entire.
("est d'abord lu pnurie de no-
tre Agriculture
Il reste avr que des tendues
immenses de terre denieui.nl en-
core incultes, et le rail d'avoir
cr dea Conseillera d'Agriculture,
n'a pas pour cala augment la
production, parce que est agent!
reprsentent plutt l'autorit mi
litaire en ces lieux, el conoivent
i bien leur rle comme tel, qu'il*
ne croient nullement relever du
Magistrat Comrauaal L) uilleuis,
si celui i i lot oramissionne. c'est
toujours sur la recommandation
expresse de la Gendanni rie qui
voit galement su eux ses manda-
taires particuliers. De soi te que les
Conseillers d'Agrieultore
peut avant tuul de l'aire lu police,
et constituent dans tous nus cet.-
trs ruraux des matres Craints,
au lieu d'tre des producteur* avi-
ss. Ce dernier rle leur sied tout
fait mal, car, dpourvus de tou-
te connaissance agricole, c m-
ratnt voulez-vous qu'ils puissent
conseiller sur des choses qu'ils
ingnorenl totalement. S'ilsonleux-
in.'ine-. des plantaiions, c'asl au
petit bonheur qu'il! en attendent
les produits, ne pouvant tablir
l'avance aucune bats Srieusi
Des instrusneiils aratoires.ils ne
csanaiskcnt ijue ce qu'il j a de
plus primitif, n'ayant jaraai. pour
la plupart, vu une charrue...
Il y a ensuite I loigneinent con-
sidrable de certaines sections ru-
rales qui ne sont relies la Ca-
pitale .|ue par des chemins dilli
cullueuv, conslituanl un obstai le
srieux.
Arrive encore la question des
rcompenses.
L'Agrirulteur a t tant de fois
berne que depuis tSMi loi gteu pa,
le plus grand nombre a'ssl rsolu
ne participer a au une manifes*
talion faite en ion honneur. Ki
csla ae justifie par l'accueil peu
rassurant qoi lui est lail, et par
h-s prix insignifiant! ,|,, |q| ont
,ii i ords.
>an> nullement dprcier la va-
leur des ouvrages a'srt, nu- u
limoni que le 1er Mai tant avant
(ou! la ete Nationale de 1 |
culture, les agtieultsun devi
tro particulirement glorifis. I ne
telle ippn i iatisn -. rail uns La
l'allitsade , si ,e n'lail le con-
traire qui arrivait. .
L'Exposition ouveite. la p,
lion officielle acbsvs, le planteur
n'est l'objet d'aucune altsotioo et
tout Ici dboun i it- en ion nom,
ne profitant qu' d autres........
.1 .us une notable proportion, i .
a-t-on observ que des *.-. I ooi
rurales, jouissant di italioo
d tre 'les centrai de grande pro-
duction, ont t peu ou point re-
pi est nies.
I |ui itioo .lu Ismpa doit t nir
aussi dans ces rsmarq m. Car,
quand le Conseil Commun .1 d< de
' uns les premiers jours d'Avril
qu'il j aura Exposilio i esl bien
trop laid pour qu'une prparation
mthodique ait lieu. Le campa
gnard des centres loigns n arrj
ve a le savoir souvent qu au der
nier moment. De telle sorte que
b un oupd'sntn t u l'sbsliennenl
et ce sont souvent ceui dont les
produits un uent fait meilleure li
gure
l.n dfinitive l'on voit que l'in
d'une Kvji tsition agricole
lient j des es ISSI que les i |
ti. i- projetsa du Miuistn actuel
mdronl Binon
encourager mais amortir au fur et
a masure liai en attend ml il
tant que l'impulsion l'Vgrirul
ture denenue un l'ait, et que la
confiance suit ramen) ehsj If paj
au ; pour cela, ii faudra l'interven
lion directe du secrtaire d'Etat
complsnl et du Magistral Comm .
nal dan- loute* les SOStions rur t
las, le paysan n'ayant aucune
' mil ID< S dans le Conseiller il A
griculturs ou leur sjoui
que court qu'il soi i rassnrara le
pav^an qui bien imbu de leur pro
gramme de prose lion dploiera
de nouveaux elforl-.
EN PASSANT
Suivi". Ltien des person-
nes, surtout les jeune', r.\\ ni
Je taire de grandes choses. Klles
limeraient tre dis hrones ca-
nailles d'action d'clat : se lan-
cer L h"l>' d'un cheval empoi
l, lutter contre un chien atteint
le la rage, sauver uu entant
qui se noie ou que l'incendie
menace; mais ce sont l, heu-
r.usement,des circonstances im
e prsentent rarement, el elles-
nV-mes ne savent pas toujours
n Us mnerait leur brai
Elles considrent Us m.
tes actions de tous le* jours
avec un peu de mprit; et pour-
tant, elles sont innombrables
le* chances d'.'ire utile au pio-
chain.
Ia bonne volont de ren Ire
toute heure, n'importe pu,
un service si humble et
Ser soit-il, est une 3xcelle,nte
iipowtion: esta demande dans
la prati j :
jui n'est
.Nous ai mont u
ros aises, et laisser au pi
appel un un
,ivic qui nous plaid une couver
salio ; .iiiiusaub', suppose une
.un.' bien tr.mp' ' ei matresse
d\ il.* mme.
I ail uis chaque jour, alin
pn n Ire I habitude, quel-
i >n matriel : de largi ni
un v i u--nt usag, 'i lel |ue
chose dunn de boa ra ur el
tons-y un en ourag. m
uu bon conseil, une parole de
sympathie o i d'amiti, tin qu
i i -pi rien Ira l'occasion d
taire un grand sacrifice, notre
me m se dresse p is i
m mis et le but attein
1.1 : VI. II. Il i m.s pai i.1
Les meilleur) u sont
celli s que non a wso
Voyez la u. re auprs il
tille : elle l'aperoit que son es
prit est troubl, que son hu*
u. u cm ingale, bile pressent
un ni > : re uni i un le son
ui ; elle pourrait la pie
I. questionner, mais aile
que sou I pliera comme
mu- sensiave ; la confidence
ira son heure, bile re-
double daaction, de galle, elle
i rien, mais son silen
le meill ur i
i. mnl'ss i gajj
tant
su t j .
de I. s si-
prsm '!.> di Dan :. es
quatre on i n q m i- ivanl
de l'Agriculture .1. vronl I I
n Mivel ss dans las mm ;s ."ii'li
ti ns un mois tu moins avant qu
la m inifesl ili m ni di i iennedliui
live : le telle soi le que le pa\ sansi
pni lier, bu u du rle qu'on en
e d qu il joua aise gloiifierad'l e
l'obji i de i.iui da sollicitude.. .
Ainsi reviendr i la confiam e .
el son odi oui sera s rare M lis
m s'agira d< | islifii i eell
'le la maintenir I de la
fortifier. Ce d< i nier rsultai ne
pou ra I re obtenu qu'en
riant dea rcompenses inlreesratee.
' immenl *oulez*i tua, en effet,
Isa Indii dus sortent des r
d.sl tntSS de IH : i ii..-
el parfois davantage, de Porl au
l'une.', pour la lell tctiou d i n
l'-n Ira citer leur- noms el d
voir une pilance tjuelle pil i ii
N n. -i nous voul mi que
manifeatation nationale aille suc
c qu Ile iii*i lie. il 11 ii qu'y i
' u n. i sp U m irque cette dsle,
o i alors non- continuerons p i
t titre ri li< ules aux yeux de I rao
gl i |'ii unis eut. n 1 t.pler ;
luellemenl que "Noire pa\
' saenlieU i m :it agricole", qu n I
n n ne le prouve ,..
Il faut que i bomme des i h impa
SOil mi* eu honneur ce jour, n m
' n des discours ixqua il
n'entend r en. mais |i II des r
comp i nia iras, Miivant lu
mrite de CB IC in
lii i .11 l ntsrvention persan
nelle du Ministre de l'grii allure
el du Magislral lommun .1 si i
rore m sssairo, et cal SrTi I ils
lourronl l'entounr de quelques
nss de i onne volont, av mi
dssoonnaissancesappropri s, leui
permeltaai .1 idis nu ter les i
i faon la plus |u lab e,
i .r il ssl bisn dtffieile i
prend..- un Ministre de i \.ti ul
i aucun inla t ai
administras, sa q toi celli
*ion si i | ms
une telle o Mnen e si poui i a
plirun i Is.coi
de tous lui sers acquis....
menti quon tient ne sont pis
toujours .eux qu'on util au 11 ur
de luu.'.i'n la prenanl < u moin;
o u\ qui l'imprimeol au
qu m I il n y a
i ir les
Parmi i i m, il y
i des i... comptes t des nul m-
lendus les qu lies q .,'"
ls qui si
oh | ui se
lei m us imbien i intplus
iu qui savent se
que le m liai i
ipe.
Il y a bien des douleurs dif-
oonde
revers de lortune,
[-iii
il i|ui oui b
mpaseion
u i Dlo iraga ; il en est qui
sunl lai )U< b 's et qui n'a.
pas qu on leur t. h m m
les doigta Li
s impren Ira, le si-
lence...
fianaille
S u l ni 11
omplimenl
G . ii [iost m miles! ilion
il- la fresse lalini*
ri:- La S maine .1 l'tm
rique I atiue, qui esl une m igmti
que n mifi
m is<
saul les i Lalina l'Eu
rope, a al au
jouru'hui ivanl l'inau
M. Mille ra I iposil.....
I
, d, M Henri di '
nisln de l'in Iru ion publi ;
rapi el le i er
se latine el dn i
de I i i tel pnlrati in in le lei luell
are 'i 'une Ii
I tail i 11 i
.i i' \u. .
I il le ... !
i II il
uivre i. pr ni
I i. i 1111 es lembl 11 il ms lei
autres i ipil les afin d i
I I \m | :e I i lue I
latine Sous s mime i 111,
dit I a. Dten Ire dnigi r les 11
i r. i i. nouve uiv venus d in i
u m -ii on aiment i chsnl
Il fau i tire m a
II i en o le init lonl
i Ii :. m cet d d|
i ..-lit I il lu | .' I
edvi
En Beluiuuc nu a grand
espoir i|u a la suite de la
visite ilr>' ministres a
Paris el Londres un
nrranu 'incol intervien-
dra | ur haier Ii c inclu-
sion pi I K
BRI VELLI 3 i.
.. |ue i1 u snil
oo il i i de i. si m u
ne e il Ire M. I heu

i il. u i 11 de r. _ i
le 1 ai M i l. i.: l d- \
Le i i aie I ivign ta.
.1 M llymi'is |ui ..< i ap tenait
i u | v i ule
i ; ie celle d Paris
pi i n r un arra ige nenl
aetl i i -i l -i -u ss i
iiu i 11 i i iji;i e ts
i iperl Lei livergen is exis
il, ni sont pas fonda
m u u i.
Mil ui ;sv.;- le 1er min sli d
il les
le in n i i
i du
I

a I. | n Le on p.
Li I i ion tu w
de violents incidents
US III

N U II il D
i i de i
ilil i. n
is ont l
tri
r o n I
t tu s sui dsui ti ains i

Les Elals-OiM> MU
jeui olvmai jnes
PAI | des
In n a* e,, | n, no
' vs
|
' Il f Ma
Les dilli'i'.Mi ls au H ind i
rassol itionn fjrce i
l'in lei ention uutriniine
\\ tsHI.N 1 L' '> L D
menl d Bi tl > el ni m par M
a i \ Uul per
mu' a iveulion s i
Am ip.ili > nlr. les I i '
mies du II induras p ur i
i,. n i i aveuli ta i
.. u -m s d'une i onf
i e par les b sis
i lanls des paya d I
m. n |ue i ntral i laienl prK
sur le n-vi'ilii
L iinpol
WASHINGTON L
. a i relique sur l'un
.i i. venu- H eu rsulte
que le t iui norm il sui le i ve
i
:. D|o in le nvi.....
enlr i : sui les
revenu n fi "i"
Le -m bue sui ail le > qo.
Succs ilc> llea
Iranco-poloiiaises
\ \\' "I 1 m futile, e-lli.i
I I I I
n n aux ltes fran
i ii gi..iiuii.......ip 11 '.i
u i i I glise du
I. .n .- n ou -. SSII -ii Li
: i de I" i I i
esl iii- ii.-. i. smbssssdeui II Po
I ^ii il ni
Imil ni russu alluin ml
BEH M. KrslintLy, an
: .i.m de le Kusaie, qu llei i
i la dl
iinmon i le russe 11 II
i mi i'-i n jusqu' i que le gou
n.iii 1 ail '
i li m s ijel de i enti 1 de
eaux de i lgation 11 di t i lier
obi -i ii ti |i .o li ouvai i1
muuiste I. n,eohai dl Le
i i I ut qui I m ui \~ mit
pi ivi ei et autre i i imenls u i
v int i l'-n a ^ m .*. 11 |i ..n tuile
. .i uuni li I 'n!||i
En BavieiT
Bl ILI.N Une di p ni li Mu
ne n -m..... |ui Bava
ii- i uua le abiosl h.
oilling .
retraite i ooforme 11 on Utuiion
e-.i I. uni |ueui des i lei lions.
1
le Von kanilli
f.iti.iitia Kailroail
sieauibliip Lmw
Panama iiaiiroad
Conpany
ries
rise ibal oa and af
li, and duru
. Il:' 1 a
M' ,IN. Il I ,
teen ippomte 1 \. liog U
Agent, an b will ira ici
i ol ibis
I o", tu;. unti l to II
0 li. rilOMPSON
Ueueral Agi
Varils
i.e Soir
Us Faux v
E'itrww : t ' Gourde.
Rouvelles Religieuses
\ iiinot.i i. iu. l'uni vi -
i I u lClSlOO le Mgr
l'Ai [ue. m i .-i.' nomms:
\ Monsieur
. pn cedein-
ui ml I lion.....
(iui .munie, .Mr l'ab-
b i." |uenun, prcedemmeni
vicaire a Hireliauiu ___ ,
A luiuiisiiaii.'iii lie Logana, Mr
i ,ii.ii Luc is, prcdemment ad*
iiuiiMiau-ui de tlabarai-
\ liniuisu*ateur de Grand'
Mr l'a Pi s l. prc-
ui\ i ionaives*
l .....ii i Iayes, -- Par
.1. i.-i"ii de M, ; i I An iit'V.'-.pii-
r.. |ue en date uu -.> Mari,
uni ii nommes admimslralaun
eu : du cur en cong :
Mr l'abb Le Mouuj . l'ort-a-
Pimi nt.
\ii i abb S il"iii a Arniquet
au l'abb Le lirai s L'oroeck.
Ul'" i i nu l.vi 11 xiiii \. --
l'ai n ie MgrltVrqui
i u : de 'lu l'J atara ont t
nu ntn
\ liniiusti ai m de Vallire,
Mi I il' I. mn Haut, prc-
.....m vu a.ie a la Cath-
drale).
v iininiatrateui de Sle Anne
i jm< n.i le, .Mr l'abb l'eiie-
iin, i n ' i iiiiii ni vicaire la
i latin 'li.de.
Administrateur du Borgne,
Mi i abb I unguj pro .iein-
lu ml pro n taire levi ch.
la I latin drala, Mun-
ii i abb .1.unier prcdejn*
nient vicaire a l'iaiiainv.
l'ai- aans-lil
I Mn
Li mouvement rvolutionaaire
qui i. u. ii tus la Provinee de,
Sanl i ( i s'est i mdui .. la l'ro
de i Il unie suivant une iu
loi mail.m olln lelle .
Yfinie aliude
ci ufiie il cuori
M ssl le titra d'un h-scicule
pi. i, os reu hier, por-
lanl li timbre franais, o Pau-
i "i qui se. 111 un neutre, 6tu
die le derniei document aile
! ' J'ai mi i et i ssaye sui"
ci qu'il du lui-mme de
' a qui i les professionnels du
n i .
Lon lail qus depuis qua lia
I BOl la Hhur.l'A!;
lOUtea lsai'
1 au mon li
i rance esl un
-.m m u i t. a
i ... m aile-
i multiplies,
gnels divers
i m i troupes d'oecu-
ilation
el di i jours Je
le* emblmes
1 portes u
,iii*i-
bon de i-. itinj-
eu tes
ues et jeu-
i par la roupes Iran*
''' i icaa j.-' h-
- naur du tre
les, le i
: i i
q ri n'i
tissu dinveLtioni moi ilrueu-

/



1 *!
n y > rtr>

,:





La Marine de Suerre
fflrieai



i



3, n r ;. .. Pat**
PARIS

:^=l-, j^^s:
large faillieI Cousitjnataiie pour Hati
.
Parisiana
mn
CoHgufatjfiu Prou
leuJi
La Monte van
ji\poio
A*#e
France D
M
;ide
Ncrologie
PI l'IoN IAII.I .
Lud li dei nier,2 avril, i lisp u :
I un des hommes le- : sap*
blet de la \ la d<
lion Eveiller I.
Jamais i lanl
n-a port ur le vin i plus
mm eipi*
les tignea p ui d I
rite impoeai te el ; i chie.
Il \ evail ci | - '
lotaoa 'U a barbe, un ioui ire i
malile pour loua i M" '
ehaiect de lui,et i qu itre
vingts an, rien De 11
quel* la dio de l > fo
naoi i inte et tranquill in-
verse eu lui la
traire! A le voir, d'an i lenl 11
pesant
seul lieu qu il visl I
niera t' mpa on ai agi til I quel
que baobab amb ur il di
minuit tous p*l >a taille.
Que Ptiou Bveillard
|* Arrondissement de Saint M
qu'il le dtendit ...... dea i
envabiaaantea, comm..... l'ann
1889, qu'il ii< [el au '- n il 'I
la Rpublique,qu'il I" '
teil excutil
igrjj, louj ur il a d ma
l'exeni I
feimeit' raiaoni
el intelligenle.
-.,., conlemp irains ra :ontenl \
son gard, d bi i
qui i onlloenl a la
iujparaisaenl
ordinaires Soldai d ton ; me
ge, il a m< 11 toute l'a
vacante d'un bn re, i i il al
rapporte I ai d* ''
f lacer, laul seul fort d'un
it, anua V li
canon da M) I
Ceal pi '
de
aastn i da i Pal i ui l'a 61
de laul depuia III i'
Eu affal 11
tiucalanta, au dei nii ; rnom
avait les yens irn i
liiatee el l >n di vin lit, rie a q i'
le foir.ee Gi inl le
tut atteint
mes el l '
,.|,, le m ut |i m le m il
ingurissable qui roi lei
met a'autl ifaia, lui
po'rlanl d il leun
indei" lible du Patrim in Sa
de noi ancl
Noua ialo n bia
nir du bon i ito; an que fut Ption
Eveillant
<"esl 'l'v.iiii un i ublic nom*
br ux 111' se disputa le match
. i S.I1 11 le T.C. Data
|i % n. | pri m l'i mit utes du
ii I S. Il p rd t l'un -le
ira, Mou*
;. pori i lion du 1er-
ra i a.
! Ilub par i-
i ombim pi ru il
m irquer un but malgr l'b xo*
qu re W le*
|,i irirli Don > li-
U .1. S. II. Le
< nuis Club metlani 11 ai ien le
au jeu n usait > m irquer un m
i bui gr i d i tp laine
J ii I ,
l.i mi-lemps
foifi il '. i n len-
iii I, roaei ii,- 11 .isil
fui "n le ier-
: | i d; passes lui rept ia
avec plui de force. Painson,
Appoli n, Il ac n'h et leur
I itaine Thar I font
il i Berna*
do le, i'. i; |ii m tla I eic tte
d' Imii drbb Los 'I -
n. Pierre et M us shoo>
tenl par un jeu
pa \; p n dpassa la
ii ii i nvoie :
Ion au ipitaine rh ird qui,
d'un revi i>, entre le but. Ci .
m< nia.
11,1 i Ltque,
Armai s ra*
pi les. 'il aussi, m
i ntre 11
le Mali I u t i't le
iii.l.iu
La I S. li i un mu si i
qu .11' la Hfen*
m,, I ...u pai i imeux
< ii impe la d< fi use
i ballon i I liard
! bul La
Tennis Club v ul p ign< r, il at-
taque I i m i- 1 II uvc
i r M
lei uns d ii JSll ionli*
i une laute d'Ar*
u .m i
p tr Ai.*
,ii, | i bul li n-
!! ni
Iran*.-
i | un I in.
i. m a i ic I rrn n ; ir les
alla i
n oui i I" ||-s i clia|
du tennis Club.
e U
J-.11 qui, m- j<.....tirs
idj trouva
I u
|
|_,.!. i.ruons .i
Mr W. Il Williams qui arbitra
I, ,,. || h ii imparualit.
La touaejgn, Consul du Prou.
' | ni dei lil rappeler que le Troi-
sime i Scientifique Pan
Amne lia qui u tiendra Lima
i n Novenalir,' pro :,n\a a i,
i i. i ii eue tellement Scientifi-
que,
Il regrette que. 1 la ruoion qui
h en heu .i Pariai tua, dion
dei ii i an le de faire pai
il nii au dit rioogrs, "iuelqui
ii. ioui d ardre politique tient
i"- m1"* "t dclare que i ela ne
aaui ul en rii n engager laraei
du (JOQVi | "rui\i1;ri
ai ci n Iteprseiitaat.
Pi ri au Priai i le ' \fai \t1t4
Alphonse IUY.NES
Par Sans 1- il
w ASHINCTO.V Deui rraola
sni ni 11 ti'-i mies iiiijour
ii I in ,1 la chambre en >ui de i'as-
1 ri da 'a fon Je la
Virn e de gu 11e le- Etala t'nia
1 ompi a de laCiran k Bre-
^i da 1 ipoa.
l rapiajaeatakt BriUi n de I il-
r*ng (omme n | ub i< sin
dan- le comit naval el Rogers r-
publicain le Maaaachuaietla intro-
iliiiriint des riolutil n q 11 " 11 il
dclar Mre la raoltal do rcaat
rapport dei amiral Coonlz. cora-
maodaat en chel de la Hutte de
ra dan lequel un <-t.ii de re-
ki. men dam la marine d {uerie
< rie signal. Ce > i mer a dit
qu'une rsolution attirerai! I'at>
lention du pa\i iur IV ut 1 b >-
i|unl de la Mu n* de "ii.erre au
1 de ue de ma a jue de pr-
1 -1 .'ion. Imagine/ vi us, i 1 il du,
qu n a d-Uie av..m d< pens 1T.'
million* loi une pri"le .1 annes
pour des anal rue tiona de >.,ut-
inaiina, pour apercevoir que nous
1, avoaa lion accompli) pas mne
1, Inul ua nav ia va'ant quelque
Je ui- lerlaui que noire
Marine de Hu-rre. e-l parite aec
relie de l'Angleterre et d n'aal pas
bien ar que le .lapon est bien
loin de DOUa, en d,.il du lait que
d ipra le droit nui noua e>i 1 oa-
fr parla Confrence de \\4S-
h nglon n iui ommes supposs
I iir deux lois >a forci.
Conseil d'Elal
A la laoee de ce m itin il 1 t
di pos sur les bureaux du Conseil
d tal 1 un projet de loi daman
dant l'rection en Comraunea des
quartiers : La liontve et Pignon;
1 un pioj 1 de crdit au i par*
tement des Travaux Publie*: ei,lm
il a t v')l d urgeioe un projet
rformant le cadra et augru.
le sala'ie des aides de camp du
Prsident d'Ilaili.
Yieiineul d'arrivei
Fanaux uatoline deux
manchons.
Manchon de toute qualits.
ToU le* acceftoires pour
lampe gaxoline.
W.Qiiiutiii William
lllh, Kue Mayain de l'Etat,

a
F-: ". DP h
l Hme'*lofctn* _
taVs-n-.i-ateur du fcarq vrearrtt rir TUt
Im Wimmdm eu* < mus /rr-iy-,!* Ammta .'* i H^ pitmux dm Pmrt-
OiftCHiINS, . km ranl aUun, FAIU al Pb4.9M.aa.
Royal Mail Steam
Packet C
Le S/S 'RIVERTABP'1 venant de
Vhurope et de ports de Kingston $
des porls du Sud est attendu ici le
Ui \iai courant: Il repartira le m
me jour pour Us ports du Nvrd $
Havre directement,
Port-au-Prince, i (i Mai 192i
tioberis5DiittonSCliic
Aijents Gnraux
Cocpagcie Interccctioentale du
Tlphone et du Tlgraphe' lue
Systme MU SU)
luette l'.oinpatnie possde le droit exclusil .le se servir des Pa-
tenta*. MUSSO, enregistres Jans le inonde entier.
E le est insciite au Bureau de l'Enregistrement Commercial
le la Havane la page b.U du IV giatlt des Socits, depuia le
21 Juillet yii*;.
Son capital autoris est de '2UI)KJ et la.valeur nominale
de cbacur.a de ses action est de P- or l'MXJ. ^^
linteau principal et Laboratoire SQ Maiden Lane V* *
New York IL. D. A./ mSZ
Agence Gnrale etLaboratoire IIaJCzama de Gomez -j ,
Appartement^ JtiT i 111 Havane, Cuba ) -ar7-**'
Tour plus amples renseignmanta s'adragier aw'C-i
Pascaal.Pielropaol
Agent Gnral Lxcelsior lltl.
Ayraiidisscment
IM
Grand Htel de France
On ij trouvera :
Des Vins de liordeauss,blancs et
rouges.par barriques aux prix courants de la ylaee.^L
Des Vins de Chteaux Aes plus re
tomtnSyVins mousseux"bourgogne,
Vins d'Italie et u'"Espagne.
Champagne*
Les Ligueurs Franaises lea plus unes,des Wbi$kj,
Cognac, bia aie, dea Kliujh, des ueilieures marques
il Hati, cl le ihliO d(!nl- maison,connu sous ! nom
il s hum des f rinces.
TouaJto meilleurs Quinquina deV.France ^el-^le laineux
fui du Caj.) orge, Matki, si connu dans le monde
entier et qui aeri vu intae^temps d'apriiii de4 ii
yealil el s cordial.
h 0ea conservas Ir.uiaiscs |et anacricaines de^pra-
mier choix. Aafl Cartes.postales et da la (lai-rumerie
Des i u|art-s et cigarettes, des meilleures fabriques
de Cuba et de la Rpublique Dominicaine,! Aurera
cl Uabanera -.
On rdeoinmanda ainsi U restaurant, pour sa cui-
sine soi.jitsje el sou service irrprochable, seus la
direction du ehel bien" connu fflorleoo.
t*rix irs modrs.
P. P. PATR1ZI
Propritaire

>
PERFGT
Kiack ^hoe Dressiog
le l'induit le plus pur qu'on ail eneore import danse pavs *
Use limpla eoueha ur les souliers les plus dtriora'lee rmit( neuf
i.e liquide appliqu sur les obaiUMire* ne ?alif pas le lirnse bltnc
Il rend le eu r b'illant et souple,(.ut tie appliqu sur toutes Ici piaai
pesportumonoaiaadeavaliaea.leaceinturM.lesaacs i mains, Im pertes
laadlaa Pauvi m Utt remia a nouf par une seule couche de ce merveil
leux produit Les chantillons sont la disposition de neajjeli aie,
r..lionSI.- l>olisii,Iii.'C.M|.TaiL
a
Geo. Jeansme,
Ayeiit Exclusif pour HaA
lI(;,Rua lesliiasln en"lace dt la Banque
^
' ySl

.;,..
a


MI5SING I55UL


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM