<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN '"V. '•' .:Jm Ifc U.S.S.H. La • %  enqurit Irl I %  I I I 1 Blltl U %  Rhumatismes Gravelle Art A igre'tra n i • et la GOUTTE i i > • • L'URODONAL nettoie le rein, lave le foie et le articulations. Il assouplit le artre et vite l'obsit. : OIALI.I : : ; : U : : : : : ; LINVCOL I : : "'' ~*?'TT5aT2T.-5. > large Taillant Conaijnala.re aour Ha/li i i i \ t ialietes 11> i. i | Mi le mi| n ou du [> n fretKI e il y • di i Londrc est meintenanl il me une im| i k>.d*S dlie, La i lit, • H nouera i il iim menl li I pro lilrne des dlie* D l | i* rsolu. Nouvel .'eroas P ARIS Paria-Tours bel,-'' Kioll iil •' %  eeufranl l d heu res l minute 56 i xemeourgeois FraoU eit tei > id cl le belge llu\ PARIS l ne dpche de i:,-.i blanca i roilitairei di l ni, du %  il, 'l Irai ntioe et :.li IIII\.\V... Iroii avial inlinu monde Martin • i i xlle bu Datcb Irarbor il ilki i \ ranl S60 I i les) — Le lieu) iviateur frai est a r ri I heure I l'api %  midi ii i in les bril n le hea oant Dol %  <• i 11 I a i ,\ I i. I i :il le lour du m molli Uad par luite d-uac pi une de no (eur. Port au Prince, le -i Mai I0S4. Secrlairaria d Ei;i J de l'Intrieur Oidre d'expulsion %  i lraal q i to il Elai so i i ire les i dnnt la i %  iur iterritoire peut itie | 'Il lcu ri le ; I f. m Hati di nain. i M • Sauvage i M-ii111 %  i Sauvage Eug nie) de D il eme it a Porl au Prioce o-i reconnue in di \ u Parti i l. >i du 1 1 An ii 1913 %  n le a m d ta Blran ger 14 /;/;/ %  .//. 1er. — Les 'i' %  ran • Auguste Blard Ma:el Sauvage (Marthe Sauvage [Eu< de eaiionalil Franc dae i aal i Port-au-Prince, ont expulse du territoire le U Rpublique. rt. i arent e:uliai |ul sur le premier bateau en partance po II I titl i lg Le i i aie li la diligence de la u*n larmeri • d'Iliiti li %  laireric d'citai de Pin | 2 Mu I9it, 121 ne del Indpeodm L-ic r.ll.'. LVi l • Il i iM'tfcuion "II/• %  I %  u i n : • huma I I.Egau ; luell %  aenl lui i i< liosee li n! .( m H nirt.Soa so irir l Ul mi Iriste, m 1 litti II nui i e !•< •'a> il u li ml ir d u fraction! *. Kl mple, %  M li va, un quarll tait au li lisli liti ne.. I d' Un onzimsi g M IQ14 Sl-Flii JAl-l'lLK bianaille* Nous earejjiation' avec plaieir les liaaailles de Mlle Marie M isao m avec Mr \iocaat Burini. Tous noa compliment. Coup dœil i ',•.( :iv," plaisir que nous avoni il.i"-, U' drniior numro d* noire confrre %  i-es Annelee Onpoises la renseigoemanl suivant ipie DOU noua ao pfoas i reproduira : |r lai Bermann s M. le Roi de Belse* vienl d'appeler Uonaieui Mai Herm mu u pote le hancaliai de la i galion le Belg | le l N nrsovie I Pologne ) Mr Mai Harmann asl di DOtiei. Gen Ire de Monsieur et Mil me Lauriaton Laroche, il i mpi u au Cap-llaitii n iae, il i ejere i fonction de ni llelgo TOC quel lait et qoelle dietinclion lut a juste litre, on s'en souvient, qui la ville entire le Irailai 1 i D enfanl cbrl. \,.iiii"i< rjouisaoaa al la l'l eitioni dont >• ion anlre dans la carrire diplomatique ou nous farinons pour lui nos racil eurs vœux de De la ncessit d'un 1ervite de Statti>ti<|ue a rj licol • Da'i le defnlre partie de l'a tii i | n ii i mi il.u Commerciale, Industrielle et Agri la signature de leaa Lab mr. eus avoi atle appreie h ni que ii> n eignetoae l'atieu lion de Mr Loutl Proplud. Sa r taire d'Etal ic l'Agi ioulture : S'agieaaol du laf, du d i Coton et .mi ;*% donree. les ch lires publie ne -ont qu'a.proi ra tut %  • %  ivenl i e w i dans noi diffrenlee douanes ne concordent pas toujours avec ceux de. tats coosol dree, De plus, il \ i lieu, po 'i* >if des I mnei exaclee, de faire entrar en ligne dcompte, la quantit respectable de cas denres dont on tait u.aj* i ..m ta in'iii d ma le paya. '.' ti pool mieui >i i un service sp< I il do itatii que reneaigner esact*menl MIT D lire production agri colc i le.'Ca i i*eau servie a il ei bien organis, est appel a ie nlie 1 s iloat l'irap uii i aedoitchepperipereonne; al lai g %  %  >* seael ne peuvent accueillir qu'avec empieaseme ,t une cration de ce genn BToua ij;ii ien quoi c ipsiste l'eltnrl du : noua ignorons de ." la i ir e pre i u litre du payai I i ri niiite d'tre connu pour 1,1 cation de nus producteurs. II est a remarquai qu %  Imites las p iques le notre i ml sera es de 11' IIIIH ment el d'bei il! as, i cause de notre ignoran[ n.-s pu prs eflairw* Berait-ce trop rclame au tiluI,I Dpartement de l'Agricul tue, que de demander qu'il prenne en considration cette juste •ugRastionet qu'il \ donne suite... Cœur de Femme l'ariaiama I -i li Bnitivi m H | ii\e samedi ati u de li diai%  anl sur de Pi rame de Mr Ai i;ustii L'cniiia p lierais n le loujontl 1 gourde et I Comme deux %  • marir.ee" rave il l'un petit sliopou ils avaient: vid pu mal de verres, ils entre lent en coup de vint 1 une des i i heuasorea taldies la Grand Rue demendanl boira ira. l l'laienl tromps d'edraaae : • %  i le propriu le leur faisait bien r mai qu, i .1 u-. ,l'iiI m rage le b ire, ilne pouv ienl ne p idon ni i eoitc i leur insatiable PI le ii dl i leuia i sgai Isrl s< 1 1 oui ail i li m pi d e, ils son appropii i i i roter n la liai r.if '!u bi lut g '. ils vidrent li i la rand stupfaction de notre i iav. i d Minier Lan deui i M I un venaient sans nullement t'en douter, de t r |„, r ger, car ils avait ni ebai il>" ,'i eus deux .... uni' ni' li lac noire que le mi d in di priser le U mali ne ootn lab irieui induslr • I. .. Extension des sports et de l'Agriculture en lui riche Los leoni de la C terre ont pro Me sans d, ute au\ ouvrier! autrichiens qui aiijuui 1 liui l'occupent deiaplover ralionnolleiui nt mBiO leur tempi la loisin Leur activit en di hi is de l'atelieui ne l'est pas oriente leulemeol ver* l'action ijndicale, politique el co< opialive, mais i ussi vers l'duee lion, les l| orll 1 1 le jardinai:' Ainsi que aoui l'apprend la Revue Internationale du Travail les •porta las plus populaires en Vulri Cbe ont 1 alpiniste el la fool hall dnnt la l'i'i'ui ,i li a augment nor mnent depuis quelques annes. I ne ligue des lube onviicisdi foot bail runi 800 clubs el 1U0 ai>u joueurs de Vienne el de la li nie Autriche. Il v a d'autre pat un d vclopp3 ment ible rie la petits pro pril et del jardina ouvriers. I existe l'heure actuelle 300 soci %  de jardins ouvriers, di.nl les 10 l membres font chacun en r une 500 heures de travail par an, sur le terrain qui lour est allou. Les vieux ouvriers surtout cultivent leur lopin de terre avec hideui Celle occupation joue pour eus le mme t de que le sport pour le jeunes. Q te le terrain Uur ap parliem eou non, ils lui prodiguent ioualeuri soins ata'lmpoMnl mme des sacrifices pour le rendre produetif avec l'ide qu'ils amliorent ainsi les coudilions de vie de leur famille. C'est donc i un vritable rveil du travail qu'on assiste en Aulri che .. et cependant Vienne valse toujours Progrs Parmi les ickeMU • da la seizime ex i i-i:i 11 d'l %  tricit qui vienl de s'ouvrir New 1 H %  :,. on cite un p ieie lectrique q n -,e place sur la table d< U salle a iiia.il fer, "I > ir I piel la maltrese de maison peul saosceaser da s'entretenir avec ses invits, prpar r on repas I sept plats: il lui luflit d'appu] : -1 u i j-.i da ho'itons. On pe il galement ai.airer un bibsr m q i ,• %  n quarante lecoodea, se remplit automatiquement de la t chaud. Dam le lioura pi'il proncn ce lin luguralionda l'exposition. t. b" ii i d,'. lar qu |, gri'-e aux progrs raliss, on pourrait bien lui ee c inta itai d i quatre lieuria d Irivail par j< ar, Pour obtenir la j lurne d q iarheun noua lOmmaa tout dl >p ||l a n toi alim i.ter au la. io automatique ivisi importaul Le Receveur 3 )njiiiml Itappelle aux contribuables i e retardpour le paiement de leurs i ilji itl Droits I leatlfS, pilent II de l'Exercice MJ'.-lM, lee diapo •itiona le la Loi du is Mai 1920 aur la itgia do. Impositions diras laa l-ii %  ine lueuce, des co ilraial n seront dcernes oonlre eux p ir tu d i le ce moi<. i r ui au Piinea, le :t Mai \JH £1 Constant CAS8AG.Nl IL Administration Gnrale des Postes >U d.dpart pour Ni W lork et \'e ^ m I, direct par le S S Prini Praderii k Uea drick serrt lermea la mercredi 7 du courant. au Prince, le I Mai 1914 A l'ose salon de la fie da l'Uni versil, leConeeil du l'I S. S IL organise un critrium d'atliltism i aiu aura lieu le Jimandie Is Mai au Pan Lecoate MUI e Haut l'a Ironage de S. B. le Prsidant le U Rpublique et lu Min'ttre de llaatruction Publi i ir, Chai de 1 1 i iversit. Les alhlles de nos Globe Bnor i d nos Btabliasem uti B %  'aires qui dfirent v prendre psrl >ont invils commeiioer km en Iratnemaat sans ratard, vu le peu de temps qui nous spara da 11 ne fte apertiva. Les preuves dispu ter cnnsisteronl nolamrrenl en : course de lOo m. plat, de ^'> m course de liai, saut en bailleur. en longueur, la perche, lance ment du poids, lutle k la corde. exhibition de boxe, ek Des avis ultrieure fourniront dis renseigucrnei.U uppmentarea aar ce critrium d'athltisme qui, d'i ros et dj provoq e un vil intrt da.is le monde sportif. AVIS La compagaie de cha i de Panama ii nt d'expdier sou Agent en cette ville, un joli BAsortiraenl de ch ip aux ap c aux i|in jamai' ne tonl arrives plus tins a Port au-Prince. J'ai l'honneur d'atten Ire que lea tocita '!e la Rpublique nous fassent comme toujoun le p| lisir de visiter notre m gasin Prix dputa /o dollars jusqu' li") par cha pi aux rJ< v i; leur relle). Sont arrives aussi doa lapeaux de Panama de petit prix ceux, depuis Un dollar jusijii a 5. .Nous attendons g il ment des chapeaux pour Nous taisons comme louj un sacompte en faveut les acheteuia en groa. L'agent pour l s Ppubliq ici -/'// u'fi /' u iriwaint ri de 9n ba. JlNMin IH'IITAlMI 1730, Hue Courbe. STOP D MII0Z0.N ; -n n u comme le lomde le plus effl ace pour combattre toutes les maladie! des bran %  lies, et des voies reepiratoirae. I ja *ymri**T+f*rn<3£Mf\ /\t3 J fiavlaw OHPRI suons SoulageniDut iiiiinivdiatM ruruoo iub Globules Rbaud Re^ultnlini'Tvfiilleux.BurprariBinu rnma rauras)'*--' tfl Oimaiietrtt'ict B. DALU'HOUX. 21. Hue \ tor tlufj Bou-Colombea M, ne) I A Hn aa ft-aa PKa. !" BUCH EXCEPTIONNEL .'JI ntul ISStfMla a* Campagne. I *•* %  UW H" '• ura ae c afS Ipuhliar (luirasa e Ml ,-lnr ., i ii.i.lui ttnt... • aaeva a^aa. i iruUlnl pou iaaJl 1" '•• S il,, oa a iSallal la laar Il ',,1,11-1 paar 5 franca as ouvrt • —• i 1 S trisoT rla "•'"' V |U d "* 1 m r-r.un praiiaa , pour a* aolonar aol ">* %  ••• aSaa iaiin t %tlauiin r t.. I, mal CaBiHH, raSa. S V iuUll i bip]' J^CHICAttO. ILUS \lm t-t l^taii %QCU m 3kwjt ^at, JaiueViv* & o)3acv>rv;aciuA Dlta'aax, Xtw.pic^Orlbtf h porli. J | j 'atte mcatA, etc. etc. etc. hilare )tv *;>lr io 0 rix CcaraaL. Lou U. Tbb'ud Agent exelusif pour Ha t LeliDuet Fink, lue \"-^ m Fonde en 18"6 Kl Supriorit J^ Bas prix IVoiiipfiiada; Tous produits chimiques,pkurmareuiiqates eH a star es articles vendables dans linf pharmacie. ICploea, l oi\re,Caiuiolle,GiroIle,Ani aoll, Mea de etc. etc.SUCRE KAFINE. _^. .Spcialit : Marque prive l.ysol dsinfeolunt, ataM literie. Articles pour habiers, li.iy Ruin, Chocolat pre) lire. Iliulc loiedo Munir. Kmulsion Cohl Craivi.,Bs\ traits pour (aire essences et eau de toilctlcr.au, fjuj. iiine, Poudra contre les insectes, Solution pour aoaseaver les tels frais, Lait de Magnsie, l'oudi'o supj rusjrc pour la toilette les enfants, d>sence da Ileura, Eau Plorida, Miel pour table, Moutarde. Huile d Itlive^ pour la table,Itrosses dents, l'cpperininl.liiiilepoarv chasser les moustii|ues el autres, insectes, Kegulot : contre constipations et douilles des Inteslins ChrO-g niafueas I lie, liire p ui le-, parquets, t omeslibles, l-'.li xira, EpiofJtaSirops divers, l'iutures diverses, Nina, Demande/, le catalogues des spcialits Confiant vos commandes a LI.II.N vV l'INK, I n_; voua serez absolument satisfaits. Toutes les bonnes pharmacies du \ pays s'apprei KUttuent chez I.UIN & I INIv Inc. Lon lillibaudt "Agent exclusif pour liait! "< .- F.O.PlEUCEUompaiiy I^WEST^BHODWAY NEW YOli FONDEE EN 1847. SUPERIORITE BAS PRIX fabrique de : Peinture, Vernis, Ocre de rouies sortes. Ifattle Lon H Uibaud Aytut ,/oiir lati



PAGE 1

I pot* MATIN Les raisons poar lesquelles \c des Chambres Air devez vous servir I ear r i i i. • nt Io Les chambrea I air GMMI Yearsonl laminaa, c'est a dire iju < llws sont luhriuues par dea eouchea successives de caoulcliuuc pur, le plus pur possible. Ceci t'Iunine la possibilit de fuites d'air. 2o Le sie *|* 'le l.i valve lail partie de la chambre a air fiuud Tear. ii uS ., impleicenl coll, il e.st mlyani/e sur la chambre, voua ne pouvez pas avoii de lutes d'air rai ,i valve des chambrai i lir Gnuil i';ir. t employe dans la labricalion les chambrai a air Gooil Taar. Ceci limine toute eeuture. ar sont maintenant beaevoup'plu la-yes, ceci empche les chambre a air *le Irop l'tendre juaml ellea ntr la il m I'V. (iood Year Tubes Tiie West Inities Tradi.Mj Company Port-au-Prince, tionives, Gap-Haitien Angle Hue Pave & Hue du Peuple Lhle partielle des articles que nous avons reus pendant Chemiserie, Bonneterie CoabiDBiioni pour tiommta Kaox cot Arut-x. taux cola AI.XMIU Mouchons %  Aticw Uavaif a Je SOrla Cravatea au crocbtl I nitm tu :oL!nira JaruleiUs rai .. ; tiliidaa fclaatiquae pour iea brae Cbemiaca d iiotLme blaLcaet do I"UICDI kabki ,'do de aoirce plia Fileta IOUI il aveix iiticlei de mnage** Toile ciia. toalea cooleura* lapa cCrci* peutlea tropiqces loile diap 'fo la pouoml'ei Mocatiguauea qutkl ritra Ulacirea Ma' ea de vi v Mille ai au re; SIVI t" il t i o < %  ' Verreai vm.C a.D, icktail etc. Servici de tal>l-' icml porceluine juea Pente K^i liauda *-lei tri Plataen loua genres pour pa'itee rie I jssoirea et ouv.e lerb'anca Cure Cer.t 11, Loia 1 o jillottea et caaterolea crcaillea Baigoo ta en 1er nalvai boqeiitei eu fer galvaoia Sa lit re* et loivritiee aluminium U aaaortin ent complet J'A'^en la* e !• la marque VWodsOi cou ii tioita-, cuiPieae'c Frappa co ktall en a 1 -mi iu '.1 SricH catfl 80 al roi mm >•. m pour h ni a 1 arq Ml Bi a m H pooi parqoal limue 3 i c li-veui Pinceaux Epingles en boia pour a 'ai lier Iea papii s. et IH I iijie Kati'os i lu cerna cb 1 Porte Manteaux Ba'ill laver le plaiche c 10 plet a d nt Coove"tu ea de laine Huile pfiiale pour p :r | 1 || \*a d' (oiieiadHo iP! la boi'n DI P i > iix cen'a( tiaq'io Papeterie l'oilta de papier leitiea d* 80 MDtilDi • u b te r.aroeta de Note* de tootea aor'ea Eocte dt lun'ei r.ouleora • t ei are %  pcii mu. p ; m r -.iroir Colla Ifi rta e: ponsce >lqa de Hoica Jcr^ou*et aiitrea arcti Articles i'picei ie • aman IIHU 1 ^ an aajce tOiuati : | III.' Lar ; I l'.V .1 I Cornichons 1 Araieux 35 et .">> M 1 on d'un I p sirop 1 Kam • t>u> < ; S rup t pi ne l?5 M4laiaa H r lia' bit lir iioai ni. Amaodi l-1 alclii %  < I %  \oix et \oie 1 er.iimea la livre P. nnei a avtllea la Ufra 13 A m 1 n 1 1 • < %  • • Ai, 1 yn" Carbi 11 c •'> AtsiDi n 1 ontallla 1 an laa Rata /'• mois d*Avril. 11 Eau de V iby. la DOQl III I *•; Bonbons i cliocolats ilati aanort'aan b • 1 n ir SJ 1 ,.4 1 liai "aaoh itttn" 1 i • v a la Iiv i ma aaaortta la livie i 1 cii'icoiita aaaoruala 1 >v 1 10 Tabacs, i i, %  i -, i iyarettes t;.a y?, I -e" I II II I il ':,'•! • %  '.! %  • I' a 1 1 1 no II paquet '20 Fruits ci Lgumes Frais n glacire t par, le vapeur di 10 et 38 de chaqge mois. Daoi loia par mois noua racavoaa la Vapaur de la ligue Pana ma du lleurra liai, Saucueea, l'acon, PrornagS Pte Rraaaa.Ura I jeiort. i-romaga a la 1 lAn.e, de la Laitue, Celery.Fom mesl'oirea, dea < o'alattea S* porcKaiama fraia etc. te.1 d< t u'ea aartaa ton 1 1 a de /o -.1 le paajnat ta ^altlnaa, lioyal I.uacbat l i| ort Soda eu (erblaoc. avnna toujoura la atock d'articlaa d*4picarta la plu a (rata mieux asaorti de l'art an I rince •' 1 M %  1 la vite noua riaitar. I 'i .' m opta l't aoiga par nioablaa et a:iiie. SOU.i FOI l\TAlAi ; vis aux amal tt^!!! iMous servons de nouveaux une Crme la ylace sans gale,que nos clients se rappellent bien; Venez vous ral'raicbir alvdu Compagnie irccAeni TephoDe et.du TUgraphe I Systme MUSS donservei Iranraise , i amricaines d^pranu 1 choix Des Caries postalesel 'le la [parfumerie Des cigares H cigarettes, des meilleures labriquea de Caba el de la lipublique Dominicaine,! Aurora et labaaera i. On recommande auisi le restaurant, pour *a cuisine soigne • %  ion service irrprochable, seus la direction du ehel bien connu Moneoo. Prtx irs modras. P, /'. PATR1Z1 Pi "/' i



PAGE 1

UB H ATin PHARMAG PRINCIPALE H. CANONNE 49, H 88-90 B-ULt.*HD SlBASTOPOL PARIS Prodi. Marque ni di i EUL1 • LA MEILLEURE RAYOTH iai< POUR LES COLONIES D> Franais • .''"'* D BANDAGES, CEINTI 4. \ LRI APPAUKII.S H! APPAREILS ORTHOPDIQUES fHARUIACIES DE POCHE, DE VJYA6E COFFRES PHAI JES pour I %  ete> Projet* de i cl /• '' PHARMACIE PRINCIPALE 49, RUE P.&UMUR 88-98, BOULEVARD SEB&STOPOL PARIS MATSON T'.VIQUE AUCUNE SUCCURSALE ni i H l rene i.i i %  I Iranger. Il est vident que si vous prenez un numro quelconque une loterie, ou si vous risquez votre argent sur un coup de roulette, il est possible que vous pagnerez. Mais i! e L bien plus probable que vous perdrez. Si vous demanirmacie quelque chose pour un mal de tte, et si vous ule qu'on vous prsente, ou un petit paquet, ou un .il est possible que cela vous fera du bien. Cependant il est encore )>\c que non. 11 y a dans le commerce des centaines d'analgsiques .. [ont 1 pi parti Qt inefficace! ou d'une acti nti p lente, tandis que d'autres :i li at le coeur. Laquelle de ces prparations aurez vous reu? 11 ne Lut pas plaisanter sur un point si dlicat. Pour soulager une douleur quelconque eu un refroidissement, il faut demander La CAFIASPIRINE (Aspirine et Cafine), qui est le parfait analgsique. Il agit beaucoup plus rapidement que tous les autres et n'offre absolument aucun danger pour le coeur. C'est pour cette raison que la plupart des mdecins la prfrent l'Aspirine simple. Elle se vend en tubes de vingt comprims et en petites "Poches Rouges Bayer" conte( nant une seule dose. & vendre rtflrtSPIRIMt %  ftUrOCS %  AlTMPlUMEH S IIEUAI w i. relatifa | .FILS AME %  mu • CUIOE PRATIDUE la t m "<*" tn-ot LatloutUrifi ralatifa au ns de 1 R| ti 0B contenant loutaa l'iOBft • ouye. ration Ville : Oraat* Cil J Alfred ViKiiX Agent pour llaiti i Prenez !eateir.ps v ^ i i plut Il ; Du •A nrvcur il I | I Bl pris ta : foerquo* i p-u M tf*t %  ' Composition \& '/.U -• de lydia E. I m PERFECT Hindi Mioe Dressiny l.e Produit le plus pur qu'on ail encore import danse pa>s inlinaple coucha tur Isa touliara les plut dtrior *lot remitj ntu Ce li'iui le appliqu sur ie~ ehausMircs ne i-nlil pasfjle linge blanr d le euil brillant et louple.peut Hrc appliqu sur toutes Ici Deaportea monfuee.lee valiaea,le8CtiDturee,leB0aea & maint, les leuiliei Ptuvtnt lre remit i 'uf par une seule couche de ca : if am et peaai perlt a 2 '<~ Miinii ni|*SSUaV • ncu i uni une MWSfJ ivuilic '* *•!!!( [ ti| leux ii dull %  i iebuHillooi sont <• la dispotition d oof littU. Ntonlbee Polith,lM.C^J.IT w | Geo. Jtansmt\ A ; '?ei 1 \clu I pour H&nt |I(t t |iitdsIiratla SD la de la B a nqu Je u ns fi lie n liai \ UeB, j unes femmes /uflffuea, et von* Meseieui les surmuis, prenez le TOMIIKL Oeei le recons iluat l idal • r fnte aUni uM^piiflcipalaj [iliiiaacisa j l £ f



PAGE 1

"ILE COPf 1 MRBMWR PROPRIETAIRE UMM39B Utmeot Mayloirc 8011 VEHNA 1S6* Rue Amricaine MMfM ^QCENTIMKS Quotidien 1ELEPBQXE No U2 FILE COPY Murrkus Memwwi I PAN AfcttPK:** i Qu'il J .nt dans la f*>fefl5.Utt*u pranl I. force rlit a la Mttrci infinie le toutWour>tHJs toute N l "il •. MIFH,L'nnieigae lu loi, |u i on explique sas rr.su Ila ta avec les psycholtoute eonleniporaiiis.par un simple plisnoutne daulo*8U mluei du i mit d'orguiisation, Mesdames, Messieurs, C'est avec une motion laite de crainte et de plaisir mls que je me prsente en ce lieu, ndle la tradition qui veut Qu'aujourd'hui, le Gouvarnsnient communie avec les Repr •entants de la carrire agricole pour clbrer !a Fte le 1 Agriculture. En vrit, si n'tait j imaii abrog cet usage de venir cette place, renouveler 'es promesse! menteuses d'un ( louvyr rement sans but ci suis m yen, j'eusse t manifestement n-dessous de la laclie le le reprsenter et d'tre ton porte| arole prs de vous. Mais Dieu soit lou. Le Gouvernement, grce au dsir de bon chef et aux convictions gnreuses qui l'animent, a pris v -oureuse ment en mains le relvern ut feonomique de la Nation Ifait tnne; et la rforme de notre Agiiculture est au premier rang i e ses actuelles et vives proc• upaiions. Dj sont jetes les bases le l'dilice construirelien qu I ous voulions faire li des critiques spirituelles ou mchantes, i arce que nous ne devons p;is I ous ellrayer des imperfections t'es premire! tentatives — vous i e sauriez croire, quels lii sais de l'orve et il'encouragement nous trouvons, dans l'apI rohation courtoise (]iie signifie I articuli( renient vo'.re prsence m si grand nombre cette 1 bration. i^e que nous dsirons, ei i e I ourquoi les pouvoirs publ.es \nt dployer leur ^neruie le n tis les jours, c'it dtablir •'ans l'espnt de notre gnration une loi robuste dans l'avei ir agricole de la Nation et qui, *eule est appele amliorer la .'ituation pnible qui lail l'objet ce lamentations gnrales. Le VIPU du Gouvernement l st donc un vii-u national, et les : olutions qu'il a adopl '•• l dans i.ne barmonie de mes complets avee le Peupla seront couroni s de succs, puisqu'elle s ont toujours t celles impri 11 saint nt rclan.es par le publicisi e hatien et nos classas btboi ieuses. 11 tait temps, en eflet. qui l'Agriculture, la plus prcieuse i es industries, prit die/, nous i ne place dif ne d'elle Car en lomine, la routine installe en louveraine matresse dans cette rplire de l'activit sociale non a rivs depuis des annes des thilires de production drisoiies, et par consquent un tat ftstionnaire dont vous i munissez comme moi le SPIIS ridiculs et laid. Alors que les carrires agricoles de .ous les pays, et parti' culirement de celui qui en tant de choses nous sert de m> i sont illustrs par les plus grands noms de la Nobles de la Science, nous avons tait de la natre, le lot des rustres et des ignorants ; et quand les meilleurs d'. i Ire nous ri I itl.t .i le %  : fi.es tel i las* i p 4ir toujou< on pouuait i %  u.me fi vouloir prendre aa l-art au M ul mouvi nient r$ • lenteur qui n'et pas t un w mouva m 'nt rvolutionnaire, co nui • ri vouloir p r c b •• r d'exemp'e au milieu de nos populations rurales, vouloir lut ter pour acqurir des titres au respect sur es champ d'Iionneu u travail, taient des ambition i m ligi <..st cette religion dont on trouve le retentissant et fatal exemple chez les l! imains de la dcadence, d tas l'histoire i •< monarchies vermoulues du XVI Ile sicle qui nous a, nous aussi, brutalement chavirs. Tous ceux qui A tort ou .'un son se sont crus aptes i liriger ce peuple hatien vers so i i liai, aprs ses jours le g| tire et d; beaut, ont System iti pi refus %  de c impren Ire i t.nt au travail, mi Iran i : le la terre prinnn dment, q I h nouvelle Hati devait I isorra ii* demander sa dignit et si richesse. Mais, malgr les su,ism M et les dnigrements, les oli-t u I divers et de tous or In -, \ -, QQ bches perfides ou inc ta tes placs sur leur chemin, e i butte a nue sold ites lus arro gante et mutile, avec des outils antdiluviens, les agriculteurs hatiens ont port seuls sur leurs paules le lai I MU p sanl et combien remuant parlois de l'difies nalii IUI. Aussi nous ne pouvons dire que la valeur conooi qu l d'un tel peuple est tout (ail nulle et mrite ces svres jugements dont on l'abreuve \| us cette valeur conomique aurait d, sous la pouss intelligente et fraternelle de nos lites subir une progression croulante qui, entre mille rsultats I reui nous eut inrement valu une meilleure place dans l'est ira nos cooprateurs actu Noos sommai dana le sicle de l'lectricit ou les distances i supprimM. Nous vivons u une poque q ii tend a mettre ton les peuples ec concurrence commer eia s, n le dbouch! nivellent les conditions de In production, nu les population-* ouvriers! te d placent COOMM le produits eux mmes, ou par consquent le ino m foie de l'oisivet n'est | lus poe %  ible dans eut un ioduati ie DevODI DOtil 'I lOC icitrr Ioai I ils et nipsrbss, s •, &f pi leste que DOUI avons une belle li l*ire, et continuer d'ire le*, ehanullooi prcieux d'une ethnographis ip Non, milli fois aoo, Nous somniei le plus dani le gi ron de lu pnimntl Amrique. pour lei Natioo!, tomme pour l'individu, c'est la valeur i nomijiieei productive qui compta, De I boni m |ui passe, on ail : il ^aiil 10. in i 30.000 — 100, 0 l d ill in. Cartes, toutelee bellta qualit! qui ennoblietent 1 • %  prit humain sont apprciesconame il faol dam la plus riebe des dmocraties mo dnies, mais faut il q ie ce* beau l.puiueot tre rfraeli reesol diduses,— comme toutes laslumirM — ptr le pi:e d'os 3 ue cha>-un tient en mains: — r'et onc par le travail que noua nous lverons. Iles tendues immenses m territoire, vierges sur beau coup de leurs parties attentent Ut taon! de nos efforts intelligents. Il est certaia que phmeuj rir constances malbeurauses onl siooo ce faible rendement t l ; Paye. N i-, derniers I rili, le Ion,-ns et frquentes i : %  nri %  n*e l liti [ i tsnmeat devaient produire cel a i i auae in li le, rv ie MOI i M rainu tue ise, est <|ue noti cote n'a pas un n i d %  'ii| truite dei u m w Iles n bo I 'i nla -. ieo i ma 'lei M • e mises i la dispositi m de l'eH i,t individuel L i soluti m du pi i ricole est iod i iblemeal ; ma la diiTu sio.i de l -..if. Q ta l'enseigne %  I trou ve sa pla :i I ma lo;it les l Misse menti d'instruction publi i i •. de p lis l'B oie pi i ni.iii' i i qu'au! cales suprieur -. %  ] i'il pri i tous I,-. i I. '. s cooliti aiso iales,depub l'enfant du l'tiirouetier jusqu'au riche pro i qui rtira du lourb lion soi rfalras dsirs pojvoir oenae er T a U lu ictl in des Iravoui des clidmps le< reste d'une ii t'Int. El n 11oii i sui li oia 1 1 ^lut. La loi qui i re l'organisati m lu Service Techui |ue de l' \, et de l'Enseif. u nenl pr fess i nal ainai que i elle aei ordant au Gou cri litaci i pour la craUon d'une Ecole een ira'e d'Agriculture, et la m ration des Fer ne I le Geuvernemenl en mesure i' i cuterce vaite et beau progra Ainai sera cre p ) ir en iti ; no* paysans, ci lie lil i spcialise rdemj tri I incurie et de nos I mil 11 < i qui viendra conaidier r V ; ullure apprise a boom i pas c m me le lot des ignorants, ni D m mime un \A M\ i Par la pratiqua de cette belle i urine, cette lite oirblii i vu illes opfiftons pu i"voyaient il i,iagriculture qu'un tal soDurant 'elle re agiic le que le G ivei ne ni ni et la ."Va on i le il de to is leur\.r M. ail prendra 11 ma pi il pi u m basse et d'lvation la vit cole,devenue une profession ritable. vos bi IVM pa; sani -i IL lit mites, -i reigni I i otin lea pi itecl n leu %  "ni -i souvent m io entre %  i lie liii! et eux, sil iblironl pai la force ia*ittible di la i ol lion journaliers, I*liens qnl M I irmeni naturellement entre • -. qui donnent leurs i in oaeeili et i |ui les i anl Elpilors,alora seul* mi nt, noa > %  11 x deasiili revoiront de ton |iremier i lut la de • nos un \ o i-1 IUI, lodusli e 1 -. igi leurs, fermier! et mi 11 pr seuls, au nom du Prsident il* la Kpubli |ua et du 'i n rn< loul entier, je • un i i t' M ri -alut. lolli i, spi i iale et c'ett vin s'adn a ni tous lee bonneu la l'ai tur. i roui 'i**' ni ui ment pi laodiiaoai iui i %  nuni . lavent qu'il faut iur qui la de. de travailler ivei eon i esi pu ,|, lortii diM eon I rsssl i en i i 1 i vous sera dsorm lie plus -i iri'imi, dans I %  p prsent 1111 IIJOS u i .oui ni ns,va i %  nfaiU de Pinati u lion loch nique agricole que l'El il irrvo ableamt de vul( El plus larJ daas un d lai ire le plus court ; • %  danans grandiose sition agricole, oq d>, 1 nan cul! i lite vertus i 1 %  % %  I q • % %  le Priai I ^ ive l'Agrleultun n m p blica in i I rivire > Cayaal m u i lion |". i iatrative, ni .;i: id< re, o ee i ^ on ii ire me q mini '.' li ne n'e du Co l ido. a Lu Matai, 8in r le fi intire, li %  m et d tins oublient qu nstee tires, ' ' %  i de l'tli qu on i st la traa 1 M urto H INC ne lende plul il terne .x I' III I I ma m i de b iui i ub inli 'appro rainte se rap pelle'ool que, I iln doivent rpudii i louta politique qui i ipu lations i iu|| i ilans \r-, ,., |, n national mais I i nenl par : I Ml < .| .ni 1 i de pariai :ir, -le % %  i i le 'i ;. mu mais jeter l'an l oeui q n li roira cain Cdll-i: ; %  lit parer, pouro : saura oui i i litui r d %  : question K : lie de la | |uaut un i i n I i N| M li |ui m d |UI i i %  'le vieilles amb I ce %  ,. t lit ici i doivent point MMIII caini i mt !a r u • l satloo du Uouveraei Dr DEPESTB Varifs 1 a Soir Trois lousq l Lornq i ":"• lemme \ l.i. Les dbats de la campagne lectorale en France Uii grand discours de M. Pret {', < I pour le (jouvrrn nmnl Iranaia nnn eharge i eui un.il,laiiv ncijuitler lirs rnaiallons I ij I ilution des qneamm iriales; indusIrielle "iil''li cliambrt' prconise la (>ai\ religieusi par une a t plicaliun beralu des luis laiquss. IS— Dont un di leurs, tt i; oui i' t de in -nie i %  *l %  --i : Il i plei i, I i | dont i consl I int et qui il. M P dre que i fi du R qu'il irue d bon mis d i p >,i r i Parti I" i la K dir. i exploita i llulu II in I lent de i I d mil i ir i M P %  i IMI que 11 Kram i i | l< roupes en i ban i tant de repi i li rap f l t eommi sion >lerparai comm i d'un pli %  ', on li ; • phe 'I nt l de lesqm res i lion de la H allai I' li i but mais D I 1 lies Ml |M nue i i i de la mon in lio d 1 %  %  nuit, le bud libres i ,i pli | de l'Alina MIoblige I > outrantes, les i iflel du nenl des plus v lu rea quotidienne ii ml el i igrl de la recons i gions d'-vastes y i pi ontribution croii ii iil <> %  du frne adri encore faciliter le dve I p| ime 'i des trama -lions et as sui dn pris de la vie. ni li • linaneea sont : n'autoriaail a pensar i m-nit pas durable, uvre de demain ispra la r • %  I i mthodii pailemeuUi i % %  i len Ire i assnrsr Pao I de i puissant i a\ ono i liaoi eu amliorant le tr i v.ul, en favo les productions et en dveloppant les institution!do er 'i %  ind tri l f i iMiiiiu n ml il a^n i pour d mu. M lenr plein dve i loutea le* branches 'I et fi.voi laef i tous lac ii |i,i proprit. Au i il ftudia rali ei touli inomiea rai vil i loats predigali i loul dpi n %  injustifie ou non indiipeiiMble et carter aaaal toe' bru laie ou veialoire. M. P "Mi-f encore la 1 dans I application I i -. l'largie sment di l'oeuvre de prvoyance parlicul MI faveur des fa m Ile Dombreuaei In en -tion en avi e i 'li artious de 1 ition du i-giine SUS le I ni le ad'i mpcbei la lutte rer l'ordre liti ontre la dictature, ie i lu an i-s .le tous le* D i pr 1 1 'ni Jde la obambre n i "in, un idans U lu l'u 11 rpublicain qui, I di rvolu niionalisme inu msigi iui, saura ai bovsf I osa -; des rparation*. lianeoa. seule %& i paii, tendra l Ions les peup uironl la rai ml de i el luttera paitout pi il de rlolenee ou do iii-i *a mis luila < oiisordo %  ur. Kar abU Nouvelles kSlrangres tleclions en Allemagne %  l'lection d< B ax>chanc< liera Scheidmann,|auer ••i Pahranbacb /. pi j / BERLIN— Il M a eu lieu i I I i, K de odie* X Bel lin i upilale dans la el la Saxe es i n urine et i industriel de la r La | B du bulletini • > mnaaniali %  ni 1res c ir c on ae r i p I liparti natio uderll sont in i ira, les mi a c n n des ifl de r, lia ri travail, a que SCO. L 1 • 4


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06206
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, May 06, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06206

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
"ILE COPf
1
MRBMWR PROPRIETAIRE
UMM39B
Utmeot Mayloirc
8011 VEHNA
1S6* Rue Amricaine
MMfM ^QCENTIMKS
Quotidien
1ELEPBQXE No U2
FILE COPY
Murrkus Memwwi I
PAN AfcttPK:** i
Qu'il J .nt dans la f*>fefl5.Utt*u
pranl I. force rlit a la Mttrci
infinie le toutWour>tHJs toute
Nl "il . mifh,- L'nnieigae lu loi,
|u i on explique sas rr.su I-
la ta avec les psycholtoute eon-
leniporaiiis.par un simple plis-
noutne daulo*8U certain qu'elle raliermit, qu'elle
fensJ les libres de notre nergie
iatiaie d'une Juron singulire.
Paul Bol GBT *
ltsne ANNE N 8201
PORT-AU-PRINCE (HATI
MARDI 6 MAI 1124
Fte Nationale le l'Agriculture
Disconrs du Secrtaire d'Etui Lnui Prupiitt
Hontlear Prsident!
Ysssiturs les M> mluei du i
mit d'orguiisation,
Mesdames, Messieurs,
C'est avec une motion laite
de crainte et de plaisir mls
que je me prsente en ce lieu,
ndle la tradition qui veut
Qu'aujourd'hui, le Gouvarns-
nient communie avec les Repr
entants de la carrire agricole
pour clbrer !a Fte le 1 Agri-
culture.
En vrit, si n'tait j imaii
abrog cet usage de venir
cette place, renouveler 'es pro-
messe! menteuses d'un ( louvyr
rement sans but ci suis m
yen, j'eusse t manifestement
n-dessous de la laclie le le
reprsenter et d'tre ton porte-
| arole prs de vous. Mais Dieu
soit lou. Le Gouvernement,
grce au dsir de bon chef et
aux convictions gnreuses qui
l'animent, a pris v -oureuse
ment en mains le relvern ut
feonomique de la Nation Ifai-
t tnne; et la rforme de notre
Agiiculture est au premier rang
i e ses actuelles et vives proc-
upaiions.
Dj sont jetes les bases le
l'dilice construire- lien qu !
I ous voulions faire li des criti-
ques spirituelles ou mchantes,
i arce que nous ne devons p;is
I ous ellrayer des imperfections
t'es premire! tentatives vous
i e sauriez croire, quels l-
ii sais de l'orve et il'encourage-
ment nous trouvons, dans l'ap-
I rohation courtoise (]iie signifie
I articuli( renient vo'.re prsence
m si grand nombre cette
1 bration.
i^e que nous dsirons, ei i e
I ourquoi les pouvoirs publ.es
\nt dployer leur ^neruie le
n tis les jours, c'it dtablir
'ans l'espnt de notre gnra-
tion une loi robuste dans l'ave-
i ir agricole de la Nation et qui,
*eule est appele amliorer la
.'ituation pnible qui lail l'objet
ce lamentations gnrales.
Le vipu du Gouvernement
l st donc un vii-u national, et les
: olutions qu'il a adopl ' l dans
i.ne barmonie de mes complets
avee le Peupla seront couron-
i s de succs, puisqu'elle s ont
toujours t celles impri 11 sa-
int nt rclan.es par le publicis-
i e hatien et nos classas btbo-
i ieuses.
11 tait temps, en eflet. qui
l'Agriculture, la plus prcieuse
i es industries, prit die/, nous
i ne place dif ne d'elle Car en
lomine, la routine installe en
louveraine matresse dans cette
rplire de l'activit sociale non
a rivs depuis des annes des
thilires de production drisoi-
ies, et par consquent un tat
ftstionnaire dont vous i munis-
sez comme moi le spiis ridiculs
et laid.
Alors que les carrires agri-
coles de .ous les pays, et parti-
' culirement de celui qui en tant
de choses nous sert de m> i
sont illustrs par les plus
grands noms de la Nobles
de la Science, nous avons tait
de la natre, le lot des rustres et
des ignorants ; et quand les
meilleurs d'. i Ire nous ri
I itl.t .i le ! : ,
fi.es tel i las* i p 4ir toujou< -
on pouuait i -
u.me fi vouloir prendre aa
l-art au m ul mouvi nient r$
lenteur qui n'et pas t un
w '
mouva m 'nt rvolutionnaire,
co nui ri vouloir p r c b r
d'exemp'e au milieu de nos
populations rurales, vouloir lut
ter pour acqurir des titres au
respect sur es champ d'Iionneu
u travail, taient des ambition i
m ligi
<..st cette religion dont on
trouve le retentissant et fatal
exemple chez les l! imains de
la dcadence, d tas l'histoire i <
monarchies vermoulues du
XVIIle sicle qui nous a, nous
aussi, brutalement chavirs.
Tous ceux qui A tort ou .'un
son se sont crus aptes i liriger
ce peuple hatien vers so i i liai,
aprs ses jours le g| tire et d;
beaut, ont System iti pi
refus de c impren Ire i .
t.nt au travail, mi Iran i : le la
terre prinnn dment, q i h
nouvelle Hati devait I isorra ii*
demander sa dignit et si ri-
chesse.
Mais, malgr les su,- ism m et
les dnigrements, les oli-t u I -
divers et de tous or In -, \ -,, qq
bches perfides ou inc ta
tes placs sur leur chemin, e i
butte a nue sold ites lus arro
gante et mutile, avec des outils
antdiluviens, les agriculteurs
hatiens ont port seuls sur
leurs paules le lai I mu p sanl
et combien remuant parlois de
l'difies nalii iuI.
Aussi nous ne pouvons dire
que la valeur conooi qu l d'un
tel peuple est tout (ail nulle et
mrite ces svres jugements
dont on l'abreuve \| us cette
valeur conomique aurait d,
sous la pouss intelligente et
fraternelle de nos lites subir
une progression croulante qui,
entre mille rsultats I.....reui
nous eut inrement valu une
meilleure place dans l'est ira
nos cooprateurs actu
Noos sommai dana le sicle de
l'lectricit ou les distances i
supprimM. Nous vivons u une
poque q ii tend a mettre ton les
peuples ec concurrence commer
eia s, n le dbouch! nivellent
les conditions de In production,
nu les population-* ouvriers! te d
placent COOMM le produits eux
mmes, ou par consquent le ino
m foie de l'oisivet n'est | lus poe
ible dans eut un ioduati ie
DevODI DOtil 'I lOC icitrr Ioai Iils
et nipsrbss, s ,? pi leste que
DOUI avons une belle li l*ire, et
continuer d'ire le*, ehanullooi
prcieux d'une ethnographis ip
Non, milli fois aoo,
Nous somniei le plus dani le gi
ron de lu pnimntl Amrique.
pour lei Natioo!, tomme
pour l'individu, c'est la valeur i .
nomijiieei productive qui compta,
De I boni m |ui passe, on ail :
il ^aiil 10. in i 30.000 100,
0 l d ill in.
Cartes, toute- lee bellta qualit!
qui ennoblietent 1 prit humain
sont apprciesconame il faol dam
la plus riebe des dmocraties mo
dnies, mais faut il q ie ce* beau
l.- puiueot tre rfraeli
reesol diduses, comme toutes
laslumirM ptr le pi:e d'os
3ue cha>-un tient en mains: r'et
onc par le travail que noua nous
lverons. Iles tendues immenses
m territoire, vierges sur beau
coup de leurs parties attentent Ut
taon! de nos efforts intelligents.
Il est certaia que phmeuj rir
constances malbeurauses onl
siooo ce faible rendement t
l ; Paye. N i-, derniers I
rili, le Ion,-ns et frquentes
i : nri n*e
l .
liti [ i
tsnmeat devaient produire cel a
i i auae in
li le, rv ie moi i M rainu
tue ise, est <|ue noti
cote n'a pas un n i
d 'ii| truite dei u m
w Iles n bo I 'i n- la -. ieo i ma
'lei m e mises i la dispositi m de
l'eH i,t individuel.
L i soluti m du pi i ricole
est iod i iblemeal ; ma la diiTu
sio.i de l -..if.
Q ta l'enseigne I trou
ve sa pla :i I ma lo;it les l Misse
menti d'instruction publi i i . de
p lis l'B oie piini.iii' i i qu'au!
cales suprieur -. ] i'il
pri i tous I,-. i I. '. s
cooliti ai- so iales,depub l'enfant
du l'tiirouetier jusqu'au riche pro
i qui rtira du lourb lion
soi rfalras dsirs pojvoir oenae
er t a U lu ictl in des Iravoui des
clidmps le< reste d'une ii
t'Int. El n 11- oii i sui li oia 11
^lut.
La loi qui i re l'organisati m lu
Service Techui |ue de l' \,
et de l'Enseif. u nenl pr fess i nal
ainai que i elle aei ordant au Gou
cri lit- aci i
pour la craUon d'une Ecole een
ira'e d'Agriculture, et la m
ration des Fer ne I
le Geuvernemenl en mesure i' i
cuterce vaite et beau progra
Ainai sera cre p ) ir en iti ;
no* paysans, ci lie lil i
spcialise rdemj tri I
incurie et de nos I mil 11 < i
qui viendra conaidier r V ; ullure
apprise a boom i pas
c m me le lot des ignorants, ni d m
mime un
\A
M\
i
Par la pratiqua de cette belle
i urine, cette lite oirblii i
vu illes opfiftons pu i"- voyaient
il i,- i- agriculture qu'un tal so-
Durant 'elle re agiic le que le
G ivei ne ni ni et la ."Va on i
le il de to is leur- \.r m. ail
prendra 11 ma pi il pi u
m basse et d'lvation la vit
cole,devenue une profession ri-
table.
vos bi ivm pa; sani
-i il lit mites, -i reigni I
i otin lea pi itecl n leu
"ni -i souvent m io entre
i lie liii! et eux, s- il iblironl pai
la force ia*ittible di la i ol
lion journaliers, I*- liens qnl m
I irmeni naturellement entre -.
qui donnent leurs i -
in oaeeili et i |ui les
i anl Elpilors,alora seul* mi nt,
noa > * 11 x deasiili revoiront
de ton |iremier i lut la de
nos un -
\ o i-1 iui, lodusli e1-. igi
leurs, fermier! et mi 11 pr
seuls, au nom du Prsident il* la
Kpubli |ua et du 'i n rn<
loul entier, je un i i
t' M ri -alut.
lolli
i, spi i iale et c'ett vin
s'adn a ni tous lee bonneu
la l'ai tur.
i roui 'i**' ni ui
ment
pi laodiiaoai iui i
nuni . lavent
qu'il faut iur qui la
de.
' de travailler ivei eon
i esi pu ,|, lortii di- m eon
I rsssl i
en i i
1 i vous sera dsorm lie plus
-i iri'imi, dans I p
prsent 1111
iIjos u i .oui ni ns,va i

nfaiU de Pinati u lion loch
nique agricole que l'El il
irrvo ableamt de vul(
El plus larJ daas un d lai
ire le plus court ;
dan- ans grandiose
sition agricole, oq d>,
1 n- an cul! i lite
vertus i
1 I .
q
le Priai I
^ ive l'Agrleultun
n m p blica in
i I rivire
> Cayaal m u. i
lion |". i iatrative,
ni .;i-
: id< re,
o ee i ^ on
ii ire I i mu- de ni i
d i I i | uni! les
al am en i i
i .i i pei ou lei
i>
me q
mini
'.' li ne .....
n'e du Co l ido. a
Lu Matai,
8in r le fi intire,
li m et d tins oublient
qu nstee tires,
' ' i de l'tli qu on
i st la traa
1 M urto h
inc ne
lende plul il terne
.x I' III
I I
ma m
i de b iui i
! ub inli 'appro
rainte
' se rap
pelle'ool que, I
iln doivent rpudii i louta
politique qui
i ipu
lations i iu|| i
ilans \r-, ,., |,n
national
mais
I
i nenl par
: I Ml < .| .ni
1 i de pariai :ir, -le
i i le 'i ;. mu mais
jeter l'an
l oeui q n li
roira
cain
Cdll-i: ;
lit
parer, pouro
: saura
oui i i litui r d
: question
K
: lie de la |
|uaut un i
i n ,
I
i
N| M
li |ui m d
|UI i i
'le vieilles amb I
ce ,. t lit ici i
doivent point
'
MMIII
-
caini i
mt !a ru
l satloo du Uouveraei
Dr DEPESTB
Varifs
1 a Soir
Trois lousq
l
Lornq i ":" lemme \
l.i.
Les dbats de la campagne lectorale en France
Uii grand discours de M. Pret
{', < I pour le (jouvrrn nmnl Iranaia nnn eharge
i eui un.- il,- laiiv ncijuitler lirs rna-
iallons I ij I ilution des qnea-
- mm iriales; indus-
Irielle
"iil''li cliambrt' prconise la (>ai\ reli-
gieusi par une at plicaliun beralu des luis laiquss.
IS Dont un di
leurs, tt
i; oui i' t de
. !
in -ni- e i

*l --i : Il i
plei i, I i |
dont i consl
I int et qui
il. M P
dre que i fi du R
qu'il
irue d bon
mis d i p >,ir
i
Parti
I" i la K dir.
i exploita
' i llulu II
in I lent de
i
I d
mil i ir i M P
i imi que 11 Kram i
i |
l< roupes en i ban
i
tant de repi i
li rap
fl
t eommi sion >le- rparai
comm
i
d'un pli ', on li ; phe 'I
* nt l de
lesqm res
i lion de la H
allai I' li
' i but mais d
I
1 lies
Ml |M
nue i i
i
de la
mon in lio d
1

nuit,
le bud
libres i ,i
pli | de l'Alina
mi- oblige I > outrantes, les
' i iflel du nenl des plus
v lu rea quotidienne
ii ml el i igrl de la recons
i gions d'-vastes y
i pi ontribution croii
ii i- il <> du frne
adri encore faciliter le dve
I p| ime 'i des trama -lions et as
sui dn pris de la vie.
ni li linaneea sont
: n'autoriaail a pensar
i m- -nit pas durable,
uvre de demain ispra la r
I i mthodii pailemeuUi
i , i len Ire i assnrsr Pao
I de i puissant i a\ ono
i liaoi eu amliorant
le triv.ul, en favo
les productions et en
dveloppant les institution!do er
'i ind tri lfi iMiiiiu n ml il a^n
i pour d mu.m lenr plein dve
i loutea le* branches
'I et fi.voi laef i tous lac
. ii |i,i proprit. Au
i il ftudia
rali ei touli inomiea rai
vil i loats predigali
i loul dpi n ' injustifie ou
non indiipeiiMble et carter aaaal
toe' bru laie ou veialoire.
M. P "Mi-f encore la
1 dans I application
' I i -. l'largie
sment di l'oeuvre de prvoyance
parlicul mi faveur des fa
m Ile Dombreuaei In en -tion en
avi e i 'li artious de
1 ition du i-giine
SUS le I ni le
ad'i mpcbei la lutte
rer l'ordre
liti ontre la dictature,
ie i lu an i-s .le tous le*
D
i pr 11'ni Jde la obambre n
i "in, un i- dans U
lu l'u 11 rpublicain qui,
I di rvolu
niionalisme
inu msigi iui, saura ai bovsf I osa
-; des rparation*.
lianeoa. seule %&
i paii, tendra
l Ions les
peup uironl la rai ml de
i el luttera paitout
pi il de rlolenee ou do
iii-i *a mis
lui- la < oiisordo
ur.
Kar abU
Nouvelles kSlrangres
tleclions en Allemagne
l'lection d< b ax>chanc<
liera Scheidmann,|auer
i Pahranbacb
/. pi j /
BERLIN Il m a eu lieu i
I
I i,
k de
odie* X Bel lin
i upilale dans la
el la Saxe es i n urine et
i industriel de la r
La | b du bulletini >
mnaaniali ni 1res
c ir c on ae r i p
I li- parti natio
uderll sont in
i ira, les mi
a c n n des ifl
de
r, lia ri
travail,
' a que
' SCO. L
1
4
.


LE MATIN
'"V.'' .:Jm
Ifc U.S.S.H.

La

enqurit Irl
I

I
I
I
1 Blltl U '
Rhumatismes
Gravelle
Art
A igre'tra
n
i

et la GOUTTE
i
i
> .

L'URODONAL nettoie le rein,
lave le foie et le articulations.
Il assouplit le artre et vite
l'obsit.
: oiali.i :
: ;
: U :
: :
: :
; LINVCOL I
: :
-

"
"'' ~*?'TT5aT2T.-5.>
large Taillant Conaijnala.re aour Ha/li
i i
i \ t
ialietes
11> i. i |
Mi le
mi| n
ou du [>
u laroc
M, I m unique effl
i erps
au V i Messaud .
i ae i pis
espagnol 11
dre
lotit i ries "I
rata d
le bl
Berne n a ;rail prochai*
nemenl itre
diplomali lue en Suisse
(b.NBYl ' itioni oui d
jV .1 :
quel Sa
lioi ion
du Br il de n immer un
dein on den re si
le Corpi Diplomatiqui
plttcei i | '
Uni li i B( u %
Gen
L; confrence angle ruasc
el le preblmi des delta
LONDRES- M. O. Ni
nal lib I
lecteur! de Lam i lu >n
fretKI
e il y di i Londrc
est meintenanl il me une im| i
k>.- d*S
dlie, La i lit,
h nouera i il iim menl li I pro
lilrne des dlie* D l | i* rsolu.
Nouvel .'eroas
P ARIS
Paria-Tours
bel,-'' Kioll iil '
eeufranl l d heu
res l minute 56 i
xemeourgeois FraoU eit tei > id
cl le belge llu\
PARIS l ne dpche de i:,-.i
blanca i
roilitairei di l ni, du
il, 'l Irai ntioe et Fari u'it trrivi p mr mi \.i
' ludes. Ils mil r lei
aui......- mililain ! onl i
li ville.
BERNE Le i iiuand el
le reine M urie d
tu i 'Ini- leui propi
lie \\ l'illli :l I | h i
ih'i ce l Gh.II.Ii
rai ni fero i uni
u\ an: -s B
jeu li el vendredi.
C' LOMBES '.. huiti' leo
piad
saule H
de la Fi la Roumanie p ir
1 i >:.li
iiii\.\v... Iroii
avial
, inlinu
monde Martin i i
xlle bu
Datcb Irarbor il ilki i
\ ranl S60 I
i les) Le
lieu) iviateur
frai
est a r ri I heure I
l'api - midi
ii i in les
bril n le hea
oant Dol
<
i 11 I a i ,\ I i. I i
:il le
lour du m molli
Uad par luite d-uac pi une de no
(eur.
Port au Prince, le -i Mai I0S4.
Secrlairaria d Ei;i J
de l'Intrieur
Oidre d'expulsion
i lraal q i to il Elai so i
i
ire les i dnnt la
i iur i- territoire peut itie
| 'Il lcu
ri.....le ;
I f. m
Hati di nain.
i m Sauvage
i M-ii111 i Sauvage Eug nie) de
D il eme it
a Porl au Prioce o-i reconnue in
di
\ u Parti i l. >i du 11
An ii 1913 n le a m d ta Blran
ger
14 /;/;/.//.
1er. Les 'i' ran
, Auguste Blard Ma- :el ,
Sauvage (Marthe Sauvage [Eu<
de eaiionalil Franc dae
i aal i Port-au-Prince, ont
expulse du territoire le U Rpu-
blique.
rt. i arent e:uliai |ul
sur le premier bateau en partance
po II I titl i lg
Le i i aie li '
la diligence de la u*n larmeri
d'Iliiti
li laireric d'citai
de Pin | .
2 Mu I9it, 121 ne del Indpeo-
dm
L-ic r.ll.'.
LVi l Il
i iM'tfcuion

"ii/- I u i n : huma
I I.Egau
; luell aenl lui i i<
' liosee
li n! .( m H
.....nirt.Soa so irir l Ul mi
Iriste, m
1 litti
II nui i e !<
'a> il u li ml ir d u fraction!
*. Kl
mple,
M li va, un
quarll tait au
li lisli liti ne.. I d'Un
onzimsi g I il r i
' I la I vre dena

i m aenl i ereil un perfec-
de ai ne Ire .
faul u dates, le rude diii ipliae
d dgbre el du
cal il iidegral :
Parisiaiia
ta Soir
La Nouvelle Aurore
/e, #e et 9e piftodar \
KntreN 1.00 (I
Avis Hitrim .'
J'avise li aarre
3 sep insable
' i n de mon ; ouee
pour eau-
mpalibiliti d
el ai la "ii marital.
"Mail ,1 jiiiir.iinc de Potion ville
i> M IQ14
Sl-Flii JAl-l'lLK
bianaille*
Nous earejjiation' avec plaieir
les liaaailles de Mlle Marie M isao
m avec Mr \iocaat Burini.
Tous noa compliment.
Coup dil
i ',.( :iv," plaisir que nous avoni
il.i"-, U' drniior numro d*
noire confrre i-es Annelee On-
poises la renseigoemanl suivant
ipie dou noua ao pfoas i
reproduira :
|r lai Bermann
s M. le Roi de Belse* vienl
d'appeler Uonaieui Mai Herm mu
u pote le hancaliai de la i
galion le Belg | le l N nrsovie I Po-
logne ) Mr Mai Harmann asl
di DOtiei. Gen Ire de Monsieur et
Mil me Lauriaton Laroche, il i
mpi u au Cap-llaitii n
iae, il i ejere i fonction
de .....ni llelgo toc quel lait et
qoelle dietinclion
lut a juste litre, on s'en sou-
vient, qui la ville entire le Irai-
lai1 i d enfanl cbrl.
\,.ii- ii"i< rjouisaoaa al la l'-
l eitioni dont > ion anlre dans
la carrire diplomatique ou nous
farinons pour lui nos racil eurs
vux de
De la ncessit d'un 1er-
vite de Statti>ti<|ue
a rj licol
Da'i le defnlre partie de l'a -
tii i | n ii i mi il.u Commer-
ciale, Industrielle et Agri
la signature de leaa Lab mr.
eus avoi atle appreie
h ni que ii> n eignetoae l'atieu
lion de Mr Loutl Proplud. Sa r
taire d'Etal ic l'Agi ioulture :
S'agieaaol du laf, du
d i Coton et .mi;*% donree. les
ch lires publie ne -ont qu'a.proi
ra tut ivenl i e w i
dans noi diffrenlee douanes ne
concordent pas toujours avec ceux
de. tats coosol dree, De plus, il
\ i lieu, po 'i* >if des I mnei
exaclee, de faire entrar en ligne
dcompte, la quantit respectable
de cas denres dont on tait u.aj*
i ..m ta in'iii d ma le paya. '.' ti
pool mieui >i i un service sp< I il
do itatii que reneaigner esact*-
menl mit d lire production agri
colc i le.'Ca i i*eau servie .
a il ei bien organis, est appel a
ie nlie 1 s iloat l'irap u-
ii i aedoitchepperipereonne;
al lai g '>* seael ne peuvent ac-
cueillir qu'avec empieaseme ,t une
cration de ce genn BToua ij;ii i-
en quoi c ipsiste l'eltnrl du
: noua ignorons de
." la i ir e pre i u litre du payai
I i ri niiite d'tre connu pour
1,1 cation de nus producteurs.
II est a remarquai qu Imites las
p iques le notre i ml se-
ra es de 11' iiiih ment el d'bei
il! as, i cause de notre ignoran-
[ n.-s pu prs eflairw*.
Berait-ce trop rclame au tilu-
i,i Dpartement de l'Agricul
tue, que de demander qu'il pren-
ne en considration cette juste
ugRastionet qu'il \ donne suite...
Cur de Femme
l'ariaiama
I -i li Bnitivi m h | ii\e sa-
medi ati u de li diai-
anl sur de Pi ra-
me de Mr Ai i;ustii .
L'cniiia p lierais n le loujontl
1 gourde et I
Comme deux marir.ee" rave
il l'un petit sliopou ils avaient:
vid pu mal de verres, ils entre
lent en coup de vint 1 une des
i i heuasorea taldies
la Grand Rue demendanl boira
ira.
l l'laienl tromps d'edraaae :
i le propriu le leur faisait bien r
mai qu, i .1 u-. ,l'ii- I m rage le
b ire, il- ne pouv ienl ne p i- don
ni i eoitc i leur insatiable pi le
ii dl i leuia
i sgai Isrl s< 11 oui ail i li m pi d e,
ils son appropii i i i '
roter n la liai r.if '!u bi lut g '. ils
vidrent li i la rand
stupfaction de notre i iav. i
d Minier------
Lan deui i m i un venaient sans
nullement t'en douter, de tr |,r
ger, car ils avait ni ebai il>" ,'i eus
deux .... uni' ni' li lac noire que
le mi d in di priser le U mali
ne ootn lab irieui induslr I. ..
Extension des sports et de
l'Agriculture en lui riche
Los leoni de la C terre ont pro
Me sans d, ute au\ ouvrier! autri-
chiens qui aiijuui 1 liui l'occu-
pent deiaplover ralionnolleiui nt
mBiO leur tempi la loisin Leur
activit en di hi is de l'atelieui ne
l'est pas oriente leulemeol ver*
l'action ijndicale, politique el co<
opialive, mais i ussi vers l'duee
lion, les l| orll 11 le jardinai:'
Ainsi que aoui l'apprend la Re-
vue Internationale du Travail les
porta las plus populaires en Vulri
Cbe ont 1 alpiniste el la fool hall
dnnt la l'i'i'ui ,i li a augment nor
mnent depuis quelques annes.
I ne ligue des lube onviicisdi
foot bail runi 800 clubs el 1U0
ai>u joueurs de Vienne el de la
li nie Autriche.
Il v a d'autre pat un d vclopp3
ment ible rie la petits pro
pril et del jardina ouvriers. I
existe l'heure actuelle 300 soci
' de jardins ouvriers, di.nl les
10 l..... membres font chacun en
r une 500 heures de travail par
an, sur le terrain qui lour est al-
lou. Les vieux ouvriers surtout
cultivent leur lopin de terre avec
hideui. Celle occupation joue pour
eus le mme t de que le sport pour
le jeunes. Q te le terrain Uur ap
parliem eou non, ils lui prodiguent
ioualeuri soins ata'lmpoMnl mme
des sacrifices pour le rendre pro-
duetif avec l'ide qu'ils amliorent
ainsi les coudilions de vie de leur
famille.
C'est donc i un vritable rveil
du travail qu'on assiste en Aulri
che .. et cependant Vienne valse
toujours-----
Progrs
Parmi les ickeMU da la seizi-
me ex i i-i:i 11 d'l tricit qui
vienl de s'ouvrir New 1 h:,. on
cite un p ieie lectrique q n -,e
place sur la table d< U salle a iiia.il
fer, "I > ir I piel la maltrese de
maison peul saosceaser da s'en-
tretenir avec ses invits, prpar r
on repas I sept plats: il lui luflit
d'appu] : -1 u i j-.i da ho'i-
tons.
On pe il galement ai.airer un
bibsr m q i , n quarante lecoodea,
se remplit automatiquement de
la t chaud.
Dam le li- oura pi'il proncn
ce lin luguralionda l'exposition.
t. b-"ii i d,'. lar qu |, gri'-e aux
progrs raliss, on pourrait bien
lui ee c inta itai d i quatre lieuria
d Irivail par j< ar,
Pour obtenir la j lurne d q ia-
r- heun noua lOmmaa tout
dl >p ||l a n toi alim i.ter au
la. io automatique
ivisi importaul
Le Receveur 3 )njiiiml
Itappelle aux contribuables i e
retardpour le paiement de leurs
i ilji itl Droits I leatlfS, pilent II
de l'Exercice MJ'.-lM, lee diapo
itiona le la Loi du is Mai 1920
aur la itgia do. Impositions diras
laa
l-ii ine lueuce, des co ilraial n
seront dcernes oonlre eux p ir
tu d i le ce moi<.
i r ui au Piinea, le :t Mai \jh
1 Constant CAS8AG.Nl IL

Administration Gnrale
des Postes
>U d.- dpart '
pour Ni w lork et
\'e ^ m I, direct
par le S S Prini Praderii k Uea
drick serrt lermea la mercredi 7
du courant.
! au Prince, le I Mai 1914
A l'ose salon de la fie da l'Uni
versil, leConeeil du l'I S. S IL
organise un critrium d'atliltism i
aiu aura lieu le Jimandie Is Mai
au Pan Lecoate MUI e Haut l'a
Ironage de S. B. le Prsidant le
U Rpublique et lu Min'ttre de
llaatruction Publi i ir, Chai de 11
i iversit.
Les alhlles de nos Globe Bnor
i d nos Btabliasem uti B
'aires qui dfirent v prendre psrl
>ont invils commeiioer km en
Iratnemaat sans ratard, vu le peu
de temps qui nous spara da 11 ne
fte apertiva. Les preuves dispu
ter cnnsisteronl nolamrrenl en :
course de lOo m. plat, de ^'> m ,
course de liai, saut en bailleur.
en longueur, la perche, lance
ment du poids, lutle k la corde.
exhibition de boxe, ek
Des avis ultrieure fourniront
dis renseigucrnei.U uppmenta-
rea aar ce critrium d'athltisme
qui, d'i ros et dj provoq e un
vil intrt da.is le monde sportif.
AVIS
La compagaie de cha i
de Panama ii nt d'expdier
sou Agent en cette ville, un joli
BAsortiraenl de ch ip aux ap
c aux i|in jamai' ne tonl arri-
ves plus tins a Port au-Prince.
J'ai l'honneur d'atten Ire que
lea tocita '!e la Rpublique
nous fassent comme toujoun le
p| lisir de visiter notre m gasin
Prix dputa /o dollars jus-
qu' li") par cha pi aux rJ< v i;
leur relle). Sont arrives aussi
doa lapeaux de Panama de
petit prix ceux, depuis Un dol-
lar jusijii a 5.
.Nous attendons g il ment
des chapeaux pour
Nous taisons comme louj
un sacompte en faveut les
acheteuia en groa.
L'agent pour l s Ppubliq ici
-/'// u'fi /' u iriwaint ri de 9n
ba.
JlNMin IH'IITAlMI
1730, Hue Courbe.
Stop D MII0Z0.N
; -n n u comme le
lomde le plus
effl ace pour com-
battre toutes les
maladie! des bran
lies, et des voies
reepiratoirae.
I ja *ymri**T+f*rn<3Mf\
/\t3 J fiavlawohprisuons
SoulageniDut iiiiinivdiatM ruruoo iub
Globules Rbaud
Re^ultnlini'Tvfiilleux.BurprariBinu rnma
rauras)'*--' tfl Oimaiietrtt'ict
B. DALU'HOUX. 21. Hue \ tor tlufj
Bou-Colombea m,ne) *
I A Hn aa ft-aa PKa. BUCH
EXCEPTIONNEL
.'ji ntul ISStfMla a*
Campagne. I ** UW
H" '
ura aecafS
I- puhliar
(luirasa e Ml
,-lnr ., i ii.i.lui ttnt-
... .
, aaeva a^aa-
. i iruUlnl pou iaa-
Jl 1" ' S
il,, oa a iSallal la laar
Il ',,1,11-1 paar
5 franca as ouvrt
i 1S trisoT rla ......."'"' V|U' d "*
1 m r-r.un praiiaa
, pour a* aolonar aol ">*
aSaa iaiin t %t- lauiin r t.. I, mal CaBiHH, raSa.
S
V
iuUll i bip]'
J^CHICAttO. ILUS
\lm t-t l^taii %QCUm3kwjt ^at, JaiueViv* &
o)3acv>rv;aciuA Dlta'aax, Xtw.pic^Orlbtf
h porli. J | j
'atte mcatA, etc. etc. etc.
hilare )tv *;>lr io 0rix CcaraaL.
Lou U. Tbb'ud
Agent exelusif pour Ha t
LeliDuet Fink, lue
\"-^m Fonde en 18"6 Kl
Supriorit J^ Bas prix IVoiiipfiiada;
Tous produits chimiques,pkurmareuiiqates eH a star es
articles vendables dans linf pharmacie.
ICploea, l,oi\re,Caiuiolle,GiroIle,Ani aoll, Mea
de etc. etc.SUCRE KAFINE. _^.
.Spcialit : Marque prive l.ysol dsinfeolunt, ataM
literie. Articles pour habiers, li.iy Ruin, Chocolat pre)
lire. Iliulc loiedo Munir. Kmulsion Cohl Craivi.,Bs\
traits pour (aire essences et eau de toilctlcr.au, fjuj.
iiine, Poudra contre les insectes, Solution pour aoa-
seaver les tels frais, Lait de Magnsie, l'oudi'o supj
rusjrc pour la toilette les enfants, d>sence da Ileura,
Eau Plorida, Miel pour table, Moutarde. Huile d Itlive^
pour la table,Itrosses dents, l'cpperininl.liiiilepoarv
chasser les moustii|ues el autres, insectes, Kegulot :
contre constipations et douilles des Inteslins ChrO-g
niafueas I lie, liire p ui le-, parquets, t omeslibles, l-'.li
xira, EpiofJtaSirops divers, l'iutures diverses, Nina,
Demande/, le catalogues des spcialits
Confiant vos commandes a LI.II.N vV l'INK, In_; voua
serez absolument satisfaits.
Toutes les bonnes pharmacies du \ pays s'apprei
KUttuent chez I.UIN & I INIv Inc.
Lon li- llibaudt
"Agent exclusif pour liait! "< .-
F.O.PlEUCEUompaiiy
I^WEST^BHODWAY NEW YOli
FONDEE EN 1847.
SUPERIORITE BAS PRIX
fabrique de :
Peinture, Vernis, Ocre de rouies sortes.
Ifattle
Lon H Uibaud
Aytut ,/oiir lati



I
- pot*
MATIN
Les raisons poar lesquelles \c
des Chambres Air
devez vous servir
I ear
r
i
i
i.

nt
Io Les chambrea I air GmmI Yearsonl laminaa, c'est a dire iju < llws sont luhriuues par dea eouchea
successives de caoulcliuuc pur, le plus pur possible. Ceci t'Iunine la possibilit de fuites d'air.
2o Le sie*|* 'le l.i valve lail partie de la chambre a air fiuud Tear. ii uS ., impleicenl coll, il
e.st mlyani/e sur la chambre, voua ne pouvez pas avoii de lutes d'air rai ,i valve des chambrai i
lir Gnuil i';ir.
t employe dans la labricalion les chambrai a air Gooil Taar. Ceci limine toute eeuture.
ar sont maintenant beaevoup'plu la-yes, ceci empche les chambre a air *le Irop l'tendre juaml ellea
ntr la il m i'v.
(iood Year Tubes
Tiie West Inities Tradi.Mj Company
Port-au-Prince, tionives, Gap-Haitien
Angle Hue Pave & Hue du Peuple
Lhle partielle des articles que nous avons reus pendant
Chemiserie, Bonneterie
CoabiDBiioni pour tiommta
Kaox cot Arut-x.
taux cola ai.xmiU
Mouchons Aticw .
Uavaif a Je SOrla
Cravatea au crocbtl
I nitm tu :oL!nira ,
JaruleiUs rai .. ;
tiliidaa fclaatiquae pour iea brae
Cbemiaca d iiotLme blaLcaet
do i"uIcdi kabki
,'do de aoirce plia
Fileta ioui il aveix
iiticlei de mnage**
Toile ciia. toalea cooleura*
lapa cCrci* peutlea tropiqces
loile diap
'fo la pou- oml'ei
Mocatiguauea qutkl ritra
Ulacirea
Ma' ea de vi v
Mille ai au re;
Sivi t" il t i o <'
Verreai vm.C a.D, icktail
etc.
Servici de tal>l-' icml porceluine
Pot i eau Iroia duuT!
Ci illrea i halatneaux en verre
nouveau yci re
Percolateur* en aUnniiiura
Kora repimi-, et Moule .1 xiu
frea lectri>juea
Pente K^i liauda *-lei tri
Plataen loua genres pour pa'itee
rie
I jssoirea et ouv.e lerb'anca
Cure Cer.t 11, Loia
1 o jillottea et caaterolea crcaillea
Baigoo ta en 1er nalvai
boqeiitei eu fer galvaoia
Sa lit re* et loivritiee aluminium
U aaaortin ent complet J'A'^en
la* e ! la marque VWodsOi cou
ii tioita-, cuiPieae'c
Frappa co ktall en a1 -mi iu '.1
SricH catfl 80 al roi mm
>. m pour h ni a 1 arq Ml
Bi a m h pooi parqoal
limue 3 i c li-veui
Pinceaux
Epingles en boia pour a 'ai lier Iea
papii s. et Ih i iijie
Kati'os i lu cerna cb 1 ,
Porte Manteaux
Ba'ill laver le plaiche c 10
plet a d nt
Coove"tu ea de laine
Huile pfiiale pour p :r | 1 ||
\*a d' (oiieiad- Ho iP! la boi'n
di p i > iix cen'a- ( tiaq'io
Papeterie
l'oilta de papier leitiea d*
80 MDtilDi u b te
r.aroeta de Note* de tootea aor'ea
Eocte dt lun'ei r.ouleora t ei are
pcii mu. p ; m r -.iroir
Colla Ifi rta e: ponsce >lqa de
Hoica Jcr^ou*et aiitrea arcti
Articles i'picei ie
aman
Iihu 1 ^ an aajce tOiuati
: | iii.'
Lar ; '
I l'.V .1 I
Cornichons 1 Araieux 35 et .">>
M 1 on d'un
I p
sirop 1 Kam t>u> < ;
S rup t pi ne l?5
M4laiaa h r lia' bit
lir iioai n- i.
Amaodi l-1 alclii < I
\oix et \oie
1 er.iimea la livre
P. nnei a avtllea la Ufra 13
A m 1 n 1 1 < Ai,
" 1 yn" Carbi 11 c '>
AtsiDi n 1 ontallla
1 an laa Rata
/' mois d*Avril.
11
Eau de V iby. la DOQl III I *;
Bonbons i cliocolats
ilati aanort'aan b
1 n ir Sj
1 ,.4 1
liai "aaoh itttn" 1 i
v a la Iiv i
ma aaaortta la livie i 1
cii'icoiita aaaoruala 1 >v 1 10
Tabacs, i i,i -, i iyarettes
t;.a y?, I -e"
I II II I il
':,'! '.! I'
a 1
1
1 no
II paquet '20
Fruits ci Lgumes Frais
n glacire tpar, le vapeur di
10 et 38 de chaqge mois.
Daoi loia par mois noua racavoaa
la Vapaur de la ligue Pana
ma du lleurra liai, Saucueea,
l'acon, PrornagS Pte Rraaaa.Ura
Ijeiort. i-romaga a la
1 lAn.e, de la Laitue, Celery.Fom
mes- l'oirea, dea < o'alattea S*
porc- Kaiama fraia etc. te-
.1 d< t u'ea aartaa ton
1 1 a de /o -.1 le paajnat
ta ^altlnaa, lioyal I.uacbat
l i| ort Soda eu (erblaoc.
* avnna toujoura la atock
d'articlaa d*4picarta la plu a (rata
mieux asaorti de l'art an
I rince
' 1 m 1 la vite noua riaitar.
I 'i .' m opta l't aoiga par
nioablaa et a:iiie.
SOU.i FOI l\TAlAi ; vis aux amal tt^!!! iMous servons de nouveaux
une Crme la ylace sans gale,que nos clients se rappellent bien;
Venez vous ral'raicbir
alvdu
Compagnie irccAeni
TephoDe et.du TUgraphe I
Systme MUSS .Caite tloiupaiiiir possde Is droit excluait 'le r serrir des In-
tentas MUSso, eoriigialrei dans le monda entier.
Elle est inscrite au bureau de l'Enregistrement Commercial
de la Havane a la pa^e 8.5 ) du Kegialrc les So la, depuis le
J7 Juillet 118.
Son capital autoris est de chacune le ne action est de P-or 10.00.
ISureaii principale et l-iltoratoire " taideo l.ane
New York (.K.I..\
Agence C'iirale etUl.oratoira Mai um |eGoafB2
10 !l Havane, Cube .
pour plu amples renseignern dressera
Pascual Ptetropaolo
Ageol Gnral l Htel.
Agrandissement
Grand lllul de France
On y trouvera .
Des Vins de Itordeaux,blancs et
rouQG8,par barriques tf par gallons,
aux p isc cour au .1 ii p'ac.
Des Vins de ChaV'anx les ftlu* r
nomtn*,VinH mousseux, Bourgog .e,
Vins d'Italie et 'Espagne.
Champagne
Lis Laiuuemri Franaise! les plus fines,dfi Whisky.
Cugoac, Gin aie, dea UtUI, dea neilleures marques
il Hiiin, ri !' Uiuid de la maison,connu sous le noas
le hurn des frinces.
roua les mm! m OutRquina de .France ^ct -, li'^iami'ux
fin du Cap Corse, IKaU.i, -i connu dans Io mande
entier el t|ui sert an mme lempa d*ape*riliLde dt-
;p;alil ! de coi dial.
D'> donservei Iranraise , i amricaines d^pra-
nu 1 choix Des Caries postalesel 'le la [parfumerie
Des cigares h cigarettes, des meilleures labriquea
de Caba el de la lipublique Dominicaine,! Aurora
et labaaera i.
On recommande auisi le restaurant, pour *a cui-
sine soigne ! ion service irrprochable, seus la
direction du ehel bien connu Moneoo.
Prtx irs modras.
P, /'. PATR1Z1
Pi "/'
i


UB H ATin
PHARMAG
PRINCIPALE
H. CANONNE
49, H
88-90 B-ULt.*HD SlBASTOPOL
PARIS
Prodi. Marque
ni di
i EUL1
LA MEILLEURE
rayoth iai<
pour les COLONIES
D>
Franais .''"'*
D
BANDAGES, CEINTI
4. \ LRI
APPAUKII.S H!
APPAREILS ORTHOPDIQUES
fHARUIACIES DE POCHE, DE VJYA6E
COFFRES PHAI -!JES
pour I ete>
Projet* de i
cl / '' '
PHARMACIE PRINCIPALE
49, RUE P.&UMUR
88-98, BOULEVARD SEB&STOPOL
PARIS
MATSON T'.VIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ni i h l rene i.i i I Iranger.

Il est vident que si vous prenez un numro quel-
conque une loterie, ou si vous risquez votre argent
sur un coup de roulette, il est possible que vous
pagnerez. Mais i! e L bien plus probable que vous perdrez. Si vous deman-
irmacie quelque chose pour un mal de tte, et si vous
ule qu'on vous prsente, ou un petit paquet, ou un
.il est possible que cela vous fera du bien. Cependant il est encore
)>\c que non. 11 y a dans le commerce des centaines d'analgsiques
.. [ont 1 pi parti Qt inefficace! ou d'une acti nti p lente, tandis que d'autres
:i li at le coeur. Laquelle de ces prparations aurez vous reu? 11 ne
Lut pas plaisanter sur un point si dlicat. Pour soulager une douleur quel-
conque eu un refroidissement, il faut demander La CAFIASPIRINE
(Aspirine et Cafine), qui est le parfait analgsique. Il agit beaucoup plus
rapidement que tous les autres et n'offre absolument aucun danger pour le
coeur. C'est pour cette raison que la plupart des mdecins la prfrent
l'Aspirine simple. Elle se vend en tubes de vingt comprims et en petites
"Poches Rouges Bayer" conte-
(

nant une seule dose.
& vendre
rtflrtSPIRIMt

ftUrOCS

AlTMPlUMEH S IIEUAI w i.
relatifa | .FILS AME
mu
CUIOE PRATIDUE la t m "<*" tn-ot
LatloutUrifi ralatifa au
ns de 1 R|
ti0B contenant loutaa
l'iOBft iylb en angl
tlicxcz* i:<
IU41 P"
L la Conscisnc
jj-Ernest Camille
Fabricant de chauuuret
I n tOUl
<
<, i i'i lis sur Ifl i
chn i- ros et Uaesna sur
toulMleS formas p-.':nt'ies
('.uir parfum le toute
nuance
Et a 1 occasion des ftes de
^ v^ |j'iques. Un grand assorti-
oins ~ promptitude ;--
CleriU'.
^aneCButpr^ i' -Vo1722
ment de Chaussures en pr
paration qui puissent satif-
faire les. goilts lss plus dllfl
ciles.
a.
m
0 ;" (| i clt1 s IVinrtss
lin apritif, esi recomman-
d aux famille*. {
Kn vcnle chez
B. t N. Sada & C
mil

' "VA-
:

Savon
Port-auiv.n Vieux. Cha SSSttta
N.Sada,Lop<- RUera, Bazai Meiiopoiitain.
Oouaivas: Madam Uag is Dorosse.
Baint-Maro Mme Maui t.iesoa
Jacmal : C*li l>ouye.
ration Ville : Oraat* Cil J
Alfred ViKiiX
Agent pour llaiti
i
Prenez !eateir.psv^
i
i
plut Il
; '
Du
A nrvcur il
I
|
I
Bl pris ta :
foerquo* i p-u M tf*t ' '
Composition \& '/.U -
de lydia E. I m
PERFECT
Hindi Mioe Dressiny
l.e Produit le plus pur qu'on ail encore import danse pa>s
in- linaple coucha tur Isa touliara les plut dtrior *lot remitj ntu
Ce li'iui le appliqu sur ie~ ehausMircs ne i-nlil pasfjle linge blanr
d le euil brillant et louple.peut Hrc appliqu sur toutes Ici
Deaportea monfuee.lee valiaea,le8CtiDturee,leB0aea & maint, les
leuiliei Ptuvtnt lre remit i 'uf par une seule couche de ca :
if
am
et peaai
perlt
a
2
......'<~ Miinii ni- |*SSUaV ncu i uni une MWSfJ ivuilic '* *!!!( [ ti|
leux ii dull !' i iebuHillooi sont < la dispotition d oof littU.
Ntonlbee Polith,lM.C^J.ITw|
Geo. Jtansmt\
A;'?ei 1 \clu I pour H&nt
|I(tt|iitdsIiratla SD la de la Banqu
Je u ns fi lie n liai \ UeB,
j unes femmes /uflffuea,
et von* Meseieui les
surmuis, prenez le
TOMIIKL
Oeei le recons iluat l idal
rfnte aUni uM^piiflcipalaj [iliiiaacisa
j l ."
f


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM