<%BANNER%>







PAGE 1

Lt.MAT.lM i 1 II mi nt et n r.iinii .1 ii \, |ui, victimes >i • tort, n'atten lait onforter et taire lire leur victime !'• oir. Wii'H fdp laissa ne Moi i ur ei sfadana* BSBBMDU •! 11 i.ii 1 nom %  • i>i tait pu i ,i ii .i-.-ame de leur lille i tenu* iii'-i IOI Koi 11 ni, liment*. N El ROLl CIE Noui enregistrons avec regret : le M. Iloberl Da\i I, an cira lnateur, ancien concilier d'Etat, il. plUi i ni g •. EU rieno* rid* d .-iM n, par 11 location, do i lier "il lai ci leaaeala il n. i ,i l'ani en i m il al la proMj i il* pai la i. i MI ,111 li %  IM ri H* dbo i M n.' reli par le* li %  aoi %  qu* Im au onl ippril > .i. i poui • % %  i .inet I* S101 lequel li \ il n ofl e IUC D a ii i.i i de i n t li l ai* rable. JI.III Bl liile L>Uitls\M\U Varits Mardi Lei froii lousquetairea i 1 Lorsqu'une limme veul In e : Cinquante centimes. Parisiaua Mardi La NoiYdiie Aurore 7r, s i pisodes* Entr* :1-00j j La Commissio i cadastral 6 centiaJ de l.t V'jiubli" une cl l'ail'.j*c r Food' Parisien Il nous n vient que la Coin* mi m "i lastrale Centrale le la Rpublique t occupe active' iii-'iii de laftaire le Fon !• l'.nii n •. Elle (ail pra nt< menl des ic veslzalions sm uses cet i H ilcv?nt elle comparai pool bientt de nonubreuses I rsonualit*. La Commission, celle occa* o i, saura laire son devoir en auvefl irdant l intrts les p rticu'tera eu mue elle a louj urs su le faire dans li vuueii i (lions qu'elle a eu E lIMIIel.t %  : inirartialil s. Ion le < t nul d ule • ntres qui corapo Commission dont le |Of jour plus ant et ,iat dans ige i Imioisl tti, inspireiii la plus grande conUanca sus uns et aux autier, en rai fon d %  l'esprit d'i niailialil et de la coprcii ne dont ils ont dj lui 11. uve dans Ir nj ment de Dombn u s questions domaniales uis-i importantes sur lesquelles ils ont eu a >e prou nr i Urceit et Ciama Il • i ;<\ r s-midi, un ioncer di i plus n n arquables ol t i ii usique lu l'ai. us, avsii aiiir autour du Kiosiue du tllia i, d Marsi un no ubn us p i lie qui a applaudi les divers m r IUX i secutes avec mal* u sa Ucci le a i aru sstisfail du pio gra de p'u e i plus grandib" ^alll de 8 s mu i i us ( t b u. oup d'amis l'en onl mme flicit ]• %  < le concert qui prit lin au del le sept h urei HA huit heures, ce lut le I .ur du i u,. ua. A Parisiana, a f iar le prosramme ( des plus al e. liants, les habitus de < %  l in i i uanl lablissemeoi n'avaient pal naan |ii d'aller I ire une belle sali* La BaigQ use h.oiinu* i une splen li le corn.i in iliqu i qui beau plu, lanl par la lichesse de ses I i paru brillanu mue on s A Cini 'Varits une belle assis! n %  avait spplandi une non Fois le somptueux et imprei an n di une en sept v-\IEXPI IKNCE. Ce *lm peul tre i nco s l'objet de h deiiunde de plusieurs reprises, tant le sujet symbolique peint, dans son ensemble, la via. la vie faite d'ambition, mais pleine U onibr.clies.de pices qui meurLw H. nie de lantiaoo de Cul>a tu* coups d revolver I: nous revknl que le Magistrat Commuaal ( Ali-ade Municipal; da Bantiago ("eCuha ali tu h ISUM de rtvulvi r dana son auto lamlii qu'il ne rendait dans sa demeure prive. l'n croit que U roliliq t a l le mobile da cet alentat i MH Tar nuifil Rouvenaett iiBtirectionni I j Cuba fi V\ lfE I.e gou\eni' 0 ai I uli in a (i u i 1 500 liommet de 1 n-n li,. g-. proximit de l'en dr( it o a clal le mou> mei.l in %  nrraclionnal conlre le prsident /•\aa. Ues bateaux de guerre font la patron Ile de* t oies et on an nonce que la pr>ilenl /.iyas a command to aroplanes aux K tais LJr.is j.lin da la* util'Mr contra If s rebelle. 1 es rapports officiels .lu goter r.ement diraql qu il'l'e eatrn paix except Cu nluego* et l'iiniil.id sur la cleci d de San'a Clara i %  clat ure rv Ile avant h -aie la 50 80 hommes. W tSHINGTOM i I.e 11 .Vident Cooiidge a pos iisbarKo sur l'is pdition les armes le tines la rvolution aelata a Santa Clfra. \\ \slll\i;rnN i L jiouverne ment cub.iin a dcmau.l^ I ichlter l milliois de i ailouclics el 36 ma cliines (i n du j^ouvei nemenl am ricaiti alin d'etoufier dans lu uf le ma ivement rvolutionnaire. (>Q I un airangemenl p iur que la livraison toit faite en peu de jour*. V nte par cjaveatlon spcl le I! -ri.i procd la jeudi tiogl .taux Mai courant 4dis btira* d'i m ilin en l'lu le et par 1 rail m 1re de Me lleniy llognitli Notaire l'u t au Priait, *n vertu : t d'une oli 'gallon hypothcaire m date lu vinj;l trois fev i r Bill* l i Bol v i | Irois : • d* Iro 1 un matidmenlsendati.' des trois Oclo bre mil te fient vin-il Irqi s*pl & huit avril mil naul esnl vingt quatre, la vente au pltu olfraut et dvrnier enihiisseur d'une pro pril fonds tt bail*M sise a 9*i< I Marc, mes ara nt vingt pie l<. dix pouces de larneur sur cent li ilil u\ pi*df, iieul pouce* de prefoa deur. boroe,*avoil : au Noul p r l.t me du Peuple, au Sud pat qui ih .Iro I. l'hsl el A I n,,,. I p r John W'adestrandi. suivi n o verbal e| pla* d'arpentagi da i ar K inleur tci ans fienc Jo ]>\\ oel en data du vingt Juillet mil huit cent soixante treize, e. r gilel a d'ailleur* que celte p o se poursuit et rompu, le avec ls cirson-lances, tppar'* Dam e-, 11 dpendant! -au ixc p lion m ii >era> A la requiHe du la llaylian Mu canlil i Lo, S i i"le a on y me e 1 lu hlie Port au Prioc xsnl pour di e. tt ir le sieur I. J. BlgglO et pot.r a i .rat Me Jules hviiux Conlr. | les poux llenrv Hindi roiuiurn.anis. doBicllii • Saint Mai. .' li ll*ur Armand Uros-III |iu>ai prOj ri. '.me, d|.n> u ranl el domicili ;i S: Man m la mise prix de huit cent saixa te il un/e dollar* trei.le huit cent! unoalra le* ihargea de renchri". Tour plua araplea renseigne ments, voir le Cahier des charges dpos en l'tude de Me lliury lljg.lt tu. Poil au I rin. Mai 1924 .11 LES LtVIEl X CHICAGO. ILLS Jllaatt'ijut-, t}tuite.li,Ji colon, ill'utte Je nvatsa . cl au ^ofM JSoiaf $&li, JameVm* c de parti. Sauci^e^ tw r/ail!t'.jju>rrve) v 5veef, c^uvt^ee^ 'faite meal>, etc. etc. etc. tyrtb'o ooif io tiŒ CoaraaL. Lon R. Thb ud Agent excluait peor Hati Lehu et Fink, lnc Fonde en 18" t iaril lias prix Vomptilidi l'ous produits chimiques,pkarmuceuliqiios e*t SMaras articles vulidaliles dans une pharmacie. Lpiccs, P(ii\re,t'.aiiiK'lle,(iiroll(', Anis toile, .NWsj* de et, etcSUCRE KAF NE. Sprcialil : \lartpic privee |,\sol dsinfaetamt, !*jualnmerie. Articles pour habiers, It.iy Rum, Chocolat pas tire, llulc toir de Mm ur, l'lmillsion a li aortei. Muttle. Lon K ibbaud /gaLt pour Hati / PERFEGT 15 ack ihot* Uressing l,c l'ioduil le plu* pur qu'00 ail encore import dans le pays l'un siiaple • %  III.II ; su,les -ou'ier* le* plu* dtriora* les remilj neuf Ce liqiii.lo appliqu sur les cliui'Mires ne >alil pas^le linge blanc Il Mini U CJU b illunt et toupie peut rtn appliqu sur toutes le* peaax Deaport**aM>nnaiea,la*valnea,leaceiotures,le*eac* main*, les portai ttuilles Ptuvenl Mie lemis a neuf par une seule couche de e* meiveil leux produit Les i liautillon sont k la t'i-po-ilion de nos e'ieol*. Fnll.mSIioc l'uli.sliJnc.Co'U.'Toik an d Geo. Jt anse nie* A •• %  n. I vdiis'f pou* HaUi lI 0 ,Rn< deslira le en la eu tle la Uan |tte Jtunes l'ide affaiblle, j uni femmes jatiyuer, el vous V essi-u s les su mens, prsni le TChMikEL Oest le n constituant idal £n vente iluns les > | )Niici|>ales pliartnaaieg vt^niifii. ... ..s m' 1 ^ f' 4-> %  ^ l • l BSSSBBaBB*BBa>**l jr,,-'^i



PAGE 1

" JIRMTBUR PROPRIETAIRE IMilUMMIB dment Magloire Bill VBRNi lMf RM 4*t4t^ Quotidien IMlMPMQNENiM FILE coy ... .... ^MemeyaJ LVaiy Uni pousser I liumyi^AiMWiNiH rpter,avec l'adaye ancisn.^iw cs'qu'il liait le'mieui,' c'est qui! ne sait rien, riomme, pour tre vrilabltment^imlrtiit, dait res1er %  i|uel(|uc sorte m colier jiiM|ii'a la lin de sa vie, al, sur ia route des connaissances, le chemin IJIII lui rastc parcourir est toujours plus long, que le .hemin parcouru. Martial Merlu loeene ANNE N 5*1 POUTaU-PRINCB (HATI Ll'NDl 5 MAI lfM Message lu Prsident de la Rpublique au Conseil d'Etat Par Mo Nouvelles Etrangres i. l'ort-au-Prince, le 20 Avril 1924 MM. les < Conseillers J'rCtat, •l'ai l'honneur de .enir vous prsenter, conformment aux prescriptions de la Constitution, l'expos de la situation gcralf de la Rpubli tue, consign dans les rapports respectifs de Menteurs les Secrtaires d'Etat. Ce rapports vous soumettant toutes les informations suscep tihlss de donner une ide i MCI • de ce qui s'est ellectue dans les divers Dpartements minisl riels et des projets qui pourront tre proposs vos dlibrations Vous vous rendrez compte, Messieurs, tant des illorls raliss et des difficults rencontres que des rsultats obtenus : et vous apprcierez.Je ne crains uas d'isprtr que vous l'eiez justice au Gouvernement. Il s'est, en toutes circooslanees, aid de vos lumires et fortifi de votre concours; il s'est cou* 4 tamment inspir du haut souci de ses devoirs envers le Pats, et c'est a.ec courage qu'en dpit des clameurs ennemies, il a envisag les prab'atM, entrepris les rformes, tudi et ralis les mesures qu'il recono issait utiles fi Comm n ul • Sa sereine et inbranlable lermet a triomph de toutes les oppositions malsaines. Et il i n devait tre ainsi, .iurce que le (ouve nement a le sentiment trs net de ce qu'il faut accomplir pour que le Peuple d'I laiti. si long'emps exploit et tromp, Unisse par conslitu r une D' mocratie prospre, beureuse et digne. Contre cette fermet du Gouvernement,puissamment second par le Conseil d'Etat ; contre son sentiment trs net de ce qu'il doit faire, et contre sa volont 1res nette de le laire, toute rsislance hostile est condamne se briser dans l'avenir comme elle s'est bii e Coin d'Histoire SOUMISSION UD se souvient, qu' la suite des mancruvie politiques d'il • douville, .m eurent pour consquence d'allum i antre Tomiaint at Nigaud une guerre fratricide. Toussaint ayant viincu, tait rata t le matre absolu da StDomir.gUf. Sa puissant e l'tait accrue da da plu a plu grce a l'Imb hl da son Adiuinistiution qui ttait porte sur tous les point a lu loi*; car. tandis qu'il avait denn una impulsion uauvelle a l'Agriculture, il avait an mme temps orgai. i. l'arma at cr nombre d'coles. Soa rve avait t de rendre la colonie indpendante da la mtro polc, et son intenth i, il l'avait DetlanteDt altirrae par la Coas titution da Mai I SOI qu'il aval fait voter al MIT nul laquelle il ' tait octrov le titre de liouvernenr vie da St-Domingue, avec la lu> ulie de choisir sou raeceseaur. lit d'audace n'tait pas laite pour plaire lionaparle qui. gi ica a un coup da main M uait d ela bhr la dictature en Frai.ce. Le ngre peusait il ne devait pas lui rsister. Ce fut ainsi qu il prpara la formidable exprdn on, laquelle vint se lieurtar du pieu.it r coup a la mila intrpidit <1c Cbriatophs qui rduisit la ville du Cap en cendres, et la rsistance induii plable des Daaaalioaa, Magny. umartinire, qui par leur courage admirable rendirent jamais clbra le Fort de la Cile--l'ierrot... i.e fut donc la fuite de ce haut fait d'armes, OU giace il, s mantauvres habiles, les 700 combattants de la garnisou du fuit oprrent leur retraita, faisant una troua saoglauta travers les ISOO franais de la Crande Arme, que Lecterc pansa qu'il tait preitr,ble pour lui da faire la paix avic Toussaint.... La grandeur d'ame de celui-ci, lui lit croire la sincrit da la parole du Gnral franais, at l'Atant rendu au Cap, il fut reu au milieu d'un en'hou'iaameexlraor* dinaire. • salu au biuit des salves de* fortifie il ion, al des vais teiux qui e trouvaient eu tade • Cela se passait li liai! Ml Aujourd'hui el donc pour nous i ^^ia—^— une date historique, car elle constitue le point de i imrl d'une suite d'vnements s'ta nt accomplis avec une ispidil tonnante, et ayant abouti dans la rourl espace Se dix neuf mois, A notre heureuse Indpendance La quasUoa des frontires battis lominh .mu s revient sur le tapis. Il n'est pas inutile, a notre avis, de Hier le caractre des \tgoa frontire pour savoir jusqu'o S'Bf rSts l'influence dominicaine, — tant il est vrai que les p -pula'io s limitrophes les deux rpubliques s; sont pntres.adapte, crant pour elles seules une mentalit qui diffra beaucoup de ."allas qui apparient aux agglomration* plus loignes Aussi bien, ce n'est pas l qu'il faut enerebar le eau ses des troubles qui,frquemment retiennent tant l'atten'inn des hommes politiques, qu'il serait poiaibla de croire que ce sont les dirigeants et non les populations qui demandent boni verser le Ira. territorial et politique des deux paye. Vous ne tare/ pas tonn d apprendre que sur la route de Les Caliohas se trouvent dresss deux blocs formidablet.si es l'œuvre de la nature 1 celle des homme* qui. d'aprs les dit on, seraient les borner frontires d s domioi cains. Lesluttes intestines si frquente! des deux cts de 1 tic ont favoris 1 migration des paysans hatiens, lc-quels traqus)cinine conspira it-i rs ou commefeacoe, ou pills par le rvolutionnaires ou par lei cacoa sout alls chercher refuge die/ uos voisins. Vous en reconnatrez lismei.t quelques spcimens les jeudis et les vendredis aux marchs de Pont Bn lai et de Thoraaseau.A titre de >• voit %  nt les con vuii de Louis amens de la blique voisine chaque semaine, lia ne re--. n.'nli, t pai a ceux qui vont, de leur propre* mouvements, tra • I ma le pass. L'excution du Trait de 131" ave las Etats fins se pours lit da it des conditions normal'*, dournes par un sincre es rit de loyaut, et sous la commun i ir teeupatioo d'assurer a notre 'ays tous les avantages possibles de la paix qui lut impose nos viole i co n|iatiles, tous les prolits, matriels et moraux, que nous somni'-s m droit d'at1 *H'lr de notre actuelle situa lion, de celte situation excep tionnelle et provisoire; qui est le rsultat le nos dsorjres cnmi nels et dont viendra nous librer — dans un avenir que nous pouvons tous contribuer a hAtrr, — le rgime, solidemenl tabli, de l'ordre el du travail, c'est--dire la ralisation du programme du Gouveinement, de votre programme, Messieurs les Consei lersd''at. Avi'c la nouvelle xpressioa de m a haute considrationSign: BORNO. vniller dans les planifiions de cannes IIl'occupant, ceux IA. d> IV e vage, de l'agriculture. Ils n'ont pas perdu la connaissance du crole, mai cet idiome s'est modifi sur leurs lvres, quant i l'ace, nt qui imite la cade.ice. I intonation du patois dominicain. Poursuivis, ou cherchant les fa c dites de vie, de leurs cots, les dominicains ont avanc vers nous. Mais, contrai ement aux haitiens, ceux 14, en arrivant onl cr des fa mille-, ils ont acquis des tatfta. Certains ont immig avec leurs so'i;rs, leurs liftes qui, a leur tour, ont pu faire mnage en ltaa.il %  tan dis | e les %  valets i, considrs comme d'un degr infrieur et, en i ii-on mme de leurs travaux peu rmunrs, n'ont pav f.cilem'iit p:is ouhe dana le mi ieu, et voi l pou 11 : o, tandis que, de uotre ct.r'inf uence dominicaine a pros pr, lan'rc esl st.iti innaire pour ne pas lire nulle, — sur 'a frontire. Les alliances des dominicains, gens de couleur en majorit, et des haitiens, a donn naissauce A un l\ pe nouveau qui n'est pas l'\n dur, qui n esl pas le mirabv l. Je priais quelques ami, il y a •IH I eh, un DBui*, de m ai 1er A lixer U nuanea de ce type que nom ve nions d'admirer, et nous oinmec t .riib. d' • ird -ur l'appelUtion le •• BrauM La peau re*seuil.'e celle du m ir il oui, les elle abond. n'-, le ne/ drait, le lvri noire ...i violsces, expe. •i.rs, le i In v. IIX loCSJS. abon 'a II cl soyeux. Le langage courant est le patoi doiiiiiin i.in. L'loaanl loufeur, brUBS ou jaune, ou un d iv des dei x ), domine en ma joril cbci les f. mmet.de ces r ^ions le Ivps dominiiain n'a p s cl altr, ht si le crole baitieu st pratlqu des deux cts, pa rentre, les lieux de ce cot ci ont conserv l'es noms espagnols : lus l'inos, lus I'IKIIO-, Las Caobas, lloy Secco, Hio Ciande, LaaAnaa, Pnal, etc. ( /." fin •! demain t La Place F"'tion Actuellement est complte abandonne par le Service 4a U Soierie, Si vous passe par I. H de lK^alit il vous est impossible de voir de l'autre cot de la Plue, tant que les tuiliers y grandissent profusion. I ne quipe serait utile en est endroit tant poureolevertoiitescei lei sauvage que y croissent que pour Divab r le moalii ule de remblai ibti ieuit.it la la du Palais Nation il et les Casernes. Pu IIKUM v oyatjeenfraoce dil'asMKialioii les avo cals P R18 Interview par le Ce lit Journal, le Gnral i'aulllieb. nateur du bassiu du llhin, ie ro loi.r de Ncv, uis. a auneur la venue eu France de l'As-ociation des avocatdes lltat lui* appar tu.u,t 4 tous les Etats de II Hion. Il esl (ouvaincu qu'ils emiurte iont eu lantraat eu Amrique des sentiments d admiration cl de sv n palhie puni la fiance. Le Journal Olliciel inragiatre tas souscriptions de MM t'orra, prsident il. la rpublique ae l'a u .una. Gai > |. minuit i des allai i al i insji %  s du mme pi j i, N au val le, charg d'aflaires fro cab du Panama al l riai l'recia do. du comit l-'rance Amrique BU I v, ui du Mue de .1 Lfl n d'honneur. Ouverture buis de la mite i Tokto lia nouveraeur de riodochine AHIS Au mini.le. e dm : liai rs tiang us. on a dclara que I I pro nain viaite I I kio da af. Merlin, giHiVeriieni .en ml le la colonie il 1 I 1 lo lune tranai- qui, .' % %  u-r icommaatairsai 1 1 10 U N, BU 1 Ieu d'abord dans le but d'aap 1 m 1 m pai sonne lai coo lol n 11 i'la i iso i i sujet du d iBstre de tramblament de lerre el p mr poeer la pre niera pierre da la Douvlls s nbaasi le dini U e iji'ii,.. jiponailS feule 1 u. >t vier.iu prou sra da l'a i M 1 n l'i.i d iul'1 lus relation i eomman ial s entre i lad K h.ne et le J 1,11.1 da 111 intention il ari i rai aonciurauo nouveau traii de commei" i la chambre des commmes LO.NDR sLs %  h mb u de1 ommuoes • ri jei par i ifl von contre 11 i le pioj 1 de loi da rs prsentation proporti moi lia pr mte pal li libraux. Le rejet p u la gouvi rnami il de ,u u I ibbt ix d un l'idaol la vi te du prOjS l -1 li %  |> ir le • ne 1 I.UIIH 1 ei un leii a l'adreiae des P r hn • da M. Ai j 1.111 >. Ou croiseur submersible (janl d'aprs un plan allemand |i'a|ii'la 1 irreapo danl dip matiquedii liai > tel, raph, l'ami 1 m 1 -• japonaises rcemment ache profaaaauf illeaao 1 'i.wald I ia u u n ses plans d mi i i liseur submersible gant. Le J ipon au rail di oidonu la construction d un de ses balimeo s d'an dipia cernent de A.8O0 tounei. Opinion lu prsident Cooliibjo sur la loi d'exclusion w iSHI.NGTuN— Ls prsidant Ige a lait son natre s in ont ijal de l'an tuai in di • |i "> i.lge ne doute pas que la loi d'evlunon laalamei si dam Ma lu i bercho mo Us suseeptibilite da Japon, lies lue lu loi telle qu'ai U lef vote stipulera l'ai Juiion mai vitera an ntma lampi .1 oflrsaar la peuple iap nia i' a utre pu i M. Coolidge -lime que h s imun ^ranls qui ne peuvent devenir ci loyans amiicaias ne doivent pai ulier aux l'.tats l ni L'ai Iwn du congres sur la priqet de loi ho i m des anciens cmnlallants est termin, le projet et! maintenant %  ouiiiis au prsidanl. Le m tjor gnral l'atri k. chef de service aronautique de Par mena tlgraphi au lie itenant Smith a Dutch Uni Lur de, SOtti nuer le loi autour du mon le ave, les aroplane! a ilut< h ilirb >t .1 u qu • le temps le permettf i l.e lieutenant Bissai ani dirige la division du vol autour du mon le el (ui se trouve mail le i an! Dutch llarbor continuera barehea oour relrouvcr le major Martin. Onu elalistiqne '-tliii inlo BERLIN l.a production d'avant guerre s t presque atteinte dans t >ulei l-s part'ei le l'industrie alli'in .ilde oke et de eh ul. u JJI a Les chiliens sont un |, >,| m "rieura I aeux d avant uerre, mais h lignite, sur la pro lu itien duquel s'est reporte l'Al'einagne depuis I occupation de la Itulir, l'est augmente de plus de 80 opi. M. poincar rpond aux eneeignementa errons du a Dailv Teleqrapli coocernanl Pemprunl contract par la France aux l.ils-Utiis pour la conaolidation du Iranc PARULe Daily Talagrapb annonce hier que l'empeunl poui la conaoli latioa du franc oontrac t par la France aux Etats liais s t recominan l par les experts uiueiu aini -oula condition que I. l'iau | ai Capterait le rtablisse meol de l'UBit onoiuique el licale d i Itiafa Le .nini-teie di I affaire trangres autoris l'agence lia ia (sue cont dira sue l<8 indicilioi.s ilu Daily T. |i tout toutes contraires la vrit %  t ne pauvanl proi t que .1 une n anauvre allemande d'-i i uire a U liti Stlon Si MU i mlil l'a la Kiam • foui mi i' i| l.iuenl au point uns affaira qui i e siuiiiit piAler aueui e ; mbiatti t, voi. i le t et x t • %  il 11 i t > ogl iiniie que la banque de I ranci a i H n mis sus banquiers smrii lini qui l'ont ap| ce i ai i m ii ontii ni li ' ulei i ndi i o i dont il t q r-l r tpi i confr avec la ^gouvernement je M. ii • u mesure de vous n qns ''es ia< iun i complte! soi t tiie priici e ur imliorer la situa t,on imai.i 1re. Lgoavarni B< al insistera pour que le M nul. la chemin: ayant dj mil UD VOtS favorable, prenne une d o ial p.de rai la voie relatil k l lugmi n i .il n denn| alisare l' quilibra de l'an* mb i du I et latifie la politique lini gouvei neoa lanl i mp piimer toute dpense nouvelle •ans une coutie partie de receUeo correspondant lautque la situation linanciere n'ama pas t siau-e ment amliore. Le gouvernemenl ae f^r. MI n ippel au crdit sauf en ce qui i ou cerne la coasolidation de la dette flotlanle et ultrieurement n'met tra aucun emprunt, mmo pour l'achvement de u recenslrnctioo dei rgiom libres, sans en assu rer le servn .• pni des l Iles bud gtairea normales. La bao |ue de rran inlinuaia da l'aaaoeiar k tous U> elioits du gouverne DM tontes mesures dpendait d elle. Nouvelles dlTersn \l.\\ VORKM.Ceiber, arch tecie liiii.ais. a t dsign par le gouvernement franais pour pr senlei a la ville de riiiladelphi une Elgniflqua tapisserie dei Co belini .otuellcmeiit expose l'Ex I oeil .m IranabM de New Yeil dettine .i 'ommmorer le dpait di Ircupei amricaines de l'en ivlvanie poui lu France pendant I I i .i .u;.I.i.lierre. PARIS— lias Tarfari, prince r %  et i de l'Ethiopie, sera l'hcMe de lu l'raine lendaut la semainecam me, >,H l le 15 mai. La viaite du I ni .e a pour but de remercier le gouvarnemi nt franais peur l'ap pui que 11 dl uiier a donn A la ds mande d'entrs dam la Socit di i Nationi par l'Kihiopie. COLOGNE—Le prsident Ebert e le i liane, lier Marx assisterant l'ouverture de la foire industriel hde '"I gne le 11 mai. C'et 1 premiers mil que le prsident da lu rpublique allemande vient dans ls toni Dcovns depuis l'arri ISS IrOnpSS allies. BERLIN— Le paisiens politi sont ds surexcits. I n ua liooalionisle a t tu par un ou vi 1er qui i n ail. hit des afin ha ul 0 aaaUonali li ROME—Ls snat, sigeant rom me Haute cour de Justice, a ajour n provi-oin ment, pour plus am pli len-.i-n. ments, la pioca des bireetaurs de la llanca Italiana Di Bconti, qui lOBt accuss d'avoir dispos irrguliicpient da fonds de la buii'i il Le eoaarss international dent -nions se sont termine hier a exprim le dsir que la latin fut choisi comme baie de la langue internationale, lei congressiateB n'avaient pu se mettre d'accord sur lemploi de la langue vivaate. PARIS— M. Millerand a tl g phi>! au prsident de la repu blique polonaise ses voeux pour lu grandeur si la prosprit de la l'oio^n • l.a lle national polo : l t clbre par la remise solennelle dus insigne de laver tu militaire uu gnral YVeygand au milieu d'une brillante runion 4 lu Soi bonne. \l lin ni reu le marchal 1 %  't M li.ma, ministre rou m un des alfairaa trangre. M. Il> m i I lonvenel a prsid le dt ner de lu l'res u nt l.e lecrlairo gnral I I relopp le pmgiumine de la lamaine prochains cl a annonc le renvoi on eoogrAs A Kueuos Aire. L', es, dont il Uut lliciter n m ehefi d ElablisssmsBt. Ces i >. m-on ml toute leur importance sur le lieux l en plaine nature se rendent compte apprises eu d y a la ralit qui frapp et fait mieux %  omprendra. Non souhaitons qns celte ide ie propage mAms dans nos coles primain La Solidarit La sas d'bist d la Solidarit a t intrasaanta. "Outre le mi lion Jdu dernier pn>>'verbal ai la rception de Douveiui membres, on eut leplai -n d'entendre mie agrable eau sria. A St Joseph Il y eut hier malin crmonie de premi< re ( ommunioo 4 st Joseph. D uns se sont appro li e la kaiute Tabla, I ans midi se lit la rno vali'in les vieux du baptme pr cde de la pro> ssstoi travers les quartier avoisiuant la paroisse. Conseil d'Etat A U|nie d'aujourd'hui du 1 .-M d -Etat, la Cabine: au com plat a fait le dpt da l'Expos gnral de la situation >


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06205
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, May 05, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06205

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
"
JIRMTBUR PROPRIETAIRE
IMilUMMIB
dment Magloire
Bill VBRNi
lMf RM 4*t4t^
Quotidien
IMlMPMQNENiM
file coy
... .... ^MemeyaJ LVaiy
Uni pousser I liumyi^AiMWiNiH
rpter,avec l'adaye ancisn.^iw
cs'qu'il liait le'mieui,' c'est qui!
ne sait rien, riomme, pour tre
vrilabltment^imlrtiit, dait res-
1er i|uel(|uc sorte m colier
jiiM|ii'a la lin de sa vie, al,sur ia
route des connaissances, le che-
min ijiii lui rastc parcourir
est toujours plus long, que le
.hemin parcouru. Martial Merlu
loeene ANNE N 5*1
POUTaU-PRINCB (HATI
Ll'NDl 5 MAI lfM
Message lu Prsident de la Rpublique
au Conseil d'Etat
Par Mo
Nouvelles Etrangres
i.
l'ort-au-Prince, le 20 Avril 1924
MM. les < Conseillers J'rCtat,
l'ai l'honneur de .enir vous
prsenter, conformment aux
prescriptions de la Constitution,
l'expos de la situation gcralf
de la Rpubli tue, consign
dans les rapports respectifs de
Menteurs les Secrtaires d'Etat.
Ce rapports vous soumettant
toutes les informations suscep
tihlss de donner une ide i MCI
de ce qui s'est ellectue dans les
divers Dpartements minisl
riels et des projets qui pourront
tre proposs vos dlibra-
tions
Vous vous rendrez compte,
Messieurs, tant des illorls ra-
liss et des difficults rencon-
tres que des rsultats obtenus :
et vous apprcierez.Je ne crains
uas d'isprtr que vous l'eiez
justice au Gouvernement. Il
s'est, en toutes circooslanees,
aid de vos lumires et fortifi
de votre concours; il s'est cou*4
tamment inspir du haut souci
de ses devoirs envers le Pats,
et c'est a.ec courage qu'en d-
pit des clameurs ennemies, il a
envisag les prab'atM, entre-
pris les rformes, tudi et ra-
lis les mesures qu'il recono is-
sait utiles fi Comm n ul
Sa sereine et inbranlable ler-
met a triomph de toutes les
oppositions malsaines. Et il i n
devait tre ainsi, .iurce que le
(ouve nement a le sentiment
trs net de ce qu'il faut accom-
plir pour que le Peuple d'I laiti.
si long'emps exploit et tromp,
Unisse par conslitu r une D'
mocratie prospre, beureuse et
digne. Contre cette fermet
du Gouvernement,puissamment
second par le Conseil d'Etat ;
contre son sentiment trs net de
ce qu'il doit faire, et contre sa
volont 1res nette de le laire,
toute rsislance hostile est con-
damne se briser dans l'ave-
nir comme elle s'est bii e
Coin d'Histoire
SOUMISSION
Ud se souvient, qu' la suite
des mancruvie politiques d'il
douville, .m eurent pour cons-
quence d'allum i antre Tomiaint
at Nigaud une guerre fratricide.
Toussaint ayant viincu, tait rata
t le matre absolu da StDomir.-
gUf.
Sa puissant e l'tait accrue da
da plu a plu grce a l'Imb hl
da son Adiuinistiution qui ttait
porte sur tous les point a lu loi*;
car. tandis qu'il avait denn una
impulsion uauvelle a l'Agriculture,
il avait an mme temps orgai. i.
l'arma at cr nombre d'coles.
Soa rve avait t de rendre la
colonie indpendante da la mtro
polc, et son intenth i, il l'avait
DetlanteDt altirrae par la Coas
titution da Mai ISOI qu'il aval
fait voter al mit nul laquelle il '
tait octrov le titre de liouvernenr
vie da St-Domingue, avec la lu-
> ulie de choisir sou raeceseaur.
lit d'audace n'tait pas laite
pour plaire lionaparle qui. gi ica
a un coup da main m uait d ela
bhr la dictature en Frai.ce. Le
ngre peusait il ne devait pas lui
rsister. Ce fut ainsi qu il prpara
la formidable exprdn on, laquelle
vint se lieurtar du pieu.it r coup a
la mila intrpidit <1c Cbriatophs
qui rduisit la ville du Cap en cen-
dres, et la rsistance induii pla-
ble des Daaaalioaa, Magny. u-
martinire, qui par leur courage
admirable rendirent jamais c-
lbra le Fort de la Cile--l'ierrot...
i.e fut donc la fuite de ce
haut fait d'armes, OU giace il, s
mantauvres habiles, les 700 com-
battants de la garnisou du fuit
oprrent leur retraita, faisant una
troua saoglauta travers les ISOO
franais de la Crande Arme, que
Lecterc pansa qu'il tait preitr,-
ble pour lui da faire la paix avic
Toussaint....
' La grandeur d'ame de celui-ci,
lui lit croire la sincrit da la
parole du Gnral franais, at l'A-
tant rendu au Cap, il fut reu au
milieu d'un en'hou'iaameexlraor*
dinaire. salu au biuit des sal-
ves de* fortifie il ion, al des vais
teiux qui e trouvaient eu tade
Cela se passait li liai! Ml
Aujourd'hui el donc pour nous
i^^ia^
une date historique, car elle cons-
titue le point de i imrl d'une suite
d'vnements s'ta nt accomplis
avec une ispidil tonnante, et
ayant abouti dans la rourl espace
Se dix neuf mois, A notre heu-
reuse Indpendance.....
La quasUoa des frontires battis
.....lominh .mu s revient sur le
tapis. Il n'est pas inutile, a notre
avis, de Hier le caractre des \ pulalioas qui occupant les poials
tormanl l'oj't du litige.
Il faut al er dans li Riublique
Dominicaine pour li niler l'influ-
eure h.itienne. Il faut vivre u
Savanette.ii Las Cabobas,i Ouana
minllie, en gnral, aur la >tgoa
frontire pour savoir jusqu'o S'Bf
rSts l'influence dominicaine,
tant il est vrai que les p -pula'io s
limitrophes les deux rpubliques
s; sont pntres.adapte, crant
pour elles seules une mentalit
qui diffra beaucoup de ."allas qui
apparient aux agglomration*
plus loignes Aussi bien, ce n'est
pas l qu'il faut enerebar le eau
ses des troubles qui,frquemment
retiennent tant l'atten'inn des
hommes politiques, qu'il serait
poiaibla de croire que ce sont les
dirigeants et non les populations
qui demandent boni verser le
Ira. territorial et politique des
deux paye.
Vous ne tare/ pas tonn d ap-
prendre que sur la route de Les
Caliohas se trouvent dresss deux
blocs formidable- t.si es l'uvre
de la nature1 celle des homme* '
qui. d'aprs les dit on, seraient
les borner frontires d s domioi
cains.
Lesluttes intestines si frquente!
des deux cts de 1 tic ont favoris
1 migration des paysans hatiens,
lc-quels traqus)cinine conspira
it-i rs ou commefeacoe, ou pills
par le rvolutionnaires ou par lei
cacoa sout alls chercher refuge
die/ uos voisins.
Vous en reconnatrez lismei.t
quelques spcimens les jeudis et
les vendredis aux marchs de Pont
Bn lai et de Thoraaseau.A titre de
> voit nt les con
vuii de Louis amens de la
blique voisine chaque semaine, lia
ne re--. n.'nli, t pai a ceux qui vont,
de leur propre* mouvements, tra
I ma le pass.
L'excution du Trait de 131"
ave las Etats fins se pours lit
da it des conditions normal'*,
dournes par un sincre es rit
de loyaut, et sous la commun i
ir teeupatioo d'assurer a notre
'ays tous les avantages possi-
bles de la paix qui lut impose
nos viole i co n|iatiles, tous
les prolits, matriels et moraux,
que nous somni'-s m droit d'at-
1 *H'lr de notre actuelle situa
lion, de celte situation excep
tionnelle et provisoire; qui est le
rsultat le nos dsorjres cnmi
nels et dont viendra nous lib-
rer dans un avenir que nous
pouvons tous contribuer a hA-
trr, le rgime, solidemenl
tabli, de l'ordre el du travail,
c'est--dire la ralisation du
programme du Gouveinement,
de votre programme, Messieurs
les Consei lersd''at.
Avi'c la nouvelle xpressioa
de m a haute considration-
Sign: BORNO.
vniller dans les planifiions de can-
nes II- l'occupant, ceux IA. d> IV e
vage, de l'agriculture. Ils n'ont pas
perdu la connaissance du crole,
mai cet idiome s'est modifi sur
leurs lvres, quant i l'ace, nt qui
imite la cade.ice. I intonation du
patois dominicain.
Poursuivis, ou cherchant les fa
c dites de vie, de leurs cots, les
dominicains ont avanc vers nous.
Mais, contrai ement aux haitiens,
ceux 14, en arrivant onl cr des fa
mille-, ils ont acquis des tatfta.
Certains ont immig avec leurs
so'i;rs, leurs liftes qui, a leur tour,
ont pu faire mnage en ltaa.il tan
dis | e les ' valets i, considrs
comme d'un degr infrieur et, en
i ii-on mme de leurs travaux peu
rmunrs, n'ont pav f.cilem'iit
p:is ou- he dana le mi ieu, et voi
l pou 11 : o, tandis que, de uotre
ct.r'inf uence dominicaine a pros
pr, lan'rc esl st.iti innaire pour
ne pas lire nulle, sur 'a frontire.
Les alliances des dominicains,
gens de couleur en majorit, et
des haitiens, a donn naissauce A
un l\ pe nouveau qui n'est pas l'\n
dur, qui n esl pas le mirabv l.
Je priais quelques ami, il y a
Ih i eh, un DBui*, de m ai 1er A lixer
U nuanea de ce type que nom ve
nions d'admirer, et nous oinmec
t .riib. d' ird -ur l'appelUtion
le BrauM La peau re*-
seuil.'e celle du m ir il oui, les
elle abond. n'-, le ne/ drait, le
lvri noire ...i violsces, expe.
i.rs, le i In v. iix loCSJS. abon 'a II
cl soyeux. Le langage courant est
le patoi doiiiiiin i.in. L'loaanl
loufeur, brUBS ou jaune, ou un
d iv des dei x ), domine en ma
joril cbci les f. mmet.de ces r
^ions le Ivps dominiiain n'a p s
cl altr, ht si le crole baitieu
st pratlqu des deux cts, pa
rentre, les lieux de ce cot ci ont
conserv l'es noms espagnols : lus
l'inos, lus I'ikiIo-, Las Caobas,
lloy Secco, Hio Ciande, LaaAnaa,
Pnal, etc.
( /." fin ! demain t
La Place F"'tion
Actuellement est complte
abandonne par le Service 4a U
Soierie, Si vous passe par I. H
de lK^alit il vous est impossible
de voir de l'autre cot de la Plue,
tant que les tuiliers y grandissent
profusion.
I ne quipe serait utile en est
endroit tant poureolevertoiitescei
lei sauvage que y croissent
que pour Divab r le moalii ule de
remblai ibti ieuit.it la
la du Palais Nation il et les
Casernes.
Pu iIkumvoyatjeenfraoce
di- l'asMKialioii les avo
cals
P R18 Interview par le Ce
lit Journal, le Gnral i'aulllieb.
nateur du bassiu du llhin, ie ro
loi.r de Ncv, uis. a auneur la
venue eu France de l'As-ociation
des avocat- des lltat lui* appar
tu.u,t 4 tous les Etats de II Hion.
Il esl (ouvaincu qu'ils emiurte
iont eu lantraat eu Amrique des
sentiments d admiration cl de sv n
palhie puni la fiance.
Le Journal Olliciel inragiatre
tas souscriptions de MM t'orra,
prsident il. la rpublique ae l'a
u .una. Gai > |. minuit i des allai
i al i insji s du mme pi j i,
N au val le, charg d'aflaires fro
cab du Panama al l riai l'recia
do. du comit l-'rance Amrique
BU I v, ui du Mu- e de .1 Lfl n
d'honneur.
Ouverture latine
r v::is_mvi. Millarandsl Poin
cas ont accept l'invitation du i i
mit du tu.r.-aii de la pressa lati
ne pu. r assister la rem 1 lie
d'inauguration de la s uni u lati
ne s'oiiviant le i mai proihaiu
par une lepraanlalioa ihAtrele
donne au prolit de la maison dea
journalistes. MM. lie Jouvenrl el
Traita Sou/adantas parlcroul
estN crmonie
I > buis de la mite i
Tokto lia nouveraeur de
riodochine
! AHIS Au mini.le. e dm : liai
rs tiang us. on a dclara que
II pro nain viaite I I kio da af.
Merlin, giHiVeriieni .en ml le la
colonie il 1 I 1 lo lune tranai-
qui, .'u-r i- commaatairsai
11 10 U N, BU 1 Ieu d'abord dans
le but d'aap 1 m 1 m pai sonne
lai coo lol n 11 i'- la i iso i i
sujet du d iBstre de tramblament
de lerre el p mr poeer la pre niera
pierre da la Douvlls s nbaasi le
dini U e iji'ii,.. jiponailS feule
1 u. >t vier.iu prou sra da l'a i
M1 n l'i.i d iul'1 lus relation i
eomman ial s entre i lad k h.ne et
le J 1,11.1 da 111 intention il ari i rai
aonciurauo nouveau traii de
commei"
i la chambre des commmes
LO.NDR s- Ls h mb u de-
1 ommuoes ri jei par i ifl von
contre 11 i le pioj 1 de loi da rs
prsentation proporti moi lia pr
. mte pal li libraux. Le rejet
p u la gouvi rnami il de
,u u I ibbt ix d un l'idaol la vi
te du prOjS l -1 li |> ir le
ne 1
I.uiIh 1 ei un leii a l'adreiae des
P r h- n da M. Ai j 1.111 >.
Ou croiseur submersible
(janl d'aprs un plan
allemand
|i'a|ii'- la 1 irreapo danl dip .
matiquedii liai > tel, raph, l'ami
1 m 1 - japonaises rcemment ache
profaaaauf illeaao 1 'i.wald
I ia u u n ses plans d mi i i liseur
submersible gant. Le J ipon au
rail di oidonu la construction
d un de ses balimeo s d'an dipia
cernent de A.8O0 tounei.
Opinion lu prsident Coo-
liibjo sur la loi d'exclusion
w iSHI.NGTuN Ls prsidant
Ige a lait son natre s in ont
ijal de l'an tuai in di |i
"> i.lge ne
doute pas que la loi d'evlunon
laalamei si dam
Ma '
lu i bercho mo
Us suseeptibilite da Japon, lies
lue lu loi telle qu'ai U lef
vote stipulera l'ai Juiion mai
vitera an ntma lampi .1 oflrsaar
la peuple iap nia i'autre pu i
M. Coolidge -lime que h s imun
^ranls qui ne peuvent devenir ci
loyans amiicaias ne doivent pai
. ulier aux l'.tats l ni L'ai Iwn
du congres sur la priqet de loi ho
i m des anciens cmnlallants est
termin, le projet et! maintenant
ouiiiis au prsidanl.
Le m tjor gnral l'atri k. chef
de service aronautique de Par
mena tlgraphi au lie itenant
Smith a Dutch Uni Lur de, SOtti
nuer le loi autour du mon le ave,
les aroplane! a ilut< h ilirb >t
.1 u qu le temps le permettf i
l.e lieutenant Bissai ani dirige la
division du vol autour du
mon le el (ui se trouve mail le
i an! Dutch llarbor continuera
barehea oour relrouvcr le
major Martin.
Onu elalistiqne '-tliii inlo
BERLIN l.a production d'avant
guerre s t presque atteinte dans
t >ulei l-s part'ei le l'industrie
alli'in .il- de oke et de eh ul. u
jjia. Les chiliens sont un |, >,| m
"rieura I aeux d avant uerre,
mais h lignite, sur la pro lu itien
duquel s'est reporte l'Al'einagne
depuis I occupation de la Itulir,
l'est augmente de plus de 80 opi.
M. poincar rpond aux
eneeignementa errons
du a Dailv Teleqrapli
coocernanl Pemprunl
contract par la France
aux l.ils-Utiis pour la
conaolidation du Iranc
PARU- Le Daily Talagrapb
annonce hier que l'empeunl poui
la conaoli latioa du franc oontrac
t par la France aux Etats liais s
t recominan l par les experts
uiueiu aini -ou- la condition que
I. l'iau | ai Capterait le rtablisse
meol de l'UBit onoiuique el li-
cale d i It- iafa Le .nini-teie di I
affaire trangres autoris l'a-
gence lia i- a (sue cont dira sue
l<8 indicilioi.s ilu Daily T. |i
tout toutes contraires la vrit
t ne pauvanl proi.....t que .1 une
n anauvre allemande d'-i
i uire a U liti Stlon Si mu i mlil
l'a la Kiam foui mi i' i- |
l.iuenl au point uns affaira qui
i e siuiiiit piAler aueui e ; mbiatti
t, voi. i le t et x t il 11 i t > ogl iiniie
que la banque de I ranci a i
h n mis sus banquiers smrii lini
qui l'ont ap| ce i ai i
m i- i ontii ni li ' ulei i ndi i o i
dont il t q r-l r tpi i
confr avec la ^gouvernement je
m.ii u mesure de vous n
qns ''es ia< iun i complte! soi t
tiie priici e ur imliorer la situa
t,on imai.i 1re. L- goavarni b< al
insistera pour que le M nul. la
chemin: ayant dj mil UD VOtS
favorable, prenne une d o ial
p.de rai la voie relatil k l lugmi n
i .il n de- nn| alisare l'
quilibra de l'an* mb i du I
et latifie la politique lini
gouvei neoa lanl i mp
piimer toute dpense nouvelle
ans une coutie partie de receUeo
correspondant lautque la situation
linanciere n'ama pas t siau-e
ment amliore.
, Le gouvernemenl ae f^r. mi n
ippel au crdit sauf en ce qui i ou
cerne la coasolidation de la dette
flotlanle et ultrieurement n'met
tra aucun emprunt, mmo pour
l'achvement de u recenslrnctioo
dei rgiom libres, sans en assu
rer le servn . pni des l.....Iles bud
gtairea normales. La bao |ue de
rran.....inlinuaia da l'aaaoeiar
k tous U> elioits du gouverne
dm tontes
mesures dpendait d elle.
Nouvelles dlTersn
\l.\\ VORK- M.Ceiber, arch
tecie liiii.ais. a t dsign par
le gouvernement franais pour pr
senlei a la ville de riiiladelphi
une Elgniflqua tapisserie dei Co
belini .otuellcmeiit expose l'Ex
I oeil .m IranabM de New Yeil ,
dettine .i 'ommmorer le dpait
di Ircupei amricaines de l'en
ivlvanie poui lu France pendant
II i .i .u;.I.- i.lierre.
PARIS lias Tarfari, prince r
et i de l'Ethiopie, sera l'hcMe de
lu l'raine lendaut la semainecam
me, >,h l le 15 mai. La viaite du
I ni .e a pour but de remercier le
gouvarnemi nt franais peur l'ap
pui que 11 dl uiier a donn A la ds
mande d'entrs dam la Socit
di i Nationi par l'Kihiopie.
COLOGNELe prsident Ebert
e le i liane, lier Marx assisterant
l'ouverture de la foire industriel
h- de '"I gne le 11 mai. C'et 1
premiers mil que le prsident da
lu rpublique allemande vient
dans ls toni Dcovns depuis l'arri
ISS IrOnpSS allies.
BERLIN Le paisiens politi
sont ds surexcits. I n ua
liooalionisle a t tu par un ou
vi 1er qui i n ail.hit des afin ha ul
0 aaaUonali li -
ROMELs snat, sigeant rom
me Haute cour de Justice, a ajour
n provi-oin ment, pour plus am
pli len-.i-n. ments, la pioca des
bireetaurs de la llanca Italiana Di
Bconti, qui lOBt accuss d'avoir
dispos irrguliicpient da fonds
de la buii'i il
Le eoaarss international dent
-nions se sont termine hier
a exprim le dsir que la latin fut
choisi comme baie de la langue
internationale, lei congressiateB
n'avaient pu se mettre d'accord
sur lemploi de la langue vivaate.
PARIS M. Millerand a tl
g phi>! au prsident de la repu
blique polonaise ses voeux pour
lu grandeur si la prosprit de la
l'oio^n l.a lle national polo
: l t clbre par la remise
solennelle dus insigne de laver
tu militaire uu gnral YVeygand
au milieu d'une brillante runion
4 lu Soi bonne.
\l lin ni reu le marchal
1 't M li.ma, ministre rou
m un des alfairaa trangre. M.
Il> m i I lonvenel a prsid le dt
ner de lu l'res Bistres de calions europenne et
Iatino amricaines, une quarantai
sa de journalistes) et crivains]
> u nt l.e lecrlairo gnral
I I relopp le pmgiumine de la
lamaine prochains cl a annonc
le renvoi on eoogrAs a Kueuos Ai-
re.
L Legol .i i nironinns ssolslrsa
e-l entr maintenant dans nos
>', es, dont il Uut lliciter
n m ehefi d ElablisssmsBt. Ces
i >. m-on ml toute leur impor-
tance sur le lieux l en
plaine nature se rendent compte
' apprises eu d y a la
ralit qui frapp et fait mieux
omprendra.
Non souhaitons qns celte ide
ie propage mAms dans nos coles
primain
La Solidarit
La sas d'bist d la Solidarit
a t intrasaanta.
"- Outre le mi lion Jdu dernier
pn>>'- verbal ai la rception de
Douveiui membres, on eut leplai
-n d'entendre mie agrable eau
sria.
a St Joseph
Il y eut hier malin crmonie de
premi< re ( ommunioo 4 st Joseph.
D uns se sont appro
li e la kaiute Tabla,
I ans midi se lit la rno
vali'in les vieux du baptme pr
cde de la pro> ssstoi travers
les quartier avoisiuant la pa-
roisse.
Conseil d'Etat
A U|nie d'aujourd'hui du
1 .-M d -Etat,la Cabine: au com
plat a fait le dpt da l'Expos
gnral de la situation .
>


Lt.MAT.lM
i1 ii mi nt et n
r.iinii .1 ii \, |ui, victimes >i
tort, n'atten lait
onforter et taire
lire leur victime !' oir.
Wii'H fdp
laissa ne
Moi i ur ei sfadana* BSbbmdu !
11 i.ii 1 nom i>i tait pu i
,i ii .i-.-ame de leur lille
i tenu* iii'-i ioi .
Koi 11 ni, liment*.
N El ROLl CIE
Noui enregistrons avec regret
: le M. Iloberl Da\i I, an
cira lnateur, ancien concilier
d'Etat, il. Draillai or.l eu lieu hier I K
gl ac Sacr Coerr de Turgi au .
Le dfunt tait la pre Je t olre
syrrpalhiqu lollaboralf m PI oid*
D* l, qui nonteK*eaton* lin
li qu'au* ai lies patents \ r< mes
un tiottre* condolance.
** Suj
ferua Yailluut Consi^nataire) pour Hati
La fte du 1er Mai
i., lti .. itionale du
plus apcialemeQt da l Agri

parti l eau*
bi illanl ; i
lion rgional* agrii le il I
triel!'-
dique qui a tre d i

contrai ri
Mi |
plA itiop
Da i
-
le, (I portant de i
ton m
pour < li'
me ofAt lal et lui i
lit*,
bord, 'i
ligiau
mea. on i ivail
|i ,nr m I 'I

portant que colui
poteau
ne d i a-t il

faire produira
?cul i v t la n.
; M
k n*. l-e li
tem-
ple in
ne*,
dan-, i antiquit
blo. Oar, i '
qui i* .ait i
le eh
I lu divin
;rin
de .ii,

ai va ii il 11 < r.a
l o n pierl
i N'i
t - ii -
court II il -
rit* d !
Au i il li -
te troarait la pal-
lia ,i_
i
I loi
utn , otii if1*,
avaii i
roapi
d'lit al de i .tgricuitu I
lidtnl '
i imeot
ui-r I
gric i I
i ,,ii di
, m ri du < i Se*
eom i' i'11 pr-
cnniaaii ni i dont il lit permis
11 i dis1-
tion.
com a le do
il lo|re<
pu nii r i n i ti -
ipri un
. l ui rool vulgariser
mthode* i i tans
|i 'ii- iii vronl
i i | du l i Mai a i n II i1
ml, i elle anni . un i iractra
nir de travail n
Ihodiqu 11 fdond qu'aile lai m
que I* M i
giatral omn in* lan n ;ier
oeuts i il gn
i i s la prrpara
I Ei qu* la
us
l-s
'
La
.
le*
l
.
- .
r-
'la
-
ni*l selle
r. depd
l la
raade i
l | -api*
s. mai
't i, i
ilion
Il tiwtie
- I .. |UCI
f
pai
. i : I4> plUi
i ni g . EU rieno* rid*
d .-i- m n, par 11 location,
do i lier "il lai ci.....
leaaeala il n- i ,i l'ani en
i m il al la proMj i il* pai la
i. i mi ,111 li im ri H*
dbo i M n.' reli par le* li -
aoi qu* Im au onl ippril >
.i. i poui i .inet I*
S101 lequel li \ il n ofl e IUC D
a ii i.i i de i n t li l ai* -
rable.
Ji.iii Bl liile L>Uitls\M\U
Varits
Mardi
Lei froii lousquetairea
i1- -
Lorsqu'une limme veul
In e : Cinquante centimes.
Parisiaua
Mardi
La NoiYdiie Aurore
7r, s i pisodes* *
Entr* :1-00j j
La Commissio i cadastral6
centiaJ de l.t V'jiubli"
une cl l'ail'.j*c r Food'
Parisien
Il nous n vient que la Coin*
mi m "i lastrale Centrale le
la Rpublique t occupe active'
iii-'iii de laftaire le Fon !
l'.nii n .
Elle (ail pra nt< menl des ic
veslzalions sm uses cet
i h ilcv?nt elle comparai
pool bientt de nonubreuses
I rsonualit*.
La Commission, celle occa*
o i, saura laire son devoir en
auvefl irdant l intrts les
p rticu'tera eu mue elle a lou-
j urs su le faire dans li vuueii
i (lions qu'elle a eu
E lIMIIel.t
: inirartialil s. Ion le
< t nul d ule
ntres qui corapo
Commission dont le
|Of jour plus
" ant et ,iat dans
ige i Imioisl tti, ins-
pireiii la plus grande conUanca
sus uns et aux autier, en rai
fon d l'esprit d'iniailialil et
de la coprcii ne dont ils ont d-
j lui 11. uve dans Ir nj ment
de Dombn u s questions doma-
niales uis-i importantes sur les-
quelles ils ont eu a >e prou n-
r i
Urceit et Ciama
Il i ;<\rs-midi, un ioncer
di i plus n n arquables ol t
i ii usique lu l'ai.us, avsii
aiiir autour du Kiosiue du
tllia i, d Marsi un no ubn us
p i lie qui a applaudi les divers
m r iux i secutes avec mal*
u sa
Ucci le a i aru sstisfail du pio
gra de p'u e i plus grandib"
^alll de 8 s mu i i us (t b u-
. oup d'amis l'en onl mme fli-
cit ]< le concert qui prit lin
au del le sept h urei
HA huit heures, ce lut le I .ur
du i u,. ua. A Parisiana, a
fiar le prosramme( des plus al
e. liants, les habitus de < l in
i i uanl lablissemeoi n'avaient
pal naan |ii d'aller I ire une
belle sali* La BaigQ use h.-
oiinu* i une splen li le corn-
.i in iliqu i qui beau
plu, lanl par la lichesse de ses
I i paru brillanu mue
on s
A Cini 'Varits une belle as-
sis! n avait spplandi une non
Fois le somptueux et im-
prei an n di une en sept v-\-
I- Expi iknce. Ce *lm
peul tre i nco s l'objet de h de-
iiunde de plusieurs reprises,
tant le sujet symbolique peint,
dans son ensemble, la via. la
vie faite d'ambition, mais pleine
U onibr.clies.de pices qui meur-
Lw H.nie de lantiaoo de
Cul>a tu* coups d revolver
I: nous revknl que le Magistrat
Commuaal ( Ali-ade Municipal; da
Bantiago ("eCuha ali tu h ISUM
de rtvulvi r dana son auto lamlii
qu'il ne rendait dans sa demeure
prive.
l'n croit que U roliliq t a l
le mobile da cet alentat
i Mh Tar nui- fil
Rouvenaett iiBtirection-
ni I j Cuba
fi V\ lfE I.e gou\eni' 0 ai I
' uli in a (i u i1 500 liommet de
1 n-n li,. g-. proximit de l'en
dr( it o a clal le mou> mei.l in
nrraclionnal conlre le prsident
/\aa. Ues bateaux de guerre font
la patron Ile de* t oies et on an
nonce que la pr>ilenl /.iyas a
command to aroplanes aux K
tais LJr.is j.lin da la* util'Mr contra
If s rebelle.
1 es rapports officiels .lu goter
r.ement diraql qu il'l'e eatrn paix
except Cu nluego* et l'iiniil.id
sur la cleci d de San'a Clara i
clat ure rv Ile avant h -aie
la 50 80 hommes.
W tSHINGTOM i I.e 11 .Vident
Cooiidge a pos iisbarKo sur l'is
pdition les armes le tines la
rvolution aelata a Santa Clfra.
\\ \slll\i;rnN i L jiouverne
ment cub.iin a dcmau.l^ I ichlter
l milliois de i ailouclics el 36 ma
cliines (i n du j^ouvei nemenl am
ricaiti alin d'etoufier dans lu uf
le ma ivement rvolutionnaire. (>q
I un airangemenl p iur que
la livraison toit faite en peu de
jour*.
V nte par cjaveatlon
spcl le
I! -ri.i procd la jeudi tiogl
.taux Mai courant 4dis btira* d'i
m ilin en l'lu le et par 1 rail m
1re de Me lleniy llognitli Notaire
l'u t au Priait, *n vertu : t *
d'une oli 'gallon hypothcaire m
date lu vinj;l trois fev i r Bill* l
i Bol v i | Irois : d* Iro -1 un
matidmenlsendati.' des trois Oclo
bre mil te fient vin-il Irqi s*pl
& huit avril mil naul esnl vingt
quatre, la vente au pltu olfraut
et dvrnier enihiisseur d'une pro
pril fonds tt bail*M sise a 9*i< I
Marc, mes ara nt vingt pie l<. dix
pouces de larneur sur cent li il-
il u\ pi*df, iieul pouce* de prefoa
deur. boroe,*avoil : au Noul p r
l.t me du Peuple, au Sud pat qui
ih .Iro I. l'hsl el A I n,,,. I p r
John W'adestrandi. suivi n o
verbal e| pla* d'arpentagi da i ar
Kinleur tci ans fienc Jo ]>\\
oel en data du vingt Juillet mil
huit cent soixante treize, e. r gi-
lel a d'ailleur* que celte p o
se poursuit et rompu, le
avec ls cirson-lances, tppar'*
Dam e-, 11 dpendant! -au ixc p
lion m ii >era> .
A la requiHe du la llaylian Mu
canlil i Lo, S i i"le a on y me e1 lu
hlie Port au Prioc xsnl pour
di e. tt ir le sieur I. J. BlgglO et
pot.r a i .rat Me Jules hviiux
Conlr. | les poux llenrv Hindi
roiuiurn.anis. doBicllii Saint
Mai. .' li ll*ur Armand Uros-
-iii |iu>ai prOj ri. '.me, d|.n> u
ranl el domicili ;i S: Man m
la mise prix de huit cent saixa
te il un/e dollar* trei.le huit cent!
un- oalra le* ihargea de ren-
chri".
Tour plua araplea renseigne
ments, voir le Cahier des charges
dpos en l'tude de Me lliury
lljg.lt tu.
Poil au I rin. Mai 1924
.11 LES LtVIEl X
CHICAGO. ILLS
Jllaatt'ijut-, t}tuite.li,Ji colon, ill'utte Je nvatsa
. cl au ^ofM JSoiaf $&li, JameVm* c
de parti.
Sauci^e^ tw r/ail!t'.jju>rrve)v5veef, c^uvt^ee^
'faite meal>, etc. etc. etc.
tyrtb'o ooif io ti CoaraaL.
Lon R. Thb ud
Agent excluait peor Hati
Lehu et Fink, lnc
Fonde en 18"
t iaril lias prix Vomptilidi
l'ous produits chimiques,pkarmuceuliqiios e*t SMaras
articles vulidaliles dans une pharmacie.
Lpiccs, P(ii\re,t'.aiiiK'lle,(iiroll(', Anis toile, .NWsj*
de et, etcSUCRE KAF NE.
Sprcialil : \lartpic privee |,\sol dsinfaetamt, !*jualn-
merie. Articles pour habiers, It.iy Rum, Chocolat pas
tire, llulc toir de Mm ur, l'lmillsionali traits pour faire essences et eau de toiJette.Eau, f^aaa-
iiiiic. Poudre conlre les insectes, Solution pour eoa-
sarvet les ts frais, Lait de Magnsie, Poudre supj
rieara pour la loilelte des enfants, essence da fleura,
Eau l-'lorida, Miel pour laide, Moutarde, Huile d OUvtj
pour la table,Itrosses dcnls, Pepperiiilnl,nuilep*a
chasser les moustiques el autres insectes, Itegulot :
contre constipations et douilles des intestins eliro-j
niques Th, (.ire p,,ur les parquets, i omeslihles, 1-lli
xirs, EpictvSirops divers, Teintures diverses, Vins,
l.'cmaude/. le catalogues des spcialits.
Confiant vos commandes LKll.N & l'l\K, lue ; votas
serez, absolument satisfaits.
Toutes les honnes pharmacies du'pays s'appravT
sior tient chez LLUN FINK Inc.
Lon li Ihbaud)
Agent voluait pour liait!
F O.PIIT CompaQv
I^WESr BrtO LWAY NEW YOiiY
FONDEE E\ 1847.
SUPERIORITE BAS PRIX
Fabrique de :
Pe.Llu fy\ mis cres de loo e> aortei.
Muttle.
Lon K ibbaud

/gaLt pour Hati
/
PERFEGT
15 ack ihot* Uressing
l,c l'ioduil le plu* pur qu'00 ail encore import dans le pays
l'un siiaple iii.Ii ; su,- les -ou'ier* le* plu* dtriora* les remilj neuf
Ce liqiii.lo appliqu sur les cliui'Mires ne >alil pas^le linge blanc
Il Mini U cju b illunt et toupie peut rtn appliqu sur toutes le* peaax
Deaport**aM>nnaiea,la*valnea,leaceiotures,le*eac* main*, les portai
ttuilles Ptuvenl Mie lemis a neuf par une seule couche de e* meiveil
leux produit Les i liautillon sont k la t'i-po-ilion de nos e'ieol*.
Fnll.mSIioc l'uli.sliJnc.Co'U.'Toik
an
d Geo. Jt anse nie*
A n. I vdiis'f pou* HaUi
lI0,Rn< deslira le en la eu tle la Uan |tte
Jtunes l'ide affaiblle,
j uni femmes jatiyuer,
el vous V essi-u s les
su mens, prsni le
TChMikEL
Oest le n constituant idal
n vente iluns les>|)Niici|>ales pliartnaaieg
vt^niifii.
- ... ..s m'
1 ^ f'
4-> ^
l
l
BSSSBBaBB*BBa>**l
jr,- ,-'^i


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM