<%BANNER%>







PAGE 1

3Pv*.. • raBBuBai BBl^^rii^BBB y fil. mil t&tn* am lui UP Hto iuuii vu ii vrjOtiH yii "I Mi" •-..lu:, •'.I • .II. ill !•• 1. ... Il %  l t r •-•. iBBBl *U' iUllHS .Nouvelles Llraiiaere Avis ,1. i HH jimr mim tgg^i'i 41B laMI • r*ai lMI 4JttaBB&lito-ni MU:-!i %  %  ...ui mu .ll H* *• •*. tnnr 0* < in gBrita HHBB V-H-lAltli Miflu u nom —.i II— —ai a %  MM tara ni I -mit. h i *u: • I .llttl IWi il) 11*11**tk IK %  • ii-rr. -il ..ic ••nui.ili"! %  if.tc B %  ^T**"" %  %  %  (BacnrituiH or BBX m au M U • IKH •;.v: nu nr~n%  Um BBBBBBB* w 4 'mil > fetstonn. jraaarani uk %  au faBB BMMB 1— %  MB* 0 3BWWBU1 'fCSAlllMr BB> •MHtHB As frit :•• iii. :IIIH r m cai ml •:r..ti .-: iilf MMMBM RU I'KWK iu*'i %  * siiemui m* a— m u-:i —m ur k %  uisa %  u H •WliUlWU OBUBllatfBBttiAr: i s i' •tuui.Uiiiimr ; &f Ul IWriWtl JiOMK * Uir i ne stu-ut i"mlwi an F .%**• * 1" *sr iwlM* ar iii.mvrv ai it ...... l'iuurntv u. uni LK a l*"i .' % %  . 4r 0 • t i w i i 1 4HM> I il—! %  Lmi afin 0 %  %  %  %  > %  '*** IBBB U (*** -— : —_.^_ ^^ ^ I^KM. l-^kr Ml ii MB SlUW'VI tow *f 'V. t'vnf k UN*** %  !' %  %  *w ; J i •! I. ... .• .. ... BB lu -•unrtle: %  .mi m ui •:iwaiirrif miUR IBBBPBBK U. %  • :.i,-\ t. .., • .. ilT'lill 111 AB*ai ,kfl! ea aaaBBBBBv aV unir i**ir •iu*—i:rut mmitm . • : r. tettopoui I II l.-T.-:Hii.i iH.I ul • lil 1 **! llU! .1 • .11 . -• : i 'T-' IMI %  MUA -an (•* n. i %  Itlll' MU t 1 -M'!' tjpm IBHBUK ^ffuno. £ VUtf: 4 ui muuu *w K 1/ty %  i./U.uil .ifri U t 1 ni Hii'll' 1 %  :UM • -•'. i "I lM l.T mir- %  tnt waa JIIT, lailU .T. I* I.I-I .un I •• i. I trir wui w il..•^ ; • %  ... .. •:; .>...: : %  • • -•• %  •%  : i : • %  % %  i -i • i." •;••Jlftwirr. jnB r %  %  •Ato iTrf" %. %  .":. -r-, -, -i ... aJBJUiCltar SVUE WMAMHH1 fBV" Mi uimt I r.. ff ,I.I.;' IfTfttMl' 'mm 4* fmn ftm yr**m hmmmm+4*mM* km ttmm* 1 \ i Orf/Hi • CWb IV •• J\ tan lu E rit — h> T M i>. i^HM Il ie --.','. in• mt I.I ii. • |M fwiftriii ttl IKTIC ..lil^ 1 m-.'-mvm km t •'< % %  '{ %  %  % %  U.. i... I* .l.il II. %  Il • •BHUl • MES IBMAMP HMPI-i -ain i.i kl g nun I jwnn • •< '.-uufkw i i. 1111111 i M mUti • -i.-* • flkaMB mm tte : • %  • i . %  • %  te U %  i nt B BBli* l'-. ..II^4I% B%B1 BBBB B ft\BB I . • %  . . • %  %  t ii %  B) mtMmjmtmt BBBB I* mmm H' 1 %fmm\ BUMH • *L yjBnt,, jg il UIltOLJ^ U* fcvo-ii.. •ir M IBBM Bl itt.r Bi: •-•; •• %  !• %  • %  BMBBBBB BBBVBW. •r; ; %  . • • MBl llna^kUla) t or sale -Ml rt .!."> Ul lllirVflUl %  11 es ; i '..• i %  t %  %  ,-. i i -1 — If "mi UKT IUH. ir • im*. • il 'i '•'•.• • %  ,<: If .--.l • Il U* • I i • • :*• -•7*1-^1* BMKftt I.*— tfBKk} li4 • %  .'••••-• .-*• %  lIlBllll IBIB / I II •• —-'—"-" i I II g. Bf BBCIHBMi BBIABH Uktf rslien. m. Il BttiB Ml* Iroa t4t*l c&rrytBf cabie BigM.IBl; IBJBU? BBt4. • IractBM rBBt iBainir t **ie atir* tB> B l l / B J i B iB a Port 4* F*ii Ltscorns t^iuar m Brliia; • : t Ut & v ^ i %  r. ii-]Bf-.:i'v* ^.ui [ rru i m al KBH BBBB1 BBiawa—aB —ii naiariiitt, t* um-va jmSmtsat ifcwarimia m • uttitommKAm Immt aa* auiB I? 111 ItU-U UdlUMg WBH-*115 OB Bail*IMBBBI in: ai'4Ui.-_ um aa aaBBaar naaai aa>imitrnv u* BMaaaaB aaar lllb.iM ami ruiiir '*** Bulac a** a vUttWaoadar* | CI J uaaa |HMr at Bo %  Ll v-tiet ] : aHasiMat qut BrB nuan nifBJaB fia aaak I..: ,.,II" U--Il JBT 'J'a>*** P*tra a xaaiaair. ilUtfi lEaiBBl -** Fr ^ r > ** &f HartrtBbB, SBUBI jug, ,,, Laos et OeBnifB. UJBU" ir i-, M i, .. -• ai .Jj~^* MBBgiaBBlB > M J*> %  *#• * BBB* • %  L xmmm BB Maii'^ rt-•II! f et Madame Loa CBBIJBBT eBfaats aiaai qat IBB aar la Ci 11 IIBBI ftaBl de BBBTBB aoBMure it Parts BB •k >f^te i* ,V i y r^pBW l** Tamara 4a i>*yle ; t >BHa •tal t*a* <*\ > taar • •Baa Ba pr*a^ ^ rertW tvw*a m UAB la BMiBi %  111 B8BB aaa aaoa— > %  K *• \mral ., par £ar*ar. ib l*ar e%t(1r\ %  BBBBBB XBBT Blaa fNl iala Vi ^' k BBB. CBBBY *•* %  u*. uueiait Nrtfffr nt (M r anat aa la aaai •ta Varu-U'S ti ; D i ii f aux XtatNis SairBB J v iaa t.} a .1 ^daa



PAGE 1

LE MAUN VViison I TT J CHICAGO. ILLS Miinl<}\LCs*JKiLilLkdt colon, Sliifc De mai Mm a (JCati <5\>ae a73t>cuf&iu\ 3am&>ra& cBacaa; ueuc illtadaiix.^wtti,ptd^CDreif-tcf fo porH. ? • -•*... vee <§aacLtt& en rWCe.'j(^rive d^tecf, <$>aet Ikd tftoU rneate, elc.'ctc. etc. v Loa R. Tubatid Agent exclusif peur HaiU F. O.P1ERCE Company 12 WEST BKOAOWAY JSIEW YORY • ^FONDEE EN 1847. SOPEBiOBirt BAS PRIX gFabnque tle : Peint u-e, V.inis, teres de WeVeer so-t'6 Mat tic. Lon R Tiibaud Agent pour Hati Fonde en 18*6 ^Supriorit.,^ Bas prix Piompltiudd l'eus produits chimique*, pliarmaeeMfciquaa et autres articles vendables dans une pharmacie. kpioe, Poivre, Cannlle^iroflc.Anislo toile, Muscade etc.ete.SUCRU it.U j.Nlv £-. Spcialit : Marque priv Lysol dari faatnnt, Parfumerie, Articles pour bahiers, Hay Ruin, Chocolat en peu dre, Hiiile de foie de Morue. Kmulsion C>lu de Quinine, l'oudre contre le insectes, Solution pour/cosiM% erles œfs frais, Lait do Magnsie, Poudre suprieure pour la toilette des enfants, essence de fleurs, Eam de Florida, Miel pour la table, Moutarde, Huile a Olive pour la table, lirosses dents, l'epperinixil, liuile peaar cliasser les moustiques et autres insectes,Itegulot: huila contre constipations et douhlesdes intest in ehroniepiM Th, Cire pour les parquets.Comestibles, Ellzira, Epica, Sirops divers, Teintures diverse-, Mus, este, ete, ete. Demandez le catalogues les spcialits ^Confiant vos commandes LlillN & Fi Mi, lue ;;V#M serez, absolument satisfaits. Toutes les bonnes pharmacies du pays k'approviffaik Dent chez. LLI1.N &M.VK Inc. JLon R. Ihbaud Agent exclusif pour liait! Grand Htel de France \\ Angle deshllu.es Bonne foi <$• du Quai TTtyiEJST />/•; RECEVOIR. B£rcte de foie gras trufi.— Civet de liavie. — Andouil 1 lettes aux lentilles. — andouiiles au aindoux.— Jambon en boite.— Anchois a l'huile.— Sardine.JV'aquereimx Thon,—Cassoulet—Petits pois fins extra — Boudins, etc, Ht** Vin liouye, le gallon, k^gds Vin Blanc, le gallon 5 gds L'Hla' dbile par barrique cl tjallena des vins de Bordeaux. Tins de Champagne. %  ." llk'l M Hr Simm lia il bail !H ~P;.... i rriri 0 Les lc4,M*Si • Ht* Uoania'i lv, ,11 I. L -!a \* , valeur , No %  \ ii veur l or.nr >a; Iavt, \,i. i i i> JQ8. Si ut idins < I dtcj us nul>. u, ,i cala de\al en Hie dlivr. Pcrt ou Trincc, 1 u\nl IU' %6crm ses odii a Le roufsigi dr'are adirri lei la Cor macion s m bout si ivacts : \o .Q2 !;iv ( m \\v Jeudi Je G. 80.1 Cl 2il CA'ciniJoidc li. 100.00 (20 EnileDuRiido (i. .ixiOO IhC DumiucdeC.200 certificat lrdonn&oce Il lis dtcl; re i nls duplicata i!e v^nl lui Aire I.'I : ivr. Port au Piince, h 24 Aviil / -'1\. Vergnlaud lt6LiRE.av. m: .Jataire. Vcs DDIS, m Cansives Yoiuei^veoa avoir las daids blunulm.s • I les j|eneive$ < ti perlail tal ? tmployex\ dota,SOZODON1 le meilleur^dentifrice ei a bon mareini. [Eu pale, ail puudrc^el eir liijuido.eomuie \ous voulez. S0Z0U0NT esl hautemenl rcconiHiaod par (oues les auto liii-s tndicalea de France et 'dei Etats-Unis. : t*5i En vente jjia Kharmaoie Centrale, Hiarraaeie Bush, Aux rmea le^'aria.Clier. Siiuwii Vieux, €li.Ficeulel,iopa livera, Paul Auzila, Antoine Talamas, pharmaaie Alexandre, pliarmacia J. loerraine, i chez ions lasactik louis. B Ci os et ditaila chef W. Quuiin Williams, I7U. lue Av. lagaaio de l'Etat, prs de Pablo Torraa ( (oifleur). lesii de Bout di l'an Lundi, !S8 avril courant, S 1/1 i t n ii en ir. r. t in. en I I^Jr e du Fa irCorrr de Twgeso, Mewieur C\ rille et Lion l.i niai il 11 Mad Edouard l'iuon font clianUr une natif du lfqiii. m A la mmoire de leur rtffell* n re Maiiwe l'ir PHhu I tutaud ddad? I :•" aviil d l'anne deiniie. Aiicune invitation t peeiaU n'tant l'aile, Itanrrisde la Emilie Liaulaud sont | ri de coudier le pr s; it ivi i c.).no>2 ;i tenant lieu. ALUMNIIVI Ll^i h i r, 7V waii nojn. Offre d'emploi Pour dactvlogroithe d'exprience fc tant au eoorcsl oc II si n |ai I i n frcaecii < i anglais. S'a Itewci .i L. Prccltmao AGC! RIIOLM Gonfurmiiieni une noufl vawns de resetfoiv lion de L'Aluiuinatn l.ico mate de cette Compagnie laissera it Nouvelle Orlins et Mobile dans la der niera semaine du mois de Mai prochain ei leu hera Cap UaitUn,lt*ort de Paix, Qoncvee, SI Marc, Part-au l J rince, Pe. Ut'Gote, Cayas tt Jactnel, s', bien en tendu,il trouve un fret *M/ fi: uni pour thucan dis ports cils, et continuera pour Santo m Dumingo* Kurt tu Prince le : 2 Avril iWi va 'PERFEGT ;' il ack Siioe Diessing Le Produit le plus pur qu'on ail encore iinpoil dan.!c pavs Use eioalccooehc sur les soulicn les^plut ddlrior>t1i remit 4 otuf Ce li<|uide appliqua tur leo ehauiaurei oe[a)il pas'lelioga llaic Il rend la cu\r brijlaot et souple, peut i tre i| pliqud tor loulu lu peaux %  Kii.le valise torea.leai acai naina,lea porte fouillai Pcoveat aire icmie neuf par une oue coucke de commetveilleux produit. Des chantillon! aont la d^aot-ilion de nos clioote. Fiilton Ihoe Polith, Inc. ( >" H. York Geo. artsiue, Awit Eiclu M pont Ilatti illi Rue dea liraelei eu laa le la Banqut lermoiiih (1 Chez A. de & --4(|ents Gnraux



PAGE 1

Lh,MTIH JU laxatif physiologique le seul faisant la rducation fonctionnelle de l'intestin Eponge et nettoie l'intestin, Evite l'Appendicite et l'Entrite, Supprime le Hmorrodes, Empche l'excs d'embonpoint. Rgularise l'harmonie des lormes. Constipation Entrite Vertiges Hmorrodes Dyspepsie Migraines nabi" Cnaltlaln. Il VSMS> CUODM. Paru. M !'• {")*—. • Si no ancttrn aaint Pu. m TIn rhaqu. oir %  luelijim romprimts dt JuU.I. nndr. Ivur Inttaiin parrti. |*r 1 a>>. dt %  un ti An lavrmcou o fUMICIlf .1 ta WUP1HW. • 111 avalfnt lu a lur saru. i la ro*.tTc* cl* la r*t lucautn laltatinajd adrmraMrmint rraiu par 11 l.iDol. peutfci: I hi*i>;iri du ( lyaMTI cnapiriait-ellf son arlif nu in d'n*uria lUuaCNI r-i rtvanrhi. uman.v .-H lenomM** moins d* aouAramcf dont lu tPMMcairn. niant ni* !• malades w flrrnt. a t*u"i le* ipocju^s II :u< MUf eicnia artM • D' SMUI.". d# la Pac O* MM d. Mcniptllit i H EMORRODE — J |t2BOI.rrOIriR8 : IPI ponloire$ anHii'mo'virjt j huei, wi.mcn.j. Ai C tU>nru2ni$ JUlOLiVAK : Pomm* et contrt lu htmor-^xdn ttiemti. Ll mr fou'n.t l'tgir-igir. citU ligue tntrini qui mtr* dim la composition du JUBOL EXTBAiT %  ilJMP.r.S du tucttur Mancn Kiev.lar-.mi m ntenant tu foi* lerje Taillant Cosignataire pour laM La maison SILVELM La Maison H. MLVER vient de recevoirjpar les de** niers steamers les articles suivants^ de toute Iraichcur %  dis prix rduits ; Chapeaux de paille fine d'italie, de tentes espce Chapeaux de laine d'Italie. Chapeaux Feutre d'Halte Haptiste Fine pour chemises lussor fil anglais Tussor de soie anglais a barres pour chemise & robes Satin de chine pour tailleur Lustrine pour tailleur Colette pour tailleur Drill merceris amricain (nouveaut J i trill fil blanc & union anglais. Kaki Jaune amjlais extra qualit : "., Zephir anglais sup. pour chemises | Toile a drap fil anglais IO pouces 1$ " coton 80 Batiste fine pour chemise.^ 2"*^ One^visite^a noire Maison vous convaincra de la bonne qualit de nos articles et de la modicit de nos* prix en comparaison avec ceux d'autres maisons de laf place pour des articles similaires. *" I JOHETREEPSTANT:-^ |AB'AMU1, RlhE et FAIRE *1. %  •a toute runion on roa USUM Patttn aaminT SOiStlk D'MiVlP J-I. i>fiiur**,65.r*s icui,Ptrii,, envoie onmre Ifr. NOUVEL ALBU'i ; B# Dgt avec tiYun m ,•>•., %  rose. Phy-inue. Amut*mi> ti 1 44 toute orU$. L Hufiotumt .. ro|f €•**. Art d pJulYf, l\uf apprendre jui mates dsn*a. *clence* Oocullea H> ; ume ft-ereia d'atelier etfnp'eneol truoi t\ munXli mains de lova nuer*. Pour dfendre ses tottti ter la lot Beei-eer une positions .'•minorer 3< rr de sMure. haoeona el Monolofwea Tieire. UVSJrle Ipseiala 4 ea)ffMMS l rten-ie)nieas.MlM. !Nfrt4iH>> >rtwri ff# La lAlla Conscience S^fTtrneit Camille! m^Ftwricant de chaussures .-*<.' en luus tjeitri'sSoins — promptitude — Clrit. Graml Rue prs b Poste No 79 VJ| Grand rabais sur les chaussures et finessa sur toutes les formes pointues. Cuir parfum de toute nuanoe -4 Hfl Et a l'occasion des ftes de l'qucs. In grand assortitment de Chaussures en pr Joaration qui puissent satisfaire le* <,)<>uts les plus diffi elles. ALUMINUM UNE New-Orleans elSondi American Sleampship C) Inc. Prochains dpart* direc's pour Port-au-Prince.— Haiti Le SiStBINN* a laissbOUVELLEOR LE A ISS le 15 oui il courant, sera Portau-Prince le 25 du mme mois avec 920 tonnes et continuera avec charge me%t pour Petit Gove 130 lonnes I Port de Pu or, 90 tonnes. Le SiS SVARTFOftD laiBsera iiovm vell -Oi-leint, le 6 Mai prochain directement pour Port au Prince. L'itinraire du dpart sera fix ^arrive du lteau, A partir du 0 Mai prochain il y aura^chaque quinzaineiun bateau pour Hati Fort a* Prince, le 22 Avril 1924 \. de JHalleis Co ; i a l • %  i i Agents Gnraux : ; ^ NEURASTHNIE. FAIBLESSE r/VW CHLOROSE, DEBILITE SIROP ds DESCHIENS l'Hmogicbin* ^ Rfcilni-aUur du Sano. preicrll par l'ellta mdirai. par.'aar la rlmod orua • %  aux ftmijmux. Admit dawia ija j;.lMOX a PmtUCar4i oavtati. OSSCHISNS. I, au. raul Uvln. r*Kia n hunUa HB1 u'Heure esl propice pour cheler des pnens Good Year Depuis (jue GO.MI Year I et ninienctS i labritpier des pnetis, il n'a ai etiser de Ut amliorer. mais l*-" %  aigre a, le prix des pneus G 1 Year est resl i lus lias que celui de? aulree pneus de qualit inlrieiT". dictez le nouveau type de pneu Good, Year Cord AU Weather Tread, Il obtenez d'eux tous les kilomtres qu'on en a mis dans leur labricaThe West Indes Tradiug C Pori-au-Prince Gonaves Cap-Hailieu



PAGE 1

_ JlRECTfiUR PROPRIETAIRE IMfUt£Cfl Qkmeut May loi re 80IS VBRNA 1368 Rue Amricaine Quotidien Celui qui meurt sans avoir lait de tort personne, psrt tn hennte homme, (|uelle qu'ait t Bal ennteptien de la mor$V, si variable d'une latitudeV i l'autre. Geor§es-oqiietil 1BLBPBME N$ Ut Mau ANNE N<> 5191 POR1-MJ-PRINCE (HATI) MERCRKI I 23 AVRIL 19M Petite Chronique VISAGES D'ANTAN Rvant de l'autrefois disparu, je me plais souvent me laiiser emporter sur les ailes de la pen se pour m'am-ter longuement dans le jardin o se promnent les ombres familires. Houces physionomies d'antan, comme on voudrait les iixer un moment dans son cerveau agit I Et les voici qui s'arrtent, un un, l'appel d'une mmoire fidle, tous ces visages vieux ou jeunes, tous ces traits burins en nos mes par une tendresse d'apparence fragile mais conbien profonde et sincre. Les visages d'antan, ce sont ceux des vieux parents : Graud'pre la dmarche altire et imposante, la tte chauve vnrable et vnre, au geste lent mais indulgent, au sourire narquois, au verbe taquin mais grave et bon. Grand'mre, tts blanche, dont les hls d'argent se sont enrouls tant et tant de lois autour de nos doigts caressants : ligure jamais svre, toujours souriante •t accueillante. Ce sont.. !" ce lurent — les tintes protectrices et pleines de mansutude. Les tantes au regard imprgn de douceur maigri le courroux de la voix., aux chapeaux, aujourd'hui dmods, qui, encadrant leurs jolis minois, font •ncore une aurole de bont et de beaut celles dont on arrte un instant l'ombre qui glisse lentement au jardin des souvenirs. Les visages d'antan soct de pauvres doux visages qui s'illuminaient lorsque daus nos regards entantins brillait le bonheur, t Ce sont encore ces ligures qui s attristaient chaque lois que de nos yeux de bb coulaient des larmes facile. 9 •Les usages d'ant.n, ce sont tous ceux-l adorablenent penchs sur nos berceaux, ceux qui ont souri devant notre joie de bb, ceux dont les lvres se sont plisses la vue de nos larmesU vieilles physionomies des •tres jadis penchs sur nos joies et nos tristesses, visages rids, mais si pleines de llamm et d'ardeur ds qu'ils s'arrtaient devant nous, comme il lait bon de se souvenir de vous Comme il est r confortant quelquefois de vous sortir des cavemx e'. la place de carcasses hideuses que vous tes devenue, vous redonner les traits si familiers et si doux que l'on a soigneusement fards en soi Les visages d'antan sontJJes reliques — les plus chres —que Ton se plait contsmpler dans son imagination livreuse et toujours en voyage. C'est qu'ils rsument eux seuls.tout un pome de tendresse et de bont que l'on voudrait revivre, ne hit ce que durant la courte minute d'un pieux recueillement. Les visages d'antan prennent souvent la gravit sacre des icnes. Ils vous inspirent de salutaires leons. Lorsque lame, afllige la pense de tant et tant d'tres qui ont frl votre berceau, qui vous ont suivi un bout de chemin et ont cueilli a ct de vous les 11 urs de la vie, vous vous dtournez de tous ces chers visages d'antan, boudant presque au Pass, ils vous rameuent sur la route o vous les avez quitts„ils veus obligent vous asseoir au bord des tombes o vous les avez dposs, et vous enseignent, le beau, le bien, le vrai. Dd ces vispges d'antan, il semble alors que la douceur, la bont et la tenJresse descendent en vous. Si vous les avez mcannus jidis, si vous les avez fut pleurer, si vous les avez froidement et inconsciemment pitines, vous les revoyez soudain empreints d'unesublime majest qui vous force vous am'iorer ..et vous souven'r. O visages d'anlan ligures bnies des personnes jadis souvent mconnues et combien aimes !.. YVETTE. en France et des imporUlionss iran inises en lleiti, l'on se demande vrai ment pourquoi, les banques IV.in._ai ses ne se proccupent elles pas de prendre pied en ce [>;i)* "'-ncore mi sratde au milieu de ses >i( liesses", o la communaut de langue.d'duca lion, de gots, de mr ter a dfaut de toute autre chose ce rconfort qu'il sait tant apprcier. t i -^ Voici lu fin de Varlic.lt eue n w Offom reproduit dans rwl<-e 'lame* num o de la revue < mercial America , arlide coma cra / Confrence -A Genve o turent discutn fS On cri d'alarme de la Chambra de. Commerce ^Franaise d'Hati. Dans nos dernires ditions nous annoncions les lecentes dispositions adoplea au 2e Congrs de la Press. liline r uni h Lisbonne.en vue d'une plu grande protection dsintrts lalins,particulirement dans ce cou rient ; et par contre nous inspirant uolorjanoirani-iis,nous annoncions presqu'en mme temps le transfart a e Socit amricaine de la Cotnpa J(niedes Cbles Sous marin,bien que celle-ci n'ait connu depuis nombre d'annes que des tapes de prosp rite. v K ; La_Chambre de Commerce Fran aise d'Hati s'en est justement mue et dans une chronique remarquable parue dans son bulletin mensuel, a tabli toute une srie de faits qui P rouvent quel tort immense causera la France daus cet hmisphre l'absence du contrle des commuaications t Aprs un examen des tablisse ments franais qui priclitent comme | la Compagnie Gsaraia Transatlanli j que, fauta d'un ellort pour revenir / au beau temps ou toute a clientle j baitieane allait elle, d'autres qui/ ont disparu comme la Banque Naliol nale d'Hati par la volont de' ses| administrateurs qui y trouvant sans doute des avantage personnels con sentirent a ce nfaste abandon, la Chambre ds Commerce franaise exprime sa foi d'une rparation po* sible de cetle dernire faute. Et pour cela elle souhaits la cration en liai ti d'une banque franaise autono ne ou du moins d une succursale de l'un des grands tablissements linan c ers tels que le Comptoir .National d'Cscorppte, le Crdit L\ on nais, le Crdit Commercial et InduMiiel etc. S il faut tenir compte des chiffres loquents rappels par la chronique et qui s'lvent pour l'exercice llSii loiJ 189,938,890 francs montant l'obal des exportation hatiennes L'article 12 est ainsi conu : Ledocuments connus sous le nom de FACTUKES Cu.NSUL\IHES • ne seront plus requis moins que leur exhibition soit ncessaire pour ta blir l'origine des marchandises im portes et ceci dans les cas o l'ori gine pourrait aflecter les conditions sous lesquelles ces marchandises sont admises a l'importation, ou encore pjur en confirmer la valeui lorsqu'il s'agit d'un tarir ad valorem dans l'application duquel la facture com merciale ne serait pas suffisante. La forme des Factures Consulaires sera simplilie afin d'viter toute difficult et de faciliter la confection de ces documents. La cot du Visa des Factures Con sulaires sera fix le plus bas possi ble et le nombre des copies dune simple facture ne dpassera celui de trois. D'autres mesurai ont t prises concernant la rapidit dans la vrili cation des marchandises en Douane l'examen des bagages, le paiemen des droits sur dea marchandises m\ nifestes mais non dbarques. La Chambra de Commerce Interna tionale.dont le sige est l'aria,a fait paratre une brochure contenant de plus amples renseignements sur (ou Us les questions traites la Cont rence de Genve sur cette importan le rvision des Tarifs Douaniers. Kn lsum, voici ce que dit Mon sieur Clementel, an' !• n Ministre du Commerce de Fnn<-e et Prsident du Comit National Franc tis del Chambre de Commerce Inlernationa le dans son discours de c %  '< ure : De ce labeur commun il est sur gi une grande comprhension des dilticults conomique* de chique pays et des besoins du commerce in ternational, de mme qu'un pr<>. ferme de rechercher et de trouver des solutions positives qui nous con duira l' imination de certaines barrires qui entravent l'change des facilits entra les divers paya. %  Le Kveil Psychique DE LA Jeu ne Fille^a tienne ( Conlrtnce de Madame fhodora Holly ) Pour bien se rendre compte de ce que cette closion d'activit fminine reprisente de Progrs sur le Pasa et d'Esprance pour l'Avenir, il nous faut remouter le cours de notre histoire d'une dcade environ C'tait en 1917, au lendemain des ''v>'-rieinenls qu'avaient dclenchs le renversement du Gnral V. G. S., et des scnes tragiques dont cette clulte s'tait accompagne. Nous venions de subir l'invasion trangre, et les cours taient inquiet*, endoloris. Les politiciens les plus cupides'et les plus invtrs se sentaient Iranchement dsaronns. Du haut en bas de l'chelle sociale, les mes replies sur elles. mmes mditaient le Pass et cherchaient pntrer durant les veilles angoissantes des longues nuits d'insomnie, ce qu'il en adviendrait de l'A\enir national al du sort des gnrations encore au berceau. L'heure paraissait psychologiquement mre pour tenter dgrever dons I .une insouciante de l'Hatienne uue impression profonde, peuttre indlbile. On aurait jur qun c'tait le mom?nt, ou jamais ds frapper un coup retentissant la porte de cette Ame c.ose dans l'espoir d'y dterminer une raction morale dcisive Et pourtant non L'effort fut tent par certains et choua piteusement. Pourquoi .' Parce que, virtuellement, la jeune Hatienne n'tait ce mom Dt-l qu'une belle statue sa couclio lie. •> Pas prcisment comme cel!e qu'a chante Dumas, mais comme celle que Normil Charles a cisele. Vous U connaisse/ bien celte o-uvre o noire sculptetr national a repris ni une jeune tille plonge dans les rvas, uu livre antre les doigts. Elle symbolisait si bien mes yeux la jeune lille d'alors, qu'aprs l'avoir contemple pour la premire fois je r digeai la page suivivante: Dans le Rve i RvoUla-toi Pourquoi dorr-tu en:ore, vierge li I • I Pharaons Suis ta paupire close une inRltratioa d'aufa • a g iiei; et sous ton sein n-u dj moins lourd, les sens tnt nette nenl peru l'invitation au rveil : l'on voit presque trembler tas cils Cependant tu sommeilles encore, droulant par ta somnolence continue c; rveil que la nature attend. On dit que jadis debout sur les bords du Nil ton bras et ton cerveau seuls encore la tarhe, durant des les entiers difiaient des rnonum nts gigantesques, enfantaient une iMlisalion prodigieuse; et que, depuis fatalement vaint t


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06198
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, April 23, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06198

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
_
JlRECTfiUR PROPRIETAIRE
IMfUtCfl
Qkmeut May loi re
80IS VBRNA
1368 Rue Amricaine
Quotidien
Celui qui meurt sans avoir
lait de tort personne, psrt tn
hennte homme, (|uelle qu'ait
t Bal ennteptien de la mor$V,
si variable d'une latitudeV i
l'autre. Geores-oqiietil
1BLBPBME N$ Ut
Mau ANNE N<> 5191
POR1-MJ-PRINCE (HATI)
MERCRKI I 23 AVRIL 19M
Petite Chronique
VISAGES D'ANTAN
Rvant de l'autrefois disparu,
je me plais souvent me laiiser
emporter sur les ailes de la pen
se pour m'am-ter longuement
dans le jardin o se promnent
les ombres familires.
Houces physionomies d'antan,
comme on voudrait les iixer un
moment dans son cerveau agit I
Et les voici qui s'arrtent, un
un, l'appel d'une mmoire fi-
dle, tous ces visages vieux ou
jeunes, tous ces traits burins en
nos mes par une tendresse d'ap-
parence fragile mais conbien pro-
fonde et sincre.
Les visages d'antan, ce sont
ceux des vieux parents :
Graud'pre la dmarche altire
et imposante, la tte chauve v-
nrable et vnre, au geste lent
mais indulgent, au sourire nar-
quois, au verbe taquin mais grave
et bon.
Grand'mre, tts blanche,
dont les hls d'argent se sont en-
rouls tant et tant de lois autour
de nos doigts caressants : ligure
jamais svre, toujours souriante
t accueillante.
Ce sont.. ce lurent les
tintes protectrices et pleines de
mansutude. Les tantes au regard
imprgn de douceur maigri le
courroux de la voix., aux cha-
peaux, aujourd'hui dmods, qui,
encadrant leurs jolis minois, font
ncore une aurole de bont et de
beaut celles dont on arrte un
instant l'ombre qui glisse lente-
ment au jardin des souvenirs.
Les visages d'antan soct de
pauvres doux visages qui s'illumi-
naient lorsque daus nos regards
entantins brillait le bonheur,
t Ce sont encore ces ligures qui
s attristaient chaque lois que de
nos yeux de bb coulaient des
larmes facile.9.
Les usages d'ant.n, ce sont
tous ceux-l adorablenent pen-
chs sur nos berceaux, ceux qui
ont souri devant notre joie de b-
b, ceux dont les lvres se sont
plisses la vue de nos larmes-
U vieilles physionomies des
tres jadis penchs sur nos joies
et nos tristesses, visages rids,
mais si pleines de llamm et d'ar-
deur ds qu'ils s'arrtaient devant
nous, comme il lait bon de se sou-
venir de vous Comme il est r
confortant quelquefois de vous
sortir des cavemx e'. la place de
carcasses hideuses que vous tes
devenue, vous redonner les traits
si familiers et si doux que l'on a
soigneusement fards en soi
Les visages d'antan sontJJes re-
liques les plus chres que
Ton se plait contsmpler dans son
imagination livreuse et toujours
en voyage. C'est qu'ils rsument
eux seuls.tout un pome de
tendresse et de bont que l'on
voudrait revivre, ne hit ce que du-
rant la courte minute d'un pieux
recueillement.
Les visages d'antan prennent
souvent la gravit sacre des ic-
nes. Ils vous inspirent de salutai-
res leons.
Lorsque lame, afllige la pen-
se de tant et tant d'tres qui ont
frl votre berceau, qui vous ont
suivi un bout de chemin et ont
cueilli a ct de vous les 11 urs de
la vie, vous vous dtournez de
tous ces chers visages d'antan,
boudant presque au Pass, ils
vous rameuent sur la route o
vous les avez quittsils veus obli-
gent vous asseoir au bord des
tombes o vous les avez dposs,
et vous enseignent, le beau, le
bien, le vrai.
Dd ces vispges d'antan, il sem-
ble alors que la douceur, la bont
et la tenJresse descendent en
vous.
Si vous les avez mcannus ji-
dis, si vous les avez fut pleurer,
si vous les avez froidement et in-
consciemment pitines, vous les re-
voyez soudain empreints d'une-
sublime majest qui vous force
vous am'iorer ..et vous souve-
n'r.
O visages d'anlan ligures b-
nies des personnes jadis souvent
mconnues et combien aimes !..
YVETTE.
en France et des imporUlionss iran
inises en lleiti, l'on se demande vrai
ment pourquoi, les banques IV.in._ai
ses ne se proccupent elles pas de
prendre pied en ce [>;i)* "'-ncore mi
sratde au milieu de ses >i( liesses",
o la communaut de langue.d'duca
lion, de gots, de m rerail un plein succs.
Un nouveau (loi (fa Hormil
Gliarlos sa Yille natale
Au cours d'une visite faite cetle
semaine aux ateliers du sculpteur
No r m il Charles, il nous a t donn
d'admirer un magnifique liusle de
Alexandre Plion. C'est une uvra
d'. t parfaite Elle sera expose le 1er
Mai St Marc, et Mr Normi. Clnrles
compte en faire don a sa ville natale.
Ap:s le buste de J. J D Staline*,
fondateur de l'Indpendance,la ville
de SI Marc possdera bientt ctlui
d'Alexandre Ption, fondateur de la
Rpublique.
Bien que l'indiffrence de noire
milieu soit connue, nous souhaitons
que chacun puisie, par un; petite
visita l'atelier de l'artiste,lui app>r
ter a dfaut de toute autre chose ce
rconfort qu'il sait tant apprcier.
t'_ - ________ i -^
Voici lu fin de Varlic.lt eue n w
Offom reproduit dans rwl<-e 'la-
me* num o de la revue <
mercial America , arlide coma
cra / Confrence -A Genve o
turent discutn
fS
On cri d'alarme de la
Chambra de. Commerce
^Franaise d'Hati.
Dans nos dernires ditions nous
annoncions les lecentes dispositions
adoplea au 2e Congrs de la Press.
lilineruni h Lisbonne.en vue d'une
plu grande protection dsintrts
lalins,particulirement dans ce cou-
rient ; et par contre nous inspirant
uolorjanoirani-iis,nous annoncions
presqu'en mme temps le transfart
a e Socit amricaine de la Cotnpa
J(niedes Cbles Sous marin,bien que
celle-ci n'ait connu depuis nombre
d'annes que des tapes de prosp
rite. v K
; La_Chambre de Commerce Fran
aise d'Hati s'en est justement mue
et dans une chronique remarquable
parue dans son bulletin mensuel, a
tabli toute une srie de faits qui
Prouvent quel tort immense causera
la France daus cet hmisphre
l'absence du contrle des commuai-
cations t
Aprs un examen des tablisse
ments franais qui priclitent comme |
la Compagnie Gsaraia Transatlanli j
que, fauta d'un ellort pour revenir /
au beau temps ou toute a clientle j
baitieane allait elle, d'autres qui/
ont disparu comme la Banque Naliol
nale d'Hati par la volont de' ses|
administrateurs qui y trouvant sans
doute des avantage personnels con
sentirent a ce nfaste abandon, la
Chambre ds Commerce franaise
exprime sa foi d'une rparation po*
sible de cetle dernire faute. Et pour
cela elle souhaits la cration en liai
ti d'une banque franaise autono ne
ou du moins d une succursale de
l'un des grands tablissements linan
c ers tels que le Comptoir .National
d'Cscorppte, le Crdit L\ on nais, le
Crdit Commercial et InduMiiel etc.
S il faut tenir compte des chiffres
loquents rappels par la chronique
et qui s'lvent pour l'exercice llSii
loiJ 189,938,890 francs montant
l'obal des exportation hatiennes
L'article 12 est ainsi conu : Le-
documents connus sous le nom de
. FACTUKES Cu.NSUL\IHES ne
seront plus requis moins que leur
exhibition soit ncessaire pour ta
blir l'origine des marchandises im
portes et ceci dans les cas o l'ori
gine pourrait aflecter les conditions
sous lesquelles ces marchandises sont
admises a l'importation, ou encore
pjur en confirmer la valeui lorsqu'il
s'agit d'un tarir ad valorem dans
l'application duquel la facture com
merciale ne serait pas suffisante.
La forme des Factures Consulaires
sera simplilie afin d'viter toute
difficult et de faciliter la confection
de ces documents.
La cot du Visa des Factures Con
sulaires sera fix le plus bas possi
ble et le nombre des copies dune
simple facture ne dpassera celui de
trois.
D'autres mesurai ont t prises
concernant la rapidit dans la vrili
cation des marchandises en Douane
l'examen des bagages, le paiemen
des droits sur dea marchandises m\
nifestes mais non dbarques.
La Chambra de Commerce Interna
tionale.dont le sige est l'aria,a fait
paratre une brochure contenant de
plus amples renseignements sur (ou
Us les questions traites la Cont
rence de Genve sur cette importan
le rvision des Tarifs Douaniers.
Kn lsum, voici ce que dit Mon
sieur Clementel, an' ! n Ministre du
Commerce de Fnn<-e et Prsident
du Comit National Franc tis del
Chambre de Commerce Inlernationa
le dans son discours de c '< ure :
" De ce labeur commun il est sur
gi une grande comprhension des
dilticults conomique* de chique
pays et des besoins du commerce in
ternational, de mme qu'un pr<>.
ferme de rechercher et de trouver
des solutions positives qui nous con
duira l' imination de certaines
barrires qui entravent l'change des
facilits entra les divers paya.
Le Kveil Psychique
DE LA
Jeune Fille^atienne
( Conlrtnce de Madame fhodora Holly )
Pour bien se rendre compte de ce
que cette closion d'activit fmini-
ne reprisente de Progrs sur le Pas-
a et d'Esprance pour l'Avenir, il
nous faut remouter le cours de notre
histoire d'une dcade environ .
C'tait en 1917, au lendemain des
''v>'-rieinenls qu'avaient dclenchs le
renversement du Gnral V. G. S.,
et des scnes tragiques dont cette
clulte s'tait accompagne.
Nous venions de subir l'invasion
trangre, et les cours taient in-
quiet*, endoloris.
Les politiciens les plus cupides'et
les plus invtrs se sentaient Iran-
chement dsaronns.
Du haut en bas de l'chelle so-
ciale, les mes replies sur elles.
mmes mditaient le Pass et cher-
chaient pntrer durant les veilles
angoissantes des longues nuits d'in-
somnie, ce qu'il en adviendrait de
l'A\enir national al du sort des gn-
rations encore au berceau.
L'heure paraissait psychologique-
ment mre pour tenter dgrever
dons I .une insouciante de l'Hatien-
ne uue impression profonde, peut-
tre indlbile.
On aurait jur qun c'tait le mo-
m?nt, ou jamais ds frapper un coup
retentissant la porte de cette Ame
c.ose dans l'espoir d'y dterminer
une raction morale dcisive !
Et pourtant non L'effort fut ten-
t par certains et choua piteuse-
ment.
Pourquoi .' Parce que, virtuellement,
la jeune Hatienne n'tait ce mo-
m Dt-l qu'une belle statue sa cou-
clio lie. > Pas prcisment comme
cel!e qu'a chante Dumas, mais com-
me celle que Normil Charles a ci-
sele.
Vous U connaisse/ bien celte o-u-
vre o noire sculptetr national a re-
pris ni une jeune tille plonge dans
les rvas, uu livre antre les doigts.
Elle symbolisait si bien mes
yeux la jeune lille d'alors, qu'aprs
l'avoir contemple pour la premire
fois je r digeai la page suivivante:
Dans le Rve
i RvoUla-toi Pourquoi dorr-tu
en:ore, vierge li I I Pharaons !
Suis ta paupire close une in-
Rltratioa d'aufa a g iiei; et sous ton
sein n-u dj moins lourd, les sens
tnt nette nenl peru l'invitation au
rveil : l'on voit presque trembler
tas cils !
Cependant tu sommeilles enco-
re, droulant par ta somnolence con-
tinue c; rveil que la nature attend.
On dit que jadis debout sur les bords
du Nil ton bras et ton cerveau
seuls encore la tarhe, durant des
les entiers difiaient des rnonu-
m-nts gigantesques, enfantaient une
iMlisalion prodigieuse; et que, de-
puis fatalement vain de cetle loi qui veut qu' tout
effort rponde un repos propor-
tionnel, tu nn n..|'|ea irrsistible,
ment duction discontinue puise, ou l'a-
Ihlle que la (aligne terrasse Mais
vois A tes prodigieui labeurs a
succd un repos dj plusieurs fois
aculaire : Ta priode sabbatique est
rvolue. J on atteste ces songes m-
mes qui celte heure te visitent. Car
la lommtil da plomb ne connat pas
IV
les rves : c'est un poids crasan
qui stupfie le cerveau.
L'aurore des temps nouveaux v*
poindre et l'appelle. Elle attend la
lelour de ta race impriale qui en-
fant! les Pharaous, du cerveau tita*
ne*que qui cou eut l'oblisque et u
mystre du Sphinx El (u le sais,
i ar tu as vu dans les rves demain
surpassant hier. Tu l'es vue, fille
mpriale de l'Expie nouant d'un
geste facile au pass glorieux un
avenir encore plus splendide !
Cependant tu t'attardes et "
somnole encore quoique des voix
l'aient souvent convie reprendre
la tAcfae interrompue Laiste donc
celte couche sculaire, brune fille de
ma race Mais je songe Peut-tic
tes lves comportent-ils aussi la r-
vlation d'une heure prophtique
dont tu gardes le secret sous ton
sourire nigmatique et triomphant !
Alors quand les temps seront
pleinement rvolus, quand aura son-
n cette heure que lu allends, je saia
qu'on te verra, bruno lille de Gie-
ptre au sourire mvatrieui et coi -
qurant, cder celte aube qui i ap-
pelle, h ce de-lin qui te sollicite. Je
sais qu'on (e verra bientt d le
doig! ople et vigoureux p r t*
repos restaurs ptrir ce radi ux
avenir que les dieux l'ont dcouvert I
Car c'est do toi que les sicles nou-
veaux attendront l'imj.ulsion volu-
tive.
C'est Je toi qu'ils recevront leur
impulsion vers une civilisation plis
gniale. |
ht alors : In domine sp ra mus
(Notre espoir est en Dieu. )
Ces lignes furent crites eu Mars
11*16. Est-il nceshaire que je vous
dise le bonheur que je ressens as-
bisler aujourd'hui mux premiers m-
dires d'un rveil qu'alors j'appelais
de tous mes voeux !
Thoooha IIOLLV
(Jm finn drtniin )
Parisiana
_ JMidi j
IteilliffiJU MjjJi
nvoo
Ruth Roland
1er et 2e pisodes
Kntro 1 (iourde
Vendredi
Reprise des 6e ol 7e pisodes de
ROULETABILLE, pour les per-
sor.nesqui taient au Sdcr-CcBtir<
Entre : 2 jrj.
'a matine d hier a eu tant da
succs que les enfants en ont re-
(hiianuV un.- pour Dimniche,
Mme Taldy annonce que les d-
sirs de S's clu nia sont des onJrea
qu'elle est trop heureuse de rece-
voir, et qu'il y aura Diaa uiche,
une matine avec des lilms nou-
Vf aux.
Entre ; 1 goynji
*ILE COFY
tOft)
S UN
N

>t t



3Pv*..
raBBuBai BBl^^rii^BBB
y fil. __mil
t&tn* am lui up Ht- o iuu-
ii vu ii
vrjOtiH yii "I Mi" -..lu:,
'.I .II. ill
! 1. ... Il
ltr -. i- BBBl
*U' iUllHS
.Nouvelles Llraiiaere
Avis
,1. i HH
jimr mim
* tgg^i'i 41b
laMI
r*ai
lMI
4Jtt- aBB&lito-ni
MU-
:-!i .- ...-
ui mu
' .ll H* *
*. tnnr
0* < in gBrita
HHBB V-H-lAltli
Miflu u nom
.i II ai a

mm tara
ni I -mit. h
i *u:
' I .llttl IWi il) 11*11**tk IK

ii-rr. -il ..ic nui.ili"! if.tc
B ^T**"" '"' *
(BacnrituiH or bbx m au m u
ikh ;.v: nu nr~n-
Um BBBBBBB* w 4 'mil
> fetstonn. jraaarani u- k
au
faBB BMMB 1 MB* 0 3BWWBU1
'fCSAlllMr BB> MHtHB As frit
: iii. :IIIh r
m cai ml
:r..ti .-: iilf MMMBM ru
i'kwk iu*'i * siiemui m*
a m u-:i m ur k uisa
u h
WliUlWU OBUBllatfBBttiAr:
i s i' tuui.Uiiiimr
;
? Ul IWriWtl JiOMK * Uir i
ne stu-ut i"mlwi an
F .%** * 1"

*sr iwlM*
ar iii.-
mvrv ai '
it ......
l'iuurntv u.
uni lk a l*"i
.'. 4r 0 tiwii1 4hm> i
il! Lmi afin 0 !> * '*** *ibbbU (***
__ - : _.^_ ^^ ^ I^Km. l-^kr Ml ii MB SlUW'VI
!tow *f 'V.
t'vnf k UN*** !'**w *
;J.
i ! I. ... . ..
. ...
BB lu
-unrtle: .mi m ui
:iwaiirr- if miUR Ibbbpbbk u-
- :.i,-\
t. .., .. ilT'lill 111
AB*ai ,kfl! ea aaaBBBBBv aV
-----
unir i**ir iu*i:rut
mmitm
.
: r. .
tettopoui

I
II
l.-T.-:Hii.i
iH.I
ul lil1**!
llU! .1 .11
. - : i 'T-' IMI
MUa -an (* n. i

Itlll' MU t1 -M'!'
tjpm Ibhbuk *
^ffuno.
VUtf:
4 ui muuu *w k 1/ty
i./U.uil .ifri U-t 1
ni Hii'll'
1
:um
-'. i
"I lM l.T
mir-
tnt waa
jiit,
lailU .t.
I* .
i.i-i .un
I i. I
trir
wui w il-
..^ ; ... .. :; .>...: irT"Ui* '1. '.' "-' ''' t
' U.\l.i". il i:/* 1"
-^n :ar .> : - -
: i : i -i i." ;-
Jlftwirr. jnBr ! Ato iTrf"
%. .":. -r-, -, -i .........a-
JBJUiCltar SVUE WMAMHH1 fBV"
Mi
uimt I
r- .. ff ,i.i.;'
IfTfttMl'
'mm 4* fmn ftm yr**m
hmmmm+4*mM* km ttmm*
1
\ i Orf/Hi
CWb
IV
J\ tan lu E
rit h>

TMi>. i^HM
Il ie

--.','. in-
mt
i.i ii.
|M
fwiftriii
ttl IKTIC
..lil^
1
m-.'-mvm
km t '<
.'{
U.. i-
... I* .l.il II.
Il BHUl
mes IbmAmp
HMPI-i -ain
i.i kl g nun I jwnn <
'.-uufkw i i. 1111111 i m mUti
-i.-* flkaMB mm tte
: i . '*
.
te U
i
n-
t B
BBli* l'-. ..ii^4i% B%B1 BBBB B ft\BB
i . . t ii
b) mtMmjmtmt bbbb i* mmm
H' 1
%fmm\ bumh
*L yjBnt,, jg
il UIltOLJ^ U* fcvo-ii..
ir m IBBM Bl
itt.r Bi: -; ,!
BMBBBBB BBBVBW.
- r; ; . MBl
llna^kUla)
t or sale

-Ml rt .!."> Ul lllirVflUl

11
es
; i '.. i t ,-. i i -1
If "mi ukt iuh. ir
im*. il 'i
''. ,<: If .--.l Il U* I
i
:* -- 7*1-^1*
BMKftt I.* tfBKk}
li4 .'- .-*
' lIlBllll IBIB / I II -'"--
" i I II g. Bf BBCIHBM-
i bbIAbh Uktf rslien.
m. Il BttiB Ml* Iroa
t4t*l c&rrytBf cabie
BigM.IBl; IBJBU? BBt4.
IractBM rBBt
iBainir t **ie atir*
tB>Bll/BJiBiB MME JM*naB ;
BB
I I
f '.I
kbJbk affiy
> a Port 4* F*ii
Ltscorns
t- ^iuar
m Brliia;
:
t Ut &
v ^ i r. ii-]Bf-.:i'v* ^.ui [ *
r- ru i m al KBH BBBB1
bb- iawaaB ii naiariiitt, t*
um-va jmSmtsat ifcwarimia m
uttitommKAm Immt aa* auiB
I? 111 ItU-U Udl- UMg WBH-- *115 OB
Bail*- IMBBBI in: ai'4Ui.-_ um
aa aaBBaar naaai aa- >imitrnv u*
BMaaaaB aaar lllb.iM ami ruiiir '***
Bulac a** a vUttWaoadar* | CIJ
. uaaa |HMr at Bo
Ll v-tiet ] :
aHasiMat qut Br- b nuan nif-
BJaB fia aaak
I..:
,.- ,- II" U--- Il
jbt 'J'a>- *** P*tra a xaaiaair.
ilUtfi lEaiBBl -** Fr^r*> **? HartrtBbB, Sbubi
jug, ,,, Laos et OeBnifB.
ujbu" ir i-, m i, .. - ai .Jj- ~^* MBBgiaBBlB > M J*>*# *
bbb* l xmmm bb Maii'^ rt-
-II! f "
et Madame Loa CbbI-
jbbt eBfaats aiaai qat Ibb
aar la Ci 11 IIbbi ftaBl de
bbbTbb aoBMure it Parts bb
k >f^te i* ,V i y r^pBW
l** Tamara* 4a i>*yle;t>BHa
tal t*a* <*\ > taar
Baa Ba pr*a^ ^ rertW tvw*a
m uab la BM BBBBB oai tfurdiaaiT, 'P*'' -
:r* n i --ku ii-il- .***/*. (MMB*,
r>iBi 111 B8BB aaa aaoa- >* K * \mral .,
par ar*ar. ib l*ar e%t(1r\
bbbbbb Xbbt Blaa fNlialaVi^'
k BBB. CBBBY **
u*. uueiait Nrtfffr- nt (M
r anat aa
la aaai
ta
Varu-U'S
ti;Di!ii faux XtatNis
SairBB J viaa t.- }a .1 ^daa


LE MAUN
VViison I
TT
J
CHICAGO. ILLS
Miinl<}\LCs*JKiLilLkdt colon, Sliifc De mai
Mm a (JCati <5\>ae a73t>cuf&iu\ 3am&>ra&
cBacaa; ueuc illtadaiix.^wtti,ptd^CDreif-tcf
fo porH.
? -*... vee
aet Ikd
tftoU rneate, elc.'ctc. etc. v
Loa R. Tubatid
Agent exclusif peur HaiU
F. O.P1ERCE Company
* 12 WEST BKOAOWaY JSIEW YORY
! ^FONDEE EN 1847.
SOPEBiOBirt BAS PRIX
gFabnque tle :
Peint u-e, V.inis, teres de WeVeer so-t'6
Mat tic.
Lon R Tiibaud
Agent pour Hati
Fonde en 18*6
^Supriorit.,^ Bas prix Piompltiudd
l'eus produits chimique*, pliarmaeeMfciquaa et autres
articles vendables dans une pharmacie.
kpioe, Poivre, Cannlle^iroflc.Anislo toile, Muscade
etc.ete.SUCRU it.U j.Nlv -.
Spcialit : Marque priv Lysol dari faatnnt, Parfu-
merie, Articles pour bahiers, Hay Ruin, Chocolat en peu
dre, Hiiile de foie de Morue. Kmulsion C>l traits pour faire essences et euu de toilette, | >u de Qui-
nine, l'oudre contre le insectes, Solution pour/cosiM-
?erles fs frais, Lait do Magnsie, Poudre suprieure
pour la toilette des enfants, essence de fleurs, Eam de
Florida, Miel pour la table, Moutarde, Huile a Olive
pour la table, lirosses dents, l'epperinixil, liuile peaar
cliasser les moustiques et autres insectes,Itegulot: huila
contre constipations et douhlesdes intest in ehroniepiM
Th, Cire pour les parquets.Comestibles, Ellzira, Epica,
Sirops divers, Teintures diverse-, Mus, este, ete, ete.
Demandez le catalogues les spcialits
^Confiant vos commandes LlillN & Fi Mi, lue ;;v#m
serez, absolument satisfaits.
Toutes les bonnes pharmacies du pays k'approviffaik
Dent chez. LLI1.N &M.VK Inc.
JLon R. Ihbaud
Agent exclusif pour liait!
Grand Htel de France
\\ Angle deshllu.es Bonne foi <$ du Quai
TTtyiEJST />/; RECEVOIR.
Brcte de foie gras trufi. Civet de liavie. Andouil1
lettes aux lentilles. andouiiles au aindoux. Jambon
en boite. Anchois a l'huile. Sardine.- JV'aquereimx
Thon,CassouletPetits pois fins extra Boudins, etc,
Ht**
Vin liouye, le gallon, k^gds
Vin Blanc, le gallon 5 gds
L'Hla' dbile par barrique cl tjallena des vins de
Bordeaux. Tins de Champagne.
."
llk'l
M
Hr Simm lia il
bail
!H ~P;.... i rriri '
0
Les lc4,M*Si Ht* !
Uoania'i
lv, ,11 I. L -!a\* , valeur i amiion Dtc|h:i>, No " \ ii
veur l or.nr >a; Iavt, \,i. i i i> Jq8.
Si ut idins < I dtcj us nul>. u, ,i
cala de\al en Hie dlivr.
Pcrt ou Trincc, 1 u\nl IU'.
%6crm ses odii a
Le roufsigi dr'are adirri lei
la Cor macion s m
bout si ivacts :
\o .Q2 !;iv( m \\v Jeudi Je
G. 80.1 Cl
2il C- A'ciniJoidc
li. 100.00
(20 EnileDuRiido
(i. .ixiOO
IhC DumiucdeC.200
certificat lrdonn&oce
Il lis dtcl; re i nls duplicata i!e
v^nl lui Aire i.'i :ivr.
Port au Piince, h 24 Aviil / -'1\.
Vergnlaud lt6LiRE.av.
m: .Jataire.
Vcs DdIs, m Cansives
Yoiuei^veoa avoir las daids blunulm.s I les j|eneive$
< ti perlail tal ?
tmployex\ dota,SOZODON1
le meilleur^dentifrice ei a bon mareini.
[Eu pale, ail puudrc^el eir liijuido.eomuie \ous voulez.
S0Z0U0NT esl hautemenl rcconiHiaod par (oues les auto
liii-s tndicalea de France et 'dei Etats-Unis. :t*5i
En vente jjia Kharmaoie Centrale, Hiarraaeie Bush,
Aux rmea le^'aria.Clier. Siiuwii Vieux, li.Ficeulel,iopa
livera, Paul Auzila, Antoine Talamas, pharmaaie Ale-
xandre, pliarmacia J. loerraine, i chez ions lasactik
louis.
B
Ci os et ditaila chef
W. Quuiin Williams,
I7U. lue Av. lagaaio de l'Etat, prs de Pablo Tor-
raa ( (oifleur).
lesii de Bout di l'an
Lundi, !S8 avril courant, S 1/1
i t n ii en ir. r. t in. en I I^Jr e du Fa
irCorrr de Twgeso, Mewieur C\
rille et Lion l.i niai il 11 Mad
Edouard l'iuon font clianUr une
natif du lfqiii. m A la mmoire de
leur rtffell* n re
Maiiwe l'ir PHhu I tutaud
ddad? I :" aviil d l'anne dei-
niie.
Aiicune invitationtpeeiaU n'tant
l'aile, Itanrrisde la Emilie Liau-
laud sont | ri de cou- dier le pr
s; it ivii c.).no>2 ;i tenant lieu.
ALUMNIIVI Ll^i
de la Olrec
un des stea
m coiml
Nous avonsl'honneur d'in
former le public et le com-
merce en particulier qu'
partir de cettt date, nous
donnons notre procuration
XI on s eur I \y Solages,
pour notre maison ri' tquln.
Meaalanra Flix Duthiers
et I- usiie Xlartie, pour no
tre maison des Cayes, Mom-
sicur N'illehardi'cuin Chapo
teau, pour notre maison des
Gonaivee.
l*ort-au-!'rince la 16 Avril
1924.
ANGIADE-MARTINEAU
Andr IA Isidore
Waitrk-Taii.ifir
RUE Dl PII IM.K
PrM^a*co fare du Da: r Vitro*
politain
(loup- M> h i r, 7V waii nojn.
Offre d'emploi
Pour dactvlogroithe d'exprience
fctant au eoorcsl oc II si n |ai I i
n frcaecii < i anglais.
S'a Itewci .i
L. Prccltmao AGC! RIIOLM
Gonfurmiiieni une
noufl vawns de resetfoiv
lion de L'Aluiuinatn l.ico
mate de cette Compagnie laissera it
Nouvelle Orlins et Mobile dans la der
niera semaine du mois de Mai prochain
ei leu hera Cap UaitUn,lt*ort de Paix,
Qoncvee, SI Marc, Part-au lJrince, Pe.
Ut'Gote, Cayas tt Jactnel, s', bien en
tendu,il trouve un fret *m/fi: uni pour
thucan dis ports cils, et continuera
pour SantomDumingo*
Kurt tu Prince le :2 Avril iWi
va
'PERFEGT ;'
il ack Siioe Diessing
Le Produit le plus pur qu'on ail encore iinpoil dan.- !c pavs
Use eioalccooehc sur les soulicn les^plut ddlrior>t1i remit 4 otuf
Ce li<|uide appliqua tur leo ehauiaurei oe[a)il pas'lelioga llaic
Il rend la cu\r brijlaot et souple, peut i tre i| pliqud tor loulu lu peaux
Kii.le valise torea.leai acai naina,lea porte fouillai
Pcoveat aire icmie neuf par une oue coucke de commetveilleux produit.
Des chantillon! aont la d^aot-ilion de nos clioote.
Fiilton Ihoe Polith, Inc. (>" H. York
Geo. artsiue,
Awit Eiclu M pont Ilatti
illi Rue dea liraelei eu laa le la Banqut
lermoiiih (1
Chez A. de
&
--4(|ents Gnraux


Lh,MTIH
JU
laxatif physiologique
le seul faisant la rducation fonctionnelle de l'intestin
Eponge et nettoie l'intestin,
Evite l'Appendicite et l'Entrite,
Supprime le Hmorrodes,
Empche l'excs d'embonpoint.
Rgularise l'harmonie des lormes.
Constipation
Entrite
Vertiges
Hmorrodes
Dyspepsie
Migraines
nabi" Cnaltlaln. Il VSMS>
cUodm. Paru. M !' {")*.
Si no ancttrn aaint
Pu. m TIn rhaqu. oir
luelijim romprimts dt Ju-
U.I. nndr. Ivur Inttaiin
parrti. |*r 1 a>>. dt
un ti An lavrmcou o
fUMICIlf .1 ta WUP1HW. 111
avalfnt lu a lur saru. i la
ro*.tTc* cl* la r*t lucautn
laltatinajd adrmraMrmint
rraiu par 11 l.iDol. peut-
fci: I hi*i>;iri du ( lyaMTI
cnapiriait-ellf son arlif
nu in d'n*uria lUuaCNI r-i
rtvanrhi. uman.v .-H le-
nomM** moins d* aouAramcf
dont lu tPMMcairn. niant
ni* ! malades w flrrnt. a
t*u"i le* ipocju^s ii :u< MUf
eicnia art- M
D' smui.".
d# la Pac O* MM d. Mcniptllit
i-----HEMORRODE
J |t2BOI.rrOIriR8 : IP-
I ponloire$ anHii'mo'virjt
j huei, wi.mcn.j. Ai
C tU>nru2ni$
JUlOLiVAK : Pomm*
et contrt lu htmor-^xdn
ttiemti.
Ll mr fou'n.t l'tgir-igir. citU ligue tntrini qui mtr* dim la composition du JUBOL
EXTBAiT ilJMP.r.S
du tucttur Mancn Kiev.-
lar-.mi m ntenant tu
foi*

lerje Taillant Cosignataire pour laM
La maison SIlVElM
La Maison H. MLVER vient de recevoirjpar les de**
niers steamers les articles suivants^ de toute Iraichcur
dis prix rduits ;
Chapeaux de paille fine d'italie, de tentes espce
Chapeaux de laine d'Italie.
Chapeaux Feutre d'Halte
Haptiste Fine pour chemises
lussor fil anglais
Tussor de soie anglais a barres pour chemise & robes
Satin de chine pour tailleur
Lustrine pour tailleur
Colette pour tailleur
Drill merceris amricain (nouveaut J
i trill fil blanc & union anglais.
Kaki Jaune amjlais extra qualit : ".,
Zephir anglais sup. pour chemises |
Toile a drap fil anglais IO pouces
1$ coton 80
Batiste fine pour chemise.^ 2"*^----------"
One^visite^a noire Maison vous convaincra de la bon-
ne qualit de nos articles et de la modicit de nos*
prix en comparaison avec ceux d'autres maisons de laf
place pour des articles similaires. *" I
johetreepsTant:-^
|AB'AMU1, RlhE et FAIRE *1.
a toute runion on roa usum
Patttn aaminT SOiStlk D'MiVlP
j-i. i>fiiur**,65.r*s,icui,Ptrii,,
envoie onmre Ifr. NOUVEL ALBU'i
;B# Dgt avec tiYun m ,>.,
rose. Phy-inue. Amut*mi> ti
1 44 toute orU$. L Hufiotumt
.. ro|f **. Art d pJulYf, l\uf
apprendre jui mates dsn*a. *clence* Oocullea H> ;
ume ft-ereia d'atelier etfnp'eneol truoi t\ munXli
mains de lova nuer*. Pour dfendre ses tottti ter la
lot Beei-eer une positions .'minorer 3< rr de sMure.
haoeona el Monolofwea Tieire. UVSJrle Ipseiala
4ea)ffMMSlrten-ie)nieas.MlM. !Nfrt4iH>> >rtwri ff#
La
lAlla Conscience
S^fTtrneit Camille!
m^Ftwricant de chaussures
.-*<.' en luus tjeitri's-
Soins promptitude
Clrit.
Graml Rue prs b Poste No 79
VJ| Grand rabais sur les
chaussures et finessa sur
toutes les formes pointues.
Cuir parfum de toute
nuanoe -- 4 Hfl
Et a l'occasion des ftes de
l'qucs. In grand assorti-
tment de Chaussures en pr
Joaration qui puissent satis-
faire le* <,)<>uts les plus diffi
elles.
ALUMINUM UNE
New-Orleans elSondi
American Sleampship
C) Inc.
Prochains dpart* direc's
pour Port-au-Prince. Haiti
Le SiStBINN* a laissbOUVELLEOR
LE A ISS le 15 oui il courant, sera Port-
au-Prince le 25 du mme mois avec
920 tonnes et continuera avec charge
me%t pour Petit Gove 130 lonnes I
Port de Pu or, 90 tonnes.
Le SiS SVARTFOftD laiBsera iiovm
vell -Oi-leint, le 6 Mai prochain di-
rectement pour Port au Prince.
L'itinraire du dpart sera fix
^arrive du lteau,
A partir du 0 Mai prochain
il y aura^chaque quinzaineiun
bateau pour Hati
Fort a* Prince, le 22 Avril 1924
\. de JHalleis Co ; i
a l i i
Agents Gnraux :;^
NEURASTHNIE. FAIBLESSE
r/VW CHLOROSE, DEBILITE
SIROP ds
DESCHIENS
l'Hmogicbin* ^
Rfcilni-aUur du Sano. preicrll par l'ellta mdirai.
par.'aar la rlmod orua aux ftmijmux. Admit dawia ija j;.lMOX a PmtU-
Car4i oavtati. OSSCHISNS. I, au. raul Uvln. r*Kia n hunUa
HB1
u'Heure esl propice pour cheler des pnens Good Year
Depuis (jue Go.mI Year I et ninienctS i labritpier des pnetis, il n'a
ai etiser de Ut amliorer.
mais
l*-"
aigre a, le prix des pneus G.....1 Year est resl i lus lias que celui
de? aulree pneus de qualit inlrieiT".
dictez le nouveau type de pneu Good, Year Cord AU Weather Tread,
Il obtenez d'eux tous les kilomtres qu'on en a mis dans leur labrica-
The West Indes Tradiug C
Pori-au-Prince Gonaves Cap-Hailieu


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM