<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN Par Cable Nouvelles Etrangre* | >\RI3 M Po'OCire, pari ml Cl | iu : i ipub i .1 ii il mo a llq ,. ira •[•• %  lin nenl BU1 : det j< M irna i\ I ii, ,n Iles rapports des e\peits vont liant* justilication le la poli li ine trangre franaise et prou vei I que malgr tous ses dmenti-, 1.4, appaimie licliveineut, r-{ capable Je payer. M. l'oiucar souligne qu'asec les eoocluiioal des •(parti c'aal aoeora la ih^^e CrajK >i se qui l'emporte. La commission des rparations de vra maintenaut dresser un plan d linilif. Mai ce n'est pas aprs une dclaration de principes, ce n'est qu aprs la mise en excution de l'Allemagne que l'on pourri nous demander d'changer nos gages cou tre d'autres plans plus amples el plus rmunrateur. Il nu peut psi die question, a ajout M l'oincar. de nous retirai de la ljhr avant le paiement de la p trt qui nous est due. Il n? peut pas eue non plus question de dsirer notre emprise s\ns garder les moyens de la rtablir en cas de besoin avec ceititude et rapidit. Al. Poincare* estime que la rgie des chemins de fer constitue une un portante garantie de scurit et sup ple dans certaines mesures au pac te d'assistance dont la promesse a t faite la France en 1919, La France traitera galement avec ses anis cette question capitale que le rveil de l'imprialiste allemand nous iit.rJitde ngliger, M. l'oinc.iea termin exprimant sa conliame de pjuvoir arriver traduire sa volo.il d-5 paix qui est aussi lorte chez, nos allis qu'elle l'est en France. Le %  Matin '' annonce comme pro bahle un non lieu de l'allaire Philip f ; Daudet ; aucun fait ayant trait a assassinat n'ayant t dcouvert. Au conseil des ministres, M. l'oin cur a indiqu que les rapports avec les industriels de la Ituhr avaient t renouvels jusqu'au 13 Joli pro chain. BERLIN— L'acceptation formelle p ir l'Allemagne du rapport des ex pert comme base des ugocialio s sur les rparations, a t toi c t[ aprs midi l'aris ; cette aecej ta lion a t dcide une confrence de deux jours a laquelle prirent part lis membres du cabinet du 1er mi nistre des Liais du Keieh et les chefs des divers partis politiques du lt>'! ILS tsg. WASHINGTONLe snat a adp t mains leves l'amendement au projet de loi sur l'migration excluant les japonais.Cet amendement analogue a celui vol par la chambre a soulev les protestations du Japon. PARIS—( ne dpche de Coblence annonce que de nouveaux accords sont intervenus entre la haute com mission et les comptons de soua E roduita sur la di>lii ation de la ouille, sur lin lustrie textile el sur la prolongation des traits actuel-. l'AIIIS— Un assure dans les mi lieux financiers que le projet de con aolidalion de la dette 11 Haute pris en considra ion par M. de Lastey rie avant la rorganisation du cabi Det a t laiss provisoirement de ct par M. FltDGOhl M.mal, mini-t tre actuel. Le ministre des linasuefait connallre qu'il n'esl pas exact ddire que ce proj t a t dlinitive ment abandonn m us qa'on devra attendre une occasion favorable pour mettre sur le march des lilres con solides. Il est certain eu tous Ml que cette opration linincire ne pourrait avoir lieu avant la runion du nouveau parlement car son ap probaiion serait ncessaire. -e Purgatif Idal c'est la ( Pilule au Dlia ut I 47, Rue du Faubourg Saint Omit ?ant facile prendre. Ne ncessitant aucun prparant. elle M provoe.se tenait U dtfoit Si;l>|T I niant la dl.'ie, elU se eebilila pat le aulasc. N'eslge ant pal d<* repos t l.i chambre, Cils ne ceuie eutase perte Se temti Plut active que tout lei tlaiiialret, elta est, par coaaqoeet, oint chre. t'OSE : susatrivc, m nuis* V L*TIC, i piiuie \ PARIS La note allemande a t remise la ra^BBiisaiofi des rpin lions. Le llei h accepte tel rapporta des experts comme tant la bte pra lique d'une solution rapide de la question des rparations. L'Ailema gne r-ollilorera au piojet des experts. I"l US M. Ana'oe Franv, dov n daa librateurs franiis et prin i • dei prosatears, a rl.-br-son qua lie vingtime anniversaire en tra viill.mt aussi dur que de coutume. I iiinent ctivain a reu de nom breoaei d putations reprsentant di es branches de l'activit humai n l. PARIS— La Norvge vient dVnvo ver son adhsion oflicielle aux Jeux oly.np ques de cet t. Elle |p;irtici pera aux preuves d'athltisme, ten nis, boxe, yachting, quilation, es crime et tir. l'AKlS — La police croit a ir trou v le pige central d'une bande de faux monnayeurs qui inondaient Pa ris de faux billets .le btnque amri cains WASHINGTONp ,r :i v u con tre t. le snat a rallirm hier son approbation de la clause de l'exclu sion des japonais dans le projet de loi sur l'immigration La snat a re p.usoar 14 contre 10 un amende ment ce projet de loi d'aprs le quel l'immigration aurait t interdi te pendant Ml p'rioie de ans. Aprs avoir vol la clause de l'exclu son des japinais le snat s'est oc cup de la discussion du autre* sti pulations du projet de loi y compris celle q ti se rapporte au pourcentage question la plus importante dbattue au projet. TOKIOLe Pnmiir ministre Ki oura, dans une dclaration aux cor respondants de journaux amricains, a exprim son profond regret que le congrs des htats Unil ait jug propos de traiter les Japonais avec tant de svrit. Dus ditficulUl surfissent a la eonirence amjlo-rtme LON0RE8—La confrence anglo Russe a rencoutr des diflicults plus loi quon ne pensait.Aprs trois sances les dlgus ne se sont pas encore entendus sur le programme de la confrence qui a t ajourne au 21 avril. On s'ell)rce>a d tablir un programme de sorle que les questions les plus importantes telles qae les detles el les crdits soient discu ts ds le dbul. Lu r I orme du Calendrier GE.NENK—La Chine et plusieurs autres pays ont offert des suggestions au suiet de la rforme du calendrier que va entreprendre la socit des Salions. La socit a prvenu tous les gouvernements que se tiendra une runion de la commission du calendrier Uenve au mois de mai et I. ur demande , lous de se hter d'envoyer des reomm nidations au sujet lie celte rforme qui aura une si grande importance sur la teconunqujdu mmdeen intro l uisant une mesure du temps plus uniforme t plus rationnelle. Hr Mac Donald et la qurjstion des armements. LONDRESM. Mac Don\i repondanl a un dis,ouiprononc la chambra d s ( ommuttu par le major tinral Seill ancien l'rsi lent du conseil de 1 air q ii a demtnd que le premier propose une conlrence inter nationale pour le d armement arien a dclar qu'il accueillerait avec plai ir une invitation par une autre puissance d'examiner toute la questio i des armements. La premier a dit qu'il avait Pinbillion amsi't que le< diflicults actuelles eu Kurope auraient l re gles ,|. s ,„ cuper srieusement de celle question des armements non seulement dans l'air mais de lotlte* les autres formes d'twmeiu Dis, La t bambre des eoinoiUDel l'ut %  Joui DI • %  juaqa'srj Ig avril poi r les \ i l;. • % %  de r Manilest.-ition de la Preste latine PARIS— I es reir-enlanls el lei chefs des mi>i DI d plomatiques ds nations de I' \ mriiqne Latine runis an bureau de la presse latine, ent arrt avec les journalisiez les dernires dispositions pour la aemai re littraire, irtiitiqul et chon'gra j liujue de l'An rijue Latine oui au ra lieu aux llhamps El] es a partir du l'i Mai. Le comit h ne • inriqoi a donn un grand oicerl auquel d' m nentes personnalits inutitent. iJs altistes amri %  • tins et Innetis ont inlerorl deoeuvres de Csar Frank, Massenet e' Gabriel Faure. L'inauguration l'une lipositio!] de 6 i gravures sur la guerre de l'iod pmltnce a suivi. Li bureau d: la M, s.," donnera son prochai j dlaf e i Mai en lh nneur de M. Haori Us I mvenel, sntteur de la Coi ai i. Li i omit les j-ux olyni)i}ue*a procd au liragj d s rencontres de fo.iibill; les Balcbai du premier tour auront lieu les i"> et M Mai. Les Fltts I ois seront opposs l'Es tbonie. La rponse allemande la commission des rparations La commission des rparations a tudi officieusement durant la mati ne la rponse allemande qui lui fut remise hier. L'chtUgl de vue* qui a eu lieu cincermnt lappl cation des conclusions des experts permet tait d'envisager une p triait i unanimi t au sein de la c tin nission qui de vait arrter officiellement dans l'aprs raidi la mardi suivre en vje d'arriver une solution du probl ma des rparations. A l'issue de la runion M. Htrlhou diclara avec op timisme que cette solution tait en b>nne voie qunque toutes les difd cultes soient loin d tre rsolues. A la sance oflicielle de l'aprs mili, la commission des rpirations a d cid l'unanimit primo : de pren dre acte de la rponse du H lieh a tri rant aux conclusions des experts ; secondo : d'approuver dans la li aile de ses attributio s les onclusnns de leurs rtpp>rts et d'adopter les m-lh i les d'app ication q Fils propo sent ; tertio : de les transmet! e olii ciellement aux gouvernent mis in' ressis et de leur recormn ider les conclusions q li re'vent de leur com ptmee dans e but de btel le plein ellel de ces propositions ; q nrlo : de demailer au Reirb dl eur sou mettre dans le plus btef dlai poesi ble des projets de loi et de dcrets garantissant la conplete exculien du plan el de dsigner ses reprsen tants aux com t d'organisation des chemins de fer ;et des bypoth industrielles ; quinto ; de dsigner les membres des diffrents coi. d'organisation dont la njmination appartient h la commission des rpa ra ions ; sexto : de prparer les me sures dont la mise au point lui fut con lie par le rapport Dawei, La Socit des Ratiins en lace d'un nouveau problme GENEVE L'n nouveau prob'me vient d tre soumis d'une manire assez sensationnelle la Socit des Nations ; la presse a donn notilica tieu ofHoielli qu'elle ne serait lie d'aucuns faon parles ngo iations qui se p > irsuivent en ce moment en tre U H issie et l'iu^eterre au su jet des sphres d indien -e en l'er-e. Prtendtnt que le jour les sphres d'influence est pass dfinitivement' la presse a envoy a la Sicil des N Uions les copies de la corre-pon dance qui a nil t changea mire la Russie des soviets et PAnglet rre propos de la rvision de 1 il ord de 1997 entre la Hussie t a-s e et l'Angleterre d'aprs lequel a sphre russe tait fixe au nord de la l'erse et celle de l'Vngleterre au sud. L'opinion du gnral f}-iwes sur la question des iieparalions. PARIS IS-. Le Gnral Dtvve-iqui se trouve actuellement Ko.ne a confirm ses prcdentes apprciations surla situation des repir.ition. Il a ddire que les allenaids dj %  vent rptrer le dsastre el les dei s tatiois |..nl ils sont seuU respo;i-ib'es. Il a dit que la France a |ji sagement en occupint la Kulir ra | diot ainsi possible Fivivre dei experts el garan blmol de II manire la plui i liice l'exculi >;i des eh irge que les faperts ool imp ii lei nn i Bimitnenl I Allen igoi. M Poi i ir I li. I mu, 1 du Prou l'aris. En cliaone %  i 1 '' mbri •' p >eji obi .'s el '"iiliv\ ileurs bie iei d i II iTti •* des pays roiiioi, je i IUI dooherai ^es caries postales illustr. d l \ jes e la grande guerre europenne, des vues anglaises fameuses, e tc. Miss Tee, Kia Ors, Stockwil, Lon dresj Angleterre. Las aiperta amtTri: ains s.)nl optimistes au sujet do la question des rparations, PARIS. -%  Lis Membris Ain ricaio* des comits des experts, le la CoiDmissioo des Rpartti m ont exprim leur ialis(acti>D de voir c-!ite dernire dci le i pou.suivr* les travaux prliminaires l'excutioD des conclusions d< s experts. Ils pr lisent maintenant qu; les difficults son* aplanies,le seul point noir l'horizMi est les prochaines lections alieminles qui enverront peut-tre au Keicittag un grand nombre de p?rlementaires opposs aux conclusions des experts. Les experts qui ont enqut Berlin sont con vain eus que le Gouvernement Allemand actuel est trs dsiretx assurer la mise en excutio i du rapport et contraindre le Kei :h f ag la ratifier mus doutent que le nouveau M iehtsg sxd aussi docile que l'ancien Les experts an ricsins sont arrivs la conclusion qu'il y aura peu d inconvnient lancer aux LUts Unis 10J JOJOJU d 3 dollars de l'emprunt silemmd, en Angletene 75.000, i N oo stiiumt la trench* de a piys, chez les autres allis les 25. OOO.oj ) de dollars restants pourvu que les Ail; n M ls ne msnt pas la politique, l'emprunt. Les Amricains s> croient ton l'y peus;r que l'Angleterre ne se mettra pis vis vis de la France concernant l'intervention possible de cette dernire, en cas la man au • n ;:il volontaire de la part d; I Alleu) ignSi mais expriment l'espoir q i ; si le ra m jue nent se p oduit il sera si clair que le morj le entier se renlr au cot des cranciers allis. Nouvelles diverses l'AHI— Le correspondant du' Ma tin" & Belgrade dit qu'il a appri. de source autorise qu'une alliance d fensive sera co .cl le entre la France et la Yougoslave. V l'occasion te la visite du roi et la reine l'a is le mois prochain, le gouvernement franais a envoy des instructio;is son ministre i Athnes po.ir recon natre la rpublique grecque aussi tt qu il aura et; officiellement tioti li quelle a t tablie. TtiklO Dans un lilo ial qu'il publiera demain, le journal "Asahi" traitera de crime lgislatif l'adoption par le snat de Washington de la clause du projet sur 1 immigration excluant les japonais. QBMBVB— M. Mussolini vient de donner la preuve de sentiments ami eaux pour la socit des nations en adressant une cordiale invitation partie p r le mois prochain la con iereuce d migration qui aura, lieu a Rome. BUDAPEST— La Hongrie a fait un nouveau pacte veis le rtablisse m nt financier et conomique quand le parlement aprs un6 sance pro longe a vot les projets de loi n cessaires pour mstlre excution le programme de reconstruction de la socit des nations. WASHINGTON— Le projet de loi -ui %  l'immigration a t Not parle snat par o2 voix contre G Le proj t li\e l'admission maximum d'imtni gtation 1,'iO.oOO par an contre un total de 162.000 dans le projet .1 Imson. WASHINGTONLes tmoignage* l'audience spcialement arrange par la commission snatoriale d'en qu4le sur le d'ptrt ment de la jus i ce ont port sur un grtnd nombre ds sujets y conpris la disparition mystrieuse des boissons al ooliques conlisqies pojr poursuite contre fraude et cas de fraude de guerre. La commission snatoriale des ail ii restrangres a donn droit de dia lassos d'opposition <-)ncernant la parti. -ipation des Liais Unis la cojr ioternati mil de justice. WASHINGTONLe Snat a p. prout le pourcentage 'de i op bl sur le reeensemenl de Isto pour la compultion du chiite da imm grant daus le nouveau projet de loi sur l'immigration. Les mmes spci BciGom se trouvent dsai le projet de loi v it par la chambre la semaine derniie. AMSTERDAM. L-llandelsblad dit qu'il a appris que si les ngocia tiens au£h>ru8ei u,ui si courfUi^cnl SEDOGASTRINi: Admis dtoi les Hpitaux de Paris Calme instaitUiHiiu-ni : Crampai, Brlure, Algreun, Spaamsa douloureux. Nauses, Vertiges, Vomissements. Dconsestionnc le Foie, facilita l'coulement de la Bile. Trs efficace contre les GastroEntrites des paya chauds. En ttnti dam toutu ht p/itrmati'ti Dcpi gnral : UWatoins P. ZIZINE. 2 Rs ssCapri. PARIS a BWH Pharniscle Al. PETRUS et toutes bonnes pharmacies en ce moment Londres rusissent, une confrence aura lieu pendant l't la lla\e entre les d'gns des Soviets et des reprsentants de la France et des E. ( Au sujet de la reprise des relations normales entre les trois pa\s. SANTO-liOMINGO 17-1 ne forte averse de grle est tombe aujourd hui de 13 h. 30 13 h. .10 a Colu\ situ iijenviron cent kilomtres de Smto i'omingo. PARIS. — Les Gouvernements Franais et Allemand ont chang en gare de Keil les nationaux dtenus pour raison politique. 3 franais dont le capitaine d'Armont ont t changes contre 3 allemands. MAYKNI I:. — Le procs des saboteurs de la Rliur ses termin aujourd'hui. 12 inculpes furent conJaran-'s des peines allant de 5 20 ans de travaux torcs. 8 lurent condamns la rclusion p ur une dure de 1 5 ans, 3 inculps lurent condamns par contumace, 2 la peine de mort et 0 20 ans de travaux forcsLESCOTJBS 19 Avril ~~ % NEW YORKFranc Tl :,.:<> Livre sterling^;"^ 4.383T A traversa Villa f Hos njouts Dl temps en temps, des boueiu s reement les gouls del ville, met tant la boue rot de iacbausse de faon qu'elle soit enleve par le ca mion iltt service de voirie. Malheu sment i arrive el cela se produit assez, souvent que le camion na passe pas tt que la boue reste sur la chausse. On comprend ans peine que celte faon de procder ne peut en rien con tribuer assurer la propret de la ville. Avenue Toussaint Louverlure Nous signalons au Service del Voiiie, ls immenses sabliers qui aboinlent dans ce quartier et qui constituent un foyer do paludisme. Leur mondage serait ncessaire et donnerait toute salistaction aux lia bilanls de ce quartier. Accident de voiture Samedi ver les huit heures du matin la voiture portant le No ilO renversa une malheureuse vieille fem me. ge de 60 ans environ, l'an gle de. rues Dants Dtstouches et Monlalais. Le i och.'r ne se donna pas la peine de c nstater l'tat de sa victime et cjnlinua sa route. lue autodela0.dll. la condui lit au bureau de la (iendarmerie, les formai, les i emplies la victime a t amene l'ilpital. Varits Ce Soir Qiandt malim'-e pour eoIwrti a 5 !.. 1,2.E.uv o,5J



PAGE 1

LE MA Iirv SOUS LA MAIN ayez toujours UNE BOITE DE VRITABLE TALISMAN [Pour PARER aux consquences] d'un refroidissement PRSERVER, TONIFIER vos Bronches et vos Poumons PARACHEVER le traitement d'un Rhume, d'une Laryngite ou d'une Bronchite Invtre. Procarfi-vout en :lc .ullr, niHis r^rutri iin}>i:< .< .ti leinmt 1rs pailllir. qui root MNlMI pr*poe au dtail pour quelque* •ou ce MM mijour* dr. liui.allon.. Vont ne serex errlain d'avoir LtS VRITABLES PASTILLES VLDA que li TOU les rchetei EN BOITES %  MU VALDA Les Pastilles Y\LDA -on' PI vent Pharmacie Cenlr.le ii Hati, I harma ci Bourraine a l'ml ; u Prii,fp,l har macie Brulus Jimie et toute pharmacies. an fafcin.-i k Ki' Mm m liin-nt L4 haut Hir-PIvr Wfrar.1 Les rcpisss suivants : Commiaana Sambour, No 14:1!, faveur L. Gustave, valeur G. 27. Commission Dauphin, .No 308, fa \f ur Lonard fioataw, valeur % ;t()8. ^'oat adirs et dclars nuls, dupli cala devant eu tre dlivrs. Port au Prince, 1 avril I9JI, contre r C0NSTIPATI07 prenez les COMPRIMS SUISSES p L r? RT Pharmanon, ttO. Bu. Smint-Antoia P AHI H C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS .* il CI -.Pti,U3 r MHMAUmSi Pl>.irmcidu DJuiUn VIARU *' '" % %  'l" bomi — Pk*>rm4i M F O.PIERCE Company 12 WEST^ BROADWAY NEW YOllY 1ONDEE EN 1847. UPERiRlTt BAS PRIX Fabrique de : Peinture, Verni?, Ocres a e loot€8 sortei. Mat tic. Lon R. Thbud igent pour Hait ALUMINUM LNE New-Orlans etSoufh •encan Sleampship Co'Jne.| Prochain' n d part^direc f s pour Port-au-Prioce. laili Le SjS itlNN* la**re MWVELLE-OR LEAISX le 13 avril cru animera Portau-Prites l. Rerolojie Noua avons appris I BBOrl do Marie Madeleine l'mcette l'Isan e dcde Irer (|iiiti-4 heures de l'a prs midi et dont le funrailUs au r ni lieu cet aprs midi en l'-Cglia Mtropolitaine. Nos ((ndolances aux |annl> prouvs el parti> uli-'i f iurnt a Mndej. moisel'e Llia l'isance BU-UT de la dfunte. Ecole lfationale de Mdecine et de Pharmacie de Port-au-Prince. ExamensSession d'Avril 19*24. Les examens continences le lundi 7 courant ont pris lin ce jour avec les lsullats suivants : Pharmacia lama, anne : Oatiu Mdecine 2me Examen : 1re pai tie : Hen Sal< mi n Ht n Jcunly. l'Isrnce Ti'> lmaque. 3me Kxiiiii'n : 1re pi ti j Yanri Bel'evue, Walson lelaOB, Amoss Leroy, Kesner St Louis Ime F\ tmen : K-n I! iyard,M ireel Ption. l'orl au l'ii i • Mi mil \ M\ Supriorit Fonde en 18"6 Bas prix P'ompU'ude Tous produits chimiques, pli.trmuccnliqti.es et antres articles vendables dans une pharmacie. fcpiccs, l'oiwe. < aiiiiclle,(ruoi'lc,Aiiis toile, Muscade etc. etc.SUCRE RAF1NE. Spcialil : Marqua prive 1 ysol dsinfeetant, Parfu literie, Articles pour lial.iers, \\,\y RUIII, Chocolat en pou (Ire, llutlc de foie de Morue, I .mnlsion < ohl Cruu,' E\ trails pour faire essences et eau de toiletle, Kau;de f^lli* uiue, Poudre contre les insectes, Solution pour,;conserver les œfo frais, Lait de Magnsie, Poudre suprieure pour la toilette des enfants, essence de Heurs, ICau de Florida, Miel pour la laide, Moutarde, Huile d'Olive pour la table, Itrosses dents, l'epperminl, liuile pour chasser les moustiques el autres insectes,Itegulot: huile C(Mitre y coiistipatioiis et douMesdes intestins chroniques Th,_Cire pour les parquets,Comestibles, lUixirs, BpieOS, Sirops divers, Teintures diverse?, Vins, etc, elo, ete. Demande/, le catalogues des spcialits. Confiant VOS commandes LEHN & FINK, lue \) vous serez, absolument satisfaits. Toutes les bonnes pharmacies du pays s'approvisionnent chez LEHN A FINK Ino. HUV.I • '. l!"l : 'H '! I "l J <1 sawsixvwnHa iun09 •p (vorpvH aoafjmut) 3n3uag aaincg •BOOBfl 8 : noonu np XIJJ TV Jeunes lille* a/labUe*, jeunes femm luiuiues, el voua A essieu m les surmens, prsnea le TONlkEL C l e*t l. rp.cowiiVw\v>A idil. En vente dam les prlncipaUi pkaroiatittft. Lon H. Ihbaud Agent exolusif pour liait! PERFEGT r— %  Yiisiu I Compaii; ASTHME PAPIER FRUNEAU BrQleraed ma adI i rodult tto>u a-rnn|tr M ri CH1CAQO, 1LLS Jli-aatcgue^, 3£uittll,3e coton, diuilt 3e mail &%ett tvt Claii L JorAe cBoeaf Sal, 3am6oa h JBacoa; Queue* S\lwlraD ^\ce\ f Sloœi >u ^otteD meab, etc. etc. etc. : *ilre| Dtx violr lo ^rlx CoaraaL. Lon.K. Thbud Agent exclusif peur Haiti Black Shoe Uressing le Produit le plus pur qu'on ait encim [mporU dan*'le pava Une simple coucha sur les souliers les plus d in: \ neuf [uida appliqu sur les chaujkurei na lalil peseta lioffa hlaac Il rend lo cuir brillant et souple. | pliqu sur toutes les peaiiJC l.esportesmonnair,,!,., valiia,li 11 intun - inuii N les portes feuilles Peuvent tra ramia naof par noa saula mcha da ea marveilieai produit Des chantillons font a la disposition de nos client. Fultonlhot Polied, lac.Col* Toik Geo. Jeanseme, A^ut Exclusif pour HaR. ll u Rnt


PAGE 1

LE MATIN i ; URODONAL; combat le rhumatisme %  I V Goutte Rhamatinmet Qravtllt Artrio'Sclros • l.'t'rudonal n'e*l r>n MU' rmcnt lt diswilva/ii i* plu rnerBl'lue (M I acide urmui actuellement connu, Mila qu'il Ml 37 fols plut puKtani ans ls uiniiir il airn ou our*, prventivement sur s formation, Voppoant A a \i-fi n a on ii.iilbiion iluii 1rs |IMU< pf ri articulaires M dans les |omtort. • D' r* .rM ne prof, oiur (cote d m/d i.aiate ant mit! oi rw,o Ftabl rbaulain. t . r tarif, pan, et i>* h"~ URODONAL nettoie le rein, lave le foie et les articulations. Il assouplit les artres et vite l'obsit. DIALIROL. Dain i .irDo ieui tonl sMailf ArierioSclero*. Miami Dermairne. Maladie de la liam Arthrin^nn. CardiopaiblM — LINYCOl Baume calmanl Rhumatisme. Ocuite i.umbaco Nraiiaa — lerje Vaillant Cosignataire pour Haiti JWtStOM PNEUS TUBES & ACCESSOIRES '.es premier! automobiliste du momie se servent de Pteus <& Tubes FIKSTONI! La tireslone lire <$• Rubber Comp my, 1 armi foutes les autres labriques de Pneus U Tubes reprsentes en Hati est la premire qui a permis I au public de profiter de la baisse du Caoutebouc. Vous avei une relle garantie en employant le pneu "Firestone Coids"pour votre aulomubile surtout quand tous la faites circuler sur des routes glissantes pli rocailleuses. Une lois voire auto munie de FireslOUt vous ne devei rien craindie,tout Ranger est limine. Tuiles commandei directes peur la lubrique sont! accept* s des conditions trs awitageuses par l'agent:] L. Preelzinann-Aggerliolm, Rue du Quai Tlphone: 254 %  njours en stock toutes les dimensions de Puetis k Tubes Vous en trouver** aussi ']ch*z r J. H. Woolley, Oppciite Bazar Mtropolitain* i Pour le* Fles Boisson* Voir on* Vente eu gros Bire allemande cliorr, Blonde et Brune" eaiisede 8 lou/aine. Bire Danoise c fiking caisse de'43li. Cbampaqne "Charles Heidsick'* ^ec.demi-see, GoaUam. en 24i2 e't12|1. ~ Wiskn, l)lack;and White, Jobnn.eJVlaker lad and hlaek, label, Yeteran. Vin Bordeaux, en saisies, rouge tt blanc, suprieur, Tin bordeaux en barriques de 60 et 30 gallons. Marie brizard,aeao,aiinisette, Menthe et abricot krandy. lujeni o, Anqestura biUers. ordeari/'Qiiiiia. Cognac Iy S toiles, i uracao, Dubonnet, Gordon Dry Gin, Jorlir Tennent XXX, fermounth Martini fit loasi, "ndieti a Dom, Malaga, Iherry. Madre etr, ete. En vente' au prix "trs raisonnable chez l F>nkElZM*lSN' J G GERHOLI!d Rue du Quai.Port au Prince 11 maison SI LVERi La Maison HS1LYER viens de recevoir par les der nie*, steamers les articles suivants: de toute fracheur des prix rduits : Chapeaux d paille fine d'Italie, do toutes espces. Chapeaux de laine d'Italie. Chapeaux Feutre d'Italie Baptiste lune pour chemises Tussor fil anglais KA--**. Tussor de soie anglais harres pour ohemise„S. robes Satin de chine pour tailleur Lustrine pour tailleur Colette pour tailleur Brkll merceris amricain (nouveaut I irill fil blanc & union anglais| Kaki Jaune anglais extra qualit Zephir anglais sup. pour chemises | Toile drap fil anglais 110 pouces coton *' 8(1 Batiste fine pour chemise Dne visite i notre Maison vous convaincra de la bonne qualit de nos articles et de la modicit de nea prix en comparaison avec ceux d'autres maisons de la place pour des articles similaires. •H" 1 %  ...Il .-iLiiLiy ,l3SI y CD B i ma i tient eurdu savon e.i un garantit dt puralaf t d'exrellenr ED uni E3 i 1 Prvenir vaut MUX qutf gurir. Et prvenir rat ai facile Eloigne le germe d votre peau avc du Savon LifeWuoj t'est le moyen le plu cerUio.le plus sauf, et Te plu tt 'le aient ameii le' eclievct -SAVON OTEBIIOY XI.HU tivtn os c cMBioct. M u s a. igggi neg§s§g§§§ii Port-auPrinoe : Simon Vieux, Charles Pienalet, n. & N. Sada, l.ore Rivera, Bazar Mtropolitain.; Gonaves : Madame Kugne lllirosse. Saint-Marc ; Mme Maurice Clesca. .larme) : l'lit Boug. Potion Ville : Oreste Chrv. Alfred VIETiX Aflcut ^our Uaati i .ci i



PAGE 1

MI5SING I55UC



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE imrmCB dment Magioire 80* VBRNA 1358 Rue Amricaine NUMERO ^QeENTIMKb Matin Quotidien I9x MLE COPY f*si mmicM, i MAY tes verdicts des jurys ns lent I.IS IM lois. Biais ils traduisent elat'ds munira si la lam de | BBter des citoyens, lorsque es lois du moment nt parais* sent plus justes et mu des lois iiourellts sont ncessaires. Jean HESS TELEPHONE No 2U ***** ANNE N 5180 PORT-VU-PRIN0K (HATI) LUNDI 21 AVRIL 1924 Causerie fminine Civilit purile el honnte l'ne animatrice discrte dos relations— La politesse d'hier. — Ces dames au fumoir, oes messieuis au (Ol DOUaolr. — L'espace humaine se dcivilise. La courtoisie, arme dfensive. Les adjtctifs puri e et honnte qualiliaient jadis une chose aimable, que le temps a lait dsute et mise hors de service .le veux dire la civilit ; vous favtz dj reconnue, si toutefois vous tiez ne quand on l'enterra Celait une ligure agiable, de commerce facile ; elle ns lut pas remplace, et sa dipantion lais e un vide qui va s'accenluant me ure qu mergent dans la vie sociale les nouvel'es gnrations. Elle tait l'animatrice discrte des relations familiales et amicale? ; elle excellait jeter un voile sur les emmne ses invits au fumoir pour y briller d'innombrabhs cigiiettes qui jaunissent l'ivoire de leurs dents et roussissent leurs ongVs roses. On ne m'y prendrait pis deux foiitcar je repousse tout ce qui se prsente l'envers dans la vie pnblique ou dans la vie pri ve. Je suis pour la tradition d'o ii nu tirons le meilleur de notre actuelle personnalit. Avec les jolies manires d'au In fois s'est entuie la politesse, et l'ducation a perdu toutes ses formes dlicates, lgantes. L'espce humaine s'est dcivili'; en se dpolissant ; elle Au dbut, un petit lex'qoe sert I fuite en expliquant IJS mois s c m tenua. Chaque page est orne Aune liantes ou d'un article constitution ne', et l'auteur n'a point mai qui* d'y faire figurer li* Ossaljiienne ", chant national hatien que dj sur les bancs de l'Ecole, tout 'itaitieo a pour devoir de connatre. Pans le but de rendre l'ouvi i t trs pratique, Me Flix M. gloire a embelli les chapitr s au nomh e de dix sept, de lignt s extrait. de page! forlejs crites par nos meilleurs cri vaini. Cea lectures ont leur milit, car appropries an sujet trail, elles parlent toit \ fait les ril des calants, bonne faon d'alimenter, de d veloppet et surtout de stimuler leur intelligence. De plus,l'auteur s'est diond> fixer l'attention des tofsnta Mir ledevoirs Seols'ros, l'Hygine, la Sootu, U Po blesse, l'Urbanit, la nationalit, la langue, la famille, l'amiti, les de voirs domestiipies, 'e maria;;e, la l'a trie, les devoirs civiques, le travail, le drapeau, l'I'nioa. la libert. I* responsabilit, l'ordre public et en fin l'galit et la fraternit. Kl l >utea ces nations sont prsentes sous une travers d'autrui ; elle incitait se a perdu tout le lustre obtenu par forme prcise, intelligente et cl lire. dfaire de ses propres dlauts, de longs ges de civi isation, par N'est ce point an moyen d-enseicomine le laboureur spdnhirraaap UnraiimmHuli.. Un.ran^ alla tner 1 enlant s'omnl T (MM comme le laboureur se dbarrasse, la pratique du beau langage ; elle $ en les brlant, des mauvaises herbes encombrant sa ter. e. Civilit purile et honnte tait le nom vieillot de la politesse, de cette politesse de bonne compagnie ignorant la morgue qui loigne, le mpris qui rvolte et la galanterie Biaise qui choque ; politesse toute pare de courtoisie et de bonne grce. Alois ks salons lleuraient 1 urbanit comme les armoires de nos ai.ules fleuraient l'iris et 1a bergamote. Les louds et troublants parfums out cha> cette suavit. Uu'il nous soit peresl retourne vers la barbarie qui se dveloppe comme la cuscute et dvore l'esprit des gnrations montant derrire nous. La bonne grce, le bon ton, l'amnit, l'urbanit ne sont plus que des mots dont on ignore l'usage, dont le sens est lix dans les dictionnaires, mais ce qu'ils reprsentent D'exist plus dans 1a masse sociale.Uuid'entre nous n'a jamais soullert de la rusticit actuelle? (Jui n'a jamais t bless par autrui? Avec quelle mauvaise grce on consent nous servir ? Autrefois, ,on trouvait des serviteurs mis de le regretterJe m appesanpolis, des fournisseurs empresss; tis sur ce thme, parce que toute ceux-ci existent encore peut-tre, une traction—et non la moins mais ils rservent leurs grces nombreuse — des femmes mepour les trs gros clients. Le medernes perd la notion exacte de ce nu Iretin. les nouveaux pauvres qui s'accorde le mieux la nalun'y ont aucun droit. La brutalit re.Toute harmonie semble dlruifleurit dans la langage et les te dans notre tre moral : il n'est quj temps de ragir. Lesmœuis nouvelles ne cadrent avec aucune de nos habitudes aneestrales de cœur m u'es^r.t. Je ne vois pas l'exquise marquise de Svi^n, avec les familires de la Chambre beue d'Ailhuiise, passer de la salle manger au tumoir pour en fumant du laine blond odeur d'ambre, discourir de chillons et mœurs, comme l'ortie le longd. s murs. Le mieux est de s'en carter pour viter de cuisantes brlures. Cette prcieuses vertu, la politesse devient trs rare parce que la volont est tsos vigueur. bJie se dispense de l'ellort ncessaire pour maintenir la cour|)isie au premier rang de nos rapports avec le prochain. Car, pour ire poli d'amour, pendant que les homtoujours, avec tout le monde, il mes parlent linance et politique est indispensable de surveiller sas esgranies 'ignei du munie social.' En effet, crit un mallre, il ne s'agit pas de donner aux enfants et aux jeunes gens des connaissantes neutres en quelque aorte, d'un u-oge restreint et d une utilit profession • nellu exclusive ; il s'agit de former des hommes civiliss la hauteur que comporte notre temp*. Il ne s'a git pas d'obtenir des hommes abstraits en qu—lque soite, dtachs de la socit ou ifs vivent, mais d'ele ver des citoyens utilei et des spcia listes, qui connaissent les reswurcei et es faiblesse de la nation laquelle ils appartiennent, de faon pouvoir la servir et l'amliorer en servant leur intrt propre et en s'amlio rant eux marnes En effet, quel est le but le l'ensei goement'.' — C est avant tout, "de dgourdir, de mettre ta %  uvement l'intelligence et la volont des lves, de les exeicer, de fieon leur doa ncr la fois l ha!. itudedcs .meilleures mlb id"S et d un travail soutenu, alii da dvelopper chez eux la plus grande puissance intellectuelle. Le but en un mut de conqurir l'esprit de ressource el d'inventio.i, l'aptitoj de au combat de la vie.- L utilit de I onvrsgc e-t inconles table, pour former la premire ducation de l'lve H la prparer de bonne heure, sa dfendre tvee suc ces dans la lutte ardue pojr i existence. Puisse la jeunesse de mon payss'y alimenter et en tirer un prolil rel dans un boudoir rempli de tnvohtes. Si fa Chambre bleue ressuscitait !.. Ce n'est pas une liction que j'voque, mais une prise de vue de la socit nouvelle Aprs les dners pris, la matresse de miiton erls. de se dominer so, mme, de ^Z^tiS?* .'est de pens avec tant de foi pour aboutir un rsultat tutti stifaisant, nous II ne Jjamais commettre u ul lgre contre le savoir-vivre. Notre courtoisie est la meilleure des armes dfensives dam les joutes quotidiennes... ISLZANNE CARUN. prsentons nos plus vives flicitations. Constantin DUERV DA M p m\ i son lut Le Hcveil Psychique DE LA Jeuue Fille Ilatieiiiie ( ConlVsnce de Madame Tliodora Holly ) il Me Flix Magloire, ancien profes leur d Instruction civique, vient dot frir laborieusement et consciencieuse meut la jeunesse du pays, un nou veau livre, un nouvel ami intitul : "Morale et (attraction ivique l'u sage des Ecoles primaires." Cet ouvrage autoris par la Secr tairerie d'Etat de l'Instruction publi Rpublique, ( Moniteur du i juillet 1W11), est rellement intressant el des plus unies. Prsent avec gol et sous une forme bien condense, le petit livre plat l'œil, l'esprit et eu cu-ur. Un sent bien qu il a t inspire par cette seule et i oble pense : -Aider les petits haitiens tre de bons co aue dans les Ecoles primaires dt le liers et de bons citovent ,"| Le Receveur aclmd, eanJid;il aux prosbatue lections NOM annoncions dernirement 3 i i rnmune • procder a l'les liofl d'un non >eau Keceveui etqu' i e le bn la date du il de ce mois avait t dtein.i ne. Aux eaadideu dont nous avons pulli les n< ri.s il nous faut ajouter celui de l'actuel Receveur, M. Emm Moise qui sollicite les bienveillant ti Siges de* DCDbrti du Cotttil. L'harmonie de l'Univers ne relelle pas sur la concordance des Contraste ? I.a lnriUoB de l'nergie et de l i lumiro r.e dept-n I elle pus de II rencontre It h i\ cornants dont l'un positif et l'autre-ngatif se complti ii en t'entreeboquent ? Le lait est indiili bit. N'oue assistons tous les joura i jeu de forces contraires ni m dtr qu'elles paraistt al devait I tni intir inutuellement, se contrebalancent en ralit ; et par un fcon I tnUgonitme font r* sulter la se mile des mondes de cette opposition mme, des loi qui les uns aux autres les rendent redoutables. Cette dngation du droit del femme i la possession et l'expi. sion d'une personnalit propre tait donc en flsgrsnte contradiction avec les procds de la nature, l'tait iinp iquer qu'il suflit A la femme d'tre imberbe pour qu'elle soit le digne pendant de l'h unme. i tel l une grave erreur. L'homme tant une Inple entit : spirituelle, murale et physique, il faut — si les loiidilions idales d'volution doivent tre satisfaites — qu'il y ait, entre les deux reprsentants de la race humaine, une certaine quivaleuM dans leur diffrence. Ainsi, au sauvage il faut une sauvagesse ; l'homme intelligent une femme intelligente galement. Il ne fuit pas oublier que nous vivons dans un sicle scientifique. Dans loutes les branches de l'activit sociale on rclame des spcialiste techniciens consomms. Dans les salles d'oprations des cliniciens entrans assisteut le chirurgien ; et au chevet des malades, la tranquille comptence de l'iniirmiie brevete, a supplant le dtournent attendri mninadquat de I p %  M.fi faltmtnl, l're des tatonneBWnti ti demalt liesses inconscientes tel pattt Celle do I ordre et de la prcision mathmatiques est inaUortf. i i-il donc Itgique, si il menl concevable, que seule de tous |i facteurs nui concourent as d* Veloppemenl de la Civilisation, s>uU, It femme toit roue une rostine stupide el perptuelle Lille, la mre du genre hum on .' C'est un fait incontestable, quoique gi mnu, que les gnrations se reteenU ni /ofondimtiU de l'excellenet ou de l'iripr r lertion dei laborstoirei o i Hess Or, c'est la lemme le laboratoire ou se moule esp'\e humaine. •Jui oserait allirrrer que l'impoitsance dans lai|iielle la I. mrne a toujours vgi n it pas fii de l'bi me — saim qu'il 10 doute — un util! a borgne tl hmipige ? Si 11 Civilisation tctu< le, c lit Oivilltation qu'il a t virtui lie oenl seul iliiier est et dire rmpieinte d'une certaini li ml '•• B lis cara u l'infini no bien sur nu : lions o' : ue.nl p. MB 't attnues si I Ou venait h rec nivrer l'usage de ses ,iliies .' Peut-on savoir l lia rapidit 1 surprenante et a quelle hauteur vertigineu-e le 9 ieice, maint nuit boiteuse, n'atteindrait point^ quand m it U .v n imbret tu litvefsa seul pour escaltder Ici pies deI*ht* DO nui eiirs, d--s exemples isols ea ont dj paru; tels, celui de Monsieur et Madame Curie dans les Siences; de Monsieur et Madame de Cisparin dai les Loti : C't • p mrquoi il convient de juger le fminisme, d ab ird par li mtentions qui l'ont suscit ; ensuite pal I %  tspirationi qui la guident et enfin par IM rsultais qu'elle a donI I* [tl l'I I 1. A quelle impulsion la femme avaitelle cd Ion me vert In Hn du sicle dernier, ou lu va inrgir banniree dployee, ofitltmmet au vent, rclamtnt l'exercice des droits civiques tl politique Elle obinaU, MM. un sentiment d humanit profoud et lumi IH'iU. Sot pi gramme, pour vous la rsinnei en | m m ,,m ltUl de crer l'enlanee un milieu plus sain dans lequel ta dvelopper durant la priode lormtUve du esrnetrt, et aicarter les cueils auxquels se heurtent .i chaque pes, In tille du proltairt et toutee les h-mmes que le m irbfoi oblige a gagner elles-memee leur pain quotidien. I iie tude approfondie des conditions existantes lui avait fait comprendre que sans de srieuses rlorou-s aaministratives et lgislatives, il serait impossible de raliser ces desiderata. Qui veut la lin, veut Ks moyens Klle aspira donc reformer les lois eu ce qu'elles ont de t'Utl et d'goste, du redresser la iuatice dans ce qu'elle comporte d'inquitable et d'imparfait. Cest e.ic pour y p. rvenir qu'elle a rclam le ballot et bngui le cosU>6ie de eertaineobranche adminittrslivee jusque la dnies ton sexe. t d voua laire obter rer, i tel |u en a pimol ces fouoUoot publiques, il y avait entre elle et Ilon ne 11 lu diffrence essentielle, qu i lui IIque celul-CI n'en enviseqiii |et tvantaget matriels; la lemme, elle, j voyait une force, une influe tr< u au proll de l'lvation morale de l'humanit.' n'eel donc in-, de la l'olitique tout eourl que la femme a voulu lan-. m lit bien une PMoiopbU de la politique qu'elle ivsil Imsgina et qu'elle recln reliait les movens d'appliquer. Avoue/. M\l. jue le mobile fut beau ; a! nu.un: que les procde employs au de but fureul quelque peu m. I. gants 0 ouvre a gagn du terrain. Des pays tes que la Grsndu Brel igse, et l'Amrique du Nord, •te., ont fini par prter l'oreille sas j u i I 001 de la femme; et ds pi i I. ni. .oit t tablis qui lui constituent d irmsie, un droit formel de cit. Mais |e'eel surtout soi BSl il la funni jo lit : ii. | i i. ei d'une libert souverains — que et mouvem ni l pi ii le plu d extension. Las fem net I Il nion fdrale sont maireases, dputs, magistrats et prtendent aujoira'iiui aux fauteuils snalo iaux. TIILO.OIU IIULLY (. Sui\ k


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06197
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, April 21, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06197

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
imrmCB
dment Magioire
80* VBRNA
1358 Rue Amricaine
NUMERO ^QeENTIMKb
Matin
Quotidien
I9x
MLE COPY
f*si mmicM, i
MAY
tes verdicts des jurys ns lent
i.is Im lois. Biais ils traduisent
elat'ds munira si la lam de
| BBter des citoyens, lorsque
es lois du moment nt parais*
sent plus justes et mu des lois
iiourellts sont ncessaires.
Jean HESS
TELEPHONE No 2U
***** ANNE N 5180
PORT-VU-PRIN0K (HATI)
LUNDI 21 AVRIL 1924
Causerie fminine
Civilit purile el honnte
l'ne animatrice discrte dos relations La politesse
d'hier. Ces dames au fumoir, oes messieuis au
(Ol DOUaolr. L'espace humaine se dcivilise.
La courtoisie, arme dfensive.
Les adjtctifs puri e et hon-
nte qualiliaient jadis une chose
aimable, que le temps a lait d-
sute et mise hors de service .le
veux dire la civilit ; vous favtz
dj reconnue, si toutefois vous
tiez ne quand on l'enterra Ce-
lait une ligure agiable, de com-
merce facile ; elle ns lut pas rem-
place, et sa di- pantion lais e un
vide qui va s'accenluant me ure
qu mergent dans la vie sociale
les nouvel'es gnrations. Elle
tait l'animatrice discrte des re-
lations familiales et amicale? ; elle
excellait jeter un voile sur les
emmne ses invits au fumoir
pour y briller d'innombrabhs ci-
giiettes qui jaunissent l'ivoire de
leurs dents et roussissent leurs on-
gVs roses. On ne m'y prendrait
pis deux foiitcar je repousse tout
ce qui se prsente l'envers dans
la vie pnblique ou dans la vie pri
ve. Je suis pour la tradition d'o
ii nu tirons le meilleur de notre
actuelle personnalit. Avec les jo-
lies manires d'au In fois s'est en-
tuie la politesse, et l'ducation a
perdu toutes ses formes dlicates,
lgantes. L'espce humaine s'est
dcivili'; en se dpolissant ; elle
Au dbut, un petit lex'qoe sert I
fuite en expliquant Ijs mois s c m
tenua.
Chaque page est orne Aune lian-
tes ou d'un article constitution ne',
et l'auteur n'a point mai qui* d'y
faire figurer li* Ossaljiienne ",
chant national hatien que dj sur
les bancs de l'Ecole, tout'itaitieo a
pour devoir de connatre.
Pans le but de rendre l'ouvi i t
trs pratique, Me Flix M. gloire a
embelli les chapitr s au nomh e de
dix sept, de lignt s extrait. de page!
forlejs crites par nos meilleurs cri
vaini. Cea lectures ont leur milit,
car appropries an sujet trail, elles
parlent toit \ fait les ril des ca-
lants, bonne faon d'alimenter, de d
veloppet et surtout de stimuler leur
intelligence.
De plus,l'auteur s'est diond- > fixer
l'attention des tofsnta Mir le- devoirs
Seols'ros, l'Hygine, la Sootu, U Po
blesse, l'Urbanit, la nationalit, la
langue, la famille, l'amiti, les de
voirs domestiipies, 'e maria;;e, la l'a
trie, les devoirs civiques, le travail,
le drapeau, l'I'nioa. la libert. I*
responsabilit, l'ordre public et en
fin l'galit et la fraternit. Kl l >utea
ces nations sont prsentes sous une
travers d'autrui ; elle incitait se a perdu tout le lustre obtenu par forme prcise, intelligente et cl lire.
dfaire de ses propres dlauts, de longs ges de civi isation, par N'est ce point an moyen d-ensei-
comine le laboureur spdnhirraaap UnraiimmHuli.. Un.ran^ alla tner 1 enlant s'omnl t (MM
comme le laboureur se dbarrasse, la pratique du beau langage ; elle $
en les brlant, des mauvaises her-
bes encombrant sa ter. e.
Civilit purile et honnte tait
le nom vieillot de la politesse, de
cette politesse de bonne compa-
gnie ignorant la morgue qui loi-
gne, le mpris qui rvolte et la
galanterie Biaise qui choque ; po-
litesse toute pare de courtoisie et
de bonne grce. Alois ks salons
lleuraient 1 urbanit comme les ar-
moires de nos ai.ules fleuraient
l'iris et 1a bergamote. Les louds
et troublants parfums out cha>-
cette suavit. Uu'il nous soit per-
esl retourne vers la barbarie qui
se dveloppe comme la cuscute et
dvore l'esprit des gnrations
montant derrire nous. La bonne
grce, le bon ton, l'amnit, l'ur-
banit ne sont plus que des mots
dont on ignore l'usage, dont
le sens est lix dans les diction-
naires, mais ce qu'ils reprsen-
tent D'exist plus dans 1a masse
sociale.Uuid'entre nous n'a jamais
soullert de la rusticit actuelle?
(Jui n'a jamais t bless par au-
trui? Avec quelle mauvaise grce
on consent nous servir ? Autre-
fois, ,on trouvait des serviteurs
mis de le regretter- Je m appesan- polis, des fournisseurs empresss;
tis sur ce thme, parce que toute ceux-ci existent encore peut-tre,
une tractionet non la moins mais ils rservent leurs grces
nombreuse des femmes me- pour les trs gros clients. Le me-
dernes perd la notion exacte de ce nu Iretin. les nouveaux pauvres
qui s'accorde le mieux la nalu- n'y ont aucun droit. La brutalit
re.Toute harmonie semble dlrui- fleurit dans la langage et les
te dans notre tre moral : il n'est
quj temps de ragir. Lesmuis
nouvelles ne cadrent avec aucune
de nos habitudes aneestrales de
cur m u'es^r.t. Je ne vois pas
l'exquise marquise de Svi^n,
avec les familires de la Chambre
beue d'Ailhuiise, passer de la
salle manger au tumoir pour en
fumant du laine blond odeur
d'ambre, discourir de chillons et
murs, comme l'ortie le longd. s
murs. Le mieux est de s'en car-
ter pour viter de cuisantes br-
lures.
Cette prcieuses vertu, la poli-
tesse devient trs rare parce que
la volont est tsos vigueur. bJie
se dispense de l'ellort ncessaire
pour maintenir la cour|)isie au
premier rang de nos rapports avec
le prochain. Car, pour ire poli
d'amour, pendant que les hom- toujours, avec tout le monde, il
mes parlent linance et politique est indispensable de surveiller sas
esgranies 'ignei du munie social.'
En effet, crit un mallre, il ne s'agit
pas de donner aux enfants et aux
jeunes gens des connaissantes neu-
tres en quelque aorte, d'un u-oge
restreint et d une utilit profession
nellu exclusive ; il s'agit de former
des hommes civiliss la hauteur
que comporte notre temp*. Il ne s'a
git pas d'obtenir des hommes abs-
traits en qulque soite, dtachs de
la socit ou ifs vivent, mais d'ele
ver des citoyens utilei et des spcia
listes, qui connaissent les reswurcei
et es faiblesse de la nation laquelle
ils appartiennent, de faon pouvoir
la servir et l'amliorer en servant
leur intrt propre et en s'amlio
rant eux marnes
En effet, quel est le but le l'ensei
goement'.' C est avant tout, "de
dgourdir, de mettre ta uvement
l'intelligence et la volont des lves,
de les exeicer, de fieon leur doa
ncr la fois l ha!.itudedcs .meilleures
mlb id"S et d un travail soutenu,
alii da dvelopper chez eux la plus
grande puissance intellectuelle. Le
but en un mut de conqurir l'esprit
de ressource el d'inventio.i, l'aptitoj
de au combat de la vie.-
L utilit de I onvrsgc e-t inconles
table, pour former la premire
ducation de l'lve H la prparer de
bonne heure, sa dfendre tvee suc
ces dans la lutte ardue pojr i exis-
tence.
Puisse la jeunesse de mon payss'y
alimenter et en tirer un prolil rel
dans un boudoir rempli de tnvo-
htes. Si fa Chambre bleue ressus-
citait !..
Ce n'est pas une liction que j'-
voque, mais une prise de vue de
la socit nouvelle Aprs les d-
ners pris, la matresse de miiton
erls. de se dominer so, mme, de ^Z^tiS?* .'est de
pens avec tant de foi pour aboutir
un rsultat tutti stifaisant, nous
II
ne Jjamais commettre
u ul lgre contre le savoir-vi-
vre. Notre courtoisie est la meil-
leure des armes dfensives dam
les joutes quotidiennes...
ISlzanne CARUN.
prsentons nos plus vives flicita-
tions.
Constantin DUERV
Da m p m\ i son lut
Le Hcveil Psychique
DE LA
Jeuue Fille Ilatieiiiie
( ConlVsnce de Madame Tliodora Holly )
il
Me Flix Magloire, ancien profes
leur d Instruction civique, vient dot
frir laborieusement et consciencieuse
meut la jeunesse du pays, un nou
veau livre, un nouvel ami intitul :
"Morale et (attraction ivique l'u
sage des Ecoles primaires."
Cet ouvrage autoris par la Secr
tairerie d'Etat de l'Instruction publi
Rpublique, ( Moniteur du i juillet
1W11), est rellement intressant el
des plus unies.
Prsent avec gol et sous une
forme bien condense, le petit livre
plat l'il, l'esprit et eu cu-ur.
Un sent bien qu il a t inspire par
cette seule et i oble pense : -Aider
les petits haitiens tre de bons co
aue dans les Ecoles primaires dt le liers et de bons citovent ,"|
Le Receveur aclmd, eanJi-
d;il aux prosbatue lections
Nom annoncions dernirement
3i i rnmune
procder a l'les liofl d'un non
>eau Keceveui etqu' i e le bn la date
du il de ce mois avait t dtein.i
ne.
Aux eaadideu dont nous avons
pulli les n< ri.s il nous faut ajouter
celui de l'actuel Receveur, M. Emm
Moise qui sollicite les bienveillant
ti Siges de* DCDbrti du Cotttil.
L'harmonie de l'Univers ne re-
lelle pas sur la concordance
des Contraste ?
I.a lnriUoB de l'nergie et de
l i lumiro r.e dept-n I elle pus de II
rencontre It h i\ cornants dont l'un
positif et l'autre-ngatif se compl-
ti ii en t'entreeboquent ?
Le lait est indiili bit. N'oue assis-
tons tous les jour- a i jeu de forces
contraires ni m dtr qu'elles parais-
tt al devait I tni intir inutuellement,
se contrebalancent en ralit ; et
par un fcon I tnUgonitme font r*
sulter la se mile des mondes de
cette opposition mme, des loi
qui les uns aux autres les rendent
redoutables.
Cette dngation du droit del
femme i la possession et l'expi.
sion d'une personnalit propre tait
donc en flsgrsnte contradiction avec
les procds de la nature, l'tait
iinp iquer qu'il suflit A la femme d'-
tre imberbe pour qu'elle soit le di-
gne pendant de l'h unme.
i tel l une grave erreur. L'hom-
me tant une Inple entit : spiri-
tuelle, murale et physique, il faut
si les loiidilions idales d'volution
doivent tre satisfaites qu'il y ait,
entre les deux reprsentants de la
race humaine, une certaine quiva-
leuM dans leur diffrence.
Ainsi, au sauvage il faut une sau-
vagesse ; l'homme intelligent une
femme intelligente galement.
Il ne fuit pas oublier que nous
vivons dans un sicle scientifique.
Dans loutes les branches de l'acti-
vit sociale on rclame des spcia-
liste techniciens consomms.
Dans les salles d'oprations des
cliniciens entrans assisteut le chi-
rurgien ; et au chevet des malades,
la tranquille comptence de l'iniir-
miie brevete, a supplant le d-
tournent attendri mn- inadquat de
I p.....
M.fi faltmtnl, l're des tatonne-
BWnti ti de- malt liesses incons-
cientes tel pattt Celle do I ordre
et de la prcision mathmatiques est
inaUortf.
i i-il donc Itgique, si il
menl concevable, que seule de tous
|i facteurs nui concourent as d*
Veloppemenl de la Civilisation, s>uU,
It femme toit roue une rostine
stupide el perptuelle Lille, la mre
du genre hum on .'
C'est un fait incontestable, quoique
gi mnu, que les g-
nrations se reteenU ni /- ofondimtiU
de l'excellenet ou de l'iriprrlertion
dei laborstoirei o i Hess
Or, c'est la lemme le laboratoire ou
se moule esp'\e humaine.
Jui oserait allirrrer que l'impoit-
sance dans lai|iielle la I. mrne a tou-
jours vgi n it pas fii de l'bi
me saim qu'il 10 doute un
util! a borgne tl hmipige ?
Si 11 Civilisation tctu< le, c lit
Oivilltation qu'il a t virtui lie oenl
seul iliiier est et
dire rmpieinte d'une certaini
li ml ' B lis cara u l'infi-
ni no bien sur nu :
lions o' : ue.nl p.
MB 't attnues si I Ou
venait h rec nivrer l'usage de ses
,iliies .'
Peut-on savoir l lia rapidi-
t1 surprenante et a quelle hauteur
vertigineu-e le 9 ieice, maint nuit
boiteuse, n'atteindrait point^ quand
m it U .v n imbret tu litvefsa
seul pour escaltder Ici pies deI*ht*
DO nui
eiirs, d--s exemples isols ea
ont dj paru; tels, celui de Monsieur
et Madame Curie dans les Siences;
de Monsieur et Madame de Cisparin
dai les Loti :
C't p mrquoi il convient de juger
le fminisme, d ab ird par li m-
tentions qui l'ont suscit ; ensuite
pal I'- tspirationi qui la guident et
enfin par Im rsultais qu'elle a don-
I I* [tl l'I I 1.
A quelle impulsion la femme avait-
elle cd Ion me vert In Hn du sicle
dernier, ou lu va inrgir banniree
dployee, ofitltmmet au vent, r-
clamtnt l'exercice des droits civiques
tl politique '
Elle obinaU, MM. un senti-
ment d humanit profoud et lumi
IH'iU.
Sot pi gramme, pour vous la r-
sinnei en | m m,,m ltUl de crer
l'enlanee un milieu plus sain dans
lequel ta dvelopper durant la p-
riode lormtUve du esrnetrt, et ai-
carter les cueils auxquels se heur-
tent .i chaque pes, In tille du prol-
tairt et toutee les h-mmes que le
m irbfoi oblige a gagner elles-memee
leur pain quotidien.
I iie tude approfondie des condi-
tions existantes lui avait fait com-
prendre que sans de srieuses r-
lorou-s aaministratives et lgislati-
ves, il serait impossible de raliser
ces desiderata. Qui veut la lin, veut
Ks moyens Klle aspira donc re-
former les lois eu ce qu'elles ont de
t'Utl et d'goste, du redresser la iua-
tice dans ce qu'elle comporte d'in-
quitable et d'imparfait.
Cest e.ic pour y p. rvenir qu'elle
a rclam le ballot et bngui le cos-
U>6ie de eertaineobranche adminit-
trslivee jusque la dnies ton sexe.
t d voua laire obter
rer, i tel |u en a pimol ces fouo-
Uoot publiques, il y avait entre elle
et Ilon ne 11 lu diffrence essentielle,
qu i lui II- que celul-CI n'en envise-
qiii |et tvantaget matriels; la
lemme, elle, j voyait une force, une
influe tr< u au proll de l'-
lvation morale de l'humanit.'
n'eel donc in-, de la l'olitique
tout eourl que la femme a voulu
lan-. m lit bien une PMoiopbU de la
politique qu'elle ivsil Imsgina et
qu'elle recln reliait les movens d'ap-
pliquer.
Avoue/. M\l. jue le mobile fut
beau ; a! n- u.- un: que les procde
employs au de but fureul quelque
peu m. I. gants !
0 ouvre a gagn du
terrain. Des pays tes que la Grsn-
du Brel igse, et l'Amrique du Nord,
te., ont fini par prter l'oreille sas
j u i I 001 de la femme;
et d- s pi i I. ni. .oit t tablis qui
lui constituent d irmsie, un droit
formel de cit. Mais |e'eel surtout
soi BSl il la fun-
ni jo lit : ii. | i i. ei d'une li-
bert souverains que et mouve-
m ni l pi ii le plu d extension. Las
fem net I Il nion fdrale sont
maireases, dputs, magistrats et
prtendent aujoira'iiui aux fauteuils
snalo iaux.
Tiilo.oiu IIULLY
(. Sui\


k


LE MATIN
Par Cable
Nouvelles Etrangre*
| >\RI3 M Po'OCire, pari ml Cl
! | iu : i ipub i .1 ii il mo a
llq ,. ira [ lin nenl
BU1 : det j ii, ,n I- les rapports des e\peits vont
liant* justilication le la poli
li ine trangre franaise et prou
vei I que malgr tous ses dmenti-,
1.4, appaimie licliveineut,
r-{ capable Je payer. M. l'oiucar
souligne qu'asec les eoocluiioal des
(parti c'aal aoeora la ih^^e CrajK >i
se qui l'emporte.
La commission des rparations de
vra maintenaut dresser un plan d
linilif. Mai ce n'est pas aprs une
dclaration de principes, ce n'est
qu aprs la mise en excution de
l'Allemagne que l'on pourri nous
demander d'changer nos gages cou
tre d'autres plans plus amples el
plus rmunrateur. Il nu peut psi
die question, a ajout M l'oincar.
de nous retirai de la ljhr avant le
paiement de la p trt qui nous est
due. Il n? peut pas eue non plus
question de dsirer notre emprise
s\ns garder les moyens de la rtablir
en cas de besoin avec ceititude et
rapidit.
Al. Poincare* estime que la rgie
des chemins de fer constitue une un
portante garantie de scurit et sup
ple dans certaines mesures au pac
te d'assistance dont la promesse
a t faite la France en 1919, La
France traitera galement avec ses
anis cette question capitale que le
rveil de l'imprialiste allemand nous
iit.rJitde ngliger, M. l'oinc.iea
termin exprimant sa conliame de
pjuvoir arriver traduire sa volo.il
d-5 paix qui est aussi lorte chez, nos
allis qu'elle l'est en France.
Le ' Matin '' annonce comme pro
bahle un non lieu de l'allaire Philip
f; Daudet ; aucun fait ayant trait a
assassinat n'ayant t dcouvert.
Au conseil des ministres, M. l'oin
cur a indiqu que les rapports avec
les industriels de la Ituhr avaient
t renouvels jusqu'au 13 Joli pro
chain.
BERLIN L'acceptation formelle
p ir l'Allemagne du rapport des ex
pert comme base des ugocialio s
sur les rparations, a t toi
c t[ aprs midi l'aris ; cette aecej ta
lion a t dcide une confrence
de deux jours a laquelle prirent part
lis membres du cabinet du 1er mi
nistre des Liais du Keieh et les chefs
des divers partis politiques du lt>'! Ils
tsg.
WASHINGTON- Le snat a adp
t mains leves l'amendement au
projet de loi sur l'migration ex-
cluant les japonais.Cet amendement
analogue a celui vol par la chambre
a soulev les protestations du Japon.
PARIS( ne dpche de Coblence
annonce que de nouveaux accords
sont intervenus entre la haute com
mission et les comptons de soua
Eroduita sur la di>lii ation de la
ouille, sur lin lustrie textile el sur
la prolongation des traits actuel-.
l'AIIIS Un assure dans les mi
lieux financiers que le projet de con
aolidalion de la dette 11 Haute pris
en considra ion par M. de Lastey
rie avant la rorganisation du cabi
Det a t laiss provisoirement de
ct par M. FltDGOhl M.mal, mini-t
tre actuel. Le ministre des linasue-
fait connallre qu'il n'esl pas exact
ddire que ce proj t a t dlinitive
ment abandonn m us qa'on devra
attendre une occasion favorable pour
mettre sur le march des lilres con
solides. Il est certain eu tous Ml
que cette opration linincire ne
pourrait avoir lieu avant la runion
du nouveau parlement car son ap
probaiion serait ncessaire.
-e Purgatif Idal
c'est la
(Pilule au Dlia ut
I 47, Rue du Faubourg Saint Omit ?ant
facile prendre.
Ne ncessitant aucun prparant.
elle m provoe.se tenait U dtfoit
Si;l>|TI niant la dl.'ie,
elU se eebilila pat le aulasc.
N'eslge ant pal d<* repos t l.i chambre,
Cils ne ceuie eutase perte Se temti
Plut active que tout lei tlaiiialret,
elta est, par coaaqoeet, oint chre.
t'OSE : susatrivc, m nuis*
V l*tic, i piiuie

\
PARIS La note allemande a t
remise la ra^BBiisaiofi des rpin
lions. Le llei h accepte tel rapporta
des experts comme tant la bte pra
lique d'une solution rapide de la
question des rparations. L'Ailema
gne r-ollilorera au piojet des ex-
perts.
I"l US M. Ana'oe Franv, do-
v n daa librateurs franiis et prin
i dei prosatears, a rl.-br-- son qua
lie vingtime anniversaire en tra
viill.mt aussi dur que de coutume.
I iiinent ctivain a reu de nom
breoaei d putations reprsentant di
es branches de l'activit humai
n l.
PARIS La Norvge vient dVnvo
ver son adhsion oflicielle aux Jeux
oly.np ques de cet t. Elle |p;irtici
pera aux preuves d'athltisme, ten
nis, boxe, yachting, quilation, es
crime et tir.
l'AKlS La police croit a ir trou
v le pige central d'une bande de
faux monnayeurs qui inondaient Pa
ris de faux billets .le btnque amri
cains
Washington-p,r :i v.u con
tre t. le snat a rallirm hier son
approbation de la clause de l'exclu
sion des japonais dans le projet de
loi sur l'immigration La snat a re
p.usoar 14 contre 10 un amende
ment ce projet de loi d'aprs le
quel l'immigration aurait t interdi
te pendant Ml p'rioie de ans.
Aprs avoir vol la clause de l'exclu
son des japinais le snat s'est oc
cup de la discussion du autre* sti
pulations du projet de loi y compris
celle q ti se rapporte au pourcentage
question la plus importante dbattue
au projet.
TOKIO- Le Pnmiir ministre Ki
oura, dans une dclaration aux cor
respondants de journaux amricains,
a exprim son profond regret que le
congrs des htats Unil ait jug
propos de traiter les Japonais avec
tant de svrit.
Dus ditficulUl surfissent a
la eonirence amjlo-rtme
LON0RE8La confrence anglo
Russe a rencoutr des diflicults
plus loi quon ne pensait.Aprs trois
sances les dlgus ne se sont pas
encore entendus sur le programme de
la confrence qui a t ajourne au
21 avril. On s'ell)rce>a d tablir un
programme de sorle que les ques-
tions les plus importantes telles qae
les detles el les crdits soient discu
ts ds le dbul.
Lu rIorme du Calendrier
GE.NENKLa Chine et plusieurs
autres pays ont offert des suggestions
au suiet de la rforme du calendrier
que va entreprendre la socit des
Salions. La socit a prvenu tous
les gouvernements que se tiendra
une runion de la commission du
calendrier Uenve au mois de mai
et I. ur demande , lous de se hter
d'envoyer des reomm nidations au
sujet lie celte rforme qui aura une
si grande importance sur la teco-
nunqujdu mmdeen introluisant
une mesure du temps plus uniforme
t plus rationnelle.
Hr Mac Donald et la qurjs-
tion des armements.
LONDRES- M. Mac Don\i re-
pondanl a un dis,oui- prononc la
chambra d s ( ommuttu par le major
tinral Seill ancien l'rsi lent du
conseil de 1 air q ii a demtnd que le
premier propose une conlrence in-
ter nationale pour le d armement
arien a dclar qu'il accueillerait
avec plai ir une invitation par une
autre puissance d'examiner toute la
questio i des armements.
La premier a dit qu'il avait Pin-
billion amsi't que le< diflicults
actuelles eu Kurope auraient l re
gles ,|. s , cuper srieusement de
celle question des armements non
seulement dans l'air mais de lotlte*
les autres formes d'twmeiu Dis,
La t bambre des eoinoiUDel l'ut
Joui di juaqa'srj Ig avril poi r les
\ i l;. de r
Manilest.-ition de
la Preste latine
PARIS I es reir-enlanls el lei
chefs des mi>i di d plomatiques ds
nations de I'\mriiqne Latine ru-
nis an bureau de la presse latine,
ent arrt avec les journalisiez les
dernires dispositions pour la aemai
re littraire, irtiitiqul et chon'gra
j liujue de l'An rijue Latine oui au
ra lieu aux llhamps El] es a partir
du l'i Mai.
Le comit h ne inriqoi a
donn un grand oicerl auquel d'
m nentes personnalits inutitent.
iJs altistes amri tins et Innetis
ont inlerorl de- oeuvres de Csar
Frank, Massenet e' Gabriel Faure.
L'inauguration l'une lipositio!] de
6 i gravures sur la guerre de l'iod
pmltnce a suivi. Li bureau d: la
m, s.," donnera son prochai j dlaf
e i Mai en lh nneur de M. Haori
Us I mvenel, sntteur de la Coi ai i.
Li i omit les j-ux olyni)i}ue*a
procd au liragj d s rencontres de
fo.iibill; les Balcbai du premier
tour auront lieu les i"> et M Mai.
Les Fltts I ois seront opposs l'Es
tbonie.
La rponse allemande la
commission des rpara-
tions
La commission des rparations a
tudi officieusement durant la mati
ne la rponse allemande qui lui fut
remise hier. L'chtUgl de vue* qui
a eu lieu cincermnt lappl cation
des conclusions des experts permet
tait d'envisager une p triait i unanimi
t au sein de la c tin nission qui de
vait arrter officiellement dans l'a-
prs raidi la mardi suivre en vje
d'arriver une solution du probl
ma des rparations. A l'issue de la
runion M. Htrlhou diclara avec op
timisme que cette solution tait en
b>nne voie qunque toutes les difd
cultes soient loin d tre rsolues. A
la sance oflicielle de l'aprs mili,
la commission des rpirations a d
cid l'unanimit primo : de pren
dre acte de la rponse du H lieh a tri
rant aux conclusions des experts ;
secondo : d'approuver dans la li aile
de ses attributio s les onclusnns
de leurs rtpp>rts et d'adopter les
m-lh i les d'app ication q Fils propo
sent ; tertio : de les transmet! e olii
ciellement aux gouvernent mis in'
ressis et de leur recormn ider les
conclusions q li re'vent de leur com
ptmee dans e but de btel le plein
ellel de ces propositions ; q nrlo :
de demailer au Reirb d-leur sou
mettre dans le plus btef dlai poesi
ble des projets de loi et de dcrets
garantissant la conplete exculien
du plan el de dsigner ses reprsen
tants aux com t d'organisation des
chemins de fer ;et des bypoth
industrielles ; quinto ; de dsigner
les membres des diffrents coi.
d'organisation dont la njmination
appartient h la commission des rpa
ra ions ; sexto : de prparer les me
sures dont la mise au point lui fut
con lie par le rapport Dawei,
La Socit des Ratiins en
lace d'un nouveau problme
GENEVE L'n nouveau prob'me
vient d tre soumis d'une manire
assez sensationnelle la Socit des
Nations ; la presse a donn notilica
tieu ofHoielli qu'elle ne serait lie
d'aucuns faon parles ngo iations
qui se p > irsuivent en ce moment en
tre U H issie et l'iu^eterre au su
jet des sphres d indien -e en l'er-e.
Prtendtnt que le jour les sphres
d'influence est pass dfinitivement'
la presse a envoy a la Sicil des
N Uions les copies de la corre-pon
dance qui a nil t changea mire
la Russie des soviets et PAnglet rre
propos de la rvision de 1 il ord
de 1997 entre la Hussie t a-s e et
l'Angleterre d'aprs lequel !a sphre
russe tait fixe au nord de la l'erse
et celle de l'Vngleterre au sud.
L'opinion du gnral f}-iwes
sur la question des
iieparalions.
PARIS IS-. Le Gnral Dtvve-iqui
se trouve actuellement Ko.ne a
confirm ses prcdentes apprcia-
tions surla situation des repir.ition.
Il a ddire que les allenaids dj
vent rptrer le dsastre el les dei s
tatiois |..nl ils sont seuU respo;i-i-
b'es. Il a dit que la France a |ji
sagement en occupint la Kulir ra |
diot ainsi possible Fivivre dei
experts el garan blmol de II manire
la plui i li- ice l'exculi >;i des eh ir-
ge que les faperts ool imp ii lei nn i
Bimitnenl I Allen igoi. M Poi i
ir I li. I mu, 1 du
Prou l'aris.
En cliaone i'1 '' ,mbri
' p >eji obi .'s el
'"iiliv- \ ileurs bie iei d i II iTti
* des pays roiiioi, je i iui dooherai
^es caries postales illustr. d l \ jes
e la grande guerre europenne, des
vues anglaises fameuses,etc.
Miss Tee, Kia Ors, Stockwil, Lon
dresj Angleterre.
Las aiperta amtTri: ains s.)nl
optimistes au sujet do la
question des rparations,
Paris. -- Lis Membris Ain ri-
caio* des comits des experts, le
la CoiDmissioo des Rpartti m
ont exprim leur ialis(acti>D de
voir c-!ite dernire dci le i pou.-
suivr* les travaux prliminaires
l'excutioD des conclusions d< s
experts. Ils pr lisent maintenant
qu; les difficults son* aplanies,le
seul point noir l'horizMi est les
prochaines lections alieminles
qui enverront peut-tre au Keicit-
tag un grand nombre de p?rle-
mentaires opposs aux conclu-
sions des experts. Les experts qui
ont enqut Berlin sont con vain
eus que le Gouvernement Alle-
mand actuel est trs dsiretx
assurer la mise en excutio i du
rapport et contraindre le Kei :hfag
la ratifier mus doutent que le
nouveau M iehtsg sxd aussi do-
cile que l'ancien Les experts an
ricsins sont arrivs la conclu-
sion qu'il y aura peu d inconv-
nient lancer aux LUts Unis
10J jOJOJU d3 dollars de l'emprunt
silemmd, en Angletene 75.000,
i n oo stiiumt la trench* de a
piys, chez les autres allis les 25.
OOO.oj ) de dollars restants pour-
vu que les Ail; n m ls ne msnt
pas la politique, l'emprunt. Les
Amricains s> croient ton l'y-
peus;r que l'Angleterre ne se
mettra pis vis vis de la France
concernant l'intervention possible
de cette dernire, en cas la man
au n ;:il volontaire de la part d;
I Alleu) ignSi mais expriment l'es-
poir q i ; si le ra m jue nent se p o-
duit il sera si clair que le morj le
entier se renlr au cot des cran-
ciers allis.
Nouvelles diverses
l'AHILe correspondant du' Ma
tin" & Belgrade dit qu'il a appri. de
source autorise qu'une alliance d
fensive sera co .cl le entre la France
et la Yougoslave. V l'occasion te la
visite du roi et la reine l'a is le
mois prochain, le gouvernement
franais a envoy des instructio;is
son ministre i Athnes po.ir recon
natre la rpublique grecque aussi
tt qu il aura et-; officiellement tioti
li quelle a t tablie.
TtiklO Dans un lilo ial qu'il
publiera demain, le journal "Asahi"
traitera de crime lgislatif l'adoption
par le snat de Washington de la
clause du projet sur 1 immigration
excluant les japonais.
QBMBVB M. Mussolini vient de
donner la preuve de sentiments ami
eaux pour la socit des nations en
adressant une cordiale invitation
partie p r le mois prochain la con
iereuce d migration qui aura, lieu a
Rome.
BUDAPEST La Hongrie a fait
un nouveau pacte veis le rtablisse
m nt financier et conomique quand
le parlement aprs un6 sance pro
longe a vot les projets de loi n
cessaires pour mstlre excution le
programme de reconstruction de la
socit des nations.
WASHINGTON Le projet de loi
-ui l'immigration a t Not parle
snat par o2 voix contre G Le proj t
li\e l'admission maximum d'imtni
gtation 1,'iO.oOO par an contre un
total de 162.000 dans le projet
.1 Imson.
WASHINGTON- Les tmoignage*
l'audience spcialement arrange
par la commission snatoriale d'en
qu4le sur le d'ptrt ment de la jus i
ce ont port sur un grtnd nombre
ds sujets y conpris la disparition
mystrieuse des boissons al ooliques
conlisqies pojr poursuite contre
fraude et cas de fraude de guerre.
La commission snatoriale des ail ii
restrangres a donn droit de dia
lassos d'opposition <-)ncernant la
parti.-ipation des Liais Unis la
cojr ioternati mil de justice.
WASHINGTON- Le Snat a p.
prout le pourcentage 'de i op bl
sur le reeensemenl de Isto pour
la compultion du chiite da imm
grant daus le nouveau projet de loi
sur l'immigration. Les mmes spci
BciGom se trouvent dsai le projet
de loi v it par la chambre la semai-
ne derniie.
AMSTERDAM. L-llandelsblad
dit qu'il a appris que si les ngocia
tiens auh>ru8ei u,ui si courfUi^cnl
SEDOGASTRINi:
Admis dtoi les Hpitaux de Paris
Calme instaitUiHiiu-ni : Crampai,
Brlure, Algreun, Spaamsa
douloureux. Nauses, Vertiges,
Vomissements.
Dconsestionnc le Foie, facilita
l'coulement de la Bile.
Trs efficace contre les Gastro-
Entrites des paya chauds.
En ttnti dam toutu ht p/itrmati'ti
Dcpi gnral :
UWatoins P. ZIZINE. 2 Rs ssCapri. PARIS
a BWH Pharniscle Al. PETRUS
et toutes bonnes pharmacies
en ce moment Londres rusissent,
une confrence aura lieu pendant
l't la lla\e entre les d'gns des
Soviets et des reprsentants de la
France et des E. ( Au sujet de la
reprise des relations normales entre
les trois pa\s.
SANTO-liOMINGO 17-1 ne forte
averse de grle est tombe aujour-
d hui de 13 h. 30 13 h. .10 a Co-
lu\ situ iijenviron cent kilomtres
de Smto i'omingo.
Paris. Les Gouvernements
Franais et Allemand ont chan-
g en gare de Keil les nationaux
dtenus pour raison politique. 3
franais dont le capitaine d'Ar-
mont ont t changes contre 3
allemands.
Maykni i:. Le procs des sa-
boteurs de la Rliur ses termin
aujourd'hui. 12 inculpes furent
conJaran-'s des peines allant de
5 20 ans de travaux torcs. 8
lurent condamns la rclusion
p ur une dure de 1 5 ans, 3
inculps lurent condamns par
contumace, 2 la peine de mort
et 0 20 ans de travaux forcs-
LESCOTJBS
19 Avril ~~%
' NEW YORK- Franc Tl:,.:<>
Livre sterling^;"^ 4.383T
A traversa Villa
f Hos njouts
Dl temps en temps, des boueius
reement les gouls del ville, met
tant la boue rot de iacbausse de
faon qu'elle soit enleve par le ca
mion iltt service de voirie. Malheu
sment i arrive el cela se produit
assez, souvent que le camion na
passe pas tt que la boue reste sur la
chausse.
On comprend ans peine que celte
faon de procder ne peut en rien con
tribuer assurer la propret de la
ville.
Avenue Toussaint
Louverlure
Nous signalons au Service del
Voiiie, ls immenses sabliers qui
aboinlent dans ce quartier et qui
constituent un foyer do paludisme.
Leur mondage serait ncessaire et
donnerait toute salistaction aux lia
bilanls de ce quartier.
Accident de voiture
Samedi ver les huit heures du
matin la voiture portant le No ilO
renversa une malheureuse vieille fem
me. ge de 60 ans environ, l'an
gle de. rues Dants Dtstouches et
Monlalais.
Le i och.'r ne se donna pas la peine
de c nstater l'tat de sa victime et
cjnlinua sa route.
lue autodela0.dll. la condui
lit au bureau de la (iendarmerie, les
formai, les i emplies la victime a t
amene l'ilpital.
Varits
Ce Soir
Qiandt malim'-e pour eo-
Iwrti a 5 !.. 1,2.- E.uv o,5J


LE MA Iirv
SOUS LA MAIN
ayez toujours
UNE BOITE DE
VRITABLE TALISMAN
[Pour PARER aux consquences]
d'un refroidissement
PRSERVER, TONIFIER
vos Bronches et vos Poumons
PARACHEVER le traitement
d'un Rhume, d'une Laryngite
ou d'une Bronchite Invtre.
Procarfi-vout en :lc .ullr, niHis
r^rutri iin}>i:< .< .ti leinmt 1rs
pailllir. qui root MNlMI pr*-
poe au dtail pour quelque*
ou ce MM mijour* dr.
liui.allon.. Vont ne serex
errlain d'avoir
LtS VRITABLES
Pastilles VLDA
' que li tou les rchetei
EN BOITES
"MU VALDA
Les Pastilles Y\LDA -on' pi vent
Pharmacie Cenlr.le ii Hati, I harma
ci Bourraine a l'ml ; u Prii,fp,l har
macie Brulus Jimie et toute
pharmacies.
an
fafcin.-i
k
Ki' Mm m liin-nt
l4 haut
Hir-PIvr Wfrar.1
Les rcpisss suivants :
Commiaana Sambour, No 14:1!,
faveur L. Gustave, valeur G. 27.
Commission Dauphin, .No 308, fa
\f ur Lonard fioataw, valeur % ;t()8.
^'oat adirs et dclars nuls, dupli
cala devant eu tre dlivrs.
Port au Prince, 1 avril I9JI,
contre
rC0NSTIPATI07
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
' pLr?RT" Pharmanon,
ttO. Bu. Smint-Antoia
PAHIH
C'EST LE MEILLEUR
.____DES PURGATIFS
.*
il
CI
-.Pti,U3 r MHMAUmSi
Pl>.irmci- du D- JuiUn VIaRU
*' '"'- l" bomi Pk*>rm4iM
F O.PIERCE Company
12 WEST^ BROADWAY NEW YOllY
1ONDEE EN 1847.
UPERiRlTt BAS PRIX
Fabrique de :
Peinture, Verni?, Ocres ae loot8 sortei.
Mat tic.
Lon R. Thbud
igent pour Hait
ALUMINUM LNE
New-Orlans etSoufh
encan Sleampship
Co'Jne.|
Prochain'ndpart^direcfs
pour Port-au-Prioce. laili
Le SjS itlNN* la**re MWVELLE-OR
LEAISX le 13 avril cru animera Port-
au-Prites l tinue.u^v c^charatment pour Petit
Gove V Port'de-Paix L'itinraire du
dpart &/*& l'arrive du bdteau.
A partir du 15 Avril courant*
il y auriiichaque quinxatnetun
bteou pour Hati*] ;;J
Port au Grince ^ieAJ3 Avril i92
A. de #lallds Co
Agents Gnraux
Funrailles Leho et Fink, lnt
Au milieu d'un coi.voi nombreux
d'ami* ont railles de Mms Vve .1. Il Laudun,
ne M ii- Anne Eli/.uhelh Lucie Kli
', dide le vendredi 3 heures
de l'api es mi li lige de ofi nus.
A Mr et Mme Maurice Laudun,
Mr et Mme Adiien Scott, lin louis
et Flix Laudun. Mlles Jeanne eli'.ar
men LaudttO ainsi qu'aux autre |a
NB( et allies, nous eovovutU "is
sinci res ccndolam e>.
Rerolojie
Noua avons appris I BBOrl do
Marie Madeleine l'mcette l'Isan e
dcde Irer (|iiiti-4 heures de l'a
prs midi et dont le funrailUs au
r ni lieu cet aprs midi en l'-Cglia
Mtropolitaine.
Nos ((ndolances aux |annl>
prouvs el parti> uli-'ifiurnt a Mndej.
moisel'e Llia l'isance bu-ut de la
dfunte.
Ecole lfationale de Mde-
cine et de Pharmacie de
Port-au-Prince.
Examens- Session d'Avril
19*24.
Les examens continences le lundi
7 courant ont pris lin ce jour avec
les lsullats suivants :
Pharmacia lama, anne : Oatiu
Mdecine
2me Examen : 1re pai tie : Hen
Sal< mi n Ht n Jcunly. l'Isrnce Ti'>
lmaque.
3me Kxiiiii'n : 1re pi ti j Yanri
Bel'evue, Walson lelaOB, Amoss
Leroy, Kesner St Louis
Ime F\ tmen : K-n I! iyard,M ireel
Ption.
l'orl au l'ii i Mi mil \ M\
Supriorit
Fonde en 18"6
Bas prix
P'ompU'ude
Tous produits chimiques, pli.trmuccnliqti.es et antres
articles vendables dans une pharmacie.
fcpiccs, l'oiwe. < aiiiiclle,(ruoi'lc,Aiiis toile, Muscade
etc. etc.SUCRE RAF1NE.
Spcialil : Marqua prive 1 ysol dsinfeetant, Parfu
literie, Articles pour lial.iers, \\,\y Ruiii, Chocolat en pou
(Ire, llutlc de foie de Morue, I .mnlsion < ohl Cruu,' E\
trails pour faire essences et eau de toiletle, Kau;de f^lli*
uiue, Poudre contre les insectes, Solution pour,;conser-
ver les fo frais, Lait de Magnsie, Poudre suprieure
pour la toilette des enfants, essence de Heurs, ICau de
Florida, Miel pour la laide, Moutarde, Huile d'Olive
pour la table, Itrosses dents, l'epperminl, liuile pour
chasser les moustiques el autres insectes,Itegulot: huile
C(Mitreycoiistipatioiis et douMesdes intestins chroniques
Th,_Cire pour les parquets,Comestibles, lUixirs, BpieOS,
Sirops divers, Teintures diverse?, Vins, etc, elo, ete.
Demande/, le catalogues des spcialits.
Confiant VOS commandes LEHN & FINK, lue \) vous
serez, absolument satisfaits.
Toutes les bonnes pharmacies du pays s'approvision-
nent chez LEHN A FINK Ino.
HUV.I '. l!"l :'H '! I "l 'J<1
sawsixvwnHa iun09
p (vorpvH aoafjmut)
3n3uag aaincg
BOOBfl 8 : noonu np xijj
TV
Jeunes lille* a/labUe*,
jeunes femm luiuiues,
el voua A essieu m les
surmens, prsnea le
TONlkEL
Cle*t l. rp.cowiiVw\v>A idil.
En vente dam les prlncipaUi pkaroiatittft.

Lon H. Ihbaud
Agent exolusif pour liait!
PERFEGT

r
Yiisiu I Compaii;
ASTHME
PAPIER FRUNEAU
BrQleraed ma ad- I i rodult tto>u a-rnn|tr H ton la ca d'Aathme. fmih.sima. C*frulQ, Ci,
FRUNIAU, SS.fll-Marttn.fanB. '.. r>M ri
CH1CAQO, 1LLS
Jli-aatcgue^, 3uittll,3e coton, diuilt 3e mail
&%ett tvt Claii LJorAe cBoeaf Sal, 3am6oa h
JBacoa; Queue* S\lwl De porfi.
ScuitiUyt en ftatte. l5i>raD ^\ce\f Sloi >u
^otteD meab, etc. etc. etc. :
*ilre| Dtx violr lo ^rlx CoaraaL.
Lon.K. Thbud
Agent exclusif peur Haiti
Black Shoe Uressing
le Produit le plus pur qu'on ait encim [mporU dan*'le pava
Une simple coucha sur les souliers les plus d in: \ neuf
[uida appliqu sur les chaujkurei na lalil peseta lioffa hlaac
Il rend lo cuir brillant et souple. | pliqu sur toutes les peaiiJC
l.esportesmonnair,,!,., valiia,li 11 intun - inuiiNles portes feuilles
Peuvent tra ramia naof par noa saula mcha da ea marveilieai produit
Des chantillons font a la disposition de nos client.
Fultonlhot Polied, lac.Col* Toik
Geo. Jeanseme,
A^ut Exclusif pour HaR.
llu Rnt CRfECT
ermoMlh lin/ ino
Chez A- de Matteis&C0, -49en,s Gnrau^


LE MATIN
i;
URODONAL;
combat le rhumatisme
IV
Goutte
Rhamatinmet
Qravtllt
Artrio'Sclros
l.'t'rudonal n'e*l r>n MU'
rmcnt lt diswilva/ii i* plu
rnerBl'lue (M I acide urmui
actuellement connu, Mila
qu'il Ml 37 fols plut puKtani
ans ls uiniiir il airn ou
our*, prventivement sur
s formation, Voppoant A a
\i-fi n a on
ii.iilbiion iluii 1rs |imu<
pf ri articulaires M dans les
|omtort.
D' r* .rM
ne prof, oiur (cote d m/d
i.aiate ant mit! oi rw,o
Ftabl rbaulain. t . r ta-
rif, pan, et i>* h"~
URODONAL nettoie le rein,
lave le foie et les articula-
tions. Il assouplit les artres
et vite l'obsit.
DIALIROL. Dain i .irDo ieui tonl sMailf
ArierioSclero*. Miami Dermairne. Maladie
de la liam Arthrin^nn. CardiopaiblM
LINYCOl Baume calmanl Rhumatisme.
Ocuite i.umbaco Nraiiaa
lerje Vaillant Cosignataire pour Haiti
JWtStOM
PNEUS
TUBES
& ACCESSOIRES
'.es premier! automobiliste du momie se servent de
Pteus <& Tubes
FIKSTONI!
La tireslone
lire <$ Rubber
Comp my,
1 armi foutes les autres labriques de Pneus U Tubes
reprsentes en Hati est la premire qui a permisI
au public de profiter de la baisse du Caoutebouc.
Vous avei une relle garantie en employant le pneu
"Firestone Coids"pour votre aulomubile surtout quand
tous la faites circuler sur des routes glissantes pli
rocailleuses. Une lois voire auto munie de FireslOUt
vous ne devei rien craindie,tout Ranger est limine.
Tuiles commandei directes peur la lubrique sont!
accept* s des conditions trs awitageuses par l'agent:]
L. Preelzinann-Aggerliolm,
Rue du Quai
Tlphone: 254
njours en stock toutes les dimensions de
Puetis k Tubes
Vous en trouver** aussi ']ch*z r
J. H. Woolley,
Oppciite Bazar Mtropolitain*
i
Pour le* Fles
Boisson* Voir on*
Vente eu gros
Bire allemande cliorr, Blonde et Brune" eaiisede
8 lou/aine. Bire Danoise c fiking caisse de'43li.
Cbampaqne "Charles Heidsick'* ^ec.demi-see, GoaUam.
en 24i2 e't12|1. ~
Wiskn, l)lack;and White, Jobnn.eJVlaker lad and
hlaek, label, Yeteran.
Vin Bordeaux, en saisies, rouge tt blanc, suprieur,
' Tin bordeaux en barriques de 60 et 30 gallons.
Marie brizard,aeao,aiinisette, Menthe et abricot krandy.
lujeni o, ,
Anqestura biUers. ordeari/'Qiiiiia. Cognac Iy S
toiles, i uracao, Dubonnet, Gordon Dry Gin, Jorlir
Tennent XXX, fermounth Martini fit loasi, "ndieti a
Dom, Malaga, Iherry. Madre etr, ete.
En vente' au prix "trs raisonnable chez
l F>nkElZM*lSN'JGGERHOLI!d
Rue du Quai.Port au Prince
11 maison SI LVERi
La Maison H- S1LYER viens de recevoir par les der
nie*, steamers les articles suivants: de toute fracheur
des prix rduits : -
Chapeaux d paille fine d'Italie, do toutes espces.
Chapeaux de laine d'Italie.
Chapeaux Feutre d'Italie
Baptiste lune pour chemises
Tussor fil anglais ka--**.
Tussor de soie anglais harres pour ohemiseS. robes
Satin de chine pour tailleur
Lustrine pour tailleur
Colette pour tailleur
Brkll merceris amricain (nouveaut
I irill fil blanc & union anglais|
Kaki Jaune anglais extra qualit
Zephir anglais sup. pour chemises |
Toile drap fil anglais 110 pouces
" coton *' 8(1
Batiste fine pour chemise
Dne visite i notre Maison vous convaincra de la bon-
ne qualit de nos articles et de la modicit de nea
prix en comparaison avec ceux d'autres maisons de la
place pour des articles similaires.
H"
1 '
' ...Il
. .-iLiiLiy ,l3SI

y
CD
B
i
ma
i tient eurdu
savon e.i un
garantit dt
puralaf t
d'exrellenr
ED
uni
E3
i
1
Prvenir vaut MUX qutf gurir.
Et prvenir rat ai facile
Eloigne le germe d votre peau
avc du Savon LifeWuoj t'est le
moyen le plu cerUio.le plus sauf,
et Te plu tt 'le euinbatlre
Mo seulement il attaque
et duper le priori-
mai* c es I un de savon
le plu L-almanla qui S>
aient ameii le' eclievct
-Savon otebiioy
xi.hu tivtn os c cMBioct. m u s a.
igggi
negsgii
Port-auPrinoe : Simon Vieux, Charles Pienalet, n. &
N. Sada, l.ore Rivera, Bazar Mtropolitain.;
Gonaves : Madame Kugne lllirosse.
Saint-Marc ; Mme Maurice Clesca.
.larme) : l'lit Boug.
Potion Ville : Oreste Chrv.
Alfred VIETiX
Aflcut ^our Uaati
i
.ci
i


MI5SING I55UC


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM