<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN H L, lia tu de taras h iiuin et Mil Par Cable Nouvelles Etrangres • li imt.re de Commerce de Il i M i adress I la Chambre de Cimn, H • • illliiili 1 1 lettre de reme cien enl que nous sonmes heureux de publier ci apr. Illusion, Texas. 41 Mars 1024. Messieurs, Je viens vous adresser au nom du Coi S il .1 Administration de h Chambre de COITHM ne dfl Houston. Pexpreaeioi de la reeoonaiMaoce de celle institution pour, l'intressante, in-lnn-livo, el scrabU rcention offerte par vo< diverses manifes'a lions organises en l'honneur de ses membres de paisigoi bord da steamer %  Lafaytts . Tous ceux qui y ont pris part ren dent un hommage unanime l'accueil dont ils ont t l'objet tant par les membres du gouvernement, 3 ue par les Chambres de Commerce 'Hati, et vous pouvez avoir l'assurance que de notre visita voire Capitale, il rsultera un hnlic matriel pour noire pays, parce que vous avri pris contact avec des hommes qui n'avaient eu auparavai.t aucune ide de notre situation. Il serait souhaiter que vous puissiez le plus lt possible envoyer aux Elals-I ois une commission qui passerait par iHoaston, ce qui nous permettrait de vous retourner les amabilits dont vous nous ave/, coin1 ls au cours de notre passade chez \0\lf. Tig sincrement voire, Le Vire prsidant et Adminislraleor Gnral de la Chambre de Commerce dellousto i 11. II. HAINES Le Mandai* du (u'irole M'. \ O IK Har y Siactair ayant relus de n pondre ft I enquMe de la commi-siou du s4nat sera Ira (luit devint h; grand jury de W. s' ioglon. L'ouvre des Bolcheviks en AogUtire LONDRES— La police de Scotland Yard a remis au ministre du travail une abondante documenta tion qui dmontre que la majorit des gives et des conflits suvriers 3 ui ont t enegislrs ce9 temps erniers en Angleterre sont l'oeuvre des bolcheviks rsiliant Londres el faisant partie de la missio i corn merciile russe venue pour n Kocier les trait* avec l'Angleterre Des leuilles communistes et de* brochu res de propagande profusinent ri pendues prsentent les laboristes comme le rempart du capita'isme in ternalional. Dj Mr Churchill avait dit dernirement que les 1 boriste i n'avaient pas d'ennemis plus achar ns que les bolcheviks. Les sucQs du tl fhone automatique Nous avons maintes fois parl de cette installation lomme tant l'un des services publics les mieux organiss, et nous av< ns dans le temps demand que par ..un laril raisonnable, le rcepteur ft mis la porte du plus ni and nombre possible, tablissant par une petite statistique l'usage intime que nous faisons de cet appareil de projets. Son utilit qui chaque jour se vrilie davantage en simpliliatit les dmarches dans nue proportion inapprciable, fait que dans notre monde d'affaires surtout la ncessit prvalant les dolances, des demandes noml reuses d'abonnement ont t faites la direction de ce service. Devant i'irapo libilit d'y donner suite et pour parer celte insullisant, des dispositions ont l prises pour qu'uue exlensi n soit donne au rseau actuel. Des travaux 'ont tre entams aujourd'hui, et bientt aatisi'aclioii sera accorde tous : deux cents nouveaux appareils de communication pourront tre ainsi tablis. m*m* Remerciimentt DOS Confrres Il l'ail pas trop tard pour que noi;s adressions no remtrcienvnls tous i.os contires qui ont eu l'aimalili attention de nous adresser leurs complirhi nts l'occasion de noire Dix lin lime Ai nivenaire. Nous devons in mol particulier L'Kssor qui a fl presqu'en mme temps que nous ses huit ans et qui nous souhaitons une longue moisson de IQO< I %  M 4 vendre Meubles franais, salle I manger, clnmbre coucher, piano vaisselle etc. S'adresser au Malin Demain Nous pub'ierons les divers discours f iroi au cours de l'inauguraion oiii s le des r'otiveiui pon's f( icul.j. Propositions aile nai 1 JS inadmissibles PARIS— Dans la no'e remise au Quai d'Orss] pirson ambassadeur, le gouverneme il allemand repousse la dmunie, du consei de9 ambassa deurs ayant irait la reprise du con trle militai e interalli en Allema gne ; cette noie demande en outre ce qui la Ligu • des Nations provo que le dsarroi ment del France. Le gouvernement franais ayant ma nifest en plusieurs occasions que la rduction de ses armements tait impossible tant que l'Allemagne n'ai) ra pas dmontr ses intentions p ici tiques et satisfait aux engagements du trai' di Versailles, les proposi lions de Brlin sont par consquent iuadmissi'j es. Volcan en ruption ROME— I e Mont Slromboli vient d'entrer dans une priode ruptive, la lerribii explosion de vendredi tait uniquement le prologue du phno mne ; las cendres rejeles par le volcan recouvrent dj les flancs de la mont i^i c tandis que le port de Sanyin-eii/o a souffert des domina ges innoit.ii.ts. On jjr.iml procs en Belgique GAND— Le jury de cette vile a rendu son verdict dans le procs des 3*i criminels qui pendant les pie mi. M \\ VOHK— Les rcentesslati* tiques publies par le gouvernemen 1 sur le stock de pi trole aux Kta s Unis ont piouv une erreur d'un million de banls parce q l'une com pagnie importante dont le nom n'a pas t divulgu a omis de reporter dans le but de provi quer une banals ee-ta matire un lot de fat. CO" batils. PARIS— M. Di Fjneees, nou veau ministre du Portugal Pari-, a prsent 'hier ses lell es de cran c? VI M llrand. BRUX-.LKSDaprl La Na ttoa n D jtge, un syoai si li lancier amri<*n 1er a l' Ulema^u nue priode raisonn ihle po'ir expri n r son opinion. La com mission devra 'iil-ndrc les reprsen la ilin Rcli •! formuler ses con durions d' trd avec les recomm in dations des experts. Ce journal 1er mine en faisant ressortir que la s du tion du problme des rpirathns est encore lointaine. PARIS Le prsident du conseil et l'ambassadeur des fctats L'nis ont sign hier sa Quai d'Orsiy le trait franco amricain oui accorde aux Etats Unis l'galit des droits de man dats territoriaux en Syrie et au Li ban. BRUXELLES A l'occa-ion de ses no-js d'or avec l'glise, le carli nal Mercier a reu la visite du roi Albert de Belgi | le.L^monarques'est entretenu pendant plus d'une heure avec l'illustre prlat. PARIS Les statistiques publies par le rahistre du commerce d montrent que la France a export en 10ta 2-i.fiil voitures automobi les d'une valeur totale de 73 ).3 17. 0 i franc*, 8. 100 voitures d'une va leur de 877.775 francs ont l im portes pendant la mme priode. LESCOTJRS 7 Avril NEW YORK— Franc biv.'e sterling 17.28 4 31 41 Correspondance Nous avons rmi la lettre suivante laquelle nom nou: n* preuolu de donner publiat %  Monsieur le Oirec'eur, A la suite d'un malheureux incident survenu il y a p'us de quinze jours au Royal Caf. Monsieur Joseph Verna s'en fut au Bureau de la Police o il se plaignit de la disparition d'une certaine valeur dont il tait porteur. Des sou pi; n* Si fixrent sur le nomm l'.u;ene Ca ixte qui s'tait trouv, parait-il, ennutomibile avec le plaignant. Le prtendu pick-poket arr prit place dans le camion du Servi e de Police sous la surveillance d'igeuts prposs cette lin ... et depuis on ne siit pas ce qu'il est dev • nu. Aucun renseigne n?nt prcis n peut tre obtenu. Des parents du dispo.ru que nous avons rencontrs par hasard nous ont fait part de leurs alarmes. La femme tst au dsespoir et toutes les recherches sont demeures vaines. La Police affirme que le prisonnier s'est vad, mais d'autre pari, des rumeurs persistants veulent que ce malheureux soit mort mystrieusement. Nest-ce pas que tout cela mrite d'tre clairci Bien vtre, UN ABONNE Conseil d'Etal C'est aujourd'hui que conform ment la Constitution s'ouvre le Conse'l d Etat. Le prsident J. M. Grsadoil aprs avoir reu la presta tion de senne 1 des nouveaux ("on •ailiers Charles Po nbrun, Charles Bouchei-aii et i r Mercier, fit ensui te un epos sur les faits enregistrs pendaut la vacance du Corps. Puis ce lut la formation du bu reau pour le premier mois de la pi senle session. Ont t ius : M Grandoit, prsi di M M D Pierre Louis et Ch. lUmv l 1er si 2cue secrtaires. Parisiaua MARDI; r la 1er St 2me chapitres Entre : 2 ^k 3 pis. On jouera m^ma s'il pleut, car le fil-n doit tre expdi samedi. Varits Mardi Quand on aime 3e &]4e pisodes EtUrw '• 50 centimes H Mercredi Malhias Saadari re, (le et 7e pisodes Entre G. 100 1 oye 2.00 WS>Wyens de subsistance qui fj rent abass. Avoi Ma/i 1 va et Itudolpho Valen tino, la pic de Tmes obtient encore un triomphe sensationnel. Le Pr':.-ilent au Ckamp de Tir Ce mati' 1 Mr le Prsident de la Rpublique a assise l'entrtne ment de notre quipe de tir qui doit partir la fin de ce mois pour pren die part la huitime olympiade. L'quipe, comme on le sait, se compose de ciuq hommes. Ce matin, au tir 100 mtres elle a don no un rsultat de 535 points. Le record olympique est de 470. Il est 4 remar que les tireurs ne se servaient pas d'armes de prcision qu'ils n'emploie ront qu' leur dpart. Le Che" de l'Etal a flicit le Chef de la Gendarmerie pour ces excel lents rsultats. Tivoli Alhltic Chili Les Membres Actifs du Tivoli sont pris de se runir le mardi 8 du cou ranl <\ 5 heures prcises de J'aprs midi chez Rgnier. Ordre du jour admission de nouveaux menbres •Juestions d'intrt Gnral. R. ISIDORE Secrtaire Gnral i\ T 3issaoc3 Mr et Mme Alfred Dugu nou font part de la naissance, cette nuit' de h u: liis : lean. .Nos comj^limeaU. Ness3 da Requiem lins Vve Ailib llaw'ey et ses enfants font chanter une Messe de lUquiem le mercredi 9 Avril courant ;i 8 1[*2 lires du matin la Basiliqu .Notre-Dame, pour le Repos de l'mj de leur regrett A DIB HAWLEY Et prient les amis de bien vouloir considrer la prsente comme tenant lieu d'invitation. Les Matches d'hier Agrable aprs-midi hier au Parc Leconte o se jouaient deux matehes de Championnat, le premier entre l'Association Athltique de St Louis de Gonsague et L'Union Athltique du Lyce P tion ; et le 2euxime entre l'Equipe de la Gendarmerie et celle du Junior Athtique Club La premire partie co nmencie trois heures 1|2 fut m;nt'e avec beaucoup d'entrain par les j;iipiersqui lirent preuve d'une connaissinee approfon lie du FootBall Asso nation par des passes bien faites qui attirrent plusieurs foi les applaudissements .du public Saint Louis l'emporta de hau te lutte par deux buts zro. La leuxini partie qui, dans les premires minutes, prsentait un pu d'attrait par une belle attaque de U Gendartnaria et une vive riposte du Junior se refroidit aires vingt minutes, le Junior Athltique Club a,ant pris une ollensive dcisive sur son adversaire. En effet l'quipe de la GenJarmene reut s


PAGE 1

LIMA uni PHARMACIE PRINCIPALE H. CANONNE 49, RUE R EAU MUR 88-90 BOULEVARD SCBASTOPOI PARIS vendant LE alEILLF.lH MAIU.H DO MONDE Produits des Premires Marques et toujours de premire fracheur l NI BEULB QUALIT : LA MEILLEURE RAYON SIM UL POUR LES COLONIES DlttMit lltll III IllloniSTERlB SPECIALITES Franais** et Etrangre HBJ DE Qi'IMNi: l'L'HS Tous produite en /laons. ampoules, comprims, cachets. SOLUTIONS HYrOUEKMIorKS BANDAGES, CEINTURES, BAS A VARICES APPAREILS HYGINIQUES pour tous usages APPAREILS ORTHOPDIQUES Seringues hypodermiques PHARMACIES DE POCHE, DE VOYAGE COFFRES PHARMACEUTIQUES pour Usine, ConiDiunet, etc. Projeta de Factures et tous renseignements sur demande adresss PHARMACIE PRINCIPALE 49, RUE RAUMUR 88-96, BOULEVARD SEBASTOPOL PARIS MAISON UNIQUE AUCUNE SUCCURSALE ui eu France ni l'Etranger. Lehn & Fink, In v \.c pnlilic o-l avis.'' que le f.i \ni 7 AVRIL, la Phnrm.jcie Centra'e olrira contre chaque vente au comptant de Dix (InumiF*, un JOLI SAVON, comme prime, au choix de l'acheteur. Ncrologie Nous avons appris la mort de A. Svlla,-le sympalh'que ptr pri'.air • de l'Htel l'Avenir. Les funraires auront lieu C I pre' midi la Cathdrale. Condolances aux parenls prou 'es. EXCEPTIONNEL .nui MSdecln de • Campas". I< loa Ouvrage de fctfdeclne a luutllDl • i %  car S franc on oUTrage cote 18 frt so".-n >.' ""•"' ''"" u •*" DU; i on r Feur. .plante, rhai looo artl.l.. I la porte de luui pour a* aolan r aol n 0,,, mn t jj. UMIM i i-. i. "H K ua -.t. m Fonde en 18"6 Supriott Bat prix Promphlude r*)us produits chimiques, pUarmareliqneft et ;rmsut t articles vendables dans une pharmacie. Epices, Poix re, Cannelle,Girofle, Ans toile, Mu — O sto, etc.SUCRE RAFINE. Spcialit : Martine prive l.ysol dainfeotnt, Parfumerie, Articles pour babiers, llay Runi, Choctilat onjpo (Ire, Huile de foie de Morue, Cmillsion Cold Cram, Bittraits pour faire essences et eau de toilette, Kau e Qltlnine, Poudre contre les infectes. Solution pour conserver les tefs frais, Lait de Magnsie, Poudre suprieure pour la toilette des enfants, ssence de fleurs, Eam de Florida, Miel pour la table, Moutarde, Huile d'Olive pour la table, Hrosses dents, Peppermint, huile pottr chasser les moustiques et autres insectes,llegulot: titill •outre constipations et douhlesdes intestins chronique* Tli, (lire p.ur les parquets,Comestibles, Klixirs, f.piefc Sirops divers, Teintures jour pour NcwYork via Goni ve> l'ovt de Par et Gap llnitien, pra Kcntftt Y pasoytrs. poil au-^rince le 7 avril 1921 GEBA1U et Co, 4 „, : „, 8 F 0. PIERRE Company 12 WEST BHOIDWAY NEW YOliY FONDEE IN 1847. SUPERIORITE BAS PRIX Fabrique de : Peii ttire, Verni', i cre <*e loue* sortei. Mastic: Lon R Thbaud Agent p ur Hati STcipi; CHICAGO. ILLS '^aritcfluc,, cHalteli.oe coton, Hulte Il matA \U;tt tX Cloii L f&r!œ Boeuf eV, ^anvitU Se <$acon; ueue* 31ta (, aux, jfwwi, piech OrMet De poril. s*£$aucbiei. en Suite. £t>rru 3ieef, 3i&iti fceef ^atteo meatiV. etc, etc. etc. ^Piire Dtv aoir ftv tyrix (foaranL. Lon R. Thbaud Agent excluait peur Hati Fulton Shoe Polish Company Inc. newiork Si vous voulez protger la peau cte vos cliau^ures Si vous voulez avoir un brillant luisant et Jurible. si vous voulez la couleur el la souplesse de ces chaussures pendant longtemps employez la marque lenogram. fabrique ipeialemt ni* 1 pour les dames el les jeutle• inen du liitjlitlilc. Elle protge la peau t'es chaussures eonlre riitunfdil et la .'chaleur. Demandez la marque MonoaraB c'til la meilleure de toutes les marques. B*. EiNSEMF A*nt Pour M QUINA-LAROCHE TON/QUE, RECONSTITUANT, FBRIFUGE Recommand par loua laa Mdecina %  r QU.MA-LaROOHi I ] X" :,, FAIBLESSE GNRALE, MANQUE D APPTI^ DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRE? ta V...T1 oaaa Tout aaV aoaau ' t '"" e '" w m * Ealaeru VII.TA.LI QU.NA-LAHOOMI 004AM 0-. PABI La maison SI LVER1 La Mais.,.. II. SlLYER vienl de reeevoir par lea def niers steamers les articles suivants de toute IraiO heur i des prix rduits : Chapeaux de paille fine d Italie, de toutes espea. Chapeaux de laine d'Italie. Chapeaux Feutre d'Italie Itaptiste l'ine pour •hemiM'S i ussor fil anglais Tussor le soie anglais liarrea pour ohemise Si robeaj Satin de chine pour tailleur 1 ustrine pour tailleur Colette pour tailleur Drlll merceris amricain (nouv'aut' hrill iil blanc & union anglais Kaki Jaune anulais extra <|ualit /ephir anglais sup pour chemises 1 oile drap iil anglais '.10 pouce-. coton 80 Itatiste fine pour chemise Lue visite*! noire Maison VOUI tunvaiiifiia n9 d Cacao, Gfiirtreua^Curaoo/jrtri. la bonde nos 710, Rue des Csars Tlphone : 430 •



PAGE 1

LE M ATIM D FOX „ TROT Slbaker Big 6 i Un Je** t:> %  '' I -.a< atol %  i ..; Ht,,.: Mkm Cmdmn, J*.'ir...-, I,/.i-, DBUCll IE Unjgrdln hfhlt, Lt Sicrtl T"' r.nfi.iiirrir" et O* SI Parfum enveloppant caressant ARYS l-ourii ,lr la MaiaM '•".• FPf M t i J.H M I : Nreje O, Ru* dm la P*l PARIS ,=55£=S^SSCE3a= S5fe£: — VK: leroe Taillant Cosignataire pour Haili Pharmacie Fa Sjourn Doine avis sa clientle et aux mticc.cs ei su public qi'll %  t.tiKcim^ d'urires et Sucgstriqua Rcaclion de WaseerrcaiiD Haaciion de Tn boule, Eumeu du sang et du pu? Examen des matires fcales si:i en e era*hr /Ibnmino radjr COLSMile Crin Slwlstr i Les Bureaux de fW Geo. A.*Payne, agent DE : m if in .r nom LEVUI i ne rit itir do uvon eat un* garanti* de puret/ et d excellence Prvenir vaut mieux qu El IMeV.-ini eut ii facile Eloignez \t* ' i me de v* avec du Savon LifVbuuj moyen It plM r.rta.D.lc pi cl le plu facile Je Ltt combattre Non seulement il attaque et duperie le* germemaii c'ral un il.' m le* plue calmant ^ui &> %  mit jamais t acheve •SAVON Xl.B SI itvca •no Lloyd's Londres ET DE LA. Motor Union Insurance Co Londres, (Assurance contre l'incendia Ont t transfrs de la Plaoe de la Paix an lins de la 20e Rue ou Rue Maoajou ( Anciens tabl sseinenls Met suer yen faoe de la Texas OllCo. A Vendre Un buggy Studebnker repaie neuf et attelage compris. Occision exceptionnelle, s'adtessdr au Bureau du Journal. A la Consc'ence Ernest Camille Fhrirant de chaussures m tous genresSoins promptitude — Clrit. G ancTRueprsk Post Xo 1722 (rand rabais sur les ohaussures et finesse sur toutes les formas pointues. Cuir parfum de toute nuance. Et A l'occasion des fotes de PAquos. l'n jrand assortiment de Chaussures en pr paration qui puissent satisfaire les (jorits les plus diffi elles. Sept passagers en parfaittat peine quelques mois de |service esl vendre un prix exceptionnel. Toute of te raisonnable sera accepte. S'adresser L. PREETZZdtNN-AGGEBHOLId Gnral agenl Rue du Quai Port au Prince Kvt HOJ.C CIIOK. ! usa. Port-auPrinoe : Simon Vieux, Charles Picoulet, B. & N. Sada, Lopc Rivera, llazar Mtropolitain. Oiai.-i.ves : Madame Itagene l)lirouaavac aeaanlillooa Draparla. ih.niwri. at Liaaarla *( Uthodi tpcilti permettant i* mwmrt Ui mturt, Mrf-M/ma > • MM aaaa4/ MM. bu* aa'aa UllUmr ,.*ti IRVOTta OHAIH ai FKAKOO ~ tn.ia ElalliiiMi m "La MONDIALE" a ELILUF (S..I.) An • •.„.!..'. an iWUmml -117 Raarain'.ai >rti4i aat dam.a.^i ({m p'f^.i H t canif Los petits enfants font la joie du ftyor Tous le.i jeunes marit? rivent aux tnoir.cnei de bonhe r avec des enfanta sains et heureux. MalVurcuiemet t combien de jeunes femmes voient leur rve pas •er et no pouven' connatre t:es joies cause d drangements organique qui peuvent tro corrigs par un traitement tr; simple. La Composition Vg-iiale de .yiia H Pinkhair est exactement le mdicament ncessaire comme cetta lettre riudiquT Puebla.Puebla.Mexico. -"J'ai pris la Composition Vgtale de Lycia F. Piukham pour des douleurs dans la ventre f le dis et a.tssi p.rceqve met rgit* venaient sous forme d'hmorragie et duraient plus de cinq iuparlamdicatti ni s mime de mes amiesm'a parle de votre compoaition v< i recommande. Ma sant est revenue el et moi vous er, so.nr>M rccc.inai'sants. /'ai san e h MM fille et nou^ somme-, en bonne sant.''M MU M \ H.m.-.o Ht RciAS, Joaquin RLIZ 2-, "Tiei.ja" 1 Pueb'.a, Mexico. Du pana EOtntr d* bttrelUsdMui prc:v:n l'.ilicaa-.e e la Composition \&geta3 ^ de Lydia E. Pnkliair ..^ i f% Agent pour liait! A vendre l'ne machine vulcaniser pneus et chambres air, en partait tat, un prix excessivement bon march. Pour conditions s'adresser Mr. JOHN BOULOS, rue des Fronts Forts .V '-,15. Grand Htel de France Anqle de* Rve* Boni e Foi $d> Qvai VIEhT DE RECEVOIR: Pt de foie gras truff. — Civet de livre. — Andouil* lettes aux lentilles. — Andouiiles au saindr m.— Jambon en boite.— Anchois A l'huile.— SardinesMaquereaux Thon,— Cassoulet -petits pois fins extra — Uoudins, oie, Vin /.otigp, le gallon 4 gdn Vin Blanc, lgation 5 gd* L'Htel dbite par barriques et ((allons des vins de Bordeaux. Tins de Cbuuinaunc. •4



PAGE 1

' JIRflaraUfl PROPRIETAIRE y —a n VHWA 1348 Rue Amrtanina NUMERO <)0 CENTIME* F/LE GOf Co'umbut MM AP* : le plus .r.nd (l'i||lemenl de Ittprt tVsl gine Ils avaient la plus bille occasion de prendre la direction de a nouvelle insUlution, parce que i o -j -g le texte conventionnel, trs laiye, n'entre chns aucun dlai! d'organisation de la police hyginique. Lors, tout y tant taire, les suggestions parties des mdecins indignes eussent pu tre accueillies favorablement. Mais ne rcriminons pas. ( "est le pass. L'anne 1J15 marque aussi une re nouvelle pour la mdecine hatienne dont les conditions d'exercice ne devaient pas larder changer sensiblement. Mais paralllement ce changement, l'esprit de corps ou d'union semblavouloir natre ou renatre, nous n'en savons rien. L'Egotisme perdit du Terrain Un assez grand nombre de mdecins purent se runir en association pour la dfense de la clientle raenaoe par l'intervention civile des mdecins militaires des corps d'occupation et par la drogition de l'Assista nce mdicale publique qui s'intensilia jusqu' prendre presjue toute notre socit dans ses tentacules, sous la pousse du service national d Hygine aggra/e par une coccurrence de charit entre l'Hpital militaire et les autres maisons de sant. Le praticien peroit le rtrcissement de sa clientle. Des plus petits jusqu'aux plus grands, tous sont lou'chs. La situation est svre de ce chef, mais ils projettent encore un plus sombre regard sur l'avenir. C est celte perspecuve peu souriante qui ralisa le prodige d'une action mulicale collective. CJu a-t elle t ou qu'est-elle ? Que sera t elle dans ses consquences, s'il nous faut la croire en devenir ? Llle est avant tout un recours au droit public pour la prutection du corps mdical hatien. Par bonne fortune, une lgislation appuie les dohauces sur le double cliet des buts atteindre, savoir le Lire, comme n lecuii rgu tiers, seuls a professer. Mais, il y a la loi sur l'exercice de la mdecine qui assure la protection souhaite; 2o. Voir l'Etat contenir 1 assistance dans ses bornes naturel es. Ur, il y a uns vieille loi datant deDoyer qui rglemente l'assistance publique ('.'). Clic est bien pntre du but et des limites de celle institution. La inellieau niveau du progrs actuel de la<;on faciliter sa meilleure excution est ce qui convient. le Syndicat et d'autres mdecins pensrent ainsi el proposrent leurs conceptions propres rendre cette loi upto date L'action de cetle association, (nommons-la par son nom ) du syndicat est bilatrale D'un ct, ( nous l'appelons le sens positif ou constructif le celte ac ion,) on solli cita du (.ouvernenient des mesuras, la cration d'un service public ; de l'autre cot 4 (nous l'appelons le sens ngatif de c-'tie action) les dolanc 's soutiennent de vant le Gouvernement le principe d'un retrait de privilge dnonc comme abus ou coofene iniquit, s'il continue de se perpc'rpr sous l'œil paternel le l'Etal ? En quoi consiste ce privilge ou cet abus ? Il tient au fait que les nuisons de sant qui dispensent leur assis lance ont en mme temps des services qui reoivent des malades payants. D'o vient la revendication ;e il faut fermer les maisons < d'assistance mdicale tous au tresqu'aux indigents ro ne lors que ceux l y vont pour leur ar gent . Ls but obtenir est de dtourner de ces maisons tous ceux qui sont allchs par leur coufortable et leur utiliage. Silice terrain, tous les mdecins sont loin d'tre d'accord C'est inhum in s'exclament quelquesuns ou iront se laire oprer ces malades? Ou, recevront-ils des soins, les provinciaux qui n'ont peint d'aut.e asile en cette ville? Les questions souleves sont ass z dlicates et doivent tre vraim m rsolues avant que le Gouv;rnement puisse faire droit la requte. Ur comme t les rsoulre Voici une solution. Elle est certes dans l'œuvre dont nous partageons dj la conception, Goicou tt nous,avec plusieurs de nos au trs confrres Bruno, Hyson, etc Du temps o nous tions svn liqu, nous l'avions soumise l'at tcnlion du consul yndical. Il Va git pour les mdecins hatiens de construire 110 hpital pour la clientle c vile, d'y mettre tout le confort ou l'outillage moderne et et comme pendant cetle œuvre, de fonder une cole mdicale de perfectionnement et de spcialisation. ( La fin %  emain ) Ur A. DEBHilSSK. i — POlX TS ET ROU TES Inauguration. — Impressions Journe grandiose, a marquerd'une pierre Manche, que celle d'avant hier! Je reviens de Hinche, O nous avons pouss fa randonne, quelques amis et n.oi, mon cher Directeur, et me voici a vous cravonner quelques notes Btifia. Les autos, revenant du Ker- Che val, passant Las Cahobas, sa dirigeant l'Artibonite. un peu vert 5 b. 15. Ici, l'ancien office de la Direction des Chantiers esl transform en buf fet pour la circonstance. D immentes tables attendent d tre remplies... cependant que sur ses 310 pieds de long, le Pont de l'Artibonite.— que la Prsident Burno baptise du nom de "Dessaliaes', ••luidu Fer Che val tant ''Pool Ption",— ravon n^ dans ton dcor de feuillages et de couleurt nationales. A noler les discours de remise pro nonces par les Ingnieurs Comb* et Coller, d'acceptation par la Minire Thard el le Prsident Ilorno, de le Ui italiens par Mgr Conan.— La b ndirlion et donne La musique de Hioefat entonne une mar< Il • Ofl N %  ,ile sur la plate forme, en mme temps que s'enfle, marche, gagne la foule un* panse table tu 3 >ura du Praidaii in si : Tant qu il y tara des millions, et des millions, nonleont d< Ponti et des routes, et le Pays ne sera pas entrav." L'animation ett gnn fe. 11 y a oea milliers d'assistants : des Gonaives. deSt Marc.de Hinche.de Uelladre, de la Rpublique Dominicaine, da LI'NDl 7 AVRIL 1Q24 Mirebalais, da Las Cabobee, da Port au Prince. A la 1re tablai je noie au vol V BOttda Mmeltorno, Mr fia BtberJ, an l'aie le Prsident II irno et Mon liaurGrandorti Praidaal du Conseil d'Etal ; la Ministre Magloira, laCo a mandai Paraoa, Mgr Conan, le Para Lanore, Dr Combarland, Mme Shea rer. leprfel Zamor, Mme Moreell, le ion. cil Ici I mander, Mr II. P. Davis, Mr t. oison, Pr'lean, le Mi Distre Dominique, Mr B, Marcelin, chef du Cabinet ; — A la ime lable, le Cal Me Dougal, le prfet da Port an Prinee, le Ml Distre Thard, Mme llra, Mlle Za mor, Mlle irais, le liai Selgado, le Dr Beauvoir, le Dr H. Ilaselton, l'In gniaux Borno, Ml Magistral L. Moite, le llr I h vues ;— A la 3ma table, le haut NTHI nel daa Fires, lia Placide David, Mr Clment Magloira, du lutin, les Conseillers d'Etat, Mr II. l'orsain ville, de I K-or, des fonctionnairet et employs — .Nous notons galement : Le Magistrat Communal deMireba lais. Mai lion et Montas, nolairet, le Dr H) einond, mdecin d'Hygine, le haut peisonnel technique du Dpl. des Travaux Publies, les Officiers de la Gendarmerie, du Service d Hygi ne, le Superintendant des routes et ion personnel, etc,— un peu par. tout, causant, des Ingnieurs el Ar chitecies, MM. Tippenbauer, Mai ^nan, Champana, I.al outant, Preira etc., je renom e NOUS nommer tous h s personnages dont la prsence, eetle heure, et t combien embelli i davantage ai beaucoup (levmes liai tiennes avaient pris place — Le service est tait avec ordre, en train.— Au Champagne, le Prsident Bor no porte le toast au Conseil d Etat ; Mr Grandoit remercie au nom de tes collgues et donne l'assurance que le Contai] d'Etat marchera avec le Gouvernement pour le bien Cire du paya. Vais un petit mouvement de d guerpis'cmeiil semble te produire. Les aulot ont dj dmarr et nous liions veiThomoode, Il est 11 h.30. C'el jour drjmarch ThomondeNoua nous propoaona de nous y arr er au retour et nous rjous lanon < vers Huit lie toute vile-su La ville esl biuyanta. Un se rpand partout. Aspect agrable. — Un hpital gn u I esl en construction,par let oint du %  e rvi.e d'Hygine — et Afranehir es Bornai de I Immonde o l'on lencoulie drs rampes si levea, on seul que l'effort n'a pat t moindre du ct de Itclladre at de Las Cdbobis. La terre est aride, l'eau rare, vgtation nulle.Combien a t le tjoui dans os lieux. Mais,quand mme, travail utile, ayant peimis nos paysans, a r.os travailleurs, d'encaisser beaucoup de billets de 10 et de 1 gourdai puisque par quinzaine, l'on ne distribuait par moins de IS 10 mille gouid'-s dans COS < h m t LOI ; travail utile quand mme, par ce qu'il peimettra de piopager la culture du coton, au dire des pronri tairea, dans asile immense savane qui tait un lieu de dsolation, parce que Its routai de llim-lie Thornon de et Las CahobSJ taient imprali%  "li es. Au mi ma litre que ceux de La Cehobabas, let ouvriers de Unieba el de I Immonde ont donn de leur 1er le Pays de i al iiuii |ui, palii da Bainl a a Hincba pat Gonaivet • • retourne 81 Marc de Las Cahobat a Port au Prince par Mtreaelais. .le no mil attard un peu I lio momie. Il semble qu'elle soit des meilleures l'im| qu'y alaisse l'Ingnieur Coller, parmi set IraCen'rsl pas seuleinent un homme ''" "' ol I, c'est aussi un 1 ,! "' d'initiative : il a achev 1 I gli da liros Morne, commtn"'' •"• I8W, il ., environ ::o an'"'M avoii lait construire ow la Douai ada StMarr un btiment, dont la solidit etl hors de pair Un pnieur Coller vi, ni d'obtenir suaarbu acquittions : I = la plus spa Clause daa maisons ,| ( si Mereappar [ananl ., M, Boulin, elle ett deiine l'F.cole daa tours : 1 U plus ri. die et le plut belle des maison s de il Mare appartanaol gulem ni a Mr Boulin al deetinc A DE oie de Krrea du rai ma lieu. Une auto venant de San Juan H,-. Dominii Bina est arrive Las C la >. ''''pastanj par Belie/irt — Bavai vous ca qu'un Docteur do niai %  mpotilioo du tribunal : J jge l'ouilh, prside nt Ministre public Th. P. ni ; I,. ou Painson.prsiJent du Jurv Me Ulrick Duviver, conseil de l'ac cus. i Demain arent jugea lut n ,mmt Hameau Frariiois, dit Paul, ai-eus d %  vol de bouteilles al Laudun Gu" lave, aecttajda complicit du ilit vol au prjudice du sieur 1 A H naud. Ont t choi-id'office pour let dfendre : Mes Wliaoi et N. U gau L A Parisiam La projection des deux noueaux pisodes de Itouletabille che/ let lio hmieus : "l'Arrestation el i lusiruc lion ,a t uivie bit r toir Pari -i i na par un monde n< mbrcus el cli<>i si. d, i.x bapilri s i pleins d'intrt (I d'imprvu, et ou Houle labtlle, le clbre iournaliate e r le un anquleur habile, , igique •t audacieux dtrner le di tecti ves Ut plus renomms, o i entra dans une nouvelle phase d ce ro man qui promet d'tre da li t *i jU t seosetionntL bal


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06188
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, April 07, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06188

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
'
JIRflaraUfl PROPRIETAIRE
yan
VHWA
1348 Rue Amrtanina
NUMERO <)0 CENTIME*
F/LE GOf
Co'umbut Mm .
AP* :
le plus .r.nd (l'i||lemenl de
Ittprt tVsl es j'ai ci quoi vaut qu'oies
Quotidien
tBLBPHONE No Ut
3 8rae ANNE N 1180
POHMU-PRINCE (HATI)
Une nouvelle base d'action pour les Mdecins Hatiens
Une uvre qui sollicite l'acti-
vit des mdecins hatiens est cer-
tainement la fondation d'un li-
pUal ayant pour annexe une cole
mJicale de perfectionnement et
de spcialisation.
Russissant cette entreprise de
leurs propres deniers, nos mde-
cins auraient possd lafois.t
du coup un foyer d'volution so-
ciale et de progrs scientifique.
Ce n'est pas tout. Une telle cra-
tion, fruit de la solidarit ..d'int-
rts, inspirant aux coassoci* le
respect et la sagesse ds la dis-
cipline de 8eslins,arriveraitparles
toucher moralement et terrasse-
rait par l wdwiilualisme plat
rgnant dans notre monde mdi-
tai. L'amour et l'entente y rem-
E laceraient bientt la haine et les
asses intrigues qui dveloppent
d'inducubles inimits, toujours
exploites pour crer une perp-
tuelle agit. mille mdicale dj assez nom-
breuse est marque de temps im-
mmorial du sceau de la Discorde.
Un est confrre mais non Irre ,
telle est la boutade combien spiri-
tuelle et savoureuse du trs re-
grett Michel.
Celte atmosphre est dltre
pour notre corporation. Elle di-
minue son autorit et son utilisa-
tion sociales et restreint le rle
tant public que priv du mdecin.
La clientle croit l'impossibi-
lit de runir trois confrres pour
une consultation mdicale, car la
msintelligence ne de leur parit
de litre doit avoir la vertu d'alle
ter mglencontreusement la colla-
boration dsire.
Le Pouvoir public, de son ct,
reconnat comme un empche-
ment radical .toute sollicitation
d'expertise mdicale ou paramdi*
cale par le lait seulement que
ce'le-ci impose la formation d'une
c.mmission de plusieurs mde-
cins. Aussi ces derniers ne don-
nent presque pas de directives
pour les branches qui les intres-
sent dans (administration publi-
que...
C'est encore le particularisme
dominant qui rendit les mdecius
imprvoyants ou inhabiles jouer
leur rle, au moment de l'instal-
lation du service national d ll>-
gine Ils avaient la plus bille oc-
casion de prendre la direction de
a nouvelle insUlution, parce que
i- ___________o-j___________ -g
le texte conventionnel, trs
laiye, n'entre chns aucun dlai!
d'organisation de la police hygi-
nique. Lors, tout y tant taire,
les suggestions parties des mde-
cins indignes eussent pu tre ac-
cueillies favorablement. Mais ne
rcriminons pas. ( "est le pass.
L'anne 1J15 marque aussi
une re nouvelle pour la mde-
cine hatienne dont les conditions
d'exercice ne devaient pas larder
changer sensiblement. Mais pa-
ralllement ce changement, l'es-
prit de corps ou d'union sembla-
vouloir natre ou renatre, nous
n'en savons rien. L'Egotisme per-
dit du Terrain Un assez grand
nombre de mdecins purent se
runir en association pour la d-
fense de la clientle raenaoe par
l'intervention civile des mdecins
militaires des corps d'occupation
et par la drogition de l'Assis-
ta nce mdicale publique qui s'in-
tensilia jusqu' prendre presjue
toute notre socit dans ses ten-
tacules, sous la pousse du servi-
ce national d Hygine aggra/e
par une coccurrence de charit
entre l'Hpital militaire et les au-
tres maisons de sant. Le prati-
cien peroit le rtrcissement de
sa clientle. Des plus petits jus-
qu'aux plus grands, tous sont lou-
'chs. La situation est svre de ce
chef, mais ils projettent encore un
plus sombre regard sur l'avenir.
C est celte perspecuve peu sou-
riante qui ralisa le prodige d'une
action mulicale collective.
CJu a-t elle t ou qu'est-elle ?
Que sera t elle dans ses cons-
quences, s'il nous faut la croire en
devenir ?
Llle est avant tout un recours
au droit public pour la prutection
du corps mdical hatien. Par
bonne fortune, une lgislation ap-
puie les dohauces sur le double
cliet des buts atteindre, savoir
le Lire, comme n lecuii rgu
tiers, seuls a professer. Mais, il y
a la loi sur l'exercice de la mde-
cine qui assure la protection sou-
haite; 2o. Voir l'Etat contenir
1 assistance dans ses bornes natu-
rel es. Ur, il y a uns vieille loi da-
tant deDoyer qui rglemente l'as-
sistance publique ('.'). Clic est bien
pntre du but et des limites de
celle institution. La inellieau ni-
veau du progrs actuel de la<;on
faciliter sa meilleure excution est
ce qui convient. le Syndicat et
d'autres mdecins pensrent ainsi
el proposrent leurs conceptions
propres rendre cette loi upto
date
L'action de cetle association,
(nommons-la par son nom ) du
syndicat est bilatrale D'un ct,
( nous l'appelons le sens positif ou
constructif le celte ac ion,) on solli
cita du (.ouvernenient des mesu-
ras, la cration d'un service pu-
blic ; de l'autre cot4, (nous l'ap-
pelons le sens ngatif de c-'tie ac-
tion) les dolanc 's soutiennent de
vant le Gouvernement le principe
d'un retrait de privilge dnonc
comme abus ou coofene iniquit,
s'il continue de se perpc'rpr sous
l'il paternel le l'Etal ? En quoi
consiste ce privilge ou cet abus ?
Il tient au fait que les nuisons de
sant qui dispensent leur assis
lance ont en mme temps des ser-
vices qui reoivent des malades
payants. D'o vient la revendica-
tion ;e il faut fermer les maisons
< d'assistance mdicale tous au-
tresqu'aux indigents ro ne lors-
que ceux l y vont pour leur ar
gent . Ls but obtenir est de
dtourner de ces maisons tous
ceux qui sont allchs par leur
coufortable et leur utiliage. Sili-
ce terrain, tous les mdecins sont
loin d'tre d'accord C'est in-
hum in s'exclament quelques-
uns ou iront se laire oprer ces
malades? Ou, recevront-ils des
soins, les provinciaux qui n'ont
peint d'aut.e asile en cette ville?
Les questions souleves sont ass z
dlicates et doivent tre vraim m
rsolues avant que le Gouv;rne-
ment puisse faire droit la re-
qute. Ur comme t les rsoulre
Voici une solution. Elle est certes
dans l'uvre dont nous parta-
geons dj la conception, Goicou
tt nous,avec plusieurs de nos au
trs confrres Bruno, Hyson, etc
Du temps o nous tions svn li-
qu, nous l'avions soumise l'at
tcnlion du consul yndical. Il Va
git pour les mdecins hatiens de
construire 110 hpital pour la
clientle c vile, d'y mettre tout le
confort ou l'outillage moderne et
et comme pendant cetle uvre,
de fonder une cole mdicale de
perfectionnement et de spcialisa-
tion.
( La fin emain )
Ur A. DEBHilSSK.
i
POlXTS ET ROUTES
Inauguration. Impressions
Journe grandiose, a marquerd'une
pierre Manche, que celle d'avant hier!
Je reviens de Hinche, O nous avons
pouss fa randonne, quelques amis
et n.oi, mon cher Directeur, et me
voici a vous cravonner quelques
notes Btifia.
Les autos, revenant du Ker- Che
val, passant Las Cahobas, sa diri-
geant l'Artibonite. un peu vert
5 b. 15.
Ici, l'ancien office de la Direction
des Chantiers esl transform en buf
fet pour la circonstance. D immen-
tes tables attendent d tre remplies...
cependant que sur ses 310 pieds de
long, le Pont de l'Artibonite. que
la Prsident Burno baptise du nom
de "Dessaliaes', luidu Fer Che
val tant ''Pool Ption", ravon
n^ dans ton dcor de feuillages et de
couleurt nationales.
A noler les discours de remise pro
nonces par les Ingnieurs Comb* et
Coller, d'acceptation par la Minire
Thard el le Prsident Ilorno, de le
Ui italiens par Mgr Conan. La b
ndirlion et donne La musique de
Hioefat entonne une mar< Il Ofl N
,ile sur la plate forme, en mme
temps que s'enfle, marche, gagne la
foule un* panse table tu 3 >ura
du Praidaii in
si : Tant qu il y tara des millions,
et des millions, non- le- ont d< Ponti
et des routes, et le Pays ne sera pas
entrav."
L'animation ett gnn fe. 11 y a oea
milliers d'assistants : des Gonaives.
deSt Marc.de Hinche.de Uelladre,
de la Rpublique Dominicaine, da
LI'NDl 7 AVRIL 1Q24
Mirebalais, da Las Cabobee, da Port
au Prince.
A la 1re tablai je noie au vol V
BOttda Mmeltorno, Mr fia BtberJ,
an l'aie le Prsident II irno et Mon
liaurGrandorti Praidaal du Conseil
d'Etal ; la Ministre Magloira, laCo a
mandai Paraoa, Mgr Conan, le Para
Lanore, Dr Combarland, Mme Shea
rer. leprfel Zamor, Mme Moreell,
le ion. cil Ici I mander, Mr II. P.
Davis, Mr t.oison, Pr'lean, le Mi
Distre Dominique, Mr B, Marcelin,
chef du Cabinet ;
A la ime lable, le Cal Me Dougal,
le prfet da Port an Prinee, le Ml
Distre Thard, Mme llra, Mlle Za
mor, Mlle irais, le liai Selgado, le
Dr Beauvoir, le Dr H. Ilaselton, l'In
gniaux Borno, Ml Magistral L. Moite,
le llr I h vues ;
A la 3ma table, le haut NTHI
nel daa Fires, lia Placide David,
Mr Clment Magloira, du lutin, les
Conseillers d'Etat, Mr II. l'orsain
ville, de I K-or, des fonctionnairet
et employs
.Nous notons galement :
Le Magistrat Communal deMireba
lais. Mai lion et Montas, nolairet,
le Dr H) einond, mdecin d'Hygine,
le haut peisonnel technique du Dpl.
des Travaux Publies, les Officiers de
la Gendarmerie, du Service d Hygi
ne, le Superintendant des routes et
ion personnel, etc, un peu par.
tout, causant, des Ingnieurs el Ar
chitecies, MM. Tippenbauer, Mai
^nan, Champana, I.aloutant, Preira
etc., je renom e nous nommer tous
h s personnages dont la prsence,
eetle heure, et t combien embelli i
davantage ai beaucoup (levmes liai
tiennes avaient pris place
Le service est tait avec ordre, en
train.
Au Champagne, le Prsident Bor
no porte le toast au Conseil d Etat ;
Mr Grandoit remercie au nom de tes
collgues et donne l'assurance que
le Contai] d'Etat marchera avec le
Gouvernement pour le bien Cire du
paya.
Vais un petit mouvement de d
guerpis'cmeiil semble te produire.
Les aulot ont dj dmarr et nous
liions vei- Thomoode, Il est 11 h.30.
C'el jour drjmarch Thomonde-
Noua nous propoaona de nous y arr
er au retour et nous rjous lanon <
vers Huit lie toute vile-su La ville
esl biuyanta. Un se rpand partout.
Aspect agrable. Un hpital gn
u I esl en construction,par let oint
du ervi.e d'Hygine et Afranehir
es Bornai de I Immonde o l'on
lencoulie drs rampes si levea, on
seul que l'effort n'a pat t moindre
du ct de Itclladre at de Las
Cdbobis. La terre est aride, l'eau
rare, vgtation nulle.Combien a t
le tjoui dans os lieux. Mais,quand
mme, travail utile, ayant peimis
nos paysans, a r.os travailleurs,d'en-
caisser beaucoup de billets de 10 et
de 1 gourdai puisque par quinzai-
ne, l'on ne distribuait par moins de
IS 10 mille gouid'-s dans COS < h m
t loi ; travail utile quand mme, par
ce qu'il peimettra de piopager la
culture du coton, au dire des pronri
tairea, dans asile immense savane
qui tait un lieu de dsolation, parce
que Its routai de llim-lie Thornon
de et Las CahobSJ taient imprali-
"li es.
Au mi ma litre que ceux de La
Cehobabas, let ouvriers de Unieba
el de I Immonde ont donn de leur
1er le Pays de i al
iiuii |ui, palii da Bainl
a a Hincba pat Gonaivet
retourne 81 Marc de Las Cahobat
a Port au Prince par Mtreaelais.
.le no mil attard un peu I lio
momie. Il semble qu'elle soit des
meilleures l'im| qu'y alaisse
l'Ingnieur Coller, parmi set Ira-
Cen'rsl pas seuleinent un homme
''" '....."' ol......I, c'est aussi un
1.....,!"' d'initiative : il a achev
1 I gli da liros Morne, commtn-
"'' " I8W, il ., environ ::o an-
'"'- M avoii lait construire ow
la Douai ada StMarr un btiment,
dont la solidit etl hors de pair Un
pnieur Coller vi, ni d'obtenir su-
aarbu acquittions : I = la plus spa
Clause daa maisons ,|(, si Mereappar
[ananl ., M, Boulin, elle ett deiine
l'F.cole daa tours : 1 U plus ri.
die et le plut belle des maison s de
il Mare appartanaol gulem ni a
Mr Boulin al deetinc A DE oie
de Krrea du rai ma lieu.
Une auto venant de San Juan H,-.
Dominii Bina est arrive Las C la >.
''''-..... pastanj par Belie/irt
Bavai vous ca qu'un Docteur do niai
'....." eandanl da cette auto : i Mon ami,
nous sommes heureux d'avoir une
""'"l u ""'"'" da vous pour vus
111 ll11 i que D iininicainset Ha i, nt
sont livres,,.. ,|ue 1,-ur d ,'","lllllhl est la in-.in dans la m.in
qu'ils doivent man bar*
N'aveia je pu raiaoa d-erir- que
la question des Ironliies-hal lano-
u""'"" 'd plutt une aoer-
ll"" lU' I......Stion al non de diplo-
tie. de futil al d'argent '.'
lu termine i d rsumant une pen
te exprio e dans ma |remi.-o si-
ne d'articlei parue ici mme :
li Ni a d tirer que des enireprisea
comme .elles inaugures hier oient
misai en ai lion p titoul ou elles sont
aitairea. Mus que si un co ilr.'e
plut siieux tait indispensable, co
serait nous & l'exeicar.
Bien votre,
Dr DEPESTK
l'ingenieu
Tailleurs.
Les Assises
Aujourd'hui comparait de.antla
Cour d assise s un p.coee p venu
le nomm Kxanlns Dal, l.J ans d'
ge. accise de taatativa de vol avec
sca'ade aux Casernes et tu camp
d aviation.
C>mpotilioo du tribunal : J jge
l'ouilh, prside nt Ministre public
Th. P. ni ; I,. ou Painson.prsiJent
du Jurv .
Me Ulrick Duviver, conseil de l'ac
cus. i
Demain arent jugea lut n ,mmt
Hameau Frariiois, dit Paul, ai-eus
d vol de bouteilles al Laudun Gu"
lave, aecttajda complicit du ilit vol
au prjudice du sieur 1 A H naud.
Ont t choi-i- d'office pour let
dfendre : Mes Wliaoi et N. U gau L
A Parisiam
La projection des deux noueaux
pisodes de Itouletabille che/ let lio
hmieus : "l'Arrestation el i lusiruc
lion ,a t uivie bit r toir Pari -i i
na par un monde n< mbrcus el cli<>i
si.
d, i.x bapilri s i pleins
d'intrt (I d'imprvu, et ou Houle
labtlle, le clbre iournaliate e r
le un anquleur habile, , igique
t audacieux dtrner le di tecti
ves Ut plus renomms, o i entra
dans une nouvelle phase d ce ro
man qui promet d'tre da li t *i
jU t seosetionntL
bal


LE MATIN
H
L, lia tu de ta-
ras h iiuin
et Mil
Par Cable
Nouvelles Etrangres
li imt.re de Commerce de
Il i m i adress I la Chambre de
Cimn, h illliiili 11 lettre de reme
cien enl que nous sonmes heureux
de publier ci apr.
Illusion, Texas. 41 Mars 1024.
Messieurs,
Je viens vous adresser au nom du
Coi s il .1 Administration de h Cham-
bre de Coithm ne dfl Houston. Pex-
preaeioi de la reeoonaiMaoce de
celle institution pour, l'intressante,
in-lnn-livo, el scrabU rcention
offerte par vo< diverses manifes'a
lions organises en l'honneur de ses
membres de paisigoi bord da stea-
mer Lafaytts .
Tous ceux qui y ont pris part ren
dent un hommage unanime l'ac-
cueil dont ils ont t l'objet tant
par les membres du gouvernement,
3ue par les Chambres de Commerce
'Hati, et vous pouvez avoir l'as-
surance que de notre visita voire
Capitale, il rsultera un hnlic
matriel pour noire pays, parce que
vous avri pris contact avec des hom-
mes qui n'avaient eu auparavai.t
aucune ide de notre situation.
Il serait souhaiter que vous puis-
siez le plus lt possible envoyer aux
Elals-I ois une commission qui pas-
serait par iHoaston, ce qui nous
permettrait de vous retourner les
amabilits dont vous nous ave/, coin-
1 ls au cours de notre passade chez
\0\lf.
Tig sincrement voire,
Le Vire prsidant et Admi-
nislraleor Gnral de la Cham-
bre de Commerce dellousto i
11. II. HAINES
Le Mandai* du (u'irole
M'. \ O IK Har y Siactair a-
yant relus de n pondre ft I enquMe
de la commi-siou du s4nat sera Ira
(luit devint h; grand jury de W. -
s' ioglon.
L'ouvre des Bolcheviks en
AogUtire
LONDRES La police de Scot-
land Yard a remis au ministre du
travail une abondante documenta
tion qui dmontre que la majorit
des gives et des conflits suvriers
3ui ont t enegislrs ce9 temps
erniers en Angleterre sont l'oeuvre
des bolcheviks rsiliant Londres
el faisant partie de la missio i corn
merciile russe venue pour n Kocier
les trait* avec l'Angleterre Des
leuilles communistes et de* brochu
res de propagande profusinent ri
pendues prsentent les laboristes
comme le rempart du capita'isme in
ternalional. Dj Mr Churchill avait
dit dernirement que les 1 boriste i
n'avaient pas d'ennemis plus achar
ns que les bolcheviks.
Les sucQs du tl
fhone automatique
Nous avons maintes fois parl
de cette installation lomme tant
l'un des services publics les mieux
organiss, et nous av< ns dans le
temps demand que par ..un laril
raisonnable, le rcepteur ft mis
la porte du plus ni and nombre pos-
sible, tablissant par une petite sta-
tistique l'usage intime que nous fai-
sons de cet appareil de projets.
Son utilit qui chaque jour se v-
rilie davantage en simpliliatit les d-
marches dans nue proportion inap-
prciable, fait que dans notre monde
d'affaires surtout la ncessit pr-
valant les dolances, des demandes
noml reuses d'abonnement ont t
faites la direction de ce service.
Devant i'irapo libilit d'y donner
suite et pour parer celte insulli-
sant, des dispositions ont l prises
pour qu'uue exlensi n soit donne
au rseau actuel. Des travaux 'ont
tre entams aujourd'hui, et bientt
aatisi'aclioii sera accorde tous :
deux cents nouveaux appareils de
communication pourront tre ainsi
tablis.
m*m*
Remerciimentt
dos Confrres
Il l'ail pas trop tard pour que
noi;s adressions no remtrcienvnls
tous i.os contires qui ont eu l'ai-
malili attention de nous adresser
leurs complirhi nts l'occasion de
noire Dix lin lime Ai nivenaire.
Nous devons in mol particulier
L'Kssor qui a fl presqu'en
mme temps que nous ses huit ans
et qui nous souhaitons une lon-
gue moisson de iqo<
I M
4 vendre
Meubles franais, salle I manger,
clnmbre coucher, piano vaisselle
etc. S'adresser au Malin .
Demain
Nous pub'ierons les divers discours
firoi au cours de l'inaugura-
ion oiii s le des r'otiveiui pon's
f( icul.j.
Propositions aile nai 1 js
inadmissibles
PARIS Dans la no'e remise au
Quai d'Orss] pirson ambassadeur,
le gouverneme il allemand repousse
la dmunie, du consei de9 ambassa
deurs ayant irait la reprise du con
trle militai e interalli en Allema
gne ; cette noie demande en outre
ce qui la Ligu des Nations provo
que le dsarroi ment del France.
Le gouvernement franais ayant ma
nifest en plusieurs occasions que
la rduction de ses armements tait
impossible tant que l'Allemagne n'ai)
ra pas dmontr ses intentions p ici
tiques et satisfait aux engagements
du trai' di Versailles, les proposi
lions de Brlin sont par consquent
iuadmissi'j es.
Volcan en ruption
ROME I e Mont Slromboli vient
d'entrer dans une priode ruptive,
la lerribii explosion de vendredi tait
uniquement le prologue du phno
mne ; las cendres rejeles par le
volcan recouvrent dj les flancs de
la mont i^i c tandis que le port de
Sanyin-eii/o a souffert des domina
ges innoit.ii.ts.
On jjr.iml procs
en Belgique
GAND Le jury de cette vile a
rendu son verdict dans le procs
des 3*i criminels qui pendant les pie
mi rent de l'i bsence de la police belge
non encore organise pour commet
lie de nombreux vols et assassinats
dans les rgions dsoccupes par
l'arme allemande. Dix de ces ban
dits ont t condamns mort, sept
aux travaux forcs perptuit et
d'autres des peines de prison ,
neuf des accuss ont t a quitts.
Dans tel lijions occupes
Dl SSE'.DdRF- On tlgraphie
de cette v.lle qu'un vaste mouvement
militaire des troupes franaises d'oc
cupalion vient de commencer sous
la direction du gnral Dgoutte ; on
croit qu'il a jour but de mettre un
terme j l'agiu tion des socits secr
tes allemandes dans les rgions oc
cupes.
.Nouvelles diverses
MARIO Le parti scuialiste
gno a tusionn avec l'union tdra
le des travailleurs ; ce mouvement
obit au plan de rorganisation des
giuches espagnoles.
FANTADBR- L'crivain colom-
bien Hodolfo de Sandovat s'est suie'
d a bofd du paquebot franais La
Navarre >.
M \\ vohk Les rcentesslati*
tiques publies par le gouvernemen1
sur le stock de pi trole aux Kta s
Unis ont piouv une erreur d'un
million de banls parce q l'une com
pagnie importante dont le nom n'a
pas t divulgu a omis de reporter
dans le but de provi quer une bana-
ls ee-ta matire un lot de fat.
CO" batils.
PARIS M. Di Fjneees, nou
veau ministre du Portugal Pari-,
a prsent 'hier ses lell es de cran
c? VI M llrand.
BRUX-.LKS- Daprl La Na
ttoanDjtge, un syoai si li lancier
amri<*n nationa'e de cr-'dits un c lit de
OO millions do dollars dins le but
e stabiliser le franc belge.
t PARIS 'Le Temps", parlant de
l'influence h rapport de la crninis
sion des evoe.rU vis i vis des rpin
lions, dit qu'a i-siliM que la commis
sion des rparations r;c vra le rap
port de*experts elle d?vra ace > 1er a
l' Ulema^u nue priode raisonn ihle
po'ir expri n r son opinion. La com
mission devra 'iil-ndrc les reprsen
la il- in Rcli ! formuler ses con
durions d' trd avec les recomm in
dations des experts. Ce journal 1er
mine en faisant ressortir que la s du
tion du problme des rpirathns
est encore lointaine.
PARIS Le prsident du conseil
et l'ambassadeur des fctats L'nis ont
sign hier sa Quai d'Orsiy le trait
franco amricain oui accorde aux
Etats Unis l'galit des droits de man
dats territoriaux en Syrie et au Li
ban.
BRUXELLES A l'occa-ion de
ses no-js d'or avec l'glise, le carli
nal Mercier a reu la visite du roi
Albert de Belgi | le.L^monarques'est
entretenu pendant plus d'une heure
avec l'illustre prlat.
PARIS Les statistiques publies
par le rahistre du commerce d
montrent que la France a export
en 10ta 2-i.fiil voitures automobi
les d'une valeur totale de 73 ).3 17.
0 i franc*, 8. 100 voitures d'une va
leur de 877.775 francs ont l im
portes pendant la mme priode.
LESCOTJRS
7 Avril
NEW YORK Franc
biv.'e sterling
17.28
4 31
41
Correspondance
Nous avons rmi la lettre sui-
vante laquelle nom nou: n*
preuolu de donner publiat
Monsieur le Oirec'eur,
A la suite d'un malheureux inci-
dent survenu il y a p'us de quinze
jours au Royal Caf. Monsieur Joseph
Verna s'en fut au Bureau de la Po-
lice o il se plaignit de la disparition
d'une certaine valeur dont il tait
porteur. Des sou pi; n* Si fixrent
sur le nomm l'.u;ene Ca ixte qui
s'tait trouv, parait-il, ennutomi-
bile avec le plaignant.
Le prtendu pick-poket arr
prit place dans le camion du Servi e
de Police sous la surveillance d'i-
geuts prposs cette lin ... et de-
puis on ne siit pas ce qu'il est dev
nu. Aucun renseigne n?nt prcis n
peut tre obtenu.
Des parents du dispo.ru que nous
avons rencontrs par hasard nous
ont fait part de leurs alarmes. La
femme tst au dsespoir et toutes les
recherches sont demeures vaines.
La Police affirme que le prison-
nier s'est vad, mais d'autre pari,
des rumeurs persistants veulent que
ce malheureux soit mort mystrieu-
sement.
Nest-ce pas que tout cela mrite
d'tre clairci Bien vtre,
UN ABONNE
Conseil d'Etal
C'est aujourd'hui que conform
ment la Constitution s'ouvre le
Conse'l d Etat. Le prsident J. M.
Grsadoil aprs avoir reu la presta
tion de senne 1 des nouveaux ("on
ailiers Charles Po nbrun, Charles
Bouchei-aii et i r Mercier, fit ensui
te un epos sur les faits enregistrs
pendaut la vacance du Corps.
Puis ce lut la formation du bu
reau pour le premier mois de la pi
senle session.
Ont t ius : M Grandoit, prsi
di M M D Pierre Louis et Ch.
lUmvl 1er si 2cue secrtaires.
Parisiaua
mardi;
r la
1er St 2me chapitres
Entre : 2 ^k 3 pis.
On jouera m^ma s'il pleut,
car le fil-n doit tre exp-
di samedi.
Varits
Mardi
Quand on aime .
3e &]4e pisodes
EtUrw ' 50 centimes
H Mercredi
Malhias Saadari
re, (le et 7e pisodes
Entre G. 100
1 oye 2.00
WS>W A propos d'une ein|iite laite
anv Etats-Unis sur les r-
percussions du chmai] ;
A la suite du chmage qui av il
liittu son plein aux l-.'.il- I nis pen
duit la crise 1921-22, une enqute
fut mene aa^e/. rcemment par" i'he
Cliildren's Bureau '' dans les deux
vil'es de Iticine EUt de Wisconsin)
et de Springtield ( Etat de Mas-a
chussetls, lequel vient d'adres-
ser son rapoort au D -p.irt -, rent du
Travail. Ce document, dit une in
foimation du tiureau Inteinational
du Travail, est un aperu complet
des moyens qu'ont employs les fa
mi les de .lii'i ch neurs pour essa
yer de surmonter la crise. ''
"Dans la pluptrt des (as les chefs
de famille avaient pi, grce aux tra
vaux de secours qui leur avaient t
fournis ou aux emplois temporaires
qu'ils avaient russi se procurer,
subvenir aux besoins des leurs pen
dant la priode ayant suivi la perte
de leur emploi rgulier.
i n grand 110 nbie de femmes qui,
jusque l, n'avaient jamais travaill
y furent contraint s ... La propor
tion des familles qui ont pr.s des
pensionnaires ou ont lou une par
tiejde leur maison pendant la crise
de chmage a augment 'garement.
Les deux tiers d'entre e le. ont d
contracter des dettes pour s'assurer
les vivres ncessaires.. Enfin plus
de la moiti des familles ont vcu
de leurs conomies. Les autres ont
d recourir en partio i l'assistance
publique et prive, aprs avoir pui
se sans dou e les autres ressources.
Le rapport aprs avoir signal les
divers m >yens de subsistance qui fj
rent ab ces familles, conclut en ces termes :
" Une des consquences les p'us n
tastes du chmage est l'effet dmon
lisant sur la famille. Le pre, dse n
par, dcourag, reste oisif la n:ii
son ; li mre est force de chercher
du travail au dehors, heureuse si
elle peut on trouvei, consacrant tou
tes ses torces la double tac'ie qui
lui injombe de pouivoir la subsis
tance de sa famille et de pren Ire
soin du mnage et des nfants; ceux
ci sont dprims et souffrent de
l'incertitude de l'avenir encore plus
redoutable que les privations de
l'heure prsente ".
Ne pourrait on pas croira cesder
nires lignes crites notre inten
tion, et ne retracent dix pas le tt
bleau vivant de notre situation.
En effet, que de taraille* ne vi
vent maigrement que gra ;e au labeur
des mres et des tilljs, les pres s'
tant depuis longtemps laiss aller
au deouragaoaeot) faute d'un em
p'.oi qu'ils dsesprent de ne jamais
plus obtenir.
Et dans beaucoup de cas, l'alcool
s'est mis de la partie arec son cort
ge de maux dgradants...._____
C'est dimanche prochaio que s en
donn Cin Varits, le ( hef
d'au vra d'Oejandre Dumas lils, La
D. lie rx Camlias, qui au Thtre
et Sans la littrature a obtenu un
su ses <;ui n'a j usais t d >ass.
Avoi Ma/i 1 va et Itudolpho Valen
tino, la pic de Tmes obtient en-
core un triomphe sensationnel.
Le Pr':.-ilent
au Ckamp de Tir
Ce mati'1, Mr le Prsident de la
Rpublique a assise l'entrtne
ment de notre quipe de tir qui doit
partir la fin de ce mois pour pren
die part la huitime olympiade.
L'quipe, comme on le sait, se
compose de ciuq hommes. Ce matin,
au tir 100 mtres elle a don no un
rsultat de 535 points. Le record
olympique est de 470. Il est 4 remar
que les tireurs ne se servaient pas
d'armes de prcision qu'ils n'emploie
ront qu' leur dpart.
Le Che" de l'Etal a flicit le Chef
de la Gendarmerie pour ces excel
lents rsultats.
Tivoli Alhltic Chili
Les Membres Actifs du Tivoli sont
pris de se runir le mardi 8 du cou
ranl <\ 5 heures prcises de J'aprs
midi chez Rgnier.
Ordre du jour
admission de nouveaux menbres
Juestions d'intrt Gnral.
R. ISIDORE
Secrtaire Gnral
i\T3issaoc3
Mr et Mme Alfred Dugu nou
font part de la naissance, cette nuit'
de h u: liis : lean.
.Nos comj^limeaU.
Ness3 da Requiem
lins Vve Ailib llaw'ey et ses
enfants font chanter une Messe
de lUquiem le mercredi 9 Avril
courant ;i 8 1[*2 lires du matin la
Basiliqu .Notre-Dame, pour le
Repos de l'mj de leur regrett
Adib Hawley
Et prient les amis de bien vou-
loir considrer la prsente com-
me tenant lieu d'invitation.
Les Matches d'hier
Agrable aprs-midi hier au
Parc Leconte o se jouaient deux
matehes de Championnat, le pre-
mier entre l'Association Athlti-
que de St Louis de Gonsague et
L'Union Athltique du Lyce P
tion ; et le 2euxime entre l'Equi-
pe de la Gendarmerie et celle du
Junior Athtique Club
La premire partie co nmencie
trois heures 1|2 fut m;nt'e avec
beaucoup d'entrain par les j;ii-
piersqui lirent preuve d'une con-
naissinee approfon lie du Foot-
Ball Asso nation par des passes
bien faites qui attirrent plusieurs
foi les applaudissements .du pu-
blic Saint Louis l'emporta de hau
te lutte par deux buts zro.
La leuxini partie qui, dans
les premires minutes, prsentait
un pu d'attrait par une belle atta-
que de U Gendartnaria et une vi-
ve riposte du Junior se refroidit
aires vingt minutes, le Junior
Athltique Club a,ant pris une
ollensive dcisive sur son adver-
saire.
En effet l'quipe de la GenJar-
mene reut s mi-temps et quatre la seconh.
.Nous regrettons l'absence dm*
I quipe de la Gdndarmeria de soi
brillant capiUin Augustin, h
Chain, de Livaud et de Laraque
qui certainement ne s- iraient
pis laiss vaincre.
Go rjplinnnlsaux capitaine! I u
quitre quipes ain |uaux V'Ui-
trs Em M. An,, ,, | et ElouirJ
Cassignol qui Si n outre eut U
ha it.'tir de le t rhe
-- Diminch prochain, l'Onian
bportive II u mue rencontrer 1 h
Tivoli AtUtiqu3C'ub et !e pro-
chiiu mit,;|i i it -r sol lire s r 1
joi-nir; le tbl!f* Lonw jTj
bile ^eiamail'i;.
r--------


lima uni
PHARMACIE
PRINCIPALE
H. CANONNE
49, Rue R Eau mur
88-90 Boulevard Scbastopoi
PARIS
vendant
LE alEILLF.lH MAIU.H DO MONDE
Produits des Premires Marques
et toujours de premire fracheur
l NI BEULB QUALIT :
LA MEILLEURE *
RAYON SIM UL
POUR LES COLONIES
DlttMit lltll III IllloniSTERlB
SPECIALITES
Franais** et Etrangre
HBJ DE Qi'IMNi: l'L'HS
Tous produite en /laons.
ampoules, comprims, cachets.
SOLUTIONS HYrOUEKMIorKS
BANDAGES, CEINTURES,
BAS A VARICES
APPAREILS HYGINIQUES
pour tous usages
APPAREILS ORTHOPDIQUES
Seringues hypodermiques
PHARMACIES DE POCHE, DE VOYAGE
COFFRES PHARMACEUTIQUES
pour Usine, ConiDiunet, etc.
Projeta de Factures
et tous renseignements
sur demande adresss
PHARMACIE PRINCIPALE
49, RUE RAUMUR
88-96, BOULEVARD SEBASTOPOL
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ui eu France ni l'Etranger.
Lehn & Fink, In
v
\.c pnlilic o-l avis.'' que le f.i \-
ni 7 Avril,la Phnrm.jcie Centra'e
olrira contre chaque vente au
comptant de Dix (InumiF*, un
Joli Savon, comme prime, au
choix de l'acheteur.
Ncrologie
Nous avons appris la mort de A.
Svlla,-le sympalh'que ptr pri'.air
de l'Htel l'Avenir.
Les funraires auront lieu C I
pre' midi la Cathdrale.
Condolances aux parenls prou
'es.
EXCEPTIONNEL
.nui MSdecln de
Campas". I<
loa Ouvrage de fctfde-
clne a luutllDl
i
car
S franc on oUTrage co-
te 18 frt so".-n >.' """' ''"" u* *"
du; i on r
Feur. .plante, rhai
looo artl.l.. I
la porte de luui pour a* aolan r aol n
0,,, mn t jj. umim i i-. i. "h k ua -.t. m
Fonde en 18"6
Supriott Bat prix Promphlude
r*)us produits chimiques, pUarmareliqneft et ;rmsut t
articles vendables dans une pharmacie.
Epices, Poix re, Cannelle,Girofle, Ans toile, MuO
sto, etc.SUCRE RAFINE.
Spcialit : Martine prive l.ysol dainfeotnt, Parfu-
merie, Articles pour babiers, llay Runi, Choctilat onjpo
(Ire, Huile de foie de Morue, Cmillsion Cold Cram, Bit-
traits pour faire essences et eau de toilette, Kau e Qltl-
nine, Poudre contre les infectes. Solution pour conser-
ver les tefs frais, Lait de Magnsie, Poudre suprieure
pour la toilette des enfants, ssence de fleurs, Eam de
Florida, Miel pour la table, Moutarde, Huile d'Olive
pour la table, Hrosses dents, Peppermint, huile pottr
chasser les moustiques et autres insectes,llegulot: titill
outre constipations et douhlesdes intestins chronique*
Tli, (lire p.ur les parquets,Comestibles, Klixirs, f.piefc
Sirops divers, Teintures Demande/, le catalogues les spcialits.
Confiant VOS commandes LEHN & FINK, tnc ;' vous
si rez ahsol unenl satisfaits.
Toutes le, honm's pharmacies du pays k'approvMtOB-
uent chez LEHN AI/INK Inc.
Lon il. Ihbaudk
Agent exclusif pour Haiti
olombian Steamship
Company Inc.
Tapeur dirig par II Colombin Iteamship Compaiy
Ins. pour compte de lailed llatea Ihippiflo, loard.
le steamer 'Hati" tenant d h po t
du Sud est attendu Potiu-Vrixtf
te ira**ai 8avril courant, llrepartir i le
mn> jour pour NcwYork via Goni
ve> l'ovt de Par et Gap llnitien, pra
Kcntftt Y pasoytrs.
poil au-^rince le 7 avril 1921
GEBA1U et Co, 4,:,8.
F 0. PIERRE Company
12 WEST BHOIDWAY NEW YOliY
FONDEE IN 1847.
SUPERIORITE BAS PRIX
Fabrique de :
Peii ttire, Verni', i cre <*e loue* sortei.
Mastic:
Lon R Thbaud
Agent p ur Hati
' STcipi;
CHICAGO. ILLS
'^aritcfluc,, cHalteli.oe coton, Hulte Il matA
\U;tt tX Cloii Lf&r! Boeuf eV, ^anvitU Se
<$acon; ueue* 31ta(,aux, jfwwi, piech OrMet
De poril. s*-
$aucbiei. en Suite. t>rru 3ieef, 3i&iti fceef
^atteo meatiV. etc, etc. etc.
^Piire Dtv aoir ftv tyrix (foaranL.
Lon R. Thbaud
Agent excluait peur Hati
Fulton Shoe Polish
Company Inc. newiork
Si vous voulez protger la peau cte vos cliau^ures
Si vous voulez avoir un brillant luisant et Jurible.
si vous voulez la couleur el la souplesse de ces chaus-
sures pendant longtemps employez la marque lenogram.
fabrique ipeialemt ni*1 pour les dames el les jeutle-
inen du liitjlitlilc.
Elle protge la peau t'es chaussures eonlre riitunfdil
et la .'chaleur.
Demandez la marque MonoaraB c'til la meilleure de toutes
les marques.
B*. EiNSEMF A*nt Pour M
QUINA-LAROCHE
TON/QUE, RECONSTITUANT, FBRIFUGE
Recommand par loua laa Mdecina
r QU.MA-LaROOHi I ] X"
:,,..............
FAIBLESSE GNRALE, MANQUE d APPTI^
DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRE?
ta V...T1 oaaa Tout aaV aoaau 't'""e'"wm- *
Ealaeru VII.TA.LI QU.NA-LAHOOMI
004AM 0-. PABI
La maison SI LVER1
La Mais.,.. II. SlLYER vienl de reeevoir par lea def
niers steamers les articles suivants de toute IraiO heur
i des prix rduits :
Chapeaux de paille fine d Italie, de toutes espea.
Chapeaux de laine d'Italie.
Chapeaux Feutre d'Italie
Itaptiste l'ine pour hemiM'S
i ussor fil anglais
Tussor le soie anglais liarrea pour ohemise Si robeaj
Satin de chine pour tailleur
1 ustrine pour tailleur
Colette pour tailleur
Drlll merceris amricain (nouv'aut'
hrill iil blanc & union anglais
Kaki Jaune anulais extra <|ualit
/ephir anglais sup pour chemises
1 oile drap iil anglais '.10 pouce-.
" coton 80
Itatiste fine pour chemise
Lue visite*! noire Maison VOUI tunvaiiifiia ne qualit* de nos irtielai et de la modicit
prix en comparaison avec ceu* d'autres maisons p lace pour des arlicles similaires.
Pharmacie VV. BIJCIl
ip rcx von liqueur* avec les F*<*n
e<8 pour Liqueurs ; "nitette*, r^6>n9
d Cacao, Gfiirtreua^Curaoo/jrtri.
la bon-
de nos
710, Rue des Csars



Tlphone : 430



LE M ATIM
D
FOX TROT
Slbaker Big 6
i
Un Je** t:> ''
I -.a< atol

i ..;.
Ht,,.: Mkm
Cmdmn, J*.'ir...-, I,/.i-,
DBUCll IE
Unjgrdln hfhlt,
Lt Sicrtl .
T"' r.nfi.iiirrir" et O* SI
Parfum
enveloppant
caressant
ARYS
l-ourii
,lr la MaiaM '". FPfM
'ti J.- H M I : Nreje
O, Ru* dm la P*l
PARIS
,=55=S^SSCE3a=
S5fe:
vk:
leroe Taillant Cosignataire pour Haili
Pharmacie Fa Sjourn
Doine avis sa clientle et aux mticc.cs ei su public qi'll
t.tiKcim^ t t h QiG app' qiv s)us la Dir- c';on du
Dr R\cot et t. Sjourn
le laboratoire es' ouvert tous les j urs de 7 nies du' manu 6
cein es du soir pour toutes les recherches ei analyses prnies diDS
t'annonce ci jointe, saut pourle^
Wasiermann et iacojsta ite Ure Scr crie
Seront reues que le mardi de chaque semait!.
&'. drtiwir /a Pbarncccie pour lei reuseign ) ueutr
il m ye> d'urires et Sucgstriqua
Rcaclion de WaseerrcaiiD
Haaciion de Tn boule,
Eumeu du sang et du pu?
Examen des matires fcales
si:-ien e era*hr
/Ibnmino radjr
Cols-Mile Crin Slwlstr i
Les Bureaux de fW
Geo. A.*Payne, agent
DE
: m if in

.r nom
LEVUI
i ne rit itir do
uvon eat un*
garanti* de
puret/ et
d excellence
Prvenir vaut mieux qu
El IMeV.-ini eut ii facile
Eloignez \t* ' i me de v*
avec du Savon LifVbuuj
moyen It plM r.rta.D.lc pi
cl le plu facile Je Ltt
combattre
Non seulement il attaque
et duperie le* germe-
maii c'ral un il.' m
le* plue calmant ^ui &>
mit jamais t acheve
Savon
Xl.B SI itvca no .
Lloyd's Londres
ET DE LA.
Motor Union Insurance Co
Londres,
(Assurance contre l'incendia
Ont t transfrs de la
Plaoe de la Paix an lins de
la 20e Rue ou Rue Maoajou
( Anciens tabl sseinenls
Met suer yen faoe de la Texas
OllCo.
A Vendre
Un buggy Studebnker repaie neuf
et attelage compris.
Occision exceptionnelle, s'adtessdr
au Bureau du Journal.
A la Consc'ence
Ernest Camille
Fhrirant de chaussures
m tous genres-
Soins promptitude
Clrit.
G ancTRueprsk Post Xo 1722
(rand rabais sur les
ohaussures et finesse sur
toutes les formas pointues.
Cuir parfum de toute
nuance.
Et A l'occasion des fotes de
PAquos. l'n jrand assorti-
ment de Chaussures en pr
paration qui puissent satis-
faire les (jorits les plus diffi
elles.
Sept passagers en par-
faittat peine quelques
mois de |service esl
vendre un prix excep-
tionnel.
Toute of te raisonnable
sera accepte.
S'adresser
L. PREETZZdtNN-AGGEBHOLId
Gnral agenl
Rue du Quai Port au Prince
Kvt hoj.c ciiok. ! usa.
Port-auPrinoe : Simon Vieux, Charles Picoulet, B. &
N. Sada, Lopc Rivera, llazar Mtropolitain.
Oiai.-i.ves : Madame Itagene l)liro Saint-Marc ; Mme Maurice Clesca.
Jaomel : Clie Doug.
Pction Ville : Oreste Chry.
Alfred VIEUX
Vtale dir tcli du Ftbriaal tu Coasommiltur
DRAP D'ELBEUF
u Datait k Prli de abHqu.
COMPLETS sur Mesuras
I VIII \l IMIAPIkKI.ltKI I
J.p... SB lr..c.
an bu u coulll. dtiH.ii tO (taac.
ii'iaiiirs ia*('CiiLis mit uums
epuit |B hmca
naa ffart* *Mtf Mal atatt 4 w qlnr it t O 01.
Catalogua* lllu>uaavac aeaanlillooa
Draparla. ih.niwri. at Liaaarla
*( Uthodi tpcilti permettant
i* mwmrt Ui mturt, Mrf-M/ma > MM
aaaa4/ mm. bu* aa'aa UllUmr
,.*ti IRVOTta OHAIH ai FKAKOO
~ tn.ia ElalliiiMim "La MONDIALE"
a eliluf (S..I.) An
..!..'. an iWUmml -117
Raarain'.ai >rti4i aat dam.a.^i ({m p'f^.iHt canif
Los petits enfants
font la joie du ftyor
Tous le.i jeunes marit? rivent aux tnoir.cnei de bonhe r
avec des enfanta sains et heureux. MalVurcuiemet t
combien de jeunes femmes voient leur rve pas er et no
pouven' connatre t:es joies cause d drangements organ-
ique qui peuvent tro corrigs par un traitement tr;
simple.
La Composition Vg-iiale de .yiia H Pinkhair est ex-
actement le mdicament ncessaire comme cetta lettre
riudiquT
Puebla.Puebla.Mexico. -"J'ai pris la Composition Vg-
tale de Lycia F. Piukham pour des douleurs dans la ventre
f le dis et a.tssi p.rceqve met rgit* venaient sous forme
d'hmorragie et duraient plus de cinq iupar-
lamdicatti ni s mime
de mes amiesm'a parle de votre compoaition v<
. i recommande. Ma sant est revenue el
et moi vous er, so.nr>M rccc.inai'sants. /'ai
san e h MM fille et nou^ somme-, en bonne sant.''- M MU
M \ H.m.-.o Ht RciAS, Joaquin RlIz 2-, "Tiei.ja" 1
Pueb'.a, Mexico.
Du pana EOtntr d* bttrelUsdMui prc:v:n
l'.ilicaa-.e e la
Composition \&geta3
^ de Lydia E. Pnkliair
..^
i
f%
Agent pour liait!
A vendre
l'ne machine vulcaniser pneus
et chambres air, en partait tat,
un prix excessivement bon mar-
ch. Pour conditions s'adresser
Mr. JOHN BOULOS, rue des
Fronts Forts .V '-,15.
Grand Htel de France
Anqle de* Rve* Boni e Foi $d> Qvai
VIEhT DE RECEVOIR:
Pt de foie gras truff. Civet de livre. Andouil*
lettes aux lentilles. Andouiiles au saindr m. Jambon
en boite. Anchois A l'huile. Sardines- Maquereaux
Thon, Cassoulet -petits pois fins extra Uoudins, oie,
Vin /.otigp, le gallon 4 gdn
Vin Blanc, lgation 5 gd*
L'Htel dbite par barriques et ((allons des vins de
Bordeaux. Tins de Cbuuinaunc.
4


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM