<%BANNER%>







PAGE 1

LEMAT1> Grecs et de* Homains. Le primitif* Africaine dans leurs croyances relif}ti. i aont pas montrs icf* reura aux Grecs n iren I poirqioi I un ceux qui. pour une riison OU pour une au'r %  n o i pu assisterait piojeetnn lu premier ou du deuxime pisode de ce Chef-d ouvre irapr •• sirnnantit d'une ai poisnanle humanit, eu ve ih nt presque Mine Taldy de ne pas redonner le film mania par deux pisodes chaque aoiro, en an retardant un peu l'et> pdilion Les Assises 0 de l'Universit de choisi par le prai dent Co di Ig %  pour succder H ir. y Daughedy, procureur gnral de .a rpublique. Chuta do netfje IWSW YORK—Une chuie de neige intense exceptionnelle cette poque de 1 anne a interrompu pendant plusieurs heures les communications mai ilime*. Iluviales et tenestres de la cote oiienlale des buts Lins. Au fl'\i'jii'" \V VSII1NU ION U=s dpches d : Tegucigalpa re les pir lo Dparle meut U Mal annoncent que les rvo luiionnaires ont pris d'as>aut lea fortilicalious extrieures de cette .1er niere ville ain>i que des pjaitiOQJ s'ralgiquea d une grande imporlan ce. N<|Ocialions linancires rtisso-aKjluises (iogra Inauguration du nouveau Tribunal de Paix • Avant hier, vers lea dix heuredu matin, une impo>ante ruanifeata tion a eu lieu au bas di quartier de laine. Il 'agissait d'installer le nouveau Tribunal de paix de la Section Est de la Capitale. En ellet, le Ministre de la Justice Luc Dominique, n'a pas manqu de remarquer qu'avec les Trois cent mille habitants de la ville et de aea environs, un besoin nouveau se fai •ait sentir... Immdiatement et sans dsemparer, le Gouvernement prsenta au Conseil des Secrtaires d'K tat le projet d un nouveau tribunal pour dcongestionner les deux au trs existants et insuffisants a la tache • Les Commissaire et Substitut Tlii mothe Part, Isnard Raymond, en l'absence du Secrtaire d'Etat emp cl , ont procd celte installation 'dans l'ordre suivant : Jusiin Bois, juge titulaire lequel a reu le ser menl de Cari Kslrade, son greffier, de ses supplants, llmond Mathieu et Lucien, l'ierre Piophte, commis greflier. Duc rausj jtii s ta sensationnelle A a Commission des dclamations il est port au rle des affaires qui devront tre entendues prochaine ir.en. la rclamation de Mr Kdmond Polvniee qui. par l'organe de Me Sl nio Vinrent, vaut lira indemnis de la lourde perle <|ii il a prouve par suite du massacre de B08 lils. dans la prison de la Capitale, 1ers des fdaamanta du i~ Juillet i>l . L'affaire est d'un caractre exce> tioni.el et nous nous ferons le devoir d'en suivre les phases, car sa solu tn n doit iatraaaar laa pHrenis des ni .lieuses victimes de cet tueries jamaia no morables. Ilii r i comparu devant le Tribunal Criminel, Frdric Gervais accus de tentative d'assassinat sur Garcia Galcit oui la suitd'un malentendu, oubliant l'adage qui vaut qu'on ne Irn.ope pas une femme mme avec une fleur, avait os porter une imm sacrilge sur la personne de Situ Gdrvais. L'accus comprenant qu' une telle violence, seule la violence tait de miss, s'tait arm de sa manchette, et aprs un change de paroles aigres, les deux adversaires en venant aux mains, Garcia tomba victim *, payant ainsi cher son regrettable emportement. C'est ce que le Jury prsid pir MS'.-Fort Colin a bien compris malgr l'acharnement de l'aceusasion soutenue par le parquet en enlierdela partie civile reprsente par Mes. l)uvi/ier, Fjix Carrier etDominigue llyppolite. Une dfense Jubile fut prsente par Mes V. Cauvin, Emile Cauvin et V. Gervais. Le discours de ce dernier clturint les dbats gnraux, exera certainement une influence dcisive sur le Jury qui tout en reconnais uit la culpabilit de l'accus, lui accorda des circonstances attnuante*: ce qui lui valut le ninimiim de la peine sjii : tr >is mois d'emprisonnement. • a Aujourd'hui sont sur laselelt) les nomms Lormeran Nelvil et Clioinlus Franois, le premier a > Cill d'homicide volontaire sur U personne de Exu nne Louis, sa co'.iilliante; le s'coul •oTl'aecusatkn de COJBpIlcil du dit homicide. Ils si ront dfendus par Me. f J*uslinien llicol i-t Hennum Menjainin. (Composition du Tribunal: luge Pouilh, prsil'ut, I. Uay u > i 1 ininisiee public et L us J.i-I icques. prsida it du Jury, E s MOSCOU — Le comit central du aiti communiste a approuv toutes es daeiaiona ia son directoire politi que au sujet d s prochaines ngocia lions linaucires avec la Grande ,l(re tigne : ces dcisions exposes par /iujviell. prsident du comit ete cutifde l'Interuati on aie co nmuniste saut les suivantes : La Itussie ue r; couu illra sa Jette envers l'Anal -1er re qu'autant qm celte dernire na lion rec JII natra son tour les rcla mitions russe -e lUJiitant plus de deux millijus de roubles or somme suprieure aux rclamations bntau nijues. /miuvi.'ila dclar que ta dlj-t un sovitique nepsut accep ter I s dem %  unies ai.gldises relatives aux indemnits rclames par des aijeli britanniques en letour dea pro,)n ld'une valeur de >u cents in.liioiH de roubles or qui ont t nuionaiises par le gouvernement communide. Nouvelles diverses LOi>i>KtS— Un yn.ucai vient d'tre conslitu: dans le but d'elablir aux Iles Jersey ou Cueroey un casi no semblable a celui de Moule Car lo. Ue svnlical a demand aux habi taols d'alopler une loi qui fasse les jejx lgitimes dans ceIles o il a achet plus.eurs htels et d autres proprits afin d'. obtenir une i i tluence directe en cas de v.le d l cette loi. M ti.NOS AIRES — Le gouverne ment de la rpublique argentine en verra prochainement en rraiice un groupe d'ofliciers argentins poui y continuer leurs tudes milil.ires.Jus qu' prsent les mthodes militaires allemandes taient seules en usa ge dans l'arme argentine. Bt.F.iSl— Les inlirnaiers de l'asile d'alins Donegal se sont mis en grve ; bOO fous, que contient cette maison, livrs eux mmes, ont provoqu un norme scandale : la police a d former un cordon tout autour de l'dilice pour em cher la fuite des alins. MADKIO— L'ambissadeur espa gnol auprs du Ouirinal a inform son gouvernement que le roi et la reine d'Italie se rendraient a Madrii au mu s de Juin ppur reudie la visi te que le roi d'Espagne leur a faite dernirement Home. LONUKfcS— Les propritaires des cbaotieis de construction navales ont dcid le lockout partir du tu avril si cette date les r Je dois mentionner qu'aprs avoir reu le titre de membre Protecteur Mr AJexand.r S. William*, alara Chef de la Gendarmerie d'llaili,offr,t vingt havresacs, en tmoignage de l'intrt qu'il portrit l'Institution. Ja n'oublierai pas non plus, le Kv. PasUur Edouard Jones qui mettait toujours, et le plu aimablement du monde, les locaux de son tab issement scolaire la disposition du Mouxement Scout. Tel tait l'tat du Scoutisme hatien quand la mort frappa son fonda leur. "2i On peut donc dire.Cber Monsieur, et sans ciainte d'exagration, que le citoven hatien Bernard Edgard Jones,"qui a profess "n Ul degr le sentiment de l'abngation;qui a consacr un temps relativement long de sa courte existence et son intelligence, qui a donn son argent une Œuvre aussi vaste que philaotropip que et d'une si haute porte morale, a bien mrit de la Patrie autant que ceux qui se sont illustrs dans d'autres domaines. En consquence, j'ai l'honneur de vous demander au nom des anciens collaborateurs d'Kdgard Jonss et en mon nom personnel de penser rendre sa gloire, un hommage postume dont le caractre est entirement laiss votre choix. le : de donner une compagnie rvistes de scout ou une salle o se runit pas repris le votre groupement, le nom d'Edgard Southampton n'ont travail. Les syniicats ouvriers ai Jones, pour perptuer le souvenir de mettent que celle grve est irrgu i celui ci. re, car elle n'a pas t ordonne Ile : de cousacrer, chaque anne, f iar le directoire et qu'ils feront tout la journe du 28. date de sa mort, eur possible pour faire entendre rai sa mmoire. Enlin, toute autre ma son leurs compagnons. nilestalion de reconnaissance, digne LO.NUHES Le correspondant du du dfunt,provoque par voire orgaLloyd Maritime tlgraphie de Port nisation sera hautement apprcie Soudan que le vapeur anglais Fran geslau avec 1200 plerins et un char gement de coton est en tlammes dans la Mer Kouge ; plusieurs navi res qui ont reu -.es appels se por tent a son secours. MEXICO -A la suite d'un incendie provoqu par un court circuit, 2ri peisonnes ont t tues et 5i> bases dans un lhe.it e de cette ville. DUBLIN — La commis-oon parle mentaire a nomm Patrick Vlillighan membre de cette commission, minis tie du commerce et de l'industrie en remplacement de Mac Grath, d missionnaire. LESfiOTJRS 4|A.vril PAHISDollar Livre NEW YOKK— Franc Livre sterlmg 17.30 • 74.70 17.,; 4.3U18 A t. Mr Antoine Sansaricq Noire Ministre plnipotentiaire prt la '< | blique Domini raine. Mr Antoi Snocarico est arriv hier soir. > i s lui soulniiooi une cordiale b, V i mue. Tenlaliv* .l'.-isa istinnl Dans la nuit J : mercredi jeudi .lonathas Conill -, directeur d'Ecole rurale de la Rivire-Froide se rendai a Port-au PWnce quand, arrivi Martissanl, il fat asialli par une ban le de mallaiteurs qui, aprs l'avoir dvalis, prirent la lu te. Jonathas re.;ut de lorteacontusions la figure. Il est actuellement l'hpital gnral. Varits Ca Soir Quand on Aime 1er et 2me pisodes Entrs 50 centime. 3e et 4e pisode Ho n.iu-je un fondateur .1 • riiiiliiutioa des Cclairdjrs d'Httt Ldlre Mi: Yvtt B mootui Cher Monsieur, Siuflral que je vous eitretienne un intilaiil auu de remplir un devoir eovero un ami qui n'est plus de ci %  nonde. Il sagit de feu F, lgird Jones, Fon dateur et lulroduct air du Scoutisme eu llaiti. vies aucienoes fonctions di secrtaire de I Institution des K lai reura d'daili et mes sentiment* dadmirdion pjur Mr Flgard Jane, font de moi le trs humble defea seur de son Œ ivre. J'ai i trs heureux d'appren Ire que vous repmue/ le scoulisme qu. avait disparu depuis vingt mois eu-t ron, pir le fait de la mort d'Edgar! Jones qui s'y intrasadit passion JJ men1, I Ul A Le Scjulisae, vu la noblesse du son objectif et les ex.elh.iles quali ts qu il inculque aux jeunes geus qui s y alticheul, mrite bien qu'on y consa :re ses eflorts Ainsi a i l'atteste la lettre dont j'ai l'Iioune ur de vous envoyer OOJJ sous ce couvert, .mue de Mr Ho salvo Boba,— alors Secrtaire d'E tat de (Intrieur en 191 i, le scou Usine tait eu pltine activit dni le pays. l'eiid ut une priole de 7 ans : le 1914 1821, avec plus de Jt'iO joa ns feus, de 12 id ans, d s excr cices, iiuuocuvres, excociou*.pique niques, promenades sur mer ont t organiss s JUS la diiection de Mrs les Scoutuaast. ra Arthur Slines, Gesner Laroche, Llio Dominique, Antoine ttoy.K.-n et Audr Ethart, Bance et llermaon Bjyer,— dea cou lreuces, causeries et runions Ont t faites tour tour j>ar >in Ui Ors Calts Pressoir et Emm nuel Jeaanot, Mrs Constantin Mayard, Jermie et Liventure. Des dlgations ont t envoyes qu'aucune notilication de cette d 1918, qui lu cision ne lui ait t iaite par Pins\ eu il 1./ agrer, Cher Monsieur, l'expressions de mes salut liions dis tingues. Antoine BEitVIN Tentatire de suicide Hier matin Robis Baulieu, dit Andr, matre d htel de Mr Gei/e, s'est —dans la maison mme de son patron — log une balle l'oreille droite. A la suite des constatations lgales la victime a t transporte i l'Hpital. Un autre son de cloche propos de la rvocation du directeur de l'eole de Turb" Monsieur G. Ililaire est venu lile.i en nos bureaux et au cours d'une conversation qu'il eut ^tvec nous, nous a atlirm, qu'il a t rvo'iu par le Magistrat Commu nal de la Croix-des-Bouquets aos au Palais .National eu reut briilamment reues par S. E. Mr le Prsident Sudre Dartiguenave et ses Ministies. Une troisime dlgation prit ga lemeut part aux inoubliables cr montes tenues & la CathJrale la signature de l'Armistice. Ni rata mme pj-jue. lea boys scouts visitrent les Directeurs des Oaolidiens de Port au Prince. Les Lois Scouts ont t publies eu plusieurs Ml daus les journaux Le Courrier du Sair , L'Essor • Le Malin, et a L'Informateur Hatien Comice vous le savez et ainsi d-ail le ira que le prvoient les lois scouts, le groupe.neut e-d divis en aectiona tt oiM uu-uiire oui t cres dana 1 In-dilJiioa, l llei que : les Sections d'Hygiue, de la Jroix Kong*, SpDr live oi agricole. Li sectian sportive eiaii dirixas pir \ir Elgard Joues. Li teciiou agricoh tenait campe m Mil parfois aux jaidius solaires de l'Instant coopratif al paifois l'E cole Nationale d • Agriculture de Thor. Laisse/moi, lier Monsieur, voua apprendre, en outre, que Plnstitu lion des Belairaors d'Hati tait pour vue d'un matrial scout, pu trs ri cbe, a vrai due, mais sufiisant pour les jeunes geaa qui la frquentaient rgn ieremeut. iaque scout avait son uniforme atauaai Ojua je vous lai dj dit plus hau.ic boys outa taient au n i n bre le iOO. Tout le matriel et celle quantit de C >stuines ont t fournis par Mr fcidgard Jones. NeuilJe/ souli guer qu'-mcuoe liste de souacriptio • n'a jamais ele lance du sein de Plus tiluiiou, au une cotisation ouverts eu vertu mme de la Loi scout, et aucun concours matriel sollicit du public m uu gouvernement. pection scolaire. Fondateur de l'cole de < Turb 2e section de Petit Bois, commune de la Croix-des-Uouquets, Mr Ililaire nous a prsent nom bre de pices qui attestent ses capacits, et nous font croire qu'il tait qualifi pour remplir dignement ses tondions. H a t remplac par Mr Charles Daurestau ancien prolesseur l'cole de tlanthier La qu stion d l'enseignement prim ire est assez dlicate pour qu'aucune intrusion intempestive n'y s it tolre, et en 'occurence une en \ i H ; serait ncessaire. La Chambra de Co nmjrce Hailienne au Palais Rattonal Avant hier vers quatre heures de ('aprs m b le sympathique Prsident da li Chambre di Cmiaaerce Hiitieioe Minsieur Eloutrd stve ac-in M,'I> lequel (iei a lires mem ba it cite assiatioo ont t re OUI ail l'ai u Nitijil.il. Aucourade l'entrevue qu'ils euient avec Monsieur le Prsident de la II! publijue. entrevue laquelle aaiia tait le Secrtaire d'Klal des Fmm ces, la question des di nensions da sacs caf et celle de l'ajpti :alioi du systme mtrique daoi les opri lions douanires oat l envisa;e->. Le Prsident leur a demand de sumer leurs \ oints de vue dans u i memoran Imn H quel fera l'objet de toute son attention. Aprs un entretien qui fut 1res courtois, la Dlgation s'est retire enchante de l'accueil dont elle tenait 'C-Ue l'objet. i



PAGE 1

LE MAIin Administration Gnrale des Postes Avis de dpart l*% dpches pour New Vork et l'Europe ( via -New York direct par le S/S Gorges seront termes le sa .ne di 5 avril courant. Port au Prime, le l avril I0f4 A Vendre Un buggy Studebnker repaie neuf et attelage compris. Occasion exceptionnelle, p'a (_'itsi,r au Bureau du Journal. Grand Htel de f rance Angle des Bues BonnefoiiS du Quai VIEbT DE hECEYOlR. Pt de foie gras truff.— Civet delivie. — Andouil lettes aux lentilles. — Andouilles au saindoux.— Jambon en boite.— Anchois A l'huile.— Sardines.— A'aquereauv Thon,—Cassoulet—Petits pois fins extra — lloudins, cto, lm Bouge, le gallon 4 gds Vin Blanc, le gallon gds l dbite par barriques et plions des vin le Bordeaux. Vins de Cbampaync. vendre Une machine vulcaniser pneus et chambres air, en parlait elati un prix excessivenu nt lion march. Pour conditions s'adresser Mr. JOHN BOULOS, rue des Fronts-Forts No 215. Les rcpisss No 117 valeur G132, et No 269 valeur G. 194 mi* par la commission Dauphin en fa veur de M.Perceval A. Audain sont adirs. Duplicata devant en tre de livr. Port au Prin e :$ avril 1914, Eœmauuel CONSTANT ,—— contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES i DELORT, Pharmacien, 119, Rua Bml-t-A.ntota PABI8 C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS PORT-AU-PRINCE ''.es.PKTRUS; Phrmicio ALBFBTINI • Pharmacie do DJustin VIARU tl tort* Imm honni. PhnrmariM Les Bureaux de Geo. A* l\*ne, jjent DE Voua srnl u>ueieui ei dormirez mal si vous retuiirnez chei vous sans avoir visit les*, jolies ebos's cbez ?m E. AIXILA Bue du Magasin de VEtal; Lloyd's Londres ET DE Ls\ Motor Onion Insuranee Co Londres, (Assurance contre Pinoandie Ont t transfras de la Plaee de la Paix an bas de la 20e Rue ou Hue Macajou ( Anciens tablissements Meta(jer)en laee de la Texas OU Co. Cercli Port-au-Prineen ^Messieurs'les membres sont convoqus en Assemble gnrale les vendredi et samedi, i et S avril, 6 heure du soir. A dfaut de quorum, le runion aura lieu le dimanche (i avril, 10 hrs i/i au matin, quel que soit le nombre de membres prsents. ORDRE DU JOUI : Voies et meyens pour l'achvement du locel. Le Prsident : Abel N. LEGBR m i e il ii El m Prevanir vaut m El preVenir eet si fdi'ile Eloignez Ire fiues de vt avec du Savon L,i\*buo} moyen le plut certain,le p e! Te plus facile, Je les combatte Non aeulrnient il attaque et dupera e le* fermesmai i cVet un dee eavone lea plus calmant* |ui %  •.• aient lamai) ete achevs KAVON OTEBUO fl ] XLB 'il LIVtB mot.C C*MBOIDCe MM U S A OHtRIOCE WH.US mm Port-auPrinoe : Si mon VtOUS. Char es Plcoulet, B. & X. Sada, Lope llivera, Itazar Mlropolita in. Gouaives : Madame luglne Dhrosse. Saint-Marc ; Mme Maurice Clesca. •laemel : dlie lloug. Pation Ville : Oreste Chry. Alfred VIEUX Agent pour llaiti Million She Polish Company Inc. new rk Si vous voulez protger la p'eau de vos c!iauarea Si vous voulez avoir un brillant luisant et durable. si vous voulez la couleur el la souplesse de ces ebaussures pendant longtemps employez la marque lonocjrau. fabrique spcialement" pour les daines et les (jentlemen du liii|liijJil<\ Elle protge la paaa des cbaiissures contre l'hiuxiMIt et la cbaleur. Demandez la marque HoDogram c'est la meilleu.e de toutes les marques. Geo*.? EAU SEME |fWl pour flatti %  g m Pharmacie F. Sjourn Donne avis sa clientle et aux n.J l 'cins et au public qu'il a •renisorm son Laboratoire d Ulogie en un LsbarrtotT* de biologie appliqu sous la Direction du Dr iH'cot et F. Sjourn Le lai oratoire es ouvert tom les jours de 7 lire- du matin i .6 .ures la s iir pour toutes les recherches oi analyses prmes dans i jMinoirrt ci jointe, saul pour le WfttM uiann et ia constante Ure-Scrtorie S r ni reues que le nnrdi de chaque sewune. 3'adrd "V ia Phancacie pour les rensdgneutteuts4o.alyes. l'urines et Sucttauriqua adaction de Wasaermauu B fraction deTnboulot, Eiameu du sang ei du,pus Examen des matires recettes examen de crachat dlbnmrno racttar. Constante L'ro Sartatrc K z A la Espana En lue de la (roite^flrand'iue H< 17 Graade LiquUnioa da Ctia3aux la maison a daid IWI'IN le giaod mrite. Installation parfaite. — prix modre. Taiiilianc N 39." K/ETrjE 1940, Kue du Magasin de l'Etat Tlphone : 347 & \ -*



PAGE 1

LE MAT i JUBOL laxatif physiologique le seul faisant la rducation fonctionnelle de l'intestin Eponge et nettoie l'intestin, Evite l'Appendicite et l'Entrite, Supprime les Hmorrode, Empche l'excs d'embonpoint. Rgularise l'harmonie des lormes Constipation Entrite Vertiges Hmorrodes Dyspepsie Migraine ttabl" Chtelain. I.l Tn rWno Paru, M i ph • Il no* Mirttrn anenl pu en a*lini c'.aiiu' Ht' lueluue *->.mi'rimt fit Juboi. rendre ttur .!"'''* PUWIC l-ar lal.'Ji de* arniue% et 6*1 Ifcvemenu loa IiasucHl M .upie?-*. iin avaient tu leur itr.^i la rrsaou rr* de U ii ut •> admirablement raaiivee par I" Jubul. pruiun l liiMoiri du rijtr# c^mi'Cinti •:' A fc^n actif %  M ii d batin lluatr** nn revanche. noniLiN: iri'% %  ..* d dont le apothicaire*, aulint lue le malades M rirent, a IOM''lei *pogue Ici IDi rj ctenti an' ani • IV miniifl de la Fae d* MM da Mompcllle — HEMOnaOIDEl ~~ JUEOUTOmES : Sur ponmrej aniuu^noriatquel, tclmnnii. de nngti tvttmr.nl' JUBOUTAN : PPT.TOI dr contr Ul citerne Ll mr fournit I ijir ijir Serge Taillant Consignataire pour Hajti La maison S1LVELM lu laiton H. SUURA >ient de recevoir par lester tiers steamers les articles suivants de toulc Iraicheur dt s prix rduits : Chapeaux de paille Une d'Italie, de toutes; espres. Chapeaux de laine 'd'Italie Chapeaux l'outre d'Ilalii Baptiste l'i*ne pour chemises Tussor fil anglais Tiissor do soie anglais bar es pour chemise,& robes Satin de chine pour tailleur Lustrines pour tailleur Colette pour tailleur Drlll merceris amricain (nouveaut f)ril! fil blanc & union arglals Kaki .laune anglais extra i|u; lit Zeph r anglais tup pour hemises Toile A drap fil anglais KO pouces coton •' lO flaliste fine pour cheroke One visite noire Bai son vous CODVI inera de la lionne qualit de nos ai lu les el de la modicit de nos prix en comparaison avec ceu.% nanties maisons de la plare pour des articles similaires. r NOUVEAUX fUMBICS rr D;sT:u>:i sizCTOO! j Le fA'JX'OK-VIE. RHUMS, ALCOOL, al ,DEROYFILSAINE| 75. tff tu THe.it ri. 7 l-AHI V GUIDE PRATIQUE * DiittUiUii UUX-DITU, ISE)ICIS ne MANUEi. aa filrui.t 4, j IBb'MS il TARIF ILLUITRC llriiui ttnii. 3ri iiiiiiiiiiiiiiiiniiiiHiiiiiiniiiiiimiiuniiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii e Le meilleur Cadeau fsire s votre enfant est le volume Pour amuser nos tout petits de Frdric DORET Il f trouver* en prot franaise: tri timple 4m Fable d* La Fontane aetc le animaux du paya El tout** In fo'i que I* MB* d'il* mal *a d'an* pbrae* lui chappera, il pourri recourir, pour I* comprendre d* lui-mtm*, la traduction crole ai Mm rottrd. la veau da*. tout** M* Librairie. Prix : Gde. 1 %  sssmuiiiuiiHniiiiiuiuiiimriiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiMiiiiiiiitniiiiiiiiiui t r t %a tm' j Q h\wb\\ Studetabr Big 6 Sept passagers eu parfaitlal peine quelques mois de service esl vendre un prix exceptionnel. Toute offre raisonnable sera accepte. S'adresser L, rREETZMiSN-IGGEUHOLU. Gnral aqenl Lue du Quai, Port au Prince Colombian Steainship Company lnc* (p gteom*-r $ B oliva* i% ynnt laist New Yotk le W Mar$ t est attendu a Port-au Prince te 6 avril courat via Cap H titan Port de P<.lr, L omtes et St More ReiiWtira le mme jour din-oie ment pour Kittg ton Jn et its ports de la Coitmbie prenant / $• pats gra. Port ail-Prince (e 2 av ii 1924 GEB.tlU et €o, A ett ttu "Z2Z5* L'Heure esl pr.pice pour acheter des pneus Good Year Depuis que Gond Year a commence labrupier dt s pneu r il n I . j.imaih cesser ue I' amliorer, i Wal(|i ca, le prix des pneus Good Toar est rest plus lias tpic ce'ui des autres pneus de iiualii inlneurr. ilu l ez le DOBTeao type de pneu Good Year C"i


PAGE 1

MRKCTfSUR PROPRIETAIRE IMHUM&UB Clment Magioire 0019 VERNA 1368. Rue Amricaine M L MBRO ^0 CENTlillto Quotidien WLEPBONE Noflit Ce r 0 u ne peut laire un pas, dan* cette socit vermoulue san* que les impostures ut des merisonifcs ne se meltont courir sous voi piedi comme ces rat qui dtalenl levant vous ijuaui vois vous promenez dans !• magasin de dcors de quelque vitux thtre. Ed. DRUMOHT 18ne ANNE N 5178 P0IWJJ>IUNaK ( HATI > VENWtEDl 4 AVRIL 1924 VœUX prononcs par Monseigneur M la lin de la conscration piscapaie .. Mur un loucliant usage veut que la crmonie de la conscration pisropale se termine par un souhait du consacr a son conscrateur. Le consacr llcliit trois fois le jenoii devant son conseratenr en chantant chaque lois ces paroles : ad multos annos : longues annes encore, Monseigneur. Tout consacr doit ce souhait son conscrateur en reconnaissance du don innarrable qu'il vient de recevoir de lui et qui le place parmi les princes de l'glise de I ieu. Ce souhait, je le dois Votre Grandeur un tilre tout spcial. Pendant les 22 ans que je viens de vivre en liai i vous avez t p )ur moi un Pre dans toute l'acception du terme. Dix-huit mois api es mon arrive dans le pays vous ra'appelliez auprs de vous pour prendre part l'administration diocsaine ; en 1911 vous me donniez votre glise cathdrale et en 19^0 vous faisiez de moi votre vicaire-gnral. A l'jole de Votre G andeur j'ai appris connatre le gnnd secret du Gouvernement des mes ; l'esprit de dvouement et de sacrifice qui ouvre les barrires les plus obstinment lermes ; l'esprit de loyaut et de franchise qui s'avance avec prudence mais avpx rnit dans le chemin du devoir et surtout la bont attirante qui charma les coeurs. Mgr, Dieu pouvait dillicilement me laire une grAce plus grande Pour l'enlant qui vient au monde le bienlait par excellence est celui d'une dui-ation chrtienne, pour le prtre qui entre dans le ministre il n'en est pas de comparable une initiation vraiment sacerdotale. Ce bienlait je l'ai reu de vous, pendant de longues annes, tous les jours, dans l'ixemFile des plus belles vertus apostoiques. Puissiez-vous longtemps encore, Mgr, pour le plus grand bitn le l'arcludioiAse de Port-auPrince et de l'Eglise d'IIaiti, donner cet exempL. Ad multos annos Mgr l'Evoque des Gayes, Mgr de labe, des liens sacrs viennent le se lormer entre nous. Vois et s mes parrains dans la nouvelle carrure o je viens d'entrer par la nrce de I onction sainte. Puissiez vous avoir tenu sur les lonls de la vie apostolique un enfant qui honte de vos vertus et de vos mri'es. Dans le beau diocse des Cayes vois faites l'admiration de tous, l'un par une activit entlio.isaste et entr. inante qui soulve les montagnes, l'autre par une pi • t ardente qui dilate les crurs et les mes et les gajne Jsus* Christ. Que Dieu vous donne la 5 race de continuer son œuvra et e servir de modle votre tilleul. Ad multos annos Vnr Mgr du Cap, la demande que je vous avais faite d'en trer au Sminaire d Hati, vous me rpondiez le 10 aoilt 1894 : '[ c'est entendu, vous tes moi, .... vous tes Dieu, veux-je dire, pour le servir en Hati. Trente ans plus tard vjtre prophtie se ralise a la lettreJe suis Dieu, oui tout d'abord, unis je suis au? si vous puisque me voil appel collauoitr avec vous, et.s'il plat Dieu, continuer le grand sillon que vous avez trac dans je champ du Pre de famille Mgr, }a n'ai jamais dsir de devenir voque; j'ai mme cart ce redou table honneur de tout mon pou voir, aussi longtemps qu'il ui't t possible de le laire sans dsobirMais a partir du jour o i ai d me rsoudre prononcer le Bat de la soumission j'ai dci l d'entrer dans la nouvelle carrire avec toute ma volont et toute mon nergia. J'aime esprer que Dieu qui ne reluse pas *a gr;\ce aux mes de bonne volont me donnera la lorce de les tenir pendant toute la vie et que je pourrai tr pour vous,|\lgr, al multos annos, le plus dvou el le plus aHeUucux des lils. M/r de S Domingue, la curio site sympathique qui s'veil'e par tout sur votre passage vous a peut-tre dj montr combi M nous sommes sensibles l'honne ir que vous nous dites en assistant c;tte cr'smo i>e L'anne dernire leurs Grandeurs Mgr Pichon et Mgr Morice ail dent S. Domingue pour renJre votre COJIIJIIteur le service qu'ils viennent <1 me rendre. -•Lss jises comtm les peuples ne peuvent que gagner fortirdeleur isolement. Pour s'estimer et s'aimer la premire condition est de se connatreLes relations de charit et d'honneur qui Rtablissent aujourd hui entre les pasteurs s'ten lro it demnn aux lilles et porteront les plus bea x Iruits pour le grand bien de l'an 'ienne et illustre glise de SiDomine el de la j -une gli? : d'iliili. D'avoir t lin des premiers ouvriers de cette belD jeu vre, Mgr, tous les cœurs fta reux en Hati et St bomingue vous seront reconnaissants. Ad multos anno! Monsieur le Prsident, vous aime/ a relever nos fte* religieuse* par votre augude prsence. S il m'tait permis d entrer dans le mystre de votrj conscience j'oserais dire que^ v us aimez assister d abord pa,coimelion personnelle, ensuite rorn me Chef d Etat. Mai il me sembl : qu'aujourd'hui vous MM i. i pour de • raisons qu'il me serait diflicile d' nalyser exactement mais que je devine et qui me touchent, i anm personne c'est votre premier vque que vous a e/ nomm et c'est un coadjuteur que vous avez doan au vnrable voque du Cap Hatien..la suis donc votre ouvra un doubl %  titre, galement cher votre eutur Dans le clui'ur je vois les membies du Gouvernement, les membres -lu Corps diplomatique, les autorit, civiles et militaires, un groupe d'amis. Merci a tous de leur tmoignage de rympathie. Mes 'chers conlrres. vous tes venus nombreux assister cette crmonie, non seulement de Port-auPrince et du diocse, nais .les linn.iives, de9 Cives, de Port le-Paix, du Cap, el jusque de l'Arrhidiocese de Santo Domiog >. Vous ntai impoi s is paroisses une longue ab sence, vous raflBIB UT pnible voyage. — Combieu je m-.•ns'ble votre charit fraternelle. I.t belh coironne sacer totale el religieuse qa • nous l'or uns m pctrai sculire, Pres de la Cm ;c -million du St-Kpnt el de la Compagnie de Mari 0 Heligieux de l'Institut do Plor m-1. N'est-flle pas le symbole vi vint de l'union qui l'ait notre lorcj en ce pays ? ij mm hooum et jucundum habiter* l'ratrcin uniim •> Merci a tous du fond du coeur. Et vous, nies frroK vous tous qui remplisse/, cette immense Cathdrale. S.i'urs des Congrgations de St-Jo seph de Ciuny, Je l Sigisse, des tilles de Marie, a.-.-o i liions pieuses d'hommes et de femmes, li lles de tout rang, de tout Age et de toute co idition laisse/moi TOUS dire un cordial merci. Voire prsence dans celte glise, en ce jour, eu si belle affluence, e-t pour moi une soure de grande joie. Je i.e suis s'il faut y vnr un hommage public aux efforts que je me suis impos pour l'air; quelque bien au milieu de vous, mais j'y trouve coup sur une da ces manifestations s'ieudi les d'un peuple au grand c i*ur qui rcora pensi nu d l de ce qu'il • reu. Mes frres, je vous connais de longue date e je sais ce que je dis La sympathie que vous tmoigne/ a vos prtres, 1'mtrt que vous montre/ leur zle et le rs iruvres, le initiatives gnreuses que vous prenez, parfois s.)i:t les indices indiscutables de la gnrosit de vos amen. C'est la bonne (erre de I'I-.\ mgile toute prte rec.voir la divine semence Heureux le prtre appel a exer er son ministre au milieu de popu'ations si richement doues Sans doute il trouve des difficults dans l'accomp'isse.nent de sa lche car le combat est la loi de natuie. mais d'autre part il se sent soutenu, fortifi, encou ig, il vit dans une dlicieuse al oosphre de sympath I qui lui donne des ailes, qui e porte de l'avant cl qui le rend heurt ux. dette douce al m (sphre je l'ai les pire pendant de longues annes au milieu de NOUS. Si don: j'ai fait quelque bien, ce n' si pas a moi qu'il faut en reporter !e principe mrite, mn a IUI mmes et 'a glace de i o.-ii q i NUIS i prvenus de sa bienv. illance. — Mes frres, d mandons Dieu que Mlle vil] • de I ort-au Prince demeure toujours le ardin parfum ou le Dvia Matre il plaise rpandre ses bndictions. On notivo'iti spcialiste des uiil.idi's infantile i CVt le docteur Cem ke, frre du •.mpitli;>pi • a--', de la mai-, .n llir n iku, irriv: depuis un niois et .| ii tarai ivoir subi tes ose mens %lir I M de voir* de sa profession. Le docteur Lomeks laaUllara bien toison cabinet et en avisera le public. Nous lui faisons no* meilleurs ton hiiti de hou succs. r # J.(j. 11 One explication philologique du faudra Lai journaux ont dj pari de 1 1 uite confrence que pronona le lr Dorsainvil :i lu Socit d'Histoire et de idographie devant un auditoire dttoga. Je n'enlrepreiidrai pas mua tour 1 1 1 1 -lu ,1 lictU d'Q i'yser cette lude a'I'.. liante. Je lairi r n -s seulement m. tendre sur deux pointa le la confrence : l'hrdit lingu iliqtie el la psychologie religiuu se que l'Afriq e nous a lgues, a .au.1 id s qu'ils soulvent et de* hori/us qu'il* ouvrent la jeu nesbe studieuse. Et d'aliord la dlinilioii que donne I' Dr Dorsainvil du p.'.noie lliilien : • I i ra Dsuia .la cent tribus Uri caine* qui toutes ont lui--...I.ins la grande masse populaire des Ira ma indlbiles do leur propre hrdit physiologique, psychologiquo ou monde.' De prime al> >iM cette dlinition peut en iquer noire amour propra. Nous, des Ali i -i ns C.'e-t .punous avons toii|ours tendance d muer au mal Uii'iiins'' un sens pjoratif. N i as se nblons ignorer q e l'Afrique d au| lurd'hui n'est plus celle d il y a cent an*. Kl le a maintenant d docteurs en mdecine, de* docteurs en droit, des Ingnieurs, des cri vains de valeur etc.. Elle a eu se* martyrs de la foi et bientt ses saints m >nti i.iut sur les autels, de %  saints ngres que tous les catholique • pueront quelle que soit leur nuance ou leur race. A la rflexion rien de p'us juste que celle dlinition du peuple llaitiei Nuis sommes l'ub lotissant d'una l roce sldctio-i coloniale Kenai ne disait il pis de lui m v n* qu il tV! '• l'abiutissaiil d une longue suite d paysans el de marin* ". Il e*l vrai que llenan n'a t ni paysan ni ma rin. Il a t un savant, un h immde tout premier ordre. Mais cela s'ex plique tr* bien pur la loi de lu mu talion des qualit*. Pourquoi happerions nous aux I os de l'hrdit? Suis doute les lois de l'hrdit ne sont pis encore ds bien connues. C'est un problme encore ouvert. Mais il existe doi point* sur lesquels l'accord des savants el des philosophes sesi fait. Kl Mr Ribol a formul ce princip* qui a rald tous les suffrages : L>h i redite est la loi el la non hrdit, l'excepl on. De m ni %  qu'il exi-Je une li l plis*, il exi t. au-si une hr dite morale, l'cul on en dire autant de Ihrlil intellectuelle ? Il fan drail peut tre renverser l'axiome de Mr lUootet dire quj I hrdit Intel lectoatla Stl Pexcepti ,n. C'est sans douta a ce phnoniana une panaail Itiilem lorqu il appolail femilire menl I h >mas Conieille un c det de N irmandie Kt Voltaire semble avoir eu U mme intuition que le rgen teur du Parnasse lorsqu'il flicitait Louis H unie d'avoir frapp quelque; beiux v.r. sur l'enclume de Jean son pre. Quoidepioi N rai que notre hr li 14 pbv.i pie ? Outre noir* ressembla i ce physique persintaola avec les an riens esclave <] Hispaoiola el de M Diim'n;n", d"* obervaleurs outra BUlraa I. • !••• Cttl au it 'uv> i i • ir de l'Anne, ta KqnatoriaU Franaise al B reng r Fiim.l nd iio de 'a min n* tranaiaa, celui .-i a lu IM ci demeol le >ulati mi noires de* Antides e' du Ftngal ) noient la si mililude qui existe enlra |*>s gestes des hab tanli des Vnlilles el ceux da 1 Afrique, ce que le confrencier ip pelle le gfte ra.uL Par exemple des paysannes qui. la tJe indienne, montent al daacundaol des monta gOel ;IMV, sur la I. le, un fardeau et Mmblcnl ne pas s'en soucier ou M celle li lette n—ise ^ur SOI! mit el qui tient eu un quiliure surpre n tiit IM pantoufle* i paina rutanuoi pu l'exlenlioa du gros orteil. L'ba blinde NUlanatufQl pas expliquer en gaules. Kt Brangrr Kiaud minappi. nd que M gaala e-t propre aui liiliis "ouolovM 1 I ormant le fo'i.l de la population du Sngal''. Noaneieoi gnraui et nos Chefs d'Etal passe qui au -ont malbeureu semenl illustrs dans le mal furent sans le savoir dos roitelets.l'Afrique. Ils portaient le poids d'une lourde brlil. A leur insu un travail In t.'nt, -iili. on-, n ni s'laboraiten eux, et malgr eux, l'Africain surnageait. Cette hrdit mauvaise triomphait d'autant mieux qu'elle oprait sur des individuel n ara plongs dans les bru.n 's .le lui onscience.Cejo niant nos historien* da demtin seraient mal venus si, pour expliqu-rou pour j i-tilier les crimes dont e.ll a t coul dans le moule racial* La Dr : > r -ni n vil a cii uneciuqnan laine de mois dahonens gnra leurs de m )!-'i.des. Il DUBM que e mit eaeo • riant da fong^ be. Les seacotokll formaient un n gimenl Irl rput an Dali orn. A D voir que leradicaux du terme,il ^ignili.' ip tli 1 %  da luer son pftre. Il -erail inlr ssuit de donner l'lyii ologi dai mots croles les plue n paie mais ce travail dpaaaaratt 'n r dre d'un article .!>' journal. Je pr I re raovOjei la la leur I tude du DrDoraainvilqui aara publie bioatott lude qui tmoigne de ses patiMitea n i bar liraat d* si •. .• rudition. IJ.I mi au \ an lou iui a stimul la m dignit de no* dtracte irs dans ('es ebro liqms souvent d-iob'igean t. s, le Dr Dorsainvil le ramen aux H rnples proportions des .ultes universels qui eorrespomleiit la prio le o l'Iiumanit conoit le divin par la procd ipie Henouvier appelle la %  mthode des Apothoses ••. Itien de pi un il nple que le Vau I NI, mot qui ignilie gnies bons ou mauvais: iui rieurs a Mavv.i, la dieu de l'O lympe Africain. LOr Dorsainvil I ion i ensuite la ltis daa divioita vaodouiquaa et leu" aigniflcatioiflj II aotra dans maints dlaiU intressants qu'on lirait rservs aux Mul initis et parla d ab >a la ce de cette religion inoffensiveqn -.'.ippareute aux an* cienaet erovtieai ml^'euMa d


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06186
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, April 04, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06186

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
MRKCTfSUR PROPRIETAIRE
IMHUM&UB
Clment Magioire
0019 VERNA
1368. Rue Amricaine
M L MBRO ^0 CENTlillto
Quotidien
WLEPBONE Noflit
Ce
r0u ne peut laire un pas, dan*
cette socit vermoulue san*
que les impostures ut des meri-
sonifcs ne se meltont courir
sous voi piedi comme ces rat
qui dtalenl levant vous ijuaui
vois vous promenez dans !
magasin de dcors de quelque
vitux thtre. Ed. DRUMOHT
18ne ANNE N 5178
P0IWJJ>IUNaK ( HATI >
VENWtEDl 4 AVRIL 1924
Vux prononcs par Monseigneur M la lin
de la conscration piscapaie
..
Mur un loucliant usage veut
que la crmonie de la conscra-
tion pisropale se termine par un
souhait du consacr a son cons-
crateur. Le consacr llcliit trois
fois le jenoii devant son consera-
tenr en chantant chaque lois ces
paroles : ad multos annos : lon-
gues annes encore, Monseigneur.
Tout consacr doit ce souhait
son conscrateur en reconnais-
sance du don innarrable qu'il
vient de recevoir de lui et qui le
place parmi les princes de l'glise
de I ieu.
Ce souhait, je le dois Votre
Grandeur un tilre tout spcial.
Pendant les 22 ans que je viens de
vivre en liai i vous avez t p )ur
moi un Pre dans toute l'accep-
tion du terme. Dix-huit mois
api es mon arrive dans le pays
vous ra'appelliez auprs de vous
pour prendre part l'administra-
tion diocsaine ; en 1911 vous me
donniez votre glise cathdrale et
en 19^0 vous faisiez de moi votre
vicaire-gnral. A l'jole de Votre
G andeur j'ai appris connatre le
gnnd secret du Gouvernement
des mes ; l'esprit de dvouement
et de sacrifice qui ouvre les bar-
rires les plus obstinment ler-
mes ; l'esprit de loyaut et de
franchise qui s'avance avec pru-
dence mais avpx rnit dans le
chemin du devoir et surtout la
bont attirante qui charma les
coeurs.
Mgr, Dieu pouvait dillicilement
me laire une grAce plus grande
Pour l'enlant qui vient au monde
le bienlait par excellence est celui
d'une dui-ation chrtienne, pour
le prtre qui entre dans le minis-
tre il n'en est pas de compara-
ble une initiation vraiment sa-
cerdotale. Ce bienlait je l'ai reu
de vous, pendant de longues an-
nes, tous les jours, dans l'ixem-
File des plus belles vertus aposto-
iques. Puissiez-vous longtemps
encore, Mgr, pour le plus grand
bitn le l'arcludioiAse de Port-au-
Prince et de l'Eglise d'IIaiti, don-
ner cet exempL. Ad multos an-
nos !
Mgr l'Evoque des Gayes, Mgr
de labe, des liens sacrs viennent
le se lormer entre nous. Vois et s
mes parrains dans la nouvelle car-
rure o je viens d'entrer par la
nrce de I onction sainte. Puissiez
vous avoir tenu sur les lonls de
la vie apostolique un enfant qui
honte de vos vertus et de vos
mri'es. Dans le beau diocse des
Cayes vois faites l'admiration de
tous, l'un par une activit entlio.i-
saste et entr. inante qui soulve
les montagnes, l'autre par une pi
t ardente qui dilate les crurs et
les mes et les gajne Jsus*
Christ. Que Dieu vous donne la
5race de continuer son uvra et
e servir de modle votre tilleul.
Ad multos annos !
Vnr Mgr du Cap, la de-
mande que je vous avais faite d'en
trer au Sminaire d Hati, vous
me rpondiez le 10 aoilt 1894 :
'[ c'est entendu, vous tes moi,
....
vous tes Dieu, veux-je dire,
pour le servir en Hati. Trente
ans plus tard vjtre prophtie se
ralise a la lettre- Je suis Dieu,
oui tout d'abord, unis je suis au?
si vous puisque me voil appel
collauoitr avec vous, et.s'il plat
Dieu, continuer le grand sil-
lon que vous avez trac dans je
champ du Pre de famille Mgr, }a
n'ai jamais dsir de devenir vo-
que; j'ai mme cart ce redou
table honneur de tout mon pou -
voir, aussi longtemps qu'il ui't
t possible de le laire sans dso-
bir- Mais a partir du jour o i ai
d me rsoudre prononcer le
Bat de la soumission j'ai dci l
d'entrer dans la nouvelle carrire
avec toute ma volont et toute mon
nergia. J'aime esprer que Dieu
qui ne reluse pas *a gr;\ce aux
mes de bonne volont me don-
nera la lorce de les tenir pendant
toute la vie et que je pourrai tr *
pour vous,|\lgr, al multos annos,
le plus dvou el le plus aHeUucux
des lils.
M/r de S Domingue, la curio
site sympathique qui s'veil'e par
tout sur votre passage vous a
peut-tre dj montr combi m
nous sommes sensibles l'honne ir
que vous nous dites en assistant
c;tte cr'smo i>e L'anne dernire
leurs Grandeurs Mgr Pichon et
Mgr Morice ail dent S. Domin-
gue pour renJre votre cojiIjii-
teur le service qu'ils viennent <1
me rendre. -- Lss jises comtm
les peuples ne peuvent que gagner
fortirdeleur isolement. Pour
s'estimer et s'aimer la premire
condition est de se connatre- Les
relations de charit et d'honneur
qui Rtablissent aujourd hui entre
les pasteurs s'ten lro it demnn
aux lilles et porteront les plus
bea x Iruits pour le grand bien de
l'an 'ienne et illustre glise de Si-
Domine el de la j -une gli? :
d'iliili. D'avoir t lin des pre-
miers ouvriers de cette belD jeu
vre, Mgr, tous les curs fta
reux en Hati et St bomingue
vous seront reconnaissants. Ad
multos anno- !
Monsieur le Prsident, vous aime/
a relever nos fte* religieuse* par
votre augude prsence. S il m'tait
permis d entrer dans le mystre de
votrj conscience j'oserais dire que^
v us aimez assister d abord pa,-
coimelion personnelle, ensuite rorn
me Chef d Etat. Mai il me sembl :
qu'aujourd'hui vous Mm i. i pour de
raisons qu'il me serait diflicile d'
nalyser exactement mais que je de-
vine et qui me touchent, i an- m
personne c'est votre premier vque
que vous a e/ nomm et c'est un
coadjuteur que vous avez doan au
vnrable voque du Cap Hatien..la
suis donc votre ouvra un doubl
titre, galement cher votre eutur
Dans le clui'ur je vois les membies
du Gouvernement, les membres -lu
Corps diplomatique, les autorit,
civiles et militaires, un groupe d'a-
mis. Merci a tous de leur tmoigna-
ge de rympathie.
Mes 'chers conlrres. vous tes
venus nombreux assister cette c-
rmonie, non seulement de Port-au-
Prince et du diocse, nais .les lin-
n.iives, de9 Cives, de Port le-Paix,
du Cap, el jusque de l'Arrhidiocese
de Santo Domiog >. Vous ntai im-
poi s is paroisses une longue ab
sence, vous raflBIB ut pnible
voyage. Combieu je m- -.ns'ble
votre charit fraternelle. I.t belh
coironne sacer totale el religieuse
qa nous l'or uns m pctrai s-
culire, Pres de la Cm ;c-million du
St-Kpnt el de la Compagnie de Ma-
ri0, Heligieux de l'Institut do Plor
m-1. N'est-flle pas le symbole vi
vint de l'union qui l'ait notre lorcj
en ce pays ? ij mm hooum et ju-
cundum habiter* l'ratrc- in uniim >
Merci a tous du fond du coeur.
Et vous, nies frroK vous tous qui
remplisse/, cette immense Cathdrale.
S.i'urs des Congrgations de St-Jo
seph de Ciuny, Je l Sigisse, des
tilles de Marie, a.-.-o i liions pieuses
d'hommes et de femmes, li lles de
tout rang, de tout Age et de toute
co idition laisse/moi tous dire un
cordial merci. Voire prsence dans
celte glise, en ce jour, eu si belle
affluence, e-t pour moi une soure
de grande joie. Je i.e suis s'il faut y
vnr un hommage public aux efforts
que je me suis impos pour l'air;
quelque bien au milieu de vous,
mais j'y trouve coup sur une da
ces manifestations s'ieudi les d'un
peuple au grand c i*ur qui rcora
pensi nu d l de ce qu'il reu.
Mes frres, je vous connais de
longue date e je sais ce que je dis
La sympathie que vous tmoigne/ a
vos prtres, 1'mtrt que vous mon-
tre/ leur zle et le rs iruvres, le
initiatives gnreuses que vous pre-
nez, parfois s.)i:t les indices indiscu-
tables de la gnrosit de vos amen.
C'est la bonne (erre de i'i-.\ mgile
toute prte rec.voir la divine se-
mence Heureux le prtre appel a
exer er son ministre au milieu
de popu'ations si richement doues
Sans doute il trouve des difficults
dans l'accomp'isse.nent de sa lche
car le combat est la loi de natuie.
mais d'autre part il se sent soutenu,
fortifi, encou ig, il vit dans une
dlicieuse al oosphre de sympath I
qui lui donne des ailes, qui e porte
de l'avant cl qui le rend heurt ux.
dette douce al m (sphre je l'ai les
pire pendant de longues annes au
milieu de nous. Si don: j'ai fait
quelque bien, ce n' si pas a moi
qu'il faut en reporter !e principe
mrite, mn a iui mmes et 'a
glace de i o.-ii q i nuis i prvenus
de sa bienv. illance. Mes frres,
d mandons Dieu que Mlle vil] de
I ort-au Prince demeure toujours le
ardin parfum ou le Dvia Matre il
plaise rpandre ses bndictions.
On notivo'iti spcialiste
des uiil.idi's infantile i
CVt le docteur Cem ke, frre du
.mpitli;>pi a--', de la mai-, .n
llir n iku, irriv: depuis un
niois et .| ii tarai ivoir subi tes ose
mens % dirai, a l I aulori-' re ii,>lir I m de
voir* de sa profession.
Le docteur Lomeks laaUllara bien
toison cabinet et en avisera le public.
Nous lui faisons no* meilleurs ton
hiiti de hou succs.
r
# J.(j.
11 One explication philologique du faudra
Lai journaux ont dj pari de 11
uite confrence que pronona le
lr Dorsainvil :i lu Socit d'Histoire
et de idographie devant un auditoire
dttoga. Je n'enlrepreiidrai pas
mua tour 11 11 -lu ,1 lictU d'Q i'y-
ser cette lude a'I'.. liante. Je lairi
r n -s seulement m. tendre sur deux
pointa le la confrence : l'hrdit
lingu iliqtie el la psychologie religiuu
se que l'Afriq e nous a lgues, a
.au- .1 id s qu'ils soulvent et
de* hori/us qu'il* ouvrent la jeu
nesbe studieuse.
Et d'aliord la dlinilioii que donne
I' Dr Dorsainvil du p.'.noie lliilien :
I i ra Dsuia .la cent tribus Uri
caine* qui toutes ont lui--..- .I.ins la
grande masse populaire des Ira ma
indlbiles do leur propre hrdit
physiologique, psychologiquo ou mo-
nde.'-
De prime al> >iM cette dlinition
peut en iquer noire amour propra.
Nous, des Ali i -i ns C.'e-t .pu- nous
avons toii|ours tendance d muer au
mal Uii'iiins'' un sens pjoratif.
n i as se nblons ignorer q e l'Afrique
d au| lurd'hui n'est plus celle d il y
a cent an*. Kl le a maintenant d -
docteurs en mdecine, de* docteurs
en droit, des Ingnieurs, des cri
vains de valeur etc.. Elle a eu
se* martyrs de la foi et bientt ses
saints m >nti i.iut sur les autels, de
saints ngres que tous les catholique
pueront quelle que soit leur nuance
ou leur race.
A la rflexion rien de p'us juste
que celle dlinition du peuple llaitiei
Nuis sommes l'ub lotissant d'una l
roce sldctio-i coloniale Kenai ne
disait il pis de lui mvn* qu il tV!
' l'abiutissaiil d une longue suite d
paysans el de marin* ". Il e*l vrai
que llenan n'a t ni paysan ni ma
rin. Il a t un savant, un h imm-
de tout premier ordre. Mais cela s'ex
plique tr* bien pur la loi de lu mu
talion des qualit*.
Pourquoi happerions nous aux
I os de l'hrdit? Suis doute les
lois de l'hrdit ne sont pis encore
ds bien connues. C'est un probl-
me encore ouvert. Mais il existe doi
point* sur lesquels l'accord des sa-
vants el des philosophes sesi fait.
Kl Mr Ribol a formul ce princip*
qui a rald tous les suffrages : L>h i
redite est la loi el la non hrdit,
l'excepl on.
De m ni qu'il exi-Je une li
l plis- *, il exi t. au-si une hr
dite morale, l'cul on en dire autant
de Ihrlil intellectuelle ? Il fan
drail peut tre renverser l'axiome de
Mr lUootet dire quj I hrdit Intel
lectoatla Stl Pexcepti ,n. C'est sans
douta a ce phnoniana une panaail
Itiilem lorqu il appolail femilire
menl I h >mas Conieille un c det de
N irmandie Kt Voltaire semble avoir
eu U mme intuition que le rgen
teur du Parnasse lorsqu'il flicitait
Louis H unie d'avoir frapp quelque;
beiux v.r. sur l'enclume de Jean
son pre.
Quoidepioi n rai que notre hr li
14 pbv.i pie ? Outre noir* ressembla-i
ce physique persintaola avec les an
riens esclave <] Hispaoiola el de M
Diim'n;n", d"* obervaleurs outra
BUlraa I. ! Cttl au it 'uv> i i ir de
l'Anne, ta KqnatoriaU Franaise al B
reng r Fiim.l nd iio de 'a min
n* tranaiaa, celui .-i a lu IM
ci demeol le >ulati mi noires de*
Antides e' du Ftngal ) noient la si
mililude qui existe enlra |*>s gestes
des hab tanli des Vnlilles el ceux da
1 Afrique, ce que le confrencier ip
pelle le gfte ra.uL Par exemple des
paysannes qui. la tJe indienne,
montent al daacundaol des monta
gOel ;imv, sur la I. le, un fardeau et
Mmblcnl ne pas s'en soucier ou M
celle li lette nise ^ur SOI! mit
el qui tient eu un quiliure surpre
n tiit im pantoufle* i paina rutanuoi
pu l'exlenlioa du gros orteil. L'ba
blinde NUlanatufQl pas expliquer
en gaules. Kt Brangrr Kiaud
min- appi. nd que m gaala e-t propre
aui liiliis "ouolovM1 Iormant le
fo'i.l de la population du Sngal''.
No- aneieoi gnraui et nos Chefs
d'Etal passe qui au -ont malbeureu
semenl illustrs dans le mal furent
sans le savoir dos roitelets.l'Afrique.
Ils portaient le poids d'une lourde
brlil. A leur insu un travail In
t.'nt, -iili. on-, n ni s'laboraiten eux,
et malgr eux, l'Africain surnageait.
Cette hrdit mauvaise triomphait
d'autant mieux qu'elle oprait sur
des individuel n ara plongs dans les
bru.n 's .le lui onscience.Cejo niant
nos historien* da demtin seraient
mal venus si, pour expliqu-rou pour
j i-tilier les crimes dont e notre bisloic*, lia essawiieot de les
mettre sur le compte de l'hrdit.
Ou aboutirait de In sorle a un dter
inimsine dsesprant. L'hrdit est
un fait: mais on peul lu mo liber par
l'ducation et 1 instruction. Kt sous
l'influence d s ides m raies et reli
isea ou parvient loulTer loserta
du sang.
Nous avions toujours OfJ sur la,
foi de nos connaissances empiriques
au le crole tait nuique-nent, un
franc lis c nrompii, dsoss. Le Dr
Dorsainvil e-t nharg de nous d-
m ) itr.'i le conlraire. Outre l'apport
du fianais, de nombreux mot* cr-
oles viennent daa Idiomaa an las,
nu.-, ibo- uialiis, qui se parlaient
duis la co'onie el principalement du
dahomen ou fougbe. Le daboiu*
en a ioapoa BOB nombre de ses for
mules phraeiologiques au crole qui
u conserv le cdre, la structure da
la phrase foniba ou congolaise.
>.ll a t coul dans le moule racial*
La Dr : > r -ni n vil a cii uneciuqnan
laine de mois dahonens gnra
leurs de m )!-'i.des. Il DUBM que
e mit eaeo riant da fong^
be. Les seacotokll formaient un
n gimenl Irl rput an Dali orn. A
D voir que le- radicaux du terme,il
^ignili.' ip tli 1 da luer son pftre.
Il -erail inlr ssuit de donner l'ly-
ii ologi dai mots croles les plue
n paie mais ce travail dpaaaaratt 'n
r dre d'un article .!>' journal. Je pr
I re raovOjei la la leur I tude du
DrDoraainvilqui aara publie bioatott
lude qui tmoigne de ses patiMitea
n i bar liraat d* si .,- . rudition.
ij.i mi au \ an lou iui a stimul
la m dignit de no* dtracte irs dans
('es ebro liqms souvent d-iob'igean
t. s, le Dr Dorsainvil le ramen aux
h rnples proportions des .ultes uni-
versels qui eorrespomleiit la prio
le o l'Iiumanit conoit le divin par
la procd ipie Henouvier appelle la
mthode des Apothoses . Itien
de pi un il nple que le Vau I ni, mot
qui ignilie gnies bons ou mauvais:
iui rieurs a Mavv.i, la dieu de l'O
lympe Africain.
L- Or Dorsainvil I ion i ensuite la
ltis daa divioita vaodouiquaa et
leu" aigniflcatioiflj II aotra dans
maints dlaiU intressants qu'on
lirait rservs aux Mul initis et
parla d ab >a la ce de cette religion
inoffensiveqn -.'.ippareute aux an*
cienaet erovtieai ml^'euMa d


LEMAT1>
Grecs et de* Homains. Le primitif*
Africaine dans leurs croyances reli-
f}ti. i aont pas montrs icf*
reura aux Grecs ilonl la religion tait plutt polyth-
i-te lorsqu'elle n'inclinait pas l'rnn
. Iiemenl vers le pantliisme le plus
abject. Mais coulai la conclusion
In Pr Horsaiimi :
Libre nous, epri est .-onsidn
lioffe 'le nous laisser craser tous le
poids de la mauvaise rputation du
Vaudou. Serait ce trop dire d'aflir
mer i te celte conception religieuse
rep'senle une srie d'ides meta
physique qui font honneur l'intelli
genre ngre ? Co n'est pas un phn i
men banal de voir une pauplade
pi imitive arriver a une conception ai
laire et si prcise. .N'est ce pas la
grande gloire do la nation Juive, qui
J.ourlant n'a conu Kloliim que sous
a dicte d-Elohim !
Cette confrence, ai je besoin dp.
le dire, a lait sensation. KHe a piu
duil une impression profonde sur
ce u qui I'obC entendue. Lu raison
in est simple I l'est du nouveau dUAS
noire milieu. Le problme de nos
origines n'a jamais lente nos histo
riens. Ils prouvaient, parait il. une
sorte de malaise remner ces cen
drus d'esclaves.Le Tr Dorsainvil par
celle page d'histoire a ennobli noi
origines. Il a compris que les volei
douloureuses sont les voies royales,
et que nos ancores avaient droit
une rparation m .raie. Puisse son
exemple tre suivi par notre jeunesse
instruite Cette confrence d'un ca
chet particulires! un poinlde dpart
et marque une date dans notre volu
tion intellectuelle. Mue les esprits
curieux qui ont des aptitudes pour les
aciences d'rudition se mettent au
travail.
Ils produiront certainement des m
vres originales et intressantes qui,
par leur contribution l'histoire na
tionale, concourront "une renais
tance intellectuelle et morale du
pays sous le patronage bienveillant
de lu socit d'Histoire et de
piii .
JOSPEll CHRTIEN
A Parisiana
Hier soir, un public trs nombreux
s'tait donn rende/.-vom Parieia*
na pour suivre |,s priptie; mou
Par Cable
Nouvelles Etrangres
vantes du quatrime pisod i en cinq Sloill.' ItltCde 0.'Mli|li'i'l v
pailie< de-.Rog'er la Honte: in-lir.v \\AS.II\G l'0\ llarve'y Kiske
Ce dernier chapitre du drame a Stone, ex doven
t le'lement poignant que l'assi*- Columbia, a "t
tance moelle dmoli m intense, si
denliliait n la situation logique des
personnages torturs par la douleur,
et versail les mmes larmes, larmes
df gouffre ne* ou de regret implorant
le pardon de l'iniquit commise dans
un moment de jalousie exaspre et
de folie aveuglante.
El l'on e > n iren I poirqioi I un
ceux qui. pour une riison OU pour
une au'r . n o i pu assisterait pio-
jeetnn lu premier ou du deuxime
pisode de ce Chef-d ouvre irapr
sirnnantit d'une ai poisnanle hu-
manit, eu ve ih nt presque Mine
Taldy de ne pas redonner le film
mania par deux pisodes chaque
aoiro, en an retardant un peu l'et>
pdilion .
Les Assises
0
de l'Universit de
choisi par le prai
dent Co di Ig ' pour succder H ir. y
Daughedy, procureur gnral de .a
rpublique.
Chuta do netfje
IWSW YORKUne chuie de neige
intense exceptionnelle cette poque
de 1 anne a interrompu pendant
plusieurs heures les communications
mai ilime*. Iluviales et tenestres de
la cote oiienlale des buts Lins.
Au fl'\i'jii'"
\V VSII1NU ION U=s dpches d :
Tegucigalpa re les pir lo Dparle
meut U Mal annoncent que les rvo
luiionnaires ont pris d'as>aut lea
fortilicalious extrieures de cette .1er
niere ville ain>i que des pjaitiOQJ
s'ralgiquea d une grande imporlan
ce.
N<|Ocialions linancires
rtisso-aKjluises
(iogra
Inauguration du
nouveau Tribunal
de Paix

Avant hier, vers lea dix heure-
du matin, une impo>ante ruanifeata
tion a eu lieu au bas di quartier de
laine.
Il 'agissait d'installer le nouveau
Tribunal de paix de la Section Est
de la Capitale.
En ellet, le Ministre de la Justice
Luc Dominique, n'a pas manqu de
remarquer qu'avec les Trois cent
mille habitants de la ville et de aea
environs, un besoin nouveau se fai
ait sentir... Immdiatement et sans
dsemparer, le Gouvernement pr-
senta au Conseil des Secrtaires d'K
tat le projet d un nouveau tribunal
pour dcongestionner les deux au
trs existants et insuffisants a la ta-
che
Les Commissaire et Substitut Tlii
mothe Part, Isnard Raymond, en
l'absence du Secrtaire d'Etat emp
cl , ont procd celte installation
'dans l'ordre suivant : Jusiin Bois,
juge titulaire lequel a reu le ser
menl de Cari Kslrade, son greffier,
de ses supplants, llmond Mathieu
et Lucien, l'ierre Piophte, commis
greflier.
Duc rausj jtii s ta
sensationnelle
A a Commission des dclamations
il est port au rle des affaires qui
devront tre entendues prochaine
ir.en. la rclamation de Mr Kdmond
Polvniee qui. par l'organe de Me Sl
nio Vinrent, vaut lira indemnis de
la lourde perle <|ii il a prouve par
suite du massacre de B08 lils. dans
la prison de la Capitale, 1ers des
fdaamanta du i~ Juillet i>l .
L'affaire est d'un caractre exce>
tioni.el et nous nous ferons le devoir
d'en suivre les phases, car sa solu
tn n doit iatraaaar laa pHrenis des
ni .lieuses victimes de cet tueries
jamaia no morables.
Ilii r i comparu devant le Tri-
bunal Criminel, Frdric Gervais
accus de tentative d'assassinat
sur Garcia Galcit oui la suit-
d'un malentendu, oubliant l'adage
qui vaut qu'on ne Irn.ope pas une
femme mme avec une fleur, avait
os porter une imm sacrilge sur
la personne de Situ Gdrvais.
L'accus comprenant qu' une
telle violence, seule la violence
tait de miss, s'tait arm de sa
manchette, et aprs un change
de paroles aigres, les deux adver-
saires en venant aux mains, Gar-
cia tomba victim *, payant ainsi
cher son regrettable emportement.
C'est ce que le Jury prsid pir
M- S'.-Fort Colin a bien compris
malgr l'acharnement de l'aceusa-
sion soutenue par le parquet en
enlierdela partie civile reprsente
par Mes. l)uvi/ier, Fjix Carrier
etDominigue llyppolite.
Une dfense Jubile fut prsen-
te par Mes V. Cauvin, Emile
Cauvin et V. Gervais.
Le discours de ce dernier cl-
turint les dbats gnraux, exera
certainement une influence dci-
sive sur le Jury qui tout en recon-
nais uit la culpabilit de l'accus,
lui accorda des circonstances at-
tnuante*: ce qui lui valut le ni-
nimiim de la peine sjii : tr >is
mois d'emprisonnement.

a .
Aujourd'hui sont sur laselelt)
les nomms Lormeran Nelvil et
Clioinlus Franois, le premier a >
Cill d'homicide volontaire sur U
personne de Exu nne Louis, sa
co'.iil-liante; le s'coul oTl'ae-
cusatkn de COJBpIlcil du dit ho-
micide.
Ils si ront dfendus par Me.f J*us-
linien llicol i-t Hennum Menja-
inin.
(Composition du Tribunal: luge
Pouilh, prsil'ut, I. Uay u > i1,
ininisiee public et L us J.i-I ic-
ques. prsida it du Jury,
E
s
MOSCOU Le comit central du
aiti communiste a approuv toutes
es daeiaiona ia son directoire politi
que au sujet d s prochaines ngocia
lions linaucires avec la Grande ,l(re
tigne : ces dcisions exposes par
/iujviell. prsident du comit ete
cutifde l'Interuati on aie co nmuniste
saut les suivantes : La Itussie ue r;
couu illra sa Jette envers l'Anal -1er
re qu'autant qm celte dernire na
lion rec jiinatra son tour les rcla
mitions russe -e lUJiitant plus de
deux millijus de roubles or somme
suprieure aux rclamations bntau
nijues. /miuvi.'ila dclar que ta
dlj-t un sovitique nepsut accep
ter I s demunies ai.gldises relatives
aux indemnits rclames par des
aijeli britanniques en letour dea
pro,)n l- d'une valeur de >u cents
in.liioiH de roubles or qui ont t
nuionaiises par le gouvernement
communide.
Nouvelles diverses
LOi>i>KtS Un yn.ucai vient
d'tre conslitu: dans le but d'elablir
aux Iles Jersey ou Cueroey un casi
no semblable a celui de Moule Car
lo. Ue svnlical a demand aux habi
taols d'alopler une loi qui fasse les
jejx lgitimes dans ce- Iles o il a
achet plus.eurs htels et d autres
proprits afin d'. obtenir une i i
tluence directe en cas de v.le d l
cette loi.
M ti.NOS AIRES Le gouverne
ment de la rpublique argentine en
verra prochainement en rraiice un
groupe d'ofliciers argentins poui y
continuer leurs tudes milil.ires.Jus
qu' prsent les mthodes militaires
allemandes taient seules en usa
ge dans l'arme argentine.
Bt.F.iSl Les inlirnaiers de
l'asile d'alins Donegal se sont mis
en grve ; bOO fous, que contient
cette maison, livrs eux mmes,
ont provoqu un norme scandale :
la police a d former un cordon
tout autour de l'dilice pour em
cher la fuite des alins.
MADKIO L'ambissadeur espa
gnol auprs du Ouirinal a inform
son gouvernement que le roi et la
reine d'Italie se rendraient a Madrii
au mu s de Juin ppur reudie la visi
te que le roi d'Espagne leur a faite
dernirement Home.
LONUKfcS Les propritaires des
cbaotieis de construction navales
ont dcid le lockout partir du tu
avril si cette date les r
Je dois mentionner qu'aprs avoir
reu le titre de membre Protecteur
Mr AJexand.r S. William*, alara
Chef de la Gendarmerie d'llaili,offr,t
vingt havresacs, en tmoignage de
l'intrt qu'il portrit l'Institution.
Ja n'oublierai pas non plus, le Kv.
PasUur Edouard Jones qui mettait
toujours, et le plu aimablement du
monde, les locaux de son tab isse-
ment scolaire la disposition du
Mouxement Scout.
Tel tait l'tat du Scoutisme ha-
tien quand la mort frappa son fonda
leur. "- 2i
On peut donc dire.Cber Monsieur,
et sans ciainte d'exagration, que le
citoven hatien Bernard Edgard Jo-
nes,"qui a profess "n Ul degr le
sentiment de l'abngation;qui a con-
sacr un temps relativement long de
sa courte existence et son intelligen-
ce, qui a donn son argent une
uvre aussi vaste que philaotropi-
p que et d'une si haute porte morale,
a bien mrit de la Patrie autant que
ceux qui se sont illustrs dans d'au-
tres domaines.
En consquence, j'ai l'honneur de
vous demander au nom des anciens
collaborateurs d'Kdgard Jonss et en
mon nom personnel de penser
rendre sa gloire, un hommage pos-
tume dont le caractre est entire-
ment laiss votre choix.
le : de donner une compagnie
rvistes de scout ou une salle o se runit
pas repris le votre groupement, le nom d'Edgard
Southampton n'ont ,
travail. Les syniicats ouvriers ai Jones, pour perptuer le souvenir de
mettent que celle grve est irrgu i celui ci.
re, car elle n'a pas t ordonne Ile : de cousacrer, chaque anne,
fiar le directoire et qu'ils feront tout la journe du 28. date de sa mort,
eur possible pour faire entendre rai sa mmoire. Enlin, toute autre ma
son leurs compagnons. nilestalion de reconnaissance, digne
LO.NUHES Le correspondant du du dfunt,provoque par voire orga-
Lloyd Maritime tlgraphie de Port nisation sera hautement apprcie
Soudan que le vapeur anglais Fran
geslau avec 1200 plerins et un char
gement de coton est en tlammes
dans la Mer Kouge ; plusieurs navi
res qui ont reu -.es appels se por
tent a son secours.
MEXICO -A la suite d'un incendie
provoqu par un court circuit, 2ri
peisonnes ont t tues et 5i> ba-
ses dans un lhe.it e de cette ville.
DUBLIN La commis-oon parle
mentaire a nomm Patrick Vlillighan
membre de cette commission, minis
tie du commerce et de l'industrie
en remplacement de Mac Grath, d
missionnaire.
LESfiOTJRS
4|A.vril
PAHIS- Dollar
Livre
NEW YOKK Franc
Livre sterlmg
17.30
74.70
17.,;
4.3U18
A
t.
Mr Antoine Sansaricq
Noire Ministre plnipotentiaire prt
la '< | blique Domini raine. Mr An-
toi Snocarico est arriv hier soir.
> i s lui soulniiooi une cordiale
b,Vi mue.
Tenlaliv* .l'.-isa istinnl
Dans la nuit J : mercredi jeudi
.lonathas Conill -, directeur d'Ecole
rurale de la Rivire-Froide se rendai
a Port-au PWnce quand, arrivi
Martissanl, il fat asialli par une
ban le de mallaiteurs qui, aprs l'a-
voir dvalis, prirent la lu te.
Jonathas re.;ut de lorteacontusions
la figure. Il est actuellement
l'hpital gnral.
Varits
Ca Soir
Quand on Aime
1er et 2me pisodes
Entrs 50 centime.
3e et 4e pisode
Ho n.iu-je un fondateur .1
riiiiliiutioa des Cclairdjrs
d'Httt
Ldlre Mi: Yvtt B mootui
Cher Monsieur,
Siuflral que je vous eitretienne
un intilaiil auu de remplir un devoir
eovero un ami qui n'est plus de ci
nonde.
Il sagit de feu F, lgird Jones, Fon
dateur et lulroduct air du Scoutisme
eu llaiti. vies aucienoes fonctions di
secrtaire de I Institution des K lai
reura d'daili et mes sentiment*
dadmirdion pjur Mr Flgard Jane,
font de moi le trs humble defea
seur de son ivre.
J'ai i trs heureux d'appren Ire
que vous repmue/ le scoulisme qu.
avait disparu depuis vingt mois eu-t
ron, pir le fait de la mort d'Edgar!
Jones qui s'y intrasadit passion jj
men1, I Ul A
Le Scjulisae, vu la noblesse du
son objectif et les ex.elh.iles quali
ts qu il inculque aux jeunes geus
qui s y alticheul, mrite bien qu'on
y consa :re ses eflorts
Ainsi a i l'atteste la lettre dont
j'ai l'Iiouneur de vous envoyer OOJJ
sous ce couvert, .mue de Mr Ho
salvo Boba, alors Secrtaire d'E
tat de (Intrieur en 191 i, le scou
Usine tait eu pltine activit dni
le pays.
l'eiid ut une priole de 7 ans : le
1914 1821, avec plus de Jt'iO joa
ns feus, de 12 id ans, d s excr
cices, iiuuocuvres, excociou*.pique
niques, promenades sur mer ont
t organiss s jus la diiection de
Mrs les Scoutuaast. ra Arthur Slines,
Gesner Laroche, Llio Dominique,
Antoine ttoy.K.-n et Audr Ethart,
Bance et llermaon Bjyer, dea cou
lreuces, causeries et runions Ont
t faites tour tour j>ar >in Ui
Ors Calts Pressoir et Emm nuel
Jeaanot, Mrs Constantin Mayard, Je-
rmie et Liventure.
Des dlgations ont t envoyes qu'aucune notilication de cette d
1918, qui lu cision ne lui ait t iaite par Pins-
\ eu il 1./ agrer, Cher Monsieur,
l'expressions de mes salut liions dis
tingues. Antoine BEitVIN
Tentatire de suicide
Hier matin Robis Baulieu, dit
Andr, matre d htel de Mr Gei/e,
s'est dans la maison mme de son
patron log une balle l'oreille
droite.
A la suite des constatations lga-
les la victime a t transporte i
l'Hpital.
Un autre son de cloche
propos de la rvocation
du directeur de l'eole
de Turb"
Monsieur G. Ililaire est venu
lile.i en nos bureaux et au cours
d'une conversation qu'il eut ^tvec
nous, nous a atlirm, qu'il a t
rvo'iu par le Magistrat Commu
nal de la Croix-des-Bouquets aos
au Palais .National eu
reut briilamment reues par S. E.
Mr le Prsident Sudre Dartiguenave
et ses Ministies.
Une troisime dlgation prit ga
lemeut part aux inoubliables cr
montes tenues & la CathJrale la
signature de l'Armistice.
Ni rata mme pj-jue. lea boys
scouts visitrent les Directeurs des
Oaolidiens de Port au Prince.
Les Lois Scouts ont t publies
eu plusieurs Ml daus les journaux
Le Courrier du Sair , L'Essor
Le Malin, et a L'Informateur Ha-
tien .
Comice vous le savez et ainsi d-ail
le ira que le prvoient les lois scouts,
le groupe.neut e-d divis en aectiona
tt oiM uu-uiire oui t cres dana
1 In-dilJiioa, l llei que : les Sections
d'Hygiue, de la Jroix Kong*, SpDr
live oi agricole. Li sectian sportive
eiaii dirixas pir \ir Elgard Joues.
Li teciiou agricoh tenait campe
m Mil parfois aux jaidius solaires de
l'Instant coopratif al paifois l'E
cole Nationale d Agriculture de Thor.
Laisse/moi, lier Monsieur, voua
apprendre, en outre, que Plnstitu
lion des Belairaors d'Hati tait pour
vue d'un matrial scout, pu trs ri
cbe, a vrai due, mais sufiisant pour
les jeunes geaa qui la frquentaient
rgn ieremeut.
iaque scout avait son uniforme
atauaai Ojua je vous lai dj dit plus
hau.ic boys outa taient au n i n
bre le iOO. Tout le matriel et celle
quantit de C >stuines ont t fournis
par Mr fcidgard Jones. NeuilJe/ souli
guer qu'-mcuoe liste de souacriptio
n'a jamais ele lance du sein de Plus
tiluiiou, au une cotisation ouverts
eu vertu mme de la Loi scout, et
aucun concours matriel sollicit du
public m uu gouvernement.
pection scolaire.
Fondateur de l'cole de < Tur-
b 2e section de Petit Bois, com-
mune de la Croix-des-Uouquets,
Mr Ililaire nous a prsent nom
bre de pices qui attestent ses ca-
pacits, et nous font croire qu'il
tait qualifi pour remplir digne-
ment ses tondions.
H a t remplac par Mr Char-
les Daurestau ancien prolesseur
l'cole de tlanthier
La qu stion d l'enseignement
prim ire est assez dlicate pour
qu'aucune intrusion intempestive
n'y s it tolre, et en 'occurence
une en \ i H ; serait ncessaire.
La Chambra de Co nmjrce
Hailienne au Palais Rattonal
Avant hier vers quatre heures de
('aprs m b le sympathique Prsi-
dent da li Chambre di Cmiaaerce
Hiitieioe Minsieur Eloutrd stve
ac-in m,'i> lequel (iei a lires mem
ba it cite assiatioo ont t re
OUI ail l'ai u Nitijil.il.
Aucourade l'entrevue qu'ils euient
avec Monsieur le Prsident de la II!
publijue. entrevue laquelle aaiia
tait le Secrtaire d'Klal des Fmm
ces, la question des di nensions da
sacs caf et celle de l'ajpti :alioi
du systme mtrique daoi les opri
lions douanires oat l envisa;e->.
Le Prsident leur a demand de
sumer leurs \ oints de vue dans u i
memoran Imn h quel fera l'objet de
toute son attention.
Aprs un entretien qui fut 1res
courtois, la Dlgation s'est retire
enchante de l'accueil dont elle te-
nait 'C-Ue l'objet.
i


LE MAIin
Administration Gnrale
des Postes
Avis de dpart
l*% dpches pour New Vork et
l'Europe ( via -New York direct par
le S/S Gorges seront termes le sa .ne
di 5 avril courant.
Port au Prime, le l avril I0f4
A Vendre
Un buggy Studebnker repaie neuf
et attelage compris.
Occasion exceptionnelle, p'a (_'itsi,r
au Bureau du Journal.
Grand Htel de f rance
Angle des Bues BonnefoiiS du Quai
VIEbT DE hECEYOlR.
Pt de foie gras truff. Civet delivie. Andouil
lettes aux lentilles. Andouilles au saindoux. Jambon
en boite. Anchois A l'huile. Sardines. A'aquereauv
Thon,CassouletPetits pois fins extra lloudins, cto,
lm Bouge, le gallon 4 gds
Vin Blanc, le gallon gds
l dbite par barriques et plions des vin le
Bordeaux. Vins de Cbampaync.
vendre
Une machine vulcaniser pneus
et chambres air, en parlait elati
un prix excessivenu nt lion mar-
ch. Pour conditions s'adresser
Mr. JOHN BOULOS, rue des
Fronts-Forts No 215.
Les rcpisss No 117 valeur G-
132, et No 269 valeur G. 194 mi*
par la commission Dauphin en fa
veur de M.Perceval A. Audain sont
adirs. Duplicata devant en tre de
livr.
Port au Prin e :$ avril 1914,
Emauuel CONSTANT
,
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
i DELORT, Pharmacien,
119, Rua Bml-t-A.ntota
PABI8
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
PORT-AU-PRINCE
''.es.PKTRUS; Phrmicio ALBFBTINI
Pharmacie do D- Justin VIaRU
tl tort* Imm honni. PhnrmariM
Les Bureaux de
Geo. A* l\*ne, jjent
DE
Voua srnl u>ueieui ei dormirez mal si vous re-
tuiirnez chei vous sans avoir visit les*, jolies ebo-
s's cbez
?m E. AIXILA
Bue du Magasin de VEtal;
Lloyd's Londres
ET DE Ls\
Motor Onion Insuranee Co
Londres,
(Assurance contre Pinoandie
Ont t transfras de la
Plaee de la Paix an bas de
la 20e Rue ou Hue Macajou
( Anciens tablissements
Meta(jer)en laee de la Texas
OU Co.
Cercli Port-au-Prineen
^Messieurs'les membres sont con-
voqus en Assemble gnrale les
vendredi et samedi, i et S avril, 6
heure du soir. A dfaut de quorum,
le runion aura lieu le dimanche (i
avril, 10 hrs i/i au matin, quel
que soit le nombre de membres
prsents.
ORDRE DU JOUI :
Voies et meyens pour l'achve-
ment du locel.
Le Prsident : Abel N. LEGBR

m
i
e
il
ii
El
m
Prevanir vaut m -
El preVenir eet si fdi'ile
Eloignez Ire fiues de vt
avec du Savon L,i\*buo}
moyen le plut certain,le p
e! Te plus facile, Je les
combatte
Non aeulrnient il attaque
et dupera e le* fermes-
mai i cVet un dee eavone
lea plus calmant* |ui .
aient lamai) ete achevs
Kavon otebuo
fl ] XLB 'il LIVtB mot.C C*MBOIDCe MM U S A
OHtRIOCE WH.US
mm
Port-auPrinoe : Si mon VtOUS. Char es Plcoulet, B. &
X. Sada, Lope llivera, Itazar Mlropolita in.
Gouaives : Madame luglne Dhrosse.
Saint-Marc ; Mme Maurice Clesca.
laemel : dlie lloug.
Pation Ville : Oreste Chry.
Alfred VIEUX
Agent pour llaiti
Million She Polish
Company Inc. new rk
Si vous voulez protger la p'eau de vos c!iauarea
Si vous voulez avoir un brillant luisant et durable.
si vous voulez la couleur el la souplesse de ces ebaus-
sures pendant longtemps employez la marque lonocjrau.
fabrique spcialement" pour les daines et les (jentle-
men du liii|liijJil<\
Elle protge la paaa des cbaiissures contre l'hiuxiMIt
et la cbaleur.
Demandez la marque HoDogram c'est la meilleu.e de toutes
les marques.
Geo*.? EAU SEME |fWl pour flatti
g m
Pharmacie F. Sjourn
Donne avis sa clientle et aux n.Jl'cins et au public qu'il a
renisorm son Laboratoire d Ulogie en un LsbarrtotT* de
biologie appliqu sous la Direction du
Dr iH'cot et F. Sjourn
Le lai oratoire es ouvert tom les jours de 7 lire- du matin i .6
.ures la s iir pour toutes les recherches oi analyses prmes dans
i jMinoirrt ci jointe, saul pour le
WfttM uiann et ia constante Ure-Scrtorie
S r ni reues que le nnrdi de chaque sewune.
3'adrd "V ia Phancacie pour les rensdgneutteuts-
4o.alyes. l'urines et Sucttauriqua
adaction de Wasaermauu
B fraction deTnboulot,
Eiameu du sang ei du,pus
Examen des matires recettes
examen de crachat
dlbnmrno racttar.
Constante L'ro Sartatrc
Kz
A la Espana
En lue de la (roite^flrand'iue H< 17
Graade LiquUnioa da Ctia3aux
la maison a daid sent mois de Bars 12j0 chapeaux de paille lino pour
hommes en laisant un rabais considrable sur le prix
De Or 2,50 ils sont vendus actuellement I raison de
Or 1.1. ....
Ce sacriliee n'est consenti qua pare pu; eel article ne
rentre pas dans les rayons le 'a Maison.
Pharmacie VV. BIJCH
Prpares; vos liqueur avec les Essen
ces pour Liqueuts ; niteltes, Crm
de Cacao, Chartreuse,Curaao,Gin.
Royal Caf
D lace de la Banque Nalionle
Propritaire : AnnaciuslNXO('KVl
Le nouvel 'tahlissenu'iil se recommande par nu servit*
irproebjible, des conaomraationi da premier ohoU, a
situation privilgie.
Le soir, musique attrayante dirige par les prolea-
li >iwi'In le giaod mrite.
Installation parfaite. prix modre.
Taiiilianc N 39."
K/ETrjE
1940, Kue du Magasin de l'Etat Tlphone : 347 &



\
-*


LE MAT i
JUBOL
laxatif physiologique
le seul faisant la rducation fonctionnelle de l'intestin

Eponge et nettoie l'intestin,
Evite l'Appendicite et l'Entrite,
Supprime les Hmorrode,
Empche l'excs d'embonpoint.
Rgularise l'harmonie des lormes
Constipation
Entrite
Vertiges
Hmorrodes
Dyspepsie
Migraine
ttabl" Chtelain. I.l Tn
rWno Paru, M i ph
Il no* Mirttrn anenl
pu en a*lini c'.aiiu' Ht'
lueluue *->.mi'rimt fit Ju-
boi. rendre ttur .!"'''*
PUWIC l-ar lal.'Ji de* arn-
iue% et 6*1 Ifcvemenu loa
IiasucHl m .upie?-*. iin
avaient tu leur itr.^i la
rrsaou rr* de U
ii ut > admirablement
raaiivee par I" Jubul. prui-
un l liiMoiri du rijtr#
c^mi'Cinti :' A fc^n actif
m ii d batin lluatr** nn
revanche.
noniLiN: iri'-..* d
dont le apothicaire*, aulint
lue le malades m rirent, a
IOM''- lei *pogue Ici IDi rj
ctenti an' ani
IV miniifl
de la Fae d* MM da Mompcllle
HEMOnaOIDEl ~~
JUEOUTOmES : Sur
ponmrej aniuu^noriat-
quel, tclmnnii. de nngti
tvttmr.nl'
JUBOUTAN : Ppt.toi
dr contr Ul
citerne
Ll mr fournit I ijir ijir
Serge Taillant Consignataire pour Hajti
La maison S1LVELM
lu laiton H. SUURA >ient de recevoir par lester
tiers steamers les articles suivants de toulc Iraicheur
dt s prix rduits :
Chapeaux de paille Une d'Italie, de toutes; espres.
Chapeaux de laine 'd'Italie
Chapeaux l'outre d'Ilalii
Baptiste l'i*ne pour chemises
Tussor fil anglais
Tiissor do soie anglais bar es pour chemise,& robes
Satin de chine pour tailleur
Lustrines pour tailleur
Colette pour tailleur
Drlll merceris amricain (nouveaut
f)ril! fil blanc & union arglals
Kaki .laune anglais extra i|u; lit
Zeph r anglais tup pour hemises
Toile A drap fil anglais KO pouces
" coton ' lO
flaliste fine pour cheroke
One visite noire Bai son vous codvi inera de la lion-
ne qualit de nos ai lu les el de la modicit de nos
prix en comparaison avec ceu.% nanties maisons de la
plare pour des articles similaires.
r NOUVEAUX fUMBICS
rr D;sT:u>:i sizCTOO! j
Le fA'JX'OK-VIE.
RHUMS, ALCOOL, al
,DEROYFILSAINE|
75. tff tu THe.itri. 7
l-AHI V
GUIDE PRATIQUE * DiittUiUii uux-di-
TU, ISE)ICIS ne MANUEi. aa filrui.t 4, j
IBb'MS il TARIF ILLUITRC llriiui ttnii.
3ri
iiiiiiiiiiiiiiiiniiiiHiiiiiiniiiiiimiiuniiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
e Le meilleur Cadeau
fsire s votre enfant est le volume
Pour
amuser
nos tout petits
de Frdric DORET
Il f trouver*
en prot franaise: tri timple
4m Fable d* La Fontane aetc le animaux du
paya El tout** In fo'i que I* MB* d'il* mal *a
d'an* pbrae* lui chappera, il pourri recourir,
pour I* comprendre d* lui-mtm*,
la traduction crole
ai Mm rottrd.
la veau da*. tout** m* Librairie.
Prix : Gde. 1 *
sssmuiiiuiiHniiiiiuiuiiimriiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiMiiiiiiiitniiiiiiiiiui
tr t%atm'.jQ
h\wb\\ Studetabr Big 6
Sept passagers eu par-
faitlal peine quelques
mois de service esl
vendre un prix excep-
tionnel.
Toute offre raisonnable
sera accepte.
S'adresser
L, rREETZMiSN-IGGEUHOLU.
Gnral aqenl
Lue du Quai, Port au Prince
Colombian Steainship
Company lnc*
(p gteom*-r *$Boliva*i% ynnt laist
New Yotk le W Mar$t est attendu a
Port-au Prince te 6 avril courat via Cap
H titan Port de P<.lr, L omtes et St
More ReiiWtira le mme jour din-oie
ment pour Kittg ton Jn et its ports de
la Coitmbie prenant / $ pats gra.
Port ail-Prince (e 2 av ii 1924
GEB.tlU et o,Aett.ttu
"Z2Z5*
L'Heure esl pr.pice pour acheter des pneus Good Year
Depuis que Gond Year a commence labrupier dt s pneur, il n I .
j.imaih cesser ue I' amliorer, i
Wal(|i ca, le prix des pneus Good Toar est rest plus lias tpic ce'ui
des autres pneus de iiualii inlneurr.
ilulez le DOBTeao type de pneu Good Year C"i et obtenez d'eux tous les kilomtres qu'on en a mis dans leur lahiica-
tion
Tbe VYes Indies Ti ading C
Porl-au-Prince Gonaves Cap-Hatlien
WlNIl*
jTei


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM