<%BANNER%>







PAGE 1

LE M Al IN Par Cal le Nouvelles Etrangres te Snat aeeorck 1rs noureaui crdits PALIS— Le sentit a arcord par un vole de 843 voix contre 3 les rdils demar ds pnr le gouverne i: eut. L • nouveau cabinet la chambre 'PARIS—La prsentation de\ant la chaTibre du n< nveau cahiiul a rfoo n lieu un li.mulle iodetcripUbla et la sance a ("le suspendue plu sieirs reprtes. Oo ne cioit pas ce pendant que celle dlibialion alle tera le sert du 'gouvernement. La iliscuksion commence sur la polili que trangre u tourn en dbets MU M |JOI i• 11jii %  • intrieure dans lesquels iliirniniiii le spectre des prochaines lections. Le vole de conliame sera % ans doute demund jeudi aprs le iliscours le M. Ilirriot et les explica lions de Vienne. Les relations diplotnatiquei russo-roumaines menaces YIK.YNE — A la runion del con frence rusFO roumaine le dlgu roumain a lu la rplique de son gou vemen ent au mtmoiandum rus e au sujet de 1 occupation de la Bastt riliie par les Kouma ns. Dans celle rplique, le gi.ust nu ment roumain d> clnre que la |{'^raud jurv ldral a pronon lion de M.ILiny .Sinclair, loca'a te du Teip"t Uonv; Hir avoir rilus de rponJre h commission d'enqute, te grand jury estime que les questions auxquelles \l Sinclair a refus de ivpondre se rapportaient videmment aux faits enqutes, par la commi^-imi. Malgi la dmission de l\ Itoini \ gnral l'auplierly, la ci mmission d'enqute a dcid de continuer ses travaux. Le snat a M fu de prei ire en con siilirhlion une ljolulitn du sna tei r Nm KCIIHI-, dmocrate du l'en nesse, demandant une enqute sur la lgalit de la prs' nce du sna leur Mellon la tt.Jde la Trsore rie. .Nouvelles diverses CONSTANTIN PLE;Le repr sentant de Hugo bUones < *ns,ori traite acullement avec le minisire des Trasaux Publics de Turquie su Tacqui-ition des co icession relit %  ves l'exploita'ion des riilusses na lui* I l le 1 Anatolie qui avaient t accordes l %  mmenl l'ami al aine ricain Cliesler. ItOMK — lue > iolen'e rxploMon %  'est produ le de M les cadres du Mont Str mbo semant la pan'que dans les villages v. Itioi dont les fe ntres d s m. isous ont t brises. I qiiiii/au e i'e personnes ont et' blesses des tuiles de ce phnom ne. LESCOJRS 3 Avril P.tMISDol'ar 17 05 Lire 7J.il MAY YORK franc \6 83 Livre steilug 4 3085 ALUM1NUM LINE New-Orlans etSoulh 4merican*Sleampship Co Inc. Prochains dparts direc's pour PORT AU PMSCK, Hati 'Le seamer DE A a laist New Orle* 1 n% le VU Mars courant s raici le S Avril' prochain avec 300 tonnes de marchandises. Le S/S Frost laissera biew-Orhavs le SiMmr courant directement pour tori au Prince. 4 patir de celte dernire jdatc, il y aura une occas on chaqu B M jours pour les ports uwants; Curthaatv, Porto Colombia, Curaao* Porto Cabello % La Guuya, Pointe Pitre* tort de trance % Bridgetown, Uarbados, Pom o/ Spain] Trinidad* Georgetown Port sa Prince, le 31 Mars 1924 A. de Alalleis & Co agents gnraux Varits Vendredi Quand o& Aime |ler el2me pisodes Entrs &() centimes. Parisiana Jeudi lotjcr la Honte 4:'m cpiira: JUSTICE Kntrfl : 1 stur, notre stock de napier se trouve puis l'iis a i d pourvu, nous nous r ovois oblig s de parat're aujoutd'hui sur ptge simplo en promettant no< abouns de faire l HU 1 s^ciiiacs ncessaires pour qui ds demtin le journal reprenne sa forme habituelle. A vendre ^Une machine vulcaniser pneus et chambres air, en parlut tat, un prix excessivement lion march. Pour con liiions s'adressera Mr. JOHN BOULOS, rue des Fronts Forts S) 215. La Solidarite \ iiis avons appris que le Conseil d Direction de l'oeuvre d'assistance mutuelle de La Solidarit a demand au Dr F. Coic u de vouloir bien rpter pour ses socitaires l'excellente confrence avec dmons trations pratiq H que le docteur a prononce ces jours derniers Uns pection scolaire, sur l'Iinpjluditnt. L'i ia est exce le ite do met re la p'jrt de n>s ouvriers d tut se ci> il pose en grand partie cette so cit des notions utiles sur un mal qui ronge noire population. La confrence aura lieu dimanche dans I aprs midi au Temple du (iraud Orient. Jeu U (.'8 tilles yllaiblies, je un 08 l< mmes latigues, • l vo.:s HfS'ifiirs les surtnt'iH's, prenez le TO N1KEI 'est le recoiistiluant idal. ; „ i En vente'dans If s princi paUs pharmacies. A Vendre Un buggy Studebaker repaie neuf et attelage compris. Occasion exceptionnelle, s'adresser au Bureau du Journal. "1SH. Assemble gnrale des membres, vendredi ."> heures p.m. Troisime ionvocaiio:i. On traviillera quelque soit le nombre des prsents.Runion i he/ Mi Jo Woolley, Turgeau. %  On demande lu facteur pour ,1a distri billion du M VTIN. Yirestone PNEUS TUBES L. 7< & ACCESSOIRES les premiers automobilistes du monde se servent des Peus & Tubes FIHESTONli; La Firestone 2 ire # ltubber Company, larmi lottes les autrts fabriques de l'ueusit Tuks reprsentes en Hati est la premire qui a perniiij au public de proliter de la baisse du Caouicbou. I Tous avtz une relle jjaranlie en employant le pneul u rirestone Cords"|our votre automobile surtout quand ^ous la laites circuler sudes routes ({lissantes et rocailleuses. Due lois voire auto munie de FirestOOe' ;Sousne devez rien craindre,toutdanqer est limin. Toutes commandes direcles peur la fabriqu sont acceptesdes conditions 1res avatajjeuses par l'iusnt: Preel/iuauii-AjjjjerlioIiii, Rue du Quai Tlphone : 254 u jour u en stock toutes les diminuions de Pueus & Tubes Vous en trouvre* aussi 'jehex : J. H. Woolley, Opposite Bazar Mtropolitain. i



PAGE 1

}IKHuvo I iravaillerauCap avec 1 1 m • n m te volont qu* je l'ai fait au milieu de nus. Mi 1rs sou venin d i pis et les esprances ils l'av*nir, j'ai > ilu les reum T I ins a rm liries q i %  je m suis h si. 'l'ont d abord le Sacr dur sur les c Ht* leurs nation il u h iheni Aprs avoir Ir.ivaill • de mon mieux priocip ilemsol au Sicr* C eur de Turgeau el d ins cette ri 'i-*' de 1 1 C thVlrale j %  n'ai pis craint le mettra lSicr C eur sur les couleu B li ilti tnn , pour ibolyser m < deu < grao Is a no. lis dans le, pi s'; .•! dans l'avenir %  Di M I et II u ti. ESn second lieu le shae, un ch5 le a %  r lir.i puissminmt enra lio I ini un j terre granitique cot d'un quartier d'il Tune et U palme, Le chne el le quirtier dlnr.itine rappellent la patrie d'o ijfiiM : h vi -ille et forte larr 1 d' \nnorique et sa liere : potins mon quam fea lari ( plutt la mort que a souillur • Ils reprsentent aussi I. -s fruits que j'espre de dire que C't anneau pontllieal q li n'1 ollert pir les d m n's de f. au Prince reprsente n m tulem ml iinu alliance isi du Cap mais encore mon all.ctioii pour P.-aU'P. 'ation aopr>\ n ttifode Qialoru Millions de di'llir BOOdenl I iDQe balg.Haire I9t2 13 des iti levanta une somme totale de ."> i 15.801 dollars lurent peras pi r le lise, et si nous devons admettre le principe w 10) notion il ensuit qu • -a <111 i'r. \< 111 tans l'quilibre du Ru de I roii Mil iooa ••! demi de 1 1 Ml ajoutons 1 ee chiffra une \ ileur appiokieeative de 1.500.000 dollars que reprsentent loi dr dta 1 1 | liltts par le cal -dont DOilS laitooi mention plus huit — et nous |rou verons qi e le 11 yssa coati ibus 1 Six Millionde dollsi qui -.1 menti BI I • Budget do 1 1 .1 >i, C ; iurelia oi %  t 1 ne 1 er ; 1 1 < %  1 %  .1 tu • %  d as une pr ip irlli mi lieureuseinciit tort pou 1 [aitaUi. 11 'Ions eooayer d irouver — •a aoos basaai sarlsi a titTcco au BOUS fournit le Bulletin de 11 Chambra de Commi rco n,mdrieaino, Bd • li.-n ipelals du mois a Prrior que notre r .1, ni | au dosa >UI de toute ox*gratioa. Sur les 1 i. 157.903 dollars do marebandis -. impt tei l'a ine dernire par exemple les (issus de colon qui eomprennont : lo De* aima, Pratcolt,BJamota. reprsentent une valeur de 1.371,640 dollars a'ors que celle des toleti de laine el de Mie atteignent a peine 18i. dollars. tr ••• %  s)iit pr' il ment les ait dont le campagnard l'ait lu plus grande consommation etquitorms le gros de notre commerce d'Imper* 1 itioa qui s.' trouve lre I.: plus lourtfamaot imposs grce a ix im parraetiona de no're Taril Douanier* Uns : . 1 .'i liontitl |ue de ''"'t lostramenl de perception douanire a'hnposa depuis loogtempa d'autant plus qu'avec bprcigra ralias dans I indu lin' tOklilo un lion nombre il' | SOI non prVUS] dans la Tarif • eluol sont lancs chaque jour sur notre marcli il dent la taxation se prte trop ouVOAl I les COoflllS entre conuner* aota al Douanes iaote d'une dfi aitioo prcisa et d'une c'assiiicatioa nettement tablie. La Convention ds 1913 ne sauiait die un obstacle h celle rvision puisqu'elle dit clain-in ni dans une il>' ses clauses qu t la llpublii|u : d'il uli d MIS r : nlrl de tous ses cranciers s'interdit de modilier lis ilioits de Douanes d une faon q*U* en rduirait les ravaoui et Or en outre qu il ne s'agit pas dans lor iurance de diminuer les rcoltas douuiires mais bien de les l'aii I une l'ai.on plus quitable sur lecontribuables, il rsulte1 ut de celte rvision que nous recommandons aux Hautes Parties intresses dans l'excution de la Convention, une augmentation de recettes au prolit in r*laSi Tous ceux qui s'intrs Bsat^aas questiOBS conomiques se renient compte MiHisa innent doa anomalie que contient notre I arilDouanie MI vigueur pour qu I nous ne un s attar lions pas a le. Importuner avec la scharasse dus chiltros. .Nous allons eu passant illustrer cependant notre argument de quelques as empli Ir ippaol pour femme 8,00 di Chs mitas le p iraala ou de 1 lilCOl iiu 11 .1/ r.lierni 1 s de pare i!e ou de 1 01 ho 1 |0J d/ et le reste a l'atan ml. L lai if est muet et u 1 n u • dil point ou coma im 1 ni le o s'art l ioft iorit lu ealieot. fl est loua 1 amp '' I ans rrifle lioo soin de juger selon son bon sens ou des foi-s Ion son caprice laila-ifleation qu'il faudra fane de U mer D lise puisque I • 0 imptS Bb n'. il fias encore enun lu / noua que je nlie. Pour CS q li a breil la taxation du corset I rfmplemanl ren%  i' "le ;i u ii| nfrappant ^alemont la malheureuse qui ne peut as payai qu'un article infrieur, el la MO aise qui porlides 1 orsets de luxe eootanl doi^ze lois plus ehar. 1 ne Commiseion compose de deus ou troiexperts en lu matire adrail fait : toutes ces anomil: %  imperfections Bfl ; IHmt ICI ii:ii [uemeol un plan gdu Tarit uouanier, I ut • -il li liai, I Convaall BOUS in 11 un 1 ni q il assurera un 1 le des droits et qui introduira un lystme de \r.licati en li-rmonie avec le L'EmpruI de 4910 • •. L<' Gouverne m ni Praslaii La Presse l 4 'ranaisc et la l'resar llatieliuo SUITE& PIN) \| ras 1 1 1 > 1 %  lasion de la paix, la Rpublique d'IWili a pa> cinq anBUltS air -i'ies dans la mAme in.iiiuaie 11 SB OSt de mme du COU pou du L. \o\ inlne 1921, \in-i qu 1 la a t prcderain.'iil rappel le solde des dix mil1 ODS al In ls 1 la rforme montaire a t vers la Rpublique d'Ilaili en francs d| r< i par l'ancisnaa ban qua Nationale de la Rpubliqued'Ilai b, s M il 1 rai • use. p demi al continuels respecti si m m p ir les parties dans la mme monnaie aonatituent des faits positifs d a parties Ces agisse* mentma un rapport direel avec la Bonti -I il 00 lia p irp< tuent la commune ii,leii pirlies contrac tantes et prouvent incontestablement qu* jamais, b la conclusion du con (rat, il n'a t question, ni pour les souscripteurs l'emprunt de itiio, m 'pour la Bpubliqus d'Ilaili, de fouinir de l'or. 1 1 i ias de 1010 sont cotes la Bourse de Paris, damai*, elles n'ont Agur sur l'aflioha comme des valeurs n mboursables en or. Elles "nt l'ait l'objet de ngocia lions journalires en francs dprcis. Elles taient celes 48ubli que d'Ilailiaal fonds eu fait c mime en droit. M loaieur Alssandrs Riboi, ancien BBiaistra ds la Juatioi, a 1 n n minis tre de* Allaires Lu-insres, ancien ministre -I• fiiiiiiices, dont la seien 1 1 juridique s t reoonnuo et pro 1 ime d.ins le Monde entier, et qui, 80 unie ancien \vocal gnral la ii ir de Ceeeation ds 1 1 ince, avait le grand mi lu d dlier 11 Ihorla a pratl U Monsieur Itili il, 1 tpi'on BO le rap 1 pion lapprauuo )' ira qu'il prsidnl l'Association n 1 p irtcuri Iriuais de vi I 'mma dlirei, avait roruiellement 1 idl lit les porteurs de U 1res de 1010. S m ••1*1111 m .1 ris 1 T 1 ) par Monsieur l'oincar, laurat de la con 1 rens dos avocats le Paris, ancien ministre des l'u 1 qui donne • h 1 jue joui la pn II NI patrio tisme averti, le son exprience con somme en malien jeri li [US et linan eira. >ins 1 sveucler par les passion t oetionalea, Monsieur Poiu lia en recou naissant provecbials loyaut que la Rpublique d'Ilaili n'a pas, comme le* Rpubliques Bud-Ari aaJttOS, I .rliiirs des obli galions de 1910, la cboii pour le paiement des coupons, entra le franc et une m 11 i.., Lv u u .en n ( 0< // < i-tle ) N tus rapp 1 1 0 i DOS Abonn" et eli.iiLs q l'ils n • doivent rien dS nnpri:nJ?i t st^ tes is uoirg Uirectour. %  i


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06185
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, April 03, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06185

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
}IKH Ctenmot Magtoire
BSMS VB-RNA
13M Hua Amricain
NLMH <2() OBNTUMBb
w copy
I ry

Il s.- omiiu-ilf.iil |'ii lt* cri-
mes si les tmoins do l'injustice
n'en taient pas moins indigns
que les malheureux jui eiTsont
vielimes. Solon
Quotidien
1ELEPBONE No Ut
18roe NNHE N 5177
POWWU^WNOK HAIW I
.Mil AVHIL 1924
Sermon d'adieu de Sa Grandeur Monseigneur JA i
SUITE & FIIn. ( Voir U No cf/iter ).
Admirez les merveilles de cette
hiran liie.
Au sommet le Pape, le repr-
sentant de J. C. le seul chet quoi-
que invisible, celui qui a pouvoir
et juridiction sur la lerre entire
et sur toutes les gnrations.
Dans li's diocses, les fquai
qui sous l'autorit du vicaire de
.1. C. se partagent la surlace de la
t rre en portions plus ou moins
grandes et gouvernent les peuples
confis leOM soins.
Dans les paroisses, les prtrei
qui sous l'autorit des vques
distribuent la vie divine par l'ad
ministration des sacrements.
A la bise de la pyramide les fi-
dles c'est--dire l'humanit en-
tire appele par J. C. la vie de
la grce en ce monde et de la
gloire eu l'autre.
Organisation merveilleuse qui
rpond la parole du Christ res-
suscit : Tout pouvoir m'a t
donn au ciel et sur la terre. Allez,
enseignez les nations, baptisez les
au nom du Pre, du Fils et du
S. Lsprit. Apprenez leur obser-
ver tout ce que je vous ai annon-
c. Voici que je suis avec vous
tous !es jours jusqu' la consom-
mation des sicles-
L'appel du Christ : allez, ensei-
ez... je l'ai entendu moi aussi
Jon seulement il y a 3(J ans lors-
qu'il s'agissait de venir dans ce
rpays pour enseigner et pour bap-
tiser, je viens de l'entendre encore
les jours derniers lorsque Pie XI
a parl et que j'ai re<;u pour mis-
sion de me consacrer dsormais
l'Eglise du Cap
M t. l'trange destine que la
vie humaine.
Enfant je faisais un rve magni-
fique conlui me a mes gots et
mes aspirations. Plus tard, ')
ans, 25 ans, je m'en irais dans
un pays lointain et l. perdu dans
un coin obscur, je travaillerais
humblement et tranquillement au
bien des mes et la gloire de
Dieu. L'enfance a piss, la jeu-
nesse est arrive, l'ge mr na se-
ra bientt qu'un .souvenir, comme
le patriarche j'ai quitt mon
pays, ma tamille.et ma maison ,
mai* le Ci ni i ombre solitaire que
je cherchais, du fond de mon en-
fance et du fond de mon ame s'est
loign de jour en jour et j'ai du
vivre dans les grandes citrs.l'hum
ble tranquillit si ard.minent r-
ve est devenu.! la lourde charge
des responsabilits crasantes.
M. I il y a il ans je venais
dans cette paroisse avec une bien
grande apprhension, .le quittais
un petit coin plein d'esprance et
qui m'tait d'autant plus cher que
je m'y tais dpens davantage et
la paroisse que l'on m confiait
tait si grande et si importante.
Mais je devais avant LUt obir
la voix de mon vque qui tait la
voix de Dieu. Voici deux ans pas-
ss je vous laissas avec un ref
smore et une douleur extrme.
J'ai trouv parmi vous tant de
s mpathie, tant de bonne volont,
tant de concours actif et cordial
que le joug de grand travai1 au-
quel j'tais attel me devenait sui-
ve et lger- Pendant des annes
encore j'aurais continu volon-
tiers travailler au milieu de
vous Mais le choix de mon v-
que qui m'avait mis votre i
m'appelait un autre poste. Ce-
fait toujours la voix de Dieu et il
n'y avait qu' obir.
Aujourd'hui le nouveau poste
que l'on me eooe est plus lourd
que tous ceuv que j'ai occups
jusqu'ici - J'ai protest, suppli,
rsist pendant des semaines,
pendant ds mois^aussi lonu'temDS
qu il m'a t possible de le taire
ans dsobir. Puis une li ure est
arrive o je n'avais d'autre res-
source qu'a m rsigner et obir.
Ci st le 8 dcembre der,iier, o h.
du soir, que je prononais devant
le Reprsentant du vicure-de-J.i.
le oui sacramentel qui me luit
pour tavie< ( l Vierg : Immicule
qui, pa un? nipr.n s dlicatesse
de votre boul m iternelle ave/
vou.u m'ad m :ir l'amertume de
cette agonie eu la lisant au jour
de votre Icle si belle et si d HIC U
la tes que je sois l'f pi suivant
vo re cur i nmacul, brlaat d'a-
mour pour Jsus, tranger aux
vaines gloires q n passent Ml", ma
propos de la Loi sur le Visa Consulaire
Nous avons parcouru avec intrt
loi qui cre une augmentation de
':) o sur le droit de Visa Consulaire
i.h que la correspondance i limi-
te entre le Dpartement des Kinan*
t j et le Bureau du ReceTeur Gn-
il pour ce qui a trait son applica-
I i .
Nous applaudissons cette mesure
r ir Ile conjure pour le moment tout
au n.oins un cauchemar qui pse sur
tout le pays:c'est -lire qu'elle sur-
soit tout projet de Taxe Interne
qui i trait trs mal venu tant donn
noire tat de dlabrement ecouumi-
que BClUCl
Ni us y flurio ie i| plaudi avec p'us
d'enlliousistms l'anmoins si mal-
bcimusui.ent de son opration il
n'en rsultait pas pour la class la
plu- Intressante de contribuantes
un elfet en dsaccord avec les prin-
cipes de l'quit.
M ii-< comme toute mm humaine
celte loi n'est point parfaite puis-
qu'elle s'attaque plus spcialement
a la classe preduelrice, celle qui
peine el qui justement parce qu'elle
tenu la majorit' Set coi
mateur- mritait un peu plus de
mnagement.
Frapp dj au maximum paria
percep ion d un droit de 1 roi- i) i -
fi r chaque J kilos de ..il- q i il
I iu t te I avec plus i du m 11 mt
g'ob'ii d r n leaaata des Dotenei
'ImuorUtioa Or bit as .m or-
grande consolation su milis i des
lourds sari ;n me sont de-
mands ce sera de p >uvo i ira-
vaillerauCap avec 11 m n m te
volont qu* je l'ai fait au milieu
de nus.
Mi 1rs sou venin d i pis et
les esprances ils l'av*nir, j'ai > i-
lu les reum t I ins a rm liries
q i je m suis h si. 'l'ont d a-
bord le Sacr dur sur les c Ht*
leurs nation il u h iheni
Aprs avoir Ir.ivaill de mon
mieux priocip ilemsol au Sicr*
C eur de Turgeau el d ins cette
ri 'i-*' de 11 C thVlrale j n'ai
pis craint le mettra lSicr C eur
sur les couleu b li ilti tnn , pour
ibolyser m < deu < grao Is
a no.lis dans le, pi s'; .! dans l'a-
venir . Dimi et IIuti. ESn second
lieu le shae, un ch5 le a r lir.i
puissminmt enra lio I ini un j
terre granitique cot d'un quar-
tier d'il Tune et U palme, Le
chne el le quirtier dlnr.itine
rappellent la patrie d'o ijfiiM :
h vi -ille et forte larr 1 d' \nno-
rique et sa liere : potins
mon quam fea lari ( plutt la
mort que a souillur Ils re-
prsentent aussi I.-s fruits que j'es-
pre et solides vertus qui doivent ma
conduire moi et miu piiph,
travers la lutte el I combat, la
victoire linale lignifi 1 par la pal-
in*. Le tout raum
du psalmiste. in Te, Domine, spe*
ravi
Ml. adieu, et, de temps en
t'inps, s iiiven 7.-vou< de faire la
cli int d'une prire h c lui qui a
iy de vousm mirer 1 )i ira wir
an travaillant a^i milieu le vous.
Pour moi, j mus j 1 n pa irrai
ellacer de mou souvenir la m;
m ure de ce bon peuple de P. au-
F qui s'est plu me prodiguer
des dlicatesses intimes. lOt s'il
tait besoin d'un signe mitriel
pour symboliser ce culte du C03UT
je ne craindrais pi > de dire que
C't anneau pontllieal q li n'1
ollert pir les d m n's de f. au
Prince reprsente n m tulem ml
iinu alliance isi du
Cap mais encore mon all.ctioii
pour P.-aU'P.
'ation aopr>\ n ttifode Qialoru Mil-
lions de di'llir BOOdenl I iDQe
balg.Haire I9t2 13 des iti le-
vanta une somme totale de ."> i 15.801
dollars lurent peras pir le lise, et
si nous devons admettre le principe
etBtasja dftoi h 1 >w 10) notion il
ensuit qu -a <111 i'r. \< 111 tans l'-
quilibre du Ru de
I roii Mil iooa ! demi de 11 Ml,
ajoutons 1 ee chiffra une \ ileur ap-
piokieeative de 1.500.000 dollars
que reprsentent loi dr dta 11 | liltts
par le cal -- dont DOilS laitooi
mention plus huit et nous |rou
verons qi e le 11 yssa coati ibus 1
Six Million- de dollsi ......
qui -.1 menti bi I Budget do 11.1 >i,
C ; iurelia oi *! t 1 ne
1 er ; 11 tu d as une pr ip irlli mi lieu-
reuseinciit tort pou 1 [aitaUi.
11 'Ions eooayer d irouver
a aoos basaai sarlsi a titTcco au
bous fournit le Bulletin de 11 Cham-
bra de Commi rco n,mdrieaino, Bd
li.-n ipelals du mois a Prrior
que notre r .1, ni | au dosa >UI de
toute ox*gratioa.
Sur les 1 i. 157.903 dollars do
marebandis -. impt tei l'a i-
ne dernire par exemple les (issus
de colon qui eomprennont : lo De*
aima, Pratcolt,BJamota. reprsentent
une valeur de 1.371,640 dollars
a'ors que celle des toleti de laine
el de Mie atteignent a peine 18i.
dollars.
tr s)iit pr' il ment les ait
dont le campagnard l'ait lu plus
grande consommation etquitorms
le gros de notre commerce d'Imper*
1 itioa qui s.' trouve lre I.: plus
lourtfamaot imposs grce a ix im
parraetiona de no're Taril Douanier*
Uns : . 1 .'i liontitl |ue de ''"'t
lostramenl de perception douanire
a'hnposa depuis loogtempa d'autant
plus qu'avec b- prcigra ralias
dans I indu lin' tOklilo un lion nom-
bre il' | SOI non prVUS]
dans la Tarif eluol sont lancs
chaque jour sur notre marcli il
dent la taxation se prte trop ou-
VOAl I les COoflllS entre conuner*
aota al Douanes iaote d'une dfi
aitioo prcisa et d'une c'assiiicatioa
nettement tablie.
La Convention ds 1913 ne sauiait
die un obstacle h celle rvision
puisqu'elle dit clain-in ni dans une
il>' ses clauses qu t la llpublii|u :
d'il uli d mis r:nlrl de tous ses
cranciers s'interdit de modilier lis
ilioits de Douanes d une faon q*U*
en rduirait les ravaoui et
Or en outre qu il ne s'agit pas
dans lor iurance de diminuer les
rcoltas douuiires mais bien de les
l'aii I une l'ai.on plus quita-
ble sur le- contribuables, il rsulte-
1 ut de celte rvision que nous re-
commandons aux Hautes Parties in-
tresses dans l'excution de la Con-
vention, une augmentation de re-
cettes au prolit in r*laSi
Tous ceux qui s'intrs Bsat^aas
questiOBS conomiques se renient
compte MiHisa innent doa anomalie
que contient notre I arilDouanie
mi vigueur pour qu I nous ne un s
attar lions pas a le. Importuner avec
la scharasse dus chiltros.
.Nous allons eu passant illustrer
cependant notre argument de quel-
ques as empli Ir ippaol
pour femme 8,00 di
Chs mitas le p iraala ou de
1 lilCOl iiu 11 .1/
r.lierni 1 s de pare i!e ou de
1 01 ho 1 |0J d/
et le reste a l'atan ml.
L lai if est muet et u 1 n u dil
point ou coma im 1 ni le o s'art
l ioft iorit lu ealieot. fl est loua
1 amp '' I ans rrifle lioo
soin de juger selon son bon sens ou
des foi-s Ion son caprice laila-i-
fleation qu'il faudra fane de U mer
D lise puisque I 0 imptS Bb n'. il
fias encore enun lu / noua que je
- nlie.
Pour CS q li a breil la taxation
du corset I rfmplemanl ren-
i' "le ;i u i- i| n- frappant ^ale-
mont la malheureuse qui ne peut as
payai qu'un article infrieur, el la
MO aise qui porli- des 1 orsets de
luxe eootanl doi^ze lois plus ehar.
1 ne Commiseion compose de
deus ou troi- experts en lu matire
adrail fait : toutes ces ano-
mil: - imperfections Bfl ';Ih-
mt ici ii:ii [uemeol un plan g-
du Tarit uouanier,
I ut -il li liai,I
, Convaall
BOUS
in 11 un 1 ni q il assurera
un 1 le des droits
et qui introduira un lystme de \-
r.licati en li-rmonie avec le
L'EmpruI de 4910
.
L<' Gouverne m ni Praslaii
La Presse l4'ranaisc et la
l'resar llatieliuo
SUITE& PIN)
\| ras 11 1 > 1 lasion de la paix, la
Rpublique d'IWili a pa> cinq an-
BUltS air -i'ies dans la mAme
in.iiiuaie 11 SB OSt de mme du COU
pou du L. \o\ inlne 1921,
\in-i qu 1 la a t prcdera-
in.'iil rappel le solde des dix mil-
1 ODS al In ls 1 la rforme montaire
a t vers la Rpublique d'Ilaili en
francs d| r< i par l'ancisnaa ban
qua Nationale de la Rpubliqued'Ilai
b, s m il 1 rai use.
p demi al continuels respecti
si m m p ir les parties dans
la mme monnaie aonatituent des
faits positifs d a parties Ces agisse*
ment- ma un rapport direel avec la
Bonti -I il 00 lia p irp< tuent la com-
mune ii,leii pirlies contrac
tantes et prouvent incontestablement
qu* jamais, b la conclusion du con
(rat, il n'a t question, ni pour les
souscripteurs l'emprunt de itiio,
m 'pour la Bpubliqus d'Ilaili, de
fouinir de l'or.
11 i ias de 1010 sont cotes
la Bourse de Paris, damai*, elles
n'ont Agur sur l'aflioha comme des
valeurs n mboursables en or.
Elles "nt l'ait l'objet de ngocia
lions journalires en francs dprcis.
Elles taient celes 48 elles sont a la li m-se depuis quelque
temps, c'est parce que cerliins ep
cufiteiiis rulii tiennent les parleurs
luis un loi espoir qu'ils n'ont pS
eux mmes, d'un rumho irsuneat
en or.
On peut critiquer l'etUtuds de CE
tut d'Ilaili, mais, fort de-son droit et
dasa conscience! il maintiendra son'
point de vue terga omnes .
Qu'on u'oiiliie pas que sur les sot
xanir cinq millions, montant di l'em
puni. 11 Rpubliaus dllaili n'a re
e 1 nua n." 0.0001
En rsum i, la thse de la H,>ubli
que d'Ilailiaal fonds eu fait c mime
en droit.
M loaieur Alssandrs Riboi, ancien
BBiaistra ds la Juatioi, a 1 n n minis
tre de* Allaires Lu-insres, ancien
ministre -I- fiiiiiiices, dont la seien
1 1 juridique s t reoonnuo et pro
1 ime d.ins le Monde entier, et qui,
80 unie ancien \vocal gnral la
ii ir de Ceeeation ds 11 ince, avait
le grand mi lu d dlier 11 Ihorla
a pratl U Monsieur Itili il, 1 tpi'on
BO le rap 1 pion lapprauuo )'
ira qu'il prsidnl l'Association n
1 p irtcuri Iriuais de vi
I 'm- ma dlirei, avait roruiellement
1 idl lit les porteurs de U
1res de 1010.
S m 1*1111 m .1 ris 1 T1) par
Monsieur l'oincar, laurat de la con
1 rens dos avocats le Paris, ancien
ministre des l'u 1 qui donne
h 1 jue joui la pn II ni patrio
tisme averti, le son exprience con
somme en malien jeri li [US et linan
eira. >ins 1 sveucler par
les passion t oetionalea, Monsieur
Poiu lia en recou
naissant provecbials loyaut
que la Rpublique d'Ilaili n'a pas,
comme le* Rpubliques Bud-Ari
aaJttOS, I .rliiirs des obli
galions de 1910, la cboii pour le
paiement des coupons, entra le franc
et une m 11 i..,
Lv u u .en n
( 0< // < i-tle )
N tus rapp 110 i dos Abonn"
et eli.iiLs q l'ils n doivent rien
dS nnpri:nJ?i
t st^ tes is uoirg Uirectour.
i


LE M Al IN
Par Cal le
Nouvelles Etrangres
te Snat aeeorck 1rs nou-
reaui crdits
PALIS Le sentit a arcord par
un vole de 843 voix contre 3 les
rdils demar ds pnr le gouverne
i: eut.
L nouveau cabinet la
chambre
'PARISLa prsentation de\ant la
chaTibre du n< nveau cahiiul a rfoo
n lieu un li.mulle iodetcripUbla
et la sance a ("le suspendue plu
sieirs reprtes. Oo ne cioit pas ce
pendant que celle dlibialion alle
tera le sert du 'gouvernement. La
iliscuksion commence sur la polili
que trangre u tourn en dbets mu
M |joIi 11jii intrieure dans lesquels
iliirniniiii le spectre des prochaines
lections. Le vole de conliame sera
? ans doute demund jeudi aprs le
iliscours le M. Ilirriot et les explica
lions de Vienne.
Les relations diplotnatiquei
russo-roumaines menaces
YIK.YNE A la runion del con
frence rusFO roumaine le dlgu
roumain a lu la rplique de son gou
vemen ent au mtmoiandum rus e
au sujet de 1 occupation de la Bastt
riliie par les Kouma ns. Dans celle
rplique, le gi.ust nu ment roumain
d> clnre que la |{ se a rompre les rela'ions diploma
tiques avec la Russie si cette atfdi
re puissance ne reconnat p s la na
doua ilde la Utssaiabieetsi elle per
liste d exiger un plbiscite ! s popu '
lalii ns de celle province ; la dlga
(ion russe a demand un dlai pour
onsulter Moscou.
Interdiction i\u i jiuio r-
publicain
TEHERAN
de publier une
grand si/ir vie t
proclamation dans
laquelle il dclare q e le rgime r
puldicain est conliaire a la loi Mil
Rieuse du Coran que toute al u-i u
faite ce rgi m sera pini svre
ment.
acquittement du [marchal
Ludcndorir
l MHS On tlgraphie de Mu
nicli que le Fld Marcl al Luden
dorff, accus de provoquer un soute
veinent ractionnaire a t acfuil.
Ilittler et ses compagnons ont t
condamns des peines drisoires,
lai dis ue la population de Munich
hcI ni' tulqi es.
Un plias liane du scan-
dale du ptrole
\N ASHI.NGTON La i ommi-sion
d enqele des ptroles n'a paM,
au ttnal ; l'intrt s e-l con -entr
sur nue rsolution pr-ente par le
si nat ur bill. diuonate de Wa
shington, d mandant la dmission
de M. Ho stxtll, secitaire de lama
mu I.>'^raud jurv ldral a pronon
lion de M.ILiny
.Sinclair, loca'a te du Teip"t Uonv;
! Hir avoir rilus de rponJre h
commission d'enqute, te grand jury
estime que les questions auxquelles
\l Sinclair a refus de ivpondre se
rapportaient videmment aux faits
enqutes, par la commi^-imi. Malgi
la dmission de l\ Itoini \ gnral
l'auplierly, la ci mmission d'enqute
a dcid de continuer ses travaux.
Le snat a m fu de prei ire en con
siilirhlion une ljolulitn du sna
tei r Nm KcIIhi-, dmocrate du l'en
nesse, demandant une enqute sur
la lgalit de la prs' nce du sna
leur Mellon la tt.Jde la Trsore
rie.
.Nouvelles diverses
CONSTANTIN PLE;- Le repr
sentant de Hugo bUones < *ns,ori
traite acullement avec le minisire
des Trasaux Publics de Turquie su
Tacqui-ition des co icession relit
ves l'exploita'ion des riilusses na
lui*Il le 1 Anatolie qui avaient t
accordes l mmenl l'ami al aine
ricain Cliesler.
ItOMK lue >iolen'e rxploMon
'est produ le de M les cadres du
Mont Str mbo semant la pan'que
dans les villages v. Itioi dont les fe
ntres d s m. isous ont t brises.
I - qiiiii/au e i'e personnes ont et'
blesses des tuiles de ce phnom
ne.
LESCOJRS
3 Avril
P.tMIS- Dol'ar 17 05
Lire 7J.il
MAY YORK franc \6 83
Livre steilug 4 3085
ALUM1NUM LINE
New-Orlans etSoulh
4merican*Sleampship
Co Inc.
Prochains dparts direc's
pour PORT AU PMSCK, Hati
'Le seamer DE A a laist New Orle*
1 n% le VU Mars courant s raici le S
Avril' prochain avec 300 tonnes de
marchandises.
Le S/S Frost laissera biew-Orhavs le
SiMmr courant directement pour tori
au Prince.
4 patir de celte dernire jdatc, il y
aura une occas on chaquB M jours pour
les ports uwants; Curthaatv, Porto
Colombia, Curaao* Porto Cabello% La
Guuya, Pointe Pitre* tort de trance%
Bridgetown, Uarbados, Pom o/ Spain]
Trinidad* Georgetown
Port sa Prince, le 31 Mars 1924
A. de Alalleis & Co
agents gnraux
Varits
Vendredi
Quand o& Aime
|ler el2me pisodes
Entrs &() centimes.
Parisiana
Jeudi
lotjcr la Honte
4:'m cpiira: JUSTICE
Kntrfl : 1 Avs Matfimoihl
L* loawign d ienre au p h|jc et
auco nmerc n'tre p i s respon-iable
des u es de sen pons" nj, Eulep
sie P.erre (i lies, pour incompatibiu
l de caractre, une aclio 1 en Jivor
ce devant Aire inleiitc
Saint-Mue. :ti Mus 1911.
Maurice V. I1KVUVAH
Les rcpisss No il 7 valeur G.
132. cl No 2H9 valeur (i. I!l mis
par li commission Dauphin en fa
veur de M. Percval A. Audain sont
adiis. Ouplicatt devant en tre d
livr.
l'orl au Prince 3 avril 19!t.
Errmauuel CONSTANT
A nos abonns
Par suit: dure regrettable surpii
se de notre fourni>stur, notre stock
de napier se trouve puis
l'iis a i d pourvu, nous nous ro-
vois oblig s de parat're aujoutd'hui
sur ptge simplo en promettant no<
abouns de faire l hu 1 s^ciiiacs
ncessaires pour qui ds demtin le
journal reprenne sa forme habituelle.
A vendre
^Une machine vulcaniser pneus
et chambres air, en parlut tat,
un prix excessivement lion mar-
ch. Pour con liiions s'adressera
Mr. JOHN BOULOS, rue des
Fronts Forts S) 215.
La Solidarite
\ iiis avons appris que le Conseil
d Direction de l'oeuvre d'assistance
mutuelle de La Solidarit a de-
mand au Dr F. Coic u de vouloir
bien rpter pour ses socitaires
l'excellente confrence avec dmons
trations pratiq H que le docteur a
prononce ces jours derniers Uns
pection scolaire, sur l'Iinpjluditnt.
L'i ia est exce le ite do met re
la p'jrt de n>s ouvriers d tut se
ci> il pose en grand partie cette so
cit des notions utiles sur un mal
qui ronge noire population.
La confrence aura lieu dimanche
dans I aprs midi au Temple du
(iraud Orient.
Jeu U (.'8 tilles yllaiblies,
je un 08 l< mmes latigues,
l vo.:s HfS'ifiirs les
surtnt'iH's, prenez le
TO N1KEI
'est le recoiistiluant
! idal. ;
i En vente'dans If s
princi paUs pharmacies.
A Vendre
Un buggy Studebaker repaie neuf
et attelage compris.
Occasion exceptionnelle, s'adresser
au Bureau du Journal.
"1SH.
Assemble gnrale des membres,
vendredi ."> heures p.m. Troisime
ionvocaiio:i. On traviillera quelque
soit le nombre des prsents.Runion
i he/ Mi Jo Woolley, Turgeau.
-
On demande
lu facteur pour ,1a distri
billion du M VTIN.

Yirestone
PNEUS
TUBES
L.
7<
& ACCESSOIRES
les premiers automobilistes du monde se servent des
Peus & Tubes
FIHESTONli;
La Firestone
2 ire # ltubber
Company,
larmi lottes les autrts fabriques de l'ueusit Tuks
reprsentes en Hati est la premire qui a perniiij
au public de proliter de la baisse du Caouicbou. I
Tous avtz une relle jjaranlie en employant le pneul
urirestone Cords"|our votre automobile surtout quand
^ous la laites circuler sudes routes ({lissantes et
rocailleuses. Due lois voire auto munie de FirestOOe'
;Sousne devez rien craindre,toutdanqer est limin.
Toutes commandes direcles peur la fabriqu sont
acceptesdes conditions 1res avatajjeuses par l'iusnt:
Preel/iuauii-AjjjjerlioIiii,
Rue du Quai
Tlphone : 254
u jour u en stock toutes les diminuions de
Pueus & Tubes
Vous en trouvre* aussi 'jehex :
J. H. Woolley,
Opposite Bazar Mtropolitain.
i



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM