<%BANNER%>







PAGE 1

LE M IN •• nant l'intrt ft l'amortissement. '• !. i s seront amortie*, • %  ni .1 leui \ deur i. > moala par '•voie de lil SOI t sonuel, par a boorM %  les "seront cotes au ur lui de re n bourger en or. •> Le (ail i ici : loi porteurs n'ont pas fourni de sa d'or ; mais bien des billede la tj.iaqint de Prteee. Bl mme ii l'Etal d'Hati avait ra eu des francs or, il n'j arait pis |*Q bligation de remboursai de l'or. Kn effet, il u'\ a dtoa le contrat aa cune stipulation dans ce sens. En oulre si l'allgation des porleurs tait vraie ils auraient effectu le versement en franc or. uniquement parce qu' cette poque il n'y avait aucune di.frence entre la valeur de cette monnaie et celle du billet de la Manque de France. Du fait qu'il y avait parit entre les deux monnaies au moment du versement du montant de l'emprunt, il dcoula la 000 squence que l'Etat d'Hati B'a pas reu uiiejsornme plus forte que celle que les souscripteurs s'taient enga gs fournir. L'art. 17 du contrat de 1910 pi %  %  • voit qu'une somme de dix milhoni de fraucs devrait tre consacre au re trait du papier monnaie mis par le (iouvernemeut hatien. Le solde de cette valeur a t vers l'Etal d'il li li par l'ancienne Banque Nationale de la rpublique d'Hati, So t jranaise. en francs dprci s. ( tuivre > ( 0' llii'tt C$mm r '/'' ) la bitt Les vpres pontilicales ont ce chantes par Mgr Jan. la suite d s quelles le nouvel Braque a l'ait ses adieux la Ville de Port au Prince. 11 en a profil pour faire au dbut un substantiel et instructif scr non sur l'Oeuvre de IH Cration, de la II: vlation. l'Incarnation, sur l'institution des prtres et des voques, etc. il a dit dans ce sermon qu'il a ton jours lui les honneurs et n'a pas re* cherch l'Kpiscopal. Le t dcembre de l'anne dernire l'Interno ic* apoi tolique lui a impos la chir^e, il a dii obir. II part pour le Gap et comp te sur les prires du bon et excellent peuple de Port au Prince q fil n'oubliera jamais. Sermon brillant qui aurait t* a ) plaudi si on tait pas dans un lieu saint. L'Eglise avait dimanche soir plus de monde qu' la crmonie du matin Kctucoupde lilMosont fi d hrmjs car ils savent qu'ils per dent un payeur /.l, dvou et tua Irait. Immdiatement aprs Mgr l'Vrche v (ne mont'en chaire, lui aussi oxpri m^ses ragn t< m lia la i 11 est ncessaire pour le bien de l'Eglise. 11 raopelle les faita ai nilairea rola tifs SI Paul et qui ressemblent aux crmonies du jour. (I dm tnde en termes excellents aux Bdlea de prier pour le nouvel Evoque pour que ses omvres soient abondantes en faveur du p\ <. Quais graoa de Dieu d.•-rende en lui. LV\ ; %  de Mlropolis donne la bndiction du Trs Saint S K renient. L'orgue et des voix exerces se fo it entendre n'haussant par a!rai li ce rmonic du soir. La journe religieuse du dimanche est une des plus belles de ces dir nierai ton* LeCoadjuteur de Mgr Kersuzan part cette semaine pour son poste. Bon voyage et fructueuas besogna cet h uiiuii' d' lion, qui va ton ner la population du Nord grce son nergie et son grand dvoue mei I — Aprs la crmonie du sacre f uie grandi foule s'tait rendue '.livfievch el a demanda 4 ovaer la bague du nouvel Evque qui s'est •ot fui g nral au miliei wnp& V"^' i. '.-h dr f. la %  ' itioidu" on sii d administration de \ franaise est s ls prMntersaa vives %  ''' i ;| loos i nouvel Bvque. Le 1,1 h partis du bureau de cette utile Association. Par Gable Nouvelles Etrangres Par Sns-FS 31 Mars /TtANTIC CITYL'altoroey gn *l Daugbert] dclare qu'il'n'a au tua • enimosit contra le Prsi dent Loolidge "t qu'il ^ait dispos a I s rfer nu prix de n'importe quel sacrifice. l'Il "PSI'.rit.;Des inondations 'ylvauie par des pluies chaudes al de dgel dans les monta ioni immen se> dans h iEtala avre de nom mues pertes de vies et de millions de dollars en proprits. lceptioo chez It Minisire d'js leUtiotu Extrieures Hier Monsieur t/unille Lon, Ministre des Relation! Bxtrieu res, et Madame L4oo ollnient la villa Verru-Geau, leurrsideoc\ un diner en l'Ii mneur de Son Excellence le Prsidaol de la R publique al de Madame liorno.de Son tacelleuee le Huit Commislaire et de Madame Kissell. I. autres invites taient \h dame Ljarned, S sur de Madame K'issHl, Ma li n-, Ci ni 111, S aux de M ne Borno, et Miss i^arnei. nice de Madame Russell. X)ns croyons savoir 141e c'est l'inauguration do l'ouverture des salons do Ma la ne Lon, la cliarmante et distingus femme du Secrtaire d'L'ut des Relations Extrieures. Li rception tait empreintide li plus parla t; courtoisie. La ta Dl -. artiste n int J ic rdj rvlait le b >0 got et le sens avis de la maltresse de cans qui d'ailleurs lit les nonaeun de sa maison avec toute la grce qu'on lui connut. Voici le Mena : H0R3 D'ŒUVRE kVn rr, il i i.ijar Polajr Si. Iii-nuiui .un rruiilon ENTRE imjiiillr M. Jacnai lairlon aux afifSl ROTS Fikt m caMiiantii ESTREMET8 • %  lie paillai fam DESSERT Fruits. liU.e U laaiUs. 1 1 Caaaiuie, icaidenl a d*atilo Hier aprs midi ssi auneooa un %  ci lenl 0 %  p ir l'auto de kfa EmileGauvi 1 con tufs int lui m in 1 -a n ich aa qui reo' adevanl la m tison Keital la no nm Valcio en lui faisant une fracture de la jambe et des plaies conluses sur la ligure. Parisiaaa •leudi Eimer b iott 4>me chapitre: JUSTICE l'.atree : 1 <*de et 1 50 • Swift & Co. Nous sommes" heureux d'annoncer i nos lecteui s que 1 1 m tison Swilt >v C de A v*1 rk ( Provisions, en gn irai 1 a ouvert uni succursale I Port-an" Prince, rue du Centre en face du les Franais . Li pro teurest .ar Marc Dois i lis.Nos meilleurs compliment. A propos de lu lossarabia V'IK.NNK— Le^refna les dlgus sovitiques la confrence russo roumaine de recoenaitre l'acte rou main conclu avec les puissances de ''entente eu Octobre ItfiOaecordan la Bissaubie la Houmauie a caus des difficults a l^ confrence. Ua propondiuii de M. Ititrestinsky, re prsentant des Soviets, demandant q.ie lt:s questions teriitoriitle> soient le premier sujet discut la conte* rence et l'acceptation d>: II. Rasca mis, dlgu roumain, ia coodi tion '|ue la qsjeati n de tiess>rabie en soit ex. luse, ont arrt Isa ni i nations avant qu'elles soient vrila lilement engages. M. kUreslipskj prtend qu-j le pute ds Paris est unilatral et par suite juridiquement sans valeur. M. Kareetinakj deman de qu'un relerentu u ail lieu eu I saraniestsoit dirig de sorte qu'il n'y ait pas de pretsion sur les nabi tauts. Le d l.'_ i i );n;iHin a Irans mis des propositions Bucarest. Elles seront discutes la runion de demain. Les expdition* aie charboo et dii coke dans la flulir DliSSBLDORF— D'aprs u is co.n munication nfBeiella, le record pour les expjlitions journalires de cliar bon et de coke da It Kuhr au somp te des rparations a t t.tb i le 1<> Man. fa.ii eflet K7.17d ton Del de coarbon et 2i,y3l de coke ont eapdiei 1 cette data. L\ Prauoe el le Luxembourg ont reu 38,780 ton ns de clutrbon et 17,Su" de coke. La Belgique iO. /.jS de clnrboii et 7! 14 de coke.L'Italie 27,9 *2 lonnes e cliarbon. La eampayne lectorale ouverte en Italie ROME La campagne lectorale entre dans sa premire setnaiu Les .eclioiis doivent avoir lieu le 0 avril. M, atuaeolioi tait Milan o M. de Steiani, ministre des liiiauces, a pass en refus l'oeo/rs ace uiplid parle gouvernement en 16 mois. Les inomlatioiis causent de> ilijls en Pologne VAltSOVIK—Les inondations sont toujours menaantes en l'ologne. li vil.ges de la rgion de Nursovie sont maintenant sous l'eau ; un grand nombre de bestitux ont t perdus et les dommages sont consi drables. La Vistule continue mon ter. L'afcpagoe an diverse* par* tiea inonee M\DKI1)— Les inondations caa sent de grandes pertes eu diverses parties de l'Espjgne ; la moiti de la ville de Valladolid tst inonde. Un signale une situation analogue Tolde et Seville. La marine britannique et Us autres marines LONDRES-* La marine britanni que aura presqo'eutant de croiseurs que les muines des Ituts l'ois et du Japon lorsque ses ;i croiseurs au IL nt et> %  construit .Le secrtaire par lementaire d m aid a recra ment dclar la chambre des coin munes que le combre des croiseurs et croiseurs lgers d< .:, d sa m n ns du monde tait pnir l'Empire britannique 48, Etats Luis 19, Japon 26, France 10. i ; Nouvelles diverses; PARIS 30— M. Millerand, prsi dent de la R publique, a approuv In dclaration ministrielle qui sera lue lema u aux chambres. M. Lau rent Eyunc dirigera le service de l'aronautique sans rtribution. M. de Walaffe.danS • Paria Midi mon tro : de l'Amrl Latina lOOl i iaor Am.Ciub coitre W. Q. William 1 Int.Ath.C.un 0-2 n-d Victoire poir Ain.Club DOLBUSb Devaux & Walsh Ara. Club contre Dr Plummerik Auguste Int.Ath.Cluu li—0 : ?-• 6 Victoire pour m. Club. D.mtulie orochain, l'American Cli!. r-ncontrera le Mariani Spo.tingClub Mariani pour dcider U li le pour le championnat, une in d lessuite lutte e>l ta perspective et tout le monde Wtirasi dans ca sporl devra y assister. <5j Dr Barnes Am.Clu. ASTHME PAPIER FRUNEAU iitiiranmiiu. nimdiiiuM., •^,., B *mmm,u. MUHk,.Pvit ' ttlM !•,„. • %  • *^^^rr assi i



PAGE 1

LS MAI IN Sfrop D'Ambrozoin :' Connu comme le remde le plus fl'li ce pour ci rabattre toutes l< mHladi-s des bron cbWi e( des \oies lespiraloires. Tous serez soucieux et dormirez mal si vous retournez cher vous sans. avoir visite les jolies choses eliez Paul E. Auxila Rue du Magasin de l'Btat. Bureau de* l'Enregis tremen X AVIS ^LajDirection du Bureau principal de ibnregistrement de Ptft nu l'rm ce avise les intresss— nutauuneut Messieurs les avocats et londts de pouvoir— qu'il a t tabli au dit oftice— ^service judicaiie) un casier alphabtique. Prires aux intresss d'crire en lettres lisibles leurs noms ou d'appo ser leur sceau en tte des acte eu les dposaut atin de faciliter le cld8e meut et la remise de ces actes. Port au Prince le 31 iMars 19-4. contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUBSSES l DELORT, Pharmacien, J1S, Ju fnl-t.Ai'toui PAFUW C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS PORT-AU-PRINCE •'.ts.PTWtJS. Pbrmrie ALBEHTINJ • l'hwnuclfdu t Jl:.tli VI*HU f totile* lt honni. Phnrnun'n udain Frres ^Entrepreneurs Notre Maison de Commerce est transfre la Hue des Fronts-Forts ct de la Pharmacie Notre-Dame. .Nos clients & amis trouveront toujours le mArne service et pour toutes JM Bourse?. L'opinion d'une autor mdicale de Londre !,es crmes denlitrice qui ne sont pat ace< DDj ignea d une formulethrapeutique indiquant a bese de leur composition, n'offrent aucun lannlre au public, et les mdecins qui les inscrivent ne savent non plus ce qu'ils recoin nandeut. *!_ Ils peuvent encore moins eu assurer les rsultats perce qu'ili ifaoreat le* proprits exacte* des matires qui es composent. Dr PREYET, mdecin-dentiste ut LOND IE* l,a erBM dentitffct aNTI-PV-0 du I a leur WAITB pr contre peut tre recommande par t<> s laa mdecins et dentistes parce qu'elle renferme le formule dont parle de Dr PRRYET. The Aniitar MFC J,elin & Finki lue Fond i ou K^ SnnMoriM B prit PfcmsMn* •te, etc.SUCRE KAFINE. - j^i-i-rmat RaiejujrSaWpWBK^£?SSS pour la lollelt. vff>AintJuia .200 1 ti-m.nl., .00 PMOMII CMon. JM.' mit* tfVU**. a CCaii fyoru sBoettJfati, famUnth 3dam; t^u> aita-'aux^w^pie^iOrt^ De porli. au^fA e^ batte. Ct>rae> ( 5leef, a9Mlt &cef ^attetr rrveat^, etc. etc. etc. ^lire De^ aoir te^ ^rlx CaaraaL. L^oa H. Tbaud Aqent exclusif pear HatM Tlphone: 587 L'CUbliseement prend des pensionnaires la juinzaiiii' pour le djeuner <1 le din.-r, oi; pour l'un ou l'autre iparmtnl ou ptor pension complte. S'enlcndic avec la direclioD pour les conditions. G i ande salle pour banquet Royal Caf Kn lace de la Banque N&lion-ie Propritaire : A !1 aciua l\'\'(M-R\ I Le nouvel iahhsseuu'iii se reeommaude par un i avilit irproshble, des oonsommatioM de premier eboli, M situation privilgie. Le soir, musique attrayante iiriule par des protei* siDnnels de ijiand nieiilc lnslallition parfaite. •-prix modre. Tlphone H Jwr 1040, Kue du Magasin de l'Etat Tlphone : 347 .... I



PAGE 1

EE MAT IN URODONAL combat le rhumatisme *>v kkk Mbcbr Big G Goutte Rhumatismes Gravelle Artrio-Sclros* • LTrodofial n>si r>n* MUlemem le dissolvant i< plul newiue d 1 acide uriquc acmcllemeni connu. qu'il Ml 17 II 11 plui puldanl ju la liUiim* il ajrii. in ou're. prtvtntivoinwi su' 5 formation, -'.[ponant a a production i accumulation dans Ifs IIMIH f ierlarticulairos i't d .. olntura. • ry P srtii Ane prof. Oui ffttl d' ""'' Mvafr. oni mti ft a£. Eut rui'lsin S . r URODONAL nettoie le rein, lava le foie et le articulations. H aaaouplit le artre et vite l'obait. DIALIROL Bain rarbo-iatwix MHMMU: O, la terom fcW ai lM— I. i artiopaiMti UNYCOL Baum talmant Rhumati*. Ooutle lumbago. NraJiea. Set rie TaiH.nl. Constatai re pour H:iili 3 A la Espana En lace de la Poste Giandtie No 1723 Granle Liquidation d^i CbanaaM Paul Sals AVOCAT RecoQ.renieais Commerciaux, affaires I ftrangri. Correspondants Wa si. ing%bn, New-York, Berlin, La maicon I dcid de meMre en tente durant ee pr Turin Londres Paris sent mois de |an 1200 chapeaui de paille Ime pour Jf Rue p mt ^ 7i > r ,., (M -/'Wnct homme; m laiiaot on rabaiia considrable sur le prix. De Or 2,50 ils sont vendus actuellement a raison de Or i.2o. Ce sacrifice IM\SI consenti que parce f >7 ALDMlNUM UNE New-Orleans etSoolh American Steampship Co Inc. Prochains dpart* direct pour PORT iV PMNCtt, Hati Le seomer DEM a laiss Xcw Qr\e m ans le 20 Mars couva*f sera ici le S Avril prochain auc 300 tonnes dt marchandise-, Le S[S Frost lais*tra. New Orlans le 31 Murs courant directement pou* Port ou Prince. A pttir de ceUe dernire dae t *l ?/ aura une occasion chaque /> jours pour /f8 ports suivants : Carthag**, Porto Colombia, Curaao. Porto Cab llo, La luayra, Pointe P tre.bortd* brance, Bridgetown. Barbado.*, Pari o/ SJII, Trinidad, Georgetown* Port a Prince, le 31 Mars 192. k. de Malleis & Co agents gnraux i D J-R.THEB4UD Chirurgien -Dentiste De Facult de Montral de New York et de Boston Angle rie* Mue* I)etouhe T du Magwiin de l'Etat. Consultatiers de 6 heure du m: tin sg heure du oh*. :U2 Rue des Miracles ct de l'Ecole de Stnographie ROBIf. Sept passagers en parfaits ta! peine quelques mois de service est' vendre a un prix exceptionnel. Toute offre raisonnable sera accepte. S'adresser l, PREE1ZM&NN-AGGE11UOLIA Gnral agent Bue du Quai, Port au Prince La maison SiLVft Lu Maison H. S1LVERA vient de recevoir par les'der niers steamera le? articles suivants de toute fracheur des pril rduits : Chapeaux de paille fine d'italie, de toutes espces. Chapeaux le laine d'Italie. Chapeaux Feutre d'Italie Baptiste bine pour chemises ''nssor fil anglais Tussor de soie anglais harres pour chemise & robes Satin de chine pour tailleur i ustrine pour tailleur Colette pour tailleur Drill meroeris amricain 1 (nouveaut 1 Kri11 fil blanc & union anglais Kaki Jaune anijlais extra qualit Zephir anglais sup. pour chemises One visite notre Maison vous convaincra de la bonne qualit de nos articles et de la modicit de'noa prix en comparaison avec ceu* d'autres maisons de la place pour des articles similaires. On trouvfra Chipeu Jean Hart pnnr lofant", aigrt-liflantaisie pour chapeaux.p'umes, fleurs • fruits arti ticie's pour modes t n bea, voilettes des eabuchoni pour lobes et ctu peaux, dfs peignes a "coiffer, des Drosse h ItMe.dea faux rol8 souples et %  tnpeaa suprieur, de la sparte du laiton des calottes pour no l'IU peaux, en sparterie. de la paille de soie par pices, da papier lettre, les enveloppe*, des plumes, des cra TOOa, des far I* pour joaen. de la iiiiuitre de rlz.dei cxtrails.des colliers fantaisie, des dentelles et rubans.— On trouvera aussi du jehnropagne au thentiqti' 1 Caria d'or demi sec, du Cognac, du vin garanti pur Jus de raisin, par gallon, du Saint Julien etd i Si F.milion en caisse, des li qu'iirs Unes assorties, des couteaux df? tahles suprieurs. Reu au--i de petites poupes hn march. Les cordonniers sont aviss qu'il tmiiveront prix rduits de talons en crlluloide. Nota—Pour quelques }onrs seule n n nt nous dirons DM vinen"harri'|i:i' des prix exceptioooela, priie de paatar nous voir au phll tt. N e DM oublier qu'on trouvera to ij >urs le produits Guilbaud si le Kola ascao cio aux prix de fabrique. Timbre poste, timbres mobiles et papier lim bris. On trouvera ces mmes arlicles ,"Tropicale" Grand'Rue 1738 mai un Incident Geor|e, (irand Htel de France Annie des Bues Bonne-loi $ du Quai YII-;M DE RECEVOIR. Fat de foie gras truff. — Civet de livre. — Andouit lottes aux lentilles. — Andouiiles au saindoux.— Jambon en holte.— Anchois a l'huile.— Sardines.— Maquereaux Thon, -Casaoulet -l'etits pois fins extra — lloudin, etc, Vin Rouge, le nation 4 gds Vin Blanc, le gallon 5 gds L'Htel dbite par barriques et (pillons des vins de Bordeaux. Vins de Champagne. (Iode et Tarvni A la fols Tonlquo s: DpuratifAanlo — aTaiellIll jr.' Croies; HM dw Safaats Giaadat*-Sorefc rorin Filial 1SL. rlaa r>:menv 'i ni ^



PAGE 1

3IRECTUR PROPRIETAIRE mtfOB % %  : B CfeflMnt Mflgioire MIS VRRNA 1358 Rue Amricaine NUMERO ^(JGBNTIMEb c^ b M-mor// N MtR CAN UNION *P* 19 i 92i Les homme*. sinn*s m* soit pas v'edonfs ei le d vouement pour se produire, n'a pas besoin de grandi mels et de tapagtust s mnnffttftitions.lajn Rollii QAotidi'-n 7ELEPH0SE No 24? 18me ANNFiE N 517.5 POR*MIU^RINflK ( HATI ) MAimi 1er AVRIL 1924 Roules et Fouis de Lascahobas Hinche et Bellaire Ile Srie %  ^ Etude critique de l'Organisation IV Le contrleur est un a^cnt ncessaire.Mais Bonjle esttellement lev que je prfrerais ne pas l'avoir plutt que de l'avoir avec un rle incomplet. Ce qu'il fait n'est pas trop souvent sujet au con truie, et alors, qu'il lasse bien ou mali les notes qu'il donne passent pour sacres. Et faute par nous le vouloir des ritflit men in right place *, nous sommes roul ; parce que, sans rllchir, et admirent trop la camelota, nous laisons confectionner nos chaussures pir des tailleurs et nos vtements par des maons Nous pensons trop souvent que tel hatien, pus isolment, dut tre capable de tout taire. C'est une erreur. Lorsque dans une administration, nous ne spciilisui s pas les aptitudes, nous tournons e dos au progrs. Aprs avoir ait un dactylo, nous le trouvons bon plus tard pour tre un contrleur, demain pour ne pas le renvoyer nous en lerons un constructeur Je ponts, et s'il sait bien mener sa barque, il sera toreman gnrai; — le portefeuille des Iravaux Publics lui sourit : cet homme a lait sa carrire. — Nous avonsdesdactylos.des charpentiers et des maons repu es, allons eux pour des travaux o ils se sont fait connatre, mais ne fabriquons pas au hasard les mcaniciens, les hommes de mtier, faisons des contrats pour chaque section d'entreprise. Nous y gagnerons du temps, du bon travail, de l'argent Le Dpartement des Travaux Publics peut, pour le bien du pays, accorder quelque attention aux suggestions que j? viens de faire. C'est un malheur que, chirurgien, je voie partout des plaies. Mais.M .'st-33 pas dj quelque chos; de s'entend e dire qu'on est m dada et qu'il y a des prcautions preu Ire? Jusqu' ces derniers jours, j'coutais des plaintes pour pins coups et non p iyes, pour chaux livre et non ,>aye, pour terrains c* ls et non-pays. La Direction des Travaux Publics n'a jamais refuse de payer, mais le dlaut d'orjinisatio i. l'absence de tout contrle direct du Gouvernement, le manque de cohsion des divers rouages, oiit laiss se perptrer des abus. Nous voulons tous le bien d* noire pays, et certes, notre v eu ne se ralisera que par l'ellort qu'y mettra chacun de son ct. Agissons donc tous dans ce sens 21 Mars 1021 Dr DEPLSTRE. Ce ne sont pas des discours, c'est de Faction qu'il iaut Depuis qu* le questionnaire de la Chambre le Commerce a paru, un flot d'encre a coul. Loin de chercher la solution de la dise que nous subissons, des membres intressants de notre inonde conomique, s'attardent a en tablir l'ori fine, ngligeant en l'espce le principal pour s'attacher l'accessoire. Les uns la font remonter nos dbuis comme peuple indpendant, stygmatisanl les auteurs de nos luttes intestines, les administrateurs de la chose publique qui ont instaur si prmaturment le rgime des gaspillages et des dprdations de toutes sortes. D'autres, veulent croire au contraire, que seul* nous aurions fait notre chemin petit petit, et font partir notre malaise de i MMSS relativement rcentes, dont l'une est l'immigration levantine, qui a acquis une prpondrance sur toutes nos places commerciales au grand prjudice des nationaux, et l'autre 1 immixtion insolite dans nos affaires gnrales de 1 lment puissant intervenu depuis neuf ans. A considrer ces arguments direlve de 1s .National uty i>-^ .. .... ,.,, r9 g m p | —— .vers dans leur ensemble, nous nous demandons quelle solution apportent-ils dans le dbat qui menace de s terniser.pro'ungeant l'audience comme on dit la cour. Et s'il faut s'attacher aux dernires raisons invoques, il a') a plus qu' jeter le main lie aprs la cogne. i.n supposant qu'une bonne loi gale anime tous ceux qui s'intressent la question, .'est-il pas souverainement injuste — comme cela a t dit dj — de faire retomber sur les paules amricaines, tout le fardeau de la mauvaise situation que noqs traversons, et dont notre eom< merce en esl la principale victime yuels sont les trusts ameii-aus qui se sont acapars de noire mer* cii rend.tn' ainsi loute concur:* impossible \ principal-s denres font l'objet de 1 attention particulire du capitaliste amricain La Unique Nationale de la Kpuhlique d'Hati, souche la Banque de 1 L mon Parisienne s'intressait-elle davantage a notre sort que depui* quelle uk A part le commerce des auto nubiles i leurs acei sa quelques gara blisssmsnts i uns puissent* que nous ivons T lutei i se ipsgnies dont K's icintrils un 'tu mistituent un fardeau pour l'Etal Unitien exisl lient bi< n long imps avant l'inlersention : La P C > la Compagnie d'Kc airage .. lec t r i q u •>. !a Compagnie Nationale des Chemins de Ter. D'autre part, s'il faut admettre les derniers arguments qui font de l'intervention de nos poissants or*ins la cause suprme et dfinitive de noire dplorable situation, point n'esl besoin de penser aucune amlioration, moins de nous n tourner eux, en les su; piUnt d'apport r un baume a notre douleur. Car, il faut que chacun puisse, se rendre compte, que nous n'avons aucun moy n de les ctarler 'le neS s lia ire*, et qua nos engagements vis M.d'eux sont tels, qu il nous est impossible de ne pas en assurer l'excution: d'ailleurs ils ont sullisainment de gagea an mainpour nous i mpecher de parder une minute, l'attitude du dbiteur recalait;, ni. C'est donc ergoter, que de di ter sur des considrations qui ne sont que trop tardives. Les peuples comme les individus, traversent des momeats o sule la voix de la raison les conduisant & une prompte dcision, peut les tirer d'un pril. \ cette minute, ils perdent un temps prcieux si toute feur nergie n'es' employe a se dgager des entraves au lieu de rechercher, les causes qui les ont provoqu De quel prolil imtn li il sera pour le jeune homme qui dbile au milieu des cueils nombreux d'une vie diflicile, une discussion qui aura eu pour but d'attribuer la cause n nos embarras a la forme rpublicaine donne tiop lot a noire gouvernement, ou qui aura dmontr qu'uno suite de Pouvoirs phmres se bousculant aient provoqu le nouveau statut qui nous rgit. Ce jeun ; homme qui aura la fois en face d i lui, les immigrants en force et...les oliciels du Trait demandera tout bonueinent qu'on mette i> disposition, les moyens propres lui assurer un avenir, en organisant le travail sur des bases srieuse. Il se trouvera en prsence d'une situation de l'ii 4 contre laquelle il ne pourra rien, et dans sa conception nouvelle, il comprendra que ce n'est point aprs coup que nous devons nous terniser dterminer les causes anciennes nu o nivelles de nos mtlheurs. dont la vrit, nous so'iiin •t un I o IN r iers des titres divers. Nous IN tni lut fait pour qu'ils arrivassent mi! r 'r les avis sincres de que patriotes clairvoyants, et nos polilicleaa ambitieux et turbulents n'ont rien mnag pour que neus eu so\ oin-la. Il Iaut que nous I i.-uo is trve de tout celi.eu nom matinal rsolu ment a It tche, nos sentiments gostes devant faire place un altruisme bin compris. Que ceux d'enliv n > iq ti dispo* s*nt de cerl tins e ipil lui les feu s irtr d-1 • ii .i , les rao l ml pi i luctifs aa i npl lutaot la petits in l.i-irie, |a | iel e arr n ii ir i I m i • l'oisivet tant de :>r iM. rsu*. Que re ia l'une lUtios dr i p i ir qu'elle p u [ui lui aie! Uns notre r [nral i' ior c • a, que li i i ttioe ae ip ifl [lie le 01 agri oie s ut instil i< aies vicinales se multipl des grandes artres, que les travaux d'irrigation l'aeeomplieeeat assurant l arrosagemstbodiqusd moi chant Certes de clameurs severoot tur de toutes cas %  • %  i util -, des v n\ iut;tu p intas cr| | • rout, bismet i I M I ur i qua i eite impulaion noove Is aura n sites, maie, la solution du problme .iiii.i i Le mon le co tomiq is illemaa I aprc le il issstre de 1919 ne e'si I pomij ittard ml k rscher h T dam Isa plans de Lu lendorf ou d'Iiindonburg les causse d'un si grand m ilheur, mail s'est renais rsoli'imei.l SU travail ITSS une persei ii ,i K g si sus ii' m i tmptsbles : ce qui B permis a ce ^rand pays en proie i toutes I"privation!, de sur montsr les obstacles nombreux acCumuta cemmi a plaisir, par ses a msmia victorieux, de reconstituera cinq uns d'intervalle sa marine marahs 11" d n inte et de se tenir m il^r ses rerers a un rang sneere Me. Quelques retsurs bien sur le • oi igioes de H lamentent eetts grosse aventure qu'ils maudissent, mais les (Jaiuee de Guerre i tonl v i %  iianstormss, employant dsa bras multip >ia • i un ni o'sassmble sorte de toalsslea poitrines! Ba Vvantl Au milieu d'un incendie emploierait-on son temps an rschi rcesr la aauae, que l' diii'-e si i ut dj rduit eu cen Ires. NIL es o %  son! pis de. discours, c'est da l'action qu'il faut. Procession des Evjms et des jnlres Au d lili' de II procession des Evques ei des prtres sortant de l'Aii lievcb on a vu Mons Mgneur Kersuzao, t'-le et barbe trs blaooheSt soutenu par un prtre. <^e prlat esl courb sous le p.>ids d'un travail intense de plus de 53 ans en I luti dont 'i(l unsd'Episcoiiat. il i -•! le doydO des t" unes catho iques du inonde. J "est donc une belle œufre qu'a laite le Praid tut d'il iti eu acceptaot de lui donner un auxiliaire. Il en a t de mme pour Ifgr .Nouel; l'anu t di roi re, le Papa lui a don un suai iaire. Plua de 80 prtres ont aaaiat la bei'e crmonie de dimanebs venus de nos cinq dpartements et de la Doinuucanie. Varits Ce Soir Raz-de-Mare l-ulre G. 0-60 Mei<*redi Ho bine dans Le Ddale Entre G. 1-U0 Avis No i DOS Abonns et cli 'i*4* qu'ils n r ; doivent rien payar qu il r u aprimei -t 'jjes d no'i: Ui.-ijur. L'uipiifilMO L' 1 Goii.i ne tient Prantif l.i Presse Pranalaa et la l*roa:ii' llatioiino lia ait u oui nul du Journal 0,'fi I de la R publique I', ni uitt \u rouis de la Sume du M Ju i, 192 ;, Monal nr Edooard Marthe, de* >u t, de n m de h Mr le Ministre dei Iffal Mi ingres si l'Association Mali maie des portsurs trsaoeJs de vslsura mobilires a enfin obtenu le rs nbonrssmsnl en francs or du (ouvsrnemenl de la Itpnblique il liait! du montant de la ilitto extrieurs 5 o o, ItMO, suiTsel Isa saga gements pris envers les someripleuraT Rponse de Monaieui Poincar : IMI ri ponae ans protsetstions du Mini-ii.de Francs i Port sa l'rince, le < %  i ,\ i u i 11 • %  • 11 haillon soutient que l'i ii.plm du mut • <>lt %  dans la Oinomioalion de l'emprunt de S o/o I9IO, ne aa remporte ses au\ paie. in. sta qui d M\ ont n rsulter, mais aux gsgsa mr Isaqusla l'emprunt lail loode, Dsn le lihell des titres, |a li UI n'a I psi I tiss aux porteurs f iour le paiement des coupons entre e Ira ne et une monuaie trangre comme c est le cas pour certains em pruuts des H publiques Sud \mri%  %  permet te amito nir nsrgiquemsnt auprs de celle ci les droits des porteurs franais. La rponse de Mr l'oincar est clairs, Botta et prcise. Klle reconll.lll le un i le de ,i lllse du (ioUtSf nsmenl Haitiso et prosbMtN du mme coup l'inanit des prtentions des portsnn dsi litres de i'i0. Les porteurs des obligations de lit lu ne peuvent pas se consoler de P m dfaits, lll viennent de mululi ser, pour SOUtsair leurs prtentions, une partie de la presse fram sise. Et i( i mme, on considre que la quea pei sans gravit eu gard l'influence politique, a l'autorit ju ridique de hoirs dfenseurs. A notre avis, cette crainte est in iuatiflsbie ; car c'est une vrit vi dente que les doctrines tirent leur force il. s r ii-niimvo pies a leur ap pin .I i no Me l'inliiience des juria oonaultei q il les MutisnnSBt. I nu te li tbsse des p irtsurs rside dani is fsil que les titres de l'em prunl portant comme libell : Em prunt i atrieur <>n B o o 1910*. l'our eux la denornuihlion de l'em prunt indique que le remboursement des titras doit avoir lieu en or. Cet mi "lit sel dnu de valeur juri diqiie, < .u il sal en contrsdictiofl avec I. principe qui veut que les contrats %  oient qualifis et apprcis d'aprea IsurS di positions propres, lesdisposi lions lgales qnilsa rsgisssot, et non d'apn s l"s dnominations qu'il S plu aux parties de leur donner. M d'autres tanMS, pour lixer les engagements des parties, il huit se rfrer aux clauses du contrat et non sa qualification Un simple mot imBOrs psn 'lans un rouirai, si la dio se que l'un voudrait y voir ne s'y trouv \ \ iiteinlic | urs, le (iourarnsmsol hatien s'est engag a n nboOl i i emprunt en or. O -e trouve || luise qui consa* ni Ce a'ssl pas dana lecontret d'em E r in t. Kn effet l'art. 4 relatif au rem mu %  1 ainsi eoooii : 14 L'Emprunt sers amorti en cin1 isn'e an uinment au ta"bleau d'amortiaaemsnl qui sera 4 -dress olti isot et imprim 44 a u verso des titres et qui conpar• %  isracto pi mie • ^ua u 04 •• viroo B.581.0 M. 1 'y&ori\ i


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06183
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, April 01, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06183

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
3IRECTUR PROPRIETAIRE
mtfOB': b
CfeflMnt Mflgioire
MIS VRRNA
1358 Rue Amricaine
NUMERO ^(JGBNTIMEb
c^b M-mor//
*N *MtR,CAN Union *
*P* 19 i92i
Les homme*. sinn*s m* soit
pas v'edonfs ei le d vouement
pour se produire, n'a pas be-
soin de grandi mels et de tapa-
gtust s mnnffttftitions.lajn Rollii
QAotidi'-n
7ELEPH0SE No 24?
18me ANNFiE N 517.5
POR*MIU^RINflK ( HATI )
MAimi 1er AVRIL 1924
Roules et Fouis de Lascahobas
Hinche et Bellaire
Ile Srie
' ^
Etude critique de l'Organisation
IV
Le contrleur est un a^cnt n-
cessaire.Mais Bonjle esttellement
lev que je prfrerais ne pas
l'avoir plutt que de l'avoir avec
un rle incomplet. Ce qu'il fait
n'est pas trop souvent sujet au con
truie, et alors, qu'il lasse bien ou
mali les notes qu'il donne pas-
sent pour sacres.
Et faute par nous le vouloir
des ritflit men in right place *,
nous sommes roul ; parce que,
sans rllchir, et admirent trop la
camelota, nous laisons confec-
tionner nos chaussures pir des
tailleurs et nos vtements par des
maons !
Nous pensons trop souvent que
tel hatien, pus isolment, dut
tre capable de tout taire. C'est
une erreur. Lorsque dans une ad-
ministration, nous ne spciilisui s
pas les aptitudes, nous tournons
e dos au progrs. Aprs avoir
ait un dactylo, nous le trouvons
bon plus tard pour tre un con-
trleur, demain pour ne pas le
renvoyer nous en lerons un cons-
tructeur Je ponts, et s'il sait bien
mener sa barque, il sera toreman
gnrai; le portefeuille des Ira-
vaux Publics lui sourit : cet hom-
me a lait sa carrire. Nous
avonsdesdactylos.des charpentiers
et des maons repu es, allons
eux pour des travaux o ils se
sont fait connatre, mais ne fabri-
quons pas au hasard les mcani-
ciens, les hommes de mtier, fai-
sons des contrats pour chaque
section d'entreprise. Nous y ga-
gnerons du temps, du bon travail,
de l'argent Le Dpartement des
Travaux Publics peut, pour le bien
du pays, accorder quelque atten-
tion aux suggestions que j? viens
de faire. C'est un malheur que,
chirurgien, je voie partout des
plaies. Mais.M .'st-33 pas dj quel-
que chos; de s'entend e dire qu'-
on est m dada et qu'il y a des pr-
cautions preu Ire?
Jusqu' ces derniers jours, j'-
coutais des plaintes pour pins
coups et non p iyes, pour chaux
livre et non ,>aye, pour terrains
c* ls et non-pays. La Direction
des Travaux Publics n'a jamais
refuse de payer, mais le dlaut
d'orjinisatio i. l'absence de tout
contrle direct du Gouvernement,
le manque de cohsion des divers
rouages, oiit laiss se perptrer
des abus.
Nous voulons tous le bien d*
noire pays, et certes, notre v eu ne
se ralisera que par l'ellort qu'y
mettra chacun de son ct. Agis-
sons donc tous dans ce sens !
21 Mars 1021
Dr DEPLSTRE.
Ce ne sont pas des discours,
c'est de Faction qu'il iaut
Depuis qu* le questionnaire de la
Chambre le Commerce a paru, un
flot d'encre a coul.
Loin de chercher la solution de la
dise que nous subissons, des mem-
bres intressants de notre inonde co-
nomique, s'attardent a en tablir l'ori
fine, ngligeant en l'espce le prin-
cipal pour s'attacher l'accessoire.
Les uns la font remonter nos
dbuis comme peuple indpendant,
stygmatisanl les auteurs de nos luttes
intestines, les administrateurs de la
chose publique qui ont instaur si
prmaturment le rgime des gaspil-
lages et des dprdations de toutes
sortes. D'autres, veulent croire au
contraire, que seul* nous aurions fait
notre chemin petit petit, et font
partir notre malaise de i MMSS rela-
tivement rcentes, dont l'une est
l'immigration levantine, qui a acquis
une prpondrance sur toutes nos
places commerciales au grand pr-
judice des nationaux, et l'autre 1 im-
mixtion insolite dans nos affaires
gnrales de 1 lment puissant in-
tervenu depuis neuf ans.
A considrer ces arguments di- relve de 1s .National uty i>--
^ .. .... ,.,, r- 9 g m p | .- -
vers dans leur ensemble, nous nous
demandons quelle solution appor-
tent-ils dans le dbat qui menace
de s terniser.pro'ungeant l'audience
comme on dit la cour. Et s'il faut
s'attacher aux dernires raisons in-
voques, il a') a plus qu' jeter le
main lie aprs la cogne.
i.n supposant qu'une bonne loi
gale anime tous ceux qui s'intres-
sent la question, .'est-il pas sou-
verainement injuste comme cela
a t dit dj de faire retomber
sur les paules amricaines, tout le
fardeau de la mauvaise situation que
noqs traversons, et dont notre eom<
merce en esl la principale victime !
yuels sont les trusts ameii-aus
qui se sont acapars de noire mer*
cii rend.tn' ainsi loute concur:*
impossible
\ principal-s denres font
l'objet de 1 attention particulire du
capitaliste amricain La Unique
Nationale de la Kpuhlique d'Hati,
souche la Banque de 1 L mon Pa-
risienne s'intressait-elle davan-
tage a notre sort que depui* quelle
uk !
A part le commerce des auto nu-
biles i leurs acei sa
quelques gara
blisssmsnts i uns puissent*
que nous ivons T lutei i se ips-
gnies dont K's icintrils un 'tu mis-
tituent un fardeau pour l'Etal Uni-
tien exisl lient bi< n long imps avant
l'inlersention : La P C > la Com-
pagnie d'Kc airage .. lectr i q u >. !a
Compagnie Nationale des Chemins
de Ter.
D'autre part, s'il faut admettre les
derniers arguments qui font de l'in-
tervention de nos poissants or*ins la
cause suprme et dfinitive de noire
dplorable situation, point n'esl be-
soin de penser aucune amliora-
tion, moins de nous n tourner
eux, en les su; piUnt d'apport r un
baume a notre douleur. Car, il faut
que chacun puisse, se rendre comp-
te, que nous n'avons aucun moy n
de les ctarler 'le neS s lia ire*, et qua
nos engagements vis m.- d'eux sont
tels, qu il nous est impossible de ne
pas en assurer l'excution: d'ailleurs
ils ont sullisainment de gagea an
main- pour nous i mpecher de parder
une minute, l'attitude du dbiteur
recalait;, ni.
C'est donc ergoter, que de di
ter sur des considrations qui ne
sont que trop tardives. Les peuples
comme les individus, traversent des
momeats o sule la voix de la rai-
son les conduisant & une prompte
dcision, peut les tirer d'un pril. \
cette minute, ils perdent un temps
prcieux si toute feur nergie n'es'
employe a se dgager des entraves
au lieu de rechercher, les causes
qui les ont provoqu
De quel prolil imtn li il sera pour
le jeune homme qui dbile au milieu
des cueils nombreux d'une vie dif-
licile, une discussion qui aura eu
pour but d'attribuer la cause n nos
embarras a la forme rpublicaine
donne tiop lot a noire gouverne-
ment, ou qui aura dmontr qu'uno
suite de Pouvoirs phmres se
bousculant aient provoqu le nou-
veau statut qui nous rgit. Ce jeun ;
homme qui aura la fois en face d i
lui, les immigrants en force et...les
oliciels du Trait demandera tout
bonueinent qu'on mette i> dispo-
sition, les moyens propres lui as-
surer un avenir, en organisant le tra-
vail sur des bases srieuse.
Il se trouvera en prsence d'une
situation de l'ii4 contre laquelle il
ne pourra rien, et dans sa concep-
tion nouvelle, il comprendra que ce
n'est point aprs coup que nous de-
vons nous terniser dterminer
les causes anciennes nu o nivelles de
nos mtlheurs. dont la vrit,
nous so'iiin - t un I o inriers des
titres divers. Nous in tni lut fait
pour qu'ils arrivassent mi!r'r les
avis sincres de que patriotes
clairvoyants, et nos polilicleaa am-
bitieux et turbulents n'ont rien m-
nag pour que neus eu so\ oin-la.
Il Iaut que nous I i.-uo is trve de
tout celi.eu nom matinal rsolu
ment a It tche, nos sentiments
gostes devant faire place un al-
truisme bin compris.
Que ceux d'enliv n > i- q ti dispo*
s*nt de cerl tins e ipil lui les feu
s irtr d-1 ii .i , les rao l ml
pi i luctifs aa i npl lutaot la petits
in l.i-irie, |a | iel e arr n ii ir i I
m i l'oisivet tant de :>r i- m.
rsu*. Que re ia
l'une lUtios dr i p i ir qu'elle
p u [ui lui aie! Uns
notre r [nral i' ior c a, que
li i i ttioe ae ip<-
gne- i
pratiqu ; in li,> ifl [lie le 01
agri oie s ut instil i< aies
vicinales se multipl des
grandes artres, que les travaux d'ir-
rigation l'aeeomplieeeat assurant
l arrosagemstbodiqusd moi chant
Certes de clameurs severoot
tur de toutes cas i util -,
des v n\ iut;- tu p intas cr| |
rout, bismet i I m i ur i qua
i eite impulaion noove Is aura n
sites, maie, la solution du problme
.iiii.i i
Le mon le co tomiq is illemaa I
aprc le il issstre de 1919 ne e'si I
pomij ittard ml k rscher h t
dam Isa plans de Lu lendorf ou
d'Iiindonburg les causse d'un si
grand m ilheur, mail s'est renais r-
soli'imei.l SU travail ITSS une perse-
i ii ,i k g si sus ii' m i tmptsbles : ce
qui B permis a ce ^rand pays en
proie i toutes I"- privation!, de sur
montsr les obstacles nombreux ac-
Cumuta cemmi a plaisir, par ses
a msmia victorieux, de reconstituera
cinq uns d'intervalle sa marine mar-
ahs 11" d
n inte et de se tenir m il^r ses re-
rers a un rang sneere Me.
Quelques retsurs
bien sur le oi igioes de
H lamentent
eetts grosse
aventure qu'ils maudissent, mais les
(Jaiuee de Guerre i tonl v i iians-
tormss, employant dsa bras mul-
tip >ia i un ni o'sassmble sorte de
toalsslea poitrines! Ba Vvantl
Au milieu d'un incendie emploie-
rait-on son temps an rschi rcesr
la aauae, que l' diii'-e si i ut dj
rduit eu cen Ires.
Nil es o son! pis de. discours,
c'est da l'action qu'il faut.
Procession des Evjms
et des jnlres
Au d lili' de II procession des
Evques ei des prtres sortant de
l'Aii lievcb on a vu Mons m-
gneur Kersuzao, t'-le et barbe trs
blaooheSt soutenu par un prtre.
<^e prlat esl courb sous le p.>ids
d'un travail intense de plus de
53 ans en I luti dont 'i(l unsd'E-
piscoiiat. il i -! le doydO des t"
unes catho iques du inonde. J "est
donc une belle ufre qu'a laite le
Praid tut d'il iti eu acceptaot de
lui donner un auxiliaire. Il en a
t de mme pour Ifgr .Nouel;
l'anu t di roi re, le Papa lui a
don un suai iaire.
Plua de 80 prtres ont aaaiat
la bei'e crmonie de dimanebs
venus de nos cinq dpartements
et de la Doinuucanie.
Varits
Ce Soir
Raz-de-Mare
l-ulre G. 0-60
Mei<*redi
Ho bine
dans
Le Ddale
Entre G. 1-U0
Avis
No i DOS Abonns
et cli 'i*4* qu'ils nr; doivent rien
payar qu il r u aprimei
-t 'jj- es d no'i: Ui.-ijur.
L'uipiifilMO
L'1 Goii.i ne tient Prantif
l.i Presse Pranalaa et la
l*roa:ii' llatioiino
lia ait u oui nul du
Journal 0,'fi I de la R publique
I', ni uitt
\u rouis de la Sume du M
Ju i, 192 ;, Monal nr Edooard Marthe,
de* >u t, de n m de h Mr le Ministre
dei Iffal Mi ingres si l'Associa-
tion Mali maie des portsurs trsaoeJs
de vslsura mobilires a enfin obtenu
le rs nbonrssmsnl en francs or du
(ouvsrnemenl de la Itpnblique
il liait! du montant de la ilitto ext-
rieurs 5 o o, ItMO, suiTsel Isa saga
gements pris envers les someripleuraT
Rponse de Monaieui Poincar :
Imi ri ponae ans protsetstions du
Mini-ii.- de Francs i Port sa l'rince,
le < i ,\ i u i 11 11 haillon soutient
que l'i ii.plm du mut <>lt dans la
Oinomioalion de l'emprunt de S o/o
I9IO, ne aa remporte ses au\ paie.
in. sta qui d m\ont n rsulter, mais
aux gsgsa mr Isaqusla l'emprunt
lail loode, Dsn le lihell des titres,
|a li UI n'a I psi I tiss aux porteurs
fiour le paiement des coupons entre
e Ira ne et une monuaie trangre
comme c est le cas pour certains em
pruuts des H publiques Sud \mri-
permet te amito
nir nsrgiquemsnt auprs de celle ci
les droits des porteurs franais.
La rponse de Mr l'oincar est
clairs, Botta et prcise. Klle recon-
ll.lll le un i le de ,i lllse du (ioUtSf
nsmenl Haitiso et prosbMtN du m-
me coup l'inanit des prtentions
des portsnn dsi litres de i'i0.
Les porteurs des obligations de
lit lu ne peuvent pas se consoler de
P m dfaits, lll viennent de mululi
ser, pour SOUtsair leurs prtentions,
une partie de la presse fram sise. Et
i( i mme, on considre que la quea
pei sans gravit eu gard
l'influence politique, a l'autorit ju
ridique de hoirs dfenseurs.
A notre avis, cette crainte est in
iuatiflsbie ; car c'est une vrit vi
dente que les doctrines tirent leur
force il. s r ii-nii- mvo pies a leur ap
pin .I i no Me l'inliiience des juria
oonaultei q il les MutisnnSBt.
I nu te li tbsse des p irtsurs rside
dani is fsil que les titres de l'em
prunl portant comme libell : Em
prunt i atrieur <>n B o o 1910*.
l'our eux la denornuihlion de l'em
prunt indique que le remboursement
des titras doit avoir lieu en or. Cet
mi "lit sel dnu de valeur juri
diqiie, < .u il sal en contrsdictiofl avec
I. principe qui veut que les contrats
oient qualifis et apprcis d'aprea
IsurS di positions propres, lesdisposi
lions lgales qnilsa rsgisssot, et non
d'apn s l"s dnominations qu'il S
plu aux parties de leur donner. M
d'autres tanMS, pour lixer les enga-
gements des parties, il huit se rf-
rer aux clauses du contrat et non
sa qualification Un simple mot im-
BOrs psn 'lans un rouirai, si la dio
se que l'un voudrait y voir ne s'y
trouv \
\ iiteinlic | urs, le (iou-
rarnsmsol hatien s'est engag a
n nboOl i i emprunt en or.
O -e trouve || luise qui consa*
ni '
Ce a'ssl pas dana lecontret d'em
Er in t. Kn effet l'art. 4 relatif au rem
mu 1 ainsi eoooii :
14 L'Emprunt sers amorti en cin-
1 isn'e an uinment au ta-
"bleau d'amortiaaemsnl qui sera
4-dress olti isot et imprim
44au verso des titres et qui conpar-
isracto pi mie ^ua u 04
viroo B.581.0 m. 1 'y&ori\
i


LE M IN
nant l'intrt ft l'amortissement.
' !. i s seront amortie*,
ni .1 leui \ deur i. > moala par
'voie de lil SOI t sonuel,
" par a boorM les
"seront cotes au Aux termes de cet article, on voit
bien que la Rpubli [le d'Hati ' il
fo.-inellement engtg-e rembourser
I mprunt en franco \'i li c'est de
la pure fantaisie que de p.tendre
*lle l'est engage a re aboutser
i a espces or.
(..es partisans, de ii thse des por
iMfS, iai'li tnl bien q le to ites les dis
pitiooi du contrit Mal contraires
leurs prtentions, tiiseil : ' d
ftut d'um clause du contrat eei
crant la i' Qb i'i I en or, il v
a le fait qua l'fil it d'H titi i reu de
l'or. Ce fait a lui aeal sutlit pour eu
geadrer l'obligilien p>ur lui de re n
bourger en or. >
Le (ail i ici : loi porteurs
n'ont pas fourni de sa d'or ;
mais bien des bille- de la tj.iaqint
de Prteee.
Bl mme ii l'Etal d'Hati avait ra
eu des francs or, il n'j arait pis |*q
bligation de remboursai de l'or.
Kn effet, il u'\ a dtoa le contrat aa
cune stipulation dans ce sens.
En oulre si l'allgation des por-
leurs tait vraie ils auraient effectu
le versement en franc or. uniquement
parce qu' cette poque il n'y avait
aucune di.frence entre la valeur de
cette monnaie et celle du billet de la
Manque de France. Du fait qu'il y
avait parit entre les deux monnaies
au moment du versement du mon-
tant de l'emprunt, il dcoula la 000
squence que l'Etat d'Hati B'a pas
reu uiiejsornme plus forte que celle
que les souscripteurs s'taient enga
gs fournir.
L'art. 17 du contrat de 1910 pi
voit qu'une somme de dix milhoni
de fraucs devrait tre consacre au re
trait du papier monnaie mis par le
(iouvernemeut hatien. Le solde de
cette valeur a t vers l'Etal d'il li
li par l'ancienne Banque Nationale
de la rpublique d'Hati, So t
jranaise. en francs dprci s.
( tuivre >
( 0' llii'tt C$mm r '/'' )
la bitt
Les vpres pontilicales ont ce
chantes par Mgr Jan. la suite d s
quelles le nouvel Braque a l'ait ses
adieux la Ville de Port au Prince.
11 en a profil pour faire au dbut
un substantiel et instructif scr non
sur l'Oeuvre de Ih Cration, de la II:
vlation. l'Incarnation, sur l'institu-
tion des prtres et des voques, etc.
il a dit dans ce sermon qu'il a ton
jours lui les honneurs et n'a pas re*
cherch l'Kpiscopal. Le t dcembre
de l'anne dernire l'Interno ic* apoi
tolique lui a impos la chir^e, il a
dii obir. II part pour le Gap et comp
te sur les prires du bon et excellent
peuple de Port au Prince q fil n'ou-
bliera jamais.
Sermon brillant qui aurait t* a )
plaudi si on tait pas dans un lieu
saint. L'Eglise avait dimanche soir
plus de monde qu' la crmonie du
matin Kctucoupde lilMosont fi
d hrmjs car ils savent qu'ils per
dent un payeur /.l, dvou et tua
Irait.
Immdiatement aprs Mgr l'Vrche
v (ne mont'- en chaire, lui aussi oxpri
m^ses ragn t< m lia la i 11 est
ncessaire pour le bien de l'Eglise.
11 raopelle les faita ai nilairea rola
tifs SI Paul et qui ressemblent
aux crmonies du jour. (I dm tnde
en termes excellents aux Bdlea de
prier pour le nouvel Evoque pour
que ses omvres soient abondantes en
faveur du p\ <. Quais graoa de Dieu
d.-rende en lui.
LV\ ; de Mlropolis donne la
bndiction du Trs Saint S k renient.
L'orgue et des voix exerces se fo it
entendre n'haussant par a!rai li ce
rmonic du soir.
La journe religieuse du dimanche
est une des plus belles de ces dir
nierai ton*
LeCoadjuteur de Mgr Kersuzan
part cette semaine pour son poste.
Bon voyage et fructueuas besogna
cet h uiiuii' d' lion, qui va ton
ner la population du Nord grce
son nergie et son grand dvoue
mei I
Aprs la crmonie du sacre
fuie grandi foule s'tait rendue
'.livfievch el a demanda 4 ovaer
la bague du nouvel Evque qui s'est
ot fui g
nral au miliei wnp&
V"^' i. '.-h
drf.la '' itioidu" on
sii d administration de \
franaise est s ls prMntersaa vives
'''' i ;| loos i nouvel Bvque. Le
1,1 h partis du bureau de
cette utile Association.
Par Gable
Nouvelles Etrangres
Par Sns-FS
31 Mars
/TtANTIC CITY- L'altoroey g-
n *l Daugbert] dclare qu'il'n'a
au tua enimosit contra le Prsi
dent Loolidge "t qu'il ^ait dispos
a I s rfer nu prix de n'importe quel
sacrifice.
l'Il"PSI'.rit.;- Des inondations
'ylvauie par des pluies
chaudes al de dgel dans les monta
ioni immen
se> dans h i- Etala avre de nom
mues pertes de vies et de millions
de dollars en proprits.
lceptioo chez It Minisire
d'js leUtiotu Extrieures
Hier Monsieur t/unille Lon,
Ministre des Relation! Bxtrieu
res, et Madame L4oo ollnient
la villa Verru-Geau, leurrsideo-
c\ un diner en l'Ii mneur de Son
Excellence le Prsidaol de la R -
publique al de Madame liorno.de
Son tacelleuee le Huit Commis-
laire et de Madame Kissell.
I. autres invites taient \h
dame Ljarned, S sur de Madame
K'issHl, Ma li n-, Ci ni 111, S aux
de M ne Borno, et Miss i^arnei.
nice de Madame Russell.
X)ns croyons savoir 141e c'est
l'inauguration do l'ouverture des
salons do Ma la ne Lon, la cliar-
mante et distingus femme du Se-
crtaire d'L'ut des Relations Ex-
trieures.
Li rception tait empreintide
li plus parla t; courtoisie. La ta
Dl -. artiste n int J ic rdj rvlait le
b >0 got et le sens avis de la
maltresse de cans qui d'ailleurs
lit les nonaeun de sa maison avec
toute la grce qu'on lui connut.
Voici le Mena :
H0R3 D'UVRE
kVn rr, il i i.ijar
Polajr Si. Iii-nuiui .un rruiilon
ENTRE
imjiiillr m. Jacnai
lairlon aux afifSl
ROTS
Fikt m caMiiantii
ESTREMET8
lie paillai fam
DESSERT
Fruits. liU.e U laaiUs. 1 1 Caaaiuie,
icaidenl ad*atilo
Hier aprs midi ssi auneooa un
ci lenl 0 p ir l'auto de kfa
EmileGauvi 1 con tufs int lui m in 1 -a
n ich aa qui reo' adevanl la m ti-
son Keital la no nm Valcio en lui
faisant une fracture de la jambe et
des plaies conluses sur la ligure.
Parisiaaa
leudi
Eimer b iott
4>me chapitre: JUSTICE
l'.atree : 1 <*de et 1 50

Swift & Co.
Nous sommes" heureux d'an-
noncer i nos lecteui s que 11 m ti-
son Swilt >v C de a v*1 rk
( Provisions, en gn irai 1 a ou-
vert uni succursale I Port-an"
Prince, rue du Centre en face du
les Franais . Li pro
teurest .ar Marc Dois i lis-
.Nos meilleurs compliment.
A propos de lu lossarabia
v'IK.NNK Le^refna les dlgus
sovitiques la confrence russo
roumaine de recoenaitre l'acte rou
main conclu avec les puissances de
''entente eu Octobre ItfiOaecordan
la Bissaubie la Houmauie a caus
des difficults a l^ confrence. Ua
propondiuii de M. Ititrestinsky, re
prsentant des Soviets, demandant
q.ie lt:s questions teriitoriitle> soient
le premier sujet discut la conte*
rence et l'acceptation d>: II. Rasca
mis, dlgu roumain, ia coodi
tion '|ue la qsjeati n de tiess>rabie
en soit ex. luse, ont arrt Isa ni i
nations avant qu'elles soient vrila
lilement engages. M. kUreslipskj
prtend qu-j le pute ds Paris est
unilatral et par suite juridiquement
sans valeur. M. Kareetinakj deman
de qu'un relerentu u ail lieu eu I
saraniestsoit dirig de sorte qu'il
n'y ait pas de pretsion sur les nabi
tauts. Le d l.'_ i i );n;iHin a Irans
mis des propositions Bucarest.
Elles seront discutes la runion
de demain.
Les expdition* aie charboo
et dii coke dans la flulir
DliSSBLDORF D'aprs u is co.n
munication nfBeiella, le record pour
les expjlitions journalires de cliar
bon et de coke da It Kuhr au somp
te des rparations a t t.tb i le 1<>
Man. fa.ii eflet K7.17d ton Del de
coarbon et 2i,y3l de coke ont
eapdiei 1 cette data. L\ Prauoe el
le Luxembourg ont reu 38,780 ton
ns de clutrbon et 17,Su" de coke.
La Belgique iO. /.jS de clnrboii et
7! 14 de coke.L'Italie 27,9 *2 lonnes
e cliarbon.
La eampayne lectorale
ouverte en Italie
ROME La campagne lectorale
entre dans sa premire setnaiu Les
.eclioiis doivent avoir lieu le 0
avril. M, atuaeolioi tait Milan o
M. de Steiani, ministre des liiiauces,
a pass en refus l'oeo/rs ace uiplid
parle gouvernement en 16 mois.
Les inomlatioiis causent de>
ilijls en Pologne
VAltSOVIKLes inondations sont
toujours menaantes en l'ologne. li
vil.ges de la rgion de Nursovie
sont maintenant sous l'eau ; un
grand nombre de bestitux ont t
perdus et les dommages sont consi
drables. La Vistule continue mon
ter.
L'afcpagoe an diverse* par*
tiea inonee
M\DKI1) Les inondations caa
sent de grandes pertes eu diverses
parties de l'Espjgne ; la moiti de
la ville de Valladolid tst inonde.
Un signale une situation analogue
Tolde et Seville.
La marine britannique et
Us autres marines
LONDRES-* La marine britanni
que aura presqo'eutant de croiseurs
que les muines des Ituts l'ois et
du Japon lorsque ses ;i croiseurs au
ilnt et> construit .Le secrtaire par
lementaire d m aid a recra
ment dclar la chambre des coin
munes que le combre des croiseurs
et croiseurs lgers d< .:, d sa m n
ns du monde tait pnir l'Empire
britannique 48, Etats Luis 19, Japon
26, France 10.
i
;
Nouvelles diverses;
PARIS 30 M. Millerand, prsi
dent de la R publique, a approuv
In dclaration ministrielle qui sera
lue lema u aux chambres. M. Lau
rent Eyunc dirigera le service de
l'aronautique sans rtribution. M.
de Walaffe.danS Paria Midi mon
tro : de l'Amrl
Latina lOOl i ia mrtqu 1 d 1 Hoi i : las c ipitali
de l'Earope Latini c ui-tituent pmr
l'Vir. irique Latina ds a '-i
vili- il 1 le balancer le (or
mi la d'attraction des Eti ts
Unis.
M Salonon. ministre des affaires
trangres du Prou, est attendu a
Paris aujourd'hui. Le ministre M
Cornejo, prpare une grande rcep
tion n ion lionntur. M. Salomon
sera prsent au Corps diplomatiqu !
et la Sociele des .Notions.
La revue Amrique Latine '' pu
blie un article dai s lequel elle fait
appel h ses I iteu s leur demeodant
de contribuer la souscription en t 1
veur de Jos de 11 redia.
Tout !e Corps Diplomatique de
l'Amrique du Sud et de n iinbre.i
ses personnalits ptrisennes SSSil
t mut 11 rceptiou donne en I hon
neur du ministre de Venezuela.
Les experts se rJuniront 10 heu
res sous la prsidence de M. Dawes
afin de discuter les questions res
tes en suspens quoique li.Poiacar
soit trop occup avec la rorganisa
tion de son cabinet et s'abstienne
de parler au sujet des travaux les
experts. Le ' Temps dans un ar
ticle videmment. in mir, blme le
pessimisme dont tont preuve quel
ques journaux anglais et dcl ire q 11
la dcision des experts ne peut ser
vir de tremplin lectoral parce que,
ajoute-t il,nous avons conliance dans
la sagesse des experts et la sagesse
des lecteurs franais. Le Temps "
souligne le danger qu'il y aurait
pour les allis & vouloir faire enten
dre aux allemands que l'application
du rapport des experts dpendrait
de leur verdict aux lections.
!1 dclare que pour viter que les
allemands ne tirent parti de cette
circonstance il faut que les allis
prsentent un front uni avant les
lections au Reichstag.La possibilit
de se rassembler n'implique pas for
cment un accord mais si nous avons
la c aire comprhension de ce que
les experts entendent proposer et
ce que le gouvernement entend r
pondre, rien n'aulorise la supposi
tion qu'un accord ne pourra tre
conclu, toutefois nous pouvons l'.tl
mettre : il reste prouver qu'aucun
!a:le insurmontable ne servira
du ct des anglais.
Dans les milieux officiels franais
on fait remarquer que les membres
amricains des comits ont dj olli
cieusement rendu hommage l'es
p it conciliant de leurs collgues
i.anais. Ou pense que la dclara
tion ministrielle de M. Poincar
qui. lue la chambre, contiendra
un passage exprimant sa confiance
d tus le rsulta fructueux des tri
voix des experts et aflirmant que le
nouveau ministre dsire contribuer
a leur succs dlinitif.
AUTEUIL -Emmilouties dans des
f jurrures ou d'pais pardassus, 75,
UJO personnes ont assist au prit du
Prsident de la Rpublique qui s'est
couru Auteuil pendant l'aprs mi
di. Le thermomtre descendit de 0
degrs centigrades 2 au dessous
de zro.
AMALF1 Des glissements de ter
rain continuent terriHer la rgion
d'Amilti ; un certain nombre de mai
sons ont d tre vacues.
PARIS Li oommission spciale
charge de rdiger le programme
pour la confrence internationale
sur l'opium, qui sera tenue en .No
vembre sous la diiection de la So
cit des Nations, s'est spare sans
avoir terxin ?a tche. L'ne nouve le
runion de cette commission aura
lieu le M avril Genve.
LES COTJBS
31 mars
PARIS Dollar
Livre
Nr.W YOKK Franc
Livie sterling
18.21)
lti.fi
ls.li
4.30o
Dlicate attention des {va-
que en laveur du
peuple hailien
A la tin do la crmonie] reli-
ai use de dimanche raitin hs six
Evoques, Ifessei meurs Nouai,
Cooan.Kers itao,Maurice, Pichon
et.ljn,out eu la dlicate pense de
se runira l'autel et ils ont tous
donn, en m'aie temps, la I n-
diclion ;i la foule c 1 apa ;te qu'il y
avait ft la Cathdrale Cette mar-
nue d'attention a produit une
douce impression sur les lidles.
Dcs
Nous enregistrons avec regret la
moi t de Paul de Laleu dont les fun
railles out eu lieu hier.
Yh condolances aux parents
jrouts.
Hier, Monsieur le Prsident d la
RAnnblique et M bo recevais t
b t! 1er Leur; (Iran leurs Monaei
rNouel. Arcbevojon de Sanlo
Domingo, Monseigneur CoaaSL Ar-
1 bevqnoda l'oit au Prince, Mon-.i
gneur Kersu/an, Evoque du Cap liai
tien, et Mouseigneur Jan, Evqua
oadjuteur de Mgr Kersu/an.
Les autres invits taient Mr Luc
Dominique, Secrtaire d'Etat des
Cultes, Mr'Camille Lon, Secrtaire
d'Etat des Relations Extrieures et
le Secrtaire de Sa (irandeur Mon
seigneur Nouel.
A la fin du repas, Son Excellence
le Prsident Porno souhaita en quel
ques mots la bienvenue Sa Cran
deur Monseigueur Nouel qui y rpou
dit en disant que sa prsence ici si
gniliait l'union du Clerg d'Ilaili et
du Clerg dominicain el qu'il dsirait
que cette mme union puisse exister
entre les lils de Toussaint Louverlu
re et de Dessaliues et ceux de Duarle
et de SaochfZ. [Le Secrtaire d'Ktat
des Kelations Extrieures aflirma
que ce voeu tait conforme au voeu
de Son Kxcellence le Prsident de
la Rpublique, du Gouvernement et
de tous les haitiens.
<
Les Assises
L nomm Vilje.in Pienaim a t
condamn hier i annes de raolu
sion. Il tait dfendu par Me Cl.
Zphyr.
Kranyais Bazan.tc accus de tenta
tive de vol avec escalade et elTra:
tion au prjudice de Nu ma Lota est
sui la sellette aujourd'hui.
Composition du tribunal : Juge
Poui b,prsident ; Ministre Public :
Tri n : .lurv : T. Nicolas,prsident.
Me It Salnave est au banc de la
dfense.

Demain sera jug Nortilm Sylvain
accus de vol avec escalade au prju
dice du Dr Bolande et du sieur Jules
Jiulelle.MeC.il. l'hveoin a l choi I
si d'offlcsfeonr prsenter la dfense
de l'accus.
Pour la Coupe de
Peter Dawsori
Dimanche a eu lieu au Parc Le
conle le Jme Tournament pour la
Coupe de Peter Dawson La lutte
tait entre l'quipe de l'American
Club et l'quipe de l'International
Athletic Club.
Le premier single entre Mr W.
II. Williams et le Dr L. Pluramer,
laissait Mr Williams le vainqueur fa
cilement.
Le deuxime single entre Mr Btr-
nes et W. uuinlin Williams, tait
trs intressant, le jeu agressif de
Mr W. m. Williams avait forc le
chimpionde l'Americtn Club de
ployer ses beaux tacliq les du jeu.ee
qui lui a permis d'tre vainqueur de
son adversaire.
Les rsultats sont :
SINGLES
NN.ILWillliami ijonlre Dr PI iranur
(Am. Ciubj lut.Ath.Club
81
.,2
Victoire p>or Am.Ciub
coitre W. Q. William 1
Int.Ath.C.un
0-2
n-d
Victoire poir Ain.Club
DOLBUSb
Devaux & Walsh Ara. Club contre
Dr Plummerik Auguste Int.Ath.Cluu
li0
: ?- 6
Victoire pour m. Club.
D.mtulie orochain, l'American
Cli!. r-ncontrera le Mariani Spo.-
tingClub Mariani pour dcider U
li le pour le championnat, une in
d lessuite lutte e>l ta perspective et
tout le monde Wtirasi dans ca
sporl devra y assister.
<5j
Dr Barnes
Am.Clu.
ASTHME
PAPIER FRUNEAU
iitiiranmiiu. nimdiiiuM., ^,.,B*-
mmm,u. MUHk,.Pvit
' ttlM !,.
' *^^^rr

assi
i


LS MAI IN

Sfrop D'Ambrozoin :'
Connu comme le
remde le plus
fl'li ce pour ci ra-
battre toutes l< -
mHladi-s des bron
cbWi e( des \oies
lespiraloires.
,
Tous serez soucieux et
dormirez mal si vous re-
tournez cher vous sans.
avoir visite les jolies cho-
ses eliez
Paul E. Auxila
Rue du Magasin de l'Btat.
Bureau de*
l'Enregis tremen X
AVIS
^LajDirection du Bureau principal
de ibnregistrement de Ptft nu l'rm
ce avise les intresss nutauuneut
Messieurs les avocats et londts de
pouvoir qu'il a t tabli au dit
oftice ^service judicaiie) un casier
alphabtique.
Prires aux intresss d'crire en
lettres lisibles leurs noms ou d'appo
ser leur sceau en tte des acte eu
les dposaut atin de faciliter le cld8e
meut et la remise de ces actes.
Port au Prince le 31 iMars 19-4.
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUBSSES
l DELORT, Pharmacien,
J1S, Ju fnl-t.Ai'toui
PAFUW
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
PORT-AU-PRINCE
'.ts.PTWtJS. Pbrmrie ALBEHTINJ
l'hwnuclfdu t Jl:.tli VI*HU
f totile* lt honni. Phnrnun'n
udain Frres
^Entrepreneurs
Notre Maison de Commerce est
transfre la Hue des Fronts-Forts
ct de la Pharmacie Notre-Dame.
.Nos clients & amis trouveront tou-
jours le mArne service et pour toutes
Jm Bourse?.
L'opinion d'une autor
mdicale de Londre
!,es crmes denlitrice qui ne sont pat ace< DDj i-
gnea d une formulethrapeutique indiquant a be-
se de leur composition, n'offrent aucun lannlre
au public, et les mdecins qui les inscrivent ne
savent non plus ce qu'ils recoin nandeut.
*!_ Ils peuvent encore moins eu assurer les rsul-
tats perce qu'ili ifaoreat le* proprits exacte*
des matires qui es composent.
Dr PREYET, mdecin-dentiste ut LOND IE*
l,a erBM dentitffct aNTI-PV-0 du I a leur
WAITB pr contre peut tre recommande par t<> s
laa mdecins et dentistes parce qu'elle renferme
le formule dont parle de Dr PRRYET.
The Aniitar MFC
J,elin & Finki lue
Fond i ou K^ _
SnnMoriM B prit PfcmsMn*
te, etc.SUCRE KAFINE. - j^i-i-rmat Raieju-
jrSaWpWBK^?SSS
pour la lollelt. I-
poui
Sirops dira,Tetntur.s diverse \{n*"* eU el
Demandez le catalogues les sou un ev
Conllantvo8CommaurtesLfc.rlN .v H\k, lue won
serez absolumeul satisfaits .,_... rT'J,nnroviemL-
Toutes les bennes pharmacies lu pays vaypwramaei
nent chez LKI1X ftPDfK Ino.
Lon /*. Ineoaua
Agent exclusil pour Hati
TfWOI HA*. ,iw, .iwaol
ANTIPV-O MMAl CD8AM
21.650 Safnml.
24.500 (^..Inum
20.000 1 olcm, .\Mriu
1.000 Flavor
.300 lliuo>vff>AintJuia
.200 1 ti-m.nl.,
.00 PmomiI CMon.
JM.' 100.000
Sp
mgvi Bris Co Ni
Demande des chantillons
Fulion Sh Pofish
Company nc, Kew<*ork
Si vous voulez protger la bjsjm 4e vos chauvines
Si vous voulez avoir un brillanl lnfoant et durable.
si vous voulez la couleur et h souplesse de ces chaut-
sures pendant longtemps employez la marque lonograa.
Fabrique spcialement pour les dames et les |enlk-
men du hijjht lile.
Elle protge la peau des chaussures contre l'hit nrrffte
et la chaleur.
Demandez la marque MoDOjrain c'est la meillen' dboutes
les marques.
Ge^ h i\ SE ME kqeni pour Hati
F O.PIERCE Company
M west Biioinw.aY iVEiv yory
TON EE E\ 1847.
SUPERIORITE BS PRIX
Fabrique tic :
Pdata*, Vcnt-i. Ccrw de loae*' rter,
Lon R. Tbbaud
Aflfiit peur Ha
ffiism i
J
CHICAGO. ILL1
^Haatc^ac, 3CulfcM: catoa, ilCiute *> mit*
tfVU**. a CCaii fyoru sBoettJfati, famUnth
3dam; t^u> aita-'aux^w^pie^iOrt^
De porli.
au^fA e^ batte. Ct>rae> (5leef, a9Mlt &cef
^attetr rrveat^, etc. etc. etc.
^lire De^ aoir te^ ^rlx CaaraaL.
L^oa H. Tbaud
Aqent exclusif pear HatM
Tlphone: 587
L'CUbliseement prend des pensionnaires la juin-
zaiiii' pour le djeuner <1 le din.-r, oi; pour l'un ou
l'autre iparmtnl ou ptor pension complte.
S'enlcndic avec la direclioD pour les conditions.
G i ande salle pour banquet
Royal Caf
Kn lace de la Banque N&lion-ie
Propritaire : A!1aciua l\'\'(M-R\ I
Le nouvel iahhsseuu'iii se reeommaude par un i avilit
irproshble, des oonsommatioM de premier eboli, m
situation privilgie.
Le soir, musique attrayante iiriule par des protei*
siDnnels de ijiand nieiilc
lnslallition parfaite. -- prix modre.
Tlphone H Jwr
1040, Kue du Magasin de l'Etat Tlphone : 347 *
....
-
I


EE MAT IN

URODONAL
combat le rhumatisme
*>v
kkk Mbcbr Big G
Goutte
Rhumatismes
Gravelle
Artrio-Sclros*
LTrodofial n>si r>n* mu-
lemem le dissolvant i< plul
newiue d 1 acide uriquc
acmcllemeni connu.
qu'il Ml 17 II 11 plui puldanl
ju la liUiim* il ajrii. in
ou're. prtvtntivoinwi su'
5 formation, -'.[ponant a a
production i
accumulation dans Ifs iimih
fierlarticulairos i't d ..
olntura.
ry P srtii
Ane prof. Oui ffttl d' ""'',
Mvafr. oni mti ft a.
Eut rui'lsin S . r
URODONAL nettoie le rein,
lava le foie et le articula-
tions. H aaaouplit le artre
et vite l'obait.
DIALIROL Bain rarbo-iatwix MHMMU:
O, la terom fcWailMI. i artiopaiMti
UNYCOL Baum talmant Rhumati*.
Ooutle lumbago. NraJiea. -
Set rie TaiH.nl. Constatai re pour H:iili
3
A la Espana
En lace de la Poste Giandtie No 1723
Granle Liquidation d^i CbanaaM
Paul Sals
AVOCAT
RecoQ.renieais Commerciaux,
affaires I ftrangri.
Correspondants Wa si. ing-
%bn, New-York, Berlin,
La maicon I dcid de meMre en tente durant ee pr Turin Londres Paris
sent mois de |an 1200 chapeaui de paille Ime pour Jf Rue pmt^7i, >r,.,(M-/'Wnct
homme; m laiiaot on rabaiia considrable sur le prix.
De Or 2,50 ils sont vendus actuellement a raison de
Or i.2o.
Ce sacrifice im\sI consenti que parce rentre pas dans les rayon de 'a Maison.
Tlphone ~>f>7

ALDMlNUM UNE
New-Orleans etSoolh
American Steampship
Co Inc.
Prochains dpart* direct
pour PORT iV PMNCtt, Hati
Le seomer DEM a laiss Xcw Qr\em
ans le 20 Mars couva*-f sera ici le S
Avril prochain auc 300 tonnes dt
marchandise-,
Le S[S Frost lais*tra. New Orlans le
31 Murs courant directement pou* Port
ou Prince.
A pttir de ceUe dernire daet *l ?/
aura une occasion chaque /> jours pour
/f8 ports suivants : Carthag**, Porto
Colombia, Curaao. Porto Cab llo, La
luayra, Pointe P tre.bortd* brance,
Bridgetown. Barbado.*, Pari o/ Sjii,
Trinidad, Georgetown*
Port a Prince, le 31 Mars 192.
k. de Malleis & Co
agents gnraux
i
D J-R.THEB4UD
Chirurgien -Dentiste
De Facult de Montral de
New York et de Boston
Angle rie* Mue* I)etouhe T du
Magwiin de l'Etat.
Consultatiers de 6 heure du
m: tin sg heure du oh*.
:U2 Rue des Miracles ct
de l'Ecole de Stnographie
ROBIf.
Sept passagers en par-
faits ta! peine quelques
mois de service est'
vendre a un prix excep-
tionnel.
Toute offre raisonnable
sera accepte.
S'adresser
l, PREE1ZM&NN-AGGE11UOLIA
Gnral agent
Bue du Quai, Port au Prince
La maison SiLVft
Lu Maison H. S1LVERA vient de recevoir par les'der
niers steamera le? articles suivants de toute fracheur
des pril rduits :
Chapeaux de paille fine d'italie, de toutes espces.
Chapeaux le laine d'Italie.
Chapeaux Feutre d'Italie
Baptiste bine pour chemises
''nssor fil anglais
Tussor de soie anglais harres pour chemise & robes
Satin de chine pour tailleur
i ustrine pour tailleur
Colette pour tailleur
Drill meroeris amricain1 (nouveaut1
Kri11 fil blanc & union anglais
Kaki Jaune anijlais extra qualit
Zephir anglais sup. pour chemises
One visite notre Maison vous convaincra de la bon-
ne qualit de nos articles et de la modicit de'noa
prix en comparaison avec ceu* d'autres maisons de la
place pour des articles similaires.
On trouvfra Chipeu Jean Hart
pnnr lofant", aigrt-lif- lantaisie pour
chapeaux.p'umes,fleurs fruits arti
ticie's pour modes t n bea, voilettes
des eabuchoni pour lobes et ctu
peaux, dfs peignes a "coiffer, des
Drosse h ItMe.dea faux rol8 souples
et tnpeaa suprieur, de la sparte
du laiton des calottes pour
no
l'IU
peaux, en sparterie. de la paille de
soie par pices, da papier lettre,
les enveloppe*, des plumes, des cra
TOOa, des far I* pour joaen. de la
iiiiuitre de rlz.dei cxtrails.des colliers
fantaisie, des dentelles et rubans.
On trouvera aussi du jehnropagne au
thentiqti'1 Caria d'or demi sec, du
Cognac, du vin garanti pur Jus de
raisin, par gallon, du Saint Julien
etd i Si F.milion en caisse, des li
qu'iirs Unes assorties, des couteaux
df? tahles suprieurs. Reu au--i de
petites poupes hn march.
Les cordonniers sont aviss qu'il
tmiiveront prix rduits de talons
en crlluloide.
NotaPour quelques }onrs seule nnnt
nous dirons DM vin- en"harri'|i:i'
des prix exceptioooela, priie de
paatar nous voir au phll tt.Ne DM
oublier qu'on trouvera to ij >urs le
produits Guilbaud si le Kola ascao
cio aux prix de fabrique. Timbre
poste, timbres mobiles et papier lim
bris.
On trouvera ces mmes arlicles
,"Tropicale" Grand'Rue 1738 mai
un Incident Geor|e,
(irand Htel de France
Annie des Bues Bonne-loi $ du Quai
yii-;m de recevoir.
Fat de foie gras truff. Civet de livre. Andouit
lottes aux lentilles. Andouiiles au saindoux. Jambon
en holte. Anchois a l'huile. Sardines. Maquereaux
Thon, -Casaoulet -l'etits pois fins extra lloudin, etc,
Vin Rouge, le nation 4 gds
Vin Blanc, le gallon 5 gds
L'Htel dbite par barriques et (pillons des vins de
Bordeaux. Vins de Champagne.
(Iode et Tarvni
A la fols Tonlquo s: Dpuratif-
Aanlo aTaiellIll jr.'
Croies; hm dw Safaats
Giaadat*-Sorefc
rorin Filial
1SL. rlaa
r>:menv
' 'i ni ^ *


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM