<%BANNER%>







PAGE 1

LE S. i Vi m te R. O. Par Cable ta Iten 1*14. Qn ou %  > % %  ontei donc U, Mon >?... Je viens .le lira votre "ii dit M d'hier. Co menl n'avez \o ipaa MI rsister au imenr qui vous fait i aie S tint 5et)M • ii.su Iheureui peupla celle terrible flche .pi i failli l'i i ivei h bout j im lis .'.. c'en M] II! 'lit. M '|U(! vu M a*..-/ crit — qae '1 ll.ntica travaille ton qu'il le \ ml bien, miis pour "payerle droit patriarcal de mulli•• pies femmei : po ir lei c ig loti •"de joui. Il \it danilacrajee (sic;.— "mme quand il est riche,— MOI "famille, et ses enfants DOUtMnl "couine lia peuvent. •• *' Csic).'Il parait que, v • Mil le pense*, puisque vous ajoutez : il v a dea •soeptioai, je i BUS. Elles con']'ment -.; rgit." Or, cela 'Test aullemeat exact. Kt, ni je me doooe la peine de vous l'crire, c esl iur o apcher que ceux qui sont M l'afft de MU ivaiaea notes contre DOUI M so prcipitent sur celles ci; et, s'en emparant, ne tentent d'en faire un mauvais mage, tout en ayant l'ir de simplemeut constater une vrit reconnue La vrit, dans noire cas, est bien tout autre; et s'il y a un peu prendre, il v a, par contre, beaucoup a laisser,'dans l'article du M Vl'i \ d'avant-lii T.lonljvous roui tes, ce •embl '., in ipir. Certes, le eas'tfjt ri.lnlo mw, dont, moi aueii d'ailleura, jeia'Uie •ervi, AVANT L'OCCI v If S n'est pas -ms avoir son utilit. '.' li s'avi arait de le nir '.' Mai-, dan< tout, il f tut teair compte du m ment et des cire >ail m.MS. Or le moment actuel, les circonstances actuelles me sem blent parler terriblement en notre fa veur. en faveur du facteur hatien. ; i qu'an 1915, en effet, il a >ui tiit impossible d'affl dro pouvoir faire dans le domaiue de la Civilisation, puce (|ue, let nous en chercherons la cause un autre jour) i; Mardi Raz-fL-lLe Nouvelles Etrangre ^ 1 i DOUI manquions de stablit dans IIJS Gouvernements ; 2;> noua man quions d'urgent dans notre caisse pu l>lique;Ho nous manquions de sicuriti dan* la jouissance de nos droits. Ct c'est justement ce qui rendait intol rable cette Epoque. Kt c est jti.sle.uent ce qui a inclin les patriotes acoap ter l'essai d'une cooprition avec un I .ideur Assistant qui. diapoaanl de moyens propres perinetlre d'avoir Uetroili qui no smanquaienl, tait cens en mesure de nous aider prendre pied — pour donner la preuve de notre capacit de jouer convenablement notre rle sur la acne de l'Histoire. Ah I quelle gloire et, aussi, peut tre, quel haut, qui 1 noble protit c'et t pour ce Facteur Assistant, s'il avait BO ou I ->ulu corn prendre la sainte, la divine mis-mu qui lui ehait alors !... < )u. 80 cora prendre le caractre ; en corapren Ire l'tendue ; en comprendre la modali t— la manirel.. Mais,... un Gnie malfaisant a voulu qu'il ne le comprit point ou qu'il no le compren Dl pas encore... Doit on en conclure que 1'hailien... must ht (v. A cela, je voua lai-^e le loin de rpoodn, l.u tout 1 i s, quelle que s .il v lire reponae, je peraiate ii croire, a r. persil ide qui si. aux trois facteura — ci dessus indiquai — qui lui man quaient avant l'.'l >, 1-' peupla liai iea pouvait aujourd'b li uni' : Ire cet autre (acteur, la pltiiH ubtrU da ae-i faculta, il tonnerait le critique le plus sv.re par la preuve qu'il donnerait dm m intelligence, de son bon BOt, de ses merveilleuses possl bilits. I. hatien (rappel/, vous ses origines ) a dans les vain M du sang de trop bonne provenance pour ne as rester, malgr tout, digue d'tre lanternent apprci. Crove/ en votre mme vieux. H. (.'II. Varits Kntre G. 0-50 Visites ollicielles d cardinaux amricains Ki i\i;;_ Peu i ,,,i |, t pim r:in | e l le la jo i r, i %  i '• ir lina ix Mu lelein da Chicago et Bi New urk ont fail des viaitea M ciellei aui principaux dignitaires de l'Bjliaa. La ir pi \isite a t le ordinal Vanutolli, doyaa du iollg %  accident il i chena .111er \ if ,i-Nf,e roi Victor Enm n i-i a t fortement secou loraqUf tin qui l'em nenait de Home d railla par suite d'un glissement du terrain cius p ir les bondantes pluies qui s ,nl tombes dans la r gion. Au moment de l'accident, le roi dormiit, il l'h ibiila et descendit sur 'a vole pour s'enqurir de la na ture de l'accident. Pa i aprea il rejoi guit en automobile un autre train qui l'alleu lait un peu plus hio pour le 600 luire Arriv ici. le r i s'est amb irqu sur le contre 11 %  pilleur qui se dirigeait sur Am.i fflori probable de la luerta NOI VELU ORLKAN8—Madame de la llueila. I mime du chef des re mexicains, a dit .New Or lins, aujourd'hui, qu'elle croyait son mari mort. Klle a ajout qu'elle •taon mari avaient dcid devenir dans cette vil'e et y demeurer pami les partisans de la rvolution. Cette dcision prise elle tait venue ii ivei i assurance que son mari la rejoinlinl le IMars. D'aprs le gouvernement mexicain, de la Huer [a s'est embarqu sur un bateau l niera Tobasco le 10 Mars et de puis on n'a plus entendu parler de lui. Le, changemanl t de la vie. MM. Maginot et l)e aelves ont indiqu que le gouverne ment poursuivra la mme politique que le cabinet prcdent. Mr Millerand, recevant le cabinet nouvellement form, a flicit cha leureusement M. l'oincar d'avoir ainsi group d'aussi brillantes per sonu.ilits dans ion cabinet ; il a ajout que le chef du gouvernement peut compter en toutes circons: i i ces sur son entire collaboration pour rsoudre dans le sens le plus ilonne aux intrts nationaux les di i itl problmes actuels. L? con sil des ministres s'est runi dans la soire, les ministres ont procl un nouvel change de vues sur la si tuation politique parlementaire. Ils ae aonl concerte aur l'attitudeq i p endra le gouvernement au cour* du prochain d l d devant la eb too bre ; M. Poi ii dcla ration ministrielle qu'il soumettra ses collgues demain lo' heure-. Le conseil des ministres, sous la pr lidencod M. Millerand, se runira 17 heures pour approuver dliniti vement le document. On projet relatif an projet des armementa PARIS— I.a i na commiaaloo les aimemecls dd li Socit dm H lioaa I ni projet de co i lion rtst.ignant le tralic iotoroatio %  .ni def armai t munitions. La texte de le eooveutioa esl ht i s ii le projet de M. Duprii Il de l.ur. I %  IIKUX de franco, Major Milia d'Angleterre, am'u l Ma u ir. l'nis. Il prvoit eu elle! que le tralic des ar mum nts doit 'Ire sujet un syst me de permis des gouvernements, tout an laissant ces derniers le droit 1s les accorder ou d: les refu ser. imit I 'Aperis. prai l par M. Da ves, s'est ruii ';t a i ; mi di pour examiner le rapp.rl des so'is eommiaalona al particnlWre ri ml li M trtie l % %  rapporta rel il al banque alla man le d m qui p > i r pineux. L i MOI C nimi i i banque a obtenu d ux a rint la journe •( a OUI n lu u--e denxirm foi les expert-* mina de fer f anco oglait, M4. Le* va i ve tt Aewoiih. Sur la demande du Prsident C>alid<|e, l'allomesgnral Daogherh d nissionne WASHINGTONL'aHon rai Daugherly s'est retir du binet la demande du prai 'eut Coolidge. Il a alors, ,i litre de simple citoyen, fuit une violente attaque contre enix qui onl forc sa dmission. La l chet5 et le renoncement, a dclar r.dtorriey gnral, dans une lettre ouverte au prsident, ne devraient jamais dcrter des mesur %  bases sur des ncessit! de partis, En de man huit sa dmission, M. Coolidge a dclar pie sa dcision tait base sur sa conviction que M. Duigherty ne pouTait pas re np ir ses devoirs comme s-r\ tmr dsintress du pu blie tandis qu'il tait oblig de se d fendre devant la commi Non ana < riale d'enqute. Dam la rponse, l'attorney gnral a repoutl ses rai sons comme n'tant pas justilices par les faits. an Congrs amricain W'ASlIINGTON-Lesrepr.M.iiuits Langley du Kintnck] et/.ilvinan du Maryland, tous deux rpablicains, ont t dliiilivem nt ideuiiis coin me tant les deux maml rei lu con gr s dont il a t ; u grand jury de Chicago qui a fait une en qute sur de prtendues fraudes de bureau des vtraus. Le anat discutera lundi la r l lution du snateur Mckellar, d mocrale du Tennesse, demandant que li commission de justice rechar che si le secrtaire Mellon remplit ses fonctions en violation de la loi qui interdit au secrtaire de ta Tr soierie d'lre intress • %  dans des allai r-s commerciales ou industrielles. Lu composition du nouveau aliinet tlivcrseniMil eonimeaUe par la pre t'AHIS — L.* constitution du nou veau ministre a caus quelque sur prise dans 1 opinion publique ; on s'lonne que M. l'oincar ait jet par %  Jessus le bord huit ministres qui avaient t ses collaborateurs pen d.'.nt plus de deux ans pour les rem f dacer par une combinaison de i par amentaires qui ont vol contre lei mesures fiacalea du gouvemement, pour cette raison la dclaration mi nistrielle de lundi est allenduc avec la plus grande impali L'ide de M. Poncar vplique pir ses familliers tait premirom"iit dgrouper auliur de lui .les ho n mes soit en raison d'une mre exprience, oit en raison de 1 ur talent personnel ; deuxi nom > d empcher la rupture de* deux meuis du parti rpublicain ce o'eel p i1 Hltef lil 1*1 iterpretation donne parjj les journaux auti peincanste que t oeuvre de l'union s'est rc but le terrain inleriiali.ual p'ult q i a 1 Intrieur. Le prsident du c n se 1 dit qu'il n'aurait pu y trouver de meilleur moyen sou intenli m d rester neutre dans les proeb ' i ns qu'en attribuait M. ne Selves le porleleuille de l'Intrieur. Bo ce qui concarne sa politique extrieure, l'volution du gouverne io il est encore pi is fortement m ir %  ir li ii uni wtio i au p >aU d i miaiit %  du e m m r i le ar 1 1. pria :ipal ci de la n in I i il en i d • l'eth re pour la conclusion d'aecor l de paix. Le Journal '* conclut en ob-er tant que U aitlMtiofl a t claire meut rsume par le dput commu niste M .iilum qui disait hier a M Vus tide BrianJ ; il T a deux ans que M. r a pria vos ministres, celte '. >tre politique.tn gn rai B'eal pas mcontente i II. croit que le cabinet a l ainsi constitu afin de siusegarder les inl.rts du Dayi et pour ramener la aime dans l'atmosphre politique el'e est certaine que le cabinet re< vra lundi la conliance du'Parleraent. NouYe!Ies\dive?Sijs LONDBBS— La grve des empl 0 ys de tramways et omnibus s'e> 1 termin. d'heureuaaa n;o dations antl les reprsentinls les employs et les directeurs le Cls. Les employe avaient quitt le tri vuil dimanche dernier minuit. PRAGUI Le service arien r?u lier entre Paris et Prague sera teo du la semaine prochaine Constan tinople et Angora. Le ministre de la dfense nationale organise un raid militaire arien dans les Blatl de la Petite Entente. Les aviateurs parti ront de Prague et se rendront a Jas•y, Bucarest (Belgrade), Agram (Yougoslavie Bratislava ( Tchcoslo vaquie ) puis Prague soit une distan ce de :$000 kilomtres. Ce circuit se rait avompli en I ' jours. R > 4E L'aroplane anglais lu tour du monde pilot par Maclarn comme Cur de la Cathdrale laquelle r.' t T i ait ich invariable i).-iit son souvenir, le nouvel Bvqua d'une voix 'mue lit sas adieux aux nombreux lid> Mgr rArchevi|ue Con m luccintemeut expliqua alors la Crmonie du jour qui n'est qu'une reptition de l'imposition des mains aux premiers temps de l'Egliie ijSt Paul, Le Ministre de l'Instruction Publique Le Ministre de l'Instruction Publique se trouve partir d'aujourd'hui dans les appartements prcdemment occups par le Dpartement des Cultes. Les bureaux des Directeurs d'Enseignement n'ont pas t dplacs. Aux lections d'hier pour le vnralat de la loge L'Amiti des Fines litinis \o 1er , c'est Mr Clment Toussaint qui a t lu par une majorit de bl voix. A propos de la suppression des Visas I.a Lgation de France nous a demiud de faire une rectification la note parue dans dans notre dition de Vendredi concernant les Vital et les passeport-. Nous voulons Lien lui tre agrable mais ces informalions que nous n'avons fait que reproduire sont contenues dans le .VJdu 15 fvrier page, de la Revue de la Socit dea Nations. A bord du


PAGE 1

te \nw Paiement Lepaitment du mois de Mars commencera demain. L'effort maritime allemand L'organe de la Lient maritime et coloniale fianraite, dans Fa dernire dition signale !e rsultat obtenu DM l'Allemagne dans la reconstitution de sa flotte. '• En janvier 1*22, rien quVn un seul jour le chantiers de constructions navales de Hambourg ont lanc : l'Albert Ballin de _>i 000 tonues, les cargus Wasgnj.wl lie 0000 tonnes, plus trois gros remorqueurs de haute mer. Ce qui donne le total impressionnant de 40.UOO tonnes pour la journe. l'uis, lesdiflicults survenues dans les chantiers maritimes par suite d une pharmacie. ^^ Ltipioes, IVmre, Caniells,GirIle, Allia tOlli MsWr*we e.o, etc.SUCRE HAFINE. w Spccialil : Mar<|iic prive l.ysol dainfo*at, atviwinerie. Articles pour haliieib, llay RuiU, Chocolat csa pwm lire, Ilu le de foie de Morue, Kmulsion < oltl Cram, %  *• traits pour faire essences e* eau de toilette. Eau de yssV nine, Poutlre contre les insectes, Solution pour coaass> ver les œts Crais, Lait de Magnsie. Poudre suprieara pour la toilette (lnl its S •<'"""•• 20.000 Calcm St*riU 1.000 Flaior .10" Th^nol,. .500 PKOUII CMorai JSiS*!LUU C.rk 100.0OO* ~.M > %  'i Demandes des chantillons Fullon Shœ Po5ish Company Inc. mw.ork Si vous^voulez prot'cjer/Jla ptfn de vos chauafurea Si vous voulez avoir un brillant luisant et durable si vous voulez la couleur et la souplesse de ces chaussures pendant longtemps employez la marque lonogram. Fabrique spcialement pour les dames et les ucntlemen du hinht lilc. Elle protje la peau des chaussures contre rhinnfiHl et la chaleur. Demandez la marque Monogram c'est la meiHeuie de foules les marques. Geo & NSEME Meni pour Fati le Erie Cfl H Y F. 0. PIERCK Company 12 WESr BA0&DW4Y NEW Y MIT FONDEE E\ 1847. SUPRIORIT BAS PBIX Fabrique le : Peinture, Vernie, Ocres <*e tontes sortci. Mac lie. [ on R Tnbaud /gent p ur ildti ?M S Vmw n j Avis Audai Frres %  Entrepreneurs Notre Maison de Commerce est transfre la Hue des l-rouls-Foris a cl de la Pharmacie Notre Uame. -Nos clients & amis trouveront tonur* le mme service et pour toute* es Bourser, JPIMA-L CHICAGO, ILU ^Haatt'^ttC/, H Cuite II, Je caloa. ;7CulCs t> mak h\,c& famhfU 8c 33xi>a; tywus 3)ta ,, aax.Jjcaw^pie^i0r#itt^ Je j>jrli. Saacittea. ea &at£e. d>rneJ ${ic\, Si&aM Ut\ ^ottei) meabi etc. etc. etc. ^ilre De vir lo Cris CaaraaL. Lon R. Tnbaud Ajnt exclusif pour Hati TONIQUE, RECONSTITUANT, FEBlilFUGt Recommand par tous la. Mdecins I OUINA-LAHOCHI tr" Bfr'iib! mi gcti OeeiitBl pritiri[>m rt. trni miiUfor. tories de quil I bist ur t tou. i.i mitres Tint d. qaliqaina t ct recommsndS pir les clbrits mdicales du monde entier comme le Tumqua • %  ie Roou*Ulusol par aseslienc dans les cas do : FAIBLESSE GNRALE, MANQUE DAPPCTI"^ DBILIT, CONVALESCENCES, RVK t. VfNtl DANS TOVTIS ICI tONKII .Hna>CICI ait BSafSrsl -VSSITABtl gniNA-LARUORI Royal Caf Kn lace de la Banque Nalionle Propritaire : Ann a ciusl\N<>l'sTS'l Le i limai tabluiemeol M roommaiide par un *.w*r>e irproehable, des coDiommalioni d< premier taMssj w siiuatioii privilgie La soif, raniique :iil!.).iiile diriyiM' pnr des prohfjs •iimsali de grand meiita. Itrslallalion partaita. — prix mod^s. TMphassa N 39r Csyfl:TJsE!iSi 1940, Ku8 du Magasin de l'Etat Tlphone : 347


PAGE 1

LI foT ALUMINUM LNE New-Orlans elSonlh Imerlean Menmpship Co Inc. Prochain* *h'parts direQ pour PORT Al) R'A'CP, Ha i Le geame* DEA m /as^ \ M O an8 te 2f> Wa* courant rer-i ta *e 8 Avril prochain aue 300 tonne* d* marchandises. Le S/S Frost i:J*$era iewOrlsanx le 31 Mars cornant directement pou* Pari au Prince 4 pirlr de cette dernier dite, fl tj aura une OC&IASOII chaque I~> jours pvur les ports suants ; C*rthin'i\ Porto Colombie, Curaao. Porto Cab\l1o % La Guayra, Point* Ptre.birHdi fraiw, Bridgetown, Harbndof, Prt of S min, Trinidad, tieorjctown. Port ta Prince, le 31 Mars 1924 A. de Via lie is & Co • I.r nom LEVER i lie rit aurd'j Mvon rai urx garanti, it purct/ qui tl provenir et i facile Flui^nrz \* x'rmet de votfl p*a *vt du SJVOII Liftfbuo^Cfti le moyen If plut f.rtaio.lf plut ijuf, cl I* plu facile %  !.' Ici I f .Mil l'.itil ff Non i.iiltroeiit il attaque .1 rJuptric 1 |{*rn>ffrnAi. Sri %  •' %  •• K "lut .'aimant. %  kltnl jairaii *tf clitvf't -SAVON Cllll)C!. ">!• ut* l.-.-f w Jl Il i§gi§f £n i>ente l'ort-nu-Prinoe : Simon Vieux, C..: ries Plcnalet, M. & \. Sada, l,ope Rivera, Pazar Mtropolitain. Gmaives : Madame F.ug^ne Dhrosse. "aint-M.irc ; Mme Maurice Cleaea. .I;icmel : Celle Uovg. Pttton Mlle : Oreste Chry. Alfred VIEUX Agent pour llaiti ... u: M HERNIEUX Ire -t pour permettre rhscun. riche et pauvre, d H pnerlf peu de mis la Msnuf icture de liitj|N Ortho* r >nd d.reel*m*nt au publie moiti prt de leur ..leur ,\ a*ce ou ans reaeort le, !*• M..**, TTH* (:ha P ea x Feutre d'Italie D r J -R.THEBftUD vr,e^r g f;r c ,,,,,,lsc8 Tussor de soie anglais barre p jai chemise & robee Satin de chine pour tailleur % ustrine pour tailleur Colette pour tailleur Drill merceris amricain (nouveaut 1 Drill fil blano & union anglais Kaki Jaune anglais extra qualit Zephir anglais sup. pour eliemises Due visite notre Maison vous convainsra de la bonne qualit de nos articles et de la modieit ; Les Hutill^VALDA sont e-i_ vente Pliarmarie C.uiilrale d'Ilati, PhartM cie H mrreine Port au Prin-.-J'har macie Rrutus k Jrmie et to t* ph irma-.ier. Paul Sas AVOCAT Rcoofreaaits C B^CCIEO.', affaires l'ftrupi. Corresponaa t its;i W'-afclr gtaD, New-York, Birhn, Ttu'in. Ldndres. v< rt tH Bue flms2l?.''on-au-^na TMtfhnne 597 Cldrur(|ien-I>enliste Des Facult de Montral & New York et de Boston Angle des Rues Destouohe et du Maguoiu de l'Etat. .Consultations de G heures dte UIH ni HK beiuses du >(r. Chez F.LnciaBf.11 Cie 312 Rue des Miracles cet': de l'Ecole d • tnoqraphie KOBIS. On trouvera Chapeau Jean Hart pour enfants, aigrettes fantaisie pour chapeaux,plumes.fleurs et fruits arti liiiels pour modes rt robes, voilettes des cabuchons pour robes et cha E eaux, des peignes a "coiffer, des lisses a tr-le, des faux cols souples et empesas suorirurs, de la sparte rie, du laiton des calottes pour i lia peaux, en spnrterie, de la paille de soie par pices, du papier lettre, des enveloppes, des plumes, des cra yons, des fards pour jonei. de la oudre de ti/,des extruils.des colliers antnisie, des dentelles et rubans.— On trou\era aus.-i du Champagne au thentique Carie d'or demi sec, du Cognac, du vin garanti pur Jus te raisin, par gallon, du Saint Julien et du St Fmilion en caisse, des li S u lorf fioN n-^oilies. des coulenux e taLles suprieurs. Hem aussi de petitei poi ps a bon meres. Les cordonniers sont aviss qu'ils trouveront prix rduits des talons en celluloule. le nos : prix en comparaison avec ceu* d'autres maisons de la place pour des articles similaires. drand Htel de France finale des Hues Bonne foi & du Quai VIEW DE mcEvom latde (oie gras truf- — Civet de lierre. Andouillettes aux lenlilles. — Andouilles au saindoux.lambon en boite Anchois l'huile.— Sardines.— Maquereaux. Ihon, -Cassoulet—Petits pois fins extra.— liondins, etc, Fin Rougr, le gallon 4 ga* Vin Blanc, lgation ydn L Hte! dbite par barriques et (jallons des tins de Bordeaux. Yitis de Champagne. Nota—Pour quelques jouis seulement nous i. tirons net vii enTberriq ile< prix exceptionoelt, priie de paseer noua \oir au plus Idl.Ne pas ouliiier qu'on trouve I 1rs produili Ouilbaud et le eeo cio aux pris <^r febri |ue. Timbi E OBle. umbrei mobiles et papier tira ree. On trouvera ces mmes articlee ,'TiM|.i, ,-,!,. %  • lirand-Hue 1738 mu •ou li.ui'eut Gi.o.'uei, Voici 5 produits qui mertent en valeur la beaut de la femme? POUDRE SIMON SAVON SIMON et I l'inimitable ^ %  %  •••. .. ""• J SIMON ; : ICRME SIMON l pv* <^ &. £$?£ %  Uctaoln tf i <"* %  -A /S/S OC SU


PAGE 1

PHUECIttUR PROPRIBTA1RF Clment Magiotre BOIS VERNA 1358 Hue Amricaine NUMERO ^0 CCM'iMKb Quotidien %  Coluirbus M* •"' Combien d'homma* admirables, **t i %  ! avaient de tris beaux %  %  • , mes, sont morts sans rju on <-ii ,i,| parla* fnmli il rivent ancore rJoni on n< parla point • %  t dont on ne parlera jamais! La Bruyre 7 ELEpHOSS No 1 ANNE N 5174 PORT-AU-PKINF, (HAirn l.l M'i 31 MARS 1QM Routes et Fonts ta Laseaiik Hinche et hlm Ile Sarie — m m Etude critique de VOrganination il Nous estimons que le yst e dos contrais serait essayer pour la construction les routes et des ponts.la fourniture disgraviers, le la chaux, du sabla, des roches, lu bois de cliaiilla^e et le dama.'e, parce qu'il dgage la respoosabiIit lu Dpartement en ce qui concerne la pert? d'animaux, les rclamations pour matriaux livrs et non pays, pour salaires rduits cause du chmage ou d'absence, etc. l T n seul exemple, entre mil'e : 18 hommes (. 1.50 un'carlier 0.50, un chel d'quip • G. o\ un major '2, sont creuser la terre pour en extraire des roches. Le total de la dputt journalire est de 6. 32.50. L'quipe mettra 4 jours pour faire une toise, dont le prix mathmatiquement sera de 4 lois 32.50 ou G. 130. Nous omettons volontiers le salaire proportionnel du contrleur, du chaufleur, la dpense du camion de transport, — toutes dpenses entrant proportionnellement dans l'estimation de la valeur d'une toise de roches. El alors ? Mous n'avons pas gagn, de mime, faire fournir le sable par nos quipes, parce que le travailleur ne fournit pas pour ce qu'il reoit. Le prix du sable est en moyenne de 0,40 0,60 centimes le bai il. Portons-en le prix G. 1. Nous supposons employer fouiller le sable 40 hommes 1.50, un major 2, un Cartier 1, un chef d'quipe 3, la dpense journalire est de G. 66. lous faisons nous-mmes le transport du sable du lieu d'extraction au chantier. Si BOUS portons G 34 le total de toutes dpenses pour contrle, cliaulleur, gazoline, essence, soit G. 100 par jour, nous aurions di avoir par jour cent barils de sable. Ur ce chiflre ne peut tre obtenu. Et alors, pourquoi pas des contrats. III Voyons maintenant le travailleur. (Test un fait bien connu que i • malaria a t d'une action meur trire dans ces rgions de mai Novembre 102;5 Des hommes le bonne volont, de comptence indiscutable, tels que Mr Ghenet, pour ne citer que lui seul, ont du fuir le* chantiers, bien rite. l ne quipe tombe malade de la malaria. Vous remplacez videmment l'quipe malade par une nouvelle. Mais que les mal %  restant une journe au ht, la paie est supprime. Vous dites donc que vous ne devez que des soins ces hommes qui ont eu le meilleur daiuaper h milrfdU aux chantiers, L'un l'eu m art il La commune de Lai Cahotai d%  r--— m — %  %  —• clare qu'il ne l'agi! pas oTun m !i gant ci qu'elle n'i s' pisj tenu • d payer l's lunraill is. A t-elle iai son.' La l'necPo < ccapte di de taire une c ss i p tui recevoir le cadavre. Mail qu ml IUX autres d| enses, on rpond : I ho csi port au |>;iy-roll pour \ j ira X gourd SS | -ir jour. I > uita sur 1 1 roui i du Par Ion, mais tant in fculQtant %  ,'!%  souvent di e re! -:t l,i nuit. Sur l.i routa de 1; idi 11 %  l'.n ara lioi. ii"* ii Dosrhan administrer un lavement, ui pur ho ougant au pauvre l^-ba w nori Dieu bon d'rldiiler hpir* lois et le %  i gui j u: Ji Dl La Chambri* 'e Commnrre Am^ri%  du au questionnaire |ue l.i Chambre de Commsrce Hatienne aviiii t'i.iiniil sur IH crise actuelle, tain :. Mi il !'. I).i\i<. dont on COIIUHII la ci(i.|.tm lai q leelioni eooonii. i|iio-< rt agi i ol si qui CO nine ttali n i M H toojours rendu vices signal au ps US un p 1 m s. ieotifl (usaient labor tro;m propri ijurar le m il < us < t:' lai i ii i [as jour devant ge. 1 L'au) m intetioo He la superfl| du |m* en d'il.n mt ent pur a irs. j L'amliort! 11 d'i voili Is t par i is d i i ites 1 B83 nui donne, litre ds propr api %  une priode dtsr min terrei de 1 \.• %  i\ qui ITI IQI II (.iill ire pro du tivs. N mi n'a von pu r.iir-r i taot plus qu'en pria eip iici ml i snu teajoari que la vois la plus directe — Iii>-ii que pi d UPS • irn; | rein iil Is d il de >: %  |i u quicon |us natt Is < l m il il i caca 1 I ui dans Mi 11 Icaiaealraitfi d.iu mi da matrise, (i i a iirer ds a luteaui moyens H li-velopi ami ni 'nui lions a la tAie du Servi ie rschnique un lnuninb qui procde d'uni rpoia> Ii hauts ica, %  •• qui n i is |)prm'i d ingan r d'heure Ion . II faudra sus '•eit lu ta m tdmioistratioo toit i les expert agrodont 1 1 rail do nabnique, m tii i des in imdus qm bise le m lieu et puis ml parts ni issorei ois

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06182
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, March 31, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06182

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
PHUECIttUR PROPRIBTA1RF
Clment Magiotre
BOIS VERNA
1358 Hue Amricaine
NUMERO ^0 CCM'iMKb
Quotidien

Coluirbus M* "'
Combien d'homma* admirables,
**t i! avaient de tris beaux
,
, mes, sont morts sans rju on
<-ii ,i,| parla* fnmli il rivent
ancore rJoni on n< parla point
t dont on ne parlera jamais!
La Bruyre
7ELEpHOSS No .
1
ANNE N 5174
port-au-pkinf, (HAirn
l.l M'i 31 MARS 1QM
Routes et Fonts ta Laseaiik
Hinche et hlm
Ile Sarie
m m
Etude critique de VOrganination
il
Nous estimons que le yst e
dos contrais serait essayer pour
la construction les routes et des
ponts.la fourniture disgraviers, le
la chaux, du sabla, des roches, lu
bois de cliaiilla^e et le dama.'e,
parce qu'il dgage la respoosabi-
Iit lu Dpartement en ce qui
concerne la pert? d'animaux, les
rclamations pour matriaux li-
vrs et non pays, pour salaires
rduits cause du chmage ou
d'absence, etc.
lTn seul exemple, entre mil'e :
18 hommes (. 1.50 un'carlier
0.50, un chel d'quip G. o\ un
major '2, sont creuser la terre
pour en extraire des roches. Le
total de la dputt journalire est
de 6. 32.50. L'quipe mettra 4
jours pour faire une toise, dont le
prix mathmatiquement sera de
4 lois 32.50 ou G. 130. Nous
omettons volontiers le salaire pro-
portionnel du contrleur, du
chaufleur, la dpense du camion
de transport, toutes dpenses
entrant proportionnellement dans
l'estimation de la valeur d'une
toise de roches.
El alors ?
Mous n'avons pas gagn, de
mime, faire fournir le sable par
nos quipes, parce que le travail-
leur ne fournit pas pour ce qu'il
reoit. Le prix du sable est en
moyenne de 0,40 0,60 centimes
le bai il. Portons-en le prix G. 1.
Nous supposons employer fouil-
ler le sable 40 hommes 1.50, un
major 2, un Cartier 1, un chef
d'quipe 3, la dpense journa-
lire est de G. 66. lous faisons
nous-mmes le transport du sable
du lieu d'extraction au chantier.
Si bous portons G 34 le total
de toutes dpenses pour contrle,
cliaulleur, gazoline, essence, soit
G. 100 par jour, nous aurions
di avoir par jour cent barils de
sable. Ur ce chiflre ne peut tre
obtenu.
Et alors, pourquoi pas des con-
trats.
III
Voyons maintenant le travail-
leur. (Test un fait bien connu que
i malaria a t d'une action meur
trire dans ces rgions de mai
Novembre 102;5 Des hommes le
bonne volont, de comptence in-
discutable, tels que Mr Ghenet,
pour ne citer que lui seul, ont du
fuir le* chantiers, bien rite.
l'ne quipe tombe malade de la
malaria. Vous remplacez videm-
ment l'quipe malade par une
nouvelle. Mais que les mal
restant une journe au ht, la paie
est supprime. Vous dites donc
que vous ne devez que des soins
ces hommes qui ont eu le mei-
lleur daiuaper h milrfdU aux
chantiers, L'un l'eu m art il -
La commune de Lai Cahotai d-
r- --m-----
clare qu'il ne l'agi! pas oTun m !i
gant ci qu'elle n'i s' pisj tenu d
payer l's lunraill is. A t-elle iai
son.' La l'necPo < ccapte di
de taire une c ss i p tui recevoir
le cadavre. Mail qu ml iux autres
d| enses, on rpond : I ho
csi port au |>;iy-roll pour \ j ira
X gourd SS | -ir jour. I > rantil i as dav; ni ige. La : rec i
a-t-elle raison Ce qui mai
rVsl ont' I n Sur^'OTK ni*atlOU d i
travail Le Gouvernement doi
protection, 161 ouvriers,Oltl pr ,-
tection il la recharche pour
qui vont ailleurs, il la doit
ceux qu'il emploie- La Direction
des Travaux Publics n'a pas tout
hit tort quand elle refus' d:
prendre sa charge les frais d'en-
tretien et de funrailles d'un tra-
vailleur atteint par une rnala lt
non-cause par un accident d
travail. Pour ceux qui reoivent
des blessures, des fractures par
suite du travail, leur sort estdill-

i\oi e clich i
c clich v -
ijue qm oui |
iralion de Mgr Lu A de Menai
rent, mais il n est pas tout tait ce tomme irc/iei ju, C
qu'on voudrait. Un homme a t-il Mr Nouait A r
La Chambre le Commerce Amricaine
rpond au questionnaire del Chambre
Hatienne
un ou deux doigts fracturs dans
une machine, ii est soign conve-
nablement, il gardera le lit, la pre-
mire quinzaine sa paie sera int-
grale ; la 2me, elle sera rduite
de moiti, la troisime il peut
bien continuer de porter son bras
en charpe; point de travail, point
'.'. rgent !
Il n'y a pa. eu de contrat rel,
ellectif entre la direction des Tri-
vaux Publics et le journalier.
La 1re s'est engage emplo-
yer des travailleurs et le 2me est
venu s'incorporar parmi ceux-l.
Mais, alors, peut-on dire que la
responsabilit morale du Dparte-
ment des Travaux Publics soit
nulle quand elle laisse s'engager
pour des invaux ncessitant uns
grau |e lieuse d'eu irgie des ho n
mes gs de plus de00 ans, d-
crpits, perclus, des cardiaque
Le Dpartement a-t-il jamail
cherch savoir comment taient
logs les 12 a 15 cents homm s
qui taient disperss dans les
CD uitiers de l'Artibonite. de Par-
don, de Pelure, de Belladfl ?
Qu'et il rpondu si un jour il
tait appel comparatre pour t
ponJre de la mort de \. Il
aux chantiers' Oui donc a jain ni
lait rapport au Gouvernement sur
les conditions sanitaires des tri-
vailleurs? Evidemment, m i
lade, on est soign. Lis loios, les
mdicaments n'oot jamais nao-
que. Le m lecin a vu la m r 11 \
l'a examin, lui a donn les re
tl-'s et des conseils. Puil l'eil r
r. Mais qui va faire des frictions,
thmtngo,
lu gauche droiU : Mgr M
Mur NqimI, Mgr de M
Mjr /'/ '
fallu donc ponr ces 12 / centi
hommefi venant des pointa les
p'us loign! et les plus distincts
d'Hati et de l'Etranger, un ban-
gar-hopilal, i par un Bl*
cm et des intime irs. Cela i m m
que l'organisation, parce qu'il
n'y a | aa i u d'oi | inisalion.
De mme cjv i des btim 'nts
on i nstruiti poui
bur iux (t le pei (ounel dirige mt
d' m'me de grandi hangars
auraient d t pou- la
les travailleurs. <; ! i n'eut co
cju parce que ce
sont l" lorii l
du pays, eu pa pli dor.
protger se ilemeal t pluie.
i ; 11i .,
couiin on l.n ur iux,
au fur et a meturi
BMnl uix Quelqu uns,
jous la direction .11 Mr Peni
on, iraient l '> uita sur 11
roui i du Par Ion, mais tant in
fculQtant ,
,'!- souvent di e re-
! -:t l,i nuit. Sur l.i routa de
1; idi
11

l'.n ara lioi.
ii"* ii
Dosrhan
administrer un lavement, ui pur ho ou-
gant au pauvre l^-ba w
nori Dieu bon d'rldiiler hpir*
lois et le i
gui j u:
Ji Dl
La Chambri* 'e Commnrre Am^ri-
du au questionnaire |ue
l.i Chambre de Commsrce Hatienne
aviiii t'i.iiniil sur Ih crise actuelle,
tain :. Mi il !'.
I).i\i<. dont on coiiuhII la ci(i.|.t-
m lai q leelioni eooonii.
i|iio-< rt agi i ol si qui CO nine
ttali n i m h toojours rendu
vices signal au ps US
un p1 m s. ieotifl (usaient labor
tro;- m propri ijurar le
m il < us < t:' lai i ii i [as jour
devant ge.
1 L'au) m intetioo He la superfl-
| du |m* en d'il.n mt
ent pur a
irs.
j L'amliort! 11 d'i voili Is
t par i is d i i ites
1 B83 nui donne, litre ds propr
api une priode dtsr
min terrei de 1 \. i\
qui iti iqi II (.iill ire pro
du tivs.
N mi n'a von pu r.iir-r
i
taot plus qu'en pria
eip i- ici ml i snu
teajoari que la vois la plus directe
Iii>-ii que pi d UPS irn-
; | rein
iil Is d il de
>:. |i u
quicon |us natt Is
m il
.
il i caca 1
I
ui dans
Mi 11
Icaiaealraitfi d.iu
mi da matrise,
(i i a ii- rer ds a luteaui moyens
H li-velop-
i ami ni 'nui lions a la tAie
du Servi ie rschnique un lnuninb qui
procde d'uni rpoia>
Ii hauts ica, qui
n i is |)prm'i d ingan r d'heure rs iltets dans les essais qu'il au e
lans est ie de l'Ait
niai
I lulfil que Mr rreeman l'satoan
d'un per onael d ce que cer-
i il n manquera pas de Faire, et
surtout que dois KSI choll il tienne
s ilor, ne su>
Ion .
II faudra sus 'eit
lu ta m tdmioistratioo toit
i les expert agro-
- dont 11 rail do na-
bnique, m tii i des in imdus
qm bise le m lieu et
puis ml parts ni issorei ois tributio ds ses primes
n le plus m.' i itl
i reralt
Il I II iv.nu
Pub ici oftrs Is d tubls svantags do
: : i travail a un grand nom-
lit- di p i im Ira lion
roates l mme
iux cultivateurs
le trsospoi ira de.ir 'as aux
Kiimura
ne-
i la loi
11mhre
omnaa un
! .....iiluier
" la n basse puhii-
i doi Ahonna
:.t rien
upruna
UT,


LE S. i Vi
m te R. O.
Par Cable
ta Iten 1*14.
Qn ou > ontei donc
U, Mon >?... Je viens .le
lira votre "ii ditM d'hier. Co
menl n'avez \o i- paa mi rsister au
imenr qui vous fait
i aie S tint 5et)M
ii.su Iheureui peupla
celle terrible flche .pi i
failli l'i i ivei h bout j im lis .'.. c'en
M] II! 'lit. M '|U(! vu M a*..-/
crit qae '1 ll.ntica travaille ton
" qu'il le \ ml bien, miis pour
"payerle droit patriarcal de mulli-
pies femmei : po ir lei c ig loti -
"de joui. Il \it danilacrajee (sic;.
"mme quand il est riche, MOI
"famille, et ses enfants DOUtMnl
"couine lia peuvent. *' Csic).'Il
parait que, v Mil le pense*,
puisque vous ajoutez : il v a dea
soeptioai, je i bus. Elles con']'ment
-.; rgit."
Or, cela 'Test aullemeat exact. Kt,
ni je me doooe la peine de vous l'-
crire, c esl iur o apcher que ceux
qui sont m l'afft de mu ivaiaea notes
contre DOUI M so prcipitent sur
celles ci; et, s'en emparant, ne ten-
tent d'en faire un mauvais mage,
tout en ayant l'ir de simplemeut
constater une vrit reconnue
La vrit, dans noire cas, est bien
tout autre; et s'il y a un peu pren-
dre, il v a, par contre, beaucoup a
laisser,'dans l'article du M Vl'i \ '
d'avant-lii T.lonljvous roui tes, ce
embl '., in ipir.
Certes, le eas'tfjt ri.lnlo mw,
dont, moi aueii d'ailleura, jeia'Uie
ervi, AVANT L'OCCI v If-S. n'est
pas -ms avoir son utilit. '.' li s'avi
arait de le ni- r '.' Mai-, dan< tout, il
f tut teair compte du m ment et des
cire >ail m.MS. Or le moment actuel,
les circonstances actuelles me sem
blent parler terriblement en notre fa
veur. en faveur du facteur hatien.
; i qu'an 1915, en effet, il a >ui
tiit impossible d'affl dro
pouvoir faire dans le domaiue de la
Civilisation, puce (|ue, let nous en
chercherons la cause un autre jour)
i;
Mardi
Raz-fL-lLe
Nouvelles Etrangre
^
1 i DOUI manquions de stablit dans
iijs Gouvernements ; 2;> noua man
quions d'urgent dans notre caisse pu
l>lique;Ho nous manquions de sicuriti
dan* la jouissance de nos droits. Ct
c'est justement ce qui rendait intol
rable cette Epoque. Kt c est jti.sle.uent
ce qui a inclin les patriotes acoap
ter l'essai d'une cooprition avec un
I .ideur Assistant qui. diapoaanl de
moyens propres perinetlre d'avoir
Uetroili qui no smanquaienl,
tait cens en mesure de nous aider
prendre pied pour donner la
preuve de notre capacit de jouer
convenablement notre rle sur la
acne de l'Histoire. Ah I quelle gloire
et, aussi, peut tre, quel haut, qui 1
noble protit c'et t pour ce Facteur
Assistant, s'il avait BO ou I->ulu corn
prendre la sainte, la divine mis-mu
qui lui ehait alors !... < )u. 80 cora
prendre le caractre ; en corapren Ire
l'tendue ; en comprendre la modali
t la manirel.. Mais,... un
Gnie malfaisant a voulu qu'il ne le
comprit point ou qu'il no le compren
Dl pas encore...
Doit on en conclure que 1'hailien...
must ht (v. A cela, je voua
lai-^e le loin de rpoodn,
l.u tout 1is, quelle que s .il v lire
reponae, je peraiate ii croire, a r.
persil ide qui si. aux trois facteura
ci dessus indiquai qui lui man
quaient avant l'.'l >, 1-' peupla liai iea
pouvait aujourd'b li uni' : Ire
cet autre (acteur, la pltiiH ubtrU da
ae-i faculta, il tonnerait le critique
le plus sv.re par la preuve qu'il
donnerait dm m intelligence, de son
bon BOt, de ses merveilleuses possl
bilits. I. hatien (rappel/, vous ses
origines ) a dans les vain M du sang
de trop bonne provenance pour ne
as rester, malgr tout, digue d'tre
lanternent apprci. Crove/ en votre
mme vieux.
H. (.'II.
Varits
Kntre G. 0-50
Visites ollicielles d
cardinaux amricains
Ki i\i;;_ Peu i ,,,i |,t pim r:in |e
l le la jo ir,i . i ' ir lina ix
Mu lelein da Chicago et Bi
New urk ont fail des viaitea M
ciellei aui principaux dignitaires de
l'Bjliaa. La ir pi \isite a t
le ordinal Vanutolli, doyaa du
iollg .
accident il i chena .111er
\ if ,i-N- f,e roi Victor Enm
n i-i a t fortement secou loraqUf
tin qui l'em nenait de Home d
railla par suite d'un glissement du
terrain cius p ir les bondantes
pluies qui s ,nl tombes dans la r
gion. Au moment de l'accident, le
roi dormiit, il l'h ibiila et descendit
sur 'a vole pour s'enqurir de la na
ture de l'accident. Pa i aprea il rejoi
guit en automobile un autre train
qui l'alleu lait un peu plus hio pour
le 600 luire Arriv ici. le
r i s'est amb irqu sur le contre 11
pilleur qui se dirigeait sur Am.i
fflori probable de la luerta
NOI VELU ORLKAN8Madame
de la llueila. I mime du chef des re
mexicains, a dit .New Or
lins, aujourd'hui, qu'elle croyait
son mari mort. Klle a ajout qu'elle
taon mari avaient dcid devenir
dans cette vil'e et y demeurer pa-
mi les partisans de la rvolution.
Cette dcision prise elle tait venue
ii ivei i assurance que son mari la
rejoinlinl le I- Mars. D'aprs le
gouvernement mexicain, de la Huer
[a s'est embarqu sur un bateau
l niera Tobasco le 10 Mars et de
puis on n'a plus entendu parler de
lui.
Le, changemanl ifalleclor.i point la politique
Ira m;;ii si
PARIS :)0 Le conseil des rninis
trps s'est runi dans la matine et a
dcid l'unanimit de poursuivre
li politique extrieur.1 q l'avait adop
i le prcdent cabinet. \ midi M.
Poiocar a prsent ses collabora
I in M. Millerand ; aucun com
muniqe officiel n'a l publi con
cariant le conseil des ministres qui
a'itni runi duranl la matine. M.
L i icheur affirma aux journaux qu'il
tUt dcile a prendra des mesures
8 rieuses destiues taiie baisser le
C >t de la vie. MM. Maginot et l)e
aelves ont indiqu que le gouverne
ment poursuivra la mme politique
que le cabinet prcdent.
Mr Millerand, recevant le cabinet
nouvellement form, a flicit cha
leureusement M. l'oincar d'avoir
ainsi group d'aussi brillantes per
sonu.ilits dans ion cabinet ; il a
ajout que le chef du gouvernement
peut compter en toutes circons: i i
ces sur son entire collaboration
pour rsoudre dans le sens le plus
ilonne aux intrts nationaux les
di i itl problmes actuels. L? con
sil des ministres s'est runi dans la
soire, les ministres ont procl
un nouvel change de vues sur la si
tuation politique parlementaire. Ils
ae aonl concerte aur l'attitudeq i '
p endra le gouvernement au cour*
du prochain d l d devant la eb too
bre ; M. Poi ii dcla
ration ministrielle qu'il soumettra
ses collgues demain lo' heure-.
Le conseil des ministres, sous la pr
lidencod M. Millerand, se runira
17 heures pour approuver dliniti
vement le document.
On projet relatif an projet
des armementa
PARIS I.a i na commiaaloo les
aimemecls dd li Socit dm H
lioaa I ni projet de co i
lion rtst.- ignant le tralic iotoroatio
.ni def armai t munitions.
La texte de le eooveutioa esl ht
i s ii le projet de M. Duprii
Il de l.ur. I Iikux de
franco, Major Milia d'Angleterre,
am'u l Ma u
ir. l'nis. Il
prvoit eu elle! que le tralic des ar
mum nts doit 'Ire sujet un syst
me de permis des gouvernements,
tout an laissant ces derniers le
droit 1s les accorder ou d: les refu
ser.
imit I 'Aperis. prai l par
M. Da ves, s'est ruii ';t a i ; mi
di pour examiner le rapp.rl des
so'is eommiaalona al particnlWre
ri ml li m trtie l rapporta rel il
al banque alla
man le d m qui p > i r
pineux. L i MOI C nimi i i
banque a obtenu d ux a
rint la journe ( a OUI n lu u--e
denxirm foi les expert-*
mina de fer f anco oglait, M4. Le*
va i ve tt Aewoiih.
Sur la demande du Prsi-
dent C>alid<|e, l'allomes-
gnral Daogherh d nis-
sionne
WASHINGTON- L'aHon
rai Daugherly s'est retir du binet
la demande du prai 'eut Coolidge.
Il a alors, ,i litre de simple citoyen,
fuit une violente attaque contre enix
qui onl forc sa dmission. La l
chet5 et le renoncement, a dclar
r.dtorriey gnral, dans une lettre
ouverte au prsident, ne devraient
jamais dcrter des mesur - bases
sur des ncessit! de partis, En de
man huit sa dmission, M. Coolidge
a dclar pie sa dcision tait base
sur sa conviction que M. Duigherty
ne pouTait pas re np ir ses devoirs
comme s-r\ tmr dsintress du pu
blie tandis qu'il tait oblig de se d
fendre devant la commi Non ana <
riale d'enqute. Dam la rponse,
l'attorney gnral a repoutl ses rai
sons comme n'tant pas justilices
par les faits.
an Congrs amricain
W'ASlIINGTON-Lesrepr.M.iiuits
Langley du Kintnck] et/.ilvinan du
Maryland, tous deux rpablicains,
ont t dliiilivem nt ideuiiis coin
me tant les deux maml rei lu con
gr s dont il a t ; u grand
jury de Chicago qui a fait une en
qute sur de prtendues fraudes de
bureau des vtraus.
Le anat discutera lundi la r
l lution du snateur Mckellar, d
mocrale du Tennesse, demandant
que li commission de justice rechar
che si le secrtaire Mellon remplit
ses fonctions en violation de la loi
qui interdit au secrtaire de ta Tr
soierie d'lre intress dans des allai
r-s commerciales ou industrielles.
Lu composition du nouveau
' aliinet tlivcrseniMil eoni-
meaUe par la pre
t'AHIS L.* constitution du nou
veau ministre a caus quelque sur
prise dans 1 opinion publique ; on
s'lonne que M. l'oincar ait jet par
Jessus le bord huit ministres qui
avaient t ses collaborateurs pen
d.'.nt plus de deux ans pour les rem
fdacer par une combinaison de i par
amentaires qui ont vol contre lei
mesures fiacalea du gouvemement,
pour cette raison la dclaration mi
nistrielle de lundi est allenduc avec
la plus grande impali
L'ide de M. Poncar vplique
pir ses familliers tait premirom"iit
dgrouper auliur de lui .les ho n
mes soit en raison d'une
mre exprience, oit en raison de
1 ur talent personnel ; deuxi nom >
d empcher la rupture de* deux
meuis du parti rpublicain ce o'eel
p i-1 Hltef lil 1*1 iterpretation donne
parjj les journaux auti peincanste
que t oeuvre de l'union s'est rc
but le terrain inleriiali.ual p'ult
q i a 1 Intrieur. Le prsident du c n
se 1 dit qu'il n'aurait pu y trouver
de meilleur moyen sou intenli m d -
rester neutre dans les proeb
' i ns qu'en attribuait M. ne
Selves le porleleuille de l'Intrieur.
Bo ce qui concarne sa politique
extrieure, l'volution du gouverne
io il est encore pi is fortement m ir
ir li ii uni wtio i au p >aU d i
miaiit ' du e m m r i le ar
1 1. pria :ipal ci de la
n in
I i il en i d l'eth
re pour la conclusion d'aecor l
de paix.
Le Journal '* conclut en ob-er
tant que U aitlMtiofl a t claire
meut rsume par le dput commu
niste M .iilum qui disait hier a M Vus
tide BrianJ ; il t a deux ans que M.
r a pria vos ministres, celte
'. >tre politique.tn gn
rai B'eal pas mcontente
i II. croit que le cabinet a l
ainsi constitu afin de siusegarder
les inl.rts du Dayi et pour ramener
la aime dans l'atmosphre politique
el'e est certaine que le cabinet re<
vra lundi la conliance du'Parleraent.
NouYe!Ies\dive?Sijs
LONDBBS La grve des empl0
ys de tramways et omnibus s'e>1
termin. d'heureuaaa n;o
dations antl les reprsentinls les
employs et les directeurs le Cls.
Les employe avaient quitt le tri
vuil dimanche dernier minuit.
PRAGUI Le service arien r?u
lier entre Paris et Prague sera teo
du la semaine prochaine Constan
tinople et Angora. Le ministre de
la dfense nationale organise un raid
militaire arien dans les Blatl de la
Petite Entente. Les aviateurs parti
ront de Prague et se rendront a Jas-
y, Bucarest (Belgrade), Agram
(Yougoslavie Bratislava ( Tchcoslo
vaquie ) puis Prague soit une distan
ce de :$000 kilomtres. Ce circuit se
rait avompli en I ' jours.
R > 4E L'aroplane anglais lu
tour du monde pilot par Maclar est arriv hkf matin au camp d'avia
ti i da Certorelle dans les faubourgs
d Home ven..nt de Civita Vecchia.
Les mciniciens ont immdiatement
commenc a rpa'er la pompe es-
sence qui avait cius des ennuis aux
aviateurs depuis leur dpait de
Lyon. Ils ont aussi remis en tat
d'autres parties de l'appareil pour
leur permettre de partir p^ur Brindi
si ce soir.
BELGKaDE Le nouveau cabi
net de coalition radical et dmoeia
te esl dcid prter serment de
vantleroi. Le prsident du conseil
est toujours M. Pa.hitch. M. .\in-
chitch a pris le portefeuille des allai
res trangres.
MILAN Un plaidoyer en faveur
du retour de l'Italie & un rel ida
dmocratique a t prononc hie
soir par l'ancien prsident du co i
seil Honorai.
Notre dix-hutifis inns
Notre journal entrera demain dana
sa dix huitime anne. A tous ceux
q ii nom ont prt leur concours,
des titres divers, abonns, amis
et lecteurs, nous envoyons l'ex-
pression de notre reconnaissance
promettant d'apporter dans l'accom
phssemeit de la noble tache, tou
j urs le mme souci et le mme em
pressement.
Programme
Pour l'Inauguration des
Travaux dr Nouvelle roule
et de Ponl ( la Cahobas
iiiiciie Bflladre).
Samedi 5 Avril 1924
Note: Le premier Progra n
me ;t t modifi
i, i \. M. Le Prside ni laisse-
ra le Palais. Les autres invits sui-
vront en ordre.
S 00 A. M. Rception du Pr-
sident ju Pont du Fer Cheval par
1 Ingjnieiir e i chef et son Elat-Ma-
jor.
Discours de l'Ingnieur en Chef
pour la remise du Pont oltieielle-
n'ent au Gouvernement
Acceptation par le Secrtaire d'E-
tat des Travaux Publics.
9.18 A. M. Voyage au Pont
Ail bonite.
10.00 A. M. Arrive aa Pont
Artiboniie. DiacouN par le Liante
n i:il < i en !- pour la remise du Pont
au Gouvernement.
Discours par le Lieutenant Coller
pour l'ouverture de la Route Las
Cahobas llinche.
Rponse du Secrtaire d'htat dea
Travaux Pub us.
Bndiction du Vont par Monsei*
gn mr l'Aiclu vipiedePortau Prince.
Italraii hissements. Lunch.
Aprs le lunch les invits pourront
leur gr retourner Port au Prin-
ce, ou continuer pour llinche.
Les, jAssise
Le nomm'Viljean Bienaim ac-
cus de viol sur la personne del
mineure Fleureusaint Charles est
aujourd'hui sur la sellette.
Le tribunal est ainsi compo : R.
Bar u. prsident; ministre public,
Me I. Kaymond; Jury, 11. Goldmann.
Conseil de l'accuse, Me Cl. Zphyr,
Demain sera jug le nomm t'ran-
ois lh/anac, accus de tentative de
vol avec escalade et effraction au
prjudice de Mi Numa Lota.
Me liiehard Saluave a t choisi
d'oflice pour prsenter la dfense da
l'accus.
La Crmonie du Sacre de
Monseigneur Jan
Suivant que nous l'avions annon
ce la Crmonie d'hier avait revtu
un clat pailieuliei.
La Cathdrale pouvait peine con
tenir la inultilu le des fidles accou-
rus pour asssisler la solennit,
dont le rite se distingue par son ori-
ginalit.
Commence le matin 7 h. 12, la
messe pontificale ne put fin que trois
heures aprs.
Remarqu : Son Ex. le Prsident
de la Rpublique et aoo Conseil, le
Il ut Commissaire, dea membre lu
Conseil d'Etat, du Corps diplomati-
que, du Corp Judiciaire, du Corel
M sei^nant. de la Presse, des o II i -
cie's du trait et 1 s fonctionnaires
de tous ordres en grand nombre.
La Crmo m termine, le Clerg,
comme l'entre, sortit en proces-
sion et se rendit a l'Archevch o
i attl i laienl le Nouvel Lvque,
un trs grand nombre d'amis et de
lidles qui lui ont manifest leur
sympathie.
Le soir des v'pres pantifica'es eurent
lieu, la suite desquelles Mgr Jan
dans u i sermon de circonstance qui
fut li it, parla dei bienfaits du
li - Huit qui se rsument dans la
i i ition, la Rvlation. l'Incarna-
tion el l'Eucharistie. Rappelant en
dernier lieu son a iminiatrati >n com-
me Cur de la Cathdrale laquelle
r.' t t i ait ich invariable i).-iit son
souvenir, le nouvel Bvqua d'une
voix 'mue lit sas adieux aux nom-
breux lid>
Mgr rArchevi|ue Con m luccinte-
meut expliqua alors la Crmonie du
jour qui n'est qu'une reptition de
l'imposition des mains aux premiers
temps de l'Egliie ijSt Paul,
Le Ministre de
l'Instruction Publique
Le Ministre de l'Instruction
Publique se trouve partir d'au-
jourd'hui dans les appartements
prcdemment occups par le D-
partement des Cultes.
Les bureaux des Directeurs
d'Enseignement n'ont pas t d-
placs.
Aux lections d'hier pour le
vnralat de la loge L'Amiti
des Fines litinis \o 1er , c'est
Mr Clment Toussaint qui a t
lu par une majorit de bl voix.
A propos de la suppression
des Visas
I.a Lgation de France nous a de-
miud de faire une rectification
la note parue dans dans notre di-
tion de Vendredi concernant les
Vital et les passeport-.
Nous voulons Lien lui tre agra-
ble mais ces informalions que nous
n'avons fait que reproduire sont con-
tenues dans le .VJdu 15 fvrier page,
de la Revue de la Socit dea
Nations.


A bord du Samedi rpondant l'aimable m-
vitution de I'Agence,de la Iloi n Line*
le- directeurs de nos quotidiens oat
visite le "Claus llorn.
Une rception charmante fut faite
e.. leur houneur par Monsieur Lu-
cas, aid de ses emplova.
Le distingue Agent promit de
mettre tout en uvre pour que les
bateaux de la nouvelle ligne puis-
sent oflrir aux vovugears, tout la
confort possible.
tn remerciant Mr Lucas da cette
attention nous souhaitons bon ?ucc*
cette voie commode qui ne pourra
que faciliter noi communications,
avec l'Europe.


te \nw
Paiement
Lepaitment du mois de Mars
commencera demain.
L'effort maritime allemand
L'organe de la Lient maritime et
coloniale fianraite, dans Fa dernire
dition signale !e rsultat obtenu DM
l'Allemagne dans la reconstitution
de sa flotte.
' En janvier 1*22, rien quVn un
seul jour le chantiers de construc-
tions navales de Hambourg ont lan-
c : l'Albert Ballin de _>i 000 tonues,
les cargus Wasgnj.wl tonnes et Ssoslri> lie 0000 tonnes,
plus trois gros remorqueurs de haute
mer. Ce qui donne le total impres-
sionnant de 40.UOO tonnes pour la
journe.
l'uis, lesdiflicults survenues dans
les chantiers maritimes par suite d ex gences ouvrires firent que le
Keicli trouva plus pratique de rache-
ter dps navires l'tranger, quitte
les transformer
C'est ainsi qu'une partie du ton-
nage devenu anglais et amricain par
les stipulations du Trait de Vers.il-
les est reinbgre dans la flotte eom
inerciale allemande qui. rduite
700.000 tonnes compte aujourd hui
. 300.000 tonnes ;ct qui reprsente
la moiti de son tonnage d'avant
guerre.
r Ces chiffres donnent une ide de
l'et fort considrable tait parce grand
peuple pour lutter aussi vaillamment
contre la crise exceptionnelle quelle
traverse depuis cinq ans.
_ K
11 arrive parfois qu'une personne
superstitieuse, iguoiaute, peut-tre
mme mal intentionne vous envoie
tout eu vous jouant le vilaiu tour
de ne pas aflranchir sultisammeut
certaine formule de prires plus ou
moins ridicules et vous enjou/ue de
la transmettre neuf autres person
ns sous peine de vous exposer de
grands malheurs.
Sottises que tout cela : Mette/ a
lettres au leu sans plus vous en sou
cier Soyez atlentits suivre les
commandements de Dieu et les en
geignements de ses minires et
laissez de ct toutes ses pratiques
qui ne reposent sur rien et qui sont
totalement desapprouves par l'Egh
se.
Plusieurs dej nos paroissiens ont
reu et jet auafeu ces formules su
peistitieuses et ridicules.
La superstition abonde l ou la^re
tigion disparat.

L'opinion d'une auront!
mdicale de Londres
(CREAM
MAKftvpr
(Mu
Les ernas dentihice* i|ui ni sont pas m eompe-
gnes d'une formule thrapeuliqae indiquant la ba-
se le leur compesilion. n offrant aucune .iiauiie
au public, et les mdecins qui les prai rivanl ne
sa\ent hou plus ce qu'ils raeomraaodeal.
Ils peuvent encore moins eu assurer las rtaul
lat pane qu'ils ignorent le* proprits exactes
des matire! qui les composent.
Dr PRBYET, mdecin-dentiste de LONDRES.
La crme dentifrice ANTl-'M-O du Docteur
WAITE par contre |oi.t tre reeommtnd' ipar tons
les mdecins et dentistes pares qu'elle renferma
la formule dont narle de Dr PRBYET.
The latte MFC
Leho & Finki Inc
Pond*' en 1*"6
prioiit Bas prix frompmotje
tous produits ohlmlquos, pharmaceutiques * *
I lCles \eudalles#cian> une pharmacie. ^^
Ltipioes, IVmre, Caniells,GirIle, Allia tOlli MsWr*we
e.o, etc.SUCRE HAFINE. w. _____
Spccialil : Mar<|iic prive l.ysol dainfo*at, atviw-
inerie. Articles pour haliieib, llay RuiU, Chocolat csa pwm
lire, Ilu le de foie de Morue, Kmulsion < oltl Cram, *
traits pour faire essences e* eau de toilette. Eau de yssV
nine, Poutlre contre les insectes, Solution pour coaass>
ver les ts Crais, Lait de Magnsie. Poudre suprieara
pour la toilette (l Florlda, Miel pour la table, Moutarde, Huila d'Oli*
pour la table, liiosses dente, IVppcrmint, Huile \f
chasser les mOUStlquss el autres insectcs,llegiilot: huila
contre constipations et doubles dS intestins eiironi<|uee
Tli, Cire pour les parqueta,Comesltbles, l'.lixirs, Rlpi**,
Sirops divers, Teintures diverse Vins, etc, ele, elo.
Demande/, le catalogues des spcialits.
Confiant vos commandas, LEHN & l'I.NK, lue ;, vous
serez absolument satisfaits,
Toutes les lionnes pharmacies du pays apprevUAoeV
uenl chez LEHN &H.\k Inc.
Lon II Ihbaudt
Agent exelusil pour liai!

ANTI PY O UFNTAl CUEAM
iJ.50 Snl
it-sS <'"""
20.000 Calcm St*riU
1.000 Flaior
.10" Th^nol,.
.500 PkouII CMorai
JSiS*!LUU C.rk
100.0OO*
~.M
> 'i
Demandes des chantillons
* Fullon Sh Po5ish
Company Inc. mw.ork
Si vous^voulez prot'cjer/Jla ptfn de vos chauafurea
Si vous voulez avoir un brillant luisant et durable
si vous voulez la couleur et la souplesse de ces chaus-
sures pendant longtemps employez la marque lonogram.
Fabrique spcialement pour les dames et les ucntle-
men du hinht lilc.
Elle protje la peau des chaussures contre rhinnfiHl
et la chaleur.
Demandez la marque Monogram c'est la meiHeuie de foules
les marques.
Geo & NSEME Meni pour Fati
le Erie Cfl H Y F. 0. PIERCK Company
12 WESr BA0&DW4Y NEW Y MIT
FONDEE E\ 1847.
SUPRIORIT BAS PBIX
Fabrique le :
Peinture, Vernie, Ocres <*e tontes sortci.
Mac lie.
[ on R Tnbaud
/gent p ur ildti
?m S Vmw
n
j
Avis
Audai Frres

Entrepreneurs
Notre Maison de Commerce est
transfre la Hue des l-rouls-Foris
a cl de la Pharmacie Notre Uame.
-Nos clients & amis trouveront ton-
ur* le mme service et pour toute*
es Bourser,
JPIMA-L
CHICAGO, ILU
^Haatt'^ttC/, H Cuite II, Je caloa. ;7CulCs t> mak
h\,c& famhfU 8c
33xi>a; tywus 3)ta,,aax.Jjcaw^pie^i0r#itt^
Je j>jrli.
Saacittea. ea &ate. d>rneJ ${ic\, Si&aM Ut\
^ottei) meabi etc. etc. etc.
^ilre De vir lo Cris CaaraaL.
Lon R. Tnbaud
Ajnt exclusif pour Hati
TONIQUE, RECONSTITUANT, FEBlilFUGt
Recommand par tous la. Mdecins
I OUINA-LAHOCHI tr" Bfr'iib! mi gcti OeeiitBl '
pritiri[>m rt. trni miiUfor. tories de quil I bist
ur t tou. i.i mitres Tint d. qaliqaina t ct recommsndS
pir les clbrits mdicales du monde entier comme le Tumqua
ie Roou*Ulusol par aseslienc dans les cas do :
FAIBLESSE GNRALE, MANQUE dAPPCTI"^
DBILIT, CONVALESCENCES, RVK
t. VfNtl DANS TOVTIS ICI tONKII .Hna>CICI ait
BSafSrsl -VSSITABtl gniNA-LARUORI
.

Royal Caf
Kn lace de la Banque Nalionle
Propritaire : Annaciusl\N<>l'sTS'l
Le i limai tabluiemeol m roommaiide par un *.w*r>e
irproehable, des coDiommalioni d< premier taMssj w
siiuatioii privilgie
La soif, raniique :iil!.).iiile diriyiM' pnr des prohfjs
iimsali de grand meiita.
Itrslallalion partaita. prix mod^s.
TMphassa N 39r
Csyfl:TJsE!iSi
1940, Ku8 du Magasin de l'Etat Tlphone : 347


LI foT
ALUMINUM
LNE
New-Orlans elSonlh
Imerlean Menmpship
Co Inc.
Prochain* *h'parts direQ
pour PORT Al) R'A'CP, Ha i
Le geame* DEA m /as^ \ m O -
an8 te 2f> Wa* courant rer-i ta *e 8
Avril prochain aue 300 tonne* d*
marchandises.
Le S/S Frost i:J*$era iewOrlsanx le
31 Mars cornant directement pou* Pari
au Prince
4 pirlr de cette dernier dite, fl tj
aura une oc&iasoii chaque I~> jours pvur
les ports suants ; C*rthin'i\ Porto
Colombie, Curaao. Porto Cab\l1o% La
Guayra, Point* Ptre.birHdi fraiw,
Bridgetown, Harbndof, Prt of S min,
Trinidad, tieorjctown.
Port ta Prince, le 31 Mars 1924
A. de Via lie is & Co


I.r nom
LEVER
i lie rit aurd'j
Mvon rai urx
garanti, it
purct/ a -i[(!lnc*
Pre'vnir vaut mi*u> qui
tl provenir et i facile
Flui^nrz \* x'rmet de votfl p*a
*vt du Sjvoii Liftfbuo^- Cfti le
moyen If plut f.rtaio.lf plut ijuf,
cl I* plu facile !.' Ici
If .Mil l'.itil ff '
Non i.iiltroeiit il attaque
.1 rJuptric 1 |{*rn>ff-
rnAi. Sri '
K "lut .'aimant. '
kltnl jairaii *tf clitvf't
-Savon
Cllll)C!. ">! ut*
l.-.-f w Jl
Il igif
n i>ente
l'ort-nu-Prinoe : Simon Vieux, C..: ries Plcnalet, M. &
\. Sada, l,ope Rivera, Pazar Mtropolitain.
Gmaives : Madame F.ug^ne Dhrosse.
"aint-M.irc ; Mme Maurice Cleaea.
.I;icmel : Celle Uovg.
Pttton Mlle : Oreste Chry.
Alfred VIEUX
Agent pour llaiti
... u: M
HERNIEUX
Ire -t pour permettre rhscun. riche et
pauvre, d H pnerlf peu de mis la Msnuf icture de liitj|N
Ortho* r >nd d.reel*m*nt au publie moiti prt de leur ..leur
,\ a*ce ou ans reaeort le,
!* Hj- '. i. e f
UNE BOITE
VRITABLES
PASTILLES
VLDA
bion employ*, uuli.ee a propos
PRSERVERA
votre Gorge, M Bronches,
vos Poumons
COMBATTRA
vos Rhumes, Bronchites,
Grippe, Influena,
Asthme, Emphysme, etc.
MAIS SURTOUT
m BOM
LES VRITABLES
IPast.lles VALDA1
xev '. ment
n BOITES
portant le cm
Automobile Stadebakar Bi] G
S/pt passagers en par-
fiitla peine quelques
moi; de service est
vendre tin prix excep-
tionnel.
Foule offre raisonnable
sera accept \
S'adresser
t. PREK'lZMANN-AEllHOLM.
Bue du Quai. Port au Prince
La maison S1LVER1
la Maison {[. SIUEIU vient de recevoir par les (1er
i iers steamers les articles suivants de toute Iraicheur
des prix rduits :
Chapeaux de pallie iine d'Italie, de toutes espces.
( hapeaux de laine d'Italie,
r* v m> M..**, tth* (:haPeax Feutre d'Italie
Dr J -R.THEBftUD vr,e^rgf;rc,,,,,,lsc8
Tussor de soie anglais barre p jai chemise & robee
Satin de chine pour tailleur
? ustrine pour tailleur
Colette pour tailleur
Drill merceris amricain (nouveaut1
Drill fil blano & union anglais
Kaki Jaune anglais extra qualit
Zephir anglais sup. pour eliemises
Due visite notre Maison vous convainsra de la bon-
ne qualit de nos articles et de la modieit;
Les Hutill^VALDA sont e-i_ vente
Pliarmarie C.uiilrale d'Ilati, PhartM
cie H mrreine Port au Prin-.-J'har
macie Rrutus k Jrmie et to t*
ph irma-.ier.
Paul Sas
AVOCAT
Rcoofreaaits C b^ccieo.',
affaires l'ftrupi.
Corresponaatits;i W'-afclr g-
taD, New-York, Birhn,
Ttu'in. Ldndres. v< rt
tH Bue flms2l?.''on-au-^na
TMtfhnne 597
Cldrur(|ien-I>enliste
Des Facult de Montral &
New York et de Boston
Angle des Rues Destouohe et du
Maguoiu de l'Etat.
.Consultations de G heures dte
uih ni hk beiuses du >(r.
Chez F.LnciaBf.11 Cie
312 Rue des Miracles cet':
de l'Ecole d tnoqraphie
KOBIS.
On trouvera Chapeau Jean Hart
pour enfants, aigrettes fantaisie pour
chapeaux,plumes.fleurs et fruits arti
liiiels pour modes rt robes, voilettes
des cabuchons pour robes et cha
Eeaux, des peignes a "coiffer, des
lisses a tr-le, des faux cols souples
et empesas suorirurs, de la sparte
rie, du laiton des calottes pour i lia
peaux, en spnrterie, de la paille de
soie par pices, du papier lettre,
des enveloppes, des plumes, des cra
yons, des fards pour jonei. de la
oudre de ti/,des extruils.des colliers
antnisie, des dentelles et rubans.
On trou\era aus.-i du Champagne au
thentique Carie d'or demi sec, du
Cognac, du vin garanti pur Jus te
raisin, par gallon, du Saint Julien
et du St Fmilion en caisse, des li
Su lorf fioN n-^oilies. des coulenux
e taLles suprieurs. Hem aussi de
petitei poi ps a bon meres.
Les cordonniers sont aviss qu'ils
trouveront prix rduits des talons
en celluloule.
le nos
:
prix en comparaison avec ceu* d'autres maisons de la
place pour des articles similaires.
drand Htel de France
finale des Hues Bonne foi & du Quai
view de mcEvom
latde (oie gras truf- Civet de lierre. Andouil-
lettes aux lenlilles. Andouilles au saindoux- .lambon
en boite Anchois l'huile. Sardines. Maquereaux.
Ihon, -CassouletPetits pois fins extra. liondins, etc,
Fin Rougr, le gallon 4 ga*
Vin Blanc, lgation ydn
L Hte! dbite par barriques et (jallons des tins de
Bordeaux. Yitis de Champagne.
NotaPour quelques jouis seulement
nous i.tirons net vii enTberriq
ile< prix exceptionoelt, priie de
paseer noua \oir au plus Idl.Ne pas
ouliiier qu'on trouve I 1rs
produili Ouilbaud et le eeo
cio aux pris <^r febri |ue. Timbi
EOBle. umbrei mobiles et papier tira
ree.
On trouvera ces mmes articlee
,'TiM|.i, ,-,!,. lirand-Hue 1738 mu
ou li.ui'eut Gi.o.'uei,
Voici 5 produits
qui mertent en valeur
la beaut de la femme?
POUDRE SIMON
SAVON SIMON
et
I l'inimitable
^
". ..
"" J SIMON ;:
iCrme Simon
lpv*
<^
&.
$?
Uctaoln tfi <"*
-A /S/S OC
SU

University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM