<%BANNER%>







PAGE 1

LIMAI!* que qn il doil i orriger le\ices avec I ont, jugi i • il re, et repren drt moi M t.t 'n i L'ani MU nil est n uile pass I 'i< la main droite du 1 i lin i 6 |" ur lui redire qu'il <-[ l' I" us il • i Fglii la livr* d< s I vangilea lui esl n mit, atec %  < s pa ii i. s : •• Reo vez l'Evangile : • lit, i • %  lie/ nu peuple qui \u„, r.-l < li 4 Dieu est assez puissant pr ur ac en lire l'efl'tt de vos paroles'.-) L'offrande et la suite de la Messe La Coosi rili l> rt.iire, te Cents n te prsente encore devant l'autel et oftre tuGontcrdteor deux darget allumt | esant i livres chacun, deux barrillelsde vin, dux pains recou verts, ainsi que les deui liarrilleta, l'une d'une touille dargent, Pauird'une fouille d'or. Ces six objets I nient les armes I'PS deus Evques Donscnueur et do nacr. La raison d'une pareille offrande est manifeste : 11 pain si le vin s ml ncessaires au sacrifice,— le cierge allum est l'emhi ne de la joie qui lirilleet rpan I sa lumire I entour. L'offrande terminer-, |p OOOMcr prend place entre les deux Kvques assistants, l'autd, du ct de l'Kpl tre et. de h, rcita avec le Conscra teur toutes les prires de l'ordinaire de la Messe. A la communion il 3 uille sa place et vient recevoir es mains du Clbrant et se tenant doboul prs de lui le corps et le sang de Jsus Christ, et la messe se pour toit jusqu' la bndiction solennelle iuclusivement. L'imposition de la Mitre et des ( iants et l'intronisation Tout jusqu'ici, danla eroa mie, nous rappel les devoirs et le* char ges du nouvel Kvque ; reste encore a lui attribuer les honneurs qui sont dus sa dignit. Les onctions saintes ont t folles sur sa tte et ses mains ; h sa tte d'o part la direction de tout homme, revient la couronne qui pour 1 'Eveque •al la Mitre, brode d'or et sertie de pierres prcieuses : ses mains, instru monts des bienfaits du Tout Pui-sa t sont ornes de jjanls, que relvent I" tines brn t.-ri•-. — Enfin OS pasteur (|ui a dsormais le droit de rgir le peuple de Dieu, il faut un trne. Le Conscraleur se lve, prend le Con-a Oli ptff la main droite, pendant que le premier E\que Assistant le tient par la gauche. I; fait asseoir sur la fauteuil qu'il vient de quitter lui met en main li crosse, insigne de la jun diction, et se retirant droite entonne le Te Deum La pi'e ni re hniiotion Pontificale Ce le Di'iiin qui suri vibrant 'de toutes les poitrines est bien, on le sent a ce moment, l'hymne d'actions de greoet; s'est usai la 'liant de triomphe, la I nigu-! acclamation qui remonte s Dit i p mr le bienfait ac* corde sou (\.;ti-ii. i e nouvel Svl |n< s'esis sur SJU sige, le le Vtum SSt fini. i e Oonscreteur lve alors la voix et prononce bientt loraison qui Hit : • Dieu, ptsteur et r. cleur de tout les fidles, regarde, eveo bont votre serviteur ici prsent qi e vous Mil voulu ranpelei au | iiivernement de votre glise ; donne/ lui d'tre utile, parla parole•! I exemple, au peuple qui lui etl soumis i lin qu'il parvienne la vie ternel e avec le peuple conli a SSl s MUS. %  > Loraison finie, le I insi cr se lve et donne au nom de Dieu la premire il. bodit lion i soli sn< lit s qu'il a mission de rpandre. Pour la prenii. il i ci.ii en Iraanl sur le f ieuple un tripl de crois i I un privilgi que, qui marque d'une manire plus frappante la luit ion qiril B reue de rej redouter ( %  m li li i. le Dieu ou irois putonaes. l n louchant usage veut que cette i- | ( niili urs hatiennes ; quartier pointe -i n.stre, un chne pulsaiui ruent enracin daaa une terre gr mi Ujua ; (laitier pointe dexlre l'IiSl ruine, quartier chef snestre, la pal me. Mgr JAS n travaill beaucoup en Hati, principalement au Sacr Cœur de Turgeeu el a la Cathdrale de I' ol au Prince* C'est pourquoi il n'a pneerainl de mettre le Sacre Cœur sur les eouleurs baiti nnes. Symbole le ses deux grands amours dans le pass et I.MIS l'avenir : Dieu el II nti. Le chne sculaire et le quartier d'hermine rappellent sa pairie it'ori liiae: la vieille et forte terr! d Armo rique el sa Hre devise points mo" qmam (adarx ( plutt la mort que la souillure I Ils reprsentent aussi les fruils qu il attend de son piscopat : les pures el solides vertus q ii doivent le conduire, lui et ton peuple, Ira vers la lu le et le combat, la vie loire liunie lignifie par la palme. Le tout rsum dans la priredll PaaJmlate : in le, Donnas, sptrjn. Imprimatur Port au l'rine, le li> ma s I91 v JULIEN, Archevque de ^orl-awPHnet, Ail m .-//i. dm Gnaives. The GHUatRQjonJ Company Chicago U*S-A. Nous avons l'avintage d'aviser, que nous avons accord Monsieur I. DA.ALDR Jr. PortaitPrince* noire At? -nce pour la venir d nos proiluiis en Hati. .Nous comptons parmi les plus pros failli unis et exportateurs de tous proJu la de PORC et BŒUF ti couaaisj ml parfaitement les be> Joins .!.. voir.march, nous somNI--IO vamcui que nous serons a mnoBdc vous servir votre entire salislact on Notre Paye el Bœul en saul'iuri', ainsi que noire Saindoux pur et Manlgue de Emilie* jouistenl d'une liante rputation aux Antillt s et nous avons la certitude, si vous vouliez nous honorer d'une commande' d'essai par IVntremise de Monsieur Uaalder, que vous continuerez traiter avec nous rgulirement. Par Gable Nouvelles Etrangres Avis Le rcpiss* .No .lit, valeur G. HO mis par la Commission Sambour, en faveur de Mr Se.e lils.est adii. Duplicata devant llrtdlivra I'. u. Plaisir, mania aiie Les Assises Norma Numa el Chrv Itienaim ug i hier par la Cour d assises, ont ail acquit ls. I ne belle dlense a el.'Iule par Mes Louisstiot et II. Benjamiu. \_: Inor Paulej i ci us di vol do mestique esl aujourd'hui sur la sel lotte. Composition du tiibunal June Pouilb, prsident : ministre public Uoard Raymond; Jurj Klraond Abraham praident. Conseil di l'ac i us : Mo I rouillol. Domain se a jug Benoit Louis Charles accus de ol avec escalade i dice du seront Gabriel Al phouse. *< Maui > %  Ui rei s t choisi d'oliioe pour dofen lie l'accui. Petite roqule MoBtieur Ei I Joseph, lu liue.l.liii un on nus bursaui nous prier de (sirs pari ds ~es doi tocos au Servies Hvirtulique, sa fa mille tant totale eut prive d'eau dupuis un mois. P.-i n i < |ii %  a la Bourse n dont sera reu le rapport des experts. La question de scurit de la Belgique stra aussi discute). Accord entre le experte PARIS— Un esp're que le rapport des experts seia prt vers la lin du mois ou au commencent d'avril. La diffrence d'ooinions qui existait en tre les experts anglais et les experts franais et belges au sujet du m ira toire pour l'Allemagne on apparem i ent t rgles; les anglais cio yaient le moratoire indispensable au rtablissement des tli.arir.es et de ta situation conomique de l'Aile as gue, les franais et les belges y taient opposs. Les exp> ris anglais auiaient cd sur oe point en loin bant d'accurd pour que le gouverne ment du Keich lit de petites livrai sons en nature en rapport avec la ituation prcaire du gouvernement. On considre cette solution comme tant l'acceptation du point de vue qu'il ne uoit pas y avoir de moratm re que les franc lis et les b.'lgei ont toujours dfendu. Abolition de l.i dynastie (|te' (jiie ATil-.NES L'assemble nattona le a v li une rsolution en l'aveu de la dchance de li dynastie des Glucksbourg et l'tablissement d'une rpublique grecque. Cette rsolution prvoit non seulement l'abolition de la dynastie mais ainsi le banisseinent des membres de la famille royale, la vente obligatoire de leurs biens et l'tablissement d'une rpuhliq. e grecque pourvu que celte dernire proposition soit continue par un prochain publiscite. On dsire que le rgenl, amiral Condourioliscontinue remplir le; fonctions de gouverneur de <; jusqu' ce qu'ait t tablie une cons titution rpublicaine. Pour la rprise dos relations russo-beluee BRUXBLLKS— Les ngociations entames avec la Russie des Soviets f iar.M. Van Caulewaerl, bourgmes re d'Anvers el chef du parti II i mand A la chambre des dputs au sujet de la reprise des relations com merciales entre la Belgique el le Russie ont t discutes par le c a seil des ministres et approuves pu le gouvernement qui autorise leur poursuite.Le projet a pour but d'' tirer le eOflMMrea russe dans la porl d Anvers spcialement en Inveet de faire de ce port belge le por. d'attache pour les navires arrivant et partant. Le Marchal Foeli reu pa r If pape ROME— Le marchal et afm Fooh arrivs rcemment Rouis I mr y fair une courte visite oui t reus eu audience par le l'ape Pie XI K IViSji.'rtivv d'un nouveau ministre foiocar P.VUIS 26— Lo cabinet I'oinear est dmissionnaire, mais le Pi il dent del Rpublique a demand le jour m''ine a M. Point u> de cons tituerle nouveau cabinet. A la i du malin de la chambre ni pelil nombre seulement de dputas sistaisaL M. de Uestayrie, min des Finances, a pos l question di conliance pour obtenir le vote du tex te mme soumis la chimbre d'un projet de pension des fonctionnai res ; malgr cette insistance du mi nistre des Raaoca?, la chambre vo'a pir 271 voix COUtM i >* voix le reu voi du projet la commission des li nances pour y adjoindre un amende ment augmentant certaine pensions. M. Poincar, prvenu, a aussitt convoqu un conseil de caLinet qui se runit midi o" 1 au Palais de l'Elyse. A" cette runion du c binet M. de Lasteyrie souligna que lui seul avait t rais en minorit petite, que la politique du cabinet fut toul r em ment encore ratitie par la chambre et le snat. M. Poincar proclami nanmoins la ncessit d'une retraite collective du ministre.M. Milleran I insista vivenent pour que le cab net se reprsenta cel aprs midi devai' la chambre ajoutant qu'il tait prit expliqu-r aux chambres les motifs de cette attitude par un me-sage prsidentiel. Il souligna avec iasis tance que le vote'le la mutin! fut obtenu par surprise, de nombre J< dputs tant absents. M. Millerand se retira alors el les ministres dlib rrent. Us furenl unanimes expri mer l'opinion que M. Poinsar de vait rester au pouvoir p>ur continuer sa polilique qui est eu ce moment en pleine ralisati >u. M Pjioear maintint sa dcision et r^ nit li let tre de dmision collective du mi ois 1re au Prsident de la Rpublique qui DO put alors que l'accepter, ij i quittant l'Elyse, M. Poincar dcla ra aux journalistes q le sa dcision tait irrvocable. Aprs les consultations h ihituelle ; avec les prsidents de la chambre et du snat et diverses personnalitis politiques, M. Millerand convoqua dans Papr* mili M. Poincar au pa lais de l'Elyse et lui demandt de former un nouveai cabinet.M. P.,in cir exprima au Prsident sin v | dsir de rpon Ire aflirmativement son appel et demanda jusqu' 'le main pour lui donner une rponse dlinitive.Kn quittant le palaii de l'E lyse M. Rtoul Pret, prsident d la chambre, dclara en envisagean la possibilit d'un nouveau mmis re Poincar, qu'il ne considrait pu que le gouvernement avait t mit en minorit surtout aprs les rectiii cations des votes. Tous les milieux ont accueilli avec la plus grande sati-taction la nou velle qu' l'issue de l'entrevu • de l'Elyse M. Poin,'ir avait le plus vif dsir d9 ripoHre affirmative ment l'appel .11 prsident de La r publique. Un con-dre que e's con sulfations que M. I'oinear fera ne pourront que confirmer le* inten tions dont il lit part M.Mi.lnrin i. M. PoincaT deminia d'aj mrner sa rponse jusqu' demain midi vrai semblablement pour pouvoir aipnr ter au prsiient de la rpubliiue si Don la composition diinitive du ca binet. du m nns des instructions trs prcises sur la faon dont il e i ten I le constituer. VI Poiac ir pour ra alors soumettre demain aprs mi di les dcret* nommant le< nouveaux ministres la signature de M. Mille rand. Nouvelles diverses PARIS— La chambre a adop'. par i90 voix contre (>7 un projet de oi ouvrant un crdit de millioni de francs pour l'assistance des fran ais dtenus en Russie. La chambre a renvoy par 421 voix contre 51 a la suite des au'res l'interpellation di M. Lon Dii let sur l'attitule de U police prop)s de l'en j'jAte surli mort de s >u lils. Le gouvernemmt a dpos un projet d'ouvertur : 'le crdits provis lires au titre du b 11 gel des dpenses recouvrables pour avri 1 mai, juin, juillet s'levaut 3.983.913.iSd fnocs ; Il a demin d un crdit de !','< 13 I.49J fiaocs piur ]les trjtpes do^upaloi n piys etl il ,'i -, les v lluiti tai i i asat cimi" li la riaetion Its ef feclifs de h U ihr piur lesqids u i inon'ant h 13 mi lioni pir n us est envisag. P UniM.Paul Lon, directear de> Re.i < Al ts.svii I i M l'expos : 11 d irl letin ira .ai Muse %  .1 iera.ll a a Inii" p II Cttli remen' I -s lablsanx, les sculplm les tis. is et les meublas et flicit ehau h n >ut 1 as orginisate rs et les ar ti-Lis II W.r; Un aroplane an gtis parti hier de Calhol ( Angle terre } pour Je tour du monde a do atterrir au Havre p r suite d i br mil lard. BRUXELLES— M. Pletehsr, ara bassa leur des Etats U us Rruxellfs est parti piur Rom: pour occupir son nouveau p >s-e d'ambassadenr s i I •!" ; il nattera nar Pa'ia o il raet ra jusqu' jeudi, il a .ri vera Ho ,i %  samedi. \mm^ M :\IC0 M. Warren, le "nouvel ambassadeur au.eiicaiu au Mexique, est arriv Mexico. Il est probable qu'il prsente.-a ses lettres de cran ce au prside t Ob-gon avant same di. PARIS— Le docteur Jean Ciiarcot a I intention de partir vers la lin du mois de Mai pour un nouveau voya ge d'exploraliou ocanographique. | L'Action franaise a y ml insi nuque M Manouiy. ministre de rintriiiir, avait assist un dner donn par le ministre du Prou le jour o il fut absent lors de la de mande d'interpellation de Mr Dau del, Mr Cornejo a crit Mr Lon Daudet que seule Madame Manoury avait assist au diner. LES COURS 26 mirs PARIS-Dollar Livre 18.


PAGE 1

i r rA'Jir administration Gnrale ^ des Postes Avis Enns le but de metlre plus facilement le publie et le commerce au courant de chaque dpart de la malle pustule, l'Administration Gnrale des ;l->os(es, d'accord avec le Dpartement des Finances, a dcid de leur facilit la tache en adoplunl 1M rntsuresuivante: lo Le joui' de l'entre et de la sortie de tuut navire transportant la malle postale, le pavillon de la Compagnie maritime a laquelle il appartient sera hiss au mt, ent Nord.de l'Office central des Postes. 2o 1 es le dpart de la malle, ce pavillon sera descendu. Cette mesure sera mise en vigueur partir du 1er Avril prochain ; Port-au-l'rince.le 120 Aiars 1924. TJi'tf.TS PASTILLE VALDA JEIW OOVJC-.HE C'est la PREiiYAHMI des Maux de Gorge. Enrouement. Rhumes de Cerveau, RLumet, Broncbitei, ci.. C'est le SOBLAGEKEHT BSTAUTAI le l'OppreBon, des Acc d'AsthL-e, etc., etc. Cal le BOH REMDE pour combattre toutes les Maladies de la Poitrine. DEMANDEZ, EXIGEZ dans toutes b icies Las Vritables PASTILLES IVAL.DA' vendue i ulement on BOITES portant le noiii Les l 'aslilir s VALDA nten ei.ta Pharmacia Centrais d'Hati, PI arma cie Ftourraine l'orl au Piinee,Plmr marie Brutus Jrmie et h ut. pharmacies. Royal Mail Steaai Packet Company. 1 Le steamer Kara votant de Hinas* ton fit des ports du Sud estant/endu le lundi matin, 31 du courant,. Il partira, dans ta ioire du n.me jour pour V Europe via les ports du Nord: BfPor* au Prince, te 27 Ma* s 1U24 Roberts,Dutlon #CInc. Agents Gnraux i Coloniluan Steamslup Company Inc. "JYnpcnr dirig par la Coiombian Iteamihip Company Int. pour compta de United Itatea Ihipmog leard. %£Le steamer Haili ayant laiss JS/^w Yock le 22 Mars courant, est attendu tort au Prince le 30 via les ports dul\ard. Il repartira le mme jour pour Petit Govc, Miragone* Jriive, Cages et Jacmel prenant fret 4 passagers. Son itinraire pour la retour sera uftrieurement fix. Port au-Prince le 27 Mara 1924 GEB4KA et Co, Agents. Jtrtstom PNEUS TUBES ACCESSOIRES les premiers Botomohilistes du monde te senenides Pneus & Tubes FIKESTONE La I irez tune 'lire cV Rubber Company, Parmi toutes les antres (antiques le t*heus ft Tunes reprsentes en llaiti est la premire qui a permis au public tic profiter le la baisse du Caoutchoute fous avei une relle garantie en employant le pneu "firestone Cords u t>our votre automobile Burloul'quarjtl MMIS la rai les circuler sur des routes glissantes eu rocailleuses. Due lois votre auto munie de Firesleuel vous ne devez rien craindre,toutjdanger est limin. Toutes commandes directes peur la fabrique soni acceptes Annonce sa bien veillante (lien tl>'i|iie son iili'liti de eoiffon est transfr de la Place Gaffrard, au !' cal fitu la Graod'Rue, pies du -in de M. I. liai les Gautier, an cianna Maison Ewald, Plac ainsi entre les Ruai liante* D( I iiiclies et des Miracles le non local du "Salon les Elgants est a la porte des clients qui j trou veront, comme toujours, un service au -i rgulier qu'empresi. lcpiass adirs La • ouJttgn, roandataire dai ptraoanei ci'deasous, dclare su public le* recpiasa lui vanis de la Commitsiori s m boun \\ .-.'•,.!— %  N" 286 laveur Veuve Couride P. 95005 piss ho 21 "i favem C Robert de P.50.00 Il lea dclare nuls dupl va'ii Im en tre dlu Port aii-l'nii 'i Mars 1924. Vu,, MAI i MOLIRE, avocat. Pan lanl mon absance, Mademoi %  alla V. Parti al Mr K ie Augustin son charge da la direction de me affairas. On peul l'adresser i eux pour tout es qui ci ni nie les location* divtV tts al l'Entreprisa Gnrale drv Poei pps Innbraa. Meilc \. l'arc; sigoera uuit ou nt ave. Mr Elie Augus lin : Pour S. Paret ''. le prsent >is annule tontrlg antrieur Po su Prince le 24 Mirs 1914. S. PAUET /TTJisEillS 1940, Rue du Aiayasin de l'Etat Tlphone : 347 l >



PAGE 1

LE MAT . Un Mierobo dangereux Le Streptococus t Viridiyix • al k*m %  (itlqur, c\eu-.1-cir?, gj U fail aiyrer h h genciv^y. Lei re l.erches S( itntilique> enlr pr M pendant rfs il rniiet anne perl il. iT nttourner au pr. lil de lit munit. r, frante. Il t preuve* que le llrej ii •. <•. %  \ j diiams, le microbe lu n < lilique en me on l'appelle, se lij.e dans Ici iarin<> dra dents, des an \gdalts, du tube u:l.slii I, •te. Le i e ili\i r* pi inu i| n i,\oie ses li \;. i..•;.u\ ai 1res organes | ir la voir in PU p. L'luj (i lea eLserbc di bord, puia lea ieleule mi • nlrea ninem < i rilbiana en produit*ni unime lcgiqueii tnl il h,ni l sappotrr, il*s intoxications frnralea nui se llttduiai ni | e' dlite par barriques et gallons les vins de Bordeaux. Vins de Champagne, # Pour gurir ou viter t MlQRAINtl CONSTIPATION CONOCtTIONtITOUNOIttIMINTt IMBRl OitTHIOUl IL SUFFIT de prendre a l'un Cl* TOI repaa tout te* <•• %  \%*r% ••wtemsut une Pilule do D r Dehaut 147, rue du Faub 3t-Denis. Prit Mais il faut exiger les vritables qui ont tout i tait blanchei •t tur enaouna dMqualla* te* mol* DEHAUT A PARIS sont trSe liitblamant Imprima* n noir Audain Frres EtUrepreneur Notre Maison de ('.ommtrce -t transfre a la Rua Jea Kroola Porta s cot de la Pharmacie Noire Dame. .Nos clients & amis l ou venu l lojjour* le mii e seivice et pour toutes les Bouraei. ASTHME PAPIER FRUNEAU Brl trs du maada H produit on ou %  fmant inimaJUt I daaa tose le eu l'Aethma. tmphjama. Oppreatton, aU. FRUNEAU, II, B^lt-Martla, Paris r fojfaa a^a^nio'at. A f.rt au fttmt aKa..AsY*a>.JUl HaMb. i DJ-R THEBIUD Chiruryien-Deiitiste Dea Faculls de Montral k Nen York et de Boston Angia des Hues Des-tourhe et'du Magnsin de l'Klit Conulla(ions de <> hrurea du' malin ay hfuvea ,des colliers Mntaiaie, des denlelles et rubans.— On trouvera aus-i du Champagne au lhenlii|iie i;arle dor d rni sec, du Cognac, du vin garanti pur Jus de raisin, par galloi, lu Saint Julien et du SI Kniii.ii -'il caisse, des li queurs lin s assoities, des couteaux de tables suprieurs. Hein BUMJ drj pet'ies poupei I I >n mareh. Les cordonniers ton! avisai qu'Hl tronveront h prix fduill des talons m celluloide. Nota—Pour quel pies jours seulement nous olIrons nos vins PU barrejoeA d s prix exceptionoels. priio de p.isser nous voir au plus dM.Ne pas oublier qu'on trouvera toujours les produits G iilliiud et le KoU Ascen cio aux prix de fabrique. Timbres poste, timbres mobiles et papier tim br^s. On trouvera rea mmes artirlss ('Tropicale" Grand'Rue 1738 mai ion Incident Qeoi Paul Sals AVOCAT RsioTjyremenls Contmerwaz. affiTes l'£tr*oqpi. Correspondants NVashing' Ion, \e\vYork, Berlin, Turin, Londres. Parts 17 HtFioux 2l7,^on-au-Prinet Tltfhvne 597 ilfcift Sept passayers eu parfait i tat peine quelques mois de service esl vendre ua prix exceptionnel. Toute offre raisonnable S3ra accepte, S'ailmser L. PREEZM&NN-^GGEUHOLtd Gnral agent Rue du Quai< l'or t au Prince %  *ci''-"S^r %  %  %  %  ^ ^^dxsL^sx %  Trop faible pour travailler -; La vie courante des temmee r.'ost so-'-.nt -m'un travail incessant. Combien plus ardue -A la tiche quand les Oiala ..uiiers leur sexe rendent chaque mouvement pnible. 1 e systme nerveu* est dransri d'tre gaie. Lei femmes qnfse trisavenr i cette situation, devraient profiter de l'en >erienee de ctllc qui nous a envoy cette letti Lkez Ce Que Cette Femme Dit Marn.Vlo, Or:r.'.-, Cuba.—" l'c't il • rbg .s. Ces doulaura me forai rem Les douleurs, toujou %  taienl quelquefois sourdes et Javnmia* taiaaouTCBt J'ai aouffarl de eetnaliii %  an i icula de vol i. Je I tle la ie oaVDaodS> : r,t * \ '"—Srta. MAKI:.A MILAN, Jaii vie CiridaJ. ba. Lct te-.nuici ;ou(Tr*rur m deTralcnt pn< faire d'f ,,*! mal* ,!oiv*ut tusialrr pour la Composition \fegetae de Lydiia E. Pinkkam iniai.MamoM MCO,CIN eo. LV>,KAII U.*>. / Sia es Si Pharmacie VV. BJGH Prfprrpx von liqueur* avec les Es*


PAGE 1

DlKKCHEtJrt PROPRIETAIRE IM*RMEUB Clment Maijloire 001S VERNA 1368 Rutj Amricaine MJMEIU) ^((CEMlAlEb Quotidien l.i Diplomatie est la plus fertile ixpreuiov de la allure d'un peuple ; bn dirigea par des mains e pertes et habiles, son influence surpasse celle de la Inive el de l.i nudra cinoa, •onslitoanl le plus puissant ppui de l'honneur el de I.* dignit nationaux. Planas Suarez ItitEPHONB No •> 17&rae ANNft: N 5171 •PRINCE (HA m Crmonies de la Conscration Episcopale Il occasion du Saura de sa Grandeur Monseigneur JiN, Evtque lude ltropolis Coadjuteur de Monseitjneiir K isu/.aii, Evque du Cap-Hatien. I.a population de l'ort-aii Prince a coutume de suivie avec un trs vil' intrt les crmonies religieuses gui se droulent la Cathdrale en certaines circonstances solennelles. Comme cet intrt ne peut que crotre j mesura qu'on pntre le sens des rites qu'emploie l'Eglise, — rites qui cachent toujours un mystre, — nous avons cru bon d'expliquer d'avance, pour les lidles et mme pour les simples curieux, les crmonies qui s accompliront la Cathdrale le 3(1 mars prochain pour le sacre de Sa Grandeur Mgr JAN, hvque lu de Mlropolis, Coadjuteur le .Mur KEIISU/.AX, Evoque du t^ip-! luitien. LE* eiui-ARAiiis DU SACRE La nouvelle Cathdrale a revtu ses ornements de tte : c'est la deuxime lois qu'elle voits'accom plir un sacre d'Evoque et il faudra sans doute attendre la Conscration mme de la Cathdrale pour qu'elle reoive un cortge de Prlats pareil celui qu'elle va recevoir. Dj la loule a envahi les vastes nets et dans l'attente des Cvques tous ont le loisir de se rendre compte des prparatifs de la Crmonie. En lace du trne archipiscopal, un autel est dress: sur l'autel^ sont disposs les ornements de l'Evoqua lu, ainsi que les insignes piscopaux qu'il va recevoir: la mitre, la crosse, l'anneau, la croix, etc, autour de l'autel, des siges, dont deux principaux recouverts des chapes que vont touta-l'heure revtir les deux Evques assistants. fles deux Prlats, assureront le Prlai Conscrateur, .Mgr CONAN, Archevque de Port-au-Prince, c'est dire, prendront part avec lui toute la crmonie de la Conscration^ renieront avec lui les pnies et accompagneront eu tout te Consacre ; jjj sont donc en mme temps ses parrau et ses Corne rleursC'auteldontil vient d'tre question, est moins grand et moins orne que le Matre Autel. c'est en quel.pie sorte la chapelle particulire du Consacr, il y prendra ses ornements, il y commencera sans solennit le St-Sa. nlice qu'il ira continuer el consommer avec son conscrateur l'autel majeur. L, tout est prt aussi, mus pour le prlat COQS crateur.Surle marchepied, est pose le fauteuil o ce dernier prendra place ; car, c'est 1 autel mme, au pied de la Croix, et non au Trne, que doit s'accomplir la Conscration Les C| ei, kux autels portent en ce jour, en place bien visibf les armoiries du Conscrateur et du Consacr : les armoiries .appell. nt la personne qui les a faite sunna ; et quel %  o i plus pariant es uenc : I ,i ront d* sonnais exister entre le Consacr et son Conscrateur que l'union de leurs armoiries sur les mm s autels. LES PRLIMINAIRES DB LA ME.si: PoNTlPlCALE L cortge des Eve jues a quitt la demeure archipiscopale. Sous la Croix de la paroisse de l'Eglise mtropolitaine s'avance, au citant des psaumes, la procession des prtres des diocses d'Ha li qui ont pu quitter leurs paroisses pour prendre part de plus prs la joie de la Province enh M astique ; puis marche Mgr l'Archevque, suivi immdiatement le -Mgr JAN entre les Prlats assistants, des Ch moines de la Mtropole, et des deux Eglises sullragantes. ^ A l'entre de la Cathdrale, les Evques prennent l'eau bnite et ie Prlat conscrateur la donne aux Chanoines, au Clerg et au peuple, puis le cortge monte lentement la nef principale; le Chœur se remplit pendant que les Evques et les Chanoines vont adorer le St-Sacrement la chapelle del nef latrale de gauche. Puis Mgr i'Arch'.vque.monte SU troue et entonne le chant de Tierce. 2o L'Uni, i: DE TIERCE. — Cett partie de l'oliice divin prcde, aux jours de tte, la clbration de la Messe solennelle ; et dans les Eglises cathdrales, elle se chante a/ec plus de pompe, quand l'Evoque lui-mme ioit offrir le Sunt-Sicrilke. A Port-auPrince cet usage n'est pas suivi d'ordinaire ; mais eu un jour de Sacre d'Eve pie, avec un sigraad nombre de membres du Clerg, qui pourront soutenir la psal a >• ( ie, on peut en venir a la pratique des offices pontilicaux A Tierc; d'ailleurs, I Eglise invojuo l'Esprit-Saint qui va desceodre sur le nouvel Elu et loi psaumes qui composent cet'e Heure sont une protestation d'attachement la Loi de Dieu que fEv [US a comme premier devoir de dtendre. Pendant que le chœur chanta lier e, l'Archevque se prpare | la Messe et revt une partie des ornements pour rciter l'oraisoii qui termine celte partie de l'ofii '. (juand enliu s'envolent les notes joyeuses de Hciw Icunms h miine, il prend les ornements Pontilicaux requis pour h clbration de la messe solennelle. Au chœur, les Prlats et les Chanoines se sont pars i • i msnts liturgi |ui s l'Eve |u : lu porta la Chape blanche. Ce blanc est la couleur des-joi ads l'Eglise, et le prtre ijin va i voir a Conscration Episcopale doit m a trer l'extrieur la grao le joi qui rsulte de sa Cou ration f iour Dieu, pour lui mme et pour peuple liJle LES Pli UMIVYI BI DU SA .IE L'Eglise a institu que lorJi%  .-* —• ii ition ou la Conscration de ses Ministres s. Tait louj mis iite enil int lac lbration des Saints ifys* tres, en souvenir da 'a dernire Cne O sus-Christ donna se* Aptres son Corps et son San.', en accomplissant pour la prennre lois le sacrilice eucharistiqu i et leur confra en mme temps le pouvoir de renouveler ce sacri ice. Aussi nous ne verrons comme i %  • ir I M rites de la Conscralion >i i |i ••neni dite que pendant la I s 1 .. Mais l'Eve |U • n est pal se le ment Souverain Prtre ou Pon* tile, dignit qui lai donne tou droit de consacrer et de bnir au nom de l*ieu, il est dlgu par le Pape, vicaire 1 Chnsl.pour gouverner au nom de Dieu, les Fidles confis ses soins, et, au nom de Dieu, instruire el m ote> nir ces m'u^s lidles dans la loi que les Aptres ont reue de Jsus-Christ et que nous a transmise la tradition du Sik'c Apostolique de Saint-Pierre, de l'rJglise Romaine Avant donc de commencer le Saint Sacrilice, le Prlat Couse orateur va s'assurer, en lace des fidles :_ lo de la C);nmissioo Apostolique qui confre l'lu lt dignit d'Evque et lui permet i lui Conscrateur de procder au sacre; 2o de la fidlit du futur Pasteur en exigeant de lui le s rment d'attachement et de soumission au Pape et au sige de S tPierre, de qui mane dans l'Eglise tout droit de gouverner ; 3as la saintet les dispositions morales, de la fermet dans la foi du futur Docteur, car l'Eglise veut que ses Evques enseignent par i'exe apte comme parla parole. lo \..i Uctur d 1 i '•'" nit Apostolique. Le Prlat Cotiscrateur, quia recule Palliu n, insigne de son pouvoir archipi ico pal, quitte son troue et vient, entour de ses fiacres, s'asseoir sur son sige au marchepied de I autel, de la ni a i Ue tourn vers le. peuple Devant lui prennei (place l'Elu et ses Assistants, Ce i lus ancien do a s derniers i rsent • l'Elu su Conscrateur, qui rcla• me aussitt la Commission Apostolique, appele les Bulles, et en ordonne la lecture. Cette lecture i i faite par le ootaire du Consleui dans la langue ou les Huiles ont t crites, c'est-a-dire en latin, mais l'obligeance de .Monseigneur l'Archevque permettra quon donne an lecture de la traduction franaj e afin | te t us p i icni i litre la ta i ur CPS Lettres A| ostoliques. to t Ut au ''/'-. I nouille eus pieds du nuls il m m ou il pr mil d'ob< 8 %  v i i i (nrd dll P ![•• %  t nles i'Bvoqae. Non seuleasenl il secon.* mettra pas d'attentat centra lesdroits OU la ftr* r ,111 l'outil-:, m ii g itives du Sige de Home. Il obira aux Saints Canon et aux ordui du PADCJ il lui rendra co apta da l'admniatev tiou de sou diocM; jl accomplira ,i ii t e r i : ( i turque -1 visita *a / limmi %  enliu il adouoiatrara Qdiemaol m biens de i m HSgliaa, Puis, l< | mains potaa sur les Evangiles, il proooooa li coocluaioi da tou las Mimante, au for ecclaiusiiipte : • i.lu' U litN, Dieu m soit in aide, ainsi qi.e les S,unis Evangile* de Dieu . ;io VExemtn de n lu.— Dani i axanan, rien, ni questions, ni pj< pooeaa, D'est laisse* i l'arbitrairada< Prlats. La -.i r e>se du l'upe s't'il djw enliuire de toutes les lumire m-cesSaras pour juger de I bonne fia el de la loi ds l'Klu: aussi est-ce moins iin exiimen Qu'une dclarat'on Se principes, sollicit par le Conscrat'iii et laite librement par l'Klu Pins cette suite d'interrogation, la plus oncbitnte est lu dernire d elle (|ui ont Irait aux di-positons morales du futur vqne Voulez vous, lui dit le Conscrateur, tre, au nom du seigneur, affable et plein de misricorde pour les pauvres, les pelerns et tous ceux qui sont d ie besoin ? Kl l'Klu rpond, comme il a rpondu, aux questions pic cdantes : • Volo . Je le veux bien. Ment ensuite l'interrogatoire sur les myatna de la loi ei cbaeae question a pour rponse : Crades •Je le crois. • La Messe Jusqu'il l'IOvnngile Les actes prliminaires sont Sehe l -, le futur Consacr sera le Pasleur el le Docteur qui dsire l'Eglise. La messe peut commencer, ptndant laquelle il recevra le sacrement qui imprimera son lime le caractre ineffaable du prtre dans la plnitu le du Sacerdoce: et voila le Conscrateur et l'Klu inclins devant l'autel, *e frappant la poitrine et l'i-anla Dieu et aux Saints la confession de leurs fautes. La confession laite, l'Klu revient son aulel pour y rciter les prires de la prparation .1 la messe et s recevoir les ornements de l'Bvtque, Jui j'ie l. en effet, il ne portait ri n de ce qui distingue le l'ontile du simple Pi.re : dsorm-iis il prendra les vtements qui, dans leur symbolisme, signifient l'tendue illimite de la puissanoa Sacerdotale qu'il va re. iir. — Le crmoniaire lui passa au cou la croix pa-lorale, lui dcroiM l'tola, lui met les tunicelles et enfin la CbaRuble ; pendant que d'aulre part l'Acliev<"-que poursuit lis crmonies de la Messe solennelle, l'Klu lit voix basse, nu I !•!, les prires auxquelles il n'a pu prendre part. I.a Conscration Kpiseopale 1 Lfi Supplications SoUtoliUsS. — \pi. -1 Kpttra le 1 h.rur cbanU la pr. mier verset alleluiatioue; c'est la n 1 ment 011 fa 'ir' mplir la Coi < 111 ion proprement dite. Le Cona1 r ilettr s'esl Mais de n< UVOS 1 devant l'.iutel, ayant l'Klu el le aaaistaats en fac de lui. Aux autres ordinalioiis. du praire, du diacre, elc. il est d'nsaga que le PrUi clbrant adresse en ce moment aux eandi o Iune longue exbortnt OU qui leur appelle les ohligatiom de PUrdra qui vont recevoir, M "• n "• l p ranaidai %  -1 dj reconnu 1 omme do 1, e' au lieu de 'exliii lation 1 ume, I" 'on tteur ne lui dit une eet lt. ftque a pour devoir djuger, lian barleacontraM--r 01 donner, offrir le St-Sscrifli e,bapiuM rat confirmer . % %  i ie peupi %  111 r f our l'Kl 1 d 1•• igenouiilenl, • 1 se pro*leri 1 lilanit des Ssiots sont i-lianlis. %  IKI'DI T, MARS 19'24 l'eus les h tbilanta du ciel sont tour tour invoqus, c'est l'Eglise da la terre implorant le leeoun de 1 e triomphante : binatAI la sepplication se lait plus pressante et le rleur s,. |,> V( d bnManl par iroia fois l'Elu prostern a son ct : Daignas, dit-tl 1 Dieu, bnir, sacrifier al consacrer l'Elu ld prsent. .Nous vous eu prlona, exauceztiniis, reprend l" peupla. /. impo s i li m .In matm. — Les lilanies ont pris lin; l'Klu s'agenouille devant le Conscrateur qui s'est assis da nouveau el relui ci, aid des daui Evques assistants, pose sur les paule dal Elu le livre des Evangiles ouvert le 1 n m que ce livre s'appuie aussi sur la derrire de la tle. La soin d'annoncer la parole di eieii est ie fardeau qu'assuma 'e D >uvel Bvque, Pour symboliser cette charge, l'Kjili-e lui l'ail portai pendant l'imposition de Mu:is ,.t, |as Onctions, le livra qui contient pu-excellence cette l a nia : l'Evangile. Puia la i^onsarataur ai lea saaistanta louchent ensemble da leurs mains tendues la tte de l'Klu el prononcent ensemble les pu oies sac rames taies : • Acvb* \fiiritu-ii sancium , R nceve/. PKsprit Saint. Ua que .lsus-Clirist a pi 1 luit dans saa ipolres ce que les a poires ont produit dans ceux qui ils ont impose les mains, se produit de nouveau en M moment par le ministre Ses Eve pies et l'Elu est consacre Poiitiln pour l'ternit. 8* L'enchtm de l.i ',•/<•. — Mais si l s Klein -nt tal dj complet, il ne" reste pas m uns remplir certains rites expressifs par lesquels l'Eglise a v ul i nous reprsenter les ITets de la Censeration : c'est d'abord l'Onction da la teldu consacra. Mgr l'Archevque s' si lev et sa voix commence, sur le mode de la prface de la messe, mie prire o il demanda Dieu de r liser dans 1 une du n Mivel Evque la beaut intrieure que figure li splendeur des ornements pis op. nix. l'uis il s interrompt pour entonner le Vnu Cre* /or, l'appel ft l'Espnl S nul, l'hymne des cire. instances solennelles, que le chœur continue I u < ei 11 un.me a entour li tte du Consacr d'une bande de lin lin, destin abmrbei les gouttes du St-Clir me qui pourraient -•• rpt'idre et le Conscrateur oint de celte huile Sainte le s mrnel de la tle du Consacr. — La Bt-Chraa est un mlange d'huile d da baume, bnit le Jeudi Saint. L'huila nous est reste cornue limbole de force, surtout de cette force, qu'en nommerait bien l'an lurao a ; l".s senteurs pntrantes du baume ont toujours rappel la parfum des 1 irlua qui atliieut de loin ; et n'aat ce paa le propie de l'Kvpie d'tre fort de cette force que rien D'abil et de rpandre autour de lui ce que St-Paul ap. pelle la bonne o I.-III du Christ '.' \iisi mriterait elle d'tre cite d'un bout a l'entra la priera a ie le t enserateui n 1 •• tel .sur le tou de la Pi N — •' 1 nie le nouvel lu osa au gr de heu de -ou pouveir da bnir et de chtier, qu il soit doux et qu'il soil ferme' •0 L'on 1,1 uns d la remise de la crosse el de l'

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06179
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, March 27, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06179

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DlKKCHEtJrt PROPRIETAIRE
IM*RMEUB
Clment Maijloire
001S VERNA
1368 Rutj Amricaine
MJMEIU) ^((CEMlAlEb
Quotidien
l.i Diplomatie est la plus fertile
ixpreuiov de la allure d'un
peuple ; bn dirigea par des
mains e pertes et habiles, son
influence surpasse celle de la
Inive el de l.i nudra cinoa,
onslitoanl le plus puissant
ppui de l'honneur el de I.* di-
gnit nationaux. Planas Suarez
ItitEPHONB No >
17&rae ANNft: N 5171
PRINCE (HA m
Crmonies de la Conscration Episcopale
Il occasion du Saura de sa Grandeur Monseigneur JiN, Evtque lude ltropolis
Coadjuteur de Monseitjneiir K isu/.aii, Evque du Cap-Hatien.
I.a population de l'ort-aii Prin-
ce a coutume de suivie avec un
trs vil' intrt les crmonies re-
ligieuses gui se droulent la Ca-
thdrale en certaines circonstances
solennelles.
Comme cet intrt ne peut que
crotre j mesura qu'on pntre le
sens des rites qu'emploie l'Eglise,
rites qui cachent toujours un
mystre, nous avons cru bon
d'expliquer d'avance, pour les li-
dles et mme pour les simples
curieux, les crmonies qui s ac-
compliront la Cathdrale le 3(1
mars prochain pour le sacre de Sa
Grandeur Mgr Jan, hvque lu
de Mlropolis, Coadjuteur le .Mur
Keiisu/.ax, Evoque du t^ip-! lui-
tien.
Le* eiui-ARAiiis du Sacre
La nouvelle Cathdrale a revtu
ses ornements de tte : c'est la
deuxime lois qu'elle voits'accom
plir un sacre d'Evoque et il fau-
dra sans doute attendre la Cons-
cration mme de la Cathdrale
pour qu'elle reoive un cortge
de Prlats pareil celui qu'elle va
recevoir.
Dj la loule a envahi les vastes
nets et dans l'attente des Cvques
tous ont le loisir de se rendre
compte des prparatifs de la C-
rmonie.
En lace du trne archipisco-
pal, un autel est dress: sur l'au-
tel^ sont disposs les ornements de
l'Evoqua lu, ainsi que les insi-
gnes piscopaux qu'il va recevoir:
la mitre, la crosse, l'anneau, la
croix, etc, autour de l'autel, des
siges, dont deux principaux re-
couverts des chapes que vont tout-
a-l'heure revtir les deux Evques
assistants.
fles deux Prlats, assureront le
Prlai Conscrateur, .Mgr Conan,
Archevque de Port-au-Prince,
c'est dire, prendront part avec
lui toute la crmonie de la Con-
scration^ renieront avec lui les
pnies et accompagneront eu tout
te Consacre ; jjj sont donc en
mme temps ses parrau et ses
Corne rleurs-
C'auteldontil vient d'tre ques-
tion, est moins grand et moins
orne que le Matre Autel. c'est
en quel.pie sorte la chapelle parti-
culire du Consacr, il y prendra
ses ornements, il y commencera
sans solennit le St-Sa. nlice qu'il
ira continuer el consommer avec
son conscrateur l'autel majeur.
L, tout est prt aussi, mus pour
le prlat Coqs crateur.Surle mar-
chepied, est pose le fauteuil o ce
dernier prendra place ; car, c'est
1 autel mme, au pied de la
Croix, et non au Trne, que doit
s'accomplir la Conscration Les
C|ei, kux autels portent en
ce jour, en place bien visibf les
armoiries du Conscrateur et du
Consacr : les armoiries .appell. nt
la personne qui les a faite sun-
na ; et quel o i plus par-
iant es uenc : I ,i ront d*
sonnais exister entre le Consacr
et son Conscrateur que l'union
de leurs armoiries sur les mm s
autels.
Les Prliminaires
DB LA ME.si: PoNTlPlCALE
L cortge des Eve jues a quit-
t la demeure archipiscopale.
Sous la Croix de la paroisse de
l'Eglise mtropolitaine s'avance,
au citant des psaumes, la proces-
sion des prtres des diocses d'Ha
li qui ont pu quitter leurs parois-
ses pour prendre part de plus prs
la joie de la Province enh m as-
tique ; puis marche Mgr l'Arche-
vque, suivi immdiatement le
-Mgr JaN entre les Prlats assis-
tants, des Ch moines de la Mtro-
pole, et des deux Eglises sullra-
gantes.
^ A l'entre de la Cathdrale, les
Evques prennent l'eau bnite et
ie Prlat conscrateur la donne
aux Chanoines, au Clerg et au
peuple, puis le cortge monte len-
tement la nef principale; le Chur
se remplit pendant que les Ev-
ques et les Chanoines vont ado-
rer le St-Sacrement la chapelle
del nef latrale de gauche. Puis
Mgr i'Arch'.vque.monte SU troue
et entonne le chant de Tierce.
2o L'Uni, i: de Tierce. Cett
partie de l'oliice divin prcde,
aux jours de tte, la clbration
de la Messe solennelle ; et dans
les Eglises cathdrales, elle se
chante a/ec plus de pompe,
quand l'Evoque lui-mme ioit of-
frir le Sunt-Sicrilke. A Port-au-
Prince cet usage n'est pas suivi
d'ordinaire ; mais eu un jour de
Sacre d'Eve pie, avec un sigraad
nombre de membres du Clerg,
qui pourront soutenir la psal a >
( ie, on peut en venir a la pratique
des offices pontilicaux A Tierc;
d'ailleurs, I Eglise invojuo l'Es-
prit-Saint qui va desceodre sur
le nouvel Elu et loi psaumes qui
composent cet'e Heure sont une
protestation d'attachement la
Loi de Dieu que fEv [US a com-
me premier devoir de dtendre.
Pendant que le chur chanta
lier e, l'Archevque se prpare |
la Messe et revt une partie des
ornements pour rciter l'oraisoii
qui termine celte partie de l'ofii '.
(juand enliu s'envolent les notes
joyeuses de Hciw Icunms h miine,
il prend les ornements Pontili-
caux requis pour h clbration de
la messe solennelle.
Au chur, les Prlats et les
Chanoines se sont pars i i
msnts liturgi |ui s l'Eve |u : lu
porta la Chape blanche. Ce blanc
est la couleur des-joi ads l'Eglise,
et le prtre ijin va i voir a
Conscration Episcopale doit m a
trer l'extrieur la grao le joi
qui rsulte de sa Cou ration
fiour Dieu, pour lui mme et pour
peuple liJle
Les Pli umivyi bi DU Sa .ie
L'Eglise a institu que lorJi-
.- -* -
ii ition ou la Conscration de ses
Ministres s.Tait louj mis iite en-
il int lac lbration des Saints ifys*
tres, en souvenir da 'a dernire
Cne O sus-Christ donna se*
Aptres son Corps et son San.', en
accomplissant pour la prennre
lois le sacrilice eucharistiqu i et
leur confra en mme temps le
pouvoir de renouveler ce sacri ice.
Aussi nous ne verrons comme i ir
I m rites de la Conscralion >i i
|i neni dite que pendant la I -
s1.. Mais l'Eve |U n est pal se le
ment Souverain Prtre ou Pon*
tile, dignit qui lai donne tou
droit de consacrer et de bnir au
nom de l*ieu, il est dlgu par le
Pape, vicaire 1 Chnsl.pour
gouverner au nom de Dieu, les
Fidles confis ses soins, et, au
nom de Dieu, instruire el m ote>
nir ces m'u^s lidles dans la loi
que les Aptres ont reue de J-
sus-Christ et que nous a transmi-
se la tradition du Sik'c Apostoli-
que de Saint-Pierre, de l'rJglise
Romaine
Avant donc de commencer le
Saint Sacrilice, le Prlat Couse
orateur va s'assurer, en lace des
fidles :_ lo de la C);nmissioo
Apostolique qui confre l'lu lt
dignit d'Evque et lui permet i
lui Conscrateur de procder au
sacre; 2o de la fidlit du futur
Pasteur en exigeant de lui le s r-
ment d'attachement et de soumis-
sion au Pape et au sige de S t-
Pierre, de qui mane dans l'Eglise
tout droit de gouverner ; 3as la
saintet les dispositions morales,
de la fermet dans la foi du futur
Docteur, car l'Eglise veut que ses
Evques enseignent par i'exe apte
comme parla parole.
lo \..i Uctur d 1i ''" nit
Apostolique. Le Prlat Cotis-
crateur, quia recule Palliu n, in-
signe de son pouvoir archipi ico
pal, quitte son troue et vient, en-
tour de ses fiacres, s'asseoir sur
son sige au marchepied de I au-
tel, de la ni a i Ue tourn vers le.
peuple Devant lui prennei (place
l'Elu et ses Assistants, Ce i lus
ancien do a s derniers i rsent
l'Elu su Conscrateur, qui rcla-
me aussitt la Commission Apos-
tolique, appele les Bulles, et en
ordonne la lecture. Cette lecture
i i faite par le ootaire du Cons-
leui dans la langue ou les Hui-
les ont t crites, c'est-a-dire en
latin, mais l'obligeance de .Mon-
seigneur l'Archevque permettra
quon donne an lecture de la
traduction franaj e afin | te t us
p i icni i litre la ta i ur
cps Lettres A| ostoliques.
to t Ut au ''/'-. -
I nouille eus pieds du
.
nuls il m m ou il pr mil d'ob<
8 v i i i (nrd dll P ![ t n- les
i'Bvoqae. Non seuleasenl il secon.*
mettra pas d'attentat centra lesdroits
OU la ftr* r ,111 l'ou-
til-:, m ii g itives
du Sige de Home. Il obira aux
Saints Canon et aux ordui du Padcj
il lui rendra co apta da l'admniatev
tiou de sou diocM; jl accomplira
,i ii t e r i : ( i turque -1 visita *a / limmi .
enliu il adouoiatrara Qdiemaol m
biens de i m HSgliaa, Puis, l< |
mains potaa sur les Evangiles, il
proooooa li coocluaioi da tou las
Mimante, au for ecclaiusiiipte :
i.lu' U litN, Dieu m soit in
aide, ainsi qi.e les S,unis Evangile*
de Dieu .
;io VExemtn de n lu. Dan- i i
axanan, rien, ni questions, ni pj<
pooeaa, D'est laisse* i l'arbitrairada<
Prlats.
La -.ire>se du l'upe s't'il djw en-
liuire de toutes les lumire m-ces-
Saras pour juger de I bonne fia el
de la loi ds l'Klu: aussi est-ce moins
iin exiimen Qu'une dclarat'on Se
principes, sollicit par le Conscra-
t'iii et laite librement par l'Klu
Pins cette suite d'interrogation, la
plus oncbitnte est lu dernire d
elle (|ui ont Irait aux di-positons
morales du futur vqne Voulez
vous, lui dit le Conscrateur, tre,
au nom du seigneur, affable et plein
de misricorde pour les pauvres, les
pelerns et tous ceux qui sont d
ie besoin ? Kl l'Klu rpond, com-
me il a rpondu, aux questions pic
cdantes : Volo . Je le veux
bien.
Ment ensuite l'interrogatoire sur
les myatna de la loi ei cbaeae
question a pour rponse : Crades
Je le crois.
La Messe Jusqu'il l'IOvnngile
Les actes prliminaires sont Sehe
l -, le futur Consacr sera le Pas-
leur el le Docteur qui dsire l'Eglise.
La messe peut commencer, ptndant
laquelle il recevra le sacrement qui
imprimera son lime le caractre
ineffaable du prtre dans la plni-
tu le du Sacerdoce: et voila le Con-
scrateur et l'Klu inclins devant
l'autel, *e frappant la poitrine et
l'i-anla Dieu et aux Saints la con-
fession de leurs fautes.
La confession laite, l'Klu revient
son aulel pour y rciter les prires
de la prparation .1 la messe et s
recevoir les ornements de l'Bvtque,
Jui j'ie l. en effet, il ne portait ri n
de ce qui distingue le l'ontile du sim-
ple Pi.re : dsorm-iis il prendra les
vtements qui, dans leur symbolis-
me, signifient l'tendue illimite de
la puissanoa Sacerdotale qu'il va re.
iir. Le crmoniaire lui passa
au cou la croix pa-lorale, lui dcroi-
M l'tola, lui met les tunicelles et
enfin la CbaRuble ; pendant que
d'aulre part l'Acliev<"-que poursuit
lis crmonies de la Messe solen-
nelle, l'Klu lit voix basse, nu
I !!, les prires auxquelles il n'a
pu prendre part.
I.a Conscration Kpiseopale
1 Lfi Supplications SoUtoliUsS.
\pi. -1 Kpttra le 1 h.rur cbanU la
pr. mier verset alleluiatioue; c'est la
n 1 ment 011 fa 'ir' mplir la Coi
< 111 ion proprement dite. Le Cona-
1 r ilettr s'esl Mais de n< UVOS 1 devant
l'.iutel, ayant l'Klu el le aaaistaats
en fac de lui. Aux autres ordina-
lioiis. du praire, du diacre, elc. il
est d'nsaga que le PrUi clbrant
adresse en ce moment aux eandi
o I- une longue exbortnt OU qui leur
appelle les ohligatiom de PUrdra
qui vont recevoir, M " n " lp ran-
aidai -1 dj reconnu 1 omme do
1, e' au lieu de 'exliii lation
1 ume, I" 'on tteur ne lui dit
une eet lt. ftque a pour
devoir djuger, lian barleacontra-
m--- r 01 donner, offrir
le St-Sscrifli e,bapiuM rat confirmer .
.i ie peupi 111 r
four l'Kl 1 d 1- igenouiilenl, -
1 se pro*leri 1 lilanit des
Ssiots sont i-lianlis.
IKI'DI T, MARS 19'24
l'eus les h tbilanta du ciel sont
tour tour invoqus, c'est l'Eglise
da la terre implorant le leeoun de
1 e triomphante : binatAI la sep-
plication se lait plus pressante et le
rleur s,. |,>V(. d bnManl
par iroia fois l'Elu prostern a son
ct : Daignas, dit-tl 1 Dieu, bnir,
sacrifier al consacrer l'Elu ld pr-
sent.-
.Nous vous eu prlona, exaucez-
tiniis, reprend l" peupla.
/. imposilim .In matm. Les lila-
nies ont pris lin; l'Klu s'agenouille
devant le Conscrateur qui s'est as-
sis da nouveau el relui ci, aid des
daui Evques assistants, pose sur
les paule dal Elu le livre des Evan-
giles ouvert le 1 n m que ce livre s'ap-
puie aussi sur la derrire de la tle.
La soin d'annoncer la parole di
eieii est ie fardeau qu'assuma 'e
d >uvel Bvque,
Pour symboliser cette charge, l'K-
jili-e lui l'ail portai pendant l'impo-
sition de Mu:is ,.t, |as Onctions, le
livra qui contient pu-excellence cette
l a nia : l'Evangile. Puia la i^ons-
arataur ai lea saaistanta louchent
ensemble da leurs mains tendues
la tte de l'Klu el prononcent en-
semble les pu oies sac rames taies :
Acvb* \fiiritu-ii sancium ,Rnceve/.
PKsprit Saint. Ua que .lsus-Clirist a
pi 1 luit dans saa ipolres ce que les
a poires ont produit dans ceux qui
ils ont impose les mains, se produit
de nouveau en M moment par le
ministre Ses Eve pies et l'Elu est
consacre Poiitiln pour l'ternit.
8* L'enchtm de l.i ',/<. Mais si l
s Klein -nt tal dj complet, il ne"
reste pas m uns remplir certains
rites expressifs par lesquels l'Eglise
a v ul i nous reprsenter les ITets
de la Censeration : c'est d'abord
l'Onction da la tel- du consacra.
Mgr l'Archevque s' si lev et sa
voix commence, sur le mode de la
prface de la messe, mie prire o il
demanda Dieu de r liser dans
1 une du n Mivel Evque la beaut in-
trieure que figure li splendeur des
ornements pis op.nix. l'uis il s in-
terrompt pour entonner le Vnu Cre*
/or, l'appel ft l'Espnl S nul, l'hym-
ne des cire.instances solennelles, que
le chur continue.
I u < ei 11 un.me a entour li tte
du Consacr d'une bande de lin lin,
destin abmrbei les gouttes du
St-Clir me qui pourraient - rpt'i-
dre et le Conscrateur oint de celte
huile Sainte le s mrnel de la tle du
Consacr. La Bt-Chraa est un
mlange d'huile d da baume, bnit
le Jeudi Saint. L'huila nous est res-
te cornue limbole de force, surtout
de cette force, qu'en nommerait
bien l'an lurao a ; l".s senteurs p-
ntrantes du baume ont toujours
rappel la parfum des 1 irlua qui at-
liieut de loin ; et n'aat ce paa le pro-
pie de l'Kvpie d'tre fort de cette
force que rien D'abil et de rpan-
dre autour de lui ce que St-Paul ap.
pelle la bonne o I.-iii du Christ '.'
\iisi mriterait elle d'tre cite
d'un bout a l'entra la priera a ie le
t enserateui n 1 tel .sur le tou de
la Pi n ' 1 nie le nouvel lu
osa au gr de heu de -ou pouveir
da bnir et de chtier, qu il soit doux
et qu'il soil ferme'
0 L'on 1,1 uns d la remise
de la crosse el de l' dirige l'homme, lea mana ront les
Instrumenti teins. Les
ma m- devront donc, eomosa la it,
tre ( on BCri psi la .saint (.brme
pool signifier qu'alle doivent plus
0 1 jamail rl an Ire les bienfaits de
Dieu, qui sont urtoul les grces de
S 1 nenta, al aussi maintenir lea
droit,de Dieu. Des qu'a pris fin l'Onc
tion 1 :s mains, la Conscrateur bunit
la c o--e el U ia a< l enire Us doigts
du ancera d
l'huit i Inslgnja)
| r, rippjlla a rnvs
1


LIMAI!*
que qn il doil i orriger le- \ices avec
I ont, jugi i il re, et repren
drt moi m t.t 'n i
L'ani mu nil est n uile pass
I 'i< la main droite du
1 i lin i 6 |" ur lui redire qu'il <-[ l'
I" us il i Fglii la livr* d< s
I vangilea lui esl n mit, atec < s pa
ii i. s : Reo vez l'Evangile : lit,
i lie/ nu peuple qui \u, r.-l <
li4. Dieu est assez puissant pr ur ac
en lire l'efl'tt de vos paroles'.-)
L'offrande et la suite
de la Messe
La Coosi rili Me^sp ri pi.ii l son court : l'Evangile
el le Credo sont i baolt avec le ce
rfmooial ordioaii b .
An dbat de 1 l>l> rt.iire, te Cents
n te prsente encore devant l'autel
et oftre tuGontcrdteor deux darget
allumt | esant i livres chacun, deux
barrillelsde vin, dux pains recou
verts, ainsi que les deui liarrilleta,
l'une d'une touille dargent, Pauir-
d'une fouille d'or. Ces six objets
I nient les armes i'ps deus Evques
Donscnueur et do nacr.
La raison d'une pareille offrande
est manifeste : 11 pain si le vin s ml
ncessaires au sacrifice, le cierge
allum est l'emhi ne de la joie qui
lirilleet rpan I sa lumire I entour.
L'offrande terminer-, |p OOOMcr
prend place entre les deux Kvques
assistants, l'autd, du ct de l'Kpl
tre et. de h, rcita avec le Conscra
teur toutes les prires de l'ordinaire
de la Messe. A la communion il
3uille sa place et vient recevoir
es mains du Clbrant et se tenant
doboul prs de lui le corps et le sang
de Jsus Christ, et la messe se pour
toit jusqu' la bndiction solennelle
iuclusivement.
L'imposition de la Mitre et
des ( iants et l'intronisation
Tout jusqu'ici, dan- la eroa mie,
nous rappel les devoirs et le* char
ges du nouvel Kvque ; reste encore
a lui attribuer les honneurs qui sont
dus sa dignit.
Les onctions saintes ont t folles
sur sa tte et ses mains ; h sa tte
d'o part la direction de tout homme,
revient la couronne qui pour 1 'Eveque
al la Mitre, brode d'or et sertie de
pierres prcieuses : ses mains, instru
monts des bienfaits du Tout Pui-sa t
sont ornes de jjanls, que relvent I"
tines brn t.-ri-. Enfin OS pasteur
(|ui a dsormais le droit de rgir le
peuple de Dieu, il faut un trne. Le
Conscraleur se lve, prend le Con-a
Oli ptff la main droite, pendant que
le premier E\que Assistant le tient
par la gauche. I; fait asseoir sur la
fauteuil qu'il vient de quitter lui met
en main li crosse, insigne de la jun
diction, et se retirant droite entonne
le Te Deum
La pi'e ni re hniiotion
Pontificale
Ce le Di'iiin qui suri vibrant 'de
toutes les poitrines est bien, on le
sent a ce moment, l'hymne d'actions
de greoet; s'est usai la 'liant de
triomphe, la I nigu-! acclamation qui
remonte s Dit i p mr le bienfait ac*
corde sou (\.;ti-ii.
i e nouvel Svl |n< s'e tre les deu\ Prlats Assis!.mis, il de<
ri'iil la chur Si U ne. rpendant
autour de lui se- pr miraa budic
tions. A peine al il d| ass les
premiers rang di s lldlss, qu'on sent
au sein de cot' fouis ... ilcr des
sentiments d int l'expreui u contine
l'un t li msia-ine : seul, le r spect du
saint lieu peut aiors compr mer l'ova
tion qui Mtnb's s r le point d cla-
ter. Mais loin ilii n s'apuse. Le Con
sacr SSl revenu l'autel, il s'est
a>sis sur sju sige, le le Vtum SSt
fini.
i e Oonscreteur lve alors la voix
et prononce bientt loraison qui
Hit : Dieu, ptsteur et r. cleur de
tout les fidles, regarde, eveo bont
votre serviteur ici prsent qi e vous
Mil voulu ranpelei au | iiivernement
de votre glise ; donne/ lui d'tre
utile, parla parole! I exemple, au
peuple qui lui etl soumis i lin qu'il
parvienne la vie ternel e avec le
peuple conli a SSl s mus. >
Loraison finie, le I insi cr se lve
et donne au nom de Dieu la premire
il. bodit lion i soli sn< lit s qu'il a
mission de rpandre. Pour la pre-
nii. il i ci.ii en Iraanl sur le
fieuple un tripl de crois i
I un privilgi que, qui mar-
que d'une manire plus frappante la
luit ion qiril b reue de rej redouter
(m li li i. le Dieu ou irois puton-
aes.
l n louchant usage veut que cette
i- mine par un souhait du Goniarsx
on iteur.Le Consacr flchit
li ai fois le -enou devant SOU Ooito
1 Dr an hantant ses pan les : 'd
malin ,/;-,),- , Longues annes en-
core, Moi seigneur!
Mjji l Kvqoc de aftropoNs s'est
rhoiai det trmoiriet expressives:
qu irtier h i' devtre, le Sa n Cur
mm > | ( niili urs hatiennes ; quartier
pointe -i n.stre, un chne pulsaiui
ruent enracin daaa une terre gr mi
Ujua ; (laitier pointe dexlre l'IiSl
ruine, quartier chef snestre, la pal
me.
Mgr Jas n travaill beaucoup en
Hati, principalement au Sacr Cur
de Turgeeu el a la Cathdrale de
I' ol au Prince* C'est pourquoi il n'a
pneerainl de mettre le Sacre Cur
sur les eouleurs baiti nnes. Symbole
le ses deux grands amours dans le
pass et I.mis l'avenir : Dieu el II nti.
Le chne sculaire et le quartier
d'hermine rappellent sa pairie it'ori
liiae: la vieille et forte terr! d Armo
rique el sa Hre devise points mo"
qmam (adarx ( plutt la mort que la
souillure I Ils reprsentent aussi les
fruils qu il attend de son piscopat :
les pures el solides vertus q ii doivent
le conduire, lui et ton peuple, Ira
vers la lu le et le combat, la vie
loire liunie lignifie par la palme.
Le tout rsum dans la prire- dll
PaaJmlate : in le, Donnas, sptrjn.
Imprimatur
Port au l'rine, le li> ma s I91
v JULIEN,
Archevque de ^orl-awPHnet,
Ail m .-//i. dm Gnaives.
The G- H- UatRQjonJ
Company Chicago U*S-A.
Nous avons l'avintage d'aviser,
que nous avons accord Mon-
sieur I. DA.ALDR Jr. Portait-
Prince* noire At? -nce pour la ven-
ir d nos proiluiis en Hati.
.Nous comptons parmi les plus
pros failli unis et exportateurs de
tous proJu la de PORC et BUF
ti couaaisj ml parfaitement les be>
Joins .!.. voir.- march, nous som-
NI--IO vamcui que nous serons
a mnoBdc vous servir votre en-
tire salislact on
Notre Paye el Bul en sau-
l'iuri', ainsi que noire Saindoux
pur et Manlgue de Emilie* jouis-
tenl d'une liante rputation aux
Antillt s et nous avons la certi-
tude, si vous vouliez nous hono-
rer d'une commande' d'essai par
IVntremise de Monsieur Uaalder,
que vous continuerez traiter
avec nous rgulirement.
Par Gable
Nouvelles Etrangres
Avis
Le rcpiss* .No .lit, valeur G. HO
mis par la Commission Sambour,
en faveur de Mr Se.e lils.est adii.
Duplicata devant llrtdlivra
I'. u. Plaisir, mania aiie
Les Assises
Norma Numa el Chrv Itienaim
ug i hier par la Cour d assises, ont
ail acquit ls. I ne belle dlense a
el.'Iule par Mes Louisstiot et II.
Benjamiu.
\_: Inor Paulej i ci us di vol do
mestique esl aujourd'hui sur la sel
lotte.
Composition du tiibunal June
Pouilb, prsident : ministre public
Uoard Raymond; Jurj Klraond
Abraham praident. Conseil di l'ac
i us : Mo I rouillol.
Domain se a jug Benoit Louis
Charles accus de ol avec escalade
i dice du seront Gabriel Al
phouse.
*< Maui > Ui rei s t choisi
d'oliioe pour dofen lie l'accui.
Petite roqule
MoBtieur Ei I Joseph, lu
liue.l.liii un on nus bursaui
nous prier de (sirs pari ds ~es doi
tocos au Servies Hvirtulique, sa fa
mille tant totale eut prive d'eau
dupuis un mois.
P.-i n i < |ii a la Bourse Tienne
PAEU8 Une ddpehe d: Visons
anuoneeqie la panique la Uxirre
de cette ville s'est aeeentue ; les va
leurs ont baiss de 15 ojo. Les jour
naus viennois reconnaissent que
l'ellondiement des coins est d ea
grande partie la spculation mal-
h lureusfl -ur le franc. Ils su^/rent
m fermilure provisoire de la Biuise
des valeurs.
Li* Premier I v31 Paris
BRUXELLES- \l\l. Thwali et
llymans se rndront Paris mercre
di ou jeudi de la semaine pro-.haine
pour confrer avec M. Poinear.
L'intention de ce gouvernement bel
ge est de discuter l'altitude pren
lie l'g il de 1' Vllernaspie d aprs
la fac; >n dont sera reu le rapport
des experts. La question de scurit
de la Belgique stra aussi discute).
Accord entre le experte
PARIS Un esp're que le rapport
des experts seia prt vers la lin du
mois ou au commencent d'avril. La
diffrence d'ooinions qui existait en
tre les experts anglais et les experts
franais et belges au sujet du m ira
toire pour l'Allemagne on apparem
i ent t rgles; les anglais cio
yaient le moratoire indispensable au
rtablissement des tli.arir.es et de ta
situation conomique de l'Aile as
gue, les franais et les belges y
taient opposs. Les exp> ris anglais
auiaient cd sur oe point en loin
bant d'accurd pour que le gouverne
ment du Keich lit de petites livrai
sons en nature en rapport avec la
ituation prcaire du gouvernement.
On considre cette solution comme
tant l'acceptation du point de vue
qu'il ne uoit pas y avoir de moratm
re que les franc lis et les b.'lgei ont
toujours dfendu.
Abolition de l.i dynastie
(|te' (jiie
* ATil-.NES L'assemble nattona
le a v li une rsolution en l'aveu
de la dchance de li dynastie des
Glucksbourg et l'tablissement d'une
rpublique grecque. Cette rsolution
prvoit non seulement l'abolition de
la dynastie mais ainsi le banisseinent
des membres de la famille royale, la
vente obligatoire de leurs biens
et l'tablissement d'une rpuhliq. e
grecque pourvu que celte dernire
proposition soit continue par un
prochain publiscite.
On dsire que le rgenl, amiral
Condourioliscontinue remplir le;
fonctions de gouverneur de <;
jusqu' ce qu'ait t tablie une cons
titution rpublicaine.
Pour la rprise dos rela-
tions russo-beluee
BRUXBLLKS Les ngociations
entames avec la Russie des Soviets
fiar.M. Van Caulewaerl, bourgmes
re d'Anvers el chef du parti II i
mand A la chambre des dputs au
sujet de la reprise des relations com
merciales entre la Belgique el le
Russie ont t discutes par le c a
seil des ministres et approuves pu
le gouvernement qui autorise leur
poursuite.Le projet a pour but d''
tirer le eOflMMrea russe dans la
porl d Anvers spcialement en Inve-
et de faire de ce port belge le por.
d'attache pour les navires arrivant
et partant.
Le Marchal Foeli reu par
If pape
ROME Le marchal et afm
Fooh arrivs rcemment Rouis
I mr y fair une courte visite oui
t reus eu audience par le l'ape
Pie XI K
IViSji.'rtivv d'un nouveau
ministre foiocar
P.VUIS 26 Lo cabinet I'oinear
est dmissionnaire, mais le Pi il
dent del Rpublique a demand
le jour m''ine a M. Point u> de cons
tituerle nouveau cabinet. A la i
du malin de la chambre ni pelil
nombre seulement de dputas
sistaisaL M. de Uestayrie, min
des Finances, a pos l question di
conliance pour obtenir le vote du tex
te mme soumis la chimbre d'un
projet de pension des fonctionnai
res ; malgr cette insistance du mi
nistre des Raaoca?, la chambre vo'a
pir 271 voix COUtM i >* voix le reu
voi du projet la commission des li
nances pour y adjoindre un amende
ment augmentant certaine pensions.
M. Poincar, prvenu, a aussitt
convoqu un conseil de caLinet qui
se runit midi o"1 au Palais de
l'Elyse.
A" cette runion du c binet M. de
Lasteyrie souligna que lui seul avait
t rais en minorit petite, que la
politique du cabinet fut toul r em
ment encore ratitie par la chambre
et le snat. M. Poincar proclami
nanmoins la ncessit d'une retraite
collective du ministre.M. Milleran I
insista vivenent pour que le cab net
se reprsenta cel aprs midi devai'
la chambre ajoutant qu'il tait prit
expliqu-r aux chambres les motifs
de cette attitude par un me-sage
prsidentiel. Il souligna avec iasis
tance que le vote'le la mutin! fut
obtenu par surprise, de nombrej<
dputs tant absents. M. Millerand
se retira alors el les ministres dlib
rrent. Us furenl unanimes expri
mer l'opinion que M. Poinsar de
vait rester au pouvoir p>ur continuer
sa polilique qui est eu ce moment
en pleine ralisati >u. M Pjioear
maintint sa dcision et r^ nit li let
tre de dmision collective du mi ois
1re au Prsident de la Rpublique
qui do put alors que l'accepter, ij i
quittant l'Elyse, M. Poincar dcla
ra aux journalistes q le sa dcision
tait irrvocable.
Aprs les consultations h ihituelle ;
avec les prsidents de la chambre et
du snat et diverses personnalitis
politiques, M. Millerand convoqua
dans Papr* mili M. Poincar au pa
lais de l'Elyse et lui demandt de
former un nouveai cabinet.M. P.,in
cir exprima au Prsident sin v |
dsir de rpon Ire aflirmativement
son appel et demanda jusqu' 'le
main pour lui donner une rponse
dlinitive.Kn quittant le palaii de l'E
lyse M. Rtoul Pret, prsident d
la chambre, dclara en envisagean
la possibilit d'un nouveau mmis
re Poincar, qu'il ne considrait pu
que le gouvernement avait t mit
en minorit surtout aprs les rectiii
cations des votes.
Tous les milieux ont accueilli avec
la plus grande sati-taction la nou
velle qu' l'issue de l'entrevu de
l'Elyse M. Poin,'ir avait le plus
vif dsir d9 ripoHre affirmative
ment l'appel .11 prsident de La r
publique. Un con-dre que e's con
sulfations que M. I'oinear fera ne
pourront que confirmer le* inten
tions dont il lit part M.Mi.lnrin i.
M. PoincaT deminia d'aj mrner sa
rponse jusqu' demain midi vrai
semblablement pour pouvoir aipnr
ter au prsiient de la rpubliiue si
Don la composition diinitive du ca
binet. du m nns des instructions
trs prcises sur la faon dont il e i
ten I le constituer. VI. Poiac ir pour
ra alors soumettre demain aprs mi
di les dcret* nommant le< nouveaux
ministres la signature de M. Mille
rand.
Nouvelles diverses
PARIS La chambre a adop'.
par i90 voix contre (>7 un projet de
oi ouvrant un crdit de millioni
de francs pour l'assistance des fran
ais dtenus en Russie. La chambre
a renvoy par 421 voix contre 51 a
la suite des au'res l'interpellation di
M. Lon Dii let sur l'attitule de U
police prop)s de l'en j'jAte surli
mort de s >u lils. Le gouvernemmt
a dpos un projet d'ouvertur : 'le
crdits provis lires au titre du b 11
gel des dpenses recouvrables pour
avri1, mai, juin, juillet s'levaut
3.983.913.iSd fnocs ; Il a demin
d un crdit de !','< 13 I.49J fiaocs
piur ]les trjtpes do^upaloi n
piys etl il ,'i -, les v lluiti tai i i
asat cimi" li la riaetion Its ef
feclifs de h U ihr piur lesqids u i
inon'ant h 13 mi lioni pir n us est
envisag.
P Uni- M.Paul Lon, directear
de> Re.i < Al ts.svii I i M
l'expos : 11 d irl letin ira .ai
Muse .1 iera.ll a a Inii" p II Cttli
remen' I -s lablsanx, les sculplm
les tis. is et les meublas et flicit
ehau h n >ut 1 as orginisate rs et les
ar ti--
Lis II W.r; Un aroplane an
gtis parti hier de Calhol ( Angle
terre } pour Je tour du monde a do
atterrir au Havre p r suite d i br mil
lard.
BRUXELLES M. Pletehsr, ara
bassa leur des Etats U us Rruxellfs
est parti piur Rom: pour occupir
son nouveau p >s-e d'ambassadenr
s i I !" ; il nattera nar Pa'ia o il
raet ra jusqu' jeudi, il a .rivera
Ho ,i samedi. \mm^
M :\IC0 M. Warren, le "nouvel
ambassadeur au.eiicaiu au Mexique,
est arriv Mexico. Il est probable
qu'il prsente.-a ses lettres de cran
ce au prside t Ob-gon avant same
di.
PARIS Le docteur Jean Ciiarcot
a I intention de partir vers la lin du
mois de Mai pour un nouveau voya
ge d'exploraliou ocanographique.
| L'Action franaise a y ml insi
nuque M Manouiy. ministre de
rintriiiir, avait assist un dner
donn par le ministre du Prou le
jour o il fut absent lors de la de
mande d'interpellation de Mr Dau
del, Mr Cornejo a crit Mr Lon
Daudet que seule Madame Manoury
avait assist au diner.
LES COURS
26 mirs
PARIS-Dollar
Livre
'
18. 71.50
Football
\oici la com,jostlion de l' ini-
pe de i (eniarmerie d'Hati qui
matchera dimanche: Livaud.Wid
man, Nicolas, Alvarez, I label
(avants). Jn H. Molire, Alphon-
se, St. Ilabel (demis); Hoe, l'reu
ti (arrires) Ernst, (But;.,
Fianailles
Nous avons raou la carie de (ian
iille* deMelle tllanle llvppolite,
avec Mr Louis Raymond,
Nos compliments.
t*
Parisiaaa
Roger la aiij '
3e chapitre : *"j^
Mre coupable
Entr : 1 ydo et 1,50 ?"
A ViS
Madame R. Uelage recevra le
samedi 18 courant, de beures 7
heures p. m. Avenue P. No. 1010,
en l'honneur de Mrs .1. Russell,
l'occasion de son prochain dpart.
Le prsent avis tient lieu d'invita
tion.
Varits
Vendredi
Le 5 chteaux de fmw
La miin dans le sac
avec HKiADIN 3-^J
Le Rom de Mare
entre G. (I.50
f.iiinma lairoad g
Iteamship Line
Bureau du 1'\gent (gnral
Port au Prince, Hati, le 27 mn
9*4 S
Hullelin No 371;
Le steamer l'anama est attendu
Port au Prince venant de New VorL
Dimaaeha 30 Hen I9I4, avec 6.'
sacs de lettres et partiradaoa l'aprs
midi du mme jour directement pour
CristobsJ, canal /une.
0. II. Tllo B80N, X.-ent gnr. 1
Secrtairerie d'Etat de l'Intriejr
SSGllOfl H'IiflIlDili
TRAVAUX PUUL4CS.- LaCov
pagnie Nationale dos Chemins de
F-rinT-rme le Oonveroenient que
les travaux de eoostruction de la Non
elle Ncne St. Marc vers Petite Ri
vire ds l'Arlibonite el Ilirebalais
commenceront le 4 Avril prochain
conformment au plan de rorgaai
sation
Le Secrtaire :
L. Henrj DUBANQ


i r rA'Jir
administration Gnrale
^ des Postes
Avis
Enns le but de metlre plus
facilement le publie et le
commerce au courant de
chaque dpart de la malle
pustule, l'Administration
Gnrale des ;l->os(es, d'ac-
cord avec le Dpartement
des Finances, a dcid de
leur facilit la tache en a-
doplunl 1m rntsuresuivante:
lo Le joui' de l'entre et
de la sortie de tuut navire
transportant la malle pos-
tale, le pavillon de la Com-
pagnie maritime a laquelle
il appartient sera hiss au
mt, ent Nord.de l'Office
central des Postes.
2o 1 es le dpart de la
malle, ce pavillon sera des-
cendu.
Cette mesure sera mise
en vigueur partir du 1er
Avril prochain
; Port-au-l'rince.le 120 Aiars
1924.
TJi'tf.TS
PASTILLE
VALDA
JEIW OOVJC-.HE
C'est la PREiiYAHMI
des Maux de Gorge. Enrouement.
Rhumes de Cerveau, RLumet,
Broncbitei, ci..
C'est le SOBLAGEKEHT BSTAUTAI'
le l'OppreBon,
des Acc d'AsthL-e, etc., etc.
Cal le BOH REMDE
pour combattre toutes les
Maladies de la Poitrine.
DEMANDEZ, EXIGEZ
dans toutes b icies
Las Vritables
PASTILLES
IVAL.DA'
vendue i ulement
on BOITES
portant le noiii
Les l'aslilirs VALDA nten ei.ta
Pharmacia Centrais d'Hati, PI arma
cie Ftourraine l'orl au Piinee,Plmr
marie Brutus Jrmie et h ut.
pharmacies.
Royal Mail Steaai
Packet Company.
1 Le steamer Kara votant de Hinas*
ton fit des ports du Sud estant/endu le
lundi matin, 31 du courant,. Il partira,
dans ta ioire du n.me jour pour
VEurope via les ports du Nord:
BfPor* au Prince, te 27 Ma* s 1U24
Roberts,Dutlon #CInc.
Agents Gnraux
i
Coloniluan Steamslup
Company Inc.
"JYnpcnr dirig par la Coiombian Iteamihip Company
Int. pour compta de United Itatea Ihipmog leard.
%Le steamer Haili ayant laiss JS/^w
Yock le 22 Mars courant, est attendu
tort au Prince le 30 via les ports
dul\ard. Il repartira le mme jour pour
Petit Govc, Miragone* Jriive, Cages
et Jacmel prenant fret 4 passagers.
Son itinraire pour la retour sera uf-
trieurement fix.
Port au-Prince le 27 Mara 1924
GEB4KA et Co,
Agents.

Jtrtstom
PNEUS
TUBES
* ACCESSOIRES
les premiers Botomohilistes du monde te senenides
Pneus & Tubes
FIKESTONE
La I irez tune
'lire cV Rubber
Company,
Parmi toutes les antres (antiques le t*heus ft Tunes
reprsentes en llaiti est la premire qui a permis
au public tic profiter le la baisse du Caoutchoute
fous avei une relle garantie en employant le pneu
"firestone Cordsut>our votre automobile Burloul'quarjtl
mmis la rai les circuler sur des routes glissantes eu
rocailleuses. Due lois votre auto munie de Firesleuel
vous ne devez rien craindre,toutjdanger est limin.
Toutes commandes directes peur la fabrique soni
acceptes L. Preelzmaiii-A()(|erIioIm,
Rue du Qu d
Tlphone : 254
Toujours en stock 'etes les'jlimeusions de
Pneus & Tubes
Pot/8 en U ouvere* aussi chex :
J. H. Woolley,
OppoiVe Bazar Mtropolitain*
Le < Salon des
Elgants >
Annonce sa bien veillante (lien
tl>'i|iie son iili'liti de eoiffon est
transfr de la Place Gaffrard, au !'
cal fitu la Graod'Rue, pies du
-in de M. I.liai les Gautier, an
cianna Maison Ewald,
Plac ainsi entre les Ruai liante*
D( I iiiclies et des Miracles le non
local du "Salon les Elgants
est a la porte des clients qui j trou
veront, comme toujours, un service
au -i rgulier qu'empresi.
lcpiass adirs
La ouJttgn, roandataire dai
ptraoanei ci'deasous, dclare su
public le* recpiasa lui
vanis de la Commitsiori s m boun
\\ .-.',.!- N" 286 laveur Veuve
Couride P. 95005
piss ho 21 "i favem C
Robert de P.50.00
Il lea dclare nuls dupl
va'ii Im en tre dlu
Port aii-l'nii 'i Mars 1924.
Vu,,mai i MOLIRE,
avocat.
Pan lanl mon absance, Mademoi
alla V. Parti al Mr K ie Augustin
son charge da la direction de me
affairas.
On peul l'adresser i eux pour tout
es qui ci ni nie les location* divtV
tts al l'Entreprisa Gnrale drv Poei
pps Innbraa.
Meilc \. l'arc; sigoera uuit ou
nt ave. Mr Elie Augus
lin : Pour S. Paret ''.
le prsent >is annule ton- trlg
antrieur
Po su Prince le 24 Mirs 1914.
S. PAUET
/TTJisEillS
1940, Rue du Aiayasin de l'Etat
Tlphone : 347

l
>


LE MAT .
Un Mierobo dangereux
Le Streptococus t Viridiyix al k*m
(itlqur, c\eu-.1-cir?, gj U fail aiyrer
h h genciv^y.
Lei re l.erches S( itntilique> enlr pr m
pendant rfs il rniiet anne perl lies Btedn ai,x il.s |-|:,|..l is uul rondo t
dcgdiVoii'T'.'s ii tl ii lui.- ai 1rs qu> il. i-
t nttourner au pr. lil de lit munit. r,
frante.
Il t preuve* que le llrej ii . <. \ j
diiams, le microbe lu n < lilique en me on
l'appelle, se lij.e dans Ici iarin<> dra
dents, des an \gdalts, du tube u:l.slii I,
te.
Le i e ili\i r* pi inu i| n i,\oie ses li \;.
i..- ;.u\ ai 1res organes | ir la voir in pu p.
L'luj (i lea eLserbc di bord, puia lea ie-
leule mi nlrea ninem < i rilbiana
en produit*ni unime lcgiqueii tnl il h,ni
l sappotrr, il*s intoxications frnralea
nui se llttduiai ni | Ul,
ea lignes qui prcdent s'adressent
ifuvli qui ne biOrsenl pu leois dents
dan la crainte d'an faire t signai lea tn-
mes.
1 sa gencive qui taifcoo et m e gencive
naade. Le dentiste ei l'taaaen baclro-
Jofiiqui din ni 1,1 i-aube de u -, i_i ntnt.
I eut lire laodra*t*il m attribut r la cai se
nu Mreptococus ?
L'hygine de la beuebe obieive itar
nellemenl par l'mageuc i bluir Lculane
ANII.I'Vo du I i Wtnla tatdrtii le
Lr W UNI s, une n Lie ialuuiie tour
viter la peoie ilvtclsiie al la touch
du Slreplococas. a cch mina il iai.Ui,i
aj.utei le brostagedei dnia avec la Cn-
i. e danlifiica axx'K.FY odn lit W'tite,
"il le pouvoir antiseptique t.'I t.lie jia-
lai.lie | oui ia coi.su talion des .,t i U.
Fnb icants :
Ihe AntUolor MFG.
Sp m g ville N.Y. ElilE C
TjAmanHez les rcliantillons et les 'prix-eoui anta. Nous
avons besoin d'Agents actifs en llaiti.
Prix du FUoon : S francs.
Baume Benue
Ourlioa P.mdtcml dm
. GOUTTE RHUMATISMES
NVRALGIES
Dr. BliMll', 16, Kue baliu. Paris.
Royal Caf
Kn lace de h Banque Nationie
Propritaire : AnnaciusINNOI'.EYl
LQ nouvel tabli8|emenl se roeommaude par un .service
in'proclialde, dea consommations de premier choix, a
.situation privilgie.
La soir, musique attrayante diritje par des prott*
jsijmicls de i|iaii(l meiite.
Installation parfaite. prix modtWs.
Tlphone \" 3Qft
(. ranci Htel de France
Angl* de* Rues Bonne foi $ du Qun
VIENT IH: RECEVOIR.
Pt de (oie gras truff. CiVSl de livre. Andouil-
lettes aux lentilles. Andouilles au saindoux. .lamb n
en boite). Anchois ;i l'huile. Sardines. JOaquereauv
ihn;i, ("assoulnt -Petits pois fins extra. Itoudins, etc,
\ in Roug \ te gallon 4 gd*
Vin Blanc, lgation 5 gd*
1 H>e' dlite par barriques et gallons les vins de
Bordeaux. Vins de Champagne,
# Pour gurir ou viter t
MlQRAINtl CONSTIPATION
CONOCtTIONtITOUNOIttIMINTt
IMBRl OitTHIOUl
IL SUFFIT de prendre
a l'un Cl* toi repaa
tout te* < \%*r% wtemsut
une Pilule do Dr Dehaut
147, rue du Faub 3t-Denis. Prit
Mais il faut exiger les vritables
qui ont tout i tait blanchei
t tur enaouna dMqualla* te* mol*
DEHAUT A PARIS
sont trSe liitblamant Imprima* n noir
Audain Frres
EtUrepreneur
Notre Maison de ('.ommtrce -t
transfre a la Rua Jea Kroola Porta
s cot de la Pharmacie Noire Dame.
.Nos clients & amis l ou venu l loj-
jour* le mii e seivice et pour toutes
les Bouraei.
ASTHME
PAPIER FRUNEAU
Brl trs du maada H produit on ou fmant inimaJUt I
daaa tose le eu l'Aethma. tmphjama. Oppreatton, aU.
FRUNEAU, II, B^lt-Martla, Paris r fojfaa a^a^nio'at.
A f.rt au fttmt aKa..AsY*a>.JUl HaMb. i
D- J-R THEBIUD
Chiruryien-Deiitiste
Dea Faculls de Montral k
Nen York et de Boston
Angia des Hues Des-tourhe et'du
Magnsin de l'Klit.
Conulla(ions de <> hrurea du'
malin ay hfuvea F.
* 12 Rue des Miracles ct
de T.'tole de Stnoijraplue
ROBIN.
On tiouven Chapeau Jean Barl
p ,ir enfanta, uigrettee fantaiaie pour
CQttpeaai.plumaa.rieura et fruits arti
li iels pour modei et robes, voilettes
des cHbucho;is pour robes et du
Eaaui, des peignes h coiffer, des
roeaee lle.des faux rois souples
et empess suprieurs, de la sparte
ri,, du laiton des calottes pour cha
peaux, en sparterie. de 1a paille de
soie par pices, du papier lettre,
des enveloppes, des plumes, de cra
vous, des lacis pour joue,, de la
poudre de ri/.des e\lrail>,des colliers
Mntaiaie, des denlelles et rubans.
On trouvera aus-i du Champagne au
lhenlii|iie i;arle dor d rni sec, du
Cognac, du vin garanti pur Jus de
raisin, par galloi, lu Saint Julien
et du SI Kniii.ii -'il caisse, des li
queurs lin s assoities, des couteaux
de tables suprieurs. Hein BUMJ drj
pet'ies poupei I I >n mareh.
Les cordonniers ton! avisai qu'Hl
tronveront h prix fduill des talons
m celluloide.
NotaPour quel pies jours seulement
nous olIrons nos vins pu barrejoeA
d s prix exceptionoels. priio de
p.isser nous voir au plus dM.Ne pas
oublier qu'on trouvera toujours les
produits G iilliiud et le KoU Ascen
cio aux prix de fabrique. Timbres
poste, timbres mobiles et papier tim
br^s.
On trouvera rea mmes artirlss
('Tropicale" Grand'Rue 1738 mai
ion Incident Qeoi
Paul Sals
AVOCAT
RsioTjyremenls Contmerwaz.
affiTes l'tr*oqpi.
Correspondants NVashing'
Ion, \e\v-York, Berlin,
Turin, Londres. Parts
17 Ht- Fioux 2l7,^on-au-Prinet
Tltfhvne 597
ilfcift
Sept passayers eu par-
fait i tat peine quelques
mois de service esl
vendre ua prix excep-
tionnel.
Toute offre raisonnable
S3ra accepte,
S'ailmser
L. PREEZM&NN-^GGEUHOLtd
Gnral agent
Rue du Quai< l'or t au Prince
*ci''-"S^r
.
^
^^dxsL^sx

Trop faible
pour travailler
-;

La vie courante des temmee r.'ost so-'-.nt
-m'un travail incessant. Combien plus ardue
-A la tiche quand les Oiala ..uiiers
leur sexe rendent chaque mouvement pnible.
1 e systme nerveu* est dransri
d'tre gaie. Lei femmes qnfse trisavenr i
cette situation, devraient profiter de l'en >erienee
de ctllc qui nous a envoy cette letti
Lkez Ce Que Cette Femme Dit
Marn.Vlo, Or:r.'.-, Cuba." l'c't il
rbg .s. Ces doulaura me forai
rem Les douleurs, toujou
taienl quelquefois sourdes et Javnmia*
taiaaouTCBt J'ai aouffarl de eetnaliii an
i icula
de vol i. Je
I
tle la ie oaVDaodS> : r,t *
\ '"Srta. Maki:.a Milan,'Jaii vie CiridaJ.
ba.
Lct te-.nuici ;ou(Tr*rur m deTralcnt pn< faire d'f ,,*!
mal* ,!oiv*ut tusialrr pour la
Composition \fegetae
de Lydiia E. Pinkkam
iniai.MamoM mco,cin eo. lv>,kaii u.*>. /

Si-

a
es
Si
Pharmacie VV. BJGH
Prfprrpx von liqueur* avec les Es* e s pour Liqueurs ; Anirette*. Ctme
de Cacv) GharireuiP.Cwan"/* i,
r aji - -


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM