<%BANNER%>







PAGE 1

Lfc UA11N yable Londits avec 1 appareil pour 20 habitants. ,\oire amour i U la BtatiaUqoa ri na obi : %  i plus avant le < il et ous forme di bisni r*d*, P.log'eterTS a re i 1,318,88! 00 i marks or, la Pram 1,801,191.0 , I Italie 397,951 0:)0. li B giqu • i 72i,: 15,000, le Japon 68, \i 00 ) la Serfa B 161,5 10 000, li lire.-.| 1,574 000, la !'oh)_'n l 13,110.000 la Houm nS31.9l4.O0J la i'ch cosviquie 13.133,000 et le IVdgal 11,853,000 avec *les son n MI sneore rparties ou n si pens si montant 2,7ltt,098,o. ) m rksor, le total des versement i de I Al'e nngne a celte date est de 8/1,1 i.; 1*09 dduelioa laite de cri M es de p iorit p mr le oharboB, des Irais d'oce -palion. Le solde di pouihle pour ls rparations est ai • si lpirli : Angleterre 191,877,000 mark- or, h l-'rance 180,777.000, lalie 358.105,000, Belgique 1,445, 600, .Nouvelles diverses PAltlS 24— Selon plusieurs jour naux. les conversations diplomatiques franco hi ilanniques prendraient prochain) meut une forme trs acti ve, d'impoilantes instructions relati vos aux garanties qu la France de miode pour sa scurit ont l tel 1 grapbiei M. St Aulaire, ambis s idi ur de France Londres. La chambra at ls snat se sont mis d'accord et ont adopt dliniti vement le projet de lo s li-cales. Le Binai avait vot au pralable le pro jet par 151 voit contre 12 en y ap portant qudques mo I liealions. l ne IOUI e immissiou de la Soci |idis Nnticns se runira lundi Paris pour poursuivre l'tude sur le trafic international des armes et des f nnnitiooa. Elle examinera particu iremeut le projet du colonel caria dien Carnegie rg'emeniant 1a l'abri cation prive des armes. Un mande de Marseille que le pro gramme des fles franco amri aines qui -e il.'rouleront du t\ au .i mars a l'occasion du sjour du Ci irass %  l'ilisburg • %  a l dlinitlvement ar rt ; il prvoit des visite o ticielles de I amiral Andrew aux autorits, des rception! solenelles la Mairie, la chambre de commerce et la pifeture ainsi qu'un match de football. l. l'iolo Valderamn, dire leur du bureau de la piopaginde colombien no en France et eu li Igipie, a don li, lur uue confrence trs intres sant sur les relations belges et co lojibiennes. Son expos .s ir les res sources de la Co'ombie a t pirticu lient document. P ur ta premire fois depuis ll % un allemand, Le Stayer Wittig, a couru au Vlodrome de Bullalo a Pi ns. li s'est olassa 3msor6par tunts derriie Sut 1er et i-'ari-ot (Uns une course d'une heure de motoev dette. La BOUS <• un oisslo i de la So M d-s \ liions ii commenc l'examen d un projet de contiole du Iralie et de h labrieation des arme* et des muniti MIS. K'Ie prpire les bises d'une roiiveiilion iatcniiitinnale que i i '. ils non moiiibres de la So :it des Nations, les Ktats Unis notant ment, pourraient accepter. I ne dpche de Home annonce que le Pape a exprims son plaisir de l'accueil fait en France aux associa lions diocsain1 - et se rjouit del d i iiplina de 1 Bp se >pat et du clerg fi'in.; .is. Lri.NUIlES— Trois aviateurs an glsil i; i11cn-nl ce malin SouthauiD Ion pour tenter de faire le mur du mon • en avion. Ils comptent d'abord s'arrtera Lyon puis Briadisi Rouveaui caraioaaj HOMK— Les arclieveqaea Ha I tew Vorkel Mikidlen, de Uliica go, ont t nommes cardinauv au i oiisistoire secret. l.c Dpartemeol de l'Intrieur inI nui' les intraasds qu'aucuBeaution nement ne sera exige d l'r.iigrant qui part *es propres frais, ainsi qu'il rsulte des ternes de la Loi. fort au l'ricccj !e H mar* \'Ji4. Duc onli u nce ilu Conilo le Saint ^ulain ivec PI. Maeilonald L iMiltHSLeon'de ^aint AuUire a eu uue importante cont rence avec M. Macdonald. Le pro I lme de scurit de la Fran e envi ^ag d'aprs les conclusions proba bhs des experts a t discut en d lai 1 Hurant la rak end M. Maclo nald a examin les Ir.iviux des c mi ls des experts avec sir B*adhiry, sir Kindersley et sir Siiimp men ires anglais des con ts qui rentrrent de Paris samedi. On pi tend q ie ces experts n'ont pis t mau es Londres nais J fuirent de leur pro p e mou veine il el q ie ['• nlravno Je M. de Saint Aulaire avec le Premier ist due l'intiitive dj i'anbis adeurde Franc,-. PARIS— La conl-rence qui a eu lieu Lon Iras entre M. Mac-do ge des diuanes a produit en fvrier 150.659.000 marks or et p oduira une recette plus leve encore pour Mrrs. Le gouvernement des Soviets signera le irait*'* de dsarmement lilvN'EVK— Le gouvernement des soviets de Itussie a notili au secr tariat do la socit des nations qu'il signera le pacte de garantie mutuelle et le trait Je dsar nement reco n mand par les puissances A U der nire assemble de la socit. Les seules nations qui n'ont pas rpondu sont la lie gique, la Finlaude et l'Es Ihonie. Les dettes intrieures de la France seront consolides PAULS— Alin de rsoforotr la po si un gagne dans la bataille du Iranc et d amliorer la situation co nomique et tuancire d une faon gnrale, le gouvernement se proc cupa de la consolidation de la dette intrieure de la France PlusieuiB projels visant la consolidation des luelque DO mil.iirds c instituant la lette IlilUnle sont depuis plusieurs se.n unes dj devant le ministre des finances, rnn's le gouvernement attendait avant de s'en saisir le vole du projet des lois fiscales par les chambres. LES COURS 3 13 mars P.vltlSDol'ar 18.89 Livre 78.70 NEW VOUK rranc LS |j Livre sterling .t1 1 Pour les Jeux Olympique 8 Ce matin nous avons eu l'occasion d'assister aux entranements de l'Kquipe .Nationale de I ir qui doit nous reprsenter aux Jeux Olympique-. C'est SOll nu-ires que bs tueurs 8'e\eri,aieul et nous avons t heu reux de constater que les rsultats ont t simplement merveilleux. Nuis avons distingu, pu c. les douze tireurs q i 'I livenl l'orin. r le qu pe, le lieuteuact C. rmoiit, les as pirants Laraque et Angustin, le sergent Astrel Roland, etc. Ces entraiuements coutinneront jusquau d pat et se feront de la mme faon mthodique el discipline. Lelineral Me Doiigal, en personne, prpare ses hommes, assist du ma jor wilh de a Gendarmerie. Lorsqu'on voit dans un certain recul une agglomration urbaine • t qu'aprs un premier regard d'ei semble on se met analyser les dtails, on remarque que toutes les c. instructions qui la composent ne sont piis de mOM grandeur. Par 1-urs proportions, quelques-unes, les difices pub les, se dtachent nettement de !a masse des autres, qui sont les maisons d'habitation, ht. parmi CM dernires, il se trouve aussi des dilfrences qu %  l'on constate d'ailleurs avec quelque plaisir pour les yeux, parce que si ces constructions taient en tous points semblables, l'ennui natrait de cette anil'or ail et la vi le aurait 1 apptien:e d'une ncrop le. Les plus petites de ces maisons, comme les plus importants de ces dilicei qui, par leur varit de style et de dimensions, contribuent! l'harmonie gnrale, sont souvent btis par tes mmes architectes, et ceuxci c instruisent les uns et les autres ave : ie mme souci de solid.t et de durie, car ils savent que maisons et di ices sont ncessaires 1'exisleurt: de la cit. I..i reportant sa pense sur une salle de classe, on ne tardera pas distinguer de la mme manire, dans cet ensemble de jeunes cerveaux, des intelligences qui dpassent 'es autres ainsi que les btiments publics dpassent les habitations prives; et parmi ces autres on relvera encore de nombreuses ingalits. L'instituteur, qui est appel btir des nations, comme l'architecte btit des villes, doit les mnes soins tous les cerveaux, toutes les .iies qn'il est charg de mettre en valeur, parce que, eu des mies diffrents, de* degrs plus ou moins levs, ils seront nce-saires la vie de la nation. Il s'appliquera tirer parti de tous les lments ingaux qui lui sont confias. Si le mot de Bonaparte : Il n'y a pas de mauvais sold.it>. il y a d mauvais gnraux se vrifie souvent, bien qu'il se rapporte des hommes dj faits, combien plus justement ne s'appliquera t-il pas, des enfants qui viennent l'cole chercher une formation. L'enfant, normalement constitu, quelque peu intellhge it, qu'on le suppose, assimile l'enseignement qui se prsente convenablement sa porte, et pour aucune raison au monde le matre ne doit se croire forc de le lui inculquer l'aide de violences physiques ou morales. Ce n'est pas avec de tels moyens, et encore moins avec des insultes qu'avec des coups qu'il rendra possib e la nation l'utilisation des cerveaux mdiocres. Le fouet soulve les mauvais instincts de l'lve et sa ran .-une passagre contre le matre, mais les blessures d'amour-propre s'impriment profondment en son esprit trs mallable ton ge et y occasionnent parfois des troubles graves et regrettablesI telle que soit donc la srie le ses failles el quelle que puisse tre la lgitimit de votre colre, Matre, ne lui dites pas : Vous ne ferez: jamais rien de bon la l'.raigne/les suites d'un si rigoureux verdict II est lourd, tourdi, paresseux, mnteur. voleur mme : l'aumue d'une bonn parole le redre-serait peut tre, lui indiquerait la voh dans laquelle il devrait marcher e' le pruarerait ainsi occuper un rang honnte dans son milieu social. Car ce n'est pas s'ulement avec de l'argent et ceux qui ouflrenl de la faim qu'il faut tendre la main : le plu* instruit doit l'aumne intellec tuelle a celui qui l'ett moins, et l'on sait que les plaies du cur ne se pansent pas avec de la ouate aseptise, mais avec de la compassion et de la cli rite dnlienne. Longtemps prs, an cours de la vie, ai rs qn'il ne restera plus des coupie, is qu'un mauvais souvenir, chaque fois que l'lve ainsi dcou1 .c devenu homme, se trouvera aux pii es avec une difficult M rieuse, un inaueca, et qn'il aura besoin de 1 lont. d'nergie, de confiana na soi, de ces armes morues qui aident a lutter avantageusement contre les circonstances adverses, craigne/ qu'il n'entende retentir ses oreilles votre daeeprant verdict: f Vous ne ferez jamais rien de bon et que ses bras abattus par cette obsession, ne retombent impuissants dans la plnitude 4 leur fores. Instituteurs qui travailles avec une si belle abngilion au relvement de notre payo, queilet que soient les fautes de vos lves, et quelle que puisse tre la lgitimit de votre colre, ne leur dit** jamais les mots qui aacoHfBgenr. ii dric DOKKT ( Bulletin Officiel du i;.paitement de l'Insli .niio.i Pjbliqje, JanvierFvrier 1984 ) Les Assises L'accus Samuel Alexandre, jug hii-r par la Cour d'assises, a t con damn trois ans de travaux forcs Il tait dfendu par Me F. A D. v iMin. Norme N'uma et Chry Bienaim sont aujourd'hui sur lu sellette. Composition du tribunal : Juge Aclojue,prsident ; ministre publ c Me tribi ; Jury St Fort Colin, pr sident. Mes Louissaint et II. Benjamin sout au bauc de la dfense. Demain seia jug le nomm Ag nor i'auley 1 ccus de vol domestiqua au prjudice du sergent Watts. MJ 1 roui lut a l choisi d'oflice pour la dleose. I.isiullalion du nouveau CIIBI de Division au Dpartement de l'Iiilrieui' Ce malin IU heures a eu lieu, par le Ministre de l'Intrieur en prseuce du Prfet de cet arrondissement et de tout le personnel du Dpartement, 1 installation du nouveau Chef de Uivisiou, MrDamase PierreLouis, qui n'est pas une tiguie nouvelle daus notre monde administratif, Mr l'heaid, aprs avoir rappel les qualits d orure et de coneclion que prcdemment Mr David Borges sut imprimer au service dont il eut 1.1 direcliou, exprima sa satisfaction de voir lui succder Mr Pierre-Louis dont les nombreuses qualits expliquent sa marche ininterrompue dans notre administration. Le nouveau Chef de Division rpondit eu des termes heureux, promettant dans sa nouvelle tache d apporter par dessus loul : sa loyaut. Ce fui ensuite le Lur du Cnef de bureau, Mr Lafayetle Ltiancy, qui lit l'loge du personnel actit et entendu qui ne marchaudera pas son concours au nouveau titulaire. Les ltes organises en l'honneur de st Joseph ont l Iructueuses Grce au dvouement des dames organisatrices qui oui mis toute leur iue el leur nergie au service di 1a cause du bon patroa, les ttes de la journe du IW Mars ont eu le plus giand succs 1 outes les bourses se sont ouvertes. Pauvres et riches ont apport avec empressement leur obole cette œuvre de charit. Lu entrain admirable avait anim la lirande Kermesse du dbut la tin, et S l'ansiaua il y eut U soir aailo comble. bai recette 1 tmoignent d'ailleun du coucours gnrai dont cette belle initiative a ie entoure, et ont laiss un bnfice net de Utux mille uni uni gowdt) cinquante cinq cenliines Nous renouvelons non complimenta aux dames palronesse* pour le beau rsultat obtenu a ia suite de leurs louables efforts. 1 I —HSW—w Varits II Mercredi I 7A8 lin, Entre 1 gde-s* Dcs F.st dcd celte.auit. Mr AUIBI'CE IIAWI.I. L'enterrement aura lieu au jourd lin 1 a J heures p. m. en 1 r,gli se l.ath diale. Maison mortuane ; Grand'Hue en face du March Val liera. Ni 1 condolances sa veuve, sa entants aux familles Abraham feou se, Abraham liawli et nos amis UouMte dda,.N'axib et fiarn 5--*. r-r w ... m ^ I



PAGE 1

LE MATIN — i m i—Tre$totte PNEUS TUBES ^ & AGGESSOIRES Vs promiers %  utomohiiistes du monde se %  e.veBtdei Pueus & Tubes FJKSTON La l irastone Jire V Rubber Company. l'arnii toutes les autres fabriques de t'ueus ft Tubes reprsentes en Haiti est la premire qui ;i permis au public de profiter de la baisse du Caoutchouc. ?ous ave/, une relle garantie en employant le pneu "Fre8toneCords"pour votre .automobile surtout quand TOUS la laites circuler sur des roules glissantes etj rocailleuses. Due lois votre auto munie de FirCSLODil vous ne devez rien craindre,tout danger est limin. Toutes commandes directes peur la Fabrique sont acceptes les conditions trs avatageusea par I'A1I* >,I,: L Preelzmann-\j|ijerlioIin, Rue du Quai Tlphone': 254 Toujours €*stock toute lejlim unions de Pneus & Tubes Vous en trouvre* OUMI chez • J. H. Woolley, Oppf t>ite Bctxar Mtropolitain* Dernire Heure PHI&26 — Ce matin, la suite des dliats sur les pttlions, le C.ouvernenient a t mis 60 minorit-' la Chamlire, par 171 voix cootfe 264. Mr Poiocar ;i envoy immdiatement Mr Millerand la dmission du Cabinet qui a t accepte. Tivoli ithletic CItil A a sance il hier soir, le Tivoli a renouvel comme suit son Conseil d'Administration. Alplionf Racine prsident (rlu) Franck .leanton, vice prcsidni! Ren Isidore secrtaire gnral Annibal Uieuilonn trsoiier A. Coicou, Heaulieu, Faublas, Clipp*. .luslin Sam, conseillers. Capitaine : L. Kignier. Compagnie Gnrale Transatlantique Le 8| t CAI.AII.K %  venanl d I porls du Sud est attendu Porl Prince samedi 2!' courant. Il repartira le mme dlB lu • i re piur Gonaives, l'or! d"e l'aix, rJaitil r>, San Juan ( {'. R, et le Havre. l'ort au Prince M Mari 1921, 1/ \^'< ni. E. ROBELIN NNMIIHUHaaMHmnMHIIIIIIIIllllllillMli;illl!IHIIIIIIIMIIIIIIiil Le meilleur Cadeau i faire 1 votre entant wt le volume Pour amuser nos t out petits de Frdric DORET Il f trouvera en proie franaise tri* timple do Faille de La Fontaine tvec le animiui du •My. Li Iculei le loi que U lana d'un mot M d'un* phraat lui happera, il pourr recounr. pour le comprendre de lui-mme. la traduction crole •jui ett en nfard. Ea rail daai tautaa ara Librairie*. Prix : Gde. 1 % %  nutNaiiiiiiniMiiMiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiniuiiuMiiiinHiiHiiiiminut Le c Salon des Elgants Annoi et ea bienveillante i lle que son ateiu r de 11 iffure esl ll.l:-K'. le lit l'I . Mil > cal situ la Grand'Hue, pia du magasin de M. Charles Gautier, an c nu* Maison Kwald, asi entre les Rues Dente Deelouches et d cls le no %  teauloi lu m des Kli gants esl a la porte il cliente nui j irou terool, comme toujours, un service aussi rgulier qu'empreen Rcpisss; adirs I i OU88 fii' mandataire des per onnea ci-d( • JOUSI dclare au public adirs les \< cpisss lui* vanta de la Commitaion Sambour: 11, i N" 288 laveur Veuve Couride P.il OV* s o 2i tu faveur C. i; brl i 1 -' K50.0Q Il |i re nuls duplicataSdev. r .i lui i livrs. Port au-Prino ,le kti Mara I'j2i. VERUNIAI i' MOLIRE, avocat i 1 tiiioii bhtt Poiish C lupaisy Inc. ttework Mi vous roulai protgerais peau rie MIS chaubfurM Si vous voulez avoir un brillant limant et durable* si voua voulai la souleur ei la souplesse le cei chiut* sures jii'iirl.-ini longtemps employez la marque IBuno<|raiu. fabrique spcialement pour les James et les rjentra. nien du liiijht lile. Elle protge la peau des chaussures conlra l'hinmilit et la chaleur. Demandez la marque Monegram c'est la meilleure de toutes les marques. tieo. E*^SEME Aff^ni pour IFalti Audain Frres Entrepreneurs .Notre Maison de Commero r-t trau: f i-i-e I la lin des Fronts Forte cote >ie le Pharmacie Notre D.n Noa Cliente & amis trouveront i jouis le infine service et pour toutes les Bourses. Trousseau de cle/ • ht %  dp n hier ea a /." // % %  ipri U U rel i • ,i l'initiai Un indu ai mt n i'iir-'i. Pendant mon absence, Madem u si II' \. Parai et Mr Kiie Auguati %  onl charge de a direction le me aflairee. i m |" ut k'adraeeer eux pour lout M qui concerne les lucalions diver HB et I Entrepii le des l'ooi pi S Itll.' Ill' H. I i et aignera nuit ou eoojointoment nveo Mr r.lie Augus tin : •• PoarB. Parai ''. i' prenant avis annule tous avis antrieur. Poitau Prince le 2i Mais 1014. S. PAItET n. immsi ra.^' te, mai •• ii •" i u-t • >. I t.n • inu. %  • %  • %  •' .Cillf-,8M'J'lliirni,. ,u m>um XSUH ^"".' M Pk40u. /""".•n"!' ,Mf '"" %  al. Art lMil. Ifm* o. O'..IIM H>l'"> .i t.n,tlnc4taaurtnr* tr"r# Rhum mi •i 1940, Hue du Magasin de l'Etat Tlphone : U7



PAGE 1

LEMATi: URDONAL, combat le rhumatisme %  Coalte Rhumatitmet Gravelle Artirio-Sctrote • I t rodonal n>i PM a*u latneni )• diasolvani if plut •ntrrt'iua Af l'nclde uriqur %  ctuailemem i nno, put* qu'il Btl 37 lot plus PUUMDI nu li liUiine il mrn. M outre, prevenlivrmein sur formation, t'onpoMM < produciu.n i et a son %  ocumulatu IIMO* prla/llculain M d IM I • Jointures. D' P ?'*• Ane prof. niAT fCOCI dr mtit navale, ani met dti I fctthl rhi'.flsin , r Vahniifonn Paru, n i> ^rn^3J22^s322raizz32s %  irSSLBaBBS !:i[l" T ill.in} Consignafaire pour Haiti Sea *IOD [Tlphone: 587 L'tablissement prend dei pensionnaire! la quinzaine pour le djeuner n le diner, ouj pour l'un ou l'autre sparment ou pourjpension complte. l'ententire avec la direclion pour les conditions. Grande salle pour banquet Royal C;if fn lace de ia Banque Nalionle Propritaire : AnnaciualXNOCRN'l Le nouvel tablisiemenl se recommande par un service irproehable, des consommations de premier ho, ta situation privilgie. Le soir, musique attrayante dirige par dei prfet A si miiels de giaud meiile. Installation parlait. — prix modrs. Tlphone N .199 A la Esp&na En lace d la Poste Giand'/ue R< 1723 Grande Liquidation de Ctianeaux \\\ maison a deidr de me 1 1rs envnlt durant e pr** senl mois de Mars 1290 ebapeam de paille fine pou 1 hommes anglaisant un rabais considrable sur te prix* D* Oi' 2,50 ils sont vendus actuellementI raison de Or 1.20. te sacrilice.n est consenti qus pafM QHS cet article ne rentre pas dans les rayons de 'a Raison. Grand Htel de France Angle du Hues Bonne h o > S? du Quai VIENT DE RECEVOIR Pt de foie gras truff.— <".i\el de livre. — Ando.iil lettes aux lentilles. — Andouillos au saindoux. — .lamoon en boita.— Anchois :\ l'huile.— Sardines.— )'aqureauv Thon, -Cassoulet -petits pois fins exlra.— Ilouins, Vin lioug, le a all t 4 gdn Vin Hlanc, lgation y I* i'Htol dbite par barriques et gallons des vins de Bordeaux. Vins de Champagne. J-R.THEBAuD Clr: i uryien-Dentiste De Facults de Montral de New York et de Boston Angle d* Rue llaslouclre et du Magasin de l'Etat. Consultations de G heures du malin y rreuie* iln noir. iilo.: A Sludebaker Bi; 6 B!W Sept passagers en parfaittat peine quelques mois de service est vendre un prix exceptionnel. Toute offre raisonnable sera accepte. S'adresser L. PREE1ZM4MN-AG&ERHOLM. Gnral agent Bue du Quai-Port au Prince 312 Rue des lirasles eol de l'Eeole de Stnographie ROBIN. On trouvera Chape, u Jean llart pour enfants, uigicltcs fantftisie pour chapeaux,plumes, fleuis et fruitsarti ficiels pour modes cl robes, voilt ttes des cabuchons pour robes et eha E eaux, des peignt coiffer, des rosses tte,des faux cols souples et empess suprieur), de la sparte rie, du laiton ries calottes pour cha peaux, en spnitene. de la paille de soie par pices, du papier lettre, des enveloppe, des plumes, des cra yons, des fards pour jouen. de la poudre de riz, des extraits, des colliers fantaisie, des dentelles etiubans. — On trouvera aussi du chiropagne au hentique Carte d'or demi sec, du Cognac, du vin garanti pur Jus de raisin, par gallon, du Saint Julien et du Si Emilion en caisse, des li queurs fines assorties, des couteaux de tables suprieurs. Reu aussi de petites poupes bon march. Les cordonniers sont aviss qu'ils tronveront prix rduits des talon i n cellulode. Nota—Pou* quelques jouri seulement nous ollrons nos vins en barrique:*, des prix exceptionnels, priiei de passer nous voir au plus tt.Ne pas oublier qu'on trouvera toujours les produit Qailbaud et le Kola Ascen cio aux prix de fabrique. Timbre* poate. timbres mobiles et papier tim bra. On trouvera ces mmes articles a ,'Tropicale" (Jr*mi-Rue 1736 mai son Incident (ieorges. L'opinion d'une autorit niedkale de Londres Les crmes denlitrices qui ne sont pas accompagnes d'une formule thrapeutique indiquant la hase de leur composition, n'offrent aucune garantie au public, et les mdecins qui les prescrive!,! ne savent non [dus ce qu'ils recommandent. Ils peuvent encore moins en assurer les rsultats par. e qu'ils ignorent le proprit exacte des matires qui les composent. Dr PREYET, mdecin-dentiste de LONDRES. La crme dentifrice AMI !'V-0 du Docteur W AITK par contre peut tre reiomu ande par tous les mdecins et dentistes parce qu'elle reufeime la formule dont parle de Dr l'REYET. The Mler MFCC le Ere Co NI Demandes des chantillons "•" % % % %  aa -O DSXTA1 d ASTI no DtTIfTAl J I.MO S. !*l>0 10.KOO MH .200 M) ajatanlfalaUM. iiarri^rti 1M.0OO* NIUSASTHtNIS. FAI3I.C3SC CMLOROSSi OEBIU • iSu, li sinop ii DE8CHIINS d jlloir>globtu 1 ta mdic. PaulSals ~z AVOCAT Recoarreonts C


PAGE 1

1 DIRECTEUR PROPRIETAIRE? Claieiil Migioire B0)Sf VERiSA 13*8 Hu Amricaine MJMEItO <2() CENTIMES Matin il Quotidien TELEPHONE No 242 176ne ANNHE N' 5170 POWPW^RWGK (HATI Les maux qui nous ont atteint* et dont soullie le induite proviaaneaf, MI partit au moins, le ce que l i Droit iiteroalionul es! ignor el surto nt s l i ot que la volont le le respecter lait trop souvent dliai jcem i|ui le communient. Charles Lyon-Cacn MKIUMihlDI 26 MAUSUtf*. Comment la Loi sur le Visa sera applique soc texte est clair el prcis Comme suite ce que nous avons dit avant hier relativement l'enlen te parfaite qui a t tablie entre le Dparlement du Commerce el l'Oflice du lUceveur Gnral, et conformment notre promesse, nous reproduisons ci-dessous, gltee l'obligeance du Dpartement du Commena, la correspondance par laquelle a t la blie la faon claire et prcise dont stra applique la loi sur le visaIl a t agit la question de savoir quelle est la signilicalion nette des mils frais et a< i p?nses au poild'im porlation" contenu* dans l'article 1er de la loi. (Jaelques confrres ont cru comprendre qu'il s'agit des menus frais de manutention et de transport que l'importateur a taire l'arrive et pour le ddouanement de ses marchandises, et ils font remarquer que ces frais sont trs varia bls el que leur calcul drouterait compltement la douane. Nous prolitons de cette occasion pour expliquer, comme on le verra d'ailleurs par les pices ci dessous, que le droit de visa ne sera calcul ? ue sur les montants runis de la dure et du bord reau de douane. Les mots "frais et dpenses au port d'imperlation" prcisent que la fac ture envisage par la loi ne consista pas dans le moulant I' 0 B, c'est-dire franco reudu bord du port d'expdition, mais comprend, en outre, le fret, l'assurance et tous autres frais grevant gnralement la marchandise embarque. Mais une fois cette marchandise arrive en Hati, il ne peut tre con sidr, pour l'tablissement du droit de visa,, que les lments envisags et clairement numrs par la loi. cest & dire le montant de U facture et celai des droits appliqus par la douane. Rpublique d'Haili Bureau du Receveur Gnral des Douanes. l'oit au Prince, le fi Mars 1924 Au Secrtaire d'Etat des Finances et du Ciramer % %  En Son htel Monsieur le Secrtaire d'Etal, Votre dpche du 6 Mars courant Mo t. •"• annonant le vole par le Conseil d'Ktat de la loi augmentant de 3 o|o le droit de Visa actuellement peru eut en possession de t et (ffice. La uojvelle loi devant entrer en vigueur le 18 Mars prochain ainsi que vous le dites, cet Office voudrait bien savoir quelle serait la situation faite aux commerants qui auraient recevoir des marchandises dans le cas ou le navire transportant la car gaisou toucherait un port de la Repu blique le I i et les autres aprs le 1 >. Ceux du premier port devraient ils bnelicier de l'anchnne loi au dri ment dts autn P.r mesure d' qui t, D y auiaii il pM iU de leur faire bnli.ier tous, en tenant compte simplement de la date d entre du navire dans les eaux territoriales ? Avant d'adresser une circulaire aux Collecteurs pour attirer leur vigi lance sur l'ociiiioii de celte DOtJ veile loi. je dsire avoir l'opinion de votre Dpartement sur la question. En attendant vos prochaines corn muuications, je \uiis prie d'agri-er, M moteur i a m taire d'Etat, l'nsu a-ae-tde uu prl it' considration. plue, A A J. MAL MIS t. 76 8 Mars 1014 Au receveur Gaiml des Pjunes. En sou Ortie* Monsieur le Receveur, .le vous accuse rception de voire lettre du mars courant relative la date de l'entre eu vigueur de la Loi sur le droit de visa. Je crois ncessaire de vnis faire remarquer que celle loi n'augmente pas simplement de :t olo le dioit de visa actuellement peru,comme vous l'ave/, m.'ntionn dans le premier paragraphe da votre lettre, mail encore tablit le calcul de ce droit sur des valeurs diffrentes de celles qui lui servent de base prsentement Pour ce qui concerne l'interprta tion que vous ave/ suggre en vue d'une application graduelle el qui table de la loi au lieu d'une date uni form: pour sa mise en vigueur, j'ap prouve votre a\is que la loi doit fMre applique de manire qu'il n'en rsulte pas d'avantage au prjlil de cer tiiu* ports l'exclusion et que rei diffrents p ms doivent re considrs comm formint un groupe. Dans ces conditions, j'approuve vjtre suggestion de ne pas appliquer le nouveau droit de vNa la cargaison d : tout navire arrivant avanl le 18 Mars dans un port ouvert, sans envisiger les dates successives aux quelles il parvienJra dans les autres. Mais au lieu de la formule "date d'entre du navire des les eiux terri tonales" qui me parait de nature prter de diffjoaltl d'interprta tion, je guis d'avis que VJUS teniez compte plult de U dite ltquolle le navire aura pris mouillage dans un port haitien en observant les formalits prescrite par les rglements des ports. Agre/. Monsieur le Rtcaveur, l'as surance de ma considration distingue. (Signj Auguste MAGLOIRI Rpublique d'Haili Bureau du Receveur Gnral des Do ano Port au Prince. Mars I", 1914. Au Secrtaire d'Etat des Finances et du Commerce En son Htel. Monsieur le Secrtaire d'Btit, La nouvelle Lo\ sur le Vise, dispo saut : Vrt. 03 — : "Il sera prlev des droits de visa comme suit : •• I — Par le* Djuaaes d U R:pu b que : Quatre pour Cent ( I. oo) sur le montant total des tact ires de mardi indues, augment du montant des droits de l juane, frais et dpen ses au port d'importation ",— cet article 95 doit-il tre ain>i i n ter prt pour la perception de ce droit : Prix le revieol Facture Or .".OJ.oo Droits Gourdes : 100.00 i I p MU I : J 1.00or. 15. o i Or tf.0Q •• 86.00 Valeur totale augmente des droiide douane i ) t SOS.00 Visa quatre pour Cent ( l. olo) Or. Il Avant de pisser des instructions aux Coliecl un des Do a I > Oi tice serait heureui de couneitre l'o ptnion de >ohe Dpartement sur la En alten lant vos prochaines com numications, je vous prie d'agrer, Monsieur le Secret mi; d'Etat, mes salutations distingue*. Sign : A. .1 MauONia Receveur Gnral dos Don met Il Mars lu-'i Au Receveur (Jener.il des Douanes. En son Office. Monsieur le Receveur, Je vous accuse rception de \otre lettre du lu Mur 1924 relative au calcul du droit de visa tabli par U loi du 19 Pvriei ri.'t. J'ai l'avant i/> de vous informer que j'approuve la mdliodque vous ave/ suggre pour ce cacul. comme tant coufor ne aux discussions qui ont prcd le vole de la Loi. Agrez, Monsieur Je Receveur, l'assurance de ma considration dis ti:i, lice. — (S ) Auguste Magloire Pureau lu Receveur Gnr il des Douanes Port au Prince, Hati Mo i:•> Mars |9, I9t| District Circulaire No i I A tous les C >ll tcleurf : Faisant suite uu tlgramme de cet Oflice du l:i Mars Ltftt lixaot la la date de mise eu excution de 1a Loi du t'.l lvrier \'.i4 levant le droit d^ Visa le t ojo 4 op>, je vou t informe que le moda de perception, aprs change de vues avec le D paiement des Finances el du Com laerce, a t dtermin comme suit. Montant de la facture | fret el frail compris ) 1 ir. 100.00 Total Droits Courdes ( Tarif .Nos I, 2 et il, y compris surtaxe* 100.OJ 5 pour 1 Or. 80.00 40 op> Or sur (ides. IO0 DO Or. 4.00 Or. 63.00 Montant facture augment des droits de douane a I importation Or. 51)5.09 Visa 4 o[o sur 50 i.0 I <. il 60 Vous aurai aoin d'adopter la mthode ci dessus formule comme mo dle pour le prlvement du nouveau droit dj Visa, ptrurdu li M in 19*4. Ci joint un exemplaire <• Moniteur" contenant la loi. A. J. VI m inus Receveur Gnral desDuaues __...-_ Avis lu MATIN l Nous rappelons nos Abonns et clients qu'ils ne doivent rien payer que contre refus imprims et signs de noire Directeur. Parisiaua JBt 1)1 Roger la dis 3e chapitre Hre coupable Kuti'j : 1 : \d et 1,53, Dimanche I il film sensationnel toaletabille chez les lohemieui loiii? ta ])• la Condle Frangalaa Le souci de Ja Vrit D'aucuns prtandiot <|tie nous 1 tisons une oeuvra mauvaise n tal mi nus misres, en persistant dans n in.' prOgminme de dire toujours en tout ia vrit, alors mme qu'elle puisse nous (ura rougir. Ces patriotes scrupuleux veu I ni en un mot, qu; nous I ivioos notre liage sale en larnille et que des vi 1 tts bonnes a dire -n petit groupe ne soient pas rvles trop bruyamment* Ainsi, ces messieurs ont tout l'air de croire que nous sommes toujours en tamille, o s'apercev.ini pas que h s buanderies se inuili,iliei.t et ne se doutant p is. que par I immixtion d'un lment nouveau dans notre vie nationale, le |uel n %  s'arrte pas .1 notre roui ge administratif mais s'infiltre NUIS (pie nous en doutions dan-. l'ensemble mme de notre syat' me, nous sommes pis et connus un IUX que nous le pinsons. Ce qu'il faut ne point tolra %  1 quaocuni ex igration n port-' sur noa traversLa vrit tout tant rapporte ne don pa I ainplili n ou alors etl l par 1 de son caractra si cette dtr 1 l'expression de U sincrit. U te p n et :i 1 ,•!.•, l'Amiral Knapp proclame libi el orbj l'tat d ignorance Hant lequel, croupit le peu pie hatien, cola demeura un lait vi n M us, que te mme person nage tranger aflirme que deux pour cent seulement de la population nainenne sache lire, voil I erreur qu'il importe de rodroseor Pour tre sincre tl patriote, laut il qu'on nie l'ensemble des assertions, parce que nous prsentant fcoiis un vilain aspect .' Non, disons nous. Ci qu'il laut dtruire II la proportion I intaisitUi absolumenl arroni Uu'il t'agitae de croyances tu* pertiiieuses qu'on attribue a uu nombre trs grand dos noues, 1 tu Ira ; il carter tout simplam int ceiic incrimination parce que honteuse pour noua, quand elle 1:1 re les yeu % %  A notre ngation Ion n'aurait qu'a uppoter un fait 1 i> a p ine capitalei tel l'histoii e du bosul que dot esprits malini iv dent lait parler leur 1 mi 11 e et aussi pour rire, mus auqu 1 h in 1 inculte attribu dl un pouvoir mys eneux. En une t lie ocourence qu %  [1 11 -vi, us qui soit prfrable, 1 1 plus profitable Se taire sur une pareille iDsrratioa 0 1 la donoo< er publi |uementea la il r,; liant Qu %  des gant peu sviss perptuent dans leur esprit des illusion! dcoi ii intet tu point de para* 1 ntiramenl d sm 1 gies q 1 pu tre utiles .111 collectj vue, qu ils se morfond int dans nue croyano illusoire t uu retour u tu 1 de notre situ itiou p S -, lie I lUl-ll | : UV, au lieu de les laisser e'< nfouo r 1 ins l'abme in i ibles 7 Que nous n'ayons aucun esprit de |ui m MU ii s m mfestiuons. S ir n >s Lan : tils, d 111^ n n 1 lui, dans notre a iea mples no u ire ix peuvent m invoqus pum le prouver. Quand donc nous critiquons u i\ rs, nous croyons taire une oeuvre ncessaire dont le rsultat sera l'u uvre du temps. (]e u est ci 11 pas, eu prsentant le milieu hatien ennuie un troupeau d'agneaux sans lche que nous serons utiles. Loin de l. Et 1 tiaque lois que l'u. Casion se prsentera pour nous de dire le mot de vrit, lidl is i notre progr imme si n'eu d ilaise aux cliau vins, nous ne manquerons jamais a nuire devuir. Que u\ dont les r ibts un res tales aux yeux de tous choquent la candide sutlibilil %  nuis contredisent en apportant dans la discussion une h 1 1 I: e,: il 1 la nuire ; qu'ils ei 1 iiisseiii n erreurs en nous les signalant. Si par impossible la rai 1 m rvlait de leur c^i nous se ions quittes pour faire amande honorable et abandonner li campagne Les pe ip a n 1 sont point parlait-, et ont chacun les travers pio,ns auxquels doivent faire la ira irre consi irameol otn qui ont pour miSSIuu d'eelaiier et de ^iiid ir, l'huinaniti' devant tendre tO;l jours vers plus de perfection. Dans n lira milieu o la grande m kjorit alleel : une in.lilleience l'gard de nos propret a&airat, il luit parfois provoquerl'altention en accentuant II vent jusqu' la satireCattigat rideulo m ne., rptait-on nagure Mais, d puis les temps oui march et l'volution actuelle veut qu' cot de U raillerie laquelle b laucoiip n'eut en 1 ml ii' M., la censure dans 1 vei it brutale prononci sa sentence souvent ellicace. Li ranj que nous occupons dans l'en* plot d 1 llplun s Li servies tlphonique est une question qui proecupe l'administre on .lu 1 > 1-. les i' 1 iplea iviluis. Il % %  -i 1 srlaio que 1 1 1 un p UTUsOQ de notre situatiua 1 celle Je oerteias p %  D p e ia 1 •-1111. lyei plutt: L a Et IU 1 nia V iss 1 int 1 1 mu Pou de postes tiphoaiuuM avac uns |i >pui itmii da 102 millions d'ha bit e |UJ 11 i,i|. i rail t ilphoniqa 1 p ir s nab taats. L %  ' in 111 mil de pr • po*slaut 8 '" pou 1 nue pop dation de H millions. Cela'do me Saue pro pniliou de I appareil poui 10 liabi tante. Arrivent ensuite l'Allemagne avec l appareil par 39 li ibitaats, 11 Iran i app ireil p tuf i ha bitants, i i urugoaj t appir n pour >l li i iltaol I \r_ nliuc 1 appareil pour i h ibU inta, la Ki ince i appa : n u. tacts. Cn qm la blit i I i ptio n ssl i i lu aux Biais lui* qu'i o. il un notre eo DDarailOO au a gr n lork I appareil pour habitants, Piiildelptiie i ap par il pour h ibit mts, llerlin i poj te pour 10 habitant*, Paris 1 poste, pour 16 h&uiuub et... vUoseLiucruj 4 %  R


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06178
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, March 26, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06178

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
1
DIRECTEUR PROPRIETAIRE?
' Claieiil Migioire
B0)Sf VERiSA
13*8 Hu Amricaine
MJMEItO <2() CENTIMES
Matin
il
Quotidien
TELEPHONE No 242
176ne ANNHE N' 5170
POWPW^RWGK (HATI
Les maux qui nous ont atteint*
et dont soullie le induite pro-
viaaneaf, mi partit au moins,
le ce que li Droit iiteroalio-
nul es! ignor el surtontsli ot
que la volont le le respecter
lait trop souvent dliai jcem
i|ui le communient.
Charles Lyon-Cacn
MKIUMihlDI 26 MAUSUtf*.
Comment la Loi sur le Visa sera
applique soc texte est clair el prcis
Comme suite ce que nous avons
dit avant hier relativement l'enlen
te parfaite qui a t tablie entre le
Dparlement du Commerce el l'Oflice
du lUceveur Gnral, et conformment
notre promesse, nous reproduisons
ci-dessous, gltee l'obligeance du
Dpartement du Commena, la cor-
respondance par laquelle a t la
blie la faon claire et prcise dont
stra applique la loi sur le visa-
Il a t agit la question de savoir
quelle est la signilicalion nette des
mils frais et a porlation" contenu* dans l'article
1er de la loi. (Jaelques confrres
ont cru comprendre qu'il s'agit des
menus frais de manutention et de
transport que l'importateur a taire
l'arrive et pour le ddouanement
de ses marchandises, et ils font re-
marquer que ces frais sont trs varia
bls el que leur calcul drouterait
compltement la douane.
Nous prolitons de cette occasion
pour expliquer, comme on le verra
d'ailleurs par les pices ci dessous,
que le droit de visa ne sera calcul
?ue sur les montants runis de la
dure et du bord reau de douane.
Les mots "frais et dpenses au port
d'imperlation" prcisent que la fac
ture envisage par la loi ne consista
pas dans le moulant I' 0 B, c'est--
dire franco reudu bord du port
d'expdition, mais comprend, en
outre, le fret, l'assurance et tous au-
tres frais grevant gnralement la
marchandise embarque.
Mais une fois cette marchandise
arrive en Hati, il ne peut tre con
sidr, pour l'tablissement du droit
de visa,, que les lments envisags
et clairement numrs par la loi.
cest & dire le montant de U facture
et celai des droits appliqus par la
douane.
Rpublique d'Haili
Bureau du Receveur Gnral
des Douanes.
l'oit au Prince, le fi Mars 1924
Au Secrtaire d'Etat des
Finances et du Ciramer
En Son htel
Monsieur le Secrtaire d'Etal,
Votre dpche du 6 Mars courant
Mo t. " annonant le vole par le
Conseil d'Ktat de la loi augmentant
de 3 o|o le droit de Visa actuellement
peru eut en possession de tet (ffice.
La uojvelle loi devant entrer en
vigueur le 18 Mars prochain ainsi
que vous le dites, cet Office voudrait
bien savoir quelle serait la situation
faite aux commerants qui auraient
recevoir des marchandises dans le
cas ou le navire transportant la car
gaisou toucherait un port de la Repu
blique le I i et les autres aprs le 1 >.
Ceux du premier port devraient ils
bnelicier de l'anchnne loi au dri
ment dts autn P.r mesure d' qui
t, d y auiaii il pM iU de leur faire
bnli.ier tous, en tenant compte
simplement de la date d entre du
navire dans les eaux territoriales ?
Avant d'adresser une circulaire
aux Collecteurs pour attirer leur vigi
lance sur l'ociiiioii de celte DOtJ
veile loi. je dsire avoir l'opinion de
votre Dpartement sur la question.
En attendant vos prochaines corn
muuications, je \uiis prie d'agri-er,
M moteur i a m taire d'Etat, l'nsu
a-ae-tde uu prl it' considration.
plue, AA J. MAL-MIS
t. 76 8 Mars 1014
Au receveur Gaiml des Pjunes.
En sou Ortie*
Monsieur le Receveur,
.le vous accuse rception de voire
lettre du mars courant relative
la date de l'entre eu vigueur de la
Loi sur le droit de visa.
Je crois ncessaire de vnis faire
remarquer que celle loi n'augmente
pas simplement de :t olo le dioit de
visa actuellement peru,comme vous
l'ave/, m.'ntionn dans le premier
paragraphe da votre lettre, mail en-
core tablit le calcul de ce droit sur
des valeurs diffrentes de celles qui
lui servent de base prsentement
Pour ce qui concerne l'interprta
tion que vous ave/ suggre en vue
d'une application graduelle el qui
table de la loi au lieu d'une date uni
form: pour sa mise en vigueur, j'ap
prouve votre a\is que la loi doit fMre
applique de manire qu'il n'en r-
sulte pas d'avantage au prjlil de cer
tiiu* ports l'exclusion et
que rei diffrents p ms doivent re
considrs comm formint un grou-
pe.
Dans ces conditions, j'approuve
vjtre suggestion de ne pas appliquer
le nouveau droit de vNa la cargai-
son d : tout navire arrivant avanl le
18 Mars dans un port ouvert, sans
envisiger les dates successives aux
quelles il parvienJra dans les autres.
Mais au lieu de la formule "date
d'entre du navire des les eiux terri
tonales" qui me parait de nature
prter de diffjoaltl d'interprta
tion, je guis d'avis que vjus teniez
compte plult de U dite ltquolle
le navire aura pris mouillage dans
un port haitien en observant les
formalits prescrite par les rgle-
ments des ports.
Agre/. Monsieur le Rtcaveur, l'as
surance de ma considration distin-
gue.
(Signj Auguste MAGLOIRI
Rpublique d'Haili
Bureau du Receveur Gnral
des Do ano
Port au Prince.
Mars I", 1914.
Au Secrtaire d'Etat des Finances
et du Commerce
En son Htel.
Monsieur le Secrtaire d'Btit,
La nouvelle Lo\ sur le Vise, dispo
saut : Vrt. 03 : "Il sera prlev
des droits de visa comme suit :
I Par le* Djuaaes d U R:pu
b que :
" Quatre pour Cent ( I. oo) sur le
montant total des tact ires de mar-
di indues, augment du montant
des droits de l juane, frais et dpen
ses au port d'importation ",
cet article 95 doit-il tre ain>i i n ter
prt pour la perception de ce droit :
Prix le revieol Facture Or .".OJ.oo
Droits Gourdes : 100.00 i
I p mu I : J 1.00or.
15. o i Or tf.0Q 86.00
Valeur totale augmente des
droii- de douane i)t SOS.00
Visa quatre pour Cent ( l. olo)
Or. Il
Avant de pisser des instructions
aux Coliecl un des Do a i > Oi
tice serait heureui de couneitre l'o
ptnion de >ohe Dpartement sur la
En alten lant vos prochaines com
numications, je vous prie d'agrer,
Monsieur le Secret mi; d'Etat, mes
salutations distingue*.
Sign : A. .1 MauONia
Receveur Gnral dos Don met
Il Mars lu-'i
Au Receveur (Jener.il des Douanes.
En son Office.
Monsieur le Receveur,
Je vous accuse rception de \otre
lettre du lu Mur 1924 relative au
calcul du droit de visa tabli par U
loi du 19 Pvriei ri.'t.
J'ai l'avant i/> de vous informer
que j'approuve la mdliod- que vous
ave/ suggre pour ce cacul. comme
tant coufor ne aux discussions qui
ont prcd le vole de la Loi.
Agrez, Monsieur Je Receveur,
l'assurance de ma considration dis
ti:i, lice.
(S ) Auguste Magloire
Pureau lu Receveur Gnr il
des Douanes
Port au Prince, Hati
Mo i:>
Mars |9, I9t|
District Circulaire No i I
A tous les C >ll tcleurf :
Faisant suite uu tlgramme de
cet Oflice du l:i Mars Ltftt lixaot la
la date de mise eu excution de 1a
Loi du t'.l lvrier \'.i4 levant le
droit d^ Visa le t ojo 4 op>, je vou t
informe que le moda de perception,
aprs change de vues avec le D
paiement des Finances el du Com
laerce, a t dtermin comme suit.
Montant de la facture | fret el frail
compris ) 1 ir. 100.00
Total Droits Courdes ( Tarif .Nos I, 2
et il, y compris surtaxe*
100.OJ 5 pour 1 Or. 80.00
40 op> Or sur (ides. IO0 DO
Or. 4.00 Or. 63.00
Montant facture augment des
droits de douane a I importation
Or. 51)5.09
Visa 4 o[o sur 50 i.0 I <. il 60
Vous aurai aoin d'adopter la m-
thode ci dessus formule comme mo
dle pour le prlvement du nouveau
droit dj Visa, ptrurdu li M in
19*4.
Ci joint un exemplaire < Moniteur"
contenant la loi.
A. J. VIminus
Receveur Gnral desDuaues
__...-_
Avis lu MATIN
l Nous rappelons nos Abonns
et clients qu'ils ne doivent rien
payer que contre refus imprims
et signs de noire Directeur.
Parisiaua
JBt 1)1
Roger la dis
3e chapitre
Hre coupable
Kuti'j : 1 :\d et 1,53,
Dimanche
I il film sensationnel
toaletabille chez
les lohemieui
loiii? ta
]) la Condle Frangalaa
Le souci de Ja Vrit
D'aucuns prtandiot <|tie nous
1 tisons une oeuvra mauvaise n
tal mi nus misres, en persistant
dans n in.' prOgminme de dire
toujours en tout ia vrit, alors
mme qu'elle puisse nous (ura
rougir.
Ces patriotes scrupuleux veu
I ni en un mot, qu; nous I ivioos
notre liage sale en larnille et que
des vi 1 tts bonnes a dire -n petit
groupe ne soient pas rvles trop
bruyamment*
Ainsi, ces messieurs ont tout
l'air de croire que nous sommes
toujours en tamille, o s'aperce-
v.ini pas que h s buanderies se
inuili,iliei.t et ne se doutant p is.
que par I immixtion d'un lment
nouveau dans notre vie nationale,
le |uel n s'arrte pas .1 notre roui
ge administratif mais s'infiltre
nuis (pie nous en doutions dan-.
l'ensemble mme de notre syat'
me, nous sommes pis et connus
un iux que nous le pinsons.
Ce qu'il faut ne point tolra
1 quaocuni ex igration n
port-' sur noa travers- La vrit
tout tant rapporte ne don pa
I ainplili n ou alors etl l par 1
de son caractra si cette dtr 1
l'expression de U sincrit.
U te p n et :i 1 ,!., l'Amiral Knapp
proclame libi el orbj l'tat d igno-
rance Hant lequel, croupit le peu
pie hatien, cola demeura un lait
vi n M us, que te mme person
nage tranger aflirme que deux
pour cent seulement de la popu-
lation nainenne sache lire, voil
I erreur qu'il importe de rodroseor
Pour tre sincre tl patriote, laut
il qu'on nie l'ensemble des asser-
tions, parce que nous prsentant
fcoiis un vilain aspect .' Non, di-
sons nous. Ci qu'il laut dtruire
II la proportion I intaisitUi ab-
solumenl arroni
Uu'il t'agitae de croyances tu*
pertiiieuses qu'on attribue a uu
nombre trs grand dos noues,
1 tu Ira ; il carter tout simplam int
ceiic incrimination parce que
honteuse pour noua, quand elle
1:1 re les yeu % ' A notre ngation
Ion n'aurait qu'a uppoter un fait
1 i> a p ine capitalei tel
l'histoii e du bosul que dot esprits
malini iv dent lait parler leur
1 mi 11 e et aussi pour rire, mus
auqu 1 h in 1 inculte attribu dl
un pouvoir mys eneux.
En une t lie ocourence qu [1 11
-vi,us qui soit prfrable, 1 1
plus profitable Se taire sur une
pareille iDsrratioa 0 1 la donoo<
' er publi |uementea la il r,; liant
Qu des gant peu sviss perp-
tuent dans leur esprit des illusion!
dcoi ii intet tu point de para*
1 ntiramenl d sm 1 gies q 1
pu tre utiles .111 collectj
vue, qu ils se morfond int dans
nue croyano illusoire t uu retour
u tu 1 de notre situ itiou p
S -, lie I lUl-ll | : UV,
au lieu de les
laisser e'< nfouo r 1 ins l'abme
in
i ibles 7
Que nous n'ayons aucun esprit
de |ui
m mu ii s m -
mfestiuons. S ir n >s Lan :
tils, d 111^ n n 1 lui,
dans notre a iea
mples no u ire ix peuvent m
invoqus pum le prouver.
Quand donc nous critiquons
u i\ rs, nous croyons taire
une oeuvre ncessaire dont le r-
sultat sera l'u uvre du temps. (]e
u est ci 11 pas, eu prsentant le
milieu hatien ennuie un trou-
peau d'agneaux sans lche que
nous serons utiles. Loin de l. Et
1 tiaque lois que l'u. Casion se pr-
sentera pour nous de dire le mot
de vrit, lidl is i notre pro-
gr imme si n'eu d ilaise aux cliau
vins, nous ne manquerons jamais
a nuire devuir. Que u\ dont les
r ibts un res tales aux yeux
de tous choquent la candide sut-
libilil . nuis contredisent en
apportant dans la discussion une
h 1 1 I: e,: il 1 la nuire ; qu'ils
ei 1 iiisseiii n erreurs en nous les
signalant. Si par impossible la
rai 1 m rvlait de leur c^i nous
se ions quittes pour faire amande
honorable et abandonner li cam-
pagne
Les pe ip a n 1 sont point par-
lait-, et ont chacun les travers
pio,ns auxquels doivent faire la
ira irre consi irameol otn qui ont
pour miSSIuu d'eelaiier et de ^iii-
d ir, l'huinaniti' devant tendre tO;l
jours vers plus de perfection.
Dans n lira milieu o la grande
m kjorit alleel : une in.lilleience
l'gard de nos propret a&airat, il
luit parfois provoquerl'altention
en accentuant II vent jusqu'
la satire- Cattigat rideulo
m ne., rptait-on nagure Mais,
d puis les temps oui march et
l'volution actuelle veut qu' cot
de U raillerie laquelle b laucoiip
n'eut en 1 ml ii' m., la censure dans
1 vei it brutale prononci sa
sentence souvent ellicace.
Li ranj que nous
occupons dans l'en*
plot d 1 llplun s
Li servies tlphonique est une
question qui proecupe l'administre
on .lu 1 > 1-. les i'1. iplea iviluis. Il
-i 1 srlaio que 11 1 un p UTUsOQ de
notre situatiua 1 celle Je oerteias
p d p e ia 1 -1111. lyei plutt:
L a Et iU 1 nia V iss 1 int 1 1 mu
Pou de postes tiphoaiuuM avac
uns |i >pui itmii da 102 millions d'ha
bit e |UJ 11 i,i|. i
rail t ilphoniqa 1 p ir s nab taats.
L ' in 111 mil de pr po*slaut
8 '" pou1 nue pop dation
de H millions. Cela'do me Saue pro
pniliou de I appareil poui 10 liabi
tante.
Arrivent ensuite l'Allemagne avec
l appareil par 39 li ibitaats, 11 Iran
i app ireil p tuf i ha
bitants, i i urugoaj t appir n pour
>l li i iltaol I \r_ nliuc 1 appareil
pour i h ibU inta, la Ki ince i appa
: n u. tacts. Cn qm la
blit i I i ptio
n ssl i i lu aux Biais lui*
qu'i o.
il un notre eo DDarailOO au a
gr i.i .u Unis | ia root les premiers
urn la un poste pour
4 n tit .ni-, i.. t ,ij i appareil pour
5 habitants, > n lork I appareil
pour habitants, Piiildelptiie i ap
par il pour h ibit mts, llerlin i poj
te pour 10 habitant*, Paris 1 poste,
pour 16 h&uiuub et... vUoseLiucruj
4
R


Lfc UA11N
yable Londits avec 1 appareil pour
20 habitants.
,\oire amour iU la BtatiaUqoa ri na
obi : i plus avant le < il
et noua oeeupooi daoa la I
i doi i Dvisager notre i
ii ition g uli i pal rapport B noire
i pttlttiuD, li proportirn nous de
ipl .1 l i i -i de I appareil
i ir 3000 habitante.Mail nous arrft
i il i m.Ii a ; iIhIc, elle se ramen
.-. i poste par !7 ! mal .' Pari* n'utilise le lcepteur
que deux fos plus fjue nous.
Le Eouv.a i lifiistrt
de l'Agriculture
ta Pn sid ml de la Rpublique,
poursuivant a mthodique
le rorganisation de notre agn
culture, i ppel r ;i la direc-
iion il ce Dpartement Mr Louis
Prophte, ii' lieui n^ronomedes
Ecoles du .\ la France, an-
cien dpu et profi sseur l'Ecole
des S :ienc is Appl au
Au moment o il e*l li grande*
menl question du problme agri-
cole hatien, la prsence de Mon-
Kiour Louis Prophte la direc-
tion de ce Dpartement est une
indication cet laine das. directives
conscientes el claires que le
Chel de l'fcitat entend humer
cette branche du Service National.
D'ailleurs tous ceux qui savent
quel spcialiste avis est M- Louis
Prophte en cette matire, ne
pourront que se rjuuir Je Si no-
minalion, eu pensant qu i sa pr-
seui e ;i la direction de ce Dpar-
tement ne pourra que contribuer
elli.-.acm ut la r lisation de
l'iruvrv 'i' relvement agricole
que poursuit le Gouvernement.
Les plans d'une Ex
position Hailienn9.
termins
Nous extrayons du CbritilaA Science
Monitor du 30 Janvier dernier :
Ernest Leya,Lionaul Gnral d'Ilai
ti fc .New York, a quitt aujourd'hui
sur le s|s Panama poar Port au
Prince ou il va runir des chantil
Ions de produits hatiens pour l'Bl
position Commerciale Maritime qui
aura lieu ici la moi- prochain. Cette
exposition sera la premire qui aura
t tente dans le luit de taire con
nattre le produit Hatien sur le mar
ch amrtcaina
Les produits qui seront exposs
comprennent de- bus d'bnMerie
et de teinturerie, tels qu'acajou.g dac
et campche, le colon, le sucre et au
trs produit! du sol, la poterie, la
v.nnerie, l'industrie des dentelles,
les fruits ele.
The G- H- Hanmond
Par afele
Nouvelles Etrangres
Lompanv
o U-S-A.
Mou* avons l'avantage d'aviser
qirt nous avons accord Mon-
iteur .1. DAALDER Jr. Port-tu
l'rince, noir.' Ag ce pour la ven-
ir de nos produits en II ilti.
Nous complo s parmi les pins
gros (ibricants el exportai 'ura de
tousproduiUdePORCetB EOF
et conn lissant parfaitement les tie-
aoins de votre march, nous som-
mes convain:us que nous serons
a ni 'ii.' de vous servir s voire en-
tire s.iii-i iction
Notre Porc si Bosul en sau-
mure, ainsi que nuire Saindoux
pur el M inlgue de tamillei jouis-
sent d'une haute rputation aux
Antilli s el nous avons 11 certi-
ludn, si v. us voulu / nous hono-
rer d'une commande d'awei par
l'enireii M naieur Dajtldar,
que vous continuerai I miter
ave.- n ius rgulirement
Avis
l.f r. ci piss N i '13, valeur G. l1
ni- par la Commission Sambonr,
i ii i.c\. in de Mr Sac lils, est adir,
i devant tre dlivr.
I .V l mandataire.
P
aiement lait ptr
ritlemaqnfl
PARI-i La commission des r
ptralious communique la rpartition
des remplies efleetoes au IU dcem
h- mil' Sur un total i 0.691.
u i or tout 1,903, iii.OOo
rursni r oeenespe 11,4^0,190,003
en na ure el 368 il 2 >ous forme di
bisni r*d*, P.log'eterTS a re i
1,318,88! 00 i marks or, la Pram
1,801,191.0 , I Italie 397,951 0:)0.
li B giqu i 72i,: 15,000, le Japon
68, \i 00 ) la Serfa b 161,5 10 000,
li lire.-.- | 1,574 000, la !'oh)_'n l
13,110.000 la Houm nS31.9l4.O0J
la i'ch cosviquie 13.133,000 et le
IVdgal 11,853,000 avec *les son
n mi sneore rparties ou n
si pens si montant 2,7ltt,098,o. )
m rksor, le total des versement i
de I Al'e nngne a celte date est de
8/1,1 i.; 1*09 dduelioa laite de cri
M es de p iorit p mr le oharboB,
des Irais d'oce -palion. Le solde di
pouihle pour ls rparations est ai
si lpirli : Angleterre 191,877,000
mark- or, h l-'rance 180,777.000,
lalie 358.105,000, Belgique 1,445,
600,
.Nouvelles diverses
PAltlS 24 Selon plusieurs jour
naux. les conversations diplomati-
ques franco hi ilanniques prendraient
prochain) meut une forme trs acti
ve, d'impoilantes instructions relati
vos aux garanties qu la France de
miode pour sa scurit ont l tel1
grapbiei M. St Aulaire, ambis
s idi ur de France Londres.
La chambra at ls snat se sont
mis d'accord et ont adopt dliniti
vement le projet de lo s li-cales. Le
Binai avait vot au pralable le pro
jet par 151 voit contre 12 en y ap
portant qudques mo I liealions.
l ne ioui e immissiou de la Soci
|i- dis Nnticns se runira lundi
Paris pour poursuivre l'tude sur le
trafic international des armes et des
fnnnitiooa. Elle examinera particu
iremeut le projet du colonel caria
dien Carnegie rg'emeniant 1a l'abri
cation prive des armes.
Un mande de Marseille que le pro
gramme des fles franco amri aines
qui -e il.'rouleront du t\ au .i mars
a l'occasion du sjour du Ci irass
l'ilisburg a l dlinitlvement ar
rt ; il prvoit des visite o ticielles
de I amiral Andrew aux autorits,
des rception! solenelles la Mairie,
la chambre de commerce et la
pifeture ainsi qu'un match de
football.
l. l'iolo Valderamn, dire leur du
bureau de la piopaginde colombien
no en France et eu li Igipie, a don
li, lu- r uue confrence trs intres
sant sur les relations belges et co
lojibiennes. Son expos .s ir les res
sources de la Co'ombie a t pirticu
lient document.
P ur ta premire fois depuis ll %
un allemand, Le Stayer Wittig, a
couru au Vlodrome de Bullalo a Pi
ns. li s'est olassa 3msor6par
tunts derriie Sut 1er et i-'ari-ot (Uns
une course d'une heure de motoev
dette.
La BOUS < un oisslo i de la So M
d-s \ liions ii commenc l'examen
d un projet de contiole du Iralie et
de h labrieation des arme* et des
muniti mis. K'Ie prpire les bises
d'une roiiveiilion iatcniiitinnale que
i i '. ils non moiiibres de la So :it
des Nations, les Ktats Unis notant
ment, pourraient accepter.
I ne dpche de Home annonce
que le Pape a exprims son plaisir de
l'accueil fait en France aux associa
lions diocsain-1- et se rjouit del
d i iiplina de 1 Bp se >pat et du clerg
fi'in.; .is.
Lri.NUIlES Trois aviateurs an
glsil i; i11cn-nl ce malin SouthauiD
Ion pour tenter de faire le mur du
mon en avion. Ils comptent d'abord
s'arrtera Lyon puis Briadisi
Rouveaui caraioaaj
HOMK Les arclieveqaea Ha
I tew Vorkel Mikidlen, de Uliica
go, ont t nommes cardinauv au
i oiisistoire secret.
l.c Dpartemeol de l'Intrieur in-
I nui' les intraasds qu'aucuBeaution
nement ne sera exige d l'r.iigrant
qui part *es propres frais, ainsi
qu'il rsulte des ternes de la Loi.
fort au l'ricccj !e H mar* \'Ji4.
Duc onliunce ilu Conilo
le Saint ^ulain ivec
PI. Maeilonald
L iMiltHS- Leon'- de ^aint
AuUire a eu uue importante cont
rence avec M. Macdonald. Le pro
I lme de scurit de la Fran e envi
^ag d'aprs les conclusions proba
bhs des experts a t discut en d
lai1. Hurant la rak end M. Maclo
nald a examin les Ir.iviux des c mi
ls des experts avec sir B*adhiry,
sir Kindersley et sir Siiimp men ires
anglais des con ts qui rentrrent
de Paris samedi. On pi tend q ie ces
experts n'ont pis t mau es
Londres nais J fuirent de leur pro
p e mou veine il el q ie [' nlravno Je
M. de Saint Aulaire avec le Premier
ist due l'intiitive dj i'anbis
adeurde Franc,-.
PARIS La conl-rence qui a eu
lieu Lon Iras entre M. Mac-do et l'ambassi h-iii- de Frmce, ddire-
l on au Quai d'Orsay, fut empreiute
d'une grande cordialit. Les deux in
lerlocuteurs y traitrent des rpira
iiona du Platinat, des conclusions
des comits dos experts et de la se
curil de la France.
Ce que renuYnl les mines
de la Ruhr
PaIIIS Le rendement des mi
ns de la Ruhr compar celui de
l'anne 1912 nain prcd l'occupa
lion est de 102 op et celui des coke
ries de SI 0(0, le rendement des ou
vriers atteint os op de leur rende
ment d'avant guerre et 7I .6000 1 lie
minois ont l rengags. Le g>ge
des diuanes a produit en fvrier
150.659.000 marks or et p oduira
une recette plus leve encore pour
Mrrs.
Le gouvernement des So-
viets signera le irait*'* de
dsarmement
lilvN'EVK Le gouvernement des
soviets de Itussie a notili au secr
tariat do la socit des nations qu'il
signera le pacte de garantie mutuelle
et le trait Je dsar nement reco n
mand par les puissances A U der
nire assemble de la socit. Les
seules nations qui n'ont pas rpondu
sont la lie gique, la Finlaude et l'Es
Ihonie.
Les dettes intrieures de la
France seront consolides
PAULS Alin de rsoforotr la po
si un gagne dans la bataille du
Iranc et d amliorer la situation co
nomique et tuancire d une faon
gnrale, le gouvernement se proc
cupa de la consolidation de la dette
intrieure de la France PlusieuiB
projels visant la consolidation des
luelque DO mil.iirds c instituant la
lette IlilUnle sont depuis plusieurs
se.n unes dj devant le ministre
des finances, rnn's le gouvernement
attendait avant de s'en saisir le vole
du projet des lois fiscales par les
chambres.
LES COURS
3
13 mars
P.vltlS- Dol'ar 18.89
Livre 78.70
NEW VOUK rranc LS |j
Livre sterling .t1 1
Pour les Jeux
Olympique 8
Ce matin nous avons eu l'occasion
d'assister aux entranements de l'K-
quipe .Nationale de I ir qui doit nous
reprsenter aux Jeux Olympique-.
C'est SOll nu-ires que bs tueurs
8'e\eri,aieul et nous avons t heu
reux de constater que les rsultats
ont t simplement merveilleux.
Nuis avons distingu, pu c. les
douze tireurs q i 'I livenl l'orin. r le
qu pe, le lieuteuact C. rmoiit, les as
pirants Laraque et Angustin, le ser-
gent Astrel Roland, etc. Ces entrai-
uements coutinneront jusquau d
pat et se feront de la mme faon
mthodique el discipline.
Lelineral Me Doiigal, en personne,
prpare ses hommes, assist du ma
jor wilh de a Gendarmerie.
Lorsqu'on voit dans un certain
recul une agglomration urbaine t
qu'aprs un premier regard d'ei -
semble on se met analyser les d-
tails, on remarque que toutes les
c.instructions qui la composent ne
sont piis de mOM grandeur. Par
1-urs proportions, quelques-unes, les
difices pub les, se dtachent nette-
ment de !a masse des autres, qui sont
les maisons d'habitation, ht. parmi
CM dernires, il se trouve aussi des
dilfrences qu l'on constate d'ail-
leurs avec quelque plaisir pour les
yeux, parce que si ces constructions
taient en tous points semblables,
l'ennui natrait de cette anil'or ail
et la vi le aurait 1 apptien:e d'une
ncrop le.
Les plus petites de ces maisons,
comme les plus importants de ces
dilicei qui, par leur varit de style
et de dimensions, contribuent! l'har-
monie gnrale, sont souvent btis
par tes mmes architectes, et ceux-
ci c instruisent les uns et les autres
ave : ie mme souci de solid.t et de
durie, car ils savent que maisons et
di ices sont ncessaires 1'exisleu-
rt: de la cit.
I..i reportant sa pense sur une
salle de classe, on ne tardera pas
distinguer de la mme manire, dans
cet ensemble de jeunes cerveaux, des
intelligences qui dpassent 'es autres
ainsi que les btiments publics d-
passent les habitations prives; et par-
mi ces autres on relvera encore de
nombreuses ingalits.
L'instituteur, qui est appel b-
tir des nations, comme l'architecte
btit des villes, doit les mnes soins
tous les cerveaux, toutes les
.iies qn'il est charg de mettre en
valeur, parce que, eu des mies dif-
frents, de* degrs plus ou moins
levs, ils seront nce-saires la vie
de la nation. Il s'appliquera tirer
parti de tous les lments ingaux
qui lui sont confias.
Si le mot de Bonaparte : Il n'y
a pas de mauvais sold.it>. il y a d
mauvais gnraux se vrifie sou-
vent, bien qu'il se rapporte des
hommes dj faits, combien plus
justement ne s'appliquera t-il pas,
des enfants qui viennent l'cole
chercher une formation.
L'enfant, normalement constitu,
quelque peu intellhge it, qu'on le
suppose, assimile l'enseignement qui
se prsente convenablement sa
porte, et pour aucune raison au
monde le matre ne doit se croire
forc de le lui inculquer l'aide de
violences physiques ou morales. Ce
n'est pas avec de tels moyens, et
encore moins avec des insultes qu'a-
vec des coups qu'il rendra possib e
la nation l'utilisation des cerveaux
mdiocres. Le fouet soulve les mau-
vais instincts de l'lve et sa ran .-une
passagre contre le matre, mais les
blessures d'amour-propre s'impri-
ment profondment en son esprit
trs mallable ton ge et y occa-
sionnent parfois des troubles graves
et regrettables-
I telle que soit donc la srie le
ses failles el quelle que puisse tre
la lgitimit de votre colre, Matre,
ne lui dites pas : Vous ne ferez:
jamais rien de bon la l'.raigne/les
suites d'un si rigoureux verdict
II est lourd, tourdi, paresseux,
mnteur. voleur mme : l'aumue
d'une bonn parole le redre-serait
peut tre, lui indiquerait la voh
dans laquelle il devrait marcher e'
le pruarerait ainsi occuper un rang
honnte dans son milieu social. Car
ce n'est pas s'ulement avec de l'ar-
gent et ceux qui ouflrenl de la
faim qu'il faut tendre la main : le
plu* instruit doit l'aumne intellec
tuelle a celui qui l'ett moins, et l'on
sait que les plaies du cur ne se
pansent pas avec de la ouate asep-
tise, mais avec de la compassion et
de la clirite dnlienne.
Longtemps prs, an cours de la
vie, ai rs qn'il ne restera plus des
coupie, is qu'un mauvais souvenir,
chaque fois que l'lve ainsi dcou-
1 .c devenu homme, se trouvera
aux pii es avec une difficult M -
rieuse, un inaueca, et qn'il aura
besoin de 1 lont. d'nergie, de con-
fiana na soi, de ces armes morues
qui aident a lutter avantageusement
contre les circonstances adverses,
craigne/ qu'il n'entende retentir
ses oreilles votre daeeprant verdict:
f Vous ne ferez jamais rien de bon
et que ses bras abattus par cette ob-
session, ne retombent impuissants
dans la plnitude 4 leur fores.
Instituteurs qui travailles avec une
si belle abngilion au relvement
de notre payo, queilet que soient les
fautes de vos lves, et quelle que
puisse tre la lgitimit de votre co-
lre, ne leur dit** jamais les mots
qui aacoHfBgenr.
ii dric DOKKT
( Bulletin Officiel du i;.paitement
de l'Insli .niio.i Pjbliqje, Janvier-
Fvrier 1984 )
Les Assises
L'accus Samuel Alexandre, jug
hii-r par la Cour d'assises, a t con
damn trois ans de travaux forcs
Il tait dfendu par Me F. A D.
v iMin.
Norme N'uma et Chry Bienaim
sont aujourd'hui sur lu sellette.
Composition du tribunal : Juge
Aclojue,prsident ; ministre publ c
Me tribi ; Jury St Fort Colin, pr
sident.
Mes Louissaint et II. Benjamin
sout au bauc de la dfense.
Demain seia jug le nomm Ag
nor i'auley 1 ccus de vol domestiqua
au prjudice du sergent Watts.
Mj 1 roui lut a l choisi d'oflice
pour la dleose.
I.isiullalion du nouveau
CIibI de Division au D-
partement de l'Iiilrieui'
Ce malin IU heures a eu lieu,
par le Ministre de l'Intrieur en pr-
seuce du Prfet de cet arrondisse-
ment et de tout le personnel du D-
partement, 1 installation du nouveau
Chef de Uivisiou, MrDamase Pierre-
Louis, qui n'est pas une tiguie nou-
velle daus notre monde administratif,
Mr l'heaid, aprs avoir rappel
les qualits d orure et de coneclion
que prcdemment Mr David Borges
sut imprimer au service dont il eut
1.1 direcliou, exprima sa satisfaction
de voir lui succder Mr Pierre-Louis
dont les nombreuses qualits expli-
quent sa marche ininterrompue dans
notre administration.
Le nouveau Chef de Division r-
pondit eu des termes heureux, pro-
mettant dans sa nouvelle tache d ap-
porter par dessus loul : sa loyaut.
Ce fui ensuite le Lur du Cnef de
bureau, Mr Lafayetle Ltiancy, qui lit
l'loge du personnel actit et entendu
qui ne marchaudera pas son con-
cours au nouveau titulaire.
Les ltes organises en
l'honneur de st Joseph ont
l Iructueuses
Grce au dvouement des dames
organisatrices qui oui mis toute leur
iue el leur nergie au service di 1a
cause du bon patroa, les ttes de la
journe du IW Mars ont eu le plus
giand succs
1 outes les bourses se sont ouvertes.
Pauvres et riches ont apport avec
empressement leur obole cette
uvre de charit.
Lu entrain admirable avait anim
la lirande Kermesse du dbut la tin,
et S l'ansiaua il y eut U soir aailo
comble.
bai recette 1 tmoignent d'ailleun
du coucours gnrai dont cette belle
initiative a ie entoure, et ont laiss
un bnfice net de Utux mille uni uni
gowdt) cinquante cinq cenliines
Nous renouvelons non complimenta
aux dames palronesse* pour le beau
rsultat obtenu a ia suite de leurs
louables efforts.
1 I HSWw
Varits
II
Mercredi
I
7A8 lin,
Entre 1 gde-s*
Dcs
F.st dcd celte.auit. Mr Auibi'ce
IIawi.i. L'enterrement aura lieu au
jourd lin 1 a J heures p. m. en 1 r,gli
se l.ath diale. Maison mortuane ;
Grand'Hue en face du March Val
liera.
Ni 1 condolances sa veuve, sa
entants aux familles Abraham feou
se, Abraham liawli et nos amis
UouMte dda,.N'axib et fiarn 5--*.
r- -- r w ... m^
I


LE MATIN
i m i-
Tre$totte
PNEUS
TUBES
^
& AGGESSOIRES
Vs promiers utomohiiistes du monde se e.veBtdei
Pueus & Tubes
FJKSTON
La l irastone
Jire V Rubber
Company.
l'arnii toutes les autres fabriques de t'ueus ft Tubes
reprsentes en Haiti est la premire qui ;i permis
au public de profiter de la baisse du Caoutchouc.
?ous ave/, une relle garantie en employant le pneu
"Fre8toneCords"pour votre .automobile surtout quand
TOUS la laites circuler sur des roules glissantes etj
rocailleuses. Due lois votre auto munie de FirCSLODil
vous ne devez rien craindre,tout danger est limin.
Toutes commandes directes peur la Fabrique sont
acceptes les conditions trs avatageusea par I'A1I*>,I,:
L Preelzmann-\j|ijerlioIin,
Rue du Quai
Tlphone': 254
Toujours *stock toute lejlim unions de
Pneus & Tubes
Vous en trouvre* oumI chez
J. H. Woolley,
Oppf t>ite Bctxar Mtropolitain*
Dernire Heure
PHI&26 Ce matin, la
suite des dliats sur les pttlions,
le C.ouvernenient a t mis 60 mi-
norit-' la Chamlire, par 171 voix
cootfe 264. Mr Poiocar ;i envoy
immdiatement Mr Millerand la
dmission du Cabinet qui a t
accepte.
Tivoli ithletic CItil
A a sance il hier soir, le Tivoli
a renouvel comme suit son Conseil
d'Administration.
Alplionf Racine prsident (rlu)
Franck .leanton, vice prcsidni!
Ren Isidore secrtaire gnral
Annibal Uieuilonn trsoiier
A. Coicou, Heaulieu, Faublas,
Clipp*. .luslin Sam, conseillers.
Capitaine : L. Kignier.
Compagnie Gnrale
Transatlantique
Le 8| t CAI.AII.K venanl d I
porls du Sud est attendu Porl
Prince samedi 2!' courant.
Il repartira le mme dlB lu i
re piur Gonaives, l'or! d"e l'aix,
, rJaitil r>, San Juan ( {'. R, et
le Havre.
l'ort au Prince M Mari 1921,
1/ \^'< ni.
E. ROBELIN
NNMIIHUHaaMHmnMHIIIIIIIIllllllillMli;illl!IHIIIIIIIMIIIIIIiil
Le meilleur Cadeau
i faire 1 votre entant wt le volume
Pour
amuser
nos tout petits
de Frdric DORET
Il f trouvera
en proie franaise tri* timple
do Faille de La Fontaine tvec le animiui du
My. Li Iculei le loi que U lana d'un mot M
d'un* phraat lui happera, il pourr recounr.
pour le comprendre de lui-mme.
la traduction crole
jui ett en nfard.
Ea rail daai tautaa ara Librairie*.
Prix : Gde. 1 *
nutNaiiiiiiniMiiMiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiniuiiuMiiiinHiiHiiiiminut
Le c Salon des
Elgants
Annoi et ea bienveillante i
lle que son ateiu r de 11 iffure esl
ll.l:-K'. le lit l'I . Mil >
cal situ la Grand'Hue, pia du
magasin de M. Charles Gautier, an
c nu* Maison Kwald,
asi entre les Rues Dente
Deelouches et d cls le no
teauloi lu m des Kli gants '
esl a la porte il cliente nui j irou
terool, comme toujours, un service
aussi rgulier qu'empreen
Rcpisss; adirs
I. i OU88 fii' mandataire des
per onnea ci-d( jouSi dclare au
public adirs les \< cpisss lui*
vanta de la Commitaion Sambour:
11,, i N" 288 laveur Veuve
Couride P.il OV*
s o 2i tu faveur C.
i; brl i1-' K50.0Q
Il |i re nuls duplicataSde-
v. r .i lui i livrs.
Port au-Prino ,le kti Mara I'j2i.
Veruniai i' MOLIRE,
avocat
i1 tiiioii bhtt Poiish
C lupaisy Inc. ttework
Mi vous roulai protgerais peau rie mis chaubfurM
Si vous voulez avoir un brillant limant et durable*
si voua voulai la souleur ei la souplesse le cei chiut*
sures jii'iirl.-ini longtemps employez la marque IBuno<|raiu.
fabrique spcialement pour les James et les rjentra.
nien du liiijht lile.
Elle protge la peau des chaussures conlra l'hinmilit
et la chaleur.
Demandez la marque Monegram c'est la meilleure de toutes
les marques.
tieo. E*^SEME Aff^ni pour IFalti
Audain Frres
Entrepreneurs
.Notre Maison de Commero r-t
trau: f i-i-e i la lin des Fronts Forte
cote >ie le Pharmacie Notre D.n .
Noa Cliente & amis trouveront i
jouis le infine service et pour toutes
les Bourses.
Trousseau de cle/
ht ' dp n hier ea a reau c " n- nu tu d t -ii-
< d ins L : i du M jusin
r a ?Etat>
/." // ipri U U rel i
,i l'initiai Un indu ai mt n
i'iir-'i.
Pendant mon absence, Mademu
si II' \. Parai et Mr Kiie Auguati
onl charge de a direction le me
aflairee.
i m |" ut k'adraeeer eux pour lout
m qui concerne les lucalions diver
hb et I Entrepii le des l'ooi
pi S Itll.' Ill' H.
I i et aignera nuit ou
eoojointoment nveo Mr r.lie Augus
tin : PoarB. Parai ''.
i' prenant avis annule tous avis
antrieur.
Poitau Prince le 2i Mais 1014.
S. PAItET
n. immsi
. ra-
.^' te, mai ii "
i
u-t
>. I t.n inu.
- ......"'
. .Cillf-,8M'J'lliirni,.
,u m>um XSUH
^"".'
M Pk40u. /""".n"!'
,Mf '""
al. Art lMil. Ifm*
. o. O- '..iim H>l'">
.i t.n, ..!.. .m nU-aia f
,, . .i. a Mtaut.
- Ukril'l
- Llrl' ! w
. K>tlnc4taaurtnr*
tr"r#
Rhum mi
i
1940, Hue du Magasin de l'Etat
Tlphone : U7


LEMATi:
URDONAL,
combat le rhumatisme

Coalte
Rhumatitmet
Gravelle
Artirio-Sctrote
I t rodonal n>i PM a*u
latneni ) diasolvani if plut
ntrrt'iua Af l'nclde uriqur
ctuailemem i nno, put*
qu'il Btl 37 lot plus PUUMDI
nu li liUiine il mrn. M
outre, prevenlivrmein sur
formation, t'onpoMM <
produciu.n i et a son
ocumulatu iimo*
prla/llculain M d im I
Jointures.
D' P ?'*
Ane prof. niAT fCOCI dr mtit
navale, ani met dti I
fctthl rhi'.flsin , r Va-
hniifonn Paru, n i>
^rn^3J22^s322raizz32s
irSSLBaBBS
!:i[l" T ill.in} Consignafaire pour Haiti
Sea *Iod
[Tlphone: 587
L'tablissement prend dei pensionnaire! la quin-
zaine pour le djeuner n le diner, ouj pour l'un ou
l'autre sparment ou pourjpension complte.
l'ententire avec la direclion pour les conditions.
Grande salle pour banquet
Royal C;if
fn lace de ia Banque Nalionle
Propritaire : AnnaciualXNOCRN'l
Le nouvel tablisiemenl se recommande par un service
irproehable, des consommations de premier ho, ta
situation privilgie.
Le soir, musique attrayante dirige par dei prfet A
si miiels de giaud meiile.
Installation parlait. prix modrs.
Tlphone N .199
A la Esp&na
En lace d la Poste Giand'/ue R< 1723
Grande Liquidation de Ctianeaux
\\\ maison a deidr de me11rs envnlt durant e pr**
senl mois de Mars 1290 ebapeam de paille fine pou1
hommes anglaisant un rabais considrable sur te prix*
D* Oi' 2,50 ils sont vendus actuellement- I raison de
Or 1.20.
te sacrilice.n est consenti qus pafM QHS cet article ne
rentre pas dans les rayons de 'a Raison.
Grand Htel de France
Angle du Hues Bonne ho> S? du Quai
VIENT DE RECEVOIR
Pt de foie gras truff. <".i\el de livre. Ando.iil
lettes aux lentilles. Andouillos au saindoux. .lamoon
en boita. Anchois :\ l'huile. Sardines. )'aqureauv
Thon, -Cassoulet -petits pois fins exlra. Ilouins,
Vin lioug, le a all t 4 gdn
Vin Hlanc, lgation y I*
i'Htol dbite par barriques et gallons des vins de
Bordeaux. Vins de Champagne.
J-R.THEBAuD
Clr: i uryien-Dentiste
De Facults de Montral de
New York et de Boston
Angle d* Rue llaslouclre et du
Magasin de l'Etat.
Consultations de G heures du
malin y rreuie* iln noir.
iilo.: A Sludebaker Bi; 6
B!W
Sept passagers en par-
faittat peine quelques
mois de service est
vendre un prix excep-
tionnel.
Toute offre raisonnable
sera accepte.
S'adresser
L. PREE1ZM4MN-AG&ERHOLM.
Gnral agent
Bue du Quai-Port au Prince
312 Rue des lirasles eol
de l'Eeole de Stnographie
ROBIN.
On trouvera Chape, u Jean llart
pour enfants, uigicltcs fantftisie pour
chapeaux,plumes,fleuis et fruitsarti
ficiels pour modes cl robes, voilt ttes
des cabuchons pour robes et eha
Eeaux, des peignt coiffer, des
rosses tte,des faux cols souples
et empess suprieur), de la sparte
rie, du laiton ries calottes pour cha
peaux, en spnitene. de la paille de
soie par pices, du papier lettre,
des enveloppe, des plumes, des cra
yons, des fards pour jouen. de la
poudre de riz,des extraits,des colliers
fantaisie, des dentelles etiubans.
On trouvera aussi du chiropagne au
hentique Carte d'or demi sec, du
Cognac, du vin garanti pur Jus de
raisin, par gallon, du Saint Julien
et du Si Emilion en caisse, des li
queurs fines assorties, des couteaux
de tables suprieurs. Reu aussi de
petites poupes bon march.
Les cordonniers sont aviss qu'ils
tronveront prix rduits des talon
i n cellulode.
NotaPou* quelques jouri seulement
nous ollrons nos vins en barrique:*,
des prix exceptionnels, priiei de
passer nous voir au plus tt.Ne pas
oublier qu'on trouvera toujours les
produit Qailbaud et le Kola Ascen
cio aux prix de fabrique. Timbre*
poate. timbres mobiles et papier tim
bra.
On trouvera ces mmes articles a
,'Tropicale" (Jr*mi-Rue 1736 mai
son Incident (ieorges.
L'opinion d'une autorit
niedkale de Londres
Les crmes denlitrices qui ne sont pas accompa-
gnes d'une formule thrapeutique indiquant la ha-
se de leur composition, n'offrent aucune garantie
au public, et les mdecins qui les prescrive!,! ne
savent non [dus ce qu'ils recommandent.
Ils peuvent encore moins en assurer les rsul-
tats par. e qu'ils ignorent le proprit exacte
des matires qui les composent.
Dr PREYET, mdecin-dentiste de LONDRES.
La crme dentifrice AMI !'V-0 du Docteur
W AITK par contre peut tre reiomu ande par tous
les mdecins et dentistes parce qu'elle reufeime
la formule dont parle de Dr l'REYET.
The Mler MFCC
le Ere Co NI
Demandes des chantillons
""aa
-O DSXTA1 d
ASTI no DtTIfTAl
J I.MO S.
!*l>0 "
10.KOO
MH
.200 '
M) ajatanlfalaUM.
iiarri^rti
1M.0OO*
NIUSASTHtNIS. FAI3I.C3SC
CMLOROSSi OEBIU -
iSu, li
sinop ii
DE8CHIINS
d jlloir>globtu
1 ta mdic.
PaulSals ~z
AVOCAT
Recoarreonts C affaires ltriigcj.
t'orrespondants a Washing-
ton, New-York, Berlin,
Turin, Londres. Paris
ITRue FtomSilfdruauPrmct
Tlphone 597
-
A I
"i J Pmtrlt.
Pharmacie VV. BIJC1!
Prfparex vos liqueurs avee les Es* ces pour Liqueurs ; Anitettes, Crme
de Cucao% Ch,artreu*e(CuraaofG.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM