<%BANNER%>







PAGE 1

uimN Ce i'rsi pas ii pliiiiiu pi oil nous liDrer m sris le l'aigie aioricam Dans )e dernier fascicule oaru •>in In signature du docteur r\an I;OM Dnlencour, l'auteur avee une •• IQRiittDCC DWlitlftOtt nous mou Ire, d tm H toi inbranlable, notre s.lut dans la terre, en reprenant l'Œuvre de Ption et de Hoyer accor dant des concessions de terre tous ceux qui n'taient pas propritaire Aprs avoir expos l'opinion d'to nornistes remaquables preooiaanl l'extension de la petite proprit ru raie en rappelant aee bien faite incon testantes, l'aimable publiciste coi dut la ncessit pour nous de for mer un nationalisme agricole qui donnera l'hatien pi m d'Iod peudauce et partant ph (la fiert, plus de tolont, pour conqurir la libration du territoire ". C'est, dit il, •• une grosse erreur de croire que nous pouvons arriver d'emble et d'OQ seul coup au natio nalisme politique. Depuis huit ans nous faisons l'exprience dcevante et nervante de cette erreur.Ce n'est pat la politique qui doit nous liber r daa rriffee de l'aigle •mrieaio. H c'tait naturellement poaalble, la po litique < %  Il di je ralit ce miracle. Depuis huit IDa, nous c MisUtons (ba|u*' jour l'inanit* des elforti -\ cluiivemenl poliliquea. Avant IH04 nous iVOOl pu conqurir notre ind peadance par la violence, mais au joard'hul le chose est matrielle nient impossible notre poque d'aroplaoe, da taaa RI, da vapeur outrance etc. El ce serait COOViar lout le peupl un vrai lOcl le phy i pie et moral qoe da lui faire ac croire qu'une rdition violente de IfeOt est poMibla ". )n s,.nt ils les chauvins prchant li nouvelle CTOiaada meurtrire? .lus ques a quand abuseront ils de la M ilfet dM -unples en taisant tala ge d'un nationalisme qu'ils ne surent jamais montrer alors qu'ils dte Baient des pouvoirs tendus T Entendez le mot de vrit de la bouche d'un professionnel de mri le, pntre/, vou en bien par CP qu %  dit sans ambages et avtc sincrit. Far CaMe Nouvelles Etrangres Agression en Irlande sur les marins unglaia PARIS 22— On tlgraphie de uueenstown ( Irlande ) que des mi rins anglais accompagns de leur fa mille ont t attaqus au moine r o lia mettaient pied terre par des soldats Irlaodaia arms il une aut ) mitrailleuse. Deux maria* ont tus et une vingtaine de paraoaOM blesses ; les ngresseurs s'enfuirent et ne purent tre retrouvs. Les suites de fagrtait)n leuvi tt tre gra?ei DUBLIN— Ll ministre de la d fense nationale a annonc que les ofliciers arrts mardi dernier pour avoir tent de provoquer un soulve ment militaire ont t remis eu li bert sur parole. Lue grande anxit rgne en triai de cauie des consquences qui peu veot rsulter pour ce pays de l'att-n tat dont lurent victimes k ijaeens town des marins anglais se rendant en permission. Malgr toutes les si tisfactions donnes li Grande lire tagne parle gouvernement da l'Etat Libre, on cr.iinl qu'ut, grave tooi dent tu eurglaee d'an momeai l'au treet place le nouvel lat dans une M.tiiHtion dlii aie. Le gouvernement irlandais a offert 10.000 livres sterling de rcompens> H qui informera Us autorits de l'E t il Libre du lieu o sont cachs les auteurs du crime de (Jueenstown. |gr Zeplish sera expuls AlOSCOl — Le corn l entrai ex* cu'ii deSovUtaa accord le natra en libell Mgr Zeplisk mais il l ex pul-er iiti territoire russe. Lui, ni judiciaire d rige contre la pati i r %  lie l'ikhon a t suspendue par ce mme iriLuual. %  La^siluatioo Honduras WASHINGTON— Le PreJdenl Coolidge vient de signer un dorel pur li quel l'expi rtation des armes et de munitions au Honduras est prohibe. Le db.iiquf tticnl de forces nava les amricaines du Honduras a dofl n lieu A la chambre des reprsen tante un lit dbat sur la politique suivie par le gouvernement vis vis des rpublique* \oi-ines. Les fna t. lira Borel. rpublicain, et Bhipa te, laboriste, dclerrenl que l'pi sotie du H iDduraa tait un nouvel exemple de la tendance actuelle des raUUoni dai Etala L'nii avec ses voi > nu du lud. Le atoaleur Lodfa publicain et ptaidenl de la commis 10a allait'. %  : i, dfendit le gouvernement contre les attaq es da Borah et Shipslea et aflirma qu'une action rapide avait t ncessni te au Honduraa pour protger la vie *"? S p< lea pwoiiet^s des amricains. lattermitsement du Iraoc NEW YORK— Aprs une violente hausse, le franc continue sa marche ascendante avec calm*. mais fermet, sur les nouvelles que la commission des experts est sur le point de dpo :-er sou rapport dterminant les ca paeitia de paiement de I' llemagne II dont la base est dj accepte par a France et la Guind Bretagne. Dam les cercles politiques et linan tiers, on estime que le conflit euro pen a de nombreuses c liancesd'tre rapidement solulioun car les mesu res conomiques et financires adop les par le gouvernement franais ont l'ait tenattie lajcontiance dans son crdit, tandis que l'Espagne qui fut la nation ou l'Allemagne trouva le plus de sympathie est maintenant la p'ns compromise cai des milliards de m ii U ont t achets par ,a peu pie espagnol et il ne l i reste \icun moyen pour impiser au gouverne ment allemand I obligation de recon natre t'de recueillir les billets ave • lesquels ce dernier a ralis U plus grande escro pierie enregistre par III sloire. L'instrutlion delaffaire du plrole se poursuit WASHINGTONWilli lins, ex prsident du comit national" repu blicain eu 1 '.20 et Sinclair, conces •ionneire dea uu.eux gisements qui ont donn lien aux scanda es pl 0 lifres ont t appels devant le co mite de lea Mit U .me pour fournir des explications au sujet des 7 >,000 actions do 1a Compagnie Sinclair re mises Mr II ivpouf lubveoi' aux dpenses de la campagne politique du comit national. Nouvelles diverses PARIS— La se.iat a approuv par I Iti voix contra l i le projet de r for n Beoatea lu goateroeaeat. BiHul.N— Le Daignt alle.iiuil II igti dtinoaa a dclar qu il ne se reprsenterait pas aux pro haines lections et qu'il avait 1 intention de se retirer de la vie politique. PARISLe Gural .Nivelle est mort tuer. rUklO— Un ne conserve aucune esprance de sauver les vietimaa du sous maria 43 coul prs de Sasebo etr tous lea aflorta pour soulever ou remorqn 11 navire ont t inutiles. UH88— Le* 1 1 des trama aye et ommbus de Londres au no nbi %  da 37.000 aa sont deV lires en gl ttMG La TOI. nt italien veut de publier un dcret eu vertu duquel le trait it.ilo russe eutr.ia en vigueur partir du 13 Mars. Ce trait contient dea clauses d'un ca NMJtre commercial tre importantes parmi lesquelles la rglementation de la navigation cotite entre la H al Luue #1 li Mer Noire. MAD1CO— On communiqu an nonce qu'une nouvelle ofleosive d-^s troupes aapagnotea i Berniez a obta 11 1 iiu plein H %  permis l'a mliorei lea poeitiooa autour de Me lilla. La mai 1 pour but de renforcer la demi cercle arm au centre duquel *e trouve cette derulire ville. K'JMK -— La commmoration du quinzime aenivereairedu fascis m • 1 ,1 m n lien I d imposant** ma nife-lai te toute I Haie ; le li recloire f.is' i-'e a lanc un* procla million nu oar i d.ns la el il recom manda 11 consigne nvante : Con corde, dis-'ipline ci souonsioa "lso lue i l'i; 1 mm qui reconstruit la Pa ti le. s vN SALVADOR— Des dpches de fcfanaeua infirmant qu'une grm de eniit rgn<* au Nicaragua par mile de la situation politique cre pir la candidature a la prsi Jence du gnral CbamtlTO. Des collisioas se araient dj pioduiles entre les pertiaana de ce dernier et ses enne mi* politiques PARIS 83Le Gnral Pershing a rendu hier une visita 4 M. l'oinca r. Depuis plusieurs mois, l'ancien commandant en chef des armeg amricaines est install dans un mo deste appartement voisin de l'arc de triomphe o il vit entirement con sacr crire ses mmoires. PAltlS— Le bruit court dans les cercle politiques que les travaux d-'B experts de la commission des r parations seront retards par le man que d'informations de M. Schacbt au sujet de la nouvelle banque d'K tat allemande. LA HAVE— Des dpches de Ber lin annonant la rupture des ngo ciations diplomatiques qui avaient lieu dans cette dernire ville entre les dlgus hollandais cl russes au sujet de la recouniissance du gou. vernement sovitique par la llollan de. La rupture e-t due, dit on, aux exigences des dlgus tusses qui r clamaient la signature du trait avant d'en discuter la matire. LES COURS NEW YORK—Franc 18.81 Livre sterling i.'.'.r. Rponse du louverain Pou* lile la lettre des Evtjues d'Hatlt. Du Vatican,le 3 fvrier 1921 III. et Rv. Seigneur, Je me suis empress de porter la connaissance du Souverain Pontife la lettre d'hommage et de dvoue ment que les Evques d'Hati ont voulu lui faire parvenir, par mon Intermdiaire, a l'occasion de l'arri ve dans le pays de Mgr Denedetti, Rgent de l'intartioocialure d'Hati. II m'est trs agribledappren Ire Votre Seigneurie et ses suifraginh que le Saint Pre a t vivement touch dea sentiments exprims dans celte adresse qui ad une nouvel e preuve de l'attachement da l'Eglise dila)ti au S. |l| Dana li certitude que les vqaea d'ilaiti contiu lennt leur concoure l'œuvre du Reprsentant pontifical euprea dea autorits civile "et politiques, le S. Pro, comme gage d.: sx Lien veilla 1 1 pour le peuple d'Hati, donne dj gnil inr PEpiscoaat, au clerg, ; ma I 1 li lloi huliens la bndictio 1 apostolique. Je saisis Mit I l 'iv n a ole occ 1 1 1 1 ptur vous aftirmer mes sentiments de considration distingue. tard. OASPARItl A Sa tirandeur Monseigneur JII.IKN CO\A\ Archevque de Port au Prince. 1 %  %  . 1 Le & Salon des Elgants a 1. bienveillante tl que son Uelu r de coiffure 1 . trau-i " de lo I fi ird, M lo cal situ la Grand'R ie, pia du magasin de M ..Chai lea Gautier, an c ienne Maison K.v I I Plac ainsi entre les Riirs Dants itestouches et des Viracles le non veau local du "Salon des Klgants'' est la porte des clients qui y trou vconi, comme toujours, un service aussi rgulier qu'empress. Liliert l'.ijalit Fraternit KEPI'BLIQUE D'HATI Port-au-Prince, le 2* Mars 1924, An 121nae de l'Indpendance. 'Arrt BORNO Prtidenl de la B^pvMiqu Vu l'article 78 de la Constitution : • '. iiisidraul qu le Secrtaire d Ktat de l'Instruction Publique et de l'Agriculture est dmissionnaire : %  I v a iiu de complter et d modifier le Ccnaeil des -acrtaire d'Etat ; Arrte %  Article 1er.— I.e Citoyen Loiis Prophte est nomm Secrtaire d'Ett de l' Agriculture ; Le Citoten Augustt Ma^loire e* nomme Secrtaire d'Etal des Finances, du Commerce et de 1 Instruction Publique. Article :. — Le prseit ^arrt sera imprim et put li. Donn au Palais National, Port* au-Prieee, leii Mars ltf.'4, An Pile de l'Indpendance. (S) BJHNO Libert Egalit Fraternit Rpublique d'ilaiti Port au Pri ca, le |K Mars I tSi, an lilme de l'Indpendance. Arrt BORNO Prsident de la Rpublique. Vu les articles D de la Constitu tion et 3 du Dcret du 5 Avril 1 ( JI6 ; Vu les vacances produites au Co 1 seil d'Etat par la d mistion de Mo 1 sieur Olivier St Clou I, ptr le dci de Monsieur Thram-'iie II main, et l'attribution de nouvelles fonctions Messieurs II. Dunache et Uamase Pierre Louis, ARRETE Article 1er— Les citoyens Etienne M igloire, Charles l'ombrun, Docteur Emmanuel Mercier et Charles Hou chereau sont 11 omm-s Conseillers d'Etat ; Article 2— Le prsent Arrt sera publi et excut. Donn au Palais .National, |Port au Prince, le 25 Mars 1924. an 121me de l'Indpendtnce. ( s ) BUit.NU Parle Prsident : Le Secrtaire d'Etat de.s Finances, du Commerce et de l'Instiuction |Pu blique, | s ) Auguste Meglnir?. Le Secrtaire d'Etit des Re atioas Extrieures, Camil e Lon. Le Secrtaire d'Etal des Travaux Publies et de l'Intrieur, Luc Thard. Le Secrtaire d'Etat de la Justice et d-s Cultes Luc Dominique. 1. 1 Secrtaire .d'Etat de l'Agricui ture. Louis Prophte. Le Prsident de la Rpubliqie Compltement rtabli, le Chef de l'Etat est descendu hier de sa ville giature de Ption-Ville. Ce matin, il a pris les deux arrts que nous publions et reu quelques amis. Le Cable Nous sommes heureux de pouvoir annoncer que des rparations qui >e poursuivaient dans le rseau du Ci ble franais sont heureusement ter mine. le demain les dpches pourront tre plu* abonda ites. Dos membres des Stirvaux d' Vt<' ;tn\ dernires ''lchons coiiunnialiis, mcoiiteuls. Au une loi n'oblige la Com nu te r nuirer les servi e de ceix qui sont appels fair 1 partie des Bureaux de Vote. Seule une tradi tiou a voulu que ceux-l fussent toujours rcompens LeConseil Communal actuel obissant la coiitune avait piis dans une de ses dernires runions une mesure tendant a se librer vis--vis des membres de ces divers bureaux forms en j.nvierdi nier, en cailant C'iix parmi eux qui occupent une fonction publique. %  iaamedi 'e paiement a t effectu co d umrneiil a ce principe. Ca contra qu il cea derniers prota tent en eoutanaal qu i s a'avaieat point t requii parce qu-* foneti Ie F. A. Deverson. Demain sera jug les no.nma Norma Numa el Shry Hienaim. accuss de vol domestique au prjudice du sieur Krnesto Iiander?| Ml seront dfendus par Matres L. Louissaint et IIBenjamin. .1 Parisiaoa JSLDI hw la flou. 3 ehapitres : Mre coupable Eatr : 1 rjde et 1, 50 Varits Mardi. L' us {Tangos Ni' I Entre 50 centimes Mercredi us Sali 7 4:8 fin, Entre 1 gdes{ Compagni.' Gi'ut'iali' TraDMtlanlique La ani OARAIBB 1 venant des ports du Sud est attendu l'urt au Prirji 1 i; 1 h 19 lOraut. II repartirn le mi^me dans la oi re pour Gonaives, Port de Paix, <>p Hatien. San Juan ( P. H. et le Havre. Port au Prince t k Mars 1924. L'Afant, E. HOBELLN



PAGE 1

K RAI in ieho & Fink, Inc Fonde ea 18"6 ^Supriorit Bas prix PromaUiti l c pi m lt i COBI traction* ainei que le* commande de briques. Tlphone. N. i •_'. Lon R. khaud Agent exclusif pour liait! i Audam Frres Entrepreneurs Nuire Maison de Commerce st tran-ire I la Rue dea l ata i a i ot de ii Pharmacie Notre m %  Non cliente \ amis trouveront lo ji it— e meme service et pjur loblaa iea Boorete. F 0. P1ERC Company 12 WEST BRO DWY NEW Y OR FONDEE EN 1847. SUPERIORITE BAS PRIX Fabrique tie : Peintiifp, Verni*, Ocres de fouie* sortes. Mattle. Lon R Thbaud t argent pour Hati contre u CONSTIPATEON prenez les COMPRIMS SUISSES da DELORT, Pharmacien, 119, Rut Snint-Aii!oiu# P AHIS C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS PORT-AU-PRINOB AlePETRU8; Pnarraacia ALH: r HTlNI phnrmaci du DJuailn VIAHI VViison 1 tops CHICAGO. 1LLS ^aatgue^, 3£uife li,te coton, lfulCe et mat* \\t& cl Ctaxif/ior^c 33i>eu[ $dc, jambon* & c^axaa; QiuvM Situ aux.jw*, nte^OreLCfe* SatuteM en hmlc. Corn&o $iet\, Sbotel iu\ tyoltio mcat, de. etc. etc. 6 ilre de sk>ir tec rix Courant.. Loa R. Thbaud Agent exclusif peur Hati %  gyjfr(g>-' OLIDA JAMBONS CONSERVES CHOUCROUTE FOIES GRAf LGUMES FRUITS CONFITURES ;">NDIMENTS En Vente dans toutes les Bonnes Maisons nt Gnral pour Hati %  Ch. MAGMANT GROS : 118, Rue Baudin. LEVALLOIS-PERRET.F !" ^) ASTHME Opprtstion, Catarrhe, Suf'ocationi, Tout nirotuti. j outrlion certaine par % %  CIGARETTES CLRY %  POUDRE CLERY Dr C1JRY, 58, Boni Bt-Martln. Parla ,'opL in d'une autorit mdicale de Londres Les crmes denlitiices tfui ne sont pa l •:rres d'une formule thrapeutique indiquant la be ., de laai oom| D. n offrent au< une nranlie io public et lai mdecine qui la preeement ne vent non plua ce qu'ils rseommonloal. Il peuvent encore n. inen aisurer leraullaii parre qu'Ua igooreal Iea proprite exactes dei rxutii re • qui les ci mpoaeot. Ii I REYET, œdecin-deoliati de LONDRES. La crma dentifrice NTI-PY-0 du Docteur \\ AI II ai • • i %  m clic racomn ai d ie pai l< les mdecine et dentistes parre qu'elle reofeime la loiiiuiic dont i a t if >ic Dr l REYET. The Actidolor MFCC . Sriijie En; Ca H. Drniaiiili/. des chantillons aim n o I'INI'.I CRBAM •-. ipMM I Ttwna.'.i > %  noJ ( tlm n ..,k O0H Avis tar N " •'•'•i. valeur0. K 0 mis par la Commission Sarnbour, i n faveur de Mr Sac lils. est adir. Duplicata devant Mre dlivr. P. D. Plais-ir, maudalaire Horn Lioie Le S. S. Waldtrnul Hoin" *e nant de llamliourg via Kiogilen, Jac mel est attendu fort nu Prince le 2'i courant. Il repaitira le im'me jour pour St. Marc, Puerto Plat i ai i lurope pre nant fret cl pwaagl rs. l'our plus ampl< s r. DMignemenla prire de bien voub-ir s'adresser : Oloison, Locai A Co agents Gnraux. i ttiiou Slio Poiish Couipaiiy Inc, i\ ew o chana#urtf Si v(nis vouiez %  voir un Imllanl IrtTsant ri .lurable. si vous voulez la couleur el la soupUsse le ces chaut. Murs pendant long tevpi employez la marque lonogran. Fabrique apcii lement pour les damas etjlca ijenile. nicu du hijjlit lile. Elle pretge la [ieau des chatissurei, aenkre rkrMtrtU et la ebaleur. Demandez la marque HODogram c'est la meilleure da trmfea les marques. ci o. &-IN SE ME Aent pour HttfH La maison SI LVEKA La Maison |[. S1LYCRA vient de recevoir par leader niera steamers le^ arlielea suivants de louta traicheur des prix rduita : Chapeaux de paille fino l'Italie, de toutes espaces — (lliap<'au\ le laine d'Italie. Chapeaux l'eutre d'Italie ilaptiste l'ine pour cheniis>s 'lissor fil anglais Tnssor le soie anglais liarres pour chemise & robes Satin de chine pour tailleur I ustrino pour tailleur Colette pour taillsnr Drill merceris amricain (nouveaut hrill fil blanc & union anglais kaki Jaune ainjlaK extra qualit Zephir anglais aup. pour chemises One viaite a noire laiaen vous convaincra le la ban* n> qualit lnos articlea el de la modicit de nos prix en comparaiaon avec ceu* d'autreamaiaens de la place pour dea articles similaires. V ni* rm fS du May sio de l'Etat Tlphone : 347 f



PAGE 1

Lt MTn' rGLOBOL Mu'Ciie qmac combat l'anmie Sou a nouvelle forntt liquide ]• Oobtol. agrcabl 4 boire. n t | rcment recommtndi pour ii>s enfant*. C'r-st le rccoa3tiluaot Idal, p!m actif que l'hen ji'jtine Serje Taillant Coisignataire pour Hati Sea Eidc Ion Tlphone: 587 L'Etablissement prend des pensionnaires la quinraine pour le djeuner H" le dner, ou pour l'un^ou l'autre sparment ou pour pension complte. S'entendre avec la direction pour les conditions. % Grande nulle po r banquet D 'J-R.THEB&U0 ChirurgienDentiste De facults dMontral de New York e il* Boston Artg'e les R tes lleslourhe el du llagMia ide. Noti.—Pourquelqii ajoura seulement nous ollrons nos vins en barrique de* prix exceptionnels, prire de pisser nous voi %  au plus IcM.Nepas oublur qu'on trouvera toujours les pro'uit Ouifbaud et le Kol-i aaeen cio aux prix de fabrique. Timbras poste, timbres mobiles et papier tin br.'s. On trouvera ces maint* article* A .•Tropicale" Grand'Rue 17118 mu ion Incident Georges. En vente Port-nu-Prinos : Simon Vieux, Charles PlcouUt, Il & \. Sada, l,op' Rivera, Hazar Mtropolitain. Goii.-uves : Madame Lgene DbrOSM, Saint-Marc ; Mme Maurice Cleson. Jacmel : Dlie Doug. Petion Ville : Oreate Chry. Alfred VIEUX Agent pour I laiti Paul Sals AVOCAT Recoorrements Coninermax, affaires l'Etranger. Correspondante Washing' ton, New-York, Berlin, Turin Londres. Paris tTHue ttmur2i7,Po>-'(tu-{*rtnrt Tlphone 5f Pharmarte VV. BIJGli Prpare* vos Uqueur avec les Esstn ces pour Liqueurs ; tnitettes. Crme de Cacao. CharireiiaefCuraaofiin.



PAGE 1

>> DIRECTEUR PROPRIETAIRE liMUMLVn Clment Magioire VERNA 1368 Rue Amricaine NUMERO ^QcBNTIMEh **""** Mmo,* l APR 1 2 Si le financier manque soi coup, les Uaurlisans disent de lui : c'est un bounjBOis, mi, homme de rien, un malolra ; s il russit, ils lui demande*! n fille. La bruyre Quotidien TELEPHONE No 94? 17me ANNE N 5161) H WW W-P RBteB ( HATI ) MAUU1 25 \JAKSiy24 Une brillante Matine j la Socit d'Histoire et de Sographie Ceux qui n'ont pas assist avanthier la loto qui eut lieu la llibliotnque de l'Amicale du Lyce (Mr les soins des membres de la fcp.-iele Histoire et de Gographie ont manqu ira vritable lgal littraire et historique. LASBUNCI S'OUVRIT DIS K) lis. par un majuilique discours du pr.'sideutdo la Socit, llrll. I'. lannon. Dans un langage o s'alitrent la simplicit et le savoir, il disserta sur la philosophie de notre histoire, exposa comiuanten fouiliaut celle de tous les peuples on retrouve cet esprit de turbulence propre a tout groupement eu vo D nom, ainsi que celle deson frre B dsrondCanal qui ne dut cet augmentatif qu'au hasard de M naissance survenue le jour qu'on creusait uo canal sur les nabi talions dfl MO p.-re. Pour le colon les moindres incidents de la vie de vaient tre marqus. L'clair de ce tonnerre qui illumi na on bar:au,ex.er. i une inlluence sur toute la ne de Baisrond Tonnerre II y laissa des traits de feu qui de valent le rattacher Dessaliues jus que dans la mort. D une sincrit exhubranU, il n' tait pas trs bien vu de t'tion qui. iliuinutis,Mi,n-usail, disait il, de ses bquilles que pour mieux arriver au pouvoir. Aussi, aux funrailles I tbariotin Mareadieux, le futur fondi leur de la Rpublique le regarda-t-il avtjc i, s veux courroucs suivant la ra-aiarque qui lui fi| e par certains de eeui pu ai itrent celle cr •nie funbre. Celui qui tudie l'histoire, s'il con sidre les deux persounages,du gn rai en chef de l'Anne indigne et deson Secrtoir ,voit qu'il est irnpo; sille de omprendre Pua sans l'au tre, tant leurs sentiments paraissent •e confondre. Il fallait Bolsrood Tonnerre pon r rendre la pense de ,'essalines dan* sa sublimit sauvage". On aait d'ai 1 eurs que Cbarroa avant t appel* le premier pour rdiger I Acte de notnIndpendance, Deeaali oes la lecture qui lui fut donne die cette P %  %  reste rroi l. mais litf que Bols ''" ' loanei Midens M B d • pense en des phrases lapidaires jauni, cibrae.le Gnral enCbefsa sentit remue profondment. IV ladeur, e fameus secrtaire le resta toute sa vie et ce fut -arudosiJe pour se rebeller contre l'Acadmie Franaise qu'il inventa les deux vw bee -iiigubrer' et "dlecter". Bore, ron i Foanerre tait un guerrier id s'tait gar dev.nt un bureau. Bon temprament bouillant, impe B" lu. permit d'exercer une iolluence trs grande daas la eoodui te de vnements par Dessalinea. de la ngresse, Bois 11 '-rre avait teniblement du martyre de I-, ..• avafe, l )ai lacle navrant qui l'offrail souvent a lu tutti %  applique I il avec une gale Prcit p mater le 'h I prs, rii le maa sacre gnral exception faite de d tre utili %  del clasa blanche. ' %  I o i r.uir, il mvorul mart i de la sainte cause, jetant l'ana th.-me ses bourreaux qu il mv sait eu expirant crn-ment B00S le coupi sacrilges Un quitrain de meure clbre c^uil grava sui un* des panneaux de s cellule attesta de son got pour la ; Il im.Jr al Iraal atji ir (ail par tl pi ir !> (lu li cniiK m riant i i liais (Ine p"ifiii iupirw !i ran, Duini un t'.rur pir > itlll il S'il eut da grives dfau s l'hietoira doit sinan i'ab w Ire m ilenlr compte dts iafloenoas qui sappesas tirent sur sou Imagination, en campant colle grande figure h Loi pie, aurole de la gloire qu'il sut bien mriter. Ce fut sous les chaleureux applau disnements dune s^lle enthousiaste que prit tin la lecture .1 c s pages c -nies dana un 1 ingue d'une --ili'imit frntiq ie, q .i ... iil qu'oe semblait avoir vcu cote Ae< p irson sages historiquaa dont le souvenir tait ino |u ave %  i ni i' Et suivaut l • 1er lier p tint du pro gramme. L'EXPOSITION OKS DOCOMKN rs HlSTOlilQUKS lut ouverte la curiosit de la nom breu-e essiatance. Tout r-l ieten : r dans ce petit muse due aux son. de M -M ni, II. ftv Sinnon, I'. Mtdiou, Pnce Mars, Dr llie 't, Aim Villstle, qui lo is ont mis graciflusement A la disposition de la Socit les joyaux In dm i pios devant lesquels nous dfilous. \ oiri un acte d'aranc!iisemea! S la o'ate du S \vrill797, par lequel MonsaaurSdouard Loaual AO'* rgista la Oroixde* I tiii [ueta, ras oea par devajit le notaire Loreille a se. droit sur son sselara v |u • dite Charlotte, ainsi que sua tils Julien. Ue /lat ds Haceltea d l'poque coloniale, l'acte da capitulation de a viilp du Cap par Rochambeau la 19 Novfj e i M. J.^ Corres| Unce de toussa int Louverture et d'Hdoaville. Une pendule ayant appart Toussaint LouvertllN jurlintsur laoadraa la mentioo : Horloger du Hoi, Lu a<:te du ^ Avril l fO, suivant laquel Bevealieee et 6on pouse Claire lleureuse lgltimeol ptr devant le notarre • ' e8 enfant issus de leurs iruvres, Jacques Bien Aim et MM l'ran.;oise Cli mne, In tat de servlcea de Ption sign de Saothoiws, deux breveta nommant Ption (Jnralde lirgade et de Divis ion ligns de Dessal Une lettre du l Novembre 1810 1 Intendant de la province du N par laquelle Cbrletopha rclemail . eelui M vsleura r iva i il aux suiliva i u I I ne daal du Moa | encore SDi %  I ""* *• la mchoire sup rieurs du gnral Boiuiat, i a tebtau d Inginac, dir i n nues, I U e lettre d'Iiiginac au Gfaadjuga rclamant uo exemplaire de la der uire proclama lion du Prsident, I ne photographia du Carrier, aaeien gou vorneur de Sauto Domingo, I n volume contenant toute la relation dea raeooiei doeouranmai i.t de h ui i ioqoS| ceateaeal galesaeat la ph tograpb.c dea dignitaires de la cour impriale, i>n verra a boire n pur ntal avee fileta or avant appartenu Si majeaM. i peurnoa i ,i.: oaoUi 't' '' %  si noua n'avions craint d'abuser de l'obli aaenee de Meseieura Saanon, Kicot et l'reseoir qui BS Dlirenl il aimable n rni t I; i de taol I 1"es apour notre par) n ua avons vus pour pr repoi l *la que nous ai se si gr.it; aux aOinS de ; Ile s" 1 i t — i dbats permettent de fonder les meilleures esprances —l'Acte de notre Inde pendance pouvait tre un jour retrou :> et t.lacsousnoi veux merveills. Mes K 1m. de Lespi i -, Lespin une, Pierre court, Etienne M ithon, Bdg. Fenfan, ie, Dr Flix f oit eu, Dorteiir i et Madame. IV i bon, nuire Collge, l'ri %  llyppolite d,SI Uouii de Gooi Charles Oupoy, Dr BrOBO, MUi %nsa \ugustin, Fi lia bfsgloire, Caiu i Lbrieeon, Ea ivle, Geergea Cauvin, Plii -, Baac Seat Chauve!, Democla Vieux, tl rmann Hraux, V. (ieia ; e etc. %  un BBfl Avis k MATll N 'in rappelons nos \bonos et cltenti qu'ils ne do veut rien payer que contre reus unp Itas ci lin is le lotre l-irecteur. Correspondance Pert-au-Prio II Mars 19.'t. Mon cher Dire leur, J'ai lu, dana re ra num il i de sa nindi, Ji du eouranl, une lettre i i > li ia(ioa I lUI lai II ire de Monsieur (ie-< .nta.it vlnuirt.ir Ce gea Lafontant prtend relever une ma'veillanoe oo amise envers M >n-i i nCi i u iPi loe, a pr pee d'un dis linsi aurail pron me .i i i 11 i aa< • les I goieurs et dea Aiihi Isi lu 0 a ut des l rivin\ Publi .1 : n'ai p m' de raison pour in %  .Cure gratuitement mes compatriotes en err un t. an • ira moios, p mr mdire d'eua,— Je m'occupe b.ea peu de • DSS, SlCSpt des cni id il m'arrivs d inl quel |u'un, j'ai toujours un Je .lier lie a tixer un point, i ittirerl'attsnlion dstous sur un ni • que je crois trs imporlui., an di'i, le -eis du mal. ou dan a, ainsi j i i sire )ouj mrqie la S pi qui a nploieut leur la B |teul'tre, faire du ta tous, et en mmne temps, etn i I.I-I .u si l'union ds n >i s de notre agilomration. r i.i. lei il bien eal q l'un :n il l'ordre asiate : Dnigrer il -.;i, 11. u 1er; feii %  croire qu'elle il i n. Cal ordre est da Unis, ds l'A n pie Centra e et des Antilles, < un i il. Les laoguea anglaises et f-|. I;IIOPp'iivent tre prises tui ans les elforls dploys pour teindre notre u iti inalit, uotr race, nota itein iii.iiale. tris e-t I-. lu l'entend, ii a'esl point ignor de personBs\ pas m'ine dee messieurs i i LefosUnt, pui i| i" la nation entire en est pein | i no i mne. kil vu: neul p I il il de faire uns nonciation des faits, — I i n, i ,. | la mssoal mai k ehar a. li est aui tri ta ds %  aaal ds 1 soins que i on pri n 1 pour B ,i ce qui set .i notre setit, n i nme peuple, ou comme iadi ; r, par 1 h as sur n tat, "ii nous fait une mauvaise p , ..-n suite, .m met en ligna i "Cin mil 1915, on na I aspiil du mon Mali I '"I lion pai. ousej'Nous devons '.rc. 1res grudeal*. Nous levons nous sarveiller et uous e ; u i 1er par le Patriotisme. Les i i q ies doive al Atresvesas, mais • iscaires, justes si reiseaaa* bls, i II d tivenl tre une impul. un eProgrss eu sol, non une %  ruine i. M notre l'uvtombe li bas, -i l'gsi n tua trangla, nous devons l ii iv i ir^ i Hisse en nous : uous n i il de sensation si dose-i lilit, par e tas |USul sans la charit qai lait natre la Solidarit Quand la solidarit sel inconnue dana une agglomration sociale et politique, la Nalioo n'a pas un coeur qui bat, -on .lue directive est absente. Voila lee raisons purement patrioli pies qui m'ont port %  e.nre Partie e pa u daas L'ESSOR sous ma signature. Mais i Monsieur Georges Lafontant, comme reporter avait BOB ni rendu ce qui s t dit pul'Ingnieur Thomas Pries, la rs tiflcation n'aurait point t ncei ta \ .i. i ce passage : <• Mr Crue, longuement et paurll vec beaucoup d'originalit, %  paris de l'laboration, ds l'interpr• talion si ds l'application des lois. • C mr m.uiv ii r rdactiol dus s l'inoompteoee des lgislataors. A %  leur meoanaiesanea de U valeur • dea moto, entrane souvent k bien i •<• m lomotai . t urs du MATIN ver.-ont de suite la d a qui existe sntr^ la reeiificatioo >'t le compte sas du. Mais partout, les lois deia ndeni decon nentaires. On vous remet iml, mon cher Directeur, jo vous salue bifn afiectueusement. lAVIA-ll ItK.av.! • • P M .n Prl tas, U n Man lllij Monsieur la directeur, Les clienla de Parisiaoa n pinvaienl lr invar un mi i ndialre plus lympathiqua que voire inlresiant 10 %  poui obteoir une reprise de Roger la Honte ", mais je auia h i!ii"o-<' de droger ("excuse/ ce mauvais calembour, ja dbute dins le geei i l'hebituelle obligeance qui a lent ceneonra I faire de l'Eta blisssmaal que je dirige, non pis seulement, comme l'crivait un de Bolleborateuri : la reesouros dse soirs ds ds euvreraeot, mais encore, une i petits Rpubliqos de l'ait ci du une constitua ti m brve, q li lient dans cet article u n |U : Ltsdtsifi iti abonns ont loi. sngss '• i avsc I Province m sol l %  i voyer au lue et m • otslions d'ici, les Hlmi pu mi son! adresss de l'aria, en co nie location le MOIS dernande d'expliquer aux aimables corresponditde samedi, l'imposiibUitd 'de l'ail ou je me trouve don de leur trs ils i stts l"i unis en ipensatioa anoonees je vous P rl -. SJSH d i Di n IO be i roebala, erisians offrira "Itouletabille che/. le: un rgal eu:ep lionnsl qui ports la griffe de GsatoD Leroux... et que |i roaa sagaie personnellement k BS pas r.Csr. Je n : v Gloi clrnent Dire, eur boujour si rner. i. IALDI S %  • i'-f titie d'Etal de l'Intrieur Connu tiqu La nenl d l'Intrienr informe les ini qu'aucua caution nement ne sert evi_- d l'migrant qui part ns propres frais, ainsi qu'il rsulte des termes de la Loi. laul'nnce, U iiour* lZ4.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06177
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, March 25, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06177

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
>>
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
liMUMLVn
Clment Magioire
VERNA
1368 Rue Amricaine
NUMERO ^QcBNTIMEh
**""** Mmo,* l
APR12.
Si le financier manque soi
coup, les Uaurlisans disent de
lui : c'est un bounjBOis, mi,
homme de rien, un malolra ;
s il russit, ils lui demande*!
n fille. La bruyre
Quotidien
TELEPHONE No 94?
17me ANNE N 5161)
HWWW-PRBteB ( HATI )
MAUU1 25 \JAKSiy24
Une brillante Matine j la Socit
d'Histoire et de Sographie
Ceux qui n'ont pas assist avant-
hier la loto qui eut lieu la lli-
bliotnque de l'Amicale du Lyce
(Mr les soins des membres de la
fcp.-iele Histoire et de Gogra-
phie ont manqu ira vritable
lgal littraire et historique.
LaSbUNCI S'OUVRIT DIS K) lis.
par un majuilique discours du
pr.'sideutdo la Socit, llrll. I'.
lannon. Dans un langage o s'al-
itrent la simplicit et le savoir, il
disserta sur la philosophie de no-
tre histoire, exposa comiuanten
fouiliaut celle de tous les peuples
on retrouve cet esprit de turbu-
lence propre a tout groupement
eu vo tivement en revue les Hros ue
noire Indpendance qui, des ti-
tres divers, ont un droit gal
notre reconn lisaance, Monsieur
bdiinou lit ressortir les buts no-
bles de la Socit qui veut sauver
tout ce qui,doit tre sauv : Nos
traditions, nos institutions, tout ce
qui nous donne enlin ce cachet
qui nous est piopre.
La parole fut cde eu docteur
J L- Ooisaiiivii. Dans une loriae
impeccable et une documentation
visible, il lit
L*.\i: CeNFltBNGI SLli LB VAU-
DOU
prenant ce culte son origine,
considrant les principales divini-
ts qui s'y rattachent et expli-
quant leur rle chacune, taisant
dlies des intermdiaire! entre
ILtre suprme et les humains.
hlles sont protectrices ou malfai-
santes.
Monothiste, ce culte dans m i
manifestations inoll'ensives u'est
quune reproduction de la doctri-
ne primitive juive et quand on y
sacrifiait en certains centres afri-
cains dee vies hummes, ce n'-
tait point par le rveil dinstincts
per/ersj mais parce (pie les adep-
tes sincres a leurs croyances
pensaient a la ncessit d'un sa-
crifice expiatoire pour apaiser la
colre des dieux.
.Le Panthon dahomeyen est
aussi riche que celui de la Grce
ou de Rome.
Mettant en viJence d'une faon
saisissante l'tat d'avancement
de la tribu daliomyenne re-
gard des autres tribus, le conf-
rencier s'appuyanl en cela sur dei
autorits philologiques, nous ex-
pli (lia qu'un dialecte II ttte
rgion africaine n'tait qu un fan-
age hvrogHphique invent par
cesmi m- africams; le Fembev.
Ce dialecte u w une grande m
Queuce et a laiss de profoo
empuantes lm.^ notrepato
le, connue il le lit lumineusen
voir en citant des exeo .m-
breux qui tmoignent de ses pa-
hentei etu li
Bien que i ;
la porte de tous il lut suivi a
attention et le confrencier ne fut
interrompu que pat le me qu'il
Kfovoijua, soulijinant sou tude
d'observations typiques, telles qlie
I |uilibre jjard par nos payera
ns assises mr I Mar bourrique et
retenant leurs pantoufles balan-
antes par une simple manuvra
du gros orteil.
Puis ce lut le tour de Mr Elzer
Vdairo. De ta vais sonore et avec
une diction parlait ', le barde jr-
mien lit la lecture .l'une
Paq i de Joseph Silure sou
Boisrond Tonnerre.
Considrent le persouosge hito-
rique des renfaoce,l'auteurnoosrep
p lia l'origine I i >D nom, ainsi que
celle deson frre B dsrondCanal qui
ne dut cet augmentatif qu'au hasard
de m naissance survenue le jour
qu'on creusait uo canal sur les nabi
talions dfl MO p.-re. Pour le colon
les moindres incidents de la vie de
vaient tre marqus.
L'clair de ce tonnerre qui illumi
na on bar:au,ex.er. i une inlluence
sur toute la ne de Baisrond Tonnerre
II y laissa des traits de feu qui de
valent le rattacher Dessaliues jus
que dans la mort.
D une sincrit exhubranU, il n'
tait pas trs bien vu de t'tion qui.
iliuinutis,Mi,n-usail, disait il, de ses
bquilles que pour mieux arriver au
pouvoir. Aussi, aux funrailles I
tbariotin Mareadieux, le futur fondi
leur de la Rpublique le regarda-t-il
avtjc i, s veux courroucs suivant la
ra-aiarque qui lui fi|e par certains
de eeui pu ai itrent celle cr
nie funbre.
Celui qui tudie l'histoire, s'il con
sidre les deux persounages,du gn
rai en chef de l'Anne indigne et
deson Secrtoir ,voit qu'il est irnpo;
sille de omprendre Pua sans l'au
tre, tant leurs sentiments paraissent
e confondre.
Il fallait Bolsrood Tonnerre ponr
rendre la pense de ,'essalines dan*
sa sublimit sauvage". On aait d'ai1
eurs que Cbarroa avant t appel*
le premier pour rdiger I Acte de
notn- Indpendance, Deeaali oes la
lecture qui lui fut donne die cette
P " reste rroi l. mais litf que Bols
''" ' loanei Midens m b d
pense en des phrases lapidaires
jauni, cibrae.le Gnral enCbefsa
sentit remue profondment.
IV ladeur, e fameus secrtaire le
resta toute sa vie et ce fut -arudosiJe
pour se rebeller contre l'Acadmie
Franaise qu'il inventa les deux vw
bee -iiigubrer' et "dlecter". Bore,
ron i Foanerre tait un guerrier id
s'tait gar dev.nt un bureau.
Bon temprament bouillant, impe
B" lu. permit d'exercer une
iolluence trs grande daas la eoodui
te de vnements par Dessalinea.
de la ngresse, Bois
11 '-rre avait teniblement
du martyre de I-, .. avafe,
l)ai lacle navrant qui l'offrail
souvent a lu tutti applique I il
avec une gale Prcit p mater le
" 'h I prs, rii le maa
sacre gnral exception faite de
d tre utili
del clasa blanche.
' I o i r.uir, il mvorul mar-
t i de la sainte cause, jetant l'ana
th.-me ses bourreaux qu il mv
sait eu expirant crn-ment B00S le
coupi sacrilges Un quitrain de
meure clbre c^uil grava sui un*
des panneaux de s cellule attesta
de son got pour la ;
Il im.Jr al Iraal atji ir (ail par tl pi ir !>
(lu li cniiK m riant i i liais !
(Ine p"ifiii iupirw !i* ran,
Duini un t'.rur pir > itlll il
S'il eut da grives dfau s l'hietoi-
ra doit sinan i'ab w Ire m i- lenlr
compte dts iafloenoas qui sappesas
tirent sur sou Imagination, en cam-
pant colle grande figure h Loi pie,
aurole de la gloire qu'il sut bien
mriter.
Ce fut sous les chaleureux applau
disnements dune s^lle enthousiaste
que prit tin la lecture .1 c s pages
c -nies dana un 1 ingue d'une --ili'i-
mit frntiq ie, q .i ... iil qu'oe
semblait avoir vcu cote Ae< p irson
sages historiquaa dont le souvenir
tait ino |u ave i ni i'
Et suivaut l 1er lier p tint du pro
gramme.
L'Exposition oks docomkn rs
HlSTOlilQUKS
lut ouverte la curiosit de la nom
breu-e essiatance.
Tout r-l ieten:r dans ce petit
muse due aux son. de M -m ni, II.
ftv Sinnon, I'. Mtdiou, Pnce Mars,
Dr llie 't, Aim Villstle, qui lo is ont
mis graciflusement A la disposition
de la Socit les joyaux In dm i pios
devant lesquels nous dfilous.
\ oiri un acte d'aranc!iisemea!
S la o'ate du S \vrill797, par lequel
MonsaaurSdouard Loaual ao'* rgista
la Oroixde*Itiii [ueta, ras oea par
devajit le notaire Loreille a se. droit
sur son sselara -v |u dite
Charlotte, ainsi que sua tils Julien.
Ue /lat ds Haceltea d l'poque
coloniale, l'acte da capitulation de
a viilp du Cap par Rochambeau la
19 Novfj e i m. J.^ Corres|.....Unce
de toussa int Louverture et d'Hdoa-
ville. Une pendule ayant appart
Toussaint LouvertllN jurlintsur
laoadraa la mentioo : Horloger du
Hoi, Lu a<:te du ^ Avril l fO, sui-
vant laquel Bevealieee et 6on pouse
Claire lleureuse lgltimeol ptr de-
vant le notarre 'e8 en-
fant issus de leurs iruvres, Jacques
Bien Aim et mm l'ran.;oise Cli
mne, In tat de servlcea de Ption
sign de Saothoiws, deux breveta
nommant Ption (Jnralde lirgade
et de Divis ion ligns de Dessal
Une lettre du l Novembre 1810
1 Intendant de la province du N
par laquelle Cbrletopha rclemail .
eelui m vsleura r iva i il
aux suiliva i u..... I
I ne daal du Moa |
encore SDi I ""* *
la mchoire sup rieurs
du gnral Boiuiat, i a tebtau
d Inginac, dir i n nues,
IUe lettre d'Iiiginac au Gfaadjuga
rclamant uo exemplaire de la der
uire proclama lion du Prsident, I ne
photographia du Carrier, aaeien gou
vorneur de Sauto Domingo, I n vo-
lume contenant toute la relation dea
raeooiei doeouranmai i.t de h ui
i ioqoS| ceateaeal galesaeat la ph
tograpb.c dea dignitaires de la cour
impriale, i>n verra a boire n pur
ntal avee fileta or avant appartenu
Si majeaM. i peurnoa
i ,i.: oaoUi 't' '' si noua
n'avions craint d'abuser de l'obli
aaenee de Meseieura Saanon, Kicot
et l'reseoir qui BS Dlirenl il aimable
n rni t I;
i de taol
I 1"es
apour notre par) n ua avons vus
pour pr repoi l
*la que nous ai se si
gr.it; aux aOinS de ; Ile s"1 i
t i dbats
permettent de fonder les meilleures
esprances l'Acte de notre Inde
pendance pouvait tre un jour retrou
:> et t.lacsousnoi veux merveills.
Mes K 1m. de Lespi i -,
Lespin une, Pierre
court, Etienne M ithon, Bdg. Fenfan,
ie, Dr Flix f oit eu, Dorteiir
i et Madame. IV i
bon, nuire Collge, l'ri
llyppolite d,- SI Uouii de Gooi
Charles Oupoy, Dr BrOBO, MUi
%nsa \ugustin, Fi lia bfsgloire, Caiu i
Lbrieeon, Ea ivle, Geergea
Cauvin, Plii -, Baac
Seat Chauve!, Democla Vieux, tl r-
mann Hraux, V. (ieia;e etc.
un
BBfl
Avis k MATll
N 'in rappelons nos \bonos
et cltenti qu'ils ne do veut rien
payer que contre reus unp Itas
ci lin is le lotre l-irecteur.
Correspondance
Pert-au-Prio II Mars 19.'t.
Mon cher Dire leur,
J'ai lu, dana re ra num il i de sa
nindi, Ji du eouranl, une lettre i i >
li ia(ioa I lUI lai II ire de Monsieur
(ie-< .nta.it vlnuirt.ir Ce
gea Lafontant prtend relever une
ma'veillanoe oo amise envers M >n-
-i i n- Ci i u i- Pi loe, a pr pee d'un
dis linsi aurail pron me
.i i i 11 i aa< les I goieurs et dea
Ai- ihi Isi lu 0 a ut des l ri-
vin\ Publi
.1 : n'ai p m' de raison pour in
.Cure gratuitement mes compatrio-
tes en err un t. an ira moios, p mr
mdire d'eua, Je m'occupe b.ea
peu de DSS, SlCSpt des cn-
i id il m'arrivs
d inl quel |u'un, j'ai toujours
un Je .lier lie a tixer
un point, i ittirerl'attsnlion dstous
sur un ni que je crois trs impor-
lui., an di'i, le -eis du mal. ou
dan a, ainsi j i i
sire )ouj mr- qie la bue i la valeur m irais ds eeui [ui
tl il .u t .ii p ,i sa gloire si SB pi >S
pi qui a nploieut leur
la B |teul'tre, faire
du ta tous, et en mmne temps,
etn i i.i-i .u si l'union ds
n >i s de notre agilom-
ration.
r i.i. lei il bien eal
q l'un :n il l'ordre asiate : Dnigrer
il -.;i, 11. u 1er; feii croire qu'elle
il i n. Cal ordre est
da Unis, ds l'A
n pie Centra e et des Antilles, < !
un i.....il. Les laoguea anglaises
et f-|. i;iiop- p'iivent tre prises
tui ans les elforls dploys pour
teindre notre u iti inalit, uotr ra-
ce, nota itein iii.iiale.
tris e-t I-. lu
l'entend, ii a'esl point ignor de
personBs\ pas m'ine dee messieurs
. i i LefosUnt,
pui i| i" la nation entire en est pei-
n | i no i mne.
kil vu: neul p I il il de faire
uns nonciation des faits, I i
n, i ,. | la mssoal mai k ehar
a. li est au- i tri ta ds aaal ds
1 soins que i on pri n 1 pour B
,i ce qui set .i notre setit,
n i nme peuple, ou comme iadi
; r, par 1
h as sur n
tat, "ii nous fait une mauvaise
p ..-n suite, .m met
en ligna i "Cin mil 1915, on
na I aspiil du mon
Mali I '"- I lion pai.
ousej'-
Nous devons '.rc. 1res grudeal*.
Nous levons nous sarveiller et uous
e ; u i 1er par le Patriotisme.
Les i i q ies doive al Atresvesas,
mais iscaires, justes si reiseaaa*
bls, i II d tivenl tre une impul-
. un eProgrss eu sol, non une
ruine i.
m notre l'uv- tombe li bas, -i l'-
gsi n tua trangla, nous devons
l ii iv i ir^ i Hisse en nous : uous
n i il de sensation si dose-
-i lilit, par e tas |USul sans la cha-
rit qai lait natre la Solidarit
Quand la solidarit sel inconnue
dana une agglomration sociale et
politique, la Nalioo n'a pas un coeur
qui bat, -on .lue directive est ab-
sente.
Voila lee raisons purement patrio-
li pies qui m'ont port e.nre Par-
tie e pa u daas L'ESSOR sous ma
signature. Mais i Monsieur Georges
Lafontant, comme reporter avait
BOB ni rendu ce qui s t dit
pu- l'Ingnieur Thomas Pries, la
rs tiflcation n'aurait point t n-
cei ta
\ .i. i ce passage :
< Mr Crue, longuement et paur-
ll vec beaucoup d'originalit,
paris de l'laboration, ds l'interpr-
talion si ds l'application des lois.
C mr m.uiv ii r rdactiol dus
s l'inoompteoee des lgislataors. A
' leur meoanaiesanea de U valeur
dea moto, entrane souvent k bien
i < m lomotai .
t urs du MATIN ver.-ont
de suite la d a qui existe sn-
tr^ la reeiificatioo >'t le compte sas
du. Mais partout, les lois deia n-
deni de- con nentaires.
On vous remet iml, mon cher
Directeur, jo vous salue bifn afiec-
tueusement.
lAVIA-ll ItK.av.!

P m .n Prl tas, U n Man lllij
Monsieur la directeur,
Les clienla de Parisiaoa n pin-
vaienl lr invar un mi i ndialre plus
lympathiqua que voire inlresiant
10 . poui obteoir une reprise de
" Roger la Honte ", mais je auia
h i!ii"o-<' de droger ("excuse/ ce
mauvais calembour, ja dbute dins
le geei i l'hebituelle obligeance
qui a lent ceneonra I faire de l'Eta
blisssmaal que je dirige, non pis
seulement, comme l'crivait un de
Bolleborateuri : la reesouros dse
soirs ds ds euvreraeot, mais encore,
une i petits Rpubliqos de
l'ait ci du une constitua
ti m brve, q li lient dans cet arti-
cle u n |U : Ltsdtsifi iti abonns ont
loi.
sngss ' i avsc I Province
m sol l i voyer au lue et
m otslions d'ici, les
Hlmi pu mi son! adresss de l'aria,
en co nie location le mois dernan-
de d'expliquer aux aimables corres-
pondit- de samedi, l'imposiibUitd
'de l'ail ou je me trouve don de leur
trs ils i stts l"i unis en
ipensatioa anoonees je vous
Prl -. sjSh d i Di n io be i roebala,
erisians offrira "Itouletabille che/.
le- : un rgal eu:ep
lionnsl qui ports la griffe de GsatoD
Leroux... et que |i roaa sagaie
personnellement k BS pas r.Csr. Je
n : v
Gloi clrnent Dire, eur
boujour si rner. i. IALDi
S i'-f titie d'Etal
de l'Intrieur
Connu tiqu
La nenl d l'Intrienr in-
forme les ini qu'aucua caution
nement ne sert evi_- d l'migrant
qui part ns propres frais, ainsi
qu'il rsulte des termes de la Loi.
laul'nnce, U iiour* lZ4.
*


uimN
Ce i'rsi pas ii pliiiiiu pi oil nous liDrer
m sris le l'aigie aioricam
Dans )e dernier fascicule oaru
>in In signature du docteur r\an
i;om Dnlencour, l'auteur avee une
IQRiittDCC DWlitlftOtt nous mou
Ire, d tm H toi inbranlable, notre
s.lut dans la terre, en reprenant
l'uvre de Ption et de Hoyer accor
dant des concessions de terre tous
ceux qui n'taient pas propritaire
Aprs avoir expos l'opinion d'to
nornistes remaquables preooiaanl
l'extension de la petite proprit ru
raie en rappelant aee bien faite incon
testantes, l'aimable publiciste coi
dut la ncessit pour nous de for
mer un nationalisme agricole qui
donnera l'hatien pi m d'Iod
peudauce et partant ph (la fiert,
plus de tolont, pour conqurir la
libration du territoire ".
C'est, dit il, une grosse erreur
de croire que nous pouvons arriver
d'emble et d'OQ seul coup au natio
nalisme politique. Depuis huit ans
nous faisons l'exprience dcevante
et nervante de cette erreur.Ce n'est
pat la politique qui doit nous liber r
daa rriffee de l'aigle mrieaio. H
c'tait naturellement poaalble, la po
litique < Il di je ralit ce miracle.
Depuis huit IDa, nous c MisUtons
(ba|u*' jour l'inanit* des elforti -\
cluiivemenl poliliquea. Avant IH04
nous iVOOl pu conqurir notre ind
peadance par la violence, mais au
joard'hul le chose est matrielle
nient impossible notre poque
d'aroplaoe, da taaa RI, da vapeur
outrance etc. El ce serait COOViar
lout le peupl un vrai lOcl le phy
i pie et moral qoe da lui faire ac
croire qu'une rdition violente de
IfeOt est poMibla ".
' )n s,.nt ils les chauvins prchant
li nouvelle CTOiaada meurtrire? .lus
ques a quand abuseront ils de la
m ilfet dM -unples en taisant tala
ge d'un nationalisme qu'ils ne surent
jamais montrer alors qu'ils dte
Baient des pouvoirs tendus T
Entendez le mot de vrit de la
bouche d'un professionnel de mri
le, pntre/, vou en bien par cp qu
dit sans ambages et avtc sincrit.
Far CaMe
Nouvelles Etrangres
Agression en Irlande sur
les marins unglaia
PARIS 22 On tlgraphie de
uueenstown ( Irlande ) que des mi
rins anglais accompagns de leur fa
mille ont t attaqus au moine r
o lia mettaient pied terre par des
soldats Irlaodaia arms il une aut )
mitrailleuse. Deux maria* ont
tus et une vingtaine de paraoaOM
blesses ; les ngresseurs s'enfuirent
et ne purent tre retrouvs.
Les suites de fagrtait)n
leuvi tt tre gra?ei
DUBLIN Ll ministre de la d
fense nationale a annonc que les
ofliciers arrts mardi dernier pour
avoir tent de provoquer un soulve
ment militaire ont t remis eu li
bert sur parole.
Lue grande anxit rgne en triai
de cauie des consquences qui peu
veot rsulter pour ce pays de l'att-n
tat dont lurent victimes k ijaeens
town des marins anglais se rendant
en permission. Malgr toutes les si
tisfactions donnes li Grande lire
tagne parle gouvernement da l'Etat
Libre, on cr.iinl qu'ut, grave tooi
dent tu eurglaee d'an momeai l'au
treet place le nouvel lat dans une
M.tiiHtion dlii aie.
Le gouvernement irlandais a offert
10.000 livres sterling de rcompens>
h qui informera Us autorits de l'E
t il Libre du lieu o sont cachs les
auteurs du crime de (Jueenstown.
|gr Zeplish sera expuls
AlOSCOl Le corn l entrai ex*
cu'ii de- SovUtaa accord le natra
en libell Mgr Zeplisk mais il l ex
pul-er iiti territoire russe. Lui,ni
judiciaire d rige contre la pati i r
lie l'ikhon a t suspendue par ce
mme iriLuual.
La^siluatioo Honduras
WASHINGTON Le PreJdenl
Coolidge vient de signer un dorel
pur li quel l'expi rtation des armes
et de munitions au Honduras est
prohibe.
Le db.iiquf tticnl de forces nava
les amricaines du Honduras a dofl
n lieu a la chambre des reprsen
tante un lit dbat sur la politique
suivie par le gouvernement vis vis
des rpublique* \oi-ines. Les fna
t. lira Borel. rpublicain, et Bhipa
te, laboriste, dclerrenl que l'pi
sotie du H iDduraa tait un nouvel
exemple de la tendance actuelle des
raUUoni dai Etala L'nii avec ses voi
> nu du lud. Le atoaleur Lodfa
publicain et ptaidenl de la commis
10a allait'- .: i, dfendit
le gouvernement contre les attaq es
da Borah et Shipslea et aflirma qu'-
une action rapide avait t ncessni
te au Honduraa pour protger la vie
*"? S p< lea pwoiiet^s des amricains.
lattermitsement du Iraoc
NEW YORK Aprs une violente
hausse, le franc continue sa marche
ascendante avec calm*. mais fermet,
sur les nouvelles que la commission
des experts est sur le point de dpo
:-er sou rapport dterminant les ca
paeitia de paiement de I' llemagne
II dont la base est dj accepte par
a France et la Guind Bretagne.
Dam les cercles politiques et linan
tiers, on estime que le conflit euro
pen a de nombreusescliancesd'tre
rapidement solulioun car les mesu
res conomiques et financires adop
les par le gouvernement franais
ont l'ait tenattie lajcontiance dans
son crdit, tandis que l'Espagne qui
fut la nation ou l'Allemagne trouva
le plus de sympathie est maintenant
la p'ns compromise cai des milliards
de m ii U ont t achets par ,a peu
pie espagnol et il ne l i reste \icun
moyen pour impiser au gouverne
ment allemand I obligation de recon
natre t'de recueillir les billets ave
lesquels ce dernier a ralis U plus
grande escro pierie enregistre par
III sloire.
L'instrutlion delaffaire du
plrole se poursuit
WASHINGTON- Willi lins, ex
prsident du comit national" repu
blicain eu 1 '.20 et Sinclair, conces
ionneire dea uu.eux gisements qui
ont donn lien aux scanda es pl 0
lifres ont t appels devant le co
mite de lea Mit U .me pour fournir
des explications au sujet des 7 >,000
actions do 1a Compagnie Sinclair re
mises Mr II iv- pouf lubveoi' aux
dpenses de la campagne politique
du comit national.
Nouvelles diverses
PARIS La se.iat a approuv par
I Iti voix contra l i le projet de r
for n Beoatea lu goateroeaeat.
BiHul.N Le Daignt alle.iiuil
II igti dtinoaa a dclar qu il ne se
reprsenterait pas aux pro haines
lections et qu'il avait 1 intention de
se retirer de la vie politique.
PARIS- Le Gural .Nivelle est
mort tuer.
rUklO Un ne conserve aucune
esprance de sauver les vietimaa du
sous maria 43 coul prs de Sasebo
etr tous lea aflorta pour soulever ou
remorqn 11 navire ont t inutiles.
UH88 Le* 1 1 des
trama aye et ommbus de Londres au
no nbi da 37.000 aa sont deV lires
en gl
ttMG La toi. nt italien
veut de publier un dcret eu vertu
duquel le trait it.ilo russe eutr.ia
en vigueur partir du 13 Mars. Ce
trait contient dea clauses d'un ca
NMJtre commercial tre importantes
parmi lesquelles la rglementation
de la navigation cotite entre la H al
Luue #1 li Mer Noire.
MAD1CO On communiqu an
nonce qu'une nouvelle ofleosive d-^s
troupes aapagnotea i Berniez a obta
11 1 iiu plein H permis l'a
mliorei lea poeitiooa autour de Me
lilla. La mai 1 pour but
de renforcer la demi cercle arm au
centre duquel *e trouve cette deruli-
re ville.
K'JMK - La commmoration
du quinzime aenivereairedu fascis
m 1 ,1 m n lien I d imposant** ma
nife-lai te toute I Haie ; le li
recloire f.is' i-'e a lanc un* procla
million nu oar i d.ns la el il recom
manda 11 consigne nvante : Con
corde, dis-'ipline ci souonsioa "lso
lue i l'i; 1 mm qui reconstruit la Pa
ti le.
s vN SALVADOR Des dpches
de fcfanaeua infirmant qu'une grm
de eniit rgn<* au Nicaragua par
mile de la situation politique cre
pir la candidature a la prsi Jence
du gnral CbamtlTO. Des collisioas
se araient dj pioduiles entre les
pertiaana de ce dernier et ses enne
mi* politiques
PARIS 83- Le Gnral Pershing
a rendu hier une visita 4 M. l'oinca
r. Depuis plusieurs mois, l'ancien
commandant en chef des armeg
amricaines est install dans un mo
deste appartement voisin de l'arc de
triomphe o il vit entirement con
sacr crire ses mmoires.
PAltlS Le bruit court dans les
cercle politiques que les travaux
d-'B experts de la commission des r
parations seront retards par le man
que d'informations de M. Schacbt
au sujet de la nouvelle banque d'K
tat allemande.
LA HAVE Des dpches de Ber
lin annonant la rupture des ngo
ciations diplomatiques qui avaient
lieu dans cette dernire ville entre
les dlgus hollandais cl russes au
sujet de la recouniissance du gou.
vernement sovitique par la llollan
de. La rupture e-t due, dit on, aux
exigences des dlgus tusses qui r
clamaient la signature du trait
avant d'en discuter la matire.
LES COURS
NEW YORKFranc 18.81
Livre sterling i.'.'.r.
Rponse du louverain Pou*
lile la lettre des Evtjues
d'Hatlt.
Du Vatican,le 3 fvrier 1921
III. et Rv. Seigneur,
Je me suis empress de porter la
connaissance du Souverain Pontife
la lettre d'hommage et de dvoue
ment que les Evques d'Hati ont
voulu lui faire parvenir, par mon
Intermdiaire, a l'occasion de l'arri
ve dans le pays de Mgr Denedetti,
Rgent de l'intartioocialure d'Hati.
II m'est trs agribledappren Ire
Votre Seigneurie et ses suifraginh
que le Saint Pre a t vivement
touch dea sentiments exprims dans
celte adresse qui ad une nouvel e
preuve de l'attachement da l'Eglise
dila)ti au S. |l|
Dana li certitude que les vqaea
d'ilaiti contiu lennt leur concoure
l'uvre du Reprsentant pontifical
euprea dea autorits civile "et politi-
ques, le S. Pro, comme gage d.: sx
Lien veilla 1 1 pour le peuple d'Hati,
donne dj gnil inr PEpiscoaat,
au clerg, ; ma I 1 li lloi huliens
la bndictio 1 apostolique.
Je saisis Mit I l'iv naole occ 1 1 1 1
ptur vous aftirmer mes sentiments
de considration distingue.
tard. OASPARItl
A Sa tirandeur
Monseigneur Jii.ikn CO\A\
Archevque de Port au Prince.
1 ' .1
Le & Salon des
Elgants
a 1. bienveillante
tl que son Uelu r de coiffure 1 .
trau-i " de lo I fi ird, m lo
cal situ la Grand'R ie, pia du
magasin de M ..Chai lea Gautier, an
c ienne Maison K.v I I
Plac ainsi entre les Riirs Dants
itestouches et des Viracles le non
veau local du "Salon des Klgants''
est la porte des clients qui y trou
vconi, comme toujours, un service
aussi rgulier qu'empress.
Liliert l'.ijalit Fraternit
KEPI'BLIQUE D'HATI
Port-au-Prince, le 2* Mars 1924,
An 121nae de l'Indpendance.
'Arrt
BORNO
Prtidenl de la B^pvMiqu
Vu l'article 78 de la Constitution :
'.iiisidraul qu le Secrtaire d K-
tat de l'Instruction Publique et de
l'Agriculture est dmissionnaire :
I v a iiu de complter et d
modifier le Ccnaeil des -acrtaire
d'Etat ;
Arrte '
Article 1er. I.e Citoyen Loiis
Prophte est nomm Secrtaire d'E-
tt de l'Agriculture ;
Le Citoten Augustt Ma^loire e*
nomme Secrtaire d'Etal des Finan-
ces, du Commerce et de 1 Instruc-
tion Publique.
Article :. Le prseit ^arrt
sera imprim et put li.
Donn au Palais National, Port*
au-Prieee, leii Mars ltf.'4, An Pile
de l'Indpendance.
(S) BJHNO
Libert Egalit Fraternit
Rpublique d'ilaiti
Port au Pri ca, le |K Mars I tSi,
an lilme de l'Indpendance.
Arrt
BORNO
Prsident de la Rpublique.
Vu les articles D de la Constitu
tion et 3 du Dcret du 5 Avril 1(JI6 ;
Vu les vacances produites au Co 1
seil d'Etat par la d mistion de Mo 1
sieur Olivier St Clou I, ptr le dci
de Monsieur Thram-'iie II main, et
l'attribution de nouvelles fonctions
Messieurs II. Dunache et Uamase
Pierre Louis,
ARRETE
Article 1er Les citoyens Etienne
M igloire, Charles l'ombrun, Docteur
Emmanuel Mercier et Charles Hou
chereau sont 11 omm-s Conseillers
d'Etat ;
Article 2 Le prsent Arrt sera
publi et excut.
Donn au Palais .National, |Port
au Prince, le 25 Mars 1924. an
121me de l'Indpendtnce.
( s ) BUit.NU
Parle Prsident :
Le Secrtaire d'Etat de.s Finances,
du Commerce et de l'Instiuction |Pu
blique, | s ) Auguste Meglnir?.
Le Secrtaire d'Etit des Re atioas
Extrieures, Camil e Lon.
Le Secrtaire d'Etal des Travaux
Publies et de l'Intrieur,Luc Thard.
Le Secrtaire d'Etat de la Justice
et d-s Cultes Luc Dominique.
1.1 Secrtaire .d'Etat de l'Agricui
ture. Louis Prophte.
Le Prsident de la Rpubliqie
Compltement rtabli, le Chef de
l'Etat est descendu hier de sa ville
giature de Ption-Ville.
Ce matin, il a pris les deux arrts
que nous publions et reu quelques
amis.
Le Cable
Nous sommes heureux de pouvoir
annoncer que des rparations qui >e
poursuivaient dans le rseau du Ci
ble franais sont heureusement ter
mine. le demain les dpches
pourront tre plu* abonda ites.
Dos membres des Stirvaux
d' Vt<' ;tn\ dernires ''lc-
hons coiiunnialiis, mcoii-
teuls.
Au une loi n'oblige la Com nu te
r nuirer les servi e de ceix
qui sont appels fair1 partie des
Bureaux de Vote. Seule une tradi
tiou a voulu que ceux-l fussent tou-
jours rcompens -
LeConseil Communal actuel obis-
sant la coiitune avait piis dans
une de ses dernires runions une
mesure tendant a se librer vis--vis
des membres de ces divers bureaux
forms en j.nvierdi nier, en cailant
C'iix parmi eux qui occupent une
fonction publique.
i- aamedi 'e paiement a t
effectu co d umrneiil a ce principe.
Ca contra qu il cea derniers prota
tent en eoutanaal qu i s a'avaieat
point t requii parce qu-* foneti oairaa de I Etat, maia titre de ci-
toyen h lit eus purement et sim-
j ent.
N'ou ne avons quel cas sera fait
de ces dolances, riais nous som-
mes mme d'aftirmer que pr-
cdemment, la mesure ne s'ten-
dait qu'aux juges de paix et leurs
tunplauU,
Un djeuner
chez Dereix
Hier midi autour d'une table
fleurie, le personnel de la maison
I. J. l'i-io lialii u ait dars ua d
jener dont Dereix a le secret, au
nouvel tablissement des Grands
Vius de Bordeaux. '
L'n menu dlicat flatta le got d-s
plus difliciles, des vins rJlleieux
moustillrent l'ardeur de< moins en
jous qui tous rivalisrent J'espril et
sortirent enchants de cette a^ape
joyeuse au milieu d'un parterre co
quet.
Trousseau de clefs
On a dt'posi'' hier en ns /*
rtaux un trousseau de clefs trou-
v dam les paragetdu magasin
cen'ral de l'tat.
Le wopritaire peut lt rcUmur
en donnant les indicatint non
saires.
i, 1 1 -*
Demain
L'abondance des matire! nous
oblige de renvoyer de nain la
correspondance change entre le
Bipartement des Finance? et le
bureau du Conseiller financier au
sujet de la loi sur le visa.
Les Assises
Aujourd'hui comparait devant
la Cour d'Assises Samuel Alexan-
dre, accus de vol avec escalade
au pjudice de Mr.ln-Bart.
Le tribunal est ainsi compos :
R. Ilara 11, prsident ; Ministre
Public : Th Paret;Jury: Satur-
nius Marins.
L'accus est dfen lu | ar >Ie F.
A. Deverson.
Demain sera jug les no.nma
Norma Numa el Shry Hienaim.
accuss de vol domestique au pr-
judice du sieur Krnesto Iiander?|
Ml seront dfendus par Matres
L. Louissaint et II- Benjamin.
.1 _______,
Parisiaoa
JSLDI
hw la flou.
3 ehapitres :
Mre coupable
Eatr : 1 rjde et 1,50
Varits
Mardi.
L'
us {Tangos
Ni'
I
Entre 50 centimes
Mercredi
us Sali
7 4:8 fin, '
Entre 1 gdes{
Compagni.' Gi'ut'iali'
TraDMtlanlique
La ani OARAIBB 1 venant des
ports du Sud est attendu l'urt au
Prirji 1 i; 1 h 19 lOraut.
II repartirn le mi^me dans la oi
re pour Gonaives, Port de Paix,
<>p Hatien. San Juan ( P. H. et
le Havre.
Port au Prince t k Mars 1924.
L'Afant,
E. HOBELLN


K RAI in
ieho & Fink, Inc
Fonde ea 18"6
^Supriorit Bas prix PromaUiti 'rtus produits ehimiqiiOk, pUlrmareatiquel a* eaeefPs
articles vendables dans une pharmacie.
Epices, Poivre, .annello,GirOile,AiiU toile. M
etc^etcSUCHK RAFINE.
Spcialit : Marque prive Lysol dsinfeotaat, I
merie, Articles pour bahiers, Hay Rum, Chocolat ra|pom
dre, lludc de foie de Morue, l.mnlsion Cold Crarn, Baa-
traits pour faire essences et eau de toilette, Kau de Qatr
nine, Poudre contre les insectes, Solution pour coiss
ver les fs frais. Lait de Magnsie, Poudre *upriea*o
pour la toilette de* onfaDto, tissence de Heurs, Ea de
Florida, Miel pour la table, Moutarde, Huile ri Olive
pour la table, Hrosses a dnis, l'eppermint, buiie pas
cliasser les mousbi|ues et autres insectes,Itegulot: tiiil
contre constipations et dou'ilesdes intestins ebron e,ue
Til, (lire pour les parquets,Comestibles, LUlxirs, Kpieaa,
Sirops divers, Tcintin es diverse~, Vins, etc, ete, etc.
Demande/, le catalogues des spclftllts.
Confiant VOS commandes LEHN & FINK, lue ;' tons
serez, absolument satisfaits.
Toutes les bonnes pharmacies du pays s'approvinon
Dnichez LEHN &M.NK Inc.
Cliamjotaent d'adre
M titra Bain I Villerl. Notatri
nonce i sas ili, partit i
lundi II Mars, ion Inde rara h i
fre loujonn i la Hue r)i I
No. 1138 an eabicetCi Mi
Le Bureau le l'Ingnieur Marcel
BuiradVillard sera aoeti transfra'
au men tudiail o il se tiendra a la
disposition du pi i>l c pi m lt i COBI
traction* ainei que le* commande
de briques.
Tlphone. N. i _'.
Lon R. khaud
Agent exclusif pour liait!
i Audam Frres
Entrepreneurs
Nuire Maison de Commerce st
tran-i- re I la Rue dea l ata i
a i ot de ii Pharmacie Notre m .
Non cliente \ amis trouveront lo
ji it e meme service et pjur loblaa
iea Boorete.
F 0. P1ERC Company
12 WEST BRO DWY NEW Y OR
FONDEE EN 1847.
SUPERIORITE BAS PRIX
Fabrique tie :
Peintiifp, Verni*, Ocres de fouie* sortes.
Mattle.
Lon R Thbaud
t
argent pour Hati
contre
u
CONSTIPATEON
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
da DELORT, Pharmacien,
119, Rut Snint-Aii!oiu#
PAHIS
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
PORT-AU-PRINOB
AlePETRU8; Pnarraacia ALH:rHTlNI
phnrmaci du D- Juailn VIaHI
VViison 1 tops
CHICAGO. 1LLS
^aatgue^, 3uife li,te coton, lfulCe et mat*
\\t& cl Ctaxif/ior^c 33i>eu[ $dc, jambon* &
c^axaa; QiuvM Situ aux.jw*, nte^OreLCfe*
SatuteM en hmlc. Corn&o $iet\, Sbotel iu\
tyoltio mcat, de. etc. etc.
6ilre de sk>ir te- crix Courant..
Loa R. Thbaud
Agent exclusif peur Hati
gyjfr(g>-'
OLIDA
JAMBONS CONSERVES
CHOUCROUTE FOIES GRAf LGUMES
FRUITS CONFITURES ;">NDIMENTS
En Vente dans toutes les Bonnes Maisons
nt Gnral pour Hati Ch. magmant
GROS : 118, Rue Baudin. LEVALLOIS-PERRET.f^)
ASTHME
Opprtstion, Catarrhe,
Suf'ocationi,
Tout nirotuti. j
outrlion certaine par !
CIGARETTES CLRY
* POUDRE CLERY
Dr C1JRY, 58, Boni Bt-Martln. Parla
,'opL in d'une autorit
mdicale de Londres
Les crmes denlitiices tfui ne sont pa l
:rres d'une formule thrapeutique indiquant la be
., de laai oom| d. n offrent au< une nranlie
io public et lai mdecine qui la preeement ne
vent non plua ce qu'ils rseommonloal.
Il peuvent encore n. in- en aisurer le- raul-
laii parre qu'Ua igooreal Iea proprite exactes
dei rxutii re qui les ci mpoaeot.
Ii I REYET, decin-deoliati de LONDRES.
La crma dentifrice NTI-PY-0 du Docteur
\\ AI II ai i m clic racomn ai d ie pai l<
les mdecine et dentistes parre qu'elle reofeime
la loiiiuiic dont i a t if >ic Dr l REYET.
The Actidolor MFCC .
Sriijie En; Ca H.
Drniaiiili/. des chantillons
aim n o i'ini'.i crbam
-. ipMM
I Ttwna.'.i
> noJ ( tlm
n ..,k
O0H
Avis
tar N" ''i. valeur0. K 0
mis par la Commission Sarnbour,
i n faveur de Mr Sac lils. est adir.
Duplicata devant Mre dlivr.
P. D. Plais-ir, maudalaire
Horn Lioie
Le S. S. Waldtrnul Hoin" *e
nant de llamliourg via Kiogilen, Jac
mel est attendu fort nu Prince le
2'i courant.
Il repaitira le im'me jour pour St.
Marc, Puerto Plat i ai i lurope pre
nant fret cl pwaagl rs.
l'our plus ampl< s r. DMignemenla
prire de bien voub-ir s'adresser :
Oloison, Locai A Co
agents Gnraux.
i ttiiou Slio Poiish
Couipaiiy Inc, i\ew Si foui touIm protger la Mku de >o chana#urtf
Si v(nis vouiez voir un Imllanl IrtTsant ri .lurable.
si vous voulez la couleur el la soupUsse le ces chaut.
Murs pendant long tevpi employez la marque lonogran.
Fabrique apcii lement pour les damas etjlca ijenile.
nicu du hijjlit lile.
Elle pretge la [ieau des chatissurei, aenkre rkrMtrtU
et la ebaleur.
Demandez la marque HODogram c'est la meilleure da trmfea
les marques.
ci o. &-IN SE ME Aent pour HttfH
La maison SI LVEKA
La Maison |[. S1LYCRA vient de recevoir par leader
niera steamers le^ arlielea suivants de louta traicheur
des prix rduita :
Chapeaux de paille fino l'Italie, de toutes espaces
(lliap<'au\ le laine d'Italie.
Chapeaux l'eutre d'Italie
ilaptiste l'ine pour cheniis>s
'lissor fil anglais
Tnssor le soie anglais liarres pour chemise & robes
Satin de chine pour tailleur
I ustrino pour tailleur
Colette pour taillsnr
Drill merceris amricain (nouveaut
hrill fil blanc & union anglais
kaki Jaune ainjlaK extra qualit
Zephir anglais aup. pour chemises
One viaite a noire laiaen vous convaincra le la ban*
n> qualit l- nos articlea el de la modicit de nos
prix en comparaiaon avec ceu* d'autreamaiaens de la
place pour dea articles similaires.
V ni* rm fS
du May sio de l'Etat
Tlphone : 347
f


Lt MTn'
rGLOBOL
Mu'Ciie

qmac
combat l'anmie
Sou a nouvelle forntt
liquide
] Oobtol. agrcabl 4 boire.
nt | rcment recommtndi
pour ii>s enfant*. C'r-st le rccoa3-
tiluaot Idal, p!m actif que
l'hen ji'jtine
Serje Taillant Coisignataire pour Hati
Sea Eidc Ion
Tlphone: 587
L'Etablissement prend des pensionnaires la quin-
raine pour le djeuner H" le dner, ou pour l'un^ou
l'autre sparment ou pour pension complte.
S'entendre avec la direction pour les conditions. ?
Grande nulle po r banquet "
D 'J-R.THEB&U0
Chirurgien- Dentiste
De facults d- Montral de
New York e il* Boston
Artg'e les R tes lleslourhe el du
llagMia Oonsulta'iens de ti heurts du
matin y heures du soir.
Roy
?a.
1 Caf
En lace de la Banque Nationie
Propritaire : AnnaciusIN'.N'OCKVl
Le nouvel tablissement se recommande par un service
irproehable, des consommations de premier choix, sa
situation privilgie.
La soir, musique attrayante dirige psr des prott-
sijrmels de giand meiite.
Installation parfaite. prix modras,
'linlione N 8M
A la Espana
in lace de larjposle Giand'lue No 1723
bSrtfldi LiquiJioQ da Chaneaux
;i maison a dcid de meUre en vente durant ce pr
enl mois de Mars il :0 chapeaux de pailla line pour
liemmei en taisant bii rabais considrable sur te prix.
D Or 2,0 ils sont vendus actuellement a raison de
Or MO.'
Ce saeriliee n'est consenti que pare que cet article ne
notre pas dais les ravons de 'a Maison.
Grand Htel de France
AnQv d a Hues Bo wefol $du Quai
VIENT DE M il II:
Pftt de foio gras trufi. Civet de livre. Andouil-
lettes aux lentilles. Andouilles au saindoux. Jambon
n boite. Anchois A l'iiuile. Sardines. Maquereaux
ThOU, <'assoulet Petits pots fins extra Houdins, e'.c,
Vin Rony, le aallo 4 tjd*
Vin Blanc, le gallon 5 gds
i'Eutel dbite par barriques et gallons des vins de
Bordeaux, fins de Champagne.
Sept passagers eu par-
faitlat peine quelques
mois de servicefest;?
vendre a un prix excep-
tionnel.
Toute offre raisonnable
sera acceple.
S'adresser
f P RE El Z il $N-iGGERHOLt
Gnral agent
Bue du Quai Port au Prince
puez f.mi icie
312 Rue des Miracles ct
de l'Ecole de Slrnorjraphie
ROBIN.
nu trouvera Chap i tu J< in Hart
pour enfants, aigreties tant nsie pour
chapeaui,plumea,neora et fruits arti
ficiels pour modes et robes, voilettes
des etouchoaa pour robes et cha
peaux, des peignes coiffer, des
brosses a tte,des faux cols souples
et empesas suprieur-, de la parte
rie, du laiton des calottes pour clia
peaux, en sparterie. de la paille de
soie par pices, du papier lettre,
des enveloppes, des plumes, de< cra
yons, des farda pour joaei. de la
fioudre de riz,daf cxtrnils.des colliers
antaisie, des dentelle* et ruban*.
On trouvera aiinl du champ ign au
thentique Carte d'or demi sec, du
Cognac, du vin giranli pir lus de
Niais, par gillo i, du Saint Julien
et du St Kmilioi en caisse, des li
queurs fines assorties, des couteaux
de tables suprieurs. Reu aussi de
petites poupes bon mardi".
Le* cordonniers sont aviss qu'ils
tronveiont prix r luits des talons
en cellul >ide.
Noti.Pourquelqii ajoura seulement
nous ollrons nos vins en barrique
de* prix exceptionnels, prire de
pisser nous voi au plus IcM.Nepas
oublur qu'on trouvera toujours les
pro'uit Ouifbaud et le Kol-i aaeen
cio aux prix de fabrique. Timbras
poste, timbres mobiles et papier tin
br.'s.
On trouvera ces maint* article* A
.Tropicale" Grand'Rue 17118 mu
ion Incident Georges.
En vente
Port-nu-Prinos : Simon Vieux, Charles PlcouUt, Il &
\. Sada, l,op' Rivera, Hazar Mtropolitain.
Goii.-uves : Madame Lgene DbrOSM,
Saint-Marc ; Mme Maurice Cleson.
Jacmel : Dlie Doug.
Petion Ville : Oreate Chry.
Alfred VIEUX
Agent pour Ilaiti
Paul Sals
AVOCAT
Recoorrements Coninermax,
affaires l'Etranger.
Correspondante Washing'
ton, New-York, Berlin,
Turin Londres. Paris
tTHue ttmur2i7,Po>-'(tu-{*rtnrt
Tlphone 5f
Pharmarte VV. BIJGli
Prpare* vos Uqueur avec les Esstn
ces pour Liqueurs ; tnitettes. Crme
de Cacao. CharireiiaefCuraaofiin.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM