<%BANNER%>







PAGE 1

LE BATI Appel Du Comit de Secours 101 niant indigents magne en il: I e Comit de Secoure 11 a i r t i. i | terrible I g< r la ri:iscre et l.i dlreise qui >s treigi sot, Riches ou pauvres, grand* on pe lit, ouvre/ voira eomr et vos bout %  ';• •' piseiMv, ; i votre bon taire gnr.,I d ne mort io nente oVi jnfs wuffrani i la fatm . "Uni donne am ouvra. \ Dieu". Mme Edmund llemcke, Mme W. Bueh, Mme Charles Kouzier, ne von Madelung.Mme Xord Jn.1 seph. Mme Raoul Caetjens, Mme James. Kvvald, Walter F. Vobrhiei, J. M. O.swald llrandt. U. B Thompson, H. P. Davis, Kug. Dcalrc. C. F. Madsen. Abel .\. Lger, Kd Estve, JBigio, Clment Heslandes, Etienne Mathon, Clment Roy, Paotalon (iuilbnud, Feraand Deunis, Kdmond Montas. B. ''--naihe. l'r P. Armand, Dr L. Camllc, Dr J. D< ininique. Une confrence sur l'hygine A la confrence sur l'hygine, faite avant hier i.|.r.< midi au sige de l'Inspection Scolaire, Mr le Dr K. Coicou a entretenu -on auditoire d i Paludisme. C lie maladie, dit il. Ht Ira rpandue dans le pays et svit avec une intensit telle que de D ombre ce jour elle a l'ail de nom ht fuses vii tunes. Sur ."iOtl p'i< |Uei de verre examines an non lab iratoi re dans le courant de ce* jo i I r niers, '.:.i rvlaient la livre palud enne ou la malaria. Dans un entre li< ii qui dura prfl d'une heure le con frencier expliqua le phnomi e do la livre en gnral, puii partico reinent la livre paludenne, de lef caractre*, de •et le DinvflM de |n i|ih\ laiie. Au COUn dl celle InitrucMvi 10 France il parla luccenivamanl daa avOlptOta de celle livre intermittente: malaise, nause, stade de froid, de chaleur al de sueur ; de ses tfontl piOpag items : les moustiques. Lti noyana dp dfense contre celte .1 tngrense mal l lie sont d'abord la protei lion da nos demi ures en remplaant nos parti %  de buis par la toil %  rhtalliqu i al d'entuilier I s lits il inousliqiiaii . r oie tur toute nappe d • au environo ml nus demeures ou oonle i I il'd rcipients. Ces eauvi ootii nneol leur aurfki a du lar\e grouilla itSfl qui ne sont aulr •que dea œufs da mon II termina en nasal aui ioa litutrices de p nier des voiiettee q i ne sont rien d' mire que des m >us liquaires ambiiLnls et tout en met t,ml le vœu que catta mode se pro page, il -i. ih.it. %  que les braa nus q i ont I > un • de nouvelles proie* I! meuii jues soient injel r. nitfi H Obtenez votre -sant des jearces mmes de la Nature. -*• La Nature tant la source de tou les biens de l'humanit, il est logique que noua ayons recours elle quand le corp humain a besoin des trsors qu'elle renferme. *> Pour la protection de la sant, le plus prcieux bien de la vie, c'est la Nature mme qui nous offre Tliuile de Foie de Morue avec laqueDe on fait L'EMULSION SCOTT Directement du fond des mers, elle apporte ta soutien de nos forces, combat l'anmio, les affections de la poitrine et des poumons, la malnutrition, etc. Ce* en vrit le tonique %  idal pour tous lea Iges.r > • Varits Parisiana Dimanche Dimanche L'Etoile te Mysres de Pans l'ilm policier indit M lUtiJItS. 10e & 41 chapitres Le laitrt d'cole et lajchouelte ET Celle qui ne venye Robine En,rP Entre 1 g 00 ; loue 2,00 avec qui e venue : 2 gourdes Balcon : J Par Cable Nouvelles Etrangres L'Allemagne et la commission dei experts PARU WLea |3 du rapport que la commission des experts doit prsenter a 1 1 commiaaion les rj>;i rations ont taehava. La 2ne c mmssion. praida par M. Mackenna, qui ii lix la valeur totale de* capitaux allemanda l'tranger, n'attend plus que les informations demandes HIU membres de la corn mission Interallie pour terminer son rapport. Le prsi leal Sohachat, de la Raichtbank, a eu une nouve'la confrence avec ht commission daa linances pour discuter plusieurs points du projet de la banque aile mande d'missions. La banque d'Angleterre et la banque allemande LONDRES* D'aprs le corrs|nn dant du M Telegraph > un crdit de 100 millions de livres iterling a t acco'd par la banque d'Anglelern la banque allemande d'm ssi>ns. Le Journal dit que la seule condition mise par la banque d'Angleterre est que ce crdit devn tre rembuir s eu livres sterling et non en dol latii Li" Honduras demande le reubarqueinenl des troupes iinrieainee WASHINGTON—Le gouvernemaol dulliuduraa BOtili au ministre des Ktats Unis Tagueigalpa que si les troupes amnoaines dbarques du croiseur a M Iwtiikee % %  n'taient pat i.nrn-iiat > u.uit rembarqu* i dclinerait toute raapoaaabtlit des vcnemenls qui pourraient se pro d lire dans la Cipitala. lixea entre matins anglaii ei aroricaii i VI .LEFRANCHBI ne rixe san glanta i ni pi duita i ntn daa ma rini d ta contra torpillenri amri caina Mae Goraiiek, >>Mii|><.>ri al fit roi et ceux du croiseur anglais ThuD derer. I n marin anglaii a t tu et plusieurs amricains bless. Le Prou a la Lifjiie des Rations GKNKVK Le goav inementp ruvinn vient de communiquer au se artairadala des nations qu'il a nomm Jos Carluuisecrtaire peroBuianl gp ruviea ne k la II: ie I naona. La Prou a'est abatann Jep li la n ana d'en voyer dai repr i ntanta u pra de la i : ia daa n il n en i son da 1 i i etioo I i rr dence da ealta aa semble da Magustin LJwards, hom me d'Etal chilien Nouvelles diverses Dl HLIN La : i 1 Mulcaby, m| Nationale a dj.in ia ;. un annonce oITeiel ment que le gnral loagra. ve prendra personnellement li diree lion suprieure de l'anne aprl ap probition du gouvernement irlan daii. MEXICO— Le ministre des a'id res trangres russe, n'ayant pa re (;u de rponse l'ultimat n eevoy la Chine au sujet de la ratification de la convention rnaao chinoiae, on considre dans les cercle diplomati ques m uni; inqualifiable la conduite du a > ivero i n in! chinois. MICHIUA.NCITY Carpentier, ex Champion d'Europe, se rencontrera le Juillet avec Tommy, rcent al versaire de UempGEN8VB— L1er minisire I iro, le gnral lamet Pachi, vient d'in former offlcTanmenl la Ligne des natims qu'il ne restait plus aueu i r ii.: lien sur le territoire tare et que par cona |uenl son gouverne ment n'avait aucun ntrt 'le parti cip'r la Cd prop "e par la Ligue dans le bu d'tablir une inscription inteniitinn le des arm niens coin ne peuple sans patrie. BAN SALVADOR—Dea nouvellei du llouduras annoncent q le Teguci g.Ipa a t occup par les troupea de la rvo uliou commande par les gi'ni rinx ("arias et Terera. MEXICO— Il a t ot'iiciell ment coiitirm que le gnral Batrtda, chel du mouvement rvolulionnaire de l'Etat de JalilCO, s est enfui l'tranger. l'olvIU— ''ne tragdie M inge de S.isebo base navale japonaise o le sous marin t.l a t coul la suite d une collision avec la croiieur l'aaa te pendu t des manoeuvrai navales les scaphanUiiers ayant entendu des bruits venant du sous marin tabli r ni une communication tlgnphi que qui leur a permis de savoir que I-membres de l'q II,M^.> taient encore vivants, les scaphandriere travaillent pour paaaer daa i bail autour du navire et ID rr.it pouvoir le ramener la aorfaca avant l'ai pbyxie complte des infortuns ma rins. PARIS— On annonce officielle ment que b s lections lgislatives ont t lixes au 1 1 Mai. BRUXELI B9 La chaanbre belge a accoru na on6anea u cabinet M. l'heunis par ft-' voix contre LESCOUHS Par Sans-lii l'uei to-Uexieo evaou MEXICO.— Le> rv iluti(inna : res ent vacu Pueito-Mexico et lea troupefd fralei ont O'cuo la ville d'api es une dp^jhe du ministre de la guerre Cerano. I es r-belles se sont embarqus pour Paon Terra. In crdil l'Allemagne LONDRES D'apre W Daily llpraph, la Banqu d'Angb-lerre aurait ouvert un crdit de S.000,000 de livres en faveur de la prochaine lianque Allemande. Situation alarmante au Honduras Le Gouvernement de facto • de Honduras a inform le Ministre amricain Morales qu'il r.Yadosserait aucune responsabilit si les forces rvolutionnaires reslaient a Tegucigalpa, capitale du Honduras. Le minire aurait l inform que ces dites forces composes de IG7 hommes. ofHcierl compris du croiseur fMilwaukee* dbarques Mapala, devraient tre rembaques ce a quoi s'est refua Mr Moraiea qui dclara que ces troupes y resteraient jus<[n' ce que les autorits hondurisansi poui raient assu.er une protecti n adquate aux vies et proprits amricaines. Le min-stre a ajout au surplus qu'il ne pouvait prvoir les consquences qui adviendraient -i les forces amricaines taient attaques. Cependant uns dpche du Dpartement de la Marine annonce que les roupes du tiouvernement auraie t fait feu sur les forces am ricaines, sans aucune riposte de la part de i es dsrnirei. Le (iouvernem;nt t de f?cto a prsent ses excuses a U Miit s di cet incident. A sCH %  tas Nout avons publi avant hier inw. nnic relatant uns consultation donne par \e lh Cfumu -i p -, i IUX, enclaves dans las sii.us maxillaire et eibmoidal,n'ont pas t touches. Les suites de l'opration ont t par faites, mais le malade sera surveill par de nouvelles radiographies. L'Ivrognerie IUI Etats-Unis Le rapport annuel de criminalit roar l'Etai da New-York eu 10x3, dress par le asertare d'Btal Jsawa A llimilton. tablit que la nombre dondamnaliom pour Ivrognorii p n I Ile priode a aug uenl 1 I il'snol pro d vite. re le tota i t •loi i cOI condsmnatiom t alorsqu'en l r-'-' il ne fut qoa de t o ,o m. D'une fs in gnrait ipp>ri I p util ulile la criminalit dana PEtat. U y a eu in i (13, rf'18 i psnonnee c mdamnes contre 13,703 SU IflXt. Le nombre ds femmes condsmnei i t de 3.2JJ contra 1,787 en In. %  i iiis n i s de 87.103e! MJ PO ,180 eu I tll, .1 iated Pt Mon char Dire leur, J'ai t-§ n pris de lire dans ''l'Es* *or" d)jeudi] MUS la plumi dl Mr Lavsntura, un ar icle peu bieuveil lant l'gard de Mr l'Iioin is Prlci donl eus ceux qvti le connaissent sont un mimes a louer la droiture et l'hoiin 'b t. Clnrg' eo unie C dlaborateur de votre Jour.ial de suivre le Congra des lngiii"urs et Anhilectes.je n'ai pu, vu le temps matriel qui m'iait accord et l'espce qui n'tait rserv dans votre quotidien, que faire un expos succinct dis travaux de ce congrs. Mr. Price, en aucune manire, n'a eu critiquer les lgislateurs hatiens. Il a seulement, pour mieux faire ressorlir la dlicatesse du Service d'Ingnieur-Conseil qu'il dirige, dit qu'il tait parfois assez, dillieilu de bien interprter les lois. Qu'il me suflise pour l'dification de Mr Laveulure de citer deux pas sages de la confrence de Mr Price relativement celte question d'lsbo ration el d'interprtation de lois : "A|premire vue.il semblerait qu'un article de loi rdig en franais ne dut avoir qu'une seule el unique iu terprtation p i n ceux qui connais sent celte langue, La pratique rvle pourtant qu'il surgit de nombreuses contestations causs* par des inler prtalionquelquefois conlradictoi res de la loi. conduisant les parlicu liers au procs, les juges aux solutions les plus diverses et les portant souvent suppler. par des arrts de jurisprudence, a l'insuflisauce du Pouvoir Lgislatif. "Une autre cause de malfaon des lois est qu'il est diflicile ou mme impossible d'viter, c'est que la loi, mme lorsqu'elle a t prpare par des lgistes comptents, est suucep tible d'tre dnature par un seul des membres du Corps Lgislatif qui, sans le vouloir peut tre, dlrjit tou tl'conomie d'un projet de loi, en obtenant du orps Lgislatif le vote de l'addition ou de la suppression d'un article ou seulement la simple subslilution d'un mot un autre. Cette dernire cause de malfaon dea lois est inhrente tous les Gouver nemenls dmocratiques o la SOUV rainele nationale rside dans le p?u pie reprsente par les membres du Corps Lgislalif,seuls appels faire la loi, quoique souvent peu prpar* une telle besogne' Par ailleurs, je ne pense pas avjir fait ressortir nulle parc d mi le comp le rendu signal p ilMr Uvenlurj c,ne v* r |> r i ce e M malliaiter nos i gislalcun. Je vous prierais, mon ( .|, er |j ire( leur et ami, de donner publicit la prsente, car il me coutsral norme mrn-nt d'avoir t casse qu'un bai unn au*i lovai et patriote qm Mr Price soit pus part i e pour ca |t n aurait pas dit. Bien amicalement votre GeorgeeTh. LM-ONTANT D.'s abonne se plaignent lM abn OS de l'Avenue Oach neLiQeir s, plaignent qu'on hur rerusi p'i.i rtapaia trois troii s^rn ii n^. Uinal la eirtitude q ie l'am ne min |o Mi,,s | M rues >i es du n'n: qnrtier. L>s in u „ soi m; ob tU Duisqti qn | • v ' "t o-ivre la v •, • .. Ionise les IBSJSOSH. \ quoi t nt on attribuer celle ires g liante Le Pape tnverr sa hn.'dictioi par T. S. F. Le snateur Marconi te trouve ac uellement Rome ou il s'occupe de I installation au \alican d'une sta II '" ,' s ,' K qui prm tira au p '' '' '• msite pour le ndin r • rr-oode ,tier st d, i eur r %0 ,, 4 •a bndiction, • s



PAGE 1

LE AI m Ville ie Port-au-Prince Il P C n-i IJ j ' connaissance •'u public q .' a en de la Fi'te f 'm aie de i Agriculture PI du Tr \;iii •']' i irra 1er Mai i n i h.un. l'A In iimira* lion Communale organise !;i Capitale, d'accord avec le Got mment, u Kxposhiori K" gionale Api I; lustrielle et de 'i & laque prendn.1 I part U nies le autret Communes de l'Airendissement de Poit ;>ii Prii i En consquence, tous ceux qui dairenl y pn mire part sont invits ;'i t'y prean rDes prix seront dcerns aux laurats. Pcrt-au Prir.ce, le 22 Mars tKM. Le Mpgistral Communali LI.UDKKSMOISK. Le Moniteur Le Journal Officiel, dans son nuBro (ti jeudi .w Mars courant, coin porte, entra autres inetii NI Arrt approuvant 1 liquidation des pensions liNil-^ s'levant a la somme de Gdci 1 1 9.50. — Arrt srcordaoi grce pleine •t entire. Ie droits des lien rservs ti tucu s loot, RU sirur Armand Lysius condamn a six mois d'em prisonnemi nt i ;i jugement du tribu liai de simple police da Pi il au t'iin ce. section nord, en date du 5 De cembre Igft3. — Circulaire du Secrtaire d'Etat de l'Agrlculh re ux Prfets provi loires des arrondit-simmis de la Rpublique, relative la If nue des eipositions rgionales qui,le ter Ma prochain, jour de la fle 'le l'.Agricu ture el du Travail grouperont dans les ciel lieux d arrondissement, bs envois de leurs Communs respecti ve-. — Airet fixant II i c dita rpar tir entre les diw rs dpart nu nt. n i bietriels pour le service courant du mois de Mais I #14 la somme de : lu million cinq rent quarU/e mille deux cent quarante huit gourdes soi atonie six centimes deux tiers ( Gdes 1.514.148.661(3. Audacieux filous Noua avons eu plus d'une lois si pnal I attention de la police l'en doit daudac.ieux lilins qii enlvent es ampoules lectriques suspendues au plafond des galeiies dans cerlai ns maisons. Celte semaine mme, redoublant d'ardeur ces pmneiieiirs de nuit ont pntr chez Messieurs Laurore.Nau Bada,Arthur Hameau et VVebbly Pressoir,! I.alue.et ont enlev SUCCesivement les lampi m qu' clairaient leurs galeries Mr l'nssoir lui mme a t victime de biens d'autres vols. Il seiait bon de si r veiller ces quartiei-. Dcs Par tlgramme reu des Baradres nous apprenons la mort de Laeohi Donna survenue le Jeudi 10 Mars en cours. Les funrailles ont eu lieu hier ma lin. -Nos condolances. La nouvelle nous laet parvenue r ue le lieulei ant Itrunol, emman dant du district d L.ogane avait de apje i< i < il doit tre juge par nnerrur miiteJre, non* avons a> x rens* 'enements au Quartier G rral de a Ger darmeii'.Inform de l'objet de nos c'mirche?, le Gnral Me Duugal nous exprima loot son ie grel de ne pouvoir nous renseigner en l'occurrence. N'eus crovons ssvo r loi U toiqu'il s'agit d'un diffrend i l la f on cessio dt Marchs qui nv it t rc rorde n r l'Adminis 1 alion pr< dente. Nrnt H ivrons ivecaltenMoo cette allaite*. Le lieutenant Brun'' '-' DO bal lien de gr;.i de a> tivit 11 > une cor recliou parfaite < ui. d puis qu'il es! plac la Ut • d district d. L ._• i ne. s'est fait apprcier par on IOU ci du devoir. inesl oui aitons no :% qu'il sorte inden ne de i'accusatio i porte, t n lie lui. t hanqemenl d'adresse Hattre Buirad N illard, Notaire, an nonce ses clients qu' partir D lundi 2' Mars, soi Etude sera Ira s fre toujour;i la Rue du Centre No. 1638au cabinetda Mes. Mathon. LeBiir-tu da l'Ingnieur Marcel Suirad Villaid sera au^si transfr ru mme en Iroil ou il se 11 ndra la disposition du public pour h s cous truction* ainal que le comr.iandes de brique-, r Tlphone. N. Mi. Administration Gnrale des Postes AVIS Dans e but de mettre plut facilement le pul> ic et le commerce an courant e chaque arrive et de chaque ili part de la malle postale. l'Administration Gnrale des Postes, d'aoeeed avec le Dpartement des Finances, a dcid de leur faciliter la lAche en adoptant la mesure suivante ; 1 Le jour de l'entre et del sortie de tout navire transportant la maile postale, le pavillon de la Com pagine maritime laquelle il appartient seia hiss au mt, ct nord. de l'Office cpntral des Postes. 2 : Ds le dpart de la mails, ce pavillon sera disceniu. Celte mesure sera mise en vigne ur pailir du ter Avril prochain. l'oit au-Prime. le 2U Mars 1024. Audain Frres Entrepreneurs Noire Maison de. Commerce es transfre 1 la Hue des Fronts-Porta a cot de la l'baimacie Noire-Dame. Noa clients 81 amis trouver) ut unjours le mme service et pour toutes ies Bourses Seertairie d'Etat de rintiVii ur Cominnoiqu Le Dpailcmenl de l'Intrieur informe les inlresssqu'auciiii caution nement ue sera exig dp l'rpigrant qui pari *es propres frai, ainsi qu'il rsulta des tsnrss de la Loi. it au l'rit OS. le t i ma:| Q J | SOU ayss tt il UNE lltallfi II | d'un raxddisseni nt NtttEPfH, vos : PA: '. Itlt I u LES un I PASTILLE! 1 i / %  BBl m l. s Pastilles VALDA ont an vinta Pli i macie Centrale u'Halii, IMmint cie t ourraine Ki il ai Pi ne ,Phar mar e Brtua Jimis et toutes pli imaeir>. Contre-Avis \ e Hcp .-se de la Commisse n S ( u. our N > 318, faveur GfcORGI S I i .1.11 n,i j as etc. a Parcons[uanta un Dl PLU IT \ de ce rep sse ne doit tre d< livr. Port au .'.i'ice, le 21 Mars 1684. n : i.. d ES INn E. Contrairement aui avis paru dans le -'Matin" du 16 courant, las H pisss de la Commission Sembour No 021 laveur G GUlea, No lu faveur du mme, ;-insi que le Certili cal d'Ordenoance No M\, faveur Philocln Midy, ne sont pas adirs. Ku cous quence, les i riginaiix aeuls et nt|valblea, aucun duplicata ds elet> su> deifns ne doit 'lie dli vr. Puil au Prince, le 10 Mars Igl L. d'ESPI.MtSi; 1 tenter ciement s MmeVve ElieDerenoncourt elson enfant, Mme \ ve Casimir Maigoan, Ni n e \ ve\\ erlherDouson.Mret Mme Loi is Maignau, Mlle Ccile Maignan Mr Arthur Maignan et son enfant, le?familles Churlema^ne, Maignan, Bance, Gousse. Mussotte. bu val et Auxila remercient le Cur de la Paroisse, MrJ. [). Paul, tous les amis de celte ville, ainsi que des autes localits des marqui de sym patbie qu'ils leur ont tmoignes a l'occasion de la mort de leur regrett : Elie Uen soncoort survenu le 10 Mars et las I : croira a leur profond"i''liu't. Miiagoane, 18 mars 1614. Horo Lioie I^ r'.f. "Waldtraul Nom'' ve nanl c Hambouig via bing-lon, .1 ic mel ssl ait-ndu a Port au l'nuce ie 10 courant. Il repaitira le nu m jour pour Si. Mar<-, Puerto Plat ft l'Burops pre nanl fiel al passagtr.. Pour plus amj b nemenls prire de bien voob i s'adi sser : i loflsor. Lucas Si 0. Agents Gnraux. TSSH < it ateh de liampionuat ,1.Foolball Itma'n aps midi,?:: Mars, aura i u i heures, au Parc Leconle. le mali b tle i h D ponnat cnlie la Jeu nesae B| orlve H itietns et PU ion Sportive llii'ienn.'. I quip de M) JSII : But : Michaud riens Mallel.-rauche, Jourdan ; I mis : AodrPierre,Mo isir.Mev. Avants: Pierre Yacintbe,Bernadottes Pains m, Andr Tbard (' ap \ | i lan. Remnla mis : A broise, Pil ier. Pressoir. I |uipe de l'USSH : But : h Mm Arrirai : Bourai d, I elv > Demis : Jean Itigsud, Ed. Pierrs louis, Ed. Cassignol Avants : Oardoto.t ie N illard, '1-e i et (cap) Paul Bile, Maurice lie. La partie, qui promet d'tre iut ressante, na arbitre par M. \\ .11. Williams. Entre gniale 60 centimes. Le Prsident de la Commission de Football, Joseph CASSAGNOt itoareasat des. aaytres I a steamer Cria obal laisse I ort a" Prince anieurd'hui directement pouf New ork, ou il sera arquai le !* ornant t e tcamer Panama 1 .issera New York direct! menl po r la Capital* le mardi 'i du contant al sera Port auPr cel imancha anmnNBOdu ranl Le steamer tisiti laissa Ni \\ ^orU I urd'hui pour tous ;.s poils bai tiei s, sers Port n Pri ws l>31 Mars sn ro its le m*me jour pour utdu sud. I ; parti de Sets oil'le ur loui les p irta lu,! i la ci pitate le •_ %  icou auer 'e mi ds ma %  ivi i du Sud 11 C"u r Cerna est parti de Sevs ^ork la il i ourant dlrsctamanl pour k Ctpil Le Pi u du la capi taie le 23 du courant chargera dtrsj I ni pour l'Eui Baccua venant 'le Hambourg, d'Ams i r l n", •' %  *(> Hatien, p rti du Nord et du Sud da la Dominlcanle, Jao met al Cayea, arrivera la Capitale le ii du courant, en mule le mmo jour pour Santiago dl Cuba et Mua, temafa. ii!ton Sliœ Polish Compauy Inc. ne W .*ork Si vous voulez protger la pnam A<* vos chaut#art s Si vous voulez avnir un hriUail lettsaul el duriWe. si roui voulez l.t toaleur el I souplesse de ces chaussures prnrlanl longtsMaipi cmpiove/. la luarijtic Mouoijram. Fabrique speialemenl pour les limes et les pjtlM nii'ii du liii|!il lilr. Elle prolije la peau des cliaussure* wntre PkfvavUM et la chaieur. Demandez la manjue HoDogram c'est la meiUeure^oVl tmftee les marques. Gv EAK S EMF Acent po;if Hjgj Royal Caf Kn lace de la Banque aliomle Propritaire : AnnaciuslYNOCRYl Le nouvel tabliiiemeol ee recommande par un service ireproehable, des consommations de premier c\\oh, sa rituation privilgie. Le soir, musique attrayante dirige par des prHSsiDnnels de giano mrite. Installation parfaite. — prix uaeUr6. TAlnlinni' N:t Fliartoacie F. Sjourn Donn* avis sa c'ientleet aux radecins et au publie qjlla trstnisorm: ion Laboratoire .i'Ulojpe ea un ]|Lib>:'or3 de bbloy e appliqu sous la Direction du Ur Hicot et t. Sjourn Le labinioire 8"> oavert tous les jours de 7 bai da rnati.i C neurei'J siir pour toutes les recherchas ei aiulyau* prvuei Jane .'anno c ci lomto, saut pour|le Wisseruiaou et iaconstance Ufe-Scrtorit'^ Sarjut reues que le mardi da chaque M aaine. S'a die Y ia Phanu cie pour les renseigne Qeti'snal'.iSg'i'urnes ;r manie Oi /.o Secrta're Tlphone : 430 A



PAGE 1

L> h AT OEPURATF a jituotile J Ittdrhaker Bio 6 lit du D' MANdET 1 %  • Maladie* des Ftmmci Vice* du Sanj Varice*, Glandes Mauvaise circulation Maladies de Peau Rttour d'il* I WCIWl *• I Nettoie le Sang L DCFUtATir du DOCTEUR BtAHt*T Battait lf tang. viwtlc et aasainll PvrgaaiiaM. Il vite tiasi I* affection, durs a une combustion incomplet* de aliments — au ralentr*ement itt la nutrition (obsit, SSthRIl •a,|ibjrSffllM, goutte, rhumatismes, nii.i If.t lenac**, iMaraithtait, In aies, ttrtlf**, MiaUqOSt lumbago, migraine}. fine* la femme, il rtfalaril* la circulation du sant;. facilite le poque*, prpare l| fd %  j l I %  laiiti rit : i teint M *Mur Il beaut dt !a lerqe Tji'llanl fonaignatira pour 1-iiti Pharmacie VV. BIJCH D-JB.THEB0O I MWi .UM*WV/*vy r,5,,*r,M#i -Dentiste pri'p c. vos Uqmu vee es R*** n .•<* poi : Liqueur ; An.lfv "• t£^ tueao, CiM.r.reiXKf?^.urcttO.Cjiii. iieury Siark Cblrwgto>IHiiUsta be% Paeultt 'le Mo Iral de New brk • d B ton Angle des Hues Deattu lie et du plia .i • l'fll i CmMiltiens le b" baurM du 11. Ulll wy n,r Sept passagers en parfait tal peine quelques mois de service est a vendre a un prix exceptionnel. Toute offre raisonualde sera accepte. S'adresser l. PHEETZMiNSAGGELlHOLM (inral agmi Bue du Qmi'l'ort au Prince Rut a* QW, tu / • * 'a Gare — Vieei de recevoir : Fanaux Nickls pour iuis peignes a coiff %  • brises a tte,des faux rois sonp'eo Et fin •esi 4 •"i''' 1 1 1 ' de 11 iparta rie, du laitou des calottes r* ui i BS ptaux. 'MI l|i d •' le. •• i paille ,ie oi-par pices. %  '" P*P ,,r a lettre, des enveloppes, des pi mes, detj c a VOO. des l.mU pou.jouei. de la n iudr le 1:/ dervilUl-.'ie I olll M fmlaisie. i.>d'nleirs et rubtn*.— Oo tro v ia aus.-ii 1 i cbauipag te nu tbaUliqUt aile d" r iletni lC, du Cognaoi du %i i -' iMti pur lui le raisin, par Billo i, du a mit Julien et du B Rmilion rn c >iiaa, des h inieurs llifs aaaortlUi des coule aul ,i, ublaa mprleur*. R< o ""•' ,lc p. t ; !e^ poupes I bon march Les Bordoonieri soin vie qu'ils Ironverenl ^ prix lduiti des unOua .11 celluloide. NJIII— rourqueli|iiPs jours eulunent Boni "lirons DM n barrique a ,i.. pris eitewtioonet, i DitMf n rO *W au f'Ivis tt.Nt pat oublier qu'on trouwt loujoorn lee pro'luiii Guilbaud el le Koli cen ,• o ux Prix fil rbriqO. I posle. Umbrei mobilea el papier tnn brTa. . On irouvara '•' • n ftmea ni lea a /TroDieale" Sraod'Roa l"i> s niai son lucident t.eorges. Un Microbe dangereux Le Streitococus tVMdtmn est hmo Utique, c'est--dire, qu'il fait saigner les ijenciv .*, Grand Btel de France Annie d* Hu Bonne toi # d u Quai Paul ^itil^ VIENT DE RECEVOIR l eu boit.— Anchois l'huile.— Sardines.— >>aqure u\ Thon, -CatBOUlct -Partit* pois tins xira — ileudin, t to, lm Hong, te gallon 4 g >t* Vin Blanc, te g ni ton 5 gds l'Ht*-'! (Sl)iie par barriques el jjallons dai vins de J Bordeaux. Vins de Cbampajjn Les reib -relies se entili |uee enlreprues penddiit ce derturea aanee jarles centres mdicaux des btits Unis ont conduit des dcouvertes tort intressantes qui doivent tourner au iroHt do Ihutnanil ioufIran te. Il a t prouv que le Itrapti i CM VU driaius, le microbe bmolilique comme on l'appelle, se lo^e d^us le mmes des dents, des amygdales, du lube intestinal, etc. De ces divers poinls il renvoie ses toxines aux autre* or^nee par la owdutang. Celui ci les aLorbe d .-.Loid. uiies ictoule. aux centres nerveux tt clbraux en moduisbiit comme kg quemei.t il laut le supposer, des nloxic.iious |nralu qui se traduisent par certain trouble mental. Ces lignes qi i prcdent s'adrcstnt MUS. l qui ne brossent pas ieuis 0*1 II dans la crainte den luire aaigner le MBcives. I ne gen. ive qui saigne e?t une gencive malt.de. Le de-i.i.sie at l'examen bactrologique diront la cause de ce saignement. Peut tre laudra-tll en altiibuer l.i MUM au Streitjcocus .' L'iiygine de la bouche observe j-iirnclietnent pai l'uaaga ae Tblikir beutaiie ,\.\ l i-l'V ii du Dr Waile estdapra le Dr \N UND8, une mesure salutauc pour viter la peoie alvolaire <-i la toxicit du Streploeo.u>. A MI aoim il Faudra ajouter le bro=s.>ge de dent avec la Crme d,nulle. \.s l l.PY-U du Dr Waite, doul le pouvoir anliseplique t^t une ^a rantie pour la cotuervation des donta. AVOCAT RffrDi8taccis Commerciaux, ajfaini i iTlnrofi. (\ reTcndait8Wi8hlDgtor New-York, Berlin, Turin I ordre Paris 1?tHt fP'tr*l7.' o-'VM.'rfnc, Tlphon 597 Fabricants Ihc Antidolor MF * Springville NY. EHIE CJ U.S-A Demandez les eliantillons et les prix-courants. Nous avons besoin d Agents actifs en llaiti.



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE 1M*M*£UR Clment Magloire BOIS VERNA 1368 Rue Amricaine NllMBRO ^(J CENTAlEb 1 ^TWriti Lifcr. UN QJ Quotidien i 9 Il Ml pit'lrable, lt tairt a inal;n'' lui, tout autre abusa que ce qu'en reulait, |iluit qu'un -pt'upi'c. L-.* contrira |)out ctr vrai f-peu-prs st toujours lau\. Sully Fmtamt TELEPHONE No M 17me ANNE N 5167 POHTMM>fN0K (H\iri) SAM! .'1 22 MAUS19M L'importante question scolaire Nous nous laisons un devoir d'attirer l'attention Ju Dparte* ment de L'Instruction Publique sur le laisser aller de certaines familles qui, ayant des entants de 7 14 ans leurs services, nfffipont de les envo er l'cole. Oipendant on n'ignore pas que l'enseignement primaire est gratuit 9t obugatoir, La loi, tout en tant tonnelle l dessus, pivoit des sanctions contre ceux qui se mettent rencontre de ses dispositions. On ne peut .s'expliquer la prsence dans les rues, aux heures dclasse d'un si grand nombre d'entants; l'Etat lait de trop grands sacrifices pour qu'on ne cherche pas en tirer prolit A cot des coles primaires rgulires et pour faciliter la ta he aux familles ncessiteuses, les eo1rs le demi-temps ont t cres. Tout d'abord disons eu passant que ces dernires n'ont pas rpondu tout- lait au but qui leur tait destin. Les chefs d institu ion de ces coles s3 ci oient en droit de garder les entants de 'J heures onze heures et de 1 4 heures. En agissant ainsi ils causent certains prjudices aux autres coles. Les coles de demi-temps ont un but spcial, le nom mme le ditL'lve ne passe qu'un demitemps pendant lequel le maiire lui donne quelques notions de lecture, d'criture, de calcul, de morale civique, d'hygine, etc. Elles n'ont pas d etlecut tixe et ne sont pas astreintes aux foi nuh es exiges des autres coles. Le petit marcha d, pa>sant devant une de ces maisons d'tcole avec sa barque, s'y arrte. Le ncessaire tait, il se retire. Les exercices rptes rgulirement tous les jours, l'enfant finit a la longue par acqurir les premires notions des matires portes au programme des coles primaires. On doit recevoir ces pauvres entants bien ou niai vtusLorsque, en prsence de tels avantages, les parents ou personnes responsables trouvent moyen de garder les entants chez eux, ils commettent un tort considrable envers ceux-l dont ils ont la garde. Nous a/ou dj assez d'illettrs dans la masse pour que leur nombre aille toujours croissant, tju'on n'oublia pas de si tt l'injure qui non-; a t faite par un amiral qui, aprs avoir visit super ticielleiiieut Hati, a dclar avec un sans gne rvoltant que sur une population de 1-If.UOO habitants il y avait USo|o d'illettrs soit 2.450.000. De ce lait, il n'y aurait en llaiti que 50.000 personnes sachant lire et crire. Cette assertion tantaisiste ne tient pas debout ayant t rlutce en son te/nps. Les seule* villes de P.-au P., du Cap-Hatien et des Cayes, Jacmel, Jriuie, Conaives donnent plus de quarante mille personnes sachant lire et crire. 11 y va donc du devoir de l'Etat de tenir main terme aux prescrip lions de la loi sur \\>bh jatin scoI "//• Le Dpartement de L'instrue tion Publique a pour devoir ai l'ociurence, de stimuler le zle de> Inspecteurs d'arrondiss a rneiit qui, leur tour, tiendront de prs les directeurs et directrices d'coh pour que ceux-ci envoien la tin de chaque semaine la liste des enfants qui s'absentent aux cours trop souventetsans motif lgitimeEn regard du nom de l'lve, on mettra le nom de la personne responsableDe cette f oon la loi pourra tre applique. Un premier avertissement sca ensuite donn par le juge de paix et l'amende exige en cas de rcidive trop souvent rpte.CVst la loi qui le prescrit. D'un autre ct nous aurions dem mile la police de mettre la main sur tout enfant rencontr jouant dans les rues aux heures de classe, c'est encore la loi qui lui t. lit cette obi galion. Seront excepts toutefois les enlants qui reoivent l'instru tion dans la famille et ceux qui pour une cause quelconque ne peuvent momeo taninent frquenter les lianes de l'cole, dans ce cas, ils seront porteurs d'une pi-'-ce de leur directeur A cb tqu %  lve Pu 11 cole d; demi-temps dn %  ciri %  d'identit sera remise. Avec un pareil son ti le, nos coles seront plus frquentes ei k nombre >\e nos m il ph tbeta dkninusra pir celait On n'a pour cal i qu' mettre en vigueur les mesures que nous proposi ns, il en soitira pour la nation, nous en sommes persuads, le plus grand bi< n. L ne 'I vent pas s'arrter ces mesures, il faut aussi les tendre surtout dans DOS sections rurales. L'ignorance doil tre co i battue non seulement (buis i os villes mais galement dannos campagnes. A dfaut d'inspecteurs d'arrondissement, on s'en remettra aux conseillers d'agriculture qui disposent sswz de moyens pour faire compr. mire aui habitante de leurs sriions la n C688 l OU plutt l'obligation qu'il y a pour eux d'envoyer les enfants f cole. L'Inspection soolaire exigera d'-ii \ fois par mois dfl tous les ii— mi ne en n lUS i pc di garor autant que possible la socit canin tes ereUaun genre d'industrie qui ne peut qu'tre funeste tous,— Le propagandiste, ci il, n Mil i imaii a quoi d'abord, qu md pour le mcbaol plaisir de troubler, il au ve n du baser l la nouvelle i ingre r — Le plus souvent | l'intrt goste qui fait agir II s'iit. m .lis souvent aoesi 11 quoi ioo d'inl mm i DM. P || quoi \ m.Dl on faire ino'iiir le Pape qui s" porte plus que jamais en parfaiti s mfe .' Avis in N ma rapp il 'ni nos \! onns et i lients qu'ils ne doivent rie i payer que co itre aeus imprim s et signs de notre l irecteur. yuestion actaella 81/3 '. ble; Ions les tt ont Uni < que sur eux et ne tendent au %  loi l lire tombei. Leur plu*, grand yde se maintenir aux pouvons.— |,e bies qu'ils font n i impte fus et ou %  onverli eu ciim ul mrite qu'ils oui d'avoir fait leur devoir. P est parfois pei : de M tromper; on peut Itn mal rensi eireur ne l onititUI | Il uni pi gHi de. Kl JOI | li n .ne, Il journal doit si sut >• ii i et ?iti r d induire sur pai 11 qui mal renseign. Ijue d t-t-oii ; i i i d'un If un ie -uliii-ou u les pu li le i u'litera Je l'oi vrit. mple se multipli lin ini si n passer en revue l'a de la propagande. LdABBt Mon chei M igl ai i Jt rieni de lire — aujourd'hui U — leu mu de Mr .! ireeau DOinor sur la palpitant • question de notre "actuel malaiii mu nie. l'erui' Iti /. moi de vous avouei que 111ni\g loi I Certes, le msaque d'organisation du travail* est pour une trs 1er) part dans notn mtlsias actuel. Mal nceeeuli m Dt a cela; estM ,IU loM lia et au manque ad activit comme vosi le ditis. qu'il luit attribuer celte douloureuse situation l Le peu i roui vraiment Ni croyes*voui p it que le i t de notre d tresse n rail pi itol le manque du un je l't\->tfnce' Car enfin, qui a jamais rien ; i entreprendre, organiser, I li..,' ni l irgenl '.,, Bel i.,, MATIN sauterait si sa i aise ,•! oi i sec Bat ce que, peraonni U • !,i. si j as.us il H. capitaux, je i, m loii rais pas mou a 'tiwi autrement qu'a aiigni r des p ira t D a sonnais trop pour n'i ri pat l td qm ce qu'il y a i bu dans ce m i u ne m chappe p i iu| ji s.us el |ueile ardeur, quelle mth nie, quellee mi M de lUCOSa je me jeltei u I dans i acti n, pour, intourdi soi, i ., iaor des besoins : vivre et I in vivre, joindre l'utile l'agrable, le, comment ntrepren Ire quoi ( ( ue ce soit I -ns %  m domai n l'activit bumaioe, sans argent .Non. mon cher, ne n >us/MtfM f BOUS valons mieui qu'on ne e, Je n ui ai i 'i ini d'aui -, milieux• Nom lions loin d'i bi • DI paraissoni nuls ou insignifiants que l o, mns ulreprendre, ni | 1 lu -1 ni : vii !<• inor D a tort, n immaot in lelligei is oir, produit n sli er et < smpter f > si Li .t. Kl %  '. 'nt. (.eux qui 1 ignoieiit... vivent dans U luil'' li oslU "sortie^ ne te dp ait p œille-la dans li Maison • ton toujours wewe. •'• A m iecinces k En Hati, crit un Itulletin paroiaeial |ui as osi nous, H qm es mpti beaucoup la misricordi du ti en rveur de DOS mond dnea, a i iaad... On COmpren lr.ut presque .|ne ces dmes cherchent "i avoir fraie... Il y aura p -u' ur eli, •, plus rloulleee que ial d'excuse au tribnoal de Dieu dam la chaleur si iblante el sans r| il du climat tropical. Mais S. i'.'lix o il fait Iroid ,'h var t tempr l't '•.. i quel |ue misricorde doit tre l'aile par le Ju; buprma ce serait plutt aux r iquetl s d'Hati, qu' eelli Flis El si M. le eur de S. Flix i u-,ut comme M. le cnr>du Cap H ulieo S'il lutligeait l'une da s i pai liaaiannei la honte de n | i copier son oiraiule la quke, pour protester publiquement contres ivenanles, n'aurail il p s r liaon ? il .t i ail uiiii i inraison et tous les bons ma l'approuveraisit. Mais M. le Cur dl S. relia ne fera jamais col itlroot publii a pore nne.— Pou Parce qu'il ne trouvera I aui ur et da I ingueur, li s chasera* r.-* et li s aoi olares se sont letre.ies, les c ils se sont relevs.... Ou ne peut | i irtoul les mres de famille, i es ne recommeneiront plus sous prt file mes, dshabillar leun pi liteifllleiet n'habil 1er qu'a m uih h uis HllettOS. Elles renonai ml l< irmaia, sous prtex te de m nier leurs jeunes liilos, le* conduire dans tons les bals, sachant bien que util jeune hommt srieux, capable du fonder une famille, n' pousera unsdansea ( fi. .V. I). P. S. ) A propos de *lloyer La Honte* I u nup de ceux qui,avant hier soir psods de un dl luipressioa n ml %  I qui n'o il p II pu voir le pre r %  pi-ode sont ion' dsole de ce que Madame n linUenm m 1 elle n dosai il n qu'une fois. I ont m i hatlte voix en laiaaanl letbtre ipri la reprsen %  n la [oie qu ils prouvenuael si Mme liilly voulait redonner lundi soir, nami ; iu prix de leui gaurdaoi h s de i\ pii les d-'q i :< is. •-. Noul DO I U ur i I il ,irle auprs de l'aimable dl le l'arlaiaoa et lui demandooi da bteo vouloir re donn'.r les deux pr pisodes du lilm. Bile ne n'y'refuaera certee li op pour laire plaisir son aimable et distingue dieu 1 Dut: Anglaise met 4 tnlaoli .m mofide MiMattbews, de urangetown, P' ibrough, a donn D il mis, deux g-tr Dons el deux Q||i Le docteur qui a [ail l'accoucheD al dit M latn nouveaux ntt : \: u eben e di 'ivre.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06175
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, March 22, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06175

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
1M*M*UR
Clment Magloire
BOIS VERNA
1368 Rue Amricaine
NllMBRO ^(J CENTAlEb
1 ^TWriti Lifcr.

UN qj

Quotidien
i9*
Il Ml pit'lrable, lt tairta'
inal;n'' lui, tout autre abusa
que ce qu'en reulait, |iluit
qu'un -pt'upi'c. L-.* contrira
|)out ctr vrai f-peu-prs st
toujours lau\. Sully Fmtamt
TELEPHONE No M
17me ANNE N 5167
POHTMM>fN0K (H\iri)
SAM! .'1 22 MAUS19M
L'importante question scolaire
Nous nous laisons un devoir
d'attirer l'attention Ju Dparte*
ment de L'Instruction Publique
sur le laisser aller de certaines fa-
milles qui, ayant des entants de
7 14 ans leurs services, nfffi-
pont de les envo er l'cole. Oi-
pendant on n'ignore pas que l'en-
seignement primaire est gratuit 9t
obugatoir, La loi, tout en tant
tonnelle l dessus, pivoit des
sanctions contre ceux qui se met-
tent rencontre de ses disposi-
tions.
On ne peut .s'expliquer la pr-
sence dans les rues, aux heures
dclasse d'un si grand nombre
d'entants; l'Etat lait de trop grands
sacrifices pour qu'on ne cherche
pas en tirer prolit
A cot des coles primaires r-
gulires et pour faciliter la ta he
aux familles ncessiteuses, les eo-
1rs le demi-temps ont t cres.
Tout d'abord disons eu passant
que ces dernires n'ont pas rpon-
du tout- lait au but qui leur tait
destin. Les chefs d institu ion de
ces coles s3 ci oient en droit de
garder les entants de 'J heures
onze heures et de 1 4 heures.
En agissant ainsi ils causent cer-
tains prjudices aux autres coles.
Les coles de demi-temps ont
un but spcial, le nom mme le
dit- L'lve ne passe qu'un demi-
temps pendant lequel le maiire
lui donne quelques notions de
lecture, d'criture, de calcul, de
morale civique, d'hygine, etc.
Elles n'ont pas d etlecut tixe et ne
sont pas astreintes aux foi nuh es
exiges des autres coles. Le petit
marcha d, pa>sant devant une de
ces maisons d'tcole avec sa bar-
que, s'y arrte. Le ncessaire tait,
il se retire. Les exercices rptes
rgulirement tous les jours, l'en-
fant finit a la longue par acqurir
les premires notions des matires
portes au programme des coles
primaires. On doit recevoir ces
pauvres entants bien ou niai v-
tus-
Lorsque, en prsence de tels
avantages, les parents ou person-
nes responsables trouvent moyen
de garder les entants chez eux, ils
commettent un tort considrable
envers ceux-l dont ils ont la gar-
de. Nous a/ou dj assez d'illet-
trs dans la masse pour que leur
nombre aille toujours croissant,
tju'on n'oublia pas de si tt l'in-
jure qui non-; a t faite par un
amiral qui, aprs avoir visit su-
per ticielleiiieut Hati, a dclar
avec un sans gne rvoltant que
sur une population de 1-If.UOO
habitants il y avait USo|o d'illet-
trs soit 2.450.000. De ce lait, il
n'y aurait en llaiti que 50.000
personnes sachant lire et crire.
Cette assertion tantaisiste ne tient
pas debout ayant t rlutce en
son te/nps. Les seule* villes de
P.-au P., du Cap-Hatien et des
Cayes, Jacmel, Jriuie, Conai-
ves donnent plus de quarante
mille personnes sachant lire et
crire.
11 y va donc du devoir de l'Etat
de tenir main terme aux prescrip
lions de la loi sur \\>bh jatin sco-
I "// Le Dpartement de L'instrue
tion Publique a pour devoir ai
l'ociurence, de stimuler le zle de>
Inspecteurs d'arrondissarneiit qui,
leur tour, tiendront de prs les
directeurs et directrices d'coh
pour que ceux-ci envoien la tin
de chaque semaine la liste des
enfants qui s'absentent aux cours
trop souventetsans motif lgitime-
En regard du nom de l'lve, on
mettra le nom de la personne res-
ponsable-
De cette f oon la loi pourra
tre applique. Un premier aver-
tissement sca ensuite donn par
le juge de paix et l'amende exige
en cas de rcidive trop souvent
rpte.CVst la loi qui le prescrit.
D'un autre ct nous aurions
dem mile la police de mettre la
main sur tout enfant rencontr
jouant dans les rues aux heures
de classe, c'est encore la loi qui lui
t.lit cette obi galion. Seront excep-
ts toutefois les enlants qui re-
oivent l'instru tion dans la fa-
mille et ceux qui pour une cause
quelconque ne peuvent momeo
taninent frquenter les lianes de
l'cole, dans ce cas, ils seront por-
teurs d'une pi-'-ce de leur direc-
teur A cb tqu lve Pu 11 cole
d; demi-temps dn ciri d'identi-
t sera remise. Avec un pareil son
ti le, nos coles seront plus fr-
quentes ei k nombre >\e nos m il
ph tbeta dkninusra pir celait On
n'a pour cal i qu' mettre en vi-
gueur les mesures que nous pro-
posi ns, il en soitira pour la na-
tion, nous en sommes persuads,
le plus grand bi< n.
L ne 'I vent pas s'arrter ces
mesures, il faut aussi les tendre
surtout dans DOS sections rurales.
L'ignorance doil tre co i battue
non seulement (buis i os villes
mais galement dan- nos campa-
gnes. A dfaut d'inspecteurs d'ar-
rondissement, on s'en remettra
aux conseillers d'agriculture qui
disposent sswz de moyens pour
faire compr. mire aui habitante
de leurs sriions la n C688 l OU
plutt l'obligation qu'il y a pour
eux d'envoyer les enfants f cole.
L'Inspection soolaire exigera
d'-ii\ fois par mois dfl tous les re iteursovc le rurale un ra p rl
sur la marche de leur l ibli
ment respei lil m le 'pnalise
appliques aux citadins le seront
galement aux campagnards.
Nous ne il mandons l'applica*
d aucune meeure arbitraire, nous
rclamons Sau contraire l'applica"
t on d'une loi qui, vote sous Le-
conte, n'a : nous
pouvons le dire en tout riti
par la craint" il is ibihts.
Les chefs d'iu-tiintion ont tou-
jours ferm les yeux sur I s irr-
gularits et quand par basai I
quelques uns d'entrj eux avaient
le rare courage de faire leur de-
voir, ceux-l qui tait ni placs
pour les encourager n'ont jamais
donn lutte aux buts qui leur
taient dnoncs .nous en savons
long pour avoir t Directeur d'-
cole- ()n doit maintenant ragir
C'est contre cet tat le chose
qui semble n p irptuer qui nous
crions gare tout en demandant au
Dpartement uV l'Instruction Pu-
blique de s'int' i. s- i ii ci tl nu
portante question d'intrt nsUo-
nal*
Ct POTIIEL
Nous avons ici, en plus d'une fuis,
signal les mfaits dt la propagan-
de : la perturbation qu'elle jette
dans les esprits et les effets ds M-
treux qu'elle produit parfois dans la
Socit. .Mais, comme tout ce qui
as! faux, ces elets, quelque perni-
h ux qu'Ut peuvent 'lie. tombent
d'eux-mt'nv s et dsvieno set pont
leurs auteurs une arme en plus tour-
ne contie-eux.
Non- ii Apprenons 'rien de nou-
veau personne par [ci ineeinl ex-
pos des gens hargneux et jaloux
dont la mission ne consiste qu'
s enluer chaque jour d'avantage en
jettsnt sur autrui la bave immonde
Je la calomnie. Ouand c'est un
Nllgairs dyrav. oui va partout
comme un serpent lemsr !i diviil id
dans la socit, l'action quoi i* m
chante qu'elle soi', est vite r COOOM
et mprise; la vrit ne demeure
jimiis dans l'ombre.
Mais la question, qinipie con-
nexe, diffre sensililemeni quand
c'est un journal, organe de la v-
i it. qui circule le mauvais bruit.
On semble, au prime abord, ac-
eorJer une eertaina cranos h la
fausse nouvelle qui doit lomlcr
naturellement a\ec plus de frai II
parce que partant de plus haut.
Cependant il ij'.mr.iit pas d tri
ainsi. Un essmoi qm roui m un-
tenir son -ai lrieui, devrai
-1 riti ir le pi noir h.unes et aux p tMOni d- j
jaloux la BOble ainbilio.i dl n'a-
vancer que des faits vraii al b
ment coutilable.
On sait biau que les pi
autorits dans un groupement
cul, soit dans l'ordre civil, soit
l'ordre ecclsi ie sont
tQUlJUM Cd t COM.uc u..
de Parti -le. ces conii lratoo di
Pis nouvel H, mu- il BO II i
.1 v >ii- mi ne en n lUS i pc
- di garor autant que possible la
socit canin tes ereUaun genre
d'industrie qui ne peut qu'tre fu-
neste tous, Le propagandiste, ci
il, n Mil i imaii a quoi
d'abord, qu md pour le
mcbaol plaisir de troubler, il
au ve n du baser l la nouvelle
i ingre r Le plus souvent |
l'intrt goste qui fait agir II
s'iit. m .lis souvent aoesi 11 quoi ioo
d'inl mm i dm.
P || quoi \ m.Dl on faire ino'iiir
le Pape qui s" porte plus que jamais
en parfaiti s mfe .'
Avis in !
N ma rapp il 'n- i nos \! onns
et i lients qu'ils ne doivent rie i
payer que co itre aeus imprim s
et signs de notre l'irecteur.
yuestion actaella
81/3 '.
ble; Ions les tt ont Uni < que
sur eux et ne tendent au loi l lire
tombei. Leur plu*, grand y-
de se maintenir aux pouvons. |,e
bies qu'ils font n i impte fus et ou
onverli eu ciim ul mrite
qu'ils oui d'avoir fait leur devoir.
P est parfois pei : de M trom-
per; on peut Itn mal rensi
eireur ne l onititUI | Il uni pi
gHi de.
Kl JOI | li n .ne, Il journal
doit si sut > ii i et ?iti r d induire
. sur pai 11 qui mal renseign.
Ijue d t-t-oii ;
i i i d'un
If un
ie -uliii-ou
u les
pu li
le i u'- litera Je l'oi
vrit.
mple se multipli
lin ini si n passer en
revue l'a de la pro-
pagande.
LdABBt
Mon chei M igl ai i
Jt rieni de lire aujourd'hui
U le- u mu de Mr
.! ireeau DOinor sur la palpitant
question de notre "actuel malaiii
mu nie.
l'erui' Iti /. moi de vous avouei que
. 111ni\g loi I -
Certes, le msaque d'organisation
du travail* est pour une trs 1er)
part dans notn mtlsias actuel. Mal .
, nceeeuli m Dt a cela; est- m ,iu loM ,
lia et au manque ad activit
, comme vosi
le ditis. qu'il luit attribuer celte
douloureuse situation l Le peu
i roui vraiment Ni croyes*voui
p it que le i t de notre d
tresse n rail pi itol le manque du un
je l't\->tfnce' Car enfin, qui a jamais
rien ; i entreprendre, organiser, I
li..,' ni l irgenl '.,, Bel
i.,, MATIN sauterait si sa i aise
,! oi i sec Bat ce que, peraonni U
!,i. si j as.us il h. capitaux, je
i, m loii rais pas mou a 'tiwi au-
trement qu'a aiigni r des p ira t
d a sonnais trop pour n'i ri pat
l td qm ce qu'il y a i bu
dans ce m i u ne m chappe p
i iu| ji s.us el |ueile
ardeur, quelle mth nie, quellee
mi M de lUCOSa je me jeltei u I
dans i acti n, pour, intourdi soi,
i ., iaor des besoins : vivre et I in
vivre, joindre l'utile l'agrable,
le, comment ntrepren Ire quoi
((ue ce soit I -ns m domai n
l'activit bumaioe, sans argent '
.Non. mon cher, ne n >us/MtfM f
BOUS valons mieui qu'on ne
e, Je n ui ai i 'i ini d'au-
i -, milieux Nom lions loin d'i bi
di paraissoni nuls
ou insignifiants que l o, mns
ulreprendre,
ni |
1 lu -1 ni : vii !< inor d a
tort, n immaot in
lelligei i- s oir,
produit n sli er et < smpterf> si
Li
.t. Kl '. 'nt.
(.eux qui 1 ignoieiit... vivent dans U
luil''
li oslU "sortie^ ne
te dp ait p ille-la dans
li Maison ton toujours
wewe. '
A m iecinces
k En Hati, crit un Itulletin pa-
roiaeial |ui as osi nous,
h qm es mpti beaucoup la misri-
cordi du ti en rveur de dos mon-
d dnea, a i iaad... On
COmpren lr.ut presque .|ne ces dmes
cherchent "i avoir fraie... Il y aura
p -u' ur eli, , plus rloulleee
que ial d'excuse
au tribnoal de Dieu dam la chaleur
si iblante el sans r| il du climat
tropical.
Mais S. i'.'lix o il fait Iroid
,'h var t tempr l't '..
i quel |ue misricorde doit tre
l'aile par le Ju; buprma ce serait
plutt aux r iquetl s d'Hati, qu'
eelli Flis El si M. le eu-
r de S. Flix i u-,ut comme M. le
cnr>- du Cap H ulieo S'il lutligeait
l'une da s i pai liaaiannei la honte
de n | i copier son oiraiule la
quke, pour protester publiquement
contres ivenanles, n'au-
rail il p s r liaon ?
il .t i ail uiiii i in- raison et tous
les bons ma l'approuveraisit.
Mais M. le Cur dl S. relia ne fera
jamais col itlroot publii a pore nne.
Pou Parce qu'il ne trouvera
Iaui e mriteras
lline a Dieu, nos lectrices l'ont
i1 i constat, nous so unies au <1 ip
llailiea en voie d'amlioration : lee
jupes et les in inchei ont plus d'am
pt> ur et da I ingueur, li s chasera*
r.-* et li s aoi olares se sont letre.ies,
les c ils se sont relevs.... Ou ne
peut | i irtoul les mres
de famille, i es ne recommeneiront
plus sous prt file mes, d-
shabillar leun pi liteifllleiet n'habil
1er qu'a m uih h uis HllettOS. Elles
renonai ml l< irmaia, sous prtex
te de m nier leurs jeunes liilos, le*
conduire dans tons les bals, sachant
bien que util jeune hommt srieux,
capable du fonder une famille, n'
pousera unsdansea
( fi. .V. I). P. S. )
A propos de
*lloyer La Honte*
I u nup de ceux qui,avant hier soir
psods de
un dl luipressioa
n ml I qui n'o il p II pu voir le pre
r pi-ode sont ion' dsole de ce
que Madame n linUenm m1
elle n dosai il n qu'une fois.
I ont m i hatlte voix en
laiaaanl letbtre ipri la reprsen
n la [oie qu ils prouvenuael si
Mme liilly voulait redonner lundi
soir, nami ;iu prix de leui gaurdaoi
h s de i\ pi- i les d-'q i :< is. -. Noul
DO I U ur i I il ,irle auprs
de l'aimable dl le l'arlaiaoa
et lui demandooi da bteo vouloir re
donn'.r les deux pr pisodes
du lilm. Bile ne n'y'refuaera certee
li op pour laire
plaisir son aimable et distingue
dieu1
Dut: Anglaise met 4 tnlaoli
.m mofide
Mi- Mattbews, de urangetown,
P' ibrough, a donn
D il mis, deux g-tr
Dons el deux Q||i
Le docteur qui a [ail l'accouche-
D al dit m latn nouveaux
ntt ': \: u eben
e di 'ivre.


LE BATI
Appel
Du Comit de Secours
101 niant indigents
magne

en il:
I e Comit de Secoure
11 a i r t
i. i |
' terrible n Allemagne. ; lui de -<> I g< r la
ri:iscre et l.i dlreise qui >s trei-
gi sot,
Riches ou pauvres, grand* on pe
lit, ouvre/ voira eomr et vos bout
'; ' piseiMv, ; i votre bon
taire gnr.,- I d ne mort io
nente oVi
jnfs wuffrani i la fatm l.uw.
Secoure/ ces milheursui qui M
in grande partie al teint de la i
berculose par suite de privations d:
toutes ,'oites !
Les soullranecs sont mmenses en
Allemagn al |e< pauvres petili
ftres, surtou eu :ont les primi.a
les victimes.
L' U' ml r | telle, que les se
coujs dj appor es na lafHaent pas.
Leur nourriture n'et point a sure
et il tur nui iiements ht plus
indistHtabUs I ne r ente enqi te a
rvl q.ie dans les coles, n mes
suprieur
00 oto des lves ne poss-
dent, en plein !iiver,ni che-
mises, ni chaussettes /
Donnez ions selon vos ret
Sauvez l'enfance menace
de prir de faim, de froid et
de misres physiologiques
sans nombre .'
Dans ce but, des listes de sous
criptions seront ouvertes par les
oiOJ (les Membres du Comit de
Secours pour recueillir l'obole de
tous ceux qui voudront bien venir
en nide aux enfants allemands dans
Ja LUTTE CONTRE LA K Ml NE Pt
centre les autres calamits auxquel-
les ils sont expos>.
"Uni donne am ouvra. \
Dieu".
Mme Edmund llemcke, Mme W.
Bueh, Mme Charles Kouzier, ne
von Madelung.Mme Xord Jn.1 seph.
Mme Raoul Caetjens, Mme James.
Kvvald, Walter F. Vobrhiei, J. M.
O.swald llrandt. U. B Thompson,
H. P. Davis, Kug. Dcalrc. C. F.
Madsen. Abel .\. Lger, Kd Estve,
' J- Bigio, Clment Heslandes,
Etienne Mathon, Clment Roy, Pao-
talon (iuilbnud, Feraand Deunis,
Kdmond Montas. B. ''--naihe. l'r
P. Armand, Dr L. Camllc, Dr J.
D< ininique.
- ,
Une confrence
sur l'hygine
A la confrence sur l'hygine, faite
avant hier i.|.r.< midi au sige de
l'Inspection Scolaire, Mr le Dr K.
Coicou a entretenu -on auditoire d i
Paludisme. C lie maladie, dit il. Ht
Ira rpandue dans le pays et svit
avec une intensit telle que de D
ombre ce jour elle a l'ail de nom
ht fuses vii tunes. Sur ."iOtl p'i< |Uei
de verre examines an non lab iratoi
re dans le courant de ce* jo i I r
niers, '.:.i rvlaient la livre palud
enne ou la malaria. Dans un entre
li< ii qui dura prfl d'une heure le con
frencier expliqua le phnomi e do
la livre en gnral, puii partico
reinent la livre paludenne, de lef
caractre*, de - et le
DinvflM de |n i|ih\ laiie.
Au COUn dl celle InitrucMvi 10
France il parla luccenivamanl daa
avOlptOta de celle livre intermit-
tente: malaise, nause, stade de
froid, de chaleur al de sueur ; de ses
tfontl piOpag items : les moustiques.
Lti noyana dp dfense contre
celte .1 tngrense mal l lie sont d'a-
bord la protei lion da nos demi ures
en remplaant nos parti ...... de
buis par la toil rhtalliqu i al d'en-
tuilier I s lits il inousliqiiaii . r
oie tur toute nappe
d au environo ml nus demeures ou
oonle i.....I il'- d rcipients. Ces
eauvi ootii nneol leur aurfki a du
lar\e grouilla itSfl qui ne sont aulr -
que dea ufs da mon
II termina en nasal aui ioa
litutrices de p nier des voiiettee q i
ne sont rien d' mire que des m >us
liquaires ambiiLnls et tout en met
t,ml le vu que catta mode se pro
page, il -i. ih.it. que les braa nus
q i ont I > un de nouvelles proie*
I! meuii jues soient injel r.
nitfi
H
Obtenez votre
-sant des jear-
ces mmes de
la Nature.
-* La Nature tant la source
de tou les biens de l'humanit,
il est logique que noua ayons
recours elle quand le corp humain a besoin
des trsors qu'elle renferme. *>
Pour la protection de la sant, le plus prcieux
bien de la vie, c'est la Nature mme qui nous offre
Tliuile de Foie de Morue avec laqueDe on fait
L'EMULSION SCOTT
Directement du fond des mers, elle apporte ta
soutien de nos forces, combat l'anmio, les
affections de la poitrine et des poumons, la
malnutrition, etc. Ce* en vrit le tonique
idal pour tous lea Iges.r >
Varits Parisiana
Dimanche Dimanche
L'Etoile te Mysres de Pans
l'ilm policier indit
M lUtiJItS.
10e & 41 chapitres
Le laitrt d'cole et
lajchouelte
ET
Celle qui ne venye
Robine En,rP
Entre 1 g 00 ; loue 2,00
avec
qui e venue
: 2 gourdes Balcon : J
Par Cable
Nouvelles Etrangres
L'Allemagne et la commis-
sion dei experts
PARU W- Lea |3 du rapport
que la commission des experts doit
prsenter a 11 commiaaion les rj>;i
rations ont taehava. La 2ne
c mmssion. praida par M. Mac-
kenna, qui ii lix la valeur totale
de* capitaux allemanda l'tranger,
n'attend plus que les informations
demandes hiu membres de la corn
mission Interallie pour terminer
son rapport. Le prsi leal Sohachat,
de la Raichtbank, a eu une nouve'la
confrence avec ht commission daa
linances pour discuter plusieurs
points du projet de la banque aile
mande d'missions.
La banque d'Angleterre et
la banque allemande
LONDRES* D'aprs le corrs|nn
dant du m Telegraph > un crdit de
100 millions de livres iterling a t
acco'd par la banque d'Anglelern
la banque allemande d'm ssi>ns.
Le Journal dit que la seule condition
mise par la banque d'Angleterre
est que ce crdit devn tre rembuir
s eu livres sterling et non en dol
latii
Li" Honduras demande le
reubarqueinenl des troupes
iinrieainee
WASHINGTONLe gouvernemaol
dulliuduraa BOtili au ministre
des Ktats Unis Tagueigalpa que si
les troupes amnoaines dbarques
du croiseur a M Iwtiikee n'taient
pat i.nrn-iiat> u.uit rembarqu* i
dclinerait toute raapoaaabtlit des
vcnemenls qui pourraient se pro
d lire dans la Cipitala.
lixea entre matins anglaii
ei aroricaii i
VI .LEFRANCHB- I ne rixe san
glanta i ni pi duita i ntn daa ma
rini d ta contra torpillenri amri
caina Mae Goraiiek, >>Mii|><.>ri al fit
roi et ceux du croiseur anglais ThuD
derer. I n marin anglaii a t tu
et plusieurs amricains bless.
Le Prou a la Lifjiie des
Rations
GKNKVK Le goav inementp
ruvinn vient de communiquer au se
artairadala des nations qu'il
a nomm Jos Carluui- secrtaire
peroBuianl gp ruviea
ne k la II: ie I naona. La Prou
a'est abatann Jep li la n ana d'en
voyer dai repr i ntanta u pra de la
i : ia daa n il n en i son da 1 i
i etioo I i rr dence da ealta aa
semble da Magustin LJwards, hom
me d'Etal chilien
Nouvelles diverses
Dl HLIN La : i1 Mulcaby,
m- | Nationale a
dj.in ia ;. un annonce
oITeiel ment que le gnral loagra.
ve prendra personnellement li diree
lion suprieure de l'anne aprl ap
probition du gouvernement irlan
daii.
MEXICO Le ministre des a'id
res trangres russe, n'ayant pa re
(;u de rponse l'ultimat n eevoy
la Chine au sujet de la ratification
de la convention rnaao chinoiae, on
considre dans les cercle diplomati
ques m uni; inqualifiable la
conduite du a > ivero i n in! chinois.
MICHIUA.NCITY Carpentier, ex
Champion d'Europe, se rencontrera
le Juillet avec Tommy, rcent al
versaire de Uemp-
GEN8VB L- 1er minisire I iro,
le gnral lamet Pachi, vient d'in
former offlcTanmenl la Ligne des
natims qu'il ne restait plus aueu i r
ii.: lien sur le territoire tare
et que par cona |uenl son gouverne
ment n'avait aucun ntrt 'le parti
cip'r la Cd prop "e par
la Ligue dans le bu d'tablir une
inscription inteniitinn le des arm
niens coin ne peuple sans patrie.
BAN SALVADORDea nouvellei
du llouduras annoncent q le Teguci
g.Ipa a t occup par les troupea
de la rvo uliou commande par les
gi'ni rinx ("arias et Terera.
MEXICO Il a t ot'iiciell ment
coiitirm que le gnral Batrtda,
chel du mouvement rvolulionnaire
de l'Etat de JalilCO, s est enfui
l'tranger.
l'olvIU ''ne tragdie M en ce moment dani ,te vinge de
S.isebo base navale japonaise o le
sous marin t.l a t coul la suite
d une collision avec la croiieur l'aaa
te pendu t des manoeuvrai navales
les scaphanUiiers ayant entendu des
bruits venant du sous marin tabli
r ni une communication tlgnphi
que qui leur a permis de savoir que
I-- membres de l'q ii,m^.> taient
encore vivants, les scaphandriere
travaillent pour paaaer daa i bail
autour du navire et ID rr.it pouvoir
le ramener la aorfaca avant l'ai
pbyxie complte des infortuns ma
rins.
PARIS On annonce officielle
ment que b s lections lgislatives
ont t lixes au 11 Mai.
BRUXELI B9 La chaanbre belge
a accoru na on6anea u cabinet
M. l'heunis par ft-' voix contre
LESCOUHS
Par Sans-lii
l'uei to-Uexieo evaou
MEXICO. Le> rv iluti(inna:res
ent vacu Pueito-Mexico et lea
troupe- fd fralei ont O'cuo la ville
d'api es une dp^jhe du ministre de
la guerre Cerano. I es r-belles se sont
embarqus pour Paon Terra.
In crdil l'Allemagne
LONDRES D'apre W Daily l-
lpraph, la Banqu d'Angb-lerre au-
rait ouvert un crdit de S.000,000
de livres en faveur de la prochaine
lianque Allemande.
Situation alarmante
au Honduras
Le Gouvernement de facto de
Honduras a inform le Ministre
amricain Morales qu'il r.Yadosse-
rait aucune responsabilit si les for-
ces rvolutionnaires reslaient a Te-
gucigalpa, capitale du Honduras. Le
minire aurait l inform que ces
dites forces composes de IG7 hom-
mes. ofHcierl compris du croiseur
fMilwaukee* dbarques Mapala,
devraient tre rembaques ce a quoi
s'est refua Mr Moraiea qui dclara
que ces troupes y resteraientjus<[n'
ce que les autorits hondurisansi
poui raient assu.er une protecti n
adquate aux vies et proprits am-
ricaines. Le min-stre a ajout au
surplus qu'il ne pouvait prvoir les
consquences qui adviendraient -i
les forces amricaines taient atta-
ques.
Cependant uns dpche du Dpar-
tement de la Marine annonce que
les roupes du tiouvernement au-
raie t fait feu sur les forces am
ricaines, sans aucune riposte de la
part de i es dsrnirei.
Le (iouvernem;nt t de f?cto a
prsent ses excuses a U Miit s di
cet incident.
A
sCH
tas
Nout avons publi avant hier
inw. nnic relatant uns consultation
donne par \e lh Cfumu -i tient qui avait une dent pousse
dans /c nr:. Aujourd'hui nOUS pu
bliont un cas non moins extrait*
dinaire, extrait du "Temps le
Paris
Bis surnumraires
19
i AUIS Dollar 19. ta
Livra
M;\\ rOKK l'ranc |fl i ,
Livre sterling 4.292
A*'* urgent
Francs invita tous les
Pranaia ni eu iyo., ^ M prstntsr
moi dlai mu 11. ur se
inacrire -..
m u d .5.
r*ui I 14 X r 102 t
M. de Lapersonne rappelle l'ob
servalion, prseute par lui, d'un su
jet qui portait tout un chapelsta de
dents surnumraires pntr-nt dans
l'orbite droite et qui causait ds la
saillie oculaire et des troubla vi
suels. i ne opration a t pratique
qui a i< rmis d'extraire quatre molai
n oomplstsm ml d ivsl >p -, i iux,
enclaves dans las sii.us maxillaire
et eibmoidal,n'ont pas t touches.
Les suites de l'opration ont t par
faites, mais le malade sera surveill
par de nouvelles radiographies.
L'Ivrognerie iui Etats-Unis
Le rapport annuel de criminalit
roar l'Etai da New-York eu 10x3,
dress par le asertare d'Btal Jsawa
A llimilton. tablit que la nombre
d- ondamnaliom pour Ivrognorii
p n I Ile priode a aug uenl
1 I i- l'snol pro d vite.
re le tota i t
loi i cOI condsmnatiomtalorsqu'en
l r-'-' il ne fut qoa de to,o m.
D'une fs in gnrait ipp>ri
I p util uli-
le la criminalit dana PEtat. U y
a eu in i (13, rf'18 i psnonnee c m-
damnes contre 13,703 SU IflXt. Le
nombre ds femmes condsmnei i t
de 3.2JJ contra 1,787 en In.
i iiis n i s de
87.103e! mj po ,180 eu
I tll,
.1 iated Pt
Mon char Dire leur,
J'ai t- n pris de lire dans ''l'Es*
*or" d)jeudi] MUS la plumi dl Mr
Lavsntura, un ar icle peu bieuveil
lant l'gard de Mr l'Iioin is Prlci
donl eus ceux qvti le connaissent
sont un mimes a louer la droiture et
l'hoiin 'b t.
Clnrg' eo unie C dlaborateur de
votre Jour.ial de suivre le Congra
des lngiii"urs et Anhilectes.je n'ai
pu, vu le temps matriel qui m'iait
accord et l'espce qui n'tait
rserv dans votre quotidien, que
faire un expos succinct dis travaux
de ce congrs.
Mr. Price, en aucune manire, n'a
eu critiquer les lgislateurs ha-
tiens. Il a seulement, pour mieux
faire ressorlir la dlicatesse du Ser-
vice d'Ingnieur-Conseil qu'il dirige,
dit qu'il tait parfois assez, dillieilu
de bien interprter les lois.
Qu'il me suflise pour l'dification
de Mr Laveulure de citer deux pas
sages de la confrence de Mr Price
relativement celte question d'lsbo
ration el d'interprtation de lois :
"A|premire vue.il semblerait qu'un
article de loi rdig en franais ne
dut avoir qu'une seule el unique iu
terprtation p i n ceux qui connais
sent celte langue, La pratique rvle
pourtant qu'il surgit de nombreuses
contestations causs* par des inler
prtalion- quelquefois conlradictoi
res de la loi. conduisant les parlicu
liers au procs, les juges aux solu-
tions les plus diverses et les portant
souvent suppler.par des arrts de
jurisprudence, a l'insuflisauce du
Pouvoir Lgislatif.
"Une autre cause de malfaon des
lois est qu'il est diflicile ou mme
impossible d'viter, c'est que la loi,
mme lorsqu'elle a t prpare par
des lgistes comptents, est suucep
tible d'tre dnature par un seul
des membres du Corps Lgislatif qui,
sans le vouloir peut tre, dlrjit tou
t- l'conomie d'un projet de loi, en
obtenant du orps Lgislatif le vote
de l'addition ou de la suppression
d'un article ou seulement la simple
subslilution d'un mot un autre.
Cette dernire cause de malfaon dea
lois est inhrente tous les Gouver
nemenls dmocratiques o la souv
rainele nationale rside dans le p?u
pie reprsente par les membres du
Corps Lgislalif,seuls appels faire
la loi, quoique souvent peu prpar*
une telle besogne' .
Par ailleurs, je ne pense pas avjir
fait ressortir nulle parc d mi le comp
le rendu signal p il- Mr Uvenlurj
c,ne v*r |>rice e,M malliaiter nos
i gislalcun.
Je vous prierais, mon (.|,er |jire(,
leur et ami, de donner publicit la
prsente, car il me coutsral norme
mrn-nt d'avoir t casse qu'un bai
unn au*i lovai et patriote qm Mr
Price soit pus partie pour ca |t
n aurait pas dit.
Bien amicalement votre
GeorgeeTh. LM-ontant
D.'s abonne se plaignent
lM abn os de l'Avenue Oach
neLiQeir s, plaignent qu'on hur
rerusi p'i.i rtapaia trois troii s^rn ii
n^. Uinal la eirtitude q ie l'am ne
min |o m- i,,s |M rues >i es
du n'n: qnrtier. L>s in u .
soi m; ob tU Duisqti qn |
v "t o-ivre la v , ..
Ionise les ibsjsosh.
\ quoi t nt on attribuer celle ires
g liante '
Le Pape tnverr sa hn.'-
dictioi par T. S. F.
Le snateur Marconi te trouve ac
uellement Rome ou il s'occupe de
I installation au \alican d'une sta
II '" ,' s,' K qui prm tira au
p '' '' ' msite pour le ndin
r rr-oode ,tier st d, ieur ,r%0,,4.
a bndiction, s



LE ai m
Ville ie
Port-au-Prince
Il pc' n-i ij j ' connaissance
'u public q .' a en de la
Fi'te f 'm aie de i Agriculture
pi du Tr \;iii ']' i irra
1er Mai i n i h.un. l'A In iimira*
lion Communale organise !;i Ca-
pitale, d'accord avec le Got m-
ment, u Kxposhiori K"
gionale Api I; lustrielle et
de 'i & laque
prendn.1 I part U nies le autret
Communes de l'Airendissement
de Poit ;>ii Prii i
En consquence, tous ceux qui
dairenl y pn mire part sont invi-
ts ;'i t'y prean r-
Des prix seront dcerns aux
laurats.
Pcrt-au Prir.ce, le 22 Mars tKM.
Le Mpgistral Communali
LI.UDKKSMOISK.
Le Moniteur
Le Journal Officiel, dans son nu-
Bro (ti jeudi .w Mars courant, coin
porte, entra autres inetii ni
- Arrt approuvant 1 liquidation
des pensions liNil-^ s'levant a la
somme de Gdci 119.50.
Arrt srcordaoi grce pleine
t entire. Ie droits des lien rser-
vs ti tucu s loot, ru sirur Armand
Lysius condamn a six mois d'em
prisonnemi nt i ;i jugement du tribu
liai de simple police da Pi il au t'iin
ce. section nord, en date du 5 De
cembre Igft3.
Circulaire du Secrtaire d'Etat
de l'Agrlculh re ux Prfets provi
loires des arrondit-simmis de la
Rpublique, relative la If nue des
eipositions rgionales qui,le ter Ma
prochain, jour de la fle 'le l'.Agricu
ture el du Travail grouperont dans
les ciel lieux d arrondissement, bs
envois de leurs Communs respecti
ve-.
Airet fixant II i c dita rpar
tir entre les diw rs dpart nu nt. n i
bietriels pour le service courant du
mois de Mais I#14 la somme de :
lu million cinq rent quarU/e mille
deux cent quarante huit gourdes soi
atonie six centimes deux tiers ( Gdes
1.514.148.661(3.
Audacieux filous
Noua avons eu plus d'une lois si
pnal I attention de la police l'en-
doit daudac.ieux lilins qii enlvent
es ampoules lectriques suspendues
au plafond des galeiies dans cerlai
ns maisons. Celte semaine mme,
redoublant d'ardeur ces pmneiieiirs
de nuit ont pntr chez Messieurs
Laurore.Nau Bada,Arthur Hameau et
VVebbly Pressoir,! I.alue.et ont en-
lev SUCCesivement les lampi m qu'
clairaient leurs galeries Mr l'ns-
soir lui mme a t victime de biens
d'autres vols. Il seiait bon de si r
veiller ces quartiei-.
Dcs
Par tlgramme reu des Baradres
nous apprenons la mort de Laeohi
Donna survenue le Jeudi 10 Mars en
cours.
Les funrailles ont eu lieu hier ma
lin.
-Nos condolances.



La nouvelle nous laet parvenue
r ue le lieulei ant Itrunol, emman
dant du district d L.ogane avait de
apje i< i < il doit tre juge par
nnerrur miiteJre, non* avons
a> x rens* 'enements au Quartier G
rral de a Ger darmeii'.Inform de
l'objet de nos c'mirche?, le Gnral
Me Duugal nous exprima loot son ie
grel de ne pouvoir nous renseigner
en l'occurrence.
N'eus crovons ssvo r loi U toi- qu'il
s'agit d'un diffrend i l la f on
cessio dt Marchs qui nv it t rc
rorde n r l'Adminis1 alion pr<
dente. Nrnt h ivrons ivecaltenMoo
cette allaite*.
Le lieutenant Brun'' '-' DO bal
lien de gr;.i de a> tivit 11 > une cor
recliou parfaite < ui. d puis qu'il es!
plac la Ut d district d. L ._ i
ne. s'est fait apprcier par on iou
ci du devoir.
inesl oui aitons no :% qu'il sorte
inden ne de i'accusatio i porte, t n
lie lui.
t hanqemenl d'adresse
Hattre Buirad N illard, Notaire, an
nonce ses clients qu' partir D
lundi 2' Mars, soi Etude sera Ira s
fre toujour- ;i la Rue du Centre
No. 1638au cabinetda Mes. Mathon.
LeBiir-tu da l'Ingnieur Marcel
Suirad Villaid sera au^si transfr
ru mme en Iroil ou il se 11 ndra la
disposition du public pour h s cous
truction* ainal que le comr.iandes
de brique-,
r Tlphone. N. Mi.
Administration Gnrale
des Postes
AVIS
Dans e but de mettre plut facile-
ment le pul> ic et le commerce an
courant e chaque arrive et de cha-
que ili part de la malle postale. l'Ad-
ministration Gnrale des Postes,
d'aoeeed avec le Dpartement des
Finances, a dcid de leur faciliter
la lAche en adoptant la mesure sui-
vante ;
1 Le jour de l'entre et del
sortie de tout navire transportant la
maile postale, le pavillon de la Com
pagine maritime laquelle il appar-
tient seia hiss au mt, ct nord.
de l'Office cpntral des Postes.
2 : Ds le dpart de la mails, ce
pavillon sera disceniu.
Celte mesure sera mise en vigne ur
pailir du ter Avril prochain.
l'oit au-Prime. le 2U Mars 1024.
Audain Frres
Entrepreneurs
Noire Maison de. Commerce es
transfre 1 la Hue des Fronts-Porta
a cot de la l'baimacie Noire-Dame.
Noa clients 81 amis trouver) ut un-
jours le mme service et pour toutes
ies Bourses
Seertairie d'Etat
de rintiVii ur
Cominnoiqu
Le Dpailcmenl de l'Intrieur in-
forme les inlresssqu'auciiii caution
nement ue sera exig dp l'rpigrant
qui pari *es propres frai, ainsi
qu'il rsulta des tsnrss de la Loi.
" it au l'rit OS. le t i ma:- | Q J |
SOU
ayss tt
il
UNE
lltallfi II
|
d'un raxddisseni nt
NtttEPfH, '
vos :
pa: '.
Itlt
I u
LES un
I Pastille!
1
i *
/ BBl
m
l. s Pastilles VALDA ont an vinta
Pli i macie Centrale u'Halii, IMmint
cie t ourraine Ki il ai Pi ne ,Phar
mar e Brtua Jimis et toutes
pli imaeir>.
Contre-Avis
\ e Hcp .-se de la Commisse n
S( u. our N > 318, faveur GfcORGI S
I i .1.11 n,i j as etc. a
Parcons[uanta un Dl PLU IT \
de ce rep sse ne doit tre d< livr.
Port au .'.i'ice, le 21 Mars 1684.
n : i.. d ES INn E.
Contrairement aui avis paru dans
le -'Matin" du 16 courant, las H
pisss de la Commission Sembour
No 021 laveur G GUlea, No lu
faveur du mme, ;-insi que le Certili
cal d'Ordenoance No m\, faveur
Philocln Midy, ne sont pas adirs.
Ku cous quence,les i riginaiix aeuls
et nt|valblea, aucun duplicata ds
elet> su> deifns ne doit 'lie dli
vr.
Puil au Prince, le 10 Mars Igl
L. d'ESPI.MtSi;
1 tenter ciement s
MmeVve ElieDerenoncourt elson
enfant, Mme \ ve Casimir Maigoan,
Ni n e \ ve\\ erlherDouson.Mret Mme
Loi is Maignau, Mlle Ccile Maignan
Mr Arthur Maignan et son enfant,
le?- familles Churlema^ne, Maignan,
Bance, Gousse. Mussotte. bu
val et Auxila remercient le Cur de
la Paroisse, MrJ. [). Paul, tous les
amis de celte ville, ainsi que des
autes localits des marqui de sym
patbie qu'ils leur ont tmoignes a
l'occasion de la mort de leur regrett :
Elie Uen soncoort
survenu le 10 Mars et las I :
croira a leur profond- "i''liu't.
Miiagoane, 18 mars 1614.
Horo Lioie
I^ r'.f. "Waldtraul Nom'' ve
nanl c Hambouig via bing-lon, .1 ic
mel ssl ait-ndu a Port au l'nuce ie
10 courant.
Il repaitira le nu m jour pour Si.
Mar<-, Puerto Plat ft l'Burops pre
nanl fiel al passagtr..
Pour plus amj b nemenls
prire de bien voob i s'adi sser :
i loflsor. Lucas Si 0.
Agents Gnraux.
TSSH
< it ateh de liampionuat
,1.- Foolball
Itma'n aps midi,?:: Mars, aura
i u i heures, au Parc Leconle. le
mali b tle i h D ponnat cnlie la Jeu
nesae B| orlve H itietns et PU ion
Sportive llii'ienn.'.
I quip de M) JSII : But : Michaud
' riens Mallel.-rauche, Jourdan ;
I mis : AodrPierre,Mo isir.Mev.
Avants: Pierre Yacintbe,Bernadottes
Pains m, Andr Tbard (' ap \ | i
lan. Remnla mis : A broise, Pil
ier. Pressoir.
I |uipe de l'USSH : But :
h Mm
Arrirai : Bourai d, I elv >
Demis : Jean Itigsud, Ed. Pierrs
louis, Ed. Cassignol
Avants : Oardoto.t ie N illard,''1-e
i et (cap) Paul Bile, Maurice lie.
La partie, qui promet d'tre iut
ressante, na arbitre par M. \\ .11.
Williams.
Entre gniale 60 centimes.
Le Prsident de la Commission de
Football, Joseph CASSAGNOt
itoareasat des. aaytres
I a steamer Cria obal laisse I ort a"
Prince anieurd'hui directement pouf
New ork, ou il sera arquai le !*
ornant
t e tcamer Panama 1 .issera New
York direct! menl po r la Capital*
le mardi 'i du contant al sera Port
auPr cel imancha anmnNBOdu
ranl
Le steamer tisiti laissa Ni \\ ^orU
I urd'hui pour tous ;.s poils bai
tiei s, sers Port n Pri ws l>- 31
Mars sn ro its le m*me jour pour
ut- du sud.
I, ; parti de Sets oil'le
ur loui les p irta
lu,! i la ci pitate le
_ icou auer 'e mi ds ma
ivi i du Sud 11 C"u
r Cerna est parti de Sevs ^ork
la il i ourant dlrsctamanl pour k
Ctpil
Le Pi u du la capi
taie le 23 du courant chargera dtrsj
I ni pour l'Eui
Baccua venant 'le Hambourg, d'Ams
i r l n", '*(> Hatien, p rti du Nord
et du Sud da la Dominlcanle, Jao
met al Cayea, arrivera la Capitale
le ii du courant, en mule le mmo
jour pour Santiago dl Cuba et Mua,
temafa.
* ii!ton Sli Polish
Compauy Inc. neW.*ork
Si vous voulez protger la pnam A<* vos chaut#art s
Si vous voulez avnir un hriUail lettsaul el duriWe.
si roui voulez l.t toaleur el I souplesse de ces chaus-
sures prnrlanl longtsMaipi cmpiove/. la luarijtic Mouoijram.
Fabrique speialemenl pour les limes et les pjtlM
nii'ii du liii|!il lilr.
Elle prolije la peau des cliaussure* wntre PkfvavUM
et la chaieur.
Demandez la manjue HoDogram c'est la meiUeure^oVl tmftee
les marques.
Gv EAKSEMF Acent po;if Hjgj
Royal Caf
Kn lace de la Banque aliomle
Propritaire : AnnaciuslYNOCRYl
Le nouvel tabliiiemeol ee recommande par un service
ireproehable, des consommations de premier c\\oh, sa
rituation privilgie.
Le soir, musique attrayante dirige par des prHS-
siDnnels de giano mrite.
Installation parfaite. prix uaeUr6.
________________TAlnlinni' N- :t .
Fliartoacie F. Sjourn
Donn* avis sa c'ientleet aux radecins et au publie qjlla
trstnisorm: ion Laboratoire .i'Ulojpe ea un ]|Lib>:'or3 de
bbloy e appliqu sous la Direction du
Ur Hicot et t. Sjourn
Le labinioire 8"> oavert tous les jours de 7 bai da rnati.i C
neurei'J siir pour toutes les recherchas ei aiulyau* prvuei Jane
.'anno c ci lomto, saut pour|le
Wisseruiaou et iaconstance Ufe-Scrtorit'^
Sarjut reues que le mardi da chaque m aaine.
S'a die y ia Phanu cie pour les renseigne Qeti's-
nal'.iSg'i'urnes Heaclim de Wasaermerm
B section de Triboulat,
Bisunea du san^ 01 du pus
ExamenAdas maures ieales
,xamen de craeh t
. Albumioo *^i^n>;r
manie Oi /.o Secrta're
Tlphone : 430 A


L> h AT
OEPURATF a
jituotile J Ittdrhaker Bio 6
lit du---------------
D' MANdET
1
Maladie* des Ftmmci
Vice* du Sanj
Varice*, Glandes
Mauvaise circulation
Maladies de Peau
Rttour d'il*
I WCIWl *
*
I

Nettoie
le Sang
, L DCFUtATir du DOCTEUR BtAH-
t*T Battait lf tang. viwtlc et aasainll
PvrgaaiiaM. Il vite tiasi I* affec-
tion, durs a une combustion incom-
plet* de aliments au ralentr*e-
ment itt la nutrition (obsit, SSthRIl
a,|ibjrSffllM, goutte, rhumatismes, n-
ii.i If.t lenac**, iMaraithtait, In
aies, ttrtlf**, MiaUqOSt lumbago,
migraine}.
fine* la femme, il rtfalaril* la cir-
culation du sant;. facilite le poque*,
prpare l| fd j l I '
laiiti rit : i
teint M *Mur Il beaut dt !a
. -

'
lerqe Tji'llanl fonaignatira pour 1-iiti
Pharmacie VV. BIJCH D-JB.THEB0O
I MWi .UM*WV/*vy r,5,,*r,M#i -Dentiste
pri'p c. vos Uqmu vee es R***n
.<* poi : Liqueur ; An.lfv "
t^ tueao, CiM.r.reiXKf?^.urcttO.Cjiii.
iieury Siark
Cblrwgto>IHiiUsta
be% Paeultt 'le Mo Iral de
New brk d B ton
Angle des Hues Deattu lie et du
, plia .i l'fll i
CmMiltiens le b" baurM du
11. Ulll wy *n,r-
Sept passagers en par-
fait tal peine quelques
mois de service est a
vendre a un prix excep-
tionnel.
Toute offre raisonualde
sera accepte.
S'adresser
l. PHEETZMiNSAGGELlHOLM
(inral agmi
Bue du Qmi'l'ort au Prince
Rut a* QW, tu / * 'a Gare
Vieei de recevoir :
Fanaux Nickls pour
iui pes extra poar ces fa-
naux.'
A la Espaiia
En lace de la Poste Giandue Ho 1723
.Sraade UquMrtta da (banaux
ta raaiioD i dcid do martre an veniedareo. ce pr
uni mois .le lara 12,0 cUapaaui de paille hua poui
Utinmes eu taisant 10 raliai considrable sur le prix.
r D,' Oc 2,r.O ils sont vendm nfiueHtmenM raison ue
|r i.|o.J
Je scnliceyeil consenti que parce que cet article ik
rentre pac "dans le rayons de 'a laaan*
*t*w*
S&J
UF.UW1ICK
:. 12 Rue des liraelas at
de l'Ecole de Itnographia
O.i trouvera r.h p 1 ian B 1 1
pour anlauU aiftT iilttinw p ut)
chapau\,p umaa,flun al
Qeiii 1 our moles et robes, vol
de* cabuchOill po ir roboa i i lu
peuix, d>s peignes a coiff " -
brises a tte,des faux rois sonp'eo
Et fin esi4" "i'''1"11'-' de 11 iparta
rie, du laitou des calottes r* ui i BS
ptaux. 'mi l|i d ' le. i paille ,ie
oi-- par pices. '" P*P ,,r a lettre,
des enveloppes, des pi mes, detj c a
VOO. des l.mU pou.- jouei. de la
n iudr le 1:/ de- rvilUl-.'ie I olll M
fmlaisie. i.>d'nleirs et rubtn*.
Oo tro v ia aus.-ii 1 i cbauipag te nu
tbaUliqUt aile d" r iletni lC, du
Cognaoi du %i i -' iMti pur lui le
raisin, par Billo i, du a mit Julien
et du B Rmilion rn c >iiaa, des h
inieurs llifs aaaortlUi des coule aul
,i, ublaa mprleur*. R< o ""' ,lc
p. t;!e^ poupes I bon march
Les Bordoonieri soin vie qu'ils
Ironverenl ^ prix lduiti des unOua
.11 celluloide.
NjIiirourqueli|iiPs jours eulunent
Boni "lirons DM n barrique a
,i.. pris eitewtioonet, i......
DitMf n rO *W au f'Ivis tt.Nt pat
oublier qu'on trouwt loujoorn lee
pro'luiii Guilbaud el le Koli cen
, o ux Prix fil rbriqO. I
posle. Umbrei mobilea el papier tnn
brTa. . .
On irouvara '',, n ftmea ni lea a
/TroDieale" Sraod'Roa l"i>s niai
son lucident t.eorges.
Un Microbe dangereux
Le Streitococus tVMdtmn est hmo
Utique, c'est--dire, qu'il fait saigner
les ijenciv .*,

Grand Btel de France
Annie d* Hu Bonne toi#du Quai Paul ^itil^
VIENT DE RECEVOIR l V*t do (oie (jras truli. (.i\el de itvro. Andouil-
lettos aux iv nndouiiles au si indoux. .lambo->
eu boit. Anchois l'huile. Sardines. >>aqure u\
Thon, -CatBOUlct -Partit* pois tins xira ileudin, t to,
lm Hong, te gallon 4 g >t*
Vin Blanc, te g ni ton 5 gds
l'Ht*-'! (Sl)iie par barriques el jjallons dai vins de J
Bordeaux. Vins de Cbampajjn .
Les reib -relies se entili |uee enlreprues
penddiit ce derturea aanee jarles cen-
tres mdicaux des btits Unis ont conduit
des dcouvertes tort intressantes qui doi-
vent tourner au iroHt do Ihutnanil iouf-
Iran te.
Il a t prouv que le Itrapti i CM VU
driaius, le microbe bmolilique comme on
l'appelle, se lo^e d^us le mmes des
dents, des amygdales, du lube intestinal,
etc.
De ces divers poinls il renvoie ses toxi-
nes aux autre* or^nee par la owdutang.
Celui ci les aLorbe d .-.Loid. uii- es ic-
toule. aux centres nerveux tt clbraux
en moduisbiit comme kg quemei.t il laut
le supposer, des nloxic.iious |nralu
qui se traduisent par certain trouble men-
tal.
Ces lignes qi i prcdent s'adrcstnt
MUS. l qui ne brossent pas ieuis 0*1 II
dans la crainte den luire aaigner le MB-
cives.
I ne gen. ive qui saigne e?t une gencive
malt.de. Le de-i.i.sie at l'examen bactro-
logique diront la cause de ce saignement.
Peut tre laudra-tll en altiibuer l.i MUM
au Streitjcocus .'
L'iiygine de la bouche observe j-iir-
nclietnent pai l'uaaga ae Tblikir beutaiie
,\.\ l i-l'V ii du Dr Waile estdapra le
Dr \N UND8, une mesure salutauc pour
viter la peoie alvolaire <-i la toxicit
du Streploeo.u>. A mi aoim il Faudra
ajouter le bro=s.>ge de dent avec la Cr-
me d,nulle. \.s l l.PY-U du Dr Waite,
doul le pouvoir anliseplique t^t une ^a
rantie pour la cotuervation des donta.
AVOCAT
RffrDi8taccis Commerciaux,
ajfaini i iTlnrofi.
(\ reTcndait8Wi8hlDg-
tor New-York, Berlin,
Turin I ordre Paris
1?tHt fP'tr*l7.' o-'VM.'rfnc,
Tlphon 597
Fabricants -
Ihc Antidolor MF *
Springville NY. EHIE Cj
U.S-A
Demandez les eliantillons et les prix-courants. Nous
avons besoin d Agents actifs en llaiti.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM