<%BANNER%>







PAGE 1

LE MA. liN UD cas curieux Un dent |ti* pousse dans le D61 1', rie DH FnixCOlCOl' Olorbtnoloihte < ccuhste. Le patiant liont il s'agit est venu nous consulter pour une gne de la respiration qui semanifeste tantt du ct le la narine droite, tantt du ct gauchi'. L gna est nan • moins plus ni inil.'ste droite qu'> gauche. Il BOIIi raconte qu'il eut vers l'ge de dou/e. ans a faire ans lutte sur le ne/ [{}. Il a t, il y a i iii'i ">-, soign pour tubercu'o-' probable, il ne peut cependant non dire si des bacille* ont t dcel* .1,111.-m i rachat. Sea ontedanls brditl M • el collatraux n'offrent aucune parlw niai H signaler. L'auscultation des poumons ne relve riao d'anormal. L'examen du ne/ nous permet de noter, par la rhinoscopie antrieure, sans spculum un chevauchement du cartilage de la cloison vers la droite. En effet, quand on soulve le bout d i DM • t qu'on le pousse en arrire, on observe un cartilage tellement dviquil BOU** la muqueuse presqu'uu contait de l'aile du ne/ droit. La rhinoM'opie l'aide du spculum laisse voir, gauche, une tte de cornet asst/ dveloppe pour venir au contact de la tcrle concavit que fait la cloison sur cette face. L'clairage de la narine droite prsente au contraire une convexit de la face de la talon correspondante* une i-te de cm net aphtlie,i'crase. En enfonant plus en avant notre spculum, nous dprimons cette face convexe et alors il uooaa i\i possible d'observer au niveau du pied de la cloison peu prs au t 3 postrieur de la cavit il ne petite surface blanc nacre entoure d'une zone lougede muqueuse. Cela avait tout 1 air d'une ulcration aytitit entam l'os du plancher nasal. In petit tampon de cocaneadrnaline plac dans la narine tait rtracter lea parties et nous permet d'avoir plus de lumire. V.-i i les dtails observs : C:tte partie nacre semble partir du pUncher pour 'levei le long de la cloison et gagner en hauteur un centimtre peu pi Ba largeur peut tre estime environ 1/8 centimtre. Lue arrte, un bord prominent qu'elle offre nous emiche de noter exactement son iei d'i. sa arrire. LViplorMion i l'aide d'un shlet nous donne une p n-ati<>n d'un corps dur et lisse. Celte exploration n'avait pr voqu aucune uouleur. En tout cas noire impression tait que nous tions en j r. genre d'une ulcration qui avait atteint les os el semblait provoquer l'expulsion d'une esquille ossruve Notre patient a t convoqu pour lt lendemain aux tins d'inlerveii'ion. La narine aneathsie avec soin, nous .iona, aid d'une spatule, cherch de dtacher la masae nacre de I cloison sur laquelle elle ne semblait que s'appuyer. Sans trop de dilticuiui cettf tentative russit Puis nous servant d'une pince, nous avons essay de l'extraire. Mais nos efforts restrent vains. Une petite lacision pousse jusque dans la partie profonde et avant embra se toute la partie antrieure que tiOUS svious ous les yeux nous ava t permis de dgager plus ou moins la Masse. Alors Introduisent a nouveau notre pince, nous l'avons branle apn's uelques petils mouvements steee* d -. Une miction de bas en haut et mu s voii i ramenani trionphalement notre maase : tore. Notre tonnement, celui de notre malade, c'est une dent avec tous >es lments, couronne, eoll t si racine. BUs avait exactement la forme prismatique, la pointe aigu d'i ne canine. Sa con* ronne mesurait i peu prs 3 l d'an centimtre, sa racine recourbs en arc de cercle avait la mme longueur. Nous nous contentons sans eomBMtttiui'de Signaler celte anomalie (I) Lt ntlsie ISH ilii stleneil que isn ttm w ieni o t "i'' iltui fn mil pssaw M alies it si *eU pak> lier slsaj lui Usnil II ljur. Par CaMe Nouvelles Etrangres La Soin si ICEuvre ie la crsctia jou nal Correspondant de arrta M \DHID— l.e o i -pondant k Madrid •l'un journal amricain a t arri -ois l'iocelpatloq d'avoir in tent .le transmettre le finsiSS nou telles sa au|el ds la situation militai r.Mp ignols au Maroc, Chine et Russie MOSCOU Le gouverne nent chi muayaal refus d examiner le pro jet de la reprise de* relations diplo roatt)' russe I/USCOL L'imminent retour Moscou de ProAy, ministre de la guerre et prsidant du conseil rvo l.ilior.naiie. .loiin.r* vraisemblable meut lieu d'importants vns meut en raison de l'attitude assu me. par bUllU, Kimenell et Zmo vieil l< i laela comptent avec I appui de soixante pour cent de* membres du paiti communiste dont le pro comporte n mii remsnt l'at de U ritfi lit de l'dtita l le ifiu de mieux ipio I S France suisse d'il au service de la BEIILIN Le directeur ne entreprise cinmalng aphi pie a t condamn par le tribunal de Be.' lin on/e ans de prison pour espion nage au service de la France : d'au trs personnes compliques dans cette allaire ont t condamnes des peines var.ant de 'i IS ans de prison. La Question du Maroc LONDRES— Le %  London Daily Mail t a publi aujourd'hui le rsul tat d'une entrevue de son correspon dant avec le g n al Primo de Rivera, chef du Directoire espagnol. D'apr9 le dictateur espagnol, les nouvelles exagres qui ont t publies en Angleterre sur la campagne du Ma roc ont donne lieu une impression proportionne leur importance. Le Premier ministre traniis, a d clar Primo de Bivera, m'a offert plusieurs reprises l'action combine I s troup s tram; lises et espagnoles c mire les rebelles marocains mais quoique je cousidre cette combinai son possible, |e pense qu'il est n cessaite d'obtenir avant to.it la do gramme c tur la prosprit de voire institu lion qui est d'une Imite utilit socia le et patriotique, parce qu'en prot gant l'enfance malheureuse, en 1 li donnant une premire bonne duca tion, la Crche continue prparer quelques bons lments en plus pour i. collectivit de demain. Veuille/ agrer, Madame la Prsi dente, Mes lames, Mes-i urs, avec nos vives tlicitations, l'expression de nos sentiments les plus dvous. Le Prsident, Le Secrtaire, BuSo J.LlioJOSEPH.av Port au Prince 8 Mars 1921. Chers Messieurs, Le Conseil d'administration de la Croche s'empresse de vous accuser rception du don gnreux que vous ave/ bien voulu lui taira parvenir au nom des membres de la Solidarit. Cette marque d'intrt venant sur tout de votre socit d'une si haute utilit socia'e est rellement de natu re nous encourager dans l'oeuvre q e nous lchons de mener bien. Aussi vois prions nous d'agrer, chers Messieurs avec nos vifs remer ciements et l'expression de notre-in cre reconnaissance, l'assurance de nos sentiments trs distingus. La Prside n, La Secrtaire. A. T. AUlil'STE E. A. ROUMAIN Nouveau Consul Uoliaqo de Cuha C'est Monsieur J. B. Danache qi i du Conseil d'Etat passe la dire. lion de notre Consuls! Santiago de Cuba en remplacement da Mr Antoine Ferrer. Et si nos informations sont OIOC^ tes nous croyons savoir que Mr Ferrer sera nomm Inspecteur d'Emigration.— Nos compliments. Nouveau Mie Par Sans Fil TOKIOSix villages ont t t.' truila par un feu de lorl dans les environs de Suranez > iugt person ns ont disp IU et les troupes du gouvernement combattent le llau. Varits Vendredi Le Comte de Monte-Cristo ,7e et He poques Il titre 50 centimes Lt Pivshlent de la Rpubliqua laintjottph Hier 19 Mars, comme c'tait la [ %  le patronale de sou Excellence Joseph Ei staclie Louis Borno, le Prside i de la Ki publique, ainsi, que Madams Borno, ont visit l'Eglise de Saint-Joseph. Ucjotnt par le Prfet et le Magistral communal, le Prsident se renilit ensuite a la Kermesse o il fut 1' lj t dla plus grande et de la plu dlie de attention tant d s sœurs de la Sagesse que des daines organisatrices de la F'eie. AU CLUB SYRIEN ,ir k s heures et demie prci (iaura lien une brillante fle, en l'honneur du Hvrend PreBacilies Kti bawc v,Ja l'occasion ds sou dpart. Les Chemins de 1er de pntiation leuU assureront la mise en œmre de notre IOUt*e'Ol Nous pensions juStS quan 1 nous disions llus nomines S Maissade n.se. au ut proi ablement ouvertes l exoloilauou qu'atrs qus les nouv.,uix irvaui d extension de la Compagnie National* de Chemins do 1er .iuiaient abouti NOM eur 11. P. Davis nous la aflinn. continuant OS que nous avons nippoite oonosrnaitls prosp ctloni fanes par lestpecialisies ainericains Des donnes exactes qui leur onl tt rvles dopassent les esprances que les entrepreneurs avaient eues. Mats il laut attendra qu'ilHe voie de e nniiiuntcalion rapile vienne SMUrOf le trOttS oit du ma triel uombreux p o.ue une sembinuie exploitation et assuier en mme seniJS le prompt dplacement .es minci Je, Au Dpartement de la Justice C'est Mr O'Connel Denis qui a t nomme Comptable Payeur au Dpartement de la Justice en lieu et p',,, e de Mr Emmanuel Couslar auPnifttttt s;jiiir Ce mat n les lves ds l'Eoole Normale priai lire de jeunes tilles accompagnes de leurs directrice et maitiesses ont visit la grande usina de la U A SCO. Des cours de lei ous de choses ont t faits au\ slvea sut lis lieu et des expluatious douues sur la fabricatiou du sucre. Pourquoi les coles des Sciences Appliques, de Btiment. Industrielle, J. B. Damier, le Lyce National n'exculent-elles pas, mme une lots par mois ces visiies scolaires intressmes el iustruc ives dans nos chantiers ou Usines. Ce serait tout prolil pour les lves qui tiieraieut meillear parti de ces leons. Travaux d'irruption \ Il uous ievint que uaus tes ^ref Itiers jour* du mois d \vid com ntenceront les travaux d'irrigation de la ptaitie du Culde-Sac par les eaux de .. r vieie Blaiicb: ainsi que coua ou Ju.irlier-Moi m psi Cilles de ia nvi e de la haine du .Nord. Bientt des otadu seront entre* pruRW aux tins d'arriver utiliser les eaux de C.ore el de Maunevil. Souhailoi s que ces projets abouUsseot, car ce sera tout proflt pour notre agriculluie. ia Le Pape, d'aprs un > F. de Ho me, dment les rumeuis concernant sa maladie. Il dclare, dans la note, ne s'tre jam is seali en meilleure sant ni en possession de plus d' ne rgie. dmiaistratioa Gnrale das Postes Avis de dilart Les depciies pour .New-Vork et l'Europe ( via New York direct) par le s s Cristobil, seront fermes le sa me li 2i Mars courant. Port au Prince, le 19 Mari 1921. m • %  Ncrologie Nous avons appris la mort de Ma dame Jutes vliciiel ne, Katioune Ha cine, survenue ce matin l'ge de ti.i ans.— Les funrailles aarout lieu cet aprs midi l'Eglise Mtro politaine. .Nous prsentons nos condolances Mr Jmes Mtcbel, vlr et Mme An tome Michel, Me II nn Adam Michel et a tous les autres parents et allis. mmtammaWmwm %  sBnMssMO) Accident Hier aprs midi vers quatre heures, l'auto portant le No 3007 arrive a l'ang e des rues du Peuple et Bonne Foi voulut faire machine eo ; rrire, quand allant a trop gra nie vitesse, elle se heurta contre le perron de la maison occupe par Mr. Dclasse Moue. Le choc fut tel que la voiture eba vira, mai? loi heureus ment il n'y eul pas d'accident de prsonne.^ Les rcpisss de la Commisaion Sambour, No 6ii, faveur C. Gilles, No 10J3, faveur du mme, No U*i faveur Vaudr llilaire sont adirs. — Je les dclare nuls duplicata devant tre dresss. (Sign, Louis Aug. (iL'ILLALMbi avocat. A la Espana En lace de la^Posle Grandue Ho.' 1723 Grande Liquidation ds Chansaux La maison a dcid dujinllre"en vente durant*** (200 chapeaux de paille sent mois de Mars hommes en taisant une pour un rabaif considrahle sur le.prix. De ()>' 2,50 ils sont vendus actuellement^! ( raison de Or 1.20.' Ce sacrilicejn'est consenti (pie pare que cet article ne rentre pis dans les rayons de 'a Haisou. I s I .fil ik d'au'res fonctions. Le Jjei dBS Jjjrailistes fruiis Lie journalisme, a-t ou dit. unie lout. . la condition d'an surin. Mais il n'sot pas nasssairs d'au SON tir pour arnvtr a Mrs plus que centeuaire. l,e doven des journalistes, M Amahle Moilli (teint Pri* viei.tde mourir S (jorbsil, dans sa cent tioiaie me anne. Juaqu au bout, il poursuivit che. Si les lecteurs ue t'Absil s de Seine-ct Oi-e •> lisaient, chaq m. nu s, avsc utaisir ^a ihioiiique alri !>• st sojoue. be-jle la iltrnn te ne lut | re, parce que la direction l'avait trouve < un peu trop lgre . — Ce qu'ils sont vieux, dans ce journal soupira M. Maille SaintPrix en cousta.ant le fait, k| il Dsrtlt pour la jji and voys|e.,. ColomMan Steamshipy Compaoy lnc, p nt en mer Baraeoa venant directe ment deN'iv York el Cap hatien, est attendu tort au Prince le 21 Mura courant Al repartira le mme jour pour Petit Godve,Miragone, Gayeit, Jacmul, Kingston Ja. et les ports de la Co* lombie, prenant fret


PAGE 1

Il IV i 1> Rem **rr Y ni g*> Mme Vte EM 1 0'" nocourt et son enfant. Mme V se Casimir Maignan, MmeVreWerlherDouyon MretMme LonM tipnan. Ml'e Lcile Miignan Mr Artlnii Maignan t • uD enfant, les familles Charlemagoe. Maignan, Bance, Gousse. Ifuesott. Tovar, Du v.tl el AIIUIR renv rcient le Cur de la Paroisse. MrJ. D. Pau!, tous les amis la celte vili••. iin*i que diM aulres loealitSs des marques de sytn f iathie qu'il* 'cur onl tmoignes 'oc aioii de la mort de leur regrett : Elie Deri nomourt survenu le 10 Mur el les priert Je croire a leur profonde gratituda. Miragone, i S mars 192. -*"'* I Avis Le soussign mandataire des liri tieis Philocl m Midi dclare au pu Llic adir le certificat d'ordonnance de la Coiami—ion Bambou* au No 32 l'levant la somme le trois cent cinquante gourdes ; il le dclare nul duplicata devant lut en tre dli vr. l'crlau Prince !e I" Mari 1984. V. VOLIERE Les rcpisss, ordonnances ci aprs dsigns tant adir*, sont de clars nuls duplicata devant en trj dlivrs : lo Kc| iss No 21N laveur L'corges l'oni h. commission Sambour. 2o Rcpiss No 502 laveur Hri tiers lui.us Rousseau, Conmission Dauphin. 3o KcpiaaNo 137 laveur Eugne Pouilh commission Sambour. 4o l'Uidonnanc.e .No 10 faveur T. HonortDpartement Instruction Publique. .5o l'Ordonnanc" No I faveur |T. Honorai Dpt. Instiu lion Publique.. f>o l'Ordonnante No t 18 faveur H. N. Prophte, Intrieur, commission Vrilication. i,e soussign, mandataire des int rfjfas, est autoriss prendre commn nication ic tontacte de cession qui aurait 4U eigai relativement ces lcp.S9a el ordonnance. Port auPrinea.l1 I M rs 1924 Victor M. C01CI l \ \ocat (ODtre-vis tontrainra ni Ul avis paru dans la "Malin" du )!• courant, les K pisss de la Commission Sambour No 621 Lueur (i Cilles, No 1083, faveur du mme, ainsi que le Certiti cat d'Ord-unan.e No 321, faveur PliilcclMidy, De sont pus adirs. %  *RB consquence.les originaux seuls tant valables, aucun duplicata des effets sus dsigns ne doit tre dli vr. llPort su Prince, le "20 Mars lftii L. d'ESMNOSE ... VA m\ •ont. In. Kpeu*n3t*s ftlFtfTfnpnpeirl n VIFILURD fi ri frmtv , ui GRANDES PERSONNES qui M MJCBI i Iran t.Mis*licu pour PRSERVER LE1H2 ?R6AHES RESPIRATOIRES ou pour SOIGNER l<-s R'iume.s, Maux de Si Laryi.uus. Bronchites. Grippe, lanse, Autbtne. 1 • %  %  '• % %  '' %  MiSIl FAUT SYGlsEiEK SOU to n 1 'lu*' PASTILLES VALDA VERITABLES poi'.u\i la nom Les Pastille VALDA sent en lente: Pharmacie Ceotrale d -Hati Phsrms cie Bourraine Port au Prince,!'h i maeie Nrutus Jimie et lo t s pli rmacies. LA Noir %  &*& %  I ASTHP PAPIER PRUNEAU n.(. .du •• %  VK^'H %  • % %  •• % %  '• D,l ""* d,rt l M >< %  • % %  *•*". Il*,rt.... OvmM. M* | FRUNEAU. II.' imi'th. StH_tMali_Pwg; La Premire Voiture Bon March Du Type Anglais En Amrique C'est la nouvelle Overland "Red -l'Oiseau Rouge —une rvlation < > dl ;nction et fonctionnement un ^..^ tonnamuM que. La robustesse est la principale I ristique qui se dgage de cette voit ui e A empattemetl plu long, moteur plus grand et '.vis puissent, et a carrosserie plus spacieuse que ses pi tllte riche, en rougemarron, sa eapetS de • khald et ses brillantes garnitures nlokelee donnent Mite nouvelle Overland un cachet de di l et do preel Ife. Voila une voiture que VOUS serez fier de possder et que vous conduire* conomiquement. GaraQQ National CONDUISEZ UNE OVERLAND ST \ VII L DIFFRENCE! ,„....l-otJOi.' Henry Stark Hue du Quai, n face de la Gare Vient de recevoir : Fanaux Nickls pour bu(jfty,amsiquedes lain pes extra pour ces fanaux.' jjttakile Elrbaker Bij 6 A vin Pendsnt mon absence, Mdmoi%  elle V. Paret et Monsieur Elie AuJ ustin sent chargs de la D rection e toutes me? alf'aires. On peut s'adre^er ei'x pour I s locations diverses et enlreprse gnrale de Pon pes funbres Ils signeront conjointemsnt ou s parement Pour S. Paret '. Portau Prince, le 17 Mars I9i S. PVKE gttrtairie d'Stat de llnlrii ur Commuoiq i i Le Dpartement de l'Intrieur informe lr^ intre ssqu'aucuBcaotton i ement ne sera esig d l'œifiraot qsji pari A es propres frai*, ainsi qu'il rMilt' 1 des terres de la Loi. Portau Prince, le t i mars 1024i ulton Shoe Polish' Company lue, newtork e Si vous vot.ler. prot*i(|er la H de vos chaussures Si vous VOUIPZ. avnir DD brillant Itfiant et durable. si vous voulez la couleur et la souplesse de ces cliaiissures pendant longtemps employez la marque lono.jram. Fabrique spreialernsnt |our les dames et. ,1e j. rme. men du hi|lit lile. Elle protge la peau des chaussures contre I ht MM l la chaleur. Demandez la marque Mflograi c'est la nieilleutu de toutes les marques. Geo h 4 HEUB A-t P 0l,f Hafl Sept passagers eu pariaitlatpeiue quelques mois de service esl vendre un prix exceptionnel. Toute offre raisonnable sera accepte. S'adresser^ I. PHEEL/AlANS-UiGEKUOLM G ral agent Bue du Quai Port au Prince 110, Rue des Csars Tlphone : MO .i/



PAGE 1

IX MA II!* ^Un Jour Viendra Un /' vnd't K'i' "•' /'"• 7 fltMl % %  S** 1 •Jral I \ II'.AI i a,lin Hm .•*•• y M la Hrau %  !• Naretgei 3, Rue de la Paix PARIS ".TT~r*'..rz.' Serge Taill ni Consitinataire pour Hait. ,*lrTMaaMWSBr* -"au Pharmacie VV. BUCB QJR THEBUD -ipa, ex ;os ligueur* avec les Es* n i' pou* Liqueurs ; Anitett s. Crme &f • ( #;cco. CJU r (r£Mj,t4rix-r: irants. Nous avons besoin d'Agents actifs en 1 lai ti. Avis urcjeiit L Minisire de France invile tous les Franais ne s en 1 HO.'i se prsenter sans dlai a IH l.< galion pour su faire inscrire sur les tableaux de recense ment de la dasst.ds lOSB. Port au Prince le li Mars 1984 a aaMMB MISS ASTHME PAPIER FRUFiFAU %  raiapiMda rr la I j.rod.ll n.-.u .J.T-t.*.'t-Diedlat dans ioaelac. tf'iatkau. EmNi.isn. C;pnsi^.n. le. tUAE.U, M.8'814>s/lli.far.i[ .,, a eonau-PrluOa PL ' •• •. IOLUMI /Heure est piopice pour achet-' des pneus Good Year Depuis que Good Tear a eommtnc^ I labrimier tits pneus, il i a jamtii ceaserde kl amliorer. lalgrti ce, le pr iU>* pneus fiood Teir est rest plus bas que celui de? aires pneus de qualit intrieure. achet, le nouveau type de pneu Good Tear Cord 411 Weali.sr frecd, el obtenei d'eux tous ls kilomtres ipi'on en a mis dans /leur labrication. The West Indies Tradint) Porl-au-1 rince (onav?s Gap-Hat lie ri



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE IMtROLEVB Clment Magloire BOIS VERNA 1368 Rue Amricaine NUMERO ^OeENTIMEb ttatiu FILE COPY Columbut Mmorial Library PAN AMERICAN UNION APK J 1924 l'poqu a o Us hommes ne vtorenl que parle >ent e lut grossire ** pauvre; la wfttre (•fi In IM rpa esl soumis l'esli'ii est %  topidemeiil laible Yera Slarkoi. Quotidien TKbRPBNE No 242 17roe ANNKE N 5103 POAl>PRINCE (SHAlTi) JEUDI 20 MARS 19M L'Esprit de discipline et le principe de la hirarchie Toute sou-ti: est rgie par des sur la prochaine et grande Olympay pour faire son travail, q\ii s auxquelles sont soumis s niade, que voyons-nous se passer doit parc insqueut le faire le n embres, sous pein de deeagrtV d ms nos cercle sportif* ? cou n'tre pas ra > > i I o r Ire ix IMIIII n Le troisirmo cantonal tv de saint Josaphat lois inembr cation ou do disparition totale La bonne harmonie, l'entente ne peuvent durer entre les socitaires qu'autant que tous soient sur un pied d'galU, ce qui n'exclut pas le principe de la hirarchie. Mais, sitt que cette notion exacte de* devoirs et des droits disparait, on peut dire que l'difice est bien prs de s'crouler. Certains esprits naissent frondeurs et par cons juent ne peu vent tre astreints aucune discipline. A l'ide qu'ils doivent plier leur volont, renoncer leurs caprices, ils maugrent et se rvoltent. S'agit-il d'en imposer aux autres qu'ils sont les premiers laire tat des principes. Nous pouvons dire d'une faon gnrale que l'esprit de discipline existe trs peu chez nous ,de mme que ce n'est point d'un cœur lger que nous acceptons les rgle* de la hirarchie. Nous les subissons quand nous ne pouvons faire autrement et. pour en avoir une ide, nous allons, si vous le voulez bien, excursionner travers nos coles, notre arme de Junte, nos clubs, et notre administration. iNous avons vu tout rcemn.ent, comment certains lves jrau 1 vent de discorde sol fie sur eux. L Association sportive qui dans tons les centres civilis s constit e un. :ole d'abnga* lion — o il est rclam Pell'ort de tous pour attein ire un but commun -•menace le dgnrer ici en uoe secte anarchiqueDes socitaires ayant t rapp ls a l'ordre, pour avoir enfreint certiins rglements universellement admis, ont manifest de faon bruyante leurs ressenlim 'nts, l'gard d'arbitres qualifias; donnant libre cours une exaltation qui n'tait point de mise en lice d'une quipe lrangre, ils ont ainsi failli aux principes de discipline et du respect de la hirarchie qui sont de fondement mme des sports. Cttte absence d'esprit de socit et surtout sportif a liit natre ce mouvement de division auquel uous assistons, et qui pr v bable nent dgnrera en un vritable schisme. Dans notre Administration cette disposition s'allran;hir des rgi ments, bien que s'attnuent, existe encore sullisamment pour tre observ i. Dm* les bureaux o la direction est haitienue, c'est contre cœur que l'employ vous fournit le renseignement dont vous avez appartenant la premire institubesoin, ne se doutant parque c'est yons pouvoir nous p r en tion scolaire nationale du p y, en vertu d'un droit que vous vous ses bureaux avec le lana-gn-i que ont failli par suite d'un taux oradressez lui et que c'est en nous mettions en ail uit sa maigueil oblitrant chez eux l'esprit mme temps une obligation pour son prive. Les vie "ui de vous satisfaire Aus^i, plus Il seul bien que daS* reau o l'on n-* vienl q i • pour s'ac quitter de si la i • 9 ml un applicatioa assi lu • lionne droit certains 6a ir I; ol d'autre p Ui il sait qu'aucun lien ie parent ne peut tre invoqu pour se taire bien venir auprs di i sup ir aura, pas plus qu'aucune eam iraderie ne saurait tre de mise. Alors pour pi ti remploy h utien si rfractair %  -, r us un %  direction etrans t-ii bien vite de la discipline n issaire '.' Sms vouloir envisager tes s;s au pire et voir sus I %  m ne angle de ceux qui aroienl qu' a gnral l'hatien a tu une i nte peur du blanc, note.o n ma oblige de c mai l sr ir m m Mit la question. L'ducation qu i nous avons ac luise dans la lamille jou %  un rle particulier lani ce travers. Vivant dans une ciniu a I n proche de la parent notre esprit se prte difficilement ;'i l'observance dune disciplina impose, c mditionne par des principes de hirarchie. Un ami avec qui l'on a 1 ail dans la vie ses premires irmes. vient" il occuper un situati m p >htiqus prominente, que il us cro* de discipline, briser leur avenir naissant. Sans approuver la punition exagre peutlre qui leur avait t inlhge, il eut t sans doute plus laci'e pour eux, d'obtenir la conversion de cette peine qu'ils estimaient humiliante, en une autre moins rigoureuse, s'ils avaient eu recours une interven tion adroite, au lieu de se rebeller jusqu' provoquer un scandale. La discipline eut t observe, la hirarchie sauvegarde et le r suliat eut t sans doute meilleur ft plus rapide, car, sans la mdia lion habile des parents, ce grave dissident aurait eu de* suites ta cheuses. Nous avons encore tous la mmoire ce qui se passa dernin ment la Compagnie des Pom i> souven que c;la ne devrait tr; ncessaire, le chef d'dministr • tiun comptent est-it oblig d'arri ^er aux rprimandes, et d i bran dir quelquefois l'arme p lissante de la rcvjcation, qui ramena de suite ces irrflchis la raison. Au coniraire de ce que nous avons avanc prcdemment, av./ vous eu le bonheur d'assister la rencontre de deux quipes anglaises par empli'.' Le contrevenant un principe est arrte dan* son lan sur un coup de silll 't rapide de l'arbitre, enregistre lei justes observations de chu-ci sans rpliquai et h partie une fois rengage, joue de bon coeur avec le mme entrain <1u dbut l'arce que dans l'esprit de ces piers. Les membres du Conseil joueursd'arbilre doit tre tenu au dessus de tout soupon et ne doit, lu, ne pouvant s'entendre sur les moindres questions en litige, allaient ju.-q a a se j> ter rciproquement l'injure, accompagnant souvent leurs gestes faiouches des 1 hi> s un . M-. %  s. Rduits a ne pouvoir dresser aucun programme, prendre aucune dcision digne d'intrti ils turent balays. Dans • % % %  tte arme dfunte dont nous gardons encore le souvenir, combien de scnes violentes n'a voos-nous pas eseisti r, au cours desquelles nous savions entendr ; un simple soldat sur une observalion du colonel de son rgiment, rpondre ce dernier du tac au tac, m s pective du cachot et des privations. En ce moment o une relle mulation semblait anime nos s^yi tsuiciii qui tous ont l'œil meure a la tre accus de p u en aucun cas, ti pris INOUS avons vu tout a l'heure ruidillrence que l'on rencontre dans certains de nos bureaux quand on y va chercher un rennement. Par contreadresa vous pour un motif semblable i un de ces servi es o Plmenl amricain domina. L. un silence religieux rgne et ne se trouve |n* lerrompu,que (par'a transmission des ordres et le clapotement lunes a crire, ion itionnant tous les loigts agiles d i au il |u \s studieuses jeunei Biles. L a em* preesement spontan aile toute demande de renaeign %  D sot, et l'employ hatien compreo I bien, qu'il est oblig de se sola discipline, qjj'4 est d'-'iilance, les sobriquets seront exhums, comme pour assura' notre droit de priorit toute 11 tentiooLes anciennes liaisons les droits du voisinage rentreron galement en lice. C'est donc la fonmti > i d i notre ducation elle-mme qu il faudrait remoner pour trouv i la source le cette imperte tion morale,et ce serait par consqu ml ds l'origine de c itte lucali 11 qu'il nous fainlrai! par une | svrance constant.-, dans la h mille, a IV, oie, d truire ce DD IU vais instinct. Car l'esprit de disi ipl i et u i sentiment qui, d ma les yi trs d'ducation, I lil l'obj t d'une prparation psi PO laq il I on attache la plus grande unpor tance — 'C'sst grse sa large extension, qne l'Allemagne i au d* 1 pouvoir rsister longtemps e souvent victorieusement, emieims devenu! abaque j plus nombi' C'aal aussi gree a l'esprit de disciplin i qui as d iboi rf su< I • %  r-Vai ce p itienl s du sa victoire clatante et dcisive. ^arisiaaa ( '.e soir nouer la a* 2e chipitre: Le Calvaire d'un innocent Entre : 1 p>uide B Icon; 1 ,o Le 11 novembre 1623, sain' Josaphat, archevque de Polotsk, prisa l sous les coups d< s schis* matiqui s et des hn t qu w conjurs, rlonn inl sa vie pour l*unit de l'Eglise et le Saint-S ^geapoato* lique II n cevail ainsi la palme du martyre qu'il demandait liu, quelqu w jours avant sa mort, dans un sermon clbre. \A 12novembre /'.'2i, 1 1 Pape pi ltanl le l'o z isioo qui bu tsil offei te par le troisime anniversaire du sai;ii martyr* lanait une encyclique i u, renouvelant les de* liions pontificales depuis Bo niface VIII louchant l'unit du coins mystique du Christ, il lan raii un nouvel et fervent sppel a l'union. Ci si pour obir au dsir exprim par le Souverain Pontife que le ioc-i' de Paris ce hre ces jours-ci un %  i-.11• i \i en l'honneur de Saui Josaphat Hier aprs' mi li, le t. P. .lu l ,u* pr mail la \).n'r dans la eh.un 1 de Saint* Sulpice, pour prciser, eu mme temps qu'il exaltait l'archevque m irivr, l'importanrr et fa-rrili'r il i cetl i unit p >ur laquelle il avait vi rs ion sang Les paroles du Christ,le commentaire des P r les l'o.'uni ails coni'ihaiivs, les les pontificaux, s'accordent laire entendre ce mystre divin L %  corps mystique du Christ.c'esl l'glise ; mystique, unis rel, vi lible, et donl I une est le Saint Esprit la ti ir le s igoeur Jau Or la tte ne p ul commin 1er, lame vivifier qu'un corps donl tous les membres, et pour divers qu'ils poient, sont juxtaposs, lii coordonnes, capables de recevoir ensemble linflui vital, et de le transi irmer en mouvement, en actioni en pei Un seul coi. une seule tte; l'EglUe ne saurait eire qu'une, puisqui son chef set un. et • m ambres dtachaj loignes de l'influx vital, sont par la condamn s prir. Mais ce corps visible, il faut une tte visi* bl un chef visible, reprs ntant 1 1 D >uvoir du Christ, lui trans 11 i —pour qu'il prs le t 1 1 vie du corps el veille sur son intgrit, La i 1 irole du Chri -t esl formelle, qui, lanant laa aptres A la con* qute du monde, eut soin aupara v.uii di ntrer l'autorit i u une seule main : Tu SS Pli rie, et c'eal sur celte pierre que je fonde -M mou i. i. Pierre, et les suce isseu s le Pi n |ui ne lonl que les moments succesaifi de l'exi de l'aptre nomm pontife, tel esl le i ••! visible, et le cori i de la vritah l I celui qui reconna(l l'autorit de cetl I .1 I P [RI k^C4 LESIAS. C'est pourquoi d importa que rerouper autour du i %  : a, l< s ti llea m mbres : du tronc, el pi i \. le ls n i lu vi.aii ii,' eirai' ri lu ton, la i Pre .lu DS di ja eu l'oc :,. durant le riatique de Pai nia reconnatre eu lai l'un Je nos plus grau |s orateurs Si matres de' la Ih il %  '. l'ai II Mble,mou \ante, 11 ms i mutiler, la plus I auie figure de la vrit, je ne onnais u i e d'orateur sacr qui y russisse avec autant d'aisance al de matrise. v Figaro lu fvrier J Petit Croquis Il vous esl MOI limite arriv au beau milieu d'un entretien svse un camarade, nu reeteorent par rvempte. de voir c* lui ci s'enfuir lrus quenienl i l'arrive d'un dernier client qu'il von Bignale, aecotnae* un mi -.i fuite de cette expression eniive '. %  • t uu allemead, es qui veut dire | oui vous... C'est un i r un loi Uue de fois au cours d'une prome naile D'est-on pas sollicit i r ~fol* au i ours de lu iiu'irie jniirne, i|uanii longeanl les artres Imhituelles, voit a course Interrompue subitement par l'observation sur an ton de cali nerie que lui lait le passager : Tour aei vile gauche pour que j'vite eetle voiture qui monte. —Le chevalier du fouet obit en souriant, car il a compris le motif de ce mouvement si brnsqus nsnl requis. Dsns ce bogg] qui vienl, se trouve un crsncier toujours ou l'occurence l'aile mand. De sorte que tous feux qui ont en reste vis t VIS d ISUN lounii'*%  eurs, d'un bel fuir, oui la hiiurliB celle vieille expression, l.t dans leur dsinvolture I l'employer, ils ont l'air de crolr l qi'ils ont le beau rle, obligeant sa Iquefoii leur intarlosu* teui revivie pir la pense la s. eue de 8 hylock r lamanl couteau i la main sa livre de ebair. Tout compte lait l'emploi de cette sipresej m l'appliquenj les trois quarts du temps a des gens qoi D'oui rien d sileœ md n'est-il pa impropre, et, il i lie pouvait avoir uneombiedi rai on avant les granda i \ aements qui ocl tant boulevers i. monde, elle m II sa avoir ;.u< u II S ijourd nul el ne rend nulle ment la p i lin qui en tait l'emploi. Cai ii an ind fui un i raneiai radoutab'e, depuis que laa rbssoat intervaatis, ne fail il pas la dure i \|. i nie i de I i situ item du dbili ni .i qui on veut laire rendre gorge. [/"Homo Honuni Lupus" d pbi losophe grec, de foi nulapidai* ra, as demeure l alli pu la vrit i > i uelle. .. Ir Mm Roui l u DOU mn m la aiort de Mr 'I bramne Romain, an< H D Consel Gi D< rai \ Dvei i Hier d'Klst, dcd ce mutin.— Las funrailles auront lieu d i midi. .Nous prsentons nn mr-res coo dul^acua aux par. uls prouvs.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06173
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, March 20, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06173

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
IMtROLEVB
Clment Magloire
BOIS VERNA
1368 Rue Amricaine
NUMERO ^OeENTIMEb
ttatiu
FILE COPY
Columbut Mmorial Library
PAN AMERICAN UNION
APK J 1924
l'poqu a o Us hommes ne
vtorenl que parle >ent e lut
grossire ** pauvre; la wfttre
(fi In im rpa esl soumis l'es-
li'ii est topidemeiil laible
Yera Slarkoi.
Quotidien
TKbRPBNE No 242
17roe ANNKE N 5103
POAl>PRINCE (SHAlTi)
JEUDI 20 MARS 19M
L'Esprit de discipline et le principe de la hirarchie
Toute sou-ti: est rgie par des sur la prochaine et grande Olym- pay pour faire son travail, q\ii
s auxquelles sont soumis s niade, que voyons-nous se passer doit parc insqueut le faire le n
embres, sous pein de deeagrtV d ms nos cercle sportif* ? cou n'tre pas ra > > i Ior Ire
ix imiiii n
Le troisirmo cantonal tv
de saint Josaphat
lois
inembr
cation ou do disparition totale
La bonne harmonie, l'entente
ne peuvent durer entre les soci-
taires qu'autant que tous soient
sur un pied d'galU, ce qui
n'exclut pas le principe de la hi-
rarchie. Mais, sitt que cette no-
tion exacte de* devoirs et des
droits disparait, on peut dire que
l'difice est bien prs de s'crou-
ler.
Certains esprits naissent fron-
deurs et par cons juent ne peu
vent tre astreints aucune disci-
pline. A l'ide qu'ils doivent plier
leur volont, renoncer leurs ca-
prices, ils maugrent et se rvol-
tent. S'agit-il d'en imposer aux
autres qu'ils sont les premiers
laire tat des principes.
Nous pouvons dire d'une faon
gnrale que l'esprit de discipline
existe trs peu chez nous ,de
mme que ce n'est point d'un
cur lger que nous acceptons les
rgle* de la hirarchie. Nous les
subissons quand nous ne pouvons
faire autrement et. pour en avoir
une ide, nous allons, si vous le
voulez bien, excursionner tra-
vers nos coles, notre arme de
Junte, nos clubs, et notre admi-
nistration.
iNous avons vu tout rcem-
n.ent, comment certains lves
jrau 1 vent de discorde sol
fie sur eux. L Association sporti-
ve qui dans tons les centres civili-
s s constit e un. :ole d'abnga*
lion o il est rclam Pell'ort de
tous pour attein ire un but com-
mun -- menace le dgnrer ici
en uoe secte anarchique-
Des socitaires ayant t rapp '
ls a l'ordre, pour avoir enfreint
certiins rglements universelle-
ment admis, ont manifest de fa-
on bruyante leurs ressenlim 'nts,
l'gard d'arbitres qualifias; don-
nant libre cours une exaltation
qui n'tait point de mise en lice
d'une quipe lrangre, ils ont
ainsi failli aux principes de disci-
pline et du respect de la hirar-
chie qui sont de fondement mme
des sports. Cttte absence d'esprit
de socit et surtout sportif a liit
natre ce mouvement de division
auquel uous assistons, et qui pr v
bable nent dgnrera en un v-
ritable schisme.
Dans notre Administration cette
disposition s'allran;hir des r-
gi ments, bien que s'attnuent,
existe encore sullisamment pour
tre observ i.
Dm* les bureaux o la direc-
tion est haitienue, c'est contre
cur que l'employ vous fournit
le renseignement dont vous avez
appartenant la premire institu- besoin, ne se doutant parque c'est yons pouvoir nous p r en
tion scolaire nationale du p y, en vertu d'un droit que vous vous ses bureaux avec le lana-gn-i que
ont failli par suite d'un taux or- adressez lui et que c'est en nous mettions en ail uit sa mai-
gueil oblitrant chez eux l'esprit mme temps une obligation pour son prive. Les vie
"ui de vous satisfaire Aus^i, plus
Il seul bien que daS* reau
o l'on n-* vienl q i pour s'ac
quitter de si la i 9 ml un !
applicatioa assi lu lionne droit
certains 6a ir I- ; ol d'autre p Ui il
sait qu'aucun lien ie parent ne
peut tre invoqu pour se taire
bien venir auprs di i sup ir aura,
pas plus qu'aucune eam iraderie
ne saurait tre de mise.
Alors pour pi ti remploy h u-
tien si rfractair -, r us un
direction etrans t-ii
bien vite de la discipline n is-
saire '.'
Sms vouloir envisager tes
s;s au pire et voir sus I m ne
angle de ceux qui aroienl qu' a
gnral l'hatien a tu une i nte
peur du blanc, note.- o
n ma oblige de c mai l sr ir m
m Mit la question. L'ducation qu i
nous avons ac luise dans la la-
mille jou un rle particulier lani
ce travers.
Vivant dans une ciniu a I n !
proche de la parent notre esprit
se prte difficilement ;'i l'observan-
ce dune disciplina impose, c m-
ditionne par des principes de hi-
rarchie.
Un ami avec qui l'on a 1 ail dans
la vie ses premires irmes. vient"
il occuper un situati m p >hti-
qus prominente, que il us cro*
de discipline, briser leur avenir
naissant. Sans approuver la puni-
tion exagre peutlre qui leur
avait t inlhge, il eut t sans
doute plus laci'e pour eux, d'ob-
tenir la conversion de cette peine
qu'ils estimaient humiliante, en
une autre moins rigoureuse, s'ils
avaient eu recours une interven
tion adroite, au lieu de se rebeller
jusqu' provoquer un scandale.
La discipline eut t observe, la
hirarchie sauvegarde et le r
suliat eut t sans doute meilleur
ft plus rapide, car, sans la mdia
lion habile des parents, ce grave
dissident aurait eu de* suites ta
cheuses.
Nous avons encore tous la
mmoire ce qui se passa derni-
n ment la Compagnie des Pom
i>
souven que c;la ne devrait tr;
ncessaire, le chef d'dministr
tiun comptent est-it oblig d'arri
^er aux rprimandes, et d i bran
dir quelquefois l'arme p lissante
de la rcvjcation, qui ramena de
suite ces irrflchis la raison.
Au coniraire de ce que nous
avons avanc prcdemment, av./
vous eu le bonheur d'assister la
rencontre de deux quipes anglai-
ses par empli'.' Le contreve-
nant un principe est arrte dan*
son lan sur un coup de silll 't
rapide de l'arbitre, enregistre lei
justes observations de chu-ci
sans rpliquai et h partie une
fois rengage, joue de bon coeur
avec le mme entrain <1u dbut
l'arce que dans l'esprit de ces
piers. - Les membres du Conseil joueursd'arbilre doit tre tenu au
dessus de tout soupon et ne doit,
lu, ne pouvant s'entendre sur les
moindres questions en litige, al-
laient ju.-q a a se j> ter rciproque-
ment l'injure, accompagnant sou-
vent leurs gestes faiouches des
1 hi> s un . M-.s. Rduits a
ne pouvoir dresser aucun pro-
gramme, prendre aucune dcision
digne d'intrti ils turent balays.
Dans tte arme dfunte dont
nous gardons encore le souvenir,
combien de scnes violentes n'a
voos-nous pas eseisti r, au cours
desquelles nous savions entendr ;
un simple soldat sur une observa-
lion du colonel de son rgiment,
rpondre ce dernier du tac au
tac, m s pective du ca-
chot et des privations.
En ce moment o une relle
mulation semblait anime nos
s^yi tsuiciii qui tous ont l'il meure a la
tre accus de p u
en aucun cas,
ti pris
Inous avons vu tout a l'heure
ruidillrence que l'on rencontre
dans certains de nos bureaux
quand on y va chercher un ren-
nement. Par contreadresa
vous pour un motif semblable i
un de ces servi es o Plmenl
amricain domina. L. un silence
religieux rgne et ne se trouve |n*
lerrompu,que (par'a transmission
des ordres et le clapotement
lunes a crire, ion itionnant
tous les loigts agiles d i au il |u \s
studieuses jeunei Biles. L a em*
preesement spontan aile
toute demande de renaeign d sot,
et l'employ hatien compreo I
bien, qu'il est oblig de se so-
la discipline, qjj'4 est
d'-'iilance, les sobriquets seront
exhums, comme pour assura'
notre droit de priorit toute 11
tentioo- Les anciennes liaisons
les droits du voisinage rentreron
galement en lice.
C'est donc la fonmti > i d i
notre ducation elle-mme qu il
faudrait remoner pour trouv i
la source le cette imperte tion
morale,et ce serait par consqu ml
ds l'origine de c itte lucali 11
qu'il nous fainlrai! par une |
svrance constant.-, dans la h
mille, a IV, oie, d truire ce DD IU
vais instinct.
Car l'esprit de disi ipl i et u i
sentiment qui, d ma les yi
trs d'ducation, I lil l'obj t d'une
prparation psi PO laq il I
on attache la plus grande unpor
tance 'C'sst grse sa large
extension, qne l'Allemagne i au
d*1 pouvoir rsister longtemps e
souvent victorieusement,
emieims devenu! abaque j
plus nombi'
C'aal aussi gree a l'esprit de
disciplin i qui as d iboi
rf su< I r-Vai ce p itienl ,
s du sa victoire clatante et dci-
sive.
^arisiaaa
( '.e soir
nouer la a*
2e chipitre:
Le Calvaire d'un innocent
Entre : 1 p>uide
B Icon; 1 ,o
*
Le 11 novembre 1623, sain'
Josaphat, archevque de Polotsk,
prisa l sous les coups d< s schis*
matiqui s et des hn t qu w conju-
rs, rlonn inl sa vie pour l*unit de
l'Eglise et le Saint-S ^geapoato*
lique II n cevail ainsi la palme du
martyre qu'il demandait liu,
quelqu w jours avant sa mort,
dans un sermon clbre.
\a 12novembre /'.'2i, 11 Pape
pi ltanl le l'o z isioo qui bu tsil
offei te par le troisime anniver-
saire du sai;ii martyr* lanait une
encyclique i u, renouvelant les de*
liions pontificales depuis Bo
niface VIII louchant l'unit du
coins mystique du Christ, il lan
raii un nouvel et fervent sppel a
l'union. Ci si pour obir au dsir
exprim par le Souverain Pontife
que le ioc-i' de Paris ce hre ces
jours-ci un i-.11 i \i en l'honneur
de Saui Josaphat Hier aprs'
mi li, le t. P. .lu l ,u* pr mail la
\).n'r dans la eh.un1 de Saint*
Sulpice, pour prciser, eu mme
temps qu'il exaltait l'archevque
m irivr, l'importanrr et fa-rrili'r
il i cetl i unit p >ur laquelle il
avait vi rs ion sang Les paroles
du Christ,le commentaire des P
r les l'o.'uni ails coni'ihaiivs, les
les pontificaux, s'accordent
laire entendre ce mystre divin
L corps mystique du Christ.c'esl
l'glise ; mystique, unis rel, vi
lible, et donl I une est le Saint
Esprit la ti ir le s igoeur Jau
Or la tte ne p ul commin 1er,
lame vivifier qu'un corps donl
tous les membres, et pour divers
qu'ils poient, sont juxtaposs, lii
coordonnes, capables de recevoir
ensemble linflui vital, et de le
transi irmer en mouvement, en
actioni en pei Un seul coi.
une seule tte; l'EglUe ne saurait
eire qu'une, puisqui son chef set
un. et m ambres dtachaj loi-
gnes de l'influx vital, sont par la
condamn s prir. Mais ce
corps visible, il faut une tte visi*
bl un chef visible, reprs ntant
11 d >uvoir du Christ, lui trans
11 i - pour qu'il prs le t 11 vie du
corps el veille sur son intgrit,
La i1 irole du Chri -t esl formelle,
qui, lanant laa aptres A la con*
qute du monde, eut soin aupara
v.uii di ntrer l'autorit i u
une seule main : Tu SS Pli rie,
et c'eal sur celte pierre que je fon-
de -M mou i. i. Pierre, et les
suce isseu s le Pi n |ui ne lonl
que les moments succesaifi de
l'exi de l'aptre nomm
pontife, tel esl le i ! visible, et le
cori i de la vritah l I ce-
lui qui reconna(l l'autorit de cetl I
.1 I P [RI k^C4 LESIAS.
C'est pourquoi d importa que re-
rouper autour du
i : a, l< s ti llea
m mbres : du tronc, el pi i
\. le ls n i lu vi.aii ii,'
eirai'
ri lu ton, la
i Pre .lu
DS di ja eu l'oc
:,. durant le
riatique de Pai nia
reconnatre eu lai l'un Je nos plus
grau |s orateurs Si matres de' la
Ih il , '. l'ai II Mble,mou
\ante, 11 ms i mutiler, la plus
I auie figure de la vrit, je ne
. onnais u i e d'orateur sacr qui
y russisse avec autant d'aisance
al de matrise.
v Figaro lu fvrier J
Petit Croquis
Il vous esl moi limite arriv au
beau milieu d'un entretien svse un
camarade, nu reeteorent par rvem-
pte. de voir c* lui ci s'enfuir lrus
quenienl i l'arrive d'un dernier
client qu'il von Bignale, aecotnae*
un mi -.i fuite de cette expression
eniive '. t uu allemead, es
qui veut dire | oui vous... C'est un
i r un loi
Uue de fois au cours d'une prome
naile D'est-on pas sollicit (elle voie plutt que n-lle autre.pare
i|i '.m i un olsin une clart h lui
indiquant A votre compagnon de
route, qu l'picier dont la noie eut
insold* oe s'est pas sm ara endw
mi... L sel un allemand,..
Au eoeber des voilures publique
ci Ile foi mule t i imilire plus qu'
> i r ~- fol*
au i ours de lu iiu'irie jniirne, i|uanii
longeanl les artres Imhituelles, voit
a course Interrompue subitement
par l'observation sur an ton de cali
nerie que lui lait le passager : Tour
aei vile gauche pour que j'vite
eetle voiture qui monte. Le che-
valier du fouet obit en souriant, car
il a compris le motif de ce mouve-
ment si brnsqus nsnl requis. Dsns
ce bogg] qui vienl,se trouve un cr-
sncier toujours ou l'occurence l'aile
mand.
De sorte que tous feux qui ont
en reste vis t VIS d ISUN lounii'*-
eurs, d'un bel fuir, oui la hiiurliB
celle vieille expression, l.t dans leur
dsinvolture I l'employer, ils ont
l'air de crolr l qi'ils ont le beau rle,
obligeant sa Iquefoii leur intarlosu*
teui revivie pir la pense la s. eue
de 8 hylock r lamanl couteau i la
main sa livre de ebair.
Tout compte lait l'emploi de cette
sipresej m l'appliquenj les trois
quarts du temps a des gens qoi
D'oui rien d sile md n'est-il pa
impropre, et, il i lie pouvait avoir
uneombiedi rai on avant les granda
i \ aements qui ocl tant boulevers
i. monde, elle m II sa avoir
;.u< u II S ijourd nul el ne rend nulle
ment la p i lin qui en tait
l'emploi.
Cai ii an ind fui un i raneiai
radoutab'e, depuis que laa rbssoat
intervaatis, ne fail il pas la dure
i \|. i nie i de I i situ item du dbi-
li ni .i qui on veut laire rendre gorge.
[/"Homo Honuni Lupus" d pbi
losophe grec, de foi nu- lapidai*
ra, as demeure l alli pu la vrit
i !> i uelle. ..
Ir Mm Roui
l'u dou mn m la aiort de Mr
'I bramne Romain, an< h d Consel
Gi d< rai \ Dvei i Hier d'Klst,
dcd ce mutin. Las funrailles
auront lieu d i midi.
.Nous prsentons nn mr-res coo
dul^acua aux par. uls prouvs.


LE MA. liN
Ud cas curieux
Un dent |ti* pousse
dans le D61
1', rie Dh FnixCOlCOl'
Olorbtnoloihte < ccuhste.
Le patiant liont il s'agit est venu
nous consulter pour une gne de la
respiration qui se- manifeste tantt
du ct le la narine droite, tantt
du ct gauchi'. L gna est nan
moins plus ni inil.'ste droite qu'>
gauche. Il BOIIi raconte qu'il eut
vers l'ge de dou/e. ans a faire ans
. lutte sur le ne/ [{}. Il a t, il y a
i iii'i ">-, soign pour tubercu'o-'
probable, il ne peut cependant non -
dire si des bacille* ont t dcel*
.1,111- .-m i rachat. Sea ontedanls
brditl m el collatraux n'offrent
aucune parlw niai H signaler.
L'auscultation des poumons ne
relve riao d'anormal. L'examen du
ne/ nous permet de noter, par la rhi-
noscopie antrieure, sans spculum
un chevauchement du cartilage de
la cloison vers la droite. En effet,
quand on soulve le bout d i DM t
qu'on le pousse en arrire, on obser-
ve un cartilage tellement dviquil
BOU** la muqueuse presqu'uu con-
tait de l'aile du ne/ droit. La rhi-
noM'opie l'aide du spculum laisse
voir, gauche, une tte de cornet
asst/ dveloppe pour venir au con-
tact de la tcrle concavit que fait la
cloison sur cette face. L'clairage
de la narine droite prsente au con-
traire une convexit de la face de la
talon correspondante* une i-te de
cm net aphtlie,i'crase. En enfonant
plus en avant notre spculum, nous
dprimons cette face convexe et alors
il uooaa i\i possible d'observer au
niveau du pied de la cloison peu
prs au t 3 postrieur de la cavit
il ne petite surface blanc nacre en-
toure d'une zone lougede muqueu-
se. Cela avait tout 1 air d'une ulc-
ration aytitit entam l'os du plancher
nasal. In petit tampon de cocane-
adrnaline plac dans la narine tait
rtracter lea parties et nous permet
d'avoir plus de lumire. V.-i i les
dtails observs : C:tte partie nacre
semble partir du pUncher pour '-
levei le long de la cloison et gagner
en hauteur un centimtre peu pi
Ba largeur peut tre estime en-
viron 1/8 centimtre. Lue arrte, un
bord prominent qu'elle offre nous
emiche de noter exactement son
iei d'i. sa arrire. LViplorMion i
l'aide d'un shlet nous donne une
p n-ati<>n d'un corps dur et lisse.
Celte exploration n'avait pr voqu
aucune uouleur. En tout cas noire
impression tait que nous tions en
j r. genre d'une ulcration qui avait
atteint les os el semblait provoquer
l'expulsion d'une esquille ossruve
Notre patient a t convoqu pour lt
lendemain aux tins d'inlerveii'ion.
La narine aneathsie avec soin,
nous .iona, aid d'une spatule, cher-
ch de dtacher la masae nacre de
I cloison sur laquelle elle ne sem-
blait que s'appuyer. Sans trop de
dilticuiui cettf tentative russit Puis
nous servant d'une pince, nous avons
. essay de l'extraire. Mais nos efforts
restrent vains. Une petite lacision
pousse jusque dans la partie pro-
fonde et avant embra se toute la
partie antrieure que tiOUS svious
ous les yeux nous ava t permis de
dgager plus ou moins la Masse.
Alors Introduisent a nouveau notre
pince, nous l'avons branle apn's
. uelques petils mouvements steee*
d -. Une miction de bas en haut et
mu s voii i ramenani trionphalement
notre maase : tore. Notre tonne-
ment, celui de notre malade, c'est
une dent avec tous >es lments,
couronne, eoll t si racine. BUs avait
exactement la forme prismatique, la
pointe aigu d'i ne canine. Sa con*
ronne mesurait i peu prs 3 l d'an
centimtre, sa racine recourbs en
arc de cercle avait la mme longueur.
Nous nous contentons sans eomBMtt-
tiui'de Signaler celte anomalie
(I) Lt ntlsie ish ilii stleneil que isn
ttm w ieni o t "i''
iltui fn mil pssaw m alies it si *eU pak>
lier slsaj lui Usnil II ljur.
Par CaMe
Nouvelles Etrangres
La Soin si
ICEuvre ie la crsctia
jou
nal
Correspondant de
arrta
M \DHID l.e o i -pondant k
Madrid l'un journal amricain a t
arri -ois l'iocelpatloq d'avoir in
tent .le transmettre le finsiSS nou
telles sa au|el ds la situation militai
r.- Mp ignols au Maroc,
Chine et Russie
MOSCOU Le gouverne nent chi
mu- ayaal refus d examiner le pro
jet de la reprise de* relations diplo
roat nire nttion vient d'accord.r . I
(mine un dlai ds trois jouis pour
rsoudre celte question.
mination de la rgion de Comarii
qui avec Alluicema* est le centre de
rsistance des gue ners sanrocaJns.
Le proijraiiuie du parti
coiiiimim>t)' russe
I/USCOL L'imminent retour
Moscou de ProAy, ministre de la
guerre et prsidant du conseil rvo
l.ilior.naiie. .loiin.r* vraisemblable
meut lieu d'importants vns
meut en raison de l'attitude assu
me. par bUllU, Kimenell et Zmo
vieil l< i laela comptent avec I appui
de soixante pour cent de* membres
du paiti communiste dont le pro
comporte n mii remsnt l'at
de U ritfi lit de l'dtita l
le ifiu de mieux
ipio
I S
France
suisse d'il
au service
' de la
BEIILIN Le directeur
ne entreprise cinmalng aphi pie a
t condamn par le tribunal de Be.'
lin on/e ans de prison pour espion
nage au service de la France : d'au
trs personnes compliques dans
cette allaire ont t condamnes
des peines var.ant de 'i IS ans de
prison.
La Question du Maroc
LONDRES Le London Daily
Mail t a publi aujourd'hui le rsul
tat d'une entrevue de son correspon
dant avec le g n al Primo de Rivera,
chef du Directoire espagnol. D'apr9
le dictateur espagnol, les nouvelles
exagres qui ont t publies en
Angleterre sur la campagne du Ma
roc ont donne lieu une impression
proportionne leur importance.
Le Premier ministre traniis, a d
clar Primo de Bivera, m'a offert
plusieurs reprises l'action combine
I s troup s tram; lises et espagnoles
c mire les rebelles marocains mais
quoique je cousidre cette combinai
son possible, |e pense qu'il est n
cessaite d'obtenir avant to.it la do
gramme c
t du parti counuuui
l'adapter aux sentiments du pays,
deuximement subordination du pro
gramme ii.teruali mal aux ncessit s
nationales de la ktuasis .troisime
meut restitution des proprits parti
culiie l'Etat ne garJrnt qu- celle-
indispensables au pouvoir, q'iatne
mement abandon delinitif de la 80
tatisation del terre.cinquimement
rtablissement progroosil des liberts
civiques, siximement rconciliation
de tous les rus es avec le rgime
bolchevique.
.Houvelbs diverses
C U.CI TT \ La police a'dcouvert
une importante fabrique de bombes
ainsi qu'un matriel moderne pour
la fabrication de ces engins el une-
certaine quantit d. produit* chirm
ques.
BERLIN -Le zeppelin gigantes \ e
(;/1 construit dans I-s ateliers de
Krielrih-bafen pour le compte des
Etats Unis eU pi et pour des vols
d'essai*. H se rendra ensuite aux
Etats lIota pr la voie les airs aurvo
lanl la Suisse, la France et l'Vtlatilt
qus ; ou croit que we voyogS durera
cinq six jours.
D iminique.
Port au Prince le 6 Mars 1964
Au Conseil d'administration de
la Crc'che
Port au Prince.
Ifi dame la Pisidenle.
Mesdames Messieurs.
Nous avons la satisfaction de vous
anuoncr que rpon lant l'appel
des journaux au sujet des besoins
de la Crche, notra Socit a dcid,
eu sa dernire runion, d'ouvri
une souscription en faveur dj votre
Oeuvre.
I as p amirs valeur de sinonanta
gourdes avant t recueillie, nom
nous empressons de vous la faire te
nir scus ce couvert.
Nous faisons des voeux trs sinc
resp >ur la prosprit de voire institu
lion qui est d'une Imite utilit socia
le et patriotique, parce qu'en prot
gant l'enfance malheureuse, en 1 li
donnant une premire bonne duca
tion, la Crche continue prparer
quelques bons lments en plus pour
i. collectivit de demain.
Veuille/ agrer, Madame la Prsi
dente, Mes lames, Mes-i urs, avec
nos vives tlicitations, l'expression
de nos sentiments les plus dvous.
Le Prsident, Le Secrtaire,
BuSo J.LlioJOSEPH.av
Port au Prince 8 Mars 1921.
Chers Messieurs,
Le Conseil d'administration de la
Croche s'empresse de vous accuser
rception du don gnreux que vous
ave/ bien voulu lui taira parvenir au
nom des membres de la Solidarit.
Cette marque d'intrt venant sur
tout de votre socit d'une si haute
utilit socia'e est rellement de natu
re nous encourager dans l'oeuvre
q e nous lchons de mener bien.
Aussi vois prions nous d'agrer,
chers Messieurs avec nos vifs remer
ciements et l'expression de notre-in
cre reconnaissance, l'assurance de
nos sentiments trs distingus.
La Prside n, La Secrtaire.
A. T. AUlil'STE E. A. ROUMAIN
Nouveau Consul
Uoliaqo de Cuha
C'est Monsieur J. B. Danache qi i
du Conseil d'Etat passe la dire. -
lion de notre Consuls! Santiago
de Cuba en remplacement da Mr
Antoine Ferrer.
Et si nos informations sont OIOC^
tes nous croyons savoir que Mr Fer-
rer sera nomm Inspecteur d'Emi-
gration. Nos compliments.
Nouveau Mie
Par Sans Fil
TOKIO- Six villages ont t t.'
truila par un feu de lorl dans les
environs de Suranez > iugt person
ns ont disp iu et les troupes du
gouvernement combattent le llau.
Varits
Vendredi
Le Comte
de Monte-Cristo
,7e et He poques
Il titre 50 centimes
Lt
Pivshlent de la Rpu-
bliqua laintjottph
Hier 19 Mars, comme c'tait la
[ le patronale de sou Excellence
Joseph Ei staclie Louis Borno, le Pr-
side i de la Ki publique, ainsi, que
Madams Borno, ont visit l'Eglise de
Saint-Joseph.
Ucjotnt par le Prfet et le Magis-
tral communal, le Prsident se ren-
ilit ensuite a la Kermesse o il fut
1' lj t d- la plus grande et de la
plu d- lie de attention tant d s
surs de la Sagesse que des daines
organisatrices de la F'eie.
AU CLUB SYRIEN
,ir k s heures et demie prci
(i- aura lien une brillante fle, en
l'honneur du Hvrend PreBacilies
Kti bawc v,Ja l'occasion ds sou dpart.
Les Chemins de 1er de p-
ntiation leuU assureront
la mise en mre de notre
IOUt*e'Ol
Nous pensions juStS quan 1 nous
disions llus no- mines S Maissade
n- .se. au ut proi ablement ouvertes
l exoloilauou qu'atrs qus les nou-
v.,uix irvaui d extension de la
Compagnie National* de Chemins
do 1er .iuiaient abouti
NOM eur 11. P. Davis nous la af-
linn. continuant OS que nous avons
nippoite oonosrnaitls prosp ctloni
fanes par lestpecialisies ainericains
Des donnes exactes qui leur onl tt
rvles dopassent les esprances
que les entrepreneurs avaient
eues. Mats il laut attendra qu'il-
He voie de e nniiiuntcalion rapile
vienne SMUrOf le trOttS oit du ma
triel uombreux p o.ue une sem-
binuie exploitation et assuier en
mme seniJS le prompt dplace-
ment .es minci Je,
Au Dpartement
de la Justice
C'est Mr O'Connel Denis qui a
t nomme Comptable Payeur au
Dpartement de la Justice en lieu et
p',,, e de Mr Emmanuel Couslar au-
Pnifttttt s;jiiir
Ce mat n les lves ds l'Eoole Nor-
male priai lire de jeunes tilles ac-
compagnes de leurs directrice et
maitiesses ont visit la grande usina
de la U A SCO.
Des cours de lei ous de choses ont
t faits au\ slvea sut lis lieu et
des expluatious douues sur la fa-
bricatiou du sucre.
Pourquoi les coles des Sciences
Appliques, de Btiment. Industriel-
le, J. B. Damier, le Lyce National
n'exculent-elles pas, mme une lots
par mois ces visiies scolaires int-
ressmes el iustruc ives dans nos
chantiers ou Usines. Ce serait tout
prolil pour les lves qui tiieraieut
meillear parti de ces leons.
Travaux d'irruption \
Il uous ievint que uaus tes ^ref
Itiers jour* du mois d \vid com
ntenceront les travaux d'irrigation
de la ptaitie du Culde-Sac par les
eaux de .. r vieie Blaiicb: ainsi que
coua ou'Ju.irlier-Moi m psi Cilles
de ia nvi e de la haine du .Nord.
Bientt des otadu seront entre*
pruRW aux tins d'arriver utiliser
les eaux de C.ore el de Maunevil.
Souhailoi s que ces projets abou-
Usseot, car ce sera tout proflt pour
notre agriculluie.
ia
Le Pape, d'aprs un > F. de Ho
me, dment les rumeuis concernant
sa maladie. Il dclare, dans la note,
ne s'tre jam is seali en meilleure
sant ni en possession de plus d'
nergie. ___________
dmiaistratioa Gnrale
das Postes
Avis de dilart
Les depciies pour .New-Vork et
l'Europe ( via New York direct) par
le s s Cristobil, seront fermes le sa
me li 2i Mars courant.
Port au Prince, le 19 Mari 1921.
m
Ncrologie
Nous avons appris la mort de Ma
dame Jutes vliciiel ne, Katioune Ha
cine, survenue ce matin l'ge de
ti.i ans. Les funrailles aarout
lieu cet aprs midi l'Eglise Mtro
politaine.
.Nous prsentons nos condolances
Mr Jmes Mtcbel, vlr et Mme An
tome Michel, Me II nn Adam Michel
et a tous les autres parents et allis.
mmtammaWmwmsBnMssMO)
Accident
Hier aprs midi vers quatre heures,
l'auto portant le No 3007 arrive a
l'ang e des rues du Peuple et Bonne
Foi voulut faire machine eo ; rrire,
quand allant a trop gra nie vitesse,
elle se heurta contre le perron de la
maison occupe par Mr. Dclasse
Moue.
Le choc fut tel que la voiture eba
vira, mai? loi heureus ment il n'y
eul pas d'accident de prsonne.^
Les rcpisss de la Commisaion
Sambour, No 6ii, faveur C. Gilles,
No 10J3, faveur du mme, No U*i
faveur Vaudr llilaire sont adirs.
Je les dclare nuls duplicata devant
tre dresss.
(Sign, Louis Aug. (iL'ILLALMbi
avocat.
A la Espana
En lace de la^Posle Grandue Ho.' 1723
Grande Liquidation ds Chansaux
La maison a dcid dujinllre"en vente durant***
(200 chapeaux de paille
sent mois de Mars
hommes en taisant
une pour
un rabaif considrahle sur le.prix.
De ()>' 2,50 ils sont vendus actuellement^!( raison de
Or 1.20.'
Ce sacrilicejn'est consenti (pie pare que cet article ne
rentre pis dans les rayons de 'a Haisou.
I s
I
.fil
ik
d'au'res fonctions.
Le Jjei dBS Jjjrailistes fruiis
Lie journalisme, a-t ou dit. unie
lout... la condition d'an surin.
Mais il n'sot pas nasssairs d'au son
tir pour arnvtr a Mrs plus que cen-
teuaire.
l,e doven des journalistes, M
Amahle Moilli (teint Pri* viei.tde
mourir S (jorbsil, dans sa cent tioi-
aie me anne.
Juaqu au bout, il poursuivit
che. Si les lecteurs ue t'Absil s de
Seine-ct Oi-e > lisaient, chaq
m. nu s, avsc utaisir ^a ihioiiique
alri !> st sojoue.
be-jle la iltrnn te ne lut |
re, parce que la direction l'avait
trouve < un peu trop lgre .
Ce qu'ils sont vieux, dans ce
journal soupira M. Maille Saint-
Prix en cousta.ant le fait,
k| il Dsrtlt pour la jji and voys|e.,.
ColomMan Steamshipy
Compaoy lnc,
p nt en mer Baraeoa venant directe
ment deN'iv York el Cap hatien, est
attendu tort au Prince le 21 Mura
courant Al repartira le mme jour pour
Petit Godve,Miragone, Gayeit, Jacmul,
Kingston Ja. et les ports de la Co*
lombie, prenant fret Pori au Prince, le 18 Mars 1924
GEBAR et o, Agmtt.
.'


Il IV i 1>
Rem **rrY ni g*>
Mme Vte EM1 0'" no- court et son
enfant. Mme Vse Casimir Maignan,
MmeVreWerlherDouyon MretMme
Lon- M tipnan. Ml'e Lcile Miignan
Mr Artlnii Maignan t uD enfant,
les familles Charlemagoe. Maignan,
Bance, Gousse. Ifuesott. Tovar, Du
v.tl el AiiuIr renv rcient le Cur de
la Paroisse. MrJ. D. Pau!, tous les
amis la celte vili. iin*i que diM
aulres loealitSs des marques de sytn
fiathie qu'il* 'cur onl tmoignes
'oc aioii de la mort de leur regrett :
Elie Deri nomourt
survenu le 10 Mur el les priert Je
croire a leur profonde gratituda.
Miragone, i S mars 192.

* -*"'* '
I
Avis
Le soussign mandataire des liri
tieis Philocl m Midi dclare au pu
Llic adir le certificat d'ordonnance
de la Coiamiion Bambou* au No
32 l'levant la somme le trois
cent cinquante gourdes ; il le dclare
nul duplicata devant lut en tre dli
vr.
l'crlau Prince !e I" Mari 1984.
_____V. VOLIERE
Les rcpisss, ordonnances ci
aprs dsigns tant adir*, sont de
clars nuls duplicata devant en trj
dlivrs :
lo Kc| iss No 21N laveur L'corges
l'oni h. commission Sambour.
2o Rcpiss No 502 laveur Hri
tiers lui.us Rousseau, Conmission
Dauphin.
3o KcpiaaNo 137 laveur Eugne
Pouilh commission Sambour.
4o l'Uidonnanc.e .No 10 faveur T.
Honort- Dpartement Instruction
Publique.
.5o l'Ordonnanc" No I faveur |T.
Honorai Dpt. Instiu lion Publique..
. f>o l'Ordonnante No t 18 faveur H.
N. Prophte, Intrieur, commission
Vrilication.
i,e soussign, mandataire des int
rfjfas, est autoriss prendre commn
nication ic tontacte de cession qui
aurait 4U eigai relativement ces
lcp.S9a el ordonnance.
Port auPrinea.l- 1 I M rs 1924
Victor M. C01CI l \\ocat
(ODtre-vis
tontrainra ni Ul avis paru dans
la "Malin" du )! courant, les K
pisss de la Commission Sambour
No 621 Lueur (i Cilles, No 1083,
faveur du mme, ainsi que le Certiti
cat d'Ord-unan.e No 321, faveur
Pliilccl- Midy, De sont pus adirs.
*Rb consquence.les originaux seuls
tant valables, aucun duplicata des
effets sus dsigns ne doit tre dli
vr.
llPort su Prince, le "20 Mars lftii
L. d'ESMNOSE
...
va m\
ont. In. Kpeu*n3t*s
ftlFtfTfnpnpeirl
n VIFILURD fi ri frmtv ,
ui GRANDES PERSONNES qui m
mJcbi i Iran t.Mis*licu
pour PRSERVER
LE1H2 ?R6AHES RESPIRATOIRES
ou pour SOIGNER
l<-s R'iume.s, Maux de Si
Laryi.uus. Bronchites. Grippe,
lanse, Autbtne.
1 . ' ''
MiSIl FAUT SYGlsEiEK SOU
to n1 'lu*'
PASTILLES
VALDA
VERITABLES
poi'.u\i la nom
Les Pastille VALDA sent en lente:
Pharmacie Ceotrale d -Hati, Phsrms
cie Bourraine Port au Prince,!'h i
maeie Nrutus Jimie et lo t s
pli rmacies.
La Noir
&*&
I
-
ASTHP
PAPIER PRUNEAU
n.(. .du ! VK^'H 'D,l""*d,rtl
M >< **". Il*,rt.... OvmM. M* |
FRUNEAU. II.' imi'th. StH_tMali_Pwg;
La Premire Voiture Bon March Du
Type Anglais En Amrique
C'est la nouvelle Overland "Red -l'Oiseau Rouge
une rvlation < > dl ;nction et fonc-
tionnement un ^..^ tonnamuM que.
La robustesse est la principale I ristique qui se
dgage de cette voit ui e A empattemetl plu long, moteur
plus grand et '.vis puissent, et a carrosserie plus spacieuse
que ses pi tllte riche, en rouge-
marron, sa eapetS de khald et ses brillantes
garnitures nlokelee donnent Mite nouvelle Overland
un cachet de di l et do preel Ife.
Voila une voiture que VOUS serez fier de possder et que
vous conduire* conomiquement.
GaraQQ National
CONDUISEZ UNE OVERLAND ST \ VII L DIFFRENCE!
. ,....l-otJOi.'
Henry Stark
Hue du Quai, n face de la Gare
Vient de recevoir :
Fanaux Nickls pour
bu(jfty,amsiquedes lain
pes extra pour ces fa-
naux.'
jjttakile Elrbaker Bij 6
A vin
Pendsnt mon absence, Mdmoi-
elle V. Paret et Monsieur Elie Au-
Justin sent chargs de la D rection
e toutes me? alf'aires.
On peut s'adre^er ei'x pour I s
locations diverses et enlreprse g-
nrale de Pon pes funbres
Ils signeront conjointemsnt ou s -
parement Pour S. Paret '.
Portau Prince, le 17 Mars I9i
S. PVKE
gttrtairie d'Stat
de llnlrii ur
Commuoiq i i
Le Dpartement de l'Intrieur in-
forme lr^ intre ssqu'aucuBcaotton
i ement ne sera esig d l'ifiraot
qsji pari A es propres frai*, ainsi
qu'il rMilt'1 des terres de la Loi.
Portau Prince, le t i mars 1024-
i ulton Shoe Polish'
Company lue, newtork
e
Si vous vot.ler. prot*i(|er la H de vos chaussures
Si vous vouIpz. avnir DD brillant Itfiant et durable.
si vous voulez la couleur et la souplesse de ces cliaiis-
sures pendant longtemps employez la marque lono.jram.
Fabrique spreialernsnt |our les dames et.,1e j. rme.
men du hi|lit lile.
Elle protge la peau des chaussures contre I ht MM
l la chaleur.
Demandez la marque Mflograi c'est la nieilleutu de toutes
les marques.
Geo h 4 HEUB A-t P0l,f Hafl*
Sept passagers eu par-
iaitlatpeiue quelques
mois de service esl
vendre un prix excep-
tionnel.
Toute offre raisonnable
sera accepte.
S'adresser^
I. PHEEL/AlANS-UiGEKUOLM
G ral agent
Bue du Quai Port au Prince
110, Rue des Csars
Tlphone : MO
.i/


IX MAII!*
^Un Jour Viendra
!
Un /' vnd't K'i' "' /'"
7 fltMl S** 1 Jral
I \ II'.AI i -
a,lin Hm .* y Cy.lai /jih Utl.
Mooull. !'. HlliOi'vpt. Lhypir
NS.
Uujtvn lflml,
il J Ary,.
'
Parfum,
troublant
captivant
pntrant
Un Microbe daacjereux
L? 8ir*pt itique.c'i'-dir", quittait 9alg ier

ARYS
ci de > M la Hrau ! Naretgei
3, Rue de la Paix
PARIS

".TT~r*'..rz.'.........


Serge Taill ni Consitinataire pour Hait.
,*lrTMaaMWSBr* -"au
Pharmacie VV. BUCB q- jr THEBUD
-ipa, ex ;os ligueur* avec les Es* n
i' pou* Liqueurs ; Anitett s. Crme
*?, ( #;cco. CJUr(rMj,t4 nniNiiimiiiiiiiniiiiiiniiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiininiiiiiiii
Le meilleur Cadeau
i (aire votre enfant est le volume
Pour amuser
nos tout petits
de Frdric DORET
Il trouvera
en prott franattt tr aimplm
des Fables de La Fontaine avec les animaui du
paya- Et toutea lei (ivi que la aaoa d'un mol oa
d'aee phrase lui chappera, il pourra recourir,
pour le comprendre de lui-mme,
d la traduction crole
qui est en refard.
Ea *aata daas toutea ooa Librairies.
Prix : Gde. 1 -
MsaaWIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII
Chirurgien- Dentiste
D Facult de Montral ck,
Ktw York et de Boston
Angle des Rues Uealouehe et du
Magasin de l'IEtat.
Consultai*! de ti heii\s malin 18 henrs du ? otr.
Les recherches ?<-ientiliques entreprises
pendant t es dernires annes par les cen-
1res mdicaux des Ktat-l'nis ont conduit
des dcouvertes tort intressantes qui doi-
vent tourner au prolit de l'humanit souf-
frante.
Il a t prouve que le Itnptocoen'Vi*
driams, le microbe hmolitique comme on
l'appellp, se loge dans les racines des
dents, des omvgdales, du tube intestinal,
etc.
De ces divers poii.ls il renvoie ses toxi-
ne- aux autre* organes par la voie du sang.
Celui-ci les absorba d'nboid, puis les re-
foule aux tentre nerveux ft ttbraux
en produisant nmme logiquement il faut
le supposer, des intoxications gnrales
qui se traduisent par certain liouble men-
tal.
Ces lignes qui prcdent s'adressent
ceux la qui ne brossent pas leuis dents
dans la crainte d'en faire saigner les gen-
cives.
Une gencive qui saigne est une gencive
malade. Le denlists et l'examen bactro-
logique diront la muse de ce saignement.
Peut tre laudra-l-il en altiibuer lu cause
au Streptococus ?
L'hygine, de la bouche observe jour-
nellement par l'usage de l'EUlir Dentaire
ANTIPV-0 du Dr \\ aile est d aprs le
Dr W LINDS, une mesure salutaire pour
viter la peore alvolaire et la toxicit
du Streptococus. A ces soins il faudra
ajouter le brossage des dento avec la Cr-
me dentifrice ANT1PY-0 du Dr Waite,
dont le pouvoir antiseptique est une ga-
rantie pour la conservation des dents.
I Le Purgatif Idal 4
Pilule du D'Dehaut
147, Hui du Faubourg Saint-Oint Parti
Facile t prendre,
Ne ncessitant aucun prparant.
Ha M provoeja* jasais Sa dfait
Supprimant la ttlle,
Ma m dbilita pas la alada.
N'axlgeant pas da repoa t la enambre,
Oa m causa aacaaa farta Sa taaaa.
Plns activa que tons les similaires.
Oa aat, par ceasarjuaat. aolaa thra.
DOSE : auaearivi, i a a iiuim
S) LAXA.TIVB, l pliai*.
Fnb 'cariis
Ihe Antidolor MFC*.
Sirrmgville N Y. ER1E Co
V-S-A*
Demandez les chantillons et les |>rix-r: irants. Nous
avons besoin d'Agents actifs en 1 lai ti. .
Avis urcjeiit
L Minisire de France invile tous les
Franais ne s en 1 HO.'i se prsenter
sans dlai a Ih l.< galion pour su faire
inscrire sur les tableaux de recense
ment de la dasst.ds lOSB.
Port au Prince le li Mars 1984
.....a aaMMB MISS
ASTHME
PAPIER FRUFiFAU
raiapiMda rr la I j.rod.ll n.-.u .j.t--t.*.'t-Diedlat
dans ioaelac. tf'iatkau. EmNi.isn. C;pnsi^.n. le.
tUAE.U, M.8'814>s/lli.far.i- [ .,,
a eonau-PrluOa PL
' - .
iolumI
/Heure est piopice pour achet-' des pneus Good Year
Depuis que Good Tear a eommtnc^ I labrimier tits pneus, il ia
jamtii ceaserde kl amliorer.
lalgrti ce, le pr iU>* pneus fiood Teir est rest plus bas que celui
de? aires pneus de qualit intrieure.
achet, le nouveau type de pneu Good Tear Cord 411 Weali.sr frecd,
el obtenei d'eux tous ls kilomtres ipi'on en a mis dans /leur labrica-
tion.
The West Indies Tradint)
Porl-au-1 rince (onav?s
Gap-Hat lie ri


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM